Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Polfer dir., Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l'Empire, Actes du 3ème Colloque international d'Erpeldenge (Lux.) sur l'artisanat romain, 14-16 octobre 2004. (Monographies Instrumentum, 32)

Montagnac, éd. Monique Mergoil, 2005, 194 p. illust.
Michel Mangin
p. 339-342

Texte intégral

1Ce colloque est le troisième organisé par Michel Polfer en Luxembourg sur le thème de l'artisanat antique en Occident (le premier tenu en 1999 qui portait sur « l'artisanat en milieu rural » a fait l'objet d'une recension dans cette revue : R.A.E., 49-1998 (2000), p. 385-389). Le second traitait de l'évolution de l'artisanat (continuités et ruptures). Celui-ci avait l'ambition plus large de « s'intéresser au rôle économique de l'artisanat et au statut social de l'artisan à l'époque romaine » toujours dans les limites de : « l'Italie et des provinces occidentales de l'Empire », en faisant appel cette fois, non seulement à l'archéologie, mais aussi aux autres sources de l'histoire.

2Les quatorze contributions proposées sont en conséquence d'une très grande diversité et auraient gagné à être regroupées par types et thèmes, ce que nous allons tenter de faire ici, pour en permettre un évocation quelque peu cohérente. L'absence de résumés, à trois exceptions près, dont aucun dans une langue autre que celle de la communication concernée, est dommageable, d'autant plus que, pour une fois, ce sont trois langues d'Europe continentale qui sont seules utilisées (dont l'allemand cinq fois et l'italien deux) ; ce qui est une excellente chose mais ne facilite pas d'emblée une vision d'ensemble.

3La majorité des textes présente un caractère général (méthodologique ou thématique ; certains sont en même temps des monographies régionales ; quatre, enfin, traitent de la production d'un site dans son ensemble ou dans un de ses aspects. Le sous-titre du colloque déborde quelque peu son contenu dans la mesure où seuls, outre les Gaules, le Rhin, l'arc Alpin et l'Italie du Nord apparaissent.

4Dans une perspective qui s'appuie largement sur les sources orientales, notamment égyptiennes, Peter Herz veut montrer que la pauvreté et les limites des sources (écrites) ne doivent pas faire sous-estimer l'importance du rôle de l'État et surtout de l'armée dans l'économie (Der römische Staat und die Wirtschaft. Staaatliche Eingriffe in das Wirtschaftsleben : Kontrolle von Ressourcen, p. 17-30). L'État, notamment par l'armée, intervient largement dans l'économie dont il contrôle une partie notable (l'imperium donne le droit de contrainte au magistrat). Outre les prestations en nature (cf. l'Égypte), l'État contrôle des forces de travail (corvées, travaux publics, fabricae d'armes...). L'auteur fournit des exemples pris à travers l'ensemble de l'Empire et portant surtout sur les armées et la frontière. Il traite successivement du vêtement (déduit de la solde du soldat et représentant une économie considérable) ; du cuir et des chevaux, avec des chiffres connus pour l'armée du Rhin ; du textile, production où les Gaules du Nord jouent un rôle essentiel.

5Le secteur du transport fait l'objet d'un riche développement concernant le cursus publicus mais pas seulement lui (véhicules, personnel, routes dont les sections à entretenir sont réparties entre les cités ; navigation privée qui doit être enregistrée). On dispose rarement de chiffres : Trêves fait partie des exceptions. Enfin sont rapidement traitées les questions relatives au contrôle des ressources naturelles telles que les carrières et les mines dont l'évolution des statuts et leur diversité en fonction du type de minerai auraient mérité un développement plus fourni. Mais la richesse du dossier, malgré les limites des sources juridiques et littéraires, est largement suffisante pour montrer l'importance du rôle de l'État sur l'économie contrairement à ce qui était ou qui est parfois encore avancé en ce domaine. Néanmoins la discussion reste ouverte, l'auteur ne s'appuyant que sur les textes.

6Ce sont aussi des textes - mais exclusivement juridiques et en nombre limité - qu'utilise A. Marcone pour traiter dans ses « Riflessioni sugli aspetti giuridici dell'artigianato romano », des officinae et de leur personnel, de l'imbrication entre les productions artisanales et agricoles, de l'organisation rationnelle de la production, par exemple des amphores Dr I. À retenir la séparation de fait - sur le domaine - du travail artisanal et du travail agricole, soulignée par Strabon. L'auteur discute de la fabrication des amphores et des briques : qui produit ? Qui possède les moyens de production ? Sont repris ici les différents problèmes posés par la propriété ou la location des ressources en argile, la destination de la production d'après Paul, le statut des figuli qui font partie de l'instrumentum fundi ou en sont distincts selon Ulpien. On retrouve là aussi la question de la structure des figlinae, modèle productif articulé en plusieurs unités individuelles... La conclusion de ce tour d'horizon sur un thème limité mais déjà bien labouré, souligne les problèmes légaux posés par les productions importantes et la commercialisation à grande échelle et les relations entre les affranchis et l'aristocratie.

7Portant sur la Gaule romaine, les « modestes jalons » proposés par J.-M. Demarolle sur « Artisanat et art sacré » constituent un bilan d'une grande richesse, largement illustré, sur un thème jusqu'ici guère exploité sous cet aspect. Les six cents sites religieux dits temples de tradition celtique ont pourtant dû être des sites de consommation majeurs induisant des productions artisanales indispensables aux célébrations du culte aussi bien qu'aux pèlerins. Mais ce domaine des implications économiques des gestes dévots reste encore peu abordé et des questions comme celles d'éventuelles implantations d'ateliers spécialisés dans « l'artisanat sacré » sur le site lui-même ou l'approvisionnement dans le voisinage urbain restent ouvertes. Cette carence correspond-elle à celle de la documentation ou à celle de la recherche ? L'auteur rappelle que les pratiques de culte et l'artisanat qui leur est lié ne disposent que de très peu de sources textuelles, en donnant les quelques exemples disponibles de métiers ou de coûts de fabrication de statues. À plus forte raison, les conditions de production sont-elles ignorées à de rares exceptions près comme celle d'Arcenant en Côte-d'Or où la forge est implantée dans l'enceinte du fanum (cf. R.A.E. 51, p. 251-298). L'équipement des lieux sacrés, matériaux de construction locaux, autels avec sacralisation du lieu de production, financement des évergésies et objets de culte découverts ici ou là, peuvent résulter de commandes spécialisées comme tel cratère de Tirlemont où l'exploitation des reliefs d'un grand banquet permet d'évoquer tout un monde de fournisseurs de tous ordres. Les offrandes donnent lieu à une étude fournie où apparaissent aussi bien les productions d'ateliers locaux (cf. les scories déposées dans le fanum d'Arcenant, issues probablement de sa forge), que celles d'artisans itinérants ou de la ville voisine. La conclusion se veut volontairement prudente, la relation directe entre atelier et sanctuaire restant trop rarement attestée : « la clientèle de sanctuaires ne semble pas avoir favorisé le développement d'un artisanat spécialisé de grande ampleur et de grande diffusion ».

8La communication sur « l'artisanat romain de l'Italie du Nord » de S. Santoro reprend le contenu de l'ouvrage publié sous la direction du même auteur la même année 2004 et présenté par J.-M. Demarolle dans R.A.E. 53, 2004, p. 303-304. Il s'agit pour l'ensemble de l'Italie du Nord de rappeler la méthodologie adoptée dans un programme d'inventaire de l'artisanat lancé par les Universités de Parme et de Pavie en s'appuyant sur la bibliographie afférente, hélas souvent ancienne. Sont rappelés la rareté des sources écrites et l'apport de l'épigraphie et de la sculpture funéraire pour juger de la diffusion de la classe sociale des artisans. Mais l'auteur déplore l'absence de connaissances sur la localisation des centres de production notamment de la céramique et - reproduisant la série de tableaux bilans thématiques de la dizaine de villes ou régions concernées -, souligne l'importance du secteur textile, de l'artisanat métallurgique (Milan), de l'artisanat en général aux deux premiers siècles de notre ère dans les villes de Milan et Brixia et, ailleurs, dans les campagnes, mas pas forcément lié directement aux villae.

9Comme pour l'Italie du Nord, c'est dans le cadre d'une étude régionale qui couvre la Gallia Belgica, que Michel Polfer, initiateur de ce colloque et responsable de sa publication, dresse le bilan de ses recherches sur l'artisanat rural (Römerzeitliches Handwerk im ländlichen Raum - Erste Ergebnisse zur Gallia Belgica). C'est pour lui, l'occasion d'illustrer les résultats préliminaires d'une étude méthodologique des différents indicateurs archéologiques pour la production artisanale qu'il a menée entre 2001 et 2005 dans le cadre du projet CRAFTS. Comme cela ressortait de sa thèse (Monographie Instrumentum 28, 2005, dont on trouvera une recension détaillée dans la R.A.E. 54-2005, p. 389-391), l'analyse porte surtout sur la métallurgie, la production céramique et la verrerie de la Gallia Belgica, qui montre que le dynamisme - limité - de l'artisanat urbain ou semi-urbain n'a pas son répondant dans le milieu rural.

10Une autre province frontière, la Rhétie, présentée par G. Moosbauer fait l'objet d'un bilan des différentes formes de l'artisanat (Siedlungstyp und Handwerksform in Raetien). Elles sont vues, d'une manière éclairante, dans le cadre des différents types d'occupation du sol, depuis les centres urbains importants comme Kempten jusqu'aux sites militaires ou aux vici approvisionnant ceux-ci (la IIIème légion Italica et Regensburg), en passant par l'artisanat des domaines ruraux dont la production reste de diffusion locale. Importance, types et qualité de la production diffèrent beaucoup selon ces différentes catégories de sites, depuis l'artisanat « de haute technicité » de Kempten et de ses environs (céramique notamment : cf. les 89 fours de Rapae), jusqu'aux multiples types de productions courantes des vici ou canabae, nombreux le long des fleuves comme l'Inn, au service des camps militaires comme les sites bien connus d'Aalen ou de Straubing. L'auteur termine son tour d'horizon en proposant un chiffrage de la population permanente ou saisonnière d'une villa (Lauffen sur le Neckar) dont la base de calcul - la surface exploitée - peut être discutée. Les saisonniers sont-ils vraiment des artisans des vici voisins libres à certaines périodes, comme les tanneurs ou les vanniers ?

11C'est aussi l'ensemble des productions artisanales - mais à partir surtout des sources écrites - qui est pris en compte dans la riche étude de K. Gostencnik sur une province parmi les plus appréciées et donc les plus citées par les auteurs romains pour une production spécifique : « l'acier norique » (Schriftquellen zu Rohstoffgewinnung und handwerklicher Produktion in Noricum). La lecture de ce gros dossier sera utile avant le colloque qui doit se tenir en Carinthie en 2008 sur les productions de cette région sidérurgique encore bien mal connue sur le terrain à l'exception de l'emporium du Magdalensberg - fondé par les commerçants romains maîtres des relations avec Aquilée et l'Adriatique - qui fournit à l'auteur les éléments archéologiques qui complètent son tour d'horizon textuel. À retenir la richesse d'un magasin de métal incendié, l'approvisionnement du limes, l'apport des graffiti qui permettent de juger de l'importance du matériel stocké dans des caves de cet emporium, la pérennité de la production de fer et des échanges avec l'Italie jusqu'à la fin du Ve siècle. Le dossier littéraire sur l'acier norique, sa réputation et ses emplois est considérable (fabrication des objets sur place ou à Rome). Sont fournies les références d'une douzaine d'auteurs gréco-romains parmi lesquels se distingue Galien décrivant ses instruments de chirurgie. L'auteur termine en regrettant à juste titre la pauvreté des connaissances sur le terrain et des études de laboratoire (hormis des expérimentations qu'elle critique) ; elle n'a probablement pas encore pu prendre en compte les considérables progrès obtenus par les travaux récents et en cours qui justifient le prochain colloque.

12Une production artisanale spécifique fait l'objet de trois communications concernant une province romaine ou un état moderne : la métallurgie de Germanie inférieure par P. Rothenhöfer (Strukturen des Handwerks im südlichen Niedergermanien. I. Metallverarbeitendes Handwerk), et, pour la Suisse, les métiers du bois par A. Duvauchelle et l'archéobiologie par S. Deschler-Erb.

13Les connaissances sur le fer en Germanie inférieure restent encore bien pauvres : un tableau des 30 métiers pris en compte illustre pour le métal comme pour les autres, les conclusions de l'auteur qui rejoignent bien des constats faits dans les Gaules : les forgerons sont surtout dans les vici et les centres urbains (Cologne, Bonn) et le long des routes. Il existe des vici miniers et si les domaines ne sont que peu représentés, certains ont livré des documents fondamentaux (Pattern : 500 pièces de recyclage, des enclumes de 50 kg, quatre blocs de fer brut). L'auteur évoque rapidement les quelques connaissances sur les non ferreux (Bonn, Cologne et son orfèvrerie), avec les mines de plomb proches de Cologne. Cas rare : des cartes précises et lisibles permettent de localiser les sites présentés et d'identifier leurs productions. L'auteur termine en demandant le développement de nouvelles recherches de terrain...

14Le tableau sur le bois en Suisse, d'A. Duvauchelle, est riche et se lit avec plaisir : bien illustré, il fait un tour complet des métiers (une dizaine de spécialités), souligne la difficulté de définir un atelier (une trentaine sont retenus), vu la pauvreté des sources (trois inscriptions, rareté des déchets conservés d'un matériel périssable sauf dans de rares sites comme Vitudurum-Oberwinterthur) et la difficulté de la prise en compte d'outils isolés. Les attestations d'ateliers sont situées dans les vici et non dans les villae : un exemple de plus à ajouter à beaucoup d'autres artisanats.

15S.Deschler-Erb souligne, dans son texte sur l'archéobiologie, l'apport de l'archéozoologie et l'archéobotanique à l'archéologie en limitant ses exemples à une étude détaillée des documents concernant l'utilisation des animaux dans l'artisanat de Suisse alémanique (à préciser dans le titre). L'exemple de la tannerie est éclairant (l'inventaire compte 26 ateliers dont 7 à Augst et 5 à Vitudurum). Les produits animaux sont traités dans les vici : « les artisanats liés au monde animal sont des métiers typiquement urbains ». Onze métiers sont catalogués, soulignant - malgré les problèmes de conservation des vestiges - l'importance d'un artisanat largement méconnu, sauf la tabletterie. Cette contribution atteint son but : souligner l'apport de cette discipline en plein développement actuellement.

16Les études thématiques régionales sur les productions artisanales sont complétées par quatre études de sites, l'une sur Reims qui dresse le bilan de l'ensemble des artisanats, les autres qui portent sur une production : deux pour la céramique, la dernière, la plus riche, sur les productions alimentaires.

17La monographie de G. Schutz sur Reims est un modèle : séparant la production « quasi industrielle » de la céramique dans un quartier spécialisé en limite de la ville et les métiers dits de proximité et traitant exactement du thème du colloque. Six schémas de la ville présentent répartition, typologie et chronologie des productions qui sont au nombre de 17 répertoriées (110 témoins sont connus dont 43 ateliers localisables parmi lesquels 15 ressortissent à la métallurgie). Le but avoué est de définir le rôle précis joué par les villes au sein des espaces économiques : Reims vient donc s'inscrire dans la liste - qui s'allonge régulièrement - des villes capitales productives et pas seulement parasites. Il n'est pas question de présenter en détail le résultat de cette synthèse à laquelle il faut renvoyer en attendant la thèse annoncée sur « l'artisanat antique dans l'espace urbain en Gaule du Nord ». Soulignons seulement le rejet massif des arts du feu en périphérie comme c'est souvent le cas mais pas toujours, et surtout l'intégration étroite des artisanats, même polluants, au sein de l'espace urbain. La céramique est pour l'essentiel exportée, mais les autres productions sont destinées à la ville à la fois « consommatrice et productrice ».

18Les contributions de X. Deru sur l'atelier de potiers aux Rues-des-Vignes (Nord) et de P. Herbin et P. Roger sur l'atelier de Famars (Nord) fournissent deux exemples qui auraient mieux leur place dans les actes d'un colloque de la SFECAG. Le premier site dispose des structures de la chaîne opératoire, des fosses à argile, aux fours en passant par une série plus originale de fosses à tours ; il a fourni successivement de la terra nigra puis de la céramique dorée et enfin de la céramique à vernis rouge pompéien, faisant de ce site un site majeur, spécialisé dans des gammes de récipients de haute qualité, installé par la volonté d'un propriétaire plus qu'établi en fonction de son contexte naturel.

19Le four à deux volumes qui caractérise l'atelier de Famars fabriquait des cruches et des pots à provisions à deux anses et de la céramique commune claire ou sombre. Le déclin de l'activité après 250 donne lieu à une seconde partie qui développe, pour Famars, une trop longue discussion sur l'organisation des forces militaires dans le Nord à partir d'un commentaire de la Notitia dignitatum.

20L'ouvrage se termine heureusement par une brillante et convaincante démonstration de l'importance de l'artisanat alimentaire sur le site de Bliesbruck, avec évocation de celui de Scharzenacker que J.-P. Petit tente d'étudier actuellement à partir de la documentation photographique seule disponible. Cette activité devrait être intégrée à la liste des artisanats retenus dans le projet CRAFTS, souligne à juste titre l'auteur. La présentation, illustrée, des quartiers artisanaux de Bliesbruck permet de dresser le tableau d'une douzaine d'ateliers en relation avec l'alimentation, autant que pour la forge. La typologie des « structures de combustion » fournit plusieurs cas de foyers destinés à la cuisson des aliments et de fours destinés au fumage et au séchage des produits. La concentration des structures de combustion et leur diversité indiquent qu'il ne peut s'agir que de cuisines à échelle beaucoup plus importante que celles nécessaires aux besoins familiaux qui n'utilisent guère à cette époque de lieux spécialisés à cette fin. De même, les structures de stockage et les meules de moulin ressortissent à des installations spécialisées. L'auteur conclut qu'au IIIe s. sur les deux sites, les quartiers artisanaux sont marqués par la présence d'activités liées à l'artisanat et au commerce des produits alimentaires, avec importations complémentaires aux produits locaux et régionaux.

21Au total, la richesse du contenu de la plupart des contributions de ce colloque montre, que - comme dans bien d'autres domaines - une fois admises ses limites, l'archéologie peut donner lieu à une meilleure compréhension d'un aspect de l'économie antique ; celui-ci eut mérité d'être discuté dans une conclusion qui eut été bienvenue.

22Note Nous remercions vivement nos amies les Drs Heide Gronau de Dijon et Costanza Cucini Tizzoni de Milan, pour leur aide dans l'exploitation des contributions en allemand et en italien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mangin, « Michel Polfer dir., Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l'Empire, Actes du 3ème Colloque international d'Erpeldenge (Lux.) sur l'artisanat romain, 14-16 octobre 2004. (Monographies Instrumentum, 32) », Revue archéologique de l’Est, Tome 55 | 2007, 339-342.

Référence électronique

Michel Mangin, « Michel Polfer dir., Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l'Empire, Actes du 3ème Colloque international d'Erpeldenge (Lux.) sur l'artisanat romain, 14-16 octobre 2004. (Monographies Instrumentum, 32) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 55 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://rae.revues.org/1142

Haut de page

Auteur

Michel Mangin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page