Navigation – Plan du site
Articles
Matthieu Thivet, Gilles Bossuet et Pierre Mougin

Mise en évidence de l’impact de l’occupation antique dans la morphogenèse d’un paysage de fond de vallée : le cas du site d’Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs)

p. 417-437

Résumés

Le dépouillement du plan cadastral napoléonien des communes de Mandeure et Mathay (Doubs) et son étude informatisée ont abouti à l’élaboration, sous SIG, de différentes cartes thématiques géo-référencées (superficie, orientation, occupation, fertilité du sol, classement micro toponymique). Leur confrontation avec d’autres couches d’informations géographiques renseignant le milieu (microtopographie, réseau hydrographique ancien, aléa fluvial, vestiges archéologiques enfouis, plans anciens) permet de préciser les modalités de création et d’évolution des formes conservées dans le dessin du parcellaire rural du début du XIXe siècle, en révélant notamment le poids de l’occupation antique du site d’Epomanduodurum dans la morphogenèse de ce paysage de fond de vallée.

The GIS study of cadastral plans of Mandeure and Mathay (Doubs) has led to the making of geo-referenced maps using different information such as area, orientation, settlement, richness of soil, micro topography. Comparing this information with other categories reveals information on the environment (microtopography, ancient hydrographic systems, rivers, archaeological sites and old maps) that sheds light on the modalities of the creation and evolution of rural field systems at the beginning of the 19th century. It underlines the importance of the roman settlement of Epomanduodurum in the evolution of the valley’s environment.

Die Auswertung des napoleonischen Katasterplans der Gemeinden Mandeure und Mathay (Departement Doubs) und seine rechnergestützte Untersuchung haben zu der Ausarbeitung verschiedener georeferenzierter thematischer Karten (Fläche, Orientierung, Besiedlung, Fruchtbarkeit des Bodens, mikro-toponomische Klassifizierung) unter GIS geführt. Die Gegenüberstellung dieser Daten mit anderen geographischen, das Milieu betreffenden Informationen (Mikrotopographie, altes Gewässernetz, Risiken der Flüsse, im Boden verborgene archäologische Spuren, alte Pläne) erlaubt es nun näher zu bestimmen, wie sich die in der Zeichnung der ländlichen Parzellierung des frühen 19. Jahrhunderts erkennbaren Formen herausgebildet und entwickelt haben. Es wird insbesondere das Gewicht der Besiedlung des antiken Epomanduodurum in der Morphogenese dieser in der Talsohle gelegenen Landschaft aufzeigt.

Texte intégral

PDF 11MSignaler ce document

1Depuis une quinzaine d’années, la pratique de l’analyse spatiale et l’usage des Systèmes d’Informations Géographiques se sont largement répandus en archéologie. Parmi les nombreuses applications traitées avec l’outil SIG, celles développées à l’échelle de sites se sont beaucoup généralisées, notamment en contexte urbain, dans une perspective de gestion patrimoniale mais aussi pour la reconstitution des plans de villes anciennes et de leur évolution spatiale (Lorho, 2005 ; Noizet, 2006). Dans les problématiques de recherche intéressant l’histoire urbaine, prennent place également toutes les approches intégrées engagées depuis plusieurs années sur différents sites d’agglomérations gallo-romaines de grande dimension comme Cassinomagus (Chassenon, Charente), Gisacum (Vieil-Évreux, Eure) ou Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs). La méthodologie des SIG appliquée sur ces sites s’attache à restituer à partir d’une exploration basée sur les méthodes d’investigation extensives, toute l’organisation de la trame urbaine antique dans son contexte géographique et environnemental (Aubry, 2003 ; Marmet et alii, 2005 ; Dabas et alii, 2005 ; Aubry, Guyard, 2004 ; Bossuet et alii, 2005 ; Thivet et alii, 2005). Le recours au SIG y est envisagé comme un moyen d’intégrer à la prospection archéologique tout type d’information géo-référencée afin de répondre au besoin de comparer instantanément, sur ces sites de très grande étendue, la totalité des sources disponibles.

2En parallèle à l’archéologie, l’utilisation en histoire des SIG s’est également considérablement développée et diversifiée ces dernières années. L’analyse, le croisement et la cartographie de données géographiquement localisées a permis de questionner autrement des sources documentaires familières aux archéologues et historiens. Les potentialités des SIG ont été sollicitées notamment pour l’étude des modalités d’évolution de l’occupation du sol à partir de l’analyse comparée de plans anciens préalablement vectorisés et géo-référencés comme les plans terriers du XVIIIe siècle et les plans cadastraux dits napoléoniens du début du XIXe siècle (Ghozzi et alii, 2005 ; Jarry, Ogier, 2006 ; Poirier, 2006 ; Leturcq, 2006). Dans la lignée des recherches engagées sur la métrologie agraire antique (Charraut et alii, 1992 ; Jung, 2003), d’autres études se sont intéressées, à partir du filtrage angulaire de ces plans parcellaires anciens, à la recherche d’une éventuelle rémanence dans le paysage moderne d’orientations cohérentes avec celles d’infrastructures connues d’époque romaine (réseau viaire, aqueduc, ensembles monumentaux) ou avec celles d’axes structurant le terroir antique (Aubry, 2003 ; Dellong, 2006).

3Le travail présenté procède de cette dernière démarche et concerne l’étude informatisée du cadastre napoléonien des communes de Mandeure et de Mathay, dans un tronçon de la vallée du Doubs correspondant à l’extension de l’agglomération antique d’Epomanduodurum et de ses faubourgs. En relation avec les autres sources documentant le site archéologique et son environnement, cette étude se propose de préciser les modalités de création et d’évolution des formes conservées dans le dessin du parcellaire rural du début du XIXe siècle, en cherchant notamment à apprécier le poids de l’occupation antique dans la morphogenèse de ce paysage de fond de vallée.

1. Contexte de l’étude

4Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une recherche doctorale (Thivet, 2004 ; Thivet, 2008) consacrée à la reconnaissance archéologique du site d’Epomanduodurum. Ce site représente un intérêt scientifique majeur pour la compréhension des mécanismes d’organisation territoriale et de fonctionnement des premières agglomérations de Gaule de l’Est, à la fin de l’Âge du Fer et pendant l’époque romaine (Barralcoord., 2007).

5La démarche prospective, initiée depuis 2001 dans le cadre d’un Programme Collectif de Recherche, rassemble dans le SIG ArcGIS d’ESRI©, l’ensemble des informations spatialisées fournies par les sources documentaires (plans anciens), les méthodes de prospection (aérienne, pédestre, géophysique) et les investigations archéologiques (sondages, fouilles). Le croisement de l’ensemble de ces données avec d’autres couches thématiques d’informations géographiques renseignant le milieu (altimétrie, géologie, paléohydrographie, aléa fluvial) permet de confronter, au fur et à mesure de l’état d’avancement des recherches, l’organisation territoriale de ce site à tout un ensemble de paramètres géographiques et environnementaux (Bossuet et alii, 2005 ; Thivet et alii, 2005).

6L’intégration du cadastre napoléonien à ce SIG avait pour objectif de réaliser une analyse morphologique de ce plan visant à mettre en évidence, dans l’organisation du parcellaire, les formes en cohérence avec les tracés régulateurs ayant présidé à l’implantation de la ville antique et de ses infrastructures.

2. La zone d’étude

7Située à 10 km au sud-est de Montbéliard, l’agglomération antique de Mandeure-Mathay est implantée dans la vallée du Doubs, dans une zone de passage, « la Porte de Bourgogne », entre les Vosges et le Jura, permettant notamment la communication entre le sillon rhodanien et la plaine du Rhin par les vallées de la Saône et du Doubs (fig. 1a).

Image1

Fig. 1. a. Contexte orographique régional (d’après BD Alti I.G.N.).

8Trois axes antiques de communication desservant Pontarlier (Ariorica), Besançon (Vesontio) et Bâle (Augst) par les plateaux et la vallée du Doubs ont été reconnus à proximité de l’agglomération (fig. 1b).

Image2

Fig. 1. b. Les principales voies de communication dans le Doubs à l’époque romaine (d’après Joan, 2003).

9La zone du cadastre napoléonien que l’on a analysée correspond à l’aire d’extension maximale des vestiges de l’agglomération antique et de deux faubourgs artisanaux. Ces vestiges se répartissent principalement de part et d’autre du cours méandriforme de la rivière qui marque la limite entre les deux communes (fig. 2).

10Cette zone peut être subdivisée en trois entités qui englobent :
- en rive droite du Doubs, sur la commune de Mandeure, la surface densément urbanisée de l’agglomération d’Epomanduodurum, depuis l’intérieur du méandre jusqu’aux thermes suburbains de Courcelles situés 1 km plus à l’est ;
- en rive gauche du Doubs, sur la commune de Mathay, l’emprise des deux quartiers artisanaux respectivement situés au lieu-dit « Faubourg de Pont », à hauteur du cœur urbain antique, et 2 km plus au sud, au lieu-dit de l’« Essarté » ;
- l’extrémité nord du plateau qui longe le cours aval du Doubs (commune de Mandeure), et au sommet duquel d’autres vestiges d’époque antique ont été repérés.

3. Le cadastre « napoléonien » ou ancien cadastre

11Le cadastre « napoléonien » ou ancien cadastreconstitue le premier relevé foncier réalisé à l’échelle de la parcelle de culture pour tout l’Empire. Les travaux de confection de cet ancien cadastre, commencés en 1808, se sont étalés sur plus de quarante années au cours du XIXe siècle. À la différence des plans terriers du XVIIIe siècle, la levée du cadastre « napoléonien » a fait l’objet d’un réel arpentage des parcelles et d’une triangulation par des géomètres, ce qui confère à ce document ancien une certaine exactitude topographique. Le territoire communal y apparaît conventionnellement subdivisé en sections, feuilles, lieux-dits et parcelles cadastrales.

Image3

Fig. 2. Superposition de la mosaïque des planches du cadastre napoléonien sur le modèle numérique de terrain. Localisation des vestiges archéologiques.

12Dans notre cas, les cadastres anciens des communes de Mandeure et de Mathay ont été levés respectivement en 1836 et 1838. Le cadastre de Mandeure ne sera pas mis à jour une seule fois de 1836 à son renouvellement complet en 1973 ; celui de Mathay sera mis à jour en 1939 seulement, alors qu’un pont et une route avaient été aménagés dès 1840 sur le territoire de cette commune.

13Les « plans parcellaires », représentant les parties bâties et les parties rurales, ont été rapportés sur les feuilles aux échelles de 1/1250 pour la commune de Mandeure et de 1/1000 pour la commune de Mathay (fig. 2).

14Les registres, ou « états de sections », qui accompagnent ces plans, donnent la situation des parcelles telle qu’elle se présentait au moment de l’établissement du cadastre : section, numéro de plan, lieu-dit, désignation du propriétaire, contenance, nature de culture, classe et revenu.

4. L’intégration du cadastre ancien au SIG

15Dans notre zone d’étude, l’intégration du cadastre ancien au SIG a correspondu à l’assemblage de 21 feuilles, soit 9 pour la commune de Mandeure et 12 pour celle de Mathay. Chaque feuille, d’un format proche de 1,02 m par 0,68 m, a été préalablement numérisée à haute résolution (400 dpi), puis entièrement digitalisée (Bossuet et alii, 2006). Le géo-référencement de chaque feuille s’est effectué à partir de l’identification de points de contrôle homologues (bâti, carrefours, limites parcellaires) entre l’image numérisée et la couche vectorielle du fond de plan cadastral actuel, référencée dans le système de projection Lambert II étendu. Selon les secteurs, nous avons obtenu une erreur variant de 1 m à 5 m, principalement située sur les bords de chaque feuille, et vraisemblablement liée aux déformations inhérentes à la numérisation. L’intégralité du parcellaire (bâti et non bâti), une fois vectorisé sous forme de polygones, représente une mosaïque de 12236 parcelles, soit une superficie de 756 ha répartie à peu près également sur le territoire des deux communes.

5. La base de données géo-référencées du cadastre ancien

16Pour mémoriser, analyser et représenter automatiquement les informations issues du dépouillement de l’état des sections du cadastre ancien, nous avons créé une base de données dans laquelle les informations rattachées à chaque parcelle ont été enregistrées comme des données attributaires renseignant les champs suivants :
- nom de commune,
- n° de section,
- n° de feuille,
- nom du lieu-dit,
- n° de parcelle,
- nature de l’occupation du sol : terres labourables, prés, vignes, bois, friches, « murgers » (tas de pierres provenant notamment de l’épierrement des champs),
- classe d’imposition (de 1 à 5 et inversement proportionnelle au degré de fertilité du sol).

17Parallèlement à cette saisie, le relevé des noms de lieux-dits a servi à constituer un corpus micro-toponymique de 281 appellations. Chaque lieu-dit correspond à un groupement de parcelles du territoire communal auquel les habitants ont coutume d’appliquer une certaine appellation. Aussi, la plupart des termes ayant servi à leur formation ont pu être classés thématiquement dans un glossaire informant les rubriques et sous rubriques suivantes :
- sol (nature, qualité, occupation ; terrains humides et marécageux),
- végétation (noms de plantes et d’arbres),
- eau (cours d’eau, points d’eau, aménagements),
- topographie (aspect des parcelles : forme, taille, clôture ; localisation, orientation ; reliefs naturels ou artificiels),
-
forêt (nom du bois ; défrichement, exploitation de la forêt),
- agriculture (exploitation du sol, pratiques agricoles, plantations ; terrains au statut particulier),
- bâti (habitat ; constructions diverses ; cimetière ; voies, carrefours),
- animaux.
L’ensemble des données codées dans la base géo-référencée du cadastre ancien a servi à l’établissement de cartes thématiques.

6. Les cartes thématiques issues de la base de données géo-référencées du cadastre ancien. Exemples

18Un des buts de l’intégration du cadastre ancien au SIG était d’effectuer des sélections ou requêtes sur tout le corpus de données, pour répondre à des questions préétablies intéressant la gestion du territoire agraire, l’organisation de la propriété foncière et le paysage moderne. Différentes cartes thématiques ont été élaborées à partir de la base de données, en utilisant des requêtes mono ou multicritères. Ces cartes, simultanément confrontées dans le SIG avec d’autres couches vectorielles d’informations, documentent ainsi de façon complémentaire l’organisation du site archéologique et son environnement.

6.1. L’occupation du sol au début du XIXe siècle

19L’image du paysage dans le fond de vallée et l’état du site archéologique à l’époque moderne peuvent être appréhendés à partir de la carte visualisant l’occupation du sol au début du XIXe siècle en fonction de son degré de fertilité (fig. 3). Cette carte a été générée à partir d’une requête associant le critère « nature des parcelles cultivées » au critère « classe d’imposition ».

Image4

Fig. 3. Mandeure/Mathay (Doubs). Occupation du sol et degré de fertilité d’après le cadastre ancien (1836-1838). Une classe élevée (5) correspond à un faible coût d’imposition et à un terrain très peu fertile.

20Plusieurs observations peuvent être faites.
En ce qui concerne l’habitat, Mandeure apparaît à cette époque comme un petit village replié sur la marge orientale de la partie densément urbanisée de l’agglomération antique. Ceinturé de vergers et de jardins, le village se localise à proximité de l’endroit où la voie romaine qui coupe le méandre d’est en ouest retrouve le cours du Doubs pour le côtoyer à nouveau sur sa rive droite. Au-delà, vers le sud-est, le hameau de Courcelles se développe au pied du plateau, à un point d’inflexion marqué du cours de la rivière, là où convergent les tracés rectilignes de deux voies issues du cœur de la ville antique (fig. 2). Le petit village agricole de Mathay s’allonge lui au bord du Doubs, parallèlement à la courbe de sa rive, à plus d’un kilomètre au sud des ruines de l’ancien faubourg romain. La destruction de l’alignement de la route, assurément ancienne mais pas forcément romaine, sapé par l’évolution du méandre, explique la topographie curviligne particulière du village. Jusqu’en 1842-43, date de la construction d’un pont reliant Mandeure à Mathay, le franchissement du Doubs était assuré par un bac installé au sud-est de ce village.

21S’agissant de l’occupation du sol, l’étude comparée des différentes missions aériennes révèle que la végétation a été considérablement transformée par l’homme depuis le début du XIXe siècle. Au sud de la vallée, les collines, couvertes à cette époque de friche à genévrier et de prés-bois, ont été progressivement enrésinées ; on remarque par exemple que la couverture en épicéas du coteau surplombant le théâtre antique date seulement du XXe siècle (Jeannin, 1986). Les vignes qui couvraient la totalité des talus d’éboulis de la côte de Saint-Symphorien au nord, et les flancs de la vallée à l’ouest et à l’est du village de Mathay, ont fait place au taillis et au reboisement. Le fond de vallée, lui, apparaît principalement occupé par une campagne de prairies et de champs en cultures parmi lesquelles est encore répertoriée en 1836, la culture du chanvre ; la morphologie de cette campagne va se transformer principalement après les années 1940, au gré des remembrements et de l’évolution des pratiques agricoles. Sur la carte de l’occupation du sol de la commune de Mathay, les terres cultivées ou potentiellement cultivables sont recensées sous trois vocables : « terre », « labour » et « terre labourable ». Sur le territoire de la commune de Mandeure, c’est le vocable « terre labourable », désignant une terre que l’on peut labourer, qui est exclusivement employé. Cette différence tient sans doute à la terminologie utilisée à deux années d’écart par chacun des experts du cadastre chargés de l’évaluation des terres. Cependant sur le territoire de la commune de Mathay, leur distribution est à mettre en relation directe avec la topographie et les conditions édaphiques des sols (fig. 4) : le vocable « terre » désigne principalement des parcelles de la basse terrasse alluviale Fy, d’altitude supérieure à 336,50 m et concentrées au sud du talus d’alluvionnement « Le Tertre » qui barre à Mathay la vallée du Doubs. Le vocable « labour » concerne la dénomination exclusive de parcelles d’altitude inférieure à 336,50 m, situées au nord de cette limite, alors que celui de « terre labourable » n’intéresse, tout au nord, que quelques parcelles situées en pied de versant ou à flanc de coteau.

Image5

Fig. 4. Mandeure-Mathay (Doubs). Altitude moyennée des parcelles du plan cadastral napoléonien d’après le Modèle Numérique de Terrain.

6.2. L’état du site archéologique au début du XIXe siècle

22Les sources écrites anciennes mentionnent que ce sont les défrichements ruraux qui ont peu à peu effacé les traces des ruines de la ville antique, encore très impressionnantes à la veille de la Révolution (Jeannin, 1986). L’architecte de la ville de Montbéliard, François Morel-Macler, relève très précisément dans la première moitié du XIXe siècle, les plans des nombreux tas d’épierrement qui recouvraient encore les ruines maçonnées du site antique (fig. 5 a et b). Un nouveau plan des découvertes archéologiques de Mandeure ayant pour base le plan cadastral est levé en 1893 par la Société d’émulation de Montbéliard.

Image6

Fig. 5. a. Plans anciens des ruines romaines du village de Mandeure publiés au cours du XIXe siècle.

23Ces anomalies topographiques remarquables, plus d’une centaine au total, marquaient l’emplacement des ruines les plus imposantes que les habitants avaient renoncé à défricher (Jeannin, 1986). Localisées à l’ouest du village de Mandeure et au-delà du Doubs, elles sont également observables, mais en nombre beaucoup plus restreint, sur le plan cadastral de 1836-38, où leur emprise correspond à des parcelles incultes, inventoriées en « murgers » et en « friches ». Le théâtre antique, partiellement conservé en élévation, apparaît, après sa découverte en 1819, comme le seul ensemble monumental répertorié sur le cadastre ancien.

Image7

Fig. 5. b. Carte des ruines romaines du village de Mandeure publiée au cours du XIXe siècle.

24L’intégration dans le SIG de ces différents plans et leur fusion avec le cadastre napoléonien permettent de constater que la topographie de ces ruines antiques se reflète fidèlement dans le parcellaire ancien, calqué sur ces tas d’épierrements. Dans la boucle du Doubs notamment (fig. 6), les limites des nombreux lieux-dits matérialisent l’empreinte du tracé des rues se recoupant à angle droit et qui dessinent de grands îlots rectangulaires de dimensions variables, de 65 à 126 m de largeur pour 160 à 215 m de longueur (Jeannin, 1986 ; Bossuet et alii, 2005). De part et d’autre du Doubs, la zone d’extension du parcellaire ancien, affecté par l’orientation de ce quadrillage urbain à 45°, semble se limiter aux secteurs qui renferment des vestiges archéologiques ou à leur voisinage immédiat, excluant ainsi tout rapport avec un cadastre rural. Cette observation vaut également pour l’ancien quartier artisanal de « l’Essarté », au sud-ouest du village de Mathay, où le quadrillage urbain de rues et d’îlots d’habitats et d’ateliers apparaît pérennisé dans le découpage du parcellaire ancien selon des orientations perpendiculaires de 9° et 99° (fig. 2). Le calcul automatique des orientations via ArcGis s’effectue d’est (0°) en ouest (180°).

Image8

Fig. 6. Cadastre napoléonien levé en 1836. 1ère et 2ème feuilles de la section G dite ‘de Coudroye et Malletière’, commune de Mandeure (Doubs). Relevé et cartographie des parcelles de même nature d’après l’état des sections et évaluation de l’arpent.

25L’analyse visuelle du découpage parcellaire dans le cœur urbain montre également que les berges anciennes de la rivière (1), les ensembles monumentaux de l’agglomération antique (2) (castellum, sanctuaire, théâtre) et les points de convergence des voies (3) ont fortement imprimé leurs marques dans le paysage (fig. 6). Une information non négligeable peut être également retirée de l’occupation des sols au début du XIXe siècle. Dans l’état de l’agriculture à l’époque, elle traduit une étroite adaptation à la nature des terrains, comme l’illustre par exemple la préférence marquée des prairies pour les zones basses et humides. On notera également la bonne correspondance apparue entre la localisation des friches, des murgers et des terres labourables à faible degré de fertilité (classes d’imposition 5 et 4) et celle des zones archéologiques où les vestiges affleurent. Cette coïncidence suggère que le rendement agricole des parcelles a été durablement affecté par la présence des matériaux de construction remontés par les labours à la surface du sol.

6.3. L’évolution de l’hydrographie

26Concernant la localisation des sources écrites, il a été possible également de visualiser, à partir des classements thématiques du corpus micro-toponymique du début du XIXe siècle, le découpage de l’espace au travers de l’usage des termes nous informant sur le sol, la végétation, le couvert forestier ou l’eau par exemple (Bossuet et alii, 2006).

27La figure 7a présente la carte des micro-toponymes des lieux-dits du cadastre de 1836-38 évocateurs de milieux humides, marécageux (« Les Nouerots », « Les Lannes », « Les Maroches », « Les Nauves », « Les Grands Joncs »), d’écoulements anciens (« Le Morbief », « Le Ruz », « Courbes Champs ») ou d’aménagements de cours d’eau (« Le Pontet », « Poncey »). Cette carte a été fusionnée avec la couche vectorielle représentant les traces anciennes d’hydrographie identifiées sur les clichés aériens ou détectées par les prospections géophysiques (Thivet et alii, 2005 ; Bossuet et alii, 2006). On observe que la localisation des microtoponymes liés à la présence plus ou moins permanente de l’eau coïncide le plus souvent avec des formes parcellaires déterminées par les sinuosités de cours anciens de la rivière, dont certaines sont à l’origine du calibrage de la vallée, ou avec des ruptures très nettes du parcellaire marquant la position des talus d’alluvionnement d’anciennes berges du Doubs ; dans les fonds de vallées sèches (« combe Soignier » par exemple) et sur le plateau, leur présence signale le plus souvent l’emplacement de sources (« Fontenotte »), de mares et de possibles lieux de résurgence (« Creux la Mariotte », « Crouvereye »).

Image9

Fig. 7. a. Mandeure-Mathay (Doubs). Schéma d’interprétation du réseau hydrographique ancien superposé à la spatialisation des micro-toponymes évocateurs de l’eau.

28Parallèlement, une carte de l’altitude moyennée de chaque parcelle du plan cadastral napoléonien a été générée à partir du Modèle Numérique de Terrain (précision altimétrique 0,50 m et planimétrique 0,70 m). La mise en relation des deux cartes montre une localisation des paléoformes fluviales dans les zones basses, d’altitude inférieure à 334 m, partiellement inondables par grande crue (fig. 4). Dans les secteurs de l’agglomération antique touchés par les débordements de la rivière et les remontées de la nappe, la présence de dépôts scellés par des vestiges datés ou encore interstratifiés entre les niveaux d’occupation nous a fourni les éléments pour une datation de crues du Doubs intervenant au début du premier siècle (25-50 AD) et durant les IIe et IIIe siècles (BOSSUET et alii, 2006). Dans la plaine postmoderne, dont la morphologie diffère sensiblement de celle de l’époque antique, ces zones inondables demeurent encore médiocrement drainées, comme le montre leur utilisation préférentielle en prairie sur la carte de l’occupation du sol du début du XIXe siècle (fig. 7b). En amont du village de Mandeure et au-delà du hameau de Courcelles en aval, ces zones apparaissent encore répertoriées comme zones à fort aléa fluvial dans le plan de prévention des risques d’inondation dressé en 2006 pour ce secteur de la vallée du Doubs.

Image10

Fig. 7. b. Schéma d’interprétation du réseau hydrographique ancien superposé à la spatialisation des parcelles de prairie d’après le cadastre ancien (1836-1838).

7. Les infrastructures antiques pérennisées dans la morphologie du parcellaire ancien

29L’identification de l’empreinte de l’occupation romaine dans la morphologie du parcellaire moderne s’est faite à partir de la comparaison dans le SIG du cadastre ancien avec les couches d’informations spatialisées visualisant l’organisation de la ville antique. Les images fournies par les explorations géophysiques à haute résolution spatiale ont été privilégiées dans la mesure où elles révèlent le plan détaillé et souvent inédit des vestiges, enfouis dans le sol jusqu’à 2 m de profondeur. Trois cas de figure ont été individualisés.

7.1. Les formes parcellaires pérennisant l’emprise de monuments antiques

30La figure 8 présente le cadastre ancien superposé aux cartes de résistivité électrique réalisées aux abords du complexe monumental sanctuaire-théâtre.

Image11

Fig. 8. Mandeure (Doubs). Superposition du plan cadastral napoléonien de 1836 et des cartes de résistivité électrique apparente réalisées aux abords du complexe monumental sanctuaire/théâtre (données Terra Nova/PCR Mandeure).

31En bordure du Doubs tout d’abord, au lieu-dit « Les Courberottes » et « Champs du Puits », les parcelles dessinent un arc de cercle qui délimite un espace en forme de cloche s’appuyant sur le cours d’eau (Kuhnle et alii, 2005). Cette anomalie, remarquable dans le parcellaire napoléonien, pérennise, dans sa majeure partie, le tracé de l’enceinte de la fortification du Bas-Empire (castellum) édifiée au lieu-dit « Les Champs des Cloux du Château » ; le prolongement de son fossé, qui se développe selon une courbe régulière, est parfaitement détecté plus au sud par la prospection électrique.

32À l’inverse, la présence d’une double enceinte circulaire (sanctuaire), repérée en avant du castellum par la géophysique, au lieu-dit « Champs des Fougères », n’affecte en rien la morphologie du parcellaire ancien. Le démantèlement rapide et précoce de cet édifice cultuel dès le début du IVe siècle explique cette particularité par opposition à la destruction plus lente et progressive d’autres monuments comme le sanctuaire des « Cloux du Château » ou le théâtre, encore partiellement conservés en élévation jusqu’aux périodes moderne et contemporaine (Thivet et alii, 2007).

33Au nord-est du castellum, au lieu-dit « Les Grandes Longines », dont le microtoponyme souligne la forme particulièrement allongée des parcelles, c’est l’emprise d’un axe majeur structurant la ville du Haut-Empire, qui affecte le découpage du parcellaire. Cet axe correspond à une voie large de 20 m, dont la chaussée a été parfaitement reconnue sur un tronçon d’une centaine de mètres par la prospection électrique. L’impact de cette voie dans le paysage se marque par une rupture nette dans l’orientation des parcelles, allongées selon une direction à 50°, identique à celle du développement de son tracé.

34Face au théâtre, au lieu-dit « Champs des Courbières », c’est le tracé curviligne de parcelles qui vient s’appuyer sur une anomalie géophysique circulaire, enserrant largement le sanctuaire romain. Cette anomalie, discordante par rapport à l’enceinte ovale du péribole, pourrait matérialiser l’enceinte d’un sanctuaire plus ancien (gaulois ?) dont une partie du tracé aurait imprimé durablement sa marque dans le parcellaire. Les noms de lieux formés sur courbe sont donnés la plupart du temps à des parcelles qui suivent un chemin, le relief du sol ou un cours d’eau (Fontaine, 1995). Dans notre cas, la dénomination « Champs des Courbières » pourrait également renvoyer à la présence d’un ancien chenal reconnu en contrebas de ces parcelles courbes par la géophysique, ce qui situerait l’implantation du sanctuaire primitif à l’extrémité d’une presqu’île (Bossuet et alii, 2006).

35Tout au sud du théâtre, c’est le tracé très rectiligne d’un probable mur d’enceinte du complexe cultuel qui est cohérent avec une rupture nette dans la morphologie du parcellaire : le basculement à 140° de l’orientation des parcelles coïncide parfaitement avec l’apparition sur la carte géophysique de l’anomalie électrique qui en matérialise le tracé.

Image12

Fig. 9. Mandeure (Doubs). Extrait du plan cadastral napoléonien de 1836, section A dite de ‘Courcelle et Glavaux’, 1ère feuille.

36Enfin, au cœur du hameau de Courcelles, le plan ancien montre un agencement singulier du parcellaire, localisé au point de convergence de deux voies antiques, au lieu-dit « Vergers de Courcelles, Derrière le Four » (fig. 9). Ces deux voies sont bordées de vestiges appartenant au nord, à des thermes publics, découverts en 1829 aux lieux-dits « Pré Jeannot » et « Sur les Murgers » (Mougin, Watts, 1996), et au sud, à un quartier artisanal, fouillé en 2005 au lieu-dit « La Récille » (Kuhnle, 2005). Dans un espace circulaire proche de ces installations, plusieurs parcelles rayonnent autour d’une forme carrée d’une quarantaine de mètres de côté. Cette disposition associée à la présence de fûts massifs de colonnes en réemploi dans les murs des jardins attenants incite à voir là l’empreinte d’un édifice de plan carré inscrit dans une enceinte circulaire. Le plan de cet ensemble monumental n’est pas sans rappeler celui du grand temple situé en face du théâtre, ce qui conduit à l’interpréter comme un possible sanctuaire implanté en périphérie orientale de l’agglomération antique.

7.2. Les formes parcellaires pérennisant la trame viaire de l’agglomération

37La figure 10 présente le cadastre ancien superposé à la reconnaissance géophysique extensive réalisée à l’intérieur du méandre du Doubs. L’image géophysique révèle le plan détaillé de la trame urbaine (éléments de voierie, bâtiments) fossilisée dans son environnement sédimentaire fluviatile. Dans les zones à recouvrement limoneux important, un grand nombre de structures inédites ont été détectées, ce qui a permis de compléter avantageusement le plan des vestiges dans cette partie du site (Bossuetet alii, 2005 ; Thivetet alii, 2005).

Image13

Fig. 10. Mandeure (Doubs). Superposition du plan cadastral napoléonien de 1836 et des cartes de résistivité électrique apparente réalisées à l’intérieur du méandre (données Terra Nova/PCR Mandeure).

38Sur cette figure, on remarque l’empreinte très forte laissée dans le découpage du parcellaire ancien par l’importante voie du Haut-Empire (cf. 7.1) dont la poursuite du tracé se matérialise par une succession de parcelles orientées à 50°, aux lieux-dits « Les Longines du Milieu » et « Les Longines du Bas ». De façon comparable, on identifie, plus au nord, le tracé d’une autre voie structurant la trame urbaine, bien détectée par la prospection électrique : cette voie édifiée en levée digue semble jouer un rôle de limite dans la structuration des dépôts alluviaux en rive droite du Doubs. Son tracé se marque encore aujourd’hui dans le paysage par une anomalie topographique en relief dont le dénivelé atteint par endroits jusqu’à deux mètres. Elle a constitué sans doute à l’époque antique un des rares endroits exondés du secteur. Après une interruption de son tracé bien visible sur la carte électrique, cette voie se prolonge sur le plan parcellaire en direction du sud-ouest avant d’infléchir son tracé pour contourner un ensemble discordant de parcelles et de murgers, au lieu-dit « Les Courbes Combottes », et se raccorder à la voie du Haut-Empire. En bordure du Doubs enfin, c’est la présence du talus d’alluvionnement supportant une voie édifiée sur berge qui affecte le découpage du parcellaire ancien (Mougin, 1994 ; Thivet et alii, 2005).

39Sur un plan plus général, de l’amont vers l’aval de la boucle de la rivière, le bâti enfoui, le réseau viaire et le parcellaire ancien présentent des orientations cohérentes, dont l’inclinaison progressivement croissante vers l’est atteste d’une étroite adaptation de la trame urbaine à la courbure du méandre.

7.3. Les formes parcellaires pérennisant la structuration des quartiers artisanaux

40Ce dernier cas est illustré par les résultats des investigations conduites en rive gauche du Doubs dans le secteur du Faubourg de Pont, au lieu-dit « Les Oichottes ».

41La carte électrique révèle en détail l’organisation spatiale du bâti des îlots d’habitation et d’artisanat implantés le long d’une voie principale, large de 20 m et orientée à 140° (fig. 11). Les îlots étagés du nord au sud apparaissent séparés par des espaces de circulation orientés perpendiculairement à la voie. La confrontation de l’image géophysique avec les plans anciens montre que la structuration de ce quartier a durablement imprégné le paysage. Cet important faubourg est représenté sur les plans relevés au début du XIXe par F. Morel-Macler (fig. 5) où il suit un alignement indiqué sous le nom de « La Vie du Milieu ». Cet alignement arrive sur un léger coude du Doubs au lieu-dit « Champs des Isles ». Il se manifeste sur le plan ancien de 1838 sous la forme d’une succession de lots de parcelles allongées dans le sens du tracé de cette voie. Son prolongement aboutit en rive droite du Doubs au point où converge le tracé de la voie du Haut-Empire, qui structure le cœur urbain de la ville antique (cf. supra 7.1 et 7.2). En dehors de la présence des murgers qui signalent l’emplacement des ruines, l’empreinte de ce secteur densément urbanisé du faubourg se marque par des discordances nettes dans l’orientation des parcelles, allongées perpendiculairement à l’axe de la voie. La limite orientale de ce quartier artisanal, implanté en zone inondable, est matérialisée par un mur de terrasse dont le tracé coïncide avec une nouvelle rupture dans l’orientation du parcellaire qui passe de 50° à 140°.

Image14

Fig. 11. Mathay (Doubs). Superposition du plan cadastral napoléonien de 1838 et des cartes de résistivité électrique apparente réalisées au Faubourg de Pont (données Terra Nova/PCR Mandeure).

42Au lieu-dit « Champs des Isles », où des structures de ce quartier artisanal ont été fouillées dans la période 1983-1995, deux lots de parcelles sont identifiables : « …, au sud-est, un lot de champs allongés NO-SE, d’orientation encore proche de celle du quadrillage urbain antique mais déjà influencée par une orientation N-S calibrée par le thalweg du Doubs que l’on retrouve plus au sud. Le deuxième lot, au nord, est formé de champs légèrement incurvés et déployés en éventail, en complète discordance avec le parcellaire voisin. » (Jeannin, 1983). La fouille de ce secteur a montré que la courbe aberrante de ces champs ne faisait que suivre le tracé d’un long mur romain séparant une zone de gravier stérile au sud-est de la zone du quartier artisanal riche en vestiges archéologiques au nord-ouest. L’édification de ce mur de clôture, parallèlement au tracé de la voie la plus méridionale du quartier, servait très probablement à protéger le bas du faubourg antique des divagations de la rivière, le toponyme « Champs des Isles » évoquant alors non pas la présence d’îles, mais celle de terres autrefois proches de l’eau et à ce titre potentiellement inondables (Fontaine, 1995).

Conclusion

43L’intégration du cadastre napoléonien des communes de Mandeure-Mathay (Doubs) au SIG du site archéologique d’Epomanduodurum a fait l’objet d’une première phase d’exploitation. À ce stade, plusieurs enseignements peuvent être tirés de son étude informatisée et de sa confrontation avec les autres couches d’informations spatialisées.

44Les modalités de création et d’évolution des formes conservées dans le dessin du parcellaire rural du début du XIXe siècle ont pu être précisées, notamment par la confrontation du plan parcellaire avec les couches d’informations visualisant le tracé des écoulements anciens et l’extension des zones hydromorphes. L’analyse de l’évolution de ces formes parcellaires devrait s’enrichir des informations apportées par les études en cours sur la chronologie de ces réseaux hydrographiques et sur leur durée de fonctionnement.

45La comparaison du plan parcellaire avec les cartographies des vestiges archéologiques a mis clairement en évidence la rémanence très forte, dans le paysage moderne et contemporain, de formes et d’orientations cohérentes avec celles d’infrastructures romaines précisément repérées dans le sol par les prospections géophysiques. L’existence d’un découpage du parcellaire ancien directement hérité des schémas structurant l’agglomération antique et ses faubourgs est clairement attestée. L’origine des quadrillages qui président à l’organisation globale de l’espace est urbaine, excluant de ce fait tout rapport avec un cadastre rural. La permanence de leur empreinte, encore perceptible dans le découpage du parcellaire actuel, atteste du poids de l’occupation antique dans la structuration morphologique de ce paysage de la vallée du Doubs.

46L’intégration prochaine dans le SIG de données pédologiques et sédimentaires devrait permettre d’identifier les évolutions qui ont pu moduler aux périodes récentes la physionomie de la plaine alluviale et d’apprécier leur influence éventuelle sur le mode d’organisation du parcellaire moderne.

Bibliographie

Aubry L., 2003, Acquisition, traitement et restitution des données d’une reconnaissance archéologique. La ville gallo-romaine du Vieil-Évreux, Thèse de Doctorat, Université Pierre et Marie Curie-Paris VI, 242 p. (1 vol., texte, fig. et annexes).

Aubry L., Guyard L., 2004, « Contexte de la mise en place d’un SIG sur un territoire : la ville gallo-romaine du Vieil-Evreux : aspect cartographique », in : Cahier V-2003-2004, Table ronde Villes et SIG : quels sont les besoins en géomatique de l’archéologie urbaine ? : Autour du thème et du thème 8, p. 278-283.

Barral Ph. coord., 2007, « Epomanduodurum, une ville chez les Séquanes : bilan de quatre années de recherche sur l’agglomération antique de Mandeure-Mathay (Doubs) », Gallia, 64, p. 353-434 et pl. h.t. IV à XV.

Bossuet G., Thivet M., Marmet E., Dabas M., Lacaze S., Arcay D., Mourot A., Camerlynck C., Barral Ph., 2005, « Fonctionnement alluvial et aménagements anthropiques dans la boucle du Doubs et ses abords », in : Barral P., Bossuet G., Kuhnle G., Marc J.-Y., Mougin P., 2005, « Nouvelles données sur l’agglomération antique d’Epomanduodurum Mandeure (Doubs) », Mémoires de la Société d’Émulation de Montbéliard, n° 127-2004, p. 61-78.

Bossuet G., Thivet M., avec le concours de Trillaud S., Chassang M., Chemin M., Favard A., Dabas M, Barral P., Bégeot C., 2006, « Recherches archéologiques et paléoenvironnementales sur le site de Mathay-Mandeure », in : Rapport annuel d’activité 2006 du PCR ‘Approche pluridisciplinaire d’une agglomération antique Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) : archéologie, territoire et environnement’, 2ème partie, p. 25-124.

Charraut D., Favory F., Raynaud C., avec le concours de Jourdain P., Ouriachi M.-J., Perrin H., 1992, « Paysages rythmés : recherche sur l’empreinte des mesures antiques dans le parcellaire agraire languedocien », Mappemonde, 3/92, p. 28-33.

Dabas M., Guyard L., Lepert T., 2005, « Gisacum revisité : croisement géophysique et archéologie », Dossiers Archéologie, n° 308, nov. 2005, Dijon, éd. Faton, p. 52-61.

Dellong E., 2006, « Un S.I.G. archéologique consacré à Narbonne antique et à son proche terroir », in : Portet P. dir., Les systèmes d’information géographique (Le Médiéviste et l’ordinateur, 44, 2006). http://lemo.irht.cnrs.fr/44/narbonne-antique.htm

Fontaine M.-J., 1995, Microtoponymie de l’ancien canton de Delle (sud du territoire de Belfort), Thèse de Doctorat USHS, Université de Strasbourg, Linguistique-Sciences du Langage, 5 Vol.

Ghozzi F., Davtian G., Tomassin P., 2005, « Utilisation d’un SIG pour l’étude d’un cadastre ‘napoléonien’ : exemple des hameaux de Barels, commune de Guillaumes (Alpes-Maritimes) », in : Berger J.-F., Bertoncello F. et alii, dir., Temps et espaces de l’homme en société : analyses et modèles spatiaux en archéologie, Actes des XXVes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 21-23 oct. 2004, Antibes, éd. APDCA, p. 263-267.

Jarry T., Ogier B., 2006, « Système d’information géographique et espace rural médiéval : l’utilisation du logiciel MacMap dans la reconstitution du parcellaire de la plaine de Caen », in : Portet P. dir., Les systèmes d’information géographique (Le Médiéviste et l’ordinateur, 44, 2006). http://lemo.irht.cnrs.fr/44/parcellaire-caen.htm

Jeannin Y., 1983, Mathay (Doubs ‘Les champs des Isles’, Site archéologique n° 25.370.009, Rapport sur la campagne de sauvetage de 1983, Besançon, SRA de Franche-Comté.

Jeannin Y., 1986, « Mandeure », in : Mangin M., Jacquet B., Jacob J.-P. dir., Les agglomérations secondaires en Franche-Comté romaine, Paris, Les Belles Lettres, p. 38-67 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 337).

Joan L., 2003, Le Doubs et le territoire de Belfort, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 561 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 25 et 90).

Jung C., 2003, « Métrologie du cadastre B d’Orange : de la caractérisation du milieu aux traitements numériques : métrologie agraire antique et médiévale », in : Actes de la table ronde d’Avignon, déc. 1998,Besançon, Presses universitaires Franc-Comtoises, p. 67-82.

Kuhnle G., 2005, Mandeure, rue de la Récille, 2003, Rapport de fouille préventive INRAP.

Kuhnle G., Fort B., Mazimann J-P., Mougin P., Mouton S., avec la coll. de Dard I., Gissinger B., Burgevin A., 2005, « La fortification de l’Antiquité tardive », in :Barral P., Bossuet G., Kuhnle G., Marc J.-Y., Mougin P., 2005, « Nouvelles données sur l’agglomération antique d’Epomanduodurum Mandeure (Doubs) », Mémoires de la Société d’Émulation de Montbéliard, n° 127-2004, p. 93-125.

Leturcq S., 2006, « À la découverte de la dimension spatiale des terriers… : le SIG, outil d’analyse des terroirs d’exploitation », in : Portet P. dir., Les systèmes d’information géographique (Le Médiéviste et l’ordinateur, 44, 2006). http://lemo.irht.cnrs.fr/44/terriers.htm

Lorho T., 2005, « Méthodologie et développement d’un SIG pour la gestion des données archéologiques en milieu urbain : le module SIGUR », in : Berger J.-F., Bertoncello F. et alii, dir., Temps et espaces de l’homme en société : analyses et modèles spatiaux en archéologie, Actes des XXVes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 21-23 oct. 2004, Antibes, éd. APDCA, p. 199-208.

Marmet E., Aubry L., David C., Bobée C., 2005, « Les occupations anciennes des sols », Dossiers Archéologie, n° 308, nov. 2005, Dijon, éd. Faton, p. 36-42.

Mougin P., 1994, « Mandeure : barrage du district urbain du pays de Montbéliard », in : Bilan scientifique de la région Franche-Comté 1993, Besançon, Ministère de la Culture et de la Francophonie, S.R.A., p. 24.

Mougin P., 1994, « Mandeure Epomanduodurum (Doubs) », in : Petit J.-P., Mangin M. dir., avec la coll. de Brunella P., Atlas des agglomérations secondaires de la Gaule Belgique et des Germanies, Paris, éd. Errance, p. 91-93 (Coll. Archéologie aujourd’hui).

Mougin P., Watts D., 1996, « Une nouvelle approche des thermes de Courcelles (Mandeure) à partir des découvertes de 1996 », Bull. de la Société d’émulation de Montbéliard, n° 119, p. 147-192.

Noizet H., 2006, « Méthodologie des SIG appliqués à l’histoire urbaine », in : Portet P. dir., Les systèmes d’information géographique (Le Médiéviste et l’ordinateur, 44, 2006). http://lemo.irht.cnrs.fr/44/histoire-urbaine.htm

Poirier N., 2006, « Des plans terriers au cadastre ancien : mesurer l’évolution de l’occupation du sol grâce au SIG », in : Portet P. dir., Les systèmes d’information géographique (Le Médiéviste et l’ordinateur, 44, 2006). http://lemo.irht.cnrs.fr/44/plans-terriers.htm

Thivet M., 2008, Méthodes nouvelles de l’archéologie appliquées au site antique de Mandeure/Mathay (Doubs) : reconnaissance spatiale, évolution chronologique, statut urbain, Thèse de Doctorat en Archéologie, Besançon Université de Franche-Comté, 2 vol.

Thivet M., Bossuet G., Barral P., Dabas M., Marmet E., Mougin P., Camerlynck C., 2005, « Mise en place d’un Système d’Information Géographique appliqué à la reconnaissance archéologique de l’agglomération antique d’Epomanduodurum (Mandeure, Mathay, Doubs) », in : Berger J.-F., Bertoncello F. et alii, dir., Temps et espaces de l’homme en société : analyses et modèles spatiaux en archéologie, Actes des XXVes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 21-23 oct. 2004, Antibes, éd. APDCA, p. 393-397.

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Thivet, Gilles Bossuet et Pierre Mougin, « Mise en évidence de l’impact de l’occupation antique dans la morphogenèse d’un paysage de fond de vallée : le cas du site d’Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) », Revue archéologique de l’Est, Tome 58 | 2009, [En ligne], mis en ligne le 12 mars 2010. URL : http://rae.revues.org/5877. consulté le 24 mars 2017.

Auteurs

Matthieu Thivet

Laboratoire de Chrono-environnement, UMR 6249 CNRS, UFR Sciences et Techniques, 16 route de Gray, 25030 Besançon cedex. matthieu.thivet@wanadoo.fr

Gilles Bossuet

Laboratoire de Chrono-environnement, UMR 6249 CNRS, UFR Sciences et Techniques, 16 route de Gray, 25030 Besançon cedex. gilles.bossuet@univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Pierre Mougin

SIVAMM (Syndicat Intercommunal à Vocation Archéologique, Mandeure Mathay), 25350 Mairie de Mandeure. pierre.mougin@ville-mandeure.com

Droits d'auteur

© Tous droits réservés