Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Piningre Jean-François, Ganard Véronique, avec la coll. de Barral Philippe et de Boës Éric, Les nécropoles préhistoriques des Moidons et le site princier du Camp du Château à Salins (Jura) : les fouilles récentes et la collections du Musée des Antiquités Nationales. (Documents préhistoriques, 17)

Paris, éd. du C.T.H.S., 2004, 432 p., 135 ill.
Gilbert Kaenel
p. 380-381

Texte intégral

1L’objectif de la publication est clair : présenter une étude détaillée des quelques 90 tumuli de la Forêt des Moidons, fouillés dans la seconde moitié du XIXe s., puis par Maurice Piroutet jusqu’en 1931, sur la base d’un corpus de 234 sépultures et 530 objets ; publier par la même occasion les fouilles de sauvetage pratiquées en 1992/1993 sur deux tumuli de la nécropole de Parançot et deux autres tumuli de Chilly-sur-Salins ; établir un bilan documentaire du célèbre Camp du Château près de Salins ; proposer enfin une hypothèse historico-culturelle du Jura entre la fin du Bronze ancien et le début du second Âge du Fer, à l’aide de cette documentation, tout en portant un accent particulier sur la période du Hallstatt final à La Tène ancienne aux riches ensembles de mobiliers.

2Après un bref historique et la prise en compte du cadre naturel dans l’implantation des nécropoles (une cartographie renouvelée grâce à un retour systématique au terrain, fig. 4-5), les résultats des recherches récentes sont judicieusement placées en tête d’analyse (p. 27-28) ; ces dernières présentent en effet les meilleures observations des structures et du mobiliers en situation pour les inhumations, associées à des réflexions anthropologiques liées aux vestiges osseux incinérés, qui permettent de mieux comprendre la documentation ancienne lacunaire. L’incinération du tumulus 2 de Chilly-sur-Salins a livré du mobilier de la fin du Bronze final (Ha B3), alors que l’inhumation du tumulus 1 peut être datée du début du premier Âge du Fer (Ha C) ; les deux sépultures, uniques, illustrent l’évolution des pratiques funéraires et des mobiliers durant cette période de transition. À Parançot, dans le tumulus 19, d’environ 10 m de diamètre, plusieurs sépultures (au moins six inhumations, une incinération) étaient disposées en cercle autour d’un ensemble central comportant une première inhumation masculine ; la chronologie des aménagements de ce monument est restituée avec trois couronnes de pierres recoupées par les tombes les plus récentes ; les mobiliers datent du Ha D1 au Ha D3. Compte tenu de perturbations anciennes, l’attribution des mobiliers recueillis dans le tumulus 18, du Ha D1 au Ha D3 également, ne peut être restituée.

3Le catalogue des tumuli et de leurs sépultures des Moidons représente le vaste bilan des observations et connaissances disponibles, grâce aux notes de Piroutet ou à celles conservées au MAN (p. 81-165) : un corpus raisonné du mobilier est établi par groupes de tumuli, assorti de nouveaux dessins (de V. Ganard), de très bonne qualité et surtout comparables entre eux. Suit l’étude archéoanthropologique d’É. Boës (p. 167-201), prenant en compte taphonomie, paléologie (sexe, âge, stature…), morphologie, odontologie et paléopathologie des individus conservés. Malheureusement la relation avec les ensembles de mobiliers est perdue…

4Les sépultures du Bronze ancien (p. 203-223), puis de la fin de l’Âge du Bronze (p. 225-242), sont étudiées par J.-F. Piningre. Au moins huit tumuli sont attribués au Bronze ancien et datés du Bz A2 (pour le Bz A1 la question est ouverte), soit de la phase d’expansion de la culture du Rhône au tout début du 2e millénaire avant notre ère.

5Après un hiatus au Bronze moyen et au début du Bronze final, sept tumuli au moins sont datés du Ha B3 (ou BF IIIb), avec quelques sépultures attribuables au début du premier Âge du Fer, Ha C, VIIIe-début VIIe s. av. J.-C. (six incinérations et une inhumation avec un nécessaire de toilette en fer).

6L’analyse des sépultures de l’Âge du Fer, du VIIe au Ve s. av. J.-C., par J.-F. Piningre, Ph. Barral (pour le second Âge du Fer), constitue la partie principale de l’étude (p. 243-389) : la typologie et la chronologie des mobiliers sont présentées par catégorie (fibules, épingles, bracelets en bronzer, en « lignite », anneaux de chevilles, parures annulaires, ceintures, torques, pendeloques et colliers, boucles d’oreilles, armes, outils et objets divers – rasoirs, équipement de toilette, crochets de chaussure-, chaudron en bronze et enfin céramique). Les 90 ensembles funéraires identifiés à l’aide de leur mobilier d’accompagnement ont fait l’objet d’une sériation (intégrant d’autres ensembles jurassiens) comportant 72 types (fig. 115), qui sert de base aux auteurs pour leur mise en phase et la distinction de sept groupes principaux : le groupe 1 (vingt-six sépultures) est subdivisé en un gr. 1a, qui peut être comparé aux « costumes » attribués au Ha C sur le Plateau suisse, alors que le gr. 1b présente les mobiliers caractéristiques d’un Ha D1 « classique » ; le groupe 2 (onze sépultures) est attribué globalement à une phase « évoluée » du Ha D1 et au Ha D2, sur la base de parures féminines dominantes ; le groupe 3 (onze sépultures), subdivisé en un gr. 3a et gr. 3b (resp. 5 et 6 ensembles), est attribué au Ha D3, suivant une évolution interne des parures annulaires et des fibules principalement ; le groupe 4 (huit sépultures) est attribué à l’extrême fin du Ha D3 et à LT A dans une phase ancienne. On regrettera au passage la difficile lisibilité de la fig. 115, qui n’est pas due au facteur de réduction, mais au fait que les « types » retenus ne sont pas numérotés et que l’ordre des mobiliers représentatifs illustrés (fig. 116 et 117, nos 1-40) n’est pas le même que sur la matrice et la liste d’accompagnement des 73 éléments (p. 406-407). La structure, l’organisation et l’histoire des monuments funéraires sont par la suite analysées en détail, comme les différentes catégories de sépultures (à char, centrales, secondaires, d’enfants, etc.) ainsi que le costume funéraire et les offrandes, dans une perspective évolutive. On y trouvera une quantité d’informations et de réflexions très pertinentes, comme celles liées aux tumuli en terre ou en pierre, aux volumes et à la répartition de ces derniers, conduisant à retracer l’évolution des pratiques funéraires des Moidons, du Bronze final à La Tène A (p. 365-367).

7Les auteurs élargissent ensuite leur enquête aux environs des Moidons, notamment au « Camp du Château », en établissant une sorte de « diagrammes stratigraphique » (fig. 131) du site et en présentant les mobiliers représentatifs des phasages successifs (fig. 132) ; une discussion chronologique de son occupation au cours du Ha D3 et de LT A ancienne précède une réflexion sur l’intégration culturelle des données des Moidons à l’Âge du Fer jurassien et au « Westhallstattkreis ». La synthèse (p. 393-398) reprend quelques points forts et interrogations liés à la mise en évidence des comportements funéraires, sociaux, au cours des siècles (p. 135). Il est clair que l’étude du mobilier est déterminante, vu l’état déficient de la documentation et la confrontation impossible aux données anthropologiques ; comme dans d’autres régions, la composante féminine domine, ou du moins est plus facile à appréhender. Le facteur de continuité entre Hallstatt final et La Tène A dans sa phase ancienne est manifeste.Quand à l’importance de Salins dans le « Westhallstattkreis », dans le jeu de relations « internationales » du Rhône au Rhin et de l’Italie du Nord-Est au Bassin parisien ou à la Loire, par les Alpes et le Jura, elle fait toujours l’objet de discussions entre spécialistes.

8Bref, une monographie de qualité, un indispensable état des connaissances de la Protohistoire de l’est de la France à l’aide des données funéraires de la Forêt des Moidons, qui servira de base aux recherches futures ; il convient d’en remercier les auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Kaenel, « Piningre Jean-François, Ganard Véronique, avec la coll. de Barral Philippe et de Boës Éric, Les nécropoles préhistoriques des Moidons et le site princier du Camp du Château à Salins (Jura) : les fouilles récentes et la collections du Musée des Antiquités Nationales. (Documents préhistoriques, 17) », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2006, 380-381.

Référence électronique

Gilbert Kaenel, « Piningre Jean-François, Ganard Véronique, avec la coll. de Barral Philippe et de Boës Éric, Les nécropoles préhistoriques des Moidons et le site princier du Camp du Château à Salins (Jura) : les fouilles récentes et la collections du Musée des Antiquités Nationales. (Documents préhistoriques, 17) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 54 | 2005, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rae.revues.org/1125

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page