Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hagendorn Andrea et alii, Zur Frühzeit von Vindonissa. (Gesellschaft Pro Vindonissa, Bd XVIII 1 et 2)

Wettingen, 2003, 2 vol., 21 x 29,7 cm, 734 p., 316 fig., 86 pl., 7 plans h. t.
Jeanne-Marie Demarolle
p. 388-389

Texte intégral

1L’ouvrage publié par un ensemble de collaborateurs conduits par Andrea Hagendorn nous donne, cinq ans seulement après la fin des opérations de terrain menées de 1996 à 1998, le résultat des fouilles faites dans la cour des principia des 21e et 11e légions du camp de Vindonissa. D’emblée le soin apporté à la présentation, la clarté de l’exposé, l’ampleur et la précision des inventaires retiennent l’attention.

2Le volume 1 est consacré à l’étude interdisciplinaire menée de 1999 à 2002 (p. 15-462) des découvertes apportées par la fouille (de 1996 à 1998 ; site de Windisch - Breite) d’une parcelle de 2 500 m2 à l’ouest du « fossé celtique ». Celles-ci pouvaient-elles permettre de répondre à quatre questions fondamentales : des traces d’occupation pré-romaines se trouvaient-elles à l’ouest, quelles étaient les caractéristiques de l’occupation du plateau avant la fondation du camp oblique, traditionnellement datée de 16-17 ap. J.-C. (et cette date restait-elle valable ?), le site a-t-il été occupé sans discontinuer jusqu’à l’arrivée de la 13e légion ?

3Les fouilles ont permis de déterminer sept phases de constructions légères sur un site où les traces de labour retrouvées attestent de la présence d’une exploitation agricole avant la première occupation. C’est dès les années 20 av. J.-C. (1ère phase) que de petites constructions à poteaux plantés (remises ?) apparaissent, tandis que le comblement progressif de fosses pour l’extraction du gravier traduit la présence proche d’un habitat. Vers 10 av. J.-C. (2e phase) toute la partie sud de la surface fouillée a été construite : le principal intérêt réside dans la présence d’un grand complexe (entrepôt d’un commerçant ou lieu de stockage privé) approvisionné en denrées indigènes, en denrées importées (huile d’olive – sauces de poissons – vin) et des denrées de grand luxe (grenades – maquereaux méditerranéens). Une population aisée résidait donc dans les environs du futur camp dès cette date, mais un incendie détruisit l’ensemble au bout d’une dizaine d’années. Au début de notre ère, sur ce secteur organisé en quatre parcelles de taille différente, sont édifiées des « maisons allongées » (Streifenhaüser), d’un type connu pour le moment seulement dans les uici proches de camps ou dans des habitats à contexte militaire. Un incendie ravagea les installations au bout d’une dizaine d’années et au cours de la 4e phase n’ont été mises au jour que des aires de travail (four et foyer) pour le traitement des alliages métalliques. Cette 4e phase traduit la fin de l’occupation antérieure à l’établissement du camp. Le mobilier retrouvé marque la présence d’une population celte romanisée, d’une population civile immigrée, de soldats (certaines importations étant caractéristiques des contextes militaires augusto-tibériens) et, dans les deux premières phases, d’auxiliaires celtes. Dans la mesure où, à l’est du fossé celtique en U, qui barrait l’éperon de la partie orientale du plateau, un habitat celtique s’était installé vers 40 av. J.-C., les secteurs à l’est et à l’ouest du fossé correspondent-ils aux différentes parties d’un site occupé par des groupes de populations indigènes et romains ?

4Les trois phases suivantes sont contemporaines du camp. Vers 14 ap. J.-C. (5e phase), un bâtiment, sans doute l’habitation d’un officier supérieur, est alors construit mais détruit environ vingt ans plus tard. Lors de la 6e phase (vers 25/30) ont été reconnues trois voies (dont une large rue est-ouest, vraisemblablement la via principalis), un bâtiment (A) à grande cour intérieure ouverte, doté d’aménagements et de mobilier (enduit peint, en particulier, candélabres) de qualité, révélateur des installations habituellement réservées aux officiers dans les camps permanents à l’époque de Claude. Le système planifié de gestion des eaux (conduites monoxyles) a été mis au jour et près des thermes (fouillés dans les années 1930), une halle avec une natatio. Au moment de l’arrivée au pouvoir de Caligula, les installations furent victimes d’un incendie et c’est seulement vers 40-45/47 qu’un réaménagement total (7e phase) eut lieu, en gardant toutefois le réseau viaire antérieur. Les canalisations monoxyles furent rénovées, les thermes reconstruits et on a reconnu dans un bâtiment un logement de principalis. C’est au plus tard en 47, lorsque l’épigraphie atteste de la construction des principia de la 21e légion, que furent démontées les constructions de la 7e phase.

5Dans ce volume, les synthèses qui précèdent l’analyse de chaque catégorie de matériel soulignent la valeur socio-économique des témoignages et sont une parfaite illustration d’un projet et d’une méthodologie profondément interdisciplinaires. En conclusion (p. 463-467), Andrea Hagenborn, en replaçant avec maîtrise l’étude dans le contexte de la politique militaire augusto-tibérienne sur le Rhin, après le désastre de Varus et le rappel de Germanicus, met pleinement en valeur l’apport de ces fouilles sur des points essentiels. On peut désormais situer vers 14 ap. J.-C. (et non en 16-17) l’installation du « camp oblique », sa transformation en « camp orthogonal » vers 30 ap. J.-C. et c’est seulement sous Caligula ou Claude qu’eut lieu l’implantation du camp permanent. Les quatre résumés (allemand, français, italien et anglais) sont fort appréciables (p. 468-475).

6Le volume 2 comporte trois Annexes, concernant l’archéobotanique qui a fait le choix précieux de ne retenir que des éléments peu ou pas connus par ailleurs, comme les grenades, produit de luxe dont le site de Windisch-Breite livre la première attestation connue au nord des Alpes, l’archéozoologie, la céramique où on dispose d’une utile liste des estampilles et des graffiti (p. 500-508), l’inventaire des monnaies, puis viennent le catalogue et les planches des différentes catégories de mobilier. On sera particulièrement sensible à la qualité graphique et à la solidité des références bibliographiques (p. 715-734) fondées sur les propositions les plus récentes.

7En un temps record après la fin des fouilles, l’équipe conduite par A. H. donne un ouvrage de référence où les diverses hypothèses sont toujours honnêtement envisagées. On ne peut que recommander une telle publication, si magistralement coordonnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne-Marie Demarolle, « Hagendorn Andrea et alii, Zur Frühzeit von Vindonissa. (Gesellschaft Pro Vindonissa, Bd XVIII 1 et 2) », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2006, 388-389.

Référence électronique

Jeanne-Marie Demarolle, « Hagendorn Andrea et alii, Zur Frühzeit von Vindonissa. (Gesellschaft Pro Vindonissa, Bd XVIII 1 et 2) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 54 | 2005, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://rae.revues.org/1132

Haut de page

Auteur

Jeanne-Marie Demarolle

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page