Navigation – Plan du site
Notes et documents
René Goguey

Habitats, nécropoles et lieux de culte des Pertes de la Venelle à Lux (Côte-d’Or)

p. 311-327

Résumés

À Lux (Côte‑d'Or), la photographie aérienne prouve que la rive gauche de la Tille fut le siège d'une intense activité depuis le Néolithique. Trois sites majeurs ont été déterminés de l'amont à l'aval :
- une enceinte circulaire fossoyée doublée d'une enceinte curviligne sur fond de fosses et de trous de poteaux,
- un village avec maisons à trous de poteaux et silos,
- un vaste ensemble d'enceintes dont la plus ancienne est doublée d'une palissade externe : une porte clairement organisée est traversée par les fossés parallèles d'une « avenue » qui conduit aux Pertes de la Venelle, lieu de culte vraisemblablement néolithique.

In Lux (Côte-d’Or), aerial photography proves that the left bank of the Tille was the site of intense activity from the Neolithic onwards. Three main sites have been identified, from upstream to downstream :
- a circular ditch enclosure, partly outlined by another curved enclosure with ditches and post holes,
- a village of houses with post holes and silos,
- a vast series of enclosures, the oldest of which is reinforced by an external palisade: a clearly organised doorway is cut through by the parallel trenches of an « avenue » which leads to the Pertes de la Venelle, a sanctuary most probably of Neolithic origin.

Die Luftbildphotographie führte bei Lux (dép. Côte-d'Or) zum Nachweis einer bis ins Neolithikum zurückreichenden regen Siedlungstätigkeit auf dem rechten Ufer der Tille. In Flußrichtung ließen sich drei wichtige Fundplätze unterscheiden :
- ein Kreisgraben innerhalb einer gekrümmt verlaufenden Einhegung, dabei Gruben und Pfostenspuren,
- eine dörfliche Siedlung mit Pfostengebäuden und Silogruben,
- ein ausgedehntes Ensemble von Einhegungen, deren älteste außen eine Palisade begleitet. Eine klare Torsituation wird hier von den parallelen Gräben einer « avenue » durchquert, die zur Flur « Pertes de la Venelle » führt, einem möglicherweise neolithischen Kultplatz.

Texte intégral

1Axés sur la Tille, les sites archéologiques de Lux, Côte-d’Or (fig. 1) étaient connus par de nombreuses trouvailles fortuites sur la rive droite. Au lieudit « La Ville d'Ogne », les photographies aériennes ont révélé les éléments d'une exceptionnelle villa gallo-romaine sans doute liée à la navigation fluviale (Goguey, 1972a et b ; Goguey, 1994). Les nombreuses découvertes faites sur la rive gauche prouvent que son importance n'était pas moins grande à l'époque pré-romaine. Ces découvertes résultent des survols répétés de cette zone, accumulant les clichés révélateurs de 1973 à 2007. Le traitement informatique des plus anciennes, sur film argentique, a permis d'en extraire aussi bien les grands ensembles que les détails les plus fins.

Image1

Fig. 1. Lux et la Tille en Côte-d'Or.

2L'étude des clichés de Photo Explorer, des couvertures verticales stéréo de l'.I.G.N. et des photos « satellite » de Google Earth prouve que ces techniques ne doivent pas être négligées. Mais les photos à très basse altitude restent sans égal pour leur précision.
Trois sites majeurs ont ainsi été découverts, échelonnés de l'amont à l'aval (fig. 2, plan d'ensemble) :
- une double enceinte curviligne établie sur un fond de fosses et de trous de poteaux,

3- un village à trous de poteaux et silos,
- une succession d'enceintes et d'habitats répartis entre la Tille et les Pertes de la Venelle.

Agrandir

Fig. 2. Lux, rive gauche. Plan d’ensemble. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après A. Richeton et photos aériennes R. Goguey.

I. Une double enceinte à fossés curvilignes (A sur le plan d’ensemble, fig. 2)

4Elle est située à 200 mètres de la rive gauche de la Tille, au bord du plateau calcaire diaclasé entamé par la vallée. Elle est très visible sur le tuffeau crayeux qui comble cette vallée, beaucoup moins sur le plateau. Elle comporte deux types de fossés curvilignes :
- à l'intérieur un élément de fossé dont le prolongement définit une enceinte circulaire (fig. 3) ;

Agrandir

Fig. 3. Lux, rive gauche. Enceintes curvilignes. Photo R. Goguey, 29-05-1991.

5- à l'extérieur, un fossé plus large, qui enveloppe le précédent au sud sans lui être exactement parallèle. Ce fossé se prolonge vers le nord par des segments coupés par une incurvation. Les diaclases masquent la partie qui devait fermer l'enceinte. Cependant quelques clichés de 1995 montrent des éléments d’un fossé transversal divisant l'ensemble en deux parties : celle du sud en demi-cercle vers la rivière, celle du nord, quadrangulaire à angles arrondis (fig. 4 et 4 bis).

Agrandir

Fig. 4. Lux, rive gauche. Enceintes curvilignes. Photo R. Goguey, 07-07-1995.

Fig. 4bis. Lux, rive gauche. Enceintes curvilignes : interprétation. DAO : Ph. Chassignet.

6Du côté Tille, le substrat révèle de nombreuses structures en creux : trous de poteaux, fosses allongées, fossé sinueux. Ces traces sont disposées au hasard, sans organisation visible. Elles semblent antérieures aux enceintes (fig. 5).

Image5

Fig. 5. Lux, rive gauche. Enceintes curvilignes. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après A. Richeton et photos aériennes R. Goguey.

II. Un village a trous de poteaux au bord de la Tille (B sur la fig. 2)

7À 700 mètres en aval des enceintes curvilignes a été découvert un ensemble de trous de poteaux et de fosses dont l'analyse fait ressortir l'organisation (fig. 6, 7 et 7 bis) :
- des alignements parallèles de trous de poteaux donnant le plan de maisons rectangulaires parfois en carré (greniers ?) ;
- des trous de poteaux alignés sur un seul rang curviligne : éléments d'une enceinte palissadée ?
- des taches sombres, généralement circulaires, dont les plus grandes peuvent être des fonds de cabanes, les autres des silos.

Agrandir

Fig. 6. Lux, rive gauche. Village à trous de poteaux sur la Tille. Photo R. Goguey, 04-06-1991.

8Quelques trous de poteaux indiquent une extension moins dense du site vers le nord-ouest et vers le sud-est, où il est traversé par une bande humide qui sera drainée à partir de 1992. Un fossé pourrait délimiter le site au nord ; mais il coupe en biais une maison à trous de poteaux ; il lui est donc postérieur.

Agrandir

Fig. 7. Lux, rive gauche. Village à trous de poteaux sur la Tille. Photo R. Goguey, 24-05-1991.

Fig. 7bis. Lux, rive gauche. Village à trous de poteaux sur la Tille : interprétation. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après photos aériennes R. Goguey.

III. Le site « Tille-Venelle » (C sur la fig. 2)

9Ce site s'étend sur 1 500 mètres, de la Tille au sud aux Pertes de la Venelle au nord.

Agrandir

Fig. 8. Lux, rive gauche. Ensemble Tille-Venelle. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après A. Richeton et photos aériennes R. Goguey.

1. Une succession d'enceintes (fig. 8)

10Ces enceintes coupent l'ancien vallon de la Venelle (dont le cours est aujourd'hui canalisé) avec un premier élément au nord. Celui‑ci, le mieux caractérisé (C 1), barre la légère dénivelée du vallon où sa trace, visible sur les photographies de juillet 1992, est confirmée par celles de mai 1998 et de juin-juillet 2002. Il s'agit d'un large fossé curviligne qui se dessine tantôt par une bande d'un vert plus foncé, tantôt par des céréales nettement plus hautes (fig. 9 et 9 bis). Il est doublé à l'extérieur par un fossé étroit qui le suit parallèlement à quelque 6 m. Cette rigole, habituellement interprétée comme la trace d'une palissade, se rabat vers un hiatus pour délimiter un passage inférieur à 4 m (fig. 10 et 10 bis). Quelques gros trous de poteaux indiquent vraisemblablement un système défendant l'entrée (portail, tour... ?). Les deux lignes parallèles qui encadrent l'entrée sont celles de l'« avenue » qui sera étudiée plus loin.

11Une deuxième enceinte, en aval (C 2), se réduit à un seul fossé, sans trace d'organisation défensive (fig. 11 et 11 bis). Deux branches approximativement rectilignes sont reliées par un angle arrondi de grand diamètre. Les courbes de niveau excluent l'hypothèse d'un fossé de drainage.

Agrandir

Fig. 9. Lux, rive gauche. Enceinte C1, porte et avenue. Photo R. Goguey, 15-07-1992.

Fig. 9bis. Lux, rive gauche. Enceinte C1, porte et avenue : interprétation. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après photos aériennes R. Goguey.

Agrandir

Fig. 10. Lux, rive gauche. Enceinte C1, porte et avenue. Photo R. Goguey.

Fig. 10 bis. Lux, rive gauche. Enceinte C1, détail de la porte : interprétation. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après photos aériennes R. Goguey.

12À l'extrême sud du site, une troisième enceinte (C 3) peut être comparée à l'un de ces « enclos emboîtés » reconnus par Roger Agache dans la Somme (Agache, 1978, p. 130-146). À Lux, les fossés encadrent une aire centrale quadrangulaire (fig. 12 et 12 bis). Ils sont triples sur un des côtés, formant un long couloir d'accès en chicane, débouchant sur l'un des angles. Le quatrième côté a été détruit par des hangars, la route et un lotissement récent. Il devait être proche du méandre de la Tille.

Agrandir

Fig. 11. Lux, rive gauche. Enceinte C2 et carrière polylobée. Photo R. Goguey.

Fig. 11bis. Lux, rive gauche. Enceinte C2, carrière et avenue : interprétation. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après photos aériennes R. Goguey.

Agrandir

Fig. 12. Lux, rive gauche. Enclos emboîtés (ferme indigène). Photo R. Goguey, 24-05-1991.

Fig. 12bis. Lux, rive gauche. Enclos emboîtés (ferme indigène) : interprétation. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après photos aériennes R. Goguey.

2. De multiples traces d'occupation du sol

13Ces indices sont d'autant plus nombreux qu'on se rapproche de la Tille. Ils sont rares entre les enceintes C I et C 2. Ils se distinguent mal des diaclases à l'ouest. Au centre, des trous de poteaux dessinent une structure oblongue.

14À l'intérieur de l'enceinte C 2 s'affichent des images de fosses, de trous de poteaux, de fossés apparemment désordonnés. Quelques alignements cependant révèlent des plans de maisons rectangulaires. D'autres suivent un tracé sinueux. Les plus denses sont rassemblées dans l'enclos à emboîtement, autour d'un petit bâtiment quadrangulaire à deux rangs internes de trous de poteaux.

15Au sud-est, quelques fosses allongées sont disposées en rayon autour d'un léger relief : est-ce une nécropole ? L'une des structures carrées serait‑elle une tombe aristocratique liée à la ferme indigène ? Au nord, une tache compacte, avec des bords polylobés, rappelle ces zones de prélèvement de matériaux utilisés pour édifier des tumulus de terre et de gravier (nécropole à enclos circulaires de Pluvet par exemple ; Goguey, Szabó, 1995, p. 25, fig. 21). À Lux, il peut s'agir de la terre destinée aux parois en pisé des maisons à trous de poteaux, plus qu'à l'édification d'un rempart (fig. 13).

Agrandir

Fig. 13. Lux. Vue générale du site de la Tille vers la Venelle. Photo R. Goguey, 24-05-1991.

3. Une « avenue » conduit aux Pertes de la Venelle

16L'élément le plus original du site est constitué par deux traces sensiblement rectilignes et parallèles décelées pour la première fois autour de la porte de l'enceinte Cl. Leur prolongement a été reconnu au sud jusqu'à l'intérieur de 1'enceinte C 2. Elles se poursuivent au nord où l'une est entamée par l'enclos circulaire d'un tumulus arasé. Elles bifurquent ensuite en direction du lieudit « Pertes de la Venelle » (fig. 14 et 14 bis). Peu avant le coude, un bâtiment rectangulaire à deux rangs de quatre trous de poteaux occupe une partie de l'avenue. La branche orientale contourne le site par le nord, l'autre, marquée par des surépaisseurs, par le sud.

Agrandir

Fig. 14. Lux, rive gauche. Perte de la Venelle ; l’enclos circulaire est postérieur à l’avenue. Photo R. Goguey, 16-07-1975.

Fig. 14 bis. Lux, rive gauche. Perte de la Venelle, l’avenue : interprétation. DAO : Ph. Chassignet, 2007, d’après photos aériennes R. Goguey.

17De quelle nature sont les limites de l'avenue ? Leur faible largeur fait penser à une palissade. Mais sa longueur totale - deux fois mille mètres environ - et la distance entre les portes et les Pertes de la Venelle - 500 m -, le volume de bois et le travail nécessaires rendent cette hypothèse peu vraisemblable. Les traces sont plutôt celles d'un fossé, accompagné d'un modeste talus fait de terre de rejet. Peut-être y avait-il, de place en place, de gros poteaux dont on aperçoit les trous. Dans ce cas cette avenue n'était qu'un jalon symbolique alors que sur les photographies aériennes, la liaison entre l'habitat et le gouffre est clairement visible.

18Les Pertes de la Venelle ont toujours été une des curiosités géologiques de la région. Ruisseau plus que rivière né au sud du Plateau de Langres, la Venelle débouche dans la plaine à Selongey et se dirige vers la Tille.

19À l'origine, elle aboutissait au lieudit des Pertes où elle s'infiltrait dans la roche diaclasée. Selon la pluviométrie, la rivière disparaissait complètement ou s'étendait en une zone marécageuse d'où elle inondait les champs de Lux. C'est pour mettre fin à cette situation qu'en 1968 la municipalité fit aménager le site. Le marécage fut « nettoyé » à l'explosif et à la pelleteuse, creusant un bassin artificiel et dégageant la roche, où trois puits furent mis au jour. Les spéléologues de la Société Spéléologique de Bourgogne et ceux du Spéléo-Club de Dijon en firent l'exploration, atteignant à 25 m de profondeur une salle naturelle de 2 x 4 m (Soc. Spéléologique de Bourgogne, 1970, p. 7 ; Spéléo-Club de Dijon, 1970, p. 55-56). Aucun objet, aucun ossement ne fut repéré. Des tests à la fluorescéine prouvèrent, deux jours plus tard, que les eaux de la Venelle coloraient celles de la Bèze dans les grottes de la résurgence.

20Actuellement une digue limite un premier bassin utilisé par les pêcheurs. Par grande sécheresse rien ne se déverse dans un bassin inférieur creusé dans le sable et on distingue l'entrée de deux cavités s'enfonçant dans la roche (fig. 15). En période pluvieuse (juillet 2007), les deux bassins sont remplis et on voit du sol un tourbillon à l'aplomb du gouffre (fig. 16).

Agrandir

Fig. 15. Lux, rive gauche. Perte de la Venelle. Photo R. Goguey.

Fig. 16. Lux, rive gauche. Les Pertes de la Venelle. Photo R. Goguey, 07-07-2007.

21Qu'allaient faire à cet endroit les constructeurs de l'enceinte à palissade ? Et d'abord, à quelle période peut‑on rattacher leur activité ? Un élément de chronologie relative essentiel est fourni par la relation « avenue – tumulus ».

22Confuse sur certaines photographies, elle semble indubitable sur celles du 16 juillet 1975 après traitement numérique poussé : le fossé de l'enclos circulaire coupe le fossé de l'avenue. Celle-ci serait donc antérieure au Bronze-Hallstatt, datation la plus fréquemment retenue pour ce type d'enclos dans la région. L'hypothèse d'un ensemble néolithique peut-elle être proposée ? Elle est compatible avec le plan de la porte et le tracé de l'avenue. La palissade extérieure au fossé d'enceinte n'est pas courante, mais on la trouve dans la partie occidentale du camp néolithique d'Autun. À Charmoy dans l'Yonne, l'enceinte septentrionale ne comporte que des palissades (Delor et alii, 1988). Dans la Somme, le « camp de l'Étoile », découvert par Roger Agache, est divisé par une palissade interne curviligne (Agache, 1978, p. 83-88). Les fouilles menées par Bruno Bréart sur les entrées - et particulièrement sur l'entrée ouest - ont mis au jour la rigole d'une palissade se rabattant en forme d'entonnoir pour réduire le passage à 1,20 m (Bréart, 1984). En Angleterre et en Allemagne les enceintes néolithiques sont aussi d'une grande variété, dont on retrouve quelques caractères à Lux.

23La fonction de ces enceintes est encore mal définie. Lieu de rassemblement des troupeaux canalisés par l'entrée en entonnoir ? L'avenue reliant les Pertes de la Venelle au camp exclut cette possibilité à Lux, de même que celle de troupeaux allant boire si loin alors que le cours primitif de la Venelle passait dans le camp. Fonction cultuelle ? Cette hypothèse est la plus vraisemblable si une partie des multiples traces visibles à l'intérieur de l'enceinte C 2 correspond à des habitats néolithiques. L'avenue conduirait alors au lieu mythique que représenterait pour ces populations la disparition de la rivière dans les profondeurs de la terre : lieu exceptionnel, alors que les avens sont nombreux et fréquemment utilisés pour les sépultures dans les régions karstiques. C'est ainsi que la fouille du Gouffre d'Aurélie révéla, dans cette zone de Lux, des squelettes d'époques diverses, et en surface, un grand nombre de silex (pointes de flèches, lamelles, polissoirs, hache polie...) qui « s'insèrent dans un ensemble culturel nettement néolithique » (Joly, Ratel, 1954).

Conclusion

24Le dossier « Lux rive gauche » révèle avec précision les trois sites échelonnés le long de la Tille. En l'absence de données scientifiques sur le terrain, la photographie aérienne ne peut déterminer à elle seule leur chronologie : c'est le cas pour le village à trous de poteaux, probablement village protohistorique mais dont les maisons peuvent aussi correspondre à un habitat du haut Moyen Âge. La typologie et les indices de chronologie relative peuvent orienter vers des hypothèses de travail. La moins assurée est celle des enceintes curvilignes doubles, où l'on pourrait reconnaître des éléments de l'Âge du Bronze. La plus complexe concerne le site Pertes de la Venelle / Tille, où l'échelonnement dans le temps et dans l'espace est apparent. La relation avec le gouffre, le tracé de « l'Avenue » et l'architecture de la porte en sont les éléments les plus typiques. Malgré le caractère fragmentaire des enceintes, on voit que l'ensemble est accroché à la Tille, comme c'est le cas pour les « enclos emboîtés » de la ferme indigène.

25La richesse de la Tille en sites protohistoriques tout au long de son parcours est à souligner, avec une densité particulière aux Maillys, à son confluent avec la Saône. Elle n'est pas moindre à l'époque romano-celtique. Peut-être faut-il rechercher dans cette continuité l'étymologie de Lux, dont le nom aurait pérennisé la lointaine présence d'un bois sacré aux Pertes de la Venelle.

26Les fouilles nous apporteront-elles un jour leurs données sur cette zone Tille-Venelle dont nous n'avons que l'image ? En l'absence de grands projets de travaux publics, on peut en douter. Seules des campagnes concertées associant les données de la photographie aérienne à celles de prospections géophysiques, de prospections par détecteur de métaux et de sondages aboutiraient à une connaissance assurée du site. Mais l'exemple des Pertes de la Venelle illustre les menaces qui pèsent sur ces sols : on « aménage » un jour un cours d'eau et on détruit en profondeur un site vraisemblablement cultuel dont nous ne connaîtrons jamais les rites.

Bibliographie

Agache R., 1978, La Somme pré‑romaine et romaine, Amiens, 515 p.

Bréart B., 1984, « Le site néolithique du ‘Champ de Bataille’ à L’Étoile (Somme) : une enceinte à fossé interrompu », Revue Archéologique de Picardie, n° 1984-1-2, p. 293‑310.

Delor J.-P., Jacob J.-P., Heurtaux A, Leredde H., Pellet C., 1988, « Inventaire des enceintes néolithiques de la vallée de l'Yonne repérées par prospection aérienne », in : Burgess C. ed., Enclosures and Defences in Neolithic of Western Europe, Oxford, p. 227-229 (BAR, International Series, 403).

Goguey R., 1972a, « Lux : des installations portuaires gallo‑romaines sur la Tille ? », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or,t. XXVII – 1970-1971, Dijon, p. 11‑12.

Goguey R., 1972b, « Mirebeau–Lux : le sanctuaire gallo‑romain de Mirebeau, les installations portuaires de Lux », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or,t. XXVII – 1970-1971, p. 79-82.

Goguey R., 1994, « Lux », in : Bénard J. dir., Les agglomérations antiques de Côte-d'Or, Besançon, Université de Besançon / Paris, les Belles Lettres, p. 203-206, pl. 27-28 (Annales littéraires de l'Université de Besançon, 39).

Goguey R., Szabó M., 1995, L’histoire vue du ciel,Budapest, p. 25, fig. 21.

Joly J., Ratel R. 1954, « Le gouffre d'Aurélie », Sous le plancher, Spéléo-Club de Dijon, oct. 1954.

Société Spéléologique de Bourgogne, 1970, Les pertes de la Venelle à Lux, Rapport annuel, p. 7.

Spéléo-Club de Dijon, 1970, Sous le plancher, t. 9, p. 55-56.

Pour citer cet article

Référence électronique

René Goguey, « Habitats, nécropoles et lieux de culte des Pertes de la Venelle à Lux (Côte-d’Or) », Revue archéologique de l’Est, Tome 56 | 2007, [En ligne], mis en ligne le 05 février 2009. URL : http://rae.revues.org/1462. consulté le 27 juin 2017.

Auteur

René Goguey

Pilote archéologue, associé à l’UMR 5594 ARTeHIS, 4, rue du Colonel Marcaire, 21240 Talant. rene.goguey@orange.fr

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés