Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Michel Mangin

Polfer Michel, L'artisanat dans l'économie de la Gaule Belgique romaine à partir de la documentation archéologique. (Monographies instrumentum, 28)

Montagnac, éd. Mergoil, 2005, 182 p. dont 26 tableaux, 35 figures, un index géographique et 5 cartes dont 4 en couleur.
p. 389-391

Texte intégral

1Ce nouvel ouvrage de la collection instrumentum dirigée par M. Feugère est la publication du mémoire d'habilitation de l'auteur - Luxembourgeois - soutenu en 2003 à l'Université de Metz devant un jury international.

2Les trois chapitres d'un texte dense (p. 9-104) sont suivis d'un catalogue de 286 sites (p. 105-151), d'une bibliographie de près de 500 numéros et de cartes de localisation des sites par type d'occupation qui auraient mérité d'être pleines pages. Un index thématique aurait été bien utile ; les numéros du catalogue sont répartis à la fois dans chacun des différents États modernes sur lesquels s'étend la Gaule Belgique, objet de la recherche, et dans chacun des types d'occupation : il eut donc été utile, dans l'index géographique, de préciser le pays concerné.

3Ces regrets illustrent l'intérêt pris à lire une étude d'une richesse considérable, dont le but affiché et le mérite sont de tenter d'apporter un bilan aussi complet que possible de la documentation archéologique disponible sur une province gallo-romaine, avant même d'en proposer une interprétation provisoire, comme l'indique le titre de la brève conclusion générale : « Place de l'artisanat, conclusions générales et problématiques à développer » (p. 103-104).

4Le premier chapitre intitulé « Introduction générale » présente d'une façon remarquablement claire et avec un grand luxe de références qui montre l'ampleur de l'enquête conduite par l'auteur, les grandes thèses qui se sont affrontées depuis la fin du XIXe s. sur la nature de l'économie antique et le rôle que la production non agricole et les échanges commerciaux ont pu y jouer. L'auteur résume avec bonheur les caractéristiques des thèses de « l'école primitiviste », avec les faiblesses techniques et les insuffisances de tous ordres de l'économie antique ; puis les débats actuels en « Histoire ancienne », relativisant ces faiblesses et mettant en évidence une série d'éléments d'un « modèle moderniste ». Il termine en rappelant avec force que la documentation archéologique est trop souvent absente de ces controverses. Pourtant souligne-t-il : « il semble aujourd'hui évident que pour avancer, la discussion sur la nature de l'économie romaine nécessitera à l'avenir une prise en compte de l'ensemble de la documentation disponible tant écrite qu'iconographique ou archéologique » (p. 12) (notamment celle concernant l'activité artisanale). La vaste compilation de données rassemblées dans l'ouvrage a pour but de situer la place et le rôle de l'artisanat dans l'économie d'une province localisée dans une position géographique exceptionnelle et paradoxalement mal étudiée dans son ensemble à l'exception de la production céramique.

5Précédant le corps du travail (chap. 3 : « Exploitation de la documentation archéologique » qui occupe les deux tiers du texte hors catalogue), l'auteur précise dans un chapitre préliminaire les méthodes de travail qu'il a employées et l'état de la recherche dans le cadre provincial dont il donne les limites et les spécificités. Il insiste - mais peut-être est-il quelque peu pessimiste - sur le désintérêt général pour l'histoire des techniques qui explique la pauvreté des travaux sur l'activité productive proprement dite et sa place dans l'économie générale. Il souligne, à juste titre, la difficulté de distinguer ce qui ressortit à une « production artisanale » c'est-à-dire destinée à la vente, et à une production domestique. On verra dans le chapitre suivant combien la distinction est aléatoire quand il s'agit notamment de connaissances issues de la prospection de surface : comment savoir si les scories mêlées aux tessons correspondent à un atelier important « artisanal » ou à un atelier qualifié de « domestique » ou destiné à la réparation de l'outillage agricole ?

6Il est difficile aussi, sauf peut-être pour certains types de production céramique, de préciser : « les différents cadres spatiaux dans lesquels s'effectue la diffusion des produits », depuis une diffusion purement locale jusqu'à une diffusion à l'échelle de l'Empire...

7Ces généralités débouchent d'abord, sur une présentation du cadre administratif choisi avec ses treize civitates (les variations de ce nombre à partir de Tibère font l'objet d'un paragraphe à discuter), puis d'un essai de définition : « des conditions naturelles et du cadre humain dans lequel s'inscrivent les activités artisanales de la Gaule Belgique », puisqu'il n'en existe pas auquel il pût être renvoyé. Sont caractérisées alors les ressources en matières premières, notamment celles destinées aux productions céramiques et sidérurgiques (plutôt que « métallurgiques »), les deux productions dont il sera dit plus tard qu'elles sont les seules sur lesquelles on puisse vraiment discuter faute, pour les autres, de disposer de connaissances suffisantes ; puis l'importance des voies de communications fluviales (pour lesquelles les sources archéologiques sont rares) et des routes terrestres, qui sont essentielles. Les « clientèles potentielles », villes, agglomérations secondaires et milieu rural - cadres brièvement définis ici - seront utilisés tout au long de l'ouvrage avec tous les problèmes posés par la distinction entre les deux derniers milieux.

8La recherche sur l'artisanat en Gaule romaine a beaucoup progressé ; mais après l’avoir rappelé, le bilan qui en est dressé pour la Gaule Belgique, État par État (France, Luxembourg, Allemagne et Belgique), est mitigé, du fait de l'hétérogénéité des sources documentaires et du niveau des recherches. Malgré tout, l'auteur estime, au seuil du chapitre « Exploitation de la documentation archéologique », que cette province est « un territoire relativement privilégié pour une étude synthétique de l'artisanat romain à partir des sources archéologiques par rapport aux autres provinces de la Gaule romaine et plus encore par rapport aux provinces occidentales de l'Empire romain dans leur ensemble ». Cette appréciation positive, formulée d'emblée, ne semble pourtant pas toujours confirmée par nombre de bilans partiels présentés en conclusion du chapitre suivant, on le verra.

9Ce sont 286 sites, dont 185 pour la partie française, qui ont pu être retenus pour l'étude, les Médiomatriques et surtout les Trévires se taillant la part du lion avec respectivement 19 et 31 % des numéros du catalogue.

10L'exploitation de la documentation archéologique étudie la distribution de l'artisanat en Gaule Belgique tant dans les différentes cités que dans les différents milieux (villes, agglomérations secondaires et campagnes). Elle cherche à définir les structures de production de l'époque impériale, les continuités ou les ruptures avec la période laténienne et l'évolution du niveau de production au cours de l'Empire.

11On retiendra la densité du réseau des agglomérations secondaires dont le nombre - 88 - compense le chiffre réduit des villes proprement dites et rétablit un certain équilibre de l'urbanisation, et l'importance de l'activité artisanale dans ce type d'occupation, notamment le travail de l'argile et des métaux (cf. tabl. 4a-4b, p. 33-34). L'artisanat urbain est loin d'être toujours rejeté en périphérie comme le veut la tradition historiographique, bien qu'il existe effectivement des quartiers spécialisés à l'extérieur (Trèves, Metz, Reims).

12Mais le bilan de l'artisanat urbain dans la province est finalement assez décevant tant par le nombre d'ateliers connus que par la durée de vie de ceux-ci. Il s'agit essentiellement d'un « artisanat d'envergure locale » à une exception près : la production céramique (Trèves, Bavay, Reims). Un acquis intéressant concerne le déplacement de cet artisanat, au tournant des Ier et IIe s., de la ville vers les agglomérations secondaires qualifiées de sites à caractère semi-urbain. Des tableaux précis illustrent ces modifications et parlent mieux que beaucoup de reproductions de fouilles de sites (cf. le cas emblématique de l'atelier de bronzier de Blicquy-Ville d'Anderlech dont seuls sont lisibles les alignements parallèles de tranchées de fouilles).

13Évidemment, « on saisit mal les fonctions que ces sites ont pu avoir dans le ravitaillement de la campagne en produits de l'artisanat ». Encore faudrait-il que soit étudiée l'organisation de l'espace rural, ce qui est parfois bien aléatoire et n'est en tout cas pas encore réalisé dans la province. Néanmoins l'auteur parvient à des constats qui ne sont pas sans intérêt tant en ce qui concerne les « agglomérations spécialisées » que dans les rapports avec les domaines ruraux.

14Le bilan tiré de l'inventaire des sites ruraux est prudent ; il souligne la difficulté de rattacher des « sites isolés » - par ex. de production céramique – à des domaines au demeurant inconnus ou mal identifiés. Tout au plus peut-on différencier sites proches d'agglomérations et sites totalement isolés et donc susceptibles de dépendre d'un fundus. Globalement, comme l'avait déjà montré le colloque d'Erpeldange organisé par l'auteur en 1999, le monde rural ne dispose pratiquement pas d'artisanat destiné à la commercialisation : les conclusions des p. 73 et 77 sont formelles : « la corrélation villa/artisanat semble problématique au vu de la documentation actuellement disponible ».

15Pour la céramique, la longue liste du tableau 10 montre la pauvreté des connaissances pour l'essentiel des sites, « la plupart relevant d'une activité de type domestique ». Il n'existe que trois cas « d'artisanat groupé » en milieu rural caractérisés par une concentration d'ateliers (production de terra belgica de la Marne, productions diversifiées à Speicher chez les Trévires et en Argonne chez les Médiomatriques).

16La seconde activité dont les témoins sont perceptibles et étudiables - la métallurgie, essentiellement la sidérurgie - a bénéficié récemment de recherches de terrain et de laboratoire qui en fournissent une connaissance totalement renouvelée. Mais c'est aussi pour constater que la province ne dispose pas de zones de réduction importantes ; elle livre plutôt un maillage de « production diffuse » notamment en liaison avec des habitats de l'Empire tardif. Quant au « travail du fer », qu'il faudrait qualifier de « forge » (terme qui couvre les étapes postérieures à la réduction, épuration et forgeage des objets), il est moins présent à la campagne qu'on a parfois voulu le croire. Mais sur quoi se base l'auteur pour souligner l'importance du recyclage et de la réparation dans les fermes qui ont livré des scories ? Les connaissances ne sont pas suffisantes pour qualifier ainsi d'emblée le stade du travail qui y était pratiqué. Le bronze n'est pas absent grâce à l'existence d'ateliers de monnaies d'imitation et de fausse monnaie des IIIe et IVe siècles.

17Au total, il est clair que plusieurs des schémas construits sur l'importance et l'organisation de l'artisanat dans les campagnes de Gaule Belgique ne se vérifient pas.

18Parallèlement, le rôle de la production artisanale proprement urbaine n'est pas, lui non plus, aussi notable qu'il pourrait le sembler au premier abord ; il concerne seulement les agglomérations secondaires ; dans ce type de site, l'implantation de l'artisanat s'explique surtout par l'accessibilité des marchés et - pourquoi pas - par un contexte social dû peut-être aux traditions des différentes cités.

19Les structures de production - céramique et métallurgie - sont mal connues. Soixante-quinze sites de production céramique sont répertoriés dans la province en milieu rural sans compter ceux qui existent en agglomération ; mais des ateliers, on ne connaît (et pas toujours) que les fours ; « l'organisation spatiale des ateliers nous échappe totalement » avec l'heureuse exception de Florange-Daspich.

20Quant au fer, des bas fourneaux de réduction isolés sont connus sur moins de dix sites ; des ateliers de forge dans deux sites urbains (Metz et Bliesbruck) et deux sites ruraux, bien que la recherche en Lorraine soit active. L'auteur connaît et évoque les travaux franco-suisses actuels sur la forge : les études effectuées au laboratoire de Sévenans sur des sites de Bourgogne et récemment publiés, eussent été utiles pour illustrer la problématique de la post-réduction.

21Au total, « le bilan s'avère étonnamment maigre, interdisant toute comparaison interrégionale (puisque) aucun atelier artisanal n'a fait l'objet d'une étude d'ensemble ».

22Un tableau de l'évolution chronologique de l'activité artisanale est tenté avec succès. L'auteur doit constater que les ateliers gallo-romains sont dans leur écrasante majorité des ateliers nouveaux et donc laisse en suspens la question du degré de continuité entre l'artisanat gallo-romain et celui de l'époque laténienne ; il souligne ensuite notamment la très grande variabilité interrégionale des phénomènes de déclin à partir du IIIes. ; sa confirmation dans les agglomérations secondaires, mais l'absence de témoignages archéologiques corroborant la production dans les villes pendant l'Empire tardif, pourtant connue par les textes. On ne peut répondre aux questions concernant le rôle des domaines ruraux, on l'a dit, d'autant plus que nos connaissances pour cette période (par ex. pour la céramique) ne reposent que sur la prospection de surface. C'est l'autarcie d'une production « domestique » qui constitue le trait le plus net en cette fin d'Empire.

23Au terme d'un inventaire très large et soigneusement dépouillé, l'auteur doit avouer que les limites de la documentation disponible ne suffisent pas pour expliquer la relative pauvreté globale de l'artisanat en Gaule Belgique. Le dynamisme - certain, dit l'auteur, bien qu'apparaissant limité si l'on en croit ses conclusions dans les différents chapitres – de l'artisanat urbain ou semi-urbain n'a pas son répondant dans le milieu rural où l'hypothèse de la production, dans certains grandes villas, de biens manufacturés pour l'exportation par des artisans spécialisés, ne se vérifie pas.

24C'est sur le constat « d'une réalité économique caractérisée par des rythmes variables en fonction du temps aussi bien que du milieu et de la situation géographique » que conclut l'auteur ; il regrette que ce que nous connaissons de l'économie de la province ne permette guère d'utiliser - au moins pour le Haut-Empire - les modèles débattus sur la nature de l'économie antique. Il note honnêtement la portée limitée et le caractère provisoire de ce bilan qui sera pourtant bien utile pour les chercheurs de l'est des Gaules et de l'Occident romain en général.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Mangin, « Polfer Michel, L'artisanat dans l'économie de la Gaule Belgique romaine à partir de la documentation archéologique. (Monographies instrumentum, 28) », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2005, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/1133. consulté le 28 avril 2017.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés