Navigation – Plan du site
Articles

La céramique domestique de l’espace culturel sénonais du milieu du Ve au milieu du IIIe s. av. J.-C. dans son contexte du centre-est de la France :

corpus, faciès et évolution des assemblages du confluent Seine – Yonne, de la Bassée et de la vallée de l’Yonne
Domestic pottery in the Sénonais cultural space from the mid-5th to mid-3rd century BC in its context in central eastern France ; the corpus, characteristics and evolution of the sets of goods at the confluence of the Seine and Yonne rivers, at La Bassée and in the Yonne valley
Die Wirtschaftskeramik im Kulturraum des Sénonais von der Mitte des 5. bis zur Mitte des 3. Jahrhunderts v. Chr. im ostfranzösischen Kontext : Korpus, Fazies und Evolution der Fundzusammenhänge aus dem Seine-Yonne-Mündungsgebiet, der Bassée und dem Tal der Yonne
Jean-Marc Séguier
p. 57-132

Résumés

La culture matérielle et la chronologie de la période de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace culturel sénonais, qui se développe du nord de la Bourgogne au sud-est de l’Île-de-France, aux confins de la Champagne, étaient, jusqu’à présent, surtout connues grâce aux ensembles funéraires et au mobilier métallique qui en provient : parures, accessoires vestimentaires, armes (travaux de L. Baray). Seule, l’étude de S. Marion consacrée à l’Île-de-France prenait en compte quelques séries céramiques du secteur Seine - Yonne.
On développe ici une nouvelle analyse fondée sur une grille de lecture normalisée à la fois technologique et typologique des formes et des décors de la céramique (fig. 4-5) issue des fouilles préventives réalisées sur quinze établissements ruraux de la vallée de l’Yonne, de La Bassée et du confluent Seine - Yonne (départements de l’Yonne et de la Seine-et-Marne). Le corpus se compose de 7774 fragments et 1301 vases. La sériation de deux matrices d’association des formes et des décors permet de mettre en évidence un classement des assemblages domestiques selon quatre étapes (fig. 6-7).
L’étape I, insuffisamment documentée, se distingue par des assemblages dont les caractères typologiques sont encore proches de ceux qui, localement, sont considérés comme typiques du Ha D3. Néanmoins, l’étape I (fig. 8-13) se distingue de cette dernière période par l’absence du décor peint et des formes qui en sont les plus emblématiques (bols carénés...). Ainsi, le passage du Ha D3 au début de La Tène ancienne se caractériserait par une déperdition progressive des traits « archaïques ». La mise en place des caractères de l’étape II (fig. 14-27) traduit une césure majeure dans la tradition céramique. Le renouvellement touche à la fois la typologie des vases (développement des jattes à épaulement, des pots à col haut), le répertoire décoratif qui s’enrichit de nouvelles techniques (impressions au peigne) et de nouveaux motifs (zigzags), et la technologie (apparition de la céramique tournée ou finie au tour). L’étape III (fig. 28-34), encore peu documentée, se distingue surtout de la précédente par une diversification des décors et par l’abandon de l’usage du peigne, les formes de vases étant peu différentes. L’étape IV (fig. 35-47) voit apparaître et se développer de nouvelles techniques ornementales (lissage, décors plastiques) et de nouveaux thèmes (frises), la céramique tournée et les formes qui la caractérisent prenant une part de plus en plus importante.
La corrélation des assemblages pris en compte avec une série de datations absolues et plusieurs associations entre céramique domestique et mobilier datant (fibules, parures, armement) permet de raccorder la séquence avec la chronologie conventionnelle et absolue (fig. 53). La concordance entre ces systèmes est correcte pour les étapes I et II : la dendrochronologie montre que l’étape I, datée de la deuxième moitié du ve s.,  est synchrone de LTA récente, alors que plusieurs fibules permettent de mettre en parallèle l’étape II (fig. 48) avec l’horizon pré-Duchcov (LTB1 ancienne : premier quart du ive s.). Par la suite, la situation est plus complexe et la corrélation plus difficile à établir. Si l’étape III semble devoir être mise en parallèle avec l’horizon Duchcov-Münsingen (fig. 49), quelques incertitudes pèsent sur sa longévité en raison de la faiblesse du corpus (trois derniers quarts du ive s.). L’étape IV, à laquelle sont associées, notamment, des parures à décor pseudo-filigrané ou imitées de ce style et des armes (fig. 50-51), recouvre, quant à elle, la phase récente de LTB2 et le début de LTC1 (première moitié du iiie s.). Elle doit être clairement distinguée du faciès de la phase récente de LTC1, défini par ailleurs (fig. 55).
La comparaison du faciès de l’espace sénonais avec celui des entités culturelles voisines fait bien ressortir son caractère original et autonome ; néanmoins, des ponts sont ponctuellement établis avec l’aire culturelle Aisne-Marne (d’où provient au moins un vase peint en noir sur fond rouge) et avec la Gaule du Centre (corpus typologique, décors, techniques de fabrication).
Une très large majorité de la céramique est modelée sans l’aide du tour. Cependant, l’analyse des séries met en évidence une production, minoritaire, de céramique montée ou finie au tour (fig. 57), dont la part augmente progressivement du début du ive au milieu du iiie s. (fig. 58) et qui présente un répertoire typologique spécifique (vases à piédouche...). Contrairement à la céramique non tournée, fabriquée au sein de la maisonnée, tout indique que la vaisselle tournée est le fruit d’un artisanat spécialisé, peut-être itinérant, qui repose sur des principes techniques innovants et se développe dans des conditions sociales tout à fait compatibles avec l’organisation en chefferies qui est admise pour la société de La Tène ancienne et moyenne du Bassin parisien.
Enfin, l’examen des catégories et des traces d’usage conduit à proposer des pistes de réflexion concernant les aspects fonctionnels de certains récipients, les jarres pouvant être dévolues à la préparation de saumures ou de la bière.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1La chronologie du deuxième Âge du Fer au sein de l’entité géographique et culturelle sénonaise est diversement appréciée, selon que l’on considère le début ou la phase récente de cette période. De nombreux ensembles associant une abondante céramique à divers matériaux datant (fibules, parures, céramiques d’importation…) permettent d’établir, avec une assez bonne précision, la chronologie des assemblages de la phase récente couvrant les deux derniers siècles avant notre ère (Séguier, 1999 ; Séguier, Viand, à paraître). Le mobilier des sépultures de cette période, encore trop peu nombreuses (Baray, 1991 ; Séguier, Viand, à paraître), s’intègre bien dans la séquence définie sur la base des assemblages domestiques. Le mobilier de la fin du IIIe s., aux caractères typologiques très proches de ceux de la période finale de l’Âge du Fer, et essentiellement défini sur la base du matériel des deux enclos de Châtenay-sur-Seine « Le Maran » et de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton Sud » (Séguier, 1999 ; Séguier, Viand, à paraître), permet de caractériser les antécédents immédiats (La Tène C1 récente) de l’étape récente de La Tène moyenne (La Tène C2), même si, il faut le reconnaître, les matériaux sont, pour cette période intermédiaire, encore déficitaires à ce jour.

2En revanche, la phase ancienne du deuxième Âge du Fer, correspondant à La Tène ancienne et au début de La Tène moyenne, soit grosso modo du milieu du Ve au milieu du IIIe s., est marquée, comme dans tout l’ouest et le sud du Bassin parisien et en Bourgogne, par une dichotomie entre les assemblages domestiques et funéraires, le rituel excluant la céramique des seconds. Si les séquences évolutives des mobiliers métalliques de cette phase, qui ont fait l’objet de plusieurs descriptions et analyses (Baray, 1991, 1999 ; Baray et alii, 2007 ; Marion, 2004), sont bien maîtrisées, les céramiques domestiques n’ont, à ce jour, fait l’objet d’aucune synthèse spécifique, en dehors des recherches de S. Marion qui ont traité de cet espace géographique en tant que partie d’un territoire centré sur l’Île-de-France (Marion, 2004, 2007). Ainsi, à l’heure actuelle, la société des Ve-IIIe s. de l’espace sénonais ne peut guère être appréciée que dans sa dimension funéraire, y compris pour ce qui touche au domaine de l’organisation du territoire. La prise en compte des habitats, correctement datés et phasés, est cependant susceptible d’en renouveler profondément notre connaissance, d’enrichir cette dernière de la dimension économique, mais aussi d’une autre perception des dynamiques culturelles et sociales, comme le montre l’analyse de deux établissements de La Tène ancienne de la région prise en compte ici (Séguier et alii, 2007).

3Le développement de l’archéologie préventive dans la vallée de l’Yonne, en Bassée et au confluent Seine – Yonne (fig. 1), surtout depuis les années 1990, dans un contexte d’exploitation intensive des gisements alluvionnaires, a totalement changé la donne en révélant plusieurs habitats et autres assemblages plus ou moins riches en céramique, permettant de poser les premiers jalons de la séquence évolutive de la vaisselle domestique de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne. Le premier ensemble à avoir été étudié est l’habitat de Grisy-sur-Seine « Les Terres du Bois Mortier » et « Les Roqueux », dont une sélection de mobilier a permis de proposer une périodisation de la vaisselle sur un site occupé du VIe au IIIe s. (Gouge, Leconte, 1999). Le mobilier de quelques ensembles fouillés à La Grande Paroisse et à Varennes-sur-Seine a été exploité dans le cadre d’une sériation portant sur le Hallstatt final et le deuxième Âge du Fer (Marion, 2004). Plus récemment, la publication des ensembles de Bazoches-lès Bray « La Rompure » (Peake et alii, 2005,) et celle des habitats de Ville-Saint-Jacques « Bois d’Echalas » et de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » - phase 1 - (Séguier et alii, 2007), a permis de proposer des jalons chronologiques précis pour la fin du Ve et le début du IVe s. Dans le même temps, la céramique du Hallstatt final du sud de l’Île-de-France et du nord de la Bourgogne a fait l’objet d’une analyse synthétique permettant de définir les antécédents à la période envisagée ici (Bardel, 2002).

  • 1  Je remercie Alain Bulard (SRA Île-de-France/MCC), Patrick Gouge (SDASM) et Agnès Poyeton (INRAP) d (...)

4On se propose de présenter ici un panorama de la céramique de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace culturel sénonais, fondé sur la prise en compte de plusieurs séries souvent inédites, analysées selon des principes méthodologiques communs1.

Fig. 1. Localisation de la zone d’étude (P. Pihuit, INRAP, del.).

1. L’entité sénonaise à La Tène ancienne

1.1. État des lieux

5L’espace géographique pris en compte correspond, peu ou prou, au territoire des Sénons historiques, tel que l’on peut le déduire du texte de César relatif à la Guerre des Gaules et des limites administratives de la cité de Sens au Haut-Empire, restituées à partir des limites des diocèses médiévaux. Si ce territoire constitue une entité culturelle et politique cohérente à partir de La Tène finale, ses contours et la définition que l’on peut en donner pour la phase ancienne du deuxième Âge du Fer, sont plus flous. Néanmoins, cette entité est définie en particulier, à ce jour, par ses pratiques funéraires et par la composition des mobiliers métalliques issus des nécropoles. Ces caractères permettent de définir un ensemble culturel cohérent et original, se signalant par des pratiques funéraires qui se distinguent nettement de celles de l’ensemble Aisne - Marne, notamment par l’absence d’offrande alimentaire et de dépôt de vaisselle (Baray, 1991, 1999 ; Baray et alii, 2007).

6Pour autant, les limites de cette aire culturelle, à l’aube de l’émergence du territoire sénon, ne se laissent pas définir partout aisément. En effet, du côté septentrional, les pratiques funéraires du sud de la Champagne (Nogentais, vallée de la Seine), sont identiques à celles de l’aire sénonaise et il semble que la « frontière » avec la culture Aisne - Marne, encore assez floue, soit à chercher dans la moitié nord du département de l’Aube. De toute évidence, le territoire qui servira d’emprise à la cité des Tricasses historiques, dont on ne trouve aucune mention directe avant le Ier s. ap. J.-C., présente de grandes affinités avec l’ensemble sénonais. Du côté nord-ouest, le territoire qui sera celui des Parisii de la période d’Indépendance, où l’on ne connaît aucune sépulture antérieure à la fin du IVe s., présente, du point de vue du rituel funéraire, des caractères communs avec le secteur sénonais (dépôts généralement très dépouillés), mais, dès le début du IIIe s., il se signale par plusieurs phénomènes singuliers, comme l’émergence concomitante de petits cimetières centrés sur une ou deux tombes à char (Roissy-en-France, Bouqueval, Le Plessis-Gassot...) et de vastes nécropoles (Bobigny), ainsi que par l’apparition de dépôts de céramique (et donc d’un viatique) dans certaines sépultures (Lejars, 2005 ; Marion, 2007). Vers l’ouest et le sud-ouest, les données sont lacunaires et dispersées. Les nécropoles beauceronnes de Cortrat et de Bromeilles, comme celle de Larchant, en Gâtinais, appartenant à l’aire sénonaise (Baray et alii, 2007), assurent la jonction avec le futur territoire des Carnutes, alors que les tumuli du Ve s. de l’Orléanais (Milcent, Moulherat, 1999), qui se rattachent à la France centrale, marquent la limite occidentale de l’extension de l’aire sénonaise. Au sud-est, l’Auxerrois, situé aux confins du territoire des Éduens historiques, présente des rites funéraires identiques à ceux du Sénonais (Baray et alii, 2007). Enfin sur la façade orientale, le territoire des Lingons historiques est documenté par les nécropoles tumulaires du Châtillonais qui se caractérisent par un rituel tout aussi dépouillé (Chaume, 2001).

7Ce rapide tour d’horizon permet d’insister sur les incertitudes qui président à toute tentative de définition précise de l’extension réelle de l’aire culturelle sénonaise, tout en soulignant son originalité par rapport à ses marches septentrionales (nord de l’Île-de-France, Picardie, Champagne). Fort d’une documentation funéraire abondante, on doit souligner que le faciès du Sénonais ne présente aucune trace d’apports ethniques et culturels significatifs en provenance de la zone Aisne - Marne à La Tène ancienne (Baray, 2000, p. 118-120). Il reste à examiner la contribution de la céramique à l’identification des caractères propres à ce faciès.

1.2. Cadre chronologique

8La chronologie de l’Âge du Fer de l’entité sénonaise a fait l’objet d’une analyse détaillée dans le cadre plus général du Bassin parisien, fondée sur la prise en compte du seul mobilier funéraire (Baray, 1991, 1999, 2003). L. Baray a divisé la période qui nous intéresse ici en six étapes. L’étape III, correspondant à La Tène A de la chronologie conventionnelle, comporte deux sous-étapes IIIA et IIIB, mises en parallèle respectivement avec La Tène A1 et La Tène A2. L’étape IV, correspondant à La Tène B1, se partage, elle aussi, en deux sous-étapes IVA et IVB, équivalent à La Tène BI ancienne et à La Tène B1 récente. L’étape V, quant à elle, se compose des deux étapes VA (La Tène B2) et VB (La Tène C1).

9De son côté, dans son étude des sépultures de l’Île-de-France, parmi lesquelles les tombes de l’aire sénonaise occupent une place très marginale (secteur de La Bassée), S. Marion distingue six groupes (Marion, 2004, p. 110-156), essentiellement corrélés avec la périodisation de la culture Aisne-Marne (Demoule, 1999). Sont concernés ici le groupe 2 (Aisne - Marne II ou La Tène A), le groupe 3 (Aisne - Marne III, compris entre le début de La Tène B1 et le début de La Tène B2), le groupe 4 (défini comme postérieur à la phase Duchcov-Münsingen et se terminant avec les débuts de La Tène moyenne) et le groupe 5 (La Tène C1). L’analyse de la céramique, pour la période comprise du Hallstatt final à La Tène finale dans l’ensemble de l’Île-de-France, conduit le même auteur à proposer un découpage en dix étapes fondé sur la sériation de 77 ensembles (Marion, 2004, p. 252-330), dont plusieurs figurent dans la zone envisagée ici. Ses étapes 1 et 2 sont rattachées au Hallstatt D2/D3 et ses étapes 3 à 6, définies sur la base de 34 structures, se rapportent à La Tène ancienne et moyenne : l’étape 3 est mise en parallèle avec La Tène A, l’étape 4 est centrée sur La Tène B1 avec une incertitude sur le début (fin de La Tène A ?) et la fin de la période (début de La Tène B2 ?), alors que les étapes 5 et 6, mal distinguées par l’analyse factorielle, sont regroupées pour correspondre à La Tène B2 récente et à toute La Tène C1 (ibid., p. 272-273 ; Marion, 2007, p. 91-97).

2. Corpus et méthodologie

2.1. Le corpus des sites

  • 2  Deux installations domestiques ont été récemment découvertes (fouilles R. Issenmann et C. Charamon (...)

10À la notable exception de la sépulture de Milly-la-Forêt « Le Bois Rond » (Essonne) récemment découverte (Séguier, Viand, à paraître) (cf. infra) et de rares tessons issus du remplissage des fossés de certains enclos funéraires (Baray et alii, 1994a), la totalité de la céramique des Ve-IIIe s. de l’espace sénonais provient d’assemblages domestiques ou de contextes dont la fonction est plus ambigüe (à vocation rituelle ?). Les ensembles disponibles, tous issus de fouilles préventives plus ou moins récentes, se distribuent inégalement entre trois zones distinctes à cheval sur deux départements : l’Yonne (vallée de l’Yonne) et la Seine-et-Marne avec La Bassée (moyenne vallée de la Seine) et la plaine de confluence Seine - Yonne, la répartition se faisant nettement en faveur du dernier secteur (fig. 2). La Bassée nogentaise (aux marges de la zone d’étude), pourtant riche de plusieurs nécropoles, n’a, à ce jour, livré aucun habitat, pas plus que la zone de confluence Seine - Aube, ni les coteaux crayeux du Sénonais. Néanmoins, quelques éléments céramiques proviennent du sanctuaire de La Villeneuve-au-Châtelot (Aube). Ailleurs, la documentation est pratiquement inexistante ; toutefois, de modestes habitats ont été récemment découverts sur le plateau du Gâtinais, à Larchant2 (ces ensembles, en cours d’analyse, ne seront pas sollicités ici).

11Dans la vallée de l’Yonne (fig. 2), le seul site récemment fouillé est l’habitat des « Boulins » à Saint-Julien-du-Sault (Poyeton dir., 1999), établissement ouvert qui regroupe, sur une petite superficie, deux greniers, deux silos et quelques fosses d’extraction de matériaux. Un établissement composé de bâtiments, de fosses et de silos, a été partiellement fouillé anciennement et dans des conditions très difficiles, à Pont-sur-Yonne « Le Bas des Renardières », à proximité de l’enclos funéraire de La Tène ancienne. De la présentation assez laconique de cet ensemble (Prampart, 1983) ressortent deux unités dénommées zone C et G dont tout porte à croire qu’elles désignent une seule et même occupation. Enfin, à Maillot « Le Saule Fendu », l’étude de paléochenaux a permis de découvrir un abondant mobilier dont le contexte demeure très incertain, notamment en l’absence de tout ensemble clos (fouilles C. Dunikowski et F. Muller, INRAP).

Fig. 2. Localisation des sites pris en compte (1-15) et des sites complémentaires (16-19). 1 : Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » ; 2 : Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières » ; 3 : Villiers-sur-Seine, « Les Vallées » ; 4 : Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » et « Les Roqueux » ; 5 : Bazoches-lès-Bray, « La Rompure » ; 6 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » ; 7 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » ; 8 : Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » ; 9 : Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » ; 10 : Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » ; 11 : Varennes-sur-Seine, « Volstin » ; 12 : Varennes-sur-Seine, « Les Rimelles » ; 13 : La Grande Paroisse, « Les Rimelles » ; 14 : La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » ; 15 : La Grande Paroisse, « Les Sureaux » ; 16 : Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » ; 17 : La Villeneuve-au-Châtelot (sanctuaire) ; 18 : Maillot, « Le Saule Fendu » ; 19 : Montereau-Fault-Yonne, « Les Sécherons » (P. Pihuit, INRAP, del.).

12En Bassée (fig. 2), le complexe de « La Ferme d’Isle » à Grisy-sur-Seine (« Les Terres du Bois Mortier » et « Les Roqueux ») a livré une série issue de fosses, puits et bâtiments annexes regroupés à proximité d’un enclos à caractère aristocratique attribué au Hallstatt final (Gouge, Leconte, 1999). Plus à l’est, l’établissement des « Vallées » à Villiers-sur-Seine est composé d’un groupe de bâtiments (une habitation et cinq greniers) associé à plusieurs fosses dont deux ateliers excavés quadrangulaires (Séguier, 1995). Ces sites sont pratiquement les seuls de La Bassée proprement dite à avoir livré des ensembles cohérents de La Tène ancienne et moyenne, à l’exception de l’aménagement de chenal de « La Rompure » à Bazoches-lès-Bray (Peake et alii, 2005). On note, cependant, la présence de matériaux mobilisés et redéposés dans divers paléochenaux (Bazoches-lès-Bray, le « Grand Mort » et « Près le Tureau aux Chèvres », par exemple - inédit -), témoignant de la destruction de niveaux d’occupation, alors qu’un puits isolé, à Bazoches-lès-Bray, le « Canton » (inédit), confirme l’existence de modestes installations rurales dispersées dans le bas-fond alluvial, tout au long du cours de la Seine et de ses affluents secondaires.

13C’est cependant la zone d’interfluve Seine - Yonne qui livre la documentation la plus conséquente (fig. 2). La plaine située en amont du confluent a livré une série d’ensembles funéraires utilisés du deuxième quart du Ve au milieu du IIIe s., à Marolles-sur-Seine et Barbey, ainsi que plusieurs groupes de silos, dispersés ou en batterie, livrant fréquemment des dépôts humains (Séguier, Delattre, 2005). Dans ce contexte, les installations rurales sont documentées par des fosses isolées ou agrégées en très petits groupes (Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » - phase 1 - et « Le Grand Canton Sud » - phases 1 et 2 -) (Peake, Séguier, 1997), alors qu’une série de fosses du « Grand Canton » - phase 2 - livre des dépôts de céramique, de faune, de restes humains et d’objets en métal, qui ne semblent pas correspondre à des rejets domestiques, mais relever, plutôt, de la sphère cultuelle (Séguier, Delattre, 2005).

14La plaine située à l’aval du confluent (fig. 2) a livré, outre un petit ensemble funéraire mal caractérisé à La Grande Paroisse, « Pincevent » (Gaucher, 1996), de nombreux témoins d’une dense occupation de ce secteur (Séguier et alii, 2008). Trois habitats sont structurés autour de groupes de silos, fosses, puits et bâtiments à quatre, six ou neuf poteaux à Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » (Séguier et alii, 2007), Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » - phase 1 - (ibid.) et Varennes-sur-Seine, « Volstin » (inédit, fouille P. Gouge, SDASM). L’habitat de Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier » (Séguier et alii, 2008) comporte, lui, une cour autour de laquelle s’ordonnent des bâtiments (une habitation et sept annexes) associés à deux silos et sept puits. Ces quatre établissements, complètement fouillés, constituent, avec ceux de Saint-Julien-du-Sault, de Villiers-sur-Seine et de Grisy-sur-Seine, les meilleures références sur l’habitat rural de La Tène ancienne et moyenne dans l’espace sénonais. Dans ce même secteur, plusieurs groupes de silos et de fosses, correspondant vraisemblablement à des habitats plus ou moins bien documentés à ce jour, constituent d’autres témoignages de l’importance de l’occupation de cette portion du couloir alluvial : il s’agit des ensembles de La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (Marion, 2004), La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest » (ibid.), site qui apparaît également dans la littérature sous le toponyme « La Pièce de Pincevent » (Séguier, Delattre, 2005), ainsi que de ceux de Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » (Marion, 2004), et de « Beauchamp » - phase 2 -. La plaine d’interfluve aval rassemble des silos isolés, rassemblés en groupes lâches ou en batterie, ainsi que des fosses dispersées recelant des dépôts humains et/ou animaux (Ville-Saint-Jacques, « Le Fond des Vallées » ; La Grande Paroisse, « Les Rimelles » ; Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », « Le Grand Marais », « Le Marais des Rimelles », « Le Marais de Villeroy », « Proche le Marais du Colombier », « La Justice ») (Delattre, 2000 ; Méniel, 2005 ; Séguier, Delattre, 2005), dont l’attribution à La Tène ancienne est, dans bien des cas, surtout fondée sur des datations au radiocarbone (ces ensembles étant la plupart du temps dépourvus de rejets domestiques).

2.2. Le corpus du mobilier

15Les sites énumérés ci-dessus n’ont pu, pour des raisons tenant à l’accessibilité du mobilier, être tous analysés selon un protocole homogène du point de vue méthodologique.Une première série d’ensembles a fait l’objet d’un processus d’identification et de calcul du nombre de restes (NR) et du nombre minimum d’individus (NMI), par catégorie de production et par forme, selon des principes conformes aux recommandations de la table ronde du Mont Beuvray (Arcelin, Tuffreau-Libre, 1998). Il s’agit des ensembles suivants :
- Bazoches-lès-Bray, « La Rompure » (comblement médian du chenal) ;
- Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » (structure 77) ;
- Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton », phase 1 (structure 551) et phase 2 (structures 246, 408, 1017, 1019, 1026, 1036, 1037 et 1063) ;
- Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud », phase 1 (structures 12, 19 et 20) et phase 2 (structures 109, 118, 130 et 149) ;
- Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » (structures 133, 134, 143, 144, 146 et 149) ;
- Varennes-sur-Seine, « Volstin » (fosses 25, 40, 123, 124, 130, 134, 137, 138, 192, 184 et 195) ;
- Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » (structures 5001, 5002, 5003, 5004, 5006, 5013, 5026, 5053 et 5063) ;
- Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », phase 1 (structures 16, 17, 18, 20, 22, 31, 37 et 47) et phase 2 (structures 325, 326 et 337) ;
- Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » (structures 1, 2, 3, 6, 57, 59, 66, 77, 83, 86, 69, 94, 101, 108, 118, 120, 151, 154, 155, 161, 162, 204 et 266) ;
- Villiers-sur-Seine, « Les Vallées » (structures 649, 2010, 2011, 2066, 2069, 2496 et 3124).
Ce groupe de contextes a livré en tout 7173 fragments correspondant aux restes de 1001 récipients, constituant l’ossature de l’étude (fig. 3).

16Une deuxième série regroupe des ensembles, souvent modestes, qui n’ont pu faire l’objet d’un examen direct, le matériel n’étant, parfois, pas accessible ; les données dont nous disposons sont donc celles qui figurent dans les publications ; il s’agit des séries de :
- Grisy-sur-Seine, « Les Roqueux » (structures 1456, 1518 et 1748) et « Les Terres du Bois Mortier » (structures 2, 3, 4, 5, 8, 9, 18, 23, 24, 25, 27, 43, 44, 45, 51, 53, 54, 55 et 57) (Gouge, Leconte, 1999) ;
- Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières » (Prampart, 1983) ;
- La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (Marion, 2004) où l’on distingue ici une phase 1 (non illustrée), une phase 2 (structure 777) et une phase 3 (structures 55 et 603) ;
- La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La pièce de Pincevent » (ibid.) où l’on distingue ici une phase 1 (structure 1092) et une phase 2 (structures 1022, 1024, 1099 et 1107) ;
- Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » (ibid.) (structures 34, 73, 75 et 76).
Sur ces sites, seul un échantillon, parmi les ensembles disponibles, a été pris en compte par les auteurs ; en outre, les quantifications ne sont pas disponibles. Le total des vases illustrés de cette seconde série s’élève à 231 individus.

17L’information relative à la céramique et au mobilier divers de plusieurs de ces ensembles a pu être complétée par la documentation inédite conservée au SRA Île-de-France. Ainsi, l’exploitation des dessins et des notes prises par A. Bulard et C. Drouhot a permis de classer un certain nombre d’ensembles non pris en compte par S. Marion :
- La Grande Paroisse, « Les Sureaux », phase 1 (structures 64, 69 et 273), phase 2 (structure 275), et phase 3 (structures 33) ;
- La Grande Paroisse, « La pièce de Pincevent » (structures 1019, 1025, 1027, 1091 et 1105) ;
- La Grande Paroisse, « Les Rimelles » (structures 2000 à 2008, 2011, 2012, 2016 et 2021).
Quant à la série de Maillot, « Le Saule Fendu », difficilement accessible, elle n’a pu être prise en compte.

18On dispose donc d’un corpus fort de 1301 récipients différents pour un total de 7 774 fragments (de l’ordre de 13 000 fragments en tout si l’on prend en compte les structures du deuxième groupe) pour fonder l’analyse de la céramique de La Tène ancienne et moyenne du secteur sénonais (fig. 3).

Fig. 3. Évaluation quantitative des ensembles pris en compte.

2.3. Méthodologie

19L’analyse de cette documentation est fondée, notamment, sur l’exploitation de deux matrices d’association des formes d’une part, des décors d’autre part, dont l’analyse est complétée et pondérée, autant que faire se peut, par des données quantifiées. Ces dernières sont acquises par production et par forme, sur les (ou une partie des) structures composant un site ou une phase d’occupation. Le NMI-site est la somme des NMI-structure minorée des remontages inter-structure observés dans plusieurs cas. Ces derniers permettent d’assurer la contemporanéité des contextes (tout au moins des remblais de condamnation des fosses) et, partant, l’homogénéité des ensembles pris en compte : tel est le cas à Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » - phase 2 - ; Saint-Julien-du-Sault « Les Boulins » ; Varennes-sur-Seine « Beauchamp » - phase 1 - (Séguier et alii, 2007) et « Volstin » ; Ville-Saint-Jacques « Bois d’Echalas » (ibid.). Ce biais permet de rassembler des effectifs suffisamment conséquents pour avoir un sens du point de vue statistique et pour gommer les effets de l’inévitable variabilité d’assemblages synchrones à l’intérieur d’une unité d’occupation, dus au mode de constitution des remblais, à la spécialisation des espaces fonctionnels, etc. (Séguier et alii, 2007).

2.3.1. Les productions

20Par production, on entend un ensemble de vases présentant des caractères de pâte (texture, inclusions, couleur), de technique de montage, de cuisson et de finition identiques ou comparables, issus d’un atelier, d’un groupe d’ateliers ou de traditions potières similaires. La céramique de l’espace sénonais rassemble trois productions principales : la céramique non tournée grossière, la céramique non tournée fine/semi-fine, la céramique tournée. Les variations d’aspect et les cortèges de minéraux associés (observation à l’œil nu validée par un examen sous binoculaire) d’un site à l’autre ne sont pas significatives, même lorsque les gisements sont relativement éloignés, comme peuvent l’être ceux de la vallée de l’Yonne et ceux du confluent Seine - Yonne. Ceci s’explique par le fait que les terres exploitées sont, avant tout, prélevées dans les formations de surface des dépôts alluvionnaires de l’Yonne et de la Seine, cours d’eau qui drainent des matériaux comparables (majoritairement issus du démantèlement de la craie à silex du sénonien et du campanien, des calcaires lutétiens, des formations gréseuses stampiennes et des placages d’argile à silex). La différence principale tient au fait que les alluvions charriées par l’Yonne contiennent, dans certains niveaux, de nombreux minéraux issus du socle primaire du Morvan (mica, quartz, minéraux lourds...).

21La céramique non tournée grossière rassemble des récipients à pâte brune ou rougeâtre, parfois noire, dégraissés à l’aide de sable quartzeux grossiers, de fragments de calcaire, de matériaux argileux (tessons broyés, terre séchée, argilite), accessoirement de pisolites, de fragments de silex et de mica. Ces dégraissants, mal calibrés et grossiers (de l’ordre du millimètre), sont issus, dans quelques cas, du mélange d’argiles différentes mal homogénéisées (confluent Seine - Yonne). Quelques tessons de Ville-Saint-Jacques et de Varennes-sur-Seine montrent une pâte vacuolaire dont l’aspect est lié à l’ajout de fibres végétale et, dans un cas, des empreintes de graines de céréales (Séguier et alii, 2007). La surface des vases est, la plupart du temps, rendue rustique par raclage, peignage et/ou sablage.

22Une variante rare, représentée par deux vases de Villiers-sur-Seine, « Les Vallées » et de Bazoches-lès-Bray, « La Rompure », se distingue par une pâte noire contenant des minéraux du socle primaire (feldspath, mica) tout à fait incompatibles avec la géologie locale, l’aspect étant comparable à celui de la céramique de type Besançon de La Tène moyenne et finale. Il est vraisemblable qu’il s’agit d’importations en provenance de régions où affleurent des sables granitiques (Morvan et ses abords).

23La céramique non tournée fine/semi-fine est une production généralement homogène sur chaque site. La pâte contient des dégraissants fins et régulièrement dispersés (quartz, chaux, pisolites, matériaux argileux, mica), de l’ordre du dixième de millimètre dans le cas de la céramique fine, un peu plus grossiers et irrégulièrement dispersés dans le cas des pâtes semi-fines. La teinte varie du noir au beige, les coups de feu, fréquents, témoignant, comme dans le cas de la céramique grossière, d’une cuisson en meule ou dans des fours primitifs à un seul volume. Les surfaces sont toujours lissées, polies dans certains cas.

24La céramique tournée fine est une production à pâte finement dégraissée de sables quartzeux, contenant parfois des points de chaux et du mica, dont la teinte est, généralement, d’un gris uniforme, ou tendant, occasionnellement, vers le beige ou le noir. Une variante, attestée à Varennes-sur-Seine et La Grande Paroisse, mais aussi en Gâtinais, se distingue par une pâte riche en mica qui peut être d’origine extrarégionale ou témoigner de l’exploitation de bancs micacés comme on en connaît dans certaines formations stampiennes et dans l’horizon des sables de Lozère. Il convient enfin d’observer la présence, très marginale, de céramique tournée peinte à Saint-Julien-du-Sault, Ville-Saint-Jacques et Grisy-sur-Seine. Le caractère importé est certain pour les deux premiers récipients, probable pour le dernier.

2.3.2. Classement typologique

25Les formes sont définies selon des critères géométriques. Le caractère fragmentaire de la majorité du matériel étudié conduit à privilégier la partie supérieure des vases et à postuler de leur allure générale, mais d’autres critères sont utilisés dans certains cas : ils sont dictés par la nécessité d’isoler les grands vases de stockage des pots de taille moyenne, les formes répondant à des fonctions particulières, généralement peu fréquentes au demeurant (jattes à bord festonné, micro-vases, couvercles, passoires, faisselles, godets à alvéoles, entonnoirs...). Les critères métrologiques utilisés pour définir les classes de céramique de La Tène moyenne et finale de Feurs (Vaginay, Guichard, 1988) ont été repris en les adaptant. La typologie des récipients se décline en cinq familles principales : formes hautes fermées ou ouvertes (pots et jarres : code P), formes basses ouvertes ou fermées (jattes, bols et bassines : code J), assiettes (code A), gobelets et micro-vases (code M), divers (code X). Ces codes sont complétés par un codage permettant de distinguer la céramique non tournée grossière (G), la céramique non tournée fine/semi-fine (F) et la céramique tournée (T), et d’un nombre à quatre chiffres désignant la forme (par exemple PG et JT désignent respectivement un pot en céramique non tournée grossière et une jatte en céramique tournée). Le classement typologique adopté est le suivant (fig. 4) :

26- pot à panse ellipsoïdale (P1000) : vase haut fermé, à panse large ou étroite, à profil symétrique de part et d’autre de l’extremum de panse qui se situe à mi-hauteur du vase, sans col et à lèvre dans le prolongement de la panse (P1000) ou à lèvre à peine dégagée de cette dernière (P1001) ;

27- tonnelet (P1010) : vase haut fermé, à panse large ou étroite, à profil symétrique de part et d’autre de l’extremum de panse qui se situe à mi-hauteur du vase, toujours doté d’un col individualisé bas (P1011) ou haut (P1012) ;

28- pot situliforme (P2000) : vase haut fermé, à panse large à profil tronconique, cylindrique ou faiblement arrondi ; on distinguera les variantes à épaule arrondie (P2010) de celles à épaule anguleuse (P2020) ; le col est absent (P2010, P2020) ou à peine amorcé (P2011, P2021) avec ou sans bord individualisé du reste du haut de panse ;

29- pot ovoïde (P3000) : vase haut ouvert ou fermé à panse courbée asymétrique et à profil continu et à épaule arrondie (P3010) ou à profil segmenté et à épaule anguleuse ou carénée (P3020) ; l’orientation du col détermine trois sous-types : col rentrant (P3011...), droit (P3012...), ouvert (P3013...) ;

30- pot à col haut (P4000) : vase haut fermé, à panse ovoïde (P4010), situliforme (P4020) ou en tonnelet (P4030), doté d’un col haut estimé ou mesuré au moins au quart de la hauteur totale du vase ; l’orientation du col détermine trois sous-types : col rentrant (P4011...), droit (P4012...), ouvert (P4013...) ;

31- pot tronconique (P5000) : pot ouvert à panse tronconique (P5010) ou très légèrement convexe (P5020) ; ce type de récipient est habituellement doté d’un déversoir ;

32- P6000 : code réservé aux piédouches isolés du reste du pot ;

Fig. 4. Classement des types et sous-types morphologiques retenus ; abréviations : P = pots (formes hautes), J = jattes (formes basses), M = micro-vases, X = vases particuliers (P. Pihuit, INRAP, del.).

33- jarre (P7000) : vase haut fermé ou ouvert, de grande contenance ; la limite entre les pots et les jarres reste empirique, mais on admettra que le diamètre d’ouverture des jarres est supérieur à 30 cm ; la fragmentation de ce matériel autorise rarement à préciser la construction du vase qui peut être ovoïde (P7100), situliforme (P7200) ou ellipsoïdale (P7300) ; l’orientation du col détermine des variantes à col rentrant (P7110...), droit (P7120...), ou évasé (P7130...) ; la forme de la lèvre détermine des sous-variantes : lèvre simple (P7131...), en boudin (P7132...), lèvre aplatie (P7133...) ;

34- jatte/bol tronconique (J1000) : vase bas ouvert plus ou moins profond à profil rectiligne dont le diamètre est égal à au moins trois fois la hauteur ;

35- jatte/bol arrondi (J2000) : vase bas ouvert plus ou moins profond à profil convexe et lèvre arrondie dans le prolongement de la vasque ; l’orientation du bord détermine trois variantes : bord rentrant (J2010), droit (J2020), évasé (J2030) ; il existe deux sous-variantes : l’une dotée d’encoches disposées sur le bord (J2011...), l’autre dont la lèvre est éversée (J2012...) ;

36- jatte/bol à profil en esse (J3000) : vase bas fermé ou ouvert construit selon un profil continu, muni d’un col peu développé et mal individualisé (J3010), ou plus allongé (J3020) ; l’orientation du bord détermine trois variantes : rentrant (J3011...), droit (J3012...), évasé (J3013...) ;

37- jatte/bol à épaulement (J4000) : vase bas fermé ou ouvert construit selon un profil discontinu (segmenté), dont l’épaule est définie par un ressaut arrondi avec inversion des pentes, et possédant un col à peine esquissé (J4010) ou bien individualisé (J4020) ; l’orientation du bord détermine trois variantes : rentrant (J4011...), droit (J4012...), évasé (J4013...) ;

38- jatte/bol caréné (J5000) : vase bas fermé ou ouvert construit selon un profil discontinu : le contact entre panse et col est anguleux avec inversion des pentes ; l’orientation du bord détermine trois variantes : rentrant (J5001), droit (J5002), évasé (J5003) ;

39- jatte/bol biconique (J6000) : vase bas fermé constitué de deux troncs de cône inversés, éventuellement avec amorce d’un petit bord individualisé (J6001) ou sans (J6000) ;

40- bassine (J7000) : groupe particulier de vases bas ouverts (tronconiques : J7010 ; arrondis : J7020 ou fermés et à profil en S [J7030], à épaulement [J7040], caréné [J7050]), reprenant de façon plus ou moins fidèle la forme des jattes, mais de capacité très supérieure à la moyenne (le seuil entre les jattes et les bassines est déterminé empiriquement à 30 cm de diamètre à l’ouverture) ;

41- assiette tronconique (A1000) : vase bas ouvert à profil rectiligne dont le diamètre est égal à au moins quatre fois la hauteur ; la forme de la lèvre détermine deux variantes : lèvre simple (A1001), ou en bourrelet (A1002) ;

42- gobelet (M1000) : vase haut fermé (M1010) ou bas ouvert (M1020) de petite taille (hauteur comprise entre 5 et 8 cm) ; le caractère peu normalisé et fragmentaire de ces vases conduit à isoler des formes particulières non codées ;

43- micro-vase (M2000) : vase haut fermé (M2010) ou bas ouvert (M2020) de très petite taille (hauteur et diamètre inférieurs à 4 cm) ;

44- formes particulières (X1000) : ces vases sont définis par une fonction ou par une morphologie particulière : couvercle (X1010), passoire (X1020), faisselle (X1030), godet à alvéoles (X1040), jatte à bord festonné (X1050) et entonnoir (X1060) (forme représentée dans le corpus, mais non illustrée ici).

2.3.3. Lexique des décors

45Les décors ont fait l’objet d’une classification et d’une codification en fonction du support (non tournée grossière, fine/semi-fine, tournée), de la technique d’exécution, de l’organisation générale et des motifs (fig. 5).

Fig. 5. Classement des décors (P. Pihuit, INRAP, del.).

2.3.3.1. Les décors sur céramique non tournée grossière (série D000)

46Ils se limitent à des lignes d’incisions courtes (type D010), d’impressions simples (sur une ligne [type D011] ou plusieurs lignes [type D012]) et de cordons lisses (type D020) ou digités/incisés (simples [type D021] ou multiples [type D022]) disposés sur l’épaulement des vases hauts, parfois combinés avec un décor secondaire sur la lèvre (type D030) constitué d’impressions simples (type D031) ou d’incisions courtes (type D032).

2.3.3.2. Les décors sur la céramique non tournée fine/semi-fine (séries D100 à D500)

47Ils sont très variés et il est nécessaire, pour les prendre en compte, de combiner des données relatives à la technique (incision, impression, technique mixte imprimé/repoussé, lissage, cannelure), à l’outil ayant servi à l’exécuter (tranchant, pointe mousse, doigt, tube, tube coupé, peigne, lissoir), à l’organisation (linéaire, couvrant, en frise) et aux motifs élémentaires (onde, damier, zigzag, chevron, réticule, triangle hachuré…), complexes ou en remplissage. La combinaison de ces éléments conduit à retenir les séries et types suivants :

48- série D100 : décors linéaires simples :
- type D110 : ligne d’incisions courtes (type D111), ou d’impressions sur l’épaulement des pots et de rares jattes : les impressions sont réalisées au doigt (type D112), à la baguette à pointe mousse (type D113), creuse (type D114) ou en lunules (type D115) ;
- type D120 : registre de cannelures horizontales ;
- type D130 : cordon lisse.

49- série D200 : décors couvrants non géométriques ou élémentaires :
- type D210 : décor couvrant inorganisé et/ou désordonné constitué d’incisions courtes (type D211), ou d’impressions à la pointe mousse (type D212), à la baguette creuse (cercles : type D213 ; lunules : type D214), au peigne (type D215), au doigt (type D216), ou tracé au peigne trainé (type D217) ;
- type D220 : décor couvrant de lignes horizontales, parallèles et serrées, réalisé par incisions courtes (type D221) ou impressions à la pointe mousse (type D222), à la baguette creuse (cercles : type D223 ; lunules parallèles : type D224 ; lunules alternes : type D225), au peigne (D226) ou au doigt (type D227) ;
- type D230 : décor plastique couvrant constitué de lignes serrées d’épis et/ou de nodules réalisés selon la technique de l’imprimé/repoussé ou par pincement de la surface, disposées verticalement (type D231), en oblique (type D232) ou horizontalement (type D233) ;
- type D240 : décor plastique de type pointes de diamant ;
- type D250 : groupes de traits rectilignes ou incurvés tracés au lissoir, verticaux et rayonnant depuis la base (type D251) ou obliques (type D252) ;
- type D260 : bandes horizontales constituées de lignes simples ou doubles, espacées et parallèles, d’impressions réalisées au doigt (type D261), à la pointe mousse (type D262), ou réalisées par incisions courtes (type D263) ;

50- série D300 : décors couvrants géométriques complexes :
- décor complexe indéterminé réalisé au peigne (D300) ;
- décor en zigzags verticaux (type D310), imprimé à l’aide d’un peigne (type D311) ou incisé (type D312) ;
- décor de bandes parallèles verticales couvrant la panse (type D320), remplies de lignes imprimées à l’aide d’un peigne, séparées par des traits lissés (type D321), ou d’impressions à la pointe mousse, et séparées par des bandes lisses (type D322) ;
- décor réticulé (type D330), imprimé à l’aide d’un peigne (type D331), ou tracé au lissoir (type D332) ;
- damier (type D340) aux contours limités ou non, aux carrés alternativement vides et remplis de hachures incisées obliques (type D341), d’incisions courtes (type D342), d’impressions au doigt (type D343) ou d’un décor plastique (type D344) ;
- damier aux contours non tracés réalisé par impressions digitées alternes dessinant des carrés par contraste de lumière (type D350) ;
- décor géométrique complexe estampé (D360) ;

51- série D400 : décors en frise :
- type D410 : ligne ondée (type D411) ou brisée (type D412) tracée au lissoir ;
- type D420 : frise de croisillons réalisée au lissoir ;
- D430 : chevrons simples tracés au lissoir, seuls (type D430) ou combinés avec des triangles hachurés (type D431), avec une ligne horizontale (D432) ou avec une ligne ondée (type D433) ;
- type D440 : triangles hachurés alternés imbriqués tracés au lissoir ;
- type D450 : frise de traits verticaux tracés au lissoir ;
- type D460 : frise (ligne) estampée ;

52- série 500 : décors complexes :
- type D510 : décors géométriques complexes imprimés au doigt (type D510), à la baguette à pointe mousse (type D511) ou coupée (cercle : D512 ; lunules : D513), au peigne (type D514), ou tracés au lissoir (D515).
Les impressions sur la lèvre, au demeurant très rares, seront considérées comme un décor secondaire (cf. code des décors sur céramique non tournée grossière).

2.3.3.3. Les décors sur céramique tournée (séries D700 à D900)

53Les décors, peu nombreux, se limitent aux éléments suivants :
- série D700 : décors plastiques : baguettes horizontales dégagées par tournage ou tournassage, uniques (type D701), multiples (type D702), accolées en moulures multiples (type D703) ou alternées avec des cannelures (type D704) ; côtes obliques peu marquées obtenues par tournassage (type D710) ;
- série D800 : décors tracés (type D810) de lignes horizontales (type D811) ou curvilignes (type D812), de lignes verticales rayonnantes à partir du fond (D813), de croisillons (D814) ; décors en creux (type D820) : guillochis (type D821) ;
- série D900 : décor peint : aplat ou badigeon de peinture rouge.

3. Sériation des ensembles et définition des horizons

  • 3  N’ont pas été intégrées à la matrice les formes attachées à des fonctions particulières et dont le (...)

54Le croisement des ensembles pris en compte, en rassemblant le mobilier des structures par site ou par phase à l’intérieur d’un site et du classement typologique, conduit à une matrice d’association portant sur 1061 individus de forme déterminable3, dont il est possible d’extraire une sériation (fig. 6). Celle-ci permet d’identifier quatre groupes qui traduisent une évolution des assemblages de vaisselle domestique et que l’on peut faire correspondre à quatre étapes chronologiques distinctes, nommées étapes I à IV (fig. 6). Si la répartition des types, après un traitement simplement obtenu par permutation empirique des lignes et des colonnes, s’ordonne de manière cohérente (ce que traduit bien la diagonalisation), il subsiste un bruit de fond, rebelle à toute tentative de sériation, bien visible dans la partie haute et médiane de la matrice. Celui-ci correspond à deux séries de formes. La première regroupe des types présents tout au long de la période prise en compte : il s’agit de formes élémentaires appartenant au fond commun de l’Âge du Fer récent du Bassin parisien (pots ellipsoïdaux PF/PG1001, pots situliformes PF/PG2020, jattes tronconiques JG1000, jattes arrondies JF/JG2010 et JF/JG2020) qui représentent 11 % des types. La seconde regroupe des formes qui ne sont communes qu’aux étapes II à IV et inconnues lors de l’étape I : pots situliformes PG2010, pots ovoïdes PF3012 et PT3021, jarres PG7013, jattes arrondies JF 2022 et JF2030, jattes à profil en esse JF3022 et JF3023, jattes à épaulement JF4021, JF4022 et JF4023, jattes biconiques JF6000 et supports à piédouche tournés PT6000 ; ces formes représentent 15 % des types. Ces deux familles de formes, aussi bien les premières que les secondes, constituent le tronc commun de la vaisselle domestique de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais et transcendent les clivages chronologiques. Elles rassemblent respectivement 41 % et 27 % des individus composant la matrice (mais seulement 26 % des types morphologiques retenus). Leur fréquence, élevée, rend compte de la forte cohérence de la série et de la stabilité du fond culturel dans le cadre duquel s’inscrivent les assemblages. En outre, elle souligne bien le fait que les étapes qui se dessinent ne doivent pas être comprises comme une succession, mais, fort logiquement, comme un enchaînement traduisant un continuum évolutif.

Fig. 6. Matrice d’association des types morphologiques (en caractère normal : céramique non tournée fine/semi-fine ; en caractère gras : céramique non tournée grossière ; en italique : céramique tournée ou finie au tour).

55La seule rupture radicale qui soit perceptible dans la sériation, se situe entre les étapes I et II. Cette dernière est en effet caractérisée par un profond renouvellement du répertoire typologique : 70 % des types, rassemblant 60 % des vases de l’étape II, constituent des nouveautés. On n’observe pas de semblables taux de renouvellement du catalogue par la suite : 18 % des types, représentant 13 % des vases de l’étape III, correspondent à des créations lors du passage de l’étape II à l’étape III ; de même, lors du passage de l’étape III à l’étape IV, 24 % des types sont des créations, représentant 18 % des vases de l’étape IV. Par ailleurs, si l’on considère l’ensemble de la matrice, il convient de noter que le taux de récipients que l’on peut considérer comme réellement discriminants varie d’une période à l’autre. Ainsi, 60 % des vases de la matrice sont pertinents pour discriminer les contextes de l’étape I de ceux des étapes suivantes. En revanche, à peine plus de 30 % d’entre eux permettent de discriminer les ensembles à l’intérieur du bloc formé par le matériel des étapes II à IV, alors que, sur l’ensemble de la période, 74 % des types identifiés peuvent être considérés comme discriminants d’un point de vue chronologique. De tels chiffres ne peuvent, bien entendu, que conduire à nuancer l’interprétation des données.

56La matrice d’association des décors, à laquelle on a intégré le mobilier de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton Sud » - phase 2 - (fig. 7), prend en compte 327 vases ornés. Elle regroupe, à peu de choses près, les mêmes ensembles dans un ordre identique et semble, ainsi, valider pleinement l’hypothèse selon laquelle les quatre étapes traduisent bien un enchaînement chronologique cohérent. Les paliers sont d’ailleurs encore plus nettement distincts que dans le cas de la matrice des formes, ce qui traduit un taux élevé de renouvellement des décors (techniques, styles). Comme la précédente, cette matrice met en évidence deux séries de décors qui transcendent la chronologie : les premiers (D010, D011) sont caractéristiques des productions grossières et constituent des types communs à toute la Protohistoire (lignes d’incisions courtes et d’impression) ; les seconds rassemblent deux décors communs aux étapes II à IV (D227, D312).

Fig. 7. Matrice d’association des décors (en caractère normal : décor sur céramique tournée non fine/semi-fine ; en caractère gras : décor sur céramique non tournée grossière ; en italique : décor sur céramique tournée ou finie au tour).

3.1. L’étape I

57L’étape I est définie à partir des assemblages de Bazoches-lès-Bray « La Rompure » (fig. 8 et 9) et de Villiers-sur-Seine « Les Vallées » (fig. 8 et 10).

Fig. 8. Composition globale des assemblages de l’étape I (exprimée en % sur le NMI).

58Le mobilier, peu abondant, de la phase 1 de Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » - phase 1 - (fig. 11), paraît se rattacher à cette période. De toutes les étapes, c’est celle dont le corpus est le plus faible, puisque l’on ne peut raisonner que sur un total de 73 vases et 29 décors inclus dans les sériations. La céramique est exclusivement non tournée et les productions fines/semi fines dominent de peu la vaisselle grossière (fig. 8).

Fig. 9. Bazoches-lès-Bray, « La Rompure ». Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 10. Villiers-sur-Seine, « Les Vallées ». Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).

59La production fine/semi-fine (fig. 12) est dominée sur les deux principaux sites par les formes basses et ouvertes. Dans leur grande majorité, il s’agit de formes élémentaires et peu typées, rassemblant quelques jattes tronconiques et surtout un corpus important de jattes arrondies à bord le plus souvent rentrant (fig. 10, n° 7 ; fig. 11, n° 3). De Villiers-sur-Seine provient une jatte à épaulement reposant sur un pied tronconique haut (fig. 10, n° 8), unique dans les séries prises en compte, rompant la monotonie des jattes de forme simple. Parmi les formes hautes, figurent, à Bazoches-lès-Bray et Marolles-sur-Seine, deux pots à panse ellipsoïdale, deux pots à col haut évasé à panse ellipsoïdale ou ovoïde (fig. 9, n° 10) et deux situliformes carénés (fig. 9, n° 9). Les gobelets sont rares : de Bazoches-lès-Bray provient un vase à col en bobine (fig. 9, n° 4), alors que le gobelet de Villiers-sur-Seine présente un col rentrant ondulé (fig. 10, n° 11). Les seuls décors connus sur céramique fine/semi-fine figurent dans la série de Bazoches-lès-Bray : une série de cannelures à la jonction col panse d’un vase à col (série D120 : fig. 9, n° 10) et des digitations sur la lèvre d’un grand situliforme (fig. 9, n° 9).

Fig. 11. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » - phase 1. Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 12. G. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape I (exprimée en NMI).

Fig. 13. D. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape I (exprimée en NMI).

60Au contraire de la précédente, la céramique grossière (fig. 13) est essentiellement consacrée aux formes hautes (fig. 9 et 10). Celles-ci se partagent entre situliformes (fig. 9, n° 6 ; fig. 10, n° 4 ; fig. 11, n° 1), vases ellipsoïdaux (fig. 9, n° 3, 5 ; fig. 10, n° 1 ; fig. 11, n° 2) et ovoïdes (fig. 9, n° 1). Les jattes et bols comportent des exemplaires arrondis, dominants, à bord rentrant (fig. 9, n° 2) ou droit (fig. 10, n° 2), et des formes tronconiques (fig. 9, n° 12). Cette vaisselle grossière est fréquemment décorée. Sur l’épaule des pots, les impressions simples (série D011) sont concurrencées par les cordons digités, simples (série D021) ou doubles (série D022), fréquemment accompagnés d’une digitation de la lèvre (décor secondaire) (fig. 9 à 11). Ce dernier type de décor est également observé sur plusieurs jattes arrondies ou tronconiques (série D031). Par ailleurs, les lèvres de jattes tronconiques (fig. 9, n° 11) et de bols arrondis (fig. 9, n° 2) sont soulignées d’incisions. Le bol décoré de Villiers-sur-Seine (fig. 10, n° 2) est réalisé en pâte à inclusions de mica et feldspath (cf. supra), un fragment atypique issu d’une production identique étant reconnu à Bazoches-lès-Bray.

3.2. L’étape II

61Elle est définie à partir des assemblages de Ville-Saint-Jacques « Bois d’Echalas » (fig. 14, fig. 15 à 18), de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » - phase 1 - (fig. 14, 19 et 20), de Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » (fig. 14, 21 et 22), de La Grande Paroisse, « Les Sureaux » - phase 1 – et « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » - phase 1 - (Marion, 2004, fig. 554-555) (fig. 23) et de Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » (fosse 77) (Gouge, Leconte, 1999, fig. 12). La batterie de silos de La Grande Paroisse, « Les Rimelles » (fig. 24), se rattache indubitablement, par ses décors, à cette étape. Des quatre étapes définies ici, c’est la mieux représentée : elle est définie sur la base de 461 vases inclus dans la sériation (217 provenant du seul établissement de Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas »), dont 138 décorés.

Fig. 14. Composition globale des assemblages de l’étape II (exprimée en % sur le NMI).

62La part des trois grandes productions de céramique, si l’on ne prend en considération que les trois ensembles les plus riches, varie d’un site à l’autre (fig. 14). La céramique tournée fine et la céramique tournée peinte, qui font leur apparition au cours de cette étape, représentent un peu moins de 1 % à 2 % du NMI des assemblages. Elles semblent absentes de La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », peut-être en raison de la taille de l’échantillon disponible. Les céramiques non tournée fine/semi-fine et grossière sont pratiquement à parité à Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » et à Saint-Julien-du-Sault, alors que la première production occupe une place prépondérante à Ville-Saint-Jacques (65 % contre 32 % du NMI).

Fig. 15. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structure 77. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 16. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 162 et 155. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).

63La céramique tournée fine de Ville-Saint-Jacques est représentée par deux pots ovoïdes, un tonnelet et une jatte. Les pots ovoïdes sont à panse large, embouchure étroite et col mouluré plus ou moins régulièrement (fig. 15, n° 1 ; fig. 16, n° 13 ; fig. 17, n° 22), le premier vase renvoyant à un modèle également reconnu à La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (fig. 23, n° 11). L’un de ces pots est agrémenté d’une baguette guillochée, la panse étant ornée de côtes obliques peu marquées obtenues par tournassage sur pâte en cours de séchage (fig. 16, n° 13) ; l’autre est doté d’un piédouche (fig. 15, n° 1). Le tonnelet de Ville-Saint-Jacques a une panse fusiforme marquée par des moulurations (fig. 15, n° 2). La seule jatte connue est à profil en esse (fig. 16, n° 8). À Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », cette production est illustrée par un pot, probablement ovoïde, à épaule moulurée (fig. 19, n° 12), alors qu’à Saint-Julien-du-Sault et à La Grande Paroisse, « Les Rimelles », elle ne l’est que par des supports de type piédouche (fig. 21, n° 15 ; fig. 24, n° 16).

Fig. 17. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 151 et 161. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).

64La céramique tournée peinte n’est connue qu’à Ville-Saint-Jacques et Saint-Julien-du-Sault. Le premier récipient est un large tonnelet au col rentrant limité par une baguette, portant un décor curviligne peu identifiable, peint en noir sur fond rouge (fig. 16, n° 7) ; le second est un pot à col mouluré peut-être uniformément peint en rouge (fig. 21, n° 14).

Fig. 18. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 3, 94, 1, 2, 6, 108 et 118. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 19. Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », structures 37, 22 et 20. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).

65La céramique non tournée fine/semi-fine (fig. 25) est définie par l’important assemblage de Ville-Saint-Jacques (209 vases identifiables), que complètent utilement les corpus plus restreints de Varennes-sur-Seine « Beauchamp » (61 vases), de Saint-Julien-du-Sault (45 vases) et des petits ensembles de La Grande Paroisse. À Ville-Saint-Jacques, le répertoire typologique, très varié, comporte à peu près autant de pots (35 %) que de jattes (39,7 %). En revanche, à Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » et Saint-Julien-du-Sault, les pots (8 % et 20 %) cèdent nettement le pas devant les jattes (69,3 % et 71 %).

66La distribution typologique des pots est variable. Ceux à panse ellipsoïdale ne sont représentés qu’à Saint-Julien-du-Sault (fig. 21, n° 11 ; fig. 22, n° 20). Cette forme fait, globalement, jeu égal avec les situliformes (fig. 22, n° 6 ; fig. 23, n° 10). À Ville-Saint-Jacques et Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », ce sont les situliformes qui dominent nettement (fig. 25), les types à épaule anguleuse (fig. 17, n° 12 ; fig. 20, n° 14) et à épaule arrondie (fig. 16, n° 4) étant aussi nombreux. Les pots ovoïdes, peu nombreux, ne sont illustrés qu’à Ville-Saint-Jacques et Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » (fig. 15, n° 8 ; fig. 16, nos 11-12), alors que les pots à col haut, tout aussi rares, sont présents sur les trois sites (fig. 15, n° 3 ; fig. 18, n° 20 ; fig. 18, n° 6) et à La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (fig. 23, nos 5, 9). De l’ensemble de La Grande Paroisse, « Les Rimelles », provient un pot à déversoir (fig. 24, n° 3). C’est à Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », que l’on note la présence, unique pour toute la séquence de La Tène ancienne du secteur sénon, de jarres confectionnées en pâte fine/semi-fine ; il s’agit là, sans doute, d’un cas particulier et anecdotique.

Fig. 20. Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », structures 18 et 47. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 21. Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins », structure 146. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).

67La distribution typologique des jattes est tout aussi irrégulière (fig. 25). On note néanmoins sur les trois sites la très bonne représentation des formes simples (arrondies et tronconiques : de 23 à 46,6 % de la céramique non tournée fine). Les jattes arrondies côtoient les jattes tronconiques à Ville-Saint-Jacques (fig. 18, n° 2), Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » (fig. 19, n° 11) et Saint-Julien-du-Sault (fig. 21, n° 10). Les jattes à bord rentrant (type JF2010) sont rares (fig. 19, n° 13 ; fig. 22, n° 5), alors que le type dominant est partout la jatte arrondie à bord droit JF2020 (fig. 17, n° 7 ; fig. 19, n° 7 ; fig. 21, n° 12 ; fig. 22, n° 8), parfois évasé (JF2030) (fig. 22, n° 15) et à lèvre éversée JF2032 (fig. 21, n° 8 ; fig. 22, n° 10). Les jattes à profil sinueux, dont la forte présence constitue une constante de ces assemblages (16,3 à 36,1 % de la céramique non tournée fine), sont variées. Les jattes carénées (fig. 17, nos 3, 18, 20 ; fig. 22, nos 9, 14 ; fig. 23, n° 3) sont toujours les moins fréquentes, alors que les jattes à profil en esse (fig. 16, n° 6 ; fig. 20, n° 13 ; fig. 19, n° 9 ; fig. 21, n° 7) et, surtout, celles à épaulement (fig. 15, nos 9-10, 12 ; fig. 16, n° 5 ; fig. 17, n° 4 ; fig. 18, nos 1, 7 ; fig. 19, nos 6, 10, 16 ; fig. 20, n° 8 ; fig. 23, nos 4, 6 ; fig. 24, nos 5-6) sont toujours nombreuses. Chaque site développe des séries cohérentes et homogènes ; le cas le plus exemplaire est celui des jattes à épaulement à bord droit ou légèrement oblique et lèvre arrondie de Ville-Saint-Jacques (fig. 15, nos 9-10, 12 ; fig. 16, n° 5 ; fig. 17, n° 4 ; fig. 18, nos 1, 7), Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » et La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », qui sont très standardisées.

68Les autres formes sont plus anecdotiques. On notera cependant que les assiettes à lèvre en bourrelet, représentées à Ville-Saint-Jacques (fig. 17, n° 16 ; fig. 18, nos 8, 11) et Saint-Julien-du-Sault (fig. 22, n° 15), paraissent être une exclusivité de l’étape II. Les jattes biconiques, tout aussi rares, ne sont connues qu’à Ville-Saint-Jacques et Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » (fig. 20, n° 6). Les gobelets sont également rares et les fragments dont on dispose ne sont pas toujours très typiques (fig. 20, nos 17-19) ; on notera cependant qu’un type de gobelet cylindrique orné au peigne est connu à Ville-Saint-Jacques (fig. 18, n° 4) et à La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (Marion, 2004, fig. 555). Les micro-vases ne sont nombreux qu’à Ville-Saint-Jacques où les types en sont variés : godet, vase miniature (fig. 17, nos 9-11). Il en va de même des formes diverses, parmi lesquelles on compte un couvercle doté de quatre tenons de suspension perforés (fig. 18, n° 3), deux godets à alvéoles (fig. 17, n° 14 ; fig. 24, n° 4) et une passoire à fond plat.

Fig. 22. Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins », structures 133, 134 et 149. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).

69Les décors sur céramique non tournée fine, nombreux (77 individus), montrent, eux, une standardisation bien plus nette que ce que ne laisse apparaître le catalogue de formes (fig. 26). En effet, même si le nombre de vases ornés est sujet à d’importantes variations sur les trois sites, les séries de Ville-Saint-Jacques et de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » et « Les Rimelles » étant particulièrement riches et variées (fig. 15 à 18, fig. 23 à 25), ce sont les décors couvrants exécutés à l’aide de peignes munis de à 5 à 20 dents qui sont systématiquement les plus nombreux. Le zigzag traité au peigne (D311) est commun à cinq des sept ensembles et constitue le motif le plus fréquent pour l’ensemble de l’étape II (52 occurrences). On le retrouve majoritairement sur des pots (fig. 15, nos 3, 6-8 ; fig. 16, n° 4 ; fig. 17, nos 12, 19 ; fig. 18, nos 5-6 ; fig. 20, nos 5, 16 ; fig. 23, n° 7 ; fig. 24, n° 7), plus accessoirement sur des gobelets (fig. 18, n° 4 ; fig. 20, nos 6-17). Une variante de ce motif en zigzag est incisée (D312 : fig. 17, n° 5 ; fig. 24, nos 8, 12). On connaît également des motifs réticulés (D331 : fig. 20, n° 3 ; fig. 21, n° 13), ainsi qu’un décor de bandes verticales à remplissage d’impressions au peigne séparées par des traits lissés (D321 : fig. 15, n° 4). Plus rares sont les décors couvrants inorganisés traités au peigne imprimé (D215 : fig. 17, n° 14) ou trainé (D217 : fig. 15, n° 5 ; fig. 24, nos 9, 11), de même que les décors de bandes parallèles (série D226) ou digités. Un vase de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » porte un décor, unique pour la période et sortant de la norme, sous la forme d’un damier dont les carrés sont alternativement lisses ou remplis d’un motif plastique (D344 : fig. 19, n° 14).

Fig. 23. La Grande Paroisse, « Les Sureaux » - phase 1 -, structures 64 (n° 11), 69 (nos 6-7, 10) et 273 (nos 1, 3, 8) ; La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », structure 1019 (nos 2, 4-5, 9). Céramique de l’étape II (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).

Fig. 24. La Grande Paroisse, « Les Rimelles », structures 2001 (nos 6, 13-14), 2003 (nos 4-5, 8), 2005 (nos 3, 15), 2006, (nos 9-10), 2007 (n° 12), 2012 (nos 1-2, 11) et 2016 (n° 16). Céramique de l’étape II (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).

70La céramique non tournée grossière (fig. 27) donne une grande impression d’homogénéité sur l’ensemble des sites. Elle est dominée par les pots et, en particulier, par les situliformes, à épaule arrondie (fig. 16, n° 10 ; fig. 17, nos 1-2 ; fig. 19, n° 3 ; fig. 22, n° 19 ; fig. 23, n° 1) ou anguleuse (fig. 15, n° 19 ; fig. 16, n° 3 ; fig. 19, nos 4, 15 ; fig. 20, nos 1, 9-10 ; fig. 24, n° 2) très souvent ornée d’une ligne d’impressions digitées, parfois d’incisions courtes. La fréquence des vases à panse ellipsoïdale (fig. 21, n° 5 ; fig. 22, nos 2-3) est plus marquée à Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » et Saint-Julien-du-Sault. Les jattes, qui forment sur chaque site des séries très cohérentes, correspondent toutes à des profils simples, tronconiques (fig. 19, nos 1-2) ou arrondis (fig. 24, n° 1). Cette dernière forme connaît quelques variantes à bord échancré (fig. 17, n° 15), dont la part est très difficile à mesurer en raison de la fragmentation du matériel, et une autre, rare, à lèvre digitée (fig. 15, n° 18). On compte également deux bassines (fig. 16, n° 1 ; fig. 22, n° 1), une jatte biconique, une faisselle, un micro-vase, et plusieurs jattes à bord festonné (fig. 15, n° 17 ; fig. 21, nos 2, 8 ; fig. 22, n° 12 ; fig. 20, n° 2 ; fig. 23, n° 2).

Fig. 25. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape II (exprimée en NMI).

71Les jarres de l’étape II montrent des profils variés, mais leur fragmentation limite les observations ; seule constante : toutes les jarres sont dotées de cols allongés. À Ville-Saint-Jacques, à côté d’une jarre à col droit et lèvre aplatie (fig. 15, n° 16), on compte surtout des récipients à col rentrant (fig. 21, n° 3), dont un doté d’une panse situliforme (fig. 16, n° 9) ; l’un de ces vases est orné d’un cordon lisse à la base du col (fig. 16, n° 2).

Fig. 26. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape II (exprimé en NMI).

72Les décors sur céramique grossière sont presque uniquement constitués de lignes d’impressions digitées apposées sur l’épaulement des vases hauts, plus rarement de lignes d’incisions courtes. À Ville-Saint-Jacques, la série, numériquement importante, permet d’observer des décors plus rares : lignes digitées doubles sur épaulement, jattes à lèvre digitée ou à lèvre et panse digitée. Le seul cordon digité, archaïsme évident, provient de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » (fig. 20, n° 1).

Fig. 27. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape II (exprimée en NMI).

3.3. L’étape III

73L’étape III est avant tout définie par la fosse 551 du « Grand Canton » à Marolles-sur-Seine (fig. 28 à 30), par les silos 777 (Marion, 2004, fig. 566-570) (fig. 31) et 275 de La Grande Paroisse, « Les Sureaux », ainsi que par le groupe de silos de Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » (ibid., fig. 740-769) (fig. 31). Les quantifications présentées pour les deux derniers sites ne sont que des approximations. Le corpus de l’étape III est nettement plus faible que celui de la précédente : il est défini sur la base de 132 récipients et 36 décors inclus dans la sériation. Il semble que l’occupation de Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières » se rattache à cette étape.

Fig. 28. Composition globale des assemblages de l’étape III (exprimée en % sur le NMI).

74Il est difficile de se prononcer sur la part respective des trois grandes productions de céramique (fig. 28) dans la mesure où les comptages n’ont été effectués que sur un site, les autres étant calculés à partir des dessins originaux. La céramique tournée fine est représentée par trois vases sur 54 à Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton », par au moins trois vases sur 57 à Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles », et deux sur 24 à La Grande Paroisse « Les Sureaux », soit de 3,5 à 6 % de la vaisselle. L’équilibre entre céramique non tournée fine/semi-fine et grossière ne peut être évalué qu’à Marolles-sur-Seine où la première domine légèrement (51,9 % contre 42,6 %) ; l’estimation effectuée d’après les formes publiées de Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » se situe dans une fourchette comparable, alors qu’aux « Sureaux », le rapport est déséquilibré en faveur de la non tournée fine/semi-fine.

Fig. 29. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton », fosse 551. Céramique de l’étape III (P. Pihuit, INRAP, del.).

75La céramique tournée fine de Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » semble ne comporter que des pots, dont un à support à piédouche et un épaulement mouluré (fig. 29, nos 1-2) sans doute comparable à celui de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » (étape II : fig. 19, n° 12). Les vases tournés de Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » sont un grand situliforme caréné à piédouche (fig. 31, n° 1), un col de pot cannelé (fig. 31, n° 5), une jatte/bol à profil en esse (fig. 31, n° 3) et une jatte à épaulement (fig. 31, n° 2), deux vases étant ornés de baguettes. Dans la série de Varennes-sur-Seine, « Les Sureaux », figure un col de pot caréné à col haut orné de cannelures très marquées (fig. 31, n° 4).

Fig. 30. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton », fosse 551. Céramique de l’étape III (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 31. Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles », silo 34 (nos 1-3, 5) et La Grande Paroisse, « Les Sureaux », silo 795 (n° 4). Céramiques tournées de l’étape III (relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).

76Les assemblages de céramique non tournée fine/semi-fine (fig. 32) privilégient les jattes au détriment des pots. Le peu que l’on sache de ces derniers est que les ovoïdes (fig. 29, nos 10-11) et les pots à col haut parfois très rentrant (fig. 29, n° 12) se développent au détriment des situliformes et des pots ellipsoïdaux. Parmi les jattes, les formes simples, arrondies (fig. 29, n° 9) sont un peu moins nombreuses que les formes à profil sinueux à Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » (fig. 29, nos 5-8), alors que c’est le contraire à Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles ». Des constantes sont néanmoins perceptibles : d’une part, les vases à bord rentrant sont plus nombreuses, sur les deux sites, que les jattes arrondies ; d’autre part, plusieurs jattes à bord rentrant sont très basses, aux limites de la définition de l’assiette (« Le Grand Canton », « Le Marais des Rimelles »). Par ailleurs, les jattes à profil sinueux, plus volontiers à épaulement, sont très standardisées (fig. 29, nos 5-8). Enfin, la jatte tronconique semble être absente des ensembles de l’étape III. D’autres formes sont anecdotiques, mais bien typées : jattes biconiques très basses (fig. 29, n° 4), assiettes à bord évasé (fig. 29, n° 3), micro-vases reprenant des profils de pots (fig. 29, n° 16).

Fig. 32. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape III (exprimée en NMI).

77Le corpus des décors sur céramique non tournée fine/semi-fine (fig. 33) est bien moins fourni que pour l’étape précédente (18 décors), ce qui reflète tout à la fois la relative faiblesse des ensembles étudiés et la faible proportion des pots dans les assemblages (or ceux-ci sont le support de prédilection des décors), mais aussi un chute de la fréquence des vases ornés. En dépit de leur faible nombre, les décors présentent une certaine diversité (fig. 34), même si presque tous sont de type couvrant. Les plus nombreux sont les décors simples ou élémentaires, inorganisés (fig. 29, n° 15) ou organisés en lignes parallèles (séries D221 à D227) surtout représentés à Varennes-sur-Seine « Le Marais des Rimelles » (Marion, 2004). En seconde position viennent les décors géométriques couvrants parmi lesquels figurent deux damiers (fig. 29, n° 13), un décor de bandes verticales, un zigzag incisé et un décor indéterminé réalisé au peigne. Les décors en bandes imprimées parallèles (série D260 : fig. 29, n° 14) sont complétés par un cordon en relief et par une unique frise de traits lissés verticaux (série D450).

Fig. 33. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape III (exprimée en NMI).

78Le corpus de la céramique non tournée grossière est assez limité (fig. 34). Si l’on se fonde sur la cinquantaine de récipients reconnus, l’éventail typologique est nettement dominé par les pots, presque tous situliformes et à épaule arrondie ou anguleuse (fig. 30, nos 4, 6-8), à l’exception d’un pot à col haut de Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » (fig. 30, n° 5) et de trois pots ellipsoïdaux de Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » (Marion, 2004, fig. 743, n° 15). Les jarres sont peu nombreuses et, toutes à col rentrant, elles doivent correspondre à des profils situliformes (fig. 30, n° 2). Les jattes sont presque toutes à profil tronconique (fig. 30, n° 3) ; on ne compte guère que deux jattes arrondies à Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » et une jatte à bord festonné (Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles »). À cette série il faut ajouter une grande bassine tronconique (fig. 30, n° 1). Les rares décors relevés sur céramique grossière sont tous constitués de lignes d’impressions digitées ou d’incisions courtes disposées sur l’épaulement des situliformes.

Fig. 34. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape III (exprimée en NMI).

3.4. L’étape IV

79Elle est, avant tout, définie par le mobilier de la phase 2 de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » (fig. 35, 36 et 37) et par ceux de Varennes-sur-Seine « Volstin » (fig. 35, fig. 38 à 41) et « Le Marais du Colombier » (fig. 35 et 42). L’assemblage le plus important et, sans doute, le plus représentatif, est celui de « Volstin ». Les ensembles de La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » - phase 2 - (Marion, 2004, fig. 539-551), complétés par des données inédites (fig. 43) et celles de La Grande Paroisse, « Les Sureaux » - phase 2 - (Marion, 2004, fig. 560-566), contribuent aussi largement à définir cette étape. Il importe de noter que le mobilier lié à l’occupation du « Grand Canton » - phase 2 - ne correspond pas à des rejets domestiques au sens strict, mais, sans doute, à une série de dépôts à caractère rituel et que, par conséquent, ce matériel a toute chance d’avoir fait l’objet d’une sélection qui peut donner une image biaisée du faciès céramique. L’étape IV rassemble un corpus presque aussi important que celui de l’étape II : le faciès est défini sur la base de 399 vases participant à la sériation (dont 179 sur le seul site de Varennes-sur-Seine, « Volstin »), dont 124 décorés.

Fig. 35. Composition globale des assemblages de l’étape IV (exprimée en % sur le NMI).

80Les données chiffrées obtenues sur les trois premiers sites montrent que le taux de céramique tournée fine varie du simple au double, soit de 7,3 % à 15,5 % (fig. 35). L’effectif le plus important est enregistré à Marolles-sur-Seine et à La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » où le seul silo 1022 contient à lui seul un tiers de céramique tournée, effectif exceptionnel peut-être lié à la nature particulière des rejets. Le rapport entre céramique non tournée fine/semi-fine et grossière s’établit autour de 50 à 60 % en faveur de la première et de 30 à 40 % pour la seconde.

Fig. 36. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » - phase 2 -, fosse 408. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 37. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » - phase 2 -, fosse 1036. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).

81La céramique tournée fine de l’étape IV montre une grande homogénéité typologique alliée à l’apparition de nouvelles formes, sinon un renouvellement presque complet du répertoire (fig. 44). Les types les plus nombreux sont les jattes à profil sinueux (26 des 42 individus dénombrés). Il s’agit surtout de jattes à épaulement (fig. 36, n° 10 ; fig. 37, n° 6 ; fig. 40, nos 12-14 ; fig. 41, nos 8, 14 ; fig. 42, n° 20) et de jattes à profil en esse (fig. 38, n° 16 ; fig. 42, nos 19, 21), les jattes carénées n’étant connues qu’à Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » (fig. 36, n° 11 ; fig. 37, n° 7). La petite série de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » - phase 2 -, confirme que les jattes à épaulement sont largement divulguées au cours de cette étape. Les jattes arrondies à bord rentrant ne sont connues qu’à La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La pièce de Pincevent » (fig. 43, n° 17, 19). La typologie des pots est mal assurée : deux ovoïdes sont connus (fig. 40, n° 16 ; fig. 43, n° 22), mais la fréquence des supports à piédouche (fig. 40, n° 15) suggère que nous ne connaissons qu’une infime partie des formes hautes. De La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La pièce de Pincevent », provient une passoire à épaulement (fig. 43, n° 20), objet unique dans les séries étudiées. Les seuls décors connus sont tracés au lissoir : lignes horizontales (fig. 43, n° 17), traits verticaux rayonnants internes (fig. 43, nos 18-20), ligne ondée (fig. 40, nos 11-12), motifs curvilignes (fig. 38, n° 15).

Fig. 38. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 124. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 39. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 195. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).

82La composition des assemblages de céramique non tournée fine/semi-fine varie d’un site à l’autre (fig. 45). Les effectifs pris en compte affectent beaucoup les valeurs estimées, d’autant que le taux de formes indéterminées est élevé (12,6 % en moyenne, jusqu’à plus de 25 % sur deux sites !), de même que, peut-être, la nature des gisements. Il faut donc considérer avec beaucoup de circonspection la variabilité des assemblages analysés et pondérer les valeurs sur les sites aux effectifs réduits (moins de 30 récipients). L’ensemble de Varennes-sur-Seine « Volstin » est sans doute le plus représentatif, mais on doit prendre en compte la population définie sur l’ensemble des sites. De cette dernière se dégagent quelques constantes. Les pots sont peu nombreux (autour de 14 % de l’effectif) et, parmi eux, seuls les pots ellipsoïdaux (fig. 37, n° 5 ; fig. 39, n° 11) sont représentés de manière significative. Les autres formes connaissent des effectifs dispersés : ovoïdes (fig. 42, nos 7, 10), pots tronconiques (fig. 42, n° 9), pots à col haut (fig. 39, n° 8), situliformes. Parmi les jattes, les formes simples (tronconiques et arrondies : fig. 43, nos 7-8) sont nettement moins nombreuses que les formes à profil sinueux (18 % contre 49 %), à la notable exception de l’assemblage de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » où les deux séries sont équilibrées. Les jattes à épaulement (fig. 36, nos 6-7 ; fig. 37, n° 2 ; fig. 38, nos 4-5, 11 ; fig. 41, n° 1 ; fig. 42, n° 15 ; fig. 43, n° 6) et carénées (fig. 36, n° 4 ; fig. 38, n° 6 ; fig. 40, nos 2-3 ; fig. 41, nos 9-10 ; fig. 42, n° 14 ; fig. 43, nos 10-12) dominent à Varennes-sur-Seine « Volstin », alors que ce sont les jattes à profil en esse (fig. 36, nos 5, 9 ; fig. 38, nos 10, 12 ; fig. 39, nos 1, 4 ; fig. 42, n° 17) et celles à épaulement qui dominent à Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier » et à La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent ». Les profils de ces jattes sont assez standardisés. Les autres formes n’occupent qu’une place très secondaire, qu’il s’agisse des jattes biconiques (fig. 41, n° 2 ; fig. 43, n° 9), des micro-vases (fig. 36, n° 3 ; fig. 39, n° 15 ; fig. 41, n° 17), des gobelets (Marion, 2004, fig. 563-564), ou des formes particulières : faisselle et godets à alvéoles, connus uniquement à Varennes-sur-Seine « Volstin » (fig. 41, nos 4, 7).

Fig. 40. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 195. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 41. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 25, 130, 134, 137, 138, 194 et 192. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).

83L’étape IV livre un corpus important et varié de décors sur céramique non tournée fine/semi-fine (63 individus) (fig. 46). L’assemblage de « Volstin » résume bien la gamme des décors en usage à cette période, tout en affichant un certain nombre de traits spécifiques, et affirme une nouvelle tendance qui se vérifie sur tous les sites étudiés : les décors sont désormais beaucoup plus souvent apposés sur des formes basses et ouvertes que sur des formes hautes et fermées (à peine cinq vases sur 63). Cette évolution dans le choix des supports va de pair avec les innovations que traduisent l’adoption du décor lissé (24 cas) et celle des décors plastiques (huit cas), mais aussi l’apparition des motifs disposés en frise, au détriment des décors couvrants.

Fig. 42. Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier ». Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).

Fig. 43. La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », structures 1022 (nos 17, 19-20), 1025 (nos 1, 3, 8-9, 13), 1027 (nos 4-5, 10, 12, 15), 1091 (nos 2, 6-7, 11, 18), 1099 (n° 16), 1105 (n° 14) . Céramique de l’étape IV (relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).

84Les décors constitués d’une simple ligne (famille D110) sont rares et plutôt représentés sur quelques pots et un micro-vase (fig. 36, n° 3). En revanche, les décors couvrants non géométriques ou élémentaires (famille D200) sont nombreux (20 des 27 décors à Varennes-sur-Seine « Volstin » ; 33 des 57 décors pour l’ensemble de l’étape IV). À côté de quelques décors inorganisés (série D210 : fig. 40, n° 6), persistent les décors de lignes parallèles serrées réalisées à la pointe mousse, à la baguette creuse ou au doigt (fig. 36, n° 4 ; fig. 38, nos 3, 13 ; fig. 40, nos 2-5 ; fig. 41, n° 10 ; fig. 42, n° 12 ; fig. 43, n° 15). C’est à cette époque qu’apparaissent deux nouveaux décors appartenant à cette famille. Les premiers sont les décors plastiques constitués d’épis parallèles travaillés selon la technique de l’imprimé/repoussé ou pincé (famille D230), bien représentés à Varennes-sur-Seine, « Volstin », où l’on compte huit vases (uniquement des jattes semble-t-il) décorés de la sorte (fig. 40, nos 7-8 ; fig. 41, nos 3, 15), ce style étant également attesté dans la fosse 1025 de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (fig. 43, n° 13). Les seconds sont les panneaux couvrants de traits verticaux ou obliques tracés au lissoir (types D251 et D252), que l’on observe dans tous les ensembles, généralement sur des jattes à profil sinueux (fig. 36, n° 7 ; fig. 38, nos 6-7 ; fig. 41, n° 1 ; fig. 42, n° 11) et, dans un cas, sur un pot (fig. 42, n° 7). La technique du lissage est également utilisée pour exécuter des décors en frise (famille D400) à « Volstin » et « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent ». Les motifs identifiés sont des lignes ondées ou brisées (fig. 41, n° 9), des croisillons (fig. 36, n° 8), des chevrons combinés à une ligne horizontale ou ondée (fig. 40, n° 9) ou à des triangles hachurés (fig. 42, n° 12) et, enfin, des frises de triangles hachurés imbriqués (fig. 40, nos 1, 10). En revanche, les décors couvrants géométriques complexes ne sont plus illustrés que par cinq exemplaires de chevrons incisés ou tracés au peigne, comme dans le cas d’un pot du « Marais du Colombier » (fig. 42, n° 9), alors qu’un pot porte un croisillon complexe réalisé par pincement (fig. 41, n° 13). Un décor géométrique couvrant, dont l’organisation échappe, est réalisé par estampage d’une matrice portant des cercles concentriques, type D360, sur un vase de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (fig. 43, n° 16). Il est probable que le décor estampé laissant apparaître des globules en relief du silo 1105 du même site (fig. 43, n° 14), selon une technique proche de celle qui permet d’obtenir les décors ocellés de La Tène D2, appartienne à la même famille et à la même période, même si le contexte (piédouche tourné, jatte à épaulement, jatte arrondie) est difficile à dater dans l’absolu.

Fig. 44. Composition des assemblages de vaisselle tournée de l’étape IV (exprimée en NMI).

Fig. 45. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape IV (exprimée en NMI).

85La céramique non tournée grossière est abondante (fig. 47). Excepté la série de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton », qui diffère de toutes les autres, sans doute en raison de la sélection opérée lors des rejets, le faciès de la céramique non tournée grossière de l’étape IV est très homogène et l’assemblage de Varennes-sur-Seine « Volstin » en est, une fois de plus, très représentatif. Les pots sont dominants (55 % des vases) et parmi eux, les situliformes (fig. 38, n° 1 ; fig. 39, n° 3 ; fig. 42, nos 2, 4 ; fig. 43, nos 2-4) rassemblent l’essentiel du corpus (86 % des pots), associés à quelques pots à profil ellipsoïdal (fig. 37, n° 5) ou ovoïde (fig. 38, n° 2 ; fig. 39, nos 4-6 ; fig. 42, n° 3). Les jarres sont majoritairement à col tronconique rentrant (fig. 37, n° 1 ; fig. 42, nos 2-3) et à profil situliforme ou ovoïde ; toutefois, on note la présence, à « Volstin », de jarres ovoïdes à col court, lèvre évasée et aplatie et panse ovoïde (fig. 39, n° 1), et de jarres à col rentrant épais (fig. 39, n° 2). Ces formes, évoluées, présentent, dans quelques cas, un col poissé (fig. 39, n° 1). Les jattes sont peu nombreuses avec à peine 22 % du total. La forme dominante, et de loin, est la jatte tronconique (fig. 36, n° 2 ; fig. 41, n° 5 ; fig. 43, n° 1), qui ne laisse que peu de place aux jattes arrondies (fig. 36, n° 1), carénées, biconiques (fig. 41, n° 11 ; fig. 43 ; n° 5), à bord festonné, ou aux bassines (fig. 42, n° 1). Les décors perpétuent ceux des périodes antérieures en se limitant à des lignes d’impressions ou d’incisions sur l’épaule des situliformes.

Fig. 46. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape IV (exprimé en NMI).

Fig. 47. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape IV (exprimée en NMI).

4. Corrélation de la sériation avec la chronologie conventionnelle et absolue

86Hormis la céramique elle-même, les critères « externes » de datation des ensembles analysés ne sont pas très nombreux, la perte, la mise au rebut ou la pratique du dépôt d’objets en métal ou de parures diverses n’étant pas un phénomène très fréquent dans les contextes pris en compte, constat d’ailleurs très général pour la période envisagée. On peut néanmoins tabler sur un total d’une trentaine d’objets en métal (fibules, parures, instrumentum), verre, lignite et ambre, ce qui est loin d’être négligeable, ainsi que sur une série de datations dendrochronologiques, pour tenter de raccorder les étapes précédemment définies au cadre conventionnel et à la chronologie absolue, tandis que les nombreuses dates 14C obtenues dans la région d’étude sur des dépôts humains en silo, situant ces derniers à La Tène ancienne et moyenne (Séguier, Delattre 2005), ne peuvent, hélas, être raccordées à aucun ensemble de céramique.

4.1. L’étape I

87La datation de l’étape I est fondée sur le contexte de découverte de la céramique de Bazoches-lès-Bray « La Rompure ». L’aménagement de la bordure de cet ancien chenal de la Seine, constitué de deux chemins de rondins et de planches maintenus en place par des pieux, a fait l’objet d’une publication préliminaire (Peake et alii, 2005). L’étude dendrochronologique des pieux et des perches conduit à un scenario comportant deux, voire trois phases d’aménagement et de réfection (Bernard, dans Peake et alii, 2002, p. 167-172). Une première période de construction est datée entre 450 et 425/423 av. J.-C., alors qu’une réfection intervient entre 425/423 et 400 av. J.-C. ; un entretien prolongé est envisagé, à titre d’hypothèse de travail, jusque dans la période 400/385 av. J.-C. La céramique, intimement associée aux pieux et aux bois flottés accumulés le long des deux ouvrages, témoigne de l’utilisation du chenal comme zone de rejets domestiques (céramique, faune, déchets de travail du bois, rejets de foyers sous la forme de pierres brûlées, etc.) en relation avec un habitat dont il ne semble subsister aucune trace sur la berge. La datation des bois d’œuvre traduit donc directement celle de cette occupation et des déchets qu’elle a générés, en particulier la céramique. Cette datation absolue est extrêmement précieuse puisqu’elle permet de caler précisément tout ou partie de l’étape I dans la deuxième moitié du Ve s. Par ailleurs, les niveaux d’abandon succédant à cette construction ont livré de rares fragments de céramique ; parmi eux, figure le fond d’un pot à décor réticulé réalisé au peigne (décor D231) caractéristique de l’étape II. Il est possible que cet élément, ainsi que le bois daté, par hypothèse, de la période 400/385, soient à rattacher à une même et ultime fréquentation de l’aménagement. Il y a là une cohérence stratigraphique et typologique qu’il convient de souligner, en harmonie avec la datation dendrochronologique de cet ensemble.

88On ne dispose pas d’autre repère chronologique pour cette étape et ce n’est que parce que la série de Bazoches-lès-Bray bénéficie d’une datation précise, qu’il a été envisagé d’agréger à ce faciès céramique les ensembles de Villiers-sur-Seine « Les Vallées » et de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » - phase 1 -, qui présentent de nombreux points communs, ensembles qui avaient, dans un premier temps, été attribués au Hallstatt final (Séguier, dans Peake et alii,2005).

4.2. L’étape II

89Les quatre sites analysés ont livré du mobilier métallique plus ou moins pertinent en matière de chronologie (fig. 48). De Ville-Saint-Jacques proviennent trois fibules (silos 3, 77, 94), un scalptorium (silo 151) et un coutelas (silo 77). La contribution du mobilier métallique à la datation de l’ensemble de Ville-Saint-Jacques, essentielle, a déjà été discutée ailleurs (Séguier et alii, 2007), mais les principaux éléments méritent d’être rappelés ici. Par ailleurs, une fibule provient du silo 2006 de La Grande Paroisse « Les Rimelles », alors que les habitats de Grisy-sur-Seine ont également livré deux fibules. Les éléments de l’habitat de Saint-Julien-du-Sault se limitent à deux objets en alliage base-cuivre : une petite applique atypique et un fragment de bracelet.

4.2.1. Les fibules

90Les fibules trouvées dans des contextes se rattachant à l’horizon II sont de deux types différents. Le premier est illustré par les deux fibules en fer qui proviennent des silos 3 et 77 de Ville-Saint-Jacques. Elles appartiennent à la série des fibules à arc filiforme et pied triangulaire replié contre l’arc, à ressort à deux fois deux spires et corde externe. Celle du silo 3 (fig. 48, n° 1) possède un arc de section carrée à courbure symétrique, le pied étant terminé par une perle oblongue. Celle du silo 77 (fig. 48, n° 2) possède un arc de section ronde à nodosités, l’extrémité du pied étant effilée. Ces deux fibules filiformes rattachent clairement l’occupation de Ville-Saint-Jacques à l’horizon « pré-Duchcov » dont elles sont, par leur schéma de construction, l’un des « fossiles directeurs » les plus caractéristiques. Cette famille, assez hétérogène, est utilisée pour définir l’horizon La Tène B1a aussi bien dans la zone d’extension de la culture Aisne - Marne (horizon Aisne - Marne IIIa : Demoule, 1999, p. 339), qu’en Bourgogne et dans l’ensemble du Bassin parisien (étape IVA : Baray, 1991, 2003 ; Baray et alii, 2007, p. 197). Une fibule du même type, à arc strié et en alliage cuivreux, au pied terminé par un disque, provient du silo 2006 de La Grande Paroisse « Les Rimelles » (Séguier, Delattre, 2005) (fig. 48, n° 3). Elle était associée, elle aussi, à du mobilier typique de l’étape II (fig. 24) et vient corroborer la datation de la série de Ville-Saint-Jacques. On retrouve une fibule filiforme à arc torsadé et pied triangulaire terminé par une olive, en alliage base-cuivre, dans l’habitat des « Roqueux » à Grisy-sur-Seine (fig. 48, n° 4), mais le contexte n’est pas précisé (Gouge, Leconte, 1999, fig. 11, n° 9).

91Le deuxième type est illustré par la fibule du silo 94 de Ville-Saint-Jacques (fig. 48, n° 5) : en alliage base-cuivre, elle répond à la définition du type de « Marzabotto » (variante de Lantilly : Chaume, 2001, p. 314-315) : arc outrepassé en oméga, ressort à deux fois deux spires et corde externe, pied libre replié vers l’arc, terminé par un disque à cabochon. Une autre fibule du type de Marzabotto en alliage base-cuivre et à pied terminé par un disque plein, est issue de la fosse 77 de l’habitat des « Terres du Bois Mortier » (fig. 48, n° 6) (Gouge, Leconte, 1999, fig. 12, n° 1). Bien que ce type d’accessoire soit considéré comme un « fossile directeur » de l’horizon La Tène A (Kaenel, 1990, p. 222-225), l’homogénéité du faciès céramique de Ville-Saint-Jacques et la présence d’un vase à décor au peigne de type D311 associé dans le silo 94, de même que le faciès de la fosse 77 de Grisy-sur-Seine (cf. supra), interdisent, nous semble-t-il, d’envisager l’hypothèse selon laquelle ces fibules pourraient témoigner d’un ancrage de l’étape II dans le Ve s. Il est bien plus probable qu’elles témoignent d’un usage prolongé de types théoriquement obsolètes, jusque dans le premier quart du IVe s., peut-être propre au contexte local. Dans ces conditions, les fibules de Ville-Saint-Jacques et de Grisy-sur-Seine ne doivent pas être considérées comme des reliques ou des incongruités. Leur contexte ne remet pas en cause la datation généralement admise pour ce type, mais conduit à envisager la possibilité d’un décalage significatif entre date de fabrication et date de perte, phénomène que les contextes funéraires permettent rarement d’apprécier.

Fig. 48. Mobilier associé à la céramique de l’étape II. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » (nos 1-2, 5, 7, 9), La grande Paroisse, « Les Rimelles » (n° 3), Grisy-sur-Seine, « Les Roqueux » (n° 4), Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » (n° 6), Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » (n° 8) (nos 1-2, 7, 9 : fer ; nos 3-6, 8 : alliage cuivreux (n° 3 : relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; P. Pihuit, INRAP, del.).

4.2.2. La parure

92Le seul élément de parure est le fragment de bracelet ouvert de petite taille à section plano-convexe, orné de deux lignes longitudinales guillochées, à fermoir à crochet dont subsiste l’œillet, de Saint-Julien-du-Sault (fig. 48, n° 8). Cet objet connaît peu de comparaisons. Il est apparenté à la série B24 de L. Baray (Baray, 2003, Cédérom), cette dernière étant illustrée par un bracelet rubané. Le parallèle le plus étroit demeure le bracelet à section plano-convexe à œil et crochet, portant un décor incisé complexe (chevrons, lignes pointillées), qui provient de l’inhumation double 1/2 du tumulus 2 de Blannay, « Rochignart », dans l’Avallonnais (Baray, 2002, p. 43, ill. 8). Cet élément est associé à une fibule de schéma Marzabotto qui situe l’ensemble à La Tène A ou, au plus tard, à La Tène B1a ; s’agissant d’une fouille ancienne, la fiabilité de cette association ne peut être admise sans réserve, d’autant que ce mobilier provient d’une tombe double. Ce bracelet pourrait donc correspondre à une production régionale encore mal connue dont la chronologie, qui reste à discuter, peut fluctuer dans les limites de la fin du Ve et le début du IVe s. av. J.-C.

4.2.3. L’instrumentum

93Deux objets appartenant à la sphère de l’équipement personnel et domestique proviennent des silos de Ville-Saint-Jacques. Le scalptorium en fer du silo 151 (fig. 48, n° 7) pose un problème semblable à celui qui a été abordé à propos des fibules de type Marzabotto, puisque cet instrument est habituellement représenté dans des sépultures des phases Aisne-Marne IIA et IIB (Demoule, 1999, p. 187), soit La Tène A1. Le contexte de découverte de cet objet, tout à fait caractéristique du faciès céramique de l’étape II, invite plus à s’interroger sur la valeur chronologique de ce type d’accessoire de toilette qu’à remettre en cause l’homogénéité du faciès de l’étape II (Séguier et alii, 2007).

94Quant au coutelas du silo 77, en fer, dont le manche est revêtu d’un placage de baguettes d’os maintenues par des rivets (fig. 48, n° 9), il appartient à une série assez largement répandue en Champagne : ces couteaux y figurent dans des ensembles funéraires attribués à l’horizon Aisne - Marne IIIA-IIIB (Demoule, 1999, p. 147, 186), soit La Tène B1.

4.3. L’étape III

95Les sites attribués à l’étape III livrent peu d’objets susceptibles de fournir des critères de datation externe. Le mobilier de Pont-sur-Yonne « Le Bas des Renardières » est le seul à être explicite. Cet ensemble, qui occuperait une position ambigüe dans les matrices d’association des formes et des décors, aux limites des étapes III et IV, comporte des décors archaïques comme le damier (type D343) ; en revanche, la présence de décors couvrants sur deux jattes à profil sinueux rapproche ce matériel de celui de l’assemblage de Varennes-sur-Seine « Volstin » et donc, de l’étape IV, mais l’absence de tout décor lissé incite plus à rattacher ce matériel à une phase évoluée de l’étape III. De la fosse C provient un fragment de bracelet en lignite à section circulaire (Prampart, 1983, pl. IX, b). De la zone G proviennent trois fragments de bracelets : l’un en lignite, du même type (ibid., pl. XVIII, au) et deux en alliage base-cuivre, dont un filiforme (ibid., pl. XIV, a) et l’autre probablement du type filiforme à nodosités (groupe B15 de Baray, 2003, Cédérom) (fig. 49, n° 3). Cette même zone G a livré deux fibules : la première appartient à la série de Duchcov, variante à arc grêle non décoré (type F11J3b1 de Baray, 2003, Cédérom) (fig. 49, n° 1) ; la seconde, très fragmentaire, est une fibule en fer à arc tendu et ressort à deux fois deux spires et corde externe (fig. 49, n° 2). Ce dernier élément est peu exploitable en raison de son caractère lacunaire, mais ne semble guère pouvoir être antérieur au début de La Tène B2, ce qui peut témoigner de la longévité de l’occupation. En revanche, l’association fibule de Duchcov à arc lisse et bracelet à nodosités est caractéristique de La Tène B1 récente (Baray et alii, 2007). Les bracelets en lignite ne figurent pas parmi les parures les plus fréquentes de cette période, loin s’en faut ; néanmoins, un bracelet de ce type figure dans la sépulture 14 de la nécropole de Villeperrot, « Le Haut des Longues » (Baray, 1991, fig. 8, n° 11), datée de La Tène B1b.

Fig. 49. Mobilier associé à la céramique de l’étape III de Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières », d’après Prampart, 1983 (nos 1, 3 : alliage cuivreux, n° 2 : fer).

4.4. L’étape IV

96Le mobilier métallique et divers en relation avec des assemblages de l’étape IV est un peu plus abondant que pour les étapes antérieures : plusieurs ensembles de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » - phase 2 -, Varennes-sur-Seine « Volstin » et « Le Marais du Colombier », et de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » ont livré des éléments de grand intérêt : fibule, parures et éléments liés à la sphère militaire, autant d’objets riches d’enseignements (fig. 50 et 51).

4.4.1. Les fibules

97Trois fibules sont connues dans des contextes de l’étape IV. La première provient du silo 124 de Varennes-sur-Seine « Volstin » où elle figure en compagnie d’un important assemblage de céramique et de deux bracelets en fer (cf. infra). En alliage cuivreux et incomplète, c’est un exemplaire de petite taille, à arc filiforme en segment de cercle, deux fois deux spires et corde externe basse (fig. 50, n° 9) ; en l’absence du pied, il est difficile de se prononcer sur l’identification typologique exacte de cet objet : s’agit-il d’une fibule à pied libre ou à pied attaché à l’arc par une bague qui se serait désolidarisée de l’objet ? Il est difficile d’être affirmatif, d’autant que le caractère grêle de l’arc est inhabituel pour la période envisagée. Des fibules en alliage cuivreux à arc filiforme sont signalées dans des ensembles de La Tène B2, mais elles sont peu fréquentes en France. Dans le Bassin parisien, on ne peut guère signaler que celle du sanctuaire voisin de La Villeneuve-au-Châtelot (Bataille, 2008, p. 92-94), pour laquelle l’hypothèse d’un pied libre semble validée par la morphologie de l’arc qui adopte un profil plutôt quadrangulaire dans la logique des fibules héritées du schéma Duchcov. L’usage de ce type de fibule à arc filiforme de schéma La Tène B se prolonge au début de La Tène C1, comme le montre l’ensemble de la sépulture 11 de Manching, Hudsrucken (Krämer, 1985, Taf. 31), où se côtoient trois fibules à pied libre et arc plat en alliage cuivreux, une fibule filiforme à pied libre en alliage cuivreux et deux grandes fibules en fer à pied attaché à l’arc. De fait, la forme en segment de cercle de l’arc de la fibule de « Volstin » rapproche plutôt cette dernière des premières fibules en alliage cuivreux construites selon un schéma La Tène C, absentes de l’aire sénonaise comme de l’Aisne - Marne, mais bien connues notamment en Suisse, avec, néanmoins, un arc plus épais (Suter, 1984, p. 83-84, Abb. 4, nos 11-12), type dont se rapprochent les petites fibules en fer du début de La Tène moyenne bien diffusées en Picardie, notamment (tombes 3 et 6 à 8 d’Allonne, par exemple : Lejars, dans Paris, 1998). La conception de cette fibule semble donc situer cette dernière à l’articulation de La Tène B2 et de La Tène C1, soit dans la première moitié ou, si l’on veut être plus précis, dans le deuxième quart du IIIe s.

98Le fragment de fibule en fer de la fosse 408 de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton », qui a également livré un bracelet (cf. infra), correspond à un objet incomplet et peu explicite, à ressort à deux fois deux spires et corde externe (fig. 50, n° 10), qui ne semble pouvoir trouver sa place qu’à La Tène B2 ou au début de La Tène C1. De même, une fibule en alliage cuivreux de gros module, réduite à l’ardillon et au ressort, provient du silo 5001 de Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier » (fig. 50, n° 11) ; cet élément difficilement exploitable renvoie cependant plus volontiers à La Tène ancienne qu’à La Tène moyenne.

Fig. 50. Mobilier associé à la céramique de l’étape IV. La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (n° 1), Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » (nos 2-3, 11), Varennes-sur-Seine, « Volstin » (nos 4-5, 9), La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (n° 6), Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » (nos 7-8, 10) ; (n° 1 : verre ; n° 2 : ambre ; n° 3 : lignite ; nos 4-6, 8, 10 : fer ; nos 7, 9, 11 : alliage cuivreux) (nos 1, 6 : relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; P. Pihuit, INRAP, del.).

4.4.2. Les parures

99Les deux plus riches contextes de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » - phase 2 -, les fosses 408 et 1036, ont livré chacun une parure métallique. Celle de la fosse 408 est un fragment de bracelet filiforme à décor plastique obtenu à la cire perdue et constitué, sur ce qui en subsiste, de deux séries de bourgeons spiralés à enroulements inverses groupés par paires et reliés entre eux par un fil en esse (fig. 50, n° 7). Il est probable que ces éléments appartiennent à une séquence décorative plus longue et plus complexe et qu’ils aient été disposés de manière symétrique sur le jonc. Le motif est traité en relief selon le style et la technique du faux filigrane qui se développe en Celtique orientale, pour orner des bracelets, des fibules et des agrafes de ceinture en Bohème, Moravie et dans la cuvette des Karpates, au début du IIIe s. av. J.-C. (Kruta, 1975). Le motif du bourgeon spiralé est très fréquent sur les bracelets à faux filigrane (Bajc-Vlkanovo, Urbanovo-Bohata, Mana : Szabó, 1992), mais aussi sur les agrafes de ceinturon (Kosd) et les fibules (Mistrin, Bölcske) (ibid.). Le bracelet de Marolles-sur-Seine s’inscrit parfaitement dans le style des parures d’Europe orientale et se rapproche sans ambiguïté des rares compositions en faux filigrane diffusées dans l’aire culturelle Aisne-Marne, comme, par exemple, la paire de bracelets attachés et associés à une fibule de type Duchcov de Loisy-en-Brie (Les Celtes, 1991, p. 166), les bracelets supposés provenir du sud de la Marne ou du nord de l’Aube (ibid., p. 189), ou encore les fibules de Loisy-en-Brie (ibid., p. 187) et de Récy.

100Cette parure, attribuable au début du IIIe s., n’est pas complètement isolée dans l’espace sénonais. En effet, un bracelet orné, lui, d’un motif pastillé (fausses granulations) a récemment été découvert dans une incinération à Milly-La-Forêt (Essonne), « Le Bois Rond » : le jonc porte une suite de protubérances hémisphériques disposées en diagonale, ornées de rosettes pastillées (fig. 51) (Boisseau, 2006 ; Séguier, Viand, à paraître). Cet élément, associé à une jatte tournée à profil en esse à décor estampé et lissé (cf. infra), doit être daté de la première moitié ou, plus probablement, du deuxième quart du IIIe s. av. J.-C.

Fig. 51. Céramique et bracelet en alliage cuivreux de l’incinération de Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » (d’après Séguier, Viand, à paraître).

101La parure annulaire de la fosse 1036 de Marolles-sur-Seine se signale elle aussi par son originalité (fig. 50, n° 8). Il s’agit d’un brassard (ou d’un large bracelet) en fer à jonc creux. De très petits rivets placés à intervalle régulier, visibles sur la face interne du jonc, assurent sans doute à la fois la fixation des deux bords de la tôle et de cette dernière sur l’âme en matériau périssable (bois ?) qui a été indispensable à la mise en forme de cette parure. La seule comparaison régionale est le bracelet en tôle de fer à jonc creux à section ovale de la sépulture 9 de la nécropole de Bouqueval (Guadagnin, 1984), associé à deux fibules en fer à arc en archet de violon et pied à nodosités et perle massive, type commun à la fin de La Tène B2, mais dont l’usage se prolonge au début de La Tène C1. Cette parure, d’un type rare, peut également être comparée au bracelet creux en fer de la tombe 71 de Saint-Sulpice « En Pétoleyre » (Suisse, VD) que G. Kaenel associe aux anneaux creux en alliage cuivreux de La Tène B2, plaqués à l’aide de petits clous sur une âme en matière organique (Kaenel, 1990, p. 242).

102Deux bracelets en fer de petit module (moins de 5 cm de diamètre interne), associés à la fibule du silo 124 de Varennes-sur-Seine, « Volstin » (fig. 50, nos 4-5), nous ramènent vers l’Europe orientale. Ils sont constitués d’un jonc plein à section en quart de cercle, décoré sur la face externe (plate), d’une côte en zigzag qui, sur le mieux conservé des deux, est complétée par de petits globules disposés aux extrémités des brisures de l’arc. Un bracelet identique provient du silo 1024 du site voisin de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (fig. 50, n° 6). Bien qu’il n’ait été que partiellement restauré, on y distingue aisément une côte en zigzag et de petits globules, simples ou doubles, disposés alternativement dans les quadrants en creux dégagés par l’arc serpentant et aux angles de ce même motif. Ces trois bracelets, sans équivalent dans le Sénonais comme dans l’ensemble de la Celtique occidentale, correspondent, sans doute, à une production spécifiquement locale et ne sont pas sans poser un problème d’ordre typo-chronologique complexe. Les motifs en relief (arc brisé, globules) n’ont pu être obtenus qu’à l’aide d’une matrice et sont le produit d’un estampage. L’ornementation de ces parures les rapproche beaucoup des bracelets à décor mixte réalisés selon la technique du faux filigrane (motif serpentant) et du pastillage, évoqués plus haut à propos du bracelet de Marolles-sur-Seine. Plus que des bracelets à décor de bourgeons spiralés, la composition comme l’organisation du décor se rapprochent ici de ceux de divers bracelets en alliage base-cuivre ornés de lignes ondulées et de groupes de globules trouvés dans l’aire danubienne, par exemple à Libkovice, Nový Bidžov ou Žabokliky (Kruta, 1975, fig. 60, 62). La contrainte du matériau employé rend nécessairement l’imitation, s’il s’agit bien de cela, bien plus rigide et schématique que sur les bracelets de Bohême. Cette référence conduit à placer ces bracelets à La Tène B2 comme le montrent, par exemple, la fibule et l’anneau à oves creux de Libkovice, sans doute dans une étape récente (premier quart du IIIe s.). On ne peut manquer, également, de rapprocher les globules de deux des bracelets en fer des bourgeons des parures en verre du groupe 14 de Haevernick, dont les entrelacs peuvent former des pseudo-zigzags par étirement de la matière vitreuse (cf. séries 72 à 75 de Gebhart, 1989a, p. 76), rapprochement d’ailleurs déjà évoqué à propos de certains bracelets pastillés et à faux filigrane de Bohême (Kruta, 1975, p. 71). Dans ce cas, il ne serait pas surprenant que le motif axial ait été, pour des raisons liées, là encore, à la technologie, réinterprété sous la forme d’un motif serpentant. Les bracelets du groupe 14 de Haevernick sont attribués, à Manching notamment, à La Tène C1a (Gebhart, 1989b, p. 101), datation également compatible avec le contexte des objets de Varennes-sur-Seine et La Grande Paroisse. Le rapprochement des bracelets en fer du secteur Seine - Yonne avec les décors pastillés et en faux filigrane, le plus convaincant, conduit à proposer une datation dans le premier quart du IIIe s., alors que la référence aux bracelets en verre renvoie plutôt au deuxième quart du IIIe s., voire un peu plus tard.

103La fosse 55 de La Grande Paroisse « Les Sureaux » a livré une perle en verre (fig. 50, n° 1) : les couleurs n’ont pas été notées sur le seul dessin original qui en est connu (l’objet n’étant plus accessible), mais il semble qu’il faille restituer un fond jaune à décor d’ocelles blancs pointés de bleu. Une perle au décor composé de la sorte provient de la tombe 10 de Villeperrot « Le Haut des Longues » (Baray, 1991, fig. 22) ; elle est attribuée à La Tène C1. Ce type de perle à décor concentrique, qui précède les perles à décor spiralé (Zepezauer, 1989), apparaît très tôt et son usage ne semble guère dépasser la Tène C1. Comme les bracelets évoqués précédemment, cet élément est compatible avec une datation à la fin de La Tène B2 et au début de La Tène C1.

104Enfin, deux parures proviennent du silo 5003 de Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier ». Il s’agit d’un fragment de bracelet en lignite à section en D (fig. 50, n° 3) et d’une très petite perle en ambre à section biconique (fig. 50, n° 2). Le bracelet s’inscrit dans une fourchette chronologique large ; son profil est peu commun, la section des bracelets en lignite de La Tène ancienne et moyenne étant habituellement plus massive. Néanmoins, des bracelets à section ovale ou lenticulaire sont connus en Sénonais à la fin de La Tène ancienne et au début de La Tène moyenne (tombe 5 de Sergines, « Gringalet » : Baray, 1991, fig. 19, n° 19). Les perles en ambre demeurent, quant à elles, exceptionnelles dans l’espace culturel sénonais, alors que ce matériau est plus largement utilisé dans l’Aisne-Marne (Baray, 2003, p. 251-252) ou sur le plateau suisse (Kaenel, 1990). Des perles sont néanmoins connues dans la tombe 5 de Pont-sur-Yonne « Le Bas des Renardières » (Baray, 1991, fig. 11, n° 5) et dans la tombe 10 de Villeperrot, « Le Haut des Longues » déjà évoquée (ibid., fig. 22, n° 1b), ces deux sépultures étant attribuables respectivement à La Tène B2 récente et à La Tène C1.

4.4.3. Les armes

105Quatre des silos de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » ont livré des pièces liées à l’armement (Séguier, Delattre, 2005). Des silos 1024 (cf. bracelet en fer imitant le faux filigrane et le décor pastillé) et 1099, proviennent des fragments de gouttières en fer qui semblent correspondre à des orles de boucliers. Un fer de lance à nervure centrale et douille courte, long de 30 cm, est associé au mobilier du silo 1027 (fig. 52, n° 1). Ses caractéristiques (flamme longue, empennage étroit) rapprochent ce fer de lance des armes de la fin du IVe et du premier quart du IIIe s., comme celle de la tombe 6 de Bouqueval (Guadagnin, 1984, fig. 25) datée de La Tène B2, ou d’armes un peu plus récentes datées des deux premiers quarts du IIIe s., comme celle de la tombe 1 de Saint-Maur-des-Fossés (Leconte, 1991, p. 48-49). Enfin, le silo 1091 a livré l’extrémité de la bouterolle d’un fourreau d’épée (fig. 52, n° 2). Bien qu’elle soit très incomplète, sa forme rhomboïdale sans ajours semble caractéristique des nombreuses épées longues de la fin du IVe et du début du IIIe s., comme celle de la tombe 11 de Villeperrot, « Le Haut des Longues » (Prampart, 1979, p. 78).

Fig. 52. Armement associé à la céramique de l’étape IV : La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (nos 1-2 : fer) (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net P. Pihuit, INRAP).

4.5. Synthèse chronologique

106L’étape I est clairement ancrée dans la seconde moitié du Ve s. et peut donc, même en l’absence de mobilier métallique, être considérée comme constituant le faciès local de La Tène A, phase par ailleurs reconnue au travers de quelques parures dans des sépultures inédites du secteur de confluence (nécropole de Marolles-sur-Seine « Le Carreau Franc »). Ce que nous ne savons pas précisément, c’est si l’étape I englobe toute La Tène A de la chronologie conventionnelle, soit les trois derniers quarts du Ve s., ou bien si elle doit être cantonnée à la deuxième moitié du Ve s. (La Tène A2). Il est difficile de répondre sur la base des données, encore ténues, dont on dispose à ce jour. On observera néanmoins que la transition entre le Hallstatt final, dont le faciès local, assez bien connu, est caractérisé par l’abondance de décors peints comparables, dans leurs grandes lignes, au faciès vixien (Bardel, 2002, 2005), et ce qui est défini ici comme l’étape I, pourrait être assurée par le mobilier de l’habitat des « Sécherons » à Montereau-Fault-Yonne, attribué à la première moitié du Ve s. (Baray et alii, 1994b). La céramique de ce site présente, en réalité, un faciès de transition entre les assemblages caractéristiques du Hallstatt D3, dont il conserve certaines éléments emblématiques (quatre vases peints dont trois bols à profil en esse [Baray et alii, 1994b, fig. 15, nos 11, 13-14], quelques cordons digités [ibid., fig. 14, 18, 20] et bords imprimés), et ceux de l’étape I (apparition des jattes à épaulement [ibid., fig. 14, nos 2, 9]). La céramique de la structure 98 des « Sécherons » (ibid., fig. 23) présente d’ailleurs un faciès nettement évolué (jatte à profil en esse, micro-vase caréné), certaines formes annonçant même celles de l’étape II (jatte tronconique, jatte biconique). Ce site, dont la datation devrait sans doute être recentrée sur le deuxième quart et le milieu du Ve s., suggère que le passage d’une étape à l’autre, graduel, est marqué notamment par la disparition de la céramique peinte et des bols à profil en esse, et qu’il n’est probablement possible de percevoir ce dernier qu’au travers de grandes séries (qui font encore défaut), la céramique ne suffisant peut-être pas à identifier chacun des termes de cette évolution complexe : sans doute est-il nécessaire de s’appuyer sur des ensembles datés par du mobilier métallique. De ce fait, il est encore difficile de définir un faciès propre à ce que, ailleurs, on nommerait La Tène A1.

107Le mobilier métallique de l’étape II autorise une corrélation entre cette période et l’horizon pré-Duchcov, soit La Tène B1a de la chronologie conventionnelle, qui est datée du premier quart ou du premier tiers du IVe s. La présence d’un vase peint marnien à motif curviligne noir sur fond rouge à Ville-Saint-Jacques (fig. 16, n° 7) n’est, en aucune façon, en contradiction avec la fourchette chronologique haute envisagée, notamment pour des raisons qui tiennent aux incertitudes chronologiques pesant, en Champagne, sur cette production (Séguier et alii, 2007). Ce vase, en contexte d’importation, n’est d’ailleurs pas isolé puisque le pot peint en rouge (ovoïde ou tonnelet ?) de Saint-Julien-du-Sault (fig. 21, n° 14) est, lui aussi, très proche des vases marniens, et en particulier de la série dite à « engobe rouge » du secteur Vesle – Suippes (Charpy, 1991). En dépit de la variabilité des assemblages de l’étape II et du caractère évolué de certains éléments comme le décor en damier d’un pot de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » (ibid.), il ne semble pas que cette dernière se prolonge au-delà de La Tène B1a.

108L’étape III est assurément celle dont la définition typologique est la moins nette ; en revanche, la matrice des décors la distingue très clairement des étapes II et IV. Les éléments de datation sont ténus, mais renvoient à l’horizon La Tène B1b, c’est-à-dire à la phase Duchcov - Münsingen. Il faut cependant reconnaître que les conditions de fouille du site de Pont-sur-Yonne ne permettent pas d’assurer pleinement l’homogénéité de la série. Il semble donc qu’il faille considérer, prudemment, une corrélation de l’étape III avec les deuxième et troisième quarts du IVe s., en n’écartant pas l’hypothèse d’une prolongation de cette étape au début de La Tène B2, soit le dernier quart du IVe s., notamment en raison de la fibule en fer de Pont-sur-Yonne. Dans cette hypothèse, l’étape III pourrait couvrir les trois derniers quarts du IVe s.

  • 4  Il est curieux de constater que les parures identifiées dans les contextes domestiques corresponde (...)

109L’étape IV est assez largement documentée ; néanmoins certains objets, faute de comparaison directe, demeurent ambigus (bracelets en fer). Les éléments les plus anciens, tout au moins du point de vue typologique, renvoient à La Tène B2, et plutôt à une étape évoluée, comme le bracelet creux et le bracelet à décor en faux filigrane du « Grand Canton ». Les bracelets en fer de « Volstin » et des « Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » peuvent, selon qu’on les considère comme des imitations de bracelets à décor en faux filigrane et pastillé (cas le plus probable), ou comme des imitations des premiers bracelets en verre du groupe 14 de Haevernick, être attribués à un horizon La Tène B2 récente et/ou La Tène C1 ancienne. Les armes des « Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » s’inscrivent dans la même fourchette chronologique, de même que la fibule filiforme de « Volstin ». Quant aux parures en verre, ambre et lignite des « Sureaux » et du « Marais du Colombier », elles admettent une datation globalement identique, mais plus floue. On est donc conduit à envisager l’hypothèse selon laquelle l’étape IV illustre le faciès céramique local de La Tène B2 récente et du début de La Tène C1, soit la première moitié du IIIe s., avec un éventuel prolongement un peu au-delà du milieu du IIIe s., une datation postérieure paraissant exclue4.

Fig. 53. Comparaison de la sériation proposée avec les systèmes chronologiques en vigueur dans le Bassin parisien et en Île-de-France.

110Au vu des données exposées ci-dessus, on constate que les étapes chronologiques s’enchaînent et se succèdent de manière globalement cohérente, même si des incertitudes demeurent çà et là. Confrontées aux systèmes chronologiques en usage dans le Bassin parisien sur la base du mobilier funéraire (Baray, 2003) et en Île-de-France pour les séquences funéraires et domestiques (Marion, 2004), la sériation des ensembles et les limites fixées aux différentes étapes révèlent des décalages parfois subtils et, d’autres fois, relativement importants, qui révèlent des césures là où on ne les attendait pas nécessairement (fig. 53). Ces divergences peuvent s’expliquer par des partis pris méthodologiques très différents, par la sélection des séries et matériaux sollicités, mais aussi par la nature de ces derniers.

5. Caractères et évolution de la céramique de l’espace culturel sénonais du milieu du milieu du Ve au milieu du IIIe s.

111Les cadres chronologiques relatifs et absolus étant fixés, il convient de préciser quelles sont les spécificités de la céramique de l’espace culturel sénonais et les principales modalités de son évolution. Au passage, on envisagera les corrélations avec la périodisation proposée pour l’ensemble de l’Île-de-France (Marion, 2004) et avec les datations retenues pour les ensembles de « La Ferme d’Isle » à Grisy-sur-Seine (Gouge, Leconte, 1999), références régionales obligées.

5.1. L’étape 1

112La céramique de l’étape I se définit avant tout, cela a été déjà montré ailleurs (Séguier, dans Peake et alii, 2005), comme étant encore très proche de celle du Hallstatt D3. Tout au moins, cette filiation culturelle est-elle très clairement perceptible dans la production grossière au travers d’un répertoire de formes qui dérive, avec peu de changements, de son antécédent (pots ellipsoïdaux sans col et situliformes ornés d’impressions ou de cordons lisses ou digités, parfois doubles). La comparaison avec les importantes séries du Hallstatt D2/D3 connues à Grisy-sur-Seine (Gouge, Leconte, 1999), au confluent Seine - Yonne (Bardel, 2002), et sur l’habitat d’Ecuelles (Bardel, 2005) permet de bien souligner que le passage de l’une à l’autre de ces deux étapes se traduit par deux phénomènes majeurs. Le premier est la disparition, sans doute progressive, comme le suggère l’assemblage de Montereau-Fault-Yonne « Les Sécherons » (cf. supra), mais accomplie radicalement dans le mobilier de l’étape I, des aplats de couleur et des décors géométriques peints et barbotinés, omniprésents dans les ensembles, même les plus modestes, attribuables à la phase de plein développement du Hallstatt D3, et de leurs supports de prédilection : bols globulaires à profil en esse, plus accessoirement jattes tronconiques à marli, pots et bouteilles à haut pied creux. Le second est l’apparition de formes nouvelles en céramique à pâte fine/semi-fine comme le pot situliforme caréné, le pot ovoïde à col haut, le gobelet à col en bobine et la jatte à épaulement (ici à pied creux). La mise en place de l’étape I, sans doute vers le milieu du Ve s., se traduit donc à la fois par une simplification technologique qui conduit à une majorité de formes simples, par une restriction radicale de la syntaxe décorative, désormais appauvrie, ces deux phénomènes étant synonymes d’une déperdition des caractères hallstattiens, mais aussi par des innovations qui amorcent un renouvellement typologique. Dans l’état actuel des données, l’étape I n’est reconnue de façon certaine qu’en Bassée et au confluent Seine - Yonne amont, mais reste inconnue au confluent Seine - Yonne aval et dans la vallée de l’Yonne. Cependant, il est tout à fait possible que des ensembles de cette période, peu riches en mobilier et noyés dans une occupation du Hallstatt final qu’ils prolongent, aient pu passer inaperçu dans les études antérieures. Ainsi, il n’est pas exclu que, sur la base de la sériation proposée ici et en prenant en considération les caractères définis ci-dessus, on puisse réattribuer à l’étape I certains assemblages aux caractères « hallstattiens » tardifs de Varennes-sur-Seine « Volstin », Ville-Saint-Jacques « Bois d’Echalas », ou Grisy-sur-Seine, sites à occupation longue. Dans cette hypothèse, l’absence de tout décor peint ou barbotiné au sein d’une série quelque peu étoffée doit attirer l’attention.

113Plusieurs structures de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (silo 1100 et 1107), « Les Sureaux » (silo 777) et de Varennes-sur-Seine « Le Marais des Rimelles » (fosse 307) sont attribuées par S. Marion à son étape 3 (Marion, 2004, fig. 166), équivalent de l’étape I. Il est difficile de se prononcer sur les ensembles trop pauvres qui n’ont pas été pris en compte ici. En revanche, le silo 777 des « Sureaux » présente un assemblage de formes et de décors au peigne qui le place résolument dans l’étape II (La Tène B1a), en dépit de la présence de deux menus fragments, très probablement résiduels, portant un décor barbotiné, alors que le silo 1107 des « Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » est placé ici dans l’étape IV (La Tène B2-C1a). À Grisy-sur-Seine, la phase équivalente (Gouge, Leconte, 1999, fig. 11) est définie sur la base d’ensembles trop pauvres et atypiques pour que l’on puisse souscrire sans réserve aux propositions formulées.

5.2. L’étape II

  • 5  On ne sait que penser de la présence de trois fragments de vases ornés au peigne trouvés dans le s (...)

114Le passage de l’étape I à l’étape II se traduit, lui, par un renouvellement rapide et en profondeur de la vaisselle domestique : comme nous l’avons déjà souligné, 70 % des types, totalisant 60 % des vases de l’étape II, sont des nouveautés, le phénomène affectant même le domaine de la céramique non tournée grossière. On peut ajouter, de même, que 70 % des décors, rassemblant 56 % des vases ornés, sont également des nouveautés (ce taux serait de 95 % si l’on ne considérait que la céramique non tournée fine). Aux nombreuses innovations typologiques s’ajoutent une évidente créativité ornementale, faisant un large appel à l’utilisation du peigne, ignorée jusqu’alors, et à la généralisation de compositions couvrantes inorganisés ou géométriques (avec un goût immodéré pour le zigzag...)5, mais aussi l’innovation technologique fondamentale qu’est l’usage du tour, encore discret. Ainsi, La Tène B1a apparaît, vue au travers du prisme de la céramique de l’étape II, comme une période très dynamique sur le plan culturel et il convient de s’interroger sur l’origine de ce phénomène, qui doit se traduire dans d’autres aspects de la société. Or, curieusement, la période de La Tène B1a ne se distingue pas, dans les nécropoles, par une dynamique particulière, les tombes de cette période étant même très peu nombreuses dans l’espace culturel sénonais comme dans l’ensemble du nord de la Bourgogne (Baray et alii, 2007). Peut-être faut-il chercher ailleurs les signes de cette dynamique, par exemple dans la large appropriation de l’espace du confluent Seine - Yonne aval, dans l’organisation du territoire où s’exprime une certaine hiérarchie, ou encore dans une augmentation sans doute importante de la production agricole (Séguier et alii, 2007). On ne peut oublier les contacts directs avec la culture Aisne - Marne, avérés au travers de l’importation de vases peints et de pièces liées à l’instrumentum, mais on ne saurait exagérer la portée de ces échanges de biens de prestige et de biens de consommation courante, même s’ils ont pu générer des stimuli. D’abord parce que la vaisselle domestique du secteur Seine - Yonne et de la vallée de l’Yonne n’entretient guère de rapport avec (le peu que l’on connaît de) celle de l’Aisne - Marne IIIA à la même époque. Ensuite, parce que les rituels funéraires des deux aires culturelles sont (et seront durablement par la suite) trop différents pour admettre l’hypothèse d’apports de population ou d’une acculturation en profondeur. D’ailleurs, il ne faut pas oublier que 40 % de la vaisselle domestique, et notamment les formes élémentaires, sont un héritage direct de l’étape I, ce qui conduit à relativiser les changements que subit la production de la céramique à cette période. La mise en place des traits caractéristiques de la céramique de l’étape II ne paraît pouvoir tenir qu’à des facteurs internes, dont il ne semble pas possible de nier l’ampleur et l’apparente « soudaineté », ce qui doit traduire de profonds changements dans les rapports sociaux. Il n’est sans doute pas indifférent de constater que la définition des caractères de l’étape II repose sur des sites relativement éloignés, du secteur de confluence Yonne - Armançon à l’est, au confluent Seine - Yonne à l’ouest, en passant par la partie orientale de La Bassée (Grisy-sur-Seine).

115La sériation proposée par S. Marion n’isole pas un équivalent de l’étape II qui se trouve, de fait, englobée dans son étape 4. Le silo 1092 des « Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », qui contient des éléments emblématiques de l’étape II (zigzags au peigne) figure, cependant, fort logiquement dans son étape 4. En revanche, le silo 1099 du même site nous paraît être plus tardif et relever de l’étape IV en raison de la présence d’un décor estampé.

5.3. L’étape III

116L’étape III est la plus difficile à cerner, sans doute en raison d’un déficit documentaire, a priori conjoncturel. L’image que nous en avons est donc peut-être en partie biaisée. Sur le plan typologique, les innovations sont minimes et ne touchent que marginalement la céramique non tournée grossière, alors que la très grande majorité des vases en usage (82 %) est construite selon des normes en vigueur au cours de l’étape II. Dans le domaine de la céramique tournée, la continuité semble de rigueur, comme le montrent les épaulements moulurés des pots de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » - phase 1 - (étape II) et de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » - phase 1 - (étape III), même si le situliforme à pied haut de Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » et le vase à col cannelé des « Sureaux » sont des nouveautés (mais des unica). Ces données vont largement dans le sens de l’absence de rupture entre les deux étapes. C’est toutefois dans le domaine des décors sur céramique non tournée fine/semi-fine que le passage de l’étape II à l’étape III prend le plus de relief et que la distinction des deux est la plus pertinente (fig. 7). D’une part, les décors semblent être moins nombreux que précédemment (mais cette impression est peut-être due à un déficit en formes hautes et fermées qui sont le support de prédilection de décors sur céramique non tournée). D’autre part, les types perdurant sont peu nombreux. Et surtout, l’usage du décor au peigne s’estompe très rapidement, même s’il ne disparaît pas complètement (il persistera jusqu’à l’étape IV), alors qu’apparaissent les décors couvrants constitués d’impressions simples alignées et parallèles. Enfin, les décors couvrants géométriques organisés en damier (schéma apparu au cours de l’étape II) ou en bandes parallèles semblent acquérir une certaine importance, même si ce sont les décors simples qui sont les plus nombreux. En outre, la matrice d’association des décors, qui ne repose que sur un petit nombre d’individus, il faut le reconnaître, semble permettre de distinguer deux ensembles au sein de l’étape III, qui ne connaissent aucun décor commun, hormis ceux de la céramique non tournée grossière (fig. 7). Il y a donc tout lieu de se demander si les deux sites correspondants, Varennes-sur-Seine « Le Marais des Rimelles » et Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » - phase 1 - sont strictement contemporains. Il est bien difficile de répondre à cette question car l’inventaire des formes fait ressortir que 63 % des vases de ces deux ensembles sont communs au deux séries et parce que, parmi les céramiques non tournées fines, les vases les plus fréquents, donc les plus à même de caractériser ces assemblages, sont les jattes à épaulement et les jattes à bord rentrant, types ubiquistes connus des étapes II à IV. La question reste en suspens, mais il s’agit peut-être d’une piste à explorer à l’avenir sur la base de nouvelles séries plus étoffées. Cette observation est d’autant plus pertinente qu’elle ouvre la voie à une possible distinction entre des ensembles anciens (tendant plutôt vers La Tène B1b) et récents (tendant vers La Tène B2 ancienne). C’est la même interrogation que suscite l’analyse conduite par S. Marion sur des bases méthodologiques pourtant très différentes.

117Plusieurs structures de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (silo 1032, 1099) et « Les Sureaux » (silo 55) sont attribuées par ce dernier à son étape 4 (Marion, 2004, fig. 166), qui englobe les étapes II et III. Deux de ces ensembles, les silos 55 et 1099, nous semblent devoir être attribués à l’étape IV (La Tène B2-C1a). Il convient également de noter que les structures qui définissent la phase 1 de l’occupation de Varennes-sur-Seine « Le Marais des Rimelles », qui contribuent à définir le faciès de l’étape III (silos 34, 73, 75, 76), sont classées par S. Marion dans son étape 2, soit le Hallstatt D3. La typologie des récipients, les décors et la présence de plusieurs vases manifestement tournés (jattes en esse et pots situliformes à col haut dont un à piédouche) s’opposent formellement à une datation aussi haute. Quant aux structures sélectionnées pour représenter cette phase aux « Terres du Bois Mortier » à Grisy-sur-Seine (Gouge, Leconte, 1999, fig. 13), elles présentent des assemblages atypiques dans lesquels on ne retrouve ni les formes ni les décors caractéristiques de l’étape III.

5.4. L’étape IV

118L’étape IV est définie de façon claire par des données typologiques, technologiques (augmentation de la part prise par la céramique tournée et évolution de son répertoire) et par des décors très caractéristiques (généralisation des décors couvrants, apparition et développement des frises, des décors tracés au lissoir, présence de décors imprimés/repoussés/pincés et du décor estampé). Même si un grand nombre de formes est dans la continuité de celles de l’étape précédente, les innovations sont nombreuses. On en voudra pour preuve l’évolution du répertoire de la céramique tournée : si au cours des étapes II et III, ce sont des pots qui sont majoritairement produits, à partir de l’étape IV, le répertoire accorde la première place aux formes basses (jattes en esse, à épaulement ou carénées, jattes arrondies). L’analyse du corpus ornemental de la céramique non tournée fine/semi-fine met également en évidence le fait que le nombre de décors communs aux étapes III et IV est limité (53 %). Ceci traduit, de la part des potier(e)s de l’étape IV, une forte capacité à l’innovation s’exprimant à la fois sur le plan technique (lissage, imprimé/repoussé) et dans le choix des thèmes (frises). Le répertoire des formes et décors porte en germe les caractères de la phase récente de La Tène C1 et ceux de La Tène C2 (Séguier, Viand, à paraître). La datation de cette étape s’inscrit clairement à cheval sur la phase récente de La Tène B2 et sur le début de La Tène C1, ces deux périodes étant indissociables, tout au moins du point de vue de la céramique domestique. C’est à des conclusions assez similaires qu’aboutit S. Marion dont l’étape 5-6 englobe La Tène B2 et La Tène C1, mais, dans ce dernier cas, toute La Tène C1, alors que la céramique du secteur Seine - Yonne conduit à distinguer une claire césure au sein de cette période, isolant l’étape IV (début de La Tène C1) de la période 1 du cycle suivant qui inaugure, elle, un tout autre style de céramique, excluant, notamment, les décors couvrants sur vaisselle non tournée fine/semi-fine au profit des seuls décors en frise lissés (La Tène C1 récente : Séguier, 1999). Les décors plastiques de Varennes-sur-Seine, « Volstin » (fig. 54), que l’on retrouve dans plusieurs structures, distinguent cet assemblage de la plupart de ceux qui composent l’étape IV. On ne le retrouve en effet qu’aux « Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (structure 1025), ainsi que dans la série de Maillot, « Le Saule Fendu » dont la datation couvre tout le IIIe et le début du IIe s.

Fig. 54. Exemples de décors plastiques exécutés à l’imprimé-repoussé de Varennes-sur-Seine, « Volstin » : types D233 (nos 1-2) et D231 (nos 3-4) (clichés : C. Valero, INRAP).

119En Île-de-France, ce type de décor n’est connu, à ce jour, que dans la batterie de silos de Roissy-en-France, clairement datée de la fin de La Tène B2 (Séguier et alii, 2008). Doit-on voir là le reflet d’une réalité chronologique ? Il est difficile d’être affirmatif car le reste du matériel de « Volstin » ne se distingue pas fondamentalement de celui de ses homologues : la typologie des jattes, les décors lissés et le bracelet en fer à côte ondulée sont communs à la série de « Volstin » et celle des « Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent ». Néanmoins, le silo 1022 de ce dernier site se distingue par l’importance de la vaisselle tournée et de formes spécifiques produites selon cette technique, inconnues dans les autres ensembles (jattes arrondies, passoire), ce qui autorise à envisager un léger décalage chronologique entre le comblement de ce silo d’une part, et celui des autres silos du même site et ceux de « Volstin » d’autre part. La céramique de ces derniers pourraient être globalement plus ancienne (premier et deuxième quart du IIIe s.) que celle du silo 1022 (deuxième quart du IIIe s. à début du troisième quart du IIIe s.). Il s’agit là d’hypothèses de travail qui ne peuvent en exclure une autre (rejets répondant à des normes particulières...). Néanmoins, le vase de l’incinération de Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » (fig. 52), associé au bracelet à décor pastillé déjà mentionné (cf. supra) datable du deuxième quart du IIIe s., semble confirmer cette tendance évolutive (Séguier, Viand, à paraître). Cette jatte tournée à profil en esse porte un double décor : l’un, interne, constitué de faisceaux de traits rayonnants (variante du type D250), comparable aux décors du confluent Seine - Yonne, et l’autre, placé sur l’épaule, estampé à l’aide d’une matrice oblongue (type D460). Les décors estampés sont peu nombreux en Île-de-France : deux sont réalisés sur céramique non tournée fine de La Grande Paroisse (cf. supra), on en signale, dans le nord de l’Île-de-France, à Mours (Marion, 2004, fig. 667, nos 95-96), alors qu’à la même époque, on le retrouve sur un vase à piédouche de la sépulture 19 de Saint-Martin-sur-le-Nœud, le décor étant là constitué de deux bandes de cercles concentriques (Buchez, 2004, fig. 43). Ainsi, la jatte de Milly-la-Forêt, dont le décor interne annonce les productions de la seconde moitié du IIIe s., semble bien illustrer les changements qui affectent la production de la céramique peu avant le milieu du IIIe s.

120Plusieurs structures de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (silo 1024, 1032), « Les Sureaux » (fosse 603) et de Varennes-sur-Seine « Le Marais des Rimelles » (fosse 1000) sont attribuées par S. Marion à ses étapes 5-6 (Marion, 2004, fig. 166), équivalent de l’étape IV. La concordance entre les deux périodisations est correcte pour les trois premières structures. Parmi la céramique sélectionnée pour illustrer le faciès des débuts du IIIe s. de Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » (Gouge, Leconte, 1999, fig. 14), figurent deux pots à col haut à décor couvrant de type D224 et D227 (ibid., fig. 14, nos 4-5) et un vase à faux damier imprimé de type D350 (ibid., fig. 14, n° 13), qui s’intègrent pleinement au style ornemental de l’étape IV. En revanche, l’absence de tout décor lissé dans cette série est surprenante et semble s’opposer à une datation basse. Sauf à invoquer l’hypothèse d’un faciès particulier, il faut peut-être envisager que les ensembles sélectionnés, notamment ceux qui contiennent les vases ornés par impression, appartiennent plutôt au début de l’étape IV, voire à une phase de transition entre les étapes III et IV.

Fig. 55. Choix de céramiques de la fin du IIIe s. (période 1 : Séguier, 1999) : nos 1-16 : Châtenay-sur-Seine, « Le Maran » ; nos 17-20 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » (P. Pihuit, INRAP, del.).

121Il est à noter la phase qui succède à l’étape IV dans la seconde moitié du IIIe s., définie à l’occasion d’une analyse préliminaire de la céramique des fermes à enclos de la fin de l’Âge du Fer du secteur Seine - Yonne, à partir du mobilier de l’enclos de Châtenay-sur-Seine « Le Maran », et dénommée alors période 1 dans la périodisation locale (Séguier, 1999), présente des caractères typologiques qui différent assez nettement, ce que confirme la prise en compte d’autres ensembles, comme la phase 1 de l’enclos de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton Sud » (Séguier, Viand, à paraître) (fig. 55). On observe plusieurs innovations dans la céramique tournée (qui représente 12 à 20 % des assemblages). Ainsi, les jattes sont désormais plus volontiers carénées (nos 1-3, 17) qu’à épaulement (n° 4), leur col étant parfois profilé (n° 3), alors que certaines arborent des ondes tracées au lissoir sur une bande non polie ou des baguettes qui étaient ignorées dans les ensembles de l’étape IV ; les formes hautes, moins nombreuses, sont majoritairement à profil arrondi (nos 5, 19) alors que les pieds bas évasés, parfois surélevés, prennent une importance certaine (nos 18, 20) ; enfin, certains types sont tout à fait nouveaux, comme le bol caréné (n° 18). Tous ces caractères annoncent les productions de la première moitié du IIe s. La céramique non tournée fine/semi-fine domine largement et des nouveautés sont à y observer : les pots sont désormais presque tous ovoïdes et toujours ornés d’une frise d’impressions ou d’incisions obliques (nos 6-8), les situliformes étant bien plus rares (nos 9, 21). Les jattes à profil en esse et à épaulement (nos 15-16), ou arrondies (parfois très grandes : nos 11-12), côtoient les jattes tronconiques (nos 13-14), forme qui disparaît du répertoire à La Tène C2. Les décors plastiques et les motifs couvrants ne semblent plus exister. Quant à la céramique non tournée grossière, elle est réservée aux jarres à col rentrant (n° 22) ou évasé situées dans le droit fil des productions antérieures. Au total, la vaisselle de cette période est en nette rupture avec les traditions typologiques de La Tène ancienne pour annoncer le répertoire de La Tène C2-D.

6. Identité de l’espace culturel sénonais dans son contexte du centre-est de la France

122S’il est démontré, au travers des pratiques et des mobiliers funéraires, que l’entité sénonaise de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne présente une forte personnalité qui l’oppose à l’aire culturelle Aisne-Marne et la rattache au domaine bourguignon et, plus généralement, à la « culture du Jura », il reste à examiner ce qui distingue ou rapproche sa céramique de celle des entités culturelles qui l’entourent, dans le contexte général du centre, du nord et de l’est de la Gaule. On envisagera successivement le nord de l’Île-de-France (drainée par le cours de la Seine qui, avec l’Yonne, constitue l’artère de l’entité sénonaise), la Picardie et le Nord, la Champagne, le Centre et l’Auvergne, pour autant que la documentation publiée permette de le faire. L’absence totale de série de céramique domestique de quelque ampleur datée de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne en Bourgogne, du Morvan à l’Auxois et à la vallée de la Saône, interdit toute comparaison avec cette région, ce qui est d’autant plus regrettable que l’analyse des ensembles funéraires conduit à d’étroits rapprochements entre les tombes plates de l’aire sénonaise et les tumuli du nord-ouest de la Bourgogne (Baray et alii, 2007).

6.1. Au cours de l’étape I

  • 6  Il est important d’observer que, si nous avons noté d’importantes distorsions entre la sériation p (...)

123L’étude conduite par S. Marion sur l’ensemble de l’Île-de-France définit un faciès global équivalent à La Tène A qui ne peut être validé dans l’entité sénonaise (cf. supra)6. Point de départ fondamental, le faciès céramique du Hallstatt final du nord et du nord-ouest de l’Île-de-France, plutôt rattaché à la mouvance picarde comme le montrent les séries de Meaux et d’Herblay (Marion, 2004), se distingue assez nettement de celui de l’entité sénonaise. Formes et décors peints, nombreux, montrent que ce dernier constitue une unité aux caractères propres, présentant toutefois des points communs avec la Bourgogne (faciès vixien) et, de manière moins nette, avec le Berry, même s’il existe, inévitablement, des points de convergence avec le nord de l’Île-de-France (Bardel, 2002, 2005). Il n’est donc pas étonnant que le faciès de La Tène A du nord de l’Île-de-France, que l’on peut identifier assez aisément sur la base des séries les plus anciennes de Fresnes-sur-Marne, Les Sablons (Bulard et alii, 1983), de Champagne-sur-Oise « La Pièce du Carrefour » (Durand, 1994) et de sites inédits de la plaine de France (Roissy-en-France, « Le Dessus de la Rayonnette » et « Le Poirier du Chou »), soit très différent de celui de l’étape I. Il montre en effet, d’une part, que la production de céramique est plus nettement affranchie des canons an vigueur au Hallstatt final et, d’autre part, d’évidentes affinités avec l’aire picarde, elle-même sous influence de l’Aisne-Marne II, comme le suggèrent certains assemblages funéraires (Buchez et alii, 2004) et domestiques (Friboulet et alii, 2007), marquée notamment par la présence récurrente d’assiettes carénées, et celle, plus irrégulière, de pots carénés à col haut et de gobelets carénés, formes totalement absentes du secteur Seine - Yonne, mais aussi par la présence occasionnelle de vases dégraissés à la coquille, probablement originaires de la vallée de l’Oise (Roissy-en-France, inédit). L’absence de tout décor peint distingue nettement le faciès du nord de l’Île-de-France du groupe Aisne-Marne II. En revanche, la céramique de l’entité sénonaise n’entretient, au cours de l’étape I, aucun rapport avec celle de l’Aisne-Marne II et la jatte à pied haut de Villiers-sur-Seine (fig. 10, n° 8) peut être considérée, par la forme de son support, plus comme un legs du faciès local du Hallstatt final, qui connaît un petit nombre de supports de ce type, que comme un apport champenois, les jattes à pieds creux de La Tène ancienne Ia et Ib de Hatt et Roualet (1977) présentant des profils très différents. La composante domestique de la vaisselle champenoise (Saurel, 2007) est encore moins bien connue que la céramique funéraire (Demoule, 1999 ; Hatt, Roualet, 1977), et ce que l’on en perçoit est radicalement différent de l’étape I en raison de l’omniprésence des assiettes carénées et des pots à carène anguleuse et col haut. En Berry, la céramique du Ve s. n’est pratiquement connue que dans le cadre du complexe princier de Bourges dont la vaisselle se démarque de toutes celles que l’on connaît dans le centre de la France, précisément en raison du contexte socio-économique qui favorise l’émergence de nouvelles technologies (Augier et alii, 2007). En revanche, le faciès d’ensembles attribués à la fin du Ve s. en basse Auvergne (Mennessier-Jouannet dans Augier et alii, 2007), ainsi que de l’Orléanais à la Beauce (Riquier, dans Augier et alii, 2007) semble présenter des affinités avec le faciès de l’étape I, notamment en raison de la domination des formes simples (arrondies, ellipsoïdales ou situliformes) et de la simplicité des décors, mais il est possible que la parenté se limite à une simple convergence typologique liée à l’adoption de formes élémentaires, plus qu’à une véritable communauté culturelle. Il est également vrai que cette période souffre là, comme dans l’entité sénonaise, d’un déficit documentaire qui masque peut-être des réalités d’autant plus complexes que l’espace géographique envisagé est vaste.

6.2. Au cours de l’étape II

124La céramique de La Tène B1a est rarement individualisée en tant que telle dans les systèmes chronologiques élaborés pour les entités régionales envisagées ici à titre de comparaison, généralement en raison d’un déficit chronique en habitats et en marqueurs chronologiques (fibules...), que ne vient pas compenser l’absence de vaisselle dans les dépôts funéraires, Picardie, Champagne et Artois exceptés. Elle se confond généralement avec une phase finissante de La Tène A, comme en Orléanais, Auvergne, Berry (Augier et alii, 2007), ou en Picardie (Friboulet et alii, 2007). Dans le nord de l’Île-de-France, elle est, en revanche, amalgamée dans l’ensemble de l’étape 4 (La Tène B1- début La Tène B2) essentiellement défini à partir du mobilier de Chelles, « La Côte Saint-Roch » (Marion, 2004). Il est donc difficile d’établir des parallèles typologiques. En Champagne et, plus généralement, dans l’aire de la culture Aisne-Marne, la céramique de La Tène ancienne IIa ou Aisne-Marne IIA, surtout connue au travers d’assemblages funéraires, présente un faciès fondamentalement différent de celui de l’étape II : ce secteur se caractérise par le développement des pots ovoïdes à col haut et des situliformes à profil anguleux, cependant que les assiettes carénées, les jattes et les gobelets perpétuent ceux de l’étape antérieure (Hatt, Roualet, 1977 ; Demoule, 1999). Les thèmes décoratifs sont différents de ceux du secteur sénonais, alors qu’apparaissent les premiers tonnelets peints de motifs curvilignes (style de Prunay). Les décors réalisés au peigne et, en particulier de zigzags, qui constituent une forte composante de l’étape II ne sont pas l’apanage exclusif de l’espace sénonais (fig. 56). Ils sont illustrés, dans le nord de l’Île-de-France, par de rares éléments dispersés, notamment à Changis-sur-Marne « Les Pétreaux » et Chelles « La Côte Saint-Roch » dans des contextes attribués à l’étape 4 (Marion, 2004, p. 93-94, fig. 420, 432, 476), mais aussi à Mours, « Derrière le Moulin » (ibid., fig. 665) dans un ensemble réputé appartenir à l’étape 5-6 de l’Île-de-France.

Fig. 56. Carte de répartition des décors imprimés au peigne de La Tène B et du début de La Tène C1 dans le quart nord-est de la France : 1 : Saint-Julien-du-Sault (89) ; 2 : Maillot (89) ; 3 : Pont-sur-Yonne (89) ; 4-6 : La Grande Paroisse (77) ; 7 : Ville-Saint-Jacques (77) ; 8-9 : Varennes-sur-Seine (77) ; 10 : Grisy-sur-Seine (77) ; 11 : La Villeneuve-au-Châtelot (10) ; 12 : Chelles (77) ; 13 : Collégien (77) ; 14 : Changis-sur-Marne (77) ; 15 : Mours (95) ; 16 : Dormans (51) ; 17 : Hamblain-les-Prés (62) ; 18 : Avion (62) ; 19 : Houplin-Ancoisne (59) (P. Pihuit, INRAP, del.).

125De rares vases champenois arborent des décors comparables. Parmi eux figure un situliforme décoré de bandes de chevrons et de zigzags, associé, dans la tombe 8 de Dormans, « Les Varennes » à un tonnelet à piédouche peint en noir sur fond rouge et à quelques éléments métalliques qui conduisent à attribuer cet ensemble à La Tène ancienne IIIb (Corradini, 1991, p. 132), mais sur la base d’arguments fragiles. Toutefois, c’est en Artois que se localisent les comparaisons les plus convaincantes, un groupe de situliformes des habitats d’Houplin-Ancoisne, « Le Marais d’Ancoisne », d’Avion, « La République » et d’Hamblain-les-Prés, étant orné au peigne de zigzags (Hurtrelle et alii, 1990, p. 89, 98, 100, 119, 157), de lignes de chevrons (ibid., p. 114, 162), ou d’impressions inorganisées. Le caractère local de la production est assuré par un probable rebut de cuisson (ibid., p. 108) et par la présence d’un peigne en os dans la fosse 10 d’Avion (ibid., p. 103). Ces ensembles s’inscrivent dans une fourchette chronologique identique à celle de l’étape II en raison, notamment, de la présence de fibules de schéma pré-Duchcov à Hamblain-les-Prés (ibid., p. 167-168). Il est difficile de savoir si le parallèle est fortuit et se limite à une simple convergence typologique, ce qui est possible, l’utilisation du peigne, ou de la spatule crantée (estèque), en tant qu’outil de potier et estampe étant attesté dans divers horizons chrono-culturels (au moins depuis le Campaniforme...), ou s’il traduit une parenté, ce que la troublante concordance chronologique permet d’envisager. À ce jour, les jalons entre Sénonais et Artois étant rares, sinon inexistants (cela semble être le cas en Picardie), hormis dans la vallée de la Marne, on ne peut que rester sur une position d’attente, tout en notant que les similitudes entre les deux groupes culturels se limitent à ces seuls décors, le reste de la production céramique artésienne (assiettes carénées, pots carénés à décor incisé...), aux affinités Aisne-Marne marquées, étant fondamentalement différent de celle de l’étape II. Par ailleurs, on ne manquera pas de souligner la parenté qui existe entre certains pots tournés de l’étape II (fig. 15, n° 1 ; fig. 17, n° 22 ; fig. 23, n° 11) et le profil de certains pots, montés selon la même technique, provenant d’un contexte attribué à La Tène B à Bourges, « Le Chemin de Gionne » (Augier, 2001, fig. 84, n° 7).

6.3. Au cours de l’étape III

126Les incertitudes qui pèsent sur la définition de l’étape 4 de l’Île-de-France (cf. supra) limitent les comparaisons avec la partie septentrionale de cette région. Néanmoins, là aussi, comme en Picardie, Champagne ou Berry, il semble que La Tène B1b et le début de La Tène B2 se confondent en une seule étape, ce qui constitue une convergence indéniable entre toutes ces régions. Le faciès défini sur la base du matériel de l’ensemble de Chelles « La Côte Saint-Roch » (en réalité, on le sait depuis peu, un chenal fossile), révèle quelques points de convergence avec le faciès de l’étape III, mais ces dernières portent sur des formes élémentaires et peu discriminantes (situliformes, jattes arrondies). Les différences portent, notamment, sur la rareté des jattes à épaulement, sur l’importance des décors incisés et sur la présence de décors peints à Chelles (Marion, 2004, fig. 477-479), mais il est difficile de préciser à quelle phase de l’occupation du site se rapportent ces caractères ; de même, les compositions géométriques semblent être moins fréquentes à Chelles que dans l’espace sénonais. Il semble cependant, au vu de la céramique des trois derniers quart du IVe s., que l’emprise du futur territoire des Parisii et des Meldes constitue un espace tampon entre le faciès picard, auquel il n’emprunte guère, et le faciès sénonais, dont il semble un peu plus proche. Dans la partie occidentale de la Picardie, la phase 3 (soit La Tène B1b et le début de La Tène B2) ne se distingue pas aisément de la phase 4 (première moitié du IIIe s.) en contexte domestique, alors que les assemblages funéraires autorisent à distinguer ces deux périodes (Friboulet et alii, 2007), comme en Champagne et dans l’Aisne d’ailleurs (Hatt, Roualet, 1977 ; Demoule, 1999). La vaisselle est y encore très proche de celle de la culture Aisne-Marne et recèle quelques archaïsmes (gobelets étroits, décors incisés). En Champagne, la situation demeure encore très floue, les ensembles domestiques disponibles étant encore peu nombreux (Saurel, 2007), mais la céramique provenant de contextes funéraires est très différente de celle de l’espace sénonais. Vers le sud, le découpage chronologique adopté en Basse-Auvergne distingue mal La Tène B1 de La Tène A (Mennessier-Jouannet, dans Augier et alii, 2007), mais isole un faciès La Tène B2, alors qu’en Limagne d’Auvergne sont distingués deux horizons attribués respectivement à La Tène B2a et La Tène B2b (ibid., p. 151-156) et qu’en Orléanais, l’étape 2 rassemble La Tène B1b et La Tène B2a (Riquier, dans Augier et alii, 2007, p. 158-161). Force est de constater que, si la céramique grossière de ces régions conserve des traits archaïques (formes ellipsoïdales, cordons lisses ou digités) étrangers à ceux de l’étape II, la céramique fine montre d’indiscutables affinités avec celle de l’espace sénonais, notamment en raison du développement des jattes arrondies, à épaulement ou à profil en esse, montées ou finies au tour (ibid., fig. 17, 19), que l’on retrouve en Berry à la même époque (Augier et alii, 2007, p. 140), et par la présence récurrente, dans l’étape 3 de Basse-Auvergne et dans l’étape 2 de l’Orléanais, de supports de type piédouche, bien moins fréquents dans le groupe Aisne - Marne et dans ses épigones. D’ailleurs, des points de convergence précis avec le Berry sont à signaler : le pot tourné de La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (fig. 31, n° 4) et la jatte en esse à baguette à la jonction col/panse de Varennes-sur-Seine « Le Marais des Rimelles », sont très proches, sinon identiques à des formes, tournées elles aussi ou régularisées au tour, attestées à Bourges « Le Chemin de Gionne » à La Tène B (Augier, 2001, fig. 84, n° 8 ; fig. 83, nos 8-9).

6.4. Au cours de l’étape IV

127L’étape IV correspond, pour partie, à l’étape 5-6 du nord de l’Île-de-France (Marion, 2004). Force est de reconnaître que la distinction entre les étapes 4 et 5-6 est assez subtile et que les ensembles sélectionnés pour l’illustrer (Marion, 2007, p. 93-97) n’en conduisent pas à une définition claire. La prise en compte de nouveaux ensembles en Plaine de France, comme la batterie de silos de Roissy-en-France « Le Château », qui recèle un équipement militaire cohérent (umbo bivalve, fer de lance...), permet de préciser le faciès de La Tène B2 récente de ce secteur (Séguier et alii, 2008), lequel présente alors de fortes affinités avec le sud de la Picardie, aussi bien au travers du cortège de formes (jarres, pots à col haut, jattes à épaulement court...), que de celui du répertoire décoratif (bandes digitées, décors plastiques, traits lissés...) et s’éloigne résolument de celui du secteur sénonais. Même si, par de nombreux caractères, le territoire des Parisii historiques présente, au début du IIIe s., une forte personnalité (tombes à char...), les rapprochements avec la Gaule Belgique sont nombreux (le grand pot ovoïde à piédouche tourné de l’une des tombes à char de Roissy-en-France [Lejars, 2005] en est une belle illustration) et ne se cantonnent pas au seul domaine de la céramique (rituel et mobilier funéraire). Par ailleurs, contrairement à ce que peut laisser croire le regroupement des étapes 5-6, il semble relativement aisé de distinguer un horizon La Tène C1 récente (Séguier, Viand, à paraître) se caractérisant, entre autre, par l’adoption généralisée des pots ovoïdes dans la batterie culinaire et par le développement des décors lissés, comparables, une fois de plus, à ceux que l’on connaît dans les nécropoles picardes telles que Tartigny ou Allonnes (Massy et alii, 1986 ; Paris, 1998), annonçant les productions de La Tène C2. Néanmoins, un point rapproche le faciès de la céramique de l’étape II de celle des territoires de la future Gaule Belgique : c’est l’adoption, dans la plaine de confluence Seine - Yonne aval, du décor imprimé/repoussé/pincé. Ce décor, original, n’est pas très répandu. Dans le nord de l’Île-de-France, on le connaît à Roissy-en-France à La Tène B2 récente (Séguier et alii, 2008) et à Chelles « La Côte Saint-Roch » (Marion, 2004, fig. 481). Il apparaît, sans doute à la même période, en Picardie, notamment dans la nécropole de Saint-Martin-le-Nœud, tombe 4 (Buchez et alii, 2004, fig. 32), ou encore en Artois, à Arras (Jacques, Rossignol, 1996, fig. 13). Ce type de décor plastique n’est pas sans rappeler le style de Kalenderberg, dont la répartition essentiellement septentrionale (sud des Pays-Bas, Flandre, Hainaut...) connaît une extension jusqu’en Artois (Jacques, Rossignol, 1996, p. 28-29) et dans le nord de la Picardie (Massy et alii, 1973, fig. 7), un élément étant même signalé en Orléanais (Riquier, dans Augier et alii, 2007, p. 161). Les décors du secteur sénonais pourraient être un avatar de ce style, tout au moins dans la façon de traiter la surface des récipients, mais il ne semble pas que l’ornementation des vases du secteur Seine - Yonne soit organisée en panneaux, comme dans le style de Kalenderberg, mais plutôt traitée de manière unidirectionnelle, tout au moins au vu d’un matériel relativement fragmenté. Même si la parenté avec le décor de Kalenderberg n’est qu’indirecte, elle peut témoigner, comme les impressions au peigne du début du IVe s., de l’adoption, sur un espace géographique large, de modèles ornementaux originaux qui transcendent les clivages culturels. Le faciès de La Tène B2 et C1 champenois, désormais mieux connu grâce à la prise en compte de séries domestiques (Saurel, 2007), présente des affinités assez nettes avec l’étape IV, notamment en raison du large développement des jattes à épaulement ou carénées et des décors lissés (réticules, triangles hachurés imbriqués, motifs curvilignes), mais le style des pots en céramique grossière des Mesneux et d’Auve (ibid., fig. 8-9) où les ovoïdes se substituent aux situliformes, est plus conforme à celui de la période 1 de La Bassée (La Tène C1 récente) et au faciès La Tène C1 récente de la Plaine de France (Séguier, Viand, à paraître). En ce qui concerne la France centrale, les étapes 4/5 de la Limagne d’Auvergne et les étapes 3/4 de l’Orléanais (La Tène B2b et La Tène C1) (Mennessier-Jouannet et Riquier, dans Augier et alii, 2007) présentent des points communs avec l’étape IV, notamment au travers du développement de la vaisselle tournée, des jattes à profil sinueux et des décors lissés. Néanmoins, si l’Orléanais se révèle conservateur et somme toute assez proche du secteur sénonais, l’évolution de la vaisselle domestique conduit l’Auvergne à adopter très tôt la jatte à bord rentrant, souvent ornée au lissoir de traits rayonnants, comme celle, tournée, de La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », cependant que le répertoire des pots grossiers et fins, l’apparition de la jatte d’Aulnat et le style des décors lissés engagent, plus tôt qu’ailleurs, les répertoires du bassin clermontois vers ceux qui caractérisent La Tène C2-D, ce qui constitue une différence de taille avec l’aire culturelle sénonaise.

7. De la production à l’utilisation de la vaisselle domestique : éléments de réflexion

7.1. La production

  • 7  Hormis, peut-être, l’hypothétique four signalé sur le site de Montereau-Fault-Yonne, « Les Séchero (...)

128La fabrication de la vaisselle d’usage courant au cours du deuxième Âge du Fer est généralement considérée, sauf exception notable (villages, agglomérations de La Tène C2-D), comme faisant partie de la production domestique. Le fait que cette dernière soit propre à la maisonnée (Arnold, 1985 ; Gallay, 1994) concorde bien avec le niveau d’intégration sociale en chefferies qui est admis pour La Tène ancienne et le début de La Tène moyenne (Demoule, 1999). À ce titre, et même si des contre-exemples sont connus (Mahias, 1994), c’est une activité peut-être essentiellement (sinon exclusivement ?) féminine, ce que traduisent d’ailleurs diverses mythologies des plus explicites (Levi-Strauss, 1985, p. 33-37). Quoique requérant des compétences techniques évidentes (choix, collecte et préparation de la terre, montage, finition, cuisson), celle-ci ne relève pas, à proprement parler, d’une activité hautement spécialisée (Picon, 1992). La céramique non tournée de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais, qui représente environ 95 % du corpus étudié ici, semble répondre à la définition d’une production intégrée au système technique sommairement rappelé ci-dessus. L’hypothèse d’ateliers spécialisés semble exclue, à la fois en raison de la faible standardisation de la production et du caractère relativement sommaire des produits finis, mais aussi pour des raisons tenant au contexte socio-économique : les établissements étudiés, et cela semble être le cas dans l’ensemble du Bassin parisien à la même époque, ne correspondent pas à des villages, mais à des fermes qui doivent être autosuffisantes dans leur approvisionnement en vaisselle d’usage quotidien. En outre, les étapes de la chaîne opératoire paraissent être relativement simples, aucune finition sophistiquée ni forme véritablement complexe n’étant enregistrées, les modèles typologiques et le vocabulaire ornemental étant élémentaires et renvoyant à la production d’une vaisselle utilitaire (cuire, conserver, consommer), tout en excluant toute production de prestige. Même si aucune analyse technique détaillée n’a été entreprise sur le matériel étudié, les stigmates classiques d’une mise en forme à l’aide de colombins, par plaques, éventuellement par battage sur une forme, voire selon des techniques mixtes pouvant faire intervenir de nombreuses combinaisons (Desbat, 1989 ; Huysecom, 1994), sont visibles sur un certain nombre de récipients (fractures préférentielles, etc.). Par ailleurs, la coloration irrégulière montre que la cuisson a été effectuée en meule ou, au mieux, dans des fours simples à un seul volume, dans des conditions ne garantissant pas l’homogénéité de l’atmosphère de post-cuisson. L’absence récurrente de traces de fours de potiers dans les unités domestiques de la phase moyenne de l’Âge du Fer du Bassin parisien7 conduit à privilégier la première hypothèse, les aires de cuisson devant correspondre à des aménagements de surface, l’utilisation opportuniste de fours culinaires étant même attestée dans certains sociétés traditionnelles (Desbat, 1989, p. 147).

Fig. 57. Céramique tournée ou finie au tour de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais : récapitulatif des formes et cadre chronologique (P. Pihuit, INRAP, del.).

129La céramique tournée apparaît dès l’étape II, avec un répertoire constitué essentiellement de vases hauts aux formes complexes. Il semble que les pots dominent le catalogue typologique au cours des étapes II et III et que ce n’est qu’à partir de l’étape IV que les vases bas prennent le pas (jattes à profil sinueux), les jattes arrondies n’apparaissant que dans une phase tardive (fig. 57). Il est possible que, tout au long de la période, les pots soient presque systématiquement dotés d’un pied haut et creux (piédouche), les pieds bas et obliques semblant apparaître assez tardivement. La typologie de ces récipients, fondée sur un corpus de près de 70 individus, est totalement indépendante de celle de la céramique non tournée locale. Elle ne semble guère entretenir de rapport avec les autres familles de céramique tournée contemporaines du quart nord-est de la Gaule et, en particulier, avec la céramique tournée cannelée du Hallstatt D3/La Tène A (Collet, 2002). On constate néanmoins plusieurs cas de convergence typologique troublante, aux étapes II et III, avec des productions de pots et de jattes qui, à Bourges, sont datées globalement de La Tène B (Augier, 2001), sans que, pour autant, on puisse, a priori, suspecter un phénomène d’importation depuis cette région. D’autres ressemblances semblent dépendre plus de la technologie mise en œuvre que d’une filiation, le tournage ouvrant la voie à des détails techniques spécifiques. Tel est le cas des pots à col et épaule cannelés des étapes II (fig. 19, n° 12) et III (fig. 29, n° 1 ; fig. 31, nos 4-5), qui rappellent certaines formes de La Tène A de l’aire rhénane (Pfulgriesheim par exemple : Balzer, Meunier, 2005, pl. 2, n° 5, pl. 3, n° 6). De même, les jattes à profil sinueux des étapes II à IV présentent une parenté avec celles des étapes 2 à 4 de l’Orléanais et de la Limagne d’Auvergne (Mennessier-Jouannet et Riquier, dans Augier et alii, 2007), mais il est permis de se demander s’il pouvait en aller autrement, tant ces formes sont d’une extrême banalité. Par ailleurs, les premiers pots à piédouche (étape II) se rapprochent de certaines formes de la céramique peinte en noir sur fond rouge du groupe Aisne - Marne, mais il est difficile de déceler ici la trace d’une influence dans un sens ou dans l’autre, les deux productions apparaissant de manière simultanée.

Fig. 58. Proportion relative (exprimée en % sur le NMI) de la céramique tournée ou finie au tour de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais : en grisé clair : étape II ; en grisé moyen : étape III ; en noir : étape IV ; au sein de chaque étape, les ensembles sont classés par ordre croissant de fréquence.

130Il est moins indifférent de noter que la part de la céramique tournée va croissant de l’étape II à l’étape IV (fig. 58) et que le répertoire le plus récent (étape IV) annonce celui de la fin de La Tène C1 (fig. 55) (Séguier, 1999) et de La Tène C2 (Séguier, Viand, à paraître), ce qui suggère une continuité de la tradition potière. D’ailleurs, l’usage du piédouche se prolonge, localement, jusqu’à La Tène C2, voire au-delà (ibid.). On ne peut donc que constater que cette catégorie fait une irruption soudaine et remarquée dès le début du IVe s., a priori sans antécédent local, et que ce phénomène intervient dans un contexte général d’innovation et de créativité dans la production de la vaisselle (cf. supra).

131Cette production relève d’un système technique tout autre que celui que l’on est tenté de proposer pour la céramique non tournée. En l’absence d’analyse technologique précise (radiographies par exemple), il est, objectivement, difficile de départir les traces observées à l’œil nu et sous loupe binoculaire, entre les stigmates laissés par un montage au tour et ceux qui sont consécutifs à une finition à la tournette après modelage (la résolution de ce problème complexe requiert, d’ailleurs, des analyses qui ne sauraient être généralisées). Plusieurs études récentes suggèrent en effet que, lors du montage des premières céramiques tournées celtiques (céramique tournée cannelée ou Drehscheibenkeramik des auteurs de langue allemande), le dispositif rotatif a pu n’être mis en œuvre que lors de la finition (Augier, Renault, 2004) ; par ailleurs, il existe de très nombreuses combinaisons techniques entre modelage et tournage (Desbat, 1989). Néanmoins, et même si certaines traces peuvent être ambigües (Roux, 1994), dans le cas de la céramique tournée de La Tène ancienne et moyenne de l’espace sénonais, le modelé des traces visibles à l’intérieur des vases hauts, les sillons concentriques présents sous plusieurs fonds, ainsi que le profilage de certains bords, des épaulements et des points d’inflexion, sans aucun rapport avec ceux que l’on observe sur la céramique non tournée, conduisent à privilégier l’hypothèse de l’usage du tour (rapide ou lent, selon son mode d’actionnement) pour le montage de ces récipients, l’utilisation alternative de l’énergie rotative réservée à la seule finition après mise en forme au colombin (par exemple) ne pouvant cependant pas être totalement exclue. Un argument supplémentaire, indirect celui-ci, est la corrélation étroite qui relie cette céramique au développement de détails plastiques (baguettes combinées avec des cannelures, ondulation des cols, guillochage) ou morphologiques (piédouches, pieds bas obliques, formes complexes), inconnus sur la céramique non tournée et consubstantiels à l’usage du tour. Il convient de signaler que deux vases de La Grande Paroisse « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » ont fait l’objet d’un lissage de la paroi externe qui a totalement oblitéré les traces de tournage (fig. 43, nos 10-20), celles-ci demeurant néanmoins intactes sous le fond, pratique peu fréquente, en apparence, mais observée ailleurs (Mahias, 1994, tabl. 1). Cette observation suggère qu’au cours de l’étape IV, tout au moins, la part de la céramique tournée ou finie au tour est peut-être partiellement sous-évaluée.

  • 8  À l’exception de quelques fragments beiges ou noirs qui sont probablement altérés (recuisson ou ox (...)

132En outre, et cette donnée est fondamentale, il semble que, dans leur très grande majorité, ces récipients à pâte généralement grise ou gris beige et surfaces d’un gris uniforme8 aient été cuits, en majorité, en atmosphère réductrice contrôlée, avec une post-cuisson réductrice (mode B : Picon, 1974), cette dernière pouvant être suivie, dans quelques cas, d’un enfumage et ce, dès l’étape II. Ce type de cuisson nécessite l’emploi de fours à deux volumes et une parfaite maîtrise, même empirique, de toutes les étapes du processus (choix du combustible, maîtrise du temps et de la température de cuisson, etc.) (Picon, 2002), donc un apprentissage long et complexe.

  • 9  C’est d’ailleurs dans un contexte similaire que pourraient se développer les ateliers spécialisés (...)

133Ainsi, il ressort de ces données que les conditions de la production de céramique tournée de l’espace sénonais sont peu compatibles avec une production domestique pour deux raisons. La première est que le montage au tour, qu’il soit rapide ou lent, ainsi que la finition à la tournette d’ailleurs, nécessitent un long apprentissage (Roux, 1990), une haute technicité et une pratique tant soit peu régulière. La seconde tient à la complexité de construction de fours à deux volumes et à la difficulté inhérente à la conduite d’une cuisson en mode B, même si cette dernière n’est pas la plus sophistiquée, loin s’en faut. Les conditions paraissent donc réunies pour voir dans cette vaisselle le produit d’un artisanat spécialisé, ce que l’homogénéité des séries de l’étape IV semble bien confirmer. Si les premières céramiques tournées, quelle que soit la technologie mise en œuvre, ce qui ne change d’ailleurs pas grand-chose à l’affaire (Roux, 1994, p. 57), concrétisent le développement d’une catégorie d’artisans spécialisés dans la production céramique, c’est dans un contexte social (celui des résidences princières du Hallstatt final - début La Tène A), culturel (contacts avec le monde hellénisé) et économique qui, précisément, en favorise l’émergence9. L’organisation sociale pressentie pour La Tène ancienne et le début de La Tène moyenne (Demoule, 1999 ; Brun, 2007) est-elle en adéquation avec l’apparition et avec le développement, probablement totalement indépendants de la première, d’un artisanat spécialisé ? Si l’absence d’un échelon centralisé à La Tène B-C1 mérite discussion ou, tout au moins, doit être relativisée, l’absence d’un lieu de centralisation du pouvoir (résidence aristocratique, oppidum) dans l’espace considéré et, plus généralement, en Celtique occidentale à cette époque est avérée et, semble, en première analyse, s’y opposer. Dans ces conditions, plutôt que d’imaginer l’existence d’ateliers spécialisés et fixes, dont on peut se demander s’ils eussent été économiquement viables (clientèle), il faut peut-être envisager l’hypothèse d’une catégorie d’artisans itinérants, œuvrant, pourquoi pas, en réseau et ponctuellement, pour le compte de groupes organisés en chefferies. La mise en évidence d’un échelon de contrôle et d’une organisation hiérarchisée du territoire du confluent Seine - Yonne à La Tène B1a (Séguier et alii, 2007) semble devoir aller dans le sens de cette hypothèse, les conditions socio-économiques étant alors réunies pour rendre viable un tel artisanat. D’ailleurs, la production de biens de consommation en métal, nécessitant la maîtrise de technologies très élaborées et l’existence d’un artisanat spécialisé (fibules, parures...), voire très hautement spécialisé (lames et fourreaux d’épée), ainsi que l’existence de réseaux d’échange de matières premières, de produits manufacturés et de biens de prestige aux IVe et IIIe s., va dans le même sens et semble s’accommoder d’une organisation de ce type. L’existence d’un tel artisanat céramique, dont la diffusion doit être assez limitée, suppose que les réseaux d’échange, désorganisés à la suite de l’effondrement du système des chefferies complexes de la fin du premier Âge du Fer, subsistent sous une forme minimale (Brun, 2007), voire se réactivent peu à peu. Par ailleurs, même si le comparatisme ethnographique doit être manié avec la plus extrême prudence, on peut rappeler que, dans certaines sociétés organisées en chefferies, un artisanat spécialisé de la céramique (activité féminine) peut se développer au sein de communautés d’artisans et, notamment, de forgerons (Mahias, 1994, p. 330 ; De Ceuninck 1994, p. 164).

134Enfin, il convient d’observer que la fonction d’une partie des récipients de La Tène ancienne leur confère un statut particulier : les premiers vases sont des pots à haut pied creux (Ville-Saint-Jacques) qui, comme les vases peints de la culture Aisne-Marne, ont pu avoir une fonction semblable à celle du cratère : mélange et présentation de boissons alcoolisées par exemple. Les formes qui se développent par la suite (étape IV) sont des jattes à profil sinueux dans lesquelles on peut voir des coupes à boire, la présence d’une passoire à La Grande Paroisse renvoyant, elle aussi, à la consommation de boissons alcoolisées. Ces données semblent aller de pair avec le lien fort qui unit la fréquence de la céramique tournée, à ses débuts tout au moins, avec le statut de certains sites (Séguier et alii, 2007), ce qui conforte l’hypothèse selon laquelle cette dernière apparaît et se développe dans la mouvance de populations privilégiées.

7.2. Aspects fonctionnels

135Bien qu’il ne soit pas dans notre propos d’entreprendre une analyse détaillée de la fonction des récipients, quelques remarques s’imposent à la lumière du corpus étudié. Ces dernières sont proposées à titre d’hypothèses de travail et concernent certains types particuliers de vaisselle, mais il serait bien difficile de les valider hâtivement en l’absence d’analyse portant sur les éventuels caramels de cuisson (plutôt rares au demeurant) et autres traces d’utilisation ou d’enduction.

136Le premier point concerne la constitution générale de la batterie de cuisine et la part des différents types dans les assemblages. On a déjà noté que les pots, les jattes tronconiques et les jattes arrondies en céramique grossière étaient communs à toute la période envisagée ou, au moins, aux étapes II à IV. Ces récipients doivent constituer l’équipement de base de la batterie culinaire, la taille des dégraissants induisant leur capacité à résister au feu. On constate néanmoins que les pots en céramique non tournée fine/semi-fine sont encore bien représentés dans les assemblages de l’étape II et, en particulier, à Ville-Saint-Jacques, ce qui constitue un trait « d’archaïsme ». Mais la part de ces derniers récipients, qui sont probablement destinés au stockage en petit volume, s’amenuise au fil du temps pour n’être plus qu’anecdotique au cours de l’étape IV. Ce phénomène semble traduire une spécialisation progressive de la vaisselle, la céramique grossière devenant, par excellence, dédiée à la vaisselle à feu et aux petits pots de stockage. Dans le même temps, les jattes (et bols) arrondies ou à épaulement sinueux, dont le nombre s’accroît rapidement, deviennent les récipients dédiés à la consommation (collective ou individuelle), alors que les jattes (et les quelques assiettes) tronconiques en céramique fine/semi-fine diminuent drastiquement pour disparaître presque complètement dès la fin de La Tène C1 (Séguier, 1999), traduisant une rupture définitive avec l’héritage hallstattien. On peut d’ailleurs se demander si ces derniers récipients sont des contenants ou assurent le rôle de couvercle, cette fonction n’étant par ailleurs guère avérée si ce n’est par le possible couvercle à tenons perforés de Ville-Saint-Jacques (fig. 18, n° 3), sans doute destiné à être suspendu pour un usage particulier.

137Le second point concerne les pièces de vaisselle en relation avec des fonctions spécialisées (uniquement illustrées au cours des étapes II à IV). Les faisselles (quatre exemplaires) et des passoires ou filtres (trois exemplaires) sont étonnamment rares, ce qui conduit inévitablement à douter que la céramique ait été le seul matériau utilisé pour confectionner les récipients destinés à l’égouttage du caillé et au filtrage des liquides alimentaires, y compris celui des breuvages alcoolisés.

138Le corpus dont on dispose, fort de 23 exemplaires, apporte quelques éléments sur la fonction des jattes à bord festonné. On doit remarquer que, comme ailleurs dans le Bassin parisien (Lambot, 1988), ces récipients ne sont confectionnés qu’en céramique non tournée grossière, ce qui traduit, vraisemblablement, la nécessité de fabriquer des récipients aptes à résister à la chaleur. La présence fréquente de coups de feu sur leur surface interne, même sur des pièces fragmentaires, et, surtout, la surcuisson subie par certains de ces récipients, ne confortent guère l’hypothèse de leur usage comme luminaire (ibid., p. 52-53), que ne justifie d’ailleurs pas leur volume (la lampe à suif d’époque romaine est toujours de très petit module). Même si un usage en tant que brasero ou chauffe-plat entraîne des objections (irrégularité des coups de feu), elle reste plausible, alors que d’autres utilisations ne peuvent être écartées (brûle-parfums par exemple).

139Les bassines, qui ne sont guère que de très grandes jattes, ne forment pas un groupe typologique homogène, mais leurs dimensions et le fait qu’elles soient toujours produites en céramique non tournée grossière en font des récipients spécifiques (destinés à la consommation collective ou à une activité artisanale ?). Elles sont peu nombreuses (huit en tout) et la concentration de six d’entre elles à Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier », dans un assemblage modeste, prend d’autant plus de relief, sans que l’on puisse en déduire quoi que ce soit au sujet de leur fonction.

140Les micro-vases, au nombre de 21, constituent un groupe tout aussi peu homogène. Leur répartition n’est pas aléatoire, l’habitat de Ville-Saint-Jacques rassemblant onze des quatorze exemplaires de l’étape II, dont trois dans chacun des seuls silos 151 et 161 (Séguier et alii, 2007). De telles concentrations de micro-céramiques dans des silos de La Tène ancienne, connues ailleurs (Billoin et alii, 2002), ne semblent pas fortuites, et il y a tout lieu de se demander si ces récipients ne préfigurent pas la miniaturisation des vases que l’on observe dans des contextes cultuels de la fin du deuxième Âge du Fer (Séguier et alii, 2007). On peut également s’interroger sur la fonction des godets à alvéoles (qui se sont pas nécessairement à leur place dans la vaisselle stricto sensu), dont trois exemplaires sont connus dans des contextes des étapes II et IV (Ville-Saint-Jacques, Varennes-sur-Seine), mais aussi de La Tène finale (Souppes-sur-Loing, Le Plessis-Gassot) (ibid.). La fonction de ces objets demeure une énigme : s’agit-il de godets à couleurs, à épices, à fards, à onguents ou à tout autre élément de la pharmacopée ?

141Les jarres, enfin, méritent une mise au point. Au nombre de 39 exemplaires et se distribuant de manière aléatoire, elles sont présentes dans tous les ensembles mais toujours en petite quantité. Elles sont presque toujours produites en céramique grossière (dans 90 % des cas). Leur forte fragmentation limite la restitution des formes, mais les éléments dont on dispose mettent en évidence deux tendances : la première est le passage progressif des profils situliformes vers des récipients ovoïdes ; la seconde est le fait que ces vases ont presque toujours une ouverture refermée. Les dimensions modestes (telles qu’elles semblent perceptibles) et la faible part de ces récipients dans la constitution des assemblages domestiques, n’en font pas de sérieux candidats pour le stockage des récoltes et des semences, lequel est assuré par les silos et les greniers (en tas, dans des sacs). Deux observations laissent imaginer qu’un autre rôle leur est dévolu. La première est l’altération des surfaces internes de plusieurs jarres par un agent chimique agressif (saumure, produit acide ?), observée sur des exemplaires de La Grande Paroisse, Varennes-sur-Seine et Marolles-sur-Seine. La seconde est la présence de traces d’un enduit poissé externe sur le col de certains récipients de Varennes-sur-Seine « Volstin », à l’instar de ce que l’on observera sur nombre de jarres de La Tène finale et de la période gallo-romaine précoce. Ces éléments n’ont aucune raison d’être sur des jarres à grain. De fait, ils ne nous paraissent être compatibles qu’avec une utilisation en tant que jarres à saumure pour la préparation de salaisons et/ou comme récipients utilisés dans la chaîne opératoire de la production de bière, laquelle nécessite des récipients de grande taille (le tonneau ne semble apparaître que plus tardivement). Ces hypothèses ne sont, bien entendu, que des pistes de réflexion, mais, d’ores et déjà, l’hypothèse de l’emploi de saumure (et donc la production de salaisons) invite à s’interroger sur le commerce du sel à La Tène ancienne et au début de La Tène moyenne, bien peu documenté à ce jour, en Gaule tout au moins.

8. Conclusions

142Bien que la documentation disponible soit inégalement répartie dans l’espace (déficit dans la vallée de l’Yonne, sur les coteaux crayeux icaunais et sur les plateaux [Brie, Gâtinais, Beauce]) et dans le temps (les étapes I et III sont déficitaires), la céramique de l’espace culturel sénonais de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne montre, passé une étape I encore nettement ancrée dans la tradition du Hallstatt final, une indiscutable homogénéité et une forte personnalité qui l’individualisent dans le concert des faciès culturels du centre et du nord-est de la Gaule. De ce point de vue, l’analyse du faciès céramique concorde parfaitement avec celle des pratiques funéraires et des mobiliers métalliques.

143La prise en compte de séries domestiques et autres, assez bien fournies, permet de définir des étapes aux caractères relativement bien tranchés, excepté peut-être l’étape III qui, du point de vue typologique, se révèle, un peu en négatif, plutôt comme une phase intermédiaire entre les étapes II et IV, tandis que son vocabulaire ornemental s’individualise bien.

144La concordance entre les étapes définies ici et celles que met en évidence l’analyse des sépultures dans la même région se révèle très bonne pour la partie haute de la séquence (fig. 53). Les étapes I, II et III peuvent être corrélées avec les horizons La Tène A (plus précisément une étape récente équivalente à La Tène A2), La Tène B1a et La Tène B1b. En ce qui concerne l’étape II, la concordance parfaite repose en partie sur l’utilisation des mêmes « fossiles directeurs », alors que la datation de l’étape I est fondée sur des données dendrochronologiques, diversité d’approches qui est garante de la validité de la mise en séquence. En revanche, à partir de la fin de l’étape III, le tableau se brouille. Cette dernière pourrait, en effet, se confondre avec le début de La Tène B2, alors que l’étape IV, qui s’enracine peut-être dans le dernier quart du IVe s., se rattache avant tout, assez clairement, et cette fois sur la base d’un corpus métallique pertinent, à toute la première moitié du IIIe s., à cheval sur l’horizon La Tène B2 récente et sur le début de La Tène C1. Ces résultats sont en grande partie en harmonie avec les sériations opérées en France centrale et dans une bonne partie du Bassin parisien. Pour n’être pas contradictoires, ils traduisent à la fois la continuité et l’homogénéité des faciès céramiques, tout en suggérant que la charnière des IVe et IIIe s. constitue une phase de transition entre deux styles et deux traditions céramiques différentes. Cette partition chronologique aboutit à une césure au sein de La Tène B2, puis à une autre au sein de La Tène C1, que l’analyse des ensembles funéraires ne fait pas du tout ressortir, tout au moins à ce jour. Il y a, de ce point de vue, une discordance entre les deux systèmes chronologiques ; celle-ci pourrait s’expliquer en partie par la nature des mobiliers sollicités pour dater l’étape IV, qui, on l’a déjà signalé, paraissent être, à ce jour, exclus des dépôts funéraires contemporains, mais cette explication ne nous paraît pas suffisante et d’autres voies restent probablement à explorer. La surabondance des sépultures attribuées à La Tène B2 d’un côté et la rareté de leurs homologues de La Tène C1, de l’autre (Baray et alii, 2007), traduit un déséquilibre qui ne trouve pas d’écho dans la documentation issue des habitats (encore insuffisante il est vrai). Ces résultats nous paraissent de nature à susciter bien des interrogations, en particulier sur la validité de l’image sociale que l’on peut être tenté de restituer à partir des ensembles funéraires. Par ailleurs, la tendance à considérer l’horizon La Tène C1, dans le Bassin parisien, comme monolithique, est probablement à remettre fondamentalement en question, notamment sur la base des données issues de l’étude de la céramique domestique. L’expression « La Tène B2-C1 », souvent employée par abus de langage, masque une réalité certainement très complexe ; sans doute devrait-on la corriger en « La Tène B2 récente-La Tène C1 ancienne », mais on touche là à des subtilités chronologiques dont on peut finir par se demander si elles ont un sens.

145Ainsi, pour la partie récente de la séquence, on ne peut, à ce jour, que constater que le rythme d’évolution des mobiliers et des pratiques funéraires d’un côté, et celui de la vaisselle domestique de l’autre, ne sont pas strictement les mêmes. Un tel constat n’est pas sans conséquences en termes historiques, car choisir de placer les césures à tel ou tel moment n’est pas neutre. Plutôt que de chercher une improbable vérité, il faut souhaiter que les occasions de confronter les deux systèmes se multiplient, car elles sont susceptibles de renouveler notre vision de la société de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne et de son évolution. De ce point de vue au moins, il est impératif de multiplier les fouilles d’habitat et d’en publier les résultats car, dans le territoire étudié ici, eux seuls sont à même de livrer cette opportunité.

Haut de page

Bibliographie

Arcelin P., Tuffreau-Libre M., 1998, La quantification des céramiques : conditions et protocoles, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 139 p. + XVII p. (Bibracte, 2).

Arnold D. E., 1985, Ceramic theory and cultural process, Cambridge University Press, 268 p. (New Studies in Archaeology).

Augier L., 2001, « Les artefacts : la céramique commune », in : Buchsenschutz O., Ralston I., L’occupation de l’Âge du Fer dans la vallée de l’Auron à Bourges : installations agricoles, funéraires et cultuelles (Xe-Ier siècle av. J.-C.), Tours, ARCHEA, p. 109-128 (22ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Augier L., Renault I., 2004, « Introduction de la force cinétique rotative dans la chaîne opératoire des productions céramiques du dernier quart du VIe et du Ve siècle avant J.-C. à Bourges (Cher) : découvertes archéologiques et expérimentations », in : Feugère M., Gérold J.-C. dir., Le tournage, des origines à l’an Mil, Actes du colloque de Niederbronn, oct. 2003, Montagnac, ed. M. Mergoil, p. 101-111 (Monographies Instrumentum, 27).

Augier L., Mennessier-Jouannet C., Milcent P.-Y., Orengo L., Riquier S., 2007, « La France centrale aux IVe et IIIe s. av. n. ère (Auvergne, Berry et Orléanais) », in : Mennessier-Jouannet C. et alii, 2007, p. 117-176.

Balzer I., Meunier K., 2005, « Un site d’habitat du Hallstatt final et de La Tène ancienne à Pfulgriesheim (Bas-Rhin) », in : Adam A.-M., éd., Recherches de Protohistoire alsacienne : la céramique d’habitat du Bronze final III à La Tène ancienne, Dijon, p. 257-273 (23ème suppl. à la R.A.E.).

Baray L., 1991, « Le Sénonais dans son contexte du Bassin parisien du IVe et du IIIe siècle avant J.-C. », Dijon, R.A.E., t. 42, fasc. 2, p. 203-270.

Baray L., 2000, « Le faciès culturel du Sénonais au Hallstatt D et La Tène A », in : Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du 19e colloque AFEAF, Troyes, 1995, Reims, p. 93-128 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise,15 – Bull. de la Société Archéologique Champenoise,4).

Baray L., 2002, « Les nécropoles tumulaires de la fin du premier Âge du Fer de l’Auxerrois et de l’Avallonnais : état de la documentation », in : Maranski, D., Guichard V. éd., Les Âge du Fer en Nivernais, Bourbonnais et Berry oriental, Actes du XVIIe colloque de l’AFEAF, Nevers, 1993, Glux-en-Glenne, Centre Archéologique européen du Mont Beuvray, p. 33-80 (Bibracte, 6).

Baray L., 2003, Pratiques funéraires et sociétés de l’Âge du Fer dans le Bassin parisien (fin du VIIe s.-troisième quart du IIe s. avant J.-C.), Paris, 446 p. (56ème suppl. à Gallia).

Baray L., Chaume B., Millet E., 2007, « Culture matérielle et pratiques funéraires en Bourgogne du Nord aux IVe et IIIe s. av. J.-C. », in : Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, juin 2003, Lattes, p. 187-225 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Baray L., Deffressigne S., Leroyer C., Villemeur I., 1994, Nécropoles protohistoriques du Sénonais, Paris, éd. de la M.S.H., 230 p. (Documents d’Archéologie Française, 44).

Baray L., Krier V., Leroyer C., Limondin N., Tresset A., Bouvet P., Gadiolet P., Solari M.-E., 1994, « L’habitat protohistorique des Sécherons à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) », Dijon, R.A.E., t. 45, fasc. 2, p. 243-304.

Bardel D., 2002, Première approche de la céramique du Hallstatt final (Hallstatt D2/D3) dans la France du Centre-Est : économie de la production et faciès culturel, Mémoire de DEA, Université de Bourgogne, 114 p.

Bardel D., 2005, « Le mobilier archéologique de l’habitat du Hallstatt final à Ecuelles, Charmoy (Seine-et-Marne) », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 209-224 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Bataille G., 2008, Les Celtes : des mobiliers aux cultes, Dijon, Éd. Universitaires de Dijon, 258 p. (Coll. Art, Archéologie & Patrimoine).

Billoin D., Matterne V., Méniel P., 2002, « L’habitat de La Tène ancienne de Tagnon ‘La Fricassée’ (Ardennes), économie et vaisselier », in : Méniel P., Lambot B. éd. : Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule : découvertes récentes de l’Âge du Fer dans le massif des Ardennes et ses marges, Actes du XXVe colloque de l’AFEAF, Charleville-Mézières, 24-27 mai 2001, Reims, p. 33-48 (Bull. de la Société Archéologique Champenoise, Mémoire, 16).

Boisseau F., 2006, Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » (Essonne) : rapport d’évaluation, INRAP, Pantin, Saint-Denis, 51 p.

Brun P., 2007, « Une période de transition majeure en Europe : de la fin du IVe au début du IIIe s. av. J.-C. (La Tène B2 et C) », in: Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, juin 2003, Lattes, p. 377-384 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Buchez N., Le Goff I., Millerat P., 2004, « Les nécropoles à incinération de La Tène ancienne de Milly-sur-Thérain et Saint-Martin-Le-Nœud (Oise) », Amiens, Revue Archéologique de Picardie, 1/2, p. 33-121.

Buchsenschutz O., Bulard A., Lejars T. dir., 2005, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, 272 p. (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Bulard A., Duhamel P., Poulain T., 1983, « Fosses de La Tène ancienne aux Sablons de Fresnes-sur-Marne (Seine-et-Marne) », in : Les Celtes dans le Nord du Bassin parisien (VIe-Ier s. av. J.-C.), Actes du Ve colloque de l’AFEAF, Senlis, mai 1981, Amiens, p. 47-65 (Revue Archéologique de Picardie, 1).

Charpy J.-J., 1991, « Recensement des céramiques à engobe rouge en Champagne », in : La céramique peinte celtique dans son contexte européen, Symposium international d’Hautvillers, oct. 1987, Reims, p. 97-107 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, 5).

Charpy J.-J., Delnef H., 2001, « Ateliers de potiers et mains d’artisans au Ve siècle en Champagne (F.) », Lunula, Archaeologia protohistorica, IX, p. 52-64.

Chaume B., 2001, Vix et son territoire à l’Âge du Fer : fouilles du Mont Lassois et environnement du site princier, Montagnac, éd. M. Mergoil, 643 p. (Protohistoire Européenne, 6).

Collet S., 2002, « La céramique tournée cannelée hallstattienne et du début de La Tène » », in : Maranski, D., Guichard V. éd., Les Âges du Fer en Nivernais, Bourbonnais et Berry oriental, Actes du XVIIe colloque de l’AFEAF, Nevers, 1993, Glux-en-Glenne, Centre Archéologique européen du Mont Beuvray, p. 107-116 (Bibracte, 6).

Corradini N., 1991, « La céramique peinte à décor curviligne rouge et noir en Champagne : approche technologique et chronologique », in : La céramique peinte celtique dans son contexte européen, Symposium international d’Hautvillers, oct. 1987, Reims, p. 109-142 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, 5).

De Ceuninck A., 1994, « Forme, fonction, ethnie : approche ethnographique des céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 161-177.

Delattre V., 2000, « De la relégation sociale à l’hypothèse des offrandes : l’exemple des dépôts en silos protohistoriques au confluent Seine-Yonne (Seine-et-Marne», Tours, Revue Archéologique du Centre de la France, 39, p. 5-30.

Demoule J.-P., 1999, Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du VIe au IIIe siècle avant notre ère, Amiens, 406 p. (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial, 15).

Desbat A., 1989, « Aperçu et réflexions sur les techniques traditionnelles des céramiques à partir d’exemples marocains », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lezoux, 1989, Marseille, p. 143-152.

Durand J.-C., 1994, « Un habitat de La Tène ancienne à Champagne-sur-Oise », in : Buchsenschutz O., Méniel P. éd., Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du colloque de Paris, Paris, Presses de l’École Nationale Supérieure, p. 149-158 (Coll. Études d’histoire et d’archéologie, 4).

Feugère M. dir., 1989, Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, 191 p.

Friboulet M., Buchez N., Desenne S., Gaudefroy S., Marlrain F., Pinard E., Robert B., 2007, « Caractérisation des ensembles céramiques des IVe et IIIe siècles avant notre ère dans la région picarde », in: Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 29 mai - 1er juin 2003), Lattes, p. 35-68 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Gallay A. 1994, « Sociétés englobées et traditions céramiques : le cas du Pays dogon (Mali) depuis le xiiie siècle », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 435-457.

Gaucher G. dir., 1996, Fouilles de Pincevent II. Le site et les occupations récentes : l’environnement tardi et post-glaciaire et les témoins postérieurs au Magdalénien, Paris, Société Préhistorique Française, 228 p. (Mémoires de la S.P.F., 23).

Gebhart R., 1989a, « Pour une nouvelle typologie des bracelets celtiques en verre », in : Feugère M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 73-83.

Gebhart R., 1989b, « Le verre à Manching : données chronologiques et apport des analyses », in : Feugère M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 99-106.

Gouge P., Leconte L., 1999, « L’habitat du Hallstatt final et de La Tène ancienne sur le territoire de la Ferme d’Isle à Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne) : propositions pour un cadre chronologique », in : Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du 19e colloque AFEAF, Troyes, 1995, Reims, p. 157-180 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise,15 – Bull. de la Société Archéologique Champenoise,4).

Guadagnin R., 1984, « La nécropole celtique de Bouqueval », Bull. des Jeunesses Préhistoriques et Géologiques de France, 8, p. 16-65.

Hatt J.-J., Roualet P., 1977, « La chronologie de La Tène en Champagne », Dijon, R.A.E., t. XXVIII, fasc. 1-2, p. 7-56.

Hurtrelle J., Monchy E., Roger F., Rossignol P., Villes A., 1990, Les débuts du second Âge du Fer dans le nord de la France, 252 p. (Les Dossiers de Gauheria, 1).

Huysecom É. 1994, « Identification technique des céramiques africaines », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 31-44.

Jacques A., Rossignol P., 1996, « La céramique laténienne en Artois : premiers résultats des fouilles des années 1990-1995 », Amiens, Revue Archéologique de Picardie, 3/4, p. 23-39.

Kaenel G., 1990, Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale : analyse des sépultures, Lausanne, 457 p. (Cahiers d’Archéologie Romande, 50).

Krämer W., 1985, Die Grabfunde von Manching und die Latènezeitlichen Flachgräber in Südbayern, Stuttgart, RGZK, 163 p., 126 pl. (Die Augsgrabungen in Manching, 9).

Kruta V., 1975, L’art celtique en Bohème : les parures métalliques du Ve au IIe siècle avant notre ère, Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études, IVe section, 303 p., XVIII pl.

Lambot B., 1988, « Les coupes à bord festonné du Bassin parisien et du Nord de la France », Reims, Bull. de la Société Archéologique Champenoise, 81, 2, p. 31-83.

Leconte L., 1991, « Les nécropoles laténiennes de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) », Saint-Germain-en-Laye, Antiquités Nationales, 22/23, p. 43-80.

Lejars T., 2005, « Le cimetière celtique de la Fosse Cotheret à Roissy (Val-d’Oise) et les usages aristocratiques dans le nord du Bassin parisien à l’aube du IIIe siècle avant J.-C. », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 73-83 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Lévi-Strauss C., 1985, La potière jalouse, Paris, Plon, 314 p.

Mahias M.-C., 1994, « Façonnage des céramiques en Inde : un cas de poterie tournée par les femmes », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 327-341.

Marion S. 2004, Recherches sur l’Âge du Fer en Île-de-France, entre Hallstatt final et La Tène finale : analyse des sites fouillés, chronologie et société, Oxford, 1121 p. (BAR, International Series, 1231).

Marion S., 2007, « Les IVe et IIIe siècles avant notre ère en Île-de-France », in : Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 29 mai - 1er juin 2003), Lattes, p. 91-115 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Massy J.-L., Mantel E., Méniel P., Rapin A., 1986, « La nécropole gauloise de Tartigny (Oise) », Amiens, Revue Archéologique de Picardie, 3/4-1986, p. 479-492.

Massy J.-L., Mohen J.-P., Poplin F., 1973, « Les sépultures gauloises d’Allonville (Somme) », Bull. Société Préhistorique Française, 70, p. 13-81.

Mennessier-Jouannet C., Adam A.-M., Milcent P.-Y. éd., 2007, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 29 mai - 1er juin 2003), Lattes, 398 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Méniel P., 2005, « La sépulture humaine et le dépôt d’animaux de Varennes-sur-Seine, Le Marais de Villeroy (Seine-et-Marne) », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 181-191 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Milcent P.-Y., Moulherat C. et coll., 1999, « Un tumulus princier du Ve siècle avant J.-C. à Sainte-Geneviève-des-Bois, La Ronce (Loiret) », in : Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du 19e colloque AFEAF, Troyes, 1995, Reims, p. 295-332 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise,15 – Bull. de la Société Archéologique Champenoise,4).

Paris P., 1998, « Les sépultures à incinération de La Tène moyenne de la « ZAC de Ther » à Allonne (Oise) », Amiens, Revue Archéologique de Picardie, 1/2-1998, p. 271-329.

Peake R., Séguier J.-M. et coll., 1997, Occupation de l’interfluve Seine - Yonne du Paléolithique supérieur à la fin du haut Moyen Âge à Marolles-sur-Seine, Le Grand Canton (Seine-et-Marne), Document final de synthèse, Saint-Denis, SRA Île-de-France et CDA Bassée, 105 p.

Peake R., Allenet G., Bernard V., Chaussé C., Clavel B., Dietrich A., Leroyer C., Séguier J.-M., 2005, « Un exemple de gestion du milieu humide en fond alluvial à l’Âge du Fer à Bazoches-lès-Bray (Seine-et-Marne) », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 157-179 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Picon M., 1974, Introduction à l’étude technique des céramiques sigillées de Lezoux, Dijon, Université de Dijon, 142 p. (Publ. du Centre de Recherche sur les Techniques Gréco-Romaines, 2).

Picon M., 1992, « Ethnoarchéologie et recherches en laboratoire : le cas des techniques céramiques », in : Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites, Actes des XIIes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, oct. 1991, Juan-les-Pins, éd. ADPCA, p. 115-126.

Picon M., 2002, « Les modes de cuisson, les pâtes et les vernis de La Graufesenque : une mise au point », in : Genin M., Vernet A. éd., Céramiques de La Graufesenque et autres produits d’époque romaine : nouvelles recherches : hommages à Bettina Hoffmann, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 139-163 (Archéologie et Histoire Romaine, 7).

Poyeton A. dir., 1999, Établissements ruraux du deuxième Âge du Fer à Saint-Julien-du-Sault ‘Les Boulins’ (Yonne), Passy, Dijon, Nancy,Document Final de Synthèse, 80 p. (Programme d’Interventions Archéologiques dans les carrières de granulats de l’Yonne).

Prampart J.-Y., 1979, « La nécropole gauloise de Villeperrot (Yonne », in : Les Sénons avant la conquête à la lumière des dernières découvertes : habitats, commerce, sépultures, Actes du colloque AFEAF de Sens, 1977, Sens, Société Archéologique de Sens, p. 67-83.

Prampart J.-Y., 1983, « Pont-sur-Yonne, Le Bas des Renardières (1983) », Société archéologique et culturelle de Pont-sur-Yonne, 6, p. 7-13.

Roualet P., Charpy J.-J. éd., 1991, Les Celtes en Champagne : cinq siècles d’histoire, Catalogue d’exposition, Musée d’Epernay, 280 p.

Roux V., 1990, Le tour du potier : spécialisation artisanale et compétences techniques. Paris, éd. du CNRS, 155 p. (Monographies du CRA, 4).

Roux V., 1994, « La technique du tournage : définition et reconnaissance par les macrotraces », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 45-58.

Saurel M., 2007, « Les IVe et IIIe s. av. n. è. en Champagne-Ardenne : apport de l’étude de la vaisselle des habitats », in : Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003, Lattes, p. 7-33 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Séguier J.-M. et coll., 1995, Occupations protohistoriques et habitat rural gallo-romain à Villiers-sur-Seine, Les Vallées (Seine-et-Marne), Document final de synthèse, Saint-Denis, SRA Île-de-France et CDA Bassée, 132 p.

Séguier J.-M., 1999, « Un aspect de la romanisation en territoire sénon : la céramique de la fin de l’Âge du Fer et du début du Haut-Empire du secteur de confluence Seine - Yonne », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir., La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la Table ronde d’Arras, 14-17 oct. 1996, p. 335-366 (Nord-Ouest Archéologie, 9).

Séguier J.-M., Delattre V., 2005, « Espaces funéraires et cultuels au confluent Seine - Yonne (Seine-et-Marne) de la fin du Ve au IIIe siècle avant J.-C. », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 241-260 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Séguier J.-M., Viand A., à paraître, « Chronologie des assemblages de mobilier des trois derniers siècles avant notre ère en Île-de-France : un état des lieux dans les territoires des Sénons et des Parisii », in : Barral P., Fichtl S. dir., Chronologie de la fin de l’Âge du Fer dans l’Est de la France et les régions voisines (IIIe-Ier s. av. J.-C.), Actes de la table-ronde internationale de Bibracte, Glux-en-Glenne, 15-17 oct. 2007, Glux-en-Glenne, Bibracte, Centre archéologique européen (coll. Bibracte).

Séguier J.-M., Auxiette G., Clavel B., Maury O., Raimbault S., 2007, « Le début du IVe s. av. J.-C. dans l’espace culturel sénonais : les habitats de Bois d’Echalas à Ville-Saint-Jacques et de Beauchamp à Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) dans le contexte de l’interfluve Seine-Yonne », Revue Archéologique du Centre de la France, 45-46, mis en ligne le 08 avril 2008. URL : http://Revue Archéologique du Centre de la France.revues.org//index611.html.

Séguier J.-M., Auxiette G., Coubray S., Dunikowski C., Leconte-Schmitt B., Zech-Matterne V., 2008, « Une ferme du début du IIIe s. av. J.-C. au ‘Marais du Colombier’, Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) : analyse archéologique et environnementale », Revue Archéologique du Centre de la France, 47, mis en ligne le 13 mai 2009. URL : http://racf.revues.org//index1105.htlm.

Séguier J.-M., Ginoux N., Méniel P., 2008, « L’habitat de La Tène ancienne du Château à Roissy-en-France (Val-d’Oise) », Paris, Revue Archéologique d’Île-de-France, 1, p. 169-190.

Suter P. J., 1984, « Neuere Mittellatène-Grabkomplexe aus dem Kanton Bern : ein Beitrag zur Latène C-Chronologie des schweizerischen Mittellandes », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 67, p. 73-93.

Szabó M., 1992, Les Celtes de l’Est : le second Âge du Fer dans la cuvette des Karpates, Paris, éd. Errance, 206 p.

Vaginay M., Guichard V., 1988, L’habitat gaulois de Feurs (Loire) : fouilles récentes (1978-1981), Paris, éd. de la M.S.H., 199 p. (Documents d’Archéologie Française, 14).

Zepezauer M.-A., 1989, « Perles à décor oculé spiralé de La Tène moyenne et finale », in : Feugère M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 107-120.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Alain Bulard (SRA Île-de-France/MCC), Patrick Gouge (SDASM) et Agnès Poyeton (INRAP) de m’avoir autorisé à exploiter et publier des documents inédits, Nathalie Ginoux (INRAP) pour son aide dans la datation des pièces d’armement, Christophe Dunikowski (INRAP) pour les informations sur le site de Maillot, Carlos Valero (INRAP) pour les photographies et Patrick Pihuit (INRAP) pour la réalisation de l’iconographie.

2  Deux installations domestiques ont été récemment découvertes (fouilles R. Issenmann et C. Charamond, INRAP) ; il en va de même sur le tracé de l’autoroute A19.

3  N’ont pas été intégrées à la matrice les formes attachées à des fonctions particulières et dont le caractère non discriminant, sur le plan chronologique, est par ailleurs bien établi (Marion, 2004 ; Séguier et alii, 2007), comme les pots à déversoir, les couvercles, les faisselles, les passoires, les godets à alvéoles, les jattes à bord festonné, ou légitimement soupçonné (micro-vases).

4  Il est curieux de constater que les parures identifiées dans les contextes domestiques correspondent à des types ne figurant jamais dans les tombes, pourtant nombreuses, de La Tène B2 et de La Tène B2-C1 de l’espace sénonais, la seule exception étant le bracelet à décor pastillé de l’incinération de Milly-la-Forêt qui rappelle le bracelet à décor pseudo-filigrané de Marolles-sur-Seine, encore qu’il s’agisse là de pièces sans doute importées et tout à fait particulières.

5  On ne sait que penser de la présence de trois fragments de vases ornés au peigne trouvés dans le sanctuaire voisin de La Villeneuve-au-Châtelot (Aube) (information P. Barral, que nous remercions ici) : ce lieu de culte étant réputé être créé à La Tène B2 (Bataille, 2008), il est possible que les éléments décorés dans ce style soient résiduels et relèvent d’une occupation plus précoce du site (hypothèse que rien dans le mobilier métallique et dans le reste de la céramique ne vient valider), ou que, comme le vase orné à l’identique de Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » (étape IV), ils appartiennent à une tradition en voie d’extinction à la charnière des IVe et IIIe s. av. J.-C.

6  Il est important d’observer que, si nous avons noté d’importantes distorsions entre la sériation proposée par ce dernier et la nôtre, c’est sans doute en grande partie parce que, précisément, au-delà de partis pris méthodologiques résolument différents, la première se fonde sur l’ensemble de l’Île-de-France qui, pour l’époque considérée, constitue un espace géographique artificiel dépourvu de cohérence culturelle, ce qui conduit à s’interroger sur la part qui revient, dans la définition des étapes (peut-être en dehors du cas du Hallstatt final), aux facteurs chronologiques et aux variables géographiques et/ou culturelles.

7  Hormis, peut-être, l’hypothétique four signalé sur le site de Montereau-Fault-Yonne, « Les Sécherons », dont des éléments ont été mis au rebut dans une fosse (Baray et alii, 1994b, p. 287), encore que la seule présence de fragments de sole perforée ne suffise pas à prouver une telle fonction.

8  À l’exception de quelques fragments beiges ou noirs qui sont probablement altérés (recuisson ou oxydation accidentelle par le substrat).

9  C’est d’ailleurs dans un contexte similaire que pourraient se développer les ateliers spécialisés dans la production de céramique peinte ou à engobe rouge du Ve s. dont l’existence est soupçonnée en Champagne (Charpy, Delnef, 2001).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la zone d’étude (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Légende Fig. 2. Localisation des sites pris en compte (1-15) et des sites complémentaires (16-19). 1 : Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » ; 2 : Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières » ; 3 : Villiers-sur-Seine, « Les Vallées » ; 4 : Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » et « Les Roqueux » ; 5 : Bazoches-lès-Bray, « La Rompure » ; 6 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » ; 7 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » ; 8 : Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » ; 9 : Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » ; 10 : Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » ; 11 : Varennes-sur-Seine, « Volstin » ; 12 : Varennes-sur-Seine, « Les Rimelles » ; 13 : La Grande Paroisse, « Les Rimelles » ; 14 : La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » ; 15 : La Grande Paroisse, « Les Sureaux » ; 16 : Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » ; 17 : La Villeneuve-au-Châtelot (sanctuaire) ; 18 : Maillot, « Le Saule Fendu » ; 19 : Montereau-Fault-Yonne, « Les Sécherons » (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-2.png
Fichier image/png, 44k
Légende Fig. 3. Évaluation quantitative des ensembles pris en compte.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Légende Fig. 4. Classement des types et sous-types morphologiques retenus ; abréviations : P = pots (formes hautes), J = jattes (formes basses), M = micro-vases, X = vases particuliers (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Légende Fig. 5. Classement des décors (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-5.png
Fichier image/png, 65k
Légende Fig. 6. Matrice d’association des types morphologiques (en caractère normal : céramique non tournée fine/semi-fine ; en caractère gras : céramique non tournée grossière ; en italique : céramique tournée ou finie au tour).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-6.png
Fichier image/png, 50k
Légende Fig. 7. Matrice d’association des décors (en caractère normal : décor sur céramique tournée non fine/semi-fine ; en caractère gras : décor sur céramique non tournée grossière ; en italique : décor sur céramique tournée ou finie au tour).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-7.png
Fichier image/png, 28k
Légende Fig. 8. Composition globale des assemblages de l’étape I (exprimée en % sur le NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-8.png
Fichier image/png, 3,2k
Légende Fig. 9. Bazoches-lès-Bray, « La Rompure ». Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-9.png
Fichier image/png, 37k
Légende Fig. 10. Villiers-sur-Seine, « Les Vallées ». Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-10.png
Fichier image/png, 33k
Légende Fig. 11. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » - phase 1. Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-11.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 12. G. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape I (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-12.png
Fichier image/png, 14k
Légende Fig. 14. Composition globale des assemblages de l’étape II (exprimée en % sur le NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-13.png
Fichier image/png, 5,4k
Légende Fig. 15. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structure 77. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-14.png
Fichier image/png, 44k
Légende Fig. 16. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 162 et 155. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-15.png
Fichier image/png, 45k
Légende Fig. 17. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 151 et 161. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-16.png
Fichier image/png, 39k
Légende Fig. 18. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 3, 94, 1, 2, 6, 108 et 118. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-17.png
Fichier image/png, 19k
Légende Fig. 19. Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », structures 37, 22 et 20. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-18.png
Fichier image/png, 34k
Légende Fig. 20. Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », structures 18 et 47. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-19.png
Fichier image/png, 33k
Légende Fig. 21. Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins », structure 146. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-20.png
Fichier image/png, 21k
Légende Fig. 22. Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins », structures 133, 134 et 149. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-21.png
Fichier image/png, 24k
Légende Fig. 23. La Grande Paroisse, « Les Sureaux » - phase 1 -, structures 64 (n° 11), 69 (nos 6-7, 10) et 273 (nos 1, 3, 8) ; La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », structure 1019 (nos 2, 4-5, 9). Céramique de l’étape II (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-22.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 24. La Grande Paroisse, « Les Rimelles », structures 2001 (nos 6, 13-14), 2003 (nos 4-5, 8), 2005 (nos 3, 15), 2006, (nos 9-10), 2007 (n° 12), 2012 (nos 1-2, 11) et 2016 (n° 16). Céramique de l’étape II (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-23.png
Fichier image/png, 16k
Légende Fig. 25. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape II (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-24.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 26. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape II (exprimé en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-25.png
Fichier image/png, 7,9k
Légende Fig. 27. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape II (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-26.png
Fichier image/png, 10k
Légende Fig. 28. Composition globale des assemblages de l’étape III (exprimée en % sur le NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-27.png
Fichier image/png, 5,1k
Légende Fig. 29. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton », fosse 551. Céramique de l’étape III (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-28.png
Fichier image/png, 26k
Légende Fig. 30. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton », fosse 551. Céramique de l’étape III (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-29.png
Fichier image/png, 14k
Légende Fig. 31. Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles », silo 34 (nos 1-3, 5) et La Grande Paroisse, « Les Sureaux », silo 795 (n° 4). Céramiques tournées de l’étape III (relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-30.png
Fichier image/png, 8,4k
Légende Fig. 32. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape III (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-31.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 33. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape III (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-32.png
Fichier image/png, 9,0k
Légende Fig. 34. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape III (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-33.png
Fichier image/png, 5,3k
Légende Fig. 35. Composition globale des assemblages de l’étape IV (exprimée en % sur le NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-34.png
Fichier image/png, 6,6k
Légende Fig. 36. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » - phase 2 -, fosse 408. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-35.png
Fichier image/png, 21k
Légende Fig. 37. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » - phase 2 -, fosse 1036. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-36.png
Fichier image/png, 9,7k
Légende Fig. 38. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 124. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-37.png
Fichier image/png, 26k
Légende Fig. 39. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 195. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-38.png
Fichier image/png, 23k
Légende Fig. 40. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 195. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-39.png
Fichier image/png, 22k
Légende Fig. 41. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 25, 130, 134, 137, 138, 194 et 192. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-40.png
Fichier image/png, 30k
Légende Fig. 42. Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier ». Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-41.png
Fichier image/png, 39k
Légende Fig. 43. La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », structures 1022 (nos 17, 19-20), 1025 (nos 1, 3, 8-9, 13), 1027 (nos 4-5, 10, 12, 15), 1091 (nos 2, 6-7, 11, 18), 1099 (n° 16), 1105 (n° 14) . Céramique de l’étape IV (relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-42.png
Fichier image/png, 28k
Légende Fig. 44. Composition des assemblages de vaisselle tournée de l’étape IV (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-43.png
Fichier image/png, 7,4k
Légende Fig. 45. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape IV (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-44.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 46. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape IV (exprimé en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-45.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 47. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape IV (exprimée en NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-46.png
Fichier image/png, 8,1k
Légende Fig. 48. Mobilier associé à la céramique de l’étape II. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » (nos 1-2, 5, 7, 9), La grande Paroisse, « Les Rimelles » (n° 3), Grisy-sur-Seine, « Les Roqueux » (n° 4), Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » (n° 6), Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » (n° 8) (nos 1-2, 7, 9 : fer ; nos 3-6, 8 : alliage cuivreux (n° 3 : relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-47.png
Fichier image/png, 23k
Légende Fig. 49. Mobilier associé à la céramique de l’étape III de Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières », d’après Prampart, 1983 (nos 1, 3 : alliage cuivreux, n° 2 : fer).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-48.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 50. Mobilier associé à la céramique de l’étape IV. La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (n° 1), Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » (nos 2-3, 11), Varennes-sur-Seine, « Volstin » (nos 4-5, 9), La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (n° 6), Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » (nos 7-8, 10) ; (n° 1 : verre ; n° 2 : ambre ; n° 3 : lignite ; nos 4-6, 8, 10 : fer ; nos 7, 9, 11 : alliage cuivreux) (nos 1, 6 : relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-49.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 51. Céramique et bracelet en alliage cuivreux de l’incinération de Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » (d’après Séguier, Viand, à paraître).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-50.png
Fichier image/png, 14k
Légende Fig. 52. Armement associé à la céramique de l’étape IV : La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (nos 1-2 : fer) (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net P. Pihuit, INRAP).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-51.png
Fichier image/png, 8,6k
Légende Fig. 53. Comparaison de la sériation proposée avec les systèmes chronologiques en vigueur dans le Bassin parisien et en Île-de-France.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-52.png
Fichier image/png, 21k
Légende Fig. 54. Exemples de décors plastiques exécutés à l’imprimé-repoussé de Varennes-sur-Seine, « Volstin » : types D233 (nos 1-2) et D231 (nos 3-4) (clichés : C. Valero, INRAP).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-53.png
Fichier image/png, 68k
Légende Fig. 55. Choix de céramiques de la fin du IIIe s. (période 1 : Séguier, 1999) : nos 1-16 : Châtenay-sur-Seine, « Le Maran » ; nos 17-20 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-54.png
Fichier image/png, 28k
Légende Fig. 56. Carte de répartition des décors imprimés au peigne de La Tène B et du début de La Tène C1 dans le quart nord-est de la France : 1 : Saint-Julien-du-Sault (89) ; 2 : Maillot (89) ; 3 : Pont-sur-Yonne (89) ; 4-6 : La Grande Paroisse (77) ; 7 : Ville-Saint-Jacques (77) ; 8-9 : Varennes-sur-Seine (77) ; 10 : Grisy-sur-Seine (77) ; 11 : La Villeneuve-au-Châtelot (10) ; 12 : Chelles (77) ; 13 : Collégien (77) ; 14 : Changis-sur-Marne (77) ; 15 : Mours (95) ; 16 : Dormans (51) ; 17 : Hamblain-les-Prés (62) ; 18 : Avion (62) ; 19 : Houplin-Ancoisne (59) (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-55.png
Fichier image/png, 18k
Légende Fig. 57. Céramique tournée ou finie au tour de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais : récapitulatif des formes et cadre chronologique (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-56.png
Fichier image/png, 20k
Légende Fig. 58. Proportion relative (exprimée en % sur le NMI) de la céramique tournée ou finie au tour de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais : en grisé clair : étape II ; en grisé moyen : étape III ; en noir : étape IV ; au sein de chaque étape, les ensembles sont classés par ordre croissant de fréquence.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/5935/img-57.png
Fichier image/png, 7,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Séguier, « La céramique domestique de l’espace culturel sénonais du milieu du Ve au milieu du IIIe s. av. J.-C. dans son contexte du centre-est de la France : », Revue archéologique de l’Est, Tome 58 | 2009, 57-132.

Référence électronique

Jean-Marc Séguier, « La céramique domestique de l’espace culturel sénonais du milieu du Ve au milieu du IIIe s. av. J.-C. dans son contexte du centre-est de la France : », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 58 | 2009, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://rae.revues.org/5935

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Séguier

INRAP Centre - Île-de-France, Centre archéologique de Marne – La Vallée, 56 blvd de Courcerin, 77 Croissy-Beaubourg ; UMR 7041 Arscan (Nanterre), équipe ‘Archéologie de la Gaule, structures économiques et sociales’.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page