Navigation – Plan du site
Notes et documents
Fabienne Creuzenet et Albéric Olivier

La basilique civile d’Alésia (Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or) : nouvelles observations sur la façade

p. 337-347

Résumés

Un nettoyage de la façade de la basilique civile d’Alésia a été réalisé par le chantier école de l’Université de Bourgogne en 2004, en vue de la restauration. Les résultats obtenus ont permis de présenter une nouvelle hypothèse de restitution de la façade et par voie de conséquence, de la structure et de la chronologie du bâtiment.

The façade of Alesia’s basilica was cleaned by students from Burgundy University in 2004 with a view too its restoration. This work has lead to a new reconstitution of the building’s façade and by consequence of its structure and dating.

Vor der geplanten Restaurierung hatten die Studenten der Schulgrabung der Université de Bourgogne 2004 eine Reinigung der Fassade der Basilica von Alésia vorgenommen. Die Beobachtungen haben zu einer neuen Hypothese bezüglich der Rekonstruktion der Fassade und folglich der Struktur und der Chronologie des Gebäudes geführt.

Plan

Texte intégral

1Le centre monumental de la ville gallo-romaine d’Alésia, tel que le visiteur le parcourt aujourd’hui, a été mis au jour à partir de 1905, dès les premières campagnes menées sous la direction de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de Semur-en-Auxois. Grâce à ce dégagement en extension, les ruines des principaux monuments ont été mises au jour progressivement et ont fait l’objet, au fil des ans, de diverses opérations archéologiques qui ont ajouté des éléments chronologiques aux informations spatiales. On pourrait croire en conséquence que ces vestiges n’ont plus rien à nous apprendre et que nous savons tout du centre-ville d’Alésia. Pourtant bien des inconnues demeurent, en ce qui concerne l’architecture des bâtiments et leur chronologie, ainsi que les relations et communications entre les différents espaces.

2La basilique civile, au cœur de cet ensemble qui comprend le théâtre, le temple et son aire sacrée, le forum et le monument d’Ucuetis, est le parfait exemple d’un monument d’Alésia, très souvent cité mais pourtant encore très mal connu (fig. 1 et 2).

3Notre propos n’est pas ici de lever toutes les incertitudes sur ce bâtiment, ni de reprendre l’intégralité du dossier. Mais à la faveur d’une opération de nettoyage de la façade orientale de la basilique, menée en 2004 dans le cadre du chantier-école de l’Université de Bourgogne, nous souhaitons proposer une restitution de cette façade et ouvrir de nouvelles pistes de réflexion sur l’architecture du monument.

Image2

Fig. 2. Vue vers le N.-O. de l’état actuel de la basilique (cl. F. Creuzenet, 2004).

Le contexte de l’opération de 2004

  • 1  Le chantier-école a bénéficié du soutien du Département Histoire de l’art/Archéologie de l’UFR Sci (...)

4Le site d’Alésia accueille depuis 1994 le chantier-école de l’Université de Bourgogne. Pour sa dixième année, des circonstances particulières nous ont conduits à proposer comme support de la formation des étudiants aux techniques de l’archéologie, non pas une fouille véritable, mais un nettoyage de la façade de la basilique civile, dans la perspective de sa restauration prochaine.
Ainsi seize étudiants de deuxième année inscrits en Histoire de l’art/Archéologie ont dégagé la façade de la basilique du 9 au 30 juin 20041 (fig. 3 et 4). Le programme de la formation a inclus une présentation complète du site d’Alésia, le relevé et l’enregistrement des structures, une initiation à la céramologie.

Fig. 4. D. Nettoyage en cours de la façade par les étudiants du chantier-école de l’Université de Bourgogne en 2004 (cl. F. Creuzenet).

La basilique civile : bref état de la question 

5Ce monument est encore très lisible grâce aux restaurations réalisées immédiatement après la mise au jour des vestiges. Il se compose d’une grande salle rectangulaire, dont les extrémités nord et sud englobent des absides semi-circulaires. À l’ouest, une grande salle axiale dont le mur du fond est en arc de cercle, était probablement la curie. De part et d’autre de cette salle, des pièces plus petites devaient être affectées aux différents services publics (fig. 2 et 10).

6Du côté est, la façade donnait sur une cour intermédiaire qui l’isolait du forum proprement dit. Remarquons que les fouilleurs, en dégageant les fondations de la basilique, se sont arrêtés sur les premiers sols rencontrés. De ce fait, ils ont mis au jour des murs et des sols appartenant à des bâtiments antérieurs et même la grande voie est-ouest sous l’abside nord, parce que les sols contemporains de la basilique ont totalement disparu.

7Dégagé à partir de 1906, le « Monument aux Absides » ou « à trois absides » selon les auteurs (BSSS, 1910-1911, p. 141) a été immédiatement interprété comme la basilique. Espérandieu applique à l’édifice le schéma chronologique selon lequel le site d’Alésia aurait connu « trois époques » (BSSS, 1906-1907, p. 236-237). Ainsi le monument aurait comporté dans son état initial une seule abside à l’ouest. Puis entièrement reconstruit, il aurait été complété par les deux absides nord et sud, elles-mêmes à des époques différentes. Dès 1908, le chanoine Morillot parle d’une basilique profane sans les absides nord et sud et d’une basilique chrétienne avec ces mêmes absides, celle de sainte Reine bien sûr (Morillot, 1908).

8Jules Toutain, en se fondant sur les connaissances de son époque, fait un parallèle entre la basilique d’Alésia et la basilique Ulpienne sur le forum de Trajan à Rome, une composition unique dans le monde romain.
Plus récemment, Jacky Bénard, à la suite de ses travaux sur le forum, a fait une proposition chronologique dans la lignée de celle d’Espérandieu (Bénard, Mangin, 1994).

L’opération de 2004

9Notre objectif principal, en abordant le nettoyage de la façade orientale de la basilique, était de mettre en évidence la fondation et d’apprécier l’état de conservation des maçonneries dégagées un siècle plus tôt. Cette démarche s’inscrivait dans le projet de restauration du monument par l’architecte en chef des Monuments Historiques, afin qu’il puisse s’appuyer sur un dossier archéologique le plus étayé possible.

10La documentation ancienne, soit principalement le plan et la photo parus dans le Bulletin de la Société des Sciences de Semur de 1910-1911 (pl. XV et XVI,1), montrait une succession de huit massifs de maçonnerie avec leur profil en forme de L (fig. 5 et 6).
Le plan réalisé par Fornerot en 1938 (réf. A135) n’en montre plus que sept, celui de l’extrémité nord n’étant pas figuré.

11Presque un siècle après sa découverte, la façade soumise aux intempéries se présentait comme une longue succession de plaquettes de calcaire formant un léger relief à l’emplacement des massifs de maçonnerie (fig. 3).

12Nous avons donc procédé au nettoyage de ces vestiges en incluant, sur une largeur d’un mètre environ, les sols intérieurs de la basilique. Côté extérieur, nous nous sommes arrêtés à la limite de l’herbe de la cour, soit au total une bande de 4 m sur une longueur de 36 m. Cette longueur correspond à celle de la grande salle rectangulaire sans la zone des absides, dont la fondation en maçonnerie de moellons est bien connue (fig. 7). Ce travail, rapidement mené par les étudiants, a permis de constater certes la dégradation des massifs, mais aussi une bien meilleure conservation des vestiges que prévu.

La fondation de la façade 

13Nous avons retrouvé les huit massifs maçonnés, dont certains très dégradés. Ils reposent sur une assise continue de moellons très grossièrement taillés (M009), d’une largeur irrégulière, comprise entre 1,50 m et 1,70 m, et de 36 m de longueur. Pour installer cette fondation, dont seule la partie supérieure est visible, une tranchée (F043) a été creusée dans le roc. En l’absence de sondage, la structure de la fondation (profondeur, nombre d’assises, présence ou non de rangs de hérisson…) reste inconnue (fig. 7, 8, 9).

Fig. 9. D. Détail du massif 04 après nettoyage. Au premier plan le hérisson 36 vient s’appuyer contre la maçonnerie. Vue vers l’ouest (cl. F. Creuzenet).

Côté extérieur 

14Le nettoyage de la bande située entre les massifs et l’herbe de la cour nous a permis de mettre en évidence un hérisson (US 036). Ce radier de sol vient s’appuyer contre les massifs, sur l’assise de fondation M009 et sur le roc. Il est fait d’un rang de petites dalles mises de chant. Il a disparu au sud (fig. 9). Cet aménagement est contemporain de la construction de la façade. Il pouvait soutenir un dallage en pierres.

Côté intérieur 

15La tranchée de fondation a coupé les structures antérieures à la basilique. Déjà dégagées en extension lors des fouilles anciennes, elles étaient protégées par un gravier rose. Un balayage énergique a suffi à remettre au jour cette séquence stratigraphique antérieure à la basilique sur une largeur de 1 m environ.

16Elle se compose d’une succession de sols et de leurs bordures. Le plus ancien (hérisson 041, cailloutis de circulation 040), reposant sur le roc, est drainé par un caniveau. Dans le quart sud de la grande salle rectangulaire, on note la présence de plusieurs sols superposés avec une bordure très nette (US 019). L’interprétation en est difficile et hors de notre propos. Néanmoins il est probable qu’il s’agisse d’une place.

La restitution de la façade 

17Pour pouvoir proposer une restitution de la façade, il faut commencer par interpréter correctement les vestiges mis au jour. Dans cette perspective, les auteurs des premières descriptions avaient fait une lecture trop rapide de cette longue fondation : de l’alternance des massifs séparés par des zones vides, ils avaient conclu à la présence d’une suite de colonnes fondées sur ces massifs, laissant entre elles des accès à la grande salle basilicale. Cependant ils admettaient bien que le niveau du sol de cette basilique devait être à environ 1 m au-dessus des hérissons de sol conservés. Il fallait en effet tenir compte de la hauteur de la longue canalisation oblique qui conduisait l’eau de pluie de cette façade orientale vers la façade occidentale en traversant tout le monument en sous-sol. Cette canalisation, dont sont conservées les grandes dalles du fond creusées en cuvette et les murs latéraux sur une bonne hauteur, devait être couverte par une voûte en berceau ou un simple dallage intégré au sol de la basilique (fig. 10). Il est donc bien clair que tous les vestiges conservés de ce monument, y compris la façade, sont des fondations ; la canalisation oblique, ainsi que les murs des constructions antérieures de l’abside méridionale ou de la salle axiale probablement destinée à la curie, imposent d’avoir des sols à un niveau relativement élevé.

18Pour justifier notre proposition de restitution, nous ferons quatre remarques :
- Au sud, à l’intersection de la façade et du mur « fermant » l’abside méridionale, ont été conservés deux grands blocs superposés et légèrement décalés l’un par rapport à l’autre, le bloc inférieur reposant sur l’assise de fondation (M09) ; ce bloc inférieur est pourvu sur sa face nord d’un défoncement d’anathyrose, ce qui signifie qu’un autre bloc de même type lui était accolé. C’est vraiment une chance que ces deux blocs n’aient pas été récupérés.
- D’après le plan ancien, un bloc analogue se trouvait sur la jonction symétrique de la façade et du mur perpendiculaire « fermant » l’abside septentrionale. À l’heure actuelle, on ne voit plus qu’une jetée de mortier bien lisse à cet endroit.
- Le lit d’attente des fondations visibles entre les massifs sur lequel reposent les deux grands blocs est strictement sur le même plan horizontal sur toute sa longueur, à 93 cm (exactement de 90 à 102 cm) sous le lit d’attente du bloc supérieur : compte tenu de la rusticité de cette construction, l’horizontalité de cette assise est tout à fait nette.
- La photographie publiée dans le rapport de fouille, reprise ici (fig. 6), montre que les « massifs » considérés par les fouilleurs comme les supports des colonnes présentent tous la particularité, bien mise en évidence par les multiples sections de détail annexées au plan (fig. 5), d’être formés d’une sorte de « table » horizontale devant un « dossier » en maçonnerie. Cette disposition est caractéristique de l’architecture mixte de grand appareil et de maçonnerie de moellons. Le profil en L des massifs de maçonnerie est le résultat de la récupération des blocs.

19Pour concilier toutes ces données, il faut, pensons-nous, considérer que toute cette façade était en grand appareil avec des blocs de deux types. Sur la grande assise horizontale (M09) reposaient directement des blocs en grand appareil du type des deux conservés à leur place. Les massifs profilés en « L » supportaient des blocs d’escaliers ou des murs plus minces sous des fenêtres ou des niches.
Il faut donc inverser la vision que l’on avait auparavant et accepter qu’au-dessus des massifs se trouvaient des « vides » et non des pleins. Il se trouve d’ailleurs qu’au centre de la façade sur l’axe transversal du monument, il y a un massif, donc une ouverture.

20Nous avons pu dénombrer les restes de huit massifs correspondant donc à huit portes ou fenêtres ou niches. Nous avons restitué, par symétrie, une neuvième ouverture au sud de la façade, à proximité des deux grands blocs.
Une fois accepté ce principe de construction, reste à distribuer les ouvertures dans ces neuf espaces. Aussi avons-nous choisi de mettre trois portes dans l’embrasure desquelles sont placés les escaliers, une dans l’axe transversal et les autres séparées par une fenêtre, et au delà, symétriquement, des niches et des fenêtres.

21Le grand appareil du mur était peut-être orné de pilastres supportant un entablement. Au nord et au sud, ce grand appareil est absent au droit des portiques perpendiculaires qui venaient buter contre la basilique. Enfin au-dessus de l’entablement, nous pouvons restituer une rangée de fenêtres.
Bien sûr, si le principe de restitution nous semble assuré, nous avons conscience que le détail des ouvertures est sujet à discussion.

La restitution de la basilique

22Ce travail a été aussi l’occasion de faire le plan des vestiges visibles du monument et de proposer une restitution à partir de quelques réflexions (fig. 10, 11, 12).

Fig. 11. G. Basilique civile d’Alésia ; plan schématique de restitution donnant une image possible de ce monument (A. Olivier).

23La basilique civile antique est le plus souvent composée d’un espace rectangulaire limité par une colonnade et flanqué sur ses quatre faces d’un bas-côté ; l’éclairage de la nef centrale se faisait par des fenêtres hautes. Il y en a de très nombreux exemples : Ruscino, Feurs, Augst, Martigny, Ostie, Pompei, etc. Des salles ayant des rôles divers lui sont adjointes selon des formules variées. Les basiliques sans bas-côté comme à Alésia sont plus rares mais on pourra citer, entre autres, Velleia, Timgad ou encore Sarmizegetusa (des plans de ces exemples sont donnés par J.-Ch. Balty ; Balty, 1991). À Alésia, cette grande nef est flanquée sur son côté occidental d’une série de salles dont la plus importante, dans l’axe transversal, présente un mur extérieur en arc de cercle qui a été compris à juste titre comme le mur de fond d’une salle avec gradins, une curie.

24L’absence de fouille ne permet pas de réfuter d’une façon absolue la chronologie relative proposée par les premiers analystes, à savoir que les absides situées aux extrémités nord et sud du bâtiment auraient fait l’objet d’un remaniement postérieur à la construction du monument. A priori cette assertion ne tient pas : en effet les auteurs de cette interprétation considéraient que la basilique initiale avait la même longueur qu’actuellement et que les absides seules auraient été construites après coup, ce qui se traduisait en plan, d’après eux, par des absides tangentes aux murs du fond. Or il n’en est rien : le mur du fond des absides est parfaitement intégré aux murs extérieurs de la basilique, murs qui sont dans le prolongement exact des murs nord et sud du péribole du temple. L’impression première est que ces deux ensembles sont, sinon absolument contemporains, du moins organisés dans un même projet. Cependant il apparaît bien qu’il n’y a pas eu de passage possible entre le portique sud du temple, dont le sol est conservé, et la basilique et ses annexes, dont les sols sont nettement plus hauts : le portique nord est plus complexe.

  • 2  Pour l’axe longitudinal de la grande salle les relevés ont fait apparaître un léger décalage entre (...)

25Malgré les lacunes de l’information, il est possible d’observer la cohérence du plan dont nous proposons la restitution (fig. 11). Les deux murs situés trois mètres en avant des absides ne peuvent être que les fondations de colonnes : la grande salle se présente donc avec des bas-côtés sur ses deux petites faces, palliant ainsi habilement leur absence sur les longs côtés. Deux colonnes à l’entrée de chaque abside complètent sans doute ce plan qui présente alors un axe de symétrie transversal parfait2. Une vue vers l’abside méridionale (fig. 13) donne une idée de ce que pourrait être ce grand monument.

26Pour la décoration intérieure, les fouilleurs anciens ont signalé la présence de placage de marbre blanc ou gris (BSSS, 1910-1911, p. 144). Espérandieu mentionne aussi la découverte d’un gros chapiteau corinthien à proximité immédiate du monument (BSSS,1906-1907, p. 216, chapiteau trouvé le 14 août 1906, enlevé le 15 août, n° d’inventaire : 2006.1.37, Musée Alésia. Fonds S.S.S. Département de la Côte-d’Or, n° B24 de l’inventaire des blocs d’architecture d’Albéric Olivier). Ses dimensions sont compatibles avec celles d’un ordre intérieur.

27Malheureusement nous n’avons aucune certitude sur cette attribution, car il n’y a pas de difficulté à déplacer un bloc d’architecture et, sur des sites comme Alésia, nous n’avons qu’exceptionnellement la possibilité de replacer correctement une colonne, un chapiteau ou une corniche ; la seule exception concerne le monument d’Ucuetis (Martin, Varène, 1973) dont les éléments retrouvés proviennent bien de ce monument.

28Ce chapiteau a été publié par H. Kähler (Kähler, 1939) qui l’attribue à la basilique, ce qui justifie d’en donner ici une description précise (fig. 14 et 15). Il le fait entrer dans la catégorie D3 datée du IIe siècle de notre ère d’après l’examen de ses principales caractéristiques.

Fig. 15. D. Alésia ; chapiteau corinthien B 24 - Élévation de la face A dont le fleuron est conservé (A. Olivier).

29Haut de 56,5 cm, ce chapiteau en calcaire local porte le numéro d’inventaire B 24. Malgré son état moyen de conservation, tous les manques peuvent être restitués avec certitude à l’exception des volutes d’angle, toutes disparues.

30La partie inférieure des feuilles de la première couronne faisait corps avec le sommet du fût : il faut donc augmenter d’une dizaine de centimètres sa hauteur qui s’établit à 66 cm pour un diamètre à la base de 47 cm. Ce diamètre permet de proposer des colonnes de 4,60 à 4,80 m de hauteur.

31Les feuilles, dont la nervure centrale est plate et en légère saillie, sont à cinq lobes de trois et cinq digitations ; les sinus, ou espaces entre deux lobes, sont formés de deux vides superposés, la digitation inférieure du lobe correspondant à deux digitations du lobe contigu. Les deux couronnes de feuilles couvrent les 2/3 de la hauteur du chapiteau. Les caulicoles émergent entre les feuilles de la deuxième couronne, leur tige est indiquée par une rainure et leur bouton par un pétale flanqué de deux demi-pétales ; ceux-ci sont au niveau du sommet des grandes feuilles. Les calices très larges sont formés de deux demi-feuilles qui soutiennent, l’une, vers l’extérieur, les volutes d’angle et l’autre, vers l’intérieur, les hélices ; entre les hélices l’espace est complètement occupé par le feuillage du petit calice à la naissance de la tige du fleuron d’abaque. L’abaque, de plan carré, mais aux côtés en arc de cercle et que les crosses d’angle entament, est orné de larges feuilles sous un listel de couronnement (il se trouve que les quatre faces de l’abaque ne sont pas identiques, l’une d’elles étant lisse, simplement épannelée). Des quatre fleurons d’abaque, un seul est bien conservé : une fleur à quatre pétales entourés d’un deuxième rang de pétales. La corbeille est pratiquement entièrement masquée, à l’exception des petits triangles visibles entre les crosses des volutes d’angle et celles des hélices.

32La datation de ce chapiteau proposée par Kähler ne contredit pas celle du début du IIe siècle proposée depuis toujours pour la basilique. De par sa nature l’opération 2004 ne pouvait pas apporter de nouveaux éléments à la chronologie absolue ; en revanche la chronologie relative se trouve précisée.

33Cette opération de nettoyage a, malgré l’absence de sondage, permis de préciser la structure de cette longue façade, et par voie de conséquence, motivé une nouvelle approche de ce monument majeur d’Alésia. Elle nous permet de poser comme postulat que la basilique civile d’Alésia a été conçue d’un seul jet avec ses trois absides. Sa construction s’inscrit dans un projet architectural ambitieux à l’échelle de la ville, en liaison étroite avec les portiques qui entourent le temple.

34Pour conforter ces hypothèses et avoir une vision de l’articulation avec les portiques du temple et de la cour devant la basilique, il faudrait procéder à quelques sondages.

Bibliographie

Balty J.-Ch., 1991, « Curia ordinis », Recherches d’architecture et d’urbanismes antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles, Académie royale de Belgique (Mémoires de la classe des Beaux-Arts, 2e série, t. 15, fasc. 2).

Bénard J., Mangin M., 1994, « Alise-Sainte-Reine, Alésia » in : Bénard J., Mangin M. dir., Les agglomérations antiques de la Côte-d’Or, Paris, Les Belles Lettres, p. 37-41 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 522 - Série Archéologie, n° 39).

BSSS, 1906-1907 = Bulletin de la société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, T. XXXV, 1906-1907.

BSSS, 1910-1911 = Bulletin de la société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, T. XXXVII, 1910-1911.

Kähler H., 1939, Die römischen Kapitelle des Rheingebietes, Berlin, p. 38, fig. 10 (Römisch-Germanische Forschungen, Bd 13).

Martin R., Varène P., 1973, Le monument d’Ucuetis à Alesia, Paris, éd. du CNRS (26ème suppl. à Gallia).

Morillot L., 1908, La basilique de Sainte Reine à Alésia d’après les découvertes et les documents, Dijon, Imp. Jobard, 29 p.

Olivier A., 1992, « Les chapiteaux à console du ‘celicnon’ d’Ucuetis à Alesia : étude de structure », R.A.E., t. 43, fasc. 2, p. 308-327.

Notes

1  Le chantier-école a bénéficié du soutien du Département Histoire de l’art/Archéologie de l’UFR Sciences Humaines, de l’UMR 5594, ARTeHIS et de l’EA 1865 Mémoire, Discours, Images.

Laurent Popovitch, Maître de Conférences en Archéologie gallo-romaine, et Jonathan Simon, docteur de l’Université de Bourgogne, ont participé à la formation et à l’encadrement des étudiants. La promotion 2004 du chantier école se composait de : Séverine Baudin, Élise Bourdier, Marie-Caroline Charbonnier, Yann Cochereau, Guillaume Collette, Catia Cruz, Carole Daroque, Émilie De Oliveira, Claudia Defrasne, Mathilde Faivre, Ludivine Guillet, Alice Sourisseau, Frédéric Stordeur, Florie Thiraubois, Fanny Vouillot. Que tous les participants soient remerciés ici.

2  Pour l’axe longitudinal de la grande salle les relevés ont fait apparaître un léger décalage entre l’axe de la salle proprement dite et celui des absides : ce dernier est décalé vers l’ouest de 30 cm au nord et 50 cm au sud du monument. La différence dans le décalage est due à une petite imperfection du plan, sensible au relevé mais invisible à l’œil sur le terrain : ce décalage apparaît sur la restitution, fig. 13.

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Creuzenet et Albéric Olivier, « La basilique civile d’Alésia (Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or) : nouvelles observations sur la façade », Revue archéologique de l’Est, Tome 56 | 2007, [En ligne], mis en ligne le 10 février 2009. URL : http://rae.revues.org/1508. consulté le 28 mars 2017.

Auteurs

Fabienne Creuzenet

Ingénieur d’étude en Archéologie, Université de Bourgogne, UMR 5594 ARTeHIS - Base archéologique, 25 bis rue du Rochon, 21150 Alise-Sainte-Reine.

Albéric Olivier

Architecte, 45 rue de l’Hôpital, 21150 Alise-Sainte-Reine.

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés