Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Petit Jean-Paul, avec la coll. de Brunella Philippe, Bliesbruck-Reinheim : Celtes et Gallo-Romains en Moselle et en Sarre. (coll. Hauts lieux de l’Histoire)

Paris, éd. Errance, 2005, 221 p. ISBN 2-87-772298-8.
Jeanne-Marie Demarolle
p. 385-388

Texte intégral

1Dans la collection Hauts lieux de l’Histoire dirigée par Ch. Goudineau, l’ensemble Bliesbruck-Reinheim, qui témoigne d’une histoire gallo-romaine « ordinaire », rejoint des sites particulièrement porteurs, eux, d’imaginaire hexagonal tels Bibracte et Alésia. Dans cette collection, les meilleurs spécialistes s’emploient, selon la formule consacrée, à sensibiliser un « large public ». Ils usent donc d’une séduisante mise en page qui permet au lecteur de combiner, d’alterner textes analytiques et synthétiques, « illustrations » diversifiées et foisonnantes, encadrés pédagogiques et/ou pointus. En effet, tout en faisant la part belle - et légitime - aux données fondamentales livrées par les fouilles et à l’exploitation de celles-ci, l’ouvrage, fort de 224 pages et riche d’environ 400 illustrations dont 336 en couleur, offre un panorama vivant et attractif du site phare mosello-sarrois et, à travers lui, comme le titre l’affiche d’emblée, des hommes qui ont occupé successivement ce secteur de la vallée de la Blies, à une douzaine de kilomètres en amont du confluent avec la Sarre. Si l’histoire est « ordinaire », elle n’en est pas moins singulière : inconnu en 1976, alors que Reinheim l’était grâce à sa « princesse » depuis 1952, Bliesbruck fait désormais partie des sites de référence pour les « agglomérations secondaires », tandis que le « Parc archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim », mis en place en 1992, illustre à merveille les heureux effets de la coopération scientifique et administrative transfrontalière. C’est là le résultat d’un quart de siècle de travaux de terrain et d’interprétation, impulsés à l’origine par Jean Schaub, l'inventeur passionné du site puis par son disciple de la première heure Jean-Paul Petit qui, depuis 1983, à travers une bonne cinquantaine de publications, a assuré avec toute l’équipe de Bliesbruck, la notoriété scientifique du site. Secondé par Philippe Brunella pour Bliesbruck et par les archéologues sarrois Rudolf Echt, Florian Sarateanu-Muller et Walter Reinhard, il a aussi choisi de faire appel ici à plus d’une dizaine d’autres collaborateurs sur les points spécifiques. C’était prendre le risque de la dispersion mais, en fait, il a su faire respecter la cohérence et l’indispensable unité de ton.

2Bliesbruck-Reinheim comprend en fait trois sites majeurs : la tombe de la princesse de Reinheim, la « petite ville » gallo-romaine de Bliesbruck, au nom antique inconnu, dont le noyau urbanisé atteint environ 20 ha, et la villa de Reinheim, ce qui permet d’approcher l’aristocratie proto-historique, les artisans commerçants d’une petite ville (de l’époque claudienne au milieu du Ve siècle), les notables des grandes propriétés foncières dans la première moitié du IIIe siècle.

3La matière est organisé en sept chapitres selon une logique essentiellement chronologique mais aussi thématique pour le cœur de l’ouvrage (ch. 3 à 6) qui, il n’aurait pas été inutile de le préciser, correspond au Haut-Empire.

4Le ch. 1 (p. 15-32), après avoir analysé la géographie du site sur des terrains fertiles de la vallée de la Blies, donne un aperçu des grandes phases chronologiques et prend la peine de replacer Bliesbruck-Reinheim dans les grandes aires culturelles régionales. Dans le ch. 2 (p. 33-66), deux archéologue sarrois W. Reinhard et R. Echt présentent au début de La Tène ancienne, à partir de 480 av. av. J.-C. environ, le développement des nécropoles tumulaires. La tombe de la « princesse de Reinheim » qui, découverte en 1952, a fait l’objet d’une reconstitution muséographique en 1999, est la plus prestigieuse mais aussi la mieux documentée. Elle appartient au groupe des tombes princières de La Tène ancienne où a perduré une tradition du Hallstatt, celle d’élever au-dessus de la tombe un haut tertre, délimité par un fossé circulaire.Ensevelie entre 400 et 370 environ av. J.-C., la « princesse de Reinheim » doit sa célébrité à la richesse de sa parure (un torque et deux bracelets en or, deux bagues différentes en bronze, deux bracelets en verre et en jais, fibules discoïdales à incrustations de corail) et du mobilier d’accompagnement (service à vin avec une rare cruche à bec tubulaire dont le décor gravé se prête à deux lectures, et des cornes à boire, ceinture à chaîne, bâton d’ambre susceptible de renvoyer à la fonction divinatoire de la « princesse », miroir rond de bronze, à manche anthropomorphe, enveloppé dans un linge). L’analyse détaillée du rituel, du costume, des offrandes – et en particulier la figuration d’une « Minerve » celtique sur le torque et un bracelet en or – montrent certes la richesse de la « princesse », mais surtout son statut religieux. Rien ne prouve toutefois que ce statut soit à l’origine de la richesse. Un siècle après la « dame de Vix », la « dame de Reinheim » attire l’attention sur des personnalités féminines d’envergure religieuse et, à travers les relations avec le monde méditerranéen, sur l’histoire culturelle des Ve et IVe siècles av. J.-C.

5Les chapitres 3-5 sont consacrés à la petite ville (traduction du terme « technique » des archéologues anglais « small town » - qui n’est pas nécessairement plus pertinent que celui d’agglomération secondaire » -) de Bliesbruck, en allant du cœur monumental, les thermes publics (chap. 3, p. 67-88), à l’incontournable question de la romanisation (chap. 5, p. 141-168). L’apport le plus substantiel à l’étude globale des « agglomérations secondaires » tient dans le chapitre 4 (p. 89-140) consacré aux deux quartiers artisanaux et commerciaux bordant la voie antique. Le chapitre 3 résume en une vingtaine de pages l’analyse très minutieuse dirigée par J.-P. Petit du « complexe des thermes de Bliesbruck » (Paris, 2000, Blesa, 3) qui est venu apporter sa pierre aux nombreuses recherches récentes sur les thermes en Gaule : celles de P. Aupert et R. Monthuret (Thermes du Forum de Lugdunum Conuenarum), d’A. Le Bot pour l’Armorique et, plus particulièrement encore, d’A. Bouet (voir Thermae Gallicae, Paris, 2003) et les deux volumes de sa thèse – soutenue en 1996 et publiée en 2003 – Les thermes publics et privés en Gaule narbonnaise. Près d’un demi-siècle après les pages du manuel d’Albert Grenier (4e partie, 1960), les thermes des Gaules ont bénéficié du renouvellement général des études (initié par les travaux de Nielsen) et, dans le corpus qui a été considérablement étoffé, Bliesbruck occupe une place désormais justifiée. En vingt pages est donc expliqué comment la pratique – terme que nous préférons à « rituel » (p. 69) toujours connoté – du bain définit le développement et l’organisation architecturale (ici plan en enfilade avec une seule suite balnéaire, « Reihen typ ») insiste sur les différentes phases du complexe et son état le mieux connu, « peu après le milieu du IIIe s. », avant de présenter des aspects techniques du fonctionnement. On remarque avec intérêt la multiplication dans le complexe des pièces chauffées sans destination balnéaire, ce qui donne de plus en plus d’importance à la fonction social du complexe.

6Le problème du financement n’est pas esquivé. Toutefois, si on accepte de voir derrière le complexe des thermes un projet architectural unique reposant au départ sur un seul commanditaire, une autre question se pose : qu’en a-t-il été lors des phases d’importants réaménagements ? Par ailleurs, autant la monumentalité de l’ensemble est impressionnante au milieu du IIIe siècle, autant les vestiges de la décoration restent maigres. Éric Follain a fait plusieurs propositions de restitutions de restitution qui parleront directement au grand public – mais une légende serait la bienvenue pour expliquer les lettres capitales « collées » sur la figure (en haut, à dr.) de la p. 75. On constate aussi avec une certaine surprise (sur cette même page) qu’aucun conduit d’évacuation de la chaleur n’a été prévu.

7Les chap. 4 et 5 apparaissent comme les plus aboutis de l’ensemble. Non seulement ils offrent l’avantage de rassembler des données jusqu’ici éparses dans des publications ou consignées dans des DFS, mais ils valent aussi par l’intérêt de la démarche méthodologique : jusqu’où peut-on aller dans l’interprétation et la mise en perspective économique et sociale des vestiges archéologiques ? L’a. argumente toujours avec la plus extrême prudence (superficies, équipements privés, consommation) avant de proposer trois niveaux de stratification sociale. Il trace ainsi une voie féconde pour dépasser les monographies de structures. Il faut tenter l’entreprise, même si les indicateurs resteront toujours biaisés, faute de disposer d’un mobilier exhaustif. Mais l’a. fait leur place à tous les indicateurs – y compris, ce qui n’est pas fréquent, les instruments de l’écriture – et donne ainsi à voir au lecteur un véritable panorama de la « vie quotidienne » et de la « romanisation » dans la première moitié du IIIe siècle. Au chapitre 6 (p. 169-190) Bliesbruck est replacé avec efficacité dans son environnement rural et la question de la relation entre Bliesbruck – qui est bien développé à la fin du Ier siècle - et la grande villa de Reinheim, établissement né sans doute à la fin du Ier siècle, reste évidemment posée. Un bel encart est consacré au casque de parade, mais n’est-il pas un peu aventureux de l’attribuer au « fondateur » du domaine et de l’imaginer à une place d’honneur, dans la même famille, pendant plusieurs siècles ? Certes, la proximité existe entre la villa et la petite ville mais, pour l’instant, les données acquises à Bliesbruck n’autorisent pas à voir dans les artisans-commerçants de la ville des « dépendants » du domaine. Enfin, le chapitre 7 (p. 191-215) traite des mutations de l’Antiquité tardive étalée sur plus de deux siècles - les pièces chauffées des thermes sont ainsi utilisées comme habitat à la fin du IVe siècle - envisage la possibilité d’un atelier de fabrication de monnaies de nécessité et s’interroge, à partir des militaria découverts, sur la présence d’un poste défensif et d’un contingent germanique à proximité (sur la colline dite « Humarich ?).

8La présentation est soignée, l’illustration – plans, photos aériennes, clichés en couleurs, en noir et blanc, évocations dues à Jean-Claude Golvin – surabondante mais bien adaptée au public visé, en juxtaposant souvent les plans, les restitutions, la présentation des structures. Elle est aussi clairement et parfois longuement légendée, ce qui permettra aux lecteurs attirés par les « images » d’en tirer un plein profit. Quant aux encadrés, ils mélangent les genres à bon escient : ils peuvent simplement expliquer une pratique (le bain) ou une technique (le chauffage par hypocauste), montrer les choix faits pour les restitutions (p. 72), présenter des hypothèses (l’iconographie de la cruche de bronze découverte lors des fouilles de 2004, p. 150-151), approfondir des points spécifiques (« la chronologie des monnaies d’imitation radiée », p. 196-197, « le paysage monétaire », p. 212-213). Quelques menus regrets avant de conclure. Une liste des figures et une liste des encadrés auraient rendus de grands services, l’« orientation bibliographique » (p. 218-220) est quelque peu déconcertante : l’a. fait appel à R. Rebuffat, A. Ferdière et bien d’autres mais on cherche en vain la référence à leurs travaux. D’autre part, alors que le cadre régional est largement dépassé – et c’est un des grands mérites de l’étude – le lecteur ne dispose d’aucune référence sur des sites si souvent mentionnés (Mâlain, Vitudurum, par ex.). Qu’en est-il aussi des relations entre la « petite ville » et le chef-lieu ? Les éléments de compréhension manquent certainement mais la question n’est pas posée.

9Depuis les premières fouilles de sauvetage (en 1978), que de chemin parcouru… Au terme d’une promenade très précise dans les structures - et dont le menu détail n’est pas d’emblée suggestif - le lecteur découvre maints aspects des sociétés de la vallée de la Blies - mais malheureusement l’aspect religieux n ‘est pas documenté pour la période romaine. Ce volume s’inscrit dans le droit fil des recherches impulsées par M. Mangin et B. Jacquet en 1986 sur les « agglomérations secondaires ». Il montre avec éclat - et pas seulement au « grand public » - tout ce qu’apporte l’exploitation des données archéologiques alliée à la réflexion historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne-Marie Demarolle, « Petit Jean-Paul, avec la coll. de Brunella Philippe, Bliesbruck-Reinheim : Celtes et Gallo-Romains en Moselle et en Sarre. (coll. Hauts lieux de l’Histoire) », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2006, 385-388.

Référence électronique

Jeanne-Marie Demarolle, « Petit Jean-Paul, avec la coll. de Brunella Philippe, Bliesbruck-Reinheim : Celtes et Gallo-Romains en Moselle et en Sarre. (coll. Hauts lieux de l’Histoire) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 54 | 2005, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://rae.revues.org/1131

Haut de page

Auteur

Jeanne-Marie Demarolle

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page