Navigation – Plan du site
comptes rendus

Stefanie Martin-Kilcher, Heidi Amrein, Beat Horisberger, Der römische Goldschmuck aus Lunnern (ZH) : ein Hortfund des 3. Jarhhunderts une seine Geschichte.

Zurich, 2008, Cronos Verlag, 369 p. (Collectio archaeologica, 6).
Catherine Metzger
p. 520-521

Texte intégral

1Le Schweizerische Landesmuseen de Zurich a présenté, dans le courant de l'hiver 2008-2009, une très intéressante et fort belle exposition consacrée au Trésor de Lunnern. Le catalogue dont il est question ici est à la fois une nouvelle étude très approfondie de ce trésor connu depuis le XVIIIe siècle, due pour l'essentiel à St. Martin-Kilcher qui y travaille depuis longtemps déjà, et un regroupement de trésors comparables et contemporains de bijoux, monnaies et objets luxueux provenant de Suisse, Autriche, Italie et de France.

2Le chapitre 1 relate l'histoire de la découverte de ce trésor le 17 novembre 1741. L'ensemble comportait 17 objets d'or et 84 monnaies d'argent (aujourd'hui disparues) qui permettent de dater l'enfouissement du trésor entre 249 et 260.

3Le grand intérêt de cet ensemble précieux, indépendamment des objets eux-mêmes, réside dans l'historique très précis et bien documenté de la découverte depuis les fouilles menées à Lunnern par Johann Georg Sulzer en 1741 et la première publication la même année, jusqu'à son dépôt en 1761 au Cabinet d'art et de curiosité de la Bibliothèque municipale de Zurich, d'où il passa ensuite dans les collections du Musée National Suisse. On sait également qu'il avait fait l'objet d'une représentation exceptionnelle, dès 1742, dans un tableau dû à J.B. Bullinger et qu'il avait été rapidement porté à la connaissance des grands antiquaires de l'époque comme J. Winckelmann à Rome et le comte de Caylus à Paris. Ce dernier publia une série de dessins des bijoux et quelques commentaires dans le volume 7 du Recueil d’Antiquités Égyptiennes, Étrusques, Grecques, Romaines et Gauloises en 1767.

4Le chapitre 2 est consacré aux bijoux d'or qui composent ce trésor, chacun d'eux faisant l'objet d'une fiche très détaillée et d'une documentation graphique et photographique de grande qualité. On notera l'absence de bagues, pourtant extrêmement répandues dans la bijouterie romaine, ainsi que celle de pendentifs monétaires, qui font souvent partie de trésors analogues, en particulier en Gaule. Ces bijoux, en or essentiellement (un seul collier comporte de petites perles en verre de couleur grenat), ne présentent quasiment pas de traces d'usure, à l'exception près toutefois, de deux pendentifs en forme de disques, ce qui pose la question de la raison du dépôt de ces bijoux.

5Le chapitre 3 reprend l'étude des formes, de la datation et de l'origine de chacun des types de bijoux et les replace dans l'histoire de la bijouterie romaine et son évolution. St. Martin-Kilcher insiste en particulier sur les deux pendentifs en forme de disques (nos 15 et 16) à décor de filigrane, sur leur origine possible et sur des objets tout à fait comparables mais en argent.

6Le chapitre 4 replace ce trésor dans l'ensemble des découvertes de bijoux d'or et d'argent de la fin du IIe et du IIIe siècles dans le monde romain occidental, de Gaule jusqu'en Pannonie. L'auteur établit un classement des trésors en fonction des différents types de bijoux qu'ils contiennent et du métal utilisé. Des cartes de répartitions des trouvailles et des tableaux comparatifs des quatre grands groupes ainsi déterminés (A à D), dressent pour les quelque cinquante trésors étudiés un panorama très complet et fort utile de cette bijouterie dans l'état actuel de nos connaissances et en espérant que l'on puisse bien raisonner sur des trésors « complets ». Ce chapitre étudie les dépôts de biens mobiliers au cours du iiie siècle, période agitée de l'histoire romaine, sans que l'on puisse toutefois associer l'enfouissement d'un trésor à un évènement historique précis. L'auteur a aussi examiné les endroits où ces dépôts ont été placés, soit à l'intérieur ou à proximité immédiate des maisons - c'est le cas pour le trésor de Lunnern - soit, mais alors la signification du dépôt est différente, dans un sanctuaire. Le trésor de Lunnern appartient au groupe A des trésors déterminés (objet en or) mais il contient des éléments, les pendentifs circulaires nos 15 et 16, qui sont le plus souvent réalisés en argent.

7L'examen des différents groupes, dans le chapitre 5, permet de poser un problème intéressant, celui de « l'identité régionale » à propos de ces mêmes pendentifs nos 15 et 16, absents des trésors gallo-romains plus classiques mais que l'on retrouve dans les régions du Rhin et qui sont repérables sur des stèles à représentations féminines dans les provinces de Norique et de Pannonie.

8On notera également à Lunnern le collier n° 7 avec fermoirs découpés en forme de peltes à décor de filigrane et d'incrustation de pâte de verre. Le seul exemplaire de comparaison connu se trouve dans le trésor découvert en 1809 à Naix (dép. de la Meuse) et conservé au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale à Paris. Cet ensemble comportait des monnaies, non conservées, allant des Sévère à Gallien. Les autres bijoux, collier à pendentifs monétaires et camées, colliers à multiples pierres de couleurs et à maillons en nœud d’Héraclès, sont de type gallo-romain « classique » et n'ont rien à voir avec ceux de Lunnern.

9Les chapitres 6 et 7 reprennent l'histoire du vicus romain de Lunnern et de l'occupation de la vallée de la Reuss à l'époque romaine, lieu de passage et de transit commercial où se situaient des centres régionaux et des étapes sur les voies de communication traversant les cols alpins.

10Le chapitre 9 est consacré à l'étude du tableau de J.B. Bullinger, premier témoignage de la découverte du trésor, et le chapitre 10 replace le trésor dans le contexte de l'archéologie suisse au xviiie siècle.

11Après des résumés en allemand, français, italien et anglais, une série d'annexes complète cette étude :
- pièces d'archives, lettres, inventaires, descriptions, reproductions, dessins et photographies anciennes ;
- listes des personnalités et spécialistes ayant décrit le trésor ;
- étude des monnaies d'après les catalogues dressés en 1741 et 1843/44 ;
- analyses métallographiques, études de laboratoire et macrophotographies ;
- tableau comparatif des principaux trésors des IIe et IIIe siècles.
Vient enfin une longue bibliographie.

12On l'aura compris, cette publication dépasse largement le cadre de l’étude d'un trésor régional, apporte beaucoup de nouveautés en posant bien des questions particulières et fera date dans la recherche sur l'histoire de la bijouterie romaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Metzger, « Stefanie Martin-Kilcher, Heidi Amrein, Beat Horisberger, Der römische Goldschmuck aus Lunnern (ZH) : ein Hortfund des 3. Jarhhunderts une seine Geschichte. », Revue archéologique de l’Est, Tome 58 | 2009, 520-521.

Référence électronique

Catherine Metzger, « Stefanie Martin-Kilcher, Heidi Amrein, Beat Horisberger, Der römische Goldschmuck aus Lunnern (ZH) : ein Hortfund des 3. Jarhhunderts une seine Geschichte. », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 58 | 2009, mis en ligne le 28 janvier 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://rae.revues.org/6264

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page