Navigation – Plan du site
Articles
Juliette Baudoux et Sylvie Cantrelle

Les habitats gallo-romains en terre et en bois de la rue de la Mésange à Strasbourg :

évolution d’un quartier situé sur le tracé de la ligne B du tramway

p. 67-102

Résumés

En 1999, les fouilles de la ligne B du tramway ont permis la découverte, dans le centre historique de Strasbourg, d’une enfilade de six pièces d’habitation appartenant à un ensemble édifié à la fin du Ier s. ap. J.-C., situé devant la sortie septentrionale du camp, le long de la voie menant à Brumath et Mayence. L’architecture en terre et en bois a été analysée en détail. Les bâtiments ont été détruits pour aménager des axes de circulation et un espace public dans les années 130-140 ap. J.-C. La surveillance des déviations de réseaux urbains a permis d’étudier l’environnement du site et de retracer l’évolution topographique de ce secteur jusqu’à sa transformation en aire funéraire au cours du haut Moyen Âge.

The excavations on the B line of the tramway carried out in 1999 in Strasbourg’s historic centre have brought to light a row of six rooms belonging to a dwelling built at the end of the 1st century A.D. The building is located in front of the western exit of the camp, on the road leading to Brumath and Mainz. The wattle and daub architecture underwent detailed analysis. The buildings were destroyed in the years 130-140 A.D. to make way for the building of roads and a public area. Through survey of works on the urban networks, the site’s environment has been studied and the topographical evolution of the sector has been retraced until its transformation into a burial ground at the beginning of the medieval period.

Die Ausgrabungen für die Strassenbahn Linie B im Jahre 1999 brachten im Zentrum von Strassbourg ein Serie von sechs Wohneinheiten zu Tage, die zu einem Komplex aus dem I Jh. n. Chr. gehörten, und vor dem Nordtor der Stadtmauer am Rande der Strassgelegen, die nach Brumath und Mainz führt. Die Strukturen aus Erde und Holz werden gründlich untersucht. Die Bauten sind 130-140 n. Chr. zerstört worden, um Strassen und öffentliche Plätze anzulegen. Die Überwachung bei der Verlegung der verschiedenen Versorgungsleitunger hat es ermöglicht die Umgebung des Ausgrabungsortes zu untersuchen und die topographische Entwicklung dieses Sektors bis hin zum übergang in eine Nekropole im Laufe des Hochmittelalters.

Texte intégral

PDF 6,0MSignaler ce document

Présentation

  • 1  Nous tenons à remercier ici tous les intervenants. Maître d’ouvrage : CUS/CTS ; maître d’œuvre : G (...)

1Dans le cadre des travaux de la ligne B du tramway de Strasbourg, la fouille d’une surface de 210 m2 a été conduite durant six semaines en février 1999 par une équipe de l’Inrap, sous la direction de J. Baudoux et S. Cantrelle, responsable de terrain1, à l’intersection de la place Broglie et de la rue de la Mésange, dans le centre de la ville (fig. 1). Cette fouille préventive était motivée par la présence, révélée en sondage (Baudoux, 1997), d’aménagements en bois se développant à une soixantaine de mètres au nord de la porte septentrionale du camp antique, où débouchait la voie de Brogomagus-Brumath/Mayence, et datés par dendrochronologie de l’année 87 ap. J.-C. Encore inexplorée car s'étendant sous la chaussée, cette zone de 30 m de long sur 8 m de large était préservée par les réseaux urbains, pourtant très denses. Les investigations menées à la périphérie, sur une distance de 190 m de la rue de l’Église à l’impasse de Bischheim, notamment la surveillance de seize tranchées de réseaux urbains (Baudoux, Waton, 2004), ont apporté des informations utiles à la compréhension du site et de son environnement ainsi qu’un éclairage nouveau sur le développement topographique des quartiers civils jouxtant le flanc nord du camp romain.

Contexte archéologique

2La problématique archéologique et historique de cette fouille urbaine est alimentée par l’existence de trente-sept sites antiques implantés en bordure du tracé du tramway, dans la portion comprise entre la place de l’Homme-de-Fer et l’extrémité est de la place Broglie (Baudoux et alii, 2002). La plupart de ces sites, fouillés dans la première moitié du XXe s. et publiés de façon lacunaire, s’échelonnent principalement au nord de l’axe est-ouest représenté par la rue de la Mésange et la place Broglie, la chaussée demeurant jusqu’à présent vierge de toute découverte (fig. 2). Les découvertes fortuites sont nombreuses.

  • 2  Voir les synthèses de M.-D. Waton et M. Fuchs sur les différents camps (Baudoux et alii, 2002, p.  (...)

3Élément structurel du paysage urbain, le camp, dans son état du dernier quart du Ier s.2, longe le sud de la place Broglie, à 60 m de la zone de fouille. Au début du IIe s., un double fossé traverse, à l’avant du camp, l’extrémité de la rue du Dôme sur laquelle donne la porte septentrionale (porta principalis dextra), probablement décalée par rapport à la rue actuelle. Encore utilisée au Moyen Âge, la porte est détruite en 1285.

  • 3  Voir l’étude de M.-D. Waton sur les axes de circulation (Baudoux et alii, 2002, p. 113-122).

4Les axes de circulation reconnus dans le secteur considéré présentent un caractère évolutif lié à l’extension du camp. Ce schéma dans lequel les habitats de la rue de la Mésange s’inscrivent de façon éphémère n’a été précisé que récemment, grâce en partie aux apports des fouilles de ces dernières années3. Ainsi côté ouest, une voie repérée partiellement rue Marbach et au n° 11 de la rue de la Haute-Montée pourrait constituer un premier axe de sortie nord du camp durant les deux premiers tiers du Ier s. Cet axe viaire devait, d’après plusieurs indices archéologiques, franchir une zone dépressionnaire (petit cours d’eau, fossé ?) entre la place de l’Homme-de-Fer et la rue de la Haute-Montée (Nilles, dans Baudoux et alii, 2001, II, p. 70). Petite-Rue-de-l’Église, les strates semblent d’ailleurs s’infléchir au sud vers ce fossé (Pétry, 1976, p. 398). À l’est, un second axe de sortie nord devait, dans le dernier tiers du Ier s. et au début du IIe s., se situer vraisemblablement dans le secteur trouvant son prolongement dans la rue de la Fonderie. Aux IIe et IIIe s., la voie située approximativement rue du Dôme devient la via principalis du camp. Les relevés effectués sous la Banque de France indiquent qu’elle traverse la zone de fouille de la rue de la Mésange pour se diriger vers le nord. La place Saint-Pierre-le-Jeune, d’où est issu l’autel des Matres Quadrubiae (CIL XIII, 5971), constituerait le carrefour extra-muros le plus ancien. Ses voies d’accès en sont encore mal comprises. Dès le Ier s. de notre ère, une zone artisanale se développe rue de la Nuée-Bleue, en limite de ce quartier Saint-Pierre-le-Jeune, densément peuplé, et à 130 m au nord du camp. À défaut de vestiges bien structurés, cette zone se montre particulièrement dense en vestiges mobiliers, attestant la présence d’un atelier de métallurgie (fer et bronze) (Baudoux et alii, 2002, p. 173).

5La place Broglie réputée non bâtie depuis l’Antiquité est assimilée à un champ de Mars situé à l’avant du camp et bordé de sanctuaires dont la localisation est très sommairement mentionnée (socles de colonnes et tête de Diane sous la Banque de France, vestiges architecturaux monumentaux sous l’Hôtel de Paris) (Forrer, 1927, p. 718 ; Schaeffer, 1929, p. 157). Une zone de remblais stériles d’époque gallo-romaine s’étend au nord de la place Broglie, confortant, selon le fouilleur E. Kern, l’interprétation d’un terrain inoccupé (Pétry, 1976).

6La documentation, très inégale sur les habitats extra-muros entre l’Homme-de-Fer et la place Broglie, donne enfin une image hétéroclite et lacunaire du contexte urbain :
Jouxtant les habitats en terre et bois de la place de l’Homme-de-Fer, dont les techniques précises de construction ont été relevées (Kuhnle, Nilles, 1994), une vaste zone peu structurée sert de dépotoir vers la rue de la Haute-Montée (Kuhnle, 1994a). À proximité, des baraquements gallo-romains constitués de plusieurs niveaux de planchers se développent au n° 2 rue de la Haute-Montée (Schaeffer, 1922). Les renseignements sur leur distribution et leur type de construction sont succincts. Aucun habitat n’est plus signalé vers l’est jusque vers le n° 25 rue de la Nuée-Bleue où des aménagements en bois du Ier s. sont signalés, recouverts par la voirie d’accès à la porta principalis (Weirich, 1936).

7En 1927, la découverte par F.-A. Schaeffer de baraques en bois des Ier et IIe s. sous la Banque de France au n° 2 de la place Broglie ne retient pas particulièrement l’attention : « de simples boutiques s’élevaient à l’ombre du temple » … (Schaeffer, 1930, p. 266). L’auteur note cependant la présence de bois décomposé, des pieux et plusieurs lits de madriers séparés par du sable et des graviers entre les cotes 138,60 et 137,40 m NGF, puis à la cote 136,58 m NGF, madriers interprétés comme une préparation de la route flavienne, abandonnée par la suite. Sous le poste d’électricité de la place Broglie (à 50 m de la zone de fouille de la rue de la Mésange), le même auteur mentionne des cailloutis recouvrant des tuiles attribuées à d’autres baraquements, ainsi qu’une couche d’incendie entre les cotes 137,50 et 138 m NGF, reposant elle-même sur de l’argile jaune du Ier s. L’absence de fouille en planimétrie et le manque de localisation précise des vestiges nuisent à l’intérêt de la découverte.

  • 4  Archéolabs ARC99/R2226D.

8Les pieux mis en évidence dans le sondage de 1997 devant le n° 30 rue de la Mésange, enfoncés dans un milieu tourbeux épais de 2 m et datés de l’hiver 87 ap. J.-C4, sont provisoirement assimilés à un système de franchissement d’une zone humide devant le camp, dans un environnement encore mal cerné. En raison du caractère lacunaire des données, il convenait de réexaminer la configuration des lieux à l’approche du camp, dans un endroit particulièrement stratégique, où l’usage du bois était omniprésent.

Un ensemble d'habitats datés de la fin du Ier s. et du début de IIe s. face au 30 rue de la Mésange

Description des structures

9Enfouies à 2,50 m de profondeur en moyenne (altitude de la chaussée actuelle : 141,70 m NGF), les structures d’habitat représentent 1 m de stratigraphie. Elles sont installées sur une formation argileuse compacte, épaisse de 2 m, sur laquelle les premiers niveaux anthropiques, non structurés à l’exception de trois petites fosses, s’enchaînent rapidement à partir de l’altitude 137,60 m NGF. L’altitude moyenne des niveaux d’occupation de la fin du Ier s. se situe à 138,80 m NGF. Les vestiges consistent en un ensemble de six pièces d'habitations disposées en enfilade, unités d’habitation ayant gardé, en milieu saturé d'eau, sablières, lambourdes de planchers, poteaux corniers et murs d'adobe, dont certains encore en élévation (fig. 3 et 4). Les pièces A, D, F ont été préservées de la destruction par les remblais d’époque gallo-romaine, alors que les pièces E et F ont été arasées. Les techniques de construction, particulièrement diversifiées, ont été analysées en détail par S. Cantrelle. Les pièces B-C et D-E concernent deux bâtiments distincts, l’unité A étant dans un premier temps une aire extérieure. L’ensemble a subi plusieurs remaniements. Le côté sud de ces bâtiments, longé de conduites en bois, est interprété comme la façade. Les aménagements annexes sont nombreux (Baudoux, Cantrelle, 2000).

La pièce (ou espace) A

10On considère, lors d’une première séquence d’occupation, la partie est de la pièce A (fig. 5), partiellement détruite par un fossé médiéval, comme une aire extérieure. Cette hypothèse est confortée par la présence d’un épais enduit sur le côté externe d’un mur. L’espace restreint, conservé sur 1,5 m par 2,9 m, est limité au nord par une tranchée de fondation de sablière (St 131) et, à l’ouest, par un mur en terre et bois à simple armature centrale (St 7). Le sol est en gravier et terre. Les aménagements consistent principalement en un caniveau en bois en mauvais état de conservation, installé le long du mur St 7, et une fosse boisée (St 11) de forme circulaire, conservée sur une hauteur de 1,10 m. Celle-ci présente deux parties distinctes, celle du bas étant plus étroite (diam. : 1,20 m et 1,05 m) (fig. 6 : US 167 et 180).

11La partie est de la pièce, transformée en espace intérieur de 4 m sur 2 m, correspond à une seconde séquence d’occupation. Deux fours rectangulaires successifs, à la fonction probablement domestique, occupent l’espace. La chambre de chauffe est constituée de murets maçonnés entourant, pour la structure la plus récente (St 1), une sole en briques posées sur une chape de limon sableux rubéfié, légèrement incurvée au fond du foyer. La paroi du fond est enduite d'une chape d'argile. Des alignements de clous en fer matérialisent une structure rectangulaire (en bois ?) à la fonction indéterminée, d’une longueur de 1,40 m sur une largeur de 0,40 m. Un premier sol en terre est remplacé par un dallage en tuiles, devant l'ouverture du foyer. Au nord, un effet de paroi dans le prolongement de la fondation du mur St 131 sépare cette pièce (A1) d’une succession de sols en terre (A2).

La pièce B

12Cet espace intérieur (fig. 7) est limité sur trois faces par des murs en terre et bois à simple armature centrale et au sud par un mur en terre et bois à double armature centrale correspondant à la façade du bâtiment (fig. 8). Un angle de bâtiment, reconnu dans un sondage (fig. 7, US 177, 178), correspond à une première séquence de construction, suivie d’une seconde séquence pendant laquelle l’organisation générale est modifiée. Le bâtiment subit un nouvel alignement, décalé par rapport au précédent.

Fig. 8. Vue d’ensemble de la pièce B depuis le sud (cliché J.-L. Wüttmann).

13L’angle sud-est du bâtiment de la première séquence est composé d’un mur en terre et bois (St 177) conservé sur une hauteur de 0,25 m et une largeur de 0,20 m, semblable au mur St 7, et d’une pièce de bois au profil en L (St 178) d’une largeur de 0,16 m. Ces éléments sont fixés sur le poteau d'angle St 179. Celui-ci traverse la pièce de bois pour se ficher dans le sol sur une profondeur d’au moins 0,20 m. Le sol est un limon brun damé. La fosse St 12, renfermant de nombreux débris végétaux, jouxte l’ensemble. La planche US 380 et la pièce mortaisée US 381, avec rainure centrale, font partie de la même séquence 1. Un remblai épais de 20 cm scelle ce niveau.

14La deuxième séquence de construction concerne une pièce de forme parallélépipédique de 4 m x 4 m, à l’orientation différente. Les murs en terre et bois St 7, 8, 10 sont édifiés selon la même technique : une sablière supportant un mur en terre et bois à armature centrale (fig. 9). La sablière du mur St 7 est installée dans une tranchée de fondation d’une largeur de 0,25 m, supérieure à celle des vestiges conservés. L’armature centrale en bois, large de 0,18 m, est constituée des potelets US 384, 385, 103, 104, de section rectangulaire (5 cm x 15 cm), disposés à intervalles réguliers de 0,90 m et probablement assemblés à la sablière par un système de tenons et mortaises, comme cela a été vérifié sur le mur St 10.

Fig. 10. Les boudins d’argile (US 84) à la base du mur St 7 (cliché J.-L. Wüttmann).

15Une fine paroi de bois décomposé (US 615) correspond à des planches posées de chant entre les potelets. Trois « boudins » horizontaux superposés de 5 cm de diamètre et espacés de 15 cm, constitués d’argile compactée, enserrent le chant supérieur de chacune des planches afin d'assurer la cohésion de l'ensemble (fig. 10). La hauteur entre deux « boudins », comprise entre 10 et 15 cm, correspond à une hauteur de planche. Un limon argileux plastique (US 98) plaque chaque côté de l’armature centrale sur une épaisseur de 8 cm. Il s’agit probablement de rangées mal conservées de briques crues (adobes), attestées par ailleurs dans la pièce E (US 221). Un enduit de mortier sableux de couleur ocre (US 99), épais de 2 cm, recouvre la face est du mur et s’interrompt à 20 cm de la base du mur, au niveau du sol. Des restes de planches sont visibles dans la partie inférieure du mur.

16Les murs St 8 et 10 apportent des informations complémentaires. Conservé sur une hauteur de 0,40 m, le mur St 8 comporterait deux potelets espacés de 1,70 m et situés chacun à 1,20 m des poteaux corniers (US 411) (dim. cons. d’un poteau : 13 x 10 cm). Au nord, un niveau de bois surélevé (US 386), d’une largeur de 0,95 m interrompant le mur, est interprété comme un seuil.

17Le mur ST 10 comprend trois potelets (US 153, 154, 155) espacés de 0,80 m et 0,90 m et répartis sur la longueur du mur. La sablière, d’une largeur de 16 cm et conservée sur une hauteur de 10 cm, est percée, à l'emplacement des potelets, de trois mortaises rectangulaires de 12 cm par 8 cm. Dans l'axe, une rainure est creusée, vraisemblablement pour encastrer le bas de la paroi en planches. L’affaissement de la structure sur 1,50 m de long et 0,25 m de profondeur, en raison de la présence d’une structure en creux antérieure, a nécessité la mise en place d'une pièce de bois en forme de croix utilisée en remploi (US 152, 160) et glissée sous la sablière.

18Le mur de façade St 23 est une structure unique courant le long des pièces B et C, comportant de façon originale une double armature de bois, fondée sur une sablière d’une largeur de 0,35 m. Les deux parois matérialisées par des restes ligneux de planches (US 423) sont distantes de 5 à 6 cm. L'espace entre les parois est comblé par un limon argileux gris clair (US 196). La largeur de la sablière indique qu’un placage en terre a dû exister. On remarque le support en bois quadrangulaire US 195 contre la sablière de façade (L. : 0,35 m à 0,45 m ; l. : 0,31 m ; H. : 0,10 m), présentant deux logements rectangulaires de taille différente, laissant supposer l'existence d'un poteau cornier, voire de deux poteaux côte à côte, non pas sur le mur de façade mais en arrière de celui-ci.

19Pendant cette seconde séquence, un foyer semi-circulaire d’un diamètre de 0,30 m (St 9), en maçonnerie de briques crues, est adossé au mur nord. Un massif en terre quadrangulaire comportant des briques crues (L. : 15 cm ; l. : 8 cm ; H. : 8 cm) isole le mur de la chaleur du foyer. Un accès vers l’extérieur est reconnu à proximité du foyer. Sur une profondeur de 0,40 m, plusieurs sols sont identifiés, formés de matière organique décomposée, de recharges de graviers fins et de sable, de remblais de limon et de galets.

La pièce C

20Les murs de cette pièce parallélépipédique de 3,50 m sur 4 m appartiennent à la seconde séquence d’occupation et sont édifiés selon les mêmes techniques que la pièce précédente (fig. 11). L’espace est limité à l’est, à l’ouest et au nord par des murs en terre et bois à simple armature centrale (St 10, 20, 21) et au sud par un mur en terre et bois à double armature centrale correspondant à la façade du bâtiment St 23 (fig. 12). Le mur St 20, revêtu d’un enduit sablé sur sa face est et d’un enduit de chaux sur sa face ouest, ne comporte qu'un seul potelet ; le mur de façade ne présente ni potelet ni poteau d’angle.

Fig. 12. Le mur de façade St 23 et le caniveau St 4 (cliché S. Cantrelle).

21La particularité de cette pièce réside dans la conservation de quatre lambourdes de plancher posées sur un remblai compact de petits galets et disposées perpendiculairement au mur de façade (fig. 13). Les premières lambourdes (US 148, 281) sont distantes de 20 cm et 30 cm des murs, puis espacées de 0,80 m. La présence d’un madrier de section rectangulaire (US 313), posé perpendiculairement sur les lambourdes à 0,50 m de la façade, indique peut-être un soubassement de cloison ou bien un élément mis en place pour éviter le glissement de l’ensemble vers le sud.

Image10

Fig. 13. Le plancher de la pièce C (cliché S. Cantrelle).

La pièce D

22Cette pièce aux dimensions incomplètement connues de 4,50 m sur 4,20 m (fig. 14) est fortement dégradée par une canalisation moderne, mais aussi par la récupération des matériaux avant son nivellement, notamment de son plancher qui reposait sur un remblai de petits galets. La technique de construction des murs reste la même. Le mur de façade, en revanche, possède une simple armature centrale. L’aspect de la pièce perdure pendant les deux séquences d’occupation des pièces précédentes. Un unique remblai recouvre les pièces D et E à la fin de la deuxième séquence, ce qui laisse penser qu’à un moment donné elles ont été elles aussi contemporaines.

La pièce E

23Seule une surface limitée de cette pièce est fouillée sur 2 m par 4 m, en raison de la présence d’une berme de sécurité et d’une canalisation moderne. Un mur en terre et bois très dégradé est reconnu en façade, à simple armature centrale (US 324). Le caniveau St 14 matérialise un espace extérieur. Ce module d’habitat connaît trois séquences d’occupation : la première est caractérisée par la présence d'une fosse boisée et d'un plancher effondré, la seconde par la construction d'une grande structure de combustion et la troisième par la reconstruction de cet ensemble E.

Séquence 1

24Les pièces de bois sont nombreuses, la plupart non en place (fig. 15). On identifie particulièrement une fosse quadrangulaire boisée (St 15) recouverte en partie par un plancher effondré (St 16). Les parois verticales de la fosse sont formées de planches disposées de chant (US 398), maintenues vers l'intérieur par un alignement de pieux (US 399, 403 ; 401, 405). Les dimensions restituées de la fosse sont de 1,40 m x 3 m. Celle-ci renfermait encore une amphore. Le plancher St 16, installé sur une couche compacte de galets, est constitué de six planches disposées côte à côte (L. : 1,30 m ; l. : 18 et 30 cm ; ép. : 4 cm) et reposant sur une pièce de bois rectiligne d’une longueur de 2,90 m (US 219), comportant une mortaise à son extrémité, indice d’un réemploi. Une des planches (US 147) est datée par la dendrochronologie de 87 ap. J.-C. environ.

25Un caniveau (St 14), présent dès l’origine, délimite probablement un espace de circulation entre les pièces E et F. Il est constitué de deux parois en planches espacées de 0,30 m (US 208, 210). L’alignement de pieux US 392-396, à l'extérieur de la paroi, participe au même aménagement. Au sud, en façade (fig. 15, St 125), un caniveau perpendiculaire est daté par la dendrochronologie entre 71 et 91 ap. J.-C.

Séquence 2

26Les dimensions reconnues sont de 3 m par 4 m (fig. 15). L’espace est limité au sud par un mur de façade en terre et bois à simple armature centrale (St 242), dans la continuité du mur de façade de la pièce D, et au nord par un mur en maçonnerie de briques crues d’une largeur de 20 cm (St 221). Une structure de combustion est installée sur le remblai scellant la fosse boisée (St 17). Le four de forme circulaire d’1,80 m de diamètre est constitué d’une sole d’argile lissée, reposant sur un radier de petits galets, et d’une maçonnerie de tuiles liées à l’argile (US 389), conservées sur deux assises (l. : 20 cm ; ép. : 15 cm).

Séquence 3

27Le nivellement général des pièces D, E (et F) est suivi par l’édification d’une nouvelle pièce quadrangulaire de 3,50 m de côté (fig. 16), matérialisée par des sablières en bois (US 77-78-79) posées sur un remblai compact de petits galets et de limon. Les poteaux US 326, 327, enfoncés d'au moins 0,40 m dans le sol, marquent peut-être l’emplacement d’une autre sablière. Une poutre longitudinale pouvait exister à cet emplacement, supportant des pannes à l’étage sur lesquelles étaient posés des chevrons. Sur sa partie externe, la sablière US 77 est protégée par une couche de limon et un enduit fin de chaux. Un poteau d'angle traverse les sablières US 79-78. Dans l’une d’entre elles (US 78) est aménagée une huisserie de porte, matérialisée par deux logements rectangulaires espacés d’1 m (US 242-243). Une cloison intermédiaire (US 81) est percée de deux poteaux et s’interrompt à une extrémité. Le sol en terre est couvert d'une sédimentation charbonneuse et organique. Plusieurs remblais successifs à l'emplacement de la fosse boisée montrent la nécessité de combler l'effondrement progressif du sol par des recharges constantes. Un caniveau (St 6) matérialisé par un creusement rectiligne en U de 0,38 m de large, comblé par un riche mobilier (US 67), marque la séparation entre les pièces E et F (fig. 17).

Fig. 17. Les pièces E et F vues vers le sud (cliché J.-L. Wüttmann).

La pièce F

28La pièce F, partiellement fouillée, est de plan carré (2,50 m x 2,50 m). Elle présente des vestiges remarquables qui témoignent d’un changement radical dans la technique de réalisation pour deux constructions successives qui gardent la même emprise. La première pièce est contemporaine des deux premières séquences de la pièce E (fig. 15). La seconde est liée à la séquence 3 de la pièce E (fig. 16).

Séquence 1 (fig. 15)

29Le mur en bois St 19, observé sur une longueur de 2,50 m, est composé d’une paroi (US 144) et de deux poteaux (US 200 et 140) reliés entre eux par des madriers (US 201). Les poteaux de section circulaire sont fichés dans le sol et espacés de 1,85 m (diam. : 0,24 m ; H. : 0,50 m). Les deux madriers de bois superposés, aux extrémités légèrement biseautées et de section rectangulaire, se glissent dans deux rainures verticales du pieu US 200. La paroi (1,40 m x 1,20 m), faite de madriers superposés disposés perpendiculairement, s’est effondrée sur le sol à l’altitude 139,35 m NGF. Elle est datée par la dendrochronologie entre les années 80 et 83 ap. J.-C. À proximité, la planche US 211, posée de chant à l'intérieur d'un creusement rectiligne se prolongeant vers le sud (US 325), est interprétée comme un élément de retour du mur. Le sol comporte de nombreux galets et des restes organiques.

Séquence 2 (fig. 11, 14, 15, 16)

30Après un fort remblaiement, la pièce en rondins est remplacée par une pièce rectangulaire aux murs en terre très étroits (US 75, 76). Ces murs, d’une épaisseur de 10 cm pour une longueur observée de 3,30 m, sont constitués de limon argileux gris ne comportant aucun élément de bois. La face interne est couverte d'un enduit de mortier sableux épais de 3 cm, puis d'une fine couche picturale blanche sur laquelle sont visibles des traces de peinture jaune. Le sol est en terre.

31À l’extérieur, la chaussée est constituée de trois niveaux successifs de petits galets liés à la terre. De nombreuses canalisations en bois courent devant la façade des pièces B, C, D, E et F. Leur sommet qui représente le niveau de circulation contemporain se situe à l’altitude de 138,50 m NGF. Deux modèles cohabitent : des canalisations monoxyles en U (US 125, 249, St 18) et des structures aux parois de planches ou de madriers, parfois de taille importante (St 13, 3, 4). Le caniveau St 13 par exemple, aux parois inclinées, présente une ouverture minimale de 0,50 m à son sommet pour une profondeur conservée de 0,90 m. Il est couvert d’un couvercle en bois (fig. 18). Les parois internes et externes du caniveau St 3 sont étayées par des piquets. Ces deux systèmes correspondent probablement à des fonctions différentes : évacuation des eaux pluviales ou des eaux usées dans les petites canalisations monoxyles en U et adduction d'eau potable dans les structures boisées.

32Une fosse boisée circulaire d’une profondeur conservée de 1,10 m est aménagée contre le caniveau St 4 (fig. 11). La partie supérieure est plus étroite que la partie inférieure (respectivement 1,15 m et 1,40 m). La paroi est formée d’un assemblage de planches verticales larges de 15 cm, portant une trace de cerclage.

Image14

Fig. 18. Le plancher de la fosse boisée dans la pièce E (cliché J.-L. Wüttmann).

33D’après le mobilier archéologique, en particulier la céramique servant à combler la fosse boisée (plus de 100 kilos), la destruction et le nivellement de l’ensemble des pièces interviennent dans les années 130/140 ap. J.-C. L’exhaussement argileux d’une épaisseur de 0,40 m est scellé par plusieurs chaussées dont la durée d’utilisation s’échelonne du IIe s. au Bas-Empire (fig. 31). Les deux chaussées damées situées aux extrémités est et ouest du site comportent un minimum de neuf recharges de petits galets liés par du sable ou de la terre. Au centre et en contrebas s’insère un seul niveau de circulation bien damé en galets, argile et tuiles, de 15 cm d’épaisseur. Les axes divergent. Les observations sur les réseaux montreront que l’une d’entre elles se dirige vers la place Saint-Pierre-le-Jeune (fig. 2) et une autre vers la rue de la Nuée-Bleue.

Synthèse des observations

Les différents types de constructions

34Les techniques architecturales sont diverses. Quatre types de murs sont relevés :
Le premier type, employant la technique du pan de bois dite Schwellenbau, est bien documenté grâce aux structures formant des modules complets d’habitat (pièces B, C et D) conservés en élévation sur une quarantaine de centimètres. Il comprend un mur porteur, vraisemblablement le mur de façade, et des murs de refend ou cloisons. Ces dernières comportent une sablière basse en bois, large de 10 cm, installée sans solin dans une tranchée de fondation peu profonde, large de 25 cm environ. L’armature centrale est constituée de potelets espacés en moyenne de 0,80 m, entre lesquels des planchettes sont posées de chant et encastrées dans la sablière par une rainure. Des boudins d’argile indurée maintiennent les planches. Un hourdis en terre limono-argileuse, large de 17 cm environ, enserre l’armature. Le procédé d’application de la terre sur les parois n’est pas visible ici. Il peut s’agir de grandes briques dressées ou de terre coulée et coffrée sur une armature interne, difficile à étudier, mais dont l’existence est largement supposée pour la réalisation d’une cloison étroite. Il n’y a aucune trace de clayonnage ni de torchis. Des poteaux corniers relient les cloisons. L’un d’eux traverse la sablière et repose sur une pierre de calage. L’assemblage se fait par tenons et mortaises, à mi-bois (le site n’a livré aucun clou). Du mortier est appliqué sur les deux faces des murs (chaulé sur une face et sableux sur l’autre dans la pièce C). Le mur de façade est construit suivant un procédé identique, mais comporte une sablière plus large (35 cm) et une double armature espacée de 6 cm. L’existence de potelets et d’enduit de mortier n’y est pas attestée.

35Le deuxième type de mur (pièce E, séquence 3) est une construction à pans de bois sur sablière de 25 cm de large directement posée sur le sol, comportant plusieurs poteaux traversants, servant à rigidifier les parois en terre à intervalles réguliers d’1 m. Il peut s’agir d’un autre type de construction à pan de bois.

36Le troisième type de mur (pièce F, séquence 1) est une paroi en madriers de type Blockbau, encastrée à l’aide de feuillure dans deux poteaux de section circulaire, enfoncés dans le sol et espacés de 1,90 m. C’est un type de construction sans sablière basse ni revêtement de terre.

37Le quatrième type de mur (pièce F, séquence 2) est une paroi en terre argileuse très étroite (10 cm), revêtue sur sa face interne d’un enduit de mortier de chaux peint en jaune. Il ne comporte ni sablière basse, ni montant en bois, ni enduit extérieur, mais peut-être un poteau d’angle externe. L’adobe semble être le seul matériau permettant de réaliser une telle cloison.

38La technique du pan de bois, dite Schwellenbau (type 1), se généralise à l’époque romaine dès le Ier s. de notre ère et se rencontre sur l’ensemble du territoire de la Gaule. Dans notre région, elle concerne à la fois les installations militaires (très mal connues à Strasbourg) et les habitats civils du Ier s. L’utilisation de cette technique ancienne va souvent de pair, à partir de l’époque flavienne, avec le développement des maçonneries, au moins en fondations ; ce n’est pas le cas pour les habitats de la rue de la Mésange. On constate une certaine similitude des techniques entre les pièces B, C, D et les habitats contemporains de Metz-Hauts de Sainte-Croix (Blouet et alii, 1985) ou de Strasbourg place de l’Homme-de-Fer (phase 4D3) et de la rue Marbach, mais les murs, sur ces deux sites, portent des traces de clayonnage. La technique du hourdis de terre sur armature de planches, beaucoup moins utilisée que le torchis sur clayonnage, est attestée en Suisse, notamment dans les niveaux précoces d’Augst (Blouet et alii, 1985, p. 115), d’Avenches (Blanc et alii, 1995 et 1997 ; Paunier, 1985, p. 113), ou de Vitudurum (Rychner, Albertin, 1986). Par ailleurs, dans un même quartier à Strasbourg, les techniques employées n’ont rien de systématique : un cas de mur à armature centrale en bois hourdie de briques d’adobe est signalé place de l’Homme-de-Fer entre 100-130 ap. J.-C., mais les sablières reposent sur des radiers de tuiles, les enduits portent des marques en chevrons et les tuiles sont nombreuses. L’absence de solin en milieu saturé d’eau, une des spécificités techniques du site Mésange, est réservée à des murs à clayonnage sur les sites de la rue Marbach et de la place de l’Homme-de-Fer, dans un milieu plus sec. La technique de réalisation du mur de façade de la rue de la Mésange est également originale. La méthode consiste en principe, dans les rares exemples de murs porteurs en pans de bois attestés à l’époque romaine, à dédoubler le pan en plaçant par exemple une deuxième rangée de poteaux en quinconce (Chazelles-Gazzal, 1997, p. 123).

39Très partiellement observée dans le bâtiment F, une seconde technique consiste à empiler des madriers qui sont assemblés à des poteaux porteurs ancrés dans le sol (Blockbau). Le bâtiment est daté des années 79/80 et 83. On rencontre ce type de construction en Suisse à Holderbank, où des rondins sont empilés avec toiture de bardeaux, et à Oberwinterthur à la fin du Ier s. (Paunier, 1985 ; Fellmann, 1991).

La distribution de l’espace et les aménagements annexes

40On distingue deux groupes modulaires (B-C ; D-E) dans cet alignement répétitif de plusieurs unités d’habitations accolées (fig. 19). La longueur totale de la façade est de 22 m (sans compter la pièce A dont les limites ne sont pas connues). Une seule charpente est probable pour les pièces B et C, car il n’y a pas de jonction entre leurs murs au nord. Le deuxième module D-E fait 10 m de long.
D’une durée de vie éphémère (globalement une cinquantaine d’années), ces baraquements légers connaissent plusieurs étapes de restaurations et de réaménagements : aire ouverte puis couverte (pièce A) ; glissement général des structures vers le sud compensé par des cales (pièce B) et des remblais ; installation d’une nouvelle sablière (pièce B) ; agrandissement des aménagements annexes (foyer de la pièce A) ; modification du type architectural des bâtiments E puis F (avec passage d’une bâtisse en rondins à un bâtiment plus élégant) avec réalignement de la structure dans l’axe des façades.

  • 5  L’analyse géologique du sol 43 de la pièce A (ARC99/R2226G) révèle la présence d’Herbacées agglomé (...)

41 La dimension des pièces (4 x 4 m et 3,5 m x 4 m) est relativement courante : à l’Homme-de-Fer, celles des habitats contemporains (phase 4D3) oscillent entre 3 x 3 m et 5 x 5 m (Kuhnle, 1994a, p. 38 ; Schwien, 1994, p. 164). Pour l’ensemble des pièces, la fonction porteuse des poteaux d’angles reste à définir. D’après les dimensions, il est probable que la hauteur de l’espace intérieur ne dépasse pas 2,20 m. Il s’agit de baraques sans étage ni contreventements. Pour l’évacuation des eaux pluviales, l’hypothèse d’un pignon sur le côté et d’un pan du toit en façade est retenue, cette solution permettant d’éviter que l’eau n’endommage les murs accolés des différentes pièces. Les tuiles étant quasiment absentes, le toit est vraisemblablement couvert de végétaux de type roseaux, comme le montre l’analyse du dépôt organique d’un sol de la pièce A5.

42Les deux modules sont formés de cellules complémentaires, une pièce en terre battue avec foyer étant associée à une pièce avec plancher (fig. 20). Cette fonction différente selon les types de sols est confirmée par la présence de foyer sur les sols en terre A, B, E (1er état). Des planchers sur gravier sont installés dans les pièces C, D, E (2e état). Le système d’attache des lambourdes aux sablières (par rainures ?) n’est pas déterminé. La pièce E (1er état daté de 85 ap. J.-C.) renfermait le plus grand nombre de structures aménagées (garde-manger enterré, foyer).

43La variété des modèles de foyers semble être la règle, comme cela est observé à Strasbourg dans la deuxième moitié du Ier s. et au début du IIe s. : simple cuvette d’argile renfermant des galets, aire de chauffe en briques d’adobe aménagées dans un mur circulaire, maçonnerie de tuiles et dallage… (Baudoux et alii, 2002, p. 147). Les deux foyers de dimensions imposantes des pièces A (2e état) et E (1er état) appartiennent à ce dernier type et fonctionnent en même temps, indiquant un volume d’activité qui dépasse le cadre privé. Peut-être s’agit-il d’un commerce alimentaire, ce qui s’accorderait assez bien avec les multiples cruches à vin retrouvées sur le site. Deux fosses tonneaux sont présentes à l’extérieur des pièces A et C. Leur fond se situe approximativement à la cote 137,5 m NGF, au niveau du limon fin naturel, alors que généralement à Strasbourg (rue de la Nuée-Bleue, Cathédrale), elles sont ancrées profondément dans les graviers naturels (jusqu’à la cote 134,50 m NGF) (Schnitzler, 1994, p. 183). Le garde-manger rectangulaire boisé de la pièce E trouve sa correspondance place de l’Homme-de-Fer au Ier s. (Kuhnle, 1994b). Enfin, l’évacuation des eaux usées par canalisations en bois monoxyles ou planches appliquées contre un terrain excavé et maintenues par des piquets et un couvercle, comprenant plusieurs évacuations emboîtées, malheureusement très détériorées, est un système similaire à ceux d’Echenz et d’Oberwinterthur en Suisse (Jauch, 1997, p. 16). Le canal collecteur passe en façade, alimenté par un caniveau secondaire perpendiculaire séparant les pièces E et F. Les différents systèmes fonctionnent en même temps, sans évolution notable. L’alimentation en eau est assurée par des canalisations en terre cuite de fort calibre (diamètre : 0,30 m ; longueur : 0,60 m) retrouvées dans une fosse, correspondant à des canalisations urbaines similaires à celles de la double conduite de Kuttolsheim et de la rue de la Haute-Montée à Strasbourg (Forrer, 1927, p. 388, pl. LII).

44Les espaces de circulation à l’intérieur et entre les baraquements sont difficiles à cerner. Deux seuils sont repérés ; l’un près du foyer de la pièce B permet de sortir à l’arrière des façades, l’autre, dans la pièce E, donne sur un couloir latéral extérieur. À l’avant, le niveau de circulation est sans cesse rehaussé, dans une zone particulièrement instable.

Insertion de ces habitats dans la trame urbaine

45L’agencement global de l’ensemble bâti nous échappe. Son organisation interne, à l’intérieur de l’îlot, peut être très variable comme le montrent les exemples d’Amiens (Bayard, Massy, 1983), Bliesbruck (Petit, 2005), Xanten en Allemagne (Brulet, 1996, p. 94), Petinesca-Vorderberg en Suisse (Zwahlen, 1996). On manque de référence à Strasbourg, hormis quelques données dispersées qui montrent des schémas incomplets mais relativement simples. À Mésange, l’orientation des modules est de - 22° par rapport au nord. Ce schéma d’implantation présente des différences relativement importantes par rapport à la place de l’Homme-de-Fer (+ 17, + 22), la rue Hannong (- 13/- 17) (Kuhnle, 1994c) et la rue Marbach (- 9/-13°) (Nilles, 1994 ; Nilles, Waton, 1990). Les façades à Mésange sont orientées au sud, mais ne sont pas tout à fait dans l’axe du camp. Elles sont vraisemblablement parallèles aux berges d’un cours d’eau ou d’un marigot et se développent perpendiculairement à l’axe de sortie du camp qui à l’époque passe plus à l’est que la voie reconnue par Schaeffer sous la Banque de France. La trame antique de l’agglomération extra-muros n’est donc pas orthogonale aux Ier et IIe s. Il semble que les contraintes topographiques soient primordiales dans le choix d’orientation des habitats.

  • 6  Voir la synthèse de J. Baudoux et P. Flotté sur les constructions et le développement de la topogr (...)

46L’usage de l’architecture en bois est fréquent à Strasbourg. Une cartographie récente de sa distribution recense 32 points de découvertes datés du Ier s. au IIIe s.6. La répartition des maisons de bois dans la partie civile de l’agglomération se concentre au Ier s. quasi exclusivement dans la partie nord-ouest de l’ellipse insulaire, dans un quartier artisanal prenant la forme d’un village-rue se développant de part et d’autre de l’axe conduisant à Kœnigshoffen (fig. 21). Les habitats de Mésange et ceux de la place Broglie montrent que le développement urbain s’étend également vers le nord-est.

Le mobilier archéologique

47L’ensemble du mobilier, à part les éléments résiduels, se situe dans une fourchette chronologique relativement étroite, entre l’époque flavienne et la Ière moitié du IIe s. (environ 80-130 ap. J.-C.). Le faciès de la céramique, au répertoire très varié, concorde avec les datations proposées par l’analyse dendrochronologique des bois de construction. Aucune monnaie n’a été retrouvée.

La céramique

48Les 6400 tessons de céramique recueillis appartiennent, pour 94 % d’entre eux, aux habitats en terre et bois de la fin du Ier s. L’intérieur des pièces étant régulièrement nettoyé, le mobilier céramique provient essentiellement des structures en creux (fosses-tonneaux, caniveaux) et des remblais de destruction, où les récipients appartenant aux différentes séquences d’occupation se retrouvent pêle-mêle.

  • 7  Dragendorff, 1895 ; Ritterling, 1912 ; Curle, 1911 ; Knorr, 1937.

49L’ensemble livre 73 récipients en sigillée (20,5 %) comportant 14 types différents. Les assiettes Drag. 18 (15 ex.), les coupes Drag. 35/36 (16 ex.) et Drag. 27 (11 ex.), et les bols Drag. 37 (10 ex.) sont les formes les plus abondantes. On trouve en moindre quantité des coupes et assiettes en sigillée lisse de types Ritt. 9, Curle 11 et 21, Drag. 15/17, 33 et 42, et des bols et gobelets en sigillée décorée de types Drag. 29, 30, 54, Knorr 787. La présence de trois exemplaires de bols Knorr 78 associés à une coupe Curle 11 est particulièrement significative du règne de Domitien en Alsace. Des formes relativement anciennes sont encore présentes (une assiette Drag. 15/17 et deux coupes Drag. 29 et Ritt. 9). Sur les onze estampilles, sept sont lisibles : Aetus, Niger, Carbo, Crispus, Marti, Mercator, potiers de la Graufesenque actifs sous les Flaviens et Trajan. L’estampille Ciriuna provient d’Heiligenberg et date des règnes de Trajan et Hadrien.

  • 8  Étude de la céramique par J. Baudoux (Schwien et alii, 1997).

50Cette même représentation des différents types de sigillées est observée place de l’Homme-de-Fer sous Domitien (phase 4D3)8. Les types de sigillées sont moins variés qu’à Mirebeau, dont la chronologie précède de peu celle de Strasbourg (Pferdehirt, 1995). On note, dans les habitats de Mésange, l’absence des types Hofheim 12 (Ritterling, 1912), Drag. 22, 24/25, 42, Hermet 18 (Hermet, 1934) mais la bonne représentation des types Drag. 37, 35/36, Knorr 78.

51On compte dix-huit individus en gallo-belge terra nigra pour douze types différents (fig. 22) : il s’agit d’assiettes Schnitzler 1 (n° 1), 9 (n° 2), 8 (n° 3), de jattes Schnitzler 31 (n° 4), 24 (n° 5), 33 (n° 6), 35, 42 (n° 7), d’urnes Sch. 45 (n° 8), 46 (n° 9), d’une bouteille Sch. 56 (n° 10) et d’un calice Gose 316 (n° 11) (Schnitzler, 1978 ; Gose, 1950). La représentation de la terra nigra avoisine les 11 %, comme à l’Homme-de-Fer à la même période.

52La part des céramiques fines à revêtement argileux est relativement faible (6,2 % du lot) (fig. 22). Les formes présentes sont des gobelets guillochés ou sablés en pâte ocre de types Hofheim 28A et 25Aa, des gobelets sablés bruns Gose 180 provenant du centre de la Gaule (n° 14), des gobelets à décor de barbotine en écailles Hofheim 26Bb (n° 12), un vase à piédestal Hofheim 108, des gobelets Camulodunum 82 (Hawkes, Hull, 1947) et Kaenel 2 (Kaenel, 1974), ainsi qu’une coupelle coquille d’œuf Hofheim 22 (n° 13). La présence de certaines formes anciennes (Hofheim 108, coquille d’oeuf lyonnaise) attestées dans les habitats de l’Homme-de-Fer entre les règnes de Claude et de Vespasien, montre que les importations perdurent jusqu’à la fin du Ier s. Les productions locales alsaciennes n’ont pas encore fait leur apparition. Cette association de céramiques en terra nigra et à revêtement argileux est comparable à celle des canabae de Nimègue à l’époque flavienne (Deru, 1996, p. 174, fig. 180).

53Le répertoire est largement dominé par la céramique commune : 159 individus en pâte claire et 25 en pâte sombre. La rareté de la céramique commune engobée rouge (une seule assiette Gose 465) montre le caractère précoce de cet ensemble puisque cette catégorie de céramiques abonde à Strasbourg au IIe s.

54Parmi les formes les plus représentatives de céramiques communes (fig. 23-24) se trouvent les écuelles de types Gose 465/Hofheim 99 (nos 16-18), les marmites de types Hofheim 91b (n° 24) (présentes également sous la forme micacée n° 15) et Gose 466 (nos 19-21), une marmite ansée présente entre 80 et 100 ap. J.-C. à l’Homme-de-Fer (n° 22). Plusieurs formes de marmites sont très proches des formes 47 (n° 28), 37 (n° 27) et 45 (nos 24-25) de Mirebeau (Joly, 1995, p. 186, fig. 50). La couleur orangée des récipients, une nouveauté à Strasbourg, est identique. Quelques cruches de type Hofheim 57 (n° 31) et Gose 371/72 (nos 38-39) sont comparables à des modèles de l’Homme-de-Fer, de Wiesbaden (Furger, 1990, fig. 118, n° 264) et d’Augst sous les Flaviens (Ettlinger, 1949, pl. 17-13, 14, 15). La petite cruche Hofheim 52 à lèvre moulurée (n° 37), servant à la distribution du vin, se compte par centaines de fragments. Elle est très répandue à Strasbourg dans les contextes de la fin du Ier s., mais elle atteint, rue de la Mésange, une proportion inégalée, faisant penser à l’existence d’un débit de boissons à cet endroit.

55Les dolia et les mortiers de types Gose 457/458 (nos 50-52) sont fréquents. Un petit dolium ansé, une urne à visage Gose 523, et des pots Hofheim 87, 89 se rencontrent sous le règne de Domitien à Strasbourg (Homme-de-Fer, Schœpflin), Augst, Altenstadt (Schönberger, Simon, 1983, pl. 52, n° 376). La gamme des pots en pâte sombre est particulièrement étendue (fig. 25, nos 54-67 ; fig. 26, nos 68-71).

56Des formes primitives de céramique grossière en pâte sombre à cuisson réductrice non tournée font penser aux productions laténiennes (fig. 26, nos 72-74). On en recense 63 tessons. Il s’agit d’une jatte ansée tripode de type Hofheim 90 (n° 74) et de pots ornés au peigne (nos 72-73) dont les références sont nombreuses à la fin du Ier s. à l’Homme-de-Fer, Oberstimm (Schönberger, 1978) et Arae Flaviae (Planck, 1975, pl. 50, 51).

57Dans l’ensemble, le faciès céramique des habitats offre de nombreuses similitudes avec celui des phases 4D3 (80-100 ap. J.-C.) et 4E (100-130 ap. J.-C.) de la place de l’Homme-de-Fer, phases datées par dendrochronologie. L’occupation du site Mésange s’inscrit dans une fourchette chronologique encore plus étroite, car la date d’abattage de certains bois est l’année 87 (pièce F). En revanche, la céramique du dépotoir de la rue de l’Ail, qui servait jusqu’à présent de référence à Strasbourg pour la période flavienne (Hatt, 1954 ; Dotzler, 2000), est peu comparable. Très hétérogène, le dépôt de la rue de l’Ail comporte des éléments beaucoup plus tardifs, de la fin du IIe s. (notamment d’abondantes céramiques engobées rouges, absentes du site Mésange).

58160 fragments d’amphores sont dénombrés pour un minimum de seize individus et sept types différents (fig. 26). L'Italie n’est représentée que par une amphore à vin à anse bifide de type Dressel 2-4.

  • 9  PAN RUF : Callender n° 1280 (Flavien-Trajan) ; LFO : Callender n° 856.

59La péninsule ibérique est bien représentée, avec sept amphores dont cinq amphores à huile et deux amphores à poissons. La lèvre des Dressel 20 (nos 75-76) prend la forme d’un bourrelet remontant allongé, caractéristique du dernier quart du Ier s. (Baudoux, 1996, fig. 86, nos 9-13). Les deux estampilles sont originaires de la Catria : PAN RUF (n° 78) et LFO (n° 79)9. Les amphores à poissons Dressel 7-11 et Pélichet 46 (n° 79) sont relativement fréquentes à Strasbourg (vingt exemplaires environ pour chaque type).

60La part de la Gaule est équivalente à celle de la péninsule ibérique. Le vin de Narbonnaise est majoritaire avec six individus (n° 80). La morphologie des lèvres au profil en gros bourrelet est précoce. Une amphore gauloise (n° 81) porte sur son col l’inscription peinte MUR pour muria. Sa morphologie la rattache à la production de Fréjus-Sainte-Croix-Aqueduc, qui transportait de la muria d’Antibes ou de la côte ligure (Brentchaloff, 1988 ; Baudoux, 1996). Assez rare dans la région, elle est représentée à Strasbourg par trois exemplaires datés de la fin du Ier s.

61La part de l’Orient est faible avec une petite anse d’amphore en pâte rosée fine et de section ovale, dont le type n’est pas déterminé.

62La densité des amphores recueillies dans ces modestes baraquements est loin d’être négligeable par rapport à ce que l’on trouve dans les autres lieux de consommation de l’agglomération strasbourgeoise. Le vin et les sauces de poissons y sont bien représentés, ainsi que des produits relativement rares dans la région (vin d’Italie et de la mer Égée, muria de Fréjus). Ce commerce révèle l’existence probable d’une activité de restauration destinée à une clientèle dont le goût pour les produits méditerranéens est prononcé.

Objets divers

63Une petite série d’objets provient de l’aménagement bâti : trois tuiles estampillées de la VIIIe légion, conduites en terre cuite (618 x 270 x 30 mm), fragments de verre à vitre, planchettes portant des encoches ou des traces de liens, vestiges probables de meubles et de coffres. D’autres appartiennent à la vie quotidienne : boules en terre cuite, autel votif domestique en terre cuite dont il reste la jambe d’un personnage, perles côtelées en fritte bleue, rares coupelles et flacons en verre de type Rütti 1818, 587, 4282 (Rütti, 1991).

  • 10  L’étude du creuset a été menée par F. Devevey.

64Quelques objets enfin témoignent d’une activité artisanale. Un creuset de bronzier10en terre cuite de taille importante (plusieurs kilos de bronze pouvaient y être produits en une seule fonte) est ici isolé de son contexte d’atelier bien que la zone artisanale de la rue de la Nuée-Bleue soit proche. On trouve des creusets similaires dans le quartier métallurgique d’Autun (Chardron-Picault, Pernot, 1999, p. 176). Signalons également une petite activité domestique de tabletterie avec la confection de pendeloques en corne à partir de bases sciées de ramures de cerfs, gravées d’un motif de phallus et perforées de trois trous (fig. 27). Ce motif paraît être en vogue à Strasbourg au Ier s. (Forrer, 1927, p. 719, fig. 527).

  • 11  L’étude de la meule a été effectuée par F. Jodry.

65Le catillus d’une meule circulaire domestique, en basalte gris noir, provient de la pièce F11. Cet élément (420 mm. x 85 mm) d’un type rare est actionné à l’aide d’un anneau : c’est le troisième répertorié dans le Bas-Rhin. Il comporte en outre des trous de crampons.

Image23

Fig. 27. Ramures de cerf sciées dont l’une gravée d’un phallus (cliché F. Schneikert).

Analyse archéozoologique des restes osseux

  • 12  UMR 154, Lattes.

66L’étude effectuée par A. Gardeisen12 sur les restes osseux conservés dans une fosse-tonneau et le creusement d’une canalisation permet de déterminer une activité bouchère consistant en l’exploitation de carcasses (tête, rachis et cage thoracique essentiellement) et la préparation de morceaux de viande (porcs, bovins et ovins/caprins) pour la consommation. Dans la fosse-tonneau, les espèces reconnues sont un équidé de grande taille, trois bovins, trois ovins/caprins (dont un mouton au moins), quatre porcins (la plupart immatures et l’un particulièrement robuste, peut-être un sanglier), un oiseau (galliforme) et un cerf. Les éléments attribués aux bovins dominent (59,8 %), suivis des porcins (31,1 %). Dans la canalisation, le spectre faunique, réduit par rapport à celui de la fosse, reste identique.

67Pour les bovidés en particulier, un processus de débitage poussé des carcasses est mis en évidence, en particulier au niveau du crâne et de la colonne vertébrale, grâce aux traces de découpe très nette des chevilles osseuses, tranchées à la base. Cette action est liée en général soit à une utilisation de l'os soit à une volonté de récupération de la corne. Ce débitage est suivi du décharnement de portions comme l'épaule, le collier, les filets. Les plats de côte, tranchés transversalement, semblent faire l'objet d'une préparation spécifique, déterminant différentes portions et préparations : bouillons pour les petites portions, éventuellement séchage ou fumage pour les grandes. Un outil lourd est utilisé à la fois pour désarticuler la scapula de l'extrémité proximale de l'humérus et pour décharner l'os. Les mêmes gestes sont reproduits sur des animaux de tailles différentes. Une partie de la distribution de viande comprend donc des quartiers de viande désossée (dont on n'a pas de trace de la préparation), des petites portions à bouillir (côtes, mandibule, tête?) et des portions destinées au stockage (les côtes ne portent trace ni de combustion ni de décharnement longitudinal évoquant un décharnement de la partie « fraîche »). Les os des extrémités des membres (métapodes et phalanges) en revanche ne portent que de rares traces d'exploitation. On note une quasi-absence des os longs qui ont dû faire l’objet d’un traitement différentiel. Le traitement et le rejet des carcasses animales devaient se faire en plusieurs étapes et en des lieux différents. Ce traitement est ici observé jusque dans sa phase terminale qu'est le déchet de consommation, matérialisé par les petites portions d'os tranchés.

68À ces assemblages étaient associés quelques éléments squelettiques épars résultant de la consommation de portions de porcs et d'agneaux (ou chevreaux). Il y a donc un mélange de déchets de diverses provenances dont la conservation aurait été favorisée par l'enfouissement bien que certains animaux aient eu l'opportunité de rogner quelques os.

69Selon A. Gardeisen, la reconnaissance d'une activité différenciée, voire spécialisée, dans l'exploitation des carcasses de bovins est une composante romaine bien attestée par ailleurs (Gardeisen, 1993a, b ; 1998 ; Lepetz, 1995 ; Rodet-Belarbi, 1989). On constate que la nature des assemblages diffère par les proportions relatives des portions anatomiques mais que la tendance est la même : importance et traitements particuliers des bovins. Il est possible que ce modèle d'exploitation soit plus particulièrement observé en milieu urbain où la gestion des viandes et de la nourriture en général (exploitation des animaux, distribution des produits, consommation, échanges) était organisée de façon à dépasser un cadre domestique plus simple de modèle autarcique. Ces assemblages fauniques connaissent de plus le mode commun de rejet des ossements, souvent en fosse, en puits, ou dans une autre structure vouée à un comblement rapide. Il est à noter que les pratiques observées dans l'Est gallo-romain relèvent des mêmes modèles que ceux déjà observés dans les autres régions de la Gaule.

Étude environnementale du site

  • 13  Échantillons prélevés dans les US 121-122, 123 du fossé et sur le sol 156 de la pièce F par C. Mac (...)

70Les analyses géologiques et palynologiques effectuées sur des échantillons prélevés dans le comblement du fossé situé à l’avant des façades (tronqué par les palplanches) et un sol de la pièce F, particulièrement riche en dépôts ligneux, permettent de qualifier le contexte environnemental13.

71L’étude indique un système dynamique de mise en place des sédiments de faible énergie, de type marigot aux bords spongieux et régulièrement inondés, comportant de nombreuses spores de champignons et de planctons d’eau douce. Des petits arbustes poussant en milieu saturé d’eau sont également présents (aulnes, saules, bouleaux, troènes). On note de nombreux chardons (type Centaurea), des pollens de Graminées, Ombellifères (carotte, céleri, cerfeuil, persil et livèche), Liguliflores (composées représentées par les salsifis, laitues, scaroles), Chenopodium, famille de mauvaises herbes dont certaines sont comestibles comme l’ancêtre des épinards (le « bon Henri ») consommé dans l’Antiquité. Ces composées sont vraisemblablement les témoins d’une culture maraîchère à la périphérie du site.

72La présence des spores de Lycopodiacées, plante propre poussant en milieu acide (dans les bois et clairières des Vosges par exemple), représente une anomalie dans ce contexte, qui peut s’expliquer par son transport sur une pièce de bois. Enfin les pollens de genre Myrica (arbrisseau vivace) ont disparu actuellement en Alsace et se rencontrent dans les milieux humides du centre de la France. L’endroit paraît extrêmement humide, sale et pollué (les Chénopodes poussant dans les décombres, les murs et les chemins). Le sol de la pièce F livre en outre des pollens de Malvacées, plantes vivaces non comestibles poussant sur les talus. On note toutefois l’absence d’ortie. Un paysage de bordure de cours d’eau se dessine, composé de petits bâtiments implantés dans une zone maraîchère.

Chronologie des habitats et mise en relation avec les données historiques

  • 14  Voir pour le déroulement des évènements l’analyse de M. Reddé (Goguey et alii, 1995, p. 153, 200, (...)
  • 15  Voir les différentes datations proposées par R. Forrer, J.-J. Hatt, F. Pétry, M. Reddé, G. Kuhnle, (...)

73L’analyse dendrochronologique donne une fourchette chronologique relativement homogène de l'abattage des bois, comprise entre 78 (un des rondins du bâtiment en Blockbau, mais la majorité des autres rondins date de l’hiver 82-83) et 87 ap. J.-C. (les pieux trouvés dans le sondage de diagnostic). La pièce F, dans son état récent, date de 85 ap. J.-C., comme la fosse-tonneau extérieure. Le mobilier archéologique montre que l’activité se concentre principalement sous le règne de Domitien et qu’elle est orientée vers le commerce vraisemblablement alimentaire, en raison de la présence de deux foyers imposants qui occupent tout l’espace, et de la multitude de cruches à vin. On peut s’interroger sur l’extension de cet ensemble bâti dans le quartier civil au plus près du camp, dans un laps de temps très court, vers les années 85. Le déroulement des évènements historiques, maintenant mieux établi14, permet d’interpréter ce dynamisme nouveau comme corrélé à l’arrivée de la VIIIe légion à Strasbourg qui draine avec elle toute une population civile commerçante. Cette légion, selon M. Reddé, serait partie de Mirebeau dans le milieu des années 80 et aurait probablement été impliquée dans la guerre des Chattes vers 83/85, avant d’arriver à Strasbourg. Si le gros de la troupe arrive de Mirebeau dans les années 90, il est probable que certains détachements l’avaient devancé, comme cela était fréquent, générant ainsi une certaine effervescence dans l’agglomération. Outre les travaux préparatoires liés à l’édification d’un nouveau camp en pierre, dont la date reste encore incertaine15, d’importantes reconstructions sont observées dans le camp à cette période (Waton, 1986 ; Reddé, 1997a, b). L’habitat civil se multiplie également. La construction des maisons en terre et bois de la rue de la Mésange, dont la céramique orangée offre des affinités de couleur avec celle de Mirebeau, est une illustration du développement du vicus canabarum Legionis VIII. L’arasement généralisé du secteur dans les années 130/140 ap. J.-C. semble procéder d’une volonté militaire de réaménager l’esplanade devant le camp afin de respecter une certaine distance de sécurité et d’installer une voirie. Cette réorganisation est certainement liée à la présence effective (ou en voie de réalisation) du nouveau camp en pierre.

Observations faites sur les réseaux

  • 16  Surveillance des travaux : F. Devevey et J.-L. Wüttmann (Baudoux et alii, 2001, I, p. 219-247).

74L'environnement immédiat du site et des éléments de la topographie urbaine sont en partie appréhendés dans le secteur Mésange-Broglie grâce aux treize stratigraphies réalisées dans les tranchées de déviations de réseaux entre le n° 12 rue de la Mésange et la station Broglie (cf. fig. 2), soit sur une longueur d’environ 140 m16. Les principales découvertes se rattachent à la période gallo-romaine. Quelques aménagements en bois dispersés, deux fonds de cabanes et divers niveaux de circulation sont antérieurs aux habitats du 30 rue de la Mésange. Plusieurs vestiges (décombres, foyers et sols cendreux) témoignent de l’extension du bâti de la fin du Ier s. vers le nord. La phase suivante correspond à l’installation de la via principalis et d’une rue partant obliquement vers la place Saint-Pierre-le-Jeune. Des bâtiments contemporains, au soubassement en pierre, sont détectés à l'ouest de la zone. Enfin à l’époque carolingienne, une nécropole est implantée de part et d’autre de la via principalis.

Les niveaux antérieurs aux années 80 (fig. 28)

Des dépôts organiques

  • 17  Synthèse sur les données géologiques de la ligne B du tramway réalisée par N. Schneider (Baudoux e (...)

75Les limons noirs organiques relevés à la cote 137 m NGF à l’ouest (M’414) s’élèvent parfois jusqu’à la cote 138,40 m NGF vers l’est et le n° 30 rue de la Mésange. L’altitude de ces limons noirs organiques et fangeux saturés de branchages est jugée trop élevée pour résulter d’une formation naturelle17. Il pourrait s’agir de cloaques induits par une mauvaise gestion des eaux pluviales, fluviales ou phréatiques, voire de zones de refoulement des eaux créées par des obstacles s’opposant à l’écoulement naturel. Ce phénomène dû à l’activité humaine, encore mal étudié (surtout à l’époque gallo-romaine), est observé ici à une échelle importante. Plusieurs indices stratigraphiques (remblais de graviers, planchers et pieux datés du milieu du Ier s. et piégés dans les zones fangeuses) tendent à prouver que ces formations interviennent probablement pendant la période d’édification du rempart en terre et en bois, à 60 ou 70 m plus au sud. Un épisode de dépôt marécageux est par ailleurs reconnu à Strasbourg à des cotes similaires sous Néron, notamment dans la ruelle Saint-Médard, à la place Kléber et à la rue Thomann (Hatt, 1980, p. 86).

76Des remblais d’assainissement (graviers, sables) d’une puissance variable stabilisent le limon remanié à la fois sur le site Mésange et aux emplacements des tranchées de réseaux M’414, 415, 416 et jusque dans la tranchée M’424 (fig. 30).

Des aménagements en bois

77Des aménagements en bois relativement dispersés sont repérés à la périphérie des fouilles de la rue de la Mésange, sur une distance d’environ 40 m et à 70 m du rempart en terre et bois de l’époque de Néron.
Face aux nos 24-26 rue de la Mésange (M’416, bois 38-39), des cabanes excavées datées par la céramique du 2e tiers du Ier s., sont installés à la cote 138 m NGF sur un niveau noir organique et des lits de sable destinés à assainir le sol (fig. 29, 30). Le plancher inférieur des deux structures accolées, d’une largeur de 4 m chacune, comprend une alternance de poutres et de grosses planches installées sans solin.

78Au carrefour de la rue de la Mésange et de la rue de la Nuée-Bleue (M’420), d’autres aménagements en bois (bois 46) sont associés, dans une couche noire organique, à un espace de circulation gravillonné, à la cote 137,20 m (fig. 30). Les planches, d’une longueur de 1,30 m, sont délimitées par des poutres horizontales de section carrée (0,25 x 0,25 m). Au milieu de la structure, un gros pieu est fiché dans le limon. Cette structure (un espace de circulation aménagé sur une zone fangeuse ?) est partiellement recouverte d’un débordement boueux très noir, contenant des débris ligneux.
Dans la tranchée M’424 (fig. 31), devant les nos 1-3, place Broglie, le même niveau organique renfermant des branchages et du mobilier du Ier s. s’étend sur une longueur de 27 m, entre les cotes 138 m et 138,50 m NGF. Un pieu (bois 36) est retrouvé au même niveau dans la tranchée M’415.

79On peut émettre l’hypothèse que les couches de bois localisées par F.-A. Schaeffer à la Banque de France en dessous de la cote 138,40 m NGF ne correspondent pas à un soubassement de route, comme l’auteur l’avait envisagé, mais à des aménagements en bois similaires à celui de la tranchée M’420. Toutefois, le niveau inférieur de madriers rencontré à la cote de 136,58 m NFG pose problème car il s’agit de la cote la plus basse jamais enregistrée dans le quartier (Schaeffer, 1930, p. 269, fig. 139c).

La voirie

80Vers l’ouest, face au 16 rue de la Mésange (M’414) et entre les altitudes 138 et 139 m NGF, plusieurs couches de graviers compactés (St 66) représentent un espace de circulation de direction nord-sud en usage dès le Ier s. Il peut s’agir de la première voie de sortie du camp vers Brumath avant son déplacement vers la place Broglie. Elle comporte une recharge supérieure livrant des céramiques du IIIe s. Repéré place Saint-Pierre-le-Jeune, cet axe viaire serait effectivement resté en place, parallèle à la via principalis (Hatt, 1953, p. 81).

Les niveaux contemporains des habitats du n° 30 rue de la Mésange (fig. 31)

De nouveaux habitats

81Tandis que la partie ouest de la zone explorée (M’413-423) semble faiblement occupée, quelques vestiges (pieux, foyer, sols) indiquent que la zone d’habitat mise au jour au 30 rue de la Mésange s’étend sur une distance minimale de 15 m vers le nord. À 5 m en effet au nord de la pièce F, et à la même altitude (138,90 m NGF), un sol fonctionne avec une fosse boisée (M’420, St 45) d’une largeur de 2 m, installée sur le premier système de franchissement en bois. Un foyer fortement rubéfié (M’419) et deux pieux (M’424, bois 56) sont installés plus au nord.

82À l’est, d’autres baraquements ont dû exister vers la Banque de France. F.-A. Schaeffer interprète là encore la présence d’un deuxième niveau de madriers comme un second soubassement de la route, mais les strates noires et jaunes avec du bois pourri qu’il évoque (Schaeffer 1930, p. 267, couches 4 à-6) concernent plus probablement des habitats. Il est à noter enfin que les baraques clairement identifiées sous le poste d’électricité de la place Broglie (murs en adobe et tuiles entre 138,20 m et 139,20 m NGF) subissent elles aussi le même sort que celles de la rue de la Mésange, à la même période (Schaeffer, 1930, p. 267, fig. 138 A).

La voirie

83Les niveaux de circulation contemporains de la période susdite ne sont pas clairement définis ; ils semblent cependant limités à des espaces privés. La voie 66 (en direction du nord) et le chemin 64 (en façade des habitats) paraissent être les seuls axes de circulation. Aucune voie est-ouest n’existe encore à cet emplacement. Des habitats encombrent l’espace à l’intersection de la rue de la Nuée Bleue.

84Ainsi, si un développement rapide des habitats civils est attesté dès les années 5-20 dans la partie nord-ouest des places Kléber et de l’Homme-de-Fer, le tissu urbain ne se densifie véritablement vers le nord-est de l’ellipse insulaire, en direction de l’entrée septentrionale du camp, que dans le dernier quart du Ier s. de notre ère. Les découvertes de la rue Saint-Pierre-le-Jeune et de la rue de la Fonderie confirment cette colonisation relativement tardive (Flotté, 1999 ; Vaxelaire, 2000).

Les niveaux gallo-romains postérieurs aux habitats du n° 30 rue de la Mésange (fig. 32)

85Dès le 2e tiers du IIe s., le remblaiement général des habitats, installés sans doute de façon anarchique, puis la création d’une voirie bien structurée et l’édification de bâtiments en dur à l’ouest de la zone sont les indices d’une réorganisation générale du quartier. Cette trame se prolonge jusqu’au Bas-Empire.

Les habitats

86Deux structures d’habitat sont reconnues sous la chaussée actuelle, à l’ouest de la zone (M’414, 422). Un premier mur en terre (Mur 27) installé sur solin à la cote 139,60 m NGF fonctionne avec un sol incendié et un niveau de destruction du IIIe s., renfermant plusieurs blocs architecturaux épars dont des bases de colonnes moulurées. À 15 m à l’est, un second mur en maçonnerie de grès (Mur 49) est arasé à la cote 140,20 m NGF. Un autre sol incendié du IIIe s. est repéré dans la tranchée M’421 (Sol 47), à l’altitude 140,10 m NGF.

La voirie

87Un réseau viaire plus complexe est installé sur les anciens vestiges nivelés. Face au n° 13 rue de la Mésange (M’414, Voi 28), une première chaussée de graviers compactés dont la limite est reconnue à l’est, occulte le Sol 30 et le Mur 27 à l’altitude 139,85 m NGF et renferme des céramiques des IIIe et IVe s. De direction nord-est, cette chaussée reprend un axe plus ancien et semble rejoindre la chaussée qui part en diagonale de la place Broglie (M’415, Voi 24) vers la place Saint-Pierre-le-Jeune. Ces deux axes pourraient desservir un édifice religieux. Un chemin (Voi 25) dessert la partie sud du site Mésange.

88Le réaménagement est particulièrement important vers l’est où la via principalis (M’424, Voi 53) déjà mise au jour sous la Banque de France (Schaeffer, 1930, p. 265) passe sur les vestiges d’habitats entre les cotes 139,50 et 140,50 m NGF, à 22 m de l’angle de la rue de la Nuée-Bleue. Le corps de la voie dont les fossés latéraux ne sont pas identifiés, comporte au moins cinq recharges dégagées sur une largeur de 4 m, s’amenuisant vers l’ouest. Un épandage généralisé de graviers et de galets occupe l’espace sur environ 32 m de large d’ouest en est, sans que ses limites soient atteintes. L’hypothèse de l’aménagement d’une place se confirme, probablement vers le milieu du IIe s. Cette vague de réaménagement est constatée dans de nombreux endroits de l’agglomération civile, par exemple sur la place Kléber et à la rue Hannong (Baudoux et alii, 2002, p. 164). Des travaux d’une telle ampleur procèdent vraisemblablement de l’autorité militaire.

Les transformations du haut Moyen Âge (fig. 33)

  • 18  Fouilles de la ligne B du tramway. Étude anthropologique : P. Georges et E. Boës (Baudoux et alii, (...)

89Le devenir de cette esplanade située à l’avant du rempart du castrum du Bas-Empire passe, à la période carolingienne, par une transformation des lieux en une aire funéraire de taille relativement modeste (51 sépultures recensées), implantée symboliquement à la sortie du camp, de part et d’autre de la via principalis18.

  • 19  Une autre tombe a été découverte par F. Devevey dans la tranchée de réseau M’425.
  • 20  Archéolabs ARC99/R2268C.

90Les tombes, préservées par une voirie médiévale compacte, qui n’endommage que le sommet des crânes, reposent en moyenne à 1,20 m sous la chaussée actuelle. Orientées au Levant, elles sont creusées de façon clairsemée et peu organisée entre les cotes 140,60 m NGF à l’ouest (devant le n° 30 rue de la Mésange) et 139,95 m NGF à l’est (à l’emplacement de la future station Broglie), dans un espace restreint de 450 m2 qui ne représente qu’une partie de l’aire sépulcrale19. En l’absence de mobilier associé aux défunts, une sépulture est datée au radiocarbone des années 775 cal AD/980 cal A20. Ce groupe funéraire atypique semble exister en dehors de tout cadre religieux. Les rares lieux de cultes chrétiens attestés à Strasbourg au tout début du haut Moyen Âge sont relativement éloignés de cette nécropole située à l’époque en contexte péri-urbain, espace de transition à la fois ni rural ni urbain et ancien quartier gallo-romain abandonné. La spécificité de cette nécropole est d’accueillir plusieurs individus affectés d’une pathologie (pied bot, poliomyélite, jambe arrachée), posant ainsi le problème de l’exclusion des individus invalides (Boës et alii, 2000 ; Boës, 2005).

Conclusion

91Les habitats de la rue de la Mésange illustrent de façon exemplaire à la fois la diversité des techniques utilisées dans la construction civile en terre et bois à Strasbourg dans la 2e moitié du Ier s., et l’évolution rapide de la topographie urbaine à la périphérie du camp. Leur état de conservation a permis, en dépit de l’urgence de l’intervention, de noter de multiples réajustements allant dans le sens d’un meilleur confort et d’une organisation plus rationnelle du groupe d’habitats, ceux-ci étant implantés en milieu insalubre. Par comparaison avec les rares ensembles étudiés localement (Homme-de-Fer, rue Marbach), il apparaît que les techniques architecturales ne sont pas identiques pour l’édification d’un bâtiment en terre et bois, tout au moins pour le Ier s., et que les méthodes sont souvent empiriques.

92Par ailleurs, un lien est mis en évidence entre la date d’édification de ces habitats et la forte activité régnant autour du camp sous le règne de Domitien, notamment avec l’arrivée de la VIIIe légion. Cet aspect n’avait encore jamais été mis en évidence de façon aussi directe dans l’agglomération. La présence de foyers imposants et d’un mobilier céramique comprenant une grosse majorité de cruches à vin fait penser à un commerce alimentaire tel qu’il devait en exister dans le quartier de la place Kléber et de la rue de la Haute-Montée (meunerie, boulangeries, boucheries), jouxtant des espaces voués à des petites activités métallurgiques de transformation. Le caractère succinct des informations disponibles (des cartes de répartition de meules ou de rejets d’huîtres dressées par R. Forrer en 1927 mais aucune structure archéologique relevée) ne permet d’établir aucune comparaison. Déjà amorcée dans le volume de la Carte Archéologique de la Gaule consacré à Strasbourg, notamment dans le chapitre traitant de l’économie et de l’artisanat (Baudoux et alii, 2002, p. 170), une réflexion approfondie doit être engagée sur la fonction exacte des divers bâtiments en bois et autres structures entourant le camp, afin de mieux définir cette zone de canabae et de confronter les résultats aux données des autres camps rhénans. Dans cette perspective, il serait également utile de réexaminer le mobilier archéologique ancien déposé au musée archéologique, puisqu’il constitue l’essentiel des informations disponibles.

93Rue de la Mésange, des observations plus élargies permettent de restituer le paysage urbain de cette zone rapprochée du camp, avec une première occupation des lieux au milieu du Ier s. ap. J.-C. et l’installation d’aménagements en bois relativement espacés. Durant cette même période, la zone civile adopte, vers l’ouest, la forme d’un village-rue selon un plan fréquemment rencontré en Rhénanie à la sortie des camps et dans les agglomérations secondaires (Brulet, 1994, p. 124 ; Greiner, 2005, p. 165). Vers l’est, un phénomène fangeux résultant d’une mauvaise gestion de l’eau se forme, globalement au moment où le camp en terre est édifié. Une deuxième étape correspond à l’extension des quartiers civils vers le nord-est de l’ellipse dans le dernier quart du Ier s., selon une orientation qui respecte les contraintes du terrain. Un faisceau d’indices montre que cette extension se poursuit à la périphérie des habitats du n° 30 de la rue de la Mésange.

94Le développement anarchique du quartier cesse dans les années 130/140 ap. J.-C., avec une réorganisation générale des axes de circulation et des espaces publics entraînant un nivellement de grande ampleur des anciens habitats, probablement sur ordre des militaires. Cette situation se prolonge jusqu’au haut Moyen Âge, époque où le quartier abandonné est investi par une nécropole. Celle-ci ne doit sa conservation qu’à l’installation d’une voirie médiévale qui fixe définitivement la trame urbaine dans ce secteur jusqu’à l’heure actuelle.

95Mis bout à bout, les relevés réalisés dans les tranchées rendent possible une lecture des grands ensembles stratigraphiques du secteur (fig. 34). À l’ouest, un îlot de gravier (peut-être artificiel ?) mis en évidence à une altitude élevée est probablement à l'origine de l'occupation de la zone. Les niveaux antiques sont couverts directement par les niveaux médiévaux alors qu’au centre de la zone, ceux du haut Moyen Âge sont conservés sur une sorte de butte témoin dont la pente plonge vers l’est. À l'exception de cette butte supportant l'aire sépulcrale préservée par la voirie, les niveaux du haut Moyen Âge, de faible puissance stratigraphique, sont vraisemblablement arasés par les remblais modernes, expliquant peut-être le peu d'informations dont nous disposons sur la ville de cette époque. Les différentes méthodes d’investigation archéologique utilisées permettent de réunir de multiples informations d’apparence modeste qui revêtent au final une grande importance pour progresser dans l’étude de l’évolution urbaine de Strasbourg.

Bibliographie

Baudoux J., 1996, Les amphores du nord-est de la Gaule (territoire français) : contribution à l'histoire de l'économie provinciale à l'époque romaine, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 232 p., fig. (Documents d’Archéologie Française, 52).

Baudoux J., 1997, Strasbourg, ligne B, sondages archéologiques préliminaires, DFS de diagnostic, AFAN, SRA Alsace, 155 p., fig.

Baudoux J. dir., 2001, Strasbourg, fouilles de la ligne B du tramway : fouilles de sauvetage urgent et suivi de réseaux, DFS de sauvetage urgent, Inrap, SRA Alsace, 9 vol., 1029 p., fig.

Baudoux J., Cantrelle S., 2000, « Les habitats gallo-romains en architecture de terre et de bois de la rue de la Mésange à Strasbourg », in : Strasbourg : fouilles archéologiques de la ligne B du Tram, Cat. de l’exposition, Strasbourg 6 mai-31 décembre 2000, Musée archéologique, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 21-25 (Fouilles récentes en Alsace, 5).

Baudoux J., Waton M.-D., 2004, « L’exemple des tramways alsaciens », in : Diagnostics archéologiques en milieu urbain, Actes de la table ronde de Tours, 6-7 oct. 2003, Tours, éd. Centre national d’archéologie urbaine, p. 85-96.

Baudoux J., Flotté P., Fuchs M., Waton M.-D., 2002, Strasbourg, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 586 p., fig. (Pré-inventaire archéologique, 67, 2).

Bayard D., Massy J.-L., 1983, Amiens romain : Samarobriva Ambianorum, Amiens, 374 p., fig. (Revue Archéologique de Picardie, N° spécial).

Blanc P., Hochuli-Gysel A., Meylan-Krause M.-F., Meystre C., 1995, « Recherches sur les quartiers nord-est d’Aventicum », Bull. de l’association Pro Aventico, Avenches, t. 37, p. 5-112.

Blanc P., Meylan Krause M.-F., 1997, « Nouvelles données sur les origines d’Aventicum », Bull. de l’association Pro Aventico, Avenches, t. 39, p. 29-100.

Blouet V., Brunella P., Heckenbenner D., Lefevre C., Legendre J.-P., Olivier L., Waton M.-D., 1985, « La Lorraine », in : Lasfargues J. dir. : Architectures de terre et de bois, Paris, éd. de la M.S.H., p. 103-112 (Documents d’Archéologie Française, 2).

Boës É., 2005, « Un cas de poliomyélite daté du Moyen Âge à Strasbourg », in : Histoire de squelettes, archéologie, médecine et anthropologie en Alsace, Cat. d’exposition, Strasbourg 20 octobre 2005-31 août 2006, Musée archéologique, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 167-168.

Boës É., Gorges P., Baudoux J., 2000, « La nécropole du haut Moyen Âge de la place Broglie à Strasbourg », in : Strasbourg : fouilles archéologiques de la ligne B du Tram, Cat. de l’exposition, Strasbourg 6 mai -31 décembre 2000, Musée archéologique, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 31-35 (Fouilles récentes en Alsace, 5).

Bretchaloff D. 1988, « L’amphore à saumure de type Fréjus-Lentzbourg », in : Actes du congrès d’Orange, Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule (SFECAG), Marseille, p. 179-187.

Brulet R., 1994, « Les agglomérations secondaires de Wallonie et du Grand Duché de Luxembourg », in : Petit Ph., Mangin M. dir., avec la coll. de Brunella Ph., Les agglomérations secondaires : la Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain, Actes du colloque de Bliesbruck-Reinheim, Bitche, 21-24 oct. 1992, Paris, éd. Errance, p. 122-135.

Brulet R., 1996, « La maison urbaine en Gaule Belgique et en Germanie inférieure », in : La maison urbaine d’époque romaine, Actes du colloque d’Avignon, 11-13 nov. 1994, p. 73-97 (Documents d’Archéologie Vauclusienne, 6).

Callender M.-H., 1965, Roman Amphoræ with index of stamps, Londres, 323 p., fig.

Chardron-Picault P., Pernot M., 1999, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun (Saône-et-Loire), Paris, éd. de la M.S.H., 300 p., fig. (Documents d’Archéologie Française, 76).

Chazelles-Gazzal C.-A., 1997, Les maisons en terre de la Gaule méridionale, Montagnac, éd. Monique Mergoil, 231 p., fig.

Curle J., 1911, A Roman frontier Post and its People - The Fort of Newstead in the Parish of Melrose, Glasgow, James Maclehose and sons, 609 p., fig.

Deru X., 1996, La céramique belge dans le Nord de la Gaule, Louvain-la-Neuve, 453 p., fig. (Publications d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’Université de Louvain, 89).

Dotzler J., 2000, La céramique commune gallo-romaine de Strasbourg : le site de la rue de l’Ail (1953-1954), Mémoire de D.E.A., A.-M. Adam dir., Université Marc Bloch, Strasbourg II, 174 p., fig.

Dragendorff H., 1895-1896, « Terra sigillata », Bonner Jahrbücher, Bd 96, p. 18-155 ; Bd 97, p. 54-163.

Dressel H., 1879, « Di un grande deposito di anfore rinvenuto nel nuovo quartier del Castro Pretorio », Bulletino della Commissione Archeologica Comunale di Roma (BECAR), 7, 2e serie, Rome, p. 36-112.

Dressel H., Corpvs inscriptionvm Latinarvm, XV, tab. II.

Ettlinger E., 1949, Die Keramik der Augster Thermen Ausgrabung, Bâle, 113 p. (Monographien zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 6).

Fellmann R. et alii, 1991, Die Funde aus Holz, Leder, Bein, Gewebe, Beiträge zum römischen Oberwinterthur – Vitudurum, 5, Zürich, 189 p., fig. (Berichte der Zürcher Denkmalpflege, Archäologische, 10).

Forrer R., 1927, Strasbourg-Argentorate préhistoriques, gallo-romain et mérovingien, Strasbourg, Istra, 2 vol., 884 p., fig.

Furger A. R., 1990, « Les ateliers de poterie de la ville d'Augusta Rauricorum », in : Actes du Congrès de Mandeure-Mathay (Doubs), Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Marseille, 1990, p. 107-124.

Gardeisen A., 1993a, « L'alimentation carnée à Nîmes entre 150 av. et 400 ap. J.-C. », Bull. de l'École Antique de Nîmes, suppl. 1, p. 245-257.

Gardeisen A., 1993b, « Étude archéozoologique d'une faune de dépotoir sur le site gallo-romain de Condé (Nîmes, Gard) », Revue de Médecine Vétérinaire, Toulouse, t. 144, fasc. 2, p. 123-136.

Goguey R., Reddé M., 1995, Le camp légionnaire de Mirebeau, Mainz, 380 p., fig. (Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Forschungs-Institut für Vor- und Frühgeschichte, 36).

Gose E., 1950, Gefässtypen der römischen Keramik im Rheinland, Bonn, 47 p. (Beihefte der Bonner Jahrbücher, 1).

Greiner B., 2005, « Die Kastellvici am vorderen Limes », in : Imperium Romanum. Roms Provinzen an Neckar, Rhein und Donau, Begleitband zur Ausstellung des Landes Baden-Württemberg im Kunstgebäude Stuttgart, 1 octobre 2005 – 8 janvier 2006, Esslingen am Neckar, Archäologisches Landesmuseum Baden-Württemberg, p. 165-168.

Hatt J.-J., 1953, « Fouilles et découvertes romaines à Strasbourg de 1950 à 1952 », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire d’Alsace (C.A.H.A.), p. 73-94.

Hatt J.-J., 1954, « Découverte d’un dépotoir de céramique rue de l’Ail », Gallia, t. XII, p. 323-343.

Hatt J.-J., 1980, « Strasbourg romain », in : Livet G., Rapp F., Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Toulouse, éd. Privat, t. 3, p. 75-302.

Hawkes C.-F., Hull M.-R., 1947, Camulodunum (Reports on the Research Comitee of the Society of Antiquaries of London, 14).

Hermet F., 1934, La Graufesenque (Condatomago), Paris, éd. E. Leroux, 2 vol., 379 p., fig.

Jauch V., 1997, Eschenz-Tasgetium : römische Abwasserkanäle und Latrinen, Frauenfeld, 247 p. (Archaeologie im Thurgau, 5).

Joly M., 1995, « Les amphores et la céramique non sigillée », in : Goguey R., Reddé M., Le camp légionnaire de Mirebeau, Mainz, p. 152-181 (Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Forschungs-Institut für Vor- und Frühgeschichte, 36).

Kaenel G., 1974, Aventicum I. Céramiques gallo-romaines décorées : productions locales des IIe et IIIe s., Avenches, Pro Aventico, 127 p. (Cahiers d’archéologie romande, 1).

Knorr R., 1937, « Töpfer und Fabriken verzierter Terra Sigillata des ersten Jahrhunderts », in : Germania, Bd 21, 1937, p. 240-247.

Kuhnle G., 1994a, « L’habitat d’un quartier civil gallo-romain d’Argentorate », in : Strasbourg, 10 ans d’archéologie urbaine, Cat. de l’exposition Strasbourg, 15 octobre 1994-29 janvier 1995, Ancienne Douane, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 31-36 (Fouilles récentes en Alsace, 3).

Kuhnle G., 1994b, « L’habitat gallo-romain en terre et en bois : les aménagements intérieurs », in : Strasbourg, 10 ans d’archéologie urbaine, Cat. de l’exposition Strasbourg, 15 octobre 1994-29 janvier 1995, Ancienne Douane, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 43-46 (Fouilles récentes en Alsace, 3).

Kuhnle G., 1994c, « Rue Hannong », in : Strasbourg, 10 ans d’archéologie urbaine, Cat. de l’exposition Strasbourg, 15 octobre 1994-29 janvier 1995, Ancienne Douane, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 179-181 (Fouilles récentes en Alsace, 3).

Kuhnle G., 2000, « Les fouilles du Grenier d’Abondance », in : Strasbourg : fouilles archéologiques de la ligne B du Tram, Cat. de l’exposition, Strasbourg, 6 mai-31 décembre 2000, Musée archéologique, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 21-25 (Fouilles récentes en Alsace, 5).

Kuhnle G., Nilles R., 1994, « L’habitat gallo-romain en terre et en bois : les techniques de construction », in : Strasbourg, 10 ans d’archéologie urbaine, Cat. de l’exposition Strasbourg, 15 octobre 1994-29 janvier 1995, Ancienne Douane, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 37-41 (Fouilles récentes en Alsace, 3).

Lepetz S., 1995, L'animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord, Thèse de doctorat (nouveau régime), Université Paris I, UFR 003, 2 vol., 382 p.

Nilles R., 1994, « Rue Marbach, hôtel Mercure », in : Strasbourg, 10 ans d’archéologie urbaine, Cat. de l’exposition Strasbourg 15 octobre 1994-29 janvier 1995, Ancienne Douane, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 147-149 (Fouilles récentes en Alsace, 3).

Nilles R., Waton M.-D., 1990, « Le passé de l’hôtel Mercure », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire (C.A.A.A.H.), t. XXXIII, p. 33-38.

Paunier D., 1985, « La Suisse », in : Lasfargues J. dir., 1985, Architectures de terre et de bois, Paris, éd. de la M.S.H., p. 113-126 (Documents d’Archéologie Française, 2).

Petit J.-P., 1989, « La commercialisation de la céramique sigillée dans la bourgade gallo-romaine de Bliesbruck (Moselle) », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, t. 36, Mayence, p. 473-519.

Petit J.-P., avec la coll. de Brunella Ph., 2005, Bliesbruck-Reinheim, Celtes et Gallo-romains en Moselle et en Sarre, Paris, éd. Errance, 221 p., fig. (Coll. Hauts lieux de l’Histoire).

Pétry F., 1976, « Informations archéologiques du Bas-Rhin : Petite-Rue-de-l’Église », in : Gallia, t. 34, fasc. 2, Paris, p. 398.

Pferdehirt B., 1995, « Die Terra Sigillata », in : Goguey R., Reddé M. dir., Le camp légionnaire de Mirebeau, Mainz, p. 116-151 (Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Forschungs-Institut für Vor- und Frühgeschichte, 36).

Planck D., 1975, Arae Flaviae I, Stuttgart, Müller und Graff Verlag, 2 vol., 269 et 45 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 6).

Reddé M., 1997a, « Réflexions sur l’occupation militaire de Strasbourg et de Mirebeau au Ier s. ap. J. C. », Jahresbericht Gesellschaft Pro Vindonissa, Brugg, p. 5-12.

Reddé M., 1997b, « Les camps de Mirebeau et Strasbourg », in : Bénard J., Bonnamour L., Reddé M. dir, L’armée romaine en Gaule, p. 191-207.

Ritterling E., 1912, Das frührömische Lager bei Hofheim im Taunus, Wiesbaden, 416 p., fig. (Annalen des Vereins für Nassauische Altertumskunde und Geschichtsforschung, 40).

Rodet-Belarbi I., 1989, La faune à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre) : élevage, artisanat et rites, Thèse de Doctorat, Université de Paris I.

Rütti B., 1991, Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst, Augst, 433 p., fig. (Forschungen in Augst, 13, fasc. 2).

Rychener J., Albertin P., 1986, Ein Haus im vicus Vitudurum – die Ausgrabungen an der Römerstrasse 186, Beiträge zum römischen Vitudurum–Oberwinterthur, Zürich, 264 p., fig. (Berichte Zücker Denkmalpflege, 2).

Schaeffer F.-A, 1922, « Fouilles romaines au n° 2 de la rue de la Haute-Montée », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire d’Alsace (C.A.H.A.), 1922, p. 37-48.

Schaeffer F.-A, 1929, « Fouilles romaines à Strasbourg, Place Broglie, 1926-1929 », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire d’Alsace (C.A.H.A.), 1928-1929, p. 149-158.

Schaeffer F.-A, 1930, « Fouilles romaines à Strasbourg, Place Broglie, suite », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire d’Alsace (C.A.H.A.), p. 264-274.

Schnitzler B., 1978, La céramique gallo-belge dans l'Est de la France, Thèse de IIIe cycle, Université des Sciences humaines, Strasbourg, 277 p., fig.

Schnitzler B., 1994, « Les puits romains », in : Strasbourg, 10 ans d’archéologie urbaine, Cat. de l’exposition Strasbourg 15 octobre 1994-29 janvier 1995, Ancienne Douane, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 183 (Fouilles récentes en Alsace, 3).

Schönberger H., 1978, Kastell Oberstimm, Berlin, 218 p., fig. (Limesforschungen, 18).

Schönberger H., Simon G., 1983, Kastell Altenstadt, Berlin, 288 p., fig. (Limesforschungen, 22).

Schwien J.-J., 1994, « La place de l’Homme-de-Fer », in : Strasbourg, 10 ans d’archéologie urbaine, Cat. de l’exposition Strasbourg, 15 octobre 1994-29 janvier 1995, Ancienne Douane, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 163-167 (Fouilles récentes en Alsace, 3).

Schwien J.-J., Baudoux J., Étrich C., Kuhnle G., Nilles R., Thomas M., 1997, Rapport provisoire des fouilles de la ligne A du tramway, 1990-1993, SRA Alsace, 8 vol.

Vaxelaire L., 2000, « Les fouilles de l’Espace Schœpflin, rue de la Fonderie à Strasbourg », in : Strasbourg : fouilles archéologiques de la ligne B du Tram, Cat. de l’exposition, Strasbourg 6 mai -31 décembre 2000, Musée archéologique, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 61 (Fouilles récentes en Alsace, 5).

Waton M.-D., 1986, Strasbourg Istra, Rapport de fouilles de sauvetage programmé, SRA Alsace, 2 vol.

Weirich A., 1936, Histoire d'une vieille demeure à l'époque gallo-romaine, Strasbourg, Port autonome de Strasbourg, 173 p., fig.

Zwahlen R., 1996, Vicus Petinesca-Vorderberg, die Holzbauphasen, Bern, 230 p., fig. (Pestinesca, 1).

Notes

1  Nous tenons à remercier ici tous les intervenants. Maître d’ouvrage : CUS/CTS ; maître d’œuvre : GETAS ; suivi administratif et scientifique : M.-D. Waton, SRA Alsace ; équipe principale de fouilles : F. Devevey, Y. Cretteur, C. Grasi, J.-L. Issele, F. Jodry, M. Keller, J.-F. Vacaussin, J.-L. Wüttmann, O. Zumbrumm ; DAO : P. Girard ; archéozoologie : A. Gardeisen ; laboratoires Carare et Archéolabs.

2  Voir les synthèses de M.-D. Waton et M. Fuchs sur les différents camps (Baudoux et alii, 2002, p. 74-93).

3  Voir l’étude de M.-D. Waton sur les axes de circulation (Baudoux et alii, 2002, p. 113-122).

4  Archéolabs ARC99/R2226D.

5  L’analyse géologique du sol 43 de la pièce A (ARC99/R2226G) révèle la présence d’Herbacées agglomérées analogues aux Phragmites (roseaux).

6  Voir la synthèse de J. Baudoux et P. Flotté sur les constructions et le développement de la topographie urbaine (Baudoux et alii, 2002, p. 136-169).

7  Dragendorff, 1895 ; Ritterling, 1912 ; Curle, 1911 ; Knorr, 1937.

8  Étude de la céramique par J. Baudoux (Schwien et alii, 1997).

9  PAN RUF : Callender n° 1280 (Flavien-Trajan) ; LFO : Callender n° 856.

10  L’étude du creuset a été menée par F. Devevey.

11  L’étude de la meule a été effectuée par F. Jodry.

12  UMR 154, Lattes.

13  Échantillons prélevés dans les US 121-122, 123 du fossé et sur le sol 156 de la pièce F par C. Macquet pour le laboratoire Carare et le laboratoire de palynologie du Centre de géochimie de Strasbourg.

14  Voir pour le déroulement des évènements l’analyse de M. Reddé (Goguey et alii, 1995, p. 153, 200, 252, 378 ; Reddé, 1997a, b).

15  Voir les différentes datations proposées par R. Forrer, J.-J. Hatt, F. Pétry, M. Reddé, G. Kuhnle, allant globalement du milieu du Ier s. à la 2e moitié du IIe s., dans les synthèses de M. Fuchs et M.-D. Waton (Baudoux et alii, 2002, p. 90-92).

16  Surveillance des travaux : F. Devevey et J.-L. Wüttmann (Baudoux et alii, 2001, I, p. 219-247).

17  Synthèse sur les données géologiques de la ligne B du tramway réalisée par N. Schneider (Baudoux et alii, 2001, II, p. 162-186).

18  Fouilles de la ligne B du tramway. Étude anthropologique : P. Georges et E. Boës (Baudoux et alii, 2001, I, p. 135-218).

19  Une autre tombe a été découverte par F. Devevey dans la tranchée de réseau M’425.

20  Archéolabs ARC99/R2268C.

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Baudoux et Sylvie Cantrelle, « Les habitats gallo-romains en terre et en bois de la rue de la Mésange à Strasbourg : », Revue archéologique de l'Est, Tome 55 | 2006, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/661. consulté le 26 septembre 2016.

Auteurs

Juliette Baudoux

Inrap, 10 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg

Articles du même auteur

Sylvie Cantrelle

Inrap, 9 rue Lavoisier, 25000 Besançon

Droits d'auteur

© Tous droits réservés