Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Isabelle Fauduet

Cattelain P., Paridaens N. éd., Le sanctuaire tardo-romain du « Bois des Noël » à Matagne-la-Grande : nouvelles recherches (1994-2008) et réinterprétation du site

Bruxelles, Treignes, 2009, 139 p. (Études d’archéologie 2 – Artefacts, 12).
p. 583-584

Texte intégral

1Voici une nouvelle publication de ce sanctuaire du territoire des Tongres, réétudié à la lumière des recherches récentes. Cet ouvrage collectif, de belle présentation et accompagné de photos couleur, présente d’abord le site dans son contexte historique et géographique avant de retracer l’historique des recherches : celles du Cerea de Doische, qui ont mis au jour un premier temple dans un enclos trapézoïdal et des structures annexes, près d’un siècle après une première exploration ; puis, à partir de 1994, celles du Cedarc de Treignes, quelques années après que la forêt a recouvert les vestiges, dans le cadre d’une mise en valeur ; sont alors dégagés totalement le mur d’enceinte et le portique de façade, tandis qu’à l’est du temple, un second fanum est apparu et qu’une fosse interprétée comme un bassin s’avère être une cavité naturelle. Enfin, des sondages complémentaires sont menés par le Cedarc et l’Université Libre de Bruxelles, notamment à l’extérieur du sanctuaire.

2Dans le troisième chapitre, N. Paridaens et P. Cattelain présentent les résultats des fouilles effectuées entre 1994 et 2008 en donnant pour chaque phase la description des structures, avec une synthèse sur le mobilier. Les deux temples, à plan centré de forme carrée, sont édifiés l’un et l’autre au début du IVe s. sur un terrain vierge de toute construction. La forme trapézoïdale de l’enceinte reste inexpliquée, tandis que l’espace vide face à l’entrée pourrait être destiné aux cérémonies. Des réaménagements ont lieu vers les années 350 avec l’implantation d’un double portique de part et d’autre de l’entrée de l’enceinte – tel qu’on en rencontre dans l’ouest de la Gaule, face aux temples, mais pas tout à fait dans l’axe ; une salle d’angle est ouverte à la fois sur le portique et sur l’extérieur. Un troisième  bâtiment cultuel, abritant un socle, est aménagé un peu plus tard à l’est du sanctuaire. Ce dernier, dont presque aucun élément de décor architectural n’est conservé, sera fréquenté jusqu’au début du Ve s. Une terrasse artificielle, mise au jour à 150 m de l’enceinte et formée de remblais nivelant la pente naturelle, est analysée dans le chapitre suivant. Serait-elle un point de halte ou d’observation ? Elle tombe en désuétude dès le milieu du IVe s.

3Le mobilier étudié dans le chapitre 5 provient des fouilles récentes. Il comprend en particulier une intéressante série monétaire, s’échelonnant, pour l’essentiel, de la seconde moitié du IIIe s. au début du Ve (principalement derniers bronzes des ateliers du nord de la Gaule). L’examen approfondi du monnayage par J.-M. Doyen qui a appliqué une méthode de calcul statistique avec indices de fréquence, en tenant compte des monnaies recueillies antérieurement (829 en tout), indiquerait que le sanctuaire n’a été fondé que vers les années 320, plus tard que ce qui avait été proposé auparavant. L’auteur souligne la proportion importante d’espèces à valeur haute dans les dépôts par rapport aux découvertes isolées. Le reste du mobilier livre peu d’indices pour la chronologie et les pratiques cultuelles. Il est composé de céramiques tardives : sigillée d’Argonne et céramique de l’Eifel, céramique commune sombre typique du nord de la Gaule ; la céramique modelée est bien représentée. On soulignera la présence de tegulae portant l’estampille TRAVCPSB, caractéristique des sites de l’Entre-Sambre-et-Meuse au IIIe s. et donc encore utilisée au début du siècle suivant.

4Si l’analyse de la répartition du numéraire révèle des dépôts, en particulier dans des fosses aux angles de la salle située à l’extrémité du portique, les auteurs relèvent dans la synthèse qu’on ignore tout des divinités honorées et du statut du sanctuaire. Ils soulignent qu’il est implanté dans une région restée occupée après les incursions barbares de la seconde moitié du IIIe s., avec une série de villae, sépultures, fortifications entre Matagne et la vallée du Viroin. Un des faits frappants est donc qu’une communauté a continué à fréquenter un sanctuaire jusqu’au début du Ve s., un des plus vastes de la région, en lien avec un maintien des populations. Cette fréquentation a été observée sur d’autres sites comme ceux de Matagne-la-Petite, Liberchies ou, plus au sud, de Bennecourt et Halatte, surtout dans les campagnes. Qui étaient les dévots, quel rôle avait la terrasse, qui a financé cet ensemble cultuel dont on ignore la parure monumentale, voici des questions que l’on peut se poser. Sa situation, ses dimensions et les aménagements annexes plaident en tout cas pour un complexe communautaire. Cette publication fait donc relancer utilement le débat sur la permanence ou non de pratiques jusqu’au Ve siècle, comme sur la circulation monétaire et donc les échanges après le IIIe siècle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Fauduet, « Cattelain P., Paridaens N. éd., Le sanctuaire tardo-romain du « Bois des Noël » à Matagne-la-Grande : nouvelles recherches (1994-2008) et réinterprétation du site », Revue archéologique de l'Est, Tome 60 | 2011, [En ligne], mis en ligne le 29 novembre 2012. URL : http://rae.revues.org/6832. consulté le 23 décembre 2014.

Auteur

Isabelle Fauduet

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés