Navigation – Plan du site

Recommandations aux auteurs

Recommandations destinées à guider les auteurs dans la préparation de leurs manuscrits

Soumission, examen et publication des manuscrits

Chaque manuscrit est examiné par deux rapporteurs - dont l’un au moins est extérieur aux instances de la revue - désignés par le comité de rédaction de la revue, à l’occasion d’une de ses deux réunions annuelles (début juin et début décembre). Leurs observations sont communiquées aux auteurs qui doivent alors procéder aux modifications demandées. Si un auteur ne tient pas compte de ces remarques ou ne met pas aux normes de la revue son manuscrit, celui-ci lui sera renvoyé pour mise en conformité, au risque d’en retarder la publication.

Avant publication, l’auteur (ou l’auteur principal) reçoit une épreuve qui devra être relue avec attention et rapidité. Seules sont autorisées les corrections orthographiques, typographiques et de mise en page. Une seule épreuve corrigée sera renvoyée à la revue, quel que soit le nombre des auteurs.

Les auteurs recevront chacun le tiré à part de leur contribution, en version .pdf.,par mail, éventuellement par serveur interposé.

Attention : la R.A.E. n’a pas vocation à publier des rapports de fouilles. Les textes destinés à un article doivent être préparés et synthétisés en vue d’une publication scientifique, avec renvois, pour certaines données, aux DFS et rapports déposés dans les S.R.A., voire sur un site où elles seront mises en ligne. Sauf cas particulier et sous réserve de l’accord de la rédaction, il ne sera plus possible d’accepter les manuscrits dépassant 250 000 signes (espaces compris). Par ailleurs, un manuscrit proposé à la R.A.E. ne doit pas être soumis parallèlement à d’autres revues.

Dépôt en ligne d’articles par leurs auteurs : il est autorisé sans restriction pour la Revue. En revanche, pour les suppléments, un délai de 2 ans après la publication papier doit être respecté.

La Revue Archéologique de l’Est est accessible en ligne, via le site de Revues.org (http://rae.revues.org/), après un délai d’un an suivant la parution en version papier. Tout auteur dont un article est accepté pour parution dans la R.A.E. reconnaît à la Société Archéologique de l’Est le droit de le publier sous forme électronique sur le site de Revues.org., en plus du format papier, et d’en diffuser la version .pdf lors de cette mise en ligne.

Composition des manuscrits

Les articles, ainsi que les notes et documents, comporteront, dans l’ordre :
- le titre de l'article, explicite et concis, mentionnant la période chronologique, le secteur géographique et le thème,
- une liste de mots-clés (4 à 8), en français,
- un résumé (quelques lignes, une dizaine au maximum), en français,
- le texte courant,
- d’éventuelles annexes, dans la mesure où elles sont absolument nécessaires,
- la bibliographie,
- les légendes des figures, numérotées en continu, quelle que soit leur nature (cartes, dessins, photos, tableaux...) ; seules les planches seront numérotées comme telles et placées en fin du texte,
- les notes infrapaginales éventuelles, numérotées en continu.

Les comptes rendus comporteront :
- le nom de l’auteur – ou des auteurs – de l’ouvrage,
- le titre du volume, avec les indications bibliographiques précises (y compris éventuellement l’ISBN et le prix),
- le texte courant, avec éventuellement une bibliographie,
- une éventuelle illustration et sa légende.

Justification de la R.A.E. et de ses suppléments :

Les volumes ont un format 21 x 29,7 cm. La largeur de page ou justification est de 17,6 cm (2 x 8,4 cm + une gouttière de 8 mm) ; la largeur d’une colonne est de 8,4 cm ; la hauteur de la page est de 25 cm maximum : il est nécessaire de prévoir la place que tiendra la légende sous la figure.

Présentation des manuscrits

Les textes des articles, des notes et des comptes rendus seront fournis en Word, au format Doc ou RTF, sur support informatique ; l’auteur remettra également un tirage sur papier.

Texte courant des articles

Les textes seront présentés le plus simplement possible, sans aucune mise en page ni stylage préalable : ni colonnes, ni saut de pages, ni paragraphes solidaires, ni formatage des titres ou des notes infrapaginales. Prévoir cependant une hiérarchie très claire de titres et de sous-titres à trois niveaux au maximum (ne pas hésiter à l’indiquer sur une feuille à part).
Utiliser une seule police de caractères et un seul corps. Ne rien souligner, ne pas recourir aux enrichissements typographiques, sauf (en italique) les mots et citations en langue latine ou étrangère.
Les petits nombres seront écrits en toutes lettres. Les mesures, les pourcentages, les dates seront écrits en chiffres arabes, les siècles en chiffres romains.

Bibliographie
La bibliographie sera présentée à la suite du texte, par ordre alphabétique et, pour un même auteur, par date de publication. Elle doit comporter toutes les indications nécessaires : noms des auteurs, date de parution, titre complet de l'article ou du livre, intitulé complet de la revue, numéro du volume, pagination, etc., les abréviations étant à proscrire. Attention : bien vérifier que toutes les références appelées dans le texte figurent dans la bibliographie, à l’exclusion de toute autre.
- Ouvrage : Nom de l’auteur Initiale(s) du prénom, Année de parution (et non de tomaison), Titre complet, lieu d’édition, éditeur, nombre de pages et de figures (collection, numéro de tome dans la collection). Exemple : Giuliato G., 1992, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 240 p., 151 fig. (Documents d’Archéologie française, 33).
- Article dans un périodique : Nom de l’auteur Initiale(s) du prénom, Année de parution (et non de tomaison), « titre », nom du périodique, tome, fascicule, pages.
Exemple : Thévenin A., 1990, « Du Dryas III au début de l’Atlantique : pour une approche méthodologique des industries et des territoires dans l’Est de la France (première partie) », R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 177-212.
Les appels bibliographiques seront intégrés dans le texte et comporteront, entre parenthèses, le nom d'auteur, l’année, éventuellement les pages ou figures (ex : Martin, 1998, p. 5, fig. 3). On utilisera l’abréviation et alii lorsque les auteurs sont au nombre de trois ou plus (mais tous les auteurs seront mentionnés en bibliographie).

Notes infrapaginales
Les notes de bas de page seront peu nombreuses et aussi brèves que possible. Elles seront numérotées en chiffres arabes et peuvent être indexées dans le texte. Une première note, appelée par un ou plusieurs astérisques *, indiquera le statut et l’adresse que souhaite(nt) voir apparaître le ou les auteurs.

Illustrations

Toutes les figures doivent être appelées dans le texte, selon l’ordre de leur apparition ; les planches seront numérotées à part et placées à la suite du texte. L’auteur peut indiquer, sur une feuille à part, ses vœux pour leur mise en page. Les légendes doivent être complètes et précises et mentionner les auteurs des illustrations ; elles seront fournies sur une liste à part, à la suite du texte.
Les figures doivent être fournies montées. La composition doit être équilibrée, avec des échelles graphiques (indispensables) lisibles et avec des trames supportant la réduction. Les échelles seront constantes pour la même catégorie d’objets, de plans ou de cartes.
Il est rappelé que toute carte doit être impérativement pourvue d’une échelle et d’une orientation. Sauf cas exceptionnel, la règle veut que le nord soit toujours orienté vers le haut.
Les tableaux sont considérés comme des figures (numérotation, appel…) et fournis sur papier et fichiers informatiques séparés.
Enfin, les auteurs doivent s’assurer que leurs illustrations sont libres de droits. La revue n’est pas responsable des problèmes qui pourraient se poser à ce sujet.

Qualité de l’illustration
- La taille (résolution) d’une illustration informatisée destinée à être publiée en offset ne doit pas être inférieure à 300 dpi (photo), voire 600 à 800 dpi pour des illustrations au trait (céramiques, etc.) ; il n’est par contre pas nécessaire de dépasser les 800 dpi. Tous les fichiers (Illustrator et Photoshop) doivent être enregistrés de préférence en .tif (ou .Tiff), en .eps (quand il y a le choix entre ascii ou binaire, choisir binaire), ou en .ai. Éviter le format .jpeg.
Le secrétariat d’édition ou la maquettiste de la revue n’ayant pas forcément la dernière version des logiciels en cours, penser à enregistrer éventuellement en version inférieure.