Navigation – Plan du site
Notes et documents
Nicolas Tikonoff

Les croissants d’argile et les pseudo « tuiles faîtières » de l’Âge du Bronze à travers quelques exemples lorrains

p. 511-522

Résumés

L’étude de 86 croissants d’argile et de trois « tuiles faîtières » découverts sur quatre habitats de l’Âge du Bronze final en Lorraine permet une première approche régionale d’objets inédits, vraisemblablement ultimes témoins de cultes domestiques à figuration d’animaux cornus. L’analyse morphologique et décorative a également permis d’associer plusieurs croissants au sein de leur entité archéologique respective, soulevant ainsi diverses interrogations d’ordre chronologique, symbolique ou de production… Bien que la question de l’interprétation soit très subjective, elle est néanmoins abordée, comme les nombreuses hypothèses émises depuis la découverte des premiers croissants au XIXe siècle.
La confrontation des données symboliques et des faits archéologiques constitue une première approche du genre pour la région.

The study of 86 clay crescents and three "ridge tiles" discovered in four habitats of the Final Bronze Age in Lorraine allows a first regional study of as yet unknown objects, which probably provide the last evidence, in the form of horned animals, of domestic cults. Study of their morphology and decoration has allowed several of the crescents to be associated within their respective archaeological object type, thereby raising various questions relating to chronology, symbology and production. Although their interpretation is highly subjective, the question has nonetheless been broached and many hypotheses advanced since the discovery of the first crescents in the 19th century.
Comparison of symbological data and archaeological phenomena has provided the first approach of its type for the region.

Die Untersuchung von 86 auf vier spätbronzezeitlichen Siedlungsstrukturen in Lothringen entdeckten hornförmigen Tonelementen und drei „Firstziegeln“ bietet erstmals die Gelegenheit, sich diesen bisher unbekannten Gegenständen auf regionaler Ebene zu widmen. Es dürfte sich um die letzten Zeugnisse von Hauskulten handeln, bei denen Horntiere eine Rolle spielten. Die Analyse der Morphologie und der Dekore hat ebenfalls erlaubt mehrere hornförmige Elemente in ihren jeweiligen archäologischen Zusammenhang einzuordnen und sich mit Fragen bezüglich der Chronologie, der Symbolik oder der Produktion zu beschäftigen... Obwohl die Interpretation zwangsmäßig sehr subjektiv ist, wird sie dennoch vorgestellt, ebenso wie die zahlreichen Hypothesen, die seit der Entdeckung der ersten hornförmigen Elemente im 19. Jh. vorgebracht wurden.
Die Konfrontation der symbolischen Daten mit den archäologischen Fakten stellt in der Region eine Premiere in der Betrachtung dieser Elemente dar.

Texte intégral

1Les croissants d’argile, désignés également par le vocable « chenet » dans la littérature archéologique, sont des objets en terre cuite cornus que l’on rencontre sur la plupart des habitats des phases moyenne et finale de l’Âge du Bronze final de l’est de la France. Seuls quelques exemplaires proviennent de sépultures de la même période. Toutefois, ces représentations sont également connues largement au-delà de nos régions au Danemark, en Hongrie, en Autriche… et plus précocement dans le monde méditerranéen.

2Nous avons retenu pour cette étude le terme de croissant, plus neutre et surtout sans connotation interprétative, et non le terme de chenet, expression provenant essentiellement de son attribution fonctionnelle comme accessoire lié au foyer et aujourd’hui encore très contreversée.

3L’interprétation de ces objets a toujours éveillé l’intérêt des archéologues. Ainsi, dès 1874, E. Desor (Desor, 1874) les qualifie de chevets ou d’appuis-tête en référence au mobilier funéraire égyptien (Leemans, 1840). Par la suite, les croissants ont été tantôt dénommés « chenets » par comparaison avec leurs homologues contemporains (Tschumi, 1912 ; Vouga, 1933), tantôt rattachés à des symbolismes lunaires ou solaires (Keller, 1858 ; Kimmig, 1934 ; Brisson, Hatt, 1966 et 1967 ; Piette, 1984 ; Villes, 1984 ; Bonnet et alii, 1985), tantôt définis comme des représentations d’animaux cornus (cornes de consécration) et voués à un culte domestique (Gross, 1876 ; Déchelette, 1908 ; Vouga, 1933 ; Briard, 1987 ; Anastasiu, Bachmann, 1991 ; Tikonoff, 2003 et 2006).

4Ces croissants sont parfois associés à des disques en céramique interprétés comme des symboles solaires et lunaires. L’association « croissant d’argile, disque » est plus fréquente dans nos régions en contexte funéraire ; néanmoins quelques disques proviennent d’habitats, notamment en Alsace (Bonnet et alii, 1985). Certaines découvertes de Champagne, à Barbuise-Courtavant Les Grèves de la Villeneuve (Aube) (Lambot, 1989) et à Frignicourt L’Orconté, Sous la Ballastière et Les Courbes (Marne) (Chossenot, 2004), ou d’Allemagne, à Bucheim ou Kelheim (Nebelsick, 1996), attestent ces couples d’objets dans les tombes et dans les fossés des enclos. B. Lambot interprète leur présence dans les fossés comme des indices de rituels de fermeture de l’enclos funéraire (Lambot, 1989).

5Parallèlement, d’autres d’objets complètent ce corpus insolite. Creux et constitués d’une plaque d’argile cuite concave, ils sont appelés couramment « tuiles faîtières » (fig. 1), et ont été uniquement découverts sur des sites de l’Âge du Bronze final III dans nos régions. Ces éléments sont assez rares et se concentrent essentiellement de part et d’autre du Rhin, de la Suisse aux provinces de Hesse et de Rhénanie-Palatinat (Allemagne), en passant par l’Alsace et le Bade-Wurtemberg (Koenig, 2005). Leur présence ne semble pas attestée dans les nécropoles. Les premières déterminations archéologiques considèrent ce type d’objet comme une tuile de faîtage, d’où son nom, mais il a rapidement été assimilé à des chenets (Kimmig, 1934). Ces « tuiles », souvent comparées aux croissants d’argile dans la littérature archéologique (Koenig, 2005 ; Billot, 2008), en constituent peut-être une sorte de variante.

Image1

Fig. 1. Fiche descriptive des croissants d’argile et des tuiles faîtières (N. Tikonoff, Inrap).

6La Lorraine, avec ses abondantes fouilles préventives opérées depuis une trentaine d’années, apporte également son lot d’objets singuliers et les croissants et « tuiles faîtières » présentés ici proviennent tous de fouilles récentes en contexte d’habitats.

1. Les contextes de découverte

7Quatre habitats (fig. 2) fouillés ces dix dernières années ont ainsi livré pas moins de 86 croissants d’argile. Leur contexte de découverte est très comparable : ce sont pour la plupart de petites occupations qui associent des bâtiments d’habitation, quelques greniers et des fosses d’extraction de limon ensuite comblées par des détritus.

Image2

Fig. 2. Carte de localisation des quatre sites étudiés. 1. Basse-Ham ; 2. Bouxières-sous-Froidmont ; 3. Saulxures-lès-Nancy ; 4. Rosières-aux-Salines.

8À Basse-Ham Retierne (Moselle), au nord de Metz, l’habitat fouillé en 2004 sur une superficie de trois hectares (Tikonoff, 2006) à l’emplacement d’une future Zac a livré quinze croissants d’argile (fig. 3 à 5). Ils sont issus de sept fosses d’extraction de limon et d’un poteau isolé. Leur datation s’échelonne entre l’Âge du Bronze final IIb et IIIa. À Bouxières-sous-Froidmont Le Tremble, près de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), site fouillé en 2003, les dix-sept croissants proviennent des abords d’un marigot ayant servi de dépotoir (fig. 6). La céramique permet une attribution chronologique de l’ensemble à l’Âge du Bronze final IIIa (Deffressigne, en cours).Situées le long de la vallée de la Meurthe à l’est de Nancy, les fouilles de la Zac des Sables à Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle) ont également complété la série des objets en terre cuite, que ce soient les deux premiers secteurs étudiés à la fin des années quatre-vingt-dix par Cécile Véber (Véber, 2001) et par Marie-Pierre Koenig (Koenig, 2000, 2005), ou les deux derniers sites de la Zac fouillés en 2008 et 2009 (Tikonoff, en cours). La dernière phase des travaux a livré plus de quarante croissants d’argile et trois « tuiles faîtières » (fig. 7 et 8) alors que les recherches antérieures n’avaient extrait respectivement que quatre croissants et une « tuile ». La grande majorité des objets proviennent d’un niveau d’épandage situé en bordure de vallon. Leur attribution chronologique est comprise entre l’Âge du Bronze final IIb et IIIb. Par ailleurs, les « tuiles faîtières » découvertes à Rosières-aux-Salines sont les seuls éléments de ce type répertoriés à l’ouest de la plaine d’Alsace à ce jour. Enfin l’habitat de Saulxures-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), fouillé entre 2000 et 2001 (Tikonoff, 2003) sur le contournement est de l’agglomération nancéenne, a fourni neuf croissants d’argile (fig. 9) provenant tous d’une même fosse d’extraction qui a également livré une grande quantité de céramiques. Ils sont datés de l’Âge du Bronze final IIIa.

2. Les croissants d’argile

9Les quatre sites lorrains retenus ici ont livré un corpus constitué d’un NMI de 86 croissants d’argile. Ils ont tous été retrouvés sous la forme de rejets et, à l’exception de deux pièces de Basse-Ham et de Bouxières-sous-Froidmont, à l’état fragmentaire. Le vocabulaire descriptif utilisé ici est repris des études de Hauterive-Champréveyres (Suisse) réalisées par Ruxandra Anastasiu et Françoise Bachman (Anastasiu, Bachmann, 1991, p. 41) (fig. 1). Aucune typologie fondée sur la forme de ces objets n’a été tentée, leur état de conservation ne permettant pas une approche aussi précise. L’étude s’est donc bornée à une description morphologique et décorative des différentes parties.

10Les croissants d’argile ne sont pas toujours très bien conservés : l’intérieur étant parfois mal cuit, la matière a disparu avec le temps. Ils sont réalisés dans des pâtes semblablesà celles employées pour la fabrication des vases en céramique. De la même manière, ils peuvent, comme la vaisselle, être rangés dans deux groupes différents, l’un de qualité médiocre (exemplaires grossiers), l’autre de qualité supérieure (exemplaires fins). Leséléments appartenant au premier groupe sont peu nombreux. Ils représentent vingt-cinq pièces de notre corpus. Ils sont faits d’une pâte qui possède des inclusions dépassant souvent 10 mm, conférant à l’ensemble un aspect grossier. La cuisson de ces pièces est généralement de mauvaise qualité et leur traitement de surface reste assez fruste. Le groupe de croissants d’argile de qualité supérieure (fins) est, quant à lui, constitué de 61 éléments. Contrairement au groupe précédent, la pâte est fine et les dégraissants de petite taille et très bien calibrés. De même, la cuisson est d’excellente qualité et pour les exemplaires épargnés par l’altération, la finition de surface est soignée.

11La section des croissants d’argile est trapézoïdale, permettant une meilleure stabilité de l’ensemble. Seules deux pièces quasiment complètes proviennent de Basse-Ham et de Bouxières-sous-Froidmont (fig. 3, n° 1 et fig. 6, n° 2) ; elles mesurent 265 et 403 mm de longueur. La seconde est particulièrement grande. En effet, en compraison, les croissants de Hauterive-Champréveyres ne dépassent pas 400 mm et sont pour la plupart compris entre 260 et 340 mm (Anastasiu, Bachmann, 1991). La hauteur entre la base et la crête est très variable et se situe entre 60 et 110 mm. Enfin, la largeur de la base est comprise entre 30 et 81 mm.

Image3

Fig. 3. Basse-Ham Retierne. Croissants d’argile (N. Tikonoff, Inrap).

12Les bases sont planes ou légèrement incurvées, excepté une base creuse découverte à Basse-Ham (fig. 3, n° 1). Quelques pièces reposent sur un ou plusieurs pieds (fig. 3, n° 1 ; fig. 6, n° 2 ; fig. 7, n° 5 et fig. 9, n° 1). Deux croissants de Rosières-aux-Salines et de Saulxures-lès-Nancy possèdent au moins deux pieds. Ce ne sont pas des exemplaires uniques en Lorraine puisque le site de Frouard Saule Gaillard possède aussi un croissant à pieds multiples (Buzzi, Koenig, 1990). De nombreux éléments de comparaison extra-régionaux pour ces différents types existent en Alsace (Billot, 2008), en Allemagne à Bötzigen (Grimmer, 1982, Grimmer-Dehn, 1991) et en Suisse à Hauterive-Champréveyres (Anastasiu, Bachmann, 1991) ou Mörigen (Bernatzky-Goetze, 1987).

13Les cornes conservées sont triangulaires, arrondies ou en forme de croissant de lune. Elles sont parfois à peine esquissées, voire quasi inexistantes, ou tout au contraire très développées. Ainsi, leur hauteur est comprise entre 18 et 90 mm. Quelques croissants d’argile dépourvus de cornes sont toutefois signalés en Lorraine. Ainsi, un exemplaire découvert à Marly (Moselle) Le Clos des Sorbiers (Klag, 1990) possède un léger replat à leur emplacement (fig. 10). Une autre pièce privée de cornes provient de Crévéchamps (Meurthe-et-Moselle) Savelon (Rachet, 2008) (fig. 11). Ce type de croissant semble toutefois assez rare.

14Les flancs et les crêtes sont plats ou arrondis. À Basse-Ham, deux faces sont perforées en leur centre d’un large trou ovalaire (fig. 3, n° 1 et fig. 6, n° 2).

Image4

Fig. 4. Basse-Ham Retierne. Croissants d’argile (N. Tikonoff, Inrap).

15Tous les croissants recensés pour cette étude sont décorés. Les quelques pièces qui n’ont pas d’ornementation sont soit très lacunaires car trop fragmentées, soit érodées. Le décor est placé sur la face, parfois sur le flanc ou la crête. A contrario, peu de dos sont ornés, à l’exception de trois exemplaires provenant tous de l’habitat de Basse-Ham (fig. 3, n° 1 ; fig. 6, n° 2 ; fig. 5, n° 8). L’ornementation est composée de différents motifs faits sur la base de cannelures, de cupules, de stries, d’impressions ou d’incisions. Comme pour les vases, les décors diffèrent selon la qualité des croissants. Ainsi, les croissants grossiers sont ornés de larges cannelures irrégulières et de cupules, tandis que les pièces fines possèdent un riche décor composé de fines cannelures, d’incisions et de cupules.

Image5

Fig. 5. Basse-Ham Retierne. Croissants d’argile (N. Tikonoff, Inrap).

16Par ailleurs, il est intéressant de constater que certains croissants d’argile forment des ensembles cohérents d’un point de vue morphologique et décoratif au sein de leur entité archéologique respective. Ce phénomène se rencontre sur les sites de Basse-Ham et de Saulxures-lès-Nancy, alors qu’il est plus délicat à mettre en évidence sur les sites de Bouxières-sous-Froidmont et de Rosières-aux-Salines. En effet, la plupart des croissants de ces habitats proviennent d’épandages.

17Ainsi, parmi les 86 croissants d’argile identifiés, quelques éléments méritent donc une attention particulière. Tout d’abord, trois pièces provenant d’une première fosse d’extraction de Basse-Ham (fig. 4, nos 3 à 5) ont la face décorée de lignes parallèles tracées à l’aide d’une pointe mousse délimitant ainsi des bandeaux. Ces derniers sont garnis de séries de hachures obliques incisées et mises en opposition. Sur l’un des croissants, l’espace situé entre la crête et le dernier bandeau est orné d’une ligne en zigzag et la base de sa corne montre une barrette barbelée entourée de petites cupules. Sur le deuxième, deux bandeaux décorés de séries de hachures obliques incisées et mises en opposition encadrent une rangée de triangles emboîtés et hachurés. Le flanc est décoré de deux rangées verticales de petites cupules. Le décor du troisième et dernier croissant est fortement altéré. Il est composé d’un motif en dents de loup constitué de triangles hachurés incisés, d’une ligne de petites cupules, puis d’une ligne horizontale surmontant des séries de trois à cinq hachures obliques incisées, ce dernier motif étant très dégradé.

Image6

Fig. 6. Bouxières-sous-Froidmont Le Tremble. Croissants d’argile (N. Tikonoff, Inrap).

18Deux croissants provenant d’une autre fosse d’extraction du même habitat (fig. 3, n° 1 et fig. 6, n° 2) ont un profil longitudinal assez singulier. En effet, ils possèdent tous les deux des pieds et des cornes détachés de la face ainsi qu’une grosse perforation au centre de celle-ci. La face et le dos de ces deux croissants offrent un décor assez similaire. Il est réalisé à l’aide d’une pointe mousse pour produire de fines cannelures qui sont placées par deux, trois ou quatre, parallèlement au bord de la base, de la crête ou des cornes. Ces motifs linéaires sont soulignés par des arceaux doubles ou triples et des triangles symbolisés par des doubles et triples cannelures obliques. La crête et le flanc des cornes sont ornés de deux larges cannelures dont l’arête centrale proéminente est décorée d’incisions comme les arêtes latérales.

Image7

Fig. 7. Rosières-aux-Salines Grands Bois de Xarthe. Croissants d’argile (N. Tikonoff, Inrap).

Image8

Fig. 8. Rosières-aux-Salines Grands Bois de Xarthe. « Tuiles faîtières » (N. Tikonoff, Inrap).

19À Saulxures-lès-Nancy, deux croissants se détachent du lot (fig. 9, nos 1 et 2). Leurs faces sont décorées de fines cannelures réalisées à l’aide d’une pointe mousse qui délimitent des bandeaux. Ces derniers sont régulièrement entrecoupés par quatre cannelures verticales. Un troisième élément dont il ne subsiste plus qu’une partie de corne appartient certainement au même ensemble (fig. 9, n° 5).

Image9

Fig. 9. Saulxures-lès-Nancy Le Fonneur. Croissants d’argile (N. Tikonoff, Inrap).

20Ces associations d’objets comparables soulèvent les mêmes interrogations que celles déjà posées par l’identification de services de vaisselle sur l’habitat de Saulxures-lès-Nancy (Tikonoff, 2003). S’agit-il d’une simple cohérence chronologique ou bien est-ce lié à la production de différents artisans ou à des « commandes » réalisées auprès d’un potier ? Sans oublier la valeur symbolique, clanique et/ou familiale que peut véhiculer un objet conçu sur le même registre morphologique. Toutes ces questions demeurent pour l’heure sans véritables réponses, même si elles sont étroitement liées les unes aux autres. Toutefois, ces associations de croissants semblables paraissent se distribuer par unité domestique sur chacun des deux sites. Maintenant, si la question ne se pose pas à Saulxures-lès-Nancy puisqu’il y a une seule unité, l’aspect chronologique est important à prendre en compte à Basse-Ham, notamment afin d’observer une éventuelle diachronie des différentes installations d’habitat. Néanmoins, cette dernière n’est pas décelable, malgré l’important lot céramique associé aux croissants et daté du début de l’Âge du Bronze final IIIa.

Image10

Fig. 10. Marly Le Clos des Sorbiers. Croissant d’argile et disques en céramique (N. Tikonoff, Inrap).

Image11

Fig. 11. Crévéchamps Savelon. Croissant d’argile (N. Tikonoff, Inrap).

21Enfin à la différence de la vaisselle en céramique qui, dans l’ensemble, est très similaire d’un habitat à l’autre, l’ornementation, voire les détails morphologiques des croissants d’argile, ne sont pas communs à tous les sites, mais semblent au contraire propres à chaque habitat, voire à chaque unité domestique.

3. Les pseudo « tuiles faîtières »

22Les trois « tuiles » de notre corpus ont toutes été découvertes sur le site de Rosières-aux-Salines (fig. 8, nos 10 et 11). Elles sont fabriquées à l’aide d’une pâte assez fine. Leur cuisson et leur finition sont aussi de qualité. Une seule pièce a pu être en partie restituée. Elle est composée d’une collerette ornée de cannelures et d’un fragment de corps non décoré. Les deux autres « tuiles » sont représentées chacune par un fragment de collerette. Le seul élément de comparaison lorrain à notre disposition provient également des fouilles de Rosières-aux-Salines (Koenig, 2005). Il s’agirait d’ailleurs du seul habitat situé à l’ouest de la plaine d’Alsace qui aurait livré à ce jour des « tuiles faîtières ».

4. Conclusion

23Ainsi associés ou non à des disques solaires, les croissants d’argile font valoir les fonctions d’appuis-tête, de chenets, d’objets cultuels lunaires ou solaires, de cornes de consécration vouées à un culte domestique. J. Déchelette ira même jusqu’à les comparer à des supports d’autel, comme il en existe dans le mondeméditerranéen (Déchelette, rééd. 1987).

24En Lorraine, aucun croissant n’a été trouvé en contexte funéraire, alors qu’ils sont attestés dans les nécropoles de Champagne (Lambot, 1989 ; Chossenot, 2004), d’Alsace (Billot, 2008) et d’Allemagne (Nebelsick, 1996), c’est-à-dire dans pratiquement toutes les régions limitrophes à la Lorraine, et parfois associés à des disques en céramique. Ces derniers étaient également absents des ensembles mobiliers lorrains jusqu’à présent. Ces lacunes sont probablement dues à l’état de la recherche plutôt qu’à un problème culturel, ce qui ferait de la Lorraine une enclave. En effet, ce présent travail a permis d’identifier l’existence de deux disques en céramique inédits (fig. 10) sur l’habitat de Marly Le Clos des Sorbiers (Klag, 1990). L'un d'eux est d'ailleurs associé à un croissant dans une fosse. Un autre exemplaire inédit, interprété comme un couvercle (Véber, 1996), a également été identifié sur le site d'Atton Quémine. Ainsi, d’autres disques existent certainement, mais n'ont peut-être pas été identifiés comme tels lors de leur découverte.

25Les croissants des quatre habitats présentés dans cet article semblent corroborer l’analyse réalisée parRuxandra Anastasiu et Françoise Bachman à Hauterive-Champréveyres (Suisse) (Anastasiu, Bachmann, 1991). Ainsi, la notion de chenets pour foyer ne peut être retenue, aucune pièce totalement brûlée par un passage au feu prolongé n’ayant été remarquée dans l’ensemble des corpus. Les quelques traces de chauffe constatées proviennent vraisemblablement de leur cuisson et sont identiques à celles que l’on observe sur les vases. Par ailleurs, les quelques fragments brûlés l’ont été après avoir été brisés, comme le montrent les cassures anciennes.

26D’autre part, l’absence de pied unique bien individualisé (Anastasiu, Bachmann, 1991) comme l’association à des disques minimisent l’hypothèse d’objets liés à des cultes lunaires ou solaires. Par ailleurs, l’étroitesse des crêtes et les arêtes formées par les cannelures qui décorent ces dernières n’incitent pas non plus à les interpréter comme des chevets ou appuis-tête. Aucun de ces objets n’a été retrouvé en position d’utilisation dans les nécropoles, ce qui aurait pu corroborer cette interprétation ; il est vrai que cette période privilégie la crémation. Toutefois, ces éléments sont également absents du mobilier d’accompagnement déposé dans les tombes.

27En revanche, l’hypothèse la plus crédible actuellement semble être la figuration stylisée d’animaux cornus. De par la morphologie de ces croissants d’argile, il est tentant de les rattacher à des pratiques liées à l’agriculture et à l’élevage. Ils pourraient donc symboliser la fertilité et la prospérité des troupeaux et des terres (Briard, 1987 ; Anastasiu, Bachmann, 1991 ; Baumeister, 1995). C’est par ailleursl’interprétation privilégiée par les études récentes (Briard, 1987 ; Lambot, 1989 ; Anastasiu, Bachmann, 1991 ; Tikonoff, 2006). Les symboles cornus célébrant le culte agricole et d’élevage identifiés dès le ive millénaire sur des stèles semblent avoir envahi l’Europe via des îles méditerranéennes à la fin de l’Âge du Bronze. Même les casques de certains guerriers s’enorgueillissent de ces attributs (Briard, 1987, p. 27) et le temple en bois de Bargeroosterveld (Pays-Bas), édifice de la fin de l’Âge du Bronze (- 1200 à - 800) conservé dans une tourbière, voit l’extrémité de ses poutres horizontales agrémentée de cornes (Briard, 1987, p. 91).

28Si cette attribution s’avère plausible, essayer d’en comprendre la signification est nettement plus malaisé. La plupart des auteurs cités précédemment s’accordent aussi pour les assimiler à des objets cultuels liés à des pratiques domestiques, qui expliqueraient aussi leur présence discrète dans les nécropoles de nos régions. Toutefois, deux théories – peut-être complémentaires d’ailleurs – sur la finalité de ces cultes domestiques peuvent êtreavancées. La première assimilerait ces objets cornus à une allégorie divine (culte agricole, culte lié à l’élevage ?) alors que la seconde correspondrait plutôt à une offrande faite à l’occasion de célébrations aux vertus propitiatoires ou fertilisantes, ou d’évènements festifs en relation avec le monde agricole (semailles, moissons…). Cependant, par manque d’éléments matériels, la caractérisation de ce culte s’avère complexe, voire périlleuse, et demanderait à être étayée par un grand nombre de découvertes, croisées avec une analyse poussée des contextes et associées à une étude iconographique détaillée issue notamment du monde méditerranéen.

29En outre, le fait de les retrouver cassés n’est peut-être pas uniquement dû à une éventuelle fragilité, mais peut aussi correspondre à un bris volontaire et rituel réalisé au cours d’une cérémonie. Ce geste pourrait être une explication au nombre élevé de croissants découverts dans les habitats. D’autre part, la présence des débris au sein des rejets de la vie quotidienne oblige à s’interroger sur la valeur de ces éléments au moment de leur enfouissement. Étaient-ils toujours consacrés ou au contraire étaient-ils désacralisés ? Dans l’état actuel de la recherche et faute de texte pour la période, aucune réponse satisfaisante ne peut être apportée à ces questions.

30Pour conclure, il faut souligner la difficulté à reconnaître les pratiques cultuelles de « civilisations primitives » dont les seuls témoignages qui nous soient parvenus sont matériels. Ainsi, la citation d’A. Leroi-Gourhan (Leroi-Gourhan, 1964) sur« la difficulté qu’il y a à définir le phénomène religieux, même dans les sociétés vivantes, à travers de simples témoignages matériels » reprise par R. Anastasiu et F. Bachmann (Anastasiu, Bachmann, 1991) prend ici tout son sens. En outre, aucune société, aussi « primitive » soit-elle, ne vit sans croyance.

31Le but de cet article est avant tout de présenter les croissants d’argile et les pseudo « tuiles faîtières » découverts sur quatre habitats lorrains. Cette étude ne renouvelle pas fondamentalement la réflexion sur le sujet, elle en confirme la plupart des aspects en soulignant toutefois le caractère domestique des découvertes lorraines. À terme, elle permettra l’intégration de ces données à des analyses plus vastes et plus complètes.

Bibliographie

Anastasiu R., Bachmann F., 1991, Les terres cuites du Bronze final, témoins de la vie quotidienne et religieuse, Saint-Blaise, éd. Ruau, 132 p. (Archéologie Neuchâteloise, 11 - Hauterive-Champréveyres, 5).

Baumeister R., 1995, « Aussergewöhnliche Funde der Urnenfelderzeit aus Knittlingen, Enzkreis. Bemerkungen zu Kult und Kultgerät der Spätbronzezeit », Fundberichte aus Baden-Württemberg, t. 20, p. 377-448.

Bernatzky-Goetze M., 1987, Mörigen : die spätbronzezeitlichen Funde, Basel, Publ. de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 388 p. (Antiqua, 16).

Billot M., 2008, Des objets en terre cuite du Bronze final en Alsace, Master 2 d’archéologie du territoire sous la direction d’A.-M. Adam, Univ. des sciences humaines Marc Bloch, Strasbourg II, 2 vol., 491 p.

Bonnet C., Plouin S., Lambach F., 1985, « Linsenbrunnen II, un nouveau secteur de la station d’altitude de Hohlandsberg (commune de Wintzenheim, Haut-Rhin) », Bull. de la Société préhistorique française, t. 82, fasc. 10-12. 1, p. 449-509.

Briard J., 1987, Mythes et symboles de l’Europe préceltique : les religions de l’Âge du Bronze, Paris, éd. Errance, 176 p. (Coll. Les Hespérides).

Brisson A., Hatt J.-J., 1966, « Fonds de cabanes de l’Âge du Bronze final et du premier Âge du Fer en Champagne (première partie) », R.A.E., t. 17, fasc. 3-4, p. 165-197.

Brisson A., Hatt J.-J., 1967, « Fonds de cabanes de l’Âge du Bronze final et du premier Âge du Fer en Champagne (seconde partie) », R.A.E., t. 18, fasc. 1-3, p. 7-51.

Buzzi P., Koenig M.-P., 1990, Frouard (Meurthe-et-Moselle) ‘Saule Gaillard’, D.F.S., Metz, AFAN, 95 p.

Chossenot R., 2004, La Marne, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 848 p. (Carte archéologique de la Gaule, 51/1).

Déchelette J., 1908, Manuel d’archéologie préhistorique et celtique. I : Archéologie préhistorique, Paris, éd. A. Picard et Fils, 746 p.

Déchelette J., 1987, Manuel d’archéologie préhistorique et celtique. II : l’Âge du Bronze, Réédition de 1928, Paris, éd. Picard, 534 p.

Deffressigne S., en cours, Bouxières-sous-Froidmont (Meurthe-et-Moselle), Le Tremble, R.F.O., Metz, INRAP.

Desor É., 1874, Le bel Âge du Bronze lacustre en Suisse, Paris, Sandoz et Fischbacher/Neuchâtel, J. Sandoz, 30 p.

Grimmer B., 1982, « Ein Feuerbock oder Mondidol aus Ton von Bötzingen », Archäologische Nachrichten aus Baden, t. 29, p. 3-6.

Grimmer-Dehn B., 1991, Die Urnenfelderkultur im südöstlichen Oberrheingraben, Stuttgart, K. Theiss, 256 p. (Materialhefte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 15).

Gross V., 1876, « Résultats des recherches exécutées dans les lacs de la Suisse occidentale depuis l’année 1866 », Mitteilungen der antiquarischen Gesellschaft in Zürich, t. 19, fasc. 3, p. 1-49.

Keller F., 1858, « Ansiedlungen in den Seen des Schweitz », Mitteilungen der antiquarischen Gesellschaft in Zürich, t. 12, fasc. 3, p. 113-156.

Kimmig W., 1934, « Firstziegel und Feuerböcke aus Baden », Prähistorische Zeitschrift, t. 25, p. 52-61.

Klag T., 1990, Marly (Moselle), Le Clos des Sorbiers, D.F.S., Metz, AFAN, 155 p.

Koenig M.-P., 2000, Habitat et nécropole du Bronze final III et de La Tène à Rosières-aux-Salines (Meurthe et Moselle), Metz, D.F.S., AFAN, 390 p.

Koenig M.-P., 2005, « Le gisement protohistorique de Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle) », in : Buchsenschutz O., Mordant C. dir., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’Âge du Fer, Actes du 127ème congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002, Paris, éd. du CTHS, p. 91-147.

Lambot B., 1989, « Les sanctuaires du Bronze final et premier Âge du Fer en France septentrionale », in : Ulrix-Closset M., Otte M. éd., La civilisation de Hallstatt : bilan d’une rencontre, Liège, 1987, Liège,Université de Liège, p. 201-273 (Études et Recherches Archéologiques de l’Université de Liège, 36).

Leemans C., 1840, Description raisonnée des monuments égyptiens du musée d’antiquités des Pays-Bas, à Leide, Leide, éd. H. W. Hazenberg & Cie, 327 p.

Leroi-Gourhan A., 1964, Les religions de la Préhistoire, Paris, éd. Presses Universitaires de France, 155 p. (Mythes et religions, 51).

Nebelsick L., 1996, « Herd im Grab ? Zur Deutung der Kalenderberg-verzierten Ware am Nordostalpenrand », in : Jerem E., Lippert A., Die Osthallstattkultur, Akten des Internationalen Symposiums, Sopron, 10-14 mai 1994, Budapest, Archaeolingua Alapítvány, p. 327-364 (Archaeolingua, 7).

Piette J., 1984, « Aspects particuliers du Bronze final III sur le site des Grèves de La Villeneuve à Courtavant », in : Transition Bronze final Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels, Actes du 109ème congrès national des Sociétés Savantes, Dijon, 1984, Paris, éd. du CTHS, p. 135-151.

Rachet V., 2008, Crévéchamps ‘Savelon’, Velle-sur-Moselle ‘Le Haut Saussy’ (Meurthe-et-Moselle), carrière GSM Lorraine, Rapport de diagnostic, Metz, INRAP, 34 p.

Tikonoff N., 2003, Saulxures-lès-Nancy ‘A330-RN57’ (Meurthe-et-Moselle) : habitat de l’Âge du Bronze final IIIa et de la transition Hallstatt D3 - La Tène A, D.F.S., Metz, AFAN, 236 p.

Tikonoff N., 2006, Basse Ham (Moselle) ‘Retierne’ : habitats de l’Âge du Bronze final et du premier Âge du Fer, D.F.S., Metz, Inrap, 355 p.

Tikonoff N., en cours, Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle) : habitats protohistoriques et nécropole gallo-romaine, R.F.O., Metz, Inrap.

Tschumi O., 1912, « Vorgeschichtliche Mondbilder und Feuerböcke », Jahresbericht des Historischen Museums in Bern, Beilage 1911-12, p. 1-45.

Véber C., 1996, Atton ‘Quemine’ ZAC II : nécropole du Néolithique final et habitat du Bronze final, Metz, DFS, AFAN, 85 p.

Véber C., 2001, Zone industrielle Rosières-aux-Salines/Dombasle, zone 1, 2, 3, 4 et 5 : habitat du Bronze final, Metz, D.F.S., AFAN, 236 p.

Villes A., 1984, « Sur la transition Bronze-Fer en Champagne », in : Transition Bronze final Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels, Actes du 109ème congrès national des Sociétés Savantes, Dijon, 1984, Paris, éd. du CTHS, p. 165-193.

Vouga P., 1933, « Objets inédits des palafittes du lac de Neuchâtel (Suisse) », Préhistoire, t. 2, fasc. II, Paris, éd. Ernest Leroux, p. 182-194.

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Tikonoff, « Les croissants d’argile et les pseudo « tuiles faîtières » de l’Âge du Bronze à travers quelques exemples lorrains », Revue archéologique de l'Est, Tome 60 | 2011, [En ligne], mis en ligne le 29 novembre 2012. URL : http://rae.revues.org/6685. consulté le 28 novembre 2014.

Auteur

Nicolas Tikonoff

INRAP Grand Est-Nord, centre archéologique de Ludres, 95 impasse Henri Becquerel, 54710 Ludres ; UMR 7044 - Étude des civilisations de l’Antiquité (Strasbourg)

Droits d'auteur

© Tous droits réservés