Navigation – Plan du site
comptes rendus
Henri Gaillard de Sémainville

Katalin Escher, Iaroslav Lebedynsky, Le dossier Attila

Paris, Actes sud/Errance, 2007, 252 p., fig.
p. 445-446

Texte intégral

1Cet excellent petit livre est appelé à devenir la référence concernant Attila et à remplacer heureusement les ouvrages plus ou moins romancés dont devaient se contenter jusque là les lecteurs francophones. Il a pour auteurs Katalin Escher, qui a mené, dans le cadre de sa récente thèse, des recherches très complètes sur les traces archéologiques des Burgondes et qui a traduit l’ouvrage d’I. Bóna, Les huns, et Iaroslav Lebedynsky, à qui l’on doit de nombreuses synthèses consacrées aux peuples des steppes et du Caucase.

2Attila, roi des Huns de 435 à 453, a suscité de multiples écrits depuis le Ve siècle. Donnant une grande place à l’imagination, la plupart de ces récits ont contribué à la naissance et à la popularisation du mythe du « fléau de Dieu », du fossoyeur de l’Empire romain. Ce livre permet d’établir une vérité beaucoup plus nuancée : « souverain ambitieux et hautain d’un empire construit surtout par ses prédécesseurs, diplomate rusé et maître chanteur sans scrupule, il se révéla médiocre général… ».

3En sollicitant l’ensemble des sources textuelles et en les analysant avec une grande rigueur et beaucoup d’honnêteté, en ayant recours à l’archéologie lorsque celle-ci pouvait apporter un éclairage supplémentaire, les auteurs ont effectué un travail très complet et rigoureux, qui a en outre le mérite de se lire très facilement, car il est d’une rédaction très claire.

4L’ouvrage est divisé en huit chapitres, qui abordent tous les aspects de l’histoire et de la personnalité d’Attila : après un premier chapitre consacré aux sources, on traite ensuite la vie d’Attila (les faits documentés), l’homme, le souverain, le diplomate, le général, la mort d’Attila et enfin les mythes d’Attila. Ce dernier chapitre a par exemple le mérite de nous rappeler qu’Attila n’a pas laissé partout une image négative dans l’histoire, puisque des légendes médiévales le présentent, à tort naturellement étant donné les origines des Magyars, comme un brillant ancêtre des Hongrois, chez lesquels le prénom d’Attila est encore fréquemment porté aujourd’hui !

5L’illustration, qui comprend notamment plusieurs cartes originales, est bien choisie et complète parfaitement le propos. On appréciera en outre la présence en annexe du fameux témoignage de Priscus, rédigé à la suite de l’ambassade de 449 auprès d’Attila. C’est une excellente idée que de publier ce texte essentiel, dans son intégralité et en français, et on peut ainsi espérer avec les auteurs que cette source sera désormais citée avec plus d’exactitude.

6Cette initiative est révélatrice de l’esprit dans lequel a été rédigé l’ouvrage : il s’agit effectivement d’un dossier qui fait un point rigoureux sur l’ensemble des sources connues à ce jour, ce qui conduit à dresser un bilan fait de trop rares certitudes en face des multiples questions non résolues. Le roman n’a pas sa place dans ce travail d’historien, ce qui ne nuit pas, bien au contraire, au plaisir que l’on a à sa lecture.

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Katalin Escher, Iaroslav Lebedynsky, Le dossier Attila », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, [En ligne], mis en ligne le 02 février 2011. URL : http://rae.revues.org/5467. consulté le 26 juin 2017.

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés