Navigation – Plan du site
Notes et documents
David Billoin, Henri Gaillard de Sémainville et Éric Michon

Découverte d’une plaque-boucle mérovingienne à motif chrétien à Marchaux (Doubs)

Résumés

Une plaque-boucle mérovingienne de type D a été découverte en 2004 à Marchaux (Doubs). Elle s’intègre à une série de quatre plaques-boucles portant un décor de six personnages dont aucune identification satisfaisante n’a été proposée à ce jour. Le rapprochement de ce décor avec des scènes sculptées s’échelonnant de l’époque paléochrétienne aux débuts de l’art roman nous conduit à avancer l’hypothèse d’une représentation d’apôtres.

A merovingian type D plate buckle was discovered in 2004 at Marchaux (Doubs). It belongs to a series of four buckles which depict six figures for which no satisfactory identification has yet been found. The similarity of this type of decoration with palaeochristian sculpted scenes from early Romanesque art supports the hypothesis that the plate buckle figures are apostles.

2004 wurde in Marchaux (Doubs) eine merowingische Gürtelschnalle des Typs D entdeckt. Sie gehört zu einer Reihe von vier Gürtelschnallen, auf denen eine bis heute nicht zufrieden stellend identifizierte Gruppe von sechs Personen dargestellt ist. Der Vergleich dieses Dekors mit figürlichen Themen aus der Bildhauerei, die von der frühchristlichen Zeit bis zu den Anfängen der romanischen Kunst behandelt wurden, legt die Vermutung nahe, dass es sich um eine Darstellung der Apostel handelt.

Texte intégral

1Cet objet a été recueilli à l’occasion d’un diagnostic archéologique réalisé en novembre 2004, sous la responsabilité de l’un d’entre nous (É. M. ; Michon, Cayrol, 2004), rue de la Comtesse à Marchaux (département du Doubs), chef-lieu de canton situé à 10 kilomètres au nord-est de Besançon.

  • 1  D’après une note manuscrite du 24 septembre 1976 prise par Yves Jeannin, à partir du « livre de la (...)
  • 2  Par M. Jeanneret, lors de la plantation d’arbustes en bordure de sa propriété, découverte rapporté (...)

2L’existence d’une nécropole mérovingienne en ce lieu est connue depuis longtemps puisque l’abbé Fusenot, curé de Marchaux de 1866 à 1892, la signale déjà, à une distance de 250 m de l’église1. Cette information est complétée en 1976, lors de la découverte fortuite d’un sarcophage dans cette même rue de la Comtesse2. En 1989, la fouille d’une occupation antique dans le centre du village, rue Amagné, à 300 m de l’emprise connue de la nécropole, a par ailleurs livré une boucle d’oreille à pendant polyédrique attribuée au VIIe siècle (renseignement oral de Christophe Card).

3Cette occupation du haut Moyen Âge n’étonne pas puisque Marchaux est mentionné en 927, sous la forme in Marcaleo, lors d’une donation de biens à l’archevêque de Besançon, et possède une église placée sous le vocable de saint Martin (Pasquier, 1986). La commune est traversée par la voie romaine principale Besançon-Mandeure, approximativement située à l’emplacement de l’actuelle route départementale n° 486 (Joan, 2003, p. 357).

  • 3  Nous remercions vivement tous ceux qui nous ont apporté leur aide, notamment en nous fournissant d (...)

4Ouvertes sur la parcelle jouxtant la découverte de 1976, les tranchées de sondage ont permis la mise au jour de plusieurs sépultures sur le point haut du versant nord du village actuel (Michon, Cayrol, 2004). D’orientation nord-sud et alignées sur la ligne de crête, ces sépultures comprennent des inhumations « en pleine terre » et d’autres en coffrages – de dalles calcaires de chant, à murets en pierres sèches ou de construction mixte – couverts de grandes dalles. Seule une de ces tombes a livré un mobilier en place, sous la forme d’une boucle d’oreille constituée d’un simple fil de bronze. Un ferret en bronze et la garniture de ceinture qui fait l’objet de cette présentation ont malheureusement été recueillis dans les remblais provenant de sépultures bouleversées3.

Description(fig. 1 et 2)

5Il s’agit d’une garniture de ceinture en alliage cuivreux à la surface étamée, que la forme de sa plaque permet de rattacher au type D (Moosbrugger-Leu, 1971 ; ou « groupe » D, si l’on suit M. Martin : Martin, 1991a, p. 40, note 22). Complète, en bon état de conservation, elle a, dans sa position actuelle (à noter que la boucle est un peu repliée), une longueur de 11,2 cm, boucle et ardillon compris, et son poids est de 94,9 g après restauration ; la plaque, pour sa part, a une longueur de 8,3 cm (tenons non compris) pour une largeur allant de 4,9 à 5,3 cm (elle est très légèrement trapézoïdale comme c’est souvent le cas pour ce type de plaque-boucle). La boucle, l’ardillon et la plaque s’articulent d’une manière habituelle pour les garnitures de ceinture de cette catégorie : des tenons perforés - quatre pour la plaque, deux pour la boucle et un pour l’ardillon - constituent une charnière traversée par une broche en fer en partie conservée. La plaque est par ailleurs munie, au revers, de quatre autres tenons perforés placés près des angles, pour la fixation à la ceinture (fig. 2). Ces trois éléments - boucle, ardillon et plaque, y compris leurs tenons - ont été moulés, puis leur décor complété par gravure et martelage (ocelles et pointillés, notamment).

6La boucle, rectangulaire, est ornée sur trois de ses côtés de marches d’escalier pointillées et sur le quatrième, ainsi que sur les tenons, de cercles ponctués « enchaînés ». La pointe de l’ardillon présente des stries transversales. Sa base « scutiforme » porte la représentation stylisée d’un visage humain : ocelles pour les yeux, U allongé pour le nez, trait horizontal pour la bouche ; une barbe et ce qui évoque au premier abord une chevelure hirsute - sans doute plutôt une coiffure radiée (cf. infra) - sont clairement figurés, tandis que le pourtour de la face et l’axe du nez sont soulignés par un pointillé. Une sorte de bandeau entoure la plus grande partie du visage, en particulier le haut, où il s’élargit et comporte des stries parallèles à l’opposé des « cheveux » et en quinconce par rapport à ceux-ci.
Le décor de la plaque est constitué par six personnages qui se détachent en très léger relief sur un fond non ajouré, à l’intérieur d’un encadrement orné, sur deux des côtés (en bas et à l’extrémité distale), d’une frise de marches d’escalier pointillées identiques à celles de la boucle ; à la partie supérieure, on a une série de sept doubles traits dessinant des arcs de cercle entre les têtes, au sommet desquelles ils paraissent s’appuyer par l’intermédiaire de deux autres traits horizontaux, les écoinçons étant marqués de trois points symétriquement disposés.

7Les personnages sont debout côte à côte, de face, dans une position de stricte frontalité, les jambes relativement écartées et les pieds dirigés vers l’extérieur, de part et d’autre d’un cercle ponctué. Leurs visages ovales ont des traits - yeux, nez et bouche - stylisés de manière analogue à ceux du visage de l’ardillon. Tous sont vêtus d’une tunique courte portant un décor de bandes verticales et horizontales (ces dernières évoquant une ceinture), de pointillés et, pour deux d’entre eux, de hachures. Les bras ne sont pas clairement représentés, mais un bandeau marqué d’ocelles, qui réunit les personnages au niveau du haut du tronc, suggère qu’ils pouvaient se tenir par les épaules. La présence d’un bandeau identique reliant le bas des tuniques, qui ne paraît se justifier dans ce cas par aucune logique anatomique ou vestimentaire, incite toutefois à se demander si cette caractéristique ne s’expliquerait pas plutôt par une raison technique : certaines plaques de la même série étant ajourées (cf. infra), on aurait pu avoir besoin, pour les renforcer, de ces bandeaux, qui auraient été ensuite figurés par mimétisme sur une pièce non ajourée, où leur utilité est évidemment nulle.
Si l’impression générale est celle d’une répétition de figurations identiques, un examen attentif de l’ornementation des vêtements permet de rapprocher deux par deux les personnages, dans une disposition symétrique, dont on sait qu’elle était appréciée des artisans du haut Moyen Âge, particulièrement pour le décor des plaques-boucles. Les deux individus du centre sont même un peu plus grands que les autres, comme si on avait voulu les mettre en valeur.

Comparaisons, datation

8Cette pièce fait partie du groupe dit de Niederwangen (Leuch-Bartels, 1996, p. 126), un groupe peu représenté à ce jour, puisqu’il ne compte que quatre exemplaires connus, provenant d’un assez vaste territoire du nord de la Burgondie (fig. 3). Outre Marchaux, les découvertes, toutes anciennes, sont les suivantes (fig. 4) :

9- Köniz (canton de Berne), cimetière de Niederwangen, tombe 22 (mobilier unique) ; Bernisches Historisches Museum, inv. 26 495 (Kühn, 1953, n° 40) ;
- Lussy (canton de Fribourg) ; musée de Fribourg, inv. 5 891 (Kühn, 1953, n° 36) ;
- Musée d’Auxerre (Yonne), inv. 870.74.1 (Kühn, 1953, n° 35) ; la provenance exacte est inconnue : l’objet figurait dans le catalogue de 1870 (sous le n° 47bis), sans indication de provenance ; l’Auxerrois est néanmoins probable car les objets de provenance connue, collectés par Chérest, le donateur de cette plaque, venaient tous des environs d’Auxerre (renseignements fournis par M. Amourette, du musée d’Auxerre).

10Les quatre pièces offrent plusieurs caractères communs, outre naturellement leur décor de six personnages. Les dimensions, tout d’abord, sont très comparables : les plaques ont une longueur, tenons non compris, qui va de 7,8 (Lussy) à 8,8 cm (Auxerre), et une largeur maximale de 5 (Lussy) à 5,6 cm (Auxerre). Les trois boucles conservées sont de forme rectangulaire et leurs ardillons, bien que présentant des différences dans leur morphologie et dans leur décor, sont à large base. Les charnières sont identiques.

11C’est principalement sur ces caractères que peut se fonder la datation de ces quatre plaques-boucles. En effet, soit leur contexte précis de découverte est inconnu (c’est le cas notamment de la pièce de Marchaux), soit, comme cela se produit très souvent avec les garnitures de type D, il n’y a pas d’autre mobilier funéraire dans la tombe (cas de la découverte de Köniz-Niederwangen). En se référant aux typologies établies par Max Martin (notamment Martin, 1971, p. 37, 1988 et 1991b), on est amené à proposer une datation aux alentours de 600 ou au début du VIIe siècle. En ce qui concerne plus particulièrement la pièce de Marchaux, on peut souligner en outre que deux de ses caractéristiques suggèrent un rapprochement avec les plaques-boucles damasquinées du premier tiers du VIIe siècle : la forme de la base de l’ardillon et le décor de bandes pointillées en marches d’escalier (à rapprocher des entrelacs pointillés si fréquents dans la damasquinure de cette époque). On peut remarquer par ailleurs les frises d’entrelacs se terminant en têtes animales de la plaque de Lussy, qui se retrouvent également dans le même contexte. La sériation établie par Katrin Leuch-Bartels (Leuch-Bartels, 1996, p. 128-129) la conduit du reste à une datation très proche pour ce type (fin VIe-début VIIe siècle).

12Les différences dans les motifs sont également intéressantes à prendre en compte. On constate une certaine diversité de traitement du décor qui reflète sans doute une production initialement assez abondante et variée dont nous n’avons pour le moment qu’un petit aperçu avec ces quatre pièces. On ne peut qu’amorcer une typologie, en distinguant tout d’abord les plaques ajourées (Lussy et Auxerre) des deux autres. On remarque par ailleurs que sur les deux premières, les espaces entre les troncs ainsi qu’entre les jambes ont une forme très arrondie, avec, notamment pour la pièce de Lussy, un développement très exagéré de ces espaces au détriment des corps. Mais la plaque de Köniz-Niederwangen, non ajourée, présente la même caractéristique et celle de Marchaux est donc la seule à avoir des compartiments en creux quadrangulaires. En revanche, les deux plaques non ajourées ont en commun la présence, au-dessus des têtes, d’arcades, plus lisibles sur celle de Marchaux.

13Dans une série d’une qualité certes médiocre, celle-ci apparaît en fait comme la plus riche en détails, avec celle de Lussy. Il est intéressant en particulier de noter la manière originale dont sont représentées les têtes sur cette dernière (la seule, par ailleurs, sur laquelle il n’y ait pas d’ocelles) : elles paraissent être pourvues de barbes, tandis qu’un arc de cercle les surmonte ; le personnage de gauche semble pour sa part bénéficier d’un traitement un peu particulier, dans sa silhouette comme par la présence d’une sorte de moustache. Il se pourrait également que le même personnage ait été traité un peu différemment des autres sur les pièces de Köniz-Niederwangen et d’Auxerre, mais c’est beaucoup plus discutable, notamment pour la seconde, dont la qualité d’exécution est vraiment très mauvaise. Dans le même ordre d’idée, on remarquera enfin, à la suite de P. Bouffard (Bouffard, 1945, p. 75), que les têtes des deux personnages de droite sont reliées entre elles sur les pièces d’Auxerre et de Lussy.
La prise en compte de certains de ces détails permet de proposer une hypothèse concernant l’interprétation de cette scène.

Interprétation

14La seule interprétation qui ait été proposée à ce jour (notamment dans Kühn, 1953, et dans Salin, 1959, p. 302) consiste à considérer ces six personnages comme des orants. C’est, il est vrai, une hypothèse tentante pour une époque pendant laquelle, effectivement, le thème de l’orant est populaire dans les arts mineurs. Mais elle n’est pas satisfaisante car elle ne repose sur aucun argument (la position des bras, si tant est qu’ils soient réellement figurés, n’a rien a voir avec l’attitude habituelle des orants) et on a donc le sentiment qu’il s’agit d’une solution de facilité, faute de mieux. D’autres auteurs (en particulier Bouffard, 1945, p. 75-76, Martin, 1992, p. 165-166, ou Poulain, 2004, p. 760-765) préfèrent adopter une attitude plus prudente et ne pas se prononcer sur la nature de cette scène, sans toutefois aller jusqu’à considérer, comme M. Besson (Besson, 1909, p. 102-103), qu’il pouvait s’agir de simples motifs purement décoratifs.

15Dans cette recherche, deux points retiennent surtout l’attention : les arcades et le nombre de personnages.
Présentes sur deux plaques, et particulièrement nettes sur celle de Marchaux, ces arcades surmontant des personnages sont à rapprocher de nombreuses figurations antérieures ou contemporaines, mais également postérieures, sur des supports et dans des contextes variés (tissus, pyxides en ivoire, châsses, reliquaires, sarcophages et autres ouvrages sculptés, mosaïques…), mais fréquemment à caractère religieux. Ce recours à la représentation d’une architecture monumentale étant généralement destiné à donner plus de solennité à la scène et à mettre en valeur les personnages, il n’est pas étonnant qu’il s’agisse souvent du Christ, de saints ou d’apôtres (cf. infra, fig. 6 et 8).

16Ce procédé a, selon nous, été également employé sur d’autres plaques-boucles d’époque mérovingienne, provenant, comme la série qui nous intéresse, du nord de la Burgondie. C’est le cas en particulier de deux plaques sur lesquelles sont représentés deux personnages aux bras levés et aux doigts entrecroisés devant ce qui paraît être une colonne soutenant deux arcades (fig. 5) ; l’une, découverte anciennement et de provenance inconnue, est conservée au musée de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire ; Surigny, 1853, pl. 18, 1), l’autre a été récemment mise au jour dans le cimetière de Largillay (Jura ; Billoin, 2002, p. 38-40 ; 2004, p. 21). Ce type a donné lieu à une étude de Max Martin (Martin, 1992). On peut également se demander si les sortes d’oves qui surmontent les personnages d’un autre type de plaque-boucle régionale à trois orants - le type Lutry de Leuch-Bartels, 1996 : pièces suisses de Lutry et de Sévery (Bouffard, 1945, pl. XXVI, 1 et 2) - ne sont pas la traduction déformée (mal comprise ?) de ce même dispositif.

17Certes, les arcades de la plaque de Marchaux prennent appui sur les têtes des personnages (comme s’il s’agissait de caryatides…) et non sur des colonnes ; mais cela ne paraît pas en contradiction avec cette interprétation : la place manquant pour figurer les colonnes, on aurait eu recours à cette très libre adaptation, dont l’art populaire mérovingien offre d’autres exemples comparables.

18Quant aux personnages, le fait qu’ils soient six et qu’on ne connaisse, par exemple, aucune plaque-boucle qui en porte cinq (malgré la place réduite qui obligeait à les serrer…) ou sept montre que ce nombre n’a rien de fortuit et confirme qu’il ne peut s’agir de banals orants. D’une manière générale, ce que l’on sait par ailleurs de la production de garnitures de ceinture mérovingiennes à décor figuré de type D indique que la plupart des thèmes religieux représentés ont une signification précise et que leur iconographie, malgré des maladresses, des déformations et des incompréhensions fréquentes qui en rendent parfois délicate l’interprétation actuelle, observe de ce fait un minimum de règles.

19Dans le cas présent, l’Ancien et le Nouveau Testament ne nous paraissent offrir qu’une identification possible pour ces six hommes (si l’on étend aux autres plaques l’information donnée par les barbes sur la plaque de Lussy), peu ou pas différenciés et juxtaposés dans la même attitude : celle d’une représentation d’apôtres, en l’occurrence de la moitié du collège apostolique.

20Pour étayer cette hypothèse, nous avons la chance de disposer d’une série de sarcophages paléochrétiens, dont le décor sculpté traite de ce thème d’une manière qui permet d’éclairer, de façon convaincante de notre point de vue, la question que posait ce décor. Il s’agit de sarcophages originaires du sud de la Gaule dont la fabrication, pour ceux qui offrent ce type de décor, aurait débuté dans les dernières décennies du IVe siècle (Février, 1991, p. 277). Ils sont décorés, sur une de leurs faces latérales, de sept niches limitées par des colonnes soutenant des arcs en plein cintre ou des frontons triangulaires. La niche centrale est occupée par le Christ, remplacé parfois par un chrisme (sarcophage de Saint-Piat ; Le Blant, 1886, n° 11, pl. II.4), et les autres par des apôtres, soit la totalité, à raison de deux par niche, comme à Lyon (ibid., n° 6, pl. II.2,3) et à Moutiers-Saint-Jean (Côte-d’Or ; fig. 6, d’après Plancher, 1739), soit la moitié : sarcophages de Toulouse, de Narbonne (fig. 6) et de Marseille (Le Blant, 1886, pl. XLI.1,2,3 ; XLII.1,2 ; XLIII.2 ; XI.1).

21Ces sarcophages restant généralement visibles, hors du sol, à l’intérieur d’édifices religieux, on comprend qu’ils aient pu inspirer des réalisations des siècles suivants. Leur diffusion paraît certes avoir été limitée en dehors du Midi (Février, 1991, p. 270), mais elle a visiblement concerné le nord de la Burgondie comme l’atteste la découverte de Moutiers-Saint-Jean. N’oublions pas, d’autre part, que les plaques de type D non seulement reflètent, dans leur forme, un fort attachement aux traditions antiques (Martin, 1971 et 1991a), mais encore que leur production ne s’est certainement pas cantonnée à la Burgondie, comme on le dit trop souvent, et qu’une partie - peut-être même s’agissait-il des prototypes - a certainement été fabriquée dans le sud du pays (Gaillard de Sémainville, 2004, p. 319), là où précisément ces sarcophages étaient les plus nombreux.

22Associant à des arcades six hommes debout côte à côte, l’adaptation qui nous semble avoir été faite de ce thème est certes maladroite, mais finalement pas aussi éloignée du modèle qu’on pourrait le croire au premier abord. C’est ainsi que la figuration de barbes sur la plaque-boucle de Lussy est fidèle à la représentation habituelle de disciples barbus. Sur cette même plaque, les arcs de cercle surmontant les visages évoqueraient peut-être des nimbes (nimbes dont les deux traits surmontant les têtes de la plaque de Marchaux pourraient, pourquoi pas, constituer une déformation). On peut se demander par ailleurs si le fait que, sur plusieurs de ces plaques, un ou deux des personnages se singularise(nt) légèrement par rapport aux autres ne correspond pas à une volonté, plus ou moins bien comprise peut-être, de mettre en valeur un ou deux apôtres, considéré(s) comme plus éminent(s), à l’image de ce que l’on constate sur plusieurs sarcophages avec saint Pierre et saint Paul.

23Quant au Christ, qui n’apparaît plus au centre de la scène (par manque de place ?), nous en verrions volontiers la figuration dans le visage de la base de l’ardillon de la plaque-boucle de Marchaux : barbu, la coiffure radiée, peut-être nimbé (cf. le bandeau qui l’entoure), il fait penser à d’assez nombreuses représentations contemporaines sur plaques ou ardillons (en particulier dans l’actuelle Franche-Comté : voir les exemplaires jurassiens de Maynal, Saint-Maur et Crotenay : Gaillard de Sémainville, Vallet, 1979, fig. 9, nos 5 et 6, fig. 10, n° 1), que l’on a souvent proposé d’identifier comme telles (voir notamment Kühn, 1973, Périn, 1974). La célèbre plaque de Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or) en constitue un exemple incontestable et original (Gaillard de Sémainville, 2004, p. 304-305).

24Il est intéressant de remarquer que l’on connaît une autre plaque-boucle mérovingienne sur laquelle sont incontestablement figurés des apôtres, mais, cette fois, dans le cadre d’une scène précise et clairement identifiable : il s’agit d’une pièce de provenance inconnue, désignée sous le nom de plaque de Leodobodus (du nom de son auteur), et conservée au Römisch-Germanisches Museum de Cologne (Werner, 1990 ; notre fig. 7, d’après sa fig. 7). Fabriquée à la fin de la période (Martin, 1991, p. 284-287), à partir d’une défense de morse, elle représente le lavement des pieds de Pierre par le Christ et l’acclamation par huit autres disciples. Qui plus est, on a fait également à son sujet une comparaison avec le décor de plusieurs sarcophages du Midi de la France (Werner, p. 276 et 279, fig. 3).

25Un dernier rapprochement peut être proposé avec une autre œuvre sculptée, nettement postérieure cette fois. Il s’agit de l’exceptionnel linteau de l’église de Saint-Génis-des-Fontaines, en Roussillon (fig. 8), précisément daté de 1019-1020 par l’inscription qu’il porte (Klein, 1989, p. 124-125). Étudié par de nombreux chercheurs (notamment Klein, 1989 ; Durliat, 1958, p. 76-78 ; Mallet, 2003, p. 259-261), ce linteau représente l’Ascension du Christ, dans une mandorle soulevée par deux anges et encadrée par six hommes nimbés placés sous des arcades outrepassées, qui forment de « véritables gaines pour les six personnages qui y prennent place » (Mallet, 2003), ces personnages étant généralement identifiés comme des apôtres. Un linteau comparable - mais sur lequel les six niches sont occupées par quatre apôtres et deux séraphins - provient d’une église voisine, celle de Saint-André-de-Sorède (Klein, 1990). Les études consacrées à ces sculptures d’un « archaïsme savoureux » (Durliat, 1958, p. 77) ont mis en évidence l’importance des liens qui les unissent à des œuvres antérieures, notamment paléochrétiennes et carolingiennes. La comparaison avec les sarcophages décorés du Christ entouré de six apôtres sous des arcades constitue une nouvelle illustration de la longévité de ce thème, puisque six siècles environ les séparent. Il est évidemment possible que, comme pour les plaques-boucles, l’un de ces sarcophages, alors encore visible, ait pu servir de modèle, peut-être même par l’intermédiaire d’une autre œuvre, un retable par exemple. Si notre identification est la bonne, l’humble pièce de Marchaux constituerait ainsi un modeste jalon dans une longue histoire…

26P. Bouffard (Bouffard, 1945, p. 76) ne désespérait pas qu’une nouvelle trouvaille puisse fournir un jour une clé pour l’interprétation des plaques-boucles à six personnages. La découverte de Marchaux a incontestablement apporté des détails intéressants qui, rapprochés d’autres caractères présentés par les trois pièces déjà connues et comparés à des scènes sculptées s’échelonnant de l’époque paléochrétienne aux débuts de l’art roman, nous paraissent de nature à donner une certaine crédibilité à l’hypothèse d’une représentation d’apôtres.

Bibliographie

Besson M., 1909, L’art barbare dans l’ancien diocèse de Lausanne, Lausanne, Lib. F. Rouge, 238 p.

Billoin D., 2002, Largillay-Marsonnay (Jura) « Sur le Marteret », Document final de synthèse de fouille préventive, SRA de Franche-Comté, AFAN, 139 p.

Billoin D., 2004, « Dans la Combe d’Ain, le cimetière de Largillay », in : Mérovingiens dans le Jura, Lons-le-Saunier, Centre Jurassien du Patrimoine, p. 20-21 (Itinéraires jurassiens, 6).

Bouffard P., 1945, Nécropoles burgondes de la Suisse : les garnitures de ceinture, Genève-Nyon, 126 p., XXVI pl. h.t.

Durliat M., 1958, Roussillon roman, La Pierre-Qui-Vire, Zodiaque, 260 p.

Février P.-A., 1991, « Les sarcophages décorés du Midi », in : Naissance des arts chrétiens, Paris, Imp. Nationale et Ministère de la Culture et de la Communication, p. 270-287.

Gaillard de Sémainville H., 2004, « Nouvel examen de la plaque-boucle mérovingienne de Landelinus découverte à Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or) : apocalypse et millénarisme dans l’art mérovingien », R.A.E., t. 52-2003, p. 297-328.

Gaillard de Sémainville H., Vallet F., 1979, « Fibules et plaques-boucles mérovingiennes de la collection Febvre conservées au Musée des Antiquités Nationales », Antiquités Nationales, n° 11, p. 57-77.

Joan L., 2003, Le Doubs et le Territoire de Belfort, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 561 p. (Carte archéologique de la Gaule).

Klein P., 1989-1990, « Les portails de Saint-Genis-des-Fontaines et de Saint-André-de-Sorède », Les Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa, 20, p. 121-144, 17 fig. h.t., et 21, p. 159-172, 32 fig. h.t.

Kühn H., 1953, « Die Lebensbaum- und Beterschnallen der Völkerwanderungszeit », I.P.E.K., 18, 1949-1953, p. 33-58, Tafel 14-33.

Kühn H., 1973, « Die Christus-Schnallen der Völkerwanderungszeit », I.P.E.K., 23, 1970-1973, p. 51-76, Tafel 34-45.

le Blant E., 1886, Les sarcophages chrétiens de la Gaule, Paris, Imp. Nationale, 191 p., 59 pl. h.t.

Leuch-Bartels K., 1996, « Untersuchungen zu sechs Typen frühmittelalterlicher D-Schnallen », Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 79, p. 119-142.

Mallet G., 2003, Églises romanes oubliées du Roussillon, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 334 p.

Martin M., 1971, « Bemerkungen zu den frühmittelalterlichen Gürtelbeschlägen der Westschweiz », Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 28, p. 29-57.

Martin M., 1988, « Bemerkungen zur frühmittelalterlichen Knochenschnalle eines Klerikergrabes der St. Verenakirche von Zurzach (Kt. Aargau) », Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 71, p. 161-177.

Martin M., 1991a, « Zur frühmittelalterliche Gürteltracht der Frau in der Burgundia, Francia und Aquitania », in : L’art des Invasions en Hongrie et en Wallonie, Actes du colloque de Mariemont, 1979, Morlanwelz, p. 31-84 (Monographies du Musée Royal de Mariemont, 6).

Martin M., 1991b, « Die beinerne Gürtelschnalle mit Szenen aus der Geschichte des Propheten Jonas », in : Auberson L., Martin M., « L’église de Saint-Martin à Vevey au haut Moyen Âge et la découverte d’une garniture de ceinture en os gravé », Archéologie suisse, 14, p. 279-292.

Martin M., 1992, « Zur Interpretation des Gräberfeldes und seiner Funde », in : Brem H. J., Bürgi J., Roth-Rubi K., Arbon-Arbor Felix. Das spätrömische Kastell (Archäologie im Thurgau I), p. 161-184.

Michon É., Cayrol J., 2004, Marchaux, « rue de la Comtesse », rapport de diagnostic, Besançon, INRAP et SRA Franche-Comté, 25 p.

Moosbrugger-Leu R., 1971, Die Schweiz zur Merowingerzeit, Berne, Francke Verlag, 2 t.

Pasquier M., 1986, La vallée du Doubs et son environnement archéologique de Besançon à Mandeure (exclu) à l’époque romaine, Mémoire de maîtrise, Faculté des Lettres, Besançon, dactyl., 218 p.

Périn P., 1974, « Six plaques-boucles mérovingiennes de bronze à plaque ronde ornée d’un masque humain et de motifs géométriques du Musée Carnavalet », Bull. du Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, nos 14-15, p. 71-97, pl. III-VIII.

Plancher U., 1739, Histoire générale et particulière de la Bourgogne, t. II.

Poulain R., 2004, Les plaques-boucles de ceinture de bronze à figurations chrétiennes dans l’Est de la Gaule mérovingienne (Bourgogne, Franche-Comté, Suisse romande) : étude critique, Thèse, Université de Paris I, 3 vol., 916 p., fig.

Salin É., 1959, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, t. IV, Paris, éd. Picard, 579 p.

Surigny A. de, 1853, « Agrafes chrétiennes mérovingiennes », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône, t. III, p. 335-344, pl. 18.

Werner J. et coll., 1990, « Die Beinschnalle des Leodobodus », Kölner Jahrbuch für Vor- und Frühgeschichte, 23, p. 273-313.

Notes

1  D’après une note manuscrite du 24 septembre 1976 prise par Yves Jeannin, à partir du « livre de la paroisse », et conservée dans les archives du Service Régional de l’Archéologie de Franche-Comté, à Besançon.

2  Par M. Jeanneret, lors de la plantation d’arbustes en bordure de sa propriété, découverte rapportée par le journal « Le Comtois » en date du 8 octobre 1976.

3  Nous remercions vivement tous ceux qui nous ont apporté leur aide, notamment en nous fournissant des documents : les musées de Berne (Käthy Bühler), Narbonne (Jean Lepage), Auxerre (Philippe Amourette) et Chalon-sur-Saône (Louis Bonnamour et Catherine Michel), le Service archéologique de l’État de Fribourg (Carmen Buchiller), le Laboratoire d’Archéologie des Métaux de Nancy-Jarville (F. Lemaire), Géraldine Mallet (Université Paul Valéry, Montpellier III), Rachel Poulain (chercheur associé à l’UMR 5594, Dijon), Chantal Palluet (Centre d’Études Médiévales d’Auxerre), Albane Burens et Sophie Desbois (UMR 5594, Dijon), Alain Godon (Centre des Sciences de la Terre, Université de Bourgogne), Jean Gelot (dessinateur, Inrap). Merci également à Françoise Vallet (Musée d’Archéologie Nationale) et à Max Martin (Universités de Bâle et de Munich) pour leur relecture et leurs suggestions.

Pour citer cet article

Référence électronique

David Billoin, Henri Gaillard de Sémainville et Éric Michon, « Découverte d’une plaque-boucle mérovingienne à motif chrétien à Marchaux (Doubs) », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2005, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/349. consulté le 26 mars 2017.

Auteurs

David Billoin

Archéologue INRAP, UMR 5594, 6, boulevard Gabriel, 21000 Dijon.

Articles du même auteur

Éric Michon

Archéologue INRAP, rue A. Bergès, 21800 Sennecey-lès-Dijon.

Henri Gaillard de Sémainville

Université de Bourgogne, UMR 5594, 6, boulevard Gabriel, 21000 Dijon.

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés