Navigation – Plan du site
Notes et documents

Les coffres mégalithiques de la forêt de Nonceuil à Francheville (Côte-d’Or)

Guy Martin et Pierre Buvot
p. 303-314

Résumés

Une douzaine de petits tertres enserrant chacun un ou deux coffres de pierre, répartis sur la crête de la colline de Nonceuil sur la commune de Francheville (Côte-d’Or), a été fouillée dans les années 1960 sans donner lieu à un compte rendu. De nouvelles recherches entreprises dans quatre de ces tertres ont permis d’analyser la technique de construction des tumulus et de retrouver quelques éléments du mobilier. Les coffres semblent n’avoir abrité que deux ou trois corps. Le modèle de coffre et quelques tessons céramiques évoquent le Néolithique moyen, mais les sépultures ont été encore utilisées au Néolithique final et à l’Âge du Bronze.

Haut de page

Texte intégral

1À l’extrémité de l’étroite colline, axée sud-ouest – nord-est, qu’occupe le bois de Nonceuil, dans la commune de Francheville, au nord-ouest de Dijon (Côte-d’Or), se répartissent, de part et d’autre de la sommière dite chemin rural n° 9 qui en suit sensiblement la ligne sommitale, une douzaine de tertres dont certains contiennent des sépultures en coffres. Cet ensemble tumulaire a été identifié en 1965 par E. Guyot qui a fouillé plusieurs coffres, mais n’a pas donné de compte rendu de ses recherches.

2De 1998 à 2003 nous avons repris l’étude de quatre de ces tertres, situés dans la moitié orientale de la colline, au lieu-dit le Grand Taillez. Ils s’échelonnent sur une distance d’environ 730 m, entre les altitudes 450 et 400 m. Trois se trouvent au nord du chemin rural et un au sud (fig. 1). Au moment de notre intervention, tous se présentaient dans un état de délabrement important, surtout du fait des fouilles dont ils avaient fait l’objet.

Fig. 1. Plan de localisation des tertres étudiés. Carte IGN 1/25000 Fontaine-lès-Dijon.

3Le sous-sol est localement formé d’un calcaire oolithique du Bathonien moyen et supérieur d’où ont été extraites les dalles et les plaquettes nécessaires à la construction des coffres funéraires et des massifs tumulaires ; les dalles les plus grandes peuvent dépasser 1,50 m de longueur.

Tumulus n° 1

4Le tumulus n° 1, situé le plus à l’est, en bordure du chemin rural, formait une petite éminence aux limites imprécises et d’aspect perturbé. Trois dalles correspondant aux deux petits côtés et au long côté d’un coffre, apparaissaient, fortement inclinées vers l’intérieur ; elles recouvraient une quatrième dalle, posée à plat, appartenant au second long côté du caveau. La fouille a concerné le quart nord-est et le quart sud-est du tertre (fig. 2A). Le tamisage du remplissage remanié du coffre et des terres superficielles des secteurs examinés nous a permis de recueillir quelques esquilles osseuses associées à plusieurs dents réparties à des profondeurs diverses, certaines engagées dans les fissures du rocher. Un adulte de sexe féminin d’environ 35 ans, accompagné d’un enfant de 10 ans, a été identifié. Aucun document lithique ou céramique n’a été découvert.

Fig. 2. Tumulus 1. A. Plan du tertre après décapage ; B. coupe dans l’axe nord-sud.

5Le coffre. Le coffre a été implanté dans une fosse creusée dans le substrat rocheux sur une profondeur de 0,60 m. Les dalles formant le coffre étaient maintenues par un simple calage. Les dimensions du coffre peuvent être évaluées à 1,60 m pour la longueur et 1,20 à 1,30 m pour la largeur (fig. 3) ; le déplacement de la dalle de la face sud ne permet pas de déterminer les dimensions exactes. La structure comporte, au nord, une dalle de 1,20 m de longueur, 0,50 m de largeur et 0,13 m d’épaisseur. Le petit côté est se compose de deux dalles posées en chevauchement, dont la plus importante mesure 0,92 m de longueur, 0,50 m de largeur et 0,08 m d’épaisseur et la plus petite, dressée à l’angle nord-est, 0,68 m de longueur, 0,32 de largeur et 0,12 d’épaisseur. Le petit côté ouest est formé d’une dalle dont la longueur est de 1,14 m, la largeur 0,61 m et l’épaisseur 1,12 m. L’orientation du coffre est d’environ 73° est.

Fig. 3. Tumulus n° 1. Vue du coffre en cours de fouille (dalle sud déplacée).

6Le tertre. Les coupes stratigraphiques mettent en évidence la faible puissance du tertre, haut de 0,25 m au maximum (fig. 2). Le tumulus lui-même comporte une ou deux épaisseurs de pierres dans l’environnement immédiat du coffre. Le substrat rocheux a été excavé pour installer le coffre lui-même.

7Datation. Une date a été obtenue à partir d’ossements humains : (Ly-2119) 5000 + 50 BP, soit 3944 à 3660 BC.

Tumulus n° 2

8Le tumulus n° 2, situé à quelques mètres à l’ouest du premier, se présente sous la forme d’une butte pierreuse, de forme ovalaire, de 18 m de longueur, 10,50 m de largeur et de 0,60 m de hauteur maximale. Deux coffres en émergent, tous deux en grande partie démantelés ; l’un, de plan carré, occupe le centre du tertre ; le second, de plan rectangulaire, est implanté plus à l’est. La fouille a concerné toute la surface du tumulus (fig. 4).

Fig. 4. Tumulus n° 2. A. Plan du tertre après décapage ; B. coupe dans l’axe ouest-est.

9Le coffre 1. Le coffre central mesure approximativement 1,10 m de côté (fig. 5). Une dalle de 0,91 x 0,58 x 0,09 m devait à l’origine constituer en partie la paroi nord, sans toutefois la fermer entièrement. Une autre dalle (0,68 x 0,44 x 0,13 m), placée à l’ouest, était fichée verticalement et adossée, dans sa partie basse, à un ressaut de la roche haut de 0,20 m environ ; posés à plat sur ce ressaut, plusieurs blocs venaient renforcer le calage de cette dalle. Au devant de la barre rocheuse, le rocher a été creusé sur environ 0,20 m pour permettre de loger le coffre.

Fig. 5. Tumulus n° 2. Plan du coffre 1.

10À l’angle sud-ouest du coffre, dans un petit diverticule naturel, ont été trouvés de nombreux restes humains, esquilles et dents, concentrés sur un hérisson de dallettes fichées dans une fissure du rocher. Ils appartenaient à un adulte d’environ 30 ans et à un enfant d’environ 12 ans. Aucun reste d’industrie n’a été découvert.

11Le coffre 2. Le coffre 2, situé à 2 m à l’est du premier, d’aspect très perturbé lui aussi, mesure 1,80 m sur 0,90 m (fig. 6). Il est installé sur le socle rocheux quasiment plat, malgré une légère déclivité en direction du sud. La dalle de la paroi sud, renversée, oblitérait la quasi totalité du coffre. Cette dalle, de grande dimension (1,70 x 0,80 x 0,12 m), est apparue bien en place, posée directement sur le substratum rocheux et maintenue par un calage de dallettes, pour certaines piquées verticalement ; paradoxalement, cette dalle n’a pas été implantée dans une diaclase pourtant proche. Elle en dissimule une autre, plus petite, qui pourrait, de par sa position, avoir été un élément de la paroi nord.

Fig. 6. Tumulus n° 2. Plan du coffre 2.

12Le tamisage des terres de l’intérieur et du pourtour du coffre 2 ainsi que de la zone comprise entre les deux coffres a permis de recueillir de nombreuses esquilles d’os et des dents humaines ; elles peuvent être rapportées à un adulte d’âge indéterminé et à un enfant de 10 ans, plus ou moins 2 ans. Quelques pièces d’industrie ont été recueillies (fig. 7).

Fig. 7. Tumulus n° 2. Plan de répartition des vestiges céramiques.

13Le seul élément lithique est une extrémité de poignard à cassure ancienne, en silex cacholonné, ayant subi l’action du feu, déterminé par N. Mallet comme provenant du Grand-Pressigny (fig. 8, n° 1). Les documents céramiques comprennent six petits fragments de campaniforme au décor très estompé de lignes tracées au peigne (nos 2-8). D’autres morceaux de céramiques peuvent être rapportés à un vase à paroi distincte, de 14 à 15 cm de diamètre, à carène vive assez haute portant une anse rubanée du type des tasses de la transition Néolithique final-Bronze ancien (fig. 8, nos 9-12).

Fig. 8. Tumulus n° 2. Mobilier archéologique. 1. extrémité de poignard en silex du Grand-Pressigny ; 2-8. fragments d’un vase campaniforme à décor de lignes tracées au peigne à dents carrées ; 9-12. fragments d’un vase à carène vive et anse en ruban.

14Dans le secteur ouest du tertre ont été trouvés, rassemblés sur un mètre carré à côté de restes osseux humains brûlés, des éléments d’une marmite sacciforme à pâte brune, dotée d’une courte languette (fig. 9, n° 13). Quelques tessons trouvés près du coffre ou disséminés en surface du tertre appartiennent à l’Âge du Bronze (fig. 9, nos 14-16).

Fig. 9. Tumulus n° 2. Mobilier archéologique. 13. Marmite sacciforme dotée d’une courte languette ; 14-16. fragments de vases décorés au poinçon.

15Le tertre. Au centre du tumulus, autour du coffre carré, ont été empilées des dalles de bonnes dimensions posées à plat, à même le socle rocheux, sur une hauteur de 0,60 m. Au-delà de cet entourage construit, le tertre est formé par un amoncellement de blocs de tailles diverses, noyés dans une matrice terreuse, et disposés sans ordre hormis dans le secteur nord-est où la disposition des pierres paraît plus organisée. À hauteur du coffre rectangulaire le tertre a une puissance plus faible, de 0,40 m environ. Aux angles de la paroi ouest, des dalles moyennes ont été empilées en murette. Pour les autres parois, le maintien des dalles a été réalisé par insertion de dallettes fichées en coin contre la masse du tertre. Dans l’angle nord-est du coffre une dalle placée verticalement maintenait conjointement les extrémités des dalles constituant les parois nord et est du coffre. Cet agencement indique selon toute vraisemblance une installation plus tardive du coffre 2.

16Datations. Les restes osseux humains ont permis d’obtenir deux dates respectivement pour le coffre 1 et le coffre 2 : (Ly-2120) 3020 + 40 BP, soit 1392 à 1129 BC et (Ly-2121) 4554 + 45 BP, soit 3490 à 3098 BC.

Tumulus n° 3

17Le tumulus 3, situé à 730 m à l’ouest des tertres 1 et 2, est installé sur la ligne de crête, à 15 m au nord de la sommière de Nonceuil. Il se présente sous la forme d’une butte ovalaire, axée est-ouest, de grandes dimensions (20 x 8 m), au contour plus ou moins défini (fig. 10).

Fig. 10. Tumulus n° 3. A. Plan du tertre après décapage ; B. coupe dans l’axe ouest-est.

18Cette butte conforte deux coffres en grande partie démantelés, situés de part et d’autre de son axe médian, à 4,80 m l’un de l’autre, le premier, de plan carré, dans la moitié ouest, le second, de plan rectangulaire, dans la moitié est (fig. 11).

Fig. 11. Tumulus n° 3. Vue des deux coffres après décapage du tertre.

19Le coffre 1. Les grandes dalles qui constituent le coffre 1 délimitent une surface sépulcrale d’1,60 sur 1,50 m (fig. 12). Elles ont été installées dans une dépression creusée dans la roche sur une profondeur de 0,25 à 0,30 m, par desquamations successives. La dalle la plus importante (1,40 x 0,80 m), qui forme la paroi est, s’appuie sur un empilement de pierres posées à plat. La dalle de la paroi ouest (1,05 x 0,70 m) est complétée par une dalle plus petite et quelques dallettes. Au nord, la paroi est édifiée à l’aide de deux dalles (1,05 x 0,55 et 0,90 x 0,50 m), installées en léger chevauchement. Une dalle déplacée, de dimension moyenne (0,70 x 0,50 m), appartient certainement à la paroi sud.

Fig. 12. Tumulus n° 3. Plan du coffre 1.

20Des restes osseux et des dents humaines ont été trouvés dans leur majorité au pied de la paroi est. Ils appartiennent à un adulte d’âge indéterminé. Un petit tesson de céramique à dégraissant coquillier découvert dans l’angle sud-est du coffre paraît protohistorique.

21Le coffre 2. Le coffre 2, de plan rectangulaire, très démantelé, a été édifié à l’aide de dalles de dimensions moyennes (0,50 x 0,50 m) qui délimitent une fosse sépulcrale de 2 m sur 0,80 m, profonde de 0,50 m environ (fig. 13). La sépulture a été creusée par délitage dans le substrat rocheux sur une profondeur moyenne de 0,30 m. Les dalles formant le coffre ont été mises en place sur le pourtour de cette excavation et maintenues par un simple calage. La paroi est, déposée lors des fouilles antérieures et mise sur le côté, était constituée de six dalles de taille moyenne. La paroi ouest est formée d’une seule dalle encore en place (0,74 x 0,34 x 0,08 m). La paroi nord était composée de dalles de dimensions diverses, imbriquées les unes dans les autres en plusieurs lits. La paroi sud, désorganisée, était construite de la même façon avec trois dalles (0,40 x 0,62 x 0,08 m ; 0,37 x 0,33 x 0,05 m ; 0,42 x 0,42 x 0,06 m).

Fig. 13. Tumulus n° 3. Plan du coffre 2.

22De nombreux fragments d’ossements humains ont été trouvés rassemblés à la base de la paroi nord, sur une longueur d’environ 0,80 m, piégés en partie dans une petite diaclase présente sous cette paroi. Un second groupe d’ossements, dont certains ont subi l’action du feu, a été retrouvé dans l’angle sud-est, à la base du coffre. Ils peuvent être attribués à un adulte de 30 à 40 ans ; la présence d’un second individu est probable. Aucun témoin céramique ou lithique n’a été rencontré.

23Le tertre. Le coffre carré, mis en place dans une excavation creusée sur 0,30 m de profondeur, a été entouré par un empilement de dalles formant une murette contre laquelle s’appuient les dalles qui le constituent. À la périphérie de la sépulture, des dalles de tailles diverses ont été disposées de la même façon, à partir du socle rocheux, pour former un massif dont la puissance atteint 0,60 m près du coffre. Les dalles du coffre 2 s’appuient sur un empilement de dallettes placées suivant des orientations diverses. Le tertre construit à sa périphérie est beaucoup moins élaboré, principalement dans sa partie est. Entre les deux coffres a été observé un empilement de dalles, posées à plat sur le bord d’un ressaut de la roche, qui forment une murette parfaitement verticale. Cette structure marque la limite orientale du tertre entourant le coffre carré qui apparaît nettement comme ayant été construit le premier.

24Datations. Les restes osseux humains ont permis d’obtenir deux dates pour chacun des coffres : (Ly-2697) 3785 + 40 BP, soit 2330 à 2045 BC pour le premier et (Ly-2698) 3310 + 40 BP, soit 1686 à 1516 BC pour le second.

Tumulus n° 4

25Le tertre 4 se trouve à une trentaine de mètres du tertre 3. Il forme une très faible éminence, de 5 m de diamètre, aux limites imprécises, plus particulièrement dans sa partie nord, quelque peu entamée par la sommière qui la tangente. Un coffre rectangulaire de 2 m sur 1 m occupe le centre du tertre. Seules subsistent les parois ouest et est. La paroi ouest, présente dans sa totalité, est constituée par un alignement de trois ou quatre dalles de taille moyenne. Un ensemble de trois petites dalles placées verticalement à l’intérieur du coffre au centre et à la base de la paroi est peut correspondre à un calage. Aucun vestige archéologique n’a été découvert.

26Dans leurs principes de construction, les coffres de Francheville s’inscrivent dans le registre architectural des mégalithes connu par les monuments de Côte-d’Or tels que ceux de Bouze-lès-Beaune, de Saint-Martin-du-Mont, de Collonges-lès-Bévy ou de Dezize-lès-Maranges (Joly, 1965). Les techniques se ressemblent souvent, car, au début de l’édification du monument, les bâtisseurs ont utilisé fréquemment les inégalités du substratum, comme une diaclase ou un ressaut, pour caler les pieds des orthostats. À Francheville, le banc rocheux très fragmenté se prête tout particulièrement au délitement ; toutes les sépultures ont en effet été excavées, en moyenne de 0,20 à 0,30 m de profondeur. Les dalles de la chambre sépulcrale, dressées en périphérie de ces excavations, ont été maintenues par un calage fait d’un empilement de grosses pierres ou bien de dallettes fichées verticalement. Aucune trace d’argile susceptible de servir à l’étaiement, comme pour le coffre du Poiset à Détain-et-Bruant, n’a été rencontrée (Dorion et alii, 1987). Il semble que l’orientation des coffres ait été plus fonction des particularités du socle rocheux que d’un quelconque rituel. Certaines dalles, non intégrées dans la construction du coffre, ont parfois été observées, comme à Collonges-lès-Bévy, et ont été considérées comme de possibles éléments de couverture (Joly, 1965). À Francheville une éventuelle couverture du caveau est envisageable. Les coffres funéraires étant profondément enchâssées dans les tertres et bloqués à leur base par des plaquettes ou des murets, l’accès au caveau ne pouvait se faire que par le dessus.

27Les ossements et les dents recueillis, examinés par B. Touillaud et D. Grandclerc, ont permis de proposer une estimation du nombre de personnes déposées dans les coffres. À Francheville, chaque coffre contient au plus deux personnes, à la différence des grands coffres, tels ceux de Collonges-lès-Bévy (Joly, 1965) et Détain-et-Bruant (Dorion et alii, 1987) qui contenaient de nombreux individus. J. Joly classait les petits coffres, tels ceux de Francheville, à la même période que les grands, comme ceux mentionnés ci-dessus. On peut supposer que ces deux conceptions correspondent à des modes de pensée différents et par conséquent à des périodes, voire à des cultures différentes.

28C’est la raison pour laquelle, nous avons tenté de préciser la chronologie de nos structures en soumettant au Centre de datation par le radiocarbone de Lyon des échantillons osseux humains recueillis dans chacun des coffres.

29Nous savons au moins, par la fouille, que le coffre carré du tumulus 3 a été construit avant le coffre rectangulaire qu’il abrite. En chronologie absolue, nous pourrions penser, d’après les dates Ly-2119 et Ly 2121, que les coffres du type de Francheville sont de construction ancienne et qu’ils appartiennent au Néolithique moyen ; mais les autres dates ne concordent pas avec cette attribution. D’après le mobilier, il est clair que les coffres de Francheville ont été utilisés au Néolithique final comme les grands coffres à sépultures plurielles. Nous n’avons pas encore d’éléments significatifs pour fixer leur date initiale de construction et pour les attribuer à une culture définie. En dépit de ces incertitudes, nous pouvons constater que les tumulus à coffres de Francheville appartiennent à une catégorie de monuments qui sont assez courants en Côte-d’Or (fig. 14), par exemple dans l’ensemble tumulaire de Turcey et dans celui du Bois du Chéneau à Saint-Jean-de-Bœuf que caractérisent des tumulus allongés, peu élevés et contenant le plus souvent deux coffres funéraires.

Fig. 14. Comparaison des plans de coffres du type de ceux de Francheville (d’après Guyot, 1958 ; Joly, 1965).

Haut de page

Bibliographie

Dorion J., Buvot P., Gauthey J., 1987, « Le coffre mégalithique du Poiset, Détain-et-Bruant », R.A.E., t. XXXVIII, fasc. 3-4, n° 149-150, p. 403-414.

Guyot, 1958, « Découverte de monuments mégalithiques en Côte-d’Or », in : Actes du 80e congrès national des Sociétés savantes, Lille, 1955, p. 33-43, 8 pl.

Joly J., 1965, « Les tombes mégalithiques de la Côte-d’Or : état de la question en 1964 », R.A.E., t. XVI, fasc. 1-3, p. 57-74.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de localisation des tertres étudiés. Carte IGN 1/25000 Fontaine-lès-Dijon.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2. Tumulus 1. A. Plan du tertre après décapage ; B. coupe dans l’axe nord-sud.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3. Tumulus n° 1. Vue du coffre en cours de fouille (dalle sud déplacée).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 4. Tumulus n° 2. A. Plan du tertre après décapage ; B. coupe dans l’axe ouest-est.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 5. Tumulus n° 2. Plan du coffre 1.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6. Tumulus n° 2. Plan du coffre 2.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 7. Tumulus n° 2. Plan de répartition des vestiges céramiques.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 8. Tumulus n° 2. Mobilier archéologique. 1. extrémité de poignard en silex du Grand-Pressigny ; 2-8. fragments d’un vase campaniforme à décor de lignes tracées au peigne à dents carrées ; 9-12. fragments d’un vase à carène vive et anse en ruban.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 9. Tumulus n° 2. Mobilier archéologique. 13. Marmite sacciforme dotée d’une courte languette ; 14-16. fragments de vases décorés au poinçon.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 10. Tumulus n° 3. A. Plan du tertre après décapage ; B. coupe dans l’axe ouest-est.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 11. Tumulus n° 3. Vue des deux coffres après décapage du tertre.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 12. Tumulus n° 3. Plan du coffre 1.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 13. Tumulus n° 3. Plan du coffre 2.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 14. Comparaison des plans de coffres du type de ceux de Francheville (d’après Guyot, 1958 ; Joly, 1965).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7245/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Martin et Pierre Buvot, « Les coffres mégalithiques de la forêt de Nonceuil à Francheville (Côte-d’Or) », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, 303-314.

Référence électronique

Guy Martin et Pierre Buvot, « Les coffres mégalithiques de la forêt de Nonceuil à Francheville (Côte-d’Or) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 61 | 2012, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rae.revues.org/7245

Haut de page

Auteurs

Guy Martin

Archéologue bénévole.

Pierre Buvot

Ingénieur hon. au S.R.A. de Bourgogne, Dijon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page