Navigation – Plan du site
Articles

Contribution à la définition de faciès céramiques en Champagne durant le Haut-Empire :

analyse du mobilier de quelques habitats ruraux de la Marne
Anne Delor
p. 95-133

Résumés

Cette synthèse de la céramique gallo-romaine découverte en contexte d’habitats ruraux dans le département de la Marne présente les catégories céramiques identifiées et tente un essai de définition des différents assemblages céramiques utilisés. La présentation est envisagée selon un découpage chronologique strict en huit phases distinctes couvrant une période large allant de l’époque augustéenne au IIIe siècle de notre ère. Le but de cet article est de fournir une base documentaire de comparaison, qu’il faudra toujours compléter et modifier.

Haut de page

Texte intégral

1. Cadres d’étude, problématique et méthodologie

1Le mobilier céramique en Champagne est un thème de recherche aujourd’hui bien engagé. Pourtant, l’analyse porte souvent sur des contextes urbains ou sur un type de mobilier spécifique (comme les gallo-belges, Deru, 1996 ; les « craquelées bleutées », Chossenot, 1994 ; ou les céramiques engobées, Vilvorder, 1999). Cette synthèse de la céramique gallo-romaine découverte en contexte d’habitats ruraux a pour objectifs essentiels la présentation des catégories céramiques identifiées et un essai de définition des différents assemblages céramiques utilisés au cours des trois premiers siècles de notre ère - l’intérêt premier de cette démarche étant de fournir une base documentaire de comparaison ainsi qu’un référentiel typologique et technique1.

Fig. 1. Localisation des sites mentionnés et des catégories céramiques marginales identifiées.

2Dans le département de la Marne, sept sites du Haut-Empire concernés par le tracé du TGV Est ont fait l’objet d’une étude céramologique2. Tous sont localisés entre la ville de Châlons-en-Champagne et la forêt d’Argonne, soit sur un secteur d’une quarantaine de kilomètres de long (fig. 1) : (d’ouest en est) Saint-Hilaire-au-Temple Le Raidon, Cuperly La Perte, Bussy-le-Château Le Bout-des-Forces, Tilloy-et-Bellay La Jaquette Mathieu, Auve La Vigne et enfin Sivry-Ante La Queue des Yvarts. Chronologiquement, les périodes d’occupation des sites couvrent les trois premiers siècles de notre ère. Auve, Dampierre-le-Château et Bussy-le-Château proposent des lots précoces (de la fin du Ier siècle avant J.-C.), tandis qu’à Cuperly quelques structures peuvent être attribuées au début du IVe siècle. Dans presque tous les cas, la céramique provient de structures excavées de type caves, fosses, puits ou silos. Quelques niveaux d’épandages sont concernés par l’analyse.

3La fouille de Dampierre-le-Château Lievaux est citée à titre d’illustration ; le matériel est trop fragmentaire, trop altéré et les structures trop mal conservées pour permettre une exploitation correcte des données dans le cadre de notre problématique. Le site de petite nécropole à incinération mis au jour sur la commune de Lhéry est aussi mentionné (au lieu-dit La Présle). Il a été tenu à l’écart en raison de son contexte exclusivement funéraire : la comparaison directe avec les sites de consommation domestique de type dépotoir primaire ou secondaire ne peut être donc envisagée. De plus, Lhéry est hors de la zone géographique précitée.

4Les lots ont été inventoriés selon des méthodes communes de comptages et de tri. La définition des différents groupes de pâtes distingués a été mise en place lors de l’examen du lot de matériel découvert sur le site d’habitat de Cuperly. Le choix de ce site comme référence est à l’origine arbitraire : il proposait alors le plus gros échantillonnage (plus de 4300 fragments, correspondant à 700 individus) ; les vases ne présentaient pas d’altération importante des pâtes ou de la surface ; enfin la phase chronologique d’occupation du site paraissait a priori couvrir tout le Haut-Empire. Ce choix s’est révélé bon : la très grande majorité des catégories et groupes de pâtes identifiés ont été reconnus sur tous les autres sites ayant fait l’objet d’une étude dans cette contribution, dans des proportions souvent similaires et dans des contextes chronologiques contemporains. Quelques exceptions existent cependant : elles figurent toujours parmi les catégories marginales et sont souvent limitées à un seul site.

5Les arguments concernant la datation et l’intérêt des différentes structures sont présentés dans les rapports de fouilles3. Pour permettre la réalisation d’un phasage global, une série de faits archéologiques a été isolée (fig. 2). Les structures et niveaux retenus s’avèrent pertinents quantitativement et qualitativement : en tant qu’ensembles clos ayant livré une quantité importante de pièces ou/et un lot diversifié de matériel datant, ils sont représentatifs de la consommation de céramique.

Fig. 2. Les contextes pris en compte dans l’étude.

6L’échantillonnage exploité pour la synthèse se compose d’un lot quantitativement représentatif avec 12569 NR pour 1616 NMI4 (pondérés ; Arcelin, Tuffreau-Libre, 1998). Le tri s’est effectué par distinction des catégories techniques déterminées à partir du mode de façonnage, des traitements de surface, des caractéristiques de la pâte (inclusions…) et des modes de cuisson. Les catégories et groupes isolés sont présentés ensuite5. Par souci de clarté, les typologies régionales ont été favorisées pour la nomination des formes dans les commentaires : la céramique gallo-belge fait référence à la typologie publiée en 1996 par X. Deru (Deru, 1996), les parois fines engobées aux planches présentées par F. Vilvorder (Vilvorder, 1999) ; les quelques typologies concernant la céramique commune, comme celle de l’atelier de Saint-Rémi à Reims (Deru, Grasset, 1997), sont utilisées en association avec le classement de E. Gose (Gose, 1950) ; pour les cruches, la numérotation de X. Deru (Deru, 1996, p. 192-195) a été précisée. Les formes sigillées font référence aux typologies les plus récentes publiées pour chaque centre de production (Mitard, 1986 ; Passelac, Vernhet, 1993 ; Bet, Delor, 2000).

7Les amphores (AMP)6, dolia (DOL), plats à engobe rouge pompéien (VRP), mortiers (MORT) et céramique non tournée (NT) forment chacun une catégorie propre ; les céramiques fines régionales ou importées, correspondant à des catégories clairement définies, forment elles aussi un groupe distinct. Ont été observées la céramique à vernis noir (dér. Camp), la céramique sigillée (TS)7, la gallo-belge - terra nigra (TN) et terra rubra (TR), les parois fines (PF), la métallescente (MET), et les dérivées de sigillées et céramique à revêtement argileux (dér. TS et CRA). S’agissant de catégories aujourd’hui bien connues en Champagne, il a été considéré comme superflu de redéfinir des sous-ensembles au sein de ces grandes catégories. En revanche, pour les autres catégories céramiques régionales, la caractérisation de groupes de pâtes s’est révélée nécessaire.

A. Les Céramiques Claires

8- CC : Céramique Commune Claire : pâte mi-fine à grossière de teinte beige/rose/marron, siliceuse, parfois à aspect feuilleté ; inclusions de petite taille visibles à l’œil nu (nodules ferreux, quelques points de chaux…). Certains vases présentent un enfumage externe à mettre sur le compte de leur utilisation près ou sur le feu ; d’autres offrent un aspect gréseux au toucher.

9- CCB : Céramique Commune Blanche : pâte grossière, sableuse, de teinte blanche à beige clair, dont la surface est généralement lissée ; dégraissants quartzeux fréquents de taille variable ; rares nodules ferreux et points noirs. Ce groupe de pâte est spécifique à la fabrication de cruches à une ou deux anses. Sa présence est attestée au cours de toute la période étudiée et sur tous les sites.

10- CCO : Céramique Commune Claire Orangée : pâte orangée (d’orange vif à pâle), riche en dégraissants variés (quartz, points noirs, nodules ferreux…) de petites tailles ; aspect râpeux ou gréseux de la surface. Le groupe des pâtes grossières orange représente entre 1 et 10 % de la céramique claire.

11- Com R : Céramique Commune à pâte Rose : ce groupe, spécifique aux sites d’Auve et Tilloy-et-Bellay, est représenté par trois exemplaires uniquement. Seule une grande cruche à deux anses a été identifiée (structure 88, fig. 20, n° 25). Ces vases se distinguent par une pâte très proche de celle des terres cuites architecturales. La pâte est rose orangé, très mal mélangée (feuilleté blanc), avec des inclusions ferrugineuses, des particules d’argile pure, quelques vacuoles ; de rares gros grains de quartz sont visibles. La surface est rose pâle sans aucun traitement ni revêtement hormis un enfumage superficiel.

12- CCF : Céramiques Claires mi-Fines : cette distinction technique a révélé un groupe typologique et fonctionnel dominé par les récipients de service et consommation des liquides (cruches à une et deux anses). Hormis quelques exemplaires en pâte grossière blanche (CCB), ces formes semblent toujours être fabriquées avec ces argiles lavées. Cette catégorie correspond donc à des pâtes fines à mi-fines, homogènes, sableuses et tendres, de teinte beige clair à rose orangé, sans gros dégraissant visible à l’œil nu ; quelques vacuoles, de petits grains noirs épars, des micas et nodules ferrugineux de taille et fréquence variables sont observés à la binoculaire ; la surface est lissée, beige à rose pâle, parfois pulvérulente. Elle est largement attestée régionalement et sa production est connue sur plusieurs sites de production champenois dont ceux de Reims (Deru, Grasset, 1997).

13- CCFO : Céramiques Claires Fines Orangées : de teinte orange vif, plus ou moins foncée, à surface lissée, cette argile sableuse est homogène, dense avec quelques rares vacuoles, sans inclusions grossières visibles à l’œil nu ; les cassures présentent parfois un aspect feuilleté. Ce groupe ne propose pas de différence chronologique et typologique notoire avec les pâtes beiges précédentes. Au IIe siècle, en raison de la localisation des sites concernés par l’étude, il semble envisageable d’attribuer ces productions aux ateliers argonnais8. Ainsi, la répartition spatiale de ce groupe pourrait être un argument pour sa mention dans le lot des pâtes marginales : même si la zone étudiée reste relativement restreinte à l’échelle de la région champenoise, il semble intéressant de noter la plus forte proportion de ce lot à pâte orange sur les sites orientaux proches de l’Argonne (entre 17 % et 40 % des pâtes mi-fines claires sur Sivry-Ante, Dampierre, Auve ou encore Tilloy-et-Bellay).

14Au sein de la catégorie des mi-fines claires, mentionnons le fait que quelques tessons présentent des traces de peinture blanche ou rouge (pulvérulente, mal conservée et souvent en très fine couche ; CCFpeinte,à Cuperly et Sivry-Ante) ; d’autres, un revêtement micacé (CCFDo) offrant un aspect métallique. Ces derniers pourraient être rapprochés des céramiques produites régionalement dans la vallée de la Vesle (Deru, 1994)9. Ce groupe paraît également n’être représenté que par des formes fermées de type cruche.

15Chronologiquement, deux phases d’utilisation se distinguent : le début du Ier siècle (période augustéenne tardive/début du règne de Tibère) et la fin du Ier/début du IIe siècle de notre ère. Bien qu’aucune forme typologique n’ait pu être identifiée, ce qui empêche toute affirmation, nous pouvons remarquer que ces phases de consommation observées sur les sites du tracé du T.G.V. correspondent aux deux groupes publiés que sont les céramiques dorées dites de la « première génération » et de la « deuxième génération » (Deru, 1994 ; Deru, 1996, p. 190).

B. Les Céramiques Sombres

16- La céramique à dégraissant coquillier (COQ) : ce groupe technique correspond à une série de vases tournés, cuits dans des fours rudimentaires : les pâtes varient le plus souvent du brun-rouge au gris-noir (cuisson réductrice), mais quelques vases présentent une teinte beige (cuisson oxydante accidentelle ?). La pâte est tendre et souvent les cassures sont friables, attestant une cuisson à basse température. Elle se caractérise par un abondant dégraissant calcaire (coquilles), régulièrement réparti, donnant un aspect moucheté en surface, rugueux et irrégulier au toucher. Aucun traitement de surface n’a pu être observé (ni lissage, ni engobage). Cette catégorie10 s’insère dans le groupe des céramiques tournées attesté dans l’est de la Gaule (Deru, Paicheler, 2001) et notamment dans les Ardennes, en Lorraine belge ou encore au nord de la Meuse. Plus au sud, dans la capitale des Lingons, une telle production est attestée dans l’atelier de la colline des Fourcheset sa consommation y semble courante, notamment dans les contextes du Bas-Empire (Joly, 2001a ; Joly et alii, 2001).

17Cette catégorie est toujours marginale : le site de Sivry-Ante, le plus oriental, en limite d’Argonne, propose le plus gros échantillon avec vingt-deux individus (6,4 % du lot) ; le site de Dampierre comptabilise trois pièces et celui d’Auve deux vases. Un unique tesson illustre cette catégorie à Bussy-le-Château.

18Typologiquement, la céramique à dégraissant coquillier est essentiellement dévolue à un usage en cuisine : pots à col court et lèvre épaisse, marmite à profil en S, jatte ou plat caréné à lèvre horizontale à oblique marquée d’une gorge interne profonde. Les types ne se singularisent pas du répertoire produit dans les ateliers régionaux en céramique rugueuse ou céramique commune sableuse. Ces récipients ont été identifiés dans des contextes chronologiques variés couvrant une période large, entre la fin du Ier et le IIIe siècle après J.-C (Deru, Paicheler, 2001, p. 26-33)11. À Sivry-Ante, quelques exemplaires apparaissent dans des contextes mal calés vers la fin du Ier siècle (structures 1383, 1486). À Auve, un pot à lèvre épaissie est attesté dans un ensemble abandonné au cours du dernier tiers du Ier siècle12.

19- GF : Céramique Grise Fine : pâte fine de teinte gris clair à gris bleuté avec des inclusions siliceuses de taille généralement réduite, points noirs épars, mica. La surface est lissée, parfois fumigée ou décorée de guillochis ou à la molette. La distinction avec la terra nigra n’est pas toujours aisée (surtout lorsque les vases ont été altérés par de fortes températures ou un terrain acide) ; de plus, une partie du répertoire est identique à celui de la gallo-belge. Certaines formes, identifiées dans les ensembles tardifs (IIe siècle surtout), se rattachent au groupe des Grises Fines Argonnaises (GFA) : surface gris-bleuté sans traitement ; pâte fine sableuse similaire à la GF, parfois à cœur orangé (Deru, Feller, 1992).

20- CS : Céramique Commune Sombre : pâte mi-fine à grossière de couleur gris clair à gris sombre, parfois feuilletée, rares inclusions grossières visibles à l’œil nu ; pâte souvent homogène ; surface rugueuse, non lissée.
- CS2 : pâte mi-fine, grise claire à beige, homogène, compacte et dure, riche en dégraissant quartzeux ; rares points noirs ; surface grise à grise bleutée, parfois craquelée.
- CS3 : pâte blanche (beige exceptionnellement), dense et homogène, argileuse, sans dégraissant visible à l’œil nu ; quelques vacuoles ; surface enfumée (et engobée ?) bleutée à noire, luisante. Cette catégorie équivaut à la céramique dite « craquelée bleutée ». Elle est parfaitement attestée en Champagne, notamment dans les ateliers rémois (Chossenot, 1994 ; Deru, Grasset, 1997), en Seine-et-Marne (Lizines, Aladame, 197513) ou encore dans l’Aube (céramique dite de « la Villeneuve-au-Châtelot »). Apparue au cours de la seconde moitié du IIe siècle (fin du IIe siècle), elle est typique du IIIe siècle et encore utilisée au siècle suivant.

21Enfin ont été isolés des vases en pâte fine ou commune rouge à violacée et surface enfumée (NPR ; Jobelot, Vermeersch, 1991, 199314). La rareté de ceux-ci ainsi que l’hypothèse d’une modification de la couleur de la pâte due à l’utilisation de la pièce de vaisselle comme vase à cuire impose la prudence quant à la détermination d’une nouvelle catégorie technique spécifique. Ce groupe ne représente jamais plus de 2 % du lot. Il n’a été recensé qu’à Saint-Hilaire-au-Temple, Cuperly, Auve et Dampierre et ce, toujours dans des contextes du Ier siècle (début du IIe siècle). Bien que les formes identifiables soient peu nombreuses, le répertoire semble restreint à des marmites à profil en S et à des pots à lèvre simple déversée.

2. Découpage chronologique (fig. 2)

22Le phasage, interne à l’étude céramologique, se base principalement sur les catégories céramiques fines d’importation ou régionales telles que les gallo-belges, la sigillée, les parois fines et la métallescente ; les quelques amphores observées ont été prises en compte ; les assemblages céramiques interviennent aussi dans la détermination de la datation. Le découpage comporte huit phases principales correspondant aux périodes supposées de consommation des vases ; elles s’échelonnent de la période augustéenne précoce à la fin du IIIe siècle de notre ère15. Certaines périodes se chevauchent ou se cumulent, faute d’éléments de référence précisant leur chronologie. La représentation de chacune varie en fonction des contextes archéologiques.

23- phase 1 : premier quart du Ier siècle (5 av. / 20-25 ap. J.-C.)
- phase 2 : second quart du Ier siècle (20/40-50 ap. J.-C.)
- phase 3 : milieu Ier siècle (40/60 ap. J.-C.)
- phase 4 (seconde moitié du Ier siècle après J.-C.) qui se divise en :
. phase 4a : 60/80 après J.-C.
. phase 4b : dernier tiers du Ier siècle après J.-C.
- phase 5 : extrême fin Ier / début IIe siècle après J.-C.
- phase 6 : second quart à mi IIe siècle après J.-C. (120/160 ap. J.-C.)
- phases 7 et 8 : dernier tiers du IIe siècle et IIIe siècle après J.-C.

24L’utilisation d’une sériation chronologique implique une certaine rigidité. De plus, l’exploitation de lots archéologiques choisis pour leur pertinence quantitative et/ou qualitative incite souvent à la généralisation des informations et pose le problème de leur représentativité. Plusieurs remarques doivent être faites en préambule. Premièrement, la comparaison des ensembles céramiques comptabilisés dans chacune des phases présentées ensuite a été facilitée par le fait - dû au hasard - que les quantités prises en compte sont équivalentes (en moyenne 200 individus). Deuxièmement, les structures isolées correspondent pour la plupart à des excavations réutilisées comme dépotoirs : il s’agit donc de dépôts secondaires de matériel, n’ayant semble-t-il subi aucune perturbation ultérieure16. Le site de Cuperly offre, de plus, quelques caves très intéressantes puisque leur comblement résulte de l’incendie du bâtiment associé : la céramique se trouve alors en contexte primaire. Les conditions de fouille n’ayant pas permis un ramassage exhaustif des fragments, ces ensembles présentent cependant des formes lacunaires. Il n’en reste pas moins que l’assemblage céramologique reconnu donne une idée assez fiable du vaisselier en usage à une date précise. Troisièmement enfin, il convient de rappeler que la sériation est interne à l’étude du mobilier céramique : aucun autre indice chronologique (datations absolues, monnaies...) n’a hélas pu être pris en compte lors de l’analyse chronologique des structures en raison de l’indisponibilité de ces informations.

25Enfin, comme souvent, le IIe siècle est mal représenté. Ce hiatus s’explique par le manque de connaissances sur les productions régionales et d’éléments de comparaison locaux. La céramique gallo-belge disparaît au début du IIe siècle ; la sigillée importée des officines italiques puis du sud de la Gaule est remplacée au cours de la première moitié du siècle par des produits fabriqués en Gaule centrale et en Argonne principalement, mais les quantités recensées sur les sites sont tellement faibles (voire nulles dans beaucoup de structures supposées du IIe) qu’un affinement du découpage chronologique reste difficile. La détermination de la phase 6 se fonde sur la présence et l’absence de certaines catégories de céramiques fines, leur proportion et le répertoire typologique. L’apparition de la céramique commune dite « craquelée bleutée », de certains gobelets en parois fines engobées ou encore de styles décoratifs sur vases sigillés moulés, marque le passage vers la phase chronologique suivante.

3. Commentaires

3.1. Phase 1 : premier quart du Ier siècle après J.-C. (fig. 3 et 9 à 13)

26Cette phase est représentée par deux types de contextes : une sépulture à incinération (st. 1001) fouillée sur le site de Bussy-le-Château, Le Bout des Forces et une série de structures excavées en contexte domestique de type fosses (Bussy-le-Château, st. 2211 ; Auve, st. 51 et 93) et caves (Bussy, st. 2382 ; Cuperly, st. 386 et 707). La cave 386 est exclue des tableaux, comptages et graphiques présentés. S’il est indéniable qu’elle présente un faciès céramique typiquement augustéen (fig. 13), quelques pièces intrusives (première moitié du IIe siècle, en liaison avec la complexité de la structure) faussent les données. Nous y ferons référence lors de la présentation du répertoire typologique.

27La phase 1 est illustrée par 204 individus (1914 tessons). En contexte d’habitat, les catégories céramiques rencontrées sont variées. La céramique modelée (NT), parfois finie au tour lent, y est encore bien représentée (de 10 à 30 % des ensembles et 40 % des vases à cuire) : les types se référent au répertoire traditionnel de La Tène D2 avec des jattes ou marmites à bord en S (fig. 11), des jattes à paroi oblique et bord rentrant, des pots à lèvre éversée ou encore des versions abâtardies de pots « type Besançon » à lèvre moulurée… (fig. 12, nos 6 et 7). Leur présence est habituelle dans les contextes précoces rémois (Joly, 1998). Le groupe de la vaisselle culinaire à feu se compose de céramique non tournée associée à quelques récipients tournés (céramique grossière claire et sombre).

Fig. 3. Comptages de la céramique découverte dans les structures de la phase 1.

28Au sein de la céramique commune tournée, des éléments datants doivent être signalés : le mortier à lèvre en bandeau (fig. 12, n° 8 ; Camulodunum 191B), les cruches en pâtes mi-fines beiges (CCF) à lèvre en corniche Gose 359 (Deru, Cruc 101 ; fig. 12, n° 11), l’amphorette à lèvre en bandeau et col cannelé Gose 395 (Deru, Cruc 203) ou encore la cruche à deux anses Gose 413 (Deru, 1996, fig. 85, p. 191).

29La marmite en céramique commune claire, à lèvre épaisse horizontale, correspond à une production rémoise précoce du début du Ier siècle (Auve, fig. 12, n° 5 ; Joly, 1998 : Carnot, état 3 ; Joly, 2001b, fig. 109). Plusieurs tessons de formes fermées non identifiées dorées au mica sont aussi à noter ; ils pourraient être rattachés à la céramique engobée micacée de la « première génération » connue pour le début du Ier siècle dans l’est de la Gaule (Deru, 1996, p. 190)17.

30La vaisselle de table est majoritairement représentée par la catégorie de gallo-belges. La terra nigra et la terra rubra constituent généralement plus du tiers de la céramique en contexte. À l’inverse des ensembles rémois contemporains publiés (Joly, 2001b, p. 71 : phase 3), les pâtes claires ne figurent pas ici en première position. Toutes les catégories fonctionnelles de la céramique fine se reconnaissent dans ce groupe technique ; les types identifiés sont diversifiés (fig. 9, 10, 12 et 13), avec des assiettes variées et plats à lèvre carrée (Deru, A1, A2, A4, A5, A7/9, A17), des coupes et coupelles dérivées des services italiques (Deru, C1, C2, C3, C4, C6), des calices à large ouverture parfois décorés de bandes lissées (Deru, KL1, KL19, KL24), des bouteilles à col moyen et panse globulaire (Deru, BT1) et enfin des pots ou gobelets (Deru, P1, P3, P6/7, P20 ?, P2318, P29, P30, P36/37, P39). Il est intéressant de noter sur les sites d’Auve et Bussy, la présence de pâtes ocres, tendres, siliceuses et sans inclusion grossière. Un pot quasi complet a été découvert dans la cave 2382 de Bussy (fig. 10, n° 5) ; il porte sur l’épaule un décor ondé effectué au bâton. Peut-être faudrait-il voir dans ces pièces des productions « dans le cercle de la terra rubra », à l’image des céramiques fines orangées bourguignonnes (Joly, Barral, 1992)19.

31Le mobilier d’importation est encore limité. Un fond de plat type Lamb. 5/7 en céramique à vernis noir, produite dans la vallée du Rhône, a été identifié en position résiduelle dans la cave 2382 de Bussy-le-Château. Cette production, plutôt caractéristique du troisième quart du Ier siècle avant J.-C., est rare dans les régions septentrionales, et d’autant plus exceptionnelle en milieu rural20.

32La céramique sigillée italique, absente de la plupart des sites, est illustrée par deux assiettes indéterminées et une coupe à boire du service Ib. Cette faible représentation est banale : si cette catégorie figure parmi les inventaires rémois dès le début du siècle, elle apparaît habituellement plus tardivement hors des contextes urbains ou militaires (Deru, 1996, p. 182-183).

33Les parois fines sont aussi peu représentées : un gobelet d’Aco à décor moulé de « picots » (fig. 12, n° 3 ; Desbat, 1997), un gobelet « type Beuvray » et un vase à boire à lèvre en cupule guillochée (fig. 9, n° 3, imitation sigillée ? Haltern 11 ?). Ces deux dernières catégories techniques ont été identifiées dans le lot céramique lié à l’incinération de Bussy-le-Château, parmi les offrandes offertes sur le bûcher. Trois assiettes, ou plats de petit diamètre, leur sont associés : il s’agit de types importés, connus en Bourgogne pour la période augustéenne (forme Goudineau 12 ; Goudineau, 1970 ; Joly, Barral, 1992 : contextes Auguste précoce/dernier quart Ier avant J.-C. ; Luginbühl, 1996 : forme A17a observée à Bibracte dès l’horizon 4, soit - 30 à 15/20 de notre ère ; fig. 9, nos 6 à 8). Ils présentent une lèvre triangulaire détachée, un bord oblique et un fond plat, sans pied. Un épais engobe rouge interne permet de les classer dans la catégorie des Vernis Rouge Pompéien (VRP).
Une douzaine d’amphores Dressel 1b complètent les inventaires des trois sites ruraux.

34Le contexte de découverte ne semble pas influer sur les assemblages. Les catégories définies sont observées aussi bien dans les caves que dans les fosses dépotoirs à l’exception de la sigillée et de la dérivée de campanienne, en faible effectif et spécifiques aux premières structures. À noter aussi la présence exclusive de mortier et plat à cuire au four dans celles-ci. Il paraît pourtant difficile d’aller au-delà du simple constat. Seule l’incinération fournit un ensemble spécifique en liaison avec le rituel de sélection du matériel déposé dans la structure - en l’occurrence du mobilier de tradition romaine, majoritairement importé.

3.2. Phase 2 : Second quart du Ier siècle (20/40-50 après J.-C) (fig. 4, 14 et 15)

35La phase 2 est illustrée par un nombre de vases équivalent à la phase 1 (219 NMI pour 1296 fragments). Seuls les sites de Cuperly et de Bussy-le-Château livrent des structures et niveaux datés de cette période. La définition des termini est plus délicate : le faciès céramique présenté correspond à une consommation autour des années 20/40-50, antérieure à la création d’un certain nombre de formes-phares en sigillée (service flaviens…) ou en terra nigra. Huit structures de type caves (Cuperly, st. 668 et 451 ; Bussy, st. 2353 et 2226), fosses (Bussy, st. 2352, 2538 et 2023) et la zone d’épandage 1058 de Cuperly forment le corpus. Le comblement de la cave 451 résulte d’un incendie ; le mobilier contenu dans celui-ci a été piégé lors de la destruction de la structure : les tessons présentent d’importantes traces de chauffe.

Fig. 4. Comptages de la céramique découverte dans les structures de la phase 2.

36Les amphores Dressel 1b sont en position résiduelle, de même qu’une grande part de la céramique modelée (en dehors des dolia). Les pots de stockage dérivés du « type Besançon » sont encore présents avec deux exemplaires (dont un en céramique tournée) dans la cave 2353 (fig. 15, nos 15 et 16).

37La vaisselle de table évolue peu par rapport à la période précédente. Les céramiques gallo-belges sont toujours les plus abondantes. Quels que soient les contextes, la terra nigra représente entre 30 et 50 % des récipients. La proportion de la terra rubra reste stable, se présentant toujours comme un produit caractéristique pour cette phase puisqu’elle compose entre 6 et 20 % des lots. Elle est surtout fréquente dans la catégorie usuelle des pots et formes fermées destinées au stockage. Le répertoire typologique de la gallo-belge paraît moins diversifié. La proportion des assiettes chute sensiblement. Une grande part des formes existe depuis la phase précédente : assiettes A1, A5, A8, A7/9, A9 ; coupes C2, C3, C8 ; calice KL1 ; pots P1, P6/8, P23, P29 ; bouteille BT1… S’ajoutent à cette série des formes nouvelles dont l’apparition caractérise le second quart du Ier siècle : les assiettes à paroi droite évasée et lèvre soulignée à l’intérieur par un ressaut marqué type Deru, A38 et A39 (fig. 14, n° 4 ; fig. 15, nos 1 et 2). Cette liste de nouveaux produits reste courte si on la compare à la série de types nouvellement créés mentionnés par X. Deru pour caractériser son horizon IV : la prise en compte exclusive de contextes ruraux expliquerait éventuellement cette restriction. Tous les groupes fonctionnels de la vaisselle de table ont été repérés dans ce répertoire ; les jattes font leur apparition (fig. 15, nos 10 et 1921).

38Seulement quatre vases sigillés ont été reconnus : il s’agit de productions de tradition italique et du sud de la Gaule (Millau, La Graufesenque). Aucune forme n’a été identifiée. Les vases de tradition arétine pourraient ne pas être en position résiduelle. En effet, au cours de la première moitié du Ier siècle, la sigillée italique côtoie les premières productions méridionales selon un schéma attesté par ailleurs en Gaule22.
Les parois fines restent marginales avec un seul exemplaire recensé à Bussy-le-Château (structure 2226).

39La céramique commune compose entre 30 et 40 % des lots. Près de la moitié des tessons n’a pu être attribuée typologiquement ; le répertoire se repartit en trois groupes : les cruches en céramique mi-fine claire (CCF), les marmites ou jattes en pâte grossière et les pots à cuire et de stockage (Gose 530/531 notamment). L’échantillonnage exploité pour cette phase ne permet pas de présenter le répertoire typologique caractéristique de la céramique culinaire. Parmi les pâtes claires à dégraissants fins notons l’apparition à la phase 2 des pâtes orangées à Cuperly (CCFO). Deux cruches en pâte beige à engobe micacé sont encore à signaler. L’une d’elles (fig. 15, n° 24) se rapporte à une forme connue plus au sud, en Bourgogne (Devevey, Mouton, 2002, fig. 38, n° 193 : élément en contexte de production ; Ier siècle après J.-C.) et dans le Centre (Genin, Lavendhomme, 1997 : fosse 33, horizon 8, 30-70, pl. 38, n° 21, grise fine ; fosse 34, horizon 8, pl. 44, n° 21, commune claire).

40Les assemblages céramiques ne semblent pas être fonction des contextes ; aucune hypothèse sur la fonction des structures excavées ne peut être émise au regard du mobilier céramique. Les dolia et amphores sont plus fréquentes dans les caves, de même que les pots en céramique grossière et fine. L’excavation incendiée 451 doit présenter l’assemblage le plus proche de la réalité, puisque le mobilier se trouve en position primaire : y sont recensés des vases de stockage, des amphores, des pots à cuire et de conservation et de la vaisselle de table (assiettes, à usage de couvercle ?).

3.3. Phase 3 : milieu du Ier siècle (40-45 à 60 au plus tôt) (fig. 5 et 16 à 18)

41Les structures représentatives de la phase 3 ne sont pas nombreuses23. À l’exception du fossé 41 du site d’Auve La Vigne, elles se localisent toutes à Cuperly. Il s’agit du comblement des caves 292, 500 et 969 et de la fosse quadrangulaire 1107, peu profonde et associée à des trous de poteaux ; sa fonction n’a pu être déterminée. Le comblement de la structure 969 témoigne de l’incendie du bâtiment ci-dessus : les couches sont denses en charbon de bois et des fragments de céramique sont mentionnés sur les minutes de terrain « comme écrasés à plat dans le fond » ; un dolium archéologiquement complet avait laissé son empreinte sur le sol. Il n’a pas été possible de distinguer le matériel de la cave de celui du bâtiment : des collages existent entre toutes les unités stratigraphiques du comblement. Les deux autres excavations ont été comblées après abandon, nettoyage et effondrement des murs : le mobilier contenu ne résulte donc pas de la période d’utilisation des caves. Pour cette phase, le matériel céramique comptabilise 210 NMI pour 1609 fragments.

Fig. 5. Comptages de la céramique découverte dans les structures de la phase 3.

42Aucune modification importante dans les assemblages techniques ne peut être signalée : la céramique commune constitue le tiers des lots rencontrés. Les ensembles attestent clairement la prédominance des pâtes claires. Quelques vases en pâte rouge à surface enfumée noire (NPR locale ?) sont présents depuis la phase antérieure. La marmite type Reims B9 apparaît comme un type majeur : elle est presque exclusive dans la vaisselle à cuire et elle est observée dans tous les niveaux isolés. Le pot globulaire à col court et lèvre en bourrelet Gose 530/531 lui est associé. Des couvercles sont dénombrés et notamment un élément (fig. 18, n° 19) comparable aux couvercles de plats à vernis rouge pompéien de Campanie ou du Centre Gaule : il est fabriqué dans une pâte orange foncée, riche en dégraissants (quartz notamment) et mouchetée de points noirs (minéraux d’origine volcanique).

43Les pâtes fines claires proposent quant à elles un catalogue cumulant formes anciennes et nouveautés : cruche à une anse Gose 359 (Cruc 101), cruche à lèvre cannelée Gose 366-69 (Cruc 103), amphorettes Gose 395, 396 et 400 (Cruc 204 et 205). Les pâtes fines orangées font toujours l’originalité du site de Cuperly.

44La céramique gallo-belge s’impose de nouveau comme la catégorie principale. Sa proportion dans les ensembles oscille entre 40 et 60 %. Les répertoires se standardisent et se font moins variés24. Ils sont cependant renouvelés : assiettes A1, A5/12, A17, A18, A39, A42/43 ; coupes C6, C8 ; calices KL1 et KL2 ; bouteilles BT1, BT4, BT13 ? pots P1, P6/7, P29 et pots à col concave et lèvre effilée. Ce dernier type, associé au calice en terra rubra fabriqué dans le Sénonais ou en Île-de-France (Galbois, 1994 ; Perrugot, 1996) et à l’assiette à paroi évasée A42/43, caractérise les contextes du milieu du Ier siècle après J.-C. Le groupe des terra rubra champenoises se compose essentiellement de récipients en pâte orange enfumée. De même, les pâtes fines sombres semblent pouvoir être divisées en deux groupes : les terra nigra enfumées (TN) présentant une surface parfaitement lissée de teinte gris foncé à noire opaque due à un enfumage profond (ou parfois un engobe) et les céramiques fines grises lissées (GF). La Grise Fine n’est généralement pas distinguée : les types sont en partie identiques25 et les groupes de pâtes observés à la binoculaire sont difficiles à séparer. Pourtant il est intéressant de remarquer que les proportions des deux lots de pâtes fines sombres sont identiques dans les contextes : la Grise Fine correspondant alors au tiers de la catégorie des céramiques dites « gallo-belges ».

45La céramique sigillée et les parois fines sont toujours aussi peu fréquentes (respectivement quatre et deux individus), voire absentes dans certains lots. La catégorie des vases à vernis rouge grésé comprend encore à cette période avancée dans le Ier siècle des éléments italiques (vases à boire Haltern 8 et 10 ; résiduels). Les deux autres vases, dont une jatte Dragendorff 29b, ont été produits en Gaule du Sud.

46D’après l’assemblage céramique présenté, la cave incendiée 969 et la superstructure associée pourraient correspondre à une resserre où l’on entreposait des récipients renfermant des denrées alimentaires : amphores, dolia, bouteille et pots de stockage en pâte fine, coupelles et assiette (à usage de couvercle ?), cruche à deux anses et jatte à profil en S.

47Le mobilier déposé dans les trois incinérations de la petite nécropole de Lhéry, La Présle, pourrait illustrer la fin de la phase 3. Si la composition des répertoires techniques et fonctionnels ne peut être comparée aux autres lots, les types identifiés - des formes archéologiquement complètes - restent intéressants à signaler puisqu’ils permettent d’entrevoir la transition avec la période suivante. L’association des formes gallo-belges correspond à l’horizon chronologique V de X. Deru, soit 40/45 à 65/70 : assiette à paroi moulurée et lèvre pendante A5, pot à col concave et lèvre effilée P46, pot biconique P54 et pot à lèvre oblique P7. Le pot biconique est surtout fréquent au cours du troisième tiers du Ier siècle. La présence des pots à lèvre moulurée (avatars tournassés du type « Besançon »), rares après la fin du règne de Néron, implique un dépôt des vases dans les tombes vers 50-60/65 après J.-C.

3.4. Phases 4 et 5 : de la seconde moitié du Iersiècle (après 60) au début du IIe siècle (fig. 6, 19 à 23)

48Trois lots céramiques se rattachent à ces phases. La distinction entre ceux-ci n’est pas toujours aisée bien qu’un certain nombre de critères au sein de la céramique fine ait permis de proposer cette sériation chronologique.
Le premier lot, daté de la période flavienne (phase 4a), est illustré par six structures mises au jour sur les sites d’Auve (st. 121 et 122), Bussy-le-Château (fosse 2217, caves 2300 et 2379) et Cuperly (fossé 580), soit 87 NMI.
L’analyse du second lot, daté du dernier tiers du Ier siècle (phase 4b), est fondée sur l’observation de la céramique des excavations 2230 et 2446 de Bussy, de la cave (?) 88 du site d’Auve et de la structure 6 de Tilloy-et-Bellay (114 NMI).

49La dernière phase chronologique évoquée correspond à la transition entre les deux premiers siècles de notre ère (80-90/110-120 ; phase 5). Elle est particulièrement bien représentée : fosse 53 d’Auve, cave 2667 de Bussy, fosses et cave 736, 1270 et 475 de Cuperly, structures 1486 et 1386 de Sivry-Ante et enfin fossé 183 de Saint-Hilaire-au-Temple (soit 162 NMI au total). Le terminus ante quem de la phase 5 s’appuie essentiellement sur l’absence de terre sigillée argonnaise.

Fig. 6. Comptages de la céramique découverte dans les structures des phases 4/5.

50Les catégories céramiques présentes sont identiques, quelle que soit la phase observée : c’est la proportion de chacune qui permet d’affiner la chronologie. Ces variations sont sensibles pour les groupes marginaux et les pâtes fines.

51La sigillée, importée des officines millavoises, figure maintenant dans presque tous les ensembles. Vers la fin du Ier siècle, cette fréquence va de pair avec un répertoire diversifié. Les formes classiques d’assiette Dragendorff 18 et de vases à boire bilobés Dragendorff 27b caractérisent le début de la période flavienne. Le service A, la variante Dragendorff 27c à lèvre en bourrelet épais et la jatte moulée Dragendorff 37 apparaissent dans les contextes du dernier tiers du Ier siècle (après 70/80 de notre ère ; Pavlinec, 1992, p. 121). À la phase 5, ont été inventoriés tous les types précités auxquels s’ajoutent la coupe du service D - dont l’apparition dans les ateliers est datée de la dernière décennie du Ier siècle (Passelac, Vernhet, 1993) - et la variante à bord haut Dragendorff 18/31.
Les parois fines, toujours en position minoritaire, semblent aussi augmenter sensiblement à cette période tardive.

52Dès le dernier tiers du Ier siècle, la proportion de la terra rubra chute nettement26. Si elle représente encore 10 à 20 % du mobilier dans les structures des phases 4a et b, elle est souvent totalement absente dans les niveaux de la phase 5. Son répertoire se limite à trois formes identifiables : le plat à moulure interne A9, le gobelet cylindrique G3 et le calice de tradition sénone KL3. La terra nigra subit aussi une baisse de consommation au cours de cette période : la part prise par le groupe des pâtes grises fines (GF), distingué à la phase précédente, atteint alors la moitié de la catégorie. De nouveau, cette distinction ne semble pas avoir de conséquences sur le répertoire ou la chronologie : aucun type n’est spécifique à l’un des groupes (à l’exception d’une cruche, fig. 20, n° 8) et aucune forme n’est exclusive à l’un d’eux durant une phase chronologique précise. L’accroissement du nombre des pâtes grises non enfumées apparaît pourtant comme un indice chronologique important.

53Les types identifiés, connus dès le milieu du Ier siècle pour la plupart, sont accompagnés de quelques nouveautés : assiettes et plats A1, A9, A38, A42/43 (type particulièrement fréquent au cours du troisième tiers du Ier siècle) ; coupe C13 et jatte à collerette B1 (typiques des contextes de la fin du Ier et dans une moindre mesure, des premières années du IIe) ; bouteille BT1/4 ; pot à col concave et lèvre effilée apparu à la phase 3 (P1, P4, P29, tous trois spécifiques aux contextes flaviens). Le pot biconique P54, apparu au début de la période flavienne dans les ateliers champenois (Deru, 1996, p. 131), caractérise les phases 4 et 5 sur les sites traités ici.

54La céramique commune paraît moins caractéristique. Les pâtes fines claires (CCF) présentent un répertoire renouvelé : cruches à lèvre cannelée Gose 366-69 (Deru, Cruc 103) ; cruches à lèvre triangulaire Gose 373/37427 (Cruc 108) et Gose 378 (Cruc 111) ; cruche à rebord en marli et bandeau sous la lèvre Cruc 114 ; amphorette Gose 398 (Cruc 202)… À noter la présence à Sivry-Ante, La queue des Yvarts, dans le comblement de la fosse 1486, de deux jattes à collerette28 et d’une coupe à lèvre en bandeau oblique (fig. 22, n° 5), fabriquées dans une pâte fine beige sableuse, similaire aux cruches citées ci-dessus.

55Il est intéressant de remarquer aussi l’augmentation sensible au cours de ces trois périodes du nombre de vases en pâtes fines orangées et l’apparition d’une nouvelle zone de consommation de cette catégorie : dès les années 80/90, ce sont les sites frontaliers de l’Argonne qui utilisent le plus de vases appartenant à ce groupe de pâte spécifique. Les sites de Cuperly et Auve livrent quelques fragments de cruches décorées d’un engobe riche en mica. La « réapparition » de cette catégorie technique intervient dans des contextes du début du IIe siècle. Bien que sans élément de forme identifiable, il est possible d’envisager ces vases comme appartenant à la « deuxième génération » de la céramique dorée (Deru, 1994).

56Le répertoire identifié de la céramique commune se limite à des marmites (à profil en S ou à carène franche et lèvre marquée d’une gorge), jattes ou plats et à des pots à lèvre en amande ou en bourrelet simple (cuisson et stockage) ; le décompte des couvercles atteste leur rareté29. Aucune évolution des assemblages de la vaisselle culinaire à feu ne peut être observée au cours de ces deux phases chronologiques. À noter la présence du groupe de pâte Com R sur les sites de Tilloy-et-Bellay et Auve (st. 88, fig. 20, n° 25) et des premiers exemplaires de céramique à dégraissant coquillier sur ce dernier (cave 88 ; fig. 20, n° 24) et Sivry-Ante (structures 1383, 1486 ; fig. 23, nos 10 et 11).

3.5. Phase 6 : second quart / milieu IIe siècle après J.-C. (120-160 au plus tôt) (fig. 7, 24 et 25)

57Le découpage chronologique de la phase 6 s’appuie sur la présence de terre sigillée et de gobelets en parois fines engobées d’Argonne, de sigillée arverne de la phase technique 5 et de « dérivés de terra nigra » en association avec des séries de céramiques gallo-belges encore abondantes et des vases grésés produits dans les officines du sud de la Gaule (Millau, La Graufesenque, et Banassac). L’absence des « craquelées bleutées » et gobelets à revêtement argileux grésé est un indice pour la détermination du terminus ante quem de la phase au cours de la seconde moitié du IIe siècle.
Le corpus des structures retenues pour caractériser cette période se compose de neuf comblements (dépôts secondaires) fouillés sur les sites d’Auve (fosse 60), Bussy-le-Château (fosses 2024 et 2025), Cuperly (fossé 134/652 et puits 909), Sivry-Ante (structures 1463, 1472, 1474) et Saint-Hilaire-au-Temple (fosse 262). 1774 fragments ont été comptabilisés pour 219 NMI.

Fig. 7. Comptages de la céramique découverte dans les structures de la phase 6 (et transition phases 6 à 7).

58L’attribution chronologique se fonde donc principalement sur la céramique fine. Les catégories représentées sont courantes depuis la phase 5, à l’exception des terra nigra « tardives » ou dérivées (GFA ; Deru, Feller, 1992) dont l’apparition est synchrone des premières sigillées produites dans l’est de la Gaule. Ces vases présentent un répertoire emprunté à la gallo-belge ou dérivé de celle-ci (pot à lèvre oblique, gobelet biconique à col concave, bouteille globulaire à col moyen à haut ; fig. 24, nos 1 et 5 ; fig. 25, n° 10). La surface n’est pas enfumée et la pâte fine possède quelquefois un cœur orangé. Ce groupe est rattaché aux productions des ateliers argonnais. Certaines pièces sont décorées à la molette.

59La terra rubra est encore présente avec des assiettes et calices KL1 et 2. Avec six individus, cette catégorie est maintenant résiduelle - tendance confirmée par son absence dans les contextes de la phase 5. La terra nigra et la céramique grise fine régionale figurent encore parmi les lots majoritaires avec 10 à 40 % du mobilier mis au jour dans chaque structure. Le répertoire typologique est limité avec des pots ou bols ou jattes (P4, P12 ?, pot à col concave et lèvre effilée, et surtout pots biconiques P54 ; bols à profil en « S » type B22 ; jattes et coupes à collerette B1 et C13). Ces formes, destinées au service, à la présentation et au conditionnement, représentent près de 40 % de la gallo-belge. Quelques assiettes et plats ont été identifiés (A1, A5, A8 et A38) : tous sont manifestement résiduels. Les pâtes fines grises isolées depuis la phase 3 augmentent encore pour dépasser régulièrement les deux tiers de la catégorie, lorsqu’elles ne sont pas seules.

60La céramique sigillée, en provenance du sud, du centre mais surtout de l’est de la Gaule (pour près de la moitié de la sigillée identifiée), est plus abondante. Elle reste pourtant marginale (à peine 8 % de la céramique de la phase et 16 % de la vaisselle de table). Cette situation est très différente des constations qui ont été faites en contextes urbains, mais corroborent les proportions habituelles en milieu rural (Deru, 1996, p. 173). Le répertoire observé reste traditionnel pour le nord de la Gaule : vase à boire Dragendorff 27, assiette Dragendorff 15b et 18/31, jatte moulée Dragendorff 37 et jatte à collerette Dragendorff 38. Seules les trois dernières formes sont produites dans les ateliers argonnais.
La part des parois fines engobées augmente de manière équivalente. Le gobelet à lèvre en corniche et panse sablée Hees 2 ou Stuart 2 est particulièrement représentatif.

61La vaisselle culinaire est maintenant essentiellement représentée par de la céramique grossière à pâte sombre (marmite, pots à cuire et couvercles). Quelques vases grossiers cuits en mode A subsistent : il s’agit principalement de pâtes blanches ou oranges (cruche, amphorette et pot). Le corpus identifiable des pâtes fines beiges (CCF) est réduit à une série de cruches à col cannelé Gose 366-69 à embouchure plus ou moins évasée. Deux individus indéterminés, découverts sur l’établissement de Sivry-Ante, ont reçu un décor peint. L’absence de céramique mi-fine dorée au mica doit être signalée puisqu’elle apparaît en nombre au cours de la première moitié du IIe siècle à Reims (Deru, Rollet, 2000, p. 341). La céramique à dégraissant coquillier est toujours minoritaire (marmites à lèvre horizontale et profil en S, gobelet ou petit pot globulaire).

62La fosse dépotoir 38 (fig. 26) du site de la Jaquette Mathieu à Tilloy-et-Bellay semble illustrer la phase de transition entre les phases 6 et 7. Si son répertoire typologique de la commune grossière et fine correspond, dans l’ensemble, à celui mentionné ici, la présence de quelques catégories techniques atteste une certaine postériorité de ce lot. En effet, la céramique grise fine est unique représentante des pâtes fines sombres, de même que les ateliers argonnais au sein de la céramique sigillée. L’inventaire de cette dernière pourrait être caractéristique du dernier quart du IIe siècle ; pourtant, les formes-phares de la phase suivante (avec le Dragendorff 32 notamment) ne sont pas représentées. Les parois fines sont encore exemptes de gobelets métallescents et la céramique commune est largement dominée par la catégorie des CS2. Seul un exemplaire largement surcuit pourrait être rapproché du groupe des « craquelées bleutées ». Chronologiquement, le comblement de cette structure interviendrait au plus tôt au cours de la seconde moitié du IIe siècle (160/180 après J.-C.).

3.6. Phases 7 et 8 : dernier tiers du IIe siècle et IIIe siècle (fig. 8, 27 et 28)

63Cette dernière phase se justifie par la prise en compte de nouveaux groupes techniques (céramique métallescente et céramique dite « craquelée bleutée »). La céramique sigillée intervient aussi dans la détermination de la chronologie avec des groupes stylistiques et des qualités de pâtes significatives.
Une douzaine de structures se rattache à cette phase : les silos 2038 et 2076 et les fosses 2031, 2152, 2153 et 2204 de Bussy-le-Château, les fosses 1301, 1303 et 1469 de Sivry-Ante, ou encore les structures 99, 878/879 et 1113 de Cuperly (respectivement une fosse, une cave et un fumoir).

64Quelques tessons recueillis dans ces comblements sont hors du contexte chronologique : il s’agit de productions bien calées au cours du Ier siècle (terra rubra, terra nigra, vases modelés, productions tardives de Millau…).
Les catégories céramiques observées restent inchangées, de même que le rapport entre vases culinaires et vaisselle fine. La proportion des groupes de pâtes évolue cependant au sein de ces deux fonctions.

Fig. 8. Comptages de la céramique découverte dans les structures des phases 7 à 8.

65La céramique fine est maintenant surtout constituée de céramique sigillée (un quart des lots en moyenne), de pâtes fines engobées, de GFA et de quelques gobelets métallescents. Ces derniers restent mal représentés : quelques exemplaires de type Neiderbieber 33 ont été recensés à Cuperly et Sivry-Ante. Dans tous les cas, il s’agit de vases de mauvaise qualité dont l’engobe présente un aspect luisant plutôt que métallisé. Les parois fines correspondent toujours à des gobelets sablés à lèvre en corniche dont la production a débuté en Argonne au cours de la première moitié du IIe siècle ; ils disparaissent vers le milieu du IIIe siècle. Le répertoire des pâtes fines grises se compose de quelques pots, coupes hautes ou assiette de service. Un exemplaire en terra nigra à paroi amincie a été identifié dans la fosse 1303 de Sivry-Ante : il s’agit d’une production du début du IIe siècle (Deru, 1996, p. 23). À noter un petit vase moulé (décors floraux) en céramique grise siliceuse enfumée produit en Argonne, vraisemblablement dans les ateliers d’Avocourt (Chenet, Gaudron, 1955, p. 43) (Cuperly, structure 878/879, fig. 28, n° 22).

66La liste de formes en céramique sigillée est largement modifiée : gobelets Déch. 72, vases à boire Drag. 33, Drag. 40 et coupelles du service C, assiettes Drag. 18/31 et Drag. 32, jattes à collerette Drag. 38, 44 et moulées Drag. 37. Un mortier à râpe interne (Drag. 45 ?) a aussi été identifié. Toutes ces formes ont été produites dans les officines argonnaises. Dans la région, cette zone de production est dès le milieu du IIe siècle en position de quasi monopole : seulement trois vases proviennent des officines du centre de la Gaule (groupes techniques 6 et 7).

67Les pâtes fines claires sont encore bien représentées (un tiers de la céramique commune) avec des cruches à une ou deux anses, des jattes et pots de conservation. Le « pot à miel » pourvu de deux petites anses sous la lèvre Gose 426/427 caractérise les contextes domestiques du IIIe siècle (fig. 28, n° 18). La cruche à lèvre en cupule identifiée à plusieurs reprises à Cuperly, et produite à l’identique en pâte grossière blanche, paraît aussi typique de la même phase (fig. 28, nos 10 à 12). La cruche à goulot en entonnoir (fig. 28, n° 19) est connue à Reims sur le site du Conservatoire, dans un ensemble du milieu du IIIe siècle (Joly, 1993, p. 62, fig. 44, n° 27).

68La céramique commune sombre domine. Deux lots peuvent être distingués : les pâtes sableuses - souvent mieux représentées - et les pâtes blanches ayant subi un enfumage profond, communément appelées « craquelées bleutées ». Ce dernier lot présente un répertoire essentiellement destiné à la cuisine, avec des pots, jattes ou plats profonds et une assiette. Les formes sont peu évoluées, très similaires au répertoire de la commune sombre observé au cours du IIe siècle en Champagne. L’ensemble le plus intéressant est sans conteste le lot issu de la cave 878/879 de Cuperly (fig. 28) : le vaisselier culinaire est constitué de mortier à collerette, de vases à cuire en CS3, de plat de cuisson au four à engobe rouge interne parfaitement commun en Gaule septentrionale, de pots de conservation (dont des pots à épaulement mouluré et bord en bandeau), d’une grande jarre à lèvre rentrante et d’une faisselle. Cet ensemble daté de la seconde moitié du IIIe siècle (troisième quart du IIIe s.) est comparable aux ensembles rémois tels le dépotoir 844-358-896 de la fouille du Conservatoire (Joly, 1993), la cave 202 du site de la rue des Moissons (Deru, 1999b), la fosse 141 du site de la rue du Général Sarrail (Balmelle, Billoin,1994) ou encore l’US 204 du 37 rue de Venise (Deru, 2001)…

4. Synthèse et conclusions

69Les catégories de céramiques fines sont surtout utilisées à table mais aussi pour stocker des denrées alimentaires (bouteilles, pots divers…). La vaisselle individuelle et de service est formée par des groupes techniques variés. Ceux-ci témoignent parfois des courants commerciaux : dérivée de campanienne de la vallée du Rhône, parois fines de tradition italique et lyonnaise, terre sigillée de Gaule méridionale et centrale. En revanche, les terra nigra et terra rubra, céramique engobée, céramique à revêtement argileux grésé ou métallescente illustrent une zone d’approvisionnement ciblée sur la Gaule de l’Est (et l’Argonne notamment). Les quelques vases en pâte grise fine, identifiés comme des productions argonnaises (dès le IIe siècle), interviennent dans cette catégorie usuelle pour des raisons de similitudes techniques et typologiques plus que fonctionnelles.

70La céramique sigillée italique est absente de la plupart des sites. Seuls les établissements d’Auve, Cuperly et Bussy-le-Château semblent avoir reçu à une phase précoce ce type de mobilier. Les productions du sud de la Gaule (Millau, La Graufesenque) apparaissent à la phase 2 (fin Tibère-Claude) dans des proportions minimes jusqu’à la période flavienne. La sigillée augmente dès le début du IIe siècle. Quelques jattes moulées des ateliers de Banassac ont aussi été recensées pour la première moitié du IIe siècle. La phase 6 se caractérise par l’apparition des productions argonnaises en association avec les premières sigillées grésées du centre de la Gaule. Les produits régionaux présentent un assemblage fonctionnel guère plus évolué : vases à boire, assiettes, jattes de présentation. Un seul mortier a pu être reconnu dans un contexte du IIIe siècle : cette faible représentation est surprenante puisqu’il s’agit de l’un des types les plus représentatifs de la catégorie à la fin du Haut-Empire - la sigillée évoluant de la vaisselle de table à usage individuel à un répertoire dévolu à la présentation et la préparation.

71Au sein de la vaisselle fine, la céramique gallo-belge se présente dès l’extrême fin du Ier siècle avant J.-C. comme la catégorie technique la plus fréquente. Toutes les études régionales ont prouvé sa primauté et les six sites ruraux pris en compte dans cette synthèse ne font que la confirmer. Au cours de la période augustéenne, la part de cette céramique au sein de la vaisselle de table avoisine les 90 %. La proportion des terra rubra chute dès le début de la période flavienne ; celle des terra nigra régresse au cours de cette phase au profit des pâtes grises fines et de la sigillée sud-gauloise. Les pâtes sombres figurent toujours en plus grande quantité que les pâtes claires. Quelques formes inédites30 sont à signaler (fig. 15, nos 9 et 10 ; fig. 22, n° 9 ; fig. 23, n° 5). Au cours du Ier siècle, le répertoire typologique a été régulièrement renouvelé. Les sites ruraux ont été approvisionnés abondamment, mais sans une grande diversité. Au sein de la céramique fine, la céramique gallo-belge aura à toutes les phases l’exclusivité de la vaisselle de conditionnement (pots et bouteilles) ; de même les plats de présentation, souvent rares, ont essentiellement été achetées parmi les lots de vaisselle locale (éventuellement en raison du coût élevée des pièces de grande taille importées sur de longues distances). Au IIe siècle, l’apparition de la céramique sigillée ne compense pas la baisse importante de la gallo-belge dans la catégorie fonctionnelle des assiettes et aucune production massive de ces types n’a pu être observée au sein de la céramique commune. Par contre, dès la première moitié du IIe siècle, les parois fines engobées équilibrent le déficit en égalant rapidement le nombre des vases à boire et calices recensés au Ier siècle en terra rubra et terra nigra. Tout comme la céramique sigillée à partir du second tiers du IIe siècle en Gaule, la gallo-belge abandonne au cours de sa dernière phase de production le répertoire destiné à la consommation individuelle au profil d’un usage moins spécialisé, tourné essentiellement vers la présentation et la conservation des aliments.

72L’usage des céramiques claires mi-fines (CCF) est limité à la fonction de conditionnement et de service des liquides ou aliments semi liquides. Leur suprématie dans cette catégorie fonctionnelle ne semble être perturbée que par les quelques bouteilles en terra nigra et dérivés. La proportion des pâtes fines claires oscille au cours du Haut-Empire entre 10 et 20 % des lots céramiques, avec une légère augmentation au cours du IIe siècle compensant la disparition progressive des bouteilles en gallo-belge. Les pâtes blanches (CCB) s’associent à la série à hauteur de 10 à 15 % durant toute la période chronologique considérée, sans spécificité typologique. Le répertoire, traditionnel, est attesté sur les ensembles de comparaison contemporains à l’exception des cruches à lèvre droite en cupule munie d’une anse en pâte blanche ou orangée identifiées en trois exemplaires dans le comblement de la cave 878/879 de Cuperly (phase 8) et absentes des typologies de références régionales publiées (fig. 28, nos 10 à 12).

73Les mortiers (MORT), dont la fonction définit la catégorie, restent rares. Une vingtaine d’exemplaires a été identifiée. Tous les sites ont permis la mise au jour d’une ou plusieurs pièces. Hormis le mortier à lèvre en bandeau découvert dans la cave 707 de Cuperly, ils proviennent de contextes postérieurs à la période flavienne (phases 4/5 à 8). Cette remarque implique une adoption hésitante de ce mode de préparation typiquement romain - et ce, même si l’on tient compte de sa faible représentation habituelle due à sa haute spécialisation. Une estampille C. BISSA est imprimée sur la collerette épaissie d’un mortier (structure 1270, Cuperly ; phase 5, fig. 22).

74La même observation vaut pour les plats à engobe rouge interne. De tradition romaine, ces récipients destinés à la cuisson au four de pains et galettes (patinae) se présentent comme des indices de romanisation des habitudes alimentaires. Si l’on exclut les trois individus appartenant au mobilier funéraire de l’incinération 1001 de Bussy mentionnés ci-dessus, un seul exemplaire de VRP a été reconnu, à savoir un grand module de type Bliquy 5 rencontré dans le nord de la Gaule jusqu’au IIIe siècle au minimum.

75La céramique à feu représente le dernier groupe fonctionnel : il se compose de catégories variées. Les céramiques « type Besançon » et dérivés, soit les pots à lèvre moulurée en argile modelée ou tournassée, figurent parmi les types datants des phases précoces (phases 1 et 2)31. Leur pâte est grossière et souvent chargée en mica. Les surfaces sont généralement marquées par leur utilisation comme pot à cuire. Le reste du vaisselier utilisé en cuisine est représenté par les pâtes grossières claires (CC) et sombres (CS, CS2, CS3). Le dernier groupe, qualifié couramment de « craquelée bleutée », n’apparaît que dans les contextes tardifs (phases 7/8 ; fig. 27, nos 1, 10 et 12 ; fig. 28, nos 5 et 7).

76Durant les horizons chronologiques précédents, la céramique commune montre un répertoire peu diversifié où les pots et marmites dominent. Au sein de ces grands groupes fonctionnels, les types sont limités et évoluent peu. La marmite apode à profil en S et lèvre en bourrelet simple - évoluant vers un type à lèvre oblique ou en crochet dès la seconde moitié du Ier siècle - et la jatte à panse concave et bord légèrement rentrant apparaissent dès la première moitié du Ier siècle après J.-C. ; la marmite ou jatte carénée et lèvre horizontale à oblique marquée d’une gorge plus ou moins profonde se reconnaît au cours de la phase 5 (4b) pour se faire plus fréquente ensuite (mi IIe). Les jattes à marli plat Gose 500 présentes en quantité dans les contextes rémois dès le second tiers du Ier siècle (Deru, Rollet, 2000) n’ont pu être identifiées en grand nombre (phase 3 ?, phase 4b fig. 20, n° 17). Quelques assiettes imitant des formes en terra nigra (assiette à lèvre droite) sont à noter pour les phases précoces. Dès le dernier tiers du IIe siècle, les assiettes ou écuelles Gose 467 sont recensées. La batterie de cuisine est complétée par quelques couvercles et un poêlon.

77L’étude céramologique de ces sites ruraux champenois offre donc des informations d’ordre chronologique. L’examen du mobilier a permis de dater précisément les contextes archéologiques étudiés et fournit donc au sein de chaque site une datation relative des structures fouillées. Si aucune phase chronologique n’a été privilégiée, les données tendent à souligner les contextes précoces. On dispose aujourd’hui de nombreux ensembles de référence pour le Ier siècle de notre ère ayant permis de préciser ces phases anciennes.

78Les apports majeurs de cette étude résident dans la prise en compte d’exemples issus d’occupations rurales, dont l’analyse fait souvent défaut, la mise en avant de quelques jalons pour le IIe siècle, le complément des typologies existantes et enfin la perception de réseaux de distribution des catégories marginales sur une échelle locale.

79Ainsi, si la destination de certaines structures n’a pu être évaluée faute d’ensembles céramiques en position primaire, l’étude des caves incendiées de Cuperly a permis de mettre en avant le vaisselier traditionnel. Les céramiques importées sont pourtant moins présentes, selon un schéma largement observé pour les sites civils (Deru, 1996, p. 257) et les habitudes alimentaires se modifient plus tardivement à leur contact. À l’inverse, dès la période augustéenne, la relative abondance des amphores témoigne de la participation de la région aux échanges commerciaux à longue distance, sous l’impulsion de l’armée.

Fig. 9. Phase 1 (premier quart du Ier siècle).

Fig. 10. Bussy-le-Château, St. 2382 (phase 1).

Fig. 11. Bussy-le-Château, St. 2382 (phase 1), céramique non tournée (NT).

Fig. 12. Phase 1 (premier quart du Ier siècle).

Fig. 13. Cuperly, st. 386 (phase 1 ?) : sélection de mobilier début ier siècle.

Fig. 14. Bussy-le-Château, st. 2226 (phase 2).

Fig. 15. Phase 2.

Fig. 16. Phase 3.

Fig. 17. Cuperly, st. 292 (phase 3).

Fig. 18. Cuperly, st. 500 (phase 3).

Fig. 19. Phase 4.

Fig. 20. Auve, st. 88 (phase 4b).

Fig. 21. Phase 4b.

Fig. 22. Phase 5.

Fig. 23. Phase 5.

Fig. 24. Phase 6.

Fig. 25. Phase 6.

Fig. 26. Tilloy-et-Bellay, st. 38 : transition ph. 6/7.

Fig. 27. Phase 7/8.

Fig. 28. Cuperly, st. 878/879, phase 8.

Haut de page

Bibliographie

Aladame J.-C., 1975, « Lizines, Centre industriel gallo-romain en pays sénonais », Bull. Group. Archéo. Seine-et-Marne, 16, p. 81-88.

Arcelin P., Tuffreau-Libre M. dir., 1998, La quantification des céramiques : conditions et protocole, Actes de la table ronde du Centre Archéologique européen du Mont-Beuvray (Coll. Bibracte, 2).

Balmelle A., Billoin D. dir., 1994, Un quartier antique (du Ier avant J.-C. au milieu du IVe après J.-C.) Reims, rue du Général Sarrail, DFS de sauvetage urgent, S.R.A. Champagne Ardenne, Reims.

Bet P., Delor A., 2000, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire : révision décennale », in : Actes du congrès de la SFECAG de Libourne, 2000, p. 461-484.

Chenet G., 1941, La céramique gallo-romaine d’Argonne au IVe siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, 2 vol.

Chenet G., Gaudron G., 1955, La céramique sigillée d’Argonne des IIe et IIIe siècles, Paris (6e suppl. à Gallia).

Chossenot M., 1994, « Contribution à l’étude de la céramique gallo-romaine du Haut-Empire en Champagne et plus particulièrement de la craquelée bleutée », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A., dir., La céramique du Haut-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines : faciès régionaux et courants commerciaux, Actes de la table ronde d’Arras, p. 163-180 (Nord-Ouest-Archéo, 6).

Colin A., 1998, Chronologie des oppida de la Gaule non méditerranéenne, Paris, fig. 8 et 9 (Document d’Archéologie Française, 71).

Delor A., 2004, « La céramique sigillée sur le territoire sénon : premières approches pour la caractérisation de la consommation et la commercialisation durant le Haut-Empire », R.A.E., t. 52, p. 131-248.

Delor A., Gourgousse Y. coll., 2003, « Un lot de céramique à dégraissant coquillier issu de la cave 326 du site de Marielle à Prez-sur-Marne (52) », in : Actes du congrès de la SFECAG de Saint-Romain-en-Gal, p. 561-576.

Deru X., 1994, « La deuxième génération de la céramique dorée (50-180 après J.-C.) », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A., dir., La céramique du Haut-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines : faciès régionaux et courants commerciaux, Actes de la table ronde d’Arras, p. 81-94 (Nord-Ouest-Archéologie, 6).

Deru X., 1996, La céramique belge dans le nord de la Gaule : caractérisation, chronologie, phénomènes culturels et économiques, Louvain-la-Neuve (Publ. d’Hist. de l’Art et d’Archéo. de l’Université catholique de Louvain, LXXXIX).

Deru X., 1999a, « La céramique », in : Rollet P., Deru X. dir., 1999, Un secteur de l’agglomération secondaire gallo-romaine de Ville-sur-Lumes, ‘Les Sarteaux’ (première moitié du Ier s. ap. J.-C. – troisième quart du IIIe siècle), fouilles archéologiques de juillet 1997, AFAN/SRA Champagne-Ardenne, p. 115-154.

Deru X., 1999b, « La céramique », in : Balmelle A. dir., Reims, 14-16 rue des Moissons, site 51454074 (Marne), DFS de sauvetage urgent, AFAN/SRA Champagne-Ardenne, p. 47-58.

Deru X., 2001, « La céramique », in : Rollet P. dir., Reims, 37 rue de Venise (1999), site n° 51454257, DFS de fouille préventive, AFAN/SRA Champagne-Ardenne, p. 33-38.

Deru X., Feller M., 1992, « La céramique gallo-belge d’Argonne », in : Actes du congrès de la SFECAG de Tournai, p. 91-99.

Deru X., Grasset L., 1997, « L’atelier de potiers gallo-romains du quartier Saint-Rémi à Reims (Marne). I : Les productions », Bull. de la Société Archéo. Champenoise, t. 90, n° 2, p. 51-82.

Deru X., Paicheler J.-Cl., 2001, « La céramique à dégraissant coquillier dans le nord-est de la Gaule (IIIe, IVe s.) » in : Demarolle J.-M. dir., Histoire et céramologie en Gaule mosellane, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 23-36 (Coll. Archéologie et Histoire Romaine, 4).

Deru X., Rollet P., 2000, « La céramique gallo-romaine de la rue de Cernay à Reims (Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG de Libourne, p. 335-366.

Desbat A., 1997, Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon, dossier, p. 68-95 (Gallia, 54).

Devevey F., Mouton S., 2002, Entrains-sur-Nohain (58), ‘Le Bois des Huets’, Rapport de Fouille, INRAP/SRA Bourgogne, Dijon.

Durost R., 2002, Mazerny, Le Haut de l’Hernie, DFS de sauvetage urgent, SRA Champagne-Ardenne.

Galbois J., 1994, « Terra Rubra de la seconde moitié du Ier siècle à Melun (Seine-et-Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG de Millau, p. 267-270.

Genin M., Lavendhomme M.-O., 1997, Rodumna (Roanne, Loire) le village gallo-romain : évolution des mobiliers domestiques (Documents d’Archéologie Française, 66).

Gose E., 1950, Gefässtypen der römischen Keramik im Rheinland, Kevelaer (Beihefte der BJb, Band 1) (version française).

Goudineau C., 1970, « Note sur la céramique à engobe interne rouge pompéien (‘Pompejanisch-roten platten’) », Mél. de l’École Franç. de Rome, 82, p. 159-186.

Jobelot N., Vermeersch D., 1991, « La céramique noire à pâte rougeâtre (NPR) : une première approche », in : Actes du congrès de la SFECAG de Cognac, p. 291-302.

Jobelot N., Vermeersch D., 1993, « La céramique ‘noire à pâte rougeâtre’ : esquisse d'une chronologie », in : Efira S., Charier M.-A. dir., 1993, Trésors de terre : céramiques et potiers dans l’Île-de-France gallo-romaine, Catalogue d’exposition, 1993, p. 158-166.

Joly M., 1993, « Étude de la céramique du dépotoir (US 844-358-896) », in : Berthelot F., Balmelle A., Rollet P. dir., Reims, Fouilles archéologiques. Site du Conservatoire national de Région de musique et de danse ; rue Gambetta, Reims (Bull. de la Société Archéo. Champenoise, t. 87, Archéologie Urbaine, 3).

Joly M., 1998, « La céramique précoce en Champagne : l’exemple de Reims », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir., 1998, La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la table ronde d’Arras, p. 157-178 (Nord-ouest Archéologie, 9).

Joly M., 2001a, Carte archéologique de la Gaule : La Haute-Marne : 52/2, Paris, Acad. Insc. et Belles Lettres.

Joly M., 2001b, « Étude céramologique », in : Rollet P., Balmelle A., Berthelot F., Neiss R. dir., Reims (Marne) : le quartier gallo-romain de la rue de Venise et sa réoccupation à l’époque moderne (Bull. de la Soc. Archéo. Champenoise, 2/3, Archéologie Urbaine, 4).

Joly M., Barral P., 1992, « Céramiques gallo-belges de Bourgogne : antécédents, répertoire, productions et chronologie », in : Actes du congrès de la SFECAG de Tournai, p. 101-130.

Joly M., Mouton S., Popovitch L., 2001, « Faciès céramiques et monétaires de l’Antiquité tardive à Langres (Haute-Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG de Lille-Bavay, p. 381-391.

Luginbühl T., 1996, « Typo-chronologie des céramiques de Bibracte : cruches, mortiers et plats à engobe interne des fouilles de la domus PC1 », in : Actes du congrès de la SFECAG de Dijon, p. 197-208.

Mitard P.-H., Hoffmann B., Lutz M., 1986, « Groupe d’Argonne », in : Bémont C., Jacob J.-P. dir., La terre sigillée gallo-romaine, Paris, p. 195-207 (Documents d’Archéologie Française, 6).

Passelac M., Vernhet A., 1993, « Céramique sigillée sud-gauloise », in : Py M. dir., Dicocer, p. 569-580 (Lattara, 6).

Pavlinec M., 1992, « Zur Datierung römischzeitlicher Fundstellen in der Schweiz », JSGU, 75, p. 117-132.

Perrugot D., 1996, « Les productions céramiques de l'atelier gallo-romain de Sens », in : Actes du congrès de la SFECAG de Dijon, p. 63-72.

Vilvorder F., 1999, « Les productions de céramiques engobées et métallescentes dans l’Est de la France, la Rhénanie et la rive droite du Rhin », in : Brulet R., Symond R., Vilvorder F., Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Oxford, p. 69-122 (8e suppl. à RCRF acta).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites mentionnés et des catégories céramiques marginales identifiées.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2. Les contextes pris en compte dans l’étude.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 3. Comptages de la céramique découverte dans les structures de la phase 1.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 4. Comptages de la céramique découverte dans les structures de la phase 2.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5. Comptages de la céramique découverte dans les structures de la phase 3.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 6. Comptages de la céramique découverte dans les structures des phases 4/5.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7. Comptages de la céramique découverte dans les structures de la phase 6 (et transition phases 6 à 7).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 8. Comptages de la céramique découverte dans les structures des phases 7 à 8.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 9. Phase 1 (premier quart du Ier siècle).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 10. Bussy-le-Château, St. 2382 (phase 1).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 11. Bussy-le-Château, St. 2382 (phase 1), céramique non tournée (NT).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 12. Phase 1 (premier quart du Ier siècle).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 13. Cuperly, st. 386 (phase 1 ?) : sélection de mobilier début ier siècle.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 14. Bussy-le-Château, st. 2226 (phase 2).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 15. Phase 2.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 16. Phase 3.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 17. Cuperly, st. 292 (phase 3).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 18. Cuperly, st. 500 (phase 3).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 19. Phase 4.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 20. Auve, st. 88 (phase 4b).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 21. Phase 4b.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 22. Phase 5.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 23. Phase 5.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 24. Phase 6.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 25. Phase 6.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 26. Tilloy-et-Bellay, st. 38 : transition ph. 6/7.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 27. Phase 7/8.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 28. Cuperly, st. 878/879, phase 8.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/563/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Delor, « Contribution à la définition de faciès céramiques en Champagne durant le Haut-Empire : », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2006, 95-133.

Référence électronique

Anne Delor, « Contribution à la définition de faciès céramiques en Champagne durant le Haut-Empire : », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 54 | 2005, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rae.revues.org/563

Haut de page

Auteur

Anne Delor

I.N.R.A.P. – Associée à l’UMR 5594 « ARTeHIS », Dijon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page