Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Jeanne-Marie Demarolle

Joly Martine, Carte archéologique de la Gaule : Langres, 52/2. Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de M. Provost

Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Ministère de la Culture et de la Communication, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 2001, 1 vol. 21 x 29,7 cm, 188 p., 189 fig.
p. 384-385

Texte intégral

1Dans la série diligentée par l’Institut de France, sous la responsabilité du Professeur Michel Provost, plusieurs départements relevant du territoire éditorial de la Revue archéologique de l’Est (Doubs et Territoire de Belfort, Jura, Haute-Saône, Bas-Rhin et Haut-Rhin, Yonne, Saône-et-Loire, Meuse, Moselle, Vosges, Marne) ont déjà fait l’objet, commune par commune, d’un recensement systématique de la documentation archéologique (de 800 avant à 800 après J.-C.). Dans plusieurs cas, les chefs-lieux départementaux ont nécessité un volume particulier. Après Autun et Strasbourg mais avant Metz et Reims, Andemantunnum / Langres, capitale des Lingons, ce peuple de la « Gaule Belgique augustéenne », rattaché ultérieurement à la Germanie Supérieure - particulièrement connu des antiquisants par l’action de Sabinus, son chef, lors de la crise de 68-70 et plus encore par un document exceptionnel le « Testament du Lingon » - est de ceux-là.

2Cinq ans après le volume de J.-J. Thévenard, consacré à la partie rurale du département (52/1), Martine Joly, maître de conférences à Paris IV - Sorbonne, entourée d’une équipe venant d’horizons archéologiques divers (universités, CNRS, bénévoles, musées) met à jour et complète les publications du chanoine Drioux, de J.-Ch. Picard (Topographie des cités chrétiennes de la Gaule, fasc. IV, 1986) et d’E. Frezouls (Villes anciennes de la Gaule, II, 1988). Sous une couverture qui privilégie à bon droit des découvertes relativement récentes (1985 et 1996) : emblema de la mosaïque d’une domus de la place du Centenaire - mais le cliché de la fig. 74, p. 79 est de bien meilleure qualité - et fouilles du sanctuaire suburbain de l’usine Freudenberg), M. J. restitue en 188 p. et 189 fig. la documentation d’un site dont l’occupation (et donc les destructions, les reconstructions) a été continue, ce qui rend difficile une connaissance globale de la ville. Mais il en va de même pour tous les chefs lieux d’origine antique. La « Table des matières » montre que si les trente premières pages sont conformes à l’organisation désormais classique et banalisée des volumes de la C.A.G., l’auteur principal a ensuite choisi une présentation thématique et diachronique où est intégré le pré-inventaire des découvertes. Cette solution a pour effet un certain éparpillement, peu synthétique, de la matière (XXIX rubriques dont certaines ne portent que sur un seul objet - p. 162, un cachet d’oculiste) sans véritable hiérarchie. Les grandes rubriques elles-mêmes apparaissent parfois comme une suite de juxtapositions. Un exemple en est fourni en VI – C, « Temples et cultes », avec en VI – C. 3 « Le culte », des titres tels que « Divinités diverses » (p. 67-68), « Autres divinités » et enfin « Déesses-Mères ». À propos de Mars (p. 66) il conviendrait d’ajouter l’étude de T. Derks (Gods, Temples and Ritual Practices, Amsterdam, 1998) dans la bibliographie. Par ailleurs, il faut « deviner » qu’en l’état actuel de la documentation, certes reflet de l’intérêt longtemps traditionnel de la recherche, la période romaine reste le gros morceau de l’histoire de Langres. Si l’artisanat est traité, le commerce n’apparaît pas dans son ensemble. En revanche, le lecteur apprécie d’échapper au va-et-vient habituel et fastidieux entre la « synthèse » et le « pré-inventaire ». Surtout, il dispose ainsi d’emblée des occurrences scientifiques qui confortent les affirmations et il comprend la prudence de bon aloi affichée par l’auteur. En effet, M. J., qui a une excellente connaissance du terrain, a pu réévaluer avec méthode les découvertes anciennes à la lumière des fouilles récentes. Son apport personnel est considérable.

3La bibliographie (p. 7-21) qui précède la synthèse souligne d’entrée de jeu combien la « matière première » dont disposait M. J. était ingrate : seulement 71 titres postérieurs à 1990, souvent de faible  « épaisseur », nombre de titres ne recouvrant que des notices d’une page maximum et deux manques sont frappants : aucune mention de rapports de fouilles et de DFS et absence presque totale de travaux universitaires (exception faite, bien entendu, de quelques jeunes chercheurs comme Martine Joly). Après la présentation géographique du site de l’éperon langrois et des grandes étapes de la recherche archéologique, la synthèse s’intéresse à l’« Histoire » de Langres en quatre phases : Âge du Bronze ; Âge du Fer (p. 27-32) où Ph. Barral dresse un tableau neuf de Langres protohistorique en exploitant au mieux la recherche des fouilles anciennes, l’étude de mobiliers inédits ; époque gallo-romaine (p. 33-36) et haut Moyen Âge (p. 36-37). La forme prise par la présence militaire attestée à Langres reste encore à préciser mais M. J., qui a travaillé à Mirebeau, propose avec vraisemblance de la mettre en relation avec le camp de la VIIIe légion Auguste (installée à Mirebeau en 70 ap. J.-C. pour contrer la révolte lingonne). La rubrique IV (p. 38-42) présente « l’accès à la ville » suivie de V, « l’urbanisme » (p. 42-57), VI, « Monuments urbains » (p. 58-76 et VII, « Habitat » (p. 76-95), VIII, « Artisanat » (p. 95-100) et IX, « Nécropoles » (p. 100-132) où a été placé, de façon assez surprenante le « Testament du Lingon » (p. 131-132). En une petite centaine de pages, le lecteur dispose d’une importante masse documentaire mise à jour sur la base d’une solide érudition critique, de remises en cause de certaines chronologies et d’analyses précises. Citons à titre d’exemple la datation protoaugustéenne, désormais assurée (vers 20 av. J.-C.), des portes de Langres (Porte romaine et Porte Longeporte intégrées à l’enceinte du Bas-Empire), la présentation de plusieurs quartiers d’habitation et de leurs évolutions, l’étude concrète du travail de la pierre, l’inventaire des nécropoles.

4Faute de découvertes archéologiques M. J. retient comme « hypothèses » bien des affirmations antérieures, par exemple à propos de l’enceinte pré-romaine (p. 47-48), d’un aqueduc (p. 56), d’un théâtre (p. 65), de la localisation des thermes publics (p. 73). C’est assez dire le prix de ce tri critique pour tout chercheur extérieur à Langres qui peut utiliser avec confiance le bilan proposé en 2001 dans les notices de sites, en sachant que des opérations archéologiques nouvelles peuvent aboutir à d’autres remises en cause. Les rubriques X à XXIX, majoritairement descriptives, qui couvrent exhaustivement les types de mobilier, reprennent avec précision les très nombreuses découvertes isolées et souvent « mal » (« aux environs de la ville ») localisées, ou localisées sans contexte archéologique. En XXI (p. 152-158) le mobilier numismatique (médaillier du musée et sauvetages archéologiques récents) fait l’objet d’une synthèse bienvenue qui, en abordant la chronologie de l’occupation de la ville (véritable occupation au IIe et IIIe et IVe siècles, avec plus de la moitié des trouvailles monétaires), souligne la faible part des monnaies gauloises, puis romaines du Ier siècle. La représentativité de ce mobilier est donc particulièrement discutable.

5La documentation figurée (cartes, tableaux, relevés, photographies d’éléments inédits ou peu accessibles) occupe une place importante qui non seulement « illustre » les pages mais surtout renforce le discours scientifique. L’index alphabétique (d’Abondance à voie romaine) et l’index thématique (mais pourquoi référencer dispensator et non aerarius ou encore alumnus/a ; pour heres, au n° 94* il faut ajouter aussi le n° 62*) sont complétés par un « index des inscriptions » (sur pierre, métal, instrumentum) et un index des sculptures et bas-reliefs déjà référencés par É. Espérandieu. Ces deux Indices montrent l’intérêt de la documentation épigraphique (pour laquelle il convient désormais de se reporter au travail de Y. Le Bohec, Inscriptions de la cité des Lingons. Inscriptions sur pierre, Paris, CTHS, 2003, 386 p.) et du lapidaire de la ciuitas foederata Lingonum. La consultation des quatre Indices est grandement facilitée par les 131 numéros à astérisque placés en tête de paragraphes. Cet ouvrage sera donc désormais l’indispensable instrument de travail pour progresser dans l’histoire de Langres, grâce à la masse des références maîtrisées qu’il met à la disposition de la communauté scientifique mais aussi grâce aux pistes de recherche qu’il permet d’entrevoir pour nourrir des problématiques générales : le passage des agglomérations gauloises aux villes romaines en Gaule, le rôle de l’artisanat et du commerce dans un chef-lieu gallo-romain de cité, les relations entre Langres et le territoire de la ciuitas étudié dans la CAG 52/1, les ateliers de sculpteurs. Archéologues et historiens doivent être particulièrement reconnaissants à M. J. du potentiel important que son enquête rigoureuse leur procure.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne-Marie Demarolle, « Joly Martine, Carte archéologique de la Gaule : Langres, 52/2. Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de M. Provost », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2005, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/1130. consulté le 25 mars 2017.

Auteur

Jeanne-Marie Demarolle

 

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés