Navigation – Plan du site
Articles

Nouvelles données sur les productions des ateliers de potiers gallo-romains de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) : la vaisselle en céramique non sigillée

Christophe Card
p. 205-226

Résumés

La fouille de douze fours de potiers apporte de nouvelles données sur l’importance régionale de l’atelier de Luxeuil, connu jusqu’alors uniquement pour sa production de sigillée ornée. Cet atelier a fonctionné dans la seconde moitié du premier siècle et tout au long du second siècle en produisant, outre de la sigillée ornée et lisse, de la terra nigra, de la céramique à paroi fine et de la céramique commune.

Haut de page

Texte intégral

1L’atelier est connu depuis 1881, date à laquelle un moule servant à la fabrication des céramiques sigillées a été découvert dans la propriété Chauvet, appelée aujourd’hui le Chatigny. Ce moule, conservé au musée municipal de Luxeuil-les-Bains, a servi de point de départ à l’étude réalisée par L. Lerat et Y. Jeannin (Lerat, Jeannin, 1960), consacrée en majeure partie à la production de sigillée ornée de l’officine. De 1978 à 1988, une association de bénévoles, le Groupe de Recherches Archéologiques de Luxeuil, a effectué une fouille de sauvetage programmée chaque été et a mis au jour une batterie de huit fours groupés autour d’une aire de chauffe commune (Kahn, 1986, 1990). Ces vestiges ont fait l’objet d’un classement au titre des Monuments Historiques en septembre 1988 et sont actuellement protégés par un bâtiment. En 1991, la fouille de l’atelier a repris, à cause de la réalisation du bâtiment destiné à la présentation muséographique des fours. En 1993, des sondages effectués dans le cimetière, à une centaine de mètres au sud-ouest des fours précédents, ont entraîné la fouille de quatre autres fours faisant partie du même atelier.

2L’étude qui a servi de base à cet article a été réalisée dans le cadre d’un mémoire du Master 2 Archéosciences à l’Université de Bourgogne en 2006, et a porté sur deux points : d’une part la reprise des données d’ordre historique et des recherches sur le terrain afin d’appréhender le développement de l’atelier au sein de l’agglomération antique et d’autre part, la réalisation d’une typologie des productions. Cette dernière concerne la terra nigra, les céramiques à paroi fine et la céramique commune, à l’exception des sigillées qui ont déjà fait l’objet de plusieurs publications depuis 1960.

3En conclusion nous suggérons quelques directions de recherches, par exemple la relation semble-t-il privilégiée qui existait entre l’atelier de Luxeuil et le site de Mandeure (Doubs).

1. Présentation générale

1.1. Situation géographique

4L’atelier de potiers du Chatigny se situe sur le territoire de la commune de Luxeuil-les-Bains, petite agglomération du nord du département de la Haute-Saône, en Franche-Comté.
Les potiers se sont installés sur le versant occidental d’une colline culminant à 319 m d’altitude dont le substrat est constitué de grès triasiques de couleur jaune et de dureté très variable. La roche est masquée par un niveau argilo-sableux de teinte brune, dont l’épaisseur varie de quelques centimètres à 80 cm, lui-même recouvert par une couche végétale ne dépassant pas 20 cm d’épaisseur.
Au pied de ce versant s’étend le vallon où jaillissent les sources thermales, tandis qu’au sud la colline est bordée de petits ruisseaux ; au nord et à l’est s’étendait une zone boisée aujourd’hui en cours d’urbanisation.

1.2. Contexte historique et archéologique

5L’antique station thermale de Luxovium est située au nord de la Séquanie, au pied du massif vosgien qui, à l’époque, constituait un obstacle aux voies de communication. Les grandes voies longeaient les Vosges à l’est par la plaine d’Alsace et à l’ouest par la moyenne vallée de la Moselle (itinéraire de Langres à Trèves par Metz). Luxeuil était donc idéalement placé sur l’axe qui permettait de faire communiquer la haute Alsace avec les plateaux lorrains ou champenois, en contournant par le sud la montagne vosgienne (fig. 1).

6Cet itinéraire principal passait à quelques kilomètres au sud de Luxeuil. Il permettait d’aller rapidement de Langres, capitale des Lingons, aux frontières du Rhin par la trouée de Belfort. Un itinéraire secondaire conduisait à Langres en passant par Corre et Bourbonne-les-Bains (également station thermale antique). Une voie de moindre importance, dont un tronçon a été fouillé au nord de Luxeuil, permettait une liaison avec Plombières, autre petite station thermale antique (fig. 1).
Luxeuil était également relié aux deux principales agglomérations séquanes, Besançon, la capitale de cité, et Mandeure.

Fig. 1. Principales voies antiques du nord de la Franche-Comté autour de Luxeuil-les-Bains (Ch. Card del.).

7Dès le XVIIIe siècle, Luxeuil a suscité l’intérêt des historiens ; des dizaines d’ouvrages ont été publiés depuis, relatant des découvertes dues aux travaux effectués essentiellement dans l’établissement thermal (Fabert, 1773 ; Delacroix, 1862, 1867) ou faisant état d’études plus synthétiques sur le site antique de Luxeuil (Marc, 1806 ; Roussel, 1924 ; Desgranges, 1981 ; Kahn, 1986). On peut signaler également le travail sur la sculpture funéraire (Walter, 1974) et celui sur la production de sigillée (Lerat, Jeannin, 1960 ; Kahn, 1986, 1990). En 1991 nous avons commencé un travail de recollement des découvertes anciennes (anciens plans, descriptions…) avec les données archéologiques plus récentes présentées sur fond cadastral réactualisé régulièrement (fig. 2).

Fig. 2. Plan général de l’agglomération antique (Ch. Card del.).

8Si l’origine de Luxeuil est certainement liée à la présence de sources thermales, nous n’avons pas de preuves archéologiques d’une occupation antérieure à la période gallo-romaine. Cependant les ex-voto de tradition celtique de la source Martin et les statuettes en bronze d’Hercule italo-étrusques plaident pour l’existence d’un sanctuaire de source antérieur à la conquête (Card, 1994, 1995). La période augustéenne n’est représentée que par quelques monnaies, découvertes dans l’enceinte de l’établissement thermal. Il faut attendre la période claudienne pour voir se mettre en place un réseau viaire et une agglomération. La ville va s’agrandir autour du sanctuaire et de l’établissement thermal tout au long du Ier et du IIe siècle, pour atteindre une surface d’environ 35 hectares. C’est également au cours de cette période que débutent et se développent l’artisanat de la poterie et, dans une moindre mesure, celui de la taille/sculpture de pierre, notamment pour la réalisation de stèles funéraires (Kahn, 1986 ; Card, 1994).

9L’agglomération ne va pas résister aux crises de la fin du IIe et du IIIe siècle : si l’établissement thermal semble, au vu des séries monétaires, toujours en activité, la majeure partie de l’habitat est désertée et les potiers arrêtent leurs productions (Kahn, 1986 ; Card, 1994). La ville se replie à l’intérieur d’un castrum. Une partie des fondations de la courtine a été retrouvée en 1780, place de l’abbaye et, en 1845/1847, en creusant la cave d’une maison, rue Jean Jaurès. Le castrum est également mentionné dans la Vita Colombani de Jonas de Bobbio et dans la Vita Agili, deux textes du VIIe siècle. Dans l’état actuel des recherches, il n’existe pas de traces d’une occupation au sein du castrum après le milieu du IVe siècle (Card, 1994 et 1995).

2. L’atelier de potiers

2.1. La place de l’atelier dans l’agglomération

10Divers travaux (extension du cimetière et détournement de la rue Sainte-Anne) ont largement entamé la colline du Chatigny et engendré, en 1950, la destruction de la majeure partie des vestiges de l’atelier. Il est donc difficile d’en estimer la superficie et l’organisation. Cependant une enquête orale auprès des témoins des travaux et les données de fouilles laissent penser que l’atelier pouvait avoir une extension maximale d’un hectare. Deux secteurs épargnés par les destructions ont été fouillés. Seuls des fours et deux fossés ont été mis au jour. Aucune trace de bâtiments autres que ceux qui protégeaient les fours, aucune structure habituellement liée au travail des potiers (bassin de décantation, bâtiment de stockage, emplacement de tour, habitation, boutiques) n’a été repérée. Cependant les publications anciennes décrivent la découverte, lors de travaux réalisés pour le captage des sources ferrugineuses dans le parc des thermes, d’un bassin au plancher en bois qui contenait une quantité d’argile très pure, ainsi que de deux pièces de bois interprétées comme des outils de potiers (Delacroix, 1867). On peut remarquer que les fossés découverts au Chatigny suivent l’orientation de la voie principale et que l’implantation des fours n’est pas aléatoire et semble s’intégrer dans le schéma urbain (fig. 2 et 3). Il est possible que les potiers aient installé leurs fours dans un secteur qui leur a été attribué en bordure est de la ville antique mais en dehors de l’agglomération, pour des raisons de nuisance, et sur le flanc ouest de la colline afin de bénéficier des vents dominants.

Fig. 3. Fours du Chatigny et du cimetière (Ch. Card del.).

2.2. Les fours

11Nous donnerons ici un bref descriptif des fours car ils ont déjà fait l’objet de plusieurs publications (Kahn, 1986, 1990 ; Card, 1995, 2007). Deux séries de fours ont été mises au jour. La première, que l’on appellera « Chatigny », située au sommet de la colline, a été fouillée entre 1978 et 1986. Elle comporte neuf fours. L’autre, découverte en 1991, se trouve a une centaine de mètres au sud-ouest, dans l’actuel cimetière de la ville, et regroupe quatre fours.

12Sur les neuf fours du Chatigny, huit sont groupés en batterie autour d’une aire de chauffe commune (fig. 4). Ces structures sont installées dans le substrat rocheux (grès) qui affleure à cet endroit. Les fours et l’aire de chauffe ne présentent aucun système de drainage et le seul indice d’une construction protégeant les fours est la présence d’un mur et de deux blocs de grès pouvant servir de base à une charpente. On note, à quelques mètres à l’est de l’aire de chauffe, la présence de deux gros foyers ovoïdes (1,50 m x 0,90 m et 2,50 m x 0,90 m) creusés sur une dizaine de centimètres dans le grès, dont on ne peut préciser la fonction.

Fig. 4. Plan général des fours du Chatigny (Ch. Card del.).

13La décision, en 1986, de protéger et de classer au titre des Monuments Historiques l’ensemble des structures dégagées a empêché le démontage des fours, nous privant ainsi d’informations concernant leur mode de construction. Cependant, les observations réalisées nous permettent d’établir une chronologie relative pour la construction de ces fours. Quatre phases peuvent être distinguées. Pour chaque phase on trouve systématiquement associés un gros four et un petit four qui prennent place autour de l’aire de chauffe commune. L‘étude archéomagnétique effectuée par le laboratoire de l’Université de Rennes vient préciser les observations de terrain. Elle donne les dates de 185 (+ ou - 15 ans) ap. J.-C. et 170 (+ ou - 25 ans) ap. J.-C. pour la dernière cuisson des deux fours de l’avant-dernière phase et de 195 (+ ou - 15 ans) ap. J.-C. pour un four de la dernière phase (Card, 2007).

Fig. 5. G. Le Chatigny. Four à tubulures (Ch. Card del.).

Fig. 6. D. Le Chatigny. Détail d’une sole en grès (Ch. Card del.).

14Deux fours, dont un particulièrement bien conservé (fig. 5), sont des fours à tubulures, conçus pour une cuisson en mode C qui seule convient pour la céramique sigillée (Picon, 1973). Les autres fours sont d’un type plus classique, circulaire ou rectangulaire à tirage direct. Leur originalité réside dans le fait qu’ils sont construits entièrement en grès, sole comprise (fig. 6). Les fours et l’aire de chauffe ont été comblés par un remblai renfermant de nombreux tessons représentatifs des productions luxoviennes datables du second siècle : sigillée, paroi fine et céramique commune claire.

Fig. 7. Plan général des fours du cimetière (Ch. Card del.).

15Les quatre fours du groupe du cimetière sont d’une conception différente de ceux du Chatigny (fig. 7). D’eux d’entre eux, un four rond et un petit four ovoïde, sont très arasés et uniquement conservés sur quelques centimètres au niveau de l’aire de chauffe et de la chambre de chauffe. Un des mieux conservés est un petit four ovale à languette centrale. La chambre de chauffe est simplement creusée dans l’argile et la roche et non pas construite en moellons comme les fours du Chatigny. Dans le comblement de la chambre de chauffe se trouvaient d’épais fragments d’argile cuite présentant des traces de coffrage sur une face, vraisemblablement des morceaux de la sole. De nombreux petits trous de piquets bordaient l’aire de chauffe, correspondant aux vestiges d’une structure légère et provisoire destinée à couvrir l’aire de chauffe pendant la cuisson. Cette dernière était drainée par un caniveau formé d’imbrex posées à plat sur de petites dalles de grès (fig. 8). Le second four, relativement bien conservé, est de forme carrée ; les parties retrouvées, la chambre de chauffe, l’alandier et les piliers de soutien de la sole, sont construites en moellons de grès et en tegulae (fig. 9). Aucune structure ne protégeait ce four.

Fig. 8. G. Le cimetière. Four ovale (Ch. Card del.).

Fig. 9. D. Le cimetière. Four carré (Ch. Card del.).

16Grâce à la chronologie relative, on peut définir trois phases pour le groupe du cimetière : d’abord le four ovale, puis le four carré et le four rond et enfin le petit four ovoïde. Pour les phases deux et trois, le comblement des fours a livré des productions identiques à celles du Chatigny (sigillée, paroi fine, commune claire). Le comblement du four ovale de la première phase a livré une production de terra nigra, assiettes et jattes notamment, que l’on peut dater de la seconde moitié du premier siècle.

3. Les productions

17La quasi-totalité de la céramique étudiée provient du comblement d’une partie de l’atelier du Chatigny à la suite de son abandon. Les tessons récoltés correspondent aux rebuts de cuisson, aux récipients rejetés, impropres à la vente ; de plus le milieu, très acide, ne favorise pas la conservation de la céramique. Par conséquent la pâte que nous décrirons doit être assez différente de la pâte des céramiques vendues et ayant été enfouies dans un milieu plus favorable.

18Le coefficient de fragmentation élevé ainsi que les méthodes de fouille (division de l’atelier en carrés de 2 m sur 2 m et enregistrement du mobilier par carré et sans stratigraphie) nous ont contraint à opter pour une étude d’ensemble sans pouvoir faire de distinction chronologique.

19La méthode de calcul des NMI nous a servi à comparer les catégories de céramiques produites dans l’atelier. Ensuite, en raison de l’extrême fragmentation du mobilier et comme notre étude se restreint à une présentation typologique de la production, nous avons utilisé un comptage en nombre de tessons. Nous distinguerons parfois dans le texte la céramique provenant du cimetière de celle qui est issue du Chatigny, en ayant toujours à l’esprit le fait qu’il s’agit de deux zones différentes du même atelier.

20L’ensemble des catégories - sigillée, paroi fine, terra nigra, assiette engobée et céramique commune - compose au total un lot de 47 618 tessons pour 1 062 NMI.

21Si l’atelier du Chatigny est actuellement connu pour la production de sigillée, on remarque que celle-ci est minoritaire. L’atelier a produit essentiellement de la céramique à paroi fine et de la céramique commune en proportion presque égale (fig. 10). La faible représentation de la terra nigra s’explique par le fait qu’il s’agit de la production d’un seul four (sur treize fouillés).

Fig. 10. Répartition en NMI des différentes catégories de céramique produites au Chatigny (Ch. Card del.).

3.1. La terra nigra

La pâte

22La pâte est noire, homogène avec un dégraissant siliceux fin. Sur les plats, l’engobe n’est visible qu’à l’intérieur et sur la partie supérieure de la lèvre. Pour les jattes à collerette, l’engobe n’est également présent qu’à l’intérieur et sur la partie supérieure de la collerette. Les jattes carénées sont engobées à l’extérieur et à l’intérieur.

Les plats

23Il en existe deux types. L’un, le plus représenté, est un plat à lèvre sortante en forme d’amande légèrement éversée présentant souvent une rainure interne sous le rebord. Le fond est plat et comporte un pied annulaire très peu marqué (fig. 11, nos 1 à 6). Le diamètre varie entre 30 et 32 cm et la hauteur, pour les exemplaires archéologiquement complets, est de 5 cm. Ces plats sont a rapprocher des assiettes Menez 11/13 datées de la seconde moitié du premier siècle (Menez, 1989 ; Joly, Barral, 1992).

24L’autre type, largement minoritaire, possède une lèvre triangulaire droite (fig. 11, n° 7) et semble d’un diamètre légèrement supérieur (36 cm). Ce type de plat, proche de l’assiette Deru A 12, est une imitation du service C en céramique sigillée qui apparaît vers 60 après J.-C.

Fig. 11. Terra nigra. 1-7. Plats ; 8-12. jattes (Ch. Card del.).

Les jattes

25Il en existe également deux types. Le type majoritaire est une jatte à collerette que l’on peut rapprocher de la forme Deru B1 (fig. 11, n° 8) qui apparaît dans la seconde moitié du Ier siècle (Deru, 1996). Le diamètre est quasiment constant à 32 cm.

26Le second type est une jatte carénée qui possède des lèvres droites et une carène bien marquée (fig. 11, nos 10 à 12) dont le diamètre est compris entre 24 et 26 cm. Ce type correspond à la forme Deru B14 qui apparaît a partir du milieu du Ier siècle. Les fonds retrouvés (fig. 11, n° 9) semblent également appartenir à cette forme.
On remarque que les plats à lèvre en amande et les jattes à collerette sont les types les plus représentés (fig. 12).

Fig. 12. Répartition des différents types de terra nigra en nombre de tessons (Ch. Card del.).

3.2. La céramique à paroi fine

27Dans cette catégorie nous distinguerons deux formes, les gobelets et les assiettes, dont les techniques de fabrication (pâte, engobe, décor, cuisson) sont identiques. Les gobelets sont les récipients les plus largement représentés avec 20 245 tessons contre 424 pour les assiettes.

28Les parois fines luxoviennes présentent, pour la quasi-totalité des tessons, une pâte insuffisamment cuite, de teinte claire allant du blanc crème à l’orangé, et d’aspect plus ou moins savonneux. Les quelques exemplaires en pâte grise et dure appartiennent à des céramiques surcuites, parfois déformées à la cuisson.

29Le dégraissant siliceux est très fin. La pâte des céramiques destinées à la vente semble présenter des teintes orangées. L’engobe est mat, de teinte variable (orange, rouge, brun, verdâtre ou noire) mais toujours sombre. Sur un même exemplaire, il peut y avoir des nuances de teintes très importantes entre le tiers supérieur et les deux tiers inférieurs du vase, qui sont la conséquence de l’emboîtement en pile des vases lors de la cuisson.

30On peut remarquer sur certains exemplaires la trace des empreintes digitales du potier qui matérialisent l’endroit par lequel est tenu le récipient lors du bain : la base et le fond pour les gobelets et la lèvre pour les assiettes.
Issu de techniques très variées, le décor est effectué avant la pose de l’engobe et avant la cuisson.

31Le décor le plus largement utilisé (71 %) est composé de petites rainures verticales ou obliques (guillochis) réalisées à la molette (dont un support à été retrouvé hors stratigraphie sur le site) ou en utilisant une lame vibrante (fig. 13). On ne peut définir, dans l’agencement des bandes de guillochis, un décor type qui serait repris régulièrement. Il semble que les potiers aient essayé d’éviter l’uniformisation en laissant libre cours à leur imagination (fig. 14, nos 13 à 18 ;fig. 16, nos 38 à 40 ; fig. 17, nos 59 et 61).

Fig. 13. Paroi fine. Distribution des différents types de décors en nombre de tessons (Ch. Card del.).

32Le second décor le plus répandu (20 %) utilise la technique de la barbotine, qui consiste à appliquer de l’argile semi-liquide sur le gobelet (à l’aide de poche pressée ou de « biberon » remplis de barbotine) en un seul geste pour dessiner des épingles (fig. 13). Les tessons même très fragmentaires montrent qu’il existe une volonté d’arrangement des motifs formés par les épingles : deux épingles droites alternées avec deux épingles obliques, épingles droites régulièrement espacées, groupées par lots, obliques ou croisées (fig. 14, nos 19 à 22 ;fig. 16, nos 41 à 45).

33On trouve ensuite, par ordre décroissant, l’utilisation de décor sablé (5 %), à dépressions (3 %), de rainures (1 %) et de bandeaux (0,3 %) (fig. 13). Pour le décor sablé, les grains de forme irrégulière mais assez fins sont présents uniquement sur la paroi extérieure et parfois sur le fond du vase. Certains exemplaires montrent une limite du sablage à environ un centimètre de la jonction panse lèvre, mais ce n’est pas une constante (fig. 14, nos 23 à 29 ; fig. 16, n° 46).

34Pour la réalisation du décor à dépressions, la paroi du gobelet est repoussée à l’intérieur de manière à former des dépressions ovales, plus ou moins larges et plus ou moins hautes. Aucune forme archéologiquement complète de ce type de gobelet n’a pu être reconstituée (fig. 15, n° 30 ; fig 17, nos 62 et 63).

35Concernant le décor de rainures, nous avons éliminé les tessons qui présentaient une ou deux rainures pour limiter un décor (notamment les bandes de guillochis) pour ne garder que les fragments présentant une succession de rainures plus ou moins profondes, plus ou moins espacées, sur une partie ou sur toute la panse. Le décor de rainures est effectué par enlèvement de pâte à l’aide d’un outil tranchant (excision nette) (fig. 15, nos 31 à 33 ;fig. 17, nos 58 et 60). La panse des gobelets décorés de bandeaux présente des « étranglements » qui délimitent des bandes bombées, ou bandeaux, entre chacun d’eux. L’état trop fragmentaire des tessons ne permet pas de préciser le nombre et l’agencement des bandeaux (fig. 15, n° 35).

Les gobelets

36L’importante fragmentation des tessons ne facilite pas l’élaboration d’une typologie, très peu de formes archéologiquement complètes ayant pu être restituées.
Les dimensions, pour les exemplaires qui sont mesurables, varient pour les diamètres entre 4,5 et 14 cm, avec une large majorité entre 8 et 11 cm, et pour les hauteurs les plus complètes entre 12 et 16 cm. Les fonds sont plats ou légèrement bombés vers l’intérieur (fig. 14, nos 14 et 29 ; fig. 15, nos 36 et 37 ; fig. 17, nos 63 à 65).
L’observation de la forme générale des gobelets et de la morphologie des lèvres nous a permis de définir une division typologique en six types. Les types I à V sont des gobelets ovoïdes et le type VI est un gobelet piriforme.

37- Le type I, proche du type 331 de Lezoux (Bet, Gras, 1999), présente une lèvre déversée, marquée, ronde ou quelquefois effilée, sans col. Sur ce type, on trouve tous les décors utilisés dans l’atelier : bande de guillochis (fig. 14, nos 13 à 18) ; décor d’épingles (fig. 14, nos 19 à 22), décor sablé (fig. 14, n os 23 à 29) ; décor de dépressions (fig. 15, n° 30) ; décor de rainures (fig. 15, nos 31 à 33), décor de bandeaux (fig. 15, n° 35).

Fig. 14. Paroi fine. Gobelets de type I (Ch. Card del.).

Fig. 15. Paroi fine. Gobelets de type I (Ch. Card del.).

38- Le type II est défini par une lèvre en corniche, à rapprocher du type Hees II (Brunsting, 1937). Dans ce groupe, on trouve des gobelets décorés de guillochis (fig. 16, nos 38 à 40) ou d’épingles (fig. 16, nos 41 à 45) et à décor sablé (fig. 16, n° 46).

39- Le type III, qui présente des ressemblances avec le type Hees 4 (Brunsting, 1937), rassemble les gobelets à col court et à lèvre éversée. Il n’y a pas de gobelet décoré d’épingles pour ce type, mais des décors de guillochis (fig. 16, nos 47 et 48) et des décors de rainures (fig. 16, n° 49).

Fig. 16. Paroi fine. 38-46. Gobelets de type II ; 47-52. type III ; 53-55. type IV (Ch. Card del.).

40- Le type IV comprend les gobelets sans col, à lèvre légèrement éversée, peu marquée par rapport à la panse. Sur les gobelets de ce type, on trouve des décors de guillochis ou de rainures (fig. 16, nos 53 à 55).

41- Le type V englobe les gobelets à col tronconique Hees 3 (Brunsting, 1937), Gose 185/186 (Gose, 1950) décorés de bandes de guillochis (fig. 17, nos 56 et 57) ou de rainures (fig. 17, nos 58 et 60), parfois associés sur un même vase (fig. 17, n° 59).

Fig. 17. Paroi fine. 56-60. Gobelets de type V ; 61-65. type VI (Ch. Card del.).

42- Le type VI concerne les gobelets piriformes à lèvre évasée et rappelle le type 331 de Lezoux (Bet, Gras, 1999). Ces gobelets présentent un décor de guillochis (fig. 17, n° 61) ou à dépressions (fig. 17, nos 62 et 63).

43On peut remarquer que les gobelets de type I sont majoritaires et représentent 52 % des rejets de production et que les gobelets de type II, III et IV sont en proportions presque identiques (type II : 11,59 %, type III : 12,27 %, type IV : 13,55 %). Viennent ensuite les gobelets de type VI (9 %). Quant aux gobelets de type V, ils sont présents en quantité insignifiante (1,36 %) (fig. 18).
On remarque par ailleurs que le décor à la molette, le plus représenté sur le site, se retrouve sur tous les types, alors que les décors d’épingles et sablés, également bien représentés, n’appartiennent qu’aux types I et II (fig. 19).

Fig. 18. Distribution des différents types de gobelets en nombre de tessons (Ch. Card del.).

Fig. 19. Distribution des décors par types de gobelets (Ch. Card del.).

44En l’absence de stratigraphie bien établie sur le site, comme nous l’avons déjà signalé, il est impossible, sur la base des données des fouilles de Luxeuil, de poursuivre l’analyse chrono-typologique des gobelets dont la production semble appartenir à un horizon chronologique qui couvre l’ensemble du IIe siècle. Cependant il est possible d’affiner cette datation en se référant aux typologies des ateliers de Lezoux, de l’est de la France et de Rhénanie : le début de la production des gobelets des types I, II et VI peut se situer dans la première moitié du IIe siècle, tandis que les gobelets des types III et V s’inscrivent plutôt dans des productions de la seconde moitié de ce même siècle (Bet, Gras, 1999 ; Joly, 1999 ; Vilvorder, 1999).

Les assiettes engobées

45L’échantillonnage effectué sur le site du Chatigny et du cimetière a livré 424 tessons de ce type d’assiette, dont 245 fragments de lèvres. L’engobe, qui offre un aspect et des couleurs identiques à ceux des gobelets, est présent à l’intérieur et à l’extérieur du récipient. Les assiettes sont majoritairement décorées de bandes de guillochis selon la même technique que pour les gobelets, mais avec plus de soin. Un seul exemplaire est décoré de rainures (fig. 20, n° 77).

46La panse présente quelquefois une légère carène et les fonds, plus ou moins rentrants, ont parfois une moulure (fig. 20, nos 67, 69, 71, 74, et 77). Les diamètres varient entre 15 et 23 cm avec une large majorité entre 17 et 20 cm.

Fig. 20. Paroi fine. 66-67. Assiettes de type I ; 68-70. type II ; 71-73. type III ; 74-77. type IV (Ch. Card del.).

47Nous avons effectué un tri morphologique à partir des lèvres pour répartir ces assiettes en quatre types :
- type I : la lèvre se trouve dans le prolongement de la panse ; assez massive, légèrement éversée, elle présente un léger renflement à l’intérieur (fig. 20, nos 66, 67) ;
- type II : la lèvre est également dans le prolongement de la panse, bien éversée, moulurée ; elle présente un renflement bien marqué vers l’intérieur (fig. 20, nos 68, 69, 70) ;
- type III : la lèvre, bien démarquée de la panse, est horizontale et présente deux moulures (fig. 20, nos 71, 72, 73) ;
- type IV : la lèvre, également bien démarquée, est oblique et lisse (fig. 20, nos 74, 75, 76, 77).
On remarque que le type IV est largement majoritaire avec 60,81 % (fig. 21).

Fig. 21. Distribution des différents types d’assiettes en nombre de tessons (Ch. Card del.).

48La production d’assiettes est peu importante : 2,01 % du total des céramiques à parois fines. En revanche, ces assiettes dont le mode de fabrication, de décor et de cuisson est semblable aux gobelets, paraissent avoir bénéficié d’un travail plus soigné et d’une recherche esthétique (pied et lèvre moulurés) plus aboutie que pour les gobelets. La datation de cette production reste problématique en l’absence de références, notamment régionales. On peut cependant tenter un rapprochement avec des assiettes de l’atelier de La Boissière-École (Yvelines), datées des IIe et IIIe siècles, qui présentent des profils similaires mais qui sont toujours tripodes (Dufaÿ et alii, 1995). Cette proposition de datation peut être confortée par la découverte dans un lot de céramique daté du IIe et début du IIIe siècle, provenant de la fouille d’un sanctuaire dans le département des Vosges, d’un bord d’assiette qui ressemble à notre type III (ainsi que de gobelets de type I) (Aubry-Voirin, Fetet, 2007).

3.3. La céramique commune

49Comme pour les autres catégories de céramique, la céramique commune est très fragmentée et les tessons sont souvent de petites dimensions. Il a fallu beaucoup de temps pour essayer de reconstituer des céramiques archéologiquement complètes et un nombre important de tessons n’a pu être attribué à une forme définie. Sur un total de 22 322 tessons, 16 140 sont indéterminés. Nous avons donc effectué l’étude sur les 6 182 tessons identifiables avec certitude.
La céramique commune recueillie est uniquement cuite en mode A. La production est variée : couvercle, assiette, jatte, mortier, pot, cruche et bouilloire, avec une prédominance des assiettes et des mortiers (49,82 % de la production) (fig. 22).

Fig. 22. Distribution des différentes formes de céramique commune (Ch. Card del.).

50La pâte est beige à beige rosé, à dégraissant siliceux fin ou moyen. Cette pâte est utilisée pour toutes les formes de céramique commune et elle n’est guère différente, en étude macroscopique, de la pâte utilisée pour les céramiques à paroi fine.

51À l’exception de quelques cruches (toujours de grandes dimensions) décorées de points sur la panse, le « décor » consiste en une simple application d’un engobe micacé. On trouve ce traitement de surface surtout pour les assiettes (fig. 23, nos 81 à 83), mais il existe également plus rarement pour les jattes (fig. 24, nos 87, 88), les pots (fig. 25, n° 95), les cruches (fig. 25, n° 102) et les bouilloires (fig. 25, n° 103).

Les couvercles

52Ils sont représentés par 547 tessons, soit 8,84 % de la céramique commune, et présentent une paroi conique avec boutons de préhension plats. La lèvre est simplement arrondie en bourrelet ou légèrement recourbée (fig. 23, nos 78 à 80). Le diamètre varie entre 12 et 22 cm, ce qui correspond aux diamètres des pots et des jattes.

Fig. 23. Céramique commune. 78-80. Couvercles ; 81-86. assiettes (Ch. Card del.).

Les assiettes

53Avec un total de 1 876 tessons, les assiettes forment la catégorie de céramique commune la plus représentée (30,34 %). La paroi est oblique, courbe, à lèvre simple en bourrelet rentrant. On trouve quelquefois une rainure à l’extérieur qui matérialise la liaison paroi-lèvre (fig. 23, nos 83, 86). Sur quelques exemplaires, la liaison panse-fond est marquée par un ressaut (fig. 23, n° 84). Un pourcentage élevé des assiettes (46,15 %) présente un engobe micacé (fig. 23, nos 81 à 83). Les diamètres varient de 16 à 25 cm avec une majorité autour de 20 cm. Les assiettes de Luxeuil, notamment celles qui portent une rainure extérieure, sont très proches de celles produites par l’atelier d’Offemont (Territoire de Belfort) dans la seconde moitié du IIe siècle (Rilliot, Faudot, 1990).

Les jattes

54Elles comptent 692 tessons, soit 11,19 % de la céramique commune, et peuvent être classées en deux types :
- Les jattes à panse globulaire et à lèvre oblique épaisse et arrondie (50,72 % du total). Le fond présente un petit pied annulaire et l’extérieur de la panse est toujours marqué de rainures, mais aucun de ces « décors » n’est identique d’un exemplaire à l’autre (fig. 24, nos 87 et 88). Cette forme est revêtue très souvent d’un engobe micacé. Le diamètre varie de 17 à 23 cm. La jatte complète a une hauteur de 9,4 cm.
- Les jattes à paroi oblique et à lèvre en collerette (49,28 % du total). La collerette, horizontale, est en forme de marteau et assez semblable à celle des mortiers. La paroi est oblique, rectiligne et le fond est concave, en « cul de poule » (fig. 24, nos 89 et 90). Cette forme est également revêtue d’un engobe micacé mais moins systématiquement que pour les jattes à panse globulaire. Le diamètre est compris entre 20 et 28 cm, avec une grande majorité des exemplaires autour de 20 cm.

55Ces deux types de jattes sont à rapprocher de jattes produites non loin de Luxeuil par l’atelier d’Offemont (Rilliot, Faudot, 1990) et par celui du Champ des Isles à Mandeure-Mathay (Doubs ; Lame, Mazimman, 1990). Elles présentent également une parenté avec les « marmites » de l’atelier de Pesmes (Haute-Saône ; Lerat, 1968). Toutes ces productions datent du IIe siècle.

Fig. 24. Céramique commune. 87-90. Jattes ; 91-93. mortiers (Ch. Card del.).

Les mortiers

56Ils sont presque aussi bien représentés que les cruches (1 206 tessons, soit 19,50 % de la céramique commune) mais ils n’offrent pas de types aussi variés. Pour l’essentiel il s’agit de mortiers à déversoir avec râpe interne sableuse. La lèvre, en collerette, est en forme de marteau, légèrement tombante, présentant un bourrelet supérieur. La panse est marquée de cannelures sur la moitié supérieure et jusque sous la lèvre (fig. 24, nos 91 et 92). Un exemplaire n’est pas muni de déversoir (fig. 24, n° 92) et un autre, avec un profil de lèvre plus tombante, n’est pas revêtu d’une râpe sableuse interne (fig. 24, n° 93). Malgré le nombre important de tessons, nous n’avons pas réussi à remonter une forme archéologiquement complète. Les diamètres varient entre 28 et 36 cm.

Les pots

57Peu présents sur le site (549 tessons, soit 9,52 % de la céramique commune), ils peuvent être divisés en deux grands types :
- Les pots à panse plutôt ronde possèdent soit une lèvre éversée simple (fig. 25, nos 94 et 95), soit un épaulement arrondi séparé du col par une ou plusieurs moulures (fig. 25, n° 96). Leur diamètre varie entre 13 et 16 cm.
- Les pots à panse ovoïde présentent soit une lèvre simple éversée semblable à celle des pots à panse ronde (fig. 25, n° 97), soit une lèvre horizontale (fig. 25, n° 98), et quelques exemplaires sont revêtus d’engobe micacé. Leur diamètre varie entre 8 et 13 cm et ce type de pot est dans l’ensemble de plus petit module que les pots à panse ronde.

58Ces pots, dans leurs deux versions, sont quelquefois recouverts d’engobe micacé (fig. 25, nos 95 et 97). Le fond est plat et la panse est quelquefois marquée d’une rainure à l’extérieur, à quelques centimètres sous le col (fig. 25, nos 95, 97 et 98). Ces deux types de pots peuvent être rapprochés des productions de l’atelier de l’Essarté (Mandeure), datées de la fin du second siècle (Humbert, Llopis, 1990).

Fig. 25. Céramique commune. 94-98. Pots ; 99-102. cruches ; 103-106. bouilloires (Ch. Card del.).

Les cruches

59Avec 1 268 tessons, elles représentent 13,02 % de la céramique commune. Elles possèdent une panse globulaire munie d’une, deux ou trois anses. Le goulot est à col droit et la lèvre biseautée. Les anses en ruban portent deux ou trois sillons. Le fond est muni d’un anneau porteur (fig. 25, n° 99). Certains exemplaires présentent un décor de points en creux (réalisé à la molette) qui s’arrête à la liaison panse-col. Nous ne possédons pas d’exemple complet du décor, mais il semble réservé aux cruches les plus volumineuses à deux ou trois anses (fig. 25, nos 101 et 102). Ces exemplaires décorés portent souvent un engobe micacé (fig. 25, n° 102).

60Les diamètres de l’embouchure varient de 3 à 6 cm avec une majorité autour de 4 cm. Le diamètre des fonds est majoritairement compris autour de 6 cm. Le seul exemplaire complet montre une hauteur de 25 cm.
Ces cruches présentent des ressemblances avec celles produites par l’atelier de l’Essarté (Mandeure) datées de la fin du second siècle (Humbert, Llopis, 1990).

Les bouilloires

61Avec 463 tessons, soit 7,49 % de la céramique commune, c’est la catégorie la moins représentée. C’est un type connu pour imiter les vases métalliques en reprenant les mêmes caractéristiques morphologiques : panse globulaire, bec verseur et anse unique avec ou sans poucier. Les potiers de Luxeuil ont fabriqué deux types de bouilloires, l’un à bec verseur incliné vers le haut et anse à poucier (fig. 25, nos 103 et 104) et l’autre possédant un col évasé, déformé par pression de manière à former un bec verseur (fig. 25, nos 105 et 106). L’anse, pour ces deux types, est toujours unique, sans nervure, et de section ovale.
Les bouilloires sont parfois revêtues d’engobe micacé (fig. 25, n° 103). Ce type de récipient apparaît, dans nos régions, au second siècle (Batigne, Desbat, 1996).

62La céramique commune du Chatigny est représentative des productions du IIe siècle connues régionalement (Joly, 1996) et l’on peut souligner, comme pour les gobelets à paroi fine, la parenté qui semble exister entre l’atelier de Luxeuil et celui d’Offemont.

3.4. Les moules

63Dans le comblement du four du cimetière ayant produit de la terra nigra, nous avons découvert deux fragments de moules.
Leur pâte étant la même que pour les récipients en terra nigra, ils semblent donc avoir été cuits sur place. La forme des deux moules reprend grossièrement la forme de Knorr 78 (Knorr, 1919) et le décor est réalisé à la fois avec l’aide d’un poinçon (feuille) et d’une pointe sèche (fig. 26, nos 107 et 108).

Fig. 26. Moules en terra nigra (Ch. Card del.).

64Pour le moule le plus grand, le décor paraît avoir été délimité en panneaux, l’un représentant des motifs de feuillage disposés géométriquement et l’autre un cerf très stylisé entouré du même feuillage (fig. 27 et 28).

Fig. 27. G. Grand moule (cliché P. Haut, INRAP).

Fig. 28. D. Grand moule. Détail du poinçon (cliché P. Haut, INRAP).

65Le plus petit moule ne porte que des motifs géométriques de lignes ondulées verticales et un autre motif non identifiable (fig. 29).

66Nous avons également recueilli un tesson qui pourrait être le reste d’un vase moulé dans le grand moule au cerf. Il s’agit d’une coupe droite, en pâte beige rosé, fine, assez semblable à la pâte des céramiques à paroi fine et portant des traces d’engobe rougeâtre très dégradé (fig. 30). Le décor, sur ce tesson très mal conservé, semble correspondre à la partie du moule décorée de feuillage.

Fig. 29. G. Petit moule (cliché P. Haut, INRAP).

Fig. 30. D. Fragment de coupe, peut-être moulée dans le grand moule (cliché P. Haut, INRAP).

67Nous n’avons trouvé aucune comparaison pour ces moules qui ne paraissent pas avoir beaucoup servi. Le schéma décoratif du grand moule (association d’un sautoir à décor végétal et de grands animaux) semble avoir été copié sur des décors de La Graufesenque, datés plutôt de la fin du Ier siècle. Peut-être s’agit-il d’essais réalisés par un potier local ayant vu de la céramique sigillée des ateliers de la Gaule du Sud et voulant imiter, avec ses propres moyens et sans résultat probant, les luxueuses productions sud gauloises ?

Conclusion

68L’implantation des artisans potiers à Luxeuil se fait en parallèle avec le développement de l’agglomération autour du secteur thermal et du sanctuaire, dans un secteur qui semble leur être réservé.

69La chronologie de l’atelier reste assez difficile à établir et nous ne disposons que de deux indices fiables. D’une part, le premier four de l’atelier, en chronologie relative, a été comblé uniquement avec des formes en terra nigra que l’on peut rapprocher des productions champenoises et bourguignonnes de la seconde moitié du premier siècle (Deru, 1996 ; Joly, Barral, 1992). D’autre part, nous disposons de datations archéomagnétiques qui nous indiquent que des fours fonctionnaient encore dans le dernier quart du second siècle. La période d’activité de l’atelier du Chatigny s’étend donc sur un siècle et demi, avec une production riche et variée (terra nigra, paroi fine, sigillée, commune).

70C’est le seul atelier connu de Franche-Comté qui offre une telle variété de productions sur une période aussi longue. Les potiers ne se sont pas spécialisés dans la fabrication de masse de sigillée, qui reste une production minoritaire. On peut donc difficilement rattacher l’atelier du Chatigny aux grands centres de production de sigillée qui existaient à la même période en Gaule du Centre ou en Gaule de l’Est. Il faudrait sans doute le comparer avec d’autres petits ateliers d’envergure régionale comme Offemont, dans le Territoire de Belfort, dont la chronologie et les productions (notamment les gobelets à paroi fine et les assiettes en commune) sont très proches de celles de l’atelier de Luxeuil (Rilliot, Faudot, 1990), et Mandeure-Mathay, également pour les assiettes mais aussi pour les jattes en céramique commune (Humbert, 1990 ; Humbert, Llopis, 1990 ; Lame, Mazimann, 1993).

71Le site antique de Mandeure apparaît, d’après les études de L. Lerat (Lerat, 1960) et plus récemment de J.-P. Mazimann (Mazimann, 1995), comme le principal lieu de consommation de la sigillée ornée de l’atelier du Chatigny. La période couvre l’extrême fin du premier siècle jusqu’à la fin du second siècle et peut-être le début du troisième. Notre travail sur la céramique et en particulier sur les assiettes engobées, qui apparaissent comme de bons marqueurs des productions luxoviennes, devrait permettre d’affiner cette chronologie et aider à dresser une carte de répartition.

72Le lien privilégié qui semble s’être tissé entre Luxeuil et Mandeure pose la question du statut de l’atelier du Chatigny qui pourrait dépendre d’un marché local mais aussi de l’exportation vers un « gros client ». Ce marché principal n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, la capitale de cité, Besançon, qui pourtant se trouve à la même distance de Luxeuil que Mandeure. L’atelier de potier du Chatigny faisait peut-être partie d’un « territoire » nord séquane, desservi par un important réseau routier reliant Langres, Luxeuil, le sud de l’Alsace et tourné davantage vers Mandeure et une influence venue de l’est et de l’axe Saône-Rhône.

73Remerciements
Nous tenons à remercier pour leur aide précieuse et leurs encouragements, Robin P. Symonds (INRAP) et Henri Gaillard de Sémainville (Université de Dijon). Nous tenons également à remercier Claudine Munier (INRAP) pour nous avoir autorisé à utiliser les données qu’elle avait rassemblées en 1993 pour une première ébauche de publication des productions de l’atelier.

Haut de page

Bibliographie

Aubry-Voirin M., Fetet P., 2007, « Céramique d’un sanctuaire de bord de voie à Vioménil (Vosges) : un mobilier des IIe et IIIe siècles après J.-C. associé à des poteries de tradition indigène », in : Actes du congrès de la SFECAG, Langres, 2007, Marseille, p. 395-402.

Batigne C., Desbat A., 1996, « Un type particulier de ‘cruche’ : les bouilloires en céramique d’époque romaine (Ier-IIIe siècle) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 1996, Marseille, p. 381-394.

Bet P., Gras D., 1999, « Parois fines engobées et céramique métallescente de Lezoux », R.C.R.F, Oxford, p. 13-28.

Brunsting H., 1937, Het grafveld onder Hees bij Nijmegen : een bijdrage tot de kennis van Ulpia Noviomagus, Amsterdam, Noord-Hollandsche uitg. Mij., 216 p.

Card Ch., 1994, « Luxeuil-Luxovium (Haute-Saône)», in : Mangin M., Petit J.-P. dir., Atlas des agglomérations secondaires de la Gaule Belgique et des Germanies, Paris, éd. Errance, p. 114-118.

Card Ch., 1995, « Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) : une agglomération antique », in : Éclats d’Histoire : 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, Besançon, éd. Cêtre, p. 203-207.

Card Ch., 1995, « La chaîne opératoire : du tour au four », in : Éclats d’Histoire : 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, Besançon, éd. Cêtre, p. 71-73.

Card Ch., 2007, « Les ateliers de potiers gallo-romains de Luxeuil (Haute-Saône», in : Actes du colloque des Journées Archéologiques Frontalières de l’Arc Jurassien, Besançon-Porrentruy, 2007, p. 129-138.

Delacroix E., 1862, « Notice sur les fouilles faites en 1857 et 1858 aux sources ferrugineuses de Luxeuil », Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, p. 93-105.

Delacroix E., 1867, « Luxeuil, ville, abbaye, thermes », Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, p. 59-184.

Deru X., 1996, La céramique belge dans le nord de la Gaule : caractérisation, chronologie, phénomènes culturels et économiques, Louvain-la-Neuve, Dép. d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 461 p. (Publications d'histoire de l'art et d'archéologie de l'Université Catholique de Louvain, 89).

Desgranges B., 1981, Luxeuil-les-Bains : histoire des thermes, Remiremont, 267 p.

Dufaÿ B., Barat Y., Raux S., 1990. « Un atelier de potier du IIIe siècle à La Boissière-École, Yvelines », in : Actes du congrès de la SFECAG, Mandeure-Mathay, 1990, Marseille, p. 203-212.

Fabert J.-J., 1773, Essai historique sur les eaux de Luxeuil, Paris, 195 p.

Gose E., 1950, Gefäßtypen der römischen Keramik in Rheinland, Kevelaer, Butzon & Bercker, 47 p., 61 pl.

Humbert S., 1990, « La céramique commune claire du site de Montoille à Mandeure », in : Actes du congrès de la SFECAG, Mandeure-Mathay, 1990, Marseille, p. 55-64.

Humbert S., Llopis E. 1990, « L’atelier de l’Essarté (Doubs) : structures et approche des productions », in : Actes du congrès de la SFECAG, Mandeure-Mathay, 1990, Marseille, p. 47-54.

Jeannin Y., 1967, « Céramique sigillée de Luxeuil : nouveaux fragments », R.A.E., t. 18, p. 145-149.

Joly M., 1996, « Terra nigra, terra rubra, céramiques à vernis rouge pompéien, peintes et communes : répertoire, chronologie et faciès régionaux en Bourgogne romaine », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 1996, Marseille, p. 111-138

Joly M., 1999, « Les ateliers de Bourgogne et de Franche-Comté », R.C.R.F., Oxford, p. 39-68.

Joly M., Barral P., 1992 « Céramiques gallo-belges de Bourgogne : antécédents, répertoire, productions et chronologie », in : Actes du congrès de la SFECAG, Tournai, 1992, Marseille, p. 101-130.

Kahn P., 1986, « Luxeuil : ‘Atelier du Chatigny’ », in : Bémont C., Jacob J.-P. dir., La terre sigillée gallo-romaine, Paris, éd. de la M.S.H., p. 241-244 (Documents d’Archéologie Française, 6).

Kahn P., 1986, « Luxeuil (Haute-Saône) », in : Mangin M. dir., Les agglomérations secondaires en Franche-Comté romaine, p. 72-83 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 337).

Kahn P., 1990, « L’atelier du Chatigny à Luxeuil (Haute-Saône) : structures et approche des productions », in : Actes du congrès de la SFECAG, Mandeure-Mathay, 1990, Marseille, p. 69-72.

Knorr R., 1919, Töpfer und Fabriken verzierter Terra-Sigillata des ersten Jahrhunderts, Stuttgart, Kohlhammer, 140 p.

Lame M., Mazimann J.-P., 1993, « L’atelier de potiers du Champs-des-Isles à Mathay (Doubs) et sa production », R.A.E., t. 44, p. 429-469.

Laroche C., 1988, « La céramique Terra Nigra de Besançon : fouilles de Saint Jean, 1982», in : Actes du congrès de la SFECAG, Orange, 1988, Marseille, p. 145-154.

Laroche C., 1990, « Un site de consommation à Besançon au cours de la première moitié du Ier siècle après J.-C. », in : Actes du congrès de la SFECAG, Mandeure-Mathay, 1990, Marseille, p. 89-95.

Lerat L., 1968, « Informations archéologiques de Franche-Comté, Haute-Saône, Pesmes », in : Gallia, t. 26, p. 435

Lerat L., Jeannin Y., 1960, La céramique sigillée de Luxeuil, Paris, Les Belles Lettres, 104 p, 27 pl. (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 31).

Marc J.-A., 1806, « Dissertation sur les monuments d’antiquité du département de la Haute-Saône», Bull. de la société agricole de Haute-Saône, p. 159-202.

Mazimann J.-P. 1995, « La diffusion des poteries de Luxeuil à Mandeure », in : Éclats d’Histoire : 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, Besançon, éd. Cêtre, p. 73-74.

Menez Y., 1989, « Les céramiques fumigées ‘terra nigra’ du Bourbonnais », RACF, t. 28, p. 118-178.

Picon M., 1973, Introduction à l’étude technique des céramiques sigillées de Lezoux, Dijon, 135 p. (Publ. du Centre de Recherches sur les Techniques Gallo-Romaines, 2).

Rilliot M., Faudot M., 1990, « L’atelier d’Offemont (Territoire de Belfort) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Mandeure-Mathay, 1990, Marseille, p. 73-86.

Roussel J., 1924, Luxovium ou Luxeuil à l’époque gallo-romaine, Paris, éd. A. Picard, 306 p.

Walter H., 1974, La sculpture funéraire gallo-romaine en Franche-Comté, Paris, Les Belles Lettres, 187 p.

Vilvorder F., 1999, « La production de céramiques engobées et métallescentes dans l’est de la France, la Rhénanie et la rive droite du Rhin », R.C.R.F., Oxford, p. 69-122.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Principales voies antiques du nord de la Franche-Comté autour de Luxeuil-les-Bains (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 2. Plan général de l’agglomération antique (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 3. Fours du Chatigny et du cimetière (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4. Plan général des fours du Chatigny (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 5. G. Le Chatigny. Four à tubulures (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 7. Plan général des fours du cimetière (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 8. G. Le cimetière. Four ovale (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 10. Répartition en NMI des différentes catégories de céramique produites au Chatigny (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 11. Terra nigra. 1-7. Plats ; 8-12. jattes (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 12. Répartition des différents types de terra nigra en nombre de tessons (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 13. Paroi fine. Distribution des différents types de décors en nombre de tessons (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 14. Paroi fine. Gobelets de type I (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 15. Paroi fine. Gobelets de type I (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 16. Paroi fine. 38-46. Gobelets de type II ; 47-52. type III ; 53-55. type IV (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 17. Paroi fine. 56-60. Gobelets de type V ; 61-65. type VI (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 18. Distribution des différents types de gobelets en nombre de tessons (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 19. Distribution des décors par types de gobelets (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 20. Paroi fine. 66-67. Assiettes de type I ; 68-70. type II ; 71-73. type III ; 74-77. type IV (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 21. Distribution des différents types d’assiettes en nombre de tessons (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 22. Distribution des différentes formes de céramique commune (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 23. Céramique commune. 78-80. Couvercles ; 81-86. assiettes (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 24. Céramique commune. 87-90. Jattes ; 91-93. mortiers (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 25. Céramique commune. 94-98. Pots ; 99-102. cruches ; 103-106. bouilloires (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 26. Moules en terra nigra (Ch. Card del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 27. G. Grand moule (cliché P. Haut, INRAP).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 29. G. Petit moule (cliché P. Haut, INRAP).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/2673/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Card, « Nouvelles données sur les productions des ateliers de potiers gallo-romains de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) : la vaisselle en céramique non sigillée », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, 205-226.

Référence électronique

Christophe Card, « Nouvelles données sur les productions des ateliers de potiers gallo-romains de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) : la vaisselle en céramique non sigillée », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 57 | 2008, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://rae.revues.org/2673

Haut de page

Auteur

Christophe Card

Centre archéologique INRAP, 9 rue Lavoisier, 25000 Besançon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page