Navigation – Plan du site
Notes et documents
Alexander Reis

Les colonnes à Jupiter de Merten (Moselle) et de Grand (Vosges) : histoire de la découverte, contexte archéologique et fiabilité d’une reconstitution du XIXe s.

p. 359-369

Résumés

La découverte de fragments d’une colonne à Jupiter à Merten près de Saarelouis en 1878 permit pour la première fois la reconstitution d’un exemplaire de ce type de monument. Les fragments de sculpture mis au jour en 1895, dans le remplissage d’une citerne gallo-romaine à Grand dans les Vosges, servirent de base pour reconstituer, au Musée Lorrain de Nancy en 1897, la partie supérieure d’une colonne à Jupiter. La sculpture d’un génie terrassé par Jupiter sur un socle décoré avec des peltes rend cette colonne exceptionnelle. En l’examinant avec soin, on s’aperçoit que ce groupe est en grande partie reconstitué. Par exemple, le fragment représentant le génie ne semble pas correspondre directement au socle et au cheval. Ainsi, on ne peut pas complètement exclure qu’il puisse s’agir de parties de différentes sculptures, en particulier si on se rappelle que les Romains jetaient fréquemment des restes de monuments dans des puits, des citernes ou des fosses pour les rendre définitivement inutilisables.

In the year 1878 the discovery of the fragments of a Jupiter column in Merten near Saarlouis allowed for the first time the reliable reconstruction of an example of this type of monument. The fragments of another column, which were found 1895 in the filling of a Gallo-Roman cistern at Grand in the Vosges, were the basis to reconstruct the upper part of a Jupiter column in the Musée Lorrain in Nancy in 1897. This statue of a Jupiter on horseback galloping over a genius on a base, which is decorated with peltae-ornaments, is extraordinary within the iconography of the columns. Taking a closer look, it becomes obvious, that large parts of the figure were reconstructed. As for instance the fragment of the genius obviously does not fit directly to the base and the horse. Therefore it cannot be ruled out completely, that the fragments come from different monuments. This idea is supported by the fact that the Romans often buried several monuments in wells, cisterns and pits to prevent their further use. (trad. de l’auteur)

Im Jahre 1878 ermöglichte die Entdeckung der Fragmente einer Jupitersäule in Merten bei Saarlouis erstmals die zweifelsfreie Rekonstruktion eines Exemplars dieser Denkmälergruppe. Die im Jahre 1895 in der Verfüllung einer gallo-römischen Zisterne in Grand, Vogesen, gefundenen Skulpturenfragmente bildeten die Grundlage, um den oberen Teil einer Jupitersäule im Musée Lorrain in Nancy 1897 zu rekonstruieren. Die Figurengruppe eines Jupiter, der über einen Genius hinweg reitet, auf einem mit Pelten verzierten Sockel macht diese Säule zu einem ungewöhnlichen Einzelstück. Bei genauer Betrachtung erkennt man, dass die Gruppe stark restauriert ist. So passt beispielsweise das Bruchstück des Genius offenbar nicht direkt an den Sockel und das Pferd an. Es kann daher nicht völlig ausgeschlossen werden, dass es sich um Stücke verschiedener Bildwerke handelt. Besonders wenn man bedenkt, dass die Römer häufig mehrere Steindenkmäler durch Verlochung in Brunnen, Zisternen und Gruben dem weiteren Gebrauch endgültig entzogen. (trad. de l’auteur)

Entrées d'index

Texte intégral

PDF 3,5MSignaler ce document

Introduction

1Le 3 janvier 1878, 214 fragments d’une colonne portant Jupiter terrassant un géant anguipède furent découverts à Merten, un village situé à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Metz, près de Sarrelouis (Abel, 1885, p. 3). C’est la première fois que s’est présentée l’opportunité de restituer l’apparence de ce type de monument (fig. 1).

image

Fig. 1. Premier dessin de reconstitution de la colonne à Jupiter de Merten sous le nom d’un « Römisches Grabmonument » (monument funéraire) publié dans les Bonner Jahrbücher de l’année 1878 par E. Arnold, Communalbaumeister (architecte communal) à Boulay.

  • 1  Esp., n° 4425 ; Nouvel Esp., t. III 718 pl. 130-131 ; Hoffmann, 1889, p. 68 ; transcription de la (...)

2Au musée de la ville de Metz, la reconstitution, en quatre parties, fut exposée à partir de l’année 18851 (fig. 2 et 3).

image

Fig. 2. Vue de la colonne à Jupiter de Merten au « Steinsaal » du musée de la ville de Metz (Musées de Metz Métropole – La Cour d’Or).

image

Fig. 3. Vue de la colonne à Jupiter de Merten au « Steinsaal » du musée de la ville de Metz (Musées de Metz Métropole – La Cour d’Or).

  • 2  Musée Lorrain, inv. 2005.0.245. Remerciements : Thierry Dechezleprêtre (Conseil général des Vosges (...)

3Le Musée Lorrain conserve également dans ses collections la reconstitution de la partie supérieure d’une colonne dédiée à Jupiter, trouvée à la fin du XIXe s. à Grand (Vosges)2 (fig. 4). Au sommet de la colonne, on peut voir un groupe sculpté représentant Jupiter à cheval et, sous les sabots de sa monture, un génie, et non pas un géant anguipède, ce qui serait normal. C’est pourquoi, depuis le XIXe s., la trouvaille de Grand a pris une place majeure dans la recherche concernant les colonnes dédiées à Jupiter.

image

Fig. 4. Vue de la colonne à Jupiter de Grand dans la galerie lapidaire gallo-romaine du Musée Lorrain depuis les années 1960 (Ville de Nancy, Musée Lorrain, cliché A. Reis).

4Les images de Jupiter à cheval ou assis sur un trône apparaissent principalement aux IIe et IIIe s. ap. J.-C. dans les provinces de la Gaule, de la Belgique ainsi que de la Germanie supérieure et inférieure : au total, on connaît plus de 1200 exemplaires de ces colonnes (Noelke, 2006, p. 279).

5La hauteur de la colonne de Merten, qui atteint 15 m (Flotté, Fuchs, 2004, p. 596), est exceptionnelle. La taille moyenne des monuments de la région s’élève seulement à environ 4,50 m (Boulanger, 1996). La composition de la colonne de Merten s’organise, comme celle des colonnes trouvées dans la province de la Germanie supérieure, autour d’un socle rectangulaire avec en général des représentations de Junon, Minerve, Hercule et Mercure de chaque côté. Sur le socle de la colonne de Merten, Apollon prend la place de Mercure. Au-dessus de ce premier socle, un second socle représente les dieux des jours de la semaine. De manière générale, le fût des colonnes est recouvert d’écailles séparées au milieu du fût par une bande, un balteus. Les pointes des écailles de la partie inférieure sont dirigées vers le haut et celles de la partie supérieure vers le bas. Le chapiteau est souvent de type corinthien, avec les bustes des allégories des quatre saisons. Sur le chapiteau repose le groupe de Jupiter, qui constitue le sommet de la colonne.

6Dans la région des Leuques et des Médiomatriques, qui correspond en partie à l’actuelle Lorraine, les éléments sculptés de la colonne autres que le groupe de Jupiter sont rares (Boulanger, 1996, p. 21 ; Lartillot, 2003 ; Rose, Bardiès, 2005, p. 86). La plupart des colonnes n’ont pas la qualité de celle de Merten (Boulanger-Bouchet, 2004, p. 210). Elles consistent seulement en un fût non décoré sur un socle aux côtés plats, lesquels étaient peints à l’époque romaine – comme l’atteste encore la colonne de Portieux (Vosges) (Esp. 4768). À Grand comme à Merten, Jupiter est représenté à cheval, brandissant son foudre dans la main droite et tenant les rênes du cheval dans la gauche (fig. 5). Sa monture terrasse en plein galop un géant anguipède.

image

Fig. 5. Reconstitution de la main droite de Jupiter de Grand avec un foudre similaire à celui du groupe de Steinsfurt, Allemagne (Ville de Nancy, Musée Lorrain, cliché retravaillé A. Reis).

7Souvent Jupiter est représenté avec un costume militaire : une cuirasse comportant des lambrequins et des godrons dans sa partie inférieure. Par dessus, il porte le paludamentum, le manteau des soldats romains. Les pieds sont chaussés de bottines. D’autre part, le Jupiter de Grand porte sur la tête une couronne de feuilles, vraisemblablement de lauriers. Un trou est percé sur le sommet de la tête des deux Jupiter. Il est probable que ces creux aient servi à ficher une pointe métallique destinée à empêcher les oiseaux de se poser sur la sculpture. Selon une autre interprétation qu’on lit souvent (Lartillot, 2003 ; Boulanger, 1996, p. 38 pour d’autres exemples de sculptures percées) mais qui n’est pas vérifiée, ce trou aurait servi à fixer des ornements métalliques, par exemple une couronne pour le cavalier ou une cuirasse pour le cheval.

Circonstances de la découverte des colonnes

8Merten est un petit village situé à la frontière allemande, à dix kilomètres de Sarrelouis. Jusqu’en 1878, aucune trouvaille romaine remarquable n’est connue dans ce lieu. Après la découverte de la colonne, l’abbé Franz Xaver Kraus, professeur à l’université de Fribourg-en-Brisgau, y mène des fouilles en octobre de la même année, avec des financements du président de l’Alsace-Lorraine, Eduard von Moeller (Kraus, 1878, p. 95). Dans un rayon de 300 m autour du lieu de découverte, s’étendent des murs de bâtiments romains. Malheureusement, ces murs ne sont pas bien conservés, car ils sont « en moyen appareil », mêlés à de nombreux fragments de tuiles et de poterie, sans pierres in situ (Kraus, 1878, p. 95-96).

9Par contraste, à Grand, les ruines de la ville antique – par exemple l’amphithéâtre – sont encore assez bien conservées dans la seconde moitié du XVIIIe s (fig. 6). À cette époque, et à la suite des découvertes de Pompéi, beaucoup de sites antiques au nord des Alpes, comme Grand, font l’objet de descriptions et les résultats des recherches sont publiés pour la première fois (Caylus, 1761, p. 349-350, pl. 111 ; Toussaint, 1933, p. 534-540, pl. 1-16). Entre 1820 et 1823, les ruines de l’amphithéâtre éveillent l’intérêt de Jean-Baptiste-Prosper Jollois, alors ingénieur en chef du département des Vosges. Il entreprend des fouilles dans les ruines (Jollois, 1843, p. 1-46). En 1883, Félix Voulot, conservateur du Musée départemental d’Épinal, dégage une mosaïque d’une surface totale de 232 m2, très bien conservée, qui fut par la suite montrée aux visiteurs sur le site même, dont elle contribua à développer l’intérêt touristique (Toussaint, 1933, p. 541-542). Mais les fouilles menées scientifiquement furent interrompues de 1883 à 1936 (Toussaint, 1948, p. 126). Néanmoins, il y eut d’importantes trouvailles durant les dernières années du xixe s. : beaucoup des villageois se sont montrés coopératifs, signalant les objets qu’ils découvraient dans les champs ou les potagers ou faisant eux-mêmes des « fouilles ».

image

Fig. 6. Plan de Grand avec les structures antiques connues. En bleu : puits, citernes et accès aux galeries souterraines (Conseil général des Vosges, dessin Th. Dechezleprêtre).

  • 3  Lettre de Cornet du 18 janvier 1896, Archives du Musée Lorrain, Nancy.
  • 4  Cf. les lettres de Maigrot du 3 et 7 mars 1897, Archives du Musée Lorrain, Nancy.

10Les lettres conservées au Musée Lorrain donnent une idée de l’étendue des fouilles privées sur le site de Grand, mais aussi du commerce d’antiquités auquel se livrèrent certains particuliers. Entre 1896 et 1903, six habitants du village, tels Maurice Maigrot, propriétaire d’une manufacture de clouterie, et Émile Chaudron, épicier, s’adressent au musée pour vendre leurs trouvailles. En 1896, le conservateur du Musée Lorrain, Lucien Wiener, se rend à Grand pour voir la collection de Covinot Cornet3. En 1897, Maigrot déclare dans une lettre à Wiener qu’il reçoit « chaque jour des offres pour ces diverses antiquités », car l’un de ses amis a annoncé dans plusieurs journaux la découverte de ces objets. Un amateur anglais a même proposé de financer des fouilles et d’acheter les objets « à un prix supérieur à celui que je vous propose » écrit-il4. La plupart de ces lettres ont été écrites entre janvier et avril, car c’est en hiver et au début du printemps que les villageois avaient le temps d’effectuer des « fouilles », alors que le reste de l’année, ils étaient accaparés par les travaux des champs.

11C’est aussi en hiver, le 3 janvier 1878, que le journalier Peter Fuchs, creusant un puits dans son jardin à Merten, trouve des fragments d’une colonne à Jupiter (Abel, 1885, p. 2). Les premiers fragments apparurent à une faible profondeur. Les plus gros étaient déposés soigneusement, les uns sur les autres et dans une même direction, dans un trou carré de deux mètres de côté, jusqu’à quatre mètres de profondeur (Prost, 1879a, p. 1 ; Prost, 1879b, p. 2 ; Abel, 1885, p. 2). D’autres agriculteurs ont aidé avec des chevaux et des cordes à enlever les pierres. La même année, la trouvaille fut annoncée dans différents journaux archéologiques en France et en Allemagne (Dujardin, 1878 ; Kraus, 1878 ; Prost, 1878a, 1878b, 1878c et 1878d).

  • 5  Apparemment ces dessins ne sont plus conservés, pas plus qu’un carnet de dessins représentant les (...)

12À Grand, les fragments de la colonne furent découverts en octobre 1895. Cette trouvaille fut annoncée la même année par une note publiée dans le Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France (Thédenat, 1895, p. 310–311). L’information avait été communiquée par Léon Maxe-Werly, membre de cette société et archéologue amateur originaire de Bar-le-Duc, qui a mené des recherches fondamentales sur l’archéologie en Lorraine (Gilquin, 2004). Émile Pierre, meunier à Houdelaincourt (Meuse), a dessiné les fragments retrouvés ; cet homme s´occupait « avec beaucoup de zèle et d’intelligence de la conservation des antiquités mises au jour dans son voisinage », lit-on dans le bulletin de la société5. Il est remarquable que le petit génie et le bloc ovoïde soutenant le cheval dans la reconstitution ne soient même pas mentionnés, mais, en revanche, on lit que « l’un des pieds du cheval repose dans la main du monstre anguipède » (Thédenat, 1895, p. 311). En revanche, sur le dessin d’une reconstitution de la colonne, on voit un petit personnage qui tient les sabots du cheval (fig. 7).

image

Fig. 7. Proposition de reconstitution de la colonne du Jupiter de Grand par Charles Schuler en 1897 (Ville de Nancy, Musée Lorrain).

  • 6  Lettre de Chaudron du 20 octobre 1895, Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, arc (...)

13Les fragments de la colonne avaient été jetés dans une citerne gallo-romaine en pierre sèche de deux mètres de profondeur et de trois mètres de diamètre (fig. 8). Le petit-fils de Chaudron, propriétaire d’une partie du terrain, découvrit un mur de cette citerne « en creusant dans une chènevière »6. La citerne se trouve au lieu-dit « Champ-Marguerite », à environ cent mètres au sud du village (fig. 6). En ce lieu, on découvrit de nombreux vestiges antiques, comme la statuette en pierre d’une déesse assise trouvée en octobre 1894 (Esp., n° 4899 ; Toussaint, 1948, p. 119, avec « octobre 1885 » comme date de découverte).

image

Fig. 8. Vue de la citerne de Grand où furent découverts le Jupiter et le génie. Dégagée une nouvelle fois en 1945, elle contient encore aujourd’hui de l’eau (Conseil général des Vosges, cliché Th. Dechezleprêtre).

L’entrée et l’exposition des colonnes au musée

  • 7  Prost, 1878a, p. 331 note 1. Mais cf. Abel, 1885, p. 3 qui fixe janvier 1879 comme date d’entrée a (...)
  • 8  Hoffmann, 1889, p. 66, 68 ; lettre de Tornow du 13 avril 1883 recommandant Dujardin pour la recons (...)
  • 9  Lettre du 19 avril 1883 de von Flottwell à von Freiberg-Eisenberg, copie aux Archives municipales (...)

14Dès la découverte des fragments de la colonne de Merten, la nouvelle se répandit en France et en Allemagne. Le docteur Regnier, membre de la Société d’histoire et d’archéologie de la Moselle, était à Merten quand on mit les restes au jour. Par les soins de cette société, le public et l’administration furent informés de l’importance de la découverte (Dujardin, 1878, p. 335 ; Abel, 1885, p. 2-3). Ernst von Saldern, directeur de la Kreisdirektion (sous-préfecture) de Boulay, fait acheter les fragments par l’État (Dujardin, 1878, p. 336 ; Kraus, 1878, p. 94-95 ; id., 1889, p. 317). En décembre 1878, les éléments de la colonne sont déjà entrés dans les collections du musée de la ville de Metz7. L’architecte Paul Tornow, en charge de la restauration de la cathédrale de Metz depuis 1874, fut aussi responsable du transport et de l’installation de la colonne au musée (Prost, 1879a, p. 1 ; Prost, 1879b p. 2 ; Léonard, 2009, p. 3 ; Thieme, Becker, 1939, p. 293-294). Mais ce fut sept ans après la découverte que le sculpteur Auguste Dujardin, qui travaillait lui aussi à la restauration de la cathédrale, put, à partir de 71 fragments, reconstituer la colonne en quatre parties dans la salle lapidaire du musée8 (fig. 2, 3 et 9). Les coûts de la reconstitution furent payés par l’État9.

image

Fig. 9. Paul Tornow devant une de ses œuvres, le temple de Courcelles-Chaussy ; derrière lui Auguste Dujardin (Fonds allemand du Service territorial de l’Architecture et du Patrimoine, Metz).

  • 10  Cf. les lettres de Chaudron du 20 octobre 1895 et du 20 février 1896 proposant au Musée des Antiqu (...)

15Les 15 et 23 mars 1897, Chaudron écrit au Musée Lorrain en vue de vendre sa découverte et d’autres antiques10. Outre « une statue d’un empereur Romain avec socle », « un génie ailé » et un tambour de colonne presque entier d’un mètre de hauteur réemployé par le Musée Lorrain pour la reconstitution de la colonne à Jupiter, il mentionne d’autres trouvailles : par exemple une statue de femme nue, des fragments de colonnes ou une meule à grain.

16Quant à la colonne à Jupiter, on sait qu’elle entra au Musée Lorrain au plus tard en octobre 1897, car il existe au musée le dessin d’une reconstitution de la colonne, exécuté par Charles Schuler le 7 octobre 1897 (fig. 7). Gaston Save et Charles Schuler, auteurs de la publication inaugurale de la colonne, mentionnaient que l’artiste peintre et antiquaire M. Leblanc, de Nancy, en avait acquis les fragments qu’il avait ensuite cédés au Musée Lorrain (Save, Schuler, 1899, p. 5). Effectivement, le nom de M. H. Leblanc apparaît en 1898 dans la liste du comité de la Société Artistique de l’Est, laquelle avait son siège à Nancy (Bull. Soc. Artistique de l’Est, 5, 1898, p. 49). Dans cette liste on trouve aussi le nom de Wiener, probablement Lucien, conservateur en titre du musée de 1889 à 1903, ou son fils René (Mathias, 1999, p. 17) (fig. 10). Peut-être Leblanc était-il connu des Wiener et les a-t-il aidés à faire entrer la colonne au musée.

image

Fig. 10. Lucien Wiener dans la galerie des Cerfs au Musée Lorrain ; derrière lui son fils René, relieur et artiste (Ville de Nancy, Musée Lorrain).

17Fondé en 1850 par la Société d’archéologie Lorraine afin de recueillir les antiquités de la région, le Musée Lorrain fut installé la même année dans le Palais ducal (Marot, 1976a, p. 6). Les conservateurs successifs se sont efforcés de réaliser cet objectif, tels Lucien et René Wiener, qui ont légué au musée leur collection d’art populaire (Mathias 1999, p. 17). En 1887, le catalogue d’inventaire contient déjà 1650 numéros et 2112 en 1895 (Wiener, 1887 ; Wiener, 1895).

18Les premières salles d’exposition situées au rez-de-chaussée du Palais ducal abritaient aussi la collection préhistorique. À la fin de l’année 1896, on installa dans ces salles des vitrines permettant d’exposer les objets dans l’ordre chronologique (Marot, 1976a, p. 19). L’une des œuvres les plus remarquables était sans nul doute la reconstitution de la colonne à Jupiter provenant de Grand (fig. 11). Elle était exposée face à l’entrée (cf. frontispice in : Save, Schuler, 1926, p. 26). Apparemment, Lucien Wiener a fait assembler les quarante-quatre morceaux de la colonne dès que celle-ci est entrée au musée (Save, Schuler, 1899, p. 6).

image

Fig. 11. Reconstitution de la colonne à Jupiter de Grand au Musée Lorrain. En foncé : parties probablement restituées. Hauteur du groupe : 1,14 m. Échelle : environ 1:10 (Ville de Nancy, Musée Lorrain, cliché retravaillé A. Reis).

19La collection archéologique a été transférée à partir de 1954 dans les pavillons du jardin, mais les sculptures gallo-romaines devaient rester au Palais ducal jusqu’en 1958. Après la construction de la galerie lapidaire gallo-romaine, située entre les deux pavillons du jardin, la colonne a trouvé sa place là où l’on peut encore la voir aujourd’hui (Dechezleprêtre, 2008, p. 9 ; Marot, 1976b) (fig. 4). La partie située sous le chapiteau, décorée d’une ligne ondulée, a été restaurée plus récemment, peut-être en raison des dégâts causés par le déménagement du groupe dans les pavillons du jardin (fig. 12).

image

Fig. 12. Partie originale du chapiteau de Grand. En foncé : partie reconstruite. Échelle : environ 1:5 (Ville de Nancy, Musée Lorrain, cliché retravaillé A. Reis).

L’interprétation de groupe de Jupiter et le cas de Grand : une reconstitution fiable ?

  • 11  Hatt, 1989, p. 44. Pour le vif intérêt suscité par de telles interprétations, cf. deux lettres env (...)

20La reconstitution de la colonne à Jupiter provenant de Grand tient une place particulière dans l’iconographie des colonnes répertoriées de Jupiter. À la fin du XIXe s., on a encore attribué à ces monuments un symbolisme exclusivement romain (Boulanger, 1996, p. 112). Ainsi, on a considéré à de nombreuses reprises ces colonnes comme l’évocation d’une victoire des Romains sur les barbares, comme pour les Bagaudes de la fin du iiie s. (par exemple Dujardin, 1878, p. 336 ; Prost, 1879b, p. 15-16 ; Kraus, 1889, p. 324-325 ; Hoffmann, 1888/89, p. 34-38 ; Bauchhenß, 1981, p. 10), ou comme des monuments commémoratifs « du triomphe des armes Romaines sur les peuples Germains » (Prost, 1887, p. 192). Ces colonnes sont un témoignage de ce que l’on nomme l’interpretatio romana, c’est-à-dire le syncrétisme gallo-romain, assimilant les divinités indigènes à celles de Rome. Le thème de Jupiter écrasant un géant anguipède vient de la mythologie romaine, mais Jupiter n’est jamais représenté à cheval. Parfois le dieu est représenté avec une roue à trois rayons, symbole du dieu celtique Taranis. La décoration du fût de la colonne, qui peut suggérer les feuilles d’un arbre (Bauchhenß, 1981, p. 32-33, 63), est aussi une invention indigène. Depuis 1899, les archéologues se sont efforcés d’intégrer dans l’iconographie gallo-romaine cette image de Jupiter accompagné d’un génie ailé, tenant dans ses mains un objet ressemblant à une guirlande en zigzag (par exemple Riese, 1900, p. 324-345 ; Esp., 4898 ; Moitrieux, 1992, p. 38-40 pour la bibliographie). Certains se référent à des monnaies gauloises représentant un cheval surmontant une figure ailée11. Mais, cette colonne ayant été restaurée, dans quelle mesure peut-on en tirer des conclusions fiables ?

21Quant au génie, dont les jambes, une partie des ailes et une main sont restaurées, on ne saurait affirmer avec certitude qu’il a effectivement sa place dans le groupe de Jupiter. Il n’est d’ailleurs pas établi avec certitude s’il provient de la citerne ou si on l’a trouvé dans un autre endroit.

  • 12  Pour une exception, cf. le plus ancien exemplaire d’une colonne à Jupiter dans les provinces, la g (...)

22Le génie et le bloc de forme ovoïde décoré d’écailles et de peltae (boucliers d’amazone) ne sont pas les seuls éléments particuliers à ce groupe reconstitué : la sculpture est posée sur un socle quadrangulaire décoré sur trois côtés d’une pelta avec une partie supérieure dépourvue d’iconographie – habituellement, il n’y a pas de socle entre le chapiteau et la statue de Jupiter12. Sur la colonne de Merten, on trouve la décoration de pelta au bas du socle octogonal, avec les représentations des dieux des jours de la semaine (fig. 1 et 2).

23Dans la reconstitution de la colonne de Grand, on a remplacé les parties perdues de la colonne par un ciment peint de la même couleur que le calcaire de la sculpture originale, de sorte qu’il est difficile de distinguer les parties restaurées. Ainsi, les limites des parties indiquées comme restaurées sur la figure 11 ne peuvent-elles être qu’une suggestion, après un examen à l’œil nu. Par contre, sur le chapiteau, où seule une volute d’angle est d’origine, celles-ci apparaissent nettement, car on y voit des traces d’outils (fig. 12, 13) et l’ensemble est demeuré à l’état d’ébauche.

image

Fig. 13. Chapiteau reconstruit et colonne à décor d’écailles. Échelle : environ 1:10 (Ville de Nancy, Musée Lorrain, cliché retravaillé A. Reis).

  • 13  Cf. la lettre de Chaudron du 20 octobre 1895, dans laquelle il donne une hauteur de 30 cm pour le (...)

24Il est évident qu’une bonne partie du socle n’est pas originale : environ onze centimètres ont été ajoutés dans la partie supérieure pour soutenir le groupe13. De plus la main droite du dieu tenant le foudre devrait être orientée plus à la verticale ; en effet, dans la description de Save et Schuler, la main portait les traces d’une tige en fer de 1,5 cm de diamètre qui devait figurer l’éclair brandi par le dieu (Save, Schuler, 1899, p. 14) (supra, fig. 5). Quant à la partie du manteau située sous le bras droit, elle ne semble pas s’ajuster au reste du vêtement.

Les fragments des colonnes et le contexte archéologique : un essai d’interprétation

25De nombreux fragments de colonnes à Jupiter proviennent de puits ou de citernes d’époque gallo-romaine, quelquefois aussi d’un trou ou d’une fosse comme à Merten (Noelke, 2006, p. 344-357 ; Lartillot, 2003, catalogue). À Grand, le fragment d’une seconde colonne dédiée à Jupiter a également été découvert en 1861 dans un puits (fig. 6). Ce fragment d’un Jupiter à l’anguipède montrant le géant avec une pierre dans la main gauche est d’une taille plus petite mais d’une qualité supérieure à celui du Musée Lorrain (fig. 14). L’existence de plusieurs colonnes dédiées à Jupiter dans une agglomération gallo-romaine n’est pas extraordinaire : par exemple à Nida, capitale de la civitas Taunensium dans la province de Germanie supérieure, dix-huit exemplaires sont maintenant connus (Bauchhenß, 1981, p. 124-131 ; Hampel, 2003, p. 98-100). Ce grand nombre de colonnes s’explique par le fait qu’elles furent plutôt l’expression d’une croyance privée et indigène que d’un culte officiel au dieu.

image

Fig. 14. Fragment d’un groupe de Jupiter à l’anguipède trouvé à Grand en 1861. Hauteur : 38 cm (Musée départemental d’art ancien et contemporain, Épinal, cliché A. Reis).

  • 14  Cf. aussi les tablettes astrologiques de Grand, trouvées en fragments au fond d’un puits : Bertaux(...)

26Pourquoi a-t-on trouvé ces sculptures dans des puits, citernes ou fosses ? On a voulu faire disparaître ces œuvres après les avoir brisées et les avoir rendues inutilisables14. C’est pourquoi il est rare de trouver une colonne non mutilée. Dans ces endroits ont également été mis au jour d’autres sculptures ayant servi au culte, des autels ainsi que des vases dont certains sont restés intacts. C’est pourquoi on ne peut exclure que les quarante-quatre fragments sculptés trouvés dans la citerne de Grand ne proviennent pas du même ensemble. Ainsi, également à Grand, dans le Jardin Huguet, à proximité du bâtiment abritant la mosaïque, un ensemble comprenant un millier de fragments provenant d’au moins deux frises en relief, de différentes sculptures et de motifs architecturaux a été découvert (Nouvel Esp., 552-709, pl. 107–127 ; Billoret, 1965, p. 147-156) (cf. fig. 6). L’une des frises présente probablement des scènes tirées des mythes bachiques, avec des génies.

27Le rejet dans les puits des fragments des colonnes surmontées d’un Jupiter à l’anguipède doit remonter à l’époque romaine car on n’y a trouvé aucun objet d’époque médiévale. Une destruction par les premiers chrétiens est purement hypothétique, le christianisme paraissant encore faiblement implanté à cette époque. Une destruction par des tribus germaniques lors des grandes invasions paraît peu vraisemblable, en ce qui concerne les colonnes portant une représentation de Jupiter ; de plus, les tribus germaniques ne pratiquaient pas l’iconoclasme. Il ne paraît pas évident non plus que les colonnes, qui étaient l’expression d’un culte privé, aient pu être détruites au cours des guerres civiles qui ont sévi au iiie s. et après. Ainsi, la déposition des objets de culte dans des fosses, puits ou citernes, serait plus l’expression d’une volonté de rendre les objets définitivement inutilisables, en les plaçant dans un endroit inaccessible aux humains. Un changement de la pratique religieuse pourrait avoir motivé ces mutilations et ensevelissements de sculptures (Noelke, 2006, p. 338-340). Parfois, la déposition témoigne d’une intention religieuse (Boulanger, 1996, p. 88 ; Reis, 2010, p. 162), mais, en général, on en est réduit aux hypothèses.

Bibliographie

Abel C., 1885, « Une explication historique des antiquités trouvées à Merten », Mémoires de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Moselle, 16, p. 1-39.

Bauchhenss G., 1981, « Die Jupitergigantensäulen in der römischen Provinz : Germania superior », in : Die Jupitersäulen in den Germanischen Provinzen, Köln, Rheinland-Verl., p. 1-262 (Beihefte der Bonner Jahrbücher, 41).

Bertaux J.-P., 1993, « La découverte des tablettes : les données archéologiques », in : Abry J.-H. éd., Les tablettes astrologiques de Grand (Vosges) et l’astrologie en Gaule romaine, Actes de la table ronde du 18 mars 1992 organisée au Centre d’Études romaines et gallo-romaines de l’univ. Lyon III, Lyon, imp. Tixier, p. 39-47.

Billoret R., 1965, « Les fouilles de la Société d’Archéologie lorraine à Grand : campagne de 1965 », Pays Lorrain, 46, p. 147-156.

Boulanger K., 1996, Les groupes en ronde bosse du cavalier à l’anguipède du secteur Dieuze/Sarre-Union/Saverne/Le Donon, Mémoire de DEA sous la dir. de X. Lafon, Univ. des Sciences Humaines de Strasbourg, 2 vol. : 1 : 184 p., 2 : 226 p.

Boulanger-Bouchet K., 2004, « La sculpture du Pays de Sarrebourg », in : Flotté P., Fuchs M., La Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, p. 207-211 (Carte archéologique de la Gaule, 57-1).

Caylus A. Cl. Ph. comte de, 1761, Recueil d’antiquités égyptiennes, grecques, étrusques, romaines et gauloises, t. 4, Paris, N.M. Tilliard, p. 349-350, pl. 111.

CSIR = Corpus Signorum Imperii Romani, T. II, 2, Germania superior, Bonn.

Dechezleprêtre Th., 2008, « Exposer l’archéologie : petite histoire de la muséographie des collections archéologiques au Musée Lorrain », Pays Lorrain, 89, p. 5-10.

Dujardin A., 1878, « Rapport sur le monument découvert à Merten », Mémoires de l’Académie de Metz, 7, p. 335-341.

Esp. = Espérandieu É., 1905-1931, Recueil général des bas-relief, statues et bustes de la Gaule romaine.

Flotté P., Fuchs M., 2004, La Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 893 p. (Carte archéologique de la Gaule, 57-1).

Gilquin C., 2004, « Léon Maxe-Werly. 4 novembre 1831-17 octobre 1901 », in : Mourot F., Dechezleprêtre Th. éd., Nasium : ville des Leuques, Bar-le-Duc, Conseil Général de la Meuse, p. 54-55.

Hampel A., 2003, « Zwei neue Jupitergigantensäulen aus Nida », Hessen Archäologie, p. 98-100.

Hatt J.-J., 1989, Mythes et dieux de la Gaule, Paris, éd. Picard, 286 p.

Hoffmann A. O., 1888/89, « Die Bagaudensäule von Merten im Museum zu Metz », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine,7, p. 14-39.

Hoffmann A. O., 1889, Der Steinsaal des Metzer Altertums-Museums, Metz, 116 p.

Jollois J.-B., 1843, Mémoires sur quelques antiquités remarquables du département des Vosges, Paris, p. 1-46.

Kraus F. X., 1878, « Römisches Denkmal in Merten », Bonner Jahrbücher, 64, p. 94-99.

Kraus F. X., 1889, Kunst und Alterthum in Elsass-Lothringen. T. 3, Lothringen, Strassburg, p. 316-325.

Lartillot B., 2003, Les colonnes du cavalier à l’anguipède chez les Médiomatriques et les Leuques, Mémoire de maîtrise, Univ. des Sciences Humaines et Arts de Metz, Dép. d’Histoire, 2 vol. : 1 : 172 p., 2 : 111 p.

Léonard G., 2009, « Paul Tornow, architecte de la Cathédrale de Metz et du Temple de Courcelles-Chaussy, restaurateur génial mais méconnu de la cathédrale Saint-Étienne à Metz », in : Renaissance du vieux Metz et des Pays Lorrains, 153, p. 2-12.

Marot P., 1976a, « Le Musée historique lorrain : œuvre de patriotisme, instrument de culture », Pays Lorrain, 57, p. 1-43.

Marot P., 1976b, « Les galeries et salles du Musée historique lorrain : transformations et enrichissements depuis 1937 », Pays Lorrain, 57, p. 45-47.

Mathias M., 1999, in : René Wiener, relieur et animateur de la vie artistique au temps de l’École de Nancy, Cat. d’exposition, Musée Lorrain, 18 juin-4 oct. 1999, Nancy, 93 p.

Moitrieux G., 1992, Images du monde gallo-romain : la sculpture figurée gallo-romaine du Musée Lorrain de Nancy, Nancy, éd. Pays Lorrain, 93 p.

Noelke P., 2006, « Bildersturm und Wiederverwendung am Beispiel der Iuppitersäulen in den germanischen Provinzen des Imperium Romanum », Bericht der Römisch-Germanischen-Kommission, 87, p. 275-386.

Prost A., 1878a, « Note sur le monument de Merten », Mémoires de l’Académie de Metz, 7, p. 331-334.

Prost A., 1878b, « Débris de la sculpture découverte à Merten (Alsace-Lorraine) », Bull. de la Société des Antiquaires de France, p. 100 ; 132 ; 227.

Prost A., 1878c, « Une découverte archéologique à Merten, près Metz », Revue Archéologique, 2e sér. 35, p. 199.

Prost A., 1878d, « Nouvelles archéologiques, 1878 », Revue Archéologique, 2e sér. 36, p. 329.

Prost A., 1879a, « Le monument de Merten », Revue Archéologique, 2e sér. 37, p. 1-20, 65-83.

Prost A., 1879b, « La colonne de Merten (Moselle) », Extrait des procès-verbaux de la société nationale des Antiquaires de France, p. 1-24.

Prost A., 1887, « Les deux monuments de Merten et de Heddernheim », Mémoires de la Société d’Archéologie et d’Histoire de le Moselle,p. 171-195.

Reis A., 2010, Nida-Heddernheim im 3. Jahrhundert n. Chr. : Studien zum Ende der Siedlung, Frankfurt am Main, Archäologisches Museum, 320 p., 100 pl. (Schriften des Archäologischen Museums Frankfurt, 24).

Riese E., 1900, « Über die sogennanten Juppitersäulen », Jahrbuch der Gesellschaft für Lothringische Geschichte und Altertumskunde, 12, p. 324-345.

Rose H., Bardiès I., 2005, « Iuppitergigantensäulen im Museum von Metz – La Cour d’Or », in : Sanader M., Rendić Miočević A. éd., Les actes du VIIIème colloque international sur les problèmes de l’art provincial romain, Zagreb, p. 85-90.

Save G., Schuler Ch., 1899, « Le groupe équestre de Grand au musée Lorrain », Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine et du Musée Historique Lorrain, p. 5-34.

Save G., Schuler Ch., 1926, Guide illustré du Musée Lorrain Nancy, Nancy, éd. Soc. d’Archéologie Lorraine, 76 p.

Toussaint M., 1933, « Grand à l’époque gallo-romaine », Pays Lorrain, 25, p. 529-548.

Toussaint M., 1948, Répertoire archéologique du département des Vosges (période gallo-romaine), Épinal, Archives départementales, 160 p.

Thédenat H., 1895, s. v. Communications, Bull. de la Société Nationale des Antiquaires de France, p. 310-311.

Thieme U., Becker F., 1939, Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, t. 33, Leipzig, p. 293-294.

Wiener L., 1887, Le nouveau catalogue du Musée historique lorrain, Nancy, 295 p.

Wiener L., 1895, Musée Historique Lorrain au Palais ducal de Nancy, Catalogue des objets d’art et d’antiquité, Nancy, 320 p.

Notes

1  Esp., n° 4425 ; Nouvel Esp., t. III 718 pl. 130-131 ; Hoffmann, 1889, p. 68 ; transcription de la lettre du 13 avril 1883 de P. Tornow, architecte impérial, au président de la Lorraine, J. A. von Flottwell, Archives municipales de Metz.

2  Musée Lorrain, inv. 2005.0.245. Remerciements : Thierry Dechezleprêtre (Conseil général des Vosges, Grand / Épinal) ; Jean-Paul Bertaux (Grand) ; Benoît Denet, Bénédicte Pasques et Claire Tiné (Musée Lorrain, Nancy) ; Henri Bernier et Louis Lafleur (Nancy), pour leur aide, leurs informations, la discussion du thème et la correction du texte français.

3  Lettre de Cornet du 18 janvier 1896, Archives du Musée Lorrain, Nancy.

4  Cf. les lettres de Maigrot du 3 et 7 mars 1897, Archives du Musée Lorrain, Nancy.

5  Apparemment ces dessins ne sont plus conservés, pas plus qu’un carnet de dessins représentant les objets antiques découverts sur le terrain de Chaudron, qu’il a envoyé au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye et au Musée Lorrain entre 1895 et 1897 : une recherche dans les dossiers de la société aux Archives nationales à Paris, dans les archives du Musée d’Archéologie Nationale et au Musée Lorrain s’est avérée infructueuse.

6  Lettre de Chaudron du 20 octobre 1895, Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, archives – correspondance.

7  Prost, 1878a, p. 331 note 1. Mais cf. Abel, 1885, p. 3 qui fixe janvier 1879 comme date d’entrée au musée. Cf. aussi la correspondance entre le nouveau Kreisdirektor (sous-préfet) de Boulay, von Senffs, et le Bürgermeistereiverwalter (administrateur de la mairie) de Metz, von Freiberg-Eisenberg, du 28 octobre au 18 novembre 1878 concernant la préparation du transport au Musée de Metz, copies aux Archives municipales de Metz.

8  Hoffmann, 1889, p. 66, 68 ; lettre de Tornow du 13 avril 1883 recommandant Dujardin pour la reconstitution de la colonne, Archives municipales de Metz.

9  Lettre du 19 avril 1883 de von Flottwell à von Freiberg-Eisenberg, copie aux Archives municipales de Metz.

10  Cf. les lettres de Chaudron du 20 octobre 1895 et du 20 février 1896 proposant au Musée des Antiquités Nationales de lui acheter la colonne à Jupiter et d’autres objets d’époque gallo-romaine provenant de Grand (Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, archives – correspondance). D’après une information de J.-P. Bertaux, Chaudron a aussi écrit au Musée d’Épinal pour la vente de ses antiquités, mais la lettre n’a pu être retrouvée.

11  Hatt, 1989, p. 44. Pour le vif intérêt suscité par de telles interprétations, cf. deux lettres envoyées à L. Wiener par des archéologues allemands en 1901. Par la première, le professeur Felix Hettner, directeur du Provinzialmuseum de Trèves, demandant si le Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye pouvait effectuer des moulages de cette colonne afin d’en céder un au musée de Trèves. La même année, le professeur Ernst Maas de Marburg demanda l’autorisation d’utiliser une photographie de la colonne en vue d’illustrer un article (archives du Musée Lorrain, Nancy).

12  Pour une exception, cf. le plus ancien exemplaire d’une colonne à Jupiter dans les provinces, la grande colonne de Mayence avec une statue en bronze de Jupiter debout : CSIR Deutschland II, 2 : Germania Superior.

13  Cf. la lettre de Chaudron du 20 octobre 1895, dans laquelle il donne une hauteur de 30 cm pour le socle, qui mesure dans la reconstitution 41 cm de hauteur (Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, archives – correspondance).

14  Cf. aussi les tablettes astrologiques de Grand, trouvées en fragments au fond d’un puits : Bertaux, 1993, p. 43-44.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexander Reis, « Les colonnes à Jupiter de Merten (Moselle) et de Grand (Vosges) : histoire de la découverte, contexte archéologique et fiabilité d’une reconstitution du XIXe s. », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 18 septembre 2013. URL : http://rae.revues.org/7344. consulté le 26 mars 2017.

Auteur

Alexander Reis

Deckelmannstr. 15, 63785 Obernburg, Allemagne.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés