Navigation – Plan du site
Articles
Tony Silvino

Lyon. La fouille du Parc Saint-Georges : le mobilier céramique de l’Antiquité tardive

p. 187-230

Résumés

L’étude de quatre ensembles céramiques, mis au jour sur le site du Parc Saint-Georges (Lyon), permet d’esquisser l’évolution du mobilier au cours de l’Antiquité tardive, plus précisément entre le milieu du iiie et le début du ve siècle. Cette analyse complète et rénove l’image des productions et des échanges en usage à cette période. Les céramiques fines sont dominées par les revêtements argileux non grésés (sigillée Claire B et luisante) au détriment des sigillées gauloises. L’analyse des céramiques communes montre une évolution du vaisselier, avec notamment des importations bourguignonnes et africaines. L’existence d’une activité portuaire explique, par ailleurs, l’abondance et la variété du mobilier amphorique. La présence de sédiments humides à l’intérieur de ces récipients a permis de préserver des restes organiques, dont les analyses paléogénétiques ont permis de déceler la nature des produits transportés. Cette réception à Lyon de vaisselle et d’amphores provenant de plusieurs régions de l’Empire confirme l’importance économique de cette cité, positionnée entre le monde méditerranéen et les provinces septentrionales. Cette étude renouvelle la connaissance des habitudes alimentaires et des échanges commerciaux à Lugdunum durant l’Antiquité tardive.

The study of four pottery assemblages from the Parc Saint Georges site (Lyon) gives a rough layout of pottery evolution during the late Antiquity, more precisely between the middle of the 3rd and the beginning of the 5th century AD. This analysis renews our vision of production and exchange during this period. The fine ware is mainly dominated by a production with a non-grit clay wash (Samian “Claire B” and plain) to the detriment of Samian from Gaul. The analysis of the common wares shows an evolution of the assemblages especially concerning imports from Burgundy and Africa. The port activity explains for that matter the abundance and the variety of the amphora. The wet sediments found inside of these containers have conserved organic substances and have been analysed using palaeogentic techniques to find what substances they originally transported. Lyon received pottery wares and amphora from, throughout the Roman Empire which confirms the economic importance of the city located between the Mediterranean and Northern provinces. This work renews our knowledge of diet and commercial exchange at Lugdunum during the late Antiquity.

Anlässlich der Bauarbeiten für den zukünftigen Parc Saint-Georges (Lyon) wurden Grabungen durchgeführt, bei denen vier Keramikensembles zutage kamen, deren Untersuchung einen Einblick in die Entwicklung der Keramik in der Spätantike, genauer gesagt zwischen der Mitte des 3. unddem Anfang des 5.Jahrhunderts gewährt. Die Analyse ergänzt und erneuert das Bild von den Keramikproduktionen und vom Handel dieser Zeit. Bei der Feinkeramik überwiegen tonige nicht polierte Überzüge (sigillée Claire B und luisante) auf Kosten der gallischen Sigillata. Die Analyse der Gebrauchskeramik zeigt eine Entwicklung des Geschirrs, mit insbesondere burgundischen und afrikanischen Importen. Die Hafenanlage mit ihren Aktivitäten erklärt im Übrigen die Fülle und Vielfalt der Amphoren. In den feuchten Sedimenten im Inneren dieser Gefäße waren organische Reste erhalten, deren paläogenetische Analysen es ermöglichten, die transportierten Produkte zu identifizieren. Die Präsenz in Lyon von Geschirr und Amphoren aus verschiedenen Regionen des Imperiums bestätigt die wirtschaftliche Bedeutung dieser Stadt zwischen den Provinzen des Mittelmeerraumes und den nördlichen Provinzen. Diese Studie liefert neue Erkenntnisse über die Nahrungsgewohnheiten und die Handelsbeziehungen in Lugdunum in der Spätantike.

Texte intégral

PDF 6,7MSignaler ce document
  • 1  Cette intervention, prescrite par l’État (DRAC Rhône-Alpes, Service Régional de l’Archéologie), a (...)

1La fouille du Parc Saint-Georges est une opération d’archéologie préventive engagée dans le cadre des travaux de construction d’un parc de stationnement souterrain1. Le site est localisé place Benoît Crépu, sur la rive droite de la Saône, au sud du quartier Saint-Jean, centre historique de la ville de Lyon (fig. 1). L’exploration des sédiments a révélé de très riches vestiges liés à l’occupation des bords de Saône depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Le mobilier recueilli a fourni les données nécessaires pour améliorer la connaissance des céramiques en usage à Lugdunum, notamment durant l’Antiquité tardive.

  • 2  Le congrès de la SFECAGde Saint-Romain-en-Gal (Rhône) en 2003 a donné lieu à une discussion autour (...)

2Le développement des opérations d’archéologie préventive, à partir des années 1980, dans le quartier Saint-Jean, a fourni l’occasion de collecter des ensembles, dont l’étude a apporté des éléments déterminants sur la consommation de la vaisselle à Lyon ainsi que sur les relations commerciales que la ville a entretenues à cette époque. L’exploitation du mobilier issu de la fouille de l’avenue Adolphe Max a permis, dans un premier temps, de constater l’existence et la diversité des céramiques importées des régions méridionales (Villedieu, 1985 ; Bonifay, Villedieu, 1989 ; Villedieu, 1990). Depuis, les interventions archéologiques des îlots Tramassac et Clément V, opérées dans le même secteur, ont livré leurs lots d’informations qui accréditent l’ouverture de la ville aux influences extérieures (Ayala, 1994 ; Ayala, 2000). Ces études ont largement enrichi les connaissances sur les céramiques tardives, portant sur l’identification des types en circulation et la détermination de leurs origines. L’analyse de ces ensembles a permis de dresser le panorama des productions et des échanges dans un quartier fluvial de Lyon aux ive et ve siècles. La fouille récente du Parc Saint-Georges a mis au jour plusieurs lots de céramiques tardives caractérisés par des quantités importantes et la diversité des productions. Outre l’existence de contextes des ive et ve siècles, le site du Parc Saint-Georges a avant tout livré des ensembles du milieu et de la seconde moitié du iiie siècle (Ayala, 2005), période où les faciès céramiques lyonnais sont encore à préciser2.

  • 3  Pour les amphores africaines, des études pétrographiques ont été réalisées conjointement par Miche (...)
  • 4  À l'aide d'une approche paléogénétique (analyse de l'ADN ancien) tout à fait novatrice, l'équipe d (...)

3Par ailleurs, l’étude des céramiques du Parc Saint-Georges s’est effectuée conjointement avec différents laboratoires et spécialistes. Les céramiques africaines et amphores à alun ont fait l’objet d’analyses pétrographiques ou chimiques3. Le milieu humide d’une berge de Saône a permis de préserver des restes organiques à l’intérieur de nombreuses céramiques et de conserver une série d’inscriptions peintes sur les amphores. Les résidus ont été systématiquement prélevés pour déterminer le type de produit transporté au moyen d’analyses paléogénétiques4. Les études ichtyologiques ont également apporté leur lot d’informations et ont été confrontées aux analyses des résidus amphoriques. Quant aux inscriptions peintes, l’ensemble du catalogue a été étudié et une partie publiée (Liou, Silvino, 2005). Cette association d’études diverses et variées réalisées dans le cadre d’une opération archéologique apporte des données instructives et inédites concernant la nature des produits commercialisés et consommés à Lyon.

Le contexte archéologique

  • 5  Un premier bilan des découvertes de l’opération du Parc Saint-Georges est présenté dans ce volume (...)

4L’exploration des sédiments a révélé de très riches vestiges liés à l’occupation d’une berge de la Saône depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours5. Pour la période antique, de nombreux indices laissent entrevoir une activité portuaire du iie siècle ap. J.-C. jusqu’au Bas-Empire. En effet, la présence de cinq embarcations à fort tonnage et de milliers de fragments de céramiques, notamment d’amphores, atteste l’existence d’une activité portuaire dans le secteur. La découverte de ces nouveaux éléments semble accréditer la présence de ce port, qui a pu se limiter à des installations rudimentaires et ne constituer qu’une étape dans le transit des marchandises. Ces données inédites confirment le dynamisme du réseau fluvial à Lugdunum. Par ailleurs, la fouille du Parc Saint-Georges a confirmé la réalité du cours primitif de la Saône (ancienne Saône), appelé dans la littérature bras « Marsaux » ou « Tramassac », qui, suite au retrait à l’est du Rhône, s’est doublé d’un nouveau cours, suivant à peu près le tracé actuel (nouvelle Saône).

5Les ensembles pris en compte dans cette étude sont répartis en quatre périodes successives. Le premier lot provient du comblement de l’ancienne Saône. Ce secteur a servi de dépotoir afin d’assainir cette zone et de permettre par ailleurs la construction d’un bâtiment, dont un mur a été retrouvé lors de la fouille (ensemble 1). Une fois remblayée, l’ancienne Saône disparaît définitivement du paysage et laisse place à une berge dont la physionomie évoluera peu jusqu’au Moyen Âge. Cet évènement a livré un ensemble céramique assez riche (ensemble 2). L’exploration de la berge du milieu du ive siècle a également fourni un matériel abondant permettant d’étayer notre réflexion (ensemble 3). La présence de structures en creux traduit la fréquentation de cette berge entre la fin du ive et le début du siècle suivant (ensemble 4). Ces différents évènements témoignent de la volonté de gagner du terrain sur la plaine inondable qui s’étend au pied de la colline de Fourvière.

Méthodologie

  • 6  Des choix dictés par une méthode d’intervention dans le cadre du rapport ont été opérés afin d’eff (...)

6La fouille d’un contexte de berge, utilisée comme lieu de rejet depuis l’Antiquité, se traduit par une masse considérable de mobilier archéologique à gérer, au sein duquel la proportion de la céramique est majoritaire6.

7Au total, 14 185 tessons de céramique antique ont été inventoriés (fig. 2) pour 32 612 fragments comptabilisés sur le secteur fouillé, soit 43,5 % de l’ensemble du mobilier. Cette étude correspond à un tri et inventaire suivant des catégories et types de production. Parmi les nombreuses méthodes de comptage, deux types ont été utilisés : le Total des Tessons (TT) et le Nombre Typologique d’Individus (NTI). La première est utilisée lorsque le temps d’étude reste limité, tous les fragments (bords, fonds, anses et panses) sont comptabilisés avant collage, ce qui permet d’avoir une vision d’ensemble sur de grandes quantités de céramique. Cette méthode a toutefois l’inconvénient de représenter majoritairement les productions indéterminées (les amphores, par exemple) d’une part, et elle ne tient pas compte des taux de fragmentation d’une production : certaines peuvent voir augmenter leur taux de fréquence alors que d’autres plus solides peuvent se trouver sous-estimées. Le comptage par individu, le NTI, peut être alors complémentaire. Ce mode de calcul vise à déterminer le nombre de vases, d’après le nombre total des lèvres, des anses et des fonds, après collage. Un tableau général est proposé pour chaque ensemble, exposant pour chaque catégorie de céramique, les différents types de production attestés, avec le nombre de tessons et d’individus. Dans le cas présent, les remarques d’ordre statistique sur la répartition typologique étaient possibles seulement pour le premier ensemble compte tenu des données quantitatives importantes. Enfin, tous les dessins sont à l’échelle 1/3, sauf mention contraire7.

Ensemble 1 (milieu iiie siècle) (fig. 3)

8La céramique de l’ensemble 224 a fourni le lot le plus important du site avec 11 670 tessons comptabilisés pour 1 838 individus. Ce lot reste très homogène et comporte peu d’éléments résiduels.

Céramiques fines

9La vaisselle de table est très variée et numériquement importante, fournissant des éléments de datation très fiables.
Si les sigillées gauloises du centre et du sud de la Gaule possèdent un taux de fréquence assez faible par rapport aux productions de la vallée du Rhône, elles présentent toutefois une variété de formes. La vaisselle du sud de la Gaule, tout d’abord, est très peu représentée ; on peut noter l’identification d’une coupelle Drag. 31, estampillée SILVRI.E, découverte en parfait état de conservation (fig. 4, n° 4). Les produits du Centre sont visibles, avec notamment des formes typiques du iiie siècle. L’indice de fréquence des mortiers Drag. 45 de différents modules (fig. 4, nos 6 à 8) reste important. Les coupes Drag. 37 et Drag. 38, dont certaines sont de petite taille (fig. 4, n° 2), et les bols Drag. 33, dont un estampillé de la marque SENNA.M (fig. 4, n° 1), et Drag. 18/31 sont également bien attestés. Quelques formes secondaires ont été répertoriées, en l’occurrence une coupe Drag. 30 et une coupelle Drag. 46. Parmi les gobelets, hormis la présence d’un type Déchelette 64, la plupart sont des formes Déchelette 72 avec des décors divers : excisions réticulées, excisions de motifs floraux, barbotine avec relief d’applique à scène érotique (fig. 4, n° 3).

10La sigillée Claire B concurrence fortement les sigillées du centre de la Gaule. Cette vaisselle originaire de la moyenne vallée du Rhône fait sa première incursion dans la première moitié du iie siècle (Desbat, 1980, p. 283). Les vases identifiés sont tout d’abord les pots Desbat 67. Un exemplaire complet a été retrouvé perforé après cuisson à deux endroits de la panse (fig. 5, n° 4). Un second possède un graffito post cocturam POL[…] (fig. 5, n° 7). Les assiettes Desbat 2 et 3 (fig. 4, nos 9 et 10), les bols Desbat 15 (fig. 5, nos 2, 3 et 5), les coupes Desbat 27 (fig. 5, n° 8), ainsi qu’un vase qui se rattache probablement au type Desbat 69 (fig. 5, n° 6) complètent cet inventaire. Cette association confirme un horizon chronologique du iiie siècle (Desbat, 1988).

  • 8  Un modèle similaire a été retrouvé lors de la fouille de la place des Célestins à Lyon (Marquié, 2 (...)
  • 9  Cette forme est attestée sur le site de Thovey en Haute-Savoie et est classée parmi les production (...)

11De nombreux médaillons d’applique ont été inventoriés, dont certains sont déjà répertoriés. En premier lieu, figure un médaillon à scène érotique représentant un personnage masculin, buvant dans une corne, chevauché par une femme. Une légende ITA VALEAM DECET ME se distingue difficilement8 (fig. 5, n° 13). Une autre scène remarquable montre Mercure sur son bélier (fig. 5, n° 11) (Desbat, 1981, M140). La liste des médaillons est complétée par des fragments à scène érotique et de gladiateurs (fig. 5, nos 12 et 14). Notons la présence sur le fond d’un vase fermé, d’un graffito représentant vraisemblablement une palme (fig. 5, n° 9). D’autre part, trois cols de cruche à lèvre pendante ou triangulaire de grande taille, revêtus d’un vernis marron légèrement luisant, appartiennent également à cette production (fig. 5, n° 10). Un graffito post cocturam lu TX[…]/PX[…] est présent sur l’un des exemplaires9. Un plat à lèvre oblique à pâte calcaire revêtu d’un engobe orange clairsemé appartient aux productions tardives des ateliers rhodaniens (fig. 5, n° 1). Il fait référence au type Darton 40 (Darton, 1972, p. 174) ou au type 8 de l’atelier ardéchois de Saint-Péray, Grimpeloup (Desbat, 2002, p. 390 et fig. 4, nos 3, 4 et 5).

12La vaisselle métallescente est essentiellement composée de gobelets à col tronconique Niederbieber 33 originaires principalement de la région de Trèves, avec des vernis noirs d’excellente qualité (Desbat, Picon, 1996). Les bords sont trop fragmentaires pour déterminer la hauteur des cols. Deux gobelets de même type et un gobelet ovoïde à lèvre éversée et décor de guillochis présentent un aspect de qualité inférieure avec un vernis marron et une pâte calcaire jaune (fig. 5, n° 16). Par ailleurs, un vase à collerette apparenté au type Lamboglia 4/36 est également revêtu d’un vernis marron légèrement métallisé (fig. 5, n° 15). Ces vases sont probablement originaires des ateliers bourguignons ou du Jura (Creuzenet, 1996 ; Charlier, 1996).

  • 10  Les sigillées Claires A, C et D africaines, dénommées ainsi par N. Lamboglia, sont ici appelées «  (...)
  • 11  Il existe un décalage entre le début de production de la sigillée A, daté de la fin du ier siècle (...)
  • 12  Michel Bonifay a proposé de rattacher cette assiette au type Hayes 6, mais les parois sont trop mi (...)

13Les importations de sigillées africaines restent secondaires, mais elles présentent une variété de formes10. Cette vaisselle d’excellente qualité est tout d’abord représentée par la sigillée A, dont l’introduction à Lyon date de la seconde moitié du iie siècle (Bertrand, 1997, p. 234)11. Cet ensemble compte un bol caréné Hayes 14 et un bol à collerette lisse, apparenté au type Hayes 2/3B (fig. 5, n° 17). Ce dernier a fait l’objet d’une analyse chimique de la pâte, permettant de l’attribuer à l’atelier d’Oudhna, situé dans le nord de la Tunisie. Cette officine est d’avantage connue pour avoir produit de la sigillée D, à partir de la fin du ive siècle (Barraud et alii, 1998). Cette analyse confirmerait l’existence d’une production plus ancienne à Oudhna, mais en l’absence d’éléments plus déterminants, la prudence s’impose. Par ailleurs, d’autres formes sont difficilement identifiables. Il s’agit d’une assiette12 et d’un vase à marli décoré d’appliques. Quant à la sigillée C, elle est composée d’assiettes Hayes 50 et Hayes 45A (fig. 6, nos 1 et 4). Par ailleurs, deux exemplaires ne se rattachent pas à des modèles courants. Le premier, de hauteur très faible, possède une lèvre à marli et un pied annulaire, et s’apparente à la forme Ostia I 102, var. B (fig. 6, n° 2). Moins complet, le second possède une lèvre à marli s’approchant de la famille des assiettes Hayes 60 en sigillée Claire D (fig. 6, n° 3). Pour ce qui concerne la chronologie, les importations à Lyon de la sigillée C débutent à partir des années 210/230 (Hayes, 1972 ; Bertrand, 1997). Les assiettes Hayes 50 et Hayes 45A corroborent cette chronologie.

14Parmi les productions marginales, notons la présence de pots ovoïdes à pâte blanche dont la surface est lustrée, s’approchant des productions de Terra Nigra. Un fragment à décor estampé appartient à un pot ovoïde à pâte grise originaire de Bourgogne (Joly, 1996, p. 133-136), notamment d’Autun où une officine a été découverte récemment (Creuzenet, 1996, p. 28-31). Ce type de production est typique du iiie siècle (idem, 1996, p. 28-31 ; Joly, 1996, p. 133-136). Enfin, un gobelet globulaire à col tronconique, muni d’un décor de picots et revêtu d’un vernis noir légèrement métallisé, n’est apparenté à aucune forme connue (fig. 6, n° 5).

Céramiques communes

  • 13  La plupart des pâtes examinées sont de bonne qualité et sont en règle générale peu grossières. Qua (...)

15La vaisselle culinaire siliceuse domine largement la catégorie des céramiques communes, notamment avec les productions à pâte noire13. Les groupes inventoriés sont tout d’abord les pots à cuire présentant deux types principaux : pots sans col à lèvre en amande oblique ou épaissie et pots sans col à lèvre verticale (fig. 6, n° 6). Les marmites sont également nombreuses avec plus particulièrement des types à col court à lèvre débordante moulurée ou quadrangulaire (fig. 6, nos 9 et 10). Par ailleurs, les plats à cuire sont essentiellement à paroi rentrante (fig. 6, n° 8), accompagnés de formes diverses comme des plats à paroi rectiligne à lèvre en bourrelet (fig. 6, n° 7). Enfin, deux jattes (fig. 7, nos 1 et 2), des couvercles et des pichets complètent cet inventaire.

  • 14  L’existence d’une production régionale a été avancée (Godard, Leblanc, 1996).
  • 15  L’utilisation de cette vaisselle est très importante dans la région lyonnaise à partir de la fin d (...)

16Parmi la vaisselle culinaire siliceuse cuite en mode A, deux types de productions se détachent. Tout d’abord, les céramiques à pâte sableuse légèrement grossière et les céramiques dites « du val de Saône ». Ces dernières sont caractérisées par une pâte compacte et claire, comportant parfois des nodules rouges correspondant à de la chamotte. Ils sont systématiquement revêtus d’un engobe rouge-marron ou micacé sur le col. Ce type de production est généralement attribué aux ateliers du val de Saône (Bonnamour, 1987 ; Devauges, 1979) ou plus généralement de Bourgogne, région dans laquelle plusieurs centres de production ont été découverts (Joly, 1996, p. 133-136)14 L’apparition de ces vases culinaires sur les sites de consommation bourguignons date du milieu du iie siècle ; ils sont diffusés abondamment à la fin de ce siècle (idem, 1996, p. 133-136)15. De fait, ils sont majoritaires dans ce lot et confirment le succès de cette vaisselle. À l’instar de la production précédente, les pots à cuire dominent avec des formes variées : pots avec ou sans col à lèvre en amande oblique (fig. 7, n° 8) et pots à lèvre en amande épaissie. Il faut signaler la découverte d’un exemplaire dont les parois internes étaient partiellement poissées ; le fond contenait également des restes organiques. Outre la fonction de pot culinaire, ce vase a vraisemblablement été utilisé comme pot à provisions. Les marmites sont principalement à col court à lèvre débordante arrondie et les plats à paroi rentrante. Notons également la présence de jattes (fig. 7, nos 4 et 6), de bouilloires et de couvercles. Les productions à pâte sableuse semi grossière restent secondaires avec en premier lieu des pots sans col à lèvre oblique, des marmites évasées à lèvre débordante moulurée (fig. 7, n° 7) et des plats divers (fig. 7, n° 3). Les formes secondaires restent des jattes (fig. 7, n° 5), des couvercles et une bouilloire. Pour terminer, il faut signaler des brûle-parfums à lèvre festonnée et décorés à la molette.

  • 16  Les premières attestations proviennent du dépôt de la citerne du clos du Verbe Incarné daté des an (...)
  • 17  Information orale de Michel Bonifay.
  • 18  Michel Bonifay a examiné ce lot et a émis l’hypothèse d’un approvisionnement particulier de Lyon, (...)

17Même si le répertoire reste peu varié, la céramique culinaire africaine est largement répandue dans la région. Cette vaisselle d’excellente qualité semble apparaître à Lyon dans la première moitié du iie siècle (Bertrand, 1997, p. 236)16. Les formes principales sont les couvercles Hayes 196, 182 et, en quantité moindre, Hayes 191. Les plats à cuire Hayes 181 (fig. 7, n° 10) sont également bien représentés. Les marmites à fond bombé sont essentiellement de types Hayes 197 (fig. 7, n° 9), Hayes 23 et Hayes 191. Cette vaisselle montre un visage différent de celui des périodes précédentes, avec notamment des modules plus grands17. L’examen attentif de cette céramique et plus particulièrement des couvercles a montré que différents modules coexistent. En effet, de grands modèles à paroi épaisse que l’on retrouve sur les sites de consommation du sud de la Gaule circulent avec des formes classiques produites au iiie siècle, sans qu’il y ait forcément une intrusion de céramiques des couches supérieures18. Hormis ces formes fréquentes, notons l’identification d’un petit pot globulaire, dont deux exemplaires ont été retrouvés sur le site de la place Tolozan à Lyon (Bertrand, 1997, fig. 14, nos 7 et 8). Enfin, il faut citer la présence d’un vase peu attesté dans la région lyonnaise destiné à la préparation des aliments. Il s’agit d’un bol à marli courbe ajouré de deux trous de suspension effectués avant cuisson, apparenté au type Bonifay 6 (Bonifay, 2004b, fig. 134, type 6) (fig. 7, n° 11). Son mode de fabrication est remarquable par sa pâte beige orangée, dont la surface est couverte d’un engobe argileux lisse de couleur blanche. Les seuls éléments de comparaison se situent en Tunisie, où cette forme apparaît dans des contextes de la fin du iie siècle, voire de la première moitié du siècle suivant (Bonifay, 2004b, p. 249).
Quelques plats à vernis rouge pompéien et des vases à pâte kaolinitique complètent l’inventaire des céramiques culinaires.

18La céramique commune claire est bien représentée avec tout d’abord des cruches et des amphorettes ou vases de stockage (fig. 8, n° 2). Un exemplaire possède encore son bouchon en liège en place (fig. 8, n° 1). Des pots à lèvre évasée et gorge interne ont également été répertoriés. Les mortiers sont très abondants avec notamment des types à lèvre pendante. Deux exemplaires à pâte beige se caractérisent par un lissage de la surface externe qui leur confère un aspect orangé, s’apparentant à un faux engobe. Ces vases appartiennent vraisemblablement aux productions bourguignonnes, notamment celles d’Autun (Pasquet, 1996, p. 101). Une estampille a été relevée : CV (fig. 7, n° 12).

Amphores

19Il faut noter tout d’abord que les productions de la Gaule Narbonnaise sont nombreuses, représentées exclusivement par les amphores Gauloise 4. Elles se caractérisent par des cols courts et des fonds étroits (fig. 8, n° 3). Ces amphores dites « tardives » sont typiques des contextes sévériens (Dangréaux, Desbat, 1988, p. 128-129 ; Desbat et alii, 2003, p. 220-221). Des inscriptions peintes ont été repérées sur trois exemplaires, dont une mentionne le PIC(ATUM VINVM).Il s’agit d’un vin à la poix qui est une spécialité des Allobroges de Vienne. Par ailleurs, les résidus organiques présents dans un fond de Gauloise 4 ont fait l’objet d’une analyse, confirmant le contenu vinaire (Silvino et alii, 2007). Il faut signaler la découverte de bouchons en liège, encore en place dans l’embouchure de deux amphores analogues.

  • 19  D’après l’auteur, d’autres officines ont certainement fonctionné dans la région environnante.
  • 20  Une forme tardive existe dans la première moitié du iiie siècle (Mayet, Tavares da Silva, 1998, p. (...)
  • 21  D’après C. Panella, l’huile hispanique, en déclin au iiie siècle à Rome et à Ostie, est désormais (...)

20Les productions de la péninsule ibérique s’affichent notamment par les amphores Matagallares 1, récemment identifiés dans la région (Bonnet, Lemaître, 2000). Il s’agit de récipients de taille importante, à panse ovoïde se terminant par un fond ombiliqué caractéristique. La lèvre en bandeau évasé est découpée de plusieurs sillons horizontaux (fig. 8, n° 4). Les anses sont de section aplatie et possèdent une nervure médiane. Ces amphores à pâte marron claire riche en mica proviennent en partie de l’atelier dit de Los Matagallares situé sur la côte andalouse (Bernal Casasola, 1998, p. 282-284)19. Leur chronologie s’échelonne tout au long du iiie siècle (idem, 1998, p. 298-299). Le produit transporté dans ces conteneurs était probablement du vin, car même si aucune inscription peinte n’a été découverte, les exemplaires du Parc Saint-Georges possèdent de la poix sur la partie interne des parois. Ces conteneurs typiques des productions de Bétique du iiie siècle représentent un pourcentage important du total des importations hispaniques. Si le vin était véritablement le produit commercialisé, l’indice de fréquence montre que cette denrée est très appréciée par la population lyonnaise. Par ailleurs, les amphores à saumures ibériques de type Almagro 50 sont certes attestées (fig. 8, n° 6), mais elles sont désormais concurrencées par les produits africains. Un exemplaire est estampillé de la marque N[…]. Les sauces de poissons sont également importées dans des conteneurs apparentés aux exemplaires originaires de Puerto Real, dans la baie de Cadix, types Puerto Real 1 et 2 (Garcia Vargas, 1998, fig. 7, nos 4 et 5). Ces amphores remplacent les types Beltrán IIA et IIB, fabriqués dans la même région, et sont produites en grande quantité tout au long du iiie siècle (Bernal Casasola, 2000, p. 279-280). La province voisine de Lusitanie exporte également des saumures par l’intermédiaire des Dressel 14B, amphores caractérisées par un large col se terminant par une embouchure évasée et des anses formées d’un ruban large et épais. Elles présentent une argile peu épurée et de couleur ocre. Cette amphore n’est vraisemblablement plus commercialisée au iiie siècle (Étienne, Mayet, 2002, p. 135)20. Les amphores à huile de Bétique Dressel 20 possèdent des profils caractéristiques de la période des Sévères (Silvino, 2001, p. 340) (fig. 8, n° 5). L’huile hispanique est toujours présente et domine toujours le marché lyonnais malgré l’arrivée de l’huile africaine21. Une amphore Dressel 28 a été répertoriée (fig. 8, n° 7). Si le contenu reste encore incertain, les traces de poix visibles sur les exemplaires du Parc Saint-Georges permettent d’écarter l’huile comme produit transporté. Ce récipient est attesté dans les contextes lyonnais du iiie siècle (Bonnet et alii, 2003). Plusieurs fragments appartiennent à des amphores encore mal identifiées à Lyon. Il s’agit tout d’abord du type Beltrán 68, qui présente un fond creux et presque cylindrique, et une panse recouverte de cannelures. La pâte est de couleur ocre-beige et jaune verdâtre à la surface. Classé pour la première fois par M. Beltrán (Beltrán Lloris, 1970, p. 572-573, fig. 236, n° 1), ce conteneur compose la cargaison de l’épave Cabrera III datée du milieu du iiie siècle, découverte aux larges des Baléares. Les auteurs suspectent une origine hispanique (Bost et alii,1992, p. 144-146 et fig. 16, n° 7). Un autre fragment reste également problématique. Il s’agit d’un fond creux de forme quasi-cylindrique muni d’une pâte similaire à celle des Matagallares I. D’après la publication de l’atelier, des formes analogues ont été identifiées et rattachées au type Almagro 51C, variante B (Bernal Casasola, 1998, fig. 92). Un important dépôt de résine est situé à l’intérieur de ce fond, excluant l’huile ou les onguents comme produit commercialisé. En l’absence de données plus précises, cet exemplaire est classé parmi les conteneurs ibériques indéterminés.

  • 22  Le premier exemplaire correspond à un cercle segmenté (fig. 8, n° 13) et le second à une feuille. (...)
  • 23  Deux types d’argiles ont été identifiés pour ces productions (Bonifay, 2004b, p. 105 et 107).
  • 24  Une production a récemment été recensée en Tunisie (Bonifay, 2004b, p. 148).
  • 25  Ce type d’amphore richement documenté est appelé également Benghazi Middle Roman Amphora 1 ou Osti (...)
  • 26  Il existe en effet plusieurs types d’argile qui semblent correspondre à divers lieux de production (...)

21À l’instar des céramiques communes, les amphores d’origine nord-africaine sont bien représentées et montrent une grande variété typologique. Des courants d’échanges privilégiés s’installent entre Lyon et les provinces de la Proconsulaire et de Byzacène. Les amphores à huile Africaine I comptent plusieurs exemplaires, avec les variantes A (fig. 8, n° 8) et surtout B (fig. 8, n° 9), dont la partie externe de la lèvre est convexe et la partie interne très concave. Plusieurs fonds typiques ont été repérés. Parmi les 96 exemplaires du type Africaine II inventoriés, 21 ont pu être identifiés à une variante bien précise. La plus grande partie appartient aux Africaine IIA2 (fig. 8, n° 11) et IIA3 (fig. 8, nos 12 et 13 ; fig. 9, nos 1 et 2), caractérisées par une lèvre en amande, marquée par un léger gradin à la jonction avec le col. Notons également la présence d’Africaine IIA1 avec « gradin » (fig. 8, n° 10). Le type Africaine IIB se différencie par une lèvre en bandeau grossièrement quadrangulaire (fig. 9, nos 3 à 5). Les pieds de la plupart de ces variantes possèdent la même morphologie, à savoir un fond plein renflé (fig. 9, n° 7). L’étude pétrographique montre que certaines amphores sont originaires de la région de Salakta, en Tunisie. Toutefois une grande partie des pâtes de ce gisement amphorique n’a pas pu être attribuée à des ateliers référenciés. Seules des analyses sur lames minces pourront apporter des éléments de réponse. La présence d’importants dépôts de poix à l’intérieur de ces récipients confirme l’hypothèse selon laquelle ces amphores ne transportaient pas d’huile d’olive, mais plus probablement du vin et/ou des sauces de poissons (Bonifay, 2004b, p. 111 et 114). Des prélèvements ont été effectués sur les dépôts retrouvés à l’intérieur d’un fond d’une Africaine II et de celui d’une amphore africaine indéterminée. Leur analyse a montré la présence d’anchois et de sardines, ce qui confirmerait l’utilisation de ces conteneurs pour le transport de poissons sous forme de sauces ou de salaisons. Les études ichtyologiques révèlent la présence de ces poissons parmi les restes fauniques d’une couche organique appartenant à cet ensemble. Une partie de ces restes provient peut-être des conteneurs africains attestés dans cet ensemble. Par ailleurs, une usine de salaisons antique a récemment été fouillée à Nabeul en Tunisie, à proximité d’un atelier d’amphores, dont les bassins contenaient encore des restes de poissons, tels que les sardines et anchois (Sternberg, 2000). Il faut signaler d’autre part que les restes organiques d’une seconde amphore Africaine 2 appartenant à l’ensemble suivant ont également été analysés et des traces de vin ont été identifiées. Par conséquent, ce type de conteneur semble avoir été une amphore polyvalente. Les résultats de ces analyses sont en cours de publication (Silvino et alii, 2007). Signalons par ailleurs la présence d’estampilles et d’un graffito. En dehors de deux timbres anépigraphes22 et d’une estampille LFD apposée sur le col d’une Africaine IIA1 (fig. 8, n° 10), un graffito post cocturam représentant une ancre placée sur un fond d’Africaine II a été repéré (fig. 9, n° 7). Le rattachement d’un exemplaire à un type précis reste difficile. Il s’agit d’une amphore à col court, dont la lèvre est concave sur la partie externe (fig. 9, n° 6). Elle possède une pâte jaune-verdâtre et un engobe très lisse de couleur blanche. Elle semble être un modèle intermédiaire entre l’Africaine I et l’Africaine II. Des traces d’une inscription peinte sont visibles sur le col. Les amphores à huile originaires de la région de Tripolitaine sont également importées, avec les types Tripolitaine I et surtout Tripolitaine III, dont un exemplaire est muni d’une pâte fine et compacte (fig. 9, n° 8)23. De la province de Maurétanie Césarienne, proviennent les amphores Dressel 3024. Ce type morphologiquement proche de la Gauloise 4 tardive semble être destiné à la commercialisation du vin (Lequément, 1980, p. 190 et 183 ; Keay, 1984, p. 95-99). L’huile d’olive est également envisagée comme contenu, mais la présence de poix dans les exemplaires du Parc Saint-Georges exclut cette hypothèse. Les deux conteneurs Agora M25425 sont d’origine incertaine. Si le premier possède une pâte identique aux productions de Salakta, le second en revanche pourrait provenir de Sicile. Cette amphore a été longtemps considérée, en raison de son abondance dans les dépôts de fouille de Leptis Magna, comme une production de Tripolitaine (Villedieu, 1984, p. 180 ; Galliou, 1990). Toutefois, des recherches récentes ont démontré que certaines d’entre elles étaient d’origine italique et plus précisément de Sicile (Wilson, 1990, p. 264). Or, un exemplaire dans cet ensemble est d’origine italique, ce qui confirmerait l’hypothèse d’une production de type similaire dans les deux régions (Wilson, 2000, p. 364-365 ; Bonifay, 2004b, p. 147-148)26. La morphologie de ces conteneurs est typique de la période des Sévères ; ils possèdent une lèvre biconique et un fond ombiliqué très caractéristiques (idem, 2004b, p. 147-148).

  • 27  Françoise Villedieu considère que la pénétration majeure des amphores africaines à Lyon ne s’opère (...)

22Pour ce qui concerne la chronologie des conteneurs africains, un horizon précis se dégage. Si les types Africaine IB et IIA2 sont produits entre la fin du iie et le milieu du iiie siècle, les Africaine IIA3 sont un peu plus tardives (idem, 2004b, p. 107-114). Malgré l’absence de données précises, les Africaine IIB ne semblent pas être antérieures au iiie siècle (idem, 2004b, p. 114). Quant aux amphores à huile, si les Tripolitaine III sont typiques du iiie siècle (idem, 2004b, p. 105), en revanche la production des Africaine IB s’arrête au milieu du siècle (idem, 2004b, p. 107). L’analyse de ces données conjuguée à l’absence des types Africaine IID produites dans la deuxième moitié du iiie siècle montre que la formation de ce lot a pu se produire autour du milieu de ce siècle. Le taux de fréquence des produits africains montre que leur introduction sur le marché lyonnais est très importante dès cette époque27.

  • 28  L’absence de cols complets empêche de vérifier la présence des modèles à deux anses, apparentés au (...)
  • 29  Leur chronologie est très longue, puisqu’elles sont produites de l’époque augustéenne jusqu’à l’An (...)
  • 30  Des analyses de pâtes sur les exemplaires de la place des Célestins ont été réalisées par Yona Wak (...)
  • 31  La commercialisation de fruits comme les dattes ou les figues est aujourd’hui avancée (Lemaître et (...)

23Les exportations des régions orientales de l’Empire sont bien représentées. Les conteneurs à vin de type Kapitän 2 (fig. 10, nos 1 et 2) sont majoritaires. Ces derniers sont très reconnaissables par leur forme générale et leur pâte rouge-orange. L’origine de cette amphore est toujours inconnue, bien que Jean-Yves Empereur propose Milet comme lieu de production (Empereur, 1998, p. 398). Le vin serait le produit transporté, même si aucun argument valable n’a été apporté. Signalons tout de même que les exemplaires du Parc Saint-Georges ont été retrouvés poissés, ce qui peut confirmer cette hypothèse. Un autre type d’amphore orientale est attesté ; il s’agit du modèle Cnossos 18. Il se caractérise par une embouchure en forme d’entonnoir et une pâte rose micacée (fig. 10, n° 5). Si les ateliers de production sont encore à rechercher, il semblerait que le contenu soit de nature oléagineuse (Carreras Monfort, 1999, p. 98). Or un exemplaire de cet ensemble possède des traces de poix, excluant par conséquent l’huile comme contenu. Parmi ces conteneurs, deux groupes de pâte sont attestés. Tandis que le premier se caractérise par une pâte épurée de couleur rose micacée, le deuxième présente une pâte beige moins fine et légèrement micacée. Ces deux types d’amphore apparaissent dans les contextes lyonnais à partir de la deuxième moitié du iie siècle et sont importés en plus grande quantité au iiie siècle (Lemaître, 1999, p. 293 et 297). Suivent ensuite les petites mono-ansées Agora F65/6628, dont la forme générale est caractéristique. Elles présentent deux groupes de pâtes différentes. Le premier, plus classique, est de couleur brun foncé, riche en mica. Le deuxième groupe présente une pâte de couleur claire riche en mica, revêtue d’un engobe couleur crème. Différentes zones de production ont été attribuées à ces amphores, notamment la région d’Éphèse (Lemaître, 1997)29. Quant au contenu, parmi plusieurs produits proposés, le vin semble être le meilleur candidat (Lemaître, 1997). La présence de résine sur les exemplaires de cet ensemble confirme cette hypothèse. Le vin de Rhodes est, par ailleurs, encore bien diffusé. Des amphores récemment identifiées lors de la fouille de la place des Célestins à Lyon sont également attestées (Bonnet, 1998). Il s’agit du type Célestins 1A caractérisé par une lèvre avec un profil interne concave, un col court, côtelé, et une panse cannelée. Les anses marquées par des nervures sont attachées directement sur la lèvre et à la base du col (fig. 10, nos 7 et 8). Les fonds sont de type annulaire. La couleur de la pâte est grise et diffère légèrement de celle des exemplaires de la place des Célestins à Lyon, qui varie du beige foncé au rouge brique. En revanche, les deux types de pâtes contiennent un fort dégraissant sableux et sont composés d’inclusions fines donnant une surface rugueuse. Leur ressemblance avec les pâtes des amphores « Carotte » suggère une région de production voisine30. Les traces de poix à l’intérieur de ces amphores montrent qu’elles n’étaient pas uniquement destinées au transport de fruits31. Elles servaient probablement à commercialiser un autre type de produit, comme le vin ou les saumures. Les importations d’amphores d’origine égyptienne sont également attestées. Il s’agit du type bitronconique, appelé également Égyptienne 3 (Empereur, Picon, 1992, p. 148, fig. 3), qui se caractérise par un col cylindrique cannelé et une lèvre verticale sur laquelle l’attache supérieure de l’anse est collée (fig. 10, n° 4). Les exemplaires du Parc Saint-Georges ont un pied en forme de bouton (fig. 10, n° 3). Leur pâte se distingue par une couleur très brune avec un dégraissant végétal, dont les négatifs sont nettement visibles à l’œil nu. La présence de poix à l’intérieur de ces amphores confirme le contenu vinaire (Riley, 1979, p. 224-225). Enfin, des conteneurs plus rares en Gaule complètent le tableau des productions orientales. Tout d’abord, une amphore Agora G199, dont l’origine exacte reste indéterminée, est aisément identifiable. Le col cylindrique est lié à une épaule carénée et les anses à angle droit sont caractérisées par un pincement sur la partie supérieure (fig. 10, n° 6). La pâte est brun rouge et la surface est couverte d’un engobe clair. D’après les inscriptions peintes, le vin est attesté comme produit transporté (Lemaître, 1999, p. 313). Par ailleurs, un fond orné d’un anneau est à rapprocher des productions de Cnide, ville de la province de Carie dont le vin était réputé (Lemaître, 1999, p. 229). Sa pâte est de couleur orange et possède de nombreuses inclusions. Enfin, une lèvre épaissie avec une pâte de couleur orange est apparentée au type Augst 53 qui se caractérise par une embouchure en forme d’entonnoir. Le contenu transporté reste encore indéterminé (Martin-Kilcher, 1994, p. 440). L’ensemble des conteneurs d’origine orientale inventoriés dans cet ensemble est exporté sur la plupart des sites de consommation au iiie siècle (Lemaître, 1999).

  • 32  Cette marque estrépertoriée sur les sites de la Domus Tiberiana à Rome (Meylan-Krause, 2002, n° 60 (...)
  • 33  Un certain Basseius Rufus est connu pour avoir porté, dans la deuxième moitié du iie siècle, la ch (...)
  • 34  Le site de l’îlot Clément V placé à proximité a livré non seulement de nombreux fragments d’amphor (...)
  • 35  Il s’agit tout d’abord d’un racloir lié à la tannerie, de récipients en plomb, de restes de bovins (...)

24L’une des particularités majeures de cet ensemble est la présence importante d’amphores de Lipari, île située au cœur de l’archipel éolien, au nord de la Sicile. Le type attesté est le n° 2B de Philippe Borgard (Borgard, 1994, fig. 1, n° 2b) (fig. 9, n° 9). Des analyses ont démontré que des exemplaires, dont la pâte était différente de celles attribuées aux îles éoliennes, avaient transporté de l’alun de l’île de Mélos en Grèce (Picon, 2001). Or Maurice Picon et Michèle Vichy ont procédé à des analyses sur des exemplaires du Parc Saint-Georges, démontrant l’origine lipariote de la plupart des fragments sélectionnés. Il est très probable que ces amphores aient transporté de l’alun, agent tanneur utilisé pour la fabrication des cuirs et pour la teinture des tissus (Borgard, 1994). Cinq estampilles ont été relevées dont la marque HEI/VINI imprimée en creux dans un cartouche rectangulaire32 (fig. 9, n° 10). Un second timbre a été répertorié, mais seule une partie est lisible : [KBASS]EI/[RVF]I.C.V (fig. 9, n° 11). Il s’agit du nom d’un personnage, Bassaevs Rvfvs, qui fut clarissimvs vir, titre de noblesse des sénateurs et de leur famille sous l’Empire33. Le taux de fréquence des conteneurs à alun est ici anormalement important si on le compare à des contextes d’habitat de la même période. Ces rejets confirment l’installation dans ce quartier d’ateliers liés au travail du textile et du cuir, suspectée lors d’autres interventions archéologiques opérées dans le secteur34. Par ailleurs, cette hypothèse peut être confirmée également par la découverte de divers mobiliers liés à ces artisanats35. Des analyses pétrographiques ont montré que deux Agora M254 répertoriées dans cet ensemble ne sont pas d’origine africaine, mais plutôt sicilienne. Enfin, une amphore Agora K114, dite de Forlimpopoli, caractérisée par un col haut, une lèvre en bourrelet et des anses larges coudées, est également attestée. Ce conteneur vinaire originaire de la côte adriatique de l’Italie est rarement attesté à Lyon.

25Pour finir, un certain nombre d’individus reste indéterminé. En premier lieu, une amphore à pâte peu épurée de couleur orange-rouge et engobée a été retrouvée quasi-complète (fig. 10, n° 9). Elle est apparentée à un exemplaire du site de la rue des Farges à Lyon récemment publié (Desbat et alii, 2003, fig. 9, n° 11). Les auteurs l’ont alors classé parmi les productions africaines ; or un examen pétrographique de la pâte de l’amphore de ce site a montré qu’il ne s’agissait pas d’un conteneur originaire d’Afrique du Nord. Par ailleurs, deux bords identiques en forme d’entonnoir n’ont pas pu être rattachés à une production connue (fig. 10, n° 10). Enfin, deux bords à lèvre évasée à pâte orangée revêtue d’un engobe clair sont peut-être liés aux productions hispaniques tardives, mais, en l’absence d’arguments solides, ces fragments restent classés parmi les conteneurs d’origine indéterminée.

26Les nombreuses données quantitatives apportées par l’étude de cet ensemble offrent un horizon chronologique précis. L’importance numérique et la typo-chronologie des conteneurs notamment d’origine africaine ont permis de proposer une datation au milieu du iiie siècle. La physionomie de ce mobilier se rapproche de celle d’un ensemble du site 8 rue de la République/ 22-24 rue Bellecordière à Lyon (Bonnet et alii, 2003, p. 168-169).

Ensemble 2 (deuxième moitié du iiie siècle) (fig. 11)

  • 36  Dans le cadre de cette publication, seule une partie du mobilier de cet ensemble a été prise en co (...)

27Les niveaux sableux de la berge de la nouvelle Saône, datée de la seconde moitié du iiie siècle, ont fourni des quantités inférieures par rapport au lot précédent. Au total, 1 082 fragments de céramiques ont été inventoriés, soit 171 vases36.

Céramiques fines

28La sigillée du centre de la Gaule est tout d’abord représentée par des bols Drag. 33 ou les coupelles Drag. 18/31. Il faut signaler, parmi les coupes Drag. 37, un petit module à décor d’oves et de médaillons, dont le vernis est rouge-orangé (fig. 12, n° 2). Une coupe Drag. 38 également de petite taille présente un engobe orangé, caractéristique des productions tardives de Lezoux (Bet, Vertet, 1986, p. 139). Enfin, deux mortiers Drag. 45 ont été inventoriés (fig. 12, n° 1).

  • 37  La période de production est encore en cours de discussion. Alors que les sites de consommation si (...)

29La vaisselle en sigillée Claire B présente peu de formes identifiables : une coupe Desbat 15, une cruche à col court Desbat 85 et une cruche à lèvre triangulaire de grande taille (fig. 12, n° 3). Par ailleurs, certains vases n’ont pu être rattachés à une typologie connue comme celle des productions de la vallée du Rhône. Ils ont été classés ainsi parmi les céramiques à revêtement argileux non grésé. Il s’agit tout d’abord d’un gobelet à col court à vernis orange-marron et légèrement luisant et d’un fond à pied annulaire à vernis marron luisant appartenant probablement à une coupe. Il est possible que ces vases soient des productions savoyardes et annoncent l’arrivée progressive des premières céramiques luisantes37.

30Parmi les productions secondaires, la céramique métallescente est représentée par un gobelet tronconique type Niederbieber 33 originaire de Germanie. La sigillée africaine C reste anecdotique avec une assiette Hayes 50. Enfin, trois pots ovoïdes à surface lustrée et à pâte blanche complètent l’inventaire des céramiques fines.

Céramiques communes

31La vaisselle culinaire est toujours dominée par les productions siliceuses cuites en mode A, notamment par les céramiques à pâte claire engobées du val de Saône. Les formes dominantes sont semblables à celles du lot précédent : pots sans col à lèvre en amande oblique (fig. 12, n° 5), marmites à lèvre débordante quadrangulaire et plats à paroi rentrante et à lèvre en bourrelet interne. Les céramiques à pâte rouge sont moins représentées avec un pot à lèvre en bourrelet et un mortier à collerette sablé sur la paroi interne (fig. 12, n° 7). Ce dernier annonce l’utilisation de vases à broyer à pâte siliceuse au détriment des argiles calcaires qui dominaient auparavant. Ce phénomène est surtout visible aux ive et ve siècles (Ayala, 2000, fig. 25, nos 62 à 65). Enfin, un bol caréné (fig. 12, n° 6) est également une forme typique du ive siècle (Ayala, 2000, p. 215).

32La céramique commune noire présente une plus grande variété de formes, dont certaines ont été repérées dans l’ensemble précédent. Parmi les pots à cuire tout d’abord, plusieurs types ont été répertoriés : pots à lèvre en bourrelet, pots à lèvre quadrangulaire épaissie et pot à lèvre horizontale. Les marmites à col court et à lèvre débordante moulurée accompagnent différents types de plats, notamment à paroi rectiligne, rentrante ou à lèvre en bourrelet externe. Enfin, une jatte à col court et lèvre débordante (fig. 12, n° 4) et des couvercles ont également été dénombrés.

33La céramique culinaire africaine est peu variée avec des couvercles de types Hayes 182 et Hayes 196, et un plat Hayes 181. Signalons enfin la présence d’un plat à vernis rouge pompéien et d’un vase indéterminé à pâte kaolinitique.
L’ensemble de la céramique culinaire est à rapprocher de celui originaire du site de la place Tolozan à Lyon dont le contexte est daté de la deuxième moitié du iiie siècle (Bonnet et alii, 2003, p. 174-177).

  • 38  La période de découverte de l’objet a coïncidé avec celle de l’exposition sur le vin aux musées ga (...)

34La vaisselle à pâte calcaire est représentée par deux pots à lèvre évasée et à gorge interne. Outre la présence d’une cruche à lèvre en bandeau, qui a gardé son bouchon en liège, il faut noter la découverte d’un exemplaire complet, présentant une inscription peinte sur le col (fig. 13). L’étude précise du vase n’a pas pu être réalisée, toutefois une lecture rapide du titulus apporte les informations principales38. À la première ligne, le mot AMIN(EVM) est visible ; il s’agit du nom d’un cépage. La lecture de la seconde ligne indique FALERNO, région située en Campanie. Quant aux deux dernières lignes, elles sont difficiles à déchiffrer. Nous sommes donc en présence d’un récipient de petite taille ayant contenu du vin aminé originaire du Falerne, dont les crus étaient très réputés durant l’Antiquité. Les mortiers sont caractérisés par des lèvres pendantes (fig. 12, n° 7), excepté un exemplaire présentant des caractéristiques différentes. En effet, ce vase possède une collerette oblique et est estampillé à plusieurs reprises de la marque PATERNVS (fig. 14, n° 1). Ce timbre est très bien documenté à Lyon, notamment sur le site de la place des Célestins, dans un contexte du début du iiie siècle (Saison-Guichon, 2001, fig. 10, n° VII). La pâte épurée très calcaire de couleur jaune-verdâtre indique que ce mortier n’est pas d’origine locale ou même régionale. Il pourrait provenir du sud de la Gaule.

Amphores

  • 39  Les premiers exemplaires attestés à Lyon datent vraisemblablement du début du ive siècle (Villedie (...)

35Les productions gauloises sont toujours représentées par les amphores vinaires Gauloise 4, dont la morphologie ne diffère pas de celle du lot précédent.
Parmi les conteneurs ibériques, notons une évolution typologique au sein des amphores à huile de Bétique. Si elles possèdent chacune un col caractéristique des types Dressel 20 de l’époque des Sévères, leur panse en revanche paraît réduite (fig. 14, n° 2) et s’approche des modèles tardifs Dressel 23. Ces exemplaires sont des modèles de transition et annoncent l’arrivée progressive des conteneurs de petite taille. Leur première apparition date, pour les exemplaires de l’épave Cabrera 3, du milieu du iiie siècle (Bost et alii, 1992). À Augst, les premières circulent vers les années 270-280 (Martin-Kilcher, 1987, p. 58-59)39. Enfin, une amphore à saumure Almagro 50 et un conteneur de type Beltrán 68 ont également été répertoriés.

36Les importations africaines sont toujours dominantes, notamment avec les types Africaine II. Parmi celles-ci trois ont pu être rattachées à une variante précise : Africaine IIA1, Africaine IIA2 et Africaine IID. Cette dernière absente de l’ensemble précédent présente une lèvre dont la face extérieure se distingue difficilement du col par un léger sillon, ce qui la rapproche de la variante D2 (fig. 14, n° 5) (Bonifay, 2004b, p. 117). Un graffito post cocturam gravé sur le col et des traces importantes de poix à l’intérieur de la panse ont été repérés. Le contenu de ce récipient reste encore problématique (Bonifay, 2004b, p. 117). Ces conteneurs apparaissent au milieu du iiie siècle pour circuler abondamment dans la seconde moitié du siècle (Bonifay, 2004b, p. 117). D’autre part, trois Africaine II ont été découvertes sans leur col. Des restes de raisin ont été retrouvés à l’intérieur de l’une d’entre elles. Les analyses paléogénétiques ont confirmé l’existence de produit à base de raisin (Silvino et alii, à paraître). Par ailleurs, l’évolution tardive des amphores Dressel 30, originaires de Maurétanie Césarienne, a été observée. Il s’agit du type Keay IB présentant une lèvre striée en bandeau légèrement incliné et proche du col (fig. 14, n° 4). Cette amphore est généralement datée entre le iiie et le ive siècle, mais elle est avant tout bien documentée à la fin du iiie siècle, notamment sur les sites de Tarraconaise (Keay, 1984, p. 96 et 99). Il faut signaler enfin la présence d’une Agora M254 d’origine africaine (fig. 14, n° 3).

37Même si les quantités restent faibles, les importations orientales sont toujours aussi variées notamment avec les Rhodienne, Kapitän 2 et Cnossos 18. Une amphore vinaire de type Crétoise 4, très caractéristique avec ses anses de section ronde dont la partie supérieure forme une corne tournée vers le col, complète cette liste. Sa commercialisation à Lyon semble perdurer jusque dans la première moitié du iiie siècle (Lemaître, 1999, p. 242). Il est ainsi difficile d’affirmer si cet exemplaire est résiduel ou non.

38Pour finir, il faut noter la présence des productions de Sicile Agora M254 (fig. 15, nos 1 et 2), ainsi que d’un récipient vinaire Dressel 2/4, dite « tardive » (Desbat, Savay-Guerraz, 1990). Parmi ces importations italiques, signalons un type rare en Gaule qui est à rapprocher d’un exemplaire recensé à Ostie, Ostia I, 455 (fig. 15, n° 3). Cette amphore possède une pâte de couleur rouge-orange très micacée, engobée à l’extérieur. Elle est munie d’une lèvre en bourrelet et d’un petit col. L’attache supérieure des anses de section circulaire est collée directement sous la lèvre. Son aire de production est probablement située au sud de l’Italie et plus précisément en Calabre. Un modèle complet a été retrouvé dans la nécropole de Pupput en Tunisie (Bonifay, 2004a, p. 22, fig. 8, n° 3). Elle est présente à Ostie dans les strates de la première moitié du iiie siècle, avec un indice de fréquence plus élevé dans le second quart (OSTIA III, p. 487). Par ailleurs, aucun conteneur à alun de Lipari n’a été repéré.

39Parmi les modèles indéterminés, il faut signaler la présence d’un col court muni d’une lèvre en bandeau, avec des anses lenticulaires à un sillon. Sa pâte calcaire est de couleur ocre-rouge (fig. 15, n° 4).

40Malgré la faiblesse des données quantitatives, l’analyse céramologique de cet ensemble et plus précisément celle des amphores apporte des éléments d’ordre chronologique. Cette analyse nous amène à situer cet ensemble dans la seconde moitié du iiie siècle, sans toutefois la dépasser.

Ensemble 3 (milieu du ive siècle) (fig. 16)

41Cet ensemble provient des sédiments sableux de la berge de la nouvelle Saône datée du milieu du ive siècle. Au total, 710 fragments de céramique ont été comptabilisés pour 209 individus. L’état du mobilier est peu fragmentaire et la variété des productions permet d’observer des courants commerciaux. Il s’agit d’un lot représentatif de cette période.

Céramiques fines

42La vaisselle de table fournit quelques pièces en sigillée du Centre : bols Drag. 33, coupes Drag. 38 et Drag. 37, gobelet Déchelette 72 et mortier Drag. 45. Ce dernier présente une facture de mauvaise qualité avec une applique de mufle de lion assez grossière et un vernis rouge-orangé. L’ensemble de ces céramiques ne peut fournir des éléments de datation précis.

  • 40  Des analyses ont été réalisées sur des céramiques originaires du site du Bivan (L’Albenc, Isère) p (...)

43La sigillée Claire B est également présente avec des productions vraisemblablement résiduelles et d’autres revêtements argileux rhodaniens tardifs. Dans les formes anciennes, une assiette Desbat 3 (fig. 17, n° 1), un bol Desbat 15, un mortier Desbat 30, un couvercle Desbat 4 et une cruche Desbat 84 ont été inventoriés. Des vases appartenant à des phases de production postérieures ont également été répertoriés. Ces revêtements argileux sont mal maîtrisés et aucune étude typo-chronologique précise n’existe pour ce type de céramique. La plupart des modèles du Parc Saint-Georges possèdent un vernis orange-marron non grésé avec une pâte jaune très calcaire. Une grande cruche est l’unique forme fermée du lot (fig. 17, n° 5). Deux coupes à décor de guillochis munies d’une panse légèrement carénée type Lamboglia 2 représentent les modèles tardifs des types Desbat 8 (fig. 17, nos 2 et 3). Un troisième exemplaire caréné est à rapprocher d’un vase retrouvé sur le site du Groupe Cathédral de Saint-Jean (Collectif, 1986, pl. 7). Une coupe hémisphérique Lamboglia 3 et une assiette à fond plat et à lèvre à marli Lamboglia 32 (fig. 17, n° 4) complètent cette liste. Par ailleurs deux fragments de médaillons d’applique sont présents dans cet ensemble. Le premier représente probablement un aurige (fig. 17, n° 6). Quant au second, dont le vernis est d’aspect luisant, il évoque une scène érotique (fig. 17, n° 7). Les revêtements argileux rhodaniens tardifs présentent des formes du ive siècle. En effet, les ateliers de sigillée Claire B ne sont plus en activité à la fin du iiie siècle et d’autres reprennent le marché avec des productions à revêtement argileux s’inspirant de la Claire B (Desbat, 1988 ; Ayala, 1995, p. 267-26840). Certains vases inventoriés, comme les bols Lamboglia 2/Desbat 8, sont attestés dans un contexte ive siècle sur le site du Groupe Cathédral de Saint-Jean (Collectif, 1986, pl. 7) ou plus précisément dans un niveau milieu ive siècle à l’îlot Clément V à Lyon (Ayala, 2000, fig. 23, n° 17).

44Pour ce qui concerne la sigillée luisante, de nombreuses formes ont été identifiées. Cette production d’origine savoyarde, dont seul l’atelier de Portout en Savoie a été publié (Pernon, Pernon, 1990), est dorénavant largement utilisée et domine les céramiques fines. Il s’agit avant tout de coupes carénées Lamboglia 1/3 (fig. 17, nos 8 et 9), de coupes simples Lamboglia 2/37 avec décor d’ocelles (fig. 17, n° 11), de coupes carénées décorées de lunules (fig. 17, n° 10) et de mortiers Lamboglia 45. Même si l’apparition de la Luisante est datée entre la fin du iiie et le début du siècle suivant, la part importante de cette production parmi la céramique fine est un argument en faveur d’un ive siècle bien avancé, notamment avec la présence des coupes carénées Lamboglia 1/3. Par ailleurs, les proportions sont identiques à celles d’un lot daté du milieu du ive siècle sur le site de l’îlot Vieille Monnaie (Becker, Jacquin, 1989, p. 99).

45Les vases métallescents sont toujours en circulation avec notamment un gobelet tronconique Niederbieber 33 originaire de Trèves. L’absence du bord ne permet pas d’indiquer s’il s’agit d’un gobelet à col court ou à col haut. Cet exemplaire présente un décor à la barbotine blanche et également la trace d’une inscription dont les seules lettres lisibles sont IV[…] (fig. 18, n° 2). En outre, il faut signaler des coupes à bandeau dont la pâte calcaire jaune est revêtue d’un vernis marron métallisé. Si le premier est à décor guilloché, le second en revanche ne possède aucune décoration (fig. 18, n° 1). Ces vases sont probablement issus des ateliers de Bourgogne ou du Jura (Creuzenet, 1996 ; Charlier, 1996).

46Enfin, la sigillée africaine C a fourni essentiellement des assiettes Hayes 50 et Hayes 45A (fig. 18, n° 4). Une assiette à marli légèrement oblique n’a pas pu être rattachée à un type précis (fig. 18, n° 3) ; seule une assiette de type Ostia I, 113 s’en rapproche.

Céramiques communes

  • 41  Il s’agit d’une série de pâtes siliceuses dont la couleur varie de l’orange foncé au rouge. Elles (...)

47Parmi la céramique culinaire, les productions siliceuses du val de Saône sont désormais concurrencées par celles à pâte rouge semi-grossière41. Notons pour la première, des pots à lèvre en bourrelet et à lèvre en amande oblique. Un exemplaire possède une lèvre verticale. Un pot tripode de petite taille a également été répertorié. Un plat à paroi rectiligne et à lèvre en bourrelet externe (fig. 18, n° 5) et une jatte à lèvre débordante (fig. 18, n° 6) ont été répertoriés pour cette production. Les vases à pâte rouge offrent des formes plus variées : pots à lèvre en amande oblique, marmite à lèvre débordante allongée, plats à paroi rectiligne avec lèvre en bourrelet ou triangulaire et bols carénés. Ces formes sont attestées sur le site de l’îlot Clément V dans un contexte du milieu duive siècle (Ayala, 2000, nos 66 et 68). Enfin, un couvercle et un brûle-parfum engobé sur la partie externe complètent cet inventaire.

48La céramique commune noire présente des formes assez diversifiées, notamment des pots à lèvre verticale, en bourrelet, quadrangulaire ou en amande oblique. Les marmites sont à lèvre débordante moulurée à col court.
Les importations de céramique culinaire africaine sont représentées par des couvercles de type Hayes 182 et Hayes 196.
Les productions à pâte calcaire se résument à des cruches à lèvre évasée ou en bandeau, une amphorette et un pot à provisions à lèvre évasée et à gorge interne. Enfin un mortier à lèvre triangulaire complète cet inventaire.

Amphores

  • 42  Dans le sud de la Gaule, plusieurs contextes montrent encore une part importante de Gauloise 4 mêm (...)

49Parmi les productions gauloises, une amphore vinaire Dressel 2/4 accompagne les Gauloise 4. Ces dernières ne présentent aucune différence typologique par rapport à celles du iiie siècle. Elles continuent vraisemblablement à être commercialisées au ive siècle, confirmant l’analyse opérée sur le mobilier amphorique de l’îlot Clément V à Lyon (Ayala, 2000, p. 233)42. Un exemplaire est estampillé de la marque MARTIAL (fig. 18, n° 7), déjà recensée sur plusieurs exemplaires (Laubenheimer, 1985, p. 429, n° 17). S’agit-il ici d’un élément résiduel ?

  • 43  Michel Bonifay a proposé de les classer en trois variantes, ce qui a permis de clarifier la typolo (...)
  • 44  Le contenu transporté par les Keay 25 est encore incertain, même si le vin est pressenti (Bonifay, (...)
  • 45  L’analyse pétrographique de ces exemplaires a montré que ces amphores étaient fabriquées dans une (...)

50Cet ensemble montre l’arrivée de nouveaux produits et l’importation ininterrompue des conteneurs africains variés. Les formes tardives des types Africaine II ont été répertoriées avec les variantes IID et IIC2. Cette dernière apparaît pour la première fois dans cet ensemble. Elle possède une lèvre haute à face externe peu convexe (fig. 18, n° 11) ; une de ces amphores est munie de nombreuses stries dans la face interne de la lèvre. La totalité de ces exemplaires possèdent des traces de poix. Les amphores cylindriques de moyennes dimensions Keay 2543 sont majoritaires avec les sous-types 1, 3 et 2. Si le premier possède une lèvre en bandeau légèrement évasée et un fond en forme de pointe à renflement médian (fig. 19, nos 1, 8 et 9), le second plus nombreux dispose d’une lèvre épaissie et recourbée vers l’extérieur (fig. 19, nos 2 à 4). Quant au dernier sous-type, il se différencie du premier par une lèvre plus évasée et surtout un fond en forme de longue pointe cylindrique, qu’il est parfois difficile de distinguer de ceux des Keay 26 spatheion (fig. 19, n° 10). La totalité des ces amphores possèdent des traces de poix44. Deux types Keay 27A à long col à bord droit à renflement interne (fig. 19, nos 5 et 6) et une amphore à huile Tripolitaine III ont également été inventoriés. Hormis une Keay 25 originaire de la région de Salakta, aucun exemplaire n’a pu être attribué à un atelier connu. De Maurétanie Césarienne, les conteneurs à vin Keay 1B45 sont toujours commercialisés (fig. 19, n° 7), tandis que les formes Dressel 30 sont peut-être résiduelles. Par ailleurs, un col reste problématique en raison de sa morphologie. En effet, il est muni d’une lèvre en bandeau à gorge interne, sur laquelle l’attache supérieure des anses est directement collée. La panse est cannelée et revêtue d’un engobe de couleur beige (fig. 19, n° 11). L’analyse pétrographique de la pâte a démontré que ce récipient est d’origine africaine. En ce qui concerne la chronologie de ces conteneurs, les types Africaine IID et plus précisément Africaine IIC2 et Keay 25 sont caractéristiques du ive siècle (Bonifay, 2004b, p. 119-122). Seul le type Keay 25 sous-type 2 est produit entre la fin du ive et le ve siècle (idem, 2004b, p. 122). Si le début de la production ne peut pas être placé à une période plus haute, cet exemplaire doit-il nécessairement être considéré comme une intrusion ? Les conteneurs Tripolitaine III et Keay IB ne sont pas en décalage chronologique dans cette période. Cependant les amphores Keay 27A n’apparaissent pas avant le milieu du ive siècle (idem, 2004b, p. 129 et 132).

51De la péninsule ibérique, l’huile de Bétique est exclusivement transportée dans des conteneurs Dressel 23, dont un exemplaire présente une lèvre en bandeau sur laquelle l’attache supérieure des anses est collée (fig. 18, n° 9). Cette forme est apparentée aux productions d’El Tejarillo, situé dans la vallée du Guadalquivir, notamment au type II (Remesal Rodriguez, 1983), très bien documenté au ive siècle à Augst (Martin-Kilcher, 1987, Tafel 71, nos 991 à 994). Les conteneurs à saumures sont uniquement représentés par une Almagro 51A/B (fig. 18, n° 8), commercialisée principalement au ive siècle (Keay, 1984, p. 160). Elle présente un corps piriforme avec une lèvre en forme de S. Enfin, une Almagro 51C, une Matagallares 1 et une Dressel 28, probablement résiduelle, complètent ce tableau. De la même provenance, l’amphore à huile de Bétique Dressel 23 ou Terajillo II et l’Almagro 51 A/B rejoignent cette datation (Keay, 1984, p. 168). Notons, enfin, la présence d’un col apparenté aux Dressel 30, avec de grandes anses et une lèvre en bandeau. La panse est cannelée et revêtue d’un engobe clair (fig. 18, n° 10). Sa pâte est rouge-orangée calcaire à dégraissant sableux. L’atelier de Los Matagallares en Bétique a produit des Dressel 30 à coté du type Matagallares I (Bernal Casasola, 1998). Si les pâtes ocres micacées des amphores de cette officine diffèrent de celle de notre exemplaire, leur morphologie en revanche est identique. Une Dressel 30 complète issue de cet atelier présente du reste les mêmes caractéristiques typologiques. Plusieurs centres de production encore non repérés mais suspectés ont fonctionné autour de l’atelier de Los Matagallares (Bernal Casasola, 1998).

52Les importations de Méditerranée orientale se résument à des conteneurs déjà présents dans les lots précédents : Rhodienne, Crétoise 4, Célestins 1A et Augst 47. Pour les deux premiers, il s’agit probablement d’éléments résiduels.

53Les amphores italiques sont représentées par des productions insulaires, notamment par une amphore de Lipari et surtout par des Agora M254, dont un col possède un profil différent des modèles antérieurs, à savoir une lèvre plus haute et des anses plus grandes (fig. 19, n° 12).

54Il faut signaler l’existence de plusieurs amphores indéterminées. Il s’agit tout d’abord d’un col court massif muni d’une lèvre en bandeau et d’anses larges à deux sillons. La pâte calcaire à dégraissant sableux s’approche de celles des productions lyonnaises du ier siècle. Un second exemplaire se distingue par une lèvre en bandeau, sur laquelle l’attache supérieure des anses est collée (fig. 19, n° 14). Par ailleurs, une amphore de petite taille à pâte calcaire non épurée, à fond plat, lèvre en bourrelet et anses à section lenticulaire rattachées à un petit col, se rapproche des productions gauloises (fig. 19, n° 13). Lors de sa découverte, elle conservait encore à l’intérieur un important dépôt de restes organiques. Les analyses effectuées ont permis de suspecter de l’huile de palme, produit dont les vestiges archéobotaniques sont rares et les sources littéraires la mentionnant inexistantes. Devant ce caractère exceptionnel, il conviendra de procéder à des analyses supplémentaires (Silvino et alii, 2007).

  • 46  L’analyse numismatique a été réalisée par Christian Cécillon (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

55En définitive, l’ensemble du mobilier possède un faciès caractéristique du ive siècle, mais la présence d’amphores Keay 27A resserre la datation plutôt au milieu de ce siècle. Les données numismatiques corroborent cette proposition de datation (fig. 20)46. Malgré la différence des données quantitatives, cet ensemble s’apparente à celui de la période V du site de l’îlot Clément V, daté également du milieu ive siècle (Ayala, 2000, p. 211-218).

Ensemble 4 (fin ive - début ve siècle) (fig. 21)

56Ce lot de céramique provient du remplissage de structures en creux témoignant d’une fréquentation de la berge. Le mobilier présente ainsi un visage différent de celui des précédents ensembles, malgré sa faiblesse relative. Il est très hétérogène et beaucoup plus fragmentaire. Cependant la variété des types de productions conjuguée au nombre important de monnaies permet d’appréhender un horizon chronologique précis (fig. 20). Au total, 723 tessons ont été inventoriés pour 159 individus.

Céramiques fines

57Si les vases en sigillée d’origine gauloise sont dorénavant anecdotiques, les productions à revêtement argileux rhodaniennes sont toujours présentes, avec des formes comme les bols Lamboglia 2, l’assiette Lamboglia 4/36 et une assiette à lèvre oblique. La sigillée luisante est nettement majoritaire. L’essentiel du lot est toujours dominé par les coupes carénées Lamboglia 1/3 (fig. 22, nos 1 et 3). En dehors des guillochis, certains possèdent des décors d’ocelles ou de rinceaux peints. Une coupe à décor de guillochis dont la carène est plus prononcée se rapproche du type Lamboglia 1/3 (fig. 22, n° 2). Le répertoire des coupes est enrichi par deux vases carénés type Portout 34, variante 70. Si les modèles hémisphériques Lamboglia 2/37 sont absents de ce lot, en revanche les coupelles Lamboglia 3/8 complètent cette liste. Les mortiers Lamboglia 45 caractérisés par des panses sablées comptabilisent plusieurs individus. Les assiettes restent secondaires avec une forme à paroi oblique type Lamboglia 10 et une Lamboglia 4/36. La prépondérance de la céramique luisante suggère une datation dans un ive siècle bien avancé.

  • 47  Céline Brun a effectué un prélèvement pour une analyse chimique.
  • 48  La production de l’atelier ardéchois couvre la fin du ive siècle, en restant toutefois prudent sur (...)

58Parmi les productions africaines notons l’arrivée de la sigillée D, représentée par un seul fragment. Il s’agit d’un fond d’assiette indéterminée décoré de palmettes. La pâte de cette céramique reste atypique, ce qui suggère que ce vase serait plutôt originaire d’une aire de production peu connue, en l’occurrence de la région orientale de l’Algérie47. Ce changement chronologique est également conforté par l’arrivée de la dernière vaisselle fine produite en Gaule romaine, appelée communément Dérivées des Sigillées Paléochrétiennes (DSP), mais classée ici parmi les sigillées grises. Un seul fragment appartenant à une assiette à marli a été repéré. Plusieurs aires de productions sont répertoriées en Gaule (Languedoc, Provence, Aquitaine), mais ce tesson pourrait être originaire de la région de Valence où un atelier a été recensé à Saint Péray-Amour de Dieu (Feuillet, Odiot, 1992, p. 111-115). Si le début des importations de vases en sigillée Claire D à Lyon est daté du milieu du ive siècle (Villedieu, 1990 ; Ayala, 2000, p. 213), celui des sigillées grises, en revanche, est plutôt situé à la fin de ce siècle ou au début du siècle suivant (Ayala, 2000)48.

Céramiques communes

59La céramique commune noire présente un répertoire différent de celui de l’ensemble précédent. La forme dominante est le pot à cuire à lèvre en bourrelet crochu (fig. 22, n° 7), forme produite dans l’atelier de la ZAC Charavay à Lyon, daté du ive siècle (Batigne-Vallet, Lascoux, 2003). Sur le site de l’îlot Clément V, cette forme est présente dès le milieu du ive siècle (Ayala, 2000, fig. 27, n° 94). D’autres types de pots sont répertoriés : pot à lèvre verticale, pot à lèvre en amande oblique ou pot à paroi renflée. Les marmites à lèvre débordante sont minoritaires. Une jatte à lèvre débordante (fig. 22, n° 6) et un second exemplaire à épaule carénée figurent également dans ce lot (fig. 22, n° 5). Enfin des couvercles et un plat à paroi rentrante complètent cette liste.

60La vaisselle culinaire à pâte rouge comprend tout d’abord plusieurs types de pots à cuire : pots à gorge interne, pot à col muni d’une lèvre en bourrelet (fig. 22, n° 4) et pot à lèvre verticale, forme également produite en commune noire. Un col à lèvre en amande oblique et à col haut appartient probablement à un pichet. Enfin, un mortier à lèvre triangulaire à engobe micacé et des couvercles complètent le répertoire très restreint de ce type de production.

61L’indice de fréquence de la commune claire est très faible. Les formes reconnues sont une amphorette ou vase de stockage et un mortier à lèvre pendante. Le déclin des céramiques à pâte calcaire est visible sur le site de l’îlot Clément V dans les niveaux du ve siècle (Ayala, 2000, p. 221).

Amphores

62Les produits africains sont toujours dominants avec une Africaine IIC2 et une Keay 25 sous-type 2 (fig. 22, n° 8). Un fond très effilé appartient vraisemblablement à une amphore cylindrique de petites dimensions Keay 26 spatheion (fig. 22, n° 9), même si parfois il est très difficile de les distinguer de ceux des Keay 25 sous-type 2. Ce type de conteneur apparaît sur les sites de consommation entre la fin du ive siècle et le début du siècle suivant (Ayala, 2000, p. 222 ; Bonifay, 2004b, p. 125-129).

63Le matériel amphorique oriental se résume à des Rhodienne probablement résiduelles et un fragment dont la conservation ne permet pas de préciser s’il appartient au type mono-ansé Agora F65/66 ou au modèle tardif Late Roman Amphora 3.

64Les amphores à huile de Bétique du type Dressel 23 sont attestées, ainsi que les amphores Matagallares 1 et Almagro 51 A/B. Une Agora M254 d’origine italique et des Gauloise 4, certainement résiduelles, parachèvent le tableau des importations amphoriques.

Divers

65L’une des particularités de ce lot est la découverte de la moitié d’une lampe à huile d’origine africaine. Il s’agit du type Atlante VIII formé d’un bandeau convexe décoré de palmes et d’un disque décoré d’un buste de personnage indéterminé (fig. 22, n° 10). Si le façonnage de cette lampe reste atypique, l’analyse chimique de la pâte indique une origine proche des productions d’El Mahrine, situé au nord-ouest de la Tunisie (Mackensen, 1993). Ce type de lampe est fréquent dans les contextes de la fin du ive et du début du ve siècle (Bonifay, 2004b, p. 360).
L’ensemble de ces indices conjugué aux données monétaires conduit à proposer une datation probable à la fin du ive siècle, en annonçant le siècle suivant.

Conclusion

66Issus d’un site urbain à longue durée d’occupation, où les quantités varient sensiblement d’un ensemble à l’autre, les lots étudiés n’offrent pas une évolution parfaitement linéaire des différentes catégories de production, limitant ainsi la portée des comparaisons. Cependant, ces ensembles possèdent de nombreuses particularités qui leur confèrent une originalité. En premier lieu, les quantités variables sont compensées par la bonne conservation des vases. La plupart des céramiques sont peu fragmentées, ce qui est en partie dû aux contextes d’enfouissement. Par ailleurs, le phénomène de résidualité, hormis peut-être pour le dernier contexte, est peu fréquent, permettant de raisonner avec des statistiques fiables notamment pour les gros ensembles.

67L’analyse de ces lots dégage ainsi des faciès céramiques du milieu du iiie siècle au début du ve siècle. Elle permet de suivre l’évolution des arrivages de produits divers à Lyon, à une époque tardive de l’Antiquité et de compléter par conséquent les divers travaux publiés sur ce sujet.

Les céramiques fines

Les sigillées gauloises (fig. 23)

68Les productions du sud de la Gaule sont éclipsées progressivement par celles du Centre à partir du début du IIe siècle, pour devenir minoritaires au siècle suivant. En effet, les vases originaires de divers centres comme Lezoux sont importés massivement avec principalement une association de formes caractéristiques de cette période : coupes Drag. 37 et Drag. 38, mortiers Drag. 45 et gobelets Déchelette 72. Le taux de fréquence de ce type de production devient à son tour faible au ive siècle, sous l’effet de la concurrence des sigillées Claire B et luisante.

La sigillée Claire B (fig. 24)

69Cette production originaire de la vallée du Rhône apparaît dès la première moitié du iie siècle et concurrence fortement les sigillées du sud dans un premier temps, puis celles du centre de la Gaule. À partir du milieu du iiie siècle, elle domine la catégorie des céramiques fines avec notamment l’association classique de pots Desbat 67 et de coupes Desbat 15. Quelques formes secondaires comme les assiettes Desbat 3, coupes à collerette Desbat 27 ou vases à médaillons accompagnent également ce binôme. Il faut signaler la présence de fragments de médaillons d’applique. De nouvelles formes apparaissent, originaires d’ateliers rhodaniens méconnus, dont la durée de production s’étale jusqu’au siècle suivant. Il s’agit essentiellement de cruches à deux anses de grandes dimensions, d’assiettes à paroi rectiligne et plus tardivement de coupes Desbat 8/Lamboglia 2. Cette vaisselle est progressivement remplacée par la sigillée luisante au ive siècle.

La sigillée luisante (fig. 25)

70La vaisselle issue des ateliers savoyards, dénommée luisante, semble parvenir à Lyon entre la fin du iiie et le début du ive siècle, ce que le mobilier du Parc Saint-Georges paraît confirmer. Son indice de fréquence est très élevé au milieu de ce siècle avec un répertoire morphologique varié. Les coupes Lamboglia 2/37 sont minoritaires par rapport aux modèles carénés Lamboglia 1/3 et aux mortiers Lamboglia 45, qui dominent largement ce type de production, jusqu’au début du siècle suivant.

Image25

Fig. 25. Répartition des principales formes en sigillée luisante recensées.

Les sigillées africaines (fig. 26)

  • 49  Il faut signaler la présence d’un plat Hayes 99B dans un ensemble du viie siècle.

71Ces produits originaires de la province de Proconsulaire ou de Byzacène possèdent un taux de fréquence assez faible par rapport aux productions gauloises. Si la sigillée A tend à disparaître, la sigillée C perdure jusqu’auive siècle, avec notamment des assiettes Hayes 50. D’autres formes, comme les assiettes Hayes 45A ou Hayes 48A, au nombre marginal, ont également été répertoriées. Il faut signaler quelques exemplaires atypiques par leur forme et leur pâte. Enfin, malgré des données quantitatives faibles, la vaisselle africaine tardive, la sigillée D, apparaît entre la fin du ive et le début du ve siècle49.

La céramique métallescente

72Ce type de production représente également un faible pourcentage parmi les céramiques fines. L’apparition de cette vaisselle se situe au début du iiie siècle avec essentiellement des gobelets tronconiques de type Niederbieber 33. L’absence du col sur certains exemplaires ne permet pas de vérifier leur évolution typologique tout le long de ce siècle. Notons également la présence d’un bol à marli dans la deuxième moitié du iiie siècle. Quelques fragments sont attestés au milieu du siècle suivant, notamment deux jattes à bandeau et un gobelet à col tronconique en bon état de conservation. Après examen attentif des vernis et des pâtes, il s’avère que deux groupes se distinguent. Le premier, de meilleure facture, se rattache aux ateliers trévires, tandis que le second, minoritaire, est apparenté aux productions bourguignonnes ou du Jura avec des vernis marron et des pâtes calcaires jaunes très caractéristiques.

Les autres céramiques

73Elles possèdent au sein des céramiques fines une place marginale, voire anecdotique. Signalons toutefois un fragment d’assiette à marli en sigillée grise (DSP) dans un ensemble daté entre la fin du ive siècle et le début du siècle suivant.

Les céramiques communes

Les céramiques communes noire et rouge (fig. 27)

74Le répertoire typologique de ces vaisselles culinaires, appelées communes rouge et noire par commodité, présente une grande variété notamment pour les ensembles du iiie siècle. La première regroupe les vases à pâte grossière sableuse et les produits originaires du val de Saône, dont les pâtes fines et compactes présentent une qualité supérieure. Cette vaisselle prédominante est représentée essentiellement par des marmites, des pots et des plats à cuire accompagnés de quelques couvercles et de jattes. La mise au jour d’un pot poissé contenant des restes organiques dans cette production attire notre attention. Cette forme, habituellement classée parmi les vases culinaires, a apparemment servi comme récipient à provisions. Sans remettre en question les fonctions des vases, cet exemple indiquerait une polyvalence des céramiques, même s’il s’agit ici d’un unicum. Rien ne permet de corroborer cette hypothèse, sans que l’on puisse pour autant l’écarter. Des formes analogues se retrouvent parmi la céramique commune noire. Si les productions à pâte rouge se maintiennent à un même taux tout au long de ce siècle, la vaisselle culinaire à pâte noire est constamment secondaire durant cette période. Toutefois, cette dernière semble redevenir dominante au milieu du ive siècle, avec notamment des formes nouvelles comme les pots à lèvre en bourrelet crochu. Les productions du val de Saône semblent s’essouffler auive siècle au profit des vases à pâte rouge grossière représentés notamment par des bols carénés. Quant aux céramiques à feu, un changement s’opère entre le iiie et le ve siècle. Pour le premier ensemble, les pots à cuire représentent la moitié des récipients ; les plats à cuire et les marmites se partagent l’autre moitié. Cette répartition est visible dans la plupart des vaisseliers lyonnais de cette période (Bonnet et alii, 2003). En revanche, les plats et les marmites sont très minoritaires dans les contextes du ive et du ve siècle. Quant aux mortiers à pâte siliceuse, leur première apparition date de la seconde moitié du iiie siècle.

Les céramiques communes d’importation (fig. 28)

75La vaisselle africaine est relativement abondante à partir du début du iiie siècle. Les qualités supérieures des productions africaines expliquent en partie leur succès. Les vases importés sont des plats Hayes 181, des marmites à fond bombé Hayes 197 et Hayes 23, et des couvercles Hayes 182 et 196. Ils perdurent jusqu’au ive siècle avec toutefois un net recul à la fin de ce siècle. Il faut noter l’identification d’un bol à marli d’origine africaine rarement attesté en Gaule. Par ailleurs, il faut signaler l’absence de céramiques communes d’origine orientale, dont la diffusion est attestée dans le sud de la Gaule (Cathma, 1987). Quant aux plats à vernis rouge pompéien, ils sont certes en nombre restreint, mais ils figurent tout au long du iiie siècle. Les exemplaires attestés au milieu du siècle suivant sont certainement des éléments résiduels. En effet, la plupart des ensembles céramiques lyonnais du ive siècle présentent rarement des plats à vernis rouge pompéien (Ayala, 2000, fig. 3).

La céramique commune claire

76Ce type de production est minoritaire au sein des céramiques communes. Il est représenté par trois formes de vases : cruches, mortiers et pots à provisions. Toutefois, la présence de cette vaisselle destinée au stockage ou à la préparation des aliments semble être constante tout au long du iiie jusqu’au milieu du ive siècle, tandis qu’elle disparaît dans le dernier lot, remplacée désormais par des productions à pâte siliceuse, notamment pour ce qui concerne les vases à liquide et les mortiers. Par ailleurs, un nombre important de cruches présentent la particularité d’avoir gardé des restes organiques et quelquefois leur bouchon en liège. Ces découvertes renforcent l’hypothèse qui suggère que ces récipients n’étaient pas destinés au service de table, mais plutôt au transport et à la vente au détail de produits divers. La présence dans l’ensemble 2 d’une cruche munie d’une inscription peinte, mentionnant un produit précis, corrobore cette hypothèse.

Les amphores (fig. 29)

77Depuis les premières études dans les années 80, les connaissances des amphores tardives en usage à Lyon se sont formellement améliorées. L’identification des types, la détermination de leur origine, ainsi que de leur(s) contenu(s) sont plus précises, même s’il reste encore des lacunes. Le volume du matériel amphorique non identifié passe en 20 ans de 40 % à seulement 10 % pour celui du Parc Saint-Georges. Ces progrès permettent de vérifier le maintien des relations de Lugdunum avec les principales régions exportatrices de l’Empire, notamment avec les provinces africaines.

78Il n’est pas surprenant de constater au iiie siècle un fort pourcentage des amphores de Gaule Narbonnaise, dominées principalement par le type Gauloise 4. Leur taux de fréquence est encore très important au milieu du siècle suivant, la fin de la production semblant se situer plutôt vers la fin de ce siècle. Quant à l’origine du vin transporté, plusieurs pistes sont possibles. Cette amphore produite dans le sud de la Gaule a probablement servi au transport du vin de Narbonnaise (Laubenheimer, 1985). Mais la découverte de navires à dolia au large des côtes du sud de la France, atteste l’arrivée de crus hispaniques ou italiques exportés en vrac (Carré, 2004). Ces produits étaient ensuite transvasés et commercialisés dans des conteneurs divers, comme des amphores produites localement. Les Gauloise 4 ont pu ainsi servir à la redistribution de ces denrées (Desbat, 2004, p. 294-295).

79De la péninsule ibérique, les amphores à huile de Bétique Dressel 20 sont progressivement remplacées, à partir de la deuxième moitié du iiie siècle, par les modèles tardifs Dressel 23 dont les importations perdurent jusqu’au début du ve siècle. Les sauces de poissons proviennent principalement de Lusitanie à partir de la fin duiiie siècle dans les Almagro 51C et également à partir du milieu du ive siècle dans les Almagro 51A/B. Certaines d’entre elles pourraient être originaires des côtes andalouses. Elles sont encore présentes dans des contextes du début du ve siècle. Quant au vin de Bétique, il a probablement été transporté en partie par les amphores Matagallares I, récemment recensées dans la région lyonnaise. Ces conteneurs, attestés abondamment auiiie siècle et au début du siècle suivant, n’apparaissent plus dans les ensembles du milieu du ive siècle. Par ailleurs, les crus hispaniques ont pu être commercialisés dans des conteneurs que nous commençons seulement à identifier dans la région, comme les imitations de Dressel 30 ou les Beltrán 68. À partir du milieu du iiie siècle, les denrées d’origine hispanique sont fortement concurrencées par les produits nord-africains.

  • 50  Un conteneur africain de type con orlo a fascia a été identifié dans un ensemble daté du viie sièc (...)

80La pénétration des amphores africaines dans le marché lyonnais était jusqu’ici considérée comme timide auiiie siècle, pour devenir importante seulement au siècle suivant. Or les données du Parc Saint-Georges montrent que leur indice de fréquence est très important dès le milieu du iiie siècle et cela jusqu’au début du ve siècle. Les types identifiés permettent de percevoir des courants d’échanges privilégiés avec tout d’abord la province de Proconsulaire et en second lieu avec celles de Tripolitaine et de Maurétanie Césarienne. L’huile africaine est commercialisée dans les types Africaine I et Tripolitaine III qui disparaissent rapidement au début duive siècle. Les amphores Africaine IIA, IIB et IIC précoce sont abondantes au milieu du iiie siècle, pour être progressivement remplacées par les modèles Africaine IID à partir de la deuxième moitié de ce siècle. Les variantes tardives Africaine IIC2 apparaissent dans les ensembles du milieu du ive siècle simultanément avec les types Keay 27A. Au début du ive siècle, les amphores de dimensions moyennes type Keay 25 sont commercialisées à Lyon jusqu’au siècle suivant avec différentes variantes. Les amphores cylindriques de petites dimensions Keay 26 ou spatheia semblent apparaître dès la fin du ive siècle et sont attestées avec quelques amphores cylindriques de grandes dimensions jusqu’auve siècle. Les conteneurs vinaires de Maurétanie Césarienne Dressel 30 sont remplacés progressivement par les types Keay 1B à partir de la fin du iiie siècle. Ces derniers perdurent jusqu’au milieu du siècle suivant. Par ailleurs, même si leur nombre est inférieur aux exemplaires italiques, quelques conteneurs vinaires Agora M254 d’origine africaine sont importés du iiie siècle jusqu’au milieu du ive siècle50.

81Les importations d’amphores de Méditerranée orientale du iiie et duive siècle sont complétées par des types récemment déterminés ou rares dans la région lyonnaise : Agora G199, Cnossos 18, Célestins 1A et Bitronconique égyptienne. Leur nombre d’individus est tout de même faible par rapport à celui des conteneurs vinaires fréquents, Käpitan I et II, Agora F65/66 et Rhodienne. Ces récipients sont très bien représentés dans les lots du iiie siècle et du début du siècle suivant, pour devenir par la suite marginaux.

82Enfin, les amphores italiques sont certes minoritaires, mais plusieurs types ont été identifiés. Les Agora M254 transportant probablement du vin de Sicile sont commercialisées duiiie jusqu’au milieu du ive siècle. Quant aux amphores à alun de Lipari, elles restent très abondantes au iiie siècle, pour disparaître au siècle suivant.

83Si la régression supposée de la position commerciale de la ville de Lyon à partir duiiie siècle, en raison de la perte de son statut politique, avait été démentie par les études antérieures (Villedieu, 1990 ; Ayala, 2000), l’apport de la nouvelle documentation fournie par la fouille du Parc Saint-Georges invite à réévaluer la vitalité de l’économie, de la consommation et des échanges commerciaux à Lyon à partir duiiie siècle. En effet, la diversité des céramiques enregistrées laisse entrevoir une cité lyonnaise dynamique et cosmopolite, carrefour important de l’empire occidental, à la charnière du monde méditerranéen et des provinces nordiques.

84Remerciements
Je tiens à remercier ici tout particulièrement Grégoire Ayala pour la confiance qu’il m’a accordée en me confiant le dossier des céramiques antiques de la fouille du Parc Saint-Georges. Mes remerciements s’adressent également à Michel Bonifay, Claudio Capelli et Céline Brun pour leurs nombreuses informations sur les productions africaines. Je remercie enfin Armand Desbat pour la relecture de ce texte.

Bibliographie

Anselmino L., Coletti C. M., Ferrantini M.-L., Panella C., 1986, « Ostia. Terme del Nuotatore », in : Giardina A. dir., Società romana e impero tardoantico. III. Le merci, gli insediamenti, Rome, p. 45-81.

Arlaud C. dir., 2000, Lyon, les dessous de la presqu'île (Bourse-République-Célestins-Terreaux) : sites Lyon parc auto, Lyon, S.R.A., 280 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 20).

Ayala G., 1994, « La céramique gallo-romaine », in : Arlaud C., Burnouf J., Bravard J.-P., Lurol J.-M., Verot-Bourrely A., Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’îlot Tramassac, Lyon, S.R.A., p. 79-92 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 10).

Ayala G., 1995, « Un lot céramique du Bas-Empire, Le Bivan, l’Albenc (Isère) », R.A.N., 27-28, p. 253-268.

Ayala G., 2000, « Lyon Saint-Jean : évolution d’un mobilier céramique au cours de l’Antiquité tardive », R.A.E., t. 49-1998, p. 207-247.

Ayala G., 2005, Lyon (Rhône). La fouille du Parc Saint-Georges, place Benoît Crépu. Histoire d’un bord de Saône, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon.

Ayala G., 2007, « Lyon. Évolution d’un bord de Saône de l’Antiquité à nos jours : la fouille du Parc Saint-Georges, bilan préliminaire », R.A.E., t. 56-2007, p. 153-183.

Barraud D., Bonifay M., Dridi F., Pichonneau J.-F., 1998, « L’industrie céramique de l’Antiquité tardive », in : Ben Hassen H., Maurin L., Uthina (Oudhna) : la redécouverte d’une ville antique de Tunisie, Bordeaux-Paris-Tunis, Ausonius publication, p. 139-167.

Batigne-Vallet C., Lascoux J.-P., 2003, « L’atelier de terre cuite du IVe siècle après J.-C. de la ZAC Charavay à Lyon-Vaise (Rhône) », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Saint-Romain-en-Gal, 2003, p. 229-235.

Becker Ch., Jacquin P., 1989, « La sigillée du centre de la Gaule dans trois ensembles de la fin du IIIe siècle au milieu du IVe siècle sur le site de l’îlot Vieille Monnaie à Lyon », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Lezoux, 1989, p. 93-100.

Beltrán Lloris M., 1970, Las ánforas romanas en España, Saragosse (Monografias arqueologicas, VII).

Bernal Casasola D., 1998, Los Matagallares (Salobrena, Granada) : un centro romano de produccion alfarera en el siglo III d. C., Salobreña.

Bernal Casasola D., 2000, « La produccion de ánforas en la Bética en el s. III y durante el Bajo Imperio romano », in : Acta Congreso Internacional Ex Baetica Amphorae, Séville-Ecija, 1998, Ecija, p. 239-379.

Bertrand É., 1997, « Les importations de céramiques africaines à Lyon (sigillées claires, céramique culinaire) », R.A.E., t. 47-1996, p. 233-245.

Bet Ph., Vertet H., 1986, « Centre de production de Lezoux », in : Bémont C., Jacob J.-P., La terre sigillée gallo-romaine. Lieux de production du Haut-Empire : implantations, produits, relations, p. 138-144 (Documents d’Archéologie Française, 6).

Bonifay M., 1986, « Observations sur les amphores tardives de Marseille d’après les fouilles de la Bourse (1980-1984) », R.A.N., 19, p. 239-305.

Bonifay M., 2003, « La céramique africaine, un indice du développement économique ? », Antiquité tardive, 11, p. 113-128.

Bonifay M., 2004a, « Observations préliminaires sur la céramique de la nécropole de Pupput », in : Ben Abed A., Griesheimer M. dir., La nécropole romaine de Pupput, Rome, École Française de Rome, p. 21-57 (Collection de l’École Française de Rome, 323).

Bonifay M., 2004b, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford (BAR International series, 1301).

Bonifay M., Villedieu F., 1989, « Importations d’amphores orientales en Gaule (Ve-VIIe) », Bull. de Correspondance Hellénistique, Recherches sur les céramiques byzantines, Suppl. XVIII, Paris, p. 17-46.

Bonnamour L., 1987, « Chronique archéologique », in : Mémoires de la société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône, 56, p. 15-51.

Bonnet Ch., 1998, « Nouvelles formes d’amphores orientales, place des Célestins à Lyon ? », in : Laubenheimer F. dir., Les amphores en Gaule : production et circulation, vol. 2, p. 237-244.

Bonnet Ch., Lemaître S., 2000, « Des amphores de type Matagallares I importées à Lyon ? », in : Acta Congreso Internacional Ex Baetica Amphorae, Séville-Ecija, 1998, Ecija, p. 817-824.

Bonnet Ch., Batigne-Vallet C., Delage R., Desbat A., Lemaître S., Marquié S., Silvino T., 2003, « Mobilier céramique du IIIe siècle à Lyon : le cas de trois sites de la ville basse », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Saint-Romain-en-Gal, 2003, p. 145-181.

Borgard Ph., 1994, « L’origine lipariote des amphores ‘Richborough 527’ et la détermination de leur contenu », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Millau, 1994, p. 197-203.

Bost J.-P., Campo M., Colls D., Guerrero V., Mayet F., 1992, L'épave Cabrera III (Majorque) : échanges commerciaux et circuits monétaires au milieu du IIIe s. ap. Jésus-Christ, Paris, Centre Pierre / éd. de Boccard, 233 p.

Brun J.-P., Lecacheur P., Pasquilini M., 1992, « Les amphores du port antique de Toulon », in : Laubenheimer F. dir., Les amphores en Gaule : production et circulation, Actes de la table ronde internationale, Metz, 1990, Paris, Les Belles Lettres, p. 119-122.

Carré M.-B., 2004, « Transport en vrac », in : Brun J.-P., Poux M., Tchernia A., Le vin : nectar des dieux, génie des hommes, Gollion, p. 276-277.

Carreras Montfort C., 1999, « Miscelánea : las otras ánforas del Monte Testaccio », in : Estudios sobre el Monte Testaccio (Roma), I, p. 91-98 et fig. p. 198-201.

CATHMA, 1987, Groupe C.A.T.H.M.A., « Importations de céramiques communes méditerranéennes dans le Midi de la Gaule (Ve-VIIIe s.) », in : IVe Congresso de Cerâmica medieval do Mediterrâneo occidental, Lisbonne, 1987.

harlier F., 1996, « L’atelier de potiers gallo-romain de Chaumergy », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Dijon, 1996, p. 491-497.

Collectif, 1986, « Céramiques tardives à revêtement argileux des Alpes du nord et de la vallée du Rhône », Figlina, 7, p. 19-50.

Congès G., Leguilloux M., 1991, « Un dépotoir de l’Antiquité tardive dans le quartier de l’Esplanade à Arles », R.A.N., 24, p. 201-234.

Creuzenet F., 1996, « Sigillée, parois fines et métallescente produites en Bourgogne », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Dijon, 1996, p. 81-97.

Dangréaux B., Desbat A., 1988, « Les amphores du dépotoir du Bas-de-Loyasse à Lyon », Gallia, 45, p. 115-154.

Darton A., 1972, « La sigillée claire B de la Vallée du Rhône », Revue des Études Ligures, 38, 2, p. 137-189.

Desbat A., 1980, Les céramiques fines rhodaniennes à vernis argileux, dites sigillées claires B et luisantes : étude du matériel lyonnais des IIème et IIIème siècles, Thèse de 3ème cycle dactylographiée, Lyon III.

Desbat A., 1981, « Vases à médaillons d’applique des fouilles récentes de Lyon », Figlina, 5-6.

Desbat A., 1988, « La sigillée Claire B : état de la question », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Orange, 1988, p. 91-99.

Desbat A., 2002, « L’atelier de sigillée claire B de Saint-Péray, Grimpeloup (Ardèche) », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Bayeux, 2002, p. 387-399.

Desbat A., 2004, « Le commerce des vins à Lugdunum », in : Brun J.-P., Poux M., Tchernia A., Le vin : nectar des dieux, génie des hommes, Gollion, p. 254-262.

Desbat A., Godard C., 1999, « La chronologie des céramiques métallescentes : l’exemple de Lyon », in : Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 18 mars 1995, p. 377-391 (8ème suppl. à la RCRFA).

Desbat A., Picon M., 1996, « Les céramiques métallescentes de Lyon : typologie, chronologie et provenance », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Dijon, 1996, p. 475-488.

Desbat A., Savay-Guerraz H., 1990, « Note sur la découverte d’amphores Dressel 2/4 italiques tardives, à Saint-Romain-en-Gal (Rhône) », Gallia, 47, p. 203-212.

Desbat A., Lemaître S., Silvino T., 2003, « Les amphores de la rue des Farges à Lyon : le dépotoir E4 », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Saint-Romain-en-Gal, p. 219-227.

Devauges J.-B., 1979, « Informations archéologiques, Circonscription de Bourgogne », Gallia, 37, p. 461 et fig. 25.

Empereur J.-Y., 1998, « Les amphores complètes du Musée d’Alexandrie : importations et productions locales », Bull. de Correspondance Hellénistique, suppl. 33, p. 393-399.

mpereur J.-Y., Picon M., 1992, « La reconnaissance des ateliers céramiques : l’exemple de la Maréotide », Cahiers de la Céramique Égyptienne, 3, p. 145-152.

Étienne R., Mayet F., 2002, Salaisons et sauces hispaniques,Paris, E. de Boccard, 274 p. (Trois clés de l’économie de l’Hispanie romaine, 2).

Feuillet M.-P., Odiot T., 1992, « L’atelier de Saint-Péray, Amour de Dieu », in : Desbat A., Laroche C. dir., Les ateliers céramiques antiques de la moyenne vallée du Rhône, programme collectif de recherche H13, rapport d’activités 1990-1992, p. 111-115.

Galliou P., 1990, « Afrique et Armorique : à propos d’une amphore d’Afrique du Nord mise au jour à Rennes », Antiquités Africaines, 26, p. 223-229.

Garcia Vargas E., 1998, La produccion de anforas en la bahia de Cadiz en epoca romana (siglos II A.C. – IV D.C.), Ecija.

Godard C., Leblanc O., 1996, « La céramique micacée sur les sites de Vienne (Isère) et de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Dijon, 1996, p. 499-502.

Hayes J. W., 1972, Late Roman Pottery, London, British School at Rome, xxvii-477 p.

Jegaden M., 1986, La céramique commune du dépotoir (110-150 ap. J.-C.) du site le clos du ‘Verbe Incarné’ à Lyon, Mémoire de Maîtrise dactylographié, Université Lyon 2.

Joly M., 1996, « Terra nigra, terra rubra, céramiques à vernis rouge pompéien, peintes et communes : répertoire, chronologie et faciès régionaux en Bourgogne romaine », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Dijon, 1996, p. 111-138.

Keay S. J., 1984, Late Roman Amphorae in the Western Mediterranean : a typology and economic study : the Catalan evidence, Oxford, 2 vol. (BAR International series, 196).

Lamboglia N., 1958, « Nuove osservazione sulla ‘terra sigillata chiara’ I, tipi A et B », Revue d’Études Ligures, 24, p. 257-330.

Landry C., 2003, « Les céramiques du IIIe siècle sur le site du Thovey (Haute-Savoie) », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Saint-Romain-en-Gal, 2003, p. 115-121.

Laubenheimer F., 1985, La production des amphores en Gaule Narbonnaise, Paris, les Belles Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 66).

Lemaître S., 1997, « L’amphore de type Agora F65/66, dite ‘mono-ansée’ : essai de synthèse à partir d’exemplaires lyonnais », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Le Mans, 1997, p. 311-319.

Lemaître S., 1999, Les importations d’amphores orientales dans la vallée du Rhône de l’époque d’Auguste à la fin du IIIe siècle ap. J.-C., Thèse de doctorat, Université Lumière Lyon II.

Lemaître S., Waksman Y., Reynolds P., Roumie M., Nsouli B., 2005, « À propos de l’origine levantine de plusieurs types d’amphores importés en Gaule à l’époque impériale », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Blois, 2005, p. 515-528.

Lequément R., 1980, « Le vin africain à l’époque impériale », Antiquités Africaines, 16, p. 185-193.

Liou B., Silvino T., 2005, « Les inscriptions peintes sur amphores du Parc Saint-Georges », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Blois, 2005, p. 721-727.

Long L., 1998, « Inventaire des amphores du Rhône à Arles : un aspect des échanges à l’époque impériale », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Istres, 1998, p. 85-95.

Mackensen M., 1993, Die spätantiken Sigillata- und Lampentöpfereien von El Mahrine (Nordtunesien) : Studien zur nordafrikanischen Feinkeramik des 4. bis 7. Jahrhunderts, Munich, Beck (Müncherner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 50).

Manacorda D., 1977, « Le anfore », in : Ostia IV, p. 117-285.

Marquié S., 2001, « Les médaillons d’applique rhodaniens de la place des Célestins à Lyon », R.A.E., t. 50-1999/2000, p. 239-292.

Martin-Kilcher S., 1987, Die Römischen Amphoren aus Augst und Kaiseraugst, Die Südspanischen Ölamphoren, Augst (Forschungen in Augst, 7/1).

Martin-Kilcher S., 1994, Die Römischen Amphoren aus Augst und Kaiseraugst, Augst (Forschungen in Augst, 7/2-3).

Mayet F., Tavares da Silva C., 1998, L’atelier d’amphores de Pinheiro (Portugal), Paris.

Mayet F., Tavares da Silva C., 2002, L’atelier d’amphores d’Abul (Portugal), Paris.

Meylan Krause S., 2002, Domus Tiberiana : analyses stratigraphiques et céramologiques, Oxford, Archaeopress, XII-309 p. (BAR International series, 1058).

Monsieur P., Braeckman K., 1995, « Romeinse amforen in de vicus Velseke », Handelingen van het Zohengems genootschap voor Geschiedenis en Oudheidkunde, 7, p. 289-316.

OSTIA III : Carandini A., Panella C. dir., Ostia III : le terme del nuotatore : scavo degli ambienti III, VI, VII : scavo dell'ambiente V e di un saggio nell'area SO / Seminario di archeologia e storia dell'arte greca e romana dell'Università di Roma, Rome,De Luca, 2 vol. (Studi Miscellanei, 21).

OSTIA IV : Carandini A., Panella C., dir., Ostia IV : le terme del nuotatore, scavo dell'ambiente XVI e dell'area XXV, Rome,De Luca, 1977 (Studi Miscellanei, 23).

Panella C., 1982, « Le anfore africane della prima, media e tarda età imperiale, tipologia e problemi », in : Actes du colloque sur la céramique antique, Carthage, 23-24 juin 1980, Carthage, p. 171-186.

Panella C., 1983, « I contenitori oleari presenti ad Ostia in età antonina : analisi tipologica, epigrafica, quantitativa », in : ‘Produccion y commercio del aceite en la Antigüeda’, Segundo congresso internacional, Séville, 24-28 février 1982, Madrid, p. 225-262.

Panella C., 1992, « Mercato di Roma e anfore galliche nella prima età imperiale », in : Laubenheimer F. dir., Les amphores en Gaule : production et circulation, vol. 2, p. 185-206.

Parker A. J., 1977, « Lusitanian Amphoras », in Méthodes classiques et méthodes formelles dans l'étude des amphores, Rome, p. 35-46 (Collection de l’École Française de Rome, 32).

Pasquet A., 1996, « Les mortiers en céramique commune de Bourgogne : les caractéristiques de la production », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Dijon, 1996, p. 99-109.

Pernon J., Pernon Ch., 1990, Les potiers de Portout : production, activité et cadre de vie d’un atelier au Ve siècle ap. J.-C. en Savoie, Paris, éd. du CNRS, 220 p. (20ème suppl. à la R.A.N.).

Picon M., 2001, « Amphores Richborough 527 d’origine mélienne : amphores à alun de l’île de Mélos, Grèce », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Lille-Bavay, 2001, p. 393-398.

Piton J., 1998, « Contexte amphorique du début du Ve siècle à Arles », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Istres, 1998, p. 107-115.

Raynaud Cl., 1990, Le village gallo-romain et médiéval de Lunel Viel, Hérault : la fouille du quartier ouest, 1981-1983, Besançon, Les Belles Lettres, 353 p. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 97).

Remesal Rodriguez J., 1983, « Transformaciones en la exportacion del aceite bético a mediados del siglo III d. C. », in : Produccion y commercio del aceite en la Antigüeda, Segundo congresso internacional (Séville, 24-28 février 1982), Madrid, p. 115-131.

Riley J. A., 1979, « The coarse pottery from Benghazi, Excavations at Sidi Khrebish Benghazi (Berenice) II », Lybia Antiqua, Suppl. 5, p. 112-236.

Saison-Guichon A., 2001, « Mortiers de cuisine en céramique commune claire à Lyon », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Lille-Bavay, 2001, p. 465-478.

Silvino T., 2001, « Les importations d'amphores à huile de Bétique à Lyon du Ier siècle av. J.-C. au IIIe ap. J.-C. : étude préliminaire », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Lille-Bavay, 2001, p. 331-346.

Silvino T., Hänni C., Maudet C., Dufraîsse M., 2007, « Lyon, Saint-Georges : identification et origine de résidus organiques contenus dans les céramiques antiques », in : Actes du congrès des Late roman coarse wares, cooking wares and amphorae in the Mediterranean, Aix-en-Provence, 2005 (B.A.R., Int. Series, 1662-i).

Sternberg M., 2000, « Les productions de la fabrique de salsamenta de Neapolis (Nabeul, Tunisie) », Mélanges de l’École Française de Rome - Antiquité, 112, p. 135-153.

Villedieu F., 1984, Turris Libisonis : Fouille d’un site romain tardif à Porto Torres, Sardaigne, Oxford (BAR International series, 224).

Villedieu F., 1985, « Amphores et vaisselles en usage à Lyon du IVe au VIe s. : activités économiques et commerciales », in : Actes du congrès de la S.F.E.C.A.G., Reims, 1985, p. 42-46.

Villedieu F., 1990, Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’avenue Adolphe Max, Lyon, S.R.A., 239 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 3- Série lyonnaise, 2).

Wacksman Y., Roumie M., Lemaitre S., Nsouli B., Reynolds P., 2003, « Une production d’amphores ‘carottes’ à Beyrouth à l’époque romaine ? », Revue d’Archéométrie, 27, p. 95-102.

Wilson R. J. A., 1990, Sicily under the Roman Empire : the archaeology of a Roman province (36 BC – AD 535), Warminster, 452 p. (Archaeologists' guides to the RomanEmpire).

Wilson R. J. A., 2000, « Rural settlement in hellenestic and roman Sicily : excavations at Campanaio (AG), 1994-1998 », Papers of British School at Rome, LXVVIII, p. 337-369.

Notes

1  Cette intervention, prescrite par l’État (DRAC Rhône-Alpes, Service Régional de l’Archéologie), a été réalisée par une équipe d’archéologues de l’Institut National de l’Archéologie Préventive (Inrap) en région Rhône-Alpes (responsable de l’opération Grégoire Ayala). Elle a entièrement été financée par la société Lyon Parc Auto.

2  Le congrès de la SFECAGde Saint-Romain-en-Gal (Rhône) en 2003 a donné lieu à une discussion autour du faciès céramique régional duiiie siècle. Pour Lyon, seuls deux ensembles du milieu et de la seconde moitié du iiie siècle ont été exposés (Bonnet et alii, 2003).

3  Pour les amphores africaines, des études pétrographiques ont été réalisées conjointement par Michel Bonifay (chercheur au CNRS, Centre Camille Jullian, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, UMR 6573) et Claudio Capelli (Universita degli Studi di Genova, Dipartimento per lo Studio del Territorio e delle sue Risarse, Genova, Italie). Céline Brun, dans le cadre d’un doctorat sur les productions de sigillées africaines dans le nord de la Tunisie (Université Lumière Lyon 2, sous la direction d’Armand Desbat) a procédé à des analyses chimiques sur les sigillées africaines A et D. Quant aux amphores à alun, les analyses ont été effectuées par Maurice Picon et Michèle Vichy (UMR 5138, Archéologie et Archéométrie).

4  À l'aide d'une approche paléogénétique (analyse de l'ADN ancien) tout à fait novatrice, l'équipe de Catherine Hänni (Centre de Génétique Moléculaire et Cellulaire de Lyon) a tenté d'identifier le contenu passé de ces céramiques au travers de l'identification moléculaire des espèces animales et végétales contenues dans ces résidus. Une partie des résultats vient de paraître (Silvino et alii, 2007).

5  Un premier bilan des découvertes de l’opération du Parc Saint-Georges est présenté dans ce volume (Ayala, 2007).

6  Des choix dictés par une méthode d’intervention dans le cadre du rapport ont été opérés afin d’effectuer une gestion de la masse documentaire issue de la fouille. Deux ensembles ont été définis : les lots pertinents et les lots secondaires. Il a été convenu avec l’ensemble de l’équipe d’établir au préalable une liste d’US dont le matériel devait être inventorié de façon prioritaire. Les propositions de datation du mobilier céramique sont destinées à étayer le diagramme stratigraphique pour définir les différentes séquences. Les ensembles de céramiques jugés secondaires n’ont fait l’objet que d’un simple comptage. Ces derniers seront prochainement pris en compte dans le cadre d’un doctorat, dont le sujet porte sur l’évolution des céramiques à Lyon durant l’Antiquité tardive, sous la direction d’Armand Desbat.

7  La réalisation graphique des céramiques a été effectuée conjointement par l’auteur, Éric Bayen et Catherine Plantevin (agents Inrap Rhône-Alpes/Auvergne). Par ailleurs, la photographie de la fig. 13a été réalisée par l’équipe de fouille lors de la découverte de l’objet.

8  Un modèle similaire a été retrouvé lors de la fouille de la place des Célestins à Lyon (Marquié, 2001, n° 69, fig. 17 et 31).

9  Cette forme est attestée sur le site de Thovey en Haute-Savoie et est classée parmi les productions de Céramiques à Revêtement Argileux (CRA) de la région savoyarde (Landry, 2003, fig. 5, Th. 11017).

10  Les sigillées Claires A, C et D africaines, dénommées ainsi par N. Lamboglia, sont ici appelées « sigillées africaines A, C et D ». L’expression « Claire » fait désormais date et disparaît progressivement des discours céramologiques (information orale Céline Brun).

11  Il existe un décalage entre le début de production de la sigillée A, daté de la fin du ier siècle ap. J.-C., et son arrivée à Lyon.

12  Michel Bonifay a proposé de rattacher cette assiette au type Hayes 6, mais les parois sont trop minces par rapport aux formes habituelles.

13  La plupart des pâtes examinées sont de bonne qualité et sont en règle générale peu grossières. Quant à leurs couleurs, elles sont principalement noires. Aucun exemplaire ne présente une teinte grisâtre.

14  L’existence d’une production régionale a été avancée (Godard, Leblanc, 1996).

15  L’utilisation de cette vaisselle est très importante dans la région lyonnaise à partir de la fin du iie siècle.

16  Les premières attestations proviennent du dépôt de la citerne du clos du Verbe Incarné daté des années 110-150 (Jegaden, 1986).

17  Information orale de Michel Bonifay.

18  Michel Bonifay a examiné ce lot et a émis l’hypothèse d’un approvisionnement particulier de Lyon, qui diffèrerait de ceux des villes du sud de la Gaule. Le même constat est valable pour les amphores. Une analyse typo-chronologique précise de cette catégorie de céramique à Lyon apportera des éléments de réponse supplémentaires.

19  D’après l’auteur, d’autres officines ont certainement fonctionné dans la région environnante.

20  Une forme tardive existe dans la première moitié du iiie siècle (Mayet, Tavares da Silva, 1998, p. 118-120 ; Mayet, Tavares da Silva, 2002, chap. 5).

21  D’après C. Panella, l’huile hispanique, en déclin au iiie siècle à Rome et à Ostie, est désormais remplacée par celle d’Afrique du Nord (Panella, 1983). Or on sait désormais qu’une partie des amphores africaines retrouvées sur ces sites n’a pas transporté de l’huile mais des salaisons de poissons et peut-être du vin (Bonifay, 2004b, p. 463-467). La réinterprétation des statistiques d’Ostie (Panella in Anselmino et alii, 1986, p. 79 et tabl. 3) montre que les amphores à huile ne représentent finalement au milieu du iiie siècle que 15 % du total des amphores.

22  Le premier exemplaire correspond à un cercle segmenté (fig. 8, n° 13) et le second à une feuille. Les deux sont placés sur des Africaine IIA2 et IIA3.

23  Deux types d’argiles ont été identifiés pour ces productions (Bonifay, 2004b, p. 105 et 107).

24  Une production a récemment été recensée en Tunisie (Bonifay, 2004b, p. 148).

25  Ce type d’amphore richement documenté est appelé également Benghazi Middle Roman Amphora 1 ou Ostia I, fig. 453-454

26  Il existe en effet plusieurs types d’argile qui semblent correspondre à divers lieux de production. Seules des analyses chimiques et pétrographiques pourront permettre de déterminer les aires de production exactes.

27  Françoise Villedieu considère que la pénétration majeure des amphores africaines à Lyon ne s’opère pas avant la fin du iiie siècle, voire le début du siècle suivant (Villedieu, 1984).

28  L’absence de cols complets empêche de vérifier la présence des modèles à deux anses, apparentés aux Late Roman Amphora 3.

29  Leur chronologie est très longue, puisqu’elles sont produites de l’époque augustéenne jusqu’à l’Antiquité tardive sous l’appellation Late Roman Amphora 3.

30  Des analyses de pâtes sur les exemplaires de la place des Célestins ont été réalisées par Yona Waksman pour confirmer ou infirmer une origine levantine. Cette étude récemment publiée n’a pas fourni des résultats positifs (Waksman et alii, 2003).

31  La commercialisation de fruits comme les dattes ou les figues est aujourd’hui avancée (Lemaître et alii, 2005, p. 523-525).

32  Cette marque estrépertoriée sur les sites de la Domus Tiberiana à Rome (Meylan-Krause, 2002, n° 603) et de Velseke en Belgique (Monsieur, Braeckman, 1995, p. 289-316, fig. 12, 36). Signalons également qu’un exemplaire a été recensé lors des sondages d’évaluation du Parc Saint-Georges.

33  Un certain Basseius Rufus est connu pour avoir porté, dans la deuxième moitié du iie siècle, la charge de la préfecture du prétoire (renseignement oral de Philippe Borgard).

34  Le site de l’îlot Clément V placé à proximité a livré non seulement de nombreux fragments d’amphores de Lipari (Ayala, 2000, fig. 22), mais aussi un aménagement en mortier de tuileau constituant une cuvette, dont la particularité est de présenter en surface des rainures convergeant vers une cupule. Cette structure, interprétée comme élément d’une usine de salaison, est plutôt liée à des boucheries ou des ateliers du textile ou du cuir. L’opération récente de la rue Monseigneur Lavarenne mitoyenne au Parc Saint-Georges a mis au jour des rejets fauniques de tannerie, datés de l’Antiquité tardive (renseignement oral d’Emmanuel Bernot). Par ailleurs, lors de la fouille de l’avenue Adolphe Max, des cuves associées à des fragments d’amphores à alun et de restes de bovins ont été mises au jour (Villedieu, 1990, p. 19-21 et 154-158). Enfin, Grégoire Ayala mentionne sur le site de l’îlot Tramassac, la présence d’amphores non identifiées « à pâte verdâtre, présentant de nombreuses inclusions vitrifiées et à surface parsemée de petits cratères irréguliers » qui s’apparentent fortement aux productions de Lipari (Ayala, 1994, p. 91-92). Cette concentration d’indices dans un même secteur est un facteur déterminant pour confirmer l’installation de ce type d’artisanat entre le iiie et le ve siècle.

35  Il s’agit tout d’abord d’un racloir lié à la tannerie, de récipients en plomb, de restes de bovins, de chutes de cuir et enfin de blocs de soufre utilisés pour le blanchissement des toiles (information orale de Maurice Picon).

36  Dans le cadre de cette publication, seule une partie du mobilier de cet ensemble a été prise en compte. L’étude approfondie du matériel restant, dont les données quantitatives sont assez riches, sera réalisée prochainement dans le cadre d’un diplôme universitaire.

37  La période de production est encore en cours de discussion. Alors que les sites de consommation situés en région alpine livrent de la céramique à revêtement argileux techniquement assimilable à de la céramique luisante dans des contextes iiie siècle (Collectif, 1986), la commercialisation de ces produits est généralement placée à Lyon seulement à la fin de ce siècle (Becker, Jacquin, 1989), voire au début du siècle suivant (Ayala, 1994, p. 85). L’unique atelier de sigillée luisante étudié est celui de Portout en Haute-Savoie (Pernon, Pernon, 1990) dont la production débute au milieu du ve siècle ; or d’autres ateliers méconnus ont fonctionné à une date plus ancienne.

38  La période de découverte de l’objet a coïncidé avec celle de l’exposition sur le vin aux musées gallo-romains de Lyon-Fourvière et de Saint-Romain-en-Gal. La mention de vin sur l’inscription a, par conséquent, motivé l’insertion du vase dans cette exposition. À l’heure actuelle, la cruche n’est toujours pas disponible.

39  Les premiers exemplaires attestés à Lyon datent vraisemblablement du début du ive siècle (Villedieu, 1990, p. 155). Toutefois un exemplaire semble être répertorié sur le site de la place Tolozan dans un contexte deuxième moitié iiie siècle (Bonnet et alii, 2003, p. 177). Un examen plus précis de cette amphore permettrait de le confirmer.

40  Des analyses ont été réalisées sur des céramiques originaires du site du Bivan (L’Albenc, Isère) par Armand Desbat et Maurice Picon. Un groupe a été identifié comme production de la vallée du Rhône, confirmant que les ateliers de sigillées Claire B ont continué à produire durant le ive siècle (Ayala, 1995).

41  Il s’agit d’une série de pâtes siliceuses dont la couleur varie de l’orange foncé au rouge. Elles sont par ailleurs très peu épurées.

42  Dans le sud de la Gaule, plusieurs contextes montrent encore une part importante de Gauloise 4 même si aucune différence morphologique ne se note avec celles du iiie siècle (Raynaud, 1990 ; Long, 1998). Par ailleurs, les amphores gauloises sont absentes à Rome à partir du milieu du ive siècle (Panella, 1992, p. 200). En revanche, elles sont complètement absentes des contextes du ve siècle (Congès, Leguilloux, 1991 ; Bonifay, 1986).

43  Michel Bonifay a proposé de les classer en trois variantes, ce qui a permis de clarifier la typologie de S. J. Keay (Keay, 1984, p. 184-212). Les Africaine IIIA, B et C correspondent respectivement aux Keay 25, sous-type 1, sous-type 3 et sous-type 2 (Bonifay, 2004b, p. 119-122).

44  Le contenu transporté par les Keay 25 est encore incertain, même si le vin est pressenti (Bonifay, 2004b, p. 122).

45  L’analyse pétrographique de ces exemplaires a montré que ces amphores étaient fabriquées dans une argile différente de celle des productions de Tubusuctu, situé en Algérie, confirmant la multiplicité des ateliers dans cette région encore peu prospectée.

46  L’analyse numismatique a été réalisée par Christian Cécillon (Inrap Rhône-Alpes/Auvergne).

47  Céline Brun a effectué un prélèvement pour une analyse chimique.

48  La production de l’atelier ardéchois couvre la fin du ive siècle, en restant toutefois prudent sur cette chronologie (Feuillet, Odiot, 1992, p. 115).

49  Il faut signaler la présence d’un plat Hayes 99B dans un ensemble du viie siècle.

50  Un conteneur africain de type con orlo a fascia a été identifié dans un ensemble daté du viie siècle. Il s’agit du dernier vestige importé de tradition antique sur le site du Parc Saint-Georges.

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Silvino, « Lyon. La fouille du Parc Saint-Georges : le mobilier céramique de l’Antiquité tardive », Revue archéologique de l’Est, Tome 56 | 2007, [En ligne], mis en ligne le 05 février 2009. URL : http://rae.revues.org/1435. consulté le 01 mai 2017.

Auteur

Tony Silvino

UMR 5138, Archéologie et Archéométrie. Origine, datation et technologie des matériaux. Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 7 rue Raulin, 69365 Lyon Cedex 7.

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés