Navigation – Plan du site
Notes et documents
Loïc Gaëtan

Découverte d’un fragment de sculpture décorative gallo-romaine à Ménestreau (Nièvre)

p. 351-358

Résumés

En 2011, une prospection pédestre réalisée sur la commune de Ménestreau (Nièvre), à proximité d’Entrains-sur-Nohain, a permis la découverte d’une sculpture figurative gallo-romaine tout à fait atypique tant du point de vue du contexte de découverte que de la nature même de l’objet. Il s’agit de la représentation d’un visage grimaçant de type grotesque. Si ce répertoire est assez répandu en Gaule romaine, la fonction de l’élément découvert reste toutefois incertaine.

In 2011 a prospection carried out on foot in the municipality of Ménestreau (Nièvre), near Entrains-sur-Nohain, led to the discovery of a Gallo-Roman sculpture of a grotesque, grimacing face. Both the context of the find and the nature of the object itself are atypical. Whereas the ensemble of grotesque sculptures is fairly widespread in Roman Gaul, its function remains uncertain.

2011 wurde bei einer Begehung auf dem Gebiet der Gemeinde Ménestreau (Département Nièvre) in der Nähe von Entrains-sur-Nohain eine sowohl was den Fundumstand als auch den Befund selbst angeht sehr ungewöhnliche gallo-römische figürliche Skulptur entdeckt. Es handelt sich um die Darstellung eines grotesk fratzenartigen Gesichtes. Dieses Repertoire ist im römischen Gallien zwar recht verbreitet, doch die Funktion des entdeckten Dekorelementes ist unsicher.

Texte intégral

PDF 2,8MSignaler ce document

1. Contexte de découverte

1Au cours du mois de septembre 2011, les labours ont livré sur la commune de Ménestreau, dans la Nièvre, un élément sculpté en calcaire d’époque gallo-romaine. Il a été découvert au milieu d’autres fragments d’architecture antique (dalles sciées, corbeaux, fragments de corniche…), sur un site considéré depuis de nombreuses années comme une villa. Il s’agit là d’une découverte tout à fait inédite dans le paysage archéologique de la région d’Entrains (Devauges, 1988, p. 33-111 ; Gaëtan, 2010, 2011).

  • 1  Pour cette note, j’ai bénéficié de l’aide de Simone Deyts et de Jacques Meissonnier pour la premiè (...)

2Cette découverte soulève de nombreuses questions intéressantes et mérite un développement et des recherches plus approfondis. Ces recherches ne peuvent être menées à bien à court terme ; c’est pourquoi nous avons choisi de faire connaître cet objet sans tarder, quitte à y revenir par la suite dans une étude plus détaillée1.

  • 2  Nom antique mentionné sur le « marbre géographique » d’Autun, découvert dans les fondations de l’é (...)

3Le site où fut découvert l’élément sculpté n’a fait l’objet que d’une notice succincte dans La Carte Archéologique de la Gaule : Nièvre (Bigeard, 1996, 6*, p. 188). Il se situe à environ 4 km au sud de l’agglomération secondaire gallo-romaine d’Entrains-sur-Nohain. Importante agglomération éduenne établie au nord du département de la Nièvre, Intaranum2, nom antique d’Entrains, s’étend sur environ 120 hectares (nécropoles comprises). En 1954, É. Thévenot désignait Entrains comme une « ville sainte du paganisme » (p. 10) tant les découvertes de sculptures religieuses y étaient nombreuses. Au moins une dizaine de temples, dont trois à la périphérie de l’agglomération, y existaient (Meissonnier, 2011). Parmi ces sanctuaires, un se trouve sur la commune de Ménestreau, au lieu dit « La Chaume du Sauveur ». Il s’agit du seul temple entièrement fouillé (fig. 1).

image

Fig. 1. Ménestreau. Localisation de l’établissement rural des Grandes Obues. L’élément sculpté fut découvert à l’emplacement du grand bâtiment sud de la villa (DAO L. Gaëtan, 2012 ; cliché A. Bouthier, 1999).

4Découvert par Lucien Gaëtan et confirmé en 1982 par une photographie aérienne de Jacques Meissonnier suite à la découverte de mobilier antique sur une parcelle voisine, ce sanctuaire de tradition celtique (Ier siècle av. J.-C. au IVe siècle de notre ère) fut fouillé de 1990 à 1994 par Michel Bonneau (cadastre 1935, feuille 1, section 1, parcelle n° 3). Dans sa phase la plus développée (IIe-IIIe siècle ap. J.-C.), le temple a le plan classique de deux carrés emboîtés, une cella entourée d’une galerie établies sur un podium. Le site de Ménestreau a livré de nombreux mobiliers laissant apparaître les intentions des dévots : pèlerins sculptés portant des offrandes, nourrissons emmaillotés, main votive sculptée, œil en bronze ainsi que plusieurs instruments ophtalmologiques qui suggèrent une fonction guérisseuse (Bonneau, 1993, 1994a, 1994b, 1996 et 2004 ; Deyts, 1992, p. 123 et 150).

  • 3  Fût de colonne découvert en même temps que le présent élément décoratif en 2011 : hauteur conservé (...)

5La villa, ou plutôt l’établissement rural, où fut découvert la sculpture étudiée, se trouve à 400 m à l’est du sanctuaire de la « Chaume du Sauveur », au lieu dit les Grandes Obues (cadastre 1935, feuille 1, section 1, parcelle n° 6). Quelques photographies aériennes réalisées par René Goguey (1976, 1977), Jacques Meissonnier (1982) et Alain Bouthier (1991, 1999) attestent de sa présence. Les recherches sur ce site se résument, à l’heure actuelle, à ces photographies ainsi qu’à des prospections pédestres effectuées chaque année après les labours. Le site livre des fragments d’architecture taillés dans un calcaire tendre typique des sculptures que l’on retrouve tant sur le site antique d’Entrains que sur celui de la « Chaume du Sauveur ». Ces éléments se composent en nette majorité de moellons sciés, de dalles de couvertures sciées, de morceaux de corniche, mais aussi d’un fragment de fût de colonne lisse3 découvert sur le bâtiment le plus au nord, de tuiles… Le mobilier céramique est plutôt rare sur ce site. Cet établissement rural se compose d’au moins trois bâtiments à l’intérieur desquels sont parfois visibles quelques partitions. Le bâtiment le plus lisible sur les clichés aériens reste le bâtiment sud, d’où provient la sculpture découverte l’automne dernier. Ce plan reste malgré tout relativement lacunaire. Quant à sa période d’occupation, elle reste imprécise faute de mobilier datant. Les éléments architecturaux découverts sur ce site se rapprochent des découvertes réalisées sur le sanctuaire fouillé à 400 m au nord-ouest. Même si ces éléments sont fragmentaires, ils semblent être de même nature et de même module. Ils appartiennent vraisemblablement à un même ensemble architectural. Mais s’agit-il là de matériaux en position de remploi ? En est-il de même pour la sculpture étudiée ?

2. La sculpture

6Le bloc, en calcaire oolithique, a une hauteur conservée de 0,29 m, pour une largeur totale de 0,21 m et une épaisseur de 0,11 m. L’ensemble est en très bon état de conservation, à l’exception de quelques épaufrures aux angles et sur la face arrière. On peut également constater quelques éclats irréguliers au niveau des cheveux, du front et des lèvres (fig. 2).

7Le visage figuré est celui d’un personnage masculin inséré dans un cadre exigu représentant la partie supérieure d’une petite niche. On devine à son sommet le départ d’un fronton triangulaire encadré de deux petits acrotères amorcés. Ce visage est quasi complet car il ne manque visiblement que sa partie inférieure (menton). Le labour n’a que peu altéré l’œuvre et la partie manquante ne correspond pas à une cassure récente. Malgré quelques éclats, la compréhension du motif reste possible.

image

Fig. 2. Élément sculpté découvert à Ménestreau. Vue de face (cliché P. Quenton, Inrap ; dessin M. Ribolet, Univ. de Bourgogne).

8Le visage masculin représenté en bas-relief sur la face principale du bloc est tout à fait surprenant d’un point de vue stylistique. Les détails sont nombreux et variés.
La tête est coiffée d’une chevelure traitée en mèches, avec une raie centrale donnant du volume à l’ensemble. Le reste du visage se signale par une déformation rappelant les motifs de grotesque. Le front est plissé, marqué par trois rides et des arcades sourcilières prononcées. Cette tête est également caractérisée par des pommettes saillantes. La joue droite est plus gonflée que la joue gauche. Le sculpteur a choisi de seulement suggérer la partie inférieure de la paupière droite afin d’accentuer l’effet de déformation de la joue. Les lèvres charnues créent une fine ouverture de la bouche avec une accentuation de la déformation de la lèvre supérieure. Le nez empâté est certainement l’élément le plus marquant de cette sculpture puisqu’il est large et nettement tordu vers la droite. Il constitue le point central de ce visage grimaçant. Les narines sont creusées de quelques millimètres très certainement à l’aide d’un trépan. Cet outil aura également servi à créer l’entrebâillement de la bouche ainsi que les pupilles.
Cela donne encore plus de vie à cette œuvre. La partie droite du visage est la plus marquée par les difformités ; cette déformation générale rend cette sculpture masculine tout à fait singulière.

image

Fig. 3. Élément sculpté découvert à Ménestreau. 1. Face latérale gauche ; 2. face arrière ; 3. face latérale droite (clichés P. Quenton, Inrap).

9Le bloc, quadrangulaire et appareillé, est épannelé grossièrement mais régulièrement sur les deux faces latérales et l’arrière de la sculpture (fig. 3). Les traces de taille visibles sur les faces traduisent l’utilisation du ciseau et certainement de la scie afin de débiter le moellon initial. L’arrière, lui, est parfaitement lisse. Cela amène à s’interroger sur la fonction d’un tel élément sculpté.

3. Comparaisons et interprétations

10Cette tête figure-t-elle un personnage réel ou mythologique, ou bien un masque de théâtre ? De quelle manière restituer ce bloc et à quel édifice le rattacher ? Ce seul fragment, isolé de son contexte initial, soulève de nombreuses questions auxquelles il n’est pas aisé de répondre ; nous ne présentons ici que quelques hypothèses.

11Le lieu de découverte peut-il nous aider à identifier cet élément sculpté ? Est-il en position de découverte initiale ou secondaire ? Malgré les quelques éléments architecturaux découverts sur le site, la place d’un tel objet au sein d’un établissement rural reste énigmatique. Les fragments d’architecture découverts sur cet établissement sont similaires à ceux découverts sur la fouille du sanctuaire. Il est donc probable qu’au moins une partie des éléments de la villa soient des remplois, provenant du sanctuaire en ruine. Cette sculpture aurait ainsi pu servir de moellon de construction, par exemple. Est-ce que les traces de taille présentes sur les deux faces latérales traduisent cette utilisation ? L’atelier de taille de pierre nécessaire à la construction et à l’embellissement du sanctuaire a-t-il aussi fourni le chantier de construction de la villa avec des éléments et des œuvres de même facture ? Un tel élément a-t-il sa place sur la façade d’un modeste établissement rural ? L’hypothèse la plus pertinente, reste, à nos yeux, la position de remploi. L’absence d’une chronologie précise de l’établissement rural ne permet pas de savoir s’il est contemporain ou postérieur au sanctuaire.

3.1. Stèle funéraire ?

12La stèle funéraire à sommet triangulaire ou oblong est typique de l’art funéraire du nord-est de la Gaule (Walter, 1974, p. 139). La fouille de la nécropole de Pont-l’Évêque à Autun, en 2004, a fourni 101 stèles d’époque gallo-romaine (Venault et alii, 2009). « À de rares exceptions près, les défunts sont représentés seuls […] dans une niche peu profonde ; ils sont pratiquement toujours en buste » (Deyts, 2010, p. 281). Parmi ces stèles, aucune ne figure exclusivement un visage, et les têtes n’occupent pas la totalité de la largeur de la niche, laissant ainsi la place au buste. Le visage de la sculpture de Ménestreau est quasiment représenté à l’échelle humaine et occupe, lui, toute la largeur de la niche. La partie inférieure du visage manque. Il est difficile d’imaginer que le reste du corps, ou seulement le buste, étaient représentés. L’ensemble prendrait alors probablement la forme d’une stèle figurant uniquement le visage sur une base lisse. Une hypothèse de restitution plausible n’est pas possible avec ce seul fragment.

13S’agit-il alors d’une stèle funéraire ? Certains éléments iraient dans le sens de cette interprétation : le départ de fronton triangulaire, les petits acrotères, la niche. Ces caractéristiques se retrouvent sur une grande partie des stèles de Pont-l’Évêque, par exemple, ou encore de stèles conservées au Musée archéologique de Dijon (fig. 4). Néanmoins, cette hypothèse semble devoir être exclue au vu des dimensions réduites de la sculpture. Par ailleurs, une stèle peut difficilement représenter le visage d’un défunt totalement déformé, un visage peu avantageux pour la personne figurée en position idéalisée pour l’éternité. De même, aucune trace d’inscription funéraire n’est visible, notamment sur les deux départs d’acrotères.

image

Fig. 4. Éléments de comparaison : stèles funéraires. 1. Stèle masculine (h. 0,94 m) provenant de la nécropole de Pont-l’Évêque à Autun (Chardron-Picault, 2007, p. 230, n° 342) ; 2. stèle d’Atticilla conservée au Musée archéologique de Dijon (h. 2,50 m) (Deyts, 2010, p. 285, fig. 8).

3.2. Masque de théâtre ?

14Le traitement stylistique (bouche entrouverte et yeux creusés), comme le répertoire iconographique utilisé (le type grotesque), pourrait rattacher l’élément de Ménestreau au type des masques de théâtre. Pour l’instant aucun masque de théâtre n’a été découvert dans la région d’Entrains. Le théâtre antique le plus proche de la villa de Ménestreau se trouve à Entrains, quatre kilomètres au nord (Meissonnier, 1977, 1980 ; Landes 1989, p. 59). Dans l’ensemble du monde romain, ce type de représentation est assez fréquent dans les décors de divers types d’édifices, publics ou privés. On le retrouve sur divers supports et sous des formes variées : mosaïque, peinture, terre-cuite, sculpture en pierre ou en bronze… Aucun de ces domaines n’est à écarter.

15Le masque de théâtre, qu’il soit de comédie, de tragédie ou grotesque, répond à un certain nombre de codes séculaires stéréotypés permettant au public de le reconnaître au premier coup d’œil. Une arcade sourcilière prononcée, des yeux grand ouverts et froncés, une bouche ouverte et des lèvres épaisses font partie des codes les plus caractéristiques. La sculpture de Ménestreau répond à la plupart d’entre eux, à l’exception de la bouche qui n’est qu’entrouverte. Doit-on pour autant l’exclure de la catégorie des masques de théâtre ? Quelques-uns des masques que nous avons pu découvrir dans la bibliographie consultée présentent ces caractéristiques. Les masques de comédie (Landes, 1989, n° 25) peuvent alors représenter un visage aussi déformé que les masques grotesques (ibid., nos 29, 33 et87), avec des yeux dissymétriques ou encore des joues gonflées (fig. 5). Le tout crée un visage grimaçant. Ces représentations ont un but décoratif, mais aussi apotropaïque (Landes, 1989, p. 100). Elles peuvent également se retrouver sur les monuments funéraires.

image

Fig. 5. Éléments de comparaison : masques de théâtre. 1. Masque grotesque en terre cuite découvert et conservé à Lyon, Maccus personnage de la farce Attelane ? (h. 0,22 m ; Landes, 1989, p. 203, n° 87) ; 2. Déversoir en bronze en forme de masque de théâtre (h. 0,042 m) découvert et conservé à Saint-Bertrand-de-Comminges : masque de comédie (Landes, 1989, p. 143, n° 25).

3.3. Décor d’un monument funéraire ?

16Quelques indices nous ont orienté vers le domaine funéraire, auquel le masque de théâtre n’est pas étranger. Cet élément appartient-il au décor d’un monument funéraire ? Dans le répertoire de la sculpture funéraire nous retrouvons des allusions au théâtre, particulièrement avec des représentations de masque. Ce type de décor se retrouve à différents endroits selon les monuments. Le plus récurrent reste aux angles, en forme d’acrotère, mais il peut également être intégré à une frise architecturale, ou encore servir de motif aux festons d’un sarcophage à guirlande, par exemple.

17D’une manière générale, ces masques trouvent une place sur les reliefs funéraires, les sarcophages, les urnes cinéraires, les autels mais également sur les mausolées dont les meilleurs exemples sont les mausolées de Cucuron (Vaucluse), de Faverolles (Haute-Marne) et de Lyon (Rhône). Les quatre masques d’angle en pierre attribués au mausolée de Cucuron sont des masques colossaux représentant des personnages de théâtre tels qu’un vieillard, Bacchus, une Furie et Hercule (fig. 6). Ils appartiennent à la deuxième phase du mausolée, caractérisée par la construction du columbarium et de l’enclos funéraire au dernier quart du Ier siècle ap. J.-C. (Hallier et alii, 1990). À Faverolles, les huit masques découverts sont placés en acrotères sur les angles de la corniche octogonale du deuxième niveau du monument, entre les couronnes de chêne qui ornaient le podium de la tholos (Deyts, 2000, 2002). Les nombreux mausolées de Lyon, et notamment de la nécropole de Trion, donnent une nouvelle série de masques de théâtre (Fellague, 2004 ; Goudineau, 2009). « Ils venaient probablement couronner un mausolée ou un mur d’enclos funéraire (acrotères), où ils avaient une fonction apotropaïque. Leur face tragique et grimaçante rappelait au passant le visage de la mort et les tourments qu’elle réserve aux âmes errantes » (Goudineau, 2009, p. 28).

image

Fig. 6. Éléments de comparaison : décor de mausolée funéraire. A. Mausolée de Faverolles (Haute-Marne) : 1. masque de Bacchus (h. 0,73 m ; Deyts, 2002, p. 116, fig. 15) ; 2. tête masculine (h. 0,71 m ; Deyts, 2002, p. 115, fig. 14) ; 3. restitution architectonique du mausolée de Faverolles (Goudineau, 2009, p. 92) ; B. Mausolée de Cucuron (Vaucluse) : 4. masque de vieillard tragique (h. 0,77 m) ; 5. Bacchus (h. 0,45 m ; Hallier et alii, 1990, p. 188) ; 6. restitution axonométrique du mausolée de Cucuron (Landes dir., 2002, p. 153).

18Les masques funéraires en pierre pouvaient donc avoir des emplacements différents selon les monuments et pouvaient décorer un enclos funéraire ou un mausolée. En ce qui concerne l’élément découvert à Ménestreau, est-il possible qu’il s’agisse d’une sculpture décorant un édifice de type mausolée ? Si tel est le cas, où se situait-il exactement sur l’édifice ? La présence d’un mausolée funéraire à proximité de l’établissement rural des Grandes Obues, voire du sanctuaire, n’est pas attestée mais n’est pas à exclure. L’existence d’un tel type de monument au sein de ce genre d’établissement n’est pas rare en Gaule romaine mais n’est connu que dans de grandes villae. Il n’a guère sa place dans une petite villa, si ce n’est au bord d’une voie. L’interprétation des vestiges vus par photographie aérienne ne peut être confirmée que par une fouille archéologique.

19Quant à la datation d’un tel élément, celle-ci reste extrêmement large puisque ce répertoire est utilisé durant toute la période gallo-romaine. Seule l’utilisation du trépan peut réduire la fourchette chronologique aux IIe et IIIe siècles de notre ère.

Conclusion

20Les découvertes de fragments taillés antiques sur la villa des Grandes Obues sont assez récurrentes mais c’est la première fois que les labours exhument un fragment de sculpture figurative. Cet élément en calcaire sculpté constitue une découverte inédite dans le paysage antique d’Intaranum, tant par le répertoire iconographique utilisé que par son contexte de découverte. Le répertoire grotesque ne figurait pas encore dans la sculpture funéraire de la région d’Entrains. Stèle funéraire ? Masque de théâtre ? Décor de monument funéraire ? Aucune nécropole, ni même de sépulture antique n’est encore attestée dans la parcelle où fut découvert cet élément. Nous nous étonnons de la présence d’un tel objet dans ce contexte de découverte (établissement rural), même en position secondaire.

Bibliographie

Bigeard H., 1996, La Nièvre, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 136-169, p. 185-191 (Carte Archéologique de la Gaule, 58).

Bonneau M., 1993, « Coquille en argent dédicacée : découverte d’un dieu gallo-romain inconnu à Ménestreau (Nièvre) », R.A.E., t. 44, fasc. 1, p. 221-224.

Bonneau M., 1994a, « Le temple gallo-romain de Ménestreau », Archéologia, n° 297, janv. 1994, Dijon, éd. Faton, p. 4-5.

Bonneau M., 1994b, « Un dieu inconnu », Archéologie Nouvelle, n° 3, p. 32.

Bonneau M., 1996, « Ménestreau : un lieu de culte gallo-romain », in : Garmier J.-Fr., Bouthier A. dir., 30 ans d’archéologie dans la Nièvre, Catalogue d’exposition, Nevers, Cons. départementale des musées de la Nièvre, p. 39-59.

Bonneau M., 2004, « Le sanctuaire de Ménestreau (Nièvre) », in : Bourgogne, Dijon, éd. Faton, p. 50-51 (Dossiers d’archéologie, hors série n° 11).

Bouthier A., 1999, Rapport de prospection aérienne, Dijon, DRAC Bourgogne, n. p.

Chardron-Picault P., 2007, Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, 241 p.

Devauges J.-B., 1988, Entrains gallo-romain, Saint-Herblain, Gr. de recherches archéologiques d’Entrains, 382 p.

Deyts S., 1992, Image des dieux de la Gaule, Paris, éd. Errance, 159 p. (Coll. des Hespérides).

Deyts S., 2000, « Le décor sculpté du mausolée de Faverolles », in : Walter H. dir., La sculpture d’époque romaine dans le Nord, dans l’Est des Gaules et dans les régions avoisinantes : acquis et problématiques actuelles, Actes du colloque international de Besançon, 12-14 mars 1998, Besançon, Presses univ. franc-comtoises, p. 227-232 (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 45).

Deyts S., 2002, « Le mausolée de Faverolles (Haute-Marne) et son décor sculpté », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, t. XXXVIII, 1997-1999, p. 89-127.

Deyts S., 2010, « Ateliers de sculpture d’Autun, Langres et Dijon », in : Chardron-Picault dir., Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Actes du colloque international d’Autun, 20-27 septembre 2007, p. 281-287 (28ème suppl. à la R.A.E.).

Fellague D., 2004, « Les larves ou masques funéraires antiques en pierre conservés à Lyon », R.A.E., t. 52-2003, p. 403-416.

Gaëtan L., 2010, L’agglomération secondaire gallo-romaine d’Entrains-sur-Nohain : état de la documentation, Mémoire de Master 1, Univ. de Bourgogne, Dijon, 2 vol., 104 p. et 406 p.

Gaëtan L., 2011, L’agglomération secondaire gallo-romaine d’Entrains-sur-Nohain : évolution et organisation, Mémoire de Master 2, Univ. de Bourgogne, Dijon, 2 vol., 130 p. et 83 p.

Goguey R., 1977, « Prospection aérienne des sites archéologiques de la Nièvre en 1975-1976 », Les Annales des Pays Nivernais, n° 17-18, p. 55.

Goudineau Ch. dir., 2009, Rites funéraires à Lugdunum, Paris, éd. Errance, 253 p.

Hallier G., Guéry R., Lavagne H., Gascou J., 1990, « Le mausolée de Cucuron (Vaucluse) », Gallia, t. 47, p. 145-202.

Landes Ch. dir., 1989, Le goût du théâtre à Rome et en Gaule romaine, Catalogue d’exposition, Lattes, Imago/Musée archéologique, 251 p.

Landes Ch. dir., 2002, La mort des notables en Gaule romaine, Catalogue d’exposition, Lattes, Musée archéologique Henri-Prades, 256 p.

Meissonnier J., 1977, « Un théâtre gallo-romain à Entrains ? », Les Annales des Pays Nivernais, n° 17-18, p. 32-35.

Meissonnier J., 1980, « Le théâtre gallo-romain d’Entrains (Nièvre) : fouilles de 1977 et 1979 », Les Annales des Pays Nivernais, n° 27-28, p. 12-16.

Meissonnier J., 2011, « Culte domestique et culte public à Entrains-sur-Nohain », in : Petit J.-P. dir., Mercure et Cie : culte et religion dans une maison romaine, Catalogue d’exposition, Metz, Conseil général de la Moselle, p. 56-61.

Thévenot É., 1954, « Le culte des eaux et le culte solaire à Entrains (Nièvre) », Ogam, tradition celtique, VI, 1, p. 9-20

Venault S., Deyts S., Le Bohec Y., Labaune Y., 2009, « Les stèles funéraires de la nécropole de Pont-l’évêque : contexte de découverte et étude du corpus », Bull. Archéologique, 35, p. 129-204.

Walter H., 1974, La sculpture funéraire gallo-romaine en Franche-Comté, Paris, Les Belles Lettres, 184 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 176).

Notes

1  Pour cette note, j’ai bénéficié de l’aide de Simone Deyts et de Jacques Meissonnier pour la première analyse, de Mathieu Ribolet pour le dessin et de Pierre Quenton pour les différents clichés de la sculpture).

2  Nom antique mentionné sur le « marbre géographique » d’Autun, découvert dans les fondations de l’église Saint-Jean-le-Grand, en 1840 (Musée Rolin, Autun).

3  Fût de colonne découvert en même temps que le présent élément décoratif en 2011 : hauteur conservée 0,42 m, diam. 0,28 m.

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Gaëtan, « Découverte d’un fragment de sculpture décorative gallo-romaine à Ménestreau (Nièvre) », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 18 septembre 2013. URL : http://rae.revues.org/7328. consulté le 28 mai 2017.

Auteur

Loïc Gaëtan

CDD Inrap. loic.gaetan@inrap.fr

Droits d'auteur

© Tous droits réservés