Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Jacques Guillaume

Frey Annette, Gürtelschnallen westlicher Herkunft im östlichen Frankenreich. Untersuchungen zum Westimport im 6. und 7. Jahrhundert (Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, Band 66).

Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz, Forschungsintitut für Vor- und Frühgeschichte, Mainz, 2006, 385 p., 105 fig., 37 cartes.
p. 383-384

Texte intégral

1L’ouvrage d’Annette Frey est la publication de sa thèse soutenue en 2004 à l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, consacrée aux boucles de ceinture mérovingiennes issues de la partie occidentale du monde mérovingien (Neustrie, Burgondie, Aquitaine…), découvertes dans sa partie orientale, outre-Rhin. L’espace géographique considéré, très vaste, comprend le bassin du Rhin jusqu’à son embouchure (Bade-Wurtemberg, Rhénanie-Palatinat, Rhénanie du Nord, Westphalie), le bassin de la Weser (Hesse, Thuringe), la Basse Saxe ; le bassin de l’Elbe (Saxe-Anhalt) ; au sud, la Franche-Comté, le nord de la Suisse jusqu’au lac de Constance et le sud de la Bavière ; au sud-est enfin, le Jura franconien.

2Après un court état des données disponibles, l’auteur expose les différents systèmes chronologiques utilisés (Ament, Legoux et Périn, Siegmund, Koch…), utilement confrontés dans un tableau récapitulatif (fig. 3), en regard d’une typo-chronologie des boucles de ceinture replacée dans le système chronologique de H. Ament (AM I à JM III). Le choix des boucles et plaques-boucles de ceinture comme critère d’influence extérieure se justifie, pour l’auteur, par l’existence d’un corpus très fourni (environ 1500 objets), présents dans la plupart des sépultures du monde mérovingien, y compris dans des secteurs pauvres en mobilier funéraire. Il s’agit principalement de boucles en alliage cuivreux coulé, de formes très variées, entre la simple boucle ovale et la grande plaque-boucle à dix bossettes, en passant, à titre d’exemple, par les plaques rondes, caractéristiques du centre du Bassin parisien, les plaques de type D, attribuées au domaine burgonde, ou encore les plaques à décor d’émail champlevé de l’espace aquitain. Les critères de classement typologique prennent en compte la morphologie de l’objet, mais aussi le décor, toujours plus élaboré que dans les productions « orientales ». Notons encore que certaines plaques-boucles, de forme très caractéristique, portent le nom du site éponyme et sont qualifiées de « type d’Envermeu », de « Concevreux », de « Chassey »… Nul doute que cette terminologie commode, évitant ainsi une description fastidieuse, deviendra usuelle. Chaque objet, situé géographiquement, fait l’objet d’un commentaire typologique s’appuyant sur des pièces de comparaison, ainsi que d’une approche chronologique. Pour les boucles de fer damasquiné, l’auteur, constatant la difficulté de traiter un aussi vaste domaine, s’est limité à un échantillonnage des types de décor, considérés, peut-être un peu subjectivement, comme « occidentaux ». Il apparaît nettement que l’absence d’une étude globale des damasquinures se fait toujours cruellement sentir.

3Parallèlement aux indices morphologiques, l’influence du monde mérovingien occidental se traduit aussi dans des aspects techniques, comme le système d’articulation à charnière entre boucle et plaque, alors que dans les exemplaires d’outre-Rhin, la fixation, plus rudimentaire, se fait par une chape repliée au revers de la plaque.

4À la suite de cette approche typologique, A. Frey développe un argumentaire plus culturel, consacré à l’éventuel impact des modes occidentales sur le costume dans les régions d’outre-Rhin. Elle en conclut à une nette imperméabilité, dans ce milieu, aux modes occidentales. Les femmes n’y portent pas de garnitures de ceinture pluripartites ou très décorées, dans la mesure où la ceinture, d’ailleurs plus étroite, n’est sans doute pas visible. À l’inverse des régions occidentales, où les deux sexes sont porteurs de plaques-boucles (avec malgré tout une prédominance de femmes), outre-Rhin, le port des grandes plaques-boucles ou des garnitures multipartites est l’apanage des hommes. A. Frey reste très prudente sur l’interprétation « ethnique » d’une opposition simpliste entre milieux germanique, à l’est et romain (ou de tradition romaine), à l’ouest. S’il est avéré que les grandes plaques-boucles des tombes féminines, longtemps considérées comme de « type aquitain », provenant de Gaule occidentale appartiennent à un milieu encore fortement romanisé durant le haut Moyen Âge, ce trait spécifique ne peut être érigé en système. A. Frey réfute, avec raison semble-t-il, le concept d’un costume « ethnique » et préfère l’hypothèse de modes régionales, qui se sont développées dans des milieux plus ou moins romanisés (ou en corollaire germanisés).

5Dans un dernier chapitre, l’auteur élargit la démonstration à d’autres artefacts, qui concernent principalement la parure féminine : fibules ansées (dont celles du type de « Champlieu »), discoïdes, cloisonnées, symétriques, qui bénéficient d’études récentes (A. Koch, K. Vielitz, S. Thörle), plaques de châtelaines, épingles…, en moindre part quelques armes (des scramasaxes décorés) et de la verrerie (les gobelets carénés à bouton). L’ouvrage est clôt par une étude chronologique des boucles d’importation suivie d’un intéressant chapitre concernant les ensembles mobiliers les plus pertinents regroupés par régions. En conclusion, l’intensité des importations progresse lentement pour culminer vers 630 et décline durant la seconde moitié du VIIe siècle, une évolution pour l’instant dépourvue d’explication. Elles concernent plus particulièrement la région de Kaiseraugst et le bassin de Neuwied, compris entre la Moselle, le Rhin et le Massif schisteux rhénan, qui passent pour avoir été plus fortement romanisées, une thèse non prouvée selon A. Frey. En revanche, l’auteur privilégie une explication d’ordre économique, ces régions étant bien desservies par un réseau routier d’origine romaine et en conséquence ouvertes au commerce vers la Gaule mérovingienne.

6Enfin, comment, aux VIe et VIIe siècles,  ces objets ont-ils transité outre-Rhin ? Furent-ils le fruit d’échanges commerciaux ou bien étaient-ils portés par leurs propriétaires ? La question a été mainte fois débattue, dans d’autres lieux. L’auteur privilégie la seconde hypothèse et invoque différentes modalités possibles : voyages diplomatiques, économiques, privés, pèlerinages, mariages, faits de guerre…Un utile résumé en langue française (qui aurait cependant mérité une syntaxe mieux maîtrisée), termine la partie synthèse de l’ouvrage.

7Cette étude, très complète, rigoureuse et parfaitement documentée, offre un grand intérêt pour les chercheurs du monde mérovingien occidental, réunissant une abondante documentation archéologique, jusqu’alors dispersée dans un grand nombre de monographies. Elle révèle la diffusion lointaine, outre-Rhin, des productions de la Gaule mérovingienne, la confrontation de traditions et de faits culturels plus ou moins bien intégrés par les groupes sociaux qui les ont accueillis et, une fois encore, témoigne de la mobilité des hommes et de l’intensité des échanges économiques dont on ne perçoit que partiellement les modalités complexes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guillaume, « Frey Annette, Gürtelschnallen westlicher Herkunft im östlichen Frankenreich. Untersuchungen zum Westimport im 6. und 7. Jahrhundert (Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, Band 66). », Revue archéologique de l’Est, Tome 56 | 2007, [En ligne], mis en ligne le 20 février 2009. URL : http://rae.revues.org/5239. consulté le 28 mars 2017.

Auteur

Jacques Guillaume

 

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés