Navigation – Plan du site
Articles
Dénes Gabler, András Márton et Estelle Gauthier

La circulation des sigillées en Pannonie d’après les estampilles sur sigillées lisses de Gaule, de Germanie et de la Région danubienne

p. 205-324
The circulation of sigillated pottery in Pannonia from an analysis of stamps on smooth sigillated pots from Gaul, Germany and the Danubian region
Der Umlauf der Sigillata in Pannonien, untersucht anhand von Stempeln der glatten Sigillata Galliens, Germaniens und der Donauprovinzen
Galliai, germániai és duna-vidéki terra sigillata edények forgalma Pannoniában a díszítetlen vázákon szereplő mesterbélyegek tükrében

Résumés

La céramique sigillée est bien souvent utilisée en archéologie pour dater les sites, mais elle donne également des informations sur les modes de vie et les capacités économiques des communautés consommatrices ainsi que sur relations commerciales interprovinciales.
Les estampilles sur les sigillées lisses sont des témoins précieux de l’organisation des ateliers et de la production. Leur utilisation a varié selon les régions et les époques, à la fois en fréquence (proportion des vases lisses estampillés) et en nature (types de vases signés, fonction de l’estampille, personne représentée).
Elles sont également un très bon indicateur des relations commerciales établies tour à tour entre les ateliers de Gaule, de Germanie, des régions danubiennes (choisis pour cette étude) et la Pannonie. Depuis les premières recherches faites en Pannonie à la fin du XIXe siècle jusqu’aux fouilles récentes, le corpus des estampilles s’est progressivement enrichi, notamment grâce aux études de grands sites tels que Carnuntum, Salla, Brigetio, Poetovio, Budaörs, Baláca, Páty, Aquincum, Gerulata, Gorsium, Vindobona, dont les sigillées ont parfois fait l’objet de publications systématiques.
Néanmoins, bien que le matériel soit de plus en plus riche, aucune synthèse n’a encore pu être faite pour la province entière. À l’heure actuelle, si l’on souhaite retrouver la distribution d’un potier en Pannonie, on est confronté au dépouillement d’une bibliographie dispersée et peu accessible. L’un des objectifs de cet article est donc de proposer un recueil regroupant les données pour l’ensemble de la province, qui pourrait notamment être utile aux chercheurs étrangers. 2043 estampilles sont présentées ici, environ la moitié avec leur reproduction. Chacune est identifiée et classée par potier, afin dans un second temps, de proposer une analyse fine de la commercialisation et de la consommation des sigillées provenant des ateliers occidentaux.
Une étude statistique et cartographique permet de retracer les évolutions des quantités d’estampilles en circulation dans la Province. La consommation des sigillées est tout d’abord appréhendée du point de vue des sociétés consommatrices. Il s’agit d’analyser les sites les mieux connus de Pannonie et de comparer l’arrivée des sigillées dans les différents types de communautés (civiles, militaires, indigènes, rurales, urbaines). On remarque qu’à certains moments, les communautés fortement liées économiquement et socialement à l’armée (notamment sur la ripa Pannonica), étaient celles qui avaient le plus grand pouvoir d’achat et présentaient la plus forte demande. Un lien étroit peut également être établi avec la position des centres urbains sur les principaux axes de diffusion des sigillées en Pannonie.
La question est ensuite abordée d’un point de vue chronologique afin de retracer l’historique de la commercialisation de la sigillée en provenance des différents groupes d’ateliers occidentaux. Quelques grands ateliers sont privilégiés pour le commerce en Pannonie (La Graufesenque particulièrement sous les règnes de Domitien et Trajan, Lezoux entre 140 et 170, Rheinzabern entre 180 et 250). Ils ont dominé successivement le marché pannonien, même si d’autres ateliers comme Banassac, les Martres-de-Veyre, Heiligenberg, Westerndorf et Pfaffenhofen ont également joué un rôle dans les importations.
Les changements survenus dans l’organisation de l’approvisionnement des marchés pannoniens sont bien sûr liés au dynamisme des ateliers, mais ils ont également été fortement influencés par la conjoncture à la fois économique, sociale et historique en Pannonie. Les événements militaires ont joué un rôle majeur : les guerres contre les Daces, qui ont suivi la sécurisation du commerce fluvial, la construction d’une ligne de fortifications sur la ripa, ont entraîné une concentration de l’armée sur le Danube et créé un contexte favorable pour le développement des importations depuis la Gaule du Sud par la voie danubienne. À l’inverse, les perturbations causées par les guerres des Marcomans et des Sarmates ont largement contribué à la sortie des productions lezoviennes des marchés pannoniens.
Dans d’autres cas, c’est la politique impériale qui a renforcé les communautés consommatrices, par exemple par les campagnes d’urbanisation sous le règne d’Hadrien (époque de développement des importations de Lezoux) et à l’époque sévérienne, ainsi que par toutes les faveurs et l’argent que les empereurs ont dépensé sur l’armée dans cette région qui avait une position stratégique (ce qui a eu pour effet la domination des sigillées de Rheinzabern dans les sites pannoniens).
À certaines phases de prospérité particulière, la demande était si importante qu’elle ne pouvait être entièrement satisfaite par les seules productions venues des ateliers dominant le marché ; cela a créé une ouverture pour l’arrivée des productions d’autres ateliers qui ont ainsi profité de ces circonstances favorables. C’est par exemple le cas des ateliers de Gaule de l’Est entre 135 et 160/165. Westerndorf et Pfaffenhofen ont également profité du second âge d’or de l’époque sévérienne et Pfaffenhofen était avantagée par sa position dans la même zone de taxation.
Toutes ces évolutions ont à leur tour influencé la structure des réseaux de diffusion de la sigillée par le développement de certains axes comme la route de l’ambre, la voie diagonale Aquincum-Poetovio et l’axe danubien. En parallèle, cela a influencé le dynamisme des centres de consommation situés sur ces axes : le développement de la voie danubienne a réduit l’importance de Neviodunum et Siscia situés sur les anciennes routes commerciales depuis l’Italie, tandis qu’il a favorisé le rôle d’Aquincum ou Carnuntum comme ports de commerce.
Les évolutions de l’intensité de la consommation de sigillée dans les centres urbains sont particulièrement visibles dans les proportions des estampilles provenant des différents groupes d’ateliers : la composition du mobilier varie fortement entre les sites du sud et de l’ouest de la province et ceux situés le long de la ripa.
Cette étude peut être complétée par une analyse des autres aspects de l’importation des sigillées en Pannonie, par exemple du point de vue de la consommation, les choix des types de vases (formes, taille, utilisation) dans les habitats et dans les nécropoles, ou bien du point de vue des fabricants, les relations commerciales des officina et des potiers.

The circulation of sigillated pottery in Pannonia from an analysis of stamps on smooth sigillated pots from Gaul, Germany and the Danubian region

Sigillated pottery is often used in archaeology to date sites but it also supplies information on the living customs and economic capacities of consumer communities as well as on interprovincial trading relationships.
The stamps on smooth sigillated pottery provide valuable evidence on the organisation of workshops and their production. Their use varied from region to region and from period to period, both in terms of frequency (the proportion of smooth stamped vases) and nature (the types of stamped vases, the function of the stamps, the potter represented).
They are also a very good indicator of the commercial relationships established in turn between the workshops of Gaul, Germany, the Danubian regions (chosen for this study) and Pannonia. From the time of the first research undertaken in Pannonia at the end of the 19th century up until recent excavation work, the corpus of the stamps has been progressively enhanced, in particular thanks to studies of such large sites as Carnuntum, Salla, Brigetio, Poetovio, Budaörs, Baláca, Páty, Aquincum, Gerulata, Gorsium, and Vindobona, the sigillated pots of which have sometimes been the subject of systematic publication.
However, though the data offer increasing study potential, it has not yet been possible to make a report on the entire province. As things stand, to look up the distribution of a potter's production in Pannonia necessitates trawling through a scattered and difficult to access bibliography. One of the purposes of this article was thus to gather the data pertaining to the whole province in one place, a development that I hope will be of particular help to foreign researchers. A total of 2043 stamps are presented here, of which approximately half are reproduced. Each is identified and classified by potter, followed by a detailed analysis of the commercialisation and use of sigillated pots made in western workshops.
A statistical and cartographic study shows the trends of the numbers of stamps in circulation in the Province. The consumption of sigillated pots is initially studied in relation to the consumer societies. It required the analysis of the best known sites in Pannonia and comparison of the appearance of the sigillated pots in the different types of communities (civil, military, indigenous, rural, urban). It is noted that at certain moments the communities with strong economic and social ties to the army (especially on the ripa Pannonica) were those that had the greatest purchasing power and the greatest demand. A strong link can also be established with the location of the urban centres on the main routes by which sigillated pots were diffused in Pannonia.
The question is then broached from a chronological point of view in order to retrace the history of the trade in sigillated pottery coming from different groups of western workshops. Several large workshops were favoured for trading purposes in Pannonia (La Graufesenque in particular during the reigns of Domitian and Trajan, Lezoux between 140 and 170, Rheinzabern between 180 and 250). They later dominated the Pannonian market even though workshops like Banassac, les Martres-de-Veyre, Heiligenberg, Westerndorf and Pfaffenhofen also played a role in imports.
Changes that occurred in the organisation of the supply of the Pannonian markets were certainly linked to the dynamism of the workshops but they were also strongly influenced by the economic, social and historic conditions extant in the province. Military events were of major incidence : the wars against the Dacians, which followed the securing of the river trade and the construction of a line of fortifications on the ripa, entailed a concentration of the army on the Danube and created a favourable context for increasing imports from southern Gaul up the river. Conversely, the disturbances caused by the wars with the Marcomans and Sarmatians largely contributed to the fact that the products of the Lezoux workshops were no longer found in the markets of Pannonia.
In other cases imperial policy reinforced the consumer communities, for example, through the urbanisation campaigns promoted during the reign of Hadrian (a period during which imports from Lezoux rose) and the Severan dynasty, and as a result of the favours bestowed and money spent by the emperors on the army in this strategically located region (which brought about the domination of Rheinzabern sigillated pots in the sites of Pannonia).
At certain times during periods of particular prosperity demand was so great that it could not be fully satisfied by the workshops that controlled the market, and these favourable circumstances allowed other workshops to benefit. For instance, the workshops of eastern Gaul between the years 135 and 160/165. Westerndorf and Pfaffenhofen equally profited during the second golden age in the Severan dynasty and Pfaffenhofen benefited too from its position in the same taxation zone.
All these developments in turn influenced the structure of the pottery's distribution channels, encouraging the development of certain routes, such as the amber route, the diagonal Aquincum-Poetovio way and the Danubian axis. In parallel, the dynamism of the centres of consumption on these routes increased : the rise of the Danubian axis reduced the importance of Neviodunum and Siscia, which were situated on the ancient trading routes out of Italy, while Aquincum and Carnuntum prospered as commercial ports.
The rise and fall in intensity of consumption of sigillated pottery in urban centres is reflected in the proportions of stamps representing different groups of workshops : the composition of the goods varies greatly between sites in the south and the west of the province and those along the ripa.
This study might be furthered by analysis of other aspects relating to the importation of sigillated pots in Pannonia, for example, from the standpoint of consumption, or the types of pots (forms, size, usage) used for living purposes and in the necropolises, or perhaps from the perspective of the manufacturers, and the commercial relations between the officina and the potters.

Der Umlauf der Sigillata in Pannonien, untersucht anhand von Stempeln der glatten Sigillata Galliens, Germaniens und der Donauprovinzen

Die Terra Sigillata dient in der Archäologie oft der Datierung der Fundstätten. Daneben liefert sie Information über die Lebensweisen und die ökonomischen Kapazitäten der konsumierenden Gemeinschaften sowie über die Handelsbeziehungen zwischen den Provinzen.
Die Töpferstempel auf den glatten Sigillata-Gefäßen sind wertvolle Zeugen der Organisation der Werkstätten und deren Produktion. Ihre Verwendung unterschied sich von einer Region und einer Epoche zu anderen, zugleich bezüglich der Häufigkeit (Proportion der glatten gestempelten Ware) und der Art (Typen der gestempelten Gefäße, Funktion des Töpferstempels, dargestellte Person).
Sie sind ebenfalls ein guter Indikator für die Handelsbeziehungen zwischen den Werkstätten Galliens, Germaniens, den Regionen an der Donau und Pannonien (sie wurden für diese Studie ausgewählt). Seit den ersten Forschungen in Pannonien am Ende des 19. Jahrhunderts bis zu den neueren Ausgrabungen wurde das Corpus der Töpferstempel schrittweise ergänzt, insbesondere dank der Studien bedeutender Fundstätten wie Carnuntum, Salla, Brigetio, Poetovio, Budaörs, Baláca, Páty, Aquincum, Gerulata, Gorsium, Vindobona, derenSigillata zuweilen Gegenstand systematischer Veröffentlichungen waren.
Nichtsdestoweniger wurde, obwohl immer mehr Material zur Verfügung steht, noch keine Synthese für die ganze Provinz erarbeitet. Gegenwärtig sieht man sich, wenn man die Verbreitung der Ware eines Töpfers in Pannonien ermitteln möchte, mit der Auswertung einer verstreuten und schwer zugänglichen Bibliographie konfrontiert. Eines der Ziele dieses Artikels ist es also eine Zusammenstellung der Daten für die gesamte Provinz vorzulegen, was sich insbesondere für die ausländischen Forscher als nützlich erweisen könnte. 2043 Töpferstempel werden hier vorgestellt, ungefähr die Hälfte davon mit ihrer Abbildung. Jede wird zunächst identifiziert und nach Töpfer geordnet, um anschließend eine Feinanalyse des Vertriebs und des Verbrauchs der Sigillata aus den Werkstätten der westlichen Provinzen zu ermöglichen.
Eine statistische und kartographische Studie zeigt die quantitativen Entwicklungen der in der Provinz zirkulierenden Töpferstempel. Der Konsum der Sigillata wird zunächst aus Sicht der Verbrauchergesellschaften betrachtet. Es geht darum, die bekanntesten Fundstätten Pannoniens und die Ankunft der Sigillata in den unterschiedlichen (zivilen, militärischen, einheimischen, ländlichen, städtischen) Gemeinschaften zu analysieren. Man bemerkt, dass zeitweise die wirtschaftlich und sozial stark an die Armee (insbesondere an der ripa Pannonica) gebundenen Gemeinschaften die größte Kaufkraft besaßen und die stärkste Nachfrage vertraten. Es wird auch festgestellt, dass die Lage der städtischen Zentren an den Hauptvertriebsachsen der Sigillata in Pannonien eine bedeutende Rolle spielte.
Anschließend wird das Thema unter einem chronologischen Gesichtspunkt betrachtet, um die Geschichte des Vertriebs der Sigillata aus den verschiedenen Werkstattgruppen der westlichen Provinzen zurückzuverfolgen. Einige große Werkstätten nehmen auf dem pannonischen Markt eine privilegierte Stellung ein (La Graufesenque insbesondere in der Regierungszeit Domitians und Trajans, Lezoux zwischen 140und170, Rheinzabern zwischen 180 und 250). Nacheinander haben sie den pannonischen Markt beherrscht, selbst wenn bei den Importen auch andere officina wie Banassac, les Martres-de-Veyre, Heiligenberg, Westerndorf und Pfaffenhofen eine Rolle gespielt haben.
Die Änderungen in der Organisation der Belieferung der pannonischen Märkte hingen selbstverständlich von der Dynamik der Werkstätten ab, doch sie unterlagen ebenfalls dem Einfluss der wirtschaftlichen, sozialen und historischen Konjunktur in Pannonien. Militärische Ereignisse spielten eine große Rolle: die Dakerkriege, die Sicherung des Flusshandels, der Bau einer Verteidigungslinie entlang der ripa zogen eine Konzentration von Militärs an der Donau nach sich und schufen günstige Vorbedingungen für die Entfaltung der Importe aus Südgallien über die Donau. Im Gegensatz dazu trugen die durch die Markomannen- und Sarmatenkriege hervorgerufenen Unruhen maßgeblich dazu bei, dass die Produktionen aus Lezoux von den Märkten Pannoniens verschwanden.
In anderen Fällen stärkte die kaiserliche Politik die Verbrauchergemeinschaften, zum Beispiel durch die Förderung der städtischen Siedlungen unter Hadrian (in dieser Zeit nahmen die Importe aus Lezoux zu) und unter den Severern, sowie durch die Begünstigungen und das Geld, dass die Kaiser in dieser strategisch bedeutenden Region für die Armee ausgaben (aus diesem Grund überwiegt die Sigillata aus Rheinzabern auf den pannonischen Fundstätten).
In manchen Phasen besonderen Wohlstands war die Nachfrage so groß, dass sie nicht vollständig von den Produktionen aus den Werkstätten befriedigt werden konnte, die den Markt beherrschten; so öffnete sich der Markt für die Sigillata anderer officina, die diese günstigen Bedingungen nutzten. Dies war zum Beispiel der Fall der Ateliers Ostgalliens zwischen 135 und 160/165. Westerndorf und Pfaffenhofen profitierten ebenfalls von dem zweiten goldenen Zeitalter unter den Severern. Pfaffenhofen war zudem durch seine Zugehörigkeit zur gleichen Steuerzone begünstigt.
Alle diese Entwicklungen haben, jede zu ihrer Zeit, die Struktur der Vertriebsnetze der Sigillata durch die Herausbildung bestimmter Achsen beeinflusst, etwa der Bernsteinstraße, der Diagonalverbindung zwischen Aquincum und Poetovio und der Donau-Achse. Parallel hierzu unterlag die Dynamik der an diesen Achsen gelegenen Konsumzentren den gleichen Einflüssen: durch den Ausbau der Donautalstraße verringerte sich die Bedeutung von Neviodunum und Siscia, diean den alten aus Italien kommenden Handelsstraßen lagen, während die Bedeutung von Aquincum oder Carnuntum als Handelshäfen zunahm.
Die quantitativen Entwicklungen des Konsums von Sigillata in den städtischen Zentren sind besonders deutlich an den Proportionen der Töpferstempel aus verschiedenen Werkstattgruppen erkennbar: Die Komposition des Keramikmobiliars weist zwischen den Fundstätten im Süden und Westen der Provinz und den Fundstätten an der ripa große Unterschiede auf.
Diese Studie kann künftig durch eine Analyse weiterer Aspekte des Sigillata-Imports in Pannonien ergänzt werden, zum Beispiel aus der Sicht des Konsums, der Auswahl der Gefäßtypen (Formen, Größe, Verwendung) in den Siedlungen und Nekropolen, oder aus der Sicht der Hersteller, der Handelsbeziehungen der officina und der Töpfer.

Galliai, germániai és duna-vidéki terra sigillata edények forgalma Pannoniában a díszítetlen vázákon szereplő mesterbélyegek tükrében

Egy sigillatatöredék kiváló eszköz a régész kezében az egyes lelőhelyek keltezésére, de ezen túlmenően a kerámiatípus tanúskodik az őt használó közösségek életmódjáról, gazdasági erejéről és a provinciák közötti kereskedelmi kapcsolatokról is.
Az edényeken megjelenő bélyegek a fazekasműhelyek belső szervezetének és a gyártás folyamatának fontos dokumentumai. Használatuk azonban jelentős területi és időbeli különbségeket mutat, mind a bélyegzés gyakoriságát (a bélyegzett darabok aránya a teljes termelésben, a mesterbélyeggel ellátott edények formája), mind a bélyegek típusát (a rajtuk megjelenő személyek) illetően.
A terra sigillata edények és a rájuk bélyegzett mesterjegyek segítségével jól nyomonkövethetők Pannonia és a tanulmány tárgyául választott, galliai, germániai és dunavidéki kerámiaműhelyek kereskedelmi kapcsolata. A XIX. század vége fele készült munkáktól kezdődően, egészen a napjainkban folyó feltárásokig, folyamatosan bővül a Pannoniában fellelt terra sigillata bélyegek corpusa, amelyben nagy szerepet játszott számos jól kutatott lelőhely, ahol a leleteket szisztematikusan közölték (Aquincum, Brigetio, Carnuntum, Gerulata, Gorsium, Poetovio, Salla, Vindobona, Budaörs, Baláca, Páty).
Annak ellenére, hogy a rendelkezésre álló ismeretek egyre gazdagabbá váltak, mindeddig nem történt kísérlet a provincia teljes leletanyagának bemutatására és értékelésére. Amikor egy fazekas bélyegeinek pannoniai előfordulásait szeretnénk megkeresni, néha igen nehezen elérhető, publikációk hosszú sorát kell átböngészni. A tanulmány egyik célkitűzése a pannoniai anyag összegyűjtése és bemutatása, amely különösen Pannonia provincia határain kívül dolgozó kutatók számára lehet hasznos. A cikkben 2043 fazekasbélyeg kerül ismertetésre és mintegy fele illusztrálásra. A meghatározott bélyegeket fazekasok szerint csoportosítottuk javaslatot téve a bélyegeket hordozó edények gyártóhelyére. Erre az adatbázisra alapozva kerül elemzésre a nyugati terra sigillata műhelyek termékeinek pannoniai kereskedelme és felhasználása.
Statisztikai és térképészeti elemzéssel nyomonkövethető a Pannoniaban forgalomba lévő mesterbélyeges edények számának változása. A terra sigillata edények forgalma, mindenekelőtt a vásárló csoportok szocio-kulturális nézőpontjából érthető meg. Ebben elsősorban a legjobban ismert referencia-lelőhelyek vizsgálata segít, és az eltérő lakosságú településeken (katonai, polgári, bennszülött stb.…) előkerülő sigillatak összehasonlítása. Azt tapasztaljuk, hogy bizonyos időszakokban a provincia területén (főleg a ripa Pannonica vonalán) állomásozó hadsereghez gazdaságilag és szociálisan legszorosabban kötődő közösségek rendelkeztek a legnagyobb vásárlóerővel és ezek a közösségek voltak a terra sigillata edények legnagyobb fogyasztói. Szoros kapcsolat mutatható ki a városi központok és a terra sigillata edények pannoniai kereskedelmének főútvonalai között is.
A nyomon követve az időbeli változásokat, felvázolható az egyes nagy gyártókörzetekből érkező terra sigillatak pannoniai kereskedelemének története. Azt tapasztaljuk, hogy néhány nagy gyártóközpont uralta egymás után a piacot (Condatomago főleg Domitianus és Traianus korában, Lezoux 140 és 170 között és Rheinzabern 180 és 250 között). Mindegyik, egy adott időszakban, meghatározó szerepet játszott a pannoniai piacon, ugyanakkor mellettük más műhelyek, mint például Banassac, Les Martres-de-Veyre, Heiligenberg, Westerndorf és Pfaffenhofen szintén szállítottak a tartományba.
A pannoniai piac sigillataellátásának szervezetében és forrásaiban fellépő változások nem függetlenek a gyártóműhelyek történetétől, ugyanakkor jelentős befolyása volt rájuk a provincia konjunkturális periódusainak, gazdaság, társadalom és hadtörténetének. Ez utóbbi meghatározó szerepet játszott: a dákokkal vívott háború, a dunai folyami hajózás biztonságának megteremtése, a ripa menti erődítésrendszer megépítése és a hadsereg felsorakozása Duna vonalán kedvező helyzetet teremtett a dél galliai műhelyek megjelenésére a folyami kereskedelem segítségével. Ezzel ellentétben a markomann-szarmata háborúk viszontagságos időszaka szerepet játszott a lezouxi műhelyek kivonulásában (kiszorulásában) a pannoniai piacról.
Mindamellett a császári politika közvetlenül is hozzájárult a vásárlóközösségek megerősítéséhez, gondolhatunk itt mindenekelőtt a Hadrianus uralkodása alatt lezajlott városalapításokra (épp a lezouxi import felfutásának időszakában) vagy a severus-kori rangemelésekre és mindarra a kegyre és pénzre, amelyben az uralkodók a kulcsfontosságú helyen állomásozó pannoniai csapatokat részesítették (ez utóbbi jelentős szerepet játszhatott a rheinzaberni sigillatak pannoniai lelőhelyeken megfigyelt dominanciájában).
Bizonyos időszakokban a pannoniai piac igényeit nem tudta kielégíteni az ép akkor a piacot uraló nagy gyártóközpont(ok), ez tette lehetővé kisebb műhelyek piacralépését, akik így profitáltak a kedvező gazdasági körülményekből. Így magyarázható a kelet galliai árú megjelenése (főleg 135-160/165 között) a tartományban. Később Westerndorf és Pfaffenhofen szintén hasznot húzott Pannonia severus-kori virágkorából, ez utóbbi műhely termékeinek piacrajutását az a körülmény is megkönnyítette, hogy Pannoniaval azonos vámkörzetbe tartozott.
A sigillataimport irányának változásai hatással voltak a provincia nagy kereskedelmi útvonalaira: az észak-déli Borostyánútra, a provinciát átszelő Aquincum - Poetovio, vagy a dunamenti útvonalra is. A kereskedelmi utak megváltozása kihatott a mellettük fekvő települések piacaira, a dunamenti kereskedelem felvirágzása csökkentette a „hagyományos” itáliai kereskedelmi útvonalak mentén fekvő települések fontosságát (pl. Neviodunum, Siscia), míg megnövelte a mellette fekvő városok (mint például Carnuntum, Aquincum szerepét), amelyek a folyami és a barbaricumi kereskedelem központjaivá váltak.
Különösen jól nyomon követhetők a sigillatakereskedelem változásai a városi központok esetében, a provincia belsejének déli és nyugati részén fekvő települések anyaga jelentősen eltér a ripa meni városokból előkerülő sigillatak összetételétől.
Ezt a tanulmányt más szempontú elemzések egészíthetik ki, amelyek a pannoniai sigillataforgalom más jellemzőit helyezik előtérbe, például a fogyasztás szemszögéből, hogy milyen edénytípust választottak a településeken és a temetőkben (milyen formákat, milyen méretben és milyen célra), illetve a készítők szemszögéből, hogy mely műhelyek és mely fazekasok szállítottak a tartományba.

Texte intégral

PDF 6,5MSignaler ce document

1Cet article propose un exercice original, jamais tenté pour la Pannonie : établir un recueil le plus complet possible des estampilles épigraphiques sur sigillées lisses trouvées dans la province romaine, identifiées et classées par potiers, afin de proposer une analyse fine de la commercialisation et de la consommation des sigillées provenant des ateliers occidentaux.

I. Historique des recherches en Pannonie

2Les estampilles de sigillées ont très tôt attiré l’attention des chercheurs hongrois. En 1882-1883, Károly Torma a publié les résultats de ses recherches dans les pages d’Archaeologiai Értesítő (Torma, 1881 ; Torma, 1882). Son attention s’est portée sur la partie nord-est de la province. Le corpus des signatures a ensuite été enrichi par les travaux d’Arnold Börzsönyi, Gábor Finály, Max von Groller, Friedrich von Kenner et Bálint Kuzsiszky au début du XXe siècle. Leurs recherches se sont concentrées sur certains sites ou sur des collections spécifiques. La monographie de Györgyi Juhász (1935) sur les terres sigillées de Brigetio antique, aujourd’hui Komárom/Szőny (Dép. Komárom-Esztergom, Hongrie), reste à l’heure actuelle fondamentale : 258 estampilles y ont été reproduites.

3Néanmoins, bien que le matériel soit de plus en plus riche, aucune synthèse n’a encore pu être faite pour la province entière. La seule tentative de reconstruction plus globale a été faite par l’un des auteurs de cet article il y a quarante ans. Les potiers y ont été classés par atelier (Gabler, 1964). Cette étude a été suivie par la monographie de I. Mikl-Curk sur la collection du Musée de Ptuj (Mikl-Curk, 1969) et par la publication systématique des estampilles trouvées à Gorsium Tác (Dép. Fejér, Hongrie ; Gabler, 1967a).

4Les différentes régions et certains sites ont fait tour à tour l’objet de plusieurs séries d’études : le sud-est de la Pannonie a été étudié par O. Brukner (Brukner, 1981), Siscia (Sisak, Croatie) par R. Makjanić (Koščević, Makjanić, 1995), Mursa, aujourd’hui Osijek - Croatie, par M. Bulat (Bulat, 1958 ; Bulat, 1987). À Vindobona (Vienna, Autriche), sur la ripa Pannonica,à ce jour seules les sigillées moulées ont été publiées systématiquement (Weber-Hiden,1996). Les sigillées de Gerulata (Bratislava - Rusovce, Slovaquie) ont également fait l’objet d’une étude approfondie (Gabler, Pichlerová, 1996), tandis que celles de Carnuntum (Petronell) et Bad-Deutsch-Altenburg (Niederösterreich, Autriche) sont connues grâce aux recherches de Chr. Kandler-Zöchmann. D. Gabler a publié de manière systématique les sigillées de plusieurs fouilles très importantes, entre autres celles d’Arrabona (Győr, Dép. Győr-Moson-Sopron, Hongrie), de Salla (Zalalövő, Dép. Zala, Hongrie), d’Aquincum (Budapest, Hongrie) et de Baláca (Dép. Veszprém, Hongrie). Zs. Bánki a poursuivi les recherches sur Gorsium, l’un des sites considérés comme « traditionnels » pour l’étude des estampilles en Pannonie. Elle a publié les signatures de potiers dans les volumes d’Alba Regia. Le matériel de Brigetio conservé dans le Musée de Komarno a été re-publié par K. Kuzmová (Kuzmová, 1992). Les sigillées trouvées lors des fouilles conduites sous la direction de L. Borhy, par l’Université d’Eötvös Lóránd de Budapest, ont fait l’objet d’études récentes (Fényes, 2002 ; Beck, 2004).

5Grâce à l’ensemble de ces travaux, nous connaissons à présent dans la province sept fois plus d’estampilles qu’en 1935 dans le travail fondamental de Gy. Juhász sur Brigetio. Pour trouver en Pannonie des parallèles pour l’identification d’une nouvelle estampille, il faudrait consulter environ 110 publications et ouvrages. Par ailleurs, nos connaissances sur la localisation et la datation des potiers se sont considérablement enrichies et il est maintenant possible de distinguer des potiers homonymes.

62043 estampilles sont présentées ici, environ la moitié avec leur reproduction. Ce corpus peut ainsi venir en complément de la réédition du corpus fondamental de Felix Oswald ; il est donc tout à fait d’actualité. Nous tenterons également de montrer la diffusion de la production des différents potiers de Gaule et de Germanie vers la Pannonie. Il est en effet intéressant de distinguer les artisans qui ont exporté plutôt vers les marchés britanniques et occidentaux, une région mieux connue des chercheurs français, de ceux qui ont exporté davantage vers le marché à l’Est. Mis à part l’intérêt que cet article pourrait représenter pour les céramologues, nous souhaiterions également aborder la question du commerce « interprovincial » à travers l’analyse de la circulation des sigillées. Les estampilles sont les témoins de ce commerce entre la Gaule et la Germanie et la Pannonie ; nous tenterons d’en faire la synthèse.

II. Les estampilles et les ateliers de potiers

7Aux marges de l’épigraphie se trouve l’étude des estampilles de l’instrumentum domesticum. La majorité des estampilles peut être retrouvée sur des produits céramiques (sur des vases en sigillée, des amphores, des lampes et sur d’autres types de céramiques communes), mais plus rarement sur d’autres objets comme les vases de bronze, de verre ou les fibules. L’utilisation des estampilles sur des sigillées a varié selon les régions et les époques. Dans les ateliers d’Italie et de Gaule l’utilisation des estampilles était courante pendant leur période d’activité ; elles étaient moins fréquentes dans les ateliers de sigillées de l’Est et quasiment absentes dans les centres de production africains. De même en Italie et en Gaule, on peut observer que certaines formes de vases portent « systématiquement » des estampilles, tandis qu’elles sont plus rares sur d’autres formes.

8À la fin du XIXe siècle, la création de la série des Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL) a sollicité la collecte de nombreuses estampilles et les chercheurs ont immédiatement tenté de les interpréter. Depuis le début du XXe siècle, elles ont été utilisées comme sources fondamentales dans les études consacrées à l’organisation des industries antiques et à l’estimation de la taille et de la structure des ateliers (H. Gummerus dans PWRE IX : « Industrie und Handel » ; Rostovtzeff , Westerman, 1942, puis Kiechle, 1961 ; Peacock, 1982 ; Carandini, 1981 ; Greene, 1986 ; Pachner, 1980).

9Les estampilles au fond des vases en sigillée lisse sont différentes des signatures que l’on trouve sur les vases en relief. Sur des vases lisses, l’estampille a été utilisée :
1) pour contrôler la production dans sa relation contractuelle (locatio/conductio) avec le propriétaire du terrain, ou le fournisseur de l’argile, ou encore le chef et/ou le propriétaire de l’atelier...
2) pour séparer la production de chaque potier dans le four commun afin que les producteurs des vases soient identifiables après la cuisson.

10Avec l’aide des papyri trouvés à Oxyrhynchus en Égypte, on a probablement réussi à montrer que le système de locatio/conductio, principe fondamental de l’économie antique, était valide également pour la production céramique (Kaser, 1986, p. 199 ; Hengstl, 1972, p. 199 ; Cockle, 1981, p. 87-97 ; Hengstl, 1983 ; Strobel, 1987, p. 91 ; Strobel, 1994 ; Mackensen, 1993, p475).

11Les débats ont repris de plus belle au sujet du système des contrats (locatio-conductio operarum) et des dispositions juridiques connues sur des papyri égyptiens du IIIe siècle (Dannell, 2002 ; Wieling, 2000, p15) : à quel point sont-ils généralisés dans la production antique de la céramique et dans quelle mesure peuvent-ils être applicables à la description des centres de production gaulois des Ier et IIe siècles, plus anciens que ces papyri (Fülle, 2000, p. 32-34 ; DAF 6, p. 21 contra Strobel, 1994, p. 45-57) ? Les points les plus importants de ces contrats, comme la locatio, le salaire ou la location des outils, du matériel ou des ateliers, sont également mis en évidence dans la modélisation de l’organisation des ateliers occidentaux. Certains chercheurs expliquent les « migrations » fréquentes des potiers par ces contrats (Hartley, 1977, p. 251-261 ; Czysz, 2000, p82).

12Les personnes représentées sur les estampilles italiques et gauloises sont différentes. Sur les marques italiques, le propriétaire (dominus) ou le locataire de l’atelier est indiqué (Fülle, 1997 ; Fülle, 2000, p. 39-40, pour le résumé des différentes théories sur la modélisation de la production de la sigillée d’Arezzo et pour les remarques critiques sur les points faibles). Sur les vases produits dans les ateliers gaulois ou rhénans, on ne trouve pas de marques concernant les domini. D’après A. Mees, avec l’aide d’une analyse des correspondances, certains potiers locataires (officinatores) peuvent être identifiés à Arezzo et à Rheinzabern (Haalebos et alii, 1991, p. 81 ; Mees, 2000, p. 169). Au contraire, pour La Graufesenque, comme nous ne disposons pas de l’intégralité des poinçons avec lesquels nous pourrions analyser la structure de la production, on ne peut apporter les preuves de l’existence d’une structure de production semblable à celle des papyri d’Oxyrinchos (Mees, 2000, p. 169). Un chaînon manque donc pour relier la production italique et rhénane.

13Concernant les signatures gauloises, C. Bémont a attiré notre attention sur le fait que de fortes différences régionales dans les modes d’estampillage peuvent être détectées en Gaule (Bémont, 1992, p. 139), même entre deux provinces avoisinantes (Lutz, 1970, p. 210). Il n’existe donc pas une interprétation universelle, car les mêmes bases de données peuvent être interprétées différemment. Des variations fondamentales peuvent être observées dans la pratique de la signature (Bémont, 1992, p. 139-140), entre les ateliers de l’Est de la Gaule et de Rheinzabern d’une part, de La Graufesenque et ceux du Centre d’autre part, ainsi qu’avec les ateliers d’Hispanie. On ne peut pas exclure que d’autres modes d’organisation aient également été imposés dans la production.

14Les signatures gauloises et germaniques qui n’indiquent généralement qu’une unité (un seul nom), ne nous permettent pas de relever, comme en Italie, une relation contractuelle (Fülle, 2000, p. 32). Une relation entre le dominus praediorum et les officinatores a peut-être également existé dans les ateliers de Gaule, mais pour l’instant seuls quelques graffitis de La Graufesenque donnent des indices de l’existence d’un tel système (Marichal, 1988, p. 243, cat. 211 ; Vernhet, Bémont, 1991, p. 12-14 ; Vernhet, Bémont, 1994, p. 19-21). Dans les ateliers de Gaule, différents niveaux de responsabilité individuelle peuvent apparaître (Bémont, 1992, p. 24). Les signatures se terminant par m(anu) et f(ecit) indiquent une participation personnelle dans la production, les estampilles d’une of(ficina), plus fréquentes à La Graufesenque, sont caractéristiques d’une plus grande unité de la production ; on peut les considérer comme des signatures collectives (Hoerner, 2000, p. 132). Même si la formule fecit est plus fréquente dans le matériel présenté ici sur les vases de Rheinzabern et de Westerndorf, cette formule ne peut pas être considérée comme plus récente (voir la même formule fecit + nominatif sur les imitations de sigillée à l’époque augustéenne dans Drack, 1945). Parmi les estampilles sur sigillées lisses que nous avons collectées, on trouve des officinatores, par exemple Calus ou Caluinus dans le sud de la Gaule ou Cinnamus en Gaule centrale, qui était à la tête d’un atelier (Bémont, 1992, p. 24), mais le dominus praediorum, mis à part quelques rares exceptions, reste inconnu.

15La plupart des estampilles de Pannonie sont lezoviennes. La domination de Lezoux (en quantité et en fréquence) notamment par rapport aux ateliers de l’Est de la Gaule a déjà été remarquée (Hoerner, 2000, p. 131). Le nombre d’estampilles est probablement à mettre en relation avec le nombre des personnes actives dans l’atelier. Or le nombre des personnes travaillant à Lezoux dépasse ceux des ateliers de Boucheporn et de Chémery réunis. Par ailleurs, pour un même potier, on connaît davantage de signatures provenant de Lezoux que de Chémery, par exemple. On peut donc formuler, avec prudence, l’hypothèse que les noms connus par les estampilles, dans la majorité des cas, concernent les ateliers (officina) dirigés par un potier entrepreneur (Bémont, 1992, p. 24). L’hypothèse selon laquelle tous les potiers n’étaient pas capables de fabriquer des estampilles semble plausible, et on ne peut pas exclure non plus qu’un atelier ait pu commander à une personne la fabrication de tous les poinçons (Hoerner, 2000, p. 115).

1699 % des estampilles présentées ici ne donnent qu’un cognomen. Ce sont en majorité des noms romains banals et ubiquistes (Felix, Castus). Certains pourraient indiquer un statut d’affranchi - libertus - (Secundus, Quartus, Quintus, Sextus) ou concernent l’origine (origo) de la personne (Africanus, Rauracus), bien que nous ne disposions pas d’indices sur le statut social de ces personnes. Les noms celtiques, sans aucune ambiguïté, sont rares (Biturix, Dacomarus) ; quelques-uns concernent des potiers relativement tardifs comme Onniorix. Dans le matériel épigraphique un fictilarius est également connu (Espérandieu V. 4387 ; CIL XIII, 11361), c’est un cognomen marqué avec une filiation : Casato Carati (filii) fictilario fili p(onendum) c(uraverunt). Naturellement une analyse onomastique ne peut pas être effectuée sur la base des estampilles trouvées en Pannonie, mais notre corpus peut apporter une modeste contribution.

17Trois potiers sont représentés par des Tria nomina : L. Cosius Virilis, Titus Flavius Secundus, Lucius Tertius Secundus. Les personnes concernées ne sont pas des potiers ordinaires, « les porteurs de tria nomina pourraient être des affranchis, dont les patrons seraient des citoyens romains de Narbonnaise » (Bourgeois, 1995, p. 114).

18Les estampilles indiquant deux personnes existent également : Costio et Primus (Costiopri), Natalis et Catullus, Secundus et Avitus. Elles proviennent toutes de Rheinzabern et de Westerndorf. J.-M. Demarolle a analysé les estampilles de ce type provenant des sigillées lisses du Centre (Les Martres-de-Veyre) et de l’Est (La Madeleine, Lavoye). D’après son analyse, il s’agit d’un type rare (Demarolle, 2000, p. 47-53). L’interprétation de ces signatures est problématique : dans certains cas, il peut s’agir d’un potier portant des duo nomina ; d’autres indiquent une « association » de deux potiers. Si l’on regarde la structure sociale et l’organisation des ateliers, une association professionnelle de deux potiers est plus probable. Les estampilles d’Argonne indiquent plutôt des associations de ce type. Ces collaborations ont été de courte durée. Elles ont joué un rôle plutôt au cours de la fabrication, et non lors de la commercialisation (Demarolle, 2000, p. 53). Néanmoins, malgré les quelques indices laissés par ces signatures, on ne peut pas reconstituer de façon certaine l’organisation interne des ateliers de potiers.

III. Les estampilles et la consommation des sigillées en Pannonie

19La première question à poser en analysant les estampilles de sigillées est la proportion de sigillées lisses et parmi elles le nombre de vases signés. Une telle étude n’est possible que pour les sites bien publiés, où la quasi-totalité des sigillées ont été publiées (pas seulement ceux où l’on n’a publié que les fragments décorés en relief, la production d’un atelier ou encore les estampilles uniquement).

20À l’heure actuelle, en Pannonie, les caractéristiques de la circulation des sigillées peuvent être analysées pour environ dix sites (fig. 1 et fig. 2). On peut comparer les tendances observées d’après les estampilles découvertes dans les sites suivants : Carnuntum, Salla, Brigetio, Poetovio, Budaörs, Baláca, Páty, Aquincum, Gerulata, Gorsium. À Vindobona, seules les sigillées moulées ont été systématiquement publiées (1516 pièces).

image

Fig. 1. Sites de découverte des estampilles de sigillées lisses en Pannonie, et noms des sites principaux. Données : D. Gabler et A. Márton ; Fond : Esri WBM, SRTM. CAO : E. Gauthier, UMR 6249, mai 2008.

21La proportion des sigillées lisses estampillées varie considérablement. Dans certains sites, elle est influencée par l’orientation préférentielle de la recherche. À Poetovio, le fort pourcentage d’estampilles doit être relativisé car I. Mikl-Curk a publié une collection muséologique dont la constitution a privilégié les fragments portant une estampille. Dans les nouvelles fouilles, la proportion de vases estampillés varie entre 2 et 12,9 %. Deux catégories peuvent être observées : la première compte entre 10 et 12 % de sigillées lisses estampillées, par exemple à Carnuntum où l’on a pu intégrer à l’analyse une quantité assez importante de sigillées, et à Gorsium (Tác ; Hongrie) où leur nombre est moins élevé. La seconde catégorie compte une proportion de 2 à 2,5 % du matériel (abondant à Salla, et beaucoup moins à Páty). Or la fréquence de l’estampillage a varié selon les ateliers et les périodes, et également selon les formes (certaines sont souvent signées, tandis que d’autres ne le sont jamais). Cette différence peut refléter les variations de la composition du matériel - l’origine des sigillées et peut-être la proportion des différentes formes présentes.
Après avoir exclu les identifications douteuses ou problématiques ainsi que les doublons possibles, 1752 estampilles, sur les 2043 entrées de départ, ont été incluses dans l’analyse.

image

Fig. 2. Effectifs totaux de sigillées publiées, de sigillées lisses et d’estampilles ainsi que leur proportion par rapport aux sigillées lisses dans les principaux sites (données D. Gabler). D'après Mocsy A. et Fitz J., Pannonia, régészeti kézikönyve, Akadémiai kiadó, Budapest, 1990 ; Fond : Esri WBM, SRTM ; CAO : E. Gauthier, UMR 6249, mai 2008.

22Dans cet article, on ne tient compte que de ces estampilles bien identifiées. Elles proviennent de 79 sites. On peut compter comme un site les différentes grandes villes de la Province (par ex. Carnuntum, Savaria, Aquincum), car une distinction entre les différentes parties d’une même ville (ville civile, ville militaire, camp légionnaire, camp auxiliaire…) n’est pas possible pour l’instant. La majorité de la sigillée (environ deux tiers), et de la même façon des estampilles, a été trouvée sur la ripa Pannonica dans les villes et les communautés romaines, dans le voisinage des camps légionnaires d’Aquincum (313 ex.), de Brigetio (330), de Carnuntum (308) et de Vindobona (179). L’importance du commerce fluvial sur le Danube est également illustrée par le fait que les vici auxiliaires sur le Danube ont livré à eux seuls 148 estampilles, mis à part les estampilles provenant des coloniae et municipia ou des canabae legionis. Environ deux tiers des estampilles ont été trouvées aux abords de la frontière danubienne dans des villes en relation avec l’armée ou dans leur voisinage (fig. 3). Cela montre bien que c’était avant tout la population fortement liée, économiquement et socialement, à l’armée qui avait besoin de la sigillée et qui avait les moyens de l’acheter - on peut dire celle qui avait suffisamment de « pouvoir d’achat ». Les autres centres urbains à l’intérieur de la Province, comme Salla, Savaria ou Gorsium, sont assez bien connus. Deux études entières ont été consacrées aux estampilles de Mursa. Tous ces sites représentent environ 22 % du total. On peut parfois expliquer le faible nombre d’estampilles - mais seulement partiellement - par la relative maigreur des fouilles dans certains sites, comme par exemple à Siscia (Sisak, Croatie). Dans les coloniae et municipia (Poetovio, Salla, Savaria, Scarbantia) sur la route de l’ambre, seulement 161 estampilles ont été trouvées. Ces villes ont joué un rôle principal dans la consommation de la sigillée italique, mais leur importance a diminué au cours du IIe siècle, et plus considérablement encore dans sa deuxième moitié ; à l’époque sévérienne, le centre de gravité de la province s’est déplacé vers la région du limes (fig. 3).

image

Fig. 3. Les camps légionnaires et auxiliaires et les forts militaires en Pannonie au cours des IIeIIIe siècles.

23Les villae ont livré peu d’estampilles. À Baláca, malgré les fouilles intensives de ces trente dernières années, on ne connaît que neuf estampilles. Les sites de population indigène ont livré très peu de sigillées signées (cela correspond à une tendance observée dans les habitats et les nécropoles des populations indigènes où cette céramique relativement chère est assez rare). Páty et Budaörs, où des fouilles sur de grandes surfaces ont été faites récemment, sont parmi les rares sites à avoir livré plus d’une ou deux estampilles.

IV. Les estampilles et le commerce des sigillées vers la Pannonie

24La fréquence des estampilles sur les sigillées lisses varie selon les formes, les ateliers et les périodes. On ne peut pas avoir une vue réelle de la commercialisation de la sigillée uniquement d’après les estampilles. Il faut donc comparer les tendances observées avec les résultats de l’analyse des sigillées moulées et lisses non signées. Pour les sigillées moulées, les ateliers sont plus facilement identifiables, tandis que pour les estampilles sur sigillées lisses, la lecture elle-même est parfois compromise par des impressions plus ou moins nettes. Il reste ensuite à identifier le lieu de fabrication d’après la qualité de la pâte et l’engobe. Pendant le travail de vérification, nous avons parfois été confrontés à des erreurs d’identification de l’atelier d’origine dans la bibliographie. Les estampilles appartenant à plusieurs potiers homonymes ont alors pu être confondues. Par ailleurs, les estampilles trouvées sur les sigillées lisses sont souvent moins précisément datables que les sigillées moulées, surtout celles qui ont été publiées « arrachées » à leur support. Dans les publications, davantage d’attention a été accordée à la présence d’estampilles plutôt qu’à la forme des vases.

IV.1. Les ateliers du Sud de la Gaule

25La quantité de sigillée sud-gauloise est modeste en Pannonie (sur la circulation de la sigillée du Sud de la Gaule, voir Gabler, 1982). À l’heure actuelle, seules des productions de La Graufesenque (92 estampilles, 51 potiers) et de Banassac (9 estampilles, 3 potiers) ont été découvertes en Pannonie. L’effectif de cet atelier pourrait être accru par une partie de la production de Coccilus. Celui-ci est représenté par 11 estampilles en Pannonie. Il a travaillé en Gaule centrale ainsi qu’à Banassac, mais les identifications données dans la bibliographie ne sont pas fiables ; il serait nécessaire de revoir personnellement chaque vase afin de pouvoir distinguer ses deux productions.

26Les estampilles anciennement attribuées à Montans ont toutes été réattribuées car il s’agissait d’identifications erronées ou bien de signatures de potiers homonymes de La Graufesenque. De la même manière, aucun fragment de céramique décorée provenant de Montans n’a été identifié en Pannonie, qui ne se trouve d’ailleurs pas dans la zone d’exportation de la production de cet atelier.

27Les premières livraisons sont arrivées à l’époque claudienne (parmi les potiers voir Secundus I sur Ritt. 5), à une période où le marché était encore dominé par la sigillée italienne(sur la sigillée provenant les ateliers d’Italie en Pannonie, voir : Gabler, 1973a ; Vágó, 1977 ; Gabler, 2000 ; Gabler, 2001, avec bibliographie). La quantité de sigillée livrée depuis la lointaine Graufesenque est devenue plus abondante seulement à l’époque flavienne (fig. 4), en partie à cause des guerres contre les Daces qui ont suscité un renforcement et une concentration des troupes. La plus grande armée d’Europe était alors stationnée dans les provinces danubiennes. À la fin de l’époque flavienne, la sécurité du commerce fluvial sur le Danube a été assurée et une ligne de fortifications a été construite sur la ripa. Ce n’est pas par hasard que la majorité de la sigillée sud-gauloise est arrivée à l’époque de Domitien et de Trajan, la production du troisième quart du Ier siècle étant en comparaison insignifiante. Le marché pannonien a été ouvert aux ateliers de la Quadragesima Galliarum au plus tard vers 90 (Mees, 1995a, p. 61-62).

image

Fig. 4. Évolution du nombre d’estampilles des ateliers de Banassac et de La Graufesenque en fonction de la datation de l’activité des potiers (les effectifs ont été pondérés par la durée d’activité de chaque potier).

28Vers le début du règne de Trajan (vers 110, voir Mees, 1995b, p. 108 ; Gabler, 2007a, p. 80), en Pannonie le rôle de Condatomago a été repris par Banassac (fig. 4 - Coccilo ?, Natalis et Suarad). Cet atelier a beaucoup exporté vers la région danubienne (Rhétie, Norique, Pannonie, Mésie et Dacie) et vers le « vordere Limes » (Polak, 2000, p. 30 et Gabler, 2002a, p. 230, n° 44, avec bibliographie). En Pannonie, la sigillée de Banassac se concentre vers la ripa, mais elle peut aussi être retrouvée dans les sites de l’intérieur (Weber-Hiden, 1996, p. 32 ; Gabler, Pichlerová, 1996, p. 91 ; Gabler 2002, p. 229). La sigillée de Banassac a longtemps gardé sa compétitivité. D’après les preuves stratigraphiques, ses exportations ont duré en Pannonie jusqu’à l’époque d’Hadrien ou d’Antonin le Pieux (par ex. Arrabona et Salla, Zalalövő, 1978, p. 406). La production de Banassac était toujours sur le marché en Bretagne vers 140/160 (Caistor -Lincolnshire, Angleterre - ; Frere, 1971, p. 11), en Rhétie (Simon, 1989 ; Heiligmann,1990, p. 150) et en Norique (Fasold, 1993, p. 41).

29La quantité de sigillée du Sud de la Gaule peut être considérée comme plus importante dans la partie occidentale de la province (fig. 5). Sa proportion par rapport à la quantité totale de sigillées est de 15,2 % à Carnuntum, 15,1 % à Vindobona, 15,2 % à Gerulata et 21 % à Salla. Dans la partie est de la Pannonie, elle est plus modeste, même dans le voisinage des camps légionnaires : 8,7 % à Brigetio, 6,9 % à Aquincum. À l’intérieur de la province, la sigillée du Sud de la Gaule est encore moins représentée : 5 % à Gorsium, 4,4 % à Poetovio (où une légion a stationné jusqu’au règne de Trajan !), 1,8 % à Páty dans un habitat « indigène ». Seule la villa de Baláca en a livré une plus grande quantité (8,8 %).

image

Fig. 5. Distribution en Pannonie des estampilles de sigillées lisses sud-gauloises. Données : D. Gabler et A. Márton ; Fond : Esri WBM, SRTM ; CAO : E. Gauthier, UMR 6249, mai 2008.

30La sigillée sud-gauloise se concentre vers les installations militaires de la ripa et les sites avoisinants (fig. 5). On peut également en retrouver dans les villes situées sur la route de l’ambre (Savaria, Salla). Cette route commerciale était toujours très active, Salla en est un bon exemple. En effet, au cours du Ier siècle, alors que les importations de sigillées d’Italie dominaient encore, la voie commerciale la plus importante était celle qui provenait d’Aquileia via Emona (Ljubljana - Slovénie). Elle arrivait ensuite en Pannonie à Poetovio, où elle bifurquait d’une part vers Carnuntum via Salla et Savaria, dans la direction de la Baltique (la « route de l’ambre ») ; et d’autre part vers Aquincum en passant de part et d’autre du lac Balaton, via Baláca ou via Tricciana, puis Gorsium (fig. 1). Une troisième branche partant d’Emona suivait la vallée du Savus, via Neviodunum, Siscia, vers Cibalae ou vers Sirmium. Le regroupement de l’armée sur la ripa Pannonica, à l’époque de Domitien, et l’ouverture des marchés pannoniens aux ateliers gaulois, s’accompagnant de la sécurisation du commerce fluvial sur le Danube et de la réorganisation de la flotte (classis) à l’époque flavienne, ont engendré un processus de restructuration des réseaux commerciaux. Les productions tardives des ateliers de sigillées italiques arrivaient encore en Pannonie (les vases tardo-padaniens décorés à la barbotine et les vases moulés tardifs) jusqu’à l’époque de Trajan ou au début du règne d’Hadrien mais le marché était de plus en plus occupé par la production gauloise. La concentration du pouvoir d’achat sur le limes a eu pour conséquence une diminution de l’importance des relations commerciales avec l’Italie et également des villes qui jouaient auparavant un rôle dans ces relations (Poetovio, Neviodunum, Siscia). La nouvelle voie principale d’importation en Pannonie des produits occidentaux, et notamment des sigillées gauloises, suit alors le cours du Danube. Mais la route de l’ambre a néanmoins gardé son dynamisme car c’est par elle que ces produits sont arrivés dans les centres urbains du sud de la Pannonie (Poetovio, Neviodunum) dont le pouvoir d’achat n’est pourtant pas aussi important qu’auparavant ; la principale direction de la circulation s’était alors inversée (du nord vers le sud).

IV.2. Les ateliers du Centre de la Gaule

31La sigillée des ateliers du Centre est arrivée au plus tôt à l’époque de Trajan et d’Hadrien (en premier lieu les productions de Martres-de-Veyre - huit estampilles et sept potiers venant spécifiquement de ce centre ; parmi les potiers voir Aelianus, Balbinus, Draucus, Suobnus), mais à cette époque la quantité de sigillée provenant des territoires arvernes était limitée (sur la production de Martres-de-Veyre en Pannonie : Gabler 1989a, p. 467 ; Gabler, 1995, p. 122, avec bibliographie). L’exportation depuis ces ateliers (y compris ceux de Lezoux - 904 estampilles et 213 potiers) est devenue plus abondante à partir de l’époque d’Hadrien quand les villes civiles à côté des camps légionnaires sur la ripa (Carnuntum, Aquincum) et quelques-unes dans l’intérieur (par ex. Salla) ont été élevées au rang de municipium (fig. 6). Les estampilles de sigillées se concentrent vers les installations militaires du limes et les villes civiles avoisinantes. La distribution dessine également les grandes lignes commerciales, la route de l’ambre et la voie diagonale depuis Aquincum vers Poetovio par lesquelles les importations occidentales arrivées par le fleuve, notamment de sigillées, ont été transportées vers l’intérieur de la province. Cela reflète une continuité par rapport à la période précédente mais on peut constater que le volume a considérablement augmenté par rapport à celui des sigillées sud-gauloises. La quantité d’estampilles montre également une augmentation progressive à partir de 125 et un pic important à partir du début du règne d’Antonin le Pieux (fig. 7).

image

Fig. 6. Distribution en Pannonie des estampilles de sigillées lisses du Centre de la Gaule. Données : D. Gabler et A. Márton ; Fond : Esri WBM, SRTM ; CAO : E. Gauthier, UMR 6249, mai 2008.

image

Fig. 7. Évolution du nombre d’estampilles des ateliers du Sud et du Centre de la Gaule en fonction de la datation de l’activité des potiers (les effectifs ont été pondérés par la durée d’activité de chaque potier). D’après les données stratigraphiques, la fin de la guerre des Marcomans et des Sarmates coïncide avec l’arrêt des importations de sigillées de Gaule centrale. Nous proposons donc ici deux courbes, l’une en pointillés présentant les datations « longues » des potiers d’après les sites britanniques, l’autre en trait plein tenant compte de cette rupture en 180.

32L’accroissement du nombre d’estampilles entre 140 et 170 est plus remarquable ; on en trouve environ huit fois plus qu’entre 80 et 100/110. Une telle augmentation ne peut pas être détectée si l’on prend en compte toutes les céramiques sigillées. Les proportions par site des sigillées de Gaule du Sud et de Gaule centrale sont les suivantes (fig. 8) :
On observe certes une augmentation mais elle est plus limitée : au niveau provincial les sigillées de Gaule centrale sont seulement trois fois plus nombreuses que les sigillées de Gaule du Sud (et non huit fois plus comme pour les estampilles) et dans la partie occidentale la croissance est plus modeste (Carnuntum, Vindobona, Salla). Cette grande différence peut probablement s’expliquer par un changement dans la pratique de l’estampillage.

image

Fig. 8. Proportion par site des sigillées sud-gauloises et de Gaule centrale par rapport au nombre total de sigillées par site (données D. Gabler).

33Parmi les sigillées moulées, seules des productions des Martres-de-Veyre et de Lezoux sont attestées. D’après l’analyse du matériel recueilli, on remarque que des vases en sigillée lisse sont arrivés en Pannonie depuis des ateliers moins importants qui n’ont pas exporté de vases décorés en relief en Pannonie (on n’en connaît du moins aucun à ce stade de la recherche). Parmi les potiers, on en trouve quelques-uns localisés à Terre-Franche, Vichy et Toulon-sur-Allier (Africanus, Cauterra). Si leur provenance est correcte, on peut formuler deux hypothèses : soit la production moulée de ces ateliers n’est pas encore identifiée, peut-être à cause de l’état fragmentaire des vases ; soit, et c’est plus probable, quelques vases lisses ont été livrés occasionnellement vers la Pannonie avec les cargaisons de sigillées moulées et lisses des deux grands centres et on ne peut pas les distinguer parmi les fragments d’après leur pâte mais seulement d’après leurs estampilles.

IV.3. Les ateliers de l’Est de la Gaule

34Les sigillées des ateliers de l’Est de la Gaule sont assez rares en Pannonie (Gabler, 1987b ; Gabler, 1995, p. 122, avec bibliographie). Les sigillées moulées publiées comme des productions provenant de ces ateliers ont été vérifiées (Gabler, 1987b). Cette étude a considérablement diminué leur nombre en Pannonie. On a tenté de faire ce travail pour les estampilles à partir de la bibliographie.

35Avec la production décorée en relief, les sigillées lisses des ateliers de Heiligenberg (Gemelus, Geminus, Mercator, Ociso), Ittenweiler / Mittelbronn (par ex. Cintus, Toccius d’Ittenweiler), La Madeleine (Amabilis), Chémery, Trèves et Lavoye (un fragment moulé a été identifié récemment à Carnuntum, Kandler-Zöchmann, 2002, Nr. 607, p. 97 ; Merco, Pompeius) peuvent être retrouvées. Mais seul Heiligenberg a exporté en quantité plus importante. La migration des potiers, l’existence d’homonymes et l’imprécision des dessins publiés rendent difficile un tel « nettoyage ». Pour les potiers actifs dans plusieurs ateliers, les estampilles publiées avec dessin et/ou identification de l’argile proviennent en fait de Rheinzabern ou d’un atelier de la région danubienne et non de l’Est de la Gaule. Par ailleurs, un poinçon a pu être utilisé dans plusieurs ateliers. Il faudrait donc réexaminer chaque support et chaque estampille pour savoir s’il s’agit bien de la production d’un atelier de l’Est ou bien si le vase a été produit dans la période d’activité du potier à Rheinzabern ou encore par un potier homonyme. Nous avons éliminé une grande partie des attributions erronées (voir Pritmanus de Luxeuil), pour les autres nous avons marqué tous les ateliers dans lesquels le potier a travaillé, et pour chaque estampille nous avons noté si cette pièce a été attribuée lors de sa précédente publication à un atelier ou à un autre. Nous comptons actuellement 19 estampilles et 12 potiers. Le résultat (1 %, qui va certainement diminuer après une analyse plus détaillée des vases) approche la proportion des sigillées moulées de l’Est de la Gaule en Pannonie qui varie dans les sites repris par D. Gabler entre 0,3 et 0,66 %, et ailleurs ne dépasse pas 1,25 % (à Poetovio 1,2 % selon I. Curk ; dans le sud-est de la Pannonie 1,25 % selon O. Brukner).

image

Fig. 9. Distribution en Pannonie des estampilles de sigillées lisses de Gaule de l’Est. Données : D. Gabler et A. Márton ; Fond : Esri WBM, SRTM ; CAO : E. Gauthier, UMR 6249, mai 2008.

36Les sigillées de l’Est ont été trouvées sur le limes et la route de l’ambre ; mis à part Gorsium, elles sont absentes dans l’intérieur de la province (fig. 9). La période d’importation de la sigillée des ateliers de l’Est, d’après la sigillée moulée, peut être située entre 135 et 160/165, ce qui correspond bien avec les données concernant les estampilles sur sigillées lisses (fig. 10 : entre 130-175). Le « décalage » sur le graphique peut être expliqué par la présence dans l’analyse des potiers « migrateurs » actifs également à Rheinzabern. Cette période correspond à une phase de prospérité en Pannonie et de forte demande en sigillées. Les officines de la Gaule centrale ne pouvaient satisfaire toutes les commandes. Les ateliers de l’Est ont ainsi pu trouver une ouverture sur le marché pannonien, qu’ils ont ensuite rapidement perdue face aux productions de Rheinzabern.

image

Fig. 10. Évolution du nombre d’estampilles des ateliers de l’Est et du Centre de la Gaule en fonction de la datation de l’activité des potiers (les effectifs ont été pondérés par la durée d’activité de chaque potier).

37Les guerres des Marcomans et des Sarmates (entre 166 et 180) ont marqué un tournant dans la vie de la province. La guerre s’éternisant, la majorité des villes et des camps militaires ont été endommagés, certains ont été détruits. On peut constater à cette période une réduction soudaine du nombre d’estampilles. La population avait diminué et l’économie était en crise. Après la reconstruction, la sigillée de Gaule centrale (en particulier celle de Lezoux, à partir de 175/178 selon les preuves stratigraphiques) a été remplacée par celle de Rheinzabern (fig. 11). Les observations faites en Pannonie, notamment sur les sigillés trouvées dans des niveaux de destructions liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates (166-180), ont aidé à fixer la position chronologique des poinçons de certains potiers (Cerialis, Gippus, Lallus, Mammius, Tauricus Tittius, etc. ; sur les contextes liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates en Pannonie : Gabler, 1994a). C’est la raison pour laquelle, en Pannonie, on ne peut pas prendre en compte les datations « longues » pour les potiers lezoviens (voir fig. 7 ; dans le catalogue nous donnons les datations longues proposées d’après les sites britanniques mais en mentionnant qu’en Pannonie leur production, et les poinçons présents, sont probablement antérieurs à 180). Il est à noter que les potiers et décorateurs tardifs de Lezoux ne sont pas représentés. La fin de l’exportation interprovinciale depuis les ateliers du Centre de la Gaule a probablement eu lieu entre 180 et 185 (Faber, 1994, p. 183-184 ; Tischer, 1994).

image

Fig. 11. Évolution du nombre d’estampilles des ateliers du Centre de la Gaule, de Rheinzabern, de Westerndorf et Pfaffenhofen en fonction de la datation de l’activité des potiers (les effectifs ont été pondérés par la durée d’activité de chaque potier).

IV.4. Rheinzabern

38Le centre de Rheinzabern exportait déjà en Pannonie en quantité modérée avant les guerres contre les Marcomans et les Sarmates (sur la sigillée de Rheinzabern en Pannonie voir : Gabler, 1987a). La production de la phase ancienne et moyenne de Rheinzabern est assez rare dans la province (fig. 11). Après les guerres, la sigillée de Rheinzabern remplace complètement la production du Centre de la Gaule et trouve également en plus grande quantité un chemin vers le Barbaricum (Gabler, Vaday, 1986, p. 34-37, 70-71), pour lequel Aquincum a joué un rôle très important comme port de commerce (fig. 12).

image

Fig. 12. Distribution en Pannonie des estampilles de sigillées lisses de Rheinzabern. Données : D. Gabler et A. Márton ; Fond : Esri WBM, SRTM ; CAO : E. Gauthier, UMR6249, mai 2008.

39La proportion des sigillées de Rheinzabern, à l’exception des sites de Gerulata (22,7 %) et de Salla (23 %), est la plus haute par rapport à la quantité totale de céramique sigillée en Pannonie et par rapport à la sigillée importée comptée par décennie. Même si la production de Rheinzabern est majoritaire à Carnuntum (25,6 %), à Brigetio (33,3 %) et à Aquincum (35,6 %), la hausse n’est pas aussi remarquable qu’à Poetovio (53,8 %), à Vindobona (40,9 %), à Gorsium (57 %), ou en milieu rural, à Budaörs (52,9 %), à Páty (60,7 %) ou dans la villa de Baláca (62 %). C’est principalement la production de Rheinzabern qui est retrouvée en milieu rural (fig. 12). Mis à part le fait que cet atelier était plus proche et donc le transport des cargaisons moins coûteux, à l’époque sévérienne, la province était en plein essor grâce aux faveurs des empereurs et à l’argent dépensé pour l’armée danubienne (fig. 11). Même si la sigillée de Rheinzabern est la plus nombreuse sur les sites, le nombre d’estampilles sur les sigillées lisses de Rheinzabern (633 estampilles et 160 potiers actifs - à notre connaissance - uniquement à Rheinzabern ; auxquels ont peut ajouter 54 estampilles et 16 potiers qui ont été actifs à Rheinzabern ainsi qu’à Westerndorf) est inférieur au nombre d’estampilles de Gaule centrale (904 estampilles et 213 potiers). Les vases étaient en effet moins souvent signés dans l’atelier de Rheinzabern. On peut expliquer ce phénomène par une différence dans la pratique de l’estampillage entre les centres de production de Gaule centrale et ceux de Rheinzabern. Ce qui indique une organisation différente de la production.

IV.5. Westerndorf et Pfaffenhofen

40Le second âge d’or de l’époque sévérienne correspond à la période où la sigillée de Westerndorf et de Pfaffenhofen était importée en Pannonie. Ces ateliers ont été établis sur la frontière de la Rhétie et du Norique pour satisfaire les exigences des provinces danubiennes (sur la sigillée de Westerndorf et Pfaffenhofen en Pannonie, voir Gabler, 1983, p. 354-355). Le volume de leur production était inférieur à celui du grand atelier rhénan (fig. 11). Ils ont livré vers la province pendant une période courte (Westerndorf a été détruite en 233, Pfaffenhofen a continué sa production jusqu'en 260). Leurs proportions par rapport à la quantité totale sont infimes : à Carnuntum 3,51 %, à Gerulata 8,2 %, à Poetovio 2,67 %, à Salla 3 %, à Brigetio 10,6 %, à Aquincum 10 %, à Gorsium 4,1 %, à Baláca 2,8 %, et à Budaörs 2,8 %. La proportion des sigillées de Pfaffenhofen en Pannonie est très faible. À Vindobona seuls 2 % des 1529 fragments publiés ont été produits dans cet atelier. Leur proportion dans le camp auxiliaire de Carnuntum et dans les canabae d’Aquincum est d’environ 5 %. Les cargaisons provenant de ces ateliers ont été livrées dans les camps et les villes de la ripa (sur un probable marchand de céramique (?) en Pannonie provenant de Portus Aeni - Pfaffenhofen - voir Mráv, 1999). Dans les sites de l’intérieur de la province, la céramique des ateliers danubiens n’a pas pu occuper une position importante sur le marché (fig. 13 et 14) ; toutefois la distribution établie d’après les estampilles est moins large que celle des vases car les sigillées moulées de ces deux ateliers sont plus facilement identifiables et la fréquence de l’estampillage sur les sigillées lisses est probablement moins grande qu’à Rheinzabern et considérablement moins fréquente qu’à Lezoux. Après les événements de 233, les routes commerciales sont devenues moins sûres, la conjoncture favorable a pris fin dans la province, le pouvoir d’achat a considérablement diminué. Rheinzabern et Pfaffenhofen ont continué à exporter vers la Pannonie, mais dans une quantité largement inférieure (voir l’analyse des sigillées moulées dans Weber-Hiden, 1996, p. 26, 27, 34 ; Hantos, 2005, p. 121). La chronologie de la sigillée moulée de Rheinzabern, surtout la production postérieure à 180, fait l’objet de fortes discussions. Ces problèmes s’aggravent concernant les potiers attestés sur la céramique lisse (sur le problème de la datation de la sigillée moulée de Rheinzabern, voir Mees, 2000, Gabler, 2002a, p. 231-232, avec bibliographie). Les potiers représentés par un plus grand nombre d’estampilles en Pannonie ont probablement travaillé avant 235 ou bien leur production a été importée avant cette date. Après le milieu du IIIe siècle l’importation depuis les ateliers danubiens s’est arrêtée.

image

Fig. 13. Distribution en Pannonie des estampilles de sigillées lisses de Westerndorf. Données : D. Gabler et A. Márton ; Fond : Esri WBM, SRTM ; CAO : E. Gauthier, UMR 6249, mai 2008.

image

Fig. 14. Distribution en Pannonie des estampilles de sigillées lisses de Pfaffenhofen. Données : D. Gabler et A. Márton ; Fond : Esri WBM, SRTM ; CAO : E. Gauthier, UMR 6249, mai 2008.

41Concernant les estampilles provenant des sigillées lisses, plusieurs potiers ont travaillé à Rheinzabern et également à Westerndorf ; et des potiers actifs à Westerndorf ont travaillé aussi à Pfaffenhofen (parmi les potiers attestés dans le corpus, seuls deux, Diicos et Aurelius, ont travaillé uniquement à Pfaffenhofen). Il est souvent impossible de déterminer d’après les publications dans quel centre l’estampille a été produite. Bien que les estampilles soient également plus rares sur la céramique lisse, la proportion et les tendances générales relatives à l’exportation depuis ces ateliers se reflètent également bien dans la quantité d’estampilles provenant de ces deux centres.

IV.6. Les principaux sites de référence sur la consommation des sigillées en Pannonie et l’évolution des réseaux commerciaux

42La proportion des différentes provenances dans les principaux sites considérés reflète les quantités de sigillées accessibles sur les marchés pannoniens et la capacité de consommation de sigillées aux différentes phases. Ces principaux sites ont en effet reçu tour à tour des sigillées de chaque groupe d’atelier et ils présentent une image de la consommation de sigillée sur la longue durée. Les variations que l’on peut observer dans les profils laissent supposer des variations dans l’impact et le poids des importations en provenance des différents lieux de production (fig. 15). Les quantités d’estampilles ne sont pas représentatives des quantités absolues de sigillées car la fréquence de l’estampillage a varié selon les époques et les ateliers. Il faut également garder en tête le fait que les formes lisses n’étaient pas toutes signées et que les hasards de la fragmentation sont aussi en cause. La proportion assez forte d’estampilles de Gaule de l’Est est toujours liée à un problème d’identification. L’absence complète des estampilles sud-gauloises à Gerulata n’est qu’une incidence de la fragmentation des vases. Néanmoins la comparaison des proportions observées pour chaque atelier dans les différents sites peut être considérée comme représentative de variations géographiques réelles de la consommation des sigillées.

image

Fig. 15. Proportions des différentes provenances des estampilles de sigillées lisses dans les principaux sites de référence.

43Pour les sites de l’ouest de la Pannonie (Vindobona et Carnuntum) et sur la route de l’ambre (Salla et Savaria), on constate que la proportion de sigillées du Sud de la Gaule est plus importante qu’ailleurs (10-15 % contre 2-5 %). Ceci souligne leur importance à l’époque de l’importation de la sigillée sud-gauloise, jamais totalement masquée par les importations des époques suivantes, en particulier le dumping en provenance de Lezoux et de Rheinzabern. Ceci indique une prospérité particulière de ces sites à cette époque, liée à la fondation des camps militaires ou au dynamisme de la route de l’ambre, et leur affaiblissement par la suite.

44La proportion toujours forte des estampilles de Gaule centrale résulte de plusieurs facteurs : la plus grande fréquence de l’estampillage (par rapport à Rheinzabern par exemple) et le volume massif des importations.

45L’augmentation de la proportion de sigillées de Rheinzabern dans les sites sud-pannoniens est encore remarquable si l’on tient compte du fait déjà observé que l’estampillage est moins fréquent sur la production de Rheinzabern que sur celle de Lezoux (par exemple à Poetovio ou à Mursa). En revanche, la capacité à consommer dans les sites d’étapes sur les routes commerciales par lesquelles cette céramique arrive, depuis les ports danubiens vers l’intérieur de la province et jusque dans le sud, a diminué (par exemple à Salla et à Gorsium). Les ports d’arrivée sont par contre largement remplis des productions de Rheinzabern et des ateliers danubiens.

Conclusion

46Le commerce des sigillées en Pannonie était, au cours du Ier siècle, connecté principalement avec l’Italie. Il a été remplacé par la production sud-gauloise qui s’est installée et a créé son propre réseau de diffusion à partir de l’époque claudienne et surtout à l’époque flavienne, au moment du développement des camps militaires sur le limes et des communautés civiles avoisinantes.

47La production des ateliers de Gaule centrale a ensuite été largement importée à une époque d’urbanisation sous le règne d’Hadrien, suivie par une phase de développement tranquille et de prospérité suscitée par la présence de l’armée. À cette époque, les ateliers de l’Est de la Gaule ont également réussi à livrer leur production sur le marché pannonien. Ce système économique et commercial a été fortement perturbé et en partie ruiné par les guerres des Marcomans et des Sarmates. C’est à ce moment que Lezoux a perdu la Pannonie comme lieu d’exportation interprovinciale. Après ces guerres, à l’époque antonine tardive et à l’époque sévérienne, la Pannonie est entrée dans son second âge d’or, grâce à tout l’argent et aux faveurs dispensés sur l’armée danubienne. Même le grand atelier de Rheinzabern ne produisait pas suffisamment de sigillées pour satisfaire la demande dans la région. Westerndorf et Pfaffenhofen ont donc également eu des possibilités de vente. Une grande quantité de sigillées a été importée entre 180 et 233. Puis les incursions alamanes et les problèmes politiques, sociaux et économiques dans l’Empire ont mis fin à cette prospérité. Westerndorf a été détruit. Pfaffenhofen et Rheinzabern ont continué à exporter mais les importations ont cessé vers le milieu du IIIe siècle, peut-être quelques années avant la destruction et l’abandon final des ateliers. Par la suite, seules les sigillées africaines et, au IVe siècle, les productions d’Argonne, sont arrivées (Gabler, 1989a), mais en quantité considérablement plus modeste, et elles étaient certainement beaucoup moins accessibles.

48Toutes ces étapes se reflètent dans l’analyse statistique des estampilles trouvées sur les sigillées lisses de Pannonie. Naturellement, cette étude ne pourrait pas être réalisée sur les sigillées africaines et d’Argonne qui, à cette époque, ne portent pas d’estampilles.

49Les signatures de potiers ne sont pas seulement des indices du dynamisme des relations interprovinciales ; elles permettent également d’analyser la structure des réseaux d’échanges entre les ateliers gaulois, rhénans et danubiens et les communautés pannoniennes, consommatrices de cette céramique fine.

50Parce qu’elle est devenue relativement chère lors de son transport et à cause du franchissement des zones d’imposition, son accessibilité était plus limitée qu’en Occident. Un bol à reliefs de l’officina de Cinnamus fait à Lezoux coûtait approximativement un jour de solde à un légionnaire en Pannonie (Noll, 1972 ; Ruprechtsberger, 1980, p. 147; Kovacsovics, 1987).

51Les consommateurs sont principalement des communautés militaires ou urbaines. Les sigillées ont été diffusées également dans les villae luxueuses comme Baláca. En milieu rural, la région du lac Fertö et les environs d’Aquincum (Páty et Budaörs) sont aussi dynamiques, la première grâce à sa position stratégique entre Carnuntum et la colonie de Savaria et la proximité de la route de l’ambre ; la seconde probablement par la présence d’une aristocratie indigène (une sigillée italique d’époque augustéenne a été trouvée à Budaörs et plusieurs « tombes à char » dans la nécropole).

52Toutes ces observations se reflètent également dans la distribution des sigillées dans les tombes. La majorité des sigillées italiques ont été trouvées dans les sépultures de personnes rattachées à l’armée (tombes de soldats ou bien zones dans lesquelles des vétérans s’étaient installés, par exemple au nord du lac Balaton) ou dans les nécropoles des communautés qui ont plus ou moins directement profité de la présence de l’armée (voisinage d’un camp militaire ou familles de soldats auxiliaires). La sigillée de Gaule du Sud se concentre vers les communautés militaires et urbaines et seules les sigillées de Lezoux et de Rheinzabern commencent à se diffuser dans les nécropoles rurales. L’analyse détaillée des sigillées dans les tombes (Márton, 2009) permet ainsi de compléter cette étude sur la consommation des sigillées en Pannonie.

Catalogue

Introduction au catalogue

53Ce catalogue est une version révisée, enrichie et illustrée d’une précédente publication (Gabler, Márton, 2005) à laquelle aucune référence interne ne sera portée. Mis à part les recherches de plusieurs décennies de D. Gabler sur la céramique sigillée, ce catalogue s’appuie principalement sur des recherches bibliographiques. Les estampilles inédites proviennent de ses archives. Nous avons essayé d’éliminer les estampilles qui sont apparues plusieurs fois dans la bibliographie, mais étant donné que les numéros d’inventaires ne sont pas systématiquement indiqués, certaines signatures apparaîtront peut-être deux fois dans ce catalogue. Le but n’était pas de faire une étude systématique des poinçons, qu’il est impossible de réaliser d’après les seules publications ; néanmoins des estampilles faites par le même poinçon sont signalées. Nous avons vérifié et ré-identifié les estampilles autant qu’il était possible de le faire sans avoir recours à un examen personnel des vases. Mais il s’agissait plutôt de proposer ici une base de données couvrant entièrement le territoire de la Pannonia Inferior et Superior qui permettrait de travailler sur la question de la céramique et des relations commerciales à travers des analyses statistiques. Nous avons été obligés d’exclure de cette étude tous les poinçons trop fragmentés, pour deux raisons : les origines indiquées sont parfois erronées, même pour les grands ateliers, et les dessins ne sont pas suffisamment fiables pour tenter une attribution. Les identifications faites par les chercheurs ont généralement été acceptées et conservées. Et nous n’avons pas donné les références aux graphies identiques (les comparatifs) citées dans les différentes publications. La monographie de F. Oswald a prouvé qu’elle était un outil à double tranchant dans la main des chercheurs et nous nous sommes confrontés à ce problème. Dans ce travail toujours fondamental, les estampilles de plusieurs potiers sont quelquefois mélangées. Dans certains cas, il s’agit de plusieurs potiers homonymes actifs dans un ou même plusieurs ateliers et qui ont alors été réunis sous le même nom. Les estampilles de ce catalogue proviennent de diverses sources bibliographiques, dans lesquelles les attributions avaient souvent été faites d’après les listes d’Oswald et une attention moins grande avait été accordée à la qualité de la pâte et du vernis. Nous avons essayé d’éliminer les fausses identifications et de pointer celles qui sont faibles ou douteuses ; mais nous n’avons pas voulu tout considérer comme incertain. C’est la raison pour laquelle les attributions, surtout celles faites anciennement sans illustration, doivent être utilisées avec précaution. Nous avons tenté de séparer la production des différents potiers homonymes d’un même atelier mais il ne s’agit pas stricto sensu d’une étude sur les différentes mains. Dans quelques cas, nous avons signalé qu’il s’agit probablement de la production de plusieurs potiers homonymes mais ce catalogue ne remplace pas une étude (ou une ré-étude) approfondie des attributions des différentes estampilles. Les planches sont faites d’après les illustrations originales digitalisées. Nous avons souvent rencontré des problèmes de dessins ne respectant pas fidèlement la graphie de l’estampille. Certains dessins très différents d’une même estampille étaient publiés ; il était donc préférable d’en donner les différentes versions. Peu d’attention a été en général accordée aux bords des poinçons, ce qui rend très difficile l’identification des différents états d’usure, des endommagements ou des remaniements. Mais il serait bon dans l’avenir que les reproductions de toutes les estampilles soient publiés systématiquement.

54Le catalogue est classé par potiers par ordre alphabétique. Les homonymes sont présentés dans l’ordre topographique, du Sud de la Gaule à Pfaffenhofen. Chaque nom est accompagné de la bibliographie qui lui est propre. On ne cite pas la série des Obergermanische-Raetische Limes car l’index fait par J. Oldenstein permet de retrouver facilement les potiers concernés (Oldenstein, 1982). Les séries monographiques de B. R. Hartley et B. M. Dickinson (Names 1 ; Names 2 ; Names 3) ont commencé à paraître après la clôture de cet article. Les trois premiers volumes sont systématiquement intégrés et pour les potiers concernés, nous avons décidé de ne pas citer de bibliographie comparative, les autres exemples pouvant être identifiés d’après ces monographies et un recueil non systématique de la production d’un potier aurait peu d’intérêt. Nous n’avons inclus que les citations d’ouvrages mentionnant des poinçons non répertoriés ou qui présentent une addition sur l’œuvre du potier. Afin d’éviter les redondances, pour chaque notice relative à un potier, les références bibliographiques citées n’apparaissent qu’une seule fois, dans la partie identification, comparaison ou bien datation.

55Les estampilles ont été classées par taille, de la plus longue à la plus abrégée ou fragmentée avec une transcription épigraphique (les lettres endommagées ne sont pas marquées par une sous-ponctuation). La majorité des publications avec lesquelles nous avons travaillé ne reproduisent pas les formes des différents caractères ni l’emplacement des interponctions, ce qui ne nous permet pas de les indiquer de manière systématique ; ces éléments ne sont donc pas distingués dans le catalogue.

56La transcription de l’estampille est suivie du lieu de découverte dans sa version latine si elle est connue, puis de l’identification de la forme du vase. Celle-ci est indiquée en caractères gras, les chiffres renvoyant à la typologie Dragendorff, sauf mention contraire. Nous avons rencontré des problèmes avec les identifications proposées par les auteurs concernant les assiettes Drag. 18, 18/31 et 31, qui ne sont pas toujours homogènes. Il faut les considérer avec précaution. La majorité des publications ne nous permettent pas de donner de subdivision concernant les formes Drag. 27 et Drag. 33.

57Chaque potier est numéroté. Les planches ne présentent pas toutes les estampilles du catalogue mais seulement celles qui étaient publiées avec un dessin en taille réelle ou indiquant une échelle permettant de retrouver la taille réelle, excepté quelques cas indiqués par une étoile. Les numéros des estampilles sur les planches se composent de deux parties : le numéro du potier puis le numéro de l’estampille selon la position dans laquelle elle apparaît dans le catalogue.

58Le nom du potier est suivi par la localisation de son(ses) atelier(s), dans une forme abrégée. Pour les potiers homonymes, lorsqu’il est impossible d’attribuer l’estampille à l’un ou à l’autre, nous l’avons marqué comme indéterminé (Indét).

Abréviations utilisées dans le catalogue

59Av : Avocourt ; Ba : Banassac ; Bl : Blickweiler ; Ca : Carrade ; Ch : Chémery ; Cr : Crambade ; Gr : La Graufesenque ; Gu : Gueugnon ; He : Heiligenberg ; Hed : Heddernheim ; Hy : Haute-Yutz ; It : Ittenweiler ; Jo : Jonquières ; La : Lavoye ; Lb : Lubié ; Le : Lezoux ; Md : La Madeleine ; Me : Metz ; Mi : Mittelbronn ; Mr : Les Martres-de-Veyre ; Of : Offemont ; Pf : Pfaffenhofen ; Pr : Le Pont-des-Rèmes ; Rh : Rheinzabern ; Ro : Le Rozier ; Tf : Terre-Franche ; To : Toulon-sur-Allier ; Va : Valéry ; Vi : Vichy ; We : Westerndorf ; * : localisation probable.

60Pour les autres symboles utilisés, nous avons tenté d’adapter le système des « Names » :
{ } renfermant un nom de potier, indique une incertitude sur l’existence du potier : il s’agit soit de poinçons mal interprétés, soit d’un artisan n’ayant peut-être pas travaillé sur sigillée ;
{ } renfermant un lieu de découverte, indique que nous avons exclu cette entrée de la liste des estampilles du potier concerné, pour la raison expliquée dans le catalogue ;
{ } renfermant le numéro de poinçon, indique une incertitude sur la relation entre le potier et le poinçon ou bien une duplication possible d’un autre poinçon ;
[ ] renfermant un nom de potier, indique des potiers italiques mal interprétés ;
Ψ indique une incertitude sur la lecture ;
[ et ] placés dans la transcription de l’estampille indiquent l’endroit de la cassure ;
° indique une interponction ;
^ indique une ligature ou une jointure de lettres ;
← indique un poinçon rétrograde ;
(←) indique que la lettre précédente est rétrograde ;
(↓) indique que la lettre précédente est renversée ;
= indique que l’estampille est faite par le même poinçon qu’une autre estampille citée ;
= ? indique que l’estampille est probablement faite par le même poinçon qu’une autre estampille citée ;
indique qu’une estampille correspond, par la lecture et par la forme, a un poinçon, mais que cette estampille n’est pas reproduite ;
’ et ’’ indiquent les différents états des poinçons (les remaniements et endommagements) ;
P. signifie poinçon ;
E. signifie estampille ;
= Fundberichte aus Österreich.

611. ABALANISou ABALLANIS -Le-
Aballan[ : Vindobona (Kenner, 1911, 125b).
Datation : 120-155 (Names 1, 34).

  • 1  En utilisant les datations proposées par B. Hofmann, on a précisé le début de la production de l’a (...)

622. ABBO -Rh-
Abbo fecit : Poetovio (Oswald, 1931, 1 = ? Abramić, 1925, p. 96, probablement identique à l’une des suivantes publiées par I. Curk). Abbo feci : Loretto 31 (fig. 2 ; Barb, 1935, in : I. 17-20, 215 = Gabler, 1979a, Nr. 25, 35, Abb. 10. 25). Abbo fe : Carnuntum (fig. 3 ; Heydendorff, 1949, Nr. 1, 6 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 1, 52, 57). Ab[..]feci[ : Poetovio 33 (fig. 4 ; Mikl-Curk, 1969, N° 375, 40, T. XXII). Abbo fe[ : Poetovio 32 (fig. 5 ; Mikl-Curk, 1969, N° 383, 40, T. XXII). Abbo f : Brigetio 33 (fig. 6 ; CIL III, 12014. 1. a = ? Juhász, 1938, Nr. 1, 134, Taf. XLIV. 1), Mursa 32 (fig. 7 ; Bulat, 1958, Nr. 31, 80, Sl. 12. 31 = Names 1, 36). Abbo[ : Gorsium 31 (fig. 8 ; Gabler, 1967, Nr. 1, 34, 47 = Gabler, 1969, 34 = Instrumenta, Nr. 50, 77 = Names 1, 34), Salla (fig. 9 ; Gabler, 1989a, 451). ]bo feci : Intercisa (inédite, fouille de 1975).
P. 1a : E. 4., E. 5, E. 8. P. 3b : E. 3. P. 4b : E. 7. P. 4c : E. 6. P. 4d : E. 9. E. 9 : probablement P. 1a mal lue. Abbo ayant utilisé un grand nombre de poinçons assez similaires, la fidélité relative des reproductions ne nous permet pas d’identifier avec certitude les autres poinçons.
Datation :F. Oswald a signalé un gobelet de forme Drag. 27 trouvé à Poitiers (Oswald, 1931, 1). Cette forme n’est pas attestée dans Names 1, où Abbo est daté entre 170 et 260. D’après la forte présence de sa production dans la région danubienne on peut proposer une datation entre 170 et 2351.

633. ACAPUS -Le-
Acapu ← : Aquincum 27 (fig. 1 ; Gabler, 1976, Nr. 203, 47 = Names 1, 45).
E. 1 : est classée comme P. 1a dans Names 1, mais les différences étant considérables, il pourrait s’agir de l’impression d’un autre poinçon.
Datation : 125-150 (Names 1, 45).

644. [ACRUS]
Acri (hedera) : Neviodunum 27 (CIL III, 12014. 39. 53, ici lue M^acri (hedera) = Petru, Petru, 1978, N° 1035, 76, 102, Taf. XLI. 1, pas de référence au CIL).
Il s’agit de la signature de Macer de la région du Pô (voir CVArr, N° 1079, 269).

655. ACURIO -Le- (sur le potier : Bet, Delage, 1991, N° 33, 214, fig. 11. 33).
Acurio f : Arrabona (Börzsönyi, 1904, 253), Carnuntum 31 (Swoboda-Milenović, 1956, Nr. 2, 45), Salla 33 (fig. 3 ; Gabler, 1989a, Nr. 84, 448, Abb. 7. 3 = Names 1, 54), Vindobona (Kenner, 1909, 78a = ? Oswald, 1931, 3, Acurioºf). Acurio ° : Gorsium 33 (Gorsium 1978, Nr. 395, 197, 260, V. t, ici Acurio).
P. 5a : E. 4. P. 5–a : E. 1. P. 5–b : E. 4. P. 5–a' : E. 5, il s’agit d’un poinçon mal imprimé ou remanié.
Datation : 140-170 (Names 1, 55).

666. ADIECTUS -Le-
Adiecti m^a : Taurunum 33 (fig. 1 ; Brukner, 1981, Nr. 1, 53, T. 1. 1).
P. 1b : E. 1.
Datation :150-190 (Names 1, 73).

677. ADUOCISUS -Le- (sur le potier : CGP, 248 ; Bet, Delage, 1991, Nos 34-35, 214, fig. 11. 34-35).
Audocius : Vindobona (Ψ Donat et alii, 2003, 29). Aduocisio : Mursa 33 (fig. 2 ; Bulat, 1958, Nr. 32, 80, Sl. 12. 32 = Names 1, 77). Aduoc[ : Aquincum 18/31 (fig. 3 ; Szirmai, 1985, 52, 10. kép 4, ici attribuée à Advocatus). Adu[ : Winden am See (fig. 4 ; 24/25 (1985/86) [1988] 279, Abb. 548).
P. 1a : E. 4 ; P. 1–a ou 2–a : E. 2 d’aprèsNames 1, mais il est impossible de déterminer à quel poinçon appartient cette estampille d’après la reproduction. P. {7a} : E. 1.
Datation : 160-200. En Pannonie avant 180.

688. {AECILO}
Aiicilo f : Aquincum 33Kuzsinszky, 1932, 376).

699. AELIANUS -Mr-
(palma) Aeliani m : Brigetio 31 (fig. 1 ; CIL III. 2. 1, 6010. 3 = Juhász, 1935, Nr. 3, 134, Taf. XLIV. 3 = Names 1, 80).
P. 1a : E. 1.
Datation : 100-140 (Names 1, 81).

7010. AELIANUS -Le-
Aiiliani m : {Poetovio} 33 (fig. 1 ; Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 5 = ? Mikl-Curk, 1969, N° 236, 34, T. XXII = Names 1, 81).
P. 1e : E. 1 ; cette estampille ne peut pas être identifiée avec certitude parmi les poinçons connus d’Aelianus. Il s’agit peut-être d’une marque mal interprétée d’Atilianus I.
Datation : 155-180 (Names 1, 81).

7111. AESTIVUS -Le-
Aestivi m^a : Aquincum 31 (Finály, 1906, N° 4, 95 = Oswald, 1931, 6 = Names 1, 88), Brigetio 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 4, 134, Taf. XLIV. 4). Aestivi m : Aquincum (Finály, 1906, N° 3, 95 = Names 1, 89), région de Sárvár 18 ou 33 (fig. 4 ; Horváth, 2001, N° 89, 95, 3. kép 8, ici Aettim. ma). Aiistivi : m : {Aquincum} 31 (Oswald, 1931, 6), Poetovio 31 (fig. 6 ; Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 6 = Gabler, 1964, 99 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 244, 34, Taf. XII = Names 1, 88, ici classée P. 2b). Aestiv^i m : Albertfalva 31 (fig. 7 ; Gabler, 2006, 37. sz., 3. kép 6). Aestivi m[ : Poetovio 31 (fig. 8 ; Curk, 1969, N° 237, 34, Taf. XII = Names 1, 90). Ae[.]tiv^i m : Brigetio 33 (fig. 9 ; Juhász, 1935, Nr. 5, 134, T. XLIV. 5 = Names 1, 89).
Signalé à Tokod (Gabler, 1964, 99).
P. 2a : E. 6. P. 2d : E. 1. P. 3a : E. 2. P. 3b : E. 3. P. 3c : E. 9. P. 3d : E. 4. P. 3f : E. 7. Φa : E. 8.
E. 5 : probablement identique à E. 3, sinon elle n’a pas été retrouvée dans la bibliographie.
Datation : 155-195 (Names 1, 90) En Pannonie jusqu’en 180.

7212. AETERNUS -Le- (sur le potier : Mitard, 1993, N° 4, 337, pl. IV.
Aeterni : Aquincum (Szilágyi, 1945, 458), Carnuntum 31 (Oswald, 1931, 6), Carnuntum 31R ? (fig. 3 ; Grünewald, 1979, 22-23, Taf. 10. 5 = Names 1, 93), Salla 33 (fig. 4 ; Gabler, 1989a, Nr. 85, 448, Abb. 7. 4 = Instrumenta, Nr. 44, 75), Vindobona 31 (Rennweg 44 FNR. 89/440). Aeterni[ : Vindobona (fig. 7 ; Kenner, 1900, 34, fig. 29. a). Aetern[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 2, 217 = CIL III, 12014. 103. a = Finály, 1906, N° 5, 95 = Oswald, 1931, 6), Carnuntum (Groller, 1903, Nr. 3, 114). Aet[ ← : Aquincum (fig. 9 ; Juhász, 1936, N° 11, 34). Aet[ : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 70, 9). ]terni m : {Carnuntum} (Heydendorff, 1949, Nr. 2, 6). ]erni : Brigetio 33 (fig. 12 ; Juhász, 1935, N° 364, 157, Taf. XLIX. 364).
Également signalé à Tokod (Gabler, 1964, 99).
P. 2a : E. 8. P. 5a : E. 3, E. 4, E. 11. P. 5a : E. 1, E. 2, E. 5. Ψa : E. 7, E. 9.
Datation :sa production a pu être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans en Pannonie inférieure (Gabler, 1994a, 366). 155-180 (Names 1, 93).

7313. AFRICANUS -Le, To-
Af^rican^im : Aquincum (Finály, 1906, N° 13, 96, ici Arican^t m = Oswald, 1931, 23 = Names 1, 97).
Carnuntum gobelet (Swoboda-Milenović, 1956, Nr. 1, 45).
P. 1b : E. 1, E. 2, ce poinçon est lezovien.
Datation : 155-170 (Names 1, 98).

7414. IULIUS AEMILIUS -Ba et Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 149).
Of Iuliaen : Vindobona (fig. 1 ; Kenner, 1900, fig. 51a). Of Iuliaen[ : Aquincum 31 sic ! (Kuzsinszky, 1932, 377).
E. 1 et 2 : il s’agit probablement de signatures de Iulius Aemilius avec un poinçon endommagé qui a donné une impression terminée par N.
Datation : 80-120 (Polak, 2000, 160).

7515. AGILIS -Sud de la Gaule-
Agilis f : Aquincum (Finály, 1906, N° 6, 95 = Oswald, 1931, 7 = Names 1, 103, P. 3-b).
Datation : Ier siècle (Names 1, 103). L’estampille d’Aquincum a été importée au plus tôt à l’époque claudienne, mais plus probablement à l’époque flavienne ou plus tard.

7616. AGISILLUS ou AGISILUS -We-
Agisilus fe : Aquincum 31 (Finály, 1906, N° 7, 95 = Oswald, 1931, 7). Agisillus : Carnuntum (fig. 2 ; Groller, 1906, Nr. 17, 35, fig. 18).
P. 2 –a : E. 1.
E. 2 : ne peut pas être identifiée avec un poinçon enregistré pour Agisillus. Si la reproduction est fidèle, il s’agit d’un nouveau poinçon.
Datation :il a travaillé pour Helenius (Streitberg, 1973, 133 ; Kellner, 1981, 175, Dautova-Ruševljan, 1993, 334, Abb. 1), ce qui indique une datation de l’époque de Commode et de l’époque sévérienne (Gabler, 2002, 232-233, sur la chronologie d’Helenius).

7717. ALAUCUS -Le-
Alauci mˆa : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 108, ici Alauci m = ? Juhász, 1935, Nr. 6, 134, Taf. XLIV. 6 = Names 1, 111).
P. 1a : E. 1.
Datation : 150-180 (Names 1, 112).

7818. ALBINUS -Indét-
Albinus f : Vindobona (Kenner, 1900, 72).

7919. ALBINUS IV -Le, Mr-
Albini m : Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212). Albini°of : Brigetio (CIL III, 12014. 4. a).
P. 3 b : E. 2. P. 6 – : E. 1.
Datation : 135-165 (Names 1, 132).

8020. FLO(RIDUS) ALBINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 11 ; Hofmann I, N° 8, 28 ; Plouhinec, Plouhinec, 1966, N° 4-5, 168-169 ; Lombard, 1978, N° 121, 38 ; Chur 2, 105, 35).
FºAlbiºniºof : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 7, 135, Taf. XLIV. 7). ]biniof : Carnuntum (fig. 2 ; Heydendorff, 1949, Nr. 3, 6 = ? Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 2, 52, 57, ici lue [Al]binio f).
Datation :150-190 (Galliou, 1989, 157). En Pannonie avant 180.

8121. ALBINUS VII -Rh-
Albinus fe : Göttlesbrunn (fig. 1 ; CIL III, 135521 = Groller, 1904b, 23, fig. 11 = Pascher, 1949, 39-40).
P. 1a : E. 1.
Datation : 160-260 (Names 1, 134).

8222. ALBINUS VIII -We, Pf-. (sur le potier : Singidunum I, N° 1, 88, Sl. 18. 1 ; cette estampille est similaire au poinçon 1a, mais selon toute vraisemblance elle n’est pas identique).
Albin[ : Neckenmarkt (fig. 1 ; 34 (1995) [1996] 692).
P. 1a : E. 1.
Datation :200-260 (Names 1, 134).

8323. ALBUCIANUS -Le- ou ALBUCIUS II -Mr, Le-
˚A˚l˚buc[ : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, N° 13, 135, Taf. XLIV. 13).
E. 1 : deux potiers lezoviens sont concernés : Albucianus ou Albucius. Ce poinçon n’était pas encore enregistré. Étant donné qu’il s’agit d’une estampille fragmentaire, on ne peut pas identifier le potier qui possédait cette marque.

8424. ALBUCIUS II -Le, Mr- (sur le potier : CGP, 255-258 ; Bet, Delage, 1991, N° 36, 214, fig. 11. 36).
Albuci°ofic : Brigetio (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 11, 135, Taf. XLIV. 11 = Names 1, 138). Albuc^i of : Brigetio 18/31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 12, 135, Taf. XLIV. 12), Tokod 18/31 (fig. 3 ; Gabler, 1964, 100 = MRT 5, 25. t. 15 = Instrumenta, Nr. 210, 138). Albuciºm : Brigetio 18/31 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 10, 135, Taf. XLIV. 10 = Names 1, 139). Albuci m : Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212) Albuci : Aquincum (Torma, 1883, N° 1, 4-5 = CIL III, 12014. 109. a), Brigetio 18/31 (fig. 7 ; Juhász, 1935, Nr. 9, 135, Taf. XLIV. 9 = Names 1, 141, 142 double entrée !), Carnuntum (CIL = Names 1, 142), Gorsium (Gorsium 1974, Nr. 6, 301, 333, V. t. 18), Gorsium (Bánki, 1987, Nr. 179, 227, Taf. XXXIX), Poetovio 33 (fig. 11 ; Mikl-Curk, 1969, N° 259, 35, T. XXII = Names 1, 142, ici classée P. 6–a), Poetovio 33 (CIL III, 12014. 109. a’ = ? Mikl-Curk, 1969, N° 276, 36 = Names 1, 142, P. 6–a) Sárvár 33 (fig. 13 ; Savaria 1996/97, 314, 46. kép 6 = Gabler, 1997, 50, Nr. 62, 70, Taf. 7. 5), Vindobona 27 (Rennweg 44 FNR 90/379), Vindobona 18/31 (Rennweg 44, FNR 90/632), Vindobona (Kenner, 1911, 155a), Vetus Salina 33 (fig. 17 ; Barkóczi, Bónis, 1954, N° 133, 173, Abb. 17. 5, Taf. XLIV. 6). Albuci[ : Vindobona (fig. 15 ; Kenner, 1900, 34, fig. 29. b). Alb[ : {Salla} 18/31 (Gabler, 1989a, Nr. 86, 448).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 100), Scarbantia (Gabler, 1964, 100), Teskánd (Gabler, 1964, 100).
Les estampilles signalées à Brigetio (CIL III, 12014. 109. b-e) sont peut-être identiques aux signatures provenant des vases moulés de ce site.
P. 1a : E. 1. P. 3b : E. 2, E. 3. P. 4c : E. 4. P. 4–b : E. 5. P. 6–a : E. 12, E. 13. P. 6c : E. 7, E. 9, E. 11. P. 6g : E. 17. P. 6– : E. 6, E. 8, E. 10, E. 14, E. 15, E. 16.
Datation : 140-170 (CGP, 255-258), 145-175 (Names 1, 143).

8525. ALBUS -Indét-
Albio°f : Baracs (CIL III. 2. 1, 6010. 10).

8626. ALBUS III -Le, Mr-
Albiºma : Vindobona (Kenner, 1909, 70° = Oswald, 1931, 12 = Names 1, 151). Albi[ : Velence 46 (Fitz, 1963, 101). ]lbi m : Carnuntum (fig. 3 ; Groller, 1909, Nr. 1, 75, fig. 29. 1 = Oswald, 1931, 12 = Names 1, 151, ici classée P. 3–a).
{P–a} : E. 1. P. 3a : E. 3.
Datation : 140-180 (Names 1, 152).

8727. {ALUBNUS}
Al°vbnus f : Carnuntum (CIL III, 12014. 4. b).

8828. AMABILIS II -Md - (sur le potier : Gaitzsch, Haarich, 1997, 296, avec la sigillée lisse de Cinnamus ; Scholz, 2006, Nr. 367, 151).
Amabilis : {Mursa} Niederbieber 1c (fig. 1 ; Brukner, 1981, Nr. 8, 53, T. 1. 8, ici lue comme Amariu(s) et attribuée à Rheinzabern).
Voir aussi : Amabilis -Rh- E. 2.
E. 1 : Amarius n’a probablement jamais existé (Names 1, 177). Il s’agit plutôt d’une impression mal lue d’Amabilis.
Datation : 125-155 (Names 1, 166).

8929. AMABILIS -Rh - (sur les potier : Scholz, 2006, 151).
Amabilis f : Matrica (Kovács, 1999, 66). Aˆm[ : Carnuntum (fig. 2 ; Grünewald, 1979, 22-23, Taf. 10. 1, ici attribuée à Amabilis de La Madeleine = Names 1, 167).
P. 1a : E. 2.
Datation : 180-260.

9030. AMANDINUS ?-Sud de la Gaule-
A^m^and^inu : {Vindobona} 18 (fig. 1 ; Ψ Donat et alii, 2002, 95).
Il s’agit d’une estampille anépigraphique.
E. 1 = Walke, 1965, Taf. 45. 420.

9131. AMANDUS II -Gr-
Aˆmˆ\ : Sirmium 25 (fig. 1 ; Ψ Brukner, 1981, Nr. 6, 53, T. 1. 6). [A]m[and] ? : {Baláca} 27Gabler, 1992, Nr. 39, 298, 3. ábra 10, ici lue Aman[, le dessin ne correspond pas avec la description = Csirke et alii, 2006, 9. 2. 306. sz., 106).
P. 6a : probablement E. 1. P. 4a : Baralle 27 (Hosdes, Jacques, 1989, Tombe J87 – J111, 161, 171).
Datation : 30-65 (Names 1, 173).

9232. AMANDUS -Rh-
Aˆmˆaˆndus f : Aquincum 33(Kuzsinszky, 1932, 376), Aquincum (Anonymus, 1869a, 68 = Torma, 1883, N° 2, 5 = CIL III, 12014. 5. b), {Brigetio} 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, N° 15, 135, Taf. XLIV. 15), Sirmium 33 (fig. 4 ; Brukner, 1981, Nr. 5, 53, T. 1. 5). Amˆandus f : Aquincum (Torma, 1883, N° 2, 5 = ? CIL III, 12014. 4. a Names 1, 176). Aman(←)dus : Brigetio 31 (fig. 6 ; Juhász, 1935, Nr. 14, 135, Taf. XLIV. 14 = Names 1, 176). Am^andus[ : Carnuntum 33 (fig. 7 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 3, 52, 57). ]mandus fe : Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 376).
P. 2 – : E. 8. P. 3a : E. 7. P. 3 –b : E. 1, E. 2. P. 3 –c : E. 5. P. 5a : E. 6.
E. 3 : était attribuée par Gy. Juhász à Amandus de Rheinzabern, mais elle n’était pas incluse dans Names 1. E. 4 : ce poinçon ne semble pas être enregistré.
Datation : fin du IIe siècle (Names 1, 176).

9333. {AMARIUS}
Voir Amabilis II.

9434. AMATOR -Rh-
Amator fe : Salla 32 (fig. 1 ; Gabler, 1989a, 450 = Instrumenta, Nr. 51, 77).
E. 1 : le poinçon correspondant n’est pas encore enregistré.
Datation : 160-260 (Names 1, 179), fin du IIe-début du IIIe siècle (Instrumenta, Nr. 51, 77).

9535. AMBITΘUS ou AMBITOUTUS -Le-
Ambithou m : Carnuntum (Swoboda, Milanović, 1958, Nr. 4, 38 = Names 1, 180). Ambithou m[ Carnuntum (fig. 2 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 341, 170, Taf. 33. 341).
P. 1a : E. 2.
Datation : 130-160 (Names 1, 180).

9636. AMENUS -Le-
Amii : Brigetio 33 (fig. 1 ; Fényes, 2002, N° 5, 329, T. LII. 5, ici lue Manni).
E. 1 : probablement P. 1a mal imprimée.
Datation : 150-180 (Names 1, 182).

9737. {AMIANUS}-Rh-
Am[---]II[ : Poetovio (fig. 1 ; Mikl-Curk, 1969, T. XXII, non retrouvée dans le catalogue).
P. 1a : E. 1.
Il s’agit probablement d’un poinçon anépigraphique.
Datation : 160-260 (Names 1, 182).

9838. {AMUCUS} ? -Rh, We-
Am[.]ci ou An[.]ci : Carnuntum 31 (fig. 1 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 9, 170, Taf. 29. 9, ici A[---]ci).
La qualité de la production correspond à Rheinzabern/Westerndorf, mais on ne peut pas identifier le potier de cette marque.
Datation : 160-233.

9939. ANDEGENUS -Le-
Andegeni m : Ráczkeve (CIL III, 12014. 112. a = Names 1, 193). Andegin m : Aquincum (Ψ Finály, 1906, N° 9. a, 95 = Oswald, 1931, 16 = Names 1, 194,). Anˆdegen m : Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 18, 135, Taf. XLIV. 18), Brigetio 33 (Juhász, 1935, Nr. 18, 135) ; Brigetio 33 (Juhász, 1935, Nr. 18, 135), Gorsium 33 (fig. 6 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 11, 77 = Names 1, 193). ]n^dege(←)^ni m : Aquincum (Torma, 1882, N° 56, 222 = CIL III, 12014. 112. b = Finály, 1906, N° 9. c, 95-96 = Oswald, 1931, 16 = Names 1, 194, P. 1b), Vindobona 27 (Donat, 1999, 212). ]egin m : {Aquincum} (Finály, 1906, N° 9a, 95). ]egen°m : Aquincum (Torma, 1882, N° 27, 219).
P. 1a : E. 1, E. 7, E. 8. P. 1d : E. 3, E. 6. P. 1d : E. 4, E. 5. {P. 2a} : E. 2.
E. 9 : ou Reginus IX P. 1a.
Datation : le dépôt de vases de Gorsium a été enterré entre 170 et 178 (Gabler, Kocztur, 1977, 71). 145-175 (Names 1, 194).

10040. ANNIANUS -Indét-
Annian : Intercisa (Ψ Intercisa II, Nr. 239, 108).

10141. ANNIUS ou ANNIOS -Le, Mr- (sur le potier : Tilhard, 2004, 190).
Annios(←) f : Aquincum (Finály, 1906, N° 10, 96 = Oswald, 1931, 18 = Names 1, 203). An(←)ni m : Mursa (Bulat, 1958, Nr. 33, 80). Anniºm ← : Carnuntum (fig. 3 ; Groller, 1906, Nr. 9, 115 = ? Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 79, 457 = Oswald, 1931, = Names 1, 205, ici classé P. 6a) ; Brigetio 31 (fig. 4 ; Juhász, 1935, N° 373, Taf. XLIX. 373, sans attribution = Names 1, 205) Mursa 31 (fig. 5 ; Bulat, 1958, Nr. 34, 80, Sl. 12. 34 = Names 1, 204).
P. 1–a : E. 1. P. 2a : E. 3, E. 4. P. 6a : E. 4, E. 5. P. 6b : E. 4.
E. 2 : probablement P. 6b.

Datation : 110-145 (Names 1, 205).

10242. {ANTONINUS}[.]nto[..]ni m : {Gorsium} (Ψ Bánki, 1990, Nr. 97, 102, Taf. III, ici lue comme Antonini et attribuée à Antoninus de l’Est de la Gaule).
Peut-être la signature mal interprétée de Cantomallus.

10343. APER -Gr-
Aprio : Carnuntum (Groller, 1907, Nr. 19, 30 = Oswald, 1931, 20, ici attribuée à Aprio de Rheinzabern = Names 1, 214, ici attribuée à La Graufesenque).
P. 9 –a : E. 1.
Datation : 50-70 (Names 1, 215).

10444. APOLAUSTIRUS (APOLAUSTRUS, APOLAUSTER ?) -Le- (sur le potier : Bet, Delage, 1991, 194-195, N° 2, 214, fig. 1. 2 ; Rogers, 1999, 47).
ºAºpolºaus[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 4, 217 = Finály, 1906, N° 11, 96, ici Aºpolºau[ = Oswald, 1931, 19 = Names 1, 219, ici classé {3a}. Cette estampille est identique à celle classée {Φa}).
P. 2b : E. 1.
Datation : 155-190 (Names 1,). En Pannonie jusqu’en 180.

10545. APOLINARIS -Mr, To, Tf, Vi ?-
Apolinaris : Arrabona (fig. 1 ; CIL III, 12014. 125, ici Apolinaris = ? Gabler, 1964, 100 = Szönyi, 1976, tombe 23, 1, 10, 2. fig. 10, III. t. 1, 36 = Names 1, 220, ici classée P. 1a).
P. 1a : E. 1. Ce poinçon était probablement utilisé aux Martres-de-Veyre.
Datation : 120-150 et pour le poinçon 1a : 120-140 (Names 1, 220).

10646. APRILIS -Le- (sur le potier : Kuzmová, Roth, 1988, Nr. 13, 125, Obr. 30. 1, 214).
Aprilis(←) fec : Albertfalva 31 (fig. 1 ; Gabler, 2007a, 36. sz., 74, 3. kép 7). Aprilliºm : {Brigetio} 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 19, 135, Taf. XLIV. 19). Ap[---]lis[ : Gorsium 18/31 (Gorsium1980, N° 580, 194, Taf. XXXVI).E. 1 : pas encore enregistré pour Aprilis. E. 2 : voir commentaire pour P. {6a}.
Datation : 145-175 (Names 1, 223).

10747. APRIO ou APRIUS -Rh-
Voir Aper -Gr- E. 1.

10848. {ARICANTUS}
Voir Africanus. E. 1.

10949. ASIATICUS II -Le, Vi, Tf-
Asiatici[ : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 77).
Datation : 155-185 (Names 1, 273). En Pannonie jusqu’en 180.

11050. {ASICIA}
Asicia[ : Vindobona (Kenner, 1909, 78a).

11151. {ATECLOS}
Ateclo m : {Aquincum} 33 (fig. 1 ; Vámos, 2002, Nr. 270, 73, 44. kép 13, 46. kép 2). A[..]clo m : {Aquincum} 33 (fig. 2 ; Vámos, 2002, Nr. 269, 73, 44. kép 10, 46. kép 3, 47. kép 8).
Les estampilles attribuées à ‘Atcelos’ sont probablement des signatures de Paterclus II (Names 1, 279).

11252. ATEPOMARUS I ou II
Ate[ : {Savaria} 33 (Savaria Múzeum N° inv. 66. 4. 59, attribution très hypothétique).

11353. ATILIANUS II -Le-
]aˆn m ? : {Brigetio} 18/31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, 157, Taf. XLIX. 366, ici lue : ]n m = Kuzmová, 1992, Nr. 93, 51-52, Tab. 7. 93, 54. 93, ici attribuée à Atilianus de Lezoux).
On ne peut pas identifier cette marque avec les poinçons connus d’Atilianus (Names 1, 290), il s’agit probablement d’une surinterprétation.

11454. {ATLLUS}
Atlli m : Vindobona (Kenner, 1909, 70a).

11555. {ATRUCIANUS} –Le ?-
Atruci : {Brigetio} 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 142 = Juhász, 1935, N° 20, 136, Taf. XLIV. 20).
Atrucianus n’a probablement jamais existé (Names 1, 299), il pourrait s’agir du poinçon 6g d’Albucianus ou d’une signature d’Albucius.

11656. ATTA ‑Rh-
Atta fii : Brigetio 18/31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, N° 21, 136, Taf. XLIV. 21, ici lue Attalºii ? = Names 1, 299).
P. 1a : E. 1.
Datation : 170-220 (Names 1, 299).

11757. ATTIANUS -Indét-
Attian fec : Vindobona (Kenner, 1900, 63 = CIL III, 12014. 10. a).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 100), à Poetovio (Abramić, 1925, 96), à Tokod (Gabler, 1964, 100) et à {Vindobona} 32 (Gabler, 1977, Nr. K82, 221 = peut-être identique à Attianus -Rh- E. 1).

11858. ATTIANUS -Le- (sur le potier : CGP, 207-210 ; Bet, Delage, 1991, N° 42-47, 214, fig. 11. 42-47, 194, N° 212, 217, fig. 15. 212, 207 ; Struck, 1996, 54, Tab. 6, 56, Abb. 12. 2, 57 ; Polak, 2000, 164).
Atti[.]ni m ← : Aquincum (Torma, 1882, N° 5, 217 = Finály, 1906, N° 89, 98).
P. 7 –b : E. 1.
Datation : 115-145 (Names 1, 302).

11959. ATTIANUS -Rh- (sur le potier : Scholz, 2006, Nr. 371, 151).
Attianus : Vindobona 32 (fig. 1 ; CIL III. 2. 1, 6010. 24. a = ? Eichler, 1941, 33, Abb. 1. a = Names 1, 305, ici classée 4a). Attian(←)us : Brigetio 32 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 22, 136, Taf. XLIV. 22 = Names 1, 304), Carnuntum (fig. 3 ; Groller, 1904a, Nr. 19, 86, fig. 39. 12 = Groller, 1904c, fig. 39. 12 = Oswald, 1931 = Names 1, 305, P. 4a). Attianus ← : Vindobona (CIL III. 2. 1, 6010. 24. b = Oswald, 1931 = Names 1, 305). Attia[ : Gorsium 33 (fig. 5 ; Gabler, 1967a, N° 2, 34, 47, ici attribuée à Lezoux = Names 1, 305). Atti[ : Brigetio 31 (fig. 6 ; Juhász, 1935, Nr. 23, 136, Taf. XLIV. 23 = Names 1, 304).
P. 4b : E. 5. P. 4c : E. 4. P. 4d : E. 5. P. 4h : E. 1. P. 4i : E. 2, E. 3.
Datation : sous le règne de Commode et le début du IIIe siècle (Düerkop, 2002, 854), ou, d’après le matériel des caves de Großprüfenig remplies par les restes d’un niveau de destruction datant d’après 243, il a peut-être travaillé plus tard (Scholz, 2006, Nr. 367, 151). Récemment : 160-260 (Names 1, 306).

12060. ATICUS ou ATTICUS ou ATTICOS -Gr- (La Graufesenque, 179).
OfºAtici : Carnuntum 18 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 63, 454). OfAti[ : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 66, 9).
Datation : 80-120 (Polak, 2000, 173) ou 70/80-100-110 ou 85-115 (Names 1, 307).

12161. ATTICUS -Le-
Aºtºtºiciºm : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 376). Aºtºt[.]cºiºm : Brigetio 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 24, 136, Taf. XLIV. 24 = Names 1, 308). Atticim : Biedermannsdorf 33 (fig. 3 ; Talaa, Herrmann, 2003, Taf. 1. 5). Attici[ : Vindobona (fig. 4 ; Ehrendörfer, Pichler, 2001, Nr. 3, 288, Taf. 2. 2).
P. 2b : E. 2. P. 2b : E. 1.
E. 4 : peut-être P. 2a, mal imprimée.
Datation : 135-165 (Names 1, 309).

12262. ATTIUS II -Le-
Attius fe : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 25, 136, Taf. XLIV. 25 = Names 1, 320). Attius : Aquincum (Torma, 1882, N° 57, 222 = Finály, 1906, N° 14, 96). Attius(←)e f : Aquincum (Finály, 1906, N° 15, 96 = Names 1, 320). Attius[ : Carnuntum ( 22 (1983) [1984] 299). ]tius fe : {Mursa} 31 (fig. 5) ; Bulat, 1987, Nr. 3, 55, ici attribuée à Rheinzabern (?)).
P. 6a : E. 1. P. 9a : E. 2. P. {6a} : E. 3.
E. 5 : peut-être P. 5a.
Datation : 135-160 (Names 1, 321).

12363. ATTO I -Rh-
Atto fecit : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 26, 136, Taf. XLIV. 26 = Names 1, 323, P. 2–c), Brigetio 31R (fig. 2 ; Fényes, 2002, N° 53, 337, Taf. LX. 13), Carnuntum (Groller, 1901, 51 = Oswald, 1931 = Names 1, 323). Atto fe : Poetovio 31 (fig. 4 ; Mikl-Curk, 1969, N° 429, 43, T. XXII). Atto fe[ : Carnuntum (Knibbe, Zavadil, 1987, Nr. 36, 149, Taf. 4. 36, 149). Atˆto f : {Aquincum} (Finály, 1906, N° 16, p. 96, sur un bol à reliefs = Oswald, 1931, 30 = Names 1, 323, n. 12, 324), Poetovio (Abramić, 1925, 95 = ? Oswald, 1931, 30 = Names 1, 323, ici P. 8–a), Savaria (Gabler, 1964, 102), Sirmium 31 (fig. 9 ; Brukner, 1981, Nr. 9, 53, T. 1. 9). A[---] fecit : Carnuntum 32 ? (Knibbe, Zavadil, 1987, Nr. 41, 150, Taf. 5. 41, 151). ]to fecit : {Intercisa} (Intercisa II, Nr. 32,99).
P. 2a : E. 2. P. 2a : E. 3. P. 8a : E. 6. E. 1 : était classé comme P. 2c dans Names 1, mais cette estampille est plus grande que le poinçon 2c, il s’agit plus probablement de l’empreinte de P. 2a ; comparaison avec E. 2.
Datation : 160-200 (Names 1, 324).

12464. BF ATTONI
BF[ : {Gorsium} sur sigillée lisse (Ψ Bánki, 1990, Nr. 306,123, Taf. XXI, ici BF[Attoni] ?).
Sans doute une mauvaise interprétation. On ne connaît cette signature que sur des bols à reliefs (Names 2, 2).

12565. ATTRO II ? -Rh ?-
Atºtro f : Aquincum (Finály, 1906, N° 17, 96 = Oswald, 1931, 30 = Names 1, 324).
Datation : fin du IIe, première moitié du IIIe siècle (Names 1, 325).

12666. {ATUDIANUS}
Voir Atuicianus.

12767. ATUICIANUS ? -Le*-
Atuician(←) : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 144 = Juhász, 1935, Nr. 27, 136, Taf. XLIV. 27, ici lue Atudian = Names 1, 326).
Datation : époque antonine (Names 1, 326).

12868. {ATUIUS}
Atu : Sirmium 18/31 (fig. 1 ; Brukner, 1981, Nr. 11, 53, Taf. 1. 11).
Il s’agit probablement d’une estampille anépigraphique (Names 1, 326).

12969. AUCELLA I -Le, Cournon-
Augeciaºfº : Carnuntum 33Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 80, 457, ici identifiée comme lezovienne).
E. 1 : sans doute P. 1a de Aucella. Ce poinçon était utilisé dans les deux ateliers, mais le vase de Carnuntum est lezovien.
Datation : 150-180 (Names 1, 328).

13070. {AUCTUS} (sur le potier : Oswald, 1931, 354).
Aucti : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, N° 218, 33).
Ce potier n’est enregistré ni dans Bémont, Bourgeoise, 1986, 279, ni dans Names 1.

13171. AUCURINUS
Voir Augustinus II -Rh- (Names 1, 332, n. 14, 340).

13272. {AUGECIA} -Le- (sur le potier : Dickinson, 2001, 193).
Voir Aucella E. 1.

13373. AUGUSTALIS II -Rh-
Augustalis : {Vindobona} (Kenner, 1904, 163).
E. 1 : il n’est pas certain qu’il s’agisse d’une estampille sur sigillée.
Datation : 160-200 (Names 1, 336).

13474. AUGUSTINUS II -Rh- (sur le potier : Mees, 2002, 343).
Augustinus f : Carnuntum (fig. 1 ; 24-25 (1985-86) [1988] 296, Abb. 788), Carnuntum 33 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 124, 462), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 135, 11). Augustinu^s f : Aquincum (Finály, 1906, N° 19, 96 = Names 1, 338). Augustinus : Brigetio 31 (fig. 5 ; Juhász, 1935, Nr. 28, 136, Taf. XLIV. 28 = Names 1, 338), Vindobona (Kenner, 1911, 155a). Augusti[ : Aquincum 31 (fig. 7 ; Gabler, 1976, Nr. 222, 48, Abb. 21. 222, 74, ici attribuée à Aucurinus).
P. 3a : E. 1. P. 3e : Singidunum 1, N° 11, Sl. 18. 11. P. 3f : Singidunum 1, N° 2, 89, Sl. 18. 2. P. {3c} : E. 4. P. 5a : E. 5.
Datation : phase tardive de l’époque antonine, début du IIIe siècle (Names 1, 340). Sa production n’a pas pu être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates, il est donc plus probable qu’il ait travaillé après 180.

13575. AUGUSTIO -Rh-
Augustio f : Brigetio 31 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 13, ici lue Augusti of = ? Juhász, 1935, Nr. 29, 136, Taf. XLIV. 29), Matrica (Mócsy, 1955, j. 14, 62). ]Augus(↓)t(↓)io[ : Carnuntum (fig. 3 ; Heydendorff, 1949, Nr. 4 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 4, 52, 57, ici attribuée à l’Est de la Gaule = Names 1, 340). ]ugustio : Gorsium 32 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 3, 34, 47).
P. 1a : E. 3. P. 1 b : E. 1. P. 1b : E. 2.
Datation : fin du IIe, première moitié du IIIe siècle. Sa production a été retrouvée en assez grand nombre en Pannonie, ce qui indique une activité entre 180 et 233.

13676. AURELIUS -Indét-
Signalé à Ad Flexum (Gabler, 1964, 102).
Probablement Aurelius de Rheinzabern ou de Pfaffenhofen.

13777. AURELIUS III -Rh-
Aureliu[ ← : Gorsium. 33 (Bánki, 1985, Nr. 260, 136, Taf. XVIII). ]riilius : Matrica 31 (fig. 2 ; Topál, 1981, N° 75, 85).
P. 3a : E. 2. P. 3b : E. 1.
Datation
 : fin du IIe ou première moitié du IIIe siècle (Names 1, 350).

13878. AURELIUS -Pf- (Kuzmová, Roth, 1988, Nr. 18, 92-93, Obr. 20. 8, 204).
Aurelius : Carnuntum (fig. 1 ; Kandler-Zöchmann, 2001, Nr. 579, 93, Taf. 15. 579). ]Aurel[ : Carnuntum (fig. 2 ; Heydendorff, 1949, Nr. 5, 6 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 5). ]urel f : Aquincum (Finály, 1906, N° 21, 96 = Oswald, 1931, 35 = Names 1, 351).
P. 1a : E. 2. P. 3a : E. 3.
E. 1 : ce poinçon n’était pas encore enregistré pour Aurelius IV.
Datation : fin du IIe, première moitié du IIIe siècle (Names 1, 351), mais son activité à l’époque sévérienne est plus probable (Kuzmová, 1997, 140).

13979. AVENTINUS II -Le- (sur le potier : CGP, 300-303 ; Bet, Delage, 1991, N° 214, 217, fig. 15. 217).
Aventinus : Poetovio 32 (Oswald, 1931, 32 = Mikl-Curk, 1969, N° 248, 35). Aventini m : Aquincum (Torma, 1883, N° 4, 5 = Finály, 1906, N° 18, 96), Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 376), Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 376), Brigetio 33 (fig. 5 ; Juhász, 1935, Nr. 33, 136, Taf. XLIV. 33 = Names 1, 363), Gorsium 33 (Bánki, 1980, Nr. 264, 184, Taf. VIII), Gorsium 33 (fig. 7 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 18, 72), Gorsium 33 (Bánki, 1987, Nr. 234, 204, Taf. VI), Mursa 33 (fig. 9 ; Bulat, 1958, Nr. 35, 80, Sl. 12. 35 = Names 1, 363, ici classée P. 1b), Vindobona (Kenner, 1904, 163 = ? Oswald, 1931, 31 = Names 1, 363), Vindobona 33 (fig. 11 ; Kenner, 1909, fig. 23. a, 57b = Mosser, 1999), Vindobona (Kenner, 1909, 78a), Vindobona 18/31 (Gabler, 1977, Nr. K71, 220). Aventiniºm : Aquincum 31 (fig. 14 ; Juhász, 1936, 34, 28. kép 1, 34 = Nagy, 1937, 263 = Names 1, 363), Salla 31 (fig. 15 ; Zalalövő 1977, Nr. 40, 236, Abb. 20. 13). Aventini m : Kispirit 31R (Csirke et alii,21. 1. sz., 179) ; Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 234, 34). Avent m : Poetovio (Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 31 = Names 1, 364 = ? identique : Mikl-Curk, 1969, N° 234, 34). Aventini[ : Vindobona (Kenner, 1911, 155a). Aventin[ : Carnuntum 31 (fig. 20 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 323, 168, Taf. 33. 323). Avent[ : Gorsium 33 (Bánki, 1980, Nr. 266, 184, Taf. VIII). Aven[ : Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212). Av[ : Aquincum (fig. 23 ; Gabler, 1983a, Nr. 26, 112-113, 3. kép 1). ]ntini m Gorsium 33 (fig. 24 ; Gabler, 1967a, Nr. 5, 34, 47 = Names 1, 363). ]tini ← : {Gorsium} 33 (fig. 25 ; Gabler, 1967a, Nr. 4, 34, 47).
Iaven[us]us : {Carnuntum} (Knibbe, Zavadil, 1987, Nr. 9, 142, Taf. 1. 9).
Signalé à Arrabona (Gabler, 1964, 100) et à Savaria (Gabler, 1964, 100).
P. 1a : E. 14, E. 15, E. 20. P. 1b : E. 5, E. 6., E. 7, E. 8, E. 21, E. 24. P. 1b : E. 10. P. 1c : E. 9. P. 1 – : E. 2, E. 3, E. 4, E. 16, E. 17. P. 3a : E. 1. P. 7b : E. 18.
E. 11 : probablement P. 1b mal dessinée. E. 13 : il s’agit peut-être d’une entrée double, elle pourrait être identique à une estampille mentionnée par Fr. Kenner. E. 23 : probablement P. 1a. E. 25 : pour le moment aucun poinçon rétrograde n’est enregistré pour Aventinus, il s’agit donc d’une identification douteuse.
E. 26 : il s’agit peut-être d’une estampille mal interprétée d’Aventinus. Les estampilles lues Aventinus ou dont la fin est cassée et publiées sans dessins pourraient être attribuables à Aventinus V.
Datation : sa production a été retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates en Pannonia Inferior et Superior (Gabler, 1994a, 366). 145-175 (Names 1, 364).

14080. AVENTINUS V ? -Rh-
A˚ve˚n˚t˚[i˚]n˚u˚s : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1904a, Nr. 9, 86, fig. 39. 9 = Groller, 1904c, fig. 39. 9 = Oswald, 1931, 31). ]ntinu^s : {Carnuntum} (Groller, 1906, Nr. 8, 34).
Deux autres estampilles sont enregistrées pour Aventinus V : Carnuntum et Poetovio : Names 1, 366, P. 1a, elles ne peuvent pas être identifiées parmi les estampilles enregistrées pour Aventinus.
E. 1 : ce poinçon n’est pas enregistré pour Aventinus V, mais il ressemble à P. 1b. E. 2 : P. 1a est une attribution plausible, mais il n’est pas certain qu’il s’agisse de sa marque.
Datation : fin du IIe, début du IIIe siècle (Names 1, 366).

14181. AVITUS -Indét-
Avitus : Carnuntum (CIL III, 12014. 14. b) ; Matrica (Kovács, 1999, 67).

14282. AVITUS -Gr- (sur le potier : Polak, 2000, 175-176).
O Aviti : Carnuntum ( 16 (1977) [1978] 409).
E. 1 : P. 4 – .
Datation : 60-80 (Names 1, 374).

14383. AVITUS -Le- (sur le potier : Bet, Delage, 1991, N° 49-50, 214, fig. 11. 49-50 ; CGP, 177-180).
Aviti m : Aquincum (Gabler, 1964, 99). Avitiºm : Brigetio 33 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 14. a = Juhász, 1935, Nr. 36, 137, Taf. XLIV. 36 = Names 1, 377, ici classée P. 2b) Vindobona 18/31 (Rennweg 44 FNR. 330), Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212). Avitus°f : {Carnuntum} 31 (Swoboda-Milenović, 1956, Nr. 6, 46 = Names 1, 378), Vindobona 18/31 (Gabler, 1977, Nr. K65, 220).
P. 7b : E. 6. P. {7 b} : E. 5.Datation : 120-150 (Names 1, 379).

14484. AVITUS -Rh-
Avitius fec : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 34, 137, Taf. XLIV. 34 = Names 1, 381). Avitus fe : {Vindobona} (Oswald, 1931, 34). Avitus°f : {Carnuntum} 31 (Swoboda-Milenović, 1956, Nr. 6, 46 = Names 1, 378,). Avitus f : Brigetio (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 35, 137, Taf. XLIV. 35), Poetovio 31 (fig. 5 ; Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, N° 428, 42-43, T. XXII, ici attribuée à Lezoux = Names 1, 383). Avitu[ : Carnuntum 31 (fig. 6 ; Heydendorff, 1949, Nr. 6 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 6, 52, 57).
P. 1c : E. 1. P. 4a : E. 5 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 41, 65. P. {4b} : E. 3.
E. 2 : n’est pas incluse dans Names 1. Il pourrait s’agir d’une entrée double.
Datation : il a fait des acetabula de forme 27. D’après ses vases décorés en relief, il peut être daté de la phase la plus ancienne de Rheinzabern, entre 160 et 175 environ (Hartley, 1972, 53 ; Simon, 1978, 47). Début et milieu de l’époque antonine (Names 1, 383).

14585. {AULIUS}
Auli m : Aquincum (Torma, 1882, N° 23, 219, Auri m = Finály, 1906, N° 20, 96 = Oswald, 1931, 35 = Names 1, 343). ]li m : Szombathely 31 (Fülöp, 2004, 28. sz, 150, ici lue [Au]li m).
Voir Names 1, 343. E. 2 : peut-être Paulus.

14686. AUNUS II -Le- (sur le potier : CGP, 239-240 ; Bet, Delage, 1991, N° 38-40, 214, fig. 11. 38-40, 194, N° 206, 217, fig. 15. 206, 207).Auni m : Brigetio (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 31, 136, Taf. XLIV. 31), Vindobona 18/31 (Rennweg 44, FNR. 90/663/21). Aunus f : Gorsium 33 (fig. 3 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 13, 71 = Names 1, 345).
P. 4a : E. 3. E. 1 : probablememnt P. 2d.
Datation : le dépôt de vases de Gorsium a été enterré entre 170 et 178. 135-170 (Names 1, 346).

14787. AXANTICUS -Rh ?-
]Axaniicis : Mursa (Ψ Bulat, 1958, 89).
P. {Ψa} : E. 1.
Datation : 180-250 (Names 1, 386).

14888. BALBINUS -Mr-
Balbi[ : Aquincum 31 (Gabler, 1976, Nr. 204, 47 = Names 2, 7).
P. 1b : E. 1. P. 2a early : Jung, Schücker, 2006, Nr. 43, 66).
Datation : 100-125 (Names 2, 7).

14989. {BANASIUS}
Banasius : Aquincum (Ψ Finály, 1906, N° 22, 96 = Oswald, 1931, 38 = Names 2, 9).
P. 1a : N° 1.

15090. BANNACUS -We, Pf- (Kellner, 1976, 73-74, Abb. 30. 5).
Bannacus fe : Mursa 31 (fig. 1 ; Bulat, 1958, N° 36, 80, Sl. 12. 36 = Names 2, 9), Neckenmarkt 31R (fig. 2 ; 28 (1989) [1990] 207-208, Abb. 583).
Une estampille de Strebersdorf rapportée à Bannacus semble être une mauvaise interprétation (fig. 3 ; 37 (1998) [1999] 767, Abb. 577).
P. 1a : E. 1 et 2 : poinçon 1a, utilisé à Westerndorf. On pourrait ajouter aux poinçons de Bannacus : Ban(←)[---]cus 31 (Struck, 1996, Tab. 6, 56, Abb. 12. 5, 57).
Datation : 180-260 (Names 2, 9).

15191. BANOLUCCUS -Le*-
Banoulucci : Brigetio 33 (fig. 1a ; Juhász, 1935, Nr. 38, 137, Taf. XLIV. 38 = fig. 1b ; Kuzmová, 1992, N° 98, 52, Tab. 7. 98, 54. 98). Banolu[ : Bakonyszentlászló 33 (MRT 4, 58 = Csirke et alii, 2006, 2. 2. sz., 27). ]nolucci : Matrica 31 (fig. 3 ; Topál, 1981, 84, pl. XXV. 76. 12). ]anolucc[ : Brigetio 33 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 37, 137, Taf. XLIV. 37 = Names 2, 10). ]ucci : Gorsium (Bánki, 1987, Nr. 228, 203, Taf. IV).
Signalé à Gorsium (Gabler, 1964, 100).
P 1d : Nos 1 et 4. P. 1f : probablement N° 5.
Datation : 150-175 (Names 2, 10).

15292. BANUILLUS -Mr et Le ?-
]anuilli ° ma : {Salla} 33 (fig. 1 ; Gabler, 1989a, Nr. 87, 448, Abb. 7. 5).
E. 1 : aucun poinçon identique n’est répertorié pour Banuillus. Il pourrait s’agir d’un nouveau poinçon ou de la signature de Sanuillus de Lezoux qui a utilisé des poinçons très similaires par le ductus.
Datation : 130-155 (Names 2, 14).

15393. BASSUS II -Gr-
Bassi : Savaria 27 (Savaria Múzeum inv. N° 66. 3. 3005).
Bien qu’il s’agisse d’une estampille inédite, on peut proposer une attribution à Bassus II, car cette forme n’est attestée que pour ce potier.
Datation : 45-70, les estampilles sans la mention de l’officina sont datées à l’époque de Néron (Names 2, 31).

15494. BASSUS III -Gr-
Of Bassi : Carnuntum 18 (fig. 1 ; Carnuntum-Zivilstadt 1991-93, Nr. 15, 308, Taf. 13. 15).
La signature de Carnuntum est proche de celles de Bassus III (Bassus II de Polak), qui a utilisé de plus grosses lettres. Cette identification est approuvée par le lieu de découverte car une identification avec Bassus I (45-70), qui a également signé comme officinator, serait trop précoce pour la ville civile de Carnuntum.
Datation : 80-110 (Polak, 2000, 183-184), 85-120 (Names 2, 39).

15595. {BATURIO}
Voir Saturio -Rh- (Names 2, 40).

15696. BELATULLUS -Rh - (sur le potier : Abegg, 1989, N° 2, 192, daté par dendrochronologie 167-174 ; Scholz, 2006, Nr. 373, 152).
Belatullus f : Aquincum (Nagy, 1937, 263), Brigetio 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 39, 137, Taf. XLIV. 39 = Names 2, 43). Belatulus f : Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 108, 8).
Une estampille provenant de {Brigetio} pourrait correspondre au poinçon 2a” de Belatullus : 33 voir Catullus E. 1. (fig. 146.1 ; Juhász, 1935, Nr. 58, 138, Taf. XLIV. 58 = Names 2, 42).
P. 4– : E. 1. P. 4e : E. 2. P. 6–a : E. 3.
Datation : 160-200 (Names 2, 44).

15797. BELIATUS -Le*-
Beliati°m : Brigetio (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 40, 137, Taf. XLIV. 137, ici attribuée à La Graufesenque = Names 2, 45).
P. 1a : E. 1.
Datation : 140-170 (Names 2, 45).

15898. {BELLATUS}
Voir Bellinicus III.

15999. BELLICCUS ou BELLICUS -Le-
Biillicci m : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 159 = Juhász, 1935, Nr. 41, 137, Taf. XLIV. 41 = Names 2, 52), Vindobona (Kenner, 1909, 78a).
P. 2a : E. 1. P. 2– : E. 2.
Datation : 150-180 (Names 2, 52).

160100. BELINICCUS ou BELINICUS -Gaule centrale-
Biilinicus : Carnuntum 33 (fig. 1 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 8, 52, 57).
Pour le moment il est impossible d’attribuer cette estampille à un potier défini.

161101. BELINICCUS III ou BELLINICUS -Le-
Belinici m ← : Carnuntum 18/31 (fig. 1 ; Heydendorff, 1949, Nr. 8 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 7, 52, 57 = Names 2, 48). Bellatti m ← : {Mursa ?} 18 (fig. 2 ; Ψ Bulat, 1958, Nr. 37, 80, Sl. 12. 37, ici lue Bellatus).
P. 2a : E. 1.
E. 2 : il pourrait s’agir d’un poinçon rétrograde de ce potier, comparable à P. 2a.
Datation : 140-170 (Names 2, 49).

162102. {BELINUS}
Belinio m : Vindobona 18/31 (Rennweg 44, attribuée à Belinus de Lezoux).
Les estampilles attribuées à Belinus semblent être des erreurs d’interprétation des estampilles des différents Bellinicci (Names 2, 49-50).

163103. BELLUS -He, Rh-
Bellus : Poetovio (Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 41, ici attribuée à Lezoux = Names 2, 53).
P. 4a : E. 1.
Datation : 140-180 (Names 2, 54).

164104. BELSUS -Rh - (sur le potier : Mees, 2002, 330, 336, 337, 339).
Belsus f : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 42, 137, Taf. XLIV. 42 = Kuzmová, 1992, Nr. 278, 73, Tab. 22. 278, 54. 278 = Names 2, 56). Belsus f : Carnuntum (fig. 2 ; Groller, 1901, fig. 10, Taf. 12). Belsus : Aquincum (Oswald, 1931, 42, n’a pas été retrouvée dans la bibliographie).
Signalé à Intercisa (Gabler, 1964, 102) et à Scarbantia (Gabler, 1964, 102).
Certaines de ces estampilles proviennent peut-être de vases moulés.
P. 3b : E. 1 est attribué par B. R. Hartley et B. M. Dickinson ; d’après les différences considérables entre l’estampille et le poinçon, il n’est pas certain que cette signature ait été faite avec cette marque. E. 2 : s’il ne s’agit pas d’une erreur d’échelle dans la publication cette estampille a été faite par un poinçon issu d’un surmoulage de 3c.
Datation : 170-220 (Names 2, 57).

165105. BISSO -Rh-
Bisso[ : Petronell (fig. 1 ; 33 (1994) [1995] 581, Abb. 842).
E. 1 : pas encore attestée, il s’agit probablement d’un problème d’échelle. On peut enrichir le recueil de poinçons de Bisso avec un nouveau : Bisso f (Ruprechtsberger, 1980, Nr. 21, 160).
Datation : fin IIe, première moitié du IIIe siècle (Names 2, 85).

166106. BITURIX -Le-
Biturix f : Carnuntum (fig. 1 ; Trinks, 1958, Nr. 39, 54, Taf. IV. 10 = Names 2, 90), Carnuntum (fig. 2 ; Ertel et alii, 1999, 13. 7, 132-133, Taf. 20. 7), Vindobona (fig. 3 ; Kenner, 1900, 60, fig. 51b = ? Kenner, 1909, 78a = Oswald, 1931 = Names 2, 90). ]uI Ix f : {Vindobona} (Ψ Kenner, 1904, 164).
P. 1a : E. 3. P. 1c. Peut-être E. 2. P. 1f : probablement N° 1, mais P. 1─ : E. 4.
Datation : 160-200 (Dickinson, 1991, 46 ; Tilhard, 2004, 198), mais récemment 125-150 (Names 2, 91).

167107. BORILLUS -Le-
Borilli°offic : Albertfalva 31 (fig. 1 ; Gabler, 2007a, 40. sz., 74-75). Borilli offi : Vindobona 31 (fig. 2 ; Kenner, 1905, 185, Abb. 341 = Czeika et alii, 1999, 93). Borilli of : Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 376), Aquincum 33 (Juhász, 1936, 35, 28. kép 2 = Names 2, 101), Brigetio 33 (fig. 5 ; Juhász, 1935, Nr. 46, 137, Taf. XLIV. 46), Carnuntum 31 (fig. 6 ; Groller, 1909, 56, fig. 16. 5, 56 = Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 188, 469), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 137). Borilli of[ : Carnuntum 31 (Miltner, 1933, Nr. 1, 62, Abb. 24, à droit en haut, 64 = Names 2, 101). Borilli o[ : Aquincum 31 (fig. 9 ; Vámos, 2002, Nr. 180, 61, 36. kép 5, 46. kép 4, 47. kép 1). Borilli m : Carnuntum (Groller, 1909, Nr. 3, 76, fig. 29. 3 = Oswald, 1931, 46), Carnuntum (fig. 10 ; Miltner, 1933, Nr. 3, fig. 29. 3, 76), Salla 33 (fig. 11 ; Gabler, 1989a, Nr. 88, 448, Abb. 7. 6). Borilli : Lussonium (Wosinszky, 1896, 782). ]orilliof : Vindobona (Kenner, 1911, 155a). ]o[---]ofic : Baláca 31 (fig. 14 ; Gabler, Palágyi, 1989, Nr. 26, 122, 5. ábra 1 = Gabler, 1992a, Nr. 14, 18 = Csirke et alii, 2006, 9. 2. 184. sz., 77). (B)orilli m : Brigetio 33 (fig. 15 ; CIL III. 2. 1, 6010. 43. c = ? Juhász, 1935, Nr. 45, 137, Taf. XLIV. 45 = Names 2, 103). ]orilus fec : {Vindobona} 33 (Rennweg 44 FNR 637). ]rilli°off : Gorsium 31Bánki, 1987, Nr. 254, 204, Taf. XIX. Nr. 365a, ici lue (Bo)rilli°off ; d’après la photo il est plus probable qu’il s’agisse d’une estampille cassée). ]lio[? : Aquincum 31 (Vámos, 2002, Nr. 203, 66, 40. kép 2, 46. kép 5).
Signalé à Tokod (Gabler, 1964, 100).
On peut peut-être lire comme « Borilli m » une estampille trouvée à Poetovio (Mikl-Curk, 1981, 62, fig. 63, Uc[.]rilli m). Borilli op : Mursa (CIL III. 2. 1, 6010. 43. a, probablement lue Borilli of). Une autre estampille publiée comme Borilli (lecture incertaine, CIL III. 2. 1, 6010. 43. b) ne peut pas être identifiée avec certitude à l’une des estampilles publiées par Gy. Juhász.
P. 2─a : E. 1. P. 3a : probablement E. 15. P. 5a : E. 7. P. 5─a : E. 3. 5b : E. 4 est attribué à ce poinçon par B. R. Hartley et B. Dickinson, mais cette estampille est moins grande. Il s’agit peut-être d’un surmoulage de ce poinçon. P. 5g : probablement E. 10. P. 5─ : E. 6, E. 8, E. 15. P. 10e : E. 13, E. 17. P. 10─ : E. 11, E. 12. P. 13─a : E. 14. E. 2 : peut-être P. 2a usé. E. 18 : cette formule n’est pas encore attestée pour Borillus, il s’agit donc d’un nouveau poinçon ou bien d’une mauvaise interprétation du poinçon 1a de Borius.
Datation : sa production peut être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans en Pannonie inférieure (Gabler, 1994a, 366). À Lezoux il a également produit des sigillées en relief (CGP, 311 ; Bet, Delage, 1991, 214). 140-160 (CGP, 311), 145-180 (Rogers, 1999, 72-74), 145-175 (Names 2, 145).

168108. BORIO ou BORIOMARUS -Le-
Borio m[ : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 47, 138, Taf. XLIV. 47 = Names 2, 105). Bo[rio]ma : Matrica 31 (MRT 7, N° 27/9, 239).
P. 1a : E. 1. P. N° 1 – a : E. 2.
Datation : époque antonine (Names 2, 105).

169109. BRACCATUS
Voir Bracciatus E. 1.

170110. BRACCIANUS
Voir Bracciatus E. 2. (Names 2, 115).

171111. BRACCIATUS -Rh-
Braccatus Ψ : Carnuntum 32 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 127, 462, ici lue comme Braccatus qui est autrement inconnu. La forme et la lecture correspondent bien avec Bracciatus, un spécialiste des assiettes (Drag. 32).
Braccian Ψ : Poetovio (Abramić, 1925, 96), Vindobona (Kenner, 1909, 66a = Oswald, 1931, 48 = Names 2, 115). XRACCIATUS : Vindobona (Kenner, 1900, 59).
N° 1 : probablement une estampille mal lue des Nos 2-3, très probablement faite par un poinçon cassé de Bracciatus.
Datation : 160-200 (Names 2, 115).

172112. BRICCUS -Le*-
Bricciºm : Aquincum 32 (Kuzsinszky, 1932, 376). Bricci m : Schützen am Gebirge (Barb, 1935, in : II. 1, 7 = Gabler, 1979a, Nr. 49, 43), Poetovio 33 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 273, 36 = Names 2, 118). Briccus f : Vindobona (Kenner, 1909, 78a). Bricc[u]sºf : Aquincum 27 (Kuzsinszky, 1932, 376). Bric[ : Mursa (C = Names 2, 119). Bric[ : Carnuntum 33 (fig. 7 ; Heydendorff, 1952, Nr. 155 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 9, 52, 57). ]ci°ma : Vindobona (fig. 8 ; Kenner, 1900, 50, fig. 43).
P. 1a : E. 7. P. 3─d : E. 3. P. 7─a : E. 4., E. 5. P. Φ─c : E. 6.
Datation : 150-170; Names 2, 119).

173113. BUCATUS -Gr-
Bucat°ioi : {Carnuntum} (Names 2, 120).
P Ψ–a : E. 1.
Identification incertaine ; s’il s’agit bien d’une estampille de Bucatus, elle est préflavienne.

174114. BUCCIUS -Le-
Buccius f : Vindobona (Kenner, 1909, 65b = Oswald, 1931, 49 = Names 2, 122). Buccius : Poetovio (Abramić, 1925, 96).
P. 1─a : E. 1. P. 2─a : E. 2.
Datation : 125-150 (Names 2, 122).

175115. BURDO ou BURDUS -Le-
Bur(←)^do f : Aquincum (Torma, 1882, Nr. 7, 217 = CIL III, 12014, 168a = Finály, 1906, Nr. 27, 96 = ? Oswald, 1931, 49 = Names 2, 128). Burdo f : Vindobona 33 (Donat, 1999, 212). Burdu f : Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 48, 138, Taf. XLIV. 48). Burdo m : Aquincum (Finály, 1906, Nr. 28, 96 = Names 2, 128). Burdo : Albertfalva 46 (Nagy, 1947, 103). Burdo[ : Salla 33 (fig. 6 ; Gabler, 1989a, Nr. 89, 448, Abb. 7. 7, 449 = Names 2, 129). Purdus Ψ : {Aquincum} (Finály, 1906, Nr. 29, 96 = Oswald, 1931, 49 = Names 2, 129).
6─a : E. 1. 6─b : E. 2. P. 10a : E. 3 dans Names 2, mais le graphisme est différent. Pour l’instant il vaut mieux laisser cette identification ouverte. P. 8a : E. 6, classé dans Names 2, comme P. Φ─b. P. 8─ a : E. 4. E. 7 : peut-être Burdus ou d’après Names 2, Burdu f.Datation : 140-170 (Names 2, 129).

176116. CADGATIS -Le- (sur le potier : Bet, Delage, 1991, 194-195, N° 5, 214, fig. 1. 5 ; Rogers, 1999, 76).
Cºadgºatisºf : Aquincum (Nagy, 1937, 263). Caºdgºaºtis f : Aquincum 33 (fig. 2 ; Gabler, 1976, Nr. 205, 47 = Instrumenta, Nr. 45, 76 = Names 2, 156). Cºaºdgºatis f : Brigetio 31 (fig. 3 ; CIL III, 12014. 171. a = ? Juhász, 1935, Nr. 49, 138, Taf. XLIV. 49 = Names 2, 156), Carnuntum (fig. 4 ; Groller, 1908, fig. 15. 4). Cadgati f ← : Carnuntum 33 (Miltner, 1933, Nr. 3, 63, Abb. 24. au milieu à droite = Names 2, 157). Cadgati ma : Brigetio 31 (fig. 6 ; Fényes, 2002, N° 48, 294, T. XVII. 6), Gorsium 18/31 (Gabler, 1967a, Nr. 7, 35), Gorsium 18/31 (Gabler, 1967a, Nr. 8, 35), Gorsium 18/30 (Gabler, 1967a, Nr. 9, 35). Catgati : ma : Gorsium 18/31 (fig. 10 ; Gabler, 1967a, Nr. 6, 34-35, 47) Haschendorf 31 (fig. 11 ; Gabler, 1979a, Nr. 22, 34, Abb. 10. 22). Cadgat m : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 138, 11) ; Gorsium 33 (Bánki, 1994, Nr. 163, 353, Taf. XXVII). Cadgat^i m : Brigetio 33 (fig. 14 ; CIL III, 12014. 171. b = Juhász, 1935, Nr. 50, 138, Taf. XLIV. 50). Cadgat[ : Carnuntum 31 (Miltner, 1933, Nr. 2, 62, Abb. 24, en bas à droite = Names 2, 156). Cºaºdg[ : Aquincum (Kuzsinszky, 1889, Nr. 4, 160 = Oswald, 1931, 52). Cºadg[ : Aquincum (CIL III, 12014 = Finály, 1906, Nr. 2, 95, peut-être identique à Kuzsinszky, 1889, Nr. 4, 160 = Names 2, 157). Cad[ : Carnuntum (fig. 18 ; Groller, 1906, Nr. 1, 115 = Oswald, 1931, 52 =). Ca[ : {Gorsium} (Bánki, 1990, Nr. 283, 123, Taf. XXI, attribuée à Cadgatis ?) ]adgat[ : Vindobona (Kenner, 1911, 155a).
Signalé à Novi Banovci (Gabler, 1967a, 35), à Savaria (Gabler, 1964, 99) et à Tokod 31 (Gabler, 1964, 99).
P. 1a : E. 10, E. 11, E. 1. P. 1– : E. 6, E. 7-9. P. 2–b : E. 12, E. 13. P. 4a : E. 2, E. 3., E. 4. P. 4–a : E. 1, E. 16 et peut-être E. 17. P. 5b : E. 5.
Datation : 140-170 (CGP, 326 ; Rogers, 1999, 41), 150-180 (Names 2, 157).

177117. {CAILUS} ou {CAILVUS}
OfCailui : Carnuntum 18 (fig. 1 ; Ψ Heydendorff, 1951, Nr. 93 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 10, 52, 57).
Il s’agit certainement d’une marque sud-gauloise, mais Cailus et Cailvus n’ont probablement jamais existé (Names 2, 160). Un candidat possible pour cette marque est Caicus.

178118. {CAIUS}
Cai[ : Carnuntum 18 (fig. 1 ; Ψ Rauchenwald, 1997, Nr. 324, 168, Taf. 33. 324).
E. 1 : similaire aux estampilles de Calvinus I.

179119. CALAVA -Le-
Calava f : Carnuntum 18 (fig. 1 ; Hudeczek, 1965, 76, Nr. 1, 78, Abb. 1. 3). Calav[ : Carnuntum 31 (fig. 2 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 325, 168, Taf. 33. 325), Vindobona 18/31 (Rennweg 44 FNR 632/12), Vindobona (Kenner, 1909, 78a = Oswald, 1931, 53).
P. 2b : E. 1.
E. 2 : ne peut pas être identifiée parmi les poinçons enregistrés pour Calava.Datation : 125-155 (Names 2, 164).

180120. CALUS -Gr-
Cali (in planta pedis) : {Sirmium} 25 (fig. 1 ; Brukner, 1981, Nr. 12, 52, T. 1. 12, ici lue Cal(us) et attribuée à Calus).
E. 1. : Le nom peut être lu Calus ou Cacus. Pour le moment cette forme est complètement inconnue parmi les estampilles de Calus.
Datation : 40-70 (Polak, 2000, 190), 15-70 (La Graufesenque, 186).

181121. CALVINUS -Indét-
Cal[uin]i ma : Aquincum 31Kuzsinszky, 1932, 377).
Parmi les poinçons connus de Caluinus de La Graufesenque et de son homonyme de Lezoux, on ne connaît pas de poinçon lu : Caluini ma. Il s’agit donc d’une reconstruction problématique, peut-être basée sur une lecture douteuse.

182122. CALVINUS I -Gr-
Voir Calvinus II E. 1

183123. CALVINUS II -Le-Caluinºm : Vindobona (fig. 1 ; Kenner, 1900, 59, fig. 51c), Vindobona (Kenner, 1909, 74b). Caluinºm[ : Salla 18/31 (fig. 3 ; Gabler, 1989a, Nr. 83, 448, Abb. 7. 2, ici attribuée à La Graufesenque = Names 2).
La marque enregistrée par F. Oswald à Vindobona est sans doute identique à l’une de ces estampilles.
P. 4a : E. 1, E. 3. P. 4a : E. 2.
Datation : 130-165 (Names 2, 178).

184124. CALVUS II -Gr-
Of Calvii : Carnuntum (Ψ Heydendorff, 1951, Nr. 93, 7). OfCalvi : Savaria 18/31 (Savaria Múzeum inv. N° 57. 1. 902), Vindobona 18/31 (Rennweg 44 FNR 90/675). OfCa[ : Baláca (fig. 4 ; Gabler, 2003a, Nr. 105, 108 = Csirke et alii, 2006, 9. 2. 355. sz., 106). ]lviºm : Brigetio 27 (fig. 5 ; Kuzmová, 1992, Nr. 20, 43, Tab. 2. 20, 54. 20 = Juhász, 1935, Nr. 51, 138, Taf. XLIV. 51 =).
P. 19a : E. 5et La Graufesenque, N° 85. 31, 187.
E. 1 : probablement avec une seule i. E. 3 : graphisme probablement identique à La Graufesenque, pl. 165. 85. 13.
Il s’agit de Calvus II de Vechten (Calvus I dans Names 2). Il semble que plusieurs Calvus aient travaillé à La Graufesenque (Polak, 2000, 190-195 ; Tilhard, 2004, 200). Il y a au moins trois Calvus : l’un à l’époque tibérienne, les estampilles du deuxième sont connues dans le grand four daté du règne de Trajan ; le troisième, qui est attesté sur des graffitis de l’époque néronienne (Bourgeois et alii, 1993, 150, 152), pourrait être le même qui produisait des vases en relief, il est daté entre 60 et 80/85(Mees,1995b,72).
Datation : 56-90 (Names 2, 193) ou 60-100 (Polak, 2000, 190-195).

185125. CAMBUS -Le-
Cambiºm : Savaria (Torma, 1883, N° 88, 16 = Oswald, 1931, 56 = ? Gabler, 1964, 100). Cambiº ou Gambiº : Vindobona (Kenner, 1911, 145b).
P. 4 a : E. 1, E. 2.
Datation : 150-180 (Names 2, 198).

186126. CAMPANUS II -Le*-
Campanus : Vindobona (Kenner, 1909, 78a = ? Oswald, 1931, ici Campani m).
P. 3a : E. 1.
Datation : 160-200 (Names 2, 202).

187127. {CAMRINUS ou CAM(O)RINUS} -Le ?- (sur le potier : Oswald, 1931, 56, non localisé ; ne figure pas dans Bémont, Bourgeoise, 1986 ; Names 2, 200).
]mrinus (←) : {Gorsium} 33 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 10, 35, 47).
D’après la pâte et le vernis de ce vase, il s’agit d’un potier du Centre de la Gaule, très probablement de Lezoux.
Datation : 100-180.

188128. CAMULINUS -Le-
Camulini : Aquincum (Finály, 1906, N° 31, 96 = Oswald, 1931, 57 = Names 2, 203), Gorsium (Bánki, 1979, Nr. 160, 208, Taf. X). Camulin : Aquincum (Ψ Nagy, 1937, 263, comme Camulim), Brigetio (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 52, 138, Taf. XLIV. 52 = Names 2, 203). Camu[ : Carnuntum (fig. 5 ; Heydendorff, 1949, Nr. 9 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 11, 52, 57). (C)amulin[ : Vindobona (Kenner, 1911, 155a). (C)amu[ : Vindobona (Kenner, 1911, 144a). ]lnus : {Vindobona} (Kenner, 1911, 144a, Anm. 110, 144a).
P. 2a : E. 4, E. 5. {P, 2–a} : E. 1.
Datation : 150-180 (Names 2, 204).

189129. CANTOMALLUS -Le-
Cantomili m : Bakonyszentlászló 33 (Csirke et alii, 2006) Brigetio 33 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 181. a = ? Juhász, 1935, Nr. 53, 138, Taf. XLIV. 53), Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212). Cantom^ali m : Vindobona (Kenner, 1900, 50).
P. 1b : E. 2. P. – : E. 1, E. 3.
Datation : 150-190 (Names 2, 213). Avant 180 en Pannonie.

190130. CAPITOLINUS -Rh-
Capit[ : Brigetio (fig. 1 ; CIL III, 12014. 182, ici Capito P = Juhász, 1935, Nr. 54, 138, Taf. XLIV. 54 = Names 2, 229).
P. 1a : E. 1.
Datation : 170-260 (Names 2, 229) ou premier tiers du IIIe siècle (Gaubatz-Sattler, 1994, 220).

191131. CARANTINUS -Le-
Carantini m : Arrabona 33 (fig. 1 ; Gabler, 1971, Nr. 2, 36, 28. ábra 3 = Names 2, 235), Carnuntum 33 (fig. 2 ; Groller, 1903, Nr. 1, 114, Textfig. 54. 1 = Oswald, 1931, 60 = ? Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 78, 457), Matrica 18/31 (fig. 3 ; Topál, 1981, Grave 107, 85, pl. XXXV. 107), Mursa 33 (fig. 4 ; Bulat, 1958, Nr. 38, 80, Sl. 12. 38). ]arantinim : Poetovio (fig. 5 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 269, 36, T. XXII = Names 2, 235).
Signalé à Savaria (Savaria Múzeum inv. N° 54. 101. 38) et à Scarbantia (Liszt Ferenc Múzeum inv. N° 55. 183. 22).
P. 2a : E. 3. P. 2b : E. 2. P. 2– : E. 4, peut-être 2b.
E. 1 : était attribuée à P. 2a dans Names 2, mais le graphisme de ce poinçon était différent. Il est plus prudent de laisser ouverte cette attribution. E. 5 : était attribuée à P. 2c, mais elle est davantage similaire à P. 2a.
Datation : sa production peut être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates en Pannonia Inferior et Superior (Gabler, 1994a, 366). 150-180 (Names 2, 235).

192132. CARANTUS II -Gr-
OfºCaran[ : Vindobona 27 (Rennweg 44 FNR. 350), Vindobona 18/31 (Rennweg FNR. 90/663). Of Car[ : Fischamend Markt 18 ( 24-25 (1985-86) [1989] 288, ici sans identification). Carant : Carnuntum (fig. 4 ; Trinks, 1958, Nr. 42, 54, Taf. IV. 13). Caraˆn : Salla 27 (fig. 5 ; Zalalövő 1982, Nr. 12, 358, Abb. 22. 10), {Vindobona} 27 (Gabler, 1977, K63, 219).
E. 3 : similaire à P. 9b. E. 4 : proche de La Graufesenque, pl. 162. 92. 1. E. 6 : peut-être Carantus I.
Datation : au moins deux potiers homonymes ont travaillé à La Graufesenque : Carantus I (30/40-70, La Graufesenque, 189) et Carantus II (70/80-100, Polak, 2000, 197 ; La Graufesenque, 189. Il s’agit de Carantinus I, daté entre 65 et 95 de Names 2, 236-238).

193133. CARATILLUS II -Le-
Caratilli fii : Carnuntum (Ψ Heydendorff, 1952, Nr. 139, 11).
E. 1 : probablement P. 2° mal lue.
Datation : 170-200 (Names 2, 244). En Pannonie avant 180.

194134. CARATUS -Le, Mr-
Carati[ : Mursa 31 (fig. 1 ; Bulat, 1958, N° 39, 80, Sl. 12. 39 = Names 2, 244).
P. 2b : E. 1, ce poinçon est attesté aux Martres-de-Veyre, mais d’après la pâte et le vernis des vases signés avec le P. 2b, il était également utilisé à Lezoux. P. 2c : 27 Siesbach (Abegg, 1989, Nr. 5, 192, Taf. 20. 3).
Datation : 130-160 (Names 2, 245).

195135. CAROMARUS -Rh-
Caroma[ : Baláca (fig. 1 ; Gabler, 2003a, Nr. 107, 109 = Csirke et alii, 2006, 9. 2. 140. sz., 70). ]romarus : Carnuntum (Ψ Heydendorff, 1949, Nr. 65, 5).
E. 1 : ce poinçon n’est probablement pas enregistré dans Names 2. E. 2 : peut-être P. 1a mal imprimé.
Datation : 160-260 (Names 2, 254).

196136. CARUS -Rh- (sur le potier : Tscholl, 1979, 138, Abb. 8/I ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 24, 160).
Carus fec : Aquincum 32 (fig. 1 ; Gabler, 1991b, Nr. 31, 137, T. 35. 31, 193). Brigetio 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 55, 138, Taf. XLIV. 55 = Names 2, 259), Carus[ : Aquincum 32 (fig. 3 ; Gabler, 1991b, Nr. 32, 137, Taf. 35. 32, 193). Caru[ : Poetovio 31 (B. J., Varstvo spomenikov, XXIII (1981) 249, T. 4. 4). Sirmium 18/31 (fig. 5 ; Brukner, 1981, Nr. 13, 54, T. 1. 13). ]arus fe : {Brigetio} (Torma, 1883, N° 78, 15).
P. 2a : E. 2, E. 3, E. 5.
E 1 : elle a peut-être été faite par P. 2a, mais ce n’est pas certain.
Datation : 160-260 (Names 2, 260), mais d’après les données de Pannonie, une datation entre 180 et 235 est plus convaincante (Gabler, 1991b, 140).

197137. CARUSSA -We-
Car[ : Brigetio 32 (fig. 1 ; Fényes, 2002, N° 295, 322, T. XLV. 1).
P. 1a : E. 1.
Datation : 180-233 (il est daté entre 180 et 260 (!) Names 2, 262).

198138. CASSIA -Gr-
Voir Cassius I E. 1.

199139. CASSIUS I -Le-
Cassia of : Vindobona 27 (fig. 1 ; Donat et alii, 2002, 93, Taf. 3. 2, 29, attribuée à Cassia de La Graufesenque = Gabler, 1977, K64, 219).
P. 1a : E. 1.
Datation : 130-150 (Names 2, 267).

200140. CASTUS -Rh-
Castus fe : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1903, Nr. 2, 123, Textfig. 63. 3 = ? Oswald, 1931, 65). Castus f : Vindobona 32 (Gabler, 1977, K78, 220). Castus f : Aquincum 32 (Budapest Történeti Múzeum inv. N° 98. 36. 3747). Castus fe[ : Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 377), Aquincum 32 (Kuzsinszky, 1932, 377).
P. 1c : E. 1. 2– : E. 2.
E. 4 :
probablement P. 1b.
Datation : 180-220 (Names 2, 282).

201141. CASURIUS -Le-
Casurius f : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 56, 138, Taf. XLIV. 56, ici attribué à Lubié = Names 2, 283). (. )asurius : Brigetio 33 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 133 = Juhász, 1935, Nr. 57, 138, Taf. XLIV. 57, ici attribué à Lubié = Names 2, 284). ]surius : Gorsium 33 (fig. 3 ; Gabler, 1967a, Nr. 11, 35, 47 = Names 2, 284). C. s?rus (= Casurius ?) : {Carnuntum} (Ψ Heydendorff, 1949, Nr. 58, 8). Surius : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 378), Mikla – Tót-szent-puszta (Hampel, 1889, 86), Gorsium 18/31 (fig. 6 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 4, 69), Gorsium 18/31 (fig. 7 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 8, 69). Suri : {Vindobona} 33Donat, 1999, 211).
P. 5 a : E. 1 ; P. 5b : E. 1 ; P. 5b’ : E. 2 ; P. 5" : E. 3 ; P. 5. E. 6-7 : probablement P. 5" remanié.
Datation : sa production a été retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates. 155-190 (Names 2, 284). En Pannonie probablement jusqu’en 180.

202142. CATULLINUS -Indét-
Catullinus : Vindobona (Kenner, 1911, 155a).
Catullinus I et II ont également utilisé cette formule.

203143. CATULLINUS I -Le-
Catullinus : {Carnuntum} 31 (fig. 1 ; 18 (1979) [1980] 444, Abb. 480).
Si cette estampille est bien lue, d’après sa taille, il s’agit peut-être de la P. 1a.
Datation : 115-130 (Names 2, 296).

204144. CATULLINUS -He ou Rh-
Catullinus : Ad Statuas 18/31 (fig. 1 ; Gabler, 1989b, N° 86, 247, fig. 97. 86, ici attribué à la Gaule centrale ? = Names 2, 297), Carnuntum 31 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 192, 471, ici attribuée à Rheinzabern).
Une estampille de Catullus ou Catulinus de Rheinzabern est signalée à {Aquincum} 33 (Szirmai, 1988, 58, Musée d’Aquincum 85. 4. 105).
P. 2a : E. 1. P. 2– : E. 2.
Datation : 160-190 (Names 2, 297).

205145. CATULLUS -Le-
Catu[ : {Brigetio} 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 23a = ? Juhász, 1935, Nr. 59, 138, Taf. XLIV. 59, lue : Catuli m = Names 2, n. 6, 302).
E. 1 : on ne peut pas identifier cette estampille avec les poinçons connus de Catullus de Lezoux (Names 2, 297-298). Cette lecture semble douteuse. Cette estampille est peut-être identique à celle de Catus de Rheinzabern mentionnée par F. Oswald (Names 2, n. 6, 303).
Voir également Catullus -Rh-

206146. CATULLUS -Rh-
Catullus f : {Brigetio} 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 58, 138, Taf. XLIV. 58 = Names 2, 42). Catulus(←) f : Páty 31 (fig. 2 ; Gabler, 2007b, 84. sz., 244, 6. kép 3, ici attribuée à Lezoux). Catºuºl(←)f(←)ec : Cibalae 33 (fig. 3 ; Šaranović-Svetek, 1971, T. I. 8-9 = Dimitrijevic, 1979, Taf. 21/6, 242, Taf. 21/6 = Brukner, 1981, Nr. 14, T. 1. 14). Ca^tul f(←)^iic : Vindobona (Kenner, 1909, 70a = Oswald, 1931, = Names 2, 300). Catu[.] f(←)ec : Carnuntum (CIL III, 12014. 192. b). Catullu[ : Gorsium 18/31 (fig. 6 ; Gabler, 1967a, Nr. 12, 35, 47 = Names 2, 299).
Une estampille de Catulus ou Catulinus de Rheinzabern est signalée à {Aquincum} 33 (Szirmai, 1988, 58, Musée d’Aquincum 85. 4L. 105).
P. 4b : E. 2, E. 6. P. 8a : E. 3, probablement neuf, il pourrait s’agir d’un problème d’échelle de reproduction. P. 8–a : E. 4, E. 5.
E. 1 : ce poinçon n’est pas enregistré pour Catullus. Il pourrait s’agir du poinçon 2a” de Belatullus.
Datation : 170-260 (Names 2, 300). La forte présence de sa production en Pannonie indique une période d’activité avant 235.

207147. CATUS -Rh-
Catus fec : Aquincum (CIL III, 12014. 192. a), {Brigetio} (O).
P. 2–a : e. 1.
E. 2 : voir le commentaire pour E. 1 de Catullus de Lezoux.
Datation : 160-210 (Names 2, 302).

208148. CAUPIRRA -Le-
Caupirra : Aquincum (Finály, 1906, N° 33, 96 = Oswald, 1931, 69 = Names 2, 306), Brigetio (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 60, 138, Taf. XLIV. 60), Gorsium (Bánki, 1965, Nr. 1, 99, Taf. 29. 4. peut-être identique à Gabler, 1967a, Nr. 13 ou Nr. 14). Caupiraºm : Gorsium 18/31 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 13, 35, 47 = Names 2, 306), Gorsium 33 (Gabler, 1967a, Nr. 14, 35). Cau[ : {Aquincum} 31 (Kuzsinszky, 1932, 377). ]aupirra : Aquincum 33 (Nagy, 1941, Nr. 2, 215). ]uºpirra : Aquincum 31 (Nagy, 1941, Nr. 3, 215).
P. 2a : Lentia 18/31 (Ruprechtsberger, 1980, Nr. 27, 162, 215, Taf. 38/1). P. 2–a : E. 8. P. 3b : E. 4. P. 3–b : E. 5. P. 7–a : E. 1, E. 7.
E. 6 : cette estampille est classée ici, car Caupirra est très fréquent en Pannonie : il est attesté à Aquincum, mais une attribution à un autre potier est également possible.
Datation : 150-180 (Names 2, 306).

209149. CAUTERRA -Le, Vi, Tf-
Cauterra : Carnuntum 33 (Swoboda-Milenović, 1958, Nr. 3, 27).
P. 3–a : E. 1. Ce poinçon est attesté à Vichy et à Terre-Franche.
Datation : 150-200 (Names 2, 308), avant 180 en Pannonie.

210150. CAUTUS -Le*-
Cautus f : Aquincum (Finály, 1904, 34 = Oswald, 1931, 69).
P. Φa : E. 1.
Datation : 140-170 (Names 2, 308).

211151. {CELIUS}
Ciiliu[ : Vindobona (Kenner, 1911, 155a).

212152. CELSINUS -Est de la Gaule-
Celsinusºf : Salla Curle 22 (fig. 1 ; Gabler, 1989a, 450 = Instrumenta, Nr. 49, 76). Ciilsinus f : Brigetio (fig. 2 ; CIL III, 12014. 193 = Juhász, 1935, Nr. 62, 139, Taf. XLIV. 62 = Names 2, 324). Celsinus f : Carnuntum (Groller, 1906, Nr. 2, 115 = Oswald, 1931 = Names 2, 324). Cel[s]in[i] m : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 122, 11).
P. 1–a : E. 3. P. 1b : N° 1, attesté à Boucheporn. P. 1h : N° 2. P. 6–b : E. 4.
Celsinus a travaillé dans plusieurs ateliers (Boucheporn, Chémery-Faulquemont, Ittenwiller et Sinzig).
Datation : 125-150 (Instrumenta, 76) ou 130-170 (Names 2, 26).

213153. CELSUS V -Rh-
Celsus f : Vindobona (Kenner, 1911, 155a). Celsus[ : Brigetio (fig. 2 ; CIL III, 12014. 194 = ? Juhász, 1935, Nr. 63, 139, Taf. XLIV. 63 = Names 2, 329).
P. 3b : E. 2. P. 3 : E. 1. P. 7a : Singidunum 1, N° 3, 89, Sl. 18. 3.
Datation : 160-200 (Names 2, 330).

214154. {CENNO} -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 72 ; Walke, 1965, Taf. 35, 118 ; Tscholl, 1979, 138, Abb. 9/N ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 191, 319, 449, 540 ; Müller, 1999, Tab. 8. 12).
Cenno : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 64, 139, Taf. XLIV. 64 = Kuzmová, 1992, Nr. 96, 52, Tab. 7. 96, 54. 96), Carnuntum (Swoboda-Milenowić, 1958, Nr. 1, 27). ]enno : Carnuntum (fig. 3 ; Groller, 1906, Nr. 1, 34, fig. 18, il s’agit peut-être d’une imitation de sigillée !).
Ce potier n’est pas enregistré dans Names 2.

215155. CE(N)SORINUS -Le-
Cesorini : Gorsium 33 (fig. 1 ; Gabler, Kocztur, 1977, 31 = Gabler, 1994a, 366 = Names 2, 343), Siscia 33 (fig. 2 ; Makjanić, 1990a, T. 16. 122).
P. 4 : E. 1.
Datation : le dépôt de vases de Gorsium a été enterré entre 170 et 178. 150-180 (CGP, 192), 160-190 (Names 2, 344).

216156. CERIALIS -Indét-
Cerialis[ : Brigetio (CIL III, 12014. 25. c, sigillée lisse ?). Ceria(↓)lis(←)[ : Brigetio CIL III, 12014. 25. d).

217157. CERIALIS -Le-
Cerialiºmˆa : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 69. a, 139, Taf. XLV. 69. a-b = Names 2, 350), Brigetio 33 (Juhász, 1935, Nr. 69. b, 139). Cerialiºm : Aquincum (Torma, 1883, N° 9, 5 = CIL III, 12014. 25. a). Ceriali m : Carnuntum (Oswald, 1931, 74 = Names 2, 350), Mursa 27 (fig. 5 ; Brukner, 1981, Nr. 16, 54, T. 1. 16). Cerialiºm[ : Gorsium 33 (fig. 6 ; Gabler, 1967a, Nr. 15, 36, 47 = Instrumenta, Nr. 46, 76 = Names 2, 350). ]rialiºm : Carnuntum 27 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 85, 457-458), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 140, 11). ]ali m : {Gorsium} 33 (Gabler, 1967a, Nr. 16, 36).
P. 2a : E. 1, E. 5, E. 6, ce poinçon est souvent lu Ceriali m quand l’empreinte n’est pas claire, comme par ex. dans le cas de E. 5. P. 2a : E. 2. P. 3a : E. 3, E. 4.
Datation : un tesson brûlé a été trouvé dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 85, 457-458). 135-165 (Names 2, 352).

218158. CERIALIS -Rh-
Cerialis : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1906, Nr. 20, 35, fig. 18). Ceria[ : Carnuntum (fig. 2 ; Groller, 1906, Nr. 13, 35, fig. 18).
P. 3a : E. 1-2.
Estampilles provenant de sigillées lisses ?
Datation : 160-180 (Names 2, 356).

219159. CERTUS I ou II -Le-
Certus : Carnuntum (CIL III, 12014. 197 = Gabler, 1964, 99).
Datation : Certus I : 125-145 et Certus II : 150-190 (Names 3, 1-2).

220160. CINGESSUS -La, We, Pf-
Cinge fecit : Sisicia (fig. 1 ; Makjanić, 1996, T. 16. 36). Cinges f : Aquincum (fig. 2 ; Szirmai, 1985, 62, 10. kép 5, ici Cinesi). Cing[ : Aquincum (Finály, 1904, 35 = CIL III, 12014. 199 = ? Oswald, 1931, 77 = Names 3, 19).
P. 1a : E. 1. P. Φ–a : E. 2.
E. 1 : qualité de la production de Westerndorf.
Il a signé comme finisseur sur la production de Comitialis E4 et sur les vases d’Helenius (Streitberg, 1973, 135).
Datation : 160-220 (Names 3, 20).

221161. {CINIUVENATUS}
Cinivenatus : Brigetio (CIL = Names 3, 20).

222162. CINNAMUS II -Le, Lb, To, Vi, Tf-Cin(←)n(←)amus : Vindobona 27 (fig. 1 ; Kenner, 1909, 79b, fig. 39c). Cin(←)n(←)amio : Carnuntum 33 (fig. 2 ; Ψ 28 (1989) [1990] 233, Abb. 1145). Cinnami : Vindobona (Kenner, 1909, 63a).
P. 6b : E. 1.
E. 2 : cette estampille, sauf la fin, est identique à P. 6b, il pourrait s’agir d’une mauvaise interprétation de l’impression de ce poincon. E. 3 : peut-être sur sigillée moulée.
Ces estampilles sont lezoviennes.
Datation : 140-165 (Dickinson, 1991, 47 ; Hartley, 2000, 195) ou 135-160 (Names 3, 29).

223163. CINTUGENUS -Le*- (sur le potier : Popilian, 1973).
Cin(←)tºugeni : Carnuntum (CIL III, 12014. 200. b), Salla 31 (fig. 2 ; Gabler, 1989a, Nr. 90, 448, Abb. 7. 8 = Names 3, 32), Vindobona 18/31 (Rennweg 44 FNR 90/349). Cin(←)tºugeni[ : Carnuntum 33 (fig. 4 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 12, 52, 57). Cintugen : Carnuntum (Ψ Heydendorff, 1949, Nr. 12, 6). Cin(←)ºu[ : Brigetio 31 (fig. 6 ; Fényes, 2002, Nr. 49, 294, T. XVII. 5, ici attribuée à Cintusmus).
Voir aussi Matugenus -We- E. 2.
P. 3a : E. 2, E. 3, E. 6. P. 3–a : E. 1, E. 4.
Datation : 155-180 (Names 3, 33).

224164. CINTUGNATUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 78 ; Walke, 1965, Taf. 35, 119, Taf. 36, 121 ; Simon, 1968, Nr. 391-93, 57-58, sur la distribution de sa production ; Vanderhoeven, 1974, Nr. 27-28, 13-14 ; Schönberger, Simon, 1983, Nr. 354, 88 ; Jung, Schücker, 2006, 71).
Cintugnatu : Aquincum (Nagy, 1937, 266), Brigetio 33 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 27. b = ? Juhász, 1935, Nr. 75, 139, Taf. XLV. 75, ici attribuè à l’Est de la Gaule = Names 3, 35), Vindobona (Kenner, 1909, 74b = Oswald, 1931, 78), Savaria 31 (fig. 4 ; Bíró, 2004). Cintugn[ : Aquincum (CIL III, 12014. 27. a = Torma, 1883, N° 10, 5-6 = Names 3, 37). ]ugnatu : Carnuntum 31 (fig. 5 ; Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 93, 458 = Gabler, 1994a, 366, Abb. 2. 1). ]tugn[ : Sisicia 18/31 (fig. 6 ; Makjanic, 1996, Nr. 31, 98).
Le poinçon P. 3’’’ est signalé à Celamantia (Names 3, 35).
Signalé à Brigetio (CIL III, 12014. 27. a).
P. 3a’’’ : E. 2. P. 3’’’ ou ’’’’ : E. 4, E. 5, E. 6. P. 3 –a : E. 1, E. 3.
Toutes les estampilles publiées avec dessins sont faites avec un poinçon de la période de sa production à Rheinzabern.
Datation : à Chémery : 140-155, à Lavoye : 150-160, à Haute-Yutz : 160-170 et à Rheinzabern : 165-180 (Names 3, 37).

225165. {CINTUS}
Cintus f : Vindobona(Kenner, 1909, 63a = Oswald, 1931, 78, attribué à Cintus d’Ittenweiler = Names 3, 38).
P. 2 –b : E. 1, peut-être Lucinus iii. P. 1a’.

226166. CINTUSMUS -Indét-
Cintusmus f : Aquincum (Szilágyi, 1945, 458), Carnuntum 31 (Oswald, 1931, 79 = Chenet, Gaudron, 1955, N° 30, 127).

227167. CINTUSMUS -Le- (sur le potier : CGP, 311-314 ; Bet, Delage, 1991, N° 8, 214, fig. 1. 8, 194 ; Evans, 2003, N° 2, 224 ; Rogers, 1999, 105.
Cintusmus f : Brigetio 33 (fig. 1 ; Borhy, Számadó, 1999, Nr. 3, 104 = Beck, 2004, 245, Taf. 4/11), Mursa (fig. 2 ; Bulat, 1958, Nr. 42, 80, Sl. 12. 42 = Names 3, 41), Cintusmi m : Gorsium 33 (Bánki, 1985, Nr. 232, 134). Cintusm : Poetovio (Abramić, 1925, 96), Vindobona 33 (Kenner, 1909, 70a = Oswald, 1931, 79 = Chenet, Gaudron, 1955, N° 30, 126-127 = ? Gabler, 1977, K67, 220). Cintusm[ : Vukovar (fig. 6 ; Bulat, 1958, Nr. 41, 80, Sl. 12. 41 = Names 3, 42). Cintu[ : Albertfalva 31 (Gabler, 1995, 122), Mursa (fig. 8 ; Bulat, 1958, Nr. 40, 80, Sl. 12. 40). (. )intusmi m : Brigetio 18/31 (fig. 9 ; Juhász, 1935, Nr. 77, 139, Taf. XLV. 77 = Names 3, 39).
P. 2b : E. 9. P. 3g : E. 7. P. 6a : E. 1, E. 2, E. 6, E. 8. P. 5 –a : E. 4.
E. 5 : peut-être Cintusmus IV.
Datation : 140-180 (Names 3, 42).

228168. CINTUSMUS -La, Rh et We-
Cintu[.]mus[ : Vindobona 32 (fig. 1 ; Eichler, 1941, 33, Abb. 1. b).
P. 2 c : E. 1 et Streitberg, 1973, Abb. 2. 4.
Datation : 160-210 (Names 3, 44), à Westerndorf : 180-210.

229169. CLEMENS -Rh, We-
Clemens f : Aquincum (Finály, 1906, N° 39, 97 = Oswald, 1931, 81 = Names 3, 60). Clem[ : Carnuntum (fig. 2 ; Groller, 1904a, Nr. 10, 86, fig. 39. 10 = Groller, 1904c, fig. 39. 10 = ? Oswald, 1931, 81).
P. 1 –a : E. 1. P. 2a : E. 2.
Datation : 170-220 (Names 3, 60).

230170. CNATIUS ou GNATIUS -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 138 ; Walke, 1965, Taf. 34, 117, Taf. 42. 178).
Cnati[ : Aquincum 33 (fig. 1 ; Ψ Vámos, 2002, Nr. 279, 75, 45. kép 1, 46. kép 7).
Datation : 130-155 (Rodwell, 1987, N° 15, 96).

231171. COBNERTUS III -Le-
Cobnertiºm : Gorsium 31R (fig. 1 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 2, 69 = Names 3, 65). Co(b)nerti m : Vindobona (Ψ Kenner, 1911, 155a).
P. 1a : E. 1.
Datation : 155-180 (Names 3, 66).

232172. COBNERTUS IV -Rh-
Cobnertus : {Gorsium} (Bánki, 1966, 153, ici attribuée à Cobertus III).
{5 –b} : peut-être E. 1.
Datation : 155-180 (Names 3, 66).

233173. COCCILUS I -Ba, Le, Vi, Tf-
Coccil ° m : Brigetio 18 (fig. 1 ; Beck, 2004, 244, Taf. 4/10, ici attribuée à Banassac), Coccil m : Brigetio 18/31 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 204. a = Juhász, 1935, Nr. 84, 140, Taf. XLV. 84, ici attribuée à Banassac = Names 3, 71, P. 5a), Carnuntum 31 sic ! (fig. 3 ; 18 (1979) [1980] Abb. 479, 444), Gorsium 18/31 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 20, 36, 47 = Names 3), Salla (fig. 5 ; Zalalövő 1976, Nr. 31, 164, Abb. 18. 4). Coccil m[ : Ptuj (Mikl-Curk, 1981, 62, fig. 77). Coccilli m : Aquincum (Finály, 1906, N° 40, 97 = Oswald, 1931, 82 = Names 3, 71). Coc[ci]l m : Albertfalva (Nagy, 1947, 98). Coccilo : Intercisa (Ψ Mahler, 1907, 246). Coccilo m : Intercisa (Ψ Mahler, 1907, 246).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 100).
Les vases signés par les poinçons de Coccilus ont été produits à Banassac et dans plusieurs ateliers de Gaule centrale. Pendant longtemps on a considéré qu’il s’agissait de plusieurs potiers homonymes ; par conséquent les attributions faites d’après la bibliographie ne sont pas toujours fiables.
P. 2 –a : E. 6. P. 5a : E. 1, E. 2, E. 3, E. 4, E. 5. P. 5 –a : E. 7.
P. 2a est lezovien. Le poinçon 5a était utilisé à Banassac et à Lezoux, peut-être également à Vichy et à Terre-Franche. On n’a pas vu les vases considérés ici donc on ne peut pas décider s’il s’agit de vases du Sud ou du Centre.
Datation : 140-170 (Names 3, 72).

234174. vacat

235175. COMIS(. ) -We, Pf- (sur le potier : Bjelajac, 1990, Nr. 17-18, 134).
Comis f : Brigetio 31 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 29 = Juhász, 1935, Nr. 85, 140, Taf. XLV. 85 = Names 3, 93), {Carnuntum} 31 (fig. 2 ; Ψ Groller, 1905, 106, fig. 63. 6a = Oswald, 1931, 85, ici attrribuée à Comisillus de Trèves = Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 193, 471, ici attribuée à Rheinzabern).
P. 1b : E. 1.
Datation : 160-260 (Names 3, 94). Sa production a été retrouvée dans un four de Westerndorf avec celles de Pergamus et Stabilis à la fin du IIe-début du IIIe siècle (Prammer, 1975, Abb. 11. 3, 141).

236176. COMISILLUS -Trèves-
Voir Comis E. 2.

237177. COMPRINNUS -Le-
]omprinnus : Vindobona 18/31 Donat, 1999, 212).
Datation : 130-170 (Names 3, 106).

238178. {COMUNIS}
Comuni : Aquincum (Oswald, 1931, 86), Oberlaibach (Oswald, 1931, 86).
Comunis n’est pas inclus dans Names 3.

239179. CONATIUS -Rh-
Conatius f : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1905, fig. 63. 5).
P. 3a : ? E. 1.
Datation : 180-260 (Names 3, 110), 180-235.

240180. CONDOLLUS -Le- (sur le potier : CGP, 216 ; Rogers, 1999, 106).
Condollus f : Gorsium 18/31 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 21, 36, 47 = Names 3, 112). Condo[ : Aquincum 31 (fig. 2 ; Vámos, 2002, Nr. 177, 61, 36. kép 2, 46. kép 10). Cond[ : Aquincum (Finály, 1905, N° 43, 97).
P. 2a : E. 1, E. 2.
Datation : 140-170 (Names 3, 112).

241181. {CONGIUS} (sur le potier : Oswald, 1931, 87 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 24-25, pl. IV. 36 ; il n’est pas inclus dans Bémont, Bourgeoise, 1986, et Names 3).
Congli°m : Aquincum 31 (fig. 1 ; Juhász, 1936, 35, 28. kép 3, 34 = Nagy, 1937, 263, ici Conoli°m = Gabler, 1964, 100). Conci ma : Vindobona 31 (Kenner, 1905, 223).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 100).

242182. CONSTANS -Schwäbische Ware, He, Rh-
Constasºf : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 211a = Juhász, 1935, Nr. 92, 140, Taf. XLV. 92, attribuée à Heiligenberg = Names 3, 116). Constan[ : Carnuntum (Groller, 1906, Nr. 6, 115). Cons[ : Schützen am Gebierge 31? (fig. 3 ; 26 (1987) [1988] 233, Abb. 417).
P. 1a : E. 1.
P. 1a était utilisé à Rheinzabern. Il a collaboré avec Cerialis (Gabler, 1987a, 103, Abb. 8. 2, 102).
Datation : 150-180 (Names 3, 117).

243183. CORISILLUS -Gu, Le, Lb, Vi, Tf-
Corisilli : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 213 = Juhász, 1935, Nr. 93, 140, Taf. XLV. 93, attribuée à Lubié = Names 3, 121). Corsisili [ : Carnuntum (Ψ CIL III, 12014. 213. b = Names 3, 121, P. 7 –a).
P. 3a’ : E. 1.
E. 2 : d’après le CIL cette estampille est brisée !
Datation : 150-200 (Names 3, 121). En Pannonie avant 180.

244184. L(. ) COSIUS VIRILIS -Gr- (sur le potier : Mees, 1995b, 98-99 ; La Graufesenque, 197).
OfºLºCosºVir : Arrabona 18 (CIL III, 12014. 215. a = Gabler, 1967b, Nr. 10, 37, 5. ábra 32 = Instrumenta, Nr. 41, 75 = Names 3, 139). Of°l°Cosviril : {Arrabona} (CIL III, 12014. 215. a = ? Names 3, 139). OfLCViril Vindobona (fig. 3 ; Kenner, 1905, 175, fig. 327 = Oswald, 1931, 90 ici OfCVirilis). OfCVirili : Vindobona (Ψ Kenner, 1909, 78a = Oswald, 1931, 90).
P. 6b : E. 1. P. 13a : E. 3.
E. 2 : identique à E. 1, il s’agit d’une entrée double dans Names 3.
Datation : 80-130 (Polak, 2000, 349-351), 75-110 (Names 3, 146).

245185. COSMINO ou COSMINUS -Le-
Cosm(. ) : Vindobona 27Donat, 1999, 212).
Datation : 130-175 (Names 3, 147).

246186. COSTIO -Rh-
Costio : Carnuntum 32 (fig. 1 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 326, 168, Taf. 33. 326).
P. 3a : E. 1.
Datation : 170-240 (Names 3, 151).

247187. COSTIO et PRIMUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 91 ; Hofmann II, N° 76, 33 ; Pétry, 1972, 397 ; Garbsch, 1982, Nr. 328, 72).
Carnuntum 32 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 126, 462). Costiopr fe : Aquincum 33 (Nagy, 1937, 264, ici Costiopri fe = Nagy, 1941, Nr. 4, 215). Cost[ : Gorsium 33 (fig. 3 ; Gabler, 1967a, Nr. 22, 37, 47). ]tiopr fe : Brigetio (fig. 4 ; Fényes, 2002, Nr. 57, 338, T. LXI. 4).
P. 2a : E. 3. P. 2 –a : P. 1.
E. 4 = ? P. 2a.
Datation : 170-240 (Names 3, 151).

248188. COTTALUS -Rh-
Cottalussi : Gorsium (Ψ Gorsium 1974, Nr. 143, 135, 169). Cottalus of : Carnuntum 32 16 (1977) [1978] 412). Cottalus[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 44, 97 = Oswald, 1931, 92). Cottal[ : Mursa 32 (fig. 4 ; Bulat, 1958, Nr. 43, 81, Sl. 12. 43).
P. 1a : E. 4 et Faber, 1994, 201, Beil. 5. 21.
Datation : 160-260 (Names 3, 155), 160-235.

249189. CR CESI -Tf-
Voir Croesus -Le-

250190. CRACISSA -Le-
Cracisa[ : Carnuntum 33 (fig. 1 ; Trinks, 1961, Nr. 1, 49, Abb. 1. 1).
P. 1a : E. 1.
Voir Croesus E. 3.
Datation : 130-160 (Names 3, 167).

251191. CRACUNA -Le-
Cracunaºf : Aquincum (Torma, 1883, N° 12, 6), Carnuntum 31 (fig. 2 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 16, 168, Taf. 28. 16). Cracuna f : Gorsium 33 (fig. 3 ; Gabler, 1967a, Nr. 24, 37, 47), Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212). ]una°f : Carnuntum (fig. 5 ; Grünewald, 1979, Taf. 10. 7 = Names 3, 168).
Signalé à Sopianae (Gabler, 1964, 100 = Fülep, 1984, 180).
P. 2a : E. 4, E. 5. P. 2–a : E. 1, E. 3.
E. 2 : probablement P. 2a mal dessiné, sinon ce poinçon n’est pas encore enregistré.
Le même potier a probablement travaillé à Lezoux et à Pont-des-Rèmes (Chenet, Gaudron, 1955, N° 37, 131).
Datation : 130-160 (Dickinson, 1999, 274), 130-155 (Names 3, 169).

252192. CRASSIACUS -Rh-
Crassiacus f : Aparhant (Wosinszky, 1896, 758), Cras(←)siacus f : Brigetio 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 94, 140, Taf. XLV. 94 = Names 3, 170). Cras(←)siacusf : Vindobona 31 (Kenner, 1896-1900, 49 = Kenner, 1900, 49 = Gabler, 1977, K83, 221).
P. 1a : E. 2. P. 1–b : E. 1, E. 3, transcription d’après Kenner, 1900.
Datation : 180-220 (Names 3, 171).

253193. CRESTUS I -Gr-
OfCrest ← : Sárvár 27 (fig. 1 ; Gabler, 1997b, Nr. 60, 70, Taf. 6. 10).
P. 1b : E. 1 et Polak, 2000, C162, 214, pl. 8, avec une liste des impressions de ce poinçon et proche dans La Graufesenque, pl. 173. 143. 11).
Datation : 65-90 (Names 3, 189).

254194. CRICIRO V -Le- (sur le potier : CGP, 252 ; Bet, Delage, 1991, Nos 236-238, 217, fig. 16. 236-238).
Cricironis : Aquincum (Szilágyi, 1945, 458). Cricir[ : Aquincum 27 (Kuzsinszky, 1932, 377). ]Carnuntum (fig. 3 ; Heydendorff, 1949 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 12, 52).
P. 4–a : E. 1, E. 2.
Datation : 135-165 (Dickinson, 2001, 196).

255195. CRISPUS III -Gr- (sur le potier : Polak, 2000, 217).
OfCris : Carnuntum 27 (fig. 1 ; Groller, 1906, 79, fig. 42. 4 = Oswald, 1931, 97 = Names 3, 200).
P. 2 –a : E. 1.
Datation : 65-95.

256195b. CISPUS -Le-
Crispiºmˆa[ : Carnuntum 27 (fig. 2 ; Trinks, 1958, Nr. 38, 54, Taf. IV. 9).
P. 1a : E. 1.
Datation : 130-160 (Names 3, 203).

257196. CROBISO -Le-
Crobiso°m : Brigetio (Names 3, 206). Crobiso m : Aquincum (Ψ Szilágyi, 1945, 458, lue comme Crubiso m), Siscia 33 (fig. 3 ; Koščević, Makjanić, 1995, 64, fig. 37. 2). Cropiso[ : Mursa (Names 3, 206). Cr[---]s[ : {Gorsium} 33 (fig. 197. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 23, 37, 47, ici attribuée à Cracissa de Lezoux). ]biso m : Aquincum 31 (fig. 6 ; Szirmai, Altmann, 1976, 234, 252. kép).
P. 1a : E. 3, E. 6. P. 1 –a : E. 1. P. 1b : E. 1. Φ –a : E. 4. Ψ –a : E., mais il s’agit du poinçon 2a de Croesus.
Datation : 135-165 (Names 3, 207).

258197. CROESUS -Le- (sur le potier : Bet, Delage, 1991, N° 148-149, 216, fig. 13. 148-149).
Crºoesiºm : Gorsium 33 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 25, 37, 47 = Names 3, 207). Croesi ° m : Gorsium 33 (Bánki, 1985, Nr. 228, 134). Cr[---]s[ : Gorsium 33 (fig. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 23, 37, 47, ici attribuée à Cracissa de Lezoux).
P. 2a : E. 1, E. 3. P. 2 –a : E. 2.
Datation : 150-170 (Rogers, 1999, 185), 155-190 (Names 3, 207).

259198. CRUCURO -Gr-
Voir Crucuro -Le-

260199. CRUCURO -Le- (sur le potier : Polak, 2000, 217).
Crˆucuro fec : Carnuntum (CIL III, 12014. 31 = Names 3, 210) ; Gorsium 18 (fig. 1 ; Gabler, 1967a,Nr. 26, 37, 47, ici attribuée à La Graufesenque = Instrumenta, Nr. 42, 75 ; ici attribuée à La Graufesenque = Names 3, 210).
P. 1a : E. 2. P. 1 –a : E. 1.
Datation : 120-150 (Names 3, 211).

261200. CRUMMUS -Rh-
Crummus f : Intercisa (CIL III. 2. 1, 6010. 77 = Oswald, 1931, 99 = Names 3, 212).
P. 1 –a : E. 1.
Datation : 160-260.

262201. CUCALUS -Le-
Cucali m : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 233 = Juhász, 1935, Nr. 98, 140, Taf. XLV. 98 = Names 3, 214). Cuc[ : {Aquincum} (Torma, 1883, N° 13, 6).
P. 2d : E. 1.
E. 2 : d’autres attributions sont également possibles.
Datation : 140-170 (Names 3, 214).

263202. CUCILLUS -Le-
Cucilli m : Savaria (CIL III. 2. 1, 6010. 78 = Names 3, 215). Cuc[ : {Aquincum} (Torma, 1883, N° 13, 6 = Names 3, 216).
P. 4 –a : E. 1. Φ –b : E. 2.
Datation : 145-180 (Names 3, 216).

264203. CURCIUS -Le*-
Curciºm : Aquincum (Nagy, 1937, 263) Curci ma : Strebersdorf (fig. 2 ; 37 (1998) 758, Abb. 501). Cur[ : {Azaum} 33 (fig. 3 ; Horváth, 2003, Nr. 299, 173, Abb. 13. 10, ici Cura[).
P. 1a : E. 2, E. 3. P. 1 –a : E. 1.
Datation : 150-175 (Names 3, 225).

265204. CURMILLUS -Le- (sur le potier : Bet, Delage, 1991, N° 91, 214, fig. 11. 91).
Curmillus f : Savaria (Torma, 1883, N° 89, 16 = CIL III, 12014. 239 = Names 3, 226). ]urmillus : Azaum 33 (fig. 2 ; Horváth, 2003, Nr. 69, 164, Abb. 13. 9).
P. 3a : E. 2. P. 3–a : E. 1.
Datation : 120-140 (Rogers, 1999, 111), 125-150 (Names 3, 227).

266205. CUXUS -Rh-
Cuxus : Brigetio 32 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 240 = Juhász, 1935, N° 99, 140, Taf. XLV. 99 = Names 3, 229).
P. 2a : E. 1.
Datation : 180-260.

267206. DACOMARUS -Gr-
Voir Dacomarus -Le, Mr-

268207. DAGOMARUS ou DACOMARUS -Le, Mr-
Dagomarus : Tokod (Gabler, 1964, 99). Dacomˆari : Aquincum 18 (fig. 2 ; Gabler, 2002a, Nr. 71, 241, 7. kép 1, 258). Dago : Brigetio 27 (fig. 3 ; CIL III, 12014. 241 = Juhász, 1935, Nr. 100, 140, Taf. XLV. 100). Daco[ : Sárvár 18/31 (fig. 4 ; Gabler, 1997b, Nr. 61, 70, Taf. 7. 11).
P. 4a : E. 4. P. 8 –a : E. 1. P. 11a : E. 2. P. 15a : E. 3.
Datation : 100-140 (Names 3, 239).

269208. DAMINUS -Le-
Daminiºm : Aquincum (Torma, 1883, N° 14, 6 = Names 3, 241). Damini m : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 377), Carnuntum (fig. 3 ; Groller, 1907, Nr. 5, 42, fig. 12. 5 = Oswald, 1931, 102 = Names 3, 241, P. 3–b), Siscia 33 (fig. 4 ; Koščević, Makjanić, 1995, 64, fig. 37. 3 = Names 3, 240).
P. 3a : E. 4. P. 3c : E. 3. P. 3 –b : E. 2.
Datation : 150-200 (Names 3, 241). Avant 180 en Pannonie.

270209. DATIUS -Rh-
Datius : Aquincum (Finály, 1906, N° 47, 97 = Oswald, 1931, 103 = Names 3, 257), Brigetio (CIL III, 12014. 248 = Names 3, 257).
P. 5 –a : E. 2. P. 5 –b : E. 1.
Datation : 160-240 (Names 3, 258).

271210. DECMINUS -Rh-
Dˆecmiˆnuˆs f : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 101, 141, Taf. XLV. 101).
P. 1a : E. 1.
Datation : 160-190 (Names 3, 262).

272211. DIICOS ou DECOS -Pf-
Diicos : Brigetio Oswald, Pryce, pl. 69, 14-16 (Gabler, 1978, 96 = Instrumenta, Nr. 56, 78).
Inconnu pour Names 3 !
Datation : 235-260 (Instrumenta, Nr. 56, 78).

273212. DIVICATUS -Le-
Divicatus : Aquincum (Finály, 1906, N° 48, 97 = Oswald, 1931, 106), Aquincum 33 (Nagy, 1937, 264 = Nagy, 1941, N° 5, 215), Mursa (fig. 3 ; Bulat, 1958, Nr. 73, 83, Sl. 12. 73 = Names 3, 281).
P. 3a : E. 3. P. 3 –a : E. 1, E. 2.
Datation : 135-165 (Names 3, 283).

274213. DIVIXTUS -Indét-
Divix[ : Mursa ? 33 (Bulat, 1958, Nr. 45, 80).

275214. DIVIXTUS -Le- (sur le potier : CGP, 248-250 ; Bet, Delage, 1991, N° 92-93, 214, fig. 11. 92-93).
Divixi : Mursa ? 33 (fig. 1 ; Bulat, 1958, Nr. 44, 80 = Names 3, 285). Divix f : Aquincum (Nagy, 1943, 380).
P. 9c : E. 1. P. 9 –b : E. 2.
Voir aussi Divixtus -Rh- E. 1.
Datation : 145-175 (Names 3, 287).

276215. DIVIXTUS -Rh-
Divixtus : Carnuntum (Reinfuss, 1958, Nr. 7, 91, ici attribuée à Lezoux), Intercisa (Intercisa II, Nr. 167, 105). Divixtu[ : Carnuntum (fig. 3 ; Groller, 1903, 36, Textfig. 14. 2, 36).
P. 1 –a : E. 1, E. 2. P. 1b : E. 3.
Probablement le même potier qui a travaillé pour Comitialis à Westerndorf.
Datation : fin IIe, première moitié du IIIe siècle (Names 3, 288). 180-235.

277216. DOCCALUS -Mr puis Le- (sur le potier : CGP, 216-219 ; Bet, Delage, 1991, N° 240, 217, fig. 16. 240).
Doccalus f : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 102, 141, Taf. XLV. 102). Doccalus : Carnuntum (Ψ Heydendorff, 1949, Nr. 17, 6). Docalli m : Vindobona (Kenner, 1905, 223). Doccali : Aquincum (Kuzsinszky, 1889, N° 8, 161 = Finály, 1906, N° 49, 97 = Oswald, 1931, 107 = Names 3, 289), Brigetio 33 (Musée National inv. N° 62. 18. 7). Doccal : Mursa (fig. 6 ; Bulat, 1958, Nr. 46, 81, Sl. 12. 46 = Names 3, 290).
P. 2 – : E. 3. P. 5 –a : E. 4, E. 5. P. 6a : E. 1. 7 –a : E. 2. Φ –c : E. 6.
Datation : 135-160 (Names 3, 290).

278217. DOCCIUS -Gu, Le-
Doccius f : Poetovio 33 (fig. 1 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 382, 40, T. XXII = Names 3, 292, P. 4 –a). D[---]us f : {Brigetio} 18/31 (fig. 219. 1 ; Kuzmová, 1992, Nr. 478, 96, Tab. 37. 478, 55. 478, ici attribuée à Doeccus).
P. 4° : E. 1.
L’origine de cette estampille est indéterminée mais elle est probablement lezovienne.
Datation : 160-200 (Names 3, 292). En Pannonie jusqu’en 180.

279218. {DOCIANUS}
Docianus : Vindobona (Ψ Kenner, 1909, 78a).

280219. DOECCUS ou DOVECCUS I -Le, Lb- (sur le potier : CGP, 291-296, 319-320 ; Bet, Delage, 1991, Nos 10-12, 214, fig. 1. 10-12, Nos 95-98, 214, fig. 12. 95-98 ; Rogers, 1999, 117-118).
D[---]us f : {Brigetio} 18/31 (fig. 219. 1 ; Kuzmová, 1992, Nr. 478, 96, Tab. 37. 478, 55. 478).
E. 1 : peut-être Doccius.
Datation : 170-200 (Names 3, 300). En Pannonie probablement jusqu’en 180.

281220. {DOMITIA}
Domitia : Vindobona (Kenner, 1911, 145b).
Il s’agit peut-être d’une estampille de Domitianus.

282221. DOMITIANUS -He, Kräherwald, Waiblingen-Beinstein, Rh-
Domi^tianus fe : Siscia 32 (fig. 1 ; Koščević, Makjanić, 1995, 66, pl. 67. 21, ici attribuée à Heiligenberg = Names 3, 304). Dom[ : Brigetio (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 105, 141, Taf. XLV. 105, ici attribuée à Domitius).
Le poinçon 3a est signalé à Celamantia (Names 3, 304).
P. 2a : E. 1.
E. 2 = Hofmann II, pl. XI. 92. 2.
Voir aussi Domitius -Rh- E. 5.
Datation : 150-175 (Names 3, 304).

283222. DOMITIUS -Rh-
Domitius f : Aquincum ? (CIL III. 2. 1, 6010. 80) ; Brigetio (Rómer, 1866b, 187 = ? Torma, 1883, N° 80, 15). Domitius (←) : Brigetio (CIL III, 12014. 256 = Names 3, 306). Domitius : Brigetio 32 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 104, 141, Taf. XLV. 104 = Kuzmová, 1992, Nr. 281, 73-74, Tab. 22. 281, 55. 281 = Names 3, 306). Domiti : {Aquincum} (Torma, 1883, N° 15, 6). Dom[ : {Carnuntum} (Heydendorff, 1949, Nr. 18, 6).
Signalé à Brigetio (MNM 15. 1951. 10 = Gabler, 1964, 103).
P. 1 –a : E. 1., E. 2. P. 2a : E. 4. P. 3 – a : E. 3.
E. 6 : une attribution à Domitianus est également plausible.
Datation : 160-260 (Names 3, 306), 160-235.

284223. DONATUS -Indét-
Donat[ : Aquincum (Torma, 1881, 96 = Torma, 1882, N° 13, 218). Signalé à Arrabona 33 (Xantus János Múzeum inv. N° 53. 160. 7).

285224. DONATUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 110 ; Garbsch, 1982, Nr. 300-303, 71 ; Fasold, Hüssen, 1985, 306, Nr. 47, 310 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 159).
Donatus f : Carnuntum (fig. 1 ; Miltner, 1933, Nr. 6, 77, fig. 29. 6), Mursa ? 32 (fig. 2 ; Bulat, 1958, Nr. 47, 81, Sl. 12. 47 = Names 3, 313). Donat[ : Gorsium (Bánki, 1998, Nr. 143, 289, Taf. XVII). Don[ : Carnuntum 32 (fig. 3 ; Heydendorff, 1949, Nr. 18 = Kandeler-Zöchmann, 1996, Nr. 14, 52, 57).
P. 1b ou P. 1b’ : E. 2, E. 3. P. 1b’ : E. 1.
Datation : début du IIIe siècle (Dickinson, 1986c, 188), 180-220 (Hartley, 2000, 195), 180-260 (Names 3, 313). 180-220.

286225. DRAUCUS ou DRAUGUS -Mr-
]gus f : Aquincum 27 (fig. 1 ; Márton, 2003, N° 78, 8. kép 1, 19 kép 1).
P. 1a : E. 1.
Datation : 100-120 (Names 3, 324).

287226. DRAUCUS -Le-
Drauci m : Klosterneuburg 33 (fig. 1 ; Grünewald et alii, 1983, 175, Abb. 4. 3, 176, Abb. 51. 1, 246), Matrica 33 (fig. 2 ; Topál, 1981, 84, pl. IV. 12. 3), Mursa 33 (Pinterović, 1975, 93, Sl. 1. a), Poetovio (fig. 4 ; Mikl-Curk, 1969, 281, pl. XXII), Savaria (Gabler, 1964, 97). Drau[ : Aquincum (Nagy, 1943, 380).
P. 1a : E. 1-3. P. 1– : E. 5-6.
Datation : 150-180 (Names 3, 325).

288227. DUBITATUS -Tr, Rh-
Dubitatus f^e : Aquincum (Torma, 1882, N° 14, 218 = CIL III, 12014. 259a = Finály, 1906, N° 50, 97 = Oswald, 1931, 112 = Names 3, 338). Dubi^tatu[ : Brigetio (CIL III, 12014. 259. b).
P. 2 – b : E. 1-2.
Les estampilles trouvées en Pannonie peuvent très probablement être rattachées à sa production de Rheinzabern.
Datation : 210-240 (Zetsche-Huld, 1997), 200-260 (Names 3, 339).

289228. DUPPIUS -Le-
Dup^pius f : Brigetio 27 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 260. b = Juhász, 1935, Nr. 106, 141, Taf. XLV. 106 = Names 3, 340). Dupius f : Poetovio (fig. 2 ; CIL III, 12014. 260. a = Mikl-Curk, 1969, Nr. 277, 36, T. XXII = Names 3, 341).
P. 1c : E. 1. P. 1 –b : E. 2.
Datation : 145-175 (Names 3, 341).

290229. EPISUS -Le ?-
Episi m : Vindobona 27 (Rennweg 44 FNR. 89/389).
Datation : 130-155 (Names 3, 356).

291230. EUSTADIO ou EUSTADIUS -Rh-
Iiustadio : Aquincum 32 (Kuzsinszky, 1932, 377). Iiustadiu : Carnuntum (fig. 2 ; Ψ 28 (1989) [1990] 231, Abb. 1080). ]stad : {Carnuntum} (fig. 3 ; Ψ Groller, 1906, Nr. 3, 34, fig. 18).
P. 2 – a : E. 1. P. {3 – a} : E. 2.
Datation : 160-260 (Names 3, 370). 160-235.

292231. FATALUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 118).
Fatalus f : Mursa 31 (fig. 1 ; Bulat, 1958, Nr. 48, 81, Sl. 12. 47, ici Katalus f).
Datation : 160-260.

293232. FATO -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 118 ; Hofmann II, N° 99, 33 ; Kellner, 1976, Abb. 30. 9 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 52, 168 ; Zanier, 1992, EIS 19, 220, Taf. 60 ; Faber, 1994, 202, Beil. 5. 28 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 25 ; Müller, 1999, Abb. 19. 6 ; Czysz, 2003, F 768, 406, Abb. 133 ; Pferdehirt, 2003, F 768, 406, Abb. 133).
Fato fecit : Matrica (Kovács, 1999, 66). Fato fec : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 61, 8). Fato fe : Gerulata 33 (fig. 3 ; Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 187, 73, Taf. 21. 187). Fato fe ← : Brigetio 33 (fig, 4 ; Juhász, 1935, Nr. 277, 152, Taf. XLVIII. 277, ici lue Sato ; Gabler, 1987b, 47), Teutoburgium 33 (fig. 5 ; Brukner, 1981, Nr. 75, 56, T. 2. 75, ici attribuée à Satto de Blickweiler).
IFATOR ← : {Brigetio} (Ψ CIL III, 12014. 475. b, Fato f ← ?). IFATOR^e ← : {Brigetio} (Ψ CIL III, 12014. 475. c, Fato f^e ← ?). Fator fecit : {Intercisa} (Intercisa II, Nr. 183, 106, Taf. XI. 8.
E. 4 et 5 = ? Lud. V, a, 214.
Datation : fin du IIe - première moitié du IIIe siècle (Dickinson, 1999, 275). Sa production est très répandue en Pannonie, ce qui indique une activité vers 235.

294233. {FATOR}
Voir Fato E. 8.

295234. FAUSTUS -Gr-
Faustoff : {Aquincum} (Ψ Torma, 1882, N° 16, 218 = CIL III, 12014, 268 = Finály, 1906, N° 51, 97 = Oswald, 1931, 119).
E. 1 : elle était attribuée par Oswald à Faustus de La Graufesenque. Certaines des estampilles qui lui sont attribuées semblent être des estampilles mal lues.

296235. FAVVO ou FAUVO -Rh- (sur le potier : Lud. V, 214 ; Oswald, 1931, 119 ; Hofmann II, N° 101, 33 ; Simon, 1968, Nr. 400, 58 ; Ainsworth, Ratcliffe-Densham, 1974, 312 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 53, 168 ; Müller, 1996, 191 ; Müller, 1999, 44, 46).
Favvo fe : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 109, 141, Taf. XLV. 109), Brigetio 31 (MNM ltsz : 54. 59. 13), Vindobona (Kenner, 1909, 70a = Oswald, 1931, 119).
Voir aussi : Iavvos.
Datation : fin du IIe, début du IIIe siècle (Heiligmann, 1990, Liste 9, Nr. 26-27, 218), mais à Rheinzabern sa production a été retrouvée avec celle de Mattao dans une fosse de sigillées mal cuites ; il était toujours actif vers 230 (Scholz, 2006, 156).

297236. FELICIOS -Gr- (sur le potier : Karnitsch, 1959, 24 ; Marichal, 1988, N° 189.
Felicio[ : Carnuntum 18/31 (fig. 1 ; Grünewald, 1983, Taf. 7. 34, Taf. 9. 16).
Les productions de deux potiers homonymes de Felicios de La Graufesenque et celle de son homonyme de Montans sont mélangées dans la bibliographie (voir aussi Tilhard, 1988, 140, avec bibliographie, soulignant le problème de la distribution des marques de Felicios. Sur Felicios de Montans : Durand-Lefebure, 1946, Nos 63-64, 155). L’estampille de Carnuntum est certainement attribuable à La Graufesenque.
Datation : fin du Ier, début du IIe siècle (Tilhard, 1988, 140).

298237. FELIX -Gr, Ro-
Felix ← : {Zalalövő} 27 (fig. 1 ; Ψ Zalalövő 1977, Nr. 41, 236, Abb. 20. 14, ici attribuée à Felix). Felici : Carnuntum 18 ( 16 (1977) [1978] 409).
E. 1 : il pourrait s’agir une estampille anépigraphique.
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé dans le Sud de la Gaule, dont plusieurs à La Graufesenque (et/ou au Rozier, Banassac), d’autres à Montans, à Carambad et à Valéry (Martin, 1986, 75 ; Bémont, Bourgeoise, 1986, 281 ; Polak, 2000, 224-226).
Datation : époque claudio-vespasienne (Heiligmann-Batsch, 1997, 77-78 ; Liberchies IV, 175), 60-70 (Planck, 1975, 232 ; Hoffmann I, N° 54, 16). Époque flavienne (Galliou, 1978, 22 ; Barthèlemy, Depierre, 1990, 86). 50-65 (Dickinson, Hartley, 1982, 120-121 ; Dickinson, 1991, 47) ou 50-75 (Dickinson, 1986b, 205). De Claude à Domitien (Polak, 2000, 224).

299238. FELIX II
Felicis m[ : Carnuntum 27 (fig. 1 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 327, 168, Taf. 33. 327).
P. 1 = ? Polak, 2000, F18, 225 ; Jung, Schücker, 2006, Taf. 5. 196.
Datation : d’après M. Polak : 55-85 (Polak, 2000, 226).

300239. FIDANUS -We- (sur le potier : Oswald, 1931, 122 ; Streitberg, 1973, 139).
Fida[ : Aquincum 31 (Nagy, 1941, Nr. 6, 215).
Datation : 180-233.

301240. FIDELIS -Rh- (sur le potier : Walke, 1965, Taf. 35, 118 ; Hofmann II, N° 103, 33 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 54, 169 ; Kuzmová, Roth, 1988, Nr. 2, 65, Obr. 13. 1a ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 714 ; Thiel, 2005, 308).
Fidiilis fe : Aquincum (Finály, 1906, N° 55a, 97 = Oswald, 1931, 122), Carnuntum (fig. 2 ; Heydendorff, 1951, Nr. 94 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 15, 52, 57), Siscia 32? (fig. 3 ; Koščević, Makjanić, 1995, 66, fig. 37. 5). Fidelis (←) : Aquincum (Torma, 1882, N° 20, 219 = Finály, 1906, N° 54, 97 = Oswald, 1931, 122). Fidiilis f : Brigetio (fig. 5 ; Juhász, 1935, N° 356, Taf. XLIX. 356 = Eichler, 1937, Nr. 356, 159). Fidelis : Aquincum 32 (Szirmai, 1980, 193). Fidiilis f : Aquincum (Torma, 1882, N° 28, 218-219 = Oswald, 1931, 122). Fidiilis f[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 20, 219 = ? Finály, 1906, N° 55. b, 97). Fidi[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 55. c, 97).
Il a probablement également produit des amphores (Dressel 20 similis / Gauloise 14, Baudoux, 1996, 108).
E. 1 et 3 = Lud. V, a, 214.
Datation : 180/190 – 210/220 (Baudoux, 1996, 108 ; Dickinson, 1986c, 186).

302241. FIRMANUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 215 ; Ruprechtsberger, 1980, 169 ; Fasold, Hüssen, 1985, 332 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 94, 125, 543-545, 685, 756).
Firmanus fe : Siscia 31 (fig. 1 ; Koščević, Makjanić, 1995, 65, pl. 67. 214, fig. 37. 6). Firmanus f : Aquincum (Finály, 1906, N° 57, 97 = Oswald, 1931, 122), Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 110, 141, Taf. XLV. 110). Firmia^nus(←) : Gorsium (Thomas, 1955, Nr. 37, 105, Abb. 2. 4). Firm^a^n^us f : Aquincum (Finály, 1906, N° 57, 97). Firmanu(. ) : Gorsium (Bánki, 1979, Nr. 176, 208, Taf. XII, lue comme Firmanu[s], mais il s’agit d’une estampille mal imprimée). Firman[ : Carnuntum (fig. 7 ; Heydendorff, 1952 = Nr. 157 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 16, 52, 57). ]anus : Brigetio 33 (fig. 8 ; Juhász, 1935, Nr. 358, 156, Taf. XLIX. 358 = Eichler, 1937, Nr. 358, 159).
E. 8 = Hofmann II, N° 105. 2, 33, pl. XI.
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 105, 33).

303242. FIRMUS -Indét-
Firmus fe : {Brigetio} (CIL III, 12014. 37. a, sigillée lisse ?). Firmus {Brigetio} (CIL III, 12014. 37. b, sigillée lisse ?).

304243. FIRMUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 215 ; Oswald, 1931, 123-124 ; Thevenot, 1950, N° 274, 342 ; Hofmann II, N° 107, 33 ; Streitberg, 1973, 139 ; Planck, 1975, 232 ; Tscholl, 1979, 138, Abb. 8/G, 139 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 56, 169 ; Czysz, 1982, Abb. 16. 15-24, 17 ; Pétry, 1984, 261 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 28-29, 126-128, 203-204, 605, 586, 805 ; Müller, 1999, 47, Abb. 5. 17-18 ; Jung, Schücker, 2006, 77).
Firmus(←) fe : Brigetio (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 116, 141, Taf. XLV. 116). Firmus f : Arrabona (Börzsönyi, 1907, 38), Brigetio 32 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 114, 141, Taf. XLV. 114 = Eichler, 1937, Nr. 114, 158), Carnuntum (fig. 4 ; Groller, 1905, fig. 93, 138), Carnuntum 33 (fig. 5 ; 28 (1989), Abb. 1104). Firmus f ← : Brigetio 31 (fig. 6 ; Juhász, 1935, Nr. 118, 142, Taf. XLV. 118). Firmus : Aquincum 31 (Nagy, 1941, Nr. 7, 215-216), Brigetio 33 (fig. 8 ; Juhász, 1935, Nr. 113, 141, Taf. XLV. 113). Firmus : Gorsium 32Bánki, 1987, Nr. 266, 229, Taf. XLII, ici Firmu(s)). Firmus[ : Brigetio 33 (fig. 10a ; Juhász, 1935, Nr. 115, 142, Taf. XLV. 115 = fig. 10b ; Kuzmová, 1992, Nr. 282, 74, Tab. 22. 282, 55. 282). Firmu[ : {Aquincum} (Nagy, 1937, 264, peut-être identique à Nagy, 1941, Nr. 7, 215-216). Firmu[ ← : Poetovio (fig. 12 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 347, 39). Firm[ : Brigetio (fig. 13 ; Juhász, 1935, Nr. 117, 141, Taf. XLV. 117), Vindobona (Kenner, 1911, 155a). Firm[ : Carnuntum (fig. 15 ; Miltner, 1933, Nr. 5, 63, Abb. 24, en bas au milieu). Fir[ : {Arrabona} (Szönyi, 1976, 30. sír. 4-5, 12).
Signalé à Arrabona (Gabler, 1964, 103) et à Savaria (Gabler, 1964, 103).
E. 7 et 9 = Lud. V, f, 215. E. 12 = Lud. V, i., 215. E. 16 : attribution possible, mais Firmanus est également un candidat potentiel.
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé à Rheinzabern, certains connus par des sigillées moulées (sur eux : Mees, 2002, 330, 339). Un Firmus, connu par des vases lisses, est parmi les potiers les plus anciens de Rheinzabern, il était actif vers 160 (Hartley, 1972, N° 6, 53 ; voir dans Kempten Czysz, 1982, 288, 336). D’après la variété des ducti des estampilles on ne peut pas exclure que plusieurs Firmus aient produit des sigillées lisses.
Datation : 160-180/190.

305244. FLORIDUS ALBINUS
Voir à Albinus.

306245. FLORENTINUS -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 215 ; Oswald, 1931, 125 ; Simon, 1965, Nr. 165, 63 ; Hofmann II, N° 109, 33 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 57, 171 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 129, 332-333 ; 457, 546, 776 ; Czysz, 2003, F 770, 406, Abb. 133 ; Pferdehirt, 2003, F 770, 406, Abb. 133 ; Thiel, 2005, 308).
° Florentinu^s f : Poetovio 32 (fig. 1 ; Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 385, 41, T. XXII).
Datation : à Westerndorf, il a travaillé pour Helenius (Streitberg, 1973, 139). Fin du IIe-début du IIIe siècle (Scholz, 2006, 156-157).

307246. FLORIDUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 215 ; Oswald, 1931, 126 ; Simon, 1962, Nr. 318, 38, Abb. 17. 318 ; Walke, 1965, 35-36 ; Hofmann II, N° 110, 33 ; Faber, 1994, 202, Beil. 5. 30 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 334-335, 458-459 ; Czysz, 2003, F 771, 406, Abb. 133 ; Pferdehirt, 2003, F 771, 406, Abb. 133 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 204, 77, Taf. 6. 204 ; Thiel, 2005, 308).
Floridus f : Poetovio 32 (Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 393, 41). Floridus : Carnuntum 33 (fig. 2 ; Heydendorff, 1949, Nr. 19 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 17, 53, 57), Carnuntum 33 (Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 18, 53), Poetovio 33 (Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 126 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 371, 40). Florid[ : Carnuntum 32 (fig. 5 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 328, 168, Taf. 33. 328).
Signalé à Gelsesziget 32 (Horváth, 2002, 197).
Datation : fin du IIe-début du IIIe siècle (Scholz, 2006, 157).

308247. FORT[ -Gaule Centrale ?-
Fort[ : Carnuntum (fig. 1 ; Heydendorff, 1949, Nr. 20 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 19, 53).
E. 1 était attribuée à la Gaule centrale. Pour le moment, on ne peut pas identifier le responsable de cette marque.

309248. {FORUS ou FOURUS} (sur le potier : Oswald, 1931, 127).
Fori : Vindobona (Kenner, 1911, 155a).

310249. FRONTINUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 127-128 ; Hartley, 1972, 4, 8 ; Hoffmann I, N° 59, 16 ; Lombard, 1978, N° 58-59, 27-28 ; Bémont, 1976, N° 165-166, 42-43 ; Schönberger, 1978, Nr. 757, 249 ; Roquette et alii, 1989, N° 48, 294, fig. 4. 48 ; Zanier, 1992, EIS 20, 220, Taf. 60 ; Faber, 1994, 202, Beil. 5. 231-33 ; Düerkop, 2002, Nrs. 125-136, 870, 872, Taf. 8 ; Czysz, 2003, F 772, 406, Abb. 133 ; Pferdehirt, 2003, F 772, 406, Abb. 133 ; Tilhard, 2004, 217 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 205-207, 79, Taf. 6. 205-207 ; La Graufesenque, 205).
OfFronti : Carnuntum 15/17 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 62, 454).
Datation : 70-100/110 (Polak, 2000, 229), 80-110 (Mees, 1995b, 76).

311250. FUSCUS II (sur le potier : Dickinson, 1991, N° 127, 52 ; Faber, 1994, 202, Beil. 5. 34-35 ; Dickinson, 2001, 197 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 210-211, 78, Taf. 6. 210-211 ; La Graufesenque, 205).OfFusci : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 131, 11). Fusci : Carnuntum (fig. 2 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 329, 168, Taf. 33. 328), {Vindobona} 18/31 (Donat, 1999, 211), {Vindobona} (Kenner, 1909, 79b).
E. 1 : seul Fuscus II a signé comme officinator. E. 2 : ductus similaire aux estampilles de Fuscus II, comparaison avec Polak, 2000, pl. 10. F 61-65. E. 3 et 4 : plusieurs homonymes ont travaillé à La Graufesenque, entre 30 et 130 (Mees, 1995b, 77 ; Polak, 2000, 231 ; Tilhard, 2004, 218). Leurs estampilles sont réunies chez Oswald sous le nom « Fuscus ». Ces estampilles sont publiées sans dessins, on ne peut donc pas attribuer les estampilles de Vindobona, car les deux Fuscus (I et II) ont signé avec « Fusci ». D’après le lieu de découverte, il est plus probable qu’il s’agisse de signatures de Fuscus II.Datation : 80-120 (Polak, 2000, 231).

312251. GABRILLUS -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 129 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 28-29, pl. VI. 29, 65 ; Hofmann II, N° 40, 20 ; Mitard, 1993, N° 1, 341, pl. VI. 5 ; Dickinson, 2001, 197).
Gabrilli m : Matrica 33 (fig. 1 ; Topál, 1981, 84, pl. XIV. 43. 1 ; attribuée ici à Pont-des-Rèmes). Aprilliºm : {Brigetio} 33 (Juhász, 1935, Nr. 19, 135, Taf. XLIV. 19 = Names 1, 223).
E. 1 = Bet, 1988, N° 401-2, 125.
À Lezoux, un potier homonyme a travaillé comme décorateur (voir Bet, Delage, 1991, N° 105, 214, fig. 12. 105, 204; 120-150, Rogers, 1999, 125-126), sa production a été rétrouvée à Aquincum en Pannonie.
Datation : 120-150.

313252. GEMELLINUS -Vi, Bl-
]llinus : {Aquincum} 32Nagy, 1941, N° 8, 216).
E. 1 : cette estampille a été attribuée à Vichy ou Blickweiler, mais il s’agirait plutôt d’une marque de Marcellinus, Iullinus ou Sollinus de Rheinzabern.

314253. GEMELUS ou GEMELLUS -He- (sur le potier : Oswald, 1931, 132 ; Heiligmann, 1990, Liste 7, Nr. 14, Taf. 107. 13, Liste 9, Nr. 30, 218).
Gemelusº[ : Brigetio 33 ? (fig. 1a ; Juhász, 1935, Nr. 121, 142, Taf. XLV. 121 = fig. 1b ; Kuzmová, 1992, Nr. 107, 53, Tab. 8. 107, 55. 107).
E. 1 = Forrer, 1911, Taf. 15. 22, poinçon utilisé à Heiligenberg.
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 113, 33).

315254. GEMELUS ou GEMELLUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 216 ; Oswald, 1931, 132 ; Heiligmann, 1990, Liste 7, Nr. 14, Taf. 107. 13, Liste 9, Nr. 30, 218 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 30, 336).
Gemelli : Carnuntum 33 (fig. 1 ; Heydendorff, 1949, Nr. 21 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 20, 53, 57).
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 113, 33).

316255. GEMINIUS -He- (sur le potier : Forrer, 1911, Taf. 15. 23 ; Oswald, 1931, 132 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 606).
Geminiuˆs (←) : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, N° 122, 142, Taf. XLV. 122).
Datation : 120-160.

317256. GEMINUS -Indét-
Gem^inus? : Vindobona (Kenner, 1909, 63a). Gemin[ : {Vindobona} (Neumann, 1965, 107, reconstituée ici comme : Gemin[i f]). ]mini f : {Vindobona} (Neumann, 1965, 107, reconstituée ici comme : [Ge]mini f).

318257. GEMINUS -Le- (sur les potiers : Oswald, 1931, 132, 183 ; Terrisse, 1968, 81, 94 ; Hofmann I, N° 81, 29 ; Rodwell, 1987, N° 14, 96, sur Geminus vi ; Bet, Delage, 1991, N° 253, 217, fig. 17. 253 ; Tilhard, 2004, 219).
Gemini m : Aquincum (Torma, 1882, N° 21, 219 = CIL III, 12014. 268a = Finály, 1906, N° 58, 97 = Oswald, 1931, 132), Gorsium 33 (Bánki, 1980, Nr. 257, 184, Taf. VIII).
Datation : un Geminus est connu par des vases décorés en relief (120-140, CGP, 183) ou 125-145 (Hartley, 2000, 196). Il a travaillé également aux Martres-de-Veyre. Plusieurs potiers homonymes ont produit des vases lisses (si l’on compare la datation longue proposée chez Hofmann I, N° 81, 29). Le potier le plus ancien a travaillé entre 140 et 160 (Dickinson, 2001, 197). Le plus récent (Geminus II) entre 180 et 210 (Hofmann I, N° 81, 29). Parmis les potiers tardifs, seul M F GEMINUS peut être bien identifié, il a travaillé seulement à Lezoux (Frère, 1970, 104).

319258. GENETIUS -Le-
]etiu[ : {Aquincum} 32Nagy, 1941, 216, ici lue [Gen]etiu[s]).
E. 1 : cette reconstruction semble très hypothétique.
Datation : Lezoux phase 7, peut-être déjà actif en phase 6 (Bet, 1988, 128).

320259. GENIALIS -Indét-
Genialis : Tricciana (Anonymus, 1869, 20 = CIL III, 12014, 39 = Torma, 1883, N° 64, 13 = Gabler, 1964, 101). Genialis f : Azaum (Gabler, 1964, 101), Aquincum (Finály, 1905, 97), Savaria (Torma, 1883, N° 91, 16 = CIL III, 12014. 39. b), Savaria (Gabler, 1964, 101). Genial ° f : Savaria (CIL III, 12014. 39. c).
Il s’agit probablement des marques de Genialis de Lezoux ou de Rheinzabern.

321260. GENIALIS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 133, 426 ; Hofmann, 1968a, 179 ; Terrisse, 1968, 81, 83, 93 ; Hofmann I, N° 85, 29 ; Hartley, 1977, 254 ; Galliou, 1978, 23 ; Bémont, 1994, N° 184, 87, fig. 54 ; Romeuf, 2000, 45, pl. 35. 81-82 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 227, 79, Taf. 6. 227).
Genialisºf : Gerulata 18/31 (fig. 1 ; Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 188, Taf. 21. 188). Genialis f : Mursa 31 (fig. 2 ; Bulat, 1958, Nr. 49, 81, Sl. 12. 49. Salla 33 (fig. 3 ; Gabler, 1989a, Nr. 91, 448, Abb. 7. 9).
E. 3 : très similaire à Zanier, 1992, EIS 21, 220, Taf. 60.
Datation : Lezoux phase 6-7 (?), 150-165 (Tilhard, 2004, 220, d’après Ph. Bet et B. Hartley).

322261. GENIALIS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 134 ; Hofmann, 1968a, 179 ; Müller, 1999, 47, Tab. 5. 22 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 228, 79, Taf. 6. 228).
Ge(←)nialis f : Savaria (CIL III, 12014. 39. d, sigillée lisse ?). Genialis f : Matrica (Kovács, 1999, 66). Genialis : Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 123, 142, Taf. XLV. 123). Geniali[ : Gorsium 31 (Bánki, 1998, Nr. 127, 270, Taf. III). Gen[ : Brigetio (fig. 5 ; Bónis, 1979, Nr. 5, 108, Abb. 6. 5).
E. 5 = ? Lud. V, e, 216.
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 114, 33).

323262. GENITOR -Le-
Genitor : Aquincum (Finály, 1906, N° 60, 97 = Oswald, 1931, 134 = Gabler, 1964, 99).
Datation : il s’agit de la marque de Genitor I, 125-150 ou de Genitor II, 165-200 (Dickinson, 2001, 197 ; Dickinson, 1986c, 188 ; Evans, 2003, 224).

324263. GERMANUS –Ba ?, Gr- (Germanus sur sigillées lisses : Oswald, 1931, 135 ; Benoit, 1952, 119, 123 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 30-31, pl. VI. 36-37, 65 ; Walke, 1965, Taf. 34, 115 ; Planck, 1975, 234, 250 ; Hoffmann I, N° 68, 17 ; Lombard, 1978, Nos 60-61, 28, N° 267, 65 ; Dickinson, Hartley, 1982, 120-121 ; Klee, 1986, 84 ; Roquette et alii, 1989, N° 51, 294, fig. 4 ; Barthèlemy, Depierre, 1990, 81 ; Dickinson, 1991, 52 ; Furger, Deschler-Erb, 1992, Phase 15, Taf. 54. 15/13 ; Kraus, 1992, Nr. 203, 70 ; Faber, 1994, 203, Beil. 5. 36 ; Mees, 1995b, 77-80 ; Liberchies IV, N° 28, 176 ; Dickinson, 2001, 198 ; Düerkop, 2002, Nrs. 147-150, 874-875, Taf. 8 ; Czysz, 2003, F 777, 406, Abb. 133 ; Gabler, 2004a, 141 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 230-235, 79, Taf. 6. 230-235).
Germa[ : Páty 18 (MRT 7, N° 13/9, 129). ]rm^ani : {Carnuntum} 15/17 (fig. 2 ; Ψ Trinks, 1961, Nr. 2, Abb. 1. 2).
Plusieurs potiers homonymes ont probablement travaillé à La Graufesenque, Le Rozier et Banassac. On ne peut pas attribuer ces estampilles à l’un de ces potiers en particulier.
Datation : 60-120 (Mees, 1995b, 77-80), de Néron à l’époque flavienne (Düerkop, 2002, 874), ou 70-90 (Dickinson, 1991, 52), 65-90 (Polak, 2000, 236).

325264. FLAVIUS GERMANUS –Ba ?, Gr- (sur le potier : Härke, 1980, Nr. 1, 508, Abb. 10. 9 ; Düerkop, 2002, Nrs. 119-124, 869-870, Taf. 8 ; Pferdehirt, 2003, F. 645, 401, Abb. 131 ; Jung, Schücker, 2006 ; La Graufesenque, 207).
Offi°German ou Offl°German : Aquincum 27 (fig. 1 ; Szirmai, 1980, 9. kép 15 = Szirmai, 1988, 53, 9. kép. 15).
E. 1 = ? Jung, Schücker, 2006, Taf. 6. 236.
Datation : 85-115 (Dannell, 1971, N° 43, 307), 80-110 (Polak, 2000, 236).

326265. GERMANUS -We- (sur le potier : Oswald, 1931, 136).
Gerºmˆan°f : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, N° 124, 142, Taf. XLV. 124). ]anus f : {Carnuntum} 32 (fig. 2 ; Ψ 23 (1984) [1984] 290, Abb. 519).
Datation : sa production a été retrouvée dans un four à Westerndorf avec celles de Comis, Pergamus et Stabilis. Il était finisseur pour Comitialis et Helenius (Streitberg, 1973, 139 ; Prammer, 1975, 134, Abb. 11. 10, 141-142) : 180-220.

327266. {GESSIUS} - Le ?- (sur le potier : Oswald, 1931, 136 ; Bémont, Bourgeoise, 1986, n’est pas dans la liste).
Gessius f : Carnuntum (fig. 1 ; Miltner, 1933, 134, fig. 62. a). Gesius f : Gorsium 33 (fig. 2 ; Gabler,1967a, Nr. 17, 36, 47). ]essius f : Siscia 33 (fig. 3 ; Koščević, Makjanić, 1995, 64, fig. 37. 7).
Il semblerait que l’existence de ce potier soit douteuse. La lecture des estampilles a peut-être été mal interprétée. D’après la pâte et l’argile du vase de l’estampille N° 2, il s’agit de marques lezoviennes.
E. 1 et 2 : probablement faites par le même poinçon.
Datation : d’Hadrien à Antonin le Pieux (Gabler, 1967a, 36).

328267. GIAMILLUS -Le-
Giamil : {Carnuntum} (Groller, 1906, Nr. 7, 115 = Oswald, 1931, 137, attribuée à Lezoux).
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé à Boucheporn, Chémery, Lavoye et Lezoux (Planck, 1975, 234 ; Bémont, Bourgeoise, 1986, 282). Le potier de Lezoux a travaillé avant la période d’importation de la sigillée de Lezoux en Pannonie (Bet, 1988, 132). Cette estampille peut probablement être attribuée à un potier de l’Est ou de Germanie. Sur Giamilus de Lavoye (140-180) : Chenet, Gaudron, 1955, N° 51, 139-140 ; Hofmann II, N° 44, 20 ; Heiligmann, 1990, Liste 8, Nr. 29, 215).

329268. GIAMISSA -We-
Camissa fecit : Aquincum (Nagy, 1937, 269).
E. 1 = ? Streitberg, 1973, Abb. 3. 5. Giamissa a peut-être également travaillé dans l’Est de la Gaule (à Avocourt ? ; Oswald, 1931, 137 ; Brulet, Feller, 2003, N° 3, 378). L’estampille provenant d’Aquincum appartenait probablement au potier de Westerndorf.
Datation : à Westerndorf, il était un finisseur d’Helenius (Streitberg, 1973, 139), 180-220.

330269. {GINATUS}
Ginati m : {Gorsium} 33 Bánki, 1990, Nr. 93, 10, Taf. II, ici attribuée à Ginatus de l’Est de la Gaule).
E. 1 : la transcription ne correspond pas avec la longueur de cette estampille sur la photographie. Il s’agit sans doute d’une marque mal lue.

331270. GIPPUS ou CIPPUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 137 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 62, 172 ; Czysz, 1982, 333, 336 ; Dickinson, 1986c, 188 ; Bet, Delage, 1991, N° 107, 214, fig. 12. 107, N° 254, 218, fig. 18. 254).
C°ippi°m : Baracs (CIL III. 2. 1, 98. b). Gippi m : Gorsium 33 (Bánki, 1994, Nr. 170, 354), Matrica (Kovács, 1999, 67). Gippiºm : Aquincum 31 (fig. 4 ; Gabler, 2002a, N° 72, 241, 7. kép 2), Aquincum (Anonymus, 1869a, 68 = ? Torma, 1883, N° 18, 6-7 = CIL III, 12014. 41a = Finály, 1906, N° 38, 96 = ? Oswald, 1931, 137), Aquincum (Nagy, 1937, 263), Brigetio 33 (fig. 7 ; Torma, 1883, N° 82, 15 = ? CIL III, 12014. 41. b = Juhász, 1935, Nr. 125a-b, 142, Taf. XLVI. 125a-b), Carnuntum 33 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 81, 457), Carnuntum 33 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 82, 457), Carnuntum 31 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 83, 457), Carnuntum (fig. 11 ; Miltner, 1933, Nr. 2, fig. 29. 2 ; peut-être identique à l’une des précédentes), {Carnuntum} (Oswald, 1931, 137 ; probablement identique à l’une des précédentes), Gorsium 18/31 (fig. 13 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 5, 70), Gorsium 31 (Gorsium 1974, Nr. 124, 134, 168, Taf III). Gippi°m[ : Mursa (fig. 15 ; Bulat, 1958, Nr. 50, 81, Sl. 12. 81). Cippi[ : Gorsium 33 (fig. 16 ; Gabler, 1967a, Nr. 18, 36, 47), Poetovio 33 (fig. 17 ; Abramić, 1925, 130 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 246, 34). Gipp[ : Gorsium 31Bánki, 1980, Nr. 318, 186, Taf. XII, identifiée d’après la photographie) Gip[ : Aquincum (Nagy, 1937, 266). ]ppiºm : Aquincum 31 (fig. 20 ; Juhász, 1936, 35, 28. kép 3), Gorsium (fig. 21 ; Gabler, 1967a, Nr. 19, 36, 47). ]pi°m : Baláca 31 (fig. 22 ; Gabler, 1992, Nr. 40, 298, 3. ábra 11).
Signalé à Arrabona (Gabler, 1964, 100), Kömlőd (Wosinszky, 1896, 782 = Gabler, 1964, 100).
E. 7 = Walke, 1965, Taf. 42. 180. E. 15 = Dannell, 1971, N° 47, 307.
Datation : sa production peut être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates en Pannonie (Gabler, 1994a, 366). À Kampten, dans un contexte datable vers la fin des années 160 (Czysz, 1982, 333, 336). 155-185 (Dickinson, 1986c, 188).

332271. HABILIS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 139 ; Hofmann II, N° 89, 29 ; Hartley, 1972, 255 ; Lombard, 1978, N° 136, 41 ; Ruprechtsberger, 1980, 173 ; Paunier, 1981, 214).
Habilis f : Gerulata 33 (fig. 1 ; Kraskovská, 1976, fig. 76 = Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 189, Taf. 21. 189).
E. 1 = ? Tilhard, 2004, pl. 29. 275. 6.
Datation : 150-180 (Hartley, 2000, 196), 160-180 (Dickinson, 2001, 198).

333272. HELENIUS -Rh, We- (sur le potier : Oswald, 1931, 140 ; Prammer, 1975, Abb. 11. 22, l41-142 ; Kellner, 1981, 175-176 ; Gabler, 2002a, 232-233 ; Mees, 2002, 346).
Helenius fiic : Vindobona (fig. 1 ; Kenner, 1900, 58, fig. 51. 9 = ? Gabler, 1977, K74, 229, ici 32, Helenius fec). Hiiliinius : Brigetio 32 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 126, 142, Taf. XLVI. 126). Iillinus fec : {Brigetio} 31 (fig. 3 ; Ψ CIL III, 12014. 571, ici [V ?. ]elinus = ? Juhász, 1935, Nr. 107, 141, Taf. XLV. 107).
E. 1 = ? Lud. V, 216 ; Hofmann II, pl. XII. 118. 3. 1. E. 2 = Streitberg, 1973, Abb. 3. 9, poinçon utilisé à Westerndorf.
Datation : d’après sa production moulée, il a commencé à travailler après 180 (Mees, 2002, 346). 180-235 (Gabler, 2002a, 232-233).

334273. HIBERNALIS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 140).
Hibiirnalisºf : Carnuntum 32 (Miltner, 1933, Nr. 6, 63, Abb. 24, au milieu à droite).
E. 1 : identifié dans la publication comme Lud. V, b, 216, mais cette estampille ne présente pas d’interpunction !).Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 119, 33), 160-235.

335274. IANINUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 141).
Ianinus ← : Gorsium 33 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 27, 37, 47) Gorsium 33 (fig. 2 ; Kocztur, 1974, Nr. 574, 99, Abb. 62. 13).
Datation : 160-190.

336275. IANUARIUS -Indét-
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 103) et à Scarbantia (Gabler, 1964, 103).

337276. IANUARIUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 141 ; Dannell, 1971, N° 48, 308).
Ianuar[ : {Carnuntum} 33 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 95, 458).
E. 1 : on ne peut pas vérifier pour l’instant cette attribution. Il est possible qu’il s’agisse de la marque de Ianuarius de Rheinzabern.
Datation : Lezoux phase 5 (Bet, 1988, 138), cca. 135-160.

338277. IANUARIUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 216 ; Oswald, 1931, 141 ; Lutz, 1972, 49, fig. 6. 3 ; Pétry, 1972, 394 ; Hofmann II, N° 120, 33 ; Ruprechhtsberger, 1980, Nr. 65 ; Zanier, 1992, EIS 22, 220, Taf. 60 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 607, 806 ; Cool, 2004, 92 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 252, 80-81, Taf. 7. 252 ; Scholz, 2006, Nr. 396, 157).
Ianuarius fe : Vindobona 33 (Gabler, 1977, K77, 229). Ianuarius f : Vindobona (Kenner, 1911, 155a). Ianuarius : Klosterneuburg 31 (fig. 3 ; Neugebauer, Grünewald, 1979, Nr. 7, 60, Abb. 3. 7). Ian(←)ua[ : Aquincum (Torma, 1883, N° 20, 7). Ianua[ : Vindobona 18/31 (Rennweg 44 FNR 89/4).
Plusieurs potiers homonymes ont produit des sigillées dont des vases moulés ; Ianuarius I est attesté dans les couches d’incendie liées aux évènements de 170/180 (Gabler, 1987a, 81 ; Gabler, 2002a, 231) ; Ianuarius II est postérieur aux guerres des Marcomans et des Sarmates (Gabler, 1987a, 78).
Datation : 160-200 (Gabler, Rauchenwald, 1992, 458).

339278. IANUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 142).
]IanuI[ : {Carnuntum} 32 (fig. 1 ; Carnuntum-Zivilstadt 1986-87, Nr. 83, 212-213, Taf. 6. 83).
E. 1 : attribution hypothétique. Peut-être s’agit-il de la marque de Ianuarius.
Datation : 180-235.

340279. IASSUS -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 216 ; Oswald, 1931, 142 ; Hofmann II, pl. XII. 122 ; Kellner, 1981, 177).
Iassus fe : Carnuntum 33 (fig. 1 ; 24-25 (1985-86) [1988] 277, Abb. 518), Intercisa 32 Intercisa II, Nr. 240, 108, ici Lassus fe, lecture d’après photo). Iassus f : Vindobona (Gabler, 1977, K73, 220), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 142, 11). ]ssus f : Sommerein (fig. 4 ; Ψ 40 (2001) 664, Abb. 548).
E. 4 = ? Streitberg, 1973, Abb. 3. 24.
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 103).
Datation : il était un finisseur de Comitialis et Helenius (Streitberg, 1973, 140). 180-235.

341280. {IASUS} (sur le potier : Oswald, 1931, 143).
Iasus -in tabula ansata- : Vindobona (Kenner, 1911, 145b).

342281. {IAVVOS}
Iavvos f : Savaria (CIL III, 12014. 301). Iavvos : Vindobona (Kenner, 1911, 125b).
Il s’agit probablement d’estampilles mal interprétées de Favvo -Rh-.

343282. ICOUICUS -Rh-
]u^ic←i : Carnuntum (fig. 1 ; Miltner, 1933, fig. 44. 2).
P. 1 = Hofmann II, pl. XII. 123.
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 123, 33).

344283. {IERRUS}
Ierrus : Poetovio (Ψ Abramić, 1925, 96).

345284. ILLIOMARUS II -Le, Mr-
Illioma[ : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 62). Illio[ : Poetovio (fig. 2 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 251, 35, T. XXII, lue comme Illic[).
P. 2 = Bet, 1988, N° 449-2, 140.
Datation : deux potiers homonymes ont travaillé à Lezoux : l’un sous le règne de Trajan (Dickinson, 2001, 198), l’autre à l’époque antonine (Hartley, 1972, 7). Un Illiomarus (de Lezoux ?) est attesté également aux Martres-de-Veyre. Ph. Bet le place à Lezoux phase 5 (Bet, 1988, 140), environ 125-150.

346285. ILLIXO -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 144).
]llixo°f : Aquincum 27 (fig. 1 ; Vámos, 2002, N° 244, 71, 46. kép 11).
Datation : Lezoux phases 6-7 (Tilhard, 2004, 221), 150-180 (Dickinson, 1986c, 189) ou 145-175 (Dickinson, 1986b, 206).

347286. INDERCILLUS -Le et Mr- (sur le potier : Oswald, 1931, 146 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 30-31, pl. VII. 3, 66 ; Terisse, 1968, 81, 83, 99).
(I)n^dercillus f : Aquincum 31 (fig. 1 ; Gabler, 1976, Nr. 206, 47 = Instrumenta, Nr. 43, 75).
E. 1 = ? Terrisse, 1968, pl. LIII, N° 1 de Indercillus ; Hofmann II, pl. III. 35. 1, localisé aux Martres-de-Veyre).
Datation : sous le règne de Trajan aux Martres-de-Veyre et 130-150 à Lezoux (Dickinson, 1991, N° 37, 48 ; Dickinson, 2001, 198).

348287. {INOTUS}
Inoti : Vindobona (Kenner, 1911, 155a).

349288. IOCEUS -Rh-
Ioceus(←)v : Carnuntum (fig. 1 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 332, 168, Taf. 33. 332 = Carnuntum-Zivilstadt 1986-1987, Taf. 6. 83).
Datation : 180-235.

350289. IUCUNDUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 149 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 70, 174).
Iucundus : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 496, 45). Iucundu : Brigetio 32 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 130, 142, Taf. XLVI. 130). Iucunˆd(←)v f : Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 131, 142, Taf. XLVI. 131c), Orešac (fig. 4 ; Makjanić, 1990, T. 6. 65). Iucu^ndu[ : Vindobona (Kenner, 1911, 155a). Iuc[ : Carnuntum (fig. 6 ; Miltner, 1933, fig. 44. 2, 102), Gorsium assietteBánki, 1987, Nr. 264, 229) ; Mursa 32 (fig. 8 ; Bulat, 1958, Nr. 51, 81, Sl. 12. 51).
E. 3 = ? Lud. V, c, 218 ; Gaubatz-Sattler, 1994, B 719, 220, Taf. 14. E. 5 = Hofmann II, pl. XII. 129. 4. E. 7 : graphisme proche à Hofmann II, pl. 12. 129. 1.
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 129, 33).

351290. IULIANUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 150 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 30-31, pl. VII. 17, 66 ; Pinel, 1969, 24 ; Galliou, 1978, 23).
Iuliani m : Aquincum (Finály, 1906, N° 64, 97 = Oswald, 1931, 150), Aquincum 18/31 (fig. 2 ; Gabler, 2002a, N° 74, 242, 7. kép 4). Iulia[ : Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 134, 143, Taf. XLVI. 134, ici attribuée à Lubié). ]uliani m : Brigetio 33 ? (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 133, 143, Taf. XLVI. 133, ici attribuée à Lubié).
Voir aussi Iulianus de Rh E. 6, E. 7.
Datation : d’après l’assemblage de la sépulture 35 d’Avenches (Castella, 1987, Tombe 36, N° 108, 101) on peut le dater d’Antonin le Pieux à Marc Aurèle.

352291. IULIANUS -Rh - = Iulianus I (?) (sur le potier : Oswald, 1931, 150 ; Planck, 1975, 238 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 71, 175 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 32, 779).
Iulian^usºfe : Aquincum (Torma, 1883, N° 21, 7 = Finály, 1906, N° 65, 97). Iulianus f : Brigetio 32 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 132, 142, Taf. XLVI. 132), Vindobona (Kenner, 1900, 72). Iulianus : Intercisa (Marosi, 1917, 5 = ? Intercisa II, Nr. 263, 109, renvoi à la planche erroné = Gabler, 1976, ad N. 207, 47-48). Iuliani : Carnuntum 33 (fig. 5 ; Kandler-Zöchmann, 2002, Nr. 480, Taf. 15. 480). Iulian[ : Aquincum 32 (fig. 6 ; Gabler, 1976, Nr. 207, 47-48, ici attribuée à Iulianus de Lezoux). ]uliani m : {Aquincum} 33 (Kuzsinszky, 1932, 377, ici attribuée à Rheinzabern).
E. 6 = ? Lud. V, n, 217 ; Hofmann II, pl. XII. 130. 9. E. 7 : il pourrait s’agir de la marque de Iulianus de Rheinzabern.
Datation : plusieurs potiers homonymes ont travaillé à Rheinzabern et ont produit des sigillées moulées (Mees, 2002, 352, 359). Iulianus I a travaillé de l’époque de Commode à celle de Septime Sévère. M. Scholz a daté sa production au deuxième tiers du IIIe siècle (Scholz, 2006, 157), ce qui semble trop tardif au regard de sa distribution en Pannonie, s’il ne s’agit pas d’estampilles de plusieurs potiers homonymes.

353292. IULICCUS -Indét-
Iulic[ : Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212).

354293. IULINUS ou IULLINUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 152-153 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 30-31, pl. VII. 20, 66 ; Bauer, Wegner, 1981, 549 ; Thiel, 2005, 308).
Iulinu : {Carnuntum} 33 (Oswald, 1931, 153, probablement identique à la suivante). Iulinu[s] : Carnuntum 33 (fig. 2 ; Groller, 1903, Nr. 2, 114, Textfig. 54. 2 = Oswald, 1931, 153). ]llinus f : Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 136, 143, Taf. XLVI. 136).
Datation : 170-210 (Hofmann II, N° 132, 33). 200-250 (Simon, 1978, Nr. 205, 47).

355294. IULIUS -Rh- (sur le potier : Hatt, 1950, 177 ; Hofmann II, N° 131, 33 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 72, 175 ; Heiligmann, 1990, Liste 8, Nr. 30, 215 ; Faber, 1994, 203, Beil. 5. 39-40 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 715-716 ; Müller, 1999, Abb. 6. 21 ; Cool, 2004, 350 ; Jung, Schücker, 2006, 81).
Iulius fecit : Brigetio 32 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 135, 143, Taf. XLVI. 135). Iulius fec : Vindobona (CIL III. 2. 1, 6010. 104. a). Iulius fe : Arrabona (Börzsönyi, 1907, 38), Carnuntum 46 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 130, 462). Iulius fii : Carnuntum (fig. 5 ; Groller, 1905, fig. 93, 138 = Oswald, 1931, 151). Iulius f ← : {Carnuntum} (fig. 6 ; Groller, 1905, fig. 93). Iuliu[ : Aquincum 31 (Nagy, 1941, N° 10, 216).
Signalé à Aquincum (Gabler, 1964, 103), Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212), Savaria 33 (Savaria Múzeum inv. N° 66. 3. 2090).
E. 1 = ? Lud. V, g, 217. E. 6 : probablement sur un vase moulé. E. 7 = Lud. V, f, 217.
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé à Rheinzabern et ont produit des sigillées moulées (Mees, 2002, 344, 352).
Datation : 200-235.

356295. IULIUS AEMILIUS
voir Aemilius

357296. IULLUS -Le- (sur le potier : Dickinson, 1991, 52).
Iuli[ : Gerulata 27 (fig. 1 ; Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 190, Taf. 21. 190).
Datation : Ph. Bet le place à Lezoux phase 5 (Bet, 1988, 144), vers 125-150.

358297. IUNIA -Rh- (sur le potier : Hofmann II, Nr. 133, 22 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 73, 176).
Iun(←)ia f : Brigetio 32 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 137, 143, Taf. XLVI. 137).
E. 1 : très similaire mais peut-être pas identique à Lud. V, a, 217 ; Jung, Schücker, 2006, Taf. 7. 266.
Datation : 180-210.

359298. IUNIANUS -La, Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 153 ; Hofmann II, N° 46, 20 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 267, 82, Taf. 7. 267).
Iuniani : Carnuntum 31 (Miltner, 1933, Nr. 7, 63, sans illustration).
Datation : 160-235.

360299. IUNIUS -Gr ou Ba-
Iuºnºi º mº : Brigetio 33c (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 143, Taf. XLVI. 143 = Eichler, 1937, Nr. 143b, 158 = Kuzmová, 1992, Nr. 21, 43, Tab. 2. 21, 55. 21).
On ne peut pas identifier avec certidude le Iunius qui est à l’origine de cette signature. La forme du vase correspond à la variante C des bols 33 que l’on peut dater entre 80 et 170 (voir La Graufesenque, 328-329). D’après la diffusion de la sigillée sud-gauloise en Pannonie, il s’agit probablement d’un Iulius de La Graufesesenque ou de Banassac de la période de Domitien à Hadrien.

361300. IUNIUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 154 ; Faber, 1994, 204, Beil. 5. 44 ; Tilhard, 2004, 225).
Iunius fec : Gorsium 31 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 29, 37, 47). Iuniu : {Gorsium} (fig. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 30, 38, 48). Iuni m : Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 139, 143, Taf. XLVI. 139), Vindobona (Kenner, 1911, 155a).
Datation : 125-150 (Dickinson, 2001, 198).

362301. IUNIUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 154 ; Hofmann II, N° 134, 34 Ruprechtsberger, 1980, Nr. 74, 176 ; Eingartner et alii, 1993, N° 10, 200 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 130, 548, 780-782 ; Struck, 1996, Tab. 6, 56, Abb. 12. 14 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 268, 82, Taf. 7. 268).
Iunius fec : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1906, Nr. 9, 34). Iunius[ : Brigetio 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 138, 143, Taf. XLVI. 138).
Datation : 180-210 (Fasold, Hüssen, 1989, Grab 8. 10, 328 ; Müller, 1996, 191), mais 200-250 (Heiligmann, 1990, Liste 6, Nr. 4, 210).

363302. IUSTINUS -Gr-
Iustinu : Carnuntum (Swoboda-Milanović, 1958, Nr. 3, 8), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 123).
Datation : époque flavienne (Oswald, 1931, 154).

364303. IUSTIO -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 154 ; Pferdehirt, 1976, Abb. 13. 49 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 269, 82, Taf. 7. 269).
Iustio fe : Intercisa (Torma, 1883, N° 59, 12). Iustio f : Vindobona 32 (Gabler, 1977, K79, 220). ]ustio fe : Carnuntum (fig. 3 ; Ψ Heydendorff, 1949, Nr. 25 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 20, 53, 57).
Datation : époque antonine tardive – époque sévérienne.

365304. IUSTIUS ou IUSTUS -Le- (sur le potier : Bémont, Bourgeoise, 1986, 282 n’est pas dans la liste ; Dickinson, 1999, 275).
Iusti ma : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 140, 143, Taf. XLVI. 140).
E. 1 = Bet, 1988, 470-2, 146 ; Romeuf, 2000, pl. 35. 96.
Datation : 160-190 (Dickinson, 1986c, 190 ; Dickinson, 2001, 198).

366305. IUSTUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 218 ; Oswald, 1931, 155 ; Hofmann II, N° 136, 34 ; Garbsch, 1982, Nr. 316, 72 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 131 ; Müller, 1996, 191 ; Singidunum 1, Nr. 26, 90, Sl. 19. 26 ; Müller, 1999, 47, Abb. 5. 23 ; Scholz, 2006, Nr. 399, 158).
Iustus fe : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1906, Nr. 6, 34, fig. 18), Vindobona (Kenner, 1909, 79a). Iustus f : Vindobona (Kenner, 1911, 145b). Iustus : Carnuntum (Heydendorff, 1949, 306, Nr. 50, 310), Poetovio 32 (Mikl-Curk, 1964, Nr. 475, 44), Vindobona (Kenner, 1911, 142b). Iustu[ : Carnuntum (fig. 7 ; Heydendorff, 1949, Nr. 24 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 22, 53, 57).
Connu également par de la sigillée moulée (Planck, 1975, 238).
Datation : 180-210 (Fasold, Hüssen, 1985, 306, 310).

367306. IUVENALIS -Indét-
(. )uenalis[ : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 141, 143, Taf. XLVI. 141 attribuée aux ateliers du Sud de la Gaule = Eichler, 1937, Nr. 141, 15).
E. 1 : n’a pas été retrouvée par F. Eichler. Iuvenalis du Sud de la Gaule a utilisé un poinçon différent (voir Polak, 2000, 248-249). Les productions de plusieurs potiers sont probablement mélangées chez F. Oswald. Il est plus probable qu’il s’agisse d’une signature de Iuvenalis de Rheinzabern.

368307. IUVENIS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 156 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 273, 82, Taf. 7. 273).
Iuveni m : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 257, 35). ]en ou ]en^i : {Albertfalva} (fig. 2 ; Gabler, 2007a, 37. sz., 3. kép 8).
E. 2 : cette attribution semble très hypothétique.
Datation : 140-190 (Hofmann I, N° 94, 29). Avant 180 en Pannonie.

369308. IUVENIS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 156 ; Simon, 1968, Nr. 406, 58 ; Hofmann II, pl. XIII, 137. 8 ; Ainsworth, Ratcliffe-Densham, 1974, 312 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 76, 177 ; Kuzmová, Roth, 1988, N° 65, 43, Obr. 9. 4, 193 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 208-210, 340-341, 461, 717-718 ; Struck, 1996, Tab. 6, 56, Abb. 12. 15, 57 ; Heiligmann, 1990, Liste 9, Nr. 35, 218, Taf. 151. 22 ; Müller, 1999, 47, Tab. 5. 25 ; Thiel, 2005, 308).
Iuviinis fe : Brigetio (fig. 1 ; CIL III, 12014. 47 = ? Juhász, 1935, Nr. 143, 143, Taf. XLVI. 143). Iuvenis f^e : Poetovio 31 (fig. 2 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 349, 39). Iuvenis(←) f : Brigetio 42 ? (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 142, 143, Taf. XLVI. 142). Iuvenis °f : Vindobona 32 (Gabler, 1977, K75). Iuv[---]ec - estampille circulaire - : Gorsium 33 (fig. 5 ; Gabler, 1967a, Nr. 31, 38, 48). Iuvi[ : Gorsium (Gorsium 1980, Nr. 299, Taf. LXI). ]uenis(←) f : Aquincum (Torma, 1882, N° 26, 219 = Finály, 1906, N° 66, 97). ]venis°f : Gorsium (Gorsium 1975, Nr. 430, 262, Taf. IX). ]enis f : Brigetio 33 (fig. 9 ; Beck, 2004, 247, Taf. 4/18). ]nis f : Páty 32 (fig. 10 ; Ottományi, Gabler, 1985, 200, XVII. t. 2).
Une estampille circulaire signalée à {Scarbantia}, probablement sur une bol à reliefs, lue Iuves fec - estampille circulaire - (Storno, 1938, 232 = Gabler, 1967a, ad Nr. 31, 38, 48) peut être également attribuable à Iuvenis.
E. 3 et 7 faites par le même poinçon (?). E. 5 = Lud. V, m, 218 ; Walke, 1965, Taf. 42. 190. E. 6 = Lud. V, k, 218. E. 8 = Lud. V, l, 218. E. 9 = ? Lud. V, l, 218. E. 10 = Lud. V, e, 218 ; Konrad, 2005, B5, 51, Taf. 32 ; Jung, Schücker, 2006, Taf. 8. 274.
Datation : probablement identique au potier connu par des sigillées en relief (sur lui : Mees, 2002, 339-340), A. Mees a daté l’activité de Iuvenis à la phase moyenne de l’atelier de Rheinzabern (après 180). Son vase est probablement le plus récent objet de la sépulture de Sompting, dans laquelle une monnaie de Geta (198-209) et une sigillée de Lezoux (qui est certainement arrivée dans la province avant 200) ont également été retrouvées. D’après ce contexte, il a travaillé à la fin du IIe et au début du IIIe siècle.

370309. IUVENTINUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 218).
Iuventinus ? : Poetovio 31 (Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 156 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 392, 40). Iuvent[ : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 374, 40).
Datation : 180-235.

371310. LALLUS -Indét-
Lall[ : Vindobona (Kenner, 1909, 70a).

372311. LALLUS -Le*- (sur le potier :Thevenot, 1950, Nos 296-297, 342 ; Hartley, 1972, 21 ; Lerat, 1972, 428 ; Hofmann I, N° 99, 29 ; Fischer, 1981, Nr. 22, 75, Abb. 5. 22 ; Bet, Delage, 1991, N° 122, 214 ; Faber, 1994, 204 ; Rogers, 1999, 153, 478-479).
Lalli ma : Aquincum (Finály, 1906, N° 67, 97 = ? Oswald, 1931, 158), Lalliºma : Brigetio 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 148, 144, Taf. XLVI. 148), Salla 18/31 (fig. 3 ; Gabler, 1989a, Nr. 92, 448, Abb. 7. 10). L°alli ma : Gorsium 33 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 32, 38, 48). Lalli[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 67, 97). ]alli m : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 235, 34). ]li°ma : Gorsium 33Bánki, 1987, Nr. 201, 228, Taf. XL). ]li ma : {Sisicia}(fig. 8 ; Makjanić, 1996, Nr. 123, 96).
Datation : sa production peut être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans à Aquincum et à Gorsium : 150-165 (Hartley, 1989, 213), 150-180 (Dickinson, 2001, 198).

373312. LALLUS -We- (sur le potier : Oswald, 1931, 158).
Lallus fec : Brigetio 32 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 147, 144, Taf. XLVI. 147 = Eichler, 1937, Nr. 147, 158).
E. 1 = Streitberg, 1973, Abb. 3. 30 ; Kellner, 1976, Abb. 31. 9.
Datation : 180-233.

374313. LATINIANUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 218 ; Hofmann II, N° 142, 34 ; Tscholl, 1979, 138, Abb. 8/E).
Latinianus fec : Aquincum (Finály, 1906, N° 68, 97 = Oswald, 1931, 159). Latinian[ : Brigetio 32 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 149, 144, Taf. XLVI. 149 = Kuzmová, 1992, Nr. 97, 52, Tab. 7. 97, 56. 97). ]inianus fec : Aquincum (Finály, 1906, N° 68, 97-98).
Datation : 200-250 (voir les contextes datés dans Scholz, 2006, Nr. 401, 158).

375314. LAUNIO -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 218 ; Streitberg, 1973, 140 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 80, 179 ; Hofmann II, N° 145, 34 ; Singidunum 1, N° 12, 89, N° 27, 90, Sl. 18. 12, 19. 27 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 280, 83, Taf. 7. 280).
Launio f : Aquincum (Finály, 1906, N° 69, 98 = Oswald, 1931, 160).
Datation : 180-233.

376315. LAXTUCISSA -Lb, Le, Vi ?- (sur le potier : Oswald, 1931, 160 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 32-33, pl. VII. 25, 66 ; Walke, 1965, 30, Taf. 34, 117, Taf. 39. 36, 124 ; Mitard, 1960, 172-173, fig. 14. 4 ; Hofmann I, N° 101, 29 ; Dickinson, 1986c, N° 8, 157 ; Gabler, 1989b, Nr. 56, 170 ; Bet, Delage, 1991, N° 124, 205, 215, fig. 13. 124, N° 271, 218, fig. 19. 218 ; Tilhard, 2004, 226-227).
Laxtucis f : Aquincum 33 (fig. 1 ; Lebegyev, Márton, 2003, N° 81, 139-140), Canuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 144, 11). Laxtuci : Aquincum (Finály, 1906, N° 70, 98).
Signalé à {Savaria} (Gabler, 1964, 101).
E. 1 est lezovienne et sans doute aussi les autres. E. 2 et 3 : il n’est pas certain qu’il s’agisse de sigillée lisse.
Datation : 150-170 (CGP, 199, 310), 145-175 (Dickinson, 2001, 198).

377316. LIBERALIS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 219 ; Oswald, 1931, 162 ; Hofmann II, N° 146, 34 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 38, 132-134, 345, 462 ; Czysz, 2003, F 783, 407, Abb. 133 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 286-290, 83, Taf. 8. 286-290).
Liberalis : Poetovio 39 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 419, 42). Libe[ : {Vindobona} (Kenner, 1911, 155a).
E. 2 : attribution incertaine.
Datation : fin du IIe-début du IIIe siècle (Scholz, 2006, 158).

378317. {LIBERTINUS}
]bertini : Aquincum (Finály, 1906, N° 72, 98).

379318. LILLUS -Rh, We- (sur le potier : Oswald, 1931, 165 ; Hofmann II, N° 147, 34 Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 134, 345, 462 ; Thiel, 2005, 308 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 301-302, 84, Taf. 8. 301-302).
Lillus fec : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, N° 150, 144, Taf. XLVI. 150), Brigetio 31 (fig. 2 ; Beck, 2004, 248, Taf. 4/28). Lillus f : Aquincum (Finály, 1906, N° 73, 98), Carnuntum (Groller, 1899, 94, Taf. XIII. fig. 28 = ? Oswald, 1931, 165 = ? Lud. Tb (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 129, 462), Vindobona (Kenner, 1911, 155a), Vindobona (Kenner, 1911, 155a). Lillu[ : Carnuntum (fig. 7 ; Heydendorff, 1949, Nr. 25 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 23, 53, 57).
E. 1 = Streitberg, 1973, Abb. 3. 31, utilisé à Westerndorf. E. 2 : qualité de la production correspondant à Westerndorf. E. 7 = Lud. V, b, 219, utilisée à Rheinzabern.
Datation : actif avant le IIIe siècle (Fasold, Hüssen, 1985, Grab 3. 8, 320, 307). Au contraire : début du IIIe siècle (Gabler, Rauchenwald, 1992, 462).

380319. {LITUS}itus fecit : Poetovio (Abramić, 1925, 96), Vindobona (Kenner, 1909, 63a).

381320. LUCANUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 219 ; Oswald, 1931, 168 ; Tscholl, 1979, 138, Abb. 9/K, 140 ; Czysz, 2003, F 789, 407, Abb. 133 ; Scholz, 2006, Nr. 403, 158).
Lucanus f : Brigetio 31 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 331. a = Juhász, 1935, Nr. 151, 144, Taf. XLVI. 151), Celamantia (fig. 2 ; Kuzmová, Rajtár, 1986, 365-366). Lucanus f ← : Aquincum (Nagy, 1937, 269), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 124, 11), Vindobona (Kenner, 1911, 155a).
E. 1 = Faber, 1994, 204, Beil. 5. 45.
Le potier de Heiligenberg a travaillé probablement à Rheinzabern.
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 149, 34) ou 150-200 (Pferdehirt, 2003, F 789, 407, Abb. 133). Après 160 à Rheinzabern.

382321. LUCINUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 219 ; Oswald, 1931, 169).
Lucinus f : Vindobona (Kenner, 1905, 205 = ? Kenner, 1909, 70b = Oswald, 1931, 169). Lucinus fe : Gorsium assiette (Bánki, 1980, Nr. 274, 184, Taf. VIII).
Datation : 160-235.

383321bis LUCINUS III
Voir Cintus E1.

384322. LUCIUS -Indét-
Luci[---]us fe : Brigetio (CIL III, 12014. 332).

385323. LUCIUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 170).
Luci of : Savaria (CIL III, 12014. 336. a).
Datation : sous le règne de Claude et de Néron (Polak, 2000, 255).

386324. LUCIUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 219 ; Walke, 1965, 35 ; Simon, 1970, Nr. 30, 101 ; Streitberg, 1973, 141 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 212 ; Singidunum 1, N° 13, 89, Sl. 18. 13).
Lucius fe : Brigetio 31 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 336. b = ? Juhász, 1935, Nr. 153, 144, Taf. XLVI. 153). Lucius f[ : Brigetio 32 (fig. 2a ; Juhász, 1935, Nr. 154, 144, Taf. XLVI. 154 = fig. 2b ; Kuzmová, 1992, N° 278, 73, Tab. 22. 278, 56. 278), Gerulata 32 (fig. 3 ; Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 191, Taf. 21. 191). Lucius[ : {Vindobona} (fig. 4 ; Kenner, 1900, 58, fig. 51. i). Luciu[ : (fig. 5 ; Kenner, 1900, 58, fig. 51. h).
E. 2 = Lud. V, f, 219 ; Jung, Schücker, 2006, Taf. 8. 308. E. 3 et 5 : Lud. V, a, 219. E. 4 : il pourrait s’agir de Lucius, mais cette estampille ne peut pas être identifiée avec certitude.
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 151, 34).

387325. LUGIENUS -Rh-
Lugienus f : Páty 33 (fig. 1 ; Gabler, 2007b, 88. sz., 245, 6. kép 6).
Datation : 180-235.

388325b.LUPERCUS -Rh- (sur le potier : Cool, 2004, 349).
Luperc[ : Sisicia (fig. 1 ; Makjanić, 1996, Nr. 90, 94).

389326.LUPPA -Indét-
Luppa f : Scarbantia (Storno, 1938, 231).
Il s’agit probablement de la signature de Luppa de Lezoux (140-165, Faber, 1994, 204), mais son potier homonyme de La Graufesenque a également utilisé la formule Lupa f (70-95, Polak, 2000, 255).

390327. LUPPA -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 171 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 32-33, pl. VII. 44-45, 66 ; Hofmann I, N° 244, 31 ; Faber, 1994, Beil. 5. 46 ; Dickinson, 2001, 199).
Luppa : Carnuntum 33 (fig. 1 ; Heydendorff, 1949, Nr. 26 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 24, 53, 57).
Datation : 130-160 (Dannell, 1971, N° 58, 309), milieu du IIe siècle (Dickinson, 1984, S50, 179 ; Dickinson, 1986b, S82, 207).

391328. LUPUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 171-172 ; Thevenot, 1950, Nos 337-8, 343 ; Hatt, 1950, 170 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 32-33, pl. VII. 46, 66 ; Walke, 1965, Taf. 34, 116 ; Hoffmann I, N° 87, 17 ; Barthèlemy, Depierre, 1990, 84 ; Jung, Schücker, 2006, 85 ; La Graufesenque, 216).
Lupi m : {Poetovio} 33 ? (Mikl-Curk, 1969, Nr. 220, 33, attribuée à La Graufesenque).
Voir aussi : Lupus -Rh- E. 1.
E. 1 : Les estampilles de Lupus de La Graufesenque et de celui de Lezoux sont mélangées chez Oswald (Dannell, 1971, N° 59, 309 ; Polak, 2000, 255). Le potier du Sud de la Gaule a produit des assiettes (15/17 et 18), il est également connu par un bol à reliefs (30) de l’époque néronienne (Hermet, 1934, pl. 72. 4). La forme du vase indique plutôt une attribution à Lezoux, mais cette estampille étant publiée sans dessin, nous n’avons pas pu vérifier cette attribution.
Datation : 50-75 (Polak, 2000, 255), d’après sa production décorée en relief : 50-65 (Mees, 1995b, 82).

392329. LUPUS -Le-
Voir Lupus -Gr-
Datation : 150-200 (Tilhard, 2004, 229).

393330. LUPUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 219 ; Hofmann II, N° 152, 34 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 346 ; Thiel, 2005, 308).
Lupus fe : Brigetio (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 155, 144, Taf. XLVI. 155, la forme est identifiée ici comme 25 et elle était attribuée à La Graufesenque). Lupus(←) f : Vindobona (Kenner, 1911, 155a).
E 1 : le style de cette estampille est similaire à celles de Rheinzabern.
Datation : 170-210 (Hofmann II, N° 152, 34) ; sa production est attestée dans le dépôt du Langenhainer enterré vers 230 (Scholz, 2006, 159) ; d’après cette donnée, on peut dater entre 190/200 et 230/240.

394331. LUTEUS ou LUTAEUS -Indét-
Signalé à Ad Flexum (Gabler, 1964, 103) et à Scarbantia (Gabler, 1964, 103).

395332. LUTEUS ou LUTAEUS - Rh- (sur le potier : Lud. V, 219 ; Oswald, 1931, 172 ; Simon, 1962, Nr. 337, 38 ; Walke, 1965, Taf. 35, 119, Taf. 36, 121 ; Streitberg, 1973, 141, Abb. 4. 8 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 83, 180 ; Gabler, 1987b, 48 ; Eingartner et alii, 1993, N. 11, 200 ; Faber, 1994, 204, Beil. 5. 47 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 463, 719-721, 753-758 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 310, 85, Taf. 8. 310. Sur son activité à Heiligenberg : Pferdehirt, 1976, Nr. 60, 153 ; Heiligmann, 1990, Liste 7, Nr. 17, 212, Taf. 107. 15).
Luteus f : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 339. a = Juhász, 1935, Nr. 157, 144, Taf. XLVI. 157). Lutiius[ : Vindobona (Kenner, 1911, 155a). Lu[tae]us f : Aquincum 31 (fig. 3 ; Gabler, 2002a, Nr. 76, 242, 8. kép 1). Lutiius f : Brigetio 33 (fig. 4 ; Torma, 1883, N° 88, 16 = CIL III, 12014. 339. b = ? Juhász, 1935, Nr. 158, 144, Taf. XLVI. 158 = Kuzmová, 1992, Nr. 283, 74, Tab. 22. 283, 56. 283). ]eus f : Brigetio 31 (fig. 5 ; Juhász, 1935, Nr. 160, 144, Taf. XLVI. 160).
E. 4 = ? Hofmann II, pl. XIII. 154. 1. E. 5 et 6 : probablement faites par le même poinçon.
Il a probablement travaillé également à Heiligenberg.
Datation : 180-200 (Gabler, 2002a, 242).

396333. LUTEVOS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 219 ; Oswald, 1931, 172 ; Thiel, 2005, 308).
Lutevos : Vindobona (Kenner, 1911, 125b). Lutiivos f : Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 89, 7).
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 155, 34), 180-235 est plus probable.

397334. MACER -Indét-
Macer : Carnuntum (CIL III, 12014. 345. b).

398335. MACER -Gr- (sur les potiers : Oswald, 1931, 175 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 32-33, pl. VII. 52, 66 ; Planck, 1975, 238 ; Hoffmann I, N° 89, 17 ; Marichal, 1988, N° 16 ; Roquette et alii, 1989, N° 66, 295, fig. 4 ; Tilhard, 1988, 141-142, avec bibliographie).
Macer : Brigetio 27 (fig. 1 ; Hampel, 1882, 68 = Torma, 1883, N° 85, 16 = CIL III, 12014. 345. a = ? Juhász, 1935, Nr. 161, 144, Taf. XLVI. 161). ]acri m : Aquincum 27 (Nagy, 1941, Nr. 11, 216).
Plusieurs Macer ont sans doute travaillé à La Graufesenque ; ils sont datés par M. Polak entre 30 et 85 (Polak, 2000, 258) ou par M. Genin entre 10/15 et 70 (La Graufesenque, 217). Leurs estampilles ne peuvent pas être séparées pour le moment. Macer est également connu par des sigillées moulées (Dickinson, 1989, N° 2, 39 ; Dickinson, 1991, N° 49, 48). Cette estampille peut être datée, sur la base du lieu de découverte et la forme du vase, de l’époque flavienne, et probablement de l’époque domitienne, donc il s’agit d’une marque de Macer II.

399336. MACERATUS -Le- (sur le potier : Hofmann I, N° 107, 29).
Macerati : Aquincum (Finály, 1906, N° 75, 98 = Oswald, 1931, 175), Mursella 31R (Gabler, 1964, 101 = Csirke et alii, 2006, 20. 4. sz., 179), Poetovio (B. J., Varstvo spomenikov XXIII (1981) 259). Maciirati : Aquincum 33Nagy, 1937, 264, ici Maciirati f = Nagy, 1941, N° 12, 216). Macerati : Gorsium 33Bánki, 1987, Nr. 202, 228, Taf. XL). Macerati[ : Poetovio 31 (fig. 6 ; Mikl-Curk, 1969, N° 258, 35, T. XXII). Macera[ : Salla 31 (fig. 7 ; Gabler, 1989a, N° 93, 448, Abb. 7. 11). Maciira[ : Aquincum 33 (fig. 8 ; Gabler, 1976, N° 208, 48). Mace[ : Carnuntum 33 (fig. 9 ; Groller, 1903, 36, Textfig. 14. 1 = Oswald, 1931, 175). ]acerati : Gorsium 31 (fig. 10 ; Gabler, 1967a, N° 33, 38, 48). ]acerat : Cibalae 18/31 (Šaranović-Svetek, 1971, N° 1, 175, fig. 2 = Dimitrijevic, 1979, 243). ]rati : Gerulata 18/31 (fig. 12 ; Gabler, Pichlerová, 1996, N° 192, Taf. 21. 192).
Datation : Lezoux phase 7, 150-200 (Tilhard, 2004, 230). D’Antonin le Pieux à Commode (Gabler, 1989a, 448). En Pannonie avant 180.

400337. MACRIANUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 176 ; Hofmann I, N° 110, 29 ; Hartley, 2000, 196 ; Dickinson, 2001, 199).
]acriaˆn[ : {Carnuntum} (fig. 1 ; Ψ Trinks, 1958, Nr. 43, 54, Taf. IV. 14).
E : l : graphie très similaire à celle d’une estampille de Macrinus de Lezoux (Bet, 1988, N° 516-3, 160), il s’agit peut-être de la marque de ce potier.
Datation : 160-200 (Dickinson, 1986c, 190).

401338. MACRINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 177 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 32-33, pl. VII. 55. 57, 66 ; Walke, 1965, Taf. 36, 120 ; Hofmann I, N° 112, 29 ; Bayard, 1980, N° 6, 150, pl. 2. 6 ; Härke, 1980, Grab 34, 546, Abb. 38. 10, 547 ; Furger, Deschler-Erb, 1992, Phase 21, Taf. 85, 21/9 ; Faber, 1994, 204, Beil. 5. 48 ; Dickinson, 1999, 276 ; Romeuf, 2000, 46, pl. 35. 104 ; Tilhard, 2004, 231).
Mˆacrinˆusºf : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1903, Nr. 3, 114, Textfig. 54. 3 = Oswald, 1931, 177). M^acrinusºf : Aquincum 31 (Nagy, 1941, N° 13, 216), Gorsium 33 (fig. 3 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 9, 70), Gorsium 33 (fig. 4 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 10, 70). M^acr^ini : Aquincum (Torma, 1882, N° 28, 219 = CIL III, 12014. 52 = Finály, 1906, N° 76, 98 = ? Oswald, 1931, 177), Gorsium 33 (fig. 6 ; Gabler, 1967a, Nr. 34, 38, 48), Vindobona 33 (Donat, 1999, 212), Vindobona (Kenner, 1911, 142b).
Voir aussi Macrianus E. 1.
E. 3 et 4 : faites par le même poinçon. E. 6 = Bémont, 1994, N° 208, 90, fig. 54.
Datation : 150-180 (Dickinson, 1986c, 190 ; Dickinson, 1991, 54), 160-180 (Dickinson, 2001, 199). Le dépôt de Gorsium a été enterré vers 170/178.

402339. MACRO -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 177).
Macro f : Brigetio 32 (Ψ fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 162, 144, Taf. XLVI. 162). Macro : Vindobona 18 (Gabler, 1977, K87, 221).
Datation : 100-180.

403340. MAGIO -Rh- (sur le potier : Lud. V, 220 ; Oswald, 1931, 177-178 ; Walke, 1965, 35-36 ; Simon, 1968, N° 413, 58; Hofmann II, pl. XIII. 157 ; Dickinson, 1986c, 190 ; Bjelajac, 1990, N° 71, 136 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 321-323, 85-86, Taf. 9 ; Scholz, 2006, Nr. 405, 159).
Magio : Aquincum (Torma, 1881, 96 = Torma, 1882, N° 29, 219), Carnuntum (Miltner, 1933, Nr. 8, 63-64, Abb. 24), Százhalombatta (Mócsy, 1955, 60), Siscia (fig. 4 ; Koščević, Makjanić, 1995, 66, 37. 6).
E. 2 et 4 : faites par le même poinçon.
Il est peut-être attesté à Westerndorf (Streitberg, 1973, 141). Ce nom est également connu par des amphores (Baudoux, 1996, 108).
Datation : 160-190 (Dickinson, 1986c, 190).

404341. MAIA -Indét-
Maia : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 377).

405342. {MAIA} -Gr-
Maia ou Man (←) : Carnuntum 27 (fig. 1 ; Trinks, 1961, Nr. 4, 50, Abb. 1. 4). Maia ou Man (←)[ : Carnuntum 27 (fig. 2 ; Trinks, 1961, Nr. 3, 49-50, Abb. 1), Carnuntum 27 (fig. 3 ; Trinks, 1961, Nr. 5, 50, Abb. 1. 5). ] Maia ou Man (←) : Aquincum 33 (fig. 4 ; Vámos, 2002, N° 246, 71, 43. kép 4, 46. kép 12). Maiˆa :
E. 1-4 = Plank, 1975, Abb. 38/240 ; Heiligmann, 1990, Abb. 28.4. E. 2, 3 et probablement 4 : faites par le même poinçon.
Même si E. 1-3 était attribuée à Maianus de l’Est de la Gaule ou de Germanie (Trinks, 1961, 49-50), il s’agit visiblement des signatures du même potier. Le vase de l’E. 4 a été produit dans le Sud de la Gaule, probablement à La Graufesenque. La lecture de ces marques est problématique. P. Vámos a proposé pour E. 4 Maia (il n’est pas attesté dans Bémont, Bourgeoise, 1986). Il est également possible qu’il s’agisse de Man () ou bien d’une estampille anépigraphique. Le même potier est peut-être mentioné par H. Th. Fischer (Fischer, 1981, N° 1. 3, 75, Abb. 3. 1).
Datation : 80-100.

406343. MAIA -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 178 ; Simon, 1962, Nr. 338, 38, Abb. 17. 338 ; Walke, 1965, Taf. 34. 115 ; Planck, 1975, Abb. 38. 240 ; Fischer, 1981, Nr. 1. 3, 75, Abb. 3. 1).
Maia f : Aquincum (Torma, 1883, N° 24, 7).
Datation : 120-180.

407344. MAIANUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 220 ; Oswald, 1931, 178 ; Streitberg, 1973, 141 ; Frey, 1993, Nr. 170, 52 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 325, 86, Taf. 9).
Maianus : Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 379, 40).
Datation : 180-200.

408345. MALLEDO -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 180 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 34-35, pl. VIII. 7, 67 ; Hofmann I, N° 114, 29 ; Dickinson, 1999, 276).
Malleduºf : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 163, 145, Taf. XLVI. 163). Malledu f : Brigetio 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 164, 145, Taf. XLVI. 164 = Eichler, 1937, Nr. 164, 158). Mallºedo : Carnuntum 31 (Groller, 1906, 34 = ? Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 189, 469). Malledu[ : Brigetio 32 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 165, 145, Taf. XLVI. 165). M^a[l]ledo[ : Mursa (fig. 5 ; Bulat, 1958, Nr. 52, 81, Sl. 12. 52).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 101).
Datation : Lezoux phase 6 (Tilhard, 2004, 232). 135-160 (Dickinson, 1986b, 205) ou plus récemment 160–190 (Dickinson, 1999, 276). Avant 180 en Pannonie.

409346. MALLIACUS -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 180 ; Walke, 1965, Taf. 36, 122 ; Pinel, 1969, 24 ; Bayard, 1980, N° 66, 172, pl. 16. 66 ; Gabler, 1994a, 366).
M^alliaci°f : Carnuntum (Ψ Miltner, 1933, Nr. 9, 65, Abb. 24, en haut, la deuxième à gauche). Malliaci : Brigetio (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 166, 145, Taf. XLVI. 166). Malliac[ : Gorsium 31 (fig. 3 ; Gabler, 1967a, Nr. 35, 38, 48). M^allia[ : Vindobona (fig. 5 ; Kenner, 1900, 50, fig. 43). ]lliaci : Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 282, 36).
Signalé à Arrabona (Gabler, 1964, 101).
Datation : 140–190 (Hofmann I, Nr. 115, 29 ; Hartley, 1972, 19). Avant 180 en Pannonie.

410347. MALLIUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 180-181).
Malli m : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 167, 145, Taf. XLVI. 167), Fischamend 33 (fig. 2 ; 23 (1984), Abb. 468), Nemesvámos 33 (Csirke et alii, 2006, 20. 4. sz., 179).
Datation : de Trajan à l’époque antonine.

411348. MALLURRO ou MALLURUS -He, Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 181 ; Popilian, 1973, 190 ; Hofmann I, N° 245, 31 ; Tilhard, 2004, 232).
Malluru : Albertfalva 33 (Gabler, 1995, 122). Malluri : Brigetio 33 (fig. 2 ; Borhy, Számadó, 1999, Nr. 5, 104-105 = Beck, 2004, 245, Taf. 4/14). Mallur : Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 168, 145, Taf. XLVI. 168). ]Mall[.]ru f : Carnuntum (fig. 4 ; Groller, 1901, Taf. XIII. 12). ]lluru f : Azaum 27 (fig. 5 ; Horváth, 2003, Nr. 50, 162, Abb. 13. 11), Gorsium 33 (Bánki, 1965, Nr. 7, 99, Taf. XXIX. 5 = Gabler, 1967a, Nr. 36, 38).
Datation : 150-180 (Simpson, 1982, S134, 169, d’après B. R. Hartley), mais 135-160 (Hartley, 2000, 196) ou 140-160 (Dickinson, 2001, 19).

412349. MAMMILIANUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 220 ; Oswald, 1931, 181 ; Walke, 1965, Taf. 36, 120 ; Hofmann II, N° 160, 34 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 86, 181 ; Jacob, Jeanin, 1986, 245 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 62).
M^amilian : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). ]Mˆaˆmilian : Brigetio 32 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 169, 145, XLVI. 169). ]milºiaºni : Aquincum (Torma, 1882, N° 1, 217).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 103).
Datation : s’il est identique au potier connu par des productions en relief, on peut le dater entre 170 et 200 (Mees, 2002, 338).

413350. MAMMIUS -Le- (sur le potier : Curle, 1911, 237 ; Oswald, 1931, 181 ; Urner-Astholz, 1946, Taf. 68 ; Terrisse, 1968, 81, 94 ; Hartley, 1972, 16, 21 ; Hofmann I, N° 117, 29 ; Hofmann II, N° 44, 14 ; Lombard, 1978, N° 141, 42 ; CGP, 234-235 ; Bet, Delage, 1991, 197, Nos 140-141, 216, fig. 13. 140-141 ; Dickinson, Hartley, 1995, N° 3, 269 ; Dickinson, 1997, 297 ; Tilhard, 2004, 232).
Mammi : Aquincum (Oswald, 1931, 182), Aquincum 33 (fig. 2 ; Topál, 2003, 80, pl. 89. 22. 7), Aquincum 33 (fig. 3 ; Lebegyev, Márton, 2003,N° 84, 140, 9. kép 2, 18. kép 6), Brigetio 33 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 170, 145, Taf. XLVI. 170), Gorsium 33 (fig. 5 ; Gorsium 1974, Nr. 125, 134, 168, Taf. III. 3), Gorsium 33 (Bánki, 1987, Nr. 268, 204, Taf. VII) ; Gorsium 33 (fig. 7 ; Gabler, 1967a, Nr. 37, 38, 48), Gorsium 18/31 (fig. 8 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 3, 69). Mammio f : Brigetio 33 (fig. 9 ; Juhász, 1935, Nr. 171, 145, Taf. XLVI. 171), Gorsium 33Gorsium 1974, Nr. 9, 211, IX. t. 10), Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 72, 9) Neckenmarkt 31 (fig. 12 ; 27 (1988) [1989] 298, Abb. 402). Mammio : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 154, 12). Mam() : Brigetio 32 (fig. 14 ; Juhász, 1935, Nr. 172, 45, Taf. XLVI. 172). Ma[---]i m : Gorsium 33 (Gorsium1975, Nr. 401, 197, 260, VI. t.). Mam[ : Aquincum 31 (fig. 16 ; Juhász, 1936, 35, 28. kép 5, 34), Aquincum 33 (fig. 17 ; Gabler, 1976, Nr. 209, 48). Ma[ : Brigetio 31 (fig. 18 ; Borhy, Számadó, 1999, Nr. 6, 105 = Beck, 2004, 247, Taf. 4/13). ]mmio : {Mursa ?} 32 (fig. 19 ; Bulat, 1958, Nr. 83, 83, Sl. 12, 83).
E. 7 et 8 = Walke, 1965, Taf. 42, 223. E. 19 : les styles de ces marques sont considérablement différents. Cette attribution semble incertaine.
Datation : le dépôt de vases de Gorsium a été enterré entre 170 et 178. Sa production peut être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates (Gabler, 1994a, 366). 150–180 (CGP, 235 ; Dickinson, 1997, 297), 160-185 (Dickinson, 1986c, 191).

414351. {MANNUS}
Voir Amenus E. 1.

415352. MANSUETUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 183 ; Singidunum 1, Nr. 29, 90, Sl. 19. 29).
Mansuiitus : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 184, 146, Taf. XLVI. 184). M^ansueti : Poetovio 33 (fig. 2 ; Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 240, 34, T. XXII). M^asueti : Siscia 33 (fig. 3 ; Koščević, Makjanić, 1995, 64, fig. 37. 11).
Datation : 150-180 (Dickinson, 1986c, 191) ou 150-160 (Dickinson, 2001, 199).

416353. MAR(. ) -Sud de la Gaule-
Mar : Brigetio 27 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 173, 145, Taf. XLVI. 173).
Pour le moment on ne peut pas identifier le potier correspondant à cette marque.

417354.{MARCALLUS}
Marcallus f : Százhalombatta (Mócsy, 1955, j. 8, 60).
Il s’agit peut-être d’une mauvaise interprétation d’une marque de Marcellus.

418355. MARCELLINUS -Indét-
Marcellinu[ : Puszta-Szentmihály (Torma, 1883, N° 95, 16 = CIL III, 12014. 54. a).

419356. MARCELLINUS ou MARCEL(L)INUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 185 ; Romeuf, 2000, 46, pl. 35. 106-107).
]rcelinus : Gorsium 33 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 38, 39, 48).
Datation : 130-160 (Dannell, 1971, No, 61, 310), récemment 160-200 (Dickinson, 1991, No, 131, 52). En Pannonie avant 180.

420357. MARCELLINUS ou MARCELINUS -Rh, We-(Oswald, 1931, 185 ; Simon 1968, Nr. 415, 58 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 87, 181 ; Pétry, 1984, 264 ; Faber, 1994, 205, Beil. 5. 50 ; Biegert, 2003, Nr. 39, 14 ; Czysz, 2003, F 794, 407, Abb. 133).Marcelinus f : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 174, 145, Taf. XLVI. 174, ici attribuée à Heiligenberg = Streitberg, 1973, 141, Abb. 4. 16). Marcellinus : Sopianae 32 (Fülep, 1984, 180, Taf. II). Marcelinus : Carnuntum (fig. 2 ; Miltner, 1933, Nr. 4, 77, fig. 29. 4). ]Marcellini : Brigetio 31 (fig. 4 ; CIL III, 12014. 54. b = ? Juhász, 1935, Nr. 175, 145, Taf. XLVI. 175.
E. 1 : ce poinçon était utilisé à Rheinzabern (Lud. V, e, 220 ; Singidunum 1, N° 6, 89, Sl. 18. 6, attribuée à Rheinzabern) et à Westerndorf (Streitberg, 1973, 141, Abb. 4. 17). E. 2 = Lud. V, f, 220 ; Jung, Schücker, 2006, Taf. 9. 338. E. 3 = ? Lud. V, f, 220, Hofmann II, pl. XIV. 161. 3. E. 4 : ductus très similaire à Zanier, 1992, EIS 24, 220, Taf. 60.
Plusieurs Marcellinus ont travaillé à Rheinzabern et Westerndorf et ont produit des sigillées moulées (entre 200-260, Mees, 2002, 348). Plusieurs ont peut-être fait des vases lisses mais pour le moment on ne peut pas séparer leurs productions. Des vases de Marcellus ont été trouvés dans un four de Westerndorf avec ceux de Comis et Stabilis, de la fin du IIe - début du IIIe siècle (Prammer, 1975, Abb. 11. 15, 141).
Datation : 160-200 (Dickinson, 1991, 52).

421358. MARCELLUS -Indét-
Marcellus f : Carnuntum (Groller, 1907, Nr. 16, 30), Vindobona (Ψ Kenner, 1905, 223), Vindobona (Kenner, 1909, 78a).

422359. MARCELLUS -Le, Mr- (sur les potiers : Oswald, 1931, 184 ; Walke, 1965, Taf. 36, 120 ; Terrisse, 1968, 81, 83, 100 ; Hofmann II, N° 46. 16 ; Sanquer, 1978, 41, fig. 2. a ; Petit, 1980, 42 ; Klee, 1986, 84 ; Faber, 1994, 205, Beil. 5. 51 ; Tilhard, 2004, 233).
Marciili m : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 176, 145, Taf. XLVI. 176), Gorsium 38 (Gorsium 1980, Nr. 209, 216). Marcelli m : Vindobona (Kenner, 1909, 63a).
E. 1 : son ductus est similaire à Hofmann II, pl. III. 46. 3.
D’après B. Dickinson : « there was more than one Marcellus active at Lezoux », dont un a travaillé dans les deux ateliers. On ne peut pas exclure qu’il s’agisse des estampilles de plusieurs Marcellus.
Datation : 115-135 (Dickinson, 1991, 52), 140-165 (Hartley, 2000, 196).

423360. MARCELLUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 220 ; Oswald, 1931, 184 ; Hofmann II, N° 162, 34 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 783).
Marcelli : Aquincum (Nagy, 1943, 380).
Voir aussi Materninus -Rh-.
Datation : 180-235.

424361. MARCIANUS -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 220 ; Oswald, 1931, 185 ; Hofmann II, pl. XIV. 163 ; Streitberg, 1973, 144 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 347, 87, Taf. 9).
Marcianus f : Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 8, 7). Marci[ : Páty 32 (fig. 2 ; Gabler, 2007b, 86. sz., 245, 6. kép 5, 10. kép 1, qualité de la production de Rheinzabern).
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 163, 34).

425362. MARCUS -Indét-
Marcus : Aquincum (Parragi, 1976, 164, avec une référence inprécise).

426363. MARCUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 186 ; Hartley, 1972, N° 8, 53 ; Dannell, 1971, N° 63, 310 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 89, 182 ; Guennou, 1981, 40 ; Simpson, 1982, S116, 167 ; Dickinson, 2001, 199).
Marcu[ : Gorsium 31 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 39, 39, 48).
Signalé à Aquincum (Gabler, 1967a, Nr. 38, 39, 48).
Il y a plusieurs potiers homonymes qui ont travaillé à Lezoux : l’un dans la phase pré-flavienne et l’autre est plus tardif (phase 7-8), Tilhard, 2004, 233. Les estampilles de Pannonie sont certainement attribuables à ce dernier.
Datation : 165-200 (Simpson, 1982, S116, 167, d’après B. R. Hartley), 170-200 (Dickinson, 2001, 199). En Pannonie jusqu’en 180.

427364. MARCUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 220 ; Oswald, 1931, 185).
Marcus fe : Aquincum 32 (fig. 1 ; Parragi, 1976, 164, 171. kép, 156). Marcu[ : Carnuntum (fig. 2 ; Groller, 1905, fig. 93, 138).
E. 2 = Hofmann II, pl. XIV. 164. 3).
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 164, 34).

428365. MARIANUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 186 ; Hartley, 1972).
Marianus : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, N° 296, 37, attribuée à la Gaule centrale et à Trèves).
Datation : époque antonine.

429366. MARINUS -Indét-
Marinus fecit : Vindobona (Kenner, 1911, 125b).

430367. MARINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 187).
Marini m : Gorsium 33Bánki, 1987, Nr. 272, 205, Taf. VII, ici atribuée à Rheinzabern), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 125, 11), Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Marinºm : Vindobona (Ψ Kenner, 1909, 78a).
Datation : Lezoux phase 6-7 ? (Tilhard, 1994 et 2004, 233). Environ 160-180.

431368. MARINUS -He-
Voir Marinus -Rh- E. 1.

432369. MARINUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 187 ; Simon, 1962, 38, Nrs. 340-43 ; Walke, 1965, 35, Taf. 35, 119, Taf. 36, 122 ; Hofmann II, N° 165, 34, Planck, 1975, 238 ; Baatz, 1976, Nr. 123, 46, Abb. 26. 123 (H.-G. Simon) ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 90, 182 ; Heiligmann, 1990, Liste 9, Nr. 41, 219 ; Eingartner, Eschbaumer, 1993, Nr. 13, 200 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 360, 472, 629-647, 727-732, 784 ; Thiel, 2005, 308. sur le potier de Heiligenberg : Forrer, 1911, Taf. 16. 38 ; Heiligmann, 1990, Liste 8, Nr. 32, 215 ; Scholz, 2006, Nr. 104, 160).
Marinus f : Brigetio 32 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 177, 146, Taf. XLVI. 177, ici attribuée à Heiligenberg), Carnuntum (Groller, 1905, fig. 63), Intercisa (Intercisa II, Nr. 170, 105), Schützen am Gebirge 33 (fig. 4 ; 26 (1987) [1989], Abb. 410). Mar[i]nus : Brigetio 32 (fig. 5 ; Beck, 2004, 247, Taf. 4/19). Mar[i]n(us) : Brigetio 33 (fig. 6 ; Fényes, 2002, N° 56, 338, T. LXI. 3). Mar[i]nuss[ : Carnuntum (fig. 7 ; Heydendorff, 1951, Nr. 100, 7 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 25, 53). M^arin[ : Poetovio 31 (fig. 8 ; Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 427, 42, T. XXII).
E. 1 = Lud. V, i., 221 ; Jung, Schücker, 2006, Taf. 9. 248. E. 4 : très similaire à Hoffmann II, pl. XIV. 165. 2-3. E. 5 = Lud. V, q, 221. E. 6 : proche de Hofmann II, pl. XIV. 165. 4. E. 7 = ? Jung, Schücker, 2006, Taf. 9. 345. E. 8 : similaire à Biegert, Lauber, 1995, Nr. 731.
L’identification du potier de Rheinzabern avec d’autres maîtres qui ont travaillé dans différents ateliers pose des problèmes (Scholz, 2006, 160).
Datation : 180-250.

433370. MARITUMUS -Le- (sur le potier : Lombard, 1978, N° 142, 42 ; Rodwell, 1987, N° 20, 96-97 ; Romeuf, 2000, 46, pl. 35. 108).
Maritumi : Aquincum (Finály, 1906, N° 80, 98 = Oswald, 1931, 188). ]tumi : Mursa 31 (fig. 2 ; Bulat, 1987, N° 2, 55, Sl. II. 4). ]u^mi : {Aquincum} (Torma, 1882, N° 60, 222).
E. 3 : attribution hypothétique.
Datation : Lezoux phases 5-6 ? (Tilhard, 2004, 233), 150-180 (Rodwell, 1987, 96-97).

434371. MARTIALIS -Indét-
M^artialis f : Vindobona (Kenner, 1911, 155b).
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé dans les différents ateliers (Oswald, 1931, 189-190 ; Bémont, Bourgeoise, 1986, 283), dont plusieurs ont utilisé la formule fecit. Le potier de La Graufesenque : 60-80 (Polak, 2000, 261-262) ou 50-100 (La Graufesenque, 219 ; sur le potier de La Graufesenque, voir Dickinson, 1991, N° 51, 48). Le potier qui a travaillé à Falquemont-Chémery est différent de celui de Rheinzabern (Scholz, 2006, Nr. 411, 159. Pour Martialis de Falquemont, voir aussi : Pferdehirt, 2003, F 658-664, 402, F 795-798, 407, Abbs. 131, 133). Pour ce dernier, voir Düerkop, 2002, 815 ; Jung, Schücker, 2006, 90 ; Scholz, 2006, Nr. 411, 159.

435372. MARTIANUS -Le*-
Martiani m : Aquincum (Finály, 1906, N° 70, 98 = Oswald, 1931, 190).
Datation : 150-200 (Tilhard, 2004, 233). Avant 180 en Pannonie.

436373. MARTINUS -Indét-
M^a^rtinus f^e : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Ma^rtin^f : Vindobona (Kenner, 1900, 69). Également signalé à Scarbantia (Gabler, 1964, 103).

437374. MARTINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 190 ; Cool, 2004, 349).
Mˆaˆrtinus : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 55. a = ? Juhász, 1935, Nr. 179, 146, ici attribuée à Rheinzabern = Kuzmová, 1992, N° 99, 52, Tab. 7. 99, 56. 99, ici attribuée à la Gaule centrale).
Les estampilles du potier de Lezoux et de son homonyme de Rheinzabern semblent mélangées dans la bibliographie (ou moins dans la bibliographie sur la Pannonie).
E. 1 : G. Juhász a publié trois estampilles sous le même numéro et les a attribuées à Rheinzabern. L’une de ces estampilles a récemment été attribuée par K. Kuzmová à la Gaule centrale.
Datation : Lezoux phase 7 (Tilhard, 2004, 233), 160-200 (Dickinson, 1986a, 192). Avant 180 en Pannonie.

438375. MARTINUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 221 ; Oswald, 1931, 190 ; Simon, 1962, Nr. 344, 38 ; Walke, 1965, 35 ; Simon, 1968, Nr. 416, 58 ; Pétry, 1972, 394 ; Hofmann II, N° 168, 34 ; Streitberg, 1973, 144 ; Kellner, 1976, 74-75, Abb. 30. 26 ; Singidunum 1, N° 14, 89, Sl. 18. 14 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 395, 90, Taf. 10).
Mˆaˆrtinus f : Aquincum (Havas, 2005, N° 1, 52, 2. kép) Brigetio 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 179, 146, Taf. XLVI. 179), {Brigetio} 33 (Juhász, 1935, N° 179, 146, attribuée à Rheinzanbern). M^a^tinus f : Carnuntum (Ψ Miltner, 1933, 65, Abb. 24, en haut, première à gauche, renversée sur le photo). Mˆaˆrtinus ← : {Brigetio} 33 (fig. 5 ; Juhász, 1935, N° 180, 146, Taf. XLVI. 180, ici sans attribution). Mˆartin fˆe(←) : Aquincum 32 (Kuzsinszky, 1932, 377). Mar[ti]nus : {Aquincum} 33 (Nagy, 1937, 269, ici Martinus = Nagy, 1941, N° 14, 216, ici attribuée à Rheinzabern). ]tinˆ f ← : Poetovio 32 (fig. 8 ; Gabler, 1986, Nr. 100, 146, Abb. 9. 1), ]us f : Aquincum (Havas, 2005, N° 2, 52, 2. kép).
Voir le commentaire général pour Martinus -Le-
E. 1, 4, 9 = ? Lud. V, b, 221 ; Miltenberg 33, Biegert, Lauber, 1995, Nr. 47, 571, Abb. 9. 47. E. 3 : publiée avec E. 1 de Martinus de Lezoux et E. 2 de Martinus de Rheinzabern par G. Juhász, mais sans reproduction. E. 7 : attribution incontrôlable. E. 9 : par le même poinçon que E. 1.
Peut-être identique à Martinus qui est un finisseur de Comitialis et Onniorix à Westerndorf (Streitberg, 1973, 144).
Datation : de Commode à Septime Sévère (Gabler, 1986, 146).

439376. MARTIUS -Indét-
Martius f : {Brigetio} (CIL III, 12014. 364. b, sans doute identique à Juhász, 1935, Nr. 182 ou 183). Marti fe : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 495, 45). Mart : Cibalae (Dimitrijevic, 1979, 243).

440377. MARTIUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 191 ; Hofmann I, N° 120, 29 ; Bayard, 1980, N° 22, 170, pl. 13. 22 ; Dickinson, 1986c, 191 ; Bet, Delage, 1991, N° 146, 216, fig. 13. 146 ; Hartley, 2000, 196 ; Dickinson, 2001, 200).
Marti m : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 274, 36).
Datation : 160-185 (Dickinson, 1986c, 191).

441378. MARTIUS -Itt- Mˆartius f : {Brigetio} 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 183, 146, Taf. XLVI. 183, sans attribution). Martius f : {Brigetio} 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 182, 146, Taf. XLVI. 182, attribuée à Ittenweiler et à Rheinzabern), {Siscia} 33 (fig. 3 ; Koščević, Makjanić, 1995, 66, fig. 37. 10).
E. 2 et 3 : faites par le même poinçon et E. 1 est similaire aux autres. Elles sont probablement faites par le même potier.
Il semble que des estampilles appartenant à plusieurs homonymes soient réunies chez F. Oswald. On ne connaît pas de poinçons identiques à ces estampilles, mais les marques de Martius d’Ittenweiler sont similaires (Forrer, 1911, fig. 231, 211 ; Biegert, Lauber, 1995, Abb. 27. 449).

442379. MARTIUS -Rh-
]artius f : Mursa 33 (fig. 1 ; Torma, 1883, N° 72, 14, ici ]ritus º f = CIL III, 12014. 364. a, ici [.]rtius°f = Brukner, 1981, Nr. 72, 56, T. 1. 72).
Voir Martius -It- E. 1 et Ritus -Rh- E. 1.

443380. MASCELLIO -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 192).
Mascellion m : Gorsium 33 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 40, 39, 48). Mascellio f : Százhalombatta (Mócsy, 1955, j. 8, 60). Masciili : Poetovio 33 (fig. 3 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 260, 35, T. XXII, ici MSCIILI). Mascellio[ : Siscia 31 (fig. 4 ; Makjanić, 1996, Nr. 127). Masceli[ : Gorsium 33 (Gabler, 1967a, Nr. 41, 39, 48).
Datation : 160-195 (CGP, 290). 160-190 (Dickinson, 1986c, 192), 170-200 (Dickinson et alii, 2004, 48). Avant 180 en Pannonie.

444381. MASCULUS ou MASCLUS I ou II -Gr-
Of M^asci : Carnuntum (CIL III, 12014. 365. a). Of M^asc : Carnuntum (CIL III, 12014. 365. b). M[---]uli m : {Aquincum} 31 sic ! (Nagy, 1937, 264, ici Masculi m, sans attribution = Nagy, 1941, N° 15, 216, ici attribuée à Masculus de La Graufesenque).
E. 3 : cette attribution ne semble pas convaincante.
Datation : au moins deux Masclus ont travaillé à La Graufesenque : Masclus I de Claude à Néron, Masclus II de Domitien à Trajan (Polak, 2000, 262-265 ; Tilhard, 2004, 234), 80-120 (Mees, 1995b, 85). Récemment pour Masclus I 20/30-70/80 (La Graufesenque, 219), Masculus II 70/80-150/170 (La Graufesenque, 220).

445382. MASCULUS ou MASCLUS II ? -Gr- (sur le potier : Jung, Schücker, 2006, Nr. 398, 91, Taf. 10).
Of M^asci : Carnuntum (CIL III, 12014. 365. a). Of M^asc : Carnuntum (CIL III, 12014. 365. b).
Datation : au moins deux Masclus ont travaillé à La Graufesenque : Masclus I de Claude à Néron, Masclus II de Domitien à Trajan (Polak, 2000, 262-265 ; Tilhard, 2004, 234), 80-120 (Mees, 1995b, 85).

446383. MASUETUS ou MANSUETUS -Le, Mr- (sur le potier : Oswald, 1931, 183 ; Terrisse, 1968, 81, 83, 100 ; Hofmann I, N° 121, 29 ; Hofmann II, N° 47, 14 ; Petit, 1980, 42 ; Dickinson, 1986c, 191 ; Romeuf, 2000, 46, pl. 35. 109-110).
Masueti f : Carnuntum 33 (fig. 1 ; Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 94, 458 = Gabler, 1994a, Abb. 2. 2), Vindobona 33 (Rennweg 44 FNR. 89/323). Mˆasuti ? : Carnuntum (fig. 3 ; Groller, 1905, fig. 93, 138, peut-être identique à Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 94, 458). Masu°etis (←) : Savaria 33 (fig. 4 ; Biró 2004, 20. t. 7). Masueti : Brigetio 31 (fig. 5 ; CIL III, 12014. 366 = ? Juhász, 1935, Nr. 185, 146, Taf. XLVI. 185).
Datation : 150–180 (Dickinson, 1986c, 191).

447384. MATERNIANUS -Indét-
Signalé à Aquincum (Gabler, 1964, 101) et à Brigetio (Gabler, 1964, 101).

448385. MATERNIANUS -Rh- (sur le potier Oswald, 1931, 200 ; Simon, 1968, Nr. 417, 58 ; Hoffmann II, N° 171, 34 ; Streitberg, 1973, 144 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 92, 183).
Mˆaternˆiˆan f : Intercisa (Intercisa II, Nr. 55, 100).
Le potier de Rheinzabern était peut-être un finisseur de Comitialis.
Datation : 180-210.

449386. MATERNINUS -Indét-
Materninus : Aquincum (Mahler, 1907, 246). Materni[.]nu[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 31, 119-220 = CIL III, 12014. 367 = Finály, 1906, N° 83, 98). Matern[ : Winden am See ( V (1946-1950) [1959], 99 = Gabler, 1979a, Nr. 56, 44) ]irninus : Aquincum (Finály, 1906, N° 82, 98).

450387. MATERNINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 194).
Materninus : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, N° 188, 146, Taf. XLVI. 188, sans attribution). Maternin f : {Gorsium} (Ψ Gorsium 1974, Nr. 126, 134, 168, Taf. III. 4). Maternin[ : Gorsium 33 (fig. 3 ; Gabler, 1967a, Nr. 42, 39, 48). Matˆeˆrnin[ : Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 377). M^at^ern[ : Carnuntum (fig. 5 ; Heydendorff, 1949, Nr. 27 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 26, 53, 57). Mate[ : Baláca 31 (Gabler, 2004b, N° 63, 130, 3. ábra 7, 159 = Csirke et alii, 2006, 9. 6. 111. sz., 146).
E. 1 et 3 : faites par le même poinçon. E. 2 : la lecture semble douteuse d’après la photographie publiée. E. 5 = ? Frey, 1993, Nr. 185, 57.
Datation : 140-180 (Gabler, 2004b, Nr. 63, 130).

451388. MATERNINUS -Rh- (sur le potier : Faber, 1994, 205, Beil. 5. 55).
Materninus fe : Poetovio 31? (fig. 1 ; Gabler, 1986, Nr. 101, 146, Abb. 8. 17). M^aternin f : Budaörs 32 (inédites ; fouilles de K. Ottományi - 2003). Materninus : Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 187, 146, Taf. XLVI. 187), Baláca 31 (Gabler, 2004b, N° 63, 130), Matrica (Mócsy, 1955, j. 14, 62 = ? Instrumenta, Nr. 199, 134). Matiirninus : Aquincum (Finály, 1906, N° 82, 98 = Oswald, 1931, 194). Maternin[ : Sirmium 32 (fig. 7 ; Brukner, 1981, N° 45, 55, T. 1. 56). Mate[.]nus fe : Gerulata 32 (fig. 8 ; Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 193, Taf. 21. 193). Matiirni[ : Gorsium (Ψ Bánki, 1985, Nr. 167, 156, Taf. XLVII, ici lue comme Marcell et attribuée à Marcellus ou Marcellinus de Rheinzabern).
N° 8 : lue d’après la photographie publiée.
Datation : le même Materninus était probablement un finisseur d’Helenius à Westerndorf (Gabler, Kellner, 1993, 194) : 180-210/220.

452389. MATERNUS -Indét-
Ma°t°erII : {Vindobona} (Ψ Kenner, 1904, 164, ici Mater(ni)). ]ternus fecit : {Vindobona} (Kenner, 1909, 70b).
E. 1 : il n’est pas certain qu’il s’agisse d’une marque sur sigillée. E. 2 : d’autres attributions sont également possibles.

453390. MATERNUS -Le- (sur le potier : Hofmann I, N° 122, 29 ; Tilhard, 2004, 234).
Matern m : Aquincum (Finály, 1906, N° 84, 98 = Oswald, 1931, 194). Maternus f : Aquincum (Finály, 1906, N° 85, 98 = Oswald, 1931, 195).
Il était probablement un finisseur de Censorinus et de Paternus (Bet, Delage, 1991, N° 17, 214, fig. 1. 17 ; CGP, 233).
Datation : 150-180 (CGP, 233).

454391. MATERNUS -He, Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 195).
Matiirnu[ : Aquincum (Nagy, 1937, 263).
Datation : 160-230.

455392. MATINUS ou MATINA -Rh- (sur le potier : Lud. V, 221 ; Oswald, 1931, 195).
Matinu : Matrica (Kovács, 1999, 67). Matin ← : Poetovio (Mikl-Curk, 1981, 62, fig. 62). ]Matin ← : Carnuntum (fig. 3 ; 28 (1989) [1990] Abb. 1220). Ma[ : Carnuntum 32 (fig. 4 ; 18 (1979) [1980], 444, Abb. 481).
E. 4 = ? Hofmann I, pl. XIV. 173. 5.
Datation : 160-190 (Hofmann I, N° 173, 34).

456393. {MATO} -Indét-
Mato f : Carnuntum (ΨSwoboda-Milenović, 1957, Nr. 1, 38, attribuée au Sud de la Gaule), Carnuntum (Ψ Heydendorff, 1952, Nr. 126, 11).
Il y a une forte chance que le potier Mato n’ait jamais existé (Oswald, 1931, 195, Mato du Sud de la Gaule est inconnu pour Bémont, Bourgeoise, 1986, 283).
E. 1-2 : il s’agit peut-être d’estampilles mal lues de Matius de Lezoux.

457394. MATTIUS –Le ?- (sur le potier : Oswald, 1931, 196 ; Hartley, 1972, 17, 21 ; Hofmann I, N° 246, 31 ; Bémont, Bourgeoise, 1986, 283, inconnu ; Provost, 1988, N° 150. 183, 103).
Mattiºm : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 189, 146, Taf. XLVI. 189 = Kuzmová, 1992, Nr. 100, 52, Tab. 7. 100), Gorsium 33 (Gorsium 1975, Nr. 393, 197, 260, V. t.). Matti m : Carnuntum 33 (fig. 3 ; Heydendorff, 1951, Nr. 99 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 27, 53, 57).
E. 1, 2 = Walke, 1975, Taf. 42. 241 ; Bet, 1988, 577-2, 180.
Datation : 135-165 (Dickinson, 2001, 200).

458395. MATUGENUS -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 222 ; Oswald, 1931, 197 ; Hofmann II, N° 175, 34).
Matuge fii : Carnuntum 31 (fig. 1 ; Ertel et alii, 1999, 44. 1, 143, Taf. 33. 1), Matrica 33 (Musée National inv. N° 64. 12. 4). ]tugeni : Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 74, 139, Taf. XLV. 74, ici lue Cintugeni et attribuée à Lubié).
E. 3 = ? Streitberg, 1973, Abb. 4. 37.
Datation : 170–233.

459396. MATURUS -Le*- (sur le potier : Walke, 1965, Taf. 35, 118 ; Castella, 1987, Tombe 38, Nrs. 43-44, 99).
Maturi m : Carnuntum (Groller, 1906, Nr. 15, 115 = Oswald, 1931, 197).
Datation : 140-190 (Hofmann I, N° 124, 29). Avant 180 en Pannonie.

460397. MATURUS -Rh- (Lud. V, 222)
]atu^rus f : Vindobona (Kenner, 1911, 155b).
Datation : 160-260.

461398. MAXMINUS ou MAXIMINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 197 ; Hartley, 1972, 20 ; Ainsworth, Ratcliffe-Densham, 1974, 312, 314-316 ; Dickinson, 1999, 276 ; Dickinson, 2001, 200).
Maximi : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 145, 11). Max[---]i fe : Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 377).
Datation : 160-200 (Hartley, 1974, N° 4, 205), 160-190 (Dickinson, 1999, 276). Avant 180 en Pannonie.

462399. MAXIMUS -Le, Tf- (sur le potier : Vauthey, Vauthey, 1958, 92-93, pl. VII ; Romeuf, 2000, 46, pl. 35. 112).
M^axi ma : Strido, Trnovscak 33 (Torma, 1883, N° 96, 16 = CIL III, 12014. 374 = Gabler, 1990, 153). Maximi : Vindobona (Oswald, 1931, 198).Datation : 170–200 (Hartley, 2000, 196-197). Avant 180 en Pannonie.

463400. MECCO -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 198).
Mecco[ : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 190, 146, Taf. XLVI. 190 = Kuzmová, 1992, Nr. 284, 74, Tab. 22. 284, 56. 284).Datation : 180-220.

464401. MELAUSUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 222 ; Oswald, 1931, 200 ; Walke, 1965, Taf. 36, 121 ; Simon, 1968, Nr. 421, 58 ; Christlein, Kellner, 1969, Abb. 34. 7-9 ; Baatz, 1976, Nr. 125, 46 (H.-G. Simon) ; Planck, 1975, 238 ; Hofmann II, N° 178, 34).
Melausus fe : Aquincum (Finály, 1906, N° 87, 98 = Oswald, 1931, 200), Aquincum (Ψ Nagy, 1937, 263), Aquincum 31 (fig. 3 ; Gabler, 1976, Nr. 210, 48 = Instrumenta, Nr. 52, 77), Brigetio 33 (fig. 4 ; CIL III, 12014. 59. a = ? Juhász, 1935, Nr. 197, 146, Taf. XLVII. 197). Melausus f : Brigetio 32 (fig. 5 ; Juhász, 1935, Nr. 193, 146, Taf. XLVII. 193), Brigetio 33 (fig. 6 ; Juhász, 1935, Nr. 194, 146, Taf. XLVII. 194), Brigetio 31 (fig. 7 ; Fényes, 2002, Taf. XXVII. 10), Mursa 31 (fig. 8 ; Ψ Bulat, 1958, Nr. 54, 81, Sl. 12. 54). Melaus(←)s(←)us(←) : Mursa 33 (fig. 9 ; Bulat, 1958, N° 53, 81, Sl. 12. 53 = Göricke-Lukić, 2000, Grob 38. 3, 136). Melausus : Carnuntum (fig. 10 ; Heydendorff, 1949, Nr. 28, 6 = Kandler-Zöchman, 1996, Nr. 28, 53, 57), Carnuntum 31 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 121, 461), Brigetio 31 (fig. 12 ; Juhász, 1935, Nr. 191, 146, Taf. XLVII. 191), Gorsium 18/31 (fig. 13 ; Gabler, 1967a, Nr. 43, 39, 48), Vindobona 31 (fig. 14 ; Ehrenhöfer, Pichler, 2001, Nr. 4, 291, Taf. 3. 5). Melaus fe : Ad Statuas 33 ? (fig. 15 ; Gabler, 1989b, N° 88, 247, fig. 95. 88), Brigetio 33 (fig. 16 ; CIL III, 12014. 59. b = ? Juhász, 1935, Nr. 196, 146, Taf. XLVII. 196). Melaus[ : Brigetio 33 (fig. 17 ; Juhász, 1935, Nr. 195, 146, T. XLVII. 195). Mela[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 86, 98). Mel[ : Carnuntum (fig. 19 ; Heydendorff, 1952, Nr. 158, 12 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 195, 147, Taf. XLVII. 195). M[---]s fe : {Gorsium} (Bánki, 1987, Nr. 267, 204, Taf. VII). ]ausus : Brigetio 31 (fig. 21 ; Juhász, 1935, Nr. 362, Taf. XLIX. 362 = Eichler, 1937, Nr. 362, 159).
Signalé à Brigetio (Gabler, 1964, 103).
Trois autres estampilles ont été signalées à {Brigetio} (CIL III, 12014. 59. c-e), certaines peuvent être publiées, mais on ne peut pas les identifier dans la bibliographie avec certitude.
Il a également travaillé à Westerndorf et à Pfaffenhofen (Streitberg, 1973, 144 ; Gabler, 1976, Nr. 210, 48).
Datation : 200-250 (Instrumenta, Nr. 52, 77). 180-235 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 121, 461).

465402. MELEDO ou MELLEDO -Le ?-
Meledof : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1906, Nr. 7, 34, fig. 18).
F. Oswald l’a localisé à Lezoux (Oswald, 1931, 200), mais il est inconnu pour Bémont, Bourgeoise, 1986.
Datation : 100-180.

466403. MELUTTA -Rh-
Meluttaºf : Carnuntum 32 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 122, 462). Melutta f : Aquincum (Torma, 1883, N° 27, 7-8).
Datation : 180-235 (Gabler, Rauchenwald, 1992, 462).

467404. MEMOR -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 201 ; Düerkop, 2002, Nrs. 222-224, 886, 888, Taf. 14 ; Tilhard, 2004, 235).
Mem : Poetovio (Ψ Mikl-Curk, 1969, N° 270, 36).
Datation : sa production moulée est datée entre 80 et 100 (Mees, 1995b, 86) ; son activité est datée entre 60 et le début du IIe siècle (Polak, 2000, 269).

468405. MERCATOR -Indét-
Mercator : Carnuntum (CIL III, 12014. 364a), Vindobona (fig. 2 ; Kenner, 1900, 50 fig. 43). Mercator : {Vindobona} 33 (Donat et alii, 2002, 95).
E. 2 : probablement par le même potier que Walke, 1965, Taf. 43. 247, attribué à la Gaule centrale.

469406. MERCATOR -Gr, Ba- (sur le potier : Oswald, 1931, 202 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 36-37, pl. VIII. 45-47, 67 ; Hoffmann I, N° 108, 17 ; Marichal, 1988, N° 97 ; Roquette et alii, 1989, N° 79, 296, fig. 5 ; Gabler, 2004a, 142 ; Tilhard, 2004, 235).
Mercator : {Vindobona} 33 (Donat et alii, 2002, 95).
E. 1 : Mercator de La Graufesenque n’a pas utilisé cette formule (Polak, 2000, 269), il s’agit probablement d’une marque mal interprétée du potier de Lezoux ou de son homonyme de Heiligenberg.
Datation : 90-100 (Mees, 1995b, 85), 80-110 (Dickinson, 1991, N° 52, 48), 70-100 (Polak, 2000, 269).

470407. MERCATOR -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 202-203 ; CGP, 287-290 ; Hofmann I, N° 126, 29 ; Dickinson, 1986c, 192 ; Czysz, 2003, F 672, 402, Abb. 131).
Mercator º m : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 198, 147, Taf. XLVII. 198 = Kuzmová, 1992, Nr. 102, 52-53, Tab. 8. 102, 56. 102, ici attribuée à Heiligenberg), Gorsium 33 (fig. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 44, 39, 48), Sárvár 18/31 (fig. 3 ; Gabler, 1991a, Nr. 20. 61, Abb. 40, 2).
E. 3 = Bet, 1988, N° 592-3, 184.
Peut-être identique à Mercator I, qui utilise une estampille similaire (Bet, Delage, 1991, N° 18, 214, fig. 1. 18, N° 147, 216, fig. 13. 147, Nos 281-282, 218, fig. 19. 281-282).
Datation : 140-180 (CGP, 287).

471408. MERCATOR -He- (sur le potier : Oswald, 1931, 202-203 ; Simon, 1970, Nr. 32, 101-102 ; Simon, 1977b, Nr. 2, 95 ; Heiligmann, 1990, Liste 8, Nrs. 37-38, 215, Liste 9, Nr. 50, 219 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 51, 138, 221).
Mercator^f : Brigetio 18 (fig. 1 ; Beck, 2004, 245, Taf. 4/15, ici attribuée à la Gaule centrale).
E. 1 : comparaison avec Forrer, 1911, Abb. 52. 43a et Walke, 1965, Taf. 43. 251.
Datation : 170-190 (Dickinson, 1986c, 192).

472409. MERCO -La- (sur le potier : Oswald, 1931, 203 ; Hofmann II, N° 61, 21).
Signalé à Scarbantia (Gabler, 1964, 101) et à Tokod (Gabler, 1964, 101).
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 61, 21).

473410. {MERINUS}
Merinusºf : Aquincum (Nagy, 1937, 264).
E. 1 : il s’agit probablement d’une marque mal interprétée.

474411. MEΘILLUS ou MEDDILUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 199 ; Hofmann I, N° 104, 17 ; Lombard, 1978, N° 269, 65 ; Dickinson, 1991, 52).
MeΘili : Savaria 18 ? (Savaria Múzeum inv. N° 63. 1. 1592).
Datation : 60-80 (Mees, 1995b, 85 ; Polak, 2000, 266), 60-85 (Hartley, 1987, 114), 70-85 (Dickinson, 2001, 200), 60-80/90 (La Graufesenque, 221).

475412. MERCUSSA -Le- (sur le potier : Hartley, 2000, 196).
Mercussa : Aquincum (Torma, 1882, N° 32, 220 = Finály, 1906, N° 88, 98 = Oswald, 1931, 203), Carnuntum (Swoboda-Milenović, 1957, Nr. 2, 38), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 127, 11).
Datation : 155-190 (Rodwell, 1987, 97), 150-180 (Dickinson, 2001, 200).

476413. METTIUS -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 204 ; Hartley, 1970, 29-30 ; Schönberger, 1970, Nr. 40, 27 ; Hartley, 1972, 21 ; Tilhard, 2004, 236).
Metti m : Vindobona (Kenner, 1900, 68).
Datation : 135-160 (Dickinson, 1991, N° 4, 55), 135-165 (Dickinson, 2001, 200).

477414. MICCIO ou MICCIUS -Le* - (sur le potier : Oswald, 1931, 205 ; Düerkop, 2002, Nr. 225, 888, Taf. 15).
Miccio º f : Carnuntum 27 (fig. 1 ; Hudeczek, 1965, 75, Nr. 2, 78, Abb. 1. 2, 75). Miccius f : Azaum 27 (fig. 2 ; Horváth, 2003, Nr. 307, 173, Abb. 13. 12). Mi[ : Aquincum 31 (fig. 3 ; Gabler, 1976, Nr. 211, 48).
E. 2 = Dannell, 1971, N° 65, 310.
Datation : Lezoux phase 7 ? (Tilhard, 2004, 236), 145-180 (Dannell, 1971, N° 65, 310), 150-180 (Hartley, 2000, 196).

478415. MICCIO -Rh- (sur le potier : Lud. V, 222).
Miccio : Cibalae 33 (Šaranović-Svetek, 1971, Nr. 3, 175, fig. 1, 170 = Dimitrijevic, 1979, 243).
Datation : 180-235.

479416. {MILO} -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 283, nem hozza).
Milo [f]eci ? : Solymár 27 (fig. 1 ; Kocztur, 1991, 154. 8, 205, XXXVIII. t. 154. 8).
Inconnu pour Bémont, Bourgeoise, 1986. On peut avoir des doutes sur l’existence de ce potier, il pourrait s’agir d’une mauvaise interprétation.
Datation : Ier s. (Oswald, 1931, 205), dans la nécropole de Solymár, la fosse (ou tombe) dans laquelle la tasse a été découverte avait été recoupée par un fossé contenant un as d’Hadrien.

480417. MITI[ ? -Indét-
Miti[.]I[ : Gorsium 31 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 84, 44, 49).

481418. MODESTUS ou MODESTOS -Gr, Mn- (sur le potier : Oswald, 1931, 207-208 ; Thevenot, 1950, Nos 360-373, 343 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 36-37, pl. VIII. 51, IX. 1-8, 67-68 ; Hoffmann I, N° 109, 17 ; Dannell, 1971, N° 66, 310 ; Bémont, 1976, Nos220-222, 52-53 ; Galliou, 1978, 22 ; Lombard, 1978, N° 81, 31 ; Dickinson, Hartley, 1982, 120-122 ; Reddé, 1985, 71 ; Marichal, 1988, N° 21, 27, 46 ; Hosdez, Jacques, 1989, J87–J70D, 171 ; Roquette et alii, 1989, N° 81, 296, fig. 5 ; Dickinson, 1991, Nos 53-55, 48, Nos 134-135, 52 ; Tilhard, 1988, 142 ; Pommeret, 2001, N° 363, 261 ; Düerkop, 2002, Nrs. 226-228, 888, Taf. 15 ; Tilhard, 2004, 236 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 429-451, 93-94, Taf. 11-12 ; La Graufesenque, 223).
Of ° Modes : Poetovio (CIL III, 12014. 389. a). Of°Mo^d : Carnuntum (fig. 2 ; Grünewald, 1983, Taf. 7. 32, Taf. 9. 11).
E. 2 = Polak, 2000, M86, 272, pl. 14, utilisé entre 50 et 70.
Estampilles de La Graufesenque.
Datation : 50-70 (Mees, 1995b, 87), 50-65 (Hartley, 1987, 11), 60-75 (Dickinson, 1997, 299), 40-80 (Polak, 2000, 270).

482419. MODESTUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 222 ; Oswald, 1931, 208 ; Hofmann II, N° 183, 34 ; Konrad, 2005, B7, 51, Taf. 32).
° Modiistus : Carnuntum (fig. 1 ; Kandler-Zöchmann, 2002, Nr. 459, 84, Taf. 15. 459), Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 112, 8).
E. 1 = Jung, Schücker, 2006, Nr. 452, 94, il s’agit peut-être d’un poinçon remanié de Lud. V, 222.
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 183, 34), 160-235.

483420. {MOMUS}
Momus fec : Brigetio 31 (fig. 1 ; Ψ Juhász, 1935, Nr. 199, 147, Taf. XLVII. 199).
E. 1 : il s’agit d’une mauvaise interprétation.

484421. MONTANUS -He- (sur le potier : Schönberger, Hartley, 1970, 27 ; Jung, Schücker, 2006, 96).
Montanus : {Sárvár} 33 (fig. 1 : Gabler, 1991a, Nr. 12, 62, Abb. 40, 1, ici attribuée à La Graufesenque ou La Madeleine).
Datation : du règne de Trajan à l’époque antonine.

485422. MONTICUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 211 ; Mary, 1967, 43 ; Hofmann I, N° 113, 17 ; Hosdes, Jacques, 1989, Tombe J. 87, 143, 171 ; Barthèlemy, Depierre, 1990, 8 ; Kraus, 1992, N° 622, 71 ; Heiligmann-Batsch, 1997, 77-78, Abb. 31. 7).
OfMon^t^ic : Brigetio 27 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 393 = Juhász, 1935, Nr. 200, 147, Taf. XLVII. 200, lue comme Monto).
E. 1 : similaire aux estampilles trouvées dans le grand four, comparaison avec La Graufesenque, Nos 286. 3-4, pl. 191.
Datation : 100-130.

486423. MOSCUS -La, Bl-
Moscus f : {Aquincum} (Oswald, 1931, 211, ici attribuée à Moscus de Lavoye et de Blickweiler).
E. 1 : il est plus probable qu’il s’agisse de la marque de Moscus de Westerndorf, qui a utilisé un poinçon Moscus f (voir Streitberg, 1973, 145, Abb. 5. 4).
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé à Lavoye, Blickweiler et Westerndorf (Oswald, 1931, 211 ; Schönberger, 1970, Nr. 44, 27, Abb. 2. 44. sur le potier de Lavoye : époque d’Hadrien, Chenet, Gaudron, 1955, N° 82, 157 ; Hartley, 1970, 30 ; Hofmann II, N° 65, 21 ; Schönberger, 1970, Nr. 44, 27, il a peut-être travaillé à Blickweiler aussi).

487424. MOSCUS -We-
Voir Moscus -La, Bl- E. 1.

488425. MOXIUS -Le- (sur le potier : Walke, 1965, Taf. 34, 118 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 38-39, pl. IX. 16-17, 68 ; Hartley, 1972, 21 ; Planck, 1975, 240 ; Hofmann I, N° 248, 31 ; CGP, 296 ; Bet, Delage, 1991, N° 19-20, 214, fig. 1. 19-20, N° 282, 218, fig. 19. 282).
Moxi ma : Poetovio (B. J., Varstvo spomenikov, XXIII, (1981), 259). Moxi m : Aquincum 31 (Finály, 1906, N° 91. a, 98 = Oswald, 1931, 212). Moxi[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 33, 220 = CIL III, 12014, 394a = Finály, 1906, N° 91. b, 98).
Datation : nous connaissons trois Moxius ou Moxsius à Lezoux. Deux sont des finisseurs de bols, le troisième a fabriqué des moules. On ne peut pas identifier le potier auquel ces estampilles appartiennent, il est peut-être identique à Moxius II qui a signé avec une estampille Moxi ma des vases Drag. 37 décorés dans les styles de Cinnamus et Doeccus. Il est daté par B. Dickinson entre 130 et 160 (Dickinson, 2001, 201) et par G. B. Rogers entre 160 et 200 (Rogers, 1999, 182-183).

489426. MUSCELLA ou MUSCELLIA -Rh, We- (sur le potier : Oswald, 1931, 214 ; Streitberg, 1973, 145).
Muscella f : Carnuntum 32 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 147, 465, lecture possible : Muscerex f. ]scella f : Brigetio 32 (fig. 2 ; Fényes, 2002, N° 296, 322, T. XLV. 2).
Datation : 160-235 (Gabler, Rauchenwald, 1992, 465).

490427. MUSICUS -Le-
Musici ° m : Carnuntum (CIL III, 12014. 398a), Brigetio 33 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 398. a = ? Juhász, 1935, Nr. 201, 147, Taf. XLVII. 201), Matrica (Mócsy, 1955, j. 14, 62). Mu[---]i m : Aquincum 31 (Nagy, 1958, j. 76, 185).
E. 1 = ? Walke, 1965, Taf. 43. 261.
Datation : du règne d’Hadrien à l’époque antonine.

491428. MUXTULLUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 214 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 38-39, pl. IX. 19-20, 68 ; Walke, 1965, Taf. 34. 117 ; Hübener, 1970, Grab. 17, 38, 55-56 ; Hartley, 1972, 16-17 ; Bayard, 1980, N° 2, 150, pl. 2. 2, 152).
ºMuxtulliºm : Mursa (Torma, 1883, N° 73, 14 = CIL III, 12014. 399 = Gabler, 1964, 99 = Gabler, 1994a, 357). Muxtulli m : Albertfalva (Gabler, 1995, 122), Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 202, 147, Taf. XLVII. 202), Mursa 32 (fig. 4 ; Bulat, 1958, Nr. 55, 82, Sl. 12. 55), Vindobona 33 (Gabler, 1977, K68, 220). Mu+tulli. : Carnuntum 33 (fig. 6 ; Heydendorff, 1949, Nr. 29, 6 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 29, 53, 57). Muxtulli m ← : Aquincum (Szilágyi, 1945, 455 = Gabler, 1976, ad Nr. 212, 48). Aquincum 31 (fig. 8 ; Gabler, 1976, Nr. 212, 48). Mux[---] m : Gorsium 18/31 (fig. 9 ; Gabler, 1967a, Nr. 45, 40, 48). -]uxtulli m : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). ]ulli m : Vindobona (Kenner, 1911, 155b).
Une estampille lue comme Muetulli à {Aquincum} pourrait correspondre à une signature mal interprétée de Muxtullus (Nagy, 1943, 380).
E. 6 = Hofmann I, N° 129. 1, 29, pl. XIII.
Datation : Lezoux phases 6-7 (Tilhard, 2004, 237). 150–180 (Dickinson, Hartley, 1988, 225 ; Dickinson, 1991, N° 59, 49) ou 140-170 (Dickinson, 2001, 201).

492429. NATALIS -Ba- (sur les estampilles sur sigillée lisse de Natalis : Oswald, 1931, 217 ; Karnitsch, 1959, 27 ; Walke, 1965, 34, Taf. 34, 117 ; Hofmann, 1966a, 36 ; Planck, 1975, 240 ; Lombard, 1978, Nos83-84, 31-32 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 98, 184 ; Hofmann, 1986, fig. 10, 108 ; Heiligmann, 1990, Liste 5, Nr. 6, 208, Abb. 21. 9, Taf. 65. 10 ; Faber, 1994, 206, Beil. 5. 62 ; Düerkop, 2002, Nr. 251, 892, Taf. 16 ; Czysz, 2003, F 675, 403, Abb, 131 ; Gabler, 2004a, 148).
Nat[ : Gorsium 33 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 46, 40, 48).
Datation : 110-140 (Mees, 1995b, 111).

493430. NATALIS et CATULLUS -Rh, We-
Natºca[ : Brigetio 31R (fig. 1 ; Fényes, 2002, Nr. 297, 322, T. XLV. 3).
Datation : 170-210 (Hofmann II, N° 186, 34). Puisqu’ils ont signé sur des vases moulés d’Helenius à Westerndorf (Streitberg, 1973, 145), ils peuvent être datés du règne de Commode à l’époque sévérienne (180-235).

494431. {NEP[}
Nep[ : Mursa 32 (fig. 1 ; Ψ Bulat 1958, Nr. 84, 83, Sl. 12, 84).
E. 1 : il s’agit probablement d’une mauvaise interprétation.

495432. NICIUS -Gr- (sur le potier : De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 38-39, pl. IX. 27, 68 ; Roquette et alii, 1989, N° 85, 296-297, fig. 5).
Nci : {Sirmium} 17 (fig. 1 ; Brukner, 1981, Nr. 58, 56).
E. 1 : l’attribution de cette estampille n’est pas évidente. O. Brukner a proposé une attribution à Nicius. Plusieurs potiers homonymes ont travaillé à La Graufesenque : l’un d’eux à l’époque tibérienne et un autre plus tardif de La Graufesenque qui a peut-être travaillé également à Montans (La Graufesenque, 226). Il est probablement connu aussi par des productions en relief (Karnitsch, 1959, 24). En fait, certaines estampilles réunies sous le nom de Nicia ou Nicius par F. Oswald sont des impressions faites avec des poinçons cassés de Senicius (Polak, 2000, 328). Il pourrait donc s’agir ici d’une marque faite par un poinçon cassé de ce potier.
Datation : mis à part le problème d’attribution, la datation proposée dans la publication semble valide, de Néron à Vespasien (Brukner, 1981, 56).

496433. {NIM} -Le- (sur le potier : Hofmann I, N° 132, 29 ; Bémont, Bourgeoise, 1986, inconnu).
N(←)im : {Sárvár} (Torma, 1883, N° 66, 13).
E. 1 : attribution incertaine.

497434. NIVALIS ou NIMALIS -He, Rh- (sur le potier : Lud. V, 223 ; Oswald, 1931, 220 ; Simon, 1962, Nr. 348, 38 ; Hofmann II, N° 187, 34 ; Klee, 1986, 85 ; Heiligmann, 1990, Liste 9, Nr. 51, 219, Taf. 151. 27 ; Faber, 1994, 206, Beil. 5. 66 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 102, 224-226, 475 ; Pferdehirt, 2003, F 817-818, 408, Abb. 133 ; Thiel, 2005, 309 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 510-514, 98, Taf. 13).
Nivali : Gorsium (Bánki, 1990, Nr. 307, 123, Taf. XXI). ]vali : région de Sárvár 33 (fig. 2 ; Horváth, 2001, N° 280, 101, 3. kép 9).
E. 1 : peut-être Lud. V, b, 223. E. 2 : qualité de la production de Rheinzabern.
Datation : 140-170 (Simon, 1978, N° 209, 49).

498435. NOTUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 222 ; Hofmann I, N° 119, 17 ; Roquette et alii, 1989, N° 89, 297, fig. 5 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 515, 98, Taf. 13 ; La Graufesenque, 226).
Notus f : Carnuntum 18 (fig. 1 ; Grünewald, 1983, Taf. 7. 33, Taf. 9. 15).
E. 1 = ? Polak, 2000, N° 13, 281, pl. 16.
Datation : 60-80 (Polak, 2000, 281).

499436. {NUDIANUS}
Voir Nudinus -Rh- E. 2.

500437. NUDINUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 223 ; Oswald, 1931, 222 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 99, 184).
N^u^din(←)us (←) : Siscia 32 (fig. 1 ; Koščević, Makjanić, 1995, 67, fig. 37. 12). Nudin^us(←)[ : Gorsium (Gorsium 1984, Nr. 127, 134, 168, Taf. IV. 1, ici attribuée à Nudianus -CG-, autrement inconnu. Identifiée d’après la photographie).
Datation : 160-190 (Hofmann I, N° 189, 34), mais 160-250 (Pferdehirt, 2003, F 816, 408), probablement 180-235.

501438. {OBUSUS}
O[bu]si : Carnuntum 27 (fig. 1 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 333, 168, Taf. 33. 333).
Il s’agit probablement d’une marque mal interprétée. On ne trouve qu’une entrée pour Obusus chez F. Oswald (Oswald, 1931, 223), inconnu dans la liste des potiers gaulois (Bémont, Bourgeoise, 1986, 283).

502439. OCISO ou OCCISO OCISO -He- (sur le potier : Oswald, 1931, 223 ; Karnits, 1959, 35 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 38-39, pl. IX. 36, 68 ; Vanderhoeven, 1974, Nr. 72-72, 22 ; Pétry, 1984, 261 ; Czysz, 2003, F 677, 403, Abb. 131 ; Pferdehirt, 2003, F 819, 408, Abb. 133).
Ocios(←)o : Carnuntum (fig. 1 ; Grünewald, 1983, 17, Taf. 11. 2, ici lue Ogioso).
P. 1 = Biegert, Lauber, 1995, N° 227, 590, Abb. 16, fabrication attribuée à Heiligenberg.
Il a probablement également travaillé à Lavoye et à La Madeleine.
Datation : 140-180 (Hofmann II, N° 67, 21).

503440. ONNIORIX -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 223 ; Oswald, 1931, 224 ; Streitberg, 1973, 145 ; Gabler, Kellner, 1994, 249 ; Gabler, 2002a, 233 ; Scholz, 2006, Nr. 423, 162-163).
Onnio fec : Aquincum 31 (fig. 1 ; Gabler, 1976, Nr. 213, 48). On[ : Baláca 32 (Csirke et alii, 2006, 98. 6. 31. sz., 134).
Datation : 200-235 (Gabler, 1976, 48).

504441. OPILLUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 224).
Opi[ (in tabula ansata) : {Vindobona} (Kenner, 1911, 155b).
E. 1 : il pourrait s’agir de la marque d’Optatus.
Datation : époque antonine. Avant 180 en Pannonie.

505442. OPTATUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 224).
Optati (in tabula ansata) : Siscia 33 (fig. 1 ; Koščević, Makjanić, 1995, 62, fig. 37. 13, ici attribuée au Sud de la Gaule). Opi[(in tabula ansata) : {Vindobona} (Ψ Kenner, 1911, 155b).
E. 1 : elle était attribuée, sans doute d’après la monographie de F. Oswald, à l’Optatus du Sud de la Gaule. En réalité deux Optatus sont réunis sous le nom Optatus du Sud de la Gaule, un potier du Sud (localisé à Jonquières, Bémont, Bourgeoise, 1986, 284) et son homonyme lezovien. Pour le moment la production de l’atelier de Jonquières n’est pas attestée en Pannonie. Il s’agit très probablement de la marque d’Optatus de Lezoux.
E. 2 : il pourrait s’agir d’une mauvaise interprétation de sa marque.
Datation : 140-180 ?

506443. OSBIMANUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 225 ; Hofmann I, N° 134, 30 ; Bet, Delage, 1991, N° 21, 214, fig. 1. 21 ; Dickinson, 1997, 299 ; Dickinson, 2001, 201).
Osbimanus : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 203, 147, Taf. XLVII. 203). Osbiman : Mursa 33 (fig. 2 ; Bulat, 1958, Nr. 56, 82). Osbimºan : Gorsium 31R (fig. 3 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 1, 69). Osbºiman : Aquincum 33 (fig. 4 ; Vámos, 2002, N° 271, 73, 44. kép 12, 46. kép 13), Brigetio 33 (fig. 5 ; CIL III, 12014. 407. b = ? Juhász, 1935, Nr. 204, 147, Taf. XLVII. 204). Carnuntum 33Swoboda-Milenović, 1956, Nr. 4, 45, ici lue Osbºimai). Os°b°iman[ : Brigetio (CIL III, 12014. 407. a). ]bim^an^us : Carnuntum (Ψ Heydendorff, 1952, Nr. 113, 8).
Signalé à {Savaria} (Gabler, 1964, 101) et à {Scarbantia} (Gabler, 1964, 101).
E. 9-10 : il s’agit des estampilles d’Osbimanus ou d’Osbus.
D’après Ph. Bet, les estampilles appartenant à deux potiers sont réunies chez F. Oswald sous le nom d’Osbimanus : celles d’Osbimanus et celles d’Osbus (Bet, 1988, 199).
La production d’Osbimanus peut être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates (Gabler, 1994a, 366).
Datation : 140-170 (CGP, 326), 150-180 (Dickinson, 1991, N° 64, 49).

507444. OSBUS -Le-
Osb°im : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 205, 147, Taf. XLVII. 205) Osbim : Klein-Warasdorf 33 (fig. 2 ; Barb, 1929, 170 = Barb, 1950, 192 = ? Gabler, 1979a, Nr. 23, 34-35, Abb. 10. 23), Vindobona 33 (Gabler, 1977, K69, 220). Osbiºm[ : Gorsium 33 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 47, 40, 48). O[ : {Szombathely} (Fülöp, 2004, 27. sz., 150, ici lue O[sbi m]). ]sbim : Carnuntum 33 ? (fig. 6 ; Grünewald, 1979, 22-23, Taf. 10. 3), Gorsium 33 (Gorsium 1974, Nr. 128, 134, 168, IV. t. 2). ]bim : Mursa 33 (Bulat, 1987, N° 2, 57).
E 1 = Bet, 1988, N° 646, 199. E. 5 : la reconstruction semble très hypothétique.
Datation : Ph. Bet le date à la phase 7, peut-être 6 de Lezoux. 150-180.

508445. {PACUS} (sur le potier : Oswald, 1931, 226).
Pacim : Intercisa 33 (Intercisa II, Nr. 233, 108).

509446. PATER -Mr, Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 230 ; Hofmann I, N° 250, 31 ; Schönberger, 1970, Nr. 47, 27 ; Romeuf, 2000, 46, pl. 35. 122 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 541, 100, Taf. 14).
Paterºf : Aquincum (Torma, 1882, N° 35, 220). Pater f : Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 431, 43), Vindobona (Kenner, 1909, 63a).
Datation : à Lezoux dans un ensemble clos daté entre 135 et 145 et dans le Saalburg Erdkastell, 135-45 (Hartley, 1970, 30).

510447. PATERATUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 230 ; Faber, 1994, 206, Beil. 5. 67).
Paterati of : Aquincum (Torma, 1883, N° 28, 8 = ? CIL III. 2. 1, 6010. 160, ici Patirati oI). °Paterati of : Aquincum 33 (fig. 2 ; Gabler, 2002a, Nr. 73, 242, 7. kép 3), Carnuntum 33 (fig. 3 ; Heydendorff, 1949, Nr. 32 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 31, 53, 57), Gorsium 33 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 48, 40, 48). ºPaterati of : Pateratio : Vindobona. 33 (Rennweg 44 FNR 811). Patiirati : Savaria 33 (Savaria Múzeum inv. N° 66. 4. 59).
E. 4 = Walke, 1965, Taf. 43. 279.
Datation : 140-190 (Hofmann I, N° 135, 30). Avant 180 en Pannonie.

511448. PATERCLINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 230 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 38-39, pl. IX. 45, 68 ; Hofmann I, N° 136, 30 ; Simon, 1977a, Nr. 69, 63, Abb. 9. 694 ; Giot, 1996, 24, fig. 4, 19 ; Singidunum 1, N° 7, 89, Sl. 18. 7 ; Hartley, 2000, 196 ; Tilhard, 2004, 239).
Patercliniof : Aquincum (Finály, 1906, N° 95, 98 = Oswald, 1931, 230), Brigetio 33 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 63. a ou c = ? Juhász, 1935, Nr. 208, 147, Taf. XLVII. 208 = Kuzmová, 1992, Nr. 94, 52, Tab. 7. 94, 56. 94), Brigetio (CIL III, 12014. 54. a ou c), Carnuntum (Oswald, 1931, 230), Gorsium 31Bánki, 1985, Nr. 231, 134, Taf. XVII), Gorsium 31 (fig. 6 ; Gabler, 1967a, Nr. 49, 40, 48), Mursa 33 (fig. 7 ; Bulat, 1958, Nr. 57, 82, Sl. 12. 57), Poetovio 33 (fig. 8 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 231, T. XXII), Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Pate[ . ]rcliniof : Carnuntum (fig. 10 ; Miltner, 1933, Nr. 7, 77, fig. 29. 7). Paterclini : Brigetio 31 (fig. 11 ; Juhász, 1935, Nr. 207a, 147, Taf. XLVII. 207a), Brigetio 31 (Juhász, 1935, Nr. 207b, 147), Vindobona 18/31 (Rennweg 44 FNR 477). Patrc(phallus)[ : Brigetio 18 (fig. 14 ; Beck, 2004, 244, Taf. 4/7, ici attribuée à Patricius de La Graufesenque). Pate[ : Salla 31 (fouilles de 2005, N° 298). ]cliniof : Aquincum (Finály, 1906, N° 95, 98). ]I ?°rclin : Carnuntum (fig. 17 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 8, 170, Taf. 29. 8). ]clini : Azaum 31 (fig. 18 ; Horváth, 2003, Nr. 68, 163, Abb. 13. 13).
Paterclin : Brigetio (CIL III, 12014. 54. b) est probablement identique à Juhász, 1935, Nr. 207a ou b). PATRC////IINI : Vindobona (Kenner, 1900, 59).
E. 5 : Paterclini°of également possible. E. 6 = ? 33 Bémont, 1994, N° 140, 83, fig. 54. E. 14 : comparaison avec Faber, 1994, 207, Beil. 5. 68 et Tilhard, 2004, pl. 382. 1.
Datation : 110-125 (Dickinson, 1986c, 193) ou 150-160 (Dickinson, 2001, 202) ; d’après les différentes datations proposées par B. Dickinson, plusieurs Paterclini ont peut-être travaillé à Lezoux. Sa signature peut être retrouvée dans le matériel des maisons brûlées vers la fin des années 160 à Kempten (Czysz, 1982, 333, 336).

512449. PATERCLUS II -Le-
Voir Ateclos.

513450. PATERNIANUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 231).Paternianus : Vindobona (CIL III. 2. 1, 6010. 158. a, sigillée lisse ?). ]Paternia f : Vindobona 32 (fig. 2 ; Eichler, 1941, 33, Abb. 1. c). Patern : {Gorsium} (fig. 3 ; Bánki, 1979, Nr. 163, 208, Taf. XI, ici lue comme Paterni).
E. 3 : lue d’après la photographie. Il s’agit peut-être d’un poinçon cassé de Paternianus de Rheinzabern (Lud. V., 225).
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 196, 34). 160-260.

514451. PATERNINUS-Trèves- (sur le potier : Oswald, 1931, 231) = ?
Paternini m : {Aquincum} 31 (Nagy, 1941, N° 16, 216). {Paternini of} : {Aquincum} (Nagy, 1937, 264).
La sigillée de Trèves est inconnue en Pannonie, on peut donc douter de la validité de ces identifications.

515452. PATERNULUS -Le- (sur le potier : Knorr, 1907, Taf. 31. 78 ; Oswald, 1931, 231 ; Planck, 1975, Abb. 38 ; Kraus, 1992, N° 598, 71).
Pa^te^rnuli : Vindobona (Ψ Kenner, 1904, 164, ici lue Paternus fe). Paˆteˆrˆnuˆli[ : Carnuntum 27 (fig. 2 ; Hudeczek, 1965, 75, Nr. 3, 78, Abb. 1. 3). Pat^e^rn[ : Vindobona (Kenner, 1909, 78b).
Datation : Lezoux phases 5-6 ? (Tilhard, 2004, 239), 140-160.

516453. PATERNUS -Indét-
Paterni o : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Patiirnu[ : Vindobona (Kenner, 1909, 70b).
E. 1 : il s’agit de la marque du potier de La Graufesenque ou d’une estampille mal imprimée ou mal lue de son homonyme de Lezoux. E. 2 : Paternus de Lezoux ou de Rheinzabern.

517454. PATERNUS -Le, Mr- (sur le potier : De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 40-41, pl. IX. 50-53, 68 ; Walke, 1965, 30 ; Hofmann, 1967, 129-132 ; Terrisse, 1968, 81, 83, 102-103 ; Planck, 1975, 240 ; Hofmann I, N° 137, 30 ; Hofmann II, N° 59, 14 ; Hartley, 1972, 19 ; Galliou, 1978, 23 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 103, 189 ; CGP, 235-239 ; Romeuf, 2000, 46, pl. 35. 127 ; Dickinson, 2001, 203 ; Tilhard, 2004, 239).
Paternus fec : Aquincum (Finály, 1906, N° 98, 98). Paterni : Aquincum (Torma, 1883, N° 29, 8 = Finály, 1906, N° 97. d, 98 = ? Oswald, 1931, 231). Patern : {Gorsium} (Bánki, 1979, Nr. 163, 208, Taf. XI, ici lue comme Paterni). ]aterni m : Brigetio 33 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 213, 148, Taf. XLVII. 213).
E. 3 : lue d’après la photo. Poinçon cassé de Paternus de Lezoux ? Ou peut-être un poinçon cassé de Paternianus de Rheinzabern (Lud. V, 225).
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé à Lezoux et probablement aux Martres-de-Veyre ; deux Paternus ont produit des sigillées moulées. Paternus II a utilisé une petite estampille intra in forma (Paterni m ; CGP, 235 ; Bet, Delage, 1991, N° 155, 216, fig. 13. 155). Paternus a fait des moules pour Lezoux, Les Martres-de-Veyre, Vichy et Toulon-sur-Allier, mais seules les estampilles de Lezoux sont connues (Hofmann, 1967, 129). On ne peut pas exclure que le Paternus connu par des vases moulés ait aussi fait des sigillées lisses (125-150, Dannell, 1971, N° 74, 312).
Datation : 130-160 (Dickinson, 2001, 203, car il a souvent signé sur Drag. 27).

518455. PATRICIUS -Indét-
Pat[r]icius : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 31, 6). Patr[ : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 65, 9).

519456. PATRICIUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 232 ; Thevenot, 1950, Nos 404-406, 344 ; Walke, 1965, Taf. 34, 115 ; Mary, 1967, 43 ; Simon, 1968, Nr. 404, 58 ; Ulbert, 1969, Taf. 9. 54 ; Hoffmann I, N° 123, 17 ; Gechter, 1979, 33 ; Gechter, Kunow, 1983, Nr. 17, 468, Abb. 17. 17, 227-228 ; Karnitsch, 1959, 24 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 40-41, pl. X. 3-12, 69 ; Planck, 1975, 240 ; Schönberger, 1978, Nrs. 772-774, 250 ; Roquette et alii, 1989, N° 91, 297, fig. 5 ; Heiligmann, 1990, Liste 5, Nr. 10, 208, Abb. 21. 10 ; Heiligmann, 1990, Liste 9, Nr. 54, 219, Taf. 151. 29 ; Kraus, 1992, Nrs. 265, 366, 70 ; Faber, 1994, 207 ; Mees, 1995b, 90-92 ; Hartley, 2000, 196 ; Liberchies IV, N° 41, 176 ; Dickinson, 2001, 203 ; Pferdehirt, 2003, F 822, 408, Abb. 133 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 541-560, 100-101, Taf. 14 ; La Graufesenque, 229).
Of Patric : Vindobona 18 (Gabler, 1977, K61, 219). ]f Patric[ : Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 110, 8). ]rici : Aquincum 27 (fig. 3 ; Gabler, 1983a, N° 25, 112, fig. 3. 3).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 98).
Voir également Paterclinus -Le-.
E. 3 = ? Hofmann I, pl. VIII. 123. 10.
Datation : 70-95 (Dickinson, 1984, 177), 70-90 (Dickinson, 2001, 203), 65-90/100 (Dickinson, 1986b, 209) ou 65-90 (Dickinson, 1991, N° 65, 49). 85-110 (Mees, 1995b, 90-92). Plus récemment : 75-90 (Hartley, 2000, 196), 65-100 (Polak, 2000, 285).

520457. PATRICIUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 233-234 ; Hartley, 1972, 21 ; Lombard, 1978, N° 145, 43 ; Bayard, 1980, N° 1, 150, pl. 2. 1 ; Rodwell, 1987, N° 24, 97).

521P[.]tricius f : Brigetio 18 (fig. 1 ; Beck, 2004, 244, Taf. 4/8). Paºtºriºci ma : Brigetio (fig. 2 ; Hampel, 1882, 68 = Torma, 1883, N° 86, 15 = CIL III, 12014. 418. a = ? Juhász, 1935, Nr. 214, 148, Taf. XLVII. 214). Patrici m[ : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 74, 9).
E. 1 = Hofmann I, pl. XVI. 138. 2. E. 2 = Hofmann I, pl. XVI. 138. 5.
Datation : 160-200 (Dickinson, 1991, 49), 140-170 (Dickinson, 2001, 203).

522458. PATRICIUS ou PATRICIA -Rh, We ?- (sur le potier : Oswald, 1931, 232 ; Streitberg, 1973, 145 ; Thiel, 2005, 309).
Patricia f : Páty 32 (fig. 1 ; Gabler, 2007b, 87. sz., 245, 7. kép 3, 8. kép). ]cia f : Brigetio (Beck, 2003, 37. ábra 38).
E. 1-2 : la qualité de la production est attribuée à Rheinzabern.
Datation : son estampille a été retrouvée sur un bol du style d’Helenius : 180-235.

523459. PATRUPUS
Patrupu : Carnuntum 33 (fig. 1 ; 33 (1994) [1995] 575, Abb. 794.

524460. {PATTERA}
Pattera offi : Intercisa (Mahler, 1907, 246), Vindobona (Kenner, 1909, 78b).

525461. PAULIANUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 235).
Pauliani Oˆf : Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 377).
Datation : Lezoux phase 7 (Bet, 1988, 205), vers 160-180.

526462. PAULINUS ou PAULLINUS -Le, Mr- (sur le potier : Oswald, 1931, 235 ; Terrisse, 1968, pl. LIII ; Hofmann II, N° 60, 14 ; Struck, 1996, Tab. 6, 56, Abb. 12. 18).
Paulini : Brigetio 33 (Borhy, Számadó, 1999, Nr. 10, 106).
Datation : 100-150 (Hofmann I, N° 139, 30).

527463. PAULLUS -Indét-
Paulli : Brigetio (CIL III, 12014. 421. a).

528464. PAULLUS ou PAULUS -Le- (sur le potier : De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 40-41, pl. X. 13-18, 69 ; Hofmann I, N° 140, 30 ; Faber, 1994, Beil. 5. 75 ; CGP, 315-317 ; Heiligmann, 1990, Liste 8, Nr. 40, 215 ; Liste 9, N° 52-3, 219, Taf. 151. 28 ; Bet, Delage, 1991, N° 22, 214, fig. 1. 22, N° 156-157, 216, fig. 12. 156-157, N° 287-288, 218, fig. 19. 287-288 ; Faber, 1994, 207, Beil. 5. 74-75 ; Dickinson, 1999, 276 ; Tilhard, 2004, 240).
Paulli m : Salla 31 (fig. 1 ; Gabler, 1989a, Nr. 94, 448, Abb. 7. 12). Pauli m : Aquincum (Torma, 1882, N° 34, 220 = Finály, 1906, N° 99, 98 = Oswald, 1931, 236), Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 377), Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 377), Brigetio 18/31 (fig. 5b Juhász, 1935, Nr. 215, 147, Taf. XLVII. 215 = fig. 5a Kuzmová, 1992, Nr. 95, 52, Tab. 7. 95, 56. 95), Carnuntum 33 (fig. 6 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 3, 170, Taf. 29. 3), Poetovio 33 (Abramić, 1925, 130 = ? Mikl-Curk, 1964, Nr. 245, 34), Poetovio 38 (Mikl-Curk, 1964, Nr. 262, 35), Vindobona (Kenner, 1904, 164). Paull m : Mursa 33 (fig. 10 ; Brukner, 1981, Nr. 66, 56, T. 1. 66). Paull[ : Gerulata 18/31 (fig. 11 ; Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 194, Taf. 21. 194). Pau[ : Carnuntum (fig. 12 ; Heydendorff, 1950, Nr. 51 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 216, 148, Taf. XLVII. 216). ]pauli : Brigetio 33 (fig. 13 ; Beck, 2004, 245, Taf. 4/16). ]auli m : Brigetio 33 (fig. 14 ; Juhász, 1935, Nr. 216, 148, Taf. XLVII. 216).
Auli m : Aquincum (Torma, 1882, N° 23, 219, ici Auri m = Finály, 1906, N° 20, 96 = Oswald, 1931, 35 = Names 1, 343), Brigetio (fig. 16 ; Juhász, 1935, Nr. 30, 136, Taf. XLIV. 30).
Datation : 140-170 (CGP, 317). « Both potters worked at Lezoux in the Antonine period, and for the present no closer date than AD 140-200 can be suggested » (Dickinson, 1999, 276), 160-200 (Dickinson, 2001, 203). Avant 180 en Pannonie.

529465. PECULIARIS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 237 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 40-41, pl. X. 19, 69 ; Walke, 1965, Taf. 43. 291 ; Hofmann I, N° 251, 31 ; Hartley, 1972, N° 7, 51 ; Dickinson, 1986c, N° 9, 157 ; Heiligmann, 1990, Liste 7, Nr. 19, 212, Taf. 3. 5, Taf. 107. 17, Liste 9, Nr. 55, 219, Taf. 151. 30-32, Liste 10, Nr. 6, 222 ; Dickinson, 1999, 276 ; Liberchies IV, N° 42, 176 ; Tilhard, 2004, 240).
P(←)ˆeculiaris f : Brigetio 31 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 422. a = ? Juhász, 1935, Nr. 217, 148, Taf. XLVII. 217), Vindobona 33 (Donat, 1999, 212). P(←)ˆeculiaˆr f : Carnuntum (Groller, 1907, Nr. 18, 30 = ? Oswald, 1931, 237, ici Peculiarºf). Peculiarºf ou Peculia^rºf : Gorsium 31 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 50, 40, 48). P(←)ˆeculiaˆºf : Brigetio 31 (fig. 5 ; CIL III, 12014. 422. b = ? Juhász, 1935, Nr. 218, 148, Taf. XLVII. 218). P^ecu^lia[ : Carnuntum (fig. 6 ; Heydendorff, 1949, Nr. 50 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 33, 53). ]ecu^lia^rºf : Poetovio (Abramić, 1925, 96 = ? Oswald, 1931, 237). ]culiaˆr f : Brigetio 31 (fig. 8 ; Juhász, 1935, Nr. 219, 8, Taf. XLVII. 219). ]liar f : Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 115).
E. 5 = Dannell, 1971, N° 76, 312 = ? Bet, 1988, N° 667-2, 206.
Datation : 150-170 (Hartley, 1972, N° 7, 51), 140-170 (Dickinson, 1986c, N° 9, 157), 145-165 (Dickinson, 2001, 203).

530466. PENTILIUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 237).
Piintilºman : Aquincum Lud. Tg sic ! (Kuzsinszky, 1932, 378), Brigetio 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 220, 148, Taf. XLVII. 220). Piienti m : Ad Flexum (Gabler, 1964, 101). Piinti[ : Brigetio 31 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 221, 148, Taf. XLVII. 221), Carnuntum (fig. 5 ; Heydendorff, 1949, Nr. 50 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 32, 53, 57). Pii[ : Gorsium (Bánki, 1981, Nr. 128, 218, Taf. V).
Datation : 155-190 (Dickinson, 2001, 203). Avant 180 en Pannonie.

531467. PENTIUS ou PIINTIUS -We- (sur le potier : Oswald, 1931, 237 ; Streitberg, 1973, 148).
Piintius f : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 128, 11).
Datation : 200-235.

532468. PEPPO -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 237-238 ; Walke, 1965, Taf. 35, 119 ; Hofmann II, N° 204, 35 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 106, 185 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 58-59, 230-231, 688 ; Müller, 1999, Tab. 8. 30).
Peppo fec : Carnuntum (fig. 1 ; Heydendorff, 1949, Nr. 34 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 35, 53, 57). Piippo f : Brigetio 31 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 423. a = Juhász, 1935, Nr. 222, 148, Taf. XLVII. 222). Piipivii : {Carnuntum} (Ψ Heydendorff, 1949, Nr. 67, 9).
E. 1 = Lud. V, d, 225. E. 2 = ? Lud. V, b, 225.
Datation : 180-200 (Hartley, 2000, 196).

533469. {PERCUS}
Percus[ : Mursa 33 (Bulat, 1958, Nr. 76, 83, Sl. 12. 76).

534470. PERGAMUS -We-
Pergamus : {Brigetio} 37 ? (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 223, 148, Taf. XLVII. 223, ici 32 = Eichler, 1937, Nr. 223, 158, ici 37 = Streitberg, 1973, 148).
E. 1 : probablement sur sigillée moulée.
Datation : il était un finisseur d’Helenius (Streitberg, 1973, 148) et sa production a été retrouvée dans un four de Westerndorf avec celles de Comis et Stabilis à la fin du IIe-début du IIIe siècle (Prammer, 1975, Abb. 11. 17, 141).

535471. PERPETUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 238 ; Simon, 1962, Nr. 350, 38 ; Hofmann II, N° 207, 35 ; Czysz, 2003, F 681, 403, Abb. 131 ; Pferdehirt, 2003, F 681, 401, Abb. 131).
Perpetus : Aquincum 32 (fig. 1 ; Parragi, 1976, 164, 172. kép), Poetovio 32 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 446, 43). Piirpiitus f : Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 224, 148, Taf. XLVII. 224). Perpet^ui : Vindobona (Kenner, 1905, 224). Piir[ : Aquincum 33 (fig. 5 ; Gabler, 1976, Nr. 214, 48). ]erpetus : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). ]rpetus : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). ]petus : Poetovio (Abramić, 1925, 120).
E. 1 = Lud. V, b, 226. E. 5 = Lud. V, d, 226.
Datation : peut-être identique au potier produisant des vases décorés en relief, qui est daté par A. Mees avant le IIIe siècle (sur ce potier voir : Mees, 2002, 358). Époque sévérienne ? (Gabler, 1976, Nr. 214, 48), fin du IIe-début du IIIe siècle (Dickinson, 1986c, 193).

536472. PERVINCUS -Rh- (sur le potier : Hatt, 1950, 176 ; Hofmann II, N° 208, 35 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 107, 186 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 477 ; Mees, 2002, 358-359 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 572, 102, Taf. 15 ; Scholz, 2006, Nr. 426, 163).
Piiervinc : Aquincum (Finály, 1906, N° 100, 98 = Oswald, 1931, 239).
Il est également attesté sur des amphores (Dressel 20 similis / Gauloise 14 ; Baudoux, 1996, 108).
Datation : probablement identique à Pervincus I ou II (sur Pervincus I et II voir : Mees, 2002, 358-359). D’après M. Scholz, il a travaillé entre 225 et 250 (Scholz, 2006, 163).

537473. {PISO}
Piso f : Brigetio (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 225, 148, Taf. XLVII. 225).

538474. PLAUTINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 241 ; Thevenot, 1950, Nos 413-415, 344 ; Hofmann I, N° 145, 30 ; Tilhard, 1988, 143).
Plautinio : Winden am See (fig. 1 ; 20 (1981) [1982] Abb. 530). Plautin[ : Brigetio 32 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 226, 148, Taf. XLVII. 226 ; Tilhard, 1988, 143).
Identique au Plautinus connu par des sigillées moulées (Bet, Delage, 1991, N° 289, 218, fig. 20. 289).
Datation : 120-160 (Rogers, 1999, 194-196).

539475. {PLOMMA}
Plomma : Carnuntum (Knibbe-Zavadil, 1987, Nr. 10, 142, Taf. 1. 10).

540476. POLIO ou POLLIO -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 226 ; Oswald, 1931, 242).
Polio fec : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1906, Nr. 4, 34).
Datation : il a travaillé à Rheinzabern et à Westerndorf. Il était un finisseur d’Helenius (Streitberg 1973, 148) : 180-235.

541477. POLLIANUS ou POLIANUS -Rh- (sur le potier : Hofmann II, N° 212, 35 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 109, 186).
Polianus fe : Aquincum 32 (Budapest Történeti Múzeum inv. N° 98. 36. 3537). Pollianus (←) : Brigetio 32 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 431 = Juhász, 1935, Nr. 227, 149, Taf. XLVII. 227). Pollian[ : Carnuntum (fig. 3 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 36, 54, 57). Pollia[ : Brigetio 32 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 228, 149, Taf. XLVII. 228). Polli[ : Gorsium 33 (fig. 5 ; Gabler, 1967a, Nr. 51, 40, 48).
E. 3. = Lud. V, 226.
Datation : 160-235.

542478. POMPEIUS -La- (sur le potier : Oswald, 1931, 242 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 40-41, pl. X. 22, 69 ; Hofmann II, N° 69, 21).
Pompei[ : Gorsium 31 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 53, 41, 48, attribuée à Lavoye). ]ompeiius : Gorsium 33 (fig. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 52, 41, 48).
E. 1 et 2 : faites par le même poinçon.
Il a peut-être également travaillé à Rheinzabern (Chenet, Gaudron, 1955, N° 89, 161 ; Garbsch, 1982, N° 142, 67 ; ou il pourrait s’agir au contraire d’une importation de Lavoye à Rheinzabern Hofmann II, N° 210, 35).
Datation : 140-180.

543479. POTENS -Le-
LEºPotenti : {Poetovio} (fig. 1 ; Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 244 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 11, 46, T. XXII).
F. Oswald a attribué cette marque à Potens de Lezoux (voir 140-200, Tilhard, 2004, 242), mais d’après I. Curk, il s’agit d’une imitation de sigillée.

544480. POTENTINUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 244 ; Thevenot, 1950, N° 418, 344 ; Hofmann II, N° 214, 35 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 480-481 ; Scholz, 2006, Nr. 428, 163-164).
Potii[ : Carnuntum (fig. 1 ; Heydendorff, 1949, Nr. 36 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 37, 54, 57).
E. 1 = Lud. V, b, 226.
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 214, 35) Mais plusieurs potiers homonymes ont travaillé à Rheinzabern, dont un dans la période tardive (Scholz, 2006, 163-164).

545481. POTTACUS -Le- (Oswald, 1931, 144-245 ; Hofmann I, pl. 146. 2 ; Tilhard, 2004, 242).
Potºtacºus : Salla (2003, AA/1 hors contexte No : 85).
Datation : 160-190 (Dickinson, 1986a, 194), 160-185 (Dickinson, 1986b, 209).

546482. PRIMANUS -Indét-
Signalé à Scarbantia (Gabler, 1964, 101).
Il s’agit du potier de Lezoux ou de son homonyme de Rheinzabern.

547483. PRIMANUS -Le- (sur les potiers : Oswald, 1931, 246 ; Hofmann I, N° 149, 30 ; Hofmann II, N° 219, 35 ; Dickinson, 1991, N° 175, 54 ; Dickinson, 2001, 203).
Primani : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 228, 149, Taf. XLVII. 228).
E. 1 = Bet, 1988, N° 688-6, 213b = ? Walke, 1965, Taf. 43. 296.
Probablement identique au potier connu par des sigillées moulées (CGP, 326, pl. 173. 7 ; Bet, Delage, 1991, Nos 158-159, 216, fig. 13. 158-159).
Datation : 160-200 (Dickinson, 1986c, 194 ; Dickinson, Webster, 1993, 95).

548484. PRIMITIUS -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 226 ; Oswald, 1931, 247, chez lui identique à Primitivus ; Hofmann II, N° 221, 35 ; Streitberg, 1973, 148 ; Zanier, 1992, EIS 27, 220, Taf. 60 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 234, 788 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 586, 103, Taf. 15).
Primitius ← : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 232, 149, Taf. XLVII. 232). Primitius (←) : Brigetio 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 354, 156, Taf. XLVIX. 354 = Eichler, 1937, Nr. 354, 159). Primitius : Brigetio 32 (fig. 3 ; CIL III, 12014. 68. b = Juhász, 1935, Nr. 230, 149, Taf. XLVII. 230), Mursa ? 32 (fig. 4 ; Bulat, 1958, Nr. 58, 82, Sl. 12. 58). ]rimitius f : Loretto ( II. 4, 224).
D’après G. Streitberg, il a travaillé à Rheinzabern et à Westerndorf.
Datation : 170-210 (Hofmann II, N° 221, 35), 180-235.

549485. PRIMITIVUS ou PRIMITIVOS -Rh- (sur le potier : Simon, 1962, Nrs. 351-355, 38 ; Simon, 1968, N° 433, 59 ; Hofmann II, N° 220, 35 ; Streitberg, 1973, 148 ; Tscholl, 1979, 138, Abb. 9/O ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 113, 188 Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 61, 235-237, 373-374, 483, 740-741 ; Struck, 1996, Tab. 6, 56, Abb. 12 20 ; Mees, 2002, 350 ; Thiel, 2005, 309 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 587, 103, Taf. 15).
Primitivu(↓)s : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 231, 149, Taf. XLVII. 231). Primitivus f : Gorsium (fig. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 54, 41, 48 et Nr. 85, 45, 49). Primitivos f : Aquincum (Torma, 1883, N° 30, 8 = CIL III, 12014. 68. a = ? Finály, 1906, N° 102, 98 = Oswald, 1931, 247), Gorsium 31 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 55, 41, 48). Primitivosºf : Carnuntum (fig. 5 ; Heydendorff, 1950, Nr. 51 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 38, 54, 57). Primitiv[ : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 378). Primit[ : Maria Saal 32 (fig. 7 ; 24-25 (1985-1986) [1988], Abb. 607). Prim[ : Azaum 31 (fig. 8 ; Horváth, 2003, Nr. 231. 174, Abb. 13. 14), Gorsium (Bánki, 1990, Nr. 108, 103, Taf. III), Winden am See 31 (fig. 10 ; 24/25 (1985-86) [1988] 279, Abb. 549). Pr[ : Brigetio 32 (Beck, 2003, 37. ábra 41). ]mitivosºfº : Aquincum (Torma, 1882, N° 36, 220 = Finály, 1906, N° 103, 98-99). ]tivosºf : Mursa ? 32 (fig. 13 ; Bulat, 1958, Nr. 59, 82, Sl. 12. 59).
Signalé à Solva ? (Gabler, 1964, 103) et à Scarbantia (Gabler, 1964, 103).
E. 7 : graphie proche de Hoffmann II, pl. XV. 221. 7. E. 13 = Lud. V, 226.
Datation : il est identique au potier connu par des vases décorés en relief. Premier (Planck, 1975, 240-241 ; Mees, 2002, 350) ou deuxième tiers du IIIe siècle (Scholz, 2006, 164). 200-235.

550486. PRIMULUS -Indét-
Primul[ : Aquincum (Torma, 1883, N° 31, 8).
Il s’agit probablement de Primulus de La Graufesenque (65-90, Polak, 2000, 295) ou de Lezoux (140-190, Hofmann I, N° 150, 30).

551487. PRIMUS -Gr-
Primi º m : Burgenae (fig. 1 ; Brukner, 1981, Nr. 67, 56, T. 1. 67, 18/31 sic !). Prim[ : Carnuntum 18 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 64, 454, d’après le vase de l’époque flavienne et de Trajan).
Plusieurs Primus sont mélangés dans la bibliographie (Polak, 2000, 297-302 ; Tilhard, 2004, 243). D’après la datation de leurs supports il s’agit probablement des estampilles de Primus III.
Datation : il a travaillé du règne de Néron au début de l’époque flavienne (60-80 ; Dickinson, Webster, 2002, S1, 252). 50-70 (Dickinson, 1991, 49 ; Dickinson, Webster, 2002, S1, 252).

552488. PRIMUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 226 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 484).
Primus feci : Teutoburgium 31R (fig. 1 ; Brukner, 1981, Nr. 68, 56, T. 1. 68).
Datation : 170-210 (Hofmann I, N° 222, 35), 180-235.

553489. PRISCINUS -Le- (sur le potier : Pinel, 1969, 24 ; Galliou, 1978, 23 ; CGP, 197 ; Bet, Delage, 1991, N° 23, 214, fig. 1. 23, Nos 158-159, 216, fig. 13. 158-159 ; Dickinson, 2001, 204 ; Tilhard, 2004, 244).
Prisciniºm : Antau 33 (fig. 1 ; 28 (1989) [1990] 203, Abb. 530), Aquincum (Torma, 1882, N° 37, 220 = Finály, 1906, N° 105. a, 99), Aquincum (Torma, 1883, N° 32, 8 = CIL III, 12014. 441. b = Finály, 1906, N° 105. b, 99 = Oswald, 1931, 251), Brigetio 33 (fig. 4 ; CIL III, 12014. 441. c = Juhász, 1935, Nr. 233, 149, Taf. XLVII. 233), Gorsium (fig. 5 ; Gabler, Kocztur, 1977, 71, Taf. 6), Savaria (Gabler, Kocztur, 1977, 71). Priscini m : Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 378), Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 378), Aquincum 31 (fig. 9 ; Juhász, 1936, 35, 28. kép 6, 34 = Nagy, 1937, 263), Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 57, 8), Gerulata 33 (fig. 11 ; Gabler, Pichlerová,1996, Nr. 195, 75, Taf. 21. 195), Mursa (CIL III, 12014. 441. a). Priscin[ : Aquincum 33 (fig. 13 ; Juhász, 1936, 35, 28. kép 7, 34).
E. 5 = Walke, 1965, Taf. 43. 299. E. 9 = ? Dannell, 1971, N° 82, 314.
Datation : le dépôt de vases de Gorsium a été enterré entre 170 et 178. 125-150 (CGP, 197), 130-165 (Dannell, 1971, N° 82, 314), 145-175 (Dickinson, Hartley, 1993, 213).

554490. PRISCUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 252 ; Rolland, 1944, N° 8, 212 ; Walke, 1965, Taf. 34. 117, 43. 300 ; Hofmann, 1968a, 175, 178, pl. 60. 248 ; Hofmann I, N° 147, 30 ; Kuzmová, Roth, 1988, Nr. 1, 16, Obr. 1. 1, 185 ; CGP, 266-268 ; Bet, Delage, 1991, N° 161, 216, fig. 13. 161 ; Bémont, 1994, N° 137, 82, fig. 54 ; Gabler, 1994a, 366 ; Hartley, 2000, 196 ; Dickinson, 2001, 204 ; Tilhardt, 2004, 244 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 620, 105, Taf. 16).
Pris(←)cºus(←) : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 378), Aquincum (Torma, 1882, Nr. 38, 220 = CIL III, 12014. 442a = Finály, 1906, N° 107a, 99 = Oswald, 1931, 252, ici attribuée à Priscus de Blickweiler et Eschweilerhof), Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 235, 149, Taf. XLVII. 235), Gorsium 33 (fig. 4 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 15, 71). Pris(←)cus(←) : Aquincum (Finály, 1906, N° 106, 99), Brigetio 33 (fig. 6 ; CIL III, 12014. 442. c = ? Juhász, 1935, Nr. 234, 149, Taf. XLVII. 234), Carnuntum 33 (fig. 7 ; Heydendorff, 1949, Nr. 35 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 39, 54, 57), Carnuntum 27 (fig. 8 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 23, 168, Taf. 28. 23). Priscºus : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Priscus : Poetovio (fig. 10 ; Abramić, 1925, 120 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 252, 35), Vindobona (CIL III. 2. 1, 6010. 174). Prisc[ : Aquincum 31 (fig. 12 ; Vámos, 2002, N° 181, 61, 36. kép 6, 46. kép 14, 47. kép 3). ]is(←)cºus(←) : Aquincum (Finály, 1906, N° 107. b, 99), Gorsium 33 (fig. 14 ; Gabler, 1967a, Nr. 56, 41, 48).
Chez F. Oswald des estampilles appartenant à plusieurs Priscus sont mélangées.
Datation : le dépôt de vases de Gorsium a été enterré entre 170 et 178. 160-190 (CGP, 268, Dickinson, 1986a, 194). Avant 180 en Pannonie.

555491. PRITMANUS -Luxeuil-
Voir Pritmulus -Le- E. 1.

556492. PRITMULUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 252, Britmanus ; Names 2, 119-120).
Pritmu^li : Siscia (fig. 1 ; CIL III, 12014. 443, ici Pritm^uII = ? Koščević, Makjanić, 1995, 67, fig. 37. 15, ici attribuée à Pritmanus de Luxeuil).
Datation : 140-180.

557493. PRIVATUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 226 ; Bémont, 1976, Nos 281-282, 62).
Priºvaºtus fe : Aquincum (Finály, 1906, N° 108, 99), Aquincum (Torma, 1882, N° 39, 220 = CIL III, 12014, 444a = Finály, 1906, N° 109, 99 = Oswald, 1931, 252), Poetovio 31 (Abramić, 1925, 96 = ? Oswald, 1931, 252, Mikl-Curk, 1969, Nr. 299, 37, ici attribuée à Lezoux ou à Rheinzabern). Privatus : Vindobona (Kenner, 1911, 145b). ]vat^us : Brigetio (fig. 5 ; Fényes, 2002, T. XXVIII. 3).
E. 5 : graphie proche de Hofmann II, pl. XV. 223. 1 mais plus grand.
Datation : 160-235.

558494. PROBUS -It, Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 252 ; Walke, 1965, Taf. 36, 121 ; Hoffmann II, N° 224, 35 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 114, 188 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 241, 376, 658-659 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 622-625, 105, Taf. 16 ; Thiel, 2005, 310).
Probus f ou Probus(←) f : Gorsium 33 ? (Bánki, 1965, Nr. 17, 100 = Gabler, 1967a, Nr. 57, 41= Instrumenta, Nr. 53, 77).
E. 1 : la qualité de la production était attribuée à Rheinzabern.
Datation : 150-200 ? (Instrumenta, Nr. 53, 77 ; Scholz, 2006, Nr. 430, 164).

559495. PROCLINUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 253).
Proclinus f : Gorsium (Gorsium 1974, Nr. 144, 135). Proclinu f : Gorsium (fig. 2 ; Ψ Gabler, 1964, 103 = Gabler, 1967a, Nr. 58, 4. Proclin[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 40, 220 = CIL III, 12014. 445 = Finály, 1906, N° 110, 9, ici Proclim = Oswald, 1931, 253 = Gabler, 1964, 103), Brigetio 32 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 236, 149, Taf. XLVII. 236, ici lue Procli m).
Datation : 180-235.

560496. {PROCLIUS}
Voir Proclinus E. 2 et E. 3.

561497. PROPPIUS -Rh- (sur le potier : Hofmann II, N° 226, 35 ; Kuzmová, Roth, 1988, Nr. 7, 22, Obr. 3. 5).
Prope : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 237, 149, Taf. XLVII. 237). Propºe : Aquincum (Torma, 1883, N° 33, 8 = Finály, 1906, N° 111, 99 = Oswald, 1931, 253).
Datation : 180-235.

562498. PROVINCIALIS -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 227 ; Walke, 1965, 35-36 ; Streitberg, 1973, 148 ; Hofmann II, N° 227, 35 ; Prammer, 1975, Abb. 11. 18, 141-142 ; Garbsch, 1976, 86, Abb. 31. 12 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 117, 189 ; Hartley, 2004, 193-194 ; Scholz, 2006, Nr. 437, 165).
Provincialis : Aquincum (Finály, 1906, N° 112, 99 = Oswald, 1931, 253), Intercisa 31 (Mahler, 1907, 246 = Intercisa II, Nr. 56, 100, attribuée à Rheinzabern). Pr[ : Aquincum (fig. 4 ; Gabler, 1983a, 113, 3. kép 5). ]rovincialis : Brigetio 32 (fig. 5 ; Juhász, 1935, Nr. 238, 149, Taf. XLVII. 238).
E. 4 = Kellner, 1976, Abb. 31. 12.
Datation : à Westerndorf, il était un finisseur d’Helenius (Streitberg, 1973, 148). Fin du IIe-début du IIIe siècle (Hartley, 2004, 193-194).

563499. {PRU[}
Pru[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 41, 220 = CIL III, 12014. 449).

564500. PUDENS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 253-254 ; Rolland, 1944, N° 67, 244 ; Thevenot, 1950, N° 431, 345 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 42-43, pl. X. 44, 69 ; Mary, 1967, 44 ; Hoffmann I, N° 139, 18 ; Bémont, 1976, N° 284, 63 ; Jung, Schücker, 2006, 105-106 ; La Graufesenque, 284).
OfPude : Albertfalva 27 (Nagy, 1949, 67).
Datation : 40-85 (Polak, 2000, 303-304). D’après la date de la fondation du camp militaire, sous le règne de Vespasien (Gabler, 1997a, 88), cette estampille peut être datée de l’époque flavienne.

565501. QUARTINUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 227 ; Hofmann II, N° 229, 35).
Quartinus f : Aquincum (Finály, 1906, N° 113, 99 = Oswald, 1931, 255), Brigetio 32 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 452. a = Juhász, 1935, Nr. 240, 149, Taf. XLVII. 240), Carnuntum (fig. 3 ; Miltner, 1933, Nr. 1, 102, fig. 44. 1), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 147, 11). Quartinus[ : Brigetio 32 (fig. 5 ; CIL III, 12014. 452. b = Juhász, 1935, Nr. 241, 149, Taf. XLVII. 241). Qua[ : {Gorsium} 33 (Gabler, 1967a, Nr. 59, 41, sans attribution). Qu[ : Baláca 31 ou 32 (fig. 8 ; Ψ Gabler, 2004b, Nr. 64, 130, 3. ábra 8, 159 = Csirke et alii, 2006, 9. 6. 59. sz., 138).
E. 6 : une attribution à Quartus est également possible.
Datation : 160-235.

566502. QUARTUS -Le, To- (sur le potier : Dickinson, 2001, 204).
Quarti m : Aquincum (Finály, 1906, N° 114, 99 = Oswald, 1931, 256). Qvartus fe : Vindobona (Kenner, 1909, 70b). Qua[ : {Gorsium} 33 (Gabler, 1967a, Nr. 59, 41, sans attribution).
E. 3 : une attribution à Quartinus est également possible.
Datation : 160-190 (Dickinson, 2001, 204).

567503. QUETUS ou QUIETUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 227 ; Oswald, 1931, 256 ; Baatz, 1976, Nr. 128, 46 (H. -G. Simon) ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 622, 689, 742 ; Müller, 1999, Abb. 6. 31-33 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 634, 104, Taf. 16).
Quiitus fe : Carnuntum (fig. 1 ; Heydendorff, 1950, Nr. 52 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 40, 54-57).
E. 1 : très similaire mais plus petite que Jung, Schücker, 2006, Nr. 634, 106.
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 231, 35).

568504. QUINTILIANUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 257 ; Karnitsch, 1959, 31 ; Walke, 1965, 30, Taf. 38, 122, Taf. 48. 2 ; Baatz, 1976, Nr. 129, 46, Abb. 26. 129 (H.-G. Simon) ; Hofmann I, N° 207, 31 ; Tscholl, 1979, 138, Abb. 9/L ; Castella, 1987, Tombe 36 Nr. 42, 99 ; CGP, 186-190 ; Bet, Delage, 1991, N° 166-169, 216, fig. 13. 166-169, N° 292, 218, fig. 20. 292).
Quintiliani m : Carnuntum 33 (Grünewald, 1980, 83). Quintilian f : Gorsium 33 (fig. 2 ; Gabler, 1964, 101 = Gabler, 1967a, Nr. 61, 42, 49). Quintiliani : Gerulata 18/31 (fig. 3 ; Gabler, Pichlerova, 1996, Nr. 196, 75, Taf. 21. 16 = Kraskovská, 1974, N° 225, 54-55). Quint^ili[ : Carnuntum 31Swoboda-Milenović, 1956, Nr. 2, 45, ici Quintiii), Carnuntum (Grünewald, 1980, 85, Abb. 1. 2). Quin[ : {Aquincum} 31 (fig. 6 ; Juhász, 1936, 35, 28. kép 8, 34). ]intiliani : Aquincum 31 (Nagy, 1941, N° 18, 216).
E. 6 : ou Quintus.
Datation : 125-150 (CGP, 190).

569505. QUINTILLIUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 257).
(. )intillius ← : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 242, 150, Taf. XLVII. 242 = Eichler, 1937, Nr. 242, 158, Taf. VI. 11, ici lue comme Sintillius f).
Datation : 160-260.

570506. QUINTUS -Indét-
Quin^tus : fe : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 52, 8).

571507. QUINTUS II -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 257-258 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 42-43, pl. X. 50, 69 ; Hartley, 1972, 16 ; Planck, 1975, 240 ; Hofmann I, N° 152, 30 ; Galliou, Ménez, 1986, 54, fig. 12. 5 ; Dickinson, 1986c, 194 ; Hartley, 2000, 196 ; Dickinson, 2001, 204).
Quint°i°m : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 244, 150, Taf. XLVII. 244), Illmitz 33 (fig. 2 ; 12 (1973) [1974] Abb. 112 = Gabler, 1979a, Nr. 29, 41), Ráczkeve (CIL III, 12014. 456. a). Quinºti m : Carnuntum 33 (fig. 4 ; Ertel et alii, 1999, Grab 171 Nr. 1, 178, Taf. 71), Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Quintiºm : {Brigetio} (CIL III, 12014. 456. c, peut-être identique à E. 1), Carnuntum 33 (Swoboda-Milenović, 1956, Nr. 5, 46), Carnuntum (fig. 8 ; Groller, 1901, Taf. XIII. fig. 13), Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 116, 8), Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 117, 8), Mursa 33 (fig. 11 ; Bulat, 1958, Nr. 60, 82, Sl. 12. 60), Salla 31 (fig. 12 ; Gabler, 1989a, Abb. 7. 14), Vindobona (Kenner, 1909, 70b = Gabler, 1977, K66, 220). Quinti m : Aquincum (Finály, 1906, N° 115, 99), Arrabona 18/31 (fig. 15 ; CIL III, 12014. 456b = Gabler, 1971, N° 1, 36, 28. ábra 2 = Gabler, 1994a, 356), Gorsium 31 (fig. 16 ; Gabler, 1967a, Nr. 60, 41-42, 49), Mursa (fig. 17 ; Brukner, 1981, Nr. 70, 56, T. 1. 40), Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 341, 39), Vindobona 33 (Vindobona 1978, K34, 217), Vindobona (Kenner, 1909, 79a), Wallern (fig. 21 ; Barb, 1927 = Gabler, 1979a, Nr. 24, 35, Abb. 10. 24). Quin[.]i m : Poetovio (Mikl-Curk, 1981, 62, fig. 80). Quint[.] m : Poetovio 33 (fig. 23 ; Gabler, 1986, Nr. 99, 145, Abb. 8. 16). Quint[ : Carnuntum 33 (fig. 24 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 4, 170, Taf. 29. 4). Quin[ : {Aquincum} 31 (fig. 504. 6 ; Juhász, 1936, 35, 28. kép 8, 34, ici attribuée à Quintilianus). Qui[ : Gorsium 31 (fig. 26 ; Gabler, 1967a, Nr. 62, 42). ]uintiºm : Mursa 33 (fig. 27 ; Bulat, 1958, Nr. 61, 82, Sl. 12. 61).
Datation : l’estampille de Wallern a été trouvée sur un vase qui recouvrait un trésor monétaire dont les monnaies les plus récentes datent d’Antonin le Pieux, peut-être enterré en 170. 160-200 (Dickinson, 1986c, 194), 140-160 (Dickinson, 2001, 204). Avant 180 en Pannonie.

572508. RAURACUS -We-
Rauracus f : Aquincum (Finály, 1906, N° 117, 99 = Oswald, 1931, 259).
Il était finisseur pour Comitialis (Streitberg, 1973, 148).
Datation : 180-235.

573509. REBURRUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 259 ; Hofmann I, N° 154, 30 ; Simpson, 1982, S120, 167 ; Castella, 1987, N° 50, 99 ; Dickinson, 1999, 277 ; Dickinson, 2001, 204 ; Tilhard, 2004, 246).
Reburri°of : Ráczkeve (CIL III, 12014. 461. a), Tokod 33 (fig. 2 ; Gabler, 1964, 101 = MRT 5, 25. t. 10 = Instrumenta, Nr. 204, 136). Reburri(hedera)of : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 378). Rebu[.]ri (hedera) of : Arrabona, dans la rivière Rába (CIL III, 12014. 461. b = Gabler, 1964, 101). Reburrio : Aquincum (Nagy, 1943, 384).
Signalé à Mursa (Gabler, 1964, 101).
Datation : 150-170 (Dickinson, 1986c, 157), 140-170 (Dickinson, 2001, 204), 150-180 (Hartley, 2000, 196).

574510. REDITUS -Le*- (sur le potier : De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 42-43, pl. X. 52, 69 ; Hartley, 1970, 30 ; Schönberger, 1970, Nr. 54, 28, Abb. 2. 54 ; Hofmann I, N° 255, 31 ; Dickinson, 1986c, N° 12, 157 ; Gabler, 1994a, 366).
Reditiºm : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 464 = ? Juhász, 1935, Nr. 245, 150, Taf. XLVII. 245), Gorsium 33 (fig. 2 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 17, 72). Rediti m : Zalalövő 33 (fouille du 2005, N° 258), {Vindobona} (Gabler, 1977, K101, 222), Vindobona 33 (Donat, 1999, 212). Reditu[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 118, 99 = Oswald, 1931, 259 = ? Gabler, 1964, 101).
E. 4 : en dessous de la lèvre du vase.
Datation : le dépôt de vases de Gorsium a été enterré entre 170 et 178. Lezoux phases 6 ?-7 (Tilhard, 2004, 246). 130-150 (Dickinson, Hartley, 1995, N° 7, 269), 135-155 (Hartley, 2000, 196), 135-165 (Dickinson, 2001, 204).

575511. REGALIS -Indét-
Regalisºf : Aquincum (Torma, 1882, N° 42, 220 = CIL III, 12014. 465a = Finály, 1906, N° 120, 99). Regalis : Matrica (Kovács, 1999, 67).

576512. REGALIS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 259-260 ; Thevenot, 1950, N° 434, 345 ; Hofmann, 1968a, 184 ; Hartley, 1972, 21 ; Hofmann I, N° 153, 30 ; Castella, 1987, tombe 36 N° 107, 101 ; Romeuf, 2000, 47, pl. 35. 134 ; Tilhard, 2004, 246).
Regalisºf : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 465. b = ? Juhász, 1935, Nr. 245, 150, Taf. XLVII. 245), Carnuntum 33 (fig. 2 ; Heydendorff, 1949, Nr. 37 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 41, 54, 57). Regalis f : Brigetio 33 (fig. 3 ; Bónis, 1979, Nr. 8, 134, Abb. 18. 8).
Voir aussi Regalis -Rh- E. 1.
E. 2 et 3 : faites par le même poinçon.
Datation : Lezoux phases 6-7, 150-180 (Tilhard, 2004, 246, d’après Ph. Bet et B. Hartley).

577513. REGALIS -Rh- (sur le potier : Müller, 1999, Abb. 6. 34 ; Biegert, Lauber, 1995, 141, 664, 690-691, 814 ; Jung, Schücker, 2006, 106).
Regalis f : Brigetio 32 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 247, 150, Taf. XLVII. 247, ici attribuée à Lezoux). Regalis : Brigetio 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 248, 150, Taf. XLVII. 248, ici attribuée à Lezoux).
E. 1 : Lud. V, h, 227. E. 2 = Czysz, 2003, F 830, 407, Abb. 133. avec une liste de poinçons identiques et = ? Pferdehirt, 2003, F 830, 409, Abb. 133.
Datation : 175-200 (Czysz, 2003, 407 ; Pferdehirt, 2003, 409).

578514. REGINUS -Indét-
Reginus : Poetovio 33 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 442, 43, ici attribuée à un potier de Gaule). Reginus f : Vindobona (Kenner, 1900, 72). Reginus fec : Poetovio 33 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 450, 43, ici attribuée à un potier de la Gaule). Regin f : Aquincum (Torma, 1883, N° 34, 8). Reg[ : Aquincum 31 (Topál, 2003, sépulture 1/1937/19, 97).

579515. REGINUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 415 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 42-43, pl. X. 53. XI. 1, 69-70 ; Walke, 1965, 31, Nr. 307, 128, Taf. 43. 307 ; Terrisse, 1968, 81, 83, 103-104, pl. LIV ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 120, 189 ; Provost, 1988, N° 41, 54, sur Walters 79 ; Hartley, 2000, 196 ; Romeuf, 2000, 47, pl. 35-36. 135-143).
Reginus f : {Budaörs} sépulture 51 18/31 (Ψ fouilles de K. Ottományi - 2003). R(←)^eginiºm : Aquincum 33 (fig. 2 ; Lebegyev, Márton, 2003, N° 83, 140, 9. kép 1, 19. kép 5), Aquincum (Finály, 1906, N° 121, 99 = Oswald, 1931, 260), Gorsium 33 (Bánki, 1987, Nr. 246, 204, Taf. VI, illustration en inversé). Reginiºm : Aquincum (Nagy, 1937, 263), Carnuntum Pudding Pan Rock 3 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 90, 458), Gorsium 31Bánki, 1985, Nr. 229, 134, Taf. XVII), Gorsium 31 (fig. 7 ; Gabler, 1967a, Nr. 63, 42, 49), Gorsium 31 (Bánki, 1986, Nr. 264, 136, Taf. XVII, ici attribuée à Reginus de Rheinzabern), Gorsium (Bánki, 1981, Nr. 158, 213, Taf. XVII). ]egin m : {Aquincum} (Finály, 1906, N° 9. b, 95 = Names 1, n. 7, 194). ]inus : Brigetio 31 (Beck, 2003, 37. ábra 32). ]nus f : {Aquincum} 32 (Lebegyev, Márton, 2003,N° 182, 152, 14. kép 8, 19. kép 9).
E. 8 : peut-être Andegenus P. 2a ou Reginus IX, P. 1a. E. 11 = Luik, 1996, Nr. 453, 275, attribuée ici à Lezoux, mais le style est différent des autres estampilles. D’après la forme, il pourrait s’agir d’une marque du potier de Rheinzabern.
Datation : sa production peut être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates (Gabler, 1994a, 366). Lezoux phase 7 (Tilhard, 2004, 246), 160-180 (Dickinson et alii, 2004, 221).

580516. REGINUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 228 ; Hübener, 1957, Grab 4, 73, 89 ; Simon, 1962, Nr. 365, 38 ; Simon, 1968, Nr. 435, 59 ; Planck, 1975, 240 ; Hofmann II, N° 234, 35 ; Kellner, 1976, Abb. 30. 26, 74-75 ; Simon, 1978, Nr. 210-211, 49, Abb. 9. 210-11 ; Heiligmann, 1990, Liste 8, Nr. 42, 216 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 142, 162, 242-245, 379-382, 490-491, 761, 790 ; Heiligmann-Batsch, 1997, 79, Abb. 31. 8 ; Singidunum 1, Nr. 28, 90, Sl. 19. 28 ; Müller, 1999, Abb. 6. 35 ; Mees, 2002, 325, 341, 343 ; Cool, 2004, 350 ; Thiel, 2005, 310 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 637 et 640, 106-107, Taf. 17).
Riiginus fecit ← : {Aquincum} (Finály, 1906, N° 113, 121 = Oswald, 1931, 261), {Brigetio} (Oswald, 1931, 261). Reginus fec : Poetovio 33 (fig. 3 ; Abramić, 1925, 96 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 386, 41, T. XXII). Reginus f : Brigetio 33 (fig. 4 ; Beck, 2004, 247, Taf. 4/20), Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 148, 11), Carnuntum 32 (fig. 6 ; Ertel et alii, 1999, 78. 1, 151, Taf. 43. 1), Gorsium 31 (fig. 7 ; Gabler, 1967a, Nr. 64, 42, 49). Reginus : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 372, 40), Cibalae (Šaranović-Svetek, 1971, Nr. 5, 175, fig. 1. 2). Reg[ : Gorsium 33 (fig. 10 ; Gabler, 1967a, Nr. 65, 42, 49).
Signalé, mais peut-être sur des sigillées moulées, à Alsótöbörzsök – Sárbogárd (Gabler, 1964, 103), à Aquincum (Gabler, 1964, 103), à Arrabona (Gabler, 1964, 103) et à Bágyog (Gabler, 1964, 103).
E. 1 et 2 : peut-être sur sigillée moulée.
Datation : plusieurs potiers homonymes sont connus par des vases moulés (Mees, 2002, 325, 341, 343). Probablement identique à Reginus I 160-180 (Heiligmann-Batsch, 1997, 79 ; Mees, 2002, 341 ; Dickinson et alii, 2004, 221). Mais sa production n’a pas été retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates, il a probablement travaillé après 170/178 (Gabler, 2002a, 231).

581517. REGINUS -We- (sur le potier : Oswald, 1931, 261 ; Streitberg, 1973, 148).
Regin : Vindobona (fig. 1 ; Kenner, 1900, 58, fig. 51. n).
Datation : 180-235.

582518. REGULINUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 228 ; Hofmann II, N° 235, 35 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 122, 190 ; Kuzmová, Roth, 1988, Nr. 1, 66, Obr. 14. 1a ; Eingartner et alii, 1993, Nr. 16, 200 ; Faber, 1994, 208, Beil. 5. 79 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 246 ; Mees, 2002, 359).
Regulin^us fc : Carnuntum 32 (fig. 1 ; 24/25 (1985-86) [l988] 296, Abb. 10. 26), Mursa 32 (fig. 2 ; Bulat, 1958, Nr. 62, 82, Sl. 12. 62). Regulinus fˆe : Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 257, 150, Taf. XLVII. 257). Regulinus f : Poetovio 32 (fig. 4 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 417, 42). Regulinus : Müllendorf 31 (fig. 5 ; VI (1951-1955) [1967] 84 = Gabler, 1979a, Nr. 26, 35, Abb. 10. 26), Poetovio 31 (Abramić, 1925, 96 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 474 = Oswald, 1931, 262). Regulin[ : Vindobona (Kenner, 1911, 144a).
Datation : époque sévérienne (Gabler, 1979a, 35).

583519. RENTUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 263 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 42-43, pl. XI. 3-4, 70 ; Hofmann I, N° 208, 31 ; Bet, Delage, 1991, Nos 171-172, 216, fig. 13. 171-172, N° 294, 218, fig. 20. 294).
Rentiºof : Carnuntum 27 (fig. 1 ; Trinks, 1961, Nr. 6, 50, Abb. 1. 6).
Datation : vers 125-150 (Bet, 1988, 227).

584520. RESPECTINUS -Rh-
Res[ : Aquincum (Parragi, 1976, 164, 169. kép, 156).
E. 1 = ? Lud. V, 228).
Datation : 200-260 (Mees, 2002, 355-356).

585521. RESPECTUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 263-264 ; Walke, 1965, Taf. 34, 116 ; Hofmann II, N° 238, 35).
Respiictus : Brigetio 32 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 468 = ? Juhász, 1935, Nr. 259, 151, Taf. XLVII. 259).
E. 1 = Lud. V, a, 228.
Datation : s’il est identique au potier connu par des vases moulés, il a commencé sa production après 180 et il était également actif au IIIe siècle (Mees, 2002, 337).

586522. RESTITUTUS ou RESTUTUS -Rh- (sur le potier : Walke, 1965, 35 ; Hofmann II, N° 241, 35 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 125, 191 ; Dickinson, 1986c, 194 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 62, 492 ; Baudoux, 1996, 106-108 ; Thiel, 2005, 310).
Restitutus : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Riiºstutºusºfiic : Aquincum (Finály, 1906, N° 125, 99 = Oswald, 1931, 264). Restutus fe : Brigetio 32 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 261, 151, Taf. XLVIII. 261). Restutus f : Brigetio ? 33 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 262, 151, Taf. XLVIII. 262), Brigetio 27 sic ! (fig. 5 ; Juhász, 1935, Nr. 263, 151, Taf. XLVIII. 263), Carnuntum 32 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 142, 463). Restutus f(↓) : Brigetio 31 (fig. 7 ; Juhász, 1935, Nr. 264, 151, Taf. XLVIII. 264). Restutus : Brigetio 32 (fig. 8 ; Hampel, 1880, 33 = CIL III, 12014. 470. a = ? Juhász, 1935, Nr. 265, 151, T. XLVIII. 265), Carnuntum 31 (fig. 9 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 42, 54, 57), Vindobona (Kenner, 1909, 70b = Oswald, 1931, 264).
L’estampille signalée à Brigetio (Restutus ° f, CIL III, 12014. 470. b) est peut-être identique à l’une des estampilles publiées par G. Juhász.
Les poinçons des Nos 3 et 4 sont peut-être identiques.
Les estampilles trouvées sur les sigillées et sur les amphores sont très similaires ; il s’agit probablement du même potier (Baudoux, 1996, 106-108).
Datation : fin du IIe-début du IIIe siècle (Dickinson, 1986c, 194).

587523. RESTO ou RESTIO -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 264 ; Simon, 1962, Nr. 367, 38, Abb. 17. 367 ; Hofmann II, N° 240, 35).
Resto fe : Brigetio 32 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 469 = ? Juhász, 1935, Nr. 260, 151, Taf. XLVIII. 260 = Eichler, 1937, Nr. 260, 158, ici Restioºfe 31 ?). Restio°fe : Vindobona (Kenner, 1904, 164 = ? Kenner, 1905, 224). Restio : Vindobona (Kenner, 1911, 155b).
E. 1 = Lud. V, 228).
Datation : 160-235.

588524. RITOGENUS II ou REOGENUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 265, 416 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 641, 107, Taf. 17).
Riiogenim : Carnuntum 31 (fig. 1 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 18, 168, Taf. 28. 18).
Datation : Lezoux phase 7, 170-200 (Tilhard, 2004, 247). Avant 180 en Pannonie.

589525. {RITUS} -Rh-
Ritu[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 126, 99 = Oswald, 1931, 266).
Datation : également sur 27 (Cologne, Oswald, 1931, 266), 160-180/190.

590526. ROMANUS -Indét-
Rom[ : Poetovio 31 (CIL III, 12014. 473 = Mikl-Curk, 1969, N° 220, 33, sans illustration. Ici attribuée à La Graufesenque).
Les estampilles appartenant à Romanus de La Graufesenque et à son homonyme de Lezoux sont probablement mélangées chez F. Oswald (le second étant inconnu pour lui). Il est très probable que les attributions faites d’après sa monographie mélangent également les deux potiers.

591527. ROMANUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 266-267 ; Hoffmann I, N° 144, 18).
Rom^aniºm : {Carnuntum} (fig. 1 ; Heydendorff, 1952, Nr. 161 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 43, 54, 57, La Graufesenque ?), {Poetovio} 31 (fig. 2 ; Abramić, 1925, 96 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 217, 33, T. XXII). Rom^ani m : {Gorsium} 33 (fig. 3 ; Gabler, 1967a, Nr. 66, 42, 49). Romani ← : Brigetio 18 (fig. 4 ; Ψ Beck, 2004, 244, Taf. 4/9).
E. 1-3 : faites par le même potier. En raison de la forme du vase (31) et de la dispersion de ces estampilles dans toute la Pannonie, l’attribution au Sud de la Gaule peut être considérée comme douteuse. En fait elles sont similaires à l’exemplaire E. 1 de Romanus de Lezoux, il pourrait s’agir de ses marques.
Datation : à l’époque de Domitien (Gabler, 1967a, 42).

592528. ROMANUS -Le-
Rom^ani m : Carnuntum 31 (fig. 1 ; Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 92, 458 = Gabler, 1994a, Abb. 2. 3).
Voir aussi : Romanus -Gr- E. 1-3.
Datation : 140-180.

593529. ROMOGILLUS -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 267 ; Thevenot, 1950, N° 436, 345 ; Walke, 1965, Taf. 36, 120 ; Hofmann I, N° 158, 30 ; Provost, 1988, N° 150. 183, 102).
Rom[.]gilli : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 378).
Datation : IIe siècle, avant 180.

594530. ROTTALUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 267 ; Hofmann I, N° 157, 30).
Rotali[ : Brigetio (CIL III, 12014. 475. a).
Datation : IIe siècle, avant 180.

595531. RUFFUS ou RUFUS -Le*, Mr- (sur le potier : Oswald, 1931, 270 ; Hofmann I, N° 161, 30 ; Romeuf, 2000, 47, pl. 36. 149).
Ruffiºma : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 477 = ? Juhász, 1935, Nr. 266, 151, Taf. XLVIII. 266).
Datation : 130-155 (Hartley, 2000, 196).

596532. RUFIANUS -Le*-
Rufiani : Aquincum (Finály, 1906, N° 127, 99 = Oswald, 1931, 268).
Datation : 165-180 (Hartley, 2000, 196).

597533. RUFINUS -He, Hed- (sur le potier : Forrer, 1911, Taf. 16. 55 ; Walke, 1965, Taf. 36. 122 ; Baatz, 1976, Nr. 130, 46 ; Klee, 1986, 85 ; Heiligmann, 1990, Liste 7, Nr. 17, 20, Taf. 3. 9, Taf. 107. 19, Liste 8, Nr. 2, 214, Abb. 40. 2, Taf. 111. 11, Liste 9, Nrs. 64-65, 219, Taf. 151. 34-35, Liste 10, Nr. 7, 222, Abb. 61. 6 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 108).
Rufini fat : Aquincum (Finály, 1906, N° 128, 99 = Oswald, 1931, 269), Brigetio 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 267, 151, Taf. XLVIII. 267), Vindobona (Kenner, 1911, 155b).
Datation : 150-175.

598534. RUFUS ou RUFFUS III -Gr-
Rufi offic : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1907, Nr. 4, 42 = Oswald, 1931, 270). Rufus f : Tokod (Gabler, 1964, 98 = Instrumenta, Nr. 207, 137, de Néron à Vespasien).
E. 1 et 2 : probablement des estampilles de Rufus III.
Datation : plusieurs potiers homonymes sont mélangés chez F. Oswald : Rufus II : de Tibère à Claude (Mary, 1967, 44 ; 35-55 ; Dickinson, 1986b, 209 ; Tilhard, 2004, 248), Rufus III : de l’époque flavienne à Trajan (Lequément, 1983, 478 ; Dickinson, 1991, N° 75, 49, daté entre 65 et 90 ; Hartley, 2000, 196).

599535. SABINIANUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 228 ; Oswald, 1931, 272 ; Hofmann II, N° 243, 35 ; Singidunum 1, Nr. 23, 90, Sl. 19. 23).
]binianus f : Gorsium (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 67, 42, 49).
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 243, 35).

600536. {SABINULUS}
Sabinulus f : Vindobona (Ψ Kenner, 1905, 224).
E. 1 : peut-être une estampille mal interprétée de Sabinianus.

601537. SABINUS - Indét-
Sabinus : Aquincum (Finály, 1906, N° 130, 99. Sabin[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 129, 99).

602538. SABINUS -Gr -
Of Sabin : Vindobona 27 (Donat, 1999, 211), Vindobona (Kenner, 1909, 78b). Of Sabi[ : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 131, 11).
Plusieurs Sabinus ont travaillé en Gaule du Sud (La Graufesenque, Montans, Le Rozier). Plusieurs homonymes sont connus à La Graufesenque entre le règne de Néron et 120 (Polak, 2000, 313-315, avec bibliographie ;Tilhard, 2004, 249, avec bibliographie). Sabinus I : 55-85 (55-75 Hartley, 1972a, 233 ; 55-85 Dickinson, Hartley, 1993, Sabinus II, 214 ; 50-70, Mees, 1995b, 93), Sabinus II : 90/100-120 (90/100-120, Mees, 1995b ; Tilhard, 2004, 248, avec bibliographie). Sabinus III peut aussi être distingué (70/80-140/150, La Graufesenque). Sabinus II-III ont signé comme officinator.

603539. SABINUS -Le-- (sur le potier : Oswald, 1931, 274 ; Plouhinec, Plouhinec, 1966, N° 43, 178 ; Schönberger, 1970, Nr. 59, 28, Abb. 3. 59 ; Hartley, 1972, 5, 8 ; Hofmann I, N° 164, 30 Tilhard, 1988, 143 ; Struck, 1996, 54, Tab. 6, 56, Abb. 12. 24, 57 ; Romeuf, 2000, 47, pl. 36. 150-151).
Sabinus : Müllendorf 31 (fig. 1 ; Gabler, 1979a, Nr. 27, 35-37, Abb. 10. 27), Salla 31 (fig. 2 ; Gabler, 1989a, Nr. 95, 450, Abb. 7. 13).
Un Sabinus est connu par un graffito infra in forma (Bet, Delage, 1991, N° 295, 218, fig. 20. 295), sa relation avec le (ou les) potier(s) connu(s) sur des sigillées lisses est inconnue. Plusieurs potiers homonymes ont peut-être produit des sigillées lisses à Lezoux. L’un d’eux a été retrouvé à Camelon (après 142) et à Saalburg Erdkastell (avant 135-139, Hartley, 1970, 30). Un autre Sabinus est plus tardif : 155-185 (Dickinson, 1986c, 194) ou 160-190 (Dickinson, 2001, 205).

604540. SABINUS -Rh-(sur le potier : Oswald, 1931, 274).
Sabini[ : Aquincum 32 (Kuzsinszky, 1932, 378).
E. 1 : si l’identification de la forme est correcte, il s’agit bien de l’estampille de Sabinus de Rheinzabern.
Datation : 160-235.

605541. SACARO ?
(palme)Saca(palme)ro : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 268, 151, Taf. XLVIII. 268).

606542. SACERO ou SACIRO -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 274-275 ; Schönberger, 1956, Nr. 6, 70 ; Walke, 1965, 30 ; Pinel, 1969, 25 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 44-45, pl. I. 23-24, 70 ; Hofmann I, N° 167, 30 ; Petit, 1980, 41, 93 ; Simpson, 1982, S133, 169 ; CGP, 322 ; Bet, Delage, 1991, N° 25, 214, fig. 1. 25 ; Faber, 1994, 208, Beil. 5. 83 ; Romeuf, 2000, 47, pl. 36. 158 ; Dickinson, 2001, 205 ; Czysz, 2003, F 836, 407 ; Pferdehirt, 2003, F 830, 409, Abb. 133 ; Evans, 2003, N° 3, 224).
Saciroºf : Aquincum (Finály, 1906, N° 131, 99), Baracska (Torma, 1883, N° 57, 12 = Gabler, 1964, 101), Salla 33 (fig. 3 ; Zalalövő 1977, Nr. 43, 236, 243, Abb. 20. 15 = Gabler, 1994a, 356), Vindobona 33 (Donat, 1999, 212), Vindobona 32 (fig. 5 ; Donat et alii, 2003, 17, Taf. 2. 3). Saciro f : Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 378), Brigetio 31 (fig. 7 ; Juhász, 1935, Nr. 271, 151, Taf. XLVIII. 271), Brigetio 32 (fig. 8 ; Juhász, 1935, Nr. 272, 151, Taf. XLVIII. 272 = Eichler, 1937, Nr. 272, 157), Brigetio 33 (fig. 9 ; Juhász, 1935, Nr. 273, 151, Taf. XLVIII. 273), Brigetio 32 (fig. 10 ; Juhász, 1935, Nr. 274, 151, Taf. XLVIII. 274), Carnuntum 31 (Rómer, 1866, N° 828, 108 = ? CIL III. 2. 1, 6010. 197. a = ? Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 76, 457), Strebersdorf (fig. 12 ; 37 (1998) 756, Abb. 482), Teutoburgium 31R (fig. 13 ; Brukner, 1981, Nr. 73, 56, T. 2. 73), Vindobona (Kenner, 1900, 72). Saciro m : Brigetio 31 (fig. 14 ; Juhász, 1935, Nr. 271, 151, Taf. XLVIII. 271). Saciro : Brigetio 32 (fig. 15 ; Juhász, 1935, Nr. 270, 151, Taf. XLVII. 270). Saciro[ : Klosterneuburg (fig. 16 ; Grünewald et alii, 1983, Abb. 51. 3, 246). Sacir[ : Tüskevár (Csirke et alii, 2006, 40. 1. sz., 197). Saci[ : Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 75, 9), Vindobona (Kenner, 1911, 155b).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 101) et à Scarbantia (Gabler, 1964, 101).
Le même potier ? : CGP, 322 ; Bet, Delage, 1991, N° 25, 214, fig. 1. 25. Il est possible qu’il s’agisse d’estampilles de plusieurs potiers homonymes.
Datation : il a commencé à travailler vers 120 (Evans, 2003, N° 3, 224), d’après la sépulture A 53 de Lutèce : 100-150 (Petit, 1980, 41, 93). Mais : 140-170 (Simpson, 1982, S133, 169, d’après B. R. Hartley), 150-180 (Dickinson, 2001, 205).

607543. SACIO -We, Pf- (sur le potier : Streitberg, 1973, Abb. 6. 9 ; Prammer, 1975, Abb. 11. 20, 141-142).
Sa[ : Salla (fig. 1 ; Zalalövő 1977, N° 43, 236, Abb. 16. 16).
Il a travaillé pour Helenius (Christlein, Kellner, 1969, Abb. 34. 14-15, 153-54). Peut-être identique à Saciro, finisseur à Westerndorf (Prammer, 1975, Abb. 11. 20, 141-142).
Datation : un peu avant 200-230/240.

608544. SACIRIUS -Mr- (sur le potier : Oswald, 1931, 276, ici localisé dans le Sud de la Gaule ; Terrisse, 1968, 81, 94, 104 ; Bémont, Bourgeoise, 1986, 285).
Fsacirius : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 269, 151, Taf. XLVIII. 269, ici attribuée au Sud de la Gaule).
Datation : de Trajan à Hadrien ? (Oswald, 1931, 276).

609545. SACRAPO ou SACRAPUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 276 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 44-45, pl. XI. 25-26, 70 ; Terrisse, 1968, 81, 83, 47, pl. 36. 152-157 ; Romeuf, 2000, 47, pl. 36. 152-157).
Sacrapo : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 487. 488 = Juhász, 1935, Nr. 276, 152, Taf. XLVIII. 276).
Datation : 140-190 (Hofmann I, N° 169, 30), 140-180 (Hofmann II, N° 69, 15). Avant 180 en Pannonie.

610546. SACROTICUS -Le-
Sacroticim : Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212). Sacrotici : Carnuntum (fig. 2 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 24, 168, Taf. 28. 24), Ráczkeve (CIL III, 12014. 490). Sa[ : Carnuntum (fig. 3 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 25, 168, Taf. 28. 25). Sacrotio : Aquincum (Torma, 1882, N° 43, 220 = CIL III, 12014. 489 = Finály, 1906, N° 132, 99 = Oswald, 1931, 277).
E. 2 et 3 : probablement faites par le même poinçon.
Datation : du règne d’Hadrien à l’époque antonine (Oswald, 1931, 277).

611547. {SANICIUS} (sur le potier : Oswald, 1931, 280).
Of Sanici ← : Aquincum (Finály, 1906, N° 133, 99 = Oswald, 1931, 280).

612548. SANTIANUS -Le, Mr- (sur le potier : Bayard, 1980, N° 4, 150, pl. 2. 4 ; Romeuf, 2000, 48, pl. 36. 161).
Santian f : Gorsium 33 (Bánki, 1987, Nr. 200, 228, Taf. XL). Santi[ : Gorsium (fig. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 68, 43, 49).
Datation : de Trajan à Hadrien (Oswald, 1931, 280).

613549. SANUILLUS -Le-
S(←)anuilli ma : Mursa 33 (Pinterović, 1975, 93, Sl. 1. b). S(←)anuilli ma[ : Brigetio 33 (fig. 2 ; Fényes, 2002, T. LVII. 4), Poetovio 33 (fig. 3 ; Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 280 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 251, 35, T. XXII). S(←)anuilli m[ : Carnuntum 18/31 (fig. 4 ; Jilek, 1994, 403).
E. 1 et E. 4 : faites par le même poinçon.
Datation : IIe siècle (Hofmann I, 30). En Pannonie avant 180.

614550. SATINUS -Rh, We- (sur le potier : Lud. V, 229 ; Schönberger, 1956, N° 8, 70 ; Streitberg 1973, 149, Abb. 6. 11).
Satinus : Aquincum (Finály, 1906, Nr. 134, 99 = Oswald, 1931, 282).
Datation : 160-210 (Hofmann II, N° 246, 35), 160-235.

615551. SATO ou SATTO
Voir Fato -Rh- E. 5.

616552. Vacat

617553. SATURIO -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 282 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 127, 192 ; Gaubatz-Sattler, 1994, B 735 et 736, 221, Taf. 14 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 64, 144 ; Czysz, 2003, F 682, 403, Abb. 131, F 836-838, Abb. 133 ; Pferdehirt, 2003, F 682, 403, F 836-838, 409, Abb. 131 et 133).
Saturio f : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1906, Nr. 4, 115), Sárvár 32 (fig. 2 ; Instrumenta, Nr. 54, 78 = Gabler, 1991a, Nr. 21, 62, Abb. 40. 3) Saturi[ : Baláca 32 (Csirke et alii, 2006, 9. 2. 355. sz., 106). ]aturio : Carnuntum 32 (fig. 4 ; Carnuntum-Zivilstadt 1986-87, Nr. 85, 213, Taf. 6. 85 = Rauchenwald, 1997, Nr. 334, 170, Taf. 33. 334). ]turiol f : Gorsium (Ψ Bánki, 1990, Nr. 113, 103, Taf. III).
E. 1 = Lud. V, e, 229 ; Hofmann II, pl. XVI. 248. 4. E. 4 : peut-être Lud. V, e, 229.
Datation : 160-233 (Instrumenta, Nr. 54, 78).

618554. SATURNINUS -Indét-
Saturninus f : Vindobona (Kenner, 1904, 164). Saturninus : Carnuntum (CIL III, 12014. 500. a’). Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 297, 37, ici attribuée à Lezoux ou à Blickweiler). ]Saturnin[ : Poetovio (fig. 4 ; Abramić, 1925, 96 = Mikl-Curk, 1969, N° 232, 34, T. XXII, ici attribuée à Lezoux ou à Blickweiler). ]rninus f : Aquincum (CIL III, 12014. 500. a).
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé dans différents ateliers. Les identifications anciennes sont basées sur l’ouvrage de F. Oswald (Oswald, 1931, 238), dans lequel ils sont mélangés. On ne connaît pas de signature lezovienne identique à E. 4. Un Saturninus est également connu à Lezoux par des vases décorés en relief (Bet, Delage, 1991, N° 26, 214, fig. 1. 26 ; Rogers, 1999, 222-224, il est daté entre 180 et 200).
Un potier homonyme a travaillé à Westerndorf (Streitberg, 1983, 149). Un autre Saturninus a travaillé à Trèves (entre 200-250), leurs estampilles sont différentes (Frey, 1993, Nr. 260, 76). Ce dernier potier est indépendant de celui qui a travaillé à Boucheporn et à Chémery dans l’atelier de Satto. Un Saturninus a travaillé à Westerndorf, il est peut-être identique au potier de Blickweiler (Streitberg, 1973, 149, Abb. 6. 12).
Datation : Saturninus de Lezoux : 170-200 (Rodwell, 1987, 97 ; Hartley, 2000, 197), 160-200 (Dickinson, 2001, 206). Saturninus de Westerndorf : 180-233.

619555. SAXAMUS -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 283).
Saxami º m : Aquincum (Finály, 1906, Nr. 135. a, 99), Brigetio 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 278, 152, Taf. XLVIII. 278), Cornacum 31R (fig. 3 ; Brukner, 1981, T. 2. 74). Saxami[ : Aquincum 31 (fig. 4 ; Lebegyev, Márton, 2003,N° 121, 145, 10. kép 10, 19. kép 7) ; Mursa 33 (Bulat, 1987, N° 3, 57). Saxa[ : Páty 31 (fig. 6 ; Gabler, 2007b, 85. sz. 244-245, 6. kép 4). (. )axamiºm : Matrica 31 (fig. 7 ; Topál, 1981, Grave 87. 4, 37, 84-85 = Instrumenta, Nr. 212, 138-139), Mursa 32 (fig. 8 ; Bulat, 1958, Nr. 63, 82, Sl 12, 63). ]xamiºm : Aquincum (Torma, 1882, N° 58, 222 = CIL III, 12014. 501. b = Finály, 1906, N° 135. b, 99), Aquincum 31 (fig. 10 ; Vámos, 2002, Nr. 211, 66, 46. kép 15).
E. 7 = Heiligmann, 1990, Abb. 28. 1, 77, Liste 6. 1, 210. Il s’agit d’un poinçon cassé. E. 10 = Walke, 1965, Taf. 44. 338.
Datation : 160-200 (Dickinson, 1986c, 195). Avant 180 en Pannonie.

620556. SCOTTIUS ou SCOTIUS -Gr-
Sco[ : Vindobona (Donat, 1999, 211, attribuée au Sud de la Gaule).
Cette estampille a été publiée sans dessin. Deux potiers peuvent être concernés : Scotius et Scottius. Les deux potiers ont travaillé à peu près en même temps : 20-65 et 20-60/65 (Dannell, 1971, N° 85, 314 ; Polak, 2000, 318-319). D’après la chronologie du site l’estampille n’est probablement pas antérieure à l’époque claudienne.

621557. {SECTUS}
Siictim : Poetovio 33 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 243, 34).

622558. SECUDUS -Le-
Siicudi m : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1905, fig. 93, 138). Siicu[ : Salla 31R (fig. 2 ; Zalalövő 1978, Nr. 106, Abb. 66. 5).
E. 2 = Hofmann I, pl. XVI. 177, 5.
Datation : 100-150.

623559. SECUNDINUS -Indét-
]ecundin[ : Arrabona (Börzsönyi, 1907, 38). ]ndini : Poetovio 31 (Mikl, 1961, 153 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 264).

624560. SECUNDINUS -Le- (sur les potiers : Oswald, 1931, 287 ; Plouhinec, Plouhinec, 1966, N° 45, 178 ; Hartley, 1970, 30 ; Schönberger, 1970, Nr. 64, 28, Abb. 3. 64 ; Hartley, 1972, 7 ; Hofmann I, N° 175, 30 ; Hoffmann II, N° 81, 21 ; Bayard, 1980, N° 3, 150, pl. 2. 3 ; Simpson, 1982, S142, 169-170 ; CGP, 328 ; Bet, Delage, 1991, N° 182, 216, fig. 14. 182, 206 ; Bémont, 1994, N° 141, 83, fig. 54 ; Hartley, 2000, 197 ; Romeuf, 2000, 48, pl. 36. 162).
Secundinus f : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 75. a = Juhász, 1935, N° 281, 152, Taf. XLVIII. 281, ici à Lavoye). Secundini m : Kisárpás 31R (Csirke et alii, 2006, 20. 3. sz., 179).
Plusieurs Secundinus ont travaillé à Lezoux et aux Martres-de-Veyre. Pour le moment, on ne peut pas attribuer ces estampilles de façon certaine.
Datation : 150-180.

625561. SECUNDINUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 287 ; Simon, 1968, N° 212, 49, Abb. 9, 48 ; Ruprechtsberger, 1980, 192 ; Zanier, 1992, EIS 30, 220, Taf. 60 ; Struck, 1996, Tab. 6, 56, Abb. 12. 26 ; Singidunum 1, N° 8, 89, Sl. 18. 8 ; Müller, 1999, Abb. 6. 36 ; Thiel, 2005, 310 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 715-717, 111-112, Taf. 18).
Secundini : Brigetio 32 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 75. b = Juhász, 1935, Nr. 282, 152, Taf. XLVIII. 282, ici attribuée à Rheinzabern et Westerndorf), Winden am See ( V (1946-1950) [1959] 99 = Gabler, 1979a, Nr. 56, 44). Secu^n^din f : Ad Statuas 33 (fig. 3 ; Gabler, 1989b, Nr. 90, 247, fig. 97. 90). Sec^u^n^din[ : Carnuntum (fig. 4 ; Groller, 1906, Nr. 18, 35, fig. 18). Sii[---]in[ : Ad Statuas Forma ? (fig. 5 ; Gabler, 1989b, N° 91, 249, fig. 95. 91).
E. 3 = Lud. V, g, 229. E. 5 : graphie similaire à Hofmann II, pl. XVI. 251. 1).
Il y a apparemment plusieurs potiers homonymes de Rheinzabern.
Datation : 160-233 (Gabler, 1989b, 247).

626562. SECUNDINUS et AVITUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 287 ; Visy, 1988, Abb. 5. 19 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 568 ; Luick, 1996, Nrs. 515-516, 278).
Secundavi : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1905, fig. 93). Secu[ : {Poetovio} 32 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 420, 42). ]ecundavi : Neckenmarkt (fig. 3 ; Lackner, A., 36 (1997) [1998] 832, Abb. 645). ]undavi : Aquincum 31 (fig. 4 ; Lebegyev, Márton, 2003,N° 170, 151, 14. kép 6, 19. kép 8). ]avi : Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 118, 8).
E. 2 : une attribution à Secundus ou Secundinus est également possible. E. 3 = Lud. V, b, 229.
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 251, 35).

627563. SECUNDUS -indéterminé de La Graufesenque-
OfiSec : Aquincum (CIL III, 12014. 506’ = Finály, 1906, N° 136, 99).
Plusieurs potiers homonymes ont travaillé à La Graufesenque ; parmi eux plusieurs ont signé comme officinator. Comme le dessin de cette estampille n’a jamais été publié, nous ne pouvons pas l’attribuer pour le moment.
Il s’agit probablement de la marque de Secundus II (45-70) ou III (65-100, Polak, 2000, 323-328).

628564. SECUNDUS I -Gr-
ºecunˆdi : Sirmium Ritt. 5 (fig. 1 ; Brukner, 1981, Nr. 78, 57, T. 1. 78). ecunˆdi : Sirmium Ritt. 5 (fig. 2 ; Brukner, 1981, Nr. 79, 57, T. 1. 79).
E. 1 : similaire à La Graufesenque, pl. 204. 380. 9. E. 2 : similaire à La Graufesenque, pl. 204. 380. 14.
Datation : M. Polak a tenté de regrouper les estampilles de Secundinus dans différents groupes chronologiques qui correspondent peut-être à différents potiers. Ces estampilles sont similaires aux signatures attribuées à Secundinus I. D’après la typo-chronologie des vases supports (Ritt. 5) elles datent de 15-40, ce qui est tout à fait en accord avec la datation proposée par M. Polak pour ce potier : 25-50 (Polak, 2000, 322). Une tentative de reclassification a été faite à l’occasion de la publication des estampilles provenant des fouilles récentes de La Graufesenque. Secundinus I est équivalent au Secundinus I établi là-bas, il est daté entre 15 et 70 (La Graufesenque, 243-244).

629565. SECUNDUS III -Gr- (sur le potier : Dickinson, 2001, 206 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 726-732, 112, Taf. 19).
]undi : Arrabona 27 (fig. 1 ; Gabler, 1967b, N° 9, 37, 4. ábra 9 = Instrumenta, Nr. 40, 75-76).

630Signalé probablement à Vindobona 18/31 (Rennweg 44 R 90/663).
E. 1 = ? La Graufesenque, pl. 205. 381. 10.
Secundinus III a probablement commencé sa carrière dans les années 60 et arrêté sa production au plus tard au début du IIe siècle. Il est identique au Secundinus II de la publication des fouilles récentes de La Graufesenque où il est daté sur une période étrangement longue : entre 70/80 et 150/170 (La Graufesenque, 244).
Datation : 70-110 (Polak, 2000, 325).

631566. T. FLAVIUS SECUNDUS -Gr- (sur le potier : Polak, 2000, 325).
OfTfS(←)ec : Carnuntum 18 (fig. 1 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 2, 168, Taf. 28. 2).
Datation : 80-120.

632567. L. TERTIUS SECUNDUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 290 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 735-736, 113, Taf. 19).
OfLESec : Brigetio 32 sic ! (fig. 1 ; CIL III, 12014. 506. b = Juhász, 1935, Nr. 285, 152, Taf. XLVIII. 285).
Cette estampille pose des problèmes. Elle a été publiée comme une signature de La Graufesenque, mais la forme du vase ne correspond pas avec cette identification. Nous ne connaissons pas de parallèle identique pour cette graphie. Il s’agit peut-être d’une signature mal lue de L Tertius Secundus (à comparer spécialement avec La Graufesenquepl. 210. 421. 1-2. Pour ce potier voir aussi : Jung, Schücker, 2006, 113). Il est daté entre 80 et 120 (Polak, 2000, 357).

633568. SECUNDUS -Gaule centrale, Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 289-290 ; Thevenot, 1950, N° 450, 345 ; Planck, 1975, Nr. 318-319, 242-243 ; Hofmann I, N° 177, 30 ; Hoffmann II, N° 82, 21 ; Härke, 1980, Nr. 2, 508, Abb. 10 ; Heiligmann-Batsch, 1997, 78, Abb. 31. 9).
Secundi m : Mursa 33 (Bulat, 1958, 79 = Gabler, 1964, 99), Savaria (Gabler, 1964, 99). Secundi m(↓) : Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 283, 152, Taf. XLVIII. 283, sans attribution). Siicundi : Vindobona (CIL III. 2.1, 6010.200). Siicu[ : Salla 31 (fig. 5 ; Zalalövő 1978, Nr. 106, 401, Abb. 66. 5). Sec[ : {Carnuntum} 27 (fig. 6 ; Trinks, 1959, Nr. 7, 50, Abb. 1. 7). ]ecundi m : Brigetio 33 (fig. 7 ; Juhász, 1935, Nr. 284, 152, Taf. XLVIII. 284).
E. 6 : il n’est pas certain qu’il s’agisse d’une estampille du Centre de la Gaule.
Plusieurs Secundus ont probablement travaillé à Lezoux. Secundus sur les sigillées moulées (CGP, Liste des potiers ; Bet, Delage, 1991, N° 184-185, 216, fig. 14. 184-185).
Datation : Lezoux phases 5-7, 150-170 (Tilhard, 2004, 254, d’après Ph. Bet et B. Hartley).

634569. SEDATUS -Le- (sur le potier : Oswald, Pryce, 1920, 123 ; Oswald, 1931, 290 ; Durand-Lefebure, 1946, N° 153, 170 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 46-47, pl. XII. 1, 71 ; Hofmann I, N° 178, 30 ; Lombard, 1978, 55-56, N° 295, 69 ; Artner, 1994, 34 ; Liberchies IV, N° 49, 179).
Se°da°ti°m : Carnuntum 33 ? (fig. 1 ; 16 (1977) [1978] 430, Abb. 413). Sedati m : Aquincum (Finály, 1906, N° 139, 100), Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 287, 152, Taf. XLVIII. 287), Carnuntum (Groller, 1906, 35), Gorsium 31 (fig. 5 ; Gabler, 1967a, Nr. 70, 43, 49 = Instrumenta, Nr. 48, 76), Sedati°m -in tabula ansata- : Aquincum 33 (fig. 6 ; Lebegyev, Márton, 2003, 82, 140, 8. kép 11, 19. kép 4). Sedatiºm : Aquincum (CIL III, 12014. 76. a = Finály, 1906, N° 138, 99), Carnuntum 33 ( 22 (1983) [1984] 299). Seˆdatiºm : Brigetio 33 (fig. 9 ; Juhász, 1935, Nr. 288, 152, Taf. XLVIII. 288). Sedati[ -in tabula ansata- : Aquincum 33 (fig. 10 ; Vámos, 2002, Nr. 251, 71, 43. kép 7, 46. kép 11). Se^dat[ : Carnuntum (fig. 11 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 335, 170, Taf. 33. 335). Sed[ : Salla 33 (fig. 12 ; Zalalövő 1978, Nr. 107, Abb. 66). Se[ : Fertőrákos 31 (Gabler, 1973b, Nr. 6, 152, Abb. 11. 6). S[..]ati[ : Aquincum 31 (fig. 14 ; Vámos, 2002, Nr. 179, 61, 36. kép 4, 46. kép 18). ]Sedatus : Carnuntum 31 (fig. 15 ; Gabler, 1994a, Abb. 2. 4).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 101).
E. 9 = Walke, 1965, Taf. 44. 341. E. 10 = Bet, 1988, N° 810-1, 250.
Datation : 125-150 (Instrumenta, Nr. 48, 76 et Tilhard, 2004, 254), 130-150 (Hartley, 2000, 197 ; Dickinson, 2001, 206).

635570. SEDATUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 229 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 389).
Sedatus fe[ : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1906, Nr. 13, 35).
E. 1 : graphie proche de Hofmann II, pl. XVI, 252. 1.
Datation : 180-235.

636571. {SEGILLUS}
Segilli : Vindobona (Kenner, 1911, 155b).

637572. SENEA ou SENILA -Le- (sur le potier : Curle, 1911, 241 ; Oswald, 1931, 292 ; Krämer, 1957, 91 ; Quitaud et alii, 1970, 268 ; Hofmann I, N° 179, 30 ; Chur 2,127, 96 ; Dickinson, 1999, 277).
Seniiaºm : Brigetio 27 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 289, 152, Taf. XLVIII. 289), Gorsium (fig. 2 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 12, 71).
E. 2 = Dannell, 1971, N° 88, 315.
Datation : il est situé par Ph. Bet dans la phase 7 de Lezoux (Tilhard, 2004, 254). Le dépôt de Gorsium a été caché vers 170/180. Le tesson trouvé à Brigetio est également brûlé (Gabler, 1994a, 366). On peut proposer une datation entre 170 et 180 pour ses estampilles trouvées en Pannonie.

638573. SENICIO ou SENECIO -Gr, Ro- (sur le potier : Oswald, 1931, 291-292 ; Rolland, 1944, N° 80, 215 ; Karnitsch, 1959, 25 ; Mary, 1967, 45 ; Hoffmann I, N° 160, 18, N° 240, 19 ; Dannell, 1971, N° 87, 314 ; Bémont, 1976, Nos351-354, 73-74 ; Dickinson, Hartley, 1982, 120-123 ; Roquette et alii, 1989, N° 120, 299, fig. 6 ; Barthèlemy, Depierre, 1990, N° 52, 28, 84 ; Dickinson, 1991, N° 84, 50, N° 179, 54 ; Fasold, 1991, 88 ; Kraus, 1992, Nr. 377, 70 ; Mees, 1995b, 95, 119 ; Dickinson, 2001, 206 ; Gabler, 2002b, 92 ; Jung, Schücker, 2006, 113).
Sen(← ?)n(←)iciu[ : Arrabona 27g (fig. 1 ; Börzsönyi, 1907, 38 = ? Gabler, 1964, 98 = Gabler, 1967b, N° 8, 33-35, 4. ábra 8, 31 = Instrumenta, Nr. 39, 74).
Senicio a travaillé à La Graufesenque et au Rozier (Tilhard, 2004, 254).
Datation : de Tibère à Vespasien, 45-80 (Polak, 2000, 328).

639574. SENICIUS -Gr-
Voir Nicius -Gr- E. 1.

640575. SENNIUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 293 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 46-47, pl. XII. 7, 71 ; Hofmann I, N° 260, 31.
Sennius f : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1905, fig. 101. 9). ]ennius f : Gorsium 33 (fig. 2 ; Gabler, 1964, 101 = Gabler, 1967a, Nr. 71, 43, 49 = Instrumenta, Nr. 47, 76).
Signalé à Aquincum (Gabler, 1964, 101).
Sur les vases de Cinnamus et Flo. Albinus (Dickinson, 1991, N° 149, 52-53).
Datation : 150-180 (Dickinson, 1991, 52-53).

641576. SEVERIANUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 295-296 ; Schönberger, 1956, Nr. 9, 70 ; Walke, 1965, 35-36 ; Hofmann, 1968a, 178-179 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 134, 193 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 155, 391, 815 ; Thiel, 2005, 310).
Siiviiriˆaˆnˆus f : Brigetio 32 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 290, 152, Taf. XLVIII. 290), Vindobona (fig. 2 ; Kenner, 1900, 58, fig. 51. o). Sevari[.]nus : Siscia 32R (fig. 3 ; Koščević, Makjanić, 1995, 67, fig. 37. 16). Siiverianus(←) f : Vindobona (fig. 4 ; Kenner, 1900, 50 fig. 43). Severia[ : Carnuntum (fig. 5 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 44, 54, 57). ]everian[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 45, 221).
E. 2 : le ductus de cette estampille est similaire à Hofmann II, pl. XVI. 256. 5. E. 4 = Lud. V., d, 229. E. 5. = Lud. V, c, 229.
Datation : identique à un Severianus connu par un moule (Mees, 2002, 361 ; Scholz, 2006, 164). Il a travaillé au IIIe siècle (Mees, 2002, 361) et date peut-être de la deuxième moitié du IIIe siècle (Scholz, 2006, 164).

642577. SEVERINUS -Rh ?, We- (pour le potier de Rheinzabern : Lud. V, 230 ; Oswald, 1931, 296 ; Streitberg, 1973, 149 ; Jung, Schücker, 2006, 113).
Severinus : Carnuntum (fig. 1 ; Groller, 1906, Nr. 11, 34), lieu inconnu en Pannonie (fig. 2 ; Bulat, 1958, Nr. 64, 82, Sl. 12. 64).
Il était un finisseur d’Helenius (Gabler, Kellner, 1993, 193).
Datation : 180-235.

643578. SEVERUS -Indét-
]erusºfeci : Poetovio (Abramić, 1925, 120 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 433, 43).
Signalé à Poetovio (Abramić, 1925, 96), à Savaria (Gabler, 1964, 101) et à Scarbantia (Gabler, 1964, 101).

644579. SEVERUS II -Gr- (sur le potier : Gaitzsch et alii, 1990, Abb. 23. 6 ; Greene, Hartley, 1995, N° 32, 93 ; Hartley, 2000, 197 et s’il est identique au Severus connu de sigillées moulées : Mees, 1995b, 96-97).
Offic Seve : Vindobona 18/31 sic ! (Rennweg 44 FNR 89/489). O^f Severi : Salla 15/17 ? (fig. 2 ; Zalalövő 1978, Nr. 105, 401, Abb. 63. 10). OfSeveri Vindobona (Kenner, 1911, 155b). OSever : Poetovio 27 (Mikl-Curk, 1965, 81, Tab. 5. 7). Of ° Seˆveri[ : Carnuntum 15 (fig. 5 ; Kandler-Zöchmann, 2002, Nr. 89, 62, Taf. 15. 89).
E. 2 : similaire à Polak, 2000, pl. 22. F 130. E. 5 : similaire à Polak, 2000, pl. 22. S 133 ; Pferdehirt, 2003, F 847, 409, Abb. 134, et Jung, Schücker, 2006, 748, 114. Severus II est daté entre 70 et 100.Datation : 65-100 (Polak, 2000, 332-333).

645580. SEVERUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 297-298 ; Bémont, 1994, N° 205, 90, fig. 54 ; Romeuf, 2000, 48, pl. 36. 164-167).
Severusf : Adony (fig. 1 ; Barkóczi, Bónis, 1954, Nr. 8, 154, Abb. 16. 13, Taf. XLIII. 4) ; Tokod (fig. 2 ; Gabler, 1964, 101 = MRT 5, 25. t. 12 = Instrumenta, Nr. 205, 136). Siiviirus f : Aquincum (Torma, 1882, N° 46, 221 = Finály, 1906, N° 145, 100 = Oswald, 1931, 298 = Gabler, 1976, ad Nr. 215, 48). °Siiviireiºof : Aquincum (Ψ Finály, 1906, N° 141, 100). °Siiviiri°of : Gorsium 31 (fig. 5 ; Gabler, 1967a, Nr. 72, 43, 49). Siiviiri m : Brigetio 33 (fig. 6 ; Juhász, 1935, Nr. 291, 153, Taf. XLVIII. 291), Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 283, 36), Vindobona 18/31 (Donat, 1999, 212). Lieu inconnu en Pannonie (fig. 9 ; Bulat, 1958, Nr. 74, 83, Sl. 12. 74).
E. 1 = Tilhard, 2004, pl. 47. 482. 3.
On ne peut pas exclure qu’il s’agisse des estampilles de plusieurs potiers homonymes de Lezoux.
Datation : Lezoux phase 7 (Tilhard, 2004, 256), vers 160-180 en Pannonie.

646581. SEVERUS -Rh- (Oswald, 1931, 298).
Severus fecit : Aquincum 32 (Nagy, 1941, N° 19, 216-217). Severus feci : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Siiviir[ : Vindobona 31R (fig. 3 ; Kenner, 1909, fig. 23. d = Mosser, 1999, Nr. 32, 68, Abb. 16. 32). ]Siiviirus fii : Poetovio 32 (fig. 4 ; Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 390), Poetovio (Mikl-Curk, 1981, 62, fig. 61). ]iviirus fii : Siscia 33 (fig. 5 ; Koščević, Makjanić, 1995, 67, fig. 37. 17). ]rus fii : Aquincum 31 (fig. 6 ; Gabler, 1976, Nr. 215, 48).
E. 1 = Lud. V, b, 230. E. 3 = ? Hofmann II, pl. XVII. 257. 1. E. 4 = Hofmann II, pl. XVII. 257. 1. E. 6 : graphie proche de Hofmann II, XVII. 257. 1.
Datation : 160-235.

647582. SEVVO -Rh- (sur le potier : Lud. V, 230 ; Oswald, 1931, 299 ; Pétry, 1972, 394 ; Baatz, 1976, Nr. 131, 46 (H. -G. Simon) ; Hofmann II, N° 258, 35 ; Liberchies IV, N° 50, 17 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 255, 392 ; Biegert, 2003, Nr. 85, 18 ; Konrad, 2005, B8, 51, Taf. 32 ; Thiel, 2005, 310 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 754, 114, Taf. 19).
Sevvoºfec : Brigetio 32 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 522. a-b, deux estampilles ? = ? Juhász, 1935, Nr. 292, 153, Taf. XLVIII. 292). Siiv° [v]o º fe : Surčin 31 (fig. 2 ; Brukner, 1981, Nr. 76, 56, T. 2. 76). Sevvo f ← : Burgenae 32 (fig. 3 ; Brukner, 1981, Nr. 77, 57, T. 2. 77), Poetovio 31 (fig. 4 ; Mikl, 1961, 153 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 466, 44, T. XXII), Siscia 31 (fig. 5 ; Koščević, Makjanić, 1995, 67, fig. 37. 18).
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 258, 35), 170-250 (Baatz, 1976, Nr. 131, 46).

648583. SEXTUS -Le - (sur le potier : Oswald, 1931, 299-300 ; Walke, 1965, Taf. 34, 117 ; Hoffmann I, N° 184, 30 ; Planck, 1975, 242 ; Bet, Delage, 1991, N° 27, 214, fig. 1. 27 ; Bémont, 1994, N° 209, 90, fig. 54 ; Tilhard, 2004, 257).
Siixtiºm : Aquincum 33 (fig. 1 ; Zsidi, 1997, 126, Abb. 14. Grab 4. 4), Brigetio 33 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 295, 153, Taf. XLVIII. 295 = Kuzmová, 1992, Nr. 101, 52, Tab. 7. 101, 57. 101), Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 296, 153, Taf. XLVIII. 296), Carnuntum (fig. 4 ; Heydendorff, 1949, Nr. 39 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 45, 54, 57), Poetovio (fig. 5 ; Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 233, 34, T. XXII), Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Sexti m : Brigetio 33 (fig. 6 ; CIL III, 12014. 80. c = Juhász, 1935, Nr. 294, 153, Taf. XLVIII. 294), Matrica (Kovács, 1999, 67). Sextus fe : Brigetio 32 (fig. 8 ; CIL III, 12014. 80. d = Juhász, 1935, Nr. 293, 153, Taf. XLVIII. 293). Sexti°m[ : Mursa 33 (fig. 9 ; Bulat, 1958, Nr. 65, 82, Sl. 12, 65). Siixti : Savaria (Gabler, 1964, 101), Ráckeve (CIL III, 12014. 80. b). Sextus[ : Poetovio (fig. 12 ; Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, T. 22). ]extus[.]f : Vindobona (Kenner, 1911, 155b).
Il a travaillé en tant que finisseur de Paternus (Karnitsch, 1959, 32 ; Hofmann, 1967, 129-132 ; Liberchies IV, N° 50, 179).
Datation : 165-200 (Dickinson, 1986b, 210), 160-200 (Dickinson, 2001, 206). Avant 180 en Pannonie.

649584. SILVANUS -Indét-
Silºvani : Aquincum (Torma, 1882, N° 49, 221 = Finály, 1906, N° 146, 100 = Oswald, 1931, 301, ici attribuée à La Graufesenque). Silvˆani[ : Carnuntum 27 (fig. 2 ; Trinks, 1961, Nr. 28, 46, Abb. 1. 9). Silvˆa[ : Carnuntum 27 (fig. 3 ; Trinks, 1961, fig. 3 ; Nr. 8, 50-52, Abb. 1. 8).
Les estampilles de Silvanus de La Graufesenque (30-80, Polak, 2000, 335) sont souvent mélangées dans la bibliographie (chez Oswald également) avec celles de son homonyme de Lezoux (125-150, Dickinson, 1991, 54, inconnu pour Oswald). Leurs graphies sont similaires (comparaison par ex. avec Polak, 2000, pl. 23. S 148, 156 avec Bet, 1988, 835-1). Ces estampilles ont été publiées sans attribution. D’après les dessins publiés (E. 2 et E. 3), il est difficile d’identifier le poinçon. Il semble plus prudent de les classer comme des estampilles de Silvanus indéterminé.

650585. SILVANUS -Gr-
Silºvani : {Aquincum} (Torma, 1882, N° 49, 221 = Finály, 1906, N° 146, 100 = Oswald, 1931, 301).
E. 1 : voir commentaire pour Silvanus -Indét-.

651586. SILVINUS I ou II -Gr-
Of [.]ilvini : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 134). ]ilvºiºof : Vindobona (Kenner, 1911, 155b).
Les estampilles portant le nom de Silvinus peuvent appartenir à deux potiers différents : Silvinus I peut être daté entre 30 et 65, Silvinus II entre 65 et 95 (Polak, 2000, 336-337 et La Graufesenque, 248-249). Tous les deux ont signé comme officinator. Ces estampilles ont été publiées sans reproduction, on ne peut donc pas les attribuer, mais les lieux de découverte conduiraient davantage à les classer parmi les signatures de Silvinus II.

652587. SILVINUS II -Gr- (sur le potier : Dickinson, 2001, 207 ; La Graufesenque, 248-249).
OfSilvin : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 297, 153, Taf. XLVIII. 297).
P. 1 : similaire à Polak, 2000, S166, 337 et à Jung, Schücker, 2006, Taf. 20. 762.
Datation : 65-95 (Polak, 2000, 337).

653588. SINTO -Rh- (sur le potier : Lud. V, 230 ; Hofmann II, N° 259, 35 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 504-505 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 771-771, 115, Taf. 20).
Sinto fe ← : Poetovio 33 (fig. 1 ; Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 304 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 384, 40).
Datation : 180-235.

654589. SIRUMOPUS ? –Rh ?-
Sirumopu : Brigetio 31 (fig. 1 ; Juhász, 1935, 141, Taf. XLV. 108 = Kuzmová, 1992, Nr. 106, 53, Tab. 8. 106, 57. 106).
Datation : 180-235 ?

655590. SODALIS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 304 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 145, 663).
Sodalis fe : Brigetio 32 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 298, 153, Taf. XLVIII. 298).
E. 1 = Jung, Schücker, 2006, Nr. 773, 115. Il pourrait s’agir d’un poinçon cassé (?).
Datation : 160-235.

656591. SOLINUSouSOLLINUS-Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 305 ; Hofmann I, N° 185, 30 ; Bet, Delage, 1991, N° 193, 217, fig. 14. 193 ; Tilhard, 2004, 258).
Sol[ : {Matrica} 31R (fig. 1 ; Topál, 1981, 84, pl. X. 30. 8, ici attribuée à Sollemnis de Heiligenberg).
E. 1 : cette estampille est très différente des marques connues de Sollemnis de Heiligenberg (comparaison avec Forrer, 1911, Taf. XVII. 64), elle est peut-être identique à Bet, 1988, N° 844-3, 261, mais cette attribution reste incertaine. Une attribution à Sollemnis de Rheinzabern est également possible.
Datation : Lezoux phase 7, 160-200 (Dickinson, 1986c, 195 ; Rogers, 1999, 248-249). Avant 180 en Pannonie.

657592. SOLLEMNIS -Indét-
Sollemnis : Aquincum 27 (Nagy, 1931, 70). Solle[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 47, 221 = Finály, 1906, N° 147. a, 100). Solem[ : Carnuntum (Heydendorff, 1952, Nr. 163, 12). Solle[ : Vindobona (Rennweg 44 FNR 350).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 101).

658593. SOLLEMNIS -He-
Voir : Solinus -Le- E. 1.

659594. SOLLEMNIS -Rh- (sur le potier : Thiel, 2005, 310 ; Jung, Schücker, 2006, 115).
Sollemnis f : Aquincum (Szilágyi, 1945, 458 = ? Gabler, 1964, 101), Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 86, 7). Sole^mnis f : {Carnuntum} (fig. 3 ; Groller, 1906, Nr. 2, 34). So[-]e[--]is f : Carnuntum 31R (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 140, 463). Solle[ : Gorsium assiette (Bánki, 1987, Nr. 316, 206, Taf. X). ]llem^nis f : Aquincum (Torma, 1882, N° 48, 221 = Finály, 1906, N° 147. b, 100).
E. 3 : selon la publication, il pourrait s’agir d’une imitation de sigillée.
Datation : 160-235.

660595. SOLLO ou SOLLIUS ou SOLLUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 230 ; Walke, 1965, 35, Taf. 35, 119 ; Hofmann II, N° 260, 35 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 138, 195 ; Simpson, 1982, S154, 170, 169 ; Konrad, 2005, B9, 51, Taf. 32).
Sollo fec : Aquincum (Finály, 1906, N° 148, 100 = Oswald, 1931, 305), Aquincum (Nagy, 1937, 263, ici Solio fec). Sollo f : Poetovio 33 (fig. 3 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 378, 40, T. XXII). Sollo f[ : Carnuntum (fig. 4 ; Heydendorff, 1952, Nr. 163 = ? Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 46, 54, 57).
Datation : fin du IIe-début du IIIe siècle (Simpson, 1982, S154, 170, 169). Au contraire, M. Scholz l’a datée du deuxième tiers du IIIe siècle (Scholz, 2006, 166), ce qui, si l’on ne suppose pas l’existence de plusieurs potiers, semble être trop tardif.

661596. STABILIS -Rh, We ? et Pf ?- (sur le potier : Lud. V, 230 ; Walke, 1965, Taf. 34, 118 ; Hofmann II, N° 261, 35 ; Stümpel, 1978, Abb. 7. 25 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 139, 195 ; Schönberger, Simon,1983, Nr. 408, 90 ; Bjelajac, 1990, Nr. 115, 140 ; Heiligmann, 1990, Liste 8, Nr. 42, 216 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 68-69, 258-261 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 777, 116, Taf. 20).
Stabilis f : Aquincum (Finály, 1906, N° 149. a, 100 = Oswald, 1931, 306), {Brigetio} 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 300, 153, Taf. XLVIII. 300 = Eichler, 1937, Nr. 300, 159, Taf. VI. 5, ici Hablilis f), Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 301, 153, Taf. XLVIII. 301), Brigetio 32 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 302, 153, Taf. XLVIII. 302), Brigetio 32 (fig. 5 ; Juhász, 1935, Nr. 303, 153, Taf. XLVIII. 303), Brigetio 32 (fig. 6 ; Juhász, 1935, Nrs. 304-305, 153, Taf. XLVIII. 304 et 305 = Eichler, 1937, Nr. 304, 159), Brigetio 32 (fig. 7 ; Fényes, 2002, N° 294, 321, T. XLIV), Carnuntum (Kenner, 1937, 82), Intercisa 31 (Intercisa II, Nr. 215, 107), Mursa ? 31 (fig. 10 ; Bulat, 1958, Nr. 66, 83, Sl. 12), Poetovio (fig. 11 ; Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 306 = ? 32 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 390, 41, T. XXII), Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 421, 42), Vindobona (Kenner, 1909, 65b = Oswald, 1931, 306), Vindobona (Kenner, 1909, 790), Vindobona 32 (Kronberger, 2005, Grab B12, 242). Stabil[ : Guntramsdorf 31 (R-Heimatsmuseum). ]tabilis f : Carnuntum (fig. 17 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 47, 54, 57. St[ : Gerulata 31R ou 32R (fig. 18 ; Radnóti, Gabler, 1982, 63, 7. kép 3, 59 = Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 198, 75, Taf. 22. 198). ]abilisf[ : Siscia assiette (fig. 19 ; Makjanić, 1996, Nr. 129). ]bilis : {Aquincum} (Finály, 1906, N° 179, 100).
Peut-être sur des sigillées moulées : Arrabona (Gabler, 1964, 103), Solva (Gabler, 1964, 103).
L’estampille publiée au CIL provenant de Brigetio (CIL III, 12014. 81. a) est sans doute identique à une autre publiée par Gy. Juhász.
E. 2 : il pourrait s’agir de la marque d’Habilis.
Il a peut-être travaillé également à Westerndorf (Streitberg, 1973, 150 ; Prammer, 1975, 134).
Datation : 180-220 (Christlein, Kellner, 1969, 154-155).

662597. {STATUS}
Stati m : Vindobona (Kenner, 1911, 155b).

663598. STATUTUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 230 ; Hofmann II, N° 262, 35 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 140, 196 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 147, 262-263, 508, 764 ; Pferdehirt, 2003, F 854, 408, Abb. 134 ; Jung, Schücker, 2006, 116).
Statutus fe : Aquincum (Finály, 1906, N° 150, 100 = Oswald, 1931, 306), Brigetio 32 (fig. 2 ; CIL III, 12014. 537 = ? Juhász, 1935, Nr. 306, 153, Taf. XLVIII. 306 = Eichler, 1937, Nr. 306, 159).
Datation : peut-être identique à un potier connu par des sigillées moulées (Mees, 2002, 360 ; Scholz, 2006, 166). Deuxième tiers du IIIe siècle.

664599. SUADILLIUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 230 ; Walke, 1965, 35 ; Hofmann II, N° 263, 35 ; Baatz, 1976, Nr. 132, 46 (H. -G. Simon) ; Zanier, 1992, EIS 33, 220, Taf. 60 ; Dickinson, 2001, 207 ; Jung, Schücker, 2006, 116).
(S)uadillius f : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 307, 153, Taf. XLVIII. 307 = Eichler, 1937, Nr. 307, 159, Taf. VI. 12).
Il a également travaillé à Heiligenberg.
Datation : 160-190 (Dickinson, 2001, 207).

665600. SUARAD -Ba- (sur le potier : Oswald, 1931, 307 ; Lombard, 1978, N° 109, 36 ; Hofmann, 1986, fig. 10 ; Faber, 1994, 209, Beil. 5. 88 ; Meyer, 2003, Abb. 40, 675, Anlage 9, 668-669, avec la distribution de sa production).
Suaraˆd : Carnuntum 15/17 (fig. 1 ; Trinks, 1961, Nr. 10, 52, Abb. 1. 10). Suara : Aquincum (Finály, 1906, N° 151, 100). ]Suara : Brigetio 32 sic ! (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 308, 154, Taf. XLVIII. 308). Suara[ : Mursa 32 sic ! (fig. 4 ; Bulat, 1987, Nr. 4, 56, Sl. II. 9). Sua[ : Aquincum 32 sic ! (fig. 5 ; Gabler, 1976, Nr. 216, 48). Su[ Carnuntum (fig. 6 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 12, 168, Taf. 28. 17).
Datation : sa production a été retrouvée à Rheinzabern dans une sépulture avec de la sigillée locale (Polak, 2000, 30), cca. 100-140.

666601. {SUARDUS}
Suardi m : Vindobona (Kenner, 1909, 78b).

667602. SUCCESSUS -Gr, Ro- (sur le potier : Oswald, 1931, 307 ; Polak, 2000, 339 ; Jung, Schücker, 2006, 116).
Succes : Vindobona (Ψ Kenner, 1911, 145a, ici Succhs).
Datation : 40-80 (Polak, 2000, 339).

668603. SUOBNEDO -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 308 ; Pinel, 1969, 25).
Suobnedo f : Gorsium 33 (fig. 1 ; Gabler, 1967a, Nr. 73, 43, 49), Gorsium 33 (Gabler, 1967a, Nr. 74, 43). Suobnedo : Aquincum 31 (Szirmai, 1980, j. 44, 193), Bakonyszentlászló ? 33 (Gabler, 1967a, ad Nr. 73, 43 = Csirke et alii, 2006, 2. 3. sz., 106). Suobn^e[ : Gorsium 33 (Gorsium 1974, Nr. 8, 211, IV. t. 10).
Datation : Lezoux phase 6-7 ?, 150-200 (Tilhard, 2004, 260). Avant 180 en Pannonie.

669604. SUOBNILLUS -Indét-
Suobnilli : Aquincum (Finály, 1906, N° 152, 100 = Oswald, 1931, 309, ici attribuée à Lezoux).
]suobn[ : Carnunutum (Ψ 33 (1994) [1995] 575, Abb. 795).
Suobnillus de Westerndorf était inconnu pour F. Oswald. Ceci a entraîné une confusion dans les attributions faites d’après sa monographie. En fait les estampilles de deux potiers sont similaires (comparaison avec Tilhard, 2004, 501, pl. 49 ; avec Streitberg, 1973, Abb. 6. 35).

670605. SUOBNILLUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 309 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 48-49, pl. XII. 45-46, XIII. 1-3, 71-72 ; Popilian, 1973, 189 ; Jung, Schücker, 2006, 116).
Suobnilli : {Aquincum} (Finály, 1906, N° 152, 100 = Oswald, 1931, 309, ici attribuée à Lezoux), Gorsium 33 (fig. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 75, 43, 49), Brigetio 33 (fig. 3 ; CIL III, 12014. 542a ou b = ? Juhász, 1935, Nr. 310, 154, Taf. XLVIII. 310, ici attribuée à Lezoux = Streitberg, 1973, 150, ici attribuée à Westerndorf). Suobnill : Brigetio 33 (fig. 4 ; Brigetio (CIL III, 12014. 542. a ou b = ? Juhász, 1935, Nr. 309, 154, Taf. XLVIII. 309 = Eichler, 1937, Nr. 309, 159). Suo[.]nilli m : Vindobona 27 (Rennweg 44 FNR 90/611). Suobnil[ : Sirmium 33 (fig. 6 ; Brukner, 1981, Nr. 81, 57, T. 2. 81). Suobn[ : Carnuntum 31 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 77, 457).
E. 1 : publiée sans dessin. Suobnillus de Westerndorf a également utilisé la même formule. Toutes ces estampilles appartiennent au même potier. La fabrique de E. 2 a été identifiée comme lezovienne, il s’agit donc de marques du potier de Lezoux.
Datation : Lezoux phase 6-7 (?), 150-200 (Tilhard, 2004, 260).

671606. SUOBNILLUS -We, Pf ?- (sur le potier : Christlein, Kellner, 1969, 153-154, Abb. 34. 18 ; Streitberg, 1973, 150).
Suobnilli : {Brigetio} (Juhász, 1935, Nr. 310, 154, Taf. XLVIII. 310 = Streitberg, 1973, 150, ici attribuée à Westerndorf). Suobni[ : Carnuntum (fig. 2 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 48, 54, 57).
Datation : 180-235.

672607. SUOBNUS -Mr- (sur le potier : Oswald, 1931, 309 ; Hofmann II, N° 77, 15 ; Galliou, 1978, 23 ; Romeuf, 2000, 48, pl. 36. 176-181).
Suobniºm : Aquincum 31 (fig. 1 ; Vámos, 2002, Nr. 178, 36. kép 3, 46. kép 19). Suobni m : Aquincum (Kuzsinszky, 1889, N° 11, 161).
E. 1 = Terrisse, 1968, pl. LIV, Suobnus, N° 3.
Il a travaillé également à Lezoux (Bet, 1988, 264).
Datation : 135-155 (Dickinson, 1999, 277, « one of the later potters at Les Martres. Stamps from several of his dies occur in Antonine Scotland »).

673608. SURIUS -Le-
Voir Casurius E. 6 et E. 7.

674609. {TABURO}
Taburo f : Intercisa 31Intercisa II, Nr. 214, 107).

675610. TANCONUS -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 311).
Tanconi m : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 548 = ? Juhász, 1935, Nr. 311, 154, Taf. XLVIII. 311 = Kuzmová, 1992, Nr. 103, 53 ; Tab. 8. 103, 57. 103), Azaum 33 ou 27 (fig. 2 ; Horváth, 2003, Nr. 54, 163, Abb. 13. 15). Tanc[ : Königshof (Groller, 1905, 61 = Thomas, 1964, 169). ]anconi : Vindobona (fig. 4 ; Kenner, 1900, 57, fig. 51. d).
Datation : indatable (Hoffmann I, N° 186, 30). Il a signé sur 27, dans la sépulture 120 de Courroux dans laquelle son vase était accompagné d’une monnaie d’Antonin le Pieux (Martin-Kilcher, 1976, Grab 120, 26).

676611. TARVACUS -We-
Tarvac f : Brigetio 32 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 312, 154, Taf. XLVIII. 312). Tar[...]c f : St. Martin an der Raab Lud. Tb (fig. 2 ; Lamm, 2007, 399, Taf. 3. X8).
E. 2 : Streitberg, 1973, Abb. 6. 38.
Datation : 180-233.

677612. TASCILLUS ou TASGILLUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 312 ; Karnitsch, 1959, 31 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 48-49, pl. XIII. 15-17, 72 ; Schönberger, Simon, 1966, 25 ; Hofmann II, N° 88, 15 ; CGP, 93-94).
Tascil[---]ºm : Aquincum 33 (fig. 1 ; Vámos, 2002, Nr. 253, 71, 43. kép 9, 46. kép 20). Tas[.]gilli m : Vindobona (fig. 2 ; Kenner, 1900, 34, fig. 29, ici Tas. inim).
E. 1 = Siesbach 40, Abegg, 1989, Nr. 16, 199, Taf. 20. 8.
Plusieurs Tasgillus ont travaillé à Lezoux et aux Martres-de-Veyre (Terrisse, 1968, 81, 85, pl. LIV ; Vanderhoeven, 1974, Nr. 86, 24 ; Tilhard, 2004, 261). Deux potiers ont participé à la production décorée en relief : Tasgillus I = Potier X-8 (100-120, CGP, 94 ; Rogers, 1999, 252, 323-325 ; Hartley, 2000, 197), Tasgillus II a travaillé à Toulon-sur-Allier entre 120 et 140 (Rogers, 1999, 253-254). Cette estampille est probablement attribuable à un autre Tasgillus (Tasgillus III). Il s’agit probablement du même potier qui a été retrouvé dans le groupe des ateliers de Saint-Jean sur un 42, qui est daté à Lezoux de la phase 5-6 (Bet, 1988, 269).

678613. TAURAG -We- (sur le potier : Streitberg, 1973, 150.
Taurac f : Cibalae (Dimitrijevic, 1979, Taf. 21/7).
Datation : 200-235.

679614. TAURICUS -Le*- (sur le potier : Thevenot, 1950, N° 462, 346 ; Hartley, 1972, 17 ; Planck, 1975, 244 ; Hoffmann I, N° 188, 130 ; Castella, 1987, Tombe 36, N° 40, 99 ; Rodwell, 1987, N° 31, 97).
Tauricus f : Aquincum (Torma, 1882, N° 51, 221, ici Tauricull[ = CIL III, 12014. 551 = Finály, 1906, N° 154, 100 = Oswald, 1931, 313). Taurici : Arrabona (Gabler, 1964, 101). Tauric[ : Brigetio 33 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 314, 154, Taf. XLVIII. 314), ]Taurici f : Brigetio 33 (fig. 4 ; CIL III, 12014. 552. a = ? Juhász, 1935, Nr. 313, 154, Taf. XLVIII. 313) ]Taurici[ : Aquincum (fig. 5 ; Juhász, 1936, 35, 28. kép 9, 34).
Signalé à Savaria 33 (Savaria Múzeum inv. N° 53. 199. 65).
E. 5 = Walke, 1965, Taf. 44. 363.
Datation : sa production a pu être retrouvée dans les niveaux de destruction liés aux guerres des Marcomans et des Sarmates (Gabler, 1994a, 366). 150-165 (Rodwell, 1987, 97), Lezoux phase 6-7, 150-180 (Tilhard, 2004, 261, d’après Ph. Bet et B. Hartley).

680615. TAURUS -La, Rh- (sur le potier : Groller, 1908, Nr. 3, 108, fig. 51 ; Lud. V, 231 ; Oswald, 1931, 313-314 ; Chenet, Gaudron, 1955, N° 112, 173 ; Hofmann II, N° 264, 35 ; Kuzmová, 1997, Nr. 8, 120, Taf. 11. 2).
Taurus fe : Müllendorf ( VI (1951-1955) [1967] 85). Taurus[ : Carnuntum (fig. 2 ; Groller, 1906, Nr. 15, 35). Ta^urus[ : Carnuntum. 38 (fig. 3 ; Rauchenwald, 1997, Nr. 336, 170, Taf. 33. 336).
Datation : 160-190.

681616. TEDDILUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 314).
Te^dºdiº m : {Gerulata} 18/31 (fig. 1 ; Radnóti, Gabler, 1982, 63, 7. kép 1, 59 = Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 197, 75, Taf. 21. 197).
E. 1 : attribution incertaine.
Datation : 130-160 (Dickinson, 2001, 202).

682617. TERTULLUS ou TERTULUS -We- (sur le potier : Oswald, 1931, 315 ; Kellner, 1961, Nrs. 17-18, 180-181 ; Christlein, Kellner, 1969, Abb. 34. 19 ; Streitberg, 1973, 150, Abb. 7. 7-12 ; Singidunum 1, Nr. 15, 89, Sl. 18. 15).
Tertullus f : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 83. a = ? Juhász, 1935, Nr. 315, 154, Taf. XLVIII. 315), Gorsium 38 (Bánki, 1987, Nr. 276, 230, Taf. XLVIII), Mursa 31 (fig. 3 ; Bulat, 1958, Nr. 67, 83, Sl. 12). Tertulus : Brigetio (fig. 4 ; CIL III, 12014. 83. b, ici Tertulus f = ? Juhász, 1935, Nr. 316, 154, Taf. XLVIII. 316 = Streitberg, 1973, 150).
E. 1 et 2 : par le même poinçon.
Datation : sa production a été retrouvée dans un four de Westerndorf avec celles de Comis et Stabilis à la fin du IIe-début du IIIe siècle (Prammer, 1975, 141-142).

683618. TIBERIUS ou TIBERUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 316 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 50-51, pl. XIII. 31, 72 ; Walke, 1965, 34, Taf. 37. 19 ; Hoffmann I, N° 265, 32 ; Simpson, 1982, S168, 171).
Tiberiºm : Carnuntum (fig. 1 ; Heydendorff, 1949, Nr. 41 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 49, 54, 57). Tibe[ : Gorsium 27 (fig. 2 ; Gabler, 1967a, Nr. 76, 43, 49).
E. 2 = Walke, 1965, Taf. 44, 365 = ? Bémont, 1994, N° 153, 84, fig. 54.
Datation : Lezoux phases 6-7 (Tilhard, 2004, 262), 150-180 (Simpson, 1982, S168, 171, d’après B.R. Hartley).

684619. TICOTALUS ou TIGOTALUS ou TICOTATUS -Le-
Ticotati m : Mursa 33 (fig. 1 ; Bulat, 1958, Nr. 68, 83, Sl. 12. 468). Tigotali ° m : Savaria (CIL III, 12014. 260. 262).
Il était probablement un finisseur de Cinnamus et Aduocisus (CGP, 248, 319 ; Bet, Delage, 1991, N° 25, 214, fig. 1. 25 ; Rogers, 1999, 254).
Datation : 160-170 ou 150-180 (Tilhard, 2004, 262, d’après B. Hartley).

685620. TITTIUS ou TITIUS -Le- (sur le potier : Walke, 1965, Taf. 36, 119 ; Hartley, 1972, 17.
Tittius fe : Albertfalva (Nagy, 1947, 94 = Gabler, 1976, ad Nr. 217, 48), Aquincum 31 (fig. 2 ; Gabler, 1976, Nr. 218, 48), Aquincum (Finály, 1906, N° 155, 100 = Oswald, 1931, 317), Aquincum (Finály, 1906, N° 155, 100), Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 378), Gorsium 31 (fig. 6 ; Gabler, 1967a, Nr. 79, 44), Gorsium 31 (Gabler, 1967a, Nr. 80, 44). Tittius : Aquincum (Torma, 1883, N° 40, 9 = CIL III, 12014. 559. a), Brigetio 34 (fig. 9 ; CIL III, 12014. 559. b = Juhász, 1935, Nr. 317, 154, Taf. XLVIII. 317 = Eichler, 1937, Nr. 317, 159), Carnuntum (CIL III, 12014. 559. c). Tittius[ : Gorsium 31 (Gabler, 1967a, Nr. 78, 44, 49). Titt[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 155, 100 = Oswald, 1931, 317), Aquincum 33 (fig. 13 ; Gabler, 1976, Nr. 217, 48).
Également attesté par une production de vases moulés (Bet, Delage, 1991, N° 29-30, 214, fig. 1. 29-30, N° 199, 217, fig. 15. 197 ; infra et extra formam), il est rattaché à Cassia (CGP, 291).
Datation : 140-180 (CGP, 291) ou 130-160 (Tilhard, 2004, 263, d’après B. Hartley).

686621. TITURUS ou TITURO -Le*- (sur le potier : Walke, 1965, Taf. 35, 118 ; Hofmann I, N° 267, 32 ; Simpson, 1982, S132, 169 ; Dickinson, 2001, 207).
Tituriºm : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Titur[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 156, 100 = Oswald, 1931, 317). ]ituri[ : Carnuntum 44 (fig. 3 ; Heydendorff, 1950, Nr. 54 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 50, 54, 57).
Datation : Lezoux phases 6 (?) et 7 (Tilhard, 2004, 263). 155-190 (Simpson, 1982, S132, 169, d’après B.R. Hartley), 160-190 (Dickinson, 2001, 207). En Pannonie jusqu’en 180.

687622. TITUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 318 ; Walke, 1965, Taf. 34, 117 ; Hoffmann I, N° 268, 32 ; Dickinson, 2001, 207).
Titus ° feciˆt : Brigetio 33 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 561. b = Juhász, 1935, Nr. 318, 154, Taf. XLVIII. 318 = Eichler, 1937, Nr. 318, 159), Brigetio (CIL III, 12014. 561. a), Carnuntum 33 (fig. 3 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 51, 54, 57), Carnuntum 31 (fig. 4 ; Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 91, 458 = Gabler, 1994a, 366, Abb. 2. 6), Gorsium 31 (fig. 5 ; Gabler, 1964, 101 = Gabler, 1967a, Nr. 77, 44, 49). Titus feciˆt : Carnuntum (Groller, 1907, Nr. 21, 30 = Oswald, 1931, 318). Titus fecit : Tác - Fövenypuszta 18 sic ! (Thomas, 1955, Nr. 17, 104). Titiºm : Gorsium 18/31 (fig. 8 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 6, 77). Titi[ : Aquincum (Kuzsinszky, 1889, N° 13, 161). ]ti m : {Carnuntum} 27 (fig. 10 ; Ψ Carnuntum-Zivilstadt 1986-87, Nr. 64, 210, Taf. 4. 64 = Rauchenwald, 1997, Nr. 337, 170, Taf. 33. 337, l’attribution n’est pas très convaincante).Signalé à {Carnuntum} (Gabler, 1964, 101, probablement identique à Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 91, 458), Csákberény (MNM 86. 1906. 57 = Gabler, 1964, 101).
Datation : 150-180 (Dickinson, 2001, 207, « Titus site record includes Alcester (a pit of A. D. 150-160), Mumrils and Tác, Hungary (a group of burnt samian of A.D. 170) »).

688623. TNA ?
TNA : Brigetio 33 (fig. 1 ; Juhász, 1935, Nr. 319, 154, Taf. XLVIII. 319).

689624. TOCCA -Rh, Av, La, Bl- (sur le potier : Knorr, Sprater, 1927, Nr. 28, 110 ; Lud. V, 231 ; Oswald, 1931, 318-319 ; Simon, 1962, Nrs. 380-81, 39 ; Simon, 1968, Nrs. 448-49, 60 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 50-51, pl. XIII. 34-41, 72 ; Schönberger, 1970, Nrs. 73-75, 28, Abb. 3. 73-75 ; Vanderhoeven, 1974, Nr. 89, 25 ; Hoffmann II, N° 91, 21 ; Simon, 1977a, Nr. 78, 63, Abb. 9. 70 ; Schönberger, Simon, 1983, Nr. 410, 90 ; Czysz, 2003, F 694, 404, Abb. 131 ; Frey, 1993, Nr. 287, 83 ; Pferdehirt, 2003, F 694, 404, Abb. 131 ; Riffaud-Longuespé, 2004, 51 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 804-812, 118, Taf. 21 ; Scholz, 2006, Nr. 443, 167).
Tocca : Carnuntum 27 (fig. 1 ; Kandler-Zöchmann, 2002, Nr. 607, 96, Taf. 15. 607). Toc[ : {Vindobona} (Kenner, 1911, 155b).
E. 2 : ou Toccius ou Toccinus.
Tocca a également produit des bols à reliefs (Chenet, Gaudron, 1955, N° 114, 174-175 ; Karnitsch, 1959, 37 ; Hofmann, 1968b, 275). Le même potier a travaillé dans les quatre ateliers (Hofmann, 1968b, 275 ; Scholz, 2006, 167).
L’ordre chronologique de ses estampilles n’est pas clair.
Datation : il est un contemporain de Tribunus : 140-170 (Hofmann, 1968b, 275) ou 120-160 (Hoffmann II, N° 91, 21 ; Blaszkiewicz, Dufournier, 1989, 258).

690625. TOCCINUS -Rh- (sur le potier : Thiel, 2005, 310).
Tocinus f : {Vindobona} (Kenner, 1900, 69). Toccinus f : Aquincum (Finály, 1906, Nr. 157, 100 = Oswald, 1931, 319). Toc[ : {Vindobona} (Kenner, 1911, 155b).
E. 1 : il s’agit d’une estampille du potier de Rheinzabern, mais on ne peut pas prouver cette identification. E. 2 : ou Tocca ou Toccius.
Des estampilles appartenant à plusieurs potiers homonymes sont probablement réunies chez F. Oswald.
Datation : 160-235.

691626. TOCCIUS -It- (sur le potier : Forrer, 1911, 216, Abb. 238 ; Oswald, 1931, 319 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 50-51, pl. XIII. 42, 72 ; Walke, 1965, Taf. 34. 116 ; Hofmann, 1968b, 274-275 ; Lutz, 1972, 49, fig. 6. 4 ; Hoffmann II, N° 92, 21 ; Bemmann, 1985, 15-19 ; Heiligmann, 1990, Liste 8, Nr. 45, 216 ; Liéger, 1996, T. 560, 44, pl. 64 ; Liberchies IV, N° 51, 179).
]occius f[ : {Aquincum} 27. Toc[ : {Vindobona} (Kenner, 1911, 155b).
E. 1 : il pourrait s’agir d’une estampille mal interprétée de Toccinus. E. 2 : ou Tocca ou Toccinus.
Sa production à Lavoye est douteuse (Chenet, Gaudron, 1955, N° 115, 198 ; au contraire : Bémont, Bourgeoise, 1986, 285 ; Jung, Schücker, 2006, 118-119). D’après B. Hofmann il a peut-être travaillé également à Pont-des-Rèmes (Hofmann, 1968b, 274).
Datation : 120-140 (Hofmann, 1968b, 275), du règne d’Hadrien au début de l’époque antonine (Düerkop, 2002, 906).

692627. TIBUNO ?
Tibuno : Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 308, 37).

693628. TRIUPUS ou TRIUMPHUS -Le*- (sur le potier : Walke, 1965, Taf. 44, 375).
Triupiºm : Aquincum (Kuzsinszky, 1889, N° 14, 161 = Finály, 1906, N° 158, 100 = Oswald, 1931, 321), Aquincum (Finály, 1906, N° 158, 100), Aquincum (Finály, 1906, N° 158, 100). Triupi m : Százhalombatta (Mócsy, 1955, j. 14, 62).
Datation : 150-200 (Chur 2, 128, 96). Avant 180 en Pannonie.

694629. ULPIUS – IULIUS ?
UlpIuli sic ! : Poetovio (Abramić, 1925, 96).

695630. VAGIRUS ou VAGIRO -Le*- (sur le potier : Poirrier, 1969, 20 ; Hofmann I, N° 270, 32 ; Tilhard, 2004, 264).OΥΑΓΙΡ+ : Gerulata (fig. 1 ; Krekovič, 1992, Abb. 2) : Vagiru : Aquincum (Finály, 1906, N° 161, 100 = Oswald, 1931, 323) Aquincum 27 ? (Kuzsinszky, 1932, 378), Savaria (CIL III, 12014. 564). Vagiru[ : Carnuntum 31 (fig. 4 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 19, 168, Taf. 28. 19).
Datation : 150-170 (Dannell, 1971, N° 93, 315), 145-175 (Dickinson, Hartley, 1988, 227).

696631. VALENS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 323).
Vale : Brigetio (CIL III, 12014. 565).
Datation : 120-140.

697632. VARA ou VARRA -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 325).
Vara : Vindobona (Neumann, 1965, 107).
Datation : F. Oswald le date du Ier siècle. L’inscription faite pour la contruction du camp légionnaire de Vindobona donne la date de 103/104, il était donc actif au moins vers la fin du Ier siècle.

698633. Varus ou VARIUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 325 ; Knorr, 1907, Taf. 32. 277 ; Galliou, 1978, 22).
Varu[ : {Illmitz} (fig. 1 ; 28 (1989) [1990], Abb. 559). Var[ : {Carnuntum} 18 (fig. 2 ; Carnuntum-Zivilstadt 1986-1987, Nr. 74, 212, Taf. 5. 74 = Rauchenwald, 1997, Nr. 338, 170, Taf. 33. 338).
E. 1 et 2 : ces attributions semblent incertaines.
Certaines estampilles listées par F. Oswald sont des signatures mal interprétées d’autres potiers (Polak, 2000, 346).
Datation : 40-70 (Galliou, 1978, 22), 55-80 (Polak, 2000, 346).

699634. VEGETUS ou VEG(E)TUS -Le*- (sur le potier : Oswald, 1931, 327 ; Walke, 1965, Taf. 34. 117 ; CGP, 177-180 ; Bet, Delage, 1991, N° 200, 217, fig. 14. 200 ; Bémont, 1994, N° 201, 89, fig. 54 ; Riffaud-Longuespé, 2004, 51).
Vegetiºm : Mursa ? 33 (fig. 1 ; Bulat, 1958, Nr. 69, 83, Sl. 12. 69). Vegeti m : Gorsium (Gabler, 1967a, Nr. 90, 45).
Datation : 120-155 (CGP, 180).

700635. VENICARUS ou VEN(I)CARUS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 328-329 ; Walke, 1965, Nr. 387, 45 ; Singidunum 1, Nr. 16, 89, Sl. 18. 16 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 147, 198 ; Frey, 1993, Nr. 296, 85 ; Faber, 1994, 210, Beil. 5. 93 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 824, 119, Taf. 21).
Venicarus f : Aquincum (Finály, 1906, Nr. 162, 100). Venicarus f : Brigetio 31 (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 323, 155, Taf. XLVIII. 323). Vˆeˆnˆicarus : Brigetio 31 (fig. 3 ; Juhász, 1935, Nr. 322, 154, Taf. XLVIII. 322 = Kuzmová, 1992, Nr. 105, 53, Tab. 8. 105, 57. 105), Gorsium 33 (fig. 4 ; Gabler, 1967a, Nr. 81, 44, 49), Mursa (Torma, 1883, Nr. 76, 14). V^e^nicarus : Savaria - Pusztaszantmihály (Torma, 1883, N° 94, 16, ici lue U^bicarus = CIL III, 12014. 572. b, ici lieu de découverte Brigetio). Venicarus ou Venicarus f : Carnuntum (fig. 7 ; Ψ Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 11, 170, Taf. 29. 11), Carnuntum (CIL III, 12014. 572. d). Vˆeˆncarus : Brigetio 31 (fig. 9 ; CIL III, 12014. 572. c = ? Juhász, 1935, Nr. 321, 154, Taf. XLVIII. 321 = Eichler, 1937, Nr. 321, 159), Carnuntum 31 (fig. 10 ; 28 (1989) [1990] 216, Abb. 764), Poetovio 31 (fig. 11 ; Abramić, 1925, 96 = ? Mikl-Curk, 1969, 41, Nr. 406, 41, T. XXII). Venkarus : Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 441, 43). Venkaru : Poetovio 31 ? (Žižek, 2001, Tab. 4). Venica[.]us : Páty 31 (Gabler, 2007b, 89. sz., 245). Veni[..]us : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Ven[ : Gorsium 31 (Nr. 82, 44, 49). V^en[ : Carnuntum (fig. 17 ; Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 12, 170, Taf. 29. 12). ]nicarus : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). ]Vencaru[ : Poetovio 31 (fig. 19 ; Mikl-Curk, 1969, Nr. 447, 43). ]arus[ : Brigetio (fig. 20 ; Juhász, 1935, Nr. 324, 155, T. XLVIII. 324).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 103).
E. 9 = Lud. V, b, 231.
Vencarus est attesté aussi à Haute-Yutz, Sinzing et Heiligenberg (Bémont, Bourgeoise, 1986, 286). L’atelier de Haute-Yutz n’a pas exporté en Pannonie. Toutes les estampilles publiées avec dessins semblent être originaires de Rheinzabern (pour les poinçons utilisés à Heiligenberg voir : Forrer, 1911, Taf. XVII. 76).
Datation : époque sévérienne (Gabler, 1967a, 44, 49).

701636. VERECUNDUS -Rh- (sur les différents potiers homonymes : Lud. V, 232 ; Oswald, 1931, 30 ; Forrer, 1911, 216, Abb. 240 ; Walke, 1965, 31 ; De Schaetzen Vanderhoeven, 1974, Nr. 94, 25 ; Planck, 1975, Nrs. 359-371, 244-245 ; Hofmann II, N° 280, 36 ; Pétry, 1984, 270 ; Heiligmann, 1990, Liste 10, Nr. 9, 222, Abb. 61. 8, Taf. 155. 7 ; Müller, 1999, Abb. 6. 39-40 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 828-835, 120, Taf. 21).
Verecundu[ : Cibale 38 (Šaranović-Svetek, 1971, Nr. 2, 175, fig. 6 = Dimitrijevic, 1979, Taf. 22/1). Verecun[ : Aquincum 18/31 (Gabler, 1976, Nr. 218, 48).
E. 2 = ? Biegert, Lauber, 1995, Nr. 519-520).
Datation : 180-235.

702637. VERINUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 232 ; Oswald, 1931, 331 ; Pétry, 1972, 397, fig. 25. E, 398 ; Hofmann II, N° 281, 36 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 151b-d, 199 ; Pétry, 1984, 256, sur Drag. 46, ce qui correspond avec la datation de B. Hofmann ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 274, 797 ; Müller, 1999, 47, Abb. 5. 34-36).
Verinus fec : Müllendorf ( VI (1951-1955) [1967] 84). Verinus fe : Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 494, 45). Ve(←)^rinus f : Aquincum (Torma, 1883, N° 42, 9 = CIL III, 12014. 88. a), Scarbantia (Storno, 1938, 231). Verin^u^s fec : Gerulata 32 (fig. 5 ; Kraskovská, 1974, 219, 45, Abb. 77. 2 = Gabler, Pichlerová, 1996, Nr. 199, 75, Taf. 22. 199). Verinus fec : Brigetio 32 (fig. 6 ; Juhász, 1935, Nr. 326a, 155, Taf. XLVIII. 326 = Eichler, 1937 Nr. 326, 159, attribuée à Offremont et Rheinzabern), Brigetio 32 (Juhász, 1935, Nr. 326b, 155 = Eichler, 1937, Nr. 326, 159). V[--]nus f : Balatonfüred 31 (Gabler, 2007a, 35). Viir(←)ini m : Brigetio 31 (fig. 9 ; Ψ Juhász, 1935, Nr. 328, 155, Taf. XLVIII. 328 = Eichler, 1937, Nr. 328, 159). Ve(←)^rin : Aquincum (Torma, 1883, N° 33, 9). Veri[ : Aquincum (fig. 10 ; Szirmai, 1980, 9. kép 14 = Szirmai, 1988, 61 9. kép 14, ici attribuée à Verus ou Verecundus, mais graphie très proche ou identique à Hofmann II, pl. XVII. 281. 7). ]Viiriˆnˆnˆus f : Brigetio 32 (fig. 11 ; Juhász, 1935, Nr. 327, 155, Taf. XLVIII. 327). ]rinus fec : Brigetio 32 (fig. 12 ; Juhász, 1935, Nr. 133, Taf. XLII. 133 = Kŕížek, 1939, 30, Tab. 6. 13 = Kuzmová, 1992, Nr. 412, 88, Tab. 33. 412, 57. 412).
Datation : 170-210 (Hofmann II, N° 281, 36).

703638. VERUS -Indét-
Viirus : Poetovio (Abramić, 1925, 96).

704639. VERUS -Rh, We- (sur le potier : Oswald, 1931, 332 ; Walke, 1965, Taf. 35, 119 ; Streitberg, 1973, 150-152, Abb. 7. 16-17 ; Hofmann II, N° 282, 36 ; Tscholl, 1979, 138, Abb. 10/R ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 151, 200 ; Fasold, Hüssen, 1985, Grab 5. 67, 322, 307 ; Fasold, 1988, Grab 3, 101, 188 ; Fasold, Hüssen, 1989, Grab 9. 67, 322, 307 ; Frey, 1993, Nr. 298, 85 ; Gabler, Kellner, 1993, 197 ; Faber, 1994, 210, Beil. 5. 95 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 149-150, 275, 571, 671, 769 ; Müller, 1996, 191 ; Struck, 1996, Tab. 6, 56, Abb. 12. 28).
Verus fec : Mursa 32 (fig. 1 ; Bulat, 1958, Nr. 70, 83, Sl. 12, 70 = Šimić, Filipović, 1997, N° 162, 95). Verus fei : Aquincum (Torma, 1883, N° 44, 9 = CIL III, 12014. 89. a = Finály, 1906, N° 163, 100 = Oswald, 1931, 332). Carnuntum (fig. 3 ; Heydendorff, 1949, Nr. 43 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 52, 54, 57). Verus f : Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Veru : Gorsium Curle 15Bánki, 1987, Nr. 243, 229). Verus[ : Brigetio 31 (fig. 6 ; Juhász, 1935, Nr. 331, 155, Taf. XLVIX. 331). Veru[ : Brigetio 33 (fig. 7 ; Juhász, 1935, Nr. 331, 155, Taf. XLVIX. 331). Ver[ : {Aquincum} (Nagy, 1937, 266, attribution sous réserve).
E. 1= Lud. V., b, 232 ; Frey, 1993, Nr. 298, 86 avec une liste d’estampilles identiques. E. 6 = Lud. V, e, 232 ; Jung, Schücker, 2006, Taf. 21. 837- 838. E. 8 : attribution incertaine.
Datation : à Westerndorf, il est finisseur pour Helenius (Gabler, Kellner, 1993, 197). Dans la nécropole de Westerndorf (sépulture 3), le vase a été trouvé avec un autre signé par Abbo et un bol moulé du style de Comitialis VI (Fasold, 1988, Grab 3, 101, 188). Dans le vicus de Phoebiana (Faimingen, Allemagne) sa production a été retrouvée avec le vase d’Abbo, dans un contexte datable de la fin du IIe ou au début du IIIe s. (Müller, 1996, 191). D’après ces données, la datation proposée par B. Hofmann semble être raisonnable : 180-210 (Hofmann II, N° 282, 36). Mais il s’agit peut-être de plusieurs potiers homonymes : 200-250 (Frey, 1993, 86 ; Scholz, 2006, 167-168 ; Jung, Schücker, 2006, 120).

705640. VESPO ou VESPONUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 332).
Vesponi : Vindobona (Kenner, 1909, 79b = Kenner, 1911, 145b). ]Vesponi : Brigetio 33 (fig. 2 ; Beck, 2004, 245, Taf. 4/17). ]oniºm : Brigetio 31 (Beck, 2003, 37. ábra 25), Carnuntum (Heydendorff, 1949, Nr. 76, 9).
Datation : 130-170 (Hofmann II, N° 273, 32).

706641. VESTALIS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 332).
Ves(←)taºlis(←) : Aquincum (Finály, 1906, N° 164, 100 = Oswald, 1931, 332). Vestalis : Schandorf 31 (Gabler, 1979a, Nr. 48, 43 = Gabler, 1990, 153).
Datation : 160-233.

707642. {VICIONNUS}
Voir Victorinus -Rh- E. 16.

708643. VICTOR -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 334 ; Ainsworth, Ratcliffe-Densham, 1974, 312 ; Hofmann I, N° 192, 30 ; Barthèlemy, Depierre, 1990, 81 ; Dickinson, 2001, 208).
Signalé à : {Gorsium} (Bánki, 1981, Nr. 126, 218, Taf. V), {Carnuntum} (Heydendorff, 1951, Nr. 120, 8).
Ses estampilles sont publiées comme des signatures de Victor de Lezoux, mais nous ne les avons pas vues. Les attributions restent incertaines.
Datation : 170-200 (Dickinson, 2001, 208).

709644. VICTOR -Rh- (sur le potier : Walke, 1965, 35 ; Planck, 1975, 246 ; Hofmann II, N° 284, 36 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 154, 201 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 78-79, 151 ; Singidunum 1, Nr. 17, 89, Sl. 18. 17 ; Müller, 1999, Abb. 6. 41 ; Mees, 2002, 357-358 ; Schönberger, Simon, 1983, Nr. 420, 91 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 643-644, 121, Taf. 22).
Victor fe : Aquincum (Finály, 1906, N° 166. a, 100), Aquincum (Finály, 1906, N° 166. b, 100), Poetovio 32 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 476, 44). Victor fii : Aquincum (Oswald, 1931, 334). Victorºf : Aquincum (Finály, 1906, N° 165. b, 100 = Oswald, 1931, 334), Aquincum (Finály, 1906, N° 165. c, 100) Brigetio 32 (fig. 7 ; Juhász, 1935, Nr. 333, 155, Taf. XLVIX. 333), Brigetio 32 (fig. 8 ; Juhász, 1935, Nr. 334, 155, Taf. XLVIX. 334), Vindobona (Kenner, 1900, 72 = ? Kenner, 1909, 78b = Oswald, 1931, 334). Victor f : Brigetio 31 (fig. 10 ; Juhász, 1935, Nr. 332, 155, Taf. XLVIX. 332), Brigetio 31 (fig. 11 ; Juhász, 1935, Nr. 336, 155, Taf. XLVIX. 336), Brigetio 32 (fig. 12 ; Juhász, 1935, Nr. 335, 155, Taf. XLVIX. 335), Poetovio 32 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 373, 40, T. XXII), Vojka 31 (fig. 14 ; Brukner, 1981, Nr. 82, 57, T. 82), Zemun Polje (Dimitrijević, 1969, 83, Abb. 17, 107). Vict[ : Mursa 32 (fig. 15 ; Bulat, 1987, Nr. 1, 55-56). (. )Ictor fii : Wangheim 32 (fig. 16 ; 40 (2001) 666, Abb. 553). Vic[ : Brigetio 31 (fig. 17 ; Fényes, 2002, Taf. XXVII. 9, publiée comme la signature de Victorinus). ]ctor f : Carnuntum (Groller, 1907, Nr. 17, 30). ] Victorºf[ Poetovio (fig. 19 ; Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 334 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 476). ]tor : Carnuntum (fig. 20 ; Trinks, 1958). ]icto[ : Carnuntum 32 (fig. 21 ; Grünewald, 1979, 22-23, Taf. 10. 9 = ? Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 145, 465).
E. 15 : graphie proche de Hofmann II, pl. XVII. 284. 9.
Plusieurs potiers homonymes ont sans doute travaillé à Rheinzabern et plusieurs sont attestés par une production décorée en relief (voir Mees, 2002, 357-358). Il est impossible pour le moment d’identifier les estampilles des différents potiers et de les dater précisement. Un Victor a utilisé des lettres bien faites dans un cartouche double (Brigetio, Zemun Polje et également par lui : Hofmann, II, pl. XVII. 284. 7 et 9).
Datation : 160-260.

710645. {VICTORIANUS}
Victorian : Aquincum (Torma, 1883, N° 46, 10). Victoria[ : Carnuntum 33 (fig. 2 ; Ψ 33 (1999) 575, Abb. 786).
N° 2 : il s’agit probablement d’une estampille mal lue de Victorinus de Rheinzabern.

711646. VICTORINUS -Le-
Victor[ : {Gorsium} 32 (Gorsium 1974, Nr. 129, 134, 168, Taf. IV. 3).
E. 1 : Similaire ou identique à Lud. V, i., 233.
Voir aussi Victorinus -Rh-.

712647. VICTORINUS -Rh- (sur le potier : Hatt, 1950, 176 ; Simon, 1965, Nr. 173, 63 ; Walke, 1965, 35 ; Streitberg, 1973, Abb. 18-19 ; Planck, 1975, 246 ; Tscholl, 1979, 138, Abb. 10/T ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 155, 202 ; Schönberger, Simon, 1983, Nr. 421, 91 ; Struck, 1996, 54, Tab. 6, 56, Abb. 12. 30-31 ; Heiligmann, 1990, Liste 6, Nr. 7, 210, Abb. 21. 6, Liste 8, Nr. 49, 216, Liste 9, Nr. 78, 220, Taf. 151. 44 ; Faber, 1994, 210, Beil. 5. 97 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 80-83 ; Müller, 1999, Abb. 6. 42-43 ; 276-279, 407-414, 553-554, 748, 770 ; Müller, 1996, 191 ; Heiligmann-Batsch, 1997, 79, Abb. 31. 10, 78 ; Dickinson, 2001, 208 ; Pferdehirt, 2003, F 870, 410, Abb. 134 ; Cool, 2004, 93 ; Dickinson et alii, 2004, 93 ; Scholz, 2006, Nr. 447, 168 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 845-855, 121, Taf. 22).
Victorinus fe : Aquincum 33 (Nagy, 1937, 264 = Nagy, 1941, N° 20, 217), Mursa 31 (fig. 2 ; Bulat, 1958, Nr. 71, 83, Sl. 12. 71), Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 437, 43), Poetovio 31 (Mikl-Curk, 1969, Nr. 499, 45). Victorinusºf : Aquincum (CIL III, 12014. 91. a, ici lue Victorinus f = ? Finály, 1906, N° 169, 100), Poetovio 31 (Jenny, 1896, 21 = ? Abramić, 1925, 96 = ? Oswald, 1931, 334 = Mikl-Curk, 1969, Nr. 388, 41), Poetovio (Mikl-Curk, 1969, Nr. 425, 42), Vindobona 39 (Gabler, 1977, K99, 222). Victorin^f : Aquincum (Finály, 1906, N° 170, 100). Victorinus+ : Aquincum 32 (Kuzsinszky, 1932, 378). Victorinus f : Aquincum (Torma, 1883, N° 47, 10 = Finály, 1906, N° 168, 100), Aquincum (Szilágyi, 1945, 458), Aquincum 32 (fig. 13 ; Gabler, 1976, Nr. 221, 48), Aquincum 32 (fig. 14 ; Gabler, 2002, Nr. 75, 242, 7. kép 5), Brigetio 31 (fig. 15 ; Juhász, 1935, Nr. 344, 156, Taf. XLVIX. 344), Brigetio 31 (Juhász, 1935, Nr. 347, 156, Taf. XLVIX. 347, ici lue Vicionnus = Eichler, 1937, Nr. 347, 159, ici lue Victorinus f), Vindobona 31 (Kenner, 1911, 142b = ? Gabler, 1977, K80, 221), Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Vi[.]torinus f : Aquincum 18/31 (fig. 19 ; Gabler, 1991b, N° 28, 137, T. 35. 28). Victorinus : Aquincum (Finály, 1906, N° 167, 100), Aquincum 33 (Kuzsinszky, 1932, 378), Brigetio 31 (fig. 22 ; Juhász, 1935, Nr. 338, 155, Taf. XLVIX. 338), Brigetio 31 (fig. 23 ; Juhász, 1935, Nr. 339, 155, Taf. XLVIX. 339), Brigetio 31 (fig. 24 ; Juhász, 1935, Nr. 343, 156, Taf. XLVIX. 343 = Kuzmová, 1992, Nr. 279, 73, Tab. 22. 279, 57. 279), Matrica (Mócsy, 1955, j. 14, 62), Páty 32 (Gabler, 2007, 90. sz., 245), Vindobona (Kenner, 1911, 145b). Victorinus(←) : Mursa 32 (fig. 28 ; Bulat, 1958, Nr. 72, 83, Sl. 12. 72). Victorin fe[ : Vindobona (Kenner, 1900, 50, fig. 43). Victorin f : Brigetio 33 (fig. 30 ; Juhász, 1935, Nr. 337, 155, Taf. XLVIX. 337). Victorin : Gorsium 32 (Bánki, 1986, Nr. 262, 136, Taf. XVIII). Victorinus[ : Brigetio 31 (fig. 32 ; Juhász, 1935, Nr. 340, 155, Taf. XLVIX. 340), Brigetio 31 (fig. 33 ; Juhász, 1935, Nr. 341, 155, Taf. XLVIX. 341), Brigetio 31 (fig. 34 ; Juhász, 1935, Nr. 342, 156, Taf. XLVIX. 342), Neckenmarkt (fig. 35 ; 24/25 (1985-86) [1988] 275, Abb. 491). Victorinu[ : Aquincum (Torma, 1883, N° 48, 10). Victorin[ : Aquincum (Torma, 1882, N° 52, 221 = Finály, 1906, N° 167. c, 100), Aquincum 31 (Nagy, 1937, 264 = Nagy, 1941, Nr. 22, 217), Brigetio 31R (fig. 39 ; Fényes, 2002, T. XXVII. 2), Gorsium 32 (Bánki, 1986, Nr. 262, 136), Vindobona (Kenner, 1911, 155b). Victori[ : Aquincum (Finály, 1906, N° 167. d, 100), Savaria (Savaria Múzeum ltsz : 57. 1. 902). Victor[ : {Aquincum} (Finály, 1906, N° 167. b, 100), Brigetio (fig. 45 ; Beck, 2004, 247, Taf. 4/22), Carnuntum (fig. 46 ; Groller, 1906, Nr. 10, 115, lue comme Victorf), Gorsium 32 (Gorsium 1974, Nr. 129, 134, 168, Taf. IV. 3, ici attribuée à Victor -Le-). Victo[ : Brigetio 31 (fig. 48 ; Fényes, 2002, T. XXVII. 8), Carnuntum (fig. 49 ; Trinks, 1957, Nr. 41, 54, Taf. IV. 12), Carnuntum 31 (fig. 50 ; Heydendorff, 1949, Nr. 44 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 54, 55, 57), lieu inconnu en Pannonie 32 (fig. 51 ; Kuzmová, 1992, Nr. 559, 102, Tab. 47. 559, 57. 559). ]Victorin[.]s°f : Carnuntum (fig. 52 ; Heydendorff, 1951, Nr. 164, 8 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 55, 55, 57). ]Victorinus : Brigetio 33 (fig. 53 ; Beck, 2004, 247, Taf. 4/21). ]ictorinus : Brigetio 33 ? (fig. 54 ; Juhász, 1935, Nr. 345, 156, Taf. XLIX. 345 = Kuzmová, 1992, Nr. 285, 74, Tab. 22. 285, 57. 285). ]orinus fec ou ( )orinus fec : Brigetio 32 (fig. 55 ; Juhász, 1935, Nr. 346, 156, Taf. XLVIX. 346 = Eichler, 1937, Nr. 346, 159). ]rinus : {Gorsium} (Gorsium 1974, Nr. 24, 211, X. t. 5, l’attribution n’est pas tout à fait convaincante). ]rinu[ : Carnuntum 33 (fig. 57 ; Heydendorff, 1951, Nr. 105 = Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 53, 55, 57).
Signalé à Arrabona (Gabler, 1964, 103), à Intercisa (Gabler, 1964, 103) et à Gyönk ? (Gabler, 1964, 104).
Quatre estampilles ont été signalées à Brigetio dans le CIL (CIL III, 12014. 91. b), probablement publiées par Gy. Juhász.
E. 1 = Lud. V, l, 233. E. 46 = Hofmann II, pl. 10. 285. 6. E. 38 : Lud. V, n, 233. E. 47 = ? Lud. V, i., 233.
Ce sont sans doute les estampilles de plusieurs potiers homonymes qui sont peut-être identiques aux maîtres connus par des vases moulés (voir Mees, 2002, 345, 352-354). Un potier homonyme a également travaillé à Westerndorf dans l’atelier d’Helenius (Streitberg, 1973, 151 ; Gabler, Kellner, 1993, 192).
Datation : époque sévérienne (Gabler, 2002a, Nr. 75, 242). Fin du IIe-début du IIIe siècle (Dickinson, 2001, 208 ; Dickinson et alii, 2004, 93) ou première moitié du IIIe siècle (Scholz, 2006, 168).

713647bis VICTORINUS -We-
Victorinus f : Intercisa (Intercisa II, Nr. 199, 106).

714648. VIDEMIALIS ou VINDEMALIS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 336 ; Bigert, Lauber, 1995, Nr. 666 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 869, 122, Taf. 22).
Videmialis : Gorsium 32 (Bánki, 1987, Nr. 298, 206, Taf. IX).
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 288, 36). Sa production est attestée dans le dépôt de Langenhainer enterré vers 230 (Scholz, 2006, 168) ; on peut donc dater ce potier entre 190/200 et 230/240.

715649. VIDUCUS -Rh- (sur le potier : Lud. V, 233 ; Oswald, 1931, 325 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 856-857, Taf. 22).
Viducus f : Osijek 33 (Bulat, 1987, Nr. 1, 56-57).
Datation : 160-235.

716650. VIRILIS -Indét-
Virili[ : Carnuntum (Heydendorff, 1951, Nr. 121, 8).

717651. VIRILIS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 422 ; De Schaetzen, Vanderhoeven, 1964, 52-53, pl. XIV. 17-39, 73 ; Hoffmann I, N° 180, 18 ; Castella, 1987, N° 115, 101 ; Furger, Deschler-Erb, 1992, Taf. 54. 15/15 ; Mees, 1995b, 98-99 ; Jung, Schücker, 2006, 122 ; La Graufesenque, 255).
Vir[ ← : {Gorsium} 35 (Gorsium 1973, Nr. 8, 301, 331, Taf. VI. 1).
P. 2 : cette attribution est incertaine.
Datation : 75-110 (Polak, 2000, 348).

718652. VIRILIS -Rh- (sur le potier : Oswald, 1931, 338 ; Simon, 1962, Nr. 386, 40, Abb. 17. 386, 39 ; Simon 1968, Nr. 455, 60, Abb. 22. 455 ; Hofmann II, N° 289, 36 ; Faber, 1994, 210, Beil. 5. 98-99 ; Biegert, Lauber, 1995, Nrs. 420, 535, 672 ; il a peut-être également travaillé à Heiligenberg).
Virilis fe : Brigetio 31 (fig. 1 ; CIL III, 12014. 588 = Juhász, 1935, Nr. 351, 156, Taf. XLVIX. 351) ; Mursa 31 (Šimić, Filipović, 1997, N° 161, 95). Virilis f : Aquincum 31 (Nagy, 1937, 264, ici Virilis m = Nagy, 1941, N° 22, 217), Brigetio 31 (fig. 4 ; Juhász, 1935, Nr. 350, 156, Taf. XLVIX. 350), Ulcisia Castra 33 (fig. 5 ; Maróti, Topál, 1980, 17. sz., 124, 42. tábla 5).
Signalé à Arrabona (Gabler, 1964, 103).
E. 3 : Lud. V., f.
Datation : 160-190 (Hofmann II, N° 289, 36).

719653. VIRUS ou VIRTHUS -Gr- (sur le potier : Oswald, 1931, 339, 422 ; Mary, 1967, 46 ; Jung, Schücker, 2006, Nrs. 875-876, 123, Taf. 22 ; La Graufesenque, 256).
Viru(. ) : Poetovio 31 sic ! (Mikl-Curk, 1969, Nr. 346, 39).
Datation : 50-70 (Dickinson, 2001, 208), 70-90 (Polak, 2000, 347-348).

720654. VITALIS -Indét-
Vitalis : Vindobona (Kenner, 1900, 72).

721655. VITALIS I-II -Gr- (sur les potiers : Oswald, 1931, 340-341 ; Dickinson, Hartley, 1982, 120-123 ; Dickinson, 1991, N° 97, 50 ; Dickinson, Webster, 1993, N° 18S, 91 ; Mees, 1995b, 99 ; Hartley, 2000, 197 ; Polak, 2000, 353 ; Dickinson, 2001, 208 ; Tilhard, 2004, 267, avec bibliographie).
Of Vitali : Savaria (Gabler, 1964, 98). Of Vita : Vindobona 18 (CIL III. 2. 1, 6010. 235. a = ? Vindobona 1978, K 62, 218). V(i)tali : Vindobona (Kenner, 1909, 70b).
Datation : plusieurs potiers homonymes ont travaillé à La Graufesenque ; ils étaient mélangés dans la bibliographie. M. Polak a essayé de classifier les estampilles (Polak, 2000, 353). Il a identifié deux potiers : Vitalis I (entre 45-70 ; de Claude à Néron ; Mees, 1995b, 99) et Vitalis II (entre 65-110). Ce dernier est lié à la production en relief (75-95 ; Mees, 1995b, 99 ; Hartley, 2000, 197). On peut probablement prolonger son activité jusque sous le règne de Trajan, d’après la présence de ses vases dans le dépotoir du grand four (Mees, 1995b, 99). Dans la publication récente d’estampilles trouvées à La Graufesenque, les deux potiers sont à nouveau réunis : ils « présentent peut-être deux périodes de production » et sont datés entre 50/60 et 150/170 (La Graufesenque, 256-257 ; cette limite haute ne nous semble pas très convaincante).
Datation : 45-115.

722656. VITALIS II -Gr-
OfºVitalº : Vindobona 18 (fig. 1 ; Donat et alii, 2002, 95, Taf. 35. 92). Of Vita : Carnuntum (fig. 2 ; Kandler-Zöchmann, 1996, Nr. 56, 55, 57). Vitalis : Carnuntum 27 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 66, 454).
E. 1 = ? Walke, 1965, Taf. 45. 412 = ? Jung, Schücker, 2006, Taf. 23. 900 et très proche de La Graufesenque, pl. 449. 20, provenant de la fosse de Bassus, 80/90-100/110. E. 3 : de l’époque flavienne d’après la forme du vase. La formule complète « Vitalis » ne figure qu’en contextes tardifs : La Graufesenque Nos 449. 2-3, 256.
Datation : 65-110/115 (Polak, 2000, 354).

723657. VITALIS -Est de la Gaule-
[V]ita[lis] ? : {Gorsium} (Ψ Bánki, 1979, Nr. 173, 208, Taf. XII).
Sans doute une erreur d’interprétation de cette marque fragmentaire.

724658. {VITALIS} -Rh, We- (sur le potier : Oswald, 1931, 342 ; Schönberger, 1956, Nr. 10, 70, Abb. 16. 29 ; Simon, 1962, Nr. 387, 38 ; Hofmann II, N° 290, 36 ; Streitberg, 1973, 152 ; Planck, 1975, 248 ; Prammer, 1975, Abb. 134. 11. 24-25 ; Frey, 1993, 83 ; Biegert, Lauber, 1995, Nr. 673 ; Hartley, 2000, 197 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 125).
Vitalis feic ← : Gorsium (Gabler, 1967, Nr. 91, 45). Vitalis f : Brigetio (fig. 2 ; Juhász, 1935, Nr. 351, 156, Taf. XLVIX. 351), Gorsium 31 (Bánki, 1982, Nr. 261, 220, Taf. X), Poetovio 31 (Abramić, 1925, 96 = Oswald, 1931, 342 = ? Mikl-Curk, 1969, Nr. 391, 41). ]italis f : Intercisa (Paulovics, 1934, 159).
Il a probablement également produit des amphores (Dressel 20 similis / Gauloise 14) à Rheinzabern (Baudoux, 1996, 108).
Datation : 180-240 (Hartley, 2000, 197).

725659. VOLLIMUS ?
Vollimus fii : Carnuntum (fig. 1 ; Ψ Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 23, 170, Taf. 29. 23).

726660. URSUS -We, Pf-
Ursus : Brigetio 31 (fig. 1 ; Beck, 2004, 248, Taf. 4/29).
Datation : 200-260.

727661. URSINUS -Rh- (sur le potier : Walke, 1965, Nr. 415, 45 ; Ruprechtsberger, 1980, Nr. 145, 197 ; Jung, Schücker, 2006, Nr. 818, Taf. 21, 119).
Ursinus fec : Aquincum (Kuzsinszky, 1889, N° 16, 161 = Finály, 1906, N° 171, 100 = Oswald, 1931, 346), Carnuntum 32 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 146, 465). Ursinus : Poetovio (Oswald, 1931, 346).
Datation : fin du IIe - début du IIIe siècle (Gabler, Rauchenwald, 1992, 465).

728662. UXORILLUS ou UXOPILLUS -Le- (sur le potier : Oswald, 1931, 347 ; Thevenot, 1950, N° 489-490, 346 ; Walke, 1965, 34 ; Hartley, 1972, 51 ; Hofmann I, N° 269, 32 ; Lombard, 1978, N° 297, 70 ; Lasfargues, 1982, 398 ; Chur 2, 129, 96 ; Liberchies IV, N° 52, 179 ; Riffaud-Longuespé, 2004, 51).
Uxorilliºm : Aquincum 31 (Kuzsinszky, 1932, 378), Gorsium 18/31 (fig. 2 ; Gabler, Kocztur, 1977, Nr. 7, 70). Uxopilliºm : Brigetio (fig. 3 ; CIL III, 12014. 597 = ? Juhász, 1935, Nr. 352, 156, Taf. XLVIX. 352). ]uxxopilli Carnuntum 33 (fig. 4 ; Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 906, 458 = Gabler, 1994a, 366, Abb. 2. 5). ]milli : {Sárvár} 18/31 (fig. 5 ; Gabler, 1997, Nr. 63, 70, Taf. 7. 12, attribution sous réserve).
Signalé à Savaria (Gabler, 1964, 101).
Datation : le dépôt de Gorsium a été enterré vers 170/180. 150-180 (Dickinson, 2001, 207).

Estampilles indéterminées et anépigaphiques sud-gauloises

7291. Carnuntum 27 (Kandler-Zöchmann, 2001, Nr. 113, 64, Taf. 15. 113, 97).
2. Carnuntum (Kandler-Zöchmann, 2001, Nr. 124, 64, Taf. 15. 124, 97).
3. Brigetio 27 ? (Kuzmová, 1992, N° 22, 43, Tab. 57. 22).
4. UMIO ou UOMII : Adony, Sud de la Gaule ? (Barkóczi, Bónis, 1954, Nr. 146, 173, Abb. 17. 7, Taf. XLIII. 9).
5. Carnuntum 18 (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 3, 168, Taf. 28. 3).
6. Carnuntum 18 (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 4, 168, Taf. 28. 4).
7. Carnuntum 18 (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 5, 168, Taf. 28. 5).
8. Carnuntum 18 (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 6, 168, Taf. 28. 6).
9. Carnuntum (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 7, 168, Taf. 28. 7).
10. Carnuntum (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 8, 168, Taf. 28. 8).
11. Carnuntum (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 9, 168, Taf. 28. 9).
12. Carnuntum 33 (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 10, 168, Taf. 28. 10).
13. Carnuntum (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 11, 168, Taf. 28. 11).
14. Sárvár 27, époque domitienne (Gabler, 1997, Nr. 64a, Taf. 64. 9).
15. ]aia : Carnuntum 18 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 65, 454). Non illustrée.
16. Iam[ : Carnuntum 27 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 67, 455). Non illustrée.
17. Azaum 33 (Horváth, 2003, Abb. 13. 8).

Estampilles indéterminées et anépigraphiques de Gaule centrale

7301. Aquincum 46, époque antonine (Gabler, 2002, 150. sz., 246, 8. kép 6).
2. Iamin[? : Carnuntum 31 (Kandler-Zöchmann, 1997, Nr. 17, 168, Taf. 28. 17).
3. Rosette : Carnuntum 31 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 84, milieu du IIe siècle). Non illustrée.

Estampilles indéterminées de l’Est de la Gaule

7311. Pi[---] ? : Ad Statuas 32 (Gabler, 1989, N° 89, 247, fig. 95. 89, 248).

732Estampilles indéterminées de Rheinzabern

7331. Co[ : Ad Statuas 32 (Gabler, 1989, N° 87, 247, fig. 95. 87, 248).
2. M[ : Brigetio 33 (Fényes, 2002, N° 125, 304, T. XXVII. 1).
3.
Vacnue ? : Brigetio 33 (Fényes, 2002, N° 130, 329, T. LII. 4).
4. Ianu[ :
Carnuntum 32 (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 143, 463). Non illustrée.
5. Iaun[ : Carnuntum (Gabler, Rauchenwald, 1992, Nr. 144, 465). Non illustrée.

Estampilles anépigraphiques de Westerndorf ?

7341. Rosette : Gorsium 40 (Bánki, 1987, Nr. 324, 207, Taf. XI). Non illustrée.
2. Rosette : Gorsium 18/31 (Bánki, 1987, Nr. 278, 230, Taf. XLIII). Non illustrée.

image

Fig. 16. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Abbo à Amandus.

image

Fig. 17. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Amator à Aventinus.

image

Fig. 18. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Aventinus à Calus.

image

Fig. 19. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Calvinus à Cintugnatus.

image

Fig. 20. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Cintugnatus à Divixtus.

image

Fig. 21. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Divixtus à Fuscus.

image

Fig. 22. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Gabrillus à Iulius.

image

Fig. 23. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Iunia à Macrinus.

image

Fig. 24. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Macro à Martinus.

image

Fig. 25. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Martius à Musicus.

image

Fig. 26. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Muxtullus à Peculiaris.

image

Fig. 27. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Pentilus à Quintus.

image

Fig. 28. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Quintilianus à Sabinus.

image

Fig. 29. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Sacaro à Sedatus.

image

Fig. 30. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Senea à Stabilis.

image

Fig. 31. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Statutus à Verinus.

image

Fig. 32. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Verinus à Vitalis.

image

Fig. 33. Estampilles sur sigillées lisses en Pannonie : de Vitalis à Uxorillus, potiers indéterminés et estampilles anépigraphiques.

Bibliographie

Abegg A., 1989, « Der römische Grabhügel am Siesbach, Kreis Birkenfeld », Trierer Zeitschrift, 52, p. 171-278.

Abramić M., 1925, Poetovio : Führer durch die Denkmäler der römischen Stadt,Wien, Verlag der österreichischen Staatsdruckerei, VIII-200 p.

Ainsworth C.J., Ratcliffe-Densham H.B.A., « Spectroscopy and a Roman cremation from Sompting, Sussex », Britannia, 5, p. 310-316.

Anonymus, 1870, « A szombathelyi főgymnasium régiség-gyüjteménye », Archaeológiai Értesítő, II.1, p. 39-42.

Anonymus, 1886, « A legújabb ó-budai ásatások », Archaeológiai Értesítő, I.4, p. 65-68.

Anonymus, 1896, « Ujabb régészeti leletek », Archaeológiai Értesítő, I.1, p. 19-20.

Artner W., 1994, Die provinzialrömischen Gräber von Gleisdorf in der Oststeiermark : in memoriam Ämilian Kloiber (1910-1989), Wien, Inst. für Ur- und Frühgeschichte der Univ. Wien, 104-64 p. (Mitteilungen der Österreichischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 38/39).

Baatz D., 1976, mit Beiträgen von Schütrumpf R., Simon H.G., « Das Kastell Munningen im Nördlinger Ries », Saalburg Jahrbuch,XXXIII, p. 11-62.

Bánki Zs., 1965, « Villa II von Tác », Alba Regia, 4-5 (1963-64), p. 91-127.

Bánki Zs., 1979, « Forschungen in Gorsium in Jahre 1976 » Alba Regia, 17, p. 91-243.

Bánki Zs., 1980, « Forschungen in Gorsium in 1977-78 », Alba Regia, 18, p. 157-264.

Bánki Zs., 1982, « Forschungen in Gorsium im Jahre 1979 », Alba Regia, 19, p. 201-230.

Bánki Zs., 1986, « Forschungen in Gorsium in den Jahren 1981-82 », Alba Regia, 22, p. 109-160.

Bánki Zs., 1987, « Forschungen in Gorsium in den Jahren 1983-84 », Alba Regia, 23, p. 179-240.

Bánki Zs., 1990, « Forschungen in Gorsium in den Jahren 1985-86 », Alba Regia, 24, p. 93-136.

Bánki Zs., 1995, « Forschungen in Gorsium in den Jahren 1987-89 », Alba Regia,25, p. 321-400.

Bánki Zs., 1998, « Forschungen in Gorsium in den Jahren 1990-1997 », Alba Regia, 27, p. 237-310.

Barb A., 1927, « Ein römischer Münzfund aus Wallern (Burgenland) », Mitteilungen der Numismatischen Gesellschaft in Wien, 16, p. 10-11.

Barb A., 1929, « Römische Steinkisten-Brangräber, Burgenland », Vierteljahreshefte für Landeskunde, Heimatschutz und Denkmalpflege, 2.3, p. 168-172.

Barb A., 1950, « Eine römerzeitliche Brandbestattung von Kleinwarasdorf, Burgenland », Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Institutes in Wien Beiblatt, XXXVIII, p. 183-202.

Barkóczi L., Bónis É., 1954, « Das frührömische Lager und die Wohnsiedlungen von Adony (Vetus Salina) », Acta Archaeologica Hungarica, 4, p. 129-199.

Barthèlemy A., Depierre G. dir., 1990, La nécropole gallo-romaine des Cordiers à Mâcon, Mâcon, Ville de Mâcon, 126 p. (Coll. Recherches du groupement archéologique du Mâconnais).

Baudoux J., 1996, Les amphores du Nord-Est de la Gaule (territoire français) : contribution à l’histoire de l’économie provinciale sous l’Empire romain, Paris, éd. de la MSH, 215 p. (Documents d’archéologie française, 52).

Bauer J., Wegner H.H., 1981, « Xanten, Kr. Wesel », Bonner Jahrbücher,181, p. 549-550.

Bayard D., 1980, « La commercialisation de la céramique commune à Amiens du milieu du IIe à la fin du IIIe siècle après J.-C. », Cahiers Archéologiques de Picardie, 7, p. 147-209.

Beck T., 2003, Brigetioi terra sigillaták 1992-1996, Doktori disszertáció ELTE, Budapest. Thèse inédite.

Beck T., 2004, in : Borhy L., 2004, « Terra Sigillata aus Brigetio : Vorbericht zu den Funden der Grabungen 1992 bis 1996 », p. 242-249, in : Šašel Kos M., Scherrer P. éd., 2004.

Bémont C., 1976, Recherches méthodologiques sur la céramique sigillée, les vases estampillés de Glanum, Paris, éd. de Boccard/Rome, École française de Rome, 297-XVI p.(Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, 227).

Bémont C., 1992, « Le statut des patrons et des ouvriers d’après les marques de fabriques », Specimina Nova, 7, p. 133-156.

Bémont C., 1994, La collection Constancias : céramiques gallo-romaines de Lezoux au musée de Roanne, Roanne, Musée Déchelette, 127 p.

Bémont C., Bourgeoise A., 1986, « Les noms de potiers », in : DAF 6 : Bémont C., Jacob J.-P. dir.,La terre sigillée gallo-romaine : lieux de production du Haut-Empire, implantations, produits, relations, Actes de la table ronde de Paris, 9-11 mai 1985, Paris, éd. de la MSH, p. 279-286(Documents d'archéologie française, 6).

Benoit F., 1952, « Informations archéologiques - XIIe circonscription », Gallia, VIII, p. 116-131.

Bet Ph., 1988, Groupes de production et potiers à Lezoux (Puy-de-Dôme) durant la période gallo-romaine, Vol 1, Paris, École Pratique des Hautes Études. Thèse inédite.

Bet Ph., Delage R., 1991, « Introduction à l’étude des marques sur sigillée moulée de Lezoux », in : Actes du congrès de la SFECAG, Cognac, 1991, Cognac, p. 193-227.

Biegert S., 2003, « Chemische Analysen zu glatter Sigillata aus Heiligenberg und Ittenweiler », in : Liesen B., Brandl U. dir., Römische Keramik : Herstellung und Handel, Kolloquium Xanten, 15-17.6.2000, Mainz, von Zabern, p. 7-27.

Biegert S., Lauber J., 1995, « Töpferstempel auf glatter Sigillata vom vorderen/westrätischen Limes », mit einem Beitrag von K. Kortüm, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 20, p. 547-666.

Bíró S., 2004, « Savaria nyugati temetője / Das westliche Gräberfeld von Savaria », Savaria, 28, p. 63-134.

Bjelajac Lj., 1990, Terra sigillata in Upper Moesia : import and viminacium-margum workshops, Belgrade, Arheološki institut, 203 p.

Blaszkiewicz P., Dufournier D., 1989, « Diffusion des gobelets bruns d’Argonne entre la fin du Ier siècle et la fin du IIe siècle en Normandie », Gallia, 46, p. 253-259.

Bónis É., 1979, « Das Töpferviertel ‘Gerhát’ in Brigetio », Folia Archaeologica, 30, p. 99-155.

Borhy L., 2004, « Brigetio : Ergebnisse der 1992-1998 durchgeführten Ausgrabungen (Munizipium, Legionslager, Canabae, Gräberfeld) », in : Šašel Kos M., Scherrer P. éd., The autonomous towns of Noricum and Pannonia / Die autonomen Städte in Noricum und Pannonien, Ljubljana, Narodni muzej Slovenije,p. 231-251 (Situla, 42).

Borhy L., Számadó E., 1999, « Instrumenta Inscripta Latina aus Brigetio (Fo Komárom/Szőny-Vásártér) », Antaeus, 24, p. 93-115.

Bourgeois A., 1995, « L’empreinte de Rome dans les Gaules : l’apport de La Graufesenque (Millau, Aveyron) », Cahiers du Centre Gustave-Glotz, VI, p. 103-138.

Bourgeois A., Pujol J., Séguret J.-P., 1993 « Le sanctuaire gallo-romain des Basiols à Saint-Beauzély (Aveyron) », Gallia, 50, p. 139-179.

Börzsönyi A., 1904, « Római emlékekről Győr-belváros területéről », Archaeológiai Értesítő, 24, p. 249-254.

Börzsönyi A., 1907, « Római régiségek Győr-belváros területéről », Archaeológiai Értesítő, 27, p. 37-45.

Brukner O., 1981, « Rimska keramika u Jugoslovenskom delu Provincije donje Panonije », Dissertationes et Monographiae, 24, Beograd.

Brulet R., Dewert J.-P., Vilvorder F., 2001, Liberchies IV, Vicus gallo-romain : travail de rivière : fouilles du Musée de Nivelles (1986-87 et 1991-97), Louvain-la-Neuve, Dép. d’archéologie et d’histoire de l’art, 438 p.

Brulet R., Feller M.et alii, 2003, « Recherches sur les ateliers de céramique gallo-romains en Argonne : 2. Le site de production d’Avocourt 3 (Prix-des-Blanches), zone fouillée », Archaeologia Mosellana, 5, p. 301-451.

Bulat M., 1958, « Terra sigillata s pečatina u muzeja Slavonije (Estampilles sur les potiers sigillées à Mursa) », Osječki zbornik, 6, p. 73-88.

Bulat M., 1987, « Nalezi terra sigillata na Donjagradsom pristaništu v. Osijeku 1961 / Terra sigillata findings of 1961 in the work of Donji Grad in the Osijek city », Osječki zbornik, 18-19, p. 37-76.

Carandini A., 1981, « Sviluppo e crisi delle manifatture rurali e urbane », in : Giardina A., Schiavone A. dir., Società romana e produzione schiavistica. II : Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo, Bari, G. Laterza, p. 87-113.

Carnuntum-Zivilstadt 1986-87 = Jobst W., Rudolf E., Dinstl A., Gabler D., Knibbe K., Rauchenwald, A., 1988, « Carnuntum-Zivilstadt 1986-87 », Carnuntum Jahrbuch, 1986-87, p. 151-240.

Carnuntum-Zivilstadt 1991-93 = Humer F., Rauchenwald A., 1995, « Carnuntum-Zivilstadt 1991-93 », Carnuntum Jahrbuch, 1991-93, p. 237-325.

Castella D., 1987, La nécropole du port d’Avenches, Avenches, Ass. Pro Aventico, 200 p. (Cahiers d’Archéologie Romande, 41 - Aventicum, IV).

CGP = Stanfield J.A., Simpson G., 1990, Les potiers de la Gaule Centrale, 451 p. (Revue archéologique Sites, h.série 37).

Chenet G., Gaudron G., 1955, La céramique sigillée d’Argonne des iie et iiie siècles, Paris, éd. du CNRS, 249 p. (6ème suppl. à Gallia).

Christlein R., Kellner H.J., 1969, « Die Ausgrabungen 1967 in Pons Aeni », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 34, p. 76-161.

Chur 2 = Hochuli-Gysel A., Siegfried-Weiss A., Ruoff E., SchaltenbrandObrecht V., 1991, Chur in römischer Zeit. Band II : A. Ausgrabungen Areal Markhallenplatz. B. Historischer Uberblick,Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frügeschichte, 501 p. (Antiqua, 19).

CIL III = Mommsen Th. éd., 1873, Inscriptiones Asiae, provinciarum Europae Graecarum, Illyrici Latinae, Berlin (Mommsen Th., Hirschfeld O., Domaszewski A. edit, Inscriptionum Orientis et Illyrici Latinarum supplementum) (Corpus Inscriptionum Latinarum, Vol. III).

Cockle H., 1981, « Pottery manufacture in Roman Egypt : a new papyrus », Journal of Roman Studies,71, p. 87-97.

Cool H.E.M., 2004, The Roman cemetery at Brougham, Cumbria : excavations 1966-67, London, 514 p. (Britannia monograph series, 21).

Csirke O., Gabler D., K. Palágyi S., 2006, Terra sigillata edények a veszprémi Laczkó Dezső Múzeum gyűjteményéből / Terra sigillata - Gefässe des Museums ‘Laczkó Dezső’ von Veszprém, Veszprém, 213 p.

Curle J., 1911, A Roman frontier post and its people : the fort of Newstead in the parish of Melrose, Glasgow, Maclehose, 2 vol.

CVArr = Oxé A., Comfort H., Kenrick Ph., 2000, Corpus Vasorum Arretinorum : a catalogue of the signatures, shapes and chronology of Italian Sigillata, Bonn, R. Habelt, xiv-554 p. (Antiquitas, 3.41).

Czeika S., Öllerer Ch., Sedlmayer H., 1999, « Römische Funde und Befunde aus dem Siedlungsbereich Wien 3, Hafengasse », Fundort Wien, 2, p. 90-109.

Czysz V.W., 1982, « Der Sigillata-Geschirrfund von Cambodunum-Kempten », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 63, p. 281-246.

Czysz V.W., 2000, « Handwerksstrukturen im römischen Töpferdorf von Schwabmünchen und in der Sigillata-Manufaktur bei Schwabegg », in : Strobel K. dir., Forschungen zur römischen Keramikindustrie : Produktions-, Rechts- und Distributionsstrukturen, Akten des 1. Trierer Symposiums zur antiken Wirtschaftsgeschichte, Trier, p. 55-88 (Trierer historische Forschungen, 42).

Czysz V.W., 2003, Heldenbergen in der Wetterau : Feldlager, Kastell, Vicus, Mainz, Ph. von Zabern, 2 vol. : 489 p., 143 pl. (Limesforschungen, 27).

DAF 6 = Bémont C., Jacob J.-P., 1986,La terre sigillée gallo-romaine : lieux de production du Haut-Empire, implantations, produits, relations, Actes de la table ronde de Paris, 9-11 mai 1985, Paris, éd. de la MSH, 291 p. (Documents d’archéologie française, 6).

Dannell G.B., 1971, « The Samian pottery », in : Cunliffe B., Excavations at Fishbourne 1961-1969. Vol. II. The Finds, London, p. 260-316 (Reports of the Research Committee of the Society of Antiquaries of London, XXVII).

Dannell G.B., 2002, « Law and practice further thoughts on the organization of the potteries at La Graufesenque », in : Genin M., Vernhet A. dir., Céramiques de la Graufesenque et autres productions d’époque romaine : nouvelles recherches. Hommage à Bettina Hoffmann, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 211-242 (Archéologie et Histoire Romaine, 7).

Dautova-Ruševljan V., 1993, « Ein römisches Brandgrab aus Čortanovci », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 58, p. 333-340.

Demarolle J.-M., 2000, « Estampilles à deux noms sur sigillée lisse : la question des ‘associations’ de potiers », in : Strobel K. dir., Forschungen zur römischen Keramikindustrie : Produktions-, Rechts- und Distributionsstrukturen, Akten des 1. Trierer Symposiums zur antiken Wirtschaftsgeschichte, p. 47-53 (Trierer historische Forschungen, 42).

Dickinson B.M., 1986a, « Potters’ stamps and signatures on the Samian », in : Miller L., Schotfield J., Rhodes M., The roman quay at St. Magnus House, London : excavations at New Fresh Warf, Lower Thomas Street, London, 1974-1978, London, p. 186-198 (Special Paper N° 8 of the London and Middlesex Archaeological Society).

Dickinson B.M., 1986b, « The Samian Potters' Stamps », in : Steady I.M., Rigby V. éd., Baldock : the excavation of a roman and pre-roman settlement, 1968-72, London, p. 202-212 (Britannia monograph series,7).

Dickinson B.M., 1986c, « The Samian », in : McWhirr A., Houses in Roman Cirencester, Cirencester, p. 157-158 (Cirencester Excavations, III).

Dickinson B.M., 1989, « Samian Ware », in : Evans D.R., Metcalf V.M., « Excavations at 10 Old Market Street, Usk », Britannia, 20, p. 23-67.

Dickinson B.M., 1991, « Samian potter’s stamps », in : Holbrook N., Bidwell P.T., Roman Finds from Exeter, Exeter, p. 46-54 (Exeter Archaeological Reports, 4).

Dickinson B.M., 1997, « The Samian », in : Marvell A.G., Owen-John H.S., Leucarum : excavations at the Roman auxiliary fort at Loughor, West Glamorgan 1982-84 and 1987-88, London, p. 299 (Britannia monograph series, 12).

Dickinson B.M., 1999, « The Samian », in : Niblett R., The excavation of a ceremonial site at Folly Lane, Verulamium, London, p. 273-278 (Britannia monograph series, 14).

Dickinson B.M., 2001, « The potters’ stamps », contribution in : Anderson A.S., Wacher J.S., Fitzpatrick A.P, The romano-british ‘Small Town’ at Wanborough, Wiltshire : excavations 1966-1976, London, 379 p. (Britannia monograph series, 19).

Dickinson B.M, Hartley B.R., 1978, « The Samian », in : Smith G.H., « Excavation near Hadrian’s Wall at Tarraby Lane 1976 », Britannia, 9, p. 19-57.

Dickinson B.M, Hartley B.R., 1982, « The Samian », in : Wacher J., McWhirr A., Early roman occupation at Cirencester, Cirencester, p. 119-124 (Cirencester Excavations, I).

Dickinson B.M, Hartley B.R., 1988, « Samian ware », in : Bishop M.C., Dore J.N. éd.,Corbridge : excavations of the roman fort and town, 1947-80, London, p. 243-246 (Archaeological Report, 8).

Dickinson B.M, Hartley B.R., 1995, « The Samian », in : Riley D.N., Buckland P.C., Wade J.S., « Aerial reconnaissance and excavation at Littlebourgh-on-Trent », Notts, Britannia, 26, p. 253-287.

Dickinson B.M., Webster P.V., 1993 « The Samian ware », in : Zienkiewicz J.D., « Excavations in the Scamnum Tribunorum at Caerleon The Legionary Museum Site 1983-5 », Britannia, 24, p. 27-140.

Dickinson B.M., Webster P.V., 2002, « A group of flavian Samian from Caerleon », in : Genin M., Vernhet A., Céramiques de la Graufesenque et autres productions d’époque romaine : nouvelles recherches. Hommage à Bettina Hoffman, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 247-258 (Archéologie et Histoire Romaine, 7).

Dickinson B.M., Hartley B.R., Pengelly H.W., 2004, « Fabric supply, Class 5. Samian ware », in : Cool H.E.M. éd.,The Roman cemetery at Brougham, Cumbria : excavations 1966-67, p. 345-350 (Britannia monograph series, 21).

Dimitrijević D., 1969, « Istaživanje rimskog limesa u istočnom Sremu s posebnim osurtom na pitanje kommunikacija / Forschungsarbeiten an römischen Limes in Ost-Syrmien mit besonderer Berücksihtigung der Fragen der Verkehrswege », Osječki zbornik, 12, p. 81-121.

Dimitrijević S., 1979, « Archäologische topographie und Auswahl archäologischer Funde vom vinkovcer Boden », in : Rapanić Ž. éd., Corolla memoriae Iosepho Brunšmid dicata, Vinkovci, p. 201-268.

Donat P., 1999, « Zur Herkunft der Terra Sigillata von der Ausgrabung Michaelerplatz », Fundort Wien, 2, p. 210-215.

Donat P., Pichler E., Sedlmayer H., 2002, « Aspekte spätkeltischer und frührömischer Siedlungsentwicklung in Wien-Landstraße », Fundort Wien, 5, p. 76-100.

Donat P., Sakl-Oberhalter S., Sedlmayer H., 2003, « Die Werkstätten der Canabae Legionis von Vindobona : Befunde und Funden der Grabungen in Wien I. Michaelerplatz 1990/91, Teil 1 », Fundort Wien, 6, p. 4-57.

Drack W., 1945, Die helvetische Terra Sigillata-Imitation des 1. Jahrhunderts n. Chr, Basel, Inst. für Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 168 p.

Düerkop A., 2002, « Terra Sigillata-Stempel aus dem Flottenlager Köln-Marienburg (Altenburg) », Kölner Jahrbuch, 35, p. 783-951.

Durand-Lefebure M., 1946, « Les vases de Montans », Gallia, IV, p. 137-194.

Ehrenhöfer J., Pichler E., 2001, « Spätlatènezeitliche und römische Funde aus Wien 3, Rudolfstiftung », Fundort Wien, 4, p. 280-293.

Eichler F., 1937, « Nachlese zu den Sigillaten aus Brigetio in Wien, Laurae Aquincenses I », Budapest, p. 151-167 (Dissertationes Pannonicae, 2.10).

Eichler F., 1941, « Sigillata in und aus Wien », Germania, XXV, p. 30-37.

Eingartner J., Eschbaumer P., Weber G., 1993, « Faimingen-Phoebiana I. Der römische Tempelbezirk in Faimingen », Berlin (Limesforschungen, 24).

Ertel Ch., Miglbauer V., Jilek S., Stiglitz H., 1999, Untersuchungen zu den Gräberfeldern in Carnuntum. Bd I : Der archäologische Befund, Wien, 204 p.(Der römische Limes in Österreich, 40).

Evans Ch., 2003, « Britons and Romans at Chatteris Langwood Farm, Cambrigeshire », Britannia, XXXIV, p. 175-264.

Faber A., 1993, « Die südgallische Terra Sigillata aus Kastell und Vicus Eining zum Beginn des Militärstützpunkts », Bayerische Vorgeschichtsblätter 58, p. 99-122.

Faber A., 1994, « Das römische Auxiliarkastell und Vicus von Regensburg-Kumpfmühl », München(Münchener Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 49).

Fasold P., 1988, « Eine römische Brandgräbergruppe bei Westerndorf, Ldkr. Augsburg », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 53, p. 99-115.

Fasold P., 1991, « Ein Brunnen mit Dendro-datum aus der Domitianischen Okkupationszeit der Wetterau », Saalburg Jahrbuch, 46, p. 83-95.

Fasold P., 1993, Das römisch-norische Gräberfeld von Seebruck-Bedaium, Kallmünz-Opf, Lassleben, 223 p., 196 pl. (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte, Bd 64, Reihe A).

Fasold P., Hüssen C.M., 1985, « Römische Grabfunde aus dem östlichen Gräberfeld von Faimingen-Phoebiana », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 50, p. 287-336.

Fényes G., 2002, Import kerámia Brigetióban és az importárú hatása a helyi fazekasságra, Doktori disszertáció – ELTE, Budapest. Thèse inédite.

Finály G., 1906, « Az Aquincumi Múzeum terra sigillata darabjai », Budapest régiségei, IX, p. 73-102.

Fischer H.Th., 1981, « Zur Chronologie der römischen Fundstellen um Regensburg », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 46, p. 62-104.

Fischer H.Th., 1994, « Archäologische Zeugnisse der Markomannenkriege (166-180 n. Chr.) in Raetien und Obergermanien »,in : Friesinger H., Tejral J., Stuppner A. dir., Die Markomannenkriege : Ursachen und Wirkungen, Brno, p. 355-364.

Fitz J., 1963, « Ásatások – Ausgrabungen », Alba Regia,2-3, p. 98-115.

Forrer R., 1911, Die römischen Terrasigillata-Töpfereien von Heiligenberg-Diensheim und Ittenweiler im Elsaß, Stuttgart, W. Kohlhammer, 242 p.

Frere S.S., 1970, « The Roman Theatre at Canterbury », Britannia, 1, p. 3-113.

Frey M., 1993, Die römischen Terra-sigillata-Stempel aus Trier, , Trier, 113 p., XVII p. de pl.(Trierer Zeitschrift, Beiheft 15).

Fülep F., 1984, Sopianae : the history of Pécs during the Roman era, and the problem of the continuity of the late Roman population, Budapest, Akadémiai Kiadó, 391 p. (Archaeologia Hungarica, 50).

Fülle G., 1997, « The internal organisation of the Arretine terra sigillata-industry : problems of evidence and interpretation », Journal of Roman Studies, 87, p. 111-115.

Fülle G., 2000, « Scherben und Strukturen : zu methodischen Grundproblemen der Sigillataforschung, Mainz », in : Strobel K. dir., Forschungen zur römischen Keramikindustrie : Produktions-, Rechts- und Distributionsstrukturen, Akten des 1. Trierer Symposiums zur antiken Wirtschaftsgeschichte, Trier, p. 23-41 (Trierer historische Forschungen, 42).

Fülöp E.N., 2004, « Terra sigillata leletek Savariából a Perint patak nyugati oldaláról », Savaria, 28, p. 139-158.

Furger A.R., Deschler-Erb S., 1992, Das Fundmaterial aus der Schichtenfolge beim Augster Theater : Typologische und osteologische Untersuchungen zur Grabung Theater-Nordwestecke 1986/87, Augst, 481 p. (Forschungen in Augst, 15).

Gabler D., 1964, « Az importált terra sigillatak forgalma Pannoniában / Angaben zur Verbreitung der Sigillaten in Pannonien », Archaeológiai Értesítő, 91, p. 94-110.

Gabler D., 1967a, « Die gestempelten Sigillaten von Tác (Gorsium) », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, IX, p. 29-49.

Gabler D., 1967b, « Arrabona legkorábbi sigillatai / The Earliest Sigillatae of Arrabona », Arrabona, 9, p. 21-53.

Gabler D., 1971, « Kutatások Arrabona canabaejában / Research in the Canabae of Arrabona », Arrabona, 13, p. 5-54.

Gabler D., 1973a, Italische sigillaten in Nordwestpannonien, Eisenstadt, 44 p., 6 pl. (Wissenschaftliche Arbeiten aus dem Burgenland, 51).

Gabler D., 1973b, « Der römische Gutshof von Fertőrákos-Golgota », Acta Archaeologica Hungarica, 35, p. 139-176.

Gabler D., 1976, « Die Sigillaten der Hercules-Villa », Acta Archaeologica Hungarica, 28, p. 1-77.

Gabler D., 1977, « Die Keramik von Vindobona », in : Erben T. dir., Vindobona, die Römer im Wiener Raum: 52. Sonderausstellung des Historische Museum der Stadt Wien, Wien, p. 118-136, 215-242.

Gabler D., 1978, « Die Sigillaten von Pfaffenhofen in Pannonien », Acta Archaeologica Hungarica, XXX, p. 77-147.

Gabler D., 1979a, « Die Sigillaten im westpannonischen Raum (Burgenland) », Mitteilungen der Österreichischen Arbeitsgemeinschaft für Ur- und Frühgeschichte, XXIX, p. 23-55.

Gabler D., 1979b, « Terra sigillata », in : Horváth L., Gabler D., A magyarszerdahelyi kelta és római temető / Das keltische und römische Gräberfeld in Magyarszerdahely, p. 71-81 (Zalai gyűjtemény, 14).

Gabler D., 1982, « Die südgallischen Sigillaten in Pannonien : einige Besonderheiten ihrer Verbreitung », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, 21-22, p. 49-61.

Gabler D., 1983a, « Terra sigillatak az aquincumi canabae északi részén feltárt épületmaradványokból / Terra sigillaten aus der nördlichen Teil der aquincumer Canabae », Archaeológiai Értesítő, 112, p. 109-117.

Gabler D., 1983b, « Die Westerndorfer Sigillata in Pannonien : einige Besonderheiten ihrer Verbreitung », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 30, p. 349-380.

Gabler D., 1986, « Terra Sigillata im Töpferviertel von Poetovio », Arheološki vestnik, 37, p. 129-168.

Gabler D., 1987a, « Einige Besonderheiten der Verbreitung der Rheinzaberner Sigillaten in Pannonien », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 52, p. 75-104.

Gabler D., 1987b, « ϖLa céramique sigillée de la Gaule de l’est en Pannonie », R.A.E., t. XXXVIII, p. 47-56.

Gabler D., 1989a, « Die Sigillaten von Salla (Zalalövő) Grabungen 1982-1983 », Acta Archaeologica Hungarica, 41, p. 435-475.

Gabler D., 1989b, The Roman fort at Ács-Vaspuszta (Hungary) on the Danubian limes, Oxford, 2 vol. (B.A.R., International series, 531).

Gabler D., 1989c, « Spätantike Sigillaten in Pannonien : ein Nachtrag zu den nordafrikanischen Sigillaten », Carnuntum Jahrbuch, 1988, p. 9-44.

Gabler D., 1990, « Terra sigillata az inotai és a pannoniai halomsírokban / Die Terra Sigillaten der inotaer und pannonischen Hügelgräber », in : Palágyi S.K. dir., Norisch-pannonische Hügelgräber Vorträge der Várpalotaer Tagung vom 21 Oktober 1988, Veszprém, p. 149-161.

Gabler D., 1991a, « Römische Strassenstation in der Gemarkung von Sárvár », Communicationes Archaeologicae Hungariae, p. 39-84.

Gabler D., 1991b, « A tribunus laticlaviusok háza az aquincumi 2-3. sz.-i legiotáborban : Terra sigillaták / Das Haus der tribuni laticlavii aus dem Legionslager vom 2-3. Jh. in Aquincum : Terra Sigillaten », Budapest régiségei, XXVIII, p. 135-140.

Gabler D., 1992, « A balácai terra sigillaták 2 / Terra sigillaten aus Baláca 2 », Balácai közlemények, 2, p. 293-316.

Gabler D, 1994a, « Über die Aussagekraft der Terra Sigillata-Funde bezüglich der Zerstörungen in den Provinzen », in : Friesinger H., Tejral J., Stuppner A. dir., Die Markomannenkriege : Ursachen und Wirkungen, 6. Internationales Symposium ‘Grundprobleme der frühgeschichtlichen Entwicklung im nördlichen Mitteldonaugebiet’, Wien, 23-26 Nov. 1993, Brno, Archäologisches Inst., p. 355-364.

Gabler D, 1994b, « Terres sigillées du Haut-Empire et du Moyen-Empire », Bull. du Musée des Beaux-Arts, 80-81, p. 25-58.

Gabler D., 1995, « Samian ware from the Albertfalva vicus / Terra sigillaták az albertfalvai vicusból », Budapest régiségei, 30, p. 119-132.

Gabler D., 1997a, « Early roman occupation in the Pannonian Danube bend », in : Groenman-van Waateringe B.L., van Beek W.J.H., Wynia W., Wynia S. éd., Roman frontier studies 1995, Proceedings of the XVIth international congress of Roman frontier studies, Oxford, p. 85-92 (Oxbow monograph, 91).

Gabler D., 1997b « Die römische Straßenstation von Sárvár und ihre Vorgängerbauten aus dem 1. Jahrhundert n. Chr », Carnuntum Jahrbuch, p. 23-82.

Gabler D., 2000, « Italische Sigillaten mit Töpferstempel in Pannonien », Alba Regia, 29 p. 75-98.

Gabler D., 2001, « Mittelitalische Terra sigillata in Pannonien ? », Carnuntum Jahrbuch, 2000, p. 9-25.

Gabler D., 2002a, « Terra sigillaták az aquincumi canabaeból / Terra Sigillaten aus den Canabae Legionis von Aquincum », Budapest régiségei, 35, p. 227-266.

Gabler D., 2002b, « Savariai sigillaták », in : Buocz T., Gabler D., Savariai városfal : a városfal építési ideje a terra sigillaták tükrében, Sárvár, p. 60-121.

Gabler D., 2003a, « A balácai terra sigillaták 3 / Terra sigillaten aus Baláca 3 », Balácai közlemények, 6, p. 97-140.

Gabler D., 2003b, « L Mag(.) VIRI(lis) : un atelier tardo padano di terra sigillata », Acta Archaeologica Hungarica, 54, p. 81-100.

Gabler D., 2004a, « Zur frühen Terra Sigillata der Zivilsiedlung von Vindobona », Wiener Archäologische Studien, 6, Wien, p. 103-161.

Gabler D., 2004b, « A Balácai II. épület terra sigillatái / Sigillaten aus dem Gabäude II. von Baláca », Balácai közlemények, VIII, p. 123-163.

Gabler D., 2007a, « Terra sigillatak az albertfalvai vicus nyugati részén / Terra Sigillata im Westteil des Vicus von Albertfalva », Budapest régiségei, XL, p. 71-93.

Gabler D., 2007b, « Terra sigillaták a Pátyi telepen / Terra Sigillaten in der römischen Siedlung Páty-Malom-Flur », Studia Comitatensia, 30, p. 239-275.

Gabler D., Kellner H.-J., 1993, « Die Bilderstempel von Westerndorf II : Helenius und Onniorix », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 58, p. 185-270.

Gabler D., Kocztur É., 1977, « Terra Sigillata-Depotfund aus Gorsium », Alba Regia, 15, p. 65-81.

Gabler D., Márton A., 1995, « Galliai-germaniai és duna-vidéki terra sigillata bélyegek nem reliefdíszes edényeken / Gallisch-germanische Terra Sigillata-Stempel auf nicht reliefverzierten Gefässen in Pannonien », Communicationes Archaeologicae Hungariae, p. 227-307.

Gabler D., Palágyi S. K., 1989, « A balácai terra sigillaták I », Balácai közlemények, 1 p. 109-122.

Gabler D., Pichlerová M., 1996, « Terra Sigillata von Gerulata », in : Kuzmová K., Rajtár J. dir., Gerulata I, Nitra, p. 45-143.

Gabler D., Rauchenwald A., 1992, « Töpferkunst und Keramikindustrie », in : Jobst W. dir., Carnuntum : das Erbe Roms an der Donau : Katalog der Ausstellung des Archäologischen Museums Carnuntinum im Bad Deutsch - Altenburg, 1, Carnuntum, p. 447-487.

Gabler D., Vaday A., 1986, Terra Sigillata im Barbaricum zwischen Pannonien und Dazien, Budapest, Akadémiai Kiadó, 85 p., 37 pl.

Gabler D, Bíróné Sey K., Gáspár D.H., Kelemen M.K., Palágyi S., Maróti É., Regenye J., Ritoók Á, Szabó K., Vörös I., 1992, « A balácai villagazdaság főépületének pincéje / Keller des Hauptgebäudes des Balácaer Gutshofes », Balácai közlemények, 2, p. 7-218.

Gaitzsch W., Haarich H., 1997, « Elsdorf, Erftkreis », Bonner Jahrbücher, 197, p. 295-308.

Gaitzsch W., Hermanns J., Lürken F., Schmidt F., 1990, « Eschweiler, Kr. Aachen, » Bonner Jahrbücher, 190, p. 463-470.

Galliou P., 1978, « Signatures sur céramique sigillée découvertes à Nantes », Archéologie en Bretagne, 17.1, p. 22-23.

Galliou P., 1989, Le Finistère, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 141 p.(Carte Archéologique de la Gaule, 29).

Gaubatz-Sattler A., 1994, Die Villa rustica von Bondorf (Lkr. Böblingen), Stuttgart, K. Theiss, 335-76 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, Bd 51).

Gechter M., 1979, « Die Anfänge des Niedergermanischen Limes », Bonner Jahrbücher, 179, p. 1-138.

Gechter M., Kunow J., 1983, « Der frühkaiserzeiztliche Grabfund von Mehrum », Bonner Jahrbücher, 183, p. 449-468.

Giot P.-R., 1996, « L’Ile Lauret à l’époque gallo-romaine », Les Dossiers du Centre Régional Archéologique d'Alet,24 p. 17-37.

Göricke-Lukić H., 2000, Sjeveroistočna nekropola rimske Murse, Zagreb, Muzej Slavonije Osijek, 189 p. (Biblioteka Slavonije i Baranje, 3).

Gorsium 1972 = Bánki Zs., Fitz J., 1974, « Kutatások Gorsiumban 1972-ben / Forschungen in Gorsium in Jahre 1972 », Alba Regia, 13, p. 195-243.

Gorsium 1973 = Fitz J., Lányi V., Bánki Zs., 1975, « Kutatások Gorsiumban 1973-ben / Forschungen in Gorsium im Jahre 1973 », Alba Regia, 14, p. 289-333.

Gorsium 1974 = Fitz J., Lányi V., Bánki Zs., 1977, « Kutatások Gorsiumban 1974-ben / Forschungen in Gorsium im Jahre 1974 », Alba Regia, 15, p. 124-174.

Gorsium 1975 = Fitz J., Lányi V., Bánki Zs., 1978, « Kutatások Gorsiumban 1975-ben / Forschungen in Gorsium im Jahre 1975 », Alba Regia, 16, p. 169-268.

Gorsium 1980 = Fitz J., Lányi V., Bánki Zs., 1983, « Forschungen in Gorsium im Jahre 1980 », Alba Regia, 20, p. 201-208.

Greene K., 1986, The archaeology of Roman economy, London, B.T. Batsford, 192 p.

Greene K.T., Hartley B.R., 1995, « Samian Ware », in : Casey P.J., Hoffmann B., « Excavations at Alstone Cottage, Caerleon, 1970 », Britannia, 36, p. 63-106.

Groller M. von, 1899, « Die Gräber », Bericht des Vereins Carnuntum in Wien für die Jahre 1897, 1898, Wien, p. 79-94.

Groller M. von, 1901, « Das Lager von Carnuntum », Der römisches Limes in Österreich, 2, Wien, p. 15-84.

Groller M. von, 1903, « Strassen und Limesforschung : Grabungen in Lager Carnuntum », Der römisches Limes in Österreich, 4, Wien, p. 1-124.

Groller M. von, 1904a, « Übersicht in dem Jahre 1902 ausgeführten Grabungen », Bericht des Vereins Carnuntum in Wien für das Jahr 1902, p. 1-126.

Groller M. von, 1904b, « Übersicht in dem Jahre 1902 ausgeführten Grabungen », Der römisches Limes in Österreich, 5, Wien, p. 1-34.

Groller M. von, 1904c, « Grabung im Legionslager Carnuntum », Der römisches Limes in Österreich, 5, Wien p. 34-92.

Groller M. von, 1905, « Übersicht der 1903 ausgefürten Grabungen in Carnuntum », Der römisches Limes in Österreich, 6, Wien, p. 1-158.

Groller M. von, 1906, « Übersicht der im Jahre 1904 ausgeführten Grabungen », Der römisches Limes in Österreich,7, Wien, p. 1-130.

Groller M. von, 1907, « Die Grabungen in Carnuntum », Der römisches Limes in Österreich, 8, Wien, p. 4-111.

Groller M. von, 1908, « Die Grabungen in Carnuntum », Der römisches Limes in Österreich, 9, Wien, p. 1-80.

Grünewald M., 1979, Die Gefäßkeramik des Legionslagers von Carnuntum (Grabungen 1968-1974), Wien,107 p. (Der römisches Limes in Österreich, 29).

Grünewald M., 1980, « Sigillaten und ein rot überfärbten Keramikfragment aus Carnuntum in der Sammlung Eike-Meinrad Winkler », Fundberichte aus Österreich, 1979, p. 81-87.

Grünewald M., 1983, Die Funde aus dem Schutthügel des Legionslagers von Carnuntum : die Baugrube Pingitzer, Wien, 57 p., 69 pl. (Der römisches Limes in Österreich, 32).

Grünewald M. et alii, 1983, « Die antiken, urgeschichtlichen und mittelalterlichen Funde der Grabungen auf dem Stiftsplatz zu Klosterneuburg 1953-1954 (Capella Speciosa) », Jahrbuch des Stiftes Klosterneuburg, 12, Wien-Köln-Graz, p. 95-274.

Guennou G., 1981, « La cité des Coriosolites », Les Dossiers du Centre Régional Archéologique d'Alet, Série D, xiv-177 p.

Haalebos J.K., Mees A., Polak M., 1991, « Über Töpfer und Fabriken verzierter Terra Sigillata des ersten Jahrhunderts », Archeologisches Korrespondenzblatt, 21, p. 79-91.

Hampel J., 1880, « A Nemz. Muzeum régiségosztályának gyarapodása 1879 deczemberében », Archaeológiai Értesítő, XIV, p. 33-38.

Hampel J., 1882, « A m. n. muzeumi érem- és régiségtár 1881-ben (május-deczember). Második közlemény », Archaeológiai Értesítő, II, p. 60-78.

Hampel J., 1889, « A N. Múzeum régiségtárának gyarapodása », Archaeológiai Értesítő, X.1, p. 83-87.

Hantos Z., 2005, « A rheinzaberni reliefdíszes terra sigillaták pannoniai forgalmáról / Über den Verkehr reliefverzierten Terra Sigillaten aus Rheinzabern in Pannonien », Archaeológiai Értesítő, 130, p. 105-135.

Härke H., 1980, « Die Grabung des Jahres 1976 auf dem Münsterplatz in Neuss », Bonner Jahrbücher, 180, p. 493-571.

Hartley B.R., 1970, « The dating evidence for the end of the Saalburg Erdkastell », in : Schönberger H., « Die Namenstempel auf glatter Sigillata aus dem Erdkastell von Saalburg », Saalburg Jahrbuch,XXVII, p. 28-30.

Hartley B.R., 1972, « The Roman occupation of Scotland the evidence of Samian ware », Britannia, 3, p. 1-55.

Hartley B.R., 1974, « Samians Potters’ Stamps », in : Rae A., Rae V., « The Roman fort at Cramond, Edinburgh excavations 1954-1966 », Britannia, 5, p. 163-224.

Hartley B.R., 1977, « Some Wandering Potters », in : Dore J., Greene K. éd., Roman pottery studies in Britain and Beyond, Papers presented to J. Gillam, Oxford, p. 251-261 (B.A.R., Supplement series,30).

Hartley B.R., 1987, p. 113,in : Millet M., « Boudicca : the first Colchester potters shop, and the dating of Neronian Samian », Britannia, 18, p. 93-123.

Hartley B.R., 1989, « Samian potters stamps and decorated ware », in : Frere S.S., Wilkes J.J., Strageath : excavations within the Roman fort, 1973-1986, London, p. 212 (Britannia monograph series, 9).

Hartley B.R., 2000, « The Samian », contribution in : Evans E., The Caerleon Canabae : excavations in the civil settlement, 1984-1990, London, 537 p. (Britannia monograph series, 16).

Hatt J.-J., 1950, « Le passé romain de Strasbourg : stratigraphie chronologique », Gallia, VII-2, p. 161-194.

Havas Z., 2005, « Az aquincumi aquaedictus új aspektusai / New approach to the Aquaduct of Aquincum », Budapest régiségei, XXXIX, p. 51-70.

Heiligmann J., 1990, Der ‘Alb-Limes’ :ein Beitrag zur römischen Besetzungsgeschichte Südwestdeutschlands, Stuttgart, K. Theiss, 330 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 35).

Heiligmann-Batsch, K., 1997, Der römische Gutshof bei Büßlingen, Kr. Konstanz : ein Beitrag zur Siedlungsgeschichte des Hegaus, Stuttgart, 158 p. (Forschungen und Berichte Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 65).

Hengstl J., 1972, Private Arbeitsverhältnisse freier Personen in den hellenistischen Papyri bis Diokletian, Bonn, R. Habelt, XV-160 p.

Hengstl J., 1983, « Einige juristische Bemerkungen zu drei ‘Töpferei-Mieturkunden’ », in : Studi in onore di Arnaldo Biscardi, vol. 4, Milano, p. 663-673.

Hermet F., 1934, La Graufesenque (Condatomago). Vol. I. Vases sigillés-Graffites, Paris, E. Leroux, XXIX-379 p.

Heydendorff W., 1949, « Töpferstempel auf Terra Sigillata aus Carnuntum », Mitteilungen des Vereins der Freunde Carnuntums, 2, p. 5-6.

Heydendorff W., 1950, « Töpferstempel auf Terra Sigillata aus Carnuntum », Mitteilungen des Vereins der Freunde Carnuntums, 3, p. 8-9.

Heydendorff W., 1951, « Töpferstempel auf Terra Sigillata aus Carnuntum », Mitteilungen des Vereins der Freunde Carnuntums,4, p. 7-8.

Heydendorff W., 1952, « Töpferstempel auf Terra Sigillata aus Carnuntum », Mitteilungen des Vereins der Freunde Carnuntums, 5, p. 11-12 ;

Hoerner B., 2000, « Zu den Anfängen der ostgallischen Terra Sigillata-Industrie im 1. Jahrhundert n. Chr. : Chémery-Faulquemont und Boucheporn (Lothringen) », in : Strobel K. dir., Forschungen zur römischen Keramikindustrie : Produktions-, Rechts- und Distributionsstrukturen, Akten des 1. Trierer Symposiums zur antiken Wirtschaftsgeschichte, p. 103-150 (Trierer historische Forschungen, 42).

Hofmann B., 1966, « Oves et marques de potiers de Banassac (fouilles 1961-1964) », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, VIII, p. 23-44.

Hofmann B., 1967, « Notes de céramologie antique II », Ogam, 19.1-2, p. 129-136.

Hofmann B., 1968a, « Notes de céramologie antique V », Ogam, 20.1-2, p. 57-184.

Hofmann B., 1968b, « Catalogue des poinçons pour moules à vases sigillés des décorateurs argonnais », Ogam, 20.3-6, p. 273-343.

Hofmann B., 1986, « Banassac », in : DAF 6 : Bémont C., Jacob J.-P.,La terre sigillée gallo-romaine : lieux de production du Haut-Empire, implantations, produits, relations, Actes de la table ronde de Paris, 9-11 mai 1985, Paris, éd. de la MSH, p. 103-110(Documents d'archéologie française, 6).

Hofmann I = Hofmann B., [1971], Catalogue des estampilles sur vaisselle sigillée. 1ére partie : Les ateliers de la Graufesenque et de Lezoux, Paris, 32 p. (Groupe d’Archéologie antique de Touring Club de France, Notice technique,21).

Hofmann II = Hofmann B., [1972], Catalogue des estampilles sur vaisselle sigillée. 2éme partie : Les ateliers de Montans, des Martres-de-Veyre, d’Argonne et de Rheinzabern, Paris, 36 p. (Groupe d’Archéologie antique de Touring Club de France, Notice technique, 22).

Horváth F., 2001, « Terra sigillata-magángyűjtemény Sárvár és környékéről / Eine Terra-sigillata-Privatsammlung aus Sárvár und Umgebung », Communicationes Archaeologicae Hungariae, p. 87-123.

Horváth L., 2002, « In neuerer Zeit freigelegte römerzeitliche Hügelräber im Kom. Zala », in : Palágyi S.K., Nagy L., Römerzetliche Hügelgräber in Transdanubien (Ungarn), Budapest, p. 197-205.

Horváth F., 2003, « Terra Sigillata aus dem Kastellvicus Azaum/Odiavum aus den Jahren 1998-2000 », in : Szabó Á., Tóth E. dir., Pannonica provincialia et archaeologia : studia solemnia auctorum Hungarorum Eugenio Fitz octagenario dedicata Budapest, p. 139-196 (Libelli Archaeologici, 1).

Hosdez Ch., Jacques A., 1989, La nécropole à incinération de Baralle (Pas-de-Calais), Saint-Josse-sur-Mer, 225 p. (Nord-Ouest Archéologie, 2).

Hübener W., 1957, « Ein römisches Gräberfeld in Neuburg an der Donau », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 22, p. 71-96.

Hübener W., 1959, « Ein römisches Brandgräberfeld bei Roggen, Ldkr. Wertingen (Bayerisch-Schwaben) », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 24, p. 30-57.

Hudeczek E., 1965, « Die Terra Sigillata-Funde des Jahres 1963 », Carnuntum Jahrbuch, 1963/64, p. 74-91.

Instrumenta = Hainzmann M., Visy Zs., 1991, Instrumenta inscripta Latina : das römische Leben im Spiegel der Kleininschriften : Ausstellungskatalog, Pécs, Gradis, 184 p.

Intercisa II = Radnóti-Alföldi M., Barkóczi L., Fitz J., Póczy K., Radnóti A., Salamon Á., Sági K., Szilágyi J., Vágó E., 1957, Intercisa, Bd II, Budapest, Akadémiai Kiadó, 655 p. (Archaeologica Hungarica, 36).

Jenny S., 1896, « Poetovio », Mittheilungen der Kaiserlichen Koniglichen Central-Commission, XXII, p. 1-22.

Juhász G., 1935, Die Sigillaten von Brigetio, Budapest, 201 p. (Dissertationes Pannonicae, II.3).

Juhász G., 1936, « A Lezoux-i terrasigillata gyárak aquincumi lerakata / Die aquincumer Niederlage der Terra-sigillata-Fabriken von Lezoux », Archaeológiai Értesítő, 49, p. 33-48.

Jung P., Schücker N. dir., 2006, 1000 gestempelte Sigillaten aus Altbeständen des Landesmuseums Mainz : Ergebnisse einer Lehrveranstaltung am Institut für Vor- und Frühgeschichte der Universität Mainz im Sommersemester 2005, Bonn, Habelt, 139 p. (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, 132).

Kandler-Zöchmann Ch., 1996, « Terra Sigillata mit Töpferstempeln aus der ehemaligen Sammlung Heydendorf », in : Knibbe D. dir., Römerzeit-Mittelalter : archäologische und kulturwissenschaftliche Beiträge. Festschrift Herma Stiglitz, Petronell-Carnuntum, p. 51-59 (Publikationen des Museumsvereines Petronell-Carnuntum Auxiliarkastell).

Kandler-Zöchmann Ch., 1997, « Terra Sigillata der Grabungskampagne 1993 », in : Kandler M. dir., Das Auxiliarkastell Carnuntum. 2. Forschungen seit 1989, Wien, p. 101-170 (Österreichisches Archäologisches Institut Sonderschriften, 30).

Kandler-Zöchmann Ch., 2002 « Die Terra Sigillata der ‘Steilhang-Grabung’ 1971-1972 in Petronell », Carnuntum Jahrbuch, p. 48-159.

Karnitsch P., 1959, Die Reliefsigillata von Ovilava : Wels, Oberösterreich, Linz, Institut für Landeskunde von Oberösterreich, 461 p. (Schriftenreihe des Institutes für Landeskunde von Oberösterreich, 12).

Karnitsch P., 1962, « Die Sigillata von Burgstall, Gemeinde Moes », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 27, p. 142-148.

Kaser M., 1986, Römisches Privatrecht : ein Studienbuch, München, Beck, XIV-417 p.

Kellner H.-J., 1976, « Die Sigillaten », in : Christlein R., Czysz W., Garbsch J., Kellner H.-J., Schröter H.-P., « Ausgrabungen in Pons Aeni », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 41, p. 48-75.

Kellner H.-J., 1981, « Die Bilderstempel von Westerndorf. Comitialis und Iassus », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 46, p. 121-189.

Kenner Fr. von, 1900, Bericht über römische Funde in Wien in den Jahren 1890 bis 1900, Wien, 91 p.

Kenner Fr. von, 1904, « Römische Funde in Wien aus den Jahren 1901 bis 1903 », Jahrbuch der K. K. Zentral-Kommission, II.1-3, p. 105-170.

Kenner Fr. von, 1905, « Römische Funde in Wien aus den Jahren 1904 und 1905 », Jahrbuch der K. K. Zentral-Kommission, III, p. 137-230.

Kenner Fr. von, 1909, « Forschungen in Vindobona », Jahrbuch für Altertumskunde, p. 35a-85b.

Kenner Fr. von, 1911, « Römische Funde in Wien 1908-1910 », Jahrbuch für Altertumskunde, 5, p. 107-162b.

Kenner H., 1937, « Ausgrabungen und Funde im Lagerfriedhof von Carnuntum : die Kelinfunde », Der römisches Limes in Österreich, XVIII, p. 82-98.

Kiechle F., 1961, Sklavenarbeit und technische Fortschritt im Römischen Reich, Wiesbaden, F. Steiner, 188 p. (Forschungen zur antiken Sklaverei, 3).

Klee M., 1986, Arae Flaviae III. Der Nordvicus von AraeFlaviae : neue Untersuchungen am nördlichen Stadtrand des Römischen Rottweil, Stuttgart, K. Theiss Verlag, 162 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 18).

Knibbe K., Zavadil M., 1987, « Rettungsgrabung auf der Trasse der Bundestraβe 9 im Abschnitt Bad Deutsch-Altenburg », Carnuntum Jahrbuch, 1986, p. 135-153.

Knorr R., 1907, Die verzierten Terra-sigillata-Gefässe von Rottweil, Stuttgart, W. Kohlhammer, 70-XXXII p.

Knorr R., Sprater Fr., 1927, Die westpfälzischen Sigillata-Töpfereien von Blickweiler und Eschweiler Hof,Speier am Rhein, Historisches Museum Pfalz, 120 p., 107 pl. (Veröffentlichungen / Historisches Museum der Pfalz E. V. - Historisches Verein der Pfalz, 3).

Kocztur É.V., 1974, « Ausgrabungen im südlichen Stadtviertel von Gorsium (Tác-Margittelep) », in : Fitz J. éd., Gorsium Forschungen I, Székesfehérvár, p. 69-148.

Kocztur É.V., 1991, « Kora császárkori temető Solymáron », Studia Comitatensia, 21, p. 171-334.

Konrad M., 2005, Die Ausgrabungen unter dem Niedermünster zu Regensburg. Durchgefürt und dokumentiert von Klaus Schwartz. II : Bauten und Funde der römischen Zeit Auswertung, München, C.H. Beck, 151 p., 62 pl. (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, Bd 57).

Koščević R., Makjanić R., 1995, Siscia, Pannonia Superior, Oxford, Tempus Reparatum, 86 p., 74 pl. (B.A.R. International series,621).

Kovács P., 1999, Vicus és castellum kapcsolata az alsó-pannoniai limes mentén, Piliscsaba, 188 p. (Studia classica, 1).

Kovacsovics K., 1987, « As XII - Eine Preisangabe auf einem Sigillatateller aus. Salzburg », Germania, 65, p. 222-225.

Krämer W., 1957, Cambodunumforschungen 1953-1 : die Ausgrabung von Holzhäusern zwischen der 1. und 2. Querstrasse, Kallmünz, 2 vol. (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte, 9).

Kraskovská Lj., 1974, Gerulata-Rusovce : rimske prohrebisko (Das römische Gräberfeld I), Bratislava, 245 p. (Slovenské národne múzeum – Archeologický ústav, Fontes, 2).

Kraus K., 1992, mit einem Beitrag von Bridger C., Colonia Ulpia Traiana, Insula 38 : Untersuchungen zur Feinkeramik anhand der Funde aus den Ausgrabungen der sogenannten Herbergsthermen, Köln/Bonn, 297 p. (Xantener Berichte, 1).

Krekovič E., 1992, « Vagirus aus Lezoux : zwei Belege aus Noricum und Pannonien », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta 31-32, p. 545-548.

Kŕížek F., 1939, Terra Sigillata in der Slowakei, Brno, J. Martinek, 93 p., 11 pl.

Kronberger M., 2005, Siedlungschronologische Forschungen zu den canabae Legionis von Vindobona : die Gräberfelder, Wien, 342 p. (Monographien der Stadtarchäologie Wien,Bd I).

Kujundžić Z., 1982, Poetovijske nekropole, Ljubljana, 78 p. (Katalogi in monografije, 20).

Kuzmová K., 1992, Terra sigillata v Zbierkach Múzea / Terra Sigillata in der Museumssammlung, Komárno, 107 p. (Podunajské Múzeum Komárno, Katalóg III).

Kuzmová K., 1997, Terra Sigillata im Vorfeld des nordpannonischen Limes (Südwestslowakei), Nitra, 179 p. (Archaeologica slovaca monographiae, Fontes, 16).

Kuzmová K., Rajtár J., 1986, « Anfänge des Römerlagers in Iža », Archeologické rozhledy, 38, p. 358-377.

Kuzmová K., Roth P., 1988, Terra sigillata v Barbariku : nálezy z germánskych sidlik a pohrebisk na územi slovenska, Nitra, 225 p. (Materaiali Archaeologica Slovaca,IX).

Kuszinszky B., 1889, « A legújabb aquincumi kutatások 1887-1888 », Budapest régiségei, 1, p. 39-170.

Kuszinszky B., 1932, A gázgyári római fazekastelep Aquincumban / Das große römische Töpferviertel in Aquincum bei Budapest, Budapest, 423 p. (Budapest régiségei, 11).

La Graufesenque = Genin M., 2007, La Graufesenque (Millau, Aveyron) : sigillées lisses et autres productions, Pessac, éd. de la Fédération Aquitania, 589 p. (Coll. Études d’archéologie urbaine).

Lamm S., 2007, « Das Fundmaterial der römischen Siedlungsstelle in St. Martin an der Raab, Burgenland », Fundberichte aus Österreich, 45, p. 391-450.

Lebegyev J., Márton, A., 2003, « Újabb terra sigillata leletek az aquincumi katonavárosi canabae területéről / New samian ware finds from the canabae legionis of Aquincum », Archaeológiai Értesítő, 28, p. 125-176.

Lequément R., 1983, « Informations archéologiques : circonscription de Midi-Pyrénées », Gallia, 41.2, p. 473-503.

Lerat L., 1972, « Informations archéologiques : circonscription de Franche-Comté », Gallia, 30.2, p. 421-442.

Liberchies IV = Bet Ph., Severs L., Vilvorder F., « La terre sigillée », in : Brulet R., Dewert J.-P., Vilvorder F., 2001, Liberchies IV, Vicus gallo-romain : travail de rivière : fouilles du Musée de Nivelles (1986-87 et 1991-97), Louvain-la-Neuve, Dép. d’archéologie et d’histoire de l’art, p. 125-181.

Lombard Y., 1978, Catalogue des collections archéologiques de Besançon. VI : La céramiquesigillée. I. Signatures, Paris, Les Belles Lettres, 116 p.

Lud. V = Ludovici W., 1927, Katalog V. Stempel-Namen und Bilder römischer Töpfer aus meinen Ausgrabungen in Rheinzabern 1901-1914, Jochgrim, 301 p.

Lutz M., 1972, « Le domaine gallo-romain de Saint-Ulrich (Moselle) », Gallia, 30.1 p. 41-82.

Mackensen M., 1993, Die spätantiken Sigillata- und Lampentöpfereien von El Mahrine (Nordtunesien) :Studien zur nordafrikanischen Feinkeramik des 4. bis 7. Jahrhunderts, München, C.H. Beck, 679 p. (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, Bd 50).

Mahler E., 1907, « Pannoniai feliratos emlékek », Archaeológiai Értesítő, 27, p. 231-247.

Makjanić R. 1990, « Terra sigillata iz Orešca, Zbirke Vincek i Radijevac », Prilozi, 7, p. 31-44.

Makjanić R., [1996], « Sisak-Terra sigillata, iskopavanja 1990 / Sisak-Terra sigillata, excavations 1990 », Opuscula Archaeologica, 20, p. 91-118.

Marichal R., 1988, Les graffites de La Graufesenque, Paris, éd. du CNRS, XII-286 p. (47ème suppl. à Gallia).

Marosi A., 1917, « A Székesfehérvári Múzeum dunapentelei régiségei », Archaeológiai Értesítő, 37, p. 1-7.

Maróti T., Topál J., 1980, « Szentendre római kori temetője / Das römerzeitliche Gräberfeld von Szentendre », Studia Comitatensia, 9, p. 95-177.

Martin Th., 1986, « Montans », in : DAF 6 : Bémont C., Jacob J.-P.,La terre sigillée gallo-romaine : lieux de production du Haut-Empire, implantations, produits, relations, Actes de la table ronde de Paris, 9-11 mai 1985, Paris, éd. de la MSH, p. 58-71(Documents d'archéologie française, 6).

Martin-Kilcher S., 1976, Das römische Gräberfeld von Courroux im Berner Jura, Derendingen-Solothurn, Habegger, XIV-231 p. (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 2).

Márton A., 2009, « Mobilier en terre sigillée dans les sépultures pannoniennes », Communicationes Archaeologicae Hungariae, 2008, p. 135-189.

Mary G.T., 1967, Novaesium I : die südgallische Terra Sigillata aus Neuss, Berlin, Mann, 186 p., 36 pl. (Limesforschungen, 6).

Mees A.W., 1995a, « Probleme um die Anfangsdatierung von Aquincum », Budapest régiségei, 30, [1995], p. 61-85.

Mees A.W., 1995b, Modelsignierte Dekorationen auf südgallischer Terra Sigillata, Stuttgart, K. Theiss Verlag, 266 p., 253 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 54).

Mees A.W., 2000, « Terra Sigillata Multivariata : Vergleichende Untersuchungen zur Produktionsstruktur in Rheinzabern, Arezzo und Cincelli », in : Strobel K. dir., Forschungen zur römischen Keramikindustrie : Produktions-, Rechts- und Distributionsstrukturen, Akten des 1. Trierer Symposiums zur antiken Wirtschaftsgeschichte, p. 163-169 (Trierer historische Forschungen, 42).

Mees A.W., 2002, Organisationsformen römischer Töpfer-Manufakturen am Beispiel von Arezzo und Rheinzabern, Mainz, 2 vol. : XIX-462 p. (Römisch-Germanischen Zentralmuseums, Monographien, 52.1-2).

Menghin O., Seracsin A., 1927, « Römische Funde aus Sommerein am Leithagebirge, Niederösterreich », Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Institutes, XXIV, Wien, p. 69-86.

Meyer M. G.M., 2003, « Ein römerzeitliches Gräberfeld bei Mochenwangen »,Fundberichte aus Baden-Württemberg, 37, p. 559-690.

Mikl I., 1961, « Rimske najdbe iz Ptuja po letu 1954 », Arheološki vestnik, XI-XII, p. 153-186.

Mikl-Curk I., 1965, « K slike naselbinske keramike rimskega Poetovija / Beitrag zur Siedlungskeramik des römischen Poetovio », Časopis za zgodovino in Narodopisje, 1, p. 75-86.

Mikl-Curk I., 1969, Terra sigillata in sorodne vršte keramike iz Poitovija, Beograd, 68 p. (Arheološko Društvo Jugoslavije - Dissertationes IX).

Mikl-Curk I., 1973, « Vom Beginn der Römerzeit im nördlichen Jugoslawien », Archaeologia Jugoslavica, 14, p. 41-44.

Mikl-Curk I., 1981, « Nekaj najdb sigilate iz Ptuja / Some Terra Sigillata Finds from Ptuj », Arheološki vestnik, XXXII, p. 56-67.

Miltner F., 1909, Die Grabungen in Carnuntum, Wien (Der römisches Limes in Österreich, 10).

Miltner F., 1933, « Das zweite Amphiteater von Carnuntum », Der römisches Limes in Österreich, VII, p. 1-72.

Mitard P.-H., 1960, « La villa gallo-romaine de Guiry-Gadancourt (Seine-et-Oise) », Gallia, 13, p. 163-184.

Mitard P.-H. et alii, 1993, Le sanctuaire gallo-romain des Vaux-de-la-Celle à Genainville (Val-d’Oise), Guiry-en-Vexin, Centre de recherches archéologiques du Vexin français, 449 p. (Bull. archéologique du Vexin français, 26).

Mócsy A., 1955, « A Százhalombatta-Dunafüredi római tábor és telepek / Roman camp and settlement at Százhalombatta », Archaeológiai Értesítő, 82, p. 59-69.

Mosser M., 1999, « Befunde im Legionslager Vindobona. Teil. I. Altgrabungen im Judenplatz und Umgebung », Fundort Wien,2, p. 48-85.

Mráv Zs., 1999, « Aurelius Martialis, naucler(us) portus (A)eni : zum Handelsleben des 3, Jh. n. Chr. in Brigetio », Münsterische Beiträge zur antiken Handelsgeschichte,XVIII, Münster, p. 73-86.

MRT 2 = Éri I., Kelemen M., Németh P. Torma I., 1969, Veszprém megye régészeti topográfiája : a veszprémi járás, Budapest, Akadémiai Kiadó, 340 p. (Magyarország Régészeti Topográfiája, 2).

MRT 4 = Dax M., Éri I., Mithay S., Palágyi Sz., Torma I., 1972, Veszprém megye régészeti topográfiája : a pápai és zirci járás, Budapest, Akadémiai Kiadó, 329 p. (Magyarország Régészeti Topográfiája, 4).

MRT 5 = Horváth I., H. Kelemen M., Torma I., 1979, Komárom megye régészeti topográfiája : Esztergom és a dorogi járás, Budapest, Akadémiai Kiadó, 455 p.(Magyarország Régészeti Topográfiája,5).

MRT 7 = Torma I. dir., 1986, Pest megye régészeti topográfiája : a budai és szentendrei járás, Budapest, Akadémiai Kiadó, 389 p.(Magyarország Régészeti Topográfiája,7).

Müller M., 1996, « Die römischen Grabfunde von Faimingen-Phoebiana : chronologisch-historische Ergebnisse », Boreas. Münsterische Beiträge zur Archäologie, 19, p. 181-219.

Müller M., 1999, Faimingen-Phoebiana. II : Die römischen Grabfunde, Mainz, Ph. von Zabern,194 p., 92 pl. (Limesforschungen, Bd 26).

Nagy L., 1931, Az óbudai ókersztény cella trichora a Raktár-utcában, Budapest, Az Aquincumi Muzeum, 99 p.

Nagy L., 1937, « Az Aquincumi Múzeum kutatásai és gyarapodása az 1923-1935 években », Budapest régiségei, XII p. 261-275.

Nagy L., 1941, « Az Aquincumi polgárváros tűzoltóságának székháza / La maison du collège des pompiers de la ville civile d’Aquincum », Laureae Aquincenses, I - Dissertationes Pannonicae, II.11, Budapest, p. 182-231.

Nagy T., 1943, « A Fővárosi Régészeti és Ásatási Intézet jelentése az 1938-1942 : Évek között végzett kutatásairól », Budapest régiségei, 13, p. 361-399.

Nagy T., 1947, « Az albertfalvai római telep », Antiquitas Hungarica 1, p. 92-114.

Nagy T., 1949, « Az albertfalvai romanizált eraviscus telep emlékanyaga / Les monuments d’un établissement éravisque romanisé à Albertfalva », Antiquitas Hungarica 3, p. 49-67.

Nagy T., 1958, « Az aquincumi ún. Festőlakás », Budapest régiségei, 18, p. 149-189.

Names 1= Hartley B.R., Dickinson B.M., 2008, Names on terra sigillata : an index of makers' stamps & signatures on Gallo-Roman terra sigillata (Samian ware), Vol 1 : A to Axo, London, XXIV-429 p. (Bull. of the Institute of Classical Studies, Supplement).

Names2 = Hartley B.R., Dickinson B.M., 2008, Names on terra sigillata : an index of makers' stamps & signatures on Gallo-Roman terra sigillata (Samian ware), Vol 2 : B to Cerotcus, London, XIV-408 p. (Bull. of the Institute of Classical Studies, Supplement).

Names 3 = Hartley B.R., Dickinson B.M., 2008, Names on terra sigillata : an index of makers' stamps & signatures on Gallo-Roman terra sigillata (Samian ware), Vol 3 : Certianus to Exsobano, London, XIV-417 p. (Bull. of the Institute of Classical Studies, Supplement).

Neugebauer J.-W., Grünewald M., 1979, « Römische Siedlungsfunde aus Klosterneuburg, Pol. Bez. Wien-Umgebung »,Römisches Österreich, 5-6, (1977-1978), p. 47-82.

Neumann A., 1965, « Spital und Bad des Legionslagers Vindobona », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 12, p. 99-117.

Noll R., 1972, « Eine Sigillataschüssel mit Eigentumsvermerk und Preisangabe aus Flavia Solva », Germania, 50, p. 148-152.

OldensteinJ., 1982, Der obergermanisch-raetische Limes : Fundindex, Mainz, Von Zabern, XXX-146 p.

Oswald F., 1931 (1964), Index of potter’s stamps on terra sigillata ‘Samian ware’, East Bridford, XXVIII-428 p.

Oswald F., Pryce T. D., 1920, An introduction to the study of terra sigillata treated from a chronological standpoint, London/New York, Longmans, Green and Co, 286 p.

Ottományi K., Gabler D., 1985, « Római telepek Herceghalom és Páty határában - A pátyi terra sigillata - / Römische Siedlungen in der Gemarkung von Herceghalom und Páty » (Gabler D., Die Sigillaten aus Páty), Studia Comitatensia, 17, p. 185-272.

Parragi Gy., 1976, « A Bécsi úti ásatások újabb eredményei / The results of the recent excavations at Bécsi Road », Budapest régiségei, 24, p. 163-169.

Pascher G., 1949, Römische Siedlungen und Straßen im Limesgebiet zwischen Enns und Leitha, Wien, R.M. Rohrer, 256 p. (Der römisches Limes in Österreich,XIX).

Paulovics I., 1934, « Ásatás Dunapentelén 1931-ben / Eine Ausgrabung in Dunapentele im Jahre 1931 », Archaeológiai Értesítő, 46, (1932-1933), p. 144-160.

Peacock D.P.S., 1982, Pottery in Roman World : an ethnoarchaeological approach, London/New York, Longman, 192 p. (Longman archaeology series).

Petit M., 1980, Les nécropoles gallo-romaines de Lutèce, Dissertation, Paris – Sorbonne, 2 vol. : 305 p., LIII pl.

Petru S., Petru P., 1978, Neviodunum : Drnovo pri Krškem, Ljubljana, Narodni muzej, 104 p. (Katalogi in monographije, 15).

Pétry F., 1972, « Informations archéologiques : circonscription d’Alsace », Gallia, 30.2, p. 379-419.

Pferdehirt B., 1976, Die Keramik des Kastells Holzhausen, Berlin, Mann, 162 p. (Limesforschungen,Bd 16).

Pferdehirt B., 2003, « Reliefsigillata und Stempel auf glatter Sigillata aus Heldenbergen », in : Czysz W., Heldenberg in der Wetterau : Feldlager, Kastell, Vicus, Mainz am Rhein, p. 216-231 (Limesforschungen,Bd 27).

Pinel R., 1969, « Travaux de sauvetage », Bull. du Comité Archéologique de Lezoux,2, p. 24-27.

Pinterović D., 1975, « Ostaci rimskih kuća i kućanstáva u Osijeku / On Roman houses and houshold objects at Osijek) », Osječki zbornik, 14-15, p. 57-121.

Planck D., 1975, Arae Flaviae. Teil I, Neue Untersuchungen zur Geschichte des römischen Rottweil. Teil II, Tafelverzeichnis, Tafeln und Beilagen, Stuttgart, Müller & Gräff, 45-119 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, Bd 6).

Plouhinec A., Plouhinec Cl., 1966, « Marques de potiers gallo-romains découvertes à Rezé et dans le lit de la Loire », Annale de Bretagne, LXXIIII.1, p. 167-183.

Poirrier M., 1969, « ‘Le Chatelet’ à Pierre-de-Bresse (établissement gallo-romain) », Bull. du Groupement archéologique du Mâconnais, 5, p. 16-20.

Polak M., 2000, South Gaulish terra sigillata with potter’ stamps from Vechten, Nijmegen, 440 p. (Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, Suppl. 9).

Pommeret C. dir., 2001, Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Dijon, 410 p. (16ème suppl. à la R.A.E.).

Popilian G., 1973, « La céramique sigillée d’importation découverte en Olténie », Dacia, XVII, p. 179-216.

Popović M. éd., 1997, Singidunum 1, Beograd, Arheološki institut.

Prachner G., 1980, Die Sklaven und Freigelassenen im arretinischen Sigillatagewerbe : epigraphische, nomenklatorische sowie sozial- und wirtschaftsgeschichtliche Untersuchungen der etrurischen Firmen- und Töpferstempel, Wiesbaden, Steiner, XIII-254 p. (Forschungen zur antiken Sklaverei, 12).

Prammer, J., 1975, « Ein Sigillata-Brennofen aus Westerndorf-St. Peter », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 40, p. 129-142.

Precht G., 1982, « Xanten, Kr. Wesel », Bonner Jahrbücher, 182, p. 508-511.

Provost M., 1988, L’Indre-et-Loire, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 141 p.(Carte Archéologique de la Gaule, 37).

Provost M., 1988, Le Loir-et-Cher, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 159 p.(Carte Archéologique de la Gaule, 41).

Quitaud R., Jarreau F., Bompuis L., Provenat G, 1970, « Prétieux : nouvelles découvertes sur un site oublié du Forez », Bull. du Groupe de Recherches Arch. du dépt. de la Loire, p. 45-72.

Radnóti A., Gabler D., 1982, « A rusovcei (Oroszvár) ásatások (1942-1943) / Die Ausgrabungen von Rusovce (Oroszvár) », Communicationes Archaeologicae Hungariae, p. 47-72.

Rauchenwald A., 1997, « Die Funde der Ausgrabungen 1986-1990 in der Zivilstadt Carnuntum – Inseln VI », Carnuntum Jahrbuch, 1996, p. 61-226.

Reddé M., 1985, « Le camp militaire romain d’Arlaines et l’aile des Voconces », Gallia, 43.1, p. 49-79.

Reinfuss G., 1958, « Gräberfeld 1956 », Carnuntum Jahrbuch, 1957, p. 90-99.

Rodwell W.J., 1987, « The Samian ware », in : Going C.J., The Mansio and other sites in the south-eastern sector of Caesaromagus : the Roman pottery, CBA Research Report 62, Dorchester, p. 92-99 (Chelmsford Archaeological Trust report, 3.2).

Rogers G.B., 1999, Poteries sigillées de la Gaule centrale II. Les potiers, Lezoux, 2 vol., 505 p.

Rolland H., 1944, « Inscriptions antiques de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence) », Gallia, II, p. 167-223.

Rómer F., 1866a, « Magyar régészeti krónika », Archaeológiai Közlemények, VI.I, p. 98-118.

Rómer F., 1866b, « Magyar régészeti krónika », Archaeológiai Közlemények, VI.II, p. 164-187.

Romeuf A.-M., 2000, Le quartier artisanal gallo-romain des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Lezoux, 2 vol. (Les cahiers du Centre archéologique de Lezoux, 2).

Roquette D., Richard J.-Cl., Soyris P., 1989, « Les estampilles sur céramique sigillée de Murviel-lès-Montpellier (Hérault) », Revue Archéologique de Narbonnaise, 22, p. 287-310.

Rostovtzeff M., 1957, The social and economic history of the Roman Empire, Oxford, Clarendon, 2 vol. : XXXI-541 p. ; X-847 p.

Ruprechtsberger E.M., 1980, Terra Sigillata aus dem Ennser Museum II : Kerbschnitt und Barbotine-Sigillaten, unverzierte Sigillata, Töpferstempel und Ritzinschriften, Linz, 241 p. (Beiträge zur Landeskunde von Oberösterreich, Hist. Reihe I.17).

Sanquer, R., 1978, « Chronique d’archéologie antique et médiévale », Bull. de la Société archéologique du Finistère, CVI, p. 37-82.

Šaranović-Svetek V., 1971, « Terra sigillata » (Terres sigillées dans la collection archéologique du Musée de Vinkovci), Starinar, 22, p. 167-176.

Schaetzen Ph. de, Vanderhoeven M., 1964, De terra sigillata te Tongeren, Tongeren, Provinciaal Gallo-Romeins Museum, 77 p.(Publicaties van het Provinciaal Gallo-Romeins Museum te Tongeren, I).

Scholz M., 2006, « Keramik und Geschichte des Kastells Kapersburg : eine Bestandsaufnahme », Saalburg Jahrbuch, 52-53, p. 9-281.

Schönberger H., 1956, « Das Römerkastell Boiodurum-Beiderweis zu Passau-Innstadt », Saalburg Jahrbuch, XV, p. 42-78.

Schönberger H., 1970, « Die Namenstempel auf glatter Sigillata aus dem Erdkastell von Saalburg », Saalburg Jahrbuch,XXVII, p. 21-30.

Schönberger H., 1978, Kastell Oberstimm : die Grabungen von 1968-1971, Berlin, Mann, 329 p. (Limesforschungen, 18).

Schönberger H., Simon H.-G., 1966, « Novaesium II : die mittelkaiserzeitliche Terra Sigillata von Neuss », Limesforschungen,Bd 7, Berlin.

Schönberger H., Simon H.-G, 1983, Die Kastelle in Altenstadt, Berlin, Gebr. Mann, 201 p. (Limesforschungen, 22).

Šimić J., Filipović S., 1997, Kelti i rimljani na področju Osijeka, Osijek, Muzej Slavonije Osijek, 104 p.

Simon H.-G., 1962, « Terra sigillata aus Köngen », Saalburg Jahrbuch XX, p. 8-44.

Simon H.-G., 1965, « Die römischen Funde aus den Grabungen in Groß-Gerau 1962/63 », Saalburg Jahrbuch, 22-1965, p. 38-100.

Simon H.-G., 1968, « Das Kleinkastell Degerfeld in Butzbach, Kr. Friedberg (Hessen) : Datierung und Funde », Saalburg Jahrbuch, XX, p. 5-64.

Simon H.-G., 1970, « Zur Anfangsdatierung des Kastells Pfösing », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 35, p. 94-105.

Simon H.-G., 1977a, « Die Funde aus dem Bereich der Sumpfbrücke bei Bickenbach (Kreis Darmstadt) », Saalburg Jahrbuch, XXXIV, p. 42-77.

Simon H.-G., 1977b, « Heiligenberger Töpfereifunde im Saalburgmuseum », Saalburg Jahrbuch, XXXIV, p. 88-97.

Simon H.-G., 1978, « Römische Funde aus Theilhofen », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 43, p. 25-56.

Simon H.-G., 1989, « Münzen und Terra sigillata aus den Grabungen von 1984 bis 1986 », in : Schönberger H., Kohler H.-J., Simon H.-G., Neue Ergebnisse zur Geschichte des Kastells Oberstimm, Frankfurt, p. 267-307 (Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 70).

Simpson G., 1982, « The samian pottery », in : Wedlake W.J., The excavations of the shrine of Apollo at Nettlon, Wiltshire, 1956-1971, London, p. 154-176(Reports of the Research Commitee of the Society of Antiquaries of London, XL).

Singidunum I = Ivanišević V., Nikolić-Dorđević S., 1997, « Novi tragovi antičkih fortifikacija u Singidumu – lokalitet Knez Mihailova 30 / New traces of Roman fortification in Singidunum : 30 Knez Mihailova street site », in :Popović M. éd., Singidunum 1, Beograd, Arheološki institut, p. 65-150.

Storno M., 1938, « Római-kori leletek Sopron Belvárosból / Römische Funde in der Inneren Stadt Soprons », Soproni Szemle, II.3, p. 221-234.

Streitberg G., 1973, « Namenstempel und Stempelmarken westerndorfer Sigillatatöpfer », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 38, p. 133-153.

Strobel K., 1987, « Einige Bemerkungen zu den historisch-archäologischen Grundlagen einer Neuformulierung der Sigillatenchronologie für Germanien und Rätien und zu wirtschaftsgeschichtlichen Aspekten der römischen Keramikindustrie », Münstersche Beiträge zur antiken Handelsgeschichte 6,2, p. 75-113.

Strobel K., 1994, « Produktions- und Arbeitsverhältnisse in der südgallischen Sigillatenindustrie : zu Fragen der Massenproduktion in der römischen Kaiserzeit », Specimina Nova, 8/1, p. 27-57.

Struck M., 1996, Römische Grabfunde und Siedlungen im Isartal bei Ergolding, Landkreis Landshut, Kallmünz/Opf, Lassleben, 232-142 p. (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte,Reihe A, Bd 71).

Stümpel B., 1978, « Zur Datierung der römischen Stadtmauer in Mainz », Bonner Jahrbücher,178, p. 291-303.

Swoboda-Milenović R.M., 1956, « Ausgrabungen in der Zivilstadt Carnuntum 1955 », Carnuntum Jahrbuch, 1955,p. 33-48.

Swoboda-Milenović R.M., 1957, « Ausgrabungen in der Zivilstadt 1952 », Carnuntum Jahrbuch, 1956, p. 31-44.

Swoboda-Milenović R.M., 1958, « Grabung 1957 », Carnuntum Jahrbuch, 1957,p. 21-47.

Szilágyi J., 1945, « A Fővárosi Múzeum rómaikori kutatásai és az Aquincumi Múzeum gyarapodása az 1943-1944. években / The Roman researches of the Municipal Museum and the new aquisitions of the Museum of Aquincum in the years 1943-1944 », Budapest régiségei, 14, p. 453-467.

Szirmai K., 1980, « Kutatások az aquincumi II.-III. századi legiotábor praetenturájának északi részén 1973-1977-ben / Forschungen im nördlichen Teil der Praetentura des Legionslagers in 2-3 J. H. zu Aquincum 1973-1977 », Archaeológiai Értesítő, 107, p. 187-200.

Szirmai K., 1985, « Kutatások a II-III. századi aquincumi legiostábor keleti védműveinél (1974-1980) / Forschungen bei den östlichen Wehrbauten des aquincumer Legionslagers aus dem 2-3. JH », Communicationes Archaeologicae Hungariae, p. 49-68.

Szirmai K, 1988, « Stratigrafiai megfigyelések az aquincumi késõrómai erőd északi körzetében / Statigraphische Beobachtungen im Bereich des Spätrömischen Festung von Aquincum », Communicationes Archaeologicae Hungariae, p. 54-68.

Szirmai K., Altmann J., 1976, « Előzetes jelentés a Ferencesek temploma és a via praetoriától északra húzódó római kori épületmaradványok régészeti kutatásáról / Preliminary report on the archaeological excavation of the Franciscan church and the Roman structural remains from the North of the via praetoria », Budapest régiségei, XIV, p. 233-243.

Szönyi E.T., 1976, « A győri ‘Homokgödri’ római kori temető / Das römische Gräberfeld von Győr (Raab) ‘Homokgödrök’ », Arrabona, 18, p. 5-47.

Talaa D., Herrmann I., 2003, « Eine römische Straßenstation in Biedermannsdorf », Fundort Wien, 6, p. 212-224.

Terrisse J.-R., 1968, Les céramiques sigillées gallo-romaines des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Paris, éd. du CNRS, 162 p. (19ème suppl. à Gallia).

Thevenot É., 1950, « La station antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) », Gallia, VII-2, p. 289-347.

Thiel A., 2005, « Das römische Jagsthausen-Kastell, Vicus und Siedelstellen des Umlandes », Materialhefte zur Arch. in Baden-Württemberg, 72, Stuttgart.

Thomas E.B., 1955, « Die römerzeitliche Villa von Tác-Fövenypuszta », Acta Archaeologica Hungarica, 6, p. 73-152.

Thomas E.B., 1964, Römische Villen in Pannonien : Beiträge zur pannonischen Siedlungsgeschichte, Budapest, Akad. Kiadó, 420 p.

Tilhard J.-L., 1988, « Céramique à vernis noir et sigillée », in : Maurin L.éd., Les fouilles de ‘Ma Maison’ : études sur Saintes antique, Saintes, p. 85-196 (3ème suppl. à Aquitania).

Tilhard J.-L., 2004, Les céramiques sigillées du Haut-Empire à Poitiers d’après les estampilles et les décors moulés, Marseille, SFECAG, 654 p. (2ème suppl. à SFECAG).

Topál J., 1981, The southern cemetery of Matrica : Százhalombatta - Dunafüred, Budapest, Akadémiai Kiadó, 105 p., 10-LXXII pl. (Fontes archaeologici Hungariae).

Torma K., 1881, Az aquincumi amphiteatrum északi fele, Budapest, M. Tud. Akadémia, 10 p.

Torma K., 1882, « Római cserépedény bélyegek és karczolatok I », Archaeológiai Értesítő, II, p. 207-230.

Torma K., 1883, « Római cserépedény bélyegek és karczolatok II », Archaeológiai Értesítő, III, p. 1-72.

Trinks U., 1958, « Fundbericht Palastruine 1957 », Carnuntum Jahrbuch, 1957, p. 49-61.

Trinks U., 1961, « Fundbericht Palastruine 1958/59 », Carnuntum Jahrbuch, 1959,p. 40-73.

Tscholl E., 1979, « Römisches Limeskastell in Wallsee : 10 Jahre Beobachtungen zum Limeskastell von Wallsee (1966-1976) », Römisches Österreich, 5-6, p. 109-230.

Ulbert G., 1969, Das frührömische Kastell Rheingönheim : die Funde aus den Jahren 1912 und 1913, Berlin, 60 p., 62 pl. (Limesforschungen, Bd 9).

Urner-Astholz H., 1946, « Die römerzeitliche Keramik von Schleitheim-Juliomagus », Schaffhauser Beiträge zur vaterländische Geschichte, 23, p. 5-205.

Vágó E.B., 1977, « Die oberitalisch-padanische Auflagen-Sigillata in Transdanubien », Acta Archaeologica Hungarica, 29, p. 77-124.

Vámos P., 2002, « Fazekasműhely az aquincumi canabae déli részén/Töpferwerkstatt im südlichen Teil der Canabae von Aquincum », Archaeológiai Értesítő, 127, p. 5-87.

Vanderhoeven M., 1974, Terra sigillata aus Mittel- und Ostgallien : die Töpferstempel, Duisburg, 32 p. (Funde aus Asciburgium, Heft 3).

Vauthey M., Vauthey P., 1958, « Terre Franche officine de la céramique rouge de Vichy II », Ogam, 10.1, p. 87-94.

Vernhet A., Bémont C., 1991, « Un nouveau compte de potiers de La Graufesenque portant mention de flamines », Annale de Pegasus, 1, p. 12-14.

Vernhet A., Bémont C., 1994, « La fournée des nones d’octobre », Annale de Pegasus, 2, p. 19-21.

Visy Zs., 1988, « Zur Baugeschichte der großen Thermen von Weißenburg », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 53, p. 117-135.

Walke N., 1965, Das römische Donaukastell Straubing-Sorviodurum, Berlin, 176 p., 152 pl. (Limesforschungen, Bd 3).

Weber-Hiden I., 1996, Die Reliefverzierte Terrasigillata aus Vindobona. Teil I. Legionslager und Canabae, Wien, Forschungsgesellschaft Wiener Stadtarchäologie, 410 p. (Wiener Archäologische Studien, 1).

Westermann W.L., 1942, « Industrial slavery in Roman Italy », Journal of Economic History, 2, p. 149-163.

Wieling H., 2000, « Vertragsgestaltung der römischen Keramikproduktion », in : Strobel K. dir., Forschungen zur römischen Keramikindustrie : Produktions- Rechts- und Distributionsstrukturen, Akten des 1. Trierer Symposiums zur antiken Wirtschaftsgeschichte, Trier, p. 9-21 (Trierer historische Forschungen, 42).

Wosinszky M. , 1896, Tolnavármegye története I. kötet, Budapest.

Zalalövő 1976 = Gabler D., 1976, « Sigillaten », in : Römische Forschungen in Zalalövő 1974, p. 160-169 (Acta Archaeologica Hungarica, 28).

Zalalövő 1977 = Gabler D., « Terra sigillata », in : Römische Forschungen in Zalalövő 1975, Acta, p. 230-243 (Archaeologica Hungarica, 29).

Zalalövő 1978 = Gabler D., 1978, « Terra sigillata », in : Römische Forschungen in Zalalövő 1976, p. 391-418 (Acta Archaeologica Hungarica, 30).

Zalalövő 1979 = Gabler D., 1979, « Sigillaten », in : Römische Forschungen in Zalalövő 1977, p. 375-383 (Acta Archaeologica Hungarica, 31).

Zalalövő 1982 = Gabler D., 1982, « Terra Sigillata », in : Römische Forschungen in Zalalövő 1980-1981, p. 345-362 (Acta Archaeologica Hungarica, 34).

Zanier W., 1992, « Das römische Kastell Ellingen », Limesforschungen, Bd 23, Mainz.

Zetsche-Huld I., 1993, « Antike Töpfer-Verträge als Erklärung für Sigillatastempel-Varianten », Trierer Zeitschrift, 60, p. 33-41.

Žižek I., 2001, « Tretji ptujski mitrej v luči materialne kulture / Das dritte Mithräum von Ptuj im Hinblick auf die materielle Kultur », in : Ptuj in the Roman Empire Mithraism and its Era, Interational Scientific Symposium Ptuj, 11.-15. Oktober 1999, p. 125-166 (Archaeologia Poetovionensis, 2).

Zsidi P., 1997, « Grabummauerungen am nördlichen Rand der Canabae von Aquincum (Budapest III, Ladik-str.) », Communicationes Archaeologicae Hungariae, p. 109-148.

Notes

1  En utilisant les datations proposées par B. Hofmann, on a précisé le début de la production de l’atelier en 160. Sur le début de l’activité de Rheinzabern, voir : Mees, 2002, p. 76.

Pour citer cet article

Référence électronique

Dénes Gabler, András Márton et Estelle Gauthier, « La circulation des sigillées en Pannonie d’après les estampilles sur sigillées lisses de Gaule, de Germanie et de la Région danubienne », Revue archéologique de l’Est, Tome 58 | 2009, [En ligne], mis en ligne le 14 octobre 2010. URL : http://rae.revues.org/5575. consulté le 28 mai 2017.

Auteurs

Dénes Gabler

Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences de Hongrie – Budapest.

András Márton

Doctorant Université Eötvös Lóránd – Budapest et Université de Bretagne Occidentale – Brest.

Estelle Gauthier

UMR 6249 Chrono-environnement – Besançon.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés