Navigation – Plan du site
Articles

Sevrey « Les Tupiniers » (Saône-et-Loire) : données nouvelles sur les ateliers de potiers médiévaux

Anne Delor-Ahü, Olivier Simonin et Anne Legros
p. 249-298

Résumés

Implanté à 5 km au sud de Chalon-sur-Saône, le village de Sevrey a, pour ses productions céramiques du Moyen Âge, tôt mobilisé l'attention. La réalisation en 2003 d'une intervention préventive au lieu-dit « Les Tupiniers » renouvelle l'approche de ce centre potier. Attribuables au haut Moyen Âge, les premières installations reconnues renvoient à une activité relevant de petites entités dispersées. Témoignant d'une occupation continue entre le 2ème tiers du VIe siècle et le VIIIe siècle au plus tard, trois bâtiments bordés de riches fosses-dépotoirs ont pu être identifiés. L'étude de l'unique four conservé pour cette phase montre une structure simple, réalisée par creusement. La chambre unique présente deux reliefs réservés, destinés à assurer la circulation des gaz chauds sous la charge à cuire. Après un court abandon du secteur étudié, abandon qui ne peut être immédiatement assimilé à une interruption de l'activité de Sevrey, la production s'inscrit dans un cadre radicalement modifié. Les nombreux bâtiments identifiés, installés en bordure d'un axe routier assurant un débouché direct sur la Saône et la zone d'embarquement de Port Guillot, montrent concentration et fixation des structures de production. L'idée d'un véritable quartier artisanal s'impose. Actives du IXe au Xe siècle, les installations s'organisent autour d'une zone dévolue aux cuissons. Cinq fours à chambre unique se superposent, montrant une solution originale de surélévation des charges à cuire. Un ensemble de vases retournés assure ici répartition et circulation des gaz chauds. Le mobilier de la première phase, cuit en mode oxydant, présente une grande homogénéité typologique avec notamment un groupe de quatre formes récurrentes définissant le « service bistre ». La seconde phase s’illustre quant à elle par un répertoire bien moins varié, cuit en mode réducteur, se résumant à une série de formes fermées et à quelques formes ouvertes parfois identifiées à l’unité.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

I. Les Tupiniers, structures de production

1Implanté à 5 km au sud/sud-ouest de Chalon-sur-Saône, dans une région connue comme aire de production céramique active depuis l'Antiquité, le village de Sevrey (fig. 1) a, pour ses productions du Moyen Âge, tôt mobilisé l'attention. Présenté dès la fin du XIXe siècle comme un village de tupiniers dont la production commune ne paraissait toutefois pas justifier alors de longues études (Canat de Chizy, 1884, p. 166), Sevrey s'impose bientôt à nombre de médiévistes comme un centre potier incontournable. Les travaux pionniers conduits dès 1970 par S. Renimel, en fournissant aux chercheurs une première base typo-chronologique, conféraient au site un statut de référence. Largement utilisées, les premières planches typologiques publiées (Renimel, 1974), en contribuant à l'attribution massive de céramiques découvertes en contexte de consommation à l'atelier de Sevrey, faisaient bientôt apparaître ce centre comme un, sinon le pôle majeur diffusant ses productions à grandes distances par l'axe de la vallée de la Saône. Replacé à la faveur de recherches dont les étapes sont finement décrites par C. Mani (Mani, 2004) dans une aire de production plus vaste définie comme « groupe des ateliers de la forêt de la Ferté », Sevrey reste toutefois encore le mieux documenté.

Fig. 1. Sevrey ‘Les Tupiniers’. Localisation de l’intervention.

2Si les prospections et ramassages réalisés par S. Renimel à l'échelle du territoire communal constituent une base solide pour l'approche de l'activité potière sevrotine, le défaut d'observations archéologiques directes n'est pourtant que tardivement corrigé. Bien que la fouille d'un four découvert fortuitement en 1975 (Augros, 1975) puisse être notée, il faut attendre 1986 pour voir la première opération préventive se réaliser. Menée sous la direction de G. Depierre, cette première fouille d'une zone de production du haut Moyen Âge (lieu-dit La Serve) reste néanmoins limitée à l'étude de vastes fosses-dépotoirs. Conduites en 1993 et 1994, deux opérations se succèdent au lieu-dit Les Chagnots, livrant pour l'une (Petident, 1993) des fosses-dépotoirs, des trous de poteaux et de piquets attribuables au Moyen Âge central, pour l'autre (Vaxelaire, 1994), un vaste bâtiment du Haut Empire et des fosses-dépotoirs du haut Moyen Âge associées à un ensemble de trous de poteaux dont la logique d’organisation ne peut être perçue.

3Représentant une surface terrassée de près de 5000 m2, l'intervention préventive réalisée en 2003, en révélant plus de 580 structures excavées qui ont livré près de 12 m3 de mobilier céramique (fig. 2), constitue l'occasion de préciser modalités, répertoire et chronologie des productions. La partition de l'espace décapé en deux secteurs renvoie à deux grandes phases de production identifiées d'emblée.

Fig. 2. Sevrey ‘Les Tupiniers’. Plan général du décapage.

1. Secteur I

4Avec 201 structures excavées dispersées sur 3018 m2, le secteur I offre de bonnes conditions de lecture des aménagements (fig. 3). Après la présentation de l'unique four détecté, l'analyse architecturale des plans cohérents mis en évidence sera développée.

Fig. 3. Sevrey, secteur I. Localisation des édifices identifiés et des structures livrant les ensembles mobiliers retenus pour l'analyse céramologique.

a. Le four

5Partiellement fouillé lors de l'opération de diagnostic (Rollier, 2002), l'unique four identifié dans le secteur I a largement souffert, en dépit d'un rebouchage rapide, de la décompression liée à l’étude de son remplissage initial. Dégradée, indurée plus que cuite, la structure ne permet que des commentaires limités (fig. 4). Orienté selon un axe nord-est/sud-ouest, d'une longueur totale de 2,78 m, le four se décomposerait ainsi en une aire de chauffe d'une longueur estimée à 0,93 m et un alandier d'une longueur proche de 0,75 m débouchant sur une chambre de chauffe circulaire d'un diamètre de 1,10 m. La dégradation particulière de l'espace assimilé à l'alandier n'autorise qu'une estimation des largeurs initiales. Voisine de 0,75 m au contact de l'aire de chauffe, la largeur de l'alandier se réduit à 0,55 m au contact de la chambre de chauffe. La présence de deux reliefs au centre de la chambre de chauffe caractérise la structure. D'une hauteur de 0,10 m, réservés lors du creusement, ils contribuent à ménager des canaux de circulation des gaz chauds. Ne montrant aucune trace d'arrachement, ces deux reliefs ne peuvent être assimilés à un support de sole suspendue permanente. Si l'idée d'une chambre unique, à la fois chambre de chauffe et laboratoire, peut être avancée, la présence de nombreux fragments de tuiles de facture antique permet d'évoquer le recours à un dispositif temporaire supportant la charge à cuire.

Fig. 4. Sevrey, secteur I. Plan et profil du four 1.

b. Les bâtiments

  • 1  L'emploi de l'expression « trou de poteau » nous paraît impliquer l'idée d'une dépression produite (...)

6L'analyse morphologique des avant-trous1 détectés dans le secteur I et l'examen de leur répartition permettent la restitution de trois édifices rectangulaires montrant des orientations indépendantes. Si les bâtiments 1 et 3 présentent d'évidents liens de parenté et renvoient à un type d'édifice relativement répandu, le bâtiment 2 est plus original dans sa structure et ses proportions.

Bâtiments 1 et 3

7En dépit de problèmes de conservation (érosion, superposition de structures postérieures), le bâtiment 1 peut être globalement restitué (fig. 5). Marqué au sol par 16 avant-trous, l'édifice rectangulaire offre dans son état initial une surface minimale couverte voisine de 16 m2 (4,50 m x 3,60 m), surface portée à 19 m2 à la faveur d'un réaménagement (5,20 m x 3,60 m). Sans permettre la restitution fine du principe constructif adopté, la présence d'une faîtière supportée dans l'axe longitudinal du bâtiment par des poteaux implantés dans les creusements inscrits au centre des faces sud-ouest et nord-est peut être avancée.

  • 2  Particulièrement remarquable à l'échelle du décapage, la présence d'éléments calcaires dans le rem (...)

8Marqué au sol par douze creusements, le bâtiment 3 offre une surface minimale couverte voisine de 25 m2 (5,30 m x 4,70 m). La restitution d'une faîtière supportée dans l'axe longitudinal de l'édifice peut, à l'instar du bâtiment 1, être proposée. L'homogénéité morphologique des avant-trous et la présence d'éléments de calage clairement exogènes montrent ici le grand soin apporté lors de la construction2.

9

Fig. 5. Sevrey, secteur I. Plans et profils des édifices identifiés.

Bâtiment 2

10Souffrant d'un sondage de diagnostic ayant recoupé transversalement l'édifice, le plan du bâtiment 2 ne livre qu'une image partielle de l'aménagement initial (fig. 5). La restitution de trois structures sur la base de la rythmicité observée dans la répartition des creusements étudiés donne à voir un bâtiment à nef unique représentant une surface minimale couverte proche de 29 m2. Le caractère singulier des proportions de la construction (8,70 m x 3,70 m) pourrait être encore renforcé, considérant deux creusements implantés, certes sans respect de l'écartement régulier ailleurs observé, du moins dans le prolongement exact de ses faces nord-ouest et sud-est (longueur alors portée à près de 10 m). La présence d'un dispositif de type enclos complétant le bâtiment doit également être notée ; la parenté morphologique des divers avant-trous et la communauté d'orientation nous paraissent témoigner de leur fonctionnement simultané.

11Si le mobilier recueilli dans le remplissage des avant-trous marquant le plan des divers bâtiments ou aménagements reconnus dans le secteur I permet naturellement leur attribution globale à la première phase de production identifiée à Sevrey, la modestie des lots constitués pour chaque édifice incite à la prudence. Le caractère non clos des ensembles est également à souligner. Les ensembles importants considérés pour l'analyse typologique montrent des variations de détail que ne peuvent refléter les rares fragments exploitables. Avec respectivement pour les bâtiments 1 à 3, 11, 7 et 10 bords identifiables, l'idée de pertinence des lots ne saurait s'imposer. L'absence de tout élément céramique dans le remplissage des avant-trous marquant le plan du bâtiment 1 dans son état initial paraît néanmoins significative. Mis en rapport avec la « pollution » inhérente à l'activité potière, le défaut de mobilier permet la formulation de l'hypothèse d'une implantation sinon indépendante, du moins préalable à toute production céramique d'ampleur. Admettant le bien fondé de l'analyse proposée pour le bâtiment 2 (édifice complété d'un dispositif contemporain de type enclos), l'antériorité de l'édifice 1 peut, sur la base d'un net recoupement, être une nouvelle fois affirmée.

c. Les fosses

12Réutilisées en zones de dépotoir, les fosses identifiées dans l'environnement des bâtiments décrits n'autorisent qu'exceptionnellement l'approche de leur fonction première. La fosse 1004, vaste excavation polylobée au profil irrégulier, paraît ainsi correspondre à une zone d'extraction de terre liée au fonctionnement du four voisin ; la fosse 1144, en dépit de sa faible profondeur, pourrait être un puits donnant accès à la nappe sub-affleurante.

13Considérées isolément des opérations préventives menées à la périphérie de la zone étudiée, les structures reconnues secteur I pourraient, en raison de leur relative dispersion, être situées en marge d'un éventuel centre produisant massivement. La mise en évidence, à l'échelle du territoire communal, d'épandages localisés et de dépotoirs et structures isolés permet, sans toutefois exclure la possibilité d'un pôle dense, d’envisager une production à partir d'entités dispersées. Mis en rapport avec une production indiscutablement massive, reconnue à la faveur des prospections de surface, des travaux menés dans la zone d'embarquement sur la Saône (Port Guillot à 2,7 km), des attributions proposées sur des sites de consommation dispersés sur une vaste aire géographique, le caractère relativement ténu des vestiges observés impose la plus grande prudence dans l'analyse globale des conditions de l'activité.

2. Secteur II

  • 3  Le travail de sériation des creusements sur la base de variables considérées isolément puis de faç (...)

14Avec 380 structures excavées essentiellement concentrées en bordure nord-ouest de l'espace considéré, le secteur II pose d'évidents problèmes d'identification d'ensembles structurés. Devant l'échec relatif du travail de sériation informatisée des avant-trous étudiés3, le recours à une approche empirique est ici nécessaire. Assimilés à des dispositifs de drainage et de délimitation parcellaire, les fossés présumés contemporains des installations artisanales fournissent les orientations fortes guidant la recherche (fig. 6).

Fig. 6. Sevrey, secteur II. Localisation des édifices identifiés et des structures livrant les ensembles mobiliers retenus pour l'analyse céramologique.

a. Les bâtiments

Bâtiments rectangulaires à six supports verticaux

15Présentant des liens de parenté dans leur structure et leur mode d'implantation (fig. 7), cinq des bâtiments identifiés (bâtiments A à E) semblent relever de l'application d'un même principe constructif. Édifices rectangulaires à nef unique, marqués au sol par six creusements, les bâtiments offrent de plus, B mis à part, des surfaces minimales couvertes voisines, susceptibles de traduire l'existence d'un véritable module. Ainsi, si le bâtiment B représente une surface minimale couverte de 39 m2 (8,30 m x 4,70 m), les bâtiments A, C, D, E montrent des emprises respectives de 31,29, 27,29 m2 (A : 8,20 m x 3,80 m ; C : 7,30 m x 4,00 m ; D : 7,60 m x 3,50 m ; E : 8,20 m x 3,50 m). L'étude des divers avant-trous révèle d'autres similitudes. La grande taille (diamètre, profondeur) des avant-trous marquant pour les bâtiments B, D, E le centre des faces sud-ouest et nord-est ne paraît pas fortuit, même s’il ne permet pas une approche décisive du principe mis en œuvre (faîtière supportée dans l'axe transversal de l'édifice ?). Les diamètres des supports verticaux, repérables au travers de neuf « fantômes » particulièrement lisibles (bâtiments B et C), semblent très proches, voisins de 0,40 m. La pente générale vers le sud-est du niveau de fond des creusements permet enfin d'évoquer un implantation directe sur un sol non plan.

Fig. 7. Sevrey, secteur II. Plans et profils des édifices à six supports verticaux.

Bâtiments rectangulaires à quatre supports verticaux

16Envisageant l'existence d'édifices rectangulaires à quatre supports dans le cadre d'un secteur caractérisé par une forte densité de structures, la tolérance admise dans la géométrie générale des constructions à été particulièrement limitée. Deux bâtiments se dessinent à la faveur de cette réduction du jeu des possibles (fig. 8). Définis comme bâtiment F et G, ils montrent des dimensions identiques (4,00 m x 3,30 m), ainsi que des caractères de parenté avec les édifices précédemment considérés : orientation, écartement des supports pour les faces longues, pendage vers le sud-est des niveaux de fond. Inscrits respectivement dans les bâtiments B et E, ils peuvent correspondre à des aménagements intérieurs ou à des édifices indépendants non contemporains, mais ils ne peuvent être clairement interprétés.

Bâtiment semi-circulaire

17Bâtiment ou enclos, l'aménagement semi-circulaire identifié dans l'angle nord du décapage (bâtiment H) est marqué par des avant-trous de fort diamètre montrant tous des remplissages de teinte marron (teinte remarquable à l'échelle du site). Son plan (fig. 8) ne trouve pas d'équivalent dans la documentation régionale. Si plan, orientation et teinte des remplissages singularisent l'aménagement, le mobilier recueilli s'apparente, sans anticiper sur l'analyse chronologique développée plus bas, à celui des ensembles réunis dans le secteur II.

Fig. 8. Sevrey, secteur II. Plans et profils des bâtiments F, G, H, I.

Bâtiment sur supports plantés

18À proximité de l'édifice H, le bâtiment I est marqué par des trous d'un faible diamètre pouvant témoigner d'un enfoncement des supports verticaux sans creusement préalable (fig. 8). Le plan définirait une structure d'une surface minimale de 25 m2 (3,5 m x 7,2 m). La communauté d'orientation et de proportions avec les bâtiments A à E doit être notée.

19Considérés pour chaque bâtiment, les lots ramenés aux fragments de céramique commune sombre permettent au mieux de confirmer la relation entre édifices et productions céramiques du secteur II. Quantitativement plus importants que les lots disponibles pour les édifices du secteur I, ceux constitués pour chaque bâtiment du secteur II ne livrent qu'un faible nombre de fragments typologiquement exploitables. Ainsi, seuls cinquante-huit fragments peuvent être considérés pour le bâtiment A, trente pour le bâtiment B, quatorze pour C, neuf pour D, dix-neuf pour E, trente-sept pour G, seize pour H, un pour I. Ces trop rares fragments se révèlent inaptes à assurer une attribution précise à l'une ou l'autre des deux phases identifiées au terme de l'étude typo-chronologique. Assimilée à une pollution, la présence de céramique commune claire dans les remplissages considérés peut constituer un marqueur chronologique relatif recevable. Sur la base de l'hypothèse d'une pollution de surface homogène, la proportion de céramique commune claire, céramique progressivement piégée dans le remplissage des creusements successifs, devrait décroître. Sans être pleinement satisfaisant, le phasage obtenu ouvre d'indiscutables perspectives. Les édifices D, C, B nous paraissent ainsi se succéder dans la continuité, au voisinage immédiat, comme le bâtiment E, des fours et de la fosse livrant le lot mobilier identifié par l'étude typo-chronologique comme le plus ancien. Les bâtiments A et H, livrant de la céramique claire dans des proportions moindres, s'implantent à proximité des fosses contenant les mobiliers regroupés à l'étude en un lot légèrement postérieur.

b. Les fours

20À proximité des bâtiments B à G précédemment décrits, deux structures complexes (1340, 1342) révèlent la succession de cinq fours. L'analyse stratigraphique permet un phasage fin de leur utilisation (fig. 9 à 11).

Fig. 9. Sevrey, secteur II. Plan phasé des fours 1 à 3.

Four 1 (structure 1342, phase 1)

21Largement recoupé par les aménagements postérieurs, le premier four implanté dans le secteur II peut néanmoins faire l'objet d'une approche satisfaisante (1342, creusement initial). Excavée dans le substrat, la structure conservée sur une longueur totale de 1,82 m pour une hauteur maximale de 0,1 m donne à voir alandier, chambre de chauffe ou laboratoire. Orientée sur un axe nord-ouest/sud-est, elle se décompose en un alandier court (0,47 m) aux parois rectilignes (largeur de 0,45 m) débouchant en faible pente sur une chambre de chauffe ou un laboratoire ovalaire (longueur de 1,35 m, largeur maximale de 1,02 m). La prudence observée dans la désignation de cet espace tient ici à l'absence d'éléments aptes à caractériser sa fonction. Si l'absence de tout support d'une sole surélevée doit être notée (pile, languette…), un appui sur les seules parois ne saurait être a priori exclu. L'étude des structures postérieures nous incite toutefois à privilégier l'hypothèse d'une chambre unique. La base du creusement définit la sole ici comprise comme surface supportant la charge à cuire.

Fig. 10. Sevrey, secteur II. Stratigraphies phasées des fours 1 à 3.

Four 2 (structure 1342, four 2, phases 1 et 2)

22Superposé au four 1, respectant le même axe, le second four reconnu dans le secteur II paraît succéder de façon non fortuite à l'aménagement antérieur. Si les modifications de taille et de plan observées ne permettent pas de parler de réaménagement de la structure initiale, la substitution semble s'opérer dans la continuité. Abandonnant le plan ovalaire du laboratoire, le four 2 montre une augmentation de volume non négligeable.

23Observé comme pour le four 1 sur une longueur de 0,47 m, l'alandier montre une largeur maximale voisine de 0,80 m (creusement). Les reprises ponctuelles, modifications ou réfections réalisées par rechapage d'argile permettent de reconnaître des largeurs à l'utilisation de 0,72 m, 0,64 m, 0,58 m. Montant légèrement, l'alandier donne accès à un laboratoire circulaire d'un diamètre de 1,60 m, conservé sur une hauteur maximale de 0,48 m.

24L'analyse stratigraphique permet d’identifier deux phases d'utilisation. L'induration du remplissage du four initial (us 7) et la rubéfaction partielle des parois renvoient à une première série de cuissons, réalisée sans chemisage du laboratoire.
La mise en place d'une nouvelle sole et le chemisage du laboratoire (us 6) marquent une seconde phase d'utilisation. Au chemisage du laboratoire obtenu par application d'un enduit argilo-sableux mêlé de tessons, répond la mise en place d'une sole argilo-sableuse englobant une série de demi-vases retournés. Destinés à supporter la charge à cuire en assurant la circulation des gaz chauds, ces demi-vases peuvent être qualifiés de martyrs. Compte tenu d'une fragmentation forte, le nombre de 27 demi-vases identifiés peut être majoré.

Four 3 (structure 1340, phases 1 à 3)

25Réutilisant la dépression constituée par le four 2 partiellement comblé (1342, us 3 et 2), un troisième four s'implante, affectant une orientation inédite. Utilisant désormais le four 2 comme aire de chauffe, le four 3 montre une longueur initiale voisine de 4 m. Observé sur une longueur de 0,5 m, l'alandier, d'une largeur minimale de 0,72 m, débouche par un pan incliné sur un laboratoire circulaire d'un diamètre voisin de 1,9 m, conservé sur une hauteur de 0,4 m. La rubéfaction partielle des parois produites par creusement témoigne d'une première phase d'utilisation sans chemisage du laboratoire ; la dégradation de la sole ne permet pas de repérer les traces d'éventuels demi-vases martyrs.

26L'abandon de l'alandier initial détermine une modification significative de la structure de cuisson. Conservant globalement le laboratoire de la phase 1, le four se développe sur un axe nord-ouest/ sud-est et atteint une longueur totale de 4,25 m. Recoupant ou réutilisant deux structures antérieures (1341, us 5, 1341, us 4, 4bis et 6), l'aire de chauffe montre un plan irrégulier. Observé sur une longueur de 0,52 m, l'alandier d'une largeur voisine de 0,84 m débouche en faible montée sur un laboratoire ramené à un diamètre de 1,76 m. L'obturation soignée de l'alandier primitif et le chemisage du laboratoire sont obtenus par application d'un enduit argilo-limoneux incluant quelques éclats calcaires. La sole correspondant à la phase 1 est conservée, bien que dégradée.

27Après un comblement partiel du laboratoire, de l'alandier (1340, us 5) et de l'aire de chauffe (1341, us 2 et 3), le réaménagement d'une sole (1340, us 4) marque une troisième phase d'utilisation. Constituée d'un apport argilo-limoneux exempt d'inclusion et fortement compacté, la sole supporte un ensemble de demi-vases martyrs. Le chemisage du laboratoire est associé à cette ultime phase de fonctionnement du four 3.

Four 4 (structure 1340, us 1 et 2)

28Initialement interprétées comme marquant une quatrième phase d'utilisation du four 3, les unités stratigraphiques 1 et 2, par leur localisation et leur extension, semblent plutôt constituer une structure de combustion autonome. Se développant dans l'alandier du four 3, l'us 2 constituée d'un apport argilo-limoneux exempt d'inclusion et fortement compacté, correspond à l'aménagement d'une sole et le demi-vase retourné, recueilli us 1, à un demi-vase martyr. L'hypothèse d'un piégeage de ces unités stratigraphiques, sous l'effet d'un affaissement du comblement sous-jacent (1340 - us 3, 1341 - us 1), nous paraît devoir être privilégiée. La présence d'une zone rubéfiée, au nord-est du laboratoire du four 3, témoignerait également de la présence d'un four surmontant les aménagements antérieurs.

Fig. 11. Sevrey. Stratigraphie phasée des fours 3 à 4 et localisation des vestiges du four 5. Évolution de l'altitude absolue des soles des fours identifiés.

Four 5 (structure 1343)

29La présence d'un cinquième four doit être notée, en marge du décapage. Conservé sous forme d'une portion de sole constituée d'un remblai argilo-limoneux compacté et localement fortement rubéfié, ce four s'installe sur l'aire de chauffe comblée des fours 1 et 2.

  • 4  L'enfournement de pièces renversées est ici privilégié sur la base des pratiques actuelles ou docu (...)

30L'absence d'éléments d'enfournement, de cales destinées à assurer à la fois le maintien de la charge à cuire et la circulation des gaz chauds dans le laboratoire, ne saurait, à l'échelle du site, être attribuée à quelque problème d'enfouissement ou de conservation. L'examen des teintes prises à la cuisson par les nombreuses pièces complètes renvoie à un empilement direct des produits crus. Presque systématiquement lisibles sur les fonds des récipients recueillis, les traces des embouchures des pots les surmontant se dessinent nettement sous forme de disques de teintes atténuées4. L'indiscutable économie des moyens mis en œuvre lors de la réalisation des structures de cuisson étudiées secteur II (demi-vases martyrs…) incite à proposer la restitution de fours simples de type four cheminée. Les fragments de parois conservés renforcent l'idée d'une chambre unique affectant une forme cylindrique ou tronconique. Ouvert à son sommet, le laboratoire serait, durant la cuisson, partiellement obturé à l'aide de divers matériaux.

31La méconnaissance des niveaux de circulation contemporains du fonctionnement des fours dans leurs différentes phases, en ne permettant aucune approche fiable de leur enfouissement relatif, ne s'oppose pas au dégagement d'une tendance générale (fig. 11). Si l'accumulation en surface de déchets peut aboutir à un exhaussement du sol comparable dans ses proportions à l'élévation progressive constatée pour les bases des laboratoires, le processus d'édification des fours semble s'affranchir des contraintes ou qualités du substrat. Le passage est amorcé entre structures obtenues par creusement et fours construits hors du sol.

  • 5  Menée dans des conditions extrêmes immédiatement au nord-est de la zone d'étude, l'intervention d’ (...)

32La succession d'installations morphologiquement proches sur la base de principes généraux d'organisation stables paraît renvoyer à une production clairement structurée. Au contraire des vestiges du secteur I suggérant la dispersion et la relative mobilité d'officines multiples, le secteur II montre, au Moyen Âge central, concentration et fixation des structures de production. Non reconnue archéologiquement, l'existence d'un axe structurant en limite nord-ouest du décapage semble déterminante. Masquée par le réseau routier actuel, une voie attire et conditionne l'installation d'ateliers regroupés, au point que l'idée d'un véritable quartier artisanal s'impose5. Aujourd'hui peu lisible, le tracé de l'axe enregistré dans le découpage parcellaire moderne montre une mise en relation directe des zones d'approvisionnement probables en bois et argile et des installations de production et un débouché rapide vers les aménagements portuaires de Port Guillot, sur la Saône.

II. Le mobilier céramique

33Outre le fait de permettre la constitution d’une documentation de référence pour les ateliers du groupe de Sevrey, la fouille aux Tupiniers donne l’occasion de réviser la typo-chronologie fondée sur des travaux anciens. À cette fin, l’exploitation de données archéométriques telles que le radiocarbone et la thermoluminescence a été prévue. Toujours en terme de chronologie, l’étude du mobilier céramique tend à démontrer s’il y a rupture ou continuité entre les deux phases de productions nettement repérées aux cours de la fouille, caractérisées par deux types de cuisson distincts et des répertoires singuliers. Une série de planches est proposée pour chacun des lots, formant ainsi un essai de typologie des différentes productions de l’atelier. Le traitement du mobilier a été principalement axé sur le matériel céramique du secteur I afin de donner au lecteur une base de comparaison avec les études engagées sur les lots découverts sur les sites de consommation.

34Devant la masse de matériel à traiter, une évaluation d’ordre statistique de la production a été favorisée : mise en évidence de stéréotypes, proportions relatives des différentes formes et types, proportions relatives des différents modules en vue d’une réflexion sommaire sur l’utilisation des pièces de vaisselle et bien évidemment mise en avant de tous les critères spécifiques, aussi bien dans la mise en œuvre que dans le décor.

  • 6  Est entendu par « ensemble » une collection de vases découverte dans un même fait archéologique ou (...)

35La définition des catégories céramiques prises en compte s’est révélée relativement simple. Deux lots6 ont été distingués : la céramique claire, cuite en mode A selon le classement proposé par M. Picon (Picon, 1974 ; abrégée CC) et la céramique sombre, de teinte grise, cuite en mode B (abrégée CS). Nous reviendrons en détail sur la description des pâtes lors de l’examen de chaque groupe.

36Rappelons enfin le statut particulier du mobilier : les objets, sans conteste des rejets d’officines, présentent parfois des défauts de tournage (asymétrie, malformation de la lèvre, amincissement excessif des parois, déformation du galbe du vase lors du retrait du tour : enfoncement de la panse, empreintes de doigts…), mais essentiellement des traces consécutives à des accidents de cuisson : du coup de flammes à la vitrification partielle ou totale des pièces, éclatement et déformation, fusion de plusieurs vases entre eux… Dans certains cas, l’attribution à l’une ou l’autre des catégories techniques a pu se révéler ambiguë et s’appuie surtout sur la typologie.

37La méthode de comptage engagée devait satisfaire à deux exigences principales : donner une image précise des différentes séries disponibles et permettre la comparaison de site à site. En raison de la quantité de matériel prélevé lors de la fouille (240 caisses représentant un volume de plus de 12 m3), nous n’avons pas tenté le remontage des vases en vue d’un comptage en NMI (Arcelin, Tuffreau-Libre, 1998, p. 141-157). Le temps imparti à cet exercice aurait été démesurément long et le travail rendu difficile et laborieux faute de connaissances approfondies de la typologie à ce stade primaire du traitement du mobilier. Pour cette raison, un tri-inventaire basé uniquement sur les bords a été privilégié, les fragments de panses et les fonds étant seulement isolés et pesés ; les pièces entières y ont été incluses. Au sein de chaque structure ou unité stratigraphique, les fragments ont été triés selon des critères fixes, à savoir par forme générique, par type, par décor au sein de chaque type et enfin par diamètre maximal de la lèvre. Ensuite, pour chaque groupe de tessons ainsi formé, on a mesuré la longueur de la corde cumulée (soit la distance interne entre les deux extrémités du fragment de lèvre) ; le chiffre obtenu, divisé par le périmètre du vase, offre un chiffre envisagé comme le Nombre de Vases Minimal (NVM). Cette méthode proche du comptage des équivalents-vases a semblé la plus aisée à mettre en place et la moins lourde d’exploitation. À ce premier dénombrement s’ajoute un comptage par tessons (NR) et le pesage de chaque lot.

38Deux cas particuliers ont imposé un comptage spécifique. Premièrement, les vases entiers ont été comptabilisés comme une unité, sans mesure de la corde ; deuxièmement, pour les cruches, qui se distinguent le plus souvent des pots par l’unique présence d’une anse ou d’un bec pincé et afin de pallier une absence ou sous représentation de cette catégorie fonctionnelle, nous avons choisi de procéder à un comptage en NMI de ces éléments spécifiques.

39La réalisation d’une typologie répond à l'obligation de présenter de manière exhaustive, au sein d’une catégorie céramique définie, le répertoire des formes identifiées. Remarquons que si l’on a choisi de traiter les lots des Tupiniers en parfaite autonomie par rapport aux précédentes publications et travaux effectués - afin d’éviter d’éventuels a priori - il ne peut être totalement fait abstraction de ces recherches : il est évident que nous sommes parvenus à des conclusions souvent similaires quant aux catégories et aux formes principales rencontrées. Dans les commentaires de la typologie et par souci de clarté, certaines dénominations employées reprennent celles usitées par d’autres avant nous ; à l’inverse, d’autres termes seront omis, faute d’adéquation stricte des qualificatifs. Par ailleurs, en raison de la fragmentation importante de certaines pièces, leur identification fonctionnelle a parfois nécessité un parallèle avec des documents antérieurs.

  • 7  Dans les planches typologiques présentées, certains numéros de types ont été supprimés après tri g (...)

40Nous avons fait le choix d’une typologie ouverte. Cette méthode souple permet des rectifications éventuelles au cours de la phase de tri, des « refontes » entre variantes et l’avantage précieux de permettre l’insertion de tous nouveaux types découverts par la suite. Le répertoire typologique s’organise donc de la manière suivante : lorsque cela s'imposait, à savoir lorsque la forme regroupe plusieurs types distincts, un code a été attribué à la forme générique, définie au préalable, et un numéro à la variante ou type. Chaque type répond à des critères physiques précis ; toute variante jugée pertinente donne naissance à un nouveau numéro. La numérotation a été effectuée au sein de chaque forme de 1 à l’infini7.

1. Le mobilier céramique du secteur I

  • 8 Les ensembles représentatifs correspondent à des ensembles clos comptabilisant au minimum 70 indivi (...)

41Le lot des poteries inventoriées dans le secteur I comptabilise 1675 vases minimums (9568 tessons de bords) pour un poids d’environ 800 kilogrammes (poids cumulés des lèvres, panses et fonds). Douze structures composent l’inventaire, mais les commentaires et réflexions porteront sur les structures ou ensembles représentatifs8 quantitativement (fig. 12), soit les faits archéologiques 1003, 1004 (A, B, C, D), 1102, 1144 (inter. et sup.) et 1170 (A et B). Ces cinq faits regroupent plus de 80 % des poteries étudiées. La structure 1103 a été isolée : dès la phase de tri, la grande diversité des types, mais surtout la part réduite dévolue aux formes du service bistre, ainsi que la présence de nombreux couvercles et de pièces mal tournées (essais) sont apparues comme des critères la distinguant des autres fosses (cf. infra fig. 29).

Fig. 12. Comptages par faits archéologiques du secteur I.

a. Caractéristiques techniques et stylistiques

  • 9  L’observation des lames minces a permis l’identification d’autres minéraux en faible quantité tels (...)
  • 10  À l’instar de l’étude de Y. Petident (Petident, 1994). L'approche du mobilier conditionnée par la (...)

42Les pâtes claires correspondent, selon les auteurs, au « groupe I » (Renimel, 1974), à la « céramique bistre » (Faure-Boucharlat, 2001) ou « à pâte orange » (Mani, 2004). Il s’agit de pâte beige-orangé à brune, siliceuse, plus ou moins fine, souvent grossière, avec des gros grains de quartz blanc et translucide, de feldspaths et des oxydes de fer parfois de grande taille visibles à l’œil nu (d’où la fréquente confusion avec la chamotte)9. Certaines pâtes présentent des points noirs (d’origine organique ?), des nodules d’argile pure ou encore des points de chaux. La texture est le plus fréquemment hétérogène. Les cassures sont irrégulières et les pâtes sonores, dures mais cassables à la main. Aucun traitement de surface n’a été identifié, aucune trace de badigeon, d’engobe ou de peinture. Les vases sont toujours tournés mais de qualité médiocre, exécutés sans grand soin. Le fond est détaché à la ficelle, sans reprise. La paroi extérieure peut être décorée de lignes horizontales incisées et plus fréquemment de décors à la molette constitués de motifs géométriques simples ; il a été tenté un échantillonnage des molettes repérées lors de la phase de tri (fig. 13) - sans que ce relevé n’ait révélé une répartition particulière des motifs dans les différentes fosses ou selon les types morphologiques10.

Fig. 13. Sevrey. Échantillonnage des molettes.

  • 11  Le motif de ligne épaisse ondulée est un thème récurrent sur les vases en pâte claire mis au jour (...)

43Une grande homogénéité typologique singularise ce groupe céramique ; bien qu’il s’agisse d’un contexte d’atelier, les essais, variantes uniques ou fantaisistes apparaissent en nombre très limité ; cette remarque vaut également pour la céramique du secteur II.
Remarquons que le décor de lignes sinueuses, mentionné dans des travaux précédents11(Mani, 2004, p. 196)comme appartenant au répertoire décoratif des ateliers de Sevrey, est représenté par une seule pièce : une bouteille, à lèvre en bandeau droit et à col court (fig. 16, n° 17), forme relativement rare, à décor de lignes ondulées sur l’épaule.

  • 12  Les exemplaires découverts sur le site des Tupiniers ne présentent pas un traitement de surface li (...)
  • 13  Analyses par fluorescence X en cours.
  • 14  Cette hypothèse pourrait être validée puisqu’à l’exception du couvercle, toutes les autres formes (...)

44Un petit lot doit être isolé. La pâte est fine, calcaire, sans dégraissant visible à l’œil nu, de teinte plutôt grise à blanche ; la surface est lisse12, pas ou peu profondément enfumée, d’aspect pulvérulent. Nous ne pouvons avoir la certitude qu’il s’agit de productions de l’atelier13. Leur faible représentation mais surtout le fait qu’il s’agisse souvent de pièces typologiquement uniques, laisse un doute : peut-être s’agit-il de vases en consommation rejetés sur le site de production ? ou de « pièces modèle14 » fabriquées ailleurs et présentes dans l’atelier en vue d’en faire des copies ?… Notons à ce sujet que dans tous les cas ces vases sont de petite taille et qu’ils ont été découverts dans une même structure (fosse 1170) : il s’agit d’un bol à bord convergent (fig. 16, n° 14), d’un gobelet biconique lisse au profil adouci (fig. 18, n° 5), d’une coupelle vaguement tronconique (fig. 19, n° 8) et enfin d’un petit couvercle à emboîtement (fig. 21, n° 15). Une « bouteille » globulaire, à col court et panse décorée, mise au jour dans la fosse 1108, pourrait être rattachée à ce groupe marginal (fig. 16, n° 15).

b. Le répertoire typologique

Le « service bistre » : formes typiques des ateliers de Sevrey, Les Tupiniers (fig. 14)

45L’appellation de « service bistre », créée lors de l'analyse du mobilier en contexte de consommation (Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 67), englobe de manière récurrente quatre formes typologiques ; elles figurent toutes parmi l’inventaire de l’atelier.

Fig. 14. Le « service bistre ».

46Le pot (fig. 15 et 16, nos 1 à 7) : forme fermée à col court pas ou peu marqué et fond plat ; son usage est multiple. La lèvre peut être aménagée pour recevoir un couvercle. Le profil reprend globalement celui des produits du Bas-Empire : il est le plus souvent ovoïde, parfois globulaire à pansu. Le haut de la panse est souligné par une série de rainures fines ou, pour plus de la moitié de la série, orné par impression d'une molette. Quantitativement, cette forme domine très largement puisqu'elle représente plus de 60 % du lot inventorié. Les vases sont de dimensions très variables (diamètre à l’ouverture compris entre 8 et 26 cm).

Fig. 15. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-6. Pot P 1 ; 7-13. P 3 ; 14-17. P 4 ; 18. P 3/4 ? ; 19-20. P 5 ; 21. P 6.

  • 15  Remarquons que le type 1 présente une ouverture généralement plus large : 76 % des P1 ont un diamè (...)
  • 16  Par référence aux normes de description typologique utilisées par le groupe de recherche sur la cé (...)

47Si une grande variété de lèvres a été reconnue, deux types majeurs sont identifiables : le P1 à lèvre éversée de section triangulaire15 et le P3 à lèvre de section rectangulaire à triangulaire marquée d'une gorge interne ou d'un sillon profond. Ces deux variantes correspondraient au bord en « proto-bandeau »16 ou « bandeau de la première génération ». Elles sont exclusivement identifiées en pâte claire. Rappelons que ces pots à cuire, encore très proches du répertoire antique, ne constituent pas une originalité de l’atelier des Tupiniers : des récipients comparables sont connus dans une vaste aire géographique au début du Moyen Âge. Des similitudes ont été notées entre les régions champenoise, alpine, bourguignonne et jurassienne - à tel point que l’on a envisagé, pour ces deux dernières, l’hypothèse d’ateliers à large diffusion (Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 70).

  • 17  D’un diamètre à l’ouverture de 10 ou 11 centimètres : argument en faveur de son association – sa c (...)
  • 18  Cette forme correspond au type PC1c dans Mani, 2002, fig. 5.

48Le type P4 se singularise par une lèvre en bandeau droit à légèrement incliné (qui correspondrait au « bandeau de la deuxième génération »). Six autres types ont été isolés. Ils restent rares même en contexte de production, mais ils méritent d'être signalés car ils semblent spécifiques à certains ensembles stratigraphiques : pot à lèvre de section carrée (P5), à lèvre pendante (P6), en bourrelet simple (P7), à lèvre éversée arrondie et marquée d’un méplat supérieur (P917), à lèvre en amande (P10) et enfin à lèvre agrémentée d'une gorge sur la partie supérieure externe (P1118).

Fig. 16. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-3. Pot P 7 ; 4-5. P 9 ; 6-7. P 10 ; 8. P 11 ; 9-10. gobelet tulipiforme ; 11. gobelet ovoïde ; 12-14. bol à bord convergent ; 15-18. bouteille.

  • 19  Les deux cruches complètes (type CRUC 1 structure 1005) ont des contenances de 0,6 litre et 1,2 li (...)
  • 20  Cette faible proportion est confirmée sur les sites de consommation où la catégorie fonctionnelle (...)

49La cruche (fig. 17, nos 1 à 5) : forme fermée de petite taille (maximum 15 cm de hauteur19) et de profil globulaire, à col plus ou moins resserré, munie d’une anse en boudin nervuré et généralement d’un bec verseur. En raison de la fragmentation des pièces, la distinction avec les pots est rendue difficile, d’où une possible sous-estimation de cette catégorie fonctionnelle. D’après nos comptages, cette catégorie se reconnaît dans une proportion de 7 à 8 % en moyenne au sein des structures inventoriées20, exception faite des fosses 1003 et 1108 qui en recensent deux fois moins. À l’image des pots à usage culinaire, la panse est lisse ou décorée de bandes horizontales à la molette.

  • 21  Forme connue à Sevrey Les Chagnots (fouilles Vaxelaire 1994 ; Mani, 2002, fig. 9).
  • 22  Forme connue à Sevrey Les Chagnots (fouilles Vaxelaire 1994 ; Mani, 2002, fig. 9).

50Quatre types ont été distingués d’après la morphologie des lèvres. Le premier apparaît comme le plus fréquent (CRUC1 ; 43,5 %) : il se caractérise par un rebord similaire à celui du P3, soit une section rectangulaire à triangulaire et une gorge interne profonde ; l’anse s’accroche directement sur le bord et cette forme est toujours agrémentée d’un bec. Le type CRUC2 présente une lèvre en bandeau droit avec verseur (« bandeau de la deuxième génération »21). Il a été reconnu en céramique commune claire mais aussi en pâte grise. Les cruches 4 sont d’identification délicate faute de bec verseur systématique : on doit donc envisager une confusion avec les P9 et 10 pour les vases incomplets. La faiblesse numérique de ces deux types de pots pourrait être un argument en ce sens. La cruche 4, qui représente près de 20 % du lot, possède une lèvre éversée, parfois aplatie, sans gorge interne. À noter que celle-ci n’est comptabilisée que dans les structures 1144, 1170A, 1103 et 1006 où elle équivaut au type le plus présent (environ la moitié des cruches)22. Le type 5 a été observé en deux exemplaires, l’un en pâte orange, l’autre en pâte grise grossière (cuisson réductrice volontaire ?) : il pourrait s’agir d’une variante du P11 puisque le bandeau droit est ici marqué d’un sillon à l’extérieur et d’une gorge interne.

Fig. 17. Sevrey, typologie de la céramique bistre (sauf CRUC 5). 1. Cruche CRUC 1 ; 2. CRUC 2 ; 3. CRUC 4 ; 4-5. CRUC 5 (pâte grise fine) ; 6-7. pot à bec tubulaire ; 8-9. récipient à anse de panier, et proposition de reconstitution d'une gargoulette ansée.

  • 23  Les pièces au-delà de 25 cm de diamètre sont rares cependant.
  • 24  Cette variante ne paraît pas aujourd’hui très pertinente puisqu’elle a été mise au jour dans des n (...)

51Le bol à collerette ou mortier (fig. 20, nos 11 à 15) : forme ouverte et profonde, aux parois obliques à légèrement arrondies. Elle est l’héritière des mortiers antiques. Elle est pourvue d’une collerette sous la lèvre et munie d’un bec verseur obtenu par écrasement du rebord ; le bord est rentrant (MOR1 ; 62,5 %) ou vertical (MOR2). Cette production se caractérise par une pâte toujours grossière, à l’inverse des autres récipients de qualités variables. Son diamètre maximal oscille entre 15 et 34 cm23. La dénomination de mortier est cependant impropre car elle se réfère plus à la morphologie globale du vase qu’elle n’indique une fonction en cuisine : l’intérieur du vase n’est jamais agrémenté d’une râpe et le bec est presque toujours inutilisable. Aux Tupiniers, près de 16 % des pièces inventoriées étaient décorées à la molette sur la collerette, sur la panse à l’extérieur ou encore sur les deux parties précitées. Il semble que ce détail, bien qu’il ne soit pas systématique, particularise l’atelier : les autres sites de production du groupe de la forêt de La Ferté ne semblent pas avoir décoré ces bols. Une variante a été repérée en trois exemplaires (MOR3) : il s’agit d’un mortier de type 2 avec un ressaut marqué sous la collerette lui donnant un profil externe tronconique24.

  • 25  Les deux-tiers des types 1 et 2, les plus fréquents, proposant un diamètre à l'ouverture compris e (...)
  • 26  La rareté de la forme BC4 semble être assez spécifique au site des Tupiniers car la forme a été re (...)

52Le bol caréné (fig. 20, nos 1 à 10) : forme ouverte, assez profonde, destinée à la consommation des aliments. Elle paraît largement inspirée des céramiques dérivées de sigillées utilisées durant l’antiquité tardive. Sa taille est très diversifiée : les diamètres varient de 10 à 23 cm25. Elle se caractérise par un bord haut, vertical à légèrement oblique, une carène pincée peu saillante (soulignée par une ou deux rainures parallèles) et un fond plat, sans pied. La lèvre est peu détachée, éversée ou en bourrelet. Le bord peut être lisse, rainuré de deux ou trois sillons, ou encore décoré de bandes parallèles effectuées à la molette (57 % du lot inventorié). Quatre variantes ont été distinguées sur des critères morphologiques. Le type 1 (BC1) propose un rebord droit au-dessus d’une carène marquée, un décor à la molette ou de simples rainures ; le type 2 présente un profil franchement évasé et une carène adoucie (version lisse et décorée ; BC2). La distinction de cette variante ne paraît plus aujourd'hui aussi significative qu’au cours de la phase de tri : le nombre de vases est anecdotique (10 NVM) et ces pièces sont présentes dans quasiment toutes les structures étudiées. Il est possible qu'il s'agisse plutôt de pièces affaissées ou mal montées. Il pourrait en être de même pour les variantes 3 et 4, comptabilisées chacune en un exemplaire et plutôt à comparer, sur l’atelier des Tupiniers, à des essais (avortés ?) de formes nouvelles : le type BC3 propose une gorge profonde sur le rebord interne et le BC4 un bord très court, orné ou lisse26.

Les formes « secondaires » de l’atelier de production

53Au nombre d’une douzaine, ces formes représentent pourtant toujours moins du quart du matériel céramique inventorié sur le secteur I : il s’agit de vases dévolus à un usage individuel, culinaire ou d’agrément.

  • 27  Forme équivalente aux « pots à rebord convergent » cités dans Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 68.

54Gobelet tulipiforme27 : forme haute et fermée de petit module dont la panse, très peu renflée, présente parfois un décor à la molette (fig. 16, nos 8 à 10). La lèvre infléchie en bourrelet succède à un bord haut légèrement convergent. Aucun vase complet ne nous est parvenu mais, à l’image de toute la production de l’atelier, le fond devait être plat sans pied. D’un diamètre à l’ouverture compris en moyenne autour de 10/12 centimètres, ces pièces devaient être utilisées comme vases à boire, sur le modèle des gobelets en céramique fine de la période antique. Ce groupe compose un lot numériquement faible puisque seule une trentaine de vases a été recensée.

55Gobelet tronconique (fig. 18, nos 7 à 10) : forme ouverte à panse légèrement renflée et fond plat. Le diamètre à l’ouverture s’échelonne entre 10 et 17 centimètres, offrant des modules assez variés. Comme les formes précédentes, le nombre de gobelets tronconiques calculé est faible (une vingtaine d’individus). Le rebord est généralement droit et biseauté ou marqué d’une gorge sur le dessus (GT 1), à peine ourlé vers l’extérieur. Ce dernier critère, ainsi que le décor de stries horizontales fréquemment observé, impose la comparaison typologique avec les séries de vases en pierre ollaire connues dans l’est de l’Empire d’occident. Un exemplaire présente cependant un rebord à bourrelet interne saillant, une panse franchement oblique et un décor à la molette. Une unique pièce correspond au second type distingué (GT 2) : il s’agit d’un petit gobelet individuel ansé à lèvre en bourrelet éversée (le rapprochant des gobelets tulipiformes bien que la forme soit ici ouverte). L’anse en boudin écrasé est directement accrochée sur le bord. Il porte une décoration de mauvaise qualité obtenue à la molette. À noter l’existence d’une miniature (fig. 22, n° 11, st. 1103), assez grossière et de mauvaise facture, que l’on attribue à un éventuel essai pratiqué par un potier novice (?). Ces vases ont été produits en pâte claire bien que deux individus aient subi une cuisson réductrice (volontaire ?).

56Gobelet biconique ou tripartite (fig. 18, nos 1 à 6) : vase tripartite dont la panse reprend la forme biconique tandis qu’une encolure plus ou moins haute constitue la troisième partie du profil. Les formes des Tupiniers renvoient au module « bas » (diamètre maximal ne dépassant pas la hauteur) qui serait un critère de précocité (Mathiaut, 2000 ; Legros-Mathiaut, à paraître). Un décor de baguette en relief souligne toujours les angles de la panse et celle-ci est parfois décorée à la molette (pour 40 % des vases de ce type). Cette forme est attestée en céramique commune claire (produite sur place comme l’attestent les ratés de cuisson) mais aussi pour la moitié des vases, en pâte sombre grossière ou fine. Les dimensions sont très variables, laissant perplexe quant à leur usage (de 7 à 18 cm de diamètre à l’ouverture). Une trentaine de ratés de cuisson ont été comptabilisés.

Fig. 18. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-6. Gobelet biconique ; 7-9. GT1 ; 10. GT2 ; 11. marmite.

57Bol à bord convergent (fig. 16, nos 12 à 14) : forme basse de petite taille (diamètre à l’ouverture autour de 10 cm), dont la panse renflée marque une carène douce. Héritière de la forme de l’antiquité tardive Portout 60 (Pernon, 1990), elle devait être destinée à la consommation des liquides ou à la présentation de condiments ou sauces. Le rebord simple peut être souligné d’un sillon. Trois individus ont été comptabilisés et tous sont morphologiquement différents dans le détail ; deux sont en pâte claire beige ou orangée et un en pâte mi-fine grise (production de l’atelier ?).

  • 28  Mathiaut, 2000, p. 51 (site de Dampierre-sur-le-Doubs) et fiche 100 (site de Chaussin, Jura) ; Ex- (...)

58Pot à bec tubulaire (fig. 16, nos 6 et 7) : forme fermée à lèvre éversée épaissie ou en bourrelet, avec un petit col souligné d’un léger ressaut. Le seul élément caractéristique de cette forme - d’où sa très faible représentation (5 NMI) - est un court goulot pincé, accroché sous le rebord et débordant à peine de la lèvre. Aucun exemplaire complet n’a été mis au jour mais le profil de ces pièces devait être proche de celui des pots, à savoir une panse arrondie voire globulaire avec un fond plat (?). À leur image, un décor à la molette orne la panse de certains exemplaires. À noter la très forte similitude du profil avec les cruches de type 4 et donc leur possible confusion puisque ces deux formes sont issues des mêmes faits archéologiques et que leurs dimensions sont souvent semblables. De plus, les rares exemplaires publiés présentent une anse sur ce modèle28. La fonction de cette forme rare reste inconnue. Elle est destinée à recevoir des liquides, c’est une évidence, mais en quoi se distingue-t-elle des cruches ? Il ne semble pas que l’on puisse envisager dans cette forme une évolution du service à verser traditionnel : souvent associée aux cruches, elle serait plutôt complémentaire du service à liquide et pourrait être assimilée aux « gargoulettes » à fonction de rafraîchissement.

  • 29  Cette forme existe, dans un état tout aussi fragmentaire, à Sevrey Les Chagnots (fouilles Vaxelair (...)

59Une série d’anses de panier (fig. 17, nos 8 et 9), parfois encore collées à des fragments de rebord en bourrelet, pourrait aussi être associée à cette forme : les diamètres sont similaires et un tel système de préhension paraît viable sur la cruche à bec tubulaire, permettant ainsi de verser aisément le liquide contenu dans celle-ci mais surtout assurant une certaine stabilité du vase plein lors de son transport. Pourtant, en l’absence de vase associant ce goulot et cette anse, et faute de comparaison sur les sites consommateurs ou sur sites producteurs contemporains, cela reste une hypothèse29.

60Bouteille (fig. 16, nos 15 à 18) : forme globulaire à col court et plutôt étroit ; le rebord est simple, légèrement biseauté. Un exemplaire présente une lèvre en bandeau court ; c’est par ailleurs l’unique exemplaire décoré de lignes ondées alors que les autres pièces attribuées à cette catégorie fonctionnelle présentent un décor de casiers imprimés à la molette sur la panse mais aussi sur le col. La forme existe en pâte bistre et en pâte sombre grossière.

Fig. 19. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-4. Jatte JT1 ; 5. JT2 ; 6-7. JT 3 ; 8-9. coupelle tronconique ; 10-13. bol hémisphérique.

  • 30  Forme connue à Sevrey Les Chagnots (fouilles Vaxelaire 1994) avec de plus grands diamètres (20/24 (...)

61Bol ou jatte hémisphérique (fig. 19, nos 10 à 13) : forme ouverte à panse arrondie et lèvre en bourrelet, dans la lignée des marmites des IIe et IIIe siècles produites dans la région chalonnaise (Joly, 1996). Le module de ces pièces varie du simple au double (de 11 à 19 cm). Elles sont exclusivement produites en pâte claire30.

62Jatte tronconique (fig. 19, nos 1 à 7) : forme ouverte, basse, d’un module variable (de 11 à 26 cm de diamètre maximal), produite en céramique commune claire et en pâte grise (un exemplaire dans la structure 1003). Elle paraît relativement rare dans l’officine avec seulement 21 NVM - remarque confirmée par sa faible représentation sur les sites de consommation. Cette jatte se caractérise par un profil en S plus ou moins anguleux. Sous la carène haute, les parois sont franchement obliques ; le fond est plat. La lèvre est légèrement éversée, en bourrelet ou épaissie (JT1). Quatre exemplaires ont été isolés : il s’agit de deux jattes à profil en S anguleux dont la lèvre est largement éversée (JT2) et de deux autres présentant une carène très adoucie (JT3), en faisant un type intermédiaire avec les jattes hémisphériques.

Fig. 20. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-2. Bol caréné BC1 ; 3-4. BC2 ; 5-6. BC3 ; 7. BC4 ; 8. BC5 ; 9. BC 6 ; 10. BC7 ; 11-12. mortier MOR1 ; 13-14. MOR2 ; 15. MOR3.

Fig. 21. Sevrey, typologie de la céramique bistre (sauf COUV3). 1-3. Jatte à lèvre en marli ; 4. bassin ; 5-7. couvercle COUV1 ; 8-14. COUV2 ; 15. COUV3 (pâte grise fine).

63Jatte à lèvre en marli (fig. 21, nos 1 à 3) : ont été regroupées sous cette appellation commune, cinq jattes profondes aux parois obliques arrondies, munies d’une lèvre épaisse en marli. Aucune forme complète n’a été observée. Leur diamètre moyen avoisine les 25/26 cm, mais un exemplaire a un diamètre de 36 cm. L’une d’elles est agrémentée sur le rebord de tétons (sur tout le pourtour ?) dont l’usage reste mystérieux : système destiné à engager un couvercle perforé sur le bord afin d’assurer une étanchéité maximale ou, inversement, système destiné à surélever très légèrement un couvercle ?... jeu du potier ?

  • 31  Un exemplaire complet découvert en prospection dans la Saône, au niveau de port Guillot et deux au (...)

64Marmite (fig. 18, n° 11) : dix-neuf marmites ont été identifiées d’après la morphologie spécifique de la lèvre (épaissie et éversée), le grand diamètre d’ouverture (25/30 cm) et les larges anses nervurées. Pourtant seul un exemplaire archéologiquement complet nous est parvenu ; la fragmentation de ce dernier ne nous permet pas de vérifier la présence d’un bec verseur pourtant attesté sur les trois exemplaires connus conservés dans les réserves du musée Denon de Chalon-sur-Saône31. Tout comme la majorité des formes fermées, la panse est parfois ornée à la molette.

65Bassin (fig. 21, n° 4) : forme profonde à large ouverture (de 24 à 34 cm de diamètre) ; la lèvre est épaisse, en bourrelet, et la panse est arrondie, sans décor. Elle semble assez marginale (3 NVM).

66Couvercle (fig. 21, nos5 à 14) : à peine une quarantaine de couvercles ont été identifiés dans les structures étudiées (2,4 % du lot). Dans le détail, tous sont différents mais deux types ont été distingués d’après la morphologie de la lèvre : le COUV1 propose une lèvre simple, pas ou peu reprise ; le COUV2 présente une lèvre travaillée, en boule, pincée…. Leurs diamètres oscillent entre 9,5 et 24 cm, ce qui implique leur usage aussi bien sur les pots que sur les jattes ou bols. Quelques couvercles ont été décorés à la molette sur le rebord externe mais aussi à l’intérieur. La provenance du couvercle type 3, à emboîtement, reste problématique : produit en pâte mi-fine sombre, son attribution aux officines des Tupiniers ne peut être garantie.

  • 32  Les deux exemplaires découverts en Saône au cours du XIXe siècle et présentés dans les vitrines du (...)

67Lampe (fig. 22, nos 2 et 3) : deux types de lampes ont été observés : l’un avec un pied haut lisse cannelé32, l’autre sans. La cuve destinée à recevoir la graisse est large et munie d’un bec.

Fig. 22. Sevrey, typologie de la céramique bistre. Lampes et essais

Remarque sur la composition des ensembles céramiques dans les structures

68L'étude du mobilier céramique en contexte de production aurait dû permettre un commentaire sur la variabilité des formes. Dans cette optique, la contenance de tous les pots complets - seule catégorie fonctionnelle en nombre suffisant pour permettre une image graphique pertinente - a été mesurée (en litres) ; hélas, ils sont en nombre limité et la démonstration s’en trouve faussée. Il apparaît cependant clairement que la capacité des pots progresse de façon linéaire (fig. 23) : il s’agit donc d’une production raisonnée, où les contenances progressent régulièrement par quart de litre entre 1 et 2,5 litres.

Fig. 23. Contenance moyenne des pots de type 3 (en litres).

69Concernant les quatre formes du « service bistre », une dernière observation peut être faite quant au rapport des formes entre elles. Dans les fosses dépotoirs de la zone d’ateliers de Tupiniers, pour sept pots rejetés en moyenne, une cruche, un bol et un mortier ont été comptabilisés. Ce rapport ne semble pas pouvoir être mis sur le compte de la fragilité des parois globulaires, ni imputé au fait que nous ayons affaire à du mobilier en position de rejet, puisqu’il se reconnaît globalement en consommation (Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 67, fig. 21). Ceci ne fait que valider les associations de formes au sein des différents lots, confirmant ainsi la représentativité des faits traités. La forte proportion des formes fermées globulaires impose donc un usage multiple de ces pièces (par ailleurs attestées sur les sites consommateurs) : leurs caractéristiques techniques permettent un emploi sur ou près du feu comme vase à cuire ; la variabilité des modules ainsi que la morphologie des rebords suggèrent un emploi comme pots de transport, de conservation et de stockage des denrées alimentaires.

2. Le mobilier céramique du secteur II

70L’inventaire du mobilier issu du secteur II comptabilise un nombre minimal de 428 pièces pour 2141 tessons de lèvres. Il tient compte de cinq faits archéologiques distincts (fosses dépotoirs et comblement de fours) : structure 1282 (us 1 à 5 ; 165 NVM), 1340 (us 1 à 5 ; 45 NVM), 1342 (us 1 à 3 ; 54 NVM), 1382 (us 1 ; 102 NVM) et 1434 (us 1, 3 et 4 ; 62 NVM).

a. Caractéristiques techniques et stylistiques

  • 33  Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 248, fig. 7 : site de Reyrieux, le Bourg et l'École : décors digit (...)

71À l’exception de quelques fragments résiduels de céramiques à pâte orangée ou beige correspondant aux productions du secteur I, l’ensemble du matériel fait référence au « groupe II » de Sevrey défini par S. Renimel, repris ensuite par Y. Petident (Renimel, 1974 ; Petident, 1994, p. 22). De structure grossière, la pâte est siliceuse, avec de gros grains de quartz et d’oxydes de fer, de teinte gris clair à gris bleuté soutenu. La surface est granuleuse au toucher. De grosses inclusions noires semblables à de la matière vitrifiée sont remarquées ponctuellement sur cassure fraîche. Ces céramiques sont généralement très bien cuites, sans défaut majeur. L’emploi de la molette semble révolu. Par contre, trois pots globulaires présentent un décor de lignes ondées (fig. 24, n° 8) et des tessons, non attribuables à une forme, un ornement de bandeaux digités verticaux33

b. Répertoire typologique

72Le répertoire typologique est bien moins varié que pour la céramique bistre : il se résume à un grosse série de formes fermées égale à près de 95 % des rejets de production et à quelques formes ouvertes parfois identifiées à l’unité.

Fig. 24. Sevrey, typologie de la céramique grise. 1-3. POT1 ; 4-8. POT2 ; 9. POT3.

  • 34  Souvent au nombre de quatre, elles correspondent au positionnement d'une main à plat sur le rebord (...)
  • 35  99 vases minimums ont été comptabilisés pour ce second type.

73Pot (fig. 24) : forme fermée à panse globulaire, col court peu marqué et fond lenticulaire rectifié après enlèvement du tour. Globalement les pièces s'inscrivent dans un carré (le diamètre maximal de la panse est égal ou presque à la hauteur). Deux types ont été distingués d'après les profils de la lèvre. Le type 1 est caractérisé par une lèvre en bandeau ou poulie généralement incurvée, légèrement déversée, un col et un épaulement marqués de multiples cannelures de la largeur d'un doigt34 (POT1 ; Renimel, 1974, fig. 23). Presque 250 individus ont été recensés. Si le poids moyen d'une pièce oscille du simple au double, ces pots à cuire sont relativement standardisés puisque 80 % d'entre eux ont un diamètre de 13 ou 14 cm. Le type 235 se caractérise quant à lui par une lèvre oblique en bourrelet, parfois marquée par une gorge interne (POT2). La liaison col/panse est le plus souvent soulignée par un ressaut mais quelques exemplaires présentent, comme le type précédent, une succession de cannelures. Aucun décor n'a été identifié, hormis une ou deux lignes ondées incisées sur le col ; ce motif est d’ailleurs exclusif du pot de type 2. Les diamètres les plus fréquents se situent entre 13 et 15 cm. Les deux séries sont toujours présentes en association dans les structures et unités stratigraphiques exploitées lors de l'inventaire.
Deux individus caractérisés par une lèvre en bourrelet, un bord convergent et une carène adoucie (POT3) ont aussi été identifiés dans la structure 1342.

  • 36  Précisons aussi l’existence d’un pot de type P1 à col cannelé et lèvre en bandeau agrémenté d’un b (...)

74Cruche (fig. 25 et 26, n° 1) : forme globulaire munie d'une anse et d'un bec verseur. Le fond est bombé, rectifié après enlèvement du tour. Les diamètres à l’ouverture varient entre 12 et 15 cm. Trois types ont été isolés : le premier (C1) correspond au pot type 2 décrit précédemment auquel ont été adjoints une anse en ruban large, creusée, et un bec obtenu par étirement du rebord. L'identification de cette forme est dépendante de la présence de l'un de ces éléments ; il est donc possible que certaines pièces aient été comptabilisées en tant que pots globulaires ; les comptages doivent cependant n'être que très insensiblement faussés puisque cette forme paraît relativement rare (seulement quatre individus). Le deuxième type (C2), plus fréquent (55 individus), se définit par un bec ponté et une lèvre horizontale de section rectangulaire à arrondie. L'anse est plate et large. Elle s’attache sur la lèvre. La liaison col/panse est renforcée par deux ou trois ressauts. Ces deux premières variantes sont généralement de grande contenance (3,5 litres à plus de 4 litres) laissant supposer un usage en tant que réserve de liquide plutôt que comme vase de service. À noter la présence d'un unique exemplaire (st. 1282) de pot sans anse à bec verseur (C 3). Cette forme est présente dans les découvertes de la Saône et dans les dépotoirs du site des Chagnots à Sevrey ; l’exemplaire des Tupiniers est de petit volume (à peine un litre)36.

Fig. 25. Sevrey, typologie de la céramique grise. 1. Cruche C1 ; 2. C2.

Fig. 26. Sevrey, typologie de la céramique grise. 1. Cruche C3 ; 2-4. gourde.

75Gourde (fig. 26, nos 2 à 4) : forme globulaire pourvue d'un petit goulot avec verseur (systématique ?), flanqué de deux petites anses, destinée à la conservation et au service des liquides. Elle n'est représentée que par trois exemplaires ; le plus complet provenant du four 1342 (en contexte de réemploi comme élément de calage).

  • 37  Deux tessons de forme comparable ont été observés dans des trous de poteaux.

76Marmite ? (fig. 27, n° 1) : forme ouverte à large diamètre, dont la lèvre rectangulaire oblique devait recevoir un couvercle. Elle n'est supposée que d'après un unique fragment37 et n'a pas trouvé de comparaison dans la littérature consultée.

77Bassin (fig. 27, nos 2 à 8) : forme ouverte et profonde à large ouverture. Les quelques exemplaires sont tous uniques morphologiquement. Deux types ont cependant été distingués : le premier (BAS1) est muni d’une lèvre épaisse horizontale marquée d'une gorge plus ou moins profonde permettant de caler éventuellement un couvercle ; le second (BAS2) présente une lèvre déversée en bourrelet ou en amande. La panse est arrondie, sans décor, et le fond est plat. La forme semble peu produite, mais elle figure dans l'inventaire de toutes les fosses de rejets. Une identification comme couvre-feu pourrait être proposée pour les plus grands modules.

78Jatte tronconique (fig. 27, n° 9) : déjà attestée dans le répertoire de la phase de production précédente (céramique bistre JT 1) ; une seule pièce a été comptabilisée dans cette catégorie technique. À noter ses grandes dimensions, inconnues en pâte claire (diamètre à l'ouverture : 30 cm).

  • 38  Qui n’est pas sans rappeler certains bouchons d'amphores antiques.

79Couvercle (fig. 27, nos 10 à 12) : la production de couvercles paraît anecdotique puisqu'elle n'est illustrée dans ce secteur que par trois individus (st. 1282, 1342 et 1382). Ils appartiennent à des types distincts : le premier (CV 1) correspond à une forme standard, sans lèvre aménagée, sans décor, avec un bouton de préhension rapidement modelé (équivalente au type 1 de la céramique commune claire) ; le second (CV 2) est plus caractéristique. Il s'agit d’un bouchon cannelé très plat38 pouvant être utilisé lors du transport des denrées alimentaires. Les deux exemplaires recensés ont un diamètre voisin de 14 cm laissant supposer leur emploi en association avec les pots globulaires et la cruche de type 2.

Fig. 27. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1. Marmite ? ; 2-3. bassin BAS1 ; 4-7. BAS2 ; 8. BAS1/2 ? ; 9. jatte tronconique ; 10. couvercle CV1 ; 11. CV2 ; 12. couvercle de baratte ?

  • 39  Une forme similaire figure parmi les quelques éléments cuits en mode réducteur en provenance de l’ (...)

80Il faut noter la présence d'un couvercle (?) perforé, de petite taille, susceptible de s'adapter sur un goulot de bouteille par exemple (5 centimètres de diamètre). Ce fragment (fig. 27, n° 12), identifié comme un couvercle de baratte (?), n'a pas trouvé de comparaison en contexte de consommation régional contemporain39; la texture de la pâte ne laisse pourtant aucun doute quant à la provenance de ce tesson.

81Tout comme pour les poteries claires, l’examen des contenances des formes fermées montre une évolution linéaire et continue (fig. 28). À nouveau, la grande variabilité des dimensions du pot de type 1, notamment, laisse entrevoir un usage multiple en cuisine, mais aussi comme pot de conservation pour les plus grands. L’absence de pièces de vaisselle dont la taille autorise un usage individuel (à l’image des bols carénés en pâtes claires) laisse supposer le recours à de la vaisselle en bois.

Fig. 28. Contenance en litre des pots de type 1 et 2.

3. Observations générales, essai de caractérisation de lots céramiques et chronologie

a. Le secteur I et la céramique bistre

82À première vue, le mobilier du secteur I se caractérise par une grande homogénéité. Les ensembles sont parfois modestes mais ils sont uniformes. Cette première constatation faite sur un site d’atelier implique - toujours dans notre recherche d’éventuelle sériation typo-chronologique des ateliers des Tupiniers - la mise à l’essai d’hypothèses fondées sur des données et variantes souvent très faibles numériquement, incitant évidemment à la prudence. Une série de mises en garde s’impose donc. La sériation reflète une certaine réalité morphologique des lots inventoriés et il faut donc garder en mémoire le problème de la représentativité des ensembles céramiques. Le mode d’enfouissement a-t-il joué sur le contenu des dépotoirs ? Est-ce le reflet de la production à un moment donné ? Le reflet de la production ponctuelle d’un artisan potier « spécialisé » dans la production de certains types bien précis - ce qui impliquerait une éventuelle organisation ou répartition des tâches au sein de l’atelier de production ? Même si le nombre global de vases pris en compte est loin d’être négligeable (puisqu’il s’élève à plusieurs centaines), le nombre de structures concernées encourage à réserver notre jugement : cinq fosses dépotoirs ne peuvent représenter de manière concrète et globale la production potière d’un (ou de plusieurs) atelier(s) actif(s) durant plus d’un siècle !

83Nous allons donc proposer une distinction des différents lots en hiérarchisant les critères testés et tenter de présenter l’évolution de la production en nous fondant principalement sur ce qui est apparu dès la phase de tri comme le « produit référence » de l’atelier soit les éléments du service bistre (fig. 29). Nous essaierons de l’affiner ou de la compléter en observant les formes dites secondaires.

Fig. 29. Proportion du service bistre par faits archéologiques.

84Comme cela vient d’être évoqué, le critère technique (cuisson, façonnage, qualité des argiles…) ne semble pas être valable, de prime abord, pour la différenciation d’une éventuelle répartition chronologique des structures. De même, le critère métrique des vases ne peut être proposé : la distribution des modules de vases dans les fosses (taille, contenance, rapport hauteur/diamètre…), et particulièrement en ce qui concerne les pots, ne paraît pas significative ; chaque fosse livre un éventail de vases plus ou moins large, mais globalement identique d’une structure à l’autre.
La présence de quelques vases en pâte sombre n’offre aucune information intéressante : on ignore, à ce stade de l’étude, si tous les tessons sont des productions de l’atelier et leur présence a été constatée dans quasiment toutes les structures. De plus, cette catégorie atteint à peine 2 % sur cette zone.
La proportion des formes ouvertes au sein du service varie peu d’une structure à l’autre ; les formes fermées sont toujours majoritaires (autour de 80 %).

  • 40  La structure 1103 fait exception, avec une proportion de « seulement » 69 % de vases se rapportant (...)

85Le « service bistre » apparaît incontestablement comme le « produit phare » de l’atelier des Tupiniers : il représente entre 75 et 95 % du mobilier de chaque fait (fig. 29)40. Un certain nombre de remarques s’imposent pourtant : premièrement, on peut relever une plus faible part dévolue à ces formes dans les structures 1103 et 1170 (fig. 29), sans pour autant affirmer la viabilité statistique de cette seule donnée. Deuxièmement, la proportion entre vases identifiés décorés et lisses varie selon les faits : les vases décorés à la molette sont très largement majoritaires dans les fosses 1003, 1102 et 1144 tandis que les vases lisses prédominent dans le dépotoir 1170. Leur proportion est quasiment égale dans la structure 1004. Troisièmement, dans le groupe des pots, les deux types les mieux représentés sont toujours le pot P1 et le pot P3. La dernière variante à gorge interne est en nombre supérieur ou égal au type 1, exception faite dans la structure 1170 où le P1 est franchement majoritaire. Par ailleurs, le P4 à lèvre en bandeau (dit de la « deuxième génération ») se reconnaît uniquement dans la structure 1144, tandis que les autres variantes ont été observées dans plusieurs faits - leur faible nombre ne permet pas de commentaire objectif.

86Dans le groupe des cruches, bien moins nombreuses (8/9 % du service bistre), les types les plus fréquents sont la CRUC1 et la CRUC4. Si la première variante a été identifiée dans quasiment toutes les structures, la cruche à lèvre éversée n’a été observée que dans la structure 1144, le four F1 (structure 3, sondage 3), les fosses 1006, 1103 et 1170. Notons qu’elle est la plus abondante dans ces trois derniers faits. La cruche à lèvre en bandeau droit apparaît dans tous les niveaux, à l’exception de la fosse 1003 qui se distingue, pour ce groupe fonctionnel comme pour celui des pots (fig. 30), par une faible variété des types recensés. La variante 5 n’a été identifiée que dans la fosse 1144.

Fig. 30. Répartition des types de pots par faits archéologiques (* : présence inf. à 5 %).

87Les commentaires sur les groupes des bols carénés et des mortiers sont limités. Le type BC1, sans décor, est en position secondaire partout, sauf dans la fosse 1170 où il représente les trois quarts de la forme - ce qui corrobore la remarque faite précédemment sur les éléments décorés. Les types de mortiers sont quant à eux souvent en proportion équivalente (la variante 2 étant nombreuse en 1094, 1144 et 1103).
Au vu du tableau récapitulatif (fig. 31), il apparaît que la fosse 1170 s’individualise nettement. Elle présente des divergences de taille avec les quatre autres faits archéologiques concernés par l’étude céramologique.

Fig. 31. Spécification des lots céramiques et critères discriminants.

88Les observations faites sur les formes n’appartenant pas au service bistre sont limitées par le faible nombre d’occurrences recensées pour chacune. Pourtant la présence ou l’absence de certains types assure de nouvelles perspectives : le bol hémisphérique est totalement inexistant dans les structures 1102 et 1144, le gobelet tulipiforme l’est dans la structure 1170 et le gobelet tronconique dans les faits 1003 et 1102. Les bassins n’existent que dans les structures 1004 et 1102 et les récipients à anse de panier que dans les faits 1003, 1004 et 1144. Les cruches à bec tubulaire ont été identifiées dans les fosses 1144 et 1170.
À l’inverse, les gobelets tripartites, les marmites ou encore les couvercles ont été reconnus dans tous les niveaux.

89Ces constatations ont permis de proposer le classement des structures de référence en trois lots distincts par leur contenu, présentés ici dans un ordre tenant compte de l’évolution morphologique des lots : le lot A qui comprend les structures 1102 et 1144 ; le lot B avec les faits 1003 et 1004 ; et enfin le lot C représenté par la structure 1170. Si la distinction entre les lots A et C est relativement claire, leur relation avec le lot B reste plus difficile à envisager.

90Si la définition typologique des lots, telle que nous venons de la présenter, traduit indiscutablement différentes productions (différents ateliers, différentes « mains ») ou différentes fournées, une tentative de chronologie relative des différents lots, au regard des données intrinsèques du mobilier céramique, semble pouvoir aussi être menée. La double difficulté de cet exercice réside dans la détermination de l’ordre chronologique dans lequel doivent être présentés les trois lots et dans la proposition d’une datation relativement précise pour chacun.

91En raison de l’importance du service bistre dans la production de l’atelier, nous avons pris le parti de considérer sa représentativité dans les ensembles comme le critère prédominant pour la répartition dans le temps des lots A, B et C. En effet, les autres critères discriminants, qui nous ont permis de pratiquer la sériation proposée, sont fondés sur des données chiffrées trop faibles, et surtout datés avec trop peu de précision et de certitude sur les sites consommateurs, pour pouvoir trancher sur cette délicate question.

  • 41  Sur les sites de consommation, ce rapport apparaît aussi comme un indice d’évolution chronologique (...)

92Nous avons noté plus haut que la proportion du service bistre dans les structures équivaut à environ 88 % sauf dans le fait 1170 (lot C) où elle ne représente que les trois-quarts du mobilier. Sur les sites de consommation, il est apparu que la proportion dévolue au service régresse, voire devient nulle, faute de régularité dans sa composition, au profit d’un nouveau répertoire en vaisselle sombre au cours du VIIe siècle (Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 67). Cette chute relativement significative s’accorde avec la baisse progressive de la part des pots au sein du service (71 % dans le lot A, 69 % dans le lot B et 64 % dans le lot C). La baisse des pots est d’autant plus marquée que l’on considère le pourcentage des formes fermées au sein du lot céramique entier : de plus de 77 % dans le lot A, il atteint à peine 64 % dans le lot C. A cette baisse doit être associée l’augmentation significative41 de quelques formes ouvertes dans chaque lot, tels les bols carénés qui doublent presque (lot A : 9 % ; lot B : 13 % ; lot C : 16 %), ou les jattes tronconiques qui triplent (de 0,8 % à 2,4 %), ou encore l’apparition des jattes à lèvre en marli - très marginales - dans le lot B.

  • 42  Les travaux de S. Saulnier (Saulnier, 1988) ou plus récemment de M. Kasprzyk (information orale), (...)

93De même, la proportion de vases décorés et des vases lisses ou rainurés s’inverse nettement (fig. 32) : dans les deux premières séries, les vases ayant un développement de panse suffisant sont majoritairement estampés à la roulette ; dans le lot C, ils deviennent plutôt rares. La fréquence du décor pourrait donc être sur ce site de production un critère chronologique pertinent42. Pourtant, une fois encore, il faut nuancer notre propos. En effet, l’inventaire ne concerne que les lèvres et les pièces entières ou archéologiquement complètes (80 NVM environ) et dans ce contexte, la part des vases dont on ignore le développé est supérieure à 50 %. Aussi, les chiffres doivent être faussés par la fragmentation plus ou moins élevée des lots de vaisselle.

  • 43  La présence de ces pâtes grises fines est toutefois attestée parmi le mobilier céramique des autre (...)

94La répartition des vases cuits en mode réducteur pourrait être un nouvel argument en faveur de la différenciation des lots (fig. 33), et ce, malgré la petite place qui leur est dévolue. Pourtant il nous paraît plus prudent de ne pas en tenir compte puisque tous les vases cuits en mode réducteur identifiés dans le lot C (st. 1170) correspondent à des pâtes mi-fines dont l’origine sevrotine n’a pas encore été confirmée43.

Fig. 32. Proportion des vases décorés dans chaque lot.

Fig. 33. Proportion des vases selon le mode de cuisson dans chaque lot.

95Vient ensuite la question de la datation des ensembles céramiques. Les quelques distinctions précisées ci-dessus suggèrent une évolution de la production. Celle-ci peut refléter la diversité des productions au sein de l’atelier, mais aussi être d’ordre chronologique, peut-être sur un laps de temps très court. Faute d’analyses 14C et de datation par thermoluminescence, ce premier argument aurait très bien pu emporter notre adhésion. Pourtant, il reste une supposition puisque l’évolution chronologique des faits est validée par des données absolues. En effet, les faits archéologiques isolés ont tous fait l’objet d’analyse 14C (fig. 34). Les trois lots distingués par l’examen typologique et statistique du mobilier céramique sont en partie validés par cet exercice puisque les lots A et B se différencient aisément du lot C. Par contre l’attribution de chacun à une phase chronologique courte reste un exercice difficile.

  • 44  St. 1144 datation ARC 2343, datation 14C calibrée : 430 cal AD-635 cal AD (pic de probabilité entr (...)
  • 45  St. 1003 datation ARC 2340, datation 14C calibrée : 560 cal AD-765 cal AD (pic de probabilité entr (...)
  • 46  Datation ARC 2346, datation 14C calibrée : 665 cal AD-895 cal AD.

96Le mobilier des structures 1144 et 1102 (lot A) offrirait une fourchette chronologique située entre le Ve siècle et le premier tiers du VIIe siècle44, celui des fosses 1003 et 1004 (lot B) pourrait être plus tardif, soit du VIe à la fin du VIIe siècle45 et celui de la structure 1170 (lot C) produit entre le milieu du VIIe et la fin IXe siècle46. Cette dernière fourchette de dates paraît tardive au regard du mode de cuisson adopté et du répertoire de formes observées par comparaison avec les quelques informations fournies par les sites consommateurs régionaux ; elle pourrait être remise en cause.

97Un recours expérimental aux datations par thermoluminescence a aussi été testé sur le mobilier des fosses 1144, 1003 et 1170 (fig. 34). Les résultats obtenus sont délicats à interpréter - ils ne corroborent que partiellement les datations 14C - d’autant plus que le rapport du laboratoire insiste longuement sur l’hétérogénéité importante des pâtes céramiques, et donc l’impossibilité de travailler sur des doses archéologiques moyennes afin d’obtenir des faibles fourchettes de datation. Il conclut sur son incapacité à se prononcer de manière formelle sur la date des unités stratigraphiques concernées, n’exclut pas leur contemporanéité et propose enfin pour les trois fosses, des dates de dernière cuisson centrées autour de 550 de notre ère (Vander Plaetsen, 2004, p. 8 et 11).

Fig. 34. Sevrey, secteurs I et II. Datations obtenues par le radiocarbone et par la thermoluminescence.

98Ainsi, nous avons considéré que la datation obtenue par l’analyse expérimentale par thermoluminescence ne pouvait être validée pour le matériel de la structure 1170. L’analyse compte cinq échantillons couvrant une phase chronologique très large allant du début du Ier siècle après J.-C. à la première décennie du VIIe siècle (date donnée par l’analyse par thermoluminescence du tesson le plus récent : 310-610) AD). En aucun cas l’ensemble du matériel céramique de la fosse ne peut prétendre refléter un répertoire de tradition gallo-romaine. De même, les corrélations entre ce niveau archéologique et quelques éléments typologiques attestés dans les autres fosses incitent à réfuter un tel décalage chronologique.

  • 47  TL date du tesson le plus récent st. 1144 (510-790) AD.

99La phase chronologique attribuée au lot A pourrait éventuellement être réduite si l’on tient compte des pics de probabilité de l’analyse radiocarbone observés pour les deux structures : la phase de production débuterait au cours de la première moitié du VIe siècle (525 et 530 après J.-C.) - ce que corrobore partiellement l’analyse par thermoluminescence qui donne comme terminus post quem du tesson le plus récent la date de 510 après J.-C47. La comparaison avec le mobilier daté en contexte de consommation va aussi dans ce sens : l’apparition du gobelet tulipiforme se situerait vers le milieu du VIe siècle, de même que celle des vases à boire tronconiques dont la quasi-totalité des individus identifiés est issue de ce lot. Les pots tripartites au profil trapu sont contemporains et ne céderont la place aux éléments plus élancés qu’au cours du VIIe siècle (Châtelet, 2002 ; Legros-Mathiaut, à paraître). Par contre l’examen des récipients à lèvre en bandeau (du pot P4 notamment, exclusif à ce lot rappelons-le) en contexte d’habitats repousserait encore la datation proposée, puisque ceux-ci ne feraient pas leur apparition avant la période de transition entre le VIe et le VIIe siècle. Le lot A serait donc daté d’une phase large couvrant les deux derniers tiers du VIe siècle et le début du VIIe siècle.

100La datation du lot C pourrait également être restreinte. Aux Tupiniers, les premières fabrications céramiques à pâte grise grossière dateraient de la fin du VIIIe siècle (secteur II) ; sur le site, la rupture typologique, mais surtout spatiale, entre les deux phases d’activités est manifeste : elles ne sont pas contemporaines et se succèdent parfaitement en ce lieu. L’apparition de cette nouvelle technologie donnerait alors le terminus ante quem de la production des pâtes bistres et imposerait une datation pour la constitution de ce dernier lot entre le milieu du VIIe siècle et le courant du siècle suivant. De plus, la bonne représentation du service bistre encore enregistrée dans ce niveau, ainsi que la présence de types similaires aux formes des fosses du lot A notamment, incitent à envisager un comblement de cette fosse plutôt au cours du VIIe siècle - vers le milieu du siècle si l’on s’appuie sur les informations déduites de l’étude de la consommation céramique sur plusieurs sites rhône-alpins (Faure-Boucharlat dir., 2001 : Beynost, Simandres…). Enfin, il faut souligner une dernière fois la relative faiblesse numérique de l’échantillonnage céramique du lot C avec à peine 130 individus comptabilisés, d’où, éventuellement, pourrait découler l’absence de certaines formes représentatives comme les pots P4 ou les CRUC5 qui figurent, à elles deux, en moins de dix exemplaires dans le secteur I.

b. Les pâtes sombres : proposition de sériation typo-chonologique et datations

  • 48  Notons cependant qu’il faut rester prudent quant à l’interprétation qui peut être faite des compta (...)
  • 49  Poil, 1997, fig. 94 ; Petident, Poil, 1998, fig.1c. Ces auteurs ajoutent à la liste de formes la c (...)

101Les cinq structures étudiées dans le secteur II composent un lot homogène48. Les formes génériques identifiées en masse restent identiques, quelles que soient les unités stratigraphiques au sein de chaque structure mais aussi quels que soient les faits archéologiques concernés. Ainsi, sans aucune originalité, le vaisselier-type produit aux Tupiniers se caractérise par des pots globulaires à lèvre éversée mais surtout à bord en poulie, des cruches à bec ponté et quelques larges et profondes bassines ; ces formes semblent définir le faciès céramique du Val de Saône bourguignon au cours du Xe siècle49. Les comparaisons des structures entre elles, et notamment l’exploitation des données statistiques, n’appellent guère de remarques. Vu le nombre d’occurrences parfois prises en compte, il pourrait être reproché leur manque de pertinence et leur faible valeur scientifique. Pourtant ces remarques reflètent la démarche analytique testée et sont validées par les analyses en laboratoire.

102Deux lots pourraient de nouveau être distingués : le lot A, regroupant les faits 1282, 1340 et 1342 (fig. 35 et 37), est caractérisé par une plus grande variété typologique avec une bonne proportion de POT 1 (un tiers des pots), la présence du POT 3, des trois variantes de cruches, de gourde, de jatte et du couvercle plat (type 2).

Fig. 35. Caractérisation typologique du lot A (pâtes sombres).

Fig. 36. Caractérisation typologique du lot B (pâtes sombre).

103Le lot B, regroupant les structures 1434 et 1382 (fig. 36 et 37), se différencie par une plus forte part dévolue aux pots à lèvre en bandeau (90 % dans la structure 1382), la présence exclusive de la cruche à bec ponté (C2) et du couvercle type 1. Enfin, c’est aussi dans ce dernier groupe qu’ont été identifiées les pièces décorées. Les vases semblent plus standardisés, comme tendrait à le prouver l’examen de la hauteur du bandeau des pots de type 1 (fig. 38).

Fig. 37. Répartition des types par lots (graphique de gauche : lot A ; graphique de droite : lot B).

Fig. 38. POT 1 : répartition de la hauteur des bandeaux (proportion d’après comptage en NR ; graphique de gauche : lot A ; graphique de droite : lot B).

  • 50  St. 1340, datation ARC 2347, datation 14C calibrée : 775 cal AD-985 cal AD ; st. 1342, datation AR (...)
  • 51  St. 1434, datation ARC 2344, datation 14C calibrée : 785 cal AD-1025 cal AD (pic de probabilité en (...)

104Cette sériation, pratiquée sur des critères morphologiques et typologiques, est confirmée par les datations absolues (fig. 34). Le lot A serait daté du IXe siècle (dernier tiers VIIIe / début Xe siècle au plus tôt50). Le lot B serait quant à lui plutôt centré sur le Xe siècle (fin IXe / courant du XIe siècle)51. La structure 1282 n’ayant pas fourni de charbon a été incluse dans le premier lot d’après son inventaire céramologique.

c. Une production intermédiaire à proximité des Tupiniers ?

105La présence, dans diverses structures participant des bâtiments A, B, C, D et G du secteur II, de bandeaux en poulie de hauteur réduite (en moyenne autour de 0,8 centimètre) montrant une gorge interne parfois marquée et de fonds plats décollés à la ficelle et non repris, doit être notée. Cuits en mode B, ces fragments semblent illustrer une phase de production intermédiaire non directement identifiée à l’échelle du décapage réalisé. Le réexamen des collections rassemblées lors de la fouille d’un four morphologiquement proche de celui du secteur I, à quelques mètres au nord des installations présentées ici (four 1 lotissement des Acacias, 1975, M. Augros, inédit), pourrait confirmer l’origine de ces éléments. La reconnaissance de quelques formes du répertoire bistre dans ce lot de pâte grise (P1, P4, P5, P9, P11 ?, J3) ne fait que conforter l’hypothèse d’une production transitoire aux deux phases principales des Tupiniers.

106Il est intéressant de préciser que ces dernières formes, « copiées » en pâte sombre, sont, d’après notre découpage, caractéristiques des lots A et B du secteur I ; ceci tendrait à appuyer l’idée selon laquelle les lots A, B et C du secteur I seraient éventuellement partiellement synchrones au vu des données disponibles à ce jour. Cette contemporanéité équivaut cependant certainement à une période de production relativement courte, à l’échelle de l’activité potière de la forêt de La Ferté, durant laquelle ont été rejetés ces vases - période impossible à subdiviser. Reste à l’argumentaire en faveur d’une datation globale des structures du secteur I, le fait que certaines formes soient communes aux lots A et C, que les cruches de type 2 (lèvre de la deuxième génération) soient présentes dans toutes les structures, que les rares tessons de pots à lèvre en bandeau attestés comme les plus récents en contexte de consommation soient dans la première série, ou encore que les types datants (comme les gobelets tronconiques ou tripartites bas) apparaissent en association avec les éléments du service bistre au cours d’une phase chronologique assez limitée qui recouvre les datations proposées dans ce texte pour le mobilier des fosses dépotoirs.

Conclusion

107Ainsi, en l’attente de nouvelles découvertes confirmant l’existence de cette phase de production intermédiaire et donc d’une continuité de l’activité céramique à Sevrey, les deux ensembles céramiques observés aux Tupiniers correspondent à deux phases de production dissociées, qui se succèdent sans se chevaucher. Typologiquement et techniquement, les lots de vaisselle sont très différents et ne laissent entrevoir aucune phase d’essai ou tâtonnement.

108Le secteur I s’illustre par une production quasi exclusive de pâtes claires, un répertoire typologique standardisé, dans la tradition antique, mais encore varié, dont l’évolution ne semble se faire que sur des points de détails durant plus d’un siècle : le nombre de pots baisse au profit des formes ouvertes de grand diamètre ; les gobelets caractérisent essentiellement les premières phases de production. Le secteur II, ayant fourni du mobilier à pâte sombre uniquement, offre un répertoire restreint à une dizaine de formes au début. Il se limitera ensuite à des pots à cuire, des cruches de grande taille et de larges jattes. Il s’agit essentiellement de vaisselle à usage courant (en cuisine ou de stockage en réserve) : les récipients individuels n’existent plus. Enfin, aucune forme, aucun type n’est commun au deux secteurs de production ; aucune forme en pâte grise ne semble être directement dérivée des produits bistres.

109En terme de datation, la rupture est moins nette. Le secteur I aurait été productif entre le milieu du VIe et le milieu du VIIe siècle - ce qui implique une certaine stabilité des débouchés pendant trois ou quatre générations - et les structures potières du secteur II utilisées aux IXe et Xe siècles.

110Dans ce cadre, l’étude typologique systématique et cartographiée des ensembles céramiques régionaux en contexte de consommation pourrait éventuellement affiner la chronologie. Pour cela, elle devrait cependant être associée à un examen des pâtes confirmant la provenance sevrotine des pièces puisque le degré de standardisation des vaisseliers, et notamment du « service bistre », est élevé pour la période mérovingienne. En effet, si ces catégories semblent largement diffusées dans la vallée de la Saône, dans l’Ain et en Côte-d’Or essentiellement et de manière moins exclusive sur les sites jurassiens et lyonnais, l’attribution systématique aux ateliers de Sevrey est aujourd’hui à réprouver. Le récent article de C. Mani le prouve (Mani, 2004), les officines de Sevrey se rattachent à un groupe de production régional dit « groupe de la Forêt de la Ferté », dont la production et la qualité des argiles sont relativement standardisées, mais, et l’analyse pétrographique et chimique d’une série d’échantillons prélevés sur divers sites consommateurs du couloir du Val de Saône le confirme, d’autres ateliers restent à découvrir.

111Il convient enfin d’insister, malgré les limites de cette présente étude, sur le caractère exceptionnel de cette découverte : à ce jour, en France, rares sont les ateliers médiévaux fouillés ayant produit en masse et sur une longue durée (Saran, Argonne…). De plus, le site de Sevrey, au travers de l’examen du mobilier des Tupiniers, a bénéficié de l’intérêt cumulé de plusieurs groupes de recherche et propose ainsi aux archéologues une base de référence fournie avec plan des structures de production et notamment des fours, référentiel des compositions chimiques, typologie et datations absolues.

Annexe 1

Remarques au sujet des vases tripartites de l’atelier des tupiniers (A. Legros)

112Sept structures ont livré des céramiques tripartites et trente-neuf individus ont été identifiés. La structure 1144 en a livré à elle seule vingt et un. Sont dénommées tripartites les céramiques dont le profil se divise en trois parties : bas de panse, haut de panse, encolure. Ces trois parties sont généralement séparées par des inflexions marquées, souvent soulignées d’un bourrelet. Une grande quantité de bords (26) ont été classés dans ce groupe et donnent une idée de la hauteur de l'encolure, généralement courte par rapport au diamètre de l'ouverture. Cette information, ajoutée aux dimensions connues des pots dont le profil est plus complet, permettent de préciser que ces pots sont dans leur grande majorité plus larges que hauts et peuvent être qualifiés de pots tripartites bas. Les quelques exemplaires dont les profils sont presque complets correspondent à des formes assez trapues, où la hauteur est comprise entre 65 et 80 % de la largeur. Les carènes sont arrondies et les cols peu marqués. Les lèvres sont le plus souvent arrondies, plus épaisses que la panse, droites ou légèrement infléchies vers l'extérieur.

113Un seul tesson pourrait éventuellement appartenir à un pot tripartite haut : il pourrait s'agir d'un fragment de bord mais la lèvre n'étant pas conservée, cette attribution reste hypothétique. La paroi, droite, semble assez haute par rapport au diamètre supposé de la céramique et pourrait appartenir aussi bien à un gobelet tronconique qu'à l'encolure d'un pot tripartite haut. Cependant, la finesse de la paroi et le traitement spécial de la surface, probablement enfumée et polie, incitent à privilégier la deuxième hypothèse.

114Les décors sont récurrents. Vingt-deux exemplaires présentent un ou plusieurs bourrelets. Ceux-ci soulignent généralement le col et la carène, mais peuvent également être ajoutés sur l'encolure et le haut de panse. Ils sont de formes très variées, du simple filet de pâte jusqu'au boudin épais, aplatis ou très saillants. Tous ont été tirés de la paroi et aucun cordon rapporté n'a été observé. Les molettes correspondent aux motifs les plus classiques des VIe et VIIe siècles. Sur onze vases ont été utilisées des molettes à double lignes de carrés. Les formats variés des décors, plus ou moins larges, attestent que plusieurs types de molettes ont été utilisés. Deux vases portent un motif de bâtonnets obliques, deux autres portent une double ligne de carrés ponctués d'un motif rayonnant, un dernier mêle ligne de carrés et bâtonnets obliques.

115Les céramiques tripartites sont présentes en grande quantité dans les cimetières des VIe et VIIe siècles, sur une large zone englobant Bourgogne, Franche-Comté, Suisse et Champagne. Dans les sites funéraires voisins de Sevrey, comme Charnay-lès-Chalon (282 individus), Argilly (48 NMI), La Bruyère (24 NMI), Châtenoy-le-Royal, Granges, Saint-Jean-des-Vignes, Trugny ou Seurre, les pots tripartites constituent souvent plus de la moitié du corpus. Ces pots sont en majorité cuits en atmosphère réductrice et leur surface est généralement lissée, voire polie.

116L’atelier des Tupiniers à Sevrey, au cœur d'une région où ces céramiques ont été comptabilisées par centaines, n'en livre finalement que quelques exemplaires. Les formes et les décors de molettes observés ici ont de nombreux parallèles dans les nécropoles citées, mais l'importance statistique de la cuisson oxydante dans le lot des Tupiniers (environ 50 %) est une particularité de l’atelier. Étant donné la faiblesse numérique de ces céramiques par rapport à l'immense production de Sevrey, on peut douter qu'il s'agisse là du centre de production des céramiques trouvées dans les nécropoles voisines. Comme l'utilisation des pots tripartites est également attestée en habitat, il est possible que les quelques exemplaires retrouvés ici aient été destinés à un usage domestique, ce qui pourrait expliquer les caractéristiques de cuisson spécifiques à Sevrey. Les céramiques retrouvées dans les tombes ont le plus souvent été déposées à l'état neuf, aussi la question d'une production particulière mérite-t-elle d'être posée. Il n'est pourtant pas encore possible de dire si une autre unité de production, peut-être sur la commune même, aurait été exclusivement destinée aux céramiques à vocation funéraire, ou si celles-ci étaient mêlées à la production ordinaire.

117La comparaison du corpus de Sevrey avec les exemplaires bien datés des nécropoles voisines permet quelques réflexions. D'une part, les céramiques retrouvées sont très courantes pendant la période mérovingienne : la forme tripartite basse ainsi que les molettes, dont les motifs sont ici très classiques, sont présentes dans les nécropoles sur l'ensemble de la période couverte par le dépôt d'objets dans la tombe, soit du début du VIe siècle jusqu'à la fin du VIIe siècle, ce qui n'élimine pas une possibilité d'utilisation dans d'autres contextes avant et après cette période.

118D'autre part, le corpus de Sevrey est particulier par son homogénéité formelle : tous les pots tripartites conservent des proportions basses, les décors à la molette constituent l'unique ornement de ces vases tandis que les bourrelets ne sont jamais plus de trois par céramique. Encolure haute, décors de quadrillage lissé, multiplication des bourrelets et des lignes de molettes sur toute la hauteur du vase sont des particularités des céramiques du VIIe siècle, comme l'attestent par exemple les exemplaires bien datés de la nécropole d'Argilly.

119Aussi est-on tenté de raisonner par défaut et d'estimer que l'absence de tous ces critères du VIIe siècle indique que la production des Tupiniers, telle qu'elle apparaît dans cet ensemble, reste cantonnée au VIe siècle.

Annexe 2 :

Inventaire et comptage des structures représentatives dusecteur I

Structure 1003 - Structure 1004.

Structure 1102 - Structure 1144.

Annexe 3 :

Inventaire et comptage des structures du secteur II

Haut de page

Bibliographie

Ajot J., 1986, La nécropole mérovingienne de la Croix de Munot à Curtil-sous-Burnand (Saône-et-Loire) : fouilles du docteur Lafond, Rouen, 115 p. (Mém. de l’AFAM, 1).

Arcelin P., Tuffreau-Libre M. dir., 1998, La quantification des céramiques : conditions et protocole, Actes de la table ronde du Centre européen d’archéologie du Mont Beuvray, 7-9 avril 1998, Glux-en-Glenne, 139 p. (Coll. Bibracte, 2).

Armand-Calliat L., 1937, Le chalonnais gallo-romain : répertoire des découvertes archéologiques faites dans l'arrondissement de Chalon,Chalon-sur-Saône, Soc. d’Histoire et d’Archéologie, 296 p. (Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, XXVII).

Armand-Calliat L., 1960a, « Poteries mérovingiennes et carolingiennes découvertes en Chalonnais », R.A.E., t. 11, p. 248-259.

Armand-Calliat L., 1960b, « Répertoire des découvertes faites dans l’arrondissement de Chalon », R.A.E., t. 11, p. 233-239.

Aronovici-Martin Cl., 1977, Les mérovingiens au musée de Dijon, Catalogue d’exposition, Dijon.

Augros M., 1975, Sevrey (71) Les Acacias : sauvetage d'un four médiéval, Rapport de fin d'année.

Augros M., 1976, « Additif à la chronique archéologique, Sevrey », Bull. de la Soc. d’Hist. et d’Archéo. de Chalon-sur-Saône, XLV, p. 43-44.

Augros M., 1996, « L'atelier céramique médiéval de Sevrey », in : 30 ans d'archéologie en Saône-et-Loire, Catalogue d'exposition, Dijon, p. 403-404.

Augros M., Depierre G., 1991, « Les potiers de Sevrey en Val de Saône », Les Dossiers de l'Archéologie : Bourgogne médiévale des mérovingiens aux Grands Ducs, n° 157, février 1991, p. 46-47.

Baudot H., 1860, « Mémoire sur les sépultures des barbares de l'époque mérovingienne découvertes en Bourgogne et particulièrement à Charnay », Mém. de la CACO, t. V-1857/1860, Dijon, p. 127-320 et planches I-XXXVIII.

Billoin D., 1998, Sevrey (71), Les Chagnots, DFS de suivi de travaux, SRA Bourgogne.

Bonnamour L., 1987, « Les marchandises : répartition des vases de Sevrey trouvés en Saône, VIIe-XVe siècles », in : Bourgogne médiévale, la mémoire du sol : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d'exposition, Dijon, p. 236-237.

Bonnamour L.,1992, « Fouille d'aménagements médiévaux dans le lit de la Saône au sud de Chalon », R.A.E., 43, fasc. 2, p. 353-378.

Canat de Chizy M., 1884, « Les tupiniers de Sevrey », Mémoires de la Soc. d’Hist. et d’Archéo. de Chalon-sur-Saône, VII, p. 156-167.

Catteddu I., 1994, « Mobilier céramique mérovingien sur le site de Genlis ‘Le Joannot-La Borde’ (21) », in : Boire et manger en Bourgogne : usages et fonctions du mobilier archéologique, du Néolithique au Moyen Âge, p. 99-102 (Cahiers Archéologiques de Bourgogne, 5).

Catteddu I., Clavel B., Ruas M.-P., 1992, « L’habitat rural mérovingien de Genlis (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 43, fasc. 1, p. 39-89.

Châtelet M., 2002, La céramique du Haut Moyen Âge du sud de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade) : typologie, chronologie, technologie, économie et culture, Montagnac, éd. Mergoil (coll. Europe médiévale, 5).

Chopelain P., 1981, « Argilly, nécropole mérovingienne », Mém. de la CACO, t. XXXII-1980-81, p. 89-95.

Chopelain P., 1983, « Argilly, nécropole mérovingienne », Mém. de la CACO, t. XXXIII-1983, p. 83-86

Chopelain P., 1986, « Argilly, nécropole mérovingienne », Mém. de la CACO, t. XXXVI-1984-86, p. 95-98.

Chopelain P., 1993, « Argilly, nécropole mérovingienne », in : La céramique médiévale en Bourgogne, PCR, paragraphe III 1.

Chopelain P., Gaillard de Sémainville H., 1989, Une nécropole mérovingienne dans la plaine de la Saône, Dijon (Bourgogne archéologique, 6).

Chopelain P., Gaillard de Sémainville H., Maerten M., 1985, « La nécropole mérovingienne d'Argilly : bilan et présentation provisoire », La Physiophile, 102, Montceau-les-Mines, p. 37-52.

Cura A., Van der Plaetsen L., 2004, Datation par radiocarbone, Site des Tupiniers, Sevrey (France), Rapport inédit d’analyse de 10 échantillons, ARCHEOLABS.

Delor-Ahü A., Simonin O., 2004, Sevrey, Les Tupiniers, Rapport final d'opération, SRA Bourgogne, Dijon.

Dufournier D., 1987, « Éléments de technologie appliqués à la fouille de fours de potier médiévaux », Archéologie Médiévale, XVII, p. 143-151.

Ex-pots : Céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Catalogue d’exposition, Montbéliard, 1995.

Faure-Boucharlat É. dir., 2001, Vivre à la campagne au Moyen Âge : l’habitat rural du Ve au XIIe siècle (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Lyon (D.A.R.A., 21).

Gaillard de Sémainville H., 1980, Les cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et la Côte mâconnaise, Dijon, 249 p. (3e suppl. à la R.A.E.).

Haldimann M.-A., Steiner L., 1996, « Les céramiques funéraires du haut Moyen Âge en terre vaudoise », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie, 79, p. 143-193.

Joly M., 1996, « Terra nigra, terra rubra, céramiques à vernis rouge pompéien, peintes et communes : répertoire, chronologie et faciès régionaux en Bourgogne romaine », in : Actes du congrès de la SFECAG de Dijon, 1996, p. 111-138.

Legros-Mathiaut A., à paraître, « La céramique dite ‘Burgonde’, un terme controversé : histoire de l'appellation et essai de définition d'après les recherches récentes », Communication au colloque international de Caen, La céramique du haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles) dans le Nord-ouest de l'Europe : bilan et perspectives, dix ans d'après le colloque d'Outreau, Caen, 18/19/20 mars 2004, à paraître.

Maerten M., 1996, « L'artisanat céramique en Saône-et-Loire du Moyen Âge au XIXe siècle », in : 30 ans d'archéologie en Saône-et-Loire, Catalogue d'exposition, Dijon, p. 400-402.

Mani C., 2002, Avant le tupin : caractérisation d'une production du Haut Moyen Âge en Chalonnais : étude de diffusion de la céramique bistre, Mémoire de DESS, Univ. de Bourgogne, Dijon.

Mani C., 2005, « La ‘céramique bistre’ dite de Sevrey (Saône-et-Loire) : caractérisation et étude de diffusion d’une production du haut Moyen Âge », R.A.E., t.53-2004, p. 189-219.

Mathiaut A., 1999, La céramique mérovingienne issue de contextes funéraires en Bourgogne : essai de typo-chronologie, Mémoire de maîtrise, Université Paris I, 2 vol.

Mathiaut A., 2000, La céramique du Haut Moyen Âge issue de contextes funéraires en Bourgogne et Franche-Comté, Mémoire de DEA, Université Paris I, 2 vol.

Pernon J., Pernon C., 1990, La céramique de l’atelier de potiers de Portout (Savoie) (20e suppl. à la Revue Archéo. de Narbonnaise).

Petident Y., 1993, Sevrey ‘Rue Robert Brusson’, DFS, SRA Bourgogne, Dijon.

Petident Y., 1994, Tupins et Tupiniers : étude pour une nouvelle approche de la poterie médiévale à travers l’exemple de Sevrey, DFS, fouilles de « rue Robert Brusson » et « Les Chagnots », SRA Bourgogne, Dijon.

Petident Y., 1996, « La production potière du Val de Saône à travers l'exemple du site producteur de Sevrey (d'après les fouilles récentes) », in : 30 ans d'archéologie en Saône-et-Loire, Catalogue d'exposition, Dijon, p. 405-407.

Petident Y., Poil E., 1995, « Tupins et Tupiniers. Production, diffusion, consommation de la poterie dans le Val de Saône au Moyen Âge : essai de synthèse », in : Rapport de PCR, La céramique médiévale en Bourgogne (Ve-XVe siècles), SRA Bourgogne, Dijon.

Petident Y., Poil E., 1998, « Tupins et Tupiniers, la production potière en Val de Saône du VIe au XIIe siècle », in : Beck P. dir., L’innovation technique au Moyen Âge, Actes du VIe congrès interrégional d’Archéo. Médiévale, Dijon-Montbard, Paris, éd. Errance.

Picon M., 1974, Introduction à l’étude technique des céramiques sigillées de Lezoux, Dijon, 135 p. (Publ. du Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, 2).

Poil E., 1997, La production potière et son cadre en Val de Saône au haut Moyen Âge : l'exemple des ateliers d'En Crépière à Givry et de La Charmée (Saône-et-Loire), Mémoire de DEA, Université de Bourgogne.

Ratel R., 1986, « La nécropole mérovingienne d'Arcenant », Mémoires de la CACO, t. XXXIV-1984-86, p. 92-94.

Ratel R., 1991, La nécropole mérovingienne d'Arcenant, Beaune, Centre beaunois d'études historiques.

Rebourg A., 1994, Carte Archéologique de la Gaule. Saône-et-Loire 71/3 (Commune 85), Paris, p. 179-180.

Renimel S., 1974, L’atelier céramique de Sevrey, IXe-XIXe siècles : un millénaire de tradition céramique en Chalonnais, 68 p., 42 p. de pl. (Mémoires de la Soc. d’Hist. et d’Archéo. de Chalon-sur-Saône).

Rollet G., Staniaszek L. dir., 1995, ‘Le Maupas’, Châtenoy-le-Royal (Saône-et-Loire), D.F.S. de sauvetage urgent, A.F.A.N., S.R.A. Bourgogne, Dijon.

Rollier G., 1996, « Châtenoy-le-Royal : les fouilles de sauvetage au lieu-dit Le Maupas », in : 30 ans d'archéologie en Saône-et-Loire, Catalogue d’exposition, Dijon, p. 327.

Rollier G., 2002, Sevrey les Tupiniers, Rapport d'évaluation, SRA Bourgogne, Dijon, 2002.

Saint-Jean-Vitus B., 1994, « Vers l’approche d’une production régionale », in : Rapport de PCR, La céramique médiévale en Bourgogne (Ve-XVe siècles), SRA Bourgogne, Dijon.

Saint-Jean-Vitus B., Amrane Y., 1994, Sevrey ‘les Chagnots’, rue Eugène Regenet, Rapport du diagnostic archéologique, A.F.A.N., S.R.A. Bourgogne, Dijon.

Saulnier S., 1988, Problèmes de transition entre Bas Empire et haut Moyen Âge : l’exemple de la céramique en Bourgogne, Mémoire de maîtrise, 2 vol., Université de Bourogne.

Van der Plaetsen L., 2004, Étude par thermoluminescence de quatre séries de cinq tessons en provenance du site des Tupiniers à Sevrey (71100) : sériation par thermoluminescence ; datation par thermoluminescence ; comparaison avec les résultats radiocarbones, Rapport inédit, ARCHEOLABS.

Vaxelaire L., 1994, Sevrey ‘Les Chagnots’, DFS, SRA Bourgogne, Dijon.

Haut de page

Notes

1  L'emploi de l'expression « trou de poteau » nous paraît impliquer l'idée d'une dépression produite par le poteau même. Les observations réalisées à Sevrey permettent de rejeter globalement l'hypothèse d'un enfoncement direct des pièces de bois participant de l'ossature des divers aménagements identifiés. La réalisation préalable d'un creusement nous semble au travers de l'expression « avant-trou de poteau » plus perceptible.

2  Particulièrement remarquable à l'échelle du décapage, la présence d'éléments calcaires dans le remplissage de nombreux avant-trous doit être notée. Totalement absents des formations géologiques superficielles locales, les fragments calcaires recueillis, clairement exogènes, paraissent témoigner d'une collecte et d'un dépôt délibérés. Potentiellement issus de constructions antiques identifiées au lieu-dit Les Chagnots, soit à 150 m à l'est du secteur étudié, les éléments lithiques correspondent à des éléments bruts aux formes émoussées par érosion. Assimilés à des calages, les fragments calcaires employés pourraient du fait de leurs très faibles dimensions renvoyer à une pratique plus symbolique que techniquement opérante. La présence d'un grand bol caréné retourné sur un vide au fond d'un des creusements interroge également.

3  Le travail de sériation des creusements sur la base de variables considérées isolément puis de façon croisée (diamètre, profil, profondeur relative, altitude basse absolue…) n'a que très ponctuellement répondu à l'attente (bâtiment A identifié sur la base de creusements doublés lors d'une phase de réfection générale). Cette méthode d'approche ne saurait ici être remise en cause, ne pouvant compte tenu du contexte prendre utilement en considération un ensemble de critères ailleurs potentiellement opérants (teinte des remplissages, présence-absence de mobilier…).

4  L'enfournement de pièces renversées est ici privilégié sur la base des pratiques actuelles ou documentées, pratiques liées à la répartition et à la circulation des gaz chauds.

5  Menée dans des conditions extrêmes immédiatement au nord-est de la zone d'étude, l'intervention d’Y. Petident (1993) montre une densité de structures proche de celle reconnue secteur II. La présence de plusieurs fours, alors non identifiés comme tels, semble pouvoir être affirmée sur la base des clichés conservés.

6  Est entendu par « ensemble » une collection de vases découverte dans un même fait archéologique ou unité stratigraphique et par « lot » un regroupement de pièces effectué d’après des critères techniques, spatiaux ou chronologiques.

7  Dans les planches typologiques présentées, certains numéros de types ont été supprimés après tri global et analyse du mobilier : le ou les tessons concernés ne se sont pas révélés suffisamment significatifs pour mériter une attribution stricte.

8 Les ensembles représentatifs correspondent à des ensembles clos comptabilisant au minimum 70 individus.

9  L’observation des lames minces a permis l’identification d’autres minéraux en faible quantité tels que des micas, des inclusions d’argile mal mélangée et des grains de roches (granite, silex, grès, rhyolite, myrmékite ; Mani, 2004, p. 202).

10  À l’instar de l’étude de Y. Petident (Petident, 1994). L'approche du mobilier conditionnée par la méthode de comptage (emploi unique des bords et formes complètes) n'aurait, de toute manière, pas permis une telle analyse.

11  Le motif de ligne épaisse ondulée est un thème récurrent sur les vases en pâte claire mis au jour sur le site de la Serve (intervention G. Depierre et M. Augros) : il apparaît comme une spécificité de cette zone de production.

12  Les exemplaires découverts sur le site des Tupiniers ne présentent pas un traitement de surface lissé, donnant un effet quasi brillant, comme certaines pièces issues des prospections de la Saône ou mises au jour sur le site proche des Chagnots : il s‘agit dans les deux cas, de céramiques cuites en mode réducteur, des gobelets tripartites hauts de petit diamètre ou des cruches à bec ponté et large ouverture décorée de cannelures régulières (Mani, 2002, fig. 9).

13  Analyses par fluorescence X en cours.

14  Cette hypothèse pourrait être validée puisqu’à l’exception du couvercle, toutes les autres formes font partie du répertoire en céramique commune claire de l’atelier (formes rares).

15  Remarquons que le type 1 présente une ouverture généralement plus large : 76 % des P1 ont un diamètre à l'ouverture compris entre 14 et 18 centimètres ; le même pourcentage des P3 a un diamètre maximal à l'ouverture compris entre 12 et 15 centimètres.

16  Par référence aux normes de description typologique utilisées par le groupe de recherche sur la céramique du haut Moyen Âge dirigé par M. Lenoble.

17  D’un diamètre à l’ouverture de 10 ou 11 centimètres : argument en faveur de son association – sa confusion ? - avec la CRUC 4, qui reste à confirmer par la découverte de forme entière.

18  Cette forme correspond au type PC1c dans Mani, 2002, fig. 5.

19  Les deux cruches complètes (type CRUC 1 structure 1005) ont des contenances de 0,6 litre et 1,2 litre. À défaut d’autre exemplaire complet, toute remarque sur le rapport simple/double est impossible.

20  Cette faible proportion est confirmée sur les sites de consommation où la catégorie fonctionnelle équivaut à 10 % du vaisselier (Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 72 : Lyon, P. Audry ; p. 227 : Trevoux). Ce rapport pourrait également résulter de la fonction de ces pièces céramiques, à savoir leur usage comme bouilloires, à l’image des formes antiques dont elles dérivent.

21  Forme connue à Sevrey Les Chagnots (fouilles Vaxelaire 1994 ; Mani, 2002, fig. 9).

22  Forme connue à Sevrey Les Chagnots (fouilles Vaxelaire 1994 ; Mani, 2002, fig. 9).

23  Les pièces au-delà de 25 cm de diamètre sont rares cependant.

24  Cette variante ne paraît pas aujourd’hui très pertinente puisqu’elle a été mise au jour dans des niveaux archéologiques dispersés tout au long de la phase de production (st. 1144, 1102 et 1170).

25  Les deux-tiers des types 1 et 2, les plus fréquents, proposant un diamètre à l'ouverture compris entre 14 et 17 cm, correspondent parfaitement à la consommation individuelle de mets solides ou semi-liquides.

26  La rareté de la forme BC4 semble être assez spécifique au site des Tupiniers car la forme a été reconnue dans des proportions non négligeables dans les caisses de mobilier issu de la fouille au lieu-dit de la Serve (dépôt archéologique Musée Denon, Chalon-sur-Saône).

27  Forme équivalente aux « pots à rebord convergent » cités dans Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 68.

28  Mathiaut, 2000, p. 51 (site de Dampierre-sur-le-Doubs) et fiche 100 (site de Chaussin, Jura) ; Ex-pots 1995, p. 43 (site de Blussangeaux).

29  Cette forme existe, dans un état tout aussi fragmentaire, à Sevrey Les Chagnots (fouilles Vaxelaire 1994), à Givry En Crêpière ou encore en consommation sur le site de Genlis la Borde (Catteddu, 1992 ; Petident, 1994).

30  Forme connue à Sevrey Les Chagnots (fouilles Vaxelaire 1994) avec de plus grands diamètres (20/24 centimètres).

31  Un exemplaire complet découvert en prospection dans la Saône, au niveau de port Guillot et deux autres individus mis au jour à Sevrey, aux Chagnots (fouilles Vaxelaire 1994). Cette forme est par ailleurs attribuée aux officines du groupe de La Ferté, d’après Poil, 1997, fig. 98.

32  Les deux exemplaires découverts en Saône au cours du XIXe siècle et présentés dans les vitrines du Musée Denon de Chalon-sur-Saône, sont à rapprocher des productions de l’atelier des Tupiniers.

33  Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 248, fig. 7 : site de Reyrieux, le Bourg et l'École : décors digités verticaux sur pot de type 2 (contexte de la fin du XIe/XIIe siècle). Un grand bassin à décor de bandeaux digités verticaux sur la panse et le rebord figure parmi l’inventaire céramique du trou de poteau 1559.

34  Souvent au nombre de quatre, elles correspondent au positionnement d'une main à plat sur le rebord au cours de la phase de finissage au tour rapide. Les séries de vases de type POT 1 récupérées dans la Saône lors des prospections, fouilles et dragages présentent en général un nombre supérieur de cannelures - celles-ci couvrant souvent la moitié supérieure de la panse et le col, parfois tout le vase pour les petits modules. Voir aussi l’hypothèse proposée par S. Renimel pour le traçage de ces cannelures - justifiée par la découverte « d’outils ».

35  99 vases minimums ont été comptabilisés pour ce second type.

36  Précisons aussi l’existence d’un pot de type P1 à col cannelé et lèvre en bandeau agrémenté d’un bec verseur dans le mobilier extrait du four ou du dépotoir mis au jour par M. Augros en 1975 au lotissement des Acacias.

37  Deux tessons de forme comparable ont été observés dans des trous de poteaux.

38  Qui n’est pas sans rappeler certains bouchons d'amphores antiques.

39  Une forme similaire figure parmi les quelques éléments cuits en mode réducteur en provenance de l’intervention Maréchal dirigée par M. Augros.

40  La structure 1103 fait exception, avec une proportion de « seulement » 69 % de vases se rapportant à ce groupe. Il est difficile de juger de la valeur d’une telle remarque. Il faut rappeler que cette fosse correspond à un rejet de matériel très diversifié avec entre autres une série de vases mal montés, quelques formes rares telle que la marmite et une batterie de couvercles hors norme numériquement (10 % du lot).

41  Sur les sites de consommation, ce rapport apparaît aussi comme un indice d’évolution chronologique (Faure-Boucharlat dir., 2001, p. 69, fig. 23), mais il est inversé et ne peut donc conforter les observations faites sur le site de production. En effet, en contexte domestique, le taux des formes fermées va croissant avec le temps tandis qu’aux Tupiniers, il semble diminuer. Pour nuancer cette remarque, on peut éventuellement évoquer le problème de la représentativité du lot C illustré par une unique structure et à peine plus de 120 individus.

42  Les travaux de S. Saulnier (Saulnier, 1988) ou plus récemment de M. Kasprzyk (information orale), fondés sur des sites de consommation régionaux et notamment le site de Mâcon, proposent de considérer la présence d’un décor à la molette comme significatif des périodes antérieures au VIIe siècle.

43  La présence de ces pâtes grises fines est toutefois attestée parmi le mobilier céramique des autres interventions archéologiques faites sur la commune de Sevrey, ce qui laisse présumer une production locale, extrêmement limitée il est vrai, mais réelle. Les formes identifiées sont similaires aux vases des Tupiniers ; pourraient être ajoutés à cette liste une cruche à bec tubulaire, un bol caréné décoré à la molette et une petite série de pots (?) à panse légèrement carénée sur le site de Serve fouillé en 1986 par G. Depierre et M. Augros.

44  St. 1144 datation ARC 2343, datation 14C calibrée : 430 cal AD-635 cal AD (pic de probabilité entre 525 et 620) ; st. 1102 datation ARC 2342, datation 14C calibrée : 440 cal AD-650 cal AD (pic de probabilité entre 530 et 650).

45  St. 1003 datation ARC 2340, datation 14C calibrée : 560 cal AD-765 cal AD (pic de probabilité entre 595 et 695) ; st. 1004 datation ARC 2350, datation 14C calibrée : 440 cal AD-765 cal AD (pic de probabilité entre 530 et 695).

46  Datation ARC 2346, datation 14C calibrée : 665 cal AD-895 cal AD.

47  TL date du tesson le plus récent st. 1144 (510-790) AD.

48  Notons cependant qu’il faut rester prudent quant à l’interprétation qui peut être faite des comptages puisque le nombre minimum de vases recensés varie de 45 à 165.

49  Poil, 1997, fig. 94 ; Petident, Poil, 1998, fig.1c. Ces auteurs ajoutent à la liste de formes la cruche C1 identifiée en seulement quatre exemplaires sur le site des Tupiniers.

50  St. 1340, datation ARC 2347, datation 14C calibrée : 775 cal AD-985 cal AD ; st. 1342, datation ARC 2345, datation 14C calibrée : 695 cal AD-975 cal AD (pic de probabilité entre 765 et 905).

51  St. 1434, datation ARC 2344, datation 14C calibrée : 785 cal AD-1025 cal AD (pic de probabilité entre 865 et 1025) ; st. 1382, datation ARC 2348, datation 14C calibrée : 985 cal AD-1215 cal AD et datation TL (1070-1270) AD.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Sevrey ‘Les Tupiniers’. Localisation de l’intervention.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 2. Sevrey ‘Les Tupiniers’. Plan général du décapage.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 3. Sevrey, secteur I. Localisation des édifices identifiés et des structures livrant les ensembles mobiliers retenus pour l'analyse céramologique.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 4. Sevrey, secteur I. Plan et profil du four 1.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5. Sevrey, secteur I. Plans et profils des édifices identifiés.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 6. Sevrey, secteur II. Localisation des édifices identifiés et des structures livrant les ensembles mobiliers retenus pour l'analyse céramologique.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 7. Sevrey, secteur II. Plans et profils des édifices à six supports verticaux.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 8. Sevrey, secteur II. Plans et profils des bâtiments F, G, H, I.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 9. Sevrey, secteur II. Plan phasé des fours 1 à 3.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 10. Sevrey, secteur II. Stratigraphies phasées des fours 1 à 3.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 11. Sevrey. Stratigraphie phasée des fours 3 à 4 et localisation des vestiges du four 5. Évolution de l'altitude absolue des soles des fours identifiés.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 12. Comptages par faits archéologiques du secteur I.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 13. Sevrey. Échantillonnage des molettes.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 14. Le « service bistre ».
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 15. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-6. Pot P 1 ; 7-13. P 3 ; 14-17. P 4 ; 18. P 3/4 ? ; 19-20. P 5 ; 21. P 6.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 16. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-3. Pot P 7 ; 4-5. P 9 ; 6-7. P 10 ; 8. P 11 ; 9-10. gobelet tulipiforme ; 11. gobelet ovoïde ; 12-14. bol à bord convergent ; 15-18. bouteille.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 17. Sevrey, typologie de la céramique bistre (sauf CRUC 5). 1. Cruche CRUC 1 ; 2. CRUC 2 ; 3. CRUC 4 ; 4-5. CRUC 5 (pâte grise fine) ; 6-7. pot à bec tubulaire ; 8-9. récipient à anse de panier, et proposition de reconstitution d'une gargoulette ansée.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 18. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-6. Gobelet biconique ; 7-9. GT1 ; 10. GT2 ; 11. marmite.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 19. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-4. Jatte JT1 ; 5. JT2 ; 6-7. JT 3 ; 8-9. coupelle tronconique ; 10-13. bol hémisphérique.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 20. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1-2. Bol caréné BC1 ; 3-4. BC2 ; 5-6. BC3 ; 7. BC4 ; 8. BC5 ; 9. BC 6 ; 10. BC7 ; 11-12. mortier MOR1 ; 13-14. MOR2 ; 15. MOR3.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 21. Sevrey, typologie de la céramique bistre (sauf COUV3). 1-3. Jatte à lèvre en marli ; 4. bassin ; 5-7. couvercle COUV1 ; 8-14. COUV2 ; 15. COUV3 (pâte grise fine).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 22. Sevrey, typologie de la céramique bistre. Lampes et essais
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 23. Contenance moyenne des pots de type 3 (en litres).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 24. Sevrey, typologie de la céramique grise. 1-3. POT1 ; 4-8. POT2 ; 9. POT3.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 25. Sevrey, typologie de la céramique grise. 1. Cruche C1 ; 2. C2.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 26. Sevrey, typologie de la céramique grise. 1. Cruche C3 ; 2-4. gourde.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 27. Sevrey, typologie de la céramique bistre. 1. Marmite ? ; 2-3. bassin BAS1 ; 4-7. BAS2 ; 8. BAS1/2 ? ; 9. jatte tronconique ; 10. couvercle CV1 ; 11. CV2 ; 12. couvercle de baratte ?
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 28. Contenance en litre des pots de type 1 et 2.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 29. Proportion du service bistre par faits archéologiques.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 30. Répartition des types de pots par faits archéologiques (* : présence inf. à 5 %).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-30.png
Fichier image/png, 12k
Légende Fig. 31. Spécification des lots céramiques et critères discriminants.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 32. Proportion des vases décorés dans chaque lot.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 34. Sevrey, secteurs I et II. Datations obtenues par le radiocarbone et par la thermoluminescence.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 35. Caractérisation typologique du lot A (pâtes sombres).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 36. Caractérisation typologique du lot B (pâtes sombre).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 37. Répartition des types par lots (graphique de gauche : lot A ; graphique de droite : lot B).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 38. POT 1 : répartition de la hauteur des bandeaux (proportion d’après comptage en NR ; graphique de gauche : lot A ; graphique de droite : lot B).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Structure 1003 - Structure 1004.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Structure 1102 - Structure 1144.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Structure 1170.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/444/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Delor-Ahü, Olivier Simonin et Anne Legros, « Sevrey « Les Tupiniers » (Saône-et-Loire) : données nouvelles sur les ateliers de potiers médiévaux », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2006, 249-298.

Référence électronique

Anne Delor-Ahü, Olivier Simonin et Anne Legros, « Sevrey « Les Tupiniers » (Saône-et-Loire) : données nouvelles sur les ateliers de potiers médiévaux », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 54 | 2005, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rae.revues.org/444

Haut de page

Auteurs

Anne Delor-Ahü

I.N.R.A.P. Grand Est Sud, La Rente du Bassin, rue A. Bergès, 21800 Sennecey-lès-Dijon.

Articles du même auteur

Olivier Simonin

I.N.R.A.P. Grand Est Sud, La Rente du Bassin, rue A. Bergès, 21800 Sennecey-lès-Dijon.

Anne Legros

Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon, 1, place de la Révolution, 25000 Besançon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page