Navigation – Plan du site
Articles
Aurore Schmitt, Michèle Monin, Éric Bertrand, Emma Bouvard, Stéphane Carrara, Stéphane Gaillot, Stéphane Rottier et Thierry Argant

Un ensemble funéraire du Haut-Empire le long de la voie de l’Océan (Lyon 9e)

p. 287-351

Résumés

L’aire funéraire découverte au 30-32 rue de Bourgogne, dans la plaine de Vaise à Lyon, a été implantée le long de la voie de l’Océan, dont un tronçon a été mis au jour. La durée de l’occupation funéraire s’étend sur une période relativement courte : du début du Ier siècle ap. J.-C. jusqu’au début du IIe siècle. Cent quarante-cinq structures liées aux rituels funéraires ont été fouillées : dix-neuf bûchers en fosse avec ou sans vestiges osseux humains, soixante-dix-neuf dépôts de crémation mixte ou non, vingt-trois dépôts de résidus, vingt et une inhumations, une aire de crémation, un dépôt de céramique et un four.
L’étude de la gestion des tombes dans l’espace démontre un désir de rapprocher certains défunts et exclut un phénomène d’éventuel empiétement induit par l’étroitesse de l’occupation par rapport à la voie. Au cours de son utilisation, l’accès à cet espace funéraire s’est restreint aux adultes et certains gestes se sont modifiés. Le prélèvement des restes osseux crémés sur le bûcher est de plus en plus faible au fil des années. Ce changement dans la collecte des restes du défunt est contemporain du développement du bûcher en fosse. La gestion de l’espace, les structures, les gestes et les rituels auxquels ils sont liés sont conformes à ceux observés sur les sites lyonnais contemporains. L’implantation de l’aire funéraire dans un contexte environnemental plutôt défavorable, probablement responsable de son abandon, est peut-être l’indice que l’installation des tombes dans ce secteur de Lyon était liée à une contrainte financière.

The cemetery discovered at 30-32 rue de Bourgogne in the Vaise plain at Lyon was in fact located along the “Ocean” Roman Road, part of which has also been discovered. The funerary activity of the site lasted a relatively short period from the beginning of the 1st to the beginning of the 2nd century AD. 145 funerary structures were unearthed, including nineteen pyres in pits with or without human remains, seventy-nine cremation deposits (mixed or not), twenty-three deposits of cremation residues, twenty-one inhumations, a cremation area, a pottery deposit and an oven.
This study reveals how the site was managed by the grouping of tombs, whilst avoiding any encroachment inferred by the narrowness of the site in relation to the road. During the site’s use, its access was restricted to adults and certain practices were progressively modified. The taking of bone remains from the funerary pyres becomes less prominent with time and this change coincides with the development of pit pyres. The site’s management, its structures, funerary practices and rituals are typical of what has been already observed on other sites in the Lyon area. The cemetery’s location in a somewhat unfavourable context is probably why it was abandoned and could also indicate that funerary sites in Lyon were subjected to some kind of tax.

Das 30-32, rue de Bourgogne in der Ebene von Vaise in Lyon entdeckte Grabareal zog sich entlang der auf einem Teilstück freigelegten Ozean-Straße. Die Belegung des Grabareals erstreckt sich über eine relativ kurze Zeitspanne, d.h. vom Beginn des 1. bis zum Beginn des 2. Jh. n. Chr. 140 Strukturen, die einen Zusammenhang mit den Grabriten aufweisen, wurden ergraben: 19 Grubenscheiterhaufen mit oder ohne Leichenbrand, 79 gemischte oder ungemischte Aschedepots, 23 Depots von Verbrennungsresten, 21 Körpergräber, ein Verbrennungsareal, ein Keramikdepot und ein Ofen.
Die Untersuchung der räumlichen Verteilung der Gräber zeugt von dem Wunsch, einige Verstorbene unweit voneinander zu begraben, sie schließt jedoch aus, dass eine mögliche Überschneidung auf die Eingeengtheit der Nekropole im Vergleich zur Straße zurückzuführen ist. Im Laufe seiner Benutzung beschränkt sich die Belegung des Grabbereichs auf Erwachsene, einige Riten unterliegen einer Wandlung. Mit der Zeit verliert der Brauch, den Leichenbrand auf dem Scheiterhaufen auszulesen, an Bedeutung. Diese Wandlung bezüglich des Auslesens der Überreste des Verstorbenen vollzieht sich gleichzeitig mit der Herausbildung des Grubenscheiterhaufens. Die räumliche Organisation, die Strukturen, die mit diesen verknüpften Gesten und Rituale entsprechen denen der zeitgenössischen Fundstätten Lyons. Die Lage des Grabareals in einer eher ungünstigen Umgebung, die wahrscheinlich zu seiner Aufgabe geführt hat, mag ein Hinweis dafür sein, dass die Anlegung der Gräber in diesem Sektor Lyons finanziell bedingt war.

Plan

Texte intégral

PDF 4,1MSignaler ce document

1Le site « du 30-32 rue de Bourgogne » est localisé dans le 9e arrondissement de Lyon sur la plaine de Vaise. À l’époque antique, le quartier suburbain de Vaise dépendait de la colonie romaine installée sur la colline de Fourvière depuis 43 av J.-C. À l’ouest et au nord de la colonie, les tombes avoisinaient des installations d’habitats et artisanales. C’est au sud-ouest que se situe le quartier funéraire de Lugdunum. Les nécropoles s’étendent le long du flanc nord-ouest du plateau de la Sarra, jusque vers la plaine de Vaise et les berges de la Saône en raison du rôle attractif des voies.

2Les fouilles effectuées dans ce secteur de Vaise ont mis au jour des îlots d’habitations et des locaux artisanaux qui se développent à partir de l’époque augustéenne le long de la voie de l’Océan (Desbat, 2007). Ce quartier est séparé de la ville par la nécropole qui s’étend de Trion à Saint-Pierre-de-Vaise.

3Le long de la voie de l’Océan, appartenant au réseau routier mis en chantier par Agrippa au milieu du Ier siècle av. J.-C., ont été installés plusieurs ensembles funéraires. Le boulevard périphérique nord de Lyon a livré les vestiges d’une nécropole située uniquement à l’ouest de la voie de l’Océan, et dont l’occupation, commencée au Ier siècle ap. J.-C., perdure jusqu’à la fin du IIe siècle (Frascone, 1999). Le quartier Saint-Pierre a livré des sépultures de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. et de la première moitié du IIe siècle (Chastel et alii, 1995). La place Valmy a livré des bâtiments et des cours qui abritaient des ateliers et des entrepôts qui ont prospéré jusqu’au IIe siècle ap. J.-C. et qui se sont transformés, après une phase d’abandon, en carrière ou lieu d’inhumations (Le Nezet-Célestin et alii, 1995). Rue du Chapeau Rouge, une nécropole (crémations et inhumations), couvrant une période s’étalant de la fin du Ier siècle jusqu’au IIIe siècle, a été aménagée dans un vaste enclos au sein duquel avait été érigé un mausolée (Bouvier, 2000).

4De par la sensibilité archéologique du secteur, les excavations indispensables à la concrétisation d’un projet immobilier sur la parcelle du 30-32 rue de Bourgogne ne pouvaient donc être réalisées sans diagnostic archéologique préalable. Les sondages réalisés en 2005 ont mis en évidence « la présence d’un aménagement de sol en schiste, probable témoin d’un tronçon de la voie dite de l’Océan, et d’une nécropole sous forme de sépultures à inhumation et surtout de résidus de crémations » (Ramponi et alii, 2005).

5Compte tenu du diagnostic, le Service Régional de l’Archéologie a prescrit une fouille archéologique sur 1900 m2. Les fouilles préventives dans le quartier de Vaise permettent de combler les lacunes sur les connaissances des ensembles des suburbia de la colonie (Tranoy, 1995a).

6L’objectif essentiel de l’opération archéologique a été de circonscrire au mieux l’espace funéraire datant du Haut-Empire, d’étudier sa gestion d’un point de vue spatial et chronologique et d’analyser les pratiques funéraires. Il a également fallu établir les liens stratigraphiques et chronologiques entre d’une part l’ensemble funéraire, et d’autre part, la voie romaine et « un chemin creux », parallèles à la voie et situés au sein de l’espace funéraire.

7Après la description générale du contexte géologique, topographique et chronologique de l’occupation antique, nous présentons la typologie des structures funéraires ainsi que l’analyse de chaque type de vestiges archéologiques (restes humains, ossements de faune, mobilier en céramique, en verre et en métal) traités séparément. La dernière section a pour objectif de placer notre corpus de données dans le contexte funéraire lyonnais au Haut-Empire.

1. L’ensemble funéraire dans son environnement

1.1. Le contexte géologique

8Le site est localisé dans la partie médiane de la plaine de Vaise, d’origine alluviale, à quelque 300 m à l’ouest du lit actuel de la rivière et à 600 m au sud du pied du versant de la Duchère (terminaison occidentale du plateau lyonnais) (fig. 1).

image

Fig. 1. Plan général de Lyon antique et tracés supposés des voies d'après A. Desbat dans Darblabe-Audouin, 2006, p. 212.

9Le site d’étude se trouve à 167 m d’altitude, dans la plaine de Vaise. Cette entité géographique lyonnaise majeure se situe entre 175 et 170 m, au contact de la Sâone, du plateau lyonnais qui culmine vers 300 m, et du plateau de la Croix-Rousse (environ 250 m). Cette plaine est essentiellement alluviale. Elle est formée des sédiments de la Saône, déposés principalement sous forme de lits d’inondation, et de ceux des ruisseaux des Planches (ou d’Écully), de Rochecardon et des Gorges (ou de Charavay), déposés sous forme de cônes de déjections surbaissés. Une composante colluviale existe en contrebas des versants. L’éloignement du versant le plus proche (versant de la Duchère), situé à 650 m à l’ouest du site, exclut la présence de dépôts colluviaux. Le rôle des cours d’eau dans la mise en place des terrains a donc été fondamental. Il est avéré pour la Saône, qui coule 350 m plus à l’est à une cote moyenne de 163 m. L’influence du ruisseau des Planches (d’Écully) est également très probable puisque l’Atlas de Trudaine (1745-1780) montre sa proximité géographique avec la parcelle fouillée. Si on tient compte de son caractère très dynamique, prouvé par la construction d’un cône de déjections à son arrivée dans la plaine, il y a peu de doute que celui-ci se soit déplacé ou ait débordé jusqu’à la parcelle étudiée, participant à la mise en place des terrains. Notons, à propos des grandes périodes de morphogenèses identifiées à échelle régionale, que si La Tène est reconnue comme étant une période de faible morphogenèse, les Ier et IIe s. ap. J.-C. sont caractérisés par une recrudescence des crues (Bravard et alii, 1997 ; Vérot-Bourrély et alii, 1995) et des phénomènes de colluvionnement en bas des collines (Arlaud et alii, 2000).

1.2. La topographie du site

10Les limites nord et sud de l’ensemble funéraire se situent hors de l’emprise de la fouille.
L’espace funéraire a été installé le long de la voie de l’Océan, mise en place avant l’occupation funéraire (fig. 2) au milieu de terrains peu propices à l’installation humaine (inondations et remontées d’eaux souterraines). Elle a, par la suite, été perturbée par de nombreuses fosses d’extraction à la fin de l’Antiquité. Le mobilier recueilli dans la voie est très peu abondant et n’apporte pas d’informations significatives. À noter cependant la présence d’un quart de Dupondius daté de 36 av. J.-C.
L’espace funéraire, situé dans l’emprise de la fouille, s’étend sur le côté est de la voie, parallèlement à celle-ci, sur une longueur de 30 m, et vers le nord-nord-est sur une largeur d’environ 13 m.

image

Fig. 2. Typologie des structures funéraires. DAO : M. Foucault.

11L’analyse géomorphologique du site montre la préexistence d’une large dépression parallèle à la voie et antérieure à l’occupation humaine (fig. 2). L’axe de cette dépression a été repris pour asseoir les premiers niveaux de la chaussée de la voie de l’Océan. Cette vaste cuvette a ensuite fait l’objet de réaménagements au cours du Ier siècle. L’étude stratigraphique a montré que le comblement de cette dépression est intervenu progressivement ; les couches de scellement alternent avec les niveaux de circulation dans lesquels a été recueilli du mobilier archéologique. Cette cuvette a été entretenue régulièrement par curage. En effet, elle devait drainer les limons rapportés par les inondations. Son remblaiement a été progressif, par l’apport de rejets détritiques liés à l’activité de la voie et de la nécropole. Une fois la dépression complètement colmatée, des couches naturelles liées aux ruissellements de petits cours d’eau et aux inondations se déposent sur le côté ouest de l’espace funéraire, entre la bordure de la voie et de la dépression, et recouvrent même l’accotement de la voie. Ce niveau accuse un pendage en direction du nord de l’ordre de 1,5 %. De nombreuses structures funéraires sont installées après la mise en place de cette sédimentation.

12Un petit fossé de drainage (305) d’une trentaine de centimètres de large à la base (fig. 2) et parallèle à la chaussée a été interprété comme une structure liée à la nécessité d’amoindrir les dommages occasionnés par les eaux avant ou au moment de l’installation des premières tombes.

13Il est probable que la faible densité de vestiges dans la zone nord ne donne pas une image réelle de l’occupation du site dans cette partie de la nécropole. En effet, cette zone présente des traces d’érosion liées aux débordements du cours d’eau repéré dans la zone centrale. Les structures les moins profondes ont été emportées et/ou fortement arasées. Seules subsistent les tombes dont les fosses étaient creusées profondément.

14Les causes de l’abandon de l’espace funéraire ne sont pas connues. Toutefois, dans la plaine de Vaise, les ruisseaux des versants sont très actifs et détruisent en partie les occupations des ier et iie siècles (Bravard, Prestreau, 1997). Une péjoration hydroclimatique est attestée durant le iie siècle ap. J.-C. (Bravard et alii, 1992). Bien qu’il n’y ait aucune trace de cet événement sur le site de la rue de Bourgogne, on peut envisager que l’abandon du lieu soit lié à cet épisode.

1.3. Les ossements d’équidés

15La présence de nombreux ossements d’équidés dans le comblement inférieur de la dépression centrale du site est énigmatique. Elle pourrait être en relation avec la présence de la voie. Le voisinage de la chaussée induit nécessairement une fréquentation de ces animaux et il arrive que l’évacuation des chevaux morts se fasse à proximité immédiate et souvent dans le comblement des fossés associés. Mais la dépression se situe au milieu des tombes et fait partie intégrante de l’ensemble funéraire. De plus, aucune carcasse entière n’a été retrouvée. Sur la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Bel, 2002), un segment de fossé de 13 m de long a livré un dépôt intentionnel d’ossements d’animaux dont 86 % sont constitués d’équidés. Certaines connexions anatomiques sont préservées, mais il n’y a aucune carcasse entière. La fonction cultuelle de ce fossé dans lequel sont associés des restes de chevaux et des fragments d’un autel votif ne fait guère de doute.

16Récemment, rue des Chartreux–Lyon 1er (Argant, 2006), un enclos du IIe et IIIe siècle ap. J.-C. était limité par un fossé dans lequel des os humains disloqués étaient associés à des restes d’équidés. Le site du Haut-Empire du boulevard périphérique nord de Lyon a livré des restes de chiens et d’équidés non brûlés dans l’emprise d’un fossé (Frascone, 1999). Récemment, la nécropole antique du Clos aux Ducs à Évreux a livré un ensemble funéraire du IIIe siècle ap. J.-C, qui associe des sépultures humaines à des dépôts de quartiers de chevaux (Carpentier et alii, 2007).

17La présence de restes de chevaux dans les ensembles funéraires, associée ou non aux sépultures, n’est donc pas anecdotique. Même s’ils ne sont pas directement associés aux tombes, les restes d’équidés découverts dans la dépression centrale sur l’ensemble funéraire du « 30-32 rue de Bourgogne » peuvent être liés aux pratiques funéraires. En effet, la présence de pièces osseuses d’équidés, animal qui n’est pas consommé pendant le Haut-Empire, peut avoir une fonction rituelle qui nous échappe.

2. Stratégie d’études sur le terrain et en laboratoire des structures funéraires

18Le protocole de fouille et d’enregistrement sur le terrain a été différent selon la structure appréhendée. Les inhumations ont fait l’objet d’une analyse taphonomique (Duday, 2005). La ou les couche(s) de résidus de crémation des buchers en fosse a été divisée en plusieurs carrés, le nombre de carrés variant en fonction de la taille de la structure. Chaque carré a donc été fouillé par passes de cinq centimètres. Les fragments de vestiges les plus gros ont été prélevés manuellement, le sédiment a été tamisé sur le terrain à une maille de 2mm pour récupérer les petits fragments d’os brûlés, de mobilier et de graines.

19Les dépôts de résidus de crémation ont fait l’objet d’un tamisage systématique à une maille de 2mm. Les vases ossuaires n’ont pas été fouillés sur le terrain, mais consolidés par du cellophane et prélevés pour être traités en laboratoire. Les amas d’ossements et de mobilier ont été dégagés par décapages successifs et divisés en plusieurs portions lorsque leur taille était conséquente. En respectant les divisions spatiales, les vestiges de plusieurs centimètres ont été prélevés manuellement et le sédiment a été systématiquement tamisé pour récupérer les fragments de taille plus petite.

20Le contenu des vases ossuaires a été fouillé en laboratoire par passes de deux centimètres d’épaisseur au cours desquelles les ossements ont été prélevés dès leur dégagement complet et identifiés après lavage. La découverte d’objets en position secondaire et/ou d’un couvercle ainsi que les éventuelles organisations spécifiques ont fait l’objet de relevés photographiques.

21Cent quarante-cinq structures liées au domaine funéraire ont été fouillées : vingt et une inhumations, dix-neuf bûchers en fosse, soixante-dix-neuf dépôts de crémation avec ossuaire, vingt-trois dépôts de résidus de crémation, une aire de crémation, un dépôt de céramique et un four. Cinq fosses ne contenant aucun mobilier ont également été fouillées ainsi que cinq structures dont la fonction demeure indéterminée. Six épandages d’os brûlés et de cendres ont également été repérés. Une aire de crémation, trois bûchers en fosse et trois dépôts de résidus ont été sondés pour déterminer leur nature, mais n’ont pas fait l’objet d’une fouille.

22Quatre-vingt-quatre structures étaient exploitables car complètes. Toutefois, l’étude du mobilier et des pièces osseuses brûlées provenant des bûchers en fosse et des dépôts de crémation requiert un investissement en temps non négligeable. Il était donc raisonnable de sélectionner un lot de structures représentatif de l’ensemble funéraire. Ce choix a été effectué sur plusieurs critères : la connaissance du niveau d’ouverture des structures en fonction de la stratigraphie, la répartition spatiale, la qualité des dépôts, la diversité des dispositifs et des contenants ainsi que l’originalité de gestes funéraires pressentis pendant la phase de terrain. Nous avons sélectionné vingt-huit dépôts secondaires de crémation, dix dépôts secondaires de résidus, trois bûchers en fosse, vingt et une inhumations, l’unique dépôt de céramique et la structure d’installation de la seule stèle du site, soit un total de soixante-quatre structures funéraires.

23Les informations enregistrées sur le terrain ainsi que la datation obtenue par l’étude du matériel céramique des structures funéraires incomplètes et celles qui n’ont pas été étudiées ont été incluses dans l’analyse.

3. Chronologie de l’ensemble funéraire

24D’après l’analyse des dépôts de mobilier, les enfouissements ont été réalisés entre 20 ap. J.-C. et 120/140 ap. J.-C. La figure 3 illustre l’évolution typo-chronologique des dépôts céramiques.
L’occupation de l’ensemble funéraire antique a évidemment été conditionnée par la construction de la voie de l’Océan. Toutefois, l’analyse céramologique de l’ensemble des structures funéraires et du matériel apparu dans les niveaux de circulation successifs montre clairement un hiatus important entre la mise en place de la voie et l’occupation des terrains adjacents.

image

Fig. 3. Évolution typo-chronologique des dépôts céramiques. Dessin : É. Bertrand.

3.1. Phase 1 (20-30 ap. J.-C.)

25Quelques dépôts de crémation en ossuaire et de résidus de crémationillustrent assez clairement les assemblages céramiques de la phase d’installation de l’ensemble funéraire. Les urnes 476, 521, 655 ou les faits 402, 565, 622 constituent manifestement des ensembles pionniers. La richesse et la cohérence du matériel examiné permettent de leur assigner une chronologie assez précise.

26C’est assurément autour des années 20 ap. J.-C. que sont ensevelies ces premières urnes. Le cortège de céramique sigillée de ces sépultures est typique de l’époque tibérienne. Les céramiques fines appartiennent au répertoire des sigillées de tradition italique ou des premières importations provenant de la Gaule du Sud (Genin, 1997 ; Mège, 2003). Les bols sont principalement des formes Haltern 8 ou 11, les assiettes sont des formes Haltern 2 ou 3. Quelques imitations de sigillées complètent les assemblages. L’absence totale de sigillées du service I, même résiduelles, atteste par ailleurs l’impossibilité de toute occupation augustéenne (fig. 3). Les premières céramiques à paroi fine sont des bols granités et aucun gobelet (tonneau, tronconique, etc.) appartenant aux deux premières décennies du Ier siècle n’a été recensé (Genin, 1993,1994 ; Desbat et alii, 1996).

27Le terminus ante quem posé par la céramique, et appuyé par un certain nombre de monnaies présentes dans les ensembles clos, pourrait permettre une description idéale de l’horizon tibérien débarrassé de toute pollution augustéenne. Toutefois, cette description n’a de valeur que typologique puisque le matériel découvert dans les nécropoles est choisi et ne reflète pas un usage domestique habituel ; la représentation statistique n’a d’intérêt qu’en rapport avec le sujet funéraire.

3.2. Phase 2 (30-60/70 ap. J.-C.)

28À partir des années 30/40 ap. J.-C., l’importation massive des céramiques sigillées de la Gaule du Sud modifie considérablement l’approvisionnement lyonnais en céramiques fines. L’apparition des productions du centre de la Gaule est aussi relativement sensible, en tout cas de manière plus significative qu’en contexte domestique (Bet, 1989 ; Bet, Delor, 2000). Le répertoire typologique montre un abandon assez brutal des formes augusto-tibériennes. Le cortège classique du vaisselier Claude-Néron privilégie les formes Drag. 24/25, 27, 15/17, 18, 22/23. Contrairement au mobilier des ensembles domestiques, les formes de service de plus grandes contenances sont délaissées (Drag. 29, Ritt. 12).

29Émergeante dès la phase 1, la céramique à paroi fine à pâte calcaire de production lyonnaise est exclusive en phase 2 dans sa catégorie, même si sa représentation demeure faible (Bertrand et alii, 1997 ; Bertrand, 2000). On retrouve notamment des bols à surface sablée ou à décor de barbotine et des pots ovoïdes.

3.3. Phase 3 (60/70-début du IIe siècle ap. J.-C.)

30L’apparition des variantes des services flaviens créés dans les ateliers de La Graufesenque (Vernhet, 1976) et repris par les ateliers de Lezoux caractérise la phase 3. Le changement est relativement brutal, le nouveau service remplace immédiatement et complètement le cortège des céramiques fines observé jusqu’alors.

31La chronologie de la création de ces services au cours des décennies 60/70 ap. J.-C. n’est pas remise en cause pas les études les plus récentes (Rivet, Schindler-Kaudelka, 2006, p. 652-653) et constitue le terminus post quem de la phase 3. Ce qui est toutefois particulier aux contextes funéraires lyonnais, c’est la proportion écrasante des importations des ateliers du centre de la Gaule au détriment des productions du sud (Tranoy, 1995b ; Blaizot, Bonnet, 2007).

32Quelques formes flaviennes (Drag. 37, 46) plus récentes, ou la présence de monnaies, permettent de repousser d’une ou deux décennies le terminus post quem de quelques structures. La céramique à paroi fine se signale plus spécifiquement par l’apparition du répertoire lisse des productions lyonnaises à pâte calcaire (coupes carénées à lèvre en bandeau brisé, tasses bilobées). Le matériel amphorique se rattache très majoritairement aux productions locales (types Lyon 3 et 4, Maza et alii, 2002).

3.4. Phase 4 (début du IIe  siècle ap. J.-C.)

33L’occupation finale de la nécropole est datée par quelques structures funéraires et un épandage d’abandon (US 75) dont le matériel appartient au premier tiers du deuxième siècle. Le terminus post quem de cette phase est essentiellement précisé par du monnayage. La céramique à elle seule ne permet pas toujours de distinguer des segments chronologiques au sein de la période flavienne ; il est donc probable qu’un certain nombre de faits plus largement attribués à la phase 3 puisse lui appartenir, sans que cela soit démontré.

34La définition d’un terminus ante quem pour les ensembles rattachés aux phases 3/4 s’appuie notamment sur l’absence de types sigillés spécifiques au début du deuxième siècle ou l’absence de production telle que la sigillée claire B dont l’apparition est sensible autour des décennies 120/140 ap. J.-C.

4. Typologie des structures funéraires

35La terminologie employée est celle proposée dans l’ouvrage de F. Blaizot (2009a) sur les pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité.

4.1. Les bûchers en fosse

36Le statut du bûcher en fosse est complexe. Pour certains auteurs, dès lors que du mobilier non brûlé est déposé sur la couche de résidus de bûcher après la crémation ou qu’il y a le témoignage d’un culte funéraire (libation), il s’agit d’un lieu de sépulture, même si la masse des ossements est inférieure aux valeurs théoriques minimales pour un adulte crémé (Bel,2002 ; Chapon et alii,2004). Mais, si une partie des os a été prélevée, ce dépôt post-crématoire de mobilier ne constitue pas un indice de sépulture mais une étape dans le rituel funéraire(MacKinley,2000 ; Blaizot, Tranoy, 2004). La définition d’une tombe bûcher que nous privilégions est la suivante : outre la taille de la fosse, les traces de rubéfaction sur les parois et la compatibilité du poids des ossements avec la masse théorique d’un individu crémé, il est nécessaire pour attribuer une structure à cette catégorie qu’une partie des os issus des résidus soit placée dans un contenant qui est déposé dans la fosse ayant servi à la crémation (Blaizot, Tranoy, 2004). Cette configuration est rare (Bel,2002 ; Tranoy1995b ; Bel1996 ; Blaizot, Tranoy, 2004) et absente sur le site. En effet, même si la densité des os est importante dans un bûcher en fosse, on ne peut exclure qu’une poignée d’os ait été prélevée et déplacée dans la sépulture définitive. Dans ce cas, la structure de crémation ne fait pas office de tombe.

37Dix-neuf bûchers en fosse ont été identifiés, dont quatorze attribués à la phase 3, parmi lesquels seulement quatre étaient complets (F 52, F 55, F 65 et F 395).
Les bûchers en fosse sont orientés nord-ouest/sud-est, parallèles à l’axe de la voie. Ceux qui étaient complets étaient de forme oblongue ou rectangulaire. Ils mesurent en moyenne 1,60 m de longueur sur 0,65 m de largeur. Leur profondeur s’étend de 0,21 à 0,61 m.
Les parois sont verticales et présentent des traces de rubéfaction. Le sédiment limono-argileux du terrain encaissant est superficiellement durci ou même coloré sur plusieurs centimètres d’épaisseur. Il est rouge-orangé et parfois gris selon que la phase d’extinction du foyer s’est faite en atmosphère oxydante ou réductrice. Le fond de fosse et la partie inférieure des parois ne sont pas rubéfiés.

image

Fig. 4. Schéma de la coupe nord-ouest/sud-est du bûcher en fosse F 52. DAO : M. Foucault.

38Les comblements ont un profil en cuvette. Les couches de remplissage sont plus épaisses contre les parois des fosses qu’en leur centre (fig. 4). Dans le bûcher en fosse F 52, trois couches ont été identifiées. Le remplissage inférieur de la fosse (US 71) est composé du résidu de crémation. L’US 68a constitue le remplissage supérieur de la fosse. Le sédiment, d’une épaisseur de 25 cm, est de couleur gris-jaune meuble et homogène. Il contient des tessons de céramique, des fragments d’ossements de faune non brûlés, des charbons de bois, des fragments d’objet en métal et une monnaie (as). Sa partie supérieure forme une légère dépression comblée par un sédiment plus gris contenant des fragments de céramique (US 68b). Les rapprochements entre les résidus et la couche de comblement reposent notamment sur des collages avérés. L’altération thermique (moins systématique et moins prononcée) des tessons de l’US 68 pourrait aussi être liée au fonctionnement du bûcher. Même si des collages n’ont pas été mis en évidence, la présence, dans l’US 71, de sept tessons d’amphore compatibles avec l’amphore Lyon 4, dont l’embouchure est complète dans le comblement, conforte le lien envisagé entre les couches. Le reste du matériel, moins caractéristique, n’apporte pas d’éléments contradictoires et la céramique commune claire pourrait aussi en partie être commune aux deux ensembles.

39La fosse-bûcher F 65 était recouverte d’une couche argileuse contenant des galets ainsi qu’un gros bloc de calcaire occupant son angle nord-est. La présence d’un bloc de pierre de cette taille entouré de gros galets n’est pas anodine. La faible quantité d’ossements humains issus de la crémation permet d’écarter l’hypothèse d’une tombe-bûcher. Il s’agit d’un marqueur de surface.

40L’étude de l’ensemble des vestiges de F 395 indique que plusieurs vases, quartiers de viande, pains et probablement un coffret en bois ont été répartis sur le fond de la fosse avant l’installation de la structure crématoire (fig. 5). Le fond de la fosse conservait quatre empreintes circulaires en creux, disposées en carré. L’emprise réduite de ces marques empêche de reconnaître les fondations d’une structure soutenant le bûcher lui-même. De plus, à cet emplacement, il n’y avait pas de mobilier sur le fond de la fosse. Il s’agirait plutôt d’un coffre qui contenait des éléments en matière périssable. La disposition de cet ensemble témoigne d’un dispositif soigneusement organisé.

image

Fig. 5. Fosse-bûcher F 395, dépôt d’objets sur le fond de la fosse. DAO : É. Bertrand.

41L’analyse du mobilier en céramique de F 65 évoque le même type de dépôt. Dans cette structure, la majorité des vestiges en céramique est apparue sur le fond de la fosse (71 %). La localisation des tessons montre une nette concentration dans la partie sud-ouest. Cette densité de matériel pourrait favoriser l’hypothèse d’une mise en coffre du mobilier céramique. Ce coffre aurait été déposé sur le fond de la fosse avant l’installation du bûcher proprement dit.

42Les structures complètes ne renfermaient pas d’indice de recreusement ou de réutilisation. Toutefois, s’agit-il de bûchers destinés à un usage unique ou sommes-nous en présence de la dernière utilisation de ces structures de crémation ?

4.2. Les dépôts de crémation en ossuaire

43On utilise aujourd’hui le terme de crémation plutôt que celui d’incinération pour désigner le traitement funéraire qui consiste à brûler le corps du défunt (Duday, 2005).

44Les dépôts de crémation en ossuaire se définissent par la collecte complète ou partielle des ossements sur le bûcher, placés dans un contenant en matière périssable ou non, lui-même déposé dans une fosse indépendante du lieu de crémation (Blaizot, Tranoy, 2004 ; Blaizot et alii, 2009a). Font également partie de cette catégorie les dépôts d’ossements placés directement sous forme d’amas sur le fond d’une fosse, avec ou sans mise en évidence d’un contenant souple.

45Soixante-dix-neuf dépôts de crémation en ossuaire ont été découverts sur le site. Treize ont pu être calés dans la phase 1, un dans les phases 1/2, seize dans la phase 2, trois dans les phases 2/3, quinze dans la phase 3, quatre dans les phases 3/4 et six dans la phase 4. Les autres n’ont pu être attribués à une phase chronologique.

46Les fosses sont circulaires dans treize cas, les diamètres variant de 0,35m à 0,72 m. Quinze structures sont de forme ovalaire. La longueur s’échelonne de 0,34 m à 1,10 m pour une largeur variant de 0,32 m à 0,90 m. Huit cas de sur-creusement de la fosse pour l’emplacement de l’urne ont été observés. Dans la majorité des cas, le niveau d’apparition des structures n’a pas été identifié étant donné que le comblement supérieur des fosses était similaire au sédiment encaissant. Toutefois, sept structures ont livré des indices de leur niveau d’ouverture qui s’avère variable d’une tombe à l’autre. La profondeur de la fosse peut être proche du niveau de circulation (SP 517) ou atteindre 0,73 m (SP 154).

47La majorité des contenants sont des vases en céramique (un seul vase en verre, SP 241). Deux contenants en matériau périssable ont été mis en évidence (SP 66, SP 622). Deux dépôts ont livré un vase ossuaire en céramique et un amas d’ossements disposé contre celui-ci (SP 484, SP 398). Un amas d’ossements brûlés, déposé au fond d’une fosse, a été recouvert par deux imbrex (SP 168).

48Avant d’être placées dans l’ossuaire, les pièces osseuses étaient séparées (peut-être nettoyées) des résidus de bûcher. Les vases ossuaires étaient fermés par un couvercle en céramique sauf dans deux cas (SP 398 et SP 431). Dans la première structure, la présence d’un couvercle en matériau périssable a été démontrée. Les vases ossuaires ont été placés au milieu de la fosse dans dix-huit cas et décentrés dans dix cas. Dans trente et un cas (sur 79), des résidus de bûcher ont été déposés dans la fosse avec le vase ossuaire. F. Blaizot et ses collègues (2009a) proposent d’appeler ces structures des dépôts mixtes de crémation. Ces résidus, lorsqu’ils ont été mis au jour, étaient situés autour et/ou sur l’urne. Dans la fosse de SP 216 (fig. 6), le vase ossuaire a été déposé dans la fosse surcreusée à cet effet. Une partie des résidus de bûcher contenant des ossements brûlés, des tessons de céramique et des clous a été déversée autour et sur l’urne. Plusieurs éléments permettent d’envisager que l’urne et les résidus de bûcher étaient séparés des autres remplissages de la fosse par un élément en bois. Il y a donc eu un compartimentage au sein de la tombe. Le sédiment issu du creusement qui colmate la partie supérieure de la fosse contient des artefacts typiques des résidus de bûcher. L’étude du mobilier en céramique a montré des collages entre ces couches et la couche de résidus de bûcher déposée autour de l’urne, démontrant ainsi le caractère volontaire du mélange d’éléments issus de la crémation au sédiment issu du creusement pour sceller la fosse après l’installation d’un dispositif en bois au-dessus du vase ossuaire.

image

Fig. 6. Reconstitution de la coupe transversale de SP 216. DAO : M. Foucault.

49Dans quatre dépôts de crémation, le vase ossuaire (peut-être dans un contenant en matière périssable) a été couvert complètement par du sédiment issu probablement de l’encaissant avant le dépôt d’une couche de résidus de bûcher. Dans SP 634, il n’a pas été possible de déterminer si l’ossuaire a été placé dans un coffre en bois, le séparant ainsi de la couche de sédiment déposé avant les résidus (fig. 7). Quoi qu’il en soit, il semblerait qu’il y ait eu un désir de séparer le vase ossuaire du dépôt de résidus de bûcher qui comble en partie la fosse. Dans SP 398, les résidus se situent sur le vase ossuaire et d’un seul côté de la fosse, l’autre moitié étant comblée par du sédiment identique à l’encaissant. Un dispositif en bois séparait probablement l’ossuaire des résidus qui se sont effondrés vers le fond de la fosse lorsque l’aménagement périssable a cédé.

image

Fig. 7. Reconstitution de la coupe transversale de SP 634. DAO : M. Foucault.

50Dans SP 154, un premier comblement constitué des résidus de crémation occupe l’espace autour de l’urne et vient la recouvrir jusqu’au niveau du couvercle. Puis, le tout est scellé jusqu’au sommet de la fosse par un comblement proche de l’encaissant, ne contenant pas de résidus de crémation. L’interface entre les deux couches est très plane et exclut qu’elles aient été initialement placées l’une sur l’autre sur une planche installée au-dessus de l’urne (fig. 8).

image

Fig. 8. Restitution du dépôt de crémation et de résidus dans SP 154. DAO : M. Foucault.

51On observe donc deux cas de figure. Dans la majorité des cas, les résidus ont été déposés autour des vases ossuaires (et parfois ils les couvraient). On ne peut exclure que les ossuaires étaient eux-mêmes enfermés dans des coffrets en bois. Il semblerait, dans ce cas, que ces coffrets étaient assemblés avec peu de clous. Dans plusieurs fosses, les ossuaires étaient séparés des résidus par des aménagements en bois au sein de la fosse qui compartimentaient l’espace verticalement.

52Dans SP 154, l’examen approfondi du système de fermeture du vase ossuaire laisse entrevoir la possibilité d’un système à libation. Le couvercle est posé sur les lèvres, à l’envers ; sa pâte ne correspond pas au vase et son bouton est cassé, laissant un orifice béant au-dessus du contenu de l’urne. Dans cet orifice est encastrée une petite coupelle. Deux propositions sont alors possibles. Soit il s’agit de récupération d’éléments cassés et usagés agencés entre eux pour sceller et protéger le dépôt osseux. Ce geste aurait donc une vocation purement économique et fonctionnelle. Mais il paraît difficile de casser accidentellement le bouton d’un couvercle sans fêler ou casser ce dernier. Soit, la cassure du bouton est bien volontaire : ainsi, on prévoit un petit orifice dont la coupelle fait office de bouchon amovible. Cet aménagement en entonnoir offre la possibilité de libations. Or, aucun conduit n’a été mis au jour, et la fosse semble avoir été comblée d’un seul tenant, sans remaniements postérieurs. Donc il pourrait s’agir de libations pré-dépositionnelles (avant le dépôt de l’urne dans la fosse) ; à moins qu’un conduit provisoire n’ait été installé juste avant la fermeture définitive de la tombe, alors que le vase était déjà dans la fosse.

53Un nombre important de couvercles, systématiquement placés à l’envers sur l’ouverture du vase ossuaire, ont par ailleurs été perforés au centre du bouton de préhension ou sabrés à la base du bouton (fig. 9). Ces couvercles percés assuraient, en plus d’une couverture protectrice, une communication possible entre les restes du défunt dans l’urne et les participants aux rituels funéraires. Ils ont pu favoriser l’écoulement des libations.

image

Fig. 9. Mutilations par sabrage ou perforation sur des couvercles ou des fonds de coupelles. Photo : É. Bertrand.

54Quatre dépôts de crémation présentent un aménagement particulier. La fouille de trois d’entre eux (SP 54, SP 94, SP484) a livré des clous en position horizontale situés sur le pourtour. Les pointes dans le sédiment encaissant suggèrent un revêtement en matériau périssable (écorce, cuir ou étoffe ?). Un tel dispositif dans une fosse ne semble pas avoir pour vocation de consolider la structure mais plutôt de la singulariser, d’en améliorer l’aspect. Un tel aménagement induit que la fosse n’a pas été comblée juste après mais plutôt fermée par une couverture en matériau périssable. SP 242 présente un aménagement particulier et unique sur le site : le vase ossuaire est encadré par un coffrage en terre cuite constitué de trois éléments et recouvert par une tuile. Les limites du creusement n’étant pas visibles, il n’est pas possible de préciser la situation de ces éléments dans la fosse. Toutefois, l’absence de pièce en terre cuite au nord du vase ossuaire permet d’envisager que celui-ci a été déposé contre la paroi de la fosse, ce qui n’a pas nécessité la présence de coffrage à cet endroit.

55Dans un cas (SP 555), deux urnes étaient superposées dans la même fosse (fig. 10). Il est possible qu’il s’agisse de deux dépôts successifs. La présence d’un fragment de couvercle sur la lèvre de l’urne 600 indique que ce vase ossuaire était fermé, initialement, par un élément en céramique. Or, le couvercle et la moitié de la lèvre du vase ossuaire sont absents. Par conséquent, on peut envisager que pour déposer le vase ossuaire 555 dans la même structure que l’urne 600, il a été nécessaire de recreuser à l’emplacement de la fosse qui était comblée par du sédiment. Ce geste serait à l’origine des dommages causés au vase 600. La première urne déposée contenait 274,4 g d’os, la seconde, 77,6 g d’ossements. L’étude ostéologique n’a démontré aucun doublon au sein des pièces osseuses. Si les dépôts sont successifs, cela n’implique pas nécessairement qu’il s’agit de deux individus différents. Toutefois, placer en deux temps, dans le lieu de dépôt définitif, des vestiges osseux du même défunt n’est pas connu dans le rituel funéraire lyonnais.

image

Fig. 10. Coupe nord-sud du dépôt de crémation SP 555. DAO : M. Foucault.

4.3. Les dépôts de résidus de crémation

56Il s’agit d’un sédiment charbonneux à composante en partie argileuse. Les restes osseux humains et du mobilier brûlé sont épars dans ce sédiment. Du mobilier non brûlé, déposé probablement après la crémation sur le bûcher lors d’une phase du rituel funéraire, peut également être présent parmi ces résidus à l’état de fragments ou de formes entières. Toutefois, il se peut que ces tessons non brûlés aient été mélangés avec les résidus de bûcher juste avant le dépôt dans la fosse.

57Le nombre total des dépôts de résidus de crémation identifiés s’élève à vingt-trois. Neuf ont été étudiés dans leur intégralité. Il s’agit de fosses dont la profondeur conservée est comprise entre 45 et 9 cm. Leur forme est variable : oblongue, circulaire, quadrangulaire, voire carrée, parois verticales ou obliques, le type prédominant étant les fosses circulaires au profil en cuvette. Les dimensions maximales n’atteignent jamais plus de 1,20 m de longueur, avec un minimum à 40 cm pour la fosse carrée F 565. Le faciès de ces fosses est donc très hétérogène.

58Le comblement est constitué systématiquement d’un sédiment noir très charbonneux, contenant de nombreuses inclusions, dont des nodules d’argile rubéfiée provenant des parois du bûcher. L’absence des niveaux supérieurs n’exclut pas un second remplissage de la fosse par un sédiment différent, à l’image des comblements observés pour les dépôts de crémation avec ossuaire.

59Les dépôts de résidus de bûcher sont présents pendant toutes les phases d’occupation de la nécropole, avec une nette prédominance en phase 3. C’est en phase 2 que les dimensions les plus élevées sont observées.

4.4. Les sépultures à inhumation

60L’espace funéraire recelait vingt et une inhumations, pour vingt-deux individus identifiés (vingt et une sépultures primaires et une réduction). Quatre de ces inhumations n’ont pu être fouillées entièrement à cause de la remontée de la nappe phréatique ou d’une nappe d’hydrocarbures. Les inhumations sont présentes pendant toute l’occupation de l’ensemble funéraire mais sont minoritaires quelle que soit la période.

61L’orientation générale des individus inhumés a été établie selon l’axe nord-ouest/sud-est de la voie. La position de la tête est variée. Sept individus sont orientés globalement au nord dont deux au nord-est et cinq au nord-ouest. Dix se situent au sud, dont huit au sud-est et deux au sud-ouest.

62Treize individus ont été déposés allongés sur le dos, cinq sur le ventre, et l’information est manquante pour quatre sujets. La position des membres supérieurs est variable d’un individu à un autre (allongés le long du corps, repliés à l’avant de l’abdomen, main à l’avant du pubis, main sous le coxal…), et aucun type n’a été reconnu comme caractéristique d’une phase chronologique. Les membres inférieurs sont quasiment toujours allongés, en rectitude. En outre, quatre coussins périssables soutenant la tête ont été attestés, que l’individu ait été inhumé en pleine terre ou en coffre.

63Pendant la phase 4, tous les individus reposent sur le ventre, membres inférieurs en rectitude (fig. 11). Aussi, ce choix spécifique advient à une période précoce de l’histoire de l’ensemble funéraire, mais se généralise seulement au début du IIe siècle ap. J.-C.

Agrandir

Fig. 11. Inhumation SP 537. Les limites autour du squelette sont celles du coffre en bois. Photo : A. Baradat.

64Un enfant (SP 83) a été déposé dans une fosse fermée par une bâtière de tegulae. Deux sujets adultes ont été inhumés en pleine terre (SP 44, SP 572), c'est-à-dire que la fosse a été comblée après le dépôt du défunt. Les autres inhumations attestent d’un espace vide ménagé par un coffre ou un couvercle en bois. L’appellation cercueil apparaissant dans la littérature médiévale (Treffort, 1993), et en l’absence de terme spécifique romain connu par les auteurs, le terme de coffre a été choisi. Il réfère à un contenant mobile et autonome, formé de planches assemblées en dehors de la fosse sépulcrale. Des coffres de bois rectangulaires cloués (phases 2 à 4) et non cloués (phases 3 et 4) ont été mis en évidence. La première catégorie est la plus représentée. Les coffres sont étroits (entre 20 et 44 cm), ce qui a pour conséquence la constriction latérale des épaules et du bassin, des effets de gouttière, et parfois le dépôt forcé du cadavre, de biais. En revanche, leur longueur peut atteindre 2,25 m. De nombreux clous, relativement longs, assemblent les platelages. Alors qu’aucune particule de bois ne subsiste dans le comblement des fosses, les limites verticales et horizontales du coffre sont attestées par des bandes argileuses de couleur beige clair, de 2 à 3 cm d’épaisseur, qui « fossilisent » l’emplacement des planches du coffre, ou bien l’espace vide ménagé par le coffre a été comblé d’un sédiment argileux jaune. Ce phénomène physique peut s’expliquer dans un premier temps par un filtrage sélectif des particules du sédiment environnant (encaissant et comblement de la fosse) grâce aux planches de bois des coffres maintenues en place. À moins que l’espace vide, maintenu sur une longue période, ait été petit à petit sédimenté par un apport alluvionnaire suite aux remontées de la nappe phréatique et aux inondations. Les négatifs des planches n’auraient conservé que certaines particules du bois employé, les autres auraient été lessivées.

65Une des inhumations dans la phase 3 est particulière (SP 447). Elle est orientée perpendiculairement à la voie. Le sujet, en position primaire, repose sur le ventre, l’avant-bras gauche en avant de l’abdomen, les membres inférieurs repliés sur le côté droit formant un angle de 90° avec le tronc. Cette position anatomique est unique parmi les vingt et une inhumations fouillées. Aucun contenant ménageant un espace vide n’a été constaté. Les articulations labiles sont maintenues en connexion, mais certains segments anatomiques sont disloqués. Les diverses perturbations de cette sépulture ne permettent pas de développer les causes éventuelles de ce particularisme. Cette inhumation est liée à un dépôt secondaire d’un sujet adulte, représenté par quelques ossements.
Quatre modes d’inhumation n’ont pu être caractérisés.

4.5. Autres structures

4.5.1 Foyers à plat

66Dans le dépôt secondaire de crémation 66, une partie des ossements issus de la crémation a été triée et placée dans un ossuaire en matière périssable. Celui-ci a été déposé au centre de la fosse et recouvert par des résidus de la crémation. Le comblement supérieur est couvert d’un sédiment de couleur ocre, orangée et grise et contenant un fragment de bûche de 15 cm. L’existence de tels foyers a été notée sur l’ensemble funéraire d’Aix-en-Provence (Nin, 2006). Mais, l’usage et le moment où ces foyers ont fonctionné nous sont inconnus.

4.5.2 Des fosses non sépulcrales

67Deux fosses ne contiennent aucun ossement humain. Il s’agit d’un bûcher en fosse et d’une fosse contenant un dépôt de céramique. Le bûcher en fosse (fig. 12), de dimensions plus faibles que les autres, a livré un dépôt primaire de mobilier et des quartiers de viande. Quatre cuisseaux de porcelets et la moitié gauche de la tête de l’animal ont été déposés sur le fond de fosse. Des vases en céramique ainsi que divers autres objets (monnaies, coffrets de bois cloué) ont été disposés autour de l’animal. Une partie importante des vases en céramique ont subi des bris intentionnels. Il n’y a pas eu d’intervention postérieure à la crémation, ce qui implique un rituel de banquet. Ce genre de structures n’est pas rare en contexte funéraire au Haut-Empire (par exemple, Castella et alii, 1999 ; Bel, 2002) sauf à Lyon.

image

Fig. 12. Bûcher en fosse non sépulcrale F 56 en cours de fouille. Photo : S. Rottier.

68La fosse F 528 contenait un empilement compact d’éléments céramiques, associés à des galets. L’ensemble émerge d’un surcreusement central. Un premier fond de cruche occupe le fond de la fosse ; il est recouvert par une grande panse d’un bol de Roanne. Le fond et le col d’une deuxième cruche sont ensuite installés avec deux galets. Un tesson de petit pot à pâte fine est disposé au-dessus. Le tout est chapeauté par le fond retourné du bol de Roanne posé sur un large tesson de sa paroi. Cette structure démontre la multiplicité des gestes et des symboles liés, soit aux funérailles, soit à la commémoration d’un défunt.

5. Gestion des restes humains brûlés après la crémation

5.1. Quantification et qualification des restes osseux brûlés

69Les fragments d’os brûlés issus des bûchers en fosse et des dépôts de crémation ont été identifiés et triés par régions anatomiques (tête osseuse, tronc, membres supérieurs, membres inférieurs). Nous n’avons pas procédé à la recherche de collages qui prend énormément de temps pour un bénéfice limité (Duday et alii, 2000).

70Le poids total d’ossements recueillis ne peut être estimé que lorsque les éléments exogènes (cailloux, charbons de bois, os brûlés) ont été triés. Les masses totales sont avant tout un indicateur de la représentation des sujets incinérés. Dans le cas où elles sont inférieures aux moyennes issues des observations des crématoriums actuels, elles indiquent un biais autre que la crémation elle-même. Les recherches dans ce domaine sur les sujets immatures sont rares. Par conséquent, nous ne possédons pas de valeurs de références théoriques pour le poids d’un individu immature crémé en fonction de son âge.

71Les poids relatifs théoriques que nous avons utilisés comme référence pour les individus adultes sont ceux mesurés par J. MacKinley (1993). F. Blaizot et L. Tranoy (2004) ont calculé les écarts-types à partir de ces données théoriques pour chaque mode de prélèvement selon le maillage du tamis. Les sédiments issus des structures funéraires ont été tamisés au tamis de 2 mm. Dans ce cas, la moyenne pour un individu adulte est de 1604,78 g (écart-type = 402,79). La masse qui peut être considérée comme la valeur minimale acceptable correspond à la moyenne moins deux écarts type, soit 799,2 g.

72Les modalités de prélèvement des os issus de la crémation puis déposés dans les urnes funéraires ou les contenants souples peuvent être explorées en étudiant la représentation des diverses parties du corps. Celle-ci permet également d’identifier les éléments qui ont été laissés sur la structure de crémation dans le cas des buchers en fosse. En l’absence d’échantillon de référence, la représentation des différentes parties anatomiques des individus immatures ne sera pas discutée.

73Pour les adultes, les indices pondéraux de chaque région anatomique sont comparés aux indices théoriques de E.W.Lowrance et Latimer (1957) repris par H.B. Krogman (1978). H. Duday et ses collègues (2000) proposent des intervalles de confiance arbitraires au-delà desquels les valeurs sont considérées comme « anormales ». Comme la dispersion de la série de référence n’est pas connue, ces intervalles sont nécessaires. Un intervalle entre 10 % et 30 % est retenu pour la tête osseuse et entre 10 % et 24 % pour le tronc. Dans le cas où les membres sont bien identifiables, des indices supérieurs à 20 % pour les membres supérieurs et 50 % pour les membres inférieurs sont considérés comme indicateurs de biais. La même approche permet de préciser les modalités de dépôt dans les urnes ou les contenants souples. Dans ce cas, les indices pondéraux sont étudiés par passes de décapage. Il peut apparaître un ordre préférentiel ou une distribution aléatoire des pièces.

5.2. Les restes osseux brûlés non prélevés sur le bûcher

74Trois buchers en fosse ont fait l’objet d’une étude ostéologique. Le poids total des vestiges humains brûlés de F 52 est compatible avec la masse théorique d’un squelette adulte, soit 1445,2 g. L’indice pondéral de la tête osseuse (21,3 %), du tronc (15,2 %) et des membres supérieurs (14,2 %) est conforme aux indices théoriques. Le déficit des membres inférieurs (21,9 %) est probablement lié au fait que ces os se brisent en petits fragments. Si on considère que la majorité des fragments de diaphyses indéterminées proviennent des membres inférieurs, l’indice pondéral des jambes est correct. L’étude de la répartition spatiale en plan indique que les ossements des différentes régions anatomiques sont dispersés sur toute la surface. Il n’y a pas de cohérence anatomique si ce n’est une prépondérance de la tête osseuse dans le 1/3 nord-ouest de la fosse. Une orientation nord-ouest/sud-est du corps est envisageable.

75Le bûcher en fosse F 55 contenait 878,1 g d’ossements humains. Ils n’ont pas fait l’objet d’une identification par région anatomique. La masse totale des ossements de F 395 est compatible avec le poids d’un adulte crémé (1028,3 g) alors que le creusement de la structure F 524 a partiellement entamé la fosse-bûcher. L’étude de l’ensemble des vestiges indique qu’un dépôt de vases, de quartiers de viande, de pains et probablement d’un coffret en bois a été installé sur le fond de la fosse. Ce dépôt est resté relativement préservé par la crémation et l’ensemble des gestes de conduction dont le bûcher a pu être l’objet.

76Le poids total des restes osseux de ces trois bûchers en fosse, datant de la phase 3 et 4, est compatible avec la valeur minimale théorique pour un adulte crémé et les indices pondéraux des segments osseux sont conformes aux valeurs théoriques. Mais, on ne peut exclure qu’une poignée d’os ait été prélevée pour être placée dans la sépulture définitive dans un autre lieu, d’autant que la plupart des dépôts de crémation en ossuaire étudiés en phase 3 et 4 contiennent souvent une infime proportion des vestiges crémés du défunt.

77À Lyon, sur 49 bûchers dont les masses osseuses ont été calculées, six seulement ont une masse totale compatible avec la valeur pondérale minimale attendue pour un défunt. Les bûchers font donc l’objet de prélèvements importants (Blaizot et alii, 2009b).

5.3. Les ossements des dépôts de crémation et de résidus (fig. 13)

78En phase 1, quatre dépôts de crémation d’adultes et deux d’enfants ont fait l’objet d’une étude ostéologique. SP 476 et SP 622 renferment les restes de deux enfants. En l’absence de données de référence exploitables, il n’est pas possible de discuter le caractère exhaustif ou non du ramassage sur le bûcher. Toutefois, il est clair que le poids total des ossements recueillis dans SP 622 (55 g) ne représente pas un individu complet. Le poids total des ossements de SP 517 et SP 54 (de 883 g à 1358,9 g) témoigne d’un ramassage assez complet des restes osseux sur le bûcher. De plus, les indices pondéraux concordent avec la représentation respective de chaque partie anatomique. Dans SP 634, le poids total des ossements placés dans l’urne (682,2 g) est inférieur à la valeur théorique minimale pour un adulte crémé. De plus, on note un déficit de la tête osseuse et du tronc. Le poids total des ossements de SP 402 atteint 724,2 g, ce qui est inférieur au poids minimal théorique d’un adulte crémé. Toutefois, cette tombe a subi de nombreuses perturbations lors du creusement d’une fosse d’installation d’une stèle. Il est donc possible qu’initialement, cette urne contenait plus d’ossements. Pour les adultes, on observe donc un ramassage incomplet mais important des restes crémés. La collecte ne dépend pas du volume des vases ossuaires puisqu’ils ne sont jamais remplis. Il y a donc bel et bien un choix de ne pas mettre tous les ossements dans le lieu de dépôt définitif du défunt.

image

Fig. 13. Quantification des restes osseux dans les dépôts de crémation (inf : inférieur, sup. : supérieur, indét. : indéterminé).

79Dans la phase 2, onze structures ont été étudiées exhaustivement. SP 431 et SP 631 ont livré les restes osseux de deux individus immatures. Le poids total est faible. Neuf dépôts de crémation d’adultes ont été étudiés. SP 430, SP 535, SP 601 et SP 646 ont livré peu d’ossements. Toutes les parties anatomiques sont représentées sauf pour SP 430 qui a livré des fragments de tête osseuse et de membres supérieurs. Il est évident que le choix de déposer une poignée d’ossements dans le vase ossuaire n’est pas lié à la taille du contenant mais motivé par un autre paramètre. Les sépultures SP 66, SP 93 et SP 242 ont livré une quantité plus importante d’ossements. Toutefois, ces masses sont en dessous de la valeur théorique minimale d’un individu adulte crémé. Toutes les régions anatomiques sont représentées et sont conformes aux valeurs théoriques. La collecte des os brûlés n’a pas été exhaustive.

80Deux dépôts ont livré une quantité d’ossements supérieure à la valeur théorique minimale de la masse d’un individu adulte crémé. Le vase ossuaire de SP 398 contenait 1317 g de vestiges osseux. La tête est sous-représentée alors que les autres parties du squelette sont compatibles avec les valeurs théoriques de référence. Les os constituant l’amas osseux à l’ouest de l’urne pèsent 296,8 g. Dans cet ensemble, toutes les régions anatomiques sont représentées. La disposition d’un amas osseux à côté de l’urne n’est pas liée à la taille du vase funéraire. Les vestiges osseux déposés dans cette structure, que ce soit dans l’urne, sous forme d’amas dans la fosse ou dans les résidus de bûcher, correspondent peut-être à un individu entier. En effet, les déficits des régions anatomiques observés dans l’urne sont compensés par leur représentation dans les lots d’ossements issus de la fosse. De plus, aucun doublon n’a été mis en évidence par l’analyse ostéologique.

81SP 691 a livré 1418 g dans l’urne et 25,6 g dans la fosse. Les indices pondéraux de l’amas osseux déposé dans le vase funéraire sont compatibles avec les indices théoriques. La collecte de cet individu sur le bûcher a été poussée. Globalement, toutes les parties anatomiques sont bien représentées si ce n’est un déficit des éléments du tronc. Cette observation est, par ailleurs, récurrente pour des amas supposés complets (Duday et alii, 2000 ; Lenorzer, 2006).

82Dix structures ont été étudiées complètement en phase 3. SP 327 était destinée à un enfant. Le poids total des ossements déposés dans l’urne (205,8 g) est inférieur à celui des restes osseux mêlés aux résidus de bûcher (218,3 g). Dans le vase ossuaire, la tête osseuse est la région anatomique la mieux représentée.

83Les neuf autres structures concernent des adultes. Dans SP 216, le poids des vestiges déposés dans l’urne (432,5 g) est inférieur à celui des pièces osseuses mêlées aux résidus de bûcher (484,7 g). Dans le vase ossuaire, la tête osseuse et les membres inférieurs sont déficitaires alors que le tronc est sur-représenté. Les couches qui recouvraient l’urne et les résidus de bûcher contiennent elles aussi des fragments d’os brûlés, ainsi que des tessons de céramique, de verre et de métal. L’étude des éléments en céramique a montré que des fragments du même objet se situaient dans les différentes couches de comblement de la fosse. Il est donc probable que les ossements issus des couches supérieures de comblement (294,6g) appartiennent au même individu. Le tronc est la région anatomique la moins bien représentée (10 %). Le poids total d’ossements appartenant probablement au même individu s’élève à 1212 g. Cette valeur est compatible avec le poids d’un adulte crémé. Mais la tête osseuse (20,53%) et le tronc (28,48 %) sont bien représentés alors que les membres sont déficitaires. Les ossements n’ont donc pas été déplacés vers la tombe dans leur totalité, malgré un ramassage conséquent.

84Le poids des ossements placés dans les vases ossuaires deSP 94 et SP 555 est dérisoire (7,3 g et 77,6g). Dans les autres sépultures, le poids moyen des vestiges osseux déposés dans un vase ossuaire est de 211,4 g (écart-type = 75,85 g). Il varie de 211,4 g à 305,7 g. Les régions anatomiques varient d’une urne à l’autre.

85En phase 4, une seule étude ostéologique a été menée. Il s’agit de SP 299. Le poids total des vestiges humains est inférieur à la masse théorique produite par un individu adulte. La tête osseuse (13,26 %), le tronc (11,20 %) et les membres inférieurs (17,39 %) sont sous-représentés par rapport à la proportion des membres supérieurs (19,59 %). Toutefois, la proportion de diaphyses d’origine indéterminée (19,57 %) compense sans doute, en partie, la sous-représentation des membres inférieurs.

86Dans les dépôts de résidus, les restes osseux sont minoritaires par rapport au mobilier (verre, métal, céramique) et n’atteignent jamais la masse théorique d’un individu crémé. Le poids maximal recueilli est de 167,9 g. Deux cas seulement attestent les restes de deux individus (un adulte et un Infans I), mais il est impossible de savoir s’ils proviennent d’une même crémation. En effet, si le bûcher ou l’aire de crémation est utilisé plusieurs fois, des ossements résiduels de divers individus sont alors mélangés. Tous les segments anatomiques sont représentés, le bloc céphalique étant majoritaire.

6. Information sur l’identité des défunts : sexe et âge au décès

6.1 Méthodologie

87Le sexe des individus adultes a été déterminé par deux méthodes utilisant les os coxaux (Bruzek, 2002 ; Murail et alii, 2005). Pour les enfants de moins d’un an, l’estimation de l’âge se fait en deux temps selon les recommandations de P. Sellier (1993). Pour les individus de plus d’un an, l’âge des individus immatures a été estimé par l’âge dentaire selon la méthode C.F.A. Moorrees et alii (1963a, 1963b). Lorsque les dents étaient absentes ou l’éruption des dents permanentes complète, l’âge a été estimé à partir de la fusion des points d’ossification secondaire (Birkner, 1980).

88Les méthodes utilisées pour déterminer le sexe et l’âge au décès des individus crémés sont les mêmes que celles appliquées sur les restes non brûlés. Mais, la conservation des indicateurs concernés pose, bien entendu, une limite majeure. La présence lacunaire des différents critères d’estimation de l’âge au décès nous a conduits à élaborer notre propre classification largement inspirée des travaux d’I. Lenorzer(2006).

6.2. Les défunts (fig. 14)

89L’analyse du recrutement n’est pas possible dans la mesure où la totalité des tombes fouillées n’a pas fait l’objet d’une étude ostéologique. Nous n’envisageons donc pas une étude « paléodémographique » qui consiste à discuter les quotients de mortalité par rapport à un modèle théorique pour décrypter d’éventuels biais dans le recrutement des individus (Sellier, 1996) de cet ensemble funéraire. Néanmoins, les informations à notre disposition nous permettent de discuter certains points quant à la sélection des individus. Seuls les inhumations et les dépôts de crémation ont été pris en compte. L’échantillon étudié comprend douze individus immatures et trente-huit sujets adultes. Parmi les individus immatures, il s’agit principalement d’enfants de moins de 10 ans dont quatre sont décédés avant leur première année et de grands adolescents (Juvenis). Les individus âgés entre 10 et 15 ans ne sont pas représentés dans notre échantillon. Mais en l’absence d’une étude ostéologique exhaustive, nous ne pouvons pas discuter ce point. Six des vingt-deux sujets inhumés ont pu être sexués, il s’agit exclusivement d’hommes.

image

Fig. 14. Âge et sexe des individus (DC : dépôt de crémation).

7. Les dépôts primaires et secondaires de mobilier et de nourriture

7.1 Les céramiques

7.1.1. Approche méthodologique

90L’examen des céramiques provenant de l’ensemble funéraire apporte des renseignements habituels : identification, production, chronologie, diffusion commerciale. Mais en fonction des structures, le choix des vases, les indices d’une intervention symbolique sur ce matériel et sa mise en scène sont des éléments indissociables de l’ensemble de l’analyse. Les constatations qui peuvent alors être faites sur ce matériel d’essence domestique mais dont l’emploi est repositionné dans le champ du symbolique sont déterminantes pour la restitution du geste. Le processus d’analyse doit donc intégrer le traitement d’informations supplémentaires. En premier lieu, ces informations concernent l’état de conservation des céramiques. Un examen individuel doit déterminer leur exposition à une structure de crémation, la possibilité ou l’évidence d’une action mécanique mutilatrice, le choix qualitatif ou quantitatif effectué au cours des étapes du rituel.

7.1.1.1 Altérations thermiques : observation et analyse

91Le travail d’observation mené sur le matériel céramique de l’ensemble funéraire ne s’est pas limité à la simple séparation des vases exposés au foyer de ceux qui semblent avoir échappé à toute forme d’altération. La description précise des atteintes portées aux revêtements ou aux pâtes des céramiques a permis la caractérisation de comportements types pour chaque catégorie de production.

92Les altérations engendrées par les bûchers sont mécaniques ou chimiques. Leurs effets sont différents mais sont généralement cumulés. La dégradation mécanique est à l’origine des bris non intentionnels. Même si une crémation pourrait être assimilée à une forme de cuisson, la rapidité de la montée en température constitue une variable totalement inadaptée à la conservation des céramiques qui lui sont soumises. Deux types de bris ont été observés. Le premier génère des tessons de taille assez importante (proportionnelle à la taille du vase) dont la découpe est plutôt sinusoïdale ; ce cas est caractéristique des sigillées du sud de la Gaule ou de l’Italie. Le coefficient de dilatation des pâtes de ces productions est le facteur principal de cette dislocation des vases en quelques éléments dont les limites épousent souvent les inflexions des profils et le changement d’épaisseur de la pâte.

93Un second type de bris est caractéristique des sigillées à pâte kaolinitique des ateliers du centre de la Gaule. En dépit d’une argile plutôt réfractaire, la faible température de cuisson de ces productions et la présence encore importante d’eau au sein de la matrice ont engendré la destruction de ces vases par éclatement successif des surfaces en feuillets. En fonction de l’exposition au feu, cette désagrégation est restée superficielle ou a pu se renouveler jusqu’au cœur de la pâte.

94Seules les céramiques à vocation culinaire, dont la pâte réfractaire garantissait un passage courant au feu, sont restées insensibles à toute sollicitation mécanique d’origine thermique.

95La température et l’atmosphère du foyer sont responsables des altérations chimiques, ces deux variables agissant sur les caractéristiques de couleur des engobes et des pâtes dans la mesure ou ceux-ci, non grésés, sont toujours perméables aux échanges gazeux.

96Toutes les productions antiques ne présentent pas la même sensibilité à une nouvelle exposition au feu, la composition de la pâte et la température de cuisson initiale étant des facteurs déterminants. Les céramiques à pâte calcaire montrent des traces évidentes et immédiates (coloration grise à verdâtre) d’une mise en situation inhabituelle.

97Les indices d’une détérioration par le feu des céramiques fines sont pour leur part relativement différents en fonction des qualités de leur production. En règle générale, les productions à revêtement argileux non grésé sur pâte calcaire portent des stigmates variés et proportionnels qui sont rapidement décelables pour des atteintes partielles ou plus complètes. Le cas des céramiques à engobe grésé (sigillées cuites en mode C) est plus délicat. La résistance des revêtements grésés de la sigillée de la Gaule du Sud (cuisson au-delà de 1 050° C) à la chaleur est indiscutable et bien souvent la pâte est assombrie alors que la surface conserve une couleur vive. L’endommagement des céramiques sigillées du centre de la Gaule (non grésées) est à exposition comparable au feu relativement discordant quant aux dégâts constatés. Le grésage de l’engobe n’est toutefois pas une garantie de forte résistance aux flammes, le cas des sigillées à revêtement grésé de tradition italique est également particulier. Ces productions ont montré une médiocre résistance à une forte chaleur allant jusqu’à la déformation avec des zones de fusion partielle ; de toute évidence la cuisson initiale de ces céramiques à une température inférieure à 1 000°C les a exposées à des phénomènes de reprises de cuisson.

98La vulnérabilité des engobes non grésés est par ailleurs constatée sur les céramiques à paroi fine et sur les lampes dont les constituants sont identiques. Le cas des imitations de sigillée a demandé une attention toute particulière tant leur état de désagrégation était important, l’examen des moindres éléments typologiques restant parfois le seul critère d’identification. La pâte très calcaire de ces productions et leur faible température de cuisson initiale (850°C) ont fragilisé des tessons devenus par la suite d’autant plus sensibles aux agressions du terrain.

7.1.1.2 Examen différencié des structures

99Le traitement des vases ossuaires implique une analyse classique des céramiques (description typologique et technologique) dont l’intérêt est particulièrement important du fait même de la qualité de la conservation des vases. Mais puisqu’il n’existe dans aucune production (fine ou commune, à pâte calcaire ou réfractaire) de récipients spécialement conçus pour un usage funéraire, un examen approfondi propre à définir l’histoire des vases et le motif éventuel de leur remploi doit être mis en œuvre. Concernant les pots à cuire (largement majoritaires), l’examen des urnes a donc porté sur les indices d’un usage domestique antérieur par l’observation des surfaces généralement en contact avec la source de chaleur, mais aussi sur la recherche de résidus internes résultant de mises en ébullition répétées (dépôt calcaire). L’utilisation de ces vases devenus vétustes ou inutilisables illustre la pratique d’une récupération qui peut être associée à d’autres usages faiblement exigeants quant à la qualité du contenant des restes du défunt (recyclage de cruches ou d’amphores mutilées, tuyaux, tuiles). La présence de vases défaillants à leur destination première et retrouvés en contexte funéraire est régulièrement avérée. La recherche de défauts invalidants, notamment pour les pots à cuire, doit être systématique. Ces défauts de conception évoquent une commercialisation de céramiques de deuxième choix, soit au sein des ateliers, soit par le biais de négociants présents dans l’environnement des quartiers funéraires.

100Le mode de couverture des urnes est aussi un phénomène particulièrement sensible. Le positionnement des couvercles et leur mutilation éventuelle contribuent à alimenter la réflexion sur les gestes attachés à l’enfouissement définitif des restes du défunt.

101Le matériel en céramique issu des dépôts de crémation fait l’objet d’un inventaire détaillé indiquant les altérations thermiques du matériel. Il s’agit, en séparant clairement les tessons ou les vases déposés dans la fosse et ceux retrouvés dans l’urne, d’identifier et de caractériser le cortège céramique enseveli avec l’ossuaire.

102Le questionnement céramologique qui se rapporte aux rites de crémation s’attache d’abord à restituer la qualité et la quantité de matériel mis à contribution. Préciser la nature de ce cortège permet par la suite une observation plus précise des indices de fonctionnement du bûcher : le corps et les dépôts d’accompagnement ont-ils été dispersés par la conduite de la crémation ? Les vases sont-ils restés en totalité dans la fosse ? La résolution de ces problématiques résulte nécessairement des protocoles d’études retenus sur le terrain. L’adoption d’une fouille en plan par bandes ou carrés et par passes a été mise en œuvre rue de Bourgogne. Le traitement céramologique des données recueillies vise à recomposer les vases ou portions de vases présents par recollage tout en conservant les informations de situation pour chaque tesson.

103Les autres structures fossilisent des rituels différents. Elles ne contiennent pas toutes des restes humains. Leurs dimensions, le volume du mobilier et l’organisation interne illustrent une grande variété de dispositifs plus ou moins complexes.

104D’un point de vue méthodologique, l’approche céramologique de ces structures dépend des options retenues sur le terrain : fouilles globales ou sectorisées. Les fosses les plus riches et les plus organisées ont subi un démontage minutieux. L’exploitation de ces données spatiales était essentielle pour élaborer des hypothèses sur la composition des dépôts et restituer une partie des gestes accomplis sur le matériel céramique.

105Le travail d’analyse et d’infographie réalisé sur des structures sélectionnées a permis un enregistrement précis des mises en scène apparues en cours de dégagement et des restitutions détaillées des processus observés.

7.1.2. Mutilations

106Plusieurs types de mutilations ont été observés sur les céramiques. Dans certains cas, il s’agit simplement d’opérer une transformation de l’objet initial afin d’en modifier la destination. Certaines de ces mutilations avaient pour but de confectionner un contenant (ossuaire) ou un couvercle à partir d’objets inadaptés à cette fin.

107Le dépôt de crémation SP 252 cumule deux interventions de cet ordre : l’urne est une grande cruche à pâte grossière coupée au niveau de l’encolure à la base de l’attache des anses, le couvercle est constitué par le fond d’une autre cruche en céramique commune claire.

108D’autres mutilations ne relèvent pas de la simple récupération, mais contribuent plutôt à faire entrer des vases du quotidien dans le champ du rituel et du symbolique en modifiant leur fonctionnalité.

109Un nombre important de couvercles, systématiquement placés à l’envers sur l’ouverture de l’urne, ont été perforés au centre du bouton de préhension ou sabrés à la base du bouton. Des entonnoirs en céramique antiques sont connus, mais ils auraient sans doute été difficilement positionnables au-dessus du contenu de l’urne. Ces couvercles percés assuraient, en plus d’une couverture protectrice, une communication possible entre les restes du défunt dans l’urne et les participants aux rituels funéraires. Ils ont pu favoriser l’écoulement des libations. Toutefois, le positionnement inverse des couvercles n’est pas réservé aux vases modifiés, il s’agit le plus souvent d’une position plus stable. Si les couvercles perforés sont des outils pour le rituel, ils n’étaient donc pas forcément utilisés en position définitive sur l’urne lors de l’enfouissement.

110La perforation soignée de vases céramiques pouvant former une vasque dirigeant un liquide vers un point d’écoulement n’est d’ailleurs pas réservée aux couvercles. Trois fonds de coupelles en sigillée ont subi une modification de ce type. La dimension de ces fonds n’aurait pas permis une utilisation en couvercle. Dans tous les cas, réaliser une perforation post cocturam sur une céramique sans risquer un bris général ou non maîtrisé nécessite une attention particulière et une technique éprouvée. Ce soin accordé à la perforation écarte l’idée d’un simple bris destructif destiné à mettre un récipient hors d’usage en interdisant toute possibilité de contenance même partielle.

111D’autres mutilations sont assimilables à une partition du matériel céramique, probablement pour constituer des portions symboliques reversées dans les dépôts (si elle a aussi lieu pour les bûchers en fosse, le stade de crémation du matériel rend cette partition indécelable). L’identification du geste n’est pas, comme pour les mutilations précédentes, attestée par l’état du vase, mais plutôt déduite de l’analyse globale du matériel après le recollage. Cette mutilation du matériel avant son dépôt est mise en évidence dans les fosses non sépulcrales F 56 et F 528. Dans les deux cas, des portions ou des éléments significatifs ont été sélectionnés après le bris des vases.

112Les hypothèses de G. Lintz sur la fragmentation volontaire des offrandes céramiques avant ou lors de leur dépôt sur le bûcher (Lintz, 2001, p. 49-50) ne trouvent pas réellement d’écho rue de Bourgogne. Aucune trace d’impact direct n’a été décelée sur la céramique fine présente dans les bûchers ; l’état d’altération des cruches et leur fragmentation ont par ailleurs rendu impossible un recollage exhaustif pouvant permettre de telles constatations.

113La sinuosité des fractures attestant des ruptures par dilatation est évidente dans quelques structures (bûcher en fosse F 65), mais ce phénomène observable sur les sigillées de la Gaule du Sud ne touche pas les productions du Centre qui ont plutôt tendance à éclater.

7.1.3. Caractérisation du mobilier primaire et secondaire

114Au cours des étapes du rituel de la crémation plusieurs gestes mettent en jeu tout ou partie de la céramique mobilisée. Le dépôt primaire de mobilier proprement dit est constitué par les vases déposés sur le bûcher avant ou pendant la crémation. Le dépôt secondaire de mobilier est mis en place dans le bûcher après la crémation ou dans le dépôt de crémation après translation des ossements.

115L’analyse céramologique des bûchers en fosse (F 52-358-395) montre souvent que les vases recueillis ne sont pas complets. Bien qu’aucune anomalie stratigraphique n’ait été constatée, indiquant une intervention dans les résidus de la crémation, il est impossible de définir avec certitude si les lacunes proviennent d’un prélèvement partiel du mobilier ou d’un bris cérémoniel des vases avant leur sacrifice dans le bûcher. Le bûcher F 65 fait exception à la règle avec un ensemble de formes brisées mais complètes après recollage. Quelques tessons isolés laissent toutefois penser qu’un prélèvement sélectif a pu être opéré.

116L’examen global des dépôts fait apparaître une nette évolution de la qualité et de la quantité des dépôts sur le bûcher, au cours des phases de l’occupation de la nécropole. Ainsi, les dépôts mixtes de crémation de la phase 1 sont constitués d’une récupération riche et minutieuse du mobilier brûlé sur le bûcher. Le matériel des structures 634 ou 655 est fragmenté et incomplet, mais chaque vase est représenté par un nombre important de tessons qui permet des recollages avancés. Peu de tessons sont isolés. Le mobilier associé aux urnes montre clairement qu’avec le temps la présence d’un dépôt ou son volume sont des phénomènes déclinants (fig. 15).

image

Fig. 15. Représentation relative (moyenne) du nombre de restes de céramique par dépôt et par urne au cours de l’occupation de la nécropole.

117Dans les fosses des dépôts de crémation mixte, on retrouve presque systématiquement des vases brûlés, récupérés dans les cendres du bûcher. L’introduction de vases non altérés par le feu est exceptionnelle et se retrouve presque exclusivement à l’intérieur même des urnes (un vase en sigillée Knorr 78 dans l’urne 626, trois lagènes dans l’urne 431). Toutefois, un vase en sigillée non brûlé a été déposé parmi un amas de tessons prélevés sur le bûcher, dans la tombe SP 655, et une cruche globulaire a été disposée à côté du vase ossuaire, dans la fosse de SP 431. Parmi le matériel fragmentaire du dépôt de résidus de crémation SP 217, une lampe complète (Loeschcke VIII) n’avait subi comme altération thermique que le noircissement dû au fonctionnement de la mèche dans le bec.

118Le dépôt de mobilier F 528 est un unicum sur le site, la fosse ne contenait que quelques éléments choisis (fonds ou bords) de cinq vases non brûlés.

7.1.4. Typochronologie des vases en céramique

119La représentation typologique des vases déposés dans les diverses structures de la nécropole est fonction de plusieurs critères : la constitution d’un cortège répondant au besoin du banquet et du rituel, l’évolution de la production durant l’occupation du site, un choix manifeste parmi l’offre disponible sur le marché.

image

Fig. 16. Identification typologique des dépôts céramiques primaires et secondaires étudiés. Sur fond gris est indiqué le mobilier secondaire. Dans F 655, seulement un bol n’est pas brûlé.

120L’inventaire du matériel sélectionné pour participer aux étapes des funérailles (fig. 16) fait clairement apparaître le choix récurrent des éléments céramiques. Ainsi, toutes phases confondues, on retrouve systématiquement la présence d’au moins une lampe, d’au moins une cruche et d’un nombre plus ou moins important de vases en céramique fine dont l’usage est destiné aux liquides (bols) et aux solides (assiettes). À part le bûcher en fosse F 65 dont le cortège couvre un plus large éventail de productions, il n’y a pas de différence notable entre le mobilier issu des bûchers en fosse ou des dépôts de crémation et de résidus de crémation.

121L’évolution statistique des principales catégories de céramiques (fig. 17) confirme la présence constante des céramiques fines, des lampes ou des éléments amphoriques. Toutefois, la représentativité des communes claires (cruches) tend à se réduire tandis que celle des céramiques à vocation culinaire s’accroît.

image

Fig. 17. Répartition des productions de céramiques représentées dans les structures funéraires (hors inhumations), nombre minimum d’individus.

122Pour la phase 1, les sigillées de tradition italique, les premières productions de sigillées gauloises ou des imitations locales fournissent la céramique fine. Le choix typologique s’est porté majoritairement sur les bols Haltern 8 ou 11 pour les vases à liquide, les assiettes Haltern 2 ou 3 sont d’un usage courant.

123Le développement des importations de sigillée de La Graufesenque modifie l’offre typologique au cours de la phase 2. Le cortège céramique reste identique du point de vue de la fonctionnalité des vases, mais témoigne des évolutions typologiques. Les bols Drag. 24/25, 27 et les assiettes Drag. 15/17 ou 18 remplacent les formes anciennes. Un type de bol fréquemment retenu dans les structures de la nécropole du Valladas (Bel, 2002), le Ritt. 8, est totalement absent des ensembles de la rue de Bourgogne.

124La phase 3 est marquée par l’apparition des services flaviens. L’adoption de ce répertoire remplace alors tout l’éventail des formes de sigillées et se substitue aux quelques types recensés jusqu’alors. Avec sa gamme de modules (Drag. 35/36), le service flavien qui décline systématiquement un même type de coupe, suffit à couvrir les besoins en vases à liquide et vases à solide. C’est notamment le cas de la structure F 56 pour laquelle toute la sigillée appartient à ce répertoire.

125Dès la phase 2, et surtout pour les phases 3 et 4, la sigillée de la Gaule du Centre est incontestablement sur-représentée par rapport aux contextes domestiques contemporains. De même, la représentation des services flaviens est bien plus importante dans la nécropole que sur l’ensemble des sites de consommation fouillés dans l’agglomération.

126La présence privilégiée des sigillées de Lezoux (fig. 18) en contextes funéraires a déjà été signalée pour d’autres nécropoles (La Favorite, Tranoy, 1995b, p. 739). Le mode de fabrication de ces sigillées à revêtement non grésé (mode A à température de cuisson moins élevée) était moins onéreux que celui nécessaire pour l’obtention d’un revêtement grésé (mode C). L’usage unique des céramiques cérémonielles a pu donc orienter les proches des défunts vers des choix économiques au moment de l’acquisition du mobilier. Ce comportement observé sur le choix des ossuaires semble se répéter sur la vaisselle déposée sur le bûcher ou dans la tombe. Quelques vases en sigillée de production de qualité supérieure montrent aussi des défauts (généralement un fond trop tournassé et trop fin, vases 676.3, 656.6). Ces céramiques de second choix sont parfois marquées par un graffiti sous le pied ou sur la panse.

image

Fig. 18. Origine des productions de céramique sigillée présentes dans les structures funéraires (hors inhumations), nombre minimum d’individus.

127La représentation exceptionnelle des sigillées de la Gaule du Centre n’est toutefois pas systématique. À Saint-Paul-Trois-Châteaux, la sigillée de La Graufesenque n’a subi aucune concurrence (Bel, 2002, p. 163). Si cette situation peut trouver une explication géographique pour la basse et la moyenne vallée du Rhône, ce facteur n’est plus pertinent pour la structure funéraire flavienne de La Boisse (Ain) dont le cortège des céramiques sigillées est superposable à notre structure F 56 (service A presque exclusif) mais qui n’a livré aucune production de Lezoux (Maza et alii, 2002, p. 122-127).

128Bien que l’étude de ce matériel soit considérablement limitée en raison de la dégradation importante de ces productions, les imitations de sigillées offraient aussi une alternative économique (Picon, 2002). Cette solution est moins apparente sur le site de la rue de Bourgogne puisque ces productions ne perdurent pas au cours du Ier siècle ap. J.-C. (Desbat, Savay-Guerraz, 1986, p. 92 ; Desbat et alii, 1996, p. 222-227).

7.1.5. Description des vases ossuaires

129Bien qu’il ne s’agisse pas du seul type d’ossuaire recensé sur l’ensemble funéraire de la rue de Bourgogne, la plupart des vases retenus pour recevoir et conserver les restes du défunt sont des pots à cuire (ollae). L’usage de ces récipients destinés à passer sur le foyer domestique est désormais bien cerné grâce à la littérature culinaire et aux études céramologiques qui lui ont été consacrées. On rappellera simplement que ces vases ont des qualités réfractaires dues à l’argile siliceuse dont ils sont constitués et qu’ils étaient utilisés pour la cuisson en bouillie de la viande ou des céréales.

130Sauf exception (importation de produit montrant des qualités particulières), ces pots sont fabriqués dans les ateliers locaux. À Lyon, plusieurs de ces ateliers ont été découverts dans différents quartiers de la ville et notamment à proximité de la voie de l’Océan (Laroche, 1997a, 1997b ; Thollon-Pommerol, Laroche, 1997 ; Desbat, Batigne-Vallet, 2001 ; Barreto et alii, 2006).

131Il est évident que les pots à cuire n’ont jamais été conçus pour leur utilisation ou réutilisation en contexte funéraire. Ni la forme, ni la couleur ou l’usage réel ou symbolique de ces récipients ne les prédestinent spécialement à un remploi funéraire. Si l’on observe globalement le champ des productions céramiques antiques, la fonctionnalité des pots à cuire en fait toutefois les vases les mieux adaptés pour l’ensevelissement des résidus de crémation. La forme est fermée mais possède une embouchure suffisamment ouverte pour y faire passer des os de taille importante. Les céramiques fines proposent plus généralement des formes très ouvertes ou des formes très fermées de petites dimensions. Les céramiques communes claires offrent un volume suffisant mais le resserrement des embouchures nécessite une modification systématique.

7.1.5.1 Typochronologie des vases ossuaires

132La permanence typologique des productions culinaires rend délicate la répartition chronologique des urnes au sein de l’ensemble funéraire. La richesse des dépôts associés à l’ossuaire permet dans certains cas une datation précise. D’autres vases dépourvus d’éléments datants dans la fosse ne peuvent être rattachés avec certitude à une phase de la nécropole.

133Le cas des pots à col côtelé est le plus complexe tant cette forme demeure fréquente du début jusqu’à la fin du Ier siècle ap. J.-C. L’étude de ce matériel en contexte domestique a surtout montré une évolution de la répartition des pots à cuire entre les différents morphotypes. Mais la présence récurrente de chaque type tout au long du siècle ne permet pas la validation d’une chronologie sur des individus isolés.

134Le classement des urnes et des couvercles par phases (fig. 19) fait tout de même apparaître des éléments concordants pour une évolution typochronologique du répertoire des pots à cuire. D’une manière générale, la morphologie des ollae semble tendre vers une réduction de la taille des vases (donc de leur volume). Cette modification touche le diamètre d’ouverture des pots qui rejaillit en conséquence sur le diamètre des couvercles. Ce redimensionnement altère sensiblement les profils des pots côtelés pour lesquels l’encolure demeure haute et constitue une proportion plus importante dans la hauteur du profil.

image

Fig. 19. Évolution chrono-typologique des vases ossuaires et de leur couvercle. Dessin : É. Bertrand.

135Concernant les pots à épaulement caréné (urnes 120, 429, 476), le galbe général tend vers des volumes plus globulaires (urne 429 en phase 3).

136Un seul type de pot à cuire était connu pour n’apparaître que dans la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. : les pots à épaulement continu mais souligné par une mouluration (urnes 212, 545, 600) apparaissent dans la phase 3 de l’occupation de la nécropole.

7.1.5.2 Malfaçons et traces d’usage

137L’examen des urnes utilisées en contexte funéraire a mis en évidence des défauts invalidants ayant pu écarter certains vases du circuit commercial qui leur était normalement réservé. Par ailleurs, la présence de traces d’utilisation peut révéler un emploi secondaire.

138Les défectuosités propres au stade de la production et qui ont pu générer une commercialisation au rabais, sont peut-être liées à une cuisson insuffisante. Ces céramiques, très fragilisées à l’enfouissement, sont très fragmentées et s’écrasent aisément sous la pression des doigts. D’autres défauts ont pu n’être identifiés qu’en sortie de four : c’est notamment le cas d’éléments dégraissants trop volumineux, émergeant lors du retrait de la pâte à la cuisson et qui peuvent favoriser une fissuration de la panse et altérer l’étanchéité du vase.

139La présence de vases mal tournés est plus problématique. Des tournages médiocres ont été mis en évidence ; pourtant à ce stade de la fabrication le potier pouvait renoncer à présenter un vase mal réalisé à la cuisson.

140Les traces d’une usure domestique sont positives dans le cas de dépôts de suie ou négatives dans le cas d’érosion. Le seul indice d’un éventuel usage primaire en contexte domestique observés rue de Bourgogne est une érosion du fond qui n’est pas nécessairement associée à des marques de flammage.

7.2. Les objets en verre (fig. 20)

141Il a été procédé à un tamisage quasi systématique du comblement de ces structures funéraires, selon un tramage de 2 mm. Un comptage systématique de tous les fragments de verre par US, regroupés ensuite par fait, a été effectué. Une pesée par lots de fragments identiques a complété la mise en forme des données. Ces lots sont divisés en trois catégories : individus non atteints par le feu, individus fondus, individus brûlés. Néanmoins, les résultats de cette méthode doivent être pondérés dans la mesure où un objet peut n’être altéré par le feu que partiellement : des unguentaria entiers présentent souvent une panse fondue et un col intact. Aussi, des fragments d’une même couleur, qu’ils soient fondus, brûlés ou pas, peuvent-ils appartenir au même individu.

image

Fig. 20. Vases en verre, formes identifiables : coupes, bouteille, verre apode et unguentaria. Dessin : E. Bouvard.

142Nous avons dénombré 1741 fragments, pour 1617,07 g et un N.M.I. global de 301. 246 de ces objets appartiennent à des structures funéraires, soit 81,73 % du verre mis au jour. Soixante-dix-sept formes ont été identifiées, dont vingt-deux sont datées.
La majorité des objets identifiés sont soufflés, excepté quelques fragments de verre mosaïqué suggérant des formes moulées.

143Les vases à boire, neuf coupes et deux gobelets, décorés ou non, restent anecdotiques et se retrouvent en majorité dans les inhumations en mobilier primaire. Une anse fondue appartient peut-être à une bouteille. Les vases à usage cosmétique de type unguentarium ou balsamaire sont majoritaires (n = 57). Les contenants mis au jour dans la nécropole sont tous de petites dimensions (entre 8,8 et 5,1 cm de hauteur pour des diamètres compris entre 4,2 et 2,3 cm), excepté le vase en offrande primaire de l’inhumation 86 (diamètre approximatif : 12 cm). Ils sont tous translucides et la coloration est variable : vert naturel, bleu naturel, incolore, violet, bleu nuit, turquoise, jaune, jaune-ambré. La plupart sont piriformes, mais cinq ont une panse globulaire. Deux balsamaires à panse oblongue appartiennent à la catégorie des « test-tube ». Deux individus du comblement de l’inhumation 282 présentent une forme plus « originale » : l’un est une petite bouteille cylindrique, l’autre est une amphorisque incolore.

144Si une grande quantité d’objets mis au jour dans les bûchers et les résidus de crémation semble fondue et/ou brûlée (33 % et 19 %), beaucoup de fragments non atteints par le feu y ont été découverts (45,12 %). Parmi les formes fondues identifiées, beaucoup sont entières. Elles ont probablement échappé au brassage lié à la conduite du bûcher. Ces objets pourraient aussi avoir été déposés en périphérie du bûcher, ou bien en fond de fosse : les bûches les protègeraient des bris et d’une trop vive combustion : le charbon accumulé en fond de fosse fait office de tampon thermique (Bel, 2002). Il se peut également que ces objets aient été placés en fin de crémation, alors que le bûcher s’est déjà effondré et que les flammes s’éteignent peu à peu. Les bûches encore chaudes feraient alors fondre lentement les vases sans les briser ou détruire complètement leur forme.

145La majorité des vases est passée au feu. Ceux-ci font donc partie des artefacts brûlés sur le bûcher avec le défunt. On les retrouve également en mobilier secondaire dans les dépôts de crémation et résidus de crémation, mais aussi dans le comblement de certaines inhumations.

146Le peu de vaisselle de table indique qu’il s’agit plutôt d’objets cosmétiques et non d’un cortège de vases associés au banquet sacrificiel. D’ailleurs, ce rituel semble bien plus représenté par le mobilier céramique.

147En ce qui concerne les objets en verre associés au défunt dans les inhumations, deux cas seulement sont attestés. Dans SP 86, un unguentarium incolore a été placé sur les jambes de l’individu (ou sur le coffre). SP 34 comportait deux gobelets incolores à bord évasé, lèvre coupée brute et polie, panse cylindrique ornée de lignes horizontales gravées et polies, ainsi qu’à fond apode, et deux vases nonidentifiés. Ces gobelets sont bien connus à Lyon, possible centre de production, notamment grâce aux fouilles de la rue des Farges, site sur lequel ils ont été retrouvés en grand nombre. Dans cinq dépôts de crémation, un balsamaire non brûlé a été déposé sur le sommet de l’amas osseux. Ce geste est minoritaire dans l’ensemble funéraire, alors que des dépôts d’un ou plusieurs balsamaires en verre sur le bûcher, après la crémation, sont fréquents.

7.3. Le « petit mobilier »

148Le matériel étudié est composé principalement de mobilier en fer (3092 fragments) ; seulement 188 fragments sont en alliage cuivreux, neuf en verre, dix-huit en os, trois en pierre et cinq en ambre. L’ensemble du mobilier lié aux crémations est très détérioré par l’action du feu et correspond à des offrandes primaires. Aucun dépôt secondaire concernant cette catégorie de mobilier n’a été observé. L’importance des lots de clous a nécessité l’élaboration d’une typologie tenant compte de la forme des têtes, des longueurs et des sections afin de faciliter la description et l’attribution de ces éléments (fig. 21). Les clous de chaussures en fer sont donc exclus de cette typologie, ainsi que les clous décoratifs en bronze.

image

Fig. 21. Typologie des clous.

7.3.1. Le mobilier en métal des inhumations

149La présence de clous permet de mettre en évidence le dépôt du défunt dans un cercueil. Ainsi sept sépultures (SP 34, SP 67, SP 84, SP 253, SP 537, SP 633 et SP 44) ont livré des séries de clous allant de dix à vingt-cinq exemplaires positionnés en bord et en fond de fosse. Ces clous de type 2a, de type 3 et de type 5a ont participé au montage de la caisse d’un cercueil.

150Seulement deux inhumations ont livré du mobilier associé au défunt. La tombe d’un enfant, SP 34, comportait une clochette (tintinabulum), un collier orné de trois perles en ambre et d’une en pâte de verre, une bague en ambre et deux petits rivets décoratifs en os (fig. 22). La sépulture SP 44 destinée à un homme a la particularité de présenter deux fibules en bronze (fig. 22), l’une du type Feugère 23c2 (claudio-flavienne) et l’autre du type Riha 1.6.2 dite « Soldatenfibel » (fin Auguste - début IIe siècle ap. J.-C.).

image

Fig. 22. SP 34 : n° 10 tintinabulum en alliage cuivreux ; n° 168 perle oblongue en verre ; n° 178 et 179 perles discoïdales en ambre - SP 44 : n° 396 fibule à ressort dite « Soldatenfibel » type Riha 1.6.2 (Riha, 1994) - SP 621 : n° 416 jeton-tessère type Béal AXXXV (Béal, 1983) - SP 610 : n° 39 perle en verre bleu cobalt - Fosse-bûcher F 65 : n° 173 perle côtelée (Riha, 1990).  Dessin : S. Carrara.

7.3.2. Le mobilier présent dans les structures funéraires liées à la crémation

7.3.2.1 La clouterie en fer

151La clouterie de charpente, de menuiserie et de tapissier est le matériel le mieux représenté au sein de chaque structure liée à la crémation. Ce sont principalement les dépôts de crémation qui contenaient les plus gros ensembles de clous, allant de quelques exemplaires (SP 646) à plusieurs centaines (SP 216). Mais la moyenne du nombre de clous présents dans les dépôts secondaires ou les bûchers en fosse s’étend de vingt à cinquante spécimens.

152L’hypothèse de planches cloutées récupérées pour l’aménagement du bûcher ne corrobore pas la masse documentaire et l’homogénéité des lots de clous présents d’une structure à l’autre. Si le nombre de clous n’est pas le même dans chacune des structures, les proportions des types restent sensiblement proches. Les clous dits de menuiserie sont les mieux représentés. Mais, lorsqu’ils sont présents, les clous de tapissier sont largement majoritaires. L’hypothèse qui nous paraît la plus plausible est celle de clous participant au montage du bûcher et peut-être à sa décoration ou à son aménagement (Feugère in Bel et alii, 2004).

153En effet, on peut s’interroger sur la possibilité d’aménagements liés au bûcher, assemblés au moyen de clous. Ces aménagements ont pu prendre la forme de présentoirs (d’étagères) permettant de disposer les dépôts d’objets ou de nourriture accompagnant le défunt, ou celle de lits funéraires rudimentaires. À ce propos le bûcher en fosse F 395 constitue un exemple explicite. Il s’illustre par la présence d’au moins 152 clous qui se répartissent entre quarante-neuf exemplaires de tapissier de type 6a, soixante-deux clous de chaussures, dix-sept clous mixtes de type 3, deux clous de charpente de type 2b, deux clous de menuiserie de type 5c et quinze clous de menuiserie de type 5a et 5b. De plus, la disposition des céramiques présentes dans cette fosse évoque un effondrement qui aurait pu provenir en partie d’un présentoir ou d’un lit funéraire. L’existence hypothétique de lit funéraire rudimentaire est appuyée par le nombre important de clous de tapissier (F 55 : 69 clous ; SP 54 : 95 clous ; SP 216 : 127 clous). De telles quantités ne peuvent s’expliquer par la présence d’un ou plusieurs coffrets, dont il nous manquerait d’ailleurs la plupart des éléments significatifs (charnières, serrure, décorations, renforts). Une telle masse de clous évoque la présence d’éléments d’ameublements plus importants, décorés et habillés au moyen de matières périssables (tissu ou cuir) maintenues par ce type de clouterie (matelassage, capitonnage ou recouvrement), tel qu’un lit funéraire (Bel, 2002 ; Nin, 2006). On ne peut, toutefois, exclure la crémation en cercueil.

7.3.2.2 Le mobilier lié au domaine de la personne et au domaine domestique

154L’essentiel du mobilier issu des structures funéraires liées à la crémation se rapporte aux objets personnels du défunt (parures, accessoires vestimentaires, instruments de toilette) ou au domaine domestique (éléments d’ameublement pouvant être interprétés comme des coffrets). Ainsi douze structures (SP 216, SP 94, SP 510, SP 571, SP 53, SP 217, SP 299, SP 348, SP 435, SP 621, F 64 et F 186) possèdent des éléments permettant d’envisager la présence d’un coffret parmi le mobilier déposé en offrande. Ces éléments se présentent sous la forme de tôles et de clous décoratifs, de fiches destinées à la fixation de poignées ou d’anneaux, de charnières.

155Sept structures abritent des instruments de toilette sans doute attachés au domaine féminin (fig. 23). Un miroir et un agitateur à parfum sont présents dans la sépulture SP 53. La tombe 66 à fourni une palette à fard et un petit manche en os qui appartient à un instrument indéterminé (canif, rasoir ou miroir ?). Une épingle et un miroir ont été identifiés parmi le mobilier de la sépulture 299. Enfin, les structures SP 435, SP 240, F 65 et F 395 ont livré au moins un fragment de miroir. Il s’agit de miroirs des types K et G, ou H, de Lloyd Morgan (variante C et B de E. Riha à Augst). Ces types sont courants pendant le Ier s. ap. J.-C. et au début du IIe s. ap. J.-C. Un petit miroir circulaire d’un type indéterminé rappelle un exemplaire découvert dans la sépulture 23 de la villa d'Ancé, Limé (Aisne). Il est daté de la findu Ier-début du IIe s. ap. J.-C.

image

Fig. 23. SP 66 : n° 40 palette à fard en pierre - SP 299 : n° 33 petit miroir circulaire en alliage cuivreux ; n° 42 fragment de tête d’épingle figurant une tête féminine de type Béal AXXXI, 8 (Béal, 1983) - Fosse-bûcher F 53 : n° 171 mélangeur en verre - SP 240 : n° 172 fragment de miroir circulaire de type K de Lloyd Moran (1981), variante B de Riha (1986). Dessin : S. Carrara.

156Les éléments de parure et les garnitures d’accessoires vestimentaires sont présents au sein de sept structures funéraires : rivet décoratif de ceinture, bague en fer, fibule type Feugère 3b1, garniture d’accessoire vestimentaire (ceinture ?), perles en verre.

7.4. Les monnaies

157Le dépôt d’une monnaie dans les sépultures est un rite introduit en Gaule avec la romanisation. Ce dépôt concerne un nombre peu élevé de structures (16/143, soit 12 %) : six inhumations, trois dépôts de crémation, quatre dépôts de résidus de crémation, trois bûchers en fosse, un dépôt de céramique. Il s’agit exclusivement d’as. Dans les structures liées au rituel de la crémation, les monnaies ont été découvertes systématiquement dans les résidus de bûcher. Dans les inhumations, leur position par rapport au squelette est variable. Notons la présence de deux monnaies dans la sépulture SP 86.

7.5. Les dépôts « alimentaires »

158L’étude des bûchers en fosse, des dépôts de crémation et de résidus de bûcher permettent d’appréhender le type d’éléments carnés déposés avec le défunt. En effet, lors du tri des fragments d’os brûlés, de nombreux restes de faune ont été découverts. Lors de la collecte des os crémés sur le bûcher, il n’y a pas eu de distinction entre les vestiges du défunt et les dépôts carnés.

159Toutefois, il faut garder à l’esprit que les vestiges à notre disposition ne concernent que les éléments à base osseuse. En effet, les pièces de viande désossées ne sont pas décelables (Méniel, 1993). L’essentiel des dépôts alimentaires associés à la crémation appartiennent au porc à l’exception notable de quatre restes de bœuf présents dans trois tombes. Un fragment d’os coxal gauche de capriné est suspecté dans un bûcher en fosse. Le morceau privilégié est le jambon complet, c’est-à-dire allant de l’os coxal jusqu’au tarse, voire comprenant encore le pied. Accessoirement, isolé au milieu des restes animaux, un fragment de noyau de fruit (Prunus sp.) ainsi que de la matière organique carbonisée ont également été déterminés. Leur présence permet de relativiser l’importance des offrandes de viande par rapport à d’autres nourritures solides qui ne se sont pas conservées. Les traces de découpe n’étant plus visibles sur les restes osseux brûlés, il n’est pas possible de distinguer ce qui est déposé sur le bûcher, des déchets culinaires liés au banquet funéraire des vivants (Méniel, 1993).

8. Gestion de l’espace funéraire (fig. 24)

160Au début de l’occupation, les structures funéraires sont installées le long de la voie à 4 m au nord-est. L’espace occupe 3 m de largeur. Un groupe de structures (SP 522, SP 567, SP 476, SP 510, SP 492, SP 457, F 565, F 614, F 616, F 618) forme un ensemble réparti sur seulement quelques mètres carrés. Les deux dépôts de crémation dans ce secteur, qui ont fait l’objet d’une étude complète, ont livré des restes d’enfants en bas âge et les deux inhumations étaient destinées à des individus périnatals. Il pourrait s’agir d’un secteur réservé aux enfants et peut-être aux enfants de la même entité familiale ou sociale. SP 492 coupe la fosse de SP 510 et SP 476 se situe au-dessus de SP 510. Ces recoupements ne sont pas liés à un problème de place ou à une absence de marquage. Ils sous-tendent la volonté de regrouper des individus dans un même secteur. En dehors de ce secteur particulier, il y a peu de dépôts de résidus alors que huit dépôts de crémation ont été datés dans la même phase chronologique.

image

Fig. 24. Attribution chronologique des structures funéraires. DAO : M. Foucault.

161Cinq inhumations occupent la portion orientale de l’ensemble funéraire, entre 9,50 m et 7 m de la bordure est de la voie. Elles sont parallèles à celle-ci, selon un axe nord-ouest/sud-est. Le vestige d’un bûcher en fosse se situe au milieu des autres structures funéraires, contrairement à ceux des périodes postérieures qui ont été installés au bord du bas-côté de la voie.

162L’absence de structures funéraires dans la zone nord peut être liée aux débordements du cours d’eau (postérieurs à l’utilisation de la nécropole) qui aurait érodé les structures les plus superficielles.

163En phase 2, la majorité des nouvelles structures funéraires est installée dans le même secteur que la phase précédente. Toutefois, la colonisation de la totalité du bas-côté de la voie est amorcée (SP 83 et SP 93). De plus, on note une extension de la zone dévolue aux dépôts de crémation vers le nord (SP 579, SP 554 et SP 601). Quelques structures de crémation sont également installées près de la voie (SP 54, F 53, F 39 et F 64). Les inhumations ne sont plus réservées aux enfants, mais également aux adultes (quatre d’enfants et deux d’adultes). Certaines sont proches de la voie selon un alignement de même orientation nord-ouest/sud-est. Mais aucun secteur n’est destiné particulièrement à ce mode de sépulture. Elles se situent au milieu des autres structures. Les dépôts de résidus sont également installés dans la même zone que les dépôts de crémation. En revanche, le secteur dévolu aux aires de crémation et aux bûchers en fosse est esquissé. Ces structures sont situées plus près de la voie. Comme sur le site de la Favorite à Lyon (Tranoy,1995b), les bûchers en fosse d’une part et les dépôts de crémation ou de résidus d’autre part sont spatialement circonscrits. Des recoupements entre les structures des phases 1 et 2, et au sein de la phase 2, sont observés. Des fosses creusées pour installer des dépôts de crémation coupent des structures antérieures de même type. Étant donné que l’occupation de l’espace n’est pas dense, on peut envisager un désir de regrouper certains individus selon des critères sociaux et/ou familiaux, à moins que l’absence de marqueur de surface ne soit à l’origine de ces recoupements. Comme pour la phase précédente, le nombre de structures de crémation est inférieur à celui des dépôts de crémation et de résidus. Soit la crémation avait lieu hors de l’emprise de la fouille, soit l’exploitation de quelques bûchers en fosse et aires de crémation à proximité des tombes était intensive. À moins que certains bûchers aient été directement installés sur le sol et aient disparu suite aux ruissellements, aux inondations et au brassage des niveaux de sol en relation avec les diverses activités d’une nécropole.

164Pendant la phase 3, l’occupation s’étend vers la voie et vers le nord-est. Les dépôts de crémation dans ce secteur forment un alignement. Dans cette zone, il n’y a aucun dépôt de résidus, ni de structures de crémation. Il semble donc qu’il y ait une limite de l’espace funéraire au nord-est. Seule, l’inhumation d’un enfant en bas âge (SP 34) se situe au-delà de cette limite. Or, pendant cette phase chronologique, l’espace funéraire est réservé aux tombes d’adultes (inhumations et sépultures secondaires). La tombe d’enfant a peut-être été installée en dehors de la limite de la zone 1 réservée aux adultes. L’implantation au nord se poursuit par des inhumations. Les bûchers en fosse, plus nombreux qu’aux phases précédentes, sont installés à 2 m de la voie, hormis F 666 (situé dans la zone centre). Nombre d’entre eux se recoupent, indiquant une intensification de l’utilisation de ce secteur. Néanmoins, plusieurs bûchers en fosse (F 65, F 52, F 42, F 239 et F 660) sont demeurés intacts. Si on note une tendance à l’installation des bûchers près de la voie, cet espace n’est pas dévolu uniquement à la crémation. Quelques dépôts de crémation et de résidus ont été installés dans le même secteur (SP 216 et SP 44, F 53, F 162 et F 57). On note un hiatus de l’occupation au milieu de l’espace funéraire. Était-il colonisé par des structures dont la phase chronologique est indéterminée ? S’agit-il d’un problème de densité des tombes ? Il n’est pas possible de statuer sur cette interrogation. Les inhumations se rapprochent de la voie mais leur répartition est aléatoire : à l’ouest ou à l’est de l’axe principal, ou dans l’alignement des structures les plus anciennes.

165Les fosses destinées aux dépôts de crémation et de résidus coupent fréquemment le comblement supérieur de structures antérieures sans atteindre le vase ossuaire ou l’amas d’ossements. Est-ce lié à l’intensification de l’utilisation de l’espace ou au désir de regrouper des individus selon des critères familiaux ou sociaux ? Pendant la phase d’implantation de l’ensemble funéraire, plusieurs superpositions de tombes ont été observées ; or l’espace funéraire est à ce moment, à peine colonisé. À Soumaltre, V. Bel et ses collègues (2004) ont observé que les tombes sont fréquemment installées contre des fosses antérieures et qu’il s’agit d’un geste visant au rapprochement des restes des défunts. Il faut distinguer les vrais recoupements, qui entraînent la destruction des restes de la crémation, et les superpositions qui ne concernent que le comblement de la fosse et qui n’atteignent pas le dépôt funéraire (Tranoy, 1995b ; Bel, 2002 ; Bel et alii, 2004). Cette promiscuité est à rapprocher des tombes tangentes. Elle indique une volonté délibérée de proximité. Sur le site de la Favorite (Tranoy,1995b), le nombre élevé d’empiètements qui ne touchent que le comblement des structures antérieures s’apparente à une superposition des tombes, l’espace circonscrit faisant office de caveau.

166Au cours de la dernière phase chronologique, la limite nord-est se confirme. Les dépôts de crémation SP 168, SP 112 et SP 485 sont installés sur le même alignement que les dépôts de ce secteur dans les phases précédentes. La partie de la nécropole dans l’emprise de la fouille demeure réservée aux adultes. Aucun bûcher en fosse n’y est installé. Le secteur central, qui semblait abandonné pendant la phase 3, est à nouveau colonisé. Dans un laps de temps assez court, le dépôt de résidus F 261 perfore le comblement supérieur de l’inhumation SP 537 et est coupé par la fosse F 222 qui reçoit une stèle couchée. La fonction de cette stèle est inconnue. Néanmoins, il ne semble pas qu’elle ait une quelconque relation avec F 261. Sa présence est-elle liée à la voie ?

167L’absence de structures funéraires dans la zone nord est probablement liée aux débordements du ruisseau aux siècles ultérieurs.

9. Comparaison avec les ensembles funéraires lyonnais du Haut-Empire

9.1. Le défunt et son bûcher

9.1.1. Le bûcher : de l’installation aux gestes post-crématoires

168Dans le sud-est de la Gaule, les bûchers en fosse sont étrangers aux traditions indigènes (Bel, Tranoy,1993). L’ensemble des bûchers en fosse sur le site du 30-32 rue de Bourgogne indique la mise en place de ces structures crématoires dès le début de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C., avec un développement notoire à partir de la seconde moitié du siècle jusqu’au début du IIe siècle. À Lyon, ces structures sont observées à l’époque augustéenne (Bel et alii, 2009) et leur usage s’intensifie dans la seconde moitié du Ier s et la première moitié du IIe s. (Bellon, 1995 ; Tranoy,1995c ; Kuntz, 1997 ; Bouvier, Gisclon, 1998 ; Frascone, 1999 ; Le Nezet-Célestin et alii, 1999 ; Bel, Gisclon, 1995 ; Bouvier,2000 ; Gisclon,2000).

169À Lyon, la proportion des bûchers en fosse par rapport aux autres structures varie d’un site à l’autre et dépend des surfaces fouillées (Bel et alii, 2009). Sur l’ensemble funéraire de la Favorite (Tranoy, 1995b), ces structures sont majoritaires dès la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. et le restent jusqu’au milieu du siècle suivant. Rue de Bourgogne, les bûchers en fosse sont toujours minoritaires (dix-neuf ont été fouillés ou repérés), même quand leur utilisation s’intensifie dans la deuxième moitié du Ier siècle ap. J.-C.

170Les dimensions des fosses entrent dans la variabilité observée pour ces structures sur les sites lyonnais, mais elles sont plus petites qu’à la Favorite (Bel et alii, 2009).

171Quelle place tient le bûcher par rapport à la fosse ? Est-il érigé au-dessus ou à l’intérieur même de celle-ci ? L’uniformité de la rubéfaction des parois suppose une élaboration rigoureuse du bûcher (Bura,2001). Malgré la faiblesse de notre échantillon, des indices permettent d’émettre l’hypothèse que certains bûchers étaient installés en tout ou partie dans la fosse. Les abords de la fosse ne sont pas rubéfiés en surface (même si cette structure a été arasée par le décapage sur quelques centimètres, la rubéfaction devrait être visible). Le phénomène de rubéfaction des parois de la fosse est induit par une forte chaleur sur le sédiment composant ces parois. L’absence d’oxydation en fond de fosse est, à ce moment-là, liée à la couverture de cendres qui la transforme en milieu anoxique. Cette hypothèse peut être retenue pour F 52, F 55, F 69, F 62. Les observations faites sur la nécropole de Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Bel,2002) montrent qu’en effet, le bûcher pouvait être installé sur le fond de la fosse. Mais, lorsque les fosses sont étroites, l’hypothèse d’un bûcher installé au-dessus de la fosse est envisageable (Bel et alii, 2009), ce qui est probablement le cas pour le bûcher 395. De plus, le dépôt de mobilier sur le fond de la fosse implique une construction surélevée. Le creusement constituerait le réceptacle des résidus, permettrait un enfouissement simple et rapide des restes crémés qui ne sont pas prélevés et, dans quelques cas, l’installation du bûcher.

172L’utilisation de clous pour la confection d’un lit, d’un brancard, d’un cercueil et/ou l’aménagement du bûcher est une hypothèse suggérée dans de nombreuses études (Bura,2001 ; Bel,2002 ; Moliner et alii, 2003 ; Nin,2006). Sur le site étudié, les clous mis au jour dans les bûchers en fosse, les dépôts de crémation et de résidus donnent des indices sur l’aménagement du bûcher. Le faciès des types de clous et leur nombre élevé privilégient l’aménagement et la confection du bûcher en partie monté au moyen de clous et auquel peut être associé un ouvrage plus évolué tel un lit funéraire. Plusieurs sépultures méridionales ont fourni des restes de lits repérés grâce à leur décoration en os (Feugère,1993). À Lyon, les éléments de tabletterie liés à des lits funéraires sont rares (Bel et alii, 2009). En l’absence de tel matériau, on peut envisager des lits fabriqués exclusivement en bois. Les clous de grand module peuvent servir à fixer des planches sur les montants ou des planches entre elles et les plus petits clous ont pu être utilisés pour fixer des éléments décoratifs sur la structure du bûcher (Chapon et alii, 2004). Ici, la découverte de nombreux clous et de fragments de clous correspond à la règle observée tant en Gaule que dans les autres provinces occidentales (Bel et alii, 2004). Elle témoigne de bûchers construits, soigneusement élaborés et éventuellement décorés, comprenant des assemblages de bois cloutés. Les quantités observées ici sont bien supérieures aux moyennes habituelles.

173Le mobilier en position primaire est constitué des objets et/ou des aliments qui ont brûlé avec le défunt. Il s’agit d’une étape de rupture entre le mort et les vivants, entre les vivants touchés par la mort d’un proche et le reste de la société (Scheid,1984). Brûlent également avec le défunt les restes et la vaisselle du repas funéraire. Connue à Rome à la fin de la République sous le terme Silicernium, la coutume consiste à prendre un repas sur le lieu de l’ensevelissement, ce dernier geste concluant les funérailles. Il est difficile de faire la part entre le dépôt primaire déposé avec le défunt et les restes de ce banquet qui était lui aussi détruit par le feu (Scheid,1984). Toutefois, L. Tranoy (1995b) avance l’hypothèse selon laquelle les vases fragmentaires ou les tessons résiduels seraient liés à ce geste.

174Ce sont les bûchers en fosse qui offrent les meilleures conditions pour la conservation des dépôts primaires. Dans les dépôts de crémation et de résidus, la représentation du mobilier primaire dépend du prélèvement effectué sur le bûcher après la crémation, ce qui induit, par exemple, la représentativité de chaque vase (Bel et alii, 2009). Dans cet ensemble funéraire, deux types de mobilier primaire ont été observés : celui qui a été placé sur le fond de la fosse sous la structure de crémation et celui qui a été déposé avec le défunt sur le lit funéraire. Le premier type a été identifié dans trois bûchers en fosse (F 65, F 255 et F 395). Le dépôt placé au fond de la fosse est composé de nombreux vases, de coffrets, de quartiers de viande et autres aliments. Ces éléments sont agencés les uns avec les autres de façon précise, selon une mise en scène bien établie mais dont les motifs nous échappent. Bien que le cortège céramique ne diffère pas de celui déposé avec le défunt sur le bûcher, il est évident que ces dépôts d’objets et de nourriture sous la structure crématoire n’ont pas le même statut que ceux placés au même niveau que le défunt sur le lit funéraire, mais leur signification est inconnue. Ce type de dépôt est signalé dans les bûchers en fosse de la nécropole du Valladas (Bel, 2002).

175Quelle que soit la situation du mobilier par rapport à la structure crématoire et au défunt, il est toujours présent. À Lyon, au Haut-Empire, le dépôt de vases dans les bûchers est systématique (Bel et alii, 2009). Sa composition varie d’une structure à l’autre. La vaisselle constitue la majorité du mobilier en céramique. La constitution du cortège de vases répond aux besoins du banquet et du rituel mais dépend également de l’évolution de la production durant l’occupation du site et d’un choix manifeste parmi l’offre disponible sur le marché. L’étude de la céramique de trois bûchers en fosse complets (F 52, F 65 et F 395) montre respectivement la présence d’au moins quinze, dix-sept et vingt-quatre vases, ce qui entre dans la variabilité des sites lyonnais tels que ceux de la Favorite et du Commandant Charcot (Bel et alii, 2009).

176Aucune trace d’impact direct n’a été décelée sur la céramique fine présente dans les bûchers. Dans ces structures (F52 - F358 - F395), les vases sont incomplets. Mais il est impossible de définir avec certitude si les lacunes proviennent d’un prélèvement partiel du mobilier fractionné durant la crémation ou d’un bris cérémoniel des vases avant leur sacrifice dans le bûcher. Le bûcher 65 fait exception à la règle avec un ensemble de formes brisées mais complètes après recollage. Quelques tessons isolés laissent toutefois penser qu’un prélèvement sélectif a pu être opéré. La mutilation du matériel avant le dépôt a été mise en évidence uniquement pour les fosses non sépulcrales (F 56 et F 258). En règle générale, l’état fragmentaire n’est pas lié à l’utilisation de vases usagés, même si quelques cas sont attestés (Linz, 1991), mais à des bris et des lacunes en relation à des gestes rituels (Blaizot, Bonnet, 2007). À la Favorite, L. Tranoy (1995b) a observé de nombreuses lacunes qui n’étaient pas liées à la crémation. Ces objets étaient incomplets au moment de leur dépôt soit par usure, soit par bris intentionnel.

177Les défauts de fabrication observés sur de nombreux vases issus des bûchers montrent que pour les funérailles, des vases de second choix pouvaient être choisis (Blaizot, Bonnet, 2007), ce qui est le cas sur le site de la rue de Bourgogne. L’usage unique des céramiques destinées à la crémation a pu orienter un choix économique. Le choix des vases déposés sur le bûcher relève du même type de comportement économique que le choix du vase ossuaire. Même les vases en sigillée de production de qualité supérieure montrent régulièrement des défauts, comme sur le site de la Favorite (Tranoy, 1995b). La présence privilégiée des sigillées de Lezoux en contextes funéraires n’est pas typique de l’ensemble funéraire de la rue de Bourgogne mais a déjà été signalée sur le site de la Favorite. La préférence accordée à cette céramique répond à un choix collectif et rationnel inscrit dans la durée (Bel et alii, 2009). Sur le site du 30-32 rue de Bourgogne, la vaisselle en verre issue des résidus s’élève à trois vases à boire provenant de trois structures différentes. Rue du commandant Charcot (Sextant), 12 % du mobilier en verre constitue la vaisselle (Robin, 2008).

178À Lyon, la prévalence des vases à nourriture solide est attestée sur la plupart des sites contemporains, même si la proportion inverse s’observe également (Bel et alii, 2009). Sur le site de Bourgogne, les cas de figure sont variés et il est difficile de dégager une tendance (fig. 16). Pour le bûcher 395 et la structure à crémation non sépulcrale 56, on compte beaucoup plus de vases à solide que de vases à liquide (18/3 et 15/1), alors que dans les bûchers 52 et 65, il y en a un nombre équivalent. Dans les résidus en position secondaire, on observe la même variabilité. Parmi le mobilier en céramique brûlé, on retrouve systématiquement quelques fragments d’amphore et dans la moitié des cas, des tessons de pots à cuire. D’ailleurs le nombre de cruches (mais il y en a toujours au moins une) se réduit, alors que celui des vases à vocation culinaire s’accroît. En général, les pots à cuire sont rares (Bel et alii, 2009).

179Dans les bûchers en fosse et les dépôts de résidus de bûcher, le nombre de vases à parfum varie de un à trois. La majorité des sites lyonnais ont livré une grande quantité de balsamaires, notamment pour la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. (Bel et alii, 2009). Dans tous les résidus de bûcher étudiés, il y a systématiquement une lampe qui a brûlé avec le défunt, ce qui est conforme à la coutume lyonnaise. La rareté des monnaies (dix structures liées à la crémation) est commune à de nombreux ensembles funéraires du sud de la Gaule (Bel, 2002 ; Tranoy, 1995b ; Castella et alii, 1999).

180La présence de dépôts alimentaires est également attestée parmi les résidus (faune, restes de pain brûlé, graine de prunus). Par rapport aux autres sites de Lyon les structures ayant livré des restes de faune sont plus nombreuses. La présence de faune est attestée dans 65 % des dépôts de crémation et 66 % des dépôts de résidus qui ont été étudiés exhaustivement (n = 38). Comme d’habitude pour le Haut-Empire, l’animal le plus fréquent est le porc (Lepetz,1993).

181L’étude des clous a mis en évidence la présence de coffrets en bois déposés sur le bûcher avec le défunt (mais aucun indice de serrure, de charnière, d’agrafes). Des instruments de toilette sans doute attachés au domaine féminin figurent également dans le corpus du mobilier qui brûle sur le bûcher. Des éléments de parures ont également été retrouvés ainsi que des éléments de vêtements. Aucun objet personnel du défunt n’a été placé dans les dépôts de crémation ou de résidus, ce qui est classique à Lyon (Bel et alii, 2009). Le site du boulevard périphérique nord de Lyon, installé le long de la voie de l’Océan, a livré moins d’objets personnels que celui de la rue de Bourgogne qui s’apparente plus au site du Sextant (Bel et alii, 2009).

182Bien qu’elle soit discrète, la présence de mobilier en verre et en céramique nonbrûlé dans les résidus de bûcher a été mise en évidence. En règle générale, les objets personnels et les lampes n’apparaissent pas dans ce type de dépôt à Lyon (Blaizot et alii, 2009b), ce qui est le cas ici. Il existe donc un geste intermédiaire entre la crémation et la collecte des ossements et des résidus. Ces dépôts d’objets sont peut-être liés à une cérémonie ou un rituel post-crématoire non systématique, ce qui a été suggéré par Blaizot et alii, 2009b.

183Le fait le plus frappant concernant les bûchers en fosse est que certains ont subi de nombreux recoupements, ce qui a été observé sur le site de la Favorite (Tranoy, 1995b), mais que d’autres sont intacts. L’une des fosses possède même un marqueur de surface constitué de plusieurs pierres. Or, cette structure a livré 350 g d’os. La consécration d’un lieu de crémation peut, par conséquent, faire partie du rituel (Blaizot, Tranoy, 2004), alors que ce lieu ne constitue pas la tombe.

184À Lyon, il n’y a pas de conduit à libations dans les bûchers (Blaizot et alii, 2009b), ce qui se vérifie sur le site de Bourgogne.

9.1.2. Translation des ossements et des résidus dans un autre lieu

185Lorsque les limites de fosses étaient visibles, dans la plupart des cas grâce aux sédiments des résidus, nous avons observé que les dimensions n’étaient pas ajustées à la taille des ossuaires. Le fond était légèrement surcreusé dans un quart des fosses, pour maintenir l’urne en place. Ce dispositif est signalé sur le site de la rue des Granges à Lyon (Bel et alii, 2009).

186Le choix d’un réceptacle en verre est rare dans le sud de la Gaule (Cécillon, 2000 ; Gisclon, 2000), un seul vase de cette matière a été découvert sur le site où l’utilisation de contenants souples est également anecdotique. Aucun vase ossuaire en plomb n’a été découvert alors qu’ils sont signalés pour cette période sur le site de la rue du Chapeau Rouge à Lyon (Bouvier, 2000). Les ossuaires en céramique sont conformes aux tendances observées à Lyon au Ier siècle. Le choix des céramiques destinées à cet usage est standardisé (Tranoy, 1995b ; Frascone, 1999). Ce sont les pots à cuire en céramique qui sont privilégiés. Les traces d’usage sont rares mais les anomalies répandues (Blaizot et alii, 2009a). La fréquence des vases fermés par des couvercles varie d’un site lyonnais à l’autre. Dans la première moitié du Ier s., ce sont de véritables couvercles adaptés aux pots qui scellent l’ossuaire. Ensuite, les éléments de fermeture sont plus hétérogènes (Blaizot et alii, 2009a). Sur le site de Bourgogne, dans la majorité des cas, les urnes sont fermées par des couvercles en céramique. Par ailleurs, les dispositifs à libation, qu’il s’agisse de perforation des couvercles ou des vases ayant servi de couvercle, sont observés sur d’autres sites (Cécillon, 2000).

187Sur l’ensemble funéraire de Bourgogne, au cours du premier siècle, les pratiques concernant le passage du défunt du bûcher à sa tombe définitive se sont modifiées. La quantité de vestiges osseux représentant le mort est de plus en plus faible. Il n’y a pas de corrélation entre la taille du vase ossuaire et la quantité d’ossements placés à l’intérieur, ni de corrélation entre la quantité d’ossements déposés dans l’ossuaire et le nombre d’objets constituant le mobilier secondaire. De plus, le nombre de vases ramassés sur le bûcher et destinés au lieu de dépôt définitif a également tendance à diminuer. C’est également le cas pour le site de la Favorite à Lyon (Tranoy,1995b), notamment dans les dépôts de résidus. Cette diminution est-elle liée à la diminution du mobilier primaire accompagnant le défunt sur le bûcher ? Pour le site de la Favorite, il semble que ce soit le cas. En revanche, rue de Bourgogne, ce phénomène n’a pas pu être observé puisque les bûchers en fosse du début du Ier siècle ap. J.-C. sont incomplets et peu nombreux. Pour le site funéraire du boulevard périphérique nord de Lyon (Frascone, 1999), le poids des ossements varie d’une tombe à l’autre et aucune différence chronologique n’a été attestée. Au contraire, les dépôts de crémation les mieux fournis en ossements datent du début du IIe siècle ap. J.-C.

188Le mobilier secondaire est rare sur le site. Seulement dix dépôts de crémation sur les trente qui ont fait l’objet d’une étude exhaustive ont livré un ou plusieurs objets. Un balsamaire a été déposé sur la couche d’ossements dans trois vases ossuaires et sur (ou dans) un contenant souple. Les textes antiques font mention des encens et autres fragrances dites odeurs « sèches », contraires aux odeurs « humides » associées à la mort, à la putréfaction, qui accompagnent le défunt, afin de repousser l’atmosphère funeste dans laquelle il a plongé ses proches (Scheid,1984). Ces balsamaires participeraient à la purification du cadavre, à l’instar de la crémation, et ceci, jusque dans la tombe. Des analyses menées sur le contenu des balsamaires non brûlés découverts sur le site du Commandant Charcot (Sextant) indiquent qu’il peut, en effet, s’agir d’essence parfumée (Garnier et alii, 2008). Ce type de dépôt est rare sur plusieurs sites lyonnais, voire absent comme à la Favorite et dans les dépôts de résidus (Blaizot et alii, 2009b).

189Le mobilier secondaire en céramique n’est ni mutilé ni perforé, si ce n’est les fragments d’amphore déposés sur l’amas osseux dans l’urne de SP 93. Un bol en sigillée (Knorr 78) a été placé au fond de l’urne avant l’apport de l’amas osseux dans le dépôt de crémation SP 627. Dans SP 431, trois lagènes ont été placées sur le dépôt osseux dans le vase ossuaire, et une autre au-dessus, dans la fosse. Des cruches ont été disposées de cette manière dans trois autres dépôts de crémation. Dans la première moitié du Ier s., à Lyon, le dépôt de vase à boire est connu sur plusieurs sites et dénote l’importance des pratiques de la libation (Blaizot et alii, 2009b). Un objet en bois non identifié a été déposé sur la planche de bois séparant l’urne et les résidus de bûcher du reste du comblement de la fosse de SP 216 (fig. 6). Il n’y a pas de variation entre la quantité et la fréquence du mobilier secondaire dans les dépôts de crémation pendant toute la durée de l’utilisation de l’ensemble funéraire, ce qui a été relevé sur plusieurs ensembles funéraires de Lyon datant de la même période (Tranoy, 1995b ; Boës, 2002 ; Jacquet, 2004).

190Trente et un dépôts de crémation mixte ont été mis au jour. Ce type de structure est largement connu dans d’autres nécropoles à Lyon, mais également dans le sud-est de la Gaule (Nin,2006 ; Bel,2002). Les proportions varient d’un site à l’autre ; celles observées rue de Bourgogne se rapprochent de celles du site du Commandant Charcot (Boës, 2002). En revanche, il y en a très peu sur le site du boulevard périphérique nord (Frascone, 1999) et pas du tout à la Favorite (Tranoy, 1995b).

191Dans plusieurs cas, les structures montrent la présence d’espace vide autour du vase ossuaire, les résidus étant déposés sur un dispositif en matière périssable. Il semble qu’une planche séparait la fosse en deux compartiments. Toutefois, dans la plupart des cas, il est probable que les ossuaires étaient isolés des résidus par un coffre assemblé avec peu de clous dans lequel ils étaient installés. L’espace vide serait donc limité au récipient plutôt qu’à toute la fosse (Blaizot et alii, 2009a).

192Prélever une partie du bûcher pour le mettre dans la fosse suppose une attitude particulière face à ces restes. Il s’agit d’associer étroitement deux moments du rituel : transport des résidus de bûcher et du vase ossuaire en un seul lieu (Bel,2002). Dans la majorité des cas, la fosse était ensuite comblée avec le sédiment issu du creusement dans lequel ont été, parfois, mêlés des éléments provenant du bûcher. Dans les autres sépultures, la fosse était directement scellée avec ce sédiment.

193Pendant les phases 1 et 2, les résidus de bûcher étaient parfois séparés du vase ossuaire par du sédiment probablement issu du creusement. Ce geste traduit le désir de séparer les restes du défunt à proprement parler des restes du bûcher.

194Les structures funéraires ayant accueilli uniquement des vases ossuaires sans mobilier pérenne ni résidus ne permettent pas de statuer sur un éventuel dispositif de fermeture en bois.

195Les dépôts de résidus sans ossuaire représentent 22,4 % des dépôts secondaires. Ils sont placés dans des fosses ovoïdes ou circulaires. La masse d’ossements issus de ces dépôts est comprise entre 25,6 g et 167,9 g. Ces structures sont présentes pendant toute l’occupation de l’ensemble funéraire, avec une nette prédominance en phase 3, alors que les bûchers en fosse sont eux aussi très fréquents. À Lyon, la proportion des dépôts de résidus de bûcher par rapport aux dépôts de crémation avec ossuaire varie d’un site à l’autre (Blaizot et alii, 2009a).

196Le statut de ces dépôts est problématique. S’agit-il de sépultures ? Les textes dans lesquels est abordée la constitution de la tombe ne font pas état des dépôts de résidus (Blaizot, 2009b). Il est clair que ces fosses correspondent à un geste volontaire de rassembler les débris du bûcher échappant à la collecte des fragments osseux les plus importants, mais cette fois, ils ne sont pas associés aux ossements prélevés soigneusement sur le bûcher. Leur présence au cœur-même de la zone funéraire indique qu’il ne s’agit pas de fosses de rejet, mais de structures liées aux funérailles. Dans certains ensembles funéraires, les dépôts de résidus sont même associés à du mobilier déposé après la crémation (Bel,2002 ; Bel et alii, 2004).
Ces structures sont, depuis peu, interprétéescomme des dépôts funéraires annexes à caractère cultuel (MacKinley,2000 ; Blaizot, Tranoy, 2004). Il semble en effet que la mise en terre des ossements calcinés ne soit qu’une étape dans le processus funéraire (Polfer,2001).

197L’absence de manipulation spécifique des pièces osseuses après la crémation est parfois avancée pour contester le statut de sépulture, celle-ci étant réservée aux dépôts dans lesquels les restes osseux sont isolés (Bel et alii, 2004). Mais ces arguments impliquent un présupposé concernant la signification des résidus non triés. Selon les auteurs, ces restes peuvent représenter symboliquement le mobilier brûlé avec le défunt ou avoir été identifiés aux défunts et constituer un support au culte funéraire. Ce seraient donc des dépôts faisant partie du rituel funéraire mais ne faisant pas office de sépultures (Blaizot, Tranoy, 2004). En effet, les restes d’un défunt peuvent avoir été transférés dans plusieurs lieux, une partie devant absolument être inhumée et l’autre pouvant être consacrée aux commémorations (Blaizot, 2009b). Parfois, les deux lieux sont réunis en un seul, dépôt de crémation et de résidus sont installés dans la même fosse.

9.2. Les inhumations : un mode de sépulture minoritaire

198Jadis, la pratique de la crémation en Gaule était associée à la période du Haut-Empire. Or cet usage n’est pas exclusif, des inhumations sont attestées au sein des nécropoles de cette période, notamment à Lyon (Argant,2006 ; Chastel et alii, 1995 ; Frascone,1999 ; Bouvier, 2000 ; Tranoy,1995b). La proportion des inhumations par rapport aux dépôts de crémation est de 21 %. Quelle que soit la phase chronologique considérée, cette pratique est minoritaire. Huit inhumations sur vingt et une étaient destinées à des individus immatures dont trois sujets périnatals et deux de moins d’un an. Des inhumations d’enfants en bas âge sont attestées sur plusieurs sites de Lyon (Frascone,1999 ; Bouvier,2000 ; Argant,2006). D’ailleurs, les inhumations concernent la quasi-totalité des sujets décédés en phase infantile (Blaizot, 2009b). La sépulture à inhumation est présente dès le début de l’occupation de l’espace funéraire. Cependant, ce mode sépulcral est réservé aux enfants pendant la phase 1.
Comme sur les autres sites lyonnais, les inhumations se situent, sauf l’inhumation SP 34, au milieu des dépôts de crémation et de résidus, et aucun secteur ne leur semble dévolu.

199Treize individus ont été déposés sur le dos, cinq sur le ventre. Les inhumés sur le ventre sont présents pendant toute l’occupation de la nécropole. Cette disposition spécifique du cadavre n’est pas exceptionnelle. Ce phénomène a été constaté pour la même période dans plusieurs ensembles funéraires de Lyon (Frascone, 1999 ; Tranoy,1995b ; Argant,2006 ; Bouvier,2000). Elle est documentée également en Suisse romande (Castella et alii, 1999) et dans le Midi de la France (Bel, Tranoy,1993 ; Bel, 2002 ; Moliner et alii, 2003). De plus, ces « inhumations ventrales » ne se situent pas dans une zone particulière, mais sont mêlées aux autres structures funéraires. Elles ne sont donc pas mises à l’écart de l’espace sépulcral. Les découvertes au 30-32 rue de Bourgogne indiquent que le mobilier associé aux défunts inhumés sur le ventre est, lorsqu’il est présent, du même type que celui associé aux sujets déposés sur le dos.

200Seulement deux inhumations en pleine terre ont été mises au jour et dix coffres en bois, cloués ou non, ont été mis en évidence. Les contenants de bois non cloués sont mal connus dans cette région au Haut-Empire. Ils semblent liés aux phases récentes de l’Antiquité (Blaizot et alii, 2009c). En revanche, les cercueils en bois cloués sont attestés au Ier siècle et au début du IIe ap. J.-C à Lyon (Tranoy,1995b ; Frascone,1999 ; Bouvier,2000). L’époque romaine privilégie la forme rectangulaire à fond plat, de largeur et de longueur variables (Blaizot et alii, 2009c). La particularité de ceux de Bourgogne réside dans leur étroitesse. On ne peut que souligner le nombre considérable de clous. Cet élément est-il un produit si courant et réemployable que son coût reste négligeable ? En effet, l’inventaire des clous met en lumière une typologie hétérogène propre à appuyer l’hypothèse de la réutilisation de ces éléments d’assemblage.

201Les tombes des individus périnatals ne contiennent pas de mobilier. Seulement quatre inhumations ont livré du mobilier associé au défunt et systématiquement au moins un vase en céramique et/ou en verre. Sur le bassin de l’individu de SP393, des tessons de taille élevée d’un pot à cuire ont été mis au jour. Si ce dépôt est anecdotique, il n’en est pas moins connu sur plusieurs sites. Le vase peut être brisé en dehors de la fosse, à l’instar des vases déposés sur le bûcher, et une partie des fragments jetés ou déposés sur le coffre (Blaizot et alii, 2009c).

202La tombe à inhumation la plus riche est celle d’un enfant (S 34) : sept vases en céramique et en verre, une perle en fritte, quatre perles en ambre et en verre, une clochette en bronze, des jetons. Deux des vases sont situés en dehors du coffre en bois. Ce type de mobilier dans une tombe d’enfant décédé en bas âge est connu par ailleurs sur d’autres sites lyonnais et provençaux (Blaizot et alii, 2009c). Sur les ensembles funéraires de Lyon, le mobilier accompagnant les défunts inhumés est en général rare (Argant,2006 ; Frascone,1999 ; Bouvier,2000). Sur le site de la Favorite, les dépôts sont du même type qu’à Bourgogne : prévalence de vase à parfum, cruche et lampe.

203Comme sur les autres sites lyonnais, inhumation et crémation des corps co-existent. Ces deux modes funéraires se distinguent par la présence et l’abondance du mobilier primaire sur le bûcher et le choix de l’inhumation est peut-être lié au désir d’une mise en scène moins ostentatoire des funérailles, les différences de traitement du cadavre n’impliquant pas nécessairement une différence de rites (Blaizot, 2009b).

9.3. Les pratiques funéraires sont-elles liées au sexe et/ou à l’âge de l’individu ?

204L’identité sociale des défunts demeure un paramètre inconnu lorsque les inscriptions liées aux tombes ne sont pas conservées (Tranoy et alii, 2009). De plus, la pratique de la crémation implique une fragmentation des restes osseux qui limite la détermination de l’âge au décès et du sexe.

205Selon les sources archéologiques, les nourrissons sont absents ou déficitaires pendant toute l’Antiquité, sur les sites funéraires. Toutefois, d’après L. Tranoy et ses collègues (2009), la moitié des séries (considérées par les auteurs comme représentatives compte tenu de la surface fouillée) fournissent un quotient de mortalité avant un an conforme aux normes de mortalité du modèle utilisé pour les populations anciennes (Sellier, 1996). Sur le site de Bourgogne, les enfants en bas âge sont rares (n = 5) mais présents.

206D’après les textes antiques, il est établi que ce sont les enfants n’ayant pas encore de dents qui ne sont pas incinérés (Bel,2002 ; Tranoy,1995b), ce qui est le cas sur le site, aucun sujet périnatal n’ayant été crémé. Cependant, au moins deux enfants de plus de trois ans l’ont été. La pratique de l’inhumation a donc pu s’étendre aux individus de plus d’un an. La présence de pièces osseuses résiduelles brûlées d’enfants, dans les dépôts de crémation ou dans les bûchers en fosse, indique que les sujets immatures peuvent recevoir l’un ou l’autre traitement funéraire, comme c’est le cas pour les adultes.

207Quatre individus décédés en phase infantile ont été inhumés sur le dos dans des coffres ou des fosses fermées par un couvercle en bois ; une seule fosse a été comblée après le dépôt du corps. Bien qu’attesté sur le site 77-79 rue Pierre Audry (Gisclon, 2000), le dépôt à l’intérieur d’un vase est rare en Rhône-Alpes au Haut-Empire (Blaizot et alii, 2009c). Aucun cas n’a été observé rue de Bourgogne.

208Dans quatre cas, aucun mobilier n’est associé aux enfants en bas âge. En revanche, la sépulture ayant livré le plus de mobilier correspond à un enfant décédé probablement avant un an (S 34).

209Le traitement des individus décédés en bas âge entre dans la variabilité observée pour les adultes quant à l’architecture de la tombe et au mobilier déposé avec le défunt. Toutefois, aucune inhumation d’adulte ne fournit autant de matériel que S 34, qui est, par ailleurs, située en dehors de la limite est de l’ensemble funéraire, lequel est réservé aux adultes pendant cette phase chronologique. Cette tombe est particulière à plus d’un titre, mais constitue sur le site un unicum qui ne permet pas de discuter ses particularités.

210Le traitement des enfants décédés après un an ne se distingue pas de celui des adultes, si ce n’est que, comme les enfants en bas âge, ils sont systématiquement déposés sur le dos. Le choix de la bâtière de tegulae pour l’individu de SP 83 est unique sur le site mais n’est peut-être pas lié à l’âge du défunt ; ce serait plutôt un choix alternatif à l’inhumation en coffre. Il n’y a pas de secteur spécifique aux inhumations d’enfants, ni de secteur réservé quel que soit le mode sépulcral considéré, si ce n’est, peut-être, l’îlot mentionné dans la phase 1, qui regroupe inhumations et dépôts de crémation d’enfants. Certaines pièces de mobilier, comme les clochettes en bronze, ont été déposées sur le bûcher ou dans une inhumation mais sont associées dans les deux cas à des enfants. En revanche, elles ne sont pas liées à la même étape du rituel.

211Les inhumations d’enfants décédés en période infantile, quel que soit leur âge, bénéficient de pratiques funéraires codifiées, ce qui est largement observé par ailleurs à Lyon (Blaizot et alii, 2009c). Il en est de même pour les enfants plus âgés sur le site de Bourgogne. Le mobilier de ces inhumations, lorsqu’il est présent, est conforme à ce qui est observé sur les sites lyonnais (ibid.). Quant au mobilier primaire et secondaire issu des dépôts de crémation d’enfants ou d’adultes, il ne se différencie pas.

212En ce qui concerne les inhumations d’adultes en général, la position sur le ventre n’est pas liée au sexe et à l’âge des individus et ces sépultures ne sont pas regroupées (Blaizot et alii, 2009c). Sur le site de Bourgogne, les rares individus auxquels un sexe a pu être attribué sont des hommes ; discuter ce paramètre n’est donc pas possible. Néanmoins, les sujets sur le ventre sont des adolescents ou des adultes, jamais des enfants.

213Le mobilier secondaire dans les dépôts de crémation d’adultes et celui des inhumations ne montre aucune différence.

Conclusion

214L’objectif de cet article était de mettre à disposition des spécialistes de l’étude des rites funéraires du Haut-Empire en Gaule romaine les données issues de l’analyse de l’ensemble funéraire découvert au 30-32 rue de Bourgogne à Lyon.

215En résumé, l’implantation des structures liées à la sphère funéraire a été déterminée par le passage d’une voie mais le terrain colonisé est relativement restreint. D’après la typologie des structures, l’étude du mobilier primaire et secondaire, des vestiges humains et de la gestion de l’espace, les gestes liés aux rituels de la crémation et de l’inhumation sont conformes à ceux observés sur les sites lyonnais contemporains. Les rares différences reflètent probablement des mises en scène variées du même rite (Blaizot, 2009b).

216Aucune façade en bordure de voie et/ou d’enclos en matériau non périssable visible de la voie n’a été mis au jour. L’ensemble funéraire du boulevard périphérique nord de Lyon, installé également le long de la voie de l’Océan, ne présente pas non plus ce type de dispositif. Il est probable que les tombes situées dans ce secteur de Lyon étaient réservées à une catégorie d’individus dont le statut social et les moyens financiers ne permettaient pas l’investissement dans des tombeaux ou des enclos. En effet, l’installation d’ensembles funéraires dans des lieux défavorisés (secteurs impropres à l’habitat) peut être liée aux coûts élevés des concessions funéraires urbaines (Tranoy et alii, 2009).

Catalogue

I. Structures funéraires étudiées

217SP 34
Type et datation : inhumation en coffre, phase 3.
Fosse : limites non repérées lors de la fouille, mais négatif d’un contenant quadrangulaire de bois sur 10 cm de profondeur, orienté nord-ouest/sud-est, mesurant 77 cm de long par 44 cm de large.
Comblement : deux comblements successifs argile jaune très homogène sur argile marbrée verdâtre et très grasse.
Individu : décédé probablement avant 12 mois, reposant sur le dos, tête au nord-ouest, pieds au sud-est, membres supérieurs écartés du buste, en légère flexion, les avant-bras parallèles au tronc, membres inférieurs en extension.
Matériel associé à l’individu : 2 balsamaires en verre, 1 vase en verre, 1 perle en fritte, 4 perles discoïdales en ambre et une en verre, 1 bague en ambre, 1 clochette de bronze à droite des pieds, 2 petits tenons circulaires en os à l’aplomb du pied gauche, 1 petit vase en céramique sur pied annulaire, 2 petits vases à pâte épurée beige, 1 petite olla, lèvre éversée sur col côtelé.
Fond de fosse : 164,49 m NGF.

218SP 44
Type et datation : inhumation en pleine terre avec coffrage de la paroi ouest, phase 3.
Fosse : 1,95 m de long et 48 cm de large, profondeur conservée 54 cm, rectangulaire aux angles arrondis, parois verticales, fond plat, orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est.
Comblement : sédiment limoneux, jaune foncé, contenant des fragments de céramique, d’os humains et de faune brûlés, du verre, des charbons de bois, du métal ainsi que des nodules de terre rubéfiée.
Individu : masculin, décédé après 50 ans, déposé sur le dos, tête au nord-nord-ouest et pieds au sud-sud-est, avant-bras droit fléchi, main sur la cuisse gauche, avant-bras gauche au nord-est de la face, en position initiale, il était en vue latérale et le bras était en extension postérieure, membres inférieurs en rectitude, pieds et genoux surélevés par rapport à la partie supérieure du corps.
Mobilier associé au dépôt osseux : 2 fibules (type Feugère 4a2 ou Metzler 8c).
Fond de fosse : 164,76 m NGF.

219SP 49
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3/4.
Fosse : ovoïde, d’orientation est/ouest, son grand diamètre mesure 35 cm ; sa profondeur conservée est de 18 cm, le vase ossuaire est décalé vers le sud.
Comblement de la fosse : limon brun proche de l’encaissant, contenant quelques os brûlés et des petits tessons de céramique. Vase ossuaire installé au sud de la fosse, laissant un espace vide conséquent au nord.
Le vase ossuaire : non étudiable.
Comblement du vase ossuaire : amas osseux sous un sédiment limono-argileux brun, contenant quelques charbons.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 307,6 g d’os humains crémés d’un individu de taille adulte.
Fond de fosse : 165,06 m NGF.

220F 52
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : orientée nord-ouest/sud-est, de forme rectangulaire, 1,54 m de long sur 0,90 m de large, parois verticales et rubéfiées sur toute leur surface, fond plat, profondeur de 52 cm.
Comblement : résidus de bûcher à la base, une couche de sédiment gris limoneux contenant des fragments de céramique comble la partie supérieure de la fosse.
Vestiges humains : 1 445,2 g (individu de taille adulte).
Mobilier et faune :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 41 clous (type 2a, 5, 3, 6a) ;
Faune : 20,7 g de Sus domesticus ;
Verre : 1 unguentarium.
Fond de fosse : 164,97 NGF.

221SP 54
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 2.
Fosse : circulaire en cuvette, 55 cm de diamètre à l’ouverture ; profondeur conservée sur 10 cm, pourtour marqué par une série de clous en fer, les pointes orientées vers l’extérieur.
Comblement : sédiment noir très charbonneux recouvrant le dépôt osseux, pas de contenant en matière périssable décelable.
Vestiges humains : 1 358,9 g (individu adulte).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 159 clous (type 5b, 3, 5c, 6a, chaussures) ;
Verre : 4 fioles dont 2 non brûlés.
Fond de fosse : 165,29 m NGF.

222F 56
Type et datation : fosse non sépulcrale, phase 3.
Fosse : quadrangulaire, orientée nord-ouest/sud-est, 1,57 m de longueur par 0,60 m de largeur, profondeur conservée de 15 cm.
Comblement : sédiment noir argileux à forte concentration de charbons de bois. Mobilier et faune dans les résidus.Vestiges osseux de faune : 671,6 g, quatre membres en connexion anatomique et un hémi-crâne gauche de jeune porc sur le fond de fosse, ainsi que quelques os erratiques de faune, brûlés, ou partiellement chauffés.
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 36 clous (type 5c, type 5, chaussures) ;
Divers : un noyau de type prunus a été identifié.
Fond de fosse : 165,22 m NGF.

223F 57
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : ovalaire, parois verticales, 52 sur 35 cm pour une profondeur conservée de 18 cm.
Comblement : brun foncé contenant des tessons de céramique, de verre, des charbons de bois et des fragments d’os brûlés ainsi que des nodules de terre cuite.
Vestiges humains : 41,7 g (individu de taille adulte).
Mobilier des résidus :
Céramique : voir figure 16.
Métal : 6 fragments de clous indéterminés.
Verre : 6 fragments (8,6 g) correspondent à deux vases, l’un est fondu et l’autre non brûlé.
Fond de fosse : 165,17 m NGF.

224SP 66
Type et datation : dépôt de crémation mixte (ossuaire en contenant souple), phase 2. Un feu a été allumé au-dessus de ce dépôt.
Fosse : circulaire aux parois semi verticales, 40 cm de diamètre ; profondeur conservée sur 40 cm.
Comblement : trois unités différenciées, partie supérieure constitué d’un sédiment gris argilo-cendreux, contenant des tessons de céramique, des fragments d’os de faune, d’os humains brûlés et des objets en métal et un fragment de bûche de 15 cm ; une couche de résidus de bûcher autour et sur un amas d’ossements humains déposé sur le fond de la fosse, en son centre. L’ossuaire ne semble pas avoir été séparé des résidus de bûcher par un coffre ou un dispositif en bois.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 485,9 g (individu adulte).
Vestiges humains dans la couche de résidus : 520,6 g (individu adulte compatible avec celui du vase ossuaire).
Mobilier et faune dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 9 clous (type 2b, 2a, 5b, 5a, 3, 6a, chaussures) ;
Petit mobilier : 1 manche en os, 1 palette à fard en pierre ;
Faune : 21 g d’os brûlés de porc.
Fond de fosse : 165,12 m NGF.

225SP 83
Type et datation : inhumation en bâtière de tegulae, phase 2.
Fosse : orientée nord-ouest/sud-est, rectangulaire (1 m x 0,78 m pour une profondeur conservée de 38 cm), architecture de six tegulae aménagées en bâtière.
Comblement : sédiment d’infiltration comblant l’espace ménagé par les tegulae consitué d’une argile grise à granulométrie très fine couvrant le dépôt osseux.
Individu : immature dont l’âge au décès se situe entre 3 ans et 3 mois et 7 ans et 8 mois, déposé sur le dos, tête au nord-ouest, pieds au sud-est, avant-bras légèrement fléchis, main gauche reposant près de l’épiphyse fémorale, main droite à l’avant du coxal, membre inférieur droit fléchi, gauche en extension.
Mobilier associé à l’individu : une monnaie (as d’Auguste).
Fond de fosse : 164,50 m NGF.

226SP 84
Type et datation : inhumation en coffre cloué, phase 3.
Fosse : rectangulaire (2,45 x 0,71 m, pour 0,39 m de profondeur), orientée nord-ouest/sud-est, fond plat.
Comblement : limon argileux grisé, contenant des charbons de bois et quelques tessons de céramique, négatifs des pans de bois visibles, de nombreux clous du coffre.
Individu : adulte jeune (18 et 29 ans), de sexe masculin, sur le dos, avant-bras droit replié à l’avant de l’abdomen, avant-bras gauche en extension, main à l’avant du coxal droit, membre inférieur droit fléchi, jambe ramenée près du membre gauche.
Fond de fosse : 164,44 m NGF.

227SP 86
Type et datation : inhumation en coffre, phase 3.
Fosse : quadrangulaire, 44 cm de largeur pour une longueur observée sur seulement 1,45 m, orientée nord-ouest/sud-est, profondeur conservée sur 30 cm.
Comblement : argile indurée contenant quelques tessons de céramique et cinq clous alignés, se faisant face à l’ouest et au sud-est de l’emprise de la fosse, évoquant un contenant de planches de bois.
Individu : la partie supérieure du tronc se situe dans la berme. Il s’agit d’un jeune adulte (17-20 ans), de sexe masculin, déposé sur le dos, tête au nord-ouest, pieds au sud-est, avant-bras fléchis, main gauche reposant à l’avant du pubis, main droite à l’avant de l’os coxal droit.
Mobilier associé à l’individu : 1 monnaie (as du Ier s. ap. J.-C.) en alliage cuivreux à l’aplomb du membre inférieur gauche, 1 unguentarium en verre incolore.
Fond de fosse : 164,54 m NGF

228SP 93
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 2.
Fosse : oblongue, 44 cm sur 60 cm pour une profondeur conservée de 6 cm, surcreusée de 12 cm à l’emplacement de l’urne.
Comblement de la fosse : résidus de bûcher placés après l’installation du vase ossuaire, probablement sur une planche en bois séparant les deux entités.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle: pâte fine, dure, de couleur orangée-brune, la prise a été mutilée pour ouvrir un orifice.
Comblement du vase ossuaire : amas d’os brûlés occupant 2/3 de son volume, recouvert d’un sédiment brun argileux qui contient quelques charbons de bois puis infiltration du résidu de bûcher, 14 tessons provenant d’une même amphore à pâte italique, sans trace évidente de crémation, 1 unguentarium piriforme.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 612,1 g (individu adulte).
Vestiges humains dans la fosse : 47,5 g (compatibles avec ceux qui ont été déposés dans le vase ossuaire).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 27 clous en fer (type 5a, 5b, 3, 6a). Une gouttelette en alliage cuivreux indique la présence d’un élément en bronze lors de la crémation.
Fond de fosse : 164,71 m NGF.

229SP 94
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 3.
Fosse : circulaire, 0,40 m de diamètre, parois en pente douce du bord jusqu’au fond plat, profondeur conservée sur 12 cm.
Comblement : un vase ossuaire recouvert de résidus de bûcher contenant 9 clous, un anneau en alliage cuivreux ainsi que 14,8 g d’os de faune brûlés et des os humains crémés, séparation probable du vase ossuaire et des résidus par une planche.
Le vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire.Couvercle : renversé sur le remplissage du vase, tourné en céramique commune réfractaire oxydée, son bord est simple et la prise bouton peu évidée.
Comblement du vase ossuaire : le vase est comblé par un sédiment limoneux beige contenant du charbon.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 7,3 g (individu adulte).
Vestiges humains dans la fosse : 12,6 g compatibles avec ceux du vase.
Fond de fosse : 165,26 m NGF.

230SP 154
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 3.
Fosse : ovoïde, orientée nord-sud, 53 cm de diamètre et 73 cm de profondeur, parois verticales, fond plat. Pas de séparation entre les résidus et le vase ossuaire, mais on ne peut exclure la présence d’un coffret en bois contenant le vase ossuaire.
Comblement de la fosse : un vase ossuaire recouvert de résidus de crémation comportant uniquement des charbons et des os humains brûlés, une seconde couche est constituée d’un limon jaune contenant quelques nodules de charbon.
Le vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.Couvercle : renversé, sur le remplissage de l’urne, céramique commune réfractaire oxydée, la prise est manquante laissant une large ouverture.
Vase additionnel : à l’intérieur du couvercle, il obturait l’orifice créé par l’absence de la prise du couvercle. Coupe en céramique commune réfractaire sombre.
Comblement du vase ossuaire : sédiment argilo-limoneux contenant des charbons.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 122,3 g (individu de taille adulte).
Vestiges humains dans les résidus : 35,4 g compatibles avec ceux de l’ossuaire.
Fond de fosse : 164,53 m NGF.

231F 209
Type et datation
 : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : circulaire, 48 cm de diamètre, parois verticales, base légèrement en cuvette, profondeur conservée de 19 cm.
Comblement : limoneux, charbonneux, compact, de couleur noire avec quelques lentilles jaunes ; tessons de céramique et fragments d’os brûlés dans le sédiment.
Vestiges humains : deux individus représentés, un individu de taille adulte (30,3 g) et un Infans I (7,3 g).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : clous (type 5b et/ou 5c, 6a).
Fond de fosse : 165,05 m NGF.

232SP 212
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : quatre tessons du couvercle dans le remplissage de l’urne, en céramique commune réfractaire sombre, la prise forme un bouton évidé, posé à l’envers pour fermer l’urne.
Comblement du vase ossuaire : argileux avec quelques inclusions de charbons de bois.
Vestiges humains : 358 g (sujet adulte).
Base du vase ossuaire : 165,01 m NGF.

233SP 214
Type et datation : inhumation en pleine terre, phase 2.
Fosse : orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est, rectangulaire aux bords arrondis, parois semi verticales, 1,85 m de long, largeur moyenne de 35 cm, limite sud-est inconnue.
Comblement : compact, noir, contenant des charbons de bois et des os brûlés ; partie inférieure plus claire et légèrement sableuse.
Individu : sexe masculin, décédé après 60 ans, sur le dos, moitié droite du tronc légèrement tourné vers l’ouest, membres inférieurs en rectitude, avant-bras droit fléchi, poignet à mi-diaphyse de l’humérus gauche, main fermée, avant-bras gauche fléchi, en pronation, maintenu en position semi verticale.
Fond de fosse : 165,27 m NGF.

234SP 216
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 3.
Fosse : rectangulaire, 1,24 m sur 0,90 m, angles arrondis, profondeur conservée sur 55 cm, surcreusée en cuvette pour le dépôt du vase ossuaire, parois est et ouest non symétriques, paroi ouest présentant un ressaut. Une planche en bois séparait les résidus de bûcher et l’ossuaire des US de comblement supérieur.
Comblement de la fosse : trois unités distinctes ; l’US 216 correspond au comblement supérieur (d’environ 0,15 m d’épaisseur), il est constitué d’un sédiment sablo-argileux, jaune, meuble, de fragments d’os brûlés et de tessons de céramique. La couche sous-jacente, l’US 335 présente une texture et des artefacts similaires mais contient aussi des charbons de bois et des nodules de terre rubéfiée. Le comblement inférieur de la fosse, l’US 428, résidus de bûcher recouvre le vase ossuaire.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : retourné sur l’ouverture de l’urne, prise en bouton à peine évidée.
Comblement du vase ossuaire : un amas osseux recouvert par un sédiment brun argileux contenant de nombreux charbons de bois. Le couvercle initialement à l’envers s’est effondré vers le fond de l’urne.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 432,5 g (individu de taille adulte).
Vestiges humains dans le comblement : 779,5 g (compatibles avec ceux contenus dans le vase ossuaire).
Mobilier dans le comblement :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 351 clous (type 5a, 3, 6a, 6b, de chaussures), 1 anneau en alliage cuivreux ;
Verre : 1 unguentarium vert naturel translucide non brûlé ;
Bois : argile jaune très grasse et compacte avec de nombreux charbons de bois évoquant un objet en bois géométrique décomposé.
Fond de fosse : 164,76 m NGF.

235F 217
Type et datation : dépôt de résidus, phase 4.
Fosse : oblongue, en cuvette, 80 / 42 cm, profondeur de 17 cm, orientée ouest/est.
Comblement : sédiment argilo-limoneux gris et compact contenant des charbons de bois, des esquilles d’os brûlés, des tessons de céramique très fragmentés voire roulés, une lampe complète, des clous et une monnaie (un Dupondius).
Vestiges osseux : le poids total est de 25,6 g (individu adulte).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 1 clou ou rivet en alliage cuivreux destiné à la décoration et à la fixation d’éléments décoratifs sur coffret, de nombreux clous (type 2a, 5c et 6a) ;
Verre : 4 vases non brûlés et 2 fondus et brûlés.
Fond de fosse : 165,16 m NGF.

236F 222
Type et datation : fosse d’installation d’une stèle, phase 4.
Fosse : profonde de 0,45 m, orientée nord-ouest/sud-est, 50 cm de longueur par 35 cm de largeur.
Aménagement particulier : une stèle de calcaire blanc occupe l’intégralité de la fosse. Anépigraphe, les contours de l’une de ses faces sont cernés par une rainure incisée soulignée par un liseré de peinture rouge.
Comblement : sédiment limoneux jaune contenant des ossements brûlés colmatés à des fragments de vase en céramique.
Fond de fosse : 164,86 m NGF.

237SP 242
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2.
Aménagement particulier : pas de fosse apparente, mais le vase ossuaire est encadré par un coffrage en terre cuite et recouvert par une tuile. La profondeur résiduelle de la structure est de 18 cm (du fond du vase à l’altitude supérieure de la tuile le recouvrant).
Comblement de l’aménagement : jaune et sablo-limoneux sans inclusion de résidus de crémation.
Vase ossuaire : petit pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : embouchure recouverte par quatre fragments de tegulae.
Comblement du vase ossuaire : couleur jaunâtre très argileux, un fragment de bague en fer exposée au feu.
Vestiges humains dans le vase ossuaire : 521,4 g (sujet de taille adulte).
Vestiges de faune dans le vase ossuaire : plusieurs fragments brûlés de bœuf et de porc (59,6 g).
Base du vase ossuaire : 165,02 m NGF.

238SP 248
Type et datation : inhumation, phase 1.
Fosse : contours non identifiés.
Comblement : sédiment argileux homogène.
Individu : sujet périnatal, orienté sud-ouest/nord-est (tête au nord-est). La position de l’individu ne peut pas être définie, l’espace de décomposition non plus.
Base du dépôt osseux : 164,56 m NGF.

239SP 252
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3.
Fosse : non visible.
Vase ossuaire : cruche en pâte grossière (pâte amphorique lyonnaise).
Vase additionnel : le fond à pied annulaire d’une grande cruche en pâte épurée claire était retourné en guise de couvercle au-dessus de l’ossuaire.
Comblement du vase ossuaire : brun et argileux sans inclusion de charbon.
Vestiges humains : 285,5 g (sujet taille adulte).
Base du vase ossuaire : 164,93 m NGF.

240SP 253
Type et datation : inhumation en coffre cloué, phase 4.
Fosse : limites identifiées à l’est et à l’ouest, orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est, largeur de 53 à 65 cm, profondeur conservée sur 38 cm.
Comblement : sédiment argilo-limoneux, noir, meuble, homogène, contenant de nombreux tessons de céramique, des fragments d’objets en verre et en métal, des charbons de bois, des nodules de terre rubéfiée, des esquilles d’os humains brûlés et des fragments d’os de faune.
Individu : homme décédé entre 30 et 49 ans, orienté nord-nord-ouest/sud-sud-est, déposé sur le ventre, jambes allongées, le membre supérieur gauche le long du corps, la main fermée sous la cuisse gauche, l’avant-bras droit fléchi derrière le dos en pronation.
Fond de fosse : 164,77 m NGF à 164,91 m NGF.

241F 261
Type et datation : dépôt de résidus, phase 4.
Fosse : ovoïde, de 70 cm dans sa grande largeur, profonde sur 45 cm.
Comblement : sédiment noir argileux avec une concentration de tessons de céramique associés à quelques ossements brûlés.
Vestiges humains dans la fosse : 134,1 g (sujet de taille adulte).
Mobilier et faune dans les résidus :
Céramique : 2 assiettes Haltern 2, 1 bol Haltern 11, des fragments de bols/coupelles (Drag. 27, 33, 22/23, 35) et d’assiettes (Drag. 18), 2 vases en céramique à paroi fine de production lyonnaise, des tessons nombreux attribuables à deux cruches et une amphore ;
Métal : 4 clous de menuiserie et 21 clous d’ameublement ;
Faune : deux fragments d’os brûlé, dont un fémur de Sus domesticus.
Fond de fosse : 165,17 m NGF.

242SP 282
Type et datation : inhumation en coffre non cloué, phase 4.
Fosse : ovale, orientée nord-ouest/sud-est, 2,55 x 0,70 m à l’ouverture et 2,10 x 0,55 m dans le fond, profondeur conservée sur 0,41 m.
Comblement : sédiment limono-argileux brun-noir contenant des résidus de crémation : os brûlés, charbons, tessons de céramique. Dans ce comblement, des traces linéaires en argile grise très grasse et homogène délimitent manifestement un contenant.
Individu : grand adolescent décédé entre 19 et 21 ans, de sexe indéterminé, allongé sur le ventre, le côté droit de la tête osseuse reposant sur le fond, membres supérieurs en extension le long du buste, main droite en pronation latérale, main gauche en supination, membres inférieurs en extension.
Fond de fosse : 164,76 m NGF.

243SP 299
Type et datation : dépôt de crémation mixte (ossuaire en contenant souple), phase 4.
Fosse : ovalaire, à parois verticales, orientée sud-ouest/nord-est, 60 cm de long sur 34 cm de large, profondeur conservée sur 23 cm, surcreusée sur 5 cm dans la partie nord.
Comblement : amas osseux recouvert d’un limon-argileux noir, très charbonneux, contenant de nombreux tessons de céramique, des fragments de métal, de verre et des ossements brûlés. Il n’a pas été possible de discerner une séparation entre l’amas osseux et les résidus de bûcher.
Vestiges humains : 557,9 g (sujet de taille adulte).
Mobilier et faune dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Faune : 39,1 g de porc et de bœuf ;
Verre : 6 vases (dont 1 unguentarium) et 1 non brûlé ;
Métal : 1 petit miroir circulaire en bronze argenté ou étamé, 1 fragment de fibule, 1 tête d’épingle à cheveux en os type Béal AXXI8, ornée d’un buste féminin, 1 petit clou décoratif à tête campaniforme et une tige de clou en bronze appartiennent à de l’ameublement de type coffret, 31 clous de tapissier type 6a et un clou type 5a ou 5b.
Fond de fosse : 162,02 m NGF.

244SP 327
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 3.
Fosse : circulaire, parois obliques, 20 cm de diamètre à l’ouverture, profondeur conservée sur 13 cm.
Comblement : sédiment brun contenant des charbons de bois, des os brûlés et des tessons de céramique (résidus de crémation mêlés au sédiment de l’encaissant). Séparation probable du vase ossuaire et des résidus par une planche horizontale disposée au-dessus de l’ossuaire.
Vase ossuaire : petit pot à cuire en céramique commune réfractaire oxydée.
Vase additionnel : un tesson de pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre (petite lèvre sur épaule carénée) reposait retourné en appui sur l’épaulement de l’urne probablement en position de couverture.
Comblement du vase ossuaire : limoneux, brun, légèrement charbonneux, avec des inclusions de charbons de bois et quelques résidus osseux.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 205,8 g (sujet immature).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : une pointe à douille de javelot ou de javeline.
Vestiges humains dans la fosse : 218,3 g (stades de maturation compatibles avec os du vase ossuaire).
Fond de fosse : 165,08 m NGF.

245SP 391
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 3.
Fosse : limites visibles en coupe mais pas en plan, profondeur conservée sur 18 cm, environ 20 cm de diamètre, parois obliques.
Comblement : sédiment limono-argileux de couleur noire avec des inclusions de charbons de bois, d’os et des tessons de céramique, recouvrant le vase ossuaire. Pas d’indice de séparation entre le vase ossuaire et les résidus de bûcher.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire oxydée.
Couvercle : deux tessons dans le comblement supérieur de l’urne. Le bord est légèrement incurvé vers l’intérieur, la pâte orangée-brune à dégraissant blanc (quartz et calcite), rouge sombre, est finement micacée, les surfaces extérieures sont noircies.
Comblement du vase ossuaire : argileux avec quelques traces de charbons.
Vestiges de faune dans le vase ossuaire : 1 os de porc (7,7 g).
Vestiges humains dans le vase ossuaire : 305,7 g (sujet de taille adulte).
Vestiges humains dans la fosse : 6,2 g compatibles avec le sujet du vase ossuaire.
Mobilier dans les résidus :
Métal : 2 fragments de clous mixtes de type 3 ;
Céramique : voir figure 16.
Base du vase ossuaire : 165,04 m NGF.

246SP 393
Type et datation : inhumation en coffre non cloué, phase 3.
Fosse : rectangulaire aux angles arrondis, 1,85 m de long et 80 cm de large, profondeur conservée sur 25 cm, orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est, fond plat.
Comblement : de couleur brun foncé, argilo-limoneux, contenant de nombreux tessons de céramique, des charbons de bois et des fragments d’os brûlés.
Individu : de sexe indéterminé, décédé après 40 ans, orienté nord-nord-ouest/sud-sud-est (tête au sud-sud-est), sur le dos, jambes allongées, avant-bras fléchis en pronation, mains croisées en avant du pubis (main droite sur poignet et avant-bras gauche).
Mobilier associé au squelette : 5 tessons appartenant à un pot à cuire, à lèvre en bourrelet éversé dont le col est côtelé et la panse finement rainurée, reposait sur le pubis.
Fond de fosse : 164,94 m NGF.

247F 395
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : trapézoïdale, 1,30 m de long sur 44 cm de large, orientée nord/sud, parois rubéfiées, profondeur conservée sur 39 cm. La moitié nord du fond de la fosse est perforée de quatre « trous » circulaires (4 cm de diamètre et de profondeur) formant plus ou moins un carré.
Comblement : au fond, des résidus de bûcher recouverts d’une couche constituée de sédiment rubéfié contenant de nombreux tessons de céramique.
Vestiges humains : 1028,3 g (individu de taille adulte) et 2 pièces osseuses compatibles entre elles (un germe dentaire d’incisive permanente et deux fragments de côte) attribuables à un individu immature (infans I).
Mobilier et faune associés aux vestiges humains :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 1 agrafe en fer, 1 ferrure, 152 clous (type 6a, 3, 2b, 5a et 5b, de chaussures) ;
Faune : 406 g de Sus domesticus, un jambon a été déposé sur le fond de la fosse, une épaule et un second jambon ont été placés sur le bûcher avec le défunt ;
Verre : plusieurs vases à parfum ;
Autre : pain carbonisé sur le fond de la fosse (110 g).
Fond de fosse : 164,88 m NGF.

248SP 398
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 2.
Fosse : ovalaire, 36 cm, conservée sur 22 cm, légèrement surcreusée à l’emplacement du vase ossuaire, parois sud et est verticales alors que les autres parois en pente douce.
Comblement de la fosse : à l’ouest du vase ossuaire, sur le fond de la fosse, a été déposé un amas osseux. Une planche en bois horizontale disposée au-dessus du vase ossuaire séparait la fosse en deux. Les résidus de bûcher ont été placés sur la planche.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre, recouvert d’un couvercle en matière périssable.
Comblement du vase ossuaire : sur l’amas osseux, un unguentarium piriforme (26,6 g) bleu nuit translucide contenant une substance résiduelle. Cet objet peut être classé dans les Isings 6.A., il n’est pas brûlé. Le vase ossuaire a été comblé par des résidus de bûcher.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 1 377,8 g (individu de taille adulte).
Vestiges humains à côté du vase ossuaire : 296,8 g (compatibles avec ceux de l’ossuaire).
Vestiges humains dans les résidus : 118,6 g (compatibles avec ceux de l’ossuaire).
Mobilier et faune dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 94 clous (type 2a, 3, 5a, 5b, 6a, de chaussures) ;
Verre : 5 vases dont 1 non brûlé.
Fond de fosse : 165,07 m NGF.

249F 402
Type et datation : dépôt de crémation, phase 1.
Fosse : le creusement n’est pas visible et a certainement été oblitéré par l’installation de F 222 à l’ouest et du vase ossuaire 403 à l’est, profondeur conservée sur 26 cm.
Le vase ossuaire : non étudiée à cause de son état de conservation.
Comblement du vase ossuaire : sédiment argileux brun.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 228,8 g (individu de taille adulte).
Vestiges humains dans la fosse : la fosse d’installation de la stèle 222 a coupé la panse du vase ossuaire de F 402 : une partie de l’amas a été dispersée dans F 222, soit 495,4 g d’ossements compatibles avec ceux de F 402.
Mobilier dans la fosse :
Céramique : 3 bols (Haltern 8 et 11), 4 assiettes (Haltern 2), 1 cruche ;
Verre : 1 unguentarium non brûlé, bleu nuit translucide, 1 unguentarium non brûlé incolore, 1 unguentarium fondu, bleu nuit translucide.
Fond de fosse : 165,11 m NGF.

250F 406
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : circulaire, diamètre de 52 cm à l’ouverture, profondeur conservée sur 9 cm, parois verticales dans la moitié est et pentues à l’ouest.
Comblement : sédiment compact, argilo-limoneux et charbonneux, contenant des tessons de céramique, des fragments d’os brûlés dispersés et une monnaie (un as).
Vestiges humains : 28,8 g.
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 3 gouttelettes en alliage cuivreux, 14 petits clous de tapissier type 6a, 1 clou mixte de type 3, 5 clous de menuiserie de type 5b, et un clou de chaussure ;
Verre : 6 vases dont un non brûlé, 1 fragment représente un unguentarium à stries horizontales.
Fond de fosse : 165,02 m NGF.

251SP 430
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2.
Fosse : non visible.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : renversé, sur le remplissage du vase ossuaire ; commune réfractaire sombre, la lèvre est manquante sur toute la périphérie et la prise en bouton est sabrée.
Comblement du vase ossuaire : brun, compact et argileux.
Vestiges humains : 28 g (sujet de taille adulte).
Mobilier et faune dans le vase ossuaire :
Faune : 2 fragments d’os de porc (7,9 g) ;
Céramique : 1 panse en sigillée brûlée.
Base du vase ossuaire : 164,95 m NGF.

252SP 431
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 2.
Fosse : circulaire, diamètre de 35 cm, conservée sur 23 cm de profondeur.
Comblement de la fosse : sédiment limoneux brun, meuble et homogène, contenant des inclusions charbonneuses. Il n’est pas possible de déterminer s’il y avait une séparation entre le vase ossuaire et les résidus.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire oxydée.
Comblement du vase ossuaire : amas osseux recouvert de résidus de bûcher qui s’est introduit lors de la disparition du couvercle probablement en matière périssable.
Mobilier secondaire dans le vase ossuaire : 3 petites cruches en céramique, des fragments de métal et un balsamaire en verre furent disposés sur la mince couche d’os. Ce mobilier n’est pas brûlé.
Vestiges humains : 53,4 g (sujet immature).
Mobilier secondaire dans la fosse : 1 petite cruche globulaire complète en céramique commune claire, à lèvre en corniche, pied annulaire et anse rubanée à double sillon (432.1) non brûlée.
Mobilier dans les résidus :
Céramique : 7 tessons en céramique commune claire brûlés ;Verre : 2 vases brûlés.
Base du vase ossuaire : 165,12 m NGF.

253F 435
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : quadrangulaire à l’ouverture, en forme de cuvette, 56 cm x 42 cm, profondeur conservée sur 9 cm.
Comblement : limoneux-argileux et charbonneux contenant des tessons en céramique, verre, des fragments de métal et d’os brûlés. Ces vestiges sont dispersés dans le comblement de la fosse.
Vestiges humains : 120,1 g (individu de taille adulte).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 3 fragments appartiennent à au moins 2 miroirs : l’un rectangulaire, l’autre probablement circulaire, 3 clous de menuiserie en fer du type 5a, 1 fragment de tôle en alliage cuivreux ;
Verre : 1 vase brûlé.
Fond de fosse : 165,08 m NGF.

254F 437
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : rectangle aux angles arrondis de 65 x 55 cm, orientée nord-ouest/sud-est, profondeur conservée sur 13 cm.
Comblement : sédiment limono-argileux noir et gras, contenant une grande quantité de charbons, de fragments de céramique et d’objets en verre et en métal, ainsi que des os brûlés.
Vestiges humains dans la fosse : 167,9 g (grand adolescent).
Mobilier et faune dans les résidus :
Métal : 18 clous (type 6a, 5a, 3, 5b, chaussures) ;
Verre : 1 unguentarium piriforme vert naturel translucide, 1 unguentarium bleu naturel translucide.
Faune : 2 fragments de Sus domesticus.
Fond de fosse : 165 m NGF.

255SP 447
Type et datation : inhumation en pleine terre (+ enveloppe souple ?) et une réduction, phase 3.
Fosse : ovoïde, 1,30 m de long sur au moins 60 cm de large, un pendage du nord-ouest vers le sud-est de 12 cm ; elle a été coupée au sud-est par un creusement postérieur qu’il n’a pas été possible de déceler.
Comblement : sédiment brun-gris homogène meuble contenant des charbons de bois et des tessons de céramique.
Individu : de sexe indéterminé, décédé entre 20 et 29 ans, orienté sud-ouest/nord-est (tête au sud-ouest), sur le ventre, l’avant-bras gauche en avant de l’abdomen, les membres inférieurs repliés sur le côté droit formant un angle de 90° avec le tronc. Inhumation liée à un dépôt secondaire d’un sujet décédé également entre 20 et 29 ans, représenté par quelques ossements.
Fond de fosse : 164,63 m NGF.

256F 451
Type et datation : dépôt de résidus, phase 4.
Fosse : circulaire, en cuvette, 76 cm de diamètre, profondeur conservée sur 14 cm.
Comblement : compact, argilo-limoneux et charbonneux contenant des tessons de céramique, une monnaie, des fragments d’os brûlés dispersés et une portion de bûche calcinée au fond de la fosse.
Vestiges humains : 81,2 g (75,9 g se rapportent à au moins un individu de taille adulte et 5,3 g à un Infans I).
Mobilier et faune dans les résidus :
Faune : plusieurs fragments d’os brûlés de porc (28,9 g) ;
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 28 clous répartis (type 6a, de chaussure, type 5a, 5b, 5c), 1 fragment de tôle en fer, peut-être un élément de ferrure, de renfort pour de l’ameublement (coffret, lit) ;
Verre : 1 vase brûlé et 1 vase fondu et brûlé.
Fond de fosse : 164,86 m NGF.

257SP 468
Type et datation : inhumation ? Phase 2.
Fosse et comblement : aucune fosse n’a été repérée en plan ou en coupe, l’individu se trouve dans un sédiment argileux et sombre.
Individu : il s’agit d’un bloc cranio-facial compacté et prélevé avec trois germes dentaires, un fragment de mandibule, un corps vertébral cervical et quatre arcs neuraux, périnatal (âge au décès compris entre 0 et 6 mois).
Fond de fosse : 165,32 m NGF.

258SP 476
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 1.
Fosse : ovoïde (environ 50 x 40 cm), évasée dans sa partie supérieure puis rétrécissement conforme au gabarit de l’urne, profondeur conservée sur 19 cm.
Comblement : résidus de bûcher dans la partie inférieure et sédiment similaire à l’encaissant dans la partie supérieure. Il n’est pas possible de déterminer si le vase ossuaire et les résidus étaient séparés par un dispositif au sein de la fosse.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : apparu à l’endroit sur le remplissage supérieur de l’urne, en céramique commune réfractaire.
Comblement du vase ossuaire : limoneux et légèrement argileux, avec des inclusions de gneiss, de charbons, de céramiques, d’os brûlés et de métal.
Vestiges de faune dans l’ossuaire : 3 fragments de radius de porc brûlés (5,8 g).
Vestiges humains dans l’ossuaire : 123,2 g (sujet immature infans I).
Vestiges humains dans les résidus : 23,8 g (compatibles avec le sujet du vase ossuaire).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 20 clous (type 6a, 5b ou 5c).
Base du vase ossuaire : 164,94 m NGF.

259F 490
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : ovalaire, 52 cm sur 36 cm, orientée sud-ouest/nord-est, profondeur conservée sur 17 cm, parois verticales.
Comblement : limono-argileux, charbonneux, meuble et homogène contenant de nombreux tessons de céramique et des fragments d’os brûlés dispersés dans le sédiment.
Vestiges humains : 166,9 g (individu de taille adulte).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 2 fragments de tôle réalisée dans un alliage cuivreux informe et indéterminé ;
Verre : 5 vases dont 4 fondus et un fragment de panse d’unguentarium de couleur verte translucide non brûlé.
Fond de fosse : 164,97 m NGF.

260SP 497
Type et datation : inhumation en coffre, phase 2.
Fosse : rectangulaire, longueur de 2,20 m, largeur de 50 cm, orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est, profondeur entre l’apparition de la fosse et celle du squelette environ 50 cm.
Comblement : sédiment limoneux gris homogène contenant des tessons de céramique, des fragments d’ossements humains, des charbons de bois et des objets en métal (clous). Sous ce comblement, un sédiment argileux jaune compact, très collant et homogène, correspond au colmatage de l’espace vide primaire ménagé par le coffre en bois qui contenait le défunt.
Individu : individu de sexe indéterminé, décédé entre 17 et 18 ans, orienté nord-nord-ouest/sud-sud-est (tête au sud-sud-est), reposant sur le ventre, jambes allongées.
Fond de fosse : indéterminé.

261SP 517
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 1.
Fosse : circulaire, de 40 cm de diamètre à l’ouverture, son rétrécissement suit le gabarit du vase ossuaire qu’elle accueille ; le sommet des parois est parsemé de petits clous de fer, pointes tournées vers l’intérieur. La fosse était probablement fermée par un dispositif en bois, le vase ossuaire évoluant en espace vide. L’épandage de mobilier recouvrant SP 517 et SP 530 a probablement comblé la fosse après la disparition du couvercle en bois. La relation entre l’épandage et l’installation du dépôt de crémation n’est pas attestée.
Comblement de la fosse : sédiment argileux noir très charbonneux, contenant des résidus de crémation.
Le vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire oxydée.
Couvercle : renversé en place sur l’embouchure de l’urne, en céramique commune réfractaire oxydée.
Comblement du vase ossuaire : vase ossuaire recouvert d’un sédiment limono-argileux brun contenant quelques nodules de charbon.
Vestiges de faune dans l’ossuaire : 10 fragments brûlés de Sus domesticus (70,4 g).
Vestiges humain dans l’ossuaire : 883 g (sujet de taille adulte).
Vestiges humains dans la fosse : 333,6 g (compatibles avec ceux du vase ossuaire).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 20 clous (type 6a, 5b ou c).Fond de fosse : 164,72 m NGF.

262SP 522
Type et datation : inhumation en coffre ou fosse fermée par un couvercle, phase 1.
Fosse : niveau d’apparition inconnu, limites visibles à l’ouest et au nord, orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est, elle mesure au moins 40 cm de long sur 22 cm de large, profondeur conservée sur 5 cm.
Comblement : sédiment limoneux brun.
Individu : périnatal, orienté nord-ouest/sud-est (tête au sud-est), déposé sur le dos, membre supérieur droit le long du corps, les cuisses, jambes fléchis.
Fond de fosse : 164,93 m NGF.

263SP 530
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 1.
Fosse : en entonnoir, diamètre d’ouverture de 40 cm, profondeur de 25 cm. Fosse probablement fermée par un dispositif en bois.
Comblement de la fosse : vase ossuaire recouvert de résidus de crémation très charbonneux et cendreux comprenant une quantité importante de tessons de céramiques brûlées, et quelques os crémés anecdotiques (107,5 g) issus d’un épandage recouvrant SP 517 et SP 530 qui a probablement comblé la fosse suite à la disparition du couvercle en bois. La relation entre l’épandage et l’installation du dépôt de crémation n’est pas définie.
Le vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : à l’endroit, sur le bord de l’urne. Il est en céramique commune réfractaire sombre, la lèvre est arrondie, la prise en bouton, de grand diamètre et modérément évidé.
Comblement du vase ossuaire : amas osseux déposé au fond du vase, sédiment argileux brun-gris, comportant quelques nodules de charbon et de très petits fragments de céramique.
Vestiges de faune dans l’ossuaire : 62 g d’os de faune.
Mobilier secondaire dans le vase ossuaire : 1 unguentarium piriforme jaune translucide non brûlé déposé sur l’amas osseux.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 1 324,4 g (individu de taille adulte).
Vestiges humains dans les résidus : 107,5 g (compatibles avec ceux de l’urne).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16.
Fond de fosse : 164,75 m NGF.

264SP 535
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2.
Fosse : non visible.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : apparu renversé au fond de l’urne, en céramique commune réfractaire oxydée, la prise bouton est évidée.
Comblement du vase ossuaire : amas osseux, sédiment argileux avec des inclusions charbonneuses, une panse en commune claire et une panse en commune réfractaire sombre.
Vestiges humains : 119,1 g (sujet de taille adulte).
Vestiges de faune dans l’ossuaire : 16 fragments d’os de porc brûlés (18,7 g).
Base du vase ossuaire : 164,83 m NGF.

265SP 537
Type et datation : inhumation en coffre cloué, phase 4.
Fosse : orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est, rectangulaire aux angles arrondis, 2,50 m de long et 90 cm de large, profondeur conservée sur 40 cm.
Comblement : sédiment limoneux brun clair compact contenant des tessons de céramique, des fragments d’os humains brûlés, des objets en métal et de nombreux charbons de bois. Sous ce comblement, une couche composée de limon sableux compact de teinte sombre correspond au colmatage de l’espace vide primaire ménagé par le coffre en bois qui contenait le défunt.
Individu : sexe indéterminé, décédé entre 17 et 19 ans, orienté nord-nord-ouest-/sud-sud-est (tête au sud-sud-est), sur le ventre, membres supérieurs le long du corps, membres inférieurs allongés.
Matériel associé au défunt : 1 unguentarium piriforme complet de type Isings 28a (21,9 g) posé probablement sur le coffre.
Fond de fosse : 164,93 m NGF.

266SP 545
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3.
Fosse : non visible.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : renversé, sur le col de l’urne, tourné en céramique commune réfractaire oxydée, la prise a été percée post cocturam au travers de la fine membrane du bouton.
Comblement du vase ossuaire : brun clair et argileux.
Vestiges de faune dans le vase ossuaire : 7 fragments de restes osseux de porc (24,9 g).
Vestiges humains dans le vase ossuaire : 211,4 g (sujet de taille adulte).
Base du vase ossuaire : 164,66 m NGF.

267SP 555
Type et datation : dépôt de crémation à double ossuaire (deux vases ossuaire superposés, n° 555 sur n° 600, déposés successivement), phase 3.
Fosse : ovalaire, profondeur conservée sur 0,31 m.
Comblement de la fosse : sédiment argileux et charbonneux contenant des tessons de céramique et quelques fragments d’os humains. Ce comblement se situe autour de l’urne 600, mais ne recouvre pas le vase 555. La partie supérieure de la fosse était probablement comblée avec le sédiment encaissant issu du creusement. C’est la raison pour laquelle le niveau d’apparition de la fosse n’était pas visible.
Vase ossuaire 555 : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Comblement du vase ossuaire 555 : sédiment très argileux compact, marron-beige sans inclusion.
Vestiges de faune dans l’ossuaire 555 : plusieurs fragments d’os brûlés de porc (13,8 g).
Vestiges humains dans l’ossuaire 555 : 77,6 g (un individu adulte).
Vase ossuaire 600 : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre amputé par la fosse pour l’installation du vase ossuaire de SP 555.
Couvercle de 600 : un seul tesson de lèvre du couvercle subsistait ; retourné, il était sur le sommet de la lèvre du vase ossuaire, réalisé en commune réfractaire oxydée.
Comblement de l’urne 600 : sédiment argilo-sableux avec des marbrures oranges et des inclusions de charbons de bois. À sa surface, il porte l’empreinte du fond de l’urne 555.
Vestiges humains dans l’ossuaire 600 : 255,2 g (individu adulte).
Vestiges humains dans les résidus : la masse est de 23,6 g.
Fond de fosse : 164,70 m NGF.

268SP 567
Type et datation : inhumation en coffre ou fosse fermée par un couvercle en bois, phase 1.
Fosse : limites non visibles.
Comblement : sédiment argilo-limoneux brun clair, compact.
Individu : périnatal orienté ouest-est (tête à l’ouest), déposé sur le dos, les membres supérieurs le long du corps.
Fond de fosse : 164,77 m NGF.

269SP 572
Type et datation : inhumation en pleine terre, phase indéterminée.
Fosse : oblongue, orientée nord-ouest/sud-est, longueur estimée de 1,78 m pour une largeur de 40 cm et une profondeur conservée de 16 cm.
Comblement : argile, ocre-brun, marbré avec des traces d’oxydation et de radicelles, très gras et compact.
Individu : adulte de plus de 21 ans (extrémité sternale de la clavicule et crête iliaque fusionnées), de sexe masculin, allongé sur le dos, l’avant-bras droit légèrement fléchi, main sous le coxal droit, l’avant-bras gauche replié à l’avant de l’abdomen, main à l’avant du pubis, les membres inférieurs en extension, mais la position des pieds et des jambes est incertaine car les conditions météorologiques ont empêché l’aboutissement de la fouille (ainsi que le prélèvement raisonné des ossements).
Fond de fosse : 164,59 m NGF.

270SP 601
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 2.
Fosse : elle n’était pas visible dans sa partie supérieure, circulaire dans les 2/3 inférieurs, 42 cm de large sur 49 cm de long, profondeur conservée sur 15 cm environ.
Comblement de la fosse : sédiment argilo-charbonneux, très collant, contenant des tessons de céramique et des fragments osseux brûlés. Ces résidus de bûcher ont probablement été recouverts d’un sédiment similaire à l’encaissant, raison pour laquelle la fosse n’était pas visible dans sa partie supérieure.
Le vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : retourné sur le col de l’urne, la lèvre est simplement tournassée en périphérie, la prise en bouton est légèrement évidée.
Comblement du vase ossuaire : sédiment marron-beige, argileux, compact, sans inclusion au-dessus des ossements. En revanche, des charbons de bois, des inclusions rouges et des esquilles de verre ont été observés dans l’amas osseux déposé au fond de l’urne.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 255,2 g (sujet de taille adulte).
Vestiges humains dans les résidus : 23,6 g (compatibles avec ceux déposés dans le vase ossuaire).
Mobilier dans les résidus : céramique : voir figure 16.
Fond de fosse : 164,65 m NGF.

271SP 622
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 1.
Fosse : circulaire, environ 45 cm de diamètre, pas de mise en évidence de dispositif particulier séparant l’ossuaire des résidus de bûcher.
Comblement : brun clair, argileux et légèrement limoneux, contenant des fragments de céramique et divers objets provenant du bûcher. Du mobilier secondaire a également été déposé sur ces résidus.
Ossuaire en contenant périssable : l’amas osseux est compact et concentré dans une zone restreinte.
Mobilier secondaire : 1 unguentarium globulaire translucide de type hybride entre Isings 6 et 26 déposé sur l’amas osseux.
Vestiges humains de l’ossuaire : 55,3 g (sujet immature infans I d’environ 4 ans).
Mobilier et faune dans les résidus de bûcher :
Faune : 9 fragments de porc (patte avant) de 12,1 g ;
Céramique : voir figure 16 ;
Métal et autres objets : 1 clochette en alliage cuivreux, 1 lot de 5 jetons (2 en os, 2 en pierre, et 1 en pâte de verre) accompagné d’une tessère en os, 2 dés à jouer, en os, partiellement fragmentés par leur passage sur le bûcher, 1 fragment informe d’ambre (brut ou éclaté au feu), 1 rivet (en alliage cuivreux et fer) fixé sur un fragment de tôle de bronze (plaque de serrure ?), 1 fiche en fer destinée à la fixation d’une poignée ou d’un anneau, et un lot de gouttelettes en alliage cuivreux, 5 clous de menuiserie type 5b et 5c, 17 petits clous de tapissier type 6a, et 1 clou de chaussure ;
Verre : 4 vases dont 1 non brûlé.
Fond de fosse : nous ne possédons pas cette information, la structure fut prélevée en motte et fouillée en laboratoire.

272SP 627
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3.
Fosse : non visible.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : renversé dans le vase ossuaire au-dessus du vase additionnel. Le bouton fragmentaire ne semble pas avoir été délibérément brisé. Il est tourné en céramique commune réfractaire oxydée.
Comblement du vase ossuaire : limoneux et argileux avec des inclusions d’esquilles osseuses et des charbons de bois.
Vestiges humains dans le vase ossuaire : 221 g (sujet adulte).
Mobilier secondaire : un bol Knorr 78 déposé au fond du vase ossuaire.
Mobilier issu du bûcher dans le vase ossuaire : voir figure 16.
Base du vase ossuaire : 165,02 m NGF.

273SP 628
Type et datation : inhumation en coffre, phase 2.
Fosse : rectangulaire, orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est ; la profondeur entre le niveau d’apparition de la fosse et celle du squelette est de 33 cm.
Comblement : limite de coffre en bois visible.
Individu : immature décédé entre 5 ans et demi et 9 ans, orienté nord-nord-ouest/sud-sud-est (tête au sud-sud-est), sur le dos, jambes allongées.
Mobilier associé à l’individu : 2 cruches, l’une déposée à l’ouest de la tête, l’autre sur la jambe droite.
Fond de fosse : environ 164,50 m NGF.

274SP 631
Type et datation : dépôt de crémation avec ossuaire, phase 2.
Fosse : non visible.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : complet, renversé sur le col de l’urne, céramique commune réfractaire oxydée, lèvre effilée, prise en bouton légèrement évidée.
Comblement du vase ossuaire : argileux et brun clair.
Vestiges humains : 59,8 g (un sujet immature - Infans I). Un fragment de métacarpes (1,8 g) représente un second individu immature plus âgé.
Fond de fosse : 164,29 m NGF.

275SP 633
Type et datation : inhumation en coffre cloué, phase 2.Fosse : orientée nord-ouest/sud-est, négatif de coffre quadrangulaire (72 x 40 x 24 cm).
Comblement : le volume du coffre est comblé par un sédiment brun-gris contenant beaucoup de charbon, des os de faune, et quelques tessons. 6 clous sont alignés sur le fond.
Individu : immature décédé entre la naissance et les 6 premiers mois de sa vie, allongé sur le dos, tête à l’est, regardant à l’ouest.
Fond de fosse : 164,87 m NGF.

276SP 634
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 1.
Fosse : ovale, 60 cm, surcreusée dans sa moitié nord-est en forme de cuvette, profondeur conservée sur 32 cm. Aucun dispositif séparant le vase ossuaire des résidus n’a été mis en évidence.
Comblement de la fosse : le vase ossuaire est recouvert d’un sédiment jaune, limoneux et meuble, contenant des esquilles d’os brûlés. Cette couche est recouverte par des résidus de bûcher.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : céramique commune réfractaire sombre, une partie du bord du couvercle était restée en contact avec le bord de l’urne, la cloche centrale reposait, à l’endroit, un peu plus profondément dans le remplissage de l’urne. La prise bouton, usée, est évidée.
Comblement du vase ossuaire : argilo-limoneux de couleur jaune.
Vestiges de faune dans l’ossuaire : os brûlés de porc (127,3 g).
Vestiges humains dans l’ossuaire : 682,2 g (un individu adulte).
Vestiges humains dans les résidus : 223,1 g (compatibles avec ossements dans vase ossuaire) et 3,6 g d’un sujet immature.
Mobilier et faune dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Métal : 80 clous en fer (type 6a, 5, de chaussure) ;
Verre : 1 unguentarium globulaire de type hybride entre Isings 6 et 26 et 7 vases brûlés.
Fond de fosse : 164,79 m NGF.

277SP 646
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 3.
Fosse : ovale, 32 / 36 cm, parois verticales, profondeur conservée sur 18 cm.
Comblement de la fosse : limoneux-argileux, jaune, compact et homogène. Il contient des clous, des charbons de bois et des fragments d’os brûlés.
Vase ossuaire : pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : apparu effondré, de chant, dans le remplissage supérieur de l’urne, il est en céramique commune réfractaire oxydée, la prise bouton est évidée, la lèvre évasée est triangulaire.
Comblement du vase ossuaire : limon sableux jaune-beige, identique au sédiment du comblement de la fosse.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 81,6 g.
Vestiges humains dans les résidus : 23,5 g (compatibles avec les ossements déposés dans le vase ossuaire).
Mobilier des résidus :
Métal : 4 clous en fer de type 5b ou 5c ;Verre : une perle oblongue partiellement fondue.
Fond de fosse : 164,91 m NGF.

278SP 668
Type et datation : inhumation, phase 1.
Stratigraphie : niveau d’apparition inconnu. Altitude du bloc cranio-facial : 164,70 m NGF.

279SP 691
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 2.
Fosse : circulaire, en cuvette, 42 cm à l’ouverture, surcreusée pour l’emplacement du vase ossuaire, profondeur globale conservée sur 17 cm. Pas de mise en évidence d’un dispositif séparant le vase ossuaire des résidus.
Comblement de la fosse : sédiment charbonneux contenant des nodules de terre rubéfiée probablement issus du four qui est recoupé par cette structure. Il contient des tessons de céramique, de verre, des fragments d’os brûlés et des clous.
Vase ossuaire: pot à cuire en céramique commune réfractaire sombre.
Couvercle : retourné sur le col de l’urne, prise en bouton profondément évidée.
Comblement du vase ossuaire
 : argileux et contenant des charbons de bois, des esquilles d’os brûlés et des clous.
Vestiges humains dans l’ossuaire : 1 418,2 g (un individu adulte).
Vestiges humains dans les résidus : 25,6 g (compatibles avec ceux déposés dans le vase ossuaire).
Mobilier dans les résidus :
Céramique : voir figure 16 ;
Verre : 1 unguentarium globulaire de type hybride entre Isings 6 et 26, bleu translucide, et 4 vases.
Fond de fosse : 164,96 m NGF.

2. Structures funéraires partiellement étudiées

280F 39
Type et datation : bûcher en fosse, phase 2.
Fosse : limite sud hors de l’emprise de la fouille, 35 cm de large pour une longueur d’au moins 7 cm, profondeur conservée sur 21 cm, parois verticales et rubéfiées.
Comblement : sédiment argilo-charbonneux contenant des tessons de céramique et de verre, des fragments d’os brûlés et des clous.
Fond de fosse : 165,16 m NGF.

281F 42
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : limite sud hors de l’emprise de la fouille, 80 cm de large pour une longueur d’au moins de 2,20 m, profondeur de 26 cm, parois verticales et rubéfiées.
Comblement : sédiment charbonneux contenant des tessons de céramique et de verre, des fragments d’os brûlés, des clous et une monnaie (as).
Fond de fosse : 165,16 m NGF.

282F 53
Type et datation : dépôt de résidus, phase 2.
Fosse : de forme oblongue orientée nord-ouest/sud-est, elle mesure 1,08 m de long sur 50 cm de large. Sa profondeur est de 6 cm.
Comblement : sédiment limono-charbonneux contenant des tessons de céramique et de verre, des fragments d’os brûlés, des vestiges d’objet en bronze et des clous. Le mobilier est surtout concentré dans la partie sud de la fosse.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : céramique étudiée pour datation.
Fond de fosse : 165,31 m NGF.

283F 55
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : rectangulaire, orientée nord-ouest/sud-est, 1,.84 m de long sur 84 cm de large, parois verticales et rubéfiées, fond plat et rubéfié en son centre, profondeur de 61 cm.
Comblement : remplissage inférieur correspondant aux résidus de bûcher, cette couche est intacte. En revanche, la couche sus-jacente se caractérise par un sédiment limoneux et sableux contenant des tessons de céramique, des esquilles d’os brûlés, des clous et une fiole en verre non brûlé.
Vestiges humains : les ossements brûlés ont été triés pour séparer les éléments de faune. Mais ils n’ont pas fait l’objet d’une identification par région anatomique. Le poids total des vestiges humains s’élève à 878,09 g. Aucune pièce immature n’a été identifiée.
Mobilier : céramique étudiée pour datation ;
Verre : 1 unguentarium à panse oblongue, vert-bleu naturel translucide, 1 unguentarium piriforme jaune translucide.Fond de fosse : 164,76 m NGF.

284F 60
Type et datation : dépôt de résidus, phase 2.
Fosse : au moins 1,20 m de long sur 80 cm de large, profondeur de 18 cm, parois verticales.
Comblement : sédiment limono-argileux de couleur grise, à texture compacte, contenant des tessons de céramique, des clous, une monnaie, des fragments d’os brûlés, du verre fondu, des nodules de terre cuite et des charbons de bois. Ces éléments sont épars dans le sédiment.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier :
Céramique : étudiée pour datation ;
Verre : un unguentarium globulaire à fond enfoncé.
Fond de fosse : 165,14 m NGF.

285F 62
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : rectangulaire, orientée nord-ouest/sud-est, 1,90 m de long sur 60 cm de large, parois verticales et rubéfiées, fond plat, légèrement surcreusée le long de sa paroi est sur 10 cm.
Comblement : les résidus de bûcher sont recouverts d’un sédiment globalement charbonneux, de nombreuses lentilles de couleur brune et jaune contenant des nodules de terre cuite, des tessons de céramique, des charbons de bois, des os brûlés. Son épaisseur est de 13 cm.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : céramique étudiée pour datation.
Fond de fosse : 165,12 m NGF.

286F 64
Type et datation : aire de crémation, phase 2.
Fosse : légère excavation de 8 cm de profondeur, 90 cm de large sur au moins 1,10 m de long, parois et fond rubéfiés.
Comblement : sédiment argilo-sableux de couleur brune contenant des tessons de céramique, du verre brûlé, des fragments d’os brûlés, des clous, des charbons de bois et une monnaie.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : non étudié.
Fond de fosse : 165,35 m NGF.

287F 65
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : rectangulaire, 1,60 x 0,90 m, pour une profondeur de 34 cm, parois rubéfiées.
Comblement : trois comblements occupent successivement le volume de la fosse ; le premier chronologiquement est constitué des résidus de crémation ; le second est un limon argileux gras et marbré jaune et gris contenant de la céramique brûlée et non brûlée, des os humains et du charbon de bois. Le dernier remplissage est constitué d’un sable brun meuble contenant quelques os brûlés épars et des tessons de céramique brûlés et non brûlés.
Aménagements spécifiques : structure recouverte d’une couche argileuse contenant des galets ainsi qu’un gros bloc de calcaire occupant son angle nord-est, mobilier déposé sur le fond de la fosse avant l’installation du bûcher, comme F 395.
Petit mobilier : 2 perles cannelées de couleur turquoise (Melonperle à Augst), 1 manche de miroir (type G ou H de Lloyd Morgan, variante C d'E. Riha à Augst).
Verre : 1 fragment fondu d’un unguentarium piriforme, type Isings 28a ;
Céramique : voir figure 16.
Fond de fosse : 164,93 m NGF.

288F 69
Type et datation : aire de crémation, phase 3/4.
Elle a été repérée lors du premier décapage de la phase de fouille à 165,48 m NGF, repérée en plan mais n’a pas été fouillée.

289F 70
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : oblongue, contours arrondis, orientée nord-ouest/sud-est, parois verticales et rubéfiées, fond en légère cuvette, 1,15 m de largeur pour 1,65 m de longueur, profondeur conservée sur 33 cm. Curée probablement après utilisation et comblée par un apport de sédiment anthropique.
Comblement : brun, compact et hétérogène, comprenant des tessons de céramique brûlés et non brûlés, des os humains crémés en petite quantité, une monnaie, ainsi que du gneiss chauffé.
Fond de fosse : 165,09 m NGF.

290SP 107
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : creusement à peine perceptible, morphologie adaptée au volume du vase ossuaire, profondeur conservée sur 26 cm.
Comblement : argileux, meuble, couleur grisée.
Vase ossuaire : en céramique, a été emporté par une inondation provoquée par la remontée des eaux de la nappe phréatique et par la rupture d’un tampon d’égout donnant sur le chantier.
Fond de fosse : 164,97 m NGF.

291SP 112
Type et datation : dépôt de crémation, phase 4.
Fosse : limites non visible.
Vase ossuaire : céramique commune sombre grise, de forme ovoïde. Il est largement étêté.
Base du vase ossuaire : 165,10 m NGF.

292SP 137
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Fond de fosse : 165,16 m NGF.

293F 162
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : plus ou moins circulaire et en cuvette, diamètre de 60 cm, profondeur conservée sur 20 cm.
Comblement : argileux de couleur brune contenant des lentilles de sédiment jaune stérile et des poches de sédiment charbonneux très argileux, des tessons de céramique, des os brûlés et des nodules de terre cuite.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : céramique étudiée pour datation.
Fond de fosse : 165,12 m NGF.

294SP 168
Type et datation : dépôt de crémation sous 2 imbrex, phase 4.
Fosse : limites non visibles.
Comblement : un sédiment un peu plus grisé et aéré que l’encaissant circonscrit grossièrement le dépôt.
Fond de fosse : 165,10 m NGF.

295F 186
Type et datation : bûcher en fosse, phase indéterminée.
Fosse : oblongue, coupée au nord par F 188, au moins 95 cm de long sur 68 cm de large, parois rubéfiées, fond plat, profondeur conservée sur 12 cm.
Comblement : sédiment limono-sableux et charbonneux contenant des tessons de céramique, du verre fondu, des clous et des fragments d’os brûlés. Des gros fragments d’os humains reposaient sur le fond de la fosse.
Vestiges osseux : non étudiés.
Fond de fosse : 165,01 m NGF.

296SP 210
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : les limites ne sont pas visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé.
Base du vase ossuaire : 165,18 m NGF.

297F 213
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : rectangle en surface, 70 cm de long et 40 cm de large à l’ouverture pour une épaisseur de 18 cm.
Comblement : limoneux et charbonneux avec des lentilles de sédiment brun et jaune, des tessons de céramique, du verre fondu, des fragments d’os brûlés et des clous.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : céramique étudiée pour datation.
Fond de fosse : 165.08 m NGF.

298F 218
Type et datation : indéterminé.
Cette structure n’a pas été fouillée, mais observée en coupe. Son plan est sub-ovalaire (80 x 65 cm), d’orientation nord-sud, et son profil est en cuvette (profondeur conservée : 13 cm). Aucune caractéristique particulière n’a pu être mise en lumière, si ce n’est qu’elle contenait très peu d’artefacts et que la texture et la couleur brune de son comblement étaient très proches de l’encaissant.
Fond de fosse : 165,21 m NGF.

299SP 224
Type et datation : dépôt de crémation, phase 4.
Fosse : ovale, 42 x 36 cm, profondeur conservée sur 8 cm.
Comblement : pas d’information.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : céramique étudiée pour datation.
Fond de fosse : 165,27 m NGF.

300F 225
Type et datation : fosse bûcher, phase 3.
Fosse : oblongue (1,55 x 0,55 m), angles arrondis, parois rubéfiées, profondeur conservée sur 0,48 m, orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est.
Comblement : résidus de bûcher, très noir et gras, délimité au nord par un négatif angulaire évoquant un coffre. Le second remplissage est constitué d’un sédiment brun argilo-limoneux contenant très peu de mobilier mais beaucoup de nodules d’argile rubéfiée.
Fond de fosse : 165,20 m NGF.

301F 227
Type et datation : indéterminé.
Cette structure n’a pas été fouillée, mais observée en coupe. Son plan est sub-ovalaire (1 x 0,55 m), d’orientation sud-est/nord-ouest, et son profil est en cuvette (profondeur conservée : 7 cm). Aucune caractéristique particulière n’a pu être mise en lumière, si ce n’est qu’elle contenait très peu d’artefacts et que la texture et la couleur brune de son comblement étaient très proches de l’encaissant.
Fond de fosse : 165,22 m NGF.

302SP 235
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limite non visible.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 164,89 m NGF.

303SP 237
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3/4.
Fosse : limite non visible.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 165,08 m NGF.

304F 239
Les informations suivantes sont issues de l’observation de sa coupe.
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : rectangulaire, orientée nord-ouest/sud-est, 72 cm de large et au moins 1,20 m de long, parois verticales et rubéfiées, fond en forme de cuvette, profondeur de 49 cm.
Comblement : au fond de la fosse, une couche de résidus du bûcher (argileuse et charbonneuse contenant des fragments d’os brûlés), des fragments de parois rubéfiées recouvrent le résidu de bûcher à l’ouest, le comblement final de la fosse est composé d’un sédiment limono-argileux de couleur brune claire contenant des tessons de céramique, du verre fondu et des charbons de bois.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : céramique étudiée pour datation.
Fond de fosse : 164,78 m NGF.

305SP 240
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 3.
Fosse : oblongue, 1,10 m de long sur 56 cm de large, orientée nord-ouest/sud-est, parois verticales. Un surcreusement a été aménagé dans sa partie sud, sa profondeur est de 37 cm.
Comblement :le surcreusement est comblé par des résidus de bûcher recouvrant un vase ossuaire. Le comblement supérieur est composée d’un sédiment brun-noir limoneux, contenant des tessons de céramique, du verre fondu, des fragments d’os brûlés, des clous et des charbons de bois ; un amas d’os humains brûlés dans la moitié nord, disposé sur le fond.
Vase ossuaire : fermé par un couvercle en céramique, non fouillé, non étudié.
Mobilier : non étudié.
Fond de fosse : 164,75 m NGF.

306SP 241
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : oblongue, 20 cm de large sur au moins 24 cm de long.
Comblement (US 243) : pas d’informations.
Vase ossuaire : en verre, non fouillé, non étudié.
Fond de fosse : 164,86 m NGF.

307SP 245
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé.
Fond de fosse : 164,75 m NGF.

308SP 249
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé.
Fond de fosse : 164,86 m NGF.

309SP 258
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : ovalaire, 52 cm de long sur 38 cm de large, parois verticales, profondeur conservée sur 15 cm.
Comblement : limoneux, jaune.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé.
Fond de fosse : 165,11 m NGF.

310F 262
Type et datation : indéterminé, phase 2.
Fosse : ovalaire, d’orientation nord-sud, environ 50 cm dans sa grande longueur, pour une profondeur de 8 cm.
Comblement : sédiment argilo-limoneux contenant des fragments de verre, de céramique, des charbons de bois et quelques os brûlés. Un petit bloc de granite taillé, de forme ovalaire et anépigraphe, reposait à l’horizontale sur la surface. La présence de cet élément lithique près de la sépulture 83 ou au-dessus d’un résidu de crémation suggère un marqueur de surface dont 262 pourrait être la fosse d’installation, mais les indices sont trop ténus pour l’affirmer.
Fond de fosse : 164,78 m NGF.

311SP 265
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2.
Fosse : ovalaire, 36 cm de large sur au moins 46 cm de long, profondeur conservée sur 22 cm, surcreusée dans sa partie nord sur 9 cm pour le dépôt du vase ossuaire.
Comblement : sédiment limono-argileux de couleur grise contenant des tessons de céramique, des fragments d’os brûlés et des charbons de bois.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,86 m NGF.

312F 284
Type et datation : épandage, phase 3.
Fosse : petite fosse oblongue et informe d’orientation nord-sud, atteignant 27 cm de profondeur. Les contours sont flous et les parois très irrégulières, parfois intangibles.
Comblement : sédiment argilo-limoneux noir contenant beaucoup de charbons, ainsi que des tessons de céramique, des os humains et de faune brûlés en très faible quantité.
Fond de fosse : 164,55 m NGF.

313F 293
Type et datation : épandage, indéterminée.

314SP 321
Type et datation : dépôt de crémation, phase 4.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : non fouillé.
Fond de fosse : 164,86 m NGF.

315SP 331
Type et datation : dépôt de crémation mixte, indéterminée.
Fosse : circulaire, en cuvette, diamètre de 20 cm, profondeur conservée sur 28 cm.
Comblement : sédiment limono-argileux brun et charbonneux contenant des fragments de céramique, des fragments d’os brûlés et des nodules de terre rubéfiée. Il se situait autour de l’urne. La position de mobilier en position secondaire au-dessus de l’urne et de cette couche indique que la fosse a été comblée par un autre remplissage.
Vase ossuaire : fermé par un couvercle en céramique, incomplet, non fouillé.
Mobilier : non étudié, mais une cruche entière non brûlée a été découverte sur l’extrémité du couvercle du vase ossuaire à l’ouest.
Fond de fosse : 164,86 m NGF.

316F 338
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : oblongue, orientée nord-est/sud-ouest, 1,40 m de longueur par 60 cm de largeur, pour une profondeur de 14 cm, paroi ouest rubéfiée.
Comblement : argile gris foncé contenant des résidus de crémation (os, verre, clous brûlés de tapisserie, de menuiserie et de chaussures, ainsi que du gneiss et des galets thermofractés).
Fond de fosse : 165,04 m NGF.

317F 344
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : rectangulaire, 1,80 m de long sur 0,68 m de large, orientée nord-ouest/sud-est, parois verticales et rubéfiées, profondeur de 22 cm.
Comblement : sur le fond de la fosse, des résidus de bûcher recouverts par un sédiment limono-argileux gris-noir.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 165,09 m NGF.

318SP 347
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3/4.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : non étudié.
Fond de fosse : 165,07 m NGF.

319SP 348
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : irrégulière, 64 cm sur au moins 50 cm (la structure a été coupée par une petite tranchée de sondage), profondeur conservée sur 15 cm.
Comblement : argileux et charbonneux contenant des tessons de céramique, des clous, du verre fondu et des fragments d’os humains.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 165,23 m NGF.

320SP 349
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : non fouillé, non étudié.
Fond de fosse : 165.07 m NGF.

321F 358
Type et datation : bûcher en fosse ou aire de crémation, phase 2.
Fosse : coupée au sud par un pilier en béton moderne, arasée par F 60 qui la recouvre, longueur et largeur conservées : 70 cm et 32 cm, profondeur résiduelle de 14 cm, fond rubéfié.
Comblement : résidus de bûcher très charbonneux et collants, contenant du matériel en céramique, des clous, des fragments d’os brûlés et du verre fondu.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : céramique étudiée pour datation. Le répertoire typologique (Drag. 18, 27) de la céramique sigillée est conforme au vaisselier de l’époque Claude-Néron.
Fond de fosse : 165,07 m NGF.

322F 362
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse :quadrangulaire, orientée nord-ouest/sud-est, 1,45 x 0,60 m, profondeur maximale de 20 cm, parois rubéfiées.
Comblement : des résidus de crémation sur le fond de la fosse (os brûlés, éléments en bronze, clous en fer de tapisserie et de menuiserie, céramiques dont une lampe) recouverts d’une couche contenant des nodules d’argile cuite.
Fond de fosse : 164,91 m NGF.

323SP 397
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : non fouillé, non étudié.
Fond de fosse : 164,96 m NGF.

324SP 403
Type et datation : dépôt de crémation, phase 1.
Fosse : non visible.
Vase ossuaire : complet fermé par un couvercle en céramique. Non fouillé, non étudié.
Fond de fosse : 165,02 m NGF.

325SP 404
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3/4.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 164,95 m NGF.

326SP 415
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 165,03 m NGF.

327SP 424
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2/3.
Fosse : les limites n’ont pas été repérées en plan.
Vase ossuaire : fermé par un couvercle mais coupé au nord, non fouillé, non étudié.
Mobilier : étudié pour datation.
Base du vase ossuaire : 164.96 m NGF.

328SP 445
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : plus ou moins rectangulaire, 62 cm de long pour une largeur d’environ 30 cm, profondeur conservée sur 23 cm.
Comblement : sédiment limoneux gris contenant des tessons de céramique et des fragments d’os brûlés. Il recouvre une tubulure de terre cuite.
Ossuaire : un tuyau en terre cuite contenait des os brûlés et des résidus de bûcher.
Mobilier : étudié pour la datation.
Base du vase ossuaire : 165,02 m NGF.

329SP 450
Type et datation : dépôt de crémation, phase 1/2.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : très fragmenté, incomplet, non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 165,94 m NGF.

330SP 453
Type et datation : dépôt de crémation, indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 165,00 m NGF.

331SP 455
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3.
Fosse : seule la limite du côté est apparaît en plan, forme ovalaire, profondeur conservée sur 20 cm.
Comblement : sédiment limoneux brun contenant des charbons de bois et des esquilles d’os brûlés.
Vase ossuaire : coupé au nord par une structure qui n’a pas été identifiée, fermé par un couvercle, pas fouillé, ni étudié.
Fond de fosse : 164,81 m NGF.

332SP 457
Type et datation : dépôt de crémation, phase 1.
Fosse (458) : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 164,91 m NGF.

333SP 459
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 165,02 m NGF.

334SP 462
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 164,87 m NGF.

335SP 472
Type et datation : dépôt de crémation, phase 3.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Base du vase ossuaire : 164,99 m NGF.

336F 473
Type et datation : dépôt de résidus, phase indéterminée.
Fosse : fosse circulaire non fouillée.
Comblement : argile collante très noire.
Fond de fosse : inconnu.

337SP 484
Type et datation : dépôt de crémation mixte à double ossuaire, phase 2/3.
Fosse : ovalaire, en cuvette, 54 x 48 cm, profondeur conservée sur 20 cm, un dispositif (probablement un coffre) séparait probablement le vase ossuaire, l’amas osseux déposé à côté et les résidus de bûcher.
Comblement : l’US 488 est composée d’un sédiment argileux de couleur jaune, qui recouvre la moitié sud du vase ossuaire et un petit amas osseux déposé sur le fond de la fosse, situé à l’est du vase. Il contient plusieurs clous et une monnaie (un as de Caligula). La couche recouvrant l’ensemble est constituée de résidus de bûcher.
Vase ossuaire : complet, fermé par un couvercle, ni fouillé, ni étudié.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,85 m NGF.

338SP 485
Type et datation : dépôt de crémation, phase 4.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Fond de fosse : inconnu.

339SP 492
Type et datation : dépôt de crémation, phase 1.
Fosse : ovalaire, en cuvette, 64 cm sur 36 cm, profondeur conservée sur 20 cm.
Comblement : sédiment jaune contenant des charbons de bois et des fragments d’os brûlés.
Vase ossuaire : couvert par une section de panse d’amphore, complet, ni fouillé, ni étudié.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 165,00 m NGF.

340SP 510
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 1.
Fosse : circulaire, diamètre de 72 cm, profondeur conservée sur 50 cm, parois verticales.
Comblement : la couche recouvrant le vase ossuaire et les deux cruches reposant sur le couvercle est argileuse, de couleur jaune. Le comblement supérieur est composé d’un sédiment charbonneux contenant des os brûlés, des tessons de céramique et des nodules de terre rubéfiés, probablement des résidus de bûcher.
Mobilier secondaire : deux cruches déposées au-dessus du vase ossuaire.
Vase ossuaire : complet, fermé par un couvercle, ni fouillé, ni étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,87 m NGF.

341F 524
Type et datation : bûcher en fosse, phase 2.
Fosse : les creusements postérieurs à la structure ne permettent pas d’estimer ses dimensions.
Comblement : sédiment très charbonneux et argileux contenant des tessons de céramique, des os brûlés et des clous.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 165,03 m NGF.

342F 528
Type et datation : fosse non sépulcrale, phase b.
Fosse : circulaire, diamètre de 46 cm, profondeur de 29 cm, parois verticales, elle était indiquée par des galets et des fragments de gneiss à sa surface.
Comblement : un sédiment limono-sableux de couleur jaune, contenant quelques tessons de céramique et 3 clous, et recouvrant un dépôt de céramique.
Le dépôt céramique : voir figure 16. Le remplissage de la fosse 528 contenait un empilement compact d’éléments céramiques, associés à des galets. L’ensemble émerge d’un surcreusement central. La sélection des vases mis en scène s’est portée rigoureusement sur des éléments typologiques complets (cols ou fonds) et seuls deux tessons d’une même céramique à paroi fine restent isolés. Le démontage de l’amas permet la restitution originelle de l’ensemble : un premier fond de cruche (533.1) à pâte épurée orangée occupe le fond de la fosse ; il est recouvert par une grande panse d’un bol de Roanne (533.5). Un fond (533.4) et son col (533.3) d’une deuxième cruche à pâte épurée claire sont ensuite installés avec deux galets. Un tesson de petit pot à pâte fine (533.2) est disposé au-dessus. Le tout est chapeauté par le fond retourné du bol de Roanne (533.5) posé sur un large tesson de sa paroi.
Fond de fosse : 164,97 m NGF.

343SP 539
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 2.
Fosse : au moins 30 cm de large, coupée à l’est, sa longueur et sa forme ne peuvent être précisées, parois verticales, profondeur conservée sur 17 cm.
Comblement : sédiment limono-argileux charbonneux contenant des clous.
Vase ossuaire : fermé par un couvercle, incomplet, ni étudié, ni fouillé.
Vestiges osseux : non étudiés.
Fond de fosse : 165 m NGF.

344F 542
Type et datation : dépôt de résidus, phase 2.
Fosse : ovalaire, en cuvette, 62 x 46 cm, profondeur conservée sur 17 cm.
Comblement : sédiment brun limoneux charbonneux contenant des tessons de céramique, des fragments d’os brûlés et des clous épars.
Mobilier : étudié pour datation.
Vestiges osseux : non étudiés.
Fond de fosse : 165 m NGF.

345F 546
Type et datation : dépôt de résidus, phase 2/3.
Fosse : ovalaire, 80 cm de long sur une largeur minimum de 34 cm, profondeur conservée sur 6 cm.
Comblement : sédiment limono-argileux charbonneux contenant des clous.
Vase ossuaire : fermé par un couvercle, incomplet, ni étudié, ni fouillé.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,95 m NGF.

346SP 553
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2/3.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : arasé par le creusement de SP 484.
Vestiges osseux : non étudiés.
Base du vase ossuaire : 164,81 m NGF.

347SP 554
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, ni fouillé, ni étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Fond de fosse : 164,97 m NGF.

348SP 556
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, ni fouillé, ni étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Base du vase ossuaire : 164,97 m NGF.

349F 557
Type et datation : dépôt de résidus, phase 2/3.
Fosse : ovalaire non fouillée, orientée est-ouest, diamètre entre 70 et 50 cm, profondeur conservée, observée en coupe, de 8 cm.
Comblement : sédiment charbonneux, typique des résidus de bûcher.
Fond de fosse : 165,24 m NGF.

350SP 559
Type et datation : dépôt de résidus, phase 2/3.
Fosse : ovalaire (35 x 25 cm), non fouillée, orientée nord-nord-ouest/sud-sud-est, profondeur conservée sur 6 cm.
Comblement : sédiment charbonneux, typique des résidus de bûcher.
Fond de fosse : 165,23 m NGF.

351F 565
Type et datation : dépôt de résidus, phase 1.
Fosse : carrée, en cuvette, 40 cm de côté, profondeur conservée sur 15 cm.
Comblement : sédiment argileux et charbonneux contenant de nombreux tessons de céramique, des fragments d’os brûlés, du verre fondu et des nodules de terre rubéfiée.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier céramique dans les résidus : 7 vases en céramique sigillée se répartissent entre vases à liquide (Haltern 8, Drag. 27) et vases à solide (assiettes Haltern 2) ; 1 lampe, 2 cruches et des éléments réfractaires ; 39 restes d’une amphore Camulodunum 189.
Fond de fosse : 164,85 m NGF.

352SP 571
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 4.
Fosse : ovalaire, 70 x 56 cm, parois en pente douce, surcreusée en son centre, profondeur conservée sur 27 cm.
Comblement : sédiment argileux très charbonneux contenant des tessons de céramique, des fragments d’os brûlés et un as.
Vase ossuaire : incomplet, sans couvercle, ni fouillé, ni étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,73 m NGF.

353SP 579
Type et datation : dépôt de crémation, phase 2.
Fosse (US 579) : limites non visibles.
Vase ossuaire : fermé par un couvercle, ni fouillé, ni étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Base du vase ossuaire : 164.79 m NGF.

354F 608
Type et datation : dépôt de résidus, phase 1.
Fosse : circulaire ou ovalaire, parois verticales, profondeur minimale de 20 cm.
Comblement : sédiment limono-argileux brun contenant des tessons de céramique, des fragments d’ossements brûlés surtout dans sa partie inférieure, des clous et du verre fondu.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,85 m NGF.

355SP 610
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 1.
Fosse : circulaire, en cuvette, 42 cm de diamètre, profondeur conservée sur 18 cm.
Comblement : sédiment limono-argileux brun contenant des tessons de céramique, des fragments d’ossements brûlés surtout dans sa partie inférieure, des clous et du verre fondu.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,85 m NGF.

356SP 612
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Base du vase ossuaire : 164,83 m NGF.

357F 614
Type et datation : dépôt de résidus, phase 1.
Fosse : circulaire, en cuvette, 50 cm de diamètre, profondeur conservée sur 7 cm.
Comblement : sédiment argileux et charbonneux de couleur beige contenant des tessons de céramique et des fragments d’os brûlés.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,85 m NGF.

358F 616
Type et datation : dépôt de résidus, phase 1.
Fosse : circulaire, en cuvette, 32 cm de diamètre, profondeur conservée sur 8 cm.
Comblement : sédiment argileux et charbonneux de couleur beige contenant des tessons de céramique et des fragments d’os brûlés.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 165,01 m NGF.

359F 618
Type et datation : dépôt de résidus, phase 1.
Fosse : circulaire, en cuvette, 34 cm de diamètre, profondeur conservée sur 7 cm.
Comblement : sédiment argileux et charbonneux de couleur beige contenant des tessons de céramique et des fragments d’os brûlés.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier : étudié pour datation.
Fond de fosse : 164,94 m NGF.

360SP 623
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limite non conservée.
Vase ossuaire : incomplet, ni fouillé, ni étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Base du vase ossuaire : 164,55 m NGF.

361SP 630
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limite non conservée.
Vase ossuaire : incomplet, ni fouillé, ni étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Base du vase ossuaire : 165 m NGF.

362F 649
Type et datation : dépôt de crémation, phase 1.
Fosse : non visible.
Vase ossuaire : en céramique commune sombre grise, fragmentaire, incomplet.
Vestiges osseux : non étudiés.
Base du vase ossuaire : 165 m NGF.

363SP 655
Type et datation : dépôt de crémation mixte, phase 1.
Fosse : ovalaire, parois verticales, environ 50 sur 44 cm, profondeur conservée sur 30 cm.
Comblement : sédiment brun clair, limoneux argileux et charbonneux contenant de nombreux tessons de céramique, des fragments d’os brûlés, des clous, du verre fondu et une monnaie (un as).
Vase ossuaire : incomplet, non fouillé, non étudié.
Vestiges osseux : non étudiés.
Mobilier en céramique dans résidus : voir figure 16.
Fond de fosse : 164,82 m NGF.

364F 660
Type et datation : bûcher en fosse, phase 3.
Fosse : oblongue, en cuvette, 52 cm de large pour une longueur minimale de 58 cm, parois rubéfiées, profondeur conservée sur 20 cm.
Comblement : sédiment limono-argileux de couleur noire contenant des tessons de céramique, des clous, des fragments d’os brûlés et des nodules d’argile rubéfiée.
Vestiges osseux :non étudiés.
Fond de fosse : 164,92 m NGF.

365F 664
Cette structure a été seulement sondée sur un quart de sa surface pour déterminer son type.
Type et datation : dépôt de résidus, phase 3.
Fosse : ovalaire, 72 x 66 cm pour une profondeur conservée de 10 cm.
Comblement : sédiment limoneux et argileux de couleur grise très charbonneuse contenant des tessons de céramique, des clous et des fragments d’os brûlés.
Vestiges osseux : non étudiés.
Fond de fosse : 165,06 m NGF.

366F 666
Cette structure a été seulement sondée sur un quart de sa surface pour déterminer son type.
Type et datation : dépôt de résidus, phase 2.
Fosse : rectangulaire, environ 1,20 x 0,50 m pour une profondeur conservée de 8 cm.
Comblement : sédiment limoneux et argileux de couleur grise très charbonneuse contenant des tessons de céramique, des clous et des fragments d’os brûlés.
Vestiges osseux : non étudiés.
Fond de fosse : 165,06 m NGF.

367SP 673
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : associé à une imbrex, ni fouillé, ni étudié.
Base du vase ossuaire : 164,82 m NGF.

368SP 680
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : limites non visibles.
Vase ossuaire : incomplet, ni fouillé, ni étudié.
Base du vase ossuaire : 164,67 m NGF.

369F 681
Type et datation : bûcher en fosse, phase 1.
Fosse : très incomplète, parois sub-verticales et rubéfiées, profondeur conservée sur 21 cm.
Comblement : sédiment limono-argileux jaune orangé contenant des tessons de céramique, des fragments d’os brûlés, des clous et de nombreux charbons de bois dans sa partie inférieure.
Vestiges osseux : non prélevés.
Fond de fosse : 164,96 m NGF.

370SP 685
Type et datation : dépôt de crémation, phase indéterminée.
Fosse : circulaire, 26 cm de diamètre pour une profondeur de 21 cm.
Comblement : sédiment argileux contenant des tessons de céramique.
Vase ossuaire : incomplet, ni fouillé, ni étudié.
Fond de fosse : 164,91 m NGF.

371F 686
Type et datation : dépôt de résidus de bûcher ? Phase indéterminée.
Fosse : circulaire, en cuvette, diamètre de 34 cm pour une profondeur conservée de 6 cm.
Comblement : sédiment limoneux brun clair contenant quelques tessons de céramique et des fragments d’os brûlés.
Fond de fosse : 164,86 m NGF.

Bibliographie

Argant T., 2006, 7-11 rue des Chartreux, Lyon 69001, Rapport d’opération d’archéologie préventive, déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 2 vol., 259 p.

Arlaud C. dir., Lurol J.-M., Savay-Guerraz S., Vérot-Bourrely A., 2000, Lyon : les dessous de la Presqu'île, Bourse, République, Célestins, Terreaux, Lyon, S.R.A., 280 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 20).

Barreto F., Laroche C., Lenoble M., 2006, « Un atelier de potier du ier siècle, rue Cottin à Vaise, Lyon, 9», R.A.E., t. 54-2005, p. 71-93.

Béal J.-Cl., 1983, Catalogue des objets de tabletterie du Musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, Univ. J. Moulin/Paris, de Boccard, 421 p. (Coll. du Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’Univ. Jean Moulin, Lyon III, 1).

Bel V., 1996, « Étude spatiale de sept incinérations primaires gallo-romaines de la région lyonnaise », Bull. et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., t. 8, fasc. 3-4, p. 207-222.

Bel V., 2002, Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule : la nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Lattes, ARALO, 539 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 11).

Bel V., Gisclon J.-L., 1995, 54 rue Pierre Audry, Lyon 69005, D.F.S. d’opération préventive de fouille archéologique, Lyon, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes.

Bel V., Tranoy L., 1993, « Note sur les busta dans le Sud-Est de la Gaule », in : Struck M. dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zur Religion, Bevölkerungstruktur und Sozialgeschichte, Mayence, p. 93-110 (Archäologische Schriften des Instituts für Vor- und Frühgeschichte des Johannes Gutenberg-Universität Mainz, 3).

Bel V., Fabre L., Feugère M., Mauné S., Rascalou P., Raux S., Rodet-Belarbi I., 2004, « L’ensemble funéraire (20/120 ap. J.-C.) : organisation, pratiques funéraires et mobiliers », in : Thernot R., Bel V., Mauné S. dir., L’établissement rural antique de Soumaltre (Aspiran, Hérault) : ferme, auberge, nécropole et atelier de potier en bordure de la voie Cessero-Condatomagus (ier-iie siècle), Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 223-265 (Archéologie et Histoire Romaine, 13).

Bel V., Blaizot F., Bonnet C., Gagnol M.-E., Georges P., Gisclon J.-L., Lisfranc R., Richier A., Wittmann A., 2009, « L’étape de la crémation : les bûchers funéraires », in : Blaizot F. dir., Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., p. 89-150 (Gallia, 66.1).

Bellon C., 1995, 9 rue du Docteur Horand, Lot 4 (Horand IV), Lyon 69009, D.F.S. de sauvetage urgent, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 41 p.

Bertrand É., 2000, « Lyon : les potiers gallo-romains de la Butte », Archéologia, 371, oct. 2000, Dijon, éd. Faton, p. 60-65.

Bertrand É., Élaigne S., Desbat A., Schmidt A., 1997, « L'atelier de la Butte, dans les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 2e partie : les ateliers du ier s. après J.-C. », Gallia, t. 54, p. 33-36.

Bet Ph., 1989, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux, ier-iiie s. : considérations générales et formes inédites », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lezoux, 4-7 mai 1989, p. 37-54.

Bet Ph., Delor A., 2000, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire », in : Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1-4 juin 2000, p. 461-484.

Birkner R., 1980, L'image radiologique typique du squelette :aspect normal et variantes chez l'adulte et l'enfant : pour médecins, étudiants et manipulateurs, Paris, Maloine, Traduit de l'allemand par C. Bléry-Lüft, revu par M. Bléry (Édition originale : Das typische Röntgenbild des Skeletts, München, Urban & Schwarzenberg, 1977).

Blaizot F. dir., 2009a, Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., 387 p. (Gallia, 66.1).

Blaizot F., 2009b, « L’image sociale et culturelle des pratiques funéraires : expressions et évolutions de la société romaine dans le sud-est de la Gaule », in : Blaizot F. dir., Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., p. 311-344 (Gallia, 66.1).

Blaizot F., Bonnet C., 2007, « Traitements, modalités de dépôt et rôle des céramiques dans les structures gallo-romaines », in : Baray L., Brun P., Testart A. dir., Pratiques funéraires et société : nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale, Actes du colloque de Sens, 12-14 juin 2003, Dijon, E.U.D., p. 207-228 (Coll. Art, archéologie & patrimoine).

Blaizot F., Tranoy L., 2004, « La notion de sépultures au Haut-Empire : identification et interprétation des structures funéraires liées à la crémation », in : Baray L. dir., Archéologie des pratiques funéraires: approches critiques, Actes de la table ronde, Glux-en-Glenne, 7-9 juin 2001 Glux-en-Glenne, p. 171-187 (Bibracte, 9).

Blaizot F., Bel V., Bonnet C., Wittman A., Georges P., Gisclon J.-L., Tranoy L., Vieugué J., 2009a, « Structures secondaires et structures accessoires », in : Blaizot F. dir., Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., p. 175-252 (Gallia, 66.1).

Blaizot F., Bel V., Bonnet C., Georges P., Richier A., 2009b, « Les pratiques post-crématoires dans les bûchers », in : Blaizot F. dir., Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., p. 151-174 (Gallia, 66.1).

Blaizot F., Bel V., Bonnet C., Wittman A., Vieugué J., Deberge Y., Georges P., Gisclon J.-L., 2009c, « La pratique de l’inhumation », in : Blaizot F. dir., Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., p. 15-88 (Gallia, 66.1).

Boës É., 2002, « 62 rue du Commandant Charcot, Lyon 69005 », B.S.R. Rhône Alpes, p. 197-199.

Bouvier A., 2000, 47 rue du Chapeau Rouge, Lyon 69009, D.F.S. de fouille préventive, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 122 p.

Bouvier A., Gisclon J.-L., 1998, 41 rue Joliot Curie, Lyon 69005, D.F.S. de fouille de sauvetage, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 44 p.

Bravard J.-P., Prestreau D. dir., 1997, Dynamique du paysage : entretiens de géoarchéologie, table ronde tenue à Lyon, 17-18 nov. 1995, Lyon, S.R.A., 282 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15).

Bravard J.-P., Vérot-Bourrely A., Salvador P.-G., 1992, « Le climat d’après les informations fournies par les enregistrements sédimentaires fluviaux étudiés sur les sites archéologiques », Les nouvelles de l’Archéologie, 50, p. 7-12.

Bravard J.-P., Vérot-Bourrely A., Franc O., Arlaud C., 1997, « Paléodynamique du site fluvial de Lyon depuis le Tardiglaciaire », in : Bravard J.-P., Prestreau M. dir., Dynamique du paysage : entretiens de géoarchéologie : table ronde tenue à Lyon, 17-18 nov. 1995, Lyon, S.R.A., p. 315-326 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15).

Bruzek J., 2002, « A method for visual determination of sex, using the human hip bone », American Journal of Phys. Anthropology, 117, p. 157-168.

Bura P., 2001, « Autposie d'une tombe-bûcher : les exemples de Thérouanne et de Bruay-la-Buissière », in : Geoffroy J.-F., Barbé H. dir., Les nécropoles à incinérations en Gaule Belgique : synthèses régionales et méthodologie, Actes du XIXème colloque international du Centre de recherches archéologiques de l'Univ. Charles de Gaulle-Lille 3, 13-14 déc. 1996, p. 167-176 (Revue du Nord, H.S. - coll. Archéologie, 8).

Carpentier V., Ghesquière E., Marcigny C., 2007, Archéologie en Normandie, Rennes, éd. Ouest-France/Paris, INRAP, 127 p.

Castella D., Martin Pruvot C., Duvauchelle A., Koenig F., 1999, La nécropole gallo-romaine d'Avenches ‘En Chaplix’ : fouilles 1987-1992, Lausanne, 334 p.(Cahiers d'Archéologie Romande, 77).

Cécillon C., 2000, 20-22 rue Élie Rochette, 33-35 rue du Père Chevrier, Lyon 69007, D.F.S. d’évaluation archéologique, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 25 p.

Chapon P., Bussière J., Delattre L., Feugère M., Richier A., Roth-Congès A., Villemeur I., 2004, « Les nécropoles de Vernègues (B.-du-Rh.) : deux ensembles funéraires du Haut-Empire à la périphérie d’une agglomération secondaire », R.A.N., t. 37, p. 109-209.

Chastel J., Plassot E., Thierot F., 1995, « Le quartier Saint-Pierre de Vaise : la voie et les sépultures gallo-romaines », in : Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L. dir., Vaise : un quartier de Lyon antique, Lyon, S.R.A., p. 36-70 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 11 – Série lyonnaise, 5).

Darblade-Audoin M.-P.., 2006, Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule. T. II : Lyon, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, XLIX-219 p. (Nouvel Espérandieu, 2).

Desbat A., 2007 « La topographie historique de Lugdunum », in : Chomer C., Le Mer A.-C. dir., Lyon, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 179-191 (Carte Archéologique de la Gaule, 69/2).

Desbat A., Batigne-Vallet C., 2001, L’atelier de potiers antique de la rue du Chapeau Rouge à Vaise, Lyon 9e, Lyon, ALPARA, 48 p.

Desbat A., Savay-Guerraz H., 1986, « Les productions de céramique à vernis argileux de Saint-Romain-en-Gal », Figlina, 7, p. 91-104.

Desbat A., Genin M., Lasfargues J., 1996, « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 1ère partie : Les ateliers précoces », Gallia, t. 53, Paris, CNRS éd., p. 1-249.

Duday H., 2005, « L'archéothanatologie ou l'archéologie de la mort », in : Vandermeersch B., Dutour O., Hublin J.-J. éd., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 153-215.

Duday H., Depierre G., Janin T., 2000, « Validations des paramètres de quantification, protocoles et stratégies dans l’étude anthropologique des sépultures secondaires à incinération : l’exemple des nécropoles protohistoriques du Midi de la France », in : Dedet B., Marchand G., Py M., Schwaller M. dir., Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier Âge du Fer, Actes du XXIème colloque international de l'AFEAF, Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997 : thème spécialisé, p. 7-29 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

Feugère M., 1993, « L'évolution du mobilier en céramique dans les sépultures antiques de Gaule méridionale (iie siècle av. J.-C. - début du ve siècle ap. J.-C.) », in : Struck M. dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zur Religion, Bevölkerungstruktur und Sozialgeschichte, Mayence, p. 119-165 (Archäologische Schriften des Instituts für Vor- und Frühgeschichte des Johannes Gutenberg-Universität Mainz, 3).

Frascone D., 1999, La voie de l’Océan et ses abords, nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise : le boulevard périphérique nord de Lyon, Lyon, S.R.A., 172 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 18 – Série lyonnaise, 7).

Garnier N., Silvino T., Todarski C., Rolando C., 2008, « Des balsamaires gallo-romains livrent leur contenu : résultats préminaires de l’analyse organique structurelle », in : Bodiou L., Frère D., Mehl V. dir., Parfums et odeurs dans l’Antiquité, Rennes, Presses Univ. de Rennes, p. 71-79 (Coll. Archéologie et culture).

Genin M., 1993, « Céramiques augustéennes du Verbe-Incarné à Lyon : étude de trois ensembles clos », R.A.E., t. 44, p. 63-104.

Genin M., 1994, « Céramiques augustéennes précoces de Lyon : étude du dépôt de la montée de Loyasse (L3) », R.A.E., t. 45, p. 321-359.

Genin M., 1997, « Les horizons augustéens et tibériens de Lyon, Vienne et Roanne : essai de synthèse », in : Actes du congrès de la SFECAG, Le Mans, 8-11 mai 1997, p. 13-36.

Gisclon J.-L., 2000, 77-79 rue Pierre Audry, Lyon 69009, D.F.S. de sauvetage urgent, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 95 p.

Jacquet P., 2004, Îlot Mas, rue Sergent Michel Berthet, rue du Bourbonnais, D.F.S., Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 132 p.

Krogman W.M., 1978, The human skeleton in forensic medicine,Springfield (USA), Charles Thomas, 337 p.

Kuntz L., 1997, 62 avenue du Point du Jour, Lyon 69005, D.F.S. de fouille de sauvetage urgent, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 31 p.

Laroche C., 1997a, « L’atelier de la Muette (2e période) », Gallia, t. 54, Paris, CNRS éd., p. 51-54.

Laroche C., 1997b, « L’atelier de la Sarra », Gallia, t. 54, Paris, CNRS éd., p. 55-61.

Le Nezet-Célestin M., Franc O., Bonnet C., Blaizot F., Plantevin C., 1995, Place Valmy, Station de métro, Lyon 69009, D.F.S. de sauvetage programmé, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 87 p.

Le Nezet-Célestin M., Franc O., Bonnet C., Bellon C., Rambault B., 1999, Villa Montel, 41-43 rue du Bourbonnais, 69009 Lyon, Rapport provisoire, présentation des données de la fouille, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 87 p.

Lenorzer S., 2006, Pratiques funéraires du Bronze final IIIb au premier Âge du Fer en Languedoc occidental et Midi-Pyrénées : approche archéo-anthropologique des nécropoles à incinérations, Mémoire de thèse, Université Bordeaux 1, 2 vol., 1110 p.

Lepetz S., 1993, « Les restes animaux dans les sépultures gallo-romaines », in : Ferdière A. dir., Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (ier s. av. J.-C., ve s. ap. J.-C.), Actes du colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 fév. 1992, p. 37-44 (6ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Lintz G., 1991, « Sépultures gallo-romaines des Ribières, commune de Bessines, Haute-Vienne », Travaux d’Archéologie Limousine, 11, p. 65-101.

Lintz G., 2001, La nécropole des Sagnes à Pontarion (Creuse), Chauvigny, Ass. des Publications Chauvinoises, 370 p. (Mémoire, 20).

Lloyd Moran G., 1981, The mirrors : including a description of the Roman mirrors found in the Netherlands, in other Dutch museums, Nijmegen, Rijksmuseum G.M. Kam, 128 p. (Description of the collections in the Rijksmuseum G. M. Kam at Nijmegen, 9).

Lowrance E.W., Latimer H.B., 1957, « Weights and linear measurements of 105 human skeletons from Asia », American Journal of Phys. Anthropology, 101, p. 445-459.

MacKinley J.I., 1993, « Bone fragment size and weights of none from Modern British cremations and the implications for the interpretation of archaeological cremations », International Journal of Osteoarchaeology, 3, p. 283-287.

MacKinley J.I., 2000, « Phoenix rising : aspects of cremation in Roman Britain », in : Pearce J., Milett M., Struck M. éd., Burial, society and context in the Roman world, Oxford, Oxbow, p. 38-44.

Maza G., Saison A., Vallet C., Becker C., 2002, « Un dépotoir d’atelier de potiers du ier siècle de notre ère dans la cour des subsistances à Lyon », in : Actes du congrès de la SFECAG, Bayeux, 9-12 mai 2002, p. 275-330.

Mège C., 2003, « Le mobilier céramique des niveaux augusto-tibériens de la ZAC Charavay, Lyon-Vaise (Rhône) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 555-559.

Méniel M., 1993, « Les animaux dans les pratiques funéraires des Gaulois », Revue archéologique de l'Ouest, 6, p. 285-290.

Moliner M., Mellinand P., Naggiar I., Richier A., Villemeur A., 2003, La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (ive s. av. J.-C.-iie s. ap. J.-C.), Aix-en-Provence, Edisud, 487 p. (Études massaliètes, 8).

Moorrees C.F.A., Fanning A., Hunt E.E., 1963a, « Age variation of formation stages for ten permanent teeth », Journal of Dental Research, 42, p. 1490-1502.

Moorrees C.F.A., Fanning A., Hunt E.E., 1963b, « Formation and resorption of three deciduous teeth in children », American Journal of Phys. Anthropology, 21, p. 205-213.

Murail P., Bruzek J., Houët F., Cunha E., 2005, « DSP : un outil de diagnose sexuelle probabiliste à partir des données métriques de l'os coxal », Bull. et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 17, p. 167-176.

Nin N., 2006, La nécropole méridionale d’Aix-en-Provence, ier-vie siècles ap. J.-C. : les fouilles de la ZAC Sextius Mirabeau, 1994-2000, 241 p. (37ème suppl. à la R.A.N.).

Picon M., 2002, « À propos des sigillées, présigillées et imitations de sigillées : question de ‘coûts’ et de marchés », in : Actes du congrès de la SFECAG, Bayeux, 9-12 mai 2002, p. 345-356.

Polfer M., 2001, « Les aires de crémation et les fosses à cendres des nécropoles à incinération gallo-romaines : état actuel et perspectives de recherche », in : Geoffroy J.-F., Barbé H. dir., Les nécropoles à incinérations en Gaule Belgique : synthèses régionales et méthodologie, Actes du XIXème colloque international du Centre de recherches archéologiques de l'Univ. Charles de Gaulle-Lille 3, 13-14 déc. 1996, p. 147-154 (Revue du Nord, H.S. - coll. Archéologie, 8).

Ramponi C., Franc O., Rambault B., Sekhari Z., Couteau S., 2005, 30-32 rue de Bourgogne, Lyon 69009, Rapport de diagnostic archéologique, Rapport déposé au S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 32 p.

Riha E., 1986, Römisches Toilettgerät und medizinische Instrumente aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum, 188 p. (Forschungen in Augst, 6).

Riha E., 1990, Der römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum, 245 p. (Forschungen in Augst, 10).

Riha E., 1994, Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst : die Neufunde seit 1975, Augst, Römermuseum, 206 p. (Forschungen in Augst, 18).

Rivet L., Schindler-Kaudelka E., 2006, « Les sigillées tardo-italiques (TSTI) de formes Drag. 35-36 / Conspectus 39-44 à décor barbotiné », in : Actes du congrès de la SFECAG, Pézenas, 25-28 mai 2006, p. 641-654.

Robin I., 2008, « Mobilier en verre en contexte funéraire : l’exemple du site du 62 rue du Commandant Charcot, Le Sextant à Lyon (ier s. ap. J.-C.) », Bull. de l’Association Française pour l’Archéologie du verre, 16, p. 62-68.

Scheid J., 1984, « Contraria facere : renversements et déplacements dans les rites funéraires », Archeologia e storia antica, VI, Napoli, p. 117-139.

Sellier P., 1993, « L'estimation de l'âge des fœtus et des enfants morts en période périnatale : une révision de Fazekas et Kósa (1978) », in : Tillier A. dir., Croissance et vieillissement, Actes du 21ème colloque du Groupement des anthropologistes de langue française, Bordeaux, 13-15 mai 1993, Résumé p. 45.

Sellier P., 1996, « La mise en évidence d'anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult », in : Piningre J.-F. dir., Nécropoles et société au premier Âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Paris, éd. de la M.S.H., p. 188-202 (Documents d’Archéologie Française, 54).

Thollon-Pommerol C., Laroche C., 1997, « L’atelier de Trion (place Cardinal-Gerlier) », Gallia, t. 54, Paris, CNRS éd., p. 63-68.

Tranoy L., 1995a, « Les découvertes funéraires », in : Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L. dir., Vaise : un quartier de Lyon antique, Lyon, S.R.A., p. 261-267 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 11 – Série lyonnaise, 5).

Tranoy L., 1995b, Recherches sur les nécropoles antiques de Lyon : topographie et rites funéraires : l’acquis des fouilles récentes de la Favorite et du Quai Arloing, Mémoire de thèse, Univ. de Provence-Aix-Marseille I, 3 vol.

Tranoy L., 1995c, « Le quai Arloing : artisanat et nécropole », in : Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L. dir., Vaise : un quartier de Lyon antique, Lyon, S.R.A., p. 179-254 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 11 – Série lyonnaise, 5).

Tranoy L., Blaizot F., Bel V., Georges P., 2009, « Les espaces funéraires », in : Blaizot F. dir., Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., p. 253-309 (Gallia, 66.1).

Treffort C., 1993 « Les meubles de la mort : lit funéraire, cercueil et natte de paille », in : Alexandre-Bidon D., Treffort C. dir., À réveiller les morts : la mort au quotidien dans l'Occident médiéval, Lyon, Presses Univ. de Lyon, p. 207-221.

Vernhet A., 1976, « Création flavienne de six services de vaisselle à La Graufesenque », Figlina, 1, p. 13-27.

Vérot-Bourrely A., Argant J., Bravard J.-P., Chaix L., Bellon C., Plantevin C., Burnouf J., 1995, « Le paléo-environnement de Gorge de Loup (Lyon 9e) : les signes matériels de la dégradation d’après l’étude interdisciplinaire du gisement », in : Van der Leeuw S. éd., L’homme et la dégradation de l’environnement, Actes des XVème rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 20-22 oct. 1994, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 43-77.

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Schmitt, Michèle Monin, Éric Bertrand, Emma Bouvard, Stéphane Carrara, Stéphane Gaillot, Stéphane Rottier et Thierry Argant, « Un ensemble funéraire du Haut-Empire le long de la voie de l’Océan (Lyon 9e) », Revue archéologique de l’Est, Tome 59-1 | 2010, [En ligne], mis en ligne le 17 octobre 2011. URL : http://rae.revues.org/6487. consulté le 01 mai 2017.

Auteurs

Aurore Schmitt

UMR 6578 - Anthropologie bioculturelle, Faculté de Médecine Nord, Boulevard Pierre Dramard, 13916 Marseille Cedex 20 aurore.schmitt@univmed.fr

Éric Bertrand

Service Archéologique de la Ville de Lyon, 10 rue Neyret, 69001 Lyon.

Michèle Monin

Service Archéologique de la Ville de Lyon, 10 rue Neyret, 69001 Lyon.

Thierry Argant

Association de Recherche Paléoécologique en Archéologie, Géode, 2 rue Raphaël Dubois, 69622 Villeurbanne Cedex.

Articles du même auteur

Stéphane Carrara

Service Archéologique de la Ville de Lyon, 10 rue Neyret, 69001 Lyon.

Articles du même auteur

Stéphane Gaillot

Service Archéologique de la Ville de Lyon, 10 rue Neyret, 69001 Lyon.

Stéphane Rottier

UMR 5199 - Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé, Université Bordeaux 1, Avenue des Facultés, 33405 Talence Cedex.

Articles du même auteur

Emma Bouvard

UMR 5138 - Archéométrie et Archéologie, Origine, datation et technologie des matériaux, Maison de l'Orient et de la Méditerranée - Jean Pouilloux, 7 rue Raulin 69365 Lyon Cedex 7.

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés