Navigation – Plan du site
Articles

La villa des Grandes Terres à Beynost (Ain) : organisation spatiale et techniques de construction

Sylvain Motte, Georges Vicherd, Catherine Plantevin et Brigitte Rambault
p. 267-288

Résumés

La fouille, en 1999, de la villa antique des Grandes Terres à Beynost (Ain), à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Lyon, a permis d'établir le plan et la chronologie de la pars urbana et d'une aile de la pars rustica d'un vaste établissement rural. Cette dernière présente un plan original en parcelles attenantes régulières et closes, comportant chacune un même petit bâtiment centré en façade. La fondation de l'ensemble est attribuée à l'époque tibérienne, mais la partie résidentielle paraît connaître une désaffection dès la fin du Ier s., alors que la pars rustica fonctionne au moins jusque dans le IVe s. et livre d'assez nombreux indices d'artisanat (métallurgie, tissage) datables du Bas-Empire.

Haut de page

Texte intégral

1Le projet d'une zone d'aménagement concerté sur un terrain de près de 9 ha, à Beynost (Ain), avait justifié au début de 1999 un programme de diagnostic archéologique. Celui-ci permettait alors de mettre en évidence des vestiges variés : installations protohistoriques proches d'un milieu humide, épandages de matériaux de construction antiques, petite nécropole de la fin du haut Moyen Âge et surtout un vaste établissement gallo-romain (Le Nezet-Celestin, 1999). Un programme de fouilles préventives a ensuite été organisé de septembre à décembre 1999, portant sur les vestiges directement concernés par le projet d'aménagement. Le présent article est consacré aux installations gallo-romaines, les autres sites n'ayant pas fait à ce jour l'objet de fouilles ou de travail de publication. La fouille de la villa antique des Grandes Terres, située à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Lyon, a permis d'établir le plan et la chronologie de la pars urbana et d'une aile de la pars rustica d'une vaste villa.

Le contexte géographique (fig. 1)

2Le site occupe le rebord d'une terrasse tardiglaciaire du Rhône (altitude moyenne 190 m), au pied du plateau de Dombes qui la domine d'une centaine de mètres. Le plateau de Dombes s'étend à une altitude moyenne de 300 m entre la vallée de la Saône à l'ouest et la plaine alluviale du Rhône et de l'Ain au sud et à l'est. Son versant sud présente un puissant talus, la Côtière de Dombes, découpé d'assez nombreux talwegs. Le Rhône coule à deux kilomètres plus au sud dans la plaine dont l'altitude est de 180 m au droit du site. Dans ce contexte géomorphologique, la terrasse tardiglaciaire offre un espace pouvant être colonisé par l’homme dès le début de l’Holocène, par rapport à la plaine inondable du Rhône, même si elle est soumise périodiquement à des apports détritiques issus de la Côtière.

Fig. 1. Localisation du site dans la région (DAO : F. Vaireaux, B. Rambault).

3La terrasse où se développe l'établissement antique, large de 250 à 400 m, présente une légère pente vers le sud de 4,4 %. L'étude de différentes coupes a permis de reconstituer l'évolution stratigraphique du site. Sur le paléosol holocène de la terrasse tardiglaciaire, formée de cailloutis, graviers et galets, se sont déposées des colluvions sablo-limoneuses marquées par une fréquentation protohistorique. Cette phase sédimentaire est fossilisée par un ensemble de couches colluviales de cailloutis et galets à matrice limoneuse. L’occupation antique se développe sur ce niveau. Une érosion puis des colluvionnements, au cours desquels est installée une nécropole du haut Moyen Âge, caractérisent les derniers états du site.

L'environnement archéologique

4Sa situation géographique confère à Beynost une position privilégiée sur un axe de communication entre Lyon, la plaine de l'Ain et le haut Rhône. Depuis Lyon, une voie, attestée sur des plans anciens, emprunte le plateau de Dombes jusqu'à Miribel pour descendre alors dans la plaine du Rhône et se ramifier en des itinéraires multiples dont l’un en pied de Côtière par Beynost. La présence de nombreux gisements protohistoriques ou antiques le long de ces différents itinéraires leur confère une très probable ancienneté.

5De nombreuses découvertes anciennes sur le territoire de Beynost et celui des communes voisines témoignent d'une colonisation dynamique dès le Néolithique et surtout aux époques protohistoriques et gallo-romaines, aussi bien sur le plateau de Dombes que dans la plaine alluviale du Rhône (Buisson, 1990). Quelques fouilles récentes ont confirmé l'ancienneté et la densité de l'occupation. À Beynost même, la fouille du site des Grandes Croix (Motte, 1992) a mis en évidence sur le plateau un habitat hallstattien, auquel ont succédé des occupations gallo-romaines (parcellaire augustéen, habitat du Haut-Empire, etc.). À La Boisse, c'est une villa du Haut-Empire qui s'installe à l'emplacement d'un habitat de l'Âge du Bronze final (Vicherd, Baudrand, 1982).

6À proximité immédiate du site des Grandes Terres, une information locale mentionne la découverte (mal localisée) d'une mosaïque. Une inscription (CIL XIII-2450) conservée autrefois dans une propriété proche mentionne les vicani d'une localité dont le nom est incomplet mais que les auteurs ont parfois cru pouvoir identifier à Beynost, sans argument décisif.

1. Organisation générale et vestiges architecturaux

1.1. Des traces protohistoriques

7Lors de la fouille, divers vestiges pré-romains ont été recueillis, notamment un fragment de bracelet en lignite, quelques éléments de silex dont une armature losangique et deux polissoirs en roche dure. Si ces éléments témoignent d'une fréquentation protohistorique, leur position stratigraphique doit les faire considérer comme erratiques.
Dans la pars rustica de la villa, près du bâtiment C, une petite fosse contenait un dépôt de crémation correspondant probablement à un unique individu adulte, ainsi que les fragments d'une épingle de bronze dont l'état de conservation n'a pas permis une attribution typo-chronologique.

1.2. Organisation générale de la villa (fig. 2)

8Les installations étudiées sont comprises entre un profond fossé (n° 245) au nord, et une zone détruite par l'érosion et les pratiques agricoles en rebord de la terrasse au sud, c'est-à-dire une bande d'environ 80 m de largeur pour 160 m de longueur. À l'est et l'ouest, les limites du site n'ont pas été atteintes. Les vestiges sont localisés sur la terrasse du Rhône, entre les courbes d'altitude 191 et 189 m.

9La lecture du plan d'ensemble est remarquablement simple et trois espaces principaux sont clairement identifiables : du côté ouest, la pars urbana est enclose d'un mur interrompu par un porche monumental, à l’est, plusieurs enclos mitoyens constituent une aile nord de la pars rustica et au sud s’étend une vaste esplanade apparemment vierge de vestiges.

Fig. 2. Plan général des vestiges (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux, B. Rambault).

1.3. Le fossé nord et les indices d'un mur de soutènement au sud (fig. 2)

  • 1  Étude géomorphologique du site réalisée par A. Vérot-Bourrély, INRAP (Motte, 2000).

10Le fossé 245 d'orientation ENE/OSO qui limite l'établissement au nord présente un tracé rectiligne reconnu sur 155 m, avec un profil transversal en U plus ou moins régulier selon la section observée. Son ouverture est large de 2,60 à 3 m. Le fond atteint 0,80 m et présente une très légère pente de 1 % vers l'ouest. Les dépôts sableux qui le comblent témoignent d'une circulation d'eau. Tout en assurant la limite septentrionale de l'établissement antique, ce fossé en eau concourt certainement au drainage des terrains. L'eau peut également servir aux besoins de la villa. Une étude fine des coupes stratigraphiques transversales a montré que son creusement était contemporain de la construction de la villa1.

11Le remplissage et le profil indiquent qu'il a été curé et élargi sur sa partie orientale au niveau de la pars rustica, ce qui atteste un entretien plus poussé sur ce tronçon : sur cette section, une couche de démolition, assimilable au niveau d'abandon du site, recouvre le comblement limono-sableux du fossé, alors que sur la partie occidentale (pars urbana) le fossé est scellé par des colluvions contemporaines de celles qui fossilisent, à l'est, les niveaux de démolition.L'absence de matériaux de démolition côté pars urbana semble attester un abandon précoce de celle-ci, le fossé continuant de fonctionner durant toute l'occupation. De plus l'étude du mobilier confirme une occupation plus longue de la pars rustica.

12Les sondages de diagnostic ont montré, en contrebas de la terrasse, au sud, de larges épandages de matériaux de démolition issus de la ruine de la villa. Parmi ceux-ci, principalement constitués de tuiles, galets et fragments de tuf, on relève une nette représentation de fragments de grandes briques architecturales, habituellement utilisées pour des arases dans les élévations. Ces briques sont totalement absentes des niveaux de démolition à l'emplacement de la villa elle-même. Il est possible qu'elles correspondent à un mur de soutènement ou de clôture destiné à corriger la légère pente de la terrasse vers le sud.

1.4. La pars urbana

13Celle-ci a été dégagée sur environ 60 m du nord au sud et d'est en ouest. Elle s'inscrit donc dans un quadrilatère, dont nous ne connaissons pas les limites au sud et à l'ouest, matérialisé par un mur d'enclos (M217 et M69). Au nord, entre le mur d'enclos M69 et le fossé 245, un espace de circulation a été ménagé. À l'est, un étroit passage sépare l'enclos de la clôture M250 du premier tènement (A) de la pars rustica, et un porche monumental ouvre sur l'esplanade E. Plusieurs espaces spécialisés peuvent être identifiés : première cour, bains, partie résidentielle et espaces d'agréments, communs.

1.4.1. Le mur d'enceinte et le porche d'entrée (fig. 2, 3 et 4)

14La pars urbana est délimitée par un mur de clôture conservé au nord sur 58,30 m (M69) et à l'est sur 58 m (M217). Large de 0,50 à 0,60 m, la fondation de galets liés à la terre présente une assise d'élévation de moellons de tuf. Tous les 7 m, des élargissements de la fondation en saillie de 30 cm et quelques éléments d'élévation en tuf sur la face intérieure indiquent des pilastres, qui ont certainement un rôle décoratif mais peut-être aussi une fonction de raidissement.

Fig. 3. Pars urbana : thermes et porche d’entrée (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).

15Le porche monumental (fig. 3 et 4)comprend deux pavillons rectangulaires identiques (6,30 x 4,20 m) en saillie sur les faces externe et interne du mur d'enclos M217. L'espace large de 5,40 m qui sépare les deux pavillons est scandé latéralement par le débordement de leurs façades est (M219 et M226) et ouest (M230 et M225), et par un pilier intermédiaire (sur M220 et M224). Ce dispositif correspond probablement à un système complexe de fermeture de l'accès. On peut imaginer que les deux pavillons étaient réunis à l'étage, le passage étant alors soit voûté, soit couvert d'un plancher.

Fig. 4. Pars urbana : le porche d’entrée, vu du sud (cliché AFAN).

1.4.2. La première cour (espace J) (fig. 2)

16Le porche donne accès à l'angle sud-est d'une cour entourée de portiques sur au moins trois côtés. Cette cour (23,50 x 16,50 m, galeries comprises) a une fonction de distribution. Les portiques s'appuyaient sur des solins de galets, larges de 32 cm et scandés par des bases carrées constituées de tegulae et espacées de 2,50 ou 3 m. On peut restituer sur ces bases des chandelles de bois ou des colonnes en briques. La modestie de ces solins et l'utilisation de tuiles pour la base des piliers sont peut-être l'indice d'un aménagement postérieur à la construction initiale.

1.4.3. Les bains (bâtiment K) (fig. 3)

17Au sud du porche, un petit ensemble thermal est composé d'au moins quatre pièces. Cet aménagement a été réalisé après celui du porche car les murs sont appuyés contre l'angle du pavillon et les matériaux diffèrent nettement. Au nord, la pièce K3, d'environ 10 m2, présente une abside montrant deux états d'un épais sol de mortier de tuileau. La surface du sol supérieur est lissée et ses bordures sont marquées par un bourrelet indiquant un revêtement pariétal de mortier. En surface du sol supérieur, une empreinte correspond à l'emplacement d'une pilette pouvant supporter une suspensura et une baignoire chaude. Deux autres éléments peuvent appuyer cette hypothèse : la puissance de la fondation du sol de mortier pouvant supporter une charge pondérale importante et la présence à l'ouest, dans l'axe de l'abside, de l'empreinte d'une conduite liée à une évacuation d'eau. Celle-ci est attestée par deux frettes en fer en place maintenant une conduite en bois. Jouxtant la pièce K3, la pièce K4 (3,80 x 2,45 m) comporte aussi un sol en mortier de tuileau. Au sud-est, un massif maçonné en angle droit mal conservé définit un troisième espace K6. À l'est, un espace entre K3 et K4 et le mur d'enceinte, large de 2,20 m et long de 5 m, a pu être couvert et participer à l'organisation du circuit des bains. Des éléments de décors, dalles de marbre et de calcaire travaillées appartenant à des pavements ou des plinthes et éléments d'enduits peints multicolores, confirment la fonction thermale.

18Les plans du bâti et les références aux dispositions intérieures des bains antiques communément admises permettent d’appréhender la disposition de ce petit ensemble thermal. On peut proposer : un vestiaire (apodyterium) en K5, une pièce froide (frigidarium) en K6, une pièce tiède (tepidarium) en K4 et une pièce chaude (caldarium) en K3, l'abside étant occupée par une baignoire.

19La présence de ces bains, entre autres, pose la question de la desserte en eau de la villa. Si l'on a vu que le fossé nord n° 245 est probablement en eau pendant toute la durée de l'occupation de la villa et peut ainsi permettre d'alimenter au moins les tènements de la pars rustica, aucun vestige n'indique comment, par exemple, les thermes et le bassin de la deuxième cour pouvaient être alimentés. Par ailleurs, les deux frettes signalant la conduite en bois sont, pour leur part, à une altitude trop basse par rapport à ces espaces pour avoir joué un rôle dans l'adduction. Deux caniveaux d'évacuation bordés de galets ont été observés immédiatement à l'ouest de la pièce chaude.

20Un mur parallèle au mur sud de la première cour (M118) définit un espace longitudinal est-ouest de 23,70 x 2,30 m, certainement réservé à la circulation entre les bains et la partie résidentielle. L'espace au sud de cette galerie est détruit, mais la proximité des bains permet l'hypothèse d'une palestre.

1.4.4. Le bâtiment résidentiel et sa cour à portiques (bâtiment I) (fig. 5)

21À l'ouest, l'ensemble I correspond probablement à la résidence du propriétaire avec une cour à portiques comportant un bassin et un bâtiment rectangulaire subdivisé en plusieurs pièces.

Fig. 5. Pars urbana : bâtiment résidentiel (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux, B. Rambault).

22La cour I6 est bordée au nord et à l'ouest par des galeries s'appuyant sur des fondations de blocs de tuf liés au mortier. Le long mur M165 clôt la cour à l'est. La galerie nord, large de 3,10 m, qui s'ouvre à l'est au centre de la première cour J, joue un rôle certain au niveau de la circulation dans la villa. La galerie occidentale est un peu plus large (3,70 m), celle du sud est détruite. Dans la zone occidentale de la cour, a été aménagé un bassin rectangulaire à fond plat (fig. 6).

Fig. 6. Pars urbana : bâtiment résidentiel : le bassin (cliché : AFAN).

23C'est un bassin de construction soignée de 5,60 x 2,50 m en mesures intérieures. Sa profondeur maximum connue au nord atteint 90 cm. Le fond et les murs maçonnés sont enduits de mortier de tuileau lissé, sur une épaisseur de 5 cm sur les parois. Des joints d'étanchéité en mortier de tuileau sont rajoutés à la liaison des murs et du fond et dans les angles : les joints horizontaux sont en quart-de-rond (angles parois-fond) et les joints verticaux sont en baguette. Les maçonneries sont épaisses de 30 cm et faites de galets et de lits de tuiles liés par un mortier blanc compact. On note à la base du mur sud une empreinte verticale dans le mortier de tuileau, stigmate probable d'un tuyau d'évacuation. Cette structure pouvait faire office de bassin d'agrément, voire de piscine.

24La galerie I5 entourait la cour I6, longue de 19,20 m en est-ouest. Aucun indice ne nous renseigne sur sa limite sud ; peut-être était-elle centrée sur la galerie K1.
Le bâtiment I présente un plan incomplet, rectangulaire, d’une dimension de 8,50 m en est-ouest ; il présente des fondations larges (55 à 60 cm) supportant certainement des élévations de pierre. Au sud de l'espace nord I1 (8,50 x 4,80 m), des murs compartimentent au moins trois pièces (I2, I3, I4). L'épaisseur de la fondation M446 (1 m) suggère qu'il a pu y avoir un étage. On ne peut exclure que ce bâtiment résidentiel ait pu recevoir d'autres développements, par exemple une aile en retour au sud de la cour, surtout si l'on considère que le bassin de la cour I6 est dans l'axe de la façade.

1.4.5. Les espaces d'agrément (espaces G et F) (fig. 2)

  • 2  Étude de la céramique du site réalisée par C. Bonnet, INRAP (Motte, 2000).

25Entre l'espace résidentiel I et le mur nord de l'enclos (M69) s'étendent plusieurs espaces. L’espace G3 a livré trois vases horticoles installés dans des fosses creusées dans le sédiment caillouteux de la terrasse wurmienne (fig. 2). Deux vases, dont le fond est coupé, présentent une forme évasée et sont percés de trous 2 (fig. 7). Ils sont comparables aux pots mis au jour sur le site des Hauts-de-Saint-Just à Lyon (Desbat, 1999). Le troisième pot enterré est un simple pot ovoïde en commune grise sans bord ni fond. Ce vase à usage culinaire pourrait avoir été recyclé en pot horticole. Plusieurs pots horticoles ont été découverts dans la région, ils auraient servi au transport de boutures, aux semis de graines d'arbres et au marcottage aérien. La présence de ces vases et la situation centrale de G1 au sein de l’ensemble architectural plaident en faveur d'un espace d'agrément, sans doute en partie végétalisé.

Fig. 7. Pars urbana : pots horticoles (dessin : C. Plantevin - DAO : B. Rambault).

26À l’est de l’espace G3, le bâtiment G1, détruit au sud, présente des solins de galets rythmés de gros blocs de pierre, avec les traces d'un sol en hérisson de galets. Le secteur nord de la pars urbana comprend les espaces F2 et F3 qui paraissent dénués de construction. F2 se développe sur une largeur de 13,50 m pour une longueur d'au moins 42 m. L'espace F3, presque carré (13,50 x 14,40 m), peut s'articuler aussi bien avec F2 qu'avec le corps de bâtiment H.

1.4.6. Les espaces de services (bâtiment H) (fig. 8 et 9)

27Au nord de la cour J, des murs définissent un ensemble architectural cohérent, comportant six espaces de superficies inégales. La présence de sols dans les espaces H5 et H2 indique qu'ils étaient probablement couverts. L'ensemble (bâtiment H) paraît correspondre à une construction bien distincte à l'intérieur de la résidence. Il est délimité en général par des murs assez larges qui correspondent souvent aux grandes divisions de la pars urbana. La pièce H5 (fig. 9) s'étend sur 64 m2 (8,50 x 7,50 m). Les quatre murs qui la délimitent présentent des fondations en galets et blocage interne de galets plus petits, sans mortier. Leur largeur totale oscille entre 35 et 38 cm. La présence d'un bloc conservé dans le mur M171 et de négatifs de blocs dans les quatre autres murs est la marque d'une élévation charpentée. Les galets des parements sont soigneusement disposés et ont la particularité de présenter régulièrement une face externe rendue plane par cassure et ceci sur les parements externes ou internes. On observe cette technique du galet retaillé sur d'autres murs du site mais uniquement pour les murs où l'élévation de terre et bois est attestée. La cassure des galets permet l'obtention d'un parement bien rectiligne, peut-être pour faciliter la pose d’un revêtement et/ou  pour éviter le glissement latéral (vers l'extérieur) d'une assise supérieure ou d'une sablière basse. La pièce comporte sur toute sa surface un radier d'une unique couche de galets destinée sans doute à être recouverte d'un sol de terre battue ou de bois. Un foyer est aménagé au centre-nord du radier. Il est composé de fragments de tegulae formant un carré d'1 x 1m et posés directement sur les galets. Deux éléments de vase en céramique commune sont installés dans le radier au nord-ouest du foyer. Ces deux parties sommitales de pots ovoïdes à col côtelé sont calées par des galets. Plusieurs hypothèses sont envisageables quant à ce dispositif sans doute lié à une pratique culinaire : écoulement pour des faisselles ou simple maintien de vases à fond bombé.

Fig. 8. Pars urbana : espaces de services (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux, B. Rambault).

28Ce grand espace H6 ne présente pas de radier de galets et, en tenant compte de ses grandes dimensions (19 x 10,50 m), on peut penser qu’il n'était pas couvert. Les murs délimitant les espaces H1, H3 et H4 sont de factures diverses : fondations de galets larges sans bloc-support ou structures plus étroites scandées de blocs.

29Les dimensions modestes de H4 (4 x 3,50 m), l'utilisation de moellons de tuf, la présence du seuil font de cette pièce un espace particulier. Sa position centrale par rapport aux autres pièces et à l'éventuelle cour H6 laisse supposer une fonction de distribution.
Enfin, l’espace H6 (14,50 x 8 m) possédait un sol à radier de galets semblable à celui de H5 et devait être également couvert.

30Ainsi, le secteur H pourrait s'organiser selon un plan en L à deux grandes pièces avec un sol (H2 et H5), H5 pouvant être des cuisines. H4 serait un vestibule distribuant les accès sur les pièces H3, H1, sans doute également couvertes, et sur la cour H6.

Fig. 9. Pars urbana : espaces de services, pièce H5, vue du sud-est (cliché : AFAN).

1.5. L'esplanade et l'aile de la pars rustica (fig. 2)

1.5.1. L’esplanade E (fig. 2)

31Le porche monumental de la pars urbana donne à l'est sur un vaste espace (E) dépourvu de constructions. Cette esplanade se développe sur plus de 100 m d'est en ouest, et sa largeur restituable est d'environ 70 m si l'on considère que le porche monumental est en position centrale par rapport à cet espace.

1.5.2. L'aile nord de la pars rustica : un lotissement

32Au nord de l'esplanade E se développe une série de trois parcelles rectangulaires (bâtiments A, B et C) clôturées de murs et adossées au grand fossé 245. Un quatrième lot identique (bâtiment D), très érodé, est restituable à l'est. Ces quatre parcelles sont manifestement organisées sur un même schéma et présentent les mêmes dimensions (16,50 x 28 m), à l'exception de l'enclos A dont la façade est réduite de la largeur (1,40 m) du couloir de circulation le long du mur de la pars urbana.

33Au centre de la façade de chacun de ces tènements, côté esplanade, est installé un petit bâtiment dont le modèle de base est identique (10,50 x 7 m). Chacun de ces bâtiments comprend trois subdivisions (fig. 2, 10, 12, 14, 17) : une pièce nord de 6 x 4,40 m (A1, B1, C2 et D1) avec un foyer dans l'angle nord-est, un espace central moins profond de 6 x 2,40 m (A2 ouest-A2 est, B2-B3, C3-C4, D2) subdivisé par une cloison médiane, et une pièce en façade de 6 x 3,20 m (A3, B4, C5).

34On relève que les fondations des murs d'enclos et des espaces en façade sont plus larges que celles des pièces centrales et arrière : celles-ci sont manifestement construites sur solins étroits rythmés de gros blocs de pierres. À l'exception du bâtiment A, chacune de ces petites constructions a reçu des agrandissements périphériques.

1.5.2.1. Le bâtiment A (fig. 10)

35La pièce nord A1 dispose d’un foyer constitué d'une sole de tuiles posées sur une fine couche de mortier. Il est contemporain d'une petite fosse circulaire et d’une petite dépression contenant un élément de vase ovoïde en céramique commune grise (fig. 11). La pièce sud A3 a été décaissée sur 0,40 m par rapport au niveau du sol de A2, c’est peut-être l'indice d'un plancher. Elle a par la suite été comblée pour l'installation d'un nouveau sol et d'un foyer. On note à l'ouest, à l’extérieur du bâti, un foyer certainement alimentaire en fosse rectangulaire (0,80 x 0,50 m), profond de 0,40 m.

Fig. 10. Pars rustica : bâtiment A (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).

Fig. 11. Pars rustica : bâtiment A, foyer et vase en place (cliché : AFAN).

1.5.2.2. Le bâtiment B (fig. 12)

36Le bâtiment présente un agrandissement du volume de base vers l’ouest marqué par une fondation. Dans le radier de sol de galets de la pièce nord B1 sont creusées deux fosses circulaires dont le remplissage contenait de nombreux objets en fer et en bronze, dont certains inachevés, ainsi que des éléments de creusets ; ce mobilier témoigne d’activité métallurgique. Dans une fosse, outre divers objets décoratifs ou utilitaires métalliques (voir ci-dessous), a été découverte une statuette de Mercure en bronze. Haute de 5,5 cm, elle présente les attributs caractéristiques de ce dieu (fig. 13).
Au nord-ouest du bâtiment, a été aménagée une structure de combustion (1,45 x 0,75 m) semblable au foyer de la parcelle A.

Fig. 12. Pars rustica : bâtiment B (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).

Fig. 13. Pars rustica : bâtiment B, statuette en bronze de Mercure (cliché : AFAN).

1.5.2.3. Le bâtiment C (fig. 14 et 15)

37Le bâtiment C présente des agrandissements à l'ouest et au nord (fig. 15). Des fosses sont creusées dans C2 et C3. Les pièces C3 et C4 comportent chacune un foyer composé de fragments de tuiles posés à plat. Dans le radier de galets de la pièce C4, de nombreux éléments de scories de fer évoquent une activité métallurgique du fer mais aucune structure ne le confirme. Au sud, le sol de la pièce C5 supporte également un foyer. La façade sur l'esplanade est coupée par un seuil devant lequel a été installé un assainissement de graviers et de fragments de mortier de tuileau. Les espaces C6 et C7 font partie, avec l'espace C8, d'une aile orientale large de 4 m. Ce bâtiment présente un réaménagement au niveau de la pièce C6 où deux niveaux de sol correspondent à deux phases de fonctionnement, la seconde supprimant la cloison médiane. Ce sol est également installé sur la section nord du mur ouest de C2, aménageant ainsi un seuil entre ces pièces. Au sud-ouest et au nord s'étendent deux espaces jouxtant le bâtiment marqué par des murs très érodés.

Fig. 14. Pars rustica : bâtiment C (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).

38Au nord-est du bâtiment C, une structure de combustion semi-enterrée comprend une chambre de chauffe circulaire à sole d'argile rubéfiée et une avant-fosse séparée par un alandier matérialisé par deux gros blocs calcaires, cette disposition suggérant un four culinaire.

Fig. 15. Pars rustica : bâtiment C, vu de l’ouest (cliché : AFAN).

1.5.2.4. Le bâtiment D (fig. 16)

39Ce bâtiment est situé à l'extrémité orientale du terrain exploré. Il est le moins bien conservé, mais présente cependant les dimensions et les caractéristiques des trois autres bâtiments. Il est connu par la fondation de son mur nord et par des alignements de matériaux, vestiges d'un module D1 de même étendue que les pièces principales des autres maisons. Au nord-est de D1, un foyer est composé de blocs calcaires disposés sur chant et d'une sole de terre cuite. Dans cette pièce est enfouie une amphore de type Dressel 20 au col brisé intentionnellement ; elle contient quatre pesons de tisserand en terre cuite, un pilon en calcaire, un fragment de meule rotative en granit et une herminette en fer. Trois autres pesons de tisserand proviennent de la pièce D1.

Fig. 16. Pars rustica : bâtiment D (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).

1.5.3. Remarques sur le mobilier métallique de la pars rustica

40Les bâtiments de la pars rustica ont livré d’assez nombreux objets liés à l’artisanat ou à l’agriculture, comme une lame de force, une houe triangulaire et une herminette en fer ainsi que des fragments d’éléments de mouture et des pesons. Si certains sont communs en milieu domestique, comme les meules de basalte et les pesons de tissage en terre cuite, ici assez bien répartis, ce sont les restes métallurgiques de fer (quelques scories), et surtout de bronze qui attirent l’attention. Pour le bronze, il s’agit d’un peu plus de 140 pièces, parfois fragmentées, objets ou rebuts, recueillies indifféremment dans les niveaux d’occupation des bâtiments et dans deux fosses de la pièce nord du bâtiment B. Ces fosses ont été considérées comme les réserves d’un bronzier (fig. 17).

Fig. 17. Pars rustica : bâtiment B, cuiller et clochette en bronze (cliché : AFAN).

  • 3  Ce mobilier a fait l’objet d’un mémoire de maîtrise, Université Lyon II (Gaillard, 2002).

41Cette série3 comprend notamment des coulures et gouttes de fusion, des rebuts de fabrication correspondant aussi bien à des activités de chaudronnage ou de découpe (plaques de serrures, miroirs) que de moulage (éléments de charnières de coffrets, clous à tête décorative, manches de clefs, statuette de Mercure, etc…). La figure 18 recense le mobilier de bronze de la pars rustica.

42Il semble que cohabitent deux catégories d’objets, les premiers issus d’une pratique de récupération, les seconds étant manifestement des ratés de fabrication, se signalant par l’absence de finition, c’est-à-dire généralement d’ébarbage pour les pièces coulées. Quelques éléments de creusets corroborent l’hypothèse d’une fabrication sur place.

Fig. 18. Pars rustica : mobilier de bronze.

43Le travail in situ du fer ou du plomb n’est pas exclu, vu la présence de séries d’objets en fer (treize pointes coniques de même type), des scories de fer, essentiellement de laitier et d’un lingot, et de coulure de plomb. Il peut s'agir d'une activité métallurgique complète, à partir de minerai, mais plutôt du témoignage d’une simple forge employée à la refonte d'objets usés. Cette production peut être liée à l'activité agricole (entretien, transformation d'outils) mais aussi à une production plus normalisée, voire commerciale si on tient compte de la série de treize pointes.

44L’abondance de ces éléments conduit à supposer que cette activité métallurgique n’était pas destinée aux seuls besoins de la villa mais sans doute à des échanges ou à une commercialisation. Deux observations peuvent être formulées : d’une part, la possible spécialisation des cellules de la pars rustica, d’autre part, la très vraisemblable complémentarité entre le faire-valoir agricole et la production d’objets manufacturés dans le cadre d’un riche domaine qui peut dès lors apparaître comme une unité économique complexe. Il se peut aussi que cette situation soit anecdotique dans la longue durée du fonctionnement de la villa, et, en tout état de cause, les données chronologiques sont délicates à utiliser.

1.6. Les techniques architecturales (fig. 19)

45L'architecture des bâtiments mis au jour à Beynost se caractérise par des fondations dont la trame est rigoureusement orthonormée (orientation N 27° W). Les niveaux de circulation sont rarement conservés ; seuls subsistent, dans certains bâtiments, des radiers ou hérissons de sols en galets qui ont pu recevoir soit une finition de mortier, soit une chape de terre battue.

  • 4  Le tuf, roche poreuse tendre de couleur claire qui affleure par endroits sur la Côtière, résulte d (...)

46Le mur d'enceinte de la pars urbana présente encore quelques éléments de tuf en élévation. Ces murs, constitués de deux à trois assises en galets de quartzite ou en moellons de tuf 4 liés par un rare mortier, sont le plus fréquemment larges de 30 à 40 cm. Aux grandes divisions de la pars urbana, au porche, aux bains, à la résidence du maître et aux façades des tènements de la pars rustica correspondent des fondations de galets sans blocs intercalés, d'une largeur comparable, sinon supérieure. Ces fondations « larges » suggèrent une élévation entièrement maçonnée.

47À côté de ces fondations « larges », des solins étroits présentent de place en place un bloc ou un gros galet qui correspondent assurément à la descente des charges d'une élévation à armature de bois. En général, les élévations à structures charpentées et leurs matériaux de garniture (torchis, terre) nécessitent un contreventement, à la différence des élévations « en dur » dont la masse assure la résistance aux efforts latéraux. C'est pourquoi ce dispositif est, sauf cas exceptionnel, réservé aux espaces ceinturés, probablement couverts, et à vocation domestique. On soulignera aussi que de nombreux grands clous certainement issus des charpentes et armatures de bois proviennent des niveaux de démolition des bâtiments. Rappelons également ici la particularité des galets brisés en parement de fondation évoquée sur le bâtiment H.

Fig. 19. Modes de construction et proposition d’organisation spatiale (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).

2. Organisation spatiale de la villa (fig. 19)

2.1. Chronologie et évolution et du bâti

48La fouille du site des Grandes Terres a donc permis d’établir le plan d’une vaste villa gallo-romaine comprenant une partie importante de sa pars urbana et une aile de la pars rustica.

  • 5  L'occupation de la pars urbana au ier s. est soulignée par trois monnaies de ce siècle. Les autres (...)

49Une chronologie générale de l'occupation du site a pu être établie grâce à l'étude du mobilier (monnaies et céramique) et aux indices émanant des techniques architecturales. Le mobilier céramique et les monnaies5 permettent de proposer une fondation de la villa aux alentours du deuxième quart du Ier s. ap. J.-C. La pars urbana est occupée d'une façon incontestable jusqu'au début du IIe s ; cependant, alors que cette partie résidentielle connaît une désaffection à cette période, la pars rustica continue de fonctionnerau moins jusque dans le IVe s.

50La désaffection de la pars urbana, dès le début du IIe s., entraîne quelques interrogations. Cet abandon peut paraître surprenant, mais l'absence de mobilier postérieur à cette période sur la partie résidentielle constitue à nos yeux une preuve suffisante pour émettre cette hypothèse, d'autant que la pars rustica a fourni un registre de céramiques et de monnaies conséquentes datées des IIe, IIIe et IVe s. Il est clair, en tous cas, que la pars urbana est affectée au début du IIe s. par un profond changement : abandon total oupartiel, destruction volontaire ou ruine progressive, fréquentation intermittente. L'abandon de la pars urbana ne signifie pas forcément sa disparition ; on peut en effet envisager sa reconstruction pour des raisons de confort ou de salubrité à l'écart des secteurs affectés au faire valoir. Pour expliquer ce phénomène, on peut aussi évoquer la désaffection des résidences rurales pour un retour à la ville ou des regroupements fonciers.

51L'ensemble de la villa s'organise donc autour d'un grand espace central vierge de construction bordé à l'ouest par la partie résidentielle comprise dans une enceinte, et au nord par la rangée de bâtiments de la pars rustica. La villa est limitée au nord par un grand fossé qui a fonctionné, en eau, pendant la majeure partie de l'occupation.

52À partir des données archéologiques enregistrées sur le terrain, le champ des hypothèses de restitution est particulièrement vaste, d’autant que les destructions du côté sud et la limite des investigations à l'ouest nous privent d'une vision d'ensemble de l'établissement antique.

53À l'est et à l'ouest, il est donc délicat d'appréhender le plan initial de la villa, mais l'hypothèse d'un plan général en U ou à cour centrale est envisageable. En effet, une aile symétrique à l'aile nord de la pars rustica a pu exister au sud ; une telle configuration est compatible avec la topographie, même si elle a pu nécessiter un soutènement au niveau du rebord de la terrasse. De plus, certains équipements font défaut parmi les vestiges mis au jour, comme par exemple, les installations nécessaires au traitement et à la conservation des récoltes. Cependant, si l’organisation de la pars urbana semble se dessiner sur un bon quart nord-est, il faut souligner que le nombre et la superficie des espaces considérés comme non couverts (I6, J1, H6, G3, F2 et F3) incitent à s'interroger sur leur fonction et que l'espace proprement résidentiel a pu connaître des développements vers l’ouest. L'espace enclos par le mur à pilastres, dont nous ignorons en tout cas la profondeur, a pu donc comprendre d'autres équipements.

54Au niveau de la pars rustica et de l'esplanade, l'accès principal n'est pas connu et on ne peut exclure qu'il ait pu être latéral et s'accompagner d'un dispositif complexe d’entrée.

55Enfin, la restitution des architectures pose des questions d'ordre divers. Les fondations « larges » sont de peu d'utilité pour juger des élévations. En revanche, les maçonneries qui présentent des points de descente des charges dans un système de structure charpentée, et dans certains cas les agrandissements périphériques des bâtiments de l'aile de la pars rustica, se prêtent mieux à une analyse fonctionnelle et volumétrique.

56La villa des Grandes Terres se caractérise en tout cas par un agencement gradué des espaces et une ostentation de l'architecture qui va jusqu'à doter les bâtiments de la pars rustica d'une sorte de masque monumental aux façades donnant sur l’esplanade. Il s'agit d'un programme ambitieux, marqué à la fois par l'organisation d'un espace privé probablement fastueux pour le propriétaire et sa famille et l'installation de bâtiments stéréotypés pour au moins une partie du personnel du domaine. L'ampleur du développement architectural indique le projet d'un personnage important faisant appel à des corps de métiers spécialisés.

2.2. Analyse et comparaisons (fig. 20)

57Le plan de la villa de Beynost fait référence à celui de certains établissements ruraux fouillés sur le territoire des Trois Gaules, même si le corpus est restreint pour une création à l'époque tibéro-claudienne. Pour la région, la villa toute proche des Vernes à La Boisse (fig. 20), située à 3,5 km à l’est du site des Grandes Terres (Vicherd, 1982), présente d'incontestables affinités, tant dans les dispositions de la pars urbana que dans les techniques architecturales : système de double cour avec porche monumental, accès aux bains par la première cour, vastes espaces d'agréments, élévations en tuf. La période d’occupation de la pars urbana de la villa de la Boisse est la même que celle de Beynost avec une fondation au cours du premier tiers du Ier s. ap. J.-C. et un abandon à la fin de celui-ci. Cependant, à La Boisse, la pars rustica n'a pas été développée à l'avant du porche d'entrée.

58Située à 30 km au sud-est de Beynost, la villa du Vernai, à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), fait également partie des quelques grands établissements antiques fouillés dans le nord de la région Rhône-Alpes. Une très grande villa y a été reconstruite au début du Ier s. ap. J.-C., elle succède à une ferme laténienne et une première villa augustéenne (Royet, 2006). D’une superficie de 13 ha, elle est close par un mur d’enceinte sur trois côtés, un canal de drainage délimitant le côté nord-ouest. À l’origine, la partie résidentielle de cette villa était entourée par son propre mur de clôture. Des bâtiments de la pars rustica ont été fouillés et surtout repérés par photos aériennes principalement à proximité d’une rivière qui traverse le domaine de la villa en son centre (fig. 20).

59À Meyzieu (Rhône), juste à l’est de Lyon, la villa de la Dent (Monnier, 1990), bien que partiellement fouillée, présente un plan régulier avec un corps de bâtiment central et deux ailes qui rappelle l’organisation architecturale de Beynost (fig. 20).

Fig. 20. Plans de villae : éléments de comparaison (DAO : B. Rambault).

60Parmi les villae fouillées dans la région Rhône-Alpes, on recense de grands établissements organisés autour d'un espace central. On peut évoquer la villa du Landéron à Montréal-la-Cluse (Ain) située dans le Haut-Bugey, près de Nantua (Motte, 1996) ; elle montre une pars urbana au plan complexe édifiée en limite d’un espace central bordé de bâtiments de la pars rustica (fig. 20). En Haute-Savoie, sur le site des Thovey, à Faverges, les bâtiments s'ordonnent autour d'une grande cour à portique (Piccamiglio, 1983). À Saint-Paul-lès-Romans (Drôme), la villa des « Mirgauds » (Vignard, 1968) montre un plan compact de bâtiments disposés autour d'une grande cour avec portique. En Auvergne, dans le Puy-de-Dôme, la villa de Champ Madame à Beaumont a été construite vers 70-100 de notre ère (Alfonso, Blaizot, 2004). D’une superficie d’environ 2 ha, elle est délimité par un mur d’enceinte et présente un bâtiment résidentiel dans la partie ouest et des bâtiments annexes en bordure des murs d’enclos au nord et au sud, de part et d’autre d’une grande cour centrale (fig. 20).

61En dehors du cadre régional, c'est le thème de la grande villa en « U », c'est-à-dire à vaste esplanade frontale bordée des bâtiments de la pars rustica, qu'il faut évoquer. Ce type d'établissement rural est bien connu dans la Gaule (Ferdière, 1988) et les principaux exemples de référence sont Chiragan (Haute-Garonne), Le Mesge et Estrée-sur-Noye (Somme, fig. 20), Levet (Cher), Echternach au Luxembourg, Anthée en Belgique ou Neftenbach en Suisse (fig. 20).

62En revanche, l'économie de la pars rustica n'offre généralement pas les mêmes facilités d'analyse que dans le cas de Beynost et il est bien délicat de départir les espaces qui correspondent au logement du personnel de ceux qui sont affectés à transformer et à conserver les produits de l'exploitation. La villa du Vieux Domaine à Vierzon(Cher) montre un bâtiment destiné au logement du personnel (Salé, 2000), mais dans une configuration générale mal connue. Dans la phase tibéro-claudienne de la villa de la Bufosse à Verneuil-en-Halatte (Oise) (Collart, 1996, fig. 3, n° 3), les édifices de la cour paraissent s'inscrire dans des parcelles plus ou moins régulières délimitées par des fossés. La villa du Marais à Famechon (Somme) présente aussi, au milieu du Ier s., quelques petits bâtiments alignés dont le plan de base semble identique (Collart, 1996, fig. 12).

Conclusion

63La fouille de la villa antique des Grandes Terres à Beynost a permis d'établir le plan et la chronologie de la pars urbana et d'une aile de la pars rustica d'un vaste établissement rural. Cette dernière présente un plan original en tènements réguliers et clos, comportant chacun un même petit bâtiment centré en façade. La fondation de l'ensemble est attribuée à l'époque tibérienne, mais la partie résidentielle paraît connaître une désaffection dès la fin du Ier s., alors que la pars rustica fonctionne au moins jusque dans le courant du IVe s. et livre d'assez nombreux indices d'artisanat (métallurgie, tissage) datables du Bas-Empire.

64Cela suscite des interrogations sur l'évolution de la vie rurale et la présence des notables sur leurs domaines fonciers tout au long du Haut et Bas-Empire. L'exemple proche de la villa des Vernes à La Boisse, aux caractéristiques architecturales (pour la pars urbana) et chronologiques comparables, semble s'inscrire dans une évolution similaire. En tout état de cause, la période post-flavienne parait bien correspondre dans la région à une période de mutation de l'organisation rurale.

65La proximité de Lugdunum, pour ces deux sites, est sans doute à prendre en considération, les élites ayant pu préférer la ville à leurs domaines ruraux.

66Le travail métallurgique est caractérisé pour le bronze et le fer, accessoirement pour le plomb. Satisfait-il alors des besoins directement liés au fonctionnement de la villa ? Les moyens déployés pour la mise en œuvre de cet artisanat ne semblent pas très conséquents ; ils n'ont en tout cas laissé que des traces ténues. La datation du Bas-Empire pour ces fosses, grâce à un mobilier céramique homogène, pourrait signifier que la métallurgie fut une activité plutôt tardive.

67La conception et la réalisation architecturales indiquent l'intervention de corps de métiers dont on peut penser que leur champ d'exercice n'est pas exclusivement local. Le décor de marbre et les peintures des thermes dénotent la volonté d'exposer les signes d'une opulence économique et d'un rang social élevé.

Haut de page

Bibliographie

Agache R., 1978, La Somme pré-romaine et romaine, d’après les prospections aériennes à basse altitude, Amiens, 515 p. (Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, 24).

Alfonso G., Blaizot F., 2004, La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme) : habitat et ensemble funéraire de nourrissons, Lyon, Ass. pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes, 288 p. (D.A.R.A., 27).

Buisson A., 1990, L'Ain, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 192 p. (Carte archéologique de la Gaule, 01).

Collart J.-L., 1996, « La naissance de la villa en Picardie : la ferme gallo-romaine précoce », in : Bayard D., Collart J.-L. éd., De la ferme indigène à la villa gallo-romaine : la romanisation des campagnes de la Gaule, Actes du 2ème colloque de l’association AGER, Amiens, sept. 1993, p. 121-156 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 11-1996).

Desbat A., 1999, « Pots horticoles antiques de Lyon et de Vienne » R.A.E., t. 48-1997, p. 311-318.

Ferdière A., 1988, Les campagnes en Gaule romaine. Tome I : Les hommes et l'environnement en Gaule rurale (52 av.-486 ap. J.-C.), Paris, éd. Errance, 301 p. (Coll. des Hespérides).

Gaillard J.-M., 2002, L’artisanat du bronze dans la villa antique des Grandes Terres à Beynost (Ain), Maitrise d’archéologie sous la dir. de J.-C. Béal, Lyon, Université Lumière Lyon 2.

Le Nezet-Celestin M., 1999, Beynost, ZAC des Grandes Terres : évaluation archéologique (tranches A et B), AFAN, Lyon, SRA Rhône-Alpes.

Monnier J., 1990, La Dent, site gallo-romain à Meyzieu (Rhône), Lyon, 186 p. (Coll. du Centre d’Études Romaines et Gallo-Romaines, Nelle série, n° 8).

Motte S., 1992, Le site des Grandes Croix à Beynost (Ain), Rapport n° XIV, Archéologie préventive sur le tracé du TGV Rhône-Alpes, DAH Rhône-Alpes, avril 1992, 132 p.

Motte S., 1994, Méximieux (Ain) : fouilles de la place Giraud, D.F.S. inédit, AFAN, Lyon, SRA Rhône-Alpes, 20 p.

Motte S., 1996, Montréal-La Cluse (Ain), Le Landéron, D.F.S. inédit, AFAN, Lyon, SRA Rhône-Alpes, 50 p.

Motte S., 2000, Beynost (Ain) : ZAC des Grandes Terres, D.F.S., AFAN, Lyon, SRA Rhône-Alpes, 95 p., 58 fig.

Paunier D., 1996, « La romanisation des campagnes : un état des recherches en Suisse », in : Bayard D., Collart J.-L. éd., De la ferme indigène à la villa gallo-romaine : la romanisation des campagnes de la Gaule, Actes du 2ème colloque de l’association AGER, Amiens, sept. 1993, p. 261-270 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 11-1996).

Piccamiglio A., 1983, « La Villa du Thovey », Bull. d'Histoire et d'Archéologie de la Société des Amis du Viuz, n° 23, Faverges.

Royet R., dir., Berger J.-F., Laroche C., Royet E., Argant J., Bernigaud N., Bouby L., Bui Thi M., Forest V., Lopez-Saez A. 2006, « Les mutations d’un domaine de La Tène au haut Moyen Âge : Le Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) », Gallia, 63, Paris, CNRS Éditions, p. 283-325.

Salé Ph., 2000, « La pars rustica de la villa du ‘Vieux Domaine’ (Cher) : un exemple de logement pour ouvriers agricoles ? », Revue Archéologique de Centre, t. 38-1999, p. 207-222.

Vicherd G., Baudrand M.-N., 1982, « Fouilles récentes à La Boisse (Ain), du Bronze final au Bas-Empire », R.A.E., t. 23, fasc. 2-3-4, avril-déc. 1982, p. 366-367.

Vignard M., 1968, « Informations archéologiques : Saint-Paul-lès-Romans », Gallia, t. XXVI, fasc. 2, p. 594-595.

Haut de page

Notes

1  Étude géomorphologique du site réalisée par A. Vérot-Bourrély, INRAP (Motte, 2000).

2  Étude de la céramique du site réalisée par C. Bonnet, INRAP (Motte, 2000).

3  Ce mobilier a fait l’objet d’un mémoire de maîtrise, Université Lyon II (Gaillard, 2002).

4  Le tuf, roche poreuse tendre de couleur claire qui affleure par endroits sur la Côtière, résulte de la précipitation de carbonate de calcium au débouché de sources ou en aval de chutes d’eau. Facile à tailler et léger, le tuf a été exploité, par exemple, pour la construction des bâtiments gallo-romains du site de la place Giraud à Meximieux (Ain) (Motte, 1994), ou pour les élévations de la villa toute proche des Vernes à La Boisse (Vicherd, Baudrand, 1982).

5  L'occupation de la pars urbana au ier s. est soulignée par trois monnaies de ce siècle. Les autres monnaies antiques sont issues de la pars rustica et couvrent l'occupation du ier au ive s. avec trois exemplaires du ier s., deux du iie s., cinq du iiie s. et dix du ive s. La plupart des monnaies des niveaux d'abandon confirment la chronologie établie d'après l'étude céramologique. L’étude des monnaies du site a été réalisée par C. Cécillon, INRAP (Motte, 2000).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site dans la région (DAO : F. Vaireaux, B. Rambault).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2. Plan général des vestiges (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux, B. Rambault).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3. Pars urbana : thermes et porche d’entrée (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4. Pars urbana : le porche d’entrée, vu du sud (cliché AFAN).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 5. Pars urbana : bâtiment résidentiel (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux, B. Rambault).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 6. Pars urbana : bâtiment résidentiel : le bassin (cliché : AFAN).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 7. Pars urbana : pots horticoles (dessin : C. Plantevin - DAO : B. Rambault).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 8. Pars urbana : espaces de services (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux, B. Rambault).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 9. Pars urbana : espaces de services, pièce H5, vue du sud-est (cliché : AFAN).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 10. Pars rustica : bâtiment A (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 11. Pars rustica : bâtiment A, foyer et vase en place (cliché : AFAN).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 12. Pars rustica : bâtiment B (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 13. Pars rustica : bâtiment B, statuette en bronze de Mercure (cliché : AFAN).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 14. Pars rustica : bâtiment C (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 15. Pars rustica : bâtiment C, vu de l’ouest (cliché : AFAN).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 16. Pars rustica : bâtiment D (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 17. Pars rustica : bâtiment B, cuiller et clochette en bronze (cliché : AFAN).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 18. Pars rustica : mobilier de bronze.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 19. Modes de construction et proposition d’organisation spatiale (dessin : C. Plantevin - DAO : F. Vaireaux).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 20. Plans de villae : éléments de comparaison (DAO : B. Rambault).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/3283/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Motte, Georges Vicherd, Catherine Plantevin et Brigitte Rambault, « La villa des Grandes Terres à Beynost (Ain) : organisation spatiale et techniques de construction », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, 267-288.

Référence électronique

Sylvain Motte, Georges Vicherd, Catherine Plantevin et Brigitte Rambault, « La villa des Grandes Terres à Beynost (Ain) : organisation spatiale et techniques de construction », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 57 | 2008, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rae.revues.org/3283

Haut de page

Auteurs

Sylvain Motte

Chargé d'études (INRAP Rhône-Alpes/Auvergne), responsable de la fouille de sauvetage programmée, 537 rue du Vieux Château, 69250 Montanay.

Articles du même auteur

Georges Vicherd

Ingénieur d'études au Service régional de l'archéologie de Martinique, 16 avenue Condorcet, 97200 Fort de France.

Catherine Plantevin

INRAP Rhône-Alpes/Auvergne, 12 rue Maggiorini, 69500 Bron

Articles du même auteur

Brigitte Rambault

INRAP Rhône-Alpes/Auvergne, 12 rue Maggiorini, 69500 Bron

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page