Navigation – Plan du site
Notes et documents

Un unguentarium-chandelier à fond marqué du IIe s. ap. J.-C. découvert à Lyon

Clémence Mège et Laudine Robin
p. 453-459

Résumés

Une fouille, réalisée en 2007 par le Service Archéologique de la Ville de Lyon dans le secteur de Lyon-Vaise, a permis la découverte de plusieurs vestiges antiques, dont celle d’une zone funéraire datée du iie s. ap. J.-C. L’une des sépultures à incinération en urne a livré, déposé en offrande, un unguentarium en verre comportant une marque complète sur le fond. L’étude de cet artefact et sa comparaison avec les autres marques similaires connues à ce jour viennent enrichir le catalogue des unguentaria en verre à fond marqué et apportent de nouvelles données quant à leur diffusion dans l’Empire romain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Opération d’archéologie préventive réalisée de janvier à avril 2007 par l’équipe du Service archéo (...)

1Une opération d’archéologie préventive menée en 2007 au 16-28 rue des Tuileries à Lyon1 (9e arrondissement, fig. 1) a révélé l’existence d’un site dont l’occupation humaine est avérée dès le Bronze final, puis de manière discontinue entre le premier Âge du Fer et le Moyen Âge (Rottier et alii, 2008).

2Pendant l’Antiquité, entre la fin du Ier s. av. J.-C. et celle du Ier s. ap. J.-C., la zone est principalement dévolue à des activités artisanales, puis un ensemble funéraire est aménagé à partir du IIe s. (ibid., p. 173-236). Celui-ci comprend une aire de crémation, une inhumation de nouveau-né et vingt-deux dépôts d’incinération. L’un d’entre eux a livré, en position d’offrande, un unguentarium-chandelier en verre en parfait état de conservation, doté d’une marque sur le fond.

1. L’ensemble funéraire de la rue des Tuileries

  • 2  L’étude archéo-anthropologique exhaustive de cet ensemble n’a pu être effectuée lors de la phase d (...)

3La nécropole est localisée dans la partie méridionale de la parcelle, au sud du passage d’un chenal plus récent (IVe-Xe s.), dont l’activité est probablement à l’origine de la destruction de sépultures ayant pu être installées plus au nord2. En effet, aucune structure funéraire, à l’exception de l’aire de crémation, n’a été observée dans la partie septentrionale de la zone (fig. 1).

Fig. 1. Plan de la nécropole de la rue des Tuileries (échelle : 1/400e). Relevés : équipe SAVL, DAO : C. Mège et équipe SAVL.

  • 3  Un fossé plus récent (F 6085, fig. 1) a été observé à l’emplacement présumé du troisième côté du q (...)

4Les différentes tombes présentent une organisation spatiale linéaire au sein d’un espace partitionné (ibid., p. 186-194). À l’ouest, seize sépultures semblent alignées selon un axe est/ouest et sont délimitées par un fossé quadrangulaire reconnu sur au moins deux côtés (F 5047, F 7051 et F 6012)3. À l’est, un second ensemble de six sépultures se positionne au centre d’un cercle dont la limite est également définie par un fossé (F 6019) conservé sur environ un quart de sa surface estimée (fig. 1).

5Une première lecture des vestiges sur le terrain a permis de répartir les incinérations et l’inhumation en quatre groupes. Tous possèdent une caractéristique similaire avec la présence d’une amphore ou de plusieurs fragments d’amphores assemblés ayant servi d’urne cinéraire ou de possible conduit à libation. Les résultats de l’étude archéo-anthropologique en cours devraient apporter de nouveaux éléments quant à la compréhension de cet ensemble funéraire. L’intérêt de celui-ci est d’ores et déjà démontré par la seule étude archéologique, tant en ce qui concerne les questions de chronologie pour les pratiques funéraires du IIe s. ap. J.-C. à Lyon, que par la présence d’un, voire deux dispositifs à libation.

2. Le dépôt funéraire

6L’unguentarium provient d’une sépulture secondaire formée par un dépôt d’incinération en urne (F 7013). Celle-ci est localisée dans la partie occidentale de la nécropole, au sein d’un groupe comprenant six autres dépôts secondaires, dont cinq sans contenant identifié et un en amphore (fig. 1). La fosse ayant reçu le dépôt funéraire est de forme circulaire et mesure environ 50 cm de diamètre en son point le plus large (fig. 2).

Fig. 2. Plan et coupe de la sépulture F 7013 (échelle : 1/10e). Relevés : équipe SAVL, DAO : C. Mège et équipe SAVL.

7L’urne cinéraire est située dans la partie ouest de la fosse et est composée de deux récipients en céramique commune réfractaire sombre (fig. 2 et 3).

Fig. 3. L’unguentarium lors de sa découverte contre l’urne cinéraire. Photographie : équipe SAVL.

8Les restes du défunt ont été disposés dans un pot à cuire à col lisse, sur lequel une marmite à marli triangulaire rainuré, dont le fond a disparu, a été déposée à l’envers afin de former un couvercle (fig. 4). D’autres artefacts, tels que des clous, des fragments de verre et de céramique (passés ou non au feu), ainsi que des fragments d’os brûlés et des charbons, ont également été retrouvés à proximité de l’ossuaire, dans la partie est de la fosse. Ces derniers éléments laissent penser que des restes prélevés sur le bûcher ont été répartis directement dans la fosse sépulcrale, bien que la présence d’un second contenant périssable ne soit pas à exclure.

Fig. 4. 1. Marmite en céramique commune réfractaire sombre ; 2. urne cinéraire, pot en céramique commune réfractaire sombre. Dessins et mises au net : C. Mège.

9L’unguentarium était placé contre l’urne, au nord-ouest de la fosse (fig. 2 et 3). Son excellent état de conservation permet d’affirmer qu’il n’a pas subi de passage au feu et qu’il s’agit donc d’un objet déposé en offrande lors du rituel d’inhumation définitif des restes du défunt.

  • 4  Nous remercions S. Carrara (SAVL) qui s’est chargé de l’identification de cette monnaie.

10Les unguentaria-chandeliers, tels que celui découvert ici, sont un type de balsamaire dont la fabrication et l’utilisation sont courantes au IIe s. ap. J.-C. (Foy, Nenna, 2001, p. 157). Une partie du mobilier archéologique apporte des informations supplémentaires quant à la datation de la sépulture dont il provient. D’une part, la fouille de l’urne cinéraire, dans le cadre de l’étude archéo-anthopologique en cours, a livré une monnaie. Il s’agit d’un as d’Antonin le Pieux dont la date de frappe est comprise entre 145 et 161 ap. J.-C.4. D’autre part, les vases en céramique utilisés comme ossuaire ont une morphologie semblable à celle des productions locales du IIe s. ap. J.-C. (Rottieret alii, 2008, p. 215) et l’étude des différents artefacts mis au jour dans les autres sépultures de la zone funéraire apporte également des éléments de datation similaires. Ces différentes informations, dont la présence d’une monnaie qui fournit un terminus post quem, permettent donc d’affiner la chronologie de l’ensemble qu’il faudrait situer au plus tôt au milieu du IIe s. ap. J.-C.

3. Description et étude comparée de l’unguentarium

11Le vase de la sépulture F7013 est un unguentarium-chandelier type Is. 82 A-2 en verre naturel bleu-vert à long col cylindrique et doté d’une panse conique (Isings, 1957) (fig. 5). Cet exemplaire est de grande taille avec une hauteur de 18,2 cm et une panse de 9,4 cm de diamètre en son point le plus large. Le bord, très évasé, possède une lèvre repliée vers l’intérieur formant une collerette qui mesure 5 cm de diamètre. Le fond concave porte une inscription complète, imprimée en creux par moulage ou par poinçon. Cette marque comprend des lettres positionnées de manière circulaire et tournées vers l’intérieur : M.I.S.C.M.V. Elles sont séparées par des croix pédiculées entourant un caducée (fig. 5).

Fig. 5. 1. Dessin de l’unguentarium et de la marque, auteur : C. Mège ; 2. photographie de l’unguentarium et de la marque, auteur : É. Bertrand (SAVL).

  • 5  Aucune étude concernant le contenu de ce récipient n’a été faite. Nous pouvons toutefois mentionne (...)

12Les unguentaria en forme de chandelier sont connus dès la fin du Ier s. ap. J.-C. jusqu’au IIIe s. et apparaissent en grand nombre dès le milieu du IIe s. (Foy, Nenna, 2001, p. 157). Ils étaient destinés à recevoir des liquides ou des préparations cosmétiques5. Découverts parfois en grand nombre dans des contextes funéraires, ils étaient notamment utilisés lors des rituels funéraires afin de diffuser des parfums et de dissiper les odeurs.

13Le corpus des marques et signatures sur les verres antiques (Foy, Nenna, 2006a) propose déjà un inventaire des vases portant la marque M.I.S.C.M.V. (fig. 6). L’exemplaire présenté ici vient enrichir ce corpus, encore quelque peu restreint. À ce jour, deux exemplaires sont connus pour le sud de la Gaule : l’un provient de Vaison-la-Romaine (Sautel, 1926, n° 1877) et l’autre de Villetelle-Ambrussum (Hérault ; Foy, Nenna, 2006b : F-UNG.101, pl. 79). Deux autres ont été mis au jour dans le Centre-Ouest, le premier à Méasnes (Creuse ; Moirin, 1999, n° 33, fig. 5) et le second à Tours (Indre-et-Loire ; Foy, Nenna, 2006b : F-UNG.103, pl. 80). En Allemagne, une inscription identique, sans caducée central, a été trouvée à Xanten (Charlesworth, 1984, p. 295, n° 14, pl. 105). Enfin, il faut citer les quatre unguentaria trouvés en Belgique, plus précisément à Tongres et à Vorsen (Massart, Fontaine-Hodiamont, 2003 ; Sablerolles, 2006).

Fig. 6. Tableau comparatif des marques similaires découvertes.

14Quelques variantes caractérisent ces différentes inscriptions. Signalons d’abord que celle de Xanten ne possède pas de caducée et que les lettres sont tournées vers l’extérieur, a contrario des autres marques. D’autre part, deux groupes semblent se distinguer : celui où les lettres sont séparées par des feuilles de lierre ou croix pédiculées et celui comportant des points. La majorité des exemplaires, y compris celui présenté ici, correspond au premier groupe. Au second appartient l’exemplaire de Tours, dont les séparateurs sont peu nets, mais où nous pouvons voir un signe en forme de « V » matérialisé par cinq points. Ce même signe apparaît sur le vase de Tongres et les lettres de l’inscription de Xanten sont séparées par de simples points.

15Plusieurs des contextes suggèrent une datation au IIe siècle ap. J.-C. : le vase d’Ambrussum est daté de la première moitié de ce siècle et les récipients de Vorsen sont datés du dernier tiers. Ces données sont cohérentes avec la datation proposée par l’étude du dépôt funéraire de Lyon, notamment celle du mobilier.

16La signification de l’inscription est inconnue. Une hypothèse proposée par C. Massart et C. Fontaine-Hodiamont évoque, pour les lettres M.I.S.C., la correspondance avec le radical de miscere/miscellaneus signifiant mélange (Massart, Fontaine-Hodiamont, 2003, p. 132). Les deux autres lettres M.V. pourraient être des initiales se rapportant à la nature du contenu. Cependant, pour Y. Sablerolles, les séparateurs, présents entre chaque lettre, signifient probablement que chacune d’entre elles correspond à un mot unique (Sablerolles, 2006, p. 27). Dans ce cas précis, la comparaison avec l’inscription C.C.M.V.M connue sur un vase découvert à Mayence, où figurent des lettres communes aux deux inscriptions (C.M.V.), incite à penser qu’il pourrait s’agir d’une tria nomina. Il reste difficile d’interpréter cette marque et donc impossible d’en assurer la provenance, d’autant que, à ce jour, aucun exemplaire n’a été découvert dans un contexte d’atelier. D’une manière générale, ces marques pouvaient concerner les taxes opérées dans certaines villes par le pouvoir impérial et la titulature de l’empereur pouvait y être figurée (Foy, Nenna, 2001, p. 116-118). Des particuliers ont aussi voulu distinguer leurs produits en apposant leur nom sur le contenant et il est possible que des fabricants aient fait de même.

17Cette marque a connu une diffusion certaine en Gaule et à l’ouest du Rhin au IIe s. ap. J.-C., comme le montrent les comparaisons établies précédemment. Quelques découvertes ont été faites dans le sillon rhodanien, axe de circulation privilégié des marchandises durant l’Antiquité. Il aurait donc été possible d’y voir une commercialisation depuis la Méditerranée vers les régions septentrionales. Cependant, la forte dispersion des autres marques tout comme leur absence dans la péninsule italique, lieu privilégié des découvertes de balsamaires, empêchent de parvenir à cette conclusion. Il semble donc difficile de formuler des hypothèses concernant le ou les lieux de production des vases portant la marque M.I.S.C.M.V. compte tenu de leur faible nombre et de leur répartition. Les découvertes à venir permettront peut-être de préciser cette problématique.

Haut de page

Bibliographie

Charlesworth D., 1984, « The Xanten Glass », Beiträge zur Archäologie des römischen Rheinlands, 4, Bonn, p. 283-300 (Rheinische Ausgrabungen, 23).

Foy D., Nenna M.-D., 2001, Tout feu tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Marseille, Musée d’histoire de Marseille/Aix-en-Provence, Edisud, 255 p.

Foy D., Nenna M.-D. dir., 2006a, Corpus des signatures et marques sur verres antiques. Vol. 1, La France, Aix-en-Provence/Lyon, A.F.A.V., 248 p., 139 p. de pl.

Foy D., Nenna M.-D., 2006b, « Les unguentaria », in : Corpus des signatures et marques sur verres antiques. Vol. 1, La France, Aix-en-Provence/Lyon, A.F.A.V., p. 133-243.

Isings C., 1957, Roman glass from dated finds, Groningen, J.B. Wolters, 185 p.

Kisa A., 1908, Das Glas im Altertume, Leipzig, Hiersemann, 307 p.

Massart C., Fontaine-Hodiamont C., 2003, « Les unguentaria du tumulus gallo-romain de Vorsen (Com. de Montenaken, prov. de Limbourg) : restauration, marques et contenus », Bull. de l’Institut Royal du patrimoine artistique, 30, p. 119-142.

Moirin A., 1999, « Une redécouverte : les verreries gallo-romaines de la collection Roger à Bourges », Bull. de l’Association Française pour l’Archéologie du Verre, XIVe rencontres, p. 13-17.

Rottier S. et alii, 2008, 16-28 rue des Tuileries, 69009, LYON, Rapport final d’opération archéologique préventive, Service Archéologique de la Ville de Lyon, Lyon, 3 vol., 632 p. et 139 pl.

Sablerolles Y., 2006, « Marks on glass vessels from the Nederlands and Flanders (Belgium) », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Corpus des signatures et marques sur verres antiques, vol. 2, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Autriche, Suisse, Slovénie, Hongrie, Croatie, Espagne, Portugal, Maghreb, Grèce, Chypre, Turquie, mer Noire, Proche-Orient, Egypte, Soudan, Cyrénaïque, France (addenda), Aix-en-Provence/Lyon, A.F.A.V., p. 15-68.

Sautel J., 1926, Vaison dans l’Antiquité. T. II, Catalogue des objets romains trouvés à Vaison et dans son territoire, Avignon, Aubanel, 301 p.

Haut de page

Notes

1  Opération d’archéologie préventive réalisée de janvier à avril 2007 par l’équipe du Service archéologique de la Ville de Lyon ; responsable d’opération : S. Rottier.

2  L’étude archéo-anthropologique exhaustive de cet ensemble n’a pu être effectuée lors de la phase de post-fouille. Elle est en cours, dans le cadre d’un mémoire de Master préparé à l’Université de Bordeaux I sous la direction de S. Rottier.

3  Un fossé plus récent (F 6085, fig. 1) a été observé à l’emplacement présumé du troisième côté du quadrilatère : il a pu prendre la place d’une structure fossoyée plus ancienne.

4  Nous remercions S. Carrara (SAVL) qui s’est chargé de l’identification de cette monnaie.

5  Aucune étude concernant le contenu de ce récipient n’a été faite. Nous pouvons toutefois mentionner que des analyses réalisées sur le contenu d’un vase similaire retrouvé à Vorsen (Belgique ; Massart, Fontaine-Hodiamont, 2003, p. 132-142) ont permis de déceler des restes d’huile saturée, ainsi que des traces de cire sur son col, probablement destinée à assurer son étanchéité.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de la nécropole de la rue des Tuileries (échelle : 1/400e). Relevés : équipe SAVL, DAO : C. Mège et équipe SAVL.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2. Plan et coupe de la sépulture F 7013 (échelle : 1/10e). Relevés : équipe SAVL, DAO : C. Mège et équipe SAVL.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 3. L’unguentarium lors de sa découverte contre l’urne cinéraire. Photographie : équipe SAVL.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4. 1. Marmite en céramique commune réfractaire sombre ; 2. urne cinéraire, pot en céramique commune réfractaire sombre. Dessins et mises au net : C. Mège.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5. 1. Dessin de l’unguentarium et de la marque, auteur : C. Mège ; 2. photographie de l’unguentarium et de la marque, auteur : É. Bertrand (SAVL).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5876/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 6. Tableau comparatif des marques similaires découvertes.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5876/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Mège et Laudine Robin, « Un unguentarium-chandelier à fond marqué du IIe s. ap. J.-C. découvert à Lyon », Revue archéologique de l’Est, Tome 58 | 2009, 453-459.

Référence électronique

Clémence Mège et Laudine Robin, « Un unguentarium-chandelier à fond marqué du IIe s. ap. J.-C. découvert à Lyon », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 58 | 2009, mis en ligne le 02 mars 2010, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rae.revues.org/5876

Haut de page

Auteurs

Clémence Mège

Archéologue – Service archéologique de la Ville de Lyon, 10 rue Neyret, 69001 Lyon.

Laudine Robin

Doctorante – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, UMR 5138, Laboratoire d’archéologie et d’archéométrie, 7 rue Raulin, 69007 Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page