Navigation – Plan du site
Notes et documents
Nathalie Achard-Corompt et Anne Delor-Ahü

La fouille d’un petit établissement gallo-romain de la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. à Bezannes, en périphérie de Reims (Marne)

p. 337-349

Résumés

La création d’une zone d’activités par la communauté d’agglomération de Reims (Reims Métropole), faisant le lien entre la gare TGV de Bezannes et la ville de Reims, a donné lieu à toute une série d’opérations archéologiques dont la fouille par l’Inrap en 2007 du secteur dénommé « site E ». Le décapage de plus de 1200 m2 a permis l’étude d’une installation gallo-romaine du Ier s. ap. J.-C. se développant sur 600 m2. Elle est limitée par un fossé ouvert sur une voie qui enserre un bâtiment sur poteaux doté de deux caves, un puits et une fosse. Les éléments mobiliers et immobiliers attestent une installation pérenne sur le site. La disproportion notable entre la taille du bâtiment et la surface d’assiette de l’établissement suggère soit une activité agricole particulière, soit l’intégration de celui-ci dans une installation plus vaste.

The creation of an activity zone by the Reims agglomeration community (Reims Métropole) to link Bezannes TGV station to the city of Reims has provoked a series of archaeological projects, including the excavation by Inrap of “site E” in 2007. The cleaning of an area measuring more than 1200 m2 enabled the study of a Gallo-Roman installation from the 1st century that covers an area of 600 m2. It is bounded by a ditch that gives onto a track ringing a building that is constructed on piles and furnished with two cellars, a well and a pit. The archaeological traces and the furnishings indicate that the installation was a permanent feature of the site. The disproportionate size between the building and the extent of its attached land suggests it was either a private farm or part of a much larger installation.

Die Schaffung eines Gewerbegebiets durch den Gemeindeverband Reims (Reims Metropole) zwischen dem TGV-Bahnhof von Bezannes und der Stadt Reims bot Gelegenheit für eine ganze Reihe von archäologischen Eingriffen, darunter die Grabung des INRAP des als „site E“ bezeichneten Sektors. Im Bereich der über 1200 m2 großen Flächengrabung konnte ein über 600 m2 großer gallo-römischer Siedlungskomplex aus dem 1. Jh. n. Chr. untersucht werden. Er ist von einem Graben umgeben, der einen Pfostenbau mit zwei Kellern, einen Brunnen und eine Grube einfasst und zu einem Weg führt. Die Funde und Befunde zeugen von einer dauerhaften Besiedlung des Ortes. Die große Disproportion zwischen der Größe des Gebäudes und der Siedlungsfläche legen entweder eine besondere landwirtschaftliche Tätigkeit oder deren Zugehörigkeit zu einem größeren Siedlungskomplex nahe.

Texte intégral

PDF 10MSignaler ce document

1. Présentation

1La création d’une zone d’activités par la communauté d’agglomération de Reims (Reims Métropole) faisant le lien entre la gare TGV de Bezannes et la ville de Reims, a donné lieu à une opération de diagnostic archéologique portant sur 65 ha, coordonnée par Hervé Bocquillon (Inrap) en février/avril 2007 (Bocquillon, Culot, 2007). Le Service régional de l’Archéologie de Champagne-Ardenne, devant la diversité et l’intérêt des vestiges mis au jour lors des sondages, a défini plusieurs zones nécessitant une fouille, dont le secteur dénommé « site E » traité dans ce présent article. Le site en question, fouillé par l’Inrap en 2007 sous la direction de N. Achard-Corompt, se situe quasiment au centre de la nouvelle zone d’activités (fig. 1).

image

Fig. 1. Localisation du site E fouillé à Bezannes (Marne).

2Le territoire de Bezannes jouxte la commune de Reims au sud et est établi sur la rive gauche de la Vesle. Depuis 2007, la surface sondée à l’occasion de la mise en place de la ZAC s’est agrandie et représente environ 200 ha, compris principalement entre le village à l’ouest et le Mont-Benoit, à l’est (fig. 1). Vu le maillage et le taux de sondage adopté (entre 8 et 10 %), on peut partir du postulat que les principales installations ont été repérées et assez bien circonscrites. Sept hectares environ ont été fouillés pour le moment, mais à l’instar des diagnostics, ces surfaces sont amenées à doubler, voire à tripler dans un futur proche.

3Le ruisseau de la Muire traverse ce secteur et constitue un témoin encore actif du système hydrographique de la Montagne de Reims, signalé aujourd’hui par une série de grandes vallées sèches parallèles entre elles, qui ont creusé du sud au nord, en direction de la Vesle, le substrat calcaire secondaire du Campanien. Le ruisseau prend sa source au sud de Bezannes et atteint la vallée de la Vesle au niveau du quartier de la Haubette à Tinqueux. Si le terrain actuel ressemble plus à une plaine qu’à un versant (83 m NGF), l’interfluve entre le ruisseau de la Muire et son équivalent amont, le ruisseau du Grand Rouillat, qui passe à l’est, est marqué à l’approche de ce second ruisseau par la ligne du Mont-Benoît (121 m NGF maximum).

4Ce secteur se situe à environ 4,5 km au sud-ouest du forum de Durocortorum. Il est traversé par deux voies romaines de moyenne importance qui rejoignent au nord un important nœud routier d’où sont issues les trois voies desservant le sud-ouest de la civitas (agglomérations secondaires situées au niveau du village actuel de Damery et Port à Binson, sur la Marne). Ce point de convergence se situe à l’extrémité de l’axe, qui, en pénétrant dans l’agglomération antique, en constitue le decumanus (Jemin, 2010, p. 140-141). La voie la plus à l’est entrerait dans la catégorie des voies vicinales dépendant du domaine public (ibid., p. 141). La voie la plus à l’ouest ou « voie 2 » a fonctionné depuis la période antique (Haut-Empire) jusqu’au XIXe siècle (ibid.). La période de fonctionnement de la « voie 1 » est inconnue. Les deux voies sont jouxtées de linéaments perpendiculaires (0,50 à 1 m de largeur pour une longueur maximale de 16 m) dont le tracé s’amorce à moins de 2 m de l’encavement des chaussées (ibid., p. 122-139). L’identification de ces structures demeure conjecturale. Rudy Jemin tend à les identifier à des vestiges de haies qui compartimenteraient l’espace périphérique des voies (ibid., p. 124). Un réseau de fossés (site 5) (fig. 1) se développant entre les deux voies suit la même orientation et pourrait correspondre à un système parcellaire qui n’a pas été retrouvé sur les secteurs fouillés.

5L’établissement présenté ici se développe en bordure de la voie la plus à l’est, dont un tronçon a été fouillé en 2006 (ibid.). Des ornières attribuées à l’époque médiévale empiètent sur les vestiges.

2. Le site E : un établissement complet

6Le décapage archéologique porte sur une surface de 1273 m2, située quasiment au centre de la zone sondée. Il englobe une partie du tracé du chemin rural n° 29 dit des « Hautes Feuilles ». Il permet de reconnaître l’environnement du bâtiment identifié lors du diagnostic (Bocquillon, Culot, 2007).

2.1. Une installation structurée par en enclos

7Les vestiges sont inclus dans un petit enclos fossoyé quadrangulaire (st.1005) orienté N-N-E/S-S-O et possédant une interruption de 2,40 m de largeur au niveau de l’angle nord (fig. 2).

image

Fig. 2. Plan de l’établissement gallo-romain.

8Le fossé, large de 0,60 m en moyenne, est profond d’environ 0,20 m et enclôt une surface d’environ 600 m2 (fig. 3). Il possède un remplissage homogène constitué de limon brun clair mêlé à de la graveluche, ne montrant aucune trace d’entretien ou de réfection. Il a livré très peu de mobilier, six tessons au total attribuables au Ier s. ap. J.-C., et une vingtaine de fragments de tegulae. Ces derniers sont parfois regroupés et associés à des cailloux de craie, notamment au niveau des structures points 1041 à 1043 (fig. 3). Ils pourraient correspondre à des calages de poteaux. Ils sont observés uniquement sur cette section et sont peut-être en relation avec un système de fermeture constitué des poteaux 1045 et 1046. Leur espacement de 2 m environ est suffisamment large pour permettre à un chariot de passer. Aucune ornière n’a été relevée entre les deux poteaux.

image

Fig. 3. Le fossé d’enclos 1005 et la fosse 1070.

9L’angle observé au niveau du bras ouest de l’enclos peut trouver une explication dans la présence de la fosse 1070, bien que celle-ci paraisse bien insignifiante, à moins qu’elle n’ait servi à accueillir un élément aérien, du type borne, entrant dans le marquage du paysage. Ou s’agit-il d’une remise en question du tracé du fossé en cours d’aménagement, voire d’un ajout postérieur ? D’après les observations de terrain, le fossé aurait été aménagé en une seule fois, ce qui élimine derechef la seconde hypothèse. En supposant que le fossé ait été creusé en partant de l’extrémité nord-ouest (au niveau du poteau 1043), en arrivant près du bâtiment (celui-ci l’aurait donc précédé), les constructeurs auraient volontairement dévié le cours du fossé afin de s’éloigner de l’édifice et d’assurer une circulation aisée autour de celui-ci.

10Hormis les associations de tegulae décrites précédemment, il n’a pas été observé d’aménagement au sein du fossé. Les traces laissées par celui-ci semblent correspondre à un ouvrage modeste, n’ayant pas de valeur défensive, s’apparentant davantage à un élément de délimitation et de marquage dans le paysage. De la végétation a colonisé postérieurement une partie de son tracé.

2.2. L’habitation : une capacité de stockage exceptionnelle

a. Le bâtiment sur poteaux

11Le bâtiment sur poteaux prend place dans la partie nord-ouest de l’enclos. Tous deux sont orientés selon le même axe. La structure porteuse occupe une surface de 9,80 m x 6,60 m, soit 64,68 m2 (fig. 4). Elle est constituée de vingt-six trous de poteau pourvu majoritairement d’un creusement de plan quadrangulaire. On compte six poteaux au niveau des pignons et neuf pour les murs longitudinaux.

image

Fig. 4. Le bâtiment sur poteaux.

12L’empreinte des bois utilisés est visible dans dix-neuf d’entre eux. Le comblement des creusements est constitué de craie concassée mêlée à du limon brun. Les éléments de calage sont quasiment absents, la craie étant un matériau particulièrement résistant lorsqu’elle est tassée. Il se peut également qu’elle protège les supports de la pourriture. Les dimensions moyennes des creusements sont de 0,50 m x 0,44 m pour 0,17 m de profondeur. On ne note pas de différence de taille quel que soit le positionnement du poteau dans le bâtiment. Les négatifs de poteaux, globalement de plan circulaire, affichent un diamètre moyen de 0,17 m. La relative faiblesse de section des bois utilisés est compensée par leur implantation rapprochée.
Nous n’avons relevé aucune trace de rénovation ou de reconstruction sur l’ossature principale du bâtiment.

13Les poteaux se font face et sont répartis relativement régulièrement. De centre à centre, l’écartement est compris entre 1 m et 1,50 m, la moyenne étant de 1,16 m. Entre les structures des petits côtés l’écart moyen est d’1,25 m et 1,11 m pour les longs côtés. C’est donc au niveau des premiers que l’on peut observer les écarts les plus importants, notamment 1,50 m entre 1077 et 1078 et 1,40 m entre 1046 et 1048. Aucun poteau faîtier n’a été repéré.

14Bien qu’il n’y ait pas d’interruption dans la ligne de supports, il est tentant de situer les accès au niveau des écarts les plus marqués, notamment sur le pignon sud-ouest, mieux exposé que le nord-est. Cependant il est impossible de le prouver faute de seuil conservé, et la présence des caves à ces emplacements inciterait à la prudence. Il est également possible que les poteaux 1034, 1035 et 1075 (?) qui flanquent le bâtiment sur son long côté aient appartenu à un système de porche.
Des amalgames de terre gravelucheuse ont été observés dans le comblement des caves incluses dans le bâtiment, laissant supposer des murs en matériaux périssables, de type torchis ou carreaux de graveluche.
L’espace interne comprend les caves 1050 et 1073.

b. Les structures de stockage

15Deux caves bien distinctes sont aménagées aux extrémités nord et sud du bâtiment (fig. 4). Elles occupent 25 % de l’aire interne de celui-ci. D’après les recoupements stratigraphiques, elles ont été installées après la mise en place de l’ossature du bâtiment.

16La cave 1050, aménagée dans l’angle nord du bâtiment, mesure, au niveau du fond, 1,60 x 1,20 m, soit 1,92 m2, pour une profondeur de 0,90 m (fig. 5). Des vestiges de parement en calcaire gris subsistent sur les murs nord et ouest. Ainsi appareillée, la capacité de stockage de la cave avoisine les 1,30 m3. Cette dernière dépend surtout des contenants utilisés, l’étude céramique réalisée par A. Delor-Ahü (cf. § 2.3.1) ayant mis en évidence une forte proportion de récipients de stockage.

17La structure est trop petite pour être dotée d’un escalier. Une échelle permettait peut-être d’y accéder. Un plancher en bois s’appuyant sur les parois appareillées devait fermer la structure de stockage.

18Le comblement présente deux US massives surmontant une couche à dominante charbonneuse et cendreuse. Les parois et le fond de la structure sont exemptes de traces de rubéfaction, ce qui laisse supposer que l’abandon de la cave ne fait pas suite à un incendie, mais qu’elle servit de dépotoir après son démantèlement, qui a eu lieu au cours de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. d’après le mobilier céramique (ibid.).

image

Fig. 5. Les caves 1050 et 1073 incluses dans le bâtiment sur poteaux.

19La cave 1073 est aménagée dans l’angle ouest du bâtiment. En surface, elle mesure 3,60 m par 2,90 m auxquels il faut ajouter l’espace consacré à l’escalier (2 m par 1,10 m), soit au total 12,64 m2 (fig. 5). Elle est conservée sur 1,98 m de profondeur. Les dimensions au fond de l’excavation sont de 2,90 m par 2,80 m, soit 8,12 m2. Le volume conservé de la cave est de 16 m3 environ.

20Un mur en meulière et blocs de craie prend place sur une partie de la paroi sud. Il semble démarrer à la jonction entre la cage d’escalier et la cave et se terminer avant la structure 1080. Ce massif ne touche pas la structure porteuse. Il vient certainement renforcer une section fragilisée du bâtiment par la mise en place de 1073.

21Le mur observé est très délabré. Il semble que seul le blocage lié à l’argile compris entre le creusement et le parement subsiste. Ce dernier a été récupéré avant le colmatage de la structure. Sur les autres côtés et le fond du creusement ainsi que dans l’angle sud-ouest, on observe les vestiges de poteaux (st.1084 à 1088 et 1093) qui entaillent parfois les parois (st.1085 à 1087). Dans la continuité de la cage d’escalier, côté nord, un creusement peu profond pouvant correspondre à un poteau (st.1089) a été observé. Il devait participer, comme les autres et le parement, au maintien d’un plafond en bois fermant la cave. Entre ces poteaux de bois, on peut imaginer un coffrage en bois des parois ou simplement le substrat crayeux régularisé. De l’escalier, il ne subsiste rien hormis un plan incliné (fig. 5) qui semble court et abrupt.

22Le sol de la cave ne comporte ni aménagement ni trace d’usage comme un niveau de piétinement. Après la récupération de certains éléments, la cave a été colmatée volontairement. Les restes céramiques indiquent un colmatage durant la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. (cf. § 2.3.1).

c. Un point d’eau

23L’établissement est doté d’un puits (st.1010) aménagé dans l’angle est de l’enclos (fig. 2 et 6). En surface, il apparaît comme un creusement quadrangulaire aux bords arrondis de 1,90 m de côté. À partir de 1,10 m de profondeur, le diamètre du conduit se stabilise à 1 m.

image

Fig. 6. Restitution du comblement et cliché du puits 1010.

24Sur les six premiers mètres, le comblement est massif et homogène, constitué d’un limon marron ponctué d’un peu de graveluche. Il surmonte un niveau riche en fragments de tegulae qui contient également trois morceaux de meules en grès. Au-delà et jusqu’au fond de la structure, le comblement devient argileux et compact. On note la présence de quelques blocs de pierre et d’un peu de charbon de bois. Le fond se situe aux alentours de 7,50 m, soit vers 80,80 m NGF. Le puits ne comporte pas de vestiges d’effondrement du conduit. Son colmatage a été volontaire, massif et rapide. Il pourrait illustrer le décaissement d’un secteur avec retrait de la terre végétale.

25Le fond du puits n’a pas livré de restes de bois ou un niveau organique suggérant un appareillage en matériau périssable. Les quelques blocs recueillis paraissent avoir été jetés. Cependant, est-ce absolument nécessaire de cuveler un puits dans un substrat compact comme la craie franche ?

26Le mobilier céramique collecté provient essentiellement du niveau supérieur du puits et correspond donc à son abandon, qui interviendrait durant la seconde moitié du Ier ap. J.-C. (cf. § 2.3.1).

d. Une fosse : vestige d’une annexe agricole ?

27Le creusement de 1006 est irrégulier, avec une moitié nord plus fortement ancrée que la moitié sud. Hormis ce surcreusement, elle ne possède pas d’aménagement particulier (fig. 2).

28Le comblement est hétérogène mais de même nature ou du moins très semblable à ceux observés dans les caves. Les diverses US qui le composent montrent un pendage oblique, voire quasiment vertical, illustrant un remblaiement rapide et volontaire.

29Aux abords de la fosse prennent place quatre trous de poteau. Un lien fonctionnel entre ces structures et 1006 reste à établir.

30La fonction de cette structure demeure inconnue. On peut suggérer le prélèvement de matériau ou une structure excavée de type fond de cabane, voire encore un espace de stabulation pour les animaux. Selon le mobilier céramique, son comblement serait contemporain de celui des caves et du puits.

2.3. Le mobilier archéologique

2.3.1. Le mobilier céramique (A. Delor-Ahü)
  • 1  Le Nombre Minimum d’Individus a été comptabilisé en tenant compte de tout élément de forme au sein (...)

31Le mobilier céramique d’époque gallo-romaine compte 605 fragments pour 68 individus pondérés (et 42 NMI). La moitié du mobilier de la série provient du comblement des caves 1050 et 1073 (472 NR avec respectivement 15 et 20 NMIp). Le matériel est relativement bien conservé, peu altéré. Il témoigne de l’utilisation domestique normale des pièces de vaisselle avec une répartition ordinaire des catégories technico-fonctionnelles entre céramiques de table, culinaires, de stockage et de transport1.

32L’homogénéité du mobilier céramique caractérise cette occupation, d’un point de vue technique mais aussi typologique. Le mobilier présent correspond à du matériel d’usage courant. La céramique fine comptabilise un bon tiers du matériel céramique isolé sur le site (hors amphore et dolium) ; ce taux est parfaitement comparable avec des proportions identifiées sur d’autres sites du territoire rème à compter du dernier tiers du Ier siècle surtout (période de régression nette de la part de la vaisselle de table dans le vaisselier global).

33On notera l’absence de toutes formes précoces dans les répertoires de cette céramique fine ainsi que celle de terra rubra et parois fines importées. Les types sigillés se limitent à deux formes typiques : l’assiette Dragendorff 18/31 et la jatte décorée Dragendorff 29b. Si la seconde apparaît dans le sud de la Gaule dès le milieu du Ier siècle, la première n’est fréquente, ou comme ici omniprésente, qu’à compter de la période flavienne, voire des dernières décennies du siècle. La marque épigraphique de Censor sur le fond interne d’un plat mis au jour dans l’US 2 du comblement de la cave 1050 conforte le phasage d’occupation du site puisque l’atelier de La Graufesenque devait être actif entre 70/75 et 100 de notre ère.

34Le répertoire des terra nigra (TNo champenoise et septentrionale ; Deru, 1996) est restreint à des types caractéristiques de l’horizon de synthèse VI défini pour le nord de la Gaule par X. Deru (ibid.) et daté des années 65/70 à 85/90 après J.-C. L’indigence des gallo-belges rouges est un indice de datation supplémentaire ; sur Reims (Joly, 1998, 2001 ; Florent, 2007, horiz. 4) mais aussi sur l’ensemble du territoire, cette catégorie technique régresse à compter du troisième quart du Ier siècle pour disparaître rapidement ensuite.

35Les amphores correspondent à une amphore à huile Dressel 20 et une amphore à saumure Dressel 7/11. Toutes deux proviennent de la péninsule ibérique.

36La céramique commune est largement dominée par la vaisselle cuite en mode A. Les formes identifiables se réfèrent, à l’instar de la vaisselle fine, à un répertoire spécifique du Ier siècle : cruche à lèvre cannelée Gose 366/69, fréquente surtout depuis le milieu du Ier siècle (Deru, Rollet, 2000), cruche Reims 103, amphore régionale à lèvre en bourrelet simple Reims 213, pot en céramique commune à lèvre simple et col concave Reims RUA P1 et jattes à parois en esse dominant sur Reims dès le milieu du siècle (Florent, 2007).

37La proportion des dolia doit être soulignée ; viennent ensuite les récipients de stockage des liquides puis la vaisselle à cuire. 40 % des éléments recensés dans l’inventaire sont liés au stockage et à la conservation. Si l’on ajoute le tiers de vaisselle de table, cela ne laisse guère de place pour la vaisselle à feu.

2.3.2. Les autres vestiges mobiliers

38D’une manière générale, les restes de faune, d’éléments métalliques ou lithiques sont peu nombreux et comprennent des pièces couramment observées sur les sites ruraux contemporains.

39Le mobilier faunique, étudié par A. Bandelli, comprend six restes osseux : bœuf (quatre), caprinés (un) et indéterminé (un) de petite taille, en provenance principalement de la fosse 1006. Aucune trace de découpe ou de passage au feu n’a été remarquée. L’un d’entre eux porte les traces d’un carnivore suggérant une exposition à l’air libre avant d’intégrer le remplissage de 1006. La rareté de ce type de mobilier dans les fosses profondes est à souligner. Ces structures imposantes sont généralement de grandes pourvoyeuses de restes fauniques et autre mobilier, car elles servent souvent de dépotoir après abandon. Cette quasi-absence corrobore les observations stratigraphiques réalisées lors de l’étude des remplissages des caves et du puits, qui a montré un colmatage rapide à l’aide de versements massifs et non pas l’existence d’un « trou » resté béant sur une longue période et ayant reçu les déchets d’un habitat proche.

40Le mobilier métallique, identifié par N. Tisserand, regroupe douze restes qui sont peu signifiants : clous en fer (neuf), fibule en alliage cuivreux (un) et indéterminé (un). La seule pièce apportant une information est une fibule (type 26b3, Feugère, 1985, p. 357) découverte lors du diagnostic dans le niveau supérieur du colmatage de la cave 1073. La datation communément admise, seconde moitié du Ier siècle, est en accord avec celle issue de l’analyse du mobilier céramique.

41Le puits a livré trois fragments de grès correspondant à deux meules dont le diamètre estimé est compris entre 0,50 et 0,52 m. Leur diamètre est compatible avec des moulins rotatifs actionnés manuellement (Boyer, Buchsenschutz, 2000). Le prélèvement de sédiment effectué au fond du puits n’a pas livré, après tamisage, de restes carpologiques.

42Les vestiges archéologiques et le mobilier recueilli n’ont pas mis en évidence la présence d’élément de confort ou de décoration.

4. Analyse et comparaison

4.1. L’établissement et son environnement immédiat

43La superficie de l’espace enclos est limitée à 600 m2. L’habitat est constitué d’un enclos simple, sans partition interne, doté d’un système de clôture élémentaire et non ostentatoire. Le fossé qui le délimite est de dimension modeste et dépourvu d’aménagement en bois, hormis peut-être au niveau de l’accès.

44Les structures se concentrent dans la partie nord de l’enclos (un bâtiment, un puits et une fosse dont la fonction reste à déterminer), la moitié sud en étant dépourvue. Aucun bâtiment annexe n’a été remarqué. Il se peut que la fosse 1006 et les poteaux qui la jouxtent appartiennent à une annexe, mais la fouille n’a pas pu le démontrer formellement.

45D’après les informations issues du diagnostic et de la fouille, cet ensemble n’appartient pas à un système d’enclos emboîtés ou contigus. Il apparaît isolé et non lié à un réseau parcellaire. L’établissement a-t-il un lien avec la voie située à moins de 30 m à l’ouest et utilisée dès le début du Ier s. ap. J.-C. ? L’enclos n’est pas établi selon l’orientation de l’axe de circulation mais il faut souligner cependant que l’accès à l’établissement se fait côté voie. À proximité du site E, l’empierrement de la voie disparaît mais il est impossible de lier cette interruption à la présence de l’établissement.

4.2. Le bâtiment

46Élevé sur poteaux porteurs, il semble avoir possédé des murs en carreaux de graveluche ou en torchis, d’après les vestiges découverts dans le comblement des deux caves.

47Les creusements accueillant les poteaux étaient comblés de limon et de craie damée. La craie réduite en petits blocs puis tassée est fréquemment utilisée pour réaliser les fondations et les sols à l’époque gallo-romaine et ce dès la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. dans le monde rural.

48La surface occupée par le bâtiment représente 10 % de la surface enclose. Pour les exploitations agricoles de Bohain (Aisne) et d’Onnaing (site 5) (Nord), les bâtiments d’habitation représentent seulement 2 % de la superficie enclose (Ouzoulias, 2006, p. 211). Soit il est disproportionné, à l’image des caves, soit il cumule d’autres fonctions en plus de celle d’habitation.

49Les poteaux de 0,17 m de diamètre en moyenne sont implantés verticalement, régulièrement et de façon rapprochée. Leur nombre et leur section relativement faible surprennent en comparaison des bâtiments contemporains (fig. 7) qui sont très semblables de par leur plan et la taille des creusements accueillant les supports.

image

Fig. 7. Bâtiments sur poteaux abandonnés entre le milieu du Ier siècle et le début du IIe siècle.

50C’est également le seul a disposer d’un nombre de support pair sur les petits côtés. L’absence de poteau faîtier est commune avec les bâtiments d’Auve (Feray, 2009), de Saint-Memmie (Achard-Coromptet alii, 2007) et peut-être de Bussy-Lettrée (Verbrugghe, 1995). À Bezannes, on peut envisager un système de type ferme soutenue par des pans verticaux. La multiplication des poteaux pourrait avoir un lien avec la fonction du bâtiment et peut-être la présence d’un étage.

51Des tegulae ont été retrouvées en petit nombre dans le comblement du puits et dans le fossé d’enclos. Cela prouve qu’elles étaient utilisées sur le site mais pas forcément pour la toiture du bâtiment, même si l’ossature de celui-ci était à même de supporter une toiture en terre cuite. L’hypothèse d’une récupération des tuiles, à l’instar de celle du parement de la cave 1050, n’est pas à écarter.

52Parmi les édifices présentés figure 8, aucun n’est isolé comme à Bezannes. Ils sont tous associés à d’autres bâtiments, parfois de taille modeste, ou appartiennent à des ensembles plus imposants.

image

Fig. 8. Comparaisons dimensionnelles entre le bâtiment de Bezannes et des constructions contemporaines.

53L’autre originalité du bâtiment réside dans son importante capacité de stockage. Elle surpasse celle de bâtiments plus vastes tels ceux de Bussy-Lettrée (Violotet alii, 2001-2002 ; Verbrugghe, 1995 ; Achard-Corompt, 2005), Auve (Feray, 2009), Bussy-le-Château (Moreau, 2009) dans la Marne. Elle est plus proche de celle des caves repérées dans les établissements de plus grande taille et élevés sur fondations en craie à l’image de ceux de Sillery (Achard-Coromptet alii, 2009) et de Cernay-lès-Reims (Koehleret alii, 2004). En revanche, elle est inférieure à celle des caves 500 et 878 de l’installation de Cuperly (Gestreau, 2009) incluses dans des constructions qui n’ont malheureusement pas laissé de vestiges.

4.3. Une petite installation agricole délaissée durant la seconde partie du Ier s. ap. J.-C.

54Sa localisation en bordure de voie mettrait le site E en position de relais routier potentiel, mais la configuration de l’établissement ne s’y prête pas. Une fonction d’annexe agraire semble aussi une hypothèse à écarter vu la présence d’un habitat permanent. Ce site s’apparente davantage à une exploitation agricole de petite taille de type familial, comportant des aménagements soignés mais dépourvue de caractère ostentatoire. S’il possède les éléments nécessaires à une occupation pérenne (accès à l’eau, bâtiment d’habitation, structure de stockage…), dont certains ont nécessité pour leur mise en œuvre un investissement en temps conséquent, il apparaît déficient en infrastructure directement liée à l’exploitation de la terre. Aucune écurie ou resserre pouvant accueillir les animaux de trait et leur fourrage n’a été mise au jour, par exemple.Le stockage n’est assuré que par les caves et peut-être un grenier sous le toit du bâtiment.

55L’instrumentum découvert sur ce site n’est pas différent dans sa composition de celui mis au jour sur les établissements plus importants, bien que les restes archéozoologiques soient peu nombreux. Certains, comme l’a montré l’étude, ont été l’objet de prédation de la part de carnivores (animaux domestiques ?), les autres ont peut-être été évacués hors de la zone de vie. Aucun outil ou accessoire relatif aux travaux des champs n’a été recueilli. Le comblement des vestiges tend à indiquer un abandon volontaire de l’habitat, ce qui suppose la récupération de tous les éléments pouvant servir à une nouvelle implantation.

  • 2  Merci à Pierre Ouzoulias de nous l’avoir suggérée et d’avoir porté à notre connaissance l’installa (...)

56La surface d’assiette de cet établissement est réduite si on la compare aux superficies des deux installations du Bas-Empire (les sites D1 et L) fouillées dans le même secteur et qui occupent entre 6000 et 7000 m2. Nous n’avons pas trouvé d’installation comparable en Champagne crayeuse et si l’on cherche hors de la région Champagne-Ardenne, le site E est deux fois plus petit que le plus modeste des établissements agricoles de la Plaine de France (Ouzoulias, Van Ossel, 2009, p. 113). Une installation comportant des infrastructures aussi restreintes est-elle suffisante pour accueillir une famille, les animaux nécessaires à son alimentation et à l’exploitation de la domus, ainsi que les productions agricoles issues de la mise en culture de ce dernier ? Pierre Ouzoulias suggère l’existence « de corrélations entre la taille des sites et les surfaces exploitées » (Ouzoulias, 2006, p. 211), corrélations qui restent cependant difficiles à déterminer. Dans le cas du site E, le terroir exploité serait donc limité et peut-être insuffisant pour subvenir aux besoins d’une famille. Les occupants sont-ils dépendants d’un autre centre d’exploitation ? Une autre hypothèse est envisageable2 : les denrées produites sur l’exploitation ne nécessiteraient pas obligatoirement un cheptel et des infrastructures importantes, mais essentiellement la force de travail des occupants. Une activité maraîchère intensive à destination du marché de Reims associée à une culture vivrière destinée à la famille pourrait expliquer la morphologie et la capacité de stockage de cette installation. Lors des fouilles des jardins du Carrousel (Paris), une exploitation agricole de l’Antiquité tardive occupant une surface estimée à 1100 m2 et renfermant un nombre réduit d’installations (Van Ossel dir., 1998, p. 74-80) a été découverte. Ses dimensions et sa situation à proximité d’une ville ne sont pas sans rappeler le site de Bezannes. Loin de nous l’idée de transformer ces habitats en installations spécifiques des abords des villes antiques. Comme le signale Paul Van Ossel (ibid., p. 80) reprenant en cela Alain Ferdière (Ferdière, 1988, p. 190-191), ces exploitations de taille réduite soulèvent « le problème de l’habitat rural dit ‘intercalaire’ recherché depuis de nombreuses années mais jamais vraiment caractérisé ni étudié ».

57Le statut et le mode de fonctionnement de cet établissement sera peut-être révélé par les prochaines fouilles menées sur les occupations de la ZAC de Bezannes. Ce qui est assuré pour le moment concernant le site « E », c’est l’existence d’une occupation permanente, ponctuelle, qui ne paraît pas précaire, durant le dernier tiers du Ier s. ap. J.-C. Cette installation est ensuite volontairement abandonnée avant la fin du Ier s.

58L’explication de ses dimensions réduites, du surdimensionnement de son bâtiment d’habitation et de ses capacités de stockage est peut-être à rechercher dans le type de productions agricoles réalisées sur l’exploitation et dans sa proximité avec Reims. Même si cela n’a pas été mis en lumière par les opérations de diagnostic, il ne faut pas non plus exclure que le site « E » fasse partie d’une installation plus vaste, regroupant les vestiges repérés de l’autre côté de la voie voisine.

4.4. La zone d’activités de Bezannes, un nouveau champ d’étude de l’occupation du sol en périphérie de Reims

  • 3  Elle correspond peu ou prou à la vignette supérieure de la figure 1.

59Dans le cadre d’un projet d’activité scientifique (PAS) financé par l’Inrap et dirigé depuis 2008 par Michel Kasprzyk (Kasprzyk dir., 2008, 2009, 2010 et 2011), nous avons étudié le peuplement antique des environs de la ville de Reims, soit une fenêtre d’étude de 700 km2 environ3 centrée sur la ville. Afin de replacer le site « E » de Bezannes dans un contexte archéologique un peu plus large, nous faisons figurer sans les développer nos premières observations en commençant par le secteur de la zone d’activités de Bezannes avant de l’élargir à la fenêtre d’étude décrite précédemment. L’intégralité des résultats de l’analyse sera publiée dès la fin du projet de recherche, soit en 2013.

60Quinze indices d’établissements d’époque romaine, dont trois à vocation funéraire ont été mis au jour au niveau de la zone d’activité de Bezannes (fig. 1). Sept d’entre eux ont été fouillés, sept autres le seront à terme. Pour ces derniers, la caractérisation des installations et leur chronologie fine restent imprécises. Hormis le site 2, daté de l’extrême fin du Bas-Empire et caractérisé par une fosse isolée, les établissements regroupent des vestiges nombreux et sont structurés par des fossés ou plus rarement par des murs. Leur superficie est réduite, elle oscille entre 600 m2 (site E) et 10 000 m2. Si les éléments constituants ces occupations sont toujours les mêmes - bâtiments sur poteaux ou sur solins, caves, puits et fosses -, leur disposition n’est jamais similaire. Le site 13 paraît posséder une organisation rappelant celle d’un établissement agricole distribué autour d’une cour, avec un bâtiment en dur jouxté d’un alignement de bâtiment sur poteaux. Les bâtiments repérés sont de petite taille, 136 m2 pour le bâtiment sur solin ou murs du site 13 (Garmond et alii,2010, p. 41), entre 70 et 95 m2 (selon l’une ou l’autre restitution) pour celui sur poteaux implanté dans la fosse 26 du site 9 (Jemin, 2010, p. 92-96) et 65 m2 pour le bâtiment sur poteaux doté de deux caves du site E.

61Trois sites (sites 6, 10 et 14, les deux derniers étant des nécropoles) auraient été fondés durant le Ier s. av. J.-C. Le premier siècle pourrait compter jusqu’à six installations fonctionnant concomitamment. À partir de ce moment le nombre de sites semble diminuer et il est difficile de restituer la physionomie des occupations au IIe siècle et au début du IIIe siècle. Pour les sites fouillés (sites 8, 9, 10, 13 et 14), la fréquentation démarre soit au Ier siècle av. J.-C., soit au Ier ap. J.-C., mais si l’on excepte le site E, l’installation ne paraît importante qu’à partir de la seconde moitié du IIe siècle, voire au IIIe siècle. La seconde moitié de ce siècle marque d’ailleurs un renouveau des occupations, soit par la fondation de nouvelles installations, soit par la réorganisation des gisements plus anciens. Durant le Bas-Empire le secteur accueille au minimum quatre établissements qui ne seront plus fréquentés au haut Moyen Âge.

62L’abandon d’un habitat pérenne sur ce secteur intervient quasiment deux siècles plus tard que dans le secteur de Vatry qui présente pourtant des sols de qualité similaire (Achard-Corompt, 2005). Une explication de cette différence réside certainement dans la proximité de la ville de Reims pour la première et dans l’éloignement de tout centre urbain ou de marché d’importance pour la seconde. L’« abandon » ou l’absence d’habitat dans ces secteurs à partir de la seconde moitié du Ve siècle ne signifie pas pour autant que ces zones n’étaient plus cultivées ou fréquentées, mais qu’elles l’étaient différemment.

63L’évolution de l’occupation du sol du secteur de Bezannes est à l’image de celle perçue au niveau de la fenêtre d’étude analysée dans le cas du programme de recherches, hormis pour le pic maximal d’installations. Les campagnes autour de Reims ont été mises en valeur à l’aide d’un réseau sans cesse renouvelé de petits établissements agricoles. En cela, le schéma de l’occupation du sol est proche de celui observé par Pierre Ouzoulias et Paul Van Ossel dans la Plaine de France (Ouzoulias, Van Ossel, 2007). Les établissements sont de taille modeste (entre 8000 et 10 000 m2 pour les plus vastes), même s’ils possèdent des hypocaustes et sont parfois décorés de roches décoratives d’importation. Les mosaïques sont rares et toutes attribuées au Haut-Empire ; seuls six sites ont livré des tesselles, toujours blanches et/ou noires. Les grands établissements les plus proches sont situés plus à l’ouest, le long de la vallée de la Vesle, mais en territoire suession (Bazoches-sur-Vesle, Blanzy-les-Fismes). L’image de l’habitat rural renvoyé par les fouilles récentes est celle de petites occupations limitées par des fossés, regroupant un bâtiment principal, parfois construit selon un plan bipartite (pars urbana et rustica), des annexes agricoles sur poteaux, un ou plusieurs puits et quelques fosses. Le bois pour la construction principale est encore fortement usité, même si les plus vastes installations possèdent un édifice en dur. La fin du Haut-Empire (IIe et IIIe siècles) correspond à la période d’occupation maximale des campagnes. Durant la seconde moitié du IIIe siècle, on note fréquemment une rétraction de la superficie de l’habitat, mais également des créations et des reprises d’installations quelque peu délaissées durant le second siècle. La seconde moitié du IVe siècle marque l’abandon de la plupart des établissements. Seuls trois sites perdurent jusqu’au début du Ve siècle et un seul jusqu’au VIIIe. La mise en valeur du terroir et le dynamisme économique de ce secteur semblent donc reposer essentiellement sur des établissements de taille modeste, à la durée de fonctionnement excédant rarement deux siècles. L’installation « E » de Bezannes fait partie de ce réseau tout en s’en distinguant par sa faible surface d’assiette.

Bibliographie

Achard-Corompt N., 2005,« Vatry à l’époque romaine » et « L’occupation antique de la plaine crayeuse »,in : Lagatie C., Vanmoerkerke J. dir., Europort de Vatry (Marne) : les pistes de l’Archéologie : quand la plaine n’était pas déserte, Langres, éd. D. Guéniot, p. 61-70 et 129-132 et 147.

Achard-Corompt N., Bocquet S., Bonnabel L., Culot S., Cambou C., Durost R., Friboulet M., Gestreau R., Giry K., Moreau C., Pareys C., Yvinec J.-H., 2005, Bussy-Lettrée ‘Sites 24-25, Europort de Vatry, ZAC 2’, Fouilles de sauvetage urgent, D.F.S., Inrap Grand-Est Nord/SRA Champagne-Ardenne, 2 vol.

Achard-Corompt N., Achard G., Auxiette G., Cabart H., Culot S., Degobertière S., Delor-Ahü A., Duda D., Gestreau R., Lagatie C., Loiseau S., Louis A., Matterne V., Moreau C., Saurel M., 2007, Saint-Memmie (Marne) ‘9, rue du Pont Alips’, Fouilles de sauvetage urgent, D.F.S., Inrap Grand-Est Nord/SRA Champagne-Ardenne, 2 vol.

Achard-Corompt N., Achard G., Auxiette G., Bandelli A, Becq P., Bonnaire E., Cabart H., Culot S., Delor-Ahü A., Desenne S., Fechner K., Filipiak B., Fort B., Gelot J., Moreau C., Paresys C., Peltier V., Prévot P., Tegel W., Tisserand N., Truc M.-C., Wiethold J., 2009, Sillery ‘Le Clos Harlogne’, Fouilles de sauvetage urgent, D.F.S., Inrap Grand-Est Nord/SRA Champagne-Ardenne, 3 vol.

Achard-Corompt N., Bandelli A., Billoin D., Delor-Ahü A., Gaston-Brunet V., Filipiak B., Louis A., Tisserand N., Wiethold J., Van Ossel P., 2010, Bezannes (Marne), ZAC 1, sites D1 et E. : deux installations rurales en périphérie de Durocortorum, Inrap Grand-Est Nord/SRA Champagne-Ardenne, 2 vol.

Bocquillon H., Culot S., 2007, ZAC de Bezannes Tranche 1, Rapport de diagnostic, Inrap Grand-Est Nord/SRA Champagne-Ardenne.

Boyer F., Buchsenschutz O., 2000, « Les meules rotatives manuelles », in : Berthaud G. dir., Mazières-en-Mauges gallo-romain (Maine-et-Loire) : un quartier à vocation artisanale et domestique, Angers, Assoc.de Rech. et de Découvertes Archéo./AFAN, p. 171-185.

Deru X. 1996, La céramique belge dans le nord de la Gaule : caractérisation, chronologie, phénomènes culturels et économiques, Louvain-la-Neuve, 461 p. (Publ. d’hist. de l’art et d’archéo. de l’Univ. catholique de Louvain, 89).

Deru X., Rollet P., 2000, « La céramique gallo-romaine de la rue de Cernay à Reims (Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1-4 juin 2000, Marseille, p. 335-366.

Feray P., 2009, « Auve La Vigne (Marne) : occupations protohistoriques et gallo-romaines », in : Vanmoerkerke J. dir., Le bassin de la Vesle du Bronze final au Moyen Âge, à travers les fouilles du TGV Est, p. 232-241 (Bull. de la Soc. archéo. champenoise, 102 - n° 2).

Ferdière A., 1988, Les campagnes en Gaule romaine : 52 av. J.-C.-486 ap. J.-C. T. 1, Les hommes et l’environnement en Gaule rurale, Paris, éd. Errance, 301 p. (Coll. des Hespérides).

Feugère M., 1985, Les fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du Ve siècle après J.-C., Paris, éd. du CNRS, 509 p. (12ème suppl. à la Revue Archéologique de la Narbonnaise).

Florent G., 2007, La céramique gallo-romaine de la rue Maucroix à Reims (Marne), Mémoire de Master 2 Recherche, Univ. de Lille III.

Garmond N. et alii, 2010, Bezannes, ZAC, tranche 2, phase 3b3, ‘Les Basses Pièces’, ‘Le Champ Drillon’,Marne, Champagne-Ardenne : évolution d’une aire rurale de la Protohistoire à l’Antiquité, Rapport de diagnostic, SRA/ReimsMétropole, Reims, p. 80-93.

Gestreau R., 2009, « Le site gallo-romain de Cuperly ‘la Perte’ (Marne) », in : Vanmoerkerke J. dir., Le bassin de la Vesle du Bronze final au Moyen Âge, à travers les fouilles du TGV Est, p. 242-282 (Bull. de la Soc. archéo. champenoise, 102 - n° 2).

Jemin R. dir., 2010, Bezannes (Marne) : routes d’accès à la gare LGV, voies antiques et portion d’un établissement rural de l’Antiquité tardive, Rapport de fouille, Inrap /SRA Champagne-Ardenne.

Joly M., 1998, « La céramique précoce en Champagne : l’exemple de Reims », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir., La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la table ronde d’Arras, 14-17 oct. 1996, p. 157 à 178 (Nord-ouest Archéologie, 9).

Joly M., 2001, « Étude céramologique » in : Rollet P., Balmelle A., Bertholot F., Neiss R. dir., Reims (Marne) : le quartier gallo-romain de la rue de Venise et sa réoccupation à l’époque moderne, Reims, Soc. archéo. champenoise (Archéologie Urbaine, 4).

Kasprzyk M. dir., 2008, 2009, 2010 et 2011, L’Antiquité tardive en Bourgogne et Champagne-Ardenne : formes de l’occupation et culture matérielle, Projet d’Action Scientifique, Inrap.

Koehler A., Hénon B., Morize D., Auxiette G., Kaddeche R., Deru X., 2004, Cernay-lès-Reims ‘Les Petit Didris’, Rapport de fouille, Reims, 4 vol.

Moreau C., 2009, « Les occupations protohistoriques et antiques du site de Bussy-le-Château Bout de Forces (Marne) », in : Vanmoerkerke J. dir., Le bassin de la Vesle du Bronze final au Moyen Âge, à travers les fouilles du TGV Est, p. 193-231 (Bull. de la Soc. archéo. champenoise, 102 - n° 2).

Ouzoulias P., 2006, L’économie agraire de la Gaule : aperçus historiographiques et perspectives archéologiques, Thèse de Doctorat, Univ. de Franche-Comté, Besançon, 2 vol.

Ouzoulias P., Van Ossel P., 2007, « Petites et grandes exploitations agricoles : le cas de la Plaine de France » in : Leveau P., Raynaud Cl., Sablayrolles R., Trément F. coord., Les formes de l’habitat rural gallo-romain : terminologies et typologie à l’épreuve des réalités archéologiques, colloque Ager VIII, Toulouse, 2007, Bordeaux/Passac, Aquitania, p. 111-121 (17ème suppl. à Aquitania).

Van Ossel P. dir., 1998, Les jardins du Caroussel, Paris : de la campagne à la ville, la formation d’un quartier urbain, Paris, éd. de la M.S.H., 379 p. (Documents d’archéologie Française, 73).

Verbrugghe G., 1995, « Bussy-Lettrée (Marne), ‘Le Mont de Maisses’ », in : Villes A. dir., Les fouilles archéologiques sur le tracé de l’autoroute A26, Châlons-sur-Marne-Troyes : notes préliminaires, Châlons-sur-Marne, p. 57-66 (Mémoires de la Soc. d’agriculture, commerce, sciences et arts de la Marne, t. 110).

Violot J.-M. et alii, 2001-2002, Bussy-Lettrée ‘Le Petit Vau Bourdin’ (Europort de Vatry), Rapport de fouille, Afan/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 5 vol.

Notes

1  Le Nombre Minimum d’Individus a été comptabilisé en tenant compte de tout élément de forme au sein d’une catégorie céramique ou groupe céramique (lèvres, fonds, anses) et le NMIp correspond au nombre de vases corrigé ou pondéré par (1) au sein de chaque structure, pour chaque catégorie ou groupe défini et en tenant compte des éventuels traitements de surface.

Le tri s’est effectué par distinction des catégories techniques déterminées à partir du mode de façonnage, des caractéristiques de la pâte et des modes de cuisson. Les catégories et groupes isolés sont les suivants : les amphores (AMP), dolia (DOL) et mortiers (MORT) forment une catégorie propre ; les céramiques fines régionales ou importées, correspondant à des catégories clairement définies, composent elles aussi un groupe distinct. Des gallo-belges (terra nigra, TN) et terre sigillée (TSS sud Gaule ; TSA Argonne) ont été recensées. Les groupes de pâtes de la céramique culinaire ou de service et conservation, produite régionalement ou localement, sont peu nombreux. Au sein de la céramique claire ont été distinguées des pâtes fines beiges à blanches réservées aux cruches à une ou deux anses (CCF, CCFB), des pâtes grossières sableuses de teinte beige à rose orangé sombre parfois à surface enfumée (CCS ; CCSenf). Dans la catégorie des pâtes sombres, les pâtes sableuses à surface enfumée sont exclusives. Ces groupes correspondent aux productions dites champenoises analysées sur Reims (Biegert, Deru, 2004).

2  Merci à Pierre Ouzoulias de nous l’avoir suggérée et d’avoir porté à notre connaissance l’installation des jardins du Carrousel.

3  Elle correspond peu ou prou à la vignette supérieure de la figure 1.

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Achard-Corompt et Anne Delor-Ahü, « La fouille d’un petit établissement gallo-romain de la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. à Bezannes, en périphérie de Reims (Marne) », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 18 septembre 2013. URL : http://rae.revues.org/7316. consulté le 26 mars 2017.

Auteurs

Anne Delor-Ahü

Inrap Grand-Est Sud - UMR 7041 ArScan.

Articles du même auteur

Nathalie Achard-Corompt

Inrap Grand-Est Nord, base de saint-Martin-sur-le-Pré.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés