Navigation – Plan du site
Articles

Lyon. Évolution d’un bord de Saône de l’Antiquité à nos jours : la fouille du parc Saint-Georges, bilan préliminaire

Grégoire Ayala
p. 153-185

Résumés

L’opération d’archéologie préventive engagée dans le cadre des travaux de construction d’un parc de stationnement souterrain, place Benoît Crépu, sur la rive droite de la Saône, à Lyon, a permis de déceler l’évolution progressive d’un secteur qui, marqué par une topographie naturelle contraignante, semble voué dès l’Antiquité à une activité portuaire. Cinq embarcations à fond plat de fort tonnage témoignent de l’arrivée, à Lugdunum, d’importants chargements qui apportent la preuve des relations commerciales que la ville a entretenues avec le monde romain. Dans le courant du XIIe siècle, un bâtiment préalablement édifié autour de l’an 1000 est rejoint par un mur de grande dimension élevé le long de la berge. À partir du XIIIe siècle, le secteur s’urbanise progressivement. L’orientation générale des maçonneries annonce le tracé du parcellaire médiéval qui va se maintenir jusqu’à nos jours. L’absence de toute construction sur l’emplacement du futur port Sablet atteste sans doute la pérennité de la vocation portuaire de ce lieu depuis l’Antiquité. Sept embarcations témoignent de l’activité fluviale au début de l’époque moderne. L’aspect architectural du port du XVIe siècle reste difficile à cerner, en raison des profonds remaniements occasionnés par la construction des marches monumentales au XVIIe siècle. La scénographie des façades situées sur la rivière, les pieds dans l’eau, est désormais implantée et perdurera jusqu’au milieu du XIXe siècle. Ce premier bilan des découvertes de la fouille du Parc Saint-Georges constitue une étude préalable aux travaux à venir.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1La recherche archéologique sur la ville de Lyon a récemment été enrichie par les apports de la fouille du Parc Saint-Georges, opération d’archéologie préventive d’envergure engagée dans le cadre de la réalisation d’un parc de stationnement souterrain. Ce nouvel équipement est situé sur la rive droite de la Saône, en bordure du quartier de Saint-Georges proche de la cathédrale Saint-Jean (fig. 1). Il occupe la place Benoît Crépu, mais empiète aussi sur le quai Fulchiron. Sa superficie couvre 3750 m2, soit des dimensions atteignant 125 m le long de la berge de la Saône, sur 30 m de large. Son altitude de surface atteint 165,50 m. À l’ouest, le site est dominé par le plateau de Fourvière qui culmine à 300 m d’altitude et à l’est, il borde la rive droite de la Saône.

Fig. 1. Localisation de la place Benoît Crépu sur la rive droite de la Saône. 1. Îlot Clément V ; 2. Îlot Tramassac ; 3. Avenue Adolphe Max (doc. Inrap).

  • 1  Dates d’intervention sur le terrain : sondages et surveillance de travaux : mai et juin 2002 ; fou (...)

2La proximité du Vieux Lyon, les résultats d’une étude documentaire (Ayala, 1997) et d’une phase de diagnostic par sondages (Ayala et alii, 1998), auxquelles a succédé une expertise géomorphologique des données géotechniques (Vérot-Bourrely et alii, 2001), ont mis en évidence l’extrême sensibilité archéologique du périmètre menacé par le projet d’aménagement. Sa réalisation, impliquant la destruction d’un sous-sol dont le voisinage suggérait la haute teneur en vestiges archéologiques (Villedieu, 1990 ; Arlaud et alii, 1994 ; Monnoyeur-Roussel et alii,1992), imposait nécessairement une fouille préalable confiée, par l’État, à l’Institut national de recherches archéologiques préventives1. La société mixte Lyon Parc Auto, opérateur désigné par la Communauté urbaine de Lyon pour réaliser ce parc de stationnement, a pris en charge l’intégralité du financement de l’opération archéologique, de l’équipement et des prestations techniques.

1. Contraintes et enjeux

  • 2  La présence d’une paroi moulée a eu pour avantage d’isoler le terrain des infiltrations d’eau de l (...)

3L’opération archéologique du Parc Saint-Georges s’est avérée un chantier très représentatif des fouilles préventives urbaines, dans la mesure où se sont posées quotidiennement des questions d’ordre stratégique, au regard de la progression de la construction et des exigences du calendrier. L’intervention s’est déroulée, en effet, dans le cadre du phasage général des travaux prévu par le projet de construction du parc de stationnement. Cette contrainte nous a astreints à suivre un découpage du terrain, imposé par le maître d’œuvre, interdisant une fouille simultanée des vestiges de même époque qui aurait facilité une compréhension immédiate de la stratigraphie. Cependant, la diversité des domaines abordés, la qualité des découvertes mobilières recensées et l’abondance des restes matériels exhumés, dont les apports massifs ouvrent de nouvelles orientations qui permettront d’acquérir une vision plus complète de la topographie historique du quartier, ont rendu l’entreprise peu commune2.

  • 3  En particulier lors d’opérations « portes ouvertes » organisées sur le chantier les 19/20 septembr (...)

4À travers la reconstitution paysagère et urbaine de la rive au cours des siècles, l’intervention que nous avons menée contribue à la connaissance de la genèse de la plaine alluviale de Lyon. En caractérisant des contraintes liées à la présence du cours d’eau, les tentatives de protection contre les inondations et les activités qui se sont déployées sur ce bord de Saône, elle s’est aussi appliquée à définir la perception d’un milieu fluvial par les riverains et à retrouver les éléments matériels de son occupation. Lieu d’accostage et dépotoir d’objets rejetés par les riverains, la berge renfermait une accumulation d’évidences archéologiques au pouvoir évocateur (bateaux, statues, blocs inscrits, éléments d’architecture, objets usuels, céramiques...), ensemble mobilier unique dans les annales de l’archéologie lyonnaise qui suscita émerveillement et curiosité3. Ces informations demeurent capitales car elles ouvrent des orientations historiques fécondes sur un secteur de la ville de Lyon, encore bien mal connu, grâce à l’apport de documents significatifs, parfois inattendus et singulièrement révélateurs (artisanat antique et étuves médiévales par exemple).

5En amont de la publication de l’ensemble des résultats foisonnants de cette intervention, il a semblé indispensable d’en proposer un condensé qui épouse étroitement l’ordre chronologique des principales informations recueillies sur le terrain. Les arguments sur lesquels se fonde la chronologie ne sont pas exposés ici dans le détail. Il n’est pas davantage possible d’aborder l’étude de l’ensemble du mobilier archéologique : au total 1920 objets enregistrés, plusieurs dizaines d’échantillons prélevés destinés aux études environnementales et quelque 140 000 tessons comptabilisés. Son étude exhaustive constituera une étape décisive du programme d’analyse de la documentation réunie pendant la fouille dont l’exploitation, quoique largement entamée, reste à poursuivre.

6La description des évènements essentiels inscrits dans la stratigraphie du site, que la présente synthèse se propose de retracer, fournit un bilan des découvertes menées dans un espace topographique et archéologique complexe : le port, foyer urbain, vital et dynamique. Celui que Saint-Georges a abrité depuis le XIIIe siècle, mais qui marque le quartier dès l’Antiquité, est l’un des points d’ouverture de la cité lyonnaise jusqu’au milieu du XIXe siècle.

2. Le contexte géologique et hydrologique

  • 4  Le cadre géographique et la stratigraphie de la plaine alluviale lyonnaise ont été traités par Agn (...)

7Le substrat granitique et les formations quaternaires résiduelles ont été atteints au plus profond de la fouille4. Ces niveaux ont restitué l’arène granitique dont le toit culmine autour de 153 m - 154 m jusqu’à 147 m le long de la rive actuelle. Ce conglomérat de base du socle granito-gneissique du Massif Central caractérise le pied du plateau de Fourvière. Une formation sédimentaire, repérée en quelques endroits du site et ponctuée de blocs erratiques parfois très volumineux, provient d’un dépôt morainique mis en place lors du Riss, une des grandes périodes glaciaires du Pléistocène. Ensuite, des alluvions tardiglaciaires et holocènes se développent jusqu’à 155,50 m d’altitude en moyenne et sont, à ce jour, d’âge indéterminé (avant le Subatlantique ?).

2.1 La confluence du Rhône et de la Saône

  • 5  La présence d’alluvions rhodaniennes pures observées dans la stratigraphie de l’Îlot Clément V ava (...)
  • 6  L’étude des céramiques antiques a été réalisée par Tony Silvino, doctorant (Université Lyon II-UMR (...)
  • 7  Laboratoire de datation radiocarbone de Lyon I. Cette chronologie se rapproche de la datation obte (...)

8Les données du site du Parc Saint-Georges ont modifié sensiblement la chronologie de cette confluence que des datations au radiocarbone sur des troncs fossiles avaient préalablement calée au premier Âge du Fer (Bravard et alii, 1997). Le Rhône est constitué de plusieurs bras qui traversent l’actuelle presqu’île lyonnaise, d’est en ouest. Le fleuve forme des tresses. Ses forts courants s’imposent à la Saône qui, contrainte par le dynamisme et la pente du fleuve, se trouve plaquée contre le pied du plateau de Fourvière (fig. 2). Le site du Parc Saint-Georges, alors à la confluence de la Saône et d’un bras de ce Rhône multiple, est un milieu aquatique5. La nappe caillouteuse, qui se développe entre 155,50 m et 160,50 m, est mise en place par le Rhône et la Saône. Le début de cette construction alluviale s’inscrit dans un contexte climatique humide particulier qui explique l’absence de toute occupation dans le secteur durant la période protohistorique dont de nombreux témoignages sont attestés pourtant en amont de la presqu'île, essentiellement sur la rive droite de la Saône (Ayala, Monin, 1996 ; Bellon, Perrin, 1992). La présence de deux fragments d’amphores italiques Dressel 1, piégés au sommet de cette construction caillouteuse, indique que la confluence s’est prolongée en ce lieu jusqu’au début du IIe siècle av. J.-C. puisque ce type de conteneur estcommercialisé à Lyon à partir du milieu du IIe siècle6. La datation radiocarbone d’un tronc fossile dans des graviers du Rhône, vers 158,80 m d’altitude environ (-147 ± 52 ou 2030 ± 35 BP, Ly-12977), permet d’affiner la chronologie de la confluence du Rhône et de la Saône7.

Fig. 2. G. La confluence du Rhône et de la Saône du Ier Âge du Fer à la fin du IIIe-début du IIe siècle av. J.-C. (doc. Inrap).

Fig. 3. D. La confluence du Rhône et de la Saône de la fin du IIIe–début du IIe siècle av. J.-C. au Ier siècle av. J.-C. (doc. Inrap).

9À la fin du second Âge du Fer, le changement bioclimatique entraîne l’encaissement des cours d’eau et un exhaussement généralisé de la plaine alluviale, qui se poursuit jusqu’au Ier siècle av. J.-C., par l’apport de sables limoneux d’inondation. Le climat est plus sec. Les cours d’eau s’approfondissent et adoptent un tracé simplifié. Le Rhône se rétracte progressivement vers l’est et ses anciens bras se colmatent peu à peu. Le site est alors en amont de la confluence Rhône-Saône (fig. 3). Au nord, il se trouve sur la presqu'île, régulièrement recouverte, jusqu'à 162,50 m d'altitude, par les crues de la Saône proche et les débordements d'un Rhône éloigné. Au sud, il s’inscrit dans le chenal de la Saône dont le talweg est à moins de 157 m (fig. 4).

Fig. 4. Les alluvions de la confluence du Rhône et de la Saône du Ier Âge du Fer à la fin IIIe-débutdu IIe s. av. J.-C. (doc. Inrap).

10Deux amphores italiques Dressel 1A apparentées aux exemplaires retrouvés dans le fossé gaulois du Clos du Verbe Incarné (Maza, 2003), disposées côte à côte à une altitude moyenne de 160,60 m dans un dépôt de crue Rhône-Saône, fournissent une datation située à la fin du IIe-début du Ier siècles av. J.-C. Elles constituent les premiers témoins d’une présence humaine sur le site.

2.2 La confluence des deux Saône

11Au cours d’une période s’étendant de la fin du Ier siècle av. J.-C. au début du siècle suivant, le Rhône se retire peu à peu vers sa rive orientale et se stabilise selon un tracé simplifié. La Saône se libère de la contrainte du Rhône. Tout en conservant son ancien tracé au pied de la colline de Fourvière (c’est l’ancienne Saône ou Saône primitive), elle s’aménage un nouveau lit, plus à l’est, dans la plaine alluviale. C’est la nouvelle Saône. Le site du Parc Saint-Georges se situe exactement à la confluence des deux cours qui délimitent une île, dite île Saint-Jean, dont la pointe sud s'inscrit au nord du site (fig. 5).

Fig. 5. La confluence des deux Saône à la fin du Ier siècle ap. J.-C. (doc. Inrap).

  • 8  Malacologie : Sophie Martin, Institut méditerranéen d’Écologie et de Paléoécologie, Département Éc (...)

12Les dépôts alluviaux ont fait l’objet de multiples prélèvements susceptibles de fournir des indicateurs écologiques sur l’évolution du paysage végétal8. Si le diagnostic malacologique s’est révélé assez maigre, les informations tirées des carporestes et des pollens accréditent un certain impact anthropique, perçu à la charnière des IIe-Ier siècles av. J.-C., qu’un milieu forestier, toujours présent dans un environnement proche du versant de la colline de Fourvière, n’est pas sans contredire.Or, les réponses morphologiques et biologiques, pour cette époque, ne sont pas véritablement convergentes puisque l’observation sédimentologique laisse entrevoir une topographie instable, en pleine mutation, avec le recul du Rhône et la formation de la nouvelle Saône. Un examen plus approfondi des différentes analyses paléoenvironnementales reste à effectuer pour reconstituer l'évolution des paysages et la pression anthropique dans le secteur. La confrontation de ces résultats avec ceux obtenus sur la plaine de Vaise, en amont du site, contribuera à dresser le paysage végétal de la rive droite de la Saône, à Lyon, au cours de la Protohistoire (Vérot-Bourrely et alii, 1989).

3. Une occupation progressive de la rive de la fin du Ier siècle ap. J.-C. au milieu du IVe siècle

3.1 Les prémices de l’activité riveraine au Ier siècle ap. J.-C.

  • 9  Les prélèvements de bois sur les structures antiques ont été réalisés par Catherine Lavier, Labora (...)
  • 10  Une numérotation continue (épaves 1 à 16) a été attribuée aux bateaux de Saint-Georges selon l’ord (...)

13Un alignement de pieux équarris et de pièces de bois horizontales (Us 1625), en chêne pour la plupart, et datés, pour quatre d’entre eux, de 77 à 78 ap. J.-C., a été dégagé sur la rive droite de la nouvelle Saône, à la pointe méridionale de l’île Saint-Jean (fig. 6)9. L’absence notable de réfection va dans le sens d’une utilisation brève. La précarité de cette plate-forme n’est pas propice au déchargement massif de marchandises (fig. 7). Il pourrait s’agir d’un ponton d'accostage sommaire dont la légère déclivité de la surface, de 159,94 m à 158 m, facilite l’accès aux embarcations qu’il dessert : au sud, légèrement en contrebas, se trouve l’épave 8, contemporaine10. Sa proue se situe à l’est, dans la rivière, comme l’indique une levée marquant le bordé à cette extrémité. Elle est de taille modeste (17,50 m de longueur pour une largeur de 2,80 m), caractérisée par un fond plat et une faible hauteur de bordé (0,50 m) et de type intégralement assemblé. Ce bateau a été probablement utilisé comme bac servant à passer le cours d’eau et à transporter des matériaux, de volume très réduit cependant. Les nombreux lests de filet en plomb, retrouvés sur le fond, évoquent une activité liée à la pêche. L’analyse dendrochronologique de six échantillons date cette embarcation de 55 ap. J.-C. La fragilité de l’ouvrage suggère un temps d’utilisation court, ce que corrobore l’analyse du mobilier céramique qui fournit un terminus ante quem assez sûr, fixé à la fin du Ier siècle ap. J.-C.

Fig. 6. G. Plan des vestiges à la fin du Ier siècle ap. J.-C. (doc. Inrap).

Fig. 7. D. Le ponton au nord du site (doc. Inrap).

  • 11  Archéolabs ARC 87/R.109D.

14La rive droite de la Saône se présente alors comme une berge abrupte, donc peu submersible. La proximité des flux dynamiques issus de la confluence et la raideur de la berge ont probablement conduit à l’instabilité de cet accostage qui n'a pu perdurer. Il faut rappeler qu’une structure semblable, formée de deux alignements de pieux en bois, cotant à 160 m d’altitude, a été enregistrée lors de la fouille de l’Îlot Tramassac, situé un peu en amont du site du Parc Saint-Georges, sur la rive droite de l'ancienne Saône (Arlaud et alii, 1994, p. 34). La datation fournie par dendrochronologie de 27 av. J.-C., 8 et 18 ap. J.-C. en fait le premier appontement observé sur la Saône11. Son utilisation a été de courte durée puisqu'il a été rapidement englouti sous les alluvions assurant le début du remblaiement de l’ancienne Saône au cours de la deuxième moitié du Ier siècle ap. J.-C. Cette contrainte a probablement conduit les riverains à installer un nouveau site d’accostage, plus en aval, sur la rive de la nouvelle Saône, en un point localisé dans l’emprise de la fouille du Parc Saint-Georges. Dans la partie méridionale du chantier, les dépôts alluviaux assurent le début du remblaiement de l’ancienne Saône qui commence à se rétrécir et à se combler puisque les flux principaux s'écoulent dans le nouveau chenal.

3.2 Le comblement progressif de l’ancienne Saône et les débuts de l’activité portuaire (milieu IIe siècle - début IIIe siècle)

15Alors que l’aménagement qui vient d’être décrit, au nord du site, est fossilisé par des dépôts d’alluvions anthropisées au début du IIe siècle, l’activité se déplace au sud, et plus particulièrement à la confluence de l’ancien lit de la rivière et de son nouveau cours. Une autre embarcation (épave 3), orientée ONO/ESE, est découverte en rive droite de la Saône primitive qui ne constitue pas pour autant précisément la berge, probablement hors de l’emprise du chantier, au sud-ouest (fig. 8). L'ancienne Saône forme, à cet endroit, un chenal à faible tirant d’eau à l'abri des courants principaux de la rivière. La mauvaise conservation du bateau (seule nous est parvenue une partie de la sole avec sa membrure de fond conservée sur 14 m de longueur) ne permet pas de décider de la position de sa proue. Sa largeur, tronquée par la limite de l’emprise du chantier, est de 2,80 m. Construit en chêne, il présente un léger pendage sud-nord de 159,70 m à 159,40 m. Rien n’indique, à ce stade de l’analyse, si l’absence de bordé est due à un dommage volontaire ou occasionnée par une crue violente. Caractérisée par un fond plat et une forte membrure composée de varangues plates, cette embarcation fait partie très probablement du groupe des chalands de type monoxyle-assemblé. L’analyse dendrochronologique place la datation moyenne de cette épave en 159 ap. J.-C. Dans les alluvions recouvrant l’épave, les céramiques, qui restent en circulation au cours du IIe siècle, présentent un traceur chronologique sûr avec l’arrivée, au milieu du IIe siècle, de produits divers sur le marché lyonnais.

Fig. 8. Plan des vestiges du milieu du IIe au début du IIIe siècle ap. J.-C. Épave 3 : milieu IIe siècle. Épaves 2, 4 et 5 : début IIIe siècle (doc. Inrap).

  • 12  L’analyse sommaire des textiles archéologiques a été effectuée par Marie-Hélène Guelton (Atelier d (...)

16L’épave 3 est fossilisée par une série alluviale qui porte l’épave 5 (très partielle avec 0,50 m de largeur sur une longueur de 6,50 m), l’épave 2 (fragmentaire, dégagée sur une longueur de 15 m pour une largeur conservée de 3 m) et l’épave 4 (la plus complète avec une longueur conservée de 18 m pour une largeur moyenne de 4 m). Ces trois bateaux, dont les extrémités occidentales se trouvent hors emprise, présentent un pendage longitudinal légèrement plus élevé que l’épave 3 (fig. 9). Ils sont construits sur le même principe architectural que celle-ci et sont de fabrication robuste. Ces embarcations sont étanchées avec du tissu enduit de poix12. Les épaves 2 et 4 ont subi quelques réparations ou consolidations que matérialisent plusieurs plaques de plomb et un grand nombre de chevilles, ce qui suppose une longue période d’utilisation. La disposition de l’épave 4 est déduite de son impressionnante varangue-emplanture qui indique la proue à l’est.

Fig. 9. Les épaves 5, 3, 2 et 4 localisées au sud du chantier (doc. Inrap).

17Ces bateaux, sensiblement parallèles et orientés ONO/ESE, comme l’épave 3, sont disposés le long de la rive droite de l’ancienne Saône juste avant sa confluence avec le nouveau tracé. Ils concrétisent un site d’accostage privilégié et illustrent l’existence d’une activité portuaire dès la deuxième moitié du IIe siècle en ce point, abrité des flux hydriques majeurs : la faible hauteur d’eau par rapport au lit principal doit favoriser la manoeuvre de ces embarcations à fond plat, tractées par la force humaine ou animale.

  • 13  Tous les bois archéologiques collectés sur le site ont été confiés à Pierre Mille (Inrap Rhône-Alp (...)
  • 14  L’analyse des deux vanneries gallo-romaines (une dans l’épave 4 et l’autre dans l’épave 2) a été m (...)
  • 15  Le numéraire a été étudié par Christian Cécillon (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

18Des accessoires d’équipement de la navigation sont à mettre en relation avec la présence de ces bateaux : pièces en bois utilisées pour les voiles13, crocs de mariniers pour manœuvrer, ancre en pierre calcaire. Plombs de filet de pêche, hameçons en fer, nasses en vannerie14 évoquent l’activité spécifique liée à la rivière. Le mobilier céramique, très homogène, trouvé dans les formations alluviales associées à ces épaves, est enrichi de formes tardives de sigillées gauloises et de produits nord-africains. Il date l’échouage des épaves 2, 4 et 5 du début du IIIe siècle ap. J.-C. La présence d’un as de Marc-Aurèle, à l’usure peu prononcée, sous une varangue plate de l’épave 4, est un élément qui confirme une chronologie déjà bien établie par le mobilier céramique15. La fossilisation des embarcations résulte d’importants épisodes de crues qui ont transité également par la Saône primitive au début du IIIe siècle et dont les dépôts sont venus remplir et couler les embarcations. Écrasées par le poids des sédiments, les structures se sont déformées. L’accroissement du débit de la Saône, au début du IIIe siècle, a déjà été constaté lors de l’étude de la Saône primitive, en amont, sur le site de l’Îlot Tramassac (Arlaud et alii, 1994).

19Les riverains semblent s’adapter à cette évolution puisque, dès le milieu du IIIe siècle, ils utilisent l’ancien tracé de la rivière comme un dépotoir et accélèrent progressivement l’atterrissement de ce chenal primitif par la mise en place d'un niveau d'assainissement. La Saône primitive se rétrécit depuis les deux rives. Seuls les débordements les plus élevés parviennent à alimenter cet ancien chenal qui se colmate petit à petit. Ces formations alluviales fines remblayent l’ancien tracé jusqu’à une altitude de 162 m en moyenne. Cette politique de remblaiement conduit à rattacher l’ancienne île dite « Saint-Jean » au pied du versant de Fourvière et à créer un espace de plaine stable le long de la rive droite de la nouvelle Saône (fig. 10).

Fig. 10. La plaine alluviale lyonnaise à partir du IIIe siècle (doc. Inrap).

3.3 La rive droite de la nouvelle Saône se fixe (2e moitié IIIe siècle–IVe siècle)

20La configuration du lieu évolue. À présent, le site s’inscrit tout au long de la rive droite de la Saône où l’épave 7, dans la deuxième moitié du IIIe siècle (l’estimation dendrochronologique se place entre 254 et 280 ap. J.-C., au plus large), révèle la poursuite de l’activité portuaire qui semble, désormais, placée au centre du site (fig. 11). L’embarcation atteint, à l’ouest, 160,60 m, et, à l’est, 154,80 m, altitudes qui confèrent à la berge une pente douce. Elle est orientée ONO/ESE comme les précédents chalands. Il est probable que cette position a précédé l’échouage, la poupe fixée sur la rive et la proue flottant sur la rivière. Cette embarcation est construite, dans sa forme générale, sur le même principe que les précédentes découvertes au sud du terrain. Une partie de la sole et de ses deux bordés est relativement bien préservée. Si on admet une parfaite symétrie de son architecture, elle peut avoisiner les 40 m de longueur, ce qui en fait la plus grande embarcation découverte sur le site. Les derniers écoulements de la Saône primitive, au centre de l’emprise de la fouille, ont créé une zone de faiblesse sédimentaire particulièrement érodée par la nouvelle Saône, dessinant ainsi un rivage non rectiligne, mais ayant la forme d’une anse sableuse. Les anciennes embarcations fossilisées sous les alluvions - l’épave 8 et l’appontement qui lui est associé, au nord, et les épaves 2 à 5 au sud - ont probablement consolidé la rive en ces points alors que l’érosion régressive de la rivière a progressé au centre. Cette zone légèrement en retrait des flux principaux et la berge à pente plus douce composent une topographie favorable à l’accostage de chalands à fond plat.

Fig. 11. Plan des vestiges au milieu du IIIe siècle (doc. Inrap).

  • 16  Trois des blocs sont jointifs. On obtient le texte suivant : [---TE]MPLVM PORTICVM CV[M---]. L’ord (...)
  • 17  L’étude de tous les blocs du Parc Saint-Georges est intégrée à la thèse de Djamila Fellague, en co (...)

21Au sud, alors que les épaves consolident la structure sédimentaire alluviale, un imposant remblai d’assainissement et d’exhaussement vient stabiliser le secteur et l’élargir. Cette plate-forme assure une assise stable à la construction de deux murs M 617 et M 980, orientés NO/SE, qui témoignent d’une occupation assidue de ce secteur de la rive droite de la Saône. Ces vestiges s’élèvent au minimum à 162,60 m d’altitude. Ils matérialisent l’existence d’un bâtiment aux proportions relativement développées, érigé dans la seconde moitié du IIIe siècle. L’activité riveraine se développe, dans cette partie méridionale, à une altitude dominant de deux mètres la courbe que forme la berge de la Saône, au centre de l’emprise de fouille, qui cote aux environs de 160 m. Au cours de cette période, la plaine bordière est exhaussée par des alluvions de débordements interstratifiées dans des niveaux de recharges anthropiques, témoins d’une activité riveraine proche. Parallèlement, se poursuit une dynamique d’accumulation active sur la berge qui progresse d’environ 4 m sur la rivière. La présence des nombreux blocs moulurés et inscrits, qui semblent avoir glissé ou roulé sur le talus de la berge, suggère le démontage volontaire d’un aménagement construit, en retrait, à l’ouest, hors de l’emprise du terrain, ou sa destruction lors d’une forte crue de la Saône. Parmi eux, neuf grands blocs inscrits, en calcaire tendre de Seyssel, appartiennent à la frise clavée, malheureusement incomplète, d’un édifice important (fig. 12). Si on ignore la divinité concernée ainsi que le ou les dédicants, la lecture attentive des éléments existants suggère qu’ornements et statues accompagnent un temple et son portique16. Parmi ce lot épars de blocs se distingue aussi un second ensemble, constitué de nombreux éléments de démolition de plusieurs monuments publics et privés érigés à Lugdunum au début de l’Empire17.

Fig. 12. Bloc inscrit en calcaire de Seyssel appartenant à un édifice monumental (doc. Inrap).

  • 18  En particulier la découverte de sculptures qui enrichissent la collection lyonnaise des « Antiques (...)

22Les dépôts riches en résidus anthropiques et objets de qualité couvrent une datation centrée sur la deuxième moitié du IIIe siècle18. Deux unités monétaires, frappées au milieu du IIIe siècle, un antoninianus émis sous le règne de Gallien et un aurelianus frappé dans le dernier tiers du siècle, corroborent la chronologie fournie par le mobilier céramique et l’analyse dendrochronologique de l’épave 7, contemporaine.

3.4 Commerce et artisanat

  • 19  Des études de pâtes ont été décidées pour certaines céramiques. Pour les amphores africaines, des (...)

23La composition, très homogène et très riche, des couches qui se sont formées lors du comblement définitif de l’ancienne Saône apporte un témoignage unique sur la situation économique au IIIe siècle à Lugdunum (Silvino, 2007). Le mobilier amphorique, majoritaire au sein du mobilier céramique très abondant, présente une grande diversité de types et d’origines. Son étude apporte des données capitales sur les importations de produits méditerranéens à Lyon19. Elle a permis de déceler la prédominance des champs d’influence nord-africaine et orientale, mais également celle de la périphérie provinciale. Les importations des denrées de base (vin, huile, sauces et salaisons de poisson) répondent aux demandes incessantes de la population. L’huile d’olive continue de provenir de la péninsule ibérique, acheminée notamment par les Dressel 20 bientôt relayées par les Dressel 23 à partir de la deuxième moitié du IIIe siècle. Elle est désormais concurrencée par celle produite en Afrique du Nord à partir du début du IIIe siècle, importée dans les amphores Africaine I et Tripolitaine III. Les sauces et salaisons de poissons proviennent en majeure partie des côtes africaines à partir du début du IIIe siècle jusqu’au siècle suivant. Les produits hispaniques, originaires principalement du sud de la Bétique et de l’ouest de la Lusitanie, ne dominent désormais plus le marché. Les Africaine II sont largement majoritaires face aux Almagro 50 ou 51A/B. Si le vin de Bétique est attesté grâce aux amphores Matagallares I et autres productions du sud de la péninsule ibérique, diffusées au IIIe siècle, les vignobles de l’Afrique proconsulaire, voire ceux de la Tripolitaine, atteignent le sol lyonnais grâce aux amphores polyvalentes Africaine 2, Agora M254 et très certainement aux Keay 25, 26 et 27 jusqu’à une date tardive avec notamment la forme con orla a fascia, dans un contexte de berge du VIIe siècle. Le vin de la Maurétanie Césarienne est également apprécié des habitants de Lugdunum. Quant aux crus orientaux, ils continuent à être consommés, avec les importations d’amphores égéennes ou d’Asie Mineure (Kapitän II, Agora F65/66, Rhodienne) et d’amphores originaires du Proche-Orient (Célestins IA) et d’Égypte (Bitronconique). Il en est de même des cépages de Sicile véhiculés par la forme Agora M254. Les amphores Gauloise 4 sont nettement majoritaires aux IIIe et IVe siècles. Ces emballages ont, a priori, servi à transporter les productions viticoles du sud de la Gaule comme l’attestent les nombreux chais et pressoirs mis au jour en Provence et en Languedoc (Laubenheimer, 1985 ; Brun, 2005). Toutefois, une éventuelle utilisation de ces récipients pour la commercialisation de grands crus hispaniques ou italiques, transportés préalablement en vrac, par les navires à dolia, est à envisager (Desbat, 2004, p. 294-295).

  • 20  La localisation des établissements artisanaux est un thème d’actualité, en particulier à Lyon, où (...)
  • 21  Analyse réalisée par Danielle Foy (Centre Camille Julian MMSH, Aix-en-Provence), et Michelle Vichy (...)
  • 22  Les ateliers de la Manutention n° 3 (Becker, Monin, 2001) et n° 4 (Motte, 2001) n’ont pu bénéficie (...)

24Le développement des échanges commerciaux influe de façon significative sur la croissance de l’artisanat. Les résultats de la fouille du Parc Saint-Georges ouvrent un nouveau chapitre dans un domaine déjà bien exploré à Lyon20. La découverte de blocs de verre brut, rare hors du pourtour méditerranéen, constitue un jalon supplémentaire permettant de suivre l’itinéraire de ce produit dans sa chaîne de fabrication, depuis son lieu d’origine, situé selon toute vraisemblance dans la région orientale21. Cette découverte s’inscrit entre les trouvailles des Embiez, à l’ouest de Toulon, et celles d’ateliers à l’intérieur des terres, tel celui de Besançon (Foy, Jezegou, 2003). Cependant, rien n’exclut un approvisionnement de verre brut pour alimenter les ateliers locaux lyonnais22.

  • 23  L’alun possède un rôle d'agent tannant pour la fabrication de certains cuirs et celui surtout de m (...)
  • 24  Étude réalisée par Philippe Borgard (Centre Camille Julian MMSH, Aix-en-Provence).

25Des grappes de pigments bleu vif renvoient à une activité très spécifique, basée sur l’utilisation d’un procédé à base de cuivre, inventé en Égypte d’où l’appellation de « bleu d’Égypte ». Ce colorant entre dans la chaîne de fabrication des textiles et également dans la réalisation des fresques et enduits peints. De même, des blocs de soufre, probablement issus des régions volcaniques sud-italiques, laissent supposer l’existence d’une activité riveraine liée au traitement du textile. Dans l’artisanat du textile et du cuir était utilisé l’alun, provenant des îles Lipari situées au nord de la Sicile23. Or la fréquence élevée de ces fragments d’amphores dans des couches qui jalonnent le IIIe siècle (avec une acmé particulière dans celles du milieu de ce siècle) constitue un marqueur important de la distribution de ce produit en Gaule et renvoie bien sûr à l’utilisation de l’alun soit sur place soit en périphérie du site24.

  • 25  L’analyse des restes de poissons a été réalisée par Gaël Piques (Centre archéologique de Lattes, C (...)
  • 26  Une équipe tuniso-française, dirigée par Latifa Slim (Institut National du Patrimoine, Tunis) et M (...)

26L’étude des restes de poissons, outre la diversité des espèces d’eau douce et marines qu’elle a permis d’identifier, laisse envisager le traitement des dérivés de sauces à base de poissons marins, à Lyon, avant leur consommation25. En effet, arrivés dans les grands centres, ils étaient transvasés directement sur les ports dans des récipients de petite taille pour en faciliter la vente. À ce propos, n’oublions pas de mentionner que la connexion des résultats de cette étude et de celle menée par le laboratoire de paléogénétique confirme la présence d’anchois et de sardines tant dans le tamisage des niveaux de berge du IIIe siècle que dans des résidus intérieurs de récipients importés d’Afrique à la même époque26. Ces éléments s’inscrivent comme autant de jalons qui définissent la chaîne opératoire complexe qui préside à la fabrication et à la diffusion des produits des industries de salaisons antiques.

  • 27  Deux grands fragments de feuilles en plomb, décorés d’une double rangée d’arcades disposées en fri (...)
  • 28  La proximité de la Saône et le contexte humide de la fouille ont permis la conservation d’objets o (...)

27Cette concentration d’indices à laquelle viennent s’associer des accessoires liés à cette activité et à d’autres (racloir servant à la tannerie, récipients en plomb27, restes de bovins) est un facteur déterminant pour permettre d’envisager l’exercice d’activités artisanales diversifiées, qui devaient requérir une grande quantité d’eau si l’on en juge par leur localisation en bordure de Saône, au cours des IIIe-IVe siècles28.

  • 29  Étude réalisée par Dominique Lalaï, assistant d’études (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).
  • 30  Étude réalisée par Vianney Forest, chargé d'études (Inrap Méditerranée).

28Parmi les restes de consommation d’animaux, il ressort que l’apport d’espèces sauvages n’intervient que très ponctuellement29. Outre l’aspect quelque peu exotique provenant de la présence du faisan de Colchide, rien dans les espèces enregistrées ne dénote le caractère naturel de la berge à l’époque antique parce que la quasi totalité des restes recueillis appartient au domaine domestique30.

3.5 Un port fluvial à Lugdunum

29La mise au jour d’embarcations à fond plat de fort tonnage dans une topographie de chenal secondaire, lieu abrité des courants principaux du cours d’eau, à faible tirant d’eau, témoigne d’un site d’accostage privilégié établi, dès le milieu du IIe siècle, sur la rive droite de la Saône primitive, immédiatement au point de confluence avec le nouveau chenal. Ici s’ouvre un espace de plaine qui peut accueillir des aménagements nécessaires à l’activité d’un port. Plus en amont, au niveau de l’Îlot Tramassac par exemple, la rive, appuyée sur le versant du plateau de Fourvière, ne peut fournir qu’un espace exigu peu propice au déploiement de ce type d’installation. Au milieu du IIIe siècle, le point d’accostage se déplace légèrement au centre du site, alors que l’atterrissement de l’ancienne Saône est achevé. La chute de l’activité se fait sentir, à partir du milieu du IVe siècle, par un affaiblissement très notable de l’arrivée de produits importés : le mobilier céramique enregistré pour la période ne représente que 10 % des lots comptabilisés au milieu du siècle précédent. En utilisant l’ancien tracé de la rivière comme dépotoir, les riverains ont contribué à rattacher progressivement l’Île Saint-Jean au pied de la colline de Fourvière et ont créé un nouvel espace stable en arrière de la rive droite de la nouvelle Saône. Les terrains ainsi gagnés ont favorisé l’ouverture de points d’accostage au détriment de celui de Saint-Georges peut-être trop éloigné du centre de la ville. La présence d’amphores tardives, dans les niveaux du Ve siècle de la fouille de l’Îlot Clément V (Ayala, 2000, p. 228) jusqu’au VIe siècle dans ceux de l’avenue Adolphe Max (Villedieu, 1990, p. 158) et même jusqu’au VIIIe siècle sur le site de la rue des Chartreux (Ayala et alii, 2000, p. 42), suggère, selon toute évidence, le maintien des arrivages d’importations d’origine diverse. Il faut signaler, par ailleurs, la présence de produits nord-africains dans un ensemble du VIIe siècle du Parc Saint-Georges. Les lieux de déchargement éparpillés le long de la rive droite de la Saône restent cependant à localiser plus précisément.

  • 31  Les Nautes du Rhône semblent avoir établi un premier port à Choulans, au débouché de la voie de Na (...)

30L’opération archéologique du Parc Saint-Georges apporte, pour la première fois, à Lyon, une contribution concrète à la reconnaissance d’une installation portuaire, cependant déjà pressentie depuis le milieu du XIXe siècle. Quoique visiblement non conservée dans son contexte d’origine, une inscription évoquant un monument édifié in honorem nautarum rhodanicorum, a justifié la localisation du port des Nautes non loin du lieu de sa découverte, lors de la réfection des fondations de l’église Saint-Georges (Audin, 1964, p. 142)31.

4. La berge de Saône au cours de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge

  • 32  Cette crue catastrophique illustre une phase hydrologique intense mais accidentelle car elle s’ins (...)

31Dans la partie nord-ouest du terrain, la première assise d’une fondation, M 1270, orienté SO/NO, a été suivie sur une longueur de 4,50 m (fig. 13). Sa largeur atteint près de 2 m. La cote d’affleurement de ce vestige, posé sur le sédiment sableux, est de 161,76 m. Les éléments de datation font défaut. Seule la relation stratigraphique établie à partir des positions altimétriques des vestiges alentour, une fosse Us 960 et deux dépressions Us 1447 et Us 1483, indique une chronologie large, comprise entre la fin IVe siècle et le début du haut Moyen Âge. De son élévation, nous ne savons rien. Un amoncellement de blocs architecturaux et monumentaux (Us 1623), répandus de façon confuse d’ouest vers l’est, en contrebas de cette fondation, selon une déclivité assez importante sur un talus de berge très amoindri (les blocs les plus bas ont atteint le gravier du Rhône dégagé par l’érosion), semble provenir de cette construction. Légèrement plus au sud, se trouve une maçonnerie renversée dans le lit de la rivière (Us 1791). Une autre portion de mur de moindre dimension, mais de configuration tout à fait semblable, peut lui être rapprochée (Us 1774). L’épandage de blocs architecturaux non organisés au nord du site, associé à un profil d’érosion de berge, conduit à privilégier l’hypothèse d’un ravinement provoqué par une forte crue de la Saône sapant le pied du mur et l’écroulant dans la rivière. Cette crue est datée du XIe siècle, donc bien après son édification, grâce à un denier frappé dans la seconde moitié du XIe siècle associé à des fragments de céramiques communes grises diffusées à partir du IXe siècle et jusqu’au XIIe siècle32. À partir de ces données, plusieurs hypothèses peuvent être avancées, quoique aucune n’emporte totalement l’adhésion. Cette maçonnerie pose, en effet, des problèmes d’interprétation qui n’ont pu être résolus, à ce jour. S’agit-il d’un tronçon du mur d’enceinte de la ville basse de Lyon dont les résultats des fouilles du groupe épiscopal, en 1977, plus au nord, laissent entrevoir l’existence (Reynaud, 1998) ? Certes, de nombreuses villes de Gaule au cours de l’Antiquité tardive s'équipent, à partir du IIIe siècle, d’une enceinte monumentale dont les fondations sont réalisées en opus quadratum avec des éléments, parfois inscrits ou sculptés, provenant de bâtiments antérieurs. Ces éléments architectoniques se retrouvent dans l’amas de blocs trouvé dans la rivière. Cependant, plusieurs facteurs nous conduisent à mettre en doute le rôle purement défensif de la maçonnerie : en premier lieu sa largeur, relativement faible pour un ouvrage de cet ordre, et la présence de la rivière qui constitue un rempart naturel. Aussi, cette découverte ne constitue pas un argument supplémentaire à l’existence si hypothétique et si controversée d’un réseau défensif à Lyon à la fin de l’Antiquité. Il paraît plus prudent d’envisager un mur longeant le bord de la Saône, édifié pour parer aux risques d’inondation qui menacent les occupations placées à l’ouest, en dehors des limites du chantier. La stratigraphie établie lors de la fouille de l’Îlot Clément V, voisin du site du parc Saint-Georges, ne présente pas de hiatus de l’occupation entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Monnoyeur-Roussel et alii, 1992).

Fig. 13. Plan des vestiges de l’Antiquité tardive au Xe siècle. F 960, Us 1447, 1483 : Antiquité tardive ; M 797, 851, 852, 1270 : Antiquité tardive/haut Moyen Âge ; F 1213, 1214, 1270 : haut Moyen Âge ; Us. 1623, 1774, 1791 : Xe siècle (doc. Inrap).

32Le caractère fragmentaire de deux maçonneries, dégagées dans la partie méridionale du site, ne permet pas d’entrevoir la destination de la campagne de construction qui a présidé à leur édification (fig. 13). Il s’agit d’un mur soigneusement appareillé, M 851, constitué de pierres de bonne taille (1,15 m x 0,40 m pour l’une d’entre elles) et d’orientation nord-sud. Lui est adjoint un dispositif d’accès à degrés menant à la rivière, M 852. Mais la construction d’un mur au XIIe siècle et d’un autre mur aux XIIIe-XIVe siècles a entraîné le démontage partiel de ces maçonneries et coupé toute possibilité d’une lecture plus précise. Plus au sud, M 797 nous est connu par quelques assises très dégradées. En l’absence d’éléments datant, seules les références altimétriques ont établi un rapport stratigraphique qui autorise le regroupement de ces constructions entre la fin du IVe siècle et le haut Moyen Âge. Un lien peut-il être envisagé avec le monastère de Sainte-Eulalie situé plus au sud de l’emprise de la fouille, à l’emplacement de l’actuelle église Saint-Georges ? S’il est connu qu’une occupation se développe autour de la collégiale Saint-Georges (ancienne église Sainte-Eulalie) à partir de l’époque mérovingienne, aucune trace archéologique ne prouve son extension au-delà du périmètre réservé à ce lieu de culte. L’absence de toute construction au centre du site ne doit pas manquer d’être soulignée.

5. La reprise de l’occupation de la berge (XIe siècle-début XIIe siècle)

  • 33  Un autel funéraire d’époque romaine est utilisé en réemploi dans le mur méridional de ce bâtiment (...)
  • 34  L’étude des embarcations médiévales et modernes du Parc Saint-Georges est intégrée à une thèse de (...)
  • 35  La datation des embarcations médiévales (épaves 6 et 14) et modernes (épaves 1, 10 11, 13, 15 et 1 (...)

33L’An Mil voit la conquête de nouveaux espaces d’occupation dans un secteur déserté durant quelques siècles. Un bâtiment rectangulaire est édifié le long de la Saône (fig. 14). Il atteint les dimensions de 16 m de long et 7,50 m de large. Trois murs fondés solidement, M 1219 à l’ouest, M 1090/1091 au sud et M 1103/1138 à l’est, sont conservés33. La limite nord n’a laissé aucun témoin. Aucun niveau d’occupation, remontant à la première utilisation de cet édifice, n’a été repéré, pas plus que la présence d’ouverture au-dessous de la cote d’arasement à 164,75 m. Au regard des fondations qui nous sont parvenues et au stade actuel de l’exploitation des résultats, il est difficile d’interpréter la fonction de ce bâtiment. Son isolement lui accorde une position de relais entre le quartier canonial de Saint-Jean, en amont, et l’église Saint-Georges, en aval. Dans la partie méridionale du terrain, de nouvelles maçonneries, M 755 que prolonge M 850, appareillées et bien assisées, reprennent le tracé de M 797, élevé au cours de la période précédente. À l’exemple du mur M 797, aucune structure maçonnée, formant un angle ou un retour, ne peut leur être associée. La fonction de mur de berge reste la plus vraisemblable. Un réseau très dense de pieux sommaires, sans ordre apparent, distribués de part et d’autre d’une petite palissade (Us 526), vient renforcer la berge qui borde ces maçonneries. Un fragment de pirogue monoxyle en chêne (épave 6) a été dégagé vers 159,40 m d’altitude34. Sa position indique qu’elle a été visiblement déposée dans le talus de berge afin de consolider un terrain que les flux de la Saône venaient éroder. Les blocs qui remplissent la coque à cet effet l’ont endommagée. Elle est datée par dendrochronologie de 108535. Cette embarcation, longue et massive, était probablement destinée au transport de marchandises.

Fig. 14. G. Plan des vestiges du XIe au début du XIIe siècle (doc. Inrap).

Fig. 15. D. Plan des vestiges des XIIe et XIIIe siècles (doc. Inrap).

6. La mise en place du parcellaire urbain (XIIe siècle - début XIIIe siècle)

6.1 Le bâti se développe

34Dans le courant du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle, le bâtiment rectangulaire, préalablement édifié, doit constituer un point de repère réellement fort pour qu’un mur de grandes dimensions, élevé le long de la berge, le rejoigne par le nord (fig. 15). L’orientation de ces maçonneries (M 1217, M 1195, M 1201, M 1179, M 1166, M 1170 et M 1150) va, en effet, définir des axes qui seront encore lisibles dans le premier plan cadastral de la ville de Lyon (dit cadastre napoléonien) dressé en 1827. Seuls des tronçons ont été dégagés du fait des nombreuses spoliations dues à l’installation du bâti moderne et des réseaux d’assainissement ouverts au XIXe siècle. L'aspect assez sinueux du tracé est peut-être révélateur de la topographie accidentée que doit alors présenter la rive. Cette nouvelle construction est proche de la Saône et son édification gagne du terrain sur la rivière. La berge progresse de 2 à 4 m, une avancée qui portera les constructions suivantes. Au sud du site, les murs construits au début du Moyen Âge sont toujours utilisés. Des dépôts parfois épais, généralement foncés, d’une stratification d’apparence uniforme, dont le niveau d’apparition atteint 163 m d’altitude environ, portent l’appellation générique de « terres noires ». Elles concrétisent l’occupation de la plaine bordière, bien qu’aucun niveau de circulation n’ait pu être associé aux maçonneries mises en œuvre à cette époque. Il faut noter, au sein des ensembles céramiques extraits de ces couches, la présence régulière de mobilier gallo-romain et parfois de tessons du haut Moyen Âge. Leur caractère visiblement résiduel accrédite l'idée de terres rapportées. La fragmentation du mobilier céramique, dont les plus récents éléments sont situés entre le XIIe et le tout début du XIIIe siècle, suggère que les lots sont issus d’un épandage plutôt que d’un dépotoir domestique.

6.2 Aspects de la rive

  • 36  Étude menée par Sylvie Coubray-Macchiarelli (Inrap Centre Île-de-France, UMR 7041).

35La présence sur la berge, autour de 160 m d'altitude, d'un niveau tourbeux homogène et régulier caractérise une période d’hydrologie très calme, favorable au développement organique. L’étude anthracologique révèle la présence d’espèces cultivées comme le noyer et la vigne, qui peuvent éclairer l’environnement végétal de ce territoire et sa mise en culture, le long d’une ripisylve dominée par le saule36. La décomposition de végétaux provoque un processus de tourbification qui engendre la formation de niveaux compacts, noirs et feuilletés, très riches en macro-restes divers. Des conditions climatiques stables ont favorisé le développement urbain sur cette berge médiévale qui se situe, alors, de 25 à 28 m en retrait de la rive actuelle. Dans le lit de la rivière, les sables de Saône ont livré une seconde pirogue monoxyle (épave 14), longue de 8,26 m, dans un excellent état de conservation. Elle a été retrouvée entre 155,30 m et 153,80 m d’altitude, d’amont en aval, la proue orientée dans le sens du courant. Un trou dans la coque a coulé l’embarcation. Les quelques réparations réalisées avec beaucoup de soin laissent envisager une durée d’utilisation limitée dans le temps. Le transport de marchandises paraît peu compatible avec la faible épaisseur des bordés et de la sole (2,5 cm). Elle semble donc dévolue au transport de personnes ou à la pêche. La datation dendrochronologique fixe l’abattage de l’arbre dans lequel elle a été creusée à une date proche de 1187. La couche de remplissage de l’embarcation, marquée par une forte représentation des céramiques communes grises et communes rouges glaçurées, évoque la fin du XIIe siècle ou le début du XIIIe siècle.

7. Développement d’un quartier riverain au bas Moyen Âge (fin XIIIe siècle – XIVe siècle)

  • 37  L’étude descriptive des maisons médiévales et modernes, en bord de Saône, a été réalisée par Alban (...)
  • 38  Il est vrai que cette époque correspond à une expansion démographique. Cependant, s’il est possibl (...)

36À partir de la fin du XIIIe siècle, la plaine bordière fait l’objet d’une véritable campagne de constructions : le secteur s’urbanise progressivement37. Cette tendance laisse entrevoir une évolution qui dépasse les limites du secteur investi par la fouille et touche, vraisemblablement, une grande partie du quartier38. L’espace abandonne l’aspect plutôt rural que laisse percevoir le contexte végétal évoqué précédemment. Le programme de constructions, entrepris à cette époque, semble clairement orienté vers le développement de l’habitat et du réseau viaire de la ville laïque, dans le voisinage méridional du centre canonial de Saint-Jean. Seul fait exception un dispositif balnéaire localisé à l’extrémité nord de l’Îlot méridional qui borde l’esplanade du port Sablet nouvellement mis en service.

7.1 Naissance du port Sablet

  • 39  La recherche d’archives liées au chantier du Parc Saint-Georges a été menée par Sophie Savay-Guerr (...)
  • 40  ADR 1 G 233.

37Les nouveaux aménagements se concentrent le long de la rivière, de part et d’autre d’un emplacement vierge de toute construction depuis de nombreux siècles déjà. Seule la lecture d’une coupe dressée dans le sens ouest/est, au centre de ce terrain, permet de suivre un possible niveau de circulation. Ce niveau offrait un léger pendage vers la rivière : la cote atteint 163,36 m, à l’ouest, contre les limites de la fouille, pour décliner, 6 m vers l’est, à 162,13 m. Malheureusement, l’installation de puissants escaliers au début du XVIIe siècle a effacé toute jonction avec le cours d’eau. Une forêt de pieux vient stabiliser le talus de la berge pour faciliter l’accostage. Cette ouverture de la trame urbaine, entre deux îlots d’habitations distants d’une quinzaine de mètres, illustre la réalité d’une aire de déchargement et cautionne la naissance du port médiéval. Les archives consultées ne mentionnent pas précisément ce port39. Dans le manuscrit le plus ancien, daté de 1388, le terme employé désigne indifféremment le port et le quartier immédiatement environnant. Il faudra attendre le début du XIVe siècle, pour que cette distinction soit bien notée40. Objet de nombreuses variantes lexicales (Sablé, Sablis, Sabliz, Sablet…), le terme sablicum renvoie sans doute à quelque activité liée au bâtiment.

7.2 Première étape de l’urbanisation

38Quoique les nombreuses modifications qui interrompent les relations entre les maçonneries restituent un plan très partiel de l’occupation du sol, il apparaît que l’ensemble du bord de Saône exploré lors de la fouille est touché par une opération d’urbanisme ambitieuse (fig. 16). Sur l’ensemble de la surface explorée, une trame se détache à la lecture des constructions érigées à cette époque. Elle donne une physionomie urbaine au secteur avec une orientation et des axes forts qui s’adaptent à la topographie du bord de rivière. Plusieurs maisons, au nord, prennent désormais appui sur le grand mur de berge construit au siècle précédent. Celui-ci est conforté à l’aide de sections de maçonneries qui s’appuient sur sa façade orientale (M 1151, M 1177 et M 1194). Les contreforts sont aménagés après un épisode de crue qui pénètre sur la rive à l'arrière des murs. Les dépôts, qui épaississent le talus de la berge, montrent la succession et la variété des rejets à la rivière, par des riverains désormais plus nombreux. Les maçonneries M 1087, M 1086, M 1216 et M 1210 donnent directement sur la rivière. M 1209 borde l’habitat sur l’esplanade du port Sablet.

Fig. 16. Plan des vestiges de la fin du XIIIe au début du XIVe siècle (doc. Inrap).

  • 41  Leur étude a été amorcée par Magali Rolland (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).
  • 42  La bulle pontificale en plomb du pape Innocent IV (1243-1254) est dans un parfait état de conserva (...)

39L’analyse de ces déchets domestiques est riche d'enseignements sur la vie matérielle d'un quartier de Lyon à la fin du Moyen Âge. Le répertoire de la vaisselle du XIIIe siècle, assez limité puisque les céramiques communes grises et rouges glaçurées occupent la majorité du répertoire, tend à se diversifier progressivement dans le courant du XIVe siècle. Les fouilles du Parc Saint-Georges ont permis de confirmer la présence de céramiques importées dans les contextes médiévaux lyonnais (Proche-Orient, faïences du sud de la France, etc.). L’origine provençale ou languedocienne de quelques tessons de faïence ne soulève aucun doute. Ces productions se trouvent désormais fréquemment dans les contextes du XIVe siècle à Lyon (fig. 17). Les objets métalliques illustrent également de façon très concrète les activités diverses des riverains de la Saône : armes blanches (épées, dagues), vaisselle en étain, bronze ou cuivre (pichets, assiettes, écuelles, taste-vin, bassine, cuillères…), habillement et parure (boucles de ceinture ou chaussures, bijoux…), outils divers (serpes, serpette, truelles de maçon, couteaux, clés, dés à coudre…) et l’équipement de la maison avec des lampes à huile. Les activités liées à la rivière sont évoquées fréquemment par les nombreuses gaffes ou arpis, objets destinés à l’accostage des bateaux. L’exploration archéologique a également permis la découverte de nombreux objets en matière organique dont la conservation a été favorisée par l’humidité des sédiments. C’est le cas des ustensiles en bois qui évoquent le répertoire domestique avec en particulier la vaisselle (écuelles, assiettes, cuillers, louches...) ou des objets divers (bobines, pyxides, seaux…). Les nombreux fragments de cuir appartiennent pour leur majorité à des chaussures et permettent d’effectuer des observations sur leur évolution41. La datation est confortée par la présence de monnaies et celle d’une bulle pontificale qui date ce lot de la deuxième moitié du XIIIe siècle42.

Fig. 17. Ensemble de céramiques du XIVe siècle (doc. Inrap).

40La rue des Prêtres est à présent bien délimitée par une succession de murs (M 1159, M 1172, M 1204 et M 1211) construits en blocs de granite et de pierre dorée. Contre la limite nord-ouest du chantier, un fragment de maçonnerie, M 1289, d’orientation SE/NO, est très dégradé par la construction de la paroi moulée. La superposition du cadastre napoléonien au plan des vestiges de cette période permet de confondre ce mur avec celui de la façade orientale de l’îlot voisin qui borne à l’ouest la rue des Prêtres. Ces deux tracés déterminent sa largeur, estimée à 4,20 m.

7.3 Les étuves du Sabliz

  • 43  AML CC 1.
  • 44  AML CC 2.
  • 45  AML CC 5 et CC 31.
  • 46  AML CC 38.

41Connues par les textes d’archives, elles n’ont pu être observées que fort partiellement sous la forme d’une structure de combustion (M 829) très endommagée en bordure méridionale de l’esplanade du port. Elle est constituée d’une sole en carreaux de terre cuite (altitude 163,74 m) sur laquelle repose un alignement de quatre pilettes de carreaux mal conservées. Un radier d’installation (Us 898), peu épais (cote inférieure à 163,38 m), repose sur un niveau de « terres noires » contenant un mobilier de la seconde moitié du XIIIe siècle (fig. 18). L’étuve à hypocauste a subi une réfection visible qui relie, par un conglomérat de mortier, les pilettes entre elles. Si la superficie de la sole reste malheureusement inconnue, les restes d’un foyer (Us 866, cotant à 164,03 m), à l’ouest, permettent d’estimer l’extension minimum de la chambre de chauffe à 5,50 m. L’arasement de ces structures et des murs qui limitent cette chambre de combustion, à la cote 164,10 m environ, n’a pas permis de conserver les conduites verticales qui contribuent à la circulation de l’air chaud dans les parois. L’extension des étuves n’est pas connue précisément. Les données extraites des archives autorisent à associer cette parcelle, dont la fonction semble bien déterminée, à la parcelle mitoyenne, au sud, auxquelles les informations livrées par la fouille ne permettent pas d’attribuer un usage spécifique. Les textes d’archives mentionnent l’existence d’étuves ou bains publics situés dans deux maisons (11ème et 12ème parcelles) à l’angle sud du port Sablet sous l’appellation des « estuves du Sabliz ». En 1388, deux ou trois maisons hautes et basses situées au Sablet sont décrites comme « esquelz sont les estues »43. En 1406, il s'agit de maisons où sont les « estues du Sabliz »44. À l'extrême fin du XVe siècle, 1493 plus précisément, et au début du XVIe siècle, ces bains sont encore mentionnés sous le nom « d'estuves de Saint-Georges » ou « Étuves de Saint-Georges »45. Enfin peu après le premier quart du XVIe siècle, la 11ème maison est citée comme étant celle « où furent les étuves »46. Il reste à souligner que les proportions relativement importantes de cet établissement (10 m x 6 m) attestent qu’il était destiné au public.

Fig. 18. Coupe des étuves (doc. Inrap).

8. Une activité liée à la rivière (XVe siècle-XVIe siècle)

8.1 L’agrandissement du port Sablet

42L’aspect architectural du port à cette époque reste difficile à cerner en raison des profonds remaniements occasionnés par sa reconstruction monumentale peu après le début du XVIIe siècle. Parallèlement, les archives demeurent silencieuses au sujet du port Sablet au cours de cette période. Le Plan Scénographique de la ville de Lyon, dressé au milieu du XVIe siècle, prend le relais des données de terrain lacunaires pour restituer l’aspect du port (fig. 19). Ce document offre en effet l’image d’une grève en pente, prolongée par une place décorée d’une croix, qui porte l’appellation de « Croix du Sablet », et d’un dispositif d’attaches pour les barques des pêcheurs et des mariniers du quartier. Le tout est ceinturé par deux îlots d’habitations serrées. Ce schéma bien modeste, adapté à un espace avant tout fonctionnel, concorde avec ce que la fouille a mis au jour. Le niveau de circulation du bas Moyen Âge est rehaussé. Il présente un pendage assez prononcé de l’ouest, à 163,68 m, vers l’est, à 162,02 m. Une croix, dont seul le socle constitué de blocs de calcaire de taille moyenne partiellement équarris a été retrouvé, est édifiée au centre de la nouvelle esplanade du port. Sa cote d’arasement atteint 163,55 m et sa base de fondation descend à 161,73 m.

Fig. 19. Détail du Plan Scénographique de Lyon, dressé au milieu du XVIe siècle (Archives municipales de Lyon).

8.2 Le bâti s’intensifie

  • 47  Jean Pointet est un érudit qui s’est consacré à l’histoire des maisons de la ville de Lyon. Son ét (...)
  • 48  ADR 1G-233.
  • 49  AML CC 31.
  • 50  AML CC 5.
  • 51  AML CC 47 1 et 2.

43On assiste à une régularisation du contour des deux îlots d’habitations qui se densifient, de façon compacte, autour du port Sablet (fig. 20). Les habitations sont à présent nettement individualisées. Le mode de désignation des parcelles fixé par J. Pointet (parcelles 121, 123 à 125, 128, 128bis et 129 au nord de l’esplanade du port Sablet – parcelles 133 à 137 au sud de celle-ci) n’a pu s’appliquer aux espaces individualisés par la fouille47. Cela a nécessité l’utilisation d’une numérotation interne qui peut permettre de suivre la description des maçonneries structurant les habitations : maison 1 au nord du site à maison 16 à l’extrémité sud. L’étroitesse de la bande laissée libre entre la rue des Prêtres, nouvellement ouverte, à l’ouest, et la Saône, à l’est, ne permet pas le déploiement des éléments constituants de la parcelle lyonnaise traditionnelle où une maison, à un ou deux corps, est associée à une cour ou un jardin (Arlaud dir., 2000, p. 268). On s’apercevra qu’une légère distorsion existe entre le bâti « pied dans l’eau » que nous renvoie le Plan Scénographique, et l’existence d’un quai le long des bâtiments, au nord (en avant du mur de façade des 2ème et 3ème maisons), retrouvé par la fouille (M 590 - M 592). Ce quai est élaboré à l’aide de grandes dalles en calcaire à gryphées qui reposent sur des pieux en bois noyés dans une chape en mortier très compact. Ces dalles se trouvent à l’altitude 161,30 m. Les archives mentionnent l’existence de pêcheurs, Jean Mercier, en date de 140348, et Jehan Teveney, en date de 151649, d’un vanneur, Alexandre Ferroul, en date de 149350, et d’un batelier, Léonard Merlin, en 158651, locataires de la 2ème maison, qui exercent une profession directement liée aux activités de la rivière. La 4ème maison est dotée d’un accès à la rivière constitué de quelques marches reposant sur une maçonnerie assez soignée, constituée de blocs taillés de dimensions importantes. À l’avant de la façade de la 5ème maison, la berge est aménagée : six dalles taillées concrétisent un quai. La fouille a démontré des modifications de l’agencement des parcelles en bordure septentrionale de l’esplanade du port. Les 9ème et 10ème maisons méridionales de l’îlot nord, construites aux XIIIe-XIVe siècles et encore en place au XVe siècle et au début du XVIe siècle, sont totalement détruites à la fin de ce siècle, entraînant un agrandissement de l’esplanade du port dont les limites ne bougeront plus jusqu’à sa fermeture, au milieu du XIXe siècle, lors de la création du quai Fulchiron. Les textes d’archives évoquent, en effet, à ce sujet, une extension de l’espace public au détriment de la construction privée. Des modifications intérieures touchent l’organisation des parcelles de ce côté-ci du port. À moins que les constructions plus récentes en aient totalement gommé l’existence, rien n’indique que leurs façades aient été pourvues d’un quai d’accostage.

Fig. 20. Plan des vestiges des XVe et XVIe siècles et numérotation des maisons (doc. Inrap).

44Le mobilier céramique issu de la fouille des dépotoirs de berge de la fin du XVIe siècle est abondant (3100 tessons). Il est très représentatif du vaisselier alors en utilisation à Lyon à l'orée de la période moderne. Il témoigne d'une grande diversité de formes et de produits qui résultent de profonds remaniements observés dans les contextes lyonnais dès le milieu du XVIe siècle. Les vaisselles culinaires en pâte grise déclinent au profit de produits à pâte rouge glaçurée de formats variés. Mais c'est surtout la vaisselle de table qui est majoritairement représentée par l'essor des produits à pâte calcaire engobée et décorée et par la diffusion de faïences locales ou originaires d'Italie (Montelupo, Faenza, Venise) et d'Espagne.

8.3 Les bateaux-viviers échoués dans le lit de la rivière

  • 52  Le tamisage d’une partie des sédiments de la berge a permis d’illustrer de façon assez inattendue (...)
  • 53  Archéolabs réf.ARC 04/R3206D.

45Le quartier est résolument tourné vers la rivière (pêche et échanges) ainsi que le certifient les nombreux objets retrouvés dans la berge de la Saône52 et les mentions de nombreux mariniers ou pêcheurs, demeurant le long du port, signalés dans les sources écrites. Mais c’est surtout la découverte de sept bateaux-viviers qui est déterminante pour illustrer l’activité portuaire. Dans un premier temps, six d’entre eux (épaves 9, 10, 11, 12, 13 et 16) ont glissé, en coulant, sur un remblaiement du talus de berge très sableux, à proximité du fond de la rivière qui se tient, pour cette époque, à 155 m d’altitude. Au centre de la fouille, en face de l’esplanade du port Sablet, les épaves 9, 10, 11 et 12 sont à proximité les unes des autres contre la paroi moulée orientale. L’épave 9 est orientée ouest-est. L’épave 10, légèrement plus au nord de la précédente, est orientée NO/SE entre 155,40 m et 155,70 m d’altitude au sud. L’épave 11, appuyée contre l’épave 10, est orientée légèrement NO/SE entre 155,30 m et 155 m. Enfin, l’épave 12 correspond à un fragment de pirogue retrouvé au contact de l’épave 10 et 11. Au nord, ont été dégagées les épaves 13 et 16. La première est orientée légèrement NO/SE, entre les altitudes 156 m et 155,30 m (fig. 21). La seconde orientée N/S est posée entre 155,60 m en amont et 155,10 m en aval. Les datations relatives fournies par la présence de formes céramiques figurant sur le marché lyonnais dès la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle ont été corroborées par le résultat des analyses dendrochronologiques effectuées sur les bateaux 11 et 13 (1499 environ) ainsi que 10 (proche de 1525)53.

Fig. 21. L’épave 13, barque-vivier (doc. Inrap).

46Plus au nord, l’épave 15 est orientée SO/NE, à l’inverse des précédentes. Elle repose entre 157,15 m d’altitude au sud et 156,20 m au nord. Elle est abandonnée sur des couches litées très sableuses renfermant un mobilier céramique abondant de la deuxième moitié du XVIe siècle. Les résultats de l’analyse dendrochronologique ont fixé une date proche de 1510. Il s’agit donc de l’embarcation-vivier du Parc Saint-Georges qui a navigué le plus tardivement sur la Saône, mais aussi le plus longtemps : une quarantaine d’années au minimum. Un jeton de Nuremberg (type au globe crucigère, lis et couronnelles alternés), dont la frappe fut massive aux alentours du milieu et de la seconde moitié du XVIe siècle, vient confirmer cette chronologie : il a été retrouvé sur le bois de l’épave 15.

  • 54  Certains d’entre eux sont représentés sur le Plan Scénographique, à la hauteur du port de Saint-Vi (...)

47Les bateaux-viviers du Parc Saint-Georges constituent un échantillon unique et diversifié bien représentatif de ces embarcations spécialisées, jusqu’alors peu attestées en contexte archéologique. Ils sont ici caractérisés par un compartiment central perforé sur la sole et les bordés qui permet à l’eau de s’infiltrer. De part et d’autre de ce caisson percé, deux compartiments étanches assurent la flottabilité de l’embarcation. Comme en témoigne l’épave 16, le compartiment vivier est fermé par un couvercle dans lequel est ménagé une trappe pour sortir le poisson. Ils servent au transport de poisson frais et à sa conservation afin d’être vendu sur des marchés flottants54.

9. La façade sur rive à l’époque moderne (XVIIe siècle-XVIIIe siècle)

48La rive va se parer d’une façade monumentale. Les vestiges retrouvés de place en place témoignent de l’ampleur des travaux liés à ces nouvelles constructions. Ils illustrent le soin apporté à l’aménagement des bords de Saône qui procède de l’architecture d’immeubles privés « pieds dans l’eau » ayant colonisé la berge autour du port Sablet à la fin de l’époque. Des accès à la rivière, constitués par d’importants massifs maçonnés, desservent les façades qui bordent la Saône. Des consoles de pierre témoignent de l’existence de balcons qui ornent les façades. La fouille a démontré l’existence d’un état de la rive constitué d’un quai construit en dalles de pierres de taille de dimensions parfois imposantes sur fondations de pieux en bois. Ce quai dessert un alignement de façade que cachent les aménagements les plus récents. L’ensemble de structures mises au jour alimente d’ores et déjà la connaissance de l’urbanisme de la cité lyonnaise à l’époque moderne : ces édifices de bord de Saône ont contribué à la scénographie des façades urbaines et attestent la puissance des moyens mis en œuvre.

9.1 Le port Sablet

  • 55  L’analyse des sabots de pieux de fondation a été réalisée par Marc Guyon.
  • 56  AML DD 100, FO 334-335.
  • 57  AML 701-764.

49Une importante phase de travaux est engagée vers le milieu du XVIIe siècle. Elle consiste en l’édification d’un escalier monumental de dix marches de dalles de calcaire à gryphées, gris à bleuté, rectangulaires, jointes parfois à l’aide d’un mortier ou simplement à la terre (fig. 22 et 23). Quatre files de pieux armés, à leur pointe, par des sabots métalliques constituent la fondation de l’ouvrage. Les files extérieures sont solidarisées par des barres de maintien ceinturant le sommet de chacun des pieux55. Un alignement de poteaux en bois longe l’aménagement. Ils ont été sans doute utilisés pour l’amarrage des bateaux, lors des eaux basses, mais aussi pour éviter l’enfoncement des fondations en milieu humide. Cet escalier, dont chaque élément constitutif comporte une marque lapidaire gravée sur la face verticale, facilite le déchargement et l’accès aux embarcations. Il se déploie, à présent, sur une longueur d’environ 33 m. Une esplanade de gros galets de rivière s’étend sur toute la longueur de l’escalier. Ce niveau de circulation présente une légère déclivité de 163,80 m au contact de la marche haute à 164,35 m à la jonction avec la place du port Sablet. Il est fort probable que ce niveau ait perduré, jusqu’au recouvrement du port au milieu du XIXe siècle, à en juger par les nombreuses réparations qu’il a subies. Les travaux entrepris au port Sablet ne sont guère mieux documentés dans les archives que ceux de la période précédente. Si une campagne de pose de pilotis est bien commanditée par la ville, à partir de 1661, rien ne permet de la situer précisément au niveau du quartier Saint Georges puisqu’elle concerne les berges du Rhône et de la Saône sans précision du lieu ni du type d’ouvrage à réaliser56. De même, si une réparation des degrés du port Sablet est perceptible à plusieurs endroits, rien ne permet de la rapprocher du vaste chantier de restauration des berges et des ports de la Saône ouvert suite à la crue de 1711, puisque ces travaux sont malheureusement attribués à un entrepreneur adjudicataire57.

Fig. 22. G. Les marches du Port Sablet et la façade des maisons « pieds dans l’eau » (doc. Inrap).

Fig. 23. D. Plan des vestiges des XVIIe et XVIIIe siècles (doc. Inrap).

9.2 Les maisons et la rivière

50Outre des interventions complexes, liées à la mise en service de lieux d’aisance, à l’évacuation des eaux usées et au creusement de caves, qui affectent l’intérieur des maisons, plusieurs éléments confirment l’extension de l’habitat et de ses accès sur la rivière (fig. 23). La façade sur Saône de la 2ème maison (M 290) est avancée de deux mètres et gagne sur le quai préexistant qui lui sert de fondations renforcées par M 549 et M 550. Un escalier M 266, desservant la 4ème maison, repose sur ce même quai. De même pour la 5ème maison, le quai antérieur est recouvert par un escalier M 269. Le long de la façade occidentale, une portion de la rue des Prêtres a pu être reconnue à 165,30 m. La présence d’une section de mur de façade confirme que la largeur de cette rue n’a pas évolué depuis sa création à la fin du Moyen Âge. L’angle nord-est de l’esplanade du port Sablet est modifié. M 1050 est édifié en grand appareil constitué de blocs dont certains de remplois en calcaire blanc. Mais c’est surtout la topographie du bâti de l’îlot au sud du port qui est modifiée au cours du XVIIIe siècle. Le parti pris monumental utilise de larges blocs en calcaire gris blanc alternant avec des blocs plus petits en pierre dorée, ce qui s’accorde avec le développement des degrés du port. À la fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle, un quai privé, d’une largeur moyenne de 2,50 m, longe les maisons 11 à 14 (M 452/453). Il est réalisé à l’aide de grands blocs parallélépipédiques superposés sur deux niveaux d’une hauteur totale de 1,10 m. Des pieux en bois soutiennent un platelage qui sera recouvert, peu après, quand il servira de fondation au puissant escalier d’accès à la rivière. Il est composé de d’une volée de neuf marches et se met en place dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, parallèlement à l’avancée des façades des maisons 11 à 14 (M 184 et M 185).

  • 58  L’ensemble de tous les lots céramiques d’époque moderne et post-révolutionnaire (soit près d’une c (...)

51La rive droite de la Saône est restée très dynamique au cours de la période moderne. Les premiers résultats permettent de caractériser un débit accru de la rivière dès le XVIIe siècle au moins, avec des séquences d’érosion latérale, notamment, et des séquences de remblaiement caillouteux ou sableux. Cette contrainte affirmée de la rivière sur sa rive droite pourrait s’inscrire dans la crise climatique du petit âge glaciaire (Bravard, 1993). Les constructions qui occupent la berge à l’époque moderne ont permis de contenir les débordements du cours d’eau, même si parfois de fortes inondations peuvent envahir les habitations. La rivière apparaît à cette époque comme un facteur d’assainissement de la ville. La berge est un véritable dépotoir que parfois le maigre volume de la Saône a du mal à nettoyer. D’épaisses couches constituées de matériaux divers se succèdent, entrecoupées d’épisodes naturels liés à la rivière. La masse d’objets archéologiques, dont le détail ne peut être énoncé ici, constitue un excellent révélateur de la culture matérielle du quartier à cette époque. Les lots du XVIIe siècle, qui ont fourni près de 10 000 tessons, présentent une très grande diversité de types de production58. L’approvisionnement en céramique culinaire s’effectue depuis la proche région, en particulier la Bresse, le Val de Saône, ou encore depuis la vallée du Rhône ou les régions plus méridionales, comme Biot ou Vallauris. Le service vert bressan de Meillonnas représente un bon marqueur chronologique par comparaison aux pourcentages de présence sur les autres sites lyonnais. Celui-ci est de plus en plus nombreux aux approches du XVIIe siècle. Les céramiques à pâte calcaire engobée (décorée ou non) vont profiter de cette raréfaction pour s’imposer dans le vaisselier lyonnais. Elles totalisent ici près de 61 % de l’ensemble. Quelques éléments ponctuels évoquent des origines plus éloignées comme les ateliers ottomans d’Iznik ou la Chine.

52Avec près de 20 000 tessons enregistrés, les lots du XVIIIe siècle constituent, d’ores et déjà, un ensemble majeur dans les contextes de dépotoir lyonnais, d’autant qu’une évaluation rapide du mobilier non inventorié, pour des raisons évidentes de temps de traitement, s’élève à 50 000 tessons. Ils présentent une grande diversité de types de production (fig. 24). Ils sont caractérisés par l’accroissement des faïences d’origines diverses, qu’elles soient locales ou importées comme les productions de Delft. Cet essor n'altère en rien cependant la représentation des produits à pâte calcaire engobée qui sont toujours majoritaires et qui s'affirment désormais dans un répertoire varié. Des produits issus des rivages de la Méditerranée peuvent être signalés, par exemple les céramiques à taches brunes d'Albisola.

Fig. 24. Ensemble de céramiques de la deuxième moitié du XVIIIe siècle (doc. MGR de Lyon-Fourvière).

53La verrerie est illustrée par des objets destinés soit à la consommation (verres à boire) ou au stockage (bouteilles à vin). L’abondance et la qualité de conservation des ustensiles domestiques en métal livrent d’ores et déjà des renseignements sur la vie quotidienne du quartier, complémentaires de ceux fournis par la céramique et le verre. Il s’agit d’ustensiles de table ou de cuisine (fourchettes, cuillers, couteaux, assiettes, plats, gobelets), pour la toilette (plat à barbe), ou encore de pièces d’éclairage (bougeoirs, lustre, lampes). Les accessoires vestimentaires (épingles, boucles, boutons), des éléments de parure (broches, pendentifs, bagues) ou religieux (médailles, chapelets) sont largement représentés. Plusieurs activités artisanales sont attestées : le textile (forces, ciseaux et aiguilles), la boucherie (couteaux, hachoirs et crochets) et la pêche (hameçons, nasse, lests de filets). Les gaffes sont liées à la navigation. Enfin, de nombreux outils permettent d’appréhender des activités très diverses : pelles, marteaux, faucilles, serpes… Les armes sont également illustrées par des dagues, un fleuret, des pierres à fusil et des carreaux d’arbalète. Le métal apparaît majoritaire, mais des objets en os (fragments d’éventails, boutons…) et en pierre (pierre à aiguiser…) sont également présents. Le bois permet d’évoquer des activités artisanales comme le textile (quenouilles, bobines). Le cuir est assez abondant. Il est surtout représenté par de très nombreux fragments de chaussures.

54Dans ce contexte d’intense activité portuaire, la découverte d’un bateau de rivière, à l’extrémité nord de la fouille, en face d’un quai d’accostage, était prévisible.

9.3 L’épave 1

  • 59  L’identification des mousses a été réalisée par Gilles Bailly, Phytolab, Dampierre.
  • 60  Archeolabs ARC 03/R3016D.
  • 61  Depuis la parution, en 2003, de l’ouvrage La Couzonnaire de Saint-Georges, hommage à Prosper Mérim (...)

55La découverte de ce bateau de transport fluvial, orienté NO/SE sur le tombant de la berge de la Saône, est un apport capital à la connaissance du savoir-faire des constructeurs de navigation intérieure à l’époque moderne qui, le plus souvent, tient de la tradition orale. Il s’agit d’un bateau assemblé, fusiforme, à fond plat, aux flancs évasés assez peu élevés. Il se présente la proue dans le sens du courant. Ses dimensions conservées atteignent une longueur de 12 m et une largeur de 3 m. L’assemblage des planches de fonçure, courbes et renforts horizontaux est de type mixte, chevilles de bois et clous en fer. Le calfatage a été réalisé de manière traditionnelle, à l’aide de mousse végétale recouverte de baguettes fendues maintenues par des agrafes métalliques en forme de cœur appelées « happes »59. L’état général de l’embarcation, sans réparation majeure, laisse penser que la raison du naufrage est due à une dislocation de la sole au départ de la poupe, effectivement absente de l’épave. Les dimensions de ce bateau évoquent celle des « bâches » de dragage ou des « bêches » de pêche en usage jusqu’au début du XXe siècle. Cependant, l’importance des renforts horizontaux placés sur la fonçure peut indiquer le transport de matériaux particulièrement lourds, sans doute des pierres de taille. Le mobilier céramique et les indices monétaires contenus dans les couches de comblement de cette épave lui accordent une chronologie fixée à la première moitié du XVIIIe siècle. Mais l’apport des analyses dendrochronologiques a permis d’affiner cette datation au milieu du règne de Louis XV, au cours des années 1745 à 1750, date d’abattage du bois60. L’épave 1 peut être une lointaine parente de la « courte », elle-même héritière de la « sapine », bateau traditionnel de la Saône, offrant une grande capacité de charge pour le transport de personnes61.

10. La restructuration d’un quartier (début XIXe siècle-XXe siècle)

56Le bâti ne subit pas de profonds remaniements au cours de la première moitié du XIXe siècle. Les vestiges archéologiques les plus explicites pour la période récente sont les ouvrages enterrés imposés par les travaux d’assainissement. Un collecteur est mis en place. Un réseau de dalots rejoint le conduit principal. Il semble qu'à cette période, les marches monumentales ne soient plus vraiment entretenues comme en témoignent leur état de conservation au niveau supérieur et la présence de remblais, antérieurs à la construction du quai Fulchiron, recouvrant les premiers degrés menant à la rivière.

  • 62  Une plaque au n° 9 de la place Benoît Crépu rappelle ces tristes évènements.

57Au milieu du XIXe siècle, le vaste programme de construction d’une ligne de quais le long de la rive droite de la Saône provoque la destruction des maisons mal bâties et malsaines qui la bordent à Saint-Georges. Quoique retardée par les inondations catastrophiques de 1840 et 1856 qui ravagèrent tous les quartiers fluviaux62, cette restructuration des quais modifie la physionomie urbaine et condamne les ports, dont le port Sablet. La régénération du quartier, causée par ces travaux, entraîne la création du quai Fulchiron et de la place Benoît Crépu qui succède à la place du port Sablet en 1894. La rue des Prêtres est réduite et prend l’appellation de rue Monseigneur Lavarenne.

58La conversion progressive en espace public intervient à partir du milieu XIXe. Peu à peu, la place Benoît Crépu prend de l’ampleur au détriment des maisons vétustes qui sont peu à peu abattues : les dernières démolitions d’immeubles de bord de Saône datent du tout début du XXe siècle. La création d’un parc de stationnement souterrain de l’importance de celui de Saint-Georges, dernier épisode de l’histoire du site, participe à la revalorisation globale du quartier dans un projet d’aménagement urbain.

Conclusion

59La fouille du Parc Saint-Georges a permis de constituer une documentation d’une grande richesse, tant par la couverture chronologique d’une occupation presque bi-millénaire que par la complémentarité des domaines abordés (archéologie, géomorphologie, archives, analyses environnementales, épigraphie, architecture, batellerie…) sur un milieu humide et instable, à stratification complexe, une berge de Saône (fig. 25). L’obtention d’un ensemble historique cohérent, qui éclaire de façon déterminante la topographie urbaine de ce secteur de la ville de Lyon, demeure l’un des acquis fondamentaux de cette opération d’archéologie préventive d’envergure. Les résultats de cette intervention permettent de dégager l’organisation et l’utilisation d’une section de façade fluviale depuis l’Antiquité. Ils fournissent un repère topographique nouveau pour l’histoire de la ville de Lyon dans un secteur qui subit de profondes restructurations au XIXe siècle. La rive droite de la Saône a connu bien des vicissitudes en raison de conditions imposées par le milieu naturel. Pour la fin de la période protohistorique, les analyses paléo-botaniques ont permis de détecter un paysage semi-ouvert où s’insèrent des espaces cultivés (céréales) et dégagés (champs et prairies) dans des zones circonscrites de bois et de taillis. Mais ce paysage n’est pas celui d’un terroir agricole organisé de façon durable. L’installation humaine sur ce territoire n’est pas encore fixée. Malgré leur marge d’incertitude, il demeure que ces premiers résultats, à développer, constituent un indicateur précieux sur les formations végétales dominant le paysage au moment du début de la colonisation des rives de la Saône. La fouille a particulièrement bien mis en lumière les grands changements de la topographie naturelle du secteur, zone attractive soumise aux contraintes hydrologiques. Les résultats de l’intervention ont permis de suivre l’évolution du tracé de la Saône. Cette topographie est propice à une installation portuaire qui se développe à partir du milieu du IIe siècle ap. J.-C. Des colmatages progressifs sont organisés pour gagner de nouveaux espaces constructibles, parfois occasionnellement dévastés par des réveils brutaux de la rivière en périodes de crue. À partir du IIIe siècle, le gain de nouveaux espaces dans la ville basse se fait au prix de travaux très importants. L’activité portuaire, témoin de la vitalité du commerce lyonnais, se poursuit jusqu’au milieu du IVe siècle.

Fig. 25. Coupe stratigraphique cumulative au sud du chantier (doc. Inrap).

60Reconnaissons que, hormis une bien précaire installation dans le nord du site, datée de la fin du Ier siècle, la fouille n’a mis au jour aucune trace d’aménagement portuaire proprement dit, ce qui implique une localisation au-delà des limites du chantier. On ignore donc tout de son insertion dans la trame urbaine antique et les résultats de la fouille mitoyenne de l’Îlot Clément V ne fournissent aucune donnée qui puisse étayer le dossier de la localisation du port, d’un ou de quais pour réceptionner les marchandises diverses. L’exhaussement réalisé au cours du IIe siècle ne paraît pas recevoir une installation fixe. Seul un petit édifice, régulièrement inondé, illustre une occupation pérenne au IIIe siècle. Rien n’évoque une quelconque utilisation de la berge liée au trafic fluvial et les dispositions de l’imposant bâtiment élevé au cours de l’Antiquité tardive orientent sa fonction vers une activité artisanale spécifique.

61En l’absence d’ouvrages rectilignes permettant l’accostage de plusieurs navires ou le stationnement des navires en attente, en ravitaillement ou en réparation, ou d’aire de déchargement pour permettre la manutention des marchandises, un doute plane. Ne faudrait-il pas parler plutôt de station fluviale que de port fluvial ? Si aucun élément construit n’intervient pour isoler une aire de déchargement qui facilite l’accostage de bateaux de fort tonnage et de leur cargaison, le débouché de la Saône primitive en retrait du flux principal de la rivière, puis la configuration naturelle concave, en forme d’anse, inscrite dans la berge de la nouvelle Saône, constituent une topographie propice à un lieu de débarquement.

62La découverte des six épaves antiques de Saint-Georges en fait la concentration la plus importante pour la moyenne vallée du Rhône et la basse vallée de la Saône. Un certain nombre de caractéristiques significatives observées sur ces bateaux fluviaux témoignent de l’influence maritime méditerranéenne (assemblage des virures de la sole par des clous en fer forgé, étanchéité à base de bourrelets de tissu poissé, réparations par recouvrement de plaques de plomb). Ces signatures architecturales laissent croire qu’il existe une construction propre à la vallée du Rhône, de tradition « romano-celtique » ou « gallo-romaine », qui s’est maintenue avec des variantes, mais sans rupture technique, bien au-delà de l’époque.

63L’Antiquité tardive offre une image contrastée : l’activité commerciale liée à la rivière cesse et le port fluvial est peu à peu abandonné, tandis qu’un certain dynamisme émerge de constructions monumentales qui isolent la ville de la rivière. La quasi-absence de mobilier céramique ne permet pas d’estimer si ces constructions monumentales sont contemporaines de la période d’abandon du port. Il n’est pas exclu qu’une crue importante, en érodant fortement la berge, ait fait disparaître une documentation essentielle pour aborder la question de la chronologie de ces maçonneries. L’emplacement au centre de la fouille reste vierge de toute construction, ce qui laisse envisager le maintien d’un lieu d’accostage.

64La période du haut Moyen Âge souffre de témoignages lacunaires sur la présence humaine. Puis, à partir du XIe siècle, nous assistons au passage d’une zone rurale à une urbanisation progressive. L’évolution de cet espace n’est pas simple. La construction d’un grand bâtiment assez énigmatique, dont rien ne précise la vocation publique ou privée, indique la réappropriation de l’espace par la ville qui va peu à peu se développer en englobant ce noyau primitif. Cependant, il n’a pas été possible de déterminer si son orientation est liée aux contraintes de la configuration du terrain ou si elle s’insère dans une trame urbaine préexistante, plus ou moins conditionnée par les centres religieux anciens : quartier canonial et église Saint-Georges.

65À partir du Moyen Âge central, l’alluvionnement naturel de la berge et les apports de sédiments fortement anthropiques augmentent peu à peu la surface habitable. Cette occupation se fait selon un rythme assez progressif qui traduit une pression urbaine modérée. Le quartier Saint-Georges restera, en effet, longtemps à l’écart de la cité ecclésiastique de Saint-Jean, qui a joué un rôle déterminant dans la vie religieuse et politique de la ville. L’urbanisation de la berge se prolonge jusqu’au XVIe siècle, date à partir de laquelle le parcellaire est fixé autour de la place du port Sablet. La confrontation des données d’archives et, dans une moindre mesure, des sources iconographiques, avec les vestiges de la période la plus récente de l’occupation du site (XVIIe-début XIXe siècle), a permis d’établir ou de confirmer la chronologie et l’agencement des constructions identifiées au cours de la fouille, mais aussi d’apporter aux habitations leur contexte social.

66L’impression qui se dégage de l’analyse du parcellaire reste celle d’une organisation conditionnée, dès sa mise en place, par la topographie. La fouille du Parc Saint-Georges a révélé un cas d’influence de la topographie particulière des lieux : la trame urbaine se développe en éventail, de part et d’autre de l’esplanade du port, ce qui impose aux parcelles l’adoption d’une forme trapézoïdale ou irrégulière, de laquelle se dégage cependant la simplicité de l’agencement dépourvu de dépendances (jardins). Ce parti pris urbanistique traduit l’étroite adéquation entre le bâti et le terrain. Mais, peu à peu, les modifications intervenues dans les îlots tendent à régulariser la berge par rapport au cours d’eau. L’installation du puissant dispositif d’escaliers au début du XVIIe siècle vient aligner le port Sablet sur ce nouvel axe et gomme, du moins dans la trame urbaine, le souvenir de l’origine de sa création. L’organisation progressive et régulière du tissu urbain tend donc à atténuer, sinon à faire disparaître, la courbe naturelle de ce secteur de la rive droite de la Saône.

67Les reprises incessantes à l’intérieur des maisons témoignent du vieillissement de l’habitat, ce qui va dans le sens d’une paupérisation du quartier au cours de la fin de la période moderne (fin XVIIIe siècle-début XIXe siècle). La fermeture du port Sablet et la création du quai Fulchiron, au milieu du XIXe siècle, modifient considérablement la physionomie du secteur en provoquant la destruction des maisons mal bâties et malsaines qui bordaient la rivière. Hormis un réseau d’assainissement reliant le collecteur principal dans le courant du XXe siècle, la construction du parc de stationnement souterrain est la dernière empreinte de l’intervention humaine dans le sous-sol de la place Benoît Crépu à l’aube du XXIe siècle.

  • 63  La diffusion des résultats de la fouille du Parc Saint-Georges a été amorcée lors du colloque inte (...)
  • 64  Les objets usuels antiques ont fourni la matière d’un sujet en Master 1 : Marie Gagniol, « Les obj (...)
  • 65  À ces deux titres, il convient d’ajouter Monnoyeur-Roussel et alii,1992, rapport de fouille préven (...)

68Le sous-sol de la place Benoît Crépu s’avère un exceptionnel champ de recherches archéologiques qui permet de suivre l’évolution d’une berge de rivière sur une très longue durée depuis la mise en place de son cadre naturel jusqu’à sa complète insertion dans la trame urbaine lyonnaise. L’étude archéologique de la fouille du Parc Saint-Georges se situe à la croisée de plusieurs secteurs de la recherche archéologique (la ville, les éléments de culture matérielle de l’Antiquité à nos jours, l’architecture navale…) et de nombreux spécialistes sont intervenus pour analyser, sous différents angles, ce bord de Saône. Le bilan préliminaire présenté dans les lignes qui précèdent, loin d’épuiser tous les renseignements que le matériel documentaire peut apporter, offre un tour d’horizon des résultats et constitue une pierre d’attente à la publication d’une étude diachronique et pluridisciplinaire sur le Parc Saint-Georges. Quoique déjà bien engagée lors de la mise en ordre de la documentation rassemblée dans le rapport final de l’opération, remis à la fin de l’année 2005, la restitution des informations livrées par cette grande fouille urbaine, où la sédimentation est continue sur plusieurs siècles, exige encore de nombreuses années d’efforts et de recherches63. L’intégralité des vestiges découverts et des procédures d’analyses doit être impérativement disponible. Les perspectives scientifiques, que l’ampleur du mobilier archéologique recueilli et la documentation enregistrée ne sauront manquer de susciter, sont loin d’être négligeables : travaux personnels poursuivis dans le cadre d’articles spécialisés - dont celui de T. Silvino sur le mobilier céramique de l’Antiquité tardive intégré à ce volume constitue un bon exemple - recherches universitaires déjà en cours ou en projet, colloques ou monographie de site64. À la lumière de ces prochains travaux, on portera un regard plus objectif sur la rive droite de la Saône, dont la valeur archéologique, qui n’est pas mince, se mesure déjà à travers des comptes-rendus de fouilles préalables à des travaux d’aménagements urbains (Villedieu 1990 ; Arlaud et alii, 1994)65. Mais, à ce jour, la richesse de la documentation et la diversité des thématiques abordées par la fouille du Parc Saint-Georges participent de manière déterminante à l’étude du patrimoine archéologique lyonnais.

69Remerciements
Le présent article se fonde sur les études réalisées par l’équipe pluridisciplinaire du Parc Saint-Georges dont les membres ont contribué, avec patience et ténacité, à dresser une image, à la fois précise et nuancée, de l’occupation d’un bord de Saône. Je reconnais la part que la rédaction de cet article doit à chacun et leur adresse toute ma reconnaissance. Faute de pouvoir les citer nommément dans le cadre étroit de cette note, chaque collaborateur sera mentionné à l’évocation de la spécialité dont il a assuré l’étude. J’adresse mes remerciements à Alban Horry, Tony Silvino et Agnès Vérot-Bourrely, qui ont été les collaborateurs privilégiés de cette opération de fouille archéologique préventive. Mes remerciements s’adressent aussi à Élise Boucharlat (Inspection de l’archéologie) pour la relecture du manuscrit. Infographie : Wojtek Widlak.

Haut de page

Bibliographie

Arlaud C. dir., 2000, Lyon, les dessous de la presqu'île (Bourse-République-Célestins-Terreaux) : sites Lyon parc auto, Lyon, S.R.A., 280 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 20).

Arlaud C., Burnouf J., Bravard J.-P., Lurol J.-M., Vérot-Bourrely A., 1994, Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’îlot Tramassac, Lyon, S.R.A. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 10).

Audin A., 1964, Essai sur la topographie de Lugdunum, Institut des Études Rhodaniennes de l’Université de Lyon, 3e édition (Mémoires et documents, 11).

Ayala G., 1997, Place Benoît Crépu (Lyon - Saint-Georges, 5ème arrondissement) : étude documentaire, D.R.A.C., S.R.A. Rhône-Alpes.

Ayala G., 2000, « Lyon Saint-Jean : évolution d’un mobilier céramique au cours de l’Antiquité tardive », R.A.E., t. 49-1998, p. 207-247.

Ayala G., Monin M., 1996, « Un nouveau site d’occupation de la transition du 1er au 2ème Âge du Fer en plaine alluviale de Vaise (Lyon 9ème) », R.A.E., t. 47, p. 47-66.

Ayala G., Plantevin C., Vérot-Bourrely A., 1998, Place Benoît Crépu (Lyon 5ème arrondissment), Rapport de sondages, AFAN, D.R.A.C., S.R.A. Rhône-Alpes.

Ayala G., Blaizot F., Horry A., Argant T., 2000, « Un habitat et des sépultures du haut Moyen Âge sur les pentes de La Croix Rousse à Lyon », Archéologie Médiévale, 33, p. 33-62.

Becker C., 2002, « Artisanat antique à Lyon », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. dir., Les artisans dans la ville antique, table ronde organisée par l'Institut d'archéologie et d'histoire de l'antiquité, Université de Lyon II, les 16-17 nov. 2000, Université Lumière-Lyon 2, p. 209-219 (Collection archéologie et histoire de l’Antiquité, 6).

Becker C., Monin M., 2001, « La Manutention n° 3 (découverte de juillet 2000) », in : Foy D., Nenna M.-D., Tout feu, tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Marseille, p. 47-49.

Bellon C., Perrin F., 1992, « Nouvelles découvertes de l’âge du Fer à Lyon-Vaise (Rhône) : le site de la rue du Docteur Horand », R.A.E., t. 43, p. 269-292.

Bérard F., 2005, « Julius Alexander, originaire de Carthage, artisan verrier à Lyon », in : Savay-Guerraz H. dir., Rencontres en Gaule Romaine, Gollion, p. 120-121.

Bérard F., 2006, « DVLCIVS MELLE : à propos de quelques épitaphes lyonnaises », in : Champeaux J., Chassignet M. dir., Aere perennius : en hommage à Hubert Zehnacker, Paris, Presses de l'Université de Paris Sorbonne, p. 23-38.

Bravard J.-P., 1993, « Des versants aux cours d'eau, les implications des fluctuations paléohydrologiques à l'époque médiévale », in : Colardelle M. dir., L'homme et la nature au Moyen Âge, Actes du Ve congrès international d'archéologie médiévale (Grenoble), Paris, éd. Errance, p. 171-179 (Coll. Archéologie Aujourd'hui).

Bravard J.-P., Vérot-Bourrely A., Franc O., 1997, « Paléodynamique du site fluvial de Lyon depuis le Tardiglaciaire », in : Dynamique du paysage, Lyon, S.R.A., p. 177-201 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15).

Brun J.-P., 2005, Archéologie du vin et de l’huile en Gaule romaine, Paris, éd. Errance.

Cécillon C., à paraître, « Découverte de deux monnaies en or du XVIe siècle à Lyon sur le site du Parc Saint-Georges », Bull. de la société française de numismatique.

Darblade-Audouin M.-P., 2006, Nouvel Espérandieu : recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule. Tome II : Lyon, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, XLIX-213 p.

Desbat A., 2004, « Le commerce des vins à Lugdunum », in : Brun J.-P., Poux M., Tchernia A., Le vin : nectar des dieux, génie des hommes, Gollion, p. 254-262.

Foy D., Jezegou M.-P., 2003, « Sous les vagues, le verre : l'épave de l'île des Embiez », in : Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Infolio éditions, Gollion, p. 150-165.

Laubenheimer F., 1985, La production des amphores en Gaule Narbonnaise, Paris, les Belles Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 66).

Liou B., Silvino T., 2005, « Les inscriptions peintes sur amphores du Parc Saint-Georges », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Blois, 2005, p. 721-727.

Maza G., 2003, « Les fossés du Verbe Incarné », in : Poux M. dir., Lyon avant Lugdunum, Gollion, p. 102-105.

Monnoyeur-Roussel V., Audra A., Ayala G., Bernardi P., Bravard J.-P., Claret B., Franc O., Poisson J.-M., Vérot-Bourrely A., 1992, Lyon (Rhône), Îlot Clément V. Rapport de fouille de sauvetage, Service Archéologique Municipal, D.R.A.C., S.R.A. Rhône-Alpes, A.F.A.N.

Motte S., 2001, « La Manutention n° 4 (découverte de l’hiver 2000-2001) », in : Foy D., Nenna M.-D., Tout feu, tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Marseille, p. 49-50.

Reynaud J.-F., 1998, Lugdunum Christianum, Lyon du IVe au VIIe siècle : topographie, nécropole et édifices religieux, Paris, éd. de la M.S.H., 288 p. (Documents d’Archéologie Française, 69).

Silvino T., 2007, « Lyon. La fouille du Parc Saint-Georges : le mobilier céramique de l’Antiquité tardive », R.A.E., t. 56-2007, p.187-230.

Silvino T., Hänni C., Maudet C., Dufraîsse M., 2007, « Lyon, Saint-Georges : identification et origine de résidus organiques contenus dans les céramiques antiques », in : Actes du congrès des Late Roman Coarse Wares 2 : Cooking wares and amphorae in the Mediterranean, Aix-en-Provence, 2005 (B.A.R., Int. Series, 1662-i).

Sternberg M., 2000, « Données sur les produits fabriqués dans une officine de Neapolis (Nabeul, Tunisie) », M.E.F.R.A., 112, p. 135-153.

Vérot-Bourrely A., Burnouf J., Jacquet C., Amoros C., Bravard J.-P., 1989, « Le site gallo-romain de la place Bellecour (Lyon 2ème) : reconstitution interdisciplinaire du paléoenvironnement », in : La Ville et le Fleuve, Actes du colloque du C.T.H.S., 3, p. 147-155.

Vérot-Bourrely A., Lenoble M., Vaireaux F., 2001, Place Benoît Crépu (Lyon, 5ème arrondissement). Évaluation archéologique complémentaire du projet Parking Saint-Georges par l'étude géo-archéologique des sondages carottés. Document final de synthèse, D.R.A.C., S.R.A. Rhône-Alpes.

Villedieu F., 1990, Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’avenue Adolphe Max, Lyon, S.R.A., 239 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 3 - Série lyonnaise, 2).

Haut de page

Notes

1  Dates d’intervention sur le terrain : sondages et surveillance de travaux : mai et juin 2002 ; fouille (hormis quelques petites périodes d’intervention) : du 28 octobre 2002 au 18 juin 2004. L’équipe de fouille était constituée d’archéologues de l’Inrap. Responsable de l’opération et titulaire de l’autorisation de fouille : Grégoire Ayala. Responsable adjoint : Alban Horry. Géomorphologie : Agnès Vérot-Bourrely. Archéologie : Christian Cécillon, Patricia Constantin, Marc Guyon, Fabrice Laurent, Tony Silvino, Nathalie Valour. Dessin des épaves : Catherine Plantevin. DAO : Wojtek Widlak. Topographes : Sylvaine Couteau, Véronique Vachon. Archives : Sophie Savay-Guerraz.

2  La présence d’une paroi moulée a eu pour avantage d’isoler le terrain des infiltrations d’eau de la Saône. Cette étanchéité du chantier archéologique a permis d’entreprendre une fouille de bord d’eau dans un contexte terrestre affranchi des difficultés inhérentes aux fouilles subaquatiques.

3  En particulier lors d’opérations « portes ouvertes » organisées sur le chantier les 19/20 septembre 2003 et le 25 octobre de la même année et lors de l’exposition « Romains d’eau douce » tenue au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière de mai à octobre 2004. Cette exposition est de nouveau ouverte au public au musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal (mars à septembre 2007).

4  Le cadre géographique et la stratigraphie de la plaine alluviale lyonnaise ont été traités par Agnès Vérot-Bourrely (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

5  La présence d’alluvions rhodaniennes pures observées dans la stratigraphie de l’Îlot Clément V avait déjà conduit à supposer la confluence Rhône-Saône, avant l’époque gallo-romaine, à proximité de ce site (Monnoyeur-Roussel et alii, 1992).

6  L’étude des céramiques antiques a été réalisée par Tony Silvino, doctorant (Université Lyon II-UMR 5138, Archéologie et Archéométrie).

7  Laboratoire de datation radiocarbone de Lyon I. Cette chronologie se rapproche de la datation obtenue sur un tronc découvert à 159 m d’altitude, lors de la fouille de la place des Terreaux, au nord de la presqu’île lyonnaise, daté 2251 +/- 52 BP ou 399-177 cal. BC (Ly-6312. Arlaud dir., 2000).

8  Malacologie : Sophie Martin, Institut méditerranéen d’Écologie et de Paléoécologie, Département Écologie du Paysage et Biologie de la conservation, Aix-en-Provence. Carpologie : Laurent Bouby, CEPAM-CNRS UMR 6130, Sophia Antipolis, Valbonne. Palynologie : Jacqueline Argant, ARPA, UFR des Sciences de la Terre, Lyon.

9  Les prélèvements de bois sur les structures antiques ont été réalisés par Catherine Lavier, Laboratoire de chrono-écologie, UMR 6565, UFR Sciences et Techniques, Besançon.

10  Une numérotation continue (épaves 1 à 16) a été attribuée aux bateaux de Saint-Georges selon l’ordre de leur découverte. L’étude descriptive des bateaux antiques du Parc Saint-Georges a été réalisée par Marc Guyon (Inrap Rhône-Alpes / Auvergne), en concertation avec Éric Rieth (CNRS).

11  Archéolabs ARC 87/R.109D.

12  L’analyse sommaire des textiles archéologiques a été effectuée par Marie-Hélène Guelton (Atelier de restauration du Musée des Tissus, Lyon) et Fabienne Médard (Laboratoire de Protohistoire européenne, UMR 7041, Nanterre). La description technique des pièces de calfatage sur les épaves 2, 3 et 4 a été rédigée par Marie Schoefer-Masson (Atelier de restauration du Musée des Tissus, Lyon). L’étude géochimique des échantillons organiques (enduits de surface, tissus de calfatage et bloc de poix) a été réalisée par Jacques Connan et Armelle Duhaut-Charrié, laboratoire de Géochimie Bioorganique, Université L. Pasteur, Strasbourg.

13  Tous les bois archéologiques collectés sur le site ont été confiés à Pierre Mille (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

14  L’analyse des deux vanneries gallo-romaines (une dans l’épave 4 et l’autre dans l’épave 2) a été menée par Fabienne Médard (Laboratoire de Protohistoire européenne UMR 7041, Nanterre).

15  Le numéraire a été étudié par Christian Cécillon (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

16  Trois des blocs sont jointifs. On obtient le texte suivant : [---TE]MPLVM PORTICVM CV[M---]. L’ordre des six autres blocs inscrits n’est pas, à ce jour, totalement établi car les quelques lettres dont nous disposons (NT), (OMN), (ER), (VL), (M), (SICI) ne suffisent pas à proposer une restitution de l’ensemble de la dédicace. Le dossier des inscriptions découvertes sur le site a été confié à François Bérard (Université Lyon I).

17  L’étude de tous les blocs du Parc Saint-Georges est intégrée à la thèse de Djamila Fellague, en cours d’achèvement : « L'architecture publique à Lugdunum. Les monuments et leur décor du Ier siècle av. J.-C. au IIIe siècle ap. J.-C. », directeur Jean-Charles Moretti, Institut de Recherche en Architecture Antique (IRAA) de Lyon.

18  En particulier la découverte de sculptures qui enrichissent la collection lyonnaise des « Antiques » avec des statues de tout premier plan qui abordent les domaines du culte (buste d’une statue colossale de Minerve et tête de Vénus), du prestige (arrière-train d’une statue équestre en bronze doré) ou de genre (statuette d’une jeune fille assise). L'étude des sculptures a été réalisée dans le cadre de la refonte de la collection Espérandieu (Darblade-Audouin, 2006). L’étude des matériaux de construction, réalisée par Hugues Savay-Guerraz (Musée gallo-romain de Lyon–Fourvière), a démontré le grand intérêt de trois grands fûts de colonne en marbre de Campan (Pyrénées occidentales), dont la découverte éclaire la diffusion des marbres pyrénéens, mais aussi atteste l’extraction de monolithes de grande taille de ce matériau à l’époque romaine, ce qui constitue une nouveauté.

19  Des études de pâtes ont été décidées pour certaines céramiques. Pour les amphores africaines, des études pétrographiques ont été réalisées conjointement par Michel Bonifay (CNRS, Centre Camille Jullian, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, UMR 6573) et Claudio Capelli (Universita degli Studi di Genova, Dipartimento per lo Studio del Territorio e delle sue Risarse, Genova, Italie). Céline Brun, dans le cadre d’un doctorat sur les productions de sigillées africaines dans le nord de la Tunisie (Université Lumière Lyon 2, sous la direction d’Armand Desbat), a procédé à des analyses chimiques sur les sigillées africaines A et D. Les analyses des amphores à alun ont été effectuées par Maurice Picon et Michèle Vichy (UMR 5138, Archéologie et Archéométrie). Par ailleurs, les résidus organiques retrouvés dans les amphores ont fait l’objet d’analyses paléogénétiques par l’équipe de Catherine Hänni (Centre de Génétique Moléculaire et Cellulaire de Lyon) (Silvino et alii, 2007). Quant aux inscriptions peintes sur amphores, une première publication a récemment vu le jour (Liou, Silvino, 2005).

20  La localisation des établissements artisanaux est un thème d’actualité, en particulier à Lyon, où un programme collectif de recherches a eu pour objectif de réaliser un inventaire chronologique et topographique des vestiges artisanaux. L’apport des fouilles du Parc Saint-Georges pourra faire progresser la connaissance de l’artisanat sur la rive droite de la ville antique de Lyon (Becker, 2002).

21  Analyse réalisée par Danielle Foy (Centre Camille Julian MMSH, Aix-en-Provence), et Michelle Vichy (laboratoire de céramologie, Maison de l’Orient, Université Lyon II).

22  Les ateliers de la Manutention n° 3 (Becker, Monin, 2001) et n° 4 (Motte, 2001) n’ont pu bénéficier de ces arrivages puisque leur chronologie ne semble pas postérieure au IIe siècle ap. J.-C. La datation de l’atelier de la Vieille Monnaie demeure imprécise (IIe siècle ou IIIe siècle). L’activité de verriers à Lyon, au IIIe siècle, est attestée par la découverte au XVIIIe siècle de la stèle funéraire d’un Carthaginois qui est venu exercer son métier au IIIe siècle dans la métropole gauloise (Bérard, 2005).

23  L’alun possède un rôle d'agent tannant pour la fabrication de certains cuirs et celui surtout de mordant pour la teinture des tissus.

24  Étude réalisée par Philippe Borgard (Centre Camille Julian MMSH, Aix-en-Provence).

25  L’analyse des restes de poissons a été réalisée par Gaël Piques (Centre archéologique de Lattes, CNRS).

26  Une équipe tuniso-française, dirigée par Latifa Slim (Institut National du Patrimoine, Tunis) et Michel Bonifay (CNRS – centre Camille Jullian, MMSH) a entrepris depuis 1995 des recherches dans un quartier de fabriques de salaison de Nabeul qui illustrent un aspect sous-estimé de l’économie antique en Afrique Proconsulaire, celui des industries des dérivés de la pêche, l’accent ayant été mis jusqu’à présent sur les productions céréalières et oléicoles (Sternberg, 2000).

27  Deux grands fragments de feuilles en plomb, décorés d’une double rangée d’arcades disposées en frise et d’un cartouche à queue d’aronde mentionnant le nom du plombier Vassedo, proviennent d’une ou de deux chaudières destinées à contenir une grande quantité d’eau, suggérant une origine thermale. Ils ne peuvent provenir des thermes de la fin du IVe siècle dégagés lors de la fouille de l’avenue Adolphe Max, parce que les fragments du Parc Saint-Georges ont été rejetés dans la berge de la Saône à la fin du IIIe siècle. Une inscription romaine, extraite des fondations de la commanderie des chevaliers de l’ordre de Malte, située légèrement en aval du site, évoque l’existence des bains d’Apollon dont l’emplacement demeure à ce jour inconnu. Étude réalisée par André Cochet (Maison de l’Orient Méditerranéen, Université Lyon II).

28  La proximité de la Saône et le contexte humide de la fouille ont permis la conservation d’objets organiques périssables en bois (bols, cuillers, poinçons et batteurs) et en cuir (éléments de semelles, dont certaines cloutées, chutes et déchets de taille) et de deux nasses, découverte rare en contexte archéologique.

29  Étude réalisée par Dominique Lalaï, assistant d’études (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

30  Étude réalisée par Vianney Forest, chargé d'études (Inrap Méditerranée).

31  Les Nautes du Rhône semblent avoir établi un premier port à Choulans, au débouché de la voie de Narbonnaise, avant de se fixer à Saint-Georges au IIe siècle. Les négociants en vins occupaient l’île des Canabae, face à ce port. Quant aux Nautes de la Saône, ils étaient installés, plus en amont, au Change.

32  Cette crue catastrophique illustre une phase hydrologique intense mais accidentelle car elle s’inscrit dans un contexte chronologique connu comme stable sur le plan de la morphogenèse. Cependant, et cette observation accentue la nécessité de multiplier les études régionales, une certaine torrentialité des cours d’eau dans le bassin rhodanien a été enregistrée autour des VIe-VIIIe siècles, ce qui semble traduire une période plus humide (Bravard et alii, 1997).

33  Un autel funéraire d’époque romaine est utilisé en réemploi dans le mur méridional de ce bâtiment M 1090-1091 (Bérard, 2006).

34  L’étude des embarcations médiévales et modernes du Parc Saint-Georges est intégrée à une thèse de 3e cycle : Fabrice Laurent, « La batellerie médiévale et moderne dans le sud-est de la France (Bassin Rhodanien) », UMR 5648, directeurs : Éric Rieth (Paris IV, La Sorbonne) et Étienne Hubert (EHESS, Paris).

35  La datation des embarcations médiévales (épaves 6 et 14) et modernes (épaves 1, 10 11, 13, 15 et 16) a été confiée au Laboratoire Archéoloabs, Saint-Bonnet-de-Chavagne (Isère). Les épaves médiévales et modernes portent la référence ARC 04/R3206D. Toutes ces embarcations sont actuellement en cours de traitement au laboratoire Arc-Nucléart (Grenoble).

36  Étude menée par Sylvie Coubray-Macchiarelli (Inrap Centre Île-de-France, UMR 7041).

37  L’étude descriptive des maisons médiévales et modernes, en bord de Saône, a été réalisée par Alban Horry (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

38  Il est vrai que cette époque correspond à une expansion démographique. Cependant, s’il est possible de percevoir le schéma global de l’évolution urbaine à partir des sources d’archives, et en particulier des sources fiscales abondantes pour la période des XIVe-XVe siècles, seule l’archéologie, à l’échelle d’un micro-quartier, est en mesure de révéler la réalité de ce mouvement d’urbanisation.

39  La recherche d’archives liées au chantier du Parc Saint-Georges a été menée par Sophie Savay-Guerraz (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

40  ADR 1 G 233.

41  Leur étude a été amorcée par Magali Rolland (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

42  La bulle pontificale en plomb du pape Innocent IV (1243-1254) est dans un parfait état de conservation. La découverte de bulles, qui étaient destinées à sceller et à authentifier les courriers du pape, en contexte de fouille n’est pas exceptionnelle à Lyon. Deux exemplaires sont déjà recensés. Mais le fait que le pape Innocent IV ait séjourné à Lyon, où il réunit le XIIIe concile œcuménique de 1245 qui prononça la déchéance et l’excommunication de Frédéric II, empereur du Saint Empire Romain Germanique, donne une valeur historique accrue à cette découverte recueillie dans un niveau de la deuxième moitié du XIIIe siècle (identification Christian Cécillon).

43  AML CC 1.

44  AML CC 2.

45  AML CC 5 et CC 31.

46  AML CC 38.

47  Jean Pointet est un érudit qui s’est consacré à l’histoire des maisons de la ville de Lyon. Son étude constitue la base obligée pour toute recherche historique sur l’habitat à Lyon (AML. Fonds Pointet 37ii).

48  ADR 1G-233.

49  AML CC 31.

50  AML CC 5.

51  AML CC 47 1 et 2.

52  Le tamisage d’une partie des sédiments de la berge a permis d’illustrer de façon assez inattendue la circulation monétaire de la fin du XVIe siècle. Le lot témoigne, en effet, d’un cas de survivance monétaire où l’utilisation de monnaies romaines pallie la pénurie de petits numéraires pour les achats journaliers. Ces données tout à fait originales feront l’objet d’une notice dans un prochain numéro du Bulletin de la société française de numismatique (Cécillon, à paraître).

53  Archéolabs réf.ARC 04/R3206D.

54  Certains d’entre eux sont représentés sur le Plan Scénographique, à la hauteur du port de Saint-Vincent, plus en amont du site, sur la rive gauche de la Saône.

55  L’analyse des sabots de pieux de fondation a été réalisée par Marc Guyon.

56  AML DD 100, FO 334-335.

57  AML 701-764.

58  L’ensemble de tous les lots céramiques d’époque moderne et post-révolutionnaire (soit près d’une centaine de milliers de tessons) sera étudié dans le cadre d’un article de synthèse qui fera suite à un Master 2, soutenu par Alban Horry : « La céramique du XVe au XIXe siècles en région Rhône-Alpes : premiers éléments pour un bilan de 20 ans de recherches archéologiques », sous la direction d’Étienne Hubert, Université Lumière Lyon 2, juin 2006.

59  L’identification des mousses a été réalisée par Gilles Bailly, Phytolab, Dampierre.

60  Archeolabs ARC 03/R3016D.

61  Depuis la parution, en 2003, de l’ouvrage La Couzonnaire de Saint-Georges, hommage à Prosper Mérimée, écrivain et archéologue, édition La passe du vent, l’épave 1 est désignée sous l’appellation abusive de couzonnaire.

62  Une plaque au n° 9 de la place Benoît Crépu rappelle ces tristes évènements.

63  La diffusion des résultats de la fouille du Parc Saint-Georges a été amorcée lors du colloque international « Villes fluviales et maritimes : les contraintes de l’environnement », tenu à l’École Normale Supérieure, le 19 novembre 2004. La publication des Actes suivra : « Lyon Saint-Georges (69-5ème ardt.) : approche géo-archéologique d’un quartier fluvial dans l’Antiquité », par Grégoire Ayala et Agnès Vérot-Bourrely.

64  Les objets usuels antiques ont fourni la matière d’un sujet en Master 1 : Marie Gagniol, « Les objets des quotidiens gallo-romains découverts sur le site archéologique du Parc Saint-Georges à Lyon : catalogue et analyse», sous la direction de Jean–Claude Béal (Université Lyon II).

65  À ces deux titres, il convient d’ajouter Monnoyeur-Roussel et alii,1992, rapport de fouille préventive non publié, hormis le mobilier céramique antique (Ayala, 2000) et l’ouvrage de J.-F. Reynaud dont les données ne sont pas exclusivement centrées sur la rive droite de la Saône (Reynaud, 1998).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la place Benoît Crépu sur la rive droite de la Saône. 1. Îlot Clément V ; 2. Îlot Tramassac ; 3. Avenue Adolphe Max (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 2. G. La confluence du Rhône et de la Saône du Ier Âge du Fer à la fin du IIIe-début du IIe siècle av. J.-C. (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 4. Les alluvions de la confluence du Rhône et de la Saône du Ier Âge du Fer à la fin IIIe-débutdu IIe s. av. J.-C. (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 5. La confluence des deux Saône à la fin du Ier siècle ap. J.-C. (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6. G. Plan des vestiges à la fin du Ier siècle ap. J.-C. (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 8. Plan des vestiges du milieu du IIe au début du IIIe siècle ap. J.-C. Épave 3 : milieu IIe siècle. Épaves 2, 4 et 5 : début IIIe siècle (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9. Les épaves 5, 3, 2 et 4 localisées au sud du chantier (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 10. La plaine alluviale lyonnaise à partir du IIIe siècle (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 11. Plan des vestiges au milieu du IIIe siècle (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 12. Bloc inscrit en calcaire de Seyssel appartenant à un édifice monumental (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 13. Plan des vestiges de l’Antiquité tardive au Xe siècle. F 960, Us 1447, 1483 : Antiquité tardive ; M 797, 851, 852, 1270 : Antiquité tardive/haut Moyen Âge ; F 1213, 1214, 1270 : haut Moyen Âge ; Us. 1623, 1774, 1791 : Xe siècle (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 14. G. Plan des vestiges du XIe au début du XIIe siècle (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 16. Plan des vestiges de la fin du XIIIe au début du XIVe siècle (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 17. Ensemble de céramiques du XIVe siècle (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 18. Coupe des étuves (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 19. Détail du Plan Scénographique de Lyon, dressé au milieu du XVIe siècle (Archives municipales de Lyon).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 20. Plan des vestiges des XVe et XVIe siècles et numérotation des maisons (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 21. L’épave 13, barque-vivier (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 22. G. Les marches du Port Sablet et la façade des maisons « pieds dans l’eau » (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 24. Ensemble de céramiques de la deuxième moitié du XVIIIe siècle (doc. MGR de Lyon-Fourvière).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 25. Coupe stratigraphique cumulative au sud du chantier (doc. Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/1380/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Ayala, « Lyon. Évolution d’un bord de Saône de l’Antiquité à nos jours : la fouille du parc Saint-Georges, bilan préliminaire », Revue archéologique de l’Est, Tome 56 | 2007, 153-185.

Référence électronique

Grégoire Ayala, « Lyon. Évolution d’un bord de Saône de l’Antiquité à nos jours : la fouille du parc Saint-Georges, bilan préliminaire », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 56 | 2007, mis en ligne le 05 février 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rae.revues.org/1380

Haut de page

Auteur

Grégoire Ayala

Ingénieur de recherche, Inrap Rhône-Alpes/Auvergne, 12 rue Maggiorini, 69500 Bron.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page