Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hüssen Claus-Michael, Irlinger Walter, Zanier Werner ed., Spätlatènezeit und frühe römische Kaiserzeit zwischen Alpenrand und Donau, Akten des Kolloquiums in Ingolstadt am 11. und 12. Oktober 2001

Bonn, R. Habelt, 2004, VIII-264 p., 99 ill., 9 tableaux.
Gilbert Kaenel
p. 381-383

Texte intégral

1Le volume des actes du colloque, qui s’est tenu en octobre 2001 à Ingolstadt en Bavière, sous les auspices de la « Römisch-Germanische Kommission », réunit vingt contributions en allemand. Son titre « La question de la continuité entre La Tène finale et le début de l’époque romaine, du pied des Alpes au Danube ». De nouvelles fouilles et trouvailles dans les environs d’Ingolstadt, avec bien sûr l’oppidum de Manching, et dans d’autres régions de Bavière, justifiaient pleinement, aux yeux des organisateurs la tenue d’un colloque en cercle restreint, auquel certains collègues du Bade-Wurtemberg, du nord de la Suisse et de l’Autriche furent invités. Signalons que la thèse de Thomas Völling, décédé prématurément : « Germanien an der Zeitenwende : Studien zum Kulturwandel beim Übergang von der vorrrömischen Eisenzeit zur älteren römischen Kaiserzeit in der Germania Magna », a paru en 2005 (BAR, Intern. Series, 1360) ; elle complète d’une certaine manière le sujet pour le monde germanique, en présentant un état des questions, datant déjà d’une dizaine d’années ; les actes d’un autre colloque qui s’est tenu à Zurich en janvier 2003 abordent en outre en partie les mêmes thèmes : Colloquium Turicense : sites, structures d’habitat et trouvailles du Ier s. av. J.-C.,entre le Haut-Danube et la moyenne vallée du Rhône (Cahiers d’Archéologie romande, 101, Lausanne, 2005).
Nous n’allons pas commenter en détail les vingt contributions réunies dans ce volume, toutes très riches, mais simplement énumérer les thèmes abordés.

2Le premier article de Karlheinz Dietz traite des sources antiques relatives aux peuples préromains d’Allemagne du Sud (confrontation entre le Trophée des Alpes, Strabon, Ptolémée et l’épigraphie). Si l’interprétation de l’organisation et de la localisation des peuples de Rhétie et Vindélicie est pour le moins délicate, on ne peut en déduire l’existence d’une zone peu peuplée entre Alpes et Danube. Jürgen Untermann étudie les noms des lieux et tente de retracer l’origine celtique de certains toponymes. Michael Peters, par le biais de diagrammes polliniques, aborde la question de « continuité ou discontinuité » de l’Âge du fer au haut Moyen Âge en Bavière du Sud ; l’activité anthropique est la plus forte dans la région de Manching à la fin de La Tène, puis à l’époque romaine, avec des variations, comme on pouvait s’y attendre, d’une région à l’autre : si, dans le monde alpin, elles peuvent illustrer une césure, en Bavière du Nord, entre La Tène finale et le début de l’Empire, on ne soupçonne en revanche pas de dépeuplement marqué. Joris Peters et Henriette Manhart se posent la même question, à partir de l’élevage : pas de différences morphologiques marquantes pour les moutons, porcs, chiens, alors que les chevaux, bœufs et poules sont considérés comme soumis à un élevage intensif dès l’époque romaine, avec le phénomène de l’importation pour le bœuf, ce qui se marque dans l’augmentation de la taille (on ne trouve pas trace des travaux de Patrice Méniel dans la bibliographie). Bernward Ziegaus traite des monnaies romaines, du Ier s. à Tibère : il constate dans certaines villes et sur certains sites, à partir des dates d’émission, que la plupart d’entre elles sont parvenues au pied des Alpes dans la seconde moitié du IIe s., que celles du Ier s. av. J.-C. sont l’exception, qu’elles ne jouent quasi aucun rôle dans la circulation des monnaies celtiques et que la conquête de 15 av. J.-C. ne se marque pas par une augmentation massive. Susanne Sievers revient sur la « fin » de l’oppidum de Manching, en insistant sur l’effondrement progressif d’un système économique dont les causes sont multiples (externes et internes) ; vers le milieu du Ier s. av. J.-C., Manching, largement dépeuplé, ne fonctionnait plus comme un centre économique, politique et cultuel. Claus-Michael Hüssen aborde les changements d’habitat et la continuité en Haute-Bavière et dans la région de Munich, d’Auguste à Tibère-Claude : les découvertes récentes de sites postérieurs à l’abandon de Manching renouvellent le débat, comme à Eching, où un villa précoce est établie sur un habitat de la fin de La Tène, qui correspond peut-être, comme ailleurs, à l’effet du retour de vétérans indigènes. Andreas Schaub enchaîne avec Augsbourg, les indices d’une occupation de la fin de La Tène ou augustéenne, et la question de la fondation de la province de Rhétie. Rupert Gebhard présente quatre tombes de Hörgertshausen près de Freising, mises au jour en 1980 (et utilisées par Rainer Christlein pour définir son « Groupe sud-est bavarois ») : postérieures à l’abandon de Manching, datées de La Tène D2, du dernier tires du Ier s. av. J.-C., elles sont considérées comme l’expression de groupes mobiles celtiques, comportant des éléments germaniques. Günther Wieland poursuit sur le thème de la continuité sur le Haut-Danube, en insistant sur le rôle de la céramique commune peignée dont la tradition se prolonge jusqu’à l’époque romaine, avec les problèmes chronologiques que cela comporte. Franz Fischer fait le point sur l’oppidum d’Altenburg-Rheinau et ses environs, en Suisse notamment, alors que Katrin Roth-Rubi évoque le rôle du camp militaire de Dangstetten ; elle l’interprète comme un « camp de base » en prévision des campagnes militaires, proposant, à l’aide de la terre sigillée et de la différence avec le matériel plus récent d’Oberaden, une date « vers 20 av. J.-C. », alors que les actions de - 15 en marqueraient l’abandon. Eckhard Deschler-Erb énonce quatre modèles de datation du Münsterhügel à Bâle, en insistant sur les monnaies dont le spectre commence à La Tène D1 (« Horizont Gasfabrik »), comme d’ailleurs celui des fibules et des amphores, ce qui le conduit à envisager un passage sans hiatus de la Gasfabrik au Münsterhügel (pourquoi pas une coexistence temporaire ?). Walter Irlinger propose un dossier sur la Bavière du Sud-Est, avec un « vide » postulé d’une cinquantaine d’années entre La Tène D1/2 et l’époque de Claude. Fritz Moosleitner commente les matériaux de la région de Salzbourg, en restituant un combat à l’extrême fin de La Tène sur le site de hauteur de Goldegg, au passage du col, mis en relation avec la conquête des Alpes. Peter Höglinger présente trois sites de hauteur des hautes vallées de la Salzach et de la Saale dans le Pinzgau, région de Salzbourg, chez les Ambisontes, sans pouvoir reconnaître les traces de présence romaine (alors que le nom de ce peuple figure à la Turbie). Amei Lang évoque la continuité dans le Tyrol du Nord, à l’aide notamment de nécropoles de la culture de Fritzens-Sanzeno. Raimund Kastler présente la région de Linz, et en particulier les résultats de la céramique des fouilles de l’église Saint-Martin, du premier quart du Ier s. av. J.-C., en postulant une continuité de la production céramique régionale de La Tène finale. Bernd Steidl étudie la région de Mainfranken, sur le Main moyen au nord de la zone centrale prise en compte par le colloque, et les relations entre Celtes et Germains, puis la présence romaine avec le camp de Markbreit à l’époque de Haltren, à 140 km de Rhin, dans la première décennies ap. J.-C., avec les questions historiques qu’elle entraîne. Werner Zanier enfin propose quelques réflexions sur l’occupation de la zone prise en compte de La Tène finale au début de l’époque romaine, en guise de bilan et de résumé de la documentation à disposition, à l’aide d’un catalogue fort utile de sites et de mobiliers caractéristiques. Replaçant le colloque de 2001 dans une perspective historique, il constate à quel point, en un peu plus d’une décennie, les interprétations ont évolué : on est passé de la restitution d’une zone dépeuplée entre Alpes et Danube (un « désert »), fort de l’appui des textes, à la mise en évidence d’une population autochtone dans les campagnes, grâce à l’archéologie, population qui va progressivement participer au processus d’acculturation au monde romain.

3Même si certaines pistes ne sont qu’effleurées, les actes du colloque d’Ingolstadt, ne serait-ce que par le bilan historique, bibliographique et par les matériaux qu’ils présentent, constituent un document incontournable pour l’étude de la mutation des sociétés entre les premiers siècles avant et après J.-C. au nord des Alpes sur le Danube.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Kaenel, « Hüssen Claus-Michael, Irlinger Walter, Zanier Werner ed., Spätlatènezeit und frühe römische Kaiserzeit zwischen Alpenrand und Donau, Akten des Kolloquiums in Ingolstadt am 11. und 12. Oktober 2001 », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2006, 381-383.

Référence électronique

Gilbert Kaenel, « Hüssen Claus-Michael, Irlinger Walter, Zanier Werner ed., Spätlatènezeit und frühe römische Kaiserzeit zwischen Alpenrand und Donau, Akten des Kolloquiums in Ingolstadt am 11. und 12. Oktober 2001 », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 54 | 2005, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rae.revues.org/1127

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page