Navigation – Plan du site
comptes rendus
Henri Gaillard de Sémainville

Jacques Guillaume, Édith Peytremann dir., L’Austrasie. Sociétés, économies, territoires, christianisation. Actes des XXVIesjournées internationales d’archéologie mérovingienne, Nancy, 22-25 sept. 2005.

Nancy, Presses univ. de Nancy, 2008, 441 p., nombreuses ill. (Mémoires publiés par l’Association française d’Archéologie mérovingienne, t. XIX). ISBN : 978-2-86480-955-5. (Diffusion : C.I.D., 131 boulevard Saint-Michel, 75005 Paris ; 45 €).
p. 523-528

Texte intégral

1En 2005, dix-sept ans après Metz, la Lorraine a accueilli à nouveau la réunion annuelle des archéologues travaillant sur l’époque mérovingienne. Depuis la création de l’AFAM en 1979, ce rendez-vous régulier qui se tient dans une ville différente de la France du Nord ou du Sud, voire d’un pays limitrophe, est l’occasion de faire le point sur les recherches menées dans un secteur géographique ainsi que sur un thème spécifique.

2Comme l’indique le titre des Actes, le colloque de Nancy avait pour thème l’Austrasie, une très vaste Austrasie englobant, outre la Lorraine, d’autres régions du grand Est - Alsace, Champagne, Franche-Comté - ainsi que du sud-ouest de l’Allemagne, de Belgique et du nord-ouest de la Suisse. Près de la moitié des quarante textes publiés portent sur la Lorraine, logiquement privilégiée : ils témoignent notamment, comme on le verra, de l’importance et de l’intérêt des recherches récentes menées dans cette région, en particulier par l’INRAP dans le cadre de l’archéologie préventive. La comparaison avec les Actes du colloque de Metz est éloquente sur ce point : à côté de l’archéologie funéraire, la progression des recherches portant plus particulièrement sur l’habitat, le peuplement et les activités artisanales est particulièrement mise en évidence par cette publication. Quant au choix de Nancy, il se justifiait parfaitement, ainsi que le précisent Jacques Guillaume et Patrick Périn dans leur avant-propos, non seulement pour des raisons d’alternance avec l’autre métropole lorraine, mais aussi en hommage à Édouard Salin, ce « père de l’archéologie mérovingienne en France » originaire de la région nancéienne, et du fait de la présence du laboratoire d’Archéologie médiévale (LAMEst) de l’Université Nancy 2, au sein de laquelle s’est du reste tenu le colloque.

3Deux textes abordant l’histoire de la recherche constituent une introduction à l’ouvrage. Le premier (dû à J. Guillaume) est précisément une biographie d’É. Salin. Très bienvenu, cet article dresse un portrait objectif et lucide de celui qui a joué, malgré ses insuffisances, un rôle éminent dans le développement de l’archéologie mérovingienne dans notre pays. Il est suivi d’une très utile liste chronologique de ses publications sur le haut Moyen Âge. Le second (J.-P. Legendre) traite d’une question encore insuffisamment connue : celle de la westforschung et de l’époque mérovingienne en Lorraine mosellane. L’auteur éclaire bien les origines historiques de ce mouvement et son utilisation par les Nazis dans le cadre de la politique de germanisation forcée de la Moselle. Il souligne également l’implication des universitaires allemands dans cette action et le fait qu’un certain nombre de raisonnements qui sous-tendaient celle-ci aient pu survivre à la fin de la guerre. On comprend qu’un tel sujet soit encore très sensible en Lorraine, mais je pense, pour ma part, qu’on ne peut pas adhérer sans nuances à toutes les critiques qui sont adressées aux recherches conduites actuellement au sein de l’université de Sarrebruck, et notamment au reproche selon lequel, comme la westforschung, elles sont fondées sur la pluridisciplinarité et elles ont recours à la toponymie. Cette dernière - dont nous ne contestons certes pas qu’elle est d’une interprétation délicate - est à notre sens un peu trop rapidement considérée comme une méthode désuète et l’on aimerait, il faut le dire, avoir en France un spécialiste de l’envergure du sarrois W. Haubrichs, dont le nom n’est du reste pas cité. Je rejoindrai sur ce point Alain Simmer, regrettant dans sa contribution (cf. infra) les insuffisances de la recherche lorraine en comparaison de l’activité déployée par les Sarrois.

4La suite de l’ouvrage s’organise en quatre chapitres dont la longueur, inégale, reflète au moins en partie l’évolution de la recherche : à côté de l’archéologie funéraire, encore bien représentée (100 p. environ), « Habitat et environnement » (près de 100 p.) et « Productions et échanges » (plus de 70 p.) tiennent une place très conséquente, dont il faut se réjouir. On remarquera en contrepartie le volume assez réduit de « la christianisation » (une trentaine de pages, seulement, trois contributions).

5Six sites ruraux, tous explorés à l’occasion de travaux d’aménagement, illustrent le thème de l’habitat : deux lorrains (Prény, Meurthe-et-Moselle, présenté par Marie Frauciel, et Sillégny, Moselle, par Édith Peytremann), un champenois (Dizy, Marne, par Geert Verbrugghe), deux du canton du Jura suisse (Courtedoux-Creugenat, par Carine Deslex Sheikh et Philippe Amiot, et Develier-Courtételle, par Robert Fellner) et un allemand (muffenheim, près de Rastatt, par Folke Damminger et Uwe gross). Certes, d’aussi courtes notes (10 p. en moyenne) se limitant souvent à une présentation générale, avec un plan d’ensemble et un catalogue de types de constructions, en particulier de cabanes excavées, complétés par un aperçu du mobilier et de l’évolution chronologique, laissent généralement le lecteur sur sa faim. Mais on peut aussi se réjouir d’être informé sans trop tarder de telles découvertes dans l’attente d’une publication d’ensemble dont on n’est évidemment pas sûr qu’elle puisse voir le jour ou qui peut demander pas mal de temps. Celle-ci est tout particulièrement souhaitable pour des sites fouillés sur une vaste surface et ayant livré d’abondantes informations concernant l’occupation de l’espace et son évolution dans le temps. C’est le cas surtout de Prény (habitat du VIe au XIe s. avec nécropole partiellement explorée) et de Dizy (habitat du VIIe au XIe/XIIe s., avec quelques inhumations éparses). On soulignera par ailleurs le souci de plusieurs des auteurs de ces études de mettre en évidence les éventuelles spécificités de « leur » site en ne se contentant pas d’un simple résumé du rapport de fouille. On remarquera également que les présentations s’efforcent pour la plupart de replacer les découvertes dans leur contexte historique et dans la longue durée, ce qui est évidemment une bonne chose. Il est vrai que plusieurs des sites concernés ayant une période d’occupation qui s’étend bien au-delà de l’époque mérovingienne - outre les deux sites évoqués précédemment, c’est le cas de Sillégny (VIIe-Xe s.) et de Muffenheim (VIe/VIIe-XVe s.) - les fouilleurs sont tout naturellement incités à faire cette démarche.

6Une place à part doit être réservée au site de Develier-Courtételle, un hameau de six fermes d’époque mérovingienne, qui, fouillé il est vrai quelques années avant les autres et dans des conditions de finesse tout à fait exceptionnelles pour une opération préventive, a déjà donné lieu à une remarquable publication d’ensemble (dont le cinquième et dernier volume vient précisément de paraître). Robert Feller a choisi de présenter une démarche originale et ses principaux résultats, assortis d’observations et de réflexions méthodologiques du plus haut intérêt. La prise en compte d’un nombre très important de déchets divers (céramique, scories, faune, etc.) et leur cartographie a conduit à des informations concernant l’organisation spatiale et la chronologie de l’occupation, ainsi que les comportements de rejet des habitants. Ce sont des acquis très significatifs, souvent inaccessibles autrement, mais, comme le souligne bien R. Feller, une telle démarche suppose qu’un certain nombre de conditions soient remplies, tenant à la fois à l’état de conservation du site, à la surface fouillée, qui ne doit évidemment pas être trop limitée, et à la précision indispensable des relevés, donc au temps qui peut leur être consacré. Peut-on imaginer que de telles conditions, particulièrement la dernière, puissent être réunies un jour dans le cadre de notre archéologie préventive ?...

7Quatre contributions assez hétérogènes constituent le thème « occupation du sol et paléoenvironnement » de ce premier chapitre. La première, celle de Frauke Stein et Martina Pitz, illustre précisément la nature des recherches conduites dans le cadre de l’université de Sarrebruck et évoquées par J.-P. Legendre. Appliquée à la « progression de l’habitat » dans un secteur géographique de Lorraine (entre Meurthe et Moselle), la démarche nous a paru cohérente et stimulante, même s’il est bien difficile pour un non spécialiste de juger de la pertinence des démonstrations et des conclusions touchant à la linguistique et si l’on ne doit pas perdre de vue le fait que les résultats sont forcément fragiles en raison de l’imprécision de bien des données archéologiques anciennes. La carpologie est mise en œuvre par Jean-denis Laffite et Véronique Matterne à propos du remplissage d’une mare ou d’un ruisseau aménagé de Vic-sur-Seille (Moselle), daté approximativement entre le VIIIe et le XIe s. La richesse en graines de ce milieu tourbeux a permis aux auteurs d’identifier de nombreuses espèces végétales sauvages et cultivées. Olivier Putelat expose les résultats de l’étude archéozoologique qu’il a conduite sur le site suisse de courtedoux-Creugenat, site d’habitat évoqué précédemment. La présentation est de qualité, non seulement parce qu’elle témoigne d’une analyse très précise (à remarquer en particulier l’identification, trop rarement faite, de restes de poissons dans la plupart des cabanes), mais aussi parce qu’elle replace bien les données de l’archéozoologie dans leur contexte historique. Le texte que présente Magali Watteaux à propos de l’ « archéogéographie de l’habitat et du parcellaire au haut Moyen Âge » a le mérite de mettre l’accent sur un thème de recherche qui garde tout son intérêt, même s’il est déjà ancien (il a été développé en France notamment par Gérard Chouquer, qui est par ailleurs son directeur de thèse). Ce point sur un certain nombre de travaux récents témoigne d’une grande érudition mais n’échappe pas à une tendance trop « jargonnante » qui risque de décourager le non spécialiste.

8Le deuxième chapitre regroupe huit contributions sous le titre « productions et échanges ». La première traite des recherches sur les textiles mérovingiens dans l’Est (fabienne Médard, Christophe Moulhérat) : grâce à ces deux chercheurs, d’assez nombreuses études ont été menées depuis plusieurs années sur des découvertes faites lors de fouilles de nécropoles (parmi celles-ci, Hégenheim, Erstein, Geispolsheim et Prény sont évoquées dans l’article), à partir de traces textiles subsistant le plus souvent sur des objets métalliques, mais aussi, de manière exceptionnelle, dans le sédiment. Une méthode mise au point par C. Moulhérat permet, dans un certain nombre de cas, d’identifier la fibre utilisée. D’importants progrès de nos connaissances sont à attendre du développement de telles études. Une courte note (Martine Aubry-Voirin, à propos des découvertes de Saint-Amé, dans les Vosges) attire l’attention sur la pierre ollaire, encore trop rarement prise en compte, voire identifiée… Mais l’hypothèse d’une production locale qu’elle défend paraît très incertaine en l’état de la recherche.

9La céramique est le sujet de trois contributions. À partir du site de Sillégny (Moselle), Yves Henigfeld amorce une intéressante synthèse concernant la « céramique à dégraissant calcaire coquillier ». Dans l’état actuel des connaissances, il s’agit d’une production sans doute lorraine, reconnue sur une quarantaine de sites de la région, plus particulièrement dans la vallée de la Moselle, pendant l’ensemble du haut Moyen Âge. Mais bien des incertitudes subsistent, qui ne pourront être levées que par des travaux collectifs que l’auteur appelle de ses vœux. Rachel Prouteau présente ses recherches concernant la céramique de l’habitat de Pompey-Les Noires Terres (Meurthe-et-Moselle), où elle a mis précisément en évidence des céramiques à dégraissant calcaire coquillier, dans des proportions assez élevées. La typo-chronologie qu’elle établit couvre la période du VIe au VIIe s. et constituera un jalon utile dans une région où la céramique de cette époque est encore mal connue. Le même exercice est proposé par Line Van Wersch et Olivier Vrielynck pour le matériel issu d’un dépotoir d’habitat d’Ohey (province de Namur, Belgique), daté du VIIe s. on se trouve dans un secteur géographique où ont été découverts plusieurs sites mérovingiens dont des ateliers de production.

10Deux articles signés de Marc Leroy (en collaboration avec Marilyne Prévot pour le premier) concernent en revanche un domaine dans lequel la Lorraine se situe, en conformité avec ses ressources naturelles, à un très bon niveau dans la recherche : celui de la production du fer. Le premier présente les résultats d’une fouille menée récemment à Messein (Meurthe-et-Moselle). Il s’agit d’un habitat rural à vocation à la fois agricole et métallurgique, daté des VIe-VIIe s. Les auteurs se demandent s’il s’agit d’ateliers métallurgiques installés au cœur d’un habitat ou si, à l’inverse, les installations agricoles n’étaient là que pour permettre le bon fonctionnement de ceux-ci ; ils soulignent toutefois la grande abondance des déchets de production. Ce site est à juste titre intégré (y compris avec le même plan des fouilles, qui figure donc deux fois à quelques pages d’intervalle…) à la synthèse qui suit. Portant sur les ateliers sidérurgiques de Lorraine centrale au haut moyen Âge, celle-ci présente en fait un intérêt qui dépasse largement cette région. Elle commence du reste par une introduction qui replace bien le sujet dans son contexte, qu’il soit géographique (entre Rhin et Pyrénées) ou tenant à l’histoire de la recherche (le retard, en Europe occidentale, des études concernant cette période, par rapport à celles sur l’Antiquité, et, en corollaire, l’image d’une raréfaction du fer). Les recherches de ces dernières années révèlent une situation assez différente et une organisation de la production qui paraît plus diversifiée qu’à l’époque gallo-romaine. L’auteur amorce une synthèse et présente une typologie de sites pris dans une large zone géographique. C’est un domaine dans lequel le développement des recherches apparaît comme particulièrement prometteur. Le dernier article de ce chapitre, celui de Sébastien Zaaf, porte aussi sur le métal, mais dans une mise en œuvre bien particulière, celle des monnaies, plus spécialement dans le cadre des relations entre Austrasie et Burgondie.

11Les trois contributions illustrant le thème de la christianisation représentent des démarches très dissemblables. Michèle Gaillard aborde la question des déplacements de sites de certains monastères « lorrains » au haut Moyen Âge, plus précisément Remiremont et Saint-Mihiel, déplacements qu’elle attribue à un changement de la conception de la vie monastique, qui passe sous la protection du souverain. Charles Kraemer s’intéresse à l’un de ces deux sites, celui du Saint-Mont, près de Remiremont, un site de hauteur vosgien, ayant été fortifié avant d’accueillir un monastère au VIIe s., sur lequel il a conduit des fouilles. Un bilan précis et cartographié des données archéologiques et toponymiques disponibles permet à l’auteur de montrer que les alentours étaient peuplés depuis l’Antiquité et que le monastère n’a sans doute pas été fondé dans un désert. Rachel Poulain donne un aperçu de l’important travail qu’elle a effectué dans le cadre de sa thèse sur les plaques-boucles à figurations chrétiennes de l’est et du centre-est de la Gaule mérovingienne. En choisissant d’évoquer la plupart des nombreuses et intéressantes questions soulevées par ces objets (interprétation des motifs et des inscriptions, mentalités, sexe et statut social des porteurs…), l’auteur a certes montré que ses recherches les avaient bien prises en compte, mais l’inconvénient est que, dans un aussi court article, on reste trop souvent sur sa faim, étant donné que beaucoup des points abordés auraient mérité de plus amples discussions. Il aurait été préférable, à mon avis, de développer plus à fond un ou deux thèmes seulement.

12La dernière partie, « Archéologie funéraire et anthropologie », compte dix-sept articles que l’on peut répartir en trois groupes en fonction de l’esprit dans lequel ils ont été rédigés. Plusieurs sont des présentations d’ensemble des résultats de fouilles récentes, parmi lesquelles se détachent quelques opérations exceptionnelles, comme celles de Saint-Dizier, Haute-Marne (Marie-Cécile Truc et alii ; rappelons qu’il s’agit de trois sépultures aristocratiques de très haut rang, datées du VIe s. et attribuables à la présence franque) et d’Hégenheim, Haut-Rhin (David Billoin et alii ; 41 tombes d’une nécropole dont l’intérêt tient entre autres à sa proximité et à ses points communs avec le célèbre site de Bâle-Bernerring : tumulus, chambres funéraires, dépôts alimentaires et mobilier plus ou moins abondant permettant d’apporter un premier éclairage sur l’origine et la hiérarchie sociale du groupe). Les publications d’ensemble de ces recherches sont naturellement très attendues. Pour Metzervisse (Moselle ; Renée Lansival), on doit se réjouir que la publication d’ensemble soit parue (R.A.E. t. 56-2007, p. 231-310), mais regretter que l’intérêt de la notice qui figure dans ces Actes s’en trouve très amoindri de ce fait. En revanche, on peut considérer que les fouilles de Wasselonne (Bas-Rhin ; Emmanuelle Thomann et Marie-Dominique Waton) qui ont mis au jour 111 tombes de la fin de l’époque mérovingienne, bien que déjà publiées par Pays d’Alsace en 2005, bénéficient ainsi d’une plus grande notoriété. La présentation des découvertes de Koenigsmacker-Métrich (Moselle ; Édith Peytremann) donne une très bonne idée de l’intérêt de ce site - au mobilier abondant et de qualité, en dépit des violations - qui mérite à l’évidence une publication exhaustive. Deux autres découvertes plus ponctuelles bénéficient de notices assez précises, notamment sur le plan anthropologique (la première a même donné lieu à une analyse parasitologique) : la sépulture triple de Chevenez (canton du Jura, Suisse ; Emmanuelle Évéquoz et alii), sépulture de gens aisés inhumés isolément dans la seconde moitié du VIIe s., et les deux sépultures de Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne ; Stéphane Sindonino et Stéphanie Degobertière), également privilégiées, recouvertes de dalles funéraires à motif cruciforme (datation proposée : première moitié du VIe s., mais pourquoi ne pas avoir figuré le mobilier ?).

13D’autres auteurs ont préféré mettre l’accent sur un point particulier. C’est le cas de Patrice Georges, Jacques Guillaume et Pascal Rohmer à propos de la nécropole d’Erstein (Bas-Rhin), dont une récente exposition au musée de Strasbourg a donné une idée de l’intérêt exceptionnel. Les 258 sépultures mises au jour ont livré de multiples données ayant trait en particulier au mode d’inhumation (chambres funéraires, tumulus…), aux dépôts d’offrandes et à l’abondant mobilier personnel. En attendant la publication d’ensemble, qui demandera un long travail, une première approche portant sur la question des statuts sociaux est proposée, avec notamment des réflexions stimulantes concernant les rapports entre niveau de richesse du mobilier funéraire et volume des terrassements liés à l’aménagement de la tombe et de l’éventuel tumulus. À propos d’une autre nécropole très importante, celle de Cutry (Meurthe-et-Moselle), qui a donné lieu de sa part à une très belle publication (t. XIV des Mémoires de l’AFAM, 2005), René Legoux a choisi de mettre l’accent sur les sépultures aristocratiques au mobilier parfois exceptionnel (comme la lance d’apparat à inscription latine) qui témoignent d’influences extérieures remarquables et très diverses. Autre nécropole importante, celle de Crotenay (Jura), fouillée dans les années 1970 sous la responsabilité de Claude Mercier et ayant livré 467 tombes, est actuellement en cours d’étude en vue de sa publication d’ensemble. Deux jeunes membres du groupe de travail ont livré quelques résultats de leur travail. La contribution de Frédérique Gilles qui porte sur les pratiques funéraires et la population révèle une communauté qui présente bien des points communs avec les autres populations contemporaines, par exemple en ce qui concerne la rareté des traces de violences conflictuelles. Plus inhabituel est le fort pourcentage de sujets présentant des caractères dentaires considérés comme mongoloïdes et, qui plus est, l’accroissement dans le temps de leur proportion. Gilles Desplanque pose de manière très séduisante la question de l’éventuelle pérennité des élites depuis l’époque du royaume burgonde jusqu’à celle de la domination franque, à la fin du VIe et au début du VIIs., à partir de la mise en évidence de noyaux (familiaux ?) de tombes présentant de remarquables similitudes dans la nature de leur mobilier funéraire. Enfin, un ensemble de fibules de qualité provenant de Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente), un site récemment fouillé dont le mobilier présente de notables points communs avec celui du célèbre site d’Herpes, tout proche, donne lieu à une étude technique détaillée du C2RMF (Françoise Stutz, Maria Filomena Guerra, Thomas Calligaro).

14Un dernier groupe est composé de synthèses. La plus remarquable est celle de Laurent Verslype, portant sur les tumulus et les sépultures encerclées d’époque mérovingienne. Ce sujet, bien que déjà maintes fois traité, est abordé ici à partir d’une riche base documentaire, dont est tirée une typologie, et avec un esprit critique conduisant à des positions très nuancées. Françoise Passard, sophie Gizard et Jean-Pierre Urlacher s’intéressent au dépôt d’armes dans les sépultures franc-comtoises. Partant de la nécropole de Saint-Vit (Doubs), dont ils viennent de publier l’étude d’ensemble (une très belle publication aux Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009), les auteurs étendent leur enquête à la région de Franche-Comté et même aux régions voisines. Cela donne un article très bien documenté et illustré. Muriel Van Ruymbeke présente ses travaux d’inventaire de sites du bassin de la vesdre (Belgique), avec, malheureusement, des cartes peu réussies (c’est d’autant plus regrettable que des SIG ont été mis en œuvre). Philippe Vidal expose les résultats de ses recherches en paléopathologie (il emploie le terme de « paléo-écologie » pour les désigner) sur six sites de l’Est. L’alimentation, les activités, les infections et les traumatismes sont abordés. Enfin, en partant de la publication fondamentale de R. Legoux, P. Périn et F. Vallet (Chronologie normalisée…, 2004), Alain Simmer revient sur un sujet qui lui est cher et qu’il a abordé à plusieurs reprises ces dernières années : celui de l’importance de la présence franque en Lorraine à la lumière de l’archéologie et de la toponymie. Contestant les positions des universitaires sarrois, il défend l’idée que cette présence a été beaucoup plus modeste qu’on le croit généralement et avance, pour expliquer les traces toponymiques d’origine germanique particulières à la Moselle, l’hypothèse de créations antérieures, d’époque gallo-romaine. C’est évidemment une position qui devrait susciter des débats dans lesquels on aimerait avoir notamment l’avis des linguistes français.

15Quand on ajoutera que l’ouvrage se termine par une très substantielle et excellente conclusion due à Laurent Verslype - et on connaît la difficulté de ce type d’exercice…-, on comprendra toute sa richesse et sa diversité. Comme toujours dans ce type de publication, on a des études un peu hétérogènes, d’un intérêt inégal selon les attentes du lecteur, mais cependant toutes d’un bon voire d’un très bon niveau, et parmi elles, une part importante de données inédites.

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Jacques Guillaume, Édith Peytremann dir., L’Austrasie. Sociétés, économies, territoires, christianisation. Actes des XXVIesjournées internationales d’archéologie mérovingienne, Nancy, 22-25 sept. 2005. », Revue archéologique de l’Est, Tome 58 | 2009, [En ligne], mis en ligne le 28 janvier 2011. URL : http://rae.revues.org/6262. consulté le 28 avril 2017.

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés