Navigation – Plan du site
Articles
Véronique Bourson

La céramique du Bronze final IIb/IIIa dans le département du Jura. Approche typo-chronologique de trois sites : Choisey, Quintigny, Ruffey-sur-Seille

p. 7-65

Résumés

Les fouilles préventives de ces dernières années ont permis la découverte dans le département du Jura d'un important mobilier céramique attribuable au Bronze final IIb/IIIa. À partir de l'étude de trois ensembles : Choisey « Aux Champins », près de Dole ; Quintigny « À la Feuillée » et Ruffey-sur-Seille « La Paule », près de Lons-le-Saunier (Bourson, 2004), trois phases chronologiques ont pu être distinguées. Des différences stylistiques entre sites ont également été mises en évidence révélant deux influences culturelles dans le Jura. Au nord du département, sur le site de Choisey « Aux Champins », les céramiques présentent un faciès proche de celui du domaine rhénan tandis qu'au sud les céramiques de Quintigny « À la Feuillée » et de Ruffey-sur-Seille « La Paule » sont typologiquement proches du faciès nord-alpin.

Rescue excavations during the last few years in the Jura have produced large quantities of pottery finds dating from the middle phase of the Late Bronze Age (BF IIb/IIIa). By the study of three sets of finds from Choisey « Aux Champins », near Dole ; Quintigny « À la Feuillée » and Ruffey-sur-Seille « La Paule », near Lons-le-Saunier (Bourson, 2004), three chronological phases have been identified. Stylistic differences between the sites have also been brought to light relating to two cultural influences in the region. Pottery from the Choisey « Aux Champins » site in the North is stylistically very similar to the Rhine area, whereas pottery from the Quintigny « À la Feuillée » and the Ruffey-sur-Seille « La Paule » sites in the South is typologically similar to the North alpine group.

Bei den Präventivgrabungen der letzten Jahre wurde im DepartementJura reichlich Keramikmobiliar aus der SpätbronzezeitIIb/IIIa gefunden. Anhand der drei Fundkomplexe: Choisey „Aux Champins“ bei Dole; Quintigny „À la Feuillée“ und Ruffey-sur-Seille „La Paule“ bei Lons-le-Saunier (Bourson, 2004) konnten drei chronologische Phasen unterschieden werden. Innerhalb der Fundplätze wurden stilistische Unterschiede aufgezeigt, die von zwei unterschiedlichen kulturellen Einflüssen im Jura zeugen. Im Norden des Departements, auf dem Fundplatz Choisey „Aux Champins“ weist die Keramik gemeinsame Züge mit der des Rheinlandes auf, während die Scherben im Süden von Quintigny „À la Feuillée“ und in Ruffey-sur-Seille „La Paule“ dem nordalpinen Fazies typologisch nahe stehen.

Texte intégral

PDF 2,9MSignaler ce document

Introduction

1Dans les années 1960/1970, l’évolution des céramiques au cours du Bronze final IIb/IIIa n’était pas reconnue en Franche-Comté, jusqu’à la découverte, à la fin des années 1970, d’un horizon stratigraphique en place à la grotte des Planches-près-Arbois (Jura), qui a permis de distinguer le Bronze final IIIa. Des différences stylistiques entre le nord et le sud du territoire ont alors pu être mises en évidence (Pétrequin et alii, 1985), mais c’est un schéma évolutif global, uniquement basé sur la chronologie, qui a finalement été proposé (Pétrequin, 1988).

  • 1  Mes plus sincères remerciements à Jean-François Piningre qui m’a permis de réaliser cette étude et (...)

2Dans les années 1990, les fouilles préventives liées à des travaux de réaménagement et de construction dans le département du Jura, ont permis la découverte de nouveaux sites datés du Bronze final IIb/IIIa : Bletterans « Sous le Moulin » (Séara et alii, 2001), Choisey « Aux Champins » (Simonin, 1996), Quintigny « À la Feuillée » (Simonin, Ganard, 1995), Ruffey-sur-Seille « La Paule » (Gourgousse, 1995), Tavaux « Aérodrome » (Ganard, 1998 et 2004). L'étude de trois de ces sites1 – Choisey « Aux Champins », près de Dole ; Quintigny « À la Feuillée » et Ruffey-sur-Seille « La Paule », près de Lons-le-Saunier (fig. 1) – a apporté des précisions d'ordres chronologique et culturel sur l’évolution de la céramique du Bronze final IIb/IIIa dans ce département (Bourson, 2004).

1. Présentation des sites

1.1. Choisey « Aux Champins »

3Le site de Choisey « Aux Champins » est situé à 6 km au sud de Dole, dans la zone de confluence Doubs/Loue, où plusieurs occupations ont été décelées entre le Bronze final IIb/IIIa et l’époque gallo-romaine (Simonin, 1996). Cinq structures ont pu être attribuées à l’étape moyenne du Bronze final : 390, 670, 305, 443 et 274 (fig. 2). Cette dernière nous semble toutefois être plutôt attribuable au Bronze final IIIb d’après la céramique recueillie (ibid., fig. 6.79, n° 4, p. 122). Les quatre structures retenues sont situées de part et d’autre du chantier et ne constituent pas par conséquent un ensemble cohérent.

4L’essentiel du mobilier céramique est issu de deux fosses ayant servi de dépotoir, st. 390 et 670 (fig. 3). Ces deux structures ont été datées par le radiocarbone (datations calibrées ARC 1353, Archéolabs) entre 930 et 800 av. J.-C. pour la st. 390 et entre 940 et 790 av. J.-C. pour la st. 670. Il en a résulté une attribution globale du site à la fin du Bronze final IIIa (ibid., p. 96-107). Pourtant l’étude typologique présentée ici révèle des attributions chronologiques plus anciennes.

1.2. Quintigny « À la Feuillée »

  • 2  Grande dépression fouillée en fin de chantier et dont la fonction n’a pu être identifiée (informat (...)

5Situé à 40 km au sud de Choisey,Quintigny « À la Feuillée » domine la plaine de Bletterans-Arlay à 8 km au nord-ouest de Lons-le-Saunier. L’occupation du Bronze final IIb/IIIa est caractérisée par quatorze structures : 1, 2, 3, 7, 10, 11, 13, 16, 18, 19, 21, 25, 30, 31 (fig. 4). Ces structures ne présentent pas véritablement d’organisation, mais la présence d’un grenier à six poteaux (st. 17, 22, 23, 27 et 29 – le dernier poteau trop arasé n’a pas été retrouvé) et de silos (st. 1, 2, 3, 13 et 16) pourrait indiquer un espace de stockage sans doute lié à un habitat se développant hors de l’emprise autoroutière.Les céramiques proviennent surtout des silos et de la structure 212qui a livré un mobilier important (fig. 5). L’étude des céramiques faite lors du D.F.S. a permis de conclure à l’homogénéité du mobilier et de le dater du Bronze final IIb, en référence avec des sites de Bourgogne orientale, de la Vallée du Rhône et du Lac du Bourget (Simonin, Ganard, 1995, p. 10).

1.3. Ruffey-sur-Seille « La Paule »

6Le site de Ruffey-sur-Seille « La Paule », proche de Quintigny, se développe sur une hauteur en bordure de la Seille, à environ 10 km au nord-ouest de Lons-le-Saunier (Gourgousse, 1995). L’occupation datée du Bronze final IIIa est composée de huit fosses situées dans la partie sud du site (fig. 6). Ces structures, très arasées et irrégulières, n’ont pu être interprétées, mais la nature de leur remplissage indique une fonction secondaire de dépotoir. Seules les structures 164 et 35 ont livré un important mobilier céramique homogène. La structure 35, à elle seule, a livré près de 2500 tessons (fig. 7). Cet ensemble présente une grande variété de formes et un nombre important d’exemplaires pour chaque type avec plusieurs profils archéologiquement complets. Quelques récipients présentent des déformations sans qu’il soit possible de dire s’il s’agit de ratés de cuisson ou des conséquences d’un incendie.

Image6

Fig. 6. Ruffey-sur-Seille « La Paule ». Plan des structures du Bronze final IIb/IIIa (d’après Gourgousse, 1995).

2. Examen et classement du matériel céramique

2.1. Les céramiques à pâte fine(fig. 8)

2.1.1. Les formes ouvertes

2.1.1.1. Type 1 : les assiettes

7Ce sont des récipients largement ouverts à profil tronconique. Deux sous-ensembles ont été distingués en fonction des dimensions et de l’angle d’ouverture des parois. Pour permettre le classement des récipients dans l'un ou l'autre type, nous avons tenu compte d'un rapport limite entre le diamètre à l'ouverture et la hauteur de 3,5 (R = D/H), défini d'après les dimensions des récipients de ce corpus et d'un angle d’ouverture limite de 110° entre les deux types. Un troisième sous-ensemble regroupe les coupes à pied (type 1.3.).

8Type 1.1. : assiettes largement ouvertes
Les diamètres à l’ouverture oscillent entre 16,5 et 37,5 cm, avec une plus grande proportion pour les grands diamètres (au-dessus de 24 cm), la hauteur varie entre 4 et 8 cm. Le rapport entre ces deux dimensions est supérieur à 3,5 et l’angle d’ouverture est supérieur à 110°. Ces assiettes peuvent présenter des profils à paroi segmentée (1.1.a), droite ou légèrement concave (1.1.b), ou convexe (1.1c).

9Type 1.2. : assiettes profondes
Les diamètres à l’ouverture sont compris entre 16 et 31 cm, avec une plus grande proportion pour les plus petits diamètres (entre 16 et 22), les diamètres de plus de 28 cm étant marginaux dans notre corpus, et la hauteur varie entre 6 et 9 cm. Le rapport D/H est compris entre 1,5 et 3,5 et l’angle d'ouverture est proche de 90°. Les parois sont à profil tronconique rectiligne (1.2.a) ou convexe (1.2.b).

10Type 1.3. : coupes à piédestal
Seuls trois fragments de pied ont été découverts à Quintigny (pl. 14, n° 4 et pl. 17, nos 5 et 8) mais leur rattachement à une forme d’assiette n’a pas été possible.

2.1.1.2. Type 2 : les bols et les tasses

11Ce sont des récipients de forme hémisphérique sans anse (type 2.1) ou avec anse (type 2.2). Leur diamètre à l’ouverture est compris entre 8 et 21 cm, dont une grande proportion de diamètres entre 12 et 16 cm, et la hauteur varie entre 6 et 12 cm, ce qui donne un rapport diamètre/hauteur inférieur à 2. La paroi est soit évasée et rectiligne (a) ou légèrement refermée (b), soit verticale convexe sans rebord (c). Une quatrième forme de paroi a été distinguée pour la catégorie des bols : paroi verticale convexe avec rebord (2.1.d).

2.1.1.3. Type 3 : les jattes

12Les jattes présentent une même forme hémisphérique que les bols mais avec de plus grandes dimensions. Les diamètres à l’ouverture sont supérieurs à 20 cm et la hauteur varie de 7 et 11 cm pour un rapport supérieur à 2. Quatre variantes ont été distinguées, deux avec un profil plus ou moins convexe sans rebord (3a et 3b) et deux autres à profil segmenté avec rebord (3c et 3d).

Image8

Fig. 8. Typologie des céramiques à pâte fine. Dessin : V. Bourson.

2.1.2. Les formes fermées

2.1.2.1. Type 4 : les gobelets et pots biconiques

13Les gobelets biconiques (4.1.) sont de petite taille, les diamètres à l’ouverture sont compris entre 9 et 12 cm et la hauteur entre 4,5 et 6 cm. Deux variantes ont été distinguées : une forme basse (4.1a) et une forme haute (4.1b).Les pots biconiques (4.2.), de plus grandes dimensions, présentent deux variantes : une forme biconique à rebord dont la carène est située dans la moitié supérieure de la panse (4.2.a) et une forme bitronconique sans rebord (4.2.b).

2.1.2.2. Type 5 : les gobelets à épaulement

14Les gobelets à épaulement sont caractéristiques du R.S.F.O. Ils présentent une grande variété de formes et de décors, intéressante d'un point de vue chronologique mais également culturel. À partir des critères de taille et de forme, nous avons distingué plusieurs sous-types : les gobelets à épaulement arrondi et à col rentrant rectiligne (5a) ; les gobelets à épaulement de type étroit à col cylindrique rectiligne ou légèrement concave (5b) ; les gobelets à épaulement de type large à col cylindrique rectiligne (5c) ; les gobelets à épaulement de type étroit à col cylindrique convexe (5d) ; les gobelets à épaulement de type étroit à col évasé rectiligne ou légèrement concave (5e) ; les gobelets à épaulement de type large à col évasé rectiligne ou légèrement concave (5f).

2.1.2.3. Type 6 : les vases à col

15Plusieurs variantes ont été distinguées dans cet ensemble selon la forme du col et la taille du récipient : petit vase à col évasé (6a) ; vase à col évasé légèrement concave (6b) : vase à col évasé convexe (6c) ; urne à col cylindrique, souvent décorée de larges cannelures horizontales sur le haut de la panse (6d) ; vase de type large à épaule haute et col cylindrique court (6e).

2.1.2.4. Type 7 : les cruches

16Ce type regroupe les pots ansés ou « cruches » au sein desquelles ont été distinguées deux formes : une forme petite à profil arrondi, munie d'une anse au milieu de la panse (7a) et une forme biconique avec une anse située dans la partie haute du récipient, sous le bord (7b).

2.2. Les céramiques à pâte grossière (fig. 9)

2.2.1. Les formes ouvertes

2.2.1.1. Type 8 : les assiettes

17De même forme que le type 1.1. largement ouvert et réalisé en pâte grossière, ce récipient a un diamètre à l’ouverture de 26 cm et une hauteur d’environ 6 cm. Un seul exemplaire est présent sur le site de Choisey « Aux Champins », st. 390.

2.2.1.2. Type 9 : les plats creux

18Ce type regroupe des récipients hémisphériques de grandes dimensions pour lesquels deux sous-types ont été distingués : un récipient à profil convexe avec rebord (9a) et un récipient au profil légèrement caréné (9b).

Image9

Fig. 9. Typologie des céramiques à pâte grossière. Dessin : V. Bourson.

2.2.2. Les formes fermées

2.2.2.1. Type 10 : les pots à cuire ou de stockage

19Deux sous-types ont été distingués en fonction des dimensions des récipients : les pots de moyennes dimensions dont le diamètre à l’ouverture est inférieur à 25 cm (type 10.1) et les pots de grandes dimensions dont le diamètre à l'ouverture est supérieur à 25 cm (type 10.2).

20Type 10.1. : pots de moyennes dimensions
Le profil peut être : sinueux avec une épaule surbaissée et un bord évasé (10.1.a) ou avec une épaule haute, arrondie et un bord droit (10.1.b) ; de forme biconique à bord oblique, avec un diamètre maximum largement supérieur au diamètre d’ouverture (10.1.c) ou sensiblement égal à celui-ci (10.1.d) ou à panse ovoïde et bord oblique (10.1.e). Nous avons intégré, au sein de ce type de récipients, une cruche qui présente le même type de profil que les pots et est sensiblement de même dimension. Son profil est sinueux avec un bord évasé, l’anse, placée verticalement, est rattachée au bord (10.1.f).

21Type 10.2. : pots de grandes dimensions
Les profils sont soit biconiques larges à carène haute dont le diamètre maximum est supérieur au diamètre à l’ouverture et dont le bord est oblique et fait un angle de 45° avec la panse (10.2.a), soit biconiques à carène médiane avec la partie supérieure de la panse légèrement concave (10.2.b) ou encore à panse globuleuse et bord oblique (10.2.c).

2.3. Les formes particulières

22Type 11 : micro-poteries réalisées en pâte grossière dont deux variantes ont été définies : un profil ramassé aux parois légèrement évasées avec un petit rebord (11a) et une forme plus haute au profil convexe avec un rebord (11b).
Type 12 : cuillère à fond plat avec une poigné en partie creuse, sans doute pour permettre un emmanchement.
Type 13 : plaque ou couvercle circulaire à rebord, plat ou légèrement convexe, en pâte fine.
Type 14 : fragment de faisselle, percé de petits trous d'1 cm de diamètre environ, espacés régulièrement. La forme du récipient n'a pu être définie en raison de la petite taille du fragment.

2.4. Les bords (fig. 10)

23Les bords de récipients présentent des particularités dans leur forme ou leur décor qu'il convient de prendre en compte lors de l'étude de céramiques. Ces particularités montrent des tendances liées à la chronologie ou à des orientations culturelles différentes. Pour tenter de mettre en évidence ces tendances, les bords ont été classés dans quatre catégories, sans tenir compte du type de récipient : les bords directs (A), qui suivent la ligne de la paroi, les bords indirects courts (B) ou longs (C), qui présentent une discontinuité marquée avec le profil du récipient et les rebords décrochés (D), spécifiques du type 1. À l’intérieur de ces catégories, plusieurs variantes ont été définies selon la forme de la lèvre : arrondie, aplatie, étirée, cannelée, etc. ; ou selon l’orientation du bord : oblique, horizontal, tombant, etc.

2.5. Les décors (fig. 11 et 12)

24Comparés aux céramiques richement décorées de la grotte des Planches-près-Arbois, les décors présents sur les sites étudiés ici sont peu nombreux et particulièrement sobres, les motifs y sont surtout linéaires, incisés ou cannelés. Des préférences pour l’une ou l’autre technique se remarquent selon le site, les incisions étant plus présentes à Choisey alors que les cannelures représentent l’essentiel des décors du site de Quintigny « À la Feuillée », ce qui peut révéler des affinités culturelles différentes. Les cannelures sont en effet plus présentes dans le domaine rhône-alpin alors que les incisions sont plus spécifiques des régions nord-orientales (Alsace, Allemagne et Suisse). Les décors rencontrés sur les trois sites sont présentés par type de récipient (fig. 11 et 12 ; légende en annexes).

3. Évolution de la céramique du Bronze final IIb/IIIa dans le Jura

3.1. Sériation des ensembles

25Afin de nous permettre de distinguer des groupes au sein des ensembles céramiques, nous avons mis en place une sériation des structures de chaque site. L’examen quantitatif et qualitatif des séries nous a conduit à sélectionner les éléments les plus pertinents (formes, décors…) présentés numériquement dans le tableau ci dessous (fig. 13).

26La sériation permet de distinguer trois ensembles :
- le premier groupe qui se distingue est composé des structures 390 et 305 du site du Choisey « Aux Champins ». Elles forment un ensemble homogène, avec la présence d’assiettes à profil brisé, d'assiettes décorées de motifs de « guirlandes », de gobelets à épaulement et col rentrant avec décors d’arceaux cannelés, de gobelets à épaulement et col cylindrique de type étroit.
- le second groupe est composé du site de Quintigny « À la Feuillée » et des structures 670 et 443 de Choisey « Aux Champins », avec des gobelets à épaulement et col cylindrique de type étroit et large décorés de motifs géométriques ou de cannelures horizontales, des assiettes à degrés ou à fines cannelures horizontales, des rebords décrochés.
- le troisième groupe est représenté par le site de Ruffey-sur-Seille « La Paule », avec la présence d’assiettes à degrés, de jattes à décors linéaires incisés, de gobelets à épaulement et col ouvert, de décors de méandres.

3.2. Étude comparative

3.2.1. Premier groupe : Choisey « Aux Champins », st. 390 (fig. 14 et pl. 1 à 3)

3.2.1.1. Type 1 : assiettes

27Des fragments d'assiettes, dont la forme générale n'a pu être reconnue, sont décorés de lignes plus ou moins fines, incisées au peigne à trois dents (fig. 14, nos 4-6), qui peuvent se rattacher à des motifs de « guirlandes » ou à des décors « rayonnants ». Ce type de motif se retrouve au Bronze final IIb dans des coupes non segmentées à profil rectiligne ou convexe : à Peppange au Luxembourg (Waringo, 1988, fosse E, fig. 8, p. 149) ; en Alsace, à Achenheim (Piningre, 1988, tombe 2, pl. 1, n° 1) et à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Lasserre, Rohmer, 1994, fig. 4), ainsi qu'en Lorraine, à Vandières « Les Grandes Corvées » (Boura et alii, 1990, fig. 9, n° 8).

3.2.1.2.Type 1.1.a : assiettes à profil segmenté non décorées (fig. 14, n° 3)

28Ce type d'assiette est présent dans le groupe « Main-Souabe » de W. Kimmig(Kimmig,1951, fig. 1, n° 8) souvent associé à de riches décors incisés, guirlandes ou motifs rayonnants. Des exemplaires non décorés sont également répertoriés en contexte Bronze final IIa, à Peppange au Luxembourg (Waringo, 1988, fosse B, fig. 6, p. 147), ainsi que pour la première moitié du Bronze final IIb sur le site de Bavois-en-Raillon (Vaud) (Vital, Voruz, 1984, couche 3).

3.2.1.3. Type 4.1. : gobelets biconiques (fig. 14, nos 15-16)

29Ce type de petit gobelet biconique apparaît au Bronze final I où il est présent sur le site des « Gours-aux-Lions » à Marolles-sur-Seine, en Seine-et-Marne (Mordant, Mordant, 1970). Décoré de lignes horizontales incisées, il est plus typique de la transition Bronze final IIa/IIb dans le Bassin parisien comme à Aulnay-aux-Planches (Marne), Hermé-les-Grèves et Misy-sur-Yonne (Seine-et-Marne) (Mordant, 1988, fig. 2, nos 3-5, fig. 3, nos 3 et 5 et nos 6), ainsi qu'en Moselle sur le site de Yutz (Klag, 1999, pl. 1, n° 4). Les deux formes, basses et hautes, sont également présentes au Hohlansberg, dans le Haut-Rhin, en contexte Bronze final IIb (Bonnet, 1973, fig. 10, nos 6 et 7).

3.2.1.4. Type 5a : gobelets à épaulement et col tronconique fermé

30Ce type de gobelet est présent en grande quantité dans la structure 390 (pl. 1) où treize exemplaires sont dénombrés, décorés de bossettes ou demi-bossettes cannelées associées à des lignes verticales peignées (fig. 14, nos 13-14) ou à de fines cannelures verticales (fig. 14, n° 12). Ce récipient est typique du R.S.F.O. et correspond au type 13a défini lors du colloque de Nemours (Brun, Mordant, 1988). En France, il est plus caractéristique des régions du Nord-Est où on le rencontre dans des contextes du début du Bronze final IIb : en Franche-Comté, il est présent à Dampierre-sur-le-Doubs (Pétrequin et alii, 1969, fig. 19, nos 2, 3 et 6) et à Quitteur (Haute-Saône) (Nicolas, 2002, pl. 179) ; en Alsace, il est associé à des coupes segmentées dans une fosse d'habitat de Magstatt (Haut-Rhin) (Piningre, 1988, p. 188, pl. IV, n° 16) ; en Lorraine, il est présent sur le site 13 de Yutz (Moselle) (Klag, 1999, pl. 13, n° 7) et en Champagne à Broussy-le-Grand (Marne) (Chertier, 1988, fig. 4, nos 3 et 4).

3.2.1.5. Type 5b : gobelets à épaulement et col cylindrique de type étroit (pl. 1, nos 28 à 30)

31Ces gobelets correspondent au type 11 du colloque de Nemours (Brun, Mordant, 1988). Ils apparaissent au début du Bronze final IIb et perdurent pendant toute l'étape moyenne du Bronze final pour laquelle ils sont un élément représentatif. Leur présence en petit nombre dans cette structure, associés à des éléments représentatifs d'une étape antérieure, indique plutôt une datation au tout début du Bronze final IIb.

3.2.1.6.Types 10.1a et 10.1b : petits pots de stockage de forme sinueuse

32En Franche-Comté, ces pots sont plutôt caractéristiques de périodes antérieures au Bronze final IIb. Un exemplaire, présent à la grotte de Vaux-les-Prés, dans le Doubs, est daté du Bronze final I (Pétrequin, Urlacher, 1967 ; fig. 3). Leur présence dans la structure 390 de Choisey (fig. 14, n° 26 et 27), en association avec des récipients typiques du Bronze final IIb, indique une perduration de ces formes à l'étape moyenne du Bronze final régional.

33Attribution chronologique de la structure 390
D'après la date 14C calibrée (Arc 1353, Archéolabs), donnée dans le D.F.S. (Simonin, 1996), la structure 390 se situerait entre 930 et 800 av. J.-C., soit au Bronze final IIIb. Or, comme le montrent les comparaisons, les céramiques se rattachent plutôt à la période de transition Bronze final IIa/IIb ou au tout début du Bronze final IIb avec des assiettes à profil brisé, des décors incisés rayonnants, des gobelets à col rentrant décorés d'arceaux cannelés et la présence en faible quantité de gobelets à épaulement de type étroit. Les comparaisons ont été essentiellement trouvées dans des ensembles du Nord-Est (Champagne, Lorraine, Alsace et Luxembourg), ce qui indique un rapprochement stylistique entre Choisey « Aux Champins » et ces régions.

3.2.2. Deuxième groupe : Choisey « Aux Champins », st. 670 (fig. 15 et pl. 4 à 6)

3.2.2.1.Types 1.1. et 1.2. : assiettes et écuelles tronconiques

34Ces formes d’assiettes à profil rectiligne ou convexe apparaissent au début du Bronze final IIb et perdurent jusqu'à la fin du Bronze final IIIa. Ornées de degrés internes, elles seraient plus spécifiques du Bronze final IIIa. En Franche-Comté, ce type de décor est surtout attesté en contexte Bronze final IIIa : dans le Jura, à la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin et alii, 1985, p. 128-129), à Andelot-Morval (Magny et alii, 1984, fig. 8, nos 10-11) ou à Tavaux « Aérodrome » (Ganard, 1998, fig. 13, n° 1), mais il pourrait apparaître plus tôt, comme à Quitteur « Sur la Noue » (Haute-Saône) où il est présent sur des assiettes en contexte Bronze final IIb récent (Nicolas, 2002, pl. 155). Sur les sites lacustres de Suisse (Zug-Sumpf, Hauterive-Champréveyres) et des régions alpines (Chens-sur-Léman), ces formes sont présentes dès la phase initiale de l'occupation des bords de lacs, vers 1070/1050 av. J.-C. (Seifert, 1997 ; Borrello, 1992 ; Launay, 2001).

3.2.2.2. Types 5b et 5c : gobelets à épaulement et col cylindrique de type étroit et large

35Ces gobelets se rencontrent sur toute l’aire géographique du R.S.F.O. pendant toute l'étape moyenne du Bronze final. La forme des gobelets et leur décor permettent d'apporter des précisions d'ordres chronologique et culturel.
Dans la structure 670, les gobelets présentent des cols bien rectilignes, certains décorés de lignes horizontales incisées, avec un épaulement anguleux décoré de motifs géométriques incisés au peigne à deux dents, composés d'alternance de traits obliques encadrés de lignes horizontales et de séries de traits verticaux (pl. 5, nos 4 à 15). On rencontre ce type de gobelet à épaule anguleuse dans les régions rhénanes, sur les sites de Strasbourg-Cronenbourg et du Hohlansberg (Piningre, 1988, p. 182), dans une phase évoluée du Bronze final IIb ou au tout début du Bronze final IIIa. En Franche-Comté, c'est dans la zone septentrionale qu'il est le plus représenté, comme à Quitteur « Sur la Noue » (Haute-Saône) (Nicolas, 2002, pl. 171) ou à Dampierre-sur-le-Doubs (Doubs) (Pétrequin et alii, 1969, fig. 7, n° 4) également dans des contextes du Bronze final IIb récent.

36Attribution chronologique de la structure 670
Une datation 14C a également été donnée pour cette structure lors du DFS (Arc 1358, Archéolabs) : datation calibrée entre 940 et 790 av. J.-C., soit à la fin du Bronze final IIIa et au Bronze final IIIb. Les éléments les plus représentatifs de cette structure, bien que peu nombreux - assiettes à degrés et gobelets à épaulement - montrent une homogénéité chronologique et permettent une attribution plus ancienne au Bronze final IIb récent ou au début du Bronze final IIIa. Cette structure révèle de nouveau un rapprochement stylistique avec le Rhin par la présence de gobelets à épaulement anguleux à décors géométriques assez spécifiques de ces régions.

3.2.3. Deuxième groupe : le site de Quintigny « À la Feuillée » (fig. 16et pl. 7 à 21)

37L'ensemble de Quintigny « À la Feuillée », bien que placé dans le même groupe que la st. 670 de Choisey, présente des caractéristiques stylistiques différentes. Les formes des récipients sont particulières et les décors basés essentiellement sur les cannelures. Cette dernière spécificité se rencontre surtout dans les régions alpines où des comparaisons ont pu être trouvées.

3.2.3.1. Type 1.2. : assiettes tronconiques

38La forme générale des assiettes de Quintigny, à profil rectiligne ou convexe, ne diffère pas de celles rencontrées à Choisey « Aux Champins » dans la structure 670. Certaines assiettes sont également décorées de degrés internes, ce qui les situe au Bronze final IIb récent ou au Bronze final IIIa. Par contre, certaines spécificités ne se rencontrent qu'à Quintigny tels les rebords décrochés ou les décors de fines cannelures horizontales.

39Les rebords décrochés se rencontrent dans les régions du Rhin dans des contextes du Bronze final IIb, associés à des décors incisés : dans le Haut-Rhin, à Merxheim (Bonnet, Plouin, 1979, fig. 5, n° 16) et au Hohlansberg (Jehl, Bonnet, 1968, fig. 11), et dans le Bas-Rhin, à Achenheim (Heintz, 1953, pl. 5, nos 10-14, et pl. 6, nos 1-3). À Quintigny, les décors associés sont différents : nous trouvons des lignes de zigzags (pl. 17, n° 1), décor présent en Suisse sur des assiettes sans rebord décroché, à Hauterive-Champréveyres dès 1070/1050 (Borrello, 1993, pl. 2, n° 8), puis sur des assiettes à degrés vers 1050/1030 av. J.-C. (ibid., zone 1, couche 3, pl. 77, n° 3), ou des séries de fines cannelures horizontales internes (pl. 17, n° 3), décor plus spécifique des régions méridionales (domaines alpin et rhodanien).

40Les séries de cannelures horizontales groupées par deux ou trois lignes représentent une grande partie des décors internes des assiettes de Quintigny. En Franche-Comté les cannelures horizontales se rencontrent surtout dans le département du Jura, à Tavaux « Aérodrome » (Ganard, 1998, fig. 29, n° 18) et à la grotte de Chancia (Aimé, Jacquier, 1985, fig. 11, n° 44 et fig. 5, n° 26). Mais aucun exemplaire n’est répertorié à la grotte des Planches-près-Arbois, site de référence pour le Bronze final IIIa dans le département du Jura (Pétrequin et alii, 1985).

41Ces séries de cannelures sont quelquefois associées à d’autres décors tels que les degrés (pl. 7, n° 1 ; pl. 9, n° 1 ; pl. 16, n° 1), association qui se retrouve sur les sites lacustres suisses : à Hauterive-Champréveyres, zone A, couche 3, vers 1050/1030 av. J.-C. (Borrello, 1993, pl. 17, n° 4) et sur le site de Cortaillod-Est (Suisse), daté entre 1010 et 965 av. J.-C. (Borrello, 1986, pl. 14, n° 6), ainsi que dans le domaine alpin, sur le site de Tougues, à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie), dans l’ensemble 3, daté par la dendrochronologie entre 1070 et 1040 av. J.-C. (Billaud, Marguet, 1992, fig. 22).

42D'autres cannelures sont associées à des chevrons incisés situés sur le haut de la face interne de l’assiette et réalisés au peigne à deux ou trois dents (pl. 14, n° 2) avec parfois la présence de matière blanche à l’intérieur des sillons (pl. 14, n° 3). Les chevrons incisés se rencontrent pendant toute la phase moyenne du Bronze final et jusqu’au Bronze final IIIb mais leur situation dans des assiettes semble plus spécifique au Bronze final IIb comme à Aulnay-aux-Planches (Marne) où le décor est situé dans une coupe à pied (Brisson, Hatt, 1953, fig. 40, n° 10) ou à Quitteur « Sur la Noue » (Haute-Saône) où ils sont associés à des triangles hachurés (Nicolas, 2002, pl. 147). Au Bronze final IIIa, ce type de décor est présent uniquement sur des gobelets, à la grotte des Planches-près-Arbois, dans le Jura (Pétrequin et alii, 1985, fig. 90, n° 1).

3.2.3.2. Type 1.3 : coupes à pied

43Trois fragments de pied appartenant sans aucun doute à des coupes ont été répertoriés (pl. 14, n° 4, pl. 17, nos 5 et 8) mais le profil des récipients n'est pas connu et pourrait être segmenté ou non, avec ou sans décor interne. Ce type de coupe à pied est considéré comme caractéristique du groupe Main-Souabe, au début du Bronze final IIb (Chertier, 1988, fig. 4, n° 2). Il est présent dans différentes régions, souvent en contexte funéraire : en Champagne, à Broussy-le-Grand « Le Pralat » (Marne), enclos A (ibid.) et à Courtavant (Aube), enclos 44 (Piette, Mordant, 1988, fig. 3, C), en Bourgogne, à Vicreuses (Bouthier et alii, 1988, fig. 2, inc. 17). On le trouve quelquefois en contexte d’habitat comme en Savoie, sur le site de Conjux II, à Conjux et Portout (Kerouanton, 1999, fig. 6, n° 3) ou en Suisse, à Auvernier-Nord (canton de Neuchâtel), dans un niveau daté par la dendrochronologie vers 980 av. J.-C., mais dont la présence semble « étonnante dans un contexte aussi récent » (Borrello, 1992, fig. 67, n° 3). En Franche-Comté ce type de coupe est absent des autres sites et est donc, pour le moment, particulier à Quintigny.

3.2.3.3. Type 5b et 5c : gobelets à épaulement et col cylindrique de type étroit et large

44À Quintigny, les gobelets possèdent des cols cylindriques souvent convexes (pl. 18, nos 1-2) et des épaules plus arrondies que sur le site de Choisey, avec des décors de cannelures horizontales au sommet de celles-ci (pl. 18, nos 4 à 11). La forme arrondie de l'épaulement et ce type de décor sont plus spécifiques des zones situées au sud du Jura : ils sont présents dans l’Ain sur le site de la grotte de « la Balme à Gontran » à Chaley (Treffort, Nicod, 2001, fig. 22, nos 25-29), en Haute-Savoie dans l’ensemble 3 du site de Tougues à Chens-sur-Léman, vers 1070/1040 av. J.-C. (Launay, 2001, vol. 2, pl. 82, n° 331, et Billaud, Marguet, 1992) et dans la vallée du Rhône où ils sont plutôt caractéristiques du Bronze final IIb.

45En Franche-Comté, les décors de cannelures sur l’épaule des gobelets sont assez rares et se rencontrent plutôt sur des formes de gobelet à col ouvert, en particulier dans le département du Jura et dans des contextes plus récents comme à la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin et alii, 1985, fig 91, n° 4 et fig. 92, n° 9), à la grotte du Bief du Marais à Andelot-Morval (Magny et alii, 1984, fig. 10, n° 5), à Bletterans « Sous le Moulin » (Séara et alii, 2001, fig. 17, n° 4) et sur le site de l’Aérodrome, à Tavaux (Ganard, 1998 et 2004, fig. 24, n° 8), tous attribués au Bronze final IIIa.

3.2.3.4. Type 5f : gobelets à épaulement et col ouvert de type large

46En Franche-Comté les gobelets à col ouvert sont considérés comme une évolution de la céramique et seraient plus spécifiques du Bronze final IIIa (Pétrequin, 1988, p. 218). Toutefois, en domaine alpin, ils se rencontrent dans des contextes plus anciens comme dans l’ensemble 3 du site de Tougues, à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie) (Billaud, Marguet, 1992, fig. 22).

3.2.3.5. Type 6d : urnes à col cylindrique

47Le site de Quintigny possède plusieurs exemplaires d'urnes à col cylindrique décorées de larges cannelures horizontales sur le haut de la panse (pl. 15, nos 1 à 3). Au Bronze final IIb, elles sont surtout présentes dans des contextes funéraires, comme urne cinéraire (Bonnamour, Mordant, 1988, fig. 2, n° 11, p. 366), mais se rencontrent également dans des niveaux d’habitat, en contexte plus récent comme à Colmar (Haut-Rhin), au début du Bronze final IIIa (Maise, Lasserre, 2005, pl. 6, nos 100 et 101).

3.2.3.6. Type 6e : vases larges à col cylindrique court

48Ce type de récipient ressemble morphologiquement aux gobelets à épaulement de type large, tels ceux rencontrés à la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin et alii, 1985, fig. 92, n° 4), mais de dimensions plus importantes. Il est décoré sur l’épaule de larges cannelures verticales presque rectangulaires et peu profondes (pl. 14, n° 1), de petites cannelures obliques surmontées de lignes horizontales incisées (pl. 19, n° 7) ou de cannelures obliques moyennes (pl. 19, nos 8-9).

49Au sud du Jura, ce type de récipient décoré de larges cannelures obliques est attesté en Haute-Savoie, sur le site de Collonges-sous-Salèves « Station du coin » pour l'étape moyenne du Bronze final (Oberkampf, 1997, pl. 16, n° 11), ainsi qu'en Savoie, dans l’ensemble 3 du site de Tougues, à Chens-sur-Léman (Launay, 2001, fig. 97, nos 351/352 et 292).

3.2.3.7. Type 10.2a : jarres biconiques

50Un type particulier de jarre biconique à panse fortement carénée et très large avec un bord très déversé formant un angle d’environ 45° avec la panse, décoré d’impressions digitées au diamètre maximal, est présent à Quintigny (pl. 7, nos 5 et 8). Cette forme se rencontre surtout dans les régions situées au sud du Jura : dans l'Ain à la grotte de « la Balme à Gontran », à Chaley (Treffort, Nicod, 2001, fig. 19, n° 13), ou dans le Rhône, à Vénissieux le « Vieux Bourg » (Joly et alii, 1993, fig. 22, n° 5). En Franche-Comté, elle est surtout présente dans le département du Jura : à Arbois « Les Pommerets » (Pétrequin, Richard, 1983, fig. 5, nos 1 et 3) et à Tavaux « Aérodrome », parmi le matériel hétérogène du chenal (Ganard, 1998 et 2004, fig. 30, n° 10). L’attribution chronologique de ce type de récipient est difficile mais il est intéressant d’un point de vue stylistique et montre des affinités avec les régions au sud du Jura.

51Attribution chronologique et stylistique du site de Quintigny « À la Feuillée »
Les éléments présents à Quintigny révèlent une attribution de cet ensemble entre la fin du Bronze final IIb et le début du Bronze final IIIa, ce qui place ce site à la même phase chronologique que la structure 670 de Choisey « Aux Champins ». Toutefois ces deux sites présentent des caractéristiques stylistiques différentes. Le site de Choisey montre des affinités avec les régions rhénanes tandis que les céramiques de Quintigny sont plus proches du faciès nord-alpin. Les comparaisons trouvées sur le site de Tougues à Chens-sur-Léman nous permettent d'avancer une date entre 1070 et 1040 av. J.-C.

3.2.4. Troisième groupe : Ruffey-sur-Seille « La Paule » (fig. 17 et pl. 22 à 31)

52Le troisième groupe mis en évidence lors de la sériation (fig. 13) est représenté par les structures 35 et 164 de Ruffey-sur-Seille « La Paule ».

3.2.4.1 Types 1 : assiettes

53À Ruffey-sur-Seille, les assiettes sont à profil tronconique plus ou moins profondes, les assiettes à profil segmenté et les coupes à pied sont absentes. Les décors internes sont essentiellement à base de degrés : 38 % des assiettes répertoriées sont à degrés (pl. 22). Comme nous l'avons vu précédemment, les assiettes à degrés existent dès la phase initiale de l'occupation des sites lacustres à la transition Bronze final IIb/IIIa et perdurent pendant tout le Bronze final IIIa.

54Certaines assiettes à degrés présentent des cannelures plus fines situées uniquement dans la partie inférieure de la panse (pl. 22, n° 1). Ce type de décor, fréquent au Bronze final IIIa, est présent à la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin et alii, 1985, fig. 102, n° 1) et à la grotte de la Balme à Gontran, à Chaley (Ain) à la même période (Treffort, Nicod, 2001, fig. 11, nos 1-7). En Suisse, il apparaît sur le site de Hauterive-Champréveyres vers 1050/1030 en zone A, couche 3 (Borrello, 1993, pl. 16, n° 4).

3.2.4.2. Type 3b : jattes

55Les jattes de Ruffey-sur-Seille sont décorées à l’extérieur de lignes horizontales incisées, groupées par série de deux ou trois lignes plus ou moins fines et régulières (pl. 24, nos 12 à 22). Ce type de jatte apparaît sur les sites lacustres de Suisse vers 1050/1030 av. J.-C., comme à Hauterive-Champréveyres (Borrello, 1993) ou à Zug « Sumpf » (Seifert, 1997) où elles sont considérées comme une nouveauté à partir de cette étape chronologique. Associées à d'autres types de décor (chevrons, méandres, etc.), elles se retrouvent dans des contextes plus récents, vers la fin du Bronze final IIIa, comme à Cortaillod-Est, daté par la dendrochronologie vers 1010/965 av. J.-C. (Borello, 1986). Mais ces décors font défaut à Ruffey-sur-Seille.

56En Franche-Comté, les jattes décorées de lignes horizontales se rencontrent plus particulièrement au sud, dans le département du Jura, sur des sites attribués au Bronze final IIIa : à la grotte des Planches-près-Arbois, horizon C3/D2 - où sont également présentes des jattes décorées de méandres (Pétrequin et alii, 1985, fig. 109, n° 1 et fig. 155, n° 5) - à Tavaux « Aérodrome » (Ganard, 1998 et 2004, fig. 5, n° 3 et fig. 13, n° 1) et à la grotte de Chancia (Aimé, Jacquier, 1985, fig. 6, nos 31 et 33).

3.2.4.3. Type 5e : gobelets à épaulement et col ouvert de type étroit

57À Ruffey-sur-Seille, les gobelets à épaulement sont en grande majorité à col ouvert décoré de lignes horizontales incisées au peigne à deux ou trois dents, fines ou larges. Deux exemplaires de type étroit, archéologiquement complets, présentent des lignes incisées sur le col et l’épaule (pl. 24, nos 8-9).

58Comme nous l'avons vu précédemment pour Quintigny, les gobelets à col ouvert sont plus spécifiques du domaine rhône-alpin. Sur le site de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie), ils sont présents dans les ensembles 3 et 2, datés respectivement entre 1070 et 1040 av. J.-C. et entre 1017 et 965 av. J.-C. (Billaud, Marguet, 1992, fig. 22 et 23).

59En Franche-Comté les cols ouverts sont surtout attestés sur les sites du département du Jura comme Bletterans (Séara et alii, 2001, fig. 17, nos 2 et 3), la grotte du Bief du Marais à Andelot-Morval (Magny et alii, 1984, fig. 10, nos 1 et 2) ou la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin et alii, 1985, fig. 92, nos 3 et 5).

3.2.4.4.Type 5f : gobelets à épaulement et col ouvert de type large

60Les mêmes décors de lignes horizontales incisées se retrouvent sur des cols de gobelets de type large mais un exemplaire est décoré de fines cannelures horizontales au sommet de l’épaule (pl. 24, n° 3), semblable à celui de Quintigny (pl. 18, n° 7), décor également attesté sur d’autres sites du Jura : Bletterans « Sous le Moulin » et Tavaux « Aérodrome », attribués au Bronze final IIIa (Séara et alii, 2001, fig. 17, n° 4 ; Ganard, 1998, fig. 24, n° 8).

61Un décor de méandres incisés au peigne à trois dents est présent sur un fragment de col de gobelet à épaulement, provenant de la st. 164 (pl. 30, n° 7). Ce type de décor est bien représenté à la grotte des Planches-près-Arbois, aussi bien à l’intérieur de coupes que sur des gobelets à épaulement (Pétrequin et alii, 1985, fig. 91, 93 et 94, n° 1). En Suisse, il apparaît dans des assiettes à partir de 1030 av. J.-C., comme à Hauterive-Champréveyres, couche 1 (Borrello, 1993, pl. 86, nos 8-10), et est utilisé sur d’autres formes de récipient à des dates plus récentes comme à Cortaillod-Est, entre 1010 et 965 av. J.-C. (Borrello, 1986, pl. 22, 23, 39, 43 et 60). À la fin du Bronze final IIIa, les méandres deviennent plus rares et sont uniquement présents sur des formes hautes à Hauterive-Champréveyres, zones D et E, datées entre 980 et 870 av. J.-C. (Borrello, 1992, pl. 22, n° 7, pl. 56, nos 13-17). En domaine rhône-alpin ce type de décor est très rare : un seul exemplaire est répertorié sur le site de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie), dans l'ensemble 2 (Launay, 2001, pl. 82, n° 477).

62Attribution chronologique du site de Ruffey-sur-Seille « La Paule »
Le site de Ruffey-sur-Seille présente des formes et surtout quelques éléments décoratifs qui permettent de le placer au Bronze final IIIa, à partir de 1050/1030 av. J.-C., date à partir de laquelle les jattes décorées de lignes horizontales apparaissent sur les sites lacustres de Suisse, à Zug ou à Hauterive-Champréveyres (Seifert, 1997 ; Borrello, 1993). Le rapprochement avec le site de référence de cette période dans le département du Jura, la grotte des Planches-près-Arbois, est difficile. Les décors de Ruffey-sur-Seille sont en effet très sobres, basés sur des motifs linéaires incisés ou cannelés, contrairement aux céramiques richement décorées de la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin et alii, 1985). D'autres sites du Jura tels Quintigny « À la Feuillée », Bletterans « Sous le Moulin », ou Andelot-Morval « la grotte du Bief du Marais » présentent cette même sobriété décorative. L’étude comparative a permis de mettre en évidence que cette spécificité se retrouve surtout dans les régions nord-alpines, notamment sur le site de Tougues à Chens-sur-Léman (Savoie) où les décors sont essentiellement linéaires et où les cannelures sont très répandues (Launay, 2001 ; Billaud, Marguet, 1992). Cette constatation montre qu'un rapprochement stylistique est possible entre le sud du Jura et le domaine nord-alpin plutôt qu’avec la Suisse occidentale, comme c’est le cas pour la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin et alii, 1985).

Conclusion

63Cette étude a permis de distinguer trois phases chronologiques entre le Bronze final IIb et le Bronze final IIIa dans le département du Jura et a mis en évidence des différences stylistiques entre le nord et le sud.

64Le début du Bronze final IIb est représenté par l'ensemble céramique de la structure 390 de Choisey « Aux Champins », situé près de Dole. Les comparaisons pour cet ensemble ont essentiellement été trouvées dans les régions du Nord-Est : en Champagne, Lorraine, Alsace et en Suisse. Une deuxième phase, située entre la fin du Bronze final IIb et le début du Bronze final IIIa, a été reconnue à travers le mobilier céramique de la structure 670 de Choisey « Aux Champins », site toujours stylistiquement proche des régions rhénanes et de la Suisse orientale, et le mobilier du site de Quintigny « À la Feuillée », près de Lons-le-Saunier. Celui-ci présente, par contre, des affinités avec les régions nord-alpines. La troisième phase, attribuée au Bronze final IIIa, est représentée par la céramiques du site de Ruffey-sur-Seille « La Paule » qui, comme Quintigny, révèle des rapprochements avec le domaine nord-alpin.

65Au Bronze final IIb/IIIa, le département du Jura ne présente donc pas un faciès homogène entre le nord et le sud mais est partagé entre plusieurs entités culturelles. À une plus grande échelle, l'étude des ensembles céramique de toute la Franche-Comté (Bourson, 2005) a permis de distinguer les mêmes phases chronologiques et a fait apparaître la même partition stylistique nord/sud.

66Les sites attribués au Bronze final IIb sont surtout présents dans le nord de la Franche-Comté : Dampierre-sur-le-Doubs (Doubs), fosse 32 (Pétrequin et alii, 1969), Choisey « Aux Champins », st. 390, et certaines fosses de Quitteur « Sur la Noue » (Haute-Saône) (Nicolas, 2002). La transition Bronze final IIb et IIIa, est représentée au nord par Dampierre-sur-le-Doubs, fosses 8, 15 et 19, Gondenans-les-Montby (Doubs), sép. 2 (Pétrequin, 1972), Valentigney « Pézoles » (Bourson, 2005, fig. 14 à 18), Quitteur « Sur la Noue » et Choisey « Aux Champins », st. 670. Au sud, seul le site de Quintigny est représentatif de cette période. La troisième phase chronologique, au Bronze final IIIa, est représentée au nord de la Franche-Comté par la « grotte de la Balme » à Gonvillars (Haute-Saône) (Bourson, 2005, fig. 12 et 13), Valentigney « Les Tâles » (ibid., fig. 20), « Sous la Novie » (ibid., fig. 21 à 24). Au sud, les sites de Tavaux « Aérodrome » (Ganard, 1998 et 2005), Bletterans « Sous le Moulin » (Séara et alii, 2001), la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin, 1985), Ruffey-sur-Seille « La Paule » et Andelot-Morval « la grotte du Bief du Marais » (Magny et alii, 1984) sont attribués à cette période.

67Les mêmes orientations culturelles ont été constatées entre le nord de la Franche-Comté, d’une part, influencé par les régions du nord-est, et le sud, d'autre part, proche du domaine alpin, à l’exception de la grotte des Planches-près-Arbois qui se rapproche stylistiquement de la Suisse occidentale. Les limites de ces influences sont difficiles à déterminer et nous ne pouvons, dans l’état actuel de la documentation, que leur donner une localisation hypothétique : le Doubs semble former une limite naturelle entre le nord et le sud de la Franche-Comté tandis que les monts du Jura pourraient être une limite entre l'est et l'ouest du territoire (fig. 18). Cette différenciation stylistique se retrouve plus largement sur toute la France où les techniques décoratives se répartissent selon une limite nord/sud : au nord, les techniques les plus utilisées sont les incisions, tandis qu'au sud, ce sont les cannelures qui représentent l'essentiel des décors des ensembles céramique (Nicolas, 2003, annexe 46).

Annexe : Catalogue des décors

68Types 1 (fig. 11)
1. Sillons courbes d’un mm de large, irréguliers ; peigne à trois dents souples.
2. Lignes courbes fines, régulières, incisées au peigne à trois dents.
3. Lignes très fines, courbes, rapprochées ; peigne à huit dents.
4. Cannelures horizontales.
5. Degrés ou ressauts.
6. Degrés et cannelures horizontales.
7. Séries de zigzags irréguliers.
8. Arcs de cercle incisés au peigne à trois dents.
9. Chevrons incisés au peigne à deux dents rigides, sur des cannelures horizontales.
10. Chevrons incisés au peigne à trois dents rigides, remplis de pâte blanche.
11. Triangles hachurés sous un degré, partie centrale de la paroi interne.
12. Motif triangulaire incisé au peigne à trois dents fines.

69Type 2
13. Anse décorée de lignes horizontales incisées et de petites estampes rondes.
14. Cannelures circulaires situées sous le fond.
15. Cannelures horizontales dans la partie inférieure de la panse.

70Type 3
16. Lignes horizontales fines, régulières, incisées au peigne à deux ou trois dents.
17. Sillons horizontaux d’un mm de large, réguliers, au peigne à deux ou trois dents.
18. Lignes horizontales fines, régulières, au peigne rigide à trois dents.
19. Lignes horizontales fines, irrégulières, au peigne souple à deux ou trois dents.

71Type 4.1
20. Sillons horizontaux d’un mm de large, réguliers, au peigne à deux dents.
21. Lignes horizontales fines, régulières, au peigne à deux dents.

72Type 5
22. Col : sillons horizontaux, réguliers, surmontant des cannelures horizontales.
     Épaule : cannelures circulaires, entrecoupées de lignes fines verticales incisées.
23. Épaule : cannelures circulaires et sillons verticaux d’un mm de large.
24. Épaule : cannelure horizontale surmontant des cannelures verticales et circulaires.
25. Épaule : sillons horizontaux au-dessus de cannelures circulaires.
26. Base du col : cannelures horizontales.
     Épaule : arceaux cannelés.
27. Épaule : arceaux cannelés.
28. Épaule : cannelures horizontales.
29. Col : sillons horizontaux au peigne à deux dents.
30. Col : lignes horizontales incisées au peigne à deux dents et cannelure horizontale.
31. Base du col : cannelures horizontales.
     Épaule : cannelures verticales.
32. Col : lignes horizontales fines, incisées au peigne à deux dents.
33. Épaule : deux sillons horizontaux, pointe unique ou deux dents très écartées.
34. Épaule : un sillon horizontal.
35. Col : lignes horizontales fines, irrégulières, au peigne souple à trois dents.
36. Col : lignes horizontales fines, régulières, peigne à deux dents.
37. Base du col : fines cannelures horizontales.
38. Épaule : incisions au peigne à deux dents ; lignes horizontales enserrant des traits obliques en alternance, par séries de six, le tout surmontant des séries d’incisions verticales.
39. Épaule : décor géométrique ; lignes horizontales fines, régulières, au peigne à deux ou trois dents, enserrant des séries alternées de traits obliques incisés au peigne à deux dents.
40. Col : sillons horizontaux et méandres au peigne à trois dents rigides.
41. Épaule : sillons horizontaux et chevrons incisés au peigne à trois dents rigides.
42. Épaule : cannelures horizontales.
43. Épaule : large cannelure horizontale et lignes horizontales fines, peigne à deux dents.
44. Épaule : cannelures horizontales séparées par un méplat.
45. Épaule : triangles hachurés.
46. Col : sillons horizontaux irréguliers, peigne à deux dents.
47. Épaule : lignes horizontales fines, régulières, peigne à trois dents.
48. Épaule : large cannelure horizontale surmontant de fines cannelures horizontales.
49. Épaule : série de six cannelures fines horizontales, superposées.
50. Épaule : fine cannelure horizontale et lignes horizontales irrégulières, deux dents.
51. Base et haut du col : cannelure horizontale.
52. Col : lignes fines et sillons horizontaux, peigne à deux dents.
53. Col : lignes fines horizontales, régulières, peigne à deux et trois dents.
54. Épaule : cannelure horizontale et lignes fines, peigne à deux dents rigide.
55. Épaule : sillons horizontaux, réguliers, peigne à trois dents.
56. Col : sillons horizontaux, réguliers, peigne à deux et trois dents.

73Type 6 (fig. 12)57. Trois séries de trois cannelures horizontales sur la partie supérieure de la panse.
58. Larges cannelures horizontales sur la partie supérieure de la panse.
59. Épaule : sillons obliques au-dessus d’une petite cannelure horizontale.
60. Épaule : petites cannelures obliques, surmontées de sillons horizontaux.
61. Épaule : larges cannelures verticales peu profondes.
62. Épaule : cannelures moyennes obliques.

74Type 7
63. Larges cannelures horizontales sur toute la panse.

75Type 10
64. Impressions digitales sur le dessus de la lèvre.
65. Impressions digitales sur le bord externe.
66. Impressions digitales sur le bord externe et à la jonction col/panse.
67. Impressions digitales sur la panse.
68. Impressions digitales à la jonction col/panse.
69. Impressions unguéales sur le dessus de la lèvre.
70. Impressions unguéales sur le bord externe et impressions digitales à la jonction col/panse.
71. Impressions unguéales à la jonction col/panse.
72. Série d’impressions en forme de « fer à cheval » à la jonction col/panse.
73. Incisions obliques au couteau sur le bord externe.
74. Pseudo-torsade : impressions digitales allongées, sur le dessus de la lèvre.
75. Incisions obliques, avec un outil à section ronde, à la jonction col/panse.
76. Cordon modelé sans décor.
77. Cordon rapporté avec impressions digitales.
78. Petit cordon rapporté avec incisions obliques au couteau ou à l’ongle.
79. Incisions obliques sur le bord externe et impressions digitales à la jonction col/panse.
80. Impressions ovalaires irrégulières à la jonction col/panse.
81. Impressions ovalaires régulières à la jonction col/panse.
82. Impressions ovales couchées, avec un outil des section ronde à la jonction col/panse.
83. Impressions obliques régulières avec un outil de section ronde à la jonction col/panse.
84. Impressions obliques avec outil de section carrée à la jonction col/panse.
85. Estampages triangulaires à la jonction col/panse.
86. Incisions sur le bord et impressions ovalaires à la jonction col/panse.
87. Incisions sur le bord et impressions d’ovales couchés à la jonction col/panse.
88. Incisions sur le bord et impressions en « épis de blé » à la jonction col/panse.
89. Impressions rectangulaires obliques et impressions digitales sur le haut de la panse.
90. Incisions obliques au couteau sur le bord, impressions digitales à la jonction col/panse et impressions en « épis de blé ».
91. Deux séries superposées d'incisions obliques et d'impressions digitales, col et panse.
92. Impressions en « épis de blé » sur le bord, cordon impressionné (pseudo-torsade) à la jonction col/panse, au-dessus d’impressions ovalaires.
93. Incisions sur le bord et impressions rectangulaires obliques à la jonction col/panse.
94. Incisions sur le bord et impressions ovalaires obliques à la jonction col/panse.
95. Petits estampages circulaires à la jonction col/panse.

Bibliographie

Aimé G., Jacquier F., 1985, « La grotte de Chancia », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 82, p. 143-150.

Billaud Y., Marguet A., 1992, « Le site Bronze final à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie) : stratigraphie, datations absolues et typologie », in : Archéologie et environnement des milieux aquatiques, Actes du 116e congrès des sociétés savantes, Chambéry, Paris, éd. du CTHS, p. 311-348.

Bonnamour L., Mordant C., 1988, « La phase moyenne du Bronze final (IIb/IIIa) en Bourgogne orientale », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 363-372 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France,1).

Bonnet C., 1973, « Une station d’altitude de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlansberg », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 70, p. 455-478.

Bonnet C., Plouin S., 1979, « Compléments à la carte archéologique du Haut-Rhin (région colmarienne), 3ème partie : les nouveaux sites pré- et protohistoriques », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXII, p. 5-20.

Borrello M.A., 1986, Cortaillod-est : un village de l’Âge du Bronze final, 2, La céramique, Saint-Blaise, 100 p., 78 pl. (Archéologie Neuchâteloise, 2).

Borrello M.A., 1992, Hauterive-Champréveyres : la céramique du Bronze final, zones D et E, Saint-Blaise, 83 p., 72 pl. (Archéologie Neuchâteloise, 14).

Borrello M.A., 1993, Hauterive-Champréveyres : la céramique du Bronze final, zones A et B, Saint-Blaise, 91 p., 138 pl. (Archéologie Neuchâteloise, 15).

Boura F., Faye O., Gebus L., Klag T., Lambert G., Lavier C., 1990, « Le gisement de Vandières ‘Les Grandes Corvées’ (Meurthe-et-Moselle) », in : Un monde villageois : habitat et milieu naturel en Europe de 2000 à 500 av. J.-C., Catalogue d'exposition du Musée Archéologique de Lons-le-Saunier, Lons-le-Saunier, p. 73-82.

Bourson V., 2004, La céramique du Bronze final IIb/IIIa dans le Jura. Étude de trois sites : Choisey - Quintigny - Ruffey-sur-Seille, Mémoire de Maîtrise, Université de Franche-Comté, 121 p., 17 fig., 56 pl.

Bourson V., 2005, L'évolution de la céramique au Bronze final IIb/IIIa en Franche-Comté : chronologie et influences culturelles, Mémoire de Master 2, Université de Franche-Comté, 121 p., 71 fig.

Bouthier A., Daugas J.-P., Vital J., 1988, « La nécropole Bronze final des Vicreuses à Pougues-les-Eaux (Nièvre) : bilan et perspective », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 417-424 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Brisson A., Hatt J.-J., 1953, « Les nécropoles halstattiennes d’Aulnay-aux-Planches (Marne) », R.A.E., t. IV, fasc. 3, p. 193-233.

Brun P., Mordant C. dir., 1988, Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., 659 p., 57 fig. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Chertier B., 1988, « Contribution à la notion de civilisation des ‘Champs d’Urnes’ : le style céramique Rhin-Suisse-France Orientale et sa présence dans les nécropoles Champenoises », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 241-249 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Collectif, 1999, « A 39, 10000 ans d'histoire sous l'autoroute verte », Catalogue d'expositiondu Centre Jurassien du Patrimoine, Lons-le-Saunier, 71 p.

Ganard V., 1998, L’occupation protohistorique du site de Tavaux « Aérodrome » (Jura) : évolution de la céramique du Bronze final et du 1er Âge du Fer dans le Jura occidental, D.F.S. (étude complémentaire), S.R.A. de Franche-Comté, Besançon, 23 p., 55 fig.

Ganard V., 2004, « Le site de Tavaux « Aérodrome » et l’évolution du Bronze final au premier Âge du Fer dans le Jura », R.A.E., t. 53, p. 21-84.

Gourgousse Y. dir., 1995, Ruffey-sur-Seille (39) ‘La Paule’ : les témoins d’occupation d’un site jurassien entre le Xe s. av. J.-C. et le XIIe s. ap. J.-C., D.F.S., S.R.A. de Franche-Comté, Besançon.

Heintz G.F., 1953, « Observations archéologiques à Achenheim-Bas de 1936 à 1952 », Cahiers Alsaciens d'Histoire et d'Archéologie, n° 133, p. 53-66.

Jehl M., Bonnet C, 1968, « Un potier de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlansberg », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire,t. XII, p. 5-30.

Joly J.-L., Taras M., Argant J., 1993, Opération « ZAC du vieux Bourg » à Vénissieux (69), Rapport de fouilles : annexes, SRA de Rhône-Alpes.

Kerouanton I., 1999 - Les stations littorales immergées du lac du Bourget (Savoie) à l’Âge du Bronze Final : les groupes culturels et la question du groupe du Bourget, Thèse de doctorat, Panthéon-Sorbonne, 3 vol., 982 p.

Kimmig W., 1951, « Où en est l’étude de la civilisation des Champs d’Urnes en France, principalement dans l’Est », R.A.E., t. II, fasc. 2, p. 65-81.

Klag Th., 1999, La céramique de la phase moyenne du Bronze final en Lorraine : étude typo-chronologique de la céramique d'habitat (du 12ème siècle au 10ème siècle av. J.-C.) dans la vallée de la Moselle de Nancy à Thionville, Mémoire de Maîtrise, Université de Bourgogne, 137 p.

Lasserre M., Rohmer M., 1994, « Témoignages d’occupations protohistoriques à Lingosheim ‘Les Sablières Modernes’ », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXVII, p. 49-57.

Launay F., 2001, La céramique du Bronze Final de Tougues (Chens-sur-Léman, Haute-Savoie), Mémoire de Maîtrise, Panthéon-Sorbonne, 2 vol., 199 p., 112 pl.

Magny M., Passard F., Piningre J.-F., Urlacher J.-P., 1984, « La grotte du Bief du Marais à Andelot-Morval (Jura), « Un aspect de la fréquentation des grottes du Jura franc-comtois à la fin du Bronze final », R.A.E., t. 35, p. 169-189.

Maise Ch., Lasserre M., 2005, « L’habitat de Colmar-Diacomat (Haut-Rhin) et la définition du Bronze final III en Alsace », in : Adam A.-M. dir., Recherches de Protohistoire alsacienne : la céramique du Bronze final, p. 9-74 (23e suppl. à la R.A.E.).

Mordant Cl., 1988, « De la céramique cannelée à la production Rhin-Suisse-Orientale (R.S.F.O.), la rupture IIa-IIb dans le Bassin parisien », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 591-598 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Mordant Cl., Mordant D., 1970, « Le site protohistorique de Gours-aux-Lions à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) », Mémoires de la Société Préhistorique Française, t. 8, Paris, 138 p., 66 fig., 6 pl.

Nicolas Th., 2002, Approches typologique et spatiale des structures du Bronze final du site d’habitats de Quitteur (Haute-Saône), Mémoire de Maîtrise, Université Paris 1, 152 p., 199 pl.

Nicolas Th., 2003, Styles décoratifs et identités dans la culture Rhin-Suisse-France orientale, Mémoire de DEA, Université Paris 1, 55 p., 11 fig., 162 pl.

Oberkampf M., 1997, Âge du Bronze de Haute-Savoie : en dehors des stations littorales, éd. Musée-Chateau d’Annecy, t. 1, 210 p.

Pétrequin p. dir., 1972, La grotte de la Tuilerie à Gondenans-lès-Montby, Paris, Les Belles Lettres, 173 p., 5 pl. (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, vol. 137).

Pétrequin P., 1988, « Le groupe R.S.F.O. en Franche-Comté : une réévaluation des données sur l’Âge du Bronze final », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 209-234 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Pétrequin P., Richard H., 1983, « L’habitat d’Arbois ‘Les Pommerets’ et la rupture d’évolution du Bronze final IIa/IIb dans le Jura », R.A.E., t. 34, fasc.1-2, p. 53-64.

Pétrequin P., Urlacher J.-P., 1967, « La grotte de Vaux-lès-Prés (Doubs) », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 64, fasc. 3, p. 761-772.

Pétrequin P., Urlacher J.-P., Vuaillat D., 1969, « Habitat et sépultures de l’Âge du Bronze final à Dampierre-sur-le-Doubs », Gallia Préhistoire, t. 12, p. 1-35.

Pétrequin P., Chaix L., Pétrequin A.-M., Piningre J.-F., 1985, La grotte des Planches-près-Arbois (Jura) : proto-Cortaillod et âge du Bronze final, Paris, M.S.H., 273 p.

Piette J., Mordant C., 1988, « Incinérations du Bronze final IIb-IIIa de Courtavant et de La Villeneuve-au-Châtelot (Aube) », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 349-362 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Piningre J.-F., 1988, « Le groupe R.S.F.O. en Alsace : genèse et évolution », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 179-191 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Séara F., Rotillon S., Ducreux F. dir., 2001, Étude d’une occupation protohistorique de plaine alluviale sur la commune de Bletterans (Jura), au lieu-dit Sous le Moulin, D.F.S., S.R.A. de Franche-Comté, 44 p.

Seifert M., 1997, Die Funde der Grabungen 1952-54, Zug, 2 vol. : Text : X-142 p., Katalog und Tafeln : 62 p., 192 pl. (Die spätbronzezeitlichen Ufersiedlungen von Zug-Sumpf, 2-1 et 2-2).

Simonin O. dir., 1996 - Choisey (39) ‘À l’Ormoy’, ‘Aux Champins’ et ‘En Paroy’ : approche de l’occupation de la plaine alluviale dans la zone de confluence Doubs-Loue, D.F.S., S.R.A. de Franche-Comté, 183 p.

Simonin O., Ganard V., 1995, L’occupation protohistorique de Quintigny ‘À la Feuillée’ (Jura), D.F.S., S.R.A. de Franche-Comté.

Treffort J.-M., Nicod P.-Y., 2001, « La grotte de la Balme à Gontran à Chaley (Ain) », R.A.E., t. 50-1999/2000, p. 53-118.

Vital J., Voruz J., 1984, L’habitat protohistorique de Bavois-en-Raillon (Vaud), Lausanne (Cahiers d’Archéologie Romande, 28).

Waringo R., 1988, « Le Bronze final I-IIb au grand Duché du Luxembourg », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 137-152 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France,1).

Notes

1  Mes plus sincères remerciements à Jean-François Piningre qui m’a permis de réaliser cette étude et à Marie-Jeanne Lambert pour ses conseils.

2  Grande dépression fouillée en fin de chantier et dont la fonction n’a pu être identifiée (information Jean-François Piningre).

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Bourson, « La céramique du Bronze final IIb/IIIa dans le département du Jura. Approche typo-chronologique de trois sites : Choisey, Quintigny, Ruffey-sur-Seille », Revue archéologique de l’Est, Tome 55 | 2006, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/621. consulté le 28 mars 2017.

Auteur

Véronique Bourson

Archéologue contractuelle à la ville de Montbéliard.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés