Navigation – Plan du site
Notes et documents
Stéphane Lenda, Théophane Nicolas et Ingrid Turé

Une nécropole du Bronze final IIb à Saint-Epvre « Le Bois de Saint-Epvre » (Moselle)

p. 645-655

Résumés

cemetery, cremation burials, mortuary practices, pottery, Late Bronze Age IIb

Trial trenches carried out on the LGV est rail track has brought to light a small cremation cemetery dating to the Late Bronze Age IIb period. Its study brings to the forefront mortuary practices in vogue during this period in an area around the confluence of the Elme and Nied rivers.

Une opération de sondages archéologiques préventifs sur le tracé de la LGV Est a permis de découvrir une petite nécropole à incinération datée du Bronze final IIb. Son étude permet de documenter les pratiques funéraires en usage à cette période sur le secteur de la large confluence de l’Elme et de la Nied française.

Bei archäologischen Präventivgrabungen auf dem Verlauf der Trasse der LGV Est wurde eine kleine Nekropole mit Brandgräbern aus der Spätbronzezeit IIb entdeckt. Ihre Untersuchung erlaubt es, die zu dieser Zeit im Sektor des Zusammenflusses der Elme und der französischen Nied üblichen Grabsitten zu dokumentieren.

Texte intégral

  • 1  La fouille de cette nécropole a été réalisée dans le cadre d’un diagnostic sur une zone de stockag (...)

1La découverte d’un ensemble funéraire de l’étape moyenne du Bronze final sur la commune de Saint-Epvre fait suite aux interventions archéologiques conduites par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap)1 en préalable à l’aménagement de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) reliant Paris à Strasbourg par la société Réseau Ferré de France (RFF). L’emprise concernée couvre une surface de 21 hectares, au sud de la voie.

  • 2  En contrebas et à l’est de la nécropole, au lieu-dit « La Terre de La Justice », une ancienne voie (...)

2Le site, au sud-ouest du village de Saint-Epvre (Moselle), en limite de la commune de Thimonville, au lieu-dit « Le Bois de Saint-Epvre » (section 29) (fig. 1) occupe le haut de pente menant au sommet d’une butte qui surplombe un ancien vallon, à une altitude de 267 m NGF. Le gisement, d’une surface d’environ 400 m2, se situe à l’amorce d’une pente douce en direction du sud. Cette colline se trouve sur la rive droite de l’Elme, un affluent de la Nied française, à sa confluence avec le ruisseau de Prey2.

image

Fig. 1. Saint-Epvre. Localisation de la nécropole sur les reliefs du tracé de la LGV, d’après Ernst, 2001 et Gestreau, 2001, modifiés (dessin : I. Turé).

3La nécropole est installée au contact de deux unités géomorphologiques, à une altitude d’environ 254 m NGF. Le substrat du dos de la butte se caractérise par des limons de plateau bruns avec des éléments fins sub-argileux ; ils reposent sur des alluvions anciennes quaternaires.

4Cet ensemble funéraire regroupe trois sépultures à incinération à environ 6 m de deux fosses circulaires (fig. 2). Ces structures ont souffert de l’érosion (colluvionnement) et des pratiques agraires (labours et pose de drains).

image

Fig. 2. Saint-Epvre. Plan général de l’opération (dessin : I. Turé).

Les fosses sépulcrales

5Les fosses sépulcrales sont creusées dans le substrat limono-argileux sur une profondeur comprise entre 0,20 m et 0,40 m, sous la couche de terre végétale. Leur remplissage se compose d’un sédiment limoneux, de couleur brun grisâtre, identique à la couverture sédimentaire intercalée entre le substrat argileux et le labour. Dans ce secteur, il pourrait s’agir de lambeaux de sol ancien.

6Aucun monument funéraire n’est apparu au décapage ; les sépultures à incinération semblent donc isolées.

La sépulture à incinération n° 1

7La fosse sépulcrale est circulaire, en cuvette à fond plat et à parois légèrement obliques (fig. 3) : diamètre de 0,50 m, profondeur conservée de 0,12 m, remplissage de limon argileux brun grisâtre. L’excavation montre des dimensions légèrement supérieures à celles de la céramique ossuaire.

image

Fig. 3. Saint-Epvre. Sépulture à incinération n° 1 (dessin : I. Turé).

8L’affaissement de la partie inférieure de l’urne semble consécutif à une pression verticale probablement liée à l’effondrement d’un couvercle occultant la fosse sépulcrale. La position stratigraphique légèrement supérieure de quelques fragments osseux par rapport au reste de l’amas laisse supposer que le volume interne de l’urne n’était pas complètement comblé au moment de l’affaissement du couvercle.

9Le vase ossuaire repose sur le fond de la fosse mais sa partie supérieure est détruite par les labours ; l’amas osseux semble intact cependant. Les os, regroupés au fond du vase, sont recouverts par un limon fin, résultat d’une percolation par infiltration lente.

10Aucune répartition particulière n’est reconnaissable pour les fragments de crâne et des membres ; les os du tronc se trouvent concentrés dans la partie supérieure de l’amas conservé.

Composition du dépôt funéraire et étude du mobilier

11Le vase cinéraire n’est connu que par la partie basse. La céramique, de couleur « Terre de Sienne », montre des surfaces intérieure et extérieure lissées grossièrement à la « main-mouillée ». Le dégraissant se compose de calcaire et d’oolithes de taille millimétrique à centimétrique. Un tesson associé permet d’émettre l’hypothèse de la présence d’un second vase au sein du dépôt.

Composition du dépôt osseux humain

12Les vestiges osseux correspondent au squelette d’au moins un sujet de taille adulte, en l’absence de zone métaphysaire ou d’indice de vieillissement significatif. Le sexe reste indéterminé. L’amas osseux pèse 213 g pour 525 fragments, soit un poids moyen de 0,40 g / fragment (tabl. ci-dessous).

image

Tab. 1. Poids (en g) des différents segments anatomiques.

La sépulture à incinération n° 2

13En surface, la reconnaissance du creusement est délicate et le contour de la fossesemble s’inscrire dans une forme ovale régulière de 0,35 m et de 0,24 m d’axes (fig. 4), d’orientation nord-est/sud-ouest. Creusée en cuvette dans le limon argileux brun, la profondeur conservée atteint 0,21 m. La fosse est traversée par un drain en pierre au sud-est.

image

Fig. 4. Saint-Epvre. Sépulture à incinération n° 2 (dessin : I. Turé).

14L’affaissement du col de l’urne sous-entend que la partie supérieure du vase était dépourvue d’os (et même de remplissage) et que ce processus s’est déroulé dans un espace vide. Une fine percolation limoneuse brune est venue occulter la partie supérieure de l’amas avant effondrement de la partie supérieure du vase.L’absence de sédiment entre les fragments d’épaulement et l’amas osseux laisse présumer une fermeture (ou une couverture) de l’urne en matériau périssable non conservé.

Composition du dépôt funéraire et étude du mobilier (fig. 5)

15Dans le vase cinéraire, quatre autres céramiques, certaines fragmentaires, ont été déposées sur l’amas osseux. Un fragment de bronze, probablement un anneau (n° 7), se trouve à ce même niveau ; sa déformation par le feu indique qu’il s’agit d’un objet se trouvant sur le bûcher (en association avec le corps du défunt ou bien comme offrande primaire).

image

Fig. 5. Saint-Epvre. Mobilier de la sépulture à incinération n° 2 (dessin : I. Turé, sauf n° 2 : Th. Nicolas).

16- Urne cinéraire : elle montre une couleur « Terre de Sienne » avec une surface lissée à l’intérieur et altérée à l’extérieur ; le dégraissant (calcaire/oolithes) est millimétrique.

17- Gobelet biconique (vase n° 2) : en céramique très fine, de couleur grise, les parois sont lissées à l’intérieur et lustrées à l’extérieur ; le dégraissant (calcaire/oolithes) est de taille nanométrique. Le registre décoratif est riche : il associe des « godrons » cannelés à des incisions verticales réalisées au peigne « métallique » à trois dents et des panneaux verticaux de chevrons, peignés également. Ce récipient a apparemment été déposé fragmenté au sein de l’urne.

18- Petit bol (vase n° 3) : de couleur orangée, il est partiellement recuit. Il s’agit du seul vase d’accompagnement complet du dépôt. La surface des parois intérieures et extérieures est lustrée et le dégraissant (calcaire/oolithes) est millimétrique. Il est à noter la présence d’un caramel « alimentaire » dans la zone de recuit du récipient. Il n’est toutefois pas possible de définir s’il s’agit d’une trace liée à la fonction du contenant ou à l’existence d’une offrande à l’intérieur lors de l’ustion.

19- Fond plat (vase n° 4) : de couleur noire, les parois sont lissées à l’intérieur et lustrées à l’extérieur, le dégraissant (calcaire/oolithes) est de taille millimétrique.

20- Petit gobelet biconique (vase n° 5) : très fragmenté, de couleur grise, les parois sont lissées à l’intérieur et à l’extérieur ; le dégraissant (calcaire/oolithes) est de taille millimétrique.

21- Enfin, un petit fragment de bord à lèvre biseautée appartient à un possible sixième et dernier vase.

Chronologie du dépôt et interprétation

22Les ossements furent déposés sur le fond de l’urne. Parmi les os collectés sur l’aire de crémation, on note la présence d’un tesson (n° 6), probablement résiduel car il ne correspond à aucune céramique déposée dans l’urne,et d’un fragment d’anneau (?) en alliage cuivreux (n° 7), d’un diamètre de 1 mm et conservé sur une longueur de 5 mm, vraisemblablement une offrande primaire ou un objet de parure porté par le défunt sur le bûcher. Sur les os sont ensuite déposés trois autres vases qui figuraient sur le bûcher ou à proximité immédiate comme l’attestent les traces de recuisson. Le fragment d’un dernier vase non exposé au feu est alors déposé (n° 4).

23Le vase ossuaire est déposé dans la fosse creusée aux dimensions de l’urne et un système de fermeture en matériau périssable de type planche est placé pour clore la fosse. Le dispositif s’est affaissé alors que la fosse était encore vide comme l’attestent les indices taphonomiques observés sur l’urne : la partie supérieure s’est effondrée à l’intérieur du vase, sur l’amas osseux et le mobilier céramique, et la partie inférieure s’est écrasée laissant quelques fragments se placer à l’extérieur du volume du vase.

24Les fragments de crâne se trouvent concentrés dans la partie supérieure de l’amas osseux, à proximité du bol (n°3). La répartition des os dans le vase ne reflète aucun agencement particulier. Les vestiges osseux correspondent au squelette d’au moins un sujet immature âgé de 7 à 10 ans (Infans II), en l’absence de zone métaphysaire ou d’indice de vieillissement significatif. Le sexe est indéterminable.

25L’amas osseux se compose de 162,3 g pour 824 fragments, soit un poids moyen de 0,19 g / fragment (tabl. 2).

image

Tab. 2. Poids (en g) des différents segments anatomiques.

La sépulture à incinération n° 3

26Lors de la découverte de cette sépulture aucun creusement n’était observable (fig. 6) et les quelques fragments osseux recueillis se trouvent éparpillés avec les fragments d’un vase, probablement le vase ossuaire, dans un niveau de limon brun de 2 cm, juste sous la semelle de labours.

image

Fig. 6. Saint-Epvre. Sépulture à incinération n° 3 (dessin : I. Turé).

Composition du dépôt funéraire

27Du vase cinéraire n’est conservé qu’un fond ainsi qu’un tesson de céramique fine. L’urne cinéraire montre une pâte de couleur « Terre de Sienne » ; ses parois intérieure et extérieure sont lissées à la « main mouillée » et le dégraissant (calcaire/oolithes) est de taille millimétrique.

28Les vestiges osseux correspondent au squelette d’au moins un sujet de taille adulte gracile (fin Infans II (10-12 ans)/adulte jeune). Le sexe est indéterminé.

29L’amas osseux se compose de 13,5 g pour 37 fragments, soit un poids moyen de 0,36 g / fragment (tabl. 3).

image

Tab. 3. Poids (en g) des différents segments anatomiques.

Interprétation des découvertes

30La conservation médiocre des vases n’autorise qu’une étude typologique limitée. Les caractères morphologiques des récipients et le registre décoratif du gobelet biconique de l’incinération n° 2 permettent d’attribuer cet ensemble au Bronze final IIb ancien, régional et à la culture Rhin-Suisse-France Orientale

31D’un point de vue général, le lot céramique se scinde en deux catégories de pâtes : fine et grossière. Le dégraissant de la matrice argileuse est le même pour tous les individus (calcaire, et oolithes) ; seule peut varier la taille des inclusions en fonction du type de production (nanométrique à centimétrique). L’homogénéité constatée des matrices argileuses semble indiquer une origine locale de l’argile. D’un point de vue technique, tous les récipients sont élaborés selon la technique du façonnage au colombin. Les caractères morpho-techniques des urnes cinéraires sont tout de même à souligner. Elles sont réalisées très grossièrement : certains colombins sont encore visibles et le lissage sommaire n’a pas oblitéré les diverses opérations de façonnage (joints de colombins…) ; de plus, il apparaît que la cuisson du récipient a été mal conduite (nombreux coups de feu, mais absence de recuit). Ainsi, l'apparence très grossière de ces récipients, alors que les vases d’accompagnement où ceux trouvés en contexte d’habitats sont plus fortement investis, interpelle : faut-il y voir une production expédiente réalisée pour servir de récipient cinéraire ou la réutilisation opportuniste d’un récipient non fonctionnel en l’état ? Malheureusement, les données ne nous permettent pas de mettre en avant l’une ou l’autre des hypothèses, mais la possibilité ici d’avoir une production expédiente est à souligner.

32Les fosses sépulcrales présentent un taux d’arasement moyen (deux cas) à total (un cas) ; elles sont de forme subcirculaire avec des creusements en cuvette et des dimensions légèrement supérieures au volume du vase ossuaire. Pour les tombes arasées superficiellement, seules les urnes ont été affectées, permettant toutefois une approche du dépôt funéraire car les amas osseux sont préservés dans leur intégralité.

33La taphonomie de la sépulture permet de proposer des espaces vides couverts par un système de fermeture en matériau périssable. Les vases ont été déposés directement sur le fond de la fosse. Aucune architecture interne n’a été observée.

34Pour les restes osseux, un mode unique de dépôt a été observé : les fragments regroupés en amas occupent le tiers inférieur de l’urne. Aucune esquille ne se trouve dans le remplissage de la fosse. Des vases d’accompagnement existent uniquement dans une sépulture de sujet immature (st. n° 2).

35La présence de témoins de combustion mêlés aux esquilles (cendres et charbons de bois) a été observée dans la sépulture à incinération n° 2. Cette gestuelle diffère pour les deux autres dépôts car ils sont dépourvus de rejets de combustion.

36La répartition des restes brûlés dans l’urne de l’incinération n° 2 ne suit pas un dispositif particulier avec une collecte organisée en fonction des segments anatomiques. Il faut noter que des fragments osseux plus conséquents, au regard de la dominance d’esquilles (fragments non identifiables en raison d’une très grande fragmentation), comme des os du crâne (calva) et des membres inférieurs (fibula et tarse), se trouvent déposés sur l’amas.

37Dans cette sépulture, les vases accessoires sont déposés sur l’amas sans organisation visible. Le mobilier métallique, présent sur le bûcher, comme l’atteste l’aspect de surface et la mauvaise tenue des éléments recueillis, est lui aussi déposé en surface.

38L’enregistrement de la couleur des os, considérée comme un moyen d’estimer le degré d’ustion, indique que la crémation des corps s’est faite de façon poussée. Quand les os prennent une coloration blanche avec une texture crayeuse, on peut envisager une température d’exposition au feu supérieure à 650°C (Hermann, 1988 ; Susini, 1988 ; Bonucci, Graziani, 1975). L’observation des restes osseux montre une crémation poussée ou soutenue avec une coloration blanche et une texture crayeuse des os.

39Le taux de fragmentation correspond en réalité au poids moyen des fragments osseux. Dans les sépultures à incinération étudiées, la représentation est très largement minoritaire car le poids des os présents est très en dessous des référentiels, avec un maximum de représentation de 213 g pour la structure n° 1 (McKinley, 1993) et si certains segments anatomiques sont représentés conformément aux référentiels (Duday et alii, 2000), d’autres sont nettement sur-représentés comme le crâne.

40Pour les structures n° 1 et n° 2, le crâne est légèrement sur-représenté (fig. 7). Les mesures réalisées sur les os de la sépulture n° 3 ne peuvent être utilisées en raison de son très fort arasement. Dans les deux premières structures, le tronc est quasi-absent. Dans la structure n° 1, la représentation des membres est proche de l’indice théorique, avec une répartition assez proche de l’indice pour les membres supérieurs et nettement déficitaire pour les membres inférieurs. Il en est de même pour la part des membres dans la structure n° 2, avec une part importante d’indéterminés en raison d’un taux de fragmentation très élevé.

image

Fig. 7. Valeurs observées dans les sépultures en regard des valeurs et intervalles théoriques.

41Une gestuelle funéraire particulière ne semble pas à privilégier mais le volume d’ossement présent dans les tombes découle plus vraisemblablement d’un prélèvement orienté sur l’aire de crémation : partiel pour les restes du squelette du sujet de l’urne n° 1 avec une collecte privilégiée des os du crâne et plus méthodique pour les os du sujet immature de la tombe n° 2. En effet, en dépit d’une très forte fragmentation des os avec un ensemble de 214 fragments (excluant les esquilles), les os ont été prélevés sur le bucher avec les résidus de la crémation. Quelques fragments de crâne et des os longs des membres inférieurs plus clairement identifiables ont été collectés et déposés sur le sommet de l’amas.

Conclusion

42Au regard des vestiges conservés, il semblerait que le mobilier céramique ne soit pas présent sur l’aire de crémation mais utilisé lors du dépôt des restes osseux dans le vase, sauf dans le cas de la sépulture à incinération n° 2 (vase n° 2). Dans cette même sépulture, le mobilier céramique fut déposé fragmenté sur l’amas osseux. Le mobilier en alliage cuivreux fut quant à lui déposé sur le bûcher, probablement porté par le défunt ou du moins associé à celui-ci. L’importance du mobilier découvert dans cette sépulture ne confère pas pour autant un statut particulier à l’individu mais reflète plus une gestuelle de la population inhumante. De plus, la possibilité ici d’avoir une production expédiente réalisée pour servir de récipient cinéraire est à souligner.

43Cette vision est pour le moins tronquée par le mauvais état de représentation des autres tombes, notamment pour les variations de représentation des différents segments du corps au sein des vestiges osseux. Les résultats de cette étude apportent toutefois une connaissance sur les traitements funéraires pratiqués dans ce secteur de la large confluence de l’Elme et de la Nied française, au Bronze final IIb.

44La découverte de cette petite nécropole à incinération présente plusieurs intérêts :

- sa reconnaissance qui s’avère difficile en dehors des contextes préventifs d’envergure, sur des ensembles touchés par une érosion importante. Quand ces découvertes ont été suivies par des décapages extensifs, des ensembles plus vastes ont pu ainsi être étudiés. L’ensemble de Saint-Epvre vient compléter un inventaire de vingt-quatre nécropoles datées du Bronze final découvertes en contexte préventif (Koenig et alii, à paraître). Dans la typologie établie par les auteurs, cet ensemble se place dans le groupe des petites nécropoles de deux ou trois tombes, a priori monophasées, comme à Sarreguemines « Auf Haid » (Moselle) (fouille J.-C. Brénon, 2005) ;

- d’induire le probable lien entre le modèle de la « ferme itinérante » et ces petites nécropoles.

- de documenter une pratique funéraire connue avec le dépôt des os en urne et le dépôt de vases accessoires (un cas ici) sur le dépôt osseux de l’urne, la rareté du métal, le dépôt de l’urne dans un milieu vide et clos et l’existence d’un couvercle en matière périssable.

Bibliographie

Bonucci E., Graziani G., 1975, « Comparative thermogravimetric, x-ray diffraction and electron microscope investigation of burnt bones from recent, ancient and prehistoric age », Acta della Nationale dei Lincei, série 8, 59, p. 518-533.

Brénon J.-C., 2005, Rapport de fouille archéologique : Sarreguemines (Moselle) ‘Auf Heid’ : extension de la zone industrielle du Grand Bois, rue de Sarreinsming, S.R.A. de Lorraine, Metz.

Duday H., Depierre G., Janin T., 2000, « Validation des paramètres de quantification, protocoles et stratégies dans l’étude anthropologique des sépultures secondaires à incinération : l’exemple des nécropoles protohistoriques du Midi de la France », in : Dedet B., Gruat P.-H., Marchand G., Py M., Schwaller M. éd., 2000, Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier Âge du Fer, Actes du 21ème colloque de l’Association Française pour l’Étude des Âges du Fer, Conques–Montrozier, 8-11 mai 1997, Lattes, A.R.A.L.O., p. 7-29 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

Ernst T., 2001, Rapport de diagnostic archéologique. Section Saint-Epvre (57) – Herny (57) et Saint-Epvre (57) – Baudrecourt (57), 18 juin-10 juillet 2001, S.R.A. de Lorraine, Metz, Scy-Chazelles, oct. 2001, 57 p.

Gestreau R., 2001, Rapport de diagnostic archéologique : section Louvigny-Saint-Epvre (57), 2 avril-1er juillet 2001, S.R.A. de Lorraine, Metz, Châlons-en-Champagne, août 2001, 7 p.

Hermann B., 1988, « Behandlung von Leichenbrand », in : Martin R., Knussmann R., Anthropologie : Handbuch der vergleichenden Biologie des Menschen, Stuttgart/New-York, Fischer, p. 576-585.

Koening M.-P., Plouin S., Vanmorkoerke J. Véber C., à paraître, « Continuité et discontinuité de l’espace funéraire dans le temps : quelques exemples en Alsace, en Lorraine et en Champagne humide », in : Actes du colloque international sur l’Âge du Bronze organisé par l'Association pour la Promotion des Recherches sur l'Âge du Bronze (APRAB) et la LWL-Archäologie für Westfalen, Paysages funéraires de l’Âge du Bronze / Gräberlandschaften der Bronzezeit, LWL-Museum für Archäologie, Herne, 15-18 oct. 2008 (Coll. Bodenaltertümer Westfalens de la LWL-Archäologie für Westfalen).

KrogmanW. M., 1978, The human skeleton in forensic medicine,3ème édition, Charles C. Thomas, Springfield, Illinois.

Kuhnle G., 2002, Rapport de diagnostic et d’évaluation archéologique : Saint-Epvre ‘La Terre de la Justice’ (57), site n° 57 609 012 AH, 12-21, oct. 2001 / 14 déc. 2001-31 janv. 2002, S.R.A. de Lorraine, Metz, Strasbourg.

Lenda S., Turé I., 2003, Rapport de diagnostic archéologique : Thimonville ‘Seubreux’ / Saint-Epvre ‘Le Bois de Saint-Epvre’ (Moselle, 57), Zone de stockage n° 38 (S20), 30 sept.-24 oct. 2002, S.R.A. de Lorraine, Châlons-en-Champagne, août 2003.

Lowrance E.W., Latimer H.B., 1957, « Weights and linear measurements of 105 human skeletons from Asia », American Journal of Anatomy, 101, p. 445-459.

McKinley J. I., 1993, « Bone fragment size and weights of bone from modern british cremations and the implications for the interpretations of archaeological cremations », International Journal of Osteoarchaeology, vol. 3, p. 283-287.

Susini A., 1988, Études des caractéristiques biophysiques des tissus calcifiés humains (os, émail, dentine) soumis à des traitements thermiques : applications anthropologiques et médicales, Thèse de l’Université de Genève, Dép. de Morphologie Division I, Dép. d’Anthropologie et d’Écologie, n° 2320, 305 p.

Notes

1  La fouille de cette nécropole a été réalisée dans le cadre d’un diagnostic sur une zone de stockage de matériaux, du 30 septembre au 24 octobre 2002 (Lenda, Turé, 2003).

2  En contrebas et à l’est de la nécropole, au lieu-dit « La Terre de La Justice », une ancienne voie romaine orientée sud-ouest/nord-est a été interprétée comme une route vicinale pouvant rejoindre les grands axes menant de Metz à Strasbourg et de Metz à Sarre-Union (Kuhnle, 2002). La construction de cet axe de circulation se place dans la première moitié du Ier siècle après J.-C. avec une utilisation qui a pu perdurer jusqu'au haut Moyen Âge. Une nécropole à incinération gallo-romaine, composée d’au moins dix structures funéraires, la borde au nord, en bas de la pente du terrain faisant l’objet du diagnostic archéologique (fig. 2).

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lenda, Théophane Nicolas et Ingrid Turé, « Une nécropole du Bronze final IIb à Saint-Epvre « Le Bois de Saint-Epvre » (Moselle) », Revue archéologique de l'Est, Tome 59-2 | 2010, [En ligne], mis en ligne le 27 janvier 2011. URL : http://rae.revues.org/6455. consulté le 01 novembre 2014.

Auteurs

Ingrid Turé

Inrap Grand-Est Sud.

Articles du même auteur

Stéphane Lenda

Inrap Grand-Est Sud / UMR 5594 ARTeHIS.

Articles du même auteur

Théophane Nicolas

Inrap Grand-Ouest / UMR 7041 « Protohistoire européenne ».

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés