Navigation – Plan du site
Articles
Christophe Croutsch, Willy Tegel, Théophane Nicolas, Émilie Pascutto, Céline Leprovost, Magalie Billot, Bernard Gratuze, Thierry Logel et Olivier Putelat

Les sites protohistoriques d’Erstein « Grasweg-PAE » (Alsace, Bas-Rhin) : l’occupation Rhin-Suisse-France-Orientale

p. 83-146

Résumés

Implanté sur une terrasse lœssique à une trentaine de kilomètres au sud de Strasbourg, le site protohistorique d’Erstein « Grasweg-PAE » connaît des installations humaines depuis la deuxième moitié du IIIe millénaire jusqu’à la première moitié du IXe siècle av. J.-C. au cours de l’étape moyenne du Bronze final. L’occupation RSFO, qui fait l’objet du présent article, se caractérise par la présence d’une dizaine de structures excavées associées à un puits monoxyle dont certains bois sont datés par dendrochronologie des années 1026 et 1010 av. J.-C. En s’appuyant sur ces datations absolues, l’ensemble céramique d’Erstein « Grasweg-PAE » vient compléter les connaissances acquises récemment sur le Bronze final IIIa en Alsace. Outre la céramique, les fosses d’habitat ont livré un mobilier diversifié (objets métalliques, perles en verre…) et un assemblage faunique original, dans lequel la faune chassée occupe une place particulière.

Situated on a loessic terrace approximately thirty kilometres to the south of Strasbourg, the protohistoric site of "Grasweg-PAE" Erstein had human settlements from the second half of the 3rd millennium BC until the first half of the 9th century BC, during the middle phase of the Final Bronze Age. The RSFO occupation, which is the focus of this article, is characterised by the presence of ten or so excavated structures linked to a monoxylic shaft of which certain woods have been dated dendrochronologically to the years 1026–1010 BC. If we accept these absolute dates, the set of "Grasweg-PAE" Erstein pottery completes our recently acquired knowledge of the Final Bronze Age IIIa in Alsace. In addition to the pottery, the graves in the habitat have yielded a variety of goods (metal objects, glass beads, etc.) and a novel assortment of fauna, in which hunted animals occupied a special place.

Der frühgeschichtliche Fundplatz Erstein „Grasweg-PAE“ liegt auf einer Lößterrasse etwa dreißig Kilometer südlich von Straßburg. Von der zweiten Hälfte des 3. Jt. bis in die erste Hälfte des 9. Jh. v. Chr., war der Platz in der mittleren Phase der Spätbronzezeit besiedelt. Gegenstand des vorliegenden Artikels ist die rheinisch-schweizerisch-ostfranzösische (RSFO) Siedlungsphase. Sie zeichnet sich durch das Vorhandensein von zehn Grubenstrukturen aus, die mit einem aus einem Stamm gearbeiteten Brunnen in Verbindung stehen. Einige mit Wasser durchtränkte Hölzer aus dem Brunnen wurden in die Jahre 1026 und 1010 v. Chr. datiert. Gestützt auf absolute Datierungen ergänzt die Keramik von Erstein „Grasweg-PAE“ die kürzlich erlangten Kenntnisse zur Spätbronzezeit IIIa im Elsass. Neben der Keramik haben die Hausgruben sehr vielfältiges Material geliefert (Metallgegenstände, Glasperlen, …) sowie ein außergewöhnliches Ensemble von Tierknochen, in dem Wild eine besondere Stellung einnimmt.

Texte intégral

PDF 9,3MSignaler ce document

1. Présentation du site

1Localisé à une trentaine de kilomètres au sud de Strasbourg (fig. 1), le site protohistorique d’Erstein « Grasweg-PAE » est implanté sur une terrasse quaternaire recouverte de lœss dite terrasse d’Erstein. Cette levée alluviale s’étire le long de la rive gauche de l’Ill et domine le Ried Centre Alsace, zone humide liée aux inondations de l’Ill et du Rhin (Sell et alii, 1998). À Erstein, la terrasse lœssique est proche du Rhin ; son cours actuel est situé à moins de 5 km à vol d’oiseau.

image

Fig. 1. Localisation du site protohistorique d’Erstein « Grasweg-PAE ».

2La fouille fait suite à un diagnostic archéologique sur un terrain d’une trentaine d’hectares (Peytremann et alii, 2006). Le décapage couvre une superficie totale d’environ 37 300 m² répartis en trois zones (fig. 2). Au total, 95 structures archéologiques, en grande majorité des fosses, ainsi qu’une centaine de chablis anciens ont été individualisés.

image

Fig. 2. Plan général du site (DAO P. Girard, É. Peytremann, J.-L. Wuttmann, Inrap ; F. Basoge, C. Croutsch, PAIR).

3Ces structures se rapportent à plusieurs grandes phases d’occupation (Croutsch dir., 2008 ; Croutsch et alii, 2009) :
- la première date de la seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C. Elle rassemble une petite dizaine de fosses domestiques étroitement associées à un puits à eau daté par dendrochronologie de 2231-2215 av. J.-C., ainsi que deux inhumations appartenant au même horizon chronologique ;
- le site est ensuite momentanément réoccupé au Bronze ancien. Une inhumation sans mobilier est datée par le radiocarbone entre le XXe et le XVIIIe siècle av. J.-C. ;
- après un hiatus de quelques siècles, les installations humaines se succèdent semble-t-il à un rythme plus régulier, d’abord au cours de l’étape initiale du Bronze final avec, en particulier, la présence d’un nouveau puits assemblé selon la technique du Blockbau daté par dendrochronologie de 1241 av. J.-C. et d’un dépôt de crémation. Cette phase d’occupation semble s’inscrire dans la durée puisque le puits à eau est régulièrement entretenu pendant 75 ans, avec une dernière date vers 1166 av. J.-C. L’analyse des formes et des styles céramiques révèle néanmoins que cette phase d’occupation est précédée de peu d’une installation plus ancienne, également datée du Bronze final I. À l’exception du dépôt de crémation situé en zone 3, les vestiges attribués aux débuts du Bronze final s’inscrivent dans l’emprise de la zone 1. Leur organisation spatiale reste cependant difficile à cerner en raison du faible nombre de structures conservées, et ce malgré des surfaces de décapage parfois importantes (3 ha en zone 1) ;
- enfin la dernière phase d’occupation, centrée sur la zone 3, est attribuée à l’étape moyenne du Bronze final. Ses limites n’ont pas pu être appréhendées, comme en témoignent les quelques fosses RSFO fouillées en zone 1. À nouveau, l’habitat associe une série de fosses domestiques et un puits à eau qui met à profit l’accessibilité de la nappe phréatique dans ce secteur de la terrasse d’Erstein. L’analyse des caractères typologiques de la céramique et les dates fournies par la dendrochronologie montrent que ces vestiges appartiennent à une plage chronologique restreinte, placée à l’extrême fin du Xe et au tout début du IXe siècle av. J.-C. C’est à cette dernière phase d’occupation qu’est consacré cet article.

2. Les structures archéologiques

4Les structures de l’étape moyenne du Bronze final, au nombre de quinze, sont regroupées en zone 3, où se trouve très certainement le cœur de l’occupation (fig. 3). Elles sont très peu nombreuses en zone 1, à plus de 200 m au nord-est, et totalement absentes en zone 2 à l’extrémité septentrionale de la fouille.
En fonction de leurs dimensions et de leur profil (et/ou de leur utilisation supposée), les fosses ont été classées en quatre catégories.

image

Fig. 3. Plan de détail de la zone 3 et structures RSFO (DAO C. Leprovost et C. Croutsch).

2.1. Les grandes fosses polylobées

5Quatre grandes structures appartiennent à cette première catégorie, bien qu’elles recouvrent sans doute des réalités différentes (Faits 1241, 3008, 3010 et 3020). La fosse 3020 semble ainsi résulter de l’effondrement et de l’altération de plusieurs fosses-silos (fig. 5). Parfois conservée sur plus de 1 m de profondeur, cette grande excavation mesure 9 m de long sur 4 m de large. Plusieurs creusements à profil tronconique caractéristique sont bien visibles en coupe, tandis que les remplissages correspondent à des alternances de dépôts anthropiques et d’épisodes d’effondrement de parois. Les creusements ne sont donc pas tous nécessairement contemporains.

6Une autre fosse du même type se trouve en zone 1 (Fait 1241). Moins étendue, elle est également constituée d’alvéoles emboîtées, avec la présence de plusieurs profils caractéristiques de structures de type fosse-silo (fig. 4). Ces deux ensembles pourraient donc, au moins en partie, correspondre à l’emplacement d’anciens silos enterrés.

image

Fig. 4. Plan de détail de la zone 1 et structures RSFO (DAO C. Leprovost et C. Croutsch).

7La situation est moins claire pour la fosse 3008 (fig. 3). Cette grande fosse mesure près de 10 m de long sur 5 m de large. Elle est conservée sur un peu moins de 0,90 m sous le niveau de décapage. Les remplissages sont ici très peu différenciés et semblent avoir une même dynamique de sédimentation. C’est également le cas de la fosse 3010. Dans les deux cas, la plus grande part du mobilier provient, d’après les observations de fouille, de la surface de la structure.

2.2. Les fosses-silos

8Cinq structures fouillées en zone 3 s’apparentent, par leur profil, à des fosses-silos à plan circulaire (fig. 5).

image

Fig. 5. Les structures RSFO de la zone 3 (suite) (DAO C. Leprovost).

9La structure 3022, d’un diamètre de 1,77 m à l’ouverture, est conservée sur 0,70 m. Son profil est arrondi. La base du remplissage est constituée par un niveau de sédiment limoneux très charbonneux. Il est surmonté par un épais dépôt de limon brun également d’origine anthropique, riche en mobilier archéologique.

10La fosse 3023 est une structure à profil tronconique. Elle apparaît en surface sous la forme d’un creusement circulaire d’un diamètre de 1,44 m. Conservée sur près de 0,60 m, cette fosse est partiellement détruite par un chablis. Ses parois sont légèrement surplombantes, le fond est pratiquement plan. Le remplissage est constitué par une séquence de couches limoneuses d’origine anthropique riches en mobilier archéologique.

11Le diamètre de la fosse 3025 atteint 1,35 m à l’ouverture. Elle est conservée sur 0,60 m. Les parois de la fosse sont en surplomb, la base est évasée et le fond plat. On observe, encore une fois, une succession d’apports anthropiques. La présence de poches de lœss sur le pourtour de la fosse indique une altération des parois et /ou de la partie supérieure de la structure.

12La structure 3027 est à profil tronconique. Son diamètre dépasse 1,25 m à l’ouverture, pour une profondeur conservée de 0,45 m environ. Le comblement est constitué d’une succession de couches de sédiments limoneux brun clair à brun noir.

13D’un diamètre de 1,70 m à l’ouverture, le silo 3032 est encore conservé sur 0,80 m. La dynamique de comblement semble indiquer une obturation rapide, avec une alternance de niveaux anthropiques et d’horizons lœssiques dus à l’effondrement d’une partie du silo.

2.3. Les fosses en cuvette

14De plan circulaire, la structure 1249 présente un profil en cuvette (fig. 4). Son diamètre maximal dépasse 1,50 m, pour une profondeur de 0,42 m. Le comblement est uniforme.
La structure 3005 est, quant à elle, conservée sur moins de 0,30 m (fig. 3). Son diamètre à l’ouverture atteint 1,26 m.
De forme ovalaire en surface, la structure 3013 mesure 0,85 m par 0,54 m. Le creusement est conservé sur moins de 0,40 m, et la base, aplanie, est légèrement inclinée. Le comblement est uniforme (fig. 3).

2.4. Les autres fosses

15Deux structures complètent l’inventaire. La première est en zone 1 (Fait 1072/A). De plan ovalaire, elle mesure près de 2,50 m de long sur environ 2 m de large (fig. 4). La structure est conservée sur moins de 0,30 m. Il s’agit vraisemblablement ici d’une fosse d’extraction creusée à la périphérie de la grande structure 1072, qui pour sa part a majoritairement livré du mobilier plus ancien, attribuable au Bronze final I-IIa. La deuxième structure se trouve en zone 3 (Fait 3002, fig. 3). Il s’agit d’un grand creusement, long de 3,40 m et large de près de 3 m perturbé par un chablis. Il est conservé sur 0,60 m.

2.5. Le puits monoxyle 3028

16La fouille du site d’Erstein « Grasweg-PAE » a, pour la première fois, permis de mettre au jour plusieurs puits datés de l’Âge du Bronze dont les bois de cuvelage sont conservés.

2.5.1. Description du puits

17Ce puits est associé à l’habitat attribué à l’étape moyenne du Bronze final. Il est implanté à proximité immédiate des fosses domestiques de la zone 3, en limite de la fouille (la présence à côté du puits d’un dépôt de crémation attribuée à l’étape initiale de l’Âge du Bronze semble, par contre, fortuite). Comme pour les autres puits du site, sa mise en place a nécessité le creusement d’une grande fosse d’installation à profil en entonnoir (diam. à l’ouverture 7 m), encore conservée sur une profondeur de 2 m environ (fig. 6). La forme et les techniques mises en œuvre pour la réalisation du cuvelage en bois sont cependant différentes de celles des autres puits du site. Il s’agit d’un puits monoxyle et non pas d’un bassin assemblé avec des planches horizontales encastrées selon le principe du Blockbau (puits 1025) ou de quartiers de troncs agencés verticalement (puits 1152).

image

Fig. 6. Coupe schématique de la fosse d’installation du puits 3028 (DAO C. Leprovost et C. Croutsch).

18Le fût du puits 3028 mesure 1,20 m environ de diamètre et il est conservé sur une hauteur de 1 m (fig. 7). Il a été tiré d’un gros chêne creux, en mettant à profit le pourrissement de la partie interne de l’arbre. L’évidage complet du tronc à l’aide d’outils nécessite, en effet, un investissement en temps de travail considérable, sans compter les contraintes techniques importantes pour réaliser ce type d’opération (Bernard et alii, 2008, p. 324-326). Aucun stigmate d’outil n’a d’ailleurs été observé sur le puits d’Erstein. En revanche, des traces de carbonisation superficielle sont bien visibles sur la paroi interne du tronc ; l’utilisation d’un feu contrôlé pourrait participer à l’élimination des parties spongieuses non saines de l’arbre, comme cela semble également être le cas sur un puits du Bronze final à Atting en Bavière (Koch, Meixner, 2004).

image

Fig. 7. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3028 : vue du puits en bois en cours de fouille.

19Enfin, deux mortaises rectangulaires d’environ 9 cm de côté ont été aménagées à environ 60 cm au-dessus de la base du fût, afin de mettre en place une traverse en bois (fig. 8). Elle a certainement été utilisée pour curer le fond du puits et pour effectuer des réfections ou des réaménagements de la structure.

image

Fig. 8. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3028 : détail du puits.

2.5.2. Analyse dendrochronologique

20Au total, 30 bois ont été prélevés lors de la fouille, mais seulement sept se prêtent à une analyse dendrochronologique. Le tronc évidé n’est pas daté, en raison à la fois du faible nombre de cernes conservés (67 au maximum) et de la présence de nombreuses anomalies de croissance dues à la présence de bois de réaction, rendant extrêmement difficile voire impossible l’interprétation du signal climatique.

21Les bois mesurés proviennent aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur du puits. Après enregistrement de la largeur des cernes de croissance, les données ont été reportées graphiquement sur une courbe (1/100 mm). La synchronisation et la corrélation des séries de mesures ont été effectuées sur table lumineuse et par tests statistiques ou calculs de comparaison. Les tests et calculs utilisés sont :
- le test de t-values avec transformation des séries de Baillie et Pilcher (1973) ;
- le test de t-values avec transformation des séries de Hollstein (1980) ;
- le test de Gleichläufigkeit d’Eckstein (Eckstein, Bauch, 1969) ;
- le calcul des années caractéristiques interannuelles communes.

image

Fig. 9. Bloc diagramme et courbes de croissance des bois du puits 3028 (dessin W. Tegel).

22De la synchronisation des sept bois résulte une chronologie locale longue de 117 ans (fig. 9). La datation a ensuite été réalisée à partir de trois courbes de référence (fig. 10). Deux bois avec aubier peuvent ainsi être datés à l’année près : l’un, trouvé dans la fosse d’installation, a été tiré d’un chêne coupé en 1026 av. J.-C. ; l’autre, issu du remplissage du puits, a été levé dans un arbre abattu en 1010 av. J.-C.

image

Fig. 10. Résultats des corrélations pour le bois GBS-3028-8.

2.5.3. Discussion

23Il est ainsi possible d’approcher la date d’implantation du puits et d’estimer sa durée d’utilisation. Le puits a, selon toute vraisemblance, été foncé aux alentours 1026 av. J.-C. et au moins utilisé jusqu’en 1010.

24Ces résultats doivent cependant être considérés avec prudence. D’abord parce que le fût évidé n’est pas daté, ce qui empêche bien évidemment de connaître l’année de la mise en place du puits. On ne peut pas exclure, non plus, que la poutre trouvée dans la fosse d’installation et datée de l’an 1026 provienne d’une construction plus ancienne, et qu’il s’agisse en fait d’un réemploi. De nombreux bois présentent manifestement des traces de façonnage anciennes, sans rapports avec la construction du puits. Cette observation n’a d’ailleurs rien d’exceptionnel en contexte protohistorique (Bernard, 2005, p. 21). Brisé, le cuvelage a très certainement fait l’objet d’une consolidation sommaire sous forme d’un coffrage. Une partie des bois trouvés à l’extérieur du puits pourrait avoir été utilisée à cette occasion. C’est peut-être aussi à ce moment qu’a été débitée et façonnée la planche datée de 1010 av. J.-C. qui a été retrouvée dans le remplissage du cuvelage. Enfin comme l’a montré l’exemple du puits 1275 en zone 1, daté entre 1241 et 1166 av. J.-C., ce type d’installation peut perdurer sur une période relativement importante. Même si le puits 3028 ne semble pas avoir connu une vie aussi longue, cela ne signifie nullement que la durée de l’occupation RSFO d’Erstein puisse être ramenée à une dizaine d’années.

3. La céramique

3.1. Présentation du corpus

25Le corpus céramique est constitué de 12 206 restes représentant un poids total de 208 kg (fig. 11). Le nombre minimum d’individus (le NMI a été calculé à partir des bords) s’élève à 1188. On recense ainsi 1188 bords, 366 fonds ; parmi lesquels 251 éléments caractéristiques ont été dessinés.

image

Fig. 11. Tableau de décompte des formes céramiques par structure.

26Si la fragmentation de l’assemblage céramique est relativement importante, l’état de conservation général est plutôt bon. Les pâtes et les états de surface de la céramique ont fait l’objet d’une observation macroscopique. Il est entendu par « pâte fine » une matrice argileuse associée à un dégraissant peu ou pas visible à l’œil nu (nanométrique à millimétrique) et par « pâte grossière » une matrice avec un dégraissant millimétrique à centimétrique. Les « pâtes fines » sont de couleur variant du brun au noir et les surfaces internes/externes sont le plus souvent lustrées. Elles représentent 5728 individus, soit 45,6 % du total. Les « pâtes grossières », quant à elles, sont au nombre de 6507 restes, soit 54,4 % du total. Les surfaces tant internes qu’externes de ces récipients sont plus ou moins bien lissées, et leurs couleurs varient de l’orangé au brun-noir. Le corpus céramique est relativement bien décoré, puisque 36,4 % des éléments le sont.

3.2. Les formes céramiques

27Deux grandes catégories typologiques ont été distinguées : les formes basses et les formes hautes (fig. 12). Du fait de la fragmentation, la proportion des indéterminés reste toutefois très importante, 656 sur 1198 NMI, soit 54,75 % du total des bords (fig. 13).

image

Fig. 12. Typologie des formes céramiques.

image

Fig. 13. Composition de l’assemblage céramique par type de pâte et forme.

3.2.1. Les formes basses

28Elles regroupent 301 individus, soit 25 % du total du NMI.

Les bols ou jattes

29Il s’agit de formes ouvertes à bord droit et à profil simple.68 bols ou jattes ont été individualisés, soit 5,6 % du NMI. Il s’agit essentiellement de récipients à pâte fine. Seuls quatre exemplaires sont en pâte grossière. Leurs diamètres à l’ouverture varient entre 50 et 420 mm.

30Deux principaux types peuvent être distingués :
- Type 1 : à profil convexe à bord direct (50 individus, soit 69 % du total des bols) ;
- Type 2 : les bols ou jattes à profil convexe à bord indirect (23 exemplaires, soit 31 % du total des bols). Il est à noter la présence d’un exemplaire à encoche (pl. 7, n° 1).

31D’une manière générale, les bols ou jattes sont présents dès le Bronze moyen (Muller et alii, 2008, p. 22 ; Deffressigne et alii, 2009, p. 284). Aucun des exemplaires d’Erstein n’est décoré comme c’est le cas pour ceux des sites du Bronze final IIIa du Plateau suisse (Cortaillod-Est, Hauterives-Champréveyres zone D, Borello, 1986 et 1992). De plus, les formes à bords rentrants, bien représentées sur les mêmes sites littoraux suisses (Borello, 1986, 1992 et 1993), ne sont représentées ici que par trois individus (voir par exemple pl. 6, n° 2). Quant aux jattes à encoches, elles apparaissent régionalement au Bronze final IIIa et perdurent jusqu’au Hallstatt C (Maise, Lasserre, 2005, pl. 17, n° 478).

Les tasses

32Il s’agit d’une forme ouverte à bord droit et profil simple. Sa principale caractéristique est de posséder un moyen de préhension simple.

33Neuf exemplaires ont été identifiés dans le corpus (0,75 % du total). Ils sont tous à pâte fine et le diamètre de l’ouverture est compris entre 124 et 190 mm. Seuls deux exemplaires sont archéologiquement complets (pl. 13, n° 9, n° 11). Quatre tasses peuvent être qualifiées de « tasse basse », une seule de « tasse haute ». Les anses sont larges et plates sauf dans un cas particulier (pl. 4, n° 8) où l’anse est de profil triangulaire. Ces anses sont en prise directe avec le bord, sauf une située dessous (pl. 6, n° 13).

34Au Bronze final, les tasses non décorées sont relativement ubiquistes. Elles sont présentes en petit nombre à Marlenheim « Im Gewinkel » (Pascutto, 2007) et Fegersheim « Ohnheim » (Roscio, 2006) dans le Bas-Rhin ou encore à Colmar « Diaconat » dans le Haut-Rhin (Maise, Lasserre, 2005). Si au Bronze final IIb, les tasses hautes à fond plat et anse large et plate prédominent, elles évoluent vers des profils plus arrondis à panse convexe au Bronze final IIIa (Rychner, 1979, p. 90). Une tasse du corpus d’Erstein appartient à ce type (pl. 9, n° 7).

35Une seule tasse est décorée (pl. 4, n° 8). Une autre porte de « petites anses non fonctionnelles » perforées (pl. 6, n° 12), éléments qui sont également considérés comme typiques du Bronze final IIIa (Rychner, 1979, p. 97). En Alsace, ce type de décor est présent sur le site de Marlenheim « Im Gewinkel » attribué à la transition Bronze final IIb-IIIa (Pascutto, 2007, pl. 32, 3).

Les écuelles

36Elles correspondent à une forme ouverte tronconique à bord bien marqué. Il s’agit de la forme la mieux représentée (331 individus au minimum, soit 27,6 % du total). Les écuelles sont presque exclusivement réalisées en pâte fine (326 sur 331) ; le traitement des surfaces internes est tout particulièrement soigné, des traces de polissage ont été observées. Le diamètre à l’ouverture varie de 140 à 580 mm. Quatre variantes ont été distinguées :
- Type 1 : écuelle à paroi droite (133 individus, soit 56,8 % des écuelles) ;
- Type 2 : écuelle à paroi convexe (six exemplaires, soit 2,5 % du total des écuelles) ;
- Type 3 : écuelle à paroi concave (quatre vases, soit 1,7 % des écuelles) ;
- Type 4 : écuelle à paroi sinueuse (37 exemples, soit 15,8 % du total des écuelles).
54 individus (23 % du total des écuelles) n’ont pas pu être attribués à l’un des quatre types en raison de leur fragmentation.

37Les différents types représentés dans le mobilier du site d’Erstein « Grasweg-Pae » sont présents sans interruption du Bronze final IIb au Bronze final IIIb (Rychner, 1979, p. 84). Durant le Bronze final IIb-IIIa, les formes à rebords bien marqués dominent nettement, ce qui est également le cas à Erstein. Au cours du Bronze final IIIa, les bords deviennent néanmoins légèrement plus étroits (Rychner, 1979, p. 85 ; Maise, Lasserre, 2005, p. 18). Enfin au Bronze final IIIb, ce sont les écuelles sans rebords détachés qui sont majoritaires (Rychner, 1979, p. 85 ; Maise, Lasserre, 2005, p. 18) ; elles sont absentes du corpus d’Erstein.

38Les indices anciens se caractérisent par les écuelles à profil segmenté (pl. 5, n° 13 ; pl. 9, n° 3 ; pl. 13, nos 2 et 5 ; pl. 15, n° 3) (Rychner, 1979, p. 84 ; Ducreux, 2007, p. 36). Les écuelles à bord à petits degrés (pl. 2, n° 2 ; pl. 3, n° 2 ; pl. 10, n° 9) existent dès le Bronze final IIb (Maise, Lasserre, 2005, p. 40). Les bords décrochés (pl. 4, n° 4 ; pl. 5, nos 2, 9, 11-12 et 17 ; pl. 9, n° 4 ; pl. 15, n° 1 ; pl. 17, n° 1) et les bords facettés, dont la facette externe peut être évasée vers le bas (pl. 3, n° 1 ; pl. 4, n° 3 ; pl. 5, nos 7 et 15 ; pl. 10, n° 2 ; pl. 15, n° 4), apparaissent au Bronze final IIb et persistent au Bronze final IIIa (Rychner, 1979, p. 84-85 ; Piningre, 1988, p. 182 ; Ducreux, 2007, p. 36). La facette interne concave se manifeste dès le Bronze final IIIa (Rychner, 1979, p. 91). En Alsace ces éléments se rencontrent, entre autres, sur le site d’Achenheim dans le Bas-Rhin (Heintz, 1953, Pl. V), de Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, p. 48), d’Uffheim « Niederer Lisenberg » (Wolf, 1972, p. 40) et de Magstatt (Piningre, 1988, p. 188) dans le Haut-Rhin.

39La totalité des décors est placée à l’intérieur des récipients. 99 individus sont décorés, soit 38 % du total des écuelles. Le décor au peigne (pl. 2, n° 4 ; pl. 3, n° 2 ; pl. 8, n° 3 ; pl. 9, nos 2 et 4) est attesté pendant tout le Bronze final IIb-IIIa (Maise, Lasserre, 2005, p. 40). Les exemplaires décorés de guirlandes au peigne peuvent néanmoins être considérés comme de bons marqueurs du Bronze final IIb (Rychner, 1979 p. 87). À Erstein, un unique exemplaire est décoré de guirlandes au peigne combinées à un décor géométrique (pl. 9, n° 3) ; cette association caractérise la phase Bronze final IIb « récent » ou le début du Bronze final IIIa (Nicolas, 2007, p. 123). On la retrouve sur d’autres sites alsaciens attribués au Bronze final IIb, comme sur le site de hauteur du Hohlandsberg à Wintzenheim dans le Haut-Rhin (Bonnet et alii, 1985, fig. 25-26) ou à la transition Bronze final IIb-IIIa, comme à Marlenheim « Im Gewinkel » (Pascutto, 2007), mais aussi sur le site littoral suisse, bien daté par dendrochronologie, de Cortaillod-Est (Borello, 1986, pl. 33). Les décors de triangles hachurés (pl. 2, n° 1 ; pl. 4, n° 3 ; pl. 5, nos 2-4, 13 et 17-18 ; pl. 8, n° 3…) ou des triangles emboités (pl. 5, nos 5 et 14 ; pl. 10, nos 7 et 11 ; pl. 10, n° 6 ; pl. 12, n° 9 ; pl. 15, n° 5…) sont aussi présents sans interruption durant la période (Rychner, 1979, p. 88 ; Ducreux, 2007, p. 36).

40Les écuelles à degrés sont, elles aussi, caractéristiques de la fin du Bronze final IIb et du Bronze final IIIa. Les écuelles à degrés non décorées (pl. 5, n° 1 ; pl. 10, n° 2 ; pl. 12, n° 13 ; pl. 14, n° 5 ; pl. 17, n° 4) ou peu ornées, non représentées dans le corpus, apparaissent au Bronze final IIb (Rychner, 1979, p. 89 ; Borello, 1993, p. 37). Les écuelles à degrés non décorées sont présentes sur le Plateau suisse, et en particulier à Cortaillod-Est sur le lac de Neuchâtel (Borello, 1986, pl. 2). Certaines écuelles portent sur les facettes internes du bord des zigzags gravés (pl. 4, nos 3-4 ; pl. 5, nos 2-3 ; pl. 9, n° 2…), parfois incrustés de pâte blanche (pl. 2, n° 1 ; pl. 4, nos 1 et 3 ; pl. 5, nos 17-18 ; pl. 10, n° 13 ; pl. 15, n° 3).

41Ce dernier décor, très fréquent sur les sites contemporains, comme dans notre corpus avec 63 individus, est un bon marqueur chronologique du Bronze final IIIa (Maise, Lasserre 2005, p. 40-43). On le retrouve notamment à Marlenheim « Im Gewinkel » (Pascutto, 2007, pl. 9, 6) et Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, p. 54). Il peut être associé à des décors plus anciens (pl. 9, n° 3). D’autres types de décors fréquents à partir du Bronze final IIIa, comme les décors en cannelures internes, sont également bien représentés à Erstein (pl. 2, n° 17 ; pl. 4, n° 3 ; pl. 5, nos 5 et 9). Ces décors sont généralement attribués au Bronze final IIIa récent (Maise, Lasserre, 2005, p. 40). Si tous ces caractères sont bien représentés à Erstein, force est de constater que certains marqueurs classiques du Bronze final IIIa comme les profils en S bien marqués, les bords directs ou les motifs de méandres fréquents sur les sites littoraux suisses contemporains sont ici absents.

3.2.2. Les formes hautes

42Trois types de formes hautes ont été identifiés : les vases à col, les pots et les gobelets à épaulement. Ces formes représentent un NMI égal à 119 exemplaires (10,7 % du total).

Les pots

43Les pots désignent des récipients à corps complexe et à encolure simple. 94 exemplaires sont présents dans le mobilier (7,7 % du total). Ils sont majoritairement réalisés en pâte grossière (81 individus sur 94). Leur diamètre à l’ouverture varie entre 100 et 480 mm.

44C’est une catégorie particulièrement décorée, avec 72 individus ornés (soit 77,4 % du total des pots). Les décors sont systématiquement placés à l’extérieur et ornent la rupture entre le col et la panse et la lèvre. C’est le cas notamment des décors modelés (cordons incisés ou digités) ou imprimés (digitations).

45Deux variantes ont été distinguées :
- Type 1 : corps arrondi (31 individus soit 33 % du total des pots) ;
- Type 2 : corps biconique (17 exemplaires soit 18 % du total des pots).
46 bords n’ont pu être attribués à l’un ou l’autre de ces deux types, soit 49 % du total des pots.

46Régionalement, les pots datés du Bronze final IIb et du début du Bronze final IIIa sont plutôt de forme biconique (pl. 9, n° 8 ; pl. 12, n° 5 ; pl. 16, n° 6). Au cours du Bronze final III, les profils des pots évoluent vers une forme plus ovoïde (pl. 7, nos 4 et 7 ; pl. 9, n° 10 ; pl. 11, n° 6 ; pl. 12, n° 7 ; fig. 27, n° 18 ; pl. 14, n° 2 ; pl. 17, n° 11) (Maise, Lasserre, 2005, p. 20). Enfin, les pots à rebord convexe et à facette interne concave sont attribués au Bronze final IIIa (pl. 4, n° 16 ; pl. 12, nos 1-2 ; fig. 27, n° 17 ; pl. 17, n° 17) (Rychner, 1979, p. 91).

47Les bords de ces récipients sont, dans le corpus, bien individualisés. Deux types se distinguent. Une première production, comprenant 19 vases, qui a fait l’objet d’un traitement de surface soigné. Ces individus sont indistinctement en céramique à pâte fine ou grossière. Certains de ces vases ne sont pas décorés (pl. 7, n° 8 ; pl. 9, n° 8…), tandis que d’autres portent des décors généralement présents sur des individus à pâte fine tels que les zigzags gravés, les triangles hachurés, les incisions horizontales et les cannelures (pl. 1, n° 1 ; pl. 11, nos 6 et 9 ; fig. 27, n° 17 ; pl. 16, n° 4). D’autres portent des décors caractéristiques des vases de stockage comme les petites incisions obliques, les impressions en arêtes de poissons ou digitées (pl. 7, n° 4 ; pl. 16, n° 17 ; pl. 17, n° 15).

48La seconde production, majoritaire avec 74 vases, est moins travaillée. La pâte est grossière et les surfaces sont sommairement lissées. Les décors sont essentiellement des impressions digitées, obliques ou en arêtes de poissons et des cordons digités ou décorés d’impressions obliques. Ces décors ornent la lèvre ou sont placés à la jonction entre le col et la panse.

49Les bords dont la facette extérieure est décorée d’impressions digitées (pl. 4, n° 10 ; pl. 7, nos 3 et 11 ; pl. 12, nos 2-3) sont déjà présents au début du Bronze final (Lasserre, 1998, p. 146 ; Muller et alii, 2008, p. 30-31) et perdurent jusqu’à la fin de la période. Les lignes de digitations jointives ou quasi-jointives à l’intersection entre le col et la panse (pl. 4, n° 10 ; pl. 7, nos 7 et 11 ; pl. 12, n° 5 ; pl. 14, n° 1) semblent apparaître au Bronze final IIb et disparaître à la fin de la période (Treffort, 2000, p. 29). D’autres décors sont propres au Bronze final IIIa : les décors en arêtes de poissons poinçonnés (pl. 4, nos 9 et 17 ; pl. 7, n° 6 ; pl. 9, n° 10 ; fig. 12, n° 10 ; pl. 13, n° 21 ; pl. 17, n° 15) (Maise, Lasserre, 2005, p. 40) ; les petites anses non fonctionnelles, ici sans perforations (pl. 4, n° 9 ; pl. 8, n° 19 ; pl. 17, n° 15) et les profils à léger décrochement sous le rebord (pl. 9, n° 13) (Rychner, 1979, p. 94). Sur le site d’Erstein, deux exemplaires présentent des cordons imprimés à la jonction entre le col et la panse (pl. 2, n° 20 ; pl. 16, n° 11), décor considéré comme caractéristique du Bronze final IIIb classique (Maise, Lasserre, 2005, p. 24), ici associé à du mobilier bien daté du Bronze final llla. Trois sites littoraux suisses contemporains de ce corpus ou légèrement plus tardifs ont livré ce type de décor (Borello, 1986, 1992 et 1993). De plus, si les décors digités sont fréquents durant la première partie de l’étape moyenne du Bronze final, les décors estampés et incisés leur succèdent durant la transition Bronze final IIb-IIIa et le Bronze final III (Ducreux, 2007, p. 36).

Les vases à col

50Ces vases se caractérisent par une encolure étroite, droite ou évasée. Ce groupe est peu abondant (quinze exemplaires, soit 1,25 % du total). Pour ce type, le taux de fragmentation est très important, ce qui limite l’analyse à l’encolure des vases et/ou aux décors. Ces récipients sont indifféremment en pâte fine ou grossière. Les diamètres à l’ouverture varient entre 50 et 360 mm. Deux types ont été distingués :
- Type 1 : avec une encolure droite (dix individus, soit 66 % des vases à col) ;
- Type 2 : avec une encolure concave (cinq exemplaires, soit 34 % des vases à col).

51Le vase à col apparaît au Bronze final IIa et disparaît à nouveau au Bronze final IIIb (Rychner, 1979, p. 97 ; Pétrequin et alii, 1985, p. 140). Son évolution n’est pas très sensible, mais différents marqueurs chronologiques peuvent être mis en évidence. Les vases à encolure verticale plutôt haute (type 1) semblent mieux représentés au Bronze final IIa, alors que les exemplaires à encolure concave (type 2) sont typiques de la fin du Bronze final IIb et du début du Bronze final IIIa (Ducreux, 2007, p. 45). À Erstein, six individus sont décorés : cannelures horizontales, digitations et incisions (horizontales ou en zigzags gravés). Les vases à col sont présents à Lingolsheim dans le Bas-Rhin (Forrer, 1937, Pl. XX-XXII), mais aussi sur le site du Hohlandsberg (Bonnet et alii, 1985, fig. 15 et 17).

Les gobelets à épaulement

52Il s’agit d’une forme fermée à profil composé et épaulement marqué. Pour cette forme, onze profils ont été identifiés (soit 0,9 % du total). Tous sont à pâte fine. Leur diamètre à l’ouverture varie entre 107 et 160 mm. Il s’agit d’une forme typique du Bronze final IIb-IIIa, généralement dénommée « vases ou gobelets à épaulement ». Elle est caractérisée par un col rentrant, un bord individualisé et un épaulement plus ou moins anguleux. Plusieurs types peuvent être distingués, gobelets hauts et gobelets larges, gobelets à profil bien marqué et gobelets à profil peu marqué (Rychner, 1979, p. 98 ; Maise, Lasserre, 2005, p. 20). Un seul exemplaire est archéologiquement complet et présente un fond à ombilic (pl. 16, n° 2).

53Les gobelets à carène bien marquée seraient caractéristiques du début de la période, c’est-à-dire du Bronze final IIb (pl. 4, n° 13 ; pl. 8, n° 6 ; pl. 9, n° 5 ; pl. 13, n° 13 ; pl. 14, n° 7 ; pl. 16, n° 2). Ils se raréfient à la fin du Bronze final IIIa et disparaissent complètement à la fin du Bronze final IIIb (Rychner, 1979, p. 99). Les exemplaires à épaulement peu marqué semble apparaître à la fin du Bronze final IIb et perdurent ensuite tout au long du Bronze final IIIa (pl. 8, n° 10 ; pl. 16, n° 3) (Maise, Lasserre, 2005, p. 20). Cependant à Hauterive-Champréveyres, les deux types de profil coexistent (Borello, 1993, p. 37-38). Ces gobelets sont généralement richement décorés pendant le Bronze final IIb. Les éléments à décor simplifié ou non décorés semblent plus tardifs, et appartiendraient plutôt au Bronze final IIIa (Rychner, 1979, p. 99 ; Ducreux, 2007, p. 41).

54Tous les exemplaires trouvés à Erstein sont décorés, sauf un. Les mieux représentés sont les décors gravés au peigne de deux à six dents (pl. 8, n° 10 ; pl. 9, nos 5, 6 et 11 ; pl. 14, n° 7 ; pl. 16, nos 2-3) et les cannelures (pl. 2, n° 19 ; pl. 4, n° 13 ; pl. 8, n° 6 ; pl. 13, n° 8). Ces deux types sont présents pendant tout le Bronze final IIb-IIIa et se rencontrent sur quasiment tous les sites alsaciens, aussi bien dans la région strasbourgeoise comme à Fegersheim « Ohnheim » (Roscio, 2006, pl. 19) qu’à Colmar plus au sud (Maise, Lasserre, 2005, p. 46 et 48). D’autres décors sont, en revanche, considérés comme caractéristiques du Bronze final IIIa (Maise, Lasserre, 2005, p. 30 et 40) : les zigzags gravés (pl. 6, n° 1 ; pl. 9, n° 5 ; pl. 14, n° 8), les impressions en arêtes de poisson (pl. 8, n° 6 ; pl. 13, n° 13) ou les petites incisions horizontales poinçonnées (pl. 14, n° 8). Ces motifs peuvent être incrustés de pâte blanche (pl. 8, nos 6 et 10).

Formes particulières

55Cette catégorie se réduit aux seuls vases miniatures avec cinq individus (soit 0,4 % du total).

56Le vase miniature découvert dans la structure 3008 porte de « petites anses non fonctionnelles », ce qui porterait à le rattacher au Bronze final IIIa (Rychner, 1979, p. 97). Les autres vases miniatures ne présentent pas de caractéristiques particulières. On notera que la structure 3025 a livré quatre des cinq individus découverts.

57L’usage des vases miniatures donne lieu à des interprétations diverses, artisanales (poterie, tissage, teinture, métallurgie…), culturelles (jouet, récipient pour matières précieuses, produits médicinaux…) ou rituelles (Van der Boom, 1989, p. 35). Cependant la question de leur utilisation reste ouverte.

3.3. Le mobilier céramique du puits 3028

58Le puits 3028 a livré 208 tessons, pour un NMI de dix. La majorité des individus est en pâte grossière (138 tessons). Le cœur de la pâte est généralement noir, les surfaces extérieures et intérieures sont également majoritairement de colorations sombres (noir ou gris). Certains tessons sont altérés par l’eau. D’autres tessons portent des traces de surcuisson, aucunement identifiées dans les autres structures de l’habitat.

59Le puits a livré un fragment d’écuelle à paroi convexe (pl. 18, n° 1). Elle est décorée d’impressions en arêtes de poissons et de triangles hachurés en bande simple. Les décors sont incrustés de pâte blanche. Les impressions en arêtes de poissons sont un marqueur du Bronze final IIIa. Une écuelle à décor semblable est présente dans le corpus de Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, p. 52). D’autres éléments appuient cependant une datation dans la seconde moitié de l’étape moyenne du Bronze final, comme les écuelles décorées de groupe de cannelures (pl. 18, n° 3) et les triangles emboités (pl. 18, n° 5).

3.4. Bilan de l’étude typo-chronologique

60L’analyse typo-chronologique de l’ensemble céramique d’Erstein « Grasweg-PAE » permet de mettre en évidence l’absence de certains traits anciens du Bronze final IIb, mais aussi celle de critères distinctifs d’un Bronze final IIIa « évolué » et du Bronze final IIIb. La plupart des éléments nous renvoient ainsi à une datation au Bronze final IIIa « classique » régional et à la culture Rhin-Suisse-France Orientale.

61L’assemblage porte les caractères d’une évolution autochtone du Bronze final IIb, avec la persistance de formes et décors (écuelle à décors d’arceaux, écuelle à bord décroché ou gobelet à épaulement à décors peignés) et le développement de caractères qui lui sont propres : coupe tronconique à décor géométrique en registres superposés et concentriques (triangles hachurés, chevrons) ; de coupes à degrés ; de gobelets à col rentrant. On note une diversification du registre décoratif : chevrons incisés sur le bord, motifs géométriques (triangles...) ; mais également l’apparition de nouvelles techniques comme les rainures à « trou de cheville », les décors pincés sous le bord et une évolution des techniques décoratives. Le décor au peigne « métallique » est moins présent au profit de l’incision au poinçon, ou de l’incision au peigne bifide. Des formes alors peu décorées le deviennent (anse de tasse...). Toutefois certains critères propres au Bronze final IIIa « récent » n’apparaissent pas ou restent marginaux (gobelet à épaulement à col concave, bol décoré, décors de méandre ou de triangle estampé).

62Le corpus d’Erstein « Grasweg-PAE » est ainsi en tout point comparable et contemporain des ensembles de Strasbourg « Cronenbourg » (Hatt, Zumstein, 1960), Colmar « Diaconat » phase 2, Wintzenheim « Hohlandsberg », Ensisheim « Ratfeld » et « Reguisheimerfeld » (Mombert-Rohmer, 1993) ou encore, côté allemand, d’ensembles comme Jechtingen « 1961 » et Opfingen « 1962 » en Bade-Wurtemberg (Grimmer-Dehn, 1991). De la même manière, cette série d’Erstein est clairement antérieure aux ensembles de Colmar « Diaconat » phase 3, Merxheim « Trummelmatten » structure 24 (Treffort, 2000), Ensisheim « Ratfeld » (Mombert-Rohmer, 1993), mais aussi d’autres ensembles découverts en Bade Wurtemberg comme Bötzingen « 1971 » ou Burkheim « 1932/33 » structure 2 (Grimmer-Dehn, 1991).

63Cet ensemble peut être comparé avec d’autres sites de la même phase chronologique eux aussi datés par dendrochronologie : Cortaillod-Est (Borrelo, 1986) et Chens-sur-Léman/Touges, ensemble 2 (Billaud, Marguet, 1992) (fig. 14).

image

Fig. 14. Tableau chronologique de la fin du Bronze final. Dessin T. Nicolas (d’après David-Elbiali, Moinat, 2005).

4. Les autres catégories de mobilier

4.1. Le petit mobilier en terre cuite

64Le petit mobilier en terre se réduit à une dizaine de fragments de croissants d’argile, la plupart richement décorés de cannelures et/ou d’impressions (fig. 15 et 16), auxquels s’ajoutent trois fusaïoles, dont deux entières (fig. 15, n° 4 ; fig. 16, n° 8).

image

Fig. 15. Erstein « Grasweg-PAE ». Petit mobilier en terre cuite : les croissants d’argile de la zone 1. 1-2. Fait 1241 ; 3-4. Fait 1249 (dessins M. Billot, cliché I. Dechanez-Clerc) ; 4. une fusaïole, Fait 1249 (Dessin C. Croutsch).

image

Fig. 16. Erstein « Grasweg-PAE ». Petit mobilier en terre cuite : les croissants d’argile de la zone 3. 1-2. Fait 3002 ; 3-8. Fait 3008 ; 10. Fait 3020 ; 11. Fait 3022 ; 12. Fait 3028 (dessins M. Billot). 9. fusaïole, Fait 3010 (dessin C. Croutsch).

4.2. L’industrie lithique

4.2.1. L’industrie lithique taillée

65Six fosses ont livré du matériel en silex (fig. 17). Au total on dénombre huit pièces en silex, dont trois armatures de flèche.

image

Fig. 17. Tableau d’inventaire de l’industrie lithique taillée.

66La première armature est de forme subtriangulaire, à base légèrement convexe (fig. 18, n° 1). Elle est réalisée dans un silex gris foncé. Elle a été obtenue sur un éclat à deux pans dont l’un a été complètement travaillé par retouches couvrantes rasantes et semi-abruptes. L’autre pan est denticulé. Au dos de la pièce, le sens des ondes de choc indique que la pointe est sans doute issue du débitage d’un nucléus unipolaire (les traces laissées de l’autre coté de la pièce allant dans le même sens). Elle a été réalisée à l’opposé du bulbe qui n’a été que très peu retouché. La seconde pointe de flèche présente le même profil que la précédente (fig. 18, n° 3). Elle est en silex blanc. Enfin le dernier exemplaire de cette série est une armature pédonculée à soie subtriangulaire et à base concave, avec retouches couvrantes bilatérales (fig. 18, n° 4). Son extrémité est cassée. Ce type d’armature à pédoncule est courant au Néolithique final et au Bronze ancien. Il est à noter qu’une occupation de la fin du IIIe millénaire est avérée sur le site. Quelques découvertes isolées, notamment en Alsace, attestent la perduration de ces armatures au cours du Bronze final (Bonnet, 1973 ; Lasserre, 1998 ; Treffort, 2000). Une pointe de flèche quasiment identique à l’exemplaire d’Erstein a été découverte sur le site de Marlenheim « Im Gewinkel » (Pascutto, 2007). Le petit corpus retrouvé sur le site ne permet pas de déterminer l’origine des pièces. En effet même si les armatures peuvent être d’origine néolithique ou Bronze ancien et donc être des réemplois, les éclats peuvent être attribués au Bronze final comme à toute autre période.

image

Fig. 18. Erstein « Grasweg-PAE ». Mobilier lithique taillé. 1. Fait 3002 ; 2. Fait 3023 ; 3. Fait 3025 ; 4. Fait 3027 (dessins C. Leprovost).

4.2.2. Les outils sur galets

67Au total dix percuteurs ont été découverts (fig. 19 et 20). Deux proviennent de la zone 1 (Fait 1241), huit autres de la zone 3 (Faits 3008, 3010, 3020 et 3022). Ce sont des percuteurs oblongs sur galet de quartzite ou de grès fin ou encore de roche métamorphique. On dénombre deux galets oblongs percutés sur deux extrémités, sept galets oblongs percutés sur une extrémité et un petit percuteur « discoïde » percuté sur sa tranche (RLT-3022-1).
Ils présentent des négatifs d’enlèvement de matière importants, allant jusqu’à la fracture longitudinale imputable à une utilisation intensive des pièces. Les zones d’utilisation, situées aux extrémités pour certains des percuteurs, sont composées de facettes indiquant une utilisation oblique de l’outil. Les traces d’usure sont plus ou moins importantes, de fines à grossières.

image

Fig. 19. Tableau d’inventaire des outils sur galet.

68La structure 3008 a livré cinq percuteurs : deux en roche métamorphique noire et trois en quartzite. Ils présentent tous des zones d’utilisation sur leurs extrémités (sur une ou deux) et des enlèvements importants. Ils sont associés à de gros galets de quartzite présentant des traces de débitage, ce qui pourrait indiquer une activité de taille de ces galets (Ribaux, 1986, p. 86). Pour deux percuteurs la zone de percussion est plane et perpendiculaire à l’axe principal du galet et indique une utilisation verticale de l’outil (RLT-3008-2 et RLT-3008-3).

image

Fig. 20. Erstein « Grasweg-PAE ». Outils sur galet. 1. Fait 1241 ; 2-5. Fait 3008 ; 6. Fait 310 ; 7. Fait 3022 (dessins C. Leprovost).

69Dans trois autres structures (Faits 3010, 3020, et 3022) on retrouve des percuteurs associés à des fragments de grès provenant de meules ou de molettes. On peut supposer que certains de ces outils de percussion ont été utilisés pour le bouchardage de la surface active des meules ou pour l’épannelage des contours de la meule (Leuvrey, 1999). Mais ils ont également pu servir à écraser ou travailler différentes matières sur des meules, comme le petit percuteur en grès rose retrouvé dans la structure 3022.

4.2.3. Les outils de mouture

70Huit fosses ont livré du matériel en grès (fig. 21). Aucun outil complet n’a été répertorié. Il s’agit principalement de fragments de petite taille (entre 50 et 250 g), parfois retrouvés en quantité dans une même fosse (Fait 3020, sept fragments pour un poids total égal à 1,7 kg environ ; Fait 3023, treize fragments pour un poids total de près de 2,5 kg). Le plus souvent seule une petite surface permet de déduire l’utilisation en tant que meule. Certaines pièces pourraient appartenir à des molettes planes.

image

Fig. 21. Tableau d’inventaire du matériel en grès.

4.3. Les éléments de parure en verre

71Quatre perles en verre ont été retrouvées dans des structures attribuées au RSFO : deux perles en verre opaque en forme de tonnelet à décor spiralé blanc, une bleu turquoise et l’autre bleu foncé, et deux petites perles annulaires en verre bleu translucide (fig. 22 et 23).

image

Fig. 22. Liste du matériel en verre.

image

Fig. 23. Erstein « Grasweg-PAE ». Les perles en verre. 1-2. Fait 3020 ; 3-4. Fait 3022 (cliché B. Gratuze).

72En France, les études chrono-typologiques des perles protohistoriques en verre initiées par P. Ambert, H. Barge et J. Guilaine à la fin des années 1980 (Ambert, Barge-Mahieu, 1989 ; Guilaine, 1991 ; Guilaine et alii, 1991) ont été reprises à la fin des années 1990 en y associant systématiquement leur analyse chimique (Billaud, Gratuze, 1998 et 2002 ; Gratuze, Billaud, 2003). Grâce à la collaboration de nombreux chercheurs et archéologues, l’ensemble de ces études permet aujourd’hui de disposer d’un inventaire relativement à jour des éléments de parure en verre retrouvés en France sur les sites datés du Bronze ancien au premier Âge du Fer. L’analyse des perles de verre du site d’Erstein « Grasweg-PAE » s’intègre dans cette étude.

4.3.1. La méthode d'analyse utilisée

73Ces quatre objets ont été analysés par LA-ICP-MS (spectrométrie de masse couplée à un plasma inductif avec prélèvement par ablation laser) au centre Ernest-Babelon (IRAMAT, UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans).

74Cette méthode est particulièrement bien adaptée aux objets composites ou de petite taille comme les perles. Lors de l’analyse, ces derniers sont placés à l’intérieur d’une cellule en quartz. Un micro-prélèvement, invisible à l'œil nu, est effectué par un rayon laser (diamètre 80 micromètres, profondeur 200 micromètres). La matière prélevée (quelques microgrammes) est transportée vers une torche à plasma par un flux gazeux d’argon. La haute température du plasma (8000° C) dissocie et ionise la matière, dont les différents constituants sont identifiés selon leur masse. Un détecteur électronique permet leur quantification. L'étude des objets est réalisée sans aucune préparation de l'échantillon (Gratuze, 1999). Pour chaque analyse, de quatre à six prélèvements sont effectués à un endroit sain de la surface de l’objet. Le calcul est opéré sur la moyenne des prélèvements. L’étalonnage est effectué à l’aide des verres étalons développés par le NIST (SRM610) et la Corning (verres A, B, C et D) ainsi que par des verres archéologiques de composition connue.

4.3.2. Résultats : la composition des perles

75Les résultats obtenus montrent que les perles en verre bleu du Bronze final d’Erstein ont été élaborées à partir d’un même type de verre. Ce verre, très riche en silice, a probablement été obtenu en mélangeant des galets de quartz relativement pur à un fondant mixte sodo-potassique, lui aussi assez pur (fig. 24). Le matériau qui constitue le décor blanc est relativement corrodé et les résultats obtenus pour ces derniers sont donnés à titre indicatif.

image

Fig. 24. Résultats d'analyse des perles d’Erstein « Grasweg-PAE » (teneurs en % et en ppm, 1 ppm = 1 10-4 %) et compositions moyennes de différentes perles de l'Âge du Bronze final trouvées en Europe.

76Le verre sodo-potassique utilisé pour fabriquer les perles est un matériau de composition très spécifique (fig. 25), qui caractérise les perles de verre datées du Bronze final que l’on retrouve sur des sites européens, tant en France qu'en Angleterre, Irlande, Suisse, Belgique, Allemagne ou Italie (Raftery, Henderson, 1983 ; Henderson, 1988 et 1993 ; Biavati, Verità, 1989 ; Guilaine et alii, 1991 ; Brill, 1992 ; Hartmann et alii, 1997 ; Bellintani et alii, 1998 ; Gratuze et alii, 1998 ; Azemar et alii, 2000 ; Bellintani, 2000 ; Angelini et alii, 2004). Il est caractérisé par une teneur élevée en silice (SiO2 de l'ordre de 75 %), faible en calcium et aluminium (CaO et Al2O3 de l'ordre de 2 à 3 %), et par l'utilisation d'un fondant mixte sodo-potassique (avec K2O + Na2O de l’ordre de 15 % et K2O > Na2O). Ce type de verre semble apparaître vers le XIe siècle av. J.-C. pour disparaître vers le VIIIe siècle, période qui correspond à la fin du Bronze final. Cependant, au vu des résultats récents obtenus sur des perles en faïence, une apparition à une date plus ancienne n'est pas à écarter.

image

Fig. 25. Diagramme ternaire Na2O-MgO+K2O-CaO. Les principaux groupes chimiques de verres rencontrés en Europe de la Protohistoire à l’époque actuelle. Spécificité des verres nord-italiens de l’Âge du Bronze final.

77Le colorant utilisé pour colorer en bleu turquoise le verre de trois des perles d’Erstein (en tonnelet VR3020-01 et annulaires VR3020-02 et VR3022-02) est l’oxyde de cuivre. Cet élément colore les verres en bleu turquoise, vert ou rouge selon la recette de fabrication utilisée et l’atmosphère (oxydante ou réductrice) du four. Le cuivre provient habituellement du bronze et amène souvent de l'étain. Les teneurs en étain mesurées pour les perles dénotent l'utilisation d’alliages contenant entre 0,1 et 11 % d'étain, c’est-à-dire des cuivres presque purs pour VR3020-02 (Sn 0,1 %) et VR3020-01 (Sn 0,4 %) ou du bronze pour VR 3022-02 (Sn 11 %).

78Le corps de la perle en tonnelet VR3022-01 est coloré par l’oxyde de cobalt. Cent parties par million (ou ppm) de cet oxyde suffisent pour donner une teinte bleu pâle au verre. Les teneurs mesurées ici sont élevées (1300 ppm) et expliquent à elles seules la teinte bleu nuit de la perle. Le cobalt est accompagné par le nickel (1900 ppm) et par l’arsenic (1100 ppm), ce qui permet de supposer qu’un minerai composé d’arséniures mixtes de cobalt et de nickel a été utilisé. On notera aussi que, même si les teneurs rencontrées sont plus faibles, le cuivre reste présent à l’intérieur du verre (0,92 %). Contrairement au cuivre, le cobalt n’a pas été utilisé par l’homme avant l’époque actuelle. L’utilisation de ces minerais en tant que colorants est par contre relativement ancienne, puisque les premiers objets en verre colorés à l’oxyde de cobalt sont datés du Bronze moyen. À l’Âge du Bronze moyen et final, on observe que les caractéristiques chimiques des minerais de cobalt utilisés pour colorer les perles sodiques originaires de la partie orientale du bassin méditerranéen, diffèrent de celles des minerais utilisés pour colorer les perles sodo-potassiques de la partie occidentale, ce qui suppose des circuits d’approvisionnement différents.

79Le verre des décors spiralés blancs renferme plus de chaux (CaO) et d’alumine (Al2O3) que le verre bleu. La présence de cuivre à l’intérieur du décor spiralé est souvent mise en évidence par l’analyse par LA-ICP-MS. On peut penser que ce cuivre vient du corps sous-jacent de la perle. Cependant, les analyses réalisées sur les perles colorées par le cobalt montrent que les teneurs en cuivre sont équivalentes entre les zones bleues et blanches, alors que le cobalt est absent de celui-ci. La nature de l’agent colorant, voire opacifiant, utilisé n’est pas mise en évidence par l’analyse. On peut noter toutefois, en plus de la teneur plus élevée en chaux et en alumine, l’aspect cristallisé de ce verre par rapport à celui du corps de la perle. Dans ce cas, l’opacité est peut-être due au développement d'une phase cristalline lors du refroidissement du verre. Le matériau qui constitue le décor blanc a une structure plus proche de celle d’une faïence que de celle d’un verre. Une étude en diffraction X permettrait de mettre en évidence la présence ou l’absence de phase cristalline. Une teneur en chaux nettement supérieure dans le décor blanc opaque a également été mise en évidence dans les analyses du matériel de Hauterive-Champréveyres en Suisse (Henderson, 1993).

4.3.3. L’origine des perles annulaires et en tonnelet des sites de l’Âge du Bronze final de l’est de la France

80Grâce à la collaboration de nombreux chercheurs et archéologues, l’ensemble des études menées sur la parure protohistorique en verre permet aujourd’hui de disposer d’un inventaire relativement à jour des objets retrouvés sur les sites français datés du Bronze ancien au premier Âge du Fer. Pour l’est de la France, les perles d’Erstein s’inscrivent au sein d’un corpus du Bronze final déjà bien étoffé (fig. 26).

image

Fig. 26. Inventaire des perles annulaires et en tonnelet provenant des ateliers nord-italiens, retrouvées sur les sites archéologiques de l’est de la France et des régions limitrophes (ce tableau prend en compte les découvertes récentes).

81La grande similitude de composition que l’on observe entre le verre de ces perles et celui produit sur le site nord-italien de Frattesina (Bronze final, XIe-VIIIe siècles av. J.-C.) semble démontrer que les perles d’Erstein ont été importées d’Italie du Nord, tout comme les perles trouvées sur les sites – datés majoritairement de l’Âge du Bronze final – comme Kunheim (Haut-Rhin), Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin), Mathay (étude en cours) ou encore ceux de Han-sur-Lesse en Belgique (Cosyn et alii, 2008), Borken-Kleinenglis et Lohfelden-Vollmarshausen en Allemagne (Hartmann et alii, 1997) ou Hauterive-Champréveyres en Suisse (Henderson, 1993).

4.3.4. Synthèse

82Les quatre éléments de parure en verre trouvés sur d’Erstein « Grasweg-PAE » sont des perles issues des productions des ateliers de verriers protovillanoviens de la région de Frattesina (Fratta di Pollesine, Vénétie, Italie). De telles perles ont été découvertes sur de nombreux sites du Bronze final européen, de l’Italie à la Belgique. Les formes annulaires et en tonnelet font partie des exemplaires les mieux représentés au sein des sites suisses et de l’est de la France. Elles s’inscrivent dans un schéma global de circulation des biens entre l’Italie du Nord et l’Europe du Nord via les Alpes, la Suisse et la vallée du Rhin.

4.4. Les objets métalliques

83Le corpus des objets métalliques attribué à l’occupation RSFO du site d’Erstein « Grasweg-PAE » comporte quinze individus complets (fig. 27) et trois fragments provenant de cinq fosses de la zone 3 (Faits 3008, 3020, 3022, 3023, 3027) et de la structure 1195 en zone 1. Cet ensemble se divise en deux catégories principales, la parure et les outils. La parure est la catégorie la mieux représentée avec quinze individus. Trois outils ont également été identifiés et sont directement impliqués dans la production ou la transformation d’objets en bronze. Cette activité métallurgique est également attestée par un fragment de moule. Ce mobilier atteste la présence d’un atelier de bronzier sur le site. La masse métallique totale du mobilier attribué au RSFO s’élève à 31,6 g.

4.4.1. La parure

84La prépondérance du mobilier attribué à la parure est récurrente dans la plupart des sites d’habitat du Bronze final récemment étudiés. Le corpus d’Erstein se distingue néanmoins par la diversité des parures représentées (pendeloque, perles, tubes, épingles), jusqu’alors plutôt caractéristique des contextes funéraires (voir par ex. la sépulture 13 de Lingolsheim, Forrer 1937).

Une pendeloque en forme de croissant

85Il s’agit d’une petite pendeloque (longueur : 42 mm ; largeur : 26 mm ; épaisseur : 1,5 mm ; poids : 3,3 g), qui se présente sous la forme d’un croissant strictement plan et lisse dont les deux extrémités symétriques sont tournées vers le bas (fig. 27, n° 1). Le système de suspension placé dans la partie proximale est composé d’un anneau ajouré de même épaisseur.
La pendeloque a été directement coulée dans un moule. La pièce a ensuite été parfaitement ébarbée et lissée. L’extrémité droite du croissant présente une imperfection.

86Les pendeloques à anneau ajouré sont extrêmement rares dans la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade). Un exemplaire en forme de croissant a néanmoins été mis au jour sur le site de hauteur du Hohlandsberg, mais sans contexte stratigraphique fiable (Bonnet, 1974 ; Audouze, 1976).

87Les pendeloques en forme de croissant se répartissent sur l’ensemble du Plateau suisse (Rychner-Faraggi, 1993, p. 53 ; Audouze, 1976, p. 113), mais apparaissent aussi à la confluence Rhin-Main en Allemagne du Sud (Wels-Weyrauch, 1978). Quelques exemplaires ont été découverts dans les Alpes françaises sur la station littorale de Grésine en Savoie notamment (Audouze, 1976, fig. 26, 329 ; Kerouanton, 1999) ou en Franche-Comté avec le dépôt de Ray-sur-Saône (Millotte, 1963 ; Audouze, 1976). Leur répartition géographique couvre ainsi l’aire de diffusion de la culture matérielle du RSFO (Warmenbol, 1995, p. 76), bien que de rares exemplaires aient été découverts en marge de cet espace, comme par exemple dans le dépôt de Challans en Vendée (Audouze, 1976, fig. 26, 341). La diffusion de cette pendeloque en forme de croissant s’observe surtout au Bronze final IIIa-IIIb (Audouze, 1976 ; Rychner, 1984 ; Rychner-Faraggi, 1993).

image

Fig. 27. Erstein « Grasweg-PAE ». Objets métalliques et moule en grès. 1-5. Fait 3008 ; 6-10. Fait 3020 ; 11. Fait 3027 ; 13. Fait 3022 ; 12, 14-15. Fait 3023 ; 16. Fait 1195 (dessins T. Logel).

Une applique à bélière

88Il s’agit d’une pièce à tête circulaire parfaitement plane et lisse sur l’avers, d’un diamètre de 19 mm pour un poids de 2,2 g, qui présente une bélière au revers (fig. 27, n° 13). L’applique a été façonnée par coulée, avec au revers un appendice de métal percé pour constituer la bélière. Le revers présente de nombreuses traces de martelage. Des vestiges de matériaux organiques ont pu être observés dans la bélière lors des travaux de consolidation. En Alsace un exemplaire comparable a été découvert à Lingolsheim, dans la région strasbourgeoise, en contexte funéraire attribué au Bronze final IIIa. Il s’agit d’une applique de grande dimension (30 mm) à chapeau convexe (Forrer 1937, pl. XXIII).

89Ces objets servaient d’appliques décoratives fixées sur un support organique par l’intermédiaire de la bélière. Dans le dépôt de Blanot (Côte-d’Or), les appliques à bélière semblent avoir été enfilées sur des lacets en cuir souple, puis fixées en lignes parallèles sur un morceau de cuir (Thevenot, 1991, fig. 41). Une petite applique convexe servait sans doute de fermeture à un collier de perles (Thevenot, 1991, p. 61). À Hauterive-Champréveyres, quatre appliques planes, d’un modèle proche de l’exemplaire d’Erstein, étaient en connexion avec des enfilages d’anneaux auxquels elles servaient probablement de fermeture (Rychner-Faraggi, 1993, p. 55 et pl. 110 et 111). Sur ce site les appliques à bélière sont exclusivement datées des années 1050 à 1030 av. J.-C.

Les épingles

90Les épingles représentent l’une des rares catégories fonctionnelles d'objets métalliques fréquemment mises au jour sur les sites d'habitat du Bronze final. Quatre exemplaires, dont trois complets, ont été découverts à Erstein.

91Une épingle à tête biconique (Ø : 4 mm) provient de la fosse 3008 (fig. 27, n° 4). Elle est de petite taille (longueur : 51 mm ; poids : 1,1 g). La tête est décorée de trois stries incisées. Aucun décor n’a été observé sur la tige de section circulaire.
Ce type d’épingle, très répandu dans les habitats littoraux suisses, est daté de 990-980 av. J.-C. à Hauterive-Champréveyres (Rychner-Faraggi, 1993, p. 48 et pl. 61-63). Un exemplaire signalé sur le site de hauteur du Burgberg (Burkheim, Bade Wurtemberg) a été attribué au Bronze final IIIb (Dehn, 1988). Un fragment distal de tige d’épingle (longueur 52,5 mm, Ø 2,5 mm, poids : 1,7 g) provient de cette même structure (fig. 27, n° 3).

92Une épingle à tête conique est complète (fig. 27, n° 10). Elle est de taille moyenne (longueur : 128 mm ; Ø : 2,5 mm ; poids : 6,3 g). Le diamètre de la tête est de 7 mm. Un décor incisé en arêtes de poisson a été observé sur la tige à 15 mm de la tête.
Les épingles à tête conique sont courantes dans les habitats littoraux du Plateau suisse. Sur le site de Hauterive-Champréveyres, ce type a été attribué au Bronze final IIb-IIIa. Son apparition est antérieure à celle des épingles à tête biconique (Rychner-Faraggi, 1993, p. 48 et pl. 60-61).
Dans la vallée du Rhin, les épingles à tête conique se retrouvent dans le mobilier métallique des sites de hauteur, comme au Hohlandsberg en Alsace (Bonnet, Jehl, 1971, fig. XIX, 1) ou sur le Burgberg en Bade, où elles sont attribuées à l’occupation du Bronze final IIIb (Dehn, 1988).

93L’épingle à tête enroulée, également complète (longueur : 115 mm ; Ø : 3 mm ; poids : 7,5 g), se présente sous la forme d’une tigne de section circulaire aplatie dans la partie proximale, puis enroulée à son extrémité pour former la tête de l’épingle (fig. 27, n° 11).

94Il s’agit d’un type ubiquiste, qui existe depuis le Bronze ancien (David-Elbiali, 2000, p. 159). À Hauterive-Champréveyres, ce type d’épingle représente plus du quart du corpus des objets métalliques et est présent dans les niveaux stratigraphiques datés par dendrochronologie entre 1050 et 980 av. J.-C. (Rychner-Faraggi, 1993, p. 49).

Perles (ou éléments hélicoïdaux) et fragments de tube en tôle de bronze

95Ce lot de parures a été mis au jour lors du diagnostic archéologique et attribué à la structure 3020. Le poids total de cet ensemble est de 2,6 g. Les deux éléments hélicoïdaux mesurent chacun 45 mm de long (fig. 27, n° 9). Le diamètre interne est de 3 mm et l’épaisseur du ruban est de 1 mm. L’un des ressorts est distendu. Les trois fragments de tubes en tôle de bronze sont constitués d’une fine feuille d’alliage cuivreux enroulée (fig. 27, n° 8). Leur diamètre interne est similaire. Ces éléments de parures sont habituellement interprétés comme des perles tubulaires. Les diamètres des tubes et des éléments hélicoïdaux étant identiques, il pourrait s’agir d’éléments d’une même parure disloquée.

96Les éléments hélicoïdaux ne permettent pas une attribution chronologique précise, mais ils sont particulièrement fréquents dans la seconde moitié du Bronze final. Dans les ensembles de Hauterive-Champréveyres, ils se concentrent au Bronze final IIb-IIIa (1050-1030 av. J.-C.).

97Des éléments hélicoïdaux sont connus en Alsace, notamment à Lingolsheim « Sablière Lienhard » dans une incinération RSFO, où ils sont associés à une épingle dite « des palafittes », des perles en verre, des tubes, des appliques à bélières et des anneaux ou encore à un pendentif en pierre (Forrer, 1937, p. 114-116, tombe 13, pl. XXIII). Quelques rares éléments ont été découverts en contexte d’habitat à Reichstett-Mundolsheim dans le Bas-Rhin (Treffort, 2000, p. 77), au Hohlandsberg (Bonnet, Jehl, 1971, p. 41, fig. 12) ou encore à Uffheim « Niederer Linsenberg » dans le Haut-Rhin dans un contexte plus complexe à définir (Wolf, 1972, p. 39). Des éléments hélicoïdaux et des tubes ont été également mis au jour dans des dépôts, notamment celui de Larnaud (Jura), daté du Bronze final IIIa (Millotte, 1993).

98Les tubes et les éléments hélicoïdaux pourraient servir de perles d’espacement à un collier (Rychner-Faraggi, 1993, p. 55-57). Cousus sur un matériau organique, ils peuvent aussi être portés en ceinture, en pectoral ou encore en diadème (Rychner-Faraggi 1993, p. 55 ; Schauer 1995, p. 141, fig. 21).

Les anneaux

99Au nombre de quatre, les anneaux proviennent de trois fosses. La fosse 3008 a livré un fragment d’anneau à section circulaire (fig. 27, n° 5). Sa section atteint 1 mm d’épaisseur, pour un diamètre extérieur évalué à 17 mm (poids 0,05 g).

100Deux autres anneaux en alliage cuivreux proviennent de la fosse 3020. Le premier est incomplet (fig. 27, n° 6). Ce fragment présente une section plate de 2 mm d’épaisseur (poids : 0,1 g). Le diamètre extérieur peut être restitué à 22 mm. Un second anneau à arête lisse a été trouvé dans la même fosse (fig. 27, n° 7). Cet anneau complet présente une section plate de 1 mm d’épaisseur, et un diamètre extérieur de 15 mm. L’anneau possédait probablement des cannelures. Son état de conservation est cependant médiocre (poids : 0,6 g).

101Enfin, plusieurs fragments d’anneau ont été mis au jour dans la fosse 3023 (fig. 27, n° 15). Les trois fragments proviennent sans doute d’un seul individu (section plate de 2 mm d’épaisseur, pour un diamètre extérieur égal à 23 mm, poids : 0,6 g).

4.4.2. Les outils

102Deux outils proviennent de fosses attribuées à l’occupation RSFO alors qu’un coin à estamper (poinçon non décoratif) a été localisé dans une fosse de la zone 1 ne présentant pas de mobilier céramique datant.

Un couteau à languette simple décorée

103La partie proximale d’un couteau à languette simple a été découverte dans la fosse 3029 (fig. 27, n° 14). Elle présente une longueur conservée de 25 mm (largeur : 7 mm) pour un poids de 2,6 g. Le fragment est rectiligne et effilé. Le décor se développe sur une seule face et se compose de deux incisions longitudinales gravées, parallèles et rectilignes, soulignées par une rangée répétitive de quatre arceaux ou guirlandes incisées.

104Des fragments de couteaux à languette simple sont signalés dans le dépôt de Larnaud (Coutil, 1913, pl. 4 ; Logel, 2004, pl. 72 à 80), daté du Bronze final IIIa. Un décor approchant se retrouve sur un fragment de couteau du dépôt 1 de Cannes-Écluses dans la Midi de la France (Gaucher, Robert, 1967, p. 186, fig. 23, 2). Un fragment de la partie proximale d’un couteau à languette décorée d’arceaux, similaire à l’exemplaire d’Erstein, a été mis au jour sur le site de hauteur du Hohlandsberg et daté du Bronze final IIb-IIIa (Bonnet, Jehl, 1971, p. 41, 3). Les couteaux à languette d’Auvernier sur le lac de Neuchâtel sont également attribués au Bronze final IIb-IIIa (Rychner, 1979, p. 79).

Un ciselet

105Il s’agit d’un petit ciselet à soie et à extrémité arrondie (fig. 27, n° 2). Le corps, long de 51 mm, présente une section quadrangulaire (Ø : 2 mm) et est légèrement effilé ; l’outil pouvait donc être emmanché. Son poids est de 1,6 g. La partie active est légèrement arquée (largeur : 5 mm). L’outil semble avoir été élaboré par martelage d’une tige de bronze.

106La présence de ciselet est observée dans différents dépôts du Bronze final (Larnaud, Génelard, etc.), et on les associe traditionnellement à l’outillage du bronzier (Thouvenin, Thevenot, 1998).

107Le dépôt de Génelard en Saône-et-Loire est daté du Bronze final IIa, mais ces ciselets sont encore attestés au Bronze final IIIb. Sur le site d’Hauterive-Champréveyres, ils sont présents dans différents niveaux stratigraphiques depuis le Bronze final IIb jusqu’au Bronze final IIIb ancien. Aucune distinction typologique ne permet d’envisager une évolution chronologique de ce type d’outil.

Un poinçon non décoratif

108L’objet, de petite taille (22 mm) et d’un poids de 1,4 g, présente sur sa partie distale uneextrémité circulaire plane de 5 mm de diamètre, façonnée et sans motif, qui correspond à la partiefonctionnelle de l’outil, et une soie quadrangulaire effilée (Ø : 3 mm) (fig.  27, n° 16). L’extrémité proximale semble avoir été pincée ; l’outil était donc vraisemblablement emmanché.

109Les coins à estamper, selon la terminologie définie par J.-P. Thevenot pour les exemplaires du dépôt de Génelard en Bourgogne (Thevenot, 1998, p. 129 et 131, fig. 5, nos 9 à 13 ; Nicolardot, Gaucher, 1975, p. 36), sont aussi bien attribués à des activités de métallurgistes pour appliquer des motifs sur de la vaisselle et des appliques en tôle de bronze, sur la surface de pièces massives de métal mais aussi sur des vases en céramique (Eluère, Mohen, 1993 ; Armbruster, 2000, p. 115-116). Il s’agit d’imprimer un motif sur une surface soit par pression, soit par frappe. Dans l’organisation de l’atelier du bronzier cet outil participe de la finition des pièces (Pernot, 1998, p. 115). La plupart des coins à estamper connus présentent un motif de cercles concentriques (Larnaud, Génelard, Hauterive, Stockheim, Fort-Harrouard). L’exemplaire du dépôt du Petit-Villatte (Neuvy-sur-Barangeon, Cher) est sans décor mais présente une partie active de 10 mm de profondeur destinée à frapper des bossettes (Nicolardot, Gaucher, 1975, p. 36).
L’absence de décor, et particulièrement de cercles concentriques, semble donc inédite.

110Les coins à estamper sont connus dès le Bronze final I/Bz D avec le dépôt de Stockheim en Allemagne et sont utilisés jusqu’à la fin du Bronze final (Müller-Karpe, 1959, pl. 156 et 157 ; Thevenot, 1991 ; Eluère, Mohen, 1993 ; Thevenot, 1998, p. 137 ; Logel, 2004). En l’absence de mobilier céramique associé, une attribution chronologique de l’exemplaire d’Erstein au Bronze final IIb /IIIa est proposée en raison de sa proximité typo-morphologique avec le coin à estamper du dépôt de Larnaud (dimensions, section quadrangulaire, forme).

111Les coins à estamper sont caractéristiques de l’activité d’un atelier de bronzier (Pernot, 1998, p. 115). Cette interprétation se confirme par la présence sur le site d’autres outils à vocation métallurgiste, comme le ciselet décrit plus haut, mais aussi d’un fragment de moule.

4.4.3. Le moule

112Le fragment découvert correspond à un angle d’un moule vraisemblablement bivalve (fig. 27, n° 12). Deux empreintes, bien rectilignes, peuvent être interprétées comme des soies d’outil. La présence d’une virole permet d’identifier un couteau. La seconde empreinte est vraisemblablement à attribuer à un couteau supplémentaire. Le type de couteau ne peut cependant être identifié, en raison de l’état de conservation fragmentaire des empreintes. La pièce a été attribuée au Bronze final IIIa par le mobilier céramique associé. Seuls quelques rares moules découverts à ce jour attestent la production d’objets par coulée sur les sites d’habitats du Bronze final III régional (Dehn, 1984, p. 56 ; Maise, Lasserre, 2005). Un moule de Hauterive-Champréveyres présente également les empreintes de deux couteaux à soie, dont un à virole (Rychner-Faraggi, 1993, pl. 2, 6).

113Les couteaux à fausse virole apparaissent au cours du Bronze final IIIa (Rychner, 1979, p. 79), et se déclinent en plusieurs types dans l’ensemble de l’arc alpin (Autriche, Bohême, Suisse). On peut signaler leur présence sur des sites littoraux de Suisse, notamment à Auvernier ou à Mörigen dans la région des Trois Lacs (Bernatzy-Goetze, 1987). Ils perdurent ensuite jusqu’au Bronze final IIIb récent puisqu’ils sont présents à Auvernier-Nord, à Ürschhausen-Horn (Thurgovie, Suisse) ou encore à Hauterive-Champréveyres (Rychner-Faraggi, 1993 ; Rychner, 1998, p. 79, 11 et 91, 15). Pour l’Alsace, plusieurs exemplaires sont connus. Un couteau à fausse virole, complet, a été mis au jour récemment dans une fosse d’habitat à Wiwersheim (Bas-Rhin), et attribué au Bronze final IIIb par le mobilier céramique associé (Latron et alii, 2008). Ce type de couteau est également observé en contexte fluvial à Illkirch-Graffenstaden (Logel, 2008).

4.4.4. Synthèse

114Dix-huit objets métalliques, représentant une masse totale de 31,6 g, sont attribués à l’habitat du Bronze final IIIa d’Erstein « Grasweg-PAE », composé de quinze structures. Cet ensemble peut ainsi être comparé au corpus des principaux habitats du Bronze final de la région (fig. 28 et 29).

image

Fig. 28. Le mobilier métallique sur les sites d'habitat du RSFO-Bronze final IIIb en Alsace.

115Le mobilier métallique du Bronze final IIb-IIIa du site d’Erstein représente un ensemble modeste sur le plan de la masse métallique, mais néanmoins appréciable par la diversité et l’originalité de sa composition. En effet, bien qu’il soit, comme à l’habitude, dominé par la catégorie des parures, ce mobilier se différencie des ensembles régionaux par la variété représentée (pendeloque, tubes, perles et épingles) et par la présence d’un petit lot d’outils (un ciselet, un moule et surtout un coin à estamper inédit sur le plan régional) caractéristique d’un atelier de bronzier.

image

Fig. 29. Erstein « Grasweg-PAE ». Répartition quantitative par structure du mobilier métallique.

116Des sites de référence comme Colmar « Diaconat » et Reichstett-Mundolsheim « RMS » n’ont livré qu’un lot modeste d’objets en métal : seuls quelques anneaux et spirales de fil de bronze sont présents dans les fosses de Colmar « Diaconat »,où 75 structures sont pourtant attribuées à l’occupation du Bronze final IIIa-IIIb (Maise, Lasserre, 2005, p. 11 et 26). Deux épingles à petite tête vasiforme ont, par contre, été retrouvées dans le paléochenal qui s’étend sur le site (Maise, Lasserre, 2005, p. 26). Un moule en grès complète le corpus. Sur le site de Reichstett-Mundolsheim, seize objets métalliques, dont onze épingles (cinq complètes et six fragments) proviennent de 49 structures attribuées au Bronze final (Bf IIb et Bf IIIb). La totalité de ces objets se rapportent à la parure (Treffort, 2000, p. 74). Le site de hauteur du « Hexenberg » à Leutenheim (Bas-Rhin), attribué au Bronze final IIIb, a livré vingt-deux éléments en alliage cuivreux, dont trois fragments indéterminables. Le corpus est également ici constitué d’une majorité d’objets de parure (deux épingles à très petite tête vasiforme et six fragments, une applique, cinq anneaux) et d’hygiène (un rasoir), mais est complété par un petit lot d’outils remarquables dont un ciseau (360 g) et une gouge (170 g), mis au jour sur le niveau de circulation, en plus de deux ciselets (Lasserre, Michler, 2003). De petits fragments de moules attestent la pratique de la métallurgie sur le site (information orale de M. Lasserre). L’occupation du Bronze final III de Wiwersheim « Zone d’activité du Kochersberg » (Bas-Rhin) est constituée de 42 structures bien datées et de 31 fosses associées (Latron et alii, 2008, p. 37). Dix objets dont cinq éléments de parures (épingles, bouton et anneau) et quatre outils (dont un couteau à fausse virole), représentant une masse métallique totale de 102 g, composent le mobilier métallique du site (Latron et alii, 2008, p. 89-90).

117Enfin, les quinze fosses du site de Marlenheim « Im Gewinkel », attribué au Bronze final IIIa, n’ont pas livré un lot beaucoup plus étoffé d’objets métalliques (Haegel, Kill, 1985 ; Pascutto, 2007, p. 31). Toutefois, la structure 6 contenait quatre objets en alliage cuivreux (une pendeloque, deux anneaux et une épingle) associés à une perle en pâte de verre, un moule de faucille et une armature de pointe de flèche. Des croissants d’argile et un lot significatif de céramique complètent le corpus.
Cette association de mobilier n’est pas sans rappeler les assemblages des fosses 3008 ou 3020 d’Erstein ou encore celui, plus exceptionnel, de la fosse d’Uffheim « Niederer Lisenberg », attribuée au Bronze final IIb (Wolf, 1972 ; Rychner, 1979 ; Piningre, 2004). Cette dernière a livré un important lot de mobilier métallique de bronze (une dizaine de pièces au total), mais aussi six feuilles d’or, du lithique, du verre ainsi qu’un lot de 145 formes de céramiques fines en plus de la céramique grossière tout aussi abondante (Wolf, 1989, p. 44). De nombreux tessons sont brûlés ou, au contraire, insuffisamment cuits. L’interprétation qui en est donnée est d’ordre rituel : il s’agirait d’un dépôt de résidus de crémation, en raison principalement de la fragmentation volontaire du mobilier métallique et de la présence de plusieurs couches de cendre (Rychner, 1979 ; Wolf, 1989, p. 44).

118Ainsi, le mobilier métallique mis au jour sur le site d’Erstein « Grasweg-PAE » est d’abord caractéristique du traitement du métal sur les sites d’habitat du Bronze final en Alsace : le mobilier, de faible quantité, est localisé dans des fosses et se compose, pour l’essentiel, de petits objets de parures ou éventuellement d’outils, c’est-à-dire de mobilier représentatif de la vie quotidienne. La présence d’objets plus significatifs, présentant une masse métallique importante, relève de l’exception (les outils du Hexenberg par exemple). Ce constat renforce l’idée de recyclage du bronze sur les sites d’habitat, mais aussi de destination à des fins cultuelles d’une partie de ce métal (le mobilier funéraire, essentiellement constitué de parures, et surtout les dépôts où apparaissent les armes). Il n’existe donc qu’un très faible résidu de ces objets en contexte d’habitat terrestre (à la différence notable des stations littorales contemporaines).

119Ce mobilier métallique résiduel ne permet donc sans doute pas de caractériser le statut social du site ; on est ici dans la norme. Comme on l’a vu, deux structures concentrent néanmoins l’essentiel de ce mobilier, en association avec un important lot de céramique, d’objets en terre cuite et de faune (Faits 3008 et 3020). Cette concentration de mobilier n’est pas sans rappeler d’autres exemples, comme Marlenheim et Uffheim, pour lesquels l’interprétation comme dépôt rituel a parfois été évoquée (Rychner, 1979). Dans ce contexte, cette interprétation peut aussi être évoquée pour Erstein.

120Malgré un nombre limité de structures et une fouille partielle de l’occupation RSFO, le site d’Erstein se distingue sur le plan régional par la diversité du mobilier métallique mis au jour alors qu’a contrario il est constitué d’une masse métallique très modeste. Enfin, l’outillage métallurgique du site atteste la pratique de la coulée et surtout de la dinanderie (malgré les réserves chronologiques supra), constatation inédite pour le Bronze final dans la région.

4.5. Les artefacts en matières dures animales

121Deux artefacts réalisés en matières dures animales proviennent de la zone 1. La fosse 1072A a livré un artefact fusiforme, en bois de cerf, de profil curviligne (longueur : 165 mm, largeur : 26 mm, épaisseur : 2,3-2,4 mm) (fig. 30). Une perforation réalisée en vis-à-vis est située à l’une des extrémités de la pièce (diamètre de la perforation : 5,5 mm). Aucune usure, susceptible d’indiquer un port prolongé par suspension, n’est visible sur le pourtour de cette perforation. Les surfaces concave et convexe de l’objet sont trop détériorées pour distinguer des traces d'usage. La destination de l’objet reste inconnue.

image

Fig. 30. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 1072/A. Artefact en bois de cerf (cliché I. Dechanez-Clerc).

122Du Fait 1241 provient un objet en ivoire réalisé dans la défense (canine inférieure) d’un très gros sanglier (fig. 31). Malgré quelques fractures fraîches, l’objet est assez bien conservé. Il est fendu sagittalement, probablement de façon ante-dépositionnelle, et les vestiges du cavum dentaire sont perceptibles. L’artefact mesure 81 mm dans sa plus grande dimension et sa plus petite largeur est de 14 mm. Les deux extrémités, aménagées d’un chanfrein arrondi, sont respectivement larges de 24 et 27 mm. Deux séries de perforations, symétriques deux à deux par rapport au centre de l’objet, y sont pratiquées. Les deux perforations les plus grosses (diamètres : 6,1 mm, distance d’axe en axe : 53 mm) sont les plus proches des extrémités. Perpendiculaires à l’axe du cavum dentaire, elles sont incomplètes, partiellement amputées par la fente sagittale de la dent. L’axe de la perforation visible à gauche de la photographie est situé à 7,5 mm du bord gauche de l’objet. L’axe de la perforation visible à droite est situé à 11,5 mm du bord droit. Les deux perforations plus petites (diamètres : 2,9 et 3,2 mm, distance d’axe en axe : 41 mm) sont les plus proches du centre de l’objet. Elles sont elles aussi perpendiculaires au cavum dentaire et perpendiculaires à l’axe des perforations de plus grand diamètre.

image

Fig. 31. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 1241. Artefact en ivoire (cliché I. Dechanez-Clerc).

123Les avis divergent quant à la nature de cet artefact qui ne présente pas d’homologue connu à ce jour : ornement ou canon de mors, partie du mors au contact de la bouche de l’animal.
La seconde hypothèse, très vraisemblable, mais non avérée en l’absence de découvertes similaires et d’une véritable approche expérimentale, mérite quelques développements.

124Il faudrait tout d’abord postuler l’idée d’un assujettissement du mors à la bouche, par le biais d’anneaux fixés aux deux grosses perforations externes et reliés à un dispositif d’enrênement, le tout étant solidarisé aux mandibules par une éventuelle gourmette souple, passant dans les perforations les plus fines. On pourrait, alternativement, émettre une seconde hypothèse impliquant l’assujettissement du mors à la bouche de l’animal, par perforation des joues et liaison à l’enrênement par un système de labrets (cf. infra).

125Cependant, les dimensions de cet objet ne permettent pas d’en faire un mors équestre. On cite en effet, pour une largeur mesurée d’axe en axe entre les deux grosses perforations destinées à être fixées à l’enrênement, une distance minimale nécessaire d’au moins 105 mm, pour les plus petits chevaux existants : des poneys à tête fine (données du catalogue Ukal, s.d.). De plus, on admet que l’utilisation d’un mors à canon droit (plutôt que brisé) constitue une embouchure relativement sévère (ibid.). Dans le cas présent, convenant du fait que les dimensions de l’hypothétique mors d’Erstein sont physiologiquement incompatibles avec l’espèce équine, nous avons orienté notre recherche vers une autre espèce animale, le cerf, plus susceptible de recevoir un tel dispositif de contention.

126On relève l’utilisation diachronique et persistante de cerfs bridés, depuis la Protohistoire jusqu’aux périodes plus récentes. C’est le cas au Mont-Gravet en Champagne au deuxième Âge du Fer. On connaît pour l’Antiquité les cerfs harnachés de Nogent-sur-Seine, ou celui du vase d’Alésia ; pour le haut Moyen Âge le cerf bridé de Rullstorf en Basse-Saxe (Allemagne) (Poplin, 1993, p. 553 et 537 ; Poplin, 1996 ; Brun, 2001, p. 95).

127Les caractéristiques du « mors » d’Erstein le rapprocheraient davantage de l’embouchure de cerf mise au jour dans la nécropole La Tène ancienne de Villeneuve-Renneville « Mont-Gravet » (Poplin, 1993), que des dispositifs antiques composites, éventuellement à labrets (Poplin, 1996). Les dimensions du « mors » d’Erstein (81 mm hors tout) sont en effet assez proches de celles du mors en bronze du Mont-Gravet (85 mm, cité par Brun, 2001). Il s’agit, comme à Erstein, d’un mors à canon droit. Dans les deux cas, on évoque la présence d’une gourmette (Poplin, 1996, p. 534). La concavité de la défense de sanglier rappelle la forme en oméga du mors du Mont-Gravet. Pour affiner notre hypothèse, nous avons pratiqué une série de mesures sur deux têtes de cerf élaphe naturalisées, conservées au Musée zoologique de Strasbourg. Les largeurs externes du museau au niveau de l’espace interalvéolaire des mandibules (les barres) varient de 79 à 87 mm chez le mâle et de 67 à 71 mm chez la biche.

128Dans l’hypothèse où cet objet correspondrait bien à un mors, il conviendrait donc plutôt de l’attribuer à un faon, ou à une biche, éventuellement utilisé(e) comme appelant (Vigne, 1993, p. 204). Cette utilisation serait ici très plausible, dans un contexte cynégétique marqué par la prévalence de la chasse au cerf.

5. La faune

5.1. Présentation du corpus et de la méthode d’étude

5.1.1. Le matériel osseux

129Au total, 814 restes osseux ont été étudiés. L’état de préservation des ostéorestes est satisfaisant : la bonne conservation des surfaces osseuses concerne la moitié de l’échantillon, le poids moyen des restes est assez élevé (10,3 g). La proportion de dents isolées de leurs supports alvéolaires, dont l’abondance croît avec le taux de destruction des lots étudiés (Studer, 1991), est faible (fig. 32). Le taux de détermination des ossements est, toutefois, assez bas (41 %), ce qui conforte l’idée d’une certaine destruction des vestiges. Le rôle joué par l’activité taphonomique post-dépositionnelle dans la destruction de l’échantillon initialement rejeté est ainsi moins important que celui tenu par les destructions ante-dépositionnelles : processus bouchers, morsures destructives des animaux commensaux, rejet des ossements au feu (fig. 33).

image

Fig. 32. Présentation du corpus faunique des zones 1 et 3 (les artefacts, les bois de cerfs et la microfaune sont exclus du décompte).

130De plus, certaines conditions de prélèvement propres à l’archéologie préventive (par exemple la fouille partielle de quelques structures, la rapidité de fouilles, la maille de prélèvement) influent aussi inévitablement sur la composition anatomo-taxonomique du stock osseux. Ainsi, à l’échelle du site, l’analyse sommaire de la fréquence des os courts, patellas (rotules), autopodes (mains, pieds) de bovins montre un net déficit (de carpes, de tarses et de phalanges) qui contraste avec le « Nombre Minimum d’Éléments » anatomiques suggéré par les métapodes. Il existe donc très probablement ici un phénomène de prélèvement préférentiel. Celui-ci recoupe de surcroît des problématiques de conservation différentielle, variations de densité entre les différentes parties d’un os (ou entre segments anatomiques différents), moindre conservation de la spongiosa des os courts après exposition au feu.

image

Fig. 33. Zones 1 et 3 : recensement des traces observées dans chaque corpus (les artefacts, les bois de cerfs et la microfaune sont exclus du décompte).

5.1.2. Méthode d’étude

131La discontinuité spatiale entre structures des zones 1 et 3, ainsi que la disparité des données fauniques entre ces deux zones, nous ont contraints à réaliser des présentations distinctes de ces deux zones. De plus, après avoir constaté en zone 3 la prévalence quantitative de la fosse 3008 – elle représente à elle seule la moitié du corpus RSFO –, le parti a été pris d’en effectuer une étude individualisée, au sein de la zone 3 (fig. 34 et 35).

image

Fig. 34. Décompte en nombre de restes par structure du corpus faunique des zones 1 et 3 (les artefacts, les bois de cerfs et la microfaune sont exclus du décompte).

image

Fig. 35. Décompte en poids des restes par structure du corpus faunique des zones 1 et 3 (les artefacts, les bois de cerfs et la microfaune sont exclus du décompte).

132Les déterminations taxonomiques s’appuient sur l’utilisation de la collection de comparaison du PAIR. Les collections de comparaison de l’IPNA de Bâle (Institut für Prähistorische und Naturwissenschaftliche Archäologie) ont également été consultées ponctuellement. Après avoir constaté, pour le Bronze final, la présence de porcs domestiques d’assez fort gabarit, nous avons été amenés à être particulièrement vigilants quant à la discrimination entre les deux formes conspécifiques de suidés : le sanglier, Sus scrofa L., et le porc, Sus domesticus E. L’attribution au porc ou au sanglier s’est le plus souvent effectuée en confrontant les données ostéométriques du site à celles des corpus protohistoriques de Geringer (1967), Reiss (1967), Willburger (1983).

133Tous les relevés biométriques sont effectués à une précision d’au moins 0,1 mm près au moyen d’un pied à coulisse à affichage numérique, selon les procédures normalisées par l’ICAZ (International Council for Archaeozoology). Leurs dénominations (ainsi que leurs abréviations) sont celles recommandées par A. von den Driesch (1976). L’ensemble de ces données figure en annexes 1 et 2.

  • 1  L’appréciation et l’enregistrement des âges dentaires relatifs et absolus sont codés et estimés :
  • 2  Nous utilisons, pour l’étude de « l’âge osseux », les âges moyens de soudure des épiphyses de Baro (...)

134Les critères de détermination des âges des animaux au moment de leur décès se basent sur des caractères distinctifs de deux ordres : l’éruption des dents et l’usure de leurs surfaces triturantes (Vigne, 1988)1 ; l’observation de la fusion des épiphyses à la diaphyse de l’os (Chaix, Méniel, 1996)2.

  • 3  Les fragments noirs, carbonisés, ont subi soit « une combustion oxydante à faible température ou d (...)

135Enfin, pour décrire les ossements brûlés nous avons adopté la terminologie proposée par J.-D. Vigne (1988) et I. Théry-Parisot (Théry-Parisot et alii, 2004)3.

5.2. Le corpus de la zone 1

136Les trois structures RSFO de la zone 1 ont livré en tout 36 restes animaux, dont treize déterminés, pour un poids total de 180 g. De la fosse 1241 provient la majeure partie du matériel osseux (30 restes au total). Les deux autres fosses n’ont fait l’objet que d’une fouille partielle (Fait 1241 : 75 %, Fait 1249 : 50 %). Cet échantillon restreint n’est composé que d’espèces domestiques, bovins, caprinés, porcs et chien (fig. 36).

image

Fig. 36. Spectre de faune des restes provenant de la zone 1.

137La répartition anatomique des restes bovins apparaît ci-après (fig. 37). Un seul bovin, âgé de moins de 30 mois, est mis en évidence. Une dent jugale de capriné a été mise au jour. Les restes de suinés, représentant au moins un individu, sont ici à l’origine de l’essentiel de la ressource carnée (fig. 38). Un animal, âgé de 22 à 24 mois, est mis en évidence par ses dents jugales mandibulaires. Le chien est décelé au vu de deux canines.

image

Fig. 37. Répartition anatomique des ossements bovins de la zone 1.

image

Fig. 38. Répartition anatomique des ossements porcins de la zone 1.

5.3. Le corpus de la zone 3

138La faune de la zone 3 se caractérise par une grande homogénéité. Dans l’ensemble ces 803 restes osseux sont mieux conservés qu’en zone 1. Les spectres fauniques y sont également majoritairement domestiques, par contre la grande faune sauvage est très bien représentée : le gibier est mis en évidence dans neuf des douze structures attribuées au RSFO. L’avifaune reste absente. À l’intérieur de cet ensemble, la structure 3008 se distingue doublement. D’une part, cette fosse livre à elle seule plus de la moitié des ossements animaux de cette phase chronologique (410 restes). D’autre part, quels que soient les critères de dénombrement, le taux de faune sauvage est très nettement supérieur à celui des autres structures.

5.3.1. Le corpus de la zone 3 (à l’exclusion des vestiges de la structure 3008)

139Les fosses RSFO de la zone 3 (fig. 34 et 35), à l’exclusion du Fait 3008, ont livré 368 ossements animaux (ainsi que dix-sept fragments de bois de cervidés et quatre restes d’origine diverse décomptés séparément), pour un poids total d’environ 3,5 kg. Leur spectre de faune est présenté ci-après (fig. 39).

image

Fig. 39. Spectre de faune de la zone 3 (à l’exception de la structure 3008).

140Les espèces domestiques prédominent parmi les 154 restes déterminés, mais la faune sauvage représente plus de 18 % du nombre des restes déterminés, le tiers des individus mis en évidence, le tiers du poids total des restes, et elle concerne huit des onze fosses étudiées. La chasse participe donc de façon très significative à l’approvisionnement en viande. Il faut noter que la grande faune (sanglier, cerf) l’emporte nettement sur le petit gibier (lièvre, blaireau). Enfin, plus du tiers du corpus a subi une exposition à la chaleur, et la calcination domine (fig. 33).

La faune domestique

141La triade domestique, bœuf, caprinés (mouton-chèvre) et porc, fournit ici l’essentiel de la ressource carnée, quels que soient les critères de dénombrement (fig. 39). La répartition anatomique des ossements figure ci-après (fig. 40).

image

Fig. 40. Répartition anatomique des restes de la triade domestique provenant des faits de la zone 3, à l’exception du fait 3008.

142Deux bovins différents sont mis en évidence par le biais du NMI de comparaison. En l’absence des dents, leurs âges sont estimés à l’aide des synostoses. L’un est âgé de moins de 30 mois ; l’autre de plus de 42 mois.

143Une chèvre adulte est décelée, au vu d’un humérus et d’un radius. Le mouton est mis en évidence dans trois fosses par les restes mandibulaires d’un adulte (âgé de 4 à 5 ans), un radius et un métatarse d’adulte. Un os coxal provient d’un jeune capriné âgé de moins de 10 mois.

  • 4  La comparaison ostéométrique avec les squelettes de référence du département d’archéozoologie du M (...)

144Le porc est présent dans tous les ensembles. Le sanglier est également avéré (voir infra). Il est donc vraisemblable que le corpus « porc et suinés » comporte quelques fragments d’ossements de sangliers, non différenciés de ceux des porcs. Les âges des porcins abattus sont estimés à partir des données des dents jugales (fig. 41). Ils indiquent des abattages étalés dans le temps, et un NMI de comparaison de quatre individus. La présence d’un cinquième individu est indiquée par le fémur d’un (très probable) fœtus (longueur diaphyse 28 mm). Le calcanéus d’un porc adulte permet d’estimer sa stature à 70 cm (Teichert, 1969).
Un chien de grande taille est mis en évidence par un os métatarsien IV4.

image

Fig. 41. Âges des suinés présents en zone 3 (à l’exception de la structure 3008).

La faune sauvage

145Le lièvre est décelé dans deux faits grâce à une côte et une mandibule. Le blaireau est représenté par une mandibule. Huit restes, localisés dans quatre structures, sont attribués avec certitude à deux sangliers différents. Il s’agit de restes crâniens, mandibulaires, d’une côte, d’une ulna d’adulte, d’une fibula, d’un os métatarsien V et de deux talus droits. L’un (Fait 3002) provient d’un individu d’une stature de 93 cm (Teichert, 1969), l’autre (Fait 3020) provient d’un animal d’une stature de 101 cm (Teichert, 1969). La place tenue par le suidé sauvage parmi les rejets osseux de la zone 3 transparaît au travers de sa bonne représentation parmi les quatre critères de dénombrement (fig. 39).

146Le cerf est le gibier le mieux représenté. La dispersion spatiale de ses vestiges est remarquable, puisque, parmi les onze faits ayant livré du matériel faunique, sept contenaient des ossements de cerf. La diversité anatomique est évidente et, pour l’essentiel, les parties les plus charnues du squelette sont les mieux représentées (fig. 42). Deux restes dentaires proviennent de deux individus différents (NMI de comparaison). Une d3 appartient à un individu âgé de 18 à 25 mois (Fait 3022). Une M3 provient d’un animal âgé de 3 à 4 ans (Fait 3020). Les vertèbres ont été mises au jour dans trois structures différentes. Il s’agit d’un atlas (Fait 3028), d’une thoracique d’adulte (Fait 3027) et d’une thoracique (de rang 11), aux disques non soudés au corps de la vertèbre (Fait 3025). Deux fragments de radius proviennent des fosses 3020 et 3025, un os coxal provient de la structure 3028, trois restes de fémurs ont été mis au jour dans les faits 3002 et 3025, ainsi qu’un tibia dans la fosse 3022. Deux métacarpes proviennent des structures 3020 et 3025. Deux fragments de diaphyses d’os longs sont attribués au cerf (Faits 3020 et 3023).

image

Fig. 42. Répartition anatomique des restes de cerf provenant des faits de la zone 3 (à l’exception de la structure 3008).

147Dix-sept fragments de bois ont été mis au jour dans quatre faits différents. En raison de l’absence des parties basilaires de ces bois, il ne nous a pas été possible de différencier bois de mue et bois de massacre. Afin d’éviter une surévaluation de la présence du cerf, faussée par l’éventuelle présence de bois de mue ramassés, les bois n’entrent pas dans le calcul du spectre de faune. Seize bois sont brûlés, certains calcinés.

Divers

148Un fragment d’os occipital humain a été mis au jour dans la structure 3020.
Une mandibule de microtidé indéterminé provient de la structure 3027.
Un fémur de grand hamster (Cricetus cricetus L.) provient de la structure 3020. Ce vestige est intrusif. En effet, malgré la patine de ce fémur qui plaidait en faveur d’une datation ancienne, en raison du caractèreextrêmement fouisseur de ce rongeur (Van den Brink, 1971, p. 105), une datation radiocarbone a été réalisée. Bien qu’une datation précise n’ait pu être obtenue, les résultats montrent que ce vestige appartient aux périodes historiques (Erstein4779 OFA-3020-0647 -Poz-0 : > 0 BP, 0.2 %N 2.2 %C, not suitable).
Un fragment de coquille d’unionidé (moule d’eau douce) a été mis au jour dans la fosse 3022.

5.3.2. Le matériel osseux de la structure 3008

  • 5  T. Poulain (1990, p. 42) cite à Colmar « Route de Rouffach » au Rubané « un fragment de frontal av (...)

149La grande fosse 3008 n’a fait l’objet que d’une fouille partielle (75 %). Elle a livré 410 restes fauniques, dont 166 déterminés, ainsi que cinq fragments de bois de cervidés décomptés séparément. L’ensemble des vestiges représente un poids total d’environ 5 kg. L’assemblage osseux est détritique. Il correspond à une consommation anatomiquement diversifiée, où les parties charnues des squelettes de bœuf, de porc et de cerf dominent. La grande faune sauvage, et plus spécialement le cerf, y est très bien représentée (fig. 43). Le cerf prévaut ainsi sur tous les autres taxons, quels que soient les critères de dénombrement. Cette fosse livre la seule occurrence du bison d’Europe connue à ce jour pour la moitié nord de la France, toutes périodes confondues, depuis le début de la Protohistoire (Callou, 2009)5.

image

Fig. 43. Spectre de faune de la structure 3008.

150La répartition anatomique des restes de la triade domestique apparaît ci-dessous (fig. 44).

image

Fig. 44. Répartition anatomique des restes de la triade domestique de la structure 3008.

La faune domestique

151Un bovin, au moins, est mis en évidence. Il s’agit d’un adulte, âgé de 40 à 72 mois. Un os pubien provient d’une femelle.
Parmi les caprinés, le mouton et la chèvre ne sont pas différenciés. Les données dentaires indiquent la présence d’un animal âgé de deux à trois ans.
Les âges des porcs présents ont été obtenus en combinant les données odonto-ostéologiques (fig. 45). Un individu âgé de quelques jours est indiqué par un tibia de très petite taille (longueur diaphyse : 42 mm). Nous obtenons ici un NMI combiné de quatre individus.
Le chien est décelé grâce à deux molaires supérieures et à un fragment de mandibule.

image

Fig. 45. Âges des suinés présents dans la structure 3008.

La faune sauvage

152Une ulna gauche provient d’un ours brun (fig. 46). L’os est tranché-cassé en sa partie médiane.

153Le sanglier est représenté par quatre restes. Il s’agit d’un humérus, d’une ulna, d’un os coxal et du distum d’un métapode.

image

Fig. 46 G. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3008 : ulna d’ours brun (cliché I. Dechanez-Clerc).

Fig. 47 D. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3008 : M3 droites provenant de quatre cerfs différents (cliché I. Dechanez-Clerc).

154Le cerf prévaut parmi tous les mammifères de cette fosse. Cinq fragments de bois ont également été mis au jour, mais n’ont pas été pris en compte dans le spectre faunique. Quatre individus différents sont mis en évidence par quatre M3 droites (fig. 47). Ces dernières proviennent d’un animal âgé de 3 à 4 ans, de deux autres âgés de 8 à 10 ans et d’un âgé de 10 à 12 ans. La répartition anatomique des vestiges apparaît ci-dessous (fig. 48).

image

Fig. 48. Répartition anatomique des restes de cerfs de la fosse 3008.

155Un bison d’Europe adulte est déterminé au vu d’un calcanéus totalement conservé (fig. 49). Les critères de détermination sont ceux de Stampfli (1963, p. 150-151), appliqués avec l’aide de notre collègue R.-M. Arbogast (voir aussi annexe 1). Les mesures de l’indice de Stampfli sont les suivantes : mes.1 : 12,3 mm ; mes.2 : 11,9 mm (la valeur de l’indice varie aux alentours de 96). Les critères ostéométriques ont ensuite été complétés de visu par comparaison avec un exemplaire de référence (inv. 10300, Collection Naturhistorisches Museum Basel).

image

Fig. 49. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3008 : calcanéus de bison (vue médiale) (cliché I. Dechanez-Clerc).

5.4. Les traces et la découpe

  • 6  Les ceintures appartiennent au squelette cingulaire. Chez les mammifères de la triade domestique, (...)

156La figure 50 montre que les diverses régions du squelette sont représentées dans l’échantillon faunique, mais aussi que les régions anatomiques les plus riches chez le bœuf et le cerf fournissent l’essentiel de la consommation carnée6.

image

Fig. 50. Comparaison des représentations anatomiques en fonction du poids des restes de la triade domestique et du cerf. En haut : ensemble des structures de la zone 3, à l’exception de la fosse 3008. En bas : Fait 3008.

157Les traces anthropiques sont relativement nombreuses (fig. 33). Nous avons relevé chez le bœuf des traces de dépeçage (la section du processus coronoïde d’une mandibule, la section transversale d’une vertèbre thoracique, celle du col d’une scapula, la fente sagittale d’un humérus, la coupe médiane d’un radius, la fente sagittale d’un métatarse). On note aussi des stries de désossement (sur la face latérale du bord interalvéolaire d’une mandibule, sur le processus épineux d’une vertèbre thoracique ainsi que de nombreuses fractures en « spirales », Bridault, 1994) dont une partie, au moins, est à imputer à la fracturation bouchère. Deux brûlures d’extrémités, révélatrices d’une cuisson directe à la flamme, ont été relevées. Il s’agit du tiers proximal de la diaphyse d’un radius et de la diaphyse distale d’un métatarse.

158Chez les caprinés, deux mandibules de mouton sont fracturées au niveau du foramen mentonnier et montrent un liseré noir de cuisson localisé au niveau de la zone de fracture. Un os coxal est partiellement carbonisé sur sa face ventrale ; cette brûlure peut être causée par une cuisson directe à la flamme.

159Chez le porc, nous notons des traces de dépeçage (la fente sagittale d’un atlas, la section de la diaphyse distale d’un humérus) et des traces de désossement (de fortes incisions sur l'angle et la branche montante d’une mandibule, de profondes incisions sur la face médiale de la diaphyse d’une côte). D’autre part, des brûlures de cuisson marquent les extrémités distales d’un humérus, d’un radius et d’une fibula.

160Chez le sanglier, des brûlures d’extrémités sont visibles sur le processus condylaire d’une mandibule, sur l’angle d’une côte, sur les parties distales d’un humérus.

161Parmi les ossements de cerf, nous avons relevé le bris anthropique de deux mandibules (au niveau de P2 et de M1), la fente sagittale de trois atlas, des traces de désossement et de mise en pièces sur une vertèbre cervicale (C4 ou 5) et deux vertèbres lombaires (L5 et 6). Une côte est tranchée. Trois scapulas sont coupées et cassées au niveau du col. Deux radius sont coupés et cassés en leurs parties médianes. Deux os coxaux sont mis en pièces au niveau de l’acétabulum et de l’ischion. Un fémur est fendu sagittalement et l’épiphyse distale d’un autre est chauffée. Trois tibias sont coupés et cassés en leurs parties médianes. Deux métapodes sont coupés et cassés en leurs parties médianes et une brûlure d’extrémité est visible ; un troisième est fendu sagittalement.

162Enfin de nombreux fragments de diaphyses indéterminées sont colorés en raison d’une exposition limitée à la chaleur.

5.5. Synthèse et comparaisons

163L’occupation diachronique du site d’Erstein « Grasweg-PAE » a livré des assemblages fauniques très différenciés les uns des autres sur le plan cynégétique. La spécificité de l’occupation du Bronze final s’y manifeste en premier lieu par l’importance de la chasse au grand gibier, qui diffère des pratiques observées sur ce site pour la deuxième moitié du IIIe millénaire av. J.-C.

164Le contraste pourrait également être spatial. Bien que la quantité très limitée d’ossements de la zone 1 (treize restes déterminés) doive inciter à la prudence, nous constatons l’absence de témoins de faune sauvage en zone 1 alors qu’elle est très fréquente en zone 3.

  • 7  C’est le cas de l’échantillon faunique du Bronze final IIIb de Nanteuil-sur-Aisne (Méniel, 1984). (...)
  • 8  La comparaison des proportions de gibier observées sur ce site (moyenne des zones 1 et 3) avec cel (...)

165Il est certes extrêmement délicat de comparer des échantillons de tailles relativement restreintes, comme les corpus alsaciens (fig. 51), des structures isolées souvent très riches en faune (mais qui restent d’une potentialité informative limitée, en raison de la ténuité des données fauniques et archéologiques)7, avec des assemblages numériquement très importants8 comme celui de Hauterive-Champréveyres en Suisse ou encore la série un peu plus tardive de Boulancourt en Seine-et-Marne.

image

Fig. 51. Corpus de comparaison composé de différents sites datés du Bronze final ou de périodes proches. Les nombre de restes déterminés (NRD) et le taux de faune sauvage de chaque site diffèrent parfois des chiffres présentés dans les publications d’origine, en raison d’une nécessaire normalisation du corpus (exclusion des restes humains, des bois de cerf, de la microfaune, etc.). Les échantillons inférieurs à 100 restes déterminés ne font pas l’objet d’un calcul de pourcentage.

166La proportion de faune sauvage d’Erstein compte ainsi parmi les plus élevées dans la moitié nord de la France et la partie occidentale du Plateau suisse (fig. 52). Elle reste toutefois très en retrait par rapport à celle du site de Villiers-sur-Seine dans le Bassin parisien (Auxiette, com. pers.). Il convient de s’interroger sur les causes potentielles de cette différenciation cynégétique, d’autant que l’interprétation faite par les archéozoologues d’une pratique soutenue de la chasse durant l’Âge du Bronze n’est pas univoque. Deux modèles paraissent, de prime abord, s’opposer : l’un tendrait à privilégier les interprétations environnementalistes, l’autre mettrait plus en exergue l’aspect social.

image

Fig. 52. Représentation comparée, exprimée en % du NRD, des grandes catégories de restes déterminés, issus de différents sites datés du Bronze final (les échantillons du corpus de comparaison comprenant moins de 100 et plus de 1000 restes déterminés ne figurent pas).

167D’une part, pour le Bronze final suisse, alors que le site de Hauterive-Champréveyres livre un corpus cynégétique diversifié et conséquent, le lien entre la pratique de la chasse et le statut social n’y paraît pas privilégié. Le taux élevé d’ossements de cervidés, en particulier, est ici directement mis en relation avec les étendues forestières, et donc interprété, avant tout, comme un marqueur environnemental (Schibler, Studer, 1998, p. 190). L’hypothèse d’un lien existant entre l’augmentation de la chasse et une péjoration des conditions climatiques, effet miroir du modèle proposé pour le Néolithique qui veut que « l’élevage s’intensifie lors de phases climatiques propices à l’exploitation agricole, entraînant une baisse de l’activité cynégétique », est également soulevée (Schibler, Studer, 1998, p. 176).

168Pour la seconde partie de l’Âge du Bronze final, la prise en compte d’une phase de réchauffement climatique (Magny et alii, 1998, p. 138-139) induit de facto que les forts taux de faune sauvage observés sur certains sites du Bronze final ne résulteraient pas d’une éventuelle dégradation de la situation économique (induite par une phase climatique peu propice à l’agriculture), puisque au contraire on associe phases de réchauffement et développement (Magny et alii, 1998, p. 140).

169Or, en considérant plus en détail le seul site d’Erstein « Grasweg-PAE », et, plus spécialement, en mettant en perspective la datation dendrochronologique du puits 3028 (1026 à 1010 av. J.-C.) avec les données paléoclimatiques propres à l’Europe nord-occidentale, on observe, pour la micro-période qui nous préoccupe (aux environs de 1000 av. J.-C.), au sein de l’environnement climatique globalement favorable que constitue la seconde partie du Bronze final, la potentielle présence d’une courte période de péjoration climatique, se traduisant par des étés plus frais, plus humides, plus courts (Van Geel, Magny, 2002, p. 113, fig. 3) : une oscillation secondaire du climat, une dégradation passagère signalée vers 1030-20 av. J.-C. (Magny et alii, 1998 p. 139).

170Sous cet angle, l’interprétation d’une forte pratique cynégétique à Erstein s’accommoderait assez bien de ce modèle environnementaliste, d’autant qu’à Erstein, l’abondance des restes de faune sauvage est, de prime abord et sans conteste, liée à l’environnement giboyeux des rieds alsaciens.

171D’autre part, les interprétations d’ordre social ont été plus explorées sur des sites comme Boulancourt. L’importance quantitative des restes fauniques, la mise en évidence de l’abattage préférentiel d’animaux jeunes, la pratique soutenue d’une chasse diversifiée (où le grand gibier tient une place prééminente), plaident en faveur d’un statut aristocratique pour ce site, alors que ce statut ne transparaît finalement qu’assez peu au travers de l’étude du mobilier archéologique (Bãlãşescu et alii, 2008, p. 376 et 398). À Catenoy, et plus encore sur le site « privilégié » de Villiers-sur-Seine, c’est encore le croisement des données – bonne représentation, voire prévalence du porc, abattage préférentiel d’animaux jeunes, pratique soutenue d’une chasse au grand gibier – qui définit les rejets détritiques d’un milieu privilégié, par opposition à d’autres sites, où des âges d’abattage plus tardifs et une faible pratique de la chasse caractérisent une alimentation plus villageoise (Méniel, 1987 ; Bãlãşescu et alii, 2008 ; Auxiette, com. pers.).

172La chasse au grand gibier est pour ces sociétés un moyen d’asseoir leur prestige en se démarquant socialement (Bãlãşescu et alii, 2008, p. 396 et 398),puisque, à la différence du piégeage, cette chasse nécessite du temps libre, des armes puissantes, et que la bravoure y est nécessaire. La prévalence du cerf est en fait ici une véritable « triple valence du cerf »(Vigne, 1993, p. 213) qui conjugue la fonction alimentaire, l’exploitation des bois, l’activité symbolique à fonction sociale (image de masculinité, notion de régénérescence liée au cycle annuel de renouvellement des bois, comportement territorial des mâles ; Vigne, 1993).

  • 9  Le poids moyen d’un bison d’Europe, 800 à 1000 kg, sa hauteur au garrot, 180-195 cm ; le poids d’u (...)

173Concernant Erstein, on pourrait émettre l’hypothèse que la différenciation spatiale, matérialisée par l’apparente absence de faune sauvage en zone 1 et par son abondance en zone 3, soit signifiante et que l’acte de chasse ne serait donc pas anodin. On constate, pour ce site, l’absence d’avifaune (sauvage) dans les assemblages fauniques du Bronze final, alors qu’elle est bien représentée à la fin du IIIe millénaire. Pour l’ensemble des zones 1 et 3, la grande faune mammalienne sauvage (ours, sanglier, cerf et bison) représente près de 46 % du poids des restes déterminés. Il s’agit donc d’une chasse à l’indéniable rôle économique, hypothèse induite par la proportion pondérale des restes de gibier (approximativement corrélée au poids de viandes disponibles), mais qui ne s’inscrit toutefois pas dans une problématique de chasse de subsistance stricto sensu (ou l’on attendrait une présence plus importante de petits mammifères et d’avifaune). Les données archéozoologiques nous propulsent donc ainsi dans le champ d’une recherche qui intègre des notions de groupe humain, de prestige, de territoire de chasse, de courage et d’ostentation9.

174En conclusion, notre interprétation des données paléo-cynégétiques du site d’Erstein « Grasweg-PAE » suggère un lien entre la chasse au (très) grand gibier et un certain statut social. Elle souligne également le rapport existant entre la pratique et le potentiel cynégétiques offerts par les rieds. Elle n’exclut cependant pas que cette effervescence cynégétique soit également une réponse à une contrainte climatique passagère.

6. Contribution à la définition et à la périodisation du Bronze final IIIa en Alsace

175Au-delà de la question du statut du site qui reste en suspens, c’est bien la possibilité de corréler les résultats de l’analyse céramique avec ceux de la dendrochronologie qui représente l’apport majeur de cette fouille. Elle contribue ainsi de manière significative à la définition et à la périodisation du Bronze final IIIa en Alsace.

176Dès 1988, un premier état des lieux de la culture Rhin-Suisse-France Orientale en Alsace est entrepris par J.-F. Piningre (Piningre, 1988). Il démontre l’existence de deux phases (Bronze final IIb et IIIa) selon un continuum évolutif de la céramique dans toute l’Alsace. L’existence d’un Bronze final IIIa est caractérisée pour la première fois, et ce, par du mobilier céramique aussi bien issu de sites d’habitats que de contextes funéraires. Les travaux les plus récents ont conduit à la mise en place d’une chronologie relative ainsi qu’à une périodisation du Bronze final III sur la base du matériel de Colmar « Diaconat ». Cette nouvelle approche a permis de définir cinq phases au sein du Bronze final III : un Bronze final IIIa « classique », un Bronze final IIIa « récent », un Bronze final IIIb « ancien », un Bronze final IIIb « classique » et un Bronze final IIIb « récent » (Maise, Lasserre, 2005).

177L’assemblage d’Erstein appartient à une fourchette chronologique relativement restreinte, qui correspond à la première phase de cette subdivision, c’est-à-dire le Bronze final IIIa « classique ». Bien qu’il ne permette pas de discuter le phasage proposé par C. Maise et M. Lasserre, il contribue néanmoins à mieux caractériser cette première phase et confirme la distinction entre un Bronze final IIIa « classique » et un Bronze final IIIa « récent ». La découverte de ce nouvel ensemble valide donc la périodisation fine proposé pour le Bronze final IIIa, comme cela a déjà pu être mis en évidence ailleurs (David-Elbiali, Moinat, 2005 ; Nicolas, 2009).

178Il n’en reste pas moins que le cadre chrono-typologique régional n’est pas encore calé en chronologie absolue, si ce n’est en le « raccrochant » aux dates dendrochronologiques provenant des habitats littoraux nord-alpins. Erstein est, en effet pour le moment, un cas isolé.

179De manière plus générale, en comparant la situation en Alsace à celle des régions voisines, on constate qu’au Bronze final IIb l’Alsace et le Brisgau connaissent des évolutions similaires et constituent une entité homogène que l’on peut qualifier de « pôle d’innovation » (Brun, Mordant, 1988). Un peu plus tard, au Bronze final IIIa, des rapprochements peuvent être faits avec de nouvelles régions, comme le Pays de Bade, la Suisse orientale et la Trouée de Belfort. Les comparaisons restent en revanche limitées avec d’autres régions, comme le Jura et la Suisse occidentale ou encore le Bassin de Neuwied. À ce moment, on observe une inflexion de la dynamique culturelle au sein du RSFO avec l’émergence d’un nouveau « pôle d’innovation » centré sur la Franche-Comté et la Suisse occidentale, qui se substitue au précédent. De fait, les ensembles alsaciens semblent, à ce stade, connaître un « retard évolutif » par rapport notamment à la Suisse occidentale (Nicolas, 2010). Certains caractères présents dès la première moitié du Xe siècle autour des lacs de Suisse occidentale (gobelet à épaulement à col concave, bol décoré, gobelet ovoïde, décor de méandre du HaB1 « classique ») (David-Elbiali, Moinat, 2005) sont alors faiblement représentés en Alsace (Bronze final IIIa « classique »). Ces mêmes éléments s’imposent finalement et deviennent caractéristiques de la phase suivante (Bronze final IIIa « récent »).

180C’est sans doute le caractère exogène de l’innovation, plus que l’éloignement géographique somme toute assez réduit entre les deux zones, qui semble être à l’origine de ces « divergences » et « décalages», qui en chronologie absolue n’excèdent pas quelques dizaines d’années. La proximité de la zone émettrice lors du changement de pôle d’innovation a, dans ce scenario, pu bloquer tout développement autonome des assemblages céramiques régionaux, contrairement à ce que l’on peut observer dans des zones plus éloignées comme le Bassin parisien, et s’est simplement traduite par un « décalage [chronologique] dans l’adoption de la nouvelle mode, et une légère indépendance par rapport à celle-ci » (Nicolas, 2010).

181En s’appuyant sur des datations absolues, l’ensemble céramique d’Erstein « Grasweg-PAE » vient compléter les connaissances acquises avec le site de Colmar « Diaconat » sur le Bronze final IIIa en Alsace. Avec le renouvellement des données régionales au cours des dernières décennies, cet exemple démontre la nécessité d’un affinement de la chronologie régionale notamment en développant une politique de datations absolues comme cela pu être fait par M. David-Elbiali et P. Moinat (2005), avec la définition de quatre phases du IXe siècle au VIIIe siècle av. J.-C.

Remerciements

182Nous tenons à remercier R.-M. Arbogast (CNRS, Strasbourg), B. Armbruster (CNRS, Toulouse), C. Callou et F. Poplin (MNHN, Paris), S. Deschler-Erb (IPNA Bâle), M. Lasserre (SRA Alsace), M.-D. J. Studer (MHN Genève), M.-D. Wandhammer (Musée Zoologique de Strasbourg) pour leurs précieux conseils. Merci aussi à Y. Billaud et C. Mordant qui ont bien voulu nous faire part de leurs remarques.

image

Pl. 1. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 1072A. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 2. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 1241. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 3. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 1249. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 4. Erstein « Grasweg-PAE ». Faits 3002 et 3005. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 5. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3008. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 6. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3008. Mobilier céramique, suite (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 7. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3008. Mobilier céramique, suite (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 8. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3008. Mobilier céramique, suite (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 9. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3010. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 10. Erstein « Grasweg-PAE ». 1-12. Fait 3013 ; 13-21. Fait 3020. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 11. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3020. Mobilier céramique, suite (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 12. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3020. Mobilier céramique, suite (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 13. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3022. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 14. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3022. Mobilier céramique, suite (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 15. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3023. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 16. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3023. Mobilier céramique, suite (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 17. Erstein « Grasweg-PAE ». 1-11. Faits 3025 ; 12-18. Fait 3027. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Pl. 18. Erstein « Grasweg-PAE ». Fait 3028. Mobilier céramique (dessins É. Pascutto).

image

Annexe 1

image

Annexe 2

Bibliographie

Ambert P., Barge-Mahieu H., 1989, « Essai sur les perles en ‘verre’ antérieures à l’Âge du Fer en Languedoc et en Provence », in : Feugère M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 7-17.

Angelini I., Artioli G., Bellintani P., Diella V., GemmiM., Polla A., Rossi A., 2004, « Chemical analyses of Bronze Age glasses from Frattesina di Rovigo, Northern Italy », Journal of Archaeological Science, vol. 31, p. 1175-1184.

Armbruster B. R., 2000, Goldschmiedekunst und Bronzetechnik. Studien zum Metalhandwerk der Atlantischen Bronzezeit auf der Iberischen Halbinsel, Montagnac, éd. M. Mergoil, 350 p., 2 tabl., 117 pl. (Monographies Instrumentum, 15).

Arnold B., 1986, Cortaillod-Est, un village du Bronze final : 1. fouille subaquatique et photographie aérienne, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 178 p. (Archéologie neuchâteloise, 1).

Audouze F., 1976, « Les ceintures et ornements de l’Âge du Bronze en France », Gallia Préhistoire, t. 19, fasc. 1, p. 69-172.

Audouze F., Courtois J.-C., 1970, Les épingles du Sud-Est de la France, départements Drôme, Isère, Hautes-Alpes, Savoie et Haute-Savoie, Munich, éd. C. H. Beck, 74 p., 30 p. de pl. (Prähistorische Bronzefunde, 13, 1).

Auxiette G., 1992, « Étude de la faune de la structure 43 du site de Westhouse-Almatt », in : Hamm E., Lasserre M., Mombert M., « Le site de Westhouse-Almatt (Bas-Rhin) : l'occupation de l'Âge du Bronze et les bois conservés d'un bassin du Bronze final », Cahiers Alsaciens d'Archéologie, d'Art et d'Histoire, t. 35, p. 17-30.

Azemar R., Billaud Y., Costantini G., Gratuze B., 2000, « Les perles protohistoriques de l’Aveyron », Cahiers d'Archéologie Aveyronnaise, n° 14, p. 75-88.

Baillie M.G.L., Pilcher J. R., 1973, « A simple crossgating program for tree ring research », Tree ring bulletin, vol. 33, p. 7-14.

Bãlãşescu A., Simonin D., Vigne J.-D., 2008, « La faune du Bronze final IIIb du site fortifié de Boulancourt ‘le Châtelet’ (Seine-et-Marne) », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 105, n° 2, p. 371-406.

Barone R., 1986, Anatomie comparée des mammifères domestiques. Volume 1 : Ostéologie, 3e éd., Paris, éd. Vigot frères, 761 p.

Barone R., 1997, Anatomie comparée des mammifères domestiques. Volume 3 : Splanchnologie, Paris, éd. Vigot frères, 854 p.

Baumgart G., 2010, Le grand hamster : un mammifère sauvage spécifique à l'Alsace !! http://mapage.noos.fr/baumgart/. Lien consulté le 23 février 2010.

Beck A., 1980, Beiträge zur frühen und älteren Urnenfelderkultur im nordwestlichen Alpenvorland, Munich, éd. C. H. Beck, 165 p., 85 pl. (Prähistorische Bronzefunde, 20, 1).

Bellintani P., 2000, « Bottoni conici ed altri materiali vetrosi delle fasi non avanzate della media et à del Bronzo dell’Italia settentrionale e centrale », Padusa, 36, p. 95-110.

Bellintani P., Biavati A., Verità M., 1998, « Alcune considerazioni su materiali vetrosi da constesti dell’età del Bronzo media e recente dell'Italia settentrionale », in : Il Vetro dall'antichità all'età contemporanea : aspetti tecnologici, funzionali e commerciali : atti 2e giornate nazionali di studio AIHV - Comitato nazionale Italiano, 14-15 dicembre 1996, Milano, Edizioni Et.

Bernard V., 2005, « Vers une maîtrise des ressources forestières ? Dendro-typologie des bois d’architecture domestiques employés dans le nord-ouest de la France pendant l’Âge du Fer (6e-1er s. av. J.-C.) », in : Buschsenschutz O., Mordant C. dir., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique fnal à l’Âge du Fer, Actes du 127ème congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002, Paris, éd. du CTHS, p. 13-23.

Bernard V., Pétrequin P., Weller O., 2008, « Captages en bois à la fin du Néolithique : les Fontaines Salées à Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne, France) », in : Weller O., Dufraisse A., Pétrequin P. éd., Sel, Eau et Forêts, Besançon, éd. Presses Univ. de Franche-Comté, p. 299-335.

Bernatzky-Goetze M., 1987, Mörigen : die spätbronzezeitlichen Funde, Bâle,Soc. Suisse de Préhistoire et d'Archéologie, 212 p. (Antiqua, 16).

Biaviati A., Verita M., 1989, « The glass from Frattesina, a glassmaking center in the late Bronze Age », Rivista della Staziona Sperimentale del Vetro, n° 4, p. 295-299.

Billaud Y., Gratuze B., 1998, « Analyses chimiques de perles en verre de l'Âge du Bronze final en domaine Rhodano-Alpin », Bull. de liaison de la Société Française de Minéralogie et de Cristallographie, t. 10, fasc. 1, p. 5-6.

Billaud Y., Gratuze B., 2002, « Les perles en verre et en faïence de la Protohistoire française », in : Guilaine J. éd., Matériaux, productions, circulation, du Néolithique à l’Âge du Bronze, Séminaires du Collège de France, Paris, éd. Errance, p. 193-212.

Billaud Y., Marguet A., 1992, « Le site Bronze final de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie) : stratigraphie, datations absolues et typologie », in : Congrès national des sociétés savantes. Comité de Pré- et Protohistoire n° 116, Chambéry, 24 avr.-4 mai 1991, p. 311-347.

Billaud Y., Marguet A., Simonin O., 1992, « Chindrieux, Châtillon (lac du Bourget, Savoie) : ultime occupation des lacs alpins français à l'Âge du Bronze ? », in : Congrès national des sociétés savantes. Comité de Pré- et Protohistoire n° 116, Chambéry, 24 avr.-4 mai 1991, p. 277-310.

Billot M., 2008, Des objets en terre cuite du Bronze final en Alsace : les croissants d’argile, les disques d’argile et les tuiles faîtières, Mémoire de Master 2, Univ. de Strasbourg.

Blaise E., 2006, « Référentiel actuel de brebis ‘Préalpes du Sud’ (Digne, Alpes-de-Haute Provence, France) : pratiques d’élevage et âges dentaires », Anthropozoologica, t. 41, fasc. 2, p. 191-214.

Bolliger Schreyer S., Maise C., Rast-Reicher A., Ruckstuhl B., Speck J., 2004, Die Funde der Grabungen 1923-37 : Tafeln und Katalog, Zug, Kantonales Museum für Urgeschichte Zug (Die spätbronzezeitlichen Ufersiedlungen von Zug-Sumpf, 3/2).

Bonnet C., 1973, « Une station d’altitude de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlandsberg », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 70, p. 455-478.

Bonnet C., 1974, « Un nouvel aperçu de la station d’altitude de Hohlandsberg, Wintzenheim (Haut-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 18, p. 33-51.

Bonnet C., Jehl M., 1968, « Un potier de l’époque des Champs d’urnes au sommet du Hohlandsberg », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 12, p. 5-30.

Bonnet C., Jehl M., 1971, « La station d’altitude de Lisenbrunnen, Wintzenheim-Hohlandsberg », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 15, p. 23-48.

Bonnet C., Plouin S., Lambach F., 1985, « Linsenbrunnen II, un nouveau secteur de la station d’altitude de Hohlandsberg (commune de Wintzenheim, Haut Rhin) », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 82, n° 10-12, p. 449-509.

Borello M. A., 1986, Cortaillod-Est, un village du Bronze final. 2. La céramique, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 100 p. (Archéologie neuchâteloise, 2).

Borello M. A., 1992, La céramique du Bronze final - zones D et E, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 88 p, 72 pl. (Archéologie neuchâteloise, 14 - Hauterive-Champréveyres, 6 :).

Borello M. A., 1993, La céramique du Bronze final, zones A et B, Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie, 91 p., 138 pl. (Archéologie neuchâteloise, 15 - Hauterive-Champréveyres,7).

Bridault A., 1994, « La fragmentation osseuse : modèle d’analyse pour les séries mésolithiques », in : Patou-Mathis M. éd., Outillage peu élaboré en os et bois de cervidés, IV, Actes de la 6e table ronde Taphonomie - Bone Modification, Paris, septembre 1991, Treignes, CEDRARC, p. 155-166 (Artefacts, 9).

Brill R. H., 1992, « Chemical analysis of some glasses from Frattesina », Journal of Glass Studies, vol. 34, p. 11-22.

Briot J.-P., Voilquin D., 1986, Contribution à l’étude comparative de l’usure dentaire en fonction du biotope chez Cervus elaphus (cerf noble), Thèse de 3e cycle, Univ. de Nancy 1, 294 p.

Brun P. dir., 2001, Le cheval symbole de pouvoir dans l’Europe préhistorique, Catalogue de l’exposition du 31 mars au 12 novembre 2001, Nemours, Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 104 p.

Brun P., Mordant C., 1988, « Le Bronze final IIb-IIIa en Île-de-France », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’APRAIF, p. 295-332 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Callou C. éd., 2009,Inventaire archéozoologique de France (Inventaire national du Patrimoine naturel), Paris, Muséum national d'Histoire naturelle, données communiquées le 25 septembre 2009.

Catalogue Ukal, [2008], Le monde du cheval Ukal, Haguenau, éd. Ukal équitation, 355 p.

Chaix L., Méniel P., 1996, Éléments d'archéozoologie, Paris, éd. Errance, 112 p.

Cosyns P., Warmenbol E., Bourgeois J., Degryse P., 2008, « Pre-Roman glass beads in Belgium », in : Annales du 16ème congrès de l’Ass. Internationale pour l’Histoire du Verre, London, 2003, Nottingham 2005, AIHV, p. 323-326.

Coutil L., 1913, « La cachette de fondeur du dépôt de Larnaud (Jura) » in : 9ème congrès préhistorique de France, session de Lons-le-Saunier, p. 451-469.

Croutsch C. dir., avec Alix G., Billot M., Brombacher C., Coppey F., Gratuze B., Leprovost C., Logel T., Martinoli D., Pascutto E., Putelat O., Regert M., Tegel W., Vigreux T., 2008, Erstein ‘Grasweg-PAE’ (Alsace, Bas-Rhin) : les occupations de la fin du IIIe millénaire et de l’Âge du Bronze, Rapport de fouille préventive, Sélestat, PAIR.

Croutsch C., Tegel W., Pascutto É., Logel T., Putelat O., Rieth p., 2009, « Erstein/‘Grasweg-PAE’ (Bas-Rhin, Alsace) : les occupations de la fin du IIIe millénaire et de l’Âge du Bronze : présentation préliminaire », Bull. de l’Ass. pour la promotion des recherches sur l’Âge du Bronze, 6, p. 26-27.

David-Elbiali M., 2000, La Suisse occidentale au IIe millénaire av. J.-C. : chronologie, culture, intégration européenne, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 570 p. (Cahiers d’archéologie romande, 80).

David-Elbiali M., Moinat P., 2005, « Le Bronze final de la Suisse occidentale : révision du cadre chronotypologique, grâce aux découvertes de la nécropole de Lausanne-Vidy (canton de Vaud, Suisse) », Bull. de la Société Préhistorique française, t. 102, n° 3, p. 613-623.

Deffressigne S., Koenig M.-P., Roth-Zehner M., 2009, « Quelques ensembles céramiques d'Alsace et de Lorraine, du Hallstatt D1 à La Tène A : première synthèse typo-chronologique », in : Chaume B. dir., La céramique hallstattienne de France orientale : approches typologique et chrono-culturelle, Actes du colloque international de Dijon, 21-22 nov. 2006, Dijon, Éd. Universitaires de Dijon, p. 249-295 (Coll. Art, archéologie et patrimoine).

Dehn R., 1984, « Eine Höhensiedlung der jüngeren Urnenfelderkultur auf dem Burgberg bei Burkheim, Gemeinde Vogtsburg, Kreis Breisgau-Hochschwarzwald », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, Stuttgart, K. Theiss, p. 53-56.

Dehn R., 1988, « Zum Fortgang der Grabungen in der urnenfelderzeitlichen Höhensiedlunge auf dem Burgberg bei Burkheim, Gemeinde Vogtsburg, Kreis Breisgau-Hochschwarzwald », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, Stuttgart, K. Theiss, p. 58-62.

Driesch A. von den, 1976, A guide to the measurement of animal bones from archeological sites, Cambridge, Harvard University, 136 p. (Peabody Museum Bulletin, 1).

Ducreux F., 2007, « Typo-chronologie des céramiques du groupe Rhin-Suisse-France-Orientale (R.S.F.O.) dans la région dijonnaise », R.A.E.,t56-2007, p. 7-87.

Eckstein D., Bauch J., 1969, « Beitrag zur Regionalisierung eines dendrochronologischen Verfahrens und zur Analyse seiner Aussagesicherheit », Forstwirtschaftliches Zentralblatt, vol. 88, n° 4, p. 230-250.

Éluère F., Mohen J.-P., 1993, « Problèmes des enclumes et des matrices en bronze de l’Âge du Bronze en Europe occidentale », in : Éluère F. dir., Outils et orfèvres des temps anciens, Saint-Germain-en-Laye, Soc. des amis du Musée des antiquités nationales et du château de Saint-Germain-en-Laye, p. 13-22 (Antiquités Nationales, Mémoire 2).

Forrer R., 1937, « Quatre nouveaux cimetières de l’Âge du Bronze et du Fer, Schweighouse, Lingolsheim, Fegersheim et Holtzheim », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, t. 28, n° 105-110, p. 105-139.

Gaucher G., Robert Y., 1967, « Dépôts de bronze de Cannes-Écluses (Seine-et-Marne) », Gallia Préhistoire, t. 10, n° 1, p. 169-223.

Geringer J., 1967, Tierknochenfunde von der Heuneburg, einem frühkeltischen Herrensitz bei Hundersingen an der Donau (Grabungen 1959 und 1963): die Paarhufer ohne die Bovini, Dissertation, Universität München, 89 p., 6 pl. (Naturwissenschaftliche Untersuchungen zur Vor- und Frühgeschichte in Württemberg und Hohenzollern, 5).

Grant A., 1982, « The use of tooth wear as a guide to the age of domestic ungulates », in : Wilson B., Grigson C., Payne S. éd., Ageing and Sexing Animal Bones from Archaeological sites, Oxford, BAR, p. 91-108 (BAR British Series, 109).

Gratuze B., 1999, « Obsidian characterisation by laser ablation ICP-MS and its application to the prehistoric trade in the Mediterranean and the Near East : the sources and distribution of obsidian within the Aegean and Anatolia », Journal of Archaeological Science, vol. 26, p. 869-881.

Gratuze B., BillaudY., 2003, « La circulation des perles en verre dans le Bassin méditerranéen de l'Âge du Bronze moyen jusqu'au Hallstatt », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l'AFAV, Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 11-15 (Monographies Instrumentum, 24).

Gratuze B., Louboutin C., Billaud Y., 1998, « Les perles protohistoriques en verre du musée des Antiquités nationales », Antiquités nationales, n° 30, p. 13-24.

Grigson C., 1982, « Sex and age determination of some bones and teeth of domestic cattle : a rewiew of the literature », in : Wilson B., Grigson C., Payne S. éd., Ageing and Sexing Animal Bones from Archaeological sites, Oxford, BAR, p. 7-23 (BAR British Series, 109).

Grimmer-Dehn B., 1991, Die Urnenfelderkultur im südöstlichen Oberrheingraben, Stuttgart, K. Theiss, 134 p., 122 pl. (Materialhefte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württenberg, 11).

Guilaine J., 1991, « Les premières perles de verre en Méditerranée occidentale », Studia archeologica, n.s., p. 163-172.

Guilaine J., Gratuze B., Barrandon J.-N., 1991, « Les perles de verre du Chalcolithique et de l'Âge du Bronze : analyses d'exemplaires trouvés en France », in : Chevillot C., Coffyn A. dir., L’Âge du Bronze Atlantique, ses faciès, de l’Écosse à l’Andalousie et leurs relations avec le Bronze continental et la Méditerranée, Actes du 1er colloque du Parc archéologique de Beynac, 1er-10 sept. 1990, Sarlat, Ass. des Musées du Sarladais, p. 255-266.

Habermehl K.-H., 1975, Die Alterbestimmung bei Haus- und Labortieren, Berlin/Hambourg, éd. Paul Parey, 216 p.

Habermehl K.-H., 1985, Alterbestimmung bei Wild- und Pelztieren, Berlin/Hambourg, éd. Paul Parey, 223 p.

Haegel B., Kill R., 1985, « Découverte d’une station de l’Âge du Bronze final à Marlenheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 28, p. 71-81.

Hänsel A., 1991, « Der Hortfund von Crévic, ein Urnenfelderzeitliches Handwerkdepot aus Lothringen », Acta Praehistorica et Archaeologica, vol. 22, p. 57-81.

Hartmann G., Kappel I., Grote K., Arndt B., 1997, « Chemistry and technology of prehistoric glass from Lower Saxony and Hesse », Journal of Archaeological Science, vol. 24, p. 547-559.

Hatt J.-J., Zumstein H., 1960, « La découverte d’un four de l’Âge du Bronze final à Cronenbourg », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 4, p. 17-26.

Heintz G.-F., 1953, « Observations archéologiques à Achenheim-Bas de 1936 à 1952 », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, t. 133, p. 45-48.

Henderson J., 1988, « Electron probe microanalysis of mixed-alkali glasses », Archaeometry, vol. 30, n° 1, p. 77-91.

Henderson J., 1993, « Chemical analysis of the glass and faience from Hauterive-Champréveyres, Switzerland », in : Rychner-Faraggi A.-M., Métal et parure au Bronze final, Neuchâtel/Saint-Blaise, Musée cantonal d’archéologie/éd. Zwahlen, p. 111-117 (Archéologie neuchâteloise, 17 - Hauterive-Champréveyres, 9).

Hollstein E., 1980, Mitteleuropäischen Eichenchronologie. Trierer Dendrochronologische Forschungen zur Archäologie und Kunstgeschichte, Mayence, Ph. von Zabern, 273 p., 67 fig. (Trierer Grabungen und Forschungen, 11).

Horard-Herbin M.-P., 1997, Le village celtique des Arènes à Levroux : l'élevage et les productions animales dans l'économie de la fin du second Âge du Fer, Tours, Revue Archéologique du Centre de la France, 206 p. (12ème Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Kerouanton I., 1999, Les stations littorales immergées du lac du Bourget (Savoie) à l’Âge du Bronze final, Doctorat, univ. Paris I, inédit.

Koch H., G. Meixner, 2004, « ‘Atting’ ‘Aufeld’ : eine Großsiedlung der Urnenfelderzeit mit hölzernen Brunnenanlagen », Archäologie in Bayern, p. 49-55.

Kubach W.,1977, Die Nadeln in Hessen und Rheinhessen, Munich, C. H. Beck, 636 p., 132 pl. (Prähistorische Bronzefunde, 13, 3 ; Band : Nadeln).

Lack B., Lack J., Voegtlin C., 1988, « Une tombe à incinération du Bronze final à Illfurth (Haut-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 4, p. 67-74.

Lafage F., Auxiette G., Brunet P., Delattre V., Le Jeune Y., Martial E., Matterne V., 2007, « Changis-sur-Marne ‘Les Pétreaux’ : trois siècles d'évolution d'établissements ruraux de la fin du Bronze final au début du premier Âge du Fer », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 104, n° 2, p. 307-341.

Lasserre M., 1994, « Témoignages d’occupation protohistorique à Lingolsheim, les Sablières modernes (Bas-Rhin), 1989-1992 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 37, p. 49- 57.

Lasserre M., 1998, « Découvertes récentes de la période fin Bronze moyen/début Bronze final dans le département du Bas-Rhin », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 14, p. 135-146.

Lasserre M., Michler M., 2003, « Deux gros outils en alliage cuivreux de la fin du Bronze final découverts sur les fouilles 2002 au Hexenberg (Bas-Rhin) », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 100, n° 4, p. 791-797.

Latron D., Boës É., Cicutta H., 2008, Wiwersheim, complexe sportif et zone de loisirs (Bas-Rhin) : habitats du Néolithique ancien, du premier et du second Âge du Fer et de la période gallo-romaine, D.F.S. de fouilles d’archéologie préventive, Strasbourg, Inrap Grand-Est-Sud, inédit.

Leuvrey J.-M., 1999, L’industrie lithique du Bronze final : étude typo-technologique, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 196 p. (Archéologie neuchâteloise, 24 - Hauterive-Champréveyres, 12).

Logel T., 2004, Les outils du Bronze final du dépôt de Larnaud : approche typologique et comparative, Mémoire de Master 1. Dijon, Univ. de Bourgogne, inédit.

Logel T., 2008, Les dépôts de métal en milieu fluvial et humide et l'occupation du sol à l'Âge du Bronze en Alsace et au Pays de Bade, Mémoire de Master 2, Univ. de Bourgogne/Univ. de Franche-Comté, inédit.

Magny M., Maise C., Jacomet S., Burga C. A., 1998, « Les oscillations du climat pendant l’Âge du Bronze », in : Hochuli S., Niffeler U., Rychner V. éd., Âge du Bronze, Bâle, Société suisse de préhistoire et d'archéologie, p. 135-140 (SPM : La Suisse du Paléolithique à l'aube du Moyen Âge, 3).

Maise C., Lasserre M., 2005, « L’habitat de Colmar ‘Diaconat’ et la définition du Bronze final III en Alsace », in : Adam A.-M. dir., La céramique d’habitat du Bronze final III à La Tène ancienne : recherches de Protohistoire alsacienne, Dijon, p. 9-74 (23ème suppl. à la R.A.E).

Méniel P. éd., 1984, Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie du Néolithique à la fin de l’Âge du Fer, Amiens, Soc. de Préhistoire du Nord et de Picardie, 56 p. (Revue archéologique de Picardie, Numéro spécial).

Méniel P., 1987, « Étude de la faune des niveaux du Bronze final de Catenoy ‘Le Camp de César’ », in : Les relations entre le continent et les Îles Britanniques à l'Âge du Bronze, Actes du colloque tenu dans le cadre du 22ème congrès Préhistorique de France (1987), Soc. Préhistorique Française/Revue Archéologique de Picardie, p. 211-221 (Revue Archéologique de Picardie, Numéro spécial).

Méniel P., 1994, « La faune du site de l’Âge du Bronze et du premier Âge du Fer de Rosheim Bischenabwand », in : Röder B., Rosheim ‘Bischenabwand’, D.F.S. de sauvetage programmé 15/11/93 - 15/01/94, Strasbourg, AFAN/SRA, 7 p. et 18 fig., inédit.

Millotte J.-P., 1963, Le Jura et les plaines de la Saône aux âges des métaux, Paris, éd. Les Belles Lettres, 2 vol., 455 p., pl. (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 59 - Archéologie, 16).

Millotte J.-P., 1993, « À la recherche des artisans et commerçants de l’Âge du Bronze, l’exemple du dépôt de Larnaud (Jura) : essai sur les apports de la typologie », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 36, p. 34-51.

Mombert-Rohmer M., 1993, Contribution à l’étude du faciès Haut-Rhinois du Bronze final : les fosses 56 (Colmar) et 36 (Ensisheim), Mémoire de Maîtrise, Univ. de Strasbourg, inédit.

Muller F., Nicolas T., Auxiette G., 2008, « La céramique Rhin-Suisse-France Orientale de Malay-le-Grand ‘les Bas Musats’ : un ensemble de la phase récente du Bronze final IIIa dans l’Yonne », R.A.E., t. 57-2008, p. 389-402.

Müller-Karpe H., 1959, Beiträge zur Chronologie der Urnenfelderzeit nördlich und südlich der Alpen, Berlin, de Gruyter, 2 vol., 334 p., 311 pl. (Römisch-germanische Forschungen, 22).

Nicolardot J.-P., Gaucher G., 1975, Typologie des objets de l’Âge du Bronze en France. 5, Outils, Paris, Soc. Préhistorique Française, 134 p.

Nicolas T., 2007, « Le Rhin-Suisse-France Orientale en Alsace : un état de la question », Bilan scientifique de la région Alsace, Hors-série 1/2, Préhistoire et âges des métaux, Paris, Min. de la culture et de la communication, Dir. de l'architecture et du patrimoine, p. 119-124.

Nicolas T., 2009, « Les manifestations identitaires à travers les styles céramiques de la culture Rhin-Suisse-France Orientale dans le Jura », in : Richard A., Barral P., Daubigney A., Kaenel G., Mordant C., Piningre J.-F., L’Isthme européen Rhin-Rhône-Saône dans la Protohistoire : approches nouvelles en hommage à Jacques-Pierre Millotte, Actes du colloque de Besançon, 16-18 oct. 2006, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 265-277 (Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 860 - Environnement, sociétés et archéologie, 13).

Oberkampf M., 1997, Âge du Bronze en Haute-Savoie. Tome 1, En-dehors des stations littorales, Annecy, éd. Musée-Château d’Annecy, 213 p.

Pascutto E., 2007, Les fosses du Bronze final de Marlenheim ImGewinkel, Mémoire de Master 2, Univ. de Strasbourg, inédit.

Payne S., 1973, « Kill-off patterns in sheep and goats : the mandible from Asvan Kale », Anatolian Studies, vol. 23, n° 2, p. 281-303.

Payne S., 1987, « References Codes for Wear States in the Mandibular Cheek Teeth of Sheep and Goats », Journal of Archaeological Science, vol. 14, p. 609-614.

Pernot M., 1998, « L’organisation de l’atelier du bronzier », in : Mordant C., Pernot M., Rychner V. dir., L'atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère. Tome II : Session de Dijon : Du minerai au métal, du métal à l'objet, Actes du colloque international Bronze’ 96, Neuchâtel et Dijon, 4-9 mars 1996, Paris, éd. du CTHS, p. 107-116 (Documents préhistoriques, 10).

Pétrequin P., Chaix L., Pétrequin A.-M., Piningre J.-F., 1985, La grotte des Planches près Arbois (Jura) : Proto-Cortaillod et Âge du Bronze final, Paris, éd. de la Maison des sciences de l'homme, 273 p. (Archéologie et culture matérielle).

Peytremann É., Boës É., Girard P., Jodry F., Schneider N., 2006, Erstein (Bas-Rhin) ‘Grasweg’ : Parc d’Activités Économiques, Rapport de diagnostic, Strasbourg, INRAP.

Piette J., Simonin D., Leclerc S. dir., 1999, L’âge d’or de l’Âge du Bronze : les vallées de la Seine et de l’Yonne aux XIIIe et XIIe siècles avant J.-C., Musée municipal Paul Dubois-Alfred Boucher, Nogent-sur-Seine, 11 juin-5 décembre 1999, Musée de Préhistoire d’Île-de-France, Nemours, 29 janvier-3 septembre 2000, Nemours, Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 82 p.

Piningre J.-F., 1988, « Le groupe Rhin-Suisse-France-orientale en Alsace : genèse et évolution », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’APRAIF, p. 179-191 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Piningre J.-F., 2004, « Le dépôt de Villars-sous-Dampjoux (Doubs) et les dépôts de la phase moyenne du Bronze final dans le Jura », R.A.E., t. 53, p. 5-20.

Poplin F., 1993, « Que l’homme cultive aussi bien le sauvage que le domestique », in : Desse J., Audoin-Rouzeau F. dir.,Exploitation des animaux sauvages à travers le temps, Actes des XIIIèmes Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes ; IVème colloque international de l'Homme et l'animal, Société de recherche interdisciplinaire, 15-17 oct. 1992, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 527-539.

Poplin F., 1996, « Les cerfs harnachés de Nogent-sur-Seine et le statut du cerf antique », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 140, n° 1, p. 393-421.

Poulain T., 1973, « Vauvretin, commune d'Epervans (Saône-et-Loire) : gisement du Curtil-Brenot à Ouroux-sur-Saône (Saône-et-Loire). Étude de la faune », in : Bonnamour L., « Fouille d’un habitat de la fin de l’Âge du Bronze à Epervans (Saône-et-Loire) », R.A.E., t. 24, fasc. 1, p. 99-123.

Poulain T., 1985, « Les os d’animaux », in : Bonnet C., Plouin S., Lambach F., « Linsenbrunnen II, un nouveau secteur de la station d'altitude de Hohlandsberg (commune de Wintzenheim, Haut-Rhin) », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 82, n° 10-12, p. 484-485.

Poulain T., 1990, « Annexe 3 : La faune », in : Bonnet C., Plouin S., Lambach F. dir., « IIIe partie : Le site protohistorique de Colmar-Sud », R.A.E., t. 41, fasc. 1, p. 39-45.

Poulain T., 2003, « Annexe. Étude de la faune. Châtelet d'Étaules (faune mise au jour avant 1996) », in : Nicolardot J.-P., L'habitat fortifié Pré- et Protohistorique en Côte-d'Or : les camps de Myard à Vitteaux et du Châtelet d'Étaules dans le contexte archéologique régional (du Ve millénaire au IVe siècle avant J.-C.), Dijon, p. 223-234 (19ème Suppl. à la R.A.E.).

Raftery B., Henderson J., 1983, « Some glass beads of the Later Bronze Age in Ireland », in :  Harvernik T. E., Frey O.-H., Matthäus H., Braun C., Glasperlen der vorrömischen Eisenzeit I, Mainz am Rhein, Ph. von Zabern, p. 39-53 (Marburger Studien zur Vor- und Frühgeschichte, 5).

Reiss B., 1967, Tierknochenfunde von der Heuneburg, einem frühkeltischen Herrensitz bei Hundersingen an der Donau : Grabungen 1964 und 1965. Nichtwiederkäuer,Dissertation Universität München (Naturwissenschaftliche Untersuchungen zur Vor- und Frühgeschichte in Württemberg und Hohenzollern, 4).

Ribaux P., 1986, Cortaillod-Est, un village du Bronze final, 3. L’homme et la pierre, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 140 p. (Archéologie neuchâteloise, 3).

Röder B., avec la collab. de Méniel P., 1994, Rosheim ‘Bischenabwand’, D.F.S., Strasbourg, AFAN/SRA Alsace.

Roscio M., 2006, Fegersheim ‘Ohnheim’ (Bas-Rhin) : étude d’une nécropole à incinérations du Bronze final IIIa, Mémoire de Master 1, Univ. de Bourgogne, inédit.

Rouvinez F., Studer J., Tegel W., 1998, « Marin NE-Le Chalvaire : habitat de l’Âge du Bronze moyen », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie, vol. 81, p. 59-118.

Rychner V., 1979, L’Âge du Bronze final à Auvernier (lac de Neuchâtel, Suisse) : typologie et chronologie des anciennes collectionsconservées en Suisse, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 2 vol. (Cahiers d’Archéologie romande, 15-16 - Auvernier, 1-2).

Rychner V., 1984, « Précisions sur les bracelets gravés lacustres du dépôt de Ray-sur-Saône », in : Éléments de Pré- et Protohistoire européenne : hommages à Jacques-Pierre Millotte, Paris, éd. Les Belles Lettres, p. 399-406 (Annales littéraires de l'Université de Besançon, 299 - Archéologie, 32).

Rychner V., 1998, « L’Âge du Bronze final, Suisse occidentale et Valais », in : Hochuli S., Niffeler U., Rychner V. éd., Âge du Bronze, Bâle, Soc. suisse de Préhistoire et d'Archéologie, p. 70-79 (SPM : La Suisse du Paléolithique à l'aube du Moyen Âge, 3).

Rychner-Faraggi A.-M., 1993, Métal et parure au Bronze final, Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie/Saint-Blaise, éd. Zwahlen, 124 p., 129 pl. (Hauterive-Champréveyres, 9 - Archéologie neuchâteloise, 17).

Schaeffer F.-A., 1926, Les tertres funéraires préhistoriques de la Forêt de Haguenau : I. Les tumulus de l’Âge du Bronze, Haguenau, Musée de Haguenau, 279 p.

Schauer P., 1995, « Stand und Aufgaben der Urnenfelderforschung in Süddeutschland », in : Beiträge zur Urnenfelderzeit nördlich und südlich der Alpen : Ergebnisse eines Kolloquiums / Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Forschungsinstitut für Vor- und Frühgeschichte, Bonn, éd. Habelt, p. 121-199 (Monographien RGZM, Forschungsinstitut für Vor- und Frühgeschichte, 35).

Schibler J., Studer J., 1998, « Élevage et chasse à l’Âge du Bronze en Suisse », in : Hochuli S., Niffeler U., Rychner V. éd., Âge du Bronze, Bâle, Société suisse de préhistoire et d'archéologie, p. 171-191 (SPM : La Suisse du Paléolithique à l'aube du Moyen Âge, 3).

Schwab H., 2002, Les artisans de l’Âge du Bronze sur la Broye et la Thielle, Fribourg, éd. Universitaires, 270 p. (Archéologie fribourgeoise, 16 - Archéologie de la 2e correction des eaux du Jura, vol. 3).

Sell Y., Berchiold J.-P., Callot H., Hoof M., Gall J.-C., Walter J.-M., 1998, L’Alsace et les Vosges : géologie, milieux naturel, faune et flore, Lausanne/Paris, éd. Delachaux et Niestlé, 352 p. (Coll. La Bibliothèque naturaliste).

Stampfli H. R., 1963, « Wisent, Bison bonasus (Linné, 1758), Ur, Bos primigenius Bojanus, 1827, und Hausrind, Bos taurus Linné, 1758 », in : Boessneck J., Jéquier J.-P., Stampfli H. R., Seeberg Burgäschissee-Süd. Teil 3. Die Tierreste, Bern, Stämpfli et Cie, p. 117-196.

Studer J., 1998, La faune de l’Âge du Bronze final du site d’Hauterive-Champréveyres (Neuchâtel, Suisse) : synthèse de la faune des sites littoraux contemporains, Thèse de doctorat, Genève, Univ. de Genève, Faculté des Sciences, Section de Biologie, dactylographié, Muséum d’histoire naturelle, 1991, 318 p., inédit.

Teichert M., 1969, « Osteometrische Untersuchungen zur Berechnung der Widderisthöhe bei vor- und frühgeschichtlichen Schweinen », Kühn-Archiv, 83, p. 237-292.

Thery-Parisot I., Brugal J.-P., Costamagno S., Guilbert R., 2004, « Conséquences taphonomiques de l’utilisation des ossements comme combustible : approche expérimentale », Les Nouvelles de l’Archéologie,95, p. 19-22.

Thevenot J.-P., 1991, L’Âge du Bronze en Bourgogne : le dépôt de Blanot, Côte-d’Or, Dijon, 158 p. (11ème suppl. à la R.A.E.).

Thevenot J.-P., 1998, « Un outillage de bronzier : le dépôt de la Petite Laugère, à Génelard (Saône-et-Loire, France) », in : Mordant C., Pernot M., Rychner V., L'atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère. Tome II, Session de Dijon : Du minerai au métal, du métal à l'objet, Actes du colloque international Bronze’ 96, Neuchâtel et Dijon, 4-9 mars 1996, Paris, éd. du CTHS, p. 123-144 (Documents préhistoriques, 10).

Thouvenin A., Thevenot J.-P., 1998, « Au sujet de l’utilisation des ‘ciselets’ de bronze provenant du dépôt de la Petite Laugère, à Génelard (Saône-et-Loire) », R.A.E., t. 49, p. 366-370.

Treffort J.-M., 2000, Reischstett-Mundolsheim-Souffelweyersheim (67)(RMS), ‘rue Ampère’, T. VI : Périodes protohistoriques, D.F.S. de sauvetage, Strasbourg, AFAN/SRA Alsace, inédit.

Van den Boom H.,1989,Keramische Sondergruppen der Heuneburg, Mainz am Rhein, Ph. von Zabern, 240 p., 140 pl. (Römisch-germanische Forschungen, 47 - Heuneburgstudien, 7).

Van den Brink F.-H., 1971, Guide des mammifères d’Europe, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 263 p.

Van Geel B., Magny M., 2002, « Mise en évidence d’un forçage solaire du climat à partir de données paléoécologiques », in : Richard H., Vignot A. dir., Équilibres et ruptures dans les écosystèmes durant les 20 derniers millénaires en Europe de l’Ouest, Actes du colloque international de Besançon, sept. 2000, Besançon, Presses Univ. Franc-comtoises, p. 107-122 (Annales Littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 730 - Environnement, sociétés et archéologie, 3).

Vigne J.-D., 1988, Les mammifères post-glaciaires de Corse : étude archéozoologique, Paris, éd. du CNRS, 337 p. (26ème Suppl. à Gallia Préhistoire).

Vigne J.-D., 1993, « Domestication ou appropriation pour la chasse : histoire d’un choix socio-culturel depuis le Néolithique : l’exemple des cerfs (Cervus) », in : Desse J., Audoin-Rouzeau F. dir.,Exploitation des animaux sauvages à travers le temps, Actes des XIIIe Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes ; IVe colloque international de l'Homme et l'animal, Société de recherche interdisciplinaire, 15-17 oct. 1992, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 201-220.

Warmenbol E., 1995, « L’Âge du Bronze final en Haute Belgique : bilan et perspectives », in : Erbach M., Beiträge zur Urnenfelderzeit nördlich und südlich der Alpen : Ergebnisse eines Kolloquiums, Bonn, R. Habelt, p. 65-90 (Monographien RGZM, 35).

Wels-Weyrauch U., 1978, Die Anhänger und Halsringe in Südwestdeutschland und Nordbayern, Munich, C. H. Beck, 214 p., 122 pl. (Prähistorische Bronzefunde, 11, 1).

WillburgerL., 1983, Tierknochenfunde von der Heuneburg, einem frühkeltischen Herrensitz bei Hundersingen an der Donau (Grabungen 1966-1979) : die Schweine, Dissertation, Universität München.

Wolf J.-J., 1972, « La station du Bronze final d’Uffheim-Niederer Linsenberg », Bull. du Musée historique de Mulhouse, t. 80, p. 29-45.

Wolf J.-J., 1989, « Un dépôt de crémation du Bronze final d’Uffheim (Haut-Rhin) »,in : Plouindir., L’Alsace celtique, 20 ans de recherches, Colmar, p. 43-45.

Zehner M., Bakaj B., 2001, Ensisheim lieu-dit ‘Reguisheimerfeld’ THK 2000 (Haut-Rhin), D.F.S. de fouilles de sauvetage urgent,Strasbourg, SRA Alsace/ ANTEA.

Zehner M., Bakaj B., Wolf J.-J., 2002, Ungersheim Bioscope tranche 1, Rapport de diagnostic, Strasbourg, ANTEA/SRA Alsace.

Zumstein H., 1966, L’Âge du Bronze dans le département du Haut-Rhin, Bonn, R. Habelt, 172 p.

Notes

1  L’appréciation et l’enregistrement des âges dentaires relatifs et absolus sont codés et estimés :

- pour les bovinés d’après les travaux de Grant, 1982, de Grigson (revue de données bibliographiques de 1982), d’Habermehl, 1975, de Barone, 1997. La cohérence des résultats est confrontée avec les usures dentaires d’individus d’âges connus provenant de collections de comparaison (Muséum d’histoire naturelle de Genève) ainsi qu’avec des squelettes archéologiques complets (Putelat, 2007) ;

- pour les caprinés d’après Payne, 1973 et 1987 et Blaise, 2006 ;

- pour les suidés, d’après Grant, 1982 et Horard-Herbin, 1997 ;

- pour les cervidés d’après Habermehl, 1985, Briot, Voilquin, 1986.

2  Nous utilisons, pour l’étude de « l’âge osseux », les âges moyens de soudure des épiphyses de Barone, 1986 ainsi que les travaux d’Habermehl, 1975 et 1985.

3  Les fragments noirs, carbonisés, ont subi soit « une combustion oxydante à faible température ou de faible durée (foyer temporaire ou os déposé à la périphérie du feu) », soit « une combustion réductrice à plus haute température (os inclus dans un épais tapis de braises ou brûlés dans un four fermé à des fins artisanales) ». Les restes blancs à gris-bleus, calcinés, « ont de toutes façons subi une forte température en milieu oxydant (foyer prolongé) » (Vigne, 1988, p. 43).

4  La comparaison ostéométrique avec les squelettes de référence du département d’archéozoologie du Muséum d’histoire naturelle de Genève permet d’écarter l’hypothèse de la présence du loup.

5  T. Poulain (1990, p. 42) cite à Colmar « Route de Rouffach » au Rubané « un fragment de frontal avec la base de la cheville osseuse gauche d’un (bison) adulte ».

6  Les ceintures appartiennent au squelette cingulaire. Chez les mammifères de la triade domestique, il est représenté par la scapula pour la ceinture thoracique et par l’os coxal, pour la ceinture pelvienne. Le stylopode correspond au segment proximal de chaque membre : bras (humérus) pour le membre thoracique, cuisse (fémur) pour le membre pelvien. Le zeugopode correspond au segment médian : avant-bras (radius et ulna), jambe (tibia et fibula). L’autopode correspond au segment distal du membre (main pour le membre thoracique et pied pour le membre pelvien). Il est subdivisé en trois étages : le carpe/ou tarse, le métapode, les doigts (Barone, 1986, p. 39 et 41).

7  C’est le cas de l’échantillon faunique du Bronze final IIIb de Nanteuil-sur-Aisne (Méniel, 1984). Le contexte archéologique de cet ensemble de fosses est mal connu. Il reste donc délicat d’interpréter la présence de 63 restes de faune sauvage (59 restes de cervidés, quatre ossements de lièvre, de chat forestier, de lynx et de blaireau) parmi 239 restes déterminés. C’est aussi le cas des fosses 14 et 15, au Bronze final IIIb à Rosheim « Bischenabwand » (Bas-Rhin), où dix restes de faune sauvage s’insèrent parmi 52 restes déterminés (Méniel, 1994).

8  La comparaison des proportions de gibier observées sur ce site (moyenne des zones 1 et 3) avec celles relevées sur d’autres sites synchroniques a été grandement facilitée par la réponse donnée à une requête effectuée auprès de l’Inventaire Archéozoologique et Archéobotanique de France « I2AF » (Callou, 2009).

9  Le poids moyen d’un bison d’Europe, 800 à 1000 kg, sa hauteur au garrot, 180-195 cm ; le poids d’un ours, 80 à 350 kg (Van den Brink, 1971).

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Croutsch, Willy Tegel, Théophane Nicolas, Émilie Pascutto, Céline Leprovost, Magalie Billot, Bernard Gratuze, Thierry Logel et Olivier Putelat, « Les sites protohistoriques d’Erstein « Grasweg-PAE » (Alsace, Bas-Rhin) : l’occupation Rhin-Suisse-France-Orientale », Revue archéologique de l'Est, Tome 60 | 2011, [En ligne], mis en ligne le 29 novembre 2012. URL : http://rae.revues.org/6799. consulté le 25 juillet 2014.

Auteurs

Christophe Croutsch

PAIR, 2 allée Thomas Edison ZA Sud – CIRSUD, F-67600 Sélestat et UMR 7044 « Étude des Civilisations de l'Antiquité » Maison des Sciences de l'Homme-Alsace, 5 allée du Général Rouvillois, C 50008, F-67083 Strasbourg Cedex.

Willy Tegel

Universität Freiburg, Institut für WaldwachstumTennenbacher Strasse 4, D-79106 Freiburg i. B.

Théophane Nicolas

Inrap Direction GO, 37 rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Cedex et UMR 7041 « Protohistoire européenne » Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, F-92023 Nanterre Cedex.

Articles du même auteur

Émilie Pascutto

PAIR, 2, allée Thomas Edison ZA Sud – CIRSUD, F-67600 Sélestat.

Céline Leprovost

PAIR, 2, allée Thomas Edison ZA Sud – CIRSUD, F-67600 Sélestat.

Magalie Billot

UMR 7044 « Étude des Civilisations de l'Antiquité », Maison des Sciences de l'Homme-Alsace, 5 allée du Général Rouvillois, C 50008, F-67083 Strasbourg Cedex.

Bernard Gratuze

Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux, UMR 5060 du CNRS, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, Université d'Orléans et Université de Technologie de Belfort-Monbéliard, Centre Ernest-Babelon, 3D rue de la Férollerie, F-45071 Orléans Cedex.

Thierry Logel

PAIR, 2, allée Thomas Edison ZA Sud – CIRSUD, F-67600 Sélestat.

Olivier Putelat

PAIR, 2 allée Thomas Edison, ZA Sud – CIRSUD, F-67600 Sélestat et UMR 7041 « Archéologie environnementale » Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, F-92023 Nanterre cedex.

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés