Navigation – Plan du site
Articles
Renée Lansival

La nécropole mérovingienne de Metzervisse (Moselle)

p. 231-310

Résumés

Une nécropole mérovingienne a été mise au jour à Metzervisse, en Moselle, lors d’une fouille préventive en 1995. L’analyse typo-chronologique, corrélée à quelques dates 14C, a mis en évidence sa période d’utilisation tout au long du VIIe siècle, voire jusqu’au IXe siècle, au plus tard. Cinquante-neuf inhumations constituent ce champ funéraire, distant de quelques mètres de l’habitat contemporain, implanté dans les ruines d’une résidence de villa gallo-romaine. Le mobilier (accessoires vestimentaires, parures, armes…), de belle qualité, révèle une communauté hiérarchisée, dominée par une élite aristocratique guerrière. Les analyses anthropologique et taphonomique permettent d’appréhender la composition du groupe social, son état sanitaire et de préciser les modes d’ensevelissement, parmi lesquels se dégagent deux cas particuliers. Cette découverte complète un riche corpus de nécropoles mérovingiennes du nord de la Moselle, ainsi que les connaissances historiques et topographiques de ce secteur de l’arrondissement de Thionville-Est.

The Merovingian cemetery of Metzervisse was the object of a rescue excavation in 1995. The typo-chronological analysis of objects discovered in the graves enables us to date the cemetery from the 7th to – eventually – the 9th century AD. Situated very near to a contemporary settlement and established on the ruins of a Gallo-Roman villa, the cemetery comprises 59 inhumations. The quality of the finds, belt buckles and other belt items, jewellery and weapons, indicate a hierarchical society, dominated by an elite of aristocratic warriors. Anthropological and taphonomical studies have provided important data on the population and their state of health as well as early medieval funerary practices, stressed by two particular inhumations. The discovery of the Metzervisse cemetery completes the remarkable group of Merovingian cemeteries of the northern part of the Moselle department. Its study enlarges our knowledge of the history and the historical topography of the Thionville surroundings.

Bei Metzervisse, Moselle, wurde im Jahr 1995 im Rahmen einer archäologischen Notgrabung ein merowingerzeitliches Gräberfeld freigelegt. Die typologische Analyse der Funde erlaubt – zusammen mit einigen 14C-Datierungen – seine Belegungsdauer vom 7. bis spätestens 9. Jh. n. Chr. festzulegen. Der Friedhof, in unmittelbarer Nähe einer zeitgleichen Siedlung gelegen, umfasst 59 Körperbestattungen. Er wurde im Bereich der Ruinen des Hauptgebäudes einer gallo-römischen Villa angelegt. Die bemerkenswerten archäologischen Funde von hoher Qualität, darunter Gürtelgarnituren, Schmuck und Waffen, deuten auf eine hierarchisch strukturierte Gemeinschaft hin, die von einer Elite adeliger Krieger beherrscht wurde. Die anthropologischen und archäologischen Analysen erlauben es, die frühmittelalterliche Sozialstruktur, den Gesundheitszustand der dort bestatteten Bevölkerungsgruppe und den Grabritus näher zu analysieren. Dabei wurden auch zwei ungewöhnliche Bestattungen erfasst. Das Gräberfeld von Metzervisse vervollständigt den reichen Bestand merowingerzeitlicher Gräberfelder im Norden des Departments Moselle und erweitert unsere Kenntnis historischer und topographischer Zusammenhänge im Umfeld von Thionville.

Texte intégral

PDF 4,2MSignaler ce document

1Cette opération d’archéologie préventive, réalisée à l’instigation du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine, a été motivée par les travaux d’aménagement engagés par le Conseil général de la Moselle dans le but de rectifier sur 1 km 100 un virage de la route départementale 918, entre Stuckange et Metzervisse.

  • 1  F. Adam (anthropologie de terrain et relevé topographique), B. Daux (fouille et dessin), J. Dolata (...)

2Les sondages de diagnostic, pratiqués en 1995 par M.-P. Seilly du Service Régional de l’Archéologie, avaient révélé la présence de structures d’habitat antiques et médiévales ainsi que des sépultures mérovingiennes. Il s’ensuivit la programmation d’une campagne de fouille qui fut menée, sous la responsabilité scientifique de R. Lansival, par une équipe d’archéologues de l’Afan1, entre le 10 juillet et le 31 août 1995. De la surface sondée (environ 9068 m2), correspondant à l’emprise du projet, 8000 m2 furent fouillés.

I. Localisation géographique, topographique et aperçu géologique

3Appartenant au territoire de la commune de Metzervisse, le site est localisé à l'écart de l'habitat actuel, c’est-à-dire à 1,750 km à l’ouest du cœur de Metzervisse et à 1,500 km à l’est du village de Stuckange, deux communes du plateau lorrain localisées à environ 7 à 8 km au sud-est de Thionville (fig. 1).

4Du point de vue topographique, le gisement est enclavé entre la bordure nord de la route départementale 918 et des prairies adjacentes au nord. Il se développe sur un versant de la rive gauche du vallon creusé par la Bibiche, affluent de la rive droite de la Moselle, dont la confluence se situe à 7,5 km en aval à vol d’oiseau. Cette voie d’échange naturelle a vraisemblablement joué un rôle dans le choix d’implantation de l’habitat. Le gisement présente une légère pente d’ouest en est et l'altitude moyenne est de 177 m.

5En ce qui concerne la géologie, le sous-sol est constitué de « calcaire bleu à gryphées » du Sinémurien (Lias inférieur) (Hilly, Haguenauer, 1979, p. 55), c'est-à-dire d’une alternance de bancs de calcaire argileux bleu à gryphées et de couches de marne.

6Cette couche est sous-jacente à un cailloutis calcaire mêlé à un limon sableux ocre jaune, parsemé de poches d’argile de décalcification, de couleur marron-rouge et contenant des nodules de manganèse, surtout au sommet du versant. Par contre, la pente douce de celui-ci est couverte d’un limon sableux de couleur rousse ou ocre-jaune, sus-jacent à une couche d'argile jaune compacte.

II. Contexte historique

II.1. L’environnement archéologique

7La fréquentation humaine du secteur est très ancienne puisqu'elle remonte au Paléolithique inférieur et moyen au vu des galets aménagés et éclats retouchés en quartzite trouvés en prospection pédestre, en face du site de Metzervisse. En outre l'inventaire archéologique mentionne le passage de deux diverticules de la voie gallo-romaine Lyon-Trèves (Toussaint, 1950), à 1 km du site fouillé, pour le diverticule le plus proche.

II.2. Les sources historiques

8Le site archéologique occupe une partie d'un ancien village, nommé Hechlingen, dont la première mention historique apparaît dans un texte daté de 897/898 et concernant une donation de terres au lieu-dit Hihelingas (Haubrichs, 1985, p. 500-501). Le vocable évolue au fil du temps : Hihelingas en 898, Ichilingas au XIIe siècle, Hekelinge en 1207, Henckelingen en 1336 et ban d'Heckling en 1698. Cet habitat, situé en partie sur l’ancien ban de Metzervisse, dont il était une annexe,aurait probablement disparu vers 1631, lors de la Guerre de Trente Ans (Paulus et alii, 1910, p. 409 ; Blaising, 1990).

  • 2  M. Frauciel (Inrap).

9Quant à Metzervisse, la mention historique la plus ancienne, remontant à 874, est d'origine latine : Villa Wis (Hiegel, 1986, p. 234). Du point de vue temporel, cette localité appartient, du VIIIe au Xe siècles, au comté de Yutz, Comitatus Judiacensis, lui-même dépendant du Pagus Moslinsitae (Pays de Moselle). Elle passe ensuite sous la dépendance du duché de Luxembourg. Annexé par la France en 1661, Metzervissse fait partie du bailliage royal de Thionville et de la province des Trois-Évêchés. Une recherche aux archives départementales s’est avérée stérile2.

III. Résultats de l’opération

10Sur le gisement de la RD 918, trois phases d’occupation ont été reconnues. La plus ancienne concerne une partie d’un bâtiment résidentiel de villa gallo-romaine, vraisemblablement occupée de la fin du IIe siècle à la seconde moitié du IIIe, voire au IVe siècle.
Les ruines de cet édifice ont ensuite été colonisées au haut Moyen Âge (du VIIe au Xe siècle). En effet, d’un établissement rural situé en grande partie en dehors de l’emprise de fouille, seuls trois cabanes excavées, des fours domestiques, quelques fosses… ont été mis au jour dans l’aire décapée ainsi qu’une nécropole des VIIe-IXe siècles.

11Une occupation du bas Moyen Âge est apparue sous la forme de quelques solins en pierre de maisons disparues, fosses, silos, amas de démolition renfermant de la céramique attribuée à la fourchette chronologique des XIIIe - début XVe siècles (fig. 2).

12Sur le plan topographique, le secteur est, réservé à l’habitat, est implanté dans la pente douce et au pied d'un versant de la rive gauche de la petite vallée de la Bibiche. Le bâtiment gallo-romain est localisé à moins de soixante mètres du cours d'eau alors que les traces d’habitat du bas Moyen Âge sont concentrées à mi-pente du versant.

13Quant à l'espace funéraire, situé à l’ouest du gisement, il domine, depuis la croupe du versant, l'habitat médiéval distant d’environ 12 m.

IV. Méthodologie

14En ce qui concerne les conditions de fouille, les dommages encourus par plusieurs sépultures au cours du décapage s’expliquent par la nature très argileuse du sous-sol, lequel détrempé par les fortes pluies d’orage, a été une source de difficulté dans leur mise au jour.

15F. Adam, anthropologue de terrain, a enregistré sur des fiches individuelles les observations d'ordre anthropologique et taphonomique ainsi que la position du mobilier accompagnant les corps des défunts.

16Les dessins ont été réalisés soit à l'échelle 1/5e, soit au 1/10e. Le temps imparti nous a obligés à substituer aux relevés graphiques au 1/5e, des relevés photographiques, pris en trois sections, afin d'obtenir un cliché vertical des différentes parties du corps. Les dessins de sépultures réalisés d’après ces photographies portent un astérisque. Un décalage d’environ 5 % est possible. Dans le cas des sépultures remployées, le corps du premier inhumé a été noirci. L’encrage des figures et le dessin du mobilier sont l’œuvre de B. Daux et la DAO revient à E. Rouger.

  • 3  M. Folzan (restauration), F. Bargain et P. Merluzzo (photographies et radiographies), Ch. Clermont (...)

17Le mobilier métallique, envoyé au L.A.M. (Laboratoire d'Archéologie des Métaux de Jarville-La-Malgrange), a été nettoyé, stabilisé d'avril 1998 à avril 1999 et partiellement restauré3. Le dessin des damasquinures de plaques-boucles a été réalisé d’après les radiographies du L.A.M., ce qui nous a également permis de dater certaines pièces du mobilier avant leur restauration.

18Par ailleurs, W. Tegel (Labor für Holzanalyse, Bohlingen) s'est chargé de l'identification des fragments de bois conservés sur le mobilier métallique et Ch. Moulherat (UMR 7041, Paris) a observé quelques vestiges de peau sur les fourreaux.

19L’analyse et la synthèse reposent sur un catalogue présentant une description exhaustive de chaque sépulture et de son mobilier.

V. La nécropole

V.1. Les rituels funéraires

V.1.1 L’organisation de la nécropole

20Bien exposée à l’est, la nécropole, qui se développe sur une longueur de 140 m et une superficie de 3600 m2, compte 57 tombes et 61 individus (fig. 2).
En ce qui concerne son emprise spatiale, il semble que l’essentiel du champ funéraire ait été appréhendé. En effet, les marges sud et nord sont stériles en structures archéologiques, à l’exception de quatre sépultures s’égrenant vers le nord-ouest.
Cependant, l’érosion naturelle du relief, conjuguée à celle des labours, explique vraisemblablement le faible enfouissement de certaines tombes apparaissant directement sous la couche de terre arable, voire la disparition de certaines d’entre elles. Par conséquent, la communauté étudiée n’est vraisemblablement pas au complet. Avec 61 défunts, cette nécropole serait de taille moyenne pour la Lorraine du Nord (Simmer, 1987, p. 384).

21Quant au fossé (3036), large de 0,60 m, et au drain en pierres (3061), large de 0,80 m, se déployant au nord de la nécropole, on peut se demander s’il ne s’agit pas de vestiges d’un chemin disparu dont les limites seules auraient subsisté partiellement ? Ceci pourrait expliquer la forme étirée de la nécropole.

V.1.2 La disposition des sépultures

22Installées dans le sens de la pente, les tombes s'étalent de façon linéaire en six zones séparées par des vides (fig. 3a). Celles-ci se développent d'ouest en est et les extrémités s'étirent, caractérisées par trois tombes isolées mais presque équidistantes.
À l'ouest, on observe un alignement de quatre sépultures divergeant par rapport à la direction générale des tombes. La tradition de la disposition en rangées (Simmer, 1987, p. 385 ; Guillaume, 1988, p. 61) n'est donc pas respectée ici.
Dans les concentrations, les tombes sont soit isolées, soit avoisinantes, voire adjacentes (3022 ; 3023 ; 3027, 3028 ; 1034, 1072, 1073, 1074), avec quelques remplois et recoupements.

23Bien que la nécropole renferme une majorité d'inhumations primaires, on a observé quatre réinhumations ou remplois (réductions), qui témoignent de deux, voire trois phases successives au moins, et trois recoupements.

V.1.2.1 Les tombes remployées

24- 1042 : un adulte masculin (B) est antérieur à un adulte féminin (A) (fig. 11)- 3014 : un homme âgé (B) est antérieur à un adulte féminin (A) (fig. 16)
- 3034 : un enfant de 3-4 ans (B) est antérieur à un homme démembré (A) fig. 11)
- 3049 : un adulte indéterminé = réduction (A) est antérieur à un adulte indéterminé (B).

25Dans certains remplois, l'inhumation la plus récente peut perturber, soit partiellement, soit complètement le sujet antérieur, dont les ossements sont alors dispersés ou rassemblés dans un angle de la fosse ou de l'espace clos, ce que l'on nomme réduction.

26Ces réinhumations volontaires traduisent vraisemblablement le souhait de rassembler les membres d'une même famille. À ce propos, B. Young pense que certaines pratiques funéraires ressortent davantage de la responsabilité familiale (Young, 1977, p. 51). Par ailleurs, l'Église interdit les réutilisations de sépultures. Selon A. Simmer, les remplois sont fréquents dans les nécropoles du VIIe siècle, comme à Hayange, Audun-le-Tiche ou Ottange (Simmer, 1987, p. 388).

V.1.2.2 Les tombes recoupées

27Ces recoupements, au nombre de trois, laissent à penser qu'il n'y avait plus de repère en surface. L'inhumation 3002 (enfant) est recoupée partiellement par l'inhumation 3049 qui renferme, en outre, une réduction (deux adultes indéterminés), ce qui porte à trois les phases d'inhumations. L'inhumation 3011 (homme robuste) est perturbée par le creusement de la sépulture 3010 (enfant) (fig. 13). L'inhumation 3047 (adulte masculin) est antérieure à l'inhumation 3033 (enfant de 10-12 ans) (fig. 24).

V.1.2.3 La tombe violée

28Une seule sépulture (1069) fut pillée anciennement, probablement dans le but d'un prélèvement vénal. La fibule monétiforme en argent retrouvée parmi les os dispersés est probablement un oubli des profanateurs (fig. 12).

V.1.3 L'orientation

29L'orientation classique ouest-est, tête à l'ouest, reconnue en Lorraine et dans le nord mosellan (Simmer, 1987, p. 385) est majoritaire puisqu'elle concerne 43 sépultures.
Néanmoins, on remarque quelques variantes par rapport à cette orientation prédominante (fig. 2) : sept tombes s'orientent selon l'axe O-S-O/E-N-E (3008, 3014, 3016, 3022, 3032, 3037, 3050) et une selon la direction O-N-O/E-S-E (3038).Deux orientations divergent : S-O/N-E (1071) ; N-O/S-E (1066, 3005).

V.1.4 La nature des tombes

30Les fosses ont été aménagées dans des poches de limon sableux marron, sus-jacentes au banc calcaire, et le remblai est également à base de limon sableux ou à tendance argileuse, avec parfois des cailloux et galets. Le fond de certaines fosses (3001, 3014) atteint le banc géologique en calcaire. Lorsque les limites de fosses sont lisibles au sol, celles-ci accusent une forme rectangulaire à sub-rectangulaire, voire oblongue ou encore trapézoïdale. Elles sont conservées sur une faible profondeur (entre 0,05 et 0,20 m).

31En général, les dimensions de ces fosses approchent 1,60 à 2,30 m sur 0,45 à 0,70 m. Certaines sont exceptionnellement grandes, ce qui évoque les grandes chambres funéraires, mais aucune trace archéologique, autre que les dimensions, n’atteste un tel usage : la fosse 1041 (2,40 sur 2 m) ; 1057 (2,40 sur 1,15 m) ; 3001 (2,40 sur 1,35 m) ; 3024 (2,40 sur 1,30 m) ; 3035 (2,35 sur 1,40 m).

32Dans le cas des sépultures 1072 et 1073, où les limites de fosses sont invisibles, il est difficile d’établir une chronologie relative. On pourrait se poser la question de la simultanéité des inhumations. En effet, cette pratique de l’inhumation double simultanée se rencontre quelquefois à l’époque mérovingienne en Suisse et en France, comme l’illustrent quelques cas relevés en Moselle : un dans la nécropole d’Ennery (Colardelle, 1983, p. 370-372) et un à Audun-le-Tiche (Simmer, 1988, p. 127, t. 103).La fosse de l'enfant 3050, plus petite, mesure 1,05 sur 0,32 m.

V.1.5 Les modes d'ensevelissement

  • 4  Il est difficile de déterminer s'il s'agit de cercueils (coffres mobiles) ou de coffrages en bois (...)

33L'analyse du mode de décomposition a révélé 37 décompositions en espace vide sur 57 tombes. Parmi celles-ci, on dénombre sept inhumations en coffres de bois4 qui se manifestent par des traces ligneuses rectilignes correspondant aux parois longitudinales (1013, 1057, 3014, 3021, 3035), au couvercle et au fond (3024) et probablement 3029 (couvercle et fond), et des traces de charbon de bois sont signalées dans 3042 (fig. 3b).
Les traces de contenant en bois sont associées deux fois à une femme (1013 et 3042), quatre fois à un homme (1057, 3014, 3024, 3035) et deux fois à un adulte indéterminé (3021, 3029).

34Pour le reste des sépultures, le mode de décomposition reste indéfini, à l'exception de la tombe 3006 (fig. 15) dont la dépouille a été enveloppée dans un tissu rehaussé de fils d'or avant d'être protégée par une auge en calcaire de Jaumont, vraisemblablement récupérée pour ses dimensions adaptées à la taille réduite du corps, et de la tombe 3037 dont l'enfant a été enroulé dans un linceul.

35Si l'on envisage l'espace de décomposition à Metzervisse, il varie entre 31 cm et 67 cm de large. Pour ce qui est de la répartition spatiale des contenants en bois, ils s'étendent essentiellement en bordure sud de l'aire cimetériale.Seules les tombes 3006 et 3017 sont dotées d'un coussin ou oreiller funéraire constitué d'un bloc en calcaire.

36En ce qui concerne les calages latéraux,certaines tombes sont bordées de blocs calcaires, fait qui soulève la question de l'utilisation des coffrages en bois, construits dans la fosse avant d'y déposer la dépouille (Blaizot, 1998, p. 79 ; Joly, 1998, p. 65). Ces pierres de calage latérales sont alignées le long d'une paroi (3048) ou sont disposées de part et d'autre de l'espace de décomposition : 1000, 3014 ou encore dans la partie sommitale de la fosse (3024).Les blocs, trouvés à hauteur du bassin et de la partie inférieure du thorax dans les cas 3017 et 3046, maintenaient peut-être un couvercle disparu.

V.1.6 La morphologie et l’assemblage du contenant

37La forme du contenant peut être appréhendée au travers du plus complet qui est celui de la tombe 3024 : elle semble être légèrement rectangulaire alors que dans les cas 1013, 1057, 3035, la forme épouse celle d'un trapèze. Le coffre de la sépulture 3024 atteint 2,10 m de long et sa largeur est d'une trentaine de centimètres. Le couvercle et le fond étaient partiellement conservés. La coupe laisse à penser que la paroi sud s'est affaissée légèrement. Le bouclier aurait été posé sur le couvercle. L'épaisseur de la paroi est de 20 mm.

38Quant aux contenants trapézoïdaux, la largeur varie entre 47 et 64 cm pour la paroi de tête et approximativement 35 à 54 cm aux pieds. Selon Henrion et Hunot, le modèle le plus courant est trapézoïdal mais peut côtoyer la forme rectangulaire (Henrion, Hunot, 1996, p. 202).

39En ce qui concerne l'épaisseur des planches, en règle générale, elle peut varier entre 10 et 25, voire 50 mm, sur une même planche ou un même cercueil (ibidem, 1996, p. 201). À Metzervisse, l'épaisseur varie entre 20 et 50 mm.

40On ignore la façon dont les différents éléments de ces contenants étaient maintenus entre eux. La quasi absence de clous est significative et fait supposer un système de liaison à base de chevilles ou de tenons-mortaises. L’état d’altération du bois nous a interdit toute observation.

41Comparaisons :
L’usage des contenants en bois est courant à l’époque. On peut citer quelques nécropoles lorraines ou de régions limitrophes : ainsi à Noméxy (VIIIe-IXe siècles), dans les Vosges, 24 cas ont été recensés sur 36 sépultures (Buzzi, 1996, p. 114) ; à Cutry (fin du VIe s. jusqu’à la fin du VIIe s.), en Meurthe-et-Moselle (Legoux et alii, 2005, p. 40-41) ; en Moselle, Montenach, Bassompierre, Waldwisse, Koenigsmacher(Simmer, 1987, p. 362, 375 et 386) ; Florange « Portier Sainte-Agathe », où quelques cercueils sont en coffres (Gallia, 1992, p. 116-117), à Fontoy « Rue de l’Église » où ils sont plutôt rares (Gallia, 1992, p. 117-118 ; Seilly, 1995, p. 39) et Torgny en Belgique (province de Luxembourg) (Lambert, 1976, p. 131 ; Les Mérovingiens, 1988, p. 63).

42Selon l'avis d’A. Simmer, le cercueil est plus rare en Lorraine que dans d'autres régions (Simmer, 1987, p. 386). Ce rituel funéraire va à l'encontre de celui observé dans le nord mosellan, particularisé par l'utilisation majoritaire de tombes en caissons, jointoyés à la terre, comme on en trouve à Audun-le-Tiche (Simmer, 1988, p. 15), Cutry (Legouxet alii, 2005, p. 41-42), Fontoy (Seilly, 1995, p. 38) ou encore à Prény (Frauciel, étude en cours) et Norroy-le-Veneur (Faye, étude en cours).

43Si en Lorraine, l’usage de ce type de caisson est caractéristique du VIIe siècle (Legoux et alii, 2005, p. 41), en revanche, à Metzervisse, les Mérovingiens n’ont pas remployé les moellons et les éventuels éléments architectoniques de la résidence de la villa gallo-romaine, située en contrebas.

V.1.7 La position du corps

44La position prédominante des corps de Metzervisse est le décubitusdorsal. Elle apparaît dans tous les cas où l’observation était possible, soit 54 inhumations.

45Cependant, deux cas particuliers sont à signaler. D’une part, la tombe 3006 contient le squelette d'un homme qui porte des traces de carbonisation au niveau du crâne, des membres supérieurs et des membres inférieurs, dont il ne reste qu’une faible partie. Il fut inhumé sous une auge retournée après avoir été enveloppé dans un tissu (ou vêtement) lamé et galonné de fils d'or, dans lequel on eut soin de déposer les vestiges d'os carbonisés (fig. 15).

46 D’autre part, le corps le plus récent de la tombe 3034 est celui d'un homme dont la partie supérieure du squelette est en connexion alors que les membres inférieurs, déplacés, ont été posés sur le tronc du sujet, le membre supérieur gauche étant absent. Cette position particulière reste une énigme : soit le corps fut démembré, avant ou lors de l'inhumation dans une fosse occupée préalablement par le squelette d'un enfant décédé vers l'âge de 3-4 ans, soit il fit l’objet d’un déplacement alors qu’il était à peine entré dans la phase de décomposition (fig. 11).

V.1.8 La position des membres supérieurs

47Elle a pu être observée de manière précise dans 37 cas sur 57 tombes. Trois positions peuvent être distinguées. La position prédominante, bras en extension le long du corps, a été observée dans 25 cas sûrs et quatre probables. Une position dérivée est la semi-flexion notée à six reprises (1071, 1072, 3019, 3028, 3033) dont une semi-flexion légère (3031). Une seconde position dérivée est la position dissymétrique, remarquée dans six cas dont trois où le bras droit est en semi-flexion alors que le gauche est en extension (1073, 3003, 3048) et trois où le bras droit est en extension alors que le gauche est en semi-flexion (3007, 3017, 3022).

48Quant aux mains, elles se trouvent généralement au niveau des cuisses et du bassin. La position des mains croisées sur le bassin ou le pubis, qui caractérise, par exemple, le haut Moyen Âge à Mexme de Chinon, en Touraine (Husi et alii, 1990, p. 160), n'apparaît qu'une fois à Metzervisse, main droite sur main gauche (1072).

V.1.9 La position des membres inférieurs

4935 cas sur 57 tombes ont pu être observés dans les meilleures conditions. Il s'avère que les membres inférieurs sont majoritairement en extension, dans l'axe et parallèles. Seule la dépouille 3048 présente une variante puisque sa jambe droite est semi fléchie alors que la gauche est en extension. Quant à la position des pieds, elle n’a été observée que dans 22 cas. Leur position a permis, à plusieurs reprises, de déduire la présence de parois d'un contenant disparu.

50En conclusion, la position du corps est généralement conforme aux observations d’A. Simmer pour le nord mosellan, c'est-à-dire le décubitus dorsal avec les membres supérieurs parallèles au corps et les membres inférieurs parallèles et dans l'axe (Simmer, 1987, p. 386), ainsi que pour la Lorraine où la position des bras varie parfois en étant ramenés sur le bassin (Delestre, 1988, p. 66). Cette observation va à l’encontre de celle de P. Périn pour les Ardennes où la position classique présente les bras parallèles et les jambes écartées (Young, 1977, p. 25).

V.2. Les observations anthropologiques et taphonomiques

51L'étude anthropologique a permis de reconnaître le sexe, l'âge, l'état sanitaire (pathologies, fractures, traumatismes...) du groupe de population. En outre, les observations taphonomiques ont déterminé le traitement du cadavre (position du corps, mode de décomposition) et le mode d'ensevelissement. La confrontation de ces données offre la possibilité de connaître la répartition des sexes dans la nécropole et certaines pratiques funéraires. L’altération presque totale ou partielle des corps, due à la nature du terrain, caractérise les dépouilles 3001, 3024.

V.2.1 La démographie

52L'identification sexuelle par analyse anthropologique concerne trente-sept sujets, par le mobilier, huit sujets ; seize restent indéterminés.Ce groupe de population compte soixante et une personnes se répartissant en dix-huit hommes dont deux jeunes, un de 20-25 ans, un de 30-40 ans et un âgé ; dix-neuf femmes dont une âgée de 15-16 ans (adolescente), une de 18-20 ans et une âgée de 30-40 ans ; huit enfants dont un immature, 4 de 3-4 ans, un de 10-12 ans et deux dont l'âge au décès est indéterminé ; seize adultes indéterminés dont cinq graciles, un jeune et un âgé. Le nombre d’enfants est relativement remarquable pour cette communauté de Metzervisse.

V.2.2 État sanitaire : affections pathologiques, fractures...

53Cette population souffrait surtout d'affections de dégénérescence (perte de dents, kystes, arthrose), comme à Fontoy (Seilly, 1995). En outre, un traumatisme crânien dû à un coup tranchant (épée, scramasaxe… ?) n’ayant pas entraîné la mort (3047) et une fracture touchant un membre supérieur (3028) ont été repérés.

54L'arthrose affecte sept adultes, hommes (1042. B, 1057, 3017) et femmes (1042.A, 1071, 3028) plus un indéterminé (3029). Elle s’observe au niveau de la colonne vertébrale, des lombaires, des articulations, des coxaux et de la rotule. On note également un kyste au niveau du pied dans la sépulture féminine 3000.

55Quant à la perte de dents ante mortem, elle touche également six personnes, dont trois âgées (1041, 1067, 3023), ce qui peut se comprendre, mais aussi un adulte de 30 ans (3049), deux personnes d'âge indéterminé (3014, 3021). En outre, on observe une usure des dents, dans deux cas (1041, 3049), des caries (1041), du tartre (3003), un kyste au niveau des mâchoires (3031, 3047).

V.2.3 Répartition spatiale des sexes

56En ce qui concerne la répartition spatiale des sexes (fig. 4 a), on remarque que les Gr. 3, 4 et 5, à l’est, comptent treize hommes pour six femmes et six enfants alors que les Gr. 1, 2, à l’ouest, et le Gr. 6, à l’est, rassemblent trois hommes pour treize femmes et un seul enfant. Proportionnellement, 81 % des hommes et 86 % des enfants occuperaient la concentration centrale pour seulement 32 % de femmes. La plupart de celles-ci se situent en périphérie de cette aire centrale. En ce qui concerne les enfants, il n'y a aucun regroupement sélectif.

V.3. Le mobilier funéraire

57Parmi les vingt-cinq sépultures qui renferment au moins un objet, vingt-trois relèvent du rituel de l’inhumation habillée. Les tombes riches et aisées sont au nombre de douze. Les armes dotent cinq tombes masculines et les parures quatre sépultures féminines. Si la présence du peigne dans les sépultures est une coutume mérovingienne classique en Lorraine (Petitjean, 1995, p. 169), en revanche, on le rencontre peu à Metzervisse où il semble intégré au costume en tant qu’effet personnel au même titre que les fiches à bélière et le couteau (deux cas). Un seul cas de peigne déposé est observable dans la tombe 3024.

58En ce qui concerne le rituel du dépôt funéraire, hérité de l'Antiquité tardive (Guillaume, 1988, p. 66), il est peu représenté à Metzervisse et concerne, à l’exception du peigne, le dépôt de céramiques, seulement observable dans les deux tombes masculines les plus riches (tombes 3001 et 3024).

V.3.1 La hiérarchie des tombes

59La qualité et la quantité numérique du mobilier funéraire (nombre d’armes pour les hommes et parures chez les sujets féminins), corollaire du statut social de l'individu, permettent de distinguer quatre niveaux de clivage au sein de la population inhumée à Metzervisse. Quant à la gradation hiérarchique de l'élite, on ne peut que difficilement l’appréhender (Périn, 1998b, p. 176-177). Par ailleurs, on observe une certaine disparité entre les tombes féminines et masculines, ces dernières étant mieux dotées que les précédentes.

60Ces niveaux de clivage peuvent être déterminés comme suit :
- le niveau 1 : les tombes riches (comptant plus de six objets : riches parures, ceinture damasquinée et effets personnels dans le monde féminin) : cette classe regroupe une sépulture de femme (3046) pour trois tombes de guerriers (3001, 3018, 3024) ;
- le niveau 2 : les tombes aisées (dotées de 3 à 6 objets : une à deux armes et une à deux parures féminines) se répartissent entre deux femmes (3014, 3016), deux hommes (3017, 3025) et trois adultes indéterminés (1069, 3029, 3049) ;
- le niveau 3 : les tombes modestes (comptant de un à deux objets : boucle simple, couteau…) concernent neuf femmes (1000, 1041, 1071, 3000, 3022, 3031, 3041, 3042, 3048), six hommes (1057, 1074, 3003, 3011, 3035, 3047), un adulte indéterminé (3004), deux enfants (3002, 3010) ;
- le niveau 4 : les tombes pauvres ou sans mobilier constituent un groupe qui rassemble sept femmes (1013, 1042, 1067, 1072, 1073, 3019, 3028), quatre hommes (1066, 3007, 3027, 3034.A), onze adultes indéterminés (1034, 3005, 3009, 3021, 3023, 3026, 3030, 3032, 3038, 3039, 3040), six enfants (3008, 3020, 3033, 3034.B, 3037, 3050). Il s’agit de la classe la plus abondante.

61Dans le cas de la tombe masculine 3006, elle n’est dotée que d’un couteau, mais le fait que la dépouille ait été inhumée dans un tissu ou un vêtement agrémenté d’éléments de passementerie en or laisse à penser que son propriétaire appartenait probablement à la classe sociale privilégiée de cette communauté. En effet, les vêtements ornés de fils d’or sont l’apanage de personnalités de rang royal ou princier ou encore de saints (Salin, 1958, p. 46-55 ; France-Lanord, 1979, p. 84-87). Malheureusement, dans ce cas, nous ne disposons d’aucun élément d’identification du personnage.

V.3.2 La classe des guerriers

62Parmi les cinq tombes de guerriers, on en observe trois richement dotées, appartenant vraisemblablement à des « chefs » ou porteurs d'épée longue (3001, 3018, 3024), dont l’équipement est standardisé. Il est constitué d’armes offensives : l’épée, symbole de richesse et de pouvoir, apanage du chef, suspendue au baudrier, une autre arme (lance, hache), et d’une arme défensive, le bouclier. Celles-ci sont combinées au scramasaxe, fixé au ceinturon, aux effets personnels (couteau, fiche à bélière, peigne) ainsi qu’à une, voire deux céramiques, dans deux sépultures uniquement.

63Parmi ces sépultures, celles de deux cavaliers ont été reconnues grâce à la présence dans chacune d’entre elles d'un éperon, également symbole de puissance, et d’une suspension d’éperon (3018 et 3024). Hiérarchiquement, la tombe 3024 est la plus riche des trois. Si le statut précis de ces « chefs » reste inconnu, ces derniers n’en appartiennent pas moins à l’aristocratie guerrière (Périn, 1998b, p. 176-177).
Certains de ces « porteurs d'épée » arborent baudriers et ceinturons à boucles damasquinées de grande qualité (3001, 3024). Le rituel du ceinturon dégrafé semble d’usage à Metzervisse.

64La position de l’armement est conventionnelle. En effet, l’épée, maintenue au baudrier, posée à plat et pointée vers les pieds, flanque le côté droit du défunt. Le bouclier, dont l’umbo repose sur la calotte à hauteur de la partie médiane de l'épée ou sur sa poignée, a vraisemblablement été retourné sur le coffrage en bois. Quant au scramasaxe, suspendu au ceinturon, il est posé à plat contre le flanc gauche de l'individu, à hauteur du membre supérieur ou de la hanche, pointe orientée vers les pieds. Dans un cas, il semble avoir été posé en travers du thorax. Le couteau est étroitement associé au scramasaxe, soit en jouxtant l’arme soit en étant glissé dans une poche du fourreau comme le laisse deviner la position centrale sur la lame du scramasaxe.

V.3.3 La communauté féminine

65Deux tombes féminines se distinguent de l’ensemble. L'une, que l'on peut qualifier de riche (3046), est dotée de plusieurs parures en matières précieuses telles que l'or, l'argent, l'ambre, d’une plaque-boucle de ceinture damasquinée et d'effets personnels (peigne, couteau...).
La seconde serait d’un niveau social inférieur (3016), en raison de la présence de boucles d'oreille en alliage cuivreux, matière se substituant à l'or et à l'argent, d'un seul grain d'ambre dans le collier et d’une boucle de ceinture qui semble avoir été damasquinée.

V.3.4 Les enfants

66On observe, à une exception près, voire deux, que les sépultures d'enfants ne sont pas dotées. Les exceptions sont la sépulture 3002 qui est pourvue de trois éléments de mobilier (anneaux, monnaie pendentif, couteau) et la sépulture 3010 qui renferme une phalange animale.

V.3.5 La qualité du mobilier funéraire

67S’il est des objets dont la facture est de grande qualité comme les garnitures de ceinturons des sépultures 3001 et 3024, en revanche, dans la tombe 3001, on remarque l'absence de plaque-boucle assortie au ceinturon et la garniture de baudrier est dépareillée, ce qui traduit une « richesse » toute relative.

68Par ailleurs, des réparations, des objets endommagés… permettent d'envisager une durée de vie assez longue pour des objets auxquels on accorde une certaine valeur et qui sont probablement transmis par héritage. En effet, dans la tombe 3024, on observe la réparation de l'applique du baudrier de l'épée (fig. 21, n° 167) ainsi que l'absence d'une de ses appliques ; dans la tombe 3046, des éclats ont endommagé la fibule discoïde (fig. 23, n° 104) ; dans la sépulture 3001, on note l'anachronisme de la hache (fig. 14, n° 22), un élément précoce par rapport aux garnitures de ceinturon et de baudrier.

V.3.7 Répartition spatiale des tombes à mobilier

69Les tombes sans mobilier ou « pauvres » et les sépultures « modestes » se densifient dans la moitié ouest du champ des morts (Gr. 1, 2 et 3) (fig. 4 b). Les tombes aisées se cantonnent davantage dans la partie est de la nécropole (Gr. 4, 5 et 6). Les tombes richement dotées se localisent également dans la partie est du champ sépulcral, c’est-à-dire dans le Gr. 5 qui renferme les trois tombes de chefs « porteurs d'épée » et probablement chefs de clan (3001, 3018, 3024) et dans leGr. 4quiest remarquable par la présence de la femme richement dotée (3046), à proximité immédiate de la tombe de l'homme enveloppé dans un tissu ou un vêtement décoré d’éléments de passementerie en or (3006).

70Aux tombes aisées et riches du groupe 5 se mêlent quelques tombes sans objet : 3019, 3020, 3021, 3023, 3026 ou dotées d’un objet (1000, 3022). Dans le groupe 4, huit tombes sans objet (1013, 3005, 3007, 3008, 3009, 3027, 3028, 3030) et quatre avec un objet (3003, 3004, 3010, 3011) s’ajoutent aux tombes dotées.

71Cette répartition spatiale, corrélée à la chronologie, nous autorise à émettre l’hypothèse que les groupes 4, 5 et 6, localisés à l'est du champ funéraire, représentent le noyau ancien, le groupe fondateur. Par ailleurs, ce sont les sépultures de ces trois concentrations qui ont pu être datées par comparaison typologique du mobilier. En revanche, toutes les sépultures des groupes1, 2 et 3, localisées dans l'autre moitié de la nécropole, c'est-à-dire à l'ouest, sont dépourvues de matériel ou ne recèlent qu'un objet non ou difficilement datable.

VI. Étude chrono-typologique du mobilier

VI.1. Les éléments de parure

72Les éléments de parure sont uniquement féminins à l'exception d'un cas où le sexe de l'adulte n'a pu être déterminé (1069). Ils dotent seulement quatre sépultures sur 19 féminines (3014, 3016, 3031, 3046). Seule la tombe 3046 est remarquable par la quantité et la qualité de la parure.

73Pour ce qui est de l'ensemble de la nécropole, la collection comprend des fibules en matériaux précieux (or, argent...), deux colliers de perles, des boucles d'oreilles - une paire en argent et deux paires en alliage cuivreux - ainsi qu'une bague également en alliage cuivreux. Aucun bracelet, pendeloque... n’a été recueilli.

VI.1.1 Les fibules

74Quatre fibules, que l'on peut classer en trois catégories, ont été exhumées de trois sépultures (1069, 3014, 3046).

VI.1.1.1 Les fibules monétiformes

75Deux fibules de ce type ont été recueillies dans deux sépultures (1069, 3046) (fig. 5). La fibule trouvée parmi les os au centre de la sépulture 1069 en constitue l'unique objet (fig. 26, n° 1).
Dans la tombe 3046, elle est intégrée à un ensemble d'objets (fig. 23) comprenant des bijoux (une fibule discoïde au décor de filigranes et de bâtes, une paire de boucles d'oreille en argent, un collier en pâte de verre et ambre), un accessoire vestimentaire (plaque-boucle en fer damasquiné) et des effets personnels (un peigne, un couteau).

76Ces fibules ont la particularité d'être en métaux précieux : argent (S. 1069) et alliage à base d’or (3046). Toutes deux ont vraisemblablement été réalisées par estampage, à partir de monnaies à l'effigie de l'empereur romain Maximien Hercule (286-305). Les modèles d’inspiration seraient des follis d'un atelier de Trèves.
En ce qui concerne l'emplacement, seule la fibule de la sépulture 3046 a été trouvée en place sur le grill costal gauche, à hauteur de la sixième côte.

77À titre de comparaison, on peut citer quelques nécropoles lorraines ayant fourni des exemplaires de ce type : Maizière-les-Vic, en Moselle (Flotté, Fuchs, 2004, p. 578-579, fig. 368, n° 12), Liverdun (VIIe siècle) (Hamm, 2004, p. 269, fig. 253) et Bouxières-aux-Dames, en Meurthe-et-Moselle, découverte lors de la fouille de L. Geindre et Ph. Schneider en 1975-1976 (Hamm, 2004, p. 128, fig. 85) (VIIe siècle) ; Vicherey « Haut de la Grève », dans les Vosges (VIIe à la fin du VIIIe siècle) (Michler, 2004, p. 370, fig. 422, d).

78Ce travail d'orfèvrerie, datable de la 1ère moitié du VIIe siècle, pourrait être une production d'un atelier de la région de Nancy (Guillaume, 1988, p. 66 et 92/93, fig. XXI).

Fig. 6. D. Fibule discoïde de la sépulture 3046 (dessin : B. Daux ; DAO : E. Rouger).

VI.1.1.2 La fibule discoïde, à umbo, décor de filigranes et de verroterie ou grenats montés en bâtes

79Seule la riche tombe féminine 3046 a livré une fibule de ce type. Elle se trouvait en place entre le grill costal et l'humérus gauche. Elle s’intègre à un ensemble de bijoux (fibule monétiforme en or, collier dont les grains sont en pâte de verre et en ambre, boucles d'oreilles en argent), accessoire vestimentaire (plaque-boucle damasquinée) et effets personnels (couteau et peigne).

80Cette fibule à umbo (fig. 6 et 26, n° 6) comporte une platine en alliage cuivreux sur laquelle est fixée, par un cerclage de même matière et huit petits rivets en argent, une feuille de métal précieux (or à bas titre ?) portant huit bâtes périphériques. Elle arbore des grenats taillés en table, deux pâtes de verre et une pastille de nacre, sertis dans des bâtes circulaires, en croissants ou triangulaires. Le reste du champ est envahi de filigranes spiralés dessinant différentes figures géométriques. La composition concentrique est délimitée par un filigrane (voir catalogue).

81Ce type de fibule, portée seule en général, participe de la mode du VIIe siècle, époque à laquelle elle permet de fermer le vêtement au niveau du cou ou plus bas dans ce cas précis (Urlacher et alii, 1998, p. 108).

82Comparaisons :
Ce type de fibule se rencontreen Rhénanie-Palatinat, Rhénanie-Wesphalie jusqu’au sud de la Belgique en traversant le Luxembourg et la France de l’Est (Ardennes, Lorraine, Franche-Comté).

83France de l'Est : plusieurs fibules de ce style proviennent de sites lorrains, ardennais et franc-comtois. Il s’agit de Ramecourt (Vosges) (Delestre, 1988, pl. XXII ; Salin, 1939, pl. XVII, 8-a), Domjulien (Vosges) (Michler, 2004, p. 357), Villey-Saint-Étienne (Meurthe-et-Moselle) (Guillaume, 1988, p. 107 et pl. XXII) et la tombe 243 de Mazerny en Ardennes (fibule du type 31) (Périn, 1980, p. 214, n° 21). La nécropole de la Grande Oye à Doubs a livré plusieurs fibules discoïdes à bâtes dont l’une, celle de la de la tombe 250, présente un certain parallèle (bouclier, nacre, filigranes) avec celle de Metzervisse (Urlacher et alii, 1998, p. 107, fig. 90 et pl. 18, n° 1).

84Rhénanie : ce type de fibule s'apparente au type D 2 de K. Böhner et des exemplaires proviennent de Minden (Trèves), Zemmer (Böhner, 1958, pl. 16, nos 1 et 2). Il appartient au niveau IV de K. Böhner, c'est-à-dire 600-670 (Böhner, 1978, fig. 1). Un exemplaire provient de la riche tombe féminine (78) de la nécropole de Cologne – Müngersdorf (Childéric, Clovis, 1982, 212, G.21, fig. E. 20).

85Belgique : parmi les quelques exemplaires belges trouvés dans les nécropoles de Hamoir(province de Liège) (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 12, t. 33, n° 1), Franchimont (province de Namur) (Dierkens, 1981), ce sont deux exemplaires à bouclier d’Arlon « L’église du Vieux cimetière (Childéric, Clovis, 1982, 162-164, fig. E. 20) et celui de la tombe 160 de Torgny (province de Luxembourg) (Les Mérovingiens, 1988, 77, n° 113) qui évoquent le plus la fibule de Metzervisse.

86Grand-Duché de Luxembourg : un exemplaire stylistiquement proche, attribué au Mérovingien précoce, provient de Steinsel (Schaaff, 1993, pl. 42, n° 4).

87Datation :
Ce type de fibule est attribué à la phase précoce du VIIe siècle (Koch R. et U., 1996, p. 281, fig. 220). Dans la chronologie des tombes féminines de l'Allemagne du Sud-Ouest, il appartient à la première moitié de la phase chronologique SW IV s'étendant de 610 à 670 (Roth, 1998, 119 et tableau 7). B. Thieme classe les fibules discoïdes à bouclier central dans son groupe 1-2, largement répandu sur le Rhin moyen et en Allemagne du Sud. Elles sont attribuées au premier tiers du VIIe siècle (Urlacher et alii, 1998, p. 116).

88Dans la Chronologie normalisée, ce type de fibule ronde (n° 221) est attribué à la phase MR1 (600/610 à 630/640) avec une faible représentativité dès le milieu de la phase MA3 (560/570 à 600/610) ainsi que durant la phase MR2 (630/640 à 660/670) (Legoux et alii, 2004, p. 17, 35, 53).

VI.1.1.3 La fibule ansée symétrique

89Seule la sépulture 3014 a livré une fibule de ce type. Il s'agit d'une fibule ansée symétrique à plateaux circulaires en argent (fig. 16, n° 135a) découverte sur l'épaule gauche du sujet A, avec des fragments de maillons de chaîne en alliage cuivreux (fig. 16, n° 135b).

90Comparaisons :
Cette fibule ansée, identique au modèle originaire de Kröv, du niveau IV (600-670) de K. Böhner (Böhner, 1958, p. 64, pl. 12, n° 1 ; 1978 : 8), peut être comparée à des exemplaires mosellans des tombes 44 et 79 d'Audun-le-Tiche (Simmer, 1988, p. 33, pl. VI et p. 43, pl. XI) et de la tombe 17 d'Hayange (Clermont-Joly, 1978, p. 95, pl. 224, n° 301 ; Simmer, 1987, pl. V). Il s’agit du type BB1 de Cl. Lorren, modèle commun dont la répartition spatiale englobe l’espace compris entre le Rhin, la Loire et l’Atlantique en passant par la Bourgogne, de la fin du VIe au VIIe siècle (Lorren, 2001, 71–74 et pl. V).

91Fonction :
Sa position sur l’épaule gauche est identique à celle fréquemment observée en Normandie (soit au niveau de l’épaule, soit au niveau de la poitrine). Dans cette région, la fibule est rarement apposée symétriquement à une autre, voire à une agrafe à double crochet (Truc, 1998, p. 38). À Metzervisse, malgré la présence d’une chaînette, aucun élément symétrique à la fibule ansée n’a été découvert.

92Au sujet de la chaînette, celle-ci peut remplir plusieurs fonctions : réunir deux fibules ou permettre la suspension de pyxide comme à Foug (Savonnières-lès-Toul, Meurthe-et-Moselle) (Clermont-Joly, 1978, p. 108, pl. 48, n° 413) ; à Rimling (Moselle) (Flotté, Fuchs, 2004, p. 670) ; à Châtel, sépulture 171 (contexte VIIe siècle) ; à Waldwisse (Gallia info. 1953, I, p. 142-145, fig. 3-8).

93Datation :
Dans la Chronologie normalisée, ce type de fibule s’apparente au type n° 291 (grande fibule ansée symétrique à plateaux circulaires), attribué à la phase MR3 (660/670 à 700/710) avec une faible représentativité dès la phase MR2 (630/640 à 660/670) (Legoux et alii, 2004, p. 18, 38, 54).

VI.1.2 Les colliers de perles

94Deux colliers ont été recensés dans les tombes de femmes adultes 3016 et 3046.
Dans la tombe 3016 (fig. 17, n° 139), plus modeste que la 3046, il est assorti d'une paire de boucles d'oreilles en alliage cuivreux, une plaque-boucle en fer, non décorée, et un peigne.
Dans la sépulture 3046 (fig. 23, n° 108 ; fig. 26, n° 5), la plus riche, il est associé à d'autres parures en matériaux précieux tels que l'or et l'argent ainsi qu'à une plaque-boucle damasquinée, un peigne et un couteau.

95Il s'agit du même type de collier combinant des grains d'ambre et des perles en pâte de verre. Néanmoins, le collier de la tombe 3016 est constitué de 13 grains en verre, dont une majorité (5) de grains en verre brillant, monochrome, associés à 4 opaques, polychromes, et à 3 opaques, monochromes, pour un seul en ambre.
Quant à celui de la tombe 3046, il compte 12 grains en ambre et 20 perles en pâte de verre dont une majorité de grains monochromes et opaques, 8 polychromes opaques, 3 monochromes brillants, 2 indéterminés et 2 en coquillage.

96Du point de vue de la position, dans la sépulture 3016, les grains sont dispersés de part et d'autre de la tête et sur la partie droite du torse, alors que dans la tombe 3046, ils sont concentrés à gauche de la tête et sous le menton, quelques-uns sont dispersés au niveau de la clavicule et sur le torse, toujours du côté gauche.

97Comparaisons et datation :
Les perles de la tombe 3016 s'apparentent à des grains de même style découverts dans les tombes nos 48, 64, 136, 160, et 250 de Hamoir, en Belgique (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 18, n° 1 ; pl. 22, n° 1 ; pl. 41, n° 3 ; pl. 46, n° 7 et pl. 63, n° 2).

Le collier de la sépulture 3046

98À Franchimont, comme dans la région de Trèves, la pâte de verre rouge foncé ou rouge brun est la plus courante. Quant à l'ambre, c'est au VIIe siècle que des grains allongés, aplatis, assez gros et taillés grossièrement sont en vogue.

99Il semblerait que l'association de grains d'ambre aux perles en pâte de verre opaque, monochromes et polychromes décorées, appartienne à une phase précoce du VIIe siècle. Quant à l'ambre comme marqueur chronologique, il convient d'être prudent car la raréfaction de l'ambre dans la composition d'un collier est peut-être liée au statut social de l'individu. En effet, une étude de nécropoles suisses et allemandes démontre que l’importance de l’ambre dans la composition d'un collier semble être un critère de richesse au VIIe siècle et que les sources d'approvisionnement en matériau auraient été plus accessibles qu’auparavant (Urlacher et alii, 1998, p. 104).

100Dans la Chronologie normalisée, le collier de la tombe 3046 s’apparenterait au type IV = n° 377, attribué à la phase MR1 (600/610 à 630/640) avec une faible représentativité dès la phase MA3 (560/570 à 600/610) ainsi que durant la phase MR2 (630/640 à 660/670) (Legoux et alii, 2004, p. 19, 43 et 54 ; Legoux et alii, 2005, p. 521, fig. 93 b, n° 775).

VI.1.3 Les boucles d'oreilles

101Trois paires de boucles d'oreilles ont été exhumées des tombes féminines 3016, 3031 et 3046. Deux paires sont en alliage cuivreux (3016 et 3031), la troisième étant en argent (3046). Dans la sépulture 3016, les petites pendeloques biconiques (fig. 17, n° 138) sont assorties d'un collier constitué de 13 grains en pâte de verre et un en ambre ; la parure de simples anneaux dans la sépulture 3031 est l'unique dépôt (fig. 16, n° 146). Dans la tombe 3046, les boucles à élément polyédrique (fig. 23, n° 107) sont combinées à deux fibules en or et à un collier composé de 49 grains en pâte de verre et 12 en ambre (fig. 26, n° 5).

102Comparaisons et datation :
Ce type de boucles se rencontre à Vicherey « Haut de la Grève » (Vosges ; Michler, 2004, p. 370, fig. 422) ; à Hamoir (province de Liège ; Alenus-Lecerf, 1975, pl. 32, t. 102, n° 1) ; à Godendorf (Bitburg), niveau IV de K. Böhner (600-670) (Böhner, 1958, pl. 20, n° 1) et dans la nécropole de Weissenthurm, dans la région de Mayen-Coblence (Hanel, 1994, pl. 65).

103Dans la chronologie des tombes féminines de l'Allemagne du Sud-Ouest, ce style de boucles est daté de la seconde moitié de la phase SW IV s'étendant de 610 à 670 (Roth, 1998, p. 119 et tableau 7). Dans la Chronologie normalisée, il s’apparenterait à un type de la série n° 307, attribué à la phase MR2 (630/640 à 660/670), avec une faible représentativité dès la phase MR1 (600/610 à 630/640) jusqu’à la phase MR3 (660/670 à 700/710) (Legoux et alii, 2004, p. 18, 38, 54).

VI.1.4 La bague

104Une seule bague a été recensée. Elle appartient à la défunte de la tombe 3014. Il s'agit d'une bague en alliage cuivreux dont le chaton plat est incisé de traits indéterminés (monogramme ?) (fig. 16, n° 134). Elle est associée à une fibule en argent.

105Comparaisons et datation :
Elle est très proche de l’exemplaire de la tombe 53 de Fontoy (Seilly, 1995, pl. 21). Elle évoque un exemplaire issu de la tombe 193 d'Audun-le-Tiche (Simmer, 1988, p. 91, pl. XXXVIII, n° 1) et un de la tombe 164 de Rittersdorf (Bitburg) appartenant au niveau II-IV de K. Böhner (450-525 à 670) (Böhner, 1958, pl. 22, n° 14 et 1978, p. 8). J. Guillaume en signale un nombre élevé dans la nécropole de Châtel-Saint-Germain (Moselle) dans les tombes aussi bien masculines que féminines. Il s’agit d’un modèle classique du VIIe siècle.

106Dans la Chronologie normalisée, elle s’apparenterait à un type de la série n° 334, daté de la phase MA3 (560/570 à 600/610) jusqu’à la phase MR2 (630/640 à 660/670) (Legoux et alii, 2004, p. 19, 40, 54).

VI.2. Les garnitures de ceintures et accessoires de buffleterie

107Douze sépultures ont donné une garniture de ceinture parmi lesquelles on compte trois sépultures féminines (1071, 3016, 3046), une sépulture d'adulte indéterminé (3029) et huit masculines (3001, 3003, 3017, 3018, 3024, 3035, 3047, 3049) dont quatre possèdent des armes (3001, 3017, 3018, 3024).

108Le port de la ceinture est caractéristique des deux sexes. Néanmoins, les ceintures féminines, moins sophistiquées que certains ceinturons masculins, ne sont composées que d'un seul élément.
Quant aux ceinturons masculins, ils peuvent être ornés de plusieurs plaques assorties (souvent trois : plaque-boucle, contre-plaque, plaque dorsale). Les ceinturons les plus élaborés correspondent aux sépultures les plus richement dotées (armes, appliques de fourreaux, garnitures de baudriers...) (3001, 3024).

109Les tombes 3017 et 3049 possèdent trois plaques, mais pas toujours assorties. Si la tombe 3017 possède deux armes, en revanche la 3049 en est dépourvue. Les tombes 3003, 3035, 3047 ne possèdent qu'une boucle, soit simple, soit à chape.
Dans les tombes masculines, les boucles se répartissent en une simple, trois à chape, quatre damasquinées et une non damasquinée.

110Les boucles de la nécropole se répartissent en trois catégories fonctionnelles : les boucles de ceintures ou ceinturons, les boucles de baudriers et une boucle d’accessoire vestimentaire. Typologiquement, la forme, la technique de damasquinure, le nombre et la nature des éléments de fixation permet de les classer en différentes classes :
- les boucles à chape en fer ;
- les plaques-boucles rectangulaires en fer damasquiné ;
- les plaques-boucles trapézoïdales en fer damasquiné ;
- les plaques-boucles allongées damasquinées ou non ;
- les plaques-boucles moulées en bronze, non décorées.

VI.2.1 Les ceintures féminines

111Seulement trois tombes féminines sur 18 ont livré des vestiges de ceinture : 1071, sépulture pauvre (fig. 12, n° 122), 3016, sépulture modeste (fig. 17, n° 137) et 3046, tombe richement dotée (fig. 23, n° 109).
Contrairement aux riches ceinturons masculins, les ceintures féminines ne sont pas dotées de contre-plaques. Cette observation est également valable pour la nécropole de Hamoir, à l'exception d'un cas (Alenus-Lecerf, 1978, p. 25).

112Du point de vue du rituel funéraire, la garniture de ceinture est trouvée à hauteur du bassin, témoignant de l'inhumation habillée : elle est posée sous le coxal gauche de la défunte 1071, elle est en position verticale, sur la fosse iliaque droite dans la sépulture 3016 et elle est sur le coxal gauche, dans la position de la ceinture bouclée, dans la tombe 3046. Deux fois, la ceinture est associée à des éléments de parures (3016 et 3046). Typologiquement, trois types de boucles de ceintures féminines ont été relevés :
- une boucle à chape en fer ;
- une plaque-boucle très allongée et étroite en fer ;
- une plaque-boucle trapézoïdale en fer damasquiné.

VI.2.1. 1 La boucle à chape en fer

113La tombe 1071 a livré une boucle à chape en fer non décorée (fig. 12, n° 122). Il s'agit de l'unique objet de la sépulture. La boucle est légèrement hémisphérique ou en D, munie d'un ardillon et d'une chape. Celle-ci est une plaque rectangulaire repliée sur elle-même et fixée par deux rivets dont il ne subsiste qu'une tige. La particularité de cette boucle est qu'elle est très plate.

114Comparaisons :
La tombe 256 de la nécropole de Bülach a livré le même type de boucle (Werner, 1953, pl. IV, n° 8).

VI.2.1.2 La plaque-boucle linguiforme en fer non damasquiné, à trois bossettes

115La tombe 3016 est dotée d'une garniture de ceinture en fer (fig. 17, n° 137). La plaque, très allongée et étroite, se termine par une extrémité arrondie. Elle était fixée par trois rivets en fer à bossette dont il n'en reste qu'un. La boucle ovale est incomplète.

116Comparaisons et datation :
La tombe 102 de la nécropole de Bülach, datée de la seconde moitié du VIIe siècle (Werner, 1953, pl. V, n° 4 a et b), a fourni le même modèle de forme étroite et allongée. Celui-ci peut être rapproché du type « Berne-Soleure » (en général porté par les hommes), caractéristique de la Burgondie. Elle trouve un élément de comparaison dans le n° 150 de la Chronologie normalisée, attribué aux phases MA3 à MR2 (560/570 à 660/670) (Legoux et alii, 2004, p. 16, 31, 53).

VI.2.1.3 La plaque-boucle trapézoïdale en fer damasquiné, bichrome, à placage d’argent et incrustation de fils de laiton

117La sépulture 3046 est pourvue d'une plaque-boucle en fer damasquiné (fig. 23, n° 109). La boucle ovale s’articule avec une plaque trapézoïdale dont les bords sont chantournés ou festonnés. Elle se termine par deux petites ailettes ou ergots.
Le décor occupe tout le champ et la technique de la damasquinure est le placage d'argent prédominant sur lequel se découpe le motif d'entrelacs en rubans réservés et incrustés d'un fil de laiton (monstres entrelacés à épine dorsale filiforme) et bordés d'un fil d'argent (voir catalogue).
La boucle est également incrustée de séries de fils d'argent et de laiton transversaux et disposées à intervalles réguliers.

118Comparaisons et datation :
Cette boucle est comparable à une garniture de ceinture de la tombe 84 de Lavoye (Joffroy, 1974, p. 51) ; elle peut être classée dans le 2ème niveau de la chronologie de J. Werner (le type Berne-Soleure) (phase tardive du niveau IV : 600-675) (Périn, 1980, p. 83 et 85) ; elle s'apparenterait aussi à un exemplaire trouvé dans la tombe 2 de Minden, attribué au niveau IV (600-670) de K. Böhner (Böhner, 1958, p. 81, pl. 55, n° 2). Il s'agit du même style que celui des appliques du baudrier de l'épée de la tombe 3001.

119Dans la Chronologie normalisée, elle appartiendrait à la catégorie 188, datée de la phase MR2 (630/640 à 660/670) jusqu’à la phase MR3 (660/670 à 700/710) où elle est encore faiblement représentée (Legoux et alii, 2004, p. 16, 33, 53).

VI.2.2 Les ceinturons masculins

120Huit tombes masculines sur 18 (3001, 3003, 3017, 3018, 3024, 3035, 3047, 3049) ont livré un ceinturon. Parmi celles-ci, on observe deux tombes très riches dans lesquelles les plaques sont d'une facture remarquable (3001 et 3024), deux plus modestes (3018, 3049), une modeste (3017) et trois pauvres (3003, 3035, 3047).

121Le dépôt du ceinturon dégrafé, fréquemment en usage aux VIe et VIIe siècles, semble avoir été pratiqué à Metzervisse dans les tombes 3017, 3024, où le ceinturon n’est pas en position de bouclage. J. Guillaume signale que cette pratique est commune à Châtel-Saint-Germain, où le dépôt derrière la tête est observé dans 14 cas (information orale).

122Typologiquement, cinq types de boucles de ceinturons ont été relevés :
- les boucles simples en fer ;
- les boucles à chape en fer ;
- la plaque triangulaire en fer à bossettes en alliage cuivreux ;
- la plaque-boucle en fer à plaque trapézoïdale ;
- la plaque-boucle en fer damasquiné, étroite et allongée ;
- les plaques-boucles en fer damasquiné, trapézoïdales.

VI.2.2.1 Les boucles simples en fer

123Deux sépultures ont livré ce type de boucle : la 3029 et la 3035.Dans la tombe 3029 (fig. 24, n° 143), elle est accompagnée d’une autre boucle et d’un ferret. Dans la tombe 3035, il n’en reste qu’un fragment (fig. 25, n° 147), associé à un couteau.

VI.2.2.2 Les boucles à chape en fer

124Deux tombes sont pourvues d'une boucle à chape : 3003 et 3047. Elles constituent le seul objet de la sépulture et ont été trouvées au niveau du bassin.

125La boucle en fer de la tombe 3003(fig. 13, n° 128) présente une chape rectangulaire de 2,2 cm x 1,6 cm, repliée sur elle-même et fixée par deux rivets dont il n'en reste qu'un. La boucle hémisphérique ou en D, de section rectangulaire, mesure 3,8 x 2,5 cm. L'ardillon est présent. Elle est décorée simplement de trois groupes de deux ou trois incisions transversales et parallèles, situés l’un à la retombée de l'ardillon et les deux autres de manière symétrique sur la boucle. Elle fut découverte au niveau de la main droite, entre le carpe et les métacarpes.

126La tombe 3047 est dotée d’une boucle à chape en fer articulée (fig. 24, n° 112). La chape, une tôle rectangulaire repliée sur la traverse inférieure possède deux éléments de fixation aux angles. Une échancrure médiane permet le pivotement de l'ardillon, qui est incomplet. La boucle, très plate, est hémisphérique et de section quadrangulaire. De petites encoches parallèles marquent la retombée de l'ardillon. Elle a été trouvée contre la branche ischio-pubienne droite.

127Comparaisons et datation :
La boucle de la tombe 3047 trouverait un parallèleavec un exemplaire de Royaumeix (Meurthe-et-Moselle), daté de 600-690 (Lieger, Marguet, 1992, p. 105, fig. 6, t. 24). Ces boucles, modestes et purement fonctionnelles, se rencontrent également dans les tombes féminines (cf. supra). Au plan typologique, elles dérivent vraisemblablement de la tradition des boucles à chape en alliage cuivreux de l’Antiquité tardive. Ce type est classé dans le niveau IV de Böhner par l’association avec un scramasaxe large dans la tombe 4 de Sinz (Böhner, 1958, p. 204, pl. 57, n° 7).

VI.2.2.3 L’applique triangulaire ajourée en fer, à bossettes en alliage cuivreux

128Une seule tombe (3049) a livré une plaque triangulaire à trois bossettes hémisphériques en alliage cuivreux (fig. 24, n° 116). Chaque bossette à tête hémisphérique et base dentelée est dotée, au revers, d'une languette à œillet. La plaque présente un jour de forme triangulaire qui est découpé dans sa partie la plus large.

129Cette plaque a été découverte à quelques centimètres à droite du fémur droit. Elle accompagne une garniture de ceinturon en fer damasquiné dont il manque la plaque-boucle. On remarque le caractère composite de cette ceinture et la forme peu commune de cette applique.

130Datation :
Les bossettes en bronze font partie du groupe A de P. Périn (Périn, 1980, p. 233) et sont attribuées à la première moitié du VIIe siècle (Périn et alii, 1985, p. 375).

VI. 2. 2. 4 La plaque-boucle en fer à plaque trapézoïdale et bossettes

131La tombe 3018 renferme une plaque-boucle en fer à plaque trapézoïdale (largeur maximale : 6,1 cm), non damasquinée (fig. 19, n° 15). L'articulation entre la boucle et la plaque est assurée par deux pattes rectangulaires ménageant une échancrure pour le passage de l'ardillon.

132Deux autres fragments en fer informes (fig. 19, n° 14 a et b) appartiennent probablement à la garniture de ce même ceinturon. Cette tombe est celle d’un personnage important au vu de la richesse de l'armement (quatre armes lourdes, éperon, appliques de fourreau, garniture de baudrier...).

133Comparaisons et datation :
Elle serait semblable au modèle de Tawern-Röler (Böhner, 1958, p. 57, n° 11) et à un exemplaire de la nécropole de Hamoir où elle est attribuée à la fourchette 575-700 mais provient d’une sépulture située à la fin du VIe au début du VIIe siècle (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 15, t. 38 c, n° 1).Elle s’apparenterait, avec prudence vu le mauvais état de conservation, aux nos 151 ou 152 de la Chronologie normalisée (Legoux et alii, 2004, p. 16, 31, 53) attribués aux phases MR1 (600/610-630/640) et MR2 (630/640-660/670), avec une faible représentativité dès la phase MA3 (560/570-600/610).

VI.2.2.5 La plaque-boucle en fer, étroite, allongée et damasquinée à placage prédominant et bichromie

134Seule la tombe 3017 est pourvue d'une garniture de ceinturon en fer damasquiné d'arabesques (fig. 18, nos 42b, 43a et b, 47). Elle se compose de trois éléments assez endommagés : la plaque-boucle (43a) dont la boucle (43b) est désolidarisée de celle-ci alors que l'ardillon est toujours en place, mais incomplet ; la contre-plaque (47). Chacune d’entre elles est fixée par trois points d'attache. Un fragment du troisième élément est doté de deux trous de fixation (42b).
La damasquinure est composée d'un placage probablement d'argent et de fils de laiton incrustés, dessinant des arabesques. La boucle est également incrustée de fils de laiton (deux fils parallèles à la retombée de l’ardillon).

135Cette ceinture est associée à une fiche à bélière, un couteau et un clou. L'emplacement et la proximité de la fiche et du couteau permettent d'y voir un éventuel équipement du ceinturon. Ce dernier est l'apanage d'un personnage en possession de deux armes (un scramasaxe et une lance).

136Comparaisons :
Cette garniture, probablement de type tardif « Berne-Soleure », s’apparente à un exemplaire de Morville-lès-Vic, en Moselle (Clermont-Joly, 1978, p. 55, pl. 3, n° 4) ; à deux exemplaires de Royaumeix, en Meurthe-et-Moselle (Lieger, Marguet, 1992, p. 112, fig. 13, t. 53 et p. 122, fig. 23) ; à deux exemplaires de la nécropole de Hamoir (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 31, t. 98 ; pl. 20, t. 60). Elle peut également être comparée àun exemplaire du type A 3b présentant le même genre de décor et provenant de la tombe 14 de la nécropole de Nennig (Saarburg ; Böhner, 1958, pl. 52, n° 2 a, b) et à celui de la tombe B de Hüttersdorf (Böhner, 1958, pl. 51, n° 5), ainsi qu’à un exemplaire de la tombe 153 de Bülach (Werner, 1953, pl. 23, n° 3a).

137Datation :
Comparable au n° 191 de la Chronologie normalisée (Legoux et alii, 2004, p. 16, 33, 53), attribué à la phase MR3 (660/670-700/710) avec cependant une faible représentativité dès la phase MR2 (630/640-660/670).

VI.2.2.6 Les plaques-boucles trapézoïdales en fer damasquiné, monochrome, à incrustation, placage et rubans en argent

138Ce sont les deux tombes les plus richement dotées qui ont fourni ce type de garniture de ceinturon (3001 et 3024).

La sépulture 3001

139Dans la sépulture 3001, la garniture de ceinturon incomplète (la plaque-boucle manque) est composée d'une contre-plaque(fig. 7 ; fig. 14, n° 25a) et d'une plaque dorsale (fig. 14, n° 25b), en fer damasquiné. Elle est posée sur l'abdomen. La contre-plaque présente une forme trapézoïdale à extrémité arrondie ou linguiforme, à trois éléments de fixation, et la plaque dorsale est carrée à quatre éléments de fixation. Les têtes de rivets sont hémisphériques.

140La damasquinure, de très belle facture, à incrustation et placage d’argent sur fond préalablement hachuré, présente une composition ornementale symétrique. Le champ est entièrement occupé par un réseau d'entrelacs animaliers dont les rubans, hachurés ou traités en échelle, se terminent par des têtes zoomorphes stylisées en position antithétique ou le long des arêtes latérales. Ces chefs de « monstres » à gueule ouverte ou profils de rapaces (?), à bec entrouvert et maxillaire inférieur crochu, relèvent vraisemblablement du syncrétisme animalier.

141Sur la plaque dorsale de forme carrée, le motif de l'entrelacs zoomorphe antithétique occupe l’espace central. Celui-ci est bordé de trois frises concentriques au répertoire géométrique : motif d'escalier ou pyramide à degrés et demi-cercles pleins, hachures et nids-d'abeilles, en périphérie.

142Comparaisons :
L’élément de comparaison le plus proche est une garniture de ceinturon complète de la tombe 51 de Châtel-Saint-Germain en Moselle (information de J. Guillaume).

143La même technique ornementale apparaît sur une contre-plaque de la tombe masculine 31 de Royaumeix (Meurthe-et-Moselle) (Lieger, Marguet, 1992, p. 107, fig. 8 et p. 131), ainsi que sur une garniture de ceinturon de Schandel au Grand-Duché de Luxembourg (Schaaff, 1993, pl. 29, nos 22-23) et un exemplaire de la tombe 67 d'Audun-le-Tiche, caractérisé par une bordure en nids- d'abeille et par la bichromie (Simmer, 1988, pl. XII, n° 7). Le motif rappelle également celui d’une plaque-boucle de la nécropole de Lezéville (Salin, 1922, pl. V, n° 3). Il évoque l’exemplaire de Nittel-Geisberg, du niveau IV de K. Böhner (600-670) (Böhner, 1958, p. 96, pl. 53, n° 4 ; 1978, p. 8), bien que les rubans pleins, la forme et les éléments de fixation, au nombre de cinq, le différencient de la plaque de Metzervisse. Quant au motif de la plaque dorsale, il n’a trouvé aucun élément de comparaison régional. La plaque dorsale, au motif original, n’a pas de parallèle.

144Datation :
Dans la Chronologie normalisée, elle appartiendrait à la catégorie 187, attribuée à la phase MR2 (630/640 à 660/670) mais apparaissant déjà à la phase précédente MR1 (600/610-630/640 (Legoux et alii, 2004, p. 16, 33, 53).
Le style de cette damasquinure (des entrelacs animaliers répétés sur les bordures se substituant aux frises géométriques) serait typique de la phase précédant celle des damasquinures bichromes à placage prédominant de la deuxième moitié du VIIe siècle (Périn et alii, 1985, p. 389).

La sépulture 3024

145La sépulture 3024 est pourvue d'une garniture de ceinturon composée de trois pièces (fig. 21, nos 74a, 75, 73) : plaque-boucle, contre-plaque et plaque dorsale en fer damasquiné, monochrome (argent ?), à incrustation et rubans pleins, soulignés par des filets (voir catalogue).

146La composition des entrelacs est symétrique sur un fond géométrique incrusté (hachures, nids-d'abeille, croix, rayons). Le répertoire ornemental est purement géométrique. Les éléments de fixation sont au nombre de trois. La damasquinure est de bonne qualité. Les plaques étaient posées sur la partie inférieure du thorax.

147La plaque-boucle(74a),trapézoïdale et légèrement festonnée, était fixée par quatre rivets à têtes en fer dont il n’en reste que trois.
La boucle ovale, dont l'ardillon a disparu, est repliée sur le revers de la plaque. Elle est décorée de hachures transversales, groupées et disposées régulièrement. La marge périphérique interne est un ruban plein interrompu par des hachures.
L’ardillon(83) est en fer damasquiné, à incrustation prédominante et motif géométrique. Un rivet de fixation apparaît au revers.
La contre-plaque (75) présente le même style que la plaque-boucle. Elle offre néanmoins deux motifs décoratifs supplémentaires.
La plaque dorsale carrée (73) possède quatre rivets dans les angles.

148Comparaisons :
Cette garniture évoque un exemplaire de la tombe 77 de Royaumeix (Lieger, Marguet, 1992, p. 118, 134) ainsi que des modèles de Bourogne (Territoire de Belfort), de Lezéville (Haute-Marne) (Périn et alii, 1985, p. 387 ; Salin, 1922, pl. 11) et de Saint-Germain-des-Prés, conservé au musée Carnavalet (Périn et alii, 1985, p. 387-388, n° 355). On observe également ce type de décor sur une garniture de ceinturon trouvée en 1861, à Lorentzen, canton de Rehs, en Alsace (Schnitzler, 1997, p. 58, n° 16).

149La technique de la damasquinure et la composition du décor d'une plaque-boucle de Sanem, au Grand-Duché de Luxembourg, rappellent celle de Metzervisse (Schaaff, 1993, pl. 27, nos 20 et 21).

150Le style de la plaque dorsale s'apparente à celui d'une plaque de ceinturon découverte à Torgny (Lambert, 1987, p. 312, fig. 4, n° 3) et est proche d'un modèle de la nécropole de Hamoir (province de Liège) (Alenus-Lecerf, 1975, p. 44, pl. 56, t. 214, n° 3). Cette composition dotée d’un motif central quadrilobé se rencontre aussi sur une plaque dorsale de la tombe 82 de Sirnau (Koch, 1969, pl. 91).

151Datation :
On peut classer ce type de plaques dans la phase DEFGH du nord-est de la France (600-620/630) (Périn, 1998a, p. 199 et 204).Ce type de damasquinure précède celui de la garniture de ceinturon de la tombe 3001.
Toutefois, dans la Chronologie normalisée, cette garniture est comparable au n° 187 attribué à la phase MR2 (630/640-660/670), avec cependant une faible représentativité dès la phase MR1 (600/610-630/640) (Legoux et alii, 2004, p. 16, 33 et 53).

VI.2.2.7 Les plaques-boucles légèrement trapézoïdales en fer damasquiné : rubans pleins et bichromie

152La sépulture 3049 est dotée d'une garniture de ceinturon assortie en fer damasquiné (fig. 24, nos 114 et 115), comprenant une contre-plaque (115) et une applique dorsale carrée (114).

153La technique de la damasquinure consiste en rubans pleins en argent, soulignés par des filets en laiton. Les motifs de crosse forment une composition symétrique. Les traces de fixation de la contre-plaque sont au nombre de trois. La plaque dorsale (114) offre un motif quadrilobé, rythmé par des guirlandes (voir catalogue).

154Comparaisons et datation :
Cette garniture peut être comparée à un exemplaire bichrome de la tombe 98c de la nécropole de Fontoy (Seilly, 1995, p. 137 pl. 42, nos 3 et 4). La technique du décor évoque celle d'un exemplaire de la tombe 3 de Biesdorf-Heiligenpesch. Il s'agit du type Tauschierte Eisenschnallen A1 de K. Böhner, appartenant au niveau IV (600-670) (Böhner, 1958, p. 8, pl. 49, n° 1 a-c). La technique de la bichromie combinée aux brins en bandes d'argent permet de le classer dans le groupe 3 de S. Plumier-Torfs (630-660) (Plumier-Torfs, Legoux, 1986, p. 104 et 115).

155Elle est comparable au n° 187 de la Chronologie normalisée, attribué à la phase MR2 (630/640 -660/670) avec cependant une faible représentativité dès la phase MR1 (600/610-630/640) (Legoux et alii, 2004, p. 16, 33 et 53).

VI.2.3 Garnitures de la ceinture d'adulte de sexe indéterminé

VI. 2. 3. 1 La boucle simple

156La sépulture 3029d'un adulte au sexe indéterminé possède une boucle en arc outrepassé à ardillon (fig. 24, n° 143). Elle est large de 3,1 cm. Elle accompagne une bouclette (144) et un passe-courroie en fer, non décoré, à quatre petits rivets de fixation (145).

VI.2.4 Les baudriers

157Il s'agit de baudriers d'épées dont les lanières sont richement ornées de plaques en fer damasquiné (3001), en fer (3018), en alliage cuivreux (3024). Dans les sépultures 3001 et 3024, l'observation des garnitures en place permet de déduire que le baudrier était enroulé autour de l'arme (3024) et peut-être sur l'épée (3001).

VI.2.4.1 Les plaques-boucles très allongées et étroites en fer, non décorées

158La tombe 3018a livré ce genre de plaque-boucle (fig. 19, n° 56) en fer, non décorée. Elle est située au niveau du bassin et sur l'empreinte d'une arme, probablement l'épée. La plaque allongée et mince se termine par une extrémité arrondie. Les bords sont biseautés. Elle était fixée à la lanière par trois éléments de fixation dont il ne reste que deux rivets à tête circulaire en fer (diam. : 0,8 cm). La boucle ovalaire, biseautée et large de 3 cm, s’articule autour de deux languettes ménageant une échancrure pour le passage de l'ardillon à bouclier. Une trace en négatif de la lanière de 0,9 cm de large apparaît sur l'avers.

159Cette plaque-boucle, appartenant au baudrier de l'épée, est assortie aux plaques allongées nos 11, 54 et 94. Le n° 94 correspond à la partie proximale d’une plaque à extrémité arrondie dotée d’un rivet de fixation à tête arrondie de 0,8 cm de diamètre.

160Comparaisons et datation :
La tombe 126 de la nécropole de Bülach, datée de la seconde moitié du VIIe siècle, a livré une garniture de baudrier s'apparentant à celle-ci (Werner, 1953, pl. XVII, n° 7).

VI.2.4.2 Les plaques trapézoïdales allongées en fer damasquiné, bichrome, à placage prédominant

161Les garnitures de baudrier de la tombe 3001 se répartissent en une plaque allongée, à l’origine articulée avec une petite plaque carrée damasquinée à deux rivets opposés (fig. 14, n° 34), une seconde plaque allongée (35.a), un passe-courroie (35.b) et une petite plaque carrée (n° 35.c). Ces appliques rectangulaires, allongées, aux bords légèrement festonnés, sont de petite taille (environ 6 cm de longueur maximale).

162La technique ornementale est caractérisée par la bichromie à placage prédominant et motif animalier central. Ce motif serpentiforme à têtes zoomorphes stylisées s'entremêlant est constitué de rubans réservés, incrustés d'un fil de laiton (ou brin à ligne axiale) et bordés par un fil d'argent, sur champ plaqué d'argent. Le décor central, logé dans un cartouche, se répète sur les bordures.

163Datation :
Dans la Chronologie normalisée, elles appartiendraient à la catégorie 188, attribuée à la phase MR2 (630/640-660/670) avec une faible représentativité à la phase MR3 (660/670 -700/710) (Legoux et alii, 2004, p. 16, 33, 53).

VI.2.4.3 Plaque-boucle en fer damasquiné, bichrome, à incrustation prédominante, répertoire géométrique

164La tombe 3001 a livré ce type de plaque-boucle (fig. 14, n° 33). Elle repose sur l'épée, à mi-hauteur de celle-ci. La boucle ovale, incrustée de traits transversaux et parallèles, groupés par deux ou trois, à intervalles réguliers, est repliée sur la plaque trapézoïdale dont l'extrémité est cassée. Elle s’articule autour de deux languettes ménageant une échancrure pour le passage de l'ardillon (37), lequel, désolidarisé, est incrusté de fils d’argent et de laiton au niveau du bouclier et de l’extrémité de la tige. La plaque trapézoïdale porte un motif central de double torsade, en ruban réservé, incrusté d'un fil de laiton et bordé par un fil d'argent. Les marges latérales de la plaque présentent un décor géométrique de traits transversaux parallèles en fils d'argent.

165Datation :
Dans la Chronologie normalisée (Legoux et alii, 2004, p. 16, 33, 53), elle serait comparable au n° 187 attribué à la phase MR2 (630/640 à 660/670), avec une faible représentativité dès la phase MR1 (600/610–630/640).

VI.2.4.4 Les plaques triangulaires moulées en alliage cuivreux, non décorées, à trois bossettes

166Seule la sépulture 3024a livré ce type de garniture de baudrier. Les différentes pièces de même style sont moulées. Les plaques allongées et étroites présentent des bords biseautés ainsi que des excroissances scutiformes à l'extrémité de la plaque et au niveau des têtes de rivets. Elles se répartissent en :

Éléments de fixation basse du baudrier :

167- une plaque-boucle à boucle ovale munie d'un ardillon droit à bouclier scutiforme (fig. 21, n° 82). Il manque la partie distale de la plaque sur laquelle il ne reste que deux rivets de fixation à tête hémisphérique ;
- une contre-plaque (fig. 21, n° 78) assortie au n° 82. Elle offre trois points de fixation à tête hémisphérique mais il n'en reste que deux. Une languette de fixation apparaît au revers.
- trois petites plaques carrées sans décor (nos 79, 80, 81) (fig. 21, n° 81).

Éléments de fixation haute du baudrier :

168- une seconde plaque-boucle (fig. 21, n° 166) à trois points de fixation à tête hémisphérique. La boucle ovale est repliée sur le revers de la plaque. Elle est assortie au n° 167.
- une contre-plaque à trois points de fixation et à protubérance pyramidale (fig. 21, n° 167). Au revers, un anneau en fer a été rapporté comme élément de fixation afin de remplacer un anneau en alliage cuivreux (Folzan et alii,s.d.).
- un passe-courroie (fig. 21, n° 174). Seul, celui-ci porte un décor géométrique composé de lignes horizontales et parallèles dont une est hérissée de petits traits verticaux. Des trois points de fixation, il ne reste que deux rivets à tête hémisphérique.

169Selon M. Folzan du L.A.M., il manquerait un élément de fixation haute du baudrier. Par ailleurs, M. Folzan a proposé une hypothèse de remontage des éléments de suspension et de garniture du baudrier, avec éléments de comparaison, en l'occurrence les modèles de Sutton Hoo et de Kirchheim (fig. 21, tiré deFolzan et alii, s.d.).

170Comparaisons :
Ce modèle est très courant dans le nord-est de la France. Plusieurs sépultures de Châtel-Saint-Germain en ont livré : les sépultures 116 et 145 B, attribuées au début du VIIe s., la sépulture 157, non datée, la sépulture 172 (garniture complète). Il trouve un parallèle dans un exemplaire de Koenigsmacker (Simmer, 1987, pl. XIII, n° 67). Cette garniture de baudrier est stylistiquement proche d'un exemplaire de la tombe 5 de Bourogne (Territoire de Belfort) où elle est datée du début du VIIe siècle (Manfredi et alii, 1995, p. 341, fig. 5). Le n° 82trouve une analogie dans l'exemplaire issu de « La Potence » à Dieue-sur-Meuse (Guillaume, 1975, p. 229, fig. 14, t. 38).

171On rencontre également ce modèle dans les régions limitrophes : à Hüttersdorf (tombe 6) (Saarlouis), appartenant au niveau IV (600-670) de K. Böhner (Böhner, 1958, pl. 42, n° 1 (a-h), à Sissach-St. Jakob (tombe 27) (Marti, 2000, pl. 272), à Bülach, en Suisse, dans la tombe 106 (Werner, 1953, nos 8, 9 et 10), au Grand-Duché de Luxembourg qui recèle des trouvailles isolées (Schaaff, 1993, pl. 39, nos 1, 7, 18).

172Le n° 78s'apparente à la plaque-boucle 2 de Hamoir, datée avec réserve du début dela deuxième moitié du VIIe siècle (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 28, t. 86), et à l’exemplaire n° 345 du musée Carnavalet (Périn et alii, 1985, p. 378).

173Datation :
Il s’apparente au type 172 de la Chronologie normalisée dans laquelle il est attribué à la phase MR1-MR2 = 600/610 à 630/640 – 630/640 à 660/670 (Legoux et alii, 2004, p. 16, 32 et 53).

VI.2.5 Les ferrets ou passe-courroies

174Cinq passe-courroies ont été recensés pour l'ensemble de la nécropole : il s'agit de passe-courroies de baudriers d'épée dans les sépultures 3001 (fig. 14, n° 35.b), 3018 (fig. 19, n° 94) et 3024 (fig. 21, n° 174), alors que dans les tombes 3011 (fig. 13, n° 132) (masculine) et 3029 (fig. 24, n° 145) (adulte de sexe indéterminé), il s'agit de terminaisons de ceintures. Dans le cas de 3011, la position laisse à penser que la ceinture est dégrafée.

175Ils présentent tous une forme allongée, rectangulaire, à extrémité arrondie, voire légèrement appointée. Le mode de fixation est assuré par deux (3011), trois (3024) ou quatre rivets (3029). Seuls les ferrets des tombes 3001 et 3024 sont décorés (cf. supra). Aucun ferret de chaussure n'a été rencontré.

176Comparaison et datation :
Le ferret de la tombe 3029 est proche d'un exemplaire du musée de Metz (Clermont-Joly, 1978, pl. 30, n° 206). Dans la Chronologie normalisée, le ferret simple (199) a une certaine longévité de la phase MA1 (470/480-520/530) à MR1 (600/610 à 630/640) (Legoux et alii, 2004, p. 17, 34 et 53).

VI.2.6 La bouclette

177La sépulture 3029d'un adulte au sexe indéterminé a livré une boucle en arc outrepassé (fig. 24, n° 144). Cette petite boucle (2,3 cm) est dotée de deux petites excroissances ou ergots. Vu sa position contre la partie supérieure de l'acétabulum, il s'agit vraisemblablement d'une bouclette d’aumônière suspendue à la ceinture.

VI.3. Les armes et l’équipement équestre

VI.3.1 La composition de l’armement

178Cinq tombes masculines sont pourvues d'armes : S. 3001, S. 3017, S. 3018, S. 3024, S. 3025. Deux sépultures contiennent quatre armes (3001 et 3018) ; une en possède trois (3024) ; une en renferme deux (3017) et une est seulement dotée d'une (3025). L'ensemble totalise quatorze armes qui se répartissent en trois épées, quatre scramasaxes, trois umbos de bouclier, trois lances, une hache. On compte quatre catégories d'armes offensives et une catégorie d'armes défensives.

179L'arme la plus fréquente est le scramasaxe : il apparaît dans quatre tombes (3001, 3017, 3018, 3024). L'arme la plus rare est la hache (tombe 3001).
Sur les cinq sépultures équipées d'armes, trois sont richement dotées d'armes offensives associées à une arme défensive : 3001, 3018, 3024. La panoplie de l'épée, du scramasaxe et du bouclier s'agrémente d'une hache dans la tombe 3001, d'une lance dans la sépulture 3018.
Dans les sépultures 3018 et 3024, les armes sont associées à des éléments de l'équipement équestre : une suspension d’éperon (3024) et un éperon dans les tombes 3018 et 3024.
Les tombes plus modestes sont au nombre de deux. La sépulture 3017 est dotée d'un scramasaxe et d'une lance ; la sépulture 3025 ne possède qu'une lance.

VI.3.2 Les épées

180Trois tombes masculines sont pourvues d'une épée (3001, 3018, 3024). Celle-ci est toujours accompagnée d'un bouclier et d'un scramasaxe (3001, 3018, 3024). Cette panoplie est associée une fois à une hache (3001) ; une fois à une lance (3018) ; deux fois à un éperon et à un élément de harnachement (3018 et 3024). À l'exception de la tombe 3018, les deux autres tombes comportent également un couteau.

181Typologie :
Il s'agit de longues épées en fer forgé à double tranchant. La lame damassée peut atteindre 70 à 79 cm de long et 4 à 5,2 cm de large, ce qui témoigne du statut social particulier de leur propriétaire. Seule l'épée de la tombe 3001 (fig. 14, n° 19) est dépourvue de pommeau. Celle de la tombe 3018 (fig. 19, n° 1) possède un petit pommeau en bâtière en fer.

182Quant à l’épée de la tombe 3024 (fig. 8 et 22, n° 66), la plus prestigieuse, elle est dotée d'une longue soie (17,2 cm), garnie d'un pommeau et d'une garde damasquinés dans le même style que le ceinturon (fig. 26, n° 4). Il s’agit d’une damasquinure monochrome à incrustation de fils et placage d’argent. Les faces de ce pommeau illustrent la contemporanéité des deux styles décoratifs (voir catalogue).

183Comparaisons et datation :
En ce qui concerne l’épée de la tombe 3018, elle s’apparente, par la forme et la dimension, à un exemplaire de Torgny, attribué à la fin du VIe siècle (Les Mérovingiens, 1988, p. 63, n° 56).

184En Lorraine, plusieurs épées à lame damassée et à pommeau damasquiné ont été découvertes : une à Hablainville et une à Azerailles, attribuées au VIIe siècle (Delestre, 1988, p. 102, n° 71) ; à Farébersviller, une tombe a livré un éperon associé à une épée présentant le même type de poignée à pommeau damasquiné (Clermont-Joly, 1978, p. 125, pl. 77, n° 590) ; un pommeau damasquiné en bichromie est signalé dans la tombe 15 de la nécropole de Hayange (Clermont-Joly, 1978, p. 25 ; Simmer, 1987, pl. V, T. 15, n° 30). À Audun-le-Tiche, la tombe 103 I a également fourni une épée à pommeau damasquiné (Simmer, 1988, p. 53, pl. XVI).

185Le dispositif de la poignée ou fusée de l'épée est semblable à un exemplaire franc-comtois de la tombe 293 de la nécropole de Doubs (Urlacher et alii, 1998, p. 64-65, fig. 51). Le pommeau et la garde de cette épée sont constitués de barrettes en fer, encadrées par des plaquettes de bois et des tôles en alliage cuivreux rivetées. Cet assemblage est représentatif des épées du début du VIIe siècle. Le pommeau présente également un champ ornemental différent d'une face à l'autre et les motifs damasquinés des barrettes en fer sont identiques à ceux de Metzervisse : traits et croix de Saint-André. Le modèle franc-comtois s'apparente au type Eisenach-Sontheim de W. Menghin qui appartient au groupe E (avant 650). Toutefois, il existe des exemplaires plus anciens, du début du VIIe siècle.

186Le type de décor de la damasquinure se retrouve dans un exemplaire exhumé de la tombe 127 de la nécropole suisse de Bülach, datée de la seconde moitié du VIIe siècle (Werner, 1953, pl. XXXIII, n° 2). Ce type d'épée, attribué au début du VIIe siècle, se rencontre à Torgny, dans la tombe 54 (Lambert, 1976, pl. XXI, nos 1 et 1a).
Dans la Chronologie normalisée, elle appartient au type 94 apparaissant dès la moitié de la phase MA3 (environ 585) à MR1 (600/610 à 630/640) (Legoux et alii, 2004, p. 15, 29 et 52).

Panoplie du guerrier et position des armes dans la tombe :

187La position des armes est standardisée. En effet, l’emplacement de l’épée est constant dans les deux tombes où l'observation a été possible (3001 et 3024). Posée à plat et pointée vers les pieds, elle flanque le côté droit du défunt (du coude au genou dans 3001 ; contre la face latérale du membre inférieur droit dans la tombe 3024 ; dans la tombe 3018, elle semble avoir été du côté gauche).

188Les épées sont garnies d'un fourreau qui a laissé des traces dans le cas de 3001 et qui est conservé partiellement dans la tombe 3024. Il est constitué de bois d'aulne (3024) et la face intérieure, en contact avec la lame, est en matériau très fibreux : peau avec poils (3001 et 3024) (Folzan et alii, s.d.).

189Les épées sont suspendues à un baudrier, avec éléments de suspension et appliques, qui a été déposé sur et à côté de l'arme, dans le cas des tombes 3001, 3018 et 3024.

VI.3.3 Les scramasaxes

190Quatre tombes masculines sont pourvues d'un scramasaxe : 3001, 3017, 3018, 3024. Ils dotent trois tombes à épée (3001, 3018, 3024), le quatrième est associé à une lance dans une tombe plus modeste (3017).

191Typologie :
Les scramasaxes peuvent être rassemblés en deux catégories :
- les scramasaxes semi-lourds à dos courbe, à longues lames (34,4 cm à 41,2 cm) (3001, 3018 et 3024) (Legoux et alii, 2004, p. 14, 28) ;
- le scramasaxe (3017) à lame plus courte (34 cm), dotée de deux rainures et muni d’une longue soie (18 à 25 cm) (Legoux et alii, 2004, p. 14, 28).

192Dos et lame sont rectilignes avant de s'infléchir, à l'extrémité distale, pour former la pointe. Celui de la sépulture 3017 offre un axe symétrique et se distingue des autres par une longue soie (fig. 18, n° 39). Bien qu’il appartienne à la première catégorie, le scramasaxe 3024 est également doté d’une longue soie. Le tranchant est en acier rapporté, bien visible sur le scramasaxe de la tombe 3017. Les scramasaxes 3001 et 3017 portent une double rainure, celui de la sépulture 3018 en présente quatre et celui de la sépulture 3024 diffère des autres par sa double gouttière rainurée.

193Comparaisons et datation:
Le scramasaxe de la tombe 3001 (fig. 14, n° 21) (L. lame : 38 cm) s'apparente à un exemplaire de la tombe 13 du cimetière d'Eisenach (Trèves). Il appartient au niveau III-V (fin VIe jusqu'au VIIIe siècles) de K. Böhner (Böhner, 1958, p. 19, T. 26, n° 5) ; W. Hübener date ce type de scramasaxe du milieu du VIIe siècle (Hübener, 1989, p. 77-79).
Dans la Chronologie normalisée (Legoux et alii, 2004, p. 14, 28 et 52), il serait comparable au n° 61 attribué à la phase MR2 à MR3 (630/640 à 660/670 jusqu’à 660/670 à 700/710) avec une faible représentativité dès la phase MR1 (600/610 à 630/640).

194Le scramasaxe de la tombe 3017 (fig. 18, n° 39) (L. lame : 34,4 cm), dans la Chronologie normalisée (Legoux et alii, 2004, p. 14, 28 et 52), serait comparable au n° 60 attribué à la phase MR1 à MR3 (600/610 à 630/640 jusqu’à 660/670 à 700/710).
Le scramasaxe de la tombe 3018 (fig. 19, n° 2) (L. lame : 40 cm), s'apparente à un exemplaire de Hamoir (Alenus-Lecerf, 1975, p. 68, n° 82).
Le scramasaxe de la tombe 3024 (fig. 22, n° 65) (L. lame : environ 42 cm) peut être attribué au milieu du VIIe siècle, voire à la seconde moitié du VIIe siècle (Hübener, 1989, p. 77-79). Tous deux sont du type 61 de la Chronologie normalisée (Legoux et alii, 2004).

Emplacement dans la tombe et associations :

195Leur emplacement et leur position sont constants dans la tombe : ils sont posés à plat contre le flanc gauche de l'individu, à hauteur du membre supérieur dans la tombe 3024 et à hauteur de la hanche dans la tombe 3001, pointe orientée vers les pieds, et cela dans trois cas (3001, 3018, 3024).
On observe une position divergente dans la tombe 3017 où le scramasaxe semble avoir été posé en travers du thorax.

196Le scramasaxe est étroitement associé au couteau dans deux cas : dans la tombe 3001, le couteau, posé à plat, jouxte le côté gauche du scramasaxe alors que dans la tombe 3024, le couteau est déposé au centre de la lame ; sans doute était-il glissé dans un étui du fourreau ou dans celui-ci même.

197Le scramasaxe est suspendu au ceinturon : 3001 et 3024. Il est majoritairement porté au flanc gauche (trois cas observés sur quatre), comme à Audun-le-Tiche (Simmer, 1988, p. 135), alors que dans le cimetière de Hamoir, il est porté à droite comme à gauche (Alenus-Lecerf, 1975, p. 41). Dans la tombe 3017, il a fait l'objet d'un dépôt particulier et n'est pas associé à un ceinturon.

VI.3.4 Les éléments de fourreaux de scramasaxes

198Trois tombes (3001, 3018 et 3024) ont fourni des éléments de fourreaux : clous de rivetage, boutons, appliques et entrée de fourreau. Dans les sépultures 3001 et 3018, la présence de celui-ci est attestée par la découverte de rivets et d'appliques en alliage cuivreux alors que dans la tombe 3024, c’est un lambeau en cuir décoré qui est conservé.

199- Le fourreau du scramasaxe de la tombe 3001 est fermé par trois boutons-rivets moulés en alliage cuivreux et à tête circulaire décorée d'un triskèle sur fond hachuré (fig. 14, nos 30 à 32). Ils sont posés du côté tranchant de l'arme. Le rivet peut pivoter (30) ou être fixe.

200Comparaisons et datation :
Ceux-ci s'apparentent aux quatre rivets de la tombe 121 de Châtel-Saint-Germain, attribuée au contexte 560/70–600/610 ; à un exemplaire de la tombe 43 d'Audun-le-Tiche, daté d'environ 650 (Simmer, 1988, p. 33, n° 10) ; à un exemplaire de la nécropole de Langsur, tombe 23 (Trèves), appartenant au niveau IV de K. Böhner (600-670) (Böhner, 1958, pl. 26, n° 22).

201Comparables au n° 70 de la Chronologie normalisée, ces boutons à décor moulé peuvent être attribués à la phase MR2 (630/640 à 660/670) avec une faible représentativité dès la phase MR1 (600/610 à 630/640) (Legoux et alii, 2004, p. 15, 28, 52).
- Dans le cas de la sépulture 3018, huit petits clous à tête bombée ou plate, en alliage cuivreux (fig. 19, n° 50), ont été découverts dont deux à l'emplacement de l'empreinte n° 2, deux à la base de l'empreinte n° 1 et les autres non en place.

202En outre, des boutons moulés en alliage cuivreux, trouvés non en place, proviennent vraisemblablement d'un fourreau. Il s’agit de deux disques décorés de trois cercles pointés et perforés en trois endroits (fig. 19, n° 16), dont l’un présente un rivet au revers alors que l'autre est doté d’un bouton central (fig. 19, n° 18).

203À ceux-ci s’ajoute une applique en équerre ou une entrée de fourreau, moulée dans un alliage cuivreux, dont une extrémité se termine par un protome de rapace au bec crochu (fig. 19, n° 17). L’autre extrémité semble cassée. Deux perforations témoignent du mode de fixation par des rivets dont un seul est conservé dans l’angle. Il possède une tête circulaire et bombée. Un décor en marche d'escalier se déploie sur les parties latérales de la pièce.

204Comparaisons et datation :
Les clous correspondent à un type de garniture également signalé à Royaumeix, dans la tombe 27, datée de la deuxième moitié du VIe siècle (Lieger, Marguet, 1992, p. 138) ; A. Simmer signale que presque tous les fourreaux de scramasaxes, de la première moitié du VIIe siècle, d'Audun-le-Tiche « Bois de Butte », sont dotés de rivets en bronze, parfois décorés (Simmer, 1988, p. 113).

205L'applique n° 16 s'apparente à un exemplaire, non perforé, de la tombe 163 de Rittersdorf, attribué au niveau II-IV (450-525 à 600-670) de K. Böhner (Böhner, 1958, t. 26, n° 10), à quelques exemples de Royaumeix/Ménil-la-Tour, datés de la seconde moitié du VIe siècle (Lieger, Marguet, 1992, p. 138, t. 60 et 61).
L’applique 16 évoque le n° 69 de la Chronologie normalisée, attribué à la phase MR1-MR2 (600/610 à 630/640–630/640 à 660/670) (Legoux et alii, 2004, p. 15, 28, 52).

206En ce qui concerne l'entrée de fourreau à excroissance aviforme (n° 17), on en rencontre dans la région de Trèves, où ce thème du protome de rapace est commun mais représenté dans un style différent de celui de Metzervisse (Böhner, 1958, pl. 38, nos 1, 2, 3). En Suisse, on observe un décor géométrique semblable sur une boucle de Lutry et sur une plaque-boucle de la tombe 168 de Saint-Sulpice (Moosbrugger-Leu, 1971, pl. 24, n° 42 et pl. 25, n° 54). Le motif en « marches d'escalier » est typique du répertoire mérovingien (Guillaume, 1975, p. 329).
Cette entrée de fourreau serait comparable au n° 67 de la Chronologie normalisée, attribué à la phase MR2 (630/640 à 660/670) (Legoux et alii, 2004, p. 15, 28, 52).

207- Le fourreau du scramasaxe de la sépulture 3024 est riveté par des clous rassemblés en cinq groupes de cinq ou six éléments (fig. 22, n° 65). Ces séries sont disposées à espaces réguliers, côté tranchant, dont elles sont distantes de 2 cm. Un groupe de sept petits clous à tête tronconique ou hémisphérique et tige ployée (n° 76), en alliage cuivreux, reposait sur l'extrémité distale du fourreau du scramasaxe. La position du groupe de clous situé près de la soie révèle un fourreau plus grand que la lame du scramasaxe. M. Folzan se pose la question de savoir s'il ne s'agit pas d'un fourreau de remploi (Folzan et alii, s.d.).

208Comparaisons :
Les fourreaux de scramasaxes ornés de clous sont répandus. Un exemple analogue provient de la tombe 27 du cimetière mérovingien de Royaumeix, en Meurthe-et-Moselle. Cette sépulture est datée de la fin du VIe siècle à la fin du VIIe siècle (Lieger, Marguet, 1992, p. 138). Des clous semblables sont également signalés à Torgny, dans les tombes 39 et 42 (Lambert, 1976, pl. XV, n° 4 et pl. XVII, n° 2).

VI.3.5 Les lances

209Trois tombes masculines ont fourniune pointe de lance : 3017, 3018 et 3025. Dans la tombe 3025, elle représente l'unique arme, dans la tombe 3017, elle accompagne seulement un scramasaxe alors que dans la sépulture 3018, elle est intégrée à une panoplie d'armes comprenant une épée, un bouclier et un scramasaxe.

210Sa position dans la sépulture varie : dans la sépulture 3025, elle est posée de chant, à 5 cm à droite du membre supérieur droit du défunt, pointe orientée vers la tête ; dans la tombe 3017, elle est posée à plat, à une vingtaine de centimètres à droite de la jambe droite, pointe orientée vers le bas de la fosse, alors que dans la sépulture 3018, elle semble placée à gauche du sujet.

211Typologie :
Ces trois exemplaires présentent une douille de section circulaire et non fendue. Les flammes sont losangées (3017 et 3025) et plutôt triangulaire dans la tombe 3018.

212Les pointes de lances des tombes 3017 et 3018sont décorées de gravures : l’une est ornée d'un double chevron à la jonction entre la douille et la flamme, sur les deux faces (3017)(fig. 18, n° 40) ; la seconde présente deux cannelures et un petit double V à la jonction de la douille et de la flamme alors qu’un grand double V inversé souligne la forme de la flamme à partir de deux ocelles (3018)(fig. 19, n° 3).

213Comparaisons et datation :
- La forme de la pointe de lance de 3017 rappelle un exemplaire de la tombe 1 de Hayange (arrond. Thionville ouest) (Simmer, 1987, p. 346, pl. V, n° 1) et le décor évoque celui (double chevron et cannelures) de la longue pointe de lance (0,26 m), datée de la fin du VIIe siècle, de la tombe 6 de la nécropole de Ceintrey (Lagadec et alii, 1989, p. 103-104, n° 2).
Dans la Chronologie normalisée, elle serait comparable au n° 36, attribué à la phase MR2 (630/640 à 660/670), avec une faible représentativité dès la phase MA3-MR1 (560/570 à 600/610 - 600/610 à 630/640) (Legoux et alii, 2004, p. 14, 26, 52).

214- En ce qui concerne la lance de la tombe 3018, le motif gravé s'apparente à celui d'une pointe de lance exhumée du cimetière d'Audun-le-Tiche (Simmer, 1987, pl. II, n° 9). Des lances au décor plus simple sont également signalées à Koenisgmacker-Métrich (Clermont-Joly, 1978, p. 139, pl. 85, n° 743) et à Farébersviller (ibidem, 1978, p. 138, n° 735). Un fer de lance de provenance inconnue, au Grand-Duché de Luxembourg, présente le même type de motif incisé (Schaaff, 1993, pl. 37, n° 2).
Bien que le motif incisé de la flamme soit différent, il s'agit du même style que celui de deux exemplaires suisses : l’un provenant de la tombe 301 de Bülach, datée de la seconde moitié du VIIe siècle (Werner, 1953, pl. XXXV, n° 9), et le second de Jonen 5, attribué au dernier quart du VIIe siècle (Moosbrugger-Leu, 1971, p. 86, pl. 13, n° 18) ; toutefois, si le décor est de même inspiration, en revanche, la douille suisse est différente car elle offre quatre facettes, contrairement à l’exemplaire lorrain.
Pour ce qui est de la forme triangulaire de la flamme et de la longueur de la douille, celle-ci se rapproche davantage des exemplaires suisses de Bâle–Bernerring 30 (seconde moitié du VIe s.) et Bülach 127 (seconde moitié du VIIe s.) (Moosbrugger-Leu, 1971, pl. 13, nos 15 et 16).

215Ce type de lance à décor d’ocelles gravées trouve un parallèle assez convaincant à Pleidelsheim dans la région de Stuttgart (Koch, 2001, 261, pl. 99, 1 et p. 335). La carte de répartition reposant sur un inventaire de 29 exemplaires montre que la grande majorité de celles-ci se localisent entre la rive droite du Rhin et le bassin supérieur du Danube. En ce qui concerne la datation de ce modèle, il est attribué aux phases 9 et 10 d’U. Koch (620–650 et 650–670) (Koch, 2001, p. 362). La forme des lances se rétrécit avec le temps (ibidem, 2001, p. 335). J. Guillaume pense que ce type de lance pourrait être une importation du milieu alémanique.
Dans la Chronologie normalisée (Legoux et alii, 2004, p. 14, 26, 52), elle serait comparable au n° 35, attribué à la phase MA3 (560/570 à 600/610) jusqu’à la phase MR2 (630/640 à 660/670).

216- La lance de la tombe3025 (fig. 20, n° 88) présente deux nervures axiales dessinant une flamme sur la partie inférieure des deux faces de la lance. Son attribution chronologique est identique à celle de l’exemplaire 3017.

VI.3.6 La hache

217Seule la sépulture 3001a livré une hache. Elle fait partie d'une panoplie d'armes comprenant une épée, un bouclier et un scramasaxe. Déposée à plat, près de la poignée de l'épée, elle se trouve à droite du défunt, à hauteur du torse. Le tranchant est tourné vers l'extérieur.
Il s'agit d'une hache dissymétrique à dos profilé, tranchant développé et ergot. L'axe d'emmanchement est parallèle à celui du tranchant (fig. 14, n° 22).

218Comparaisons et datation :
Plusieurs nécropoles lorraines ont livré ce modèle de hache : Ennery (Moselle), tombe 21 (n° 613), Métrich-Koenigsmacker (n° 614) (Simmer, 1987, p. 369) (Clermont-Joly, 1978, p. 127-128, Pl. 269). Elle appartient au type B de Böhner et à ses niveaux I-IV (450 à 700) (Böhner, 1958, pl. 33, n° 1), comme l’illustre l’exemplaire trouvé dans la tombe 1 de Welschbillig (Trèves).

219Par comparaison avec le n° 12 de la Chronologie normalisée, elle peut être attribuée à la phase MA3 (560/570 à 600/610) avec une faible représentativité dès la phase MA2 (520/530 à 560/570) jusqu’à la phase MR1 (600/610 à 630/640 (Legoux et alii,2004, p. 14, 24, 52).

VI.3.7 Les umbos de boucliers

220Du bouclier, il ne reste que l'umbo, des rivets et des fragments de manipule. Trois tombes masculines sont pourvues d'un umbo : 3001 (fig. 14, n° 24), 3018 (non dessiné) et 3024(fig. 22, n° 68).

221Si la position de l'umbo dans la tombe 3018 est incertaine, en revanche, dans les sépultures 3001 et 3024, il est à droite du défunt, posé sur le sommet de la calotte. L’umbo du bouclier de 3001 recouvrait la partie médiane de l'épée alors que dans 3024, il recouvrait la partie supérieure de l'épée, mais le bouclier devait reposer à hauteur du bassin du défunt dans les deux cas.
Dans la tombe 3001, des rivets à tête bombée et lisse en alliage cuivreux, situés de part et d'autre de l'umbo, appartiennent probablement au bouclier lui-même, dont la partie organique a disparu.
Dans 3018, seuls quelques fragments de calotte ont été recueillis à hauteur de l'épaule droite, ainsi que des restes de manipule. Des rivets en fer, situés à 20-30 cm à gauche de l'umbo, appartiennent probablement au bouclier.
Dans le cas de 3024, le bouclier a probablement été posé sur le couvercle du coffre en bois.
Des fragments de la partie centrale du manipule ont été retrouvés dans les tombes 3001, 3018 ; celui de l'umbo de 3024 est en place.

222Dans les trois cas, le bouclier est associé à l'épée et au scramasaxe. Arme défensive, le bouclier se rencontre dans les tombes masculines les plus riches.

223Typologie :
Les deux umbos de 3001 et 3024 présentent une calotte bombée sans bouton terminal. La calotte de 3001 est plus aplatie que celle de 3024, plus accentuée, voire légèrement appointée. Le bord est large et oblique, vraisemblablement fixé par quatre bossettes à tête circulaire et plate en fer. L’umbo de la tombe 3018, qui a été reconstitué au LAM, offre une calotte plus conique.

224Comparaisons et datation :
Les modèles des sépultures 3001 et 3024 sont typologiquement proches d’un exemplaire de la tombe 164 de Rittersdorf (niveaux II-IV de Böhner) et de celui de la tombe 72 d'Eisenach (Trèves), attribué aux niveaux fin III-V de K. Böhner (fin du VIe siècle jusqu'au VIIIe siècle) (Böhner, 1958, p. 19, T. 34, nos 4 et 5).

225L’umbo de 3024 trouve aussi un parallèle avec un exemplaire mis au jour dans la tombe 6 de Ceintrey (Meurthe-et-Moselle), attribuée à la fin du VIIe siècle (Lagadec et alii, 1989, p. 103-104, n° 7).
Le modèle 3018 s’apparente à un exemplaire de la tombe 33 de Bâle-Bernerring, daté du dernier tiers du VIe siècle (Martin, 1976, p. 53-55, fig. 20, 5). J. Guillaume signale que ce type d’umbo est connu au VIe siècle en Lombardie (nécropoles d’Arcisa près de Chiusi et de Testona) (Martin, 1976, p. 55).
Un exemplaire proche provient de la tombe 179 de Hamoir, attribuée à la fin du VIe siècle, voire vers 600 (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 49, n° 1).
Quelques umbos également dépourvus de bouton sommital se rencontrent au Grand-Duché de Luxembourg (provenance inconnue) (Schaaff, 1993, pl. 38, n° 18) et dans la nécropole de Krefeld-Gellep (Pirling, 1966, pl. 1, T. 7, n° 12 ; pl. 4, T. 38, n° 23 ; T. 13, T. 57, n° 6).

226Selon J. Guillaume, l’absence de ce modèle dans la typochronologie de R. Legoux et alii s’expliquerait par le fait que cet objet est apparemment assez rare dans la moitié nord de la Gaule.

VI.3.8 Les équipements équestres

VI. 3. 8. 1 Les éperons

227Bien que les éperons ne soient pas des armes, ils font néanmoins partie intégrante de la panoplie du guerrier et constituent un signe de hiérarchie sociale. Deux tombes de cavaliers ont été reconnues. Celles-ci, richement dotées en armes, peuvent être considérées comme celles de chefs : 3018 et 3024.

228Dans 3018, c'est une branche d'éperon en fer, d’un modèle à passant (fig. 19, n° 6), qui a été exhumée, alors qu'un éperon brisé (fig. 22, nos 70 et 71) a été trouvé au niveau des pieds disparus du sujet 3024 (fig. 21, n° 70). La seconde branche (fig. 22, n° 71), brisée et détachée de l'éperon, était déplacée de 7 cm par rapport à sa place initiale. Il s’agit du type à rivets.

229Comparaisons et datation:
Si les éperons sont fréquents dans les sépultures alamanes de l'époque mérovingienne tardive, en revanche, ils sont d'un usage beaucoup moins répandu dans les régions de faciès franc (Lieger et alii, 1984, p. 314 ; Dierkens, 1981, p. 28).

230En effet, en Lorraine, si les découvertes sont rares (Lieger et alii, 1984, p. 314-315), on en dénombre toutefois quelques-unes : à Farébersviller (exemplaire en alliage cuivreux) et à Metz les « Halles » (Clermont-Joly, 1978, p. 141, pl. 68, nos 756 et 757) ; à Metz, près de l'ancien Jardin Botanique (ibidem, 1978, p. 33) : cet exemplaire possède le même type de branche que celui de la tombe 3018 de Metzervisse ; en Meurthe-et-Moselle, à Cutry, dans la sépulture 1011, attribuée à la seconde moitié du VIIe siècle (Legoux et alii, 2005, p. 91 et 473, pl. 17) et à Toul, « Saint-Evre », où l’éperon en fer est damasquiné d’argent et de laiton (Lieger et alii, 1984, p. 314).

231En Franche-Comté, trois sépultures à éperon unique porté au pied gauche ont été relevées dans la nécropole de la Grande-Oye (Doubs) au cours du VIIe siècle. Cette mode est caractéristique des tombes mérovingiennes des milieux francs, alamans, voire romano-burgondes, des VIe-VIIe siècles (Urlacher et alii, 1998, p. 87). Pour R. Christlein, cet usage caractérise le monde alaman vers 600. L’éperon est de nouveau porté par paire vers la fin du VIIe siècle (Christlein, 1978, p. 74-75).

232Au Grand-Duché de Luxembourg, un éperon morphologiquement proche de celui de la tombe 3018 est signalé à Schandel (Schaaff, 1993, pl. 29, n° 14) de même qu’en Belgique, une riche tombe de cavalier de Beauregard (prov. de Luxembourg) a livré un fragment d’éperon rappelant aussi celui de la tombe 3018 (Lambert, 1983, fig. 3, n° 12).

233En Suisse, la tombe 143 de la nécropole de Bülach, datée de la seconde moitié du VIIe siècle, a livré un éperon présentant le même type de fixation que celui de Metzervisse (Werner, 1953, pl. XXXVIII, n° 24).

234Dans la Chronologie normalisée, il appartient à la classe n° 100 des éperons à branches longues qui apparaissent, de manière exceptionnelle, dès la phase MR1 (600/610 à 630/640) et ne sont que faiblement représentés durant les phases MR2 (630/640 à 660/670) et MR3 (660/670 à 700/710) (Legoux et alii, 2004, p. 15, 29, 52).

VI.3.8.2 Les suspensions d’éperons

235Deux suspensions d’éperons ont été mises au jour dans deux tombes de même classe (cf. supra). Celle de la tombe 3018 est un fragment de plaquette en fer à bélière (fig. 19, n° 61). Celle de la sépulture 3024 se présente sous la forme de trois plaquettes en fer, rivetées l’une à l’autre et suspendues à un anneau (tige repliée au revers de la plaque) (fig. 22, n° 77). Elle a été déposée à l'extérieur du coffre en bois, à hauteur de l'épaule droite.

236Comparaisons :
Deux suspensions d’éperons, proches de celle de la tombe 3024 de Metzervisse, sont signalées dans la nécropole suisse de Kienberg. À la différence des précédentes, elles sont en alliage cuivreux (Moosbrugger-Leu, 1971, pl. 21, n° 10). Deux autres, plus étroites cependant, sont signalées dans la tombe 24 de Niedenstein – Kirchberg (cercle de Schwalm – Eder) (Koch et alii, 1997, 918–919, fig. 24).

VI.4. Les restes organiques

237Les restes organiques ont été identifiés au Laboratoire d'Archéologie des Métaux, à Jarville-La-Malgrange, par Willy Tegel pour le bois et par Christophe Moulhérat pour la peau (Folzan et alii, s.d.).

238En ce qui concerne les épées, le manche est en hêtre dans la sépulture 3024 (fig. 22, n° 66), la garde de l'épée de la sépulture 3018 (fig. 19, n° 1) est en bois de feuillu à zones poreuses (hêtre, frêne ou orme) et les fourreaux sont en aulne alors que l'intérieur est en peau avec poils (3001, 3018, 3024).
Les manipules de boucliers protègent des poignées en frêne (3018) et en bois de feuillu à pores diffus (aulne) dans 3024 (fig. 22, n° 68).

239Le scramasaxe de la tombe 3024 a conservé des traces de poignée en peuplier (fig. 22, n° 65). Les hampes de lances sont fabriquées dans du tronc de frêne dont il reste des fragments dans les douilles (3018 et 3025), et du hêtre était utilisé dans la confection des manches de couteaux (3006). La partie organique des boucliers n'a pu être identifiée.

240Les fourreaux de scramasaxes : seul le fourreau du scramasaxe de la tombe 3024 était conservé sur 40,5 cm de long et 6 cm de largeur maximale (fig. 22, n° 175). Il s'agit d'un fourreau en cuir conservé en grande partie par adhésion au substrat. Il porte des traces de décor gaufré (identification au L.A.M. par M. Folzan) (Folzan et alii, s.d.). Celui-ci se compose d'un réseau de fines bandes ornées d'entrelacs et de points en relief.
En ce qui concerne les lanières de baudrier en cuir, la plaque-boucle n° 56 de la tombe 3018 (fig. 19, n° 56) a gardé l'empreinte d'une lanière de 0,9 cm.
Si les restes organiques conservés sur les soies des couteaux des sépultures 3001, 3041 et 3042 n’ont pu être déterminés, en revanche, le manche du couteau 3006 était fabriqué en hêtre.

241Comparaisons :
Dans la nécropole d’Erstein (VIe-VIIe s.), récemment fouillée en Alsace, 15 fourreaux d’épées, bien conservés, étaient également fabriqués dans la même essence de bois que ceux de Metzervisse. L’aulne s’avère un bois léger se prêtant bien à la confection des plaquettes de fourreaux dont l’intérieur est aussi couvert de fourrure (veau et chèvre) afin de protéger la lame de l’épée (Pillard-Jude, 2005, p. 55).

242Des vestiges organiques de fourreaux de scramasaxes ont été préservés dans la nécropole franc-comtoise de la Grande Oye à Doubs. Ils portent également un décor gaufré de motifs circulaires, de frises géométriques (tresses, oves, hachures, chevrons...) (Urlacher et alii, 1998, p. 85).

243Le bois de frêne est vraisemblablement bien adapté à la fabrication des hampes de lances puisque des traces de cette essence sont également conservées dans les douilles de onze fers de lances de la nécropole de Hamoir (Alenus-Lecerf, 1978, p. 43).

VI. 5. Les ustensiles ou objets usuels

VI.5.1 Les peignes

244Cinq sépultures sont dotées d'un peigne en os. La répartition par sexe est légèrement déséquilibrée : trois tombes féminines, 3016 (fig. 17, n° 140), 3046 (fig. 23, n° 141), 3048 (fig. 24, n° 113), pour deux tombes masculines, 3024 (non dessiné), 3025 (non dessiné). Sur cinq sépultures, une seule ne possède que cet objet (tombe féminine 3048) ; dans les autres cas, le peigne se trouve dans des tombes richement dotées. Aucun étui de protection n'a été trouvé. Les peignes de Metzervisse sont dans un mauvais état de conservation. Seul celui de la tombe 3016 est conservé dans sa longueur (13,8 cm).

245Typologie :
On observe deux modèles. D’une part, les peignes à double rang de dents, au nombre de quatre (3016, 3046, 3024 et 3025), et d’autre part, un à un rang de dents unique.

246Les peignes à double rang sont droits et constitués de trois plaquettes rivetées à l'aide d'éléments en fer. Les extrémités conservées sont droites. Le peigne de la tombe 3046 présente une extrémité découpée en arrondi. Les dents sont relativement fines alors que celles du peigne de la tombe 3016 sont plus grossières, ce qui en fait un démêloir. Les plaquettes et traverses sont plates et fixées entre elles par des rivets en fer.

247Le peigne à un rang provient de la tombe féminine 3048 (fig. 24, n° 113). En outre, il présente un œillet de suspension (non dessiné car découvert au lavage des os) et est orné d'un décor gravé sur une face. Celui-ci combine les motifs de demi-cercles emboîtés et une série de traits parallèles transversaux disposés à intervalles réguliers dont un est quadrillé par une résille.

248Comparaisons :
Le peigne à une seule rangée de dents de la tombe 3048, commun en milieu alaman, s'apparente à quelques exemplaires lorrains : Fontoy - tombe 100 (Seilly, 1995, p. 94, pl. 43, n° 1) ; à Lavoye (Joffroy, 1974, p. 37, fig. 17, n° 194) ; à Dieue-sur-Meuse « La Potence » - tombe 134 (Guillaume, 1975, fig. 27).

249En Lorraine, des peignes munis d'un œillet de suspension ont été découverts dans trois tombes (116, 133, 150) du cimetière de Dieue-sur-Meuse (Guillaume, 1975, p. 251, fig. 23 ; p. 257, fig. 27 ; p. 273, fig. 37) ; dans la tombe 6 de Montenach (Gambs et alii, 2002, p. 341, fig. 4 et 342) et neuf ont été inventoriés à Cutry (Legoux et alii, 2005, p. 270, pl. 30 et p. 271, pl. 31).

250Datation :
Le peigne, fort commun à l'époque mérovingienne, ne constitue pas un fossile directeur. Cependant, Cutry fait partie des rares nécropoles pour lesquelles les peignes ont pu être datés (Legoux et alii, 2005, p. 127). L'analyse de l'évolution des rapports peignes/sépultures de M. Petitjean montre une progression de la proportion des peignes déposés durant la seconde moitié du VIe siècle environ, qui décroît régulièrement jusque vers le milieu du VIIe siècle ; après cette période, les découvertes se raréfient (Petitjean, 1995, p. 170).

Position par rapport au squelette :

251Dans les tombes féminines, le peigne est toujours à droite mais à des endroits différents : à hauteur de la tête dans 3016 ; au niveau du tibia dans 3046 et sur le bassin dans 3048. Dans les tombes masculines, il est une fois à droite, dans l'angle inférieur du coffre en bois et à droite du pied (3024), et une fois à gauche, à hauteur de l'avant-bras (3025).

252Le peigne serait vraisemblablement un accessoire du costume dans les cas 3046 (suspendu à une ceinture ?), 3048 (contenu dans une escarcelle ?) et 3025 (contenu dans une aumônière ?), alors que dans les sépultures 3016 et 3024, il y aurait été déposé.

253Bien qu’il n’y ait qu’un exemple de suspension du peigne dans le costume féminin à Metzervisse, celui-ci est à droite, contrairement à la mode en usage dans la nécropole de Cutry (Legoux et alii, 2005, p. 129).

VI.5.2 Les couteaux

254Il s'agit de l'objet le plus largement répandu dans la nécropole. Les couteauxen fer pourvoient onze sépultures dont six masculines (1057, 3001, 3006, 3017, 3024, 3035), une d'un adulte au sexe indéterminé (3014), trois féminines(3046, 3041, 3042) et une d'enfant (3002). Cet objet usuel est l'apanage des tombes riches (3001, 3006, 3024, 3046) comme des plus modestes (3002, 3017, 3035) et des plus pauvres (1057, 3014, 3041, 3042).

255Dans les sépultures 1057, 3041 et 3042, il est le seul objet : une masculine et deux femmes.Dans la tombe d'enfant 3002, il accompagne un ensemble d'anneaux et une monnaie ; dans la sépulture 3017, il s'associe à deux armes, une ceinture et une fiche à bélière ; dans la tombe 3035, il accompagne une boucle.

256Emplacement par rapport au squelette :
Le couteau se rencontre soit au niveau des membres supérieurs, soit des membres inférieurs ou encore sur ou sous le bassin.Il est fréquemment trouvé dans les sépultures masculines, où il est porté à gauche, alors qu'on le trouve plus souvent à droite chez les femmes (deux fois sur trois) et les enfants (un cas).

257Chez les hommes, il peut être incorporé au fourreau du scramasaxe dans les cas 3001 (jouxte l'arme) et 3024 (sur l'arme) ; il est à hauteur de la fesse gauche dans le cas 1057 ; dans 3017 et 3035, il semble associé à la ceinture ; il est sur le torse dans la tombe 3006 comme chez l'adulte indéterminé. Dans le cas de figure où il est trouvé au niveau de la ceinture, on pourrait penser qu’il était logé dans une aumônière, avec d’autres objets comme la fiche à bélière dans la tombe 3017 ou dans la sépulture 3002.

258Dans les sépultures féminines, le couteau est à hauteur du bassin dans les sépultures 3041 et 3046, où il semble, dans ce dernier cas, en relation avec la ceinture. Il peut se situer également à hauteur du fémur (3042), comme chez l'enfant (3002).

259Les couteaux masculins sont généralement plus grands que ceux des femmes et de l'enfant. Des traces organiques ont été observées sur la soie lors de la fouille (cf. supra).

260Typologie :
On peut ranger ces couteaux dans deux catégories de Böhner :
- Type A (Böhner, 1958, p. 214, pl. 60, nos 1 et 2) :
Le couteau de la tombe masculine 3001 (fig. 14, n° 23) et celui d'une tombe d'enfant (3002) (fig. 10, n° 126) appartiendraient à cette classe de couteaux dont le dos et la lame rectilignes s'incurvent dans la partie distale pour former la pointe.
- Type C (Böhner, 1958, p. 214, pl. 60, nos 5 et 6) :
Ces couteaux présentent un dos et une lame rectilignes qui se courbent vers la pointe de manière asymétrique, ce qui engendre un nez busqué : le dos s'incurve avec une plus ou moins forte inflexion alors que l'inclinaison de la lame est plus douce. Ces couteaux proviennent des tombes masculines 1057 (fig. 12, n° 120), 3006 (fig. 15, n° 130), 3035 (fig. 25, n° 148) et de quatre tombes féminines 3014 (fig. 16, n° 133), 3041 (fig. 25, n° 149) 3042 (fig. 25, n° 150) et 3046 (fig. 23, n° 110).
La lame peut être incisée d'une gouttière simple - 1057 (fig. 12, n° 120), 3014 (fig. 16, n° 133) - ou double sur les deux faces (3041) (fig. 25, n° 149).

261Datation:
Les couteaux à dos courbe et tranchant droit des tombes 3006, 3014, 3035, 3041 et 3042 seraient du type 73 de la Chronologie normalisée, attribué aux phases MR2 et 3 (630/40 à 660/670 – 660/670 à 700/710) (Legoux et alii, 2004, p. 15, 28, 52).

VI.5.3 Les fiches à bélière

262Seules deux tombes masculines sont dotées d'une fiche à bélière : 3017 (fig. 18, n° 45) et 3024 (fig. 22, n° 72). La sépulture 3017 est plus modeste que la 3024 qui correspond à la dépouille masculine la plus richement dotée en armes. La position dans la sépulture est constante : la fiche est posée horizontalement sur l'abdomen ou au centre de la ceinture pelvienne, sous le ceinturon et tête orientée vers la droite du sujet. Cet emplacement est différent de celui observé dans la nécropole de Fontoy où la fiche à bélière se trouve à gauche du membre supérieur du défunt (Seilly, 1995, p. 96). Peut-être était-elle contenue dans une aumônière suspendue à la ceinture ?Ces fiches proviennent de tombes masculines de toutes classes sociales. Leur rôle serait utilitaire : perçoir, épissoir, vrille, tarière pour le travail du bois et de la buffleterie (Les Mérovingiens, 1988, p. 73, n° 95).
Ces objets, fréquemment rencontrés dans les sépultures du VIIe siècle (Guillaume, 1978, p. 100), ne sont pas des paramètres directeurs.

VI.5.4 Les anneaux

263Seule la tombe d'enfant 3002 a livré un ensemble de quatre anneaux suspendus à un plus grand (fig. 10, n° 127). Il reposait sur le sol entre les cuisses. Sa fonction est indéterminée. La nécropole de Bülach a également fourni des anneaux (Werner, 1953).

VI.5.5 La monnaie

264Seule la tombe d'enfant 3002 a livré une monnaie romaine montée en pendentif comme en témoigne la perforation (fig. 10, n° 125). Il s'agit d'un as du Haut-Empire à l'effigie de Faustine mère (Rome, 141). Sa position contre la fosse iliaque révèle qu'il était probablement contenu dans une bourse suspendue à la ceinture. Dans ce cas, il ne s'agit pas du rituel de « l'obole à Charon », qui consistait à déposer une monnaie dans la bouche ou la main des défunts. Cet usage, hérité de l'Antiquité tardive, a perduré jusqu'au début de l'époque mérovingienne (Périn, 1980, p. 179), perpétuant une tradition ayant vraisemblablement perdu sa signification symbolique. Cette présence contraste avec l'absence de pièces romaines au sein de la nécropole. En tant que pendentif, la pièce est un effet personnel.

265Comparaisons :
Plusieurs pièces utilisées comme pendentifs ont été trouvées dans plusieurs nécropoles lorraines (Lavoye et d’autres…) (Joffroy, 1974, p. 90-91, fig. 69).

VI.5.6 Les objets lithiques : silex, quartz

266Deux objets lithiques ont été découverts dans deux tombes féminines : la tombe 3000 a livré un éclat de silexgris blanc, semi-cortical et non retouché, qui reposait sur la première vertèbre thoracique (fig. 13, n° 124) ; la sépulture 1041 renfermait un éclat de quartz blanc sur la hanche droite.

267Le rituel du dépôt de silex ou autres matières lithiques est peu représenté à Stuckange-Metzervisse. Cependant, ces artefacts, qui peuvent présenter une valeur prophylactique ou magique (Salin, 1959, p. 88 ; Simmer, 1987, p. 387), sont fréquemment rencontrés dans les aumônières, comme à Fontoy où huit tombes ont livré une ou plusieurs pièces. Là, il s'agit d'une réutilisation de nucléus, d'éclats et d'outils néolithiques (grattoirs, pointe de flèche) (Seilly, 1995, p. 40).

VI.5.7 Les clous

268Sept sépultures ont chacune livré un clou, parfois incomplet : trois féminines (1041 (complet) (fig. 10, n° 119), 3022 et 3041 (tête) ; trois masculines (1074 (complet), 3017 (complet) (fig. 18, n° 44), 3024 (tige) (fig. 22, n° 69) ; une d'adulte indéterminé (3049 (tige).La faible quantité de clous et leurs positions dans les sépultures laissent à penser qu'il ne s'agit pas de clous de cercueils (cf. supra).
Dans les cas des tombes 1041 et 1074, le clou complet est trouvé au niveau du temporal droit. Il est le seul objet mobilier de ces tombes. Dans la tombe masculine 3017, il est près de la plaque-boucle du ceinturon, à droite de l'individu.

VI.6. La vaisselle

269La vaisselle en terre cuite est peu représentée dans cette nécropole et dote uniquement deux sépultures masculines (3001 et 3024).Dans3001,un vase biconique décoré à la molette (fig. 14, n° 38), déposé à droite de l'humérus droit du défunt, fut découvert brisé en place. Le diamètre d’ouverture est étroit et le col allongé.

270Comparaisons et datation :
Il s’apparente aux vases de la rubrique 392, typiques de l’Est et attribués à la fourchette chronologique 600/610 à 630/640 jusqu’à 660/670, avec une faible représentativité dès 560/570 (Legoux et alii, 2004, p. 20, 45 et 55). Ce type de vase (n° 87) est fréquent au VIIe siècle, surtout dans le nord de la France (Guillaume, 1978, p. 100 ; Tilkin-Peters, 1985, p. 227).

271Dans la sépulture 3024, c'est un fond d'écuelle en pâte beige (fig. 21, n° 86) qui fut déposé dans l’angle sud-ouest de la fosse, à hauteur de la tête. Il s’associe à un petit vase biconique en pâte gris foncé, avec bourrelet saillant sur l'épaule (fig. 21, n° 87), déposé dans la partie inférieure du coffre, à hauteur du pied droit du défunt. Dans ce cas, les poteries sont à droite de la dépouille.

272En conclusion, cette nécropole se singularise par la quasi-absence de vaisselle en céramique, comme dans la nécropole du VIIe siècle d'Audun-le-Tiche (Simmer, 1987, p. 339), et par l'absence totale de vaisselle en verre. Le rituel du dépôt de vaisselle, hérité de l'Antiquité tardive, se raréfie au VIIe siècle, ce qui est conforme aux observations de J. Guillaume à Dieue-sur-Meuse (Guillaume, 1988, p. 78).

VI.7. Les fils d'or

273La tombe masculine 3006 renferme de nombreux fils d'or torsadés dont certains sont repliés en accordéon (fig. 15, n° 129 ; fig. 26, n° 2). Ils rehaussaient une toile lamée et galonnée qui enveloppait le corps du défunt. Deux largeurs de galons sont observées : 0,8 cm et 0,13 cm (fig. 26, n° 3).
Dispersés sur et sous le sujet, ils couvraient un espace compris entre la dixième vertèbre thoracique et les extrémités distales des diaphyses fémorales conservées.

274Techniquement, ces fils sont fabriqués à partir d'étroites bandelettes découpées dans une feuille d'or battue au marteau et bien planée, avant d'être torsadées en hélice. L'éclat du métal révèle un titre assez élevé, probablement proche de 750 millièmes comme c'est généralement le cas. Ces rubans sont enroulés sur un gros fil de soie ; mais à Metzervisse, celui-ci a disparu.

275Comparaisons :
En Lorraine, la nécropole meusienne de Dieue-sur-Meuse renferme une tombe (T. 89) qui a livré de petits fragments de fils d'or (Guillaume, 1975, p. 239, fig. 17).

276Des fils d'or plats ou plissés sont signalés dans plusieurs tombes féminines et masculines des VIe-VIIe siècles de la basilique de Saint-Denis (voile de soie recouvrant le tombeau de saint Denis ; à Poitiers, sainte Radegonde portait une cyclade retenue par un cordon tissé de fils d'or ; un fils de Chilpéric et de Frédégonde, mort en bas âge et inhumé en 580, était couvert d'un manteau ou pallium entièrement brodé d'or…) (Salin, 1958, p. 46-55 ; France-Lanord, 1979, p. 86-87 ; Fleury, France-Lanord, 1998, p. 164 et 195/6).
L'emploi de ces fils est également mentionné dans le cimetière de Saint-Ouen à Rouen (Salin, 1958, p. 46-55) ainsi que dans d’autres sépultures mérovingiennes de Normandie.

277À Laon (Aisne), des éléments de passementerie en fils d’or ont été prélevés dans une sépulture d’enfant du VIe siècle (Jorran, Henton, 2002).
À Famars, dans le nord de la France, a été mise au jour la tombe d'un jeune adolescent, membre de l’aristocratie locale et richement habillé : il portait une veste ou une tunique décorée de fils d'or au niveau des épaules et du bas des manches. Il était inhumé dans le chœur de l'église (Leman, Beaussart, 1978, p. 145-156).

278Au Luxembourg et en Allemagne, ces fils rehaussent des vêtements ou des accessoires ayant appartenu à des saints ou des personnages importants. Ainsi à Echternach, il s'agit de la bourse de saint Willibrord ; dans l'église Saint-Séverin à Cologne ont été mises au jour deux sépultures anonymes : l’une abritant une femme riche portant un galon en fil d'or, et la seconde, le « joueur de lyre », également vêtu d'un habit à lisière brodée d'or (Salin, 1958, p. 47, pl. XVIII). La richesse et la localisation privilégiée de ces tombes, datées de 530-540, laissent à penser qu’il s’agit de personnages de rang princier ou royal (Périn, 1991, p. 11). Une tombe d’un jeune homme mort aux environs de l’an 700 à Laucheim/Mittelhofen (Ostalbkreis/ Bade Wurtemberg) a livré, aux côtés du bouclier, d’une lance et d’éperons, des galons d’or qui étaient du côté gauche (Nowak, 2004, p. 179-184).

279En conclusion, ces quelques exemples montrent que les vêtements agrémentés d’éléments de passementerie en or sont l'apanage de personnages de rang princier, royal, voire d'empereurs ou encore de saints.

VI.8. La faune

280Deux tombes ont fourni un os d'animal : celle d'un enfant (3010) et celle d'une femme (3046). Une phalange reposait sur le grill costal gauche de l'enfant et sur l'épaule droite de la femme. Dans les deux cas, bien qu'il s'agisse d'une phalange, la position de celle-ci diverge ainsi que le statut des sujets : la sépulture féminine est richement dotée alors que l'enfant ne possède que cet ossement. Il s’agit vraisemblablement d’une présence fortuite.

VII. La chronologie

281Du point de vue de la chronologie relative,on observe des remaniements et des recoupements de tombes témoignant d'au moins deux, voire trois phases d'inhumation : quatre sépultures sont remployées (1042, 3014, 3034 et 3049) et trois tombes sont partiellement recoupées et perturbées par des inhumations postérieures (3002, 3011 et 3047) (fig. 3 a).

VII.1. Datation absolue

282Parmi les tombes sans paramètre directeur, trois (1066, 1071, 3041) ont été choisies en fonction de leur orientation légèrement divergente (S. 1066, 1071) pour une datation par la méthode du 14C. Ces trois échantillons ont été envoyés au laboratoire de Groningue aux Pays-Bas.

283Un fémur de la tombe 1066 a été daté par la méthode conventionnelle de 1310 ± 40 BP (GrN-24993). Le calibrage de cette date donne une fourchette comprise entre 670 et 768 avec une probabilité de 68,3 % et entre 654 et 814 avec une probabilité de 95,4 %.
Un fémur de la tombe 1071 a été daté par la méthode conventionnelle de 1250 ± 40 BP (GrN-24994). Le calibrage de cette date donne une fourchette comprise entre 710 et 866 avec une probabilité de 68,3 % et entre 684 et 880 avec une probabilité de 95,4 %.
Un fémur de la tombe 3041 a été daté par la méthode conventionnelle de 1260 ± 30 BP (GrN-24998). Le calibrage de cette date donne une fourchette comprise entre 688 et 788 avec une probabilité de 68,3 % et entre 680 et 872 avec une probabilité de 95,4 %.

284La tombe 3024,attribuée à la fourchette 600-670 par analyse chrono-typologique, a également été datée par la méthode du 14C. Cependant, l'échantillon étant contaminé par des matières organiques, il est possible que cette date soit un peu plus ancienne. Le calibrage de la date conventionnelle de 1400 ± 40 BP (GrN-24997) donne une fourchette comprise entre 626 et 688 avec une probabilité de 68,3 % et entre 562 et 758 avec une probabilité de 95,4 %.

VII.2. Datation typo-chronologique

285Une dizaine de tombes ont été datées par analyse typologique du mobilier funéraire dont la datation repose sur la Chronologie normalisée (Legoux et alii, 2004).

286- S. 1069 : une fibule monétiforme : 1ère moitié du VIIe s.

287- S. 3001 : un scramasaxe : MR2-MR3 (630/640 à 700/710) avec une faible représentativité dès 600 à 640 jusqu’à la période 660/710 ; une hache : MA3 (560 à 610) avec une faible représentativité dès 520 à 570 jusqu’à la période 600 à 640 (en fin d’utilisation) ; une garniture de ceinturon damasquinée : MR2 (630 à 670) avec une faible représentativité dès 600 à 640 (en fin d’utilisation) ; une plaque-boucle (n° 33) : MR2 (630 à 670) avec une faible représentativité dès 600 à 640 (en fin d’utilisation) ; des garnitures de baudrier : MR2 (630 à 670) avec une faible représentativité jusqu’à la phase 660 à 710 (en début d’utilisation) ; un pot biconique : MR1-MR2 (600 à 670) avec une faible représentativité dès 560 à 610.
Datation : 630/640 à 660/670.La sépulture se situerait en début de phase.

288- S. 3006 : le couteau est attribué aux phases MR2 et 3 (630/640-660/670) à (660/670-700/710).

289- S. 3014 : une bague : MA3 à MR2 (560 à 670) ; une fibule ansée : MR3 (660 à 710) avecune faible représentativité dès 630/670 (en début d’utilisation) ; le couteau est attribué aux phases MR2 et 3 (630/640-660/670) à (660/670-700/710).
Datation : 660/710.

290- S. 3016 : un collier en pâte de verre : MR1 (600 à 640) avec une faible représentativité dès 560 à 610 jusqu’à la période 630/670 ; une ceinture : MA3 à MR2 (560/570 à 660/670).
Datation : 630/670.

291- S. 3017 : un scramasaxe : MR1 à MR3 (600 à 710) ; une garniture de ceinturon damasquinée : MR3 (660 à 710) avec une faible représentativité dès 630 à 670 ; une lance : MR2 (630 à 670) avec une faible représentativité dès 560 à 640.
Datation : 630/640 à 660/670.

292- S. 3018 : un scramasaxe : MR2 à MR3 (630/640 à 700/710) avec une faible représentativité dès 600 à 640 ; une lance : MR1 (600 à 640)avec une faible représentativité dès 560 à 610 jusqu’à la période 630 à 670 ; un ceinturon : MR1 à MR2 (600/610 à 660/670) avec une faible représentativité dès 560 à 610 ; un umbo et des garnitures de fourreau : MR1 à MR2 (600/610 à 660/670).
Datation : 600/610 à 660/670.

293- S. 3024 : une garniture de ceinturon damasquinée : MR2 (630/640 à 660/670) avec une faible représentativité dès 600 à 640 ; des garnitures de baudrier : MR1 à MR2 (600/610 à 660/670) ; un scramasaxe : MR2 à MR3 (630/640 à 700/710) avec une faible représentativité dès 600 à 640 ; l’épée à pommeau, du milieu de la phase MA3 (environ 585) à MR1 (600/610 à 630/640), est l’élément le plus ancien de l’ensemble du mobilier ; l’éperon : présence exceptionnelle dès la phase MR1 (600/610 à 630/640) et faible représentativité durant les phases MR2 (630/640 à 660/670) et MR3 (660/670 à 700/710).
Datation : 630/640 à 660/670.

294- S. 3025 : une lance : MR2 (630/640 à 660/670) avec une faible représentativité dès MA3 (560/570 à 600/610).
Datation : 630/640 à 660/670.

295- S. 3035 : le couteau est attribué aux phases MR2 et 3 (630/640-660/670) à (660/670-700/710).

296- S. 3041 : le couteau est attribué aux phases MR2 et 3 (630/640-660/670) à (660/670-700/710).

297- S. 3042 : le couteau est attribué aux phases MR2 et 3 (630/640-660/670) à (660/670-700/710).

298- S. 3046 : une fibule monétiforme : 1ère moitié du VIIe s. ; une fibule en filigranes et en bâtes : MR1 (600/610 à 630/640) avec une faible représentativité dès la mi-MA3 (dernier quart du VIe s.) avec une longévité jusqu’à 660/670 ; un collier en pâte de verre : MR1 (600 à 640) avec une faible représentativité dès 560 à 610 jusqu’à la période 630/670 ; une paire de boucles d'oreille : MR2 (630/640 à 660/670) avec une faible représentativité dès 600/610 à 630/640 jusqu’à 710 ; une plaque-boucle damasquinée : MR2 à MR3 (630/640 - 660/670 à 660/670-700/710).Datation : 630/640 à 660/670.

299- S. 3049 : une garniture de ceinturon : MR2 (630/640 à 660/670) avec une faible représentativité dès MR1 (600/610-630/640), voire seconde moitié du VIIe s.

VII. 3. Essai de chronologie spatiale ou topo-chronologie de la nécropole

300Les tombes datées par chrono-typologie du mobilier funéraire appartiennent au VIIe siècle. Quant à celles ayant reçu une datation 14C, elles sont attribuées à la fourchette chronologique (660-3ème quart du IXe s.).
- Phase 600-670 : 3018 ;
- Phase 630-670 : 3014, 3001, 3017, 3024, 3025, 3046 ;
- Phase 1ère moitié du VIIe s. :1069 ;
- Phase 2ème 1/3 du VIIe s. : S. 3049, voire 2ème moitié du VIIe s. : 3016 ;
- Phase 660-3ème quart du IXe s. : 1066, 1071, 3041.

301La période d’utilisation de la nécropole s’étendrait du début du VIIe siècle au troisième quart du IXe siècle, au plus tard (fig. 9). Les sépultures datées d'après le mobilier se localisent dans la moitié est de la nécropole, dans les Gr. 4, 5 et 6. Il s'agit des tombes les plus riches. Elles appartiennent, pour la majorité, aux trois premiers quarts du VIIe siècle.
Dans la moitié ouest, majoritairement occupée par des tombes à un ou sans objet (Gr. 1, 2 et 3), se trouvent trois tombes appartenant à la fin de l'époque mérovingienne ou au début de l'époque carolingienne. Par conséquent, la nécropole aurait évolué vers l'ouest.

302Au sujet des tombes « pauvres », l’absence de dotation funéraire est vraisemblablement le résultat d’un facteur chronologique et culturel. En effet, dans la majorité des cimetières lorrains, le dépôt est peu à peu abandonné avant de disparaître à la fin du VIIe siècle. Toutefois, on ne peut exclure un facteur social pour certaines d’entre elles qui pourraient correspondre aux membres les plus pauvres du groupe de population inhumé.

VIII. Synthèse

303La nécropole compte 57 sépultures et quelques remplois, ce qui porte le nombre des défunts à 61. Une sépulture a fait l'objet d'une violation ancienne.
Il semble que la totalité de l’emprise spatiale du champ funéraire ait été appréhendée et que sa forme générale étirée soit peut-être le résultat d’une contrainte topographique due à un chemin ou une voie dont les seuls vestiges conservés seraient les fossés latéraux.

304D'un point de vue topographique, l'implantation de la nécropole est traditionnelle (Guillaume, 1988, p. 61 ; Simmer, 1987, p. 13) : sur un versant, au voisinage d'une rivière, proche de l'habitat corollaire et dans un terroir occupé antérieurement par les Gallo-Romains. Néanmoins, elle n'a pas été installée dans les substructions gallo-romaines, comme cela a été observé plusieurs fois en Moselle : à Montenach (Guillaume, Gambs, 1989, p. 137), Clémery, Nomexy (Delestre, 1988, p. 57), Audun-le-Tiche, Koenisgmacker, Métrich, Basse-Ham, Uckange (Simmer, 1987).
En outre, cette nécropole correspond à un habitat actuellement disparu, comme A. Simmer l'a observé plusieurs fois dans le nord mosellan : Hayange/Hamevillers, Koenisgmacker/Danheim, Richemont/Pepinville, Vitry-sur-Orne/Wallange (Simmer, 1987, p. 383-384).

305En ce qui concerne les rituels funéraires, bien que le cimetière ne soit pas organisé en rangées, en vertu de la tradition, en revanche, l'orientation et la position des corps sont majoritairement constantes et classiques, à l’exception de deux cas (3006 et 3034). L'approche taphonomique a contribué à déterminer le mode d'ensevelissement, qui pour l’essentiel est en espace clos et dont plusieurs contenants en bois étaient conservés partiellement sous la forme de traces ligneuses. Seulement deux dépouilles étaient enveloppées d'un linceul : il s'agit d'un enfant et d'un homme (toile ou vêtement lamé et galonné de fils d’or), ce dernier ayant été abrité sous une auge en pierre de Jaumont.

306Aucun caisson, ni sarcophage n'a été découvert de même qu’aucun repère de surface, ni stèle en pierre, ni empreinte de poteaux d’édicule ou d’enclos funéraire, n'a été repéré. Aucune trace matérielle de christianisation ni de memoria n'a été observée.
Quant au remploi de certaines des tombes, on peut vraisemblablement y voir des regroupements familiaux.

307Du point de vue démographique, l'analyse anthropologique a permis de reconnaître au sein de ce groupe de population 19 femmes, 18 hommes, 8 enfants et 16 individus indéterminés. En ce qui concerne leur état sanitaire, les quelques observations montrent que la plupart des affections sont liées à l'arthrose, considérée comme la maladie de la seconde moitié de la vie (Theureau, 1985, p. 55).

308Les apports du rituel de l'inhumation habillée nous donnent un aperçu des habitudes vestimentaires du groupe aisé de la population. C'est ainsi que cinq femmes arborent de riches parures, des accessoires et effets personnels (peigne, couteau), parfois décorés, mais aucune châtelaine, ni garniture de jambières ou de chaussures. La ceinture portée par la femme ne possède qu'une plaque-boucle, damasquinée ou non, contrairement au ceinturon masculin qui est orné d'au moins trois plaques (plaque-boucle, contre-plaque et plaque dorsale).

309Dans le monde masculin, le ceinturon est un accessoire ostentatoire du costume qui révèle le statut social de l'individu. Parmi huit hommes dotés d'un ceinturon, quatre, voire cinq, possèdent des plaques damasquinées et trois une simple boucle en fer. Dans le groupe des hommes à ceinturon damasquiné, deux, voire trois guerriers porteurs d'épée se distinguent des deux autres sans armes. Généralement, les guerriers portent l'épée à droite, suspendue au baudrier, également décoré, et le scramasaxe à gauche, accroché au ceinturon. Ils possèdent également des effets personnels tels que le peigne et des objets usuels comme la fiche à bélière, le couteau...
Le rituel de l'inhumation habillée se perpétue à Metzervisse durant une bonne partie du VIIe siècle.

310Le dépôt funéraire est très faiblement représenté, ce qui semble normal pour l’époque mérovingienne tardive : le dépôt de céramique n'apparaît que deux fois dans de riches sépultures masculines (3001 et 3024), celui du dépôt de silex, une fois dans une tombe féminine (3000) et il n'y a aucune « obole à Charon ».
En ce qui concerne les peignes, ils font l'objet de deux coutumes funéraires : celle du dépôt et celle de l'inhumation habillée. Ils se rencontrent dans des tombes aisées des deux sexes.
Pour ce qui est du mobilier, relativement riche et de belle facture, il est constitué d'armes, d'un fragment de fourreau en cuir conservé, de garnitures damasquinées ou non de ceinturons, de ceintures et de baudriers, de parures en matières précieuses (or, argent, ambre), d'effets personnels, de céramiques...

311Les comparaisons typologiques ont été établies avec des sites lorrains ainsi qu'avec des régions et pays limitrophes. La technique et le style ornemental de la damasquinure sont typiques de l'est et du nord de la Gaule mérovingienne. De même, les armes et certaines parures trouvent des comparaisons typologiques avec la région rhénane, la Suisse, le Grand-Duché de Luxembourg, la Belgique... Néanmoins, une particularité régionale apparaît au travers des fibules monétiformes dont le lieu de production serait régional.

312Si le mobilier nous informe sur les rituels et coutumes funéraires, il révèle également la structure sociale du groupe de population étudié. Pour ce qui est de cette communauté, elle se présente comme une société hiérarchisée en quatre niveaux de clivage social, dominée par une élite militaire. Parmi les cinq sépultures de guerriers, on observe trois « porteurs d'épée » parmi lesquels on remarque deux cavaliers. Ces attributs du pouvoir que sont l’épée et le cheval dotent vraisemblablement les « chefs » de la communauté, constituant l'aristocratie locale. Par ailleurs, ce groupe est caractérisé par la présence d'un homme jouissant d'un statut social privilégié au vu du tissu à base d’éléments de passementerie en or qui l'enveloppait.

313En terme de chronologie, la période d’utilisation de la nécropole s’étend du début du VIIe siècle au troisième quart du IXe siècle, au plus tard, ce qui correspondrait à une durée d’au moins deux siècles et demi, voire plus. La corrélation des données chronologiques et de la répartition spatiale des tombes à mobilier permet d'esquisser une topochronologie de l'espace funéraire qui se serait développé à partir d’un noyau fondateur localisé à l’est vers l’ouest où sont implantées les tombes les plus récentes.
L'abandon de cette nécropole rurale de « plein champ » s'est probablement opéré en faveur d'un regroupement autour de l'église paroissiale primitive de Metzervisse.

Conclusion

314L’intérêt de ce gisement réside dans la mise au jour, dans le cadre d’une fouille préventive, d’une nécropole mérovingienne à proximité immédiate de l’habitat contemporain. Si le plan d’ensemble est particulier, en revanche, son emplacement topographique est classique, de même que la position et l’orientation des corps, à l’exception d’un cas (3034).

315Sur le plan social, cette communauté nous apparaît hiérarchisée au travers des pratiques funéraires en usage ainsi que de la qualité du mobilier (armes, pièces damasquinées et parures). Ce groupe de 61 personnes reconnues est dominé par une élite aristocratique guerrière comptant trois « chefs » porteurs d’épée, dont deux cavaliers, fait pour le moins remarquable pour cette communauté de taille relativement modeste. Il s’agit vraisemblablement des membres de la famille appartenant au groupe fondateur de la propriété foncière de Metzervisse. En outre, on remarque la présence du corps d’un homme ayant subi l’action du feu et qui fut l’objet de soins traduisant un statut social particulier.

316Enfin, les occupations successives mises au jour témoignent d’une pérennité de l’habitat dans une partie de l’ancien ban d’Hechlingen, mentionné pour la première fois en 897/898 et disparu au XVIIe siècle, vraisemblablement lors des évènements de la guerre de Trente Ans.

317Remerciements
C’est grâce à l’investissement financier du Conseil Général de la Moselle, maître d’ouvrage des travaux d’aménagement, et de l’État (Service Régional de l’Archéologie, DRAC de Lorraine), ainsi qu’au soutien et relectures de M.-P. Seilly et P. Thion du SRA, que ce travail voit le jour. Je les en remercie très sincèrement de même que toute l’équipe d’archéologues, D. Kirbach (bénévole) pour son étude numismatique, J. Guillaume (Ingénieur, LAMEST-UMR 7002, Université de Nancy) pour ses conseils scientifiques et relectures, H. Gaillard de Sémainville (UMR 5594, Université de Bourgogne) pour sa relecture et ses remarques, J. Wiethold (Inrap) pour la traduction en allemand/anglais.

Catalogue des sépultures et du mobilier

- Sépulture 1000

318Description (fig. 10) : fosse de forme sub-rectangulaire (0,60 m x 1,80 m) creusée dans une poche de limon et bordée de trois blocs de calcaire (un à droite, deux à gauche). Profondeur maximale légèrement supérieure à 0,10 m.
Restes assez bien conservés d'un sujet inhumé en décubitusdorsal selon une orientation nord-ouest/sud-est. Le crâne est au nord-ouest, face antérieure tournée vers le sud. Le membre supérieur droit est en extension le long du corps, main contre la cuisse. Le membre supérieur gauche a été déplacé par la chute d'un bloc de calcaire. Les membres inférieurs sont en extension et parallèles.

319Mobilier : deux petits morceaux de fer oxydés découverts au niveau de la hanche gauche.
Interprétation : sépulture primaire d'une femme adulte dont le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1013

320Description (fig. 10) : fosse creusée dans une poche de limon dont la forme initiale et les dimensions nous sont inconnues. Profondeur conservée : 0,08 m. Restes, assez bien conservés, d'un sujet inhumé en décubitus dorsal. Le squelette, orienté est/ouest, est bordé de chaque côté d'une trace ligneuse de 0,03 m d'épaisseur. Crâne à l'ouest, face antérieure tournée vers le sud-est. Membres supérieurs en extension le long du corps, mains entre les cuisses. Membres inférieurs en grande partie détruits lors du décapage mécanique. Leur position primaire ne peut donc être déterminée.

321Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'une femme adulte dont le corps s'est décomposé en espace vide, à l'intérieur d'un cercueil ou coffre en bois.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1034

322Description (fig. 10) : fosse creusée dans le limon a été en grande partie détruite lors du décapage mécanique. Elle contient les restes d'un individu inhumé en décubitus dorsal. Du squelette, seul le membre supérieur gauche, en extension, nous est parvenu. Le sujet devait être orienté est/ouest, le crâne à l'ouest.

323Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un individu adulte dont le sexe est indéterminable. Le membre supérieur gauche conservé s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1041

324Description (fig. 10) : fosse sub-rectangulaire aux limites à peine visibles (2,40 x 2 m), conservée sur une profondeur de 0,10 m. Creusée dans une grande poche de limon, le remplissage est également constitué de limon. Restes bien conservés d'un sujet inhumé en décubitus dorsal selon une orientation est/ouest. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers l'est. Membres supérieurs en extension le long du corps. Main droite en pronation sur la cuisse droite, la gauche est en supination sous la cuisse gauche. Membres inférieurs en extension et parallèles. Les pieds sont en face médiale. On observe un effet de parois au niveau des faces externes.

325Mobilier : éclat de quartz blanc, non dessiné (n° 118), découvert sur la hanche droite, et un clou en fer (n° 119) contre le temporal droit (non positionné) (L. : 5,2 cm). La tige, de section quadrangulaire, possède une extrémité très effilée ainsi qu'une tête plate et rectangulaire à tendance oblongue (1,4 x 0,7 cm).
Interprétation : sépulture primaire d'une femme adulte dont le corps s'est décomposé en espace vide, à l'intérieur d'un cercueil ou d'un coffre en bois.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1042

326Description (fig. 11) : fosse de forme oblongue creusée dans une poche de limon de 1,92 m de long pour 0,45 m de largeur maximale. Sa profondeur varie de 0,10 m à 0,12 m. Restes très bien conservés de deux individus (A et B) inhumés en décubitus dorsal selon une orientation est/ouest.
Sujet A : il repose en position primaire sur le sujet B. Crâne à l'ouest, face antérieure tournée vers le sud-est. Face postérieure du crâne en contact avec l'occipital du second individu. Membres supérieurs en extension le long du corps, mains en pronation sur les cuisses. Membres inférieurs en extension et parallèles.
Sujet B : il repose sous le sujet A. Son crâne est à l'ouest, face antérieure dirigée vers le nord. La quasi totalité du thorax, le rachis et la ceinture pelvienne ont été déplacés et rassemblés entre les membres inférieurs ainsi qu'au niveau des pieds. Membres supérieurs et inférieurs en position primaire, en extension dans l'axe du corps. Mains en pronation sur les cuisses.

327Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture double non simultanée. Le sujet B fut inhumé bien avant le sujet A comme le montrent les divers remaniements occasionnés lors de la seconde inhumation. Les déplacements observables sur les deux squelettes indiquent que les corps se sont décomposés en espace vide, à l'intérieur d'un cercueil ou d'un coffre en bois.
L'individu A est un adulte de sexe féminin, le B est un adulte masculin.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1057

328Description (fig. 12) : fosse trapézoïdale creusée dans le limon dont les dimensions maximales sont de 2,40 m x 1,15 m. En position centrale dans cette fosse, un cercueil ou un coffre en bois est encore visible sous la forme de parois ligneuses de 0,01 m d'épaisseur (conservées dans sa partie supérieure). Restes très bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon une orientation est/ouest, le crâne à l'ouest, face antérieure dirigée vers le sud-est. Membres supérieurs en extension le long du corps. Mains en pronation : sur la cuisse droite pour la main droite et sur le sol contre la face latérale de la cuisse gauche pour la main gauche. Membres inférieurs en extension dans l'axe du corps. Les pieds sont conservés ; le droit apparaît par sa face médiale.

329Mobilier : un couteau en fer(n° 120) sous le coxal gauche ; L. conservée : 12,5 cm ; l. max. : 1,8 cm ; L. de la soie : 2,5 cm ; ép. du dos : 5 mm. La soie appointée est bien démarquée au niveau du dos, lequel est rectiligne comme le tranchant. Le dos s'infléchit plus fortement que la lame pour former la pointe. La lame porte une gouttière de 1 mm de large. L'oxydation du métal a conservé l'empreinte d'un morceau de tissu (fils blancs). Des traces ligneuses indéterminées apparaissent sur la soie.
Interprétation : sépulture primaire d'un individu adulte de sexe masculin. Le corps s'est décomposé en espace vide à l'intérieur d'un cercueil ou d'un coffre en bois.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1066

330Description (fig. 10) : fosse creusée dans une poche de limon naturel contenant les restes assez bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal. Le remplissage, également constitué de limon, ne permet pas de déterminer les limites de cette structure. Squelette orienté nord-ouest/sud-est. Le crâne, dont toute la face antérieure a été détruite lors du décapage mécanique, est au nord-ouest. Membres supérieurs en extension le long du corps, mains en pronation. La main droite est posée entre les cuisses, la gauche est sur la cuisse gauche. Membres inférieurs en grande partie détruits par la pelle mécanique. Seuls les fémurs, dont les extrémités distales ont disparu, sont en place, parallèles l'un à l'autre.

331Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un sujet adulte de sexe masculin.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1067

332Description (non dessinée) : fosse de forme oblongue partiellement endommagée. Ses dimensions, incomplètes, sont de 1,85 m x 0,70 m pour une profondeur de 0,05 m. Restes d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon une orientation est/ouest. Crâne à l'ouest, face antérieure dirigée vers le nord-est. Côté droit du squelette détruit au décapage. Membre supérieur gauche en extension le long du corps, main en pronation sur la cuisse gauche. Membres inférieurs en extension et parallèles.

333Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le squelette est celui d'un adulte âgé, de sexe féminin.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1069

334Description (fig. 12) : fosse creusée dans une poche de limon associée à un placage d'argile. Remplissage constitué de limon mélangé à de nombreux charbons de bois. Les limites sont indéterminables. Squelette humain très perturbé dont les os sont dispersés selon un axe est/ouest. Le crâne, fragmenté et incomplet, est à l’ouest. Les os des membres inférieurs et des pieds sont à l'est.

335Mobilier : une fibule estampée monétiforme en argent (fig. 5 et 12, n° 121, ph. 1).Celle-ci,réalisée par estampage d’après une monnaie romaine à l'effigie de Maximien Hercule lauré, identifiable par la titulature « IMP. MAXIMIANUS AUG. » et dont le buste est drapé et cuirassé à droite. Il s’agit probablement d’un follis d’un atelier de Trèves, vers 303-305. À la périphérie de la fibule se déroule une imitation de ruban torsadé évoquant un filigrane. Le bord de la feuille d’argent est replié au revers sur une platine en alliage cuivreux où on observe le ressort et l'ardillon, cassé, en fer ainsi qu’un œillet en bronze (diam. : 2,7 cm). Cet objet fut découvert parmi les os dispersés, au centre de la structure.
Interprétation : nous sommes certainement en présence d'une sépulture pillée anciennement, la fibule étant un oubli des profanateurs. Squelette d’un individu adulte dont le sexe et le mode de décomposition sont indéterminables. On notera toutefois la présence possible d'un cercueil ou d'un coffre en bois (charbons de bois).
Datation : 1ère moitié du VIIe siècle.

- Sépulture 1071

336Description (fig. 12) : cette structure, partiellement arasée au décapage, n'a pas de limites visibles. Restes d'un sujet inhumé en décubitus dorsal selon une orientation sud-ouest/nord-est. Squelette en mauvais état de conservation. Le crâne devait être au sud-ouest. Membres supérieurs en semi-flexion, légèrement écartés du thorax. Main droite à droite du coxal droit, face palmaire contre le sol. La main gauche devait être à plat sur le bassin. Membres inférieurs en extension et parallèles.

337Mobilier : une boucle à chape de ceinture en fer (n° 122) sous le coxal gauche. La boucle mesure 2,4 cm x 1,9 cm ; la plaque : 1,3 x 1,6 cm. Oxydée et brisée au niveau de la plaque, elle se compose d'une boucle très plate et légèrement hémisphérique ou en D, munie d'un ardillon. La chape est une plaque rectangulaire repliée pour pincer le cuir. Elle était fixée par deux rivets dont il ne subsiste qu'une tige.
Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le sujet inhumé est un adulte de sexe féminin.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1072

338Description (fig. 12) : fosse creusée dans une poche de limon naturel sans contours visibles. Restes bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon une orientation ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le sud-est. Membres supérieurs en semi-flexion. Mains croisées sur le bassin, faces palmaires vers le sol. La main droite recouvre la gauche. Membres inférieurs en extension et parallèles. Les pieds sont conservés.

339Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le squelette est celui d'une jeune femme décédée vers l'âge de 20-25 ans.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1073

340Description (fig. 12) : structure creusée dans le limon sans contours visibles. Restes d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon une orientation ouest/est. La partie supérieure du squelette a été détruite lors du décapage mécanique. Le crâne était à l'ouest. Membre supérieur droit en semi-flexion, le gauche est en extension. Main droite posée face palmaire contre le sol à 0,05 m à droite de l'extrémité proximale du fémur droit. La main gauche était en pronation sur la cuisse gauche. Membres inférieurs en extension et parallèles. Les pieds sont conservés.

341Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le squelette est celui d'un adulte de sexe féminin.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 1074

342Description (fig. 12) : fosse rectangulaire de 2,05 m de long pour 0,60 m de large. Sa profondeur est de 0,10 m. Restes bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon une orientation ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Membres supérieurs en extension le long du corps, mains en pronation sur le sol. Membres inférieurs également en extension et parallèles. Les pieds sont conservés, en connexion lâche, le gauche dans l'axe du corps.

343Mobilier : un clou en fer(n° 123)découvert sur le temporal droit (non dessiné).
Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide, à l'intérieur d'un cercueil ou d'un coffre en bois, dont la présence est déduite de l'effet de parois latérales. Le squelette est celui d'un adulte jeune de sexe masculin.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3000

344Description (fig. 13) : structure creusée dans le limon sans contours visibles. Restes d'un individu inhumé en décubitus dorsal sur la dalle calcaire. Mauvaise conservation au niveau du torse. Squelette orienté nord-ouest/sud-est. Crâne au nord-ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Membres supérieurs en extension le long du corps, mains en pronation le long des cuisses. Membres inférieurs en extension, parallèles. Les pieds sont en connexion lâche.

345Mobilier : un éclat de silex gris blanc, semi cortical et non retouché (n° 124), découvert au niveau de la première vertèbre thoracique.
Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le squelette est celui d'un individu adulte de sexe féminin (30-40 ans).
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3001

346Description (fig. 14) : grande fosse creusée dans le limon jusqu'à la dalle calcaire et mesurant 2,40 m de long sur 1,35 m de large. La profondeur conservée est de 9 cm en moyenne. Restes mal conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon une orientation ouest/est. Le crâne, incomplet et fragmenté, est à l'ouest. Membres supérieurs en extension le long du corps, les mains sont absentes. Membres inférieurs en extension et parallèles. Les pieds sont mal conservés.

347Mobilier :
- une urne biconique décorée à la molette, brisée en place, à droite de l'humérus droit (n° 38). Parois minces (4,5 mm) en pâte de couleur gris clair. H. : 13 cm ; diam. : 10,4 cm ; rapport H/D = 1,25 (Tilkin-Peters, 1985, p. 227). La carène douce est surbaissée, le col droit est limité à la base par deux légers cordons parallèles, la lèvre est éversée vers l'extérieur et la base est légèrement concave. Décor sur l'épaule légèrement concave, composé de quatre frises de petits casiers rectangulaires imprimés à la molette.

348- une hache dissymétrique à dos profilé et à ergot en fer. Elle est posée à plat, à droite et sur l'avant-bras droit (n° 22). H. : 13,2 cm ; l. : 15,8 cm ; H. talon : 3 cm ; l. talon : 4,3 cm. Hache dont l'axe d'emmanchement est parallèle à l'axe du tranchant, développé et asymétrique. Talon à douille (2,2 cm x 1,2 cm). Les traces ligneuses conservées sur la face interne de la douille sont indéterminées. Deux marques superposées indéterminées ont été forgées sur une face de la hache (poinçon ?) (Folzan et alii., s.d.).

349- une épée longue en fer forgé, posée à plat, contre le côté latéral droit du sujet (du coude jusqu'au genou) (n° 19). L. : 80 cm ; l. max. : 4,5 cm ; L. lame : 70 cm ; L. soie : 13 cm. Brisée en deux parties, elle a été recollée au L.A.M. (Folzan et alii,s.d.). Légère dépression au centre de la lame très plate. Traces ligneuses. La soie, dépourvue de pommeau et de garde, est démarquée de la lame. Celle-ci possède probablement deux tranchants biseautés (à vérifier après restauration). Lame damassée. W. Tegel a observé sur le fourreau la présence de peau avec poil conservé sur une face. La partie ligneuse n'a pu être reconnue (Folzan et alii, s.d.).

350- un umbo circulaire (n° 24.a) et deux fragments de poignée de manipule (n° 24.b) de bouclier, en fer. Il repose sur la calotte, à droite de l'extrémité proximale du fémur droit, recouvrant partiellement la partie médiane de l'épée. Diam. Umbo : 16 cm ; h. calotte : 5,8 cm ; l. collet : 2,8 cm. Il est brisé et il manque une partie. La calotte tronconique est surbaissée. La jonction entre le corps de la calotte (10 cm de haut) et la partie sommitale est marquée par un léger bourrelet. Un large bord ou collet est fixé au cuir du bouclier par quatre bossettes en fer à tête circulaire et plate (diam. : 2,5 cm), disposées en face à face. Les restes ligneux apparaissant au revers de l'umbo n'ont pu être identifiés (Folzan et alii, s.d.).
Un fragment de manipule, en place, est conservé sur une longueur de 7,4 cm ; sa largeur est de 1,8 cm. Des traces ligneuses non identifiées apparaissent au revers du fragment métallique.

351- quatre rivets ou éléments de fixation à tête circulaire, lisse (diam. : 2 à 2,5 cm) et légèrement bombée en fer (nos 26, 27, 28, 29). La face bombée est recouverte d'une couche en alliage cuivreux rouge (n° 28). Le rivet du n° 26 est cassé. Trois sont situés à droite du sujet, entre la hache et le bouclier et un (n° 29)sur la partie médiane de la lame de l'épée. Des traces ligneuses apparaissent au revers. Ces rivets appartiennent probablement au manipule du bouclier. Un échantillon de bois a été prélevé par le LAM, au revers du rivet n° 26, pour identification de l'essence.
- un rivet en fer à tête circulaire, associé à un fragment du même métal posé entre le fémur droit et l'épée (n° 36).Traces ligneuses au revers.

352- un scramasaxe posé à plat, le dos contre le côté latéral gauche du sujet, à hauteur de la hanche (n° 21). L. : 48,6 cm ; l. max. : 4 cm ; L. lame : 38,5 cm ; L. soie : 10 cm ; ép. Dos : 0,6 cm. Le dos et le tranchant sont rectilignes ; le dos s'infléchit au niveau du tiers distal pour rejoindre l'extrémité appointée de l'arme. Le tranchant est en acier rapporté. Deux gouttières parallèles soulignent l'arête du dos sur les deux faces. Les traces organiques conservées sur la soie sont indéterminées ((Folzan et alii, s.d.).

353- trois rivets de fourreau à tête circulaire, en alliage cuivreux, incisés d'un triskèle sur fond hachuré (nos 30 à 32) (n° 31). Trouvés le long du côté latéral gauche du scramasaxe. Le rivet est fixe sauf celui du n° 30 qui pivote dans une perforation centrale.

354- un couteau en fer (n° 23), posé à plat et à gauche du scramasaxe, parallèlement à celui-ci. L. : 17 cm ; L. soie : 5,6 cm ; ép. du dos : 3 à 4 mm. L'extrémité de la lame a disparu. Des traces ligneuses indéterminées (Folzan et alii, s.d.) apparaissent sur la soie, bien dégagée. Celle-ci occupe un tiers de la longueur totale. Le dos droit, à peine arqué, et le tranchant rectiligne s'infléchissent doucement pour former la pointe.

355- une garniture de ceinturon composée d'une contre-plaque (n° 25a) et d'une plaque dorsale assorties (n° 25.b), en fer damasquiné, monochrome, posée sur l'abdomen. La contre-plaque (n° 25.a) présente une forme trapézoïdale à trois têtes de rivets circulaires dont il n'en reste que deux (diam. 1,4 à 1,5 cm). L. : 10,1 cm ; l. max : 5,7 cm. Le décor, à incrustation et placage d'argent sur fond préalablement hachuré, présente une composition symétrique. Le champ est entièrement occupé par un réseau d'entrelacs animaliers dont les rubans hachurés se terminent par des têtes zoomorphes stylisées (profils d'oiseaux à bec entr'ouvert et maxillaire inférieur crochu ou dragon). Celles-ci sont disposées de manière antithétique, en périphérie et dans les angles de la plaque. Les rubans sont bordés d'un filet réservé.

356- la plaque dorsale (n° 25.b)est de forme carrée de 6 cm de côté. Elle était fixée par quatre rivets à têtes circulaires dont il n'en reste que deux en place. Le décor à incrustation est associé à un placage de feuille d'argent posée sur l'âme en fer préalablement quadrillée (par incision) pour une meilleure adhérence de la feuille. Le motif central antithétique est composé d'entrelacs animaliers. Les rubans hachurés arborent des têtes d'oiseaux à bec entr'ouvert et crochu. Celui-ci est bordé de trois frises concentriques au répertoire géométrique : motif d'escalier ou pyramide à degrés et demi-cercles pleins, hachures et nids-d'abeilles, en périphérie.

357- une plaque-boucle en fer damasquiné bichrome (n° 33),à incrustation prédominante, répertoire géométrique. Elle repose sur l'épée, à mi-hauteur de celle-ci. L. : 5,6 cm ; l. boucle : 3,6 cm. La boucle ovale est repliée sur la plaque dont l'extrémité est cassée. L'ardillon est désolidarisé, il n'en reste que l'amorce. Cette boucle est décorée de traits transversaux et parallèles, groupés par deux ou trois, à intervalles réguliers. La plaque trapézoïdale porte un motif central d'entrelacs à quatre brins, en ruban réservé, incrusté d'un fil de laiton probable et bordé par un fil d'argent. Le champ de la plaque est hachuré de fils d'argent. La périphérie est réservée. Vu sa position dans la sépulture, cette plaque-boucle appartient vraisemblablement au baudrier de l'épée bien que de style différent de l’ensemble (34, 35.a, b, c).

358- un ardillon de la plaque-boucle 33, en fer damasquiné, bichrome, dont la position exacte n'est pas déterminée (n° 37). Le bouclier ou l'écusson est décoré d'un motif scutiforme alors que l'extrémité de la tige est incisée de sept lignes parallèles. L. : 3,7 cm ; l. max. : 1,2 cm. Il s’agit vraisemblablement de l’ardillon de la boucle n° 33.

359- éléments d'un baudrier : trois garnitures assorties, en fer damasquiné bichrome, posées de part et d'autre du fémur droit.

360- la plaque-boucle en fer damasquiné bichrome, posée sur le sol entre les extrémités proximales des diaphyses fémorales(n° 34). État de conservation : incomplet, damasquinure abîmée. L. : 6,3 cm ; l. max. : 2,1 cm. La forme rectangulaire allongée présente des bords légèrement festonnés. Il ne reste qu'un élément de fixation à tête bombée, lesquels devaient être au nombre de trois. La technique ornementale est caractérisée par la bichromie à placage prédominant et motif animalier central. Ce motif serpentiforme à têtes zoomorphes stylisées (tête d'oiseau à bec entr'ouvert crochu ?) s'entremêlant est constitué de rubans réservés, incrustés d'un fil de laiton, et bordés par un fil d'argent, sur champ plaqué d'argent. Ce décor central, logé dans un cartouche, se répète sur les bordures. Une seconde plaque de 0,2 cm d'épaisseur pivotait dans l'anneau fixé à la première. Elle est assortie au n° 35.a-c.
- la contre-plaque (n° 35.a)(L. : 6 cm ; l. : 2,3 cm) présente une forme allongée et étroite. Assortie à la plaque-boucle n° 34, son décor damasquiné a été endommagé.

361- le passe-courroie ou ferret (n° 35.b) (L. : 3,5 cm ; l. : 1,6 cm) présente la forme d'un rectangle allongé dont une extrémité est arrondie. La technique ornementale est identique à celle des nos inv. 34 et 35.a avec cependant l'apparition de petits groupes de hachures obliques, disposés à intervalles plus ou moins réguliers en périphérie de la plaque. Le décor central à enroulements s'accompagne de têtes serpentiformes ou de têtes d'oiseaux stylisées dont deux sont disposées de façon antithétique à une extrémité de la plaque. Il s'agit en toute vraisemblance d'un ferret dont il manque les rivets de fixation.

362- une applique carrée (n° 35.c) mal conservé (L. conservée : 1,5 cm ; l. : 1,7 cm). Le style du décor est semblable à celui de la plaque précédente (n° inv. 35.b).

363Interprétation : sépulture primaire d'un sujet adulte dont le corps s'est probablement décomposé en espace vide. Le mauvais état de conservation des os s'explique par la quantité importante d'oxyde de fer en contact avec le squelette. La diagnose sexuelle est impossible à effectuer sur le bassin, mais on notera toutefois que le mobilier déposé autour et sur le défunt est typiquement masculin.

364Datation : le style de la plaque-boucle n° inv. 33 est précoce dans le VIIe siècle par rapport au style des nos inv. 34, 35 (garniture du baudrier) et 25 (garniture du ceinturon). En outre, le style des garnitures de baudrier est plus tardif que celui de la garniture du ceinturon n° inv. 25.a et b.
La tombe peut être attribuée au 2ème 1/3, voire aux environs du 3ème 1/4 du VIIe s.

- Sépulture 3002

365Description (non dessinée) : fosse aux limites imprécises, creusée dans le limon et perturbée partiellement par la structure 3049. Restes mal conservés d'un individu inhumé en décubitusdorsal selon un axe ouest/est. Le crâne, détruit, était à l'ouest. Tout le côté gauche du squelette est absent. Le membre supérieur droit, très incomplet, n'est représenté que par la diaphyse du radius, posée en travers de la ceinture pelvienne. Mains absentes. Du membre inférieur droit, seul le fémur est présent, en position anatomique, dans l'axe du corps.

366Mobilier (fig. 10):
- une monnaie (n° 125) en alliage cuivreux. Il s'agit d'un as à l'effigie de Faustine mère (Rome, 141). Diam. : 2,5 cm. Elle est posée contre la fosse iliaque droite. Elle porte une perforation en périphérie en vue d'être suspendue.
- un petit couteau en fer (n° 126).L. : 12,5 cm ; l. max. : 1,2 cm ; L. soie : 4 cm.Posé contre la face médiale de la diaphyse fémorale droite. La soie occupe le tiers du couteau dont la lame est effilée (Type A de Böhner, 1958, p. 214).
- un ensemble de 5 anneaux en fer (n° 127)a été trouvé posé sur le sol entre les cuisses.Les diamètres varient et les sections sont relativement plates. Quatre petits anneaux (diam. : 3,2 à 4,5 cm), enchaînés deux par deux, sont suspendus au plus grand (diam. moy. : 6,5 cm) qui est brisé. Une plaque rectangulaire est soudée à l'intérieur d'un des petits anneaux. Elle est perforée à la jonction avec le second anneau.

367Interprétation : sépulture primaire contenant les restes d'un enfant dont l'âge du décès est inconnu. La mauvaise conservation du squelette et la destruction partielle de cette fosse ne permettent pas de déterminer le mode de décomposition.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3003

368Description (fig. 13) : fosse creusée dans le limon et dépourvue de limites visibles. Restes, assez mal conservés, d'un individu inhumé en décubitus dorsal. Le squelette est orienté ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Membre supérieur droit en semi-flexion. Main droite entre les cuisses, face palmaire contre le sol, les doigts repliés. Membre supérieur gauche en extension le long du corps. Main gauche en pronation le long de la cuisse gauche. Membres inférieurs en extension, parallèles.

369Mobilier : petite boucle à chape (n° 128) en fer. La boucle en forme de D et de section rectangulaire, mesure 4,5 x 3,3 cm. La chape rectangulaire est une plaque repliée et fixée par deux rivets dont il ne reste qu'un en place. L'élément de fixation a disparu. Décor sobre composé de deux traits parallèles incisés, situés à la retombée de l'ardillon et de manière symétrique sur la boucle. Découverte au niveau de la main droite, entre le carpe et les métacarpes.
Interprétation : sépulture primaire d'un adulte jeune de sexe masculin dont le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3004

370Description (fig. 13) : fosse creusée dans le limon en grande partie détruite lors du décapage mécanique. Squelette endommagé. Sujet inhumé en décubitus dorsal selon une orientation ouest/est. Crâne à l'ouest, face antérieure dirigée vers l'est. Membre supérieur droit en extension le long du corps. Le membre supérieur gauche, les mains, les membres inférieurs, la ceinture pelvienne et les pieds sont endommagés.

371Mobilier : aucun objet n'a été récupéré. Néanmoins, on note la présence d'oxyde de bronze sur la première vertèbre lombaire.
Interprétation : sépulture primaire d'un adulte dont le sexe et le mode de décomposition sont indéterminables. Toutefois, la présence de traces ligneuses à l'extrémité ouest de la structure pourrait indiquer la présence d'un coffre en bois.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3005

372Description (non dessinée) : structure endommagée dont les limites nous sont inconnues. Restes d'un sujet inhumé en décubitus dorsal selon une orientation nord-ouest/sud-est. Le crâne devait être au nord-ouest. Seuls les deux fibulas, le tibia droit, les pieds et les phalanges de la main droite ont été préservés. Le membre supérieur droit devait être en extension le long du corps. Divers éléments de la main reposent à droite de la position initiale du fémur droit. Membres inférieurs en extension et parallèles.

373Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un individu adulte gracile dont le sexe et le mode de décomposition nous sont inconnus.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3006

374Description (fig. 15) : petite fosse, de 1,60 m de long sur 1 m de large et 0,20 m de profondeur, comblée de limon sableux marron auquel se mêlent de petites mottes d'argile beige et des traces de charbon de bois. Au centre, une auge monolithe en calcaire jaune couvre le squelette. Sa forme rectangulaire présente une extrémité rectiligne et l’autre arrondie. La base est aplanie. Elle mesure 1,05 m de long, 0,62 m de large, 0,29 m de hauteur et 0,17 cm de profondeur (fig. 15). La paroi intérieure de l’auge domestique présente des traces d’un dépôt blanc, vraisemblablement d’origine naturelle (couche de carbonate de chaux).
Squelette d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe est/ouest. Le crâne est en position secondaire sur le grill costal droit au niveau des dernières côtes. Seul l'occipital et la base du crâne sont conservés. Ces deux éléments ont subi l'action du feu.
L'atlas et l'axis sont posés sur le thorax, les autres cervicales sont absentes. Les premières vertèbres thoraciques sont à l'ouest, les membres inférieurs sont à l'est. Le thorax, le rachis, la ceinture pelvienne et les fémurs sont en position anatomique. Les membres supérieurs et les mains sont absents. Des membres inférieurs, seules les moitiés proximales des fémurs sont présentes et en partie brûlées. Celles-ci sont symétriques l'une à l'autre et les connexions coxo-fémorales sont lâches. On notera également la présence de nombreux fragments d'os brûlés entre les cuisses et sous le bassin. Des traces de carbonisation apparaissent sur tout le corps. Enfin, l'emplacement qu'aurait dû occuper le crâne à l'extrémité du rachis est indiqué par une pierre plate en calcaire (coussin funéraire ?).

375Mobilier funéraire :
- un couteau en fer (n° 130) posé dans la ceinture pelvienne. L. : 18,5 cm ; l. max. : 2,3 cm ; ép. dos : 4 mm ; L. soie : 6,1 cm. Traces ligneuses de hêtre sur la soie (Folzan et alii,s.d.). Empreinte d'une virole de 4 mm de largeur. Dos et tranchant rectilignes. Le profil se rapproche du type A de Böhner (Böhner, 1958, p. 214). Traces d'affûtage sur la lame.
- de nombreux fils d'or torsadés (n° 129) ont été découverts disséminés sur et sous le sujet. L'espace couvert par ceux-ci s'étend de T10 (dixième vertèbre thoracique) jusqu'aux extrémités distales des diaphyses fémorales conservées. Des fils pliés en accordéon ont été observés à l'extrémité est de l'espace couvert par la cuve ainsi que le long du corps, au niveau du bassin et le long du fémur droit. Ces fils appartenaient certainement à une toile lamée et galonnée de fils d'or.

376Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le squelette est celui d'un adulte de sexe masculin qui a subi une combustion (alors que les os étaient encore frais) (crémation partielle ?, incendie ?…). Un tissu brodé ou lamé et galonné d'or fut étalé sur le fond de la fosse, puis des fragments d'os brûlés récupérés furent déposés sur ce tissu. Ce qui restait du défunt fut allongé sur la toile ou le vêtement, un couteau déposé sur le bassin et enfin, celle-ci fut repliée sur le mort. L’auge domestique en calcaire, probablement récupérée pour ses dimensions adaptées à la taille réduite du sujet, fut renversée en guise de couvercle à la sépulture.
Vraisemblablement victime d'un incendie, cet homme eut la tête, les membres supérieurs et une partie des membres inférieurs carbonisés. Le thorax, la partie la plus difficile à brûler, fut récupéré et enveloppé dans une toile aux fils d'or, dans laquelle on eut soin de rassembler le reste des os carbonisés.
Datation : le couteau peut être attribué à la période 630-710 (Legoux et alii, 2004, p. 15, 52).

- Sépulture 3007

377Description (fig. 13) : fosse de plan ovalaire, creusée dans le calcaire et dont le remplissage est constitué de limon sableux. Elle mesure 1,80 m x 0,70 m pour une profondeur maximale de 0,12 m. Elle contient les restes assez bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord. Le membre supérieur droit est en extension le long du corps, main en pronation sur la cuisse droite. Le membre supérieur gauche est en semi-flexion, main sur le bassin. Membres inférieurs en extension et parallèles.

378Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un adulte jeune, de sexe masculin. Le corps s'est décomposé en espace vide, probablement à l'intérieur d'un cercueil ou d'un coffre en bois. Les pieds ne sont pas très bien conservés. Le droit est en connexion étroite et déplacé ; le gauche est mal conservé et déplacé.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3008

379Description (non dessinée) : fosse en grande partie détruite lors du décapage mécanique et sans limites visibles. Restes très fragmentaires d'un individu probablement inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest-sud-ouest/est-nord-est, le crâne étant à l'ouest-sud-ouest. Le membre supérieur droit n'est représenté que par quelques fragments d'avant-bras, le gauche est entièrement détruit. La ceinture scapulaire, le rachis, l'ensemble du thorax, la ceinture pelvienne, les mains et les membres inférieurs sont absents.

380Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire contenant les restes d'un sujet immature dont le sexe, le mode de décomposition et l'âge au décès sont indéterminés.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3009

381Description (fig. 13) : fosse creusée dans une poche de limon et sans limites visibles. Restes, assez bien conservés, d'un sujet inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est, le crâne étant à l'ouest. Les membres supérieurs sont en extension. La main droite est absente, la gauche est en pronation entre les cuisses. La ceinture pelvienne est absente, les membres inférieurs sont en extension, parallèles. Les pieds sont présents, en connexion lâche pour le gauche, étroite et lâche pour le droit.

382Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un individu adulte gracile dont le sexe et le mode de décomposition sont inconnus.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3010

383Description (fig. 13) : fosse creusée dans le limon dont les limites ne sont pas visibles. Sa profondeur est de 0,05 m. Restes assez bien conservés d’un individu A et restes partiels d’un second personnage (B).
Sujet A : il est en position primaire. Le squelette est en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Les membres supérieurs sont en extension le long du corps, mains en pronation sur le sol. Les membres inférieurs sont en extension, parallèles l'un à l'autre. Le pied droit est tourné vers l'extérieur, le gauche est à plat, dans l'axe du membre inférieur.Une phalange animale (n° 131)repose sur le grill costal droit du sujet A.
Sujet B : éléments d’un squelette en position secondaire. La moitié postérieure du crâne est posée à l'extrémité ouest de la structure. Le fémur gauche, la première vertèbre thoracique, l'humérus et l'ulna gauche sont disposés autour du sujet A.

384Interprétation : le sujet A est un enfant dont l'âge de décès est inconnu. La décomposition du corps s'est effectuée en espace vide. Le sujet B est un adulte robuste dont le squelette, situé dans la structure 3011, a été perturbé lors du creusement de la fosse 3010.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3011

385Description (fig. 13) : cette fosse, arasée par le décapage mécanique, n'a pas de limites visibles. Le sujet est en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne devait être à l'ouest, car déplacé. En effet, il repose pour une part (frontal), sur la ceinture pelvienne, et d'autre part (occipital), dans la structure 3010. La moitié gauche de la ceinture scapulaire, le grill costal gauche et les deux tiers supérieurs du fémur gauche ainsi que la totalité du membre supérieur gauche sont absents. Certains de ces éléments disparus sont en position secondaire autour du sujet 3010. Le membre supérieur droit est en semi-flexion. La main repose, face palmaire sur le sol, à droite de la cuisse droite. Les membres inférieurs sont en extension, parallèles l'un à l'autre.

386Mobilier funéraire :
- un petit ferret en fer (n° 132), posé contre la face médiale du tibia droit. L. : 4,1 cm ; l. max. : 1,1 cm ; ép. : 0,2 cm. L'extrémité proximale est légèrement appointée. L'extrémité distale était fixée par deux petits rivets à tête circulaire.
Interprétation : sépulture primaire partiellement perturbée par le creusement de la structure 3010. Le sujet inhumé est un adulte, de sexe masculin, dont le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3014

387Description (fig. 16) : fosse sub-rectangulaire aménagée dans le terrain naturel constitué d'argile verdâtre alternant avec les bancs de calcaire gris bleu. Elle est remplie de limon sableux à tendance argileuse, de couleur brun rouge, contenant des nodules de fer fort. Ces dimensions exceptionnelles (1,95 m de long et 1,05 m de large) laissent à penser, avec les réserves d’usage, à la présence éventuelle d’une chambre funéraire. Un alignement de trois blocs calcaires marque le bord nord et deux autres, le bord sud. Restes, assez bien conservés, de deux sujets (A et B) dont l'un était en position secondaire.
Sujet A : le squelette, en position primaire, est celui d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest-sud-ouest/est-nord-est. Le crâne est à l'ouest-sud-ouest, face antérieure tournée vers le sud-est. Membres supérieurs en extension le long du corps. Les os des deux mains sont dispersés et reposent sur le sol le long des cuisses. Membres inférieurs et ceinture pelvienne absents (abîmés par le godet de la pelle mécanique).
Sujet B : tous les os présents sont en position secondaire, posés autour ou sur le sujet A et n'appartiennent qu'à un seul individu. Des traces de bois sont visibles autour des deux squelettes.

388Mobilier funéraire :
- un couteau en fer (n° 133), posé sur la partie inférieure du grill costal gauche du sujet A (le plus récent). L. : 12 cm ; l. max. : 1,1 cm ; L. conservée soie : 1,9 cm ; ép. dos : 0,1 cm. Le profil s’apparente au type A de Böhner (Böhner, 1958, p. 214). Gouttière sur chaque face. Traces de bois indéterminées.

389- une bague (n° 134) en alliage cuivreux, engagée autour d'une phalange intermédiaire de la main droite du sujet A (non localisée sur le plan). Le plateau rectangulaire est plat et incisé de signes indéterminés à l’intérieur d’un cadre rectangulaire, correspondant peut-être à un monogramme. Diam. : 1,8 cm.

390- une fibule ansée symétrique en argent (n° 135.a), découverte sur l'épaule gauche du sujet A. L. : 3,3 cm ; l. 1,3 cm. Elle porte des extrémités discoïdes (diam. : 1,4 cm), lisses et reliées par une anse hémisphérique (n° 135.a). Le système de fixation a disparu. Des traces d'oxyde de fer maculent les deux faces alors qu'au revers apparaissent des restes d'oxyde de cuivre probablement déposés par les fragments de chaînette (n°inv. 135.b) (cf. infra) agglomérés à la fibule et à une tige en fer.

391-trois fragments de chaînette en alliage cuivreux (n° 135.b). L. de l’ensemble : 4,4 cm ; 2,1 cm ; 1,3 cm. Elle est constituée d’un fil noué en différents endroits. Un fragment se termine par une extrémité repliée sur elle-même avant d'être torsadée sur la tige principale. Découverts sous la fibule ansée, il s'agit vraisemblablement d'un élément de chaînette reliée à la fibule ansée. Parfois portées par paire, les fibules ansées étaient reliées par une chaînette.

392- une barrette de scramasaxe ? (n° 136), au milieu d'un petit groupe d'os, en position secondaire, à droite de l'humérus droit du sujet A. L. : 4,1 cm. Tige dont une extrémité s'aplatit. Au revers de celle-ci, on observe une petite tige (élément de fixation ?). Il s'agit peut-être d'une barrette de scramasaxe ayant appartenu au premier inhumé.

393Interprétation : sépulture double non simultanée. Le sujet B fut inhumé le premier et ses os déplacés lors de la dépose du second corps (sujet A). Le sujet A s'est décomposé en espace vide. Les traces de bois noir semblent nous indiquer la présence d'un cercueil ou d'un coffre en bois. Enfin, le squelette en position primaire est celui d'un adulte de sexe indéterminé et les os, en position secondaire, appartiennent à un adulte âgé de sexe masculin. Cependant, le type de mobilier identifie le sujet A comme féminin.
Datation : 630-670.

- Sépulture 3016

394Description (fig. 17) : fosse creusée dans le limon et sans limites visibles. Sa profondeur maximum est de 0,12 m. Restes perturbés d'un individu inhumé en décubitus dorsal. Le squelette, assez bien conservé, est orienté selon un axe ouest-sud-ouest/est-nord-est. Le crâne est en position secondaire sur les premières thoraciques et devait être à l'ouest-sud-ouest. Les membres supérieurs sont en extension le long du corps, mains posées sur le sol à côté des cuisses. La pelle mécanique les ayant gravement endommagés, la position des membres inférieurs est indéterminable.

395Mobilier funéraire :
- un collier (n° 139-1-12) constitué de 12 perles en pâte de verre (7 en verre opaque et 5 à surface brillante) et 1 grain en ambre, découverts autour du crâne, sur le thorax, l'abdomen et sous le coxal gauche de l'individu en position primaire. Il se compose de :
- 2 minuscules perles individuelles, annulaires jaunes, opaques et friables (diam. : 4 mm ; ép. : 2 mm) (n° inv. 139-1 à 2) qui trouvent des comparaisons dans la nécropole de Hamoir où elles sont attribuées au VIIe s. (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 41, t. 136, n° 3 (19-28) ; pl. 51, t. 183, n° 2 (2-21) ; pl. 63, t. 250, n° 2 (5-14).- 1 perle cylindrique, double, blanche et brillante (diam. 5 mm ; ép. : 4 mm) (n° inv. 139-3).
- 1 perle tronconique à godrons, blanc bleuté, surface brillante (H. : 8 mm ; ép. max. : 7 mm) (n° inv. 139-4).
- 1 perle tronconique à godrons, bleu pétrole, surface brillante (H. : 7 mm ; l. max. : 6 mm) (n° inv. 139-5).- 1 perle cylindrique, double, torsadée, bleu pétrole, surface brillante (H. : 1,2 cm ; l. max. : 5 mm) (n° inv. 139-6).
- 1 perle annulaire, double, bleu pétrole, surface brillante (H. : 5 mm ; l. : 8 mm) (n° inv. 139-7).
- 1 perle cylindrique, à godrons, brun rouge opaque (H. : 9 mm, l. max. : 6 mm)(n° inv. 139-8) qui est comparable à un exemplaire de Hamoir attribué à la 1ère moitié du VIIe siècle (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 51, t. 183, n° 2 (30).
- 2 perles annulaires brun rouge opaque, décorées d'une chaînette jaune (H. : 8 mm ; l. max. : 6 mm) (n° inv. 139-9) comparables à quelques exemplaires de Hamoir, attribués à la période 575 à 630, voire à la 1ère moitié du VIIe s (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 18, t. 48, n° 1 (79-85) ; pl. 60, n° 2 (18-20) ; pl. 51, t. 183, n° 2 (39-44) ; pl. 63, t. 250, n° 2 (16-23).
- 1 perle cylindrique, double, brun rouge opaque décorée de cupules jaunes (H. : 1,7 cm ; l. max. : 6 mm) (n° inv. 139-10) comparable à un exemplaire de Hamoir attribué à la période post 630 et 2ème moitié du VIIe s. (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 46, t. 160, n° 7 (13-15).- 1 perle parallélépipédique ou prismatique à quatre facettes, brun rouge opaque, décorée de plages lenticulaires jaunes dont il ne reste que des traces (H. : 1,5 cm ; l. max. : 6 mm) (n° inv. 139-11). Ce type est attribué à la période 630-700 (Alenus-Lecerf, 1975, pl. 22, t. 64, n° 1 (13).
- 1 grain d'ambre à trois facettes (H. : 1,5 cm ; l. max. : 1,2 cm) (n° inv. : 139-12) ; il est incomplet.

396- deux « pendants d'oreilles » biconiques en alliage cuivreux (n° 138), découverts de part et d'autre du crâne. H. : 1 cm ; l. max. : 0,8 cm. Les extrémités ont disparu. L'axe central est mobile. Non localisés sur le plan.

397- une plaque-boucle de ceinture (n° 137) en fer, non décorée. Elle était posée dans la fosse iliaque droite. L. max. : 10,6 cm ; l. max. : 2,6 cm. Abîmée et oxydée. La plaque plate, allongée, se termine par une excroissance. Les éléments de fixation sont au nombre de trois. Il n'en reste plus qu'un. Amorce de la boucle.

398- un peigne en os (n° 140) à double rangée de dents, posé derrière l'emplacement initial du crâne. Mauvais état de conservation. L. : 13,9 cm, l. max. : 3,8 cm. Il est complet mais sans décor. La tablette centrale dentée est renforcée par des baguettes fixées à l'aide de six rivets en fer à tête hémisphérique. La section des trois plaquettes est plate. De petits traits parallèles qui entaillent les bords des baguettes résultent du sciage lors de la fabrication des dents. Celles-ci sont grossières et mesurent 1,5 cm de long. Un rang compte huit dents par 2 cm, alors que l'autre rang en compte six par 2 cm. Les extrémités sont rectilignes.

399Interprétation : sépulture primaire perturbée. Squelette d'une femme adulte dont le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : 630-670.

- Sépulture 3017

400Description (fig. 18) : fosse quadrangulaire creusée dans le calcaire. Elle mesure 2,15 m x 1,10 m et une profondeur maximum de 0,15 m. Restes très mal conservés d'un sujet inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le sud-est et repose sur un coussin funéraire en calcaire. Les membres supérieurs sont asymétriques. Le droit est en extension le long du corps, main posée sur le sol à côté de la cuisse. Le gauche est en semi-flexion, main posée sur le bassin. Membres inférieurs en extension et parallèles. Un bloc de calcaire est disposé sous chaque coxal. Pieds en mauvais état de conservation.

401Mobilier funéraire :
- un scramasaxe (n° 39), en travers du thorax. Il a probablement été plié par le godet de la pelle mécanique. L. : 54,2 cm ; l. max. : 5 cm ; L. lame : 34 cm ; L. soie : 20,2 cm ; ép. dos : 6 mm. Le dos et le tranchant rectilignes s'infléchissent légèrement pour former la pointe. La lame affecte plutôt une forme symétrique. Une double gouttière apparaît sur les deux faces. La soie, de section rectangulaire et plate, est bien démarquée de la lame. Elle représente presque la moitié de la longueur totale de l'arme ou du coutelas et porte des traces ligneuses indéterminées (Folzan et alii, s.d.).

402- un fer de lance (n° 40), posé à 0,20 m à droite de la jambe droite. La pointe est orientée vers le fond de la fosse. L. : 39,6 cm ; l. max. : 3,6 cm ; L. douille : 15 cm ; diam. douille : 2,6 cm. Celle-ci occupe un peu moins de la moitié de la longueur totale. Fer de lance élancé dont la flamme est triangulaire, étroite et symétrique, à section lenticulaire. Douille fermée de section circulaire et sans bossettes de fixation. La tige (liaison entre la douille et la flamme) est courte et ornée d'un double chevron incisé.

403- une lame de couteau en fer (n° 41), à l'emplacement du coxal gauche. L. : 9,2 cm ; l. max. : 2,2 cm ; ép. dos : 3,5 mm. Le profil s’approche du Type A de Böhner (Böhner, 1958, p. 214). Oxydée et incomplète. Un petit fragment portant des traces ligneuses correspond peut-être à un morceau de manche (n° inv. 42.a).

404- un petit fragment en fer (n° 42.a) dont une extrémité est appointée. Oxydé. Localisé près de la lame de couteau (non dessiné).

405- une garniture de ceinture en fer damasquiné, bichrome : la plaque-boucle (n° 43.a) et la contre-plaque (n° 47)sur l'avant-bras droit. La plaque-boucle présente une forme allongée, étroite et légèrement trapézoïdale. L. : 7,6 cm ; l. max. : 2,7 cm. La boucle (n° 43.b), désolidarisée de la plaque et ovale mesure 5 cm x 3,2 cm. Sur trois éléments de fixation de la plaque, deux sont conservés. L'ardillon est conservé. La damasquinure est composée d'un placage probablement d'argent et de fils de laiton incrustés dessinant des arabesques. La contre-plaque (n° inv. 47) ne présente plus que quelques traces de la trame d'argent. L. : 8,5 cm ; l. max. : 2,5 cm. Elle offre trois éléments de fixation.

406- un fragment lamellaire (n° 42.b) en fer à deux éléments de fixation. Il était à côté du couteau, à l'emplacement du coxal gauche. Il s'agit vraisemblablement d'un élément de plaque dorsale associé à la garniture de ceinture (cf. infra).

407- un clou (n° 44) en fer, sur l'avant-bras droit.

408- une fiche à bélière en fer oxydé (n° 45) est posée horizontalement au centre de la ceinture pelvienne. La tête est orientée vers la droite du sujet. L. : 10,6 cm ; l. max. tête : 1,3 cm.

409- un fragment de fer (n° 46) indéterminé. Non dessiné. L. : 3,5 cm. Section circulaire. Une extrémité est appointée alors que l'autre présente une cassure. L'objet est plié. Près de la fiche à bélière. Non localisé sur le plan.

410Interprétation : sépulture primaire contenant le squelette d'un individu adulte dont le sexe et le mode de décomposition sont indéterminés mais le mobilier est typiquement masculin. La très mauvaise conservation des ossements s'explique par la quantité importante d'oxyde de fer produit par le mobilier funéraire.
Datation : 630-670.

- Sépulture 3018

411Description (fig. 19) : sépulture arasée par la pelle mécanique. Les limites de la fosse ne sont visibles que dans sa partie supérieure. Elle a été aménagée dans un banc d'argile verte renfermant quelques blocs calcaires et est comblée de limon brun. Elle contient les restes d'un sujet inhumé selon un axe ouest/est. La quasi-totalité du squelette à été détruite. Seules les dents, situées à l'ouest, et quelques fragments de membres sont présents. Membres inférieurs en extension. Traces de bois préservées par l'oxyde de fer.

412Mobilier funéraire :
- une épée longue en fer forgé (n° 1)probablementcontre le côté gauche du sujet. État de conservation : oxydé et la lame a été pliée par la pelle mécanique. Elle a été remise en forme au L.A.M. L. : 89,1 cm ; l. max. : 5,1 cm ; L. lame : 80 cm ; L. soie : 9 cm. La soie très courte est pourvue d'un petit pommeau en bâtière (élément n° inv. 10) qui a été recollé au L.A.M. (Folzan et alii,s.d.). Sa section est rectangulaire et plate. La lame, probablement damassée, présente deux tranchants biseautés.

413Des traces de fourreau en aulne avec peau et poils ont été reconnues sur les deux faces. Si le bois de la soie n'a pu être identifié, en revanche les fibres transversales de la garde étaient en bois de feuillu à zones poreuses (hêtre, frêne ou orne ?) (Folzan et alii, s.d.).

414 - un scramasaxe (n° 2),posé contre le côté gauche du sujet. L. : 51,3 cm ; l. max. : 4,7 cm ; L. lame : 41,5 cm ; L. soie : 9 cm ; ép. dos : 1 cm. État de conservation : oxydé, les deux extrémités sont pliées. Le dos et le tranchant rectilignes s'infléchissent pour former la pointe. La lame semble être symétrique. Quatre gouttières, disposées deux par deux et parallèles à l'arête du dos, apparaissent sur une face alors que sur l'autre face, la gouttière interne se referme sur elle-même au tiers de la longueur. Ce décor est complété par une petite croix finement incisée. La soie, de section plate et sub-rectangulaire, est dépourvue de pommeau et de garde.

415- une pointe de lance (n° 3) en fer, contre le côté gauche du sujet. L. : 33 cm ; l. max. : 3,3 cm ; L. douille : 19,5 cm ; diam. : 2,7 cm ; L. flamme : 13,5 cm. État de conservation : oxydé mais complet. Longue douille à section ronde, fermée et flamme triangulaire, à section lenticulaire. Aucune bossette de fixation. La douille, sur laquelle on observe la suture verticale due au rabattement de la tôle, est plus grande que la flamme. La tige est très courte. Un décor gravé se déploie sur les deux faces : trois cannelures se déroulent à l'extrémité de la douille, la tige est incisée d'un V auquel font face, sur la flamme, deux cercles et un grand V inversé. Le bois conservé à l'intérieur de la douille est du frêne provenant du tronc (Folzan et alii, s.d.).

416- un umbo (nos 4, 5, 52) en fer, très fragmenté, à droite de l'épaule droite. État de conservation : très mauvais. Non dessiné. Diam. : 17 cm ; H. : 7 cm environ. Après avoir été remonté au L.A.M., cet umbo offre une calotte tronconique (2,5 cm de haut) et appointée. La jonction entre ces deux parties est également marquée par un léger bourrelet. La collerette oblique et large de 2,5 cm était fixée au bouclier par quatre bossettes en fer à tête plate et circulaire (diam. : 2,2 cm) dont trois seulement sont observables.

417- une branche d'éperon (n° 6) en fer, de section circulaire. Elle est cassée aux deux extrémités. L. : 9,5 cm. Elle s’élargit en un ruban plat (l. max. : 1,5 cm). L'extrémité proximale est occupée par un passant à ouverture rectangulaire (l. : 0,9 cm). Sa position dans la tombe est indéterminée.

418- un fragment de manipule (n° 7). L. conservée : 9,6 cm, l. max. : 2,4 cm. État de conservation : oxydé et incomplet. Deux parties élargies de cette pièce portent des cannelures. Les traces ligneuses apparaissant au revers se sont avérées être en frêne (Folzan et alii,s.d.).

419- un fragment en fer (n° 8)de 2,5 cm de long, oxydé. Clou ? Non localisé. Non dessiné.

420- un fragment du pommeau de l'épée en fer à extrémité en bâtière (n° 10). L. : 3,7 cm ; l. max. : 2,2 cm. Il est situé dans la partie supérieure gauche de la sépulture. Il porte des traces ligneuses sur le fragment lamellaire. Il a été recollé sur la poignée de l'épée au L.A.M.

421- une plaquette longiligne en fer (n° 11).L. conservée : 6,9 cm ; l. max. : 2 cm (position indéterminée). Il s'agit probablement d'un élément de la garniture du baudrier.

422- 14 fragments de fer de nature et de position indéterminées : quatre fragments lamellaires indéterminés (lame couteau ?) (n° 12).

423- une tête de rivet circulaire en feroxydé et cassé (n° 13)pouvant appartenir au bouclier (position indéterminée). Diam. conservé : 4,7 cm.

424Garniture de ceinturon :
- une plaque en fer informe qui pourrait être la plaque dorsale. État de conservation : mauvais. La pièce (n° 14.a) mesure 6,1 cm sur 4,3 cm et 0,2 cm d'épaisseur. Position indéterminée. Sur la radio, on observe quatre petites perforations rectangulaires dans les angles. Il ne reste en place qu'un rivet à tête circulaire et plate (diam. 1,3 cm). Le contour est déchiqueté.
- une plaque en fer informe, qui pourrait être la contre-plaque (n° 14.b), mesure 7,9 cm sur 3,8 cm. Le contour est déchiqueté et la plaque est fissurée.
- une plaque-boucle (n° 15) en fer. État de conservation : oxydé et la plaque est incomplète. Elle mesure 6,5 cm sur 5,7 cm et la boucle est large de 6,1 cm. Position indéterminée. La boucle est repliée sur la plaque non décorée.

425- une petite rondelle (n° 16) en alliage cuivreux (position indéterminée). État de conservation : bon. Diam. : 2,1 cm. Trois perforations circulaires et trois cercles pointés incisés la décorent. La tige centrale du rivet apparaît au revers. Il s'agit probablement d'une applique de fourreau.
- une plaquette à protome de rapace (n° 17) en alliage cuivreux. Elle épouse un angle droit. Position indéterminée. Elle mesure 2 cm sur 1,2 cm. État de conservation : incomplet. Des deux points de fixation, il ne reste qu'un rivet à tête sphérique, localisé dans l'angle. Le L.A.M. a recollé un fragment qui montre un profil d'oiseau à bec crochu (rapace, griffon). Un décor incisé et géométrique en marches d'escalier ou grecques évoquant le style des bronzes chinois et du Louristan, s'étend sur la plaque. Il pourrait s’agir d’une entrée de fourreau ou une applique.
- un fragment de rondelle (n° 18)en alliage cuivreux à élément central en léger relief. Cette rondelle est décorée d'ocelles ; position indéterminée. État de conversation : incomplet. Garniture de fourreau. Diam. : 2 cm.
- un petit fragment de cordelette (n° 49) à gauche du sujet.
- huit clous en alliage cuivreux. Deux ont été trouvés à l'emplacement de l'empreinte de l’arme 2 (n° 50) et deux sont localisés à droite de l'empreinte 1 (n° 51). Quatre autres ont été trouvés en vrac et non en place. Leur hauteur varie entre 6 et 7 mm. La tête hémisphérique a un diamètre de 5 mm. La section de la tige est circulaire. Il s'agit en toute vraisemblance de garnitures de fourreau.
- Fragments de fer (n° 53) dans la partie inférieure droite de la sépulture.

426Garniture de baudrier :
- une plaque longiligne (n° 54) en fer. Elle est située à hauteur du bassin et en partie sous l'empreinte d'une arme, sans doute l'épée. État de conservation : oxydé, pas très lisible. L. : 6,2 cm ; l. max. : 2 cm et 0,2 cm d'épaisseur. Elle présente une forme rectangulaire allongée. Une extrémité porte deux rivets à tête circulaire plate (diam. : 0,6 cm). Il s'agit probablement d'une garniture de baudrier, devant être combinée à la plaque n° 11.
- une plaque-boucle (n° 56) en fer, non décorée. L. : 6 cm ; l. max. : 1,8 cm ; l. boucle : 3 cm. Au niveau du bassin et sur l'empreinte d'une arme, probablement l'épée. Forme légèrement trapézoïdale, allongée dont l'extrémité est arrondie. Bords biseautés. Elle était fixée à la lanière par trois éléments de fixation dont il ne reste que deux rivets à tête circulaire (diam. : 0,8 cm). Plaque terminée par deux languettes ménageant une échancrure pour le passage de l'ardillon. Boucle ovalaire et large de 3 cm. Traces de placage de métal ? Cette plaque-boucle appartient probablement au baudrier de l'épée ou du scramasaxe, elle doit être combinée aux nos 11 et 54.
- un fragment de ferret dont seule la partie arrondie est conservée (n° 55). L. conservée : 3,4 cm ; l. : 2 cm. On observe l'empreinte d'une lanière en matière organique large de 0,7 cm sur une face. Non dessiné.
- une plaque carrée en fer oxydée et cassée. L. : 2,5 cm ; 0,2 cm d'épaisseur (n° 57).Elle semble incomplète et est munie de quatre éléments de fixation à tête circulaire (diam. : 0,7 cm). Est associée à cette plaque une tige en ferappointée et de section triangulaire. L. conservée : 3,9 cm. Traces ligneuses. Non dessiné. Au nombre de deux, elles correspondent vraisemblablement à des appliques décorant la lanière du baudrier.

427- deux rivets en fer (nos 58 et 59) contre le côté latéral de l'humérus gauche. Non dessiné.
- un fragment de fer évoquant un rivet, derrière le crâne (n° 60). Non dessiné.

428- une suspension d’éperon en fer (n° 61). L. conservée : 5 cm ; l. : 2,3 cm. Elle était fixée par au moins deux rivets à tête circulaire. Elle est décorée d'incisions parallèles disposées par trois ou quatre de part et d'autre des rivets ainsi que sur l’amorce de la bélière, constituée par une languette repliée au revers de la plaque.

429- un fragment lamellaire en fer (n° 94).L. : 4,2 cm sur 1,8 cm. À gauche de l'individu, au niveau de l'empreinte 1. Non localisé sur le plan.

430- fragments de tôle en fer oxydé, clous en alliage cuivreux (au nombre de dix) et fragments de bois (nos 95 à 101), découverts à gauche de l'individu. Non localisés sur le plan.

431- un fragment de fer (n° 102) oxydé en forme de L et portant des traces ligneuses. Trouvé entre les deux fémurs. Non localisé sur le plan.

432- six fragments en fer oxydé (n° 103), dont une tête circulaire (diam. : 2,3 cm) avec rivet au revers. Trouvés dans la partie inférieure droite de la tombe. Non localisé sur le plan.

433Interprétation : sépulture primaire d'un individu adulte dont le sexe et le mode de décomposition sont indéterminables. Néanmoins, il s'agit d'un homme puisque l'armement est celui d'un cavalier. Les traces de charbon de bois, sur le côté gauche du défunt, sont peut-être les vestiges d'un cercueil ou coffre en bois.
Datation : 600-670.

- Sépulture 3019

434Description (fig. 20) : fosse creusée dans le limon sans limites visibles. Restes assez bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne était à l'ouest, face antérieure tournée vers le sud-est. Membres supérieurs en semi-flexion, mains posées sur les cuisses. Membres inférieurs en extension et parallèles. Le remplissage de cette structure, constitué de limon, contenait également quelques traces de bois. Pieds relativement bien conservés et tournés vers l'extérieur.

435Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un sujet adulte de sexe probablement féminin. Le corps s'est décomposé en espace vide à l'intérieur d'un cercueil.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3020

436Description (non dessinée) : structure en grande partie détruite lors du décapage mécanique et sans contours visibles. Elle est conservée sur une épaisseur de 0,07 m maximum. Restes d'un sujet inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est, la tête à l'ouest. Seuls le crâne, les dents, un fragment de scapula gauche, l'épiphyse distale de l'humérus et l'avant-bras gauches sont présents. Membre supérieur gauche en extension.

437Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un enfant décédé vers l'âge de 3-4 ans. Mode de décomposition indéterminable.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3021

438Description (fig. 20) : structure arasée, de forme rectangulaire, mesurant 1,60 m x 0,45 m pour une profondeur de 0,05 m et creusée dans le limon. Restes mal conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal. Squelette orienté ouest/est. Crâne à l'ouest, face antérieure tournée vers l'est. Membres supérieur et inférieur droits détruits ainsi que la ceinture pelvienne. Membres supérieur et inférieur gauche en extension. Traces de bois contre le côté gauche du sujet.

439Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un adulte gracile de sexe indéterminé. La décomposition du corps s'est effectuée à l'intérieur d'un cercueil ou coffre en bois.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3022

440Description (fig. 20) : structure creusée dans le limon ocre jaune et comblée de sédiments argilo-limoneux bruns contenant des nodules de manganèse. Limites invisibles. Restes assez bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest-sud-ouest/est-nord-est. Le crâne est à l'ouest-sud-ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Le membre supérieur droit est en extension le long du corps, main en pronation posée à côté de la cuisse. Le membre supérieur gauche est en semi-flexion, main sur le bassin. Les membres inférieurs sont en extension.

441Mobilier : une tête de clou (n° 142) en fer, découverte contre la branche ischio-pubienne droite. Non dessinée.
Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le squelette est celui d'une femme adulte.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3023

442Description (fig. 20) : fosse creusée dans le limon ocre jaune et comblée de sédiments argilo-limoneux brun, renfermant des nodules de manganèse. Contours invisibles. La profondeur conservée est de 0,16 m. Restes mal conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers l'est. Membres supérieurs en extension le long du corps. Mains en pronation, la droite sur le coxal droit, la gauche posée sur le sol à côté de la cuisse gauche. membres inférieurs en grande partie détruits lors du décapage mécanique. Seule, la moitié supérieure du fémur droit conservée est en connexion étroite avec le coxal droit.

443Mobilier : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un adulte âgé dont le sexe est indéterminable. Le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3024

444Description (fig. 21 et 22) : grande fosse quadrangulaire, creusée dans un banc d'argile contenant des blocs calcaires et dont le remplissage est constitué de limon sableux brun. Elle mesure 2,40 m de long, 1,30 m de large et 0,20 m de profondeur conservée. En son centre, on observe un cercueil (ou coffre) dont le bois a laissé de nombreuses plages noires de décomposition, encore visibles sur 2,20 m de long et 0,60 m de large. Remplissage composé de limon argileux de couleur brun ocre et beige. Le couvercle s'est effondré sur le contenu. Ce « cercueil » contient les restes, mal conservés, d'un individu inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Le crâne, dont il ne subsiste que les dents, est à l'ouest. Membres supérieurs non conservés. Les membres inférieurs, très incomplets, sont en extension et parallèles. Ceintures pelvienne et scapulaire, rachis, thorax, mains et pieds absents.

445Mobilier funéraire :
- une épée (fig. 22, n° 66)longue, à double tranchant, en fer forgé (L. : 86 cm ; L. lame : 78 cm ; l. max. lame : 4 cm ; L. soie : 15 cm). La soie est garnie d'un pommeau et d'une garde damasquinés. Présentant des traces de fourreau en bois, elle fut prélevée en bloc et envoyée au Laboratoire d'Archéologie des Métaux, où elle a été nettoyée et stabilisée (Folzan et alii, s.d.). Elle était posée à plat sur le sol, contre la face latérale du membre inférieur droit.
La soie, de section quadrangulaire, est dotée d'un pommeau composé d'un élément triangulaire damasquiné, dont la base est dotée d’une plaquette en fer qui était fixée par des rivets disparus. Les éléments de garde de la poignée sont constitués d’une barrette en fer doublée d’une plaquette en alliage cuivreux. Le système de fixation consiste en rivets de fer dont un seul reste en place. Le pommeau et les éléments de garde portent un décor damasquiné monochrome, à base de fils, de rubans et de placage d'argent. Les faces du pommeau présentent un décor dissymétrique : sur l'une, des rubans hachurés ou traités en échelle, dont l'extrémité s'enroule sur elle-même pour former une sorte de crosse, encadrent un motif central composé du même type de ruban enroulé pour former un nœud ; le reste du champ orné est occupé par des rubans formant des crosses et des traits parallèles. L'autre face présente un décor géométrique, uniquement à base d'incrustations de fils d'argent disposés en lignes parallèles adaptées à la forme du pommeau, et par deux et par trois de part et d'autre d'une ligne brisée ; ces lignes s’interrompent devant le motif central. Celui-ci, inscrit dans un cadre, présente une croix de Saint-André en son centre et des quarts de rond simples ou doubles dans les angles. De petits traits transversaux et parallèles (motif de l’échelle) somment le cadre central. Quelques traits rectilignes parallèles, simples ou rassemblés en série de trois minimum et disposés à intervalles réguliers, apparaissent sur les éléments de garde ainsi que sur la tranche du pommeau. La radiographie révèle des croix de Saint-André combinées aux traits transversaux.

446Les restes organiques :
W. Tegel a observé que le fourreau de l'épée est composé de bois d'aulne. Des fragments de bois de hêtre sont présents sur la soie. Des fibres de bois transversales ont également été observées sous la garde. Cependant, étant très altérées, elles n'ont pu être identifiées. L'entrée du fourreau était peut-être renforcée par une « rondelle » en bois. Par ailleurs, Ch. Moulhérat a reconnu des vestiges d'un matériau très fibreux (peau recouverte de poils) sur une face, à une des extrémités de la lame.
Des traces d’essence de hêtre sont conservées sur la soie de l’épée (Folzan et alii, s.d.).

447- un scramasaxe (fig. 22, n° 65) completen fer forgé, posé à plat, le tranchant à gauche du sujet, entre le membre supérieur gauche et la paroi nord du cercueil. L. 58 cm ; L. lame : 42 cm ; l. max. lame : 5,6 cm ; L. soie : 18,8 cm ; ép. dos : 0,6 cm. Envoyé au L.A.M. où il a été consolidé, stabilisé et déposé sur une plaque de plexiglas (Folzan et alii, s.d.).
Le dos et le fil de la lame sont rectilignes. Le dos et le tranchant s'infléchissent doucement presque symétriquement pour former la pointe. Deux gouttières parallèles et larges de 3 à 4 mm longent le dos de chaque côté de la lame. Distantes de 9 mm l'une de l'autre, elles sont striées de trois ou quatre rainures. Il est dépourvu de pommeau et de garde. W. Tegel a identifié la présence de bois de peuplier (Populus SP) sur la soie (Folzan et alii,s.d.). Le dessin a été réalisé au L.A.M.

448Il est gainé d'un fourreau en cuir (fig. 22, n° 175)conservé en grande partie par adhésion au substrat. Il porte des traces de décor gaufré (identification au L.A.M. par M. Folzan). Celui-ci se compose d'un réseau de fines bandes ornées d'entrelacs et de points en relief. La fixation du fourreau est assurée par un cloutis constitué de cinq groupes de clous en bronze à tête bombée, au nombre de cinq, six et plus, et disposés à intervalles réguliers, côté tranchant et dont ils sont distants d'environ 2 cm. La position du groupe de clous proximal laisse à penser que le fourreau était un peu trop grand par rapport à la lame, ce qui laisse sous-entendre un remploi possible (Folzan et alii, s.d.). Déposés et replacés en position sur le plexiglas, les clous ont été collés sur une assise de résine époxy afin de sauvegarder la réversibilité du montage (Folzan et alii, s.d.).

449- sept petits clous à tête tronconique ou hémisphérique et tige ployée (fig. 22, n° 76) en bronze reposaient sur l'extrémité distale du scramasaxe. Il s'agit vraisemblablement d'une garniture de fourreau. Deux seulement sont complets. D'autre part, vingt-cinq clous (n° inv. 84) identiques ont été prélevés, avec de petits fragments de fer et de bois, à gauche et tout près du scramasaxe. Non localisés sur le plan.

450- un couteau en fer oxydé, aux extrémités cassées (fig. 22, n° 67). Il repose à plat sur la lame du scramasaxe. L. conservée : 14,9 cm : L. conservée de la soie : 5,5 cm ; ép. dos : 4 mm. Soie bien démarquée de la lame et portant des traces ligneuses non identifiées. Le dos et le tranchant sont rectilignes. Une gouttière apparaît sur une des faces.

451- un umbo de bouclier et la poignée du manipule en fer (fig. 22, n° 68). Il repose sur la calotte, à droite du sujet, entre la paroi sud et la poignée de l'épée. Diam. : 17 cm ; l. bord : 2,8 cm ; hauteur calotte : 7,8 cm. Légèrement tronconique, la calotte présente une partie sommitale légèrement bombée et faiblement appointée. Léger bourrelet à la jonction des deux éléments. La collerette large et éversée ou oblique était fixée au bouclier par quatre rivets à tête plate et circulaire en fer dont il ne reste que trois en place (diam. : 1,6 cm). Si des traces organiques indéterminées sont conservées au revers de l’umbo, en revanche, des fragments d’un bois de feuillu à pores diffus, évoquant l’aulne, apparaissent à l’intérieur du manipule (Folzan et alii, s.d.).
La partie centrale du manipule est en place. Il s'agit d'une languette en fer dont les extrémités s'évasent et présentent deux petits appendices ; la partie centrale s'élargit et est rabattue sur les côtés. L. conservée : 4 cm ; l. max. : 1,5 cm.

452- un clou en fer forgé (fig. 22, n° 69)dont il ne reste que la tige, de section quadrangulaire. Il se trouve à l'extrémité distale de l'épée. L. conservée : 5 cm.

453- un éperon en fer (fig. 22, nos 70 et 71) a été trouvé brisé au niveau des pieds. La branche, de section rectangulaire et plate, s’élargit en un ruban de 1,4 cm de large. La pointe est conique. L. conservée : environ 11 cm ; l. conservée : 6,5 à 7 cm. Une des branches est incomplète. La seconde branche de l'éperon détachée (fig. 22, n° 71). L’extrémité aplatie sous la forme d'une plaque rectangulaire (2 x 1,3 cm) porte deux trous de fixation de rivets de 0,3 cm de diamètre et distantes de 0,9 cm.

454- une fiche à bélière en feroxydé (fig. 22, n° 72), en travers de l'abdomen, sous la garniture de ceinture. Tête orientée vers la droite du sujet. L. : 10 cm ; diam. tête : 0,8 cm ; oxydée. L'extrémité appointée a disparu. Tige de section quadrangulaire.

455- trois garnitures de ceinturon assorties (fig. 21, nos 73, 74a, 75), en fer oxydé, damasquiné monochrome, à incrustation prédominante et à bossettes en fer. Elles sont posées sur la partie inférieure du thorax.

456- la plaque dorsale carrée (fig. 21, n° 73). Côtés : 6 cm. Elle était fixée par quatre rivets à tête circulaire, dont le diamètre atteint environ 1,8 cm, et dont il ne reste plus qu'un en place. Des traces ligneuses et des vestiges de tissu apparaissent sur la moitié de la face ornée.
Le répertoire géométrique : le motif central, entouré d'une frise de nids-d'abeilles, est un entrelacs quadrilobé à ruban plein, dont l'espace central est occupé par une rouelle quadrilobée. Le remplissage du champ délimité est composé de hachures, isolées des frises de nids-d'abeilles, par un ruban plein, dans les angles. Les bordures marginales sont hachurées et délimitées, de chaque côté, par un filet.
Une tige en fer, de section quadrangulaire et longue de 5,4 cm, a été recueillie avec la plaque dorsale.

457- la plaque-boucle trapézoïdale (fig. 21, n° 74a) est légèrement festonnée et est fixée à l'aide de trois éléments de fixation à tête circulaire (diam. : 1,3 cm). L. : 9 cm ; l. max. 5 cm ; l. boucle : 6,8 cm. La boucle ovale, repliée sur le revers de la plaque, est décorée de hachures transversales. La marge périphérique interne est un ruban plein interrompu par des hachures.
La composition est symétrique et le répertoire géométrique. Le motif ornemental occupe la totalité de la plaque (pas de bordures géométriques). Des enroulements de rubans pleins sont soulignés par des filets, sur fond géométrique : nids-d'abeilles comme motif central, le reste de la plaque étant hachuré. Un motif de rouelle avec rayons internes comble certains espaces. Celui-ci est plus visible sur la contre-plaque (n° inv. 75). Le motif de crosse coudée à angle droit occupe les angles de la partie proximale de la plaque. Il s'agit d'une transposition stylisée de l'entrelacs animalier qui dérive vers un ornement abstrait.

458- la contre-plaque (fig. 21, n° 75) de même style que la plaque-boucle. Elle présente néanmoins deux détails décoratifs supplémentaires : une frise de nids-d'abeilles sur la bordure proximale de la plaque et un escalier (ligne brisée).

459- un ardillon (fig. 21, n° 83) en fer damasquiné, à incrustation prédominante et motif géométrique. État de conservation : oxydé. L. conservée : 5,8 cm ; l. max. du bouclier : 3,2 cm. Le motif central quadrilobé du bouclier est encadré de filets pleins et de deux frises de nids-d'abeille sur deux côtés et séparées du motif central par un filet. Les bordures sont hachurées. Un rivet de fixation apparaît au revers. Il appartient vraisemblablement à la parure du ceinturon.

460- une suspension d’éperon (fig. 22, n° 77) constituée de trois petites plaques trapézoïdales en fer oxydé. Non positionnée. Celles-ci sont superposées et suspendues à un anneau commun (incomplet), par une extrémité formée d'une tige repliée sur elle-même. La partie élargie de la plaque porte deux perforations où se logent des rivets à tête bombée. Seule, une des trois plaques a conservé les deux éléments de fixation. L. : 5 cm ; l. max. : 2,3 cm. Cet objet repose dans la partie supérieure de la fosse, en dehors du coffre en bois, à droite du défunt et à hauteur du crâne.

461- une garniture de baudrier en alliage cuivreux moulé (fig. 21, nos 78, 81, 82, 166, 167, 174). Elle comprend :
- une plaque-boucle (n° 82), trouvée entre le genou droit et le fourreau d'épée. L. conservée : 5,4 cm ; l. max. : 1,7 cm ; l. boucle : 2,9 cm. État de conservation : incomplète. La plaque, aux bords biseautés, est rivetée en deux points, là où la plaque s'élargit. La tête des rivets est bombée (diam. : 0,4 cm). La boucle ovale et de section pleine est garnie d'un ardillon à bouclier scutiforme. L'ardillon pivote sur une goupille en fer.
- une contre-plaque (fig. 21, n° 78), posée sur le fourreau d'épée, à la hauteur des tibias. L. : 7,6 cm ; l. max. : 2,9 cm. Longue plaque étroite et triangulaire aux extrémités scutiformes. Les bords sont légèrement biseautés. Des trois rivets de fixation à tête hémisphérique, il n'en reste que deux en place. Le revers montre une languette en fer de fixation à la lanière, à l'extrémité distale de la plaque.
- trois petites plaques d'applique carrées et rivetées (nos 79 à 81), en alliage cuivreux (fig. 21, n° 81).Côté : 1,9 cm à 2 cm. Les rivets, à têtes hémisphériques, occupent les quatre angles. Le n° 79 est à droite de l'épée : les deux autres nos 80 et 81 sont à gauche de l'épée, le n° 81 partiellement glissé sous l'arme. Ces deux dernières plaques portent des traces ligneuses au revers.

462- deux autres appliques supérieures du baudrier, glissées partiellement sous l'épée et sur celle-ci (fig. 21, nos 166-167), ont été prélevées en bloc avec l'arme et envoyées au L.A.M. à Jarville, pour stabilisation et restauration. Il s'agit d'une plaque-boucle (n° 166). L. : 8,3 cm ; l. boucle : 3,3 cm). Elle présente le même style que les nos 78 et 82. Elle est munie de trois rivets à tête bombée. La boucle ovale et de section pleine est repliée sur le revers. De l'ardillon en fer, il ne reste que la partie pivotant sur la traverse.
- La contre-plaque (fig. 21, n° 167). L. : 5,1 cm ; l. max. : 1,5 cm. De même style que les nos 78, 82 et 166, elle présente également trois rivets de fixation. Une protubérance pyramidale orne la partie la plus large de la pièce. Cet élément en relief a été percé afin d'assurer l'insertion d'un anneau en fer. Celui-ci s'est substitué à un premier anneau en alliage cuivreux qui a laissé des traces de cassure abrasées. Cette pièce a donc été réparée (Folzan et alii,s.d.).

463- Un ferret (fig. 21, n° 174) était posé sur le haut de l'épée.Il est doté de trois rivets à tête plate dont un manque. L. : 7,5 cm ; l. : 1,9 cm. Les bords sont légèrement biseautés. Dans la partie haute apparaît un décor gravé de quatre lignes parallèles, disposées par deux. Une de ces lignes est assortie de petits traits parallèles irréguliers.
Le L.A.M. a proposé une hypothèse de remontage des éléments de suspension et de garniture du baudrier, avec éléments de comparaison (fig. 21). Ce baudrier s'apparente au type Kirchheim et à celui de Sutton Hoo. Cependant, selon M. Folzan, il manquerait un élément de fixation haute à décoration pyramidale (Folzan et alii, s.d.). Le L.A.M. propose également des hypothèses de fixation pour le n° 167 et le n° 78 (fig. 21).

464- un peigne en os à double rangée de dents (n° 16), dans l’angle sud-est de la fosse, à droite du pied droit dans le coin sud-est du coffre en bois. État de conservation : mauvais. Non dessiné. L'âme du peigne est fixée aux deux baguettes par des rivets en fer. Larges de 1,2 cm, ces baguettes présentent des bords incisés de petits traits parallèles et transversaux. Les dents d'un côté sont larges de 2 mm alors que de l'autre, elles sont plus fines (1 mm).

465- un fond d’écuelle en céramique beige (fig. 21, n° 86). H. conservée et diam. conservé : 6 cm et 15 cm. Elle a été trouvée cassée, dans l’angle S-O du coffre en bois. Le cœur de la pâte est gris clair et les inclusions de quartz, visibles, rendent les surfaces rugueuses. On remarque quelques particules grises. Des sillons légers et un bandeau incisé de cannelures décorent la partie inférieure de la panse.

466- un vase biconique en céramique grise complet (fig. 21, n° 87) gisait dans la partie inférieure du coffre en bois, au niveau des chevilles et à droite de l’épée. Il mesure 9,4 cm de haut et 7,2 cm de diamètre d'ouverture. La pâte, de couleur gris à noir, contient des particules brillantes. Vase caréné, à lèvre éversée, arrondie et non décoré. Seul un cordon souligne l'épaule.

467Interprétation : sépulture primaire d'un adulte dont le corps s'est décomposé en espace vide à l'intérieur d'un coffre en bois dont les fibres ligneuses se sont conservées. La mauvaise conservation du squelette, liée à la présence importante d'oxyde de fer, ne permet pas de diagnose sexuelle. Néanmoins, le mobilier funéraire est typiquement masculin. Il s'agit vraisemblablement d'une tombe de chef de l'aristocratie locale, selon les thèses de P. Périn (Périn, 1998, p. 169-183), vu la richesse de l'armement et des accessoires vestimentaires.
Datation : 630-670.

- Sépulture 3025

468Description (fig. 20) : fosse creusée dans le limon. Limites invisibles. Remplissage limono-sableux marron gris renfermant du cailloutis, quelques petits galets, des nodules de fer fort et de petites poches d'argile verte. Restes mal conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe nord-ouest/sud-est. Le crâne est au nord-ouest, face antérieure tournée vers le sud. Membres supérieurs en extension le long du corps et mains posées sur le sol. Ceinture pelvienne absente. Membres inférieurs en extension.

469Mobilier funéraire :
- un fer de lance (n° 88)posé de chant à 0,05 m à droite de l'humérus droit et parallèlement à celui-ci. La pointe est dirigée vers le nord-ouest. État de conservation : bon. L. : 38 cm ; L. flamme : 27 cm ; l. max. : 4 cm ; L. douille : 9,8 cm. La flamme losangique, étroite, symétrique et de section losangique, porte, sur les deux faces, deux nervures axiales qui se rejoignent pour former une flamme dans la moitié inférieure du fer de lance. La douille, de 2 cm de diamètre, est fermée et très courte. Aucune bossette de fixation. La hampe a été fabriquée à partir d’un tronc de frêne.
- un peigne en os (n° 93) à gauche de l'avant-bras gauche. État de conservation : très mauvais, il n'en reste que quelques fragments. Il était fixé par des rivets en fer. Non dessiné.
- un petit objet en fer, en forme de languette, de nature indéterminée (n° 89), à droite du coude gauche. État de conservation : mauvais, brisé en deux endroits. L. conservée : 5,7 cm ; l. : 7 mm.
- un bouton ou rivet en fer contre la douille en fer de la lance (n° 168). Non dessiné.
- un fragment de tige de fer, de section sub-quadrangulaire. Posée au niveau de la hanche gauche (fig. 20, n° 91). L. conservée : 3,2 cm.
- un fragment en fer, indéterminé (n° 90), à extrémité arrondie. Posé au niveau du genou gauche. L. conservée : 2,2 cm ; l. max. : 1,2 cm. Il porte des traces ligneuses. Il s'agit vraisemblablement d'un fragment de soie.
- une trace d'oxyde de fer (n° 5 = 169) ayant conservé des fibres de bois, contre la face médiale de l'ulna droit.
- un fragment de fer plat, indéterminé (n° 92), entre le grill costal et l'humérus gauche. L. conservée : 3,3 cm et l. max. : 1,1 cm. Il porte des traces ligneuses (fragment de soie).

470Interprétation : sépulture primaire d'un sujet adulte. Le sexe et le mode de décomposition de ce personnage sont indéterminables. On notera néanmoins que le mobilier de cette structure est généralement associé aux sépultures masculines.
Datation : 630-670.

- Sépulture 3026

471Description (non dessiné) : la quasi-totalité de cette structure a été détruite lors du décapage mécanique. Restes assez bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Du squelette, seuls cinq côtes, l'épiphyse distale de l'humérus et les deux tiers supérieurs de l'avant-bras gauche ont subsisté. On peut néanmoins en déduire que le crâne était à l'ouest et que le membre supérieur gauche était en extension le long du corps.

472Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un sujet adulte dont le sexe et le mode de décomposition sont indéterminables.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3027

473Description (fig. 20) : fosse creusée dans le limon et partiellement détruite par la pelle mécanique. Le remplissage est un limon sableux marron. Elle est conservée sur une profondeur de 0,12 m à 0,16 m. Elle contient les restes assez bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le sud-est. Membres supérieurs en extension le long du corps et mains en pronation sur les cuisses. Les membres inférieurs ont été coupés lors du décapage et seul le tiers supérieur de chaque fémur est conservé.

474Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un sujet adulte de sexe masculin. Le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3028

475Description (fig. 20) : cette fosse creusée dans le limon n'a pas de contours visibles. Le remplissage est un limon sableux marron. Elle est conservée sur une épaisseur de 0,06 m à 0,14 m. La pelle mécanique en a détruit l'extrémité est. Elle contient les restes en assez bon état d'un individu inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le sud. Les membres supérieurs sont en semi-flexion. La main droite est sous le sacrum, face dorsale contre le sol. La gauche se présente en face latérale, doigts repliés vers la paume, contre la hanche gauche. Les membres inférieurs sont en extension parallèles l'un à l'autre.

476Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : il s'agit de la sépulture primaire d'un sujet adulte de sexe féminin. Le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée

- Sépulture 3029

477Description (fig. 24) : fosse creusée dans le limon et arasée par la pelle mécanique. Ses contours sont indéterminables et sa profondeur n'est plus que de 0,02 m. Elle contient les restes mal conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Le membre supérieur droit a été détruit au décapage. Le gauche est en extension le long du corps, main en pronation posée à gauche de la cuisse gauche. La présence de bois décomposé sur tout le membre inférieur droit et sur sa face médiale laisse à penser qu’il s’agit des restes du couvercle du coffre en bois. Les pieds sont tournés vers l'extérieur.

478Mobilier funéraire :
- une boucle de ceinture en fer oxydé (n° 143), située sur la cinquième vertèbre lombaire. Elle mesure 3 cm sur 2 cm et 2 à 3 mm d’épaisseur. Fine boucle en D, de section quadrangulaire. Elle présente un léger biseau. L'ardillon est conservé.
- un passe-courroie ou ferret en fer oxydé et non décoré (n° 145), reposant contre la partie supérieure de la crête iliaque gauche. Il mesure 4,9 cm sur 2 cm. Quatre petits rivets à tête conique permettaient de le fixer à la lanière de cuir.
- une bouclette en fer oxydé (n° 144) reposant contre la partie supérieure de l'acétabulum gauche. Elle mesure 2,3 cm sur 2,2 cm. Plate, elle épouse la forme d'un D qui se termine par deux « ailettes » ou ergots et elle possède un ardillon. La traverse, de section circulaire, est fine. Un petit filet en cuivre rouge apparaît sur une face, à l’angle d’une ailette.
- une petite tache d'oxyde de fer (n° 170), de 14 mm de diamètre et de forme discoïde, est observée sur le tiers inférieur de l'avant-bras gauche.

479Interprétation : sépulture primaire d'un sujet adulte de sexe indéterminé. Le corps s'est décomposé en espace vide à l'intérieur d'un cercueil.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3030

480Description (non dessinée) : entaillant le banc d'argile, cette structure et le squelette ont été presque totalement détruits lors du décapage mécanique. Les limites de la fosse invisibles. Le sujet est en décubitus dorsal selon un axe ouest/est, le crâne étant à l'ouest. Membres supérieurs et inférieurs détruits.

481Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un sujet adulte. En raison de la destruction quasi-complète du squelette, le sexe et le mode de décomposition n'ont pu être déterminés.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3031

482Description (fig. 16) : fosse creusée dans le limon sableux et en partie dans une poche d'argile bleu gris, sans contours visibles. Elle est préservée sur une profondeur de 0,03 m. Restes bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal. Le squelette est orienté ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers l'est. Membres supérieurs symétriques, en légère semi-flexion le long du corps. Les mains sont posées, face palmaire, sur le sol, les doigts repliés, à côté des cuisses. Membres inférieurs sont en extension. Les pieds sont relativement bien conservés.

483Mobilier funéraire :
- deux anneaux d'oreilles, en alliage cuivreux (n° 146), de forme et de diamètre sensiblement identiques (environ 3,5 cm sur 3 cm). La section est circulaire et l'un des anneaux présente une extrémité arrondie. Le premier est posé de chant contre le temporal gauche, le second est à plat contre la face antérieure de l'extrémité distale de l'humérus gauche.
Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le squelette est celui d'une adolescente décédée vers l'âge de 15-16 ans.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3032

484Description (non dessinée) : sépulture abîmée lors du décapage. La fosse est creusée dans le limon et sans contours visibles. Le sujet est inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest-sud-ouest/est-nord-est. Le crâne, très fragmentaire, est posé à l'ouest-sud-ouest, face antérieure tournée vers le nord. Sont observables un fragment de côte, la tête humérale, la partie supéro-latérale de la scapula et l'extrémité latérale de la clavicula droites.

485Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un individu adulte dont le sexe et le mode de décomposition sont indéterminés.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3033

486Description (fig. 24) : fosse creusée dans une grande poche de limon, sans contours visibles. Sa profondeur est de 0,10 m. Elle recoupe partiellement la structure 3047. Restes bien conservés d'un sujet inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le sud-est. Membres supérieurs en semi-flexion, mains posées entre les cuisses. Membres inférieurs en extension et parallèles. Les tibias reposent sur une plaque de calcaire. Le pied droit est à plat dans l'axe du corps, alors que le gauche a été abîmé.

487Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'un enfant décédé vers l'âge de 10-12 ans. Le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3034

488Description (fig. 11) : fosse creusée dans le limon, sans contours visibles. Sa profondeur est de 0,14 m. Restes très bien conservés de deux sujets (A et B), inhumés l'un sur l'autre.
Sujet A : il est inhumé selon un axe ouest/est, le crâne à l'ouest, face antérieure tournée vers l'ouest. Ce sujet a été enterré de manière non conventionnelle. La partie supérieure du squelette, de la ceinture pelvienne au crâne, est en connexion alors que les membres inférieurs ont été déplacés et posés sur le tronc du sujet. Le thorax, le rachis, le coxal gauche et le sacrum sont en face antérieure. Le coxal droit est posé sur le sacrum et est visible en face postéro-latérale. Le membre supérieur droit est en semi-flexion et apparaît par sa face postérieure. L'humérus recouvre le grill costal droit et une partie des thoraciques. La scapula droite est en face postérieure et en connexion étroite avec l'humérus et la clavicula droite. La main droite a été détruite par le décapage mécanique et seule une diaphyse métacarpienne est en place. L'ensemble du membre supérieur gauche est absent. Aucun élément de la main gauche n'a été retrouvé. La scapula gauche est recouverte par les sept premières vertèbres thoraciques. Le membre inférieur droit repose en extension et apparaît en face postérieure sur le côté gauche du sujet. La tête fémorale est sur le bassin. Les connexions genou, cheville, tarse et métatarse sont intactes. De même, la patella droite est en position anatomique sur le genou. Le membre inférieur gauche est en semi-flexion et repose en face antérieure en travers du thorax. L'extrémité proximale du fémur est en contact avec le coude droit. La patella est en place, tibia et fibula sont en connexion lâche avec le fémur et étroite avec les os du tarse dont seuls le talus et le calcanéum sont présents. Ce squelette recouvre en grande partie celui d'un second individu.

489Sujet B : il est en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Le crâne devait être à l'ouest. Déplacé, il repose dans la partie sud de la structure, face antérieure tournée vers l'ouest et est partiellement recouvert par le membre supérieur droit du sujet A. Le côté droit du squelette a été remanié. Du membre supérieur droit, seul l'humérus est en position primaire, en connexion étroite avec la scapula. L'avant-bras et la main sont posés à côté du crâne, en contact avec le frontal. Le membre supérieur gauche est en position primaire. Il est en extension le long du corps, main posée sur le sol à côté du fémur gauche. Les cervicales, les dernières thoraciques, les lombaires, le coxal, le fémur et le tibia droits ont été déplacés et disposés dans la partie sud de la structure avec le crâne. Le pied droit est resté en position primaire avec la fibula. Les membres inférieurs étaient en extension. Seuls les membres n'ont pas été recouverts par le sujet A.

490Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : double sépulture primaire à inhumations non simultanées. Le sujet B fut inhumé le premier et son squelette remanié lors de l'inhumation du sujet A.
Sujet B : c'est un enfant décédé vers l'âge de 3-4 ans. Son corps s'est décomposé en espace vide.
Sujet A : c'est un adulte de sexe masculin inhumé dans le même espace vide que le sujet B. L’interprétation de sa position particulière nous achemine vers deux hypothèses. Soit son corps fut démembré avant ou lors de l'inhumation avant d'être déposé sur le sujet B, mais dans ce cas, il demeure une énigme car il y a encore des petits os en connexion et aucune trace de découpe n'a été observée, soit il a fait l’objet d’un déplacement alors qu’il était à peine entré dans la phase de décomposition.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3035

491Description (fig. 25) : fosse de forme quadrangulaire, creusée dans une poche de limon naturel. Elle mesure 2,35 m de long, 1,40 m de large et 0,08 m de profondeur. Restes bien conservés d'un sujet inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Autour du squelette, des traces de bois marquent l'emplacement d'un cercueil ou coffre en bois. Sa longueur est inconnue, sa largeur extérieure est d'environ 0,55 m. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers l'est. Les membres supérieurs sont en extension le long du corps, mains en pronation. La droite est sous l'extrémité proximale du fémur droit, la gauche est posée sur le fémur gauche. Les membres inférieurs sont en extension.

492Mobilier funéraire :
- un fragment de boucle de ceinture ovale (n° 147) en fer oxydé. Il est posé sur le bord antéro-supérieur de la surface auriculaire du coxal droit. Il mesure 2,4 cm sur 2 cm.
- l'extrémité distale du radius gauche recouvre partiellement un couteau (n° 148)en fer oxydé et dont la lame est cassée. L. : 13,8 cm ; L. soie : 3,4 cm ; L. lame : 10,4 cm ; ép. max. lame : 1 mm. Le dos et le tranchant sont rectilignes mais le fil du tranchant s'infléchit fortement. La soie est nettement démarquée.
Interprétation : sépulture primaire d'un adulte de sexe masculin. Le corps s'est décomposé en espace vide à l'intérieur d'un cercueil.
Datation : le couteau peut être attribué à la période 630-710 (Legoux et alii, 2004, p. 15, 52).

- Sépulture 3037

493Description (fig. 25) : fosse creusée dans une poche de limon sans contours visibles. Sa profondeur maximum est de 0,06 m. Elle contient les restes assez bien conservés d'un sujet inhumé selon un axe ouest-sud-ouest/est-nord-est. Le crâne est à l'ouest-sud-ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Membres supérieurs en extension le long du corps. Ils sont visibles en face latérale et sont en position surélevée. Les mains sont absentes. Les scapulas et les coxaux sont posés de chant. Les membres inférieurs ont été détruits à l'exception du fémur droit encore en place. Des effets de parois se remarquent de chaque côté du squelette.

494Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire d'unenfant décédé vers l'âge de 3-4 ans. Le corps s'est décomposé en espace colmaté, probablement à l'intérieur d'un linceul.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3038

495Description (non dessinée) : structure endommagée lors du décapage mécanique. Contours invisibles. Conservée sur une profondeur de 0,02 m. Elle contient un squelette dont seuls les membres inférieurs ont subsisté. Le sujet est en décubitus dorsal, selon un axe ouest-nord-ouest/est-sud-est. Le crâne est à l'ouest-nord-ouest. Les deux membres inférieurs, incomplets, sont en extension.

496Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire. Le squelette d'un sujet adulte gracile dont le sexe et le mode de décomposition sont indéterminables.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3039

497Description (non dessinée) : structure arasée par la pelle mécanique. Profondeur maximale de 0,07 m. Restes mal conservés d'un individu inhumé selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers l'est. Membres supérieurs en extension le long du corps. Main droite posée sur la cuisse droite, la gauche est sur le sol, à côté de la cuisse gauche. Les membres inférieurs sont en extension.

498Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture primaire. Le squelette d'un sujet adulte gracile dont le sexe et le mode de décomposition sont indéterminables.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3040

499Description (non dessinée) : démontage effectué avant l'enregistrement de la fiche anthropologique.

500Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : squelette d'un adulte jeune, de sexe indéterminé. En l'absence de toutes données, le mode de décomposition est indéterminable.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3041

501Description (fig. 25) : fosse creusée dans le limon et dont la profondeur n'excède pas 0,05 m. Limites invisibles. Restes, assez bien conservés, d'un individu inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Membres supérieurs en extension, le long du corps, mains en pronation contre le sol, à côté des cuisses. Membres inférieurs en extension. Le pied droit est à plat dans l'axe du corps. Le pied gauche est en face médiale.

502Mobilier funéraire :
- un couteau (n° 149) en fer oxydé, posé parallèlement à l'avant-bras gauche, entre celui-ci et le coxal gauche. Pointe dirigée vers le crâne. L. : 17 cm ; L. soie : 5 cm ; L. lame : 12 cm ; l. max. lame : 2,1 cm ; ép. dos : 3 mm. Le dos et le tranchant rectilignes se cambrent de manière dissymétrique pour former la pointe : le dos s'arque plus fortement que le tranchant (type C de Böhner) (Böhner, 1958, p. 214). Quatre cannelures parallèles et disposées par deux apparaissent sur les deux faces. Sur l'avers, la gouttière du haut est plus marquée par rapport à celle du bas qui s'interrompt. La soie, bien démarquée de la lame, porte des traces organiques indéterminées (Folzan et alii, s.d.).
- une tête de clou en fer (n° 171), au niveau de la première vertèbre sacrée. Non dessinée.

503Interprétation : sépulture primaire. Le squelette est celui d'un adulte jeune, de sexe féminin. Le corps s'est décomposé en espace vide à l'intérieur d'un cercueil ou coffre en bois.
Datation : le couteau peut être attribué à la période 630-710 (Legoux et alii, 2004, p. 15, 52).

- Sépulture 3042

504Description (fig. 25) : fosse oblongue de 2,30 m de long, 0,70 m de large et 0,10 m de profondeur maximum. Restes, assez bien conservés, d'un individu inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Membres supérieurs en extension le long du corps, mains en pronation sur les cuisses. Membres inférieurs en extension. Le sujet est entouré et recouvert de traces de bois.

505Mobilier funéraire : un petit couteau en fer oxydé (n° 150), posé sur le sol, à côté de la face latérale du fémur droit, à mi-hauteur de la diaphyse. La pointe du couteau est dirigée vers les pieds. L. : 9,2 cm ; L. lame : environ 7 cm ; L. soie ; 2,9 cm ; l. max. : 1,8 cm ; ép. dos : 1 mm. Le dos et le tranchant rectilignes se cambrent de manière dissymétrique pour former la pointe (type C de Böhner) (Böhner, 1958, p. 214). Des traces ligneuses indéterminées apparaissent sur la soie (Folzan et alii, s.d.) démarquée au niveau du dos.
Interprétation : squelette d'une jeune femme décédée vers l'âge de 18-20 ans. Le corps s'est décomposé en espace vide, à l'intérieur d'un cercueil ou coffre en bois.
Datation : le couteau peut être attribué à la période 630-710 (Legoux et alii, 2004, p. 15, 52).

- Sépulture 3046

506Description (fig. 23) : cette fosse, creusée dans le limon sableux marron, est profonde de 0,25 m. Ses limites ne sont pas visibles. Elle contient le squelette assez bien conservé d'un sujet inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord-est. Les membres supérieurs sont en extension le long du corps. La main droite est en pronation sur la cuisse droite, la gauche est en supination sur la cuisse gauche. Les membres inférieurs sont tous deux en extension. Le pied droit est mieux conservé que le gauche qui est déplacé.

507Mobilier funéraire :
- une fibule discoïde à décor de filigranes et de verroteries en bâtes (n° 104).État de conservation : bon à l'exception de quelques éclats. Diam. : 5,6 cm ; ép. : 0,7 cm. Découverte entre le grill costal et l'humérus gauche. Cette fibule dont la face est couverte d’une feuille en alliage à base d'or est montée sur une platine ou disque avec cerclage en bronze. L'ensemble est maintenu par huit petits rivets en argent, à tête hémisphérique.
Au revers est attaché l'élément de fixation : l'ardillon et son ressort sont fabriqués d'une seule pièce par enroulement d'un fil de fer. L'axe en fer supportant le ressort est engagé dans deux languettes perforées, également en fer et distantes de 1,9 cm. Elles constituent les montants du porte-ressort. Le fermoir, fait d'une petite bandelette cintrée en alliage cuivreux, retient la retombée de l'ardillon. On observe en outre, un œillet en alliage cuivreux, isolé sur un bord de la platine.
L'avers de la fibule arbore un umbo composé d'un motif central de grenats taillés en table et sertis dans une bâte circulaire cloisonnée. Le grenat central a disparu. Des quatre petits grenats montés en bâtes triangulaires sur le pourtour de l'umbo, il n'en reste qu'un complet en place, la deuxième bâte a perdu son grenat et les deux dernières ont été endommagées.
Le reste du champ est divisé en deux zones concentriques. Celles-ci sont couvertes de filigranes qui dessinent des entrelacs, des croissants et des cercles en enfilade ou isolés. Ce décor est ponctué de grenats taillés en table sertis dans quatre bâtes en forme de croissants cloisonnés, disposés régulièrement en bordure de la fibule et de manière symétrique. Ceux-ci sont séparés par quatre bâtes dont une a disparu : une contient un fragment de nacre et les deux autres contiennent une pâte de verre hémisphérique bleu foncé.
La polychromie de verroteries combine le rouge, le bleu et le blanc. La composition ornementale est symétrique et ceinte par un filigrane.

508- une fibule estampée monétiforme (fig. 5 et fig. 23, n° 105 ; ph. 3).Elle est constituée d’une feuille en alliage à base d’or, posée sur une platine circulaire etcerclée d'une bande, le tout en alliage cuivreux (cerclage fragmenté et non dessiné) (diam. : 2,5 cm). Au revers s’observe l’amorce du ressort en fer. Réalisée par estampage à partir d’une monnaie à l'effigie de Maximien Hercule (d’après un follis d'un atelier de Trèves, vers 295). Le buste nu est lauré à gauche. La titulature se distingue à peine « IMP. MAXIMIANUS…G. ». Découverte sur le grill costal gauche à hauteur de la sixième côte.

509-une platine circulaire en alliage cuivreux (n° 106) oxydée et incomplète. Diam. 2,4 cm. Trouvée sur le grill costal gauche à hauteur de la quatrième côte. Il s'agit probablement de la platine de la fibule monétiforme n° inv. 105. L'amorce de l'ardillon à ressort en fer apparaît au revers. L'œillet recevant la retombée de l'ardillon est en alliage cuivreux.

510- deux boucles d'oreilles (n° 107) en argent. Une repose, de chant, sur le grill costal gauche, à hauteur de L1, et l'autre est sous les cervicales. État de conservation : un des anneaux est brisé. Diam. : 5,4 à 5,5 cm. Grands anneaux, de section cylindrique et portant un élément polyédrique encadré par l'extrémité du fil d'anneau replié et torsadé sur lui-même. L'autre extrémité de l'anneau a été légèrement repliée pour former la bélière qui ferme la boucle d'oreille en s'emboîtant dans le maillon.

511- un collier (n° 108-1 à 20)réunit 49 grains découverts sur le thorax, autour et sous le crâne. Ils se répartissent en 35 perles en pâte de verre opaque pour la majorité (seulement 3 brillantes), monochromes et polychromes, 12 en ambre et 2 en coquillage.
- 14 perles sphériques, jaunes opaques, pulvérulentes, dont 8 individuelles (diam. : environ 4 mm), 3 doubles et 3 triples (n° 108-1).
- 3 perles annulaires vertes, à surface brillante, dont une individuelle (diam. : 7 mm), 1 double et 1 quadruple (n° 108-2).
- 2 perles cylindriques, monochromes et opaques, l'une bleue (diam. : 8 mm) (n° 108-3), l'autre brune.
- 1 perle biconique, monochrome et opaque, bleue (l. max. : 1,1 cm) (n° 108-4).
- 4 perles tabulaires, monochromes et opaques, vertes (H. : 1,5 cm ; l. max : 1 cm). La quatrième est incomplète (n° 108-5).
- 1 perle tabulaire, monochrome et opaque, brune (H. : 1,6 cm ; l. max. : 9 mm) (n° 108-6).
- 5 perles cylindriques, polychromes et opaques, vertes et ponctuées de cupules jaunes (diam. : 7 mm). L'une d'entre elles est double alors que les autres sont individuelles, la quatrième étant incomplète (n° 108-7).
- 3 perles cylindriques, polychromes et opaques, brunes et ponctuées de jaunes. 2 individuelles (diam. : 7 mm), dont une incomplète, et une double (nos 108-8 à 9).
- 12 grains d'ambre (L. : 1,3 cm à 2,7 cm). État de conservation : trois sont incomplets et tous sont couverts d'une patine blanchâtre. Diamètre de la perforation : 2,3 mm. Leur forme varie : cylindrique, tabulaire, polyédrique (nos 108-10 à 18).
- 2 petits disques en coquillage blanc (n° 108-19). Le plus grand mesure environ 1 cm de diamètre, le petit est érodé (6 mm).
- 2 petites perles globulaires dont une est incomplète, de couleur gris foncé et de nature indéfinissable (diam. 6 mm) (n° 108-20). Non dessinées.

512- une plaque-boucle en fer damasquiné, bichrome, à placage prédominant et incrustation de fil de laiton (n° 109).
Posée sur le coxal gauche. État de conservation : oxydé. L. 10,4 cm : l. max. : 3,5 cm ; l. boucle : 5 cm. Les bords de la plaque trapézoïdale sont chantournés ou festonnés. Elle se termine par deux petites ailettes. Elle possède trois éléments de fixation. Il s'agit de petits rivets à tête hémisphérique dont le diamètre atteint 4 mm. Le troisième rivet est incomplet. Le revers de la plaque porte des languettes à œillet. L'extrémité distale possède deux pattes repliées dans lesquelles pivote la boucle ovale. L'ardillon s'articule sur la traverse. Le motif de la plaque, dont la périphérie est réservée, se compose d'enroulements également réservés sur fond plaqué.
Les bords de la partie distale sont incrustés de petits traits parallèles, attachés à un filet (d'un côté) alors que le champ central à placage d'argent prédominant présente un décor d'entrelacs en rubans réservés, bordés d'un fil d'argent et incrustés d'un fil de laiton.
La boucle est également incrustée de fils d'argent transversaux organisés par deux et par trois.
D'un point de vue technique, sous le placage d'argent, on observe les stries réalisées en guise de préparation à une meilleure adhérence de la feuille.

513- une lame de couteau en fer oxydé (n° 110). Sous le coxal droit, la pointe dirigée vers les pieds. L. conservée : 9,7 cm ; L. lame : 9 cm. Dos et tranchant rectilignes ; seul le tranchant s'infléchit fortement pour former la pointe très effilée (Type B de Böhner) (Böhner, 1958, p. 214-215). Une démarcation sépare la lame de la soie qui a disparu en grande partie.

514- un peigne en os incomplet et brisé (n° 141)à double rang de dents, non décoré. Chaque rang compte 10 dents sur 2 cm. Il a été découvert à environ 10 cm au nord de la cuve. Il mesure 8,4 cm sur 3,7 cm ; une dent mesure 1 cm. La tablette dentée est maintenue entre deux traverses longitudinales et plates, fixées par quatre rivets en fer, à tête hémisphérique. La quatrième tête a disparu. Une extrémité conservée est rectiligne. Le bord des traverses d'assemblage est légèrement entaillé par le sciage des dents.

515- une phalange d'animal (n° 172) sur l'épaule droite.

516Interprétation : sépulture primaire avec décomposition du corps en espace vide. Le squelette est celui d'un adulte de sexe féminin.
Datation : deuxième 1/3, voire environ troisième 1/4 du VIIe siècle.

- Sépulture 3047

517Description (fig. 24) : structure creusée dans une grande poche de limon et contours invisibles. Sa profondeur maximum est de 0,12 m. Son côté nord est légèrement recoupé par la structure 3033. Restes très bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Trois côtes sont posées sur le crâne. Celui-ci est à l’ouest, face antérieure tournée vers le sud-est. Présence d'un important traumatisme sur la partie supérieure gauche de l'occipital. Membres supérieurs en extension le long du corps, mains en pronation sur les cuisses. La scapula droite et l'humérus droit sont recouverts par le côté gauche du sujet 3033. Les membres inférieurs sont en extension. Le pied droit est dans l'axe du corps.

518Mobilier funéraire : une boucle à chape en feroxydée et brisée (n° 112). Elle est posée contre la branche ischio-pubienne droite. La boucle mesure 3,3 cm x 2,5 cm et la chape : 2,4 cm x 2,4 cm. L'ardillon, incomplet, est présent. La chape est une tôle rectangulaire, repliée et fixée par deux éléments de fixation, avec une partie échancrée pour le pivotement de l'ardillon. La boucle, très plate, est hémisphérique et de section quadrangulaire. De petites encoches parallèles marquent la retombée de l'ardillon.
Interprétation : sépulture primaire d'un individu adulte, de sexe masculin, dont le corps s'est décomposé en espace vide. Cette structure est antérieure à la fosse 3033. Le traumatisme observable sur l'occipital pourrait être d'origine guerrière (coup de tranchant). La réossification partielle de cette plaie béante nous indique que le sujet a survécu un temps à cette blessure grave.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3048

519Description (fig. 24) : fosse rectangulaire de 1,75 m de long et 0,60 m de large. Sa paroi sud est bordée de blocs de calcaire. Restes très bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord. Membre supérieur droit en semi-flexion, la main repose sur le sol en face latérale, doigts repliés, contre la face latérale de la cuisse droite. Membre supérieur gauche en extension le long du corps, main en supination sur le sol, à côté de la cuisse gauche. Le membre inférieur droit est en semi-flexion, le gauche est en extension. Les pieds sont relativement bien conservés.

520Mobilier funéraire : un peigne en os décoré incomplet et brisé (n° 113), posé contre la face médiale de l'extrémité proximale du fémur droit. L. conservée : 7,5 cm ; l. conservée : 3,5 cm. Il semblerait ne comporter qu'un seul rang de dents dont la fréquence est de 12 dents sur 2 cm ; elles sont longues de 1,4 cm et larges de 1 mm. La plaquette centrale portant les dents et fragmentée en deux endroits est taillée en oblique. Elle est fixée aux baguettes par des rivets en fer à tête hémisphérique, disposés irrégulièrement. Les deux traverses plates portent de petits traits parallèles sur un seul bord (traces du sciage des dents). La baguette principale présente un décor gravé composé d'un rang de demi-cercles ou arceaux emboîtés dont un est pointé, combiné à un motif évoquant une frise dorique : traits parallèles et métopes dont une est partiellement quadrillée. Trois fragments ont été retrouvés lors du lavage du squelette. Ils constituent une extrémité du peigne qui est perforée (2 mm de diamètre).
Interprétation : sépulture primaire d'un individu adulte de sexe féminin dont le corps s'est décomposé en espace vide.
Datation : indéterminée.

- Sépulture 3049

521Description (non dessinée) : fosse creusée dans le limon et contours invisibles. Sa profondeur est de 0,27 m. Restes assez bien conservés d'un individu inhumé en décubitus dorsal selon un axe ouest/est. Le crâne est à l'ouest, face antérieure tournée vers le nord. Le côté gauche du squelette a été détruit par la pelle mécanique. Le membre supérieur droit est en extension, main en pronation sur la cuisse droite. Le membre inférieur droit est partiellement détruit, seuls les trois quarts supérieurs du fémur sont présents. On note également la présence d'un amas d'ossements à droite de l'humérus droit, correspondant à un second individu (réduction).

522Mobilier funéraire (fig. 24) :
- une garniture de ceinturon assortie en fer damasquiné et bichromie, comprenant une contre-plaque (n° 115), découverte sur le coxal droit et une applique dorsale carrée (n° 114), sous le coxal droit. La technique ornementale utilise principalement des rubans pleins en argent et l’incrustation de fils de laiton. La composition est symétrique. Des traces ligneuses apparaissent au revers de chacune des plaques.
- la contre-plaque (n° 115) : état de conservation : oxydée et décor incomplet. L. : 8,2 cm ; l. max. : 4 cm ; l. min. : 1,7 cm. De forme trapézoïdale, elle présente une languette à l'extrémité distale. Un seul élément de fixation sur trois demeure. La composition symétrique montre un motif de crosses et une minuscule « guirlande » ou ligne brisée à l'extrémité proximale de la plaque. Un fil de laiton souligne la courbure des crosses.
- l'applique dorsale (n° 114) : état de conservation : oxydée. L. : 4,8 cm. De forme carrée, elle possède quatre éléments de fixation dans les angles dont trois rivets à tête plate (diam. 7,8 mm) sont en place. L'ornement quadrilobé est composé d'arabesques simplifiées se refermant sur une petite « guirlande » et d'un motif central rayonnant. Des fils de laiton soulignent chaque élément du motif principal.

523- une plaque de ceinture triangulaire (n° 116) en fer, à trois bossettes en bronze. Cette plaque est posée à quelques centimètres à droite du fémur droit. État de conservation : oxydée. L. : 4,7 cm ; l. max. : 2,9 cm ; l. min. : 1 cm. Chaque bossette à tête hémisphérique et base dentelée est dotée, au revers, d'une languette à œillet. La plaque est ajourée : un jour de forme triangulaire apparaît dans la partie la plus large de la plaque.
On peut penser que ce ceinturon dépareillé a été recomposé à l'aide d'un élément anachronique (n° 116) par rapport aux deux autres garnitures.

524- une petite tige de fer (clou ?) oxydée et brisée (n° inv. 117), à droite de l'extrémité distale du fémur droit. L. : 3 cm. Non dessinée.

525Interprétation : sépulture primaire associée à une réduction. Le sujet en positon primaire est un adulte de sexe indéterminé dont le corps s'est décomposé en espace vide. Le sujet en position secondaire est un adulte de sexe indéterminé dont le squelette, incomplet, a été remanié et réduit lors d'une seconde inhumation.
Datation : 630-670.

- Sépulture 3050

526Description (fig. 25) : fosse oblongue creusée dans le calcaire. Elle mesure 1,05 m de long et 0,32 m de large. Elle contient un squelette fortement arasé lors du décapage mécanique. Le sujet est inhumé en décubitus dorsal, selon un axe ouest-sud-ouest/est-nord-est. Le crâne est à l'ouest-sud-ouest. Les membres supérieurs, le thorax, les ceintures pelvienne et scapulaire, ainsi que le fémur droit ont été détruits. Les membres inférieurs sont en extension.

527Mobilier funéraire : néant.
Interprétation : sépulture d'un enfant décédé vers l'âge de 3-4 ans. Le sexe et le mode de décomposition sont indéterminables.
Datation : indéterminée.

Bibliographie

Alenus-Lecerf J., 1975, Le cimetière mérovingien de Hamoir. 1. : Catalogue, Bruxelles, Service national des Fouilles, 53 p., 66 pl. (Archaeologia Belgica, 181, I).

Alenus-Lecerf J., 1978, Le cimetière mérovingien de Hamoir, 2. : Étude, Bruxelles, Service national des Fouilles, 84 p. (Archaeologia Belgica, 201, II). 

Blaising J.-M., 1990, Prospection inventaire 1989-1990 : traduction des sources bibliographiques et manuscrites en langue allemande d'avant 1918, concernant les sites archéologiques des arrondissements de Thionville Est et Ouest, Rapport final, Partie 1, Metz, Dir. des Circonscriptions des Antiquités Historiques et Préhistoriques de Lorraine.

Blaising J.-M., 1992, Prospection inventaire : traduction des notices du Reichsland Elsass-Lothringen concernant les lieudits (sic) Médiévaux, Modernes et Contemporains des arrondissements de Metz, Metz, S.R.A. de Lorraine.

Blaizot F., 1998, « La reconnaissance des dispositifs en matière périssable et leur interprétation : exemples tardo-antiques dans la Drôme et proto-médiéval en Seine-et-Marne », in : Rencontre autour du cercueil, Actes de la table ronde de la journée d’étude organ. par le Gr. d’Anthropologie et d’Archéologie Funéraire en Île-de-France, Paris, 28 janv. 1997, p. 79-84 (G.A.A.F.I.F., bull. de liaison, numéro spécial 2).

Böhner K., 1958, Die Fränkischen Altertümer des Trierer Landes, 2 vol., Berlin, Gebr. Mann Verlag. Vol. 1 : 365 p., vol. 2 : 195 p.

Böhner K., 1978, « La chronologie des antiquités funéraires d'époque mérovingienne en Austrasie », in : Fleury M., Périn P. dir., Problèmes de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens d'entre Loire et Rhin, Actes du IIe colloque archéologique de la IVe section de l'École Pratique des Hautes Études, Paris, 1973, Paris, H. Champion, p. 7-12 (Bibliothèque de l'E.P.H.E., IVe section, Sciences historiques et philologiques, fasc. 326).

Buzzi P., 1996, Noméxy (88), ‘Zac d'Épinal-Noméxy’, 1994, Données issues des sondages et de la campagne de fouilles aux lieux-dits ‘Vers le Rond Champ’, ‘Renauvoid’ et ‘La Fin Tout Chien’, Document Final de Synthèse, Metz, SRA de Lorraine.

Childéric, Clovis : 1500e anniversaire, 482-1982,Tournai,Tournai, 1982, 234 p.

Christlein, R., 1978, Die Alamannen : Archäologie eines lebendigen Volkes, Stuttgart et Aalen, 2e éd., 179 p.

Clermont-Joly M., 1978, L'époque mérovingienne, Metz, Musées de Metz, 299 p. (Catalogues des Collections des Musées de Metz, 1).

Colardelle M., 1983, Sépulture et traditions funéraires du Ve au XIIIe siècle ap. J.-C. dans les campagnes des Alpes françaises du Nord, Grenoble, Soc. alpine de documentation et de recherche en Archéologie historique.

Delestre X. dir., 1988, Lorraine mérovingienne, V-VIIIe s. : récentes découvertes mérovingiennes en Lorraine, Catalogue d'exposition Metz, 1988, Metz, éd. Serpenoise, 130 p.

Dierkens A., 1981, Les deux cimetières mérovingiens de Franchimont (Province de Namur), Fouilles de 1877-1878, Namur, Musée archéologique de Namur (Documents inédits relatifs à l'archéologie de la région namuroise, 1).

Fleury M., France-Lanord A., 1988, Les trésors mérovingiens de la basilique de Saint-Denis,Woippy, Luxembourg, G. Klopp éditeur.

Flotté P., Fuchs M., 2004, La Moselle (57/1), Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres / Min. de l’Éducation Nationale, Min. de la Recherche, 893 p. (Carte archéologique de la Gaule, 57-1).

Folzan M., Bargain F., Merluzzo P., Clermont Gueib Ch., s.d., Les objets en fer de la nécropole de Stuckange, Rapport du Laboratoire d'Archéologie des Métaux, Centre de culture scientifique, technique et industrielle du fer et de la métallurgie, Jarville-la-Malgrange.

France-Lanord A., 1979, « La fouille en laboratoire », Les Dossiers de l’archéologie, n° 32, p. 67-91.

Gallia 1992 (Willaume M. dir.), Tiré à part de la revue Gallia Informations 1992-2, Lorraine, p. 80-164.

Gallien V., Langlois J.-Y., 1998, « Typologie du cercueil à Saint-Denis », in : Rencontre autour du cercueil, Actes de la table ronde de la journée d’étude organ. par le Gr. d’Anthropologie et d’Archéologie Funéraire en Île-de-France, Paris, 28 janv. 1997, p. 23-25 (G.A.A.F.I.F., bull. de liaison, numéro spécial 2).

Gambs A., Guillaume J., Simmer A., Stiller G., 2002, « La nécropole mérovingienne de Montenach (Moselle) », R.A.E., t. 51-2001/2002, p. 335-360.

Guillaume J., 1975, « Les nécropoles mérovingiennes de Dieue-sur-Meuse (France) », in : Acta praehistorica et archaeologica, t. 5/6, 1974/5, p. 211-349.

Guillaume J., 1978, « La chronologie des nécropoles mérovingiennes de Dieue-sur-Meuse (France, Meuse) », in : Fleury M., Périn P. dir., Problèmes de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens d'entre Loire et Rhin, Actes du IIe colloque archéologique de la IVe section de l'École Pratique des Hautes Études, Paris, 1973, Paris, H. Champion, p. 87-103 (Bibliothèque de l'E.P.H.E., IVe section, Sciences historiques et philologiques, fasc. 326).

Guillaume J., 1988, « Les nécropoles »,in : Delestre X., dir., Lorraine mérovingienne, V-VIIIe s. : récentes découvertes mérovingiennes en Lorraine, Catalogue d’exposition, Metz, 1988, Metz, éd. Serpenoise, p. 61-67.

Guillaume J., Gambs A., 1989,«La nécropole de ‘Colmette’ à Montenach (Moselle) », in : Actes des Xes journées internationales d'Archéologie Mérovingienne, Metz 20-23 oct. 1988, Sarreguemines, éd. Pierron, p. 137-142.

Hamm G., 2004, La Meurthe-et-Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, Min. de l’Éducation Nationale, Min. de la Recherche, 468 p. (Carte archéologique de la Gaule, 54).

Hanel E., 1994, Die merowingischen Altertümer von Kärlich und Umgebung, Mayence, 99 p., ill. (Archäologische Schriften des Instituts für Vor- und Frühgeschichte der Johannes Gutenberg-Universität Mainz, 4).

Haubrichs W., 1985, Wüstungen und Flurnamen : Überlegungen zum historischen und siedlungsgeschichtlichen Erkenntniswert von Flurnamen im lothringisch-saarländischen Raume, Heidelberg.

Henrion F., Hunot J.-Y.,1996, « Archéologie et technologie du cercueil et du coffrage de bois », in : Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2ème colloque A.R.C.H.E.A. (Ass. en Région Centre pour l’Histoire et l’Archéologie), GDR 94 du CNRS, Sociétés et cadres de vie au Moyen Âge : approches archéologiques, Orléans, 29 sept.-1er oct. 1994, Tours, Féracf/La Simarre, p. 197-204 (11ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Hiegel H., 1986, Dictionnaire étymologique des noms de lieux du département de la Moselle, Sarreguemines, H. Hiegel, 385 p.

Hilly J., Haguenauer B., 1979, Lorraine, Champagne, Paris, éd. Masson (Guide Géologiques Régionaux).

Hübener W., 1989, « Les scramasaxes du musée de Metz », in : Actes des Xes Journées internationales d'archéologie mérovingienne, Metz 20-23 oct. 1988, Sarreguemines, éd. Pierron, p. 77-79.

Husi Ph., Lorans E., Theureau Ch., 1990, « Les pratiques funéraires à Saint-Mexme de Chinon du Ve au XVIIIe siècle », Revue Archéologie du Centre de la France, t. 29, fasc. 2, p. 132-167.

Joffroy R., 1974, Le cimetière de Lavoye, nécropole mérovingienne, Paris, éd. Picard, 180 p.

Joly D., 1998, « Essai de définition des sépultures à inhumation en coffrages : l’exemple de la nécropole du Ve s. de Saint-Chéron à Chartres (Eure-et-Loir) », in : Rencontre autour du cercueil, Actes de la table ronde de la journée d’étude organ. par le Gr. d’Anthropologie et d’Archéologie Funéraire en Île-de-France, Paris, 28 janv. 1997, p. 65-71 (G.A.A.F.I.F., bull. de liaison, numéro spécial 2).

Jorrand J.-P., Henton A., 2002, Archéologie en Picardie, Laon (Aisne) : le cimetière mérovingien de la ville haute, Amiens, S.R.A. de Picardie /INRAP.

Koch R., 1969, Katalog Esslingen. Die vor- und frühgeschichtlichen Funde im Heimatmuseum. Teil II : merowingischen Funde (Das Gräberfeld von Sirnau und die Funde von Berkheim, Mettingen und Oberesslingen),Stuttgart, Verlag Müller et Gräff, 139 p. (Veröffentlichungen des Staatlichen Amtes für Denkmalpflege Stuttgart - Reihe A : Vor- und Frühgeschichte, 14-II).

Koch U., 2001, Das alamannish-fränkische Gräberfeld bei Pleidelsheim, Stuttgart, K. Theiss, 647-120 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 60).

Koch R., Koch U., 1996, « Die frankische Expansion ins Main–und Neckargebiet », in : Wieczorek A., Périn P., von Welck K., Menghin W. dir., Die Franken, Wegbereiter Europas. Vor 1500 Jahren : König Chlodwig und seine Erben, Ière éd. Mayence, Philipp von Zabern, p. 270-284 (Catalogue d’exposition Mannheim, Paris, Berlin 1996/97).

Koch U., von Welck K., Wieczorek A., 1997, « Die Fränkische Expansion in rechtsrheinische Gebiete », in : Wieczorek A., Périn P., von Welck K., Menghin W. dir., DieFranken. Wegbereiter Europas, Catalogue d’exposition Mannheim, Paris, Berlin 1996/97, vol. 2., Mayence, Ph. von Zabern, IIe éd., p. 902-921.

Lagadec J.-P., Duval P., Janot A., 1989, « Sépultures mérovingiennes découvertes à Ceintrey et Ludres (Meurthe-et-Moselle) », in : Actes des Xe Journées internationales d'Archéologie Mérovingienne, Metz, 20-23 oct. 1988, Sarreguemines, éd. Pierron, p. 103-105.

Lambert G., 1976, La nécropole mérovingienne de Torgny (1925-1926, 1938), Virton, éd. du Musée gaumais, 195 p. (Le Pays gaumais, la Terre et les Hommes, 36e et 37e années).

Lambert G., 1983, « Le cimetière mérovingien de Beauregard : note sur le mobilier funéraire d’une riche sépulture masculine du VIIe siècle », Bull. de l’Institut Archéologique du Luxembourg, Arlon, 59e année, numéros 1-2,p. 21-43.

Lambert G., 1987, « La nécropole de Torgny », in : Cahen-Delhaye A., de Lichtervelde C., Leuxe F. dir., Archéologie en Wallonie 1980-1985, Découvertes des Cercles archéologiques, Namur.

Lansival R., 1999, Stuckange-Metzervisse, RD 918 (57 465 3 AH) (Moselle), Document Final de Synthèse de fouille d’archéologie préventive, 10/07/95–31/08/95, Metz, Afan Grand-Est, S.R.A. de Lorraine, 2 vol.

Legoux R., Périn P., Vallet Fr., 2004, Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, 61 p., ill. (Bull. de liaison de l’Association française d’archéologie mérovingienne, n° hors série).

Legoux R., Buchet L., Calligaro Th., Dhénin M., Lieger A., 2005, La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle), Saint-Germain-en-Laye, Association Française d’Archéologie mérovingienne, 543 p. (Mémoires de l’A.F.A.M., 14).

Leman P., Beausart P., 1978, « Une riche tombe mérovingienne à Famars (France, Nord) », in : Fleury M., Périn P. dir., Problèmes de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens d'entre Loire et Rhin, Actes du IIème colloque archéologique de la IVe section de l'École Pratique des Hautes Études, Paris, 1973, Paris, Librairie Honoré Champion, p. 145-156 (Bibliothèque de l'E.P.H.E., IVe section Sciences historiques et philologiques, fasc. 326).

Les Mérovingiens : le monde des morts révèle celui des vivants, 1988, Catalogue du muséobus de la communauté française, avril 1988-novembre 1989, Liège, 87 p.

Lieger A., Marguet R., 1992, « Le cimetière mérovingien de Royaumeix/Menil-la-Tour (Meurthe-et-Moselle) », R.A.E., t. 43, fasc. 1, p. 99-149.

Lieger A., Marguet R., Guillaume J., 1984, « Sépultures mérovingiennes de l’abbaye de Saint-Evre à Toul (Meurthe-et-Moselle) », R.A.E., t. 35, p. 301-317.

Linckenheld E., 1934, Répertoire archéologique des Arrondissements de Thionville Est et Ouest, Metz, éd. Metzer Freies Journal.

Lorren Cl., 2001, Fibules et plaques-boucles à l’époque mérovingienne en Normandie, Contribution à l’étude du peuplement, des échanges et des influences, de la fin du Ve au début du VIIIe siècle, Paris, Association Française d’Archéologie mérovingienne (Mémoires de l’A.F.A.M., 8).

Manfredi S., Passard F., Urlacher J.-P., 1995, « Du paganisme au christianisme. Nécropoles mérovingiennes de Franche-Comté des VIe et VIIe siècles : images d'un monde en mutation », in : Éclats d'Histoire, 25000 ans d'héritages, 10 ans d'archéologie en Franche-Comté, Besançon, Cêtre, p. 338-343.

Marti R., 2000, Zwischen Römerzeit und Mittelalter : Forschungen zur frühmittelalterlichen Siedlungsgeschichte der Nordwestschweiz (4.–10. Jahrhundert), Liestal (Archäologie und Museum, Berichte aus Archäologie und Kantonsmuseum Baselland, 41- 2).

Martin M., 1976, Das fränkische Gräberfeld von Basel-Bernerring, Archäologischer Verlag in Basel, Mayence, Ph. von Zabern, 398 p.

Michler M., 2004, La Meuse, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Ministère de l’Éducation Nationale, Min. de la Recherche (Carte archéologique de la Gaule, 55).

Moosbrugger-Leu R., 1971, Die Schweitz zur Merowinger Zeit, die Archäologische Hinterlassenschaft der Romanen, Burgunder und Alamannen, vol. A., Bern.

Nowak B., 2004, « Zur Bearbeitung und Konservierung von Goldfäden aus dem frühmittelalterlichen Männergrab 21 in Lauchheim/Mittelhofen (Ostalbkreis/Baden-Württemberg) », in : Maik J. ed., Priceless invention of humanity - textiles : report from the 8th North European Symposium for archaeological textiles, 8-10 may 2002, Lódz, Poland, p 179-184 (Acta Archaeologica Lodziensia, 50/1).

Paulus abbé, Wolframm D., Dorvaux P., 1910, Ortsbeschreibendes und Geschichtliches Wörterbuch von Elsass und Lothringen, Strasbourg, J. H. Ed. Heitz (Heitz et Mündel) (Das Reichsland Elsass-Lothringen).

Périn P., 1980, La datation des tombes mérovingiennes, Historique, Méthodes, Applications, Genève, Librairie Droz (Hautes études médiévales et modernes, 39).

Périn P., 1991, « À propos de la datation et de l’interprétation de la tombe n° 49 de la basilique de Saint-Denis, attribuée à la reine Arégonde, épouse de Clothaire Ier », in : L’art des invasions en Hongrie et en Wallonie, Actes du colloque, Musée royal de Mariemont, p. 11-29 (Monographies du musée royal de Mariemont, 6)

Périn P., 1998a, « La question des ‘tombes-références’ pour la datation absolue du mobilier funéraire mérovingien », in : Delestre X., Périn P. dir., La datation des structures et des objets du haut Moyen Âge : méthodes et résultats, Actes des XVe Journées internationales d'Archéologie mérovingienne, Rouen, Musée des Antiquités de la Seine-Maritime, 4-6 février 1994, Saint-Germain-en-Laye, p. 189-199 (Archéologie Mérovingienne, 7).

Périn P., 1998b, « Possibilités et limites de l’interprétation sociale des cimetières mérovingiens », Antiquités nationales, t. 30, p. 169-183.

Périn P., Velay Ph., Renou L., 1985, Collections mérovingiennes, Paris, Musée Carnavalet, 859 p. (Catalogues d'art et d'histoire du musée Carnavalet, 2).

Petitjean M., 1995, « Les peignes en os à l'époque mérovingienne : évolution depuis l'Antiquité tardive », Antiquités nationales, t. 27, p. 145-191.

Pillard-Jude C., 2005, « Des fourreaux d’épées remarquablement conservés », in : Trésors mérovingiens d’Alsace, La nécropole d’Erstein (6e-7e siècle après J.-C.), Fouilles récentes en Alsace, Strasbourg, Musées de Strasbourg, Conseil Général du Bas-Rhin, p. 55 (Catalogues du Musée archéologique de Strasbourg, 6).

Pirling R., 1966, Das Römisch-Fränkische Gräberfeld von Krefeld-Gellep, 2 vol., Berlin (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, 2).

Plumier-Torfs S., Legoux R., 1986, Les garnitures de ceintures et de chaussures damasquinées mérovingiennes en Belgique (fin VIe-VIIe s). La permutation matricielle : essai d'application d'un traitement informatique, Louvain-la-Neuve, p. 95-118 (Documents d'Archéologie Régionale, 1).

Roth H., 1998, « La chronologie des tombes féminines mérovingiennes d'Allemagne du Sud à partir des bases statistiques », in : Actes des XVes Journées internationales d'Archéologie mérovingienne, Rouen, Musée des Antiquités de la Seine-Maritime, 4-6 février 1994, Saint-Germain-en-Laye, p. 117-122.

Salin É., 1922, Le cimetière barbare de Lezéville, Mobilier funéraire et art décoratif francs, Nancy, Paris, Strasbourg, éd. Berger-Levrault.

Salin É., 1950-1959, La civilisation mérovingienne d'après les sépultures, les textes et le laboratoire, éd. A et J. Picard et Cie, Paris (I. Les idées et les faits, 1950 ; II, Les sépultures, 1952 ; III. Les techniques, 1957 ; IV. Les croyances, 1959).

Salin É., 1958, Les tombes gallo-romaines et mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis (Fouilles de janvier-février 1957), Paris, Imp. nationale, p. 46-55 (Mémoires de l'Académie, t. 44).

Schaaff H., 1993, Die Altertümer der Merowingerzeit im Grossherzogtum Luxemburg, Luxembourg (Dossiers d'Archéologie du Musée National d'Histoire et d'Art, 2).

Schnitzler B., 1997, À l'aube du Moyen Âge, l'Alsace mérovingienne, éd. Les Musées de la ville de Strasbourg, Strasbourg (Les Collections du Musée Archéologique, t. 5).

Seilly M.-P., 1995, Fontoy (Moselle), Rue de l'église, 57 811 226 002 AH,Rapport de sauvetage urgent-1990, Metz, S.R.A. de Lorraine.

Simmer A., 1987, « Le nord du département de la Moselle à l'époque mérovingienne », R.A.E., t. 38, fasc. 3-4, p. 333-396.

Simmer A., 1988, Le cimetière mérovingien d'Audun-le-Tiche (Moselle), Paris, éd. Errance (Coll. Archéologie Aujourd'hui, Moyen Âge, 1).

Theureau Ch., 1985,« Anthropologie des squelettes du cimetière paroissial de Saint-Pierre-le-Puellier (XIe-XVIIe siècle) », in : Recherches sur Tours, 3, LAUT, p. 9-61.

Tilkin-Peters, 1985, « Traits particuliers et évolution de la céramique mérovingienne des régions mosanes », in : Otte M., Willems J., éd., La civilisation mérovingienne dans le bassin mosan, Actes du colloque international d’Amay-Liège du 22 au 24 août 1985, CAHC, p. 225-239 (E.R.A.U.L., 22).

Toussaint M., 1950, Répertoire archéologique du département de la Moselle (Période gallo-romaine), Nancy.

Truc M.-C., 1998, « Les fibules ansées symétriques en Normandie », Archéologie Médiévale, t. 27, p. 1-58.

Urlacher J.-P., Passard F., Manfredi-Gizard S., 1998, La nécropole mérovingienne de la Grande Oye à Doubs, Département du Doubs, VIe-VIIe siècles après J.-C., Saint-Germain-en-Laye, Association Française d'Archéologie Mérovingienne, 439 p., ill. (Mémoire de l'A.F.A.M., 10).

Werner J., 1953, Das alamannische Gräberfeld von Bülach, Basel, Verlag Birkhäuser (Monographien zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 9).

Wieczorek A., Périn P., von Welck K., Menghin W. dir., 1996, Die Franken, Wegbereiter Europas. Vor 1500 Jahren : König Chlodwig und seine Erben, Catalogue d’exposition Mannheim, Paris, Berlin 1996/97, 2 vol., Mayence, Ph. von Zabern, Ière éd.

Young B., 1977, « Paganisme, christianisation et rites funéraires mérovingiens », Archéologie Médiévale, t. 7, p. 5-81.

Notes

1  F. Adam (anthropologie de terrain et relevé topographique), B. Daux (fouille et dessin), J. Dolata (fouille), Ph. Koop (fouille, bénévole), G. Mangin (fouille), S. Poliakov (fouille), F. Schweitzer (fouille), Th. Le Saint-Quinio (topographe), E. Morand et E. Rouger (DAO), V. Brunet (crédit photographique).

2  M. Frauciel (Inrap).

3  M. Folzan (restauration), F. Bargain et P. Merluzzo (photographies et radiographies), Ch. Clermont-Gueib (dessins au laboratoire de Jarville).

4  Il est difficile de déterminer s'il s'agit de cercueils (coffres mobiles) ou de coffrages en bois (montés in situ), car aucun élément métallique d'assemblage n'a été recueilli (équerres d'angle, clous...) (Henrion, Hunot, 1996, p. 197). Par ailleurs, nous n'avons pas remarqué de traces longilignes dépassant les planches d'extrémité, comme c'est le cas à Cluny (ibidem, p. 199), ni de rainure de blocage des parois longitudinales au fond de la fosse (Gallien, Langlois, 1998, p. 23).

Pour citer cet article

Référence électronique

Renée Lansival, « La nécropole mérovingienne de Metzervisse (Moselle) », Revue archéologique de l’Est, Tome 56 | 2007, [En ligne], mis en ligne le 29 janvier 2009. URL : http://rae.revues.org/5022. consulté le 28 mars 2017.

Auteur

Renée Lansival

Institut national de recherches archéologiques préventives, 12, rue de Méric, 57063 Metz Cedex 2.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés