Navigation – Plan du site

Supplément 17

Annie Dumont, Les passages à gué de la Grande Saône : approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon).

Image1

Annie Dumont, Les passages à gué de la Grande Saône : approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon).
17ème supplément à la Revue Archéologique de l’Est
Dijon, S.A.E., 2002, 275 p., ill. N & B et coul.
ISBN : 2-9510239-3-6 - ISSN : 0035-0745
30 € + port.

Utilisé par les piétons, les cavaliers, les voitures attelées, le gué est avant tout un haut-fond naturel. Un inventaire des seuils existant dans le lit de la Saône entre Verdun-sur-le-Doubs et Lyon, réalisé à partir de l'étude des archives des Ponts et Chaussées, permet dans un premier temps de dresser une liste de gués potentiels. Dans un deuxième temps, la confrontation des données issues de la carte archéologique des berges, des prospections et fouilles subaquatiques, du suivi des dragages, de l'analyse des cartes et plans anciens et des archives militaires permet de replacer les passages à gué dans le contexte archéologique de toute une vallée. Le nombre de ces points de franchissement, leur pérennité et la variété des vestiges qui leur sont associés (habitats de l'Âge du Bronze, pavages d'époque romaine, pêcheries, moulins et clayonnages médiévaux, etc.) montrent que le lit mineur de la rivière était un lieu d'implantation humaine au même titre que ses rives.L'étude des gués permet également d'aborder d'autres sujets comme la présence à leurs abords de certains types d'objets aux époques protohistoriques et romaines, les motifs de traversée, la complémentarité avec les ponts ou les bacs, l'imaginaire lié au milieu fluvial. Les recherches menées depuis trente ans sur la Saône en Chalonnais (sous la direction de Louis Bonnamour), et sans lesquelles ce travail n'existerait pas, ont également prouvé que les cours d'eau pouvaient encore receler des aménagements conservés en place, malgré les travaux incessants dont ils sont l'objet depuis le XIXe siècle. L'étude des gués s'achève à cette période au cours de laquelle le partage de la Saône en biefs et la mise en eau des barrages marquent l'arrêt définitif de leur utilisation.

SOMMAIRE

Préface, par Louis Bonnamour
Remerciements
Introduction

Première partie. Données géographiques et historiques
La Saône : hydrologie
La Saône : morphologie et dynamique fluviale
Historique de l'aménagement du lit de la Saône
Les sources historiques disponibles
Haut-fond et gué : définition et caractérisation morphologique
Établissement de la carte des hauts-fonds
Les passages à gué dans les archives du XIX
e s. (Ponts et Chaussées et armée)
Confrontation des données archivistiques
Conclusion

Deuxième partie. Inventaire archéologique des passages à gué
Les sources documentaires
Les limites de l'étude
Les passages incertains
Les passages possibles
Les passages probables
Les passages certains
Conclusion

Troisième partie. Le mobilier archéologique des passages à gué : caractéristiques et interprétations
Introduction
Les occupations et le mobilier du lit mineur (gués et berges) au Néolithique
Les occupations et le mobilier du lit mineur (gués et berges) à l'Âge du Bronze
Les occupations et le mobilier du lit mineur (gués et berges) aux âges du Fer
Les occupations et le mobilier du lit mineur (gués et berges) à l'époque gallo-romaine

Quatrième partie. Les passages à gué : caractères généraux et synthèse
Les types de sites reconnus dans le lit mineur, aux abords ou sur les gués
Les indices géographiques et les sites divers présents sur les berges aux abords des gués
Pourquoi traverser la rivière ?
Les gués ont-ils tous fonctionné simultanément ?
Complémentarité ou concurrence entre les gués, les bacs et les ponts ?
Les îles : un espace fluvial à part ?
Les gués, la rivière et l'imaginaire
Conclusion

Résumés - Zusammenfassung – Abstract
Lexique

Bibliographie

---

Cet ouvrage, édité par la Société Archéologique de l’Est, a bénéficié de l’aide du Ministère de la Culture (DRAC de Bourgogne), et du Conseil Général de la Saône-et-Loire, via le Comité Régional de la Recherche Archéologique de Bourgogne.

Document annexe

Haut de page