Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie-Pierre Estienne, Châteaux médiévaux dans les baronnies, xe-xive siècle

Lyon, éd. Alpara, 2008 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 31), 161 p. 30 €
Hervé Mouillebouche

Texte intégral

1M.-P. Estienne a soutenu sa thèse d’archéologie médiévale, sous la direction de G. Demians-d’Archimbaud et M. Fixot, en 1999, sous le titre « Les réseaux castraux et l'évolution de l'architecture castrale dans les Baronnies de Mévouillon et de Montauban, de la fin du Xe siècle à 1317 ». L’étude portait sur les 127 communes des « Baronnies », c’est-à-dire la région des Préalpes comprise entre la moyenne Durance et la vallée du Rhône, au nord du Mont Ventoux et de la montagne de Lure. La première partie, au contenu plutôt historique, a été publiée en 2004 par l’Université de Provence. Ce premier ouvrage, desservi, entre autres, par une présentation austère et maladroite, n’a guère retenu l’attention des critiques. L’ouvrage publié dans les DARA en 2008, qui représente la seconde partie — archéologique — de la thèse, est d’une tout autre qualité, et nous nous joindrons tout d’abord à l’auteur pour féliciter son équipe éditoriale.

2La première partie de l’ouvrage étudie l’apparition des castra dans les Baronnies du Xe au milieu du XIIe siècle. Au cours du Xe siècle, le terme de « villa » est peu à peu remplacé par celui de castrum dans les chartes. Le castrum désigne alors une entité territoriale, développée généralement autour d’une forteresse ou d’un habitat groupé, appelé castellum. Ces castella — que l’auteur persiste à appeler castra pour mieux respecter les confusions de la langue médiévale, se présentent sous la forme de sites de plateaux défendus par des parois rocheuses, ou sous celle de « mottes castrales », en l’occurrence des tertres partiellement artificiels, aménagés sur des hauteurs et dépourvus de fossés. L’auteur identifie cinq sites de plateaux, actuellement déserts, et révélés par l’archéologie : Mévouillon, Mison, Mirabel, Condorcet, le Rocher-des-Aures. « Sites naturels appréciés pour leur topographie ample et défensive, [les plateaux] voient apparaître à leurs côtés la motte, type de site à topographie semi-naturelle, comme lieu de refuge des castra des Xe-XIe siècles. La pérennité de la motte aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles traduit le succès de ce nouveau modèle défensif et représentatif du pouvoir. »

3Ces mottes, dites « alpines » ou « provençales », sont en effet « semi-naturelle ». Il s’agit de reliefs naturels, généralement placés sur des hauteurs, et retaillés de manière plus ou moins régulière. L’auteur identifie 18 sites de mottes, qu’elle tente de mettre en relation avec des toponymes dérivés de motte ou de poype. Elle les identifie avec des castra cités au Xe siècle, mais sans avoir réellement démontré que la motte est bien contemporaine de la première installation seigneuriale. Six mottes sont illustrées par des relevés topographiques, ce qui permet de vérifier que, si certaines sont entourées ou défendues par un fossé, la plupart sont cernées de terrasses. Celles-ci sont aménagées soit au pied des pentes du tertre, soit un peu plus loin. Elles servent alors de basse-cour ou d’assise au bourg castral.

4L’auteur a mené d’importants sondages sur la motte de Saint-Marcellin-lès-Vaison. Ce tertre est élevé près d’une église Saint-Marcelin qui a conservé des éléments architecturaux carolingiens en remploi. Les fouilles ont révélé plusieurs silos souterrains, sur un site qui a eu une durée d’utilisation très brève (XIe-XIIe siècle). Cette dernière caractéristique est fréquente pour les sites emmottés méridionaux.

5Les mottes des Baronnies sont rarement des mottes de défrichement. Elles peuvent être isolées, notamment éloignées de l’église. Mais elles ne l’ont pas toujours été, puisqu’elles ont pu générer un peuplement éphémère. La chronologie relative (textes et toponymie) montre que la motte est souvent postérieure au castrum de plateau, mais qu’elle est rapidement abandonnée. Est-elle d’origine seigneuriale ? L’auteur l’affirme. « Il semble que certains sites de plateau de hauteur aient été de ressort public à l’origine. Sans effectuer une opposition trop catégorique, les mottes semblent en revanche avoir pris naissance dans un contexte de développement de seigneurie privée. » Mais une telle analyse est une simple extrapolation des études voisines antérieures, et aucun indice ne vient étayer cette hypothèse (solide) dans le cadre des Baronnies. À partir des sondages de Saint-Marcelin-lès-Vaison, habilement rapprochés d’exemples similaires fouillés en Provence ou en Languedoc, l’auteur remarque que « la pauvreté des couches d’occupation suggère d’identifier un certain nombre de mottes à des réserves alimentaires, à certains types d’habitat paysans ou à de simples postes de garde ». La dernière hypothèse est assez consensuelle, la première est originale et intéressante ; quant à voir dans la motte un simple habitat paysan, voilà qui demanderait supplément d’enquête.

6Dans la seconde moitié du XIIe siècle, trois familles étroitement unies, les Mévouillon, les Mison et les Montauban, toutes issues de précaristes et de familles épiscopales du Xe siècle, gagnent peu à peu leur indépendance par rapport à la Provence et à l’Empire, et constituent ce que l’on appellera plus tard les « Baronnies ». Leurs terres (de nombreux alleux et quelques fiefs) se couvrent alors de donjons romans, « châteaux de la seconde génération ».

7Les Mévouillon, Montauban et Mison doivent parfois entrer dans la fidélité de leurs puissants voisins, les comtes de Provence ou de Toulouse. Mais ils ont eux-mêmes leurs vassaux : des milites ou milites domini qui reprennent leur castrum en fief des barons. L’auteur, à la suite d’E. Magnou-Nortier, Cl. Duhamel-Amado et É. Debax, affirme que « le fief-château, le castrum pour lequel on prête serment joue donc essentiellement comme une sorte de fiction juridique qui sert de base à la fidélité ». Cette interprétation intéressante aurait mérité d’être discutée et argumentée.

8Aux XIVe et XVe siècles, quand les châteaux des Baronnies tombent aux mains du Dauphin, les archives delphinales permettent de voir un système complexe de garde, impliquant des gardiens, des châtelains et des guetteurs. L’auteur, qui pense que ce système était déjà en vigueur à l’époque précédente, confond les devoirs nobles d’estages et les devoirs communs de guet et garde. Si la confusion était avérée, il s’agirait d’une curieuse singularité locale.

9À partir de 1150 et jusqu’au XIIIe siècle, les châteaux de la seconde génération engendrent généralement un habitat, qui agrège rapidement les anciennes paroisses, et les districts ainsi définis sont plus ou moins à l’origine de l’actuel découpage communal.

10M.-P. Estienne identifie ces châteaux de la seconde génération avec les « donjons romans des XIIe-XIIIe siècles », dont une trentaine sont totalement ou partiellement conservés, une vingtaine sont relevés en plan et une dizaine en élévation. Ces « donjons » sont généralement élevés sur des pitons étroits et difficilement accessibles. Ils sont de plan carré, parfois avec éperon. Les maçonneries sont constituées de petits moellons de provenance locale ou sublocale ; seules les chaînes d’angles et les éléments d’architecture peuvent être constitués d’un calcaire venant d’une carrière un peu plus éloignée. Les bâtisseurs, pour pouvoir élever des tours sur des plates-formes exiguës, ont souvent eu recours à des échafaudages suspendus à des trous de boulins. Une étude fine et intéressante des tours de Reilhanette et de Montclus permet de recaler les phases de construction en fonction des irrégularités des répartitions des trous de boulins. En revanche, on suit difficilement l’auteur quand il présente les deux alignements de consoles en saillie sur la tour de Bruis comme un support d’échafaudage. C’est oublier un peu vite que ces tours de pierre pouvaient porter et supporter toutes sortes de structures en bois.

11Les murs ont une épaisseur de 1 à 3,50 m (Rosans), avec parfois une surépaisseur du côté de l’attaque. La porte, ouverte sur la face la moins exposée, est souvent placée à l’étage, à une hauteur comprise entre 5 et 10 m (Valreas). Ces portes étaient fermées par une ou deux poutres coulissantes et précédées par un pallié de bois. L’auteur affirme qu’elles étaient accessibles par des « échelles amovibles ». Elles sont parfois percées de jours ou d’archères, qui semblent difficilement différenciables.

12Ces tours sont étroites (6 à 20 m2 par étage) mais habitables. Si les étages inférieurs ne sont éclairés que par d’étroites fentes, les étages supérieurs sont parfois dotés de fenêtres élégantes. Certains murs gardent des traces de décors polychromes. Le couvrement des pièces est assuré soit pas des voûtes (généralement en plein-cintre, et dans les premiers niveaux) soit par des planchers. La circulation verticale se fait par des escaliers intra-muraux. L’aménagement intérieur est complété par quelques rares placards, cheminées et latrines. À l’extérieur, des traces d’ancrage dans le sol ou sur les murs laissent souvent deviner la présence d’un second bâtiment qui venait s’appuyer contre la tour, et dans lequel il est d’usage de reconnaître une aula.

13Enfin, l’auteur dévoile ses critères de datations : un seul bâtiment, Verclause, a bénéficié d’une datation archéométrique (dont il est difficile de savoir s’il s’agit d’une dendro-chronologie ou d’une analyse 14C…). Les autres sont datés soit sur des critères stylistiques (grand appareil régulier au XIIe siècle, bossage au XIIIe), soit par comparaison avec les chronologies établies dans les régions voisines. Quelques mentions d’archives permettent néanmoins de constater un certain retard de ces bâtiments par rapport aux régions moins enclavées.

14Dans la seconde moitié du XIIIe et au début du XIVe siècle, les seigneurs de Mévouillon et de Montauban, endettés, cèdent progressivement la mouvance, puis la pleine propriété de leurs castra à leurs voisins, les seigneurs du Dauphiné, de Provence et du Comtat. Le partage des Baronnies entraîne quelques tensions et batailles, qui tournent à l’avantage du Dauphin et du comte de Provence. Le premier se contente de restaurer les vieilles forteresses, mais le second se lance dans d’importantes reconstructions, notamment dans les enclaves de Mison et de Cornillon-sur-l’Oule.

15Le château de Mison, actuellement en ruine, occupe le site d’un ancien castrum, sur une butte témoin oblongue de 50 x 80 m dominant son bourg castral. Il n’en subsiste guère que les courtines externes et deux portes. La porte principale, à l’est, donne accès au château par l’intermédiaire de trois rampes étroites en épingle à cheveux, aboutissant à une tour porche dotée d’archères. À l’ouest, une poterne relie le bourg au château et débouche dans une « barbacane intérieure » voûtée et placée sous le tir de plusieurs archères.

16Trois inventaires de mobilier du XIVe siècle permettent en outre de découvrir la chapelle (Saint-Julien puis Sainte-Marguerite), les caves et les celliers qui contiennent le vin et les grains, la cuisine, les salles et les chambres. Une pièce est réservée aux livres, une autre aux jeux ; les armes sont nombreuses dans la salle d’arme, mais également présentes dans toutes les pièces, ce qui illustre parfaitement l’intégration des fonctions défensives et résidentielles dans les châteaux méridionaux de la fin du XIIIe siècle.

17Le château de Cornillon-sur-l’Oule a été bâti vraisemblablement entre 1242 et 1268. Il s’agit d’un château de hauteur, de plan grossièrement triangulaire, cantonné de deux tours demies rondes et d’une tour carrée. Le plan régulier et les vastes bâtiments alignés le long des courtines trahissent une tradition castrale étrangère, capétienne ou angevine. L’accès se fait au sud via des rampes commandées par les courtines, ou au nord par une poterne ouverte sous le feu d’une archère. Les tours comportent un rez-de-chaussée aveugle et voûté ; les deux tours demi-rondes, au nord, sont ouvertes à la gorge et dotées de deux étages équipés d’archères ou de bouches à feu. La tour nord-est a en outre abrité le chœur de la chapelle castrale.

18Les châteaux relevant du Dauphin, notamment Mévouillon, ont été rasés par Richelieu. Ils peuvent néanmoins être connus par les comptes de châtellenie delphinaux. Aux XIVe et XVe siècles, ces puissantes forteresses sont soigneusement entretenues et adaptées aux besoins de la guerre de Cent Ans. Les comptes mentionnent tout d’abord les approvisionnements en matériaux : calcaire, chaux. Les toitures sont en tuiles canal, en lauzes ou en essaules. Les plus prestigieuses sont en lauzes, voire lauzes maçonnées sur base d’essaules. Les travaux visent souvent à moderniser les défenses de la porte : on construit des ravelins et des barbacanes à Serre et à Mérindol à la fin du XIVe siècle, un pont-levis à Mirabel en 1369 ; on fait mettre des créneaux au-dessus des portes et les verrous sont peu à peu remplacés par des serrures à partir du XIVe siècle. Les éléments de bois et de plâtre (escalier, cheminées, planchers, galeries) doivent être régulièrement refaits, tout comme les citernes, absolument vitales lors des sièges estivaux.

19Au final, M.-P. Estienne tient donc un excellent sujet : en réduisant la surface de la région étudiée, elle met en évidence les continuités et les mutations de l’habitat fortifié du Xe au XVe siècle. L’histoire castrale des Baronnies se rattache nettement à l’histoire et à l’historiographie méditerranéenne. Les vestiges sont rarement spectaculaires, mais une étude obstinée, qui articule bien l’histoire et l’archéologie, finit par faire ressortir la grande originalité de cette région de Haute Provence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Mouillebouche, « Marie-Pierre Estienne, Châteaux médiévaux dans les baronnies, xe-xive siècle », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 59-2 | 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rae.revues.org/6512

Haut de page

Auteur

Hervé Mouillebouche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page