Navigation – Plan du site
Articles
Fabrice Bessière et Vincent Guichard

Chronique des recherches sur le Mont Beuvray : 2006-2008

Résumés

Cet article propose un bilan des principales recherches effectuées sur le Mont Beuvray et dans ses environs entre 2006 et 2008 dans le cadre du programme international de recherche consacré à l’oppidum de Bibracte. Au terme de ce programme, plusieurs opérations de terrain s’achèvent et livrent des résultats inattendus ; c’est le cas de la fouille entre les remparts ou de celles de la minière de la Pâture des Grangerands. Signalons également les acquis importants issus de la fouille de l’ensemble monumental pré-augustéen de la Pâture du Couvent et les recherches sur l’environnement de Bibracte qui apportent régulièrement de nouvelles données.

This paper assesses the main research carried out at the Mount Beuvray and its surroundings between 2006 and 2008 pertaining to the International Research programme of the Bibracte oppidum. At the programme’s completion, several excavations have provided unexpected results; this is the case for the excavation of the ramparts and the “Pâture des Grangerands” mine. We must also underline the knowledge gained from the excavation of the pre-Augustinian monumental ensemble of the “Pâture du Couvent” and the research into Bibracte’s environment.

Dieser Artikel schlägt eine Bilanz der wichtigsten Forschungen vor, die zwischen 2006 und 2008 auf dem Mont Beuvray und in dessen Umgebung im Rahmen des dem Oppidum von Bibracte gewidmeten internationalen Forschungsprogramms durchgeführt wurden. Dieses Programm geht nun zu Ende; mehrere Grabungen werden abgeschlossen und liefern unerwartete Ergebnisse. Dies ist der Fall der Grabung zwischen den Befestigungswällen oder der des Bergwerksbetriebs der Pâture des Grangerands. Zu erwähnen sind ebenfalls die bedeutenden Ergebnisse der Grabung des voraugusteischen monumentalen Ensembles der Pâture du Couvent und die Untersuchungen der Umgebung von Bibracte, die regelmäßig neue Erkenntnisse liefern.

Texte intégral

PDF 17MSignaler ce document

1Cette chronique présente les résultats des travaux archéologiques réalisés sur le site du Mont Beuvray dans le cadre du programme de recherches 2006-2008. Il ne s’agit que d’un reflet partiel de l’ensemble des études menées à Bibracte et l’on se focalisera, comme à l’habitude (Guichard, 2007 pour la chronique des années 2003-2005), sur la présentation des opérations de fouilles ou de prospections qui sont au cœur du programme.

2Les objectifs du programme triennal se sont articulés autour de deux thématiques. La première est la reconnaissance de la ville gauloise, déclinée en neuf actions qui sont autant d’opérations de terrain qui s’inscrivent dans la durée. La deuxième concerne l’environnement du Mont Beuvray : anthropisation, modes d’occupation et exploitation et porte sur la mise en cohérence des données de l’archéologie spatiale issues des nombreuses prospections développées autour du site.

3Signalons également la place importante qu’occupent les études transversales qui amènent de nombreux chercheurs intéressés à la céramique, au mobilier métallique, à la numismatique, aux amphores, à l’archéomagnétisme et à la dendrochronologie – la liste n’est pas exhaustive – à fréquenter le Centre de recherche et participer à la dynamique générale de la recherche. Cette dynamique se traduit aussi par un flux régulier de publications. Pour la période en compte dans cet article, on citera la monographie sur les monnaies de Bibracte (Gruel, Popovitch, 2007), un bilan décennal sous forme d’article (Dhennequin et alii dir., 2008) et plusieurs articles relatifs à des aspects spécifiques du programme de recherche, comme le complexe monumental de la Pâture du Couvent (Szabó, 2007 ; Szabó et alii, 2007), le paléoenvironnement(Jouffroy-Bapicot et alii, 2007 et 2008), les prospections archéologiques (Hauptet alii, 2007 ; Creighton et alii, 2008), ainsi que différentes catégories de mobilier : militaria (Pernet et alii, 2008), objets métalliques (Hamm, 2005 ; Mirimanoff, 2005 ; Teegen, 2005), verre (Bride, 2005), céramique (Beck et alii, 2005 ; Joly et alii, 2007), graffites sur céramique (Lambert, Luginbühl, 2005).

Répartition et calendrier des recherches

4Le programme triennal 2006-2008 de recherches sur le Mont Beuvray s’est décliné en huit chantiers sur le site même (fig. 1). L’étude d’un secteur situé entre les deux principales lignes de fortification de l’oppidum, en contrebas de la Porte du Rebout, a été poursuivie et achevée en 2008 par O.-H. Urban (université de Vienne) et P. Brun (université de Paris 1). Les fouilles conduites par J.-P. Guillaumet (CNRS/UMR 5594 ARTeHIS) dans le secteur du Champlain se sont achevées en 2006, mais se sont prolongées plus en aval dans le quartier artisanal de la Côme Chaudron. B. Cauuet (CNRS/UMR 5608 TRACES) a continué l’exploration de la minière à la Pâture des Grangerands, située en contrebas de la Côme Chaudron. La zone centrale de l’oppidum fait l’objet d’une recherche conjointe entre Miklós Szabó (université de Budapest) et Sabine Rieckhoff (université de Leipzig) qui explorent l’îlot des Grandes Forges à l’emplacement d’une domus et d’un ensemble monumental césarien. Th. Luginbühl (université de Lausanne) s’était attaché à l’étude du Theurot de la Wivre et en a terminé l’exploration en 2007. L’année 2008 a été l’occasion pour l’équipe suisse d’entreprendre une tranchée exploratoire au Theurot de la Roche en vue d’une fouille plus étendue. La domus PC 1, chantier école de Bibracte encadré par Pascal Paris et Chiara Martini, se poursuit suivant une problématique scientifique rigoureuse, mais adaptée à l’accueil d’adolescents.

image

Fig. 1. Mont Beuvray. Plan de l’oppidum de Bibracte et localisation des chantiers de fouille actifs entre 2006 et 2008.

5Signalons la reprise du chantier de la terrasse PC 14, fouilles de l’équipe italienne dirigée par D. Vitali (université de Bologne), après une interruption destinée à permettre l’achèvement de la publication de sa précédente opération de la Pâture du Couvent.

6Enfin, durant cette période de trois ans a été réalisé le survol du Mont Beuvray et du site des Sources de l’Yonne (soit 20 km2) à l’aide de la technique LIDAR (fig. 2). En avril 2007, un premier traitement et une analyse des données livrées par la firme TopoSys, à qui avaient été confiées les mesures, ont pu être effectués dans le cadre de mémoires universitaires. Cette cartographie, dont l’exploitation ne fait que commencer, sera utilisable de multiple manière :
- comme outil de recherche et de prospection, afin de repérer des anomalies issues de l’action de l’homme (voies, mines, bâtiments…) ;
- comme mémoire de l’état du sol du Mont Beuvray au tout début du xxie siècle.

image

Fig. 2. Mont Beuvray. Relevé Lidar effectué au printemps 2007. Zone relevée (a), zoom sur l’oppidum de Bibracte (b) et sur le secteur sud-est de l’oppidum (c) (Relevés Toposys, ©Bibracte).

Les remparts

7Depuis 2002, la fouille du secteur dit des Barlots, situé en contrebas de la Porte du Rebout, entre les deux remparts, a livré de nombreuses informations concernant les fortifications et l’espace entre les murailles (fig. 3). La structure de la fortification externe a été caractérisée comme une simple levée de terre précédée d’un fossé en V enserrant un réduit d’environ trois hectares. Malgré le peu de données stratigraphiques, cet aménagement daterait du milieu du ier s. av. J.-C. En avant de la fortification, une terrasse à destination funéraire a révélé deux enclos aux abords de la voie qui remonte vers la Porte du Rebout. L’une de ces tombes contenait un riche matériel dont la datation reste imprécise.

image

Fig. 3. Mont Beuvray, les Barlots. Localisation des fouilles et implantation des sondages. En grisé, les sondages de 2006-2008 (O. H. Urban, université de Vienne ; P. Brun, université de Paris 1).

8À partir de 2006, les fouilles ont porté sur la reconnaissance du tracé de la voie d’accès qui mène de l’entrée du rempart externe à la Porte du Rebout. Les tranchées pratiquées ont permis de repérer un tronçon de voie orienté nord-sud et installé dans un terrassement du substrat géologique. Bien qu’elle soit assez mal conservée, la voie devait avoir une largeur d’environ 5 m. À l’ouest de celle-ci, une plate-forme a livré les vestiges de différents aménagements dont les structures se recoupent parfois et permettent de déterminer une chronologie relative qui se décline en trois phases (fig. 4) :
- La première, la plus ancienne, est matérialisée par un fossé grossièrement orienté nord-sud dont l’extrémité sud opère un retour vers l’est. Il n’a pas été possible de repérer le quatrième côté, ni l’extrémité nord du fossé, mais il s’agit peut-être d’un enclos funéraire (enclos 1).

image

Fig. 4. Mont Beuvray, les Barlots. Situation des fouilles et détail des structures (O. H. Urban, université de Vienne ; P. Brun, université de Paris 1).

9- Dans une deuxième phase, il semble que la branche sud de l’enclos soit abandonnée : un nouveau fossé est creusé 2 m plus au nord (enclos 2).
- La dernière phase est connue par une grande palissade se développant parallèlement à la voie. Elle se matérialise par un fossé d’une largeur de 40 cm dans lequel sont creusés des trous de poteau à intervalles réguliers de 70 cm. Vers le sud, la palissade se dédouble en deux rangées de trous de poteau presque parallèles qui font rapidement un retour vers l’ouest. Ils longent une autre portion de voie orientée ouest-est que l’on peut supposer être le prolongement d’un autre tronçon de même orientation, découvert dans un sondage plus à l’est. La voie présente une première surface d’utilisation rechargée d’une couche de cailloutis. Trois poteaux placés dans l’axe de la voie et deux autres de part et d’autre, dans le prolongement de la palissade, indiquent qu’à cet endroit une porte devait fermer l’accès.

10Les sondages réalisés plus à l’est, sur la pente dominant le tronçon de voie situé dans l’axe de la porte, attestent de la présence d’un secteur d’habitat en terrasse (fig. 5). Bien que partiellement étudié, il s’agit de deux constructions en pierre, en tout cas dans leur partie basse. La rupture de pente, en amont de l’habitat, est marquée par un alignement de trous de poteau qui correspondent peut-être à une palissade.

image

Fig. 5. Mont Beuvray, les Barlots. Vue vers le nord-ouest de sondages 10-12-13 avec au premier plan les installations de la porte et au second la palissade (O. H. Urban, université de Vienne ; P. Brun, université de Paris 1).

11Concernant la chronologie générale du secteur, la céramique montre un faciès entre La Tène D2 pour la palissade par exemple et l’époque augustéenne moyenne pour la zone d’habitat et la voie, soit l’ultime période de fonctionnement de l’oppidum.

12Les résultats sont donc importants et permettent déjà une synthèse des données recueillies entre les deux remparts sur le flanc nord du site, où l’on propose de distinguer quatre périodes d’occupation :
- Période 1 : elle correspond au fonctionnement du rempart externe. Une voie passe le rempart au travers d’une porte (A4 suivant la numérotation de F. Schubert) et longe probablement un secteur artisanal dont on ne garde que des traces ténues.
- Période 2 : le rempart interne est édifié et la Porte du Rebout présente sa géométrie primitive, qui sera fortement modifiée par la suite. Des tombes sont installées en position dominante sur une terrasse inférieure.
- Période 3 : une fortification intermédiaire est édifiée entre les remparts interne et externe. Elle est pourvue d’aménagements complexes sur son flanc sud, avec une palissade et deux accès, l’un vers le nord-ouest, l’autre vers le sud-ouest.
- Période 4 : à la fin de l’occupation de l’oppidum, à l’époque augustéenne, s’installent des bâtiments à caractère artisanal sur le bord de la voie, à l’extérieur de la Porte du Rebout.

Le secteur du Champlain et de la Côme Chaudron

13Ce secteur, situé à cheval sur la grande voie venant de la Porte du Rebout (fig. 6), fut le premier quartier à être exploré et documenté par Jacques-Gabriel Bulliot au xixe siècle. Ce quartier artisanal constitue l’une des composantes principales de l’oppidum et son étude est essentielle à la compréhension de l’organisation économique, sociale et urbaine de Bibracte. L’ouverture d’une large fenêtre exploratoire, sous la forme de deux vastes sondages de chaque côté de la voie principale, visait à étudier deux îlots complets et à comprendre leur organisation et leur chronologie. La fouille, engagée en 2000, n’est pas complètement achevée, mais une séquence chrono-stratigraphique se dessine nettement et de nombreuses données architecturales renouvellent la compréhension de l’habitat tel que nous l’avait légué Bulliot au travers de ses plans.

image

Fig. 6. Mont Beuvray, le Champlain et la Côme Chaudron. Localisation des fouilles. En grisé, les secteurs étudiés en 2006-2008 (J.-P. Guillaumet, CNRS/UMR 5594 ARTeHIS).

Le Champlain

14Située au nord-ouest de la voie, côté amont, la fouille s’est conclue en 2006 par la fouille des vestiges attribués à l’état 2, infra. Elle a permis de mettre au jour une succession de bâtiments, liés pour la plupart au travail du métal et dont le fonctionnement s’étend sur toute la durée du ier s. av. J.-C.

15La séquence stratigraphique se décline désormais ainsi (fig. 7) :
- État 1 : il n’est attesté que par les traces ténues de fosses oblongues et quelques trous de poteau isolés.

image

Fig. 7. Mont Beuvray, le Champlain. Plan synthétique des principaux états de construction (J.-P. Guillaumet, CNRS/UMR 5594 ARTeHIS).

16- État 2 : les fosses sont comblées et un bâtiment est construit qui nécessite le creusement du sol géologique. Ce bâtiment sur poteaux est doublé d’un fossé de drainage dans les zones exposées. Il comporte au moins deux unités artisanales divisées dans la profondeur. La structure des sols et le type des foyers, le peu de mobilier, attestent que ces pièces étaient destinées à la production d’objets métalliques. Cet atelier appartient à la première rangée de bâtiments en bordure de voie et est contemporain du premier état de la voirie.

17- État 3 : un nouveau bâtiment est construit directement sur le précédent, après la mise en place d’un radier de pierres. Il est constitué de deux pièces dont l’architecture est comparable à celle du bâtiment précédent. La pièce avant, bordant la voie principale, a pu être assez bien délimitée avec notamment un foyer central. On assiste aussi à un premier rétrécissement de la profondeur des pièces, dont les limites se déplacent vers le sud. La fonction artisanale est attestée, notamment par la présence de fragments de moules et de déchets issus du travail des alliages de cuivre.

18- État 4 : un nouveau radier de pierres scelle l’état précédent et un nouveau bâtiment plus spacieux est construit. Il comporte quatre pièces. On observe un nouveau raccourcissement de la profondeur des pièces. Ce bâtiment à vocation artisanale (artisanat du fer) est détruit par un incendie.

19- État 5 : il est très mal conservé et peu exploitable.

20- État 6 : on observe un changement radical dans les techniques de construction, avec l’implantation d’un bâtiment en pierre en limite sud-ouest de la zone de fouille. Il est bordé à l’est par une ruelle transversale. Ce bâtiment, d’époque augustéenne, ne semble pas avoir eu une fonction artisanale.

21La corrélation des différents états de la voie avec les phases de construction est impossible à réaliser par la stratigraphie. En effet, les façades sont détruites par un fossé qui longe le chemin creux encore actif aujourd’hui. Néanmoins, les limites de bâtiments sont stables et les constructions sont toujours alignées sur la voie principale de l’oppidum qui constitue un axe structurant.

La Côme Chaudron

22Depuis 2006, les fouilles ont porté sur la partie amont du chantier, à savoir la voie principale et les bâtiments en façade de celle-ci.

23L’ensemble du secteur est très affecté par les tranchées des fouilles anciennes, particulièrement denses en ces années 1868-1869 où Bulliot s’attaquait pour la première fois à un quartier de l’oppidum, après avoir étudié la Porte du Rebout. Ces perturbations, alliées à la forte pente (environ 10 %) qui a obligé les anciens constructeurs à installer leurs bâtiments sur des replats formant autant de terrasses artificielles entaillées dans le versant du vallon, ont pour conséquence un manque de relations stratigraphiques entre bâtiments. Celles-ci ont été effacées autant par les reconstructions successives du ier s. av. J.-C., qui se traduisent par des terrasses de plus en plus vastes et profondes, que par les tranchées de Bulliot.

24La bordure amont de la fouille empiète sur la voie principale dont la limite a été fluctuante, avec une tendance à l’élargissement vers l’aval. L’état le mieux caractérisé de cette voie est associé à un fossé bordier dont le profil a été fortement irrégularisé par le ravinement. Le terminus post quem de son comblement est fixé par le mobilier vers 30 avant J.-C.

25Une première zone d’occupation, en amont, se signale par des lambeaux de sols aménagés, parfois associés à des foyers et à des éléments de parois, mais dont aucun ne dessine encore de plan cohérent. Ces vestiges de bâtiments ne sont pas installés sur des terrasses artificielles très marquées, comme ceux situés en contrebas. Ils paraissent, au moins dans leur plus grande partie, appartenir à des phases stratigraphiques antérieures au fossé et aux remblais de voie les plus récents du secteur. Ils s’échelonnent d’ouest en est entre les cotes NGF 726,1 et NGF 725,1.

26Plusieurs édifices avaient été repérés les années précédentes environ deux mètres en contrebas de cette « terrasse supérieure ». Tous correspondaient à des terrasses individuelles nettement marquées et étagées dans la pente. On les regroupe provisoirement en trois états successifs d’occupation (fig. 8) :
- État 1 : lui est rattaché le bâtiment à ossature de bois [1889], qui forme un rectangle d’environ 4,5 x 4 m, avec un sol à la cote NGF 722,9.

image

Fig. 8. Mont Beuvray, la Côme Chaudron. Plan synthétique des principaux états de construction (J.-P. Guillaumet, CNRS/UMR 5594 ARTeHIS).

27- État 2 : lui sont rattachés trois bâtiments à ossature de bois qui peuvent avoir été détruits par le même incendie bien que les raccordements stratigraphiques manquent. [1890] correspond à un élargissement et un déplacement vers l’amont de [1889] (fig. 9) ; ses dimensions en plan sont d’environ 5 x 5 m et son sol est situé à la cote NGF 723,2 ; il laissera ensuite la place à CC 19D. [1977] a une superficie de 5 x 5 m et son sol est situé à la cote NGF 724,1 ; il n’a pas fait l’objet d’une reconstruction en pierre.

image

Fig. 9. Mont Beuvray, la Côme Chaudron. Vue vers le sud-ouest des bâtiments [1889] et [1890] (J.-P. Guillaumet, CNRS/UMR 5594 ARTeHIS).

28- État 3 : il comprend deux bâtiments construits en pierre et déjà dégagés partiellement par Bulliot : la pièce CC 19bis, ouverte au sud et de forme grossièrement carrée (largeur dans l’œuvre : 3,6 m) et de sol situé à la cote NGF 724,6, et le complexe CC 19-19B-19D, à savoir un bâtiment remanié à plusieurs reprises (la cellule 19D résulte d’une subdivision de 19B et 19 de l’adjonction d’une cave côté amont).

29Le mobilier mis au jour atteste la présence récurrente de rejets artisanaux qui prouvent une pérennité du travail du fer, des alliages cuivreux et de l’émail (fig. 10).

image

Fig. 10. Mont Beuvray, le Champlain et la Côme Chaudron. Exemples de vestiges d’artisanat du métal mis en évidence dans les ateliers (J.-P. Guillaumet, CNRS/UMR 5594 ARTeHIS ; DAO L. Dhennequin).

Le secteur de la Pâture du Couvent

30Depuis 1988, les équipes des universités de Budapest et de Leipzig explorent le secteur central de l’oppidum au lieu-dit la Pâture du Couvent (fig. 11). D’abord consacrée à l’étude de la grande voie qui traverse l’oppidum depuis la Porte du Rebout, l’exploration archéologique a porté, dès 1996, sur l’îlot des Grandes Forges, implanté sur le côté est de la voie. On y a mis au jour des vestiges se rapportant à différents états successifs d’occupation, couvrant un arc chronologique allant des alentours de 100 av. J.-C. jusqu’à l’époque moderne (xviie siècle).

image

Fig. 11 G. Mont Beuvray, la Pâture du Couvent. Localisation des fouilles et plan général des structures maçonnées de l’îlot des Grandes Forges : forum pré-augustéen (état 1) et domus augustéenne (état 2) (M. Szabó, université de Budapest, et S. Rieckhoff, université de Leipzig).

Fig. 12 D. Mont Beuvray, la Pâture du Couvent. Plan de l’ensemble monumental pré-augustéen (M. Szabó, université de Budapest, et S. Rieckhoff, université de Leipzig).

31Les recherches ont notamment permis de dégager de façon extensive un vaste ensemble architectural d’époque augustéenne que l’on a proposé d’identifier à une domus (Timár et alii, 2005). Depuis 2000, les fouilles de l’université de Budapest se sont concentrées sur des structures maçonnées antérieures repérées sous l’habitat augustéen (fig. 12). On y a principalement reconnu une basilique romaine comprenant un spatium medium (16 m x 7 m) entouré par une galerie périphérique large de 1,8 m (fig. 13). Le précédent programme triennal a aussi permis de délimiter une cour de 22 m de côté accolée à la façade orientale de la basilique. Les années 2006-2008 ont, elles, été mises à profit pour continuer l’exploration du secteur situé entre la basilique et la grande voie, que l’on savait largement perturbé par des installations liées au couvent franciscain qui oblitère une partie de l’îlot (bâtiment sur cave, réseau hydraulique). On a pu délimiter une cour occidentale carrée (16 m x 16 m), entourée d’un portique. Un emmarchement en grand appareil posé sur le mur de fond du portique opposé à la basilique (fig. 14) et dans son axe atteste d’un accès monumental depuis la grande voie.

image

Fig. 13. Mont Beuvray, la Pâture du Couvent. Hypothèse de restitution de l’élévation de la basilique (M. Szabó, université de Budapest, et S. Rieckhoff, université de Leipzig ; restitution : L. Timár, université de Budapest).

image

Fig. 14. Mont Beuvray, la Pâture du Couvent. Emmarchement en grand appareil de la cour occidentale du complexe pré-augustéen, vu vers l’ouest (M. Szabó, université de Budapest).

32L’ensemble monumental est donc constitué d’une basilique encadrée de deux cours, que l’on propose d’identifier à un forum (Szabó, 2007 ; Szabóet alii, 2007). Les nouveaux éléments de datation ne font que confirmer la datation précoce de l’ensemble : construction au milieu du ier s. av. J.-C. ou peu après et destruction par un incendie vers 20/15 av. J.-C.

33L’équipe de Leipzig s’est quant à elle attachée à poursuivre l’exploration de l’angle nord-ouest de l’îlot, au contact de la zone de la domus et du forum. Rappelons que, dans cette zone, la façade ouest de l’îlot est constituée d’une longue galerie (portique ?) contre laquelle sont accolées des « boutiques » dont cinq ont pu être dénombrées depuis l’angle nord-ouest. Au terme de la campagne 2005, ces boutiques étaient attribuées à l’état augustéen. Bien que la profondeur des spoliations médiévales nous prive souvent de connexions stratigraphiques, les derniers travaux tendent à montrer qu’une partie des maçonneries du secteur, encore en usage à l’époque de fonctionnement de la domus, a en fait été construite en même temps que le forum. C’est notamment le cas des boutiques qui pourraient avoir fonctionné pendant les deux états (fig. 12 supra). Il s’agit de découvertes importantes qui permettent d’augmenter le plan de l’état 1 vers le nord-ouest et d’émettre l’hypothèse de bâtiments annexes dont il est encore difficile d’établir le plan et la fonction. La poursuite de l’exploration dans le secteur de l’entrée monumentale sera déterminante, puisqu’elle devrait préciser l’articulation entre la galerie de façade, les boutiques et l’entrée elle-même.

34L’équipe de Leipzig a également poursuivi l’étude des niveaux pré-romains, particulièrement accessibles dans le secteur nord-ouest. La première phase de cet état est attestée par des constructions et différentes structures liées à l’occupation (foyers, fours et fosses). On propose de restituer un bâtiment à poteaux porteurs long de plus de 17 m et divisé en plusieurs pièces. Une rangée de trous de poteau régulièrement espacés de 3,5 m et à 1,5 m en avant du bâtiment (vers la voie) pourrait être interprétée comme un portique. Une deuxième phase d’occupation voit le remaniement du bâtiment et du portique. La fouille a également permis de reconnaître d’autres caves et des structures d’occupation associées à un abondant mobilier qui corroborent les datations déjà acquises pour ces couches anciennes : la première moitié du ier s. av. J.-C. (fig. 15).

image

Fig. 15. Mont Beuvray, la Pâture du Couvent. Dépôt d’amphores au fond de la fosse [11170] antérieure à l’ensemble monumental (S. Rieckhoff, université de Leipzig).

La minière de la Pâture des Grangerands

35Les prospections réalisées par J.-P. Guillaumet sur les pentes du Mont Beuvray avaient permis de caractériser plus d’une dizaine de longues tranchées qui correspondent à des vestiges d’exploitations minières en roche à ciel ouvert. Depuis 2005, est explorée l’une de ces minières supposées (« ravin CC 18 » déjà repéré par J.-G. Bulliot), située sur la pente en contrebas du secteur d’artisanat de la Côme Chaudron. Un premier sondage mécanique avait confirmé qu’il s’agissait bien d’une excavation artificielle comblée.

36La fouille a permis de définir les bords de la tranchée minière qui, large à l’embouchure de 11 m et profonde d’environ 6 m, s’étend sur plus de 30 m. Les parois sont aménagées en gradins afin de faciliter la circulation et des traces de constructions installées sur de petites terrasses artificielles ont été reconnues sur les flancs de l’excavation. Cette tranchée présente successivement un profil en V, puis en U en profondeur. Elle correspond à une mine à ciel ouvert ayant décaissé une structure métallifère étroite et linéaire (fig. 16, 17).

image

Fig. 16. Mont Beuvray, la Pâture des Grangerands. Coupe stratigraphique et plan de la minière (B. Cauuet, CNRS/UMR 5608 TRACES).

image

Fig. 17. Mont Beuvray, la Pâture des Grangerands. Vue de la minière lors de la campagne de fouilles 2008, prise vers l’ouest (B. Cauuet, CNRS/UMR 5608 TRACES).

37À l’issue de l’exploitation, la minière abandonnée a servi de dépotoir aux habitations et aux ateliers en surplomb. La fouille du comblement a livré un matériel datable depuis le ier s. av. J.-C. jusqu’à l’époque médiévale et a permis de dresser une coupe stratigraphique complète de la tranchée. Ainsi, sous le niveau du sol forestier, les couches se succèdent avec une alternance de niveaux terreux, caillouteux et d’autres terreux, charbonneux, riches en cendres et en mobilier, rebut issu des ateliers de la Côme Chaudron. La stratigraphie a révélé un total de 21 couches dans la partie centrale du comblement, qui montre une accumulation de remblais issus du curage d’ateliers, du côté nord-est de l’excavation, un peu comme si l’accès à la fosse-dépotoir s’était fait de manière préférentielle de ce côté-là.

38Les fronts de taille mis au jour dans la partie nord et nord-est du fond de l’excavation ont montré que la minéralisation est encaissée dans une gangue de rhyolite altérée et peu résistante. Elle prenait la forme de lentilles et de poches riches en sulfures de base cuivre – zinc – plomb avec la présence de métaux précieux en petites teneurs dans les filons et filonnets de quartz, interstratifiés au sein des bancs de rhyolite et plus ou moins fortement hydrothermalisés. Les anciens mineurs ont exploité cette minéralisation polymétallique en vidant les poches de sulfures (pyrite, chalcopyrite, blende, pyrrhotite) et en extrayant également les filons et les filonnets de quartz (à or et à galène argentifère) présents dans la gangue de rhyolite autour de ces poches de minerais riches. Ils ont donc exploité ce petit gisement complexe, mais présentant des lentilles riches, avec beaucoup de facilité, car la gangue encaissante n’offrait pas de résistance. De ce fait, les mineurs ont pu se focaliser sur les enrichissements à sulfures, concentrés en poches.

39En plus d’une extraction par récurage des lentilles et des poches riches, l’exploitation a été menée en deux étages parallèles, plus ou moins profonds. Cela a laissé des niveaux de gradins allongés, de profondeurs variables. Dans la partie aval, un sol d’atelier apparemment contemporain de l’extraction minière a été découvert. Il a par ailleurs été scellé à son abandon par des niveaux de haldes (rhyolite calibrée), étalées depuis le haut de la pente.

40La présence de mobilier métallique en nombre de La Tène D1/D2 dans les premiers niveaux accumulés au fond de la minière permet de proposer un arrêt de l’activité et un début de reconversion de l’excavation minière en dépotoir à La Tène D1.

41Par ailleurs, une zone de replat en aval de la pente a été décapée dans l’axe d’une deuxième anomalie topographique (au sud de la minière fouillée), afin d’évaluer le potentiel archéologique du secteur. Il s’agissait de repérer des zones propices à l’installation d’ateliers de transformation du minerai à proximité du ruisseau de la Côme Chaudron. La fouille a mis au jour des traces d’occupations: des sablières basses, un foyer et des lambeaux de sol, mais pas de vestiges certainement liés à une activité de traitement du minerai.

42Enfin, des prospections magnétiques et sismiques ont également été réalisées dans cette zone. Les résultats préliminaires montrent des profils intéressants puisque les courbes mettent en évidence une continuité de la zone d’extraction vers le bas de la pente. D’autre part, deux profils de mesure, au-dessus et en contrebas de la minière, présentent une similitude avec une autre réalisée plus au sud sur le même versant, ce qui est un indice pour y voir une autre minière.

La domus PC 1 du Parc aux Chevaux

43Rappelons que la domus de PC 1 a été dégagée dans sa totalité par J.-G. Bulliot au xixe siècle. Elle a fait l’objet de nouvelles recherches entre 1988 et 1998, menées par l’université de Lausanne, qui ont porté sur l’angle nord-ouest. Ces recherches ont livré une séquence de cinq périodes d’occupation qui se sont succédé sur ce secteur depuis la fin du iie s. av. J.-C. jusqu’au début de notre ère.

44La fouille de la domus PC 1 est organisée par Bibracte dans le cadre d’un chantier école ouvert à des adolescents. Compte tenu de la complexité des vestiges et du jeune âge des fouilleurs, les travaux se sont essentiellement limités à l’étude de la dernière phase de la domus dans une perspective de dégagement extensif et de mise en valeur des vestiges. Toutefois, les résultats sont importants puisqu’ils permettent de compléter le plan approximativement levé par J.-G. Bulliot : présence de seuils entre les pièces, d’installation de chauffage, système hydraulique, caractérisation des sols…

image

Fig. 18. Mont Beuvray, le Parc aux Chevaux, PC 1. Plan général de la domus et localisation des fouilles de 2006-2008 (C. Martini, P. Paris, BIBRACTE).

45Les campagnes 2006 et 2007 (fig. 18, 19, 20) ont concerné les grandes pièces du secteur nord-est de la maison (pièces BM et BH) dans lesquelles subsistaient des lambeaux de sol en terre battue, un foyer domestique et des éléments de colonne en terre cuite. L’analyse des maçonneries a permis de montrer que l’espace BH était un ajout tardif à la pièce BM. La petite pièce au nord de BH est un ultime ajout qui semble en relation avec d’autres structures situées plus haut sur la pente et ponctuellement sondées par Bulliot.

image

Fig. 19. Mont Beuvray, le Parc aux Chevaux, PC 1. Relevé des maçonneries de la domus mises au jour entre 2006 et 2008 (C. Martini, P. Paris, BIBRACTE).

image

Fig. 20. Mont Beuvray, le Parc aux Chevaux, PC 1. Le chantier de 2008 vu vers le nord-est (C. Martini, P. Paris, BIBRACTE).

46Poursuivant le programme de dégagement systématique, les travaux ont ensuite porté sur les pièces plus au sud (HH, H et le couloir BL) et une partie du « jardin » AB où il n’est pas encore possible de confirmer l’hypothèse de J.-G. Bulliot concernant la présence d’un portique. Toutefois la découverte de nombreux quarts de colonnes en terre cuite incite à poursuivre l’exploration de ce secteur. Le dégagement intégral des pièces H et HH a également permis de préciser leur fonction ainsi que le plan de circulation. La pièce H s’avère être un espace de transition, accessible à la fois depuis le couloir BL et depuis le portique qui ouvre sur le jardin AB. Elle dessert les pièces à vivre HH et G, pourvues chacune d’un foyer à coupole. Les sols bétonnés des trois pièces confirment leur usage résidentiel. Les grandes pièces BM et BH, aux aménagements plus sommaires, étaient accessibles depuis la façade nord de la domus, la localisation précise de l’entrée n’étant déterminée que pour la seconde.
Le peu de mobilier mis au jour ne contredit pas la datation tardive (augusto-tibérienne) de la domus.

La plate-forme PC 14 du Parc aux Chevaux

47Depuis 2002, la grande plate-forme PC 14 est l’objet d’une intervention conduite par l’université de Bologne. Les travaux ont été interrompus en 2005 afin d’achever la publication de la fouille antérieure de l’équipe de Bologne, et ont repris en 2008. Le secteur avait déjà été exploré en 1883 par J.-G. Bulliot, puis par J. Déchelette ; ils avaient découvert trois murs délimitant un vaste espace horizontal d’environ 2 000 m2 et des structures interprétées alors comme des sépultures ou des ateliers. Cet espace, accessible par l’intermédiaire de deux ou trois entrées monumentales, ne présentait aucune division interne apparente (fig. 21).

image

Fig. 21. Mont Beuvray, le Parc aux Chevaux, PC 14. Plan général des structures et détail des concentrations d’amphores (D. Vitali, université de Bologne).

48Les nouvelles recherches ont pour objectif, d’une part de caractériser la fonction de la plate-forme et, d’autre part d’étudier la nature et la densité des occupations antérieures. La reprise des fouilles en 2008 a essentiellement consisté en un important nettoyage à l’intérieur de la plate-forme. Ces travaux ont mis au jour les lambeaux d’un sol formé de pierres et de tessons d’amphores posés à plat, qui constitue le dernier dépôt de plusieurs épandages successifs de remblais composés de gravier et d’amphores fragmentées. Dans la partie sud du chantier, ont été repérées plusieurs zones bien circonscrites, matérialisées par une forte concentration d’amphores (fig. 22). Il s’agit peut-être de la partie affleurante de comblements de trous ou de fosses ou bien, au contraire, d’une couche unitaire, une sorte d’épandage destinée au drainage, qui correspondrait à un niveau de préparation du sol de la plate-forme. Afin de déterminer si les amphores comblaient une fosse, un sondage a été pratiqué dans une de ces concentrations. Trois niveaux de fragments d’amphores ont été distingués, mais aucune limite de fosse n’a pu être mise en évidence.

image

Fig. 22. Mont Beuvray, le Parc aux Chevaux, PC 14. Concentration d’amphores [300] (D. Vitali, université de Bologne).

Le Theurot de la Wivre

49Située dans la partie nord-ouest de l’oppidum, cette éminence domine la Porte du Rebout et le quartier de la Pâture du Couvent. Les aménagements en terrasses manifestement anthropiques et l’absence de fouilles anciennes dans cette zone ont motivé l’ouverture d’une opération en 2003 qui s’est achevée en 2007 (fig. 23).

image

Fig. 23. Mont Beuvray, le Theurot de la Wivre. Localisation des sondages de 2006-2007, plan des structures et relevé stratigraphique synthétique (Th. Luginbühl, université de Lausanne).

50Dans le but d’établir un diagnostic de ce secteur, des sondages stratigraphiques, puis en aires ouvertes, ont été implantés, tout d’abord auprès de la Pierre de la Wivre qui se dresse à 250 m au nord-ouest de l’éminence puis, principalement, sur le sommet ou au pied du Theurot. Les cinq campagnes conduites ont apporté des informations relatives à l’organisation spatiale de ce secteur de l’oppidum.

51Contrairement à ce que les traditions populaires relatives à la Pierre auraient pu laisser supposer, cette dernière ne paraît pas avoir été à l’origine du développement d’un lieu de culte. Les résultats des fouilles permettent plutôt de penser qu’elle n’est, en fait, que le reliquat d’un affleurement plus vaste, aplani pour créer le grand terre-plein aménagé sur sa partie occidentale et reliant le secteur de la Pierre à celui du Theurot.

52Sur le Theurot lui-même, on s’est intéressé à une puissante terrasse artificielle qui avait fortement remodelé la topographie du secteur. Ces importants terrassements ont pu être attribués à la dernière décennie du ier s. av. J.-C. Leur existence, alliée à la mise en culture du secteur aux xixe et xxe siècles, explique l’arasement des couches archéologiques sur le sommet. Le rare mobilier atteste sa fréquentation durant l’époque augustéenne mais ne livre guère d’informations sur la nature de cette présence, qui ne semble pas avoir été très intense au vu de l’absence totale de constructions dans les secteurs explorés.

53Les sondages ouverts à l’angle nord-ouest de la terrasse artificielle ont permis la mise en évidence d’une séquence stratigraphique plus intéressante. Les vestiges de constructions en matériaux périssables sont apparus sous la terrasse. Ils étaient associés à des indices d’artisanat des métaux et recouverts par une couche d’épandage en majeure partie attribuable à la période augustéenne, mais avec des quantités non négligeables de matériel résiduel (céramiques de La Tène D1b notamment), ainsi que plusieurs parures nettement plus anciennes (Bronze final, premier âge du Fer, La Tène ancienne).

54Au terme du programme de fouilles, il est possible de proposer une périodisation, comme suit :
- Période 1 : elle a livré douze structures en creux: des fosses, des trous de poteau et deux structures rectangulaires (peut-être des traces de sablières basses). Ces vestiges sont installés directement dans l’humus ancien recouvrant le substrat géologique et sont datés de La Tène D1b/D2a.
- Période 2 : elle est représentée par un ensemble de vestiges (ensemble B) aménagés sur un important remblai. Il s’agit de trous de poteau dont la fonction demeure inconnue. Les ensembles C et D montrent en revanche des liens stratigraphiques et architecturaux. Un alignement de trous de poteau indique l’existence d’une palissade dotée d’une entrée flanquée de deux poteaux plus imposants. À l’intérieur de l’enclos délimité par cette palissade a été fouillée une couche d’occupation: trois fosses dont le matériel est daté de la seconde moitié de La Tène D2a.
- Période 3 : elle rassemble des structures (ensemble A) interprétées comme un bâtiment à caractère artisanal construit sur des sablières basses renforcées aux angles par de puissants poteaux. La datation proposée correspond à la fin de La Tène D2a ou au début de La Tène D2b.
- Périodes 4 et 5 : elles correspondent à la construction de la plate-forme à l’époque augustéenne recouvrant les structures anciennes.

Le Theurot de la Roche

55L’université de Lausanne a commencé en 2008 l’exploration d’un autre point culminant de l’oppidum, qui surplombe la plate-forme PC 14 du Parc aux Chevaux : le Theurot de la Roche. Outre la topographie qui dessine très nettement une éminence au sommet aplani, il faut surtout remarquer les nombreux remaniements anthropiques visibles sur le terrain. Le plus visible est la vaste rampe que l’on distingue précisément sur le flanc oriental de la colline, débouchant à l’angle sud-est du plateau sommital. Cet aménagement prolonge le tracé de la rue des Grands Enclos, large de 10 m selon Bulliot, qui passe entre PC 14 et PC 15. Il s’agirait donc d’une voie reliant l’axe central de l’oppidum aux secteurs des enclos et à celui du Theurot de la Roche. D’autres secteurs du Theurot ont également livré des aménagements anthropiques : des bâtiments ou des terrasses investissent les zones de moindre pente. Au sud du secteur, enfin, des terrasses de petites dimensions témoignent d’aménagements, non explorés, au contact de la source du Loup Bourrou.

56Au sommet du Theurot, plusieurs bâtiments en maçonnerie (fig. 24) avaient été mis au jour à la fin du xixe siècle. Il a donc semblé judicieux d’intervenir tout d’abord sur ce sommet, où Bulliot avait dégagé les vestiges bien conservés d’un bâtiment en pierre (PS0) et découvert un assez riche mobilier ainsi qu’une tabula ansata en calcaire dédiée à M [ercure ?].

image

Fig. 24. Mont Beuvray, le Theurot de la Roche. Localisation du chantier et plan du bâtiment PS0 (Th. Luginbühl, université de Lausanne).

57La première campagne a eu pour but d’établir un premier diagnostic de l’état de conservation de ce bâtiment et de la puissance stratigraphique de la terrasse sommitale en réalisant un sondage est-ouest recoupant l’édifice. Cette fenêtre a permis de mettre au jour la partie centrale de cette construction, encore très bien conservée, avec plusieurs assises d’élévation (fig. 25). On a aussi reconnu un état de construction antérieur au bâtiment PS0, en matériaux périssables (fig. 26). Au vu de la modestie du mobilier recueilli, on ne peut que dater l’ensemble dans une fourchette large, entre 50 av. J.-C. et le début du ier s. ap. J.-C.

image

Fig. 25. Mont Beuvray, le Theurot de la Roche. Vue des maçonneries du bâtiment PS0 dégagées en 2008 (Th. Luginbühl, université de Lausanne).

image

Fig. 26. Mont Beuvray, le Theurot de la Roche. Coupe stratigraphique simplifiée au travers du bâtiment PS0 (Th. Luginbühl, université de Lausanne).

58La fonction du bâtiment bipartite PS0 demeure encore énigmatique, mais nous savons désormais que ses deux pièces principales étaient séparées par un mur continu et que leurs portes donnaient à l’est. Ce type de plan barlong avec deux locaux accolés trouve des parallèles dans les lieux de culte gallo-romains. L’absence d’installations à caractère domestique ou artisanal, ainsi que le faciès du mobilier recueilli à ses abords (dédicace votive, monnaies, menus fragments de grande statuaire en bronze doré, base moulurée en schiste), confortent l’interprétation religieuse.

Les prospections autour du Mont Beuvray

59Le programme triennal 2006-2008 a été l’occasion d’une montée en puissance de l’activité archéologique autour du Mont Beuvray, avec la mise en synergie de cinq équipes pluridisciplinaires associant chercheurs anglais (université de Durham et de Reading: T. Moore/J. Creighton), allemands (université de Mayence et Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz: P. Haupt/M. Schönfelder) et français (UMR 5594 de Bourgogne/université de Toulouse/université de Franche-Comté/UMR 6249 de Besançon: J.-P. Guillaumet/B. Cauuet/P. Nouvel/I. Jouffroy-Bapicot/Chr. Petit).

60L’objectif de ce programme est de mieux appréhender les modalités de l’occupation du territoire dans le Haut-Morvan, aux alentours du Mont Beuvray, et de mieux saisir l’impact de son développement puis de son abandon sur les réseaux de peuplement alentour.

image

Fig. 27. Densité des sites archéologiques inventoriés sur dix communes étudiées autour du Mont Beuvray (état fin 2008 ; P. Nouvel, université de Franche-Comté).

61Dans la suite des travaux antérieurs (Creighton et alii, 2008), une prospection-inventaire s’est intéressée à espace d’étude de 36 km2 correspondant au territoire de dix communes (fig. 27). Il s’agit pour partie de territoires de moyenne montagne (partie nord : Arleuf, Saint-Prix, Fâchin, Roussillon-en-Morvan et Glux-en-Glenne) et pour partie de piémont (Larochemillay, Saint-Léger-sous-Beuvray, Poil, Villapourçon et La Grande Verrière). Environ 8 % du territoire ont été prospectés de façon systématique, parallèlement à une reprise complète des données documentaires préexistantes (fig. 28). Toutes les données récoltées ont été assemblées dans un fichier global, adapté à une future indexation dans un SIG à échelle moyenne. Ce sont au total 667 sites qui ont été inventoriés. Parmi eux, l’essentiel correspond à des sites déjà reconnus ou enregistrés par nos prédécesseurs, en particulier Roland Niaux. Une trentaine a pu être vérifiée et confirmée et quarante autres sont nouveaux (fig. 29).

image

Fig. 28. Carte des zones prospectées sur dix communes étudiées autour du Mont Beuvray (état fin 2008 ; P. Nouvel, université de Franche-Comté).

image

Fig. 29. Carte de répartition des sites archéologiques sur dix communes étudiées autour du Mont Beuvray (état fin 2008 ; P. Nouvel, université de Franche-Comté).

62Les recherches se sont également focalisées sur les deux sites importants des sources de l’Yonne (commune de Glux-en-Glenne) et du Quart du Bois (commune de Poil) (Haupt et alii, 2007). Dans les deux cas, un relevé microtopographique d’ensemble a été réalisé (et complété pour les sources de l’Yonne par un levé Lidar) et un levé plus poussé effectué sur les anciennes fouilles du sanctuaire gallo-romain des Sources de l’Yonne. Des prospections à vue très poussées ont été effectuées, tant dans les zones boisées (chablis) que dans les prairies (taupinières). Trois sondages exploratoires ont enfin été menés dans les prairies situées à proximité immédiate des sources de l’Yonne, qui témoignent d’une occupation structurée.

63Les résultats sont importants aux sources de l’Yonne (fig. 30). On y démontre l’existence d’une très vaste zone d’occupation du ier s. av. J.-C. (environ 100 ha) caractérisée par une très large distribution de fragments d’amphores Dressel 1 (à l’exclusion des fragments de tuile romaine), des couches archéologiques conservées, au moins localement, et d’importantes terrasses artificielles sur la pente orientale du talweg de l’Yonne. Au Quart du Bois, il s’agirait d’une grande villa, avec pars rustica au nord-est. L’occupation préromaine, repérée dans des sondages des années 1980, est plus difficile à délimiter et à caractériser. L’action a également permis d’effectuer des interventions préliminaires sur deux habitats groupés qui jalonnent la voie romaine Autun-Orléans, aux Arbonnes (commune de Roussillon-en-Morvan) et aux Bardiaux (commune d’Arleuf).

image

Fig. 30. Les sources de l’Yonne. Localisation et extension du site, carrtographie détaillée du secteur des temples, avec l’implantation des fouilles des années 1980 (P. Haupt, université Johannes Gutenberg, et M. Schönfelder, RGZM).

64De nouveaux prélèvements palynologiques ont été effectués dans les zones humides du Quart du Bois et aux sources de l’Yonne. Leur étude complétera les résultats déjà acquis dans ce domaine (voir dernièrement : Jouffroy-Bapicot et alii, 2008).

Synthèse

65Les synthèses qui concluent les chroniques triennales des recherches sur le Mont Beuvray s’attachent à balayer succinctement les différentes questions qui ont été abordées. Nous ne dérogerons pas à la règle.

66Commençons par les études consacrées à l’environnement de Bibracte, en précisant que nous entendons par là toutes les approches qui peuvent permettre de mieux appréhender le contexte naturel et humain dans lequel s’est développé l’oppidum. Ces études constituent désormais un axe prioritaire des recherches. Elles s’efforcent de mettre en œuvre des approches qui permettent de collecter des données d’intérêt archéologique sans procéder à des fouilles.

67Les années précédentes avaient permis de montrer l’importance des activités d’extraction minière dans tout le secteur méridional du Morvan, tant par la prospection de sites miniers anciens que par l’étude des données paléo-environnementales livrées par les tourbières. Cette recherche a notamment pu se poursuivre par la fouille d’une tranchée minière. On a pour cela sélectionné, parmi des dizaines déjà recensés, un site d’extraction localisé à l’intérieur des remparts de Bibracte, tant pour des raisons logistiques (la présence sur place des moyens techniques nécessaires à l’opération) que stratégiques (la plus grande probabilité de trouver des marqueurs anthropiques dans le comblement sur ce site très fréquenté). De fait, même si la fouille reste incomplète à l’issue de la campagne 2008, on a pu montrer que cette exploitation en tranchée, longue de plus de 30 m, large de 11 m et profonde de 6 m, s’est intéressée à de petits filons polymétalliques ; le comblement basal, de type dépotoir, montre qu’elle ne s’est pas prolongée au-delà du changement d’ère. On a donc affaire à un gisement modeste, mais facilement exploitable en raison de la friabilité de la roche encaissante, qui a pu permettre de collecter à moindres frais un métal qui reste à identifier définitivement (or ou argent ?). On démontre donc directement l’existence d’exploitations minières de l’âge du Fer en Morvan. On souhaiterait maintenant pouvoir mieux qualifier (en termes de nature des métaux extraits) et surtout quantifier les productions, même si ces questionnements sont très délicats à aborder.

68La reconnaissance de l’environnement humain de Bibracte a également effectué un bond en avant significatif. La mise à jour de la carte archéologique est en bonne voie sur le territoire de dix communes entourant le Mont Beuvray et permet un transect du versant méridional du Morvan. On s’est particulièrement attardé sur plusieurs sites majeurs. Aux sources de l’Yonne, à quelque 4 km au nord des remparts de Bibracte, les prospections intensives, alliées à des sondages, ont permis de caractériser une occupation étendue sur environ 100 ha et apparemment circonscrite dans le ier s. av. J.-C., à l’exclusion du péribole d’un sanctuaire gallo-romain fouillé dans les années 1980. Une autre occupation de la fin de l’âge du Fer, plus difficile à caractériser, est également repérée à quelques kilomètres au sud de Bibracte, à l’emplacement d’une grande villa romaine (site du Quart du Bois).

69Malgré un environnement peu propice aux découvertes archéologiques, l’oppidum de Bibracte s’avère donc inscrit dans un territoire fortement exploité et humanisé. Il est même pourvu d’au moins une agglomération satellite qui paraît se développer et s’étioler au même rythme que lui. Un enjeu important des années à venir sera de mieux quantifier les fluctuations du rythme d’activité des campagnes et des voies de communication en relation avec le développement de Bibracte, puis de son déclin, corrélé avec le développement d’Autun. On s’intéressera donc non seulement aux établissements ruraux mais aussi aux agglomérations en relation avec les voies qui rayonnent à partir de Bibracte et d’Autun, dont l’histoire devrait être le reflet de l’activité de chaque pôle de peuplement. Le site des Sources de l’Yonne semble ainsi parfaitement en phase avec Bibracte, tandis que la genèse des agglomérations qui jalonnent la voie Autun-Orléans, vraisemblablement créée ex nihilo avec la romanisation et traversant le Morvan du sud-est au nord-ouest, devrait nous renseigner sur le rythme du développement d’Autun.

70Ce moyen très indirect de cerner l’activité de l’oppidum ne doit pas nous interdire de continuer à progresser sur la question de la chronologie à partir des stratigraphies étudiées sur le site même.
De nouveaux objets erratiques, notamment au Theurot de la Wivre, confirment tout d’abord la fréquentation du site avant la phase finale de l’âge du Fer.

71Pour ce qui est des derniers temps de l’oppidum, notons un nouvel ensemble d’époque augustéenne moyenne – ce qui est tardif pour le site – dans le comblement d’un habitat en terrasse situé en avant de la Porte du Rebout et une datation similaire, fournie par un lot de terre sigillée italique, pour l’établissement de la grande terrasse artificielle du Theurot de la Wivre. Au Parc aux Chevaux, la poursuite du dégagement de la domus PC 1 témoigne d’une ultime phase d’aménagement non repérée jusqu’alors, sous la forme de maçonneries accolées au nord de la pièce BH, d’orientation discordante et de datation certainement postérieure au changement d’ère. Celle-ci peut correspondre à l’installation d’un nouvel alignement de constructions le long de la voie montant au sanctuaire de la Chaume et dont les fouilles anciennes avaient montré l’occupation très avant dans l’époque impériale (« Loges » B, C, D de Bulliot ; Guillaumet, 1996, p. 134-142, avec bibliographie). L’hypothèse est donc envisageable de la perduration d’une occupation à l’époque impériale sous la forme d’une agglomération très modeste constituée de bâtiments échelonnés sur quelque 400 m le long de la voie montant de la Porte du Rebout, entre PC 1 et le temple de la Chaume.

72L’étude du secteur des Barlots, engagée en 2003, n’a pas permis de mettre clairement en évidence une occupation antérieure à l’aménagement de la Porte du Rebout, comme on l’escomptait. Elle a en revanche révélé une séquence d’occupation complexe, associée à l’une des principales voies d’accès à l’oppidum. Il s’agit tout d’abord de fortifications « légères » (relativement au caractère massif des deux lignes de murus gallicus qui entourent la ville) situées en avant de la Porte du Rebout, dont il n’est pas exclu que tout ou partie puisse être mis en relation avec la guerre des Gaules. Il s’agit aussi d’enclos funéraires (deux certains et plusieurs hypothétiques), enfin de bâtiments occupés jusqu’au changement d’ère, voire un peu au-delà.

73L’étude de l’urbanisme et des systèmes de fortification bénéficie du nouveau modèle numérique de terrain très précis fourni par le relevé LIDAR. Une première analyse des résultats montre une cohérence parfaite avec les relevés effectués au sol au cours des années précédentes (programme « GéotopoCart ») et une résolution aussi satisfaisante quand le couvert forestier n’est pas trop dense. Une très bonne lecture est ainsi possible des différentes lignes de fortification de l’oppidum ou encore des longues terrasses artificielles qui caractérisent l’occupation antique du site des Sources de l’Yonne. Il est donc certain qu’un traitement affiné des mesures apportera de nouvelles découvertes.

74La fouille du secteur de la Côme Chaudron et du Champlain, de part et d’autre de la grande voie issue de la Porte du Rebout, avait repris en 2000. Le déplacement de la route départementale, en 2007, a permis d’atteindre la façade de l’îlot situé en aval de la voie. La fouille se poursuit à cet emplacement, où la séquence stratigraphique est particulièrement bien conservée aux abords immédiats de la voie et où l’on espère mettre en évidence des témoins de la première occupation urbaine. On disposera donc très prochainement d’un constat archéologique détaillé et renouvelé pour un secteur majeur des fouilles du xixe siècle. Retenons comme bilan provisoire la très forte densité des vestiges archéologiques dans ce secteur, l’omniprésence des traces d’artisanat du métal, le renouvellement rapide du bâti, qui permet de distinguer cinq états successifs pour un siècle d’occupation, et la conservation parfois très bonne (grâce à des incendies suivis de nivellements rapides) des vestiges de construction à ossature de bois, qui permet une analyse précise des modes de construction.

75Un axe important du programme triennal était dédié à l’étude des espaces publics de la ville, qui restent très mal caractérisés, alors que d’autres sites d’oppida, notamment Corent et le Titelberg, révèlent depuis quelques années des exemples probants d’architecture religieuse. Quatre lieux étaient particulièrement concernés : les sommets des Theurots de la Wivre et de la Roche, la plate-forme PC 14 et la Pâture du Couvent.

76Au Theurot de la Wivre, les deux ultimes campagnes de fouille ont surtout permis de préciser la nature des occupations antérieures à l’établissement de la grande plate-forme artificielle augustéenne qui caractérise encore aujourd’hui la topographie de ce secteur. Ces vestiges de constructions comportant des traces d’activité d’artisanat des métaux se rapportent principalement à la seconde moitié du ier s. av. J.-C. Leur relative ténuité montre néanmoins que l’occupation antique n’a pas connu à cet emplacement la même intensité que dans les quartiers situés le long de l’axe central. La fouille se termine donc sans que l’on ait pu collecter d’indication directe sur la destination de ces grandes terrasses qui affectent le sommet du Theurot de la Wivre et les abords de la Roche de la Wivre à l’extrême fin du ier s. av. J.-C. On verra néanmoins que ces terrasses participent sans doute d’une étape de l’histoire urbaine du site qui a laissé des traces en d’autres emplacements.

77Une campagne préliminaire menée au sommet du Theurot de la Roche a, en revanche, montré le très bon état de conservation des couches archéologiques sur ce petit replat de quelque 1 000 m2 qui constitue un des points culminants du Mont Beuvray. Cette topographie privilégiée, alliée à des découvertes anciennes – notamment celle de l’unique inscription lapidaire du site, malheureusement peu lisible –, incite à y placer des installations à caractère religieux, ce que l’extension de la fouille s’efforcera de vérifier.

78La plate-forme artificielle PC 14 occupe elle aussi une position privilégiée, au cœur du site et à l’ensellement qui sépare les sommets du Theurot de la Roche et du Porrey. Le programme de travail de l’équipe universitaire en charge de ce secteur n’a néanmoins permis de lui consacrer qu’une seule campagne, en 2008. Il s’est agi d’élargir de façon importante la surface du chantier à l’emplacement de la plate-forme, afin d’avoir une meilleure compréhension de l’agencement spatial de celle-ci et des couches d’occupation sous-jacentes repérées antérieurement. La fouille s’est donc limitée aux couches superficielles de la plate-forme. Elles ont surtout révélé des concentrations d’amphores, sous forme de tessons ou de panses complètes, dont la destination demeurait inconnue à l’issue de la campagne 2008.

79Une nouvelle fois, les acquis les plus importants ont été obtenus sur le secteur de la Pâture du Couvent, plus précisément sur l’îlot urbain dit « des Grandes Forges », un quadrilatère d’environ 80 m de côté accolé à la grande voie.
La fouille du cœur de l’îlot a permis de compléter le plan de l’ensemble monumental progressivement dégagé à cet emplacement depuis le milieu des années 1990. On s’est cette fois concentré sur le secteur situé à l’ouest de la basilique identifiée précédemment, secteur mis en réserve jusque-là en raison des importants remaniements qu’il a subis depuis l’Antiquité (il est notamment traversé par plusieurs conduits hydrauliques issus du convent franciscain situé à quelques mètres en amont). On a mis en évidence une nouvelle cour, formant un carré de 16 x 16 m et entourée d’un portique sur ses quatre côtés, la branche orientale étant adossée à la basilique. Une antéfixe à masque humain, retrouvée dans la couche de destruction, témoigne de la qualité du décor de ce portique. Un large emmarchement repéré dans l’axe de la branche occidentale du portique laisse également supposer l’existence d’une communication avec la grande voie. Les données nouvelles relatives aux couches préromaines et à la nouvelle construction, dite « domus augustéenne », qui occupera le même emplacement à l’issue d’un incendie, sont en revanche plus modestes.

80En 2008, s’est également achevée la fouille de l’angle nord de l’îlot, soit une surface d’environ 500 m2. La stratigraphie des couches d’occupation antiques est exceptionnellement développée dans ce secteur. À la base, se développe une importante séquence de couches associées à de l’architecture à ossature de bois. Les plans des bâtiments sont difficiles à reconstituer en raison des perturbations ultérieures, mais il est acquis que la première phase d’urbanisme, datée de la toute fin du iie s. av. J.-C. ou du début du siècle suivant, est alignée sur la grande voie (avec une possible galerie de façade). Comme dans la partie centrale de l’îlot, la séquence de constructions maçonnées se divise en deux états principaux, l’installation du second état intervenant après un incendie. Le raccordement des plans et des stratigraphies entre le secteur central de l’îlot et son angle nord pose néanmoins de réelles difficultés. Celles-ci émanent de deux origines : les multiples remaniements qui ont affecté la zone depuis l’Antiquité et l’existence d’une pente naturelle orientée au nord-est qui a forcé les constructeurs antiques à étager les bâtiments en terrasses. S’il est donc acquis que la séquence de constructions maçonnées s’étend du milieu du ier s. av. J.-C. aux toutes premières années de notre ère, la restitution de l’ensemble reste incertaine. Deux scénarios sont envisagés :
- un état 1 (pré-augustéen) auquel appartiendraient seulement la basilique et les cours attenantes à l’est et à l’ouest, les limites du complexe restant ignorées, notamment du côté de la grande voie (c’est l’hypothèse privilégiée par Szabó, 2007 et Szabóet alii, 2007) ; les constructions appartenant à cet état seraient ensuite entièrement remplacées par la domus et la galerie adjacente en façade sur la grande voie ;
- un état 1 nettement plus étendu, puisqu’il engloberait la galerie en façade sur la grande voie ; selon cette hypothèse, les remaniements consécutifs au grand incendie auraient affecté de façon variable les différentes parties de l’îlot : reconstruction totale dans la parcelle centrale ; maintien de la plus grande partie des élévations à l’ouest et au nord.

81La destination de ce complexe, qui reste exceptionnellement précoce, est également sujette à interrogation. L’hypothèse d’un forum est étayée par la comparaison du plan avec d’autres ensembles plus méridionaux ou plus récents, avec notamment la présence caractéristique d’une basilique à trois nefs. Le contexte géographique et historique très particulier de Bibracte invite néanmoins à ne pas se fermer à d’autres hypothèses (voir par exemple les remarques de Pernet et alii,2008, p. 125-128 et de Gruel, Popovitch, 2007, p. 100-101, à propos de la présence militaire romaine archéologiquement bien attestée sur le site, ainsi qu’Hostein, 2010, p. 68-72 sur la possible relation entre l’édification du complexe avec l’octroi du droit latin à la cité éduenne).

82Signalons encore que l’exploration des différents quartiers de Bibracte fournit des opportunités récurrentes d’observation de couches d’incendie (à la Côme Chaudron, à la Pâture du Couvent de part et d’autre de la grande voie, à PC 4…). Il n’est pas exclu qu’une partie de ces observations ponctuelles puisse témoigner d’un incendie majeur qui aurait affecté la ville vers 20 av. J.-C. Cette destruction aurait notamment touché l’ensemble monumental de la Pâture du Couvent, ultérieurement reconstruit selon un plan très différent qui signale un changement de fonction (quel que soit le scénario retenu pour la reconstruction). La construction de la plate-forme PC 14 pourrait intervenir au même moment, tandis que divers indices peuvent également suggérer une réduction de la densité de l’occupation. Cette question doit faire l’objet d’une attention particulière, tant elle a d’intérêt potentiel pour affiner la chronologie du site et aider à comprendre les modalités d’évolution de son urbanisme. C’est finalement ce que l’on retiendra comme enseignement principal des années 2006-2008 : l’accumulation des indices de tous ordres et de toutes échelles qui montrent le renouvellement permanent de la physionomie de Bibracte et de son environnement durant la très brève histoire de ce site urbain, depuis la délimitation de l’espace de l’oppidum par un vaste rempart dans le courant du iie s. av. J.-C. jusqu’aux ultimes efforts d’aménagement que dénotent les vastes terrasses artificielles de la fin du ier s. av. J.-C., alors que la population décroît déjà et que ne restera bientôt sur le mont qu’une poignée de bâtiments regroupés autour d’un modeste temple.

Annexe : activités de recherche de 2006 à 2008 à Bibracte et responsables

Fouilles sur le Mont Beuvray

83Les remparts : Otto H. Urban, Professeur, université de Vienne (A) ; Patrice Brun, Professeur, université de Paris 1 (F)
Le Champlain & la Côme Chaudron : Jean-Paul Guillaumet, Chercheur CNRS, HDR, UMR 5594 ARTeHIS, Dijon (F)
La Pâture du Couvent : Sabine Rieckhoff Professeur, université de Leipzig (D) ; Miklós Szabó, Professeur, université de Budapest (H)
La Pâture des Grangerands : Béatrice Cauuet,Chercheur CNRS, UMR 5608 TRACES, Toulouse (F)
Le Parc aux Chevaux (PC 1) : Pascal Paris,Responsable des chantiers, Bibracte (F) ; Chiara Martini, Chargée d’actions éducatives, Bibracte (F)
Le Parc aux Chevaux (PC 14) : Daniele Vitali, Professeur, université de Bologne (I)
Le Theurot de la Wivre : Thierry Luginbühl, Professeur, université de Lausanne (CH) & le Theurot de la Roche

Prospections autour de Bibracte

84John Creighton, M.C., université de Reading (GB)
Jean-Paul Guillaumet, Chercheur CNRS, HDR, UMR 5594 ARTeHIS, Dijon (F)
Colin Haselgrove, Professeur, université de Leicester (GB)
Peter Haupt, M.C., Université Johannes Gutenberg, Mayence (D)
Isabelle Jouffroy-Bapicot, Ingénieure de recherche, UMR 6249 Chrono-environnement, Besançon (F)
Inès Klenner, Contractuelle, Université Johannes Gutenberg, Mayence (D)
Tom Moore, M.C., université de Durham (GB)
Pierre Nouvel, M.C., université de Franche-Comté & UMR 6249 Chronoenvironnement (F)
Christophe Petit, M.C., HDR, université de Bourgogne & UMR 5594 ARTeHIS, Dijon (F)
Martin Schönfelder, Chercheur, Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz (RGZM) (D)

Principales études transversales

85Mobilier métallique : Jean-Paul Guillaumet, Chercheur CNRS, HDR, UMR 5594 ARTeHIS, Dijon (F) ; Sabine Rieckhoff, Professeur, université de Leipzig (D)
Céramique : Sylvie Barrier, Doctorante, univ. François-Rabelais, Tours (F) et Lausanne (CH) ; Jana Hoznour, Archéologue assistante, université de Lausanne (CH)
Amphores : Fabienne Olmer, Chercheur CNRS, UMR 5140, Lattes (F)
Monnaies gauloises : Katherine Gruel, Chercheur CNRS, UMR 8546 AOROC, Paris (F)
Monnaies romaines : Laurent Popovitch, M.C., université de Bourgogne, UMR 5594 ARTeHIS, Dijon (F)
Mat. de construction : Jean-Pierre Garcia, Professeur, université de Bourgogne, UMR 5594 ARTeHIS, Dijon (F) ; Fabrice Charlier, Doctorant, université Marc-Bloch, Strasbourg (F)
Carpologie : Julian Wiethold, Chargé d’opération et recherche, Inrap Grand-Est, Metz (F)
Pétrographie, meules : François Boyer, Géologue, laboratoire Sisyphe, univ. Paris 6 Pierre et Marie Curie ; Luc Jaccottey, Assistant d’étude et d’opération, Inrap Grand-Est, Besançon (F) ; Annabelle Milleville, Dr, associée à l’UMR 6249 Chronoenvironnement, Besançon (F)
Dendrochronologie : Sébastien Durost, Dr, associé à l’UMR 5594 ARTeHIS, Dijon (F)

Bibliographie

Références du texte et publications scientifiques sur le programme de recherche éditées entre 2006 et 2008

Beck T., Szabó M., Czajlik Z., 2005, « Les céramiques sigillées découvertes lors des fouilles de l’université ELTE de Budapest à Bibracte (1988-1999) », in : Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2005, p. 47-59.

Bride A.-S., 2005, « Le mobilier de verre des fouilles anciennes et récentes de Bibracte », in : Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2005, p. 81-162.

Creighton J., Haselgrove C., Lowther P., Moore T., 2008, « Becoming Roman in southern Burgundy : a field survey between Autun and Bibracte in the Arroux valley (Saône-et-Loire), 2000-2003 »,Internet Archaeology, 23.

Dhennequin L., Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2008, « L’oppidum de Bibracte (Mont Beuvray, France) : bilan de 10 années de recherches (1996-2005) », Acta archaelogica academiae scientiarum hungaricae, 59, p. 1-152.

Gruel K., Popovitch L., 2007, Les monnaies gauloises et romaines de l’oppidum de Bibracte, Glux-en-Glenne, Bibracte, 383 p. (Bibracte, 13).

Guichard V., 2007, « Chronique des recherches sur le Mont Beuvray, 2003-2005 », R.A.E, t. 56-2007, p. 127-152.

Guillaumet J.-P., 1996, Bibracte : bibliographie et plans anciens, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 167 p. (Documents d’archéologie française, 57).

Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2005, Études sur Bibracte – 1, Glux-en-Glenne, Bibracte, 313 p. (Bibracte, 10).

Hamm G., 2005, « L’artisanat des alliages base cuivre à Bibracte : exploitation des données anciennes », in : Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2005, p. 61-80.

Haupt P., Klenner I., Schönfelder M., 2007, « Prospektionen im Umfeld des Oppidums Bibracte (Burgund) : ein Vorbericht », Archäologisches Korrespondenzblatt, 37, p. 409-419.

Hostein A., 2010, « D’Eporedirix à Iulius Calenus, du chef éduen au chevalier gallo-romain », in :Chausson F. dir., Occidents romains : sénateurs, chevaliers, militaires, notables dans les provinces d’Occident, Espagne, Gaules, Germanies, Bretagne, Paris, éd. Errance, p. 49-80 (Coll. Les Hespérides).

Joly M., Barral Ph., Durost S., Nouvel P., Lambert G.-N., Richard H., 2007, « La datation des ensembles céramiques antiques : confrontations méthodologiques : le cas de la fontaine Saint-Pierre à Bibracte (Mont Beuvray, Nièvre/Saône-et-Loire) », in : Rivet L. dir., Actes du congrès de la SFECAG, Langres, 2007, Marseille, Soc. Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, p. 25-36.

Jouffroy-Bapicot I., Pulido M., Baron S., Galop D., Monna F., Lavoie M., Ploquin A., Petit C., Beaulieu J.-C. de, Richard H., 2007, « Environmental impact of early palaeometallurgy: pollen and geochemical analysis», Vegetation History & Archaeobotany, 16, p. 251-258.

Jouffroy-Bapicot I., Petit C., Monna F., Richard H., 2008, « Évolution de la végétation du massif du Morvan : résultats des premières analyses polliniques et mise en évidence de l’impact des activités paléométallurgiques»,in : Guichard V., Sirugue D.dir., 2008, La forêt morvandelle: actualité des recherches = Entretiens de Bibracte, 2004, Saint-Brisson, Parc Naturel Régional du Morvan, p. 97-104 (Bourgogne Nature, Hors Série 3-2007/Cahiers Scientifiques du Parc, 5).

Lambert P.-Y., Luginbühl Th., 2005, « Les graffites de Bibracte : apports des inscriptions mineures à l’histoire des habitants de Bibracte», in : Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2005, p. 163-175.

Mirimanoff A. 2005, « Le mobilier métallique de PC 4 : approche chronologique, spatiale et quantitative», in : Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2005, p. 227-256.

Pernet L., Poux M., Teegen W.-R., 2008, « Militaria gaulois et romains sur l’oppidum de Bibracte, Mont Beuvray (Nièvre) », in : Poux M. dir., Sur les traces de César : militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Actes de la table ronde du 17 oct. 2002 (Glux-en-Glenne F., 58), Glux-en-Glenne, Bibracte, Centre archéologique européen, p. 103-139 (Bibracte, 14).

Rapport annuel, 2006 : Rapport annuel d’activité scientifique 2006 de Bibracte, Centre archéologique européen, Glux-en-Glenne, Bibracte.

Rapport annuel, 2007 : Rapport annuel d’activité scientifique 2007 de Bibracte, Centre archéologique européen, Glux-en-Glenne, Bibracte.

Rapport annuel, 2008 : Rapport annuel d’activité scientifique 2008 de Bibracte, Centre archéologique européen,Glux-en-Glenne, Bibracte.

Szabó M., 2007, « La basilique de Bibracte »,Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Comptes rendus des séances, p. 853-876.

Szabó M., Timár L., Szabó D., 2007, « La basilique de Bibracte : un témoignage précoce de l’architecture romaine en Gaule centrale », Archäologisches Korrespondenzblatt, 37, p. 389-408.

Teegen W.R., 2005, « Die Kleinfunde des Metalldetektor-Prospektionen im Oppidum Bibracte, Mont Beuvray und ihre siedlungsgeschichtlichen Aussagen », in : Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2005, p. 257-313.

Timár L, Szabó M., Czajlik Z., 2005, « La domus du dernier état de l’îlot des Grandes Forges », in : Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., 2005, p. 13-46.

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Bessière et Vincent Guichard, « Chronique des recherches sur le Mont Beuvray : 2006-2008 », Revue archéologique de l’Est, Tome 59-1 | 2010, [En ligne], mis en ligne le 05 janvier 2012. URL : http://rae.revues.org/6502. consulté le 29 mars 2017.

Auteurs

Vincent Guichard

Directeur général et directeur scientifique de Bibracte, Centre archéologique européen, 58370 Glux-en-Glenne ; recherche@bibracte.fr.

Articles du même auteur

Fabrice Bessière

Coordonnateur du programme de recherche sur le Mont Beuvray, Centre archéologique européen, 58370 Glux-en-Glenne ; recherche@bibracte.fr.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés