Navigation – Plan du site
Articles
François Eschbach et Emmanuelle Boissard

Nouvelles observations sur les techniques de construction de l’aqueduc romain du gier : les arches du Plat de l’Air, Chaponost (Rhône)

p. 133-158

Résumés

En 2009, une opération de restauration et de consolidation d’un tronçon de l’aqueduc du Gier a donné lieu à une intervention d’archéologie du bâti. Les observations de détail réalisées ont été une occasion rare de mettre en évidence des anomalies dans la facture de l’ouvrage et de préciser certaines étapes de la mise en œuvre. Quelques idées reçues, parfois anciennes, s’en trouvent remises en cause. Les relevés graphiques effectués, d’un genre inédit, ont pris en compte la dégradation du monument et toutes sortes d’irrégularités. Avec les descriptions qui les accompagnent, ils constituent une tentative d’analyse de la construction de l’aqueduc du Gier sur un tronçon aérien.

A restoration/consolidation process of a section of the aqueduct of the Gier in 2009 gave rise to observation of abnormalities in the construction's workmanship and to clarification of certain stages in its realization. As a consequence, some accepted ideas, occasionally of long standing, are questioned here. The totally new drawings have taken into account the degradation of the monument and the different sorts of irregularities discovered. Together with the enclosed descriptions, they make a new attempt at analysing the construction process of an open-air section of the Gier aqueduct.

Im Jahr 2009 hat die Restaurierung und die Befestigung eines Teilstückes des Aquäduktes von Gier eine archäologische Intervention erfordert. Damit hat sich die seltene Gelegenheit ergeben, verschiedene Anomalien in der Bausubtanz festzustellen und einige Etappen der Errichtung des Bauwerks zu präzisieren, dadurch wurden manche zum Teil ältere Vorurteile widerlegt. Die in einer neuen Technik ausgeführten grafischen Aufzeichnungen und die begleitenden Beschreibungen haben den Verfall des Bauwerks und alle möglichen Unregelmäßigkeiten berücksichtigt und stellen einen Versuch dar, den Bau eines oberirdisch verlaufenden Abschnitts des Aquäduktes von Gier zu analysieren.

Texte intégral

PDF 18MSignaler ce document

1La présente étude fait suite à une opération d’archéologie du bâti portant sur un tronçon aérien de l’aqueduc romain du Gier. L’intervention s’est déroulée sur la commune de Chaponost, au lieu-dit « Le Plat de l’Air » (fig. 1). Elle s’est inscrite dans le cadre d’un programme de consolidation et de restauration des prestigieux vestiges de cet important ouvrage, financé par la société Total.

image

Fig. 1. Chaponost, localisation des fouilles, « Plat de l’Air ». En bleu, tracé de l’aqueduc. Extrait de la carte IGN 1/25 000, feuille 3031 OT, Lyon Villeurbanne. DAO : F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

2Le but de cette étude est l’exposé des résultats d’observations jusqu’ici difficilement réalisables et pour certaines inédites, rendues possibles grâce à un confort de travail sans précédent. Elles ont logiquement entraîné des réflexions nouvelles, parfois différentes de celles de nos prédécesseurs, bousculant au passage quelques idées reçues. Ces interprétations inattendues ou contradictoires sont présentées ici à titre d’hypothèses.

3L’opération de terrain, menée parallèlement aux travaux de consolidation et restauration, a autorisé une approche et une observation minutieuses, ainsi que l’établissement d’un relevé détaillé. L’intervention s’est déroulée en 2009 (Eschbach, 2010a) et a porté sur deux secteurs (A et B), pour une longueur cumulée de plus de 70 m, concernant treize piles (fig. 2).

image

Fig. 2. Plan des secteurs d’intervention (éch. : 1/200) et plan général (éch. spécifique). DAO : F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

  • 1  Documents réalisés par l’entreprise TPLM-3D, Chassieu (Rhône), dans le cadre de l’étude préalable (...)
  • 2  Dans le cadre du rapport, un phasage des restaurations (modernes) a pu être proposé par E. Boissar (...)

4L’étude archéologique du bâti de l’ensemble des élévations des deux secteurs s’est appuyée sur une documentation ortho-photographique complète1 des flancs est et ouest, ainsi que sur une belle série de prises de vue. Elle a permis de documenter les différents éléments signifiants pour la compréhension de l’ouvrage, en particulier la nature des matériaux de construction et une nouvelle approche de leur mise en œuvre, les indices de césures, de réfections2, etc.

5Une grille d’analyse adaptée aux différentes parties constitutives du monument a été mise en place selon une lecture verticale, des fondations au canal. Un examen minutieux de toutes les faces de l’ensemble des treize arches a été réalisé. La documentation orthophotographique a servi de base à l’enregistrement des observations, associant un relevé schématique à des prises de notes détaillées. Il est apparu rapidement qu’un relevé général à grande échelle serait irréalisable et sa pertinence discutable, compte tenu de la répétition d’un même schéma et de l’absence de phasage détectable. Seule l’arche 71, la mieux conservée, a fait l’objet d’un relevé graphique manuel à l’échelle 1/50. Un relevé de détail (1/20) a également été réalisé à la liaison entre une pile et l’intrados de l’arche (fig. 3). Des prélèvements de mortier ont été effectués dans toutes les parties du monument, à la recherche d’un phasage ou d’éventuelles réfections antiques.

image

Fig. 3. Détail de l’élévation de la face sud de la pile 71 (éch. : 1/20). DAO : E. Boissard, Archeodunum, 2009.

6Un plan des deux secteurs (fig. 2) a été relevé au tachéomètre ; l’échelle utilisée (1/200) présente une marge d’erreur non négligeable et doit inciter à la prudence dans l’interprétation des mesures. De plus, suite à la disparition de plus de 90 % des angles de piles, une partie des mesures provient de leur positionnement virtuel dans l’axe des parements conservés. C’est pourquoi les remarques relatives à la composition géométrique architecturale de l’ouvrage resteront très générales.

1. Description des vestiges3

  • 3  Les termes utilisés dans ce chapitre sont ceux retenus par J. Burdy lors de ses travaux (Burdy, 20 (...)
  • 4  Très récemment sur l’aqueduc du Gier (Desbat, 2011) et quelques précisions ont pu être apportées c (...)

7Quelques aqueducs de Rome sont datés avec précision grâce aux archives antiques (Frontin) et aux dédicaces présentes sur certaines arches ; il s’agit cependant de cas exceptionnels. La datation exacte des aqueducs lyonnais reste un problème épineux, même si elle progresse au fil des nombreuses interventions4.

8Les descriptions qui suivent prennent en compte les observations réalisées pour chaque pile des secteurs A et B (fig. 2). Elles sont présentées par unités architecturales avec mention des principales particularités, le cas échéant. L’ordre de présentation des éléments constitutifs des piles suit celui que nous supposons être l’ordre chronologique de leur mise en place.

1.1. Les fondations

  • 5  Du moins dans le cas précis des piles du chemin des Cuers à Dardilly où plusieurs vues en coupe mo (...)

9L’absence de tranchée de fondation constatée laisse supposer une installation en fosse étroite, aux dimensions définitives de la base de pile. La fosse, profonde de 1,20 m au minimum, peut se prolonger dans la roche en place (Cécillon, 1999, fig. 5 ; Coquidé, Macabéo, 2010, fig. 16). À l’intérieur sont disposés les éléments du blocage, scellés par une matrice de mortier de chaux. Cette technique est passablement différente de celle adoptée sur l’aqueduc de la Brévenne5.

10Afin de respecter alignements et intervalles, la pile n’est pas systématiquement centrée sur ses fondations ; c’est le cas des piles 27, 32, 70 et 71 (fig. 2). Le passage des fondations à l’élévation est parfois souligné par un ressaut dont la largeur varie en fonction du centrage de la pile.

11Le dégagement des treize bases de piles étudiées a montré différents degrés d’érosion dont la variation demeure inexpliquée. Globalement, les fondations sont mieux conservées sur le tronçon sud (A), sauf au niveau des buses d’arrosage ; ceci est dû à un enfouissement plus profond dans ce secteur. Le sommet des fondations de la pile 30 se trouve 40 cm sous le niveau du sol actuel.

1.1.1. Structure interne et dimensions

12Les parties visibles lors des observations ont montré un aspect uniforme, soit un massif constitué exclusivement d’un blocage de fragments bruts de gneiss et de rarissimes calcaires, liés d’un mortier de chaux. La densité de ces composants est nettement plus forte que dans le blocage des parties supérieures de la construction. En outre, on note l’absence de fragments de terre cuite architecturale (ci-après TCA) observée dans les élévations ; ceci s’explique peut-être par la conduite du chantier de construction en tronçons, d’une part, et par sa division en plusieurs étapes d’édification, d’autre part. La mise en place des fondations d’un tronçon, réalisée lors d’une première étape, intervient avant la mise en œuvre des briques, employées uniquement en élévation.

13Le massif en cours de construction prend appui contre les parois de la fosse qui lui donneront son aspect définitif, comme à l’intérieur d’un moule. Dans la masse du blocage, un litage des éléments est perceptible, excluant un simple déversement dans la fosse. Au sommet de la fondation, une couche de mortier de chaux fait office de lit d’attente pour la première épaulée (fig. 4). Les angles des parties supérieures des fondations, parfois renforcés de cailloux aux faces plus ou moins perpendiculaires, sont souvent endommagés.

image

Fig. 4. Pile 28, vue N. Détail de la planée au sommet des fondations. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

14Il n’a pas été possible de vérifier l’existence d’un module normalisé, applicable à la mise en place des fondations. Les mesures (fig. 2), parfois extrapolées en prenant appui sur les aplombs conservés, montrent que, dans de nombreux cas, les fondations ne forment pas un quadrilatère régulier.

1.1.2. Matériaux, mortier

  • 6  Renseignements aimablement fournis par H. Savay-Guerraz qui a bien voulu procéder à une analyse lo (...)

15Les cailloux utilisés dans la construction des fondations sont issus de roches locales, plutoniques (granites) ou métamorphiques (anatexites = gneiss) appartenant à la série des Monts du Lyonnais6 ; leurs dimensions varient de 8 à 20 cm de côté et de 2 à 6 cm d’épaisseur (fig. 5).

image

Fig. 5. Pile 69, vue E. Les composants du massif de fondation. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

  • 7  La maçonnerie de fondation ne subit ainsi ni gel, ni ruissellement, et bénéficie de variations the (...)

16Pour le mortier, on note une résistance supérieure à celle enregistrée pour les élévations. La teinte blanchâtre, observée superficiellement en plusieurs endroits, est due à une cristallisation des sels circulant dans le substrat, alors que la couleur et les composants apparaissent, dans la masse, semblables à ceux du mortier utilisé dans les élévations. La dureté accrue du mortier de fondation pourrait correspondre à une légère différence de dosage dans les composants, ou n’être due qu’au fait d’une meilleure conservation en milieu enfoui7.

1.1.3. Réfections

17Généralement peu exposées, les fondations n’ont, sauf exception, pas nécessité de réfection antique, ni moderne. L’intervention la plus remarquable était visible sur la pile 73, noyée dans une gangue de mortier rendant impossible toute reconnaissance des matériaux antiques ; elle a aujourd’hui disparu grâce à l’opération de restauration.

1.2. Les piles

18L’élévation d’une pile se compose de la superposition de deux épaulées, chacune coiffée d’une arase de briques matérialisant vraisemblablement une étape du travail (fig. 3 et 6).

image

Fig. 6. Élévation des piles 68 à 73, faces E et O (éch. : 1/200). DAO : E. Boissard, Archeodunum, 2009.

1.2.1. Les épaulées

19L’épaulée inférieure repose directement sur le sommet des fondations, sans autre transition qu’un lit de mortier, tandis que la supérieure est comprise entre deux arases de briques. Chaque épaulée est décorée d’un parement réalisé en opus reticulatum (Ginouvès, Martin, 1985, p. 95-96 et pl. 19) (fig. 6, 7 et 8). Il s’agit d’un revêtement composé de moellons calcaires pyramidaux (cubilia ou moellons à longue queue), coffrant un blocage maçonné. À l’intérieur de chaque panneau des quatre faces d’une épaulée, les éléments sont empilés en losange à 45° ; ceci confère à l’ensemble un aspect de filet d’où cette technique tire son nom.

image

Fig. 7. Élévation des piles 70 et 71, face O (éch. :1/50). DAO : E. Boissard, Archeodunum, 2009.

image

Fig. 8. Élévation des piles 27 à 33, faces E et O (éch. :1/200). DAO : E. Boissard, Archeodunum, 2009.

  • 8  C'est également ainsi que les maçons occupés à la restauration envisagent le procédé. Certains d’e (...)

20Observé maintes fois lors de notre opération grâce à la dégradation profonde des piles, l’ancrage des moellons se fait clairement dans la masse du blocage ; aucune discontinuité n’est apparue dans le mortier liant blocage et parements. Certains moellons, mis à nu sur toute leur longueur, laissent distinctement voir l’interpénétration des cailloux du blocage entre eux, indiquant un montage quasi simultané8, sans doute par couches successives conférant à l’ensemble le maximum possible de cohésion.

21La mise en place des moellons pyramidaux, probablement réalisée par des équipes différentes, montre des irrégularités. La superposition d’une trame orthogonale régulière sur les vestiges conservés du réticulé mettrait en évidence des variations dans la taille des moellons comme dans le respect des alignements. Ceci entraîne des décalages et des écarts dans le nombre de moellons, en largeur comme en hauteur, toutefois imperceptibles par le passant. Les rangées inférieures et sommitales comportent des moellons taillés par la moitié, afin d’obtenir une ligne droite, mais l’on note de nombreuses exceptions. Ceci implique un travail de retouche des moellons, sans doute réalisé sur place, dont les déchets sont incorporés à la masse du blocage. Les joints sont du même mortier que celui du blocage. Leur épaisseur varie entre 1 et 4 cm.

22Chaque épaulée correspond à une étape du travail d’édification de la pile, achevée par la pose d’un niveau de briques à son sommet. L’écorché que fournit la pile 28, profondément érodée jusque dans la masse de son blocage, montre distinctement qu’il n’existe aucune limite interprétable comme une interruption dans la construction de son élévation (fig. 9). Pour des raisons aisément concevables, dépendantes des lois de la gravité, chacune de ces étapes ne peut excéder une certaine hauteur, sous peine de s’effondrer sous son propre poids. Les mesures maximales enregistrées dans le cadre de cette étude ne dépassent pas 1,25 m.

image

Fig. 9. Pile 28, vue E. Structure interne du blocage de la première épaulée. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

  • 9  Qualité soulignée par Vitruve : « la maillée est plus agréable à la vue » (Vitruve, II.8.1), repri (...)

23Le poids important des éléments du réticulé a souvent entraîné leur décollement (fig. 10) puis leur chute ; on peut ainsi considérer que les cubilia jouent un rôle principalement décoratif9, même si, dans un premier temps, ils constituent une protection de la masse concrète de chaque pile. L’érosion a parfois fait disparaître la totalité du parement (fig. 6, 7 et 8) et de fortes différences peuvent être enregistrées sur une même pile ; ce constat n’a pas d’explication rationnelle, bien que l’on enregistre un phénomène plus marqué sur les faces orientales des piles du secteur sud.

image

Fig. 10. Pile 28, vue O. Décollement du parement prêt à s’effondrer. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

24Le réticulé de la pile 70 comporte trois moellons à longue queue de grès sombre sur la face inférieure sud (fig. 11). C’est également sur la face sud de la pile 68 que l’on note encore la présence de trois moellons de grès, nettement plus foncés. Cela semble difficilement interprétable comme une erreur. S’agit-il alors d’une marque, d’une signature ou plus prosaïquement d’une solution de remplacement appliquée dans l’urgence ?

image

Fig. 11. Pile 70, vue S. Trois cubilia de grès sombre dans le réticulé. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

25De par les dimensions et la taille de ses éléments, le réticulé nécessite obligatoirement l’encadrement par des chaînages d’angle, la longueur des « queues » interdisant l’alignement des moellons jusqu’en bordure de l’élévation. Ces aménagements sont réalisés en opus vittatum avec des éléments allongés d’origine diverse et disposés perpendiculairement d’une assise sur l’autre. La réalisation est d’une rigueur toute relative avec des dimensions très variables. Les chaînages d’angle ne sont pas entièrement solidaires de l’ensemble ; ceci constitue un point faible, déjà signalé par nos prédécesseurs (Germain de Montauzan, 1909, p. 236), que l’on vérifie à travers les nombreux dégâts subis par les angles des piles. Totalement absents des épaulées supérieures, les chaînages d’angle sont généralement les premiers à disparaître ; leur absence entraîne une érosion accrue du parement qui ne tarde pas à s’écrouler à son tour.

26Latéralement, les moellons de chaînage d’angle sont taillés à 45°, condition indispensable à un raccord harmonieux avec le réticulé. Dans les faits, irrégularités et solutions de facilité sont nombreuses (fig. 12).

image

Fig. 12. Pile 69, vue E. Raccord du réticulé dans les angles. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

1.2.1.1. Structure interne, dimensions

27Le blocage interne est composé de fragments de gneiss liés par un mortier de chaux. On y reconnaît les mêmes litages que dans les fondations ; la taille et la densité des éléments semblent toutefois légèrement inférieures. Ici et là, on note la présence de rares fragments de calcaire, de grès et de briques noyés dans la masse. Un lit d’attente de mortier d’épaisseur variable (2 à 4 cm) sépare chaque épaulée de l’arase de briques qui la surmonte.

  • 10  Variation probablement due en grande partie à l'érosion différentielle des piles. J. Burdy obtient (...)

28La définition du module de section d’une pile est ardue, les parements étant la plupart du temps dégradés jusque sur les angles, disparus à plus de 90 %. La série de mesures effectuée permet la proposition d’un module de 1,82 x 1,82 m pour la section d’une pile, avec une variation constatée de ± 5 cm (2,7 %, fig. 13)10.

image

Fig. 13. Récapitulatif des principales mesures des piles (valeurs indicatives compte tenu d’une érosion très différenciée). F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

  • 11  Dans ses études, J. Burdy obtient, pour l'aqueduc du Gier, un pied romain de 30,7, dont la valeur (...)
  • 12  Sur le plateau de Chaponost, J. Burdy a mesuré une pente du canal dont la valeur est de 0,90 m/km (...)

29Ceci correspond à une base carrée de 6 pieds romains de côté, pour un pied de 30,3 cm11. Si la largeur semble respecter fidèlement des règles dictées par une normalisation avérée, on constate des différences de hauteur variant entre 0,95 et 1,25 m (!) pour le panneau supérieur dans le cadre de notre étude. Une telle variation est surprenante, même si elle peut être expliquée partiellement par les irrégularités du sol et d’inévitables écarts dans la taille des moellons ou dans l’épaisseur des joints. Quoi qu’il en soit, au niveau global, la différence d’altitude entre les sommets des épaulées est limitée à 24 cm sur la distance séparant les extrémités des deux secteurs d’étude (soit ~270 m), correspondant à peu de chose près à celle obtenue pour la pente du canal - soit 27 cm sur la même distance - selon les mesures à disposition12.

1.2.1.2. Matériaux et mortier
  • 13  Voir note 6.

30Les moellons du réticulé sont taillés dans un calcaire peu marneux gris-bleu : cette roche évoque le faciès dit ciret, du massif du mont d’Or (et annexe de Civrieux) qui correspond à l’étage du Bajocien13. La standardisation de la taille de ces moellons est approximative ; des modules de 8 x 9 cm, 9 x 9 cm, 9 x 10 cm, 10 x 10 cm sont enregistrés, pour un poids avoisinant 3 kg (fig. 14). La longueur du moellon, taillé en pointe, n’excède généralement pas 25 cm et peut être beaucoup plus courte. La rareté des éclats de taille montre que ces moellons sont préparés en nombre en un lieu extérieur d’où ils sont amenés au fur et à mesure des besoins. Les inévitables retouches et ajustages pratiqués sur place sont sans doute à l’origine des fragments observés dans la masse du blocage.

image

Fig. 14. Moellon pyramidal du réticulé (calcaire gris marneux). F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

31Les très rares moellons conservés des chaînages d’angle ont montré des origines diverses relativisant la notion de standardisation (fig. 12). On trouve des gneiss, des grès et des calcaires. Ces éléments, d’une épaisseur de 10 cm environ, peuvent atteindre près de 40 cm de longueur.

32Le mortier, de même composition que celui utilisé pour les fondations, contient parfois une proportion moindre de charge relativement à la chaux. Cette différence peut correspondre à une variation volontaire ; de fait, la mise en œuvre de l’appareil réticulé, aux joints plus ou moins fins, nécessite un mortier moins grossier que le blocage de la fondation. Cependant, des conditions externes, comme le ruissellement subi par les élévations, peuvent également être à l’origine d’une disparition partielle de la charge du mortier en surface, et notamment des éléments les plus gros.

1.2.1.3. Restaurations, réfections

33D’intensité, d’étendue et de réussite diverses, de nombreuses réfections modernes sont enregistrées sur la plupart des piles (Eschbach, 2010a, p. 53-54). Elles figurent sur les relevés (fig. 6-8). Aucune restauration ou réfection antique n’est formellement attestée par nos observations de surface.

1.2.2. Les arases de briques

34Outre leur élégant parement réticulé, les arches du « Plat de l’Air » possèdent des arases de briques qui contribuent à la beauté de leur aspect. Chaque pile en possède deux, comportant deux assises ; elles divisent l’élévation en deux épaulées. Une troisième arase, constituée de trois assises et présente sur toute la longueur de l’ouvrage, souligne la base du canal.

35Certaines destructions sont parfois plus explicites que les élévations conservées. C’est ainsi que l’érosion a atteint le cœur même de la structure de quelques piles ; il apparaît alors que les arases de briques ne sont pas systématiquement traversantes, comme on aurait pu le supposer. L’arase médiane est couronnée, sur les quatre faces de la pile, d’une assise de demi-moellon de réticulé signalant le départ des voûtes.

36Malgré tous les efforts portés à l’observation et à la mesure des briques des arases médianes et inférieures, aucune répartition logique, ni même régulière, n’a pu être mise en évidence. Dans le détail, on note de nombreuses entorses à une règle de normalité pour le coup difficile à dégager. Des dalles d’épaisseurs différentes peuvent se côtoyer (fig. 15) et des dalles de même épaisseur sont parfois décalées verticalement.

image

Fig. 15. Pile 30, vue S. Anomalie dans l’arase de brique médiane. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

  • 14  Pour les dimensions des briques utilisées tout au long du parcours de l’aqueduc, voire Desbat, 201 (...)

37Le module de base utilisé (env. 61 x 61 cm = 1 bipedale : brique de 2 pieds de côté)14 paraît idéalement choisi : la surface d’une section à couvrir étant proche d’un carré de 183 cm de côté, la solution la plus simple eut été d’utiliser neuf de ces éléments. Cette disposition est effectivement utilisée à plusieurs reprises, de préférence pour l’assise supérieure de chaque arase, mais ce n’est pas systématique. Pour des raisons statiques (?), les joints, en principe, ne se superposent pas, même si l’on relève quelques exceptions (fig. 16).

image

Fig. 16. Pile 69, vue E. Arase de brique inférieure. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

38Le module n’étant alors plus adapté, les découpes sont nombreuses, entraînant une grande variété, y compris l’usage de fragments non quadrangulaires (fig. 17). Qu’elles soient orthogonales ou obliques - comme cela est remarqué à plusieurs reprises - ces découpes produisent des chutes, utilisées tant dans le niveau de briques lui-même que dans la masse du blocage. Il est désormais certain que les arases ne sont ni systématiquement complètes, ni homogènes, ni régulières. L’agencement des dalles de terre cuite ne semble répondre à aucune règle précise, sinon celle de l’emploi des éléments à disposition.

image

Fig. 17. Pile 68, vue SO. La disposition des joints indique clairement des découpes obliques. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

1.2.2.1. Structure, dimensions

39Les dalles de briques reposent sur un lit de mortier marquant le sommet de l’épaulée. Des éclats de calcaire y sont parfois insérés. Des anomalies sont observées à plusieurs reprises : du mortier, des fragments de gneiss ou des moellons calcaires sont visibles dans les arases en lieu et place de briques (fig. 18). L’érosion ayant fortement entamé les arases, le retrait par rapport au parement peut être supérieur à 30 cm, créant une instabilité de la construction. Il est parfois impossible d’assurer que les briques apparaissant sur une face sont bien celles qui affleuraient à l’origine avec le réticulé.

image

Fig. 18. Diverses anomalies dans la réalisation des arases de briques. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

40Les joints horizontaux mesurent 1 à 3 cm d’épaisseur en règle générale. Les joints verticaux varient entre 1 et 2 cm d’épaisseur mais sont parfois réduits à néant.

  • 15  À ce jour trois marques sont répertoriées (Desbat, 2011, p. 178).

41Les mesures que nous avons pu effectuer sur les bipedales montrent une variation du module mis en œuvre entre 58 et 63 cm de côté. L’épaisseur minimale est de 5,5 cm pour un maximum de 7,5 cm. Aucune marque de fabrique ou estampille n’a été relevée15, mais il est vrai que les gros fragments détachés sont très rares.

1.2.2.2. Matériaux et mortier

42Les dalles de terre cuite sont liées par un mortier sensiblement identique à celui utilisé dans le blocage des épaulées.

1.2.2.3. Réfections

43Toutes les parties réalisées en briques ont subi une très forte dégradation et les arases ne font pas exception. De nombreuses consolidations modernes leur ont été appliquées (fig. 6, 7 et 8).

1.3. Les arches

44Les arches se composent de trois parties distinctes de même épaisseur. Deux arcs de tête identiques sur les faces externes enserrent la voûte de maçonnerie concrète.

45Dans la file d’arches du « Plat de l’Air », nombreux sont les arcs de tête disparus ou partiellement effondrés. Leur disparition sur une même arche finit par entraîner la chute du canal en porte-à-faux, ne laissant en place que les piles reliées par l’arc central, beaucoup plus résistant (fig. 19, 20). L’arc central assume en effet l’essentiel de la solidité de la voûte. Même entièrement mis à nu par l’érosion, il ne présente que peu de signes de faiblesse, ce qui prouve la qualité de la construction.

46Le soin particulier apporté à la réalisation des arcs de tête, le marquage d’un cordon de petites briques et l’alternance de claveaux de briques et de calcaire soulignent la recherche de l’esthétique générale de l’ouvrage.

image

Fig. 20. Arc central 70, vue E. Structure interne. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

47La mise en place des voûtes, telle que l’on peut la reconstituer sur la base des observations réalisées, diffère sensiblement de celle, en deux temps, proposée par Germain de Montauzan (Germain de Montauzan, 1909, p. 243 et 249). Nos analyses indiquent clairement une interpénétration des trois parties de la voûte (fig. 3 et 21). Pour obtenir une liaison de qualité, indispensable à la cohésion de l’ensemble, il semble logique de monter les trois parties simultanément. En outre, une mise en place postérieure de l’arc central ne permettrait pas l’agencement par « sections » rayonnantes successives des cailloux de gneiss observé dans la structure du blocage interne (fig. 7 et 20).

1.3.1. L’arc central

48À l’origine, l’arc central, pris entre deux arcs de tête, n’est visible que sur son intrados. On ne peut donc distinguer son aspect que de près et sous un certain angle ; ceci explique probablement un traitement de surface de médiocre qualité. Chaque arc repose sur un tiers de la surface de deux piles consécutives. La liaison entre deux arcs est assurée par l’édification des écoinçons.

1.3.1.1. Structure interne, dimensions
  • 16  En contradiction avec ce qui est couramment admis (Malissard, 2002, p. 174).

49La ruine importante des arcs de tête autorise une bonne lisibilité des arcs centraux. La maçonnerie mise en œuvre consiste en une masse de mortier de chaux, à l’intérieur de laquelle prennent place des sections de gneiss disposées en voussoirs (fig. 19 et 20). Cette curieuse disposition semble exclure un simple coulage de la maçonnerie entre les deux arcs de tête16. On distingue par endroits la pénétration de ces matériaux entre les claveaux des arcs de tête (fig. 3 et 21) garantissant la solidarité des trois parties. Fragments de TCA et déchets de taille calcaire sont moins nombreux que dans la maçonnerie des piles. L’épaisseur de mortier entre chaque « tranche » varie entre 1 et 6 cm.

image

Fig. 21. Arc 71, vue N. Liaison entre arc central et arcs de tête. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

50Sur l’arc 69, deux demi-moellons de réticulé sont étrangement placés dans la maçonnerie de l’arc, au-dessus de la couronne de demi-moellons.
L’épaisseur de l’arc oscille entre 56 et 62 cm pour une hauteur moyenne de 60-67 cm. L’ouverture de l’arc de plein cintre est de 4 m de diamètre (13 pieds), correspondant à l’intervalle entre chaque pile.

1.3.1.2. Matériaux, mortier

51Les matériaux sont des gneiss gris ou rosés de 5 à 12 cm d’épaisseur pour une longueur excédant rarement 25 cm. On enregistre la présence de quelques fragments de TCA et des déchets de taille calcaires.
Le mortier utilisé est tout à fait semblable à celui observé dans le blocage des épaulées.

1.3.2. Les arcs de tête

52Les particularités des arcs de tête ont principalement trait aux importantes différences de conservation et à la grande variété des modules des matériaux mis en œuvre. Elles sont trop nombreuses pour être recensées méthodiquement.

  • 17  C’est également le constat que fait J. Burdy (Burdy, 1996, p. 230).

53Les arcs de tête enserrant l’arc central sont constitués d’une alternance de dalles de terre cuite et de dalles de calcaire. Ce jeu de couleurs confère au monument la splendeur qu’on lui connaît, mais il faut admettre que ce choix se fait au détriment de la solidité de l’ensemble de l’ouvrage17. Il suffit de passer en revue les arches pour se convaincre que la faiblesse des ces parties est à l’origine de graves dégradations. Sur l’ensemble des arches du « Plat de l’Air », rares sont les arcs de tête préservés, alors que les arcs centraux, parfois complètement décharnés, sont restés pratiquement intacts. Ce bilan indique un rôle principalement décoratif pour les arcs de tête.

1.3.2.1. Structure interne, dimensions

54La plupart du temps, les claveaux fortement dégradés laissent apparaître la maçonnerie de l’arc central en arrière-plan (fig. 20). Bien que plus résistantes à l’érosion, les dalles calcaires conservées ne sont pas plus nombreuses que les dalles de terre cuite, leur poids plus important provoquant leur chute anticipée et peut-être une récupération plus intéressante. Les joints de mortier sont très hétéroclites, tant dans leur épaisseur que dans leur orientation. Sur l’intrados, on mesure des différences d’épaisseur allant de 1 à 14 cm.

55Aux extrémités (sommier), l’arc débute par un claveau de calcaire, surmonté d’une dalle de terre cuite. La liaison est assurée par un mortier de chaux mêlé de cailloux de gneiss. Ce mélange, parfois ajouté de fragments de briques, complète également le vide laissé en arrière des claveaux calcaires, le plus souvent trop courts. Ceux-ci ne sont pas systématiquement placés sur le rayon (virtuel) correspondant à leur position sur l’arc. Au niveau de l’intrados, l’écart entre deux briques varie de 7 à 15 cm.
L’épaisseur comme la profondeur des arcs de tête avoisine les 61 cm (~ 2 pieds), soit un tiers de l’épaisseur d’une pile.

1.3.2.2. Matériaux et mortier

56Il est difficile de fournir des mesures pour les claveaux, qu’ils soient de terre cuite ou de calcaire. S’il existe bien un module de base pour les dalles de brique (61 x 61-63 cm), on relève d’innombrables variations. Les plus importantes concernent l’épaisseur (4,5 à 7 cm) et la forme même de la dalle. Un certain nombre ont montré une différence d’épaisseur, allant jusqu’à 30 mm entre les extrémités, qui laisse supposer un moulage en claveau (fig. 22). Ce point mériterait d’être confirmé par une multiplication des mesures. Souvent ce sont tout simplement des dalles bipedales identiques à celles utilisées dans les arases des piles. Ici et là, des compléments de gneiss ou de briques indiquent l’utilisation de dalles fragmentaires dans l’épaisseur de l’arc.

image

Fig. 22. Arc 71, vue E. Claveaux de l’arc de tête. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

  • 18  Renseignements fournis par H. Savay-Guerraz.

57C’est dans un matériau évoquant le calcaire à entroques de l’Aalénien (« pierre dorée »), qui affleure dans le mont d’Or, que sont taillés les claveaux de pierre18. Ce matériau a quasi systématiquement empêché un débit aux mesures équivalentes à l’épaisseur de l’arc (env. 61 cm). Lorsque c’est la hauteur, donc la face visible, qui est insuffisante, on note l’adjonction d’une seconde pièce de calcaire, en complément. Chaque claveau de pierre est une pièce unique avec ses propres dimensions, entre 3 et 11 cm d’épaisseur. Certains éléments sont bien taillés en voussoirs (fig. 22), mais ce n’est pas une règle stricte. Lorsque ce n’est pas le cas, la compensation se fait en jouant sur l’épaisseur des joints de mortier. En outre, ces claveaux sont parfois mal posés, le côté aminci placé dans le sens de la profondeur de l’arc. On note également que des claveaux de calcaire sont quelquefois remplacés par du gneiss. La rigueur dans le choix des matériaux et dans leur mise en œuvre n’est donc pas aussi stricte qu’il y paraît à première vue.
Le mortier de liaison est le même que celui de l’arc central.

1.3.3. Les écoinçons

58Un écoinçon correspond à la maçonnerie séparant deux arcs successifs. Les écoinçons assurent la cohésion entre deux arches et constituent le support sur lequel est installé le canal. Au contact avec l’extrados des arcs de tête, le parement réticulé est limité par un alignement de briques formant un cordon décoratif. À son sommet, chaque écoinçon est limité par la troisième arase de briques.

1.3.3.1. Structure interne, dimensions

59Les écoinçons sont mis en place après les arcs formant un support rigide sur lequel moellons et blocage du réticulé peuvent être empilés, sans risque de glisser latéralement. La structure interne est très proche de celle des piles, avec une concentration de fragments TCA plus élevée, particulièrement pour les piles du secteur nord.

60Le long des bordures arquées, une taille précise des moellons s’impose. Cette dernière n’est pas toujours respectée et des solutions « expéditives » ont été observées ici et là. Parfois un remplissage de mortier ou des fragments de briques remplacent une taille trop délicate. On note également de grandes variations dans l’épaisseur des joints intercalaires ; elle peut atteindre jusqu’à 4 cm dans certaines zones. Ces observations ponctuent de quelques bémols la qualité de la facture.

61Chaque écoinçon s’inscrit dans un triangle de 2,70 m de hauteur posé sur la pointe. Cette pointe mesure 63 cm de largeur, y compris les cordons de briques, pour une profondeur correspondant à la largeur de la pile sur laquelle il repose. Ceci équivaut à une surface égale au tiers de la section d’une pile ; les deux autres tiers, de part et d’autre, reçoivent chacun le départ d’un arc. Le sommet de l’écoinçon est d’une largeur de 5,80 m.

  • 19  Accidentel ou délibéré et obtenu par moulage ? Seule une multiplication des mesures permettrait de (...)

62Les briques utilisées pour la réalisation des cordons sont carrées, de 21-22 cm de côté (bessales) pour une épaisseur de 4 à 5 cm, et présentent, pour certaines, un léger cintre19. On trouve également des exemplaires de 23 ou 28 cm de côté. Ces éléments ne sont que rarement conservés sur les piles étudiées et sur de courts tronçons seulement ; le mieux conservé se trouve sur l’arc 71 (fig. 6). Les cordons sont un traitement de surface qui ne se poursuit pas dans la masse.

1.3.3.2. Matériaux et mortier

63On retrouve les mêmes caractéristiques que celles décrites pour les épaulées. Une différence notable est visible sur les piles 70 et 71 ; on y distingue une forte proportion de fragments de briques dans le blocage. Ceux-ci sont placés sur des assises régulières (fig. 7).

1.4. L’aqueduc

1.4.1. La troisième arase de briques

64La troisième arase de briques constitue un traitement de surface difficile à situer dans le processus de mise en place ; nous l’avons rapprochée de celle du canal. Continue sur toute la longueur de l’ouvrage et dotée de trois assises, elle souligne la base du canal. Les briques de ce niveau sont plus petites que celles des arases inférieures. Certaines sont affectées d’une légère convexité, prouvant un mélange avec les briques de décor des extrados des arcs de tête. Des irrégularités, voire des lacunes se font jour lorsque l’on peut observer la structure interne à la faveur d’une profonde érosion. L’absence constatée de cet aménagement dans la masse concrète de la maçonnerie semble indiquer un rôle avant tout esthétique ; il s’agit d’un cordon et non d’une assise complète (fig. 24). Une fonction de réglage pour la pente du canal ne peut être totalement exclue, mais impossible à vérifier pour cause de mauvaise conservation.

1.4.1.1. Matériaux et mortier

65Les briques utilisées sont plus ou moins carrées pour le module le plus représenté, avec un côté de 30 à 31 cm, soit des pedales (fig. 6 et 24, infra). Toutefois, de nombreuses exceptions sont à signaler, dont la longueur varie entre 18 et 45 cm ! L’épaisseur, très variable elle aussi, oscille entre 4 et 5,5 cm. Les joints intercalaires horizontaux ont de 1 à 2 cm d’épaisseur, tandis que les lits de mortier supérieur et inférieur peuvent atteindre 4 cm. Les joints verticaux sont de 0,5 à 2 cm de largeur.

1.4.1.2. Réfections, restaurations

66Cette troisième arase ayant souffert plus que les autres, elle a subi des restaurations modernes, parfois lourdes et de médiocre qualité. Des fragments de briques de toutes origines, quand ce ne sont pas des gneiss, ont été mélangés à un ciment industriel gris. Aux abords de la pile 68, cette arase est entièrement et lourdement restaurée au ciment gris sur la face ouest ; certains éléments ont flué avant la prise et se trouvent affaissés dans la masse. Sur la face orientale, on note des replâtrages localisés au mortier de ciment coloré (phase D, années 1911-13 ?).

1.4.2. Le canal (specus)

  • 20  Des planches « fossilisées » ont été reconnues dans le tunnel de Fontanes (Litaudon, 2002, figure (...)
  • 21  Apparemment le même système est employé sur les tronçons enterrés (Le Nézet, Meylan, 2006, fig. 13 (...)

67La voûte est très partiellement conservée et sa forme originelle est suggérée sur quelques décimètres seulement, à la base de l’intrados. Le chanfrein au sommet de l’enduit interne correspond à sa base. À ce niveau et sur toute la longueur conservée, on distingue une ligne de rupture correspondant à un angle de l’intrados. Les segments les mieux préservés montrent deux lignes supplémentaires, séparées de 15 à 18 cm, coïncidant également avec un changement de direction (fig. 23). Ces traces correspondent aux empreintes des planches du cintre d’un coffrage filant de bois utilisé lors de la mise en place20. Ce dernier confère à la voûte un aspect polygonal21.

image

Fig. 23. Vestiges de la voûte du canal. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

68Il reste délicat d’imaginer comment était traité l’extrados, dont rien n’est conservé. Il est toutefois établi que le profil général du canal, enterré ou aérien, reste pratiquement inchangé, à l’exception de l’ajout du parement de réticulé pour les tronçons aériens. La restitution proposée en pointillé sur la coupe en travers du canal (fig. 24) est basée essentiellement sur le profil complet observé en 2006 sur un tronçon souterrain tout proche (Le Nézet, Meylan, 2006).

image

Fig. 24. Coupe restituée de l’élévation du canal, vue N (éch. : 1/50). DAO : E. Boissard, Archeodunum, 2009.

69L’aspect et l’exécution du fond du canal sont compliqués à évoquer. Ce dernier a subi des restaurations modernes sur toute la longueur conservée, si bien que l’essentiel a disparu sous une disgracieuse chape de ciment gris et dur (phase D, années 1911-13 ?) conférant au fond du canal un profil en U, sans doute inexistant à l’origine. À l’extrémité sud du secteur B, on observe l’existence d’un épais radier de mortier de tuileau, riche en chaux ; ni l’altitude de base, ni celle du sommet ne peuvent être précisées. Aucune trace des boudins en quart-de-rond (solins) assurant l’étanchéité entre les parois et le fond n’a été repérée ; aucune trace non plus de dépôt calcaire permettant de calculer la tranche d’eau, contrairement à ce qui est observé sur l’aqueduc de Fréjus, notamment (Gébara, Michel, 2002, p. 163-215). On peut simplement en conclure que l’eau véhiculée devait être plutôt acide.

1.4.2.1. Structure interne, dimensions

70La maçonnerie des piédroits du canal est similaire à celle des piles : masse constituée d’un blocage de gneiss liés au mortier de chaux et parement réticulé sur l’extérieur. La voûte n’est pas garnie d’un parement. Le recours aux fragments de TCA dans la masse concrète est très aléatoire, ce qui tend à prouver l’emploi de tous les matériaux disponibles au moment où ils le sont. Dès le départ de la voûte, les gneiss du blocage mis en œuvre sont plus grands et disposés en claveaux alors qu’ils sont en litages horizontaux dans celui des piédroits. Aucun élément n’est taillé. Sur la face externe des piédroits, le parement réticulé se termine au départ de la voûte par une assise, presque intégralement disparue, où alternent les demi-moellons, afin d’obtenir une terminaison rectiligne (altitude ~ 315,20 m).

71La surface de jonction entre le sommet des substructures et la base du canal représente une étape importante de la construction. Il est possible qu’elle corresponde altimétriquement au sommet de la troisième arase de briques - formant une ligne continue au ras des arcs de tête - mais elle n’a pas été reconnue sur les tronçons de l’étude. Imperceptible dans les secteurs conservés, elle ne peut apparaître que dans les tronçons ruinés en profondeur. Ces zones sensibles - au-dessus de la pile 31 par ex. - ont été restaurées ou érodées, si bien qu’il est impossible d’y reconnaître des différences structurelles liées à la mise en œuvre.

72Les dimensions du canal reportées sur la coupe (fig. 24) ont une valeur indicative, compte tenu de l’état de conservation. Le sommet (restitué) devait culminer aux alentours de 316 m au niveau de la pile 71. À cet endroit le niveau de marche étant à 308,60 m, l’ouvrage s’élevait donc à 7,40 m au-dessus du sol. La largeur hors tout du canal – donnée par la distance entre les extrémités des arases de briques – est de 1,86 m. La hauteur maximale atteint 1,60 m (fig. 24 et 25) sur les secteurs conservés. Les parois internes sont légèrement convergentes, le fruit pouvant atteindre 5 cm sur la hauteur. Cette particularité – jamais décrite – est peut-être due à une déformation de l’ouvrage en l’absence de voûte conservée. Néanmoins, cette anomalie est enregistrée à plusieurs reprises sur les deux piédroits, dans les secteurs nord et sud, alors que du côté extérieur, la verticalité semble respectée.

image

Fig. 25. Canal et son enduit de mortier de tuileau. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

73À l’intérieur, le canal est large d’environ 60 cm à sa base. L’altitude du fond du canal antique peut être restituée aux environs de 314,00 m dans le secteur B.

1.4.2.2. Enduit d’étanchéité

74L’intérieur du canal est enduit d’un revêtement assurant son étanchéité (fig. 25). D’une épaisseur variant entre 4 et 6 cm, ce mortier de tuileau (opus signinum ; Ginouvès, Martin, 1985, p. 51) présente des fragments assez grossiers pouvant dépasser le centimètre. De couleur rouge, ce traitement se termine en chanfrein à une hauteur d’environ 1,10 m du fond du canal. En très bon état à sa base où la surface est encore pratiquement lisse, il est ensuite diversement conservé, affecté par de nombreux trous sur toute son épaisseur. Au sommet, les décollements sont nombreux, tantôt partiels, laissant entrevoir la texture de l’enduit, tantôt complets, laissant apparaître le blocage de gneiss et de mortier des piédroits.

1.4.2.3. Réfections, restaurations

75Dans ses parties conservées du secteur nord, le canal est marqué de lourdes consolidations modernes sur le piédroit oriental (phase D, 1911-13 ?) dans les grosses cavités que le temps a creusées. Le fond de la section mouillée est intégralement reconstruit et les derniers mètres au nord du secteur B sont remplacés par une épaisse chape de ciment gris (phase D, 1911-13 ?).
Par endroits, l’enduit de tuileau est également consolidé ou remplacé par une protection de ciment gris, dont on notera qu’elle résiste moins bien que le traitement d’origine.

1.4.3. Les regards

  • 22  Cette règle établie sur les textes antiques (Vitruve, De Architectura, VIII, 7 et Pline, Naturalis (...)

76Les regards sont des puits d’accès au canal pour en assurer l’entretien. Ils sont généralement disposés à intervalles réguliers (73-77 m) avec des exceptions, comme le confirment certains auteurs (Coquidé, Macabéo, 2010, p. 475-476). De son côté, J. Burdy affirme que l’aqueduc du Gier est un « véritable cas d’espèce » en ce qui concerne « l’application de la règle des 2 actus » (Burdy, 1996, p. 224)22. Cette règle serait plus rarement observée sur d’autres aqueducs (Gébara, Michel, 2002, p. 127). D’autres auteurs sont plus circonspects encore sur cette régularité (Malissard, 2002, p. 164).

  • 23  Observations faites en collaboration avec MM. Burdy et Bougnol qui ont eu la gentillesse d’échange (...)
  • 24  J. Burdy signale l’existence de deux modules pour l’ouverture des puits : 62 x 75 à 80 cm (petit m (...)

77Quoi qu’il en soit, parmi les 88 regards recensés en 2008 (Burdy, 2008, p. 95), trois ont été reconnus sur la file d’arches de Chaponost,au travers d'indices visibles sur les piles 42, 56 et 69 (Burdy, 1996, p. 208). La dernière se situant dans le périmètre de notre étude, nous avons procédé à des vérifications. C’est ainsi que plusieurs indices – ténus, mais suffisamment éloquents – repérés sur le piédroit oriental du canal ont confirmé la présence d’un regard, au-dessus de la pile 69. À cet endroit, les gneiss insérés dans le blocage sont inclinés vers l’extérieur ou disposés à plat (fig. 26), alors que partout ailleurs ils sont inclinés vers l’intérieur, en position de claveaux. La paroi interne est verticale et on ne distingue aucun vestige du départ de la voûte. Enfin, sur le parement externe, on relève la présence de cubilia au-dessus de la ligne sommitale du parement réticulé marquant la fin du piédroit et constituée de moellons fendus par la moitié (315,20 m). Cette dernière particularité23 témoigne d’une prolongation verticale, en cheminée, du piédroit et de son parement réticulé à cet endroit. L’anomalie sur le piédroit est observée sur une longueur de 78 cm, correspondant peut-être à l’ouverture du puits. En ajoutant les dimensions de la maçonnerie, égales, en principe, à la largeur des piédroits du canal, on obtient une section hors-tout de 1,80 x 2 m de côté24.

image

Fig. 26. Indices de la présence d’un regard : on distingue un changement d’orientation des éléments du blocage (flèche). F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

  • 25  Voir également les documents ortho-photographiques de l’ensemble des arches du Plat de l’Air (Repe (...)

78Le report de ces dimensions, calé sur la limite septentrionale de l’anomalie relevée, positionne le regard en léger décalage avec l’aplomb exact de la pile (fig. 6). Ceci semble en désaccord avec la logique statique architecturale de l’ensembleet l’aspect esthétique par ailleurs enregistré. Toutefois, le positionnement du regard au-dessus de la pile 42 (Burdy, 1996, fig. 112, p. 216, visible aujourd'hui encore)25 montre bien un décalage du même type et c’est ainsi que J. Burdy représente un regard sur une arche (Burdy, 2008, fig. p. 97). En outre, il note à propos de la règle de 2 actus, que « son application rigoureuse va jusqu’à heurter la raison » en signalant des localisations surprenantes (Burdy, 1996, p. 224). Faut-il ici restituer un regard plus long encore ou admettre un décalage déconcertant ?

79L’ope répertorié dans le tableau T IV (Burdy, 1996, p. 207-208) n’a pas été retrouvé. Signalons encore que la pile 69, pas plus que celles déjà mentionnées, ne présente de trace de consolidation particulière relative à l’installation d’un regard à son sommet.

2. Étude des mortiers (E. Boissard)

80Quatre-vingt-cinq prélèvements de mortier ont été réalisés sur l’ensemble des deux secteurs étudiés, selon un protocole préalable, en respectant les contraintes liées à l’état de dégradation des vestiges.

81Deux piles ont été choisies aux extrémités de chacun des secteurs pour faire l’objet de prélèvements systématiques à tous les niveaux de la construction, dans la mesure de leur état de conservation ; les piles 68 et 72 pour le secteur nord et les piles 28 et 33 pour le secteur sud. Cet échantillonnage méthodique avait pour objectif d’apprécier le degré d’homogénéité de la construction en comparant simultanément les deux portions d’aqueduc, deux piles d’un même secteur, et les différents stades d’élévation d’une même pile.

82Des prélèvements ciblés s’y sont ajoutés pour répondre à des questions ponctuelles posées par certaines anomalies observées dans la construction (par exemple, un échantillon a été prélevé dans un bouchage de moellons calcaire, intercalé dans une arase de briques). Quelques prélèvements d’un mortier de réfection ont également été réalisés pour comparaison. Enfin, le mortier de tuileau conservé dans l’élévation du canal a lui aussi été échantillonné.

83Tous ces échantillons ont fait l’objet d’une observation macroscopique au cours de laquelle soixante-dix-sept d’entre eux sont apparus être de même composition, conformément aux observations réalisées sur le terrain. Deux prélèvements se sont avérés impropres.

84Cinq types de mortier ont finalement été identifiés, qui correspondent pour quatre d’entre eux (T1, T2, T3 et T4) à des entités constructives clairement distinctes pour lesquelles il apparaît donc logique d’avoir des matériaux différents (fig. 27).

image

Fig. 27. Tableau descriptif des différents types de mortier. E. Boissard, Archeodunum, 2009.

85La grande majorité des prélèvements effectués dans les maçonneries attribuées à la construction initiale appartiennent au type T1. Il s’agit d’un mortier de chaux dur, qui contient une forte proportion de sable fin à grossier et une proportion faible à moyenne de graviers hétérogènes en granulométrie. Des fragments de gneiss composent les graviers de faciès subacéré ; le sable, de même faciès, est majoritairement constitué de grains de micaschiste et de quartz, suggérant la même origine dérivée de gneiss et de granites. Les études menées par l’entreprise de restauration Comte ont identifié ces éléments de la charge comme du gneiss concassé, ce matériau étant quasi exclusif dans le blocage de l’ouvrage.

86L’utilisation de ce granulat, issu des mêmes carrières locales que le matériau de construction dominant, présente d’évidents avantages pratiques dans le cadre du chantier de construction. Les nuances généralement rosâtres du granulat confèrent sa couleur beige rosé au mortier, alors que les inclusions sont quasi inexistantes.

87Quelques variations secondaires peuvent être observées d’un échantillon à l’autre ; elles correspondent généralement à des ajustements ponctuels aux éléments mis en œuvre. Ainsi, le mortier utilisé dans les massifs de fondation semble présenter une proportion supérieure de charge, adaptée à une maçonnerie constituée de litages grossiers de blocs irréguliers, incluant nécessairement des vides nombreux et importants à combler. La résistance observée diffère également légèrement, mais cette propriété reste très tributaire des conditions de conservation.

88Le type T5 ne correspond qu’à un seul prélèvement, effectué dans un comblement de moellons calcaires au sein d’une arase de briques. Il s’agit d’un mortier de chaux à forte proportion de sable fin à grossier, de faciès subacéré et majoritairement constitué de grains de micaschiste et de quartz. Malgré l’utilisation d’un granulat semblable à celui du mortier T1, l’aspect friable et la nuance plus jaune de cet échantillon ne permettent pas de l’attribuer à la même phase de construction. Ce type T5 pourrait se rapporter à une réfection antique ; toutefois, la similitude de charge avec le mortier de construction ne suffit pas à exclure une datation plus récente.

89Les types T2 et T3 s’appliquent aux deux prélèvements réalisés, d’une part dans l’enduit d’étanchéité des parois du canal, d’autre part dans le mortier du fond de canal, au niveau du radier.

90Le type T2 correspond à un mortier de chaux et de tuileau fin à grossier, de couleur rose clair, qui contient une forte proportion de sable fin à grossier aux caractéristiques semblables à celui de T1. Il présente encore une grande résistance, comme en atteste son très bon état de conservation. Sa surface est lissée et ne conserve pas de traces du passage de l’eau.

91La description du type T3 demeure incomplète du fait de la friabilité et des pollutions végétales envahissant le prélèvement. Il s’agit là encore d’un mortier de chaux et de tuileau, mais dont la charge ne conserve qu’une faible proportion de sable fin à moyen, alors que le tuileau est composé de fragments très grossiers. L’aspect général est celui d’un mortier hétérogène, où les débris de terre cuite rouge se distinguent du fond blanc du liant de chaux, et de moindres propriétés hydrauliques que le type T2.

92Le type T4 correspond à l’un des mortiers de réfection observés sur place.

93Au cours de l’opération de terrain, nous nous sommes également attachés à repérer et distinguer les différentes réfections modernes. Lors de la phase d’étude et dans la mesure du possible compte tenu de la précision des informations, ces observations ont été mises en relation avec les données de l’historique des travaux répertoriés (Eschbach, 2010b, tableau 3). Neuf phases peuvent ainsi être décrites (ibid., p. 53-54), désignées par les lettres A à H’ (fig. 6, 7 et 8).

3. Réflexions sur les matériaux et la mise en œuvre de l’ouvrage

3.1. Les étapes de la construction

94Les résultats de l’analyse des maçonneries et de l’observation des techniques de construction permettent de restituer quelques-unes des étapes du chantier de construction des arches du « Plat de l’Air ».

  • 26  Après l’intervention des arpenteurs.

95Les travaux débutent26 par le creusement d’une série de fosses quadrangulaires alignées à intervalles réguliers dans un terrain gravelo-sableux recouvrant une couche de gneiss. Les fosses, dont la profondeur dépasse le mètre, vont recevoir le massif de fondation des piles. Ce dernier, mélange de gneiss et de mortier, épouse les formes du coffrage que constitue chaque fosse. Les fondations sont de dimensions supérieures à la section des piles, de manière à permettre un réglage précis de l’intervalle entre elles.
Au-dessus prennent place les épaulées, terminées par une arase de briques. Chaque épaulée constitue vraisemblablement une étape de travail décrite plus bas.

96Entre deux piles est jetée une arche, dont les trois parties sont édifiées simultanément, selon nos observations. La mise en place des écoinçons vient combler le vide entre deux arches, conférant à l’ensemble l’allure d’un pont. Il ne reste plus qu’à édifier le canal dont la base est soulignée d’une arase de briques. Une fois terminé, il sera enduit de plusieurs couches de mortier garantissant son étanchéité, avant d’être mis en eau.
On peut raisonnablement supposer que ces multiples travaux sont confiés à des équipes regroupant des ouvriers diversement qualifiés, intervenant en différents secteurs.

3.2. La chronologie

97L’opération de Chaponost n’a pas apporté de nouveaux éléments ayant trait à la chronologie absolue de l’édifice. À ce jour, le problème de la datation de la construction de l’aqueduc du Gier n’est pas définitivement résolu. La récente étude de A. Desbat (Desbat, 2011) fait le point sur l’état de cette question « controversée ». Au terme de son exposé, l’auteur propose une datation à l’époque d’Auguste pour la construction de l’aqueduc. Il est intéressant de constater que, au-delà des considérations chronologiques, typologiques ou technologiques, l’argument principal de ce choix repose sur : « ... la présence d’un réseau de distribution de l’eau dès la fin du Ier siècle avant J.-C. sur la colline de Fourvière, à une altitude que seul l’aqueduc du Gier pouvait atteindre. C’est là l’argument le plus fort pour supposer la création de cet aqueduc à l’époque augustéenne et la raison qui m’a conduit à proposer cette hypothèse. » (Desbat, 2011, p. 185 ; Chomer, 2005, p. 148).

3.3. Une construction au décor imposant

  • 27  Germain de Montauzan, qui date l’aqueduc du Gier de l’époque d'Hadrien, pense qu’il s'agit d'une m (...)

98On a beaucoup dit sur cette la technique de l’opus reticulatum, allant jusqu’à utiliser son emploi comme argument de datation (Desbat, 2011, p. 175-176). Les pics d’utilisation du réticulé se situent à l’articulation de la République et de l’Empire, avec une réapparition à l’époque d’Hadrien27. A. Desbat considère qu’en appliquant la chronologie établie pour les monuments de Rome construits en réticulé à l’aqueduc du Gier, on pourrait le dater au début du premier siècle ; cette méthode n’est toutefois pas fiable selon lui (Desbat, 2011, p. 177).

99L’utilisation d’un tel parement sur un aqueduc est une rareté, même si d’autres ouvrages hydrauliques ont également recours à cette technique ; l’aqueduc de Minturno près de Naples (Italie) est le plus souvent cité (Burdy 1996, p. 232 ; Litaudon, 2002, p. 5), mais ce n’est pas le seul (Desbat 2011, p. 176). Toutefois, la plupart se trouvent en Italie, tous n’ont pas exactement les mêmes caractéristiques et, bien souvent, seules quelques parties du monument sont concernées (Burdy, 1996, p. 232 ; Desbat, 2011, p. 176). C’est le cas de l’aqueduc de Minturno dont les piles sont réalisées d’une alternance d’opus vittatum et reticulatum, ce qui le rend difficilement comparable avec celui du Gier. Par ailleurs, la technique utilisée ne fait pas recours aux arases de briques. En ce sens, le traitement des parements de l’aqueduc du Gier constitue bien une exception.

  • 28  Une grande partie de ces avantages est commune à ceux de l’usage du petit appareil au sens global  (...)

100La diffusion, les avantages28, de même que les périodes de développement de la technique de l’opus reticulatum ont déjà fait couler beaucoup d’encre, mais il reste, aujourd’hui encore, difficile d’en définir le procédé exact de mise en œuvre. Les descriptions s’y rapportant manquent parfois de clarté pour être totalement convaincantes. En outre, les piles de Chaponost constituent un cas particulier, dans la mesure où le travail doit être exécuté sur quatre faces à la fois, à la différence d’un simple mur.

  • 29  À propos de cette mise en place par strates successives, par ailleurs attestée par nos observation (...)
  • 30 Cette faiblesse est déjà signalée par Germain de Montauzan (Germain de Montauzan, 1909, p. 236). To (...)

101De son côté, Germain de Montauzan propose une théorie sur la mise en place du parement de « petites assises horizontales » sur quatre côtés simultanément ; elle se développerait sur une hauteur de panneau, soit environ 1 à 1,50 m. Ensuite seulement, le caisson ainsi élevé serait rempli par le blocage interne en strates successives29 ; soit un montage en deux étapes distinctes (Germain de Montauzan, 1909, p. 236-238). Cette description, que Germain de Montauzan considère valable également pour le réticulé, est assez surprenante et vaut surtout pour des assises de moellons rectangulaires, avec l’avantage que ceux-ci supportent bien l’empilement sur quelque hauteur. Il n’en va pas de même, à notre avis, pour les moellons à longue queue dont la superposition au-delà de quelques dizaines de centimètres est difficilement réalisable sans le maintien du blocage. Quoi qu’il en soit, on perçoit mal quel serait l’avantage d’une construction en deux étapes distinctes ; elle ne peut qu’aboutir à la création d’une ligne de faiblesse entre la masse et son parement30.

102À la lumière de nos observations de terrain, qui ne font état d’aucune discontinuité dans le cœur de la maçonnerie, nous suggérons de remettre en question cette interprétation, du moins en ce qui concerne l’édification des piles. Elle semble peu convaincante étant donné le poids et la forme des moellons ; une solution plus pragmatique peut être proposée à titre d’hypothèse.

  • 31  De ce point de vue nous nous écartons passablement des conclusions de H. Dessales qui défend la di (...)

103Au cours de notre collaboration avec les maçons chargés des consolidations en 2009, nous avons recueilli leurs impressions à ce sujet. Elles vont dans le même sens : la technique du réticulé est, selon eux, plus délicate et plus longue à mettre en œuvre que celle du petit appareil quadrangulaire, sans même parler du travail de taille des éléments pyramidaux, demandant, lui aussi, plus de soin et d’habileté31. Les inconvénients liés au poids et à l’impossibilité de liaison dans les angles soulignent les inconvénients de cette technique et sont lisibles sur les vestiges aujourd’hui encore. Les moellons pyramidaux, qui n’ont aucune propriété auto-bloquante, ne peuvent être empilés indéfiniment et sont obligatoirement maintenus par des chaînages d’angle. Ces derniers, dont nous avons signalé l’hétérogénéité, sont également à l’origine de graves faiblesses dans la maçonnerie des piles : « l’appareil réticulé se distingue de l’autre en ce qu’il doit forcément être encadré par des chaînes d’angle en briques ou pierres plates, le plus souvent carrées, ayant pour côté la longueur des moellons de parement, soit 0,20 m. C’était là le défaut le plus grave de cet appareil, car les chaînes se liaient assez mal avec l’ensemble : il s’ensuit que les monuments construits en réticulé, même les mieux conservés, sont, presque tous plus ou moins endommagés aux angles. » (Germain de Montauzan, 1909, p. 236). C’est ce que l’on constate aujourd’hui à Chaponost : les chaînages d’angle sont parmi les premiers éléments à disparaître des piles. Il n’en existe pratiquement plus dans les épaulées supérieures, aucun sur celles des piles concernées par notre étude.

  • 32  Il correspond grandement au procédé exposé par J. Seigne (Seigne, 2004, p. 83).
  • 33  De récentes observations à Ostie ont abouti à une théorie de la mise en œuvre du réticulé passable (...)

104Suite à ces remarques, nous proposons une procédure légèrement différente, fondée sur un montage quasi simultané du parement et de son blocage. Quelques assises de parement sont disposées sur les quatre côtés de la pile et l’espace délimité aussitôt comblé par la mise en place du blocage, comme semble le montrer la disposition en strates horizontales de ses éléments pierreux, déjà décrite. Par dessus, de nouvelles assises de parement sont élevées, puis l’espace comblé, et ainsi de suite jusqu’à la première arase de briques. Ce système nous paraît à la fois plus pratique, plus fiable et surtout plus proche des observations que nous avons pu faire32. Quoi qu’il en soit, il est plus que probable qu’il n’y eut pas qu’une seule façon de procéder33.

  • 34  Pline explique que ces « constructions doivent être faites à l'équerre et au niveau, et être d'apl (...)

105Il n’est pas exclu que chaque épaulée fût montée à l’intérieur d’un coffrage élevé au fur et à mesure (banchées ?) de la progression du travail. Ceci aurait permis le maintien indispensable de l’ensemble aux dimensions souhaitées en attendant sa consolidation, tout en facilitant la pose et le réglage de l’aplomb des moellons34.

106La mise en place du réticulé sur les écoinçons est peut-être différente dans la mesure où les arcs constituent des appuis latéraux empêchant le glissement des moellons. Par ailleurs le relevé de surfaces de contact, non observées sur les piles, pourrait être un indice d’une mise en place en deux temps.

107Dans tous les cas, la technique du réticulé apparaît délicate à mettre en œuvre et forcément coûteuse, pour un résultat relativement fragile ; ces caractéristiques ne sont assurément pas les plus recherchées pour l’édification d’un aqueduc censé fonctionner sur une longue durée. Ceci pousse, selon nous, à remettre en cause son adaptation à une telle construction.

  • 35  Ce constat ne concerne pas que les aqueducs (Bukowiecki et alii, 2008, p. 82). Voir aussi note 10.
  • 36  On pourrait même aller jusqu’à remettre en cause la justification d’un quelconque parement de prot (...)

108Bien qu’il ne soit pas possible de reprendre ici le dossier dans sa globalité, nous pensons raisonnable de proposer que le traitement en opus reticulatum est, dans le cas de l’aqueduc du Gier, une solution justifiable principalement par son aspect esthétique35. J. Burdy ne partage pas cet avis, arguant d’une relation entre normalisation et mise en œuvre de moellons pré-taillés (Burdy, 2008, p. 72). Notons que cette remarque peut s’appliquer également aux moellons quadrangulaires. L’esthétique ressort avec évidence sur chacune des vues de la file d’arches de Chaponost, qu’elle soit récente ou plus ancienne. En outre, pourquoi compliquer la tâche et augmenter les coûts avec l’installation d’un parement instable et long à mettre en place, pour entourer la maçonnerie36, si ce n’est pour l’embellir ?

  • 37  « La construction en losange, très usuelle à Rome, est sujette à se crevasser » (Pline, Hist. Nat.(...)

109La fragilité associée à la technique du réticulé et attestée à de nombreuses occasions sur le terrain est également une particularité perçue par de nombreux auteurs37. Par ailleurs, les reconstructions antiques (mais non datées) identifiées sur les ponts du cours supérieur de l’aqueduc sont éloquentes à plus d’un titre. En effet, ces dernières, certainement réalisées dans l’urgence, n’ont bien souvent pas repris cette mise en œuvre, peut-être jugée trop complexe et peu adaptée. Si la technique du réticulé avait été de mise en œuvre plus rapide pour une qualité et un coût comparables ou plus avantageux, pourquoi s’en serait-on privé ?

110Tout comme le réticulé, le recours à la brique ne semble pas un choix particulièrement approprié à l’édification d’un aqueduc, d’autant que l’on aurait aisément pu s’en passer à Lyon, dont les environs regorgent de matériaux tout à fait adaptés pour la remplacer. À vrai dire, il est peu probable que l’on puisse lui reconnaître des qualités rendant son utilisation indispensable dans la construction d’un tel édifice.

  • 38  Les arcs de briques sont tombés mais pas leurs équivalents de pierre encore en place sur le cours (...)

111La brique est indiscutablement un matériau très rentable et pratique à mettre en œuvre, comme le prouve son usage abondant à Rome, Ostie ou Pompéi. Toutefois, certaines de ses qualités la rendent particulièrement vulnérable en climat humide où les cycles gel/dégel sont nombreux, ce qui est le cas à Chaponost. Il convient de rappeler que la brique, même de bonne qualité, est toujours de résistance inférieure à celle d’une pierre de qualité moyenne (Germain de Montauzan, 1909, p. 274)38. L’idée que cette association de la brique et du réticulé (= opus mixtum ;Ginouvès, Martin, 1985, p. 101) date de l’époque claudienne serait à réviser également (Desbat, 2011, p. 177).

  • 39  Comme le suggère J.-L. Paillet (correspondance privée) qui souligne la méconnaissance à ce jour de (...)
  • 40  Le même jeu de couleurs est mis en scène sur les arcs de l’aqueduc de Fréjus, bien que dans ce cas (...)

112L’utilisation de briques dans la construction des arcs de tête a conduit à la découverte de quelques curiosités lors de nos observations. Si, dans la majorité des cas, les briques utilisées en alternance avec des calcaires à entroques pour constituer les claveaux des arcs sont comparables à celles utilisées dans les arases (soit des bipedales), nous avons rencontré à plusieurs reprises des briques en forme de voussoirs. Dans ces cas, la différence d’épaisseur d’une extrémité à l’autre de la brique peut atteindre 30 mm ; une telle amplitude, mesurée à plusieurs reprises, semble résulter davantage d’un moulage intentionnel en claveau, que de simples défauts de fabrication. Peut-on pour autant parler de « bipedales-claveau » et de découverte de première importance39 ? Là encore, de nouvelles mesures, plus nombreuses et plus fines, devraient être pratiquées pour pouvoir l’affirmer.
De son côté, le cordon de briques soulignant l’extrados des arcs de tête est incontestablement un décor très élégant, mais parfaitement superflu.
Il apparaît donc que le rôle de la brique dans les arcs de tête est peut-être économique, mais surtout décoratif40.

113Reste à évoquer les arases de briques. Pendant longtemps, l’attribution de l’aqueduc du Gier à l’époque d’Hadrien, sur la base de l’emploi du réticulé (Germain de Montauzan, 1909, p. 240-241) et de la découverte de la pierre de Chagnon (ibid., p. 394), a fait de la présence d’arases de briques un critère de datation de cette période (Leveau, 2004, p. 126-130). Ces théories, qui ont abouti à une datation erronée des édifices lyonnais, sont aujourd’hui remises en cause (Desbat, 2011, p. 177 ; De Filippo, 2004, p. 112 ; Litaudon, 2002, p. 23-25).

114À Chaponost, c’est tout d’abord l’extrême variabilité des dimensions des éléments les composant qui surprend. Comme le note Germain de Montauzan : « on ne peut dire qu’il y eût vraiment des types fixes » (Germain de Montauzan, 1909, p. 275) pour le formatage des briques utilisées et l’on enregistre pratiquement autant de valeurs que d’individus, tant les variances sont nombreuses. Le rôle de ces arases demande également à être éclairci.

  • 41  Les lignes isométriques de ce document (non reproductible ici) mettent en évidence des irrégularit (...)
  • 42  Peut-être ces variations sont-elles dues à un mode opératoire segmenté (Coquidé, Macabéo, 2010, p. (...)
  • 43  Voir les arguments de J. Burdy (Burdy, 2008, p. 71).

115Les différences de hauteur enregistrées sur les épaulées des piles ne sont pas sans influences sur l’alignement des arases de briques les couronnant. Rien que dans le cadre de notre étude, nous avons enregistré une variation atteignant 30 cm (Eschbach, 2010b, fig. 57)41. Du même coup, l’écart entre les deux premières arases de briques n’est pas constant42. Les différences enregistrées paraissent peu compatibles avec un rôle de réglage en cours de construction, que nous avions un moment envisagé43. À vrai dire, ce rôle dans la construction des piles de Chaponost n’est pas clairement démontré. Il n’est même pas établi avec certitude que ces arases soient nécessaires à leur édification. À ce propos, J.-P. Adam note que « la densité des arases de briques [...] est fort mouvante. [...] Avec [...] l’appareil réticulé, l’écart demeure toujours assez important (égal ou supérieur à 1 m) » (Adam, 1984, p. 153-154) sans en préciser la justification. Généralement les arases de briques sont considérées comme de véritables chaînages traversant l’ouvrage, leur espacement correspondant à la hauteur des banchées ou aux niveaux des échafaudages ; mais le plus souvent il est fait allusion à l’édification de murs et non de piles (De Filippo, 2004, p. 112).

116Dans leurs descriptions, C. Germain de Montauzan et J. Burdy justifient la présence des arases de briques par des vertus que les observations n’ont pas rendues évidentes (Germain de Montauzan, p. 236-237 ; Burdy, 1996, p. 227). En effet, pour « diviser les poussées », « répartir les pressions », « égaliser les tassements » ou « empêcher la disjonction des éléments », encore faut-il que les briques constituent une surface uniforme, horizontale et complète. Ce n’est de loin pas ce qu’ont montré nos analyses, laissant voir que les arases, réalisées avec des briques d’épaisseur variable, ne sont pas systématiquement traversantes dans toute l’épaisseur de la maçonnerie. Sur la base des découpes observées, l’image que l’on se fait d’une assise de briques tient plus d’une « mosaïque » réalisée à partir des fragments disponibles que de l’assemblage régulier de briques entières.

117Par ailleurs, il est apparu que loin d’assurer un gage de solidité, les arases de briques sont probablement à l’origine d’une bonne part des effondrements du parement ; en effet, des érosions pouvant atteindre 45 cm de profondeur par rapport à l’aplomb du parement ont été enregistrées dans ces niveaux. À l’inverse des moellons du réticulé, les larges assises des briques empêchent le bon écoulement de l’eau de pluie, favorisant sa stagnation et la dégradation des éléments. Cassures, fractures, lacunes, découpage aléatoire, variances d’épaisseur et de qualité, enfin la faible résistance à l’érosion relevés sur le terrain, parlent plutôt en faveur d’une justification avant tout décorative de l’usage de la brique pour la réalisation des assises.

118Le rôle de réglage en rapport avec l’installation du canal ne peut être définitivement écarté pour la triple assise de briques supérieure, même si nos observations ont montré que cette arase n’est en réalité qu’un cordon pénétrant peu la maçonnerie. Seules des mesures fines réalisées sur l’ensemble de l’ouvrage permettraient de trancher plus clairement.

  • 44  « Les aqueducs de Lyon ne nécessitaient pas pour leur construction l’emploi de la brique » (Germai (...)
  • 45  Elle est toutefois utilisée lors de restaurations antiques datées de la seconde moitié du IIe s. d (...)

119Ces constatations poussent à relativiser l’influence déterminante parfois accordée à ces aménagements sur la statique du monument et, plus généralement, la pertinence de l’emploi de la brique dans la construction des arches de Chaponost44. En dehors d’un ajout esthétique indiscutable et d’un coût moindre, rien ne semble en justifier l’usage pour la construction d’un aqueduc45. Quelle meilleure illustration que les arases des piles du pont des Granges, réalisées en pierres plates (Burdy, 2008, pl. XIII), qui montrent sans conteste une résistance et une conservation nettement supérieures ? On peut citer encore l’exemple de l’aqueduc de Minturno, utilisant également la technique du réticulé, mais sans recours à des arases de briques (Adam, 1984, fig. 309 ; Desbat, 2011, p. 176 et 177, fig. 5).

  • 46  A. Malissard est pour le moins ambigu sur ce point à propos de l'aqueduc de Nîmes : « Le souci de (...)

120Plus globalement, nous pensons que le choix du réticulé entrecoupé d’arases de briques peut être interprété comme la volonté marquée, sans doute directement par le commanditaire, de faire élever un ouvrage prestigieux se distinguant des constructions courantes par la qualité de son aspect46. On sait toute l’importance de la présence de l’eau dans les villes pour les Romains et le rôle ostentatoire des ouvrages monumentaux que sont les aqueducs qui la conduisent (Adam, 1984, p. 261-262 ; Bedon et alii, 1998, p. 273 ; Litaudon, 2002, p. 3-4). Si au temps de la République l’arrivée de l’eau apportait principalement hygiène et confort, sous Agrippa, ce sont également luxe et embellissement qui entrent dans les villes avec les aqueducs. Il paraît donc logique que cette tendance les concerne aussi. L’aspect de l’aqueduc du Gier pourrait participer de ce sentiment.

121Cependant, la médaille a son revers. C’est ainsi qu’une part importante de la résistance de l’ouvrage a sans conteste été sacrifiée à la richesse du décor. Au final, cette belle apparence se paie cher, puisque briques et réticulé sont systématiquement à l’origine des dégradations les plus graves subies par le monument.

3.4. Une construction normalisée

122La standardisation de la construction de l’aqueduc du Gier est évidente (Burdy, 2002). Au « Plat de l’Air », cette recherche de normalisation du travail n’est pas surprenante. Cependant, les observations de détail, jusqu’ici difficilement réalisables, pondèrent certaines idées reçues, tout en relançant l’intérêt de la recherche sur le sujet.

123L’aspect métrologique de l’architecture a été laissé de côté vu l’étroitesse du champ d’étude. Toutefois, l’existence d’un module répétitif, établi sur la base du pied romain, est confortée pour ce qui concerne les principales dimensions. Les valeurs enregistrées sont globalement équivalentes à celles relevées par J. Burdy (ibid., p. 196-197) ; elles correspondent à une section de 6 x 6 pieds pour les piles et à une distance de 13 pieds (~ 4 m) pour l’ouverture des arches. En revanche, ce n’est pas le cas pour les fondations, très irrégulières. D’autres mesures, plus systématiques, seraient nécessaires pour aller au-delà de ce constat.

124La standardisation des matériaux utilisés est moins évidente, la brique en particulier, dont les variations infinies sont parfois troublantes. Que ce soit dans la réalisation des arases ou celle des claveaux, ni les dimensions, ni la forme, ni l’épaisseur ne sont uniformisées ; sans parler du soin de la pose. Des éléments convexes destinés à l’extrados des arcs de tête se retrouvent dans l’arase supérieure, alors que des bipedales et briques moulées (?) sont mélangées pour leur réalisation. Le découpage lors de la mise en place des arases s’accommode mal du gros module utilisé, occasionnant des découpes obliques insoupçonnées, vu du sol.

125Des variations de la taille des moellons et un respect très approximatif des alignements sont enregistrés dans la mise en œuvre du réticulé. Certains positionnements dans la maçonnerie de l’arc sont intriguants. Les claveaux de calcaire - dont il n’existe pas deux exemplaires identiques - sont parfois remplacés par du gneiss, tandis que d’autres sont complétés par des briques. La densité de fragments de TCA dans le blocage est très aléatoire, prouvant la « souplesse » dans la réalisation des maçonneries. Le traitement des chaînages d’angle présente autant de variétés que de piles. Etc...

  • 47  Des défauts de construction peuvent affecter toutes les parties d’un aqueduc (Malissard, 2002, p.  (...)
  • 48  C’est une explication avancée également par A. Malissard à propos de « quelques détails surprenant (...)

126Le constat de ces anomalies, qu’elles soient issues de malfaçons47, d’erreurs, d’accommodements48, voire de réparations antiques, a été possible grâce à des observations rapprochées ; il offre une vision nouvelle, moins « lisse » que celle que l’on a du pied du monument.

  • 49  Observations concernant la construction des fondations des piles d’un tronçon aérien de l’aqueduc (...)

127Du point de vue de la standardisation, l’aqueduc du Gier ne constitue pas nécessairement un cas particulier. L’impression d’avoir affaire à une construction mieux ordonnée que celle de l’aqueduc de la Brévenne, par exemple, est peut-être simplement due à une conservation des vestiges interdisant toute comparaison, notamment au niveau des prises de mesures sur les parties aériennes. Selon nos observations, ce qui a été relevé sur l’aqueduc de la Brévenne49 procède également, et logiquement, d’une normalisation rationnelle, toujours synonyme d’économie.

3.5. Les réfections antiques...

  • 50  La brique serait un matériau couramment utilisé lors des restaurations (Burdy, 1996, p. 232). Or, (...)

128Un certain nombre d’irrégularités que nous avons répertoriées dans l’emploi des matériaux pourraient correspondre à des réfections antiques ponctuelles. C’est le cas également de plusieurs piles présentant une densité particulièrement forte de briques dans leur blocage (fig. 28)50. Superficielles ou plus profondes, de telles interventions sont inévitables sur un monument fonctionnant en permanence pendant plusieurs siècles. Elles sont du domaine des travaux d’entretien (Leveau 2004, p. 122-123) et n’auraient donc rien de surprenant en soi.

image

Fig. 28. Arc 73, vue N. Proportion anormalement élevée de fragments de TCA. F. Eschbach, Archeodunum, 2009.

129Bien que cela semble un paradoxe, les dégradations observées dans la zone d’étude sont probablement trop superficielles pour mettre en évidence des reconstructions antiques totales, comme le remplacement d’une pile, par exemple. Aucune trace n’en a été repérée lors de l’intervention sur le terrain.

130Les reconstructions majeures, avérées à ce jour, ont été observées principalement sur des ponts. Ces ouvrages, jetés sur des cours d’eau dont les crues peuvent, aujourd’hui encore, être sauvages, sont soumis à très rude épreuve. Il est donc logique que les ponts aient plus souvent fait l’objet de reconstructions que les autres secteurs aériens. Dans les trente premiers kilomètres (en amont) du cours du canal, cinq d’entre eux ont été reconstruits tardivement, le parement originel en réticulé ayant été remplacé par un traitement en petit appareil (Burdy, 1996, p. 240-257 ; Desbat, 2011, p. 179).

3.6. ... et modernes

131Certaines interventions antérieures à 2009 pèchent par leur lourdeur et une qualité laissant à désirer. Ceci tient autant au choix des matériaux qu’à une mise en œuvre trop mécanique et régulière. Dans les parties sommitales les réfections au ciment gris sont parfois totalement désolidarisées du monument et devraient être purgées. D’autres problèmes sont régulièrement évoqués par les nombreux visiteurs. Mais en ce domaine, peut-être plus encore qu’ailleurs, la critique est aisée. Ces travaux, opérés dans l’urgence avec des moyens limités, ont ici le mérite d’avoir sauvegardé, pour un temps au moins, des vestiges précieux qui sans cela auraient été autrement plus gravement dégradés, ou auraient même totalement disparus.

Conclusions et perspectives

132Bien que réduite à quelques arches d’un ouvrage de plus de 80 km de long, l’opération de 2009 a été riche d’enseignements. Les observations ont conduit à proposer un déroulement de la chaîne opératoire des travaux ayant abouti à l’édification de l’ouvrage du « Plat de l’Air ».

  • 51  Voir à ce sujet les remarques sur un mode opératoire segmenté (Coquidé, Macabéo, 2010, p. 501) et (...)
  • 52  C’est également l’hypothèse formulée à Fréjus (Gébara, Michel, 2002, p. 236).

133Il semble établi que le travail de construction a été réalisé par plusieurs équipes réunissant des personnels diversement qualifiés en rapport avec la spécialisation requise et opérant probablement par secteurs51. La collecte et le transport des matériaux, de même que le creusement des fosses devant recevoir les fondations, pouvaient être laissés aux moins habiles d’entre eux. D’autres, plus compétents, se seraient vu confier des tâches plus délicates, comme la pose et l’ajustement des éléments du parement réticulé52. On peut admettre que ces derniers étaient préparés en masse hors du chantier et livrés prêts pour la pose, même s’il est apparu clairement que certaines retouches ont obligatoirement été effectuées sur place par des artisans à la main sûre. Tout cela participe bien d’une tendance indéniable à la normalisation d’un travail méthodiquement organisé.

134Toutefois, les innombrables anomalies et irrégularités constatées, aussi bien dans le choix de certains matériaux que dans la qualité de leur mise en place, pondèrent quelque peu cette rigueur apparente. Bien qu’aucune preuve de reconstruction totale n’ait été mise en évidence lors de cette campagne, il n’est pas exclu que certaines anomalies enregistrées soient le fait de réfections antiques ponctuelles, comme devait l’exiger l’entretien permanent d’un tel monument. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse de travail émise lors de la phase de terrain reste toujours valide pour une (éventuelle) prochaine tranche de travaux.

135Les observations rapprochées et les détériorations profondes ont suscité de nouveaux questionnements. Ainsi, des différences de densité dans la répartition des pierres (plus importante en fondation) et de celle des fragments de TCA, dans la dureté et la charge du mortier, ont été mises en évidence entre le traitement du blocage des fondations et celui des élévations.

136Certaines observations remettent en cause le rôle généralement attribué aux assises de briques, laissant supposer que leur présence est peut-être avant tout justifiée par une recherche esthétique. C’est ainsi que nous avons pu vérifier que la troisième arase n’est pas traversante ; son rôle de réglage pour la pente du canal devra donc être précisé. Les arases inférieures sont incomplètes, irrégulières et très variables dans leurs espacements ; leur fonction en est à reconsidérer.

137Au final, l’usage conjoint du parement réticulé - dont les qualités techniques, le coût peu élevé et la rapidité de mise en œuvre restent discutables - et de la brique pour l’aqueduc du Gier semblent surtout procéder d’une volonté délibérément exprimée de réaliser un ouvrage marquant par la majesté de son aspect. On ne peut s’en étonner, car comme le rappelle A. Malissard : « avec les amphithéâtres, les aqueducs sont sans doute les monuments qui représentent le mieux la puissance et la permanence de Rome » (Malissard, 2002, p. 11).

138Grâce aux examens de détail, plusieurs techniques de mise en œuvre ont pu être évoquées et comparées. Ces points, abordés avec des professionnels de la construction, ont abouti à l’élaboration d’une conception différente des étapes successives de l’élévation d’une pile notamment. Présentée à titre d’hypothèse, elle fait une place plus grande au pragmatisme. Si elle n’est pas définitive et demande à être confortée sur plusieurs points, cette nouvelle vision constitue une alternative qui ne peut être écartée.

139Il a également été possible de confirmer l’existence d’un regard de visite du canal, grâce à des mesures fines du parement réticulé.

140Ces nouvelles réflexions appellent un certain nombre de confirmations ou compléments. Des vérifications en profondeur des massifs de fondations seraient utiles pour prendre des mesures plus fiables - notamment leur hauteur totale - et tenter d’expliquer les effets de l’érosion très variés d’une pile à l’autre. Cela permettrait également de confirmer le mode de mise en œuvre, puisque dans certains cas, l’appui des faces du massif contre les parois de la fosse a été mis en doute. Ces informations seraient d’autant plus précieuses que le sujet n’est jusqu’ici que superficiellement abordé.

141L’existence réelle de bipedales-claveaux mériterait d’être confirmée par une multiplication des mesures fines effectuées sur les arcs de tête encore en place.

142Les relevés de détails pourraient être complétés par une nouvelle série de documents orthophotographiques, ceux utilisés cette fois-ci s’avérant de trop faible définition pour un travail précis. Ces documents autorisent une mise en œuvre rapide avec des résultats satisfaisants. La méthode ne permet toutefois pas de se passer d’un spécialiste du bâti pour la réalisation des mises au net, ni de sa présence sur le chantier.

143Du point de vue de l’état sanitaire, l’urgence de l’extension à l’ensemble du monument des travaux de consolidation est confirmée. L’extrême fragilité des vestiges et la présence de nombreux éléments instables ont été constatées à plusieurs reprises et cela ne concerne pas que les parties basses, ni uniquement les secteurs étudiés. L’opération de consolidation, réalisée sur une douzaine de piles en 2009, constitue un test tout à fait concluant en tant que première étape d’un programme qui devrait inclure l’ensemble de l’ouvrage.

144Autant par les techniques exceptionnelles mises en œuvre que par la qualité de conservation ou par son témoignage historique, ce tronçon aérien de l’aqueduc romain du Gier mérite amplement tous les soins indispensables à sa préservation.

Bibliographie

Adam J.-P., 1984, La construction romaine : matériaux et techniques, Paris, Picard, 367 p.

Bedon R., Chevalier R., Pinon P., 1998, Architecture et urbanisme en Gaule romaine. T. 1. L’architecture et les villes (52 av. J.-C. - 486 ap. J.-C.), Paris, éd. Errance, 440 p. (Coll. des Hespérides).

Borlenghi A., 2005, « Il relievo dei matoni bipedali : un nuovo apporto alla determinazione del piede impegato nell’acquedotto del Gier », in : In binos actus lumina, Rivista du studi e richerche sul’idraulica storica e la storie della tecnica, Agora edizioni, p. 85-97.

Bukowiecki E., Dessales H., Dubouloz J., 2008, Ostie, l’eau dans la ville : châteaux d’eau et réseau d’adduction, Rome, École française de Rome, 260 p. (Coll. de l’École française de Rome, 402).

Burdy J., 1996, L’aqueduc romain du Gier : Lyon, Lyon, Conseil général du Rhône, 407 p. (Préinventaire des monuments et richesses artistiques, t. IV).

Burdy J., 2002, « Lyon : la standardisation dans la construction de l’aqueduc du Gier », Rivista di studi e ricerche sull’idraulica e la storia delle tecnica, Ravenna 1999, Anno I / 2002, p. 191-200.

Burdy J., 2008, Les aqueducs romains de Lyon,Messimy, L’Araire, 135 p.

Cécillon Ch., 1999, Rapport de surveillance des travaux pour le projet de mise en valeur de l’aqueduc du Gier au lieu-dit « Le Plat de l’Air », AFAN, SRA Rhône-Alpes.

Chomer C., 2005, « Les aménagements hydrauliques », in : Desbat A. dir., Lugdunum : naissance d’une capitale, Catalogue d’exposition, Gollion, Infolio, p. 147-149.

Coquidé C., Macabéo G., 2010, « Les aqueducs antiques de Lyon : l’apport de l’archéologie préventive (1991-2007) », R.A.E., t. 59-2010, fasc. 2, p. 447-504.

De Filippo R., 2004, « La brique et les matériaux de construction en terre cuite à l’époque romaine », in : Bessac J.-C., Chapelot O., De Filippo R. dir., La construction : les matériaux durs : pierre et terre cuite, Paris, éd. Errance, p. 97-116 (Coll. Archéologiques).

Delorme G.-M., 1760, Recherches sur les aqueducs de Lyon construits par les Romains, Lyon, chez Aimé Delaroche, 63 p.

Desbat A., 2011, « La datation de l’aqueduc du Gier, à Lyon : état d’une question controversée », R.A.E., t. 60-2011, p. 173-187.

Eschbach F., 2008, Dardilly, ch. des Cuers : « Le Tronchon », Rapport d’opération d’archéologie préventive, SRA Rhônes-Alpes.

Eschbach F., 2010a, « L’aqueduc romain de la Brévenne à Dardilly », L’Araire, 163, p. 5-20.

Eschbach F., 2010b, Chaponost, Route des Pins : « Le Plat de l’Air », Rapport d’opération d’archéologie préventive, SRA Rhônes-Alpes.

Frontin : De Aquis urbis Romae

Gébara C., Michel J.-M., en coll. avec Guendon J.-L., 2002, L’aqueduc romain de Fréjus : sa description, son histoire et son environnement, Montpellier, éd. de la R.A.N., 319 p. (33ème suppl. à la Revue Archéologique de la Narbonnaise).

Germain de Montauzan C., 1909, Les aqueducs antiques de Lyon : étude comparée d’archéologie romaine, Paris, E. Leroux, 436 p.

Ginouvès R., Martin R., 1985, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Vol. I, Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Paris, de Boccard, 307 p. (Coll. de l’École française de Rome, 84).

Grenier A., 1958, Manuel d’archéologie gallo-romaine, L’architecture – L’urbanisme, les monuments, Paris, 560 p.

Le Nezet J. R., Meylan F., 2006, Chaponost (Rhône) « Les Viollières » : fouille d’un tronçon enterré de l’aqueduc du Gier, Rapport de fouille d’archéologie préventive, Lyon.

Leveau P., 2004, « L’archéologie des aqueducs romains ou les aqueducs romains entre projet et usage », in : II Congreso de las Obras Publicas Romanas, Tarragona, 2004, http://www.traianus.net, p. 105-133.

Litaudon J.-C., 2002, Aqua Lugdunensis : l’aqueduc romain du Gier, http://traianus.net (document PDF), 28 p.

Malissard A., 2002, Les Romains et l’eau, Paris, Les Belles-Lettres, nelle éd., 342 p.

Outhier R., 2003, Les aqueducs romains de Lyon. Site en ligne à : http://archeolyon.araire.org

Pline l’Ancien : Naturalis Historiae.

Repellin D., 2008, Aqueduc du Plat de l’Air : travaux de gros entretien, Étude préalable, Monuments Historiques, Lyon.

Seigne J., 2004, « Techniques de construction en Gaule romaine », in : Bessac J.-C., Chapelot O., De Filippo R. dir., La construction : les matériaux durs : pierre et terre cuite, Paris, éd. Errance, p. 51-95 (Coll. Archéologiques).

Vitruve : De Architectura.

Notes

1  Documents réalisés par l’entreprise TPLM-3D, Chassieu (Rhône), dans le cadre de l’étude préalable (Repellin, 2008).

2  Dans le cadre du rapport, un phasage des restaurations (modernes) a pu être proposé par E. Boissard (Eschbach, 2010a, p. 53-54).

3  Les termes utilisés dans ce chapitre sont ceux retenus par J. Burdy lors de ses travaux (Burdy, 2008, p. 70).

4  Très récemment sur l’aqueduc du Gier (Desbat, 2011) et quelques précisions ont pu être apportées concernant l’aqueduc de la Brévenne en 2008 (Eschbach, 2008).

5  Du moins dans le cas précis des piles du chemin des Cuers à Dardilly où plusieurs vues en coupe montrent un comblement de cailloux non maçonnés jetés en vrac dans une fosse quadrangulaire (Eschbach, 2008).

6  Renseignements aimablement fournis par H. Savay-Guerraz qui a bien voulu procéder à une analyse lors de la rédaction du rapport (Eschbach, 2010a).

7  La maçonnerie de fondation ne subit ainsi ni gel, ni ruissellement, et bénéficie de variations thermiques et hygrométriques d'amplitude moindre.

8  C'est également ainsi que les maçons occupés à la restauration envisagent le procédé. Certains d’entre eux ont une longue expérience dans le domaine de la taille de pierre et de la restauration des monuments antiques. C’est pourquoi leur témoignage nous a paru digne de crédit.

9  Qualité soulignée par Vitruve : « la maillée est plus agréable à la vue » (Vitruve, II.8.1), reprise par Germain de Montauzan « ce parement, dont l'aspect flatte l'œil [...] revêtement de parade plus que de soutien… » (Germain de Montauzan, 1909, p. 236).

10  Variation probablement due en grande partie à l'érosion différentielle des piles. J. Burdy obtient une valeur légèrement supérieure de 1,85 m, mais ses mesures sont bien plus nombreuses que les nôtres (Burdy, 1996, p. 234-240).

11  Dans ses études, J. Burdy obtient, pour l'aqueduc du Gier, un pied romain de 30,7, dont la valeur classique est de 29,6 cm (Burdy, 2002, p. 200).

12  Sur le plateau de Chaponost, J. Burdy a mesuré une pente du canal dont la valeur est de 0,90 m/km (Burdy, 1996, p. 284).

13  Voir note 6.

14  Pour les dimensions des briques utilisées tout au long du parcours de l’aqueduc, voire Desbat, 2011, p. 177 et ses renvois à l’étude spécialisée de Borlenghi, 2005.

15  À ce jour trois marques sont répertoriées (Desbat, 2011, p. 178).

16  En contradiction avec ce qui est couramment admis (Malissard, 2002, p. 174).

17  C’est également le constat que fait J. Burdy (Burdy, 1996, p. 230).

18  Renseignements fournis par H. Savay-Guerraz.

19  Accidentel ou délibéré et obtenu par moulage ? Seule une multiplication des mesures permettrait de trancher.

20  Des planches « fossilisées » ont été reconnues dans le tunnel de Fontanes (Litaudon, 2002, figure de la p. 16).

21  Apparemment le même système est employé sur les tronçons enterrés (Le Nézet, Meylan, 2006, fig. 13) et sur d’autres réalisations (Gébara, Michel, 2002, fig. 5, p. 31 ; fig. 71-72, p. 122).

22  Cette règle établie sur les textes antiques (Vitruve, De Architectura, VIII, 7 et Pline, Naturalis Historiae, XXXI, 31) correspond à un intervalle préconisé de 2 actus, soit ~ 72 m (acte = mesure d'arpentage équivalente à 35,56 m).

23  Observations faites en collaboration avec MM. Burdy et Bougnol qui ont eu la gentillesse d’échanger avec nous quelques informations tirées de leur longue expérience des aqueducs lyonnais.

24  J. Burdy signale l’existence de deux modules pour l’ouverture des puits : 62 x 75 à 80 cm (petit module) et 92 x 92 cm (grand module), précisant que tous les regards aériens sont de petit module (Burdy, 1996, fig. 88, p. 220).

25  Voir également les documents ortho-photographiques de l’ensemble des arches du Plat de l’Air (Repellin, 2008).

26  Après l’intervention des arpenteurs.

27  Germain de Montauzan, qui date l’aqueduc du Gier de l’époque d'Hadrien, pense qu’il s'agit d'une mode (p. 278).

28  Une grande partie de ces avantages est commune à ceux de l’usage du petit appareil au sens global : production de masse, transport et levage facilités, possibilités illimitées de mise en œuvre, etc. (Bedon et alii, 1998, p. 62-63 ; Seigne, 2004, p. 82-84). En ce sens, le réticulé n'est donc pas supérieur.

29  À propos de cette mise en place par strates successives, par ailleurs attestée par nos observations, on comprend mal comment elle pourrait être réalisée depuis l’intérieur d’un caisson fermé sur quatre côtés de plus d’un mètre de hauteur...

30 Cette faiblesse est déjà signalée par Germain de Montauzan (Germain de Montauzan, 1909, p. 236). Toutefois, contrairement à ce qui est parfois évoqué, nous pensons que le décollage et la chute des parements de réticulé constatés ne sont pas une conséquence d’un montage en deux étapes. Ces désagréments peuvent être attribués à une érosion régressive partant des assises de briques constituant une ligne de faiblesse – moindre résistance climatique – qui finit par placer les empilements de moellons en porte-à-faux ; à partir de ce moment, que les moellons aient été directement liés à la masse ou non, la gravité fait le reste, emportant le parement par panneaux entiers parfois.

31  De ce point de vue nous nous écartons passablement des conclusions de H. Dessales qui défend la diffusion de cet appareil : « En liaison avec une organisation esclavagiste, ces procédés de construction se prêtent à une répartition du travail en différentes équipes, tailleurs de pierre, charpentiers et maçons, constituant unemain d'œuvre relativement peu qualifiée » (Bukowieckiet alii, 2008, p. 88). Si les remarques ayant trait à la répartition des tâches en vue d’une rationalisation sont pertinentes, nous pensons en revanche – pour en avoir discuté avec des professionnels – que la taille de même que la mise en place (régulière) de moellons pyramidaux nécessitent plus de qualification que celle de moellons quadrangulaires. Main d’œuvre servile n'est pas automatiquement synonyme de main d'œuvre peu qualifiée.

32  Il correspond grandement au procédé exposé par J. Seigne (Seigne, 2004, p. 83).

33  De récentes observations à Ostie ont abouti à une théorie de la mise en œuvre du réticulé passablement différente (Bukowiecki et alii, 2008, p. 85-89). Toutefois, sans entrer dans des développements qui dépasseraient le cadre de notre étude, nous émettons une certaine réserve à transposer à Chaponost toutes les conclusions des auteurs. Ce sont surtout des conditions sociales, financières et politiques divergentes qu’il faut signaler, ainsi que la proximité de Rome. Si les procédés suggérés paraissent adaptés à la muraille décrite, cette dernière n’est pas directement comparable avec les piles de Chaponost. La mise en œuvre de murs, dont seul le parement externe est en réticulé, est sensiblement différente de celle d’une pile, construction pleine et délimitée par quatre parements. En outre, comme le signale H. Dessales, les alignements sont irréguliers (ibid., p. 85). De fait, on constate une qualité de travail nettement inférieure à celle observable à Chaponost. Quoi qu’il en soit, cette controverse gagnerait à être confrontée à des expérimentations en conditions réelles.

34  Pline explique que ces « constructions doivent être faites à l'équerre et au niveau, et être d'aplomb » (Hist. Nat., 36, LI, 172).

35  Ce constat ne concerne pas que les aqueducs (Bukowiecki et alii, 2008, p. 82). Voir aussi note 10.

36  On pourrait même aller jusqu’à remettre en cause la justification d’un quelconque parement de protection pour une maçonnerie concrète qui, bien souvent, semble avoir mieux résisté aux ravages du temps que son enveloppe. « [Avec] L’utilisation, à grande échelle du mortier de chaux dans la construction par les Romains [...] il devenait également possible de s’affranchir des parements de pierre... » (Seigne, 2004, p. 80).

37  « La construction en losange, très usuelle à Rome, est sujette à se crevasser » (Pline, Hist. Nat., 36, LI). « La maillée est plus agréable à la vue ; mais elle a le défaut de se fendre, parce que les lits et les joints rompent et s'écartent aisément de tous côtés » (Vitruve, De Architectura, II, VIII), « cette façon n’a point la solidité des pierres posées sur lits » (Delorme, 1760, p. 41), « ce parement [...] offre par lui-même de moindres garanties de stabilité que les autres ; [...] il semble même qu'il soit retenu par le massif intérieur plus qu'il ne sert à le consolider » (Germain de Montauzan, 1909, p. 236). « Le réticulé [...] est, sans conteste plus élégant mais il est moins solide ; il a en tous sens ses lits et joints sans liaison » (Grenier, 1958, p. 68).

38  Les arcs de briques sont tombés mais pas leurs équivalents de pierre encore en place sur le cours supérieur de l’aqueduc.

39  Comme le suggère J.-L. Paillet (correspondance privée) qui souligne la méconnaissance à ce jour de ce type d’élément pour l’aqueduc du Gier.

40  Le même jeu de couleurs est mis en scène sur les arcs de l’aqueduc de Fréjus, bien que dans ce cas ce sont des alternances de roches qui créent l’effet (Gébara, Michel, 2002, fig. 184, p. 255).

41  Les lignes isométriques de ce document (non reproductible ici) mettent en évidence des irrégularités criantes, malgré une échelle pourtant réduite (1/200).

42  Peut-être ces variations sont-elles dues à un mode opératoire segmenté (Coquidé, Macabéo, 2010, p. 501).Voir également les remarques sur les différences dans la réalisation attribuables au travail en équipes et par secteurs (Leveau, 2004, p. 112-113).

43  Voir les arguments de J. Burdy (Burdy, 2008, p. 71).

44  « Les aqueducs de Lyon ne nécessitaient pas pour leur construction l’emploi de la brique » (Germain de Montauzan, 1909, p. 274).

45  Elle est toutefois utilisée lors de restaurations antiques datées de la seconde moitié du IIe s. de notre ère à Fréjus (Gébara, Michel, 2002, p. 225).

46  A. Malissard est pour le moins ambigu sur ce point à propos de l'aqueduc de Nîmes : « Le souci de l'esthétique entrait en effet si peu dans l’esprit des constructeurs [...] » (Malissard, 2002, p. 177) ; mais il remarque plus loin : « Si les empereurs évergètes ont voulu souvent marquer leur puissance en joignant le splendide à l’utile, leur volonté s’est exprimée visiblement, mais n’a jamais peut-être aussi bien réussi que la science efficace des ingénieurs de Nîmes » (ibid., p. 179). Pourtant, science maîtrisée et recherche esthétique ne s’excluent pas selon nous ; pourquoi s’obstiner à les opposer ?

47  Des défauts de construction peuvent affecter toutes les parties d’un aqueduc (Malissard, 2002, p. 188-191).

48  C’est une explication avancée également par A. Malissard à propos de « quelques détails surprenants » relevés dans le canal du Pont du Gard (Malissard, 2002, p. 165).

49  Observations concernant la construction des fondations des piles d’un tronçon aérien de l’aqueduc de la Brévenne à Dardilly (Eschbach, 2008).

50  La brique serait un matériau couramment utilisé lors des restaurations (Burdy, 1996, p. 232). Or, certaines piles comportent une forte densité de TCA dans les litages du blocage interne ; leur présence pourrait être le fait d’une réfection superficielle. L’étude macroscopique des mortiers n’a cependant relevé aucune différence de composition entre ces maçonneries et celles de l’ensemble.

51  Voir à ce sujet les remarques sur un mode opératoire segmenté (Coquidé, Macabéo, 2010, p. 501) et celles de Ph. Leveau (Leveau, 2004, p. 112-113).

52  C’est également l’hypothèse formulée à Fréjus (Gébara, Michel, 2002, p. 236).

Pour citer cet article

Référence électronique

François Eschbach et Emmanuelle Boissard, « Nouvelles observations sur les techniques de construction de l’aqueduc romain du gier : les arches du Plat de l’Air, Chaponost (Rhône) », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 17 septembre 2013. URL : http://rae.revues.org/7139. consulté le 29 avril 2017.

Auteurs

François Eschbach

Archeodunum SAS, 500, rue Juliette Récamier, 69970 Chaponost.

Emmanuelle Boissard

Archeodunum SAS, 500, rue Juliette Récamier, 69970 Chaponost.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés