Navigation – Plan du site
Claude Mordant

Gérard Cordier, L’Âge du Bronze dans les Pays de la Loire moyenne

Joué-lès-Tours, éd. La Simarre, 2009, 702 p. ISBN : 2-902559-72-0.

Notes de la rédaction

NB : pour la diffusion, s’adresser à l’auteur : M. Gérard Cordier, Sublaines, 37 310 REIGNAC-SUR-INDRE

Texte intégral

1Comme le rappelle son auteur en « avertissement », ce travail, très attendu par les protohistoriens, résulte d’un long programme de recherche engagé par ce dernier à partir des années cinquante : un demi-siècle de compilations érudites se trouve donc présenté dans ce livre. L’ancienneté de la genèse du travail contraint l’ouvrage dans une forme d’inventaire chronologique des découvertes attribuables à l’Âge du Bronze dans ce vaste espace de la France moyenne drainé par la Loire et ses affluents, voies essentielles de passage et d’échanges.

2Dans les premières pages introductives, G. Cordier dresse un panorama des connaissances régionales sur les ressources en gîtes métallifères et d’utiles cartes générales (fig. 2-4) montrent l’importance des témoins relatifs au cuivre, à l’étain, à l’or. Du fait de l’absence de numérotation systématique, il est dommage que ces documents ne puissent renvoyer facilement aux bases de données à l’origine de leur construction car il y a là de très bons documents de base pour développer des analyses spatiales en relation avec ces questions de ressources métallifères des sociétés anciennes en France centrale.

3Pour chaque grande étape : Bronze ancien, moyen, final, un inventaire critique des découvertes est conduit en partant des ensembles métalliques (dépôts puis objets isolés), sites funéraires, habitats ; une carte générale regroupe les sites considérés, d’autres illustrent parfois des répartitions spécifiques de types. Pour les principaux sites, il est fait mention des conditions de découvertes avec une carte de localisation, parfois des documents et illustrations d’époque, une illustration exhaustive, la plus normalisée possible. Sur ce dernier point, on retrouve (avec une admiration toujours renouvelée) la qualité des dessins de G. Cordier. Elle fait référence dans notre communauté et elle ne semble pas devoir être dépassée dans un proche avenir marqué plus par la facilité du cliché numérique et de son « habillage » plus ou moins factice… Des notices courtes peuvent parfois renvoyer à des études récemment publiées et accessibles.

4Cet ouvrage renferme des études antérieurement publiées par l’auteur comme celles de dépôts classiques maintenant (Amboise, Chéry, Neuvy-sur-Barangeon….) ou les nécropoles de Tigy, Chissay-en-Touraine, en parallèle avec un grand nombre de découvertes inédites ou d’accès peu facile en bibliographie. Cette présentation d’ensemble s’avère très pratique et elle permet une bonne appréciation globale de la richesse régionale des données pour l’Âge du Bronze. Les répertoires départementaux en fin d’ouvrage constituent aussi des clés pratiques d’accès à la documentation.

5Il s’agit donc d’un travail majeur d’analyse typo-chronologique des vestiges de l’Âge du Bronze du Val de Loire qui met facilement à la disposition des spécialistes l’ensemble très complet des découvertes où les bronzes tiennent la plus grande place. Ce « déséquilibre » entre métal et céramique évoqué dès l’introduction par l’auteur s’explique par le parti pris réaliste de mettre à disposition de la communauté, sans délai complémentaire, ce large corpus, normalisé, d’objets de bronzes.

6Ce volume fera donc dorénavant partie des incontournables ouvrages de consultation pour tout travail sur l’Âge du Bronze en France et il est sûr qu’avec sa sortie, le maillage territorial par des études régionales souhaité par J.-P. Millotte en sort conforté. Son usage est aisé ; l’appareil critique et la bibliographie abondante seront aussi du plus grand intérêt pour les étudiants dans leur apprentissage de la typo-chronologie de la période.

7On pourra regretter la brièveté des « résumés » en fin d’ouvrage qui ne constituent pas réellement de conclusions et il manque une vision globale de l’Âge du Bronze telle que l’auteur l’envisage pour sa région de prédilection. Elle se découvre bien sûr partiellement à la lecture des notices ou à l’observation des cartes, mais une synthèse plus européenne aurait valorisé une base de données exceptionnelle. On reste en effet étonné par la qualité, l’originalité des productions bronzières de cette région pour toutes les étapes de cette longue séquence chronologique. Elles sont le reflet d’échanges à longue distance (les fragments de lurs d’Orléans ou les bronzes scandinaves de Neuvy-sur-Barangeon…) mais aussi l’illustration d’une puissante production régionale, dans le cas des haches à talon du Bronze moyen, soutenue par les potentialités métallifères régionales en cuivre et étain.

8Les approches quantitatives et spatiales ne sont que peu développées ici, mais elles pourront être plus facilement lancées grâce au travail préalable réalisé.

9L’ouvrage de G. Cordier par son volume (plus de 700 pages), par sa densité documentaire (de l’ordre d’un millier des sites), sa qualité iconographique, replace le Val de Loire au sein des régions « qui comptent » dans l’étude de l’Âge du Bronze d’Europe occidentale. La sortie de son travail doit donc être saluée comme un évènement marquant pour notre discipline ; il illustre l’aspect incontournable du travail d’inventaire et d’analyse critique préalable aux synthèses de plus large envergure. Il fait honneur au travail de recherche mené avec ténacité depuis plus d’un demi-siècle par son auteur.

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mordant, « Gérard Cordier, L’Âge du Bronze dans les Pays de la Loire moyenne », Revue archéologique de l’Est, , [En ligne], mis en ligne le 05 janvier 2012. URL : http://rae.revues.org/6506. consulté le 27 juin 2017.

Auteur

Claude Mordant

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés