Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Berg-Hobohm Stefanie, Die germanische Siedlung Göritz, Lkr. Oberspreewald-Lausitz. (Forschungen zur Archäologie im Land Brandenburg, 7)

Wünsdorf, Brandenburgisches Landesamt für Denkmalpflege und Archäologisches Landesmuseum, 2004, 423 p., 77 figures, 54 tableaux, 167 planches et un plan h.t.
p. 401-402

Texte intégral

1Il est inhabituel de faire état d’une publication portant sur un site d’Allemagne orientale dans une revue intéressant la France de l’Est et les régions limitrophes. Mais s’il nous a paru opportun de mentionner, même si c’est beaucoup trop brièvement eu égard à son très grand intérêt, la parution de cet ouvrage consacré aux fouilles de l’habitat IIIe-Ve s. de Göritz, en Basse-Lusace (Land de Brandebourg, non loin de la ville de Cottbus), c’est parce que celui-ci pourrait correspondre à une implantation de Burgondes. Cette question est, comme on le sait, très délicate à trancher, étant donné notamment le flou des sources écrites à ce sujet et les mélanges de populations qui n’ont pas manqué de se produire entre les Burgondes et d’autres peuples germaniques, tels que les Goths et les Vandales, avec lesquels ils ont été en contact dans la grande plaine nord-européenne. Dans l’état actuel de nos connaissances, plusieurs archéologues polonais et allemands - dont Achim Leube qui a par ailleurs dirigé le présent travail universitaire de Stefanie Berg-Hobohm - admettent cependant que les Burgondes, venant de l’est, auraient pu s’installer entre Elbe et Oder, et spécialement en Basse-Lusace, à partir de la fin du IIe s. L’hypothèse reste fragile et ce n’est à l’évidence que par la multiplication de travaux de la qualité de celui-ci que l’on peut espérer la confirmer ou l’infirmer. Il convient de souligner en effet la richesse et l’ampleur de cette publication d’une fouille elle-même assez exceptionnelle.

2Faite à l’occasion d’une exploitation de lignite à ciel ouvert, cette découverte a donné lieu, entre 1994 et 1997, à une fouille extensive sur 3 ha, une vaste surface correspondant semble-t-il à la quasi totalité d’un habitat représentant environ 200 ans d’occupation continue. Ont été mis au jour les restes de 148 constructions de bois, soit 30 « longues maisons » (les plus longues font près de 25 m), la plupart à deux nefs, très différentes des maisons contemporaines de l’ouest de la Germanie, 87 cabanes excavées et 31 greniers. Selon l’auteur, ces constructions correspondraient à environ cinq fermes régulièrement reconstruites (tous les 30 à 50 ans pour les « longues maisons ») au sein d’un périmètre restreint.

3L’explication de cette remarquable et étroite continuité d’occupation tiendrait dans les avantages naturels du site, à la fois sur le plan topographique et économique : un plateau à l’abri des inondations et à proximité de gisements de minerai de fer. L’auteur souligne du reste l’importance de la production locale de fer, qui serait, selon elle, suffisante pour la consommation de ce groupe humain. Elle met également en évidence la diversité des formes céramiques, qu’elles soient tournées ou non, et le pourcentage élevé des premières dont la fabrication pourrait de ce fait être proche, voire locale.

4Cela tendrait à confirmer que l’importance du travail du fer et de la production de céramiques tournées, déjà soulignée sur d’autres sites contemporains de Basse-Lusace, constituerait alors une des spécificités de l’activité des habitants de cette région. Faisant preuve d’une légitime prudence, l’auteur ne les identifie pas précisément, mais souligne que le décor de la poterie non tournée montre des traits caractéristiques des Germains de l’Elbe et que des perles et des peignes évoquent des Germains orientaux. Rien n’empêche donc de penser qu’il peut s’agir de Burgondes, mais on voit qu’on est encore très loin d’une certitude sur ce point.

Pour citer cet article

Référence électronique

« Berg-Hobohm Stefanie, Die germanische Siedlung Göritz, Lkr. Oberspreewald-Lausitz. (Forschungen zur Archäologie im Land Brandenburg, 7) », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2005, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/1138. consulté le 26 mars 2017.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés