Navigation – Plan du site
comptes rendus
Jeanne-Marie Demarolle

Marlene Sophia Kaiser, Das keltisch-römische Gräberfeld von Wederath-Belginum, 6. Teil, Die Aschengruben und Aschenflächen. Ausgegraben 1954-1985. (Trierer Grabungen und Forschungen, Bd VI, 6).

Mayence, Philipp von Zabern, 2006, VII-216 p., 149 pl., 6 cartes et plans
p. 436-438

Texte intégral

1En 1954, la découverte de la nécropole de Belginum, à quatre cents mètres au nord-est de l’agglomération, a révélé un ensemble funéraire exceptionnel, comportant près de 2500 sépultures. Carrefour antique de la cité trévire sur la voie entre Trèves et Mayence, le vicus romain, qui a atteint son apogée aux IIe-IIIe siècles, est connu par la Table de Peutinger et ses habitants, les uicani belg(inates), le sont par une dédicace votive (CIL XIII, 7555a), mais la nécropole elle-même a eu une existence antérieure. En effet, les campagnes de fouilles conduites par le Musée de Trèves, en mettant au jour un nombre impressionnant de structures et de mobilier funéraires, ont fait appréhender archéologiquement une continuité d’occupation du site allant de l’Âge du Fer (culture de l’Hunsrück-Eifel) aux sépultures d’époque romaine, la dernière inhumation datant du milieu du IVe siècle. Volontairement conçue au départ comme un catalogue, la publication des tombes retrouvées, prise en charge par A. Haffner et travail de longue haleine, a déjà donné naissance, entre 1971 et 1997, à cinq forts volumes. L’exploitation de cette énorme quantité de données a mis l’accent sur la continuité de l’occupation et sur l’évolution des pratiques, les armes ayant été remplacées par des outils dans les mobiliers masculins. Mais depuis 1954 la problématique en matière de recherche funéraire a considérablement évolué. Elle place désormais au premier plan l’organisation du monde des morts, l’insertion de la nécropole dans le terroir, les gestes funéraires qui traduisent la volonté des vivants. L’analyse des découvertes d’ensembles proches à Siesbach par A. Abbegg en 1989, à Septfontaines par M. Polfer en 1996 et à Altforweiler par B. Ames-Adler en 2004 a, de surcroît, apporté de nouveaux éléments de réflexion, en particulier sur la présence et la signification des fosses et des aires à cendres, structures fréquentes dans les complexes funéraires des provinces occidentales du nord. Le présent volume, le sixième consacré à la nécropole de Belginum, est donc particulièrement bienvenu dans le contexte scientifique actuel. Toutefois, l’auteur rappelle à juste titre (p. 1) que la documentation dont elle a disposé est extrêmement partielle, remontant à une époque où la priorité dans les campagnes et dans les rapports de fouilles allait aux tombes. Que de chemin parcouru ! Au total, le corpus conservé est cependant riche de 434 fosses à cendres (pour 17 à Septfontaines et 14 à Altforweiler) et de 120 aires mais que les vents et les pluies ont bien endommagées.

2L’ouvrage débute par une trentaine de pages à finalité synthétique. M. K. présente d’abord (p. 1-4) les fosses et les aires, leur situation dans la nécropole sur l’un des côtés du chemin sud-ouest/nord-est qui partage le complexe, leur morphologie (formes irrégulières et profondeur variable), leur remplissage fait de cendres, de charbons de bois, de terre noire et d’éléments variés, toujours brûlés et fragmentaires. Alors qu’entre 1954 et 1960 on parlait de « fosses à feu », cette appellation n’a plus lieu d’être, les fosses ne sont pas des busta. Viennent ensuite (p. 5-19) les principales caractéristiques des différentes catégories de découvertes. Les charbons de bois proviennent pour les deux tiers de hêtres, phénomène observé aussi à Augst et Kaiseraugst. Cette essence, qui monte à de très hautes températures, favorise la crémation. Des aiguilles de pin ont été reconnues mais on ne sait si ce conifère a été utilisé sur le bûcher pour les vertus de son essence odorante ou comme symbole d’éternité. Seules 22 fosses ont livré des restes végétaux, ce qui n’est pas représentatif puisque c’est seulement en 1982 qu’on s’est préoccupé de ce genre de vestiges. Parmi eux on note des plantes cultivées telles les lentilles, du blé, et des restes de pain et de gâteaux. Les restes animaux ont été brûlés à moins de 800° : il s’agit en majorité de porc et de volaille, ce qui est usuel dans le monde provincial. Dans les vestiges métalliques (p. 7-10) on ne compte que 29 monnaies, très dégradées ; chronologiquement, elles vont de la période républicaine à la deuxième moitié du IIe siècle ap. J.-C. (Faustine II ou Lucille). Parmi les fibules, toutes brûlées, on remarque une seule fibule du type Nertomarus, pourtant fréquent en Trévirie, et on s’étonne de la présence d’une fibule-trompette caractéristique du costume norico-pannonien (pl. 791, 6) ; à titre de « curiosités » en fer, on mentionne un mors, un tamis, une louche. La fonction des clous demeure encore mal élucidée mais il ne semble pas que les fosses aient eu un coffrage en bois ; le très faible pourcentage de clous à chaussures suscite des questions : enlevait-on leurs chaussures aux morts en les enveloppant dans un linceul ou l’absence de chaussures relève-t-elle d’un statut social inférieur ? Quant aux artefacts céramiques (p. 11-16), on les retrouve dans quatre structures sur cinq mais toujours sous forme de tessons brûlés (voir pl. 870 et 871). C’est essentiellement de la vaisselle (une seule lampe attestée) et la céramique sigillée (Drag 29, 37, 30, 35 et surtout 36) est souvent mêlée à de la gallo-belge. Un nombre non négligeable de fosses et d’aires a même livré de la céramique montée à la main. Alors que dans les tombes dominent les formes ouvertes, dans les fosses les formes fermées l’emportent. Les restes vitreux sont difficiles à identifier, et il faut encore noter une gemme en agate à l’image de Cérès de la fin du IIe siècle, du cristal de roche apotropaïque et quelques fragments de meules en lave basaltique. Ces pages suscitent leur lot de questions et d’indications pleines d’intérêt.

3Le cœur de la réflexion, consacré à l’interprétation, occupe les pages 20-30. M. K. rappelle d’abord les différentes interprétations possibles ou proposées par d’autres auteurs : les fosses à cendres correspondent-elles à des tombes, à des places de crémation puisque la nécropole ne comportait pas d’ustrinum central, à des fosses comblées par des purges de bûcher, ou à des dépôts rituels ou des restes de banquets funèbres ? L’analyse des vestiges incite M. K. à souligner qu’il ne peut y avoir d’explication unique, valable pour toutes les fosses et toutes les aires, les unes et les autres ayant des fonctions tantôt similaires et tantôt différentes. La comparaison avec le mobilier des tombes montre que celui-ci n’est que très rarement brûlé et que, si dans les tombes dominent les formes céramiques ouvertes, dans les fosses l’emportent les formes fermées. Elle pense donc que, dans la majorité des cas, on a déposé rituellement dans les fosses les restes de la crémation, indépendamment des intentions avec lesquelles les offrandes avaient été placées sur le bûcher. Les aires à cendres relèveraient de la tradition indigène, alors que les fosses, qui apparaissent au milieu du Ier siècle ap. J.-C., correspondraient à l’intégration de pratiques romaines. Ce serait, à l’époque claudienne qui marque une étape dans le processus général de la « romanisation », un changement des pratiques funéraires, marqué d’un certain respect envers les restes de la crémation.

4L’inventaire des tombes de Wederath-Belginum et de leur mobilier a déjà fourni aux chercheurs une masse de données, toujours présentées sur des planches d’une grande qualité graphique. Dans ce sixième volume, dont la numérotation des planches prend la suite des précédents, le travail de M. K. présente les mêmes caractéristiques de rigueur et de sobriété dans l’inventaire des découvertes et les dessins des 149 planches. Il s’inscrit en outre avec succès dans les orientations actuelles de la recherche sur la perception archéologique des réalités socio-culturelles. Outre des contributions relevant de l’anthropologie, de l’archéozoologie et de l’archéobotanique, le volume 7 traitera des monuments funéraires, des fragments de sculpture et des vestiges métalliques retrouvés dans les tombes. Il complètera donc une somme déjà impressionnante.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne-Marie Demarolle, « Marlene Sophia Kaiser, Das keltisch-römische Gräberfeld von Wederath-Belginum, 6. Teil, Die Aschengruben und Aschenflächen. Ausgegraben 1954-1985. (Trierer Grabungen und Forschungen, Bd VI, 6). », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, [En ligne], mis en ligne le 28 août 2009. URL : http://rae.revues.org/5461. consulté le 28 avril 2017.

Auteur

Jeanne-Marie Demarolle

 

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés