Navigation – Plan du site
Articles

Une nouvelle analyse de l’hypogée néolithique des Mournouards II au Mesnil-sur-Oger (Marne)

Arnaud Blin
p. 35-54

Résumés

La fouille de l’hypogée des Mournouards II (Marne), dirigée par André Leroi-Gourhan, a marqué un tournant dans l’histoire de l’étude des sépultures collectives. Cinquante ans après, il s’est révélé nécessaire d’en reprendre les données pour éclairer le monument aux lumières des dernières découvertes archéologiques. La collection anthropologique a été reprise pour analyser la répartition des os isolés que la publication originelle avait mis de côté. Cette démarche a permis de définir la dimension temporelle du fonctionnement de l’hypogée. Il a ainsi été possible d’affiner le NMI et de distinguer au moins deux phases d’inhumation par la démonstration de l’existence d’une vidange. En entrecroisant ces informations avec la répartition du mobilier, le monument s’est révélé moins homogène qu’il ne semblait être, en dévoilant trois zones d’inhumation autonomes, caractérisées par différents niveaux de dépôts individuels et collectifs de mobilier.

Haut de page

Texte intégral

1La fouille de l’hypogée des Mournouards II au Mesnil-sur-Oger (Marne), dirigée par André Leroi-Gourhan, a marqué un tournant dans l’histoire de l’archéologie funéraire. Les travaux de terrain ont été réalisés en 1960 avant de déboucher sur la publication bi humains. Pour A. Leroi-Gourhan et son équipe, ils ne pouvaient être compris sans l’analyse de leur contexte. L’analyse spatiale était ainsi définie, permettant une compréhension plus fine du fonctionnement en connue dans Gallia Préhistoire, en 1962 (Leroi-Gourhan et alii, 1962). La volonté de restituer les gestes des vivants a nécessité une prise en compte de l’ensemble du contenu de la sépulture, dont les restes de la sépulture. De nouvelles méthodes de fouilles et de travail en laboratoire furent mises au point, ce qui explique que les Mournouards II soient l’hypogée marnais le mieux fouillé et le mieux compris à ce jour.

2Cinquante ans après, l’approfondissement de deux axes de recherches a rendu pertinente une reprise des données : l’attribution chrono-culturelle du site et le renouvellement des interprétations sur les pratiques funéraires. Les Mournouards II manquent en effet d’un cadre chronologique précis. L’attribution au Seine-Oise-Marne (S.O.M) à l’époque n’est aujourd’hui plus valable. Le travail collectif réalisé depuis 2001 dans le cadre d’un PCR sur la fin du Néolithique a permis de redessiner la chronologie de cette période dans le Centre-Nord de la France, en distinguant désormais plusieurs étapes pour le Néolithique récent et final (Salanova et alii, 2011).

3Toute une série d’observations novatrices ont été faites sur les dispositifs funéraires et le processus d’inhumation (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 78-90). Depuis la publication des Mournouards II, la façon d’appréhender et d’analyser une sépulture collective a été largement modifiée. Elle n’est plus perçue comme un lieu clos et statique. Une sépulture collective est un espace en évolution constante dans lequel plusieurs corps ont été déposés successivement, au fur et à mesure des décès (Leclerc, Tarrête, 1988). Les pratiques funéraires ne s’arrêtent pas une fois les corps déposés : les squelettes peuvent être réduits, les os rangés pour faire de la place à de nouvelles inhumations (Chambon, 2003), une couche d’inhumations vidangée totalement ou partiellement (Duday, 1978 ; Masset, Soulierdir., 1995). Est-il possible de préciser les gestes effectués dans la sépulture des Mournouards grâce à la reprise de la documentation, du mobilier et de la collection anthropologique ?

  • 1  Maîtrise réalisée à l’Université de Paris X / Nanterre, sous la direction de Mme Catherine Perlès, (...)

4C’est dans cette perspective que notre travail, tiré d’un mémoire de maîtrise1, a été réalisé. La démarche se veut complémentaire de celle proposée il y a cinquante ans. L’approche spatiale doit aujourd’hui être complétée par la définition de la temporalité ou de l’amplitude temporelle des gestes funéraires qui ont été pratiqués. L’accent sera notamment mis sur la détermination des remaniements réalisés sur les os isolés, en grande partie mis de côté dans la publication originelle. Leur compréhension permettra de relire d’un œil nouveau l’histoire du fonctionnement de l’hypogée.

1. Présentation du site

I.1. Architecture du monument

5L’hypogée se situe au lieu-dit « Les Mournouards » au Mesnil-sur-Oger, dans la Marne. Deux autres hypogées ont en réalité été découverts sur cette commune. Le premier l’a été en 1845 (Bailloud, 1974). Il n’a été observé que sommairement ; le mobilier n’a pas été recueilli et le monument est aujourd’hui détruit. La chambre funéraire aurait été ronde, avec une banquette circulaire. Les observations font état de squelettes inhumés assis sur la banquette avec un espace entre chaque groupe d’ossements. Aucun objet en fer ou en bronze n’a été découvert. Le second, aujourd’hui appelé « Les Mournouards I », est un hypogée à une seule chambre, dépourvu d’antégrotte (Coutier, Brisson, 1959). L’extension des travaux sur cette grotte entraîna le percement accidentel du plafond des Mournouards II.

6Les Mournouards II est un hypogée à antégrotte dont la chambre sépulcrale est divisée en deux par des piliers latéraux (fig. 1). Son orientation est nord-ouest/sud-est, avec l’entrée au sud-est. Il a été aménagé dans les bancs de craie crétacée des buttes témoins de la Côte d’Île-de-France. Le couloir d’accès et l’entrée, situés sous la vigne et complètement comblés, ne purent être dégagés à l’époque.

Fig. 1. Plan de l’hypogée des Mournouards II (d’après Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 28).

7L’antégrotte de forme ovalaire mesure 1,75 m sur 1,10 m, son grand axe étant perpendiculaire à celui de la chambre. Son plafond en cintre ne dépasse pas un mètre pour sa hauteur maximale. Elle est séparée de la chambre par une chatière de 0,75 m sur 0,50 m de largeur. Un dispositif de fermeture a été retrouvé côté antichambre. Il est constitué « d’une dalle de meulière calée par d’autres blocs » (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 27). Une rainure creusée dans le sol de l’antégrotte ainsi qu’une feuillure sur le dessus du trou d’homme ont pu être destinées à accueillir un moyen de fermeture en matériau périssable.

8La chambre sépulcrale mesure environ 5 m sur 3 m. La hauteur moyenne est de 1,15 m. Les renforcements de l’entrée abritent deux banquettes de 0,30 m de largeur de 0,15 m de hauteur (fig. 2). Les deux piliers centraux, légèrement décalés, divisent la chambre en deux espaces, le premier de 3 m sur 3 m et le second de 1,80 m sur 2,40 m. Une troisième banquette a été découverte dans la salle postérieure. Une fine couche de craie tapissait le sol quasiment plat.

Fig. 2. Les deux alcôves de gauche prises depuis la salle du fond (CNRS, MAE René Ginouvès, ArScAn-Ethnologie préhistorique).

I.2. La publication de 1962

9Le travail, réalisé au cours de la fouille et en laboratoire, a permis une description précise de l’architecture du monument, du mobilier et de la collection anthropologique. La localisation du mobilier est bien connue. L’étude de sa dispersion a permis à A. Leroi-Gourhan de formuler l’hypothèse de l’existence de mobilier individuel et de mobilier collectif. Il a ainsi été possible de dénombrer huit carquois de flèches en restituant les hampes des quatre-vingt-treize armatures recueillies (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 99 ; fig. 3).

Fig. 3. Plan de répartition des armatures de flèches des Mournouards II (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 99).

10Les deux carquois de la partie antérieure de la chambre et celui de l’antégrotte constitueraient des dépôts collectifs, alors que les cinq carquois de la salle postérieure, retrouvés au niveau de la ceinture de certains squelettes, relèveraient d’une attribution individuelle. Les carquois étaient probablement faits de vannerie comme deux fragments d’enduits le suggèrent. Une quinzaine de paires de lames accolées ont aussi pu être observées au niveau du bassin de plusieurs squelettes (ibid, p. 102). L’analyse spatiale du mobilier a permis de mettre en évidence une corrélation entre les plus fortes concentrations de restes osseux d’enfants et la répartition des perles et des dentales (ibid., p. 110). Les principaux dépôts collectifs se trouvent préférentiellement du côté gauche de l’hypogée (ibid., p. 91). Des gaines de haches en bois de cerf et une lame en silex, la plupart des pièces de l’industrie osseuse et le dépôt de l’antégrotte (carquois de flèches, éclats en silex et industrie osseuse) ont été découverts le long de la paroi gauche.

11L’analyse anthropologique de 1962 étonne encore aujourd’hui par sa modernité (ibid., p. 50-73). L’analyse de la collection osseuse a été menée par M. Brézillon. La structure de la population inhumée y est détaillée (dénombrement, âge, sexe, taille). Le dénombrement des restes osseux a abouti à l’estimation de la présence d’au moins 20 enfants, 40 adultes et adolescents, pour un total de 60 individus. Sur la base du profil ostéologique et du taux de conservation osseuse, l’auteur de la partie « démographie » soutient l’idée que la sépulture a dû connaître des remaniements. En revanche, l’analyse du recrutement, antérieure aux travaux de C. Masset, ne peut aujourd’hui être retenue (Masset, 1982, 1987).

12Un démontage photographique systématique de la sépulture a permis de restituer, en plan, la position des squelettes les mieux représentés et celle des blocs crânio-faciaux (fig. 4). Des corps ont été déposés sur toute la largeur de la salle postérieure alors qu’ils sont séparés par une allée centrale dans la salle antérieure. Les sujets identifiés témoignent d’une prédilection pour l’inhumation primaire, le corps allongé sur le dos, la tête tournée vers le fond. Selon A. Leroi-Gourhan, les corps ont été inhumés dans un linceul qui ne couvrait pas la tête (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 81). Les individus des deux salles se distinguent par la position de leurs membres supérieurs. Ils sont surtout allongés dans la salle du fond alors qu’ils sont majoritairement « repliés vers le haut de la poitrine » dans la salle antérieure (ibid., p. 78).

Fig. 4. Démontage photographique de l’hypogée des Mournouards II (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 88).

13Les banquettes latérales paraissent avoir joué un rôle dans l’orientation des premières inhumations. « Dans la salle du fond, il y avait un homme, la tête contre la banquette et un enfant, la tête contre la cloison » en C2 (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 82). Trois sujets semblent avoir fait l’objet d’un traitement particulier. L’adolescent C2 I et un enfant en C5 auraient été placés en position assise (ibid., p. 84). La femme enceinte B3 I, une des dernières inhumations, a été déposée sur le ventre dans l’allée centrale (ibid., p. 84-85). Des restes humains brûlés sont signalés en A5. Tous ces gestes s’inscrivent dans l’histoire du caveau, que A. Leroi-Gourhan supposait « assez rapide » (ibid., p. 86), marquée par un début, son creusement, et une fin, son abandon ou sa condamnation définitive.

I.3. Méthodologie

14La reprise de la collection anthropologique des Mournouards II se veut être le complément du travail effectué en 1962. Dans la publication, seuls le mobilier et les squelettes assez complets, retrouvés en place, ont été étudiés en contexte. L’accent a surtout été mis sur l’analyse du mobilier. L’outillage et la technique en sont les thèmes privilégiés pour comprendre les gestes des Néolithiques. L’étude porte sur l’état final de l’amas osseux. Rien ne permet de se faire une idée précise des remaniements réalisés dans l’hypogée. Par rapport aux méthodes actuelles d’analyse d’une sépulture collective, la publication pèche sur ce qui concerne l’étude des vestiges osseux isolés. La succession des dépôts, la nature des remaniements anthropiques sur les squelettes et sur la couche d’inhumation ne sont pas connues. Notre travail vise à restituer les temporalités ou l’ampleur temporelle des gestes funéraires effectués dans le caveau, les différentes étapes de son fonctionnement, en s’appuyant sur l’analyse spatiale détaillée de la publication.

15Dans le domaine anthropologique, un premier travail a consisté à réactualiser la structure de la population inhumée (dénombrement, âge et sexe). La technique d’estimation du sexe, la méthode DSP réalisée sur les os coxaux, fournit des résultats plus fiables que ceux obtenus avec les méthodes de l’époque (Murail et alii, 2005). Le seuil retenu a été de 95 % de certitude. La diagnose secondaire n’a pas été réalisée.

  • 2  Faute de temps et de moyens, aucune analyse génétique n’a été réalisée. D’ailleurs, on peut se dem (...)
  • 3  Leur accès m’ayant été refusé par le Musée de l’Homme.

16Par manque de temps, l’estimation de l’âge des adultes n’a pas été réalisée2. N’ayant pas eu l’accès aux blocs crânio-faciaux et aux mandibules3, conservés comme l’ensemble de la collection anthropologique au Musée de l’Homme, l’estimation de l’âge des immatures a été réalisée à partir des niveaux de maturation osseuse (Birkner, 1980). En raison du délai imparti, aucune autre méthode de détermination d’âge n’a été testée. Au final, ces choix n’ont permis de distinguer que trois classes d’âge : les adultes, les adolescents (15-19 ans) et les enfants (moins de 14 ans). Le décompte des blocs crânio-faciaux s’appuie en partie sur les archives Leroi-Gourhan, conservées à la Maison d’Archéologie et d’Ethnologie-René Ginouvès, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

17Tous ces éléments ne font sens que dans la perspective d’une étude totale du fonctionnement de la sépulture collective, qui s’inscrit à la fois dans l’espace et dans le temps.

18Au niveau de l’analyse spatiale, le type de numérotation a largement conditionné le choix de la grille de lecture. Seuls les squelettes en place ont été inventoriés avec précision. Ils ont été numérotés par le m² dans lequel le haut du squelette a été retrouvé, suivi d’un chiffre romain. Quant aux os isolés, ils ont seulement été numérotés au m². De plus, les trois principaux pôles de dépôt ont permis d'établir une division interne quadripartite : la zone I correspondant à l’arrière-salle, la zone II correspondant aux m² A 3-4-5, la zone III aux m² B 3-4-5 et la zone IV aux m² CD 3-4-5 (fig. 1). Cette échelle, définie par A. Leroi-Gourhan, est assez pertinente car elle permettra de rendre compte des relations entre les différentes zones de dépôt. Trois échelles peuvent ainsi être définies : les trois zones d’inhumation, les deux salles et la tombe dans son ensemble. Elles ont servi de base à la délimitation des éléments structurants d’une phase d’inhumation : les zones de traitement des corps, les zones de conservation des restes isolés, les espaces de circulation et les espaces cérémoniels constituant l’organisation interne de la phase (Leclerc, 1997).

19L’approche spatiale a été complétée par la définition de la temporalité des pratiques funéraires. Au niveau d’un squelette, le nombre d’os représenté et le nombre de connexions anatomiques indiquent la nature de l’inhumation (Duday, 1987). D’éventuels déficits osseux et la réalisation de liaisons ostéologiques de second ordre à distance (contiguïtés articulaires, appariements) témoigneraient de remaniements postérieurs à la décomposition des chairs. Au niveau d’une phase inhumation, la superposition des squelettes a permis de restituer la chronologie des dépôts. Des déficits importants et récurrents dans la collection anthropologique peuvent suggérer le recours à une ou des vidanges. Enfin, une réflexion menée à l’échelle du monument a permis de préciser l’évolution des pratiques funéraires et ainsi de reconstituer l’histoire synthétique de l’hypogée.

II. Mobilier et attribution chrono-culturelle

20Après l’analyse du mobilier, l’hypogée avait été attribué à la culture S.O.M., considérée à l’époque comme un groupe monolithique situé entre le Chasséen et l’Âge du Bronze. Deux datations radiocarbone avaient été réalisées, en 1962, sur des charbons de bois : 3683 ± 115 BP (Gif), soit 2457-1771 avant J.-C. après calibration, et 3812 ± 117 BP (Gif) ou 2574-1938 avant J.-C. (cal.) (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 133). Ces dates ne sont pas satisfaisantes puisqu’elles ne s’inscrivent pas dans la nouvelle période attribuée au S.O.M., à savoir le Néolithique récent 2, situé entre 3350 et 3000 avant J.-C. (Salanova et alii, 2011).

21Ces dates sont d’autant plus problématiques qu’on ne sait pas d’où proviennent exactement les échantillons de charbon de bois datés (les plans ne laissent apparaître que quelques amas ici et là, parfois retrouvés au sein de l’assemblage osseux). Ils n’ont pas de lien réel avec une inhumation. Aucune trace de foyer n’ayant été découverte au sein de la sépulture, ces charbons ne seraient finalement que les témoins du passage ou d’une occupation parmi d’autres de l’hypogée. La mesure proposée n’a de lien qu’avec l’abattage de l’arbre d’où provient le bois. Il est impossible de la lier avec certitude au creusement de la sépulture. De plus, la mesure a déjà près de cinquante ans et l’écart-type reste très important.

22Il est communément admis aujourd’hui que la construction des sépultures collectives du Bassin parisien est un phénomène relevant du Néolithique récent (Chambon, Salanova, 1996). Il n’a pas été possible de refaire une datation radiocarbone. Le seul moyen de proposer une hypothèse sur la durée d’utilisation du monument est de revenir à l’attribution culturelle du mobilier.

23De nombreux objets témoignent d’une occupation claire au Néolithique récent 2. C’est le cas pour les parures biforées, le pendentif en quille (fig. 5 et 6) et la pendeloque arciforme (Salanova et alii, 2011). Un « fonds commun » typologique pourrait caractériser l’industrie osseuse de cette époque (Maingaud, 2004). Il serait constitué par les outils pointus (poinçons), les gaines à perforation transversale sur segment médian de bois de cervidé, les outils tranchants en os et les manches droits à insertion longitudinale en bois de cerf, ces derniers étant plus fréquents dans la Marne. Dans le domaine de l’industrie lithique, un fonds commun (hache polie, armature trapézoïdale et briquet) est aussi caractéristique de cette période.

Fig. 5. Pièce biforée en nacre A1 4 (CNRS, MAE René Ginouvès, ArScAn-Ethnologie préhistorique).

Fig. 6. Pendentif « en quille » en bois de cerf A5 5 (CNRS, MAE René Ginouvès, ArScAn-Ethnologie préhistorique).

24Les pièces restantes, prises isolément, ont une « signification chronologique et culturelle ambiguë » (Villes, 1985 ; Roussot-Larroque, 1985). Aucune n’est discriminante du Néolithique final 1.

25Les « fossiles directeurs » peuvent être replacés dans la stratigraphie. Les pièces discriminantes du Néolithique récent 2 se retrouvent à différents niveaux. Le pendentif arciforme reposait à hauteur de la poitrine du squelette qui occupait le niveau profond de la zone II. La comparaison entre la disposition des squelettes de la zone I et des parures biforées inciterait à faire rattacher ces dernières aux sujets arrivés le plus tardivement. C’est notamment le cas du sujet féminin BI VI (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 111). Les dépôts les plus anciens de la zone II et certains des plus récents de la zone I relèvent clairement du Néolithique récent 2. Il est difficile d’étendre cette attribution à l’ensemble de l’amas osseux puisque les zones ont très bien pu être utilisées les unes après les autres.

26L’analyse de la nature des dépôts collectifs permet aussi de formuler quelques observations sur la durée d’utilisation du caveau. Les haches et leurs gaines en bois de cerf sont des dépôts liés à la fondation du monument (Polloniet alii, 2004). Des auteurs estimaient que les haches déposées avaient pu servir au creusement de l’édifice (Favret-Loppin, 1943). Aux Mournouards II, malgré l'aspect usagé des lames de hache, rien ne permet d’affirmer que ce soient elles qui aient servi à creuser la cavité. En revanche, elles ont été retrouvées sur le sol de la sépulture, ce qui indiquerait des dépôts datant des débuts du caveau (Leroi-Gourhanet alii, 1962, p. 93). La hache C3 3 est la seule retrouvée au seuil des deux chambres. Parfois associé à de la céramique (absente aux Mournouards II), ce type de dépôt aux points-clés du caveau est caractéristique des derniers siècles du IVème millénaire (Polloniet alii, 2004).

27Le reste du mobilier collectif est plus diversifié. Les poinçons, associés à des gaines de haches, peuvent être considérés comme du mobilier collectif (Sohn, 2002). Les deux carquois de la salle antérieure sont de même nature (Leroi-Gourhanet alii, 1962, p. 99-100). La restitution des hampes montre une orientation perpendiculaire par rapport à l’axe de la sépulture, au contraire des carquois de la salle postérieure (fig. 3). Ils pourraient avoir été déposés contre la paroi. Enfin, l’absence de restes osseux dans l’antégrotte accorde au mobilier qui y a été découvert un caractère collectif. Ce dépôt est composé d’un poinçon, deux outils tranchants, deux incisives et une canine de porcs, un carquois de douze flèches, une dizaine d’éclats informes, deux coquilles percées, un percuteur et un galet. Le dépôt de l’antégrotte, les deux carquois de flèches et les poinçons traduisent une diversification du dépôt collectif, phénomène qui ne se fait sentir qu’à partir du début du IIIème millénaire (Polloniet alii, 2004). La localisation de leurs dépôts suit celle des dépôts plus anciens, ceux des haches emmanchées, le long de la paroi gauche du monument.

28Au final, l’hypogée des Mournouards II présente un très fort ancrage dans le Néolithique récent 2 de la Marne. La zone II pourrait ne relever que de cette période comme certains des derniers sujets de la zone I. Néanmoins, l’occupation a pu perdurer jusqu’aux débuts du IIIème millénaire, sans forcément s’étendre au Néolithique final 1.

III. Présentation de la collection anthropologique

29La sépulture a livré 5337 restes osseux. La série n’a pu être étudiée entièrement faute d’avoir eu accès aux blocs crânio-faciaux, mandibules et dents. Notre étude ne s’appuie que sur l’analyse de 4586 restes osseux. Cependant, certains ossements n’ont pas été retrouvés, comme les os des mains d’immatures, les patella d’enfants et les cunéiformes. Leur dénombrement ne s’appuie que sur l’inventaire de fouilles.

30Les ossements se répartissent en trois amas osseux : dans la salle du fond ou zone I, dans la zone II et dans la zone IV (fig. 7). Les restes osseux de deux sujets ont été retrouvés dans la zone III.

31Stratigraphiquement, l’assemblage osseux peut être divisé en deux : une trentaine de squelettes, identifiés lors de la fouille, situés sur le dessus de l’amas osseux (fig. 7) et, en dessous, des os disloqués.

Fig. 7. Principaux individus attribués à la couche d’inhumation la plus récente (d’après Leroi-Gourhan et alii, 1962 ; DAO A. Blin).

32L’état général des restes humains est excellent. Près de 95 % des ossements ont été retrouvés entiers. La plupart d’entre eux n’étaient pas recouverts de sédiment lors de la fouille. On comprend mieux la faible fragmentation osseuse, d’autant plus que, lors de sa fermeture, l’hypogée avait été complètement rebouché et donc préservé du travail de l’érosion. Seules quelques intrusions animales (blaireau, mulot,…) ont été relevées, mais elles n’ont eu aucun impact sur les restes humains. Finalement, seul l’effondrement du plafond de la grotte, causé par l’extension des travaux sur les Mournouards I, a entraîné le déplacement de deux blocs crânio-faciaux, d’un fémur, d’un tibia et d’une fibula (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 77). Malgré ces déplacements accidentels, l’amas osseux découvert est assez fidèle à celui laissé lors de la condamnation définitive de l’hypogée.

III.1. Estimation du NMI

33Les squelettes découverts en place au sommet de la stratigraphie présentent de nombreux ossements et connexions anatomiques. Sept d’entre eux sont quasiment entiers. Les autres sujets sont au moins représentés par la moitié de leurs squelettes. Ils ont été complétés par cinq appariements, trois dans la salle du fond et deux dans la zone IV, tous réalisés au sein de la même zone. De plus, certains squelettes se sont beaucoup moins disloqués que les plans d’époque ne le laissent entendre. Deux d’entre eux, A4 IX et A4 XVII, avaient été dissociés à la fouille. L’appariement de leurs os longs a permis de reconstituer un squelette presque entier.

34Les blocs crânio-faciaux retrouvés le long de la paroi pourraient être attribuables aux squelettes adultes et adolescents déposés sur le sommet de l’amas osseux. Ceux de la zone II et IV ont été amassés respectivement dans les m² A3 et C3 pour faire de la place aux nouvelles inhumations. Les blocs crânio-faciaux découverts contre la paroi du fond, dans la zone I, correspondent à un déplacement naturel après la décomposition des chairs. Ainsi, les squelettes découverts en place sur le dessus de la stratigraphie n’ont pas été remaniés à l’intérieur de la tombe. Leurs ossements n’ont pas été déplacés entre les différentes zones du sépulcre.

35Le même constat peut être fait pour les os isolés, découverts sous les squelettes en place. La réalisation de remontages, de contiguïtés articulaires et d’appariements est un bon outil pour restituer leur dispersion dans le caveau (Duday, 1987). Huit contiguïtés articulaires et quarante-quatre appariements ont été réalisés sur des os isolés. Plus de 93 % d’entre eux ont été réalisés au sein d’une même zone et 88 % des appariements ont été effectués entre os provenant d’un même m². Trois appariements ont été réalisés sur des os issus de zones différentes : une paire de radius immatures liant la zone II à la zone IV, et deux paires d’ulna immatures liant la zone I à la zone IV. Comme pour les squelettes en place, on peut supposer que les restes humains disloqués n’ont pas été dispersés, ou alors de façon marginale, à travers la tombe. Ils ont été conservés dans leurs zones de dépôt. S’il y a eu des inhumations secondaires, les restes humains n’ont pas été repris après le dépôt.

36Les os isolés et les squelettes en place n’ont pas connu de remaniement particulier après la décomposition des chairs. Nous pouvons en déduire que les trois pôles d’inhumation fonctionnaient indépendamment les uns des autres. Le NMI total de la sépulture correspond donc à la somme des NMI des trois zones de dépôt. Par zone, il suffit d’exclure les ossements par niveau de maturation osseuse. Nous obtenons alors un NMI total de 79 individus, 41 adultes, 14 adolescents et 24 enfants (fig. 8). Ce résultat ne correspond pas exactement au mode de calcul du NMI couramment employé puisqu’il est une addition de NMI de fréquence par classe d’âge et par zone, rendue possible par la démonstration de l’absence de déplacement de restes osseux entre les différents secteurs du sépulcre.

Fig. 8. NMI de la sépulture (avec l’os le mieux représenté par zone et par classe d’âge).

III.2 L’hypothèse d’une vidange

37En 1962, M. Brézillon proposait un NMI de 60 individus sur la base de l’os le mieux représenté : l’humérus gauche avec soixante os. La nouvelle estimation du NMI implique une observation très simple. Toutes les catégories d’os sont déficitaires par rapport au NMI total. Les déséquilibres ne concernent pas les vingt-neuf squelettes retrouvés en place sur le dessus de la stratigraphie (fig. 7). Ils présentent de nombreux os longs, blocs crânio-faciaux et os coxaux, ce qui a permis de restituer leurs positions d’origine (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 89). On peut y compter dix-huit adultes, cinq adolescents et six enfants.

38Il est possible de soustraire leurs principaux os de l’inventaire général. Il reste un amas surtout constitué d’os isolés, représentant au moins cinquante individus, soit vingt-trois adultes, neuf adolescents et dix-huit enfants.

39À l’échelle de l’hypogée, ces vestiges sont sous-représentés par rapport au nombre d’individus supposé (fig. 9). Des petits os (atlas, axis) comme des os longs sont illustrés par au moins une dizaine d’exemplaires pour vingt-trois adultes. La situation est similaire pour les sujets immatures. Le fémur gauche est l’os le mieux représenté avec seize os pour vingt-sept adolescents et enfants. Les petits vestiges sont plus discrets avec environ cinq pièces. En soustrayant le nombre de squelettes du nombre de blocs crânio-faciaux par zone (établi à partir de la documentation et des plans de fouilles), il n’est possible de rattacher à l’ensemble des restes isolés que huit blocs crânio-faciaux adultes et adolescents ainsi que quatre pour les enfants.

Fig. 9. Profils ostéologiques par zone des restes isolés des Mournouards II.

40Le profil ostéologique par zone présente des déficits très nets pour les restes adultes. Le profil de la zone III est peu significatif vu la faiblesse des effectifs. Dans la zone I, le nombre de restes adultes est très variable, d’une scapula droite à onze humérus gauches. Les os les plus volumineux ne sont pas forcément les mieux représentés. On recense neuf atlas et autant d’axis pour deux fois moins d’os des membres inférieurs. Les os du tarse sont aussi bien présents. Bien que leurs effectifs soient réduits, les zones II et IV montrent des décalages, voire une absence totale de certains os adultes : aucun radius, ulna ou clavicule droits, ni talus dans la zone II ; aucun os coxal et fémur droits, ni scapula gauche dans la zone IV. La représentation des autres restes humains est très fluctuante, du simple au quadruple dans les deux zones. Seule la zone IV témoigne d’une bonne représentation des petits os. On retrouve des déséquilibres dans la représentation des différents types d’os et des absences totales d’os chez les immatures. Pour le reste, les plus gros os dominent largement. On compte sept fémurs gauches pour une seule clavicule droite dans la zone IV. Les os du tarse sont très discrets. Aucun type d’os long n’est absent dans les histogrammes.

41Les décalages observables sur les os isolés concernent tous les types d’os, les trois classes d’âge et les quatre zones de l’hypogée. Il existe donc deux ensembles bien distincts : d’un côté, une petite trentaine de squelettes en place, bien représentés ; de l’autre, un ensemble de restes isolés, présentant de nombreux déficits.

42Un problème de conservation différentielle ne peut expliquer ces déficits puisque le taux de fragmentation osseux est très faible. Ces décalages ne peuvent avoir qu’une origine anthropique. Plusieurs hypothèses peuvent être formulées : la pratique de l’inhumation secondaire, le prélèvement ponctuel d’os et la vidange. Les deux premières hypothèses peuvent être abordées par la représentation des blocs crânio-faciaux et des deux premières vertèbres cervicales. Aux Mournouards II, ces os sont au moins conservés à 75 % (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 53). Certaines parties du bloc crânio-facial tels que l’os pétreux ou le processus mastoïde se conservent généralement bien. Or, sur les 79 individus calculés, seuls 44 blocs ont été retrouvés dans toute la sépulture (fig. 10).

Fig. 10. Représentation des blocs cranio-faciaux, des mandibules et des deux premières vertèbres cervicales par rapport au NMI total (résultat établi d’après archives).

43Pour les adultes et les adolescents, les déficits touchent le quart des individus et au moins la moitié des enfants. « La mandibule atteint dans les deux cas un score supérieur, mais reste en dessous du nombre maximal » (Chambon, 2003, p. 288). Pour vingt-quatre enfants supposés, on compte cinq fois moins d’atlas et d’axis. Le déficit chez les adultes et les adolescents correspond à un prélèvement postérieur à la décomposition des chairs, alors que, chez les enfants, il a pu exister des dépôts secondaires. Une telle observation a déjà été faite dans d’autres hypogées comme au Mont-Aimé II à Val-des-Marais (Crubézy, Mazière, 1991). Les pratiques de l’inhumation secondaire ou du prélèvement ponctuel d’os ne justifient en rien les déséquilibres dans la représentation des os volumineux adultes.

44Les os isolés témoignent de l’inhumation d’un grand nombre d’individus pour peu d’ossements. Le grand nombre d’appariements réalisés au sein d’un même m² indiquent qu’ils n’ont pas été déplacés d’une zone à l’autre. Aucune zone n’a servi d’espace de conservation de restes isolés provenant d’un autre secteur. Les déficits par zone ne peuvent s’expliquer que par l’évacuation de restes humains. Des squelettes ont été vidangés partiellement ou complètement. Cette pratique n’a pas touché la petite trentaine de squelettes assez complets. Les restes disloqués, se trouvant en-dessous, sont donc le résultat d’une ou de plusieurs vidanges. Elles n’ont pas été sélectives puisqu’aucun type d’os, aucune classe d’âge, ni aucune partie de l’hypogée n’a été privilégiés.

45Cette pratique ne serait pas un rite, mais un impératif dû à l’exiguïté de la sépulture (Masset, 1995). Elle n’est en tout cas pas un acte anodin puisqu’elle correspond à une rupture dans l’utilisation d’une sépulture. Les vingt-neuf squelettes les plus récents ont été déposés postérieurement et constituent une phase d’inhumation homogène. En dessous, les restes isolés sont les vestiges d’inhumations antérieures, vidangées à une ou plusieurs reprises.

IV. Caractéristiques des deux phases d’inhumation

IV.1. La phase la plus ancienne

46La chronologie de l’utilisation du monument a donc pu être précisée grâce à l’analyse du profil ostéologique. Une première phase d’inhumation est réalisée, peut-être dès le début de l’utilisation du sépulcre. Elle a été vidangée à une ou plusieurs reprises, ne laissant que des os épars. Aucun squelette entier ni aucun groupe d’os en connexion n’y est représenté. On y recense cinquante individus, vingt-trois adultes pour vingt-sept immatures (fig. 11).

Fig. 11. NMI de la phase d’inhumation la plus ancienne.

47Les seules informations sur les gestes funéraires pratiqués lors de cette première phase sont fournies par la publication. A. Leroi-Gourhan décrit, dans la salle du fond, « un homme, la tête contre la banquette A2 » (Leroi-Gourhanet alii, 1962, p. 82). De même, dans l’avant-salle, « un corps (celui à la pendeloque arciforme) reposait, la tête contre le pied de la banquette A6. Quelques débris et la position du carquois n° 3 autorisent à penser qu’un des plus anciens corps reposait symétriquement, la tête contre la banquette C6 » (ibid., p. 83). Les premiers inhumés auraient donc été déposés avec la tête sur l’une des trois banquettes, ce qui implique une orientation inverse à celle de la seconde phase d’inhumation.

48Si les premiers inhumés ont été déposés dans les espaces latéraux, tout l’espace central, de l’entrée de la chambre au fond de la salle postérieure, était vide d’ossements. Il a dû être dédié à la circulation dans le caveau. On peut alors s’interroger sur le programme funéraire originel de l’hypogée des Mournouards II. Pouvait-il n’être réservé qu’à quelques individus ?

IV.2. La phase la plus récente

49La phase d’inhumation la plus récente correspond au moins aux vingt-neuf squelettes retrouvés au sommet de la stratigraphie (fig. 12). Elle a accueilli dix-huit adultes pour onze immatures, répartis entre l’arrière-salle et les zones II et IV.

Fig. 12. Âge, sexe, position et orientation des individus de la couche d’inhumation la plus récente.

50Dans cette phase, la salle antérieure est marquée par un passage central correspondant à la zone III. Toute la zone d’os disloqués dans la zone IV, visible entre C2 I, B3 I et C5 II, devait correspondre à la zone de réception des corps dans la chambre funéraire. Les os relevés ici dans la zone III proviennent de la zone IV. Tout le côté droit de la zone II déborde légèrement sur la zone III, notamment par le dépôt d’A4 II.

51Ainsi, la zone III n’a accueilli que deux sujets, B3 I et B4 I. Elle ne constituait pas une zone de dépôt. Elle devait servir de voie d’accès aux différents amas osseux. Pourquoi alors y avoir déposé deux individus, ce qui aurait eu pour effet de gêner la circulation dans la chambre ? B3 I et B4 I correspondent certainement aux deux derniers corps déposés dans le caveau. Dans ces conditions, à l’exception des os de B3 I et B4 I, il est possible de dire que les restes trouvés en B4 et B5 proviennent de la zone II et ceux trouvés en B3 de la zone IV, ce qui permet d’affiner le NMI de la phase récente par zone (fig. 13).

Fig. 13. NMI de la phase d’inhumation la plus récente.

IV.2.1 Position, orientation et espace de décomposition

52Il a été possible de restituer la position d’origine des individus de la phase récente. Pour la plupart, ils ont été inhumés allongés sur le dos, les corps disposés parallèlement les uns par rapport aux autres dans l’arrière-salle.

53L’orientation des sujets les plus récents est bien lisible. La salle antérieure a accueilli en majorité des inhumés la tête tournée vers la paroi du fond, les pieds vers l’entrée. On y a pourtant déposé au moins deux corps, A6 I et C5 II, dans le sens inverse. Dans la salle du fond, seul l’enfant D2 I a été retrouvé la tête dirigée vers l’entrée.

54A. Leroi-Gourhan a émis l’idée que les corps étaient ensevelis dans un linceul qui n’aurait pas recouvert la tête. Il s’appuie sur l’étude des corps déplacés pour la soutenir : « À plusieurs reprises, nous avons retrouvé des corps dont le tronc avait été repoussé vers la paroi, sans la tête ni les membres inférieurs. La disposition des troncs implique que le déplacement se soit fait alors qu’il ne restait qu’un squelette sans liaison fragmentaire, mais encore maintenu par les lambeaux d’une enveloppe. Le déplacement s’est fait en bloc, des clavicules au bassin, entraînant le tassement des côtes en faisceaux étroits et le déplacement des vertèbres sans perte de leur ordre de succession. Dans d’autres cas le corps entier (B1 VI) a été déplacé, comme squelette, dans une enveloppe consistante et toutes les pièces ont pris un jeu caractéristique » (Leroi-Gourhanet alii, 1962, p. 81)

55Aucun squelette ne montre de réel effet de compression ou ne semble avoir subi une réelle contrainte. La position fléchie des avant-bras observée dans l’avant-salle s’accompagnait de l’écartement des coudes. Certains squelettes, dont C5 II, occupent plus de soixante centimètres de largeur. Pourquoi l’enveloppe aurait-elle donc résisté plus longtemps au niveau du tronc qu’au niveau des membres inférieurs ? « La décomposition des viscères met en jeu des thanatophages bien plus virulents que celle des membres inférieurs » (Chambon, 2003).

56La décomposition du sujet A4 IX-A4 XVII va également à l’encontre de l’idée de linceul. Au moment de la fouille, les fouilleurs avaient considéré ces deux ensembles comme appartenant à deux individus distincts. Une partie du squelette s’était effondrée. Or, les appariements effectués attestent bien de leur unicité. Un linceul aurait maintenu l’ensemble cohérent et uni.

57Aucun reste osseux ne témoigne d’un remaniement en cours de décomposition. Il n’y a pas eu de déplacement d’os en bloc. Les observations faites par A. Leroi-Gourhan s’expliquent soit par la position originelle du défunt, comme pour BI VI légèrement décalé sur la droite, soit par la décomposition naturelle des corps dans l’hypogée sans décharnement pré-sépulcral. Le squelette a pris la place qui lui était disponible avant d’être légèrement remanié par l’arrivée d’un nouveau dépôt. La présence d’un linceul est donc plus que douteuse.

58A. Leroi-Gourhan faisait de la position des avant-bras une distinction majeure entre les deux salles. Onze inhumés de l’avant-salle avaient les membres supérieurs fléchis, pour seulement deux dans la salle du fond. Les membres supérieurs de la plupart des sujets de la zone I sont surtout en extension, parallèles à l’axe longitudinal du corps. Cette distinction ne s’explique pas forcément par une différence dans le processus funéraire. L’accessibilité aux zones de dépôt peut l’expliquer. L’hypogée ne fait pas plus d’1,15 m de haut. À l’exception d’enfants, aucun adulte ne peut s’y tenir debout. Dans l’avant-salle, l’existence d’un passage central, au moins au cours de la dernière phase d’inhumation, permettait de manipuler plus facilement le cadavre dans un espace étroit. Il a été soulevé et déposé en le tenant par les aisselles. De ce fait, les membres supérieurs se retrouvaient en flexion. Cela n’était pas possible dans la salle du fond. L’extension des membres supérieurs entrerait plutôt dans une logique d’entassement. Les fossoyeurs ont cherché à aligner le plus possible de corps sur la largueur de l’arrière-salle.

59Dans ces conditions, le processus d‘inhumation a été très bref. Les fossoyeurs n’ont pas pris le temps de replacer les membres supérieurs dans une position prédéfinie. Ils se sont juste contentés de déposer le corps.

IV.2.2 Chronologie des dépôts

60Les squelettes de la phase récente se sont dispersés progressivement en fonction de l'arrivée des nouvelles inhumations. Les squelettes ont été légèrement repoussés pour assurer un nouveau dépôt. Plus le sujet se trouve au sommet de l’amas osseux, moins son squelette est dispersé, ce qui permet de restituer la chronologie des inhumations (fig. 14). Ainsi, logiquement, les squelettes des derniers inhumés de chaque zone, comme A6 I et C5 II, sont-ils presque entiers.

Fig. 14. Chronologie des inhumations dans la couche d’inhumation la plus récente : en rouge, les sujets féminins ; en bleu, les sujets masculins ; en jaune, les adultes de sexe indéterminé ; en gris, les immatures.

61Cependant, la salle postérieure indique que les inhumations les plus récentes ont pu être très rapprochées dans le temps. La position des individus dans la salle du fond a dû obliger les fossoyeurs à marcher sur les restes osseux. Or, les squelettes présentent de nombreuses connexions. Dans ces conditions, il est plausible que les inhumations les plus récentes de la zone I aient été effectuées en un temps assez « bref » sur des corps pas totalement décharnés.

62Aucun lien stratigraphique n’a pu être établi entre les trois zones d’inhumation. Il n’est pas possible de savoir si l’une d’entre elles a été remplie en premier.

63Plusieurs siècles ont dû séparer les deux phases d’inhumation. Une datation des niveaux est possible par le truchement des dépôts collectifs (cf. chap. II). Les sujets les plus anciens ont été inhumés avec les dépôts fondateurs de haches emmanchées au cours des derniers siècles du IVème millénaire. Les dépôts collectifs plus diversifiés comme les poinçons et les carquois de la salle antérieure, découverts sous des squelettes de la phase récente, ont été réalisés tardivement, au tournant du millénaire. Rien n’exclut que le dépôt de l’antégrotte soit encore plus tardif, sans être forcément associé à des inhumations.

V. Le recrutement funéraire

64La sépulture des Mournouards II est un hypogée à antégrotte et à chambre sépulcrale divisée en deux par des piliers transversaux de craie (fig. 2). Bien que les deux salles ne soient pas totalement séparées, une telle division de la chambre sépulcrale est rare parmi les 150 hypogées marnais, et plus particulièrement parmi les 121 découverts dans le quart sud-ouest du département, autour du marais de Saint-Gond. La bibliographie fait état de trois autres exemples : les hypogées de Saran 5, 6 et 7 à Chouilly (Bailloud, 1974). Le plan des Mournouards II est intermédiaire entre le plan simple à chambre unique et le plan à deux chambres séparées. Cette division de l’espace pourrait avoir eu pour fonction d’isoler plusieurs ensembles d’inhumés.

65À cette séparation architecturale, il faut ajouter la division de la phase la plus récente en trois zones de dépôt. Une telle organisation en deux salles et en trois pôles de dépôt, chacun découpé entre deux phases d’inhumation, nécessite de s’interroger sur la sélection des inhumés. L’étude du recrutement ne peut être développée que sur la phase en place, à savoir la plus récente. Les critères de sélection peuvent être abordés de trois points de vue : âge, sexe et « statut » social par le biais de la répartition du mobilier.

V.1 Par classe d’âge

66L’observation la plus simple concerne la quantité d’individus par zone et par phase. Dans la phase d’inhumation la plus récente, le nombre d’adultes et d’enfants est au moins deux fois plus important dans l’avant-salle que dans la salle postérieure. Les trois zones de dépôt montrent des effectifs proches, avec environ une dizaine d’individus chacune. La phase ancienne montre une répartition plutôt équilibrée entre les deux salles (fig. 11). Les effectifs de chaque classe d’âge y sont sensiblement similaires, avec toujours une tendance à déposer plus de corps dans l’avant-salle.

67Quelle que soit la phase d’inhumation, des sujets immatures ont été retrouvés dans les deux salles (fig. 11 et 13). La différence est importante entre les effectifs d’enfants des deux phases (dix-huit pour la plus ancienne et six pour la plus récente) alors que la quantité d’adultes et d’adolescents est presque similaire. Il est difficile de dire si cela traduit une divergence fondamentale dans la gestion du caveau puisque le niveau le plus ancien correspond à une couche vidangée. Cela pourrait aussi résulter d’une différence de durée d’utilisation des deux phases. Dans la phase récente, les onze immatures sont répartis équitablement entre les trois zones de dépôt. Sur six enfants, quatre ont été disposés le long de la paroi droite du monument : l’enfant de la salle du fond et les trois enfants de la zone IV.

68Des inhumations de nature différente pour les enfants de la phase la plus récente peuvent être mises en évidence. Le squelette du seul enfant de la salle postérieure, D2 I, est presque complet. Les connexions anatomiques y sont nombreuses, prouvant le recours à une inhumation primaire. Trois enfants ont été inhumés dans la zone IV. Les deux squelettes de C3 X et C3 XI sont complètement disloqués et ne sont représentés que par leurs os longs. On ne recense ni bloc crânio-facial, ni os du carpe ou du tarse. C5 V est un peu plus complet. Le sacrum, les vertèbres lombaires et les dernières vertèbres thoraciques se trouvaient à proximité. Le bloc crânio-facial trouvé en D5 pourrait très bien lui appartenir. Les squelettes de ces trois individus ont la particularité de ne présenter aucune des deux premières vertèbres cervicales. L’inventaire ne révèle aucun axis et seulement deux atlas isolés en C5. On peut se demander si, au contraire de C5 V, C3 X et C3 XI ne relèvent pas plutôt de dépôts secondaires.

69Au Mesnil-sur-Oger, l’inhumation secondaire ne toucherait pas tous les enfants puisque au moins deux enfants sur six relèvent de dépôts primaires. Il n’est pas inenvisageable que cette pratique ait eu pour finalité de singulariser certains individus.

V.2 Par sexe

70L’estimation du sexe n’a pu être établie précisément que pour les adultes de la phase d’inhumation la plus récente (fig. 15). Les deux sexes sont représentés. Leur représentation est assez équilibrée dans la salle du fond, au contraire de l’avant-salle où les femmes semblent deux fois plus nombreuses que les hommes.

Fig. 15. Estimation du sexe pour la couche d’inhumation la plus récente.

71Leur répartition dans le monument montre une orientation des dépôts. Les deux femmes de l’arrière-salle ont été inhumées le long de la paroi gauche, suivant ainsi la même orientation que les six femmes de la zone II (fig. 16). Sur les six hommes identifiés, cinq ont été retrouvés le long de la paroi droite, zone où l’on retrouve la majorité des enfants. Pour trois d’entre eux, le sexe a été restitué sur des critères de robustesse (Ferembachet alii, 1979).

Fig. 16. Répartition des sujets féminins (en noir), masculins (en gris), immatures (en pointillés) et des principaux dépôts collectifs de mobilier (d’après Leroi-Gourhan et alii, 1962 ; DAO A. Blin).

72Malgré la faiblesse des effectifs, il semble qu’il y ait une distinction entre les inhumations féminines d’une part, et les inhumations d’hommes et d’enfants d’autre part. La localisation des femmes les met en exergue puisque les principaux dépôts collectifs de mobilier ont également été découverts le long de la paroi gauche de l’hypogée (fig. 16). Les gravures féminines ont été aussi régulièrement découvertes de ce côté dans les antégrottes des hypogées marnais (Sence, 1999).

V.3 En fonction du mobilier

V.3.1 Le mobilier des deux salles

73Bien que, dans la phase d’inhumation la plus récente, la zone I compte moins d’individus que le reste de la sépulture, on y a retrouvé beaucoup plus de mobilier individuel. La localisation des flèches au niveau des ceintures des membres inférieurs de plusieurs squelettes adultes de la zone I montre que les cinq carquois accompagnaient plusieurs sujets de la phase supérieure (Leroi-Gourhanet alii, 1962, p. 100). Ils ont accompagné des hommes comme des femmes (le carquois 5 accompagnait l’une des deux femmes BI VI ou BI IX), mais pas forcément tous les adultes. Pour deux fois plus d’adultes dans l’avant-salle, aucun carquois individuel n’a été mis en évidence.

74Des constats du même ordre peuvent être faits pour les paires de lames et la parure. Neuf paires de lames ont été dénombrées dans l’arrière-salle pour seulement sept dans la salle antérieure. La parure, et plus particulièrement la parure biforée, est concentrée dans la zone I. Onze des quatorze pièces biforées y ont été découvertes. Elles sont toutes en nacre dans la salle du fond ; six d’entre elles se trouvent dans la zone de dépôt de femmes, dans le coin AB 1. Deux des trois parures biforées de l’avant-salle sont en os.

75La répartition des perles et des dentales a permis à A. Leroi-Gourhan de supposer que « leur usage était limité aux enfants » (Leroi-Gourhanet alii, 1962, p. 110). Elle s’inverse d’une salle à l’autre. Alors que les perles prédominent dans la salle du fond (avec 165 des 180 perles de la tombe), les dentales sont plus nombreuses dans l’avant-salle (avec 75 des 82 dentales). Neuf groupes homogènes de perles ont été distingués dans l’arrière-salle. Or, un seul enfant en lien direct avec un collier a été retrouvé dans le niveau récent, dans la salle du fond. Il y a lieu de croire soit que ces colliers accompagnaient les enfants de la phase ancienne, soit qu’ils n’étaient pas exclusifs à cette catégorie de la population.

76Comme pour les perles, un seul enfant, B4 1, a été retrouvé en lien direct avec un collier de dentales d’une demi-douzaine de pièces. Plusieurs petits ensembles constitués de deux à six dentales ont été retrouvés sans qu’on puisse affirmer qu’ils constituaient chacun un collier à part entière. La proximité de certains d’entre eux avec des perles isolées n’exclut pas l’existence de colliers hétérogènes. Une concentration en C3 correspond à la zone de dépôts de l’adolescent C2 I et des enfants C3 X et C3 XI. En revanche, la zone de l’enfant C5 V est vide de dentales. Ils n’étaient donc pas l’apanage de tous les enfants.

V.3.2 Le mobilier des zones II et IV

77Autant de pièces lithiques ont été retrouvées dans les deux zones de dépôt de l’avant-salle. Un carquois de flèches de nature collective a été retrouvé dans les zones II et IV. Ils ont été associés à quatre paires de lames dans la zone II et à trois dans la zone IV. Ces dernières ont pu accompagner des sujets adolescents, comme A4 II et C2 I, et des adultes. Elles ont également été déposées avec des sujets de chaque sexe puisque quatre paires ont été recensées pour un homme et sept femmes dans la zone II. Enfin, elles n’ont pas concerné tous les adultes au sein d’une même zone (quatre paires pour sept adultes dans la zone II et trois paires pour quatre adultes dans la zone IV).

78Les zones II et IV se distinguent par la parure qui y a été retrouvée. Deux pièces biforées ont été découvertes dans la première alors qu’aucune parure de ce type n’a été découverte dans la seconde. Le troisième exemplaire de l’avant-salle se trouve dans la zone III sans qu’on puisse la rattacher à un corps.

79La zone II se caractérise également par la présence de perles en calcaire. Elle en contient deux fois plus que la salle du fond où les perles en craie prédominent. Cette observation prouve que ces deux types de perles constituent deux groupes bien distincts.

80La zone IV présente surtout de la parure en matière animale peu travaillée. Elle concentre la majorité des dents percées et les deux-tiers des dentales.

81La différence de types de parure présents dans les zones II et IV est mise en évidence par les pendentifs qui y ont été retrouvés. Il s’agit d’un bec de canard dans la zone IV et des pendentifs en quille et arciforme dans la zone II. Ces derniers sont des objets très élaborés, nécessitant un certain temps de fabrication.

V.3.3 Conclusion sur la répartition du mobilier

82L’analyse de la répartition du mobilier suggère une différence de traitement entre, d’une part, les individus de l’arrière et de l’avant-salle et d’autre part, ceux des zones II et IV (fig. 17). La zone I présente la plus forte proportion de mobilier individuel avec les dépôts de carquois de flèches, de paires de lames en silex et de pièces biforées, qui ont pu constituer une sorte de « set » personnel, pouvant accompagner hommes et femmes, mais par forcément tous les adultes.

Fig. 17. Composition du mobilier individuel par zone.

83À l’exception des paires de lames, le mobilier des zones II et IV se caractérise par la composition de la parure. Celle de la zone IV, peu abondante, a été entièrement confectionnée à partir de matière animale, domestique et sauvage. Les objets sont peu élaborés. Le mobilier individuel de la zone II constitue une sorte d’intermédiaire entre ceux de la zone I et de la zone IV. Tous les types communs de mobilier y ont été découverts.

84Des différences de traitement peuvent se faire ressentir au sein d’une même zone d’inhumation. Dans la zone I, le port du carquois ou de la parure biforée en nacre n’était réservé qu’à quelques-uns. Le mobilier a donc permis une double distinction à l’intérieur d’une zone et d’une zone à l’autre.

V.4 Une cellule d’inhumation ?

85La répartition du mobilier de la phase récente nous permet de proposer l’hypothèse de l’existence de « statuts » différents entre les inhumés des deux salles. Les sujets de la zone I montrent une situation privilégiée par rapport à ceux de l’avant-salle. Les différences observées entre les zones II et IV pourraient être dues à la nature de la population inhumée. La zone II se caractérise par la prédominance des femmes alors que les hommes et les enfants sont plus nombreux dans la IV. La répartition des individus repose sur la base de critères sociaux entre les deux salles et sur celle du sexe (voire symbolique avec dépôts préférentiels des femmes et des dépôts collectifs de mobilier le long de la paroi gauche) dans l’avant-salle.

86Dès lors, on comprend mieux la volonté des fossoyeurs de bien distinguer les trois zones de dépôt. Les déplacements d’os d’une zone à l’autre sont rares. Les inhumés se décomposent naturellement dans la zone dont ils relèvent. Une cloison a pu matérialiser cette séparation (fig. 18). Les os de pieds de BI VII, BI VIII et CI X semblent respecter un effet de paroi transversal à l’entrée de la chambre. A-t-il existé, à l’origine, une paroi en matériau périssable, marquant une cellule d’inhumation dans la salle postérieure ? Aucun effet de paroi ne délimite les zones II et IV.

Fig. 18. Cellule d’inhumation et pratiques funéraires avant condamnation (d’après Leroi-Gourhan et alii, 1962 ; DAO A. Blin).

87L’existence de trois zones d’inhumation autonomes, dont l’une a pu constituer une cellule d’inhumation, permet de relire la position du corps de C2 I, disposé de biais avec les jambes fléchies (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 84 ; fig. 7). Une telle position a de quoi surprendre dans un caveau où la majorité des inhumés ont été allongés sur le dos. Les fossoyeurs auraient pu allonger son corps sur le sommet de la zone IV. Ils ne l’ont pas fait car le sujet C5 II était probablement déjà présent. Dans ces conditions, il est possible de formuler deux hypothèses selon l’état de décomposition de C5 II : s’il était encore à l’état de cadavre lors du dépôt de C2 I, il occupait alors presque toute la zone IV, ne laissant que peu de place à l’inhumation de C2 I ; si le corps de C5 II s’était déjà décomposé, les fossoyeurs n’ont pas voulu déposer C2 I par dessus pour préserver l’intégrité de son squelette. Quelle que fut la raison, les fossoyeurs ont déposé C2 I contre le pilier latéral et ont choisi exceptionnellement une position repliée pour éviter que le corps de C2 I ne chevauche les zones I et IV.

88La séparation entre les trois zones de dépôt semble avoir été préservée au moment de la fermeture du sépulcre. L’inhumation de la jeune femme enceinte B3 I contraste fortement avec celles des individus de la phase récente. Elle a été déposée sur le ventre et dans le passage central que les Néolithiques ont cherché à préserver tout au long du niveau récent. B3 I est probablement le dernier sujet déposé dans l’hypogée. L’ensemble du squelette est en connexion anatomique. Seul le bloc crânio-facial manque. Les deux blocs découverts à ses côtés ne peuvent pas lui appartenir. L’âge estimé ne peut correspondre à B3 I. Il y a donc eu prélèvement du bloc crânio-facial après la décomposition des chairs. C’est aussi dans cette zone que les os des mains de C2 I et les os des pieds de certains individus de la zone I auraient dû être retrouvés. Leur prélèvement témoignerait du recours à un rangement ultime de l’hypogée, une mise en ordre de l’espace funéraire avant sa condamnation (Chambon, 2003). Cette opération a eu pour utilité de vider l’espace-tampon B3, entre les zones I, III et IV, et ainsi de mieux démarquer les zones.

89Les trois zones d’inhumation ne sont pas pour autant des ensembles homogènes. Les individus qui leur sont attachés n’ont pas tous fait l’objet des mêmes traitements. De plus, les pratiques funéraires sont très variables chez les enfants. Il faut distinguer ceux qui relèvent de dépôts primaires ou secondaires, ceux qui ont été accompagnés de parure de ceux qui ne l’ont pas été et, enfin, ceux qui n’ont pu accéder au sépulcre. Les enfants qui étaient accompagnés de mobilier se distinguaient également par la composition de leur parure.

90La phase la plus récente propose donc plusieurs types de traitements des inhumés. Ceux-ci dépendaient du statut du sujet (lien avec une zone de dépôt et accompagnement ou non de mobilier individuel), du sexe (orientation du dépôt) et de l’âge (traitement spécifique pour les enfants). La phase récente présente plusieurs façons d’inhumer des sous-groupes de la population déposée dans un lieu qui reste communautaire.

Conclusion

91La tentative de définition des différentes phases du fonctionnement de l’hypogée des Mournouards II nous a permis de relire différemment les informations récoltées sur le terrain par l’équipe de A. Leroi-Gourhan. Cette dynamique s’est traduite à la fois dans une méthode d’analyse et dans une vision verticale de la sépulture complétant la lecture spatiale de l’époque. Il a ainsi été possible d’envisager les différentes étapes dans l’histoire du caveau (fig. 19). Les nombreux appariements réalisés sur les os isolés au sein de chaque zone et sur la trentaine de squelettes en connexion ont permis de conclure à un fonctionnement autonome des trois zones de dépôt. Le NMI a alors pu être réévalué à 79 individus. La démonstration du recours à une ou des vidanges nous a permis de démontrer l’existence d’au moins deux phases d’inhumation. La plus ancienne est surtout constituée d’os isolés tandis que la plus récente est composée de la trentaine de squelettes bien représentés.

Fig. 19. Histoire synthétique de l’utilisation de l’hypogée des Mournouards II.

92Les caractéristiques des deux phases d’inhumation montrent une évolution du fonctionnement et de l’organisation interne de l’hypogée au cours des derniers siècles du IVème millénaire (fig. 20). Les trois banquettes ont régi l’orientation des premières inhumations. Elles étaient alors accessibles par un couloir central allant de l’entrée de la chambre jusqu’au fond de l’arrière-salle. Un tel système ne peut fonctionner que peu de temps, tant que les défunts étaient peu nombreux.

Fig. 20. Évolution de l’organisation interne dans l’hypogée des Mournouards II entre la première et la seconde phase d’inhumation (en gris, les zones d’inhumation).

93Face à l’accumulation des corps dans l’hypogée, les fossoyeurs ont dû modifier l’organisation des dépôts. Ils ont utilisé complètement la salle du fond, en la délimitant probablement par une paroi en matériau périssable, poursuivi l’utilisation des deux zones d’inhumation de l’avant-salle et préservé un couloir central, quoique réduit par rapport à la phase antérieure. L’antégrotte, marquée par le dépôt de mobiliers collectifs, devait alors correspondre à un espace cérémoniel.

94Au cours de la seconde phase d’inhumation, les critères de répartition des inhumés ont été complexes. Ils sont liés au statut, à l’âge et au sexe de l’individu. Les deux salles ont reçu les corps de sous-groupes de la population inhumée ayant des statuts différents. Les sujets de la salle postérieure devaient relever d’un statut particulier, comme le prouve l’abondant mobilier individuel qui a été découvert auprès d’eux. Les inhumations n’en étaient pas pour autant homogènes dans chaque salle. La nature des inhumations et la présence de parure ont permis de différencier les enfants entre eux. Enfin, les femmes ont été préférentiellement inhumées le long de la paroi gauche tandis que les hommes et les enfants se trouvaient du côté opposé. Cette répartition explique la différence de mobilier découvert dans les zones II et IV. L’orientation des squelettes des femmes devait avoir une connotation symbolique puisqu’elle suit celle des dépôts collectifs de mobilier.

95L’exemple des Mournouards II illustre bien l’intérêt de la reprise de collections anthropologiques. Il démontre aussi que ce genre de site est beaucoup moins uniforme, dans le temps et dans l’espace, que l’appellation « sépulture collective » ne peut le laisser entendre.

Haut de page

Bibliographie

Augereau A., Renard C., 2004, « Les industries lithiques à la fin du Néolithique en Centre-Nord de la France : état documentaire et pistes d’études », in : Salanova L., VanderLinden M. dir., Le troisième millénaire dans le Nord de la France et la Belgique, Actes de la journée d’études SRBAP-SPF, Lille, mars 2003, Bruxelles/Paris, p. 83-89 (Anthropologica et Praehistorica, 115 - Mémoire de la Soc. Préhistorique Française, 35).

Bailloud G., 1974, Le Néolithique dans le Bassin parisien, Paris, éd. du CNRS, 2ème éd. complétée, 433 p. et 7 pl. h.t. (2ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Bailloud G., Brézillon M., 1968, « L’hypogée de L’Homme Mort à Tinqueux », Bull. de la Soc. Préhistorique Française, 65, p. 479-504.

Birkner R., 1980, L’image radiologique typique du squelette, Paris, Maloine, 564 p. (Traduit de l’Allemand par C. Bléry-Lüft, éd. originale : Das typische Röngenbild des Skeletts, München, Urban & Schwarzenberg, 1977).

Chambon P., 2000, « Les pratiques funéraires dans les tombes collectives de la France néolithique », Bull. de la Soc. Préhistorique Française, 97, 2, p. 265-274.

Chambon P., 2003, Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Paris, CNRS éd., 395 p. (35ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Chambon P., Salanova L., 1996, « Chronologie des sépultures du IIIème millénaire dans le Bassin de la Seine », Bull. de la Soc. Préhistorique Française, 93, 1 p. 103-118.

Chertier B., Bouttier-Nicolardot C., Nicolardot J.-P. avec la collab. de Masset C., 1994, « L’hypogée néolithique de Loisy-en-Brie (Marne, lieu-dit les Gouttes d’Or) », Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardennes, 1, p. 23-64.

Coutier L., Brisson A., 1959, « Fouille d’une grotte-sépulture au Mesnil-sur-Oger (Marne) », Bull. de la Soc. Préhistorique Française, 56, 11, p. 709-714.

Crubézy É., Mazière G., 1991, « L’hypogée du Mont-Aimé à Val-des-Marais (Marne) », in : Actes du 15ème colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, 1988, Ass. régionale pour la protection et l’étude du patrimoine préhistorique, p. 117-136.

Demetz J.-L., Bouget L., 1967, « Problèmes de dénombrements démographiques posés par l’hypogée 1 des Mournouards, commune du Mesnil-sur-Oger (Marne) », Cahiers d’Archéologie du Nord-Est, fasc. 18, t. X, 24 p.

Duday H., 1978, « Archéologie funéraire et anthropologie : application des relevés et de l’étude ostéologique à l’interprétation des quelques sépultures pré- et protohistoriques du Midi de la France », Cahiers de l’Anthropologie, 1, Paris, p. 55-101.

Duday H., 1987, « Contribution des observations ostéologiques à la chronologie interne des sépultures collectives », in : Duday H., Masset C. dir., Anthropologie physique et archéologie : méthode d’étude des sépultures, Actes du colloque de Toulouse, 4-6 nov. 1982, Paris, éd. du CNRS, p. 51-59.

Favret-Loppin A., 1943, « La grotte sépulcrale d’Avize (Marne) », Gallia Préhistoire, t. 1, p. 19-26.

Ferembach D., Schwidetzky I., Stoukal M., 1979, « Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette », Bull. et Mémoires de la Société Anthropologique de Paris, 6, 1, p. 7-45.

Langry-François F., 2004, « Le mobilier lithique des sépultures en hypogée du département de la Marne », in : Salanova L., VanderLinden M. dir., Le troisième millénaire dans le Nord de la France et la Belgique, Actes de la journée d'études SRBAP-SPF, Lille, mars 2003, Bruxelles/Paris, p. 91-102 (Anthropologica et Praehistorica, 115 - Mémoire de la Soc. Préhistorique Française, 35).

Leclerc J., 1987, « Procédures de condamnation dans les sépultures collectives S.O.M. », in : Duday H., Masset C. dir., Anthropologie physique et archéologie : méthode d’étude des sépultures, Actes du colloque de Toulouse, 4-6 nov. 1982, Paris, éd. du CNRS, p. 76-88.

Leclerc J., 1991, « La notion de sépulture », in : Actes du colloque de Bordeaux, 1990, p. 13-14 (Mémoire de la société anthropologique de Paris, 2, 3-4).

Leclerc J., 1997, « Analyse spatiale des dépôts funéraires néolithiques », in : Bocquet A., Auxiette G., Hachem L., Robert N. dir., Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer, Actes du 119ème congrès du CTHS, Amiens, 26-30 oct. 1994, Paris, éd. du CTHS, p. 397-405.

Leclerc J., Masset C., 1980, « Construction, remaniements et condamnation d’une sépulture collective : La Chaussée-Tirancourt (Somme) », Bull. de la Soc. Préhistorique Française, 77, 2, p. 57-64.

Leclerc J., Masset C., 1985, « Une hypothèse implicite : déclin culturel au Néolithique final : l’exemple Seine-Oise-Marne », in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien, Actes du 9ème colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, seconde partie, p. 3-8 (Revue Archéologique de Picardie, 3/4-1985).

Leclerc J., Masset C., 2006, « L’évolution de la pratique funéraire dans la sépulture collective de la Chaussée-Tirancourt (Somme) », Bull. de la Soc. Préhistorique Française, 103, 1, p. 87-116.

Leclerc J., Tarrête J., 1988, Articles « inhumation » et « sépulture », in : Leroi-Gourhan A. dir., Dictionnaire de la Préhistoire, p. 513-514 et 963-964.

Leroi-Gourhan A., Bailloud G., Brézillon M., 1962, « L’hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger) », Gallia Préhistoire, t. 5, p. 23-133.

Maingaud A., 2004, L’industrie en matières dures animales Seine-Oise-Marne en contexte domestique, Mémoire de DEA, Paris I.

Masset C., 1982, Estimation de l’âge au décès par les sutures crâniennes, Thèse de doctorat d’État en sciences naturelles, Paris VIII, multigraphiée, 301 p.

Masset C., 1987,  « Le ‘recrutement’ d’un espace funéraire », in : Duday H., Masset C. dir., Anthropologie physique et archéologie : méthode d’étude des sépultures, Actes du colloque de Toulouse, 4-6 nov. 1982, Paris, éd. du CNRS, p. 111-134.

Masset C., 1995, « Sur la stratigraphie de la Chaussée-Tirancourt (Somme) », Revue archéologique de Picardie, n° spécial 9, p. 135-139.

Masset C., Mordant D., 1967, « Les sépultures collectives de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) », Gallia Préhistoire, t. 10, p. 75-167.

Murail P., Bruzek J., Houët F., Cunha E., 2005, « DSP : a tool for probabilistic sex diagnosis using worlwide variability in hip bon measurements », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, t. 17, n° 3-4, p. 161-176.

Polloni A., Sohn M., Sidéra I., 2004,  « Structure du mobilier funéraire en os, en bois de cerf, dents et coquillages à la fin du IVème et IIIème millénaire en Bassin parisien », in : Salanova L., VanderLinden M. dir., Le troisième millénaire dans le Nord de la France et la Belgique, Actes de la journée d'études SRBAP-SPF, Lille, mars 2003, Bruxelles/Paris, p. 179-195 (Anthropologica et Praehistorica, 115 - Mémoire de la Soc. Préhistorique Française, 35).

Renard C., 2004,  « Première caractérisation des industries lithiques du IIIème millénaire en Centre-Nord de la France : les armatures de flèches de la fin du IVème et du IIIème millénaire dans le bassin de la Seine », in : Salanova L., VanderLinden M. dir., Le troisième millénaire dans le Nord de la France et la Belgique, Actes de la journée d'études SRBAP-SPF, Lille, mars 2003, Bruxelles/Paris, p. 103-113 (Anthropologica et Praehistorica, 115 - Mémoire de la Soc. Préhistorique Française, 35).

Roland M., 1933, « Découverte d’une grotte néolithique à Courjeonnet, près de Villevenard (Marne) », Bull. de la Soc. Préhistorique Française, 8, 11, p. 669-676.

Roussot-Laroque J., 1985, « Seine-Oise-Marne, Artenac, Gord et les autres… », in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien, Actes du 9ème colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, seconde partie, p. 9-25 (Revue Archéologique de Picardie, 3/4-1985).

Salanova L., 2004 : « La fin du Néolithique dans le Bassin parisien : historique des recherches », in : Salanova L., VanderLinden M. dir., Le troisième millénaire dans le Nord de la France et la Belgique, Actes de la journée d'études SRBAP-SPF, Lille, mars 2003, Bruxelles/Paris, p. 77-81 (Anthropologica et Praehistorica, 115 - Mémoire de la Soc. Préhistorique Française, 35).

Salanova L., Brunet P., Cottiaux R., Hamon T., Langry-François F., Martineau R., Polloni A., Renard C., Sohn M., 2011, « Du Néolithique récent à l’Âge du Bronze dans le Centre-Nord de la France : les étapes de l’évolution chrono-culturelle », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. dir, Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29ème colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve d’Ascq, 2-3 oct. 2009, Amien, p. 77-101 (Revue archéologique de Picardie, 1/2-2011).

Sence C., 1999, Paroi gauche, paroi droite, une dissymétrie au sein des sépultures collectives néolithiques, Mémoire de DEA, Université Paris X / Nanterre, 28 p.

Sohn M., 2002, « Place et rôle du mobilier dans les sépultures collectives du Bassin parisien à la fin du Néolithique », Bull. de la Soc. Préhistorique Française, 99, 3, p. 501-520.

Villes A., 1985, « Sur les rapports S.O.M/ Artenac dans le Bassin parisien », in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien, Actes du 9ème colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, seconde partie, p. 27-34 (Revue Archéologique de Picardie, 3/4-1985).

Haut de page

Notes

1  Maîtrise réalisée à l’Université de Paris X / Nanterre, sous la direction de Mme Catherine Perlès, Professeur des Universités, Paris Ouest Nanterre la Défense, UMR 7055 « Préhistoire et Technologie », et sous le tutorat de Mr. Philippe Chambon, chargé de recherche, CNRS, UMR 7041 – ArScAn – Ethnologie Préhistorique.

2  Faute de temps et de moyens, aucune analyse génétique n’a été réalisée. D’ailleurs, on peut se demander si les résultats auraient été pertinents vu que la collection a été manipulée à de nombreuses reprises depuis la fouille.

3  Leur accès m’ayant été refusé par le Musée de l’Homme.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de l’hypogée des Mournouards II (d’après Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 28).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 2. Les deux alcôves de gauche prises depuis la salle du fond (CNRS, MAE René Ginouvès, ArScAn-Ethnologie préhistorique).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3. Plan de répartition des armatures de flèches des Mournouards II (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 99).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Démontage photographique de l’hypogée des Mournouards II (Leroi-Gourhan et alii, 1962, p. 88).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 5. Pièce biforée en nacre A1 4 (CNRS, MAE René Ginouvès, ArScAn-Ethnologie préhistorique).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 7. Principaux individus attribués à la couche d’inhumation la plus récente (d’après Leroi-Gourhan et alii, 1962 ; DAO A. Blin).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 8. NMI de la sépulture (avec l’os le mieux représenté par zone et par classe d’âge).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 9. Profils ostéologiques par zone des restes isolés des Mournouards II.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 10. Représentation des blocs cranio-faciaux, des mandibules et des deux premières vertèbres cervicales par rapport au NMI total (résultat établi d’après archives).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 11. NMI de la phase d’inhumation la plus ancienne.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 12. Âge, sexe, position et orientation des individus de la couche d’inhumation la plus récente.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 13. NMI de la phase d’inhumation la plus récente.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 14. Chronologie des inhumations dans la couche d’inhumation la plus récente : en rouge, les sujets féminins ; en bleu, les sujets masculins ; en jaune, les adultes de sexe indéterminé ; en gris, les immatures.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 15. Estimation du sexe pour la couche d’inhumation la plus récente.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 16. Répartition des sujets féminins (en noir), masculins (en gris), immatures (en pointillés) et des principaux dépôts collectifs de mobilier (d’après Leroi-Gourhan et alii, 1962 ; DAO A. Blin).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 17. Composition du mobilier individuel par zone.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 18. Cellule d’inhumation et pratiques funéraires avant condamnation (d’après Leroi-Gourhan et alii, 1962 ; DAO A. Blin).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 19. Histoire synthétique de l’utilisation de l’hypogée des Mournouards II.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 20. Évolution de l’organisation interne dans l’hypogée des Mournouards II entre la première et la seconde phase d’inhumation (en gris, les zones d’inhumation).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7004/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Blin, « Une nouvelle analyse de l’hypogée néolithique des Mournouards II au Mesnil-sur-Oger (Marne) », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, 35-54.

Référence électronique

Arnaud Blin, « Une nouvelle analyse de l’hypogée néolithique des Mournouards II au Mesnil-sur-Oger (Marne) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 61 | 2012, mis en ligne le 05 septembre 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7004

Haut de page

Auteur

Arnaud Blin

UMR 7055, Préhistoire et Technologie - Maison René Ginouvès, 21, allée de l’Université, F-92023, Nanterre Cedex. Email : arnblin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page