Navigation – Plan du site
Articles
Marcel Jeannet

L’environnement tardiglaciaire préalpin : essai de restitution basée sur le potentiel climatique et écologique des microvertébrés

p. 5-56

Résumés

Chaque chercheur dans sa spécialité tente de définir et d’affiner les conditions climatiques et environnementales du site qu’il étudie. La comparaison aux résultats obtenus par d’autres méthodes permet une insertion dans le réseau chronologique traditionnel de référence telle que la variation isotopique de l’oxygène (O18/O16) des fonds marins ou des glaces du Groenland.
L’innovation n’est plus désormais dans la création de nouvelles méthodes mais dans leur adaptation aux problématiques variées de chaque site (prédation, taphonomie, saisonnalité, consommation des proies et plus largement écologie, climatologie et biochronologie, etc.).
Ce principe nous offre donc la possibilité de reprendre des études anciennes dans une version différente, élargie à divers groupes de microvertébrés et quantifiée, facilitant les comparaisons entre les niveaux et les sites, ainsi que le rapprochement avec les courbes climatiques de référence.
Après avoir rassemblé les listes de microfaune, chaque espèce étant définie quantitativement par les moyennes climatiques de son domaine géographique, le gisement peut alors présenter, par la succession de ses niveaux, l’évolution des courbes des divers paramètres climatiques et environnementaux.
En imbriquant chronologiquement les niveaux des divers sites et les valeurs paramétriques, il est possible d’élaborer des diagrammes de synthèse régionale où les biozones tardiglaciaires sont assez clairement mises en évidence.

Each searcher in his speciality attempts to define and improve climatic and ecological conditions of the site he studies. Comparison with results obtained from other methods permits an insertion into traditional chronological referential network as isotopic variations of Oxygen (O18/O16) on sea bottom  or in Greenland ice.
Innovation is not now in the creating of new methods but in their adaptation to the various problematics of each site (predation, taphonomy, saisonnality, prey consumption, and more widely,  ecology, climatology and biochronology etc.).
This principle offers the possibility to take again ancient studies in a different version, widened to varied groups of microvertebrates and quantified to make easier comparisons between the levels and orher sites, as well as referntial climatical curves.
After gathering microfauna lists, each species, being quantitatively defined by climatic means of its geographical area, the site can then present, with levels succession, the evolution of curves of varying climatic and ecological parameters.
In overlapping chronologicaly, the sites levels and parametrical values, it is possible to elaborate régional synthesis diagrams where tardiglacial biozones are clearly enough shown up.

Jeder Forscher ist bemüht, in seinem Fachbereich die klimatischen Voraussetzungen und die Umweltbedingungen der von ihm untersuchten Fundstätte zu definieren und näher zu bestimmen. Der Vergleich mit den Ergebnissen anderer Methoden erlaubt eine Einordnung in das traditionelle chronologische Referenznetz, etwa die Isotopenvariation des Sauerstoffs (18O/16O) der Meeresgründe oder des Grönland-Eises.
Die Innovation besteht heute nicht mehr darin, neue Methoden zu entwickeln, sondern darin, die bestehenden Methoden der Problematik der jeweiligen Fundstätte anzupassen (Predation, Taphonomie, Saisonabhängigkeit, Verzehr der Beute und im weiteren Sinne der Ökologie, Klimatologie und Biochronologie etc.).
Dieses Prinzip bietet also die Möglichkeit, ältere Studien unter einem neuen quantifizierten und auf verschiedene Gruppen von mikroskopischen Wirbeltieren erweiterten Gesichtspunkt wiederaufzunehmen. Es erleichtert den Vergleich zwischen den Schichten einerseits und den Fundstätten andererseits, sowie die Gegenüberstellung mit den Referenzkurven der klimatischen Entwicklung.
Zuerst werden die Listen der Mikrofauna zusammengestellt, wobei jede Gattung anhand der klimatischen Durchschnittswerte ihres geografischen Verbreitungsgebietes quantitativ definiert wird; an der Schichtenabfolge der Lagerstätte kann nun die Entwicklung der Kurven der unterschiedlichen klimatischen und umweltlichen Parameter abgelesen werden.
Durch die chronologische Überschneidung der Schichten unterschiedlicher Fundstätten und der parametrischen Werte können Diagramme einer regionalen Synthese ausgearbeitet werden, aus der die spätglazialen Biozonen recht deutlich hervorgehen.

Texte intégral

PDF 2,8MSignaler ce document

Introduction

1De nombreuses études ont concerné la fin des temps glaciaires de cette région (fig. 1) dans le domaine de la Préhistoire comme dans celui de l’environnement. La fluctuation des nappes glaciaires avant leur retrait complet offre l’opportunité d’observer les variations de faunes et de végétations dans un laps de temps très court sur l’échelle géologique. Chaque avancée glaciaire tend à créer un hiatus dans le peuplement et un renouvellement avec le réchauffement qui suit. La microfaune, très sensible à ces variations, devient un marqueur incontournable, fuyant devant le flot de glace et conquérant avec son retrait.

image

Fig. 1. Tardiglaciaire préalpin. Carte de répartition des sites à microfaune étudiés (fond de carte emprunté à la Carte Géologique de France I.G.N. au 1/50 000).

  • 1  Tous les tableaux ont été placés en fin de texte.

2Malheureusement, les exigences de son étude dans la récupération et le tri lui ont beaucoup porté préjudice et les fouilles anciennes n’attachent que peu ou pas d’intérêt à son égard. Quelques commentaires accompagnent parfois des listes d’oiseaux, d’insectivores et de rongeurs annexées à des études archéologiques. Onze sites ont fourni des données, souvent incomplètes et dispersées en raison de la spécialisation des auteurs. Nous avons tenté de rassembler ces informations. Pour quelques sites, ne disposant pas du matériel, nous avons dû nous contenter des listes figurant dans la littérature (tabl. 1)1.

3Le classement chronologique se réfère le plus souvent aux nombreuses datations isotopiques 14Cet aux biozones localisées par les palynologues, fréquemment confortées par la typologie des industries lithiques et osseuses. La liste des gisements contenant quelque microfaune est donnée dans le tableau 1 dans l’ordre chronologique des plus récentes datations 14C à titre de repère.

4Le tableau 2 dresse la liste des espèces signalées dans les niveaux tardiglaciaires des divers sites étudiés. Leur distribution détaillée se retrouve dans les tableaux de répartition de chaque gisement. Les espèces exclues de cette période peuvent également figurer dans ces tableaux. Les oiseaux n’étant pas utilisés dans le cadre de nos recherches ont été retirés des listes. Les sites ne comportant qu’un seul niveau à microfaune (Les Freydières, l’Abri Gay et la Grotte de la Passagère) n’ont pas fait l’objet de diagramme individuel. Exceptionnellement, la Grotte de la Chênelaz est traitée en graphique bien qu’un seul niveau concerne le Tardiglaciaire.

5Á l’aide des cortèges de microfaune, à titre de synthèse, nous tenterons de réaliser une courbe des températures du milieu continental à l’instar des courbes isotopiques O18/O16 réalisées en milieu marin et polaire.

Principe et méthode

6Quelques auteurs ont abordé le sujet de la quantification : Hokr semble avoir ouvert la voie  (Hokr, 1951). Il associe grande et petite faune, en dépit de conditions taphonomiques et physiologiques bien différentes. F. Fabre (Fabre, 1964) suivra son exemple et Griggo (Griggo, 1996) reprend le même principe d’association. S. Martinutilise le potentiel écologie des Mollusques pour mettre en évidence les modifications de l’environnement imputables à l’anthropisation (Martin, 2004). Puisségur (Puisségur, 1976) met au point une méthode rassemblant les Mollusques par groupes écologiques, copiée par Chaline (Chaline, 1977) pour l’adapter aux Rongeurs (Chaline, Brochet, 1989 ; Marquet, 1994). Comme ces auteurs, Hernandez Fernandez se limite aux rongeurs et utilise le nombre minimal d’individus pour dresser une échelle chronobiologique des derniers 125 000 ans (Hernandez Fernandez, Pelaez Campomanes, 2005). Ce procédé permet de comparer les variations à l’intérieur d’un même gisement si l’on admet que le même prédateur est responsable des accumulations d’ossements, mais ne supporte pas le transfert d’un site à l’autre, en raison des problèmes orographiques (effets « stationnels »).
Plus récemment nous avons découvert les travaux de Ph. Ponel (Ponel et alii, 1992) sur les insectes coléoptères des tourbières et constaté que, sans aucune concertation, notre méthode s’avérait être identique concernant la définition du potentiel climatique des espèces.

7Le principe de l’« Écologie quantifiée » préconisé est simple : il consiste à calquer le domaine climatique de chaque espèce sur son domaine géographique.
La méthode de calcul et d’application est sensiblement plus sophistiquée. Elle recense les stations climatiques de la périphérie du domaine géographique de l’espèce et totalise les moyennes des divers paramètres climatiques trentenaires. Plutôt que de reprendre une longue description littéraire de l’environnement et de la chorologie des espèces, nous avons dressé le tableau des valeurs afférentes résumant le potentiel climatique (tabl. 3a à 3f) et l’estimation chiffrée du biotope (tabl. 4) de chaque taxon. Ces valeurs sont à la base de l’élaboration des divers diagrammes.
Le cumul du potentiel climatique des espèces fixe la cote du niveau sous forme de moyennes. On réitère l’opération pour chaque niveau et les divers paramètres. Leur succession permet d’élaborer une série de diagrammes et de visualiser l’évolution de l’environnement au fil du temps.

8À titre d’exemple, le tableau 5 présente les données climatiques relevées dans une localité durant 30 ans (ici Moscou) (Lansberg éd., 1969-1984). Ces données sont le produit d’appareils calibrés et de calculs rigoureux. Les stations n’offrent pas toutes la même quantité ou le même type d’informations. C’est pourquoi certaines ne sont pas reprises dans l’étude (la radiation globale, la pression atmosphérique, la vitesse et le sens du vent, etc.). Certaines valeurs (humidité relative) doivent être recalculées dans les stations semi-désertiques à partir du point de rosée (Dew Point), moment précis mais variable où se dépose la rosée avant de s’évaporer. Le tableau 6 donne les valeurs climatiques relevées durant 30 ans dans les stations météorologiques périphériques du domaine géographique d’une espèce (ici le Campagnol roussâtre – Clethrionomys glareolus) (Corbet, 1978).

9Dans le même ordre d’idée, deux composantes importantes du biotope sont détaillées : la végétation et l’hygrométrie du sol. Ces données émanent d’ouvrages de vulgarisation et de revues spécialisées. Les valeurs affichées tentent de décrire en pourcentages estimés l’utilisation faite par l’animal des divers éléments de son domaine vital, pour son alimentation, sa reproduction, son repos ou sa protection.

10L‘exemple-type pourrait être le Crapaud commun : il est aquatique pour sa reproduction dans les mares et les ruisseaux à courant faible, riches en végétation. Après métamorphose, il devient terrestre, recherche la chaleur mais fuit le plein soleil qui dessècherait sa peau, se tient à l’abri de tas de feuilles mortes en putréfaction ou de pierres qui lui assurent la chaleur humide, la protection et la nourriture en invertébrés qu’il consomme. À la mauvaise saison, on le rencontre sous les pierres, les souches et dans les tas de compost ou dans les fissures de rochers, voire dans ses propres forages dans le sol meuble forestier. L’estimation en pourcentage de la part de chaque élément de ces biotopes est inévitablement subjective.

11Les exigences animales ne sont pas toutes aussi complexes, mais on constate que par le jeu d’une cascade de valeurs conjuguées, cinq ou six espèces suffisent pour réaliser une estimation assez fiable et entraîner une incontestable crédibilité. Les 12 paramètres climatiques émanent de 10 à 30 années d’observations pour chaque station météorologique. Les données de 9 à 27 stations sont rassemblées pour chaque espèce (donc un minimum de 100 données par taxon). Le nombre de données est multiplié par le nombre d’espèces rencontrées dans le niveau. Pour une couche contenant 10 espèces, les calculs portent donc sur un minimum d’un millier de valeurs compilées et 3000 pour les taxons de vaste extension géographique.

12Dix paramètres décrivant le milieu végétal et l’hygrométrie du sol du domaine, soit une centaine de valeurs par niveau de 10 taxons, sont ajoutées.

13À ce stade, il est clair que le célèbre N.M.I. et ses pourcentages sont un peu dépassés face à une telle avalanche de valeurs et de précisions pour chaque paramètre et pour chaque strate. La simple comparaison des chiffres des tableaux de données remplace avantageusement les commentaires indispensables, tendancieux et imprécis des auteurs compensant l’insuffisance des valeurs du N.M.I. dans ce domaine.

14Initialement, l’étude vise à réaliser une courbe pour chaque paramètre climatique sur l’ensemble des sites, des biozones et de tout le Tardiglaciaire. Dans ce but chaque gisement fait l’objet d’une étude climatique et écologique concrétisée par six diagrammes et un bref commentaire.

Les gisements

La Balme - Le Seuil des Chèvres (Savoie) (tabl. 7 ; fig. 2)

15Cette petite caverne ouverte au nord-ouest dans le Défilé de Pierre-Châtel fut de nombreuses fois visitée, mais seules deux fouilles approfondies ont réellement donné des informations de base sur son occupation : celle de Raymond Vanbrugghe de 1966 à 1969 (Vanbrugghe, Bill, 1968) et celle de Pierre-Yves Nicod de 1993 à 1995 (Nicod et alii, 2000).

image

Fig. 2A à 2F. La Balme (Savoie), Grotte du Seuil des Chèvres. Diagrammes climatiques et écologiques. Explications des paramètres communs aux divers graphiques.

image

16La microfaune conservée au Service Régional de l’Archéologie à Lyon est relativement peu abondante mais très diversifiée (tabl. 7). Les ossements d’oiseaux, constamment présents, restent à déterminer.

17Quelques particularités nous semblent intéressantes à souligner pour éviter tout malentendu. Les deux espèces commensales Rattus rattus et Mus musculus (le Rat noir et la Souris grise) sont vraisemblablement venus mourir dans des niveaux incompatibles avec leur véritable période d’existence qui coïncide sans doute avec l’invasion romaine et ses relations avec le Proche-Orient.
Plus inexplicable est la présence du Lézard ocellé (Lacerta lepida) dans le niveau gallo-romain. Il est impensable que cette espèce strictement méridionale ait pu venir d’elle-même dans cette contrée préalpine.
Le tableau enregistre un net appauvrissement de la faune vers les niveaux profonds, à partir du Mésolithique. Les niveaux extérieurs à la grotte (série 1e à 4e) sont trop démunis pour autoriser une évaluation.
Comme le pense P.-Y. Nicod, la couche 7i se situe à la charnière entre le Dryas III et le Préboréal. La couche 8i contient des espèces boréales, l’une de milieu marécageux (Microtus oeconomus, le Campagnol nordique)et l’autre steppique (Microtus gregalis, le Campagnol des hauteurs), qu’on ne retrouve plus ultérieurement. Le diagramme des températures confirme ce changement climatique, la moyenne annuelle des températures passant de 4,9° C en 8i à 7,9° C en 7i, pour ne plus baisser.

18La durée de l’enneigement (courbe I) comme celle du gel (courbe N) confirme nettement la rigueur du Dryas III en 8i précédant le réchauffement post-glaciaire. Comme le montre la courbe P c’est aussi à partir de cette période que la forêt prend de l’extension. Elle décroît à partir du Moyen-Âge où l’exploitation comme on le sait, devient intensive. Ce fait est confirmé dans le diagramme D. Les surfaces dénudées et la prairie, dominantes dans les couches inférieures, reculent face aux taillis et à la futaie.

19La proximité du Rhône laissait espérer la présence d’un important lot d’espèces aquatiques. Le diagramme E ne comporte qu’une quantité négligeable, voire une absence totale d’espèces d’eaux vives. Il est probable que la violence du courant et les rives abruptes gênent leur fréquentation. Les terrains secs et les prairies humides se partagent largement les espaces découverts. Les surfaces bourbeuses sont faiblement représentées.

20L’humidité de l’air (humidité relative) se maintient constamment à un niveau élevé (supérieur à 75 %) en raison de la présence permanente du cours d’eau.

Virignin - La Grotte des Romains (Ain) (tabl. 8 ; fig. 3)

21En 1976, la Grotte des Romains à Virignin (Ain) fit l’objet d’un ensemble d’études concernant les pollens, les oiseaux, les chiroptères, les rongeurs, les poissons, les mollusques, les sédiments et les industries. Du moins peut-on dire que ces sujets ont été abordés à l’occasion d’une réunion pluridisciplinaire, car hormis la thèse d’Andréas Loebell (1979), aucune publication ne vint conclure les observations.

image

Fig. 3A à 3F. Virignin (Ain), Grotte des Romains. Diagrammes climatiques et écologiques (explications complémentaires avec la figure 2).

22Quelques données nous sont restées, comme la liste des oiseaux et les datations (encore débattues et reprises à l’occasion du PCR sur le Tardiglaciaire sous l’égide de G. Pion (Pion, Mevel dir., 2009) et que nous avons adoptées) et des bribes de conversations notées en cours d’assemblées. Ces informations verbales sont évoquées ci-dessous sous réserve de corrections éventuelles par les spécialistes eux-mêmes. La liste des oiseaux est particulièrement fournie et C. Mourer qui l’a dressée en déduit une importante influence méditerranéenne et, de la couche III vers la couche IIa, une raréfaction des espèces aquatiques compensée par un afflux d’espèces forestières.

23Les autres données paléontologiques évoquées verbalement ne sont rattachées à aucun contexte stratigraphique défini. Pour L. Chaix, aucune forme ancienne de mollusque n’a été recensée et on constate un réchauffement sec, à l’instar des oiseaux. Les observations de P. Mein sur les chiroptères et les musaraignes confirment les déductions faites sur les autres groupes. Les chauves-souris affichent un cachet méditerranéen et les Pipistrelles sont les plus abondantes. La Barbastelle est morphologiquement différente de la forme actuelle. La Musaraigne aquatique présente dans les couches III et IIb est absente de la couche IIa. P. Mein note également la disparition des espèces « humides » en IIa. J. Desse décompte le cortège des poissons entre la Lotte (80 %), le Corégone (15,25 %), la Truite (3,40 %) et l’Anguille (0,64 %). Pour les grands herbivores, J. Bouchud partage à parts égales le renne et le bouquetin.

24Dans sa thèse, A. Loebell précise l’évolution sédimentaire du remplissage. Globalement, la couche III renferme un maximum de plaquettes gélives et de cailloutis formant une coulée de blocs témoignant d’un climat très rigoureux. Ses observations de terrain le conduisent à conclure que la couche IIb ne constitue pas une couche véritable mais la partie basilaire de la couche IIa infiltrée entre les blocs de la couche III, tendant eux-mêmes à s’enfoncer dans cette formation. La couche IIa nettement sableuse couvre l’ensemble des strates sous-jacentes et contient une importante quantité de débris de concrétions (signe de dessiccation). Cette étude détaillée permet à A. Loebell de placer la couche III à la base du Dryas II ; la formation de IIb serait intervenue durant le Dryas II et IIa au début du réchauffement de l’Alleröd.

25Cette position chronologique semble satisfaire l’ensemble des disciplines (hormis les rongeurs), mais ne coïncide pas avec les datations isotopiques telles qu’elles s’ordonnent actuellement. Ces datations isotopiques sont d’ailleurs extrêmement variables avec l’époque et le matériau de réalisation. Celles figurant au tableau sont probablement les premières pratiquées et ne sont peut-être pas les plus fiables si l’on en croit les disciplines annexes.

26Une date ancienne annonce 14 380 BP sur charbon (comme celles du tableau) pour la couche III. Les datations récentes pratiquées sur des restes de rennes font état de 12 690 BP pour la couche III et 12 830 BP pour IIb. Ces différences justifieraient à mon sens le maintien des premières évaluations enregistrées, ne serait-ce qu’au bénéfice du doute…

27Les rongeurs rencontrés dans les trois principaux niveaux ne diffèrent guère d’une colonne à l’autre. Cette uniformité se concrétise dans les diagrammes de l’environnement. Les données actuelles sont ajoutées pour comparaison. Les différences de températures ne varient pas dans les trois couches tardiglaciaires et avoisinent 5° C. Elles s’élèvent en moyenne à 11° pour la période actuelle et restent inférieures à la moyenne nationale en raison de la situation géographique du site.

28Les écarts climatiques sont beaucoup plus marqués par les paramètres hivernaux que ne le sont le nombre de jours de gel et la durée de l’enneigement.

29Contrairement aux autres disciplines, les rongeurs ne mettent pas en évidence de forte humidité dans la couche III, ni l’assèchement relatif de la couche IIa. Il est fort probable que leurs restes ont subi des déplacements à l’intérieur des couches dus aux phénomènes de nivation ou de bioturbation évoqués dans l’étude sédimentologique.

30Selon R. Desbrosse qui a pratiqué les fouilles, l’industrie du Magdalénien supérieur recueillie évolue peu sur l’ensemble de la stratigraphie et témoignerait donc d’un faible écart chronologique entre la base et le sommet…

Choranche - La Balme Rousse (Isère)(tabl. 9 ; fig. 4)

31Cette vaste cavité ouverte plein sud à 650 m d’altitude est fréquemment occupée durant les périodes protohistoriques et très sporadiquement au-delà (description empruntée à Bintz, Picavet, 1994). Les vestiges de microfaune rapportés au Tardiglaciaire sont très clairsemés. Aucune datation isotopique n’a pu être réalisée et seules les informations données par l’anthracologie et la palynologie ont permis une approche chronologique. La microfaune est banale et ne peut que confirmer les localisations établies par les autres disciplines. Aucune espèce boréale n’est présente.

image

Fig. 4A à 4F. Choranche (Isère), Grotte de la Balme Rousse. Diagrammes climatiques et écologiques (explications complémentaires avec la figure 2).

32La couche 5inf renferme le plus d’espèces tempérées et le Campagnol terrestre y est absent. Elle se distingue par son enrichissement en espèces forestières. C’est également à partir de cette période que la Noctule fréquente régulièrement la cavité. Elle est réputée sylvicole sous climat tempéré. Cette modération du climat, évidente dans la microfaune, est en contradiction avec la sédimentologie qui enregistre des formations cryoclastiques enrobées d’argile séparées par un hiatus (Campy et alii, 1994).

33Le niveau E2 ne conserve que trois espèces de campagnols assez résistants et fréquentant surtout les lieux découverts de prairies et rocailles. Cette stricte sélection peut laisser supposer une certaine rigueur climatique, mais elle n’est pas évidente dans la position géographique du site.

34La couche E3 (la plus profonde) s’enrichit du Lièvre variable (Lepus timidus) et du Loir (Glis glis) par rapport au niveau sus-jacent (E2).

35Les diagrammes précisent ou confirment ces observations. Le réchauffement du Dryas I vers l’Alleröd n’est pas très évident au vu de la moyenne annuelle des températures (courbe A) ; on le repère mieux sur la courbe de l’enneigement (I) ou d’après la réduction du nombre de jours de gel (N). Le régime pluvial avoisine 60 cm/an et ne diffère guère de l’actuel. Pour une abondance sub-égale, la fréquence des précipitations est généralement supérieure à l’actuelle.

36Après une brève période de prédominance dans les deux niveaux inférieurs, les prairies et sols nus régressent constamment au profit des formations ligneuses.

37L’hygrométrie du sol présente ici un profil très particulier. Si les paramètres les plus « aqueux » restent stables, on remarque par contre une extension régulière des sols frais au détriment corrélatif des sols dénudés et secs. Cette situation coïncide avec l’évolution de la végétation simulant une reconstitution des sols profitant à la prairie, aux broussailles et aux taillis beaucoup plus qu’à la futaie. L’humidité de l’air (humidité relative) connaît quelques oscillations, mais se maintient constamment à un niveau moyen un peu plus élevé que la moyenne actuelle (74 %).

38L’élément surprenant de cet ensemble stratigraphique est l’absence de vestiges évoquant la présence de la phase périglaciaire particulièrement rigoureuse du Dryas III passant, à l’intérieur même de la couche 5, de l’Alleröd au Préboréal. L’hypothèse pouvant expliquer cette situation serait une fermeture de la cavité en période périglaciaire par un névé ou une chape de glace, et des conditions d’habitat insupportables en raison de la gélivation des parois de la caverne. La microfaune ne concrétiserait alors que les phases de radoucissement climatique, peut-être même lors du hiatus sédimentaire.

39Ces contradictions se retrouvent dans les analyses anthracologiques où le pin côtoie le noisetier et rendent aléatoire l’inclusion des données climatiques de la Balme Rousse dans l’ensemble des données chrono-climatiques du Tardiglaciaire régional.

Saint-Agnan-en-Vercors - Les Freydières (Drôme) (tabl. 10)

40La Grotte des Freydières s’ouvre plein sud à 800 m d’altitude à une vingtaine de mètres au-dessus du vallon de La Vernaison. Entièrement comblée par la desquamation de la voûte, elle fut fouillée par A. Bocquet et P. Lequatre en 1965, qui recueillirent quelques outils de silex et un harpon à double rang de barbelures (Bocquet et alii, 1973). Une abondante faune de grands herbivores (d’où le renne est absent) ainsi qu’un important lot d’ossements de Marmotte des Alpes et quelques éléments de microfaune ont été étudiés par J. Bouchud et R. Desbrosse.

41Une datation 14C sur les ossements fixe un âge de 11 380 BP. Tout concorde donc pour placer l’ensemble dans la biozone tempérée de l’Alleröd.

42La liste de microfaune reprise dans le tableau ci-joint confirme le caractère tempéré du climat entrevu par les auteurs, mais ne permet pas, par son niveau unique, d’apprécier une éventuelle évolution locale des paramètres.

43Bien que tempéré, le climat reste frais en raison de l’altitude, comme en témoignent le Lièvre variable et quelques oiseaux montagnards comme le Tétras, le Lagopède, l’Accenteur alpin, le Chocard à bec jaune et le Pipit spioncelle. Localement on constate que l’exposition au sud se traduit par un fort ensoleillement (220 jours par an).

44Pour un niveau unique, il n’est pas concevable de tracer les diagrammes élaborés pour les autres sites. Seul le tableau des données est dressé pour permettre la comparaison avec les autres gisements par insertion chronologique, dans les diagrammes de synthèse.

Poncin - L’Abri Gay (Ain) (tabl. 11)

45Les premières fouilles pratiquées en 1928 par J. Pissot furent assez dommageables pour les niveaux archéologiques de l’Holocène. Devant l’ampleur des dégradations et face à l’importance du site, après avoir tenté de rassembler les informations, le matériel et multiplié les observations, R. Desbrosse et L. Bonnamour remirent courageusement au jour l’ensemble de la stratigraphie sur quelque 8 m de haut et 14 m de long (Desbrosses, Bonnamour, 1965, 1966). Les multiples interventions naturelles, éboulements, ruissellements, solifluxion gênaient considérablement la lecture d’une stratigraphie particulièrement complexe.
Le mérite d’A. Lœbell n’est pas moindre d’avoir retracé pas à pas l’évolution de ce dépôt de pente (Lœbell, 1979). L’étude des pollens réalisée par M. Girard vient se corréler avec la sédimentologie (Girard, 1974).

46La microfaune citée dans le tableau provient de la couche azilienne G1 datée primitivement de 11 660 BP ± 240 et attribuée à la biozone de l’Alleröd. De nouvelles datations opérées sur les os de renne à l’occasion du PCR (Pion, Mevel dir., 2009) ont vieilli les vestiges en leur fixant un âge de 12 160 BP ± 160. Nous verrons dans la partie climatologie que ce n’est pas usurpé. Ce sont actuellement les seuls éléments de microfaune déterminés, bien qu’il reste un volume considérable à trier et reloger si possible dans une stratigraphie démentielle.

47Il n’est guère possible d’aborder le chapitre de la climatologie sans un rapprochement avec l’excellent travail d’A. Lœbell.
Les valeurs climatiques émanant des micromammifères sont fortement influencées par la présence du Campagnol nordique (Microtus œconomus) et du Lièvre siffleur (Ochotona pusilla), deux espèces nettement « continentales ». Par ce biais, on peut rejoindre l’avis d’A. Lœbell qui estime que même durant l’Alleröd, les « instants » froids peuvent survenir en raison de l’exposition plein nord de l’abri. Ces espèces pourraient trouver là l’ambiance climatique de leur biotope dégradé par le réchauffement. Leur mobilité limitée et une faible exigence spatiale peuvent les contraindre ou leur permettre de se maintenir dans cet étroit espace « micro-climatisé ». Toutefois, on remarque l’absence de taxons tempérés chauds : mulot, lérot, etc.

48Mais ces justifications paraissent caduques en examinant la liste des oiseaux (Mourer-Chauviré, 1975) : sur quinze espèces, huit sont d’affinité montagnarde ou boréale et pour eux, rien ne les oblige à fréquenter un biotope inadéquat.
Quelques paramètres seraient plutôt défavorables à une période de réchauffement :
- la moyenne annuelle des températures extrêmement basse (3,8° C),
- un écart inter-saisonnier de type continental (33,2° C),
- une période de gel très longue (185 j.),
- une période d’enneigement supportable (près de 4 mois),
- des précipitations réduites assez étalées dans le temps,
- une nébulosité et un ensoleillement moyens,
- une végétation ligneuse peu envahissante (30 % d’espèces sylvicoles justifiant la prédominance des espaces découverts),
- des faunes de sols frais et de sols secs prépondérantes sur les aquatiques en dépit de la présence du cours d’eau (Ain).

49Au vu de la précédente datation (11 660 BP), en examinant les courbes palynologiques, on remarque que la période concernée se situe à l’extrême début de l’Alleröd, dans une séquence où les plantes steppiques sont plus abondantes que les arbres thermophiles, alors que les graminées gagnent en extension. Cette situation expliquerait la présence des microvertébrés « continentaux » que l’on pourrait alors considérer comme un héritage du Dryas II.

50Les récentes et nouvelles datations 14C (12 160 BP) (Pion, Mevel dir., 2009), portant sur les ossements de renne du niveau azilien, ont modifié le contexte chronologique et placent désormais les vestiges dans la biozone du Dryas II, confirmant ainsi nos conclusions sur la rigueur climatique et témoignant de ce fait d’un léger décalage chronologique entre les prélèvements palynologiques et l’échantillonnage de la microfaune.

51On ne peut guère conclure sans évoquer la difficulté de concordance entre les diverses disciplines face à une stratigraphie aussi difficile et de surcroît maltraitée dès les premières investigations. Mais c’est pourtant par cette confrontation des résultats que progressivement des conclusions crédibles parviennent à émerger.

Méaudre - La Passagère (Isère)(tabl. 12)

52La Grotte de la Passagère s’ouvre à 1150 m d’altitude dans le Massif du Vercors, sur la commune de Méaudre (Isère). Les premières fouilles opérées par H. Müller en 1914 et 1921 furent reprises par P. Bintz dans les années 70, ce qui permit une révision de la stratigraphie et de la chronologie grâce à une datation 14C du niveau 2, le situant dans le Dryas III à 10 280 BP ± 150. Elle nous laisse peu de documents sur la faune, hormis une importante étude archézoologique de M. Patou-Mathis (Desbrosse et alii, 1991) sur le squelette post-crânien des marmottes et une liste générale de la faune signée J. Bouchud (1956).

53Cet auteur a reconnu six espèces de rongeurs, dont cinq campagnols et la Marmotte. Il signale également la présence de la taupe, d’un batracien indéterminé et de quatre espèces d’oiseaux dont deux montagnards : un Lagopède alpin et l’Accenteur alpin. Hormis le Campagnol boréal, tous ces animaux seraient à leur place dans le cortège faunique local actuel.

54Un niveau unique ne permet pas de réaliser un diagramme et les valeurs ont simplement été regroupées dans un second tableau. Quelques paramètres attestent une certaine rigueur climatique :
- moyenne annuelle des températures très basse,
- un écart inter-saisonnier relativement élevé sans être excessif,
- une période de gel de six mois malgré un enneigement raisonnable de trois mois,
- des précipitations prolongées mais d’abondance moyenne,
- un ensoleillement réduit pour une nébulosité moyenne.
Ce bilan relativement contrasté ne semble pas particulièrement excessif compte tenu de l’altitude. Quelques points paraissent contradictoires en dépit d’une certaine logique et nous tenterons de nous en expliquer.

55À plus de 1000 m d’altitude, durant l’une des périodes les plus froides du dernier glaciaire, le Dryas III en l’occurrence, comme l’indiquerait la date 14C de 10 280, il est logique que disparaissent les espèces tempérées chaudes comme le mulot et le lérot et que seuls perdurent les campagnols et la marmotte. Cependant, dans de telles conditions géographiques et climatiques, les glaciers et leurs formations corollaires de névé, nappes de glace ou dépôts morainiques devraient obturer l’entrée de la caverne et interdire l’accès tant aux hommes qu’aux animaux (prédateurs ou proies potentielles).

56Deux réponses nous semblent envisageables : ou l’entrée de la grotte est assez haute pour ne pas être totalement obstruée en période glaciaire, ou la datation de la biozone est erronée et les dépôts sont postérieurs ou antérieurs au Dryas III.

57L’industrie, même pauvre, est reconnue assez tardive (Épimagdalénien), donc pour le moins couplée au Dryas III.

58Malgré la présence de la marmotte et des seuls campagnols, dont le Campagnol nordique qui paraît être un endémique des régions préalpines, il manque tous les autres membres du cortège boréal. La présence de la Taupe commune et d’un batracien tempère également la rigueur du climat. Dans une moindre mesure l’Hirondelle des rochers (Riparia rupestris) peut être également un indicateur climatique adoucissant.

59Dans la succession traditionnelle des cycles climatiques, le tuf de la couche 1 reflétant un intermède chaud et très humide, le niveau 2 devrait logiquement représenter une phase froide et appartenir au Dryas III. Les remarques et objections présentées plus haut semblent contredire cette assertion.

60En conclusion, il est vraisemblable que les marges de la biozone Dryas III sont dépassées et qu’à la Passagère, le processus du Postglaciaire est déjà engagé par le niveau 2. La présence de Microtus oeconomus s’explique par une recherche dans l’altitude, d’une compensation de son biotope détruit. L’absence des espèces tempérées chaudes est justifiée par un sol en voie de reconstitution et une végétation arborée quasi absente.

Hostiaz - La Chênelaz (Ain) (tabl. 13 ; fig. 5)

61La Grotte de La Chênelaz (Hostiaz, Ain) est une caverne de faibles dimensions s’ouvrant vers l’ouest à 500 m environ au-dessus de la Cluse des Hôpitaux. Des fouilles particulièrement soignées furent pratiquées par Marc Cartonnet (inédit). La cavité se subdivise en deux locus. L’entrée est un porche se développant sur 5 m de long et se rétrécissant avant de déboucher par une étroiture de 1,50 m dans la grotte proprement dite. Elle se développe verticalement en cloche. Le porche fut habité du Tardiglaciaire au Moyen Âge, excepté au Néolithique. La grotte fut fréquentée par les Néandertaliens, les Magdaléniens et les ours…

image

Fig. 5A à 5F. Hostiaz (Ain), Grotte de la Chênelaz. Diagrammes climatiques et écologiques (explications complémentaires avec la figure 2). Seule la couche 2C est concernée par l’étude, les autres étant trop pauvres, trop récentes ou trop anciennes.

62Bien que seule la séquence tardiglaciaire nous intéresse ici, toute la microfaune recueillie aux diverses époques figure dans le tableau de répartition, à titre de comparaison. Une colonne supplémentaire est ouverte pour accueillir la liste des petites espèces reconnues actuellement dans la région immédiate. La liste des mollusques se limite aux formes recueillies en fouille.

63La microfaune provenant des niveaux magdaléniens de la grotte (niv. 3) se limite à trois espèces. Seul le niveau magdalénien du porche (niv. 2c) est donc traité ici pour son appartenance au Tardiglaciaire. Il est daté à sa base de 12 610 BP et entre de ce fait dans la biozone tempérée du Bölling. Sauf exception (présence du Campagnol nordique dans l’ensemble 4 de la grotte), les faunes boréales sont absentes de la liste.

64Une nouvelle fois il faut évoquer la situation géographique du site et admettre que dans les zones proches du massif alpin, les phases périglaciaires ne laissent des micro-vestiges, que des traces infimes ou nulles. Cette situation peut s’expliquer, pour les cavernes de petites dimensions, par l’obstruction des entrées par des névés, des chapes de glace ou des dépôts morainiques. Ce n’est qu’après le retrait des glaciers et des formations périglaciaires, en période de réchauffement, que les petites faunes (proies ou prédateurs) peuvent reconquérir les espaces libérés.

65Cette évolution du milieu semble assez symptomatique puisqu’elle affecte également les sites tardiglaciaires de Saint-Thibaud-de-Couz et de Vénérieu-La Garenne. Nous avons constaté une situation identique à Fréchet (Hautes-Pyrénées) dans le Moustérien. Le processus diffère dans les cavités de grandes dimensions dont l’entrée ne peut être entièrement obstruée, comme la Grotte des Romains ou la Baume de Gigny (Jura). Leurs entrées sont victimes de vidanges et leurs dépôts de hiatus.

66Sur quatorze espèces reconnues dans la couche 2c, douze se retrouvent dans le niveau mésolithique 2b malgré 3000 ans d’écart (dates BP). Mais il en est de même avec les couches protohistoriques et plus récentes ou actuelles. Il ne s’agit pas de remaniement car inversement, de nombreux taxons figurent dans les listes holocènes mais sont absents du Bölling. Il est donc très intéressant de constater que parmi les espèces actuelles, bon nombre sont déjà présentes dans les phases tempérées du Tardiglaciaire.

67L’examen des cortèges se limite à la couche 2c puisque les plus proches sont hors PCR et chronologiquement assez éloignés. Il n’empêche qu’au premier regard porté sur le tableau, on décèle une incontestable homogénéité entre les divers niveaux. Comparée à d’autres sites, la particularité réside essentiellement dans l’influence de l’altitude sur les divers paramètres climatiques et écologiques. Les exemples les plus flagrants portent sur :
- les températures dont les moyennes annuelles restent basses même en période tempérée,
- les précipitations par leur durée excessive,
- la période de gelées très prolongée,
- l’ensoleillement compensant étroitement la nébulosité (50/50 %),
- une faune sylvestre réduite en dépit d’une futaie bien concrétisée,
- des pelouses et prairies d’alpages d’extension moyenne malgré une hégémonie des sols secs associés aux sols frais,
- une humidité de l’air à peine plus élevée qu’actuellement, sans excès dans ses extrêmes.

68Cet état descriptif des principaux paramètres caractérise bien les phases de réchauffement dans les sites tardiglaciaires préalpins de faibles dimensions.

Saint-Nazaire-en-Royans - Le Campalou (Drôme) (tabl. 14 ; fig. 6)

69L’Abri du Campalou est implanté au pied d’un massif rocheux calcaire sur une basse terrasse de l’Isère, non loin de son confluent avec la Bourne, à 180 m d’altitude. Suite à une découverte fortuite, J.-E. et J.-L. Brochier ont pratiqué des fouilles durant les années 1969 à 1972 (Brochier, Brochier, 1995). Ils ont décapé une quinzaine de niveaux d’habitats sur seulement 80 cm d’épaisseur. Le tableau de répartition montre une microfaune peu abondante mais variée avec trois ensembles de concentration dans les couches 3, 2 et 1B.

image

Fig. 6A à 6F. Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme), Abri du Campalou. Diagrammes climatiques et écologiques (explications complémentaires avec la figure 2).

70La subdivision de la couche 2 en trois sous-couches (inférieure, moyenne et supérieure) est intéressante à examiner car on découvre une « découpe » en biseau mettant en évidence la raréfaction des campagnols (de tendance agreste continentale) et l’enrichissement en espèces sylvestres : Campagnol roussâtre (Clethrionomys glareolus), Mulot (Apodemus sylvaticus), Lérot (Eliomys quercinus).

71En plus du Campagnol nordique (Microtus oeconomus) bien implanté dans son milieu de prédilection et du Campagnol souterrain des Alpes (Pitymys multiplex) proche de son domaine alpin, plusieurs espèces continentales occupent la couche 3 : le Lemming à collier (Dicrostonyx torquatus), le Campagnol des hauteurs (Microtus gregalis) et le Lièvre siffleur ou Pika (Ochotona pusilla).

72L’ensemble faunique caractérise bien le Dryas I dans la couche 3 et s’aligne sur la datation isotopique de 13 400 BP afférant à la couche 3B. Les couches 2 (datée de 12 800 BP) et 1B qui lui succèdent sont assez semblables par leur contenu. Seul Microtus oeconomus, présent dans la couche 2, marque la différence et souligne une amélioration thermique de la couche 1B. Tous les autres taxons continentaux de la couche 3 sont absents des strates supérieures. Cette évolution climatique et environnementale est nettement évidente sur les divers diagrammes ci-joints.

Interprétation des diagrammes

73Les températures (diag. A). Les données comparatives actuelles sont celles de la station météorologique de Saint-Nazaire-en-Royans relevées sur 30 années.

74Les écarts saisonniers (D) de plus de 30° C des couches 3 soulignent la continentalité du climat. Les moyennes annuelles de 2 et 3° C renforcent également cette impression glaciale. Les courbes d’incidence climatique font toutes une remontée spectaculaire et plus particulièrement celles des mois les plus froids. Les températures des couches 2 et 1B restent un peu plus fraîches que les actuelles, mais sont néanmoins bien plus tempérées que celles des couches 3.

75Les précipitations (diag. B, courbes G et H) varient peu au cours de la séquence tardiglaciaire ; seule la durée annuelle s’allonge par rapport à la période actuelle. Par contre, la période d’enneigement (I) s’amenuise considérablement (de 136 à 87 jours) tout comme celle du gel (N) passant de 200 à 150 jours. Le temps d’ensoleillement (R) reste modeste : le plus souvent moins d’un jour sur deux. Les espèces hygrophiles (Q) tendent d’abord à augmenter puis reviennent au stade initial.

76L’humidité de l’air (diag. D) imprègne la couche 3 et ses conditions périglaciaires. Elle reste un peu plus élevée qu’à l’époque actuelle, mais n’évolue pas graduellement comme les autres paramètres.

77La végétation (diag. E) subit également d’intenses variations. Les sols dénudés atteignent 18 % dans la couche 3 mais sont négligeables le reste du temps. Les étendues steppiques passent de 68 % dans les couches inférieures à 17 puis 30 % dans les niveaux supérieurs. Les broussailles comme les taillis ne gagnent guère plus de 10 % d’espace durant cette période. La futaie profite de l’amélioration thermique pour croître de 3 à 18 %.

78Comme pour la steppe, on voit les sols secs décroître (diag. F) au profit des sols frais qui restent dominants dans les phases récentes du Bölling. Les marais et les tourbières conservent une importance assez constante, mais les étangs n’ont qu’une importance négligeable de 2,5 % au maximum. La proximité de la rivière maintient la présence des eaux vives durant toute la période étudiée bien que réduite à 3 % au stade supérieur. Ce fait semble normal quand cesse la surabondance des eaux de fonte printanières.

Les phases climatiques

79Les deux phases climatiques du Campalou, le Dryas I pour la couche 3 et le Bölling pour les couches 1B et 2, sont ici bien individualisées et bien caractérisées par la microfaune.

80Le Dryas I se déroule sous un climat très froid, de type continental avec des précipitations d’importance moyenne mais une durée d’enneigement et surtout de gel considérable (près de 200 jours par an). En dépit d’une humidité de l’air relativement dense, le brouillard n’a guère plus d’importance qu’actuellement (environ 40 jours par an). Il est probable que l’ouverture de la vallée vers l’ouest et la région plus tempérée de la vallée du Rhône, devait créer des zones de dépression et des conditions venteuses empêchant le maintien de nappes de brouillard. La faiblesse relative de l’ensoleillement ne permet pas de penser à de simples brumes matinales éphémères.

81Au cours de cette phase froide, la végétation marque une nette prédominance de la pelouse et de la steppe herbeuse laissant poindre des espaces broussailleux surmontés de quelques arbres. Simultanément, les sols secs ou frais typiques de ces milieux entretiennent une moiteur de l’air assez faible mais plus importante qu’aujourd’hui. Le Bölling quant à lui présente des conditions climatiques et environnementales totalement différentes. Tout en restant fraîches, les températures sont maintenant supportables. Les écarts inter-saisonniers se sont réduits et affichent bien le caractère tempéré du climat.

82Le régime pluviométrique s’accentue par la durée plus que par la quantité. L’enneigement s’étale encore sur trois mois alors qu’il se limite à deux actuellement. Malgré une importante réduction, la période de gel reste considérable (près de cinq mois, pour moins de quatre actuellement). La végétation ligneuse (arbres, taillis et broussailles) domine largement le milieu herbacé réduit à 35 % environ.

83Avec le redoux, les cours d’eau retrouvent leur niveau d’étiage et laissent plus de place à des sols frais moins imbibés. L’atmosphère est plus fortement chargée d’humidité qu’au Dryas I et qu’actuellement.

84Sans que la faune soit vraiment abondante, la précision de la fouille et le soin apporté à la récupération des micro-vestiges s’avèrent particulièrement bénéfiques pour la connaissance du climat et de l’environnement de cette séquence ancienne du Tardiglaciaire.

Saint-Christophe-la-Grotte - L’Abri de La Fru (Savoie) (tabl. 15 ; fig. 7)

85Implanté à 570 m d’altitude, l’Abri de La Fru à Saint-Christophe-la-Grotte (Savoie) a fait l’objet de fouilles minutieuses sous la conduite de G. Pion durant cinq années, à partir de 1980. Les résultats sont spectaculaires quant à la succession des industries du Magdalénien final aux industries microlithiques évoluant du Tardiglaciaire au Postglaciaire (Pion, 1990).

image

Fig. 7A à 7F. Saint-Christophe-la-Grotte (Savoie), Abri de La Fru. Diagrammes climatiques et écologiques (explications complémentaires avec la figure 2). Comme à Saint-Thibaud-de-Couz, la stratigraphie couvre entièrement la période du Tardiglaciaire.

86La microfaune, recueillie avec soin, est relativement abondante et variée mais très irrégulièrement répartie tout au long du remplissage. Cette même disparité existe pour la plupart des taxons qui apparaissent et disparaissent d’un niveau à l’autre. Les espèces les plus régulièrement représentées sont les formes forestières : Campagnol roussâtre (Clethrionomys glareolus), Lérot (Eliomys quercinus), Mulot à collier fauve (Apodemus flavicollis), Mulot gris (Apodemus sylvaticus), Loir (Glis glis) ; ou plus agrestes : Rat taupier (Arvicola terrestris), Taupe (Talpa europaea) ; voire de terrain franchement dénudé comme le Campagnol des neiges (Microtus nivalis).

87 Cette permanence s’observe dans le diagramme de la végétation (E). En dépit de quelques fluctuations, leur présence tend à s’accroître de la base au sommet. Les pourcentages sont pourtant toujours inférieurs à ceux des milieux découverts. Paradoxalement, bien que les sols dénudés soient présents en permanence, ils sont peu étendus. Les sols secs ou frais couvrent ensemble constamment 80 % de l’espace. Cette antinomie où les sols secs et frais dépassent de loin les espaces découverts laisse penser que le domaine forestier est en grande partie couvert de pins (toujours sur sols secs). La prairie maintient un sol frais profond où évoluent la taupe et le grand Campagnol terrestre.

88Les eaux stagnantes et les tourbières n’ont qu’une présence sporadique mais l’eau courante, sans être abondante, est présente en permanence. Ces divers phénomènes traduisent les effets de conditions climatiques versatiles.

89Les températures varient assez peu en général, mais la moyenne annuelle reste basse (entre 7 et 8° C), même en regard de la localisation géographique du site. Les données actuelles, météorologiques pour Chambéry et fauniques pour la Chartreuse (inscrites dans les deux premières colonnes de la table des données), en témoignent.

90Deux séquences extrêmes affectent la courbe des températures, l’une tempérée chaude (c. 1C1) et l’autre nettement glaciale (c. 4A). Cette phase froide est confirmée en plusieurs points dans les divers diagrammes : par la durée de l’enneigement (diag. B - courbe I), par le nombre de jours de gel (diag. C - courbe N). On note également la réduction du nombre de jours d’orages (diag. B - courbe J), toujours moins nombreux en période froide ; la baisse sensible de l’ensoleillement (diag. C - courbe R). La végétation subit également le contrecoup de la rigueur climatique. Les espèces forestières ne représentent plus que 5,7 % de la faune tandis que celles de milieux découverts (sols dénudés et prairies - courbes S et T) traduisent une occupation de 53 % de l’espace.

91L’importance des formations tourbeuses s’accentue nettement dans la couche 4A (20 %), l’eau étant vraisemblablement figée par le gel du sous-sol. C’est aussi en 4A que l’humidité de l’air (humidité relative) connaît son apogée (81 %), bien que la moyenne annuelle reste globalement modérée mais dominante (78 %). L’importance de cette phase de refroidissement est liée à la présence d’espèces boréales (Lemming à collier, Dicrostonyx torquatus et Campagnol nordique, Microtus œconomus) mais surtout à la raréfaction des espèces tempérées (Mulots et Lérot).

92L’ensemble de ces observations et conclusions rejoignent les remarques des palynologues. Incontestablement, il existe une brutale et intense période de refroidissement au cœur de la biozone tempérée de Bölling. Les datations et la nature de l’industrie ne permettent pas de la placer ailleurs.

93Bien que la couche 3 soit plus riche que 4A en espèces boréales (viennent s’ajouter : Sorex minutissimus, Lepus timidus, Ochotona pusilla, Marmota bobak), les courbes sont peu affectées en raison d’une plus grande abondance des espèces tempérées. Cet épisode censé représenter le Dryas II passe donc ici pratiquement inaperçu si ce n’est en consultant la liste des taxons.

94Cette même transparence affecte la couche 2 attribuée à l’Alleröd où les espèces sont relativement banales. Le caractère tempéré est surtout mis en évidence par l’absence d’espèces boréales, mais comme la liste des taxons s’appauvrit considérablement, les caractéristiques climatiques de l’Alleröd (chaleur et sécheresse) s’en trouvent estompées.

95Le Dryas III n’est pas mieux personnalisé. Cette période d’ordinaire particulièrement froide reste pauvre en espèces et quand elle s’enrichit dans sa dernière phase 1B, c’est avec des taxons tempérés et forestiers comme l’Écureuil roux (Sciurus vulgaris) et les gliridés (Loir, Lérot et Muscardin) et quelques reptiles (Lézard vert, Orvet, Couleuvre) et batraciens (Anoures et Salamandre tachetée). Ce cortège annoncerait plutôt le Postglaciaire.

96On remarquera dans plusieurs couches, la présence de rongeurs commensaux : Rat noir (Rattus rattus), Rat d’égout (Rattus norvegicus), Souris grise (Mus musculus). Leur présence reflète la « porosité » des dépôts de l’abri où ces animaux et leurs restes osseux ont pu pénétrer par forage ou par simple percolation entre les blocs. Cette situation se rencontre fréquemment dans les sites largement ouverts et nous l’avons observée à la Grotte des Romains (fouilles R. Desbrosse), à Thoys (fouilles R. Vilain - inédit) et au Trou du Diable à Mâlain (Côte-d’Or), fouilles P. Buvot (Buvot, Martin, 1992).

97Il est bien regrettable que les micro-vertébrés de La Fru ne répondent pas à ce que l’on attend d’eux habituellement : la description de l’environnement. La responsabilité en incombe avant tout au type même d’habitat en abri largement ouvert qui subit les aléas des phénomènes périglaciaires (solifluxion, bioturbation, infiltrations) et également des interventions humaines d’aménagement (nivellement du sol, creusement de fosses pour les foyers ou forage de trous de poteaux).

98Le point le plus positif est la similitude de constat avec la palynologie d’une séquence très nette de refroidissement à l’intérieur de la période tempérée du Bölling.

Vénérieu - Grotte de la Garenne (Isère) (tabl. 16 ; fig. 8)

99La Grotte de la Garenne, ouverte à 300 m d’altitude dans le massif de l’Île Crémieu, a beaucoup souffert de sa situation géographique relativement proche de grandes zones urbaines. Toute la partie supérieure du remplissage a fait l’objet de grattages répétés de la part de fouilleurs clandestins, sur un mètre d’épaisseur. C’est sur 1,20 m que Michel Billard a pu développer ses fouilles avant d’atteindre les argiles litées stériles (inédit).

100Comme on peut en juger dans le tableau de répartition, la microfaune est abondante et particulièrement variée et de surcroît dans un parfait état de conservation. Ces divers critères ont permis l’élaboration de diagrammes climatiques et écologiques dont nous tentons une première analyse globale.

image

Fig. 8A à 8F. Vénérieu (Isère), Grotte de la Garenne. Diagrammes climatiques et écologiques (explications complémentaires sous la figure 2). Site de faible altitude et en marge de la zone préalpine mais largement avec l’emprise de l’extension glaciaire qui a atteint Lyon. Son remplissage de faible ampleur à beaucoup souffert de la proximité des zones urbaines.

Analyse globale des diagrammes

A. Températures

101La moyenne annuelle des températures, après avoir marqué une nette décrue en C2bs, s'élève progressivement jusqu'à notre époque, passant de 5° au plus bas à 12° actuellement.

102On remarque un léger décalage entre les données actuelles, qu'elles proviennent de la station météorologique de Lyon - Bron (ActMto) ou qu’elles soient déduites de l'ensemble des stations couvertes par la microfaune (Act µƒ) ; écarts logiques en quelque sorte, les premières étant ponctuelles et enregistrées sous abri et les autres déduites des aptitudes écologiques des espèces, plus disparates et naturellement moins favorables.

103Les couches 1 et 1a, bien que récentes (présence de vestiges gallo-romains), ne marquent guère de différence avec les couches profondes car elles ont subi des remaniements dus à des forages de terriers. On y trouve encore des ossements de Campagnol nordique (Microtus œconomus). Inversement, bien que n'entrant pas dans les décomptes en raison de son comportement commensal, on remarque la présence du Rat noir (Rattus rattus) dans les couches tardiglaciaires.

B. Précipitations

104L'abondance des précipitations (G) reste sensiblement constante tout au long du remplissage. On note cependant une nette recrudescence tant en ce qui concerne la quantité que la fréquence (H) en période actuelle, sur la station météo de Lyon-Bron (ActMto). Il semblerait que la fréquence des orages sur la région lyonnaise soit à l'origine de cet accroissement des précipitations sur la station.

105La durée de l'enneigement (I) est maximale en C2bs dans la phase de température la plus basse notée dans le diagramme A, bien que les précipitations y marquent un léger fléchissement. De toute évidence, il se réduit considérablement, passant de trois mois en période périglaciaire à un mois dans l'Île Crémieu et douze jours à Lyon actuellement. L'humidité au sol (Q) est maximale au cours du réchauffement (C2a) qui suit la phase la plus froide. Cette humidité s'amenuise progressivement jusqu'à l'époque actuelle où elle devient minimalecomme le confirme le diagramme D.

C. Ambiance

106Le brouillard (L) et la nébulosité (M) restent sensiblement constants dans les niveaux profonds. Ils fléchissent légèrement aux époques récentes. Les données de la station météode Lyon affichent au contraire une recrudescence de ces deux paramètres, à l'inverse de la microfaune actuelle de l'Île Crémieu qui marque une décrue. Cette différence pourrait se justifier par la distance séparant ces deux zones de la plaine du Rhône et l'altitude plus forte de l'Île Crémieu.

107La période de gel (N), comme le laissait prévoir la courbe des températures du Diagramme A, est maximale en C2bs et minimale à notre époque. L'ensoleillement (R) varie assez peu et montre un léger fléchissement en C2bs pour s'améliorer ensuite, jusqu'à nos jours. La végétation arborescente (P) suit grossièrement l'évolution de l'ensoleillement et se voit confirmée par l’histogramme de la futaie (W) du diagramme E.

D. Humidité relative

108L'humidité relative précise la moiteur de l'air à sept heures du matin. Les valeurs sont relevées dans la littérature climatologique. Elles font l'objet d'un diagramme séparé. À titre indicatif, il faut savoir que le taux d'humidité de l'air en Europe est le plus souvent situé entre 60 et 80 %. On conçoit aisément que la seule courbe des moyennes annuelles (K) n'affichera pas de variations sensibles. Seules les courbes des maxima (Ks) et des minima (Ki) permettent de juger des variations. Le seul point remarquable se situe au niveau de C2bs où la courbe des minima (Ki) marque un net fléchissement. Il met en évidence le phénomène climatique bien connu selon lequel les milieux continentaux connaissent la plus grande sécheresse atmosphérique. On peut considérer cette variation comme relativement importante dans une région où l'influence atlantique reste permanente mais faible.

E. Couvert végétal

109Le type « pelouse » (S) est à son maximum durant la phase périglaciaire. Il est minimal aux époques récentes au profit du domaine forestier (W). Les proportions de prairies (T) restent sensiblement constantes. Les pourcentages de broussailles (U) et taillis (V) sont pratiquement identiques sur l'ensemble de la stratigraphie.

F. Hygrométrie du sol

110Les terrains secs (AA) ont des proportions constantes durant la phase périglaciaire et se réduisent lors du réchauffement succédant à la phase froide C2bs ; ils se développent dans les périodes récentes répondant logiquement à la réduction des précipitations constatée dans le diagramme B (courbe G). Les sols meubles et frais (AB) sont les mieux représentés et leurs proportions varient au gré du développement des tourbières et marécages (AC) en période froide et des sols secs à l'époque récente.

111Il est remarquable, mais logique, qu'au cours de la phase la plus froide (C2bs) les eaux stagnantes (AD) et courantes (AE) soient réduites au minimum, vraisemblablement sous l'effet du gel. L'importance des tourbières, en période froide, peut traduire un effet saisonnier de dégel estival. Ultérieurement, le réchauffement, provoquant le dégel, permet l'extension des étangs et surtout une amplification progressive de l'eau courante (AE).

112La précision du ramassage, l'abondance et le parfait état de conservation des vestiges permettent, à l'aide d'une méthode quantitative adaptée, de déceler des variations écologiques très sensibles sur un laps de temps relativement bref. Compte tenu de l'abondance des taxons et de la faible épaisseur du remplissage, tout pouvait, sans une grande rigueur de prélèvement, se confondre d'une couche à l'autre. C’est aussi pour cette raison que sera tentée une interprétation plus détaillée de ces données.

Essai d’interprétation

113Le minutieux découpage de la stratigraphie permet de déceler les variations thermiques à l’intérieur même du Dryas I.

114Au-dessus de la couche 3 argileuse et varvée, réputée stérile, la couche 2c est décrite comme un cailloutis à blocs aéré dont le contenu faunique paraît être un mélange de deux couches climatiquement assez différentes. La présence du Rat noir (Rattus rattus) confirmerait cette « porosité ». L’abondance des espèces tempérées neutralise l’influence des espèces continentales sur le profil des courbes. Le contenu faunique des sous-niveaux 2cs et 2cp peut être inséré dans 2c sans crainte de voir les diagrammes modifier leur silhouette.
Comme très souvent dans de nombreux gisements, il semble bien que ce soit en période de fort réchauffement que se soit constitué l’amas de grands blocs de la couche 3 ayant provoqué l’ouverture de la caverne et permis la pénétration des faunes tempérées auxquelles se sont mêlées ultérieurement les faunes froides, sous l’effet de bioturbation ou de simple percolation dans les interstices séparant les blocs.

115La couche 2c et ses sous-niveaux appartiendraient à la phase finale de l’interstade de Lascaux. Certains auteurs prônent l’existence d’un Pré-Bölling et nous avons pu constater l’existence à La Fru d’une brève période très froide scindant le Bölling en deux sous-phases tempérées. Sans datation isotopique et sans information sur les éventuelles industries recueillies, il n’est guère possible de se forger une opinion. Toutefois, il semble que l’ampleur des variations fauniques et environnementales soit beaucoup trop importante pour simuler une simple nuance climatique à l’intérieur d’une séquence interstadiaire.

116La couche 2bs, datée de 13 150 BP, est attribuée au Dryas I. C’est sur elle que s’impriment les stigmates du froid le plus intense. On sait que l’extension glaciaire et ses formations morainiques ont amplement dépassé à l’ouest la localité de Vénérieu mais il est surprenant de constater, comme en altitude (à Saint-Thibaud-de-Couz comme à La Fru), une raréfaction des taxons, aussi bien de rongeurs, d’insectivores que de chiroptères sur ces séquences de froid extrême. Peut-on évoquer, à si basse altitude, l’obstruction de l’entrée de la caverne ? Ce fait est d’autant plus étonnant que simultanément, le cortège s’enrichit de reptiles… La composition faunique de 2b est identique à celle de 2bs.

117La couche 2a enregistre à la fois un appauvrissement en rongeurs continentaux (hormis le Lemming à collier) et en reptiles, mais s’enrichit en batraciens. Ce fait se traduit par une élévation des températures annonçant le Bölling que doit matérialiser la couche 1 sur laquelle se sont arrêtées les investigations clandestines. La liste des espèces s’appauvrit énormément. Elle perd la presque totalité des campagnols et en particulier le Lemming à collier et ne conserve accidentellement que le Campagnol nordique. Dans leur majorité, les reptiles et les batraciens ont fui pour ne laisser que deux grenouilles et un crapaud (Rana dalmatina, Rana temporaria et Bufo calamita) ainsi que la Vipère péliade (Vipera berus).

118Dans ce contexte on constate, avec un faible fléchissement des températures, une réduction du nombre de jours de gel et de l’enneigement. La végétation sylvestre évolue sensiblement dans le même sens que les températures. Très logiquement, l’importance des arbres décroît dans le Dryas I puis tend à s’accroître sous l’effet du réchauffement et se stabiliser au Bölling. En dépit de sa pauvreté, la couche 1a semble plus fiable que l’ensemble de la couche 1 comprenant plusieurs sous-niveaux et ayant été partiellement mélangée, comme en témoigne la présence anormale du Campagnol nordique.

119Cette couche 1, censée représenter le Bölling par sa position chronologique relative à 2bs, marque nettement un réchauffement accompagné logiquement d’une réduction de l’enneigement et de la période de gelées. La pluviosité reste stable, mais la durée décroît légèrement. Les sols secs ou dénudés sont en régression au profit des sols frais de prairie. Les zones détrempées (tourbières, étangs et cours d’eau) conservent leur importance. Cette sécheresse relative semble paralyser l’évolution de la futaie en dépit de l’élévation de température. Cette situation profite aux taillis et aux broussailles. L’humidité de l’air s’accroît à peine, tout comme la nébulosité, les orages et l’ensoleillement.

120On peut en conclure que durant le Bölling, si la mauvaise saison s’adoucit, la période estivale ne semble pas connaître une très chaleureuse ambiance.

121Chronologiquement, le remplissage de la Grotte de la Garenne couvre un faible laps de temps et les variations climatiques affectant chaque sous-niveau sont intéressantes à observer pour caractériser écologiquement les biozones du Dryas I et du Bölling.

Saint-Thibaud-de-Couz (Savoie) – Grottes Jean-Pierre 1 et 2 (tabl. 17 ; fig. 9)

122Les Grottes Jean-Pierre furent ouvertes accidentellement par des travaux de carrière à 25 m au-dessus du fond de la vallée et à une altitude de 500 m. Les fouilles entreprises par P. Bintz, A. Bocquet, R. Desbrosse et P. Lequatre s’étalèrent sur quatre campagnes de 1969 à 1974 (Bocquet et alii, 1973).

image

Fig. 9A à 9F. Saint-Thibaud-de-Couz (Savoie), Grottes Jean-Pierre 1 et 2. Diagrammes climatiques et écologiques (explications complémentaires avec la figure 2). Comme à La Fru, la stratigraphie couvre l’ensemble du Tardiglaciaire.

123L’étude de la microfaune se limite à celle des rongeurs par J. Chaline (1981 et 1994), dont nous utilisons les données pour les comparer aux sites voisins du Tardiglaciaire. La liste des oiseaux, déterminés par C. Mourer-Chauviré et figurant dans sa thèse (1975) pour la Grotte sud (J.P.1), n’est pas conservée, l’avifaune n’entrant pas dans notre processus d’étude de l’environnement. Les études palynologiques approfondies de M. Girard et alii (1981) ont servi de base à une chronologie relative très affinée.

124Les rongeurs sont abondants pour un faible nombre de taxons et se caractérisent pour la majorité par une grande pérennité. Sur dix espèces reconnues, deux seulement vivent actuellement sous climat boréal : le Campagnol des hauteurs (Microtus gregalis) et le Campagnol nordique (Microtus oeconomus). Seul ce dernier assure une présence constante de la couche 10 à la couche 6B1. Microtus gregalis pour sa part n’apparaît que deux fois dont une durant la période du Bölling et une dernière fois dans le Dryas II. On peut leur associer par indulgence le Grand Hamster (Cricetus cricetus) qui fréquente les steppes d’Europe centrale et disparaîtra bientôt de France où il ne survit plus qu’en Alsace. Toutes les autres espèces sont encore fréquentes dans nos contrées.

125 Cette situation transparaît dans le diagramme des températures où les variations sont de faible amplitude. Il est remarquable cependant qu’en dépit des indentations de la courbe, les basses températures s’adoucissent de -10 à -5° C de la couche 10 à la couche 5c. La même amélioration s’observe sur la courbe des températures moyennes annuelles.

126 Les oscillations thermiques sont confirmées par d’autres paramètres enregistrés dans le diagramme des précipitations (B) et celui de l’ambiance (C). En particulier, on constate qu’à la couche 10, modérément tempérée (7° C de moyenne annuelle), correspond un enneigement de 85 jours et 153 jours de gel par an. Ces conditions s’aggravent dans la couche 9, tant pour la température moyenne que pour son influence sur les autres paramètres.

127Les deux séquences de refroidissement (couches 7 et 9) sont accompagnées des plus grands écarts saisonniers (histogramme D) dépassant 31° C et attestant le caractère continental de ces deux phases climatiques. La couche 9 représenterait le Dryas I et la couche 7 le Dryas II, encadrant la période tempérée du Bölling.

128Dans la couche 6, la température s’élève progressivement et les périodes de gel et d’enneigement diminuent considérablement ainsi que le pourcentage d’espèces hygrophiles (Q). Cette période appartiendrait à l’Alleröd.

129La couche 6B1, qui voit le dernier passage du Campagnol nordique, semble appartenir au début du Dryas III plutôt qu’au pléniglaciaire car l’intensité du froid caractéristique de cette ultime phase glaciaire est réduite même dans la faune aviaire particulièrement riche ici en petits passériformes. Quelques formes à tendance continentale comme la Chouette de Tengmalm, la Sarcelle d’hiver, le Hibou des marais, le Pic à dos blanc et la Mésange boréale sont présents. Mais il manque la célèbre Chouette harfang (Mourer-Chauviré, 1975).

130Tout ne coïncide donc pas pour les rongeurs avec les biozones polliniques. On observe fréquemment un décalage temporel. Plusieurs éléments naturels peuvent le justifier :
- la proximité du massif alpin imprime d’emblée un caractère continental à la faune locale, même en période interstadiaire et les écarts s‘estompent en période de refroidissement ;
- les espèces boréales évoluent le plus souvent à basse altitude, même ledit Campagnol des hauteurs habituellement très abondant, dont les colonies demandent de l’espace et recherchent les sols meubles des steppes ou les alpages des contreforts himalayens ; à Saint-Thibaud, comme à La Fru, ce genre de milieu est particulièrement restreint, voire inexistant ;
- ces espèces associées aux formes locales influencent peu les courbes thermiques et l’amplitude reste faible car les facultés adaptatives des espèces continentales ne sont pas très différentes de celles des formes montagnardes ;
- les phases périglaciaires engendrent la formation de dépôts de névés et de glace entraînant la fermeture des cavernes et provoquant la raréfaction des amas de proies comme de leurs prédateurs ; d’où l’appauvrissement ou la stérilité des dépôts glaciaires, voire la présence de nombreux hiatus quand le froid devient trop intense.

131Si les dix rongeurs se montrent moins fiables dans l’interprétation climatique que les centaines de pollens, ils confirment fréquemment leurs résultats et apportent des informations écologiques complémentaires intéressantes.

Pour un essai de synthèse

132Si la mobilité de la faune est un avantage pour montrer de sensibles variations environnementales à l’intérieur d’un site ou de la stratigraphie, c’est aussi un inconvénient pour comparer les gisements entre eux car la différence orographique ou climatique modifie les cortèges fauniques même synchrones et géographiquement proches. En dépit de ces incertitudes, on tente de classer, en les intriquant, les sites et éventuellement leurs niveaux avec l’appui des dates 14C.

133Les biozones définies par les palynologues n’ont pas de limites chronologiques précises mais définissent des fluctuations thermiques assez importantes pour mettre en évidence les modifications du paysage. Les variations végétales influent directement sur la présence des rongeurs, l’humidité sur celle des batraciens, la chaleur et la sécheresse sur celle des reptiles et tous sont concernés par les températures.
L’association de ces divers groupes et leur potentiel permettent une approche assez précise des qualités climatiques et environnementales.

Diagrammes de synthèse (tabl. 18 ; fig. 10A, 10B, 10C)

134Climatiquement comme géographiquement, les onze gisements précédemment décrits appartiennent à la même région et la majorité, quant au relief, à l’étage de la moyenne montagne. Ainsi peut-on considérer qu’il existe entre eux une relative homogénéité. Cette situation nous incite à tenter un enchaînement chronologique de l’ensemble des sites selon les données 14C ou le type d’industrie. Afin d’éviter un chevauchement des données et une surcharge des diagrammes, les écarts-type n’y sont pas matérialisés. La majorité des données 14C (tabl. 18) émane des récentes données acquises par le PCR sur le Tardiglaciaire des Alpes du Nord dirigé par G. Pion (Pion, Mevel dir., 2009).

135L’analyse ne concerne que les caractères climatiques ayant une portée au moins régionale. Les paramètres singuliers comme le brouillard, le type de végétation ou la densité de l’humidité au sol subissent des variations locales en fonction de la qualité du sol ou de l’orientation du site et dépendent plus des conditions orographiques que des conditions générales du climat.

136Par ces conditions géographiques - bas montagnardes par l’altitude et semi-continentales, par l’éloignement de l’océan - l’ensemble des sites porte un cachet climatique particulier bien reflété par les courbes thermiques :
- une moyenne des températures annuelles qui reste basse (entre 3 et 10° C),
- une moyenne des températures du mois le plus chaud fixée entre 19 et 23° C,
- des variations d’amplitudes de la courbe du mois le plus froid supérieures à celles des autres courbes,
- des écarts de températures été/hiver très rarement inférieurs à 25° C (une seule fois sur l’ensemble).

137Sachant que les phases climatiques continentales enregistrent toujours des écarts saisonniers d’au moins 30° C, on voit ici qu’avec plus de 25° en permanence, on est bien dans une zone de climat sub-continental ou semi-montagnard, en raison de l’altitude collinéenne.

138Les précipitations font également l’objet d’une analyse globale ayant une portée pour le moins régionale. Leur abondance avoisine celles des chutes actuelles. Leur fréquence est trop importante pour évoquer les régions continentales et trop réduite pour simuler un type océanique. Elles caractérisent ainsi un statut particulier sub-montagnard ou collinéen.

139L’enneigement est assez important et ses pics d’abondance coïncident avec les maxima des biozones périglaciaires. Dans le diagramme 10C, la courbe de gel (N) conforte également cette position des biozones polliniques.

140Le diagramme de l’ambiance climatique (fig. 10C) affiche quelques paramètres secondaires (nébulosité, ensoleillement, gel) complémentaires des deux autres diagrammes. On remarque que le ciel reste couvert un jour sur deux. Les journées de beau temps réduisent considérablement les périodes de gel.

141Une dernière particularité propre à cette région accidentée de moyenne montagne est le maintien d’une végétation arborescente en dépit d’une température moyenne annuelle assez basse susceptible de limiter la germination et le développement de la plante. Le pin résiste le mieux à ces conditions rigoureuses, ce qui expliquerait que les micromammifères forestiers soient le plus souvent minoritaires, sauf lors de périodes de réchauffement interstadiaires.

142Trois diagrammes reprennent les valeurs des divers sites précédemment décrits et les classent en les imbriquant selon leur position chronologique.

Diagramme de synthèse des températures (fig. 10A)

143Le premier graphique concerne les températures. Les courbes traduisent les moyennes annuelles des températures des mois les plus chauds (B), les plus froids (C) et la moyenne générale (A). L’histogramme (D) représente l’écart entre les mois les plus chauds et les mois les plus froids de l’année que l’on assimile à l’écart été-hiver.

image

Fig. 10A. Tardiglaciaire préalpin. Essai de diagramme de synthèse rassemblant en les imbriquant chronologiquement les données climatiques des divers gisements (explications complémentaires avec la figure 2 et dans le texte).

144Comme il a été dit dans l’étude individuelle des gisements, les phases froides sont peu marquées sur les niveaux des sites d’altitude car les dépôts périglaciaires devaient gêner sinon interdire leur pénétration et provoquer un hiatus dans l’apport de faune. Inversement, en période de réchauffement, faunes tempérées et boréales tendent à se télescoper, les premières venant reconquérir un espace libéré et les secondes cherchant à compenser la dégradation de leur biotope en fond de vallée. De ce fait, la sinuosité des courbes tend à s’adoucir. On remarque en particulier que la courbe des températures élevées (B) n’a que peu de relief. Celle des moyennes annuelles (A) accentue les amplitudes, mais c’est sur la courbe des températures minimales (B) qu’elles sont le plus marquées. Elles ne font pourtant que creuser les indentations enregistrées par les moyennes annuelles.

145Les biozones tempérées ou fraîches sont relativement bien marquées. Elles sont également soulignées par l’accroissement ou la réduction des écarts entre bonne et mauvaise saison (D). Les phases froides sont caractérisées par les écarts importants, comme actuellement dans les régions à climats continentaux, qui sont réputés pour l’ampleur de leurs écarts saisonniers (été torride et hiver glacial) atteignant et dépassant fréquemment 40° C comme à Irkutsk (48,1°) ou Iénisséisk (50,7°).

146L’application de la méthode d’écologie quantifiée sur les sites fossiles montre des variations similaires : larges écarts lors des phases périglaciaires et faible amplitude en période interstadiaire. Les mêmes bases chiffrées permettent le calcul d’un « degré de continentalité » comme le font les climatologues (Arléry et alii, 1973) et coïncidant avec nos relevés. Il n’est pas possible de le développer ici, mais on le retrouvera dans la publication de la méthode d’écologie quantifiée, actuellement sous presse.

147Les observations réitérées sur de nombreux sites montrent que les écarts été/hiver supérieurs à 30° C appartiennent au climat continental ; 20 à 30° caractérisent un milieu tempéré frais ; 12 à 20 °C traduisent un climat méridional, et des écarts inférieurs à 12° C appartiennent aux régions méditerranéennes et subtropicales, avec des variations locales imputables, dans nos régions, à l’influence océanique réduisant le degré de continentalité.

Diagramme de synthèse des précipitations (fig. 10B)

148Dans l’ensemble les précipitations (G) sont moyennes (60 cm par an), proches des quantités actuelles, et leur durée s’étale entre 130 et 140 jours (H) qui traduit un régime plus régulier que violent. Apparemment, les ondées n’alimentent pas de réserves d’eaux stagnantes, sans doute en raison du relief car le pourcentage d’espèces hygrophiles (Q) ne répond pas régulièrement ni à l’abondance ni à la fréquence des précipitations.

149La durée de l’enneigement (I) et celle du gel (N) suivent systématiquement les variations des températures minimales et confirment les phases froides du Dryas en les confortant dans leur position et leur extension.

image

Fig. 10B. Tardiglaciaire préalpin. Essai de diagramme de synthèse rassemblant en les imbriquant chronologiquement les données climatiques des divers gisements (explications complémentaires avec la figure 2 et dans le texte).

Diagramme de synthèse de l’ambiance (fig. 10C)

150Le diagramme de l’ambiance (C) rassemble des paramètres importants mais plus disparates. La nébulosité (M), comme il se doit, évolue sensiblement en sens inverse de l’ensoleillement (R). La même opposition se manifeste entre ce dernier paramètre et le nombre de jours de gel (N) et la durée de l’enneigement (I), mais avec une amplitude beaucoup plus réduite.

image

Fig. 10C. Tardiglaciaire préalpin. Essai de diagramme de synthèse rassemblant en les imbriquant chronologiquement les données climatiques des divers gisements (explications complémentaires avec la figure 2 et dans le texte).

151La courbe de la végétation forestière (P) se caractérise ici par une grande instabilité. Elle répond aux rigueurs périglaciaires le plus souvent brusquement et intensément en réduisant son importance. Elle n’est sans doute pas totalement indépendante de l’orientation des sites selon l’exposition à l’adret ou à l’ubac.

152Les diagrammes globaux présentant en détail la végétation et l’hygrométrie du domaine des espèces n’ont pas été tracés car ils concernent étroitement chacune des localités dans une aire très réduite dépendant du microclimat local et ne présentant pas un grand intérêt dans le cadre d’une vision régionale.

Conclusion

153La situation géographique des gisements à proximité du massif alpin confère à l’ensemble une relative homogénéité climatique en dépit de quelques disparités orographiques. Les points les plus remarquables concernent les températures qui mettent en évidence une indéniable continentalité du climat : les moyennes annuelles des températures restent basses (entre 5 et 10° C) et les maximales estivales entre 20 et 23° C. Inversement, les écarts saisonniers sont toujours supérieurs à 25° C avec des maxima de plus de 30° C lors de phases périglaciaires et caractéristiques des régions continentales où elles sont le plus souvent dépassées. Ces périodes de refroidissement sont peu évidentes car les conditions naturelles habituelles portent déjà le cachet montagnard.

154Les conditions pluviométriques participent également à la définition paléoécologique de cette période sous un aspect particulier. Les ondées sont fréquentes et affectent régulièrement près de cinq mois de l’année, mais la quantité reste dans les normes actuelles nationales (environ 60 cm par an), avec une réduction de 5 à 30 % au cours de phases de refroidissement. L’enneigement, par ses pics, souligne nettement ces phases périglaciaires. Quant aux valeurs reprises dans le diagramme de l’ambiance, elles sont essentiellement complémentaires de celles des autres diagrammes : la nébulosité comme l’ensoleillement se maintiennent aux environs de 50 % de leur efficacité, ce qui peut expliquer le niveau peu élevé des températures et une fréquence des gelées jamais inférieure à quatre mois.

155L’abondance des sites et des données, la proximité chronologique des dépôts ne nous ont pas permis de retrouver des courbes de comparaison parmi les courbes de référence palynologiques ou isotopiques de l’Oxygène obtenues des carottes de glaces polaires. Cette situation nuit sans aucun doute à la crédibilité de nos résultats, mais nous n’y pouvons rien changer. Comme le souligne P. Mellars (1995, p. 26), durant cette période les variations climatiques sont si brèves, si proches et parfois si peu marquées qu’elles entraînent une certaine confusion que les écarts-types des datations isotopiques ne peuvent plus séparer (on notera en particulier que dans cet ouvrage, les datations accompagnant les données du graphique sont très éloignées de celles utilisées couramment pour cette période, sans toutefois modifier le profil des courbes). Sur les 4 000 ans que couvre cette étude, les 45 prélèvements décryptés sont étroitement liés et ne parviennent pas à s’insérer dans le schéma des courbes GRIP (Bard et alii, 2004), bien que respectant les tendances majeures. Le plus étroit rapprochement pourrait se faire avec la courbe palynologique et entomologique élaborée sur les données du site des Échets (Guiot et alii, 1993), mais comme pour les courbes GRIP la fréquence des prélèvements ne permet pas une étroite coïncidence et une réalisation technique comparative.

156Si l’on envisage tous les aléas de taphonomie, de récupération, de tamisage, de tri, de détermination, de références géographique, chronologique, climatique, écologique, éthologique, biologique et de prédation affectant les vestiges de microfaune, nous pensons que les résultats obtenus sont assez cohérents et satisfaisants et que la méthode utilisée pour les obtenir est relativement fiable, bien que perfectible. C’est bien amèrement que j’évoque le regret que sa publication ait tardé à voir le jour pour des raisons techniques.

157Remerciements
C’est à Gilbert Pion, dirigeant le PCR sur « la fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes françaises et le Jura méridional », que s’adressent mes plus vifs remerciements. Son aide et sa confiance m’ont permis de réaliser ce travail. C’est à lui que je dois la liste des récentes datations 14C réservées au PCR et qu’il a bien voulu me laisser utiliser pour valoriser mes résultats.

image

Tabl. 1. Tardiglaciaire préalpin. Liste des sites à microfaune étudiés. Les abréviations de noms de sites (colonne 2) sont utilisées dans les diagrammes de synthèse, en fin de texte.Les datations 14C sont pour la plupart reprises du PCR sur le Tardiglaciaire préalpin (Pion, Mevel dir., 2009).

image

Tabl. 2. Liste des microvertébrés reconnus dans les divers gisements. Leur position stratigraphique est reprise dans chaque site d’origine. Certains sites comme la Chênelaz ou La Fru sont complétés par des séries n’appartenant pas au Tardiglaciaire. Par contre les listes très riches d’oiseaux n’entrant pas dans notre étude paléoécologique ont été retirées des listes de faunes.

image

Tabl. 3. Liste des espèces de microvertébrés rencontrés dans le Tardiglaciaire préalpin accompagnées de leur potentiel climatique utilisé pour l’élaboration des divers diagrammes. Le nombre placé en première ligne de chaque série (n) représente le nombre de stations météorologiques ayant fourni des données trentenaires caractérisant l’espèce considérée. Remarquer que chaque espèce présentant un écart de température été/hiver supérieur à 30° C est un taxon climatiquement continental. – Les lettres (A à R) placées en tête de colonne symbolisent les courbes que l’on peut retrouver dans les diagrammes.

Le tableau est morcelé par groupes fauniques. 3a : Campagnols ; 3b : autres Rongeurs et Lagomorphes ; 3c : Insectivores ; 3d : Chiroptères ; 3e :Amphibiens ; 3f : Reptiles.

image

Tabl. 4. Liste des espèces de microvertébrés rencontrés dans le Tardiglaciaire préalpin et le potentiel écologique estimé de leur biotope. Les lettres placées en tête de colonne symbolisent les histogrammes et courbes figurés dans les diagrammes. Les colonnes P et Q indiquent pour chaque espèce le pourcentage de fréquentation de l’espèce pour un type de milieu (boisé ou humide).

image

Tabl. 5. Exemple de données climatiques enregistrées durant trente années dans une station météorologique (ici : Moscou). Certaines ne sont pas reprises, n’étant pas elles-mêmes systématiquement retenues uniformément par toutes les stations. Pour des raisons pratiques quelques valeurs ne peuvent pas être utilisées sous leur forme brute et nécessitent des aménagements : % de nébulosité, nombre de jours sans gel, nombre d’heures de soleil par an, écart journalier de températures remplacé par l’écart saisonnier, Dew point (point de rosée des régions semi-désertiques) recalculé en humidité relative, précipitations données en mm/an et reprises en cm/an, tout ceci pour une meilleure visualisation.

image

Tabl. 6. Exemple de données climatiques relevées à la périphérie du domaine géographique d’une espèce (ici : le Campagnol roussâtre, Clethrionomys glareolus). L’ensemble des données des dix-neuf stations permet de caractériser le potentiel climatique de l’espèce (cf. tableau 3a). Le processus a été repris pour les 146 espèces eurasiatiques du corpus. Ces données permettent la réalisation du tableau 3.

image

Tabl. 7. La Balme (Savoie), Grotte du Seuil des Chèvres. Répartition de la microfaune.

image

Tabl. 8. Virignin (Ain), Grotte des Romains. Répartition de la microfaune.

image

Tabl. 9. Choranche (Isère), Grotte de la Balme Rousse. Répartition de la microfaune.

image

Tabl. 10. Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme), Grotte des Freydières. Niveau unique. Liste de faune et données climatiques et écologiques.

image

Tabl. 11. Poncin (Ain), Abri Gay. Niveau unique. Répartition de la microfaune et données climatiques et écologiques.

image

Tabl. 12. Méaudre (Isère), Grotte de la Passagère. Niveau unique. Liste de faune et données climatiques et écologiques.

image

Tabl. 13. Hostiaz (Ain), Grotte de la Chênelaz. Répartition de la microfaune.

image

Tabl. 14. Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme), Abri du Campalou. Répartition de la microfaune.

image

Tabl. 15. Saint-Christophe-la-Grotte (Savoie), Abri de la Fru. Répartition de la microfaune.

image

Tabl. 16. Vénérieu (Isère), Grotte de la Garenne. Répartition de la microfaune.

image

Tabl. 17. Saint-Thibaud-de-Couz (Savoie), Grottes Jean-Pierre 1 et 2. Répartition de la microfaune.

image

Tabl. 18. Tardiglaciaire préalpin. Situation chronologique des sites d’après les datations 14C et moyennes des températures annuelles des diverses séquences.

Bibliographie

Arléry R., 1979, Le climat de la France, Ministère des transports - Direction de la Météorologie, Paris, 131 p.

Arléry R., Grisollet H., Guilmet B., 1973, Climatologie : méthodes et pratiques, Paris, éd. Gauthier-Villars, 434 p. (Coll. Monographies de la météorologie nationale).

Bard E., Menot-Combes G., Rostek F., 2004, « Present status of present Carbon calibration and comparison records based on polynesian corals and iberian margin sediments », Radiocarbon, vol. 46 n° 3, p. 1189-1202.

Bintz P., Picavet R., 1994, « Le Mésolithique et la néolithisation en Vercors : évolutions culturelles et approche territoriale », in : Mésolithique entre Rhin et Méditerranée, Actes de la table ronde de Chambéry, 26-27 sept. 1992, Assoc. Départementale pour la Recherche Archéologique en Savoie, p. 59-74.

Bocquet A., Lequatre P., Bouchud J., Desbrosse R., 1973, « La Grotte et la faune des Freydières à Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme), gisement du Magdalénien final », Bull. de la S.P.F., t. 70 - Études et Travaux, p. 324-336.

Bonnamour L., Desbrosse R., 1965, « L’Abri Gay à Poncin (Ain) : bilan des fouilles anciennes », Bull. Soc. Linnéenne de Lyon, 34ème année, n° 10, p. 401-411.

Bonnamour L., Desbrosse R., 1966, « L’Abri Gay à Poncin (Ain) : fouilles 1965 », Bull. Soc. Linnéenne de Lyon, 35ème année, n° 7, p. 319-328.

Bouchud J., 1956, « La faune épimagdalénienne et Romanello-azilienne en Dauphiné », in : Bourdier F., Lumley H. de, Magdalénien et Romanello-azilien en Dauphiné, p. 177-187 (Bull. du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco, 3).

Brochier J.-E., Brochier J.-L., 1995, « Les sites magdaléniens et aziliens de la Grotte du Taï et de l’Abri du Campalou, à Saint-Nazaire-en-Royans, Drôme », in : Livret-guide de l’excursion ‘Préhistoire et Quaternaire en Vercors’, Vème congrès de l’U.I.S.P.P. - XIIème commission : Épipaléolithique et Mésolithique en Europe, Grenoble, 18-23 sept. 1995, p. 144-147.

Buvot P., Martin G., 1992, « Mâlain, la grotte du ‘Trou du Diable’ », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, t. XXXVI, 1990-1992, p. 201-232.

Campy M., Bintz P., Évin J., Laville H., Chaline J., 1994, « Sedimentary record in French karstic infillings during the last climatic cycle », Quaternaire, 5 (3-4), p. 157-163.

Chaline J., 1977, « Les Rongeurs au pilori ? Analyse critique des reconstitutions paléoécologiques en microthériodontologie », in : Laville H., Renault-Miskovsky J. éd., Approche écologique de l’Homme fossile, Paris, Univ. Pierre et Marie Curie, p. 77-81(Suppl. au Bull. de l’Assoc. Française pour l’Étude du Quaternaire, n° 47-1977).

Chaline J., 1981, « Tentative West-European rodents biozonation of the last glaciation », Quaternary studies,3, p. 5-13.

Chaline J., 1994, « Les rongeurs de la séquence climatique tardiglaciaire », Gallia-Préhistoire, t. 36, p. 205-209.

Chaline J., Brochet G., 1989, « Les rongeurs : leurs significations paléo-écologiques et paléoclimatiques », in : Campy M., Chaline J., Vuillemey M. dir., La Baume de Gigny (Jura), Paris, éd. du CNRS, p. 97-109 (XVIIème suppl. à Gallia-Préhistoire).

Corbet G.B., 1978, The Mammals of the Palearctic region : a taxonomic review, British Museum (Natural History), Cornell University Press, London, 313 p.

Desbrosse R., 1980, « Le Paléolithique du Jura méridional », Bull. de l’Assoc. Française pour l’Étude du Quaternaire, 1980-3, p. 135-142.

Desbrosse R., Margerand I., Patou-Mathis M., 1991, « Quelques sites préhistoriques à Marmottes du Tardiglaciaire dans les Alpes du Nord et le Jura méridional », in : Actes du 116e congrès des Soc. Sav., Chambéry, Pré- Protohistoire, p. 365-392.

Fabre F., 1964, « Les paléo-climats en Basse-Provence du Magdalénien V ancien à l’Azilien ancien », Bull. du Muséum d’histoire naturelle de Marseille, t. XXIV, p. 165-176, tabl. 1 dépliant.

F.R.A.P.N.A., Collectif, 1997, Atlas des Mammifères sauvages de Rhône-Alpes, Féd. Rhône-Alpes de Protection de la Nature, 303 p.

Girard M., 1974, Du Magdalénien à l’Azilien dans les Alpes et le Jura : palynologie et stratigraphie, Mémoire de Maîtrise spéc. Préhistoire, Univ. de Paris I, 159 p.

Girard M., 1976, « La végétation au Pléistocène supérieur et au début de l’Holocène dans les Alpes, le Jura, la Bourgogne et les Vosges », in : La Préhistoire Française, T. 1, p. 517-524.

Girard M., Bintz P., Bocquet A., 1981, « La végétation et les climats au Tardiglaciaire et à l’Holocène en Savoie d’après l’étude pollinique des grottes de Saint-Thibaud-de-Couz », Bull. de l’Assoc. Française pour l’étude du Quaternaire, 1981-2, p. 89-106.

Griggo Chr., 1996, « Établissement de courbes climatiques quantifiées à partir des communautés animales pléistocènes, suivi d’une application aux gisements de l’abri Suard (Charente) et la grotte de Bois-Ragot (Vienne) », Paléo, 8, p. 81-98, 6 fig., 9 tabl.

Guiot J., Beaulieu J.-L. de, Cheddadi R., David F., Ponel P., Reille M., 1993, « The climate in Western Europe during the last Glacial/Interglacial cycle derived from pollen and insect remains », Paleogeography, Paleoclimatology, Paleoecology, 103 (1993), p. 73-93.

Hernandez Fernandez M., Pelaez-Campomanes P., 2005, « Quantitative palatalisation inference based on terrestrial mammal faunas », Global Ecology and Biogeography,14, p. 39-56.

Hokr Z., 1951, « A method of quantitative determination of climate in the Quaternary period by means of mammals associations », Sbornik of the Geollogical Survey of Czechoslovakia, vol. XVIII, p. 209-218, 4 pl.

Jeannet M., Cartonnet M., 2000, « La microfaune de la Chênelaz (Hostias, Ain) : l’environnement et son influence sur la biométrie dentaire chez Arvicola terrestris (Rodentia, Mammalia) », Revue Paléobiol., 19-2, Genève, p. 475-492.

Landsberg H. E. éd., 1969-1984, World Survey of Climatology, Elsevier Publishing Company, Amsterdam, London, New-York, 15 vol.

Loebell A., 1979, Stratigraphie et sédimentologie de la Grotte des Romains, de l’Abri Gay et de l’Abri de la Colombière (Ain) : essai de climatologie du Tardiwürm et du Postglaciaire en Jura méridional, Thèse de 3ème cycle, Univ. Scientifique et Médicale de Grenoble, 160 p.

Lœbell A., 1980, « Les quinze derniers millénaires en Jura méridional : études sédimentologiques de trois sites », Bull. Assoc. Française pour l’Étude du Quaternaire, 1980-3, p. 143-153.

Marquet J.-Cl., 1994, Paléoenvironnement et chronologie des sites du domaine atlantique français d’âge pléistocène moyen et supérieur d’après l’étude des Rongeurs, Thèse de Doctorat d’État ès Sciences Naturelles de l’Université de Bourgogne, Dijon, 1989, Tours, éd. Mame, 345 p., 120 fig., 233 tabl., 6 pl. photo h.t. (Les Cahiers de la Claise, 2).

Martin S., 2004, Caractérisation de l’anthropisation à l’Holocène en Provence et en Languedoc oriental par les mollusques terrestres, Thèse de l’Université de Paris 1, Discipline : Environnement et archéologie, 429 p., 97 fig. 8 tabl., 37 annexes (listes et tabl. de répartition).

Mellars P., 1995, The Neanderthal legacy : an archeological perspective from Western Europe, Princeton, New-Jersey, Princeton University Press, 471 p.

Mourer-Chauviré C., 1975, Les oiseaux du Pléistocène moyen et supérieur de France, Thèse de Docteur d’État ès Sciences – Univ. Claude-Bernard, Lyon, 2 vol. 624 p.

Nicod P.-Y., Sordoillet D., Chaix L., 2000, « De l’Épipaléolithique à l’époque moderne sur le site du Seuil des Chèvres (La Balme, Savoie) », R.A.E., 49, p. 31-85.

Pion G., 1990, « L’abri de la Fru à Saint-Christophe (Savoie) », Gallia Préhistoire, t. 32, p. 65-122.

Pion G., Mevel L. dir., 2009, La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du Nord françaises et le Jura méridional : approches culturelles et environnementales, Paris, Soc. Préhistorique française, 198 p. (Mémoire de la Soc. Préhistorique Française, 50).

Ponel Ph., David F., Beaulieu J.-L. de, Guiot J., 1992, Calibration fine de la reconstitution climatique des 140 000 dernières années par l’utilisation des insectes fossiles, Contrat CEA BC 5537, 32 p.

Puisségur J.-J., 1976, Mollusques continentaux quaternaires de Bourgogne : significations stratigraphiques et climatiques, rapports avec d'autres faunes boréales en France, Paris, Doin, 241 p. (Mémoires géologiques de l’Université de Dijon, 3).

Vanbrugghe R., Bill J., 1968, « Grotte du Seuil des Chèvres à La Balme (Savoie) : fouilles de 1967 : premiers résultats », Bull. mensuel de la Soc. Linnéenne de Lyon, 37-4, p. 150-158.

Notes

1  Tous les tableaux ont été placés en fin de texte.

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Jeannet, « L’environnement tardiglaciaire préalpin : essai de restitution basée sur le potentiel climatique et écologique des microvertébrés », Revue archéologique de l’Est, Tome 58 | 2009, [En ligne], mis en ligne le 14 octobre 2010. URL : http://rae.revues.org/5499. consulté le 26 juin 2017.

Auteur

Marcel Jeannet

UMR 6636 ; MMSH, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix en Provence cédex 2 ; ou 2, rue du 19 mars 1962, 71850 Charnay-lès-Mâcon. Mail : m.jeannet.arpa.mf@wanadoo.fr

Droits d'auteur

© Tous droits réservés