Navigation – Plan du site
Articles
Albéric Olivier

La Porte D’Arroux à Autun : observations sur l’architecture et le décor d’une porte d’enceinte gallo-romaine du Haut-Empire et sa parenté avec l’arc honorifique de Langres

p. 265-286

Résumés

La présence d’un échafaudage a facilité une observation rapprochée des parties hautes de la façade côté campagne de cette porte d’enceinte. Il a été possible de regarder, photographier et mesurer les éléments du décor, spécialement la série des huit chapiteaux de pilastre corinthien de la galerie haute ainsi que les corniches modillonnaires des deux entablements. Les traces de taille (parements ravalés ou non) sont déterminantes pour préciser l’ordre chronologique de la construction (la porte précédant les tours qui l’encadraient) et conforter l’hypothèse de la présence d’une cour en liaison avec les herses.
Le caractère monumental et le décor autorisent à rapprocher cette porte d’enceinte de l’arc honorifique de Langres construit à la même époque. Avec le mausolée de Faverolles et d’autres blocs conservés dans les musées régionaux, il apparaît que la Bourgogne possède plusieurs monuments construits entre la bataille d’Alésia et notre ère.

The presence of scaffolding has given us the opportunity to inspect and record the high masonry of the exterior façade of this enclosure gate. It has been possible to observe, photograph and measure the decorative elements, in particular the eight capitals of the Corinthian pilasters of the high gallery as well as the modillion cornices of the two entablatures. Stone cuts (on the restored parts or not) indicate the construction order (the gate preceding the two stone towers that flank it on either side) and support the hypothesis of the presence of a courtyard in relation to the portcullis.
The monumental character and the decor are very similar to those of the honorific arch of Langres, which was built during the same period. With the Faverolles mausoleum and other blocks kept in the regional museums, it seems that Burgundy has several monuments that were built between the time of the Alesia battle and the first years AD.

Die Archäologen nutzten ein gerade aufgestelltes Gerüst, um den zum umliegenden Land orientierten, höher gelegenen Teil der Fassade dieses Stadttores näher zu untersuchen. Sie konnten die Dekorelemente näher in Augenschein nehmen, fotografieren und vermessen, insbesondere die Reihe der acht korinthischen Pilasterkapitelle der oberen Galerie sowie die Konsolgesimse der beiden Gebälke. Die Bearbeitungsspuren (verputzte oder unverputzte Mauerflächen) sind für die Bestimmung der Chronologie des Torbaus entscheidend (das Tor wurde vor den Türmen errichtet, die es rahmen) und stützen die Hypothese, dass es im Zusammenhang mit den Fallgattern einen Vorhof gegeben haben muss.
Der monumentale Charakter und das Dekor dieses Stadttors entsprechen dem ebenfalls in dieser Zeit errichteten Triumphbogen von Langres. Mit dem Mausoleum von Faverolles und anderen in den Museen der Region aufbewahrten Blöcken zeigt es, dass in Burgund in der Zeit zwischen der Schlacht bei Alesia und der Zeitenwende mehrere Monumente errichtet wurden.

Texte intégral

PDF 14MSignaler ce document
  • 1 André Carrier-Guillomet, ingénieur au CEPAM du CNRS, Sophia Antipolis.
  • 2 Alain Rebourg est décédé le 22 avril 1999, il y a plus de dix ans déjà. Maître de conférence à l’ (...)

1Lors de la célébration du bimillénaire de la création d’Augustodunum en 1985, la ville d’Autun a effectué un gros travail de restauration et de mise en valeur de ses monuments. Pour les travaux de la porte d’Arroux, un échafaudage a été placé contre la face septentrionale, côté campagne, par l’architecte en chef des M. H. Michel Jantsen. J’ai donc pu, à cette occasion, faire des relevés, des observations sur les parties hautes et prendre des photos. À la même époque un relevé photogrammétrique des deux facades (côté ville et côté campagne) de la porte a été effectué par André Carrier-Guillomet en 19841. Un compte rendu succinct de ce travail a été donné dans le catalogue de l’exposition « Autun-Augustodunum » (Pinette, 1987, p. 55-58), mais de nombreuses observations, qui auraient dû figurer dans une étude programmée avec Alain Rebourg, n’ont pas été publiées du fait de sa disparition2.

2Il me paraît utile aujourd’hui de faire part des observations qui ont été effectuées à l’époque afin de faciliter le travail des chercheurs intéressés par ce monument. Ces remarques portent sur l’architecture (appareil, scellements, épiderme, ravalement) et sur le décor architectural (l’ordre corinthien de la galerie supérieure, l’entablement intermédiaire). De leur analyse se dégagent des éléments de datation qui permettent des rapprochements avec des exemples régionaux.

  1. I. L’architecture

    1. I.1. Description

3La porte d’Arroux, l’une des quatre portes de l’enceinte d’Augustodunum, est située à l’extrémité septentrionale du cardo, enjambant la voie d’Agrippa (fig. 1 et 2). À l’heure actuelle, malgré les destructions, le parti général est resté très clair (fig. 3) : deux grands passages carrossables flanqués de chaque côté d’un passage piétonnier, le tout encadré par deux tours aujourd’hui disparues, de plan semi-circulaire, côté campagne, et rectangulaire, côté ville. Les passages carrossables étaient munis d’une herse dont les glissières sont très visibles (fig. 4) alors que les passages piétonniers étaient fermés par des vantaux.

image

Fig. 1. Localisation des sites. Plans schématiques de l’enceinte d’Autun (éch. 1/35 000) et de la porte d’Arroux d’après Roidot-Deléage (éch. 1/500). 1 : Autun ; 2 : Faverolles ; 3 : Langres ; 4 : Dijon ; 5 : Lyon. A : Porte de Rome ; B : Porte Saint-André ; C : Porte d’Arroux ; D : Porte Saint-Andoche ; E : Cathédrale Saint-Lazare.

image

Fig. 2. Vue d’Autun en direction du sud : au premier plan, la porte d’Arroux en partie masquée ; au fond, la cathédrale Saint-Lazare se détachant devant la haute colline boisée au sud de la ville. (cl. A. Olivier).

4Ces quatre passages, profonds de 4,25 m et couverts par des voûtes en berceau, supportaient à l’origine une galerie reliant les tours entre elles. Cette galerie était éclairée, de chaque côté, par une suite de dix arcades étroites séparées par des piliers de même largeur : sept d’entre elles du côté campagne ont subsisté alors qu’elles ont totalement disparu côté ville. La façade septentrionale tournée vers la campagne a conservé de précieux vestiges de son décor : les archivoltes des grandes voûtes, un entablement qui fait la transition avec l’étage et l’ordre complet de cet étage (pilastres corinthiens et entablement). Côté ville, en revanche, l’ensemble est moins bien conservé : la voûte du passage piétonnier occidental a disparu ainsi que les arcades de la galerie, ce qui permet de voir l’arrière des blocs de la façade brut de carrière et l’intérieur de la galerie avec une série de chapiteaux épannelés (infra, fig. 11 et 12).

image

Fig 3. Élévation de l’état actuel de la face septentrionale (côté campagne) de la porte d’Arroux. Le contraste de couleur entre le calcaire très clair et les dés d’arkose a été accentué (A. Olivier).

image

Fig. 4. Passage carrossable oriental vu vers l’ouest avec ses glissières et la saignée dans la voûte en berceau pour la herse (cl. A. Olivier).

      1. I.2. L’appareil

5Les piédroits des quatre arcs du rez-de-chaussée sont construits sur des socles d’arkose, grès gris-vert dont on voit l’assise supérieure et une partie de l’assise sous-jacente formant la transition entre les fondations proprement dites et l’élévation du monument. Les lits d’attente de ces socles sont sur un même niveau parfaitement horizontal.

6La porte elle-même est construite en blocs de calcaire de Fontaines, dans la Côte chalonnaise, dont la couleur blanche contrastait avec les socles de fondation et le parement des tours en moellons, aux coloris variés. Cet appareil est à joints vifs, sans mortier. Les joints au mortier visibles actuellement sont dus à des rejointoiements et réparations diverses. Là où les blocs n’ont pas bougé, les joints sont d’une finesse remarquable, témoignage de la maîtrise des tailleurs de pierre antiques. Les blocs étaient liés entre eux par des agrafes : sur le lit d’attente des blocs des assises supérieures sont visibles des mortaises à queue d’aronde pour des agrafes en bois (fig. 5). Les agrafes métalliques en PI liant verticalement les blocs sont modernes.

image

Fig. 5. Mortaise pour agrafe en queue d’aronde sur le lit d’attente de l’architrave supérieure. Les cadres d’anathyrose sont visibles sur toutes les faces de joint (cl. A. Olivier).

7À l’étage de la galerie, les huit piliers conservés sur les onze primitifs reposent sur une assise posée sur la corniche intermédiaire ; ils sont tous constitués de sept blocs superposés, cinq jusqu’à la naissance des arcs, un sommier commun à deux arcs, un bloc pour le chapiteau (fig. 6 et 7). Entre ces chapiteaux, un seul bloc de clé prend appui sur les sommiers ; de ce fait les arcs ne sont composés que de trois blocs, deux sommiers et une clé, ce qui annihile presque complètement les poussées. Primitivement, l’ensemble des dix arcades, donc des onze piliers, comprenait 77 blocs pour les piliers et 10 clés, soit au total 87 blocs. Ces piliers sont ornés sur chaque face d’un pilastre complet, base, fût rudenté et chapiteau corinthien. Sur la façade extérieure tournée vers la campagne, ces pilastres sont très soigneusement traités alors que sur le revers tourné vers la ville, les pilastres et leur chapiteau sont restés épannelés.

image

Fig. 6. Arcades de la galerie d’étage et son ordre corinthien complet. Ces arcades reposent sur un entablement médian dont on distingue le sommet de l’architrave, la frise lisse et la corniche (cl. A. Olivier).

image

Fig. 7. Élévation de détail de l’entablement intermédiaire et de l’ordre supérieur. À gauche, la coupe passe par l’axe des grands arcs du rez-de-chaussée et celui d’une arcade. De dr. à g. sont dessinés les chapiteaux 1 et 2, puis 6 et 7 (A. Olivier).

      1. I.3. Ravalement

8Pour une construction romaine en grand appareil, ce qui est le cas de la porte d’Arroux, le travail se fait en plusieurs étapes. D’abord les lits de pose et les faces de joint des blocs sont travaillés pour constituer une assise ; puis les lits d’attente sont arasés afin d’obtenir une surface régulière et horizontale pour l’assise suivante. Il en est de même pour les blocs des voûtes en berceau, préparés au sol et mis en place sur un couchis posé sur des cintres. Dans cette phase de construction, les parements visibles de l’extérieur conservent leur aspect brut issu de la taille en carrière ou bien sont sobrement épannelés. En même temps ou peu de temps après, les tours et les différents murs en blocage à parement de moellons sont construits. Ce n’est que lorsque la construction est terminée que les décors sont sculptés et qu’est exécuté le ravalement général des parements, en commençant par le haut du monument.

9Le parement de la porte d’Arroux conserve plusieurs zones non ravalées dont l’examen montre qu’elles sont le résultat, pour deux groupes d’entre elles, d’une même cause, le contact des murs en maçonnerie avec la porte en grand appareil : leur analyse apporte des informations importantes sur le plan du monument.

  • 3 Et non 18,70 m, distance donnée dans Autun antique, p. 57, à la suite d’une erreur d’interprétati (...)

101- Le premier groupe concerne la liaison de la porte avec les tours qui l’encadraient. Côté campagne, les parements des piédroits extérieurs des passages piétonniers présentent une partie ravalée de 57 cm à l’est et de 65 cm à l’ouest, limitée par un petit ressaut saillant de 1 à 3 cm au-delà desquels le parement n’est plus ravalé. Si, à l’est, ce traitement n’est clair que sur quatre ou cinq assises, en revanche, à l’ouest, c’est-à-dire à droite en regardant cette façade, ce petit ressaut est visible sur toute la hauteur du monument jusqu’au chapiteau corinthien (fig. 3). À n’en point douter ce ressaut indique la limite du parement de la tour semi-circulaire. La construction de la porte et des tours a été concomitante, avec une légère antériorité de la porte : en effet c’est la maçonnerie à parement de moellons qui est plaquée contre le grand appareil de la porte et non l’inverse. Plusieurs détails le confirment : la moulure extérieure de l’archivolte de l’arc du passage piétonnier n’est pas complète et s’amortit dans le petit bourrelet inclus dans la maçonnerie de la tour (fig. 3) ; de même cette limite de la tour passe par l’axe du premier modillon de la corniche séparant les portes du rez-de-chaussée de la galerie de l’étage ; ce modillon n’est sculpté que sur la moitié, l’autre partie étant épannelée (fig. 28 et 29) ; cette disposition ne serait pas possible si la porte avait été construite après la tour ; enfin cette limite mord sur la cannelure extérieure du pilastre et le chapiteau le plus occidental de l’ordre supérieur n’a pas l’ampleur de ses voisins (fig. 7, 15 et 16).
En conclusion, les deux tours encadrant cette porte étaient distantes d’exactement 18,47 m3. Le ravalement de l’ensemble de la porte a été fait après la construction des tours en moellons.

11Côté ville, sur le piédroit oriental, celui de droite en regardant cette façade, cette limite de la partie ravalée correspondant au parement de la tour est parfaitement visible sur les trois blocs supérieurs et sur le premier claveau ; cette limite a disparu à l’ouest avec la destruction du piédroit occidental.

122- L’examen du deuxième groupe de zones non ravalées sur les parements côté ville permet d’apporter des éléments pour reconstituer le plan : les portes munies de herses sont normalement doublées par d’autres portes à vantaux situées à l’extrémité d’une cour, derrière la façade.

image

Fig. 8. Façade côté ville de la porte d’Arroux. Sur cette photo on voit qu’au-dessus de la porte piétonnière orientale (à droite), lors d’une restauration ancienne, un massif de moellons bruts monté au-dessus de la voûte en berceau a remplacé le grand appareil ; l’autre porte piétonnière ayant perdu sa voûte, le massif de moellons est bien moins important, rendant visible le revers de la façade (fig. 12). Il est possible de penser qu’une petite salle accessible depuis les tours ait existé au-dessus des deux passages piétonniers (cl. A. Olivier).

13Sur la façade côté ville (fig. 8), les parements des deux piédroits entre les passages piétonniers et les passages carrossables conservent une zone non ravalée sur une bande verticale large de 80 à 90 cm : à droite (à l’est), elle concerne les trois premiers claveaux de la porte piétonnière qui sont restés épannelés et atteint l’imposte du passage carrossable (fig. 9 et 10) ; à gauche, donc à l’ouest, cette bande non ravalée atteint au minimum le deuxième claveau du passage carrossable, soit 6,50 m au-dessus du trottoir actuel. Ces deux témoins concordants attestent qu’à l’évidence, deux murs ont été construits contre cette porte : l’absence apparente de liaison avec le grand appareil amène à considérer que ces murs perpendiculaires à la porte étaient construits en moellons, le ravalement général des parements étant postérieur à la construction de ces murs, comme nous venons de le voir pour les tours. Une première analyse de ces parements a été donnée dans le catalogue de l’exposition du bimillénaire d’Autun (Pinette, 1987, p. 55-58). L’hypothèse de la présence d’une cour, ne serait-ce que par des comparaisons, a déjà été signalée (Pinette, Rebourg, 1986, p. 60 ; Guillaumet, Rebourg, 1987, p. 45 ; Rebourg, 2002, p. 53-54).

image

Fig. 9. Élévation de l’état actuel de la façade du passage piétonnier oriental (A. Olivier). A : Zone non ravalée sous la forme d’une bande verticale de 80 cm de largeur au minimum. B : L’imposte est complètement sculptée, y compris au-dessus de la bande non ravalée. En revanche sur les trois claveaux de gauche les moulures de l’arc n’ont pas été sculptées. C : Deux claveaux en glissant ont déséquilibré le piédroit oriental. D : La ligne pointillée donne la position primitive du piédroit. E : Limite de la partie ravalée correspondant au parement de la tour disparue. F : Socle en arkose (grès). R : Restauration.

image

Fig. 10. Façade du passage piétonnier oriental (cl. A. Olivier).

14Cette hypothèse de murs encadrant une cour a été confortée par une observation faite lors des travaux d’illumination de la porte d’Arroux en décembre 2000 (Labaune, 2002, p. 15). Pour passer les câbles électriques, des tranchées ont été creusées par une entreprise. Dans l’une d’elles, au sud du piédroit séparant les passages carrossable et piétonnier orientaux, c’est-à-dire à droite en regardant le monument depuis la ville, un mur perpendiculaire à la façade, large de 75 cm, a été vu sur 60 cm de longueur à 60 cm au sud du piédroit de la porte. Ce mur a conservé au moins quatre assises de moellons et est situé, d’après le plan fourni, bien en face de la bande non ravalée décrite plus haut. Des sondages plus poussés seraient nécessaires pour confirmer qu’il s’agit bien des murs de la cour, ne serait-ce que pour comprendre le petit écart de dimensions entre l’épaisseur de ce mur enfoui, probablement masqué par un enduit sur ses deux faces, et la largeur des bandes non ravalées des parements des piédroits, ces observations ayant été faites avec des conditions climatiques difficiles dans des tranchées d’ouvrier.

153- Le troisième groupe de blocs restés épannelés concerne les pilastres et les chapiteaux du revers de la façade de la galerie d’étage : c’est la partie la plus visible actuellement, mais dans l’Antiquité, ce parement était masqué par la façade symétrique, côté ville, qui encadrait la galerie (fig. 11). Il n’est pas facile de savoir pourquoi ces pilastres et ces chapiteaux n’ont pas été sculptés : est-ce lié à la présence des herses et de leur machinerie qui passaient devant ces éléments décoratifs, rendant la sculpture du décor inutile, ce qui a peut-être entraîné un changement de programme ?

image

Fig. 11. Revers de la façade côté campagne de la porte d’Arroux : les arcs, les pilastres et les chapiteaux nos 6, 7 et 8 épannelés ont du relief alors que l’architrave, la frise et les trois blocs de la corniche sont sur un même plan vertical (cl. A. Olivier).

164- Pour en terminer avec le ravalement, il faut remarquer que toutes les moulures des impostes ont été complètement sculptées, même celles qui ont été partiellement ou totalement masquées par les murs de la cour, c’est-à-dire les quatre impostes bien visibles maintenant que ces murs ont disparu. De même, les moulures d’imposte des petites arcades de la galerie d’étage ont été aussi terminées et mordent sur les pilastres non ravalés du revers de la façade. Certainement les moulures des impostes obéissaient à des impératifs qui nous échappent : elles ont été peut-être sculptées au moment de la pose pour donner un cadre au ravalement futur.

image

Fig. 12. Le passage piétonnier occidental ayant perdu sa voûte, le revers de la façade fait d’un empilement de blocs aux nombreuses traces de taille en carrière est un bon exemple de l’aspect provisoire que peut avoir un monument en grand appareil avant le ravalement vertical (cl. A. Olivier).

175- Pour compléter ce paragraphe sur les techniques architecturales, on peut remarquer que la destruction de la voûte du passage piétonnier occidental a fait apparaître le revers de la façade normalement masqué, qui est fait d’un empilement de blocs dont les traces de taille en carrière sont particulièrement nettes (fig. 12). Ces traces sont les mêmes que celles que l’on voit sur les blocs non ravalés du piédroit voisin. Une de ces traces sur le deuxième claveau de l’arc de ce même passage montre que la scie à pierre était aussi utilisée comme outil (fig. 13).

image

Fig. 13. Revers de l’arc de façade du passage piétonnier occidental : le deuxième claveau montre à son extrémité gauche une zone cassée au-delà d’une ligne courbe. Lorsque l’on scie un bloc de pierre, le sciage dure tant que les deux parties du bloc restent solidaires ; il arrive un moment où cet équilibre se rompt et les deux fragments se séparent brusquement sur le trait de scie. De ce fait la partie non sciée, brute et souvent en léger relief, est limitée par une ligne courbe. Sur les dalles de couverture en pierres sciées, la partie brute est la plupart du temps égalisée au taillant ou à l’herminette mais la limite courbe reste visible (cl. A. Olivier).

186- Parmi les traces visibles sur les parements, on peut s’arrêter sur celles laissées par les herses (fig. 14). Celles-ci ont besoin de glissières verticales creusées dans les parois des piédroits pour être guidées et d’une saignée de même largeur dans les voûtes, pour pouvoir monter et descendre. À Autun, les glissières sont larges de 15 à 18 cm, profondes de 15 cm et situées à 86/90 cm en arrière du parement septentrional. Les mêmes dimensions se trouvent sur la Porte de France à Nîmes, à arc unique de 4,41 m d’ouverture ; les glissières, larges de 14,5 à 17 cm et profondes de 15 cm, sont à 71 cm en arrière du parement de façade (Varène, 2002).

image

Fig. 14. Cette vue presque verticale donne le parement septentrionnal de la saignée de la herse : on distingue, de bas en haut, les claveaux larges de 90 cm de l’arc de façade, un fragment de la clé étant visible à l’extrême droite, puis le parement de la saignée avec ses petites griffures verticales et ses dépressions horizontales, et enfin, le début de la voûte en berceau du passage carossable (cl. A. Olivier).

  • 4 Harold de Fontenay (1889, p. 38, 39) n’adhère pas à l’hypothèse de Viollet-le-Duc qui pensait que (...)
  • 5 On peut reproduire le phénomène avec une lime à bois qu’il suffit de frotter sur une pierre, pour (...)

19Les traces laissées par les clous contre la paroi extérieure de la saignée sont parfaitement visibles4. Deux sortes de traces se superposent : de fines griffures verticales causées par les clous ou pointes saillantes de la herse, et des dépressions horizontales ressemblant à des vagues (fig. 14). Ces dépressions peuvent être interprétées comme le résultat des mouvements de balancier vers l’avant et vers l’arrière que subit la herse lorsqu’elle est actionnée dans la montée et la descente : la partie de la herse qui entre dans les glissières n’occupe pas toute la largeur de celles-ci ; de ce fait en montant ou descendant, la herse peut osciller vers l’avant ou vers l’arrière pour diverses causes (un petit décalage du centre de gravité, un obstacle à contourner, une pierre un peu trop saillante, par exemple)5. Les informations sur la forme des herses antiques sont rares. Les dimensions des arcs d’Autun imposent des herses hautes de 7 m environ et larges de 4,50 m, ce qui est considérable pour des structures en fer forgé ou en bois armé de liens ou barres métalliques. Ces rainures horizontales relativement profondes sont dues aux chocs répétés de pointes saillantes liés aux oscillations de la herse en mouvement. Ce sont certainement les pointes mises sur une ou plusieurs barres horizontales de la herse qui ont creusé cette série de rainures : ce résultat n’est pas sans analogie avec la création des nids de poules ou de la tôle ondulée sur les routes. Il sera peut-être possible, grâce à ces traces, de mieux comprendre la structure d’une herse antique.

    1. II. Le décor de la façade septentrionale

20L’architecture de cette porte est sobre ; les éléments décoratifs sont concentrés sur les archivoltes décorant les extrémités des voûtes, leurs impostes, l’entablement intermédiaire et l’ordre corinthien de l’étage.

      1. II.1. Les archivoltes

21À moulures lisses, elles sont traitées comme des architraves courbes : au rez-de-chaussée, elles ont toutes trois fasces, une large, une étroite et la troisième surmontée d’un talon droit et d’un listel ; à la galerie de l’étage, les ouvertures étant beaucoup plus étroites, les archivoltes n’ont que deux fasces, une large, l’autre couronnée par un talon droit et un listel (fig. 3 et 7).
Il en est de même pour les impostes, qui sont plus complexes au rez-de-chaussée (un bandeau droit, un talon, un cavet et un bandeau au sommet) qu’à l’étage, où il n’y a qu’un petit cavet, une doucine et un bandeau. La finesse des moulures lisses et la clarté de cette modénature font songer à la période augustéenne précoce.

22En ce qui concerne les ordres décoratifs, il semble préférable de commencer par l’étage qui est orné d’un ordre complet (pilastre, chapiteau corinthien, entablement), avant de décrire le grand entablement médian qui surmonte les arcs.

      1. II.2. L’ordre de la galerie de l’étage

231- Les pilastres de cette façade septentrionale ont une base très sobre à un seul boudin, ce qui est peu fréquent pour l’ordre corinthien, et pas de plinthe, ce qui est signe de précocité. Les six cannelures rudentées jusqu’au tiers de leur hauteur sont amorties par des ménisques sous le chapiteau (fig. 6 et 7). La largeur du fût représente à très peu près le 1/8 de la hauteur du pilastre (base + fût + chapiteau).

242- Les chapiteaux. Pour la commodité de la lecture, les chapiteaux sont comptés à partir de l’ouest, c’est-à-dire de droite à gauche en regardant la face nord tournée vers la campagne (et de gauche à droite pour le revers de cette façade).

25Les huit chapiteaux de la face septentrionale sont quasiment identiques à quelques détails près. Le premier chapiteau qui était au contact de la tour aujourd’hui disparue a sa moitié droite atrophiée mais presque complète, ce qui est un indice fort pour admettre que ce chapiteau a été sculpté la tour étant déjà construite (fig. 15 et 16). Les trois chapiteaux les plus orientaux (nos 6, 7 et 8) possèdent un traitement particulier du calice sur les feuilles rejoignant les hélices (cf. infra). Chaque chapiteau est entièrement sculpté dans un seul parpaing de calcaire qui, rappelons-le, traverse la façade et porte sur son revers un chapiteau corinthien épannelé ou une simple saillie non travaillée (nos 1 et 2).

26Les chapiteaux occupent toute la hauteur de ces blocs, 51-52 cm, mais pas toute la largeur : ils ne sont pas tous exactement centrés, certains étant décalés sur la gauche (n° 6 en particulier). Si leur état de conservation est très bon, il faut cependant remarquer que les retombées des feuilles des deux couronnes sont souvent cassées, ainsi que les extrémités des abaques, le chapiteau le plus oriental (n° 8) étant presque intact.

image

Fig. 15. Chapiteau corinthien n° 1 (le plus à l’ouest), au contact de la tour disparue ; la partie droite est rétrécie au détriment de la feuille de la deuxième couronne et de la volute d’angle (A. Olivier).

image

Fig. 16. Chapiteau n° 1 (Cl. A. Olivier).

27On a affaire à un chapiteau corinthien normal avec deux rangs de feuilles, deux caulicoles supportant les calices avec volutes et hélices, le tout couronné par un abaque orné d'un fleuron (fig. 17, 18 et 19). Les deux feuilles de la couronne inférieure, nettement séparées l’une de l’autre, sont à cinq lobes avec une nervure axiale en faible relief : deux lobes inférieurs incomplets à trois ou quatre digitations, deux lobes médians à cinq digitations et la retombée axiale. La dépression des lobes est réduite à un sillon allant jusqu'à l'extrémité de la digitation médiane, les autres digitations restant plates. Le sinus - l’échancrure séparant les lobes d’une feuille, se reporter à l’annexe - est découpé symétriquement : un vide en forme de goutte qui sépare les premières digitations de deux lobes voisins, puis un triangle ouvert pour les digitations suivantes correspondant au type D dit « à flèches » de la typologie d’Anne Congès (Roth-Congès, 1983, p. 117).

image

Fig. 17. Chapiteau corinthien type de la porte d’Arroux (A. Olivier).

image

Fig. 18. Chapiteau n° 2 (A. Olivier).

28La couronne supérieure comporte une grande feuille au centre, flanquée de deux demi-feuilles aux angles. Toutes ces feuilles se ressemblent, leur nervure axiale prend naissance sur le lit de pose du chapiteau.
Les caulicoles ont des tiges composées de longues feuilles d'eau séparées par des rainures et couronnées par une collerette torsadée (la torsade n'est vraiment nette que sur le chapiteau n° 2).

image

Fig. 19. Chapiteau n° 2 (Cl. A. Olivier).

  • 6 De très nombreux chapiteaux présentent un vide triangulaire sous l’abaque, entre les volutes et l (...)

29Chaque calice est formé de deux demi-feuilles orientées, l'une vers l'extérieur pour aller soutenir les volutes d'angle, l'autre vers le centre pour normalement soutenir les hélices. Ici, les hélices, nettement écartées l'une de l'autre, se trouvent à la verticale des caulicoles et montent jusqu’à la lèvre de la corbeille : elles semblent prendre la place de la fleur d’écoinçon si fréquente sur ce type de chapiteau6. Le fleuron déborde sur la corbeille. Il s’agit toujours d’une fleur à bouton central entouré de pétales tournoyant (fig. 19) ou de petites feuilles dont les sinus sont à découpe symétrique (fig. 21). Ce fleuron se trouve au sommet d’une tige ondulée qui naît d’un culot (ou petit calice) de deux feuilles divergentes situé au-dessus de la grande feuille axiale. L’abaque de plan concave est à moulures lisses (cavet tendu, listel).

image

Fig. 20. Chapiteau n° 6 possédant un petit décor dentelé accolé aux feuilles du calice tournées vers les hélices (A. Olivier).

image

Fig. 21. Chapiteau n° 8 avec la même particularité que le chapiteau n° 6 (cl. A. Olivier).

  • 7 Cette disposition particulière peut s’expliquer facilement en analysant la structure du calice d’ (...)

30Sur les calices des trois chapiteaux les plus orientaux, nos 6, 7 et 8, on peut voir un détail assez rare : la demi-feuille du calice tournée vers le centre possède un décor accolé sous la forme de trois ou quatre dents triangulaires plaquées contre la corbeille (fig. 20 et 21). Ces triangles superposés flanquant les calices de trois chapiteaux ne sont que le rappel de ces demi-feuilles atrophiées visibles par exemple sur le chapiteau du temple de Mars Ultor (fig. 22) ou celui du théâtre d’Arles (fig. 23)7.

image

Fig. 22. Croquis d’après photo (Amy, Gros, 1979, pl. 57) du chapiteau du temple de Mars Ultor à Rome (A. Olivier). A : Caulicoles. B : Calices. C : Nervure axiale des feuilles. D : Demi-feuilles atrophiées sous les volutes d’angle. E : Demi-feuille atrophiée du calice tournée vers les hélices. F : Petit calice ou culot de la tige du fleuron et sa retombée. G : Tige torsadée du fleuron. H : Hélices. I : Vide ; ce chapiteau en marbre, haut de 2 m, a ses crosses d’angle soudées entre elles mais décollées de la corbeille : de ce fait la lèvre de la corbeille est entièrement visible. J : La photographie montre l’angle où la volute de la crosse angulaire a disparu : la structure en est plus visible. K : En pointillés, la corbeille et sa lèvre. L : Sur ce chapiteau, les crosses d’angle issues de deux faces adjacentes sont liées depuis leur naissance contre la corbeille, ce qui les a rendues plus résistantes. D’ordinaire, les crosses sont indépendantes et plus fragiles en cas de choc. S : Sinus à découpe dissymétrique. Les feuilles de ce chapiteau n’ont que quatre digitations par lobe : cette formule acceptée pour ce grand temple qui devait être considéré comme un modèle n’a eu que très peu d’imitations.

image

Fig. 23. Croquis d’après photo (Roth-Congès, 1983, p. 28) de la partie centrale du chapiteau du théâtre d’Arles (A. Olivier). A : Feuille axiale de la deuxième couronne. B : Tige et collerette du caulicole très végétal. C : Petite feuille indépendante masquant la jonction des deux feuilles divergentes du calice. D : Nervure axiale des feuilles du calice. E : Ces petites feuilles sont le complément des demi-feuilles tournées vers les hélices. F : Petit calice ou culot de la tige du fleuron d’abaque. G : Contact des feuilles du calice sous les hélices donnant naissance à un motif géométrique de deux triangles superposés. H : Hélices. I : Petite fleur de l’écoinçon. S : Sinus à découpe symétrique du type « en harpon ». Le lobe marqué A possède sept digitations alors que son symétrique, à gauche, en possède huit.

31Les hélices des chapiteaux d’Autun sont très écartées. Cette disposition se retrouve sur plusieurs monuments de Narbonnaise pour ne citer que des exemples en Gaule. Si on peut la voir à Glanum (temple de Valetudo et les deux temples géminés) ou au temple de Vernègues, elle se trouve aussi sur les chapiteaux du temple d’Auguste et Livie à Vienne. Tous ces monuments sont antérieurs à 20 av. J.-C.

323- Ces chapiteaux supportent un entablement complet comprenant une architrave à trois fasces inclinées vers l’arrière, couronnées par un talon lisse et un listel, une frise lisse et une corniche réduite à trois blocs conservés (fig. 24 et 25). Les hauteurs de 45 cm respectivement pour l’architrave et la frise et de 42,5 cm pour la corniche montrent que cette dernière occupe moins d’un tiers de l’entablement (1/3,1). Pendant la période augustéenne, la hauteur de la corniche a eu tendance à augmenter par rapport à l’entablement, comme cela a été constaté pour la Maison Carrée où ce rapport est de 1/2,47 (Amy, Gros, 1979, p. 157).

image

Fig. 24. Profil de l’entablement supérieur ; élévation et plan de la corniche (A. Olivier).

33La corniche de cet entablement supérieur est très sobre (fig. 24, 25) : le registre inférieur comprend un talon droit surmonté d’un filet et d’une doucine ornée de feuilles verticales avec rainure axiale en creux, masquant un autre rang de feuilles lisses (ce décor est très proche d’un rais de cœur inversé).

image

Fig. 25. Corniche supérieure (cl. A. Olivier).

34Au registre médian les modillons prennent appui sur un haut bandeau lisse : leur profil est en forme de console avec retombée verticale antérieure et faces latérales nues ; leur décor se réduit à une feuille unique verticale contenue dans un cadre. La moulure de couronnement des modillons et des métopes nues est une suite de perles et pirouettes. Les soffites sont décorés de fleurons à bouton central ou de feuilles variées entièrement situées au-dessus de cette moulure.

35Au registre supérieur se superposent des moulures lisses : un petit bandeau ou listel, un quart-de-rond, une ample doucine et un bandeau.

36Le lit d’attente formé d’une surface plane derrière un glacis permet de supposer qu’il y avait d’autres blocs au-dessus de la corniche : un étage ? un parapet pour une courtine ? un toit ? Une étude comparative permettra peut-être de trancher.

      1. II.3. L’entablement médian

37Il a conservé une architrave de plus de 15 m de longueur et une corniche longue de 14 m (fig. 26, 27, 28 et 29). Au-dessus d’une architrave haute de 60 cm, à trois fasces couronnées par un talon droit et un listel, la frise (h.= 59 cm) est lisse et nue, et la corniche modillonnaire a 60 cm de hauteur : le rapport de la corniche sur l’entablement et de 1/2,98, très proche de celui de l’entablement supérieur.

image

Fig. 26. Profil de l’entablement intermédiaire, élévation et plan de la corniche (A. Olivier).

image

Fig. 27. Corniche de l’entablement intermédiaire (cl. A. Olivier).

  • 8 Il y a trois perles en façade au-dessus des modillons et des métopes, à l’exception de la premièr (...)

38Cette corniche se décrit comme suit :
- le registre inférieur ne comporte, au dessus d’un petit listel, qu’un quart-de-rond bas mais très saillant, orné d’un rais de cœur en ciseau : ce profil met en valeur les éléments du décor pour un spectateur au sol ;
- le registre médian est formé d’un haut bandeau lisse contre lequel prennent appui les modillons au profil présentant un fort bombement antérieur ; l’espace entre les modillons (la métope) est laissé lisse, sans décor ; la moulure de couronnement des modillons et des métopes est un alignement de perles et pirouettes8 ;

image

Fig. 28. Croquis montrant le premier modillon dont la moitié est épannelée, l’autre étant sculptée (A. Olivier). A : Sommet de la frise lisse. B : Quart-de-rond tendu orné d’un rais de cœur en ciseau. C : Profil primitif de l’épannelage du modillon avec sa saillie horizontale ressemblant à celle de la Maison Carrée. D : Partie sculptée du modillon. E : Les faces latérales du modillon sont lisses et le décor antérieur est contenu dans un cadre. F : Métope (espace entre les modillons) lisse. G : Rangée de perles et pirouettes pour la moulure de couronnement des modillons. H : Le décor du soffite est entièrement situé au-dessus du rang de perles et pirouettes. I : Rainures horizontale et verticales dessinant le rang de billettes. J : Bandeau comprenant les billettes qui sont dans le même plan vertical. K : Rangée de billettes. L : Talon droit lisse. Cette moulure se trouve dans la partie taillée en biais ou cassée visible sur la fig. 29, ce qui nuit à la clarté du dessin.

39- les caissons des soffites sont tous ornés de motifs végétaux variés, des fleurons à bouton central, obtenus par surcreusement : ce décor est entièrement situé au-dessus de la moulure de couronnement des modillons ;
- le registre supérieur comprend quatre éléments : un haut bandeau dans lequel une rainure horizontale et une multitude de rainures verticales « dessinent » des billettes (une ligne de petits carrés non saillants) ; au-dessus de ce bandeau, se superposent un talon en saillie, un bandeau et une imposante cimaise profilée en doucine et ornée par une file de « S » alternés obliques ; ces S sont liés par un petit lien horizontal d’où jaillissent des palmettes orientées alternativement vers le haut et vers le bas.

40Le premier bloc occidental de cette corniche donne l’apparence d’être taillé en biais (fig. 29) : si c’est le cas, il est possible d’envisager qu’une corniche, ou tout au moins une moulure saillante, ornait le parement de la tour disparue, à la même hauteur. Cependant ce bloc a peut-être été brisé lors de la destruction de la tour, ce qui annulerait cette hypothèse.

image

Fig. 29. Premier bloc de corniche dont la partie droite est taillée en biais ou simplement cassée ; le premier modillon est à moitié épannelé ; au-dessus de la première métope il n’y a que deux perles seulement (cf. note 8) (cl. A. Olivier).

41Il faut ici donner une précision sur le modillon. Il présente un profil très cambré avec une retombée antérieure développée ; ses faces latérales sont lisses ; les deux feuilles qui ornent sa face antérieure sont entièrement comprises dans l’intérieur d’un cadre : l’une est tournée vers le haut et prend naissance au bas du modillon ; l’autre est tournée vers le bas à partir du sommet du modillon ; ces deux feuilles se rejoignent derrière la retombée. Qu’elles soient droites ou à l’envers, ces feuilles sont sobres avec une nervure axiale s’évasant vers sa naissance. Si la retombée est très importante au regard des dimensions du modillon, il se trouve que son profil d’origine a été conservé : en effet nous avons vu plus haut que le parement de la tour occidentale passait au milieu du premier modillon et que ce détail constituait un argument solide pour considérer que la tour en maçonnerie devait être construite après la porte en grand appareil. La moitié de ce premier modillon donc, a été sculptée selon un profil différent de sa partie restée épannelée ; celle-ci avait à sa base une avancée saillante de profil rectangulaire très proche de celle que l’on peut voir sur les modillons de la Maison Carrée (fig. 28 et 29). Grâce à ce détail, le modillon d’Autun entre dans une famille restreinte comprenant les temples romains d’Apollo in circo, appelé aussi Apollon Sosianus, et de Mars Ultor, mais c’est avec celui de Nîmes qu’il a la plus d’affinités, bien qu’il soit proportionnellement plus ramassé et qu’il n’ait pas de décor sur ses faces latérales. Des profils comparatifs en sont donnés dans la publication de la Maison Carrée (Amy, Gros, p. 1979, fig. 54, p. 158, pl. 24, 76). Ce détail atteste que des équipes d’architectes et de sculpteurs agissant sous l’autorité du pouvoir central ont travaillé ici. Cependant il n’est pas facile de savoir si cette modification de la forme des modillons est due à un changement de programme ou à une simplification du travail des sculpteurs.

42Ce décor est homogène et incite à placer la construction de la porte d’Arroux un peu avant le changement d’ère, dès la création de la ville. D’après Harold de Fontenay, qui s’appuie sur des trouvailles monétaires, la ville d’Augustodunum a été fondée entre 15 et 10 av. J.-C. (Fontenay, 1889, p. 10). Pour Alain Rebourg, « la ville d’Autun proprement dite fut une création ex nihilo s’inscrivant dans le cadre de la réorganisation administrative de la Gaule, décidée par l’empereur Auguste dans les années 16-13 av. J.-C. » (Rebourg, 2002, p. 36). Ces dates semblent être généralement admises, y compris par le maire de l’époque, Marcel Lucotte, qui fêta le bimillénaire de la fondation d’Autun en 1985.

    1. III. L’environnement régional

43Même si Augustodunum a été implanté sur un terrain vierge, il l’a été dans une région pacifiée qui conserve de nombreux vestiges architecturaux datés du dernier tiers du ier siècle avant notre ère.

  • 9 Cet arc a été démonté en 1845 malgré les protestations de Prosper Mérimée et reconstruit sur la r (...)

44A- Parmi eux, il convient de citer Langres, l’antique Andematunum, dont l’arc honorifique à deux portes a été, par la suite, inclus dans les remparts de la ville (fig. 30). La façade principale en grand appareil est tournée vers le nord-ouest et la façade latérale vers le sud-ouest. Cet arc à deux baies enjambait la voie d’Agrippa comme c’était le cas à Saintes, où l’arc de Germanicus à deux baies, du début du ier siècle de notre ère, était construit sur un pont antique au-dessus de la Charente9. À Langres, les deux grandes arcades hautes de 7,70 et 7,76 m (du sol actuel à la clé) et larges toutes les deux de 4,24 m, actuellement bouchées, sont les extrémités des deux voûtes en berceau couvrant les deux passages longs d’environ 5,90 m., d’après la largeur du monument. Ces voûtes sont supportées par un piédroit commun au centre et par deux piles aussi larges que les passages à l’extérieur.

image

Fig. 30. Arc honorifique de Langres, élévation de la face N.-O (A. Olivier).

45Ces piles massives sont ornés d’un ordre de pilastres corinthiens surmontés d’un entablement (fig. 31). Les pilastres sont à huit cannelures rudentées au tiers inférieur et à ménisques sous l’astragale ; les angles externes de l’arc sont occupés par des pilastres d’angle qui donnent une grande unité au monument. Trois autres pilastres ornent la grande façade, un sur le piédroit commun aux deux passages et un sur chaque pile ; leur emplacement tient compte des chambranles en très faible relief qui prolongent, pour chaque baie, l’archivolte des arcs. Les bases, très abîmées ou peut-être même restées simplement épannelées, assurent la transition avec les socles restés à l’état brut : cette configuration ressemble à celle de la porte d’Arroux.

image

Fig. 31. Arc honorifique de Langres, pile de droite de la face N.-O. (cl. A. Olivier).

46Les archivoltes à trois fasces, une grande, une petite, la troisième couronnée par un talon et un listel, sont intéressantes parce que les rapports dimensionnels entre ces fasces sont pratiquement identiques pour cet arc et pour la porte d’Arroux ; la largeur des baies étant très voisine (4,24 m à Langres, 4,39 et 4,41 m à Autun), les archivoltes peuvent presque se superposer.

  • 10 Un petit détail pose problème : sur le petit côté, le parement du pilastre d’angle de droite n’es (...)

47Les arcs prennent appui sur des impostes à moulures lisses : un talon, un bandeau droit, un filet droit, une doucine et un bandeau. Ces moulures sont reprises à l’identique pour former des bandeaux ou cimaises décoratifs situés entre les pilastres, à la même hauteur que les impostes sur les deux façades visibles : cette ligne décorative discrète contribue à donner de l’unité à cet arc au sobre décor10.

image

Fig. 32. Arc honorifique de Langres, chapiteau de la pile de gauche (A. Olivier).

image

Fig. 33. Arc honorifique de Langres, les deux chapiteaux de la pile de droite (cl. A. Olivier).

48Les chapiteaux corinthiens des pilastres, hauts de 98 cm, sont sculptés sur deux assises (fig. 32, 33). Il ne reste que deux chapiteaux simples et les deux faces du chapiteau d’angle ouest. Il s’agit d’un chapiteau corinthien normal à deux rangs de feuilles dont le sinus à découpe symétrique appartient à la catégorie E établie par Anne Roth-Congès, dite « à harpon » (Roth-Congès, 1983, p. 117). Dans cette série les contacts entre les digitations forment une suite de deux à trois trous circulaires, ovales ou triangulaires pour des lobes à six ou huit digitations. Cette série est « spécifique du style métropolitain du second triumvirat » d’après Anne Roth-Congès qui pense aussi que « la fin du style est patente sur l’arc parthique de 19 av. J.-C. » (Roth-Congès, 1983, p. 129). Ce chapiteau possède bien les fleurs d’écoinçon caractéristiques de ce style mais aussi des rosettes ornant les enroulements des volutes et des hélices, détail qui ne permet pas de préciser la datation de l’arc puisqu’il se retrouve sur des chapiteaux du début de l’Empire, à Saintes par exemple, mais aussi après le début de notre ère (Olivier, 1995).
Cet arc avait une frise ornée de boucliers, dont des fragments sont encore visibles sur les deux façades. Enfin la corniche est entièrement refaite à partir des éléments conservés au musée. Il est probable aussi que cet arc était surmonté d’un attique.

49Tous ces détails indiquent que cet arc honorifique érigé alors que Langres n’avait pas encore d’enceinte, doit être daté autour de 20 av J.-C. (Olivier, Sauron, 2001, p. 48-49). La datation de cet arc coïncide avec la construction d’un réseau de voies traversant l’ancienne Gaule Chevelue et dont la planification fut confiée à Agrippa selon le témoignage de Strabon (Géographie, IV, 6, 11) (Olivier, Sauron, 2001, p. 48-49). Il fait partie des arcs du Haut-Empire visibles de nos jours en dehors de la Narbonnaise (Gros, 1996, p. 69).

50B- L’autre vestige précoce à signaler ici est l’impressionnant mausolée de Faverolles, situé à une douzaine de kilomètres à l’ouest de Langres et mis au jour dans les années 1981 et suivantes par Serge Février. Il s’agit d’un monument à trois étages de la famille du monument des Jules de Glanum ; probablement détruit volontairement par des récupérateurs de pierres utilisables, ce monument a conservé de nombreux autres blocs appartenant au décor tels que des sculptures, des chapiteaux, des corniches…, qui ont été abandonnés et remis au jour au cours des fouilles (Février, 2006).

51Les chapiteaux des quatre niveaux ont la particularité rare d’avoir les feuilles de la deuxième couronne de hauteur inégale : la feuille axiale est plus petite que les autres qui « soutiennent » les volutes d’angle (fig. 34). Les sinus sont à découpe symétrique pour les trois premiers niveaux et dissymétrique pour le chapiteau sommital.

image

Fig. 34. Faverolles, chapiteau de l’étage octogonal du mausolée ; cet exemplaire présentant de nombreuses petites dissymétries dans la sculpture des feuilles est situé entre une face ornée d’une guirlande et une face nue. État actuel et restitution ; plan du bloc (A. Olivier, d’après les cotes données par S. Février (Février, 2006, p. 383) et une photo frontale).

52C- Les musées lapidaires possèdent très souvent des blocs qui peuvent se dater d’avant notre ère. Régionalement citons celui de Langres dont des photos ont été données dans la note de la CAG (Olivier, Sauron, 2001, p. 48-49) : un très gros chapiteau corinthien de 80 cm de diamètre, un chapiteau de pilastre composite et un bloc de corniche de l’autre arc dit de Longeporte. À Autun même, dans un sondage au 8 rue B. Renault, a été exhumé en 2001 par F. Devevey que je remercie de me l’avoir fait connaître, un beau chapiteau corinthien de colonne encore inédit, haut de 55 cm, dont le traitement est proche de celui observé à l’arc de Langres. Ainsi on peut affirmer que, tout de suite après la création d’Augustodunum, les chantiers de construction étaient très actifs.

53En guise de conclusion, nous pouvons dire que tous les éléments de décor : les sinus à découpe symétrique, les hélices très écartées, les modillons des deux corniches avec l’absence de décor sur leurs faces latérales et sur les métopes, les décors des caissons des soffites entièrement situés au-dessus de la rangée des perles et pirouettes couronnant les modillons et les métopes, les rapports des hauteurs des corniche sur l’entablement de 1/3, tous ces détails font penser que la porte d’Arroux a été construite dès la fondation de la ville comme un manifeste de la romanisation.

      1. Annexe : le sinus des feuilles d’acanthe

54En botanique l'acanthe molle a une feuille sinusée cordiforme, c'est-à-dire que les lobes ont grossièrement la forme d'un cœur et sont séparés par de profondes échancrures appelées sinus. Lorsque l’on regarde l’endroit et l’envers d’une même feuille d’acanthe, on constate que les digitations sont une façon stylisée et artistique de représenter la bordure irrégulière des lobes. C’est en réalité la légende racontée par Vitruve qui a accrédité l’idée que les feuilles entourant la corbeille des chapiteaux étaient des acanthes. Il est vrai que quelquefois les feuilles des culots des petits rinceaux ornant les chenaux peuvent faire penser à cette plante, ou encore les feuilles des rinceaux célèbres de la frise de la Maison Carrée, effectivement assez végétales. En revanche les feuilles verticales des chapiteaux ressemblent très peu à l’acanthe ; la seule constante observée sur ces différentes feuilles est la présence des échancrures séparant les lobes que les botanistes appellent « sinus ». Pour les décrire, les auteurs, à partir de leurs formes, parlent de « gouttes », d’« œil », de « triangles », de « pince de homard », de « harpon » ou encore de « flèche ». P. Pensabene, par exemple dans « I capitelli » volume VII des Scavi di Ostia, 1973, p. 52, 54, 55… utilise d’une façon constante, le terme générique et évocateur de « zone d’ombre » en constatant que le sinus, quelle que soit sa forme, est creusé dans la feuille et apparaît donc en noir au milieu de la zone claire des lobes. Il est dommage que les auteurs n’utilisent pas ce terme botanique exact pour décrire cette échancrure. Ce sinus est au centre des descriptions des feuilles : Anne Roth-Congès a montré combien la forme donnée à cet élément, avec les découpes symétriques ou dissymétriques, pouvait être utile pour une datation (Roth-Congès, 1983).

55Grâce à la multiplicité des formes des feuilles, aux variations dans le traitement des reliefs et des proportions relatives des éléments qui le composent, le chapiteau corinthien est certainement une des inventions décoratives antiques les plus fécondes de toute l’histoire de l’architecture.

Bibliographie

Amy R., Gros P., 1979, La Maison Carrée de Nîmes, 2 vol., Paris, éd. du CNRS, 211 p., 82 pl. (38ème suppl. à Gallia).

Février S., 2006, « Description du décor architectonique du mausolée de Faverolles et données métrologiques », in : Moretti C., Tardy D. éd., L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain, Actes du colloque organisé par l’IRAA du CNRS et le musée archéologique Henri Prades, Lattes 11-13 oct. 2001, Paris, éd. du CTHS, p. 377-386 (Coll. Archéologie et histoire de l’Art, 24).

Fontenay H. de, 1889, Autun et ses monuments, Autun, Dejussieu père et fils, CCLXXJ-541 p.

Gros P., 1996, L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. 1, Les monuments publics, Paris éd. Picard, 503 p. (Coll. Les manuels d’art et d’archéologie antiques).

Guillaumet J.-P., Rebourg A., 1987, « L’enceinte d’Autun », in : Les enceintes augustéennes dans l’Occident romain : France, Italie, Espagne, Afrique du Nord, Actes du colloque international de Nîmes, 9-12 oct. 1985, Nîmes, École antique de Nîmes, p. 41-49 (École antique de Nîmes, Bull. annuel, 18).

Heilmeyer W-D., 1970, Korinthische Normalkapitelle : Studien zur Geschichte der römischen Architekturdekoration, Heidelberg, Kerle, 195 p. (Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Römische Abteilung, 16).

Labaune Y., 2001, « Notes d’archéologie et d’histoire locales », Mémoires de la Société Éduenne, t. LVII, p. 37.

Labaune Y., 2002, Autun intra- et extra muros, Travaux d’illumination de la Porte d’Arroux, Rapport de surveillance archéologique (Direction Régionale des Affaires Culturelles-Service Régional de l’Archéologie, Janvier 2002).

Olivier A., 1995, « Le chapiteau corinthien du domaine gallo-romain de la Vigne de Saule, à Saint-Rémy (Saône-et-Loire) » R.A.E., t. 46-1995, fasc. 1, p. 27-40, 9 fig.

Olivier A., Sauron G., 2001, « Les portes augustéennes » in : Joly M. dir., Langres,Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 48-49 (Carte Archéologique de la Gaule, 52/2).

Pinette M. dir., 1987, Autun-Augustodunum, capitale des Éduens, Guide de l’exposition tenue à l’Hôtel de Ville d’Autun du 16 mars au 27 octobre 1985, 40 p.

Pinette M., Rebourg A., 1986, Autun : ville gallo-romaine, Paris, Min. de la Culture et de la Communication, 118 p. (Guides archéologiques de la France, 12).

Rebourg A., 1993, Autun, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 238 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 71/1)

Rebourg A., 1998, « L’urbanisme d’Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire) », Gallia,55, p. 141-236.

Rebourg A., 2002, Autun antique,Paris, Monum/Éd. du Patrimoine, 128 p.(Guides archéologiques de la France, 39).

Rebourg A., Goudineau C., 1991, Les villes augustéennes de Gaule, Actes du colloque international d’Autun, 6-8 juin 1985, Autun, Soc. éduenne des lettres, sciences et arts, 152 p.

Roidot-Deléage J., Autun ancien et moderne, t. 1, Archives de la Société Éduenne, Autun.

Roth-Congès A., 1983, « L’acanthe dans le décor architectonique protoaugustéen en Provence », Revue Archéologique de Narbonnaise, 16, p. 103-134.

Varène P., 2002, « La Porte de France à Nîmes (Gard) », Gallia, 59, p. 205-231.

Viollet-le-Duc E., 1864, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, 10 vol.

Notes

1 André Carrier-Guillomet, ingénieur au CEPAM du CNRS, Sophia Antipolis.

2 Alain Rebourg est décédé le 22 avril 1999, il y a plus de dix ans déjà. Maître de conférence à l’université de Poitiers, sa thèse sur l’urbanisme d’Augustodunum, résumée dans un article très dense, a ouvert de nombreuses voies de recherches pour l’étude de cette ville (Rebourg, 1998).

3 Et non 18,70 m, distance donnée dans Autun antique, p. 57, à la suite d’une erreur d’interprétation de mon relevé (Rebourg, 2002).

4 Harold de Fontenay (1889, p. 38, 39) n’adhère pas à l’hypothèse de Viollet-le-Duc qui pensait que l’enceinte d’Autun datait des ive ou ve siècle et que les herses auraient été installées au Moyen-Âge (Viollet-le-Duc, 1864, vol. VII, p. 314), mais semble admettre que les glissières ou coulisses ainsi que la saignée dans la voûte « ont été taillées après coup, non pas longtemps après la construction du monument, mais simplement après l’achèvement de la voûte ». C’est une curieuse idée car la saignée dans la voûte, qui n’est pas difficile à exécuter lors de la construction, serait très compliquée à faire après coup. Cette hypothèse est peut-être fondée sur l’interprétation que l’auteur faisait des traces visibles dans les saignées pratiquées pour le passage des herses à travers la voûte.

5 On peut reproduire le phénomène avec une lime à bois qu’il suffit de frotter sur une pierre, pour voir apparaître assez vite ces rainures perpendiculaires au mouvement. Cela s’explique par le fait que la pierre n’étant pas parfaitement homogène, la lime doit se soulever légèrement chaque fois qu’une dent passe sur un point plus résistant. Il suffit d’un point de résistance pour propager ce petit mouvement à toute la lime ; comme ce phénomène se répète successivement à chaque passage d’une dent de la lime, il se crée ces rainures transversales.

6 De très nombreux chapiteaux présentent un vide triangulaire sous l’abaque, entre les volutes et les hélices, meublé par une fleurette appelée fleur de l’écoinçon. C’est un motif fréquent au ier siècle avant J.-C. Il n’y a jamais de fleur d’écoinçon sur les chapiteaux dont les hélices sont écartées.

7 Cette disposition particulière peut s’expliquer facilement en analysant la structure du calice d’un chapiteau corinthien de colonne (le chapiteau de pilastre étant une adaptation de celui-ci). Ce calice, surmontant le caulicole, est formé de deux feuilles divergentes, l’une tournée vers l’extérieur pour soutenir la volute d’angle, l’autre vers le centre pour les hélices. On emploie souvent le terme de deux demi-feuilles pour les calices précisément parce que la moitié de la feuille n’existe pas ou est traitée différemment en fonction de la place disponible. La nervure axiale de ces feuilles dessine la forme du calice. Leurs lobes enveloppant la naissance des tiges des crosses angulaires (volutes d’angle) et des crosses médianes (les hélices) se rejoignent deux à deux au centre du chapiteau et aux angles : les digitations des retombées en se touchant, déterminent souvent un motif symétrique de triangles superposés.
En regardant un chapiteau de colonne par dessous – ce qui est la position normale pour un spectateur – il apparaît que les deux demi-feuilles orientées sur les angles, issues de deux faces adjacentes du chapiteau, laissent apparaître entre elles un vide triangulaire dont la base est la corbeille : cet espace est suffisamment large pour sculpter le complément de la demi-feuille du calice ; cependant il est trop étroit pour lui donner une grande ampleur. Ce complément n’a été à peu près correctement traité que dans les très grands chapiteaux : un des plus beaux exemples semble être celui du temple de Mars Ultor à Rome, où la deuxième partie de la feuille est presque aussi bien sculptée que la partie visible mais cependant plus schématiquement et avec moins d’ampleur (fig. 22, croquis fait à partir d’une belle photographie : Amy, Gros, 1979, pl. 57). La Maison Carrée de Nîmes offre de nombreux exemples variés dans le traitement de ce détail : lobes atrophiés, succession de feuilles lisses qui n’ont rien à voir avec l’autre partie de la feuille du calice… (Amy, Gros, 1979, pl. 64).
En revanche, les demi-feuilles du calice, tournées vers le centre, c’est-à-dire vers les hélices, sont plaquées contre la corbeille ; le relief de la nervure axiale est suffisant pour bien limiter le calice mais il n’y a pas la place pour amorcer le décor d’une demi-feuille en retour, comme on vient de le voir pour les feuilles tournées vers les crosses d’angle. Cependant pour certains chapiteaux, les sculpteurs ont voulu donner tout son rôle à la nervure axiale en intercalant entre elle et la corbeille un mince décor extrêmement réduit qui rappelle la deuxième partie de la feuille. Les exemples sont rares mais il est possible de voir ce détail sur le chapiteau du temple de Mars Ultor (fig. 22) ou celui de l’exèdre au nord de ce même temple (Heilmeyer, 1970, pl. 2). Au théâtre d’Arles se trouve une série de chapiteaux possédant cette particularité (fig. 23) ; deux d’entre eux sont encore en place et ornaient le mur de scène aujourd’hui disparu. C’est donc un détail fort rare que possèdent trois des chapiteaux de la porte d’Arroux.

8 Il y a trois perles en façade au-dessus des modillons et des métopes, à l’exception de la première, la plus proche de la tour et de la vingt-huitième qui n’a que deux perles ; aux angles saillants une grosse pirouette est placée en diagonale alors qu’aux angles rentrants se trouvent deux pirouettes placées à angle droit, créant de ce fait de petits vides carrés.
Il y a 39 modillons larges en moyenne de 13,5 cm et distants les uns des autres de 22,3 cm en moyenne aussi, ce qui donne un entraxe moyen de 35,8 cm ; trois modillons sont coupés par un joint, les nos 14, 18 et 38.

9 Cet arc a été démonté en 1845 malgré les protestations de Prosper Mérimée et reconstruit sur la rive droite de la Charente.

10 Un petit détail pose problème : sur le petit côté, le parement du pilastre d’angle de droite n’est pas dans un plan parallèle à la paroi du pylône et de l’autre pilastre, mais légèrement de travers ; de plus il ne possède que six cannelures plus larges, au lieu de huit. Ces détails un peu surprenants pour un arc de cette qualité ne sont pas expliqués à l’heure actuelle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Albéric Olivier, « La Porte D’Arroux à Autun : observations sur l’architecture et le décor d’une porte d’enceinte gallo-romaine du Haut-Empire et sa parenté avec l’arc honorifique de Langres », Revue archéologique de l’Est, Tome 59-1 | 2010, [En ligne], mis en ligne le 04 novembre 2011. URL : http://rae.revues.org/6488. consulté le 28 juin 2017.

Auteur

Albéric Olivier

Architecte au CNRS à la retraite, 7, rue du Palais, 21000 Dijon.

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés