Navigation – Plan du site
Notes et documents
Henri-Louis Fernoux et Nicolas Mathieu

Une nouvelle épitaphe latine découverte à Chalon-sur-Saône (Cabillonum, cité des Éduens) : à propos des monuments funéraires et de l’onomastique en pays éduen

p. 311-326

Résumés

La publication d’une épitaphe inédite découverte en 2003 dans l’enceinte romaine de Chalon-sur-Saône permet de faire provisoirement le point sur le corpus des monuments funéraires du Chalonnais et offre de nouveaux éclairages sur l’onomastique et les courants de population dans le pays éduen à la fin du IIe siècle ap. J.-C. Ce nouveau document, stèle du type le plus simple, que le formulaire permet de situer dans la période 150 - 200 ap. J.-C., fournit la nomenclature de deux pérégrins probables, dont les noms sont typiques d’un espace géographique comprenant les cours supérieurs du Rhône et de la Seine ainsi que la zone rhénane.

The publication of a previously unpublished epitaph discovered in 2003 in the roman enclosure of Chalon-sur-Saône allows us to take stock of funerary monuments in the Chalons area and sheds new light on the onomastics and the population currents in the Eduan country at the end of the 2nd century AD. This new document is a simple stele dated by the inscription to 150-200 AD which cites two probable pilgrims the names of which are typical of a geographical area covering the high Rhone valley and the Seine as well as the Rhine area.

Die Veröffentlichung eines 2003 innerhalb der römischen Stadtmauer von Chalon-sur-Saôneentdeckten Epitaphs erlaubt eine Zwischenbilanz bezüglich des Corpus der Grabbautender Region von Chalon undwirft neues Licht auf die Onomastik und die Bevölkerungsströme bei den Haeduern am Ende des 2. Jhs.n. Chr. Dieses neue Dokument, eine Stele einfachster Machart aus der Zeit zwischen 150 und 200 n. Chr. gibt die Nomenklatur wohl von zwei Reisenden an, deren Namen für den Raum zwischen dem Oberlauf der Rhône und der Seine sowie dem Rheinland typisch sind.

Texte intégral

Introduction

1Le dossier des monuments funéraires de Chalon-sur-Saône / Cabillonum compte à ce jour treize épitaphes, auxquelles il faut ajouter une trentaine de stèles anépigraphes. C’est un corpus limité en regard de ceux d’Autun ou de Langres, mais qui présente certains traits dignes d’être relevés. Chaque découverte d’un nouveau document de ce type en enrichit la signification, comme elle amène à soulever de nouvelles questions d’ordre onomastique et architectural.

  • 1  L’orthographe avec un seul l et deux n n’est attestée que par deux textes épigraphiques : ILTG, 31 (...)
  • 2  Selon Armand-Calliat, cette pierre de calcaire rouge proviendrait de carrières de Givry. Il s’agir (...)

2Ainsi d’une épitaphe latine découverte au début de l’année 2003 dans une arrière-cour au n° 4 de la rue du Port Villiers à Chalon-sur-Saône, l’ancienne Cabillonum1, par Mme Piffaut, qui a son atelier de photographie en ces lieux. Le fond de la cour est barré par l’enceinte gallo-romaine du IIIe siècle, qui est conservée sur 2 à 3 m de hauteur au-dessus du niveau actuel du sol. Un crépi la recouvre sur toute la partie droite, alors qu’à gauche on voit le type d’appareil et de matériaux utilisés par les Cabilonnenses (ILTG, 314), pour se protéger des incursions barbares. On y distingue clairement des lits de pierres de calcaire de couleur rouge qui reposent sur plusieurs niveaux de blocs de remploi (Armand-Calliat, 1937, p. 52)2. Certaines pierres portent des traces de mortaises. C’est la chute d’une partie du crépi qui a permis la mise au jour, au milieu d’autres pierres de remploi, du nouveau monument funéraire. Celui-ci apparaît à environ 1,70 m du sol, bien pris dans la maçonnerie du mur (cf. fig. 1).

3Il s’agit selon toute apparence d’un document inédit, aucun érudit local ou historien ne l’ayant signalé depuis le milieu du XIXe siècle, ni M. Canat dans sa recension des inscriptions de Chalon en 1857 (Canat, 1857, p. 217-276), ni le volume XIII du CIL, ni l’AE depuis 1888, ni L. Armand-Calliat (Armand-Calliat, 1937), ni P. Wuilleumier (Wuilleumier, 1963). À cela deux explications : tout d’abord, la construction d’un ancien appentis à cet endroit (on devine encore l’empreinte du toit sur un mur perpendiculaire au nôtre) a dû pendant longtemps dérober la pierre au regard des curieux. Ensuite le crépi, appliqué probablement après destruction du bâtiment adventice, a recouvert l’épitaphe.

4Ce document présente ainsi le double intérêt d’être, d’une part, une nouvelle illustration de la manière dont les habitants de la région concevaient leurs monuments funéraires, lesquels présentent une variété typologique à définir, d’autre part d’offrir de nouvelles informations sur l’onomastique locale à l’époque impériale. Nous nous proposons dans les pages suivantes de développer ces deux aspects de manière globale en envisageant l’ensemble de la documentation disponible, afin d’offrir une synthèse provisoire et sur les monuments funéraires et sur l’onomastique en usage dans le pays éduen à l’époque concernée.

1. Présentation du nouveau document funéraire

5La pierre, au moment de son remploi dans l’enceinte du IIIe siècle, a été couchée sur la tranche. On ne peut juger de son épaisseur (fig. 1).
Le nouveau document se présente de la manière suivante (fig. 2) :
Bloc de calcaire (rosé de Bourgogne), retaillé (?) à gauche et à droite, brisé dans sa partie supérieure. Dimensions : H. 78 cm x l. 29 cm. Hauteur des lettres : 4 à 4,3 cm.
Forme des lettres :

Image2

6Ligne 2 : on ne lit aucune lettre après le A final de AETERNA : pas de E ligaturé.
Ligne 3 : le i terminal est de plus petite taille que les autres lettres.
Ligne 7 : ligature HE.
Ligne 8 : quatre points de séparation triangulaires entre les cinq dernières lettres S, P, C, S, D.
Nous allons dans un premier temps analyser la forme générale de la pierre et, pour ce faire, la replacer dans la série des documents funéraires du Chalonnais.

2. La nouvelle épitaphe dans le corpus des monuments funéraires du Chalonnais

7Dans la mesure où la pierre a été retaillée pour son réemploi dans l’enceinte du Bas-Empire par amputation de sa partie supérieure, un doute subsiste sur sa forme générale initiale. Était-elle ainsi surmontée d’un fronton, de profil trapézoïdal par exemple, comme dans le cas de cette stèle funéraire en provenance de Lyon, publiée voici une dizaine d’années par M. Tarpin et datée du IIIe siècle ap. J.-C. (Tarpin, 1991, p. 181-187) ?Le choix d’une telle forme était motivé par la gravure, au centre du fronton, d’une ascia, la stèle lyonnaise étant dédiée « sub ascia ». Il ne semble pas que ce soit le cas de notre pierre.

  • 3  Sauf à supposer et imaginer, ce qui est vain, que nous n’aurions ici que la partie inférieure, épi (...)

8Aucune bordure visible n’entoure le texte dans son état actuel, ce qui ne signifie pas qu’il n’y avait pas de cadre mouluré à l’origine. Mais, quoiqu’il en soit, comme le laisse penser l’alignement des lettres à gauche et la présence à droite, par exemple à la troisième ligne, d’un petit I, on peut penser que toute la largeur du champ épigraphique avait été utilisée et que très peu de matière a été enlevée sur le côté gauche comme sur le côté droit. Tel qu’il se présente, le nouveau document est dépourvu de tout bas-relief. On le rangera donc a priori dans la catégorie des stèles de forme rectangulaire, catégorie la plus simple qui soit3. Les monuments funéraires locaux présentent en effet d’autres formes assez standard dans l’ensemble, une majorité d’entre ces monuments étant décorée d’un relief principal.

  • 4  Armand-Calliat, 1936, nos 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, (...)

9Pour une vue d’ensemble de la documentation, nous nous sommes appuyés sur l’inventaire qu’Armand-Calliat avait dressé de la collection lapidaire du musée Denon de Chalon-sur-Saône en 1936, seuls quelques rares inédits étant venus s’ajouter à cette liste (Armand-Calliat, 1936). Chez les Éduens, les pièces du dossier chalonnais sont assez peu nombreuses par rapport au dossier autunois par exemple, en raison du caractère toujours fortuit des découvertes archéologiques locales. Après dénombrement de tous les monuments funéraires de la cité et de ses environs immédiats (stèles et autres, avec ou sans inscription), nous en comptons trente-trois, dont certains sont plus ou moins mutilés4.

10La typologie établie pour les Lingons (Le Bohec, 2003, p. 20-23), cas géographiquement le plus proche du nôtre, définit à partir de la forme de la partie supérieure des monuments trois catégories générales, elles-mêmes divisées en sous-catégories. Cette typologie peut être reprise ici car elle se retrouve à Cabillonum (fig. 3) : ce sont des stèles de forme rectangulaire, à sommet triangulaire et à sommet cintré. Il faut la compléter par deux autres types de monuments funéraires : les sarcophages et les piliers.

  • 5  Pour la datation, Hatt, 1986, p. 160 (« antérieur aux Flaviens » à cause de la formule H.S.E.). À (...)

11Les stèles funéraires de forme rectangulaire, qui sont ornées en majorité d’un relief, se divisent en quatre sous-catégories.
Certaines ne présentent aucun pilastre latéral (fig. 3 a : par exemple, de la zone du Châtelet à Chalon, une stèle anépigraphe avec le buste d’un homme barbu vêtu d’une tunique et tenant dans la main droite une ascia : Espérandieu, 1910, n° 2138 ; Armand-Calliat, 1936, p. 19, n° 23 ; Rebourg, 1994, p. 139, fig. 39). À cette première sous-catégorie appartient la stèle de Marcus Sacri(us) Voccilus, découverte à Dennevy, chez les Éduens, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest-nord-ouest de Chalon. Elle offre à la fois une représentation sculptée du défunt et une épitaphe gravée en dessous. C’est le seul exemple attesté dans le Chalonnais, pour l’instant, de l’association d’un relief avec une épitaphe (CIL, XIII, n° 2634 ; Armand-Calliat, 1936, n° 22 ; Rebourg, 1994, p. 115-116, fig. 28).
Des pilastres avec chapiteaux cantonnent parfois le registre principal (fig. 3 b), comme sur la pièce la plus importante de la collection lapidaire du musée Denon, la stèle de l’auxiliaire Albanus, datée par J.-J. Hatt du Ier siècle ap. J.-C., découverte en 1839 dans l’actuel quartier de la Citadelle, là où passait la voie d’Autun (CIL, XIII, n° 2613 ; Espérandieu, 1910, n° 2150)5.
Certaines stèles ont des pilastres latéraux supportant un arc en plein cintre (Monthel, Pinette, 1977, p. 37-61, n° 7 ; Rebourg, 1994, p. 102, fig. 21). Elles sont toutes anépigraphes (fig. 3 c).
Enfin, quelques pièces devaient présenter un fronton interne (fig. 3 d), dont nous pourrions avoir un exemplaire dans la stèle inventoriée au n° 64 par L. Armand-Calliat au musée (CIL, XIII, n° 2617 ; Armand-Calliat, 1936, n° 64).

12Les stèles rectangulaires à sommet triangulaire sont presque toutes dépourvues d’inscriptions. Certaines sont sans fronton. Dans ce cas, toute la surface de la face principale a été creusée, pour y sculpter l’effigie du défunt, à l’exception d’un bandeau latéral plus ou moins large (fig. 3 e: Armand-Calliat, 1936, n° 36 à Mellecey ; Espérandieu, 1910, n° 2156). D’autres stèles présentent un fronton comme sur une pierre découverte à Saint-Jean-des-Vignes, qui porte l’épitaphe Q(uinti ?) Camulati Sedati (fig. 3 f : Canat, 1857, n° 27, pl. XI ; CIL, XIII, n° 2618 ; Espérandieu, 1910, n° 2164 ; Armand-Calliat, 1936, n° 27 ; Rebourg, 1994, p. 148).
Certaines enfin furent agrémentées, semble-t-il, d’acrotères d’angle, comme paraît l’indiquer la découverte, sur une paroi de la carrière de Saint-Boil, d’un travail préparatoire représentant une stèle à tympan triangulaire (Monthel, 2002, p. 89-120).

13Toutes les stèles à sommet cintré présentent un relief principal. Elles offrent un profil homogène. C’est un type relativement bien attesté, la niche ayant un profil concave plus ou moins prononcé, d’où parfois leur nom de stèles en forme de demi-colonne, mais jusqu’à présent elles sont anépigraphes (fig. 3 g: Espérandieu, 1910, n° 2163 avec photo ; Rebourg, 1994, p. 149 et fig. 50). Une variante présentait un arcosolium. Ainsi de la stèle n° 40 de provenance locale (fig. 3 h : Espérandieu, 1910, n° 2153 ; Armand-Calliat, 1936, n° 40).

14À côté des stèles qui constituent la grande majorité du matériel funéraire, on compte au moins deux autres types de monuments : les sarcophages et les piliers.
Les premiers, dont quelques-uns sont en calcaire, semblent avoir été largement travaillés dans le grès (Armand-Calliat, 1936, n° 55 ; CIL, XIII, n° 2620 ; Chevrier, 1857, p. 2 sq.). L’une des pièces maîtresses du musée Denon est le sarcophage du marchand de parfum Pisonius Asclepiodotus. L’épitaphe gravée sur l’un des côtés est inscrite sur une tabula ansata (Armand-Calliat, 1936, n° 63 ; CIL, XIII, n° 2602).

15Quant aux piliers, on n’en compte pour l’heure qu’un exemplaire, celui d’une dénommée Tertinia Florentinia (CIL, XIII, n° 2633 : Di(is) Mani(bus) / Tertiniae Flore/ntiniae ciues (sic) Sueba(e) Nicreti(s) uixit a(nnis) XVI). Il s’agit d’une base parallélépipédique (dimensions : 167 x 160 cm). La face principale de la pierre, sur laquelle figure l’inscription, est divisée, aux deux tiers supérieurs, par un léger décrochement.

16Le nouveau document pourrait se ranger a priori dans la catégorie des stèles les plus simples. Deux hypothèses sont à envisager : soit notre stèle a été conservée dans sa quasi intégralité, alors elle était de forme rectangulaire sans relief ; soit elle a été amputée de toute sa partie supérieure, auquel cas, parmi toutes les stèles épigraphiques à relief de forme rectangulaire, celle de M. Sacri(us) Voccilus s’en rapprocherait le plus au niveau de la conception d’ensemble.

  • 6  Dans l’une de ces carrières, celle de Saint-Boil, située à une vingtaine de kilomètres au sud-oues (...)
  • 7  Que l’on y voie le nom d’une firme ou celui d’une corporation de tailleurs de pierre installée à C (...)
  • 8  Deux exemples de stèles en grès, probablement de Saint-Bérain, anépigraphes, provenant de Chamilly (...)

17Les monuments funéraires du Chalonnais ont été sculptés soit dans le grès, soit dans des calcaires locaux plus ou moins grossiers extraits des carrières environnantes (fig. 4). C’est le cas du nouveau document : il a été taillé dans un calcaire assez commun, le rosé de Bourgogne, que l’on trouvait principalement dans les carrières de la côte chalonnaise, à une dizaine de kilomètres vers l’ouest (notamment entre Givry et Mellecey). Comme le site même de Chalon et les environs immédiats étaient constitués de terrains sableux et argileux, on était obligé de faire venir de la côte les pierres destinées aussi bien au gros œuvre des bâtiments (pierres de gros appareil, moellons, colonnes) qu’à la réalisation des monuments funéraires6. Plusieurs centres de production fournissaient ainsi Cabillonum : du sud au nord, Saint-Boil, où l’on a retrouvé, tracés sur une paroi, une épure de stèle funéraire à sommet pointu avec acrotère et un graffite qui mentionne des anglares cablonnaci, c’est-à-dire des « pierres angulaires de Chalon » (P.-Y. Lambert, dans Monthel, 2002, p. 118-119)7 ; Givry et ses environs ; sur l’arrière-côte, peut-être les carrières de Saint-Bérain, qui fournissaient du grès, principalement utilisé dans la fabrication des sarcophages (Armand-Calliat, 1936, nos 31, 32 ; Rebourg, 1994, p. 111)8.

18À ce niveau, seuls, pour l’instant, des critères extérieurs fournissent des éléments de datation fiables. Ainsi semble-t-on considérer que la carrière de Saint-Boil fut active surtout aux deux premiers siècles de notre ère et produisit à la fin de la période antonine aussi bien des stèles funéraires que des ex-voto. La découverte in situ d’un denier de Caracalla daté de 196 ap. J.-C. fournit un point de repère non négligeable. La stèle rectangulaire avec pilastres latéraux et arc en plein cintre, dite du « couple éduen », retrouvée à cet endroit, peut ainsi être datée de la deuxième moitié du IIe siècle ap. J.-C. (Monthel, Pinette, 1977, p. 37-61, n° 7 ; Rebourg, 1994, p. 102, fig. 21).
La fabrication de la nouvelle stèle entre dans ces séries de productions, qui ont dû être assez abondantes vers cette époque.

3. Analyse formelle, textuelle et onomastique de la nouvelle inscription

19Le texte de l’inscription est manifestement aligné à gauche. La transcription en est aisée :

Image6

20On restitue et traduit le texte suivant :
[D(is) M(anibus)] | et memo[r ?(iae)] | aeterna(e) | Mansueti, | Mascli (filii),| Marcell|ianus, Ma|rciani (filius), he|res p(onendum) c(urauit) s(ine) d(olo) ou s(epulcrum) d(edit) :
« Aux Dieux Mânes et à la mémoire éternelle de Mansuetus, fils de Masclus, Marcellianus, fils de Marcianus, son héritier, a pris soin de faire ériger (cette stèle) de bonne foi (ou « et lui a donné une sépulture ») ».

Forme des lettres et formulaire de l’inscription

21La partie supérieure de la pierre, qui accueille le champ épigraphique (soit sur une hauteur de 49 cm), a été finement travaillée en surface, afin que l’inscription puisse être aisément gravée. Le travail de la partie inférieure de la pierre actuellement visible – ou qui subsiste –, celle qu’on avait dû ficher en terre, semble avoir été effectué plus grossièrement à la pointe. Peut-être n’est-ce cependant que le résultat final pour le remploi.

22Les lettres de la nouvelle épitaphe sont tracées avec soin, régulièrement disposées, de dimensions à peu près égales, avec des pleins et des déliés, fines sans être grêles. Elles étaient peintes de couleur rouge. Le lapicide a marqué nettement les apices. L’interligne est constant (quelques millimètres seulement différencient parfois les lignes entre elles). L’espace entre les lettres, par contre, varie un peu selon les lignes, en fonction de la longueur des mots, le lapicide ayant désiré manifestement graver un nom par ligne. Par exemple, les lettres composant Mascli sont plus espacées que celles de Mansueti, qui est plus long. La césure des trois derniers mots (Marcell-|ianus, Ma-|rciani et he-|res) en nous montrant la continuité d’une ligne à l’autre et donc l’absence de lacunes, permet de penser que le champ épigraphique ne devait pas être à l’origine beaucoup plus large que ce que l’on voit actuellement. On note l’écriture particulière du R et du P. La courbure et la haste diagonale du premier ne rejoignent pas la hampe verticale. Il en est de même pour la fin de la courbure du P, qui se termine par une petite boucle. On observe aussi que les C sont très ouverts.

23L’inscription se rapproche beaucoup de l’écriture de l’épitaphe de Pisonius Asclepiodotus et de son épouse Severia Severa (CIL, XIII, n° 2602) : même finesse des lettres avec apices, même calligraphie du R notamment. Cette dernière inscription était datée par L. Armand-Calliat du IIe siècle ap. J.-C. Même similitude avec l’épitaphe d’Hermianus (CIL, XIII, n° 2620) : les lettres y sont aussi très soignées et très régulières avec un traitement semblable du R et du P. L’épitaphe de la fille d’un vétéran de la Ière légion Minervia (ILTG, n° 315), stationnée en Germanie supérieure, à Bonn depuis le règne de Domitien et durant les IIe et IIIe siècles ap. J.-C. (Le Bohec, 2000, p. 83-85 ; Eck, 2000, p. 87-93), montre pareillement une calligraphie appliquée très semblable, avec des lettres bien formées. Par comparaison, l’inscription de Tertinia Florentinia (CIL, XIII, n° 2633) montre des lettres plus étroites en hauteur, plus grêles, significatives peut-être d’une écriture plus tardive (IIIe siècle ap. J.-C. ?). L’épitaphe d’Asiatic[us ?] (CIL, XIII, n° 2617), présente, elle aussi, des formes plus étriquées que celles de notre épitaphe.

Le formulaire de l’inscription

  • 9  CIL, XIII, n° 2602, Saint-Loup-de-Varennes (épitaphe de Pisonius Asclepiodotus et de son épouse Se (...)

24La nouvelle inscription s’ajoute à un corpus de treize épitaphes découvertes à Chalon et dans ses environs immédiats9 qu’elle enrichit. Son formulaire est une source de renseignements substantielle sur l’onomastique locale ou sur des origines extérieures.

  • 10  Dans l’épitaphe du Trévire Iustinus Mercator : CIL, XIII, n° 2614 - dans celle de Vegetinia Romana (...)

25Le texte est mutilé dans sa partie supérieure, mais il ne manque qu’une ligne car on y rétablit sans hésitation la formule d(is) M(anibus), qui précède l’invocation à la mémoire éternelle du défunt, indiquée à la première ligne conservée. Cette association apparaît dans les Trois Gaules et les Germanies à partir du milieu du IIe siècle ap. J.-C. (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 1999, p. VII-XII ; Ibidem, 2001, p. IX-XIV). À Chalon-sur-Saône, plusieurs inscriptions illustrent l’emploi de cette formulation10. On la rencontre aussi à Mâcon (CIL, XIII, n° 2591 sur un cippe trouvé dans les fondations de la nouvelle cathédrale).

  • 11  On ajoute cette autre épitaphe lyonnaise où la copule « et », qui précède la formule dédicatoire, (...)
  • 12  Nous n’avons pas trouvé de parallèle pour s(ine) d(olo) seul. En revanche, l’expression s(ine) d(o (...)

26Le mot memoria (l. 1), qui, dans la majorité des textes épigraphiques, est écrit en entier, s’abrège parfois en memor(ia), comme dans l’épitaphe chalonnaise CIL, XIII, n° 2625 (D. M. | et memor Seduliae Laetae…) et plus rarement en m(emoria) (CIL, XIII, n° 2699 - à Autun). Ici, on hésite à lire après la lettre O un R, pour lequel il ne semble pas y avoir une place suffisante. On ne discerne aucune lettre (séparée ou ligaturée) après le a final du terme aeterna (l. 2), qu’on devrait trouver dans sa forme de datif. La seule incertitude dans la restitution générale de l’épitaphe concerne la signification des deux lettres finales S D (l. 8). Faut-il y reconnaître la mention finale, très fréquente par exemple dans les épitaphes de Lyonnaise, de la consécration « sub ascia » ? En consultant, entre autres, les inscriptions de Lugdunum dans le CIL, on constate que la formule « sub ascia dedicauit » s’abrège diversement : en S.A.D. (CIL, XIII, nos 1816, 1856)11, S.A.D.D. (CIL, XIII, n° 1885), SVB A. D.D. (CIL, XIII, n° 1822), SVB A. D. (CIL, XIII, nos 1991, 1998), SVB ASC. DED. (CIL, XIII, n° 1830) ou encore en S. AS. D. (CIL, XIII, n° 1898). Dans les inscriptions lyonnaises comme dans toutes les autres de la région, l’initiale de « ascia » n’est jamais omise, en sorte que l’abréviation S.D., si l’on devait y reconnaître la formule « sub ascia dedicauit », serait un hapax. Au moment où l’inscription a été vraisemblablement gravée (soit, comme nous le verrons, à partir de la deuxième moitié du IIesiècle ap. J.-C.), cela paraîtrait étonnant que l’on n’ait pas écrit au moins les trois lettres de l’abréviation, sans lesquelles la formule, qui en était alors à ses débuts, eût probablement été incompréhensible pour les lecteurs contemporains, sauf à penser que, la nouveauté et l’incompréhension se mêlant, le lapicide n’aurait jamais gravé que ces deux lettres. L’hypothèse d’un simple oubli est toujours possible mais désespérée ; celle d’un repentir qui aurait conduit le lapicide à placer un éventuel A après le D est peu probable pour plusieurs raisons : l’ordinatio du texte et l’aspect général du champ épigraphique laissent peu de place pour une troisième lettre ; l’existence d’un petit i pour Mansueti et la ligature HE pour he/res montrent une bonne maîtrise de son art par le lapicide. Sans doute aurait-il trouvé une habile solution pour remédier à un oubli. En outre, la peinture rouge est particulièrement nette sur les deux dernières lignes, mais rien ne permet de supposer qu’un A aurait été seulement peint. Peut-être faudrait-il donc plutôt lire dans ces deux lettres soit l’expression s(ine) d(olo) pour signifier qu’il n’y a pas eu de vol ou de tromperie, ce qui, dans le contexte avec un héritier, peut se comprendre, soit plus simplement l’affirmation du don du tombeau par ledit héritier : s(epulcrum) d(edit)12.

27Entre l’invocation initiale et la formule finale sont indiqués quatre noms : ceux du ou des dédicataires au génitif et celui du dédicant au nominatif (l. 6-7), qui est assurément le nomen du dédicant, suivi de sa filiation patronymique, Marciani, f(ilius) étant sous-entendu.

Étude onomastique des personnages

28La nomenclature, l’onomastique des personnages et leur interprétation soulèvent certaines questions sur leur origine géographique comme sur leur statut juridique. Dans tous les cas, compte tenu du lieu de découverte de l’inscription dans une cité et une région situées sur un axe nord-sud de fort passage, on est amené à se pencher sur les phénomènes de naturalisation et de romanisation, sur la manière dont les noms, selon qu’ils présentent une racine celte ou romaine, ont été latinisés ou celtisés, révélant des comportements sociaux d’adaptation et simultanément d’attachement tout à fait conformes aux traditions. Ces quatre noms sont en effet latins, mais la localisation et la fréquence de leur utilisation dans certaines aires provinciales peuvent laisser supposer, ici, qu’ils étaient utilisés parce que proches phonétiquement de noms indigènes - ce qu’on appelle parfois maladroitement assonance (voir AE, 2001, 89).
On envisage la répartition géographique et la diffusion des quatre noms présents sur la pierre, en attirant particulièrement l’attention sur les occurrences attestées dans les provinces gauloises et germaniques du fait de la localisation de la découverte.

a) Mansuet(i ?)us

29Le premier nom qui apparaît sur la pierre chalonnaise peut se comprendre sous la forme « Mansuetius » ou « Mansuetus ». Examinons-en les occurrences respectives.

  • 13  Une inscription dans la péninsule Ibérique (CIL, II, n° 2294, à Corduba) pour un esclave et peut-ê (...)
  • 14  CIL, V, n° 746 (à Aquilée), 5294 et 5353 (+ 8904) (à Côme) ; 5600 (dans l’Ager Mediolanum mais ori (...)

30On ne relève du nom Mansuetius/-tia que vingt et une occurrences dans l’Empire, avec une répartition particulière : rien en dehors de l’Europe et une prédominance dans les régions alpines et rhéno-danubiennes. Les marges occidentales et septentrionales sont de ce point de vue des déserts13. Les attestations italiennes viennent du nord de la Cisalpine, de Côme, essentiellement, et d’Aquilée ou de ses environs14. Celles du Norique viennent de Virunum. Il y en a une en provenance de Rhétie.

  • 15  CIL, V, n° 5353, 746, 5294 et 5600.
  • 16  C. Mansuetius Brasus (CIL, XIII, n° 2012, Lyon) se dit civis Trever, donc d’origine trévire. L’ins (...)
  • 17  Mansuetius Lucianus, honoré par son épouse Mansuetia Scylla, probablement au IIe siècle ap. J.-C. (...)

31Dans les Trois Gaules et les Germanies, Ma(n)suetius n’est attesté que comme nomen gentilicium dans des groupes duo- ou tri-nominaux caractéristiques des citoyens. On en connaît neuf occurrences dont cinq en Lyonnaise sur trois épitaphes à Lyon. Les quatre autres occurrences proviennent d’Aquitaine, et, à raison d’une à chaque fois, de Belgique et de Germanie supérieure. En dehors de ces provinces occidentales septentrionales, le nomen ne se rencontre qu’en Italie, à cinq reprises15, deux fois dans le Norique (À Virunum – Zollfeld : CIL, III, n° 4941 ; AE, 1994, n° 1334, sur un album des membres de la communauté des dévots de Mithra, trouvé dans le mithraeum de la cité, et daté entre 184 et 201. Cf. Wedenig, 1997, n° V 46, col. IV, l. 22) et une fois en Rhétie (CIL, III, n° 15210 - à Pfünz - sur une petite plaque de bronze, et CIL, III, n° 13558, près du castellum de Pfünz, avec le même texte). Dans ces deux provinces, le nom se présente sous la forme Masuetius. La concentration des occurrences à Lyon n’est qu’apparente. En réalité, l’origo des Mansuetii montre que c’est de Belgique et de Germanie que proviennent la plupart d’entre eux16. Ne restent alors que trois inscriptions, avec quatre occurrences de ce nomen, hors de cette zone septentrionale et rhénane17.

32Les occurrences de Ma(n)suetius comme nom unique ou cognomen sont beaucoup plus rares : il n’est attesté qu’en Bretagne (RIB, n° 1620 - CIL, VII, n° 693 - à Borcouicum, Housesteads), sur le limes d’Hadrien, dans une épitaphe collective où ne figurent que des noms de pérégrins, avec Mansuetius, fils de Senecio ; dans les Germanies (CIL, XIII, n° 7589, à Aquae Mattiacorum, Wiesbaden : …]ius Mansuetius, dans lequel Mansuetius est peut-être un surnom) ; dans le Norique (RISt, n° 56, à Graz), sur une épitaphe fragmentaire où l’on lit Ma(n)sueti[---] ; enfin en Hispanie (CIL, II, n° 2294, à Corduba), avec un jeune esclave, Masuetius, mort à trois ans.

  • 18  C’est en outre un nom de potiers de La Graufesenque, tout comme Masclus. Nous remercions Mme A. Bo (...)

33La forme Ma(n)suetus/-ta est beaucoup plus fréquente et largement représentée, avec au moins 121 cas18. On relève trente-sept occurrences dans les Trois Gaules et dans les Germanies, avec une nette prédominance dans les Germanies et la Belgique.

  • 19  CIL, XIII, n° 98 (à Ardiège, chez les Convènes) ; 11122 (à Bourges, chez les Bituriges) ; 11156 (à (...)
  • 20  ILA Lectoure, n° 45 (= CIL, XIII, n° 536) : autel d(is) M(anibus) / Tertul[li], / Mansue[ti] / fil (...)
  • 21  CIL, XIII, n° 2735 (à Autun, chez les Éduens) ; 2578 (à Bourg, chez les Ambarres) ; 11269 (à Entra (...)
  • 22  CIL, XIII, n° 4400 (Metz, quartier du Sablon chez les Médiomatriques) ; 3361 (à Reims chez les Rèm (...)
  • 23  CIL, XIII, n° 7555, IV (à Kreuznach, sur une petite plaque de plomb) ; 6084 (à Rheinzabern) ; 5988 (...)

34Parmi ces trente-sept occurrences, dix-neuf à vingt et une, soit un peu plus de 50 % du total, concernent des pérégrins avec un nom unique : en Aquitaine, cinq19 ou six20, quatre en Lyonnaise21, quatre en Belgique22, cinq certaines en Germanie supérieure23 auxquelles on peut, peut-être, ajouter une inscription (CIL, XIII, n° 7553 - à Kreuznach, sur une plaque de plomb)et deux en Germanie inférieure (CIL, XIII, n° 8317 - à Cologne, un soldat de la IIIe cohorte des Lusitaniens, Marsacien d’origine, c’est-à-dire de Belgique ; BRGK 17, 1927, n° 307 = AE, 1926, n° 130, dans une villa romaine à Ravenbosch, près de Valkenburg - cité des Canninéfates).

  • 24  En Germanie supérieure, porteurs des duo nomina : CIL, XIII, n° 6685 (à Mayence) ; 11973 (à Zugman (...)
  • 25  En Germanie inférieure, pour les duo nomina : CIL, XIII, n° 8301 (à Cologne) ; pour les tria nomin (...)
  • 26  Il n’est pas certain qu’on doive retenir la mention Mansuetus, comme surnom à la suite de Vitelliu (...)

35Quatorze inscriptions sûres révèlent ce nom comme surnom d’un groupe duo- ou tri-nominal. C’est en Germanie qu’on le rencontre le plus fréquemment avec six occurrences sous la forme Ma(n)suetus en Germanie supérieure24, et quatre occurrences en Germanie inférieure25, soit une dizaine au total. Viennent ensuite la Belgique avec trois cas (CIL, XIII, n° 3707 - à Trèves ; BRGK 17, 1927, n° 26 = AE, 1941, n° 169 et 1928, n° 184 - à Trèves, sanctuaire de l’Altbachtal ; BRGK 17, 1927, n° 78 - à Neumagen. Cette dernière inscription est datée des années 170-200 ap. J.-C.) et la Lyonnaise avec un seul cas sûr (CIL, XIII, n° 2126 - à Lyon)26.

  • 27  Décompte - vérifié - à partir de OPEL, s.v. Mansuetus, p. 51-52, auquel on ajoute AE, 1993, n° 113 (...)
  • 28   Reconstitution d’une inscription, à partir de deux fragments d’une stèle en marbre à fronton tria (...)

36En Narbonnaise, on compte trente et une attestations de Ma(n)suetus/-ta27, funéraires pour la plupart, auxquelles on peut ajouter plusieurs mentions sur des vases (CIL, XII, n° 5686, 534, a - b ; 564, a - d). Les témoignages sont essentiellement dans le sud de la province : à Antibes (CIL, XIII, n° 224), à Nîmes (six occurrences : CIL, XII, n° 3063 + add. ; 3380 ; 3643 ; 3694 ; 3719 ; 3724), entre Nîmes et Ucetia (CIL, XII, n° 3000 - à Meynes), à Arles (CIL, XII, n° 857), Aix (CIL, XII, n° 569, 574), Vaison (CIL, XII, n° 1305 ; ILGN, n° 203), Narbonne (CIL, XII, n° 4723, 5189) ; chez les Volques septentrionaux (CIL, XII, nos 2866, 2884, 2891) ; à Alba Heluorum (CIL, XII, n° 2675, 2677, 2714 ; CAG 07, Ardèche, p. 171, datée du Iers. ap. J.-C); au uicus Croagues, près d’Apt (CIL, XII, n° 1076). Dans le nord de la province, on les trouve sur le territoire de Vienne : à Vienne même (CIL, XII, n° 1893 ; AE, 1996, n° 1013 = CIL, XII, n° 1998 + ILGN, n° 279)28, à Chateauneuf-en-Savoie (AE, 1993, n° 1133), à Seyssel - entre Aoste et le lac Léman - (CIL, XII, n° 2461), à Aoste (E, n° 347) et à Grenoble (CIL, XII, nos 2226, 2238, 2266).

  • 29  CIL, II2, / 14, 471 [CIL, II, n° 3920 = 6037] (à Sagonte, Tarraconnaise) ; HAE, n° 2703 ; CIL, II, (...)
  • 30  CIL, III, 3603, 4050, 10455, 11180, 14074, 143584a ; Hild, 51 = VZ 86 ; ILSI, I, 64 ; CSIRÖ I/4, 4 (...)
  • 31  On ne retient pas ici RIB, n° 2401, 8, puisqu’il s’agit d’un Trévire qu’on a déjà mentionné.
  • 32  Toutes les attestations se trouvent dans le CIL, V. On y ajoute AE, 1948, n° 23 ; 1953, n° 34 ; 19 (...)

37Ces provinces mises à part, le nom se fait plus rare. On le rencontre cependant dans la péninsule Ibérique (neuf occurrences)29, en Pannonie (douze occurrences)30, en Asie mineure (AE, 1988, n° 1042 - à Satala, un bénéficiaire, originaire de Virunum en Norique), en Bretagne (RIB, n° 1789 ; AE, 1958, n° 105 ; 1992, 1139 - à Carlisle, 1141 au même endroit, sur une feuille de plomb)31, en Dacie, en Norique (CIL, III, n° 5630 - à Lambach, cf. Wedenig, 1997, n° O 2) et en Afrique (CIL, VIII, n° 2497 - en Numidie, à Calceus Herculis ; 3578 - à Lambèse ; 6164 - à Arsacal en Numidie ; 6270 - à Crypta ez-Zemma en Numidie ; AE, 1954, n° 53 - au col de Draa Ben Jouder). L’Italie fournit vingt-trois cas, pour la plupart dans les régions septentrionales32.

- b) Mascl(i ?)us

  • 33  La contraction en Masclus/Masclius est assez fréquente : en Norique, à Poetovio : AIJ, n° 89 (indi (...)
  • 34  Il semble qu’existe une forme Masclio : AE, 1969-70, n° 439 (= CIL, XIII, n° 7436) (à Langenheim, (...)
  • 35  En Belgique, à Neumagen, (CIL, XIII, n° 4170) ; en Germanie supérieure, à Langres (CIL, XIII, n° 5 (...)
  • 36  Deux attestations en Germanie inférieure : CIL, XIII, n° 7918 (à Tolbiacum et environs - Hoven) ; (...)
  • 37  Belgique et Germanie concentrent à elles deux onze attestations. Viennent ensuite, par ordre décro (...)

38Comme nomen (gentilice patronymique), dans les provinces septentrionales occidentales, Masclius, nom dérivé de Masc(u)lus33, n’est attesté sous cette forme34 que par trois exemples en Belgique et en Germanie supérieure35. Mais on le rencontre également une fois en Italie (CIL,V, n° 5600) et deux fois dans la péninsule Ibérique sur une même pierre (RIT, n° 624 [= CIL, II, n° 4390], à Tarragone). Au total, donc, avec six cas, c’est un nomen rare. Les formes Masc(u)linius36, Masclionius (CIL, XIII, n° 7436), Mascellio37 et Mascellionius (CIL, XIII, n° 3733 - à Trèves ; CIL, V, n° 1296 - en Italie) dérivent de la même racine et sont, au total, assez fréquentes. Il y a cependant des nuances régionales. On les rencontre assez peu dans les provinces septentrionales et occidentales.

  • 38  Kajanto, 1965, p. 307, relève soixante-neuf occurrences dans le CIL, XII, pour Masc(u)lus et vingt (...)
  • 39  CIL, XIII, n° 5676 (ILGB, Ling, n° 344), 5816, 5903 (ILGB, Ling, n° 581) parmi de très courts et t (...)
  • 40  Selon le commentaire d’Espérandieu et l’index des ILGN, Masclus (noté Masc(u)lus) est ici employé (...)
  • 41  CIL, XII, 5686, 557, a – c (à Aoste et Genève) ; 559 (aux Fins d’Annecy) ; 560, a (à Arles), e – h (...)
  • 42  IRC, II, 3, dans la nécropole de Lerida ; CILA, III, 230, sur une inscription de Bétique datée du (...)

39Assez répandues dans l’Occident romain38, les attestations de Masclus ou Masculus comme cognomen ou comme nom unique sont plus nombreuses que celles de Masclius. On en a dénombré 59 : deux en Belgique (AE, 1965, n° 202 - à Luxemburg-Fetschenhof ; BRGK 58, 1977, n° 27 (10), sur le territoire des Trévires parmi toute une série de blocs avec des noms inscrits dessus) ; quatre en Germanie supérieure, chez les Lingons à Dijon (CIL, XIII, n° 5540 = ILGB, Ling, n° 125) et à Langres39 ; une sur le territoire des Helvètes (BRGK 40, 1959, n° 89 - au musée de Saint-Gall - début du IIIe s. ap. J.-C.) ; deux en Aquitaine, chez les Pétrucores et chez les Santons (ILA Petrucores, n° 49 daté de 141/200 ap. J.-C. ; ILA Saintes, n° 23 daté de 151/270 ap. J.-C.) ; plus d’une quinzaine en Narbonnaise : à Narbonne (CIL, XII, nos 4493, 4724 - stèle écrite en belles lettres datée du Ier s. ap. J.-C., 4964, 4980 et 5211), à Bouillargues, près de Nîmes (ILGN, n° 514)40, à Sextantio (CIL, XII, n° 4209), près de Castelnau, à Lattes (AE, 1972, n° 338) et à Carpentras (CIL, XII, n° 1175). Le nom se rencontre sur un tuyau de plomb à Arles (CIL, XII, n° 5701) et assez fréquemment sur des vases41 et des lampes (CIL, XII, n° 5682, 40 : deux lampes en provenance d’Aix et une de Nîmes ; 5682, 150). C’est cependant en Norique que, globalement, les formes Masculus-Masclus et Masculinus-Masclinus sont les plus fréquentes (Aföldy, 1977, p. 249-257, notamment p. 257 : 39 occurrences au total). La péninsule Ibérique nous fait connaître six occurrences42; en Afrique, à Cherchel, un C. Masc(ulus ?) (AE, 1981, n° 962), en Byzacène, à Kessera, un Victor, fils de Masclus, prêtre de Minerve (AE, 1993, n° 1721), et, toujours à Kessera, un Mascul[us ? Ma]sculi (filius) (AE, 1993, n° 1722).

c) Marcellianus

  • 43  En Germanie supérieure, CIL, XIII, n° 6733 (à Mayence - autel daté de 276 ap. J.-C.) ; 6742 (à May (...)

40Comme nomen (gentilice patronymique), on rencontre les formes Marcellinius/Marcellinia et Marcellinus/Marcellina qui sont attestées cinq fois43. Comme cognomen,la forme Marcellianus est attestée trente-quatre fois, à savoir : deux en Espagne (CIL, II, n° 5614 ; ILER, n° 4694), une en Lyonnaise (CIL, XIII, n° 1890 - à Lyon), une en Italie (CIL, V, n° 3992 - dans la regio X), une en Dalmatie (CIL, III, n° 12899) et une en Narbonnaise (CIL, XII, n° 1395 - à Vaison). On ajoute, dans les Alpes Maritimes, à Vence, un Caius Be+u+ius Marcellianus sur une inscription funéraire du IIe siècle ap. J.-C. (AE, 1991, n° 1170, vraisemblablement un Betutius). Par comparaison, le Norique a fourni, d’après le dépouillement de G. Alföldy (Alföldy, 1977, p. 249-257), vingt-sept occurrences, toutes formes confondues.

d) Marcianus

  • 44  De même signale-t-on à Gueugnon, parmi de nombreuses marques de potiers de céramique sigillée un M (...)
  • 45  D’après le recensement de Abascal Palazón, 1994, p. 182, il n’y a qu’une occurrence : « Gn. Marcia (...)

41Le nom est peu répandu sous la forme de nomen (dans une nomenclature de type romain avec duo ou tria nomina) dans les provinces des Gaules et des Germanies. Inconnu en tant que tel en Narbonnaise, il ne se rencontre que trois fois dans le CIL, XIII : en Germanie inférieure, à Cologne, un Sex. Marcianus T. f. Lem., héritier d’un vétéran de la XXe légion (CIL, XIII, n° 8288) ; en Germanie supérieure, aux Tabernae, l’inscription votive d’un soldat de légion du nom de Marcianus Avitianus (CIL, XIII, n° 11647) ; en Belgique, chez les Trévires, le sarcophage de Marciana Victorina (CIL, XIII, n° 4108)44. Il semble inconnu dans la péninsule Ibérique45.

42Sous sa forme de cognomen ou de nom unique, Marcianus offre de nombreuses attestations : soixante-quatre au moins. Outre l’Italie septentrionale, avec ses seize occurrences (CIL, V, nos 53, 811, 3467, 3659, 4000, 4106, 4702, 5291, 5294, 5501, 5584, 5946, 6680, 6999, 8256 et 8701), on trouve les attestations provinciales, par ordre décroissant d’exemples, d’abord dans la péninsule Ibérique : il y en a un peu plus d’une quarantaine qui se répartissent à peu près également entre les trois provinces, soit dix-sept en Lusitanie46, quinze en Tarraconaise47 et treize en Bétique48. Viennent ensuite la Germanie supérieure (six occurrences)49, la Lyonnaise (CIL, XIII, n° 1428 - dans l’ager Lemovicum mais originaire de Lyon ; 2169 - à Lyon ;2297 - à Lyon), la Germanie inférieure (CIL, XIII, n° 8620 - à Fürstenberg près de Xanten, daté de 243 ap. J.-C. ; BRGK 40, 1959, n° 220 - à Cologne - IIe s. ap. J.-C.) - soit, pour ces provinces occidentales septentrionales, onze occurrences -, la Pannonie (AE, 1991, n° 1319 - à Popinci, daté du début du IIIe siècle ap. J.-C. ; 1993, 1247 - à Savaria ; 1285 - en Pannonie supérieure), le Norique (AE, 1994, n° 1335 en 201-209 ap. J.-C.), la Rhétie (AE, 1992, n° 1307 - à Augsbourg), la Mésie (AE, 1995, n° 1316 - à Ravna, Timacum Minus, daté de la seconde moitié du IIIe siècle) et la Bretagne (AE, 1982, n° 655 - à Londres). Peut-être ces deux noms étaient-ils utilisés du fait de leur ressemblance phonétique partielle avec la racine gauloise Maro- (Delamarre, 2003, p. 217).

Datation et interprétation onomastique des personnages de l’inscription

43L’état civil des personnages est a priori difficile à déterminer avec certitude puisqu’il est, dans une certaine mesure, lié à la datation du texte (avant ou après la constitution antoninienne de 212 ?). Pour l’essentiel ce sont avant tout l’étude du formulaire initial - avec mention de la memoria aeterna du défunt associée à l’invocation aux dieux Mânes -, et accessoirement des considérations paléographiques, qui nous suggèrent de dater la nouvelle inscription chalonnaise au plus tôt de la seconde moitié du IIe siècle sans rejeter catégoriquement une datation légèrement postérieure incluant le début du IIIesiècle.

44S’agissant à tout le moins du dédicant, Marcellianus, fils de Marcianus (l. 5 à 7), il ne fait pas de doute, d’un point de vue syntaxique, que nous avons affaire à un nom unique (nomen suivi de la filiation patronymique) : si l’inscription est antérieure à 212, ce personnage était de statut pérégrin.

45Concernant les deux premiers noms qui apparaissent aux lignes 3 et 4 et qui désignent sans nul doute un seul et même personnage - le défunt -, se pose un problème d’ordre juridique beaucoup plus délicat en apparence. La difficulté vient de ce que les deux éléments sont au génitif, de sorte qu’il est malaisé d’analyser leurs rapports grammaticaux. Comment comprendre cette nomenclature ? A priori, on retient trois hypothèses :
- un nom unique suivi de sa filiation patronymique, f(ilius) étant alors sous-entendu : on aurait alors Mansuetus (plutôt que Mansuetius), fils de Masclus / Masclius ;
- un nomen suivi d’un cognomen : Mansuetius Masclus. On aurait alors des duo nomina ;
- deux noms successifs. M. Dondin-Payre appelle cette séquence « double idionyme pérégrin » et en souligne le caractère étonnant et délicat pour l’analyse, dans la mesure où les deux éléments « sont susceptibles d’être, d’un point de vue philologique, tous deux gentilices, tous deux non gentilices, l’un et l’autre surnom » (Dondin-Payre, 2001, p. 273 sq.).

46M. Dondin-Payre a relevé pour la Gaule centrale 25 cas plus ou moins assurés et probables de doubles idionymes pérégrins, qui mêlent noms celtes, noms latins, noms latins assonants ou noms latins de traduction. On ne saurait donc écarter cette hypothèse, d’autant qu’on se trouve plutôt en milieu pérégrin, mais la probabilité est faible ici.

  • 50  Nom républicain (115 occurrences d’hommes libres, 5 d’esclaves ou d’affranchis ; 43 occurrences de (...)

47Qu’en est-il si l’on se tourne vers les deux premières séquences plus « traditionnelles », nom unique suivi de sa filiation patronymique (nomenclature pérégrine) ou duo nomina (nomenclature romaine) ? L’étude des occurrences des noms « Mansuetus » et « Mansuetius » permet certaines remarques intéressantes qui ne sont pas toutefois décisives par elles-mêmes. Le nom Mansuetus présente, en effet, deux différences par rapport à Mansuetius. L’une est géographique : on le rencontre fréquemment en Narbonnaise (au moins une trentaine d’occurrences : voir plus haut note 28) ; l’autre est socio-juridique : il est inconnu comme nomen gentilicium de citoyens romains mais fréquent dans des nomenclatures pérégrines comme nom unique ou dans une filiation patronymique. Si on privilégie donc l’hypothèse d’un citoyen romain (ce que l’indication du statut d’héritier - « heres » - du dédicant pourrait nous laisser croire), on serait amené à écarter « Mansuetus » au profit de « Mansuetius », qui est un nom latin pourvu d’une terminaison en -ius (Kajanto, 1965, p. 263), caractéristique d’une transformation en gentilice dans les contrées celtiques et germaniques – à partir de la forme Mansuetus/-ta (Kajanto, ibid.)50. Ainsi, le défunt se serait fait appeler Mansuetius Masclus, ce qui se conçoit très bien, eu égard à la généralisation del’usage des duo nomina constitués du groupe nom gentilice + surnom, à la fin du IIe siècle ap. J.-C. (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 1999, p. VII). Dans le cas d’un pérégrin, celui-ci aurait très bien pu s’appeler Mansuetus, fils de Masclus.

  • 51  Mais on peut arguer que rien n’interdit à un dédicant, porteur d’un nom unique avec filiation patr (...)

48Deux éléments conduisent à vrai dire à privilégier l’origine pérégrine du défunt. Il y a tout d’abord l’analogie avec la dénomination pérégrine du dédicant, Marcellianus Marciani (filius)51. Ensuite l’absence de prénom renforcerait a priori l’idée selon laquelle on évolue dans un milieu non-romain. En tout cas, le critère sociologique (notable ou non-notable ?) ne permet pas de trancher.

  • 52  CIL, XIII, nos 2614 et 2616. La première inscription est particulièrement intéressante du fait de (...)
  • 53  C’est le cas de Q. Secundius Quigo, citoyen trévire, seuir augustalis, qui a revêtu tous les honne (...)

49D’après les données de l’enquête onomastique - notamment la répartition géographique des attestations connues des différents noms englobant les cours supérieurs du Rhône et de la Seine ainsi que l’espace rhénan – et la datation de l’inscription fin IIe-début IIIe siècle ap. J.-C., cette dernière ne semble pas insolite à Chalon et les individus paraissent intégrés dans cet espace géographique où se joignent les cités limitrophes des frontières de trois provinces : la Lyonnaise, la Belgique et la Germanie supérieure. Cet espace constitue un carrefour (Joly, 2001, p. 33) : aux déplacements des hommes et aux brassages des populations consécutifs aux mouvements ou à la présence des légions, s’ajoute la mobilité pour des raisons économiques, notamment commerciales52 ou politiques53.

  • 54  La Saône était navigable entre Chalon et Lyon. Dès avant la conquête romaine, Chalon était connu c (...)

50Chalon est sur la voie de communication du Rhône à la Moselle et au Rhin. Lyon, Langres, Reims, Trèves, pour ne citer que les principales des cités où l’on a rencontré un ou plusieurs des noms de l’inscription chalonnaise, sont, tout comme Chalon, des jalons sur cette voie54. Il n’y a pas lieu de s’étonner de trouver à Chalon un Mansuetus, fils de Masclus, et un Marcellianus, fils de Marcianus, quand plusieurs Mansuetii d’origine germanique (CIL, XIII, n° 1868) ou trévire (CIL, XIII, n° 2012 ; 11313, 1, 21) sont connus, dont un s’est déplacé à Lyon (CIL, XIII, n° 2012) ; quand la cité de Langres a eu un L. Masclius Masculus (CIL, XIII, n° 5676 = ILGB, Ling, n° 344) au milieu du IIe siècle, et un autre Masculus, fils de Magnus (CIL, XIII, n° 5816= ILGB, Ling, n° 505) ; celle de Dijon, un Masculus, fils de Veticius (CIL, XIII, n° 5540); quand, enfin, on connaît déjà à Langres deux Marciani au moins : Sabinianus,| Marciani f. et Sabinus filius (CIL, XIII, n° 5559) et Marcianus (CIL, XIII, n° 5807).

51Rien ne nous indique, en conséquence, que nos deux personnages aient été eux-mêmes des Cabillonenses, voire des Éduens, même si l’on peut penser qu’en ce cas aurait été mentionnée leur origo.

Conclusion

52Cette nouvelle épitaphe, d’une longueur exceptionnelle à Chalon, vient grossir un corpus de monuments funéraires, dans lequel abondent plutôt les reliefs.
Le nouveau document, que l’étude du formulaire (en particulier l’invocation aux Dieux Mânes et à la mémoire éternelle du défunt) conduit à dater de la période 150-200 ap. J.-C., livre des noms dont l’étude permet deux constatations : d’une part, ces noms (Masclius / Masclus et Mansuetius / Mansuetus) se rencontrent abondamment dans l’est et le nord-est de l’espace gaulois. C’est un indice supplémentaire, nous semble-t-il, de l’importante circulation des biens et des personnes pendant tout le Haut-Empire entre la région de Trèves en particulier et celle du pays éduen. D’autre part, l’ambiance latine de l’inscription (voir la latinisation des noms et l’indication du statut d’héritier - « heres » de l’un d’eux), qui met en scène deux personnages à l’origine pérégrine probable, illustre l’imbrication étroite, à cette date, des deux cultures celte et romaine, dans une région et une cité, Cabillonum, que la romanisation a dû toucher assez nettement dès le début de la période du Principat.

Remerciements Nous remercions vivement le docteur B. Tremeau, qui nous a confié la publication de cette inscription, et M. L. Bonnamour, responsable du département d’archéologie du musée Denon de Chalon-sur-Saône, qui nous a ouvert la réserve lapidaire. La publication de cette épitaphe a fait l’objet d’une communication orale à la SFER, le 13 mars 2004. Nous remercions particulièrement pour leurs suggestions et leurs remarques, faites avant cette communication ou depuis, MM. les Professeurs Fr. Bertrandy, P. Le Roux et B. Rémy.

Bibliographie

Les abréviations des recueils épigraphiques utilisés dans l’article sont celles de L’Année épigraphique : voir AE, 2001 (2004), p. 757-761.

Abascal Palazon J. M., 1994, Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania, Murcia.

Alföldy G., 1977, « Die Personennamen in der römischen Provinz Noricum », in : L’onomastique latine, Paris, éd. du CNRS, p. 249-257.

Armand-Calliat L., 1936, Catalogue des collections lapidaires, Chalon-sur-Saône, éd. E. Bertier.

Armand-Calliat L., 1937, Le Chalonnais gallo-romain, Chalon-sur-Saône.

Berger St., 2001, « La grande stèle des deux époux de Sens », R.A.E., t. 50-1999/2000, p. 217-237.

Blanco Freijeiro A., 1978, Mosaicos romanos de Merida, Madrid.

Braemer F., 1959, Les stèles funéraires à personnages de Bordeaux (Ier – IIIème siècles), Paris, éd. Picard.

Canat M., 1857, « Inscriptions antiques de la ville de Chalon-sur-Saône », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Chalon, t. 3, fasc. 2, p. 217-276.

Chevrier J., 1857, « Fouilles de Saint-Jean-des-Vignes », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Chalon-sur-Saône, t. 3, fasc. 2, p. 2 sq.

Chevrier J., 1883, Chalon-sur-Saône pittoresque et démoli, Paris.

Cloppet Chr., 1998, « Un rapport ville-campagne en Gaule romaine : l’arrivée et la place des routes dans les agglomérations du Haut-Empire (Lyonnaise, Germanie supérieure) », in : Bedon R. éd., Suburbia : les faubourgs en Gaule romaine et dans les régions voisines, Limoges, éd. Pulim, p. 217-245 (Caesarodunum, XXXII).

Cusset P., 1662, L’illustre Orbandale ou l’histoire ancienne et moderne de la ville et cité de Chalon-sur-Saône, Lyon.

Delamarre X., 2003, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, éd. Errance.

Deman A., 2002, « Avec les utriculaires sur les sentiers muletiers de la Gaule romaine », Cahiers du Centre Gustave Glotz, t. 13, p. 233-246.

Deyts S., 1976, Sculptures gallo-romaines mythologiques et religieuses. Dijon, Musée archéologique, Paris, éd. des Musées nationaux.

Deyts S., 1977, « Quelques remarques sur la sculpture gallo-romaine de Sens », R.A.E., t. 28, p. 275-283.

Dondin-Payre M., Raepsaet-Charlier M.-Th., 1999, Cités, municipes, colonies : les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire, Paris, Publications de la Sorbonne.

Dondin-Payre M., Raepsaet-Charlier M.-Th. ed., 2001, Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, Bruxelles, Le Livre Timperman.

Dondin-Payre M., 2001, « L’onomastique dans les cités de Gaule centrale », in : Dondin-Payre M., Raepsaet-Charlier M.-Th. éd., 2001, Noms, identités culturelles etromanisation sous le Haut-Empire, Bruxelles, p. 193-341.

Eck W., 2000, « Die legio I Minervia. Militärische und Zivile Aspekte ihrer Geschichte im 3. Jh. n. Chr. », in : Le Bohec Y. éd., 2000, Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, 17-19 sept. 1998, Lyon, p. 87-93 (Coll. du Centre d’Études Romaines et Gallo-romaines, Nelle série, n° 20).

Espérandieu E., 1910, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, Paris.

Fernoux H., 2004, Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et impériale (iiième siècle av. J.-C. - iiième siècle ap. J.-C.), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen.

Fouque V., 1844, Histoire de Chalon-sur-Saône, depuis les temps les plus reculés, Chalon-sur-Saône.

Hatt J.-J., 1986, La tombe gallo-romaine, Paris, éd. Picard.

Joly M., 2001, Carte archéologique de la Gaule, 52/2 Langres, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Kajanto I., 1965, The Latin Cognomina, Helsinki.

Krier J., 1981, Die Treverer ausserhalb ihrer Civitas. Mobilität und Aufstieg, Trèves.

Le Bohec Y., 2000, Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, 17-19 sept. 1998, Lyon (Coll. du Centre d’Études Romaines et Gallo-romaines, Nelle série, n° 20, 2 vol.).

Le Bohec Y. ed., 2000, « Legio I Minervia (IerIIe siècles) », in : Le Bohec Y. éd., 2000, Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, 17-19 sept. 1998, Lyon, p. 83-85 (Coll. du Centre d’Études Romaines et Gallo-romaines, Nelle série, n° 20).

Mathieu N., à paraître, « Expressions de l’identité sur les stèles funéraires du centre-est des Gaules : montre-moi comment tu te vois, je te dirai qui tu es », in : Gestuelles, attitudes, regards : l’expression du corps dans l’imagerie antique, Actes du colloque de Nantes, Rennes, Château-Gontier, janv., avril, oct. 2004, à paraître aux PUR.

Monthel G., 2002, « La carrière gallo-romaine de Saint-Boil (Saône-et-Loire) », Gallia, t. 59, p. 89-120.

Monthel G., Pinette M., 1977, « La carrière gallo-romaine de Saint-Boil », R.A.E, t. 28, p. 37-61.

Pétry F., 1982, « Typologie des monuments funéraires de Saverne (Bas-Rhin) », R.A.E, t. 33, p. 57-69.

Rebourg A., 1994, Carte archéologique de la Gaule. Saône et Loire 71/3, Paris, éd. Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Sartre-Fauriat A., 2003, « Les élites de la Syrie intérieure et leur image à l’époque romaine », in : Cébeillac-Gervasoni M., Lamoine L. éds, 2003, Les élites et leurs facettes, Rome / Clermont-Ferrand, EFR / Presses de l’Université Blaise Pascal, p. 517-538.

Schulze W., 1991, Zur Geschichte der lateinischen Eigennamen, Abh. Königl. Gesellschaft Wiss. Göttingen Phil. – hist. Kl. N. F. V, 5, 1904 [Zurich –Dublin, reprint de 1904].

Solin H., Salomies O., 1988, Repertorium nominum latinarum et cognomimum latinorum, Hildesheim, Zürich, New York.

TarpinM., 1991, « Nouvelles inscriptions de Lyon », R.A.E, t. 42, p. 181-187.

Wedenig R., 1997, Epigraphische Quellen zur städtischen Administration in Noricum, Klagenfurt, 370 p. (Aus Forschung und Kunst, 31).

Wuilleumier P., 1963, Inscriptions latines des Trois Gaules (ILTG), Paris, éd. du CNRS, 256 p. (XVIIe suppl. à Gallia).

Notes

1  L’orthographe avec un seul l et deux n n’est attestée que par deux textes épigraphiques : ILTG, 314 (Cabilonnenses) et CIL, XIII, 4104, Bollendorf (Cabilonno). Nous suivrons l’orthographe des sources littéraires : César, BG, VII, 42 et 90 ; Strabon, Géographie, IV, 3, 2 ; Ptolémée, II, 8, 12. Voir Ihm, RE, III, 1 (1897), s.v. «Cabillonum », col. 1163.

2  Selon Armand-Calliat, cette pierre de calcaire rouge proviendrait de carrières de Givry. Il s’agirait de réparations apportées à l’enceinte, les blocs de calcaire remplaçant la brique.

3  Sauf à supposer et imaginer, ce qui est vain, que nous n’aurions ici que la partie inférieure, épigraphique, d’une stèle à relief, il est hasardeux, sinon impossible, d’établir une sociologie à partir du corpus des monuments funéraires de Cabillonum. Les éléments sont trop peu nombreux pour dire si riches et pauvres se faisaient aménager de préférence des sarcophages ou des stèles et si, dans ces dernières, les uns goûtaient plus que les autres les reliefs ou non. Les grands notables provinciaux, sous l’Empire, n’éprouvèrent pas nécessairement le besoin de se faire construire les monuments funéraires les plus ostentatoires, étant donné qu’ils avaient eu maintes fois l’occasion, au cours de leur existence, de faire étalage de leur richesse et que, bien souvent, les monuments publics portaient témoignage de leur générosité et de leur nom. Voir l’exemple des notables bithyniens à l’époque impériale, cf. Fernoux, 2004, p. 525 sq. Voir aussi pour la Syrie intérieure, A. Sartre-Fauriat, dans Cébeillac-Gervasoni, Lamoine éds., 2003, p. 517-538. Pour les Gaules, Mathieu, 2006.

4  Armand-Calliat, 1936, nos 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 55, 58, 61, 62, 63, 64.

5  Pour la datation, Hatt, 1986, p. 160 (« antérieur aux Flaviens » à cause de la formule H.S.E.). À propos des circonstances de la découverte de la stèle, voir Fouque, p. 460-462.

6  Dans l’une de ces carrières, celle de Saint-Boil, située à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Chalon, on exploitait un calcaire différent de celui de notre pierre, de type pisolothique et de couleur blanc-jaune, dans lequel on fabriquait blocs de construction et stèles funéraires : Monthel, 2002, p. 89-120 avec une annexe de P.-Y Lambert.

7  Que l’on y voie le nom d’une firme ou celui d’une corporation de tailleurs de pierre installée à Cabillonum, comme le suggère P.-Y. Lambert, l’important à retenir est qu’il existait un trafic régulier entre la cité de la plaine de la Saône et certaines carrières de la côte voisine.

8  Deux exemples de stèles en grès, probablement de Saint-Bérain, anépigraphes, provenant de Chamilly : la première, de facture assez grossière, montre quatre personnes qui composent peut-être une famille ; la seconde, cassée à mi-hauteur, représente un homme vêtu d’une tunique.

9  CIL, XIII, n° 2602, Saint-Loup-de-Varennes (épitaphe de Pisonius Asclepiodotus et de son épouse Severia Severa) - CIL, XIII, n° 2613 (Espérandieu, 1910, n° 2150) (épitaphe de l’auxiliaire Albanus) - CIL, XIII, n° 2614, trouvée dans une fosse à Chalon (épitaphe du Trévire Iustinus Mercator) - CIL, XIII, n° 2616, trouvée dans les murs du castrum (épitaphe de Vegetinia Romana) - CIL, XIII, n° 2617 (épitaphe d’ASIATIC[ - - -]) - CIL, XIII, n° 2618 (Espérandieu, 1910, n° 2164), près de Saint-Jean-des-Vignes (épitaphe de Q. Camulatius Sedatus) - CIL, XIII, n° 2620, Saint-Martin-des-Champs (épitaphe d’Hermianus) - CIL, XIII, n° 2622, à Chalon dans les fouilles du vieux Châtelet (épitaphe mutilée) - CIL, XIII, n° 2626, à Chalon dans les fouilles du vieux Châtelet (épitaphe mutilée) - CIL, XIII, n° 2633 (épitaphe de Tertinia Florentinia) - CIL, XIII, n° 2625, à Chalon dans une fosse (épitaphe d’une enfant, Sedulia Laeta) - ILTG, n° 315 (Armand-Calliat, 1936, n° 62) (épitaphe de la fille d’un vétéran) - ILTG, n° 316 (Armand-Calliat, 1936, n° 35) (épitaphe de [Iul]ia Martia).

10  Dans l’épitaphe du Trévire Iustinus Mercator : CIL, XIII, n° 2614 - dans celle de Vegetinia Romana : CIL, XIII, n° 2616 - dans celle de Sedulia Laeta : CIL, XIII, n° 2625.

11  On ajoute cette autre épitaphe lyonnaise où la copule « et », qui précède la formule dédicatoire, est exceptionnellement sous-entendue : CIL, XIII, n° 2016 : D. et M. | memoriae aeternae | Maspetia Silvina Vale|rio Messori coniugi (…) PPP. CCC. SSS. AAA. DDD. (pour « (tres) p(onendum) c(urauerunt) (et) s(ub) a(scia) d(edicauerunt) »).

12  Nous n’avons pas trouvé de parallèle pour s(ine) d(olo) seul. En revanche, l’expression s(ine) d(olo) m(alo), bien connue des juristes et que l’on rencontre sur nombre de textes de lois en Italie aussi bien que dans les provinces (voir Thll., s.v. dolus, col. 1861-1863 notamment), se trouve aussi sur des textes épigraphiques funéraires en Italie : par ex., à Rome, CIL., VI, nos 22915 ou 8862, pour affirmer, en droit, tel acte ou tel caractère. Il n’y a pas non plus de parallèle pour l’autre formule dans les indices du CIL XII et du CIL XIII. En Narbonnaise on rencontre l(ocus) s(epulturae) ou loc(us) sep(ulturae) : 4042 et 4887. S(epulchrum) d(edit) a été proposé pour une inscription de Vaison (AE, 1976, 389). À Cologne, on relève la mention sepulchr[um po]suit sur l’épitaphe d’un légionnaire (CIL, XIII, n° 8282) datée de la seconde moitié du IIe siècle et faite par son neveu.

13  Une inscription dans la péninsule Ibérique (CIL, II, n° 2294, à Corduba) pour un esclave et peut-être une autre : CIL, II, n° 4390 à Bilbilis en Tarraconaise ; une en Bretagne (RIB, n° 1620, à Housesteads).

14  CIL, V, n° 746 (à Aquilée), 5294 et 5353 (+ 8904) (à Côme) ; 5600 (dans l’Ager Mediolanum mais originaire de Côme).

15  CIL, V, n° 5353, 746, 5294 et 5600.

16  C. Mansuetius Brasus (CIL, XIII, n° 2012, Lyon) se dit civis Trever, donc d’origine trévire. L’inscription peut être datée du Ier siècle ap. J.-C. ; Mansuetius Primus (CIL, XIII, n° 11313, I, 21, à Trèves) est membre d’un collège de fabricants de doloires de Trèves qui font une dédicace aux numina Augusti et au deus Intarabus, un dieu trévire connu par neuf autres inscriptions. Cf. ILB, nos 62 et 63 avec les occurrences citées p. 106. Mansuetius Tertius (CIL, XIII, n° 1868, Lyon), vétéran de la XXIIe légion Primigenia, bénéficiaire du procurateur provincial, est le défunt. Il est dédicataire d’une épitaphe érigée par ses héritiers qui se disent originaires de Germanie supérieure (heredes ex Germania) : Mansuetia Poppa, sa sœur, et T. Lib[…] Iustus, lui aussi vétéran.

De Germanie supérieure, chez les Auderienses, provient l’inscription qui mentionne M. Mansuetius Atrectus (BRGK, 40, 1959, n° 155, Stockstadt), à la fin du IIe ou au début du IIIe s. ap. J.-C.

17  Mansuetius Lucianus, honoré par son épouse Mansuetia Scylla, probablement au IIe siècle ap. J.-C. (CIL, XIII, n° 2199, Lyon) ; M. Mansuetius, dévot du dieu Mars Sutugius, dont le nom figure sur un autel de marbre blanc trouvé parmi des vestiges gallo-romains à Saint-Plancard (ILTG, n° 45 = AE, 1950, n° 224) en Aquitaine. M. Mansuetius Titullinus qui s’est acquitté d’un vœu à la Fortune Auguste à Saint-Bertrand-de-Comminges (AE, 2001, 1375).

18  C’est en outre un nom de potiers de La Graufesenque, tout comme Masclus. Nous remercions Mme A. Bourgeois pour ses informations.

19  CIL, XIII, n° 98 (à Ardiège, chez les Convènes) ; 11122 (à Bourges, chez les Bituriges) ; 11156 (à Saint-Ambroise, chez les Bituriges Cubes) ; AE, 1994, n° 1185 (à Saint-Bertrand de Comminges).

20  ILA Lectoure, n° 45 (= CIL, XIII, n° 536) : autel d(is) M(anibus) / Tertul[li], / Mansue[ti] / fil(ii). On peut hésiter entre un nom unique avec filiation patronymique et comprendre que l’épitaphe a été faite à Tertullius, fils de Mansuetus, ou bien qu’elle a été faite à Tertullius Mansuetus par son fils en développant fil(ius). Sa brièveté rend l’inscription tout aussi incertaine que le nouveau document chalonnais.

21  CIL, XIII, n° 2735 (à Autun, chez les Éduens) ; 2578 (à Bourg, chez les Ambarres) ; 11269 (à Entrains, chez les Sénons ou les Eduens) ; AE, 1991, n° 1237 (à Jublains, chez les Diablintes) (RAO, 8, 1991, p. 107, n° 6).

22  CIL, XIII, n° 4400 (Metz, quartier du Sablon chez les Médiomatriques) ; 3361 (à Reims chez les Rèmes) ; 3360 (à Reims) ; RIB, n° 2401, 8 = XVI, n° 82 (AE, 1929, n° 97) (à Viroconium - Wroxeter - en Bretagne, mais originaire de Trèves en Belgique : un soldat de la 2e cohorte des Dalmates, mentionné sur un diplôme de 135 ap. J.-C.).

23  CIL, XIII, n° 7555, IV (à Kreuznach, sur une petite plaque de plomb) ; 6084 (à Rheinzabern) ; 5988 (à Dagsbourg, entre Argentoratum et les Vosges) ; 6092 (à Godramstein) et BRGK, 17, 1927, n° 244 (= AE, 1922, n° 61) (à Kruft - arrondissement de Mayen, près de Coblence). L’AE note que le bloc de pierre trouvé dans une carrière de tuf a été laissé sur place peut-être à cause des fautes commises par le graveur.

24  En Germanie supérieure, porteurs des duo nomina : CIL, XIII, n° 6685 (à Mayence) ; 11973 (à Zugmantel : un centurion) ; 11635 (à Argentorate chez les Triboques).

Pour les porteurs des tria nomina : n° 6304 (à Aquae - Baden Baden) ; 6871 (à Mayence) ; 6873 (à Mayence). 

Il reste un cas difficile : celui de Mansuetus *Senodatium, n° 7553, b 9 (à Kreuznach), dont le nom figure parmi toute une série d’autres sur une tablette de défixion.

25  En Germanie inférieure, pour les duo nomina : CIL, XIII, n° 8301 (à Cologne) ; pour les tria nomina : 8213 (à Cologne) ; Kolbe, n° 64 (à trente kilomètres au nord de Cologne) ; CIL, XIII, n° 12037 (au sud de Lessenich).

26  Il n’est pas certain qu’on doive retenir la mention Mansuetus, comme surnom à la suite de Vitellius, inscrite sur la valve d’une coquille Saint-Jacques en argent trouvée lors de la fouille d’un fanum à Ménestreau (AE, 1993, n° 1197) dans une couche datée du IVe s. L’objet votif et l’inscription elle-même posent des problèmes de datation. Non seulement ils ne sont pas eux-mêmes datés mais on n’est pas certain que l’inscription soit contemporaine de la fabrication de la valve. S’ils étaient contemporains de la couche stratigraphique dans laquelle la valve a été trouvée, cela ne nous serait d’aucune utilité dans la recherche de l’environnement onomastique de l’inscription nouvelle de Chalon.

27  Décompte - vérifié - à partir de OPEL, s.v. Mansuetus, p. 51-52, auquel on ajoute AE, 1993, n° 1133 et les deux occurrences de CAG 07, Ardèche, p. 171.

28   Reconstitution d’une inscription, à partir de deux fragments d’une stèle en marbre à fronton triangulaire, cf. ZPE, 114, 1996, p. 209-212.

29  CIL, II2, / 14, 471 [CIL, II, n° 3920 = 6037] (à Sagonte, Tarraconnaise) ; HAE, n° 2703 ; CIL, II, n° 2841 ; IRC, 1, n° 21 [CIL, II, n° 4482] ; AE, 1969-70, n° 257 (à Vigo, Tarraconnaise) ; AE, 1981, n° 541; AE, 1989, n° 478 ; CIL, II, n° 3023 (à Bilbilis) ; HAE, n° 719 (à Italica).

30  CIL, III, 3603, 4050, 10455, 11180, 14074, 143584a ; Hild, 51 = VZ 86 ; ILSI, I, 64 ; CSIRÖ I/4, 416 ; BpR, 8, 1904, p. 166, n° 4 ; AE, 1957, 163 ; 1993, 764.

31  On ne retient pas ici RIB, n° 2401, 8, puisqu’il s’agit d’un Trévire qu’on a déjà mentionné.

32  Toutes les attestations se trouvent dans le CIL, V. On y ajoute AE, 1948, n° 23 ; 1953, n° 34 ; 1983, n° 52 ; 1992, n° 643 (dans la regio IX, à Serravalle), 678 (à Albintilimium, Vintimille) sur une inscription datée au plus tôt du IIIe s. ap. J.-C.

33  La contraction en Masclus/Masclius est assez fréquente : en Norique, à Poetovio : AIJ, n° 89 (indice probable de l’indifférenciation entre les deux noms ou de la fusion des langues et des cultures puisque Masculus est latin et qu’il est fréquent de fabriquer un nomen à partir d’un nom unique ou d’un surnom en y adjoignant, dans le monde celtique, le suffixe –ius). Chez les Lingons, à Langres : CIL, XIII, n° 5676. Sur Masclus, voir Schulze, 1966, p. 307 ; Solin, Salomies, 1988, p. 114 et 359 pour Masculus.

34  Il semble qu’existe une forme Masclio : AE, 1969-70, n° 439 (= CIL, XIII, n° 7436) (à Langenheim, Germanie supérieure), sur une lamelle en bronze.

35  En Belgique, à Neumagen, (CIL, XIII, n° 4170) ; en Germanie supérieure, à Langres (CIL, XIII, n° 5676 [= ILGB, Ling, n° 344]) et à Kreuznach (CIL, XIII, n° 5732). Aucune attestation dans le CIL, XII de la Narbonnaise. On est dubitatif avec l’inscription « Masclio » gravée sur la partie supérieure d’un bloc en calcaire oolithique local, d’origine inconnue et sans numéro d’inventaire, ILGB, Ling, n° 189.

36  Deux attestations en Germanie inférieure : CIL, XIII, n° 7918 (à Tolbiacum et environs - Hoven) ; BRGK, 17, 1927, n° 295 (= AE, 1927, n° 67, à Cologne). En Belgique, aux confins des Nerviens et des Rèmes, à La Flamengrie, est mentionné un Masclinius Victorinus (AE, 1986, n° 508). Les autres attestations proviennent de Dalmatie : CIL, III, n° 2042 + p. 1030, et du Norique avec huit occurrences : CIL, III, n° 11512 et ILJ, n° 393 ; CIL, III, n° 5173, 11699 (cf. Wedenig, 1997, n° C 26) et CIL, III, n° 4787, 4938, 4939 et 5229.

37  Belgique et Germanie concentrent à elles deux onze attestations. Viennent ensuite, par ordre décroissant, l’Italie septentrionale avec sept attestations (CIL, V, n° 5311, 5478 [2], 5536, 5676, 5750 et 6045), la péninsule Ibérique avec quatre attestations, l’Aquitaine avec trois, la Lyonnaise avec deux et Narbonnaise, Pannonie et Norique, une pour chaque. On retiendra, par exemple, chez les Lingons, à Dijon : CIL, XIII, n° 5537 (ILGB, Ling, n° 122) ; 5538 = 5957 (ILGB, Ling, n° 123) ; 5539 (ILGB, Ling, n° 124).

En Germanie inférieure, à Bonn, BRGK, 27, 1939, n° 201, sur un autel daté entre 262 et 266 ap. J.-C.

En Belgique, chez les Trévires, BRGK, 27, 1939, n° 53.

38  Kajanto, 1965, p. 307, relève soixante-neuf occurrences dans le CIL, XII, pour Masc(u)lus et vingt-cinq pour Mascel(l)io ; onze dans le CIL, XIII. Ce nom n’est pas celtique. Cf. Delamarre, 2003, qui ne le mentionne pas.

39  CIL, XIII, n° 5676 (ILGB, Ling, n° 344), 5816, 5903 (ILGB, Ling, n° 581) parmi de très courts et très nombreux fragments ; et peut-être n° 5957 (= 5538) (ILGB, Ling, n° 123), de provenance exacte inconnue. L’épitaphe était lue et interprétée dans le CIL comme celle d’un Gellio, fils de Masclus. Mais pour Le Bohec, ILGB, Ling, n° 123, il faut comprendre Mascellioni(s), <m> Soli fil(ii). Dans OPEL, cette inscription est répertoriée s. v. Masculus cognomen, comme M[a]sclus, avec la précision M[a]solus (sic).

40  Selon le commentaire d’Espérandieu et l’index des ILGN, Masclus (noté Masc(u)lus) est ici employé comme praenomen dans un groupe trinominal.

41  CIL, XII, 5686, 557, a – c (à Aoste et Genève) ; 559 (aux Fins d’Annecy) ; 560, a (à Arles), e – h (à Vienne) ; 561 ? (à Sainte-Colombe) ; 890, a – c (à Arausio).

42  IRC, II, 3, dans la nécropole de Lerida ; CILA, III, 230, sur une inscription de Bétique datée du Ier s. ap. J.-C. ; CIL, II2 / 7 (en Bétique, à Corduba); ILER, 5367; AE, 1993, 1069 (en Espagne citérieure, à Valence, et à León, la marque d’un légionnaire de la VIIe Légion Gemina).

43  En Germanie supérieure, CIL, XIII, n° 6733 (à Mayence - autel daté de 276 ap. J.-C.) ; 6742 (à Mayence - autel daté de 210 ap. J.-C.) ; 7257 (dans le territoire de Mayence) ; en Belgique, ILB, n° 90 (CIL, XIII, n° 4000, à Arlon, chez les Trévires, daté à partir de la fin du IIe siècle ap. J.-C.) ; CIL, XIII, n° 3362 (chez les Rèmes). En revanche, Marcellinus n’existe pas à La Graufesenque.

44  De même signale-t-on à Gueugnon, parmi de nombreuses marques de potiers de céramique sigillée un Marcianus (AE, 1991, n° 1232, cf. RAE, 37, 1986, p. 99-108).

45  D’après le recensement de Abascal Palazón, 1994, p. 182, il n’y a qu’une occurrence : « Gn. Marcia[nus] » (HEp., 2, 1990, 384ter). Mais cette référence est erronée. Ce nom n’apparaît nulle part, ni à Segobriga dans les inscriptions recensées dans HEp., 2, 1990, ni ailleurs si l’on se réfère aux index des noms et des surnoms dans le vol. HEp., 2.

46  CIL, II, nos 288 (à Olisipo, Lusitanie), 4993, 4998, 5191 (à Ebora), 5207 + IRCP, n° 516 (à Villaviçosa) ; 4989/5161 (à Luz) ; 329, 357 (à Collipo); 36 (IRCP, n° 192 à Salacia); AE, 1971, n° 147 (à Badajoz); 1980, nos 542 et 544 (à Ebora); 1982, n° 465 (à Porres Vedras) ; 1998, n° 697 (à Colares, Sintra (CIL, II, n° 289)) ; HAE, n° 2044 (à Augusta Emerita) ; CPCác, n° 356 (à Oliva de Palasencia, région de Norba). Marcianus est aussi le nom d’un cocher vainqueur connu par une célèbre mosaïque découverte à Augusta Emerita (Mérida) en 1973 (voir Blanco Freijeiro, 1978, n° 43B).

47  CIL, II, n° 3623 (à Saetabis); 4118 (+ RIT, 135), 4122, 4182, 6111, RIT, n° 398 et 589 (à Tarraco) ; 3841 (à Saguntum); 3308 (à Castulo); 6338o (à Uxama); AE, 1972, n° 303 (à Barcino); 1986, 461 (à Tarraco) ; 1987, 616d + HEp., 3, 1991, n° 103 (à Clunia). À ces inscriptions on peut ajouter un graffite : HEp., 1, 1989, n° 616 et enfin le nom d’un bénéficiaire du procurateur des Augustes, en 163 ap. J.-C. : AE, 1910, n° 3 (à Villalis).

48  CIL, II, n° 1951 (= CILA, III, n° 75) ; 5067 (à Ossigi); 5360 (= ? 6277a) (à Alhanje); 5539 (à Peñaflor); 6277a ; CILA, II, n° 240 et 416 (à Hispalis); III, n° 75 et 390 (à Jaen); AE, 1981, n° 634d (Fos-sur-Mer, dans une épave) ; 1985, n° 555 (CIL, II, n° 1660) (à Tucci); HEp., 2, 1990, n° 461; CIL, II, n° 1110 (à Italica).

49  CIL, XIII, n° 5112 (à Avenches); 6327 (à Heidelberg) ; 6365 (à Sumelocenna) ; 6742 (à Mayence, daté de 210 ap. J.-C.) ; 7281, 13 (au Castellum Mattiacorum, daté du 23 août 236 ap. J.-C.) ; BRGK, 40, 1959, n° 104 (à Augusta Rauricum, chez les Rauriques, fin IIe s. ap. J.-C.).

50  Nom républicain (115 occurrences d’hommes libres, 5 d’esclaves ou d’affranchis ; 43 occurrences de femmes libres, 7 d’esclaves ou d’affranchies).

51  Mais on peut arguer que rien n’interdit à un dédicant, porteur d’un nom unique avec filiation patronymique, d’ériger une stèle à un ciuis Romanus porteur des duo nomina : Mansuetius Masclus. Le rapport entre testateur et légataire ne permet pas de trancher. Deux pérégrins pouvaient, en effet, passer entre eux un contrat testamentaire respectant le droit local, de même qu’un pérégrin, s’il avait le commercium, pouvait hériter d’un citoyen romain.

52  CIL, XIII, nos 2614 et 2616. La première inscription est particulièrement intéressante du fait de la polysémie du nom du personnage, vétéran de la légion, citoyen trévire qui se dit Iustinius Mercator. Voir aussi les liens entre les Trévires et Lyon avec la corporation des nautes (CIL, XIII, n° 1911) ou d’autres professions (CIL, XIII, n° 2029), cf. Krier, 1981, en particulier p. 25-53. Pour un autre témoignage de la présence, dans la région, de gens du commerce originaires du pays des Trévires : CIL, XIII, n° 2839 (Bard-le-Régulier), cf. Deman, 2002, p. 233-246.

53  C’est le cas de Q. Secundius Quigo, citoyen trévire, seuir augustalis, qui a revêtu tous les honneurs chez les Éduens, à Autun, capitale de la cité où a été retrouvée l’inscription (CIL, XIII, n° 2669).

54  La Saône était navigable entre Chalon et Lyon. Dès avant la conquête romaine, Chalon était connu comme port fluvial et carrefour routier. Le réseau routier organisé par Rome a tiré profit de la situation et du site. À Chalon même se trouvaient les embranchements de la voie nord-sud vers Langres - où elle se divisait en une branche vers Reims et le nord-ouest de la Gaule, et une branche vers Trèves - et de la voie vers le Rhin via Vesontio, Raurica et Argentorate. Sur ce point, voir Cloppet, 1998, p. 217-245 (p. 232 et fig. 9 p. 254).

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri-Louis Fernoux et Nicolas Mathieu, « Une nouvelle épitaphe latine découverte à Chalon-sur-Saône (Cabillonum, cité des Éduens) : à propos des monuments funéraires et de l’onomastique en pays éduen », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2005, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/305. consulté le 30 avril 2017.

Auteurs

Henri-Louis Fernoux

Maître de conférences en Histoire ancienne - Université de Bourgogne - Dijon.

Nicolas Mathieu

Maître de conférences en Histoire romaine - Université Rennes 2.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés