Navigation – Plan du site
comptes rendus
Luc Baray

Ian Mathieson Stead, Jean-Loup Flouest, Valery Rigby, Iron Age and Roman burials in Champagne

Oxford, Oxbow Books, 2006, 345 p., 40 pl. photographiques.
p. 433-435

Texte intégral

1Entre 1971 et 1979, plusieurs campagnes de fouilles ont permis à I.M. Stead, J.-L. Flouest et V. Rigby (à partir de 1976) l’exploitation partielle ou intégrale selon les cas de six cimetières à crémation et à inhumation des âges du Fer et de l’époque gallo-romaine, dans les environs de Reims : Alincourt, Juniville, Ville-sur-Retourne, Ménil-Annelles, Saulces-Champenoises, Quilly. Avant ces fouilles, cette zone, située aux confins de la Marne, n’avait livré que de rares objets généralement trouvés hors contexte. Les fouilles entreprises furent donc du plus grand intérêt pour l’avancement de nos connaissances. Cependant, ce ne fut, pendant 35 années, qu’à travers des articles publiés, entre 1974 et 1993, que le milieu des spécialistes des âges du Fer prit petit à petit connaissance de ces découvertes. Il aura donc fallu attendre près de 27 années depuis la dernière campagne de fouilles pour voir enfin la publication monographique de ces fouilles. C’est dire tout l’intérêt du présent ouvrage. Pour mener à bien ce travail, I.M. Stead, J.-L. Flouest et V. Rigby se sont attachés les compétences d’une équipe pluridisciplinaire : S. Stead (ostéologie), I.C. Freestone (pétrographie), P.C. Buckland (paléoenvironnement), J.R.A. Greig (paléoenvironnement), C. Frederick (paléoenvironnement), P. Wagner (paléoenvironnement), J. Béal (paléoenvironnement).

2L’ouvrage comprend cinq chapitres, des annexes (la liste des cimetières mentionnés dans le texte ; le catalogue des tombes par site, auquel est systématiquement associé le plan de la tombe et le dessin du mobilier ; l’inventaire du mobilier découvert dans les fossés des enclos funéraires), une bibliographie non réactualisée (à deux ou trois exceptions près - références se rapportant à des recherches sur le paléoenvironnement - les titres les plus récents datent des années 1998-1999), et une quarantaine de planches photographiques en noir et blanc. Quatre listes, dont une des figures, une des tableaux, une des planches et une des abréviations utilisées, précédent l’introduction.

3Le premier chapitre présente rapidement les caractéristiques des six cimetières concernés par cette étude. On y trouve, selon la nature des structures découvertes, une description des enclos funéraires, des structures à poteaux porteurs et des tombes gallo-romaines. Sont indiqués le nombre de structures découvertes et fouillées, le nombre de sépultures à crémation et à inhumation, par grande étape chronologique, leur emplacement au sein du cimetière et leurs éventuels rapports stratigraphiques avec les enclos funéraires. Plusieurs tableaux synthétisent l’ensemble des données se rapportant aux enclos funéraires et aux structures à poteaux porteurs : données métriques, relations stratigraphiques, nombre de sépultures primaires ou secondaires associés à chacun d’entre eux. Un plan d’ensemble de chaque cimetière, des plans de bâtiment sur poteaux porteurs, ainsi que des coupes stratigraphiques (fossés d’enclos ou trous de poteaux) complètent notre information.

4Le second chapitre, le plus important des cinq, est consacré à l’étude typo-chronologique du mobilier funéraire. Tous les types d’objets sont passés systématiquement en revue : monnaie, vaisselle en céramique - la plus importante catégorie d’objets découverts sur l’ensemble des six cimetières -, vaisselle en verre, objet en métal (armes, parures, nécessaires de toilette…) - selon les grandes étapes chronologiques (Hallstatt, La Tène I, La Tène II et III, Gallo-Romain). Chaque type est décrit selon ses caractéristiques propres (technique de fabrication, groupe de productions, données métriques…), puis comparés et datés. Un inventaire par sépulture de tous les objets relevant de chaque type accompagne l’étude.

5Le troisième chapitre a pour objet l’étude des restes osseux humains et animaux. Comme dans les chapitres précédents, on y trouve une série de tableaux regroupant de manière très claire l’essentiel des données disponibles. La plus grande partie de l’étude est consacrée aux tombes à crémation du second Âge du Fer et de l’époque gallo-romaine, les tombes à inhumation de ces deux périodes étant largement sous représentées. Il s’agit d’une étude anthropologique classique abordant successivement l’âge, le sexe, les pathologies de chaque individu, ainsi que le degré de crémation des os, le problème des sépultures doubles et la présence de restes osseux animaux brûlés ou non-brûlés mêlés aux restes osseux humains. Hormis un paragraphe consacré aux tombes pillées, l’étude des inhumés ne diffère guère de celle concernant les individus brûlés.

6Le quatrième chapitre porte sur l’étude de l’environnement des sites aux âges du Fer et à l’époque gallo-romaine. Les auteurs se sont particulièrement intéressés au problème de l’érosion et de la conservation des sols, à partir des résultats obtenus de l’étude d’une série d’analyses géologiques et palynologiques effectuées sur l’ensemble des sites.

7Le cinquième et dernier chapitre, le moins développé, se présente sous la forme d’une synthèse chronologique. Les auteurs passent successivement en revue la chronologie des occupations de chaque site. Au total ce sont douze phases chronologiques, s’échelonnant du Ve-IVe s. avant J.-C. au début du IIe s. après J.-C., qui ont pu être déterminées en regroupant l’ensemble des informations chronologiques disponibles. Un tableau de synthèse, élaboré à partir du phasage de chaque site, met en parallèle les phases d’occupation et de désaffection des cimetières de Ménil-Annelles, Ville-sur-Retourne et de Juniville au regard des phases d’occupation et de désaffection des cimetières ardennais d’Acy-Romance (La Croizette et La Noue Mauroy) et de Thugny-Trugny. Les résultats obtenus sont intéressants car ils montrent une continuité d’occupation au sein de chaque site. Continuité qui en revanche fait totalement défaut dès lors où l’on aborde le problème de l’occupation au niveau régional. Ce n’est que durant les phases 4 (première moitié du Ier s. après J.-C.) et 3 (fin du IIe s. après J.-C.) que tous les sites sont occupés en même temps. Seul Ville-sur-Retourne connaît une occupation continue du Ve-IVe s. avant J.-C. (phase 12) à la fin du IIe s. après J.-C. (phase 3).
Les figures sont homogènes et d’excellente qualité.

8L’impression générale qui se dégage de la lecture de cet ouvrage est mitigée. Elle tient pour l’essentiel au fait que l’ouvrage se présente comme une étude déjà ancienne, dont la publication aurait été retardée pendant de nombreuses années (depuis le milieu des années 90, si l’on se fie à la bibliographie) pour des raisons diverses. On ne trouve, par exemple, dans le chapitre consacré à l’étude des restes osseux humains, aucune référence aux analyses taphonomiques désormais courantes en archéologie funéraire. De même, le recours à un système chronologique depuis longtemps dépassé (« La Tène II et III ») rend difficile la mise en corrélation des résultats obtenus avec ceux des travaux récents. Dans un autre registre, on regrette également que les auteurs ne nous aient proposé aucune interprétation des données en termes sociologiques. Cela est d’autant plus dommageable, qu’il ne semble pas que cette dimension des pratiques funéraires ait été abordée dans les articles publiés antérieurement. Dernier regret, mais pas des moindres, les auteurs ne nous ont pas proposé, non pas une synthèse régionale, mais à tout le moins une synthèse des pratiques funéraires observées sur les six sites. Il aurait également été particulièrement intéressant de replacer ces découvertes dans un contexte culturel élargi aux découvertes faites par B. Lambot à Acy-Romance et à Thugny-Trugny.

9On saura cependant gré aux auteurs d’avoir mené à terme ce projet pour le plus grand profit de la communauté scientifique qui depuis les années 70 attendait impatiemment la publication monographique de ces six cimetières. Il devenait, en effet, urgent de publier ces sites qui furent pendant toutes ces années les référents obligés pour tous ceux qui étaient amenés à travailler sur les pratiques funéraires des IIIe, IIe et Ier siècles avant J.-C. en Europe occidentale.

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Baray, « Ian Mathieson Stead, Jean-Loup Flouest, Valery Rigby, Iron Age and Roman burials in Champagne », Revue archéologique de l'Est, Tome 57 | 2008, [En ligne], mis en ligne le 31 décembre 2008. URL : http://rae.revues.org/5458. consulté le 20 septembre 2014.

Auteur

Luc Baray

 

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés