Navigation – Plan du site
Articles
Florence Barreto, Colette Laroche et Michel Lenoble

Un atelier de potier du Ier siècle, rue Cottin à Vaise, Lyon 9e

p. 71-93

Résumés

Les vestiges ont été découverts en septembre 2000, rue Cottin, Lyon 9e, lors des terrassements préalables à la réalisation d’un immeuble. À proximité immédiate, rue du Chapeau Rouge, une autre fouille préventive avait mis au jour une nécropole, un atelier de potier et la voie de l’Océan et du Rhin, datés du Ier siècle après J.-C. Les vestiges de la rue Cottin correspondent à plusieurs périodes chronologiques : deux fosses renfermaient du mobilier céramique du Bronze final I/IIa, tandis que les autres témoins archéologiques appartiennent à l’Antiquité : une tombe bûcher et des structures liées à un atelier de potier. Un four circulaire et six dépotoirs comblés de céramiques ont été fouillés. La production de l’atelier comprend en majorité de la céramique commune à pâte siliceuse (83 % de la production) et de la commune claire à pâte calcaire (9 % de la production). La céramique fine, à l’exception d’un type particulier de pot recouvert d’un engobe, ne semble pas provenir de cette partie de l’atelier. L’activité de l’officine se situe autour du milieu du premier siècle après J.-C.

The vestiges were discovered in September 2000, in the rue Cottin, in Lyon’s 9th district, during excavation works carried out prior to the construction of a building. Close by, in the rue du Chapeau Rouge, a necropolis, a potter’s workshop and the Ocean and Rhine way, dating from the 1st century AD, were discovered during other excavation works. The rue Cottin vestiges date back to several chronological periods – two pits held ceramics from the late Bronze Age 1/2a – whereas the other archaeological finds date back to Antiquity – a pyre and structures linked to a potter’s workshop. A circular kiln and six dumps filled with ceramics have been excavated. The workshop’s production consists mainly of common ceramics made of siliceous paste (83 % of the production) and clear common ceramics in calcareous paste (9 % of the production). Fine ceramics, except for one particular type slipware, don’t seem to come from this part of the workshop. The shop’s activity dates back to the middle of the 1st century AD.

Die Entdeckung wurde im September 2000 bei Aushubarbeiten für den Bau eines Hauses in der rue Cottin, Lyon 9e, gemacht. In unmittelbarer Nähe, in der rue du Chapeau Rouge, waren bei einer anderen Rettungsgrabung eine Nekropole, ebenfalls eine Töpferwerkstatt und die Fernstrasse zum Ozean und zum Rhein aus dem 1. Jh. n. Chr. freigelegt worden. Die Überreste der rue Cottin entsprechen mehreren chronologischen Abschnitten: zwei Gruben enthielten Keramik der Spätbronzezeit 1/2a, während die anderen archäologischen Befunde in die Antike gehören: eine Brandbestattung und die Strukturen einer Töpferwerkstatt: eine kreisförmige Ofenstruktur und sechs mit Keramik verfüllte Abfallgruben wurden ausgegraben. In dieser Werkstatt wurde vorwiegend (83 % der Produktion) rauwandige Gebrauchskeramik aus mit Quarzsand versetztem Ton hergestellt sowie helle tongrundige Gebrauchskeramik (9 % der Produktion). Die Feinkeramik scheint, abgesehen von einem mit einer Engobe überzogenen Gefäßtyp, nicht aus diesem Teil der Werkstatt zu stammen. Die Aktivität der Werkstatt konzentriert sich auf die Mitte des 1. Jahrhunderts n. Chr.

Texte intégral

PDF 1,1MSignaler ce document

1. Circonstances de la découverte

  • 1  La fouille et l’étude du matériel céramique ont également bénéficié de la participation de : Guill (...)

1Les vestiges faisant l’objet du présent article ont été découverts en septembre 2000, à Vaise, Lyon 9e, à l’angle des rues Cottin et du Chapeau Rouge, parcelle BT 144, sur un chantier de construction immobilière1. Vaise est une ancienne commune suburbaine située au nord-ouest de la ville de Lyon, à laquelle elle a été rattachée en 1852.

2Le secteur concerné, rural jusqu’à la fin du XIXe siècle, était jadis occupé par des jardins maraîchers et des pépinières appartenant au Grand Séminaire de Lyon. L’implantation d’usines à partir des années 1930 a très vite donné au quartier un caractère industriel. Sur le terrain concerné par les découvertes, fut implantée, vers 1936, une importante usine de fabrication de fil de nylon, la Rhodiacéta. Dans les années 1980, l’usine a été délocalisée et les terrains ont été affectés à la création d’une zone d’aménagement concerté : la ZAC Saint-Pierre-de-Vaise, destinée à l’implantation d’immeubles de bureaux et de logements.

3Après la démolition du dernier bâtiment de la Rhodiacéta, l’ensemble des terrains accessibles de la ZAC a fait l’objet, en 1987, d’une campagne de sondages archéologiques (Chastel, Hénon, 1987) puis de fouilles préventives en 1988 (Delaval et alii, 1995). Mais le secteur des présentes découvertes n’avait pu être sondé que sur une bande de 75 m de long sur environ 15 m de large. Le reste de la parcelle était inaccessible du fait de la présence dans le sol d’importantes fondations formées de radiers de béton, supports des bâtiments de l’ancienne usine.

4La ZAC Saint-Pierre s’est développée progressivement et ce n’est qu’en septembre 2000 que les travaux de terrassement destinés à l’implantation d’un immeuble de logement ont été mis en œuvre dans la parcelle concernée. C’est à l’occasion d’une visite du chantier en cours de terrassement que l’observation d’une coupe de terrain a permis de repérer, tout d’abord, un four de potier en partie détruit, puis d’autres structures archéologiques.

2. Le contexte géographique et archéologique

5Le secteur concerné est situé en rive droite de Saône, au nord-ouest de Lyon, au pied du versant occidental de l’éperon de Loyasse (fig. 1). L’altitude du site est comprise entre 176 m à l’est et 170 m à l’ouest, tandis qu’au-dessus, le haut du versant culmine à 228 m. Le socle de l’éperon de Loyasse est constitué de gneiss schisteux qui a été exploité depuis l’Antiquité jusqu’au XIXe s. Sur le site, le substrat est formé de lœss qui apparaît à la cote 171 m environ.

2. 1. Le contexte antérieur à la colonie

6Vaise, quartier en complètes restructuration et modernisation, a connu depuis ces vingt dernières années un nombre important de fouilles archéologiques préventives qui ont permis de démontrer la haute ancienneté de l’occupation du secteur. Ainsi, lors des fouilles du boulevard périphérique nord de Lyon, une occupation remontant à la période épipaléolithique a été mise en évidence. Les points d’occupation du Néolithique ancien au Néolithique final sont nombreux (Chastel et alii, 2003, p. 36-45). Si les vestiges de l’Âge du Bronze sont bien représentés, on note toutefois un hiatus, encore inexpliqué, concernant la période du Bronze moyen (Jacquet, 2003, p. 54-58). Au premier Âge du Fer les vestiges d’habitats sont bien attestés, ainsi qu’un site funéraire à Gorge de Loup (Bellon, 2003, p. 70-75). Les points d’occupation du second Âge du Fer sont plus rares : rue du Souvenir, rue Marietton, mais ils apportent la certitude d’une occupation du site de Lyon préalablement à la fondation de la colonie lyonnaise (Desbat, 2003a, p. 124-129).

7À proximité immédiate de la fouille de Cottin, les sondages archéologiques 140 et 141 réalisés dans la ZAC Saint-Pierre en 1987 ont mis en évidence les traces d’un ancien chenal et des fragments de céramiques du Néolithique moyen de tradition chasséenne. Dans le sondage 143, une excavation renfermait de la céramique du premier Âge du Fer ; elle s’ouvrait dans un limon sableux brun gris à l’altitude 172,20 m (Chastel, Hénon, 1987) (fig. 2).À une centaine de mètres de ces découvertes, une fosse du Bronze final II a été explorée lors de la fouille préventive de la ZAC Saint-Pierre, en 1988 (Thiriot, 1988).

2.2. Le contexte antique

8À la période romaine, le secteur de Vaise se situe à l’extérieur de Lugdunum. L’hypothèse d’une agglomération établie à l’emplacement du bourg actuel a été émise (Delaval et alii, 1995). Le point de rencontre de plusieurs voies, la proximité de la Saône font de ce lieu un site privilégié pour l’établissement d’un port. Le reste du terroir est occupé par des domus ou villae suburbaines, des installations agricoles ou artisanales (carriers, potiers, métallurgistes…) ; des nécropoles bordent la voie de l’Océan et du Rhin (Delaval et alii, 1995 ; Frascone, 1999).

9Les sondages d’évaluation réalisés en 1987 dans la ZAC Saint-Pierre (sondages 142 à 144, fig. 2) ont mis en évidence une occupation augustéenne. Dans le sondage 142, des ossements humains, des céramiques et des éléments métalliques se situaient à 1,30 m sous le niveau du sol, à la base d’une séquence limoneuse brun foncé. Dans le sondage 143, de nombreux fragments de céramique gallo-romaine, dont des vases à parois fines de production lyonnaise, ont été recueillis (Chastel, Hénon, 1987). À 100 m au sud du sondage 140, à proximité du sondage 128, une incinération primaire (ST4) a été fouillée par Jacqueline Chastel en 1988.

10La fouille préventive réalisée en 1988 dans la ZAC Saint-Pierre a révélé, à 300 m au sud-est de la fouille de la rue Cottin, un tronçon de la voie antique dite de « l’Océan et du Rhin ». Les niveaux les plus anciens de la voie remontent au premier quart du Ier siècle de notre ère ; elle a perduré jusqu’au delà du IVe siècle (Delaval et alii, 1995, p. 39-70). La même opération a permis de mettre au jour, à 500 m au sud de Cottin, une domus à péristyle, dite « maison aux Xénia », construite au début du Ier siècle de notre ère (Delaval et alii, 1995, p. 71-130).

11De septembre 1999 à mai 2000, lors de la construction de l’école de Chapeau Rouge, immédiatement à l’est du chantier de la rue Cottin, une fouille archéologique préventive a été mise en œuvre (fig. 2).

12Des niveaux de voirie antique ont alors été reconnus en bordure occidentale du chantier ; ils reposaient directement sur le rocher constituant le substrat à l’altitude 176,23 m. La voie longeait une ancienne carrière de schiste exploitée dès la période augustéenne.

13Une nécropole, dont plusieurs états successifs ont été mis en évidence, a succédé à la carrière de schiste après remblaiement de cette dernière. Un enclos avec murs en moellons de schiste délimitait un espace de 18,70 m de large et plus de 20 m de long à l’intérieur duquel, au cours de la première moitié du Ier siècle, fut construit un mausolée. Une seconde phase funéraire a été reconnue à l’intérieur de cet enclos funéraire, au cours de la deuxième moitié du Ier siècle. Les sépultures étaient constituées de dépôts secondaires en vases ossuaires (Bouvier et alii, 2000).

14À la même période, un atelier de potier a été adossé au mur sud de l’enclos funéraire, en bordure de la voie sur laquelle il s’ouvrait. Le bâtiment qui renfermait l’atelier de potier mesurait 18 m de longueur sur 9 m de largeur. Il était divisé en deux parties inégales par un mur nord-sud en moellons de schiste. La partie ouest était elle-même partagée en quatre pièces par des cloisons à pans de bois hourdées de briques crues. Les murs du bâtiment de l’atelier se poursuivaient vers l’est, au delà de la limite du chantier. La fouille n’a pu déterminer la fonction de cet espace qui communiquait par une porte avec l’atelier et se trouvait sur une terrasse supérieure à ce dernier.

15L’atelier a livré six fours, plusieurs fosses de préparation d’argile, neuf emplacements de tours. Mais toutes ces structures n’ont pas fonctionné en même temps. L’étude archéologique a permis de déterminer que l’atelier avait connu trois grandes étapes (Desbat et alii, 2001) :- le premier état de l’atelier, lors de son installation vers 40 après J.-C., paraît modeste ; il ne comporte qu’un seul four circulaire. Trois emplacements de tours et un bac à préparation de l’argile sont associés à ce premier état. La partie arrière du bâtiment, à l’est, pouvait être affectée à l’habitat.
- lors du deuxième état de l’atelier, au cours de la seconde moitié du Ier siècle, trois nouveaux fours de type quadrangulaire succèdent au four du premier état, détruit et remblayé. Des pièces sont affectées à la préparation de l’argile, au tournage des vases et sans doute au séchage et au stockage des céramiques. Quatre emplacements de tours et trois bassins de décantation d’argile correspondent à cet état.
- la phase finale de l’atelier, vers la fin du Ier siècle ou le début du second, se traduit par la mise en place de deux nouveaux fours, de forme circulaire cette fois, qui succèdent aux précédents, et par une réorganisation interne de l’atelier. Quatre emplacements de tours sont rattachés à cette phase, mais aucun bassin de décantation d’argile n’a été observé dans l’atelier, ce qui laisse supposer que cette opération se faisait à l’extérieur du bâtiment (Desbat et alii, 2001, p. 19-23).

16Les productions de l’atelier de Chapeau Rouge sont très diversifiées : lampes à huile, vases à paroi fine, céramiques communes claires en pâte calcaire et céramiques communes grises en pâte siliceuse. Il semble que la production de céramique commune grise a succédé à celle des céramiques communes claires et des vases à parois fines. L’originalité de l’atelier de Chapeau Rouge est de rassembler sur un même site plusieurs types de productions rencontrées sur d’autres ateliers lyonnais (Desbatet alii, 2001, p. 37-45).

17Au début du second siècle l’atelier est abandonné et est recouvert par un dépôt de colluvions issu du plateau de Loyasse. Une nouvelle phase funéraire, marquée par la présence d’une tombe bûcher, est identifiée à l’intérieur des colluvions scellant l’atelier (Bouvier et alii, 2000). Toujours au second siècle, une autre phase funéraire est caractérisée par 45 tombes (crémations et inhumations en cercueils). Après un hiatus de plusieurs siècles, le dernier état de la nécropole est constitué par l’installation, entre le VIe et le VIIIe s., de tombes à inhumations (Bouvier et alii, 2000).

3. Les vestiges archéologiques de la rue Cottin(fig. 3 et 4)

  • 2  Les auteurs tiennent à remercier Philippe Hénon (archéologue à l’INRAP) pour l’étude des céramique (...)

18Différentes structures ont été mises au jour dans la berme nord-sud, formant la limite est du chantier bordant la rue du Chapeau Rouge et sur le sol du terrain en cours de décapage à proximité de cette berme. La zone étudiée, qui a fait l’objet d’un décapage minutieux, couvre une surface d’environ 350 m2 (fig. 3). Dans cette zone, les vestiges sont apparus concentrés selon un axe est-ouest d’un peu moins de 20 m de longueur.
Deux petites excavations (F7 et F19) renfermaient du mobilier céramique datable du Bronze final 1/2a2. L’une d’elles, F19, observée dans la berme nord-sud du terrain (fig. 4), s’ouvrait à l’altitude 171,31 ; il s’agissait d’une jarre à provision installée dans le sol, col vers le haut. L’autre fosse, F7, était située dans la zone décapée, à 169,80 m d’altitude ; elle était très arasée et présentait un diamètre de 0,6 m.
Dans la partie sud de la berme nord-sud, sensiblement au même niveau que la fosse F19, soit légèrement au-dessus du niveau d’apparition du lœss, un alignement discontinu de cailloutis a été observé sur un peu plus de 5 m de longueur. Cette strate correspond-elle à un niveau de sol de l’occupation protohistorique ? Cela pourrait être confirmé par le fait que la jarre contenue dans F19, servant probablement de silo de stockage, devait être peu enfouie à l’origine.

3.1. Une tombe bûcher

19Également située dans la berme est du chantier (fig. 4), dans sa partie sud, une fosse aux parois très rubéfiées a été mise au jour. Il s’agissait d’une tombe bûcher très altérée, dont il ne subsistait qu’une partie du fond et de la paroi est. La tombe mesurait 1,75 m de longueur et était orientée en axe nord-sud. Des esquilles d'ossements calcinés, des cendres et charbons de bois, deux clous en fer et des fragments d'un objet en bronze non déterminé ont été retrouvés dans cette sépulture sur un niveau très rubéfié par le feu à l'altitude 171,33 m.
Toujours dans la berme du chantier, au-dessus de la tombe bûcher et ne présentant pas de traces de recoupement par cette dernière, une ligne continue de galets et de petits blocs de schiste a été observée à l’altitude 171,93 m au sud de la coupe et 172,13 m au nord, sur une longueur d’environ 4,5 m. La fonction de cet hypothétique sol n’a pu être déterminée. S’agissait-il du niveau de fréquentation de la nécropole ?

3.2. Des vestiges liés à un atelier de potier

3.2.1 Un four de potier (fig. 5)

  • 3  Détermination Alain Audra, que les auteurs tiennent ici à remercier.

20Il s’agissait d’un four circulaire à flammes nues, à tirage vertical, aménagé en partie par excavation du limon et du lœss du terrain naturel et construit avec des tuiles plates et des moellons de schiste liés à l’argile. Son diamètre intérieur atteignait 1,84 m au niveau de la sole. Cette dernière, conservée partiellement, se situait à l’altitude 171,04 m. Elle était construite avec des dalles de schiste et des tuiles liées à l’argile et comportait de nombreux trous aménagés correspondant aux carneaux. La paroi du laboratoire était arasée à 0,2 m au-dessus du niveau de la sole.
Dans le foyer, un pilier central rectangulaire, orienté est-ouest, recevait les quatre arcs délimitant les carneaux et soutenant la sole. L’ensemble était construit avec des tegulae et des fragments de schiste liés à l’argile. Le foyer avait une hauteur de 0,76 m et sa largeur à la base atteignait 1,10 m. La fosse de service avait disparu lors des travaux de terrassement ; elle se situait à l’ouest du four. Sur le fond du foyer, deux petites dépressions circulaires de 10 cm de diamètre, distantes entre elles de 0,9 m et situées de part et d’autre de l’ouverture du foyer, étaient lisibles. S’agissait-il de l’empreinte d’un dispositif destiné à obturer le four en fin de cuisson, afin d’obtenir une atmosphère réductrice ?
Après abandon, le four a servi de dépotoir, il renfermait une quantité importante de fragments de céramiques (cf. ensemble « Int F. 01 »). Dans le niveau de comblement, au-dessus de la sole, un as de Tibère a été mis au jour ; il est daté de 35-36 ap. J.-C.3

3.2.2 Les fosses

21La plupart des fosses mises au jour l’ont été dans la partie du chantier jouxtant la berme est (fig. 3), décapée sous surveillance archéologique. Elles apparaissaient sensiblement à l’altitude 169,77 m, s’ouvrant dans le lœss constituant le sous-sol.
La fosse F1 : il s’agissait d’un petit dépotoir (Dép. 01) de forme ovalaire de 1,3 m de longueur sur 1 m de largeur. Il ne subsistait de cette structure excavée dans le lœss qu’une vingtaine de centimètres de profondeur.
La fosse F2 est une excavation de 3,4 m de longueur sur 2,4 m de largeur. Sa paroi ouest était verticale, tandis que celle de l’est était plus oblique. La profondeur conservée était de 1,3 m. Des poches d’argile jaune ponctuent son remplissage constitué de terre très grasse et cendreuse avec des blocs de schiste et de nombreuses céramiques.

  • 4  La pierre de Seyssel, calcaire urgonien crayeux, tendre, était exploitée dans l’Antiquité sur la c (...)

22L’ensemble F4–F6 a été interprété comme une structure constituée de deux fosses dont les creusements se sont recoupés. Mais le remplissage uniforme de l’ensemble n’a pas permis d’en définir la chronologie relative. La longueur formée par ces deux fosses atteignait 3,3 m pour une largeur de 1,8 m. La profondeur de F4, au nord, atteignait 0,38 m et celle de F6, au sud, 0,6 m. Les parois étaient obliques.
Le remplissage de F4 était constitué, dans une matrice de terre argileuse grise ponctuée de lentilles de sable, de blocs de schiste, de fragments de tuiles et de nodules d’argile verte ainsi que de nombreux fragments de poteries, dont des couvercles. Un demi dupondius de Nîmes du type III, daté entre 10 et 14 ap. J.-C., a été mis au jour dans cette fosse (détermination A. Audra). F6 renfermait des petits galets dans la même matrice de terre argileuse que F4 ; des fragments de blocs de schiste et des nodules d’argile grise et rose, des restes de faune, des fragments de tuiles et de petits blocs de calcaire de Seyssel4 ainsi qu’une quantité très importante de fragments de céramiques.

23La fosse F5 (fig. 6) est différente des autres structures excavées mises au jour. Elle était de forme circulaire, d’un diamètre régulier de 1,5 m, et de 1,55 m de profondeur conservée. Son remplissage était composé essentiellement d’argile grise à verte entrecoupée de petits lits obliques de lœss inclinés vers le centre de la fosse. Toutefois, dans la partie supérieure, se trouvait un niveau de limon brun.
Une grande quantité de matériel céramique y a été mis au jour, avec notamment des vases complets dont un vase plastique en forme de cerf. La présence de plusieurs lits obliques de lœss témoigne que cette fosse laissée ouverte a subi des comblements successifs.

24La fosse 10 observée dans la coupe nord-sud (fig. 4), à proximité sud du four, présentait un profil évasé. Son niveau d’ouverture a été reconnu à 171,26 m. Son diamètre atteignait 0,8 m et sa profondeur 0,7 m. Elle renfermait de nombreux éléments d’argile cuite (éléments de parois et de voûtes de four ?) et des cendres.

25La fosse F14 a été également observée dans la coupe nord-sud (fig. 4) ; elle s’ouvrait dans un niveau argileux marron à l’altitude 172,39 m. Elle renfermait de nombreux fragments de schiste et de l’argile rubéfiée. Son diamètre était de 0,6 m et sa profondeur de 0,55 m.

26Un niveau, pouvant être interprété comme un sol, a été reconnu sur une dizaine de mètres de longueur en axe nord-sud, dans la berme est du chantier, approximativement à l’altitude 172,53 m au sud, et 172,13 m au nord. Il était constitué d’argile jaune, de cendres et certainement d’éléments de briques crues délitées.
Lisible, mais très fugace, sur les trois premiers mètres en partant du sud de la coupe, ce niveau devenait plus épais (10 à 20 cm) au milieu de son tracé, puis se décomposait en trois niveaux superposés de 2 à 3 cm d’épaisseur avant de n’en former plus qu’un au nord. Il plongeait partiellement dans la fosse F14. Un peu plus au nord ce sol était lié à une autre petite fosse de 0,3 m de diamètre (F11) interprétée comme un trou de poteau en raison de ses petites dimensions et des petits blocs de pierre qu’elle renfermait qui avaient pu constituer des éléments de calages.
Ce niveau de sol n’était malheureusement plus observable à hauteur de la fosse 10 et du four de potier. La zone ayant été perturbée et comblée de déchets de chantier, aucune relation n’a donc pu être établie entre ce sol et le four. Il est toutefois très probable qu’il s’agit d’un sol d’atelier de potier, ce que semblent indiquer les niveaux de cendres et d’argile qui le constituent ainsi que les petites fosses qui lui sont liées et qui renferment des éléments d’argile cuite.

27Si ce sol est contemporain du four mis au jour, il est situé à près d’un mètre au-dessus du niveau de la sole, ce qui indiquerait un four profondément enfoui. Mais il est nécessaire de tenir compte de la déclivité est-ouest du terrain concerné. Il est en effet évident que le four a été construit par excavation de la pente ou du talus du terrain, lui assurant ainsi une excellente résistance aux échanges thermiques. Cette disposition pouvait, par ailleurs, faciliter le chargement du four par le haut. Il est possible que l’atelier de potier de Cottin ait été aménagé en terrasses. Malheureusement les niveaux situés à l’ouest du four ayant été excavés lors des travaux de terrassement pour les bâtiments de l’ancienne usine, les sols de la terrasse basse n’ont pu être vérifiés.

28La découverte, en 1987, dans le sondage 143 de la ZAC Saint-Pierre, d’un lot important de céramiques à paroi fine (Chastel, Hénon, 1987) semble corroborer l’hypothèse envisageant que l’atelier de potier de Cottin devait se développer plus vers l’est, en direction de la voie de l’Océan distante d’une trentaine de mètres de ces découvertes.

29La fonction initiale des fosses F1, F2, F4-F6 est difficile à déterminer. Ces fosses ne présentent pas de formes régulières, ne comportent pas d’aménagement de leurs parois ou de leurs fonds avec de l’argile ou des fragments de tuiles ou de céramiques, ce qui exclut leur usage comme fosses de préparation de l’argile. Aucune trace de cuvelages n’a également été observée. L’extraction du lœss du sous-sol peut être une hypothèse. Il est en tout cas certain qu’elles ont servi ensuite de dépotoirs aux potiers.

30La fosse 5 (fig. 6) présente une forme différente de celle des autres fosses : régulière, plus profonde, encore remplie partiellement d’argile, elle a pu servir au trempage de l’argile destinée à l’atelier de potier. Il peut s’agir également d’un ancien puits comblé.

31Les profondeurs de F4-F6, plus basses que le niveau du foyer, et leur forme font exclure que ces fosses aient pu constituer l’aire de service du four. Toutefois leur proximité de l’alandier (moins de 2,5 m) pourrait indiquer que, communiquant avec la fosse de service du four, elles ont pu servir de crassiers, recevant cendres et ratés de cuissons.

4. La production

32Le traitement du mobilier a été réalisé en deux temps : tout d’abord après un lavage grossier des six dépotoirs fouillés, tous les tessons de céramiques ont été triés et comptés par catégorie, les bords et les fonds ont été mis à part ainsi que les formes complètes prélevées séparément lors de la fouille.
Ensuite un inventaire plus précis a porté sur une sélection de quatre dépotoirs (Dép. 01/F1, F5, F6, Int. F01) : description des formes, quantification en nombre minimum d’individus (NMI) et en nombre de restes (NR), mesure des diamètres d’ouverture. Les formes complètes ont toutes été dessinées ; pour les céramiques fragmentaires, les bords les plus caractéristiques de la forme et de ses variantes ont été dessinés.
Les six dépotoirs contiennent 17 121 fragments de céramique (fig. 7). Le dépotoir F6 est de loin le plus important en nombre puisqu’il représente 57 % de l’ensemble. Si globalement il ressort que la céramique commune est dans chaque dépotoir largement majoritaire, quelques différences de détail sont cependant remarquables et permettent ainsi de caractériser le mode de comblement de certains de ces dépotoirs. Ainsi le dépotoir F01 qui correspond au comblement du four contient en plus d’une forte proportion de céramiques communes une grande variété de céramiques fines dont des importations comme la céramique sigillée (7 % en NR de céramique fine). Ce dépotoir, comme d’ailleurs le dépotoir Dép.01, peut être considéré comme secondaire alors que les autres dépotoirs dont le comblement est plus homogène semblent avoir reçu directement les fournées d’une cuisson non aboutie.

Image7

Fig. 7. Répartition du nombre de fragments par dépotoir.

33Seules quelques céramiques d’importation comme la sigillée ou les amphores n’appartiennent pas à la production de l’atelier (0,50 %). La céramique commune (fig. 8), largement majoritaire (98 %), comprend en grande partie de la commune à pâte siliceuse (73,5 % de la commune) ; la commune claire à pâte calcaire est beaucoup moins abondante et sa quantité varie d’un dépotoir à l’autre ; ainsi dans le dépotoir F2 elle représente 34 % du NR alors que dans le dépotoir Dép.01 elle atteint seulement 12 %. La céramique fine et la céramique engobée ne semblent pas provenir directement de cette partie de l’atelier, car elles sont présentes en très faible quantité dans des dépotoirs secondaires ; en revanche les pots à décor de guillochis, par leur nombre et leur concentration dans le dépotoir F6, pourraient être fabriqués sur place.

34Cette répartition globale entre les différentes catégories de production se retrouve en nombre de restes sur l’ensemble restreint des quatre dépotoirs mais si l’on tient compte du nombre minimum d’individus les proportions changent (fig. 9) : la céramique engobée (7 %), la céramique fine et la commune à pâte siliceuse prennent une plus grande place au détriment de la commune claire à pâte calcaire qui diminue à 9 %. Cette différence s’explique en partie par le coefficient de fragmentation qui est, semble-t-il, moins élevé pour les catégories à pâte fine ; ne sont pas à exclure également des erreurs d’appréciation lors du comptage du NMI sur les vases à cuire dont le col présente un diamètre important et qui, dans un contexte d’atelier, peut avoir un profil très différent d’une extrémité à l’autre.

4.1. La céramique engobée (84 NMI) (fig. 10, nos 1 à 5)

4.1.1 Les pots ovoïdes à décor de guillochis (fig. 10, nos 1 à 3)

35La céramique engobée est surtout représentée par des pots ovoïdes à décor de guillochis sur la panse (75 individus) mis au jour dans leur majorité dans la fosse F6. Ces pots d’un module de dix centimètres de diamètre présentent au niveau de l’épaule une ou deux bandes de guillochis soulignées d’un ou de deux sillons creux ; leur surface externe a reçu un engobe de couleur rouge /brun. Ces pots sont proches des « pots ovoïdes carénés » de petit module de la boutique de Vienne datée de l'époque de Claude (Godard, 1992b, pl. VI, nos 81 et 82) et considérés comme une production locale de l’atelier de Saint-Romain-en-Gal. Ils sont répertoriés également dans le nord de la Gaule à Aegerten sous la dénomination « tonnelets type A9 », sur un site daté du Ier siècle de notre ère (Bacher, 1999, p. 160-161 et fig. 2a).
Il n’est pas certain que les coupes (7 NMI) (fig. 10, n° 4) et les lagènes (2 NMI) (fig. 10, n° 5) soient des productions de l’atelier. Ces céramiques étaient très fragmentaires ; un seul col de lagène a été dessiné. Les engobes de ces céramiques sont rouges.

4.2. La céramique fine (21 NMI) (fig. 10, nos 6 à 11)

36Dans cette catégorie ont été rassemblées : la céramique dite à paroi fine, la céramique à vernis plombifère et la terra nigra. Ces céramiques présentes essentiellement dans les comblements des dépotoirs secondaires, comme le dépotoir Dép.01 et le four F 01, montrent pour certaines des traces de surcuisson. Mais leur faible quantité et leur position secondaire dans les dépotoirs incitent à penser qu’elles n’étaient pas fabriquées sur l’emprise de cette fouille mais à proximité. Cette observation a également été faite sur l’atelier de Chapeau Rouge (Batigne-Vallet, 2001).

4.2.1 La céramique à paroi fine (12 NMI)

37Cinq coupes (fig. 10, nos 7 et 8) et deux gobelets dont la panse recouverte d’un engobe a fait l’objet d’un décor sablé sont proches des productions de l’atelier de la Butte et de Chapeau Rouge (Desbatet alii, 2001, p. 19-20 et pl. 4, 7 et 8).
Les quatre encriers (fig. 10, n° 6) sont également fabriqués dans l’atelier de Chapeau Rouge durant le premier état (daté de 40 de notre ère environ) (Desbat et alii, 2001, p. 42). Un fragment de flacon appartient aussi à cette catégorie de céramique.

4.2.2 La céramique plombifère (1 NMI) (fig. 10, n° 9)

38Cette catégorie de céramique est représentée par un seul vase, un vase plastique représentant un cerf couché la tête tournée vers la droite et les pattes repliées sous le corps. L’anse qui s’attachait à l’origine sur le dos de l’animal et à l’arrière du goulot est aujourd’hui cassée. Il reste par endroits quelques traces d’une glaçure de couleur jaune-orangé. La pâte est très blanche. Ce vase à parfum, dont la valeur symbolique du cerf correspond au renouveau annuel, est un objet funéraire connu au premier siècle après J.-C. La fabrication sur place de ce vase est peu probable ; en effet la pâte rappelle les productions des ateliers du centre de la Gaule qui ont fabriqué en grande quantité ces vases funéraires aux formes diverses (Vertet, 1986, p 26 ; Desbat, 1986, p. 33-37). Tous les exemplaires qui proviennent de contextes funéraires sont généralement mentionnés comme issus de ces ateliers.

39La boutique de l’époque de Claude à Vienne vendait ce type de vase plastique (Godard, 1992b, pl. III, n° 34). D'autres exemplaires sont connus dans la nécropole des Bolards à Nuits-Saint-Georges (où il s’agit d’une biche, Planson, 1982, p. 66), à Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la nécropole du Valladas (un cerf couché dont le goulot présente deux bourrelets épais superposés, ce vase étant daté de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère, Bel, 2002, p. 222-225).

40Une biche et un cerf couchés sont également mentionnés à Vichy, mais leur aspect général est plus grossier. Ces deux vases sont datés de la fin du Ier siècle de notre ère (Corrocher, 1981, p. 169, fig. 1).
Joseph Déchelette représente un « cervidé couché » mais la qualité du dessin ne permet pas de comparaison avec l’exemplaire mis au jour à Cottin (Déchelette, 1904, p. 324, pl. X, n° 10).

41À Nîmes, un vase est connu dans un contexte de la fin du Ier siècle avant notre ère ou du changement d’ère : il s’agit d’un bélier couché dont la facture générale est plus grossière et trapue (Py, 1981, p. 185, fig. 85). Non loin de là, dans la tombe de Boissière (Gard) a été mis au jour un « rhyton à tête d’antilope » daté des années 30-10 avant notre ère et aujourd'hui perdu (Py, 1972, p. 77). Dans le nord de la Gaule, à Amiens, boulevard Saint-Quentin, un groupe de vases à parfum dont un cerf accompagnait un défunt dans une tombe du milieu du premier siècle (n° 146) (Amiens, 2004).

42Au musée des Antiquités Nationales sont conservés cinq vases de ce type. Tous sont issus de découvertes anciennes non datées. Deux d’entre eux représentent des cerfs couchés de facture assez grossière ; d’un troisième très fragmentaire, il ne reste que le haut du goulot. Les deux derniers représentent des biches couchées. L’une d’entre elles (n° 1107) se rapproche assez de notre exemplaire hormis l’absence de bois (Rouvier-Jeanlin, 1972, p. 359-360)

43Enfin à Colchester (Angleterre), R. P. Symonds et H. Hatcher signalent un vase similaire daté du Ier siècle de notre ère. À la suite d’analyses chimiques, les auteurs pensent que la céramique à glaçure plombifère de Colchester pourrait être une importation du centre de la Gaule. Ils mentionnent également trois autres vases du même type issus d’une découverte ancienne (Symonds, Hatcher, 1989, p. 90).

4.2.3 La terra nigra (7 NMI) (fig. 10, nos 10 et 11)

44Il s'agit de cinq assiettes et de deux bols dont la forme imite le Service 1 de sigillée italique. La pâte est grise et la surface du vase est lissée ou engobée. Ces céramiques auraient pu provenir des ateliers de terra nigra de la vallée de l’Allier, car cette importation à Lyon est effective à l’époque de Tibère (Genin, 1997). Or la pâte est proche des céramiques dites « grises », dont la pâte est calcaire, et l’aspect de ces céramiques montre qu’il s’agit de rebuts de cuisson. Cette catégorie de céramique, très rare à Lyon par rapport à d’autres régions, apparaît au début du premier siècle après J.-C. (Horizon 3 récent ; Genin, 1997) et disparaît au milieu du premier siècle. Les formes d’assiette et de bol produites dans l’atelier de Cottin sont d’ailleurs les rares types présents à Lyon.

4.3. La céramique commune claire (111 NMI) (fig. 13)

45La pâte de cette catégorie de céramique commune est calcaire, cuite en mode A (Picon, 1974), sa couleur varie du rose pâle au blanc tirant sur le verdâtre lorsque la céramique est trop cuite. Bien moins abondante (9 % de la production globale, 10 % de la céramique commune) que la céramique commune à pâte siliceuse (83 % de la production globale, 90 % de la céramique commune) cette catégorie comprend en majorité des cruches (43 %), des pots (23 %) et des couvercles (21 %), les formes ouvertes comme les coupes et les jattes étant plus faiblement représentées (fig. 11).

4.3.1 Les cruches (48 NMI) (fig. 13, nos 1 à 9)

46Les cruches sont de forme globalement ovoïde ; leur col plus ou moins large est muni d’une ou de deux anses. Le fond repose sur un pied annulaire. Aucune forme n’a pu être reconstituée en entier. Les différents types ont pu être identifiés à partir de la forme du col et de la lèvre (fig. 12).

Image12

Fig. 12. Les cruches à pâte calcaire. Répartition par types.

4.3.1.1 Les cruches à lèvre striée (2 NMI) (fig. 13, n° 1)

47Ce sont des cruches à une anse avec un col cylindrique et étroit ; la lèvre est striée.
Il s’agit d’un type de cruche qui apparaît à l’époque augustéenne, fabriquée également dans l’atelier de La Muette (première période de production) (Genin et alii,1996, planche 86, nos 1, 2 et 3). Jusqu’au premier quart du Ier siècle de notre ère, c’est une forme courante à Lyon et dans tout l’est de la Gaule. Elle est ensuite remplacée sur les sites de consommation par la cruche dite à lèvre moulurée.

4.3.1.2 Les cruches à lèvre moulurée (22 NMI) (fig. 13, nos 2 à 5)

48Cette forme parfois est nommée « cruche à lèvre en chapiteau » (Leblanc, 2001, p. 51) à cause du profil de la lèvre qui forme une doucine. Ce sont des cruches avec une anse, parfois deux, généralement à trois sillons sur la face externe, parfois quatre, comme à Trion (Thollon-Pommerol, Laroche, 1997, type 1, p. 64). Cette anse s’attache sous la lèvre et rejoint l’épaule de la cruche en formant un angle très marqué, presque à 90°. Le col est droit et assez étroit. La jonction entre le col et la panse est bien marquée. Bien qu’aucun exemplaire ne soit complet, les fragments de panse recueillis suggèrent une panse de forme ovoïde. C’est de loin la forme majoritaire (48 % des cruches).

49Elle remplace le type précédent au milieu du premier siècle et devient également la forme de cruche la plus répandue à Lyon et à Vienne ainsi que dans la partie orientale de la Gaule. Elle a été produite dans tous les ateliers régionaux de cette période : les ateliers viennois de Saint-Romain-en-Gal (Leblanc, 2001, fig. 15, nos 4 et 5) et Sainte-Colombe-lès-Vienne (Godard, 1992a, pl. 83, nos 1 à 11), les ateliers lyonnais de Trion (Thollon-Pommerol, Laroche, 1997, pl. 17, nos 1 à 6), et de Chapeau Rouge (Batigne-Vallet, 2001, fig. 4), l’atelier d’Aoste en Isère (Laroche, 1987) et de La Tranclière dans l’Ain (Vicherd, 1984).

4.3.1.3 Les cruches à lèvre chanfreinée (2NMI) (fig. 13, n° 6)

50Ces cruches à col étroit présentent une lèvre avec une section triangulaire soulignée d’un bandeau. L’anse plate creusée d’un sillon est rattachée à la lèvre. La liaison du col avec la panse est bien marquée. Ce type de cruche est peu abondant dans cet atelier (4 % des cruches), alors qu’à Chapeau Rouge il représente 10 à 15 % de la production, comme d’ailleurs dans l’atelier de La Muette. Cette forme apparaît sur les sites de consommation au milieu du premier siècle mais toujours en petite quantité et dans la même région de la Gaule que le type précédent.

4.3.1.4 Les cruches à col évasé et deux anses (2 NMI) (fig. 13, nos 7 à 8)

51Le col étroit s’élargit à mi-hauteur formant une large ouverture. La lèvre peut présenter un profil aplati (n° 7) ou elle est déversée (n° 8) ; sur la paroi externe elle marque une sorte de bandeau.
La forme globale de cette cruche se retrouve dans les ateliers lyonnais de Chapeau Rouge (Batigne-Vallet, 2001, fig. 6, n° 50), de La Muette (Laroche, 1997a, pl. 13, n° 5) ainsi que dans les ateliers viennois de Saint-Romain-en-Gal (Leblanc, 2001, fig. 15, nos 10, 11, 13, 14) et de Sainte-Colombe (Godard, 1992a, pl. 84, n° 15). Il est à remarquer que, dans ces ateliers, ce type n’est pas très fréquent et présente surtout de grandes variantes qui font qu’il est parfois associé au type « à lèvre en chanfrein » ou « à lèvre à cupule » (Leblanc, 2001).
On retrouve également ce type de cruche sur des sites plus éloignés, comme à Vindonissa (Ettlinger, Simonet, 1952, fig. 22, n° 508), mais il reste assez peu fréquent.

4.3.1.5 Les cruches à lèvre aplatie (6 NMI)

52Il s'agit de cruches présentant un col large généralement avec deux anses proche du type « à col large et deux anses » de l’atelier de Chapeau Rouge (Batigne-Vallet, 2001, fig. 6, n° 52).

4.3.1.6 Les cruches à lèvre en bourrelet (3 NMI)

53L’état très fragmentaire de ces cruches ne permet pas d'en dégager les caractéristiques principales.

4.3.1.7 Petite cruche à « cupule » et une anse (fig. 13, n° 9)

54Cette petite cruche piriforme se caractérise par un col très évasé formant une petite coupe qui se termine par une lèvre droite. Une anse plate relie le col à la panse. La liaison du col et de la panse n’est pas marquée. Cette forme de cruche est présente dans la boutique de Vienne et datée de l’époque de Claude (Godard, 1992b, pl. VII, nos 94 à 96).

4.3.2 Les pots (26 NMI) (fig. 13, n° 10)

55Ces pots habituellement nommés « pot à miel » correspondent à la forme augustéenne Haltern 62 (Loeschcke, 1909). Le col tronconique se termine par une lèvre aplatie. La liaison du col avec la panse est soulignée d’une gorge horizontale. La forme générale est ovoïde et le fond est plat. Deux petites anses arrondies sont attachées au départ du col. Les exemplaires de l’atelier ne présentent pas de traces d’anses en raison de leur état très fragmenté. Le diamètre d’ouverture varie entre 9 et 11 cm. Ils sont particulièrement présents dans les dépotoirs F5 (6 individus) et F6 (19 individus).
Cette forme de pot accompagne la cruche dans le vaisselier augustéen des sites régionaux et de la Gaule orientale. L’atelier lyonnais de La Muette, dans sa première période de production, a fabriqué cette forme (Laroche, 1997a, pl. 85, n° 1) que l’on retrouve également dans les ateliers viennois de Saint-Romain-en-Gal (Leblanc, 2001, fig. 13, n° 2) et de Sainte-Colombe-lès-Vienne (Godard, 1992a, pl. 84, n° 20).
Ce pot évolue au cours de la deuxième moitié du second siècle en devenant plus ovoïde ; la lèvre est creusée afin de recevoir plus facilement un couvercle. C’est cette forme évoluée qui est fabriquée dans les ateliers lyonnais de Chapeau Rouge (Batigne-Vallet, 2001, fig. 2) et de La Muette (Laroche, 1997a, pl. 13, n° 6) ; elle est absente dans l’atelier de Cottin.

4.3.3 Les couvercles (23 individus) (fig. 13, nos 12 à 14)

56Les couvercles sont presque aussi nombreux que les pots qu’ils sont censés couvrir. Leur forme est simple avec le bord parfois relevé. Le bouton de préhension est formé par pincement. Les diamètres de ces couvercles qui varient entre 9 et 13 cm sont compatibles avec les diamètres d’ouverture des pots (entre 9 et 11 cm).
21 couvercles proviennent du comblement du four 01 qui contenait presque la totalité de la céramique fine. Cette association céramique fine-couvercle en commune claire avait déjà été observée sur l’atelier de Chapeau Rouge par Cécile Batigne-Vallet (Batigne-Vallet, 2001, p. 5-6) qui émettait alors l’hypothèse que ces objets, par leur petite taille et leur finesse, pouvaient être associés à la céramique fine lors de la cuisson.
Plusieurs auteurs évoquent également pour ces objets une fonction de support pour le séchage ou pour la cuisson des vases (voir notamment Batigne-Vallet, 2001, p. 5 ; Laroche, 1997a, p. 110).

4.3.4 Les jattes et coupes (fig. 13, no 11)

57L’ensemble de ces formes est très fragmentaire et difficilement identifiable, à l’exception d’une coupe à deux anses. Cette forme très évasée se resserre par un col formant une sorte de bandeau terminé par une lèvre arrondie. Les anses partent sous la lèvre et forment une boucle avant de s’attacher sous le col au départ de la panse. Le fond est plat. Ce type de coupe, qui à Cottin est unique, n’est pas connu sur les sites de production et de consommation lyonnais

4.4. Les céramiques communes à pâte siliceuse (fig. 15 et 16)

58Cette catégorie de céramiques est de loin la plus abondante, puisqu’elle représente 83 % de la production globale et 90 % de la céramique commune.
Le mode B de cuisson, c’est-à-dire une cuisson et une post-cuisson réductrice, est le plus utilisé (80 %). Dans l’ensemble les couleurs des vases varient du gris au noir. La couleur brun-orangé de quelques vases est plutôt le résultat d’un échec de cuisson que d’une véritable cuisson en mode A. La pâte de cette production est de texture assez fine et les parois des céramiques également. D’ailleurs un nombre important de plats à cuire présentent un fond si fin qu’il a cédé à la cuisson.
Il s’agit pour l’essentiel de vases destinés à la cuisson des aliments, comme des plats, des pots et des bouilloires très utilisés à Lyon durant le Haut-Empire et plus particulièrement au premier siècle après J.-C.
Les pots et les couvercles sont les formes les plus nombreuses (fig. 14).

4.4.1 Les formes fermées

4.4.1.1 Les pots à cuire (ou urnes cinéraires ?) (561 NMI, 55 % de la commune à pâte siliceuse) (fig. 15).

59Les pots à cuire constituent la moitié de la production des céramiques communes à pâte siliceuse. Ils sont cuits majoritairement en mode B (83 %). Ils sont utilisés pour des cuissons bouillies sur le feu. Dans un contexte funéraire, ils sont utilisés comme urne cinéraire.
Deux types de pots représentent particulièrement cette production : le pot à épaule carénée et le pot à col côtelé, caractéristiques du milieu du premier siècle après J.-C. Ces pots sont très utilisés dans la région et même plus largement, notamment pour les pots à col côtelé qui semblent être les pots à cuire de base durant tout le Haut–Empire.

Les pots à épaule carénée (fig. 15, nos 1 à 4)

60Ce pot est nettement majoritaire (397 NMI, 71 % des pots) ; il est le seul type représenté par de nombreux exemplaires complets. Le profil du vase n’est pas constant, la carène semblant être parfois accentuée par un affaissement du col vers l’intérieur du pot. Sur quelques vases, sous la carène, la panse forme une dépression horizontale rehaussée d’une moulure rappelant certains profils de bouilloires à bec trilobé. La lèvre peut être parfois très retournée, plus ou moins épaisse ou presque inexistante. Le col est très souvent recouvert d’un engobe micacé.
Le diamètre d’ouverture varie entre 5 et 30 cm, mais pour la majorité des vases, il se situe entre 10 et 16 cm.
La forme générale est proche de celle du type 9 de l’atelier lyonnais de La Sarra (Laroche, 1997b, pl. 16, n° 1). L’atelier de Chapeau Rouge en a également produit quelques exemplaires (4 % des pots cuits en mode B) (Batigne -Vallet, 2001, fig. 11, n° 101).

Les pots à col côtelé (fig. 15, nos 5 et 6)

61Le pot à col côtelé (122 NMI, 23 % des pots) est moins abondant que le pot à épaule carénée, contrairement à la production de l’atelier de Chapeau Rouge (92 % des pots cuits en mode B) (Batigne -Vallet, 2001). La forme globale du vase est plus ou moins ovoïde, la panse parfois légèrement évasée est marquée par une épaule donnant au vase un profil proche du type précédent. Quelques vases sont munis d’une anse reliant la lèvre du col à la panse. La hauteur du col est variable ; plus la panse est renflée, plus le col est court. Un engobe micacé est parfois passé sur le col. Le diamètre d’ouverture varie entre 10 et 36 cm ; deux groupes se démarquent : l’un dont l’ouverture est de 12 à 16 cm de diamètre et l’autre de 20 à 24 cm. Les très grands vases sont généralement utilisés comme urnes cinéraires.
Ce pot est fabriqué à la même période dans les ateliers lyonnais de La Sarra (type 7) (Laroche, 1997b, pl. 15, nos 5 et 6) et de Trion (type 5) (Thollon-Pommerol, Laroche, 1997, pl. 18, nos 7 et 8).
Une variante minoritaire de ce pot à col côtelé est une forme cylindrique souvent munie d’une anse (5 NMI) (fig. 15, n° 7). L’atelier de La Sarra en compte aussi quelques exemplaires dans sa production (type 8) (Laroche, 1997b, pl. 15, n° 7).

4.4.1.2. Les vases à liquide (69 NMI, 7 % de la commune à pâte siliceuse) (fig. 16, nos 1 à 5)

62Deux types de vases sont particulièrement destinés à contenir un liquide et à le faire chauffer ou bouillir : le pichet à col tronconique et la bouilloire au bec trilobé. Ces deux formes appartiennent aussi à la production des ateliers lyonnais de La Sarra (types 10 et 13) (Laroche, 1997b) et de Chapeau Rouge (Batigne -Vallet, 2001, fig. 17 et 18). Le mode de cuisson privilégié pour ces deux formes est le mode B (87 %).

Les pichets à col tronconique (fig. 16, nos 1 à 4)

63Le pichet à col tronconique (34 NMI) est de forme globalement ovoïde avec un col haut de forme tronconique se terminant par une lèvre déversée ; le col est souvent décoré de chevrons lissés dessinés de la base du col à la lèvre. Une anse en ruban relie la panse depuis la naissance du col jusqu’à la lèvre (n° 1).
Plusieurs exemplaires forment une variante avec pour caractéristique un col sans décor, une moulure à la liaison col/panse et une anse de section ronde, la lèvre est plus retournée et forme parfois un bec triangulaire (nos 2 et 3).
Une autre forme de pichet se distingue avec une paroi plus épaisse et une moulure horizontale au milieu du col qui est moins tronconique que pour les exemplaires précédents (n° 4).

Les bouilloires à bec trilobé (fig. 16, n° 5)

64La bouilloire à bec trilobé (35 NMI), de forme caractéristique très carénée, n’est pas décorée de cordons horizontaux sur l’épaule comme celle de l’atelier de Chapeau-Rouge (Batigne-Vallet, 2001, fig. 17).
Elle se rapproche plutôt de celle de l’atelier de La Sarra (Laroche, 1997b, pl. 16, n° 4).

4.4.2 Les formes ouvertes

65Parmi les formes ouvertes (128 NMI, 12,5 % de la céramique commune à pâte siliceuse) se distinguent les marmites, les plats et les jattes. Les marmites à large ouverture et profondes permettent une cuisson mijotée sur le feu. Les plats à cuire sont des formes basses à large ouverture, à fond plat et paroi droite ; destinés à la cuisson sur le feu ou au four, ils font office de poêles à frire et de moules pour cuire les pains au four. Les jattes, plus creuses et souvent à paroi oblique, sont souvent utilisées comme marmites pour une cuisson « mijotée ». Elles peuvent également être utilisées en dehors du feu pour préparer des sauces ou mélanger des ingrédients.
Contrairement aux formes fermées, les formes ouvertes sont plus fréquemment cuites en mode A : 40 % réparties en 50 % des plats, 24 % des marmites et 20 % des jattes. Les céramiques cuites en mode A sont du même type que celles qui sont cuites en mode B, aucune variante n’étant perceptible dans les profils de formes.

4.4.2.1 Les jattes (fig. 16, nos 6 et 7)

66Les jattes (10 NMI, 8 % des formes ouvertes) sont des plats creux à paroi oblique et à bord rentrant. Les diamètres d’ouverture varient entre 17 et 27 cm. Deux modèles sont présents : l’un, connu dans l’atelier de La Sarra (type 3) (Laroche, 1997b, pl. 14, n° 9), a une lèvre aplatie creusée sur le dessus, l’autre, dont la lèvre est recourbée à l’intérieur (n° 7), se rapproche de certaines jattes fabriquées dans l’atelier de Chapeau Rouge (Batigne-Vallet, 2001, fig. 12, nos 116 et 117).

4.4.2.2 Les marmites(fig. 16, n° 8)

67Les marmites (71 NMI, 55 % des formes ouvertes) sont du type classique Haltern 56 (Loeschcke, 1909) très utilisé dans tout l’Empire romain dès la période augustéenne. Le diamètre de leur ouverture varie entre 16 et 46 cm, mais deux modules ressortent : l’un entre 24 et 26 cm, l’autre entre 32 et 36 cm. Absente dans l’atelier de Chapeau Rouge, cette forme de marmite est en revanche fabriquée dans l’atelier de La Sarra (type 2) (Laroche, 1997b, pl. 14, n° 8).

4.4.2.3 Les plats à cuire (fig. 16, nos 9 à 11)

68Les plats à cuire (46 NMI, 36 % des formes ouvertes) sont tous du même modèle, à bord droit avec une lèvre souvent soulignée d’une fine rainure. Le fond est si fin qu’il s’est détaché dans de nombreux cas à la jonction de la paroi et du fond ou dans la partie centrale. Les diamètres de l’ouverture sont compris entre 9 et 39 cm avec deux concentrations : l’une entre 10 et 13 cm et l’autre entre 17 et 20 cm. La forme générale très simple est différente des plats produits dans les autres ateliers lyonnais comme La Sarra et Chapeau Rouge qui sont plus variés avec des parois plus obliques et des lèvres arrondies, aplaties ou triangulaires (Laroche, 1997b, pl. 14, nos 4 à 7 ; Batigne-Vallet, 2001, fig. 16, nos 144 à 153).

4.4.2.4 Les couvercles (244 NMI, 24 % de la commune à pâte siliceuse) (fig. 16, nos 12 et 13)

69Les couvercles, comme les plats à cuire, sont simples, le profil est d’épaisseur constante se terminant par un bord arrondi, le bouton de préhension est coupé à la ficelle sans autre traitement particulier. Ils sont assez différents des couvercles fabriqués dans les autres ateliers lyonnais qui ont une finition plus élaborée. Leurs tailles sont variées avec des diamètres de 8 à 42 cm ; mais la majorité des couvercles se situe entre 14 et 18 cm. Ils peuvent être posés sur les pots carénés dont l’ouverture principale varie entre 10 et 16 cm, sur les plats de petites dimensions (ouverture de 10 à 13 cm), sur les pots à col côtelé (12 à 16 cm).

4.5. Les céramiques à pâte siliceuse polies (10 NMI) (fig. 16, nos 14 et 15)

70Ce terme, utilisé par Cécile Batigne-Vallet (Batigne-Vallet, 2001), désigne des pots de petites dimensions aux parois fines avec un traitement de surface assez raffiné. La forme générale s’apparente aux pots à cuire de type à épaule carénée ou à col côtelé, mais en miniature. Cette catégorie est uniquement cuite en mode B. La couleur de la pâte varie du noir au gris très clair. Seuls 10 NMI appartiennent à cette catégorie.

4.5.1 Les petits pots à épaule carénée (5 NMI) (n° 14)

71Ce pot, de forme globalement ovoïde, est souvent recouvert d’un engobe micacé ; le col est souligné de moulures à sa jonction avec la panse ; la lèvre arrondie est à peine marquée. La panse est décorée de lignes verticales lissées. L’ouverture offre un diamètre moyen de 7 cm.

4.5.2 Les petits pots à col côtelé (5 NMI) (n° 15)

72De forme plus globulaire que le précédent, ce pot a un col côtelé qui se termine par une lèvre retournée. Un engobe micacé est passé sur le col débordant légèrement sur la panse. Un exemplaire est muni d’une petite anse reliant la lèvre à la panse. Le diamètre de l’ouverture varie entre 6,5 et 9 cm.
Si la production de céramiques communes est attestée par une grande quantité de rebuts de cuisson, la production de céramiques fines est connue par un nombre bien inférieur de vases, et de surcroît souvent issus de dépotoirs de type secondaire.
La céramique commune à pâte siliceuse est la plus abondante. La quantité impressionnante de pots et de couvercles et la proximité de la nécropole permettent de suggérer un usage funéraire à ces vases qui pouvaient être utilisés comme urnes cinéraires.

73La diversité de production de l’atelier de Cottin, qui a fabriqué en même temps de la commune claire à pâte calcaire et de la commune sombre à pâte siliceuse, ainsi que de la céramique engobée utilisant la même argile que pour la commune claire, est moindre que celle de l’atelier de Chapeau Rouge mais peut être comparée à celle de l’atelier lyonnais de Trion (colline de Fourvière). D’autres ateliers lyonnais produisent également des catégories de céramiques nécessitant des argiles différentes comme les ateliers de Loyasse et de La Muette dans lesquels sont fabriqués des gobelets à pâte siliceuse en même temps que de la sigillée.

5. Datation de l’atelier de potier

74Plusieurs éléments permettent de situer l’activité de l’atelier de Cottin autour du milieu du premier siècle après J.-C. La céramique commune produite dans cet atelier et dans d’autres ateliers lyonnais, comme ceux de La Sarra et de Trion, fait partie intégrante du vaisselier des cuisines lyonnaises durant la première moitié du premier siècle après J.-C. Certaines céramiques se retrouvent également dans la boutique de Vienne datée de l’époque claudienne. Cette datation est confirmée par la céramique sigillée présente dans le comblement du four (dépotoir F01). À l’exception d’un fond de bol de sigillée italique signé Ateius (fig. 17, n° 6), la sigillée provient des ateliers de la Gaule du Sud : deux assiettes de type Drag. 15/17 (30/100) (fig. 17, n° 3), une assiette Drag. 18/31 (20/140) (fig. 17, n° 4), trois coupes Drag. 24/25 (15/60), une coupe Drag. 27 (10/100), une assiette Drag. 4/22 (40/60), deux bols Drag. 29a portant un décor végétal et animalier sur la panse (10-40). La coupe Drag. 24/ 25 est estampillée du potier de La Graufesenque nommé Lucinus (daté de Claude-Néron) (fig. 17, n° 5).

75L’absence de formes de céramique qui apparaissent au cours de la deuxième moitié du premier siècle, que ce soit de la céramique sigillée comme le Drag. 37 ou le Drag. 35/36, ou de la céramique commune claire, comme le pot à lèvre creusée ou la cruche à col « en trompette », permet également de supposer l’activité de l’atelier autour du milieu du premier siècle après J.-C.

6. Conclusion

76Les structures fouillées appartenant à l’atelier de Cottin, bien qu’arasées et incomplètes, ne semblent pas si organisées que celles de l’atelier de Chapeau Rouge situé de l’autre côté de la voie d’Océan. Il semble d’ailleurs que l’activité de l’atelier de Cottin soit légèrement antérieure à celui de Chapeau Rouge et qu’elle corresponde à un niveau repéré sous les structures de production (Batigne-Vallet, 2001, p. 32). Mais il se peut également que l’atelier de Cottin soit mieux structuré dans la partie qui n’a pas été touchée par le projet immobilier plus près de la voie et que l’activité contemporaine de celle de l’atelier de Chapeau Rouge se situe dans cet espace. Cette hypothèse pourrait également expliquer la présence de rebuts de cuisson de céramiques fines mêlées à d’autres catégories de céramiques dans des dépotoirs de type secondaire, comme si la production de céramiques fines avait été réalisée dans un espace situé en dehors de la partie fouillée. Rappelons d’ailleurs qu’un des sondages de 1987 effectué à cet endroit faisait mention d’une grande quantité de céramiques à paroi fine du premier siècle.

77Il est par conséquent probable qu’au début de l’installation de l’officine de Chapeau Rouge, celle de Cottin fonctionnait encore. Il y avait donc des potiers de part et d’autre de la voie de l’Océan et du Rhin, à proximité des tombes et des enclos funéraires qui la bordaient. Cette proximité fournissait des débouchés immédiats pour certaines céramiques de premier ou de second choix, que ce soit pour les cérémonies funéraires, les offrandes ou même les urnes cinéraires, comme cela a été démontré lors de la fouille de Chapeau Rouge où la céramique produite dans l’atelier a été retrouvée dans la nécropole adjacente (Desbat, 2003b, p. 156). La présence du vase plastique en céramique plombifère dans un dépotoir de l’atelier de Cottin, alors qu’il a sans doute été produit dans les ateliers de l’Allier, inciterait à penser que les potiers pouvaient également vendre de la céramique à vocation funéraire provenant d’autres ateliers.

78Jusqu’à la découverte de l’atelier de potier de Chapeau Rouge en 1999, le seul atelier connu dans ce secteur de Lyon était celui de Charavay, qui fonctionnait au IVe siècle (Lascoux, Batigne-Vallet, 2003). L’atelier de Cottin qui vient en complément de celui de Chapeau Rouge renforce l’hypothèse d’un centre de potiers important établi dans le quartier de Vaise au cours du premier siècle après J.-C. Jusqu’à ces découvertes récentes les ateliers lyonnais romains connus se concentraient dans deux quartiers : l’un en rive gauche de la Saône (La Muette, La Butte, La Manutention, Saint-Vincent) et l’autre sur la colline de Fourvière (La Sarra, Trion, Loyasse).

Bibliographie

Albrecht C., 1942, Das Römertager in Oberaden, 1, Dortmund.

Amiens2004, La marque de Rome, Samarobriva et les villes du nord de la Gaule, Catalogue d’exposition. Musée de Picardie, Amiens.

Bacher R., 1999, « Quatre fosses contenant des déchets d’ateliers de potiers à Aegerten près de Studen-Petinesca (Be) », in : SFECAG, Actes du congrès de Fribourg, 1999, p. 157-163.

Batigne-Vallet C., 2001, L’atelier de potiers de la rue du Chapeau Rouge à Vaise, Lyon 9ème : étude du mobilier issu des fouilles janvier/avril 2000, Rapport d’étude 2001.

BelV., 2002, Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le midi de la Gaule : la nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Lattes (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 11).

Bellon C., 2003, « Lyon au premier âge du Fer » in : Poux M., Savay-Guerraz H. dir., Lyon avant Lugdunum, Département du Rhône, éd. In folio, p. 70-75.

Bouvier A, Gisclon J.-L., Bonnet Ch., Franc O., Verot-Bourrely A., 2000, Lyon, 9e, Rhône, 47, rue du Chapeau Rouge, Vaise, DFS de fouille préventive AFAN-SRA Rhône-Alpes, 2 vol.

Chastel J., Hénon Ph., 1987, Sondages archéologiques dans l’emprise de la ZAC Michel Berthet (Quartier Saint-Pierre, Vaise) à Lyon Rhône, Rapport AFAN-SRA Rhône-Alpes.

Chastel J., Jallet F., Nourrissat S., 2003, « Mésolithique et Néolithique », in : Poux M., Savay-Guerraz H. dir., Lyon avant Lugdunum, Département du Rhône, éd. In folio, p. 36-45.

Corrocher J., 1981, Vichy antique, Publ. de l’Institut d’Étude du Massif Central, fascicule XXII, Clermont-Ferrand.

Déchelette J., 1904, Les vases céramiques ornés de la Gaule romaine, Paris, T. II.

Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., TranoyL., 1995, Vaise un quartier de Lyon antique, Lyon, 291 p. (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, 11).

Desbat A., 1986, « Céramique à glaçure plombifère des fouilles de Lyon et Vienne », in : SFECAG, Actes du congrès de Toulouse, 1986, p. 33-39.

Desbat A., 2003a, « Une occupation romaine antérieure à Lugdunum », in : Poux M., Savay-Guerraz H. dir., Lyon avant Lugdunum, Département du Rhône, éd. In folio, p. 124-129.

Desbat A., 2003b, « La céramique romaine en Gaule et en Occident », in : Ferdière A. dir., La céramique, Paris, éd. Errance, p. 115-182 (Coll. Archéologiques).

Desbat A., Batigne-Vallet C., Bertrand É., Bonnet Ch., Gayte Ph., Lenoble M., 2001, L’atelier de potiers antique de la rue du Chapeau Rouge à Vaise, Lyon 9e, éd. Ville de Lyon, 48 p.

Ettlinger E., Simonet C., 1952, Römische Keramik aus dem Schutthügel von Vindonissa, Bâle, Birkhäuser.

FrasconeD., 1999, La voie de l’Océan et ses abords, Nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise, 171 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 18).

Genin M., 1997 : « Les horizons augustéens et tibériens de Lyon, Vienne et Roanne : essai de synthèse », in : SFECAG, Actes du congrès du Mans, 1997.

Godard C., 1992a, « Sainte-Colombe-lès-Vienne : le four de la rue Trenel », in : Les ateliers céramiques antiques de la moyenne vallée du Rhône, Rapport 1990-1992.

Godard C., 1992b, « Une réserve de céramiques à l'époque de Claude à Vienne », in : SFECAG, Actes du congrès de Tournai, 1992, p. 239-264.

JacquetP., 2003, « Lyon à l’âge du Bronze », in : Poux M., Savay-Guerraz H. dir., Lyon avant Lugdunum, Département du Rhône, éd. In folio, p. 54-61.

Laroche C., 1987, « Aoste (Isère) : un centre de production de céramiques (fin du Ier s. av. J.-C. – fin du Ier s. ap. J.-C.). Fouilles récentes (1983-1984) », R.A.N., 20, p. 281-348.

Laroche C., 1997a, « L’atelier de La Muette (2ème période) », in : « Les productions des ateliers antiques de Lyon », 2ème partie : « Les ateliers du premier siècle après J.-C. », Gallia, 54, p. 51-54.

Laroche C., 1997b, « L’atelier de La Sarra », in : « Les productions des ateliers antiques de Lyon », 2ème partie : « Les ateliers du premier siècle après J.-C. », Gallia, 54, p. 55-62.

Lascoux J-P., Batigne-Vallet C., 2003, « L’atelier de terre cuite du IVe siècle après J.-C. de la ZAC Charavay à Lyon, Vaise, Rhône », in : SFECAG, Actes du Congrès de Saint-Romain-en-Gal, 2003, p. 229-236.

Leblanc O., 2001, « Production de céramiques à Saint-Romain-en-Gal (Rhône, France) : bilan de 25 années de recherche sur le site », R.C.R.F. acta, 37, p. 45-55.

Loeschcke S., 1909, Keramische Funde in Haltern : ein Beitrag zur Geschichte der augusteischen Kultur in Deutschland, Münster i. W., Aschendorff, 190 p. (Mitteilungen des Altertums Kommission für Westfalen, 5).

Picon M., 1974, Introduction à l'étude technique des céramiques sigillées de Lezoux, Dijon, 135 p. (Publ. du Centre de Recherches sur les techniques gréco-romaines, n° 2).

Planson E., 1982, La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris.

Py M., 1972, « La sépulture de Boissières (Gard) », Cahiers ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 21, p. 75-88.

Py M., 1981, Recherches sur Nîmes préromaine : habitats et sépultures, Paris, éd. du CNRS, 242 p. (XLIe suppl. à Gallia).

Rouvier-Jeanlin M., 1972, Les figurines gallo-romaines en terre cuite au musée des Antiquités Nationales, Paris, éd. du CNRS, 428 p. (XXIVe suppl. à Gallia).

Savay-Guerraz H., 1998, « Le marché lyonnais de la pierre à l’époque claudienne : une mutation », in : Burnand Y., Le Bohec Y., Martin J.-P. ed., Claude de Lyon, empereur romain, Actes du colloque, Paris-Nancy-Lyon, nov. 1992, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (Coll. Passé-présent).

Symonds R.P., Hatcher H., 1989, « La céramique à glaçure plombifère de l’époque romaine trouvée à Colchester et ailleurs : quelques analyses récentes », SFECAG, Actes du congrès de Lezoux, 1989, p. 85-92.

Thiriot F., 1988, « Une fosse du Bronze final 2 sur le site du quartier Saint-Pierre à Vaise (Lyon 9e) », in : Actes des rencontres de Protohistoire de Rhône-Alpes, Lyon, p. 101-112 (Éléments de Protohistoire rhodanienne et alpine, 1).

Thollon-Pommerol C., Laroche C., 1997, « L’atelier de Trion », in : « Les productions des ateliers antiques de Lyon », 2ème partie : « Les ateliers du premier siècle après J.-C. », Gallia, 54, 1997, p. 62-68.

Vertet H., 1986, « Recherches sur les glaçures plombifères fabriquées dans le centre de la Gaule », in : SFECAG, Actes du congrès de Toulouse, 1986, p. 25-32.

Vicherd G., 1984, La Tranclière (Ain) : atelier de potier gallo-romain de « En Gouty », Rapport de fouille, SRA Rhône-Alpes.

Notes

1  La fouille et l’étude du matériel céramique ont également bénéficié de la participation de : Guillaume Aubazac, Emma Bouvard, Claire Chomer, Sébastien Deculty, Armand Desbat, Aurélie Hamel, Marie Mann, Line Pastor, Giovanni Stranieri, Caroline Sauvage, Tony Silvino, Véronique Vaillé.

2  Les auteurs tiennent à remercier Philippe Hénon (archéologue à l’INRAP) pour l’étude des céramiques protohistoriques mises au jour sur le site de la rue Cottin. Elles feront l’objet d’une publication distincte.

3  Détermination Alain Audra, que les auteurs tiennent ici à remercier.

4  La pierre de Seyssel, calcaire urgonien crayeux, tendre, était exploitée dans l’Antiquité sur la commune de Franclens, Haute-Savoie (Savay-Guerraz, 1998, p. 433-446).

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Barreto, Colette Laroche et Michel Lenoble, « Un atelier de potier du Ier siècle, rue Cottin à Vaise, Lyon 9e », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2005, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/415. consulté le 27 juin 2017.

Auteurs

Florence Barreto

Doctorante Université Lyon 2.

Colette Laroche

Ingénieure SRA Rhône-Alpes.

Michel Lenoble

Ingénieur SRA Rhône-Alpes.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés